Li vraîye gastronomîye bèlje walone, picarde, gaumèse / la vraie gatronomie belge wallonne, picarde, gaumaise

PLAN

 

1 Bwèssons / Boissons

2 Sopes / Soupes

3 Intréyes / Entrées

4 Tchaus / Viandes

5 Volayes & jibiers / Volailles & gibiers

6 Pèchons & moluskes / Poissons & mollusques

7 Oûs / Oeufs

8 Légumes

9 Canadas / Pommes de terre

10 Riz & pausses alimintaîres / Riz & pâtes alimentaires

11 Fromadjes / Fromages

12 Aprèstadjes avou dès frûts / Préparations à base de fruits

13 Aprèstadjes avou do lacia / Préparations à base de lait

14 Pâtisserîyes, glaces / Pâtisseries, glaces

15 Condimints / Condiments

16 Varia

1.1 bîre (bière)

1.1.1 bîre di mwin.nadje (/ manèdje) (bière de ménage)

Bière de ménage (in: VA, 03/09/1985)

 

Il faut pour 35 litres environ 70 grammes de houblon, 350 grammes d’orge, 400 grammes de sucre, 20 grammes de chicorée et 30 grammes de’ levure de bière.

Dans un grand faitout, mettre à bouillir 10 litres d’eau; dans cette eau en pleine ébullition, ajouter le houblon, i,orge et la chicorée enfermés dans un sachet de tissus.  Retirer aussitôt le’récipient du feu, le couvrir et laisser infuser pendant 30 minutes.

Oter alors le sachet et le déposer dans un second faitout contenant 25 litres d’eau froide.  Porter à ébullition et lais ser bouillir pendant 2 heures.  Après ce temps, ajouter le sucre, mélanger et retirer le récipient du feu.

Y verser les 10 litres d’infusion, laisser tiédir le mélange puis y ajouter la levure délayée avec un peu de liquide prélevé sur l’infusion.

Bien laisser refroidir.  Filtrer avec un tamis fin.

Remplir des bouteilles avec des bouchons à crochets.

Garder dans un endroit frais.  Laisser fermenter et ne consommer que 3 semaines après le bouchage.

 

Cette bière se conserve pendant trois mois au moins.

1.1.2 bîre di mwin.nadje (/ manèdje) (bière de ménage)

Maria Dombois (BASTOGNE)  

mots:

assone: ensemble; èstét < èsse: était < être; bîre: bière; chicorèye: chicorée (torréfiée en grains); cûjét < cûre: cuisait < cuire; léchét < lèyî: laissait < laisser; suke: sucre

 Po fé do l’ bîre, i falot dès grandes casseroles.

On mètét d’ l’ ôrdje, do houblon, do suke, do l’ chicorèye èt on cûjét tot ça assone pendant one eûre.

Quand ç’ èstét cût, on lèchét reufrwadi. On l’ passét dins on tamis, min.me didins deûs si ç’ èstét nécèssêre, hin.

Alôrs’, on mètét dè l’ lèvure do boulanjer d’dins.

On l’ léchét rèspwaser jusqu’au lendemwin.

Et djè l’ mèté dins lès botèyes.

1.1.3 Bîre di mwin.nadje (/ manèdje) (bière de ménage) (Bèrtrè / Bertrix  – Bîve / Bièvre)

La frin.nète, in : Singuliers, 2, 2002, p.24

 mots:

boûre:  bouillir; casserole à bîre : grande casserole dont on se servait pour faire la bière, et que les gens se prêtaient; cwède: cueillir; êwe: eau; foûye du frin.ne : feuille de frêne; froumint  : blé, froment; houbion : houblon;macher : mélanger; ôrdje : orge;satch: sac;: sel; souwer: sécher;twâye : toile (de lln ou de chanvre)

Pou fé 50 lites du brune bîre, i faut prinde 250 grames du houbion, 3 lites du froumint, 1 lite d’ ôrdje, 25 grames du fouyes du frin.ne qu’ on z-avot cwèdu à l’ èsté èt mètu souwer. On mèt tout ça dins in grand satch du twâye, qu’ on mèt dins l’ êwe à boûre dins la casserole à bîre. On fwèt boûre l’ êwe à p’tit feû, dèrant deûs-eûres. Pûs, on r’tire lu satch.

adon: alors;chume : mousse;chûvèt < chûre: suivent < suivre;dusvaler: tomber; pîcêye: pincée;machî: mélanger;lêche < lêchî: laisse < laisser; toudi: toujours

Adon, on mèt 1 kilo d’ suke èt ène pîcêye du chicorêye pou d’ner du l’ couleûr à l’ bîre. On mache, pûs on lêche rafrèdi djusk’au londemwin. Adon, on î mèt 25 grames du l’vûre du bouladjî èt deûs pîcêyes du gros . On mache come i faut. Pûs, lès djoûrs qui chûvèt, la l’vûre fwêt èfèt èt la chume monte ou-d’zeû du l’ casserole èt dusvale à l’ tère ; adon faut r’mète du l’ êwe pou ‘nn’ awèr toudi plin. 

aurder: garder; chumè: mousser; êr: air; vûdè: vider; tounê: tonneau; eûche < avwar: ait < avoir

Quand ça n’ chume pus, on vûde la bîre dins in tounê qu’ on clôt bin pou qu’ i gn-eûche pont d’ êr qu’ î rinture. 

On lèche ruspôser dèrant in mwès. Pûs, on put mète dins dès boutîyes clipsêyes. S’ on-aurde lès boutîyes quéke timps, i faut lès mète coutchêyes.

[Recueilli par Pierre OTJACQUES d’après les témoignages d’ Andrée Bacq, de Marie-Louise Lequeux et de Gabrièle Renauld à la  » Soce du r’causeûs d’ walon « ]

1.1.4 bîre (Roger Pinon)

(in: Studium et Museum,  Mémoires Ed. Remouchamps, Vol. 1, EMVW 1996, p.103-121)

1.2 cassis' (cassis)

Crin.me di cassis’ (G. Kaisin), in : Li Chwès, 2, 2003, p.12

 

mots:

adon: alors; cûre: cuire; djus: jus; fris’: frais; grusale: groseille; lèyî: laisser; machî mélanger; pougnîye: poignée; pwèd: poids; rodje: rouge;

 

I vos faut:

1,5 kg di nwârès grusales.

2 lites di rodje vin d’ Bourgogne

 

Lèyî trimper 4 djoûs, adon prèsser èt filtrer.

Î mète li min.me pwèd d’ suke qui d’ djus èt fé cûre 5 munutes.

 

One ôte ricète

I vos faut:

10 lites di rodje vin à 12°

6 lites di djus

 

Lèyî trimper 24 eûres dins one frisse tchambe, avou one grosse pougnîye di fouyes di cassis’ , 6,4 kg di suke èt 1 lite d’ alcol po lès frûts.

Bin machî divant d’ mète è botèye.

1.3 gote di purnales (goutte à base de prunelles)

 (sud-wallon / Ardennes – sûd-walon / Ârdène)

Lucien Mahin, suivant des interventions de Mariette Antoine, Louis Baijot, Yves Gourdin, Marie-Louise Lequeux, Willy Leroy, Raymond Zachary, in: Singuliers, 199.., p.20

 Po la goute du purnales

 mots:  purnale: prunelle; auche:aie  

I faut qu’ il auche djalé du yink à twas côps. Pou vèy si les purnales astint bounes, nosse pére lès grîjot in pô. “Iles nu r’djutant nin assez!”, d’djot-i, èt adon, i ratindot co ût djoûs.

Adon, pou fwêre 8 lites du goute, vous cwèdoz eune pinte du purnales. Vous squawoz les cés qu’ ont v’nu avu la quawe. Vous lès r’lâvoz èt vous lès stikoz dins lès boutiyes, djusqu’ou quârt dou l’ hôteur. Vous mètoz ène djatelêye du fin suke, in quârt du lite (et ène rawète) d’ alcol à 90 dègrès. Pus, vous r’batijoz avu dou l’ bouluwe êwe (dou l’ êwe boulante rafrèdîye).

I la fåt lêchu ruspwaser, à l’ boune, èn-an. Adon, ile duvint roudje. Ça s’ waurde ad vitam eternam. Vous buvoz ça à l’ chîje, ou après ène crausse fricasséye. Ça v’ frè dijèrer.

1.4 Brichaude (grog) (Bèrtrè / Bertrix)

La brichaude (Henri Lepage) (Bèrtrè / Bertrix), recueilli par Pierre Otjacques, in : Singuliers, 1, 2004, p.15

 

Malêjis mots

à l’ avîrance = selon son estimation personnelle

machi = mélanger

pêlon = poêlon 

rachandi (su _) = se réchauffer 

rascwède = recueillir

 

C’ è-st-in grog qu’ on fwèt a Bèrtrè, à l’ chîje, û quand on vut s’ rachandi.

 

On remplit à ras’ ène jate du cafè moulu. On la voûde dins in pêlon qu’ on remplit d’ êwe a l’ avîrance.

 

On fwèt cûre in moumint sins lêcher boûre.

 

Adon, on fwèt passer ç’ qu’ on-z-è dins l’ pêlon dins in lindje, èt on rascwède çu qui passe dins ène casserole. On-z-î voûde 400 grames du suke candi. Pûs, on lêche cûre doûcemint t’t-a machant. Quand l’ suke è bin fondu, on lêche ruspôser èt rafrèdi.

 

Adon, on-z-î voûde ène boutîye du pèkèt. C’ èst l’ Chassârt qu’ on purdot toudi pou çu r’cète-là, ca i faut ène goute qui fwèt dins lès trentes dègrés èt nin d’ pus.

 

Ça s’ bwat in pô tiéde ou quand c’ èst rafrèdi.

1.5 likeûr avou d' l' advocaat (liqueur à base d'advocaat)

One ricète di likeûr : advokaat (Mme Van Lippevelde) (Nameur)

 

25 djanes d’ous ; 1,600 kg d’ suke farène

2 bwèsses di lacia raspèchi su­cré

1 lite 2 d’ eûwe ; 1 botèye d’ essence d’ avocat

150 cl di rom’; 1 l d’ alcol à 97 dègrès

Bin machî.

 

Vos-auroz dèviè 4 lites èt d’méy d’ on-advokaat à vos r’lèver dè l’ nût po l’ aler kèkyî!                           

1.6 limonâde (limonade)

Dins ène djusse du dîj lites d’ êwe, on mèt in d’mi kilo d’ suke cristalisé èt in citron côpé à trantches.

On lèche fèrmenter a l’ êr, trwâs djoûrs dèrant. Adon on l’ put mète en boutîye. I faut dès boutîyes avu dès bouchons qu’ on visse, û qu’ on clipse.

On dèt ratinde quinze djoûrs pou qu’ èle seûche bone à bwâre.

1.7 sirôpe (sirop) (sirop à base de sureau)

Po fé do sirop d’ fleûrs du sîson (Mme G. Arnould (Hôte Moline, Saint-Pierre), qui la tint d’ sa grand-mére), in: Singuliers, 2, 2000, p.16

 

Glossaire

cwède = cueillir / (mète} deûs dèts = (verser) une quantité égale à l’ épaisseur de deux doigt  / sîson = sureau noir

 

I faut n-aler cwède 40 à 50 fleûrs du sîson, tot tchwâsichant èn-aube bin flori. Prinde 4 citrons, 1 lite d’ êwe èt 1 kilo d’ fin suke.

 

Mète dins ène casserole in lite d’ êwe, avu l’ kilo d’ fin suke èt 2 citrons côpés en trantches, mês nin pèlés. Fwêre boulu l’ êwe dèrant 5 mînutes, avu la coviête mètûe s’ la casserole. Tirer la casrole fû d’ la stoûve, lêcher rafrèdi èt mète adon lu djus dès deûs ôtes citrons.

 

Mète lès fleûrs du sîson dins in pot d’ grès, pûs î voûder la casserole.

Lêcher trimper trwâs djoûrs, dins l’ pot bin couvru. Adon, lu passer èt l’ mète dins ène boutîye bin cloyûe. Ça put s’ aurder quékes djoûrs.

 

Pou l’ siêrvu, mète deûs dèts dins in vêre, pûs l’ rimpli avu d’ l’ êwe, û

du blanc vin, d’ après s’ gout. Pou tchandjer in pô l’ gout, on put mète ossi dès fleûrs du tiyeul avu lès fleûrs du sîson.

 

Pou qu’ ça consèrve pus longtimps, come on l’ fwèt asteûre dins

brâmint dès djus èt dès confitures, on put remplacer l’ djus dès 2 citrons pa 40 grames d’ acide citrike qu’ on va quêre à l’ fârmacîe.

ôte ricète (autre recette): 

Sirop d’ sâvadjès fleûrs (André Lamborelle) (Mont-Houffalize), in : Singuliers, 2, 2006, p.22

 

Malêjis mots

blantche sipine = aubépine. / coler – filtrer. / djusse di pire = cruche en grès. / êwe qui spite = eau pétillante. / gos’ = goût. / havurnê = sorbier. / sahouri = sureau. / tchamosser = fermenter, surir. / tirer = macérer.

 

Prinde treûs lites d’ êwe dins one djusse di pîre. Mète dudins 100 fleûrs di sahouri, qu’ on z-a tirer lès quawes. On put prinde ossi dès fleûrs di blantche sipine ou dès fleûrs d’ havurnê. On î mèt ossi cink citrons côpés à bokèts, èt pus treûs kilos d’ suke. On mache corne i faut.

On dèt covri l’ djusse pou qu’ lès moche n’ î vinche nin. On la mèt dins one freûde pièce, ou à l’ cauve, èt on lèche tirer dèrant cink djoûrs, pou qu’ li sirop prinde li gos’ èt li coleûr dès fleûrs. S’ i fwèt tchôd, on n’ lèche tirer qu’ treûs à quate djoûrs.

Après, on cole li sirop. On ‘nnè met deûs a treûs dèts dins on vêre d’ êwe. Avou lès treûs lites, on ‘nn’ è assez pou mète dins cink a dîj lites d’ êwe d’ après si gos’. On l’ pout macher èto dins d’ l’ êwe qui spite, pou fwêre do l’ limonâde di fleûrs. S’ on ni l’ beût nin do côp, i l’ faut mète adjaler o conjèlateûr, sinon i va tchamosser (= moisir).

1.8 té d' pètchons (thé à base de baies d'aubépine)

(sûd-walon / Ärdène – sud-wallon / Ardenne(s))

Po do té d’ pètchons (L. Mahin, suivant des interventions de Mariette Antoine, Louis Baijot, Yves Gourdin, Marie-Louise Lequeux, Willy Leroy, Raymond Zachary), in: Singuliers, 199.., p.20

 

Mète 5 pètchons (baies d’aubépine] dins in quârt du lite du tchôde êwe. Lêchu r’boûre dîj minutes. Bwâre bin tchôd avu do roudje suke û avu dou l’ lâme (miel). C’ èst pou soutenu l’ keûr. Nin-z-a mète du trop, ca ça d’vint vite dou pwèson.

 

1.9 tchôd vin (vin chaud)

Le vin chaud à la liégeoise, in: ORPAH info, in: Itinéraires wallons, 2000, p.26

 

Boisson d’obligation pendant la veillée de Noël

 

Faire bouillir des parts égales de vin de Bordeaux et d’eau, de pluie si possible, avec un bâton de cannelle, quelques clous de girofle et du sucre candi. Le tout doit être cuit dans un majestueux coquemar de cuivre rouge et servi avec une rondelle de citron dans chaque tasse.

ôte ricète (autre recette): 

Vin chaud, in: Le temps de Noël, Tradition wallonne, Liège, 1992, p.16-17

 

Dans certaines familles, au retour de la messe de minuit, la tradition voulait qu’on se revigorât en buvant du vin chaud, avec lequel on dégustait un mor­ceau de cougnou ou des boukètes.

 

Voici une recette de vin chaud en usage dans le Hainaut.

Ingrédients pour 4 à 6 personnes :

1 bouteille de vin rouge

100 g de sucre candi

1 bâton de cannelle

4 clous de girofle

4 verres de liqueur de rhum

Faire chauffer le vin avec le sucre, la cannelle et le girofle. Le retirer du feu juste avant l’ébullition; ajouter le rhum et servir.

 

Variante :

On peut ajouter, en même temps que le sucre et les épices, une orange cou­pée en tranches.

2 lès sopes (les soupes)

Sope au potiron (Marguerite Duchâteau (Viètrîvau / Vitrival)

 

Nètyî on potiron.

Avou on kulo d ‘ potiron bin meûr côpé à bokèts, on mèt on bon

bokèt d’ bûre qu’ on faît fonde avou dès-agnons ( NIN LÈS ROSTI ! ) On pout mète on poûria èt min.me one cârote côpés à bokèts.

Lèyî cure doûcemint èt, quand ça èst fondu, rajouter 1 lite d’ êwe.

Saler, pwèvrer, do pilé, do laurî. Micser.

Si ça n’ èst riin spès assez, loyî avou dè l’ fécule.

Mète do pêrzin molu. S’ on vout, on pout mète dè l’ crin.me èto.

1 cube di bouyon d’ pouye done on bon gout à tot ça.

 

Asteûre, ralètchîz vos !

Lîdje (Liège) – sope amon nos-ôtes (potage « chez nous »)

Il faut : 6 blancs de poireaux, une cuillerée à soupe de beurre, 1 litre d’eau, des tranches de pain rassis, et du gruyère râpé. Détailler les blancs de poireaux en fine julienne et les mettre dans une casserole avec le beurre.

Faire cuire doucement pendant une dizaine de minutes sans trop laisser rissoler. Mouiller avec le litre d’eau et laisser cuire 314 d’heure.

Coupez les tranches de pain en trois, les beurrer légèrement et les faire rissoler au four.

Quand les poireaux sont cuits, verser le potage dans un plat allant au four, placer les tranches de pain par-dessus et saupoudrer largement de gruyère.

Faire gratiner à four vif et servir aussitôt.

Sope ås rådis’ (Soupe aux radis) (Jeannine Xhenseval),  in : La Wallonne, 1, 2008, p.6 (Lîdje / Liège)

 

Si vos rådis’ ont wårdé leûs bèlès foyes bin frisses, vos ‘nnè polez fé ine bone sope. Avou ine bote di râdis’ i v’ fåt conter :

on d’mèy lite d’êwe, on p’tit ognon et si ça vos-ahåye ine pitite crompîre.

 

Fez fonde l’ ognon avou ine nokète di boûre (ou d’ ine ôte cråhe).

Tapez lès foyes dissus, qwand èles sont bin molasses, mètez l’ êwe èt lèyîz cûre vint munutes. Passez-le, mètez dè sé èt dè peûve à vosse convenance èt bon-apètit !

Li grosse sope di m’ grand-mére (La grosse soupe de ma grand-mère)(Gilbert Heusdain), in : La Wallonne, 4, 2010, p.8-26 (Lîdje / Liège)

 

Martchandèyes po 4 djins :

ine lîve di platès cwèsses avou lès-ohês,

on qwårt di kilo d’ grossès fèves,

on porê, ine brantche di célèri, in-ognon èt deûs navèts,

on gros cwî à sope di sayin

dè peûve, dè sé èt on cwî à café di bicarbonâde.

 

Divins deûs lites di freûde êwe sins sé, fez cûre li tchår treûs qwårts d’ eûre. Ni roûvîz nin dè l’ houmer.

Nètîz lès légumes èt côpez-lès a gros bokèts pwis fez-lès riveni è sayin fondou.

Sôrtez l’ tchår èt vûdîz l’ bouyon so lès légumes avou lès grossès fèves èt l’ bicarbonâde.

Fez cûre ine bone dimèye eûre, salez èt peûvrez. Chèrvez dès bonès-assiètes avou dè gris pan.

Vos pôrez magnî l’ tchâr li lèd’dimin avou dè sé so eune bone tåte di sayin.

Li sope di Nameur, in : Li Chwès, 2, 2004

 

Po 6 djins, i vos faurè :

1/2 kg d’chicons

one miète di bûre

1,5 lite di bouyon

6 bias canadas

100 grs di crin.me

do djus d’citron

sé, pwève, pérzin èet dès bokèts d’pwin rosti.

 

Rinètî èt discôper finemint vos chicons, z-î mète on filèt d’ djus d’citron po qu’ is d’meurenuche bin blancs èt lès fé rivenu au bûre.

Z-î mète li bouyon, do sé, do pwève èt vos canadas discôpés à bokèts.

Lèyî cûre trwès bons quârts d’eûre, adon passer vosse sope au mixer èt l’ loyî avou l’ crin.me.

Sièrvu avou l’ pérzin hatchî èt vos bokèts d’ pwin rosti.

Lu sope âs-oûrtèyes (La soupe aux orties), in : Les Amis de Logbiermé, 1, 1982, p.17-19

 

Pour 4 personnes :

600 gr.d’orties – 50 gr de beurre – 1 poireau – 1 bran­che de céleri – sel – poivre – laurier – 1 os à la moel -le – 150 gr.de poitrine de boeuf – 1 pomme de terre crue : 100 gr.de crème-fraleh-e.–

Préparation :

Hachez finement les orties crues et faites-les revenir dans le beurre avec le poireau et le céleri.Ajoutez-y l’os à la moelle, le morceau de poitrine et le laurier.

Laissez cuire pendant 2 heures.

Retirez os et viande, râpez la pomme de terre crue pour

lier le potage et laisser mijoter 10 minutes.

Au moment de servir, délayez la crème fraîche dans le fond de la soupière et versez dessus le potage très chaud.

Sope âs-ôrtèyes (Mme Henricot-paquay di Tchèyou (Chéoux)), in : Singuliers, 3, 1997, p.24

 

Purdez 2 crompîres, 3 jates d’ ôrtèyes, 1 lite d’ êwe, 1/2 coyî à café di sé, 1 picêye du mémoscaude, on bokèt di boli.

Mètez li boli dins d’ l’ êwe freûde.

Fez bin cure li tchaur, èt pus choumez.

Mètez-î ossi les crompîres côpêyes è bokèts.

Lâvez èt côpez lès-ôrtèyes.

Mètez-lès ossi avou li mémoscaude.

Lèyez cûre 8 minutes èt passez tot.

"Sope" aus cérèjes ("Soupe"aux cerises)

Soupe aux cerises / Brabant

 

Il faut : 1 kg de cerises dénoyautées, 200 g de sucre en poudre, 1 1/2 litre d’eau, 1 bâton de canelle, 1 cuillère à soupe de fécule

Faire cuire dans une casserole les cerises avec l’eau, le sucre et la cannelle jusqu’a ce que les fruits soient tendres mais toujours entiers

Ajouter la fécule délayée dans un peu d’eau froide et amener à ébullition.

Retirer du feu et laisser tiédir avant de servir avec des tartines bien beurrées

Ajouter plus ou moins d’ eau pour épaissir ou allonger selon le goût.

Sope aus pôrias (sopa âs porês (Tif / Tilff)

3 Intréyes (Entrées)

Cwayes à l’ sirôpe di Lîdje (Cailles au sirop de Liège) (Lucie Collette), in : La Wallonne, 4, 2010, p.8-26

 

Intrêye po 4 djins

 

Marchandèyes :

8 cwayes

8 trintches di lård

8 trintches di pan

1,5 dl di muscat

250 gr di trokes sins pèpins

3 cwîs a sope di sirôpe

dè doûs froumadje di Hêve

dè boûre

dè sé èt dè peûve

 

Vûdîz lès cwayes èt r’covrez-lès d’ine trintche di lård, saler èt peûvrer l’ â-d’vins.

Divins ine casserole fez fonde li boûre èt mètez-î lès cwayes so leû

rin, fez rosti pwis fez cûre à doûs feû 30 munutes.

Leyîz fonde li sirôpe à doûs feû.

Mètez l’ muscat è l’ casserole, radjoutez-î lès trokes èt l’ sirôpe.

Rèctifiyîz l’ assâhenèdje.

So ç’ timp-là, fez fonde, divins l’ for, li froumadje so lès trintches di pan.

So l’ assiète, mètez lès cwayes so lès trintches di pan èt covrez avou l’ såce.

Intréye au craus stofé (Entrée au fromage gras fait avec le lait entier, vieilli et pressé)

Intréye au craus stofé (Céline Pochet) (Li Tch’vautchwêr (Lêve) / Le Chevauchoir (Lesves))

 

Ci qu’i faut po 6 djins :

300 g di craus stofé. 6 trintches, nin trop fines, di djambon d’ cinse. 6 trintches di pwin d’ one lîve. 150 g di bûre di cinse, one miète di pêrzin.

 

Comint fé :

Dins on pêlon di têre cûte, mète one lètchète di bûre. On l’ mèt fonde à fwârt doûs feu sins l’ lèyî bruni, pwis, on-z-î mèt fonde li crau-stofé smîyeté qu’ on mache tènawète ovou on couyî d’ bwès. Quand tot èst bin fondu, on l’ laît rafrèdi. Adon, i r’chone à do grwiyêre one miète mol.

On faît 6 trintches di pwin avou lès crosses ricôpéyes, èt dins one pêle, on lès passe o bûre bruni po lès fé prinde coleûr dès deûs costés.

Sins taurdjî, on plôye è trwès lès trintches di djambon (one su chake trintche di pwin), on côpe 6 trintches di craus stofé fondu èt ra­frèdi èt on-z-è mèt one su chake trintche di djambon gârnîye di saquants fouyes di pêrzin (on catche insi l’ pêrzin avou li stofé).

On mèt lès 6 intréyes su l’ plake do for dè l’ cwisiniére, on-z-èfornéye 3, 4 munutes à 250-300 dègrés.

On lès-apwate à tauve, dîrèk qu’ èles rèchenut.

S’ on-z-a bin rèyussi sès-aprèstadjes, li crau-stofé a r’fondu one miète, jusse po rèfachî l’ djambon èt glèter su l’ pwin.