DJW : Dicsionaîre Jènèrâl do Walon : Introdwîjadje / DGW : Dictionnaire Général du wallon: Introduction

Li DJW, Dicsionaîre Jènèrâl do Walon 

Introdwîjadje / Introduction (vêrsion / version 1.0)

PLAN

1 Coûte présintâcion / Présentation courte

2 Longue présintâcion / Présentation longue

3 Ilustrâcion / Illustration

Anècse : rèfèrinces / Annexe : références

 

1 Coûte présintâcion / Présentation courte

 

Li DJW, Dicsionaîre Jènèrâl do Walon, va, tot doûcemint mins sûremint, parète dins ç’ cite-ci èt insi achèver l’ bèsogne do grand filologue Jean Haust (1868 – 1946).

 

Le DJW, dictionnaire général de la langue wallonne, va, lentement mais sûrement, paraître dans ce site et achever de la sorte l’ouvrage du grand philologue Jean Haust (1868 – 1946).

 

1903 / Li projèt do dicsionaîre dè l‘ langue walone / Le projet du dictionnaire de la langue wallonne

 

« Rapport de M. J. Haust, professeur à l’Université de Liège : le Diction­naire wallon. Le Projet du dictionnaire de la langue wallonne, date de 1903. Depuis lors, une énorme quantité de matériaux philologiques a été recueillie, grâce à la collaboration de nombreux correspondants ; un Bulletin périodique, qui en est à sa dixième année d’existence, coordonne et facilite les recherches. La guerre arrêta momentanément celles-ci : l’œuvre déjà réalisée menaça de tomber entre les mains de l’ennemi : heureusement, des 600.000 fiches, quel­ques-unes seulement furent enlevées. En dépit des difficultés pratiques, les années de l’occupation furent consacrées à poursuivre la documentation locale. L’Allemand proposa à la Commission du Dictionnaire la publication des matériaux déjà au point; mais l’offre fut rejetée résolument, parce qu’elle était subordonnée pour ainsi dire à la reconnaissance du mouvement activiste. Le travail d’élaboration est loin d’être terminé : il reste beaucoup de documents à dépouiller, d’enquêtes à faire, de ressources et d’encouragements à trouver. (…) »

(in : La Vie Wallonne, t.2, 1921-1922, p.89)

 

1906 / Li c’mincemint dè l’ rèyâlisâcion do « Bulletin du Dictionnaire Général de la Langue Wallonne » / Le début de la réalisation « Bulletin du Dictionnaire Général de la Langue Wallonne »

 

(in : Maurice Piron, Jean Haust ou la philologie vivante, in : VW, 1, 1947, p.10-24)

 

 

1983-2020 / Nombe di lècsin/mes (mots) intrés : èstimadje : dipus d’ 100.000 / Nombre de lexèmes (mots) entrés : estimation : plus de 100.000

 

En 1997, le Petit Larousse illustré possédait 58.900 noms communs. Et suivant le professeur Alain Rey, « les dictionnaires généraux de langue française atteignent de 40.000 à 70.000 ‘entrées’. La nomenclature du Grand Robert dépasse ces chiffres, mais n’atteint pas – tout à fait délibérément – ceux des plus vastes encyclopédies, lesquelles sont gonflées par des nomenclatures des sciences naturelles et les terminologies.» (1980, p.XXII)

 

Grâce à son système de dérivation et de composition assez souples, comme les langues germaniques voisines et les langues romanes (sauf étrangement le français), la langue wallonne a pu développer son vocabulaire malgré son interdiction honteuse dans l’enseignement.

 

Nombe di dicsionaîres, lècsikes, glossâires, lisses consultés = dipus d’ 360 ! / Nombre de dictionnaires, lexiques, glossaires, listes consultés : plus de 360 !

 

2 Longue présintâcion / Présentation longue

 

Le Dictionnaire Général Wallon/ DGW

 

 

  1. Introduction

 

         “Les mots et les choses, les objets et leurs

          images.”  (J. Neuris, in: LLB, 30/03/1990)

 

” BOULE DE FEU… A 7h25, dans le ciel de Bruxelles, plusieurs dizaines de personnes ont aperçu une ‘sorte de fusée trois fois plus grosse qu’un avion, très lumineuse et évoluant à grande vitesse mais sans bruit’.   D’un témoignage à l’autre, les détails variaient: il s’ agissait d’ une boule lumineuse suivie d’une série de fragments de couleur turquoise, ou de ‘feuilles d’aluminium’ volant en formation; d’objets sphériques de la taille d’un pamplemousse, dégageant des flammes vertes; d’une sorte de fusée de sapin de Noël bleuâtre etc.”                                     

 (J.-C. Matgen, Un OVNI dans le ciel belge ?, LLB, 24/09/1986)

 

 

  1. Cadre du Dictionnaire

 

2.1. Entre la microlinguistique et la macrolinguistique

 

 

     S’insérant dans une Linguistique Générale Wallonne (LGW) encore à développer, le DGW recèle des éléments de la culture générale wallonne (CGW).  Ainsi, ” les relations entre la langue d’une communauté humaine et sa culture – au sens anthropologique -, sa civilisation, sont particulièrement manifestes dans le lexique, dont les formes articulent en l’exprimant le contenu de l’expérience sociale” (Rey,1970,179). Le mot lexical constitue l’instrument par lequel les civilisations se construisent une vision du monde.  Le dictionnaire de langue est de ce fait en relation de contiguïté et d’interpénétration avec le dictionnaire encyclopédique et, avec ses étroites limites, est le témoin de toute connaissance. (Rey,1982,36/42)

 

     Le DGW est également un moyen de faire connaître le wallon comme une langue suprarégionale ou interrégionale, composée de 4 dialectes plus proches les uns des autres que l’on ne croit (le SW (sud-wallon ou wallo-lorrain), l’OW (l’ ouest-wallon ou wallo-picard), l’EW (est-wallon) et le CW (centre-wallon).  De grands dictionnaires dialectaux de J. Haust (EW), L. Léonard et J. Guillaume (CW), A. Carlier et W. Bal (OW), M. Francard (région de Bastogne) et J.-M. Pierret, l’abbé Mouzon (région de Neufchâteau) (SW), en ont déjà simplifié le vocabulaire en transposant des termes des divers endroits de leur zone de recherche dans le parler central de leur dialecte ou dans celui de la métropole régionale.  Il faut tenir compte d’une langue compréhensible par la majorité et éviter l’utilisation d’un langage trop germanisé ou francisé.  Comme une langue est aussi liée au facteur démographique, le DGW doit forcément ne pas oublier les facteurs extralinguistiques tels que les grands centres urbains qui constituent le plus grand réservoir potentiel de locuteurs wallons.

 

 

2.2. Genèse du D.G.W.

 

     La publication de dictionnaires wallons n’est pas un fait nouveau.  Au 18e siècle, on peut déjà citer l’abbé Cambresier, auteur du premier dictionnaire wallon, ‘Dictionnaire wallon-françois ou recueil de mots et de proverbes françois, extraits des meilleurs dictionnaires'(Liège, 1787), et Augustin-François Villers, ‘Dictionnaire wallon-français’ en 1793 à Malmedy.  La réalisation d’un dictionnaire général wallon non plus.  En 1857, outre la promotion de la littérature wallonne, la Société liégeoise de littérature wallonne se proposait d’élaborer une grammaire et un dictionnaire wallons. (Chronique,1987,172). 

L’année suivante, Bailleux écrivait dans le Ier Bulletin de la Société Liégeoise de Littérature Wallonne (p.25) à propos de ses correspondants:” Vous aurez plus tard à examiner les services que vous pourriez réclamer de leur zèle pour réunir les matériaux d’ un dictionnaire général des divers patois romans de Belgique et de France”. (Legros,1958,22–236) Quelques années auparavant, Grandgagnage avait déjà été encouragé par un certain Diez à doter la philologie wallonne d’une oeuvre analogue à celle-ci.  Ce Diez ‘sentait de loin l’originalité puissante du wallon’. (Haust,19O3,485)

 

     En 1903, MM. Auguste Doutrepont, Jules Feller et Jean Haust formèrent, pour la préparation d’un dictionnaire général de la langue wallonne, une commission préparatoire à laquelle la Société adjoignit son secrétaire, Julien Delaite.  Dans la séance du 9 mars 1903, cette commission proposa et la Société accepta les bases du Dictionnaire Général de la Langue Wallonne, à savoir le classement alphabétique immédiat des fiches, déjà au nombre de 60.000 (300.000 en 1911), d’après l’orthographe adoptée par la Société.  Ce Dictionnaire eut pour point de départ le wallon-liégeois, ‘considéré comme le plus original et dont la culture est plus développée’.  Il devait renseigner les ‘équivalents des dialectes wallons de Verviers, de Stavelot-Malmedy, de l’Ardenne, du Condroz, de Namur, du Brabant, de Charleroi, de l’Entre-Sambre-et-Meuse, et des quelques communes de la Thiérache septentrionale, actuellement françaises, mais qui appartinrent ci-devant à la principauté de Liège, comme aussi les termes gaumais, montois et tournaisiens.  Le Dictionnaire serait rédigé de manière à servir aussi bien aux philologues qu’aux littérateurs et au public.  Chaque article comprendrait, outre la prononciation indiquée en orthographe phonétique, une partie historique et étymologique, suivie d’une autre partie consacrée à l’usage courant, le tout avec exemples à l’appui.  Les différentes formes dialectales d’un même mot se trouveraient en outre à leur rang alphabétique, avec renvoi à l’article principal.  L’ouvrage serait accompagné d’un Traité de formation de la langue wallonne, qui en exposerait la phonétique, la morphologie et la syntaxe, et auquel le texte des articles renverrait, s’il y avait lieu. (BSLW, TXLVIII,1911,67-68)

 

     Dans la foulée de ces résolutions, Jean Haust publia en un ‘Projet de dictionnaire général de la langue wallonne’.  Il y prônait la nécessité d’une koinè : “Prosateurs et poètes collectionnent souvent les mots rares et les enchâssent dans leurs pièces sans se préoccuper de leur état-civil, sans se faire scrupule du mélange des dialectes, créant ainsi peu à peu une koinè dont les avantages sont visibles” (Haust, 1903,488).  Il ne voulait pas enfermer cette langue quand il affirmait :

“Encore qu’il soit légitime de résister au courant de francisation qui nous assaille, on ne peut songer sérieusement à combattre l’emploi des mots étrangers qui sont le véhicule nécessaire des idées scientifiques.”(id.,485) Il pressentait enfin l’impact culturelle d’une telle entreprise:” Vous souhaitez que le wallon vive et qu’ il soit cultivé ?  Une langue qui a produit quinze cents pièces de théâtre, dont quelques-unes au moins sont des chefs-d’oeuvre, qui a donné l’essor à des romans, des poèmes, des satires à foison, qui a créé une floraison lyrique dont les fleurs ne pourraient plus se compter, mérite de vivre encore longtemps, longtemps, …  Eh bien, le meilleur moyen de la faire durer, c’est d’en rassembler toutes les forces en un livre capable de résister aux coups de bélier des assiégeants.” (id.,485-486)         

 

     Pour un autre linguiste wallon, Jules Feller, la grosse difficulté serait de représenter tous les dialectes dans le dictionnaire (Feller, 1912,64).  Afin d’entretenir des relations suivies avec ses collaborateurs éloignés, le Bulletin du Dictionnaire wallon était créé en novembre 1905. De plus, “au lieu de composer un article sur chaque forme d’un mot ou variante dialectale, il vaudrait mieux grouper la matière relative à un mot dans un seul et même article.” (id.,68)

” Le plan idéal d’un article consisterait à suivre d’un bout à l’autre l’évolution phonétique et l’évolution sémantique d’ un mot.” (id.,69) Il songeait aussi au renvoi à d’ autres mots, synonymes ou quasi-synonymes. 

 

     Ce projet, très ambitieux, fut abandonné en partie à cause des positions différentes des 2 fortes personnalités de la commission du dictionnaire.  A titre d’exemple, Jules Feller voulait les formes littéraires comme exemples tandis que Jean Haust préférait le parler authentique, celui qu’il avait pu entendre sur le terrain au cours de ses enquêtes.  Jean Haust préférait également le travail en solitaire au travail avec de nombreux collaborateurs de tous ordres fournissant des documents de valeur forcément inégale.  En 1927, il quitta la commission.

 

     Actuellement, la S.L.L.W, qui a succédé à la Société liégeoise de littérature wallonne, dispose de quelque 335.000 fiches, fruit des enquêtes menées entre 1899 et 1927.  Elle songe à les traiter avec un programme informatique. (cf SLLW -Chronique, 41, 1986, p.12)   Entretemps, une commission de normalisation du wallon a été créée au sein de l’ U.C.W., l’ Union des Associations Culturelles Wallonnes, et a déjà publié en 1992 un lexique, ‘Walo+, mès trwès mile prumîs mots walons.’

 

 

2.3. Les limites du nouveau DGW

 

     Vu l’impossibilité de mener à bien une entreprise telle que le projet originel en travaillant dans tous les domaines de recherche précités, le nouveau DGW se limite à un corpus d’un

peu plus de 500 dictionnaires, lexiques, glossaires, vocabulaires et monographies . Les proverbes, les expressions comparatives comprenant ‘ossi …qui’, ‘come’, ont été provisoirement laissées de côté pour reprendre de façon exhaustive les lexèmes et expressions de toutes les régions wallonnes de Wallonie.  Ainsi, les parties gaumaise, picarde et champenoise ont été écartées encore que des formes des zones limitrophes plus proches de ces dialectes aient été reprises.  L’informatique aidant, il est possible de combiner le dictionnaire wallon-français exhaustif à un dictionnaire français-wallon basé davantage sur la traduction directe.  Certes, il restera toujours des mots manquants qui seront insérés dans une prochaine édition.

 

 

2.4. Les limites géographiques de la langue wallonne

 

     Tandis que la limite linguistique est bien délimitée entre le wallon et le néerlandais au nord et l’allemand, le luxembourgeois à l’est vu l’appartenance de ces langues à deux domaines linguistiques différents, il n’en va pas de même à l’ouest entre le wallon et le picard, et au sud entre le wallon, le gaumais et le champenois. 

 

     En 1913, le professeur Charles Bruneau, de Nancy, écrit qu’il y a au sud une ‘limite, flottante et instable’. (Bruneau,1913,125) Une des bases de délimitation est la consonne ‘s’: comme dans ‘stauve ‘ (CW), ‘staule’ (SW), opposé au champenois ‘étâle’ et au lorrain ‘étaule’. (id.,128)  Dans le département des Ardennes, la limite sud du wallon est Revin et les Vieux Moulins d’ Hargnies. (s.n.,EMVW, 127)

 

     Quelques décennies plus tard, Louis Gourdange délimite de manière scientifique les dialectes lorrain et sud-wallon au point de vue phonétique.  La limite nord des traits proprement lorrains est Herbeumont, Mellier et Léglise ; la limite sud des traits proprement wallons ou chestrolais: Herbeumont, Suxy, Houdemont et Villers-sur-Semois?  “Le véritable parler lorrain du nord ne commence pas avant Florenville, Lacuisine, Chiny, Izel, Jamoigne, Les Bulles, Termes, Rossignol, Rulles, Houdemont et Villers-sur-Semois.  Quant au chestrolais, dépendant du domaine wallon, sa limite sud inclut, en comptant au mieux, Dohan, Cugnon, Saint-Médard, Straimont et Assenois.  Une zone de transition étroite sépare ces deux aires dialectales.  A l’ouest, elle s’élargit considérablement (Bouillon, Muno, Fontenoille, Sainte-Cécile, Chassepierre): c’ est le signe de la présence voisine d’ un autre dialecte: le champenois .” (Gourdange,1973-74,69-84)

 

     Selon Jean Fabry (s.d.,5-12), la direction de la frontière wallo-picarde est foncièrement nord-sud. (cf J. Simon, Les limites du picard et du wallon en Belgique, in: Mélanges wallons, Liège/Paris 1892;  A. Grignard, Phonétique et morphologie des dialectes de l’ Ouest-Wallon, BSLLW, T50, 1913)

“La limite des k,g/tch,dj, chez Simon, passe par La Louvière et englobe, dans le domaine wallon: Morlanwelz, Piéton, Carnières, Mont-Sainte-Aldegonde, Fontaine-l’ Evêque, Leernes, Landelies, Gozée, Biesme-sous-Thuin, Hantes-Wihéries, Ragnies, Lers-Fosteau, Montignies-Saint-Christophe; dans le domaine picard: Haine-Saint-Pierre, Haine-Saint-Paul, Saint-Vaast, Leval-Trahegnies, Epinois, Buvrinnes, Mont-Sainte-Geneviève, Lobbes, Bienne-lez-Happart, Merbes-le-Château, Solre-sur-Sambre.” (p.12)

 

 

2.5. Les choix lexicographiques

 

Lexicographie et lexicologie

                     ” C’est seulement en isolant et en libérant l’aspect purement linguistique du mot, ‘en créant une nouvelle unité linguistique’ et ses subdivisions concrètes, que la linguistique prend possession, méthodiquement, de son objet, un langage indifférent aux valeurs extra-linguistiques.” ‘Elle devient ainsi, pour la première fois, une science.’

              (Mikhaël Bakhtine, Esthétique et théorie du roman,1975, s.p.)

 

     La lexicographie a pour objet l’élaboration des dictionnaires de langue (recensement des formes ou entrées, présentation des renseignements linguistiques sur ces formes, production d’exemples).  La lexicologie désigne plus particulièrement la science qui étudie le lexique ou le vocabulaire, elle désigne aussi la réflexion théorique sur les problèmes posés par l’élaboration des dictionnaires.

(MOUNIN,1974,202-203)

 

Le type de dictionnaire

 

     Le DGW est comme tout autre dictionnaire un ” recueil de mots ou d’une catégorie de mots d’ une langue, rangés dans un ordre en général alphabétique, avec leurs sens, des indications sur les conditions de leur emploi, et parfois des développements encyclopédiques.” (Collignon,Glatigny,1978,1966)  Ce dictionnaire est le reflet d’ un ‘diasystème’ lexical du wallon.  En effet, on appelle généralement ‘diasystème une construction linguistique formée à partir de plusieurs systèmes qui ont des ‘ressemblances partielles’. (MAURAND,1979,331) De plus, il s’ agit d’ un dictionnaire de langue, type de dictionnaire caractérisé par l’ abondance de renseignements concernant le signe, c’ est-à-dire le mot comme élément du système linguistique  avec l’ indication de la nature grammaticale, la mention d’ un grand nombre d’ expressions, de synonymes ou des mots de sens voisin.  Il s’efforce de replacer le mot dans autant de contextes qu’il est souhaitable car ” un terme ne prend son sens précis que dans un contexte” (id.,1978, 51), l’expression sémantique par excellence étant la phrase. (Benveniste,1974,224)

 

     Il est aussi plus ou moins normatif par le jeu des renvois à une forme de base, celle qui est la plus commune.  “Il est vrai qu’un dictionnaire plein de renvois n’est pas très séduisant, mais il est toujours nettement préférable à un dictionnaire bourré de renseignements ambigus et imprécis  …” (Landheer, 1983,156)

 

La nomenclature: son organisation

 

     L’ordre des lexèmes sera alphabétique mais sachant que cet ordre déstructure le lexique, le regroupement des familles dispersées s’effectuera par l’utilisation massive de renvois, par la mention de synonymes, parfois d’antonymes, d’homonymes et d’analogies, par le regroupement à l’intérieur d’un article consacré à un mot donné des dérivés et composés.  De même, les règles d’orthographe, des tableaux avec les conjugaisons, les affixes et des termes appartenant au même domaine technique sont prévus.  

 

     Autant que possible, le mot ne sera pas isolé de ses champs morphologique (comme: lune — lunaire, alunir, …), lexical (one sadju — nule paut, là, …) et sémantique (tous les emplois du mot : j’ ai cassé un verre, tu me casses les pieds, …).  

 

 

L’article du dictionnaire de langue

 

     Il s’agira de l’unité minimale appelée lexème (ou morphème lexical), correspondant au regroupement d’ un nombre variables de formes dialectales, orthographiques.

 

1) Les mots à plusieurs formes, les locutions, les nombres

 

– Une entrée est réservée à un participe présent ou passé fonctionnant comme un adjectif.

D’emblée, comme le fait remarquer C. Muller, “il est très difficile de mesurer le degré de changement de catégories (des participes), puisque, au départ, ils ont déjà quelque chose de l’adjectif (ils marquent le résultat d’un procès).” (Muller,1963,167)

– Certaines locutions verbales figurent dans l’article consacré au verbe, d’autres dans celui dont le nom est la vedette.  Un système de renvoi aidera le lecteur.  Idem pour les groupes nominaux.

– Le nom des nombres

Un tableau général des nombres est prévu.

 

2) Problèmes de sens

 

     Il faut distinguer les lexèmes entre eux en tentant de résoudre les problèmes de sens.  “La signification est le procès qui associe un objet, un être, une notion, un événement à un signe susceptible de les évoquer: un nuage est signe de pluie, un froncement de sourcil signe de perplexité, l’aboiement d’ un chien signe de colère, le mot ‘cheval’ est le signe de l’ animal.” (Guiraud,1969,11) Tout mot est toujours motivé à l’origine.  La motivation peut au fil du temps être oubliée: sandwich de Lord Sandwich et lunettes de lune.  Cette motivation se présente sous 4 formes, 2 externes (phonétique et métasémique) et 2 internes (morphologique et paronymique) . (id.,25) 

 

Motivations 

     .phonétique:les onomatopées (acoustiques: cot’codâk, photocinétiques: toker, hopeler, …);

     .métasémique : les changements de sens;

     .morphologique : la dérivation, la composition;

     .paronymique : confusion de 2 formes identiques (homonymes) ou voisines (paronymes). 

 

     De même, 14 espèces de tropes entrent en ligne de compte dans l’étude des changements de sens, auxquels il faut ajouter l’ellipse (on d’vantrin (tablier)):

– la métaphore: on désigne un être ou un objet peu usité (à l’ origine) et on l’ associe à un autre (mieux connu);

– la synecdoque (on blanc-bonèt), la métonymie, l’antonomase, la catachrèse, l’onomatopée, la métalepse, l’épithète, l’ allégorie, l’ énigme et l’ ironie (périphrase, hyperbate et hyperbole). (id.,42)

 

Le problème des synonymes

 

     Selon André Hella, les parfaits synonymes sont rares.  “Nous n’en trouvons guère que là où nous substituons le terme scientifique au terme usuel, par exemple influenza à grippe.  Ailleurs, entre les mots qui passent pour être de sens identique, il existe toujours des différences d’ordre logique ou, plus souvent, affectif.  C’est pourquoi on ne devrait pas les appeler des synonymes, mais plutôt des parasynonymes.”  (Hella,85)

 

     Il faut aussi souligner 

.la valeur des préfixes intensifs qui parfois s’efface graduellement, comme en français le re- de reluire, rentrer, reposer, se réjouir et en latin tardif: manere, secare et stringere remplacés par remanere, resecare et restringere . (Carnoy,1927,366); 

 

.le problème des affixes -adje, -mint:

     3 cas se posent en français:

– le rattachement des 2 suffixes au radical n’est pas attesté:  bronzage mais pas bronzement; amincissement mais pas amincissage;

– les 2 suffixes se rattachent au même radical: dans certains contextes, l’ un ou l’ autre est exclu: nettoyage – nettoiement, battage- battement, arrachage – arrachement;

– les 2 suffixes se rattachent au même radical: dans le dictionnaire, on ne mentionne pas de synonymie entre bredouillage et bredouillement , étêtage et étêtement. (Mok,1983,71)

 

Le problème des homonymes

 

     Les homographes sont rangés sous le même lexème quand ils appartiennent à des catégories grammaticales différentes:

lachî (lâcher) et lachî (le lâcher).  Pour les homographes de même catégorie grammaticale, la solution est la même s’ils présentent la même étymologie: voler (dérober) et voler (s’ élever dans l’ air) ont la même étymologie: le latin volare. 

 

Le problème des métaphores

 

     Il y a lexicalisation d’une expression métaphorique à partir du moment où “le remplacement d’un des éléments de l’expression par un synonyme donne une impression de surprise, d’étrangeté ou de maladresse” (Collignon, Glatigny,1978,86)  

En wallon, ‘vèsse-di-leup’ fera l’objet d’une entrée car le locuteur ne fera pas ou plus le rapprochement avec ‘vèsse’.   

 

Le problème des syntagmes

 

     Des locutions adverbiales où vivent des éléments archaïques ou non perçus séparément comme ‘odjoûrdu, asteûre’ et des syntagmes prédicatifs convertis en substantifs comme ‘vas-se-ti-r’coûtche’ font l’objet d’une entrée séparée.

 

Le problème des néologismes et archaïsmes

 

     En ce qui concerne les archaïsmes, il est difficile de dire quels mots en wallon sont encore utilisés et ceux qui ne le sont plus sauf pour certains domaines technologiques entièrement disparus.  Tous ces termes ont dès lors été conservés.

Les néologismes seront admis dans une édition ultérieure.

Nous touchons ici au problème de l’amateur qui veut ici des règles prescriptives et le linguiste des règles descriptives.

 

 

3) Les renseignements qui précèdent la composante sémantique

 

– la composante graphique

.La diversité graphémique sera réduite grâce à la suppression des graphèmes écrits dans une orthographe différente de l’ orthographe Feller, progressivement généralisée depuis le début du siècle. 

.Dans le choix des règles orthographiques à l’ intérieur du système Feller, il faut tenir compte du lecteur peu habitué à lire et encore moins à écrire le wallon en ce sens que l’ ordre alphabétique “ne permet une consultation rapide que dans la mesure où la graphie du mot cherché est connue au moins dans sa partie initiale.” (Collignon, Glatigny,1978,88)      

Ainsi, le phonème latent ‘h- ‘ est conservé en début de mot dans un souci d’unité et de clarté afin d’expliquer le phénomène du hiatus dans certains dialectes où il n’est plus prononcé.

Des locutions adverbiales où parfois vivent des éléments archaïques sont écrits en un mot: odjoûrdu, asteûre, … où ‘-u’ et ‘-eûre’ ne sont pas ou plus ressentis comme éléments sémantiquement distincts du reste de la locution.

 

– la composante morphologique: le féminin et le pluriel (aux cas échéants), le renvoi au tableau de conjugaison (pour les verbes)

 

– la composante phonique (si nécessaire)

 

– la composante syntaxique: catégorie grammaticale (n.m., n.f., –  n.pl.; adj; vtr, vi, …), le genre  et le nombre.

 

4) La définition lexicographique

 

     Dans un dictionnaire de langue, elle doit être spécifique, et n’ a donc pas besoin d’ être complète, encyclopédique.  Elle doit correspondre au savoir virtuel de l’utilisateur non spécialiste.  Et par quelle acception faut-il commencer dans la présentation des différentes acceptions des mots polysémiques?

Vu que la méthode historico-logique des filiations de sens peut être aisément critiquée, nous pouvons partir du sens qui paraît à nous, locuteurs courants de la langue wallonne, le plus fréquent.    

 

 

Les autres dictionnaires

 

Les dictionnaires bilingues dans les langues officielles

A noter:

1) le nombre d’entrées dans le:

– Dictionary Woordeboek (Afrikaans-Engels, Engels-Afrikaans) (Collins, 1981): 39.000 entrées;

– Dictionnaire français-albanais (8 Nëntori, 1966): 20.000;

– Universal Wörterbuch Dänisch-Deutsch/Deutsch-Dänisch (Langenscheidt, s.d.): 30.000;

– Universal Wörterbuch Finnisch-Deutsch/D.-F. (Langenscheidt, s.d.): 30.000;

– Svenska Duden, 1962: 25.000.

2) la mention de formes régionales dans les dictionnaires bilingues néerlandais-français et anglais-français.

 

Les dictionnaires bilingues dans les langues minoritaires

1) Les dictionnaires dialectaux

En Amérique, en 1984 paraissait le premier dictionnaire ‘cajun’ aux USA après le dictionnaire canadien-français aux Presses de l’Université de Laval en 1974.

En Belgique, il faut citer le dictionnaire marollien du couple Starck-Claessens en 1988.

2) Pour le luxembourgeois, le nouveau dictionnaire français-luxembourgeois de 30.000 mots de H. Rinnen en 1989.

En frison du nord, un dictionnaire de 18.000 mots (in: In Nordfriesland Ausbau für friesische Sprache, pp.17-18, in: Europa Ethnica, 1/87)

En Espagne, un dictionnaire aragonais-espagnol et e.-a. de 32.000 entrées en 1984.

Le premier Wörterbuch des Rumantsch Grischun parut en 1985 avec 22.000 lexèmes.

 

3) Dans le Dicziunari Rumantsch Grischun, on trouve aussi les noms de lieu et de cours d’ eau, les prénoms et les noms de famille.

 

4) Parmi les dictionnaires généraux, citons le Dicziunari Rumantsch Grischun en Suisse romanche, le Diccionari general de la llengua catalana de Pompeu fabra en 1968, et le Great Frysk Wurdboek aux Pays-Bas frisons.

 

5) Tentatives d’uniformisation

– en France avec l’ASSIMIL, L’Occitan sans peine, en 1975, où une place essentielle est réservée au languedocien central, situé à peu près au centre de l’Occitanie et aisément compréhensible par tous les Occitans.(Préface, XVI);

– chez les Roumis (ou Gitans) qui, lors d’un colloque international sur leur langue et leur culture, décide  d’ une langue roumi standard et la publication d’ un dictionnaire standard (in: Vanek ¨Siftar, International symposium on Romany Language and Culture, in: Europa Ethnica, 1/1987, pp.36-37).

 

 

Les dictionnaires wallons

 

     2 livres font chacun état d’un problème lexicographique:  l’homonymie et la polysémie d’une part et d’autre part les mots et expressions relevant du langage grossier ou vulgaire. 

     La préface du dictionnaire de l’ouest-wallon d’Arille Carlier / Willy Bal (Vol 1, A-E, Ed. ARLW, Charleroi, 1985) nous éclaire sur le premier point.

L’homonymie est traitée par la formule 1.X1  2.X2 tandis que la polysémie l’ est par X 1…. 2…. 3…. , les acceptions étant en principe rangées selon les étapes attestées ou hypothétiques de l’évaluation sémantique (pp. XX-XXI).   On insiste sur l’ordre qui n’ est pas toujours significatif en prenant comme exemple ‘chwine’ (homonyme ou polysème?) et catcho(t).

En outre, il est stipulé qu’une “localisation précise ne doit jamais être tenue pour exclusive”. (p. XVIII)

” Les mots du type ‘tchèvau’ et ‘djèmi’ sont rangés sous leur forme pleine, dans l’ordre alphabétique des variantes.” ” Des formes phonétiquement différentes d’un même mot ont été regroupées dans divers cas.” (p. XX)

Pour les variations du genre èspène/sipène (voyelle de prothèse ou d’épenthèse) et èrvènez/rivenèz (prothèse vocalique), ils ont choisi comme entrées “les formes sans appui vocalique (les formes brèves), les seules à être communes à l’ensemble du domaine.” Donc, spène et r’vèni.

 

     Pierre Faulx, – dans ‘Pwève èt sé di d’ci, Expressions wallonnes de Roux-Jumet (Charleroi), in: Les Cahiers de la Sambre, 8, 1989 p.3 -, mentionne que la grossièreté peut être exprimée dans les langues dominantes, véhiculaires, internationales, nobles …  Il poursuit en disant que le français a été soumis à une ‘émasculation’ en règle à l’époque classique et au-delà, ce qui n’a pas été le cas des dialectes (ou de ceux considérés comme tels) .  A titre d’exemple,” ‘couri à s’ cu’ signifie poursuivre sans que le locuteur pense expressément au ‘cul’ de poursuivre.” (p.4)  

 

Critique d’autres dictionnaires wallons

 

     Il s’agit d’éviter le plus possible les erreurs et les lacunes de dictionnaires précédents en s’inspirant des commentaires critiques d’éminents spécialistes.

 

     Dans son rapport sur l’ALW 3, Elisée Legros affirmait qu’aucun chercheur “ne peut se flatter d’avoir tout recueilli et de n’avoir receuilli que des faits absolument sûrs et bien étiquetés.” (Legros,1954)  Prenons dans ce cas le questionnaire Haust qui partait du français pour enquêter sur le wallon.

 

     Sur un petit glossaire de 284 mots du dialecte de Marche-en-Famenne remis à un concours de la Société de Langue et Littérature Wallonne, F. Danhaive, A. Grégoire et J. Feller émettaient des critiques orthographiques à ne pas oublier dans ce DGW:

– le principe d’analogie réclame -èt dans couchèt, t dans soûrdant, s dans dandjèreûs, nèreûs, -eûs correspondant au fr.

 -eux;

– pas de -isse à sankis’; pas de -t à sbara;

– “pour ne pas créer en wallon des groupes germaniques de consonnes comme tl, dl, sl, jl, jn, chn, rm, il faudrait écrire avec un e muet ou du moins une apostrophe agadelè, chovetè, èssoketè, rapaujetè, tîjenè, mèchenè, drousselâde, moreminces, etc.”;

– “le son ô de la Famenne et du Namurois qui correspond à â ardennais serait mieux écrit au point de vue étymologique et comparatif: a s’t auje, …, pautchemin.”

(Danhaive, Feller,Grégoire,1933,63).

 

     En ce qui concerne les limites du wallon, M.-T. Counet affirme que le dictionnaire de Gillet fait partie du champenois (Counet, 1990, p.93) tandis que pour J. Germain, J.-M. Pierret et M. Francard, c’est du wallo-lorrain. Le contenu lexical du DFL ne correspond pas à celui du DLF. Etc.

 

     Il faut ajouter que ces risques d’erreurs ne sont pas l’apanage des dictionnaires à faible budget.  Les exemples d’omission sont légion chez les dictionnaires bilingues anglais / allemand / néerlandais – français et vice versa malgré le travail assidu de toute une équipe de professionnels de la lexicographie.

 

 

2.6. Composition du DGW (à compléter ultérieurement)

 

Liste des sources lexicales (cf Annexe)

Méthode de travail

Règles de normalisation: les cas particuliers

 

 

2.7. Exploitation possible du DGW

 

L’exemple de l’ étranger

La créativité lexicale

 

     La créativité est la possibilité en linguistique pour un système signifiant, de créer des unités nouvelles à partir du code existant.  Ainsi, on crée de nouveaux mots pour avoir une meilleure prise sur la réalité. 

     A partir du stock de morphèmes disponibles et compte tenu des règles de combinaisons autorisés par chaque langue, on peut fabriquer tous les mots qu’on veut et leur affecter un sens. 

 

Il y a donc ainsi une infinité de mots virtuels qui ne demandent qu’apparaître pour couvrir de nouveaux concepts, pour boucher des trous, rétablir des symétries.   Les néologismes et réfections analogiques actualisant la composition morphologique du mot la rendent évidente pour tous au plan synchronique, avant que l’histoire n’ait eu le temps de brouiller les contours.  “Le néologisme, dit Jakobsen, oblige à une pensée étymologique.’ ” En français du Sénégal, on relève par exemple: gaucher pour ‘tourner à gauche’, linger pour ‘faire la lessive’, indexer pour ‘critiquer’, cadoter pour ‘faire cadeau’.” (Yaguello,198(1),66/67/68)

 

      Le cas récent du romanche est aussi frappant dans ce sens.  “Das RG hat für viele Texte von Banken, Versicherungen, der Post und der Bahn sowie für amtliche und informative Texte des Bundes schnell Anklang gefunden.” (Solèr,1993,140) Le premier dictionnaire général parut en 1985 avec 22.000 entrées.  Les listes de mots nouveaux comprennent actuellement un vocabulaire de 170.000 entrées.

 

      Citons enfin le dictionnaire sportif en catalan commandé par le comité organisateur des J.O. de Barcelone en 1992 et le gouvernement autonome catalan. (in: Dites ‘basquetbol’, LLB, 16/05/91).

 

     Prenons à titre d’exemple: sporta (faire du sport) en suédois, el semanario en espagnol pour hebdomadaire et l’ anglais ‘pain-killer’ pour analgésique, mot technique créé par métaphore.

 

     Ainsi, rien ne nous empêche dans un proche avenir de rédiger un essai sur la terminologie wallonne dans les domaines les plus divers de la vie moderne, en guise de prélude à la création d’un climat de liberté linguistique.  Certains se sont déjà mis à la tâche, comme un vétérinaire belge au Maroc, Lucien Mahin, plus connu sous le pseudonyme de Louline Vôye, dans la recherche de néologismes (Li r’fondu walon, 1993).  

 

 

2.8 Conclusion

 

     C’est le rôle du dictionnaire de fixer, de situer pour la communauté linguistique les rapports des mots aux autres mots, les enchaînements et les dérivations de sens, les liens de synonymie et d’ antonymie.  Le ‘dictionnaire de langue’ traite le mot comme un signe.  Mais “le lexicographe le mieux intentionné, le plus dépourvu de préjugés sociaux, le moins normatif, ne pourra éviter (même à plusieurs) de faire des choix arbitraires, choix liés d’ailleurs à la taille du dictionnaire et au public visé. ” (Yaguello,1981,190)

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

Abréviations

 

ALW1

Remacle, L., Atlas linguitique de la Wallonie, T1, Liège, Vaillant-Carmanne, 1953

ALW2

Remacle, L., id., T2, id., 1969

Ard

Ardenne(s)

Barb

Barbençon (OW)

BD

Bertrand, J., Duchesne, J., Manuel pratique de grammaire wallonne, s.d.

BDW

Bulletin du Dictionnaire Wallon

Bo

Borsu (EW)

BSLLW

Bull. de la Société Liégeoise de Littér. Wallonne

BSLW

Bulletin de la Société de Langue et de Litt. Wallonnes

B1

Bastogne

CW

centre-wallon

C49

Gaziaux, J.-J., Parler wallon et vie rurale au Pays de Jodoigne, BCILL, 38, Louvain-la-Neuve, 1987

DBR

Les Dialectes Belgo-Romans

Dur

Durbuy (EW)

DGW

Dictionnaire Général Wallon

DW

Les Dialectes de Wallonie

E

est

EM

El Mouchon d’ Aunia

EMVW

Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne

EW

est-wallon

Eo

Haust, J., Legros,E., Dictionnaire français-liégeois,Liège, Vaillant-Carmanne, 1948

E13

Haust, J., Vocabulaire du dialecte de Stavelot, pp. 493-541, in: BSLW, T44, 1903

E145

Bastin, J., Vocab. de Faymonville, BSLW,T50,1908,535-600

Fau

Fauvillers (SW)

Fayt

Fayt-lez-Manage (OW)

GR

Grignard, A., s.j., Phonétique et morphologie des dialectes de l’ouest-walllon, BSLW 50, 1908, pp. 375-521

Herb

Herbeumont (SW)

Hou

Houffalize (SW)

Hu

Huy (EW)

JD

Delaite, J., Essai de grammaire wallonne, le verbe wallon, 1892

LB

La Libre Belgique

LL

Léonard, L., One saye di creûjète di nosse patwès, 1972

LR

Remacle, L., Le parler de La Gleize, 1937, pp.28-32

LS

Le Soir

LV

Louline Vôye, voir MAHIN, L.,1993

LW

Warnant, L., La culture en Hesbaye liégeoise, 1949,pp.21-26

Ma51

Marche-en-Famenne

MFP

M. Francard, Do pa la-y-ôt â pa lâva, Louv., Cabay

MFT

M. Francard, Le parler de Tenneville, Introd. à l’ étude linguist. des parlers wallo-lorrains, Louvain-la-N.,Cabay, 1980, not. pp.227-240

Mi

Michamps (SW)

My

Malmedy (EW)

Mont

Mont-le-Ban (SW)

N

nord

Neuf

Neufchâteau (SW)

Ni

Nivelles (OW)

O

ouest

OW

ouest-wallon

O0

Carlier, A., sous la direction de Bal, W., Dictionnaire de l’ouest-wallon, T1,2,3, 1985,1988,1991

O3

Deprêtre, F., Nopère, R., Dictionnaire du wallon du Centre, 1942

O51

Carlier, A., Glossaire de Marche-lez-Ecaussines, n: BSLW, T55, 1913, pp. 350-414

O54

Notes, (à propos du texte : ‘Extrait d’ èm’ clotchî’, de Clément Deforeit), in: El Bourdon, 416, 1989, pp.38-40

S

sud

Sta

Stavelot (EW)

Sw

Li Scolî walon, Cours d’initiation à la pratique de la langue wallonne, 1984, 4-5, p.30

SW

sud-wallon

Ve

Verviers (EW)

Wa

Waremme (EW)

Warm

Warmifontaine (SW)

WB

Willy Bal, Littérature dialectale de Wallonie, UCL,1979

 

 

Auteurs

 

ANSELME, M.

1984 Vocab. de l’habitation rurale à Bertrix, in: Langues et cultures, Mélanges offerts à W. Bal, 1.1., CILL, 8.3-4, pp.39-51

BAL, W., éd.

1981 & FRANCARD, M., GERMAIN, J., ISAAC, L., PIERRET, J.-M., Dialectologie en Wallonie, CILL, 7.3-4

BAL, W.

199O Discours, Colloque à Huy, 10/11/90

BARROS, J.

1984 Haïti, T2, Ed. l’Harmattan

BASTIN, O.

1969 Lexique français-wallon

BASILE, J.

1987 La source de l’intuition, LB, 12/5/87

BAUR, F.,ed.

s.d. De Nederlandse letterkunde in honderd schrijvers

BENVENISTE, E.

1974 Problèmes de linguistique gén., T2, Gallimard

 

BRUNEAU,Ch.

1913 La limite des dialectes wallons, champenois et lorrain en Ardenne, Paris

BSLW

1911 TXLVIII, pp.67-68

CARNOY,A.

1927 La science du mot, Traité de sémantique, Louvain, Universitas

Chronique …

1987 Chronique de la Belgique indépendante, 1987 – Les Liégeois et les lettres wallonnes/1857

COLLIGNON, L.

1978 & GLATIGNY, M., Les dictionnaires, CEDIC

 

COUNET, M.-Th.

1990 Mots et choses de Wallonie, Aspects du lexique dialectal de nos régions

DANHAIVE, F.

1933 & GREGOIRE, A., FELLER, J., Recueil de mots wallons, 14e concours, Rapport, BSLW, T65, pp.59-63

DOMINIQUE, P.

1992 L’oeil en mouvement aime les gros mots, LS, 22/07/1992

DOUTREPONT, A.

1904 & LEQUARRE, N., FELLER, J., Suffixes wallons, Rapport, BSLW, TXLIV, pp.457 et sv.        

FABRY, J.

1946-47 Notes sur le tracé de la frontière picardo-wallonne dans les régions de Charleroi et de Thuin, in: Pro Walonia, 8, 1946, pp.5-12;  9,1947, pp.5-14

 

 

FELLER, J.

1900 Essai d’orthographe wallonne, T1, Fasc.1 du BSLLW, Liège, Vaillant-Carmanne, pp.1-237

FELLER, J.

1910 Notes d’étymologie et de séùantique, BDW, 3-4, 1910, pp.77-121

FELLER, J.

1912 Notes de philologie wallonne, Liège, Vaillant-Carmanne

FELLER, J.

1913 Notes d’étymologie et de sémantique, 1913, n°34,

pp.65-70

FELLER, J.

1920 Notices sur un dictionnaire manuscrit du wallon   verviétois, BDW, 1-4, pp.31-73

FLEISCHMANN

1976 , S. An integrated approach to the development of the suffix -age, in: Cultural and linguistic factors in word formation, Univ. of California Press

FRANCARD, M.

1980 voir MFT

FRANCARD, M.

1981 Voyelles instables en wallon, CILL,7,3-4,                       Dialectes en Wallonie, pp.169-200

FRANCARD, M.

1982 voir MFP

Fryske Akad.

1979 = Fryske Akademy, The Frisian language

GARMADI, J.

1981 La sociolinguistique, PUF

GAZIAUX, J.-J.

1982 L’élevage des bovidés à Jauchelette , BCILL, 22, LLN

GAZIAUX, J.-J.

1987 Parler et vie rurale au pays de Jodoigne, BCILL, 38, LLN

GERMAIN, J.

1989 Quel avenir pour nos dialectes ?, L’ exemple du Rumantsch grischun, in: Toudi, pp.211-219

GLOTON, R.

1971 & CLERO,C., L’ activité créatrice chez l’enfant

GOOSSE, A.

Pour l’amour du grec, LB, (février …)

GOOSSE, A.

198O Les Belges néologues, LB, 27/10/80

GOOSSE, A.

1988 Néologismes nécessaires et néolog. de luxe, LB, 30/4/88

GOURDANGE, L.

1973 -74 La limite entre les dialectes lorrain et wallon, considérée du point de vue phonétique, in: Le Pays Gaumais, 1-4, pp. 69-84

GOURVIL, F.

1976 Langue et littérature bretonnes

GRANDGAGNAGE Ch.

1845 -1880 Dictionnaire étymologique de la langue wallonne

GROSS, M.

1990 Neue Anstrengungen zur Erhaltung und Förderung des Rätoromanischen in der Schweiz, in: Europa Ethnica,3/90, pp.117-125

GUIRAUD, P.

1969 La sémantique, PUF

HAGEGE, C.

Voies et destins de l’action humaine sur les langues, in: Language reform, history and  future ,s.d.

HAUST, J.

1903 Projet de dictionnaire général de langue wallonne, BSLW, TXLIV, pp.483-495

HAUST, J.

1926 La houillerie liégeoise, Liège, Vaillant-Carmanne

HAMERS, J.

19.. Bilingualité et bilinguisme, Mardaga

HENDSCHEL, L.

1990 On walon po d’mwin, saye

HENDSCHEL, L.

1993a Quelques propositions en vue de l’établissement d’une langue wallonne écrite commune

HENDSCHEL, L.

1993b Fôrmadje dès mots

ISAAC, L.

1984 A propos de l’orthographe Feller: un peu de chirurgie esthétique, CILL, 9.1-2, pp.87-102

JEOFFROY-F.

1981 = JEOFFROY-FAGGIANELLI, P., Méthodologie de

l’expression

KARETU, T.S.

1980s & WAITE,J., Te reo Maōri, in: Eur. Ethnica, 3, pp. 126-134

KATTENBUSCH D.,

1989 Die Färöer, Beispiel für eine vorbildliche Autonomie eine gelungene Sprachplanung, in: Eur. Ethnica, 3-4, pp.164-172

KREMNITZ, G.

1991 Aktuelle Probleme der Sprachpolitik in Euskadi, in: Europa Ethica, 1, pp.10-22

LAFONT, R.

1967 La révolution régionaliste

LALOUX, A.

1971 in: Les Cahiers Wallons, 6,  s.p.

LANDHEER, R.

1983 Ambiguïté et dictionnaire bilingue, pp.147-158, in: Corbin, P., éd., Le dictionnaire, Presses Univ. de Lille

LECHANTEUR, J.

1983 Pour l’étude du suffixe -aculu en Wallonie, DW ,11,1983

LECHANTEUR, J.

LEGROS, E. 

1987 Mots composés en Belg. romane,1,DW,15,pp.93-110 1954 Avant l’ ALW3, in: DBR, TXI,1, pp.10-28

LEGROS, E.

1958 A l’occasion du centenaire de la SLLW, not. pp.226-236, in: Orbis, TVII, 1

LELEUX, J.

1983 De l’orthographe et de son enseignement, in: Revue de la Dir. gén. de l’ organisme des études, 8-10,pp.5-14

LEVEQUE, A.

1981 Pour une politique de langue wallonne

MAGOCSI, P.R.

1991 Le nationalisme monégasque, pp.187-194, in:

Eur. Ethnica, 4

MARTINET, A.

1974 Le français sans fard, pp.17-19

MAHIN, L.

1993 Ène bauke su lès bwès d’ l’ Ardène, T2,T3

MAHIN, L.

1993 Li r’fondu walon: lès pondants èt lès djondants: quelques considérations sur la langue wallonne écrite commune

MATHIEU, F.

1984 in: Le Luxembourg dialectal,1, p.21

MAURAND, G.

1979 Morphologie verbale de l’occitan: approche d’un diasystème, pp.331-344, in: Mélanges à la mémoire de Louis Michel, Univ. Paul Valéry

MOUNIN, R.

1974 Dictionnaire de la linguistique, PUF

MOK, Q.I.M.

1983 Dictionnaire et dérivation, pp.69-77, in: Corbin, P., éd., Le dictionnaire, Presses univ. de Lille

MOUZON, R.

1976 Cours de wallon

MULLER, C.

1963 Le mot, unité de texte et unité de lexique en statistique lexicologique, in: Travaux de linguistique et de littérature de

l’Univ. de Strasbourg, T1

NICOLAI, R.

1987 La vie sauvage dans le parler de Léglise, LLN

PIERRET, J.-M.

1966 Le jeu d’osselets à Longlier, in: Ardenne et                    Famenne, pp. 52-56

PIERRET, J.-M.

19.. Description phonologique du parler de Longlier,                    in: Mélanges offerts à W. Bal, 1.2, pp. 169-184

PIRON, M.

1939 Formation de la langue littéraire des écrivains liégeois, pp. 289-310, in: Mélanges de lingu. offerts à Jean Haust

REMACLE, L.

1952 Syntaxe du parler wallon de La Gleize, T1

REY, A.

1970 La lexicologie

REY, A.

1982 Encyclopédies et dictionnaires, PUF

REY, A.

1980s Lexique et culture: l’influence de la langue sur la vision du monde

REY-DEBOVE, J.

1973 Lexique et dictionnaire, pp. 82-109, in: Pottier, B., éd., Le langage, éd. Retz

REY-DEBOVE, J.

1979 Sémiotique

SOLER, Clau

1993 Rumantsch-Grischun, Eine Idee wird umfassend,                    in: Europa Ethnica, 3/93, p.140

VILDE-LOT, I.

1972 L’orthographe à l’étranger, pp.   , in: Etudes de linguistique appliquée

 

WHORF, B.L.

1956 La relation entre la pensée et le comportement communs et le langage, in: Language, thought and reality, MIT Press, Cambridge Mass., pp. 140-142

WOLF, P.

1970 Les origines linguistiques de l’Europe occidentale

YAGUELLO, M.

1981 Alice au pays du langage, éd. du Seuil

ZANDVOORT, R.W.

1977 A handbook of English grammar, Longman

s.n.

1927 La limite méridionale de la Wallonie, in: EMVW, 15-16, pp. 125-128

 

 

Anècse : rèfèrinces / Annexe : références

 

Références

 

 

Général

 

G0

VIROUX, Johan, Corpus lexical, 2015

G1

BRUNEAU, Ch., Les noms de la pomme de terre en Belgique romane, in: Bulletin du Dictionnaire Wallon, 1932, pp. 57-78

G2

GRANGAGNAGE, Ch., Vocabulaire des noms wallons d’animaux, de plantes et de minéraux, 1887

G3

PINON, R., Folklore et dialectologie, le leu du cerf-volant en Wallonie, in : Mélanges de linguistique romane et de philologie médiévale offerts à M. Maurice Delbouille, 1964, pp. 489-516

G4

PINON, R., Le bousier dans la dialectologie et le folklore de Wallonie, in: Les dialectes de Wallonie, T.l, 1972, pp. 97-133

G5

PINON, Roger, Le folklore et la dialectologie du bourdon en Wallonie, 7e partie, in: Les Dialectes de Wallonie, T.2, 1973, pp. 43-82

G6

PINON, Roger, Le folklore et la dialectologie du bourdon en Wallonie, 2e partie, in: Les Dialectes de Wallonie, 1974, pp. 19-36

G7

DOUTREPONT, A., FELLER, J., HAUST, J., Vocabulaire général de la langue wallonne, A, AA; IABA; …1 AB, in: Bulletin du dictionnaire général de la langue wallonne, 1/2, janvier 1906

G8

DEFRECHEUX, J., Vocabulaire de la faune wallonne, …

G9

Premier supplément au vocabulaire-questionnaire AB-, in : Bulletin du dictionnaire wallon, 1906, pp. 89- 110

G10

Vocabulaire-questionnaire AC-, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 1906, pp.111-140

G11

Vocabulaire-questionnaire AD-, AE-, in : Bulletin du dictionnaire wallon, 1907, pp. 78-94

G12

Vocabulaire-questionnaire 3eliste AA-, AB-, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 1908, pp. 100-112

G13

Vocabulaire-questionnaire AF-, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 1909, pp.9-25

G14

Vocabulaire-questionnaire 4e liste AB-, 2e liste AC-, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 1910, pp. 9-30

G15

Vocabulaire-questionnaire 5e liste AB-, 3e liste AC-, 2e liste AD-/AE-, in : Bulletin du dictionnaire wallon, 1910, pp. 124-153

G16

Vocabulaire-questionnaire 7e liste AG-, in : Bulletin du dictionnaire wallon, 1911, pp. 28-53

G17

Vocabulaire-questionnaire 7e liste AH-, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 1911, pp. 78-97

G18

Vocabulaire-questionnaire 6e liste AB-, 4e liste AC-, 3e liste AD-/AE-, 2e liste AF-, 2e liste AH-, 2e liste A G-, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 1913, pp.23-42

G19

Vocabulaire-questionnaire 3e liste AF-, 3e liste AG-, 3e liste AH-, 7e liste AI/AJ-/AK-/AL-, in : Bulletin du dictionnaire wallon, 1914, pp. 39-64

G20

Vocabulaire-questionnaire 7e liste AB-, 5e liste AC-, 4e liste AD-, 7e liste AM-, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 1923, pp. 7-37

G21

Vocabulaire-questionnaire 7e liste AIV- , in : Bulletin du dictionnaire wallon, 1935, pp. 15-30

G22

Vocabulaire-questionnaire 7e liste A0-, 7e liste AP-, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 1942, pp. 7-53

G23

HAUST, Jean, Les noms du cloporte en Belgique romane, in: Bulletin de la Commission Royale de toponymie et de dialectologie, 12, 1938, pp. 359366

G24

BAL, Willy, Les appellations belgo-romanes du jeu de bâtonnet, in: Bulletin de la Commission Royale de toponymie et de dialectologie, 20, 1946, pp.267-287

G25

FELLER, J., La saboterie au pays wallon, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 7, 1912, pp. 20-43

G26

FELLER, J., Le jeu de quilles, in: Bulletin du dictionnaire wallon, 16, 1927-31, pp. 26-43

G27

PIRON, Roger, Arnicot et les noms du hanneton en Belgique romane, in: Bulletin de la Commission Royale de toponymie et de dialectologie, 25, 1951, pp. 185-190

G28

PIRON, M., Etude sur les noms wallons du singe , in : Bulletin de la Commission Royale de toponymie et de dialectologie, 18, 1944, pp. 315351

G29a

PINON, Roger, Se mettre sur son trente-et-un, in: Revue de linguistique romane, XLI, 1977, pp. 48-65

G29b

PINON, Roger, Se mettre sur son trente-et-un, compléments à un article, in: C,C.W.L., Panorama des Arts et Lettres de Wallonie, 1982, pp. 130-133

G30

LEGROS, Elisée, Les noms wallons des étoiles, in: V.W., 22, 1948, pp. 172-193

G31

in: FELLER, J., Notes de philologie wallonne, 1912, pp. 182-221

G32

LEGROS, Elisée, L’incendie dénommé “le coq rouge ” ou “la chèvre rouge “, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1960-1962, pp. 253

G33

LEGROS, Elisée, L ‘aiguillon du bouvier et la “fourche de charrue”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.9, 1960, pp. 201-202

G34

LEGROS, Elisée, Protection contre les tourbillons de vent, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.9, 1960, pp. 204-205

G35

LEGROS, Elisée, Les 7 espèces de tonnerre, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1953-56, pp. 319-320

G36

LEGROS, Elisée, L’aiguillon du bouvier et la “fourche de charrue”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, pp. 106-115

G37

LEGROS, Elisée, Saint “Agrapau”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1953-1956, , pp. 117-124

G38

PINON, Roger, La maladie de Saint Thibaut, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 157-160, 1975, pp. 369-378

G39

LEGROS, Elisée, Les maladies portant le nom du saint guérisseur, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1948-1952, pp. 91-119

G40

LEGROS, Elisée, Les maladies portant le nom du saint guérisseur, 2, in :

Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1948-1952, pp. 71-104

G41

HAUST, Jean, Les gnomes dans les parlers de la Wallonie, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-48, pp. 139-146

G42

DOPPAGNE, A., Le diable dans les dialectes et proverbes de Wallonie, in: Commission Royale Belge de Folklore, Le diable dans le folklore en Wallonie, 1980, pp. 7-15

G43

VANDEREUSE, J., PINON, Roger, L ‘urine dans les traditions populaires de Wallonie, in: Commission Royale Belge de Folklore, T.9-14, 1956-61, pp.313-321

G44

DOPPAGNE, A., Le Vert-Bouc, in. Commission Royale Belge de Folklore, 19561961, T.9-14, pp. 49-89

G45

LEGROS, Elisée, Le vèrbouc ou le vert-bouc, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1966-1968, , pp. 375-385

G46

LEGROS, Elisée, “Pacolet” dans le folklore wallon, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1963-65, pp. 65-74

G47

TIJSKENS, Jean-Paul, Les noms du croquemitaine en Wallonie, I, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T. 10, 1965, pp. 257-392

G48

TIJSKENS, Jean-Paul, Les noms du croquemitaine en Wallonie, II, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T. XI, 1966, pp. 2-60

G49

Les pinsonniers, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-48, pp. 299-301

G50a

PINON, Roger, Une punition au jeu : “Passer les baguettes ” en Wallonie, in:  E.M., 2/82, pp. 26-27

G50b

PINON, Roger, Une punition au jeu : “Passer les baguettes” en Wallonie, in: E.M., 3/82, pp. 62-63

G50c

PINON, Roger, Une punition au jeu : “Passer les baguettes” en Wallonie, in: E.M., 4/82, pp. 84-86

G50d

PINON, Roger, Une punition au jeu : “Passer les baguettes” en Wallonie, in: E.M., 5/82, pp. 90-93

G50e

PINON, Roger, Une punition au jeu : “Passer les baguettes” en Wallonie, in: E.M., 6/82, pp.  …

G50f

PINON, Roger, Une punition au jeu : “Passer les baguettes” en Wallonie, in: E.M., 7/82, pp. 149-152

G51

HAUST, Jean, Dialectologie de la canonnière, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-1948, pp. 317-322

G52

J.M.R., Les jouets faits par les enfants, 1, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-1930, pp. 20-39

G53

J.M.R., Les jouets faits par les enfants, 11, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-1930, pp. 305-315

G54

PINON, Roger, Le jeu de la marelle assise en Wallonie, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1966-68, pp. 277-332

G55

HAUST, Jean, LEGROS, Elisée, Les “houvons”, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1953-1956, pp. 248-249

G56

POLAIN, E., Le folklore de Noël in: V.W., T.I, 1920-1921, pp. 153-165

G57

LEGROS, Elisée, Une notice du tome 3 de l’Atlas Linguistique de la Wallonie, in: V.W., 1955, , pp. 185-193

G58

MARQUET, L., Le flottage du bois, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 149-152, 1973, pp. 163-204

G59

LEGROS, Elisée, Petits métiers ambulants exercés par des étrangers, in:Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1948- 1952, pp. 309-315

G60

DUCARME, G., GOZIN, A., La fabrication des sabots, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, nos 11 et 12, 1926, pp. 337-367

G61

LEGROS, Elisée, Les troupeaux communs, 1V l’organisation des troupeaux et,

du “herdage”, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-48, pp. 347-374

G62

LEGROS, Elisée, Les troupeaux communs, V le déclin et la disparition des,

troupeaux communs et de la vaine pâture, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1948-52, pp. 65-80

G63

LEGROS, Elisée, L’égrenage du lin à la maille ou à la drège, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1963-65, pp. 109-114

G64

J.M.R. , La fabrication des clous forgés à la main, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-48, pp. 55-125

G65

DROIXHE, D., La fabrication de la dentelle à Cerfontaine et Aye, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, nos 153-156, 1974, pp. 257-285

G66

ARTICLE COLLECTIF, L’abattage du cochon, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-30, pp. 284-301

G67

abc

LEGROS, Elisée, “Pain d’oiseau, pain de coucou, pain de pie” et expressions analogues, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1948-52, pp. 253-255 (a), pp. 318-320 (b), pp. 243-245 (c)

G68

HOTTELET, R., Les gaufres et les crêpes, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-30, pp. 86-90

G69

OUVRAGE COLLECTIF, La gastronomie populaire en Wallonie, 1978

G70

ARTICLE COLLECTIF, Les fardeaux portés sur le tête, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-30, pp. 228-240

G71

REMACLE, Louis, Le chapeau à bavolet en Wallonie, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.IV, nos 47-48, 1947, pp. 321-334

G72

PINON, Roger, Le tour de la danse de la tarte en Ardenne et en Famenne, in: Terres d’Herbeumont à Orchimont, 1985, 11 , pp. 3-9

G73

LEGROS, Elisée, Les chants et la corne des pâtres, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-48, pp. 81-93

G74

VANDEREUSE, J., PINON, Roger, Quelques danses curieuses de Wallonie, in: Commission Royale Belge de Folklore, 1956-1961, T.9-14, pp. 184-267

G75

LEGROS, Elisée, Légendes chrétiennes en rapport avec la botanique, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1948-52, pp. 239-241

G76

LEGROS, Elisée, Fleurs de Saint-Jean, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1966-68, pp. 349-352

G77

LEGROS, Elisée, La renoncule flammette, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1966-68, pp. 102-104

G78

LEGROS, Elisée, Plantes dénommées “haut-de chausses d’Allemand”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1966-68, pp. 104-105

G79

LEGROS, Elisée, La noix-de-terre, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1963-65, pp. 83-84

G80

LEGROS, Elisée, Usages du polytric ou mousse-à-balai, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-48, pp. 288-289

G81

MARECHAL, A., De quelques plantes populaires, 1, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-30, pp. 223-227

G82

MARECHAL, A., De quelques plantes populaires, 11, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-30, pp, 13-19

G83

LEGROS, Elisée, “Fleurs de tonnerre” et “fleurs d’éclair”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1966-68, pp. 333-348

G84

LEGROS, Elisée, Les saisons des prunelliers, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1954, 73-76

G85

HAUST, Jean, Les crécelles de la semaine sainte, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.II, nos 15-16, 1927, pp. 65-79

G86

Différentes manières de porter un enfant, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-30, pp. 193-126 (7)

G87

PINON, Roger, L ‘enfance en Wallonie, 1973

G88

In : Les vivants et leurs morts, Art, croyances et rites funéraires dans l’Ardenne d’autrefois, Musée en Piconrue, Bastogne, Crédit communal, 1989, pp. 168, 171, 193-197, 220, 223, 237

G89

Boxus, Robert, La flore médicale wallonne, 1939

G90

LECHANTEUR, Jean, L’extension du suffixe -iveûs en wallon, in: Les Dialectes de Wallonie, T. 14, 1986, pp. 57-67

G91

Contributions au renouveau du folklore en Wallonie, Vol. IV, L’habitation traditionnelle à l’heure de l’aménagement du territoire [1966], Commission Royale Belge de Folklore, 1970,  pp. 7-sv

G92

PINON, Roger, Contribution à l’étude du folklore poético-musical des pâtres en Wallonie, pp. 21-63, Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1963-1965

G93

HERMANT, Paul, Les noms des dattes, in: Folklore Brabançon, 1939-1940, n° 109-1 14, pp. 76-83

G94

PINON, Roger, Les crécelles en Wallonie, in : Contributions au renouveau du folklore en Wallonie, Commission Royale Belge de Folklore, Vol. V Sociologie de la musique populaire. Harmonies et fanfares (1967), 1971, pp. 43-52

G95

Lexique wallon-français, in : Architecture rurale de Wallonie, Fagne et Famenne, 1988, pp.209-227

G96

Lexique wallon-français, in : Architecture rurale de Wallonie, Ardenne Centrale, 1987, pp.210-242

G97

Gaziaux, Jean-Jacques, Vanorlé Robert, Dewelle André, …, Lexique wallon-français, p.216-229, in : Architecture rurale de Wallonie, Hesbaye brabançonne (et pays de Hannut), éd. Mardaga, 1989

G98

LECHANTEUR, Jean, Sur le suffixe -eresse en wallon et en Wallonie, in : BTD T LXXI, 1999, pp.139-234

G99

LECHANTEUR, Jean, ‘diable’ et ses substituts en Belgique romane, p.127-160, DW T8-9, 1981

G100

HENDSCHEL, Laurent, éd., WALO +, Mès trwès mile preumîs mots walons, 1992

 

 

CENTRE-WALLON

 

C0

LEONARD, Lucien, Vocabulaire wallon, s.d.

C1

LEONARD, Lucien, Lexique namurois: Dictionnaire idéologique, in : Bibliothèque de Philologie et de Littérature Wallonnes, 3, Liège, 1969

C1b

LEONARD, Lucien, Lexique namurois: Nouvelles additions, Les Dialectes de Wallonie, T. 1, 1972, pp. 65-96

C2

HAUST, Jean, in: Bulletin de la Commission Royale de toponymie et de dialectologie, IX, 1935, pp. 69-70

C3

DORY, Isidore, HAUST, Jean, Vocabulaire du dialecte de Perwez, in: BSLW, T 45, 1904, pp. 323-335

C4

MARECHAL, A., Notes sur le dictionnaire namurois de F .D. (1850), in: BSLW, T.45, 1904, pp. 337-345

C5

LURQUIN, A., Glossaire de Fosses-lez-Namur, Extrait du BSLW, T 52, 1910

C6

BRAGARD, L., Le pêcheur à Andenne, in: Bulletin du Dictionnaire wallon, 1909, pp. 26-30

C7

SOUSSIGNE, Alfred, Dialecte d’OlloV [Lexique du wallon d’Olloy], in: Historique d’Olloy, des origines à l’an 1954, Bruxelles, 19..

C8

WASLET, J., Vocabulaire wallon-français, dialecte givetois, Namur

C9

PIRSOUL, Léon, Dictionnaire wallon-français, dialecte de Namur, 1934.

C10

MASSAUX, Alphonse d’après les notes de l’abbé), Sorcières et vèrboc’ dans la tradition et le langage populaires, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1960-62, T.9, pp, 238-240

C11

GERMAIN, Jean, Les carrières à Spontin, 1974

C12

GAZIAUX, Jean-Jacques, A propos de quelques mots de l’Est du Brabant wallon, in: Langues et cultures, Mélanges offerts à Willy Bal, 1.1., Cahiers de l’Institut de Linguistiques de Louvain 8, 3-4,1984), pp. 153-166

C13

HOSTIN, Reynolds, Contribution au dictionnaire du parler de Cinev, 1975

C14

VIROUX, R., Glossaîre di mots èt d’ dèfinicions nin co r’pris dins lès dicsionaîres di walon, 1985 [manuscrit]

C15

 [Anonyme], Noms d’arbres et d’arbrisseaux, Bourseigne-Vieille, 1918 [manuscrit]

C16

LAMBILLION, L.J.L., Autoû d’ l’ aîstréve do timps di m’ grand-mére, Contes wallons, in: Les Cahiers wallons, n 0 415, 1983

C17

PETITJEAN, V ., arr. DETHY, J., Djan-Biètrumé Picâr, in: Les Cahiers Wallons, 41516, 1961

C18

GAZIAUX, Jean-Jacques, L’élevage des bovidés à Jauchelette, in: Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, 22, Louvain-la-Neuve, 1982

C19

BLIN, H., Le vocabulaire revinois de la cuisine, in: Ardenne Wallonne, 3,1974, p. 91 ; 98

C20

HOUZIAUX, M.-O., Enquête dialectale à Celles-lez-Dinant, in: Mémoires de la Commission Royale de toponymie et de dialectologie (section wallonne), 9, 1959

C21

Vocabulaire du tireur de terre plastique, in: BSLW, T 50, 1908, pp. 617-628

C22

COLINET, L., Recueil de mots nouveaux, in : BSLW, T 54, pp. 262-264, 1912 [cf. E39]

C23

BOXUS, R.., Vocabulaire wallon namurois des noms d’animaux, Huy, 1938

C24

PETREZ, Henri, Glossaire du patois fleurusien, [sans date]

C25

MARECHAL, P., Le matelassier, in: Bulletin du Dictionnaire Wallon, 5, 1910, pp. 57-58

C26

HAUST, Jean, A propos d’un récent dictionnaire namurois, BTD, IX, 1935, pp. 68-69, in: Liste de mots manquants au dictionnaire

C27

In : ROLAND, J., Les “marches” militaires de l’Entre-Sambre-et-Meuse, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, no 57-58, 1950

C28

In : HOUZIAUX, G., L’irrigation dans le bassin inférieur de la Lesse du XIV au XIXe siècle, d’après des documents et la toponymie, in: Actes du XLV8 Congrès de la fédération des cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique, 1983, pp. 261-270

C29

LEONARD, L., Grande et petite naturalisation, in: Bulletin du Dictionnaire Wallon, T.23, 1970, no 1-4, pp. 168-178

C30

MARECHAL, L. et P., La meunerie au pays de Namur, pp. 153-198, in: BSLW, T.54, 1912 [cf. C21]

C31

LALOUX, A., Glossaire des mots les plus difficiles, dins: Mi p’tit viyadje dèsans au long, pp. 1-223, glossaire pp. 205-223, in: BSLW, T.75, 1974

C32

 [E.L.] MASSAUX, Alphonse, d’après des notes de l’abbél, L ‘éclair et le tonnerre, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1960-1962, pp. 240-243

C33

 [E.L.] MASSAUX, Alphonse, d’après des notes de l’abbé), Les caurts (l’argent) dans le langage populaire, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1960-62, pp. 249-252

C34

MASSAUX, Alphonse (d’après des notes de l’abbé), Le diable dans les traditions et le langage populaires, in : Enquête du Musée de la Vie Wallonne, 19, 1960-62, pp. 233-338

C35

GOURDIN, M., Charles Wérotte [One sovenance des Djeus d’ nosse djon.ne tims], Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de licencié en philologie romane, U.C.L., 1973

C36

MONTELLIER, E., Les instruments bizarres de l’orchestre des 40 molons, de la Société Royale Moncrabeau Namur, in: Commission Royale Belge de Folklore, Sociologie de la musique populaire, Harmonies et fanfares, 1967, pp. 37-41

C37

MARECHAL, L., Vieux programmes de kermesses dinantaises, in: V.W., 71513131 , pp. 334-33.

C38

VANDEREUSE, J., La fête des Pèlerins en Wallonie, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 81-84, 1956, pp. 257-30.

C39

DERNONCOURT, J ., L ‘extraction de la terre plastique dans le Condroz, in :

Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 157- 160, 1975, pp. 75-104

C40

MASSAUX, Alphonse, (d’après les notes de l’abbé), in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, no 125-128, 1966-1969, pp. 226-229

C41

GAZIAUX, J.-J., La culture et le travail du 1in à Jauchelette [lVi 67J, i n : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, no 125-128, 1966-69, pp. 160-191

C42

DANHAIVE, Les coteliers de la banlieue de Namur-Nord, in: GW, 1983, n°l, pp. 4-50

C43

E.L., La chasse aux taupes et le taupier à Crupet [Na 127], in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1963-65, pp. 75-82

C44

MARECHAL, L., La boulangerie namuroise, I, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne , 4 , 1924- 30 , pp . 105 – 114

C45

MARECHAL, L., La boulangerie namuroise, II, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-30, pp. 149-160

C46

MASSAUX, Alphonse, (d’après les notes de l’abbé), Préparation du fromage à Dion-le-Val et aux environs, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1966-68, pp. 97-101

C47

MASSAUX, Alphonse (Abbé), Le “corbeau” à Dion-le-Val et aux environs, in:Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 125-128, 1966-69, pp. 214-215

C48

MASSAUX, Alphonse (Abbé), Les sonneries de cloches en Brabant (Tourinnes-Saint-Lambert, Dion-le-Val, etc.), pp. 193-203, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, TV, n° 55-56, 1949

C49

GAZIAUX, Jean-Jacques, Parler wallon et vie rurale au pays de Jodoigne, in: BCILL, 38, Louvain-la-Neuve, 1987

C50

Lexique wallon-français, in : Architecture rurale de Wallonie, La Hesbaye.

namuroise, 1983, Editions Mardaga, pp. 161-178

C51

Lexique wallon-français, in: Architecture rurale de Wallonie, Le Condroz, 1987, Editions Mardaga, pp. 256-275

C52

GAZIAUX, Jean-Jacques, Lessive et repassage traditionnels à Jauchelette (Ni 67), in : DW, T21-22, 1993-1994

C53

GAZIAUX, Jean-Jacques, Des gens et des bêtes, Elevages divers, attelages et véhicules agricoles à Jauchelette, in : Tradition Wallonne, 1999

C54

GAZIAUX, Jean-Jacques, Le temps qu’il fait à Jauchelette, p.13-101, i : Tradition Wallonne, 12, 1995

C55

GAZIAUX, Jean-Jacques, Du sillon au pain, Le travail de la terre et la culture des céréales, SLLW, Liège, 1988

C56

MAUDOUX Philippe, Lès fîves bourguètes, p.s-9, in : Le Patriote Morialmétois, 7, 1992

C57

FRAIKIN Jean, Armand Tombu et les pipiers d’Andenelle, Tradition Wallonne 2/1985

C58

LEONARD Lucien, Dialecte wallon en Wisconsin (U.S.A.), in : DW T s-9, 1981, p.190-205

C59

LURQUIN, A., Glossaire de Fosses-lez-Namur, 1910

C60

SOMME, Lucien, DENIS, Chantal, Lîve di mots d’après Nameur èt avaur-là, 2002

 

 

EST-WALLON

 

E0

HAUST, J., Dictionnaire français-liégeois, 1979

E1

HAUST, J., Dictionnaire Liégeois, 1933

E2

REMACLE, L., Glossaire de la Gleize, 1980

E3

DROIXHE, D., Le lexique botanique wallon dans la statistique de la province de Liège de Richard Courtois (1828) (cf. Courtois, R.J., Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la province de Liège, 1828), in: Les Dialectes de Wallonie, pp. 91-97, 1973

E4

FONTAINE, S., Lès troufleûrs di Zorbrôt’, 1980

E5

in: WARLAND, J., Glossar und Grammatik der Germanischen Lehnwörter in der Wallonischen Mundart Malmedys, 1940, pp. 59-198

E6

in: LEGROS, E., Le joug et la charrue en Ardenne liégeoise, pp. 249-280, Index des termes techniques, in: Mélanges de linguistique romane offerts à J.HAUST

E7

BODY, A., Vocabulaire des agriculteurs de l’Ardenne, du Condroz, de la Hesbaye et du Pays de Herve, 1884

E7B

Notes – Anonyme

E8

REMACLE, L., Le parler de La Gleize, 1937

E9

BASTIN, Joseph (Abbé), Les plantes dans le parler l’histoire et les usages de,

la Wallonie malmédienne, in: Collection Nos Dialectes, n°8, 1939

E10

DESTINEZ, Pierre, Quelques noms de fossiles employés par les ouvriers des carrières de Visé, in: BSLW, s.d. , pp. 243-244

E11

in : FELLER, J., Notice sur un dictionnaire manuscrit du wallon verviétois, composé en 7860 par JF. XHOFFER, in: Bulletin du Dictionnaire Wallon, 1920, n°1-4, pp. 26-73, pp. 31-32

E12

GEORGES, V., La colombophilie dans le Condroz liégeois, pp. 36-54, in: Les Dialectes de Wallonie, T.6, 1978, pp. 32-54

E13

HAUST, Jean, Vocabulaire du dialecte de Stavelot, pp. 493-541, in: BSLW, T.44, 1903

E14

HAUST, Jean, Index lexicologique, in: BSLW, T.44 , 1903, pp. 544-549

E15

JACQUEMOTTE, E., LEJEUNE, J., Vocabulaire du coquelî, in: BSLW,T.45, 1904, pp. 225-230

E16

JACQUEMOTTE, E., LEJEUNE, J., Vocabulaire des lavandières et repasseuses, in: BSLW, T.45, pp. 231-239

E17

JACQUEMOTTE, E., LEJEUNE, J., Vocabulaire du briquetier, pp. 241-251, in: BSLW, T.45, 1904

E18

BOUHON, A., Vocabulaire de la fabrication des chaussons de lisière, pp. 253-265, in: BSLW, T.45, 1904

E19

HAUST, Jean, Index lexicologique, in: BSLW, T.45, 1904, pp. 353-356

E20

CABAY, M., Le glossaire de l’armurier et plus particulièrement du basculeur de Jean Dessard in: Documents Herstaliens, 1981

E21

SCIUS, H., Nouveau dictionnaire wallon-francais, I, 1893, II, Malmedy

E22

BASTIN, J. (Abbé), Les noms wallons de nos oiseaux, pp. 95-101, in: Ârmonac walon d’ Mâm’dî, 1936

E23

WARNANT, L., La culture en Hesbaye liégeoise, in : Mémoires de l’Académie Royale de Langues et de Littérature Françaises de Belgique, T.XIX, 1949.

E24

HAUST, Jean, La houillerie liégeoise, Liège, 1925

E25

FRENAY, H., FRESON, M., HAUST, J., Le tressage de la paille dans la vallée du Geer, 1922

E26

Boxus, R., Dictionnaire wallon hutois des noms de plantes indigènes et cultivées,

E27

NIZET, R., Le vocabulaire de l’ardoisier à Vielsalm, de Joseph HENS, revu, corrigé et complété, in : Glain et Salm, Haute Ardenne, 9, 1978, pp. 89-97

E28

DOPPAGNE, A., Le parler des lamineurs de la vallée du Hoyoux, in: Les Dialectes belgo-romans, 3, 1939, pp. 77-106

E29

RANDAXHE, 5., Dr . , Le beurre et le fromage [à Thimister], in: Bulletin du Dictionnaire Wallon, 5, 1910, pp. 49-57

E30

DESSARD, Jean, Glossaire des termes inédits dans les dictionnaires wallons, F42, Fonds DESSARD Jean, Archives de l’Etat à Liège

E31

DESSARD, Jean, Glossaire de termes inédits du nord à l’est de Liège, 1933, F39

E32

DESSARD, Jean, Glossaire de termes inédits de la Basse-Meuse, 1936, F40

E33

in: LECOMTE, G., Une histoire authentique du terroir wallon, un réfractaire ardennais sous Napoléon Ier, 1977

E34

WISIMUS, Jean, Dictionnaire populaire wallon-français en dialecte verviétois, 1947

E35

JACQUEMOTTE, F., LEJEUNE, Jean, Extrait du vocabulaire du barbier-coiffeur, pp. 199-200, T.49

E36

COLSON, L., Mots wallons divers, pp. 359-361, T.49

E37

JACQUEMOTTE, E., LEJEUNE, J., Mots wallons divers recueillis à Jupille, pp.363-365, T.49

E38

HAUST, Jean, Index lexicologique du tome 49, T.49, pp. 373-375

E39

COLINET, Laurent, Recueil de mots nouveaux, pp. 262-264, in: BSLW,T.54, 1912

E40

Ine vîle couhène, vè 1850, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-1948, p. 22

E41

LEGROS, Elisée, La férule et les noms wallons, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1963-65, p 96

E42

LEGROS, Elisée, Les noms affiquets de la tricoteuse, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1963-1965, pp. 101-108

E43

LEGROS, Elisée, Les “tabliers sans cordons” et les “larges tabliers” dans les expressions proverbiales, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 196062, pp. 243-249

E44

LEGROS, Elisée, “Barbe de foin” ou “Barbe de bois”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1960-1962, T.9, pp. 374-375

E45

LEGROS, Elisée, “Les quatre pieds blancs”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1960-1962, T.9, pp. 379

E46

LEGROS, Elisée, Rites des semailles, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1953-1956, pp. 315-316

E47

HABAY, C., Les manquements aux usages. Un aspect de la vie sociale dans le parler de Bihain, in: Glain et Salm, Haute Ardenne, 3, décembre 1975, pp.3-10 (1), 8, 1978, pp. 57-63 (2), 1, 1979, s.p. (3).

E48

DANDRIFOSSE, F ., Prinde lu pècot (Au sujet de l’ancienne expression), in: Le Pays de Saint-Remacle, 2, 1963,

E49

F.D. (= F. DANDRIFOSSE) / LEGROS, Elisée, Les cloches et leurs sonneries (et le coq du clocher), in: Le Pays de Saint-Remacle, 1967, n°6, pp. 95-sv

E50

Anecdotes dialectales, in: Le Pays de Saint-Remacle, 1967, n°6

E51

[Anonyme], Vocabulaire wallon-francais du fabricant de papier, pp. 65-70, in: Lu vî sprawe,  

E52

HABAY, Constant, Médecine sans médecin en Haute Ardenne, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne (région de Bihain), in : Glain et Salm, Haute Ardenne, 14, 1982

E53

LEGROS, Elisée, La protection contre les intempéries en Haute Ardenne, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-1948, pp. 289-298

E54

WARNANT, Léon, La ferme hesbignonne, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-1948, pp. 335-346

E55

W.G., Dodos et Nutons, in: La Vie Wallonne, 1925-1926, pp. 460-462

E56

SAMRAY, Marianne, Les plaisirs enfantins à Mont-le-Ban, 7e partie, la petite enfance, in: Glain et Salm, Haute Ardenne, 18/10/1983, pp. 14-33

E57

DELATTE, J., Glossaire des jeux wallons de Liège, in: BSLW, T.14, 1883, pp.133-178

E58

LEGROS, Elisée, Le “nâlî”, ancien leu de hasard, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1953-1956, p. 251

E59

LEGROS, Elisée, Le leu “au fer au billoir”, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1953-56, p. 251

E60

WISIMUS, Jean, Les pinsonniers, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924- 1930, pp. 1 14- 1 23

E61

HAUST, Jean, La décapitation de l’oie, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 8, 1925, pp. 241-256

E62

LEGROS, Elisée, “Pêcher au maillet”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1963-1965, pp. 117-118

E63

REMOUCHAMPS, Ed., REMACLE, L., Les combats de coq, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-48, pp. 35-80

E64

Jeter les oies {les dindons, les moutons, …, les jambons), in: EM 157160, 1975, pp. 110-123

E65

WISIMUS, J., Le jeu d’osselets à Verviers, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1963-1965, pp. 97-100

E66

PINON, R., La nouvelle “Lyre malmédienne” ou la vie en Wallonie malmédienne reflétée dans la chanson folklorique, in : Le Pays de Saint-Remacle, 1967, 6, pp. 109-125

E67

PINON, R., id. , in: Le Pays de Saint-Remacle, 1969, 8, pp. 59-68

E68

PINON, R., id , in: Le Pays de Saint-Remacle, , pp. 85-128

E69

METTEWIE-MORELLI, Anne, Les jouets religieux dans les collections belges, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, no 149-152, 1973, pp. 221-227

E70

GUILLAUME, Célestin, Jeu d’autrefois, à Courtil-Bovigny, in: Glain et Salm, Haute Ardenne, n°6 , 1977, pp. 44-45

E71

NIVARLET, Léa, Souvenirs de la vie quotidienne à Gouvy et Retigny dans la première moitié du XXe siècle, in : Glain et Salm, Haute Ardenne, 18, 1983, pp. 36-42

E72

LELOUP, A., Le carnaval de Malmedy, in : Le Pays de Saint-Remacle, 1 , 1962, pp. 57-63

E73

LAPORT, G., La fabrication des canons de fusil en damas, in : VW, 11-12, 1931, pp. 461-473; 507-520

E74

LAPORT, G., Au pays de l’Ourthe et de l’Amblève, la carrière de granit, le tailleur de pierres, in: VW, 1922-23, pp. 555-560

E75

LAPORT, G., Au pays de l’Ourthe et de l’Amblève, la carrière de granit, la scierie , in: VW, 1923-24, T.4, pp. 40-44

E76

LAPORT, G, Au pays de 1’Ourthe et de l’Amblève, la carrière de grès, in: VW, pp, 49-54

E77

LAPORT, G., Au pays de 1’Ourthe et de l’Amblève, la carrière souterraine, in : VW, pp. 110-113

E78

LAPORT, G., Au pays de 1’Ourthe et de l’Amblève, la carrière de granit, l’exploitation, in : VW , 1922-23, T.3, pp. 446-451

E79

PREVOT, Jean-Louis, Les carrières du Condroz oriental in : Glain et Salm, Haute Ardenne, 14, 1981, pp. 38-43

E80

GASPAR, Charles, L ‘industrie de la pierre à rasoir dans la région de Sart-Lierneux, no 157-160, 1975, pp. 1-44

E81

LEGROS, Elisée, La meunerie à vent, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1948-52, pp. 205-240

E82

LEGROS, Elisée, Les “metteurs de clapètes ” du Pont des Arches, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.9, 1962, pp. 350-352

E83

J.M.R., La vaisselle d’étain et les “pot-de-stainiers”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.II, N° 17-18, 1928, pp. 129-153

E84

LEGROS, Elisée, Les “porteurs en sac” du Pont des Arches, à Liège, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.9, 1962, pp. 347-350

E85

LEGROS, Elisée, Le raccommodeur de porcelaine ou de poterie vernissée, i n : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, no 125-128, 1966-69, pp. 222-223

E86

LECHANTEUR, Jean, La fabrication du sirop à l’ancien système au Pays de Herve, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.XIII, no 149-152, 1973, pp. 129-162

E87

LEGROS, Elisée, Le scieur de long, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-1948, pp. 213-255

E88

GRENSON, C., L’agriculture en Hesbaye, in: BSLW, T.7 , 1866, pp. 18-24

E89

abcd

ef

SAMRAY, Joseph, Le vocabulaire de l’élevage à Brisy (Cherain), Glain et Salm, Haute Ardenne, 4, pp. 3-16 [a], 6, 1977, pp. 58-62 [b], 7, 1977, pp. 5-30 [c], 9, 1978, pp. 49-71 [d], 12, 1980, pp. 17-28 [e], 15, 1981, pp. 51-59 [f]

E90

LEGROS, Elisée, La fabrication des manches d’outils (Enquête à Rotheux-Rimière), in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1948-52, pp. 297-308

E91

RENARD, André, La tannerie à Stavelot à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, in: Le Pays de Saint-Remacle, 1 1, 1973-74, pp. 31-82

E92

REMACLE, Louis, L ‘écorcage des chênes en Ardenne, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, no 45-46, 1947, pp. 257-274

E93

GEORIS, Roger, La construction des noues en bois à Goronne, in : Glain et Salm, Haute Ardenne, 8, 1978, pp. 41-46

E94a

LEGROS, Elisée, L ‘ancien charroi de Jalhay, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.9, 1960-62, pp. 39-119

E94b

LEGROS, Elisée, A propos de la terminologie de la charronnerie à Jalhay, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.9, 1962, p. 355

E95

LEGROS, Elisée, Le tonnelier, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1948-52, pp. 155-192

E96

LEGROS, Elisée, La vigne, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T.V , no 49-52, 1948, pp. 1-64

E97

LEGROS, Elisée, “C’est le foie /de bouc/”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, n° 125-128, 1966-69, p. 216

E98

REMACLE, Louis, Les voies et voyages des Herviens, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 157-160, 1975, pp. 352-267

E99

LEGROS, Elisée, Le téléphone, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 125-128, 1966-69, p.

E100

LEGROS, Elisée, Légendes chrétiennes en rapport avec la botanique, in:

Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-48, pp. 170-171

E101

LEGROS, Elisée, En marge du livre de l’abbé Bastin sur les plantes, le nom de quelques plantes herbacées des Fagnes, in: Le Pays de Saint-Remacle, 1962, 1, pp. 39-51

E102

LEGROS, Elisée, Les noms des principales plantes non herbacées de la Fagne, in: Le Pays de Saint-Remacle, 1962, 2, pp. 51-68

E103

LEGROS, Elisée, Les plantes du bon Dieu en Ardenne liégeoise, i n : Le Pays de Saint-Remacle, 1964, 3, pp. 69-83

E104

LEGROS, Elisée, De quelques plantes dénommées par rapport au diable, in: Le Pays de Saint-Remacle, 1965, 4, pp. 77-90

E105

LEGROS, Elisée, Les fleurs de couleuvre, in: Le Pays de Saint-Remacle, 1966, 5, pp. 59-63

E106

LEGROS, Elisée, “Passe-méde” et plantes de saint Quirin, in : Le Pays de Saint-Remacle, 1967, 6, pp. 65-71

E107

LEGROS, Elisée, Les pleureurs et pleureuses, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1966-69, pp. 354-355

E108

LEGROS, Elisée, Les nuits de Tobie, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 125-128, 1966-69, pp. 220-221

E109

LEGROS, Elisée, Témoins de mariage ou garcon et demoiselle d’honneur, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 125-128, 1966-69, pp. 221-222

E110

 [PAGNOUL, André et Francine], [Liste des espèces de la faune, de champignons, des espèces végétales, pp. 71-80], in: STEIN, Jacques, Les richesses naturelles de Ferrières, n°8, collection “Au rythme de …Ferrières” , 1984

E111

LEGROS, Elisée, Termes synonymes de “cramignon”, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1931-48, pp. 115-1 17

E112

MAQUET, A., Théâtre en wallon liégeois, 1987, pp. 180-186, in: Glossaire

E113

JACOUEMIN, A., Glossaire technologique relatif à la profession des serruriers, in: BSLW, 1878, T.3, pp. 21 1-248

E114

COLINET, Laurent, Recueil de mots nouveaux, in: BSLW, T.52, 1909, pp, 251-252

E115

FRANCK, Jean, Recueil de mots nouveaux de Dison, in: BSLW, T.52, 1909, pp. 246-250

E116

FRANCK, Jean, Recueil de mots nouveaux de Dison, i n : BSLW, T.52, 1910, pp. 417-424

E117

HAUST, Jean, Index lexicologique, in: BSLW , T.XLVI, 1906, pp. 273-275

E118

KINABLE, Joseph, Glossaire d’anciens mots wallons, in : BSLW, T.22, 1889, pp. 321-342

E119

JACQUEMOTTE, E., LEJEUNE, J., Mots wallons divers, in: BSLW, T.XLVI, 1906, pp. 201-202

E120

JACQUEMOTTE, E., LEJEUNE, J., Extraits du vocabulaire de la sage-femme, in: BSLW, T,XLVI, 1906, pp. 193-198

E121

HENS, Joseph, Vocabulaire de l’ardoisier à Vielsalm, in: BSLW, T.XLVI, 1906, pp. 1,.-210

E122

BODY, Alain, Vocabulaire des charrons, charpentiers et menuisiers, in: BSLW, T.8, 1866, pp. 57-133 + Annexes

E123

BODY, Alain, Vocabulaire des tonneliers, tourneurs, ébénistes, etc., in: BSLW, 10, 1868, pp. 211-312

E124

SERVAIS, A., Vocabulaire de Cherain (extraits), in: BSLW, 1908, pp, 529-534

E125

LEZAACK, Victor, Dictionnaire des noms wallons des plantes des environs de Spa, in: BSLW, T.7, 1885, pp. 213-248

E126

JACQUEMIN, A., Vocabulaire wallon-français du tendeur aux petits oiseaux, in: BSLW, T.9, 1886, pp. 19-31 .

E127

BORMANS, Stanislas, Glossaire technologique du métier des drapiers, in:

BSLW, T.9, 1867, pp. 239-296

E128

LEJEUNE, Martin, Vocabulaire technologique wallon-français du médecin, in : BSLW, T.40, 1900, pp. 319-396 .

E129

LEJEUNE, Martin, Vocabulaire technologique wallon-français de la filature de laine peignée, in : BSLW, T.40, 1900, pp. 465

E130

LEJEUNE, J., Vocabulaire technologique wallon-français du chaudronnier en fer et en acier, in: BSLW, T.40, 1900, pp. 403-425

E131

LEJEUNE, M., Vocabulaire technologique de l’apprêteur en drap du pays de Verviers et des industries quien dépendent, in: BSLW,T.40, 1900, pp.431-460

E132

COLLARD, Victor, Vocabulaire du faucheur à Erezée, in : BSLW, T.55, 1913 , pp. 441-451

E133

SEMERTIER, Charles, Vocabulaire de l’apothicaire-pharmacien, in : BSLW, T.55, 1913, pp. 441-451

E134

MARCHAL, G., VERTCOUR, J., Glossaire technologique du chapelier en paille, in: BSLW, T.29, 1891 , pp. 221-244

E135

JACQUEMIN, A., Vocabulaire wallon-francais du pêcheur, in: BSLW, T.29, 1891, pp. 245-280

E136

JACQUEMIN, A., Vocabulaire wallon-francais des mouleurs, noyauteurs et.

fondeurs en fer, i n : BSLW , T. 29 , 1891 , pp. 281-310

E137

BURY, Jean, Glossaire technologique wallon-français du métier des graveurs sur armes, in: BSLW, T.29, 1891, pp. 311-324

E138

SLUSE, F., Vocabulaire technologique wallon-francais relatif au métier des.

tailleurs de pierre, in: BSLW, T.29, 1891 , pp. 325-341

E139

CLOSSET, Joseph, Vocabulaire de l’armurerie liégeoise, in: BSLW, T.34, 1894, pp. 171-236

E140

SEMERTIER, Charles, Vocabulaire des boulangers, pâtissiers, confiseurs, etc. , in: BSLW, T.34, 1894, pp. 239-299

E141

SEMERTIER, Charles, Vocabulaire de la boucherie et de la charcuterie augmenté de quelques termes culinaires, in: BSLW, T.22, 1894, pp. 9-102 + Annexes

E142

KINABLE, Joseph, Glossaire technologique wallon-f ranc . ais du cordonnier, in : BSLW, T.XI, 1889, pp. 277-293

E143

LEJEUNE, M., Vocabulaire technologique wallon du filateur en laine au pays de Verviers, in : BSLW, T.39, 1899, pp. 261-280

E144

SEMERTIER, Charles, Vocabulaire de l’industrie du tabac et des métiers V ressortissants, in: BSLW, T.38, 1898, pp. 113-192

E145

BASTIN, Joseph (Abbé), Vocabulaire de Faymonville (Weismes), in: BSLW, T.50, 1908, pp. 535-600

E146

TRILLET, Jacques, Vocabulaire de la fabrication des clous à la main au pays de Fléron-Romsée, in. BSLW, T.50, pp. 629-634, 1908

E147

LEJEUNE, Jean, Vocabulaire technologique wallon-francais du fabricant de fonte, de fer et d’acier, in: BSLW, T.43, pp. 191-217, 1903

E148

RIGALI, Antoine, Vocabulaire technologique wallon-francais, la reliure, in: BSLW, T.43, pp. 219-251 .

E149

HAUST, Jean, Index des mots nouveaux, in. BSLW, T.43, pp. 267-279

E150

DEFRESNE, Jules, Vocabulaire du règne végétal à Coo et aux environs, in: BSLW, pp. 169-194, T.49, 190…

E151

JACQUEMOTTE, E., LEJEUNE, Jean, Extraits du vocabulaire du barbier-coiffeur, pp. 199-200, in: BSLW, T.49, 1905

E152

COLINET, Laurent, Vocabulaire du Careleû ou sculpteur sur armes, in: BSLW, T.49, s.d., pp. 201-207

E153

KINABLE, Joseph, Glossaire technologique wallon-français du métier des chandelons (fabricants de chandelles), in: BSLW, pp. 264-292, T.26, 1889

E154

KINABLE, Joseph, Glossaire technologique wallon-français du métier des brasseurs, in: BSLW, pp. 298-319, T.26, 1889

E155

WILLEM, Victor, Vocabulaire technologique wallon-français se rapportant au métier de tisserand, in: BSLW, T.38, 1898, pp. 195-210

E156

FELLER, Camille, Extraits du vocabulaire du tailleur d’habits à Verviers, in : BSLW, T.XLVI, 1906, pp. 175-177

E157 

JACQUEMOTTE, Edmond, LEJEUNE, Jean, Extraits du vocabulaire du pinsonî, in: BSLW, T.XLVI, 1906, pp. 179-180

E158

BORMANS, Stanislas, Glossaire du bon métier des tanneurs de la cité de Liège, in : BSLW, 1863, pp. 361-388

E159

PAULUS, Georges, Vocabulaire wallon-français de l’horlogerie, in: BSLW, T.42, 1901, pp. 369-378

E160

LEJEUNE, Jean, Vocabulaire wallon-français relatif au sport colombophile, in : BSLW, T.42, 1901, pp. 309-357 .

E161

PINON, Roger, Note philologique sur la Haguète malmédienne, pp. 5-43, in:

Les Dialectes de Wallonie, T. 15, 1987 (Sémantique de Haguète, pp. 42-43)

E162

THISSE-DEROUETTE, Rose, Nos vieux loueurs de danse ardennais, GW, 1960, n° l, pp. 181 et 54

E163

Lexique wallon-français, in: Architecture rurale de Wallonie, Pays de Herve, 1987, pp. 191-201

E164

BELLEFLAMME Guy, Sur quelques termes rares du wallon hervien, in : DW, T29-30, 2001-2002, pp. 140-161

E165

VILLERS Augustin-François, Le Dictionnaire wallon-françois (Malmedy, 1793), édité par Jean Lechanteur, Mémoires de la Commission Royale de Top. et de Dial. Wallonne, 19, Liège, 1999

E166

KINABLE, Joseph, Glossaire technologique wallon-français du cordonnier, SLLW,  1889

E167

BORMANS Stanislas, Vocabulaire des houilleurs liégeois, SLLW, 1864

E168

HAUST Jean, Vocabulaire du dialecte de Stavelot, 1907

E169

TOUSSAINT, F.J., Dictionnaire wallon d’Ovifat, 1952

 

 

OUEST-WALLON

 

O0

CARLIER, Arille, sous la direction de BAL, Willy, Dictionnaire de l’ouest-wallon, Editions de l’Association Royale Littéraire Wallonne de Charleroi, 3 tomes, 1985, 1988, 1991

O1

BAL, Willy, Lexique du parler de Jamioulx, in: Mémoires de la Commission Royale de toponymie et de dialectologie, 5, 1949

O2

BALLE, Arthur, Contribution au dictionnaire du parler de Cerfontaine, in: Mémoires de la Commission Royale de toponymie et de dialectologie, 11 , 1963

O3

DEPRETRE, F., NOPERE, R., Dictionnaire du wallon du Centre, 1942

O4

COPPENS, J., Dictionnaire aclot wallon-français, 1950

O5

DASCOTTE, Robert, Trois suppléments au dictionnaire du wallon du Centre, in :

Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, 28, Louvain-la-Neuve, 1985

O6

RENSON, J., Quelques mots du dialecte de Beaumont-en-Hainaut, in: Mélanges de linguistique romane et de philologie médiévale offerts à M. Maurice DELBOUILLE, Linguistique Romane, 1964, pp. 555-563

O7

BAL, Willy, Le dur métier de bûcheron dans quelques villages de l’Entre-Sambre-et-Meuse, in: Les dialectes belgo-romans, 5, 1946, pp. 203-227

O8

DASCOTTE, Robert, Les noms wallons des insectes dans le Centre, in: Les Dialectes de Wallonie, T 8-9, 1981, pp. 22-41

O9

DASCOTTE, Robert, La colombophilie dans quelques communes du Centre, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 133-144, 1969-1971, pp. 165-175

O10

DASCOTTE, Robert, Le jeu de balle pelote dans la région du Centre, in : Les Dialectes de Wallonie, T 6, 1978, pp. 92-107

O11

DASCOTTE, Robert, La géologie dans les dialectes du Centre, in : Les Dialectes de Wallonie, pp. 89-93, T 4, 1975-76

O12

BAL, Willy, Le temps et ses divisions, l’année traditionnelle et les phénomènes climatériques dans le patois de Jamioulx, in : Les Dialectes belgo-romans, 9, 1952, pp. 5-31

O13

BALLE, A., Les “faudreûs” dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, in: Les Dialectes belgo-romans, 11, 1954, pp. 103-112

O14

DASCOTTE, Robert, Les divisions du temps, l’année traditionnelle et les phénomènes atmosphériques de quelques communes du Centre, in : Les Dialectes belgo-romans, 22, pp, 135-182

O15

DELVAUX, E., La fabrication des sabots (à Silenrieux), in: Bulletin du dictionnaire wallon, 16, 1927-31 , pp, 12-25

O16

DELFERIERE, L., Glossaire du patois de Soignies (Hainaut), dans: Linguistique Picarde, no26, 1968 et no30, 1969

O17

FOSSOUL-RISSELIN, A.-M., Le vocabulaire de la vie familiale à Saint-Vaast (1890-1914), in: Mémoires de la Commission Royale de toponymie et de dialectologie, 12, 1969

O18

LEGROS, E., Les 7 sortes de foudre, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 125-128, 1966-69, p. 238

O19

DASCOTTE, Robert, Le chat et le chien dans le dialecte et le folklore du Centre, in: Les dialectes de Wallonie, T 5, 1977, pp. 82-101

O20

DASCOTTE, Robert, Les pattes de taupe comme remède populaire, in :

Enquêtes du Musée 12179, p.

O21

HAROU, A., La sorcellerie à Godarville avant 1900, in: EM, 10182, pp.198-203

O22

HAROU, A., Les êtres fantastiques à Godarville, in: EM, 7182, p. 131

O23

DASCOTTE, Robert, La maison rurale dans le Centre, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1966-68, pp. 62-90

O24

MARECHAL, Lucien, Le moulin à vent de Mavoinage, à Silly, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1924-1930, pp. 280-290

O25

DASCOTTE, Robert, Le jeu de crosse à Maurage et à Givry, in: EM, 11177, pp.222-225

O26

BAL, Willy, Le sport colombophile à Jamioulx, in: V.W., 1938, pp. 341-346

O27

CAMBIER, Arille, Le “tirlibibi” in: EM 5176, p. 172 , jeu de hasard,

O28 

DASCOTTE, Robert, A propos de “rinchinchin”, in. EM, 9176, p. 172

O29

DASCOTTE, Robert, èl dIeu d’ clicotia, in: EM, 6182, pp. 118-119

O31a

PAINBLANC, R., Le dialecte et les jeux oubliés des gamins de 1914 de et à La Hestre, in: Cahiers, JEB, 18, 1974-3, pp. 165-218

O31b

POURTOIS, J.-M., Deux jeux de lancer d’autrefois à Haulchin, Le leu des osselets et le leu du bâtonnet, in: ACBRF, 10, 1956-1957, pp. 41-56

O32

PINON, R., VANDEREUSE, J . , Quelques carnavals curieux de l’Entre-Sambre-et-Meuse, in: GW, 1960, 1, pp. 115-122

O33

PINON, R., Les “feûreûs” aux Ecaussines, in : EM, , 1977, pp. 4-8

O34

JOOS, Paul (Abbé), Le “toûr à foyas” à Soignies, in: EM 4179, pp. 70-72

O35

DASCOTTE, Robert, La semaine sainte, in: EM 3182, pp. 56-57

O36

BAL, Willy, La fabrication des balles à louer à Ham-sur-Heure, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, T 69-76, 1953, pp. 287-299

O37

DASCOTTE, Robert, La boulangerie familiale à Seneffe et à Rosseignies (Obaix), in: Comm. R, B. de Folkl., T 9-14, 1956-1969, pp. 31-40

O38

abc

 LORGE-GILBERT, Geneviève, Le cerclage des roues à Bornival, in : EM 6/83, pp. 106-108 [a], EM 7/83, pp. 134-136 [b], EM 8/83, pp. 150-152 [c]

O39

DUCARME, G., Lès “cèrkèleûs” de l’Entre-Sambre-et-Meuse, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1953, pp. 373-380

O40

BAL, Willy, La clouterie à la main dans la région de Ham-sur-Heure, In:Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, no133-144, 1969-71, pp. 105-120

O41

GUERLEMENT, W., La clouterie, un métier de vieille tradition anderlusienne, in:EM 10/80, pp. 187-190

O42

DASCOTTE, Robert, Pour se débarrasser des taupes, EM 5180, p,

O43

BAL, Willy, La fabrication des chaînes à Jamioulx, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 1954, no 73-76, pp. 94-104

O44

DELVAUX, E., La fabrication des paniers, in: Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, no 32-33, 1934- 1935, pp. 225-244

O45a

 [Fin bèc], in: E.M., 3, 1976, p. 41 – La tarte au fromage

O45b

 [Fin bèc], in: E.M., 2, 1976, p. 26 – La tarte à la flamme

O46

DE WARSAGE, Rodolphe, Le “pèrçoû “, un fromage, in: E.M., 3183, p. 50

O47

PINON, R., La “moke” sonégienne, i n : E M , 8181 , p p . 1 42- 1 44

O48

DASCOTTE, Robert, Le pain du Bon Dieu, in: EM, 4, 1980, p. 58

O49

DELFERIERE, L., Les “kinkinètes” de Soignies, in: EM, 4, 1978, p. 61

O50

DONY, Emile, Vocabulaire du faudeur au pays de Chimay, in: BSLW, T 59, 1925, pp. 19-24

O51

CARLIER, Arille, Glossaire de Marche-lez-Ecaussinnes, in: BSLW, T 55, 1913, pp. 350-414

O52

DASCOTTE, Robert, Les maladies portant le nom du saint guérisseur dans la région du Centre, in: Mélanges Albert Doppagne, Tradition wallonne, 4/987, pp. 123-138

O53

FAUCONNIER, Jean-Luc, Le battage des faux dans la région de Sivry, in: Tradition wallonne, 5, 1988, pp. 393-407

O54

Notes, [à propos du texte: “Extrait d’ èm’ clotchî”][de Clément Deforeit], in: èl Bourdon, 416, 1989, pp. 38-40

O55

DASCOTTE, Robert, Les noms wallons des mammifères sauvages du Centre, in: Les Dialectes belgo-romans, T 23, 1966, pp. 61-77

O56

FAUCONNIER, J.-L., Lès spineûs, in: Èl Bourdon, 427, 1980, pp. 26-28

O57

DASCOTTE, Robert, Sur le nom wallon de Dieu, de la Vierge et des saintes dans le Centre, EM 2182, pp. 36-37

O58

DASCOTTE, Robert, Quelques fêtes religieuses, in: EM 2182, pp. 34-35

O59

PINON, R., Le folklore de la coccinelle dans le Hainaut, Pro Wallonia, 1949, pp. 5-9

O60

DASCOTTE, Robert, L’épiphanie, in: EM 3182, pp. 44-47

O61

DASCOTTE, Robert, La toussaint et le jour des morts, EM 1/82, pp. 20

O62

[sans nom], La fête de la Saint-Jean à Soignies, EM 1/76, p. 17

O63

CASTAGNE, Le “toûr à foyas” à Soignies, EM 4/79, pp, 70-72 v. [O35]

O64ab

[sans nom], Une ancienne coutume pascale à Braine-le-Comte, EM 4176, p 80 [a], EM 6/76, p 112 [b]

O65

DASCOTTE, Robert, Les prairies et le fauchage à Bellecourt et à Seneffe, Les Dialectes belgo-romans, T XXIV, 1/2, 1967

O66

DASCOTTE, Robert, La préparation de la terre et les labours à Seneffe, in: Annales du Cercle archéologique et folklorique de L.L et du Centre, 8, 1979, pp. 115-138

O67

DASCOTTE, Robert, Le charroi à Haine-Saint-Pierre, in: L’agriculture au passé et au présent, XIXe et XXe siècles, pp. 62-83, Ecomusée régional du Centre, 1987, La Louvière

O68

DASCOTTE, Robert, Le vocabulaire du pêcheur à la ligne dans le Centre, pp.5- 18, Les Dialectes de Wallonie, 2, 1973-74

O69ab

DASCOTTE, Robert, Les cultures à Seneffe, Les Dialectes de Wallonie, 1972, pp. 7-34 [a], 1973, pp. 5-42 [b]

O70

BAVAY, Gérard, GAZIAUX Jean-Jacques, PIERRET Jean-Marie, Lexique wallon-français, p.244-257, in : Pays de Soignies et de Nivelles, Architecture rurale de Wallonie, éd. Mardaga, 1992

O71

in : DULAIT, Camille, Recueil de poésies wallonnes, 1946, pp.87-94

O72

BAERT, Alexandre, Glossaire, in : …

O73

abc

ARCQ, Robert, Lès briqu’teûs (1), p.23-25, in : El Bourdon, 440, 1991[a], (2), p.24-25, 441, 1991 [b], (3), p.24-26, 442, 1992 [c]

O74

BALLE, Arthur, Un maréchal-ferrant vers 1880, p.99-106, Tradition wallonne, 2/1985

O75

RENSON, Jean, Glossaire de Beaumont et de sa région, sur fiches, s.d.

O76

TRICOT, Cyril, Extrait du Glossaire des Ecaussinnes, 1924

 

 

SUD-WALLON

 

S0

FRANCARD, M., Dictionnaire des parlers wallons du pays de Bastogne, éd. De Boeck Univ.,

S1

FRANCARD, M., Traditions populaires au pavs de Bastogne, 1982

S2

MARCHOT, P., Le patois de Saint-Hubert, 1890

S3

FRANCARD, M., Lexique comparatif Tenneville-Bastogne, in : Dès mèstîs èt dès djins k’è vont, pp. 77-106, 19..

S4

FRANCARD, M., Le parler de Tenneville, introduction à l’étude linguistique des parlers wallo-lorrains, in: Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, 19, Louvain-La-Neuve, 1980

S5

GILLET, Pierre, Le patois de Bouillon et de la Semois, glossaire, 1967

S6

ANSELME, M., Vocabulaire de l’habitation rurale à Bertrix, in: Langues et Cultures, Mélanges offerts à W. BAL, 1.1., Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain 8.3-4 1984), pp. 39-51

S7

DEFOSSE, Ch., Notes sur le patois bertrigeois 1 7}, in: Terres d’Herbeumont à Orchimont, 1985, no 11, pp. 77-80

S8

CIDWEL, Les croquemitaines de la région chestrolaise, 1986

S9

PÊCHEUR, E., Jeux d’enfants à Saint-Hubert vers 1900- 1930, in : Saint-Hubert d’Ardenne, T.7, 1984, pp. 197-214

S10

Musée de la Parole au Pays de Bastogne, As cwâtes, 1984

S11

PIERRET , J.-M., Le jeu d’osselets à Longlier, in: Ardenne et Famenne, 1966, pp. 52-56

S12

in: CIDWEL, [Djeûs d’ afants], 1986

S13

Quelques aspects du folklore chestrolais, in: V.W . , 1967, pp. 165-186

S14

LEGROS, E.,Le “vinage”, in : Enquêtes du Musée de la Vie Wallonne, 145-148, 1972, pp. 123-124

S15

FRANCARD, M., Les crécelles de la Semaine sainte, in: Ké Novèle, 1, 1983, pp. 10-11

S16

HOMEL, Chantal, Les ardoisières de Warmifontaine-Grapfontaine, in : GSHA, n°16, mai 1982, pp. 63-75

S17a

MAHIN, Lucien, Ene bauke su lès bwès d’Ardène, T.l , 1984  (LOULINE VÔYE)

S17b

MAHIN, Lucien, Ene lisse du mots su lès cavèts du l’ pês, s.d., 8 p.

S18

CULOT, Calixte, Glossaire des textes wallons utilisés dans l’industrie ardoisière à Warmifontaine, s.d., 4 p.

S19

NICOLAÏ, Robert, La vie sauvage (végétale et animale) dans le parler de Léglise [Ne64], Mémoire de Philologie romane, U.C.L., 1987

S20

GUERARD, Joseph, L ‘apiculture dans le centre de la province de Luxembourg, vocabulaire francais et dialectal, Mémoire de Philologie romane, 1975

S21

ANSELME, Michel, Etude lexicologique sur le patois de Bertrix: le jardinage, Mémoire de Philologie romane, U.C.L., 1979-1980

S22

MOUZON, Abbé Raymond, éd., Dictionnaire du wallon chestrolais, manuscrit

S23

GOURDIN Yves, Glossaire du wallon de Bertrix, s.d.

S24

TWIESSELMAN François, L’ patois d’ Bouyon, ULB – Ecomusée de Treignes, éd. D.I.R.E., 1994

S25

PIERRET Jean-Marie, Etude dialectologique et ethnographique sur la commune de Longlier, La maison rurale,  UCL, 1972

S26

HAUST,  J., Glossaire chestrolais, (manuscrit), s.d.

S27

PECHEUR, Emile, /Liste de mots/, Saint-Hubert, s.r.

S28

DEFOSSE, A.C., Notes sur le patois et le folklore bertrigeois, 1980

 

 

ST1

Rita GEUZAINE-GEORGES, née à Engreux, Bourcy

ST2

Christian CREMER, Hardigny

 

 

3 Ilustrâcion / Illustration

in: Le Soir, 09/01/1991