DICSIONAÎRE JÈNÈRÂL DI TOPONIMÎYE

DICTIONNAIRE GÉNÉRAL DE TOPONYMIE

X

Rechercher

XAIMONT Gzémont

(Léglise, Lx) : mont de (suff. -ad) Cundsn. hypocoristique de Gunthari, anthr. germ. (C.). JJ

XH- H-

la graphie xh-, dérivant de sch- ou ch-, germ. sk-, correspond au /h/ germanique, nettement pro­noncé en liégeois, comme en allemand. JJ

XHACE Hèsse

(Odeur, Crisnée, Lg) (Vottem, Herstal, Lg) : petite terrasse (liég. hèsse, germ. *skatja) (C.). JJ

XHAILLERIE

(Jalhay, Lg) : 7537 Xhallerie : exploi­tation de bardeaux ou d’ardoises (anc. franc. escaillerie) (C.). JJ

XHAILLET

(Othée, Awans, Lg) : aux (coll. -etum) bardeaux (anc. franc, escaille). JJ

XHAMME

(Villers-l’Evêque, Awans, Lg): banc (bas lat. scamellus) (C.). JJ

XHASTER

(Bévercé, Malmedy, Lg) : défrichement (wall. stèr) de Jehan (C.), anthr. médiéval. JJ

XHAVÉE Havêye (à l’ _)

(Filot, Hamoir, Lg) (Moha, Wanze, Lg) (Mons-lez-Liège, Flémalle, Lg) (Montegnée, Saint-Nicolas, Lg) (Polleur, Theux, Lg) (Saive, Blégny, Lg) (Wandre, Liège, Lg) : al. Havée : chemin creux (liég. havêye, nam. chavéye, lat. excavata) (C.). JJ

XHAVÉE DU NAIN

(Oreye, Lg) : al. Havée du Nain : chemin creux (liég. havéye) du nain (?). JJ

XHAWIRS Lès-Awîrs

(Xhendelesse, Herve, Lg) : al. Lès-Awîrs : loc. aus-Awîrs : terres (coll. -aria) [où il y a de] l’eau (lat. aqua) ou [terres] desséchées, brû­lées (coll. germ. *haswarias, dérivé du germ. *haswa) (?). § Gisement houiller actif dès le XVIe s., exploité au XVIIe s. par les seigneurs de Soiron, passé en 1926 dans l’orbite des charbon­nages de Wérister et fermé en 1969. JJ

XHENCEVAL Hèn’sivå

(Xhensival, Haust, 1940)

(Ouffet, Lg) : al. Henseval, Henceval : 1318 Skenchevaus : vallée (lat. vallem) transversale, oblique (liég. hintche, sclintche, cf. moy  néerl. slink « de travers ») (C.) § Terre de la mense épiscopale liégeoise érigée en seigneurie en 1567; possession de la famille de Stockem ; dé­pendait de la cour allodiale de Liège ; manoir. JJ

Xhensival Hèn’sivå

(Ouffet, Lg) cf Xhenseval JJ

XHENDELESSE Hin.nelèsse

(Herve, Lg) : 1315 Skendrelach, 1330 Skenderlach, loc. Hindelèsse, Hin.nelèsse: aux (suff. -acium) bardeaux (lat. *scindra, va­riante de scindula « bardeaux ») (C., H.). § Hameau de la seigneurie de Soiron, érigé en commune sous le rég. franc, par démembrement de la seigneurie. JJ

Xhendelesse Hindelèsse

[Ve 13], Hin.nelèsse; 1315 « Skendrelach » : Fiefs, p. 26; 1330 « Skenderlach » : Fiefs, p. 353. — Pour C, * scindrel-lacia « endroit aux bardeaux », dimin. de * scindra (var. de lat. scin-dula «bardeau»); pour gamillscheg, p. 104, *skintarilaka, d’anc. haut-ail, skintâri «écorcheur» (mais -aca aboutirait à w. -êy); pour F. schreurs, dans Bull. Vieux-Liège, n° 86, p. 448 : dér. en -acia de * Scendrula, dimin. de l’hydron. * Scendra, comme Xhendremael (mais ce  * Scendra est très hypothétique). JH

XHENDELESSE Hindelèsse

(Ve 13), XIVe Skendreloch : Scendarulicia «la terre de la Scendarula (= la petite source) » (i-e skend- « fendre ») (A) ? MB

Xhendremael Hènemål

Lg. XVe la chite noume Quennemal jh. AV

XHENDREMAEL Hènemål

(Alleur, Ans, Lg) : 1070 Schendermale, 1143 Skendremale, loc. Hènemåle, Hin.nemåle : lieu de réunion du mallum ou assemblée (germ. *mathla) (couvert de] bardeaux (lat. *scindra, variante de scindula) (C., H.). § Possession du chapitre de Saint-Lambert de Liège depuis le XIe s. ; la paroisse primitive englo­bait Paifve ; le village fut brûlé en 1468 par les Bourguignons et en 1489 par les partisans de Guillaume de La Marck révoltés contre le prince-évêque;f> Alleur 17.7.1970. JJ

Xhendremael Hènemål

[L 22], Hènemål; 1070 (cop. 13e s.) « Schendermale»; 1143 (cop. id.) « Skendremale ». — Avec C, composé de germ. mal (cf. Momalle) et de * scindra, var. de lat. scindula « bar­deau », cf. FEW, 11, p,-‘283 a : BTD, 52, 1978, p. 208-209; F. schreurs (cf. Xhendelesse) glose aussi par un hydron. * Scendra (mais Xhendre­mael est certainement germ.). JH

XHENDREMAEL Hènemål

(L 22), XIe Schendermala : Scendaromala «la colline de la Scendara (= la source) » (i-e skend- « fendre ») (A) ? MB

XHENEUMONT H’leûmôt

(Battice, Herve, Lg) : 1244 Skeneumont : mont aux bâtons, aux éclisses (liég. *xhineux, de xhine, hène « bûche, éclisse », néerl. scheen) (C.). JJ

XHÉNORIE Hinorêye (à l’ _)

(Andrimont, Dison, Lg) : al. Hénorie, Hinorée, Xhénorée : loc. à l’ Hinorêye : endroit aux bûches, aux éclisses (liég. hènerie) (C.). JJ

XHÉNUMONT (Stavelot, Lg) : al. Hénumont : mont aux bûches (liég. hêne, xhine). JJ

XHESSALE Hèssale

(Jalhay, Lg) : al. Hèssale : petite ter­rasse (liég. hèsse, hasse, germ. *skatja) (C.).

JJ

XHEYEUSART

(Jalhay, Lg) : 1574 Xheyu Sari : défrichement (lat. sartum) aux ardoises (anc. franc, escaille) (C.). JJ

XHIERFOMONT Hièrfômont

(Rahier, Stoumont, Lg) : al. Hièrfômont : mont aux écales, aux copeaux (liég. *xhielfeû, dexhîfe, néerl. schelf) (C.). JJ

XHIGNESSE Hignèsse

(Hamoir, Lg) : al. Hignèsse : 1168 Schines : aux (coll. -icia) baguettes, aux bûches (liég. hène, xhine) (C.). § Une des trois seigneuries qui constituaient Hamoir ; siège de la paroisse, fondée au VIIIe s. JJ

XHIGNEZ Higné

(Sprimont, Lg) : al. Higné, Xhigné : XIIIe s. Skignees : aux (coll. -icia) baguettes, aux bûches (liég. hène, xhine) (C.). JJ

XHOFFRAIX Hofrê

(Bévercé, Malmedy, Lg) : 1188 Scofreit, XIVe s. Scoffereal, loc. Hôfrai, allem. Schoffrâ : aux (coll. -etum) bottes de brindilles, fagots à balais (lat. scoparia, contaminé par le moy. néerl. schof « botte, gerbe ») (C.). § Hameau men­tionné dès 1188, dans la mayeurie de Malmedy, dont il suivit le sort ; partie constitutive, en 1887 (sous le régime prussien), de la commune de Bévercé ; sous le régime du Haut-Commissariat (1918-1925), constitua une des trois «sections» de Bévercé, élisant 4 conseillers communaux ; siège d’une paroisse. JJ

XHOICEVACHE

(Thimister, Thimister-Clermont, Lg) : plateau exposé à un vent fort qui écorche les vaches (anc. franc, escorchevache « [vent] qui écorche les vaches ») (C.). JJ

XHOISCHEVAL

(Villers-l’Évêque, Awans, Lg) : 1612 Chouschevalle : plateau exposé à un vent fort qui écorche les veaux (anc. franc, escorchevel « [vent] qui écorche les veaux ») (C.). JJ

XHONRUY  Honrû (â _)

(Bellevaux-Ligneuville, Malmedy, Lg) : al. Xhoun’ru : ruisseau (wall. rui, lat. riuus) boueux (genn. *hun, *hon) (C.). JJ

XHORAY Horê

(Battice, Herve, Lg) (Fexhe-le-Haut-Clocher, Lg) (Rocourt, Liège, Lg) : 1290 Horay : petit canal pour l’écoulement des eaux (liég. horê) (C.). JJ

Xhoris Horis

[H 67] 902 (cop. 3e déc. 13e s.) « Scurcitias »; 932 (?) cop. id. «Scuritias»; 1126 (cop. id.) «Scorices». — Pour petri, p. 90 : de moy. néerl. schor, schore « rivage; alluvion »; plus précisé­ment, avec C : *scuricia, collectif du mot devenu en w. liég. horê «canal pour l’écoulement des eaux» : FEW, 17, p. 55, v° schoren (moy. haut-ail.). JH

XHORIS Horis’

(H 67), Xe Scuritias : Scurricias «les habitations des gardes » (It scurr-) (D). MB

XHORIS Horis’

(Xhoris, Ferrières, Lg) : 902 Scurcitias, 1126 Scorices, XV? s. Scocheriche, loc. Horis’ : canal pour l’écoulement des eaux (liég. horê, du néerl. romanisé *scuricia, du moy. néerl. schor. schore « rivage, alluvion ») (H.). § Vestiges gallo-romains et francs ; possession du comte de Hainaut Régnier au long Col, abbé laïc de Stavelot, échan­gée en 902 avec l’abbaye contre Graide et Porcheresse ; cette possession stavelotaine fut intégrée au XIIIe s. dans le comté de Logne ; la mayeurie héré­ditaire fut aux Scocheriche (XVIe s.) et aux Sombreffe (XVIIe s.), puis aux seigneurs de Fanson (contesté par le prince-abbé) ; patrie de Théroigne de Méricourt, dite « l’amazone de la Révolution » (1762-1817). JJ

XHORIS Horis’

(Ferrières, Lg) : cf. rég. franc. Fanson et Xhoris. § Rattachée au département de l’Ourthe. JJ

XHOS Hos’

(Tavier, Anthisnes, Lg) : 1335 Scotches, loc. Hos’ : enclos (moy. néerl. schote) (C.). § Avouerie, puis seigneurie du ban d’Ouffet (principauté de Liège) ; fut, au XVIe s., aux de Brialmont et aux de Glimes ; le comte de Méan en fut le dernier sei­gneur ; f. > Tavier rég. franc. ; château, manoir ab­batial.  JJ

XHOUFOSSE

(Jalhay, Lg) : 1552 Exhoulfosse : fosse d’écoulement (franc. écoule) (C.). JJ

XHOUT-SI-PLOUT Hoûte-s’i-ploût

(Malempré, Manhay, Lx) : al. Hoûte-s’i-Ploût, Hoût-s’i-Ploû : « écoute-s’il-pleut » (wall. hoûte s’ i ploût nom donné jadis à des moulins ou à des forges actionnés par des cours d’eau dont le débit n’était suffisant qu’après la pluie (cf. Houte-si-Plout). § Fourneau et forge du XVIe s. actionnés par un petit affluent intermit­tent de la Follerie, remplacés ensuite par un moulin à eau (en ruines) ; sur un « chemin de Compostelle » ; chapelle construite en 1850 sous le régime des corvées. JJ

XHOVÉMONT Hovémont

(Rocourt, Liège, Lg) (Sprimont, Lg) : al. Hovémont : mont aux buissons, aux bot­tes (anc. franc, escoive] (C.). JJ

XHURDEBISE Hurdubîhe

(Malmedy, Lg) : al. Hurdebise : ferme sur une hauteur venteuse (anc. franc. hurlebise « qui heurte la bise »). JJ

A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Translate »
Share This