DICSIONAÎRE JÈNÈRÂL DI TOPONIMÎYE

DICTIONNAIRE GÉNÉRAL DE TOPONYMIE

K

Rechercher

Kain

Kin

 [To 39], kin; 1138 «Cheym»; 1138 « Chaim ». — Pour C, celt. camino- ou cimino- « chaussée » (ce qui n’est pas assuré) ; doit provenir d’une diphtongue.

JH

KAIN

Kin

w. kin (To 39), XIIe Chaim : Camium «le coude (de l’Escaut) » (i-e kem- « corne ») (A) ou « le bien de Camius » (B).

MB

Kemexhe

K’mèhe

(à _) [W 42], k’mèh, néerl. de Kom; 2e moitié 11e s. (cop. con-temp.) « in villa Cumei » : MGH, Script., XV, pars II, p. 828; 1107 «Comafia»; 1239 « Commehe ». — Passage sporadique -/- > -h-, cf. L. remacle, h secondaire, p. 105; le déterminé est germ. agwjô-, cf. Jeneffe; pour le déterminant, C suggère lat. cumba « très ancienne­ment emprunté par le germ. » (mais cette assimiliation mb > mm paraît bien hâtive), cf. BTD, 40, 1966, p. 47; pour J. devleeschouwer, dans Naamkunde, 13, 1981, p. 210-211, germ. occ. * kumin-ahhja « prairie avec du cumin » (ce sens étonnant serait dû à une fausse traduction).

JH

KEMEXHE

K’mèhe

w. à k’mèh’ (W 42), XIIe Comafia : Comavia « la terre près du passage étroit » (i-e kem-) (A).

MB

Keumiée

Keûmiéye

 [Na 66],; 1265 « Keumegnies ». — Pour C, * Cominiacae < tenue > « terres de Cominius » (nom romain très fréquent), ce qui est admissible, sauf pour la longueur de -eu-; dans GW, 56, 1980, p. 35-36, nous proposons * communiacae < terme > « terres auprès des biens communaux (lat. communia) », vu l’impor­tance des biens communaux de Ligny sur le territoire de Keumiée.

JH

KEUMIÉE

Keûmiéye

(Na 66), XIIIe Keumegnies : Com-miniacas « les terres de Comminius » (B ou D) (Carnoy). S. Commeny (SO).

MB

KAAREGAT

Karegat

 (Watermael-Boitsfort, BC) : passage, ruelle (moy. néerl. gat, gate) de la palissade et branches tressées ou en osier (moy. néerl. catr).

JJ

KAHLERT

 

(Amel) : défrichement (germ. *rotha abrégé -rt) chauve, pelé (allem. kahl). § Vestiges romains.

JJ

KAIN

Kin

(Tournai, Ht) : 1138 Cheym, Chaim : village sur la chaussée (gaul. cammino ou *cimlno «chemin») romaine Tournai-Gand (?) (C.). 8 Vestiges romains ; seigneurie tenue par les sei­gneurs d’Audenarde de l’abbaye d’Inde-Cornelimunster, et dépendant de la châtellenie d’Ath, avec les fiefs de Constantin et du Paradis ; rattachée en 1669 par Louis XIV à la banlieue nouvelle de Tournai ; transférée à la France par le Irailé de Rijswijck en 1697 ; intégrée en 1701 au Toumaisis, contrairement aux deux fiefs annexes ; restituée au Hainaut et aux Pays-Bas en 1 723.

JJ

A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Translate »
Share This