DICSIONAÎRE JÈNÈRÂL DI TOPONIMÎYE

DICTIONNAIRE GÉNÉRAL DE TOPONYMIE

localités, rues, bois,… avec l’étymologie

locâlités, reuwes, bwès,… avou l’ ètimolojîye

A

Rechercher

B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z

AA  A

(Anderlecht, BC) : 1057 Aa : eau (germ. *ahwô), hydronyme répandu (C.), désigne ici la Senne. § Habitat ancien, un des trois principaux centres de la seigneurie d’Anderlecht au XIe s. ; redoute bâtie par un seigneur inconnu, usant du droit du premier occupant, au VIIe s., et qui devint au IXe s. un château fort, poste avancé des défenses de Bruxel­les, dans une île de la Senne ; la famille, puissante, eut de nombreuses possessions en Brabant et les d’Aa furent notamment avoués du chapitre d’Anderlecht et châtelains de Bruxelles ; château ruiné au XVIe s.  JJ

AA  A

(cours d’eau) : cours d’eau (germ. *ahwô) (C.). § Affluent de la Meuse à Argenteau. JJ

Aaie-

zie Ouwe  FD

Aaigem  dial. uitspr. [‘ɛ.ɤɛm]

OV, Erpe-Mere, S9lAienghem (DP1894.DS), 1019-1030 Aingem, 1079 Haingern, 1116 Aingien, 1142 Aiengem, 1222 Haienghem (TW), lste kwart 13de eeuw Aighem (GN).

Aaigem ontwikkelde zich uit *Aingahaim, de Germaanse persoonsnaam Aio verbonden met het verzamelsuffix -inga en heem, ‘woonplaats van de lieden van Aio’ (BE).  FD

Aaigem Aaigem

F. or. 891 Aienghem; 1019 Aingem, 1249 Ayghem dpb (Agio). AV

Aalbeke dial. uitspr. [‘ɔ.lbe.kə]

 WV, Kortrijk, 113èAlbeccam (accusatief), 1210 Albeka, 1211 Albeke (TW), 1292 Aelbeke (DF). Een beek-naam, waarvan het eerste lid aal aalt, mestvocht’ kan zijn, of aal ‘paling’, dus ‘palingbeek of drekkige beek’. Gysseling (TW) dacht voor het eerste lid ook aan Germaans *alha ‘land’, maar later zag hij er de betekenis ‘glanzend, wit’ in (Gyl983b).

FD

Aalst dial. uitspr. [ɔjlt]

 OV, 866 kopie 18de eeuw Alost, 868 kopie 18de eeuw Alosta, 1088 Alost, Alst (TW, GN), 1373 kopie 1584 yfeZtf(BE).

Aalst mogelijk gevormd uit de plantnaam *aloks ‘wild alsemkruid’ (Middelnederlands alsene), uit middeleeuws Latijn aloxinum (GN), en het verzamelsuffix –1, dus ‘plaats waar alsem groeit’. Vergelijk Alsemberg. Gysseling vermoedt echter dat Aalst teruggaat op Germaans *alhusta, een germanisering van de Voorgermaanse nederzettingsnaam *alkustom, die afgeleid is van *alkus ‘heiligdom’, met het nederzettingssuffix —iom. In het Germaans evolueerde de betekenis tot ‘boerderij’ (TW, Gyl978, VD2003).  FD

Aalst dial. uitspr. [ɔ:ls]

LB, Sint-Truiden, 1107 kopie 13de eeuw Alost, Alste, 1373Aelst (U11932). Dezelfde verklaring als Aalst in Oost-Vlaanderen (zie vorig artikel). De naam Aalst duikt ook op bij Eindhoven en in de provincie Gelderland (ca. 850 in villa Halosta) (Kul988, VBS). (vm) FD

Aalter dial. uitspr. [’ɔltrə]

 OV,  974 kopie midden 1 lde eeuw Halefira, 1112 kopie eind 12de eeuw Haltra, 1171 Haltre (TW, GN), 1289 Haeltert, 1360 /lettre (DPI866). Aalter wordt gewoonlijk verklaard uit Germaans *halahdrja, een afleiding met het verzamelsuffix -ja van de plantnaam *halahdra, zelf een samenstelling van de adjectivische basis *halaha ‘stekelig’ met * dm, dat later evolueerde tot -ter/-teer met betekenis ‘boom’. Gysseling vermoedt dat het woord in onze streken bepaaldelijk betrekking had op de jeneverbessenstruik (TW, WB, EV). Dezelfde plantnaam is bewaard in de Duitse plaatsnaam Haltern, met als oude vormen 948 Halahtra, 1140 Halatra (Bel999), en in de Oost-Vlaamse gemeentenaam Haaltert (zie daar). Het element ter/teer is identiek met Engels tree en leeft in Vlaamse dialecten tot op vandaag voort in samengestelde boomnamen als herenteer ‘haagbeuk’ en in plaatsnamen als Appelterre (zie daar). Germaans *halaha-dra-ja ontwikkelde zich door samentrekking en assimilatie tot *halechtra, waarin de verbinding -cht- evolueerde tot -fi- (vergelijk Algemeen Nederlands hefi naast hecht), vandaar halefira, de oudste attestatie. Deze vorm leidde door verkorting tot haltra en na verdoffing tot haltre. De begin-h wordt in de westelijke dialecten niet gearticuleerd, vandaar de moderne vorm Aalter (MT1991).  FD

aard

In de soortnaam aard zijn verschillende woorden samengevallen en zelfs bij aard als terreinaanduiding gaat het al om twee woorden met verschillende oorsprong (V01989). Eén daarvan houdt verband met *ar- ‘ploegen’ en blijkt ‘slag in het drieslagstelsel’ te hebben betekend. Het andere treedt in de toponymie vaak op met de betekenis ‘woest en vochtig, onvruchtbaar terrein’. De etymologie van dit laatste aard is omstreden (VO!989,1995; Gyl985,1994). Archivalisch wordt het in ieder geval veelvuldig geattesteerd ter aanduiding van een bepaald soort terrein: ongerooid, onbewerkt, braakliggend, woest en vochtig terrein, alleen geschikt om dieren te laten weiden en, plaatselijk, stalstrooisel (heide of minderwaardig hooi) en turf te halen. In de Kempen ging men het op diverse plaatsen toepassen op de grote “aardachtige” vroonte, terwijl daar, zoals elders, het woord ook in gebruik bleef voor individuele percelen van slechte kwaliteit of bouwland dat men tot “aard” had laten verworden. In Vlaanderen (bijv. Hooiaard in Gent) en Frans-Vlaanderen (bijv. Saint-Martin au Laërt of het terrein Le Hazard bij Hazebroek) benoemt het vaak hoger gelegen vaste grond naast een waterloop of een moerassig of overstroombaar gebied. Daardoor kon het woord lokaal in de loop van de middeleeuwen aanlegplaats’ gaan betekenen; die betekenis heeft zich o.m. vanuit Gent over Oost-Vlaanderen veralgemeend (Gyl956). In het oosten van Vlaams-Brabant blijkt het ook een Veld tussen hoofdwegen gelegen’ te hebben betekend (Ke2005, 2006). (wvo)  FD

 

-aarde

-aarde Aarde « terre ». AV

Aarschot dial. uitspr. [’ɔsxɔt]

 VB, 1107 Arescod, 1117 kopie midden 13de eeuw Arescoth, 1139 Arescot (TW). Samenstelling van Middelnederlands aer/aren/aern arend’ (MW) en schot ‘afgeperkte ruimte’. Hierbij denken we aan de lage weiden langs de Demer, waar het vee door omheiningen werd ingesloten. Aarschot, uit ouder Are-schot, is dus een schutplaats voor vee, waar een arend werd gezien, of die toebehoorde aan een man, Ara ‘arend’ genoemd (Ke2009). (pk) FD

Aarsele dial. uitspr. [‘ɔ.ərslə]

 WV, Tielt, 1038 Arcela, IlUArsele (TW), 1302 Aersele (DF). Deze plaatsnaam is waarschijnlijk samengesteld uit aard en zele. Gysseling (1983b) ziet in het eerste lid evenwel *aret ‘schitterend, uitstekend’. (fd) FD

Aartrijke dial. uitspr. [‘æ.rdrikə]

 WV, Zedelgem, 893-903 Artiriacum, 961 Artrica (TW), 1222 Artnke, 1302 Aertrike, 1366 Aertrijcke, 1827 Aartrijke (DF).

Uit Gallo-Romaans *Arturiacum, d.i. de woonplaats van Artur (TW), of ‘Artiriacum uit de niet geattesteerde naam *Artirius (Morl985). (fd) FD

Aartrijke Aartrijke

F. oc. 902 Artiriacum d, 961 Artrica m i (Artorius). AV

Aartselaar dial. uitspr. ouder [‘ʌsəlɔr] of [‘ʌsələr] thans meestal [‘ʌSəlɛr]

AN, 1307 (kopie) Artselaer,Aertselaer (Pol91 la, Stl904, M). De naam is een combinatie van aard en laar. Bij de samensmelting werd voor de welluidendheid een -s- toegevoegd (VL 1981). In het aldus ontstane *Aardslaar trad al vlug een overgangsklank -e- op wegens de lastige opeenvolging van medeldinkers. Daar laar normaliter niet met persoonsnamen gecombineerd wordt, is voor het eerste lid het soms voorgestelde A art, verkorting van Aernoud (Arnoud), weinig waarschijnlijk. De vaak gegeven verklaring als een samenstelling van aard met zele en laar is te gezocht (Rol943). Het centrum van Aartselaar heet nog steeds Laar. Zie 00k laar. (wvo) FD

AAZ  Å

(cours d’eau) : XIIe s. Auz, Aus : [ruisseau des] aulnes (germ. *aliso) (?) (C.). § Ruisseau à Hermée, affluent du canal Albert à Vivegnis. JJ

ABANNETS

(Dourbes, Viroinval, N) : grottes dont le plafond s’est effondré, gouffres à ciel ouvert (franc, abannet), phénomène fréquent dans la ré­gion. JJ

ABAY L’Abê

(Rotheux-Rimière, Neupré, Lg) l’écluse du moulin (franc, bée) ou le ruisseau (wall. bè, germ. *baki), avec agglutination fautive de l’article!?). JJ

ABBAYE

(Audregnies, Quiévrain, Ht) : ferme de l’abbaye Saint-André du Cateau-Cambrésis (Fr.). JJ

ABBAYE L’ Abèye

(Beaufays, Chaudfontaine, Lg) : ferme de l’abbaye cistercienne Notre-Dame, déplacée en 1238 à Vivegnis. JJ

ABBAYE

(Beclers, Tournai, Ht) : al. Hameau de l’Abbaye: [hameau ayant appartenu à] l’abbaye du Saulchoir à Kain. § Ferme de l’Abbaye, dite aussi Ferme Delegaicze. JJ

ABBAYE (Li Cinse di) l’ Abîye

(Daussoulx, Namur, N) : ferme de l’abbaye d’Heylissem. § Installée en 1253, vendue à la Révolution ; bâtiments des XVIIe et XVIIIe s. JJ

ABBAYE

(Hermée, Oupeye, Lg) : ferme de l’ab­baye de Robermont. JJ

ABBAYE

(Heure-le-Romain, Oupeye, Lg) : ferme de l’abbaye du Val Benoît, seigneur allodial du vil­lage. JJ

ABBAYE

(Liers, Herstal, Lg) : ferme de l’abbaye Saint-Jean de Florennes, seigneur de Liers. JJ

ABBAYE

(Lobbes, Ht) : site de l’abbaye de Lobbes. § L’abbaye Saint-Pierre fut fondée vers 635 par saint Landelin au confluent de la Sambre et du ruisseau de Lobbes (Coulby) ; elle posséda un do­maine immense et fut détruite en 1796. JJ

ABBAYE

(Merbes-le-Château, Ht) : ferme de l’ab­baye de Lobbes. JJ

ABBAYE

(Monstreux, Nivelles, BW) : ferme de l’hôpital Saint-Nicolas de Nivelles, dépendant de l’abbaye (ou chapitre) Sainte-Gertrude. § Grand édifice du XVIIIe s. JJ

ABBAYE

(Mornimont, Jemeppe-sur-Sambre, N) : ferme de l’abbaye de Moustier-sur-Sambre. JJ

ABBAYE

(Namur, N) : site de l’abbaye de cister­ciennes du Val Saint-Georges, fondée en 1197-1198 à Salzinnes, disparue à la fin du XVIIIe s. JJ

ABBAYE

(Neufvilles, Soignies, Ht) : ferme de l’ab­baye d’Hasnon, principal seigneur foncier du vil­lage.

JJ

ABBAYE

(Onhaye, N) : ferme de l’abbaye de Waul-sort, seigneur foncier du village. JJ

ABBAYE

(Saint-Aubin, Florennes, N) : ferme de l’abbaye Saint-Jean de Florennes. JJ

ABBAYE

(Saint-Georges-sur-Meuse, Lg) : ferme de l’abbaye Saint-Jacques de Liège. § Au hameau de Yernawe, dès le XIIe s. JJ

ABBAYE

L’ Abî

(Tillier, Fernelmont, N) : ferme dite ab­baye de Tillier, dépendant de l’abbaye de Marche-les-Dames. § Les religieuses y avaient acheté en 1236 tous les biens appartenant à l’abbé de Flône ; bâtiments du XVIIIe s. JJ

ABBAYE

(Tourinnes-Saint-Lambert, Walhain, BW) : ferme de l’abbaye de Lerinnes, seigneur foncier du village. JJ

ABBAYE

(Villers-le-Temple, Nandrin, Lg) : ferme de l’abbaye de Flône, seigneur foncier du village. JJ

ABBESSES

(Rocourt, Liège, Lg) : terres ayant ap­partenu aux abbesses de Robermont. JJ

ABBYES Lès-Abis

(Opont, Paliseul, Lx) pro­priétés [qui restèrent entre les mains] de l’abbaye de Stavelot après que son avoué, le comte de Hai-naut Régnier au Long Col, se fut approprié à titre personnel, en 902, le reste de la villa de Graide, que l’abbaye avait reçue par faveur royale (C.). § La seigneurie des Abbyes (dans le duché de Bouillon) comprenait Beth, Frêne, Opont et Our ; elle fut érigée en commune par le rég. franc, sous le nom & Opont. JJ

Abée Âbèye

 [H 58] (1130-1131) cop. 3e déc. 13e s. «Habeis»; 1206 « Aubee » cf. J. paquay, Documents pontificaux, p. 70; 1228 « Abeie ». — Non, avec C, * Abbiaca < villa > « maison d’Abbo » (F, col. 11), vu le à long w. ; mais, avec G et B, germ. rom. Albiacas « appartenant à Albo ».  JH

ABÉE Âbèye

(H 58), XIIIe Abeie : Albiaca « la propriété d’Albius » (B). S. Albiac (HG et Lot), Alby (HS), Aubiac (Gir, LG), Auby (Nd), Obies (Nd), etc. MB

ABÉE Âbèye

(Tinlot, Lg) : 1206 Aubee, 1228 Abeie, loc. Abèye : propriété de (suff. -acum déf. -ée) Albo (déf. Abbo-), anthr. germ. (H.), probable diminutif de *Alboldus (germ. *all « tout » et *bald « auda­cieux »). § Siège d’une seigneurie allodiale qui comprenait en outre Ferée, Froidefontaine, Outre-louxhe et Saint-Jean-Sart. JJ

ABEICHE

(Braine-l’Alleud, BW) (Waterloo, BW) : al. Abèche, Apechau : 1368 Habeche : [chez] Hadeberht (germ. “berht « illustre »), anthr. germ. (C.). JJ

ABIE L’ Abîye

(Leuze, Éghezée, N) ferme de [F] abbaye (wall. abîye) [agglutination de l’article]. JJ

ABLENS

(Grandmetz, Leuze-en-Hainaut, Ht) : réu­nion de Grands Ablem et Petits Ablens : [terres] aux limites (lat. *liminis, dat. plur. de limes « frontière ») d’*Albo (déf. Abbo-), anthr. germ. (?). § Château. JJ

Abolens Li Bôlin

 [W 34]13e s. « apud Bolens juxta Hanut »; 1250 « Abolenz »; ça 1350 « Bolins » — Composé de Lens, cf. s. v° (la glose de C est douteuse); le déterminant pourrait être Panthrop. germ. * Alboldus, cf. BTD, 28, 1954, p. 213-214. JH

ABOLENS Li Bôlin

(W 34), XIIIe Abolens : Albulentium « le bien d’Albulentius » (B). MB

ABOLENS Li Bôlin

(Hannut, Lg) : 1250 Abolenz, XIIIe s. Bolens, 1350 Bolins, loc. Bôlin : *Abbo-à-Lens : [chez| *Albo (déf. Abbo-), probable diminutif de *Alboldus, anthr. germ. (H.), près de (lat. ad) “Lens [-Saint-Remy] ou propriétés de (suff. -inas) *Alboldus (?). § Vestiges néolithiques et tombe romaine ; seigneurie foncière du chapitre Saint-Servais de Maastricht ; la seigneurie hautaine était au duc de Brabant ; Abolens fut unie en 1644 à Poucet ; commune du département de l’Ourthe sous le rég. franc. ; f. > Lens-Saint-Remy 1.4.1822 ; érigée en commune autonome le 9.8.1881. JJ

Abolens Li Bôlin

Lg, près de Lens-Saint-Remy Lg. et de Lens-Saint-Servais Lg. 1250 Abolenz dr (fusion de la préposition à ; cf. 1615 Abbo = (à) Beho). AV

ABOMPRÉS Lès-Âbon-Prés

(Stoumont, Lg) [aux (wall. âs)] prés d’Aubon, anthr. médiéval (C.). JJ

Abswellen           Abswellen

(Wellen Limb) XVe Abswellen daris. AV

Abtshulhoek Abtshulhoek

(Hulste F. or.)  opp. à Hulhoek (Aeltre F. or.) AV

ACACHE

(Neufmaison, Saint-Ghislain, Ht) : terre schisteuse, où affleurent des grès schisteux (wall. nam. agôche) (C.). JJ

ACASSE L’ Agasse

(Ernage, Gembloux, N) terre schisteuse, où affleurent des grès schisteux (wall. nam. agôche).

JJ

ACAUDERIE

(Mettet, N) : al. L ‘Acaudrie : la chau­dière (wall. caudrîe avec agglutination fautive de . l’article). JJ

-ach

terminaison en allemand (Bast(e)nach, Bastogne Lux). AV

Achel dial. uitspr. [‘axəl]

 LB, Hamont-Achel, Achile ÇTW), 1401 Achel (M). Zoals andere gemeentenamen in de buurt heeft het tweede deel van de naam zich ontwikkeld uit Middelnederlands lo. Het eerste lid is onduidelijk. Het meest aanvaardbaar is de hypothetische grondvorm *aha-lo. Oudnederlands ah a ( < Germaans *ahwo, Oudhoogduits aha, Latijn aqua), dat letterlijk ‘water’ betekent, ontwikkelde zich weliswaar in talloze waternamen en nederzettingsnamen, met syncope van h, tot a (o.m. in Abeek en Breda). In de Antwerpse Kempen (de streek van Geel-Turnhout) wordt thans nog de waternaam A in de volksmond aach uitgesproken. Vgl. in dit verband de oudere vorm van Abroek in Geel, 1630 daechbroec (Kel983). Ten slotte pleit de plaatselijke geografie voor deze verklaring: Achel ligt in een depressie van de Dommel aan de Warmbeek en is het laagst gelegen gebied van de Limburgse Kempen.

De naam zou dus ‘bos bij moeras, moerasbos’ kunnen betekenen en betekenisverwant kunnen zijn met de namen van de naburige plaatsen Lommel en Meerhout (zie daar). Vgl. ook voor het eerste deel de Duitse nederzettingsnaam Achim (bij Wolfenbiittel: 117GAchem < *Ahaheim) ‘nederzettingaan het water’ (Bel999). Minderwaarschijnlijk voor het eerste deel is, op grond van het vocalisme, een nevenvorm van eik (vergelijk Middelnederlands akerboom ‘eikenboom’) met vokaalverkorting en overgang van k > ch\ *ac-lo > *ach-lo > *achle > *acbele (VO2001). (vm) FD

Achène Achin.ne

 [D 41]1342 «à Aixhine» Fiefs, p. 479; 1366 «Axhine», BSAH, 40, 1958, p. 132; 1450 «Axhine», M. yans, Pasicrisie Échevins Liège, 2, p. 285. — Pour C, collectif germ. * askumnjô «frênaie»; pour gamillscheg, p. 108, qui compare Esschene, le toponyme est postfrancique. JH

ACHÊNE Achin.ne

(D 41), XIVe Askines : Ascinas « les terres d’Ascius » (B ou D). MB

ACHÊNE Achin.ne

(Achêne, Ciney, N) : 1342 Aixhine, loc. Achin.ne : frênaie (coll. germ. *askumnjô) (H.); toponyme peut-être post-francique. § Site gallo-romain, sépultures franques ; faisait partie du do­maine condruzien donné au XL s. à l’Eglise de Liège ; fief foncier de la mairie de Ciney, Achêne fut érigé en seigneurie hautaine avec Onthaine et Taviet par le prince-évêque Ferdinand de Bavière. JJ

ACHÊNE Achin.ne

(Ciney, N) : c.f. rég. franc. *Achêne, Onthaine et Taviet. § Rattachée au département de Sambre-et-Meuse ; amputée de Taviet en 1976 au profit de Dinant. JJ

Achet Achèt 

[D 28] 1315 « Aschin ». — Dénasalisation de la finale; pour C, dér. de germ. *askîna- «bois de frênes»; mais on attendrait un dérivé en -înus; serait-ce, avec B, un dér. de l’anthrop. Asciusl JH

ACHET Achèt

(D 28), XIVe Aschin : Ascinum « le bien d’Ascius » (B). MB

ACHET Achè

(Hamois, N) : 1315 Aschin : bois de frênes (germ. *askîna) (C.). § Site néolithique, celtique et gallo-romain ; cimetière mérovingien ; fît partie du domaine condruzien donné à l’Église de Liège au Xe s. ; dépendance de la mairie de Ciney . JJ

ACHOUFFE Achoûfe

, à Choûfe (Wibrin, Houffalize, Lx) : 1501 Achove, Axhoff: au (wall. à agglutiné) balai ou à la balayure ou à la motte (anc. franc. escouve, lat. scopa) (C.). § Hameau des Mormont (Mont), qui faisait partie à ce titre de la terre ou baronnie d’Houffalize, tandis que la terre franche de Wibrin, Nadrin et Ollomont dépendait de l’abbaye de Saint-Hubert ; f. > Wibrin 1823. JJ

ACHY Achi

(Oizy, Bièvre, N) : *Appiacum : propriété des (suff. -acum) Appius, gentilice romain (C.). § Fief comportant une ferme et quelques dépen­dances ; seigneurie foncière relevant de la Terre de Bohan. JJ

Acosse Åcosse

 [W 71] 1130 (cop. fin 13e s.) «Alchoce»; 1139 (cop. ça 1700) «Alcoce»; (1164) cop. milieu 13e s. «Alcoz» [la forme de 868 concerne Schoten, prov. Anvers]. — Pour P. marchot, dans Leuvensche Bijdragen, 25, 1933, p. 172, * aquottia, dér. de lat. aqua «eau» (ce qui ne convient pas pour la phonétique); pour gamillscheg, p. 95, note 2, du thème d’anc. fr. escosser « ébran-cher» (mais cf. w. cohe « branche »); dans BTD, 27, 1953, p. 35-39, nous suggérons de rattacher * alkottia au thèmq de latin médiéval alcea, aida « sorbier, verveine » Du cange, I, p. 170. JH

ACOSSE Åcosse

(W 71), XIIe Alchoce : Alcottia «le ruis­seau de l’élan » (gl. aie-) (A ou B). MB

ACOSSE

(Bothey, Gembloux, N) : aux (coll. -etum) sorbiers, à la verveine (lat. alcea, a/dû), I § Seigneurie dont le siège était le château-ferme  (bâtiments des XVIIe et XVIIIe s.). JJ

ACOSSE

(Wasseiges, Lg) : 965 Scozes (?), 1130 Alchoce, 1139 Alcoce, 1497 Alcroche : “Alkaltit: \ aux (coll. -etum) sorbiers ou à la verveine (lat alcea, alcia) (H.). § Villa romaine ; seigneurie ayant appartenu aux comtes de Namur, dans le bailliage de Wasseiges ; commune du département I de l’Ourthe sous le rég. franc. JJ

Acoz Auco

 [Ch 69] ça 1160 (cop. fin 13e s.) «Acoce»; 1161 (cop. id.) «Acoz»; 1178 (cop. id.) «Acoze»; 1212 « Aucoch » [les formes de 866 et 868 concernent Schoten, prov. Anvers] — Comme Acosse; cf. BTD, 27, 1953, p. 35-39. JH

ACOZ Auco

(Ch 69), XIIe Acoce : v. Acosse. ACREN  : v.  Deux-Acren. MB

ACOZ Auco

(Gerpinnes, Ht) : 1160 Acoce, 1178 acoze, 1212 Aucoch : aux (coll. -etum) sorbiers ou à la  verveine (lat. alcea, alcia) (H.). § Ville à loi du comté de Namur, réunie avec Lausprelle en une seule seigneurie foncière en 1543 ; commune à département de Jemappes sous le rég. franc. ; la­minoir construit par les de Dorlodot en 1830; château médiéval, restauré, ancienne propriété de la famille de la princesse Mathilde de Belgique. JJ

ACREMONT Aucreûmont

(Jehonville, Bertrix, Lx) : mont poin­tu, aigu (lat. acrem) (C.). § Fit partie de la mairie de Jehonville, dans le duché de Bouillon ; dépen­dance directe du duc. JJ

Acren (Les Deux-~) Âcres (Lès Deûs-)

 [S 4] 1160 (cop. fin 13e s.) «in superiori Acharone»; 1161 (cop. id.) «Akerna»; 1168 (cop. id.) « Acrena »; 1179 « de superiori Akerne ». — Hydron. prémédiéval G; pour C, p. 1X2, peut-être * akkâ + -ara + -onna (* akkâ étant un hypocor. pou, désigner la « mère »). JH

ACUL Âcu

(Tillet, Sainte-Ode, Lx) : 1495 Aque, Aku : au (wall. â agglutiné) bout, à l’extrémité (lat. culum) |du village] (C.). § Fit partie de la mairie de Loupville ; f. > Rechrival rég. franc. ; f. > Tillet 1823. JJ

Adegem dial. uitspr. [‘ɔ.ɤæm]

 OV, Maldegem, 840 kopie 941 Addingahem, 1019-1030 Addingem (TW, GN). Adegem ontwikkelde zich uit de verbinding van de Germaanse persoonsnaam Addo met het verzamelsuffix inga en heem, ‘woonplaats van de lieden van Addo of Ado’ (TW, GN).  FD

Adegem Adegem

F.or., local h àyycm », 840 Addingahem ma, 992 Attingehem df; 1019-30 Àddingem dpb, 1342 Adeghem df (Addo). AV

Adinkerke dial. uitspr. verouderd [‘o.jnkærkə] naast gangbaar [‘ɔ:diŋkærkə]

 WV, De Panne, Adenkerka, 1132 Odecherca, 1139 Adenkerke, 1159 Odenkercha, Odenkerka (TW), 1513 Adinkerke (DF), 1537 Aeyenkercke (DB 1990). De oude vormen met o tonen aan dat de naam teruggaat op Germaans *Audan kirika ‘kerk van Audo, Odo’. In de kustdialecten evolueerde Germaanse au soms tot aa, vandaar Adenkerke naast Odenkerke. Blijkbaar hebben de twee vormen heel lang naast elkaar bestaan, en is Adinkerke uiteindelijk de schrijftalige vorm geworden en nu ook de gewone naam in de gesproken taal. Door vervanging van de intervocalische d door de glijderj (zoals in odevaar > ooievaar) luidt de (nu verouderde) lokale uitspraak dan ook Ooienkerke: 1566 Oyenkercke, 1650 OyeKercke, 18de Oienkerke (DB 1990, 50). (fd) FD

ADUGEOIR L’ Adujwè

(Frasnes + Petigny, Couvin, N) (Thy-le-Château, Walcourt, N) adugeoir, perte, cours souterrain (dérivé du lat. *adductiare « amener de l’eau ») (C.). § Perte de l’Eau Noire, à Couvin. JJ

ADZEUX Å-d’zeû (à _)

(Louveigné, Sprimont, Lg) : en haut (wall. au d’zeû « au dessus ») (C.). JJ

AEL Al

(Martelange, Lx) : [fosse à] purin (néerl. aal). § Fit partie de la prévôté de Martelange ; la juri­diction entière y appartenait au duc de Luxem­bourg. JJ

Affligem dial. uitspr. in Hekelgem [‘afləɤem], in Essene [‘afliɤum] in Teralfene [‘afləɤɛm] of verouderd [’avəlɤɛm]

 VB, 1096 Hafnegen, 1100 Haffligeniensis, Affliginiensis, 1105 Haflengeint, 1112 Affligiensis, 1130 Affligem (TW).

Affligem heeft zich ontwikkeld uit Germaans *Abulingahaim, de samenstelling van een Germaanse persoonsnaam verbonden met het verzamelsuffix inga en heem. Volgens Gysseling luidde die persoonsnaam Abulo (TW), volgens anderen Avilo (BE, GN, DV2). De betekenis is dus ‘woonplaats van de lieden van Abulo of Avilo’. De naam is etymologisch identiek met Avelgem (zie daar). De vreemd aandoende vormen uit de oudste attestaties komen uit Romaanse teksten. Affligem werd in 1980 de naam van de nieuwe fusiegemeente, gevormd door Essene, Hekelgem en Teralfene. De naam is toen ontleend aan de in 1062 gestichte gelijknamige benedictijnerabdij, die allicht genoemd werd naar een plaatselijk gehucht. De abdij bevindt zich op het grondgebied van de vroegere gemeente Hekelgem (WB). (pk) FD

Affligem Affligem

(Hekelghem B.) 1105 Hafligmensis smt, 1212 Haffligem rcf n, 1297 Hafflengien m i, XIVe l’abbie à Affligien jo. AV

AFFROIMONT

(Geest-Gérompont-Petit-Rosière, Ramillies, BW) : 1316 Affremont : mont d’Agafrid (germ. *frithu « paix »), anthr. germ. (C.). JJ

AFFRUTS

(Mormont, Erezée, Lx) : (terres] mises en valeur, plantées (anc. wall. afruter « planter») (C.).

JJ

AFNAY Åfnê

(Neufchâteau, Dalhem, Lg) 1124 Aubenai. petit *Aubin (C.). JJ

AFRUT

(Ferrières, Lg) (Fronville, Hotton, Lx) : al. Lafrut :|terre| mise en valeur, plantée (anc. wall. affruter « planter ») (C.). JJ

Afsnee dial. uitspr. [’afsne.]

 OV, Gent, 707 kopie 941 Afsnis, 941 Absna, 964 Afsna, 1221 Afsene (TW), 1239 Afsne (GN). Afsnee stamt van een waternaam met onzekere etymologie. Volgens een oudere verklaring zou die naam bestaan uit het Voorgermaanse *absn- , een afleiding van de Indo-Europese wortel *ab- ‘waterloop’, waaraan later het Germaanse bestanddeel à/ë ‘water(loop)’ ter verduidelijking werd toegevoegd (M). Waarschijnlijker gaat Afsnee in zijn geheel terug op een Voorgermaanse waternaam, waarvoor Gysseling verschillende reconstructies heeft voorgesteld. Aanvankelijk ging hij uit van een Voorgermaanse waternaam *Absna met onbekende betekenis (Gyl978). Later ontleedde hij de neder- zettingsnaam als een afleiding met meervoudsuitgang van de waternaam *Abhana, zelf een vorming met het voorhistorische suffix -ana. Voor het eerste deel van de waternaam opperde Gysseling twee verklaringen: 1) uit Indo-Europees *ab, in welk geval beide naamsbestanddelen ‘water(loop)’ betekenen (Gyl978), 2) uit Indo-Europees *abh ‘krachtig’, dus ‘de krachtige waterloop’ (Gyl980). In zijn jongste théorie voerde Gysseling de waternaam terug op Indo-Europees *Abhasna, een afleiding van *abh met de algemene betekenis ‘uitbuigen’. De naam zou dan zinspelen op de scherpe bocht in de Leie waar de nederzetting Afsnee zich bevindt (Gyl982).

FD

AGBIERMONT Agbièrmont

(Nodebais, Beauvechain, BW) : au (a agglutiné) mont de Ghislaberht, anthr. germ. (?). § Ferme de l’abbaye d’Hastière, transformée en musée de céramique. JJ

Agimont Naudjumont

 [Ph 59] 1265 « Augimont >, hkquwers, I, p. 185; 1300 «Augymont»; 1323 «Agi­mont, Aigmioiu » _ Composé de fr. mont; le déterminant n’est pas, avec V et J. |-ï.:ller, dans BTD, 3, 1929, p. 64, l’anthrop. germ. agi-heri, mai.-, l>ion, avec C et B, l’anthrop. germ. aud-gari, fr. Augier, Ogier; cf. GW, .«53, 1982, p. 100. JH

AGIMONT Naudjumont

 (Ph 59), XIIIe Agiermont : Adalgarimontem « le mont d’Augier » (D) (Haust). MB

AGIMONT Naudjumont

(Hastière, N) : 1265 Augimont, 1300 Augvinont, mont d’Audgari (germ. *aud- « richesse » et *gari « lance »), anthr. germ. (franc. Augier, Ogier) (H.). § Sile fortifié très ancien, centre d’un comté qui fi­gura dès le IXe s. parmi les possessions de l’Église de Liège et qui fut inféodé successivement aux fa­milles de Chiny, de Looz, de Walcourt-Rochefort, de La Marck, de Stolberg ; Agimont fut acheté par Charles-Quint en 1555 pour en faire un bastion contre la France, puis cédé à la France en 1678 (traité de Nimègue) et restitué aux Pays-Bas en 1773 par un échange avec la terre de Foisches ; commune du département de Sambre-et-Meuse sous le rég. franc. ; ruines du château des sires de Rochefort, date de 929 ; remplacé, dans sa fonction militaire, par le fort de Charlemont à Givet, le château devint la propriété des Nevcrs ; plusieurs fois remanié, il resta la propriété de la famille royale de France jusqu’en 1952. JJ

Agimont Naudjumont

N.  1228 Agiermont si (Agiheri). AV

AGISTER

(Waimes, Lg) : défrichement (wall. stèr) d’Audgari, anthr. germ. § Village détruit et aban­donné probablement avant 1350. JJ

AGNELÉE

(Perwez, BW) : 1155 Alinjees : proprié­tés de (suff. -iacas) Adelin, anthr. médiéval (C.). § Possession de l’abbaye d’Heylissem, gérée par sa grange de Seumay. JJ

Agnelée L’ Agneléye

(Biesmerée N.)1180 Allegneez r (Allô). AV

Agnelée

(Perwez-le-Marché B) 1155 Alinjees, 1180e Algineis, 1272 Allingneis (Allô). AV

AGUESSE

(Clermont, Thimister-Clermont, Lg) (Grâce-Berleur, Grâce-Hollogne, Lg) : terre schis­teuse, où affleurent des grès schisteux (wall. nam. agôche) (C.). § Château, à Clermont. JJ

AGUESSES Lès-Aguèsses

(Angleur, Liège, Lg) : terres schisteu­ses, stériles (wall. nam. agauche) (?). § Forge et martinet fondés en 1550 et convertis plus tard en maka. JJ

AHÉRÉE

(Châtillon, Saint-Léger, Lx) : al. Dahéré, Dahérée : propriété de (suff. -iaca) Daiher (C.) ou de Haghari (germ. *hari « armée »), anthr. germ. (?). § Fourneau mis en activité au XVIe s. et qui alimentait en gueuses la Neuve Forge de Saint-Léger ; désaffecté en 1846. JJ

AHÉRÉE Aèréye

, An.èréye (Tarcienne, Walcourt, N) 1364 Hahereez : propriétés de (suff. -acas) Haghari, anthr. germ. (C.). § Dépendance de la cour féodale de Morialmé, donc terre liégeoise ; érigée en commune en 1795, dans le département de Sambre-et-Meuse ; f. > Tarcienne 1809. JJ

Ahin Ahin /h/

dans Ben-Ahin [H 38] Bèn-ahin; 1273 « Ahiens » de reiffen-berg, Monuments, I, p. 161; 1314 «Ahiers» [lire: Ahiens] Fiefs, p. 153. Pmir C, germ. * askîn « bois de frênes » (mais on attendrait des graphies ni A/;, cf. BTD, 23, 1949, p. 173); la glose de petri, p. 90, nest pas à ivienir; pour gamillscheg, p. 105, nom en germ. -heim, comme Ehein u-0 qui est possible). JH

AHIN Ahin /h/

 (H 38), XIVe Ahiens : Ascianum « le domaine d’Ascius » (B). MB

AHIN Ahin /h/

(Ben-Ahin, Huy, Lg) : 1273 Ahiens : probablement habitation (germ. *haima) de *Ago, an­thr. germ. (comme Ehein) (H.) ou, moins proba­blement, bois de frênes (coll. rom.-germ. *askînas, de *aski « frêne ») (C.). § Vestiges néo­lithiques, romains et francs ; village qui faisait partie, du XIIIe au XVIIIe s., de la seigneurie de Beaufort, mais possédait son propre château, fief indépendant de la terre de Beaufort. engage en 1642 aux seigneurs de Beaufort ; château. JJ

AIGREMONT Êyemont

 (Awirs, Flémalle, Lg) : 1155 Aigremont : mont escarpé, pointu (lat. acrem) (C.). § Seigneurie réunie aux Awirs à la fin du XIIe s. ; c’est à Aigrement que la légende situe le début de l’épopée des Quatre Fils Aymon : le château aurait été la demeure de Maugis l’enchanteur ; château carolingien, puis forteresse de Guillaume d’Arenberg de La Marck, dit le Sanglier des Ardermes (X Ve s.), démantelée par le prince-évêque Louis de Bourbon en 1474 et reconstruite en 1717. JJ

AIGREMONT L’ Aîgrèmont

(Dampicourt, Rouvroy, Lx) : mont escarpé, pointu (lat. acrem) (C.). § Fit partie de la paroisse de Montquintin. JJ

Aigremont

(Awirs Lg) 1155 Aigrement bialg ni. AV

Aillebroux

(Dongelberg B) 1383 Alionbrokes, 1441 Albrouch tw (Avila, n. masc.). AV

AIMERIES (Haine-Saint-Paul + Haine-Saint-Pierre, La Louvière, Ht) : seigneurie de Nicolas Rollin, chancelier de Bourgogne et seigneur d’Aimeries (Nord, Fr.) et de Houdeng-Aimeries. § Haine-Saint-Paul était un démembrement de cette sei­gneurie, sise à Haine-Saint-Pierre. JJ

Aineffe Ênèfe

 [H6] ça 1280 « Aeneffe »; 1314 « Ayneffe; Aineffe » [1034 «Hunaiio» est HanefTe]. — Pour C, germ. * ahwjô «prairie humide » (sans glose pour le déterminant); pour J. devleeschouwer, dans NaamkitnJc, 13, 1981, p. 205 : germ. occ. *aigin-ahhja «prairie qui est une propriété » (got. aigin, néerl. eigen « appartenant en propre »); cf. nTD, 28, 1954, p. 215. JH

AINEFFE Ênèfe

(H 6), XIIIe Aeneffe : Acesonnavia « la terre de l’eau aux pierres » (i-e ak-) (A). MB

AINEFFE Ênèfe

(Faimes, Lg) : 1280 Aeneffe, 1314 Ayneffe : prairie humide (germ. *ahwjô) fauve, boueuse (germ. *huri) (C., H.) ou prairie (germ. occ. *ahhja] qui est un bien propre, un alleu (goth. aigin, néerl. eigen) (H.). § Fit peut-être par­tie du comté de Moha ; entra ensuite dans la mense épiscopale liégeoise, à la suite d’acquisitions des abbayes Saint-Jacques et Saint-Laurent de Liège. JJ

Aineffe

Lg. 1034 Hanafia r, 1315 Ayneve… Ayneffe pf (Hano). AV

Ainières Ègnêre

à Arc-Ainières [A 8], Ark-Ègnêre; 1114 (cop. milieu 13e s.) « Asnerns ». Pour G, collectif roman en -arias; doit être, avec B, * Asinarias, dor. de lat. asinus « âne ». JH

AINIÈRES Ègnêre

(A 8), XIIe Asneriis : Asinarias « les élevage d’ânes » (It asm-) (D). S. Agnères (Som), Anères (HP), Asnières (Eure), etc. MB

AINIÈRES Ègnêre

(Arc-Wattripont, Frasnes-lez-Anvaing, Ht) : 1114 Asneriis : lieu aux (coll. -arias) ânes (lat. asinus) (H., B.). § Sépulture celte, vestiges gallo-romains ; seigneurie rattachée au fief de Cordes au XIVe s.. JJ

AIRBOIS

(Mont, Yvoir, N) (Yvoir, N) : bois de la surface [arable] (lat. ared) ou derrière le, au-delà du (wall. êri) bois (?) (C.). JJ

AIRE

L’ Ér

(Horrues, Soignies, Ht) : surface [arable] (lat. ared) (?). JJ

AIRE D’OISEAUX

(Forge-Philippe, Momignies, Ht) : lieu (lat. ared) [où nichent les) oiseaux. JJ

AIRHÉ

 (Robertville, Waimes, Lg) : derrière le (wall. êri) coteau couvert de bruyère (wall. hé). JJ

AIRMONT

(Carnières, Morlanwelz, Ht) : derrière le (wall. êri) mont. § Seigneurie qui relevait du marquisat de Trazegnies et faisait partie du duché de Brabant. JJ

AIRYFAGNES Lès-Êrifagnes

 (Theux, Lg) der­rière les, au delà des (wall. êri) fagnes (C.). JJ

AISANCES

 (Malonne, Namur, N) : chemins publics ou terrains communaux (anc. franc, aise, aisé­ment, du lat. adiacem). JJ

AISANCES DE ME

(Malmedy, Lg) : chemins pu­blics ou terrains communaux (anc. franc, aise, aisément, du lat. adiacens) du manse (wall. me). JJ

Aische-en- Refail

N. 1291 Ays deleis Reffait, 1388 Ays en Reiayt, 1512 Aix en Reffay; la seconde localité, 1241 Refait, 1251 Refail, a disparu. AV

Aische-en-Refail Ache (à(-y)-)

[Na 6] 1118 « Ays »; 1184 (cop. 1263) «Asca»; 110s (cop 15e s •> «Aiz>>; 129i «Ays deleis Reffait » [805 « Hasca » est plutôt Grand-Axhe; 868 « Ascut » reste à localiser]. — Pour G, hydioii. prémédiéval Asca; sur ce dernier, cf. notre notice dans BTD, 2S. 1054^ p. 215-216, mais germ. aski- « frêne », toponyme très fréquent, ,,’ost pas à exclure, cf. GW, 52, 1976. p. 69-70, à propos à. Arche (w. </, vï. à Maillen [Na 116]. JH

AISCHE-en-Refail  Ache (à(-y)-)

(Na 6), XIIe Asca : Asca « le frêne » ou « l’eau aux frênes » (i-e as-) (A) (v. Refail). MB

AISCHE-EN-REFAIL Ache (à(-y-)_)

(Éghezée, N) : 1118 Ays. 1184 Asca, 1195 Ais: hydronyme pré-médiéval *Asca, ou frêne (germ. *aski) (C., H.) près de Refail al. Refail, fief et centre du village (H.). § Seigneurie foncière et hautaine du comte de Namur, qui y chassait. JJ

AISE

(Ruisseau d’) (cours d’eau) : [ruisseau de la vaine pâture communale. § Affluent de la Semois à Mortehan (Cugnon). JJ

AISE, AISEMENT, AUJE  Auje

terrain communal, vaine pâture dont les manants (habitants roturiers d’un bourg ou d’un village) jouissaient gratuitement (anc. franc, aise, aisément, wall. auje, lat. adiacens) (H.). JJ

Aiseau Aujau

 [Ch 62] 1170 (cop. 2e moitié 13e s.) «Aisau»; 1192 «Aisav »; aure U65 et 1286 « Aissau ». — Pour P. marchot, dans Leuven*. ,v Bijdragen, 25, 1933, p. 173 : dér. en -avus du gentihce Atiu.\ \rtius (ce qui est douteux); avec C, dimin. d’anc. fr. aise «aiseau Communale», FEW, 1, p. 31. JH

AISEAU Aujau

w. 070 (Ch 62), XIIe Aisau : Adjaceale «espace près d’une habitation » (It adjace-) (D) (Carnoy). H. Les Aiseaux (Vg). MB

AISEAU Aujau

(Aiseau-Presles, Ht) : 1170 Aisau: petite vaine pâture communale (H.). § Ves­tiges gallo-romains (villa et deux cimetières); siège d’une seigneurie qui comprenait Aiseau, Le Roux et une grande partie de Moignelée ; après de longues contestations avec le comte de Namur, la seigneurie fut reconnue terre brabançonne en 1353 ou 1357 et érigée en marquisat en 1625 ; commune du département de Jemappes sous le rég. franc.; amputée en 1806 de Moignelée et du Roux, érigés en communes. JJ

AISEAU-PRESLES Aujau-Prêle

(Ht) : c.f. 1977 / Aiseau, Pont-de-Loup, Presles et Roselies ; nom de la com­mune d’après les principales agglomérations, *Aiseau et *Presles. JJ

AISEMENT cf Aise. JJ

Aisemont Inzès-Monts

 [N108] jadis « Les Monts » roland, p. lo. t-r. •• ,»,-/A– (plur.), précédé de lat. intus in illos > w. inzès. JH NDLR « dans les monts »

AISEMONT Inzès-Monts

(Na 108), jadis Insèmont : w. inzès monts « dans les monts » (D) Rem. inzès = lt. intus in illos (Haust). MB NDLR « dans les monts »

AISEMONT Inzèsmonts

(Fosses-la-ville, N) aux (wall. inzès (dans les)) monts (H.). § Cimetière franc ; dépen­dance de Fosses-la-ville érigée en commune par séparation de Fosses le 8.7.1871. JJ & JV

AISETTE Aîsète

(La Bouverie, Frameries, Ht) (Quaregnon, Ht): petite vaine pâture commu­nale. § Hameau qui se peupla à partir du XVIIe s., après l’ouverture de houillères au lieu-dit Pâturage. JJ

AISNE

(Hérinnes, Pecq, Ht) : localité sur I’ Aisne (III). § Seigneurie qui relevait du Perron d’Audenarde (comté de Flandre) au titre de baronnie : f. > Hérinnes rég. franc. JJ

AISNE In.ne

(Heyd, Durbuy, Lx) al. Aisne sous Heyd : localité sur 1′ Aisne (I) [en contrebas de *Heyd]. § Grottes ; vestiges paléolithiques dans la grotte de la Préalle ; vestiges romains et sépultures mérovingiennes ; fit partie du ban de Wéris et de la pa­roisse de Heyd. JJ

AISNE In.ne

(rivière) : 966 Aisna : *Axonna : rivière (continuation en celt. d’un préceltique *Apsona, *Absona, adapté à la phonétique gauloise, \ps\ > |xs| > \ks\, cf. Aisne [Fr.]) (X.D.) ou rivière (celt. -onna) mère (hypocrist. celt. *akka « mère » 4 « déesse mère ») (?) (C.). § Affluent de l’Ourthe à Bornai (I) et de l’Eau Noire à Couvin (cf. Aine) (II) ; désigne aussi d’autres cours d’eau (III). JJ

AISNE In.ne

 (Soy, Érezée, Lx) : al. Aisne sous Fisenne : localité sur l’ Aisne (I) [en contrebas de Fi­senne]. § Relevait, comme Érezée, de la cour de La Sarte ; annexe de la seigneurie foncière de Fi­senne ; fourneaux et marteaux à fer au xv^s. (Forge Lemaire) ; gisements de fer. JJ

AISNE (L’) In.ne (l’)

af. de l’Ourthe et de l’Eau-Noire, Xe Aisna : Acesonna « l’eau rocailleuse » (i-e ak-) (A). H. L’Aisne, af. de l’Oise. MB

AISOMONT Êssômont (èn-_)

(Wanne, Trois-Ponts, Lg) : aux (wall. in :è. lat. intus illos) monts. § Fit partie du ban slavelotain de Wanne . JJ

AIWES Lès-Êwes

(Mont, Houffalize, Lx) loc. âs-Êwes : eaux (wall. êwe) JJ

AIWISSE Êwis’

(Villers-l’Évêque, Awans, Lg) 1383 Eawiche : terre humide (wall. êwis’, du bas lat. aquicià) [avec agglutination de l’article] (C.). JJ

AIX-SUR-CLOIE Ache (à-(y-)_)

(Halanzy, Aubange, Lx) allem. Esch an der Hun : village près de l’eau (allem. Esch, hydronyme fré­quent, du celt. *iska, ou lat. aquis, rom. aix) (C.) sur la claie (allem. Hürde), allusion aux ponts de claies construits sur les rivières ardennaises. § Tombes à incinération et vestiges romains ; vil­lage germanophone à l’origine, Aix fit partie des « terres communes » au Luxembourg et à Bar-Lorraine jusqu’en 1602, puis revint entièrement à la Lorraine ; cédé aux Pays-Bas en 1769. JJ

-ake(n)

en flamand dans les noms où la syllabe ac est la troisième ; elle porte dans ce cas un accent secondaire,l’accent principal étant sur la première (Kortenaken B, Vissenaken B). AV

AL1SSE Alisse

(cours d’eau) [eau] aux aulnes (germ. *alisjo) (C.). § Affluent de la Meuse à Fumay (Fr.), forme la frontière franco-belge à Oignies-en-Thiérache. JJ

Aldeneik Aldeneik

(Maeseyck Limb.) 870 Echa mf i, 952 Monasterium Eiche si. — Nom transporté à une localité créée au moyen âge.aujourd’hui Maesegck Limb., 1245 burgenses nove ville de Eke, a 2 vi, si­tuée sur la Meuse, Maes.

Monastère dès le VIIIe siècle. 870 Echa, 944 monasterium Eiche vocatum super fluvium Votra constructum mfl, 1244 ecclesiam de Veteri Eke, 1400 Alden-Eyck a 2 VI. AV

ALDRINGEN Aldringen

 (Thommen, Burg-Reuland) : franc. Audrange (sic) : chez ceux de (suff. germ. -ingen) Al-daro, anthr. germ. (C.). § Église Saint-Martin citée dès 1311, avec des fonts baptismaux reposant sur une colonne romaine. JJ

ALEINES Ri dès-Aliènes

 (Ruisseau des) (cours d’eau) jadis *Alisina : ruisseau (wall. ru, lat. riuus) des aulnes (rom.-germ. *alisa, suff. -ina) (C.). § Affluent de la Semois à Auby. JJ

ALENSBERG Alensberg

(Gemmenich + Moresnet, Plombières, Lg) : hauteur (germ. *berga) de Halino, anthr. germ. (?). § Seigneurie foncière du terroir de Mo­resnet ; fut rassemblée avec quatre autres cours en 1718 ; château des seigneurs de Gemmenich. JJ

ALETTE Alète

 (Heer, Hastière, N) : petite (diminutif -ettum) pierre (celt. *[p]allo : dans les langues celtiques, le \p\ ne se prononce pas), dans une ré­gion qui fut le siège d’une véritable industrie de la pierre taillée à l’époque préhistorique. § Château sur la Massembre. JJ

ALFERSTEG Alfersteg

 (Lommersweiler + Schönberg, Sanlrt-Vith) : petit pont, sentier (allem. Steg) d’Alfhari, anthr. germ. (C.). § Hameau né d’un défrichement. JJ

ALHOUMONT Alhoûmont (à-n-_)

(Tavigny, Houffalize, Lx) : au haut (wall. à l’ hoût, anc. bas germ. *hôhi «hauteur») mont (?) ou mont d’Alholf, anthr. germ. (C.). § Fief dépendant de Cowan, dans la Terre d’Houffalize, et siège d’une justice dont dépendait Vissoule ; f. > Cowan ; f. > Tavigny 1823. JJ

Alken dial. uitspr. [‘aləkə]

 LB, Kopie 1066 kopie 18de eeuw, Allécha, 1078 kopie 13deeeuw Alleca, 1155 kopie 13de eeuw Alleke, 1155 kopie 13de-14de eeuw Aleke (TW).

Alken gaat terug op een afleiding van de Latijnse persoonsnaam Allius met het Gallo- Romaanse suffix -(i)acum, dus ‘(goed) toebehorend aan Allius’. Etymologisch identiek met Alken in Duitsland (bij Sankt Goar) (TW, Fô2, EV). (vm) FD

Alken Alken

Limb. 1066 Allécha crh 3 n, 1155 Alleke si, 1315 in territorio de Alken pf. (Allius). AV

Allaartshuizen Allaartshuizen

 (Wulpen F. oc.) 1142 quidam Alnothus… quan-dam terram in Wulpen, v.1180 in parrochia de Wulpen terram que fuit Alnoth et sororum ejus, 1183 apud Alnctshuus, 1593, Alaertshuuse, 1725 de Allaertslmijsen df. AV

ALLAIN

(Tournai, Ht): XIIIe s. Allaing : propriété de (suff. -inius) Alla, anthr. germ., ou d’un Alain, peuplade caucasienne dont quelques membres s’installèrent en Gaule au IVe s. et auraient pu ser­vir de mercenaires aux Mérovingiens de Tournai(?) (C.) ; variante : à la (wall. al agglutiné) colline (germ. *hlain) (?). § Fit partie du quartier indus­triel des Chaufours.

JJ

Alle Aule (à-y-)

[D 141] 1235 «Aie»; 1290 «Allé» — roland (suivi par C, aussi dans L’Antiquité Classique, 23, 1954, p. 25) propose celt. (p)allo- « pierre ». JH

ALLE Aule (à-y-)

(D 141), XIIIe Aie : Alula « la petite eau blanche » (i-e al- « blanc ») (A). MB

ALLE Aule (à-y-_)

(Alle, Vresse-sur-Semois, N) : 1235 Ale, loc. Aule : pierre (celt. *[p]allo : dans les langues cel­tiques, le \p\ ne se prononce pas), allusion possible à la Pierre du Diable, mégalithe plat surplombant la Seinois à la limite de Chairière (H.). § Vestiges néolithiques ; fit partie du pagus d’Ardenne ; de­vint une terre franche partagée entre le duc de Bouillon et le seigneur d’Orchimont par un accord de 1235 ; commune du département de Sambre-et-Meuse sous le rég. franc. JJ

ALLEINES Alanes

(Ruisseau des) af. de la Semois, IXe Alisna : Alisonna « la rivière aux aunes » (i-e el-) (A) (Carnoy). MB

ALLEU, ALLOU Alou

bien foncier appartenant  en pleine propriété (au sens romain du terme) à son détenteur (bas lat. allodium, du frcq. *al-ôd « pleine propriété ») ; l’alleu relève de l’État ; va­riante : bien foncier de peu d’importance. JJ

Alleur Aleûr (à(-y-))

 [L 49] 1196 «Alur»; 1207 «Alour»; 1221 «Aloir». — Ne peut être fr. alleu, proposé par V et C; E. renard et J. hoyoux, dans AHL, IV, 1950, p. 352-354, proposent celt. duron «forteresse»; G glose, avec réserve: celt. Allô-, nom de peuple (cf. Allobroges) + duron « forteresse »? Cf. BTD, 28, 1954, p. 216-217. JH

ALLEUR Aleûr (à(-y-))

(L 49), XIIe Alur : Alodurum «l’oppi­dum blanc » (i-e al-) (A). MB

ALLEUR Aleûr

(Alleur, Ans, Lg) : 1196 Alur, 1207 Alour. loc. Aleûr : *Allodurum : habitat fortifié (gaul. duron « forum, place enclose » -^ « ville entourée d’une enceinte ») des étrangers (gaul. allos) (X.D.) ou, peut-être, des Allobroges (gaul. allu-brog « étranger, exilé »), peuple gaulois établi en­tre le Rhône, l’Isère et le lac de Genève, avec Vienne pour capitale (?) (H.). § Fit partie de la sei­gneurie d’Alleur et Hombroux, appartenant au prince-évêque de Liège et cédée en 1332 au chapi­tre de Saint-Lambert. JJ

Alleur

Lg. 1196 terra de Alur h 2, 1224 Halluer vb, 1228 Alur, 1330 cil d’Aloir si. AV

ALLIANCE Aliance

(Boussu, Ht) : « à l’alliance », enseigne. § Puits du charbonnage de Boussu-Bois, fermé en 1961. JJ

ALLIÉBROUX Ayebrous

(Roux-Miroir, Incourt, BW) 1383 Alionbrokes : lieu boueux (wall. brou)] d’Allio, anthr. germ. (C.). JJ

Allierseheide Allierseheide

 (Emblehen A.), seul vestige de l’ancienne localité de Vieux-Lierre ; Emblehem est voisine de Lierre ; 1213 Aut Lyre, 1388 apud Hallersche Heyde prope Lyre, 1460 te Lyere, in d’Alliersche heyde, ba 3 I. De Bouge, Carte, 1838, donne aussi Alliers Capelle. AV

ALLMUTHEN Allmuthen

(Manderfeld, Büllingen) : chez (lo­catif -en) Allmuth, anthr. germ. (?). JJ

ALLOS

 (Lesve, Profondeville, N) alleu. § Fief qui appartint aux d’Oultremont et revint à François de Souhay, dit « seigneur de Lesve », en 1564. JJ

ALLOU Alou -> Alleu JJ

ALLOUX Alous

(Keumiée, Sambreville, N) alleux. § Fief tenu du comte de Namur, au XIIe s., par la famille de Ligny ; vendu en 1588 et rattaché au fief des Six-Bonniers, à Ligny, dans la mairie de Genappe (duché de Brabant), tout en restant dans le comte    de Namur ; f. > Keumiée 1821. JJ

ALLOUX Alous

(Tamines, Sambreville,  N) :   alleux. § Possession du monastère de Fosses ; seigneurie namuroise à partir du XIIIe s., dans la paroisse de Tamines, acquise en 1711 par le prieuré d’Oignies, comme toute la paroisse ; verrerie de la fin du XVIIe s. JJ

ALLOUX Alous

(Tellin, Lx) : alleu. § Était, dans la paroisse de Tellin (duché de Luxembourg), un appendice du duché de Bouillon  JJ

ALLUE Alû (à l’ _)

(Anderlues, Ht): XIe s. Allodium : alleu (bas lat. allodiai) [avec agglutination de l’article]. § Dépendance de la seigneurie d’Anderlues appartenant aux seigneurs de Fontaine-I’Évêque. JJ

ALMACHE Almatche (l’ _)

(cours d’eau) [ruisseau] à la (wall. à l’) forge ou au moulin (wall. make, matche « masse, meule, marteau de forge», anc. franc, mâche « meule ») [ou ruisseau de *Gembes]. § Affluent de la Lesse à Daverdisse ; passe à Gembes ; source à Carlsbourg. JJ

ALMACHE Almatche (à l’ _)

(Daverdisse, Lx) : hameau sur l’Almache. JJ

ALMACHE Mache (à l’ _)

(Nollevaux, Paliseul, Lx) (à la) forge (wall. make, matche « masse, meule, marteau de forge », anc. franc, mâche « meule ») (C.). § Ancien site métallurgique. JJ

ALMÉ Mé (à l’ _)

(Chastre-Villeroux-Blanmont, Chastre, BW): (au) manse (wall. mé, lat. mansus). JJ

ALMEROTH

(Nobressart, Attert, Lx) : défriche­ment (germ. *rotha) d’Aldemar (germ. *alt « vieux » et *mar « célèbre »), anthr. germ. (?), § Fit partie du ban de Nobressart. JJ

ALMEZ lMé (à l’ _)

(Corroy-le-Grand, Chaumont-Gistoux, BW) : (au) manse (wall. mé, lat. mansus). JJ

ALNOIR Nâr (à l’ _)

(Jemeppe-sur-Sambre, N) l’Orne, ancien nom de l’Orneau qui se jette dans la Sambre près de cet endroit (C.). JJ

ALOUETTE Houète (à l’ _)

(Audregnies, Quiévrain, Ht) (Gibecq, Ath, Ht) (Gilly, Charleroi, Ht) (Roisin, Honnelles, Ht) à la hutte (germ. *hlithra)ou alouette ou petit (diminutif -etta) alleu (?). JJ

ALOYI Lès-Âloyîs

(Wardin, Bastogne, Lx) âs-Âloyîs : ali­siers (wall. âloyî, type aller, du germ. “alika). JJ

Alphen

nom remplacé par Belle(beek) 1189 ultra Veterem Al-fenam… ad rivum Alfene crh 4 vu, 1259 sylva ultra Alfenam W. -Loc, : Teralphene B. 1229 Alfena ch, XIVe Elst vel Alfene rp, 1518 ter Alphene pv I. Neerhalfen, Ophalfen (Ternath B.) AV

Alphen Alphen

Nom de cours d’eau devenu nom de lieu nom remplacé par Belle(beek) 1189 ultraVeterem Al-fenam… ad rivum Alfene crh 4 vu, 1259 sylva ultra Alfenam W. -Loc. : Teralphene B. 1229 Alfena ch, XIVe Elst vel Alfene rp, 1518 ter Alphene pv I. Neerhalfen, Ophalfen (Ternath B.)

AV

Alrive

(Avin-en-Hesbaye Lg) XIIe Alta ripa g, 1330 Autre-rive, 1365 Auterive vb (« haute rive » ; type attesté dès l’époque romaine). AV

Alsemberg dial. uitspr. [‘alsəmbærəx]

 VB, Beersel, Alsenberge, 1220 Alsenbergh (TW). Samengesteld uit de Germaanse persoonsnaam Also en b erg ‘berg van Also’ (TW), [Ofwel uit de plantnaam alsem (M, WB) en berg. De overgang van alsen naar alsem is een gevolg van de aanpassing van n naar m voôr b.) De betekenis is dan ‘berg waar alsem of absint groeit’. (pk) FD

Alsemberg

B. 1243 Ausemberga, 1415 Halsenberge, 1435 Alzenberghe w (Alzo). AV

ALSTER Alster

 (Reuland, Burg-Reuland) aulne (germ. *aliso, suff. moy. néerl. -ter « arbre »). § Site du gibet et du bûcher de la seigneurie de Reuland. JJ

ALTEGASSE Altegasse

 (Raeren) vieux (allem. alt) passage (allem. Gasse, germ. *gatja). JJ

ALTENBERG Altenberg

(Kelmis) franc. Vieille Montagne: vieille (allem. ait) montagne (allem. Berg). § Site du gisement de silicate de zinc (calamine) le plus riche d’Europe, exploité à Moresnet et Kelmis de­puis l’époque romaine ; situé dans le duché de Limbourg (ban de Montzen), il fournissait la ma­tière première à l’industrie du laiton et aux batteurs de cuivre ; en 1344, la mine était exploitée par une famille de Walhorn et par la ville d’Aix-la-Chqpelle.

La princesse Stéphanie (1864-1945) était la deuxième fille de Léopold II. Chapelle ; le duc de Bourgogne Philippe le Bon (duc de Limbourg) la confisqua en 1439 et depuis cette date ce fut une entreprise d’État ; l’Établis­sement national de la Yieille Montagne fut concé­dé par l’État français en 1805 au chanoine Dony de Liège, qui réussit en 1808 à transformer la cala­mine en zinc laminable. JJ

ALT-HATTLICH Alt-Hattlich

(Eupen) ancien (germ. *ald, al-lem. o/() site du domaine de Hattlich : 1203 Har-llicli, 1262 Attelach : propriété de (suff. -acum déf. -icA) Hartla, anthr. germ. (C.). § Villa gallo-romaine ; domaine carolingien, donné par Charles « Martel » à sa fille, fondatrice de l’abbaye de Kitzingen ; fut ensuite aux mains des ducs de Lim-bourg, puis de l’abbaye de Reichenstein ; maison forestière incendiée en 1906 et remplacée par une autre appelée Neu-Hattlich. JJ

ALTIAU

(Gentinnes, Chastre, BW) propriété (suff. -Kum) plus élevée (lat. altius) (C.). JJ

ALTIÈRE Tiére (à l’ _)

(Maulde, Tournai, Ht) (Thieulain, Leuze-en-Hainaut, Ht) (à la) hauteur (pic. tiére). JJ

ALTRÉE Haletréye

(Jumet, Charleroi, Ht) : hallier, buisson (anc. franc. haloterie) (C.). JJ

ALU Alu

(cours d’eau): [ruisseau de l’alleu (bas lat.allodium) ou [de la[ pierre (celt. *[p]allo) (?). § Affluent de l’Aisne (I) à Dochamps. JJ

ALU Alu

(Samrée, La Roche-en-Ardenne, Lx) : al. Lalu : alleu (bas lat. allodium) [avec agglutination de l’article]. JJ

ALVAU Vau (à l’ _)

(Bossière + Bothey, Gembloux, N) à la  vallée (wall. vau). § Moulin, propriété du comte de Namur, cédé à Jean ‘t Serclaes de Tilly par Philippe IV en 1628. JJ

ALVAU Vau (à l’ _)

(Mont-Saint-Guibert, BW) (Nil-Saint-Vincent-Saint-Martin, Walhain, BW) (à la) vallée (wall. vau) de l’Orne. § Cour des seigneurs de Walhain, vraisem­blablement successeurs de l’Arnoul de Walhain auquel l’abbesse Berthe de Nivelles céda des terres à Nil-Saint-Vincent en 1191. JJ

ALVAUX Vau (à l’ _)

(Biesme, Mettet, N) (à la) vallée (wall. vau). § Faisait partie au XIII* s. de la franchise de Biesme. JJ

ALVAUX Vau (à l’ _)

(Jauche, Orp-Jauche, BW) (à l)a vallée § Seigneurie particulière. JJ

Alvaux (Hévillers B) 1272 curia de Valle. AV

Alveringem dial. uitspr. [‘ɔ:vərɤæm] ouder [‘o:vərɤɛm]

 WV, 1066 Alfrenchehem, 1080-85 Alfringehem, 1123 Alvringem (TW).

Samenstelling van Germaans *Albuhari verbonden met het verzamelsuffix -inga en heem, ‘woonplaats van de lieden van Albuhari’. (TW), (fd) FD

Alveringhem

F. oc. 1066 parroechia Alfrenchehem, 1081-5 Alfringehem. 1144 Adalfringahem, v. 1200 Al-verinchem df (Adalfred). AV

ALZÉMONT Alzèsmonts

(Baulers, Nivelles, BW) aux (contraction du wall. à l’ inzès) monts (C.). JJ

AMANTE

(cours d’eau) : cours d’eau (gaul. ambe) ou rivière mère (celt. toponymique *Ammâ, indo-eur. *amma) (C.). § Affluent de l’Aisne (I). JJ

AMANTE

(Mormont, Érezée, Lx) hameau sur l’Amante. JJ

AMAS Åma

(Ocquier, Clavier, Lg) : 896 Amarne, Marne : à la (wall. à agglutiné) terre (suff. -ma) marneuse (gaul. marga « marne ») ou à la rivière mère (celt. toponymique *Matrona, cf. Marne [Fr.], du gaul. matir « mère » avec suff. -ona), allusion au culte gaulois des rivières (?) (C.). § Lieu d’origine de la famille (de Vervoz) d’Amas, mayeurs héréditaires de Vervoz depuis le XIIe s. ; château. JJ

Amay Ama (à(-y-))

 [H 28] 634 (cop. 10e s.) « in Amanio »; 1091 « Ama-niensis»; 1143 « Amang»; 1155 (cop. 13e s.) «Almanium» [le / est inorganique]. — Dénasalisation de la finale; non, avec C, dér. de l’anthropon. germ. Adalman (vu le à bref w. ; avec V, dér. de l’anthrop. germ. Amo, ou, avec G, gallo-rom. Amânium « appartenant à Ama-nius » ; pour le suffixe -anium, il faut aussi songer à un dér. du cas oblique fém. en -âne; cf. BTD, 28, 1954, p. 217-218. JH

AMAY Ama (à(-y-))

(H 28), VIIe Amanio : Amanium « le bien d’Amanius »  (B)  (Vincent). MB

AMAY Ama (à-y-)_)

(Amay, Lg) : 634 Amanio, 1091 Amaniensis, loc. Ama : propriété de (suff. -anius avec dénasa­lisation de la finale) Amo, anthr. germ., ou Amanius, anthr. gallo-romain (H.), ou |lieu] agréable (lat. amanium). § Site néolithique ; viens romain important du Ier au I Ve s., puis bastion franc, contrôlant le passage de la route Tongres-Arlon sur la Meuse ; paroisse du VIe s. dépendant du chapitre de chanoines séculiers de l’église fondée par une aristocrate mérovingienne. Ode ou Odoacre ; la seigneurie ecclésiastique comprenait Ampsin, Bodegnée, Fize-Fontaine, Ombret et Rawsa ; fit partie de la mense épiscopale liégeoise puis fut cédée en 1288 au chapitre de Saint-Lambert en échange du domaine d’Amercceur ; en 1310, les chanoines ob­tinrent de Thibaut de Bar le droit d’administrer la cité ; amputée le 26.9.1842 d’Ombret et de Rawsa, érigés en commune. JJ

Amay

Lg, 1140 Amanio, 1310 Amaing, 1356 Amaie. AV

Amay

Lg. 631 domni Jorgii in Amanio bu, 1140 ab Amanio, 1143 Amang, 1155 Almanium si, 1248 Amaing a 2 vu, 1356 Amaie a 2 vin (Amo). AV

AMBAI

(Hogne, Somme-Leuze, N) terres (suff. -auas) de la rivière (gaul. ambe) (?). JJ

Amberloup Ambèrlou

 [B 20] (687) faux 11e s., cop. 12e s. « Amber-lacensis »; 888 (cop. ça 1191) « Amberlao »; 896 (cop. 3e déc. 13e s.) « Amarlaus ». — Typiquement gaulois : gamillscheg, p. 115, note 1 ; pour C, composé de : hydron. Ambara (de celt. ambe- « rivière » et -ara) + celt. * laku- « étang » ou germ. * lauha- « bois ». JH

AMBERLOUP Ambèrlou

(B 20), IXe Ambarlao :  Ambarlavuni   « le domaine des deux rivières » (i-e ambh-) (A). MB

AMBERLOUP Ambèrlou

(Amberloup, Sainte-Ode, Lx) : 888 Amberlao, 896 Amarlaus, néerl. Ammerloo : étang (germ. *laku) ou bois (germ. *lauha) de la terre (celt. *ara) de la rivière (gaul. ambe) (?) (H.), sur un sous-affluent de l’Ourthe. § Vicus romain proche de la chaussée Bavay-Trèves ; on y a retrouvé une inscription Curia ar-duennae : les curiae gallo-germaniques étaient probablement des confréries religieuses masculines (curia = co-uiria) liées au culte d’un ancêtre my­thique ; ces curiae ont pu donner naissance, sous l’empire carolingien, à des ensembles territoriaux, subdivisions de pagi, parmi lesquels la curia d’Ardenne ; centre de moyenne importance dans le domaine royal des Pippinides, puis centre d’un grand domaine des comtes de Salm devenu ensuite la mairie d’Amberloup, dans la prévôté de Basto­gne ; associée à Tillet depuis le XVIIe s. ; érigée en agence, mairie ou commune sous le rég. franc. JJ

Amberloup

Lux 888 Amberlao e vi, XIIe Amberlacum r 1152 apud Amberlus… presbiter Amberlacensis sh, 1315 Am-brellue vil, 1469 Amberlour dfl, 1477 Amberlu, Omberleu vil. AV

AMBLÈVE Amblève

(Aywaille, Lg) (Rouvreux, Sprimont, Lg) : al. Emblave : site sur l’Amblève. § Ruines du château dit des Quatre Fils Aymon, successeur probable d’une redoute romaine et d’un fortin ca­rolingien, demeure légendaire du duc Aymon d’Ardenne, détruit en 1587 ; village protégé par la Région wallonne. JJ

AMBLÈVE Amblève

(rivière) 670 Amblava, allem. Amel : [rivière de la] terre de (suff. -aua) ; Amel [ 1293 Amélie, franc. Âmblève : rivière mère (celt. *Amtnula, in-do-eur. *amma « déesse mère ») (B.), ou plus sim­plement petite rivière (gaul. *ambila, de ambe « rivière ») (C.) ; variante : [lieu où il y a des] marguerites (celt. *amilla, lat. amellus « aster ») (?)], désignant Amel qui se trouve à 5 km de sa source. § Affluent de l’Ourthe à Comblain-au-Pont ; source à Amel. JJ

AMBLÈVE (L’) Ambléve (l’) (all. die Amel)

af.. de l’Ourthe, VIIe Amblavam :

Ammulavia « la propriété au bord de l’Ammula (= la rivière consacrée à la déesse mère » (i-e amma-) (A). Rem. : Le nom du domaine est passé au cours d’eau, conservé dans  Amel,  localité  germanophone. MB

Ambly Ambli

 [D 92] 1095 (cop. 3e déc. 13e s.) «Abliz»; comm’ 12e s. (cop. 13e s.) « Ambluz; Ampliz »; 1136 (cop. milieu 12e s. « Am-bliz ». Cf. Amblise, à Quarouble (départ. Nord), 10e s. (cop. 10e s.) « silua nuncupata Ambidgis (sic) », 1222 « nemoris de Amblige ». — Pour C, germ. amplipja- n., collectif d’ampla- ayant peut-être le même sens qu’ampra- m. « oseille »; pour gamillscheg, p. 110, note 2 : type préroman largement répandu en France : kaspers, p. 197; le thème est gaulois, cf. l’anthrop. Ambilius, etc. : schulze, p. 542; pour G, collectif, peut-être de celt. * amilla « espèce de marguerite » (lat. amellus « aster »).

Ambresin [W 59], an-m’zin; 1028 (cop. 14e s.) «Ambresin»; 1229 « utrumque Ambesinum ». — Pour C, dér. en -inus de l’anthrop. germ. Ambrico (F, col. 98). A envisager aussi un dér. avec suffixe double ec-in du thème hydron. Ambra-, cf. BTD, 28, 1954, p. 218. JH

Ambly Ambli

 [D 92] 1095 (cop. 3e déc. 13e s.) «Abliz»; comm’ 12e s. (cop. 13e s.) « Ambluz; Ampliz »; 1136 (cop. milieu 12e s. « Am-bliz ». Cf. Amblise, à Quarouble (départ. Nord), 10e s. (cop. 10e s.) « silua nuncupata Ambidgis (sic) », 1222 « nemoris de Amblige ». — Pour C, germ. amplipja- n., collectif d’ampla- ayant peut-être le même sens qu’ampra- m. « oseille »; pour gamillscheg, p. 110, note 2 : type préroman largement répandu en France : kaspers, p. 197; le thème est gaulois, cf. l’anthrop. Ambilius, etc. : schulze, p. 542; pour G, collectif, peut-être de celt. * amilla « espèce de marguerite » (lat. amellus « aster »). JH

AMBLY Ambli

(D 92), XIIe Ambliz : Amellicium  « le champ d’amelles » (It amell-) (D) (Carnoy) ou Amelicium « le domaine d’Amelicius » (B). H. Ambly (Ardn et M). MB

AMBLY Ambli

(Nassogne, Lx) : 1095 Abliz, 1136 Ambliz, loc. Ambli : jardin de marguerites (celt. “amilla, cf. lat. amellus « aster ») (G.) ou lieu où pousse l’oseille (coll. germ. *amplithja, de *ampla, syno­nyme probable de “ampra «oseille») (C.). § Possession de la maison de Walcourt acquise en 1289 par le duc de Brabant, puis en 1351 par le seigneur de Rochefort ; terre de débats entre le Luxembourg et la principauté de Liège, Ambly dé­pendait en principe de la principauté épiscopale ; commune du département de Sambre-et-Meuse sous le rég. franc. ; transférée de la province de Namur à la province de Luxembourg (Nassogne) en 1977. JJ

AMBOCK Ambock

 (Raeren) : au (allem. am agglutiné) bouc, chevreuil (allem. Bock « ongulé mâle ») ou au hê­tre (germ. *bok). JJ

AMBRESIN On.mezin

(W 59), XIe Ambresin : Ambarricinum « le domaine d’Ambarricius » (B) .S. Ambrines (PC).

MB

AMBRESIN On.mesin

(Wasseiges, Lg) 1028 Ambresin, 1229 Ambresinum,pro­priété de (suff. -inum) Ambrico, anthr. germ. (C.), ou dérivé d’un hydronyme celtique * Ambra (H.), qui peut désigner la Mehaigne ou son affluent la Soile (H.). § Vestiges néolithiques ; villa gallo-romaine ; château fort relevant en fief du comte de Namur, vendu en 1515  JJ

Ambresin On.mesin

[W 59] 1028 (cop. 14e s.) «Ambresin»; 1229 « utrumque Ambesinum ». — Pour C, dér. en -inus de l’anthrop. germ. Ambrico (F, col. 98). A envisager aussi un dér. avec suffixe double ec-in du thème hydron. Ambra-, cf. BTD, 28, 1954, p. 218. JH

AMBRESINAUX Ombesigna

(Ambresin, Wasseiges, Lg) petit (diminutif -ellum) Ambresin. § Site de l’église paroissiale d’Ambresin, Saint-Martin ; moulin à pastel. JJ

AMCOMONT Am’cômont (èn-_)

(Lierneux, Lg) mont d’Amico, anthr. germ. (?). § Château. JJ

AMÉE Améye

(Jambes, Namur, N) : 1235 Ameya : proprié­té de (suff. -aca) Amo, anthr. germ. (C.). § Relevait entièrement du comté de Namur, avec Velaine, contrairement à Jambes, qui fut liégeoia jusqu’en 1795  JJ

AMEL Amel

 (Amel) : 670 Amblava, 1293 Amélie, franc. Amblève : terre de la (suff. -aua) rivière mère (celt. *Ammula, indo-eur. *amma « déesse mère ») (B.), ou plus simplement de la petite rivière (gaul. *ambila, de ambe « rivière ») (C.), localité située à 5 km de la source de l’Amblève (allem. Amel). § Vesti­ges romains, en bordure de la chaussée Cologne-

Reims ; domaine de l’abbaye de Stavelot ; site de la victoire, en 716, de Charles « Martel » et des Austrasiens contre le roi de Neustrie Chilpéric ; forteresse médiévale ; terre divisée par la suite en­tre l’abbaye de Stavelot et des seigneurs laïcs, dans le duché de Luxembourg (Terre de Sankt Vith) ; en 1445 la seigneurie d’Amel échut aux Nassau qui finirent par la vendre. JJ

AMEL Amel

 (Amel) § Site d’un soulèvement contre la conscription française, réprimé dans le sang le 29.10.1798 ; incorporée à la Prussede 1814à 1919; rattachée à la Belgique en 1922 ; amputée de Heppenbach (éri­gée en commune avec Mirfeld, Möderscheid et Valender) en 1920, sous le régime du Haut-Commissariat royal ; rattachée au Reich de 1940 à 1944. JJ

AMEL Amel

(1920), Heppenbach et Meyerode, § Commune offrant des facilités administratives aux habitants francophones. (NDLR càd. qu’ils ne font jamais l’effort de parler allemand) JJ

AMELGEM Amelgem

 (Wemmel, VB) : 1147 Amdrenghem : habitation de ceux de (suff. germ. -ingaheim abrégé -gem) Amalhari (germ. *fiari «armée»), anthr. germ. (C.). JJ

Amelgem Amelgem

 (Brusseghem B) 868-9 (copie XIIe) Amolringeheim, 1155 Amelrengem mf iv (Amalhar). AV

AMELGEMBEEK Amelgembeek

(cours d’eau) : ruisseau (néerl. beek) d’Amelgem. § Affluent du Meise Molenbeek, sous-affluent du Maalbeek. JJ

AMELSCHEID Amelscheid

 (Schônberg, Sankt-Vith) : 1222 Amelscheid : lande inculte (limbourgeois scheid) d’Amila, anthr. germ., ou aux marguerites (celt. *amilla, lat. amellus « aster») (?). § Siège d’une cour tréviroise dépendant, à partir de 1576, de l’Ami de Schônberg. JJ

AMELVONNESBEEK Amelvonnesbeek

(cours d’eau) : ruisseau (néerl. beek) du jugement (néerl. vonnis) de Amalhari,

Peut-être le même qu’à Amelgem (?). § Affluent du précédent. JJ

AMERCŒUR Amércoûr

(bailliage) déformation de Amercourt: 1053 Curte Amerina : ferme (anc. IL,. court, rom. curtis) d’Amala, anthr. germ. (C.), § Grand domaine allodial du prince-évêque de Liège ; fut d’abord un palatium carolingien eni­vrant le territoire actuel des communes de Beaufays, Bellaire, Beyne-Heusay, Bressoux, Chaudfontaine, Chênée, Évegnée, Fléron, Forêt, Gomzé-Andoumont, Grivegnée, Jupille, Magnée, Micheroux, Queue-du-Bois et Vaux-sous-Chèvremonl; la plus grande partie du domaine fut donnée.. 1008 par l’empereur Henri 11 à la cathédrale de Verdun, qui le vendit en 1266 au chapitre de la cathédrale Saint-Lambert de Liège ; celui-ci l’échangea en 1288 contre Amay, possession du prince-évêque ; le bailliage sera démembré en communes sous le rég. franc. JJ

AMERCŒUR Amèrcoût

(Roux, Charleroi, Ht) : déformation de Amercourt : ferme (anc. franc, court, rom. art) d’Amala, anthr. germ. § Centrale thermoélectrique. JJ

Amercoeur

(Liège Lg) 1222 pontem d’Amen-curt xiv, 1266 pontis de Amecort, 1336 li eskevin do pont d’Amercuert, 1355 Amercœur  (Amo). AV

AMEROIS

(Bouillon, Lx) verger (coll. -etim déf, -ois) de guignes (lat. amara). § Château et parc, domaine de la famille royale. JJ

Amersvelde Amersvelde

 (Handzaeme F. oc.) 1411 Amersvelde,, 1626 Hamersevelde df (Audomar). AV

AMON NOKAR Amon Nokâr

(Ferrières, Lg) chez (wall. à mon, de mahon, bas lat. mansionem « maison », comme le lat. casae ; franc. chez) Nokar (anthr. dérivé du germ. occ. *noc « abreuvoir ») (?). JJ

AMON SOTIA Amon Sotia

(Warnant-Dreye, Villers-le-Bouillet, Lg) : al. Maisons Sottiaux : chez les (wall. à mon, de mahon, bas lat. mansionem « maison », comme le lat. casae ; franc, chez) [ou maisons des] lu­tins (wall. soté, anc. franc, soteau «petit sot», liég. soté « nain, lutin »). JJ

Amonines Monène (à)

[Ma 25] 1334 « Amonire » [lire : Amonine] Fiefs, p. 415; 1495 « Ammonym ». — Pour C, dér. en -ina de l’anthrop. germ. Amon (F, col. 87). JH

AMONINES Monène (à)

(Ma 25), pas de forme ancienne : Amunninas « les terres d’Amunnus » (D). MB

AMONINES Monène (à _)

(Amonines, Érezée, Lx) : 1334 Amonine: propriété de (suff. -ina) Amon, anthr. germ. (C.). § Mairie du ban delà Sarte, relevant de la seigneurie de Durbuy ; mé­tallurgie dès le XVe s. JJ

AMOSTRENNE Mostrène (à _)

(Esneux, Lg) : à (wall. à agglutiné; la terre du marais moussu (moy. néerl. most, suff. rom. -arma) (?) (C.). JJ

AMOUDRIES Amondréye

(cours d’eau) : al. Amondrées : 16L Hamodrées : ruisseau (wall. ri) de la barrièn

(anc. franc, kamede) (C.) ; il est d’usage de mettre cet hydronyme au pluriel. § Affluent de la Tintia à Heppignies. JJ

AMOUDRIES Amoudréye

(Heppignies, Fleurus, Ht) : hameau sur l’Amoudries. JJ

Amougies Amoujî

 [To 15] néerl. Amelgijs; 1372 « van Amougijs »; 1394 « Amelgiis ». — Pour C, formation romane, tirée d’un anthrop. germ. commençant par Amal-, tel Amalgis (F, col. 93). JH

AMOUGIES Amoujî

(To 15), XIVe Amelgiis : Amalgisiacas « les terres d’Amalgisus » (D) (Carnoy). MB

AMOUGIES Amoujîe

(Mont-de-1’Enclus, Ht) : 1372 Amougijs, 1394 Amelgiis, néerl. Amelgijs : propriétés de (suff. -laças déf. -ijs ou -tes) •Amalgis, anthr. germ. (V., H.), ou simple forma­tion romane dérivée de ce prénom. § Station néo­lithique ; formait, avec Russeignies, un fief de la seigneurie de Renaix ; commune du département de l’Escaut sous le rég. franc. ; transférée en 1963 de la province de Flandre orientale à la province de Hainaut. JJ

Amougies

F. or. fl. parlé « amûdza :yœ », « amûdza :ys »,1372 van Amougijs ktw. AV

AMOUR Amoûr

(cours d’eau) : al. Ruisseau d’Amour : à (agglutiné) [l’eau] marécageuse (germ. “môrha), transformé par étymologie populaire (?). § Affluent de l’Escaut à Tournai. JJ

AMOURETTE Amourète

(Thieulain, Leuze-en-Hainaut, Ht) : à l’ _[le petit (suff. -elle) marais (germ. *morha, néerl. moer), défor­mé par l’usage populaire en « l’amourette » (?). JJ

Ampsin Amecin

 [H 27] 1314 «Amechin»; 1316 « Ammechin » Fiefs, p. 143, etc.; depuis 1684 « Ampsin » (avec -p- graphique, indi­quant que am- n’est pas une voyelle nasale). — Dimin. roman d’Amay, avec suffixe double ec-in; cf. BTD, 28, 1954, p. 218-219. JH

Ampsin Amecin

 [H 27] 1314 «Amechin»; 1316 « Ammechin » Fiefs, p. 143, etc.; depuis 1684 « Ampsin » (avec -p- graphique, indi­quant que am- n’est pas une voyelle nasale). — Dimin. roman d’Amay, avec suffixe double ec-in; cf. BTD, 28, 1954, p. 218-219. JH

AMPSIN Amecin

(H 27), XIIe Amecin : Ammicinum « le bien d’Ammicius » (B). MB

AMPSIN Amecin

(Amay, Lg) : 1314 Amechin, 1684 Ampsln (le p est graphique et indique seulement que am-n’est pas nasalisé), petit (diminutif -ecinus) Amay (H.). § Habitat romain ; dépen­dance de la seigneurie et de la paroisse d’Amay ; château construit en 1495 par Gérôme de Trixhe. JJ

AMRY M’rî (à _)

(Heure-le-Romain, Oupeye, Lg) XllIe s. Amerires: bois de saules (coll. %amararia, du celt. *amara « saule ») ou verger (coll. -aria) de guignes (lat. amara « [cerise] amère ») (C.). JJ

AMSTENRATHER HAUS Amsterather Haus

 (Eynatten, Raeren)  maison (allem. Haus) von Amstenrath [des seigneurs (allem. Herren)}. § Demeure de la famille von Amstenrath, qui avait racheté la seigneurie d’Eynatten au roi d’Espagne au XVIIe s. ; château. JJ

ANAISE Anése

(Wodecq, Ellezelles, Ht) vaine pâture communale (anc. franc, aise) dans un fond humide (wall. han) ou canardière (bas lat. *anatia) (C.). JJ

ANCRE Ancre

(Ellezelles, Ht) prairie (germ. *angra). § Sur la hauteur qui sépare les vallées de la Dendre et de l’Escaut. JJ

ANCRE Ancre

(Honnelles, Ht) : 1075 Angra, loc. Anks prairie (germ. *angra) ; ce fut aussi le nom d’un cours d’eau, *Angra, aujourd’hui la Grande-Honnelle (H.). § Habitat de l’âge de la pierre et vestiges gallo-romains ; seigneurie achetée au XIIe s. par le comte de Hainaut Baudouin IV, et qui échut par la suite à d’autres familles. JJ

ANDAGE

(Saint-Hubert, Lx) : IX* s. Anda(g)inum : nom de ruisseau *Anda[g]ina : [eau| très maré­cageuse (gaul. ande « très » et ana « marais ») (V., X.D.). § Clairière naturelle où, selon sa légende, saint Materne édifia en 302 une chapelle à saint Pierre ; c’est là que Bérégise, précepteur et ar­gentier de Pépin II « de Herstal », fit édifier un prieuré (devenu ensuite abbaye) de chanoines de Saint-Augustin, financé par Pépin et sa femme Plectrude ; ce prieuré acquit un domaine corres­pondant à peu près à la mairie de Saint-Hubert de l’époque française ; l’abbaye, ruinée, fut peuplée de bénédictins et relevée par l’évêque Walcaud de Liège, qui y transféra en 825 les restes de saint Hubert. JJ

ANDENELLE An.nenale

 (Andenne, N) : petite (diminutif rom. -ella) Andenne. § Lieu d’extraction de la derle ; céramique et poteries. JJ

Andenelle

(Andenne N). 1278 Andenelle  D’Andenne N. VIIe Andana, 1276 Andenne. AV

Andenne Andène

[Na 84] 870 (cop. 10e s.) « Andana »; 1101 « An-dana »; 1101 « Andanensis »; 1178 « Andène »; 1207« Andennensis »; après 1152 (ms. 12e s.) «apud Andetennam » est une latinisation hypercorrecte, cf. J. devleeschouwer, dans BTD, 31, 1957, p. 87, note 3. — Dér. en -âna, assimilé à ceux en -îna, beaucoup plus fréquents ; pour C et V (dans Que signifient nos noms de lieux?, p. 11) : celt. ande-« auprès de » + * anno- « marais »; les dér. en -âna d’un anthrop. sont très rares en Wallonie. JH

ANDENNE Andène

(Na 84), XIIe Andana : Andana « l’eau bordée de fleurs » (i-e andh-) (A). MB

ANDENNE Andène

(Andenne, N) : «70, 1101 Andana,: [lieu| très (gaul. ande) marécageux (gaul. ana « marais ») (V., C., X.D.) ; variante douteuse : propriété de (suff. -ana, très rare en Wallonie, assimilé à -ina) Ando (?), anthr. gallo-rom. (H.) ; dit jadis Sept Églises à cause des sept oratoires, à l’image des sept basiliques de Rome, construits par sainte Begge et ruinés par les Nor­mands au VIIIe s. § Site romain, près d’un pont sur la Meuse ; monastère bénédictin fondé en 692 par sainte Begge et son mari Anselgisel, et dirigé par des religieuses de Nivelles ; le monastère devint au XIIIe s. un chapitre de chanoines et chanoinesses nobles, réuni en 1785 au chapitre noble de Mous-tier-sur-Sambre puis transféré à Namur avant d’être supprimé par Joseph II ; le village, puis la ville, furent une possession de l’abbaye et du cha­pitre, malgré les exactions des avoués, les comtes de Namur ; commune amputée de Coutisse, érigée en commune, le 24.5. 1886. JJ

Andène

[Na 84], andène; 870 (cop. 10e s.) « Andana »; 1101 « An-dana »; 1101 « Andanensis »; 1178 « Andène »; 1207« Andennensis »; après 1152 (ms. 12e s.) «apud Andetennam » est une latinisation hypercorrecte, cf. J. devleeschouwer, dans BTD, 31, 1957, p. 87, note 3. — Dér. en -âna, assimilé à ceux en -îna, beaucoup plus fréquents ; pour C et V (dans Que signifient nos noms de lieux?, p. 11) : celt. ande-« auprès de » + * anno- « marais »; les dér. en -âna d’un anthrop. sont très rares en Wallonie. JH

Anderlecht dial. uitspr. [’andərlext]

BR, 1046 Andreleth, 1075 Andrelech, 1076-1085 Andarlech, 1111 Andrelet, 1207 Anderlecth, 1211 Anderleght (TW).

Onzekere etymologie. Twijfelachtig is de verklaring uit Keltisch andera ‘jong meisje’, in verband met vrouwelijke namen van bronnen of waterlopen (M). Het grondwoord is mogelijk afgeleid van Germaans laça, dat gewoon ‘beek’ betekende (WB, DV, Kul988) of, zoals DeLegt in Nederland (Sel980) ‘laagte’. Het eerste lid kan men ook verklaren als ‘ander’, dit is ‘de andere van twee’ (EWN). De betekenis zou dan zijn: ‘aan de andere of tweede laagte of waterloop’. (pk) FD

ANDERLECHT Anderlecht

 (BC) : 1046 Andrelech : étang (celt. *Iacu) ou terre des (suff. -acum) génisses ou vaches (celt. Bandera « génisse, jeune fille ») (C.) ou inférieur(e), en contrebas (gaut. anderos « qui est en dessous, inférieur ») (X.D.). § Villa gallo-romaine, nécropole mérovingienne ; centre, au XIe s., d’une vaste seigneurie de 3 000 ha qui en­globait Aa et Dilbeek jusqu’en 1260 ; les seigneurs d’Anderlecht, puissante famille brabançonne, y fondèrent à la fin du XIL s. un chapitre de chanoines dédié par la suite à saint Guidon ; incorporé à la franchise et à la Cuve de Bruxelles en 1394 ; érigé en commune séparée en 1795 ; commune majori­tairement flamande jusqu’à la fin du XIXe s. ; le centre de la commune se déplaça vers l’est à la fin du XIXe s. sous l’effet de l’industrialisation; Érasme y résida en 1521, dans la maison d’un cha­noine de Saint-Guidon devenue musée. JJ

Anderlues Andèrlûwe

 [Th 11] avant 673 (faux 10e s.) « Anderluvias » (ace.) ; 972 (cop. 15e s.) « Anderlobia » ; 1092 (cop. 14e s.) « Andreloiz » ; 1148 « Anderluuie ». — Pour mansion, p. 102 et 9 : composé de * lubbja « herbe » (got. lubja-, anglo-saxon lybb « médicament, poi­son ») et celt. * anderâ «jeune fille, génisse »; de même pour C. JH

ANDERLUES Andèrlûwe

(Th n), XIIe Anderluvie : Anderlovia « la propriété de l’eau de la jeune femme » (ander- «jeune femme » + lov- «eau » )(A). MB

ANDERLUES Andèrlûwe

(Anderlues, Ht) : av. 673 Anderluuias, 972 Anderlobïa, 1092 Andrelolz, loc. Andèrlu'” : herbage, pâture (germ. *lubbja, goth. lubja « herbe », anglo-saxon lybb « poison, remède ») en aval, en dessous ou maudit (gaul. anderos « inférieur, infernal ») (X.D.) ou de la génisse ou de la jeune fille (celt. “andera «jeune fille, gé­nisse ») (H.). § Possession de l’abbaye de Lobbes ; la seigneurie d’Anderlues et L’Allue, la plus im­portante de la paroisse, appartenait aux seigneurs de Fontaine-l’Évêque. JJ

ANDLER Andler

 (Schönberg, Sankt-Vith) : larris (germ. *hlœri) d’Ando, anthr. germ. (?). § Moulin à eau. JJ

Andoumont Andoûmont (à-n-)

 à Gomzé-Andoumont [L 109] cf. Gomzé-Andoumont. JH

ANDOUMONT Andoûmont (à-n-)

(L 109), XIII” Andumont : Ândulfimontem « le mont d’Andoul » (D) (Feller). MB

ANDOUMONT Andoûmont (à-n-_)

(Gomzé-Andoumont, Sprimont, Lg) : mont d’Andulf (germ. *and « pointe de l’épée » et *wulf « loup »), anthr. germ. (H.). § Hameau frontalier entre les princi­pautés de Liège et de Stavelot ; possession de : de Stavelot, dépendant juridiquement du bailliage d’Amercœur (principauté de Liège) ; f. > Gomzé (Gomzé-Andoumont); château. JJ

ANDOY Andwè

(Wierde, Namur, N) : 1230 Anduang, 1436 Anduwang : prairie (germ. “wang/a) d’Ando, anthr. germ. (C.). § Faisait partie de la banlieue et franchise de Namur ; fief, au début du XVIe s., des Lalaing, érigé en seigneurie hautaine au xvii0 s., qui sera séparée de Wierde en 1733 ; f. > Wierde rég. franc. ; château-ferme, siège de la seigneurie, avec un donjon du Moyen Âge et des bâtiments des XVIIe et XVIIIe s ; fort du système défensif de Namur. JJ

Andoy

(Wierde Lg) 1230 Anduang, 1436 Anduwaing bg (Andivius). AV

ANDRICOURT Andricoût

(Blicquy, Leuze-en-Hainaut, Ht) : ferme (rom. curtis) d’Andaric, anthr. germ. § Seigneurie des Ligne du XVIe au XVIIIe s. JJ

ANDRIFOSSE Âdrîfosse (o l’ _)

(Robertville, Waimes, Lg) : fossé, fosse (lat. fosset) d’Andaric, anthr. germ. JJ

Andrimont Âdrimont (à-n- / èn-)

 [Ve 17] 1323 «Andrimont» Fiefs, p. 87; 1339 (cop. 14e s.) « Andremont; Andermont » J. S. renier, Histoire d*Andrimont, p. 507, 508. — Avec C, * Andarici mons « mont d’Andaric » (F, col. 103); vu le -/- bref wallon, non André, w. Andrî. JH

ANDRIMONT Âdrimont (à-n- / èn-)

(Ve 17), pas de forme ancienne : Andricimontem « le mont d’Andry » (D) (Carnoy). MB

ANDRIMONT Âdrimont (à-n-_ / èn-_)

(Andrimont, Dison, Lg) : 1323 Andrimont,: mont d’Andaric, anthr. germ. (H.). § Forteresse stratégique à la frontière nord du marquisat de Franchimont ; franc alleu dont Godefroid d’Andrimont fit hommage en 1322 à l’Église de Liège. JJ

ANDRIMONT Andrîmont (èn-_)

(La Gleize, Stoumont, Lg) mont d’Andaric, anthr. germ. § Fit partie du ban stavelotain de Roanne. JJ

ANE Åne

(Barvaux-Condroz, Havelange, N) aulne (bas lat. alnus). JJ

Angleur Angleûr

 [L 89] 968 (faux 12e s.) «Angleduram» (ace.); 1145 « Angledura »; 14e s. « Angloir ». — Pour V, composé de celt. durum «forteresse»; pour C et G, rom. angulâtûra «terrain angu­laire » (comme les Anglure de France) ; pour É. legros, dans BTD, 35, 1961, p. 318, ni «Angloir», ni le w. angleûr (non àr à Seraing, ni œr à Esneux) ne s’accommodent de cet étymon; G, dans Naam-kunde, 2, 1970, p. 160, 162, glose par : celt. Anglii (les Angles) + dur on. JH

ANGLEUR Angleûr

(L 89), XIIe Angledura : Anglodura « les forts de la courbe » (i-e ang-) (A) (Schreurs). S. Anglure (Mrn) et Angloure (Is). MB

ANGLEUR Angleûr

(Angleur, Liège, Lg) : 968 Angleduram. 1145 Angledura: habitat fortifié (gaul. duron « forum -> place enclose -> ville en­tourée d’une enceinte ») des Angles (lat. d’orig. celt. Ang/ii), peuplade germanique originaire du sud du Schleswig (Allem.) (G.) ; variantes : aux prairies (coll. en -atura du bas lat. angula « coins » -> « prairies ») (C.) ou habitat fortifié (gaul. duron) de la prairie (bas lat. angulum) (V.).   I § Seigneurie donnée en 968 par la reine de France Gerberge, avec son alleu de Meerssen (P.-B.), à   I l’abbaye Saint-Rémy de Reims, qui la vendit en 1586. JJ

Angleur

Lg. 968 Angledurum mf i, 1178 Angledura psi I XIVe Angloir jo. AV

ANGOUSSART Angoussaut

(Bierges, Wavre, BW) : défriche­ment (lat. sartum) de Angilulf ou Anginulf (germ.

*angil « pointe, lance » et *wulf « loup »), anthr. germ. (C.) ou étroit (lat. angustum) (?). JJ

ANGOXHE Angohe /X/

(Rotheux-Rimière, Neupré, Lg)  espace étroit, lieu resserré (liég. angohe « angoisse », lat. angustia « lieu resserré») (C.); selon une tradition locale, ferait référence à la poire d’angoisse, moyen de torture médiéval. JJ

Angre Angue /-k/

 [Mo 63]1075 «Angra»; 1090 «Angres»; 1119 « Angrae » (gén.). — Pour C, germ. * angra « prairie », d’où hydron.; de même lebel, p. 119; gamillscheg, p. 88, note que l’emprunt doit être tardif. JH

ANGRE

Angue /-k/

(Mo 63) et af. de la Dendre, XIe Angra : Angara « la rivière étroite » (i-e angh-) (A). H. Angres (PC). MB

Angreau Angrau

 [Mo 71] 1119 « Angrel »; 1206 « Angarel »; 1219 « Angriel ». — Dimin. roman de Angre. JH

ANGREAU Angrau

(Mo 71), XIIe Angrel : Angrellum « le petit Angre » (v. Angre) (D) (Chotin). MB

ANGREAU Angriyau

(Honnelles, Ht) 1119 Angrel: petit (diminutif rom. -ellum) Angre. § Habitat préhistorique, vestiges gallo-romains et francs ; village associé de longue date à Angre. JJ

Angreau

H. 1118 de Angrello. D’AngreH. 1075 Angra  AV

ANHAIVE Anhéve

(Jambes, Namur, N) réunion de Basse-Anhaive et Haute-Anhaive : 1213 et 1265 Anhève, 1294 Hanheve: prairie (germ. *angjô) au tournant (germ. *angan) [de la rivière], en l’occurrence la Meuse (C.). § Terre liégeoise ; résidence bâtie par le prince-évêque Jean de Flandre, fils du comte de Namur Guy de Dampierre, au XIIIe s., au bord d’un méandre de la Meuse. JJ

Anhée An.yéye

 [D 21] 1064 (cop. 15e s. « in Anheia » : MGH, Script., 15″ p. 963; 1182 «Amhee»; 1212 «Anhee»; 1265 « Anhée » : brouwers, I, p. 106 [1265 « Anheve » ibid. est Enhaive, à Jambes, [ce qui a provoqué la méprise de gamillscheg, p. 109, note 2]. — Pour C, * angiaca < terra > «terre aux prairies» (de germ. angjô « pré »), ce qui n’explique pas le -h-. JH

ANHÉE An.yéye

w. an-yéy’ (D 21), XIIe Amhee : Ammiciaca « la propriété d’Ammicius » (B) ?

ANLIER, w. anlyè (Ne 76), XIIe Anslaro : Ansolar : «la lande d’Anson » (C) (Vincent). MB

ANHÉE An.yéye

 (Anhée, N) : 1064 Anheia, 1212 Anhee,: *Angiaca : terre aux (suff. -iacum) prairies (germ. *angjô, mais le h reste inexpliqué) (H.). § Habitat néolithique, vestiges romains et mérovingiens ; fit partie du domaine direct du comte de Namur ; forma une mairie de la prévôté de Poilvache, puis du bailliage de Bouvignes. JJ

ANIXHE Énihe /X/

(Fexhe-Slins, Juprelle, Lg) :1181 Aneis : aulnaie (lat. “alnicia) (C.). JJ

Anlier Anliè

 [Ne 76] all. Ansler; comm. 12e s. (cop. 13e s.) « de fisco Anslaro »; 1253 « Ansliers ». — Germ. ansu- m. « dieu » + hlxri- n. « terrain marécageux boisé » G. JH

ANLIER Anliè

(Anlier, Habay, Lx) : XIIe s. Anslaro, allem. Ansler: larris (germ. *hlœri, latinisé -lier) des divinités, des esprits (germ. “ansu « dieu ») (H.) ; est aussi le nom d’une forêt. § Villa du Bas-Empire ; fit partie du grand fiscus méro­vingien d’Ardenne, passé au duc de Haute-Lotharingie puis au comte de Luxembourg, dans son domaine propre ; commune du département des Forêts sous le rég. franc. JJ

Anlier

Lux. v. 1065 de fisco Anslaro,   1253 Anseliere, 1255 Anliers sh (Anso). AV

Anloy Anlè

 [Ne 31] 1222 (source de 893) « Anslj »; 1309 « Anloit » : brouwers, I, p. 299. — Pour C, qui suspecte la forme de 1222 (pourquoi?) : anguletum (collectif de lat. angulus) «endroit aux angles (—• aux prairies)», mais on atten­drait w. angl-. JH

ANLOY Anlè

(Ne 31), XIIIe Ansli : Ansuletum «en­droit où l’on trouve de quoi faire des anses » (It ansul-) (D) ? MB

ANLOY Anlè

(Anloy, Libin, Lx) : 893 Ansli. 1309 Anloit,: aux (coll. -etum) prairies (lat. angula) (?) ou bois d’aulnes (coll. bas lat. “alnuletum, de alnus] (C.). § Fit partie au IXe s. du domaine de Villance, dans la terre de Mirwart ; village partagé au XVIe s. entre le duché de Bouillon et la pairie de Mirwart (duché de Luxembourg) ; érigé en com­mune et rattaché au département des Forêts sous le rég. franc. JJ

ANNECROIX

(Bierghes, Rcbecq, BW) : croix ou carrefour des ânes (wall. âgnes) (?). JJ

Annevoie An.nevôye

 [D 3] 1240 « Anncvoi » charte abb. Val-S^Georges, n° 45; 1265 «Annevoie; Annevoies » : brouwers, I, p. 107, 121. — Composé de w. vôye (fr. voie) et w. âgnes (fr. ânes); cf. GW, 50, 1974, p. 18. JH

ANNEVOIE An.nevôye

(D 3), XIIIe Annevoi : Anatium Via « le chemin des canards » (It anat-) (D). MB

ANNEVOIE An.nevôye

(Annevoie-Rouillon, Anhée, N) : 1240 Amevoï, 1265 Annevoie, 1294 Hanevoie : chemin (wall. vôye) des ânes (wall. âgnes} (H.). § Site néolithique, romain et mérovin­gien ; seigneurie du domaine comtal namurois, éclissée du domaine en 1733 et érigée en seigneu­rie hautaine pour Charles de Namur, seigneur d’Elzée ; vendue en 1758 aux de Montpellier, maîtres de forges, qui deviendront de Montpellier d’Afinevoie ; château construit de 1627 à 1775 par les de Montpellier, avec jardins à la française. JJ

ANNEVOIE-ROUILLON An.nevôye-Rouyon

(Anhée, N) : terre d’Ancien Régime réunissant Annevoie et Rouillon. JJ

Ans Ans’

 [L 64] 1101 (faux ça 1146) «Hanz»; 1143 (cop. 13e s.) « Anth »; 1155 (cop. 13e s.) « Anz »; 1221 « Ans ». — Pour V et C, anthrop. germ. Anso (F, col. 121), employé en fonction topon.; pour F. schreurs, dans Bulletin Le Vieux-Liège, n° 80, 1948, p. 340 : gentilice Antius; dans BTD, 28, 1954, p. 220, nous suggérons que germ. * ansuz « dieu souverain » a ici le sens topographique de « hauteur » (cf. suédois as « faîte, comble ») ; mais le z des formes anc. postule une dentale. JH

ANS Ans’

(L 64), XIIe Anth : Antium « le domaine d’Antius » (B) (Schreurs). S. Anse (R) et Ance (BP).

MB

ANS Ans’

 (Ans, Lg): 1101 Hanz. 1143 Anth, loc. Ans’: hauteur sacrée (germ. *Ans[uz] « dieu souve­rain », cf. suédois as « faîte, sommet ») (H.) ; variantes : [propriété d’| Anso (allem. Hans), anthr. germ. (C., V.), ou des Antius, gentilice gallo-romain (H.). § Faisait partie de la seigneurie d’Ans et Moulins, appartenant à l’évêque de Liège ; f. > Glain (Ans-et-Glain) rég. franc. ; érigée en com­mune séparée le 21.12.1874. JJ

Ans

Lg. 1085 villam Ans si, 1570 Anss ot (Anso). AV

ANSART Ansât

 (Tintigny, Lx) : XIIe s. Ansesart : défrichement (lat. sartum) d’Anso, anthr. germ. (C.), ou du dieu (germ. *Ans[uz], celt. *ansu) (?). JJ

Ansart

(Tintigny Lux) 1261 Ansesart o, 1501 Ansay df (Anso). AV

Anseremme Anserème

 [D 51] 817 (cop. comm. 12e s., dont cop. 13e s.) « Anseromia »; fin 11e s. (cop. lrc moitié 12e s.) « Anseromiç » (gén.); 1203 « Ansoromia ». — Pour C, dér. d’un anthropon. germ., tel Ans-hram (F, col. 18), ce qui n’est pas sûr. JH

ANSEREMME Anserème

(D 51), IXe Anseromia : Anse-risama « l’endroit très favorable » (i-e ans-) (A). MB

ANSEREMME Anserème

 (Dinant, N) : 817 Anseromia, 1203 Ansoromia, loc. Ans ‘rème : [propriété de] *Anshram (germ. *Ans[uz] « dieu souverain » et *hramn « corbeau »), anthr. germ. (?) (C.). § Vestiges mésolithiques, importante station pré­historique, forteresse celtique ; refuge et seigneurie de l’abbaye de Saint-Hubert, donnés à l’abbaye vers 815 par l’évêque de Liège Walcaud ; l’avouerie appartint au comte de Namur, qui l’inféoda sous le nom de vicomte d’Anseremme ; faisait partie de la franchise de Dinant ; commune du département de Sambre-et-Meuse sous le rég. franc. ; f. > Dinant 1964. JJ

Anserœul Ansereu

 [To 23] B; 11H5 «Anseroez; Anseroet»; 1429 « Ansereuse ». Pour C, * anse-rodc « sart à*Anso (F, col. 121) ou «sart aux esprits»; pour gamili.scheg, p. 48, et petri, p. 157: Ansharirôdum. JH

ANSEROEUL Ansereu

(To 23), XIIe Ansenroet : Anso-nerodium « l’essart d’Anson » (D) (Carnoy). MB

ANSERŒUL Ansereu

(Mont-de-1’Enclus, Ht) : 1185 Anseroez, Anseroet, loc. Ans’reu : défrichement (wall. reu, germ. *rotha) d’Anso, anthr. germ. (C.), ou aux esprits (germ. *ansu-), ou d’Anshar (germ. *Ans[uz] « dieu souverain » et *hari « armée »), anthr. germ. (H.). § Vestiges préhistoriques et ro­mains (?) ; seigneurie hennuyère relevant au XIVe s. de la terre de Leuze ; rattachée au Tournaisis de 1669 à 1678. JJ

ANSIES

 (Pommerœul, Bernissart, Ht) : propriété de (suff. -acum déf. -les) Anso, anthr. germ. (V.). § Charbonnage. JJ

ANSOLVILLE

(Aische-en-Refail, Éghezée, N) : domaine rural d’Ansuold, anthr. germ. (?). § Fief dépendant de la cour féodale de Walhain ; une des trois cours de justice d’Aischc-en-Refail, relevant du duché de Brabant  JJ

Anthée Antéye

 [Ph 34] 1018 (cop. 18e s.) «Anteia»; 1265 «An-thées » : brouwers, I, p. 136. — Anteia < villa > « ferme à”Antius » (gentilice très fréquent) C. JH

ANTHÉE Antéye

(Ph 34), XIe Anteia : Ânteia « la pro­priété d’Anteius » (B) (Roland). MB

ANTHÉE Antéye

(Anthée, Onhaye, N) : 1018 Anteia : domaine de (suff. -ia) Antius, anthr. germ. latinisé, gentilice fréquent (H.), ou maison (gaul. tegia) de la borne, de la limite (gaul. anto) (X.D.) ; variante douteuse : [propriété des] An­teia, du nom d’Anteius, envoyé en Gaule Belgique par Tibère comme légat impérial. § Anteius aurait construit la grande villa gallo-romaine d’Anthée, avec ateliers d’orfèvrerie et jardins ; site mérovin­gien ; le village appartint au fiscus royal de Givet, devenu par la suite comté d’Agimont ; faisait par­tie, avec Miavoye et Morville, du ban d’Anthée ou seigneurie de Fontaine, partagée entre le comte de Namur (bailliage de Bouvignes), l’abbaye de Fé-lixpré à Givet (Fr.) et des seigneurs de la famille de Senzeille (prévôté d’Agimont) ; la partie namuroise fut constituée en seigneurie hautaine en 1622 ; château ; village protégé par la Région wallonne. JJ

Antheit Ontè

 [H 26] 1146 « Antci />; 1156 « Antei »; 1192 « Ante »; 1264 « Antei ». — Comme Anthée C; cf. BTD,,28, 1954, p. 220-221. JH

ANTHEIT Ontè

(H 26), XIIe Antei : Anteium «le do­maine d’Anteius » (B) (Carnoy). H. Anthé (LG). MB

ANTHEIT Ontè

(Wanze, Lg) : 1146 Antei. loc. Ontè : domaine d’Antius, anthr. germ. latinisé (H.), ou maison (gaul. tegia) de la borne, de la limite (gaul. anto) (X.D.). § Dépendait de la cour de jus­tice de Wanze et du comté de Moha, donné en 1225 à l’évêque de Liège ; village natal du peintre Paul Delvaux. JJ

Anthines

Lg. 1100 Antine a 2 i, 1384 Antines vb (Antius). AV

Anthisnes Antène

 [L 115] H79 (cop. 15′e s.) « Antina »; 1099 (cop.) « Antine ». — Dér. en -ina du gentilice Antius V; la glose de C : lat. anitina (= anatina) « canardièrc est très douteuse. JH

ANTHISNES Antène

(L 115), Antina : Antinas «les terres d’Antius » (D) (Vincent). MB

ANTHISNES Antène

 (Anthisnes, Lg) : 879 Antina,: propriété de (suff. -ina) Antius, anthr. germ. latinisé, gentilice fréquent (V., H.). § Grand domaine gallo-romain ; terre donnée en 946 par le comte Eilbert de Florennes à l’abbaye de Waulsort ; l’avoué en fut, depuis 946, le duc de Limbourg, qui céda l’avouerie en fief; la seigneu­rie fut vendue en 1663 ; bâtiments classés de l’avouerie, du XIIIe et du XVIIe s. JJ

Antoing Antwon

 [To 78], antWon; 868 (cop. 18e s.) «in Amtonio»; 870 (cop.) «Antonium»; 925 (cop. ça 1300) «Antunio». — Gallo-rom. Antonium « appartenant à Antonius » G. JH

ANTOING Antwon

(To 78), IXe Antonium : Antonium «le bien d’Antonius » (B) (Grôhler). H. Antoignt (PD). S. Anthien (Nv). MB

ANTOING Antwon

 (Antomg, Ht) : 868 Amtonio, 870 Antonium: (propriété d’Antonius, anthr. romain (G., H.), désigne peut-être un haut fonctionnaire de l’Empire chargé de la surveillance des carrières locales. § Importants vestiges romains (villa, cimetières et tumuli), mérovingiens et carolingiens : ermitage fondé par saint Amand (?) au VIIe s. ; une abbaye y est men­tionnée au IXe s. : elle aurait été donnée par Charlemagne à sa concubine Garswinda dite de Saxe, qui y aurait été inhumée vers l’an 800 ; l’abbaye fut remplacée au Xe s. par un chapitre de chanoines dépendant de l’abbaye de Lobbes ; les premiers seigneurs laïcs furent sans doute les hommes d’armes qui, au XIe s., reçurent de la baronnie de Pamele (Flandre) le fief du Trou d’Antoing, devin­rent les avoués du chapitre, gagnèrent en puissance et finirent par s’emparer totalement des biens de l’institution religieuse au XVe s. ; Antoing fut le centre, à partir du XIIIe s., d’une baronnie tenue de celle de Leuze (à l’exception du Trou), le village, ôté à la châtellenie d’Ath, fut rattaché à la banlieue de Tournai en 1669 (traité de Chambord), puis au bailliage du Tournaisis en 1686, et retomba en 1723 dans le ressort du Conseil souverain du Hainaut, sauf pour les affaires fiscales ; château fort du XIIe s. aménagé par les Melun au XVe s. en de­meure seigneuriale ; carrières de calcaire et fours à chaux. JJ

Antoing

H. 868-9 cella in Antonio d, 870 Antonium, 1150 Anton, 1240-1 de Antognio (Antonius). AV

ANTON Anton

 (Sclayn, Andenne, N) habita­tion (dérivé de l’anc. franc, hantin) (C.). § Anciennes carrières. JJ

Antwerpen dial. uitspr. [’a.ntwæ:rəpə]

AN, 8ste eeuw kopie lOde eeuw Andouerpenses, ANdouerpis, 692,726 kopie 1191 Antwerpo, 980 Andouerpis Castro, 1124 Antwerpia ANtwerpensis (TW), 1295 Antwerpen (DS). Betrouwbare verklaringen van de naam gaan ervan uit dat die bestaat uit een oud woord voor ‘tegen’ en een naamwoord dat afgeleid is van het werkwoord werpen. Het Middelnederlandse element and-ANt- ‘tegen’ treffen we bijvoorbeeld nog aan in ‘antwoord’ (letterlijk het ‘tegenwoord’, de repliek op een vraag). Het naamwoord werp is bewaard in Middelnederlands anewerp en de werkwoorstam iverp in werplant ‘aangeworpen land, aanwas’. Daar het element anda (zie bijv. antwoord) steeds met menselijke acties en replieken te maken heeft (VL1982, 1986b), is de *andawerp ‘land dat door mensenhand tegen iets of iemand is opgeworpen’. Het zou daarbij om een dam kunnen gaan of een aarden versterking, opgeworpen tegen een vijandelijke dreiging. Van Loon acht het mogelijk dat het gaat om een versterking uit de 6de-7de eeuw, gebouwd als bescherming tegen de Friese expansie in die tijd. De naam zou bovendien afgeleid zijn van de bewonersnaam, ni. een datief meervoud (met plaatsbepalende betekenis) van de afleiding *andawerpja ‘bewoner van de *Andawerp\ Hij betekent dus ‘bij hen die wonen bij de *Andawerp, bij de opgeworpen versterking, bij de aarden versterkingswal’. Deze verklaring corrigeert de oudere (M, C, Gy 1947, TW, DV, DV2), die ervan uitging dat Antwerpen zoveel betekende als ‘tegenover de aanwassen’, omdat Antwerpen aan de diepe oever van de Schelde ligt, met aan de overzijde de aanwas van de Schelde, het ‘tegen de oever aangeslibde land’ van Antwerpen-Linkeroever. (wvo) FD

Antwerpen Antwerpen

A. fl. Antwerpen, VIIe Flandrenses atque Andover-penses 696, Xe inter Antverpiam et Con-dacum, XIe Andwerpis, 1191 Antwerpo castello, 1269 Anwers, 1357 Handtwerpen, 1390. Andwarpiensis, 1483 entre Antwerps et Gand, 1695 tot Antwerp (anduerp, « digue »).

veuwijs et vercam. Middelned. wdboek, 1, 426 : « tegen het water opgeworpen land, dam » ; ex. :1415 de andwerpe. Les formes en f, 1008 Antwerf, 1104 Antwerf, Ann. Acad. Arch. 55, qui ont amené l’étymologie « aan het werf », (« au quai ») sont allemandes. AV

ANVAING Anvègn

(A 10), XIIe Anduennium : Anduennium « l’endroit fleuri » (i-e andh-) (A). H. Anvin (PC). S. Andoins (BP). MB

Anvaing Anvègn

 [A 10] 1105 (cop. ça 1300) «de Anuinio»; 1107 (cop. contemp.) « Anduennium »; 1125 (cop. milieu 13e s.) « Anuen ». — Pour C, « villa d’Anwin » (F, col. 101); pour grôhler, II, p. 297 (vu la forme de 1107) : anthropon. germ. And-win (F, col. 105); pour cramer, Rheinische Ortsnamen, p. 66 : * Anavaneum (de l’an-throp. Anavus). JH

ANVAING Anvègn

 (Anvaing, Frasnes-Iez-Anvaing, Ht): I109 Anuinio, 1125 Anuen : propriété de (suff. -itjutn) Anwin, Andwin (germ. *and « pointe de l’épée » et *wïn « ami ») ou Anavus, anthr. germ. (H.). § Habitat celtique et romain; villa donnée vers 950 à l’abbaye de Saint-Amand-en-Pévèle (Fr.) ; château construit au XVIIIe s. par les de Lannoy et où le roi Léopold 111 signa, le 28.5.1940, la capitulation de l’armée belge. JJ

Anvers Antwerpen

A. fl. Antwerpen, v. 1160 in Antwerpia, 1294 van Andwerpen gg, 1298 fait à Andwerpe, 1348 Andwers, XIVe la vilhe d’Anwerps jo, XIVe Anwiers, 1400 Anvers, 1403 chastellenie dAnwerpen, 1407 ville dAnverps. AV

ANZE Anse (à-y-_)

(Houtain-Saint-Siméon, Oupeye, Lg) [chez] Anso, anthr. germ. (C.), [sur le *Geer]. JJ

Anzegem dial. uitspr. [‘ã.zəɤæm]

 WV, 960 vais ± 1036 Ansoldingehem, 983 kopie 11 de Ansoldengim, 1118 Ansoldengem (TW), 1145 Ansoudeghem, 1246 Ansenghem, 1330 Hansdenghen, 1379, 1451, 1513 Ansdeghem, 1517 Anseghem (DF). Samenstelling van de Germaanse persoonsnaam Ansuwald verbonden met het verzamelsuffix -inga en heem ‘woonplaats van de lieden van AnsuwaldANsoud’. De gemeentenaam werd volgens De Flou begin 19de eeuw soms nog Anzdegem uitgesproken, met de oorspronkelijke d van AnswaldANsoud. (fd) FD

Anzegem Anzegem

F. oc. 960 Ansoldingehem villam, 983 Ansoldengim, 1140 altère de Ansoudengem, 1246 Ansenghem vl (An-sold). AV

APAUMÉE Apauméye

(Heppignies, Fleurus, Ht) : al.: entreprise, mise en train (anc. franc, en-paumée) (C.), désigne une ferme. JJ

APLÉ Aplé (è l’ _)

(Fronville, Hotton, Lx) (Namur, N): débarcadère (moy. franc, aplê, lat. applictum, de applicare « débarquer, faire débarquer »). § Le débarcadère du portm de Namur, bâti sous les Romains, portait ce nom : L’Aplé, L’Apploy. JJ

-appe, -eppe

Apa, apia > appe, eppe, « eau » ; ce mot est abondam­ment représenté depuis la Flandre et la Hollande jusqu’aux sources du Rhin et au Wescr, et dans le nord-est de la France (en Allemagne, surtout dans les noms de cours d’eau).

Son origine, ainsi que celle du suivant (ava, avia) a été fort discutée. kurth,   435-8, y voyait deux formes d’un même élé­ment celtique *ab. foerstemann, Pji2. 170, rattache les deux mots à la racine genn. *ap, en admettant l’influence d’un mot’celtique. Voyez aussi A.   carnoy, Les noms de lieux en -effe et en -eppe (Bull, phil et hist., Brux., I, 1920, 145-6) ; le même,   De germaansche oorsprong van de riviernamen met -apa (Leuav. Bijdragen, XV, 1923, 91) ; P. marchot. Le gaulois archaïque -apia (Zeitschrift f. roman. Phil., XLIV, 1924, 206-215) ; et pour avia> effe, le même : Le germanique *awia « eau courante » ou « prairie avec eau courante » en français (Archivum romanicum, VIII, 1924, 305-7).

AV

Appels dial. uitspr. [apms]

 OV, Dendermonde, 707 kopie 941 Applonis, 1145 Apis (TW, Gyl982). Gysseling geeft voor Appels twee verklaringen. 1) De naam is met het Voorgermaanse nederzettingssuffix -iu afgeleid van de waternaam *Abalone, zelf een afleiding van Indo- Europees *abal‘appel’. Appels kan dus betekenen ‘aan de appelbeek’ (Gy 1952c). 2) Later leidt Gysseling de nederzettingsnaam af van de waternaam *Apalanos, bij de wortel *ap- met de algemene betekenis ‘uitbuigen, schitteren’ (Gyl982). De naam verwijst dan naar de ligging aan een bocht van de Schelde. Onzeker.  FD

Appelterre dial. uitspr. [‘ɔ.pəltɛrn]

 OV, Ninove, 1219 Aptres (sic), Apeltres, 1238 Apeltren (TW), 1257 Appelterre (DP1894). Appelterre ontstond uit de samenstelling van appel met het Germaanse woord *dra, dat evolueerde tot ter/teer ‘boom’ (zie Aalter). De betekenis is dus ‘nederzetting bij de appelboom’. Reeds voor de Franse tijd werden Appelterre en Eichem tot één administratieve eenheid samengevoegd: Appelterre- Eichem. TAt ook Eichem. FD

Appelterre

F. or. 1219 villam de Apeltres, 1226 parochiam de Apeltren, 1257 villa nostra de Apelterre rcf, XIVe Apoutra, XVe Apoultre, Apouteren rp (« pommier »). AV

ARABIE Arabîe

(Saint-Sauveur, Frasnes-lez-Anvaing, Ht) : nom donné à un lieu éloigné et désert, qui évoque donc l’Arabie.

Arbaix Arbé

(cours d’eau) : al. Harbée : ruisseau (wall. bâye, germ. *bâki) [à l’eau) âpre, sûre (germ. *harwa) (C). § Ruisseau à La Bouverie, sur les ri­ves duquel se constitua l’agglomération. JJ

ARBAIX Arbé

(La Bouverie, Frameries, Ht) quartier sur l’’Arbaix. JJ

ARBEAU Arbos

(Monstreux, Nivelles, BW) bois (lat. buscum) brûlé (lat. arsum) (C.). JJ

ARBOUCHET

(Limerlé, Gouvy, Lx) : al. Airibouch (sic), L’Arbouchet : derrière le, au-delà du (wall. m) bois (germ. *busku) (C.). JJ

ARBRASSART

(Meslin-l’Évêque, Ath, Ht) : défri­chement (lat. sartum) d’Hariberht (germ. *hari « armée » et *berht « illustre »), anthr. germ. (franc. Herbert) (C.). JJ

ARBRE Arbe

 (Arbre, Ath, Ht) : 861 Arbra, 1126 Arbra, Incurie: ruisseau (germ. *ara « eau ») des trembles (germ. *asb, *asp), ancien nom d’un bras de la Dendre, aujourd’hui Dendre orientale (H.). § Site gallo-romain ; village issu d’un défri­chement effectué par les habitants de Chièvres ; en 1411, la seigneurie d’Arbre et Attre était entre les mains de la famille de Lalaing et formait une communauté religieuse, administrative et agricole. JJ

ARBRE Aube (à-y-_)

 (Profondeville, N) : 1136 Arbor, 1265 Ar­bre, loc. Aube : arbre de limite ou sacré (lat. arbo-») (H.). § Site celtique, vestiges romains ; au Moyen Âge, possession du comte de Namur avec Mont-Guerlain, Montigny et Romiée ; faisait partie de la mairie de Lesve ; forges sur le Burnot ; vil­lage protégé par la Région wallonne. JJ

ARBRE (-LEZ -ATH) Arbe

(A 33), IXe Arbra : Arvara «le ruisseau du champ labouré » (i-e arv-) (A). MB

Arbre (-lez-Ath) Arbe

 [A 10] 1126 (cop. fin 13e s.) « Arbra»; 1136 (cop. milieu 13e s.) « Arbris »; 1188 « Arbora »; arrosé par un bras de la Dendre, 861 «Arbra». — Hydron.; pour J. feller, Notes de philologie wallonne, p. 250, note 1 : * asb-ara; pour C, germ. * asp-ara « ruisseau des trembles » (ce qui n’est pas sûr). JH

ARBRE (-LEZ-FOSSE) Iaube

(< à-y-Aube) (Na 126), pas de forme ancienne : Arborem « l’arbre » (It arbor-) (D) (Carnoy) ou v. Arbre-lez-Ath.. MB

Arbre (-lez-Fosses) Iaube

 (< à-y-Aube) [Na 126] 1265 « Arbre » : brouwers, I, p. 170. — Lat. arborem, arbre (de limite), arbre sacré, etc. JH

ARBRE DE LA JUSTICE Aube dè l’ justice

 (Court-Saint-Étienne, BW) : arbre situé au lieu d’exécution des sentences. § Carrefour de chemins menant à Court, Villeroux, Mellery, Sart-Messire-Guilaume et Le Chenoy. JJ

ARBRE DEL MAI Åbe dè l’ Mê

 (Celles, Faimes, Lg) (Waremme, Lg) : arbre dans la (wall. del) dépression en forme d’auge (wall. mê, du lat. maginem). JJ

Arbrefontaine Âfontêne (èn-)

 [B 3] 670 (cop. 10e s.) « Alba fontana »; 950 (cop. 3e déc. 13e s.) « de Alba fonte ». — Rom. alba fontana « fon­taine blanche » G. JH

ARBREFONTAINE Âfontêne (èn-)

(B 3), VIIe Alba Fontana : Alba Fontana « la blanche fontaine » (It) (D) (Carnoy). MB

ARBREFONTAINE Âfontêne (èn-_)

(Lierneux, Lg) : 670 Alba Fontana, 950 Alba Fonte: source aménagée blanche (lat. alba) (H., V.). § Partie de la villa de Lierneux qui échut à l’abbaye de Stavelot puis, au XIIIe s., au comte de Salm ; commune du département de l’Ourthe sous le rég. franc. ; transférée à la province de Luxem­bourg après 1839 ; le 1.1.1977, une petite partie de la commune fut rattachée à Vielsalm (Lx) et la plus grande partie à Lierneux, donc à la province de Liège. JJ

Arbrefontaine

Lux. , 670 usque Albam Fonta-nam, 814 usque ad Albam Fontem, v. 1131 de Albofonte sm, 1526 Alfontaine dfl, XVIIe Albe-Fontaine. AV

ARBRISSEAU Arbusiau

 (Salles, Chimay, Ht) : arbre sur lequel aurait été déposée, de 1643 à 1677, une statue de la Vierge, actuellement conservée dans la chapelle. § Chapelle érigée en 1677, sur la route de Robechies, au milieu de la plaine dite champ de l’Arbrisseau ; une réplique de la statue de la Vierge del Pilar de Saragosse (Esp.) y est vénérée ; selon la légende, un officier espa­gnol aurait fait le vœu, pendant la bataille de Rocroi en 1643, d’ériger ici une statue à la Vierge del Pilar si celle-ci lui sauvait la vie. JJ

ARC Ark

(A 8), XIIe Arc : Arcum « la voûte » (It) (B) (Chotin). Rem. Commune d’Arc-Ainières, v. Ainières). H. plusieurs. MB

ARC Ark

(Arc-Wattripont, Frasnes-lez-Anvaing, Ht) : 1117 Arc : allusion aux ruines d’un pont romain (rom. arcus « arc, arche ») (H.). § Vestiges ro­mains ; faisait partie de la paroisse d’Ainières jus­qu’en 1803. JJ

Arc-Ainières Ark-Ègnêre

 [A 8] 1,117 « Arc »; 1186 « Arcq et Ainières », — Rom. arcus « arc, arche » G; sans doute, d’après des vestiges antiques ; cf. Ainières. JH

ARC-AINIÈRES Ark-Ègnêre

 (Arc-Wattripont, Frasnes-lez-Anvaing, Ht) : 1186 Arcq et Ainières, loc. Artè-gnêre : c.f. rég. franc. } “Ainières et * Arc. § Rattachée au département de Jemappes ; f. > Wattripont (Arc-Wattripont) 17.7.1970. JJ

ARCAMP Arcamp

(Gibecq, Ath, Ht) : champ (pic. camp) brûlé (anc. franc, arsier « brûlis »). JJ

ARCHE Aus’

(forêt, région) : 953 Arx, 1199 Ars, 1242 Arch, 1127 Arche, loc. Aus ‘ : forêt aux ours (gaul. *artio-, dérivé masc. de artos) (H., X.D.). § Forêt entre Dave et Andenne, circonscription carolin­gienne. JJ

ARCHE Ache

(Maillen, Assesse, N) : château dans la forêt d’ Arche. § Fief de Poilvacbe ; puissant château fort défendant la circonscription d’Arche puis la terre de Poilvache ; bâtiments du XVIIe s. JJ

Archennes Èrtchène (à-y-)

 [Ni 7] néerl. Eerken; (ça 1180) « Archene »; 1225 «Erkene»; 1240 «Hercania»; 1290 «Erchene». — Hydron. prémédiéval Arcana G; cf. J. hubschmid, dans Z f. rom. Phil., 79, 1963, p. 370; cf. Arquennes. JH

ARCHENNES Èrtchène (à-y-)

(Ni 7), XIIe Arkennas : Arcenna «le pays de l’Arca (= le cours d’eau) » (i-e er-) (A). MB

ARCHENNES Èrtchène (à-y-_)

 (Grez-Doiceau, BW) : 1043 Archenna, 1225 Erkene, 1290 Erchene, néerl. Eerken :: hydronyme prémédiéval *Arcana (préroman *ark, rac. *ar-, indo-eur. *erei-, suff. -ana), désignant le Train, jadis nommé Archenne (1442 Hierchine) (G., H.). § Site néoli­thique et romain ; la seigneurie principale fît partie du comté liégeois de Brunerode ou Brugeroti, puis de la principauté de Liège (988-1013); d’abord allodiale, elle fut rachetée par le duc Jean Ier de Brabant et fit partie en 1284 de l’apanage constitué par lui en faveur de son frère Godefroid de Vierson d’Aarschot ; château du XVIIIe s. JJ

Archennes

B. wall., fl. Eerken, v. 1160 Archenne, 1226 Herkena, 1257 Erkenen, 1290 Erchene, 1435 Archenen (Archo). AV

ARCHES Nausse

(Haltinne, Gesves, N) hameau dans la fo­rêt d’ Arche. § Château avec une ferme. JJ

ARCHES ROYALES Aches Rwèyâles

 (Coulisse, Andenne, N) : al. Les Arches : hameau proche de la forêt d’Arche en territoire royal, c’est-à-dire dans le comté de Namur. § Grande ferme et château. JJ

ARCIS Arsis

 (Vyle-et-Tharoul, Marchin, Lg) : al. Arsis : arsiers (« endroits défrichés par le feu », lat. arsidi) (C.). JJ

ARDENELLE

(Sombreffe, N) : 993 Ardïnalla : pe­tite terre dure (anc. franc, hardine) (C). § Alleu dont les seigneurs de Sombreffe furent le plus sou­vent les détenteurs, sur la chaussée romaine Bavay-Cologne. JJ

ARDENNE Ardène

 (Houyet, N) terre dure (anc. franc, hardine) (C.). § Seigneurie du comte de Rochefort dans le ban d’Houyet ; domaine de 4 500 ha acheté en 1837, avec Ferage, parlerai Léopold ILr, qui y fit construire en 1843 le château |_ dit Tour du Rocher, inspiré du château de WiniJ- I sor, agrandi et modifié par Léopold II en 1876- I 1878 ; le château devint ensuite un hôtel de luxe de I 225 chambres, au milieu des greens du Royal Golf I Club d’Ardenne, avec gare et aérodrome ; détruit I par un incendie en 1968 puis rasé ; il ne reste que I la chapelle. JJ

ARDENNE Ardène

(Rebaix, Ath, Ht) (Senzeille, Cerfontaine, N) terre dure (anc. franc, hardine), § Château à Senzeille. JJ

ARDENNE Ârdène l’ _), Ârdènes (lès-_)

(région) Ier s. a.C. Arduenna : haute (gaul. arduo) terre ou forêt (suff. celt. -enna) (B., C.) ; nom d’une divinité gauloise secondaire, Arduinna (lat. Diana), déesse de fa fo­rêt et de la chasse ; a donné son nom à l’ ardoise (bas lat. [lapis] arduensis « pierre d’Ardenne »). § Forêt qui, à l’époque de César, couvrait la Belgi­que actuelle et les pays limitrophes, de la Moselle jusqu’à la limite du territoire des Atrébates (Ar­tois). 644 Arduenna, 770 Ardinna : pagus méro­vingien comprenant une grande partie de la forêt d’Ardenne. § Comté carolingien attribué en 843 (traité de Verdun) à Lothaire Ier, puis en 870 (traité de Meerssen) à Charles le Chauve, et en 879 à Louis de Saxe, fils de Louis le Germanique ; le ti­tre comtal fut porté par la famille d’Ardenne-Verdun, ducs de Basse-Lotharingie, ancêtres de la famille de Luxembourg, jusqu’au xnL s. ; partie d’un ensemble géographique appelé Eifel-Ardennes qui s’étend sur l’Allemagne, la Belgique, la France et le grand-duché de Luxembourg, entre la Sambre, la Meuse, le Rhin et la Moselle ; ac­tuellement, zone accidentée de 60 km de large au centre de la province de Luxembourg : l’Ardenne centrale est un vaste plateau, culminant à 589 m dans la forêt de Saint-Hubert ; on dit parfois les Ardennes (l’autoroute Bruxelles-Arlon a été offi­ciellement baptisée autoroute des Ardennes) sous l’influence du nom du département français (sic). JJ NDLR Aussi : la Bataille des Ardennes .

ARDENNE (L’) Ârdène (l’) (= lès-Ârdènes)

Ier s. av. J.-C. Arduenna : Arduenna   « la haute forêt »  (i-e er-)  (A)  (Roland).  H. répandu.

MB

ARDENNES Ârdène

(Hennuyères, Braine-le-Comte, Ht) I (Marche-les-Dames, Namur, N) : lieu vert et val- I lonné, ainsi nommé par allusion à I’ “Ardenne. JJ

ARDEVOOR Ardevoor

(Neerheylissem, Hélécine, BW) : alluvions (néerl. voor) de la terre arable (gérm.*arda). JJ

Ardevoor Ardevoor

(Neerheylissem B) 1145 terrât’ quod Aldevort adjacet. 1335 inter Racourt et Odevort a2 vni (Aldo). AV

ARDONCOUR Årdoncoûrt (èn-_)

(Melen, Soumagne, Lg) : ferme (lat. curia) de Hardo, anthr. germ. (C.). JJ

Ardoncourt

(Melen Lg) 1227 Otrycourt, 1266 Odricurt vb (Authari). AV

Ardooie dial. uitspr. [’ardo.jə]

 WV, 847 Hardoia, 970 Herdoie (TW), 1072 Ardoya, 1209 Hardoie, 1223 Ardoie, 1903 Ardooie (DF). Samengesteld uit Germaans *hardu ‘hard, slecht’ en ooie < *agwjo alluviale grond langs een waterloop, hier de Rodebeek’ (TW). Zie outve. Misschien moet worden uitgegaan van herdoie als grondvorm. Het eerste lid kan dan herde ‘kudde’ of ‘herder’ zijn. De naam betekent dan ‘grasland door de dorpskudde afgeweid’ (GN). (fd) FD

ARENBERG

(Rebecq-Rognon, Rebecq, BW); grands moulins ayant appartenu aux ducs d’Arenberg, seigneurs d’Enghien et de Rebecq. JJ

Arendonk dial. uitspr. [‘ɔ.rənduŋk]

AN, 1219 Arendunc (TW), 1249 Arendonc (ONB). Samenstelling van arend (Middelnederlands aer, aern) en donk (TW en andere). Het element donk wordt wel vaker verbonden met diernamen (bijvoorbeeld Wolfsdonk, Haasdonk, Beverdonk). Maar bij dergelijke namen kan het ook om samenstellingen met een persoonsnaam gaan. (wvo) FD

Arendonk Arendonk

A.  1290 Arendonc . AV

Argenteau Åyetê (èn-) (ou : èn-Årdjètê)

 [L 29] |1070 (cop. 13e s.) «Argentel»; 1140 «Argenteal»; 1156 «Arkentel»; 1224 «de Argentorio ». — Dér. roman de celt. arganto- ou lat. argentum; sans doute à cause du massif de rochers calcaires d’un blanc argenté. JH

ARGENTEAU Åyetê (èn-) (ou : èn-Årdjètê)

(L 29), XIe Argentel : Argentellum « le petit ruisseau blanc » (gl argent-) (A, B ou D). MB

ARGENTEAU

 (Ouffet, Lg) : endroit (suff. rom. I -elh, -orio) argenté (lat. argentum ou gaul.or- I ganton). JJ

ARGENTEAU Årdjètê

(Visé, Lg) : 1070 Argentel, 1156 Ar-kentel, 1224 Argentorio, loc. Âyetê : endroit (suff, I rom. -ello, -orio) argenté (lat. argentum ou gaul. arganton), peut-être par allusion aux collines cal- I caires   très   blanches   des   environs  (V., H.), I § Formait une seigneurie unique avec Hermalle-sous-Argenteau, appartenant à des familles épo-nymes ; fit longtemps l’objet de contestations entre le duché de Brabant et la principauté de Liège et fut occupée par les Provinces-Unies de 1632 à 1785 (traité de Fontainebleau) ; commune du dé­partement de FOurthe sous le rég. franc. ; château et manoir des comtes de Clermont. JJ

ARGENTEUIL Arjenteuy

 (Waterloo, BW) : clairière (gaul. ialon) claire, argentée (lat. argentum ou gaul, ar-). § Château de la famille de Meeûs (XIXe s.), dans une clairière de la forêt de Soignes ; étangs, source de l’Argentine. JJ

ARGENTIAL Arjentiau

(Monstreux, Nivelles, BW) : endroit (rom. -ello) ou défrichement, clairière (gaul. ialon) clair(e), argenté(e) (lat. argentum ou gaul. arganton) ( ?). § Possession contestée au XIIIe s. entre le duc de Brabant et l’hôpital Saint-Nicolas de Nivelles. JJ

ARGENTINE Ransbeek 

 (cours d’eau) : jadis Helpe, néerl. Zilverbeek: [eau) claire, argentée, couleur d’argent (lat. argentum, traduction latine du celt. *helpe ; néerl. zilver «argent») (C.) ou d'”Argenteuil, où le cours d’eau prend sa source. § Affluent de la Lasne à Rosières (au lieu-dit Aux deux Eaux), source à Argenteuil (Waterloo) ; forme le lac de Genval. JJ

ARGENTON

(Lonzée, Gembloux, N) : *Argento-magum : c ha p (gaul. magos « champ » -> « forum, marché ») argenté, blanc (gaul. argantos) (C.). § Lieu où s’établirent en 1228 les cisterciennes de l’abbaye de Grandval (Balâtre) ; l’abbaye fut plusieurs fois pillée puis reconstruite au XVIIIe s. ; supprimée à la Révolu­tion. JJ

Argenton

(Lonzée N) 1230 Argenton (probablement *Argento-magus, « champ d’Argentos »). AV

ARGILIÈRE

(Fayt-lez-Manage, Manage, Ht) (Roly, Philippeville, N) (Saint-Gérard, Mettet, N) : argilière. § Château, à Saint-Gérard. JJ

ARGIMONT

(Braine-l’Alleud, BW) : 1223 Hargiermont: mont de Hariger (germ. *hari « armée » et *gari « lance »), anthr. germ. (C.). JJ

ARIMONT Arîmont (èn-_)

(Bévercé, Malmedy, Lg) : 1132 Alri-moni, allem. Alrimet : mont d’Adalric (germ. ‘adal « noble » et *rik « puissant »), anthr. germ. (?). § Hameau de la périphérie rurale de Malmedy, fusionné en 1887 dans la nouvelle commune de Bévercé. JJ

ARLOCHOIR Arlochwâre

(Lahamaide, Ellezelles, Ht) : balan­çoire (anc. franc, arlochoire), sans doute une enseigne (C.).

JJ

ARLON Arel

(Ar 1), IVe Orolauno : Arulodunum « l’oppidùm de la rivière » (i-e er-) (A). MB

ARLON Arel

(Arlon, Lx) : IVe s. Orolaunum, néerl. Aarlen, allem. Arel: nom celtique, d’origine obscure ; hypothèses : lieu de plaisance (gaul. Isuenos « heureux ») près du rivage (celt. *oro) de la Semois, site d’origine (?) (C.), ou [lieu] près de (gaul. are-) …’? (launum est « inexpliqué ») (D.M.). § Site gaulois ; viens romain, construit à l’origine dans la vallée et déplacé au IIIe s. sur la hauteur en raison des invasions ; au IVe s., l’une des places-fortes de l’Empire en Gaule Belgique ; chef-lieu de pagus, puis de comté (au XIe s., sous Waleran Ier d’Arlon) rattaché au duché de Lim-bourg, puis chef-lieu de marquisat (au XIIIe s., sous Henri III) ; intégré en 1214, par mariage, dans un ensemble comprenant le duché de Limbourg (jus­qu’en 1226), le comté de Luxembourg, le marqui­sat d’Arlon et la Terre de La Roche, possessions de la famille de Luxembourg ; intégré en 1354 dans le duché de Luxembourg par Wenceslas ; chef-lieu de la province de Luxembourg depuis 1839. JJ

Arlon Arel

Lux. all. Arel, IVe Orolauno It. Ant, VIIIe Araleo, Aralea Cantat. S. H. , VIIIe Castellum quod Harlonis dicitur mgh ss r m ni 79, 1176 cornes de Arlo si, 1217 Arlon fr i, 1246 Erlons o, 1251 Arlons clf, 1376 van Arle vib, XIVe in Arluno pt, v. 1527 Harlon vil. AV

ARLONCOURT R’loncoûrt (à _; Arloncoûrt

(Longvilly, Bastogne, Lx) : ferme (rom. curtis) de Harilo, anthr. germ. (C.). § Lieu cité dès 771, dans la paroisse de Noville et la pré­vôté de Bastogne ; seigneurie hautaine d’une fa­mille éponyme, puis d’autres ; f. > Rachamps rég. franc. ; f. > Longvilly 1823. JJ

Arloncourt

(Longvilly Lux) 1184 Erloncur r, 1501 Arlecourt dfl (Erlo). AV

ARNELLE Aurnale

(Opprebais, Incourt, BW) : 1266 Ardenelle : petite terre dure (anc. franc, hardine) (C.). JJ

ARNEMONT

 (Stavelot, Lg) : mont d’ArnuIf (germ. *arn « aigle » et *wulf« loup »), anthr. germ. (C.). § Fit partie du ban stavelotain de Stavelot. JJ

ARNEUMONT

(Biesme, Mettet, N) : mont d’Arnulf, anthr. germ. JJ

ARONDEAU

(Roucourt, Péruwelz, Ht) : petite hi­rondelle (anc. franc, arondel). § Seigneurie qui relevait du comte de Hainaut ; achetée au xvnc s. par des de Blois ; château. JJ

Arpia

nom disparu : VIIIe in loco nuncupante Hersele (Her-zele F. or.) super fluvium Arpia vl. — Loc. : Ter Erpen (Essche-Saint-Liévin F. or.) 1166. in villa de HerpeTcf. I, 1288 curtis de~ Erpe vl, 1783 vierschaere van ter Herpen dpb ; Middel-Erpen (Woubrechtegem F. or.) Baina, nom disparu : 1091 molendinum super Bainam a2 VII. — Loc. ; Bende (Ampsin Lg.), 862 in Baina, 1130-9 Benes sm. AV

Arpia

Nom de cours d’eau devenu nom de lieu

nom disparu : VIIIe in loco nuncupante Hersele (Her-zele F. or.) super fluvium Arpia vl. — Loc. : Ter Erpen (Essche-Saint-Liévin F. or.) 1166. in villa de HerpeTcf. I, 1288 curtis de~ Erpe vl, 1783 vierschaere van ter Herpen dpb ; Middel-Erpen (Woubrechtegem F. or.) AV

Arquennes Ârkène

 [Ch 3] 1125 (cop. ça 1280) «Arkenna»; 1137 (cop. id.) « Archenne »; 1185 « Archen ». — Comme Archennes. JH

ARQUENNES Ârkène

(Ch 3), XIIe Archennes : v. Archennes. MB

ARQUENNES Ârkène

(Seneffe, Ht) : 1125 Arkenna, 1137 Archenne, 1185 Archen: hydronyme prémédiéval *Arcana (préroman *ark, Tac. “or-, indo-eur. *erei-, suff. -and), désignant la Sammc (H.). § Terroir brabançon, dans la mairie de Ni­velles, partagé entre trois seigneuries, dont la prin­cipale revint aux de Withem de Beersel en 1468. JJ

Arquennes

H. 1137 altare de Archene propre Nivellam a iv, 1153 Arkenna c v (Archo). AV

ARQUET Ri do fond d ‘Ârkèt

(cours d’eau) (wall. ri : ruisseau) déformation loc. du wall. rakèt (raquet : petite mare, fosse boueuse (C.). § Ruisseau à Champion, Vezin et Bouge, affluent de la Meuse à Namur. JJ

ARRONFOSSE Aronfosse

(Blaregnies, Quévy, Ht) : fosse, fos­sé (lat.fossa) d’Adaro, anthr. germ. (C.). JJ

ARSIS Lès-Årsis

 Milmort, Herstal, Lg) ås-Årsis : aux brûlis (lat. arsicia). JJ

ARSILLIÈRES

(Momignies, Ht) : argilières, en­droits où l’on extrait de la terre plastique (C.) ; toponyme fréquent. JJ

Arsimont Aursumont

 [Na 107] 1265 « Harcymons »; 1294 « Herchi-mont; Harchimons » : brouwers, I, p. 161, 285, 288. — Pour C, peut-être « mont d’Harchar » (F, col. 770), ou * arsicii mons « mont aux arsiers (= endroits défrichés par le feu) ». JH

ARSIMONT Aursumont

(Na 107), XIIIe Harchimont : Hartcarimontem « le mont d’Harcier » (D). MB

ARSIMONT Aursumont

 (Sambreville, N) : 1265 Harcymons, 1294 Harchimons, Herchimonî: mont d’Harchar, anthr. germ., ou aux arsiers (lat. arsicii « endroits défrichés par le feu ») (?) (C.). § Dépendance d’Auvelais-le-Comté, donc à la fois de la principauté de Liège et du comté de Namur ; les seigneurs en étaient le chapitre de Fos­ses et l’abbé de Floreffe. JJ

ARSONVOIE Arsonvôye

(Lustin, Profondeville, N) chemin (wall. vôye) du brûlis. JJ

ARSYS Lès-Aussis

(Forville, Fernelmont, N) : aus-Aussis ;  1365 Arsich : brûlis (lat. arsicia) (C.). JJ

-art

dans Grignart (Ragnies H) 868-9 (cop. XIIe) Groigniaco war, 1185 Grunniaco mf ni, nom au premier élément obs­cur. AV

-art

provenant de -acus se rencontre aussi en France. AV

Artey

Rhisnes N.); 1236 Artangh. AV

ARTHEY Artè

(Rhisnes, La Bruyère, N) 1265 Hartains, Hartaing, 1296 Artaing : propriété de (suff. -on/a avec dénasalisation de la finale) Hardo, Harto (germ. *hard « dur »), anthr. germ. (C.). § Seigneurie qui fit partie du comté de Namur et, à la fin du Moyen Age, de la franchise de Namur ; la seigneurie hautaine fut vendue en 1748 à Honoré de Glymcs, seigneur de Rhisnes ; château et ferme, siège de la seigneurie hautaine, avec des bâtiments des XVIIe, XVIIIe et XIXe s. JJ

ARTIFAILLE Artifâye

(Clermont, Walcourt, N) : accoutre­ment, assemblage étrange (wall. artifâye) (C.). JJ

ARTIMONT Artimont

(Forest, Frasnes-lez-Anvaing, Ht) : al. Marais de l’Artimont : [marais du] mont de Hardhari (germ. *hard «dur» et *hari « armée »), anthr. germ. (C.). JJ

ARTON Arton

(cours d’eau) : ruisseau d’*Arton. § Affluent du Ruisseau de Lonzée ; formait, avec ce dernier, la limite entre le duché de Brabant et le comté de Namur par un accord conclu en 1357 entre le duc et le comte ; cet accord fut maintes fois remis en question, notamment par l’abbé de Gembloux,sei­gneur de Lonzée. JJ

ARTON Arton

 (Lonzée, Gembloux, N) : al. Harton : 1040 Harenlon : terres (coll. -on) dures (germ.*harant) (C.). § Domaine donné au XIe s. à l’abbaye de Gembloux. JJ

Arville Aurvaye

 [Ne 14] 817 (cop. comm. 12e s., cop. 13e s.) « Aprouilla »; fin 11e s. (cop. lre moitié 12e s.) « Aprouillam » (ace.); 1129 «Aruilla». — Pour C, «villa d’Apronius » ou «villa du san­glier»; pour groehler, II, p. 312: «villa d’Aprio» (schulze, p. 124); pour G : rom. Apri villa «ferme d’Aper» (germ.); mais l’anthrop. peut aussi bien être gallo-romain, cf. aussi Aprius : schulze, p. 110. JH

ARVILLE Aurvaye

(Ne 14), XIe Aprovillam : Aprivilla « le domaine d’Aper » (D) (Carnoy). H. Arville (LCh et SM). MB

ARVILLE Aurvaye

 (Arville, Saint-Hubert, Lx):817 Aprouilla, 1129 Aruilla: domaine rural du sanglier (lat. apronius) ou d’Aproniin, anthr. germ. (C.), ou d’Aper, anthr. germ. (G,),» d’Aprius, anthr. gallo-romain (H.). §Vesligei gallo-romains ; fit partie du domaine primitif don­né par l’évêque de Liège Walcaud à l’abbaye de Saint-Hubert ; une des mairies de la terre de Saint-Hubert. JJ

Arville

Lux. wall. « ôrvèy », « ôrvày », 817 Aprovilla, 1129 ecclesiam sancti Pauli de Arvilla sh (Aper, nom romain). AV

ARZELIER Lès-Åselîs

(Sart, Jalhay, Lg) argilière (liég. Arzî « argile ») (C.). JJ

ARZIÈRES

(Aublain, Couvin, N) (Froid-Chapelle, Froidchapelle, Ht) : argilières. JJ

As dial. uitspr. [as]

LB,  Asch (TW), 1345 tot assche, 1637 onder^w (MP1976). Zoals de plaatsnaam Asse in Vlaams-Brabant gaat As terug op een Voorgermaanse waternaam *aska, met onduidelijke betekenis: afgeleid van de wortel *(a)sak- ‘schitterend’ (Gyl983) of‘het water’ (Lil952). De naam van de waterloop werd op een nederzetting overgedragen. As ligt ongeveer 2,5 kilometer van de Bosbeek, die oorspronkelijk wellicht *As(beek) heette (Mol976). Een andere oudere benamingvoor deze waterloop is Oeter, waarnaar eveneens twee nederzettingen in de buurt genoemd werden (zie Neeroeteren, Opoeteren). (vm) FD

ASCOTTE Scote (à _)

(Hennuyères, Braine-le-Comte, Ht) : l’enclos (moy. néerl. schot) (C.). JJ

ASNEUX

 (Hamois, N) : aux branchages (coll. bas lat. *astinetum). JJ

ASPÈCHES Lès Spèches

(Framont, Paliseul, Lx) : âs Spèches : aux fourrés (lat. *spissia, dér. de spissu « épais ») (C.).

JJ

Aspelare dial. uitspr. [‘asplɔ.r], inwonersnaam: Asperling [‘aspərliŋk] of Asperaar [‘a.sprərɛ.rə]

 OV, Ninove,  1118 Hasplar, 1165 Asplar (TW), 1288 Asplaer (DP1894).

Aspelare wordt gewoonlijk verkiaard als een samenstelling van de boom naam/«p, variant van esp ‘ratelpopulier’ (TW, Gyl978, DV, WB, EWN), met laar. De betekenis is dus ‘open plaats in het espenbos’. De beginT in de oudste attestatie is hypercorrect.  FD

Asper dial. uitspr. [’a.sprə]

 OV, Gavere, inwonersnaam : Asperling [‘aspsrliqk] of Asperaar [‘a.sprare.raj.

960 vais 990-1035 Haspra, 966 Haspera, 996-1029 kopie 3de kwart 12de eeuw Haspre, 1156 Aspera, ca. 1160 Haspere (TW, GN). Asper gaat volgens Gysseling terug op een Voorgermaanse waternaam op -ara, met onduidelijk eerste lid, en is te vergelijken met Asperen in Zuid-Holland (Gyl978, Gyl983, VBS).  FD

ASQUEMPONT Skimpont (à _)

 (Ittre, BW) pont (lat. pontem) d’Askiwin (germ. *aski « chêne » et *win « ami »), anthr. germ. (franc. Ascuin) (?) (C.) sur la Sennette. § Ferme, dite Cense del Tour ou Tour d’Hasquenpont, et moulin sur la Sennette, appar­tenant tous deux au prévôt du chapitre de Nivel­les ; papeterie créée en 1845. JJ

Asquillies Askiyî

 [Mo 55] 965 (faux ça 1185) « Asquileias »; 1131 « Asquileiis »; 1202 « Asquillies ». — Germ.-rom. Askiwilliacas « ap­partenant à Askiwilli » G; ne paraît pas figurer dans F, col. 149; C pro­pose un dér. d’Ascalo (F, col. 147). JH

ASQUILLIES Askiyî

(Mo 55), XIIe Ascoullies : Asculia-as « les terres d’Asculius » (D). MB

ASQUILLIES Askiyî

 (Quévy, Ht) : 965 Asquileias, 1111 Asquileiis: propriétés de (suff. -iacas déf. -les) Askiwilli (germ. “as/ci « chêne » et *wi/J « volonté ») (G.) ou Ascalo, anthr. germ. (C.), I § Vestiges romains et francs ; terroir partagé entre deux fiefs du comte de Hainaut et trois seigneu­ries : celle du chapitre Sainte-Waudru de Mons, celle du chapitre Sainte-Aldegor.de de Maubeuge el la seigneurie principale, formée de deux fiefs, l’un tenu de la cour féodale de Quiévrain, l’autre de celle de La Bassée à Eugies ; houillères du XVe s. JJ

Asse dial. uitspr. [as]

 VB, 1106-1110, 1148 Ascha, 1130 Asca, 1142 Aske, 1159 Asche (TW). Meer attestaties in U1952. Asse is afgeleid van dezelfde waternaam als As (zie daar). Deze naam was wellicht de oude benaming van de Broekbeek stroomafwaarts vanaf de Avenellebeek (Ro2008). (pk)

FD

ASSE

(Julémont, Herve, Lg) : bois (coll. germ. *astamdja, de “astan « branches ») ou plantation (celt. “as) (?). § Petite seigneurie foncière, sur le territoire de Julémont, avec juridiction distincte. JJ

Assebroek

dial. uitspr. [‘asəbrukə]

WV, Brugge, 1187 Arsabroch (TW), 1202 Arsebrouc (DF), 1215 Arsbroc (TW), 1222 Ersebroch, 1384 Asebrouc, 1421 Assebroucq, 1538 Asse(n)broek (DF).

Samenstelling van Germaans *hrussa ‘paard’ en *broka ‘broekland, moeras’ (zie broek), dus ‘moerassige paardenweide’. Vergelijk Engels horse. In het Oud- en Middelnederlands vertoont het woord r-verspringing en de vaak daarmee gepaard gaande klinkerwisseling e, a, o. Vergelijk Duits brett met Vlaams berd of bard en Nederlands bord (VL2006). In Frans-Vlaanderen tekende het WVD nog assekot op voor een door paarden aangedreven maalmolen, wat elders orsekot, ossekot of rossekot heet. (fd)

FD

Assebroek

F. oc. 1187 Ascebroc, 1202 Arsebrouc df, 1309 Arsebroec vib, 1455 Assembourc. AV

Assels

 (Tronchiennes F.or.)966 villam Afsna cum silvula Has-lod, 1397 Asselt ; puis Hasselt ma (même racine que hazelaar, coudrier »). AV

Assenede dial. uitspr. [’a.sne.]

 OV, 1120 Hasnethe, 1135 Hasnetha, 1187 Hasneda, 1190 Hasnede, 1222 Haxenede (TW). Assenede is mogelijk een afleiding van de boomnaam as, een oude dialectvorm van huidiger, met het verzamelsuffix -ithja, dat evolueerde tot -ede. De begin-/j in de oude attestaties is hypercorrect. (Lil944b, TW, EV, GN).   FD

ASSENOIS Asnwas

(Assenois, Léglise, Lx) : 804 et XIIe s. Astinetum, 1173 Astenoi: aux (coll. -êlum, romanisation du germ. -ithja) arbres (germ. *aslan, *asla- « branche ») (H.). § Vestiges celti­ques et de l’âge de la pierre ; fit partie du grand domaine fiscal de Longlier ; terre de la seigneurie puis prévôté de Neufchâteau, à la limite du ban de Mellier. JJ

ASSENOIS Èsnès

(Hompré, Vaux-sur-Sûre, Lx) : (aux) (coll. -etum, romanisation du coll. germ. -ithja) arbres (germ. *astan « branche ») (H.). § Nécro­pole et villa romaines ; seigneurie de la prévôté de Bastogne ; érigée en agence, mairie puis commune sous le rég. franc. ; f. > Hompré 1823. JJ

ASSENOIS Lès-Asnès

(Jehonville, Bertrix, Lx) : 1356 Astonaiz, 1170 Astinetum: aux (coll. -etum, romanisation du coll. germ. -ithja) arbres (germ. *astan « branche ») (H.). § Détaché très tôt, avec Offagne, de la paroisse de Jehonville ; for­mait avec Glaumont une seigneurie appartenant à l’abbaye de Saint-Hubert et ressortissant à la cour de justice de Jehonville (duché de Bouillon) ; transféré en 1976 d’Offagne à Bertrix. JJ

Assenois (-Neufchâteau) Assenwas

 [Ne 63] comm. 12e s. (cop. 13e s.) « Astine-tum »; 1173 « Astenoi ». — Romanisation en -êtum de germ. astanipja-n., collectif d’astan (autre forme d’asta- «branche»?), cf. Ayeneux, Esneux G. JH

ASSENOIS (-Neufchâteau) Assenwas

(Ne 63), XIIe Astinetum : Astinetum « la frênaie » (grm ast-) (D) (Carnoy). H. Asnois (Nv).

MB

Assent dial. uitspr. [‘asət]

 VB, Bekkevoort, KblAsnoth, laat afschrift volgens Mansion misschien te lezen als Hasnoch/Hasnoth ? (M), ca. 1290 Assent (Clal993), \?>2\ Assent (C\&\9%(>). Assent\zomt in dezeschrijfwijzeook voor in Werchter in 1257 en in Buken in 1319 (Instituut voor Naamkunde, Leuven). De naam is onbevredigend verklaard uit Germaans *asnoth ‘bebouwde grond’, afgeleid van *asn met het plaatsbepalend suffix -o thu, te vergelijken met Gotisch as ans oogst, zomer’(M, DV, WB). Lindemans ziet in Assent een afleiding met -etum van het Germaanse woord *astana (Li 1944b). Astanetum betekent dan ‘plaats waar een ast ‘droogoven’ is’. Volgens Boileau (Bol958) wordt het suffix -etum meestal bij een boomnaam gevoegd. Zo betekent coryletum ‘hazelaarsbosje’. Daarom is het aannemelijker om Astanetum, waaruit Assent, maar ook Staneux, Esneux en dergelijke in Wallonië, te verklaren als een bosnaam. Nederassent is de naam voor een verdwenen gehucht tussen Wespelaar, Tildonk en Buken. De betekenis van het stamwoord is nog niet duidelijk. (pk) FD

Assesse Assèsse

 [Na 128] 1181 « Assece »; 1294 « Assèche »: brou-wers, I, p. 245. — Pour C; collectif ass-icia, dér. de lat. assis « planche »; donc : « endroit aux planches ». JH

ASSESSE Assèsse

(Na 128), Xe Asseza : Assicia « l’endroit où l’on trouve des planches » (It ass-) (D) (Carnoy).

MB

ASSESSE Assèsse

(Assesse, N) : 965 Asseza, 1181 Assece, loc. Assesse : aux planches (coll. rom. assicia, du lat. assis, franc, ais « planche ») (H.), allusion pro­bable à une fortification franque. § Cimetières mé­rovingiens ; fit partie de la terre de Poilvache, re­prise par le comte de Luxembourg en 1281 ; chef-lieu d’une mairie luxembourgeoise où le comte de Namur percevait cependant le cens et la taille ; amputée de Sorinne-la-Longue, érigée en commune,le 21.12.1874. JJ

Asse-ter-Heide

(Asse B.) local « astrayn », 1784 Asterhey-de. AV

ASSONLEVILLE

(Lillois-Witterzée, Braine-l’Alleud, BW) : hameau au-dessus (wall. asson) du (anc, franc, le) village (lat. uilla « domaine ru­ral ») (V.). JJ

Assonleville

(Lillois B) 1440 Ason le Ville, 1444 Somville, 1609 Assonville tw (« au haut du village »). AV

Astene dial. uitspr. [a.stn]

 OV, Deinze, 856 kopie 941 in Astenneria mariscum, midden llde eeuw Astine, 1146 H as tin, 3de kwart 12de eeuw Hastine, 1187 Astina (TW). Onzeker. Gysseling stelt Astene etymologisch gelijk met de plaatsnaam Asten in Noord-Brabant, die hij aanvankelijk verklaart als een afleiding van Germaans *asta > Middelnederlands ast ‘tak’ met een suffix -inja, (Gyl957), dat mogelijk een collectiviteitsgedachte toevoegde aan het grondwoord. De plaatsnaam zou dan letterlijk ‘veelheid van takken’ betekenen, wat in de praktijk neerkomt op ‘struikgewas’.

In een later artikel voert Gysseling Asten terug op een Voorgermaanse waternaam *Astana, een afleiding met het hydronymische suffix -ana van de Indo-Europese wortel *asat ‘uitbuigend, schitterend’ (Gyl983).

Eveneens denkbaar is dat ast met het verzamelsuffix —t gevormd is uit de Germaanse boomnaam as es’. Het suffix -ana, met wisselvormen -ina en -ona, komt inderdaad meermaals voor in verbinding met Germaanse grondwoorden, bijv. in *hag-ina, waaruit de Romaanse waternaam Haine, met als eerste deel het Germaanse *haga ‘haag’, dus ‘waterloop, aan de oevers begroeid met struikgewas’. In de veronderstelling dat *Astana (of de variante vorm *Astina) is afgeleid van Germaans ast, betekende de waternaam oorspronkelijk ‘waterloop stromend door het essenbos’ of ‘waterloop aan de oevers begroeid met essen’.   FD

ASTENET Astenet

(Walhorn, Lontzen) : 888 Astenid. 966 Asteneit: aux (coll. germ. -ithja) arbres (germ. *astan « branche ») (H.). § Vestiges romains ; sei­gneurie particulière ; on y recensait une manufac­ture de drap et une filature en 1848 ; couvent Sainte-Catherine, fondé en 1888, dont la forme évoque la grand-place de Sienne. JJ

Ath Ât’

 [A 1] 971 (cop. milieu 11e s.) «Adhad»; 1076 «Adat»; 1119 « Aat »; cf. Eth (départ. Nord), 1131 (cop. 2e moitié 13e s.) «Adatum », 1175 « Aieth »; 1196 « Ait ». — Pour C, sans doute romanisation de germ. * haitha « bruyère » (ce qui est douteux). JH

ATH Ât’

w. ât’ (A i), Xe Adhad : Adatum « la limite » (i-e ad-) (A)? MB

ATH Ât’

(Ath, Ht) 971 Adhad, 1076 Adat, 1175 Aieth, 1180 Haut, néerl. Aat : étendue de bruyère (germ. *haitha) (?) (C.), désigne le vil­lage primitif ou Vieux Ath. § Ville neuve avec château fort (donjon dit Tour de Burbant) fondée en 1166 par le comte de Hainaut Baudouin IV sur une terre rachetée en 1155 à Gilles de Trazegnies, entre les villages de Vieux-Ath et de Brantignies ; franc-bourg fortifié au XIIIe s. ; centre, au XIVe s., d’une grande châtellenie hennuyère comptant 116 villages, centre politique du nord-ouest du Hai­naut ; le châtelain et le mayeur y représentaient le comte et gouvernaient avec des échevins élus par les notables. JJ

Ath Ât’

H. 1180 Haat d, 1187 Aath sm, 1343 Ath en, 1356-7 Auth ech, 1431 de villa Athenensi mk (Atto). AV

Athis Âtis’

 [Mo 66] 965 (faux ça 1185) « Astices »; 1110 (cop. 15e s.) « Astigiis»; 1119 «Asticies»; cf. Atiches (départ. Oise), 1139 «Asti-ches» gamillscheg, p. 126, note 1. — gamillscheg glose Atiches par fr. atiche «poteau»; pour C, collectif en -icia de germ. ast, au sens de « branche ».

JH

ATHIS Âtis’

(Mo 66), XIIe Astigiis : Asticias « les bou­quets de frênes » (grm ast-) (D) (Carnoy). H. Athis (Mrn et SO). S. Attiches (Nd). MB

ATHIS Atis’

(Honnelles, Ht) : 965 Astices, 1110 Astigiis,; poteaux (ou branchaie (coll. rom.-germ. *asticia, de *astan « branche ») (C.). § Site gallo-romain ; la seigneu­rie principale était hennuyère ; château. JJ

Athus Attem

[Vi 50], all. Attem, Atten; 1259 (cop.) «Attus»; 1301 «Athue»; all. : 1284 «Ittheven»; 1425 « Oteven » RbPhH, 21, 1942, p. 254. — Pour C, sans doute *Attenhoven «ferme de Atto ». JH

ATHUS Attem

(Vi 50), XIIIe Attus : Attenhûs «la mai­son d’Alton » (C) (Carnoy). MB

ATHUS Attem

(Aubange, Lx) : 1259 Attus, 1284 allem. Itchoven, 1301 Athue, 1425 Oteven, allem. Attem: à la (locatif -en) ferme (germ. *hofa) ou à l’habitation (germ. *haima ou *hûs) d’Alto, anthr. germ. (?) (C.). § Ancien territoire du peuple Ubien, protégé par Rome, situé sur une route reliant le Titelberg, oppidum des Trévires, à Virton et Montmédy ; Athus passa en 959 à la Haute-Lotharingie et à la châtellenie de Longwy, dans la seigneurie d’Aubange dont il partagea le sort ; contesté entre Luxembourg et Bar-Lorraine, Athus resta lorrain en 1602; français de 1678 (traité de Nimègue) à 1718 (traité de Paris), puis à nouveau lorrain par détachement de la prévôté de Longwy, puis français en 1766 et rattaché au du­ché de Luxembourg (Autriche) en 1769 ; érigé en commune par séparation d’Aubange sous le rég. franc. JJ

ATRIN Âtrin

 (Clavier, Lg) 958 Atterino : petit (diminutif -inum) parvis, cimetière (lat. mérovin­gien atrium) (C.). § Seigneurie donnée en 959 à l’abbaye de Stavelot et relevant de la principauté abbatiale ; vendue en 1338 par les Houffalize à Jean de Bohème, comte de Luxembourg ; cour de justice et château. JJ

Atrin

(Clavier Lg) 958-9 in villa Aterino sm (Aterius, Aterus). AV

ATRIVE Åtrîve

(Avin, Hannut, Lg) : XIIIe s. Alla Ripa, Autrive, XIIE s. Autrerivez : ruisseau (lat. riuus) aux rives hautes (lat. alla ripa, latinisation du celt. *alt-ar-aba) (C., V.). § Siège de la seigneurie qui incluait Avin, dans le bailliage de Wasseiges , le seigneur était l’un des 12 pairs du comté de Namur ; la famille d’Atrive conserva la seigneurie jusqu’au XIVe s. JJ

Attenhoven dial. uitspr. [‘atənɔ.uvə]

 VB, Landen, 1189 kopie 13de eeuw Ottonis curtem, 1213 Octuncurt (TW, BE), 1262 in valle de attenhouen (Ke2000). Samengesteld uit de Germaanse persoonsnaam Atto met de datief meervoud van hof \n het Nederlands, daarnaast Atto en curte in het Romaans. Attenhoven betekent dus ‘hof of boerderij van Atto’. In de Romaanse vorm Ottoncourt is de begin- aangepast aan de tweede lettergreep. Zie ook Hoevenen. (pk) FD

Attenhoven Attenhoven

Lg : 1189 Ottonis curtem si, 1232 Attenhoven. AV

Attenrode dial. uitspr. [‘ɔ:trœ.y]

 VB, Glabbeek,  1145-1164 Aterode (M), 1147 kopie 13de eeuw Atteroda, 1179 Aterode (TW), 1420 atenrode, 1600 Athcnrode (Ke2007). Blijkens de oudste attestaties is Attenrode samengesteld uit de Germaanse persoonsnaam Ato en rode en betekent het ‘gerooid bos van Ato’. Ato is niet dezelfde persoonsnaam als Atto zoals in Attenhoven. Op 1 januari 1825 werd Attenrode verenigd met Wever (Ke2007). (pk) FD

Attenrode

B. local « ù- :(y)trœ’», 1145-64 Aterode a 2 vin, 1404 Attenrode tw (Atto). AV

ATTERT Attert

 (Attert, Lx) : 1247 Attrete, 1258 Altrenote. 1309 Attrenod, loc. Atèrl : défrichement (germ. *rotha déf. -eri) d’Atto, anthr. germ. (?) (C.). § Nombreux vestiges romains sur la voie Metz-Tongres ; chef-lieu d’une mairie de la prévôté d’Arlon comprenant Attert, Grendel, Nothomb et des parties de Schadeck et Tontelange ; fourneau du XVIIe s. JJ

ATTERT Attert

(cours d’eau) : jadis Ill: [rivière d’] “At­tert, qui traverse l’entité. § Affluent de la Sûre au Grand-duché de Luxembourg. JJ

ATTINES

(Clermont-sous-Huy, Engis, Lg) : pro­priétés de (suff. -inas) Atto, anthr. germ. (?). JJ

Attre Atre

 [A 34] 1136 (cop. milieu 13e s.) «Artris»; 1191 « Aire ». —• Lat. atrium, en roman au sens de « parvis, cimetière ». JH

ATTRE Atre

(A 34), XIIe Atrium : Atrium «le parvis » (It) (D) (Chotin). S. Aître (HM), Lattre (PC) et Laître(MM). MB

ATTRE Atre (ou Ate)

(Brugelette, Ht): 1136 Artris, 1191 Aire: parvis, cimetière (rom., du îat. méro­vingien atrium) (H.). § Ne formait qu’une seigneu­rie avec Arbre ; amputée d’Arbre, érigé en com­mune, sous le rég. franc. ; château rebâti dès 1752, en style Louis XV, par François-Philippe-Joseph de Franeau d’Hyon, comte de Gommegnies. JJ

ATZERATH Atzerath

 (Lommersweiler, Sankt-Vith) : défri­chement (germ. *rotha déf. rath) d’Atto, anthr. germ. (?). § Moulin non-banal des princes de Nas­sau, seigneurs de Sankt-Vith. JJ

Aubange Éibeng

(ou Éiben) [Vi 49] all. Welsch-Ibing; 1033 « Obingis ». — Pour C, « village d’Ibba » (F, col. 941) ou d’Ubbo (F, col. 1471). JH

AUBANGE Éibeng

(Vi 49), XIe Obingis : Ubbinga « chez les Ubbon » (C) (Carnoy). MB

AUBANGE Èibeng

(Aubange, Lx) : 1033 Obingis, allem. Ibingen ou Welsch-Ibing (allem. welsch « wallon, roman ») chez ceux de (suff. germ. -ingen) Ibba ou Ubbo, anthr. germ. (C.), ou chez les Ubiens, tribu locale protégée par Rome. § À proximité du Titelberg, oppidum trévire puis ro­main ; au Moyen Age, fit partie de la seigneurie de Rodange, dans le bailliage-châtellenie de Longwy ; à ce titre, devint française de 1678 à 1718, puis lor­raine jusqu’en 1766, française jusqu’en 1769, puis luxembourgeoise ; commune amputée d’Athus, érigée en commune, sous le rég. franc. JJ

Aubechies Obechî

 [A 48] 1095 (cop. milieu113e s.) «Abeciis»; 1101 (cop. 15e s.) « Abiciis »; 1105 (cop. id.) « Abeceis ». — Avec G, Abbaciacas «appartenant à Abbaco» (germ.); non Albiciacum, pro­posé aussi par C, vu le ô bref wallon. JH

AUBECHIES Obechî

(A 48), XIe Abeciis : Albiciacas « les terres d’Albicius » (B ou D). MB

AUBECHIES Opechî

(Belœil, Ht) : 1095 Abeciis, 1101 Abiciis: propriétés de (suff. -iacas) Abbaco, anthr. germ. (G., H.), § Nymphée, thermes, hypocauste et caves romains, nombreux vestiges néolithiques et de l’âge du bronze ; monastère bé­nédictin fondé par l’évêque Gérard II de Cambrai au XIe s. et qui fut le principal seigneur foncier de la localité; le monastère fut supprimé en 1119

pour être rattaché à l’abbaye de Saint-Ghislain, qui lui succéda dans ses droits. JJ

AUBECHIES

(Jurbise + Masnuy-Saint-Jean, Jurbise Ht) (Lens, Ht) : propriétés de (suff. -iacas) Abbaco, anthr. germ. (G., H.). § Seigneurie indivise entre le seigneur de Lens, l’abbaye de Cambron, la Grande Aumône de Mons et les bénéficiaires des chapelles Notre-Dame et Saint-Nicolas de Jurbise.  JJ

Aubechies

H. 1095 Abbecis, 1119 Abecheis, XIIIe Aufae-chies b (Albutius). AV

AUBECQ Aubèk

(Flobecq, Ht) (Ogy, Lessines, Ht) néerl. Aalbeke : ruisseau (anc. wall, *bèk, moy. néerl. beke) [à couleur de] purin (néerl. aal) (?) (C.). § Abbaye ; ferme à Flobecq, au hameau du Mont. JJ

Aubel Åbe

 [Ve 4] 1141-1178 «Albela»; 1248 «Able»; 1275 « Auble ». — Hydron. celt. Albulâ ou anc. germ. Albulô « la blanche » : mansion, p. 7, C, G. JH

AUBEL Åbe

(Ve 4), XIIe Albela : Albula « la petite eau blanche » (i-e albh-) (A) (Carnoy). S. Albula (ancien nom du Tibre). MB

AUBEL Åbe

 (Lg) : 1141-1178 Albela, 1248 Able : eau blanche (hydronyme celto-lat. Albuli ou germ. “Albulô), désigne la Berwinne (H.) qui traverse la commune. § Vestiges préhistoriques; un des principaux bans du comté de Dalhem, avec cour de justice, dépendant directement du Do­maine ; détaché au XIIe s. du chef-ban de Fouron-le-Comte (néerl. ‘s Gravenvoeren, Lb) ; la sei­gneurie hautaine fut engagée en 1643 et vendue en 1645 ; était située dans la partie du comté de Dal­hem attribuée en 1648 à l’Espagne par le traité de Munster, qui partagea les Pays d’Outre-Meuse en­tre les Provinces-Unies et les Pays-Bas ; commune du département de l’Ourthe sous le rég. franc. ; la partie nord-est de la commune (347 ha et 138 ha­bitants) fut annexée au Reich de 1940 à 1944. JJ

AUBERBUS

(Bailleul + Estaimbourg + Néchin, Es-taimpuis, Ht) : bois (anc. haut allem. buse) d’Adalberht, anthr. germ. (franc. Aubert) (?). § Seigneurie des chartreux de Chercq, reçue de Jean de Warchin lors de la fondation de la Chartreuse. JJ

AUBERSART

(Steenkerque, Braine-le-Comte, Ht) : défrichement (Iat. sartum) d’Adalberht, anlhi. germ. (franc. Aubert). § Ferme de l’abbaye de Ghislenghien. JJ

AUBETTE Aubète

(Blaugies, Dour, Ht) : petite [eau] blan­che (lat. album). JJ

AUBIN Åbin

(Neufchâteau, Dalhem, Lg) [ruisseau | blanc (lat. *albinus), allusion à la Berwinne, toute proche (C.) ; localement, Neufchâteau se nommait jadis Aubin. § Village central de la commune de Neufchâteau et centre paroissial (Saint-Laurent) depuis 1621. JJ

Aublain Aublè

 [Ph 75] 868 (cop. 18e s. «Alblinium»; 1119 (cop. ça 1250) « Ableng »; 1180 (cop. fin 17e s.) « Aublen ». — Celt. Ablinio-ou germ. Albiinja-, nom d’établissement dérivé de l’hydron. Albulâ (cf. Aubel) G; Aublain est situé sur l’Eau-Blanche. JH

AUBLAIN Aublè

(Ph 75), IXe Alblinium : Albulinium «l’endroit au bord de l’Eau-Blanche» (i-e albh-) (A) (Ro­land) ou Albilinium « le bien d’Albilinius » (B). MB

AUBLAIN Aublè

(Couvin, N) 868 Alblinium, 1119 Ableng: (établissement sur l’| “Eau-Blanche (dérivé celt. *Alblinio ou germ. *Alblinja, de l’hydronyme celto-lat. “Albulà) (G.). § Poste fortifié romain, sur un éperon dominant l’Eau Blanche ; possession de l’abbaye de Lobbes au IX1 s., cédée au comte de Hainaut, qui la vendit en 1096 à l’évêque de Liège Otbert, en même temps que Couvin ; terre liégeoise à partir de cette date, dans la châtellenie de Couvin ; une seigneurie d’Aublain se constitua au XVe s. ; commune du dé­partement des Ardennes sous le rég. franc. ; trans­férée en 1815 à la province de Namur ; château fort médiéval. JJ

Aublain

N. 868-9 (cop. XIIe) Alblinium war, 1188 Ablaen a vin (Albillus). AV

AUBLIGNEUX Aubligneû

(Aublain, Couvin, N) : petit *Aublain. § Moulin d’Aublain. JJ

AUBRIMÉ Aubrimé

(Grand-Rosière-Hottomont, Ramillies, BW)  manse (wall. mé) d’Adalberht, anthr. germ., ou d’Aubert, anthr. médiéval (7) ; est aussi le nom d’un ruisseau à Molenbais-Saint-Josse (Jodoigne), affluent du Ruisseau de Saint-Jean. JJ

Aubrives Aubruve

(départ. Ardennes) 1225 « Auberiue ». — Rom. alba ripa « rive blanche » G. JH

AUBRIVES Aubruve

(G 7) XIIIe Auberive : Alba Ripa « la blanche rive » (It) (B ou D) (Gysseling). H. Auberive (HM, IS et Mrn). MB

AUBY Aubî

(Ne 57) XIIIe Albiegias : Albiacum «le domaine d’Albius » (B) (Carnoy). H. Auby (Nd). S. Albiac (Lot), Aubiat (PD), Aubiac (LG), Alby (HS). MB

Auby (-sur-Semois) Aubî

 [Ne 57] 1222 (source de 893) « Albieg; Al-biegias ». — Pour G, germ.-rom. Albiacas « appartenant à Albo » (germ. albu- m. « elfe »); aussi bien du gentilice lat. Albius. JH

AUBY-SUR-SEMOIS Aubî

(Bertrix, Lx) : 893 Albieg, Albiegas : propriétés de (suff. -iacas) Albo. anthr. germ. (G.), ou Albius, anthr. gallo-romain (H.), sur la Semois. § Après avoir appartenu au comte de Chiny, passa dans l’apanage de la Dame de Flo-renville en 1226 ; partagea ensuite le sort de Cugnon et de Mortehan ; reçu en 1442 par Evrard II de La Marck, Auby passa dans le bail­liage de Chassepicrre (fin du xvc s.) et fit partie des possessions wallonnes des princes de Löwenstein-Stolberg ; érigée en commune par sépa­ration de Cugnon le 30.7.1899. JJ

AU-DELÀ DE L’EAU

(Bande, Nassogne, Lx) : de l’autre côté du cours d’eau la Wamme. JJ

AU-DELÀ DE L’EAU

(Bersillies-l’Abbaye, Erquelinnes, Ht) : de l’autre côté du cours d’eau la Thure. JJ

AU-DELÀ DE L’EAU

(Biesme, Mettet, N) : d e l’autre côté du cours d’eau la Biesme. JJ

AU-DELÀ DE L’EAU

(Mehaigne, Éghezée, N) : ferme de l’autre côté du cours d’eau la Mehai­gne. § Appartint à l’abbaye de Malonne. JJ

AU-DELÀ DE L’EAU

(Musson, Lx) : de l’autre cô­té du cours d’eau le Ton. JJ

Audemez Audemé

à Wasmes-Audemez-Briffœil [To 89] B; 1170 « Audummeis »; 1215 « Audomes ». — Rom. Aldon mansus « demeure â’Aldo » (germ.) G. JH

AUDEMEZ Audemé

(To 89), XIIe Audummeis : Aldone-mansum « la ferme d’Aldon » (D) (Vincent). S. Odomez (Nd). MB

AUDEMEZ Audemé

(Wasmes-Audemez-Briffoeil, Péruwelz, Ht): 1170 Audummeis, 1215 Audomes: *Aldon mansits : manse (wall. me, rom. man.ïus) d’AIdo (germ. *ald « vieux »), anthr. germ, (G.). § Seigneurie de la châtellenie d’Ath (Hainaut); transférée au Tournaisis de 1669 à 1678. JJ

Audemez

(Wasmes-Audemez-Briffœil H) 1170 Audummeis mst xn, 1215 Audomes (Aldo). AV

Audenarde Oudenaarde

F. or. pron. flandrienne ord. « à :nordœ », rare­ment « ô :wœnordœ », 1034 Aldenarda vl, 1042 Oldenarde ma, 1193 Aldenarda da 2, 1326 te Oudenaerde cy, 1421 de Aude-nardo mk (Aldo).

AV

AUDERGHEM Oudergem

(BC) 1257 Oudrengem, néerl. Ou-dergem, loc. Avergom : habitation de ceux de

(suff. germ. -ingaheim abrégé -ghem) Aldaric (C.) ou Authar (V.), anthr. germ. § Hameau de Watermael né d’un défrichement dans la forêt de Soi­gnes, au bord de la Woluwe, au XIe s. ; domaine JJ

Audregnies Audèrgnî

 [Mo 60] 965 (faux ça H85, d’après orig. 11e s.) « Aldrineias»; 1126 «Aldreneis»; 1181 «Audernies». — Germ.-rom. Aldahariniacas « appartenant à Aldahari » G (soit F, col. 61); C renvoie aussi à un composé d’Aldaro (F, col. 57). JH

AUDREGNIES Audèrgnî

(Mo 60), XIe Aldreneias : Aida-riniacas « les terres d’Aldarinius » (D) (Carnoy). MB

AUDREGNIES Audèrgnî

(Quiévrain, Ht) 965 Aldrineias, 1181 Audernies. loc. Audergni: propriétés de ceux de (suff. -iniacas déf. -gnies) Aldahari (germ. *ald « vieux » et *hari « armée ») (G.) ou Aldaro, anthr. germ. (C.). § Vestiges gallo-romains, notamment aqueducs en terre cuite ; sei­gneurie particulière ; monastère de trinitaires fondé en 1220 par Allard, seigneur de Strépy, Ville, Harchies et Audregnies. JJ

AUDRICOURT Audricoût

(Moulbaix, Ath, Ht) : ferme (rom. curtis) d’Aldaric (germ. *ald « vieux » et “rik « puissant »), anthr. germ. (C.). JJ

AUEL Auel

(Reuland, Burg-Reuland) : vieux (bas allem. auw) bois (germ. *lauha élidé). JJ

AUF BREIDENWEG Auf Breidenweg

 (Athus, Aubange, Lx) : sur la (allem. auf) route (allcm. Weg) large (allem. breit, luxemb. breid), quartier situé le long de la route Athus-Sclange. JJ

AUF DER FEINZ Auf der Feinz

(Schönberg, Sankt-Vith) : sur la (allem. auf der) clôture (loc. Feinz, cf. angl. fence). JJ

Auffe Auve (à-y-)

à Ave-et-Auffe [D 100]; comm. 12e s. (cop. 13e s.) «Arfie» (gén.); 12e s. «Herpha». — Pour mémoire, J. feller, dans BTD, 7, 1933, p. 59; pour gamillscheg, p. 55 : germ. harpa «harpe», emprunté au haut-ail, (ce qui est très douteux); peut-être, avec C, même nom que Herve. JH

AUFFE Auve (à-y-)

(D 100), XIIe Arfie (gén) : Arvia « la pro­priété sur l’Arva » (v. Ave) (A). MB

AUFFE Auve

(Ave-et-Auffe, Rochefort, N) : 922 Harfia, XIIe s. Arfie, Herpha, loc. Auve : [terre] sur le ruisseau (germ. *arvia) (V.) ou |terre| amère (anc. germ. *hanvjon, de *harwa « aigre, âpre »), ou linière (germ. occ. *harwja, de *harwa « lin ») (C.). § Située à l’intersection des chaussées romai­nes Bavay-Trèves et Reims-Cologne ; terre de l’abbaye de Saint-Hubert rattachée au XIIe s. à la seigneurie luxembourgeoise de Han-sur-Lesse. JJ

AUJE cf Aise. JJ

AUJES Aujes

(Lesve, Profondeville, N) (Romedenne, Philippeville, N) (Weillen, Onhaye, N)  vaines pâtures communales. JJ

AUJES ri dès-Aujes

(Ruisseau des) (cours d’eau) : [ruisseau des] vaines pâtures communales. § Affluent de la Houille à Dion (Beauraing). JJ

AULNE Aune

(Gozée, Thuin, Ht) aulne (lat. alnus) (V.). § Abbaye fondée en 637 par saint Landelin ; à la mort de celui-ci, en 686, l’abbaye adopta la rè­gle de saint Benoît ; offerte au XIIe s. par le prince-évêque de Liège Alberon à douze moines bernar­dins de Cîteaux, qui s’y installèrent en 1147 et en firent une abbaye qui prospéra jusqu’en 1794 ; rui­nes. JJ

Aulne

(Gozée H) 868-9 cella in Alna. AV

AULNES

(Aulnois, Quévy, Ht) (Chapelle-à-Oie, Leuze-en-Hainaut, Ht) : aulnes (lat. alnus). JJ

AULNIATS Lès-Aunias

(Anderlues, Ht) (Lodelinsart, Charleroi, Ht) (Pironchamps, Farciennes, Ht) lieux où poussent des (coll. -etum déf. -ats) aulnes (lat. alnus) ou [aux] aulnes (wall. aurnia). JJ

Aulnois Aunwa

[Mo 77] 12e s. « Aunoit ». — Lat. alnêtum, collectif de lat. alnus « aulne ». JH

AULNOIS Aunwa

(Mo 77), XIe Richeltalnoit : Richildae Alnetum « l’aunaie de la comtesse Richilde de Hainaut » (It aln-) (D) (Chotin). H. plusieurs. MB

AULNOIS Launwas

(Beclers, Tournai, Ht) : al. Launoy : aulnaie (coll. bas lat. *alnetum déf. -ois) [agglutination du l’]. § Seigneurie particulière. JJ

AULNOIS

(cours d’eau) [ruisseau  de]  l’aulnaie (coll. bas lat. *alnetum déf. -ois). § Affluent de la Chiers en France ; source à Muno. JJ

AULNOIS Aunwas

(Erbaut, Jurbise, Ht) (Neufmaison, Saint-Ghislain, Ht) (Steenkerque, Braine-le-Comte, Ht) (Tertre, Saint-Ghislain, Ht)  aulnaie (coll. bas lat. *alnetum déf. -ois) (H.). JJ

AULNOIS Aunwas

(Quévy, Ht): 7096 Alnoil, XlIe s. Aunoit (coll. bas lat. *alnetum déf. -ois) (H.). § Vestiges romains, sur la chaussée Bavay-Utrecht ; fa seigneurie principale comportait quatre fiefs au XVe s. JJ

Aulnois

H. XIIe Aunoit (aune). AV

AULNOIS MARLIÈRE Aunwas Marlière

(Beloeil, Ht) aulnaie (coll. bas lat. “alnetum déf. -ois) avec une marnière (anc. franc, marlière).

JJ

AULNOIT L’ Aulnwas

(Saint-Sauveur, Frasnes-lez-Anvaing, Ht)  [hameau dans I’ (wall. dèl)] aulnaie (coll. bas lat. * alnetum déf. -oit) (H.). JJ

AULNOY Aunwas

(Havinnes, Tournai, Ht) aulnaie (coll. bas lat. “alnetum déf. -oy). § Seigneurie particulière. JJ

AUMERIE

(Kain, Tournai, Ht) : propriété de (suff. -acd) Aldomar (germ. *ald « vieux » et *mar « célèbre »), anthr. germ. (franc. Orner) (C.). JJ

AUMINOIS L’ Auminwas

 (Laplaigne, Brunehaut, Ht) aux (coll. -etum déf. -ois) terres argileuses (rom.-germ. “laiminas), déf. par l’usage populaire (C.). JJ

AUNAIS Aunês

(Champion, Tenneville, Lx) : aulnes. JJ

AUNETS Lès-Aunês

 (Ortho, La Roche-en-Ardenne, Lx) aulnes. JJ

AUNOIS Aunwas

 (Lamain, Tournai, Ht) : aulnaie (coll. bas lat. *alnetum déf. -ois) (H.). § Fief relevant de la baronnie de Rumes. JJ

AUNOIS  (Thoricourt, Silly, Ht) : al. Lannoy, Laos- \ noit : aulnaie (coll. bas lat. * alnetum déf. -ois) [avec agglutination du /’]. § Seigneurie qui fut aux d’Auxy de 1473 à 1736 puis fut intégrée à la sei­gneurie de Fouleng ; château. JJ

AUSSENBORN Aussenborn

(Faymonville, Waimes, Lg) : al. Ausselborn : au-delà de (allem. aussen) la source (allcm. Born) de la Wamme. § Quartier germano­phone et nom allemand de Faymonville (village à minorité germanophone). JJ

AUTELBAS Niederälter

(Autelbas, Arlon, Lx) 1256 Alîare: oratoire (lat, altare « autel ») en bas ou en aval, >< Autelhauy, sur le même cours d’eau (C., V.). § Site romain, au croisement des chaussées Reims-Trêves et Metz-Tongres ; vestiges d’une poterie carolingienne dont les produits étaient largement répandus dans la ré­gion (IXe au X Ie s.) ; fit partie de la seigneurie d’Autel, avec Sterpenich et une partie de Barnich, dans le duché de Luxembourg ; château des comtes d’Autel, des XIIIe-XIVe s. JJ

Autelbas Niederälter

(Lux.) 1256 terra de Altari, 1257 la vile d’Autei clf, 1350 Hueti de Nieder Elter, 1354 Aulteil cl, 1394 Aulte vil (latin altare, v. fr. aller, allier, aulier ; fréquent, au pluriel, dans le nord de la France jparaît se rappor­ter parfois à un « autel druidique » ou à un temple romain). AV

AUTELHAUT Uewerälter

(Autelbas, Arlon, Lx) oratoire (lat. altare « autel ») en amont, >< Autelbas, sur le même cours d’eau (H.). § Mairie autonome dans la pré­vôté d’Arlon ; f. > Autelbas rég. franc. ; « châ­teau » d’origine de la famille Feller (XVIIIe s.). JJ

Autel-Haut Uewerälter

(Lux.) 1257 Ateil 1913, 1541 Ober Elter XI. AV

Autre-Eglise

B. 1139 Altéra Ecclesia, 1258 Autre Glise . AV

Autre-Église Aute-Glîje

 [Ni 84] 1139 (cop. milieu 13e s.) et 1217 « Alta ecclesia »; 1248 «Autre Glise »; 1271 « Altéra ecclesia » Cartu-laire de Saint-Lambert Liège, II, p. 212, et régulièrement ensuite. — Lat. alla ecclesia « haute église », altéré en altéra ecclesia « autre église », dont il ne diffère que par un signe abréviatif ; de là, légende tenace sur le transfert de l’église, cf. tarlier et wauters, Canton de Jodoigne, p. 330a. JH

AUTRE-ÉGLISE Aute-Glîje

(Ni 84), XIIe Alla Ecclesia : Alta Ecclesia «la haute église » (It) (Gysseling). MB

AUTRE-ÉGLISE Aute-Glîje

 (Ramillies, BW) : 1139 et 1211 Alla Ecclesia, 1248 Autre Glise: haute (lat. alla) église (lat. ecclesia), altéré au XIIIe s. en altéra ecclesia, « autre église », d’où une légende sur le transfert de l’église (H.). § Vestiges préhistoriques et romains ; l’abbaye de Malonney était largement possessionnée, avec pour avoué le sire de Jauche ; une famille d’Autre-Église est mentionnée au XIIe s. JJ

AUTREPPE Autrèpe

(Mo 73), Xe Altrepia : Altarapia « la maison sur l’Altarapa (= l’eau haute) » (i-e ait-) (A) (Carnoy). H. Autreppes (Aisne). S. Autrêches (Oise). MB

Autreppe Autrèpe

 [Mo 73] 965 « Altrepia »; plusieurs autres dans la région. — Anc. germ. Altrapja-, nom d’établissement dér. de l’hydron. Altrapô G; cf. C et H. dittmaier, Das Apa-Problem, 1955, p. 45. JH

AUTREPPE Autrèpe

(Boussu, Ht) : hameau sur I’  Autreppe (111). JJ

AUTREPPE Autrèpe

(cours d’eau) : “Attrapa : rivière aux hautes rives (celt. *alî-ar- « haut » et *apa déf. •eppe «eau») (?) (H., C.). § Affluents de ia Grande Homélie à Autreppe (I), de la Dendre à Villers-Notre-Dame (II) et de la Haine à Boussu JJ

AUTREPPE Autrèpe

(Honnelles, Ht) : 965 Altrepia: établissement (suff. germ. -apja) sur r’Autreppe (I) (H.). § Sépultures franques ; la seigneurie principale était hennuyère. JJ

AUTREPPE Autrèpe

(Ormeignies, Ath, Ht) : al. La Motte : rivière aux hautes rives (celt. *alt-ar-apa), à la source d’un affluent local de la Dendre (?) (C.) [al. la redoute médiévale (anc. franc, mole)]. § Fief lige relevant de la seigneurie de Blicquy ; château. JJ

AUTROGNE Autrogne

(cours d’eau) : rivière aux hautes rives

(celt. “alt-ar-onna) (?). § Affluent de la Semois à Herbeumont (Conques). JJ

Auvelais Auvelès

 [Na 88] 1113 (cop. milieu 13e s.) « Nauloyz »; 1138 (cop. fin 13e s.) « Auloiz »; 1192 « Auelois ». — Pour G, rom. Abalëtum

«pommeraie», collectif d’abal «pomme»; de même pour roland, p. 303; pour P. marchot, dans Leuvensche Bijdragen, 25, 1933, p. 159 : * albuletum, dér. de * albula « peuplier blanc » > * abletum par dissimilation; il est suivi par C. JH

AUVELAIS Auvelès

(Na 88), XIIe Avelois : Albuletum « le bois de peupliers blancs » (gl albul-) (D). S. Ablois (Mrn). MB

AUVELAIS Auvelès

(Sambreville, N) nom de la commune d’après celui de la paroisse unique ÏAuwlais : 1113 Nauloyz, Avoloit, 1138 Auloiz, 1192 Auelois,: verger (coll. -etum) de pommiers (germ. *abal « pomme ») (G.) ou bois de trembles, peupliers blancs (lat. *albula « petit [peuplier] blanc », donne le coll. *abletum par dis-similation) (C., V.). § Site romain ; commune du département de Sambre-et-Meuse sous le rég. franc. ; amputée d’Arsimont, érigée en commune, le 15.6.1887. JJ

Auvelais Auvelès

N. 1113 Nauloys (1) 4x, 1138 in fluvio Sambre, in allodio Auvlois nomine a iv, 1182 Aveloiz bf    (comp. avelot « lieu où poussent des noisetiers ». Le nord de laFrance emploie du reste d’ordinaire corylus ; v. plus bas Corroy (2). AV

AUVERGIES Auvèrjîe

(Pâturages, Colfontaine, Ht) : proprié­tés de (suff. -iacas) *Adalberic (?), anthr. germ. § Lieu de l’installation de la première « machine à feu » pour l’exhaure dans le Borinage, en 1735, au charbonnage de Grande Veine l’Évêque. JJ

AUW Auw

(Schönberg, Sankt-Vith) : vieille (bas allem. auw) [habitation! (?). § Siège d’une cour trévi­roise dépendant, à partir de 1576, de l’Ami de Schönberg.

JJ

AUWEG Auweg

(Henri-Chapelle, Welkenraedt, Lg) : 1611 Aid Wegh, 1635 Alt Wege : vieux (germ. *ald, al-lem. ait, bas allem. auw) chemin (néerl. weg) (C.), allusion à la chaussée romaine Bavay-Cologne. JJ

AVALERESSE Avalerèsse

 (Strépy-Bracquegnies, La Louvière, Ht) : galerie qui relie le haut et le bas de la mine

(wall. avaleresse « galerie qui conduit à l‘avaléye, galerie du bas, par opposition au thier, galerie du haut »). § Charbonnage fermé au début du XXe s. JJ

Ave Âve (à-y-)

à Ave-et-Auffe [D 100] 1139 (vidimus de 1363) « Ave » : G. kurth, Chartes de l’abbaye de Saint-Hubert, I, p. 108. — Pour gamillscheg, p. 110, note 2 : anc. correspondant de lat. aqua, auj. w. awe (ce qui ne cadre pas avec le -v- de ave); pour C, * albula (dimin. de lat. albus « blanc »), dissimilé en Abula, Able (ce qui n’est pas sûr). JH

AVE Âve (à-y-)

(D 100), XIIe Ave : Arva « le cours d’eau » (i-e er-) (A). S. L’Erve (May), l’Auve (Mrn), l’Arve (HSav), etc. MB

AVE Âve (à-y-_)

 (Ave-et-Auffe, Rochefort, N) : 1139 Ave: prairie humide (germ. *ahwjô) ou petite eau blanche (lat. alhula dissimilé en abula, able) (?) (C.). § Tombes gauloises, romaines et méro­vingiennes ; mairie qui appartenait au XIe s. à la famille lorraine des seigneurs de Cons-la-Grandville, avoués des possessions méridionales de l’abbaye de Saint-Hubert ; unie au XIIe s. à la seigneurie de Mirwart, passa en 1293 aux mains du prince-évêque de Liège et entra dans la prévôté de Revogne ; cédée en 1478 au seigneur de Lavaux-Sainte-Anne, Jean de Berlo (dans le duché de Bouillon). JJ

AVEDELLE Avèdèle

(Écaussinnes-d’Enghien, Écaussinnes, Ht) : al. aussi : Afidèle,(sic): vallée (moy. néerl. délie) de la prairie humide (germ. “ahwjô). JJ

AVE-ET-AUFFE Âve-èt-Auve

(Rochefort, N) : cf.Auffe et Ave. JJ

Avekapelle dial. uitspr. [a.vəka’pælə]

 WV, Veurne, 1199 Avencapella, Avencapelle, 1538 Avecappelle (DF).

De plaats is genoemd naar de kapel van Ava, Ave, stichteres van de kapel (Dal922). (fd) FD

Avekapelle Avekapelle

F. oc. 1199 Avencapella df (Avo). AV

Avelgem dial. uitspr. [‘ɔ.əvlɤæm]

 WV, 966 Avlingehem, 988 Aflingehem, 1040 Avelengem, 11 de Avlingim, 12de Aflingem, 1154 Avelgem (TW). De naam is etymologisch identiek met Affligem (zie daar). (fd) FD

Avelgem Avelgem

F. oc. 967 in Avlingehem mansus unus, 988 Af-flingehem in pago Tornacensi, 1040 Avelengem 1145 altare de Avelghem df (Avila). AV

Avennes Avène

 [W 61] 1145 (cop. 1786) « Avennes »; 1193 « Auen-nes »; 1266 « Avenes ». — C propose d’abord aquana < villa > (ce qui ne cadre pas avec le w.-v-; ensuite, il rattache Avennes aux Avesnes du nord de la France (ce que fait aussi G), mais le -s- se serait maintenu ; dans BTD, 28, 1954, p. 222-223, nous suggérons lat. * avina(s), dér. de lat. avus « grand-père ». JH

AVENNES Avène

(W 61), XIIe Avennes : Avesonna « l’eau claire » (i-e aves-) (A). S. Avesnes (Som et Nd). MB

AVENNES Avène

(Braives, Lg) : 1145 Avennes: propriétés du (suff. -inas) grand-père (lat. auus) (H.) ou agglomération (lat. *aduicinas) (?) (C.). § Site néolithique (carrières de silex) et gallo-romain (villa et tumulus) ; la seigneurie prin­cipale fut aux Juppleu et à Guillaume de Xhendremael, qui la délaissa ; le prince-évêque en in­vestit le seigneur de Gronsveld en 1441. JJ

Averbode dial. uitspr. [‘e :vərbør]

 VB, Scherpenheuvel-Zichem, 1135 in Auerbodio, 1136 Auerbodium, 1151 Auerbodensis, 1151 in Euerbogio (TW). De vormen met Ev- zijn Romaans. Samenstelling van Middelnederlands aver ‘ouder, erfgenaam’ of de Germaanse persoonsnaam Abar (met b > v) (Fô3) en boede, bode ‘ldein huisje’ (MW), dus ‘huisje van de ouder of erfgenaam van Avar’. (pk) FD

Averbode Averbode

(Testelt B) 1155 Everbode si, 1155 abbatis de Aver-bodio b iv, 1166 Averbodensis ecclesie, -1166-7 Everbodensis aecclesiae sm (*Everbod). AV

Avernas-le-Bauduin In.mna

, Êmna [W 20] (929-962) « in comitatu Àuernacsce»; 946 (cop. 14e s.) «Auernas»; 1034 (cop. ça 1700) « Eurenais ». — Pour C, dér. en -acium de l’hydron. calt. * ab-ar-ona; dans BTD, 28, 1954, p. 223-224, nous proposons * Eburon-acium, dér. du nom des Éburons ou du celt. eburo- « if » ; Avernas devait être à l’orée de la forêt qui séparait le territoire des Éburons de celui qu’occu­paient les Nerviens. JH

AVERNAS-LE-BAUDUIN In.mna

, Êmna (W 20), Xe Avernacsce : Avaronnascium « l’endroit situé au bord de l’Avaronna (= le cours d’eau) » (i-e av-) (A). Rem. A appartenu à Bauduin de Colreit. MB

AVERNAS-LE-BAUDUIN In.mna

 (Hannut, Lg) : 929 Auernacsce, Alternas superior, 946 Alternas: *Eburonacium : propriété des (suff. -acium) Éburons (gaul. Eburones « [ceux qui vainquent par] l’if [dont on fait les arcs ou les lan­ces] ») (X.D.), tribu gauloise implantée au Lim-bourg et dans l’est de la Hesbaye (le village se trouve à la limite probable des territoires des Ner-viens et des Eburons), ou terre aux ifs (gaul. ebu-ros) (H.), ou terre sur la rive (celt. *abd) du cours d’eau (celt. -arona) (C.), située en hauteur (lat. superior) >< Avernas inferior qui est Cras-Avernas (H.). 1083 Evrenais : Avernas de (anc. franc, le) Baudouin, anthr. médiéval (dérivé de l’anthr. germ. Baldwin). § Vestiges romains et francs ; centre d’un comté éphémère au Xe s., puis localité du comté de Steppes (néerl. Steppen, Lb) ; passa sous la domination des ducs de Brabant ; au XIIIe s. l’abbaye liégeoise de Saint-Laurent en était le seigneur foncier ; commune du département de l’Ourthe sous le rég. franc.. JJ

Avernas-le-Bauduin

Lg. 1083 Evrenais superior dr, 1497 Evernas Balduini pp. (1802-1814) Avernas près Baudewin (confusion avec lez). AV

Avin Åvin

[W 72] 1224 (cop. 17e s.) « apud Avent » Actes Hugues de Pierrepont, p. 215; 1304 « la fontaine Davin ». — Pour C, hydron. celt. * alb-entio « eau blanche » (mais aboutirait à w. * âbince); peut-être hydron. celt. * alv-ento, comme le suivant. JH

AVIN Åvin

(W 72), XIIe Avent : Alventum « l’eau blan­che » (i-e al-) (A) (Herbillon). MB

AVIN Åvin

(Hannut, Lg) : 1224 Avent: hydronyme celtique *Alvento : eau (suff. celt. -entio) blanche (celt. *alb-et lat. albus, indo-eur. *al) (H.) [en “Hesbaye]. § Site néolithique ; faisait partie de la seigneurie d’Atrive, constituée en commune par le rég. franc, sous le nom à”Avin, et rattachée au département de rOurthe. JJ

AVINS (LES) cf Les Avins. JJ

AVIONPUITS Avionpus’ (èn-_)

(Esneux, Lg) au puits de Wion (germ. *win « ami »), anthr. germ. (franc. Guidon) (?). § Fief « mouvant » du duché de Limbourg, inféodé à la famille d’Argenteau, puis à d’autres ; château fort. JJ

AVISCOURT Aviscoûrt

(Amberloup, Sainte-Ode, Lx) : ferme (rom. curtis] d’Awin (germ. *win « ami »), anthr. germ. (?) (C.). § Sépultures de l’époque de La Tène. JJ

AVISTER Åvîstêr (èn-_)

(Tilff, Esneux, Lg) : XIVe s. Avisteit : défrichement (wall. stère) d’Awin, anthr. germ. (?) (C.).

JJ

AVLÎNDJE L’ Avlindje

 (Wavreille, Rochefort, N) chez [un habitant originaire de] “Havelange (wall. Avlîndje). JJ

AVOUÉ Vouwé

seigneur qui protège un vassal (du lat. aduocatus « conseiller ju­ridique »), puis protecteur ; en droit féodal, fondé de pouvoir laïc d’une institution ecclésiastique ou abbatiale en matière civile. § L’avoué était souvent un prince territorial ; de nombreux seigneurs se sont emparés de possessions ecclésiastiques ou monastiques par le biais de l’avouerie. JJ

AVROY Avreû

(Saint-Nicolas, Lg) : vuf s, Avridum : ver­ger ou plantation d’arbres (lat. arboretum) (C.,

V.). § Centre d’un ban de la région liégeoise, com­prenant notamment Saint-Nicolas et Tilleur, et dont le seigneur était le prince-évêque ; le ban fut érigé en commune par le rég. franc, sous le nom de Saint-Nicolas. JJ

Avroy Avreû

 (Liège Lg) VIIIe ad vicum Avridum secesserat Leodio mgh srermer n, 401, 1034 Avroit crh 3 n, 1214 pontem Avroti Isj, XIVe Averoit h (« lieu planté d’arbres », spécialement « verger »).

AV

AWAGNE Awagne

(Lisogne, Dînant, N) :817 Wowonium, 824 Wavonia : propriété de (suff. -on/a) Waifa (germ. *wefa « femme ») ou Wobo, anthr. germ. (?) (C.). § Domaine donné au VIIe s. par le roi d’Austrasie Sigebert à l’abbaye de Stavelot ; seigneurie foncière de l’abbaye de Leffe ; le comte de Namur, avoué local de l’abbaye de Stavelot, inclut le domaine dans sa prévôté de Poilvache ; noyau primitif et centre paroissial de Lisogne. JJ

Awagne Awagne

(Lisogne N). 817 Wowonium sh (Wobo). AV

AWAN Awan

(Aywaille, Lg) origine obscure; hypothèses : endroit humide (lat. aquarium) ou auvent (anc. franc, auvant, lat. anteuanna) (H,), § Village protégé par la Région wallonne. JJ

Awans Awon (à-y-)

 [L 47] 779 (cop. ça 1191) «Auuanli» [lire : Auuanlia]; 814 (cop. 10e s.) « Auuanno »; 854 (cop. ça 920) « Hauuan-nis; Hauuans ». — Pour C, lat. aquanum « endroit humide » (dont le phonétisme serait irrégulier); pour gamillscheg, p. 97, note 2 : correspondant de fr. auvent, anc. fr. auvan(t), moy. lat. antevanna (ce qui ne va pas sans difficulté; cf. BTD, 28, 1954, p. 225-226); origine obscure. JH

AWANS Awon (à-y-)

(L 47), IXe Awanlia (= Awanna ?) : Anduanna  « la terre fleurie » (i-e andh-) (A). MB

AWANS Awon (à-y-_)

(Awans, Lg) : 779 Auuanlia, 814 Auuamo :: origine obscure ; hypothèses : en­droit humide (lat. aquanitm) (C.) ou auvent (anc, franc, auvant, lat. anteuanna) (H.). § Partie de la seigneurie d’Awans-et-Loncin, appartenant à l’électeur de Trêves mais en partie revendiquée par l’évêque de Liège, qui y exerça les droits territo­riaux ; site de la victoire, en 1256, du prince-évêque Henri de Gueldre sur les Hutois révoltés; en 1290, le lignage des Awans entra en conflit avec celui des Waroux, ce qui entraîna une guerre civile de 40 ans dans toute la principauté; l’avouerie était exercée par les Awans, qui la ven­dirent à l’évêque de Liège en 1330. JJ

Awenne Auwin.ne (à-n-)

 [Ne 9] (687) faux 11e s., cop. 12e s. « Awannam » (ace.); peu avant 1100 (cop. 13e s.) « Awanam » K. hanquet, Chronique de l’abbaye de Saint-Hubert, p. 4. — Pour C, lat. aquana « terre humide », dér. de lat. aqua; mais on n’attendrait pas w. au-. JH

AWENNE Auwin.ne (à-n-)

(Ne 9) XIIe Awannam : Alvana « l’eau blanche » (i-e al-) (A). MB

AWENNE Nauwin.ne

(Saint-Hubert, Lx) : XIIe s. Awannam, ça 1100 Awanam:: origine obscure, mêmes hypothèses que pour Awans (H.) ; variante peu probable : *Alvana : eau (suff. celt. -entio) blanche (celt. *alb~) (B.). § Chapelle du IXe s. bâ­tie par les moines de Saint-Hubert (?) ; fit partie de la seigneurie de Mirwart et fut une mairie de la châtellenie homonyme ; commune du département de Sambre-et-Meuse sous le rég. franc., transférée à la province de Luxembourg après 1839 ; absorba Mirwart de 1823 à 1877. JJ

AWEZ Li Wé

(Érezée, Lx) : au gué (wall. â wé). JJ

Awirs cf Les Awirs

AWIRS Lès-Awères

(Flémalle, Lg) 1086 Augu-ria, 1143Auuire, U9QAwiers: lieux où il y a de l’eau (rom. aquaria, coll. du lat. aqua) (H.). § Lieu de la fondation d’un ermitage par Jo-lentha (Yolande), fille d’Eborhaldia (concubine de Charlemagne et abbesse de Moustier-sur-Sambre) et donc, probablement, fille de l’empereur, puis (en 797) abbesse de Moustier-sur-Sambre à son tour; l’ermitage devint au XIIe s. une congrégation de moniales qui se disaient « servantes d’Ebralde et Yolande » et qui quittèrent les lieux en 1210 pour s’installer finalement àAywiers (Couture-Saint-Germain) ; Awirs fît partie de la seigneurie lié­geoise d’Awirs et Aigremont, dans le quartier de Hesbaye. JJ

Awirs (ou Les Awirs)

Lg, réunion de Haute-Awirs et Basse-Awirs, 1143 Jochires Awire (Basse-A. près de Choquier Lg), 1189 Sancte Marie in Aquiro diaconus, 1202 ecclesiam beati Stephani de Awire bialg, 1209 dominabus de Awire , XIIe Aquiria 1244 Awiria bialg vu (*aquaria, « lieu où il y a de l’eau » ; nom transporté à Aywières ). AV

Awirs (Les)  cf Les Awirs

Axhe cf Grand-Axhe

-ay

(Tournay), -ai (Tournai), -aye (Eclaye), -et (Bléret), -é (Louveigné), -ée (Floréè), -ey (Ligney), -ers (Verviers, com­me Juliers) AV

Aye Auye

 [Ma 30] 1139 «Aye»; 1223 «Ays in Famenna»; 1330 « Aix en Famenne » ; 1343 « Aiz en Ffamenne » ; 1497 « Aquis » Fouillé. —  gamillscheg, p. 111, écrit : 1139 «Asc» (ce qui doit être une erreur); V, C, G glosent par lat. aquis « aux eaux ». JH

AYE Auye

(Ma 30), XIIIe Ais : Aquis « aux eaux » (It) (B) (Vincent). MB

AYE Auye

(Aye, Marche-en-Famenne, Lx) : 1139 Aye, 1226 Ays, 1330 Aix: aux eaux (lat. aquis), près des sources de l’Heure et de la Somme (H., V.). § Dépendance de la ville et prévôté de Marche-en-Famenne, engagée à François de Soy en 1631 ; le gendre de François de Soy, Edmond d’Ochain, y construisit le château du XVIIe s. JJ

Aye Aye

(Lux) 1139 Aye, 1223 ecclesie de Ays in Famenna, 1330 en Famenne, sh, 1497 Aquis a n (aqua, « eau »). AV

Ayeneux Êgneû

, (anc.) Ågngneû (èn-) [L 94] 888 (cop. ça 1191) «Astanid»; 966 (cop. id.) « Astaneit » ; 11e s. (cop. id.) « Asneit ». — Comme Assenais, Esneux. JH

AYENEUX Êgneû , (anc.) Ågngneû (èn-)

(L 94), Xe Astaneit : v. Assenois (Haust). MB

AYENEUX Êgneû  (Soumagne, Lg) : 888 Astanid (?), XllIIe s.. Ayenoz, Ainor, Aineur, loc. Âgn ‘gneû : aulnaie (coll. bas lat. en -etum de alneus, adjectif pour aluns « aulne ») (C.). § Dépendance de l’avouerie de Fléron, érigée en commune sous le rég. franc. JJ

AYENRIEU

(Baisy-Thy, Genappe, BW) ruisseau (wall. occ. rieû) de l’aulne (lat. al­neus, adj. pour alnus « aulne ») (?). § Ferme bâtie au XIIe s. par le prieuré de Basse-Wavre. JJ

Aywaille Êwèye

 [L 118] 1127 (cop. 3e déc. 13e s.) «Awalie». — Rom. aquâlia « endroit aqueux » V, C, G. JH

AYWAILLE Êwèye

(L 118), XIe Aqualia : Aqualia «les eaux » (It aqu-) (D) (Kurth). MB

AYWAILLE Êwèye

 (Aywaille, Lg) : 1088 Aqualia, 1127 Awalie,: lieu où il y a de l’eau (rom. aqualia} (H.). § Point de passage sur l’Amblève de la route antique reliant Liège à l’Ardenne ; terre luxembourgeoise, dépendance du comté de Montaigu, cédée en 1088 par Régina, fille du comte Conon, au monastère de Marcigny (Fr.), dépen­dance de Cluny, qui y installa un prieuré dédié à saint Pierre ; le prieuré fut cédé en 1588 aux jésui­tes du collège de Luxembourg, qui furent seigneurs de la localité jusqu’à la suppression de la Compa­gnie en 1773 ; les avoués étaient les seigneurs de Montjardin ; commune du département de l’Ourthe sous le rég. franc. ; amputée de terres transférées à Rouvreux en 1886 ; amputée de Sougné et Remouchamps en 1919. JJ

Aywaille Êwèye

Lg. 1088 Aqualia gm, 1126 Awalia’sm, XIVe Eawailhe, 1474 Aqualia crh 76, 1482 Awàille, 1494 Awelle ljb, 1544 Auwailhe, 1579 Ewailhe bsahlg x (« lieu où il y a de l’eau »). AV

Aywières

(Couture-Saint-Germain B.), couvent de cistercien­nes : 1217 locum eliam Awiriam nomine. 1249 monialis de Eweria . 1258 liglise de Aiwieres, 1258 conventus de Aquiria dev. ; fondé aux Awirs Lg., 1143 Awire, 1189 in Aquiro, puis transporté à Lillois B. en 1210, et à Couture probablement en 1214. AV

AYWIERS Aîwière

(Couture-Saint-Germain, Lasne, BW) : 1217 Awiriam : déplacement, en 1214, de l’abbaye des Awirs. § Les moniales des Awirs avaient fui à Lillois en 1210, puis à Cou­ture-Saint-Germain, où les châtelains de Bruxelles leur donnèrent une terre qu’elles baptisèrent Aywiers en souvenir du site d’origine de leur cou­vent et par allusion aux étangs de la Lasne en bor­dure desquels la terre se trouvait ; l’abbaye devint le principal seigneur foncier de Couture-Saint-Germain et eut de nombreuses possessions en Brabant; détruite en 1490, rebâtie en 1565, à nouveau détruite, restaurée en 1732, démolie en 1860, il n’en subsiste que la demeure de l’aumônier direc­teur, de 1738, baptisée château d’Aywiers, et une ferme abbatiale classée, siège d’une administra­tion. JJ

AZIMONT Azimont

(Buissonville, Rochefort, N) : au (wall. as / agglutiné) mont. § Domaine foncier avec cour de basse justice, possession de l’abbaye Saint-Remy de Rochefort ; château. JJ

AZY Auzi

(Chassepierre, Florenville, Lx) : 1255 (propriété de (suff. -acum) Adso, anthr. germ. (C.). § Fit partie dès 1463 du bailliage de Chassepierre. JJ

Translate »
Share This
error: Alert: Content is protected !!