Li carnavâl è l' province di Lucsembourg / Fuesent an der Provinz Lëtzebuerg / Le carnaval en province de Luxembourg

                                           grands feûs (grands feux): cf dossier

Arel (Arlon) - Fuesent (carnaval)

(in: Le carnaval en Wallonie, exposition, Ville de Binche, 1962)

Attert - Fuesent (carnaval)

(in: VA, 1998)

Bastogne - carnaval

on piche-cacaye (avou l’ prince carnaval (maleûreûsemint bièssemint dit: “Gédiwi”) (un ‘piche-cacaye’ (avec le prince carnaval (malheureusement bêtement appelé: “Gédiwi”)

lès Piche-Cacayes

li tchanson dès Piche-Cacayes (la chanson des Piche-Cacayes), in: Joël Thiry, Su tchants su voyes, MDLP, SuTchantssuvoyes, 2014)

Bastogne - lès jèyants (les géants)

Bastogne – carnaval

Nicole Schleich, Bastogne pittoresque, gazette de la petite histoire de Bastogne, 1982

 

(p.25) « Puis, l’alcool aidant, les jeunes chantaient :

« Â ! Djè sû on drole di mon-n-ami,

Po lès fèmerèyes, dji m’ freu mori

Surtout quand èles sont binamèyes

Dji v’ lès carèssereu tote one djoûrnèye

Lès blondes, lès neûres èt lès rossètes,

Dji v’ lès bètchereu, bètche à picètes. »

 

Craus-maurdi

« Lès djon.nes, moussîs, intrin.n dins chake mâjon po d’mander dès-oûs èt dès laurds. »

Après, one fricasséye.

 

(Pauke

On fieûve li toû do viladje po v’nu qwè dès-oûs.)

 

 

Bastogne, s.d., p.183

 

LÈS RODJES PÛS

 

Sans doute s’agit-il d’une des confréries les plus représen­tatives de l’esprit bastognard. Malgré une existence très brève, ce groupe a réussi à susciter une véritable animation folklorique au-delà des clivages politiques et sociaux qui divisent la ville.

Créés probablement à la fin du XIXe siècle, les Rodjes Pûs périclitèrent une première fois au moment de la guerre 1914-1918; ressuscites vers les années cinquante, ils disparurent avant 1960.

Comme leur nom l’indique, ils avaient pour emblème un énorme pou rouge, qu’ils portaient sur le dos, lié à leur cou. Leur costume se composait d’un sarrau bleu, d’un pantalon de même couleur, avec calotte de soie, foulard rouge et sabots.

Le groupe se produisait à Bastogne et même dans d’autres localités de la province; il était accompagné d’un spécimen gigan­tesque de leur animal fétiche qu’ils traînaient sur un chariot. Nous avons conservé le texte de leur chanson, composé vers 1900 par Emile Guébenne et Pierre Leboutte.

 

TCHANSON DÈS RODJES PÛS

(AIR DE: «C’EST LA MÈRE MICHEL QUI A PERDU SON CHAT»)

 

I

Mès-amis d’dins nosse vèye

Gn-è oune novèle société

Dju pinse qu’ èle frè mèrvèye

Èt qu’ on va s’ amûser

C’ èst lès Rodjes Pûs, qu’ on l’ apèle

C’ è-st-ou nom bin trové

Tot d’où-ce qu’ i-gn-è dès bèles

I vont lès fé danser

 

(Mes amis dans notre ville / II y a une nouvelle société / Je pense qu’elle fera merveille / Et qu’on va s’amuser / C’est «les Poux rouges»,  [qu’on la nomme] /C’est un nom bien trouvé / Partout où il y a des belles / Ils vont les faire danser.)

 

REFRAIN

 

Quî èst-ce, cès-la, qui v’nant volà ?

C’ èst lès Rodjes Pûs,bin sûr ça,

C’ èst lès Rodjes Pûs qui tchantant là.

Halte la ! (Variante: Tra la la la!)

 

Qui est-ce, ceux-là, qui viennent là Ce sont les Poux rouges,

[bien sûr ça! Ce sont les Poux rouges

[qui chantent là Halte là! Variante:Tra la la la!

 

II

C’ èst tos vrês Bastognârds

Qui d’vant-z-a fé pârtîe

Dju v’s-assure, c’ èst tos gayârds

 

Qui n’ ont nin mâ lès pîds

Tot d’où-ce qu’ i-gn-è oune fièsse (1)

I gn-è d’ qwè rigoler.

 

(Ce sont tous vrais Bastognârds / Qui doivent en faire partie / Je vous assure, ce sont tous gaillards / Qui n’ont pas mal aux pieds / Partout où il y a une fête / II faut les voir danser / Sur leurs pieds sur leur tête / II y a de quoi rigoler.)

 

III

Tot come lès-ètranjers,

Is n’ v’Iant pont d’ politike.

Is v’Iant bin s’ amûser

 bê son do l’ musike,

C’ èst tos danseûs d’ maclotes.

 

Quadrîes èt contreudanses,

Boulanjêres èt gavotes,

Is savant totes lès danses.

 

(Tout comme les étrangers / Ils ne veulent pas de politique / Ils veulent bien s’amuser / Au beau son de la musique / C’est tous danseurs de maclottes / Quadrilles et contredanses / Boulangères et gavottes / Ils savent toutes les danses.)

 

(1)  Le texte, dans son édition originale, comportait le mot tièsse; nous avons cru pou­voir lui substituer fièsse, imposé par le sens.

 

IV

Quand gn-è oune régalâde,

Fât lès vèy ariver,

Is n’ ont nin b’zwin d’ mostâde

Po plèr bin bouloter.

 

Quu ç’ sèye do l’ tripe, do pis,

Tot-a-fêt l’zî èst bon .

Il ont boun-apétit

Jamês d’ indijèssion.

 

(Quand il y a une régalade / II faut les voir arriver / Ils n’ont pas besoin de moutarde / Pour pouvoir bien boulotter (manger) / Que ce soit du boudin, du pis / Tout leur est bon / Ils ont bon appétit / Jamais d’indigestion.)

 

V

Quu ç’ astuche l’ Sinte Lisbète

Sint-Élwa, Sint-André

Sinte-Clara, Sinte-Twanète

 

Ou bin Sinte-Dorotée,

Partant musike à l’ tièsse

Et l’ bê bruskèt qu sût,

Tot l’monde dit : « Gn-è oune fièsse

Ca v’là co lès Rodjes pûs!”

 

(V Que ce soit la Sainte-Elisabeth / La Saint-Éloi, la Saint-André / La Sainte-Claire, la Sainte-Antoinette / Ou bien la Sainte-Dorothée / Partant musique en tête / Et le beau bouquet qui suit / Tout le monde dit il y a une fête / Car voilà encore les Poux rouges.)

 

VI

Leû pus bêle dès musikes,

C’ è-st-oun-armonicâ

Fât-z-atinde lès-êrs chik

Qu’ Norbêrt djoûe avou ça.

Is n’ fèjant pont d’ grandeûr,

Is n’ ont pont d’ piyânô .

Ça n’ aspétche nin d’ ayeûr

Du lèver l’pîd bin hôt.

Ossu tot d’où-ce qu’ is vont,

Is sont todi bin r’çûs.

On fêt sâteler l’bouchon

À l’ oneûr dès Rodjes Pûs.

Pwis, lès danses cuminçant.

 

(VI La plus belle des musiques / C’est un accordéon / II faut entendre les airs chics / Que Norbert joue avec ça / Ils ne font pas de grandeur /

Ils n’ont pas de piano / Ça n’empêche pas d’ailleurs / De lever le pied bien haut / Aussi partout où ils vont / Ils sont toujours bien reçus / On fait sauter le bouchon / En l’honneur des Poux Rouges / Puis les danses commencent.)

 

VII

Èt pwis c’ est lès tchansons

Quand lès doze eûres sonant.

Is sont tortos bin ronds.

Mès si dès-ètranjers (1)

Instalés d’dins nosse vèye

Alint nos mèprîser,

Dju l’zî dîrins parèy :

« Choûtoz bin, camarâdes,

Dj’ êmans tos lès payis

Mês po do l’ couyonâde,

I n’ a fât pont voci. »

 

 

Ah si jamês is f’jint ça

Tos lès Rodjes pûs dîrint holà

II est grand tins d’arèter la Halte la!

 

(VII Et puis c’est les chansons / Quand les douze heures (minuit) sonnent / Ils sont tous bien ronds! / Mais si des étrangers / Installés dans notre ville / Allaient nous mépriser / Nous leur dirions pareil / Ecoutez bien camarades / Nous aimons tous les pays / Mais pour de la couillonnade / II n’en faut pas ici.)

 

(REFRAIN Ah si jamais ils faisaient cela / Tous les Poux rouges diraient holà / II est grand temps d’arrêter là / Halte là!)

 

(1)  Les «étrangers» dont il est question seraient les membres d’un cercle d’agrément fondé par des nouveaux venus à Bastogne. Les Rodjes Pûs souhaitaient jeter le dis­crédit sur ces concurrents et sur leurs initiatives dans l’animation de la ville.

 

Borci (Bourcy) - crâs-mârdi (mardi-gras)

Borci (Bourcy) - lès Cous d' Bari (spot / surnom des habitants: fond de ... bouteille de goutte !)

Boveni (Bovigny) - crâs-mârdi (mardi-gras) / mascarâdes (masqués)

Côrbion (Corbion) - carnaval

(VA, 17/03/2014)

Floravile (Florenville) - carnaval dès Chamayots (carnaval des Chamaillots)

crâs-mârdi (mardi-gras) (VA, 24/02/2015)

Lu Rotche (Laroche) - carnaval

danse dès quawètes (danse des ‘petites queues’) (in: Marquet, s.r.)

(carnaval artificiel, car sans caractère wallon) (DH, 09/01/2013)

(in: Gabrielle Mottet-Maréchal, Comment on vivait à Laroche vers 1900, s.d., p.35)

Lu Tchèstê (Neufchâteau) - carnaval dès-èfants (carnaval des enfants)

(in: VA, 17/02/2012; NDLR: Les adultes y semblent bien trop bourgeois pour lancer eux-mêmes un carnaval. )

Maurlôye (Marloie) - lès Baloûjes (les Hannetons)

(VA, 27/02/2014)

Mautche (Marche-en-Famenne) - carnavâl dè l' Grosse Bièsse (carnaval de la "grosse bête")

lès Bièssons

lès Bièssons èt l' grosse bièsse

(in: VA, 15/02/2010)

(li compteû d’ brokes, in: VA, 20/02/2012)

(Hardj̨mont / Hargimont Рl̬s manss̨s djon.nes (les sales jeunes), 2010)

lès Macrales (les Sorcières) (in: Annonces de l’Ourthe, 06/03/2014)

(Ludo, li bouteû d’ feu (celui qui allume le feu), in: VA, 05/02/2016)

(li Grande Mautchwèse (la Grande Marchoise)) (in: VA, 05/06/2018)

(craus-maurdi (mardi-gras): l’ ètèremint do carnavâl (l’enterrement du carnaval)) (in: VA, 13/02/2016)

Mîtchamps (Michamps) - crâs-mârdi (mardi-gras)

Muci (Mussy-la-Ville) - crâs-mârdi (mardi-gras)

(VA, 08/03/1993)

Ôtchamp (Ochamps) - craus-maurdi (mardi-gras)

(VA, 07/03/2014)

Sinte-Çusîle (Sainte-Cécile) - crâs-mârdi (mardi-gras)

(VA, 05/03/1993)

Stinbay (Steinbach) - crâs-mârdi (mardi-gras)

(in: Annonces de l’Ourthe, 24/02/2009)

Strintchamp (Strainchamps) - carnaval

(in: André Lebeau, Strainchamps à travers 20 siècles, 1970)

Lu Vî-Sâm (Vielsalm) - crâs-mârdi (mardi-gras)