L' agriculture dins l' sûd dè l' Bèljike: li sèmadje / L'agriculture dans le sud de la Belgique: l'ensemencement

PLAN

0 ilustrâcions / illustrations

1 jènèrâlités / généralités

2 scrîjadjes / littérature

 

0 ilustrâcions / illustrations

(île di Dauve / île de Dave – anéyes 1900 / années 1900)

(H. Bury, s.d.)

banse sèmerèce (panier de semeur)

(EMVW, 1966-1968, p.362)

sèmer, planter; rôler l' têre; disteûler / semer, planter, rouler la terre; déchaumer

(in: Fagnolle, village agricole vers 1900, s.d.)

 

1 jènèrâlités / généralités

E.L., les semoirs, EMVW, 1966-68, p.361-63

 

Actuellement un semoir mécanique

Auparavant, on semait à la main (avec un grand tablier) ou avou on tchèna d’ wèsîre (sèmerèce) (un panier en osier) (Ardenne liégeoise, NE Ardenne luxembourgeoise)

 

Edgard Lecomte, La semaison à la main à Godarville, in : EM, 2, 1976, p.28-29

 

Cette façon de semer disparaît de plus en plus ; l’introduction des semeuses mécaniques régulières et rapides ne laisse plus aux semailles à la main que les petites terres ou les petites propriétés : à l’ eûre d’ audjordû, i n-a pus qu’ lès cinselotîs qui sème-n’ à l’ mangn. Les semeurs de profession de jadis ont donc également cessé leur activité et leur travail était celui-ci.     

 

L’ancien semeur s’équipait dès l’aube : les grossès botines èyèt l’ sèmwâre,  tablier  de   semeur  en  toile   blanche   ou   grise,   muni   de   deux èspaliéres, qui faisaient porter le poids sur l’épaule et non sur la nuaue • parfois, cependant, on se contentait d’un tablier ordinaire, in scoû ; le contenu s’appelle in-èscourcéye : pèrdez ‘ne bone èscourcéye pou  n’ nin r’vèni à vûde . La   charge varie : elle peut aller jusqu’à quinze kilos et même plus : dins l’ temps, qu’ on-avoût des bons s’meûs, on vûdoût tékefwas in vacha t-intiér’ dins l’ sèmwâre, èyèt l’ djaudje d’ in vacha, c’ èst toudi vingt kilos. Le métier était d’ailleurs, paraît-il, assez pénible, et exigeait, entre autres, des pieds particulièrement résistants, comme en témoigne le dicton : pou ièsse in bon sèmeû, i n’ faut nin avoû les pîds doreûs.                                                                        

 

Le semeur commence son champ du côté d’où vient le vent i faut toudi s’ mète avû l’ vint ; i sparpîye ène bone pougnéye à l’intréve puis il commence au bord du champ et va jusqu’à l’autre bout en ietant le grain vers l’intérieur : tous lès deûs-adjambléyes, i tape ène pougnéve à l’ voléye ;le mouvement du bras correspond à celui d’une jambe Quand le semeur arrive au bout du premier sillon, il revient sur ses pas pour emblaver le bord extrême du champ, qu’il a foulé en passant : on ‘rpasse toudi deûs coups su l’ preùmî boûrd. Au fur et à mesure que le tablier se vide èl sèmeù inroule èl dezous du scoû su s’ pougnèt, pou t’ni l’ wauteûr d’ èl sèmince

 

Le premier voyage est terminé, le semeur revient au sac de grain déposé au bord du champ, i ‘rprind ‘ne kèrtche in pûjant dins l’ satch avû ‘ne palète, puis il recommence une ligne, deûs-adjambléyes pus lon fpnvirnn 1,80 m) ; i faut fé atincion de bin s’ tèni à longueûr, à deûs-adjambléves dè sès preumîs pas. Il arrive à l’autre bout du champ, et cette fois il ne revient plus sur ses pas, mais recule encore de deûs-adjambléyes, in candjant d’ mangn pou taper l’ grangn.                 

 

Si le champ n’est pas trop vaste, il emploie un autre moyen pour se guider : dès ‘rpéres, dès djalons, dès-avises, ène fourtche in baston in satch, ou bin s’djakète, qu’il déplace chaque fois qu’il a accompli un traiet aller retour, et vers lequel il se dirige : i s’ min.ne su l’ èrpére. Quand le champ est terminé, on dit què l’ têre èst s’méye, èlle è-st-imblavéye.

 

Précautions : i faut taper à ‘l voléye, in l’vant bin l’ bras, pou n’ nin fé dès faus. Quand l’ vint chufèle trop foûrt, quand l’ vint ourbale, quand il èst sot, on tape ène bètchéye pus bas pou què l’ sèmince èn’ seûsse nin involéve woûrs du tchamp.                                                                                        

 

 

Sur la semaison à la main à Seneffe

 

A Seneffe, avant de semer, l’ouvrier fait un signe de la croix sine dè cwas, nom dou pére, et jette quatre poignées dans des directions différentes, en disant : yieune pou l’ bon Dieu, ieune pou l’ avièrje, yeune pou l’ cinsî, ieune pou lès mouchons ; parfois, on projette le grain de façon à former une croix. Il ne faut jamais semer quand on voit la nouvelle lune pen­dant le jour car cela amène le froment noir, les-èrins.

 

Robert DASCOTTE

 

Elisée Legros, Les semoirs, in : EMVW, 1966-68, p.361-363

 

Avant l’emploi généralisé de semoirs mécaniques pour les semailles de grain (et parfois de semoirs métalliques avec une face épousant la forme du ventre et soutenus par des courroies, surtout employés pour « semer à l’en­grais »), on utilisait soit le grand tablier semoir formant (p.362) une grande poche contenant les  graines, soit  le  panier de paille tressée avec anse.

Ce dernier, d’après les renseignements recueillis, était en usage en Ardenne liégeoise et au nord-est de l’Ardenne luxembourgeoise (région de Harre et d’Houffalize). Dans les environs de Liège, ceux qui le connaissaient lui donnaient le nom significatif de sèmeû d’ Ardène « semoir d’Ardenne » (noté à Bois-de-Breux sous Grivegnée).

Le Musée a recueilli un exemplaire de Langlire-Montleban, panier de paille de seigle cousu au moyen de lamelles de coudrier; on les disait pouvant contenir 15 kilos de semence d’avoine ou 25 kilos de semence de seigle (r’gon).

Son nom était banse (panier) sèmerèce, à Bovigny, Viel-salm, Bihain, Grand-Halleux, Lierneux et Rallier (1). On dit sèmante banse à Ville-du-Bois (Vielsalm), Petit-Thier et Faymonville.

On emploie le terme général sèmeû « semoir » à la Gleize, Jalhay et Robertville. Il est décrit à Jalhay comme un panier de paille de seigle cousu avec des lamelles de ronces, mesurant environ 50 centimètres sur 30, haut de 25 centi­mètres environ.

Les points cités, de Jalhay à Montleban, n’étaient évidem­ment pas seuls à connaître Je panier-semoir. Il y a lieu de croire cependant qu’ils marquent assez nettement la région où l’on s’en servait.

Quant au semoir-tablier, nous sommes heureux d’avoir pu classer dans nos collections deux exemplaires provenant de Wéris.

En outre, nous avons filmé et photographié, en 1970, dans la même commune, la pose du tablier sur les épaules, son enroulement sur un bras pour former la poche recevant la graine, et le passage d’un bras à l’autre chaque fois que le semeur fait demi-tour, à l’extrémité du champ.

 

(1) Voyez anciennement « semeresse banse » à La Gleize en 1677, 1716 et 1717 et « mante [manne] semeresse » ib. en 1767 (L. remacle, Documents lexicaux extraits des archives scabinales du ban de Roanne, p. 120 et 269).

(1)   Rappelons le geste du semeur décrit par Henri simon dans Li Pan de bon Diu, avec L’ome tchåsse li blanc sèmeû ‘L’homme chausse [= revêt] le blanc semoir‘ (coll. Nos Dialectes, 4, p. 21), ce qui doit valoir pour Sprimont. — Voir, d’autre part, sur le semoir-tablier et son utilisation, L. warnant, La culture en Hesbaye Liégeoise, p. 85-6.

 

Germain Meurisse

 

Tot-à fêt si f’jot à l’ min. Â prétimps, i falot sèmer lès-engrês. Mins seûlemint, ç’ astot dès satchs di 100 kulos. Ca n’ astot nin âk di facile à lèver. Et pus après, on sèmot à l’ mwin. Et pus, prinde li tch’vau èt l’ boû, èt pus, èvôye avou ça.

 prétimps, falot r’passer lès patures, falot aroyî. On-z-alot à l’ fâ po lès-aroyî.

 

Divant ça, on-z-a iû lès foûres. Falot fâtchî à l’ rasète. falot l’ ritoûrner â p’tit rustê pace qu’ on n’ avot pont d’ faneûse. Et après, falot fé dès houppions.

Falot ramasser â rustê ou bin â grand rustê avou li tch’vau. Quand on ‘nn’ avot pont, falot ‘nn’ aller prèter addé on vijin. Quand on-z-avot fé lès houpions, li lendemwin,  falot lès r’toûrner po lès r’tchèryî. Et on lès montot su l’ tchâr.

Après lès foûres, on rintrot lès dinréyes, on-z-alot nètyî lès bèterâves, à l’ fâs !

Après, on-z-è iû la rasète, la djaveleûse di m’ mononke, èt pwîs lès loyeûses, èt pwîs après lès fâtcheûses. Et ça n’ va nin co vite assez.

Avou l’ djaveleûse, on p’lot fâtchî on-hèctâre sins boudjî âtoûr dès botes.

Après, falot lès r’lèver, lès loyî ou bin fé dès marionètes, qu’ on f’jot dins l’ timpos.

Mins, asteûre, on n’ fêt pus ça.

Après, avou lès loyeûses, falot fé dès croupètes ou bin dès lokes.

Mins, avou lès tch’vaus, falot d’mèrer addé sovint pace qu’ il avint dès tayants èt qui s’ fèjint piker. Is pètint â diâle. Alôrs’, on r’tchèriot èt on rintrot à l’ grègne.

Et i falot quèri après l’ min-d’eûve.

Après lès dinréyes, dj’ apougnins lès crompîres. On-n-è plantot d’ one èt d’mèye à 2 hèctâres. Falot lès râyî avou l’ machine ou avou li tch’vau. Naturèlemint, on-z-avot todi trâze, quatôze, quinze po lès ramasser. Chakin avot sa pârt po ramasser. Dji râyins avou one rayeûse à bastons.

Après, dj’ ans acheté one aligneûse. C’ astot brâmint pus facile mins falot qu’ ça seûye bin prôpe èt bin sètch po ‘nn’ aller d’dins. Après, on-z-a likidé ça èt on-z-a acheté one machine à bastons.

A l’ vèspréye, insi, dji ramassins tos lès satchs. On lès mètot à motes.

Falot lès catchî avou dès strins, dès gnèsses ou dès coches di sapin.

Mins seûlemint après, falot lès triyer. Quand gn-avot dès strins d’dins, lès martchands n’ lès v’lint nin co. Alôrs’, on-z-alot â quowes di sapin ou â gnèsses.

Après lès crompîres, falot c’mincî à bate. On n’ avot pont d’ loyeûse, come ça.

On sèmot do grin po-z-avèr dès rawètes po l’ îvièr.

Après, falot loyî lès strins avou lès rawètes mins i falot one plèce di démon po fé ça. Falot brâmint do l’ min-d’eûve: 2 su l’ tas, 2 su la bateûse, 3 po loyî, mins sovint, lès pus fwarts, on lès mètot âs satchs. Et is pwârtint âs satchs au guèrnî. Is d’vint monter totes lès-ègrés .

 

I fat sèmer l’ avon.ne ozès bôses èt l’ grin o l’poussère. (Mont-le-Ban)

 

(Il faut semer l’avoine dans la boue et le grain dans la poussière.)

 

Les semailles,  in : EMVW, 1931-48, p.319-322

 

Les semailles se modernisent. Dans les grandes exploi­tations agricoles, c’est à l’aide de machines que l’agriculteur confie à la terre le grain qui lui fournira sa récolte. En beau­coup d’endroits, cependant, on sème encore à la main et le Musée ne tardera pas à filmer quelques beaux spécimens du « geste auguste » célébré par le poète.

Mais l’aspect du semeur se transforme peu à peu. Nos correspondants nous obligeraient en nous transmettant les remarques qu’ils peuvent avoir faites à ce sujet.

Le long tablier dont se revêt l’agriculteur à l’occasion des semailles et qui forme une grande poche destinée à rece­voir les graines est-il le même dans toutes les régions ? N’a-t-il pas varié? Ne pourrait-on nous en fournir quelques exemplaires, anciens si possible ?

S’est-on servi dans votre région d’un panier de semeur, sèmeû, banse sèmerèce ? Le Musée en possède un, que nous reproduisons ici et qui provient de Langlire-Bihain (arron­dissement de Neufchâteau). Il est fait de paille de seigle cousue au moyen de lames de coudrier, suivant le procédé probablement le plus ancien des vanniers de Wallonie. Ce panier de semeur n’est plus guère en usage. Ceux de nos correspondants qui connaîtraient des endroits où l’on s’en sert encore nous obligeraient en nous les signalant.

Autre particularité à noter : la manière dont certains cultivateurs commencent l’ensemencement d’un champ. Les antiques croyances religieuses relatives au blé ont forcément laissé ici des traces, qu’il convient de noter avec soin.

Voici, à titre d’exemple, la manière dont, actuellement encore, un fermier de Bois-de-Breux (Grivegnée, arrondis­sement de Liège) commence à semer, conformément à un (p.320)

usage existant de temps immémorial dans sa famille. Il jette une première poignée de graines en disant : A l’ oneûr dès cink plåyes, di Nosse Signeûr ; une seconde poignée : A l’ oneûr di l’ Avièrje ; puis il jette une troisième poignée en arrière, par-dessus son épaule, en s’écriant : Po lès mohons ! (Pour les moineaux !).

Avec la plus grande conviction, il nous a assuré que cette pratique avait toujours mis ses cultures à l’abri des moineaux pillards et que, plus d’une fois, des voisins qui s’étaient moqués de la précaution prise, avaient vu leurs champs ravagés par les oiseaux.

Cette coutume existe en plus d’un endroit, mais avec des variantes, qu’il serait intéressant de noter.

Ceux de nos correspondants qui possèdent la confiance des cultivateurs semant po lès mohons, feront bien de rechercher si, sous ces paroles, ne se cache pas un autre dessein qu’on n’avoue pas au premier venu (21).

 

fé lès sètimes: préparer les semis d’hiver (ouest-wallon (Robert Dascotte))

 

Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

ALMANACH ET SEMIS

 

Les vieux Montagnards achetaient chaque année l’Almanach de Liège du maître Mathieu Laensbergh. Il avait paru pour la première fois en 1625. C’était le guide pour les semis et plantations. Il rensei­gnait les prévisions météorologiques pour l’année !

Ce petit livre précieux donnait des conseils sur la préparation et la fumure des terres.

Voici pour l’année 1852, les données essentielles pour les cultures les plus courantes.

JANVIER

Sur les ados exposés au soleil, on peut semer, en petite quantité, les pois hâtifs et les fèves de marais. On peut semer les oignons en ayant soin de les couvrir de litière s’il gèle. On plante toute espèce d’ar­bre. On taille les poiriers et les pommiers.

FEVRIER.

La seconde quinzaine sur ados ou côtière, on peut semer : épinards, cerfeuil, oseille, panais, carotte, persil, poireau à repiquer, céleri, laitue de printemps. On plante l’ail et les échalotes.

A la fin du mois, on replante en bordure l’oseille et le thym.

On continue la taille du poirier et du pommier.

MARS.

On sème diverses sortes de pois, fèves de marais, laitue, romaine, cerfeuil, persil, céleri, oignon, ail, poireau, échalote, ciboule, carotte, panais, épinard, rave, pourpier, radis, patience.

On plante les pommes de terre hâtives.

On achève la taille des arbres.

AVRIL. On plante laitue, chou-fleur.

(p.206) On sème céleri, choux de Milan et de Bruxelles, navet hâtif, hari­cot, oseille, scorsonère, endive.

On sème sous couche les tomates. On exécute toutes les greffes en fente.

MAI.

Dans la première quinzaine, on plante : haricots, pois, fèvres, pom­mes de terre.

On continue à semer laitue, épinard, cerfeuil, persil, pourpier, ra­dis, rave, endive, carotte, betterave, céleri, choux divers, navet, corni­chon.

On repique céleri, tomate, chou-fleur, poireau, oignon.

JUIN. Mêmes travaux que le mois précédent.

JUILLET.

On continue à semer tous les légumes qui peuvent être obtenus en quatre mois.

AOUT.

On sème encore oignon blanc, poireau, salsifis, scorsonère, chou-fleur dur, chou d’York, épinard, cerfeuil, navet, carotte pour le prin­temps, radis, rave.

SEPTEMBRE.

On continue à semer rave, radis, diverses salades, navet, cerfeuil, épinard et pour l’année suivante choux d’York, pain de sucre, cabus, chou-fleur, laitue de la passion.

OCTOBRE.

On sème laitues diverses pour repiquer en couche en novembre. On repique choux d’York et autres.

NOVEMBRE. On repique encore des choux divers.

DECEMBRE. Quand il ne gèle pas trop, se contenter de défoncer la terre.

 

divant d' sèmer / les prémices du semeur

(in: EB, 362, 1984)

 

2 scrîjadjes / littérature

Arthur Xhignesse, Tavelês d’ oûve, in: BSLW, T50, 1908

 

Li sèmeû

 

D’ â lon, v’ dîriz-st-on spére dizos s’ grande longue tchimîhe,

On spére qui freût dès sènes po rètchèssi lès djins.

À tchoke, on veût toumer d’ ine à-l’-valêye li gain,

Li bon grin qui s’ dispât à tére sorlà dè l’ brîhe.

Il ascohe lès doblés à mèseûre, so 1 trèvint

Qui lès volêyes d’ oûhês — cole dès longs côps d’ corîhe —

Baletèt tot-âtoû d’ lu, s’ atapèt à pus d’ dîh,

Ténefèye, tot près dè l’ boûsse, qui s’ brès’ poûhêye divins.

Sès gros solés plonkèt d’vins lès rotes di l’ èrére

Qui l’ îpe a d’djà risselé ; ‘1-a sogne do piède li sqwére,

Èt sès-oûys ni qwitèt pus 1′ tchâgne qu’ ‘1 î deût-st-aveni,

Lâvâ, tot-â coron dè clapant bokèt d’ tére —

Tot wice qui li spaute va djaumi, bouter, maw’ri

Dizos 1′ bâhe dè solo — fèl èt portant si tére !

 

Lucien Somme

 

Sème tès freumints

 

Sème tès-awènes

Gn-a d’trop qu’ ont fwin

Trop qu’ ont dè l’ pwène

Gn-a d’trop qu’ ratindenut t’ farène

Sème tès freumints

Sème tès-awènes.

Là qu’ i fait mwaîs

Li vint sofèle

Èt l’ èfant braît

Quand i bîjèle

Va lî r’choûrber sès deûs purnèles

Là qu’ i faît mwaîs

Èt qu’ on l’ pèstèle.

Sème li bouneûr

Su t ès pîd-sintes

Sème li bouneûr

Rouvîye tès mintes

Rouvîye tès rascrauwes èt tès pwènes

Sème tès freumints

Sème tès- awènes.

 

pére J.-M. Lecomte (lu 27 du nôvimbe 1946), in : Les Amis de Logbiermé, 17, 1995, p.53-59

 

Sèmer

 

L’ osté ènnè va. Duspôy djà quéke timps,

Lès dièrin.nès djâbes ont qwité les steûles.

Lu campagne asteûre èst d’manowe tote seûle.

Tot a stou rintré : i n’ dumeûre pus rin. . .

 

L’ ér sofèle pus frisse, èt l’ solo trop doûs

Ni sowereût pus djà l’ rosêye èt 1′ frèheûr.

Çu n’ èst pus l’ osté, et mâgré l’ tcholeûr,

On sint quu l’ îviêr èst dèdjà so l’ soû.

 

Èt portant, so s’ tchamp, l’ cinsî va sèmer.

Lu tère èst fine prète : l’ épe*, dès-eûres â long,

A r’creûhelé sès rotes, so l’ lâdje èt so l’ long.

Qu’ on-z-aboute lu s’mince, tot è-st-apontché.

 

Èt so l’ timps qu’ è ci, lu solo flâwihe,

Èt qu’ lès foyes dès-âbes su f’sèt totes sofler,

L’ ome rudène à l’ tère lu grin qu’ ‘l a rintré.

Sème po l’ an qui vint, sins quu s’ brès nâhihe.

 

 

*èpe : la herse

 

Share This
error: Alert: Content is protected !!