L' agriculture dins l' sûd dè l' Bèljike: l’ ètèrtinadje dès tèrins / L'agriculture dans le sud de la Belgique: l’entretien des terrains

PLAN

0 ilustrâcions / illustrations

1 bèsognes / tâches

1.0 jènèrâlités / généralités

1.1 dèlimiter / délimiter

1.2 drin.ner, êwer / drainer, irriguer

1.3 saucler, distchèrdoner / sarcler, échardonner

1.4 disteûler, ringuyî / déchaumer

1.5 fé awè peû / effrayer 

1.6 èliminer / éliminer

1.7 varia

2 scrîjadjes / littérature

 

0 ilustrâcions / illustrations

spawetas (épouvantails)

Djan-l'-Nauji (litt. Jean-le-fatigué; sorte d'épouvantail)

 

1 bèsognes / tâches

 

1.0 jènèrâlités / généralités

(Jean-Jacques Gaziaux, Cultures diverses, prairies, vergers et jardins à Jauchelette, Liège, 2003)

1.1 dèlimiter / délimiter

(Gaziaux, op.citat.)

Laurent Dabe, L’Ardenne entre bruyère et myrtille, 2003

 

(p.54) le ‘bangâr’ : avertissement sous forme de genêts coupés lorsque l’on enfreint une limite.

 

L’embaumement des plaids, in : EMVW, s.d.                                      

 

Si l’on consulte le Dictionnaire liégeois de Jean Haust, on lit que le sens premier de èbaner, terme rural, est brandonner une terre en y dressant un banon, c’est-à-dire, suivant la définition de ce même dictionnaire, une torchette de paille placée au bout d’un bâton qu’on plante en terre pour interdire le passage dans un champ.

Dans ses Documents lexicaux extraits des archives scabinales de Roanne (La Gleize) 1492-1794, Louis Remacle donne un exemple qui illustre cette mise en défens: « Renard dist … que à tourtz et sen

 

11 A. Déom, lui, ne fait pas de distinction. Selon lui, on dit djèter (ou taper) à l’âwe, mais « l’oie employée ne se nomme jamais autrement que li djàr» (Wallonia, 2, p. 176).

 

(p.123) cause l’a-t-il panne car … n’avait moittu (mis) ledit Remacle bannons ne défense pour quoen (par quoi) le herdie (hierdî: vacher) seust que on luy deust warde» (pp. 120).

Mais le terme èbaner apparaît aussi dans une formule èbaner les plaids que L. Remacle traduit par ‘proclamer, annoncer par procla­mation ‘, mais avec un point d’interrogation, en ajoutant que le mot paraît signifier plutôt ‘ ouvrir ‘.

Un texte de 1557 nous renseigne sur la procédure utilisée: « Le po-testa, assavoir Johan Daichomont lieutenant, a requeroux le mayeur qu’il demande aux foestiers s’il faye adjourné les plaies général comme il estait enchargy. Ffuiste dict par les foestiers que ouy. Le potestat lieutenant at requeroux quy luy soit ensegnie par justice en quelle sorte les plaies soyent enbanniz. Ffuistes dictes de nous et enseigner qu’il debvoiente estre embannys de par les foestiers. Et furent embanniz de part le foestier selon usance de loix » (op. cit. p. 309).

Une première explication est que l’embannement est simplement une défense, et que, en embannant les plaids, on proclamait l’inter­diction aux personnes non autorisées de pénétrer dans l’endroit réservé aux mayeur et échevins.

Dans un record de Clotten de 1521, on lit que le courtier ou scholtis (écoutète, maire), en nom des seigneurs de Malmendie après avoir demandé s’il estait temps et heures de tenir les annuels plaiz, demande ensuite comment l’on debvoit commenchir, sur ce ont les dis tenaves respondu: l’on debvoit commander ban et paix. A la suite de quoi le scoltis dit: Je commande ban et paix de part messeigneurs l.

Mais il est une seconde explication grâce à laquelle on peut concilier les deux acceptions du terme èbaner, mettre en défens et ouvrir les plaids. Cette interprétation pourrait également expliquer le rôle joué par le forestier.

Nous ferons pour cela appel à l’ouvrage de John Meier, Ahnengrab und Rechstein. On y lit que selon la Lex Ribuaria (vers 630) l’accusé doit prêter serment in haraho, ou suivant un autre texte ante juclice in harao, ce qui est glosé par in circula et in hasla hoc est in ramo 2.

 

1  Records de coutumes du Pays de Stavelot, Brux., 1958, p. 40.

2 John meier, Ahnengrab und Rechtstein. Deutsche Akademie der Wissen-schaften in Berlin. Verôffentlichungen der Kommission fur Volkskunde. Band I, Berlin 1950, p. 41.

 

Lès spineûs, in : EB, 427, 1990, p.26-28

 

Emile-Joseph Piret (Franchimont 1885-1959) nous décrit, avec vivacité et en utili­sant les termes précis, une activité déjà moribonde au moment où il rédige son texte (fin des années cinquante): l’entretien et la réparation des grandes hayes d’aubépines qui avait lieu, en principe, avant la montée de la sève.

Bon nombre de celles-ci ont été arrachées dans le but d’agrandir la surface des prai­ries qu’elles bordaient ou ont été rempla­cées par des clôtures métalliques d’un en­tretien plus aisé. Leur disparition a enlevé beaucoup de charme à nos campagnes; ceci a eu également des conséquences dommageables : moindre protection au vent, fuite des oiseaux insectivores qui les habitaient, etc….

 

Lès spineûs*

 

Lès ayes èvont come bran.mint dès-afêres dou yî timps. I gn-a d’ ça ‘ne cinkantène d’ anéyes, on s’ fèyeut ène glwâre d’ awè dès bèlès ayes. Asteûre, on n’ si r’toûne pus pou ça. Quand èles sont trop vîyes, on lès rôye èt on lès remplace pa dè l’ twale mètalike. C’ èst pus auji à-z-ètèrtèni mês on n’ èst pus à s’ maujon: on-z-è vèyu d’ tous lès costès. Èt l’ courti tran.ne lès fîves bourguètes* quand l’ bîje choufèle.

À no maujon, on-z-a aurdè* lès nowes. Maugré qu’ èles-ont pus d’ cint-ans, èles tèneneut co bruwèt*. C’ èst mi, asteûre, qui stoupe* leûs trawéyes avou dès nwârès spènes*, què lès surloye* èt qu’ lès cisèle* quand gn-a dandji.

Diyant l’ guêre di quatôze, on trouveut dès spineûs qui vos fignoleut vos ayes a l’ invî.

 

Quand, gn-a d’ çoula swèssante ans, papa aveut rachetè l’ pachis dè l’ Ruwale à s’ mon frére Camile, i s’ aveut mètu deûs cint mètes di ayes dissus l’ chine* au-d-dizeû dou martchi.

S’ on pleut lomer çoula dès ayes! C’ èst dès bos qu’ faleut dîre.

Inte li pachis aus Grèfes èt no pachi, èlle avint bin cink mètes di waut.

Papa, qui travayeut à l’ soyerîye* dou matin à l’ vèspréye, n’ aveut nin l’ timps d’ ramontchî* ça li-min.me. Par tchance, gn-aveut à Saurt-è-Fagne, in spineû qu’ on lomeut Joseuf Toussart, dèdjà in pô âjè, mês qu’ nèlu n’ aureut seû pèter* pou raclôre come u faut. Papa èl fét uker* dè l’ samwène, Li dimègne chûvant après-din.ner, nos-arive in p’tit ome tout rôtyi* mès stokas’*: c’ èsteut no racloyeû.

 

“Bondjoû, mès djins! Vo-me-là tout l’ min.me!

–  Bondjoû, Joseuf! Pèrdez in chame èt achièz-vous pou bwâre ène jate avou nous-autes!

–  Ç’ n’ èst nin di r’fus. Dji su tout frèch di tchaud.”

Quand Joseuf a stî rapéri*, on-z-a stî vèy l’ ouvrâdje a fè.

“O ! O ! di-st-i ! Gn-a pou l’ samwène, d’ après ç’ qui dj’ veu. Faura qui dj’ lodje, s’ i gn-a moyin.

–  Fuchèz trankile, Joseuf! Lès-èfants n’ dimandeneut nin mia, nin co nous-autes!

–  È bén, d’ abôrd, dj’ ariveré d’mwin, tout-au matin, avou tout m’ sint-Crèpin…”

Dj’ é seû l’ londemwin matin çu qu’ i gn-aveut dins s’ sint-Crèpin. C’ èsteut ène grande vanwâre* di cûr, ène père di moufes di pia, in long cisia fôrdji pa in tayandî* d ‘mèstî, in grand saurpia* èt in pus p’tit, qui tayint come dès razwès; enfin, in long fiêr* plat à traus qu’ aveut ‘ne pougnîye à in d’bout, èn-avèt* à l’ aute dibout pwîs cor ène broke* di fiêr pindûwe a ène tchin.nète.

” Çouci, m’ di-st-i Toussart, en m’ moustrant l’ ostèy dè pus près, c’ èst pour mi surloyi tout seû quand dji n’ é pont d’ aîdant.”

Èt c’ èsteut l’v ré: djè l’ é vèyu pus taurd.

 

Li sèmedi chûvant, no spineû aveut vûdi* d’ raclôre. Il aveut rabatu lès ayes à ène wauteû d’ in mète swèssante àt fagoté lès couches: i l’s-aveut r’findu pou lès ratèni èt il aveut brûlé lès r’tayes; il aveut stoupè lès trawéyes avou dès tas d’ fwès* – plin lès-aurts* – di nwârès spènes; i l’s-aveut surloyi dès deûs côtés èt loyi lès surloyes avou d’s-ôsêres* et dès massokes èt pou fini, i lès-aveut ciselè dispûs li d’zous ‘squ’à l’ coupète èt t’-ossi dreut qu’ ène nîe*. Tous lès cias qui passent pa l’ ruwale djokint* pou r’wéti d’ tous leûs-ouys ène bèsogne si bén achèvéye.

Ci djoû-là au nût, d’vant d’ èraler, Popâ lî aveut d’mandè s’ compte.

“Èst-ce trop d’ vint’-quate francs!, aveut-i respondu.”

Papa qui saveut çu qu’ c ‘èsteut d’travayî, surtout d’ bén travayi, èn-n-î aveut d’nè tren­te. Li vî brave ome aveut lès larmes aus-ouys. Dispûs adon, nos l’ wétons come in près-parint*. Èt tous lès-ans, i nos r’vèneut aviès l’ mwès d’ mârs’ pou deûs, trwès djoûs. Saquants-ans après, li bon vî Joseuf, li spineû dau Saurt, rindeut s’ bèle âme au Bon Dieu.

Dj’ é bré d’ bon keûr à s’-n-atèremint.

 

Notes

 

aurder, v. tr., garder

avèt, n. m., crochet.

broke, n. f., broche

bruwèt > tèni bruwèt, loc. verb., lit. : tenir prête une pâte à galettes; être bien disposé

chame, n. m., tabouret à trois pieds

chine, n. f., échine

ciseler, v. tr., tailler à l’aide du cisia, cisaille à haie

aurt, n. m., hart; brin d’osier servant à main­tenir les branches ou les surloye

djoker, v. intr., lit. : se percher; s’arrêter

fiêr plat a traus, loc. nom., lit. : fer plat à trous; E.J. Piret n’utilise pas un terme particulier pour désigner la crémaillère du spineû; celle-ci lui sert notamment à tenir pro­ches les surloyes qu’il doit assembler. L’A.L.W. désigne cet outil par le terme crama d’cloyeû.

fwès, n. m., lit.: faix; botte, faisceau

nîe, n. f., règle en fer ou en bois utilisée par les maçons et les plafonneurs

ôsêre, n. m., osier

pèter, v. tr., battre, concurrencer

près-parint, loc. nom., proche parent

ramantchi, v. tr., lit. : remettre un manche; réparer

rapéri, adj., reposé, rasséréné

rotyi, adj., ridé, ratatiné

saurpia, n. m., serpe

soyerîye, n. f., scierie; à Franchimont, il s’agit de la scierie

de marbre

spène > nwârès spènes, loc. nom., lit.: noires épines; prunelier

spineû, n. m., lit.: “épineur”; spécialiste de l’entretien et de la réparation des haies. L’A.L.W. 1) et S. Randaxhe 2) nous livrent une série de termes pour désigner cette activité : hârbeû, hayeû, cloyeû, (rè)cloyeû, loyeû, ployeû, min.neû; ces substantifs correspondent à des verbes tels: (ri)hârbér, (ri)hayér, (rè)clôre, (ri)loyî, etc….

E.J. Piret utilise outre le terme spineû celui de racloyeû auquel il donne le même sens.

stokas’, adj., ingambe

stouper, v; tr., boucher

surloyi, v. intr., placer des surloyes, per­ches horizontales placées parallèlement le long des haies; reliées ensemble par des liens végétaux ou du fil métallique, elles sont destinées à soutenir la haye

tayandî, n. m., taillandier; l’auteur insiste sur la qualité de l’outil fabriqué par un spécialiste et non par un forgeron local

tran.ner lès fîves borguètes, expr., lit. : trembler les fièvres borguètes; la locution fîves borguètes ne désigne pas une fièvre particulière; parfois même on utilise awè lès fîves borguètes (bourguètes, morguètes, etc….) pour signifier que quelqu’un perd la raison.

uker, v. tr., interpeler

vanwâr. n. m., tablier en cuir (souvent le terme désigne le tablier des forgerons)

vûdi, v. int., lit.: sortir; achever

 

1)      A.L.W.: Elisée Legros et Marie-Thérèse Counet, Atlas linguistique de la Wallonie, tome 9, Vaillant-Carmanne, Liège 1987, pages 284, 285, 286, 287 et 288.

2)      S. Randaxhe, Les haies in Bulletin du Dictionnaire général de la Langue Wallonne, tome 2, fasc. 1,1907, pages 19 à 23.

 

Solange Brancard (à l’ Vile / Philippeville), in : VA, 26/05/1981

Èdmond, l’ racloyeû 

 

Lès r’cloyeûs ‘stunt atèrés…

Li pus vî d’ zias nos-a quitè.

Èmon lès Mazi, gn-aveut deûs :

C’ èsteut dès fameûs racloyeûs.

 

Èdmond f’jeut min.me èl boulindji…

I ciselèt co l’ aye dè s’ courti !

Asteûre, i trèmèle dès skinons,

I ‘nn’ a fét ène bone provision. (…)

 

Au bon timps, i bouteut d’ asto,

F’jeut l’ coumelâdje dès couches d’ in raclôs

Ou bin, d’ chake costè dè l’ grande baye,

Tayeut l’ dréve èt ciseleut lès ayes.

 

L’a ye d’è spène ? Faleut l’ ritayi,

Pou l’ trèmelâdje, ç’ n’è steut nin auji…

Faleut fé ‘ne masse dès crwèsiyons

Tout ciselant l’ aye èt lès r’djètons.

Pou r’fé ‘ne trawèye, il èsteut d’ taye…

Vola lès moufes yèt l’ grande cisaye.

Ç’t-in mèsti qu’ i n’ faut pon d’ plingnârds :

Èrmin.ner ène aye, c’ è-st-in-n-ârt.

 

Ç’ n’ èst nin l’ tout d’ cisayi, d’ coumeler,

D’ trèmèler… faut du savwèr-fé ;

Faut qu’ fin avri, l’ raclôs fûche bia

Au trèviès d’ deûs-trwès rès d’ solia.

 

D’ nos djoûs, l’ racloyeû èst djus d’ bay,

On n’ raclôt pus aveu dès ayes.

 

Mots :

ièsse dè taye : être capable de…

djus d’ bay : le bail a pris fin

raclower ène aye : réparer

èrmin.ner ène aye : emmener une haie, entrelacer les pousses

 

 

1.2 drin.ner, êwer / drainer, irriguer

L. Remacle, L’irrigation, EMVW, 1931-48, p.375-377

 

(p.375) “Chaque riverain avait le droit d’arroser son terrain à certain jour fixé par un accord préalable ou par la tradition.”

 

L’ abîssèdje: (d’ abîsser : irriguer au moyen d’un bî (bief))

 

Comme relaté dans les archives de la cour de justice du ban de Roanne, l’ancienne commune de La Gleize,  il s’agissait d’une irrigation par déversement à partir d’un ruisseau ou de l’eau du bac du village, porteuse de boue et de parcelle d’engrais qu’elle récoltait sur son chemin (tas de fumier, …).

Ceci (p.377) a dû se pratiquer dans toute la zone accidentée des Ardennes.   (cf Gérard Houziaux (Foy-Notre-Dame); Calozet (Awenne) “Pitit d’ èmon lès matantes – chap. 1: Hapeûs d’ êwe)  (les paysans allaient garder les rigoles pendant la nuit))

 

L’irrigation, in : EMVW, 1931-48, p.375-377

 

Les vieilles personnes que j’ai interrogées à La Gleize [Ve 39] vers 1930 se souvenaient encore qu’au temps de leur jeunesse, on pratiquait dans la région l’irrigation par déversement. L’eau d’un ruisseau, ou encore l’eau du bac du village, porteuse de boue et de parcelles d’engrais qu’elle récoltait sur son chemin, dans les fossés, le long des tas de fumier, était amenée par des rigoles jusqu’aux prairies, se déversait de part et d’autre et donnait au sol, avec l’humi­dité nécessaire, des éléments utiles et fertilisants.

Chaque riverain avait le droit d’arroser son terrain à certain jour fixé par un accord préalable ou par la tradition.

(p.376)

Il tenait jalousement à ce droit, et le défendait contre ceux qui auraient voulu le lui enlever.

La pratique de l’irrigation et la coutume du partage de l’eau avaient une existence séculaire. Au XVIe siècle déjà, dans les archives de la covir de justice du ban de Itoanne, l’actuelle commune de La Gleize, il en est maintes l’ois question. On y voit que l’« eawc destournée » ligure parmi les « fourfaitures » sur lesquelles les manants étaient invités à faire rapport aux plaids généraux. On y rencontre les termes « biez, rigole », – abîsser « irriguer », abîssèdje « irrigation » ; et, dans les actes d’achat et de vente, une clause concerne parfois le jouissance de l’eau, soit qu’il s’agisse de fixer les jours d’eau (1), soit qu’il faille garantir une servitude, comme dans la déclaration suivante :

…fut par ledit Johan déclaré que… Hz devait avoir le passaige de l’eau par deux jours la sepmaine oultre la parte dudit Eustace pour abisser la présente acqueste…

A. E. L., Œuvres de Roanne 2, 84, année 1573.

Les archives de Roanne contiennent aussi les détails d’un grand procès suscité par des habitants de La Gleize à leurs voisins de Hâssoûmeiit, petit hameau situé au nord et en amont du village, ces derniers ayant, à des jours indus, détourné l’eau sur leurs terrains et asséché les biez conduisant l’eau jusqu’aux bacs de La Gleize. Parmi les actes de cette longue querelle, il en est quelques-uns d’intéressants, à la fois par les détails qu’ils nous livrent sur les usages d’autrefois et par le jour qu’ils ouvrent sur la psychologie de nos ancêtres.

 

(l) Sur la répartition des eaux d’arrosage à Jalhay au XVIIe siècle, voir les curieux documents publiés par H. angenot, dans Le Vieux-Liège, nQ 37, oct.-nov. 1936, p. 107-8.

 

(p.377) (…) L’irrigation par déversement a dû se pratiquer dans toute la zone accidentée des Ardennes. Pour Awenne [Ne 9], on lit des détails suggestifs dans la nouvelle de Joseph Calozet, Pitit ri’ mon lès Ma-tantes : dans le premier chapitre de cet ouvrage, chapitre intitulé Hapeûs d’êwe « Voleurs d’eau », l’auteur raconte comment les paysans d’Awenne allaient garder les rigoles pendant la nuit et comment ils se volaient l’eau ; chemin faisant, il fournit maints détails techniques sur l’irrigation.

Ce fait nous donne à penser que certains de nos colla­borateurs pourraient encore recueillir sur le sujet des souvenirs intéressants. Nous leur serions très reconnaisants s’ils voulaient bien interroger les vieillards pour savoir dans quelles conditions, à quel moment de l’année, selon quelle méthode exactement, l’irrigation se pratiquait, et s’ils voulaient bien communiquer au Musée de la Vie Wallonne le résultat de leur enquête.

 

L. R.

 

En se promenant sur le petit pont de Gembes …, LS 16/04/1992

 

/Daverdisse/ On trouve encore des vestiges des systèmes d’irrigation anciens.

 

(in: Lucien Mahin, Ene bauke su lès bwès d’ l’ Ârdène, s.d.)