L' agriculture dins l' sûd dè l' Bèljike: aprèstadje dè l’ têre / L'agriculture dans le sud de la Belgique: préparation de la terre

PLAN

0 jènèrâlités / généralités

1 tchèrwer / charruer

2 hièrtchî, drin.ner / herser, drainer

3 fé lès rôyes / faire les sillons

4 disteûler, ringuyî / déchaumer

 

1 jènèrâlités / généralités

Jean-Jacques Gaziaux, Des gens et des bêtes, Traditions et parlers populaires, 1999

 

AU TRAVAIL

 

1 L’ALLURE

 

§ 35 bis. Le conducteur compose son attelage en fonction de ses moyens et de la difficulté de la traction ; ça dèpend l’ ovradje, ci qu’ lès bièsses trin.nenèt à leû cu. Il faut tenir compte notamment du relief, plat ou acci­denté.

Ainsi, un cheval suffit pour aller enrayer, aroyi, un champ ; on-z-è va avou li sclide ‘traîneau’ avou lsimpe èrére ‘charrue à pied’ dissus. Un attelage double convient par exemple pour déchaumer, po ringiti. On ajou­te un troisième animal po tchèrwer ‘labourer’ avou ldobe brabant, po rivenu avou one tchèrêye di grins, po tchèri dès pétrâles, …

 

En général, un attelage de chevaux est plus rapide que des bovins. Toutefois, dans un attelage mixte, les bœufs, plus lourds, démarrent plus puissamment ; lès boûs, quand is dèmarin’, si clatchin’ ‘flanquaient’ lès tch’vaus padri. Et on a même vu des attelages de vaches devancer des chevaux lors du transport de betteraves vers la gare ! « Louwis atèleûve trwès nwèrès vatches qu’ èstin’ sognîyes ‘nourries’ à l’ avin.ne èt au laton ‘son’. Èles rotin’ pus rade qui mès tch’vaus po-z-aler à li stâcion ! » Mais – faut-il le préci­ser ? – elles tiraient une charge moins lourde …

 

Normalement, le conducteur laisse aller l’attelage à son rythme, en fonc­tion de ses forces. Po ‘nn’ aler à campagne, lès bièsses ènn’ alin’ su leû pwèds ‘poids’, on lès lèyive aler leû trin. Mins po rivenu, èles rotin’ pus rade : èles rivenin’ po ièsse modoûwes ‘traites’ et èles avin’ fwin, n-avot ni dandji d’ lès tchèssi ‘chasser’.

 

II arrive cependant que les circonstances veulent qu’on hâte le pas : pour achever une parcelle, po iu fêt lbokèt qu’ on-n-èst d’ssus ; lorsque l’orage menace, quand i monte one nulêye ; … Dans ce cas, le conducteur peut recourir au fouet ; on l’zi boute li scourîye à leû cu po s’ dèspêtchi. De même lorsqu’il s’agit de démarrer en force ; on clatchive ‘claquait’ su leûs fèsses po dîre qu’ èles alin’ satchi, qu’ èles alin’ doner on fwârt côp, on l’zi picoteûve lès fiµèsses avou le scourîye po dèmarer. Ou encore pour stimuler un animal à la traîne ou simplement activer un peu le train. Mais, généra­lement, on côp qu’ lès tch’vaus èstin’ èvôye ‘en route’, ‘l èstin’ èvôye, n-avot pus dandji d’ li scourîye.

 

De toute façon, la sagesse veut qu’on ne force pas (exagérément) l’allu­re. Quand lès bièsses rumîyenèt ‘ruminent’, èles vont pus doucemint. N-avot (p.74) pont d’ avance de lès fôrci. Fé crever lès bièsses, ça n’ sièrveûve à rin. Quand on n’ savot ni fé tot l’ ovradje à on côp, on-n-aleûve achèver l’ lendemwin. Une petite charretée, one alcotêye, one tchèretëye .

 

 

2 L’OBÉISSANCE

 

a Les cris du conducteur

 

§ 36. En avant ! hue !, iû !, iuy ! ; iuy, alêz, iuy ! En arrière !, ariêre !, r(è)kule ‘recule’ ! Halte !, auw .’. Pour tourner à gauche, à daye, on crie auri !, prr !, et l’on tire sur la guide de façon continue, on satche su lcwârdia, on satche à daye. Pour tourner à droite, taper (ou tourner) à ote, à (i)ute, on crie ôte iuy !, et l’on tire la guide par petites saccades, on ziketêye.

Le conducteur qui travaille avec des animaux dociles parvient parfois à se faire obéir uniquement à la voix ; i c’mande ‘commande’ à l’ parole ; sès bièsses vont à l’ parole, n-a ni dandji dè l’zi bourer è l’ orèye ‘crier très fort’ (en s’aidant éventuellement d’un fouet ou d’un bâton)’. Les bêtes s’habi­tuent à leur conducteur, èles sont-st-abitouwêyes avou qui qu’ lès min.ne ; avou on-ôte, èles sont pus sôvadjes ‘farouches’, totes pièrdoûwes. Certaines vaches impulsives ne supportent pas les cris trop forts ; on n’ arot ni wasu ‘osé’ criyi d’ssus, èle arot passé iute di s’ gouria ‘défoncé son col­lier’.

 

b Le fouet

 

§ 37. Pour se faire obéir, le conducteur d’attelage utilisait naguère le fouet, li scourîye, pf. li scorîye.

Avec des vaches, beaucoup se contentaient d’un bout de bois auquel ils fixaient une lanière de cuir. Pour les chevaux, on achetait plutôt un grand fouet au marché.

La poignée, li pougnète ; le manche flexible, li vèrdjon, en frêne, en frin.ne, en osier tressé, en-n-ôrdêyes, ou avec du néflier, avou dè mèspli. Une bande de cuir est fixée au manche à l’aide de fil poissé, dè tchètia ; elle est munie à son sommet d’un œillet, on-ouyèt, pour attacher le fouet. La lanière de cuir, le bâte, qui y est attachée se termine par la mèche, li scasswêre, faite avec de solides ficelles de chanvre roulées ensemble à la main, fête avou dès bounès ficèles de tchène fèssîyes, avou deûs, trwès fès­sons.

Claquer du fouet, fé pèter li scourîye (po r’mète lès bièsses d’ alûre). Fouetter, scortchi, fé aler l’ vèrdjon. Quand n-a on tch’vau qui lêt o miète li

 

(1) Pour l’attelage au travail, voir e. a. CÉR 77 et sv., pdt 19, …

 

(p.75) cu p-dri, on lî clatche ‘claque’ (si) sès fèsses. Lès vatches rotenut avou li scourîye à leû cu. Louwis, c’ èstèt on sclatcheû : i savot tourner li scourîye, ça pèteûve !

 

c. Le bâton

 

§ 38. D’aucuns ont recours au bâton pour faire obéir leurs bêtes ou pour les réprimer.

Parfois, il suffit de les en menacer : maneci, auspler ‘soulever en faisant de grands gestes de menace’ d’zeû. Dj’ a lambré (ou doré, lancî) ‘je me suis élancé’ d’ssus avou on baston. Atraper à mayance ‘à sa portée’ “.

 

Donner un coup de bâton, acsèner ‘asséner’ on côp, d’ner on côp d’ baston, d’ cayèt, d’ wastia, d’ wêbion, fé aller ltinkion. On n’ tape jamês su on tch’vau qu’ èst tot disbiyi ‘litt. déshabillé : déharnaché’.

Avoir de la trique, être battu : oyu dè cayèt, dè l’ loche, dè ‘l laume, dè l’ trike, dè l’ wigne, oyu one doublure, one droguin.ne ‘tripotée’, one trimpe, atraper d’ l’ asbane, ièsse windi ‘rossé’.

Donner une bonne correction : d’ner one danse, one bonne tane, taner, d’ner dè l’ dodobe (ou dè l’ doudoube), dè l’ late, (r’)later, laumer, plometer, tchèneter ; triker à r’lâye titine ‘battre à toute volée’, tant qu’on vout. Zingler ‘cingler’ po fé passer lès vices èt lès zines ‘lubies’. Dj’ a ramassé on lamia ‘palonnier simple’ po l’ sègni ‘corriger’ corne ê fôt. Djè li a fêt passer lès birdouches ‘asséné une volée de coups’. Ti nè l’ saros fé meûri ‘lui donner de la maturité, le faire obéir’. Li tch’vau n’ a ni à r’moufeter ‘regimber’.

 

Certains paysans traitent leurs bêtes durement : bate, bîyeter, copiter, cobourer, cougni, drèssi, mangourner, margougni, aurgouwer sès bièsses. D’aucuns les élèvent à la dure ; èlèver au bourikèt, pètink èt pètank. Ceux qui les brutalisent sont sévèrement jugés par les autres ; c’ è-st-on vrë mangon ‘boucher (arch.),

 

(1) Pour l’usage du fouet en route ou sur le champ, voir cér 130 et 154.

(2) Atraper ou oyu à mayance ‘avoir (une personne, une bête) à sa portée, en face (pour la frapper)’ ; égal’ pour la saisir (ANIM 64) ; tinre à mayance ‘surveiller’.

(3)  Wigne, s. f., ‘gros bâton’ ; oyu dè l’ wigne ‘avoir de la trique’. Autre sens : ‘cric’ (arch. ; bov 234, n. 1 ).

(4) Atraper d’ l’ asbane ‘être battu’.  Ste-Marie-Geest asbane, s. f., ‘lanière qu’on se passe sur les épaules pour conduire une brouette’ (Bulletin de la Commission de Toponymie et Dialectologie I, 82). Mes témoins utilisent cette expr. sans connaître le sens du nom ; ils appel­lent couramment cette lanière li lache dè l’ bèrwète.

(5) R’moufeter, v. tr., ‘regimber (à nouveau)’ ; syn. moufter ; ces t. s’emploient négativement.

(6) Copiter, v. tr., ‘traiter durement, maltraiter’.  Sens plus large que ‘donner des coups de pied volontaires ou non’ (bov 334, att 35 et 42).

(7) Aurgouwer, v. tr., ‘maltraiter, rudoyer en paroles ou par des coups’.

 

(p.76) on bouria, on vaurin ; ‘l èst môvês avou sès bièsses ; èles sont mau trêtîyes, mau bîyetêyes ‘maltraitées’, gourmandêyes ‘brutali­sées’, maleûreûses. Il en est qui s’emportent : crè nom de Die d’ bike ! djè l’ touwero, ç’ bike-là ! T’ arès on côp d’ pid è l’ panse ! Et les jurons de retentir ! On l’ ètindéve criyi su l’  campagne, c’ èsteut on mèchant ! Un énergumène allait jusqu’à passer sa rage en mordant ses bêtes, il agnive dins lès-orèyes di sès bièsses quand il estèt en colère ! Li ci qu’ èst djinti ‘litt. gentil : correct’ n’ fêt ni ça avou sès bièsses !

 

 

3 LE TRAVAIL DE L’ANIMAL DE TRAIT

 

a Qualités

 

§ 39. Certains animaux dressés font preuve d’une belle intelligence. N-a dès bièsses pus malènes one que l’ ôte. N-a dès cènes qu’ alin’ bin au cwârdia èt dès-ôtes ni. Nosse tchivau, i conècheûve li vnye, t’ avos ni dandji dè cwârdia ; quand on r’vèneûve d’ à campagne, t’ avos ni dandji di criyi auw ! ‘halte !’ divant lmaujone, i taurdjive ‘arrêtait’ tot seû. D’ abitude, lès tch’vaus sont pus malins qu’ lès vatches.

L’animal est très facile à conduire, percé auji à min.ner. Il est docile, i va à l’ parole ; calme, paujêre ; one doûce vatche, qui n’ a pont d’ mèchanceté, pace qu’ èle a sti fwârt capougnîye ‘tripotée, caressée’. C’ è-st-one brâve bièsse, i n’ toune jamês s’ cu ‘il reste bien en ligne’. On peut l’utiliser aux divers ouvrages, i va à totes mwins. C’est un très bon cheval conducteur, c’ èst l’ prèmi (ou l’ prèmine) dès tch’vaus d’ cwârdia, po satchi au cwârdia. Lès bièsses pènenèt bin èchone ‘démarrent bien ensemble’.

 

Un animal travailleur, djinti, pf. voyant ; i va ‘travaille’ bin. Il tire de toutes ses forces, i boute, i grète, i rauyereût ‘arracherait’ lès pavés, télemint qu’ i grète po satchi, po monter ; c’ è-st-one satcheûse. Un cheval qui résis­te à l’effort, on franc d’ trêt que rézistêye à satchi ; one pètite coriante ‘résistante’, one dère. T’ aros vèyu tinki ‘tirer avec de gros efforts’ li tch’vau dins l’ tchaur ! Li roncin rampeûve ‘se traînait sous l’effort’ come on diâle. Lès trwès tch’vaus èstin’ sèrés ‘en difficulté’.

 

Pour disposer de fortes bêtes de trait, il importe de bien les nourrir. N-avin’ dès grantès fwatès bièsses, dès grossè pèsantès bièsses. Dès boûs come dès-armwêres à glace, dès bèlès grossès vatches come dès batias ‘bateaux’, come dès-uchs ‘portes’, avou dès cus come dès-uchs télemint qu’ èles èstin’ crausses ‘grasses’. C’ èstot dès bounès travayeûses, papa n’ wêtive ni po l’ lêterîye ‘n’était pas attentif au rendement laitier’. Èlle èstin’ sognîyes jusk’à tant qu’èles èstin’ bossoûwes ‘bossues’ : leûs flancs èstin’ (p.77) rimplès jusk’à leûs antches. Papa aléve sinte à l’ pine ‘partie grasse (entre la panse et la patte postérieure)’ divant d’ aler à campagne. « Donez-l’zi cor one walêye ‘paquet (de fourrage)’ ! » Èles mougnin’ jusk’à tant qu’ on d’ naléve. Èles rumiyin’ ‘ruminaient’ tot l’ timps qu’ èles travayin’. On sognive sès bièsses, savoz, po l’ aous’ ‘moisson’ avou d’ l’ avin.ne au-d-dèzeû ‘en sus’ èt dè tortia ‘tourteau’ quand èles donin’ ‘en période de lactation’ ; èt c’ èstot l’ min.me po tchèri ‘charrier’ lès pétroles. N-avot wêre qu’ avin’ dès lêtès vatches d ! ç’ timps-là !

 

b Vices

 

§ 40. Le conducteur d’attelage doit être prudent ; avou dès bièsses, on s’  dwèt atinde à tot.

Certains animaux sont plus difficiles à conduire, pus malaujis à min.ner. À l’ Abîye, Camile avot toudi lès rosses ‘mauvais chevaux qui n’obéissent pas’, o miète li rascaye ‘litt. racaille : rebut’. On tch’vau ni volontêre po satchi : on veut bin qu’ i n’ vout ni satchi.

D’un cheval très difficile, on dit qu’ ‘l a ldiâle è l’ panse ‘le diable au corps’, qu’ il a dè sang (1) ‘il est vif, très nerveux’, que c’è-st-one canâye finîye, lprèmène dès rosses.

Certains chevaux sont pleins de vices, plins d’ vices, vicieûs ; ils ont de mauvaises habitudes, des idées singulières, dès mauvêssès pètes, dès mauvêssès-avisances ; n-a nune bonne pète è s’ carnassière. Le cheval veut mordre, c’ è-st-on cagnârd, pf. cagneûs, one vîye chikeûse ; i pice ‘litt. pince’ ; èle m’ a apici ‘saisi’ pa l’ brès. Quand i bache (ou aclape, clape) ‘baisse’ sès-orèyes dins s’ cô ou bin quand i clape sès dints èchone ‘entre­choque les dents’, on-z-a peû : c’ èst po agni ‘mordre’. Ils se mordent méchamment le cou l’un à l’autre, is s’ cagnenèt. L’animal regarde de côté, i chwârnêye, i wête bèrlu ‘il regarde d’une drôle de façon’ , i n’ a ni bèle êr. Il est ombrageux, c’ è-st-on winkeleûs ; il pousse des cris de méchance­té, i winkèle it i lève si cu po agni.

Le cheval est récalcitrant, moûrveûs, vireûs, i fêt dès grimaces. Quand n’ a ni l’ idêye, n’ a ni è l’ panse qu’ on lî boute li quèwi ‘croupière’, i sère si

 

(1) Oyu dè sang ‘être vif, très nerveux (d’un cheval)’. Rappelons que sang’ se dit norma­lement song.

(2) Pète, s. f., ‘idée (singulière), habitude’ ; n’ a nune boune pète ; one mauvêse pète ; quine pète ! ‘quelle sale blague (ou farce) !’

(3) Wêti bèrlu ‘regarder d’une drôle de façon’. En fait, l’adj. bèrlu signifie d’abord ‘bigle, qui louche’, ensuite ‘lunatique (de qn qui ne voit pas ce qui est devant soi)’, ‘drôle (par l’allu­re générale), niais, idiot’.

(4) Moûrveûs, adj., ‘litt. morveux : récalcitrant (d’un cheval)’.  Se dit également d’une person­ne : ‘acariâtre, jamais content’.

 

(p.78) quèwe è s’ cu. Il a des lubies, dès zines, dès bèrlûres, dès rats, dès fougues ; c’ è-st-on fougueûs ; i satche quand ‘l a l’ idêye, il refuse parfois de tirer un petit chariot vide ! Il a rèfusé d’ avanci è l’ cou ‘d’avancer dans la cour’. C’ è-st-on tièstu ‘têtu’ ; on grigneûs ‘grincheux’, n’ èst ni auji à aprochi. S’il est chatouilleux, kèkeûs, il ne supporte pas qu’on le touche ; ‘l a one manîye di racrapoter ‘recroqueviller’ s’ dos, di s’ racrapoter po foute li quèwi djus.

L’animal est farouche, sauvadje, warache ; vite effrayé, rade èwaré. One vatche come on ousârd ‘litt. comme un hussard : sauvage’, avou s’ tièsse lèvêye, franche ‘audacieuse’. One vîve vatche. One grande chèrlinke ‘sotte, sans raison’. Une bête relativement dangereuse, qui donne des coups de cornes : èle n’ èst ni co là si bèle, èle suke. Parfois, elles se donnent des coups de tête de face dans l’attelage, èles si boutenèt de trèviès po si r’bou­ter.

Le cheval énervé par une longue attente gratte le sol, i grète (è têre), i ran.ne avou s’ pate di d’vant. Il s’est emporté, i s’ a èpwârté. I drèsse si tièsse, i r’lève sès-orèyes po choûter ‘écouter’, po wèti one saqui d’ au lon ou bin c’ èst po bèser èvôye ‘s’enfuir’.

 

Certains animaux s’efforcent parfois de se débarrasser de leur harnache­ment. N-a dès vatches qui volin’ si disbiyi ‘litt. se déshabiller’, èles choyin’ leû gouria djus d’ leû cô ‘elles secouaient leur collier en bas de leur cou’, èles èlèvin’ leûs pates di d’dri po câsser ç’ qu’ èles èstin’ atèlêyes dèdins po foute li camp.

Bien entendu, les bêtes se souviennent d’avoir reçu des coups. Quand on tapeûve dissus, is l’ savin’ bin. Quand on moussive didins ‘pénétrait entre eux’ po bouter l’ faus cwârdia ‘lanière qui les réunit’, si t’ rawêtin’, is bachin’ lès-orèyes. Faleûve fé (ou prinde) atincion à li ‘soi’ /

 

§ 41. Ruer, rouwer (dè cu) ; i c’mince à lèver l’ cu (po rouwer et, éventuellement, pour s’enfuir). Frapper avec les pattes (antérieures ou postérieures), later, pèner, pigni ‘décocher’ dès côps d’ pate, taper (di d’vant ou di d’dri), taper dè pid, taper après lès tayans ‘taons’, zwèper (1) après vos, zwèner. Dès côps d’ pid qu’ on-n-a atrapé da lèye, ti djous’ ! ‘mon Dieu !’ ; tot d’ on côp, zwèn’ ! Certaines vaches frappent en lançant la patte vers l’extérieur ; lès mèchantes latenèt su l’ costé, à chipète ‘de biais’, èles tapenèt à vatche (2) ; lès-ôtes tapenèt d’zos leû panse, drwèt.

Souvent, après son mauvais coup, l’animal a tendance à s’enfuir. Quand ‘l a fêt s’ djèsse (3), s’fèrdin.ne, i fout l’ camp, i coûrt èvôye, i pète èvôye, i spite au diâle, i lève li dache, i lève li pantoufe ‘litt. lève la pantoufle : s’éclipse’.

 

(1) Zwèper, v. intr., ‘frapper’. Autre sens : v. tr., ‘fustiger, battre à coups de verges’.

(2) Ce qui les amène parfois à s’empêtrer dans les traits.

(3) Fé s’ djèsse ‘litt. faire son geste : faire un mauvais coup, une bêtise’.

 

(p.79) Il a prins sès dèscousses ‘son élan’ po peter èvôye. O min.me momint, èles partent (1). Quand il a prins lmoûrs aus dints, n-avot pus à lténre. C’ èst dandjèreûs, ça n’ djoûwe ni, on pout ièsse croké ‘blessé’, atrapé.

 

c Difficultés

 

§ 42. Lors de la reprise des travaux, au début du printemps, au maus’, les bêtes de trait au repos ont perdu de leur force et de leur endurance ; lès bièsses sont pus rade naujîyes ‘fatiguées’, èles ni sont ni si djintîyes ‘tra­vailleuses’, i faut lès-adèri ‘endurcir’. Il n’est pas rare que des animaux se blessent, blèssenèt, au contact du harnais. Lès tch’vaus n’ ont pus di spales ‘épaules’ : èles ni sont pus dères assez po soyu so rpwârterl/’ gouria ‘pour pouvoir supporter le collier’, c’ èst pus rade à plâyes (2). Il en est de même lorsqu’ils sont mal harnachés ; vos-avoz co abèrtaké l’ vatche !

 

L’animal a enjambé un trait ; i s’ a èpasturé dins lès frèts. Mès tch’vaus s’ dèspasturenèt ‘se dépêtrent des traits’ tot seûs, dji n’ va ni broker d’dins ‘entrer, avancer parmi’ po lès dèspaturer.

Quand les animaux ne tirent pas en même temps ou avec la même force, ils avancent en dents de scie, i sôyenèt . Les traits ne sont pas tendus,

 

(1) Emploi expressif de la morphologie française : èles partent remplacent èles courenet èvôye, par ex.

(2) Aussi convient-il de leur oindre les épaules avant de les harnacher.

 

(p.80) is n’ tinkenèt ni, si balenèt ‘pendent’. Lorsqu’une bête démarre trop vite sans bien se placer, elle risque de se forcer un membre ; èlle a prins trop rade, èlle a satchi sins s’ mète : èlle a fôrci, wête, èle chale ‘boite’ / L’animal prend ses tournants trop courts, i toûne trop coûrt. Les chevaux ne se supportent pas et s’accrochent sans cesse, is s’ cobatenèt ; wête come i moudrèt ‘meurtrit, éreinte’ l’ ôte ! Ils se donnent des coups de pied l’un à l’autre, is s’ copitenèt.

Effrayé par un bruit inattendu, l’animal a fait un écart ; ‘l a sti sêsi pa on p’tèt faus brut, il a fêt on p’tit ècârt, i s’ a embârdé, il a fêt one embârdêye, il a v’lu couru èvôye ‘s’enfuir’.

Lors du démarrage, le cheval en difficulté avec une lourde charge lève les pattes très haut, il ausplêye, i sautèle en-n-avant po dèmarer. Parfois, l’ani­mal effectue aussi des sauts pour tirer une charge légère. Nosse grande Sara opeléve ‘sautait’, èle s’ èlancive, èle sauteléve po satchi l’ tchaur avou deûs bèrwètêyes ‘brouettées’ dissus po v’nu à l’ vôye.

 

Pour faire avancer plus vite une vache chatouilleuse, kèkeûse, il suffit de lui placer la guide, li cwârdia, sur le dos : ça li chôpîye èt èle va ‘se dépêche’, en s’ cotwârdant ‘se tordant en tout sens’. Mais malheur si la guide se glisse sous la queue quand elle l’agite, quand èle tape si quèwe après lès moches : èle pète èvôye ‘s’enfuit’ ! Un conducteur facétieux peut s’amuser à taquiner l’animal de la sorte ; adon lvatche dèmâre, èvôye come one bale ‘s’élance, partie comme une balle’. De quoi surprendre un passager somnolent sur le chariot…

 

§ 43. Le cheval poussif, côrnârd, s’essoufle et halète, i sofèle coût ; il èst poussè jusk’au dérén ‘à l’extrême’, i sofèle à crèver ; il est enroué, i rôkîye, i ronkelêye ; il a li stronguion ‘étranguillon’.

Il importe de ne pas soumettre les animaux à des efforts démesurés. L’ aumâye n’ èst ni vayauve ‘forte, robuste’ assez po satchi. I faut tchèrwer ‘labourer’ sins forlanstrer ‘surmener, forcer’ lès bièsses. Quand c’ èst fwârt ‘dur, rude’, qu’ lès tchèrwés sont frèchs, li vatche di landon ‘de droite’ (sur­tout quand c’ è-st-one djon.ne, one lèdjêre) coboûre ‘bouscule’ lès-ôtes ! One vatche qu’ èst forlanstrêye po travayi, èlle èst mwinre ‘maigre’, sins pés, èlle a peû qu’ on n’ tape dissus quand èle veut ariver one saqui avou on baston. Quand lès vatches sont sèrêyes ‘en difficulté’, èles si cotwadenèt ‘se contorsionnent’. Èles chitenèt d’ angorje ‘elles foirent à cause d’une forte peur liée à de gros efforts ». R’monter l’ tiène ‘côte’ avou l’ bèrlicot ‘petit chariot’, c’ èst pèsant à leû cu. Quand on-n-èst fwârt tchèrdji, on taudje ‘arrête’

 

(1) Lorsqu’on laboure avec le double brabant et que cette vache marche dans le sillon, elle a tendance à en sortir.

 

(p.81) on côp au mitan dè tiène po lèyi sofler lès bièsses, on boute one pîre à l’ roûwe di d’dri. Certaines vaches refusent parfois de redémarrer, èles ni volenèet ni r’prinde. On s’ asseûre qui lès mécanikes ‘freins’ sont bén drouvis, on fêt ossi lblokia ‘on secoue le patin en bois’ à l’ roûwe po veûy s’ i n’ djont ‘touche’ ni.

A la Ramée, on a vu des chevaux trop faibles, flauwes, se coucher aux champs. Lès-omes veûyenet l’ mau qu’ lès tch’vaus ont ; is n’ savenèt pus op’ ‘ils sont fourbus’, is n’ sarin’ pus (satchi). Quand is n’ è volenèt pus, is s’ arètenèt ; si vos lès fôrciz, is n’ boutenèt pus ‘ils ne font plus d’effort’. Faut lèyi aler lès vatches su leû pwèds ‘à leur aise’, leû p’tit trin. I n’ lès faut ni foute djus ‘exténuer’. Li tch’vau èst mwârt nauji ‘exténué’, rwèd djus. Une vache à bout de forces peine pour avancer ; quand on veut qu’ èle nè sét pus avanci, on dit qu’ èlle a l’ crève ; t’ as l’ crèvance ?

 

L’animal sue abondamment. Fêt tchôd, li cavale gote ‘ruisselle’, l’ êwe coûrt djus di s ‘ panse ; èlle èst todi fine frèche quand on r’vint avou ; èlle èst nèyîye di tchôd télemint qu’ ‘l a fêt aler ‘se dépêcher’. Èlle a s’ linwe ‘langue’ foû di s’ gueûye ; èle sofèle coût ‘halète’, èle ni sét ni s’ royu ‘reprendre haleine’ .

 

L’attelage souffre de la présence d’une vache sans ardeur. Une pares­seuse, one dauyaude. (4) One vatche qui trin.ne, qui trin.ne sès layons ‘pattes’, qui s’ lêt trin.ner pa l’s-ôtes, qu’ a todi l’ cu padri, qui fêt l’ long cu ; one vaurène ‘paresseuse’, one qu’ èst pus fénèyante qu’ i faut li scourîye ‘fouet’ à s’ cu, faut todi qu’ on crîye dissus. One dôrlin.ne ‘nonchalante’ ; one nan.nan.ne ‘traînarde’ : èle balouche ‘traîne’, èle n’ avance ni, èle boute si linwe foû quand i fêt o miète tchôd, èle pantèt ‘halète’ fwârt ; alêz, nan.nan.ne, boute ‘fais un effort’ ! One bloknasse ‘bête pesante, peu remuante’ ; èle n’ a pont d’ an.me ‘ardeur’ è s’ satch (ou panse) (5). Èle ni sét ni lèver sès palètes ‘litt. elle ne sait pas lever les pieds : elle ne veut pas avancer (pour travailler)’ (formule plaisante), mins po rouwer, èle li fêt bén !

 

(1) Surtout avec une vache qui va bientôt vêler, avancîye plin.ne. Si possible, on utilise une bête de renfort (voir att 29).

(2) Oyu l’ crève ou l’ crèvance ‘être sur le point de crever, de mourir’, se dit iron. d’une personne ou d’une bête très fatiguée.

(3) Le cultivateur qui veut ménager ses vaches ne les fait pas travailler dur pendant les heures chaudes de la journée ; ainsi, lors du labourage, après la moisson, il part aux champs vers six heures du matin et en revient vers dix heures.

(4) Dauyaud, -aude. adj., ‘paresseux, -euse’ ; égalt ‘geignard, -arde’.

(5) Cette expr. s’applique aussi à une personne sans ardeur, de même qu’à une bière sans saveur, qui ne pétille pas.

Le sens premier de an.me est ‘âme’ (bov 234) ; il a rindu s’-t-an.me ‘il est mort’ ; li djou dès-an.mes ‘le jour des morts : le 2 novembre’.

 

(p.82) d Destructions

 

§ 44. Les animaux détruisent, dèstrujenèt, du matériel, surtout en ruant ou en donnant des coups de pied. Ainsi un bon coup dans les traits tendus suffit parfois pour briser une attelle du collier ; li tch’vau a laté dins lès frèts qui tinkin’, ‘l a câssé (ou skèté) l’ astale nèt’ djès ‘carrément en bas’.

Comme le cheval tire par à-coups, l’usure est rapide. Il a d’né on ikèt ‘secousse’, l’ atatche dè l’ gouria a câssé, litch’vau a passé foû, ‘l a sti dèsbiyi ‘déharnaché’ complètemint.

 

Le collier est tout disloqué, tot dissoté, disdjéndjolé, mèsbridji, d(is)mèsbridji, d’zôbi ; il est brinquebalant, ça alcote, ça osse. Il est décou­su, dèscosu ; le crin sort du cuir à cause d’une déchirure due à la traction, li cossén èst brotchi ; li bwès èst vièrmolë ‘vermoulu’. Le collier est hors d’usage, caduk’ ‘litt. caduc’, capot’ (ou capout’), à moule, au diâle ; li gouria èst d’djà au dêrin mèstrin ‘au dernier degré : hors d’usage’.

Lès faus cwârdias ‘lanières de cuir pour relier deux bêtes’, èle mi lès câsse à l’ onè ‘une après l’autre’. Une ruade, un choc peuvent briser un palonnier en bois ; li landon èst sacramèn’té (1). Pour éviter que le palonnier ne s’abîme au contact des pavés ou dans la boue lorsque les traits ne sont pas tendus, le conducteur le soulève en y nouant la guide ; on nuke li cwârdia à l’ bague ou à l’ pougnète dè l’ landon po lsolèver o miète ‘ (2). En frottant par terre, les traits s’amincissent, ; divènenèt tènes.

 

e Réparations

 

§ 45. Pour pouvoir réparer les harnais aux champs, le conducteur d’atte­lage emporte diverses pièces de rechange dans un petit sac qu’il accroche souvent à une tête d’attelle d’un collier ; on boute one sacoche an eu, one housse ‘litt. bourse’ à l’ copète d’ one tièsse dè l’ gouria. Il contient des maillons ouverts, dès faussès mayes (3), des crochets, dès-avèts, pour la répa­ration des chaînes, des torèts pour celle des dossières et des brides, dès clés. Les derniers cultivateurs qui attellent des bêtes se contentent générale­ment de moyens de fortune pour rafistoler leurs harnais. « Li quèwi a sti skèté ‘la croupière a été brisée’, djè l’ a rabistoké, racolèbré (4) avou dès cwades ; après, dj’ a dawé ‘cloué’ lès bokèts èchone avou dès claus d’ keûve ‘cuivre’. Ça s’ a disclawé, ‘l a falu li r’fé avou dès rivètes ‘rivets’. » Quène arnacherîye ! ‘voilà des harnais défectueux !’

 

(1) Sacramèn’ter, v. tr., ‘briser, détruire (un objet)’. Autre sens : ‘mater (une personne)’.

(2) Voir att 27, note 2.

(3) Tout conducteur d’attelage possède en permanence une fausse maye dans une poche.

(4) Racolèbrer, v. tr., ‘rafistoler’ : si racolèbrer ‘se réconcilier (vaille que vaille)’.

 

 

(p.83) 4 ON DETELLE

 

§ 46. Le conducteur prépare son attelage pour revenir ; on rapwinte lès tch’vaus po rivenu.

Lorsqu’ils possèdent de solides chevaux, certains paysans se plaisent à faire les trajets sur leur dos ; on sautèle ‘saute’ à tch’vau su dès gros castârs ‘costauds’ de tch’vaus ; monter (ou aler) à tch’vau.

 

Quand on dételle, on distèle, on commence par décrocher, disaveter, le palonnier et les traits ; on disavetêye lès bièsses foû d’ li sclide ‘traîneau’. Après quoi, on enlève d’abord la dossière, qu’on suspend à une cheville au mur (2). On y accroche ensuite le collier auquel restent attachées la bride et la croupière, avec, en outre, pour le cheval conducteur, la guide et l’ acoplure, ou, pour les autres chevaux, le faus cwârdia et une acoplure pour le cheval du milieu (à trois).

Par mesure de précaution, on dételle toujours à l’extérieur une jument dont un jeune poulain loge dans l’écurie ; on n’y suspend d’ailleurs jamais les harnais dans lesquels il pourrait s’empêtrer et s’étrangler.

 

Lorsqu’on rentre en coup de vent pour dîner, lors de la moisson, on se contente d’ôter la bride des chevaux, di tirer l’ bride, di disbrider lès tch’vaus, avant de les rattacher, d’ lès ralachi, dans l’écurie. On ne leur enlè­ve pas le collier pour manger, on n’ lès disgourlêye ni, on n’ lès distèle ni.

Au début de la période de repos hivernal, le cultivateur nettoie et oint ses colliers ; on r’nète èt winde sès gourias. Il les suspend dans la grange, car ils risquent de moisir dans l’étable ; on lès mèt pinde è l’ grègne, i tchamosenèt è stauve.

Le plus souvent, les palonniers simples restent attachés aux doubles ou aux triples pour former lames et landons. Ces harnais sont accrochés au mur soit dans un bâtiment, soit sous un porche.

 

A la suite des progrès de la mécanisation et de la concurrence du tracteur, les derniers chevaux de trait restent souvent au repos, is fêyenèt lfêsan (3). Le vieux paysan a parfois du mal à admettre leur inactivité : èt lès rosses djouweront avou leûs pôces ? ‘et les sales bêtes se tourneront les pouces ?’. Après, ça l’zi chone ‘semble’ drole di d’vu travayi !

 

(1) Chez nous, l’étrier est appelé strèvîre, s. f..

(2) Voir att 18, fig. 14.

(3) Fé l’ fêsan ‘litt. faire le faisan : être au repos ; fainéanter’.

 

Octave Grandjean (nov. 1947), in : GSHA, 15, 1981, p.31-39

 

Notes sur l’agriculture à Rogery-Bovigny (1850-1950)

 

Les prairies

 

Reportons-nous encore vers 1860-1870, et nous pourrons constater que le sol occupé par des prairies naturelle, où l’arrosage pouvait se faire, fournissait le principal appoint en foin destiné au bétail local. On le considérait en ces temps comme terrain de première valeur au point que, dans les partages de famille, on n’hésitait pas à sectionner selon le nombre d’enfants afin qu’aucun d’eux ne fût lésé et que tous pussent compter à peu près sûrement sur une récolte régulière en foins. D’ailleurs, les soins particuliers qu’on leur accordait, non pas tant en fumure qu’en toilette, avaient leur importance lors de la récolte.

Quant aux prairies artificielles, elles se présentaient dans l’état le plus lamentable: terres véritablement en jachères, succédant à un certain nombre de ré­coltes épuisantes, sans fumure nouvelle, ni en fumier, ni en engrais minéraux, parce qu’inconnus en ces temps-là.

De ce fait, plusieurs années leur étaient nécessaires pour la formation d’un gazon très maigre et de mauvaise qualité, les « fleurs » ne contenant au début que pâquerettes, « fleurs de St-Jean », chicorées sauvages, jeunes pousses de genêts et quantité de mauvaises herbes ne laissant que peu de place aux graminées spon­tanées.

Et ce qui portait à son comble la pauvreté du sol, c’était, avec l’enlèvement de (p.35) la première coupe, l’éloignement des troupeaux, soit ovins, soit bovins, jusqu’à l’époque des maigres regains afin de se ménager encore, quand c’était possible un mince surcroît de réserves pour les longs hivers. Les déjections animales n’étaient point étendues, les refus conséquemment nombreux, les touffes de genêts se montrant partout, la mousse ne tardant guère à se montrer et, dès lors, les rendements soit en herbe, soit en foin, réellement insuffisants.

Aussi n’étaient-ils pas rares les troupeaux conduits dans les bruyères, dans les bois ou le long des chemins, afin d’y chercher de quoi suppléer à l’insuffisance ren­contrée dans les pâtures proprement dites. Parfois même, hommes et femmes al­laient-ils recueillir à la main ou à la dérobée l’herbe ronde, la fétuque des bois, pour parfaire la ration nécessaire.

Dans de telles conditions, on comprend aisément quelle devait être la rusticité du bétail, son peu de développement et son maigre rendement tant en viande qu’en lait.

Mais, vers l’aube du vingtième siècle, quels changements de tactique, quelles améliorations apportées ! Et ce sont surtout les prairies artificielles qui subiront ces changements, car, par contre, il faut noter le délaissement des « prés » petit à petit jusqu’à l’abandon, pour ainsi dire, sinon pour l’enlèvement de ce qui continue à pousser spontanément.

A noter aussi que, de plus en plus, on a abandonné l’irrigation qui ne produisait qu’un foin ligneux de très grande taille, mais peu riche en éléments nutritifs sur­tout que sa récolte était souvent postérieure à la rentrée des foins artificiels.

Ce fut donc à la création de prairies artificelles que la population apporta tous ses soins. En remplacement des « fleuris » improductifs, l’introduction du trèfle rouge vint augmenter la production fourragère. On y adjoignit aussi, après quelque trèfle hybride servit à provoquer un gazon mieux fourni. On en vint enfin, sur Ifc conseil des agronomes, à semer d’autres graminées fourragères, surtout en vue de créer des prairies durables pour pâturages.

Mais si l’amélioration de la flore résulte d’un semis de graminées de meilleure qualité, la quantité de la récolte retira son plus grand changement du fait de soins plus spéciaux accordés aux prairies et d’une fumure jamais accordée auparavant.

On se rappelle, non sans un certain sourire, les temps où un épandage de fumier sur prairies était considéré comme dénassant la saine raison. On ne parlait point non plus d’engrais, en ces temps pas si éloignés.

Mais, dans le premier quart du XXe siècle, les prairies partagèrent, avec les cultures, les fumures de la ferme, tant naturelles qu’apportées. Une couverture de fumier, un épandage de scories ou de potasse, étaient complétés parfois, chez les producteurs aisés, par un appoint d’azote minéral ou souvent même, après la géné­ralisation des fosses à purin, par de l’azote liquide.

Peu d’ans suffirent pour donner alors à notre terroir un aspect tout différent : les surfaces emblavées de céréales diminuèrent d’année en année, la verdure des prairies s’accroissant sans cesse non cependant au point d’éliminer complètement (p.36) les premières, mais suffisamment pour faire classer notre sol dans les régions her-bagères par la trop célèbre C.N.A.A. de la guerre 1940-1945. Cependant, si les ren­dements considérables tant en herbages qu’en foins obtenus dans la période d’entre les deux guerres, se rapprochaient notablement de ceux des régions de Hervé et consœurs, il faut noter que notre sol, nanti d’une fumure moins ancienne, demandait continuellement un entretien plus coûteux en matières fertilisantes.

Un parallèle bien compris entre les deux positions indiquées montre sans peine que le fermier hervien passe plus souvent commande chez les marchands d’aliments concentrés et le nôtre, chez les fabricants d’engrais chimiques. Mais, en revanche, la grande profondeur de terre arable de notre sol nous a épargné la grande disette d’eau qui a si terriblement desséché les prairies dans beaucoup de cantons herba-gers l’été 1947.

 

Les cultures

 

Parallèlement au développement des prairies, ou plutôt le précédant d’une ving­taine d’années, une amélioration notable se manifesta aussi dans les rendements des terres à labour.

Les terres presque vierges nouvellement défrichées, tout comme d’ailleurs les anciennes campagnes, dès qu’elles sentirent la fumure aux engrais chimiques, don­nèrent des rendements nettement meilleurs, non de 30 à 40 quintaux à l’hectare comme dans certaines contrées, mais tout de même de 2.500 à 3.000 kg aux 100 ares.

Il est vrai que les variétés d’avoine en ces temps étaient très rustiques et que I’ « avoine commune » et la « noire » étaient infiniment plus volontaires que nos variétés actuelles. Dans de telles conditions, il est facile de supputer les rendements inférieurs que l’on obtenait. Mais, avec l’emploi des engrais et la mise en culture des terres nouvelles, on vit généralement de magnifiques récoltes : les granges en regorgèrent, la rentrée sous toit devint impossible et les meules se multiplièrent dans les campagnes. Il est vrai de constater que les grosses batteuses mécaniques ne fonctionnaient guère chez nous. Les cultivateurs devaient par des moyens plus lents, passer des jours et des jours d’hiver au battage. Mais alors personne ne pen­sait plus à la fabrication de la « farine d’avoine » pour les crêpes ou usages similai­res, et c’est le bétail, aussi bien les bovidés que les chevaux, qui la consommaient tout entière Elle était servie tantôt sous sa forme naturelle, tantôt séparée de la paille, tantôt moulue ou même simplement aplatie. Grâce aussi à l’abondance de ce grain, l’élevage du bétail, surtout bovin, réalisa de grands progrès, et l’on remarqua l’avidité des marchands pour l’obtention de nos bêtes locales qui donnaient d’ex­cellents résultats par suite de leur alimentation principalement à base d’avoine.

De ces temps également, date la multiplication des chevaux employés aux la­bours, fort peu à l’élevage, mettant de plus en plus à l’écart l’usage du bœuf de (p.37) trait. Quant à la vache de trait, son emploi chez nous fut de tout temps minime.

A la période d’entre deux guerres, la grande culture diminua sans cesse pour s’orienter vers les pâturages.

Il reste une dernière céréale : l’orge. Sa culture, inconnue anciennement, ne s’est introduite qu’assez tard et tout d’abord dans les terrains appauvris où l’avoine ne payait plus les frais de culture. En ces derniers temps cependant, on en a encore augmenté considérablement les emblavures, étant donné sa culture moins coûteuse, ses rendements élevés et surtout son emploi dans l’alimentation porcine, en notable progrès aussi. Mais avec l’orge comme avec le froment, il fallait compter sur la dureté du climat et les essais en escourgeon donnèrent rarement satisfaction. On se limita donc aux orges de printemps.

La culture du blé n’est apparue que très rarement, sa réussite dans notre sol étant très aléatoire et sa mouture ne trouvait pas dans les moulins des environs un outillage convenable. Certaines personnes ne dédaignaient cependant pas le pain de blé, n’y trouvant que le seul désavantage d’une cuisson souvent répétée pour éviter le dessèchement.

On est cependant généralement d’avis que nos récoltes donnent plus de ren­dement en paille qu’en grain et cela surtout quand l’usage de la potasse était peu intense ou le redevint par des restrictions en temps de guerre.

Pour ce qui concerne les céréales cultivées, on rencontre à l’heure actuelle (1947) du froment, du seigle, de l’orge et de l’avoine ; à y ajouter des pommes de terre et des betteraves fourragères.

Quant aux plantes industrielles, elles ne furent mises en culture que par pis-aller : le lin autrefois, par très petites parcelles pour les besoins en toile de chaque famille, le tabac en période difficile d’approvisionnement sous le régime des timbres.

Autrefois, le seigle était la première de toutes les céréales, celle donnant le maximum de rendement, soit en terres labourées, soit en terrains essartés.

Il constituait la principale nourriture de l’homme et donnait, au témoignage de feu le docteur Lomry, sa résistance physique particulière à l’Ardennais ! « Mange toujours ton pain de seigle et laisse au Flamand son pain blanc », boutade qui n’est cependant que partiellement vraie actuellement, nos ménages délaissant de plus en plus le pain « noir » de seigle pour le pain « blanc » de froment.

Toutefois, un mélange de 25 % de seigle au froment constitue le meilleur pain pour le campagnard à l’appétit toujours en éveil dans ses durs travaux.

Il est donc à noter cependant qu’on n’abandonne pas volontiers complètement la culture du seigle, même encore de nos jours, tant à cause de sa rusticité que pour (p.38) les grands services que sa paille rend dans les besoins de la ferme.

Chez nous, il n’y a pas tellement d’années que le froment n’était cultivé que très timidement, et encore, ne semait-on pour ainsi dire que des froments de prin­temps. L’évolution s’est manifestée également ici avec l’amélioration des sols causée par une fumure plus riche, soit en fumier, soit en engrais verts ou chimiques. On a vu se multiplier les champs de froment, quoique cependant très modérément. On a dû tenir compte pour cette culture que nos hivers sont souvent rigoureux et dé­truisent les emblavures d’automne et n’employer généralement que du « froment de mars » dont la réussite est plus certaine même si son rendement est inférieur à celui du froment d’hiver. Encore cherche-t-on les variétés les plus rustiques : le « petit roux » en tout premier lieu, les variétés de « froment blanc » donnant paille à volonté mais mûrissant chez nous trop tardivement ou pas, sauf aux étés excep­tionnellement chauds comme en 1921, 1929 et 1947. Il en est encore qui en critiquent la qualité de sa farine, ce qui est partiellement vrai, mais partiellement aussi impu­table au travail de meunerie.

Si nous passons aux cultures d’avoine, nous pourrons voir vers 1860 un autre but de travail que celui que l’on envisage de nos jours. L’avoine, en ces années loin­taines, était cultivée comme céréale panifiable, destinée à suppléer à l’insuffisance du seigle.

Tout le grain de qualité, sauf la réserve employée aux semis, était destiné à l’alimentation humaine, et ce n’est que le petit grain et la « close-paille » — grain arrosé sans farine — que l’on donnait au bétail, et cela plus spécialement encore aux bêtes de trait, à l’époque des travaux pénibles.

La méthode d’assolement était la suivante : l’avoine succédait à l’emblavure du seigle et, selon les présomptions de plus ou moins de richesses du sol, une suc­cession de deux, trois, quatre récoltes se rencontrait sur un même terrain jusqu’au jour où la pauvreté du rendement forçait à laisser le sol en jachère.

Les plantes-racines ne furent jamais, chez nous, l’objet de culture sur une grande échelle.

La simple betterave fourragère ne tarda pas à être remplacée par la « demi-sucrière » constituant un aliment plus riche. Sa production tout entière était utilisée pour l’alimentation locale.

La pomme de terre, exploitée au début du XIXe siècle, en partie pour la con­sommation, a vu aussi diminuer sa culture, surtout après la production de l’herbe.

Tel était anciennement, tel est à peu près vers 1950, l’aperçu de nos cultures. N’oublions cependant pas que si le progrès avec ses rendements plus élevés avait produit un bétail plus nombreux et plus beau, une fumure plus abondante, la seconde guerre mondiale et les jours qui l’ont suivie ont marqué une régression qui exigea (p.39) plusieurs années d’efforts avant le rétablissement de la situation de naguère.

Puisse la liberté rendue au commerce des produits agricoles et à celui des fer­tilisants, jointe à une bonne politique agricole, ramener la fertilité d’autrefois et même l’augmenter.

 

li tchèrweû (le laboureur)

(Robert Marciat) (Li Rou / Le Roux)

On va à l' tchèreuwe...

(Echos de Comblain, 1, 1978)

1 tchèrwer / charruer

(foto / photo: Léon Marquet, à Ôdègne / Odeigne, 1950s)

Edgard Lecomte, Les labours à Godarville, in : EM, 6, 1984, p.110-114

 

Avec la charrue à pied

 

Celle-ci ayant l’inconvénient de ne verser la terre que d’un seul côté, on emploie parfois la méthode de Fellenberg, qui consiste à tourner autour du champ, quelle qu’en soit la forme : on toûne alintoûr d’ èl têre, èy on lèche austant d’ cornètes, austant d’ cwins à fouyî qu’i n’a d’cwins; lès cwins à fouyî C, comme leur nom l’indique, sont destinés à être bê­chés par la suite. La première année, le laboureur va de A en B, la seconde année, de B en A; s’il gardait toujours le même sens, la terre serait du coup régulièrement emportée chaque année du même côté, soit vers l’extérieur èy adon, il-aroût ‘ne fosse, ène fondréye au mitan; soit vers l’intérieur : i véroût ‘ne bosse au mitan.

 

Ce procédé de labourage, employé surtout pour les terres de con­tours irréguliers, entraîne des difficultés et des pertes de temps dins lès p’tits toûrs. Aussi, quand on le peut, laboure-t-on le plus souvent à l’ ados : le laboureur commence en A jusqu’en B, reprend de C jusqu’en D, puis de E en F, etc., jusqu’en L. Il reprend ensuite en M jusqu’en N, puis de O en P, etc. et ainsi de suite jusqu’au bout du champs. L’ados (lignes xy) est constitué par les ‘terres provenant des deux premiers sillons que l’on adosse (coupe I); l’année suivante, on dira in r’findant, de L en K, puis de J en I, de H en G, etc., jusqu’en A, dans le but de remettre en place les terres déplacées (coupe II). Les planches, c’est-à-dire le nombre de sillons constituant chaque portion de terre labourée dont l’axe est constitué par un ados (pas de nom spécial en wallon), varieront selon l’humidité du terrain, èl cruwèsse, et la grandeur du champ, afin d’obtenir un nombre entier de planches par champ; à Godarville, chaque planche comptait géné­ralement six sillons de chaque côté de l’ados, ce qui explique l’expression : rabourer à douzène, qui n’est d’ailleurs plus fort connue. Ajoutons enfin que le laboureur qui commence en A place en B un jalon, in djalon, in n-avisse ou bîn in rèstia dont le manche est planté en terre, pour se guider.

 

Inconvénients : il faut pour ce travail des laboureurs expérimentés : on.n-a dès rûjes (difficultés) de bin mète lès-ados à longueûr. D’autre part, il faut orienter les sillons Nord-Sud pour que chaque portion de terrain ait une part égale de lumière et de chaleur; c’ èst nîn toudi facile, il faut tenir compte de la pente et de la forme du champ. Enfin, on piérd branmint du temps à couri su lès tarières (lisières du champ), c’est-à-dire que le trajet effectué in léchant trin.ner l’ tchèrûye sans labourer, aux extrémités des sillons (trajet qui devient de plus en plus long au fur et à mesure que l’on s’écarte de l’ados) est une perte sèche de temps pour le laboureur. Enfin, sur un champ ainsi labouré, lès dèspouyes (récoltes) èn’ sont nin égales : il-a dès faus (défaut de labour) dins lès grangns.

Disons pour en finir avec ce genre de labour, qu’on le pratique encore aujourd’hui dans un cas particulier : quand l’ têre n’ èst nin pèrfonde assez, c’est-à-dire quand la couche arable et fertile est de peu d’épaisseur. On fait alors des planches de deux ou quatre sillons, et l’espace perdu sur la largeur est regagné sur la hauteur; cela s’appelle r’doner dè l’ wauteûr à l’ têre. Ajoutons l’expression aroyî l’ têre, fé l’ aroyemint, c’est-à-dire tracer le premier sillon : pou rabourer d’ alûre, i faut bîn fé l’ aroyemint èyèt bin l’ sûre (suivre).

 

Avec la charrue brabant

 

Cette charrue réversible a résolu bien des difficultés. Le procédé de labour est généralement celui que montre le croquis ci-dessous. Le labou­reur, ayant laissé deux tarières de la longueur de l’attelage (afin de ne pas pénétrer dans le champ voisin, au Nord, ni sur la route au Sud), commence en A jusqu’en B, retourne la charrue, i r’toûne èl tchèrûye, puis va de C en D, de E en F, etc., jusqu’à l’autre bout du champ. Puis, perpendiculai­rement au sillon creusé, il laboure les deux tarières. Si un obstacle quel­conque, in.ne uréye (talus), l’empêche de pénétrer à l’Ouest de la ligne x-y ou à l’Est de la ligne v-w, il laisse dès cwins à fouyi (indiqués en noir).

 

Mais les terres à labourer sont loin d’être toujours aussi régulières; le laboureur divise alors généralement sa terre selon les besoins; prenons l’exemple d’un champ figuré par le croquis ci-dessous. Le laboureur apasse (mesure par enjambées, apas, èl têre, pou couminchî, afin de pouvoir tracer en A-C, un petit sillon, in rèyon, parallèlement à E-D, et qui lui servira de repère; il commence ensuite de 1 vers 2, de 3 vers 4, etc., en laissant les foriéres habituelles.

Si l’angle B n’est pas trop aigu, il continuera dans le même sens. Si l’angle devait être trop aigu, on dirait qu’ èl têre è-st-à chuflot, littéra­lement « à sifflet », en pointe; il ira alors de C en B, puis de J en K, etc. De toute façon, quand il doit labourer un coin, il retourne sa charrue plus souvent : il-èst dins lès p’tits toûrs, èyèt quand l’ varlèt èst dins lès p’tits toûrs, i voûroût què l’ diâle véroût qué l’ têre.

 

La façon de labourer dépend d’ailleurs du laboureur : in bon raboureû voût (voit) l’ têre èy il l’ intèrprind du costè qu’ il-âra l’ pus facile. On s’effor­cera, dans la mesure du possible, de tracer les sillons selon la pente du terrain : èl yau s’ inkeûrt pus rade, i n’ faut nîn l’ léchi apurer (les laisser s’écouler tout doucement, comme si on leur laissait le temps de déposer leur boue).

 

 

Ces lignes sont tirées de Enquête orale à Godarville, Université de Liège, mémoire de licence en philologie romane, 1942, pp. 99-103. Pour d’autres travaux sur  les labours dans la région du Centre, on peut consulter :

R. Dascotte, La préparation de la terre et les labours à Seneffe, dans « Annales du Cercle Archéologique et Folklorique de La Louvière et du Centre », 1970, t.8, pp. 115-138.

C. Laes, La charrue et le labourage dans la région de Soignies. Eléments de terminologie dialectale, Katholieke Universiteit te Leuven, mémoire de licence en philologie romane, 1975.

 

(s.r.)

Joseph Houziaux, in : Li vicaîrîye d’on gamin d’ Cêle, 1964

 

On n’ a rin sins pwin.ne. Au long do l’ campagne, li prè done di

l’ ovradje à tote li famile.

 

Do trèvins d’ Pauke, on lî faît s’ twèlète : lès gamins ramèchenèt lès pîres èt lès coches, Marîye sitrame lès fougnans, Djan-Pière raboketéye lès clotures èt tond lès hayes avou l’ cisia. Pus taurd, Josèf èt Omèr passeront quékès vèspréyes à rauyi lès vatchotes, on vrai pwèson po lès bèrbis. Qué mèstî d’ pacyince !

Li finau-mwès èst là qu’ on n’ a nin d’jà ieû l ‘timps d’ î sondji.

 

Par one bèle matinéye di jun, li p’tit Tâve è-st-arivè avou s’ fau, tot-à l’ pikète do djoû. Li dos à bachète, li pawène aspoyîye su l’ fau-mwin, i coûtche lès stauréyes d’ ièbe èt d’ fleûrs qui lèyèt cheûre lès pièles do l’ roséye. Tènawète, i s’ ridrèsse èt passe d’ on costè èt l’ ôte do l’ lame li pîre à roûji, qui trimpe à s’ dos dins l’ buè. Tot-à l’ eûre, i s’ assîrè su l’ bwârd di l’ ûréye po r’bate li fau avou li p’tit martia d’ fièr. Après non.ne, lès rèstias d’ bwès strameront lès bates au solia. Dimwin, on lès r’toûnerè. Mais v’là l’ foûr qui c’mince à chîyetè : c’ èst l’ momint do l’ ramoncelè à ribambèles. Saquants djoûs durant, à l’ vèspréye, on l’ rimètrè à ougnètes, todi pus grosses, jusqu’à tant qu’ i sèrè bon. Marîye,

todi spaurgnante, rèsseléye drî lès gamins, po n’ è pont piède. On bia djoû, Djan-Pière douvrè l’ grande baurîre au coron èt l’ tchaur d’ à l’ Coûr rèminerè pa lès Rèchès-Vôyes one tchèréye di foûr bon-z-èt sètch qui cakîye lès narènes. Il îrè rimpli l’ cina èt on-z-aurè d’ qwè sogni lès bèrbis tot l’ ivièr. Rimètu à noû, li prè ripudrè rade si bèle vèrdeû. On l’ rifautcherè après l’ awous’ po fè do wayin, pus lès bièsses li tchampîyeront jusqu’ au mwês timps.

 

Insi, tot-au long d’ l’ anéye, li pachis done au payisan sès fruts èt sès ritchèsses : sins li, i gn-a pont d’ plaîjante maujon au viyadje.

tchèrwadje à Anlè (labour à Anloy)

(s.r.)

li tchèrwadje à Godârvile / le labour à Godarville

(s.r.)