Lès mouchons (/ oûhês) dins l' culture walone / les oiseaux dans la culture wallonne

l' agace (la pie)

Li nom vint do vîy néèrlandes « agazza », qu’ èst div’nu è néèrlandès modêrne « ekster -, qui r’chone à « agace ».

L’ agace a dès finès nwârès plomes, mins s’ vinte èst fin blanc,

Savoz bin comint-ce qu’ on conèt on maule d’ agace d’ one fumèle ? È bin, l’ maule èst blanc èt nwàr èt l’ fumèle èst nwâre èt blanke. Fuchans sérieûs ! Èlle a on djane bètch.

Èle ripére tot ç’ qui r’lût èt èle l’ èpwate è s’ nid : on-z-î trove co bin dès caurs, dès couyîs, dès fortchètes, dès coutias, des vis’, dès scrauwes…èt min.me dès pindants !

On l’ trove tos costés è l’ Eûrope, à paurt dins l’ nôrd di l’ Ècosse, dè l’  Norvêje èt dè l’ Suwêde. Il î fait trop frèd por lèye !

Èle si noûrit avou dès féves, dès pwès (gâre à vos pârks !), dès pètches, dès grusèles, dès-insèkes, dès soris, dès tchîperoules,… Èlle è stoke po d’ l’ iviê.,

Èle n’ arète nin d’ tchak-tchaker dè l’ djoûrnéye, ça faît qu’ on dit :

« tchafiaude come one agace». On dit èto : ” Curieûs come on maule d’ agace.                                                                        

 

one sicrauwe = (F) un écrou

one pètche = (F) li frût dè l’ blanke sipène

one tchîperoule = one muserète = (F) musaraigne (; bavard)

 in: E. Yernaux, F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d., p.227

 

LA PIE : en wallon : ène agace

In maule d’ agace, quelqu’un qui a toujours bien le temps ; ène agace, c’est un cor au pied. On dit : I va ploûre pace qui m’-n-agace agne.

D’une femme aux cheveux très noirs, on dit parfois qui c’ è-st-ène nwâre agace.

Dè l’ plante d’ agace (la joubarde) que l’on place sur le cor au pied, dépouillée de sa membrane, en vue de la faire disparaître. Cette plante grasse se trouvait le plus communément sur les toits des lieux d’aisance.

C’ è-st-ène chite d’ agace, ça ne vaut pas grand-chose.

D’une femme maigre ou qui marche en sautillant, on dit parfois, c’ è-st-ène agace.

Il a ‘ne tièsse come in nid d’ agace, embroussaillée.

Ène crawieûse agace, une pie grèche.

Du pwin d’ agace, c’est ce qui restait du brikèt (les tartines) du mineur à la remontée au jour. Les enfants en étaient particulière­ment friands et cependant c’était du pain séché.

 

Roger  Viroux

 

L’ agace

 

Dj’ a sayî di r’conèche, èmon lès sauvèrdias,

Lès maules fou dès fumèles, èt co vice versa.

Dji n’ î a mau seû ariver…

Dj’ a abandené !

Mins on soçon m’ a dit : « Riwaîte bin lès-agasses !

Po lès r’conèche, ça n’ èst nin on toû d’ fwace :

Li maule èst nwâr et blanc, li fumèle blanke èt nwâre ! »

Dj’ a r’waîtî, carwaîtî, à-z-è divenu trwès-quârts !

I faurè qu’ i m’ rèsplike, ca dji n’ î comprind rin !

Tèlmètant, deûs-agaces s’ ont v’nu tape è m’ djârdin :

Gn-a one qu’ è-st-à mès pwès, l’ ôte atauche mes grusèles.

Li cène què lès spêrdjote pôreûve ièsse li fumèle…

À mwins qui… Nom di diâle ! Su l’ timps qui dj’ tûse à ça,

Gn-a one trwèzyin.me qu’ avole grawer dins mes poûrias !

Djè l’s-a tchèssî èvôye ! Èles loûjenéyenut one miète

Èt fé èscale su on pouplî, à l’ mére copète.

Di-d-là, èlle avisenut, po s’ gn-aureûve rin qui r’lût

Èt rabiser, s’ dj’èva, mins tot fiant do disdût,

Pace qu’ i lzeû faut crêler, lès sotes, è l’ place di s’ taîre !

Ça faît qu’ on n’ cache nin d’djà, à l’s-oyu, on lès r’pêre !

On vêt où-ce qu’ èles si vont adjoker, fé leû nid,

Èt on lès tchèsse èvôye, lon èri do poli,

Pace qui cès dânéyes-là s’ pèkenut su lès pouyons,

Min.me pa-d’vant 1′ bètch do cok, qui n’ boudje nin, trop couyon !

Là co bin qui l’ coverèsse, bran.mint pus coradjeûse,

Stritche sès plomes, ratche do feu èt plonker su 1′ moûdreûse !

Si vos vôrîz, mès djins, ratinde qui dj’ discomèle

Lès-agasses po sawè qu’ èst-ce qu’ èst maule pu fumèle,

Fioz vosse nigot d’ paçyince, pace qui vos ratindroz

Come mi, j’qu’à-ce qui m’ soçon eûche faît s’ têrme au Congo !

 

carwaîtî : riwaîtî avou bran.mint d’l’atincion

atauchî : si mète à causer avou

spêrdjoter : mindjî on frût au côp

loûjener : trin.ner

crêler : lès-agasses crêlenut ; lès pouyes pa-côps èto

one moûdreûse : one qui tûwe on(e) ôte.

 

Joseph Defrecheux, Les enfantines liégeoises, in: La Wallonne, 1, 2006, p.33-40

 

Ine aguèce, c’ è-st-ine bèle bièsse, blanke â cou et neûre à l’ tièsse.

 

Jean Haust, Li Pan dè bon Diu, Recueil complet des poèmes wallons de Henri Simon, ULg, 1935

 

L’ aguèce

 

D’ à l’ bètchète di nosse vîle mèlêye,

l’ oyez-ve quî fait crîner s’ rahia ?

Mi porîz-ve bin dîre çou qu’ èlle a?

Loukîz-le ine gote come èle cawetêye.

 

Çoula, c’ èst po houkî s’ niyêye.

Èle veût sûr ine bièsse qu’ a l’ crèva.

D’ à l’ bètchète di nosse vîle mèlêye,

l’ oyez-ve qui fait crîner s’ rahia ?

 

Si c’ èst måy on lîve qu’ èle bwèrgnêye,

i pout bin fé s’ mea culpa,

ca totes lès-autes sèront vite là.

Reût-à-bale, li nosse î plonkêye,

d’ à l’ bètchète di nosse vîle mèlêye !

 

18 d’ octôbe 1891

 

Roger Blondiaux (Biarin / Beauraing), L’ agace et li spwè (Fr. picvert), n: CW, 1, 2012

 

Ène agace fènèyante qu’ èle drane,

Au p’tit djoû travayèt à côps d’ gueûye,

Fièt 1′ gugusse, d’ ascroupûwe su ène brantche.

 

Ti t’ vas skètè l’ âme au cwârps à t’ forboutè insi!,

Djausèt-èle, l’ aîr di s’ foute, à in spwè

Qu’ avèt r’trossi sès mantches

Po tchèssi lès viêrs di bwès.

 

On n’ gangne nin s’ pwin à waîti passè lès baloûjes.

Vos n’ pinsez qu’ à fé coucoûche,

Maîs l’ anèye à couru ; vos-îrez qwêre dissus,

Rèspond-t-i li spwè à l’ afrontéye.

 

Trwès samwin.nes après s’ mèssadje

Lès minisses, po rimpli leûs corbèyes

D’ ène trake suprimèt 1′ chômadje.

L’ agace n’ è crwèyèt nin sès-orèyes.

 

Discauréye, èlle a d’vu sine ène riconechance.

Singnîye aus quate win.nes…

… Èlle a douvièt lès sènes.

 

Moralité

Po vikè vî

I faut fè passè l’ ovradje

Divant lès baragwinadjes.

 

dranè : ployer (sous une charge)

travayèt = travayeut

discaurè : désargenté

 

Maurice Chapelle, L' agace (La pie)

aîgue (aigle)

Roger Viroux

 

L’ aîgue                                              

 

One miète à l’ môde da Jacob van Maerlant, in : « Der naturen Bloemen »

 

L’ aîgue vike èri dès djins, su lès d’zeûs dès montagnes,

Mins i dischind sovint fé on toû à campagne !

I s’ laît planer d’ au-d’zeû èt lumer tos costés

Po s’ gn-aureûve rin qu’ trin.nereûve, qu ‘i pôreûve sicroter !

I n’ a pont d’ concurint, c’ èst l’ as’ dè l’ pârapinte !

Avou sès pêrçants-ouys, i vèt tot sins d’vu d’chinde

Èt, s’ i aporçût on lîve, one robète, one soris,…,

I tchaît come on cayau è l’ rimonter è s’ nid

È l’ tinant dins sès grawes po sès djon.nes crève-di-fwin,

Qu’ i r’pache djoû à djoûrnéye sins pont fé d’ sintimint.

On m’ a min.me raconté qui bièrdjîs èt bèdéyes

Dimèrenut aus cent-coups, pa-côps tote li djoûrnéye,

Quand dès-aîgues cwârgnîyenut après lès p’tits bèdots

Po l’s-èmwinrner è l’ aîr po soper à leûs tchots !

Po causer d’ cèti-ci, one saqwè qu’ èst sbârant,

C’ èst qui l’ man èst tote nwâre, mins qu’ disclôyenut tot blancs !

C’ èst tot l’ contraîre di ç’ qu’ i gn-a ieû, à l’ guêre, è nosse payis,

Mins s’ lès p’tits blancs-aîgues vont nwâri, lès p’tits nêgues, zèls, n’ont nin

                                                                                                            blanki

Po vôy l’ aîgue à deûs tièsses, faut aler en-Autriche          

Vos dîroz avou mi, qu’ c’ è-st-one drole di bibiche !

L’ aîgue dès-Amèrikins n’ a qu’ one tièsse à mostrer,

Mins on-z-advine si fwace, i chone qu’ on l’ vèt planer

Hôt dins lès-aîrs ou à djok à l’ copète d’ on séqwaya !

… On-aîue, ça a tot l’ min.me one ôte cougne qu’ on cokia !

 

30/9/1994

 

lumer = 1) diner dè l’ lumière; 2) vêci : cwârgnî, waîtî avou d’ l’ atincion

scroter = 1) prinde, voler; 2) mindjî

one grawe = one grande, perçante ongue

r’pache = noûri

djoû à djoûrnéye = tos lès djoûs èt tote li djoûrnéye

li bèdéye = li grosse bêrbis

aus cent-coups = strindus d’awè peû

cwârgnî = waîtî d’ crèsse

on tchot = on p’tit (djon.ne ou èfant) ; fém. : one tchote

sbârant = saîsichant

disclôre = rèche foû d’ on-ou

one bibiche = one (pitite) bièsse (lingadje d’èfants)

L’ aîgue èt l’ rôtia (L’aigle et le roitelet)

 

Roger Tabareux, in : Poésies wallonnes, Li bia lingadje di nos tayons, s.d.

 L’ aîgue èt l’ rôtia

On djoû, tos lès mouchons s’avint d’vu rachonè’

Po veûy liquéke di zèls qu’ aleut ièsse lomè rwè.

Vinus d’ tos tchamps-payis po conèche li novèle,

Pèrson.ne, bin ètindu, ni mankeut à l’ apèl

Èt lès p’tits come lès gros èstint au raploû-tot.

I gn-aveut min.me dès ôtes qu’ èstint v’nus do Congo.
Li tchâwe si disputeut avou 1′ crawieûse agace

Èt l’ mouchèt fieut bèbèle avou 1′ paujêre bègasse.

Li rôtia, qu’ èsteut là, n’ aureut wasu moufetè

Il aureut stî r’cassi ossi rwèd qu’ èdjalè.

Au mitan do l monceléye, onk di zèls s’ a mwaîji.

Tot 1’ monde a clapè s’ bètch èt n’ a wasu brontchî.

“Èt asteûre, di-st-i l’ aîgue,”choûtoz bin ç qui dj’ vos dis:

Li ci qu volerè l’ pus hôt,c’ èst li qui s’rè tchwèsi.”

Adon, tos lès mouchons s’ ont mètu à volè

Po waîti do gangni èt do ièsse lomè rwè.

Gn-a bran.mint qu’ ont d’tchindu pus rwèd qu n’ avint montè.

L’ auluwète èt l’ mouchèt ont min.me abandonè.

Do pus hôt qu’ il èsteut, l’ aîgue lèzeû a criyi:

“À paurti d’ audjoûrdu, li rwè, ci sèrè mi.”

 “Nin co”,di-st-i 1′ rôtia,à djok su l’ dos do rwè

Pau pus p’tit dès mouchons, l’ aîgue s’ aveut faît roûlè.

“D’abôrd”, di-st-i li rwè,” vos sèroz li rwètia.”

Èt c’ èst po ça, di-st-on, qu’ on l’ a lomè rôtia.

 

aîgue : aigle, rôtia : roitelet, tchâwe: corneille, agace : pie, mouchèt: épervier,bègasse: bécasse

l' alôre (ou aulouwète) (l'alouette)

L’ alôre (ou aulouwète (voir à ce mot)) (l’alouette)

 

in : Jean Haust, Li Pan dè bon Diu, Recueil complet des poèmes wallons de Henri Simon, ULg, 1935

 

L’ alôre

 

Dizeû l’ vète campagne qui frusih

à l’ doûce êreûr di l’ å-matin,

l’ alôre s’ ènêrêye foû dès grins

vès l’ bê clér solo qui r’glatih.

 

On l’ ôt pèter s’ tchant qui r’dondih

è cîr, come on clabot d’ årdjint,

dizeû l’ vète campagne qui frusih

à l’ doûce êreûr di l’ å-matin.

 

Mins, d’ on plin côp, l’ rèspleu finih…

L’ alôre a plonkî… Èle rid’hind

d’lé s’ frumèle, qui keûve è wassin,

èt pus rin dè monde ni motih

dizeû l’ vète campagne qui frusih.

 

1892

Henri Lerutte

 

L’ alôre (l’alouette)

 

One djène alôre èsteût au r’cwè

Dins 1′ rin.nau d’ one tére dè frumint :

Djè 1′ vèyeûve avou s’ bia topèt,

Èle choyeûve sès-éles paujéremint.

 

Èt vo-le-là d’on côp rèvoléye :

Èle monte, èle monte tot tchantant ;

I faut crwêre qui si p’tite nitéye

A d’djà lèvé 1′ dèclik dins lès tchamps !

Todi pus hôt dins 1′ ciél vûdî

Èle si balance fwârt adrwètemint ;

Dj’ a mau mès-ouys dè l’ rawaiti.

Èle ni mostère pus qu’ on nwèr pwint.

 

Tchantez, tchantez, mi p’tite alôre,

Ca vos m’ vèyoz tot ragaîyi :

Lauvau au d’zeû, dins 1′ grand dècôr,

Vos-avoz drouviè 1′ paradis.

l' aronde (l'hirondelle)

L' aronde (l'hirondelle)

(Maurice Chapelle)

Yernaux E., Fiévet F., in : Folklore montagnard, s.d., p.223

 

L’HIRONDELLE. En wallon : ARONDE.

 

C’est un oiseau sacré. On dit que le bonheur entre dans les maisons où l’hirondelle va faire son nid. On respecte celui-ci, on n’a garde de le détruire. On le fera d’autant moins que la destruction d’un nid d’hi­rondelles est un présage de mort dans la famille. Quand les hirondelles volent bas, c’est un signe certain de pluie.

Les hirondelles quittent généralement notre région du coutoû de la Nativité de Notre-Dame, au début de septembre.

Ene aronde ni fét nén l’ printemps.

Ce proverbe est employé partout en France et en Belgique. M. L. Martel le commente de la façon suivante : « C’est l’erreur des gens qui ont peu vu et qui généralisent trop rapidement. Ce fut l’erreur de cet Anglais qui, de Blois, écrivit que toutes les femmes de cette ville étaient rousses et acariâtres, alors qu’il n’avait encore rencontré que la femme de l’auberge » (1)

 

  • Martel. — Petit recueil des proverbes français

Louis Remacle, in : CW, 1/2011

 

L’aronde

 

Ci prétimps-là, i n’ ruvena qu’ one aronde,

po tot l’ viyèdje.

Çu fout so l’ fin d’ avri

qu’ on l’ ruvèya. Èle tchûsiha on nid

qu’ èsteût d’moré ètîr à nosse sovronde.

Èle su meta à cotyi, à tchèssi ;

èle nos creûheléve qwand dj’ alins à l’ ovrèdje ;

èle su r’pwèséve tut tchafetant so lès fis,

duzeû l’ tchin èt lès tchèts, duvant I’ manèdje…

 

On djoûr, âtoû d’ nosse fièsse, elle è rala.

I f’séve co doûs èt clér, mês i m’ sonla

qu’ èlle aveût r’pris tote lu bêté do monde.

L’ an.né d’ après, i n’ ruvena noule aronde.

 

Traduction littérale de Jean Lechanteur :

L’hirondelle. – Ce printemps-là, il ne revint qu’une hirondelle, pour tout le village. Ce fut sur la fin d’avril qu’on la revit. Elle choisit un nid qui était resté entier à notre corniche. Elle se mit à aller et venir, à chasser ;

elle nous croisait quand nous allions au travail ;  elle se reposait en babillant sur les fils,  au-dessus du chien et des chats, devant la maison…

Un jour, aux environs de notre fête, elle repartit. Il faisait encore doux et clair, mais il me sembla qu’elle avait repris toute la beauté du monde.

L’année d’après, il ne revint aucune hirondelle. (p. 262-263)

Simone Gérard (Fayis / Fayt-lez-Manage), in : Novèles, 38, 1998, p.2

 

Èl pètite aronde

 

aronde . hirondelle

astoût . c’était

binaîse : contente

boûrd : bord

clokî : clocher

èskeûre : secouer

hardimint : franchement

ît : était

lidjêr : léger

stinde : étendre

 

Scrîjadje pou lès-èfants

 

Ç’ astoût d’ssus ‘ne toûr bin ronde

D’ in vî clokî bruni,

Ène toute pètite aronde

Ît là au boûrd d’ ès’ nid.

 

Alèz, di-st-èle, èl mére,

Ouvrèz vos-aîles au vint,

Stindèz-l’zès tout-intiéres

Èt partèz hardimint .

 

Binaîse, l’ aronde lidjêre

Èskeût sès-aîles ramemint

In min.me temps qu’ sès paupiêres

Eyèt s’ lance à plin vint.

 

Èle vole, ô qué surprîse

Là, èle n’ a pus peû d’ rin

Tout-autoûr dè l’ èglîse

Waîtèz come èle va bin .

 

Èyèt s’ mére, toute eûreûse,

Avû s’ keûr dè mouchon,

D’ ène vwas toute amitieûse,

Lyi tchante ène bèle tchanson.

 

Edmond Wartique, in : Tote ène vîye, 1941

Lès-arondes

 ! qu’ on tape audjoûrdu tot-au laudje mès fènièsses,

Qu’ i vègne ragaîyi m’ tchambe, li bon solia d’ avri.

L’ aîr èst doûce, li ciél bleuw ; mi keûr si sint à l’ fièsse,

Lèdjêr come lès-arondes qui r’vègnenut à leû nid.

 

Dès nids, i gn-a saqwantes pindus d’zos nosse colêre

Èt dji wè lès mouchons qui passenut èt r passer.

Dji l’zeû vôréve dimander : « Poqwè ‘nn’ alez tofêr ? »

Vos nos frîz tant d’ plaîji, si vos vôrîz d’mèrer ! »

 

« É, djintîyès-arondes, ènn’ îrôz co tortotes ?

» Gn-a-t-i pont d’ vos-ôtes qui s’ astaudjerè dé mi ? »

Li prèmêre qui passèt m’ a chuflé ène laîde note :

« Mi, dji so l’ bouneûr, dji n’ taudjerè wêre véci. »

 

Dj’ a d’mandé à ène ôte : « Èt vos, vêla, mi p’tite,

Èstez prèsséye ossi d’ ènn’ aler vôy ôte paut ? »

— « Ô, mi ! Dji so l’ amoûr. Là qu’ dj’ arive… Èt dji qutte.

Li cink qui m’ vout dé li, i s’ prépâre byin do mau. »

 

Dj’ a criyî à l’ trwèzyin.me :  « Vos n’ èstoz nin r’conechantes,

Dji vos vè si voltî, èt vos-èstez sins pitié,

Vos distrûjoz m’ bouneûr, nè l’ savez nin, mèchantes ? »

– « Mi, dji d’meure », m’ a-t-èle dit, « mins dji n’ so qu’ l’ amitié. »

 

Jules Madan (Lu Tchèstê / Neufchâteau)

 

Lès-arondes

 

s’ agritchè : s’accrocher, s’agripper

aronde (f) : hirondelle

arègne (f) : araignée

baloûje (f) : hanneton

ch’noles dou cô (f.pl.) : vertèbres cervicales

c’nochi : connaître

gavéye (f) : jabot

gurné (m) : grenier

f’jèt : faisaient

glèteûs : gluant, collant

malton (m) : bourdon

rivèy : revoir

quêr : chercher

rouchê (m) : ruisseau

s’lo (m) : soleil

 

Tu souviès-tu dès bandes d’arondes

Qui, ou bon timps, ruvenièt pou ponde ?

C’ èst pa dîjin.nes qu’ èles-arivièt

Pa d’zous nos twats, dins nos gurniès.

Dj’ astiè eûreûs d’ lès vèy ruveni :

Du tout costè gn-ârè dès nids !

Ç’ astèt plêji d’ lès vèy aler

Volè biè hôt dins l’ cièl clêr.

Èles tournikièt deurant dès-eûres,

Travayant deur dins la tchaleûr.

Èles ramounièt dès p’tites bètchéyes

Qu’ èles alièt quêre ad’é l’ rouchê.

Avu d’ la têre qu’ èles f’jièt glèteûse,

Avu d’ la glése souvint lètcheûse,

Èles s’ agritchièt à tous lès meurs

Èt bâtichièt dès nids biè deurs.

Dju lès r’wêtiè tous lès matins ;

D’ leûs-anvoléyes, dju c’nochiè l’ timps.

C’ èst co dou s’lo qu’è les anonçant :

Hôt dins l’ cièl clér, dju lès vèyans !

Lès ch’noles dou cô nous fajièt mau

En lès r’wétant voler si hôt.

Ça s’rè d’ la pieuve : bas, èles volant,

Dju ‘nn’ arans d’pus quu dj’ n’ a vôrans.

Lès r’vérans-dje co, nos p’tites arondes

Qui, dins lès-êrs, fajièt dès rondes ?

An dustrût tout dins la nature,

An aspêrdje tout, min.me lès patures.

I gn-è pus d’ arègnes, gn-è pus d’ mouches,

Gn-è pus d’ maltons, gn-è pus d’ baloûjes,

Pou la gavéye, i gn-è pus riè

D’ nos p’tites arondes, qui s’ en sovèt !

 

Henri Lerutte

 

Nos-arondes

 

Tot jusse à Pauke, nos deûs-arondes

Nos sont rivenouwes avou l’ solia ;

Nos-avans faît one bèle rèsconte,

Èles choyîne di djôye leûs pènas.

 

Djë lès-ètind tote li djournéye,

Adon qui dj’ travaye dins l’ djârdin ;

Po passer l’ nêt, mès binin.méyes

Vont dins li stauve d’ onk dès vwèsins.

Il a faît bia tote li samin.ne,

Èlles ont causé au d’zeûs d’ nosse twèt :

Quéne boune aîr frisse, ça vaut lès pwin.nes,

L’ aîr dès campagnes èt l’aîr dès bwès !

« Qu’ èlle èst paujêre, vosse bèle maujone,
Avou one blanke baurîre pa-d’vant !

C’ è-st-one bèle têre, li têre walone,

À chake prétimps, nos-î r’vêrans. »

 

André d’ mon Chanche (abbé André Henin) (Houyèt / Houet)

 

One pitite fauve po lès-èfants

 

Li rat èt l’ oronde

 

Èlle a macenè mwints djoûs,

L’ oronde rivenûwe fè s nid,

Avou one miète di broû,

Addé on trau d’ mani.

Èlle a ponu quékes-ous,

L’ oronde, qui r’vint tos l’s-ans.

Djè 1′ cwargnîye di d’ssus  l’ sou,

Avou mès-ouys d’ èfant.

 

Èlle a covè longtimps,

L’ oronde aus nwârès-éyes.

Èlle î à mètu 1′ timps,

Po rèussi s covéye.

 

Èle tchèrîye aus mouchètes,

L’ oronde, po tos sès djon.nes.

Au r’cwè dins leû coûtchète,

Is marèderont d’nant non.ne.

Èlle a braî one samwin.ne,

L’ oronde,qua bin do l’ pwin.ne…

Passant pau trau d’ mani,

On rat a tot mougni…

 

Roger Tabareux, in : Poésies wallonnes, Li bia lingadje di nos tayons

 

Li raploû dès-arondes

 

raploû: rassemblement

 

Li vint è-st-au trau d’ bîje

Èt 1′ ciél, tot règrigni.

Su 1′ clotchî d’ noste èglîje,

One aronde a tchîpyi.

 

Dins s lingadje di mouchon

One ôte a rèspondu

Qui 1′ voyadje èsteut long

Èt l’ iviêr fwârt timpru.

 

On l’s-ètind tos lès djoûs

Ramadji su lès fils

Tot ratindant l’ raploû

Di tote leû grande famile.

 

On bia djoû au matin

Dji n’ lès-aî pus vèyu

Su lès fils, gn-a pus rin

Maîs l’ iviêr va ruvenu.

 

Henri Simon , in : Jean Haust, Li Pan dè bon Diu, Recueil complet des poèmes wallons de Henri Simon, ULg, 1935

 

L’arontche

 

Ossi vîve qu’ on traît d’ aloumîre,

ossi lèdjîre qui l’ plome å vint,

l’ arontche plonke, toûne, rimonte èt r’vint,

qui v’ n’ årîz nin clignî ‘ne pâpîre.

 

Loukîz là, po d’zos nosse gotîre :

c’ èst s’ nid. Volà qu’ èle mousse divins,

ossi vîve qu’ on traît d’ aloumîre,

ossi lèdjîre qui l’ plome å vint.

 

On n’ veût pus qui s’ quowe à l’ lårmîre…

Lès djônes tchîpetèt… So l’ min.me trèvint,

vo-r’-là s’ tièsse, èt, sins piède nou timps,

èle s’ ènûle, d’ on côp d’é le, è cîr,

ossi vîve qu’ on traît d’ aloumîre.

 

30 novembre 1891

 

Lucie Collin (Taviers), in : J.-J. Gaziaux éd., Nos campagnes, 1998, p.54

 

Lèsarondes

 

aronde, hirondelle

bètchîye, becquetée

candji, changer

min.nadje, ménage

(o)ne miète, un peu

 

Èles sont là, lès-arondes !

En min.me timps qui l’ bia timps,

Èt po nosse contintemint,

Èles sont là, lès-arondes !…

Èlle ont r’trové l’ viladje,

Li cinse èt leû vî nid.

C’ èst bin, rin qu’ a candji :

Èles vont s’ mète à min.nadje.

Èles fièt partîye dè l’vîye,

Nos lès t’nans bin à keûr.

C’ èst co ‘ne miète di bouneûr,

Min.me si ç’ n’ èst qu’ eune bètchîye !

 

Auteûr nin k’nohou, in : La Wallonne, 2, 2011

 

Radjoû d’arondjes

 

 

Lès longs djoûs aplovèt…

octôbe èt ses brouheûrs

èwalpèt lès grands plènes

èn-on foû blanc linçoû…

 

Rapoûlêye so lès fis,

lès-arondjes èsbârêyes,

markèt d’ leûs neûrès notes.

Lès-adiès å bon timps…

 

Tot hoyant djus d’ leûs-éles

lès pièles d’ årîre-såhon

Èt on-z-ôt grusiner leûs tchants,

Po l’ dièrin.ne fèye…

 

Qwand l’ solo, tot pèneûs,

trawe li cîr ènûlé,

lès-oûhês dè bon-Diu

rademint nos vont qwiter…

 

Lès pôvès fouyes dès bwès

vont heûre, tot-èrènèyes.

Lès håyes èt lès bouhons

veûront s’ vûdî leû nid…

 

Qwand nos teûts n’ åront pus

leûs tinrûlès k’pagnèyes,

li bîhe d’on fèl iviér,

nos vinrè mèsbrudjî.

 

Nos ratinderans, tûzeûs,

pièrdous d’vins nos bês sondjes,

qui l’ prétins nos ramon.ne

sès fleûrs èt… nos-arondjes.

 

L' aronde di cina (L'hirondelle du fenil) (Léyon Demarche)

(in: La Wallonne, 3, 2017)

Lès-arondes (Edy Roche) (Mamedi / Malmedy)

(in: Lu p’tite gazète, 35, 2008)

L' aronde èt l' sauvèrdia (L'hirondelle et le moineau) (Lépon Thomas) (Nameur / nNamur)

(s.r.)

Lès-arondes (Jean Soupart) (Tchèslinia / Châtelineau)

(EB, 415, 1989)

L' arondje (M. Kremer) (Sèrè / Seraing)

(Retrouvons nos racines, La Wallonne)

l'autruche

(in: Jean-Luc Fauconnier, Fauvètes, 2009)

Translate »
Share This
error: Alert: Content is protected !!