Lès mamiféres dins l' culture walone / Les mammifères dans la culture wallonne

l' agna

Âgne (cf Baudèt (âne)) Léon Simon - Noste âgne (Notre âne)

li balin.ne

Li balin.ne

 

Li balin.ne èst l’ pus grosse dès bièsses. Èle mesure, quand èlle est tote crèchuwe, dèviè 25 m., mins on ‘nn a pris dès cènes qui mèsurin.n quausu 100 m. Èles pèsenut d’ 70.000 à 100.000 kg. Leû tièsse ocupe à wêre près on tiés’ do cwârp.

Leû bouche a trwès à quate mètes di laudje èt d’ quate à cink mètes di hôt. Èle n’ a pont d’ dints, mins ç’ qu’on lome li baube — è francès « fanons » —, c’ èst dès plèyantès lames qui laîyenut passer l’ êwe, mins qui rastègnenut l’ noûriture: dès plantes dè l’ mér èt dès p’tits pèchons. On-z-è faît ç’ qu’on lome dès « balin.nes » di parapwî ou d’ côrsèt.

Èle noûrit ses djon.nes à I’ tète, d’abôrd èlle èst dè l’ min.me famile qui lès vatches èt lès tchauwes-soris !

On l’ a télemint tchèssî po I’ tchau èt po l’ crache, qu’ i l’ a falu garanti dès pècheûs avou leû batias-ûsines.

On-z-a vôté dès quotas, à li d’mande dè l’ Bèljike, mins l’ Japon èt l’ Islande ni sont nin fwârt d’ acôrd. Portant, il èst timps, pace qu’ i gn-a pupont d’ grossès bindes qui dins lès frèdès mérs.

 

Roger Viroux

in: Jean-Luc Fauconnier, Fauvètes, 2009

Lès deûs bâdèts (Les deux ânes)

in: René Dehez, Lès fâves do Fré Tièdôr, RCWM, 1985 (Mâmedi / Malmedy)

Lès deûs bâdèts

 

Deûs brâves bâdèts, bin-z-èt tchèrdjîs,

Avâ lès vôyes su k’porminît,

Onk pwartant d’ l’ ôr, l’ ôte do l’ farène.

 

Lu prumîr, rilèvant l’ narène,

Fuséve soner tos sès roudjons

Come s’ ouhe soné à sint Djèrion.

 

L’ ôte bâdèt, bin mîs à si-âhe

Quu nosse fakin, co mây binâhe,

S’ prindéve lès lawes du nosse crâneûr

Avou l’ mèyeûr dès bones umeûrs.

 

Vinve à passer cope du brigands

Qui brokît fin dreût so l “pus grand”

Èt s’ li foutît dès pîds o l’ panse

Tot li vûdihant lès deûs banses.

Nosse brâve pitit bâdèt d’ mônî,

Bin, c’ è-st-aprème s’ is l’ ruloukît.

 

Lès p’tits sont pus sovint à l’ fièsse,

Mês po l’ comprinde, on-z-èst trop bièsse.

 

roudjons: grelots

come s’ ouhe soné à sint Djèrion: fête locale carillonnée

lawes : railleries

Li baudèt

(dèssin: Maurice Chapelle)

E. Yernaux E., F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d.

(p.210) L’ANE

 

L’âne, c’est en wallon baudèt. Baudet est synonyme d’ignorant. Un enfant qui n’apprend pas bien en classe è-st-in baudèt. Jadis pour pu­nir l’élève qui ne connaissait pas sa leçon, on le plaçait en « pénitence » dans un coin de la classe avec un bonnet d’âne sur la tête.

L’âne est le compagnon de St-Nicolas. C’est lui qui porte jouets et bonbons destinés aux enfants sages. C’est pour lui que ces derniers met­tent pelures de pommes de terre et carottes dans leurs assiettes à la veille du 6 décembre.

(p.211) Les vieux montagnards racontaient que la nuit de Noël, les ânes s’agenouillent dans les écuries, mais personne n’a jamais vérifié cette affirmation. Cela présenterait trop de danger car prétendait-on, toute per­sonne qui voudrait s’en rendre compte serait frappée de mort ! Le lait d’ânesse est utilisé pour combattre les taches de rousseur.

On combat la coqueluche en faisant boire de l’eau d’un seau dans lequel un âne a bu.

Si l’âne secoue les oreilles en juin, c’est souvent pour annoncer la pluie.

On raconte encore l’histoire du baudet Quinon, à qui son maître avait supprimé eau et picotin. Il désirait habituer son âne à vivre sans manger, ni boire. Au septième jour, la bête trépassa.

C’ èst domâdje ! fit Quinon, i cominçeut à s’ abituwer.

Il est quelques expressions consacrées que l’on utilise encore : Abiyèz ‘m baudèt come vos v’lèz, sès-orayes passeront toudi.  I n-a pus d’ in baudèt qu’ on lome Mârtin, expression à rapprocher de cette autre, qui a la même signification. I

n-a pus d’ in tchén qui s’ lome Picârd. Tièstu come in baudèt. In baudè (on dit aussi in pourcha) qui faît à s’ môde, c’ èst l’ mitan di s’ noûriture ! Ièsse dins l’ cu du baudèt, c’est être dans le trente-sixième dessous.

Vous pouvez être assuré qu’ on n’ saureut aprinde in baudèt à djouwer d’ èl  clarinète. Il è-st-ossi kèrtchî di liârds qu’ in baudèt d’ plu­mes.

On sait que les vieux Montagnards se plaisaient à jouer aux advinètes. On posait la suivante rapidement et phonétiquement. Ça donnait: vingt cent mille ânes dans un pré et vingt cents dans l’autre, ça fait combien d’ânes ?

On répondait, après un long moment, quatre millions… quand ce n’était pas quarante mille? C’est que l’énoncé « vingt cent mille ânes» réclamait de l’attention… En réalité, il n’y avait qu’un âne. En effet, la phrase était : « Vincent mit l’âne dans un pré et Vincent dans l’autre ». C’était un plaisir inoffensif qui faisait rire nos vieux parents. Ça vous paraît très désuet, enfantin, presque ridicule; gardons-nous d’énoncer trop vite un jugement en pensant que la joie, le bonheur, c’est souvent dans la simplicité qu’on les trouve.

Quand on se moque de quelqu’un qui est chauve, qui a ène pane di vêre, on doit s’attendre à être répondu : I n-a qu’ lès baudèts qui n’ pièdenut nén leûs pwèys. On ajoutait aussi que l’âne ne devient jamais blanc.

 

 

in: Maurice Piron, Anthologie de la littérature wallonne, éd. Pierre Mardaga, 1979, p.147-148

 

FRANÇOIS BAILLEUX (1817-1866)

 

Lès voleûrs èt l’ ågne

 

1 Å fêt d’ in-ågne qui v’nît dè prinde,

deûs francs voleûrs fît ‘ne pârtèye di toupèt :

onk voléve wårder 1′ bièsse èt l’ ôte èl voléve vinde.

4 Dismitant qu’ is s’ råyît saqwant’s pougnêyes di dj’vès,

tot rindant ‘ne boufe à l’ gueûye po on côp d’ pîd è vinte,

passe on treûzin.me voleûr qui s’ såve avou 1′ bådèt…

L’ ågne — rèspèctant l’ batème —, c’ èst télefèye ine mêtrèsse

8  qui deûs galants volèt-avu.

Qwand is s’ sont bin batous, in-ôte individu

prind l’ båcèle èt l’zî fêt… (dji n’ wèsereû dîre li rèsse !).

 

LES VOLEURS ET L’ANE

  1. A propos d’un âne… — 2. … faisaient une partie de toupet, c.-à-d. s’arrachaient les cheveux. — 4. dismitant qui (pour dismètant), pendant que; saqwant’s, un bon nombre de, je ne sais combien de.

boufe: gifle; télefèye : peut-être, ici: semblable à; avu: avoir; båcèle : fille; l’zî: lui; wèsereû: oserais; rèsse: reste

 

 

E. Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d., p.382

 

L’ANE

Nos pères, qui étaient de sagaces observateurs n’ont jamais pu résoudre une énigme relative à l’âne. C’est pourquoi, on entend encore poser cette question : Quî-ce’ qui direut bén comint-ce qui ça s’ fét qui lès baudès tchîyenut dès câréyès crotes è qui leû trau d’ cu èst rond ?

On d’mandait : Qué diférince èst-ce qu’ i n-a intrè in curé èt yin baudèt ? I ‘n d-a pont, is-‘ont tous lès detûs ‘ne cwès dissus leû dos.

li bèdot

E. Yernaux E., F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d., p.383

 

LE MOUTON

 

Lèyèz pichî l’ bèdot, c’ è-st-ène bièsse qui piche longtimps pour in­diquer qu’on a bien le temps, qu’il ne faut pas se presser

Le vocabulaire de l’élevage à Brisy (Cherain), in : GSHA, 15, 1981, p.51-59

 

LE MOUTON

 

Généralités

 

Depuis plusieurs années, on n’élève plus de moutons à Brisy ; on compren­dra dès lors que la documentation rassemblée n’est pas très riche.

Le terme générique est lu moton. La brebis, lu burbus 2 ; le bélier : lu bara 3 ou lu basin 4 (rare). L’agneau : l’ ègnê ; une jeune brebis, one djèrmote 5. L’animal est djèrmote jusqu’à la mise-bas.

Bêler, bêler ; la robe, lu cote.

On distingue lès notons ou plus souvent burbus d’tropê [ou burbus d’botch’ne (sic)], des burbus lêtiéres. Ces dernières vivent comme les caprins. Les premières se dif­férencient des autres, paraît-il, par la longueur de leur queue : lès burbus d’bot­ch’ne (sic) ont one pus longue quawe 6 qui lès burbus lêtiéres.

Le dernier troupeau important de la région appartenait à M. Huet, de Somme-rain, village situé à deux kilomètres de Brisy. Cela remonte à 1’entre-deux-guerres.

 

2 Si tu t’ fés burbus, l’ leûp t’ magnerè, litt. si tu te fais brebis, le loup te mangera ( = il faut savoir se défendre si on ne veut pas être exploité). I tosse come one vîje burbus : se dit d’une personne qui est prise de quintes de toux.

3 DL et FEW, I, 335a. — Il a one tièsse di bara, litt. : il a une tête de bélier ( = il est têtu). Les sigles utilisés (DL, FEW, BTD, etc.) ont été identifiés à la p. 3 du n° 3, déc. 1975, de cette revue. Le lecteur est invité à s’y rapporter.

4 Comp. l’anc. fr. germette (DL). Le FEW (IV, 120b à 122a) ne signale pas notre mot ; mais le BTD (22, 1948, p. 466) comble cette lacune. — La djèrmote est à la burbu ce que la djunu est à la vatche.

5 Du lat. vulg. bassa, brebis grasse, + suff. — anu ; basin est bastognard (DL).

6 One siteûle à quawe (litt. : étoile à queue) = une comète. On djâse di lèye com­e d’ one siteûle a cawe se dit d’une personne qui se fait remarquer (en mal le plus souvent) et dont on parle beaucoup.

 

(p.52) A Brisy même, la ferme Mossoux a été la dernière à élever une cinquantaine de bêtes. Mais était-ce avant 1914 ou encore à la fin de l’autre siècle ? M. Mossoux, né en 1885, ne s’en souvient plus avec précision. Le même témoin sait qu’avant sa naissance, il existait one trope pour tout le village. Après la mort du berger, lu vî Zèzè (surnom, hypocoristique de Joseph], survenue peu avant 1940, plus personne n’a exercé, dans les environs, les fonctions de bièrdjî.

Li vî Zèzè, armé d’un bordon, bâton, ou d’ one sicordjîre, canne flexible, fouet, faisait pasturer, pâturer, son troupeau à l’écart du village dans les terres incultes, les chemins herbeux et les pâtures de mauvaise qualité.

Lès burbus in.mèt bin lès wèzons, gazons.

Timps du l’ marinde (vieux), repas de midi, èt du l’ prandjîre (vieux) (ou timps d’ non.ne), sieste, li bièrdji mèteût ses bièsses o dès streûts cloys, clos, enclos étroits, qu’ on-z-èmantcheût avou dès pîces, perches, di sapin. On candjeût /‘ park tos lès djoûrs ou tos lès deûs djoûrs. Lès bièsses pètalint là-d’vins èt insi on-z-ansineût l’ bokèt, les bêtes fientaient là-dedans et ainsi, on fumait la parcelle.

Pour empêcher les brebis de s’échapper entre les perches, on leur mettait au­tour du cou on gorhê, un tribart, construit au moyen de trois lattes de bois dispo­sées en triangle. L’homme disposait d’ one cahute, cahute, où il pouvait cûjener èt lodji, cuisiner et loger, et d’un hangar où son troupeau pouvait s’abriter.

 

La reproduction.

C’est à partir du huitième mois que le bélier est utilisé à la reproduction. La saillie avait lieu aux environs de la Toussaint. La portée dure cinq mois.

La brebis est en rut, l’ burbus r’va à bara ou l’ burbu basine. Miner à bara, conduire la brebis à la saillie.

Saillir, sièrvi, potchi, litt. : sauter. Lu bara a bin sièrvi nosse burbus.

La mise-bas a lieu en mars ou en avril. Agneler, djôneter. Les brebis laitières ont deux ou trois, voire quatre agneaux ; les brebis de troupeau n’en ont jamais plus de deux.

Sevrer, spani. Lès-ègnês tètint qu’à tant qu’ on lès vinde o mwès d’ julèt’ ou d’ a(w)ous’. Qwand qu’ lès-ègnês (ou quand lès-ègnês) èstint en (sic), on moûdeût l’ burbus, quand les agneaux étaient séparés (de la mère), on trayait la brebis.

Mins lès p’titès djins qui n’ avint pont d’ vatches lès spanint d’ on côp, mais les pauvres gens qui n’avaient pas de vaches les sevraient immédiatement.

 

La castration.

Le terme le plus général est côper, châtrer.

 

(p.53) On dit encore hagni l’ moton (ou l’ bara), litt. : mordre le mouton (ou le bélier) ; cela fait allusion à la façon ancienne de châtrer les jeunes béliers vers quatre mois. Après avoir immobilisé la bête, on pratiquait une petite incision dans la bourse, o l’ housse. Puis, on enlevait les testicules avec les dents.

 

La nourriture.

Les moutons se nourrissent pour ainsi dire comme les chèvres. Voici une quarantaine d’années, on leur donnait volontiers do djavê 7, gerbe d’avoine non battue, dont ils étaient friands. Is vont profiter, on l’zî a d’né do djavê, ils vont engraisser, on leur a donné de l’avoine non battue, de la javelle.

Mins is-è k’tapint brâmint, mais ils en gaspillaient beaucoup. Après la mise-bas, les brebis reçoivent du son, do laton.

 

La bergerie.

La bergerie, li bièdjerîe. Les moutons y séjournaient durant tout l’hiver. Mais même pendant la mauvaise saison, on les mettait de temps à autre en pâture pour quelques heures.

Min.me à l’ Sint-R’mé, en automne, et o l’ îvièr, on-z-aleût d’baner, livrer à la vaine pâture, di timps-in timps.

Les moutons circulaient librement à l’intérieur de la bergerie, on n’ lès loyeût nin. On l’zi mèteût (ou tapeût) à magni dins dès russelîs, râteliers, et dins dès batchs.

On les litait une fois l’an avec de la paille et parfois avec de la bruyère mêlée de mousse ; on lès stièrnicheût avou do strin, mins dès côps qu’ i gn-aveût, c’ èsteût avou do l’ brouwîre d’où qu’ i gn-aveût do mosserê 8 d’vins. Lès motons si stièrnint avou zèls-min.mes avou çou qu’ is lèyint toumer tot magnant, les moutons se litaient aussi eux-mêmes avec ce qu’ils laissaient tomber en mangeant. On n’ lès djèteût qu’ on côp par an â prétimps, on. n’évacuait leur litière qu’une fois par an au printemps. Aujourd’hui, ce travail se fait à l’aide d’one bèrwète, d’une brouette ; autrefois, il s’accomplissait parfois au moyen d’ one cèvîre (ou civîre) di bwès, d’une civière en bois.

 

Les maladies.

Lès motons gonflint co bin.  Mais nos témoins n’en savent pas davantage  à  propos de ce mal mystérieux.

 

7 I croke là-d’vins come divins do djavê (ou come o do djavê), dit-on de quelqu’un qui a un appétit pantagruélique.

8 Du francique mosa + suff. – arlcu, FEW, XVI, 567b + rem. 8.

 

(p.54) Qwand qu’ lès motons constipint, on lès sogneût avou do sé d’ Angleutère o do cafè. Is constipèt co sovint qwand qu’ is sont à sètch o l’ îvièr, quand ils sont au sec en hiver, c’est-à-dire quand leur alimentation se compose essentiellement de four­rage fané, i gn-a rin d’pus mâvas po fé constiper lès bièsses qui lès poufrins 9 d’ wèdje, les barbes d’orge. C’ è-st-one saqwè d’ dandjereûs, d’ mèchant (ou mètchant). Ces remarques valent pour toutes les bêtes à cornes, lès rodjès bièsses.

Les motons atrapèt co bin l’ cocote, la fièvre aphteuse. I gn-a pont di r’méde à çoula à pârt qu’on l’zî f’seût come dès-abeûres di farine di lin, sinon qu’on leur faisait des espèces de breuvages à base de farine de iin. On l’zî lâveût avou l’ gueûye avou do vinêgue èt dès-as, des ails, èf on l’zî trimpeût (ou froteût) lès pâtes avou do formol. Un symptôme : qwand lès bièsses ont l’ cocote, èles tchafetèt ‘°, râlent, èt bavèt. Eles ont dès clotchètes so l’ linwe.

On traite la mammite des brebis comme celle des vaches.

Lu tchèrbon, litt. : le charbon, è-st-one tèribe maladîye. I fât d’ on côp, immédiate­ment, abate li bièsse èt fé broûler l’ cwarp po n’ nin èpufkiner èt fé crèver tot li stâve, pour ne pas infecter et faire crever toute l’étable. Malheureusement, nous n’avons pu obtenir plus de renseignements sur cette question dont nos témoins se souvien­nent à peine.

Lu pîton èst l’ maladîye dès pîds. Is l’zî vint come dès blancs mas, sortes de pana­ris, ozès pîds èt is clèpèt, ils boitent. Èt pwis, on direût qui l’ pîd l’zî poûrich. I fât nètyi l’ pîd à fond èt l’ lâver avou d’ l’ êwe èt do savon. Parfois, on trempe les pattes dans du vitriol dilué. Lès motons ramassèt çoula di d’morer so do l’ frèche ansine, les moutons gagnent ce mal à force de demeurer sur du fumier humide, Le pîton chez les moutons correspond à peu près au crapôd chez les chevaux.

Lès burbus anoûrichèt lès wandions 13, les punaises.

 

La tonte.

Li tondadje si fét o mwès d’ may, la tonte se fait au mois de mai. Si on différait

 

9 Anc. fr. poulverin (DL et FEW, IX, 563 b).

10 D’origine onomatopéique. Notre sens, qui n’est pas signalé ni par le DL ni par le FEW (XI11/2, 355b) découle sans doute par métaphore de la trosième signi­fication donnée par le DL, faire du bruit en mangeant, d’où, dans notre cas, émet­tre un bruit comparable (ou semblable) à celui d’une bête qui mange bruyam­ment. — Une femme bavarde est appelée one tchafète à Brisy.

11 Pîton est connu dans le sens de piéton par le DL et le FEW (VIII, 129a). Avons-nous ici le même mot ? Si oui, « le rapport sémantique serait clair » selon Houziaux (p. 99). En tout cas, pîton a la même signification à Brisy qu’à Celles-lez-Dinant.

12 DL et FEW, XVII, 504a.

 

(p.55) cette opération, lès burbus ârint trop tchôd timps dès canicules.

Nous n’avons pu recueillir que des renseignements vagues et imprécis sur la manière dont on procédait.

On loyeût, liait, lès pates do moton èt l’ tondeûr èmantcheût l’ cwade o sès pîds avou on colant lès’, nœud coulant. L’ tondeû(r) èsteût assîs so on satch èt il aveût l’ burbus so sès djambes. Lu cote, la robe, était enlevée à l’aide d’ one èfwache 13, tondeuse (témoignage unique et très hésitant), constituée de deux branches action­nées par une poignée qui fait ressort.

Cependant, la plupart des témoins ne connaissent plus ce mot et parlent de cisètes, ciseaux.

Les vieilles brebis no donnent plus une laine très pure : li lin.ne dès vîchès burbus n’ èsteût nin pure ; i gn-aveût come des pwèls di tchin là-d’vins.

Le lavage de la laine exigeait plusieurs bains. On laveût deûs treûs côps l’ lin.ne à l’ éwe pure ; inte chake côp, on l’ lèyeût disgoter èt souwer ; po fini, on spameût 15 (ou rispameût), on lavait la laine on la laissait égoutter et sécher ; enfin, on rinçait.

Jadis, on filait la laine à l’aide d’un rouet : on fiyeût l’ lin.ne avou on molin èt pwis on l’ ravôtieût, et puis, on la mettait en boule. Les pauvres gens y trouvaient quelques revenus.

 

13 Même famille que le fr. forces qui a le même sens (DL et FEW,  III, 710a  + note 1).

14  Ci qui vout bate on tchin trouve todi on baston, litt. : celui qui veut battre un chien  trouve toujours  un  bâton  (— celui  qui  cherche  une  mauvaise  querelle trouve toujours un prétexte).

15  Même famille que le fr. paume (DL et FEW, VII, 510a).

Jean-Jacques Gaziaux, Des gens et des bêtes, Traditions et parlers populaires, 1999

 

(p.191) CHAPITRE IV. – LES AUTRES ANIMAUX

 

  1. LE MOUTON

 

  1. INTRODUCTION

 

  1. Généralités

 

  • 1. La brebis, le herbes, le bèbète (en langage enfantin) ; une brebis qui a des petits, one mère de herbes ; le bélier, le bassi ; l’agneau, l’agna, le bèdot ; un jeune mouton, one djon.ne bèrbës, on djon.ne bassi ; les moutons (en général), lès bèrbës, lès bèdots^\

On distingue deux sortes de brebis : la laitière, le lêtiére, et celle de trou­peau, le troupiére, le bèrbës d’ troupe, le bèrbës po ‘nn’aler an troupe. Le bèrbës d’troupe estpès ramassëye èchone ‘trapue’, se cote ‘toison’ estpès spèsse, èle a one grosse longue kèwe de lin.ne, on chovion ; le bèrbës lêtié­re est mwins’ rëstëke ‘résistante’, pës fènote ‘menue’, èle a one coûte kèwe rase avou dès pouy ‘poils’. Pour de nombreux villageois, c’est l’aspect de la queue qui sert de critère pour différencier les brebis.

Bêler, brêre ‘litt. pleurer’ ; une brebis qui bêle beaucoup, one brèyôde^. One bèrbës a rade peu ; cand èle est sêzîye, èle tonne se tchôr, èle court èvônye ‘quand elle est effrayée, elle fait demi-tour et s’enfuit’.

Expressions. // est (dous) corne on-agna, se dit d’un enfant doux et calme.

Ô parades, il ifët se bia qu ‘on n ‘i veut qu ‘ dès p ‘tëts-agnas (les agneaux sont ici symboles des anges).

Croie corne on bèdot, qui a les cheveux bouclés.

L’ër est moutoné, le ciel est parsemé de tout petits nuages blancs. Dicton météorologique : L’air moutonné n’est pas de longue durée.

One vîye troupiére, une vieille femme maniaque, drôle, aux manières sin­gulières, qu’a dès-ers à port.

 

(1) Bèdot, s. m., ‘agneau’ (t. enfantin). Chez nous, utilisé au pi., ce t. désigne, toujours dans le langage enfantin, les moutons en général.

(2) Brèyô, -ode, adj., ‘qui bêle beaucoup’. Autre sens : ‘pleurnichard’.

 

(p.192) b. Evolution

  • 2. Mes témoins n’ont pas connu d’élevage ovin important à Jauchelette. Si les Statistiques nationales révèlent bien la présence de 238 moutons en 1880, personne n’a été en mesure de m’en proposer une explication. Ce nombre étonne d’autant plus que les autres données fournies pour la pério­de qui va des recensements de 1866 à 1929 sont toutes inférieures à la dizai­ne d’unités.

De plus, ces chiffres ne correspondent pas aux affirmations de mes témoins : en effet, d’après eux, avant 1940, beaucoup de petites gens qui ne possédaient pas une vache, élevaient au moins une brebis. Bran.mint dès p’têtes djins que n’avin’pont d’ vatche, tênin’ one bèrbèspo yê de bon lacia po leû min.nadje ‘pour avoir du lait entier pour leur ménage’ ; n-ot côzémint à tos lès-èch ‘il y en avait quasiment partout (chez les petites gens)’^\ Le lait de brebis est réputé pour sa richesse ; 7 èstfwârt. Comme sa teneur en graisse est élevée, 7 est trop crôs, on avait l’habitude de le couper avec de l’eau pour le consommer.

A l’occasion de la kermesse, certains éleveurs tuaient parfois des mou­tons et les vendaient aux villageois ; ê-n-a dès ces que touwin’ on djon.ne bassi ‘bélier’ po fé V Jïèsse. L’abatteur égorge l’animal ; on li chwârchîye le gazi (ou le gueûye) ‘on lui taillade le gosier (ou la gueule)’ (2\

Ajoutons que durant l’entre-deux-guerres, Jauchelette a compté un ber­ger, Godefroid Pens.

  • 3. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le nombre de moutons a aug­menté du fait que plusieurs cultivateurs ont élevé une brebis ; n-a dès ces qu’ènn’ont r’prins, dins lès kêltêvateûrs. C’était, semble-t-il, pour disposer d’un peu de laine. D’ailleurs, durant cette période, une villageoise filait la laine qu’on lui apportait.

Par la suite, surtout dans les années ’55 à ’65, l’élevage ovin a reculé ; ça s’a pièrdè. Seuls, quelques ouvriers possédaient encore des moutons.

Toutefois, depuis le milieu des années soixante, cet élevage a connu une nouvelle extension – il a atteint une cinquantaine de têtes en 1970 -, à la suite de l’abandon de l’exploitation agricole par plusieurs cultivateurs. Certains de ceux-ci louent leurs pâtures aux agriculteurs qui y font paître des bovins ; d’autres, spécialement des citadins qui ont acheté ces fermettes et les prés attenants, y font pâturer des moutons. N-a dès ces qu ‘ tèn ‘net dès

 

(1) Chez ceux qui avaient une vache, le lait de la brebis (ou de la chèvre) servait à nourrir un porc.

(2) La découpe est identique à celle du nam. (voir LN 526, fig.) : 1. tièsse ; 2. cô” ‘collet’ ; 3. spale ; 4.-5. ragoût ; 6.-7. côt’lètes ; 8. djêgue ou djêgot ‘cuisse, gigot’ (Témoin M. Delgoffe). — On mindjeûve de ragoût av ou dès navias ‘navets’.

 

(p.193) bèrbès po mougni leûs prés. Ça l’zi rapwate, on/et dès cors avou ; on lès nourêt côzêmint po rén. On vint lès djon.nes ‘jeunes’, lès mères plin.nes,… Ajoutons que, dans plusieurs familles, on a gardé une brebis, animal vite familier, pour faire plaisir à un enfant.

 

  1. LA REPRODUCTION

 

  • 4. Le jeune bélier est apte à la reproduction à partir de cinq ou six mois ; le bassi est bon po l’ sèrvêce, dit-on de façon plaisante W. La verge, le flotche(2\ On met lès bèrbès lêtiéres à bassi se /’ dèfén dèl mwès d’octôn~ be ou V cominç’mint dèl mwès d’ novambe ; c’è-st-adon qu’èles sont lèzêyes ‘en rut’. Lès bèrbès d’ troupe sont pês timproûwes ‘hâtives’. La brebis est en chaleur, èle tchèsse ‘litt. chasse’ ; elle l’est de nouveau, èle ra de je. N’avans one timproûwe djon.ne de l’anêye ‘une jeune brebis née tôt en début d’année’, èle est bonne à mète à bassi. On min.ne le bèrbès à bassi.

La gestation dure cinq mois ; le bèrbès va cénk’ mwès plin.ne^\ La bre­bis met bas d’habitude au début du printemps ; èle djon.n’lêye, èle vêle ô môs\ C’est d’ailleurs la pleine période des mises bas ; c’est V proche dès djon.nes, c’est l’froche dès vêladjes de vatches et d’ herbes.

La portée compte souvent deux ou trois petits ou se limite à un agneau de grosse taille. Jadis, les paysans déposaient les nouveau-nés dans une cuvel-le au coin du feu. On bouteûve one tène dins l’ kêlot de fè po apwârter lès djon.nes tant qu’èles-èstin’ rëssouwêyes. On bouteûve on cèdri d’ssës po catchi V djou po qu’èles ne brèyêchin’ ni ‘on les recouvrait d’un tablier pour les empêcher de voir la lumière et de bêler’. Ensuite, les agneaux étaient placés quelque temps dans une cuvelle fermée avec une planche ; mins c’est rade grand…

 

  1. MALADIES ET SOINS

 

  • 14. Habituée à brouter, la brebis s’accommode avec difficulté de la nourriture sèche. Cand lès bèrbès dèmèr’nèt se le stôve, n-a dès cô”ps qu’èles sont bouchîyes ‘constipées’, cand on l’zi done trop à mougni sètch. Le stoumac’ ne lâche ‘litt. lâche : digère’ ni rade assez. Le remède employé le plus fréquemment est la graine de lin cuite servie dans une bouteille en tôle galvanisée ; on l’zi done dès carafons de s’minces de lén eûtes. On leur fait absorber également de l’huile de ricin, de l’ônle de Hein ; de bicarbo­nate de soude ; de se d’Anglêtêre dins dèfwârt café sins chècorëye.

Les brebis qui mangent trop de petit trèfle blanc sont atteintes de météo-risme, èles sont-st-ètonêyes. Cand èles mougn’nèt dès coucous frèch, èles pet’net ‘éclatent’.

Lorsqu’elles reçoivent une nourriture trop riche, les jeunes brebis sont sujettes au coup de sang ; èles crèv’nètà leûpèkèt ‘au pieu auquel elles sont attachées pour brouter’.

 

  • 15. Les moutons atteints de fièvre aphteuse bavent continuellement ; avou l’ cocote, lès bèrbès tchin.n’nèt. On bassine les plaies des pattes avec du vinaigre ou avec de l’eau teintée d’alun ; on bass’nêye lès plâyes dès pâtes avou de vênëgue, de l’alun (ou alin) dins d’ l’êwe ; on lès frote avou de godron véjétal.

Quand elles sont mal nourries ou mal soignées, qu’elles pâturent trop souvent par mauvais temps, les brebis contractent parfois la gale, le rèpe, le rogne ; la tête se couvre de maux, de croûtes, de crapes^\

Le piétain, le pie’tin, est une maladie du pied : lès bèrbès traw’nèt al cou-rone, è sônrtde pus ; èles ne sav’net pès roter. On r’nète lèpidèton /’ wint avou de sèlfate de keûve ‘on l’enduit de sulfate de cuivre’.

Dans les prairies humides, les moutons sont parfois attaqués par les sang­sues ; dins lès bas prés, lès maras’ ‘terrains marécageux’, lès bièsses atrap ‘net dès sans ‘roules. Mais les éleveurs redoutent davantage les vers gastro-intestinaux et pulmonaires ainsi que la douve, parasite du foie. N-a dès viêrs que vont jèsk’à dins V fwète et lès peûmons ‘jusqu’au foie et aux poumons’. Lès bèrbès sont flôwes ‘faibles’, èles dèpèrèch’nèt, èles dèmèr’nèt dërènes ‘litt. dernières : à la traîne’ dins l’ troupia. On rawête

 

(1) D’après G. Pens, cette maladie correspond chez les personnes os môs Sinte-Djèn’vîre ‘litt. maux Sainte-Geneviève : maux qui suppurent autour de la bouche’, dès djènes môs que cour ‘net ôtou dèl bouche. On n ‘ veut pês ça asteûre. Voir EMVW V, 99.

 

(p.200) s’è-n-a pont d’ viêrs dins lès crotales ‘crottes’. On les soigne à l’arsenic, on lès médîye avou d’ l’ôrsênèc.

bêrbis (brebis)

Yernaux E., F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d. (Pays de Charleroi)

(p.212) LA  BREBIS

En wallon : ène bèbète, in bèdot.

L’agneau est le symbole de la douceur. On le retrouve dans toutes les crèches à la Noël. On dit : dous come in bèdot. C’est du bèdot, c’est trop tchaud pou vo grognon est une locution pour signifier qu’une chose ou qu’un parti était hors de portée.

Ciel moutonné et femme fardée Ne sont pas de longue durée. Un ciel moutonné, c’est signe de vent ou de pluie. Rencontrer des moutons, c’est signe de bonheur ou de chance. On tond les moutons au premier quartier de lune pour que la laine repousse rapidement.

Les gamins jouaient à sauts d’ bèdot.

in : Jean-Jacques Gaziaux, éd., Nos campagnes, 1998, p.41 (Brabant)

Joseph Tollet (Nethen)

 

Bièstrîyes / Lë bèrbës

 

Avou one vraîye tièsse d’apërdëce,

Bén abiyîye avou ses croles,

Dès p’tëtès cwanes en caracoles,

Et dîre qu’èle chève dë sacrëfëce !

 

 

bièstrîye, bêtise

bèrbës, brebis

cwane, corne

apërdëce, apprenti

en caracoles: en spirales (comme un escargot)

chèrvë: servir

boû (boeuf)

Yernaux E., F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d. (Pays de Charleroi)

(p.212) LE  BŒUF

Comme l’âne, la nuit de Noël, le bœuf s’agenouille dans l’érable.

De quelqu’un qui n’est pas plus malin qu’il ne faut, qui se trompe grossièrement, on dit qui prind boû pou vatche! On emploie aussi les expressions : soufler come in boû, ou fôrt come in boû. On dit encore d’une personne qui se plaint, qui réclame volontiers, qui n’est jamais contente : avou lèye quand c’ èst nén boû c’ èst vatche.

Jadis, on promenait le bœuf gras par les rues du village à l’occa­sion du Jeudi saint.

(in: One d’méye cint d’fauves da La Fontin.ne) (La grenouille et le boeuf)

 

LI   GUÈRNOUYE   ÈT L’ BOÛ 

 

Zoublant foû do l’ bèrdouye,

One  pitite djon.ne guèrnouye,

Moussîye didins on pré

Po s’ rissouwè,

Avise on bia gros boû,

fwârt et stokas’ :

Rude tièsse, crausse anète, laudjès cwasses,

« Maria Dèyi, di-st-èle

Li  p’tite  mamesèle,

Qué  cu d’  polin !

Dji vôreu bin,

Mi ossi, duvenu one bèle grosse madame! »

Èle si forboute, èle si sofèle à blame.

« Wêtoz, di-st-èle à s’ soû, i n’ m’ è manke pus brâmint.

—  Ayi, dandjereûs, rastrind !

—  I n’ è faut d’djà pus wêre !

—  Sacréye lwagne, vas-se ti taîre ?

—   Aye, sés-se, dj’ î sû…   »

Èt tot  d’jant  ça,  èle  tchôke  sès boyas  djus.

Ç’ n’ èst nin tos  djeûs  d’ awè lès-ouys pus grands qui s’ vinte,

Do s’ sitinde par trop fwârt quand on n’s’ î sét avinde!

À v’lu  pètè  pus hôt qui s’ cu,

On  djoû  ou l’ ôte,  on tchaît fourbu.

li castôr (le castor)

li chamau (le chameau)

chèvreû (chevreuil)

Maurice AWOUST (Malon.ne / Malonne)

 

Li mwârt do chèvreû

 

Au fin fond dè l’ Mârlagne,

On chèvreù d’lé l’frèchau

Èst là stindu su 1′ dagne.

Dins l’ timps si randachaud,

Audjoûrdu à d’bout d’fwace.

Diswêbî l’ afuteû,

Vôy et cotoûrner l’ lace,

Si foute do rabateû,

C’èsteûve si boune awin.ne.

Asteûre, pont d’ brût nule paut !

Li djurau d’ gârde su l’ tchin.ne,

Tchèsse one binde di cwârbaus.

Li vîy chèvreû tansèle,

I passe on pôve momint,

Sès-ouys couvièts d’ on vwèle

Ènn’ alant soûrnwèsemint

Ni vôyenut pus qu’ do nwâr

Si linwe pind pa l’ coûterèsse.

Il èva di s’ bèle mwârt !

On n’ l’ a nin ieû à l’ tchèsse !

Li vîye rimplit

L’ aîr, lès ièbes, lès couchètes

Tot-autoû d’ li

Di ramadjes, di violètes.

                                                                                                                                                                                                                                                          LI   CHÈVREÛ, da Jakob van Maerlant, in “Der Naturen Bloemen”

 

                                                                     Roger Viroux ( li-29-9-1994)

 

Li fumèle do chèvreû, ça dwèt ièsse li chèvreûse

Vèyantmint qui 1′ fumèle do nèveû, c’ èst 1′ nèveûse.

Li chèvreû a dès cwanes, mins i n’ èst nin côrnârd

Èt i n’ èst nin cârdiake, oudonbin là longtimps qu’ i sèreûve mwârt

D’ oyu lès côps d’ fisik qui lès tchèsseûs tirenut

Min.me s’ is sont-st-èwarés èt qu’ chake côp is 1′ ratenut !

Chake di zèls a conu, è s’ famile, on massake

Èt, s’ il ont dès tchôke-mwârts, c’ èst tofêr rèver d’ trakes !

Gn-a onk di zèls, on djoû, qu’ s’ a pièrdu à Dinant,

Mins en lîjant 1′ meunu dé l’ uch d’ on rèstaurant,

Come avou l’ feu à s’ cu, il a pété èvôye

Èt i s’ a promètu di n’ pus mauy sûre lès vôyes.

On-z-î causeûve di djigues, di cwisses, ètcétèra,

Èt c’ èsteûve do chèvreû qui d’veûve rimpli lès plats !

Riconechoz avou mi, qu’ ça dwèt ièsse disbautchant

Di sawè qu’ on n’ a rin fait auzès djins èt qu’ portant

On n’ sondje qu’ à vos touwer, discôper èt skafyî

Come s’ i gn-aureûve’ rin d’ôte à cûre èt à mindjî.

Viker, c’ èst rèscontrer tos lès djoûs l’ injustice :

Quand on vos vout nwâri, on vos traîte di fachisse …

Vos n’ avoz pont di  r’vindje, li djin come li chèvreû;

Avou lès toûrsiveûs, vos-èstoz  todi l’ deûs !

Li cia què l’ dit l’ preumî a todi quinze su l’ôte

Po fé rovyî tôt l’ mau qu’ on pout r’protchî à s’ sôte !

 

 

vèyantmint qui: vu que

come on tchôke-mwârt : on mwaîs rève

one djike = (F) un gigot

skafyî : mindjî grossiéremint

li ciêr (le cerf)

Gilbert Colleaux (Hôt-Fayi / Haut-Fays)

 

Dès bièsses nin bièsses…

 

In tropê d’ cèrvidés èst toudi mon.né pa ène biche, lu pus espèrimintéye du lot. I n’ tchûsichat nin leû mwêsse dins lès pus minteûs, là, zèls ! C’ èst toudi à l’ pus capâbe qu’ on dène lu place, èt ça, c’ èst d’jà in grand avantadje qu’ il ont su nos-ôtes. En v’lant bin viker su l’ rèjime du matriarcat, is n’ fujat nin come ène ôte espéce qui crwât toudi qu’ c’ èst l’ mas­culin qui couminde. Èt pourtant, lès trwâs quârts du timps, is s’ fujat mon.ner pa l’ dubout du nez, coume dès torés a l’ lache, pa l’ costé féminin.

 

 

Gilbert Colleaux (Hôt-Fayi / Haut-Fays)

 

Dès bièsses èt dès bwès

 

On dit souvint qui l’ cièr è dès cwanes ; è bin là ! on s’ broûye ! C’ èst dès bwès qu’ il è su l’ tièsse. Lès cwanes, lu cî qui lès pwate, c’ èst pou toudi, mès lès bwès, is sont caduks : is tchèyat tous l’s-ans. Du pus, dins ène cèrtin.ne èspéce, lu cî qui ‘nn’ è, c’ è-st-in malèreûs, surtout quand i s’ è rind conte.

 

 

Georges Puissant (Anhée / An.yéye), in: CW, 6, 2012, p.162

 

Li ciêr

 

On pas,

On pas rimonte li tiène

Dispû 1′ richot

Là dins lès fonds.

On pas,

On brût d’ fouya.

On pas,

On brût d’ sofla.

Asteûre, on cayau rôle

Nin lon di-d-ci.

Ç’ côp-ci

Li pas s’ aroke.

Djè 1′ pou wadji,

Li bièsse ètind

Mi song qui toke

Didins mès win.nes.

Li pas,

Li pas vint co pus près,

Didins 1′ ombradje do bwès

Èt 1′ calme dès grands-èstès

Soketant su lès-Ârdènes.

Li brût d’ sofla

Trawe lès fètchêres.

Godome. On ciêr !

Qué boneûr por mi

Achî dissu on sto,

Come èsse ètur lès èsses,

Sins peû

Asconte d’ one bièsse

Si fwate, si bèle, si fiére,

Èt rin ètur nos deûs,

Come fréres.

On s’ a r’waîti

Longtimps, longtimps,

Sins v’lu paurti.

Poqwè paurti quand on-z-èst bin ?

Fanfâre dè l' Sint-Hubêrt (Fanfare de la Saint-Hubert)

Quand l' ciêr mousse foû d' l' êwe (Quand le cerf sort de l'eau) / Li Halali su pîd (L'Hallaly sur pied)

li crocodile

(dèssin / dessins: Maurice Chapelle)

li daufin (le dauphin)

Li daufin

 

Lat: dalfinus  Fr: dauphin Nl: dolfijn

 

Li daufin vike è l’ mér. I vint râremint dé lès côtes. Il èst dè l’ famile dès balin.nes èt dès cachalots, mins il èst pus p’tit èt s’ tièsse n’ èst nin, come dé zèls, fwârt grosse par rapôrt à s’ cwârps.

Si cwârps è-st-ovale èt s’ tièsse finit pa on mouson à ponte.

Li fumèle ratind chîs mwès. Èlle a onk ou deûs djon.nes qui skèpîyenut d’ l’ èsté. Èle lès noûrit djusqu’à tant qu’ is séyenut atraper dès p’tits pèchons.

Is sûvenut lès batias èt nadjî ossi rade qui zèls.

C’ èst l’ pus maline dès bièsses. Il a on cêrvia fwârt gros à propôrcion di s’ cwârps. C’ èst l’ contraîre do cok, qui n’ a qu’ on tot p’tit cêrvia.

Lès daufins ont on lingadje da zèls : dès p’tits cris, qu’ lès-ôtes ôyenut di-d-fwârt lon èt qu’ is compudenut !

Is sont-st-aujis à drèssî. On lzeû aprind à fé totes sôtes di tous, come au Zô d’ Anvèrs’ ou au dolfinariom à Brûje.

l' èlèfant (l'éléphant)

li fawène (la fouine) 

 

Henry Matterne (Li Saut / Sart Bernard), Zande èt Twènète, in : CW, 2, 2010, p.37-38   Li fawène

 

Gn-a trwès, quate samwin.nes, il a djalé à pîre finde èt nîver à r’laye. On timps à n’ nin mète on tchin à l’ uch. Zande a tapé on côp d’ ouy pa l’ finièsse di pa-d’vant èt r’waîtî s’ vwèture. Gn-aveut bin on pîd d’ nîve di spès d’ssus. Li mèyeû à fé, c’ èsteut d’ apicî s’ gazète èt s’ lèyî clouper dins s’ fautèl. Il aveut à pwin.ne displèyî l’ pâdje avou lès crwèjelés mots qui Twènète a acouru èt lî dîre :

–  Vos n’ rovioz nin d’ aler à l’ fârmacerîye, don ! On-z-a semé, li vôye a stî faîte èt on pout rôler !

Zande a mètu s’ grosse camusole, one èchêrpe èt s’ calote èt c’mincî à rauveler l’ nîve avou l’ raclète, su l’ twèt èt su l’ capot. Adon, il a scrèpé èt riscrèper l’ pâre-brîje, li cofe èt lès costés. Enfin il a p’lu moussî d’dins èt mète li contak ; li moteûr a pris ossi rade. Nom di diâle ! Ilaleut paurti quand one pitite rodje lumerote a blawetiné su l’ tâblau d’ bôrd. Qu’ èst-ce qui ça p’leut co ièsse come guigne ? Il a plonké su l’ lîve d’ ètèrtinance. Il èsteut marké : « Liquide de refroidissement trop bas ». Gn-aveut qu’ one sôte à fé, aler au gâradje. Zande a èspliké l’ afaîre au patron quèe lî a rèspondu :

Ci n’ èst nin grand-tchôse, savoz, djè l’ faî tôt d’ swîte ; douvioz l’ capot !

Quand l’ ome a rivenu, il a r’mètu do likide èt dîre ossi rade :

–   Savoz bin, Mossieû,  qui v’s-avoz on locataîre dins vosse moteûr ; waîtoz, volà on bokèt d’ tuyau d’ cawoutchou qu’ a stî rondjî èt là, li feûte dè l’ garniture èst quausu tot mougnî. Li bokèt d’ cawoutchou a stî apwarté pa vosse locataîre, c’ è-st-one fawène.

– Â, vos m’ è dîroz tant !

–  Ayi, ça arive co sovint asteûre, mins nin dins totes lès vwètures ? Comint-ce qu’ èles tchwèsichenut, c’ è-st-à crwêre qu’ èlle ont one lisse !

–  Qui faut-i fé po n’è pupont awè ?

– Dji m’ vos va monter on p’tit aparèy po lès tchèssî. Ça s’ monte vêci, waî, su l’ baterîye. I parèt qu’ ça faît on brut qu’ èle ni sopwatenut nin, c’ èst dès ultra-sons, s’ apinse li mârtchand.

 

Zande a stî qwêre lès médicamints èt rintrer ossi rade po racon­ter l’ afaîre à s’ feume.

–  Gn-a one fawène qui s’ a v’nu rècwèter su l’ moteûr di mi-auto.

– One fawène ? Qu’ èst-ce qui c’ èst d’ ça por bièsse ?

– Dji n’ è sé rin au jusse mins dji m’ va r’waîtî su l’ Internet. Come d’ èfèt, il ènn’ a seû one miète di pus. C’ è-st-one bièsse dè l’ min.me famile qui l’ mârcote, li tasson èt l’ vèchau. Ele mesure quausu on d’méy-mète èt peser jusqu’à deûs kulos. Po vos d’ner one idéye, don Twènète, elle est de l’ min.me grandeû qui l’ furet qu’ on-ome tineut à l’ lâche l’ ôte djoû dins l’ bus’.

Èle ni s’ pormine qui dè l’ nêt. Èle mougne au pus sovint dès soris, dès rates, dès frûts, dès mouchons au nid, dès-ous ou dès pouyes. Quand èle mousse dins on poli, èle pout touwer tot c’ qui boudje. Èle s’ atake ossi voltî aus fils élèctrikes dins lès vwètures èt èle ni s’ jin.ne nin po rondjî l’ lin.ne di vêre po fé s’ lodjis’ pa-d’zos on twèt.

Bin, quéne sale bièsse !

-Ayi, vos l’ p’loz dîre ! Li patron do gâradje m’ a bin r’comandé d’ advèrti lès vwèsins di t’nu l’ ouy . Dji mè l’ zî va fé l’ comission.

Jusse come i mousseut foû dè l’ maujone, li vwèsène ariveut qu’ èlle aleut fé si p’tit toû avou s’ tchin. Jèlike, c’ è-st-one bèle pitite feume, li cinkantin.ne, bin rivenante, amichtauve. Èle rît voltî èt surtout taper one divise. Èlle èst veuve èt viker tote seûle. Come èlle a one auto, Zande l’ a mètu au courant.

Ô, dj’ ènn’ a one è m’ gurnî, d’fawène, dispeûy one bèle hapéye. Vos duvrîz v’nu passer one nêt avou mi, vos-ètindrîz galoper su l’ plantchî dizeû m’ tchambe èt criyî mwints côps come dès djon.nes di tchèt.

– Dji vou bin, ô, mi, Jèlike !

Zande, li, i n’ sondjeut qu’ à l’ fawène mins Twènète qu’ aveut avoré su l’ sou èt ètinde li propôsicion, a sondjî brâmint pus lon, lèye. Èle s’ a avancî èt mârmoner ètur sès dints mins fwârt assez po qui s’-t-ome l’ ètinde :

Sèrè l’ fawène ou mi, Zande ! èt à Jèlike, èlle a criyî :

– Sayoz avou dè l’ naftaline.

 

Claire Colonval (Èl Bourk / Ham-sur-Heure), , in: MA, 7, 2010

 

Lès fouwènes

 

i m’ chÈne qu’ i gn-a bén ‘ne dèmîye eûre qui dji n’ intind pus 1′ gamin, èt là, i faut skeûre sès pûs èt cachî après li si on n’ vout nén ène catastrofe nacionâle avou sès parints.

Dji l’ èrtrouve dins l’ abatu en trin di r’nachî dins lès vîyès késses du timps passé. I vûde ès’ tièsse d’ ène mande en-osêr. Dès filèts d’ aragne bèrlondjenut dins sès tch’veûs èyèt s’ nez èst nwêr di pous­sière.

Avou in sourîre di pâkî, i m’ lache: « Ça i-èst, Mârène, dj’ é trouvé ç’ qui dji cacheu.

– Gamin, dji seû binauje pour vous. Seûlemint, vos ranchènerîyes vos donenut drwèt à in toûr di sale di bin gratwît. èt qu’ avez vèyu?

Là-d’ssus, i r’tourne su s’ tièsse ène vîye passète en fiêr blanc èt route pa-d’vant mi en tindant è l’ ér’ d’ ène mwin in tchôd fiêr èrûni di l’ èstûve à tchèrbon èt d’ l’ ôte in transistôr nauji dès-anéyes swèssante. « Mârène, dji seû fin prèsse pou lès-ultra-sons di m’ popa!

– Qwè-ce qui c’ èst co d’ ça pou ‘ne afêre? C’ èst vo moman qui va ièsse contène!

– Moman, èle divént sote

– É la, doûcemint, camarâde!

– Non, non, c’ èst lèy qui 1′ dit: “Dji d’vén sote avou ç’ bièsse-là!”

– Qué bièsse?

– Èl fouwène, Mârène, èl fouwène qui vike dins no guèrnî. Dè l’niût, èle fét dès rigodons dins lès sômîs, èle lèye tchér’ dès gâyes qui r’bondichenut su l’  plantchî, tout coula pa-d’zeûs l’ lit d’ mès parints.

Du côp, pou s’ èrvindjî, dins l’ après din.ner, èm’ Moman fét du brut, passe l’ aspirateûr èt tape sès brouches au plafond pou inspétchî 1′ bièsse di dôrmu.

En cadau, citèle-ci lèye dès p’titès crotes su no payasson èt, bran.mint mieus, sès-ochas d’ bèdot dins (sic) 1′ moteûr di l’ auto.

Là, èm’ popa n’ rît pus, i fout l’ èspale au diâle; èl lèdemwin, èlle asteut r’vènûwe su 1′ bwèsse du lave-vites. Il a ieû peû pou lès câbes élèctrikes qui sont l’ franc gout dè l’ bèle pètite bièsse.

 C’ èst l’ vré qu’ èlle èst djolîye quand èle si lève su sès pates dè drî èt qu’ èle mousse ès’ blanke pwètrine, sès  deûs-îs ârnagats èyèt s’ petit mouzon pwintu. On n’ pout nén l’ atrapér. C’è-st-ène bièsse utile qui mindje lès rats èt lès soris, mins ètou lès câblâdjes d’ôtos.

Èm’ popa a dit: “Bon, on n’ pout nén F tuwér, seûl’mint on pout F fé rider avou dès-ultra sons! “

–  C’ èst l’ vré, Gamin, vo popa a co réson.

– Donc, Mârène, èl passète, èl radio èyèt l’ grawîye vénront à pwint!

– Ça, Gamin, dji pinse què vos-astèz a costè d’ èl plake! Rén d’ tout ça! Disbiyèz-vous èyèt dirècsion sale di bin! »

 

li foke (le phoque)

Raymond Lequeux (Coûrcèle / Courcelles), in : EMA, 8, 2005, p.23

 

In si djoli p’tit foke

                                                                              

il asteut in côp à l’ bètchète dè l’ têre, dins l’ culot du d’zeûr dès mérs, in djoli bébé foke qui vikeut èt grandicheut eûreûs èyèt paujêre. Come il asteut bén drolà dèssus s’ pètite île dè glace aveu tous lès céns dè s’ race! Is-asteun’ dès cintènes come li a fé trimpète, à djouwer, à djiper, à s’ vîr voltî, à ièsse toudi amitieûs, binéses èt djintis…

 

Maleûreûsemint, in léd matin, in vî nwêr batia è-st-arivè dins leû paradis; rademint, ène bindeléye de fayès-omes a dèbârki; is-aveun’ tèrtous dès makes, dès bâres dè fièr, dès grands satchs èt dès coutias!

Lès bébés fokes, is lès-ont tèrtous masokî, makelotè, èyèt dèsmoûrcèlè rén què pou prinde leû pia. I n-aveut dès bébés agonisant èt dèsbouritchis qui boudjeun’ co; n-aveut dès céns qui daleun’ ès’ muchî pa d’zous leû moman, dès-ôtes tout ragrifyis à leû popa… mès adon, lès poûves parints èscoubarès èt afarfouyis, asteun’ ètou margougnis…

In saquants munutes, leû blanc paradis asteut dèvenu tout roudje, roudje dè sang … roudje come lès flames dè l’ infiêr! Quand 1′ batia, plin ‘squ’à l’ gâye è-st-èvoye, padrî li, n-aveut pus què larmes, pènin èt misére… On n’ intindeut pus què brèyâdjes, ûlemints d’ dèsbautche èt cris d’ colére…

Èl glace asteut dèsparpiyîye: dès boukèts d’ tièsse, dè najdwêres, dè l’ dèspoûye come à l’ abatwêr, drolà in fwè… lauvau in peûmon… in bouya… èyèt là, in keûr… oyi, in p’tit keûr tout tchôd, qu’ asteut tout djinti èt plin d’ amour, sûremint nén come èl cén dè cès mauves albrans là, s’ is d-ont iun? Èyèt là, ène pètite tièsse à mitan spotchîye, lès-îs asteun’ dèmeurés drouvis, grands au lâdje come s’ is-imploreun’ co dè l’ pitié… come s’ is brèyeun’ co d’ awè vu ostant d’ cruwautè… Èl moman toûrneut alintoûr en tchoûlant, èle cacheut de 1′ fé boudjî, dè 1′ fé ravikî… èle sè d’mandeut pouqwè?

 

Poûve bièsse, si èle saveut qu’  c’ èst pou fé dès mantaus! Oyi, dès mantaus d’ foûrure en pia d’ bébé foke mès ètou en lèyopârd, en-astrakan, en chinchila, en vison, en r’naud… dès bias mantaus pou aguinchî dès grandès madames èdjéndjoléyes èt grandiveûses qu’ ont trop dè liârds mès nén assez d’ cèrvèle pou comprinde què leû-n-atifâdje sint mwés, oyi, sint mwés l’ odeûr du sang, dè l’moûrt, dè l’ bouriaterîye. I d-a min.me dès cènes qu’ ont dès sacoches èt dès solés en pia d’ crocodile! Mès ça, c’ è-st-ène ôte histwêre pou co toudi nos fé brére!

 

Moralité: in mantau en vréye pia n’ èst jamés vrémint bia!

li fougnant (la taupe)

li fougnant (la taupe) (/ èl fouyon)

(in: Ène kèrtinéye dè fleûrs, Brabant, 1961)

Yvon LAURENT

 

Fougnant

 

C’ è-st-in p’tit fougnant

qu’ n’ èst nén fènèyant

Ca su tchamps su vôyes.

Tous lès djoûs èvôye,

Pou tous sès-èfants,

I boute en tchantant.

 

Maurice Chapelle

 

Li fougnant

 

F La taupe, NL de mol,  ENG the mole

 

Li fougnant a on rond coût spès cwârps qui finit pa one coûte queuwe èt qu’ comince pa on mouson come li cia d’ on pourcia. Sès-ouys sont p’tits; ci n’ èst vraîmint qu’ one craye. I n’ a pont d’ orèyes. sès pates di d’vant sont come one mwin avou dès-ongues auzès dwèts po forguiner è têre.

Si ârdwèsé-nwâr pwèl rilût come do v’Ioûrs.

C’ è-st-one plauke dins lès djârdins, pace qu’ i côpe lès racènes dès plantes tot boutant po fé sès  passadjes. Dins lès prés èt lès tchamps, i rind bran.mint dès sèrvices, pace qu’ i mougne lès viêrs, lès vin.mions, lès tchalons, lès pourcias-singlés èt lès qwate-pèces. Su on djoû, i broufîye plusieurs côps s pwèds.

I fougne sins lachî. Avou sès pates di drî, i boure li têre padrî li; avou s dos, i faît sès  flamoûches avou one tchambe au mitan, deûs colidôrs pa-d’zeû n-on-l’ ôte qui sont r’loyîs èchone avou on disgadjemint pa-d’zos.

Do mwès d’ maîy, li fumèle a d trwès à sèt’ djon.nes qui skèpîyenut sins pwèls, soûrdèches èt aveûles.

C’ è-st-au nût ou à l’ pikète do djoû qu’ i rét fou d sès tèréyes po bouter.

Avou s pia, on faît dès foûrûres.

 

LI FURÈT

 

Lat. : Mustela furo Fr. : Le furet Ndl : Fret

 

Li furèt r’chone li vèchau, mins il èst djanausse, one miète pus foncé pa-d’zos ; sès-ouys sont su 1′ rôse. C’ è-st-on-albinos’. I provint do vèchau, mins il èst mwins’ vif, pus dèlicât’ èt pus frîleûs qu ‘li.

On l’ waude aujîyemint : one simpe gayole avou do strin èt do foûr, mins d’ l’ iviêr, i l’ faut garanti de l’ frèdeû. On 1′ ripache avou do pwin trimpé dins do lacia. Tènawète, i lî faut d’ner dè l’ frisse tchau, dès soris, dès rats ou bin dès rin.nes.

Deus côps par an, li fumèle fait d’ cink à iût djon.nes qui d’meûrenut aveûles di 15 à 18 djoûs.

On s’ è sièt po tchèssî aus lapins. Po fureter, on l’ faît intrer dins one tèréye : si 1′ lapin î èst, l’ furèt rét è l’ tchèssant foû.

li gade /-t/ (la chèvre)

spots avou l' mot "gade" / expressions avec le mot "chèvre"

(in: CW, 6, 2015) 

Li gade èt sès gadots (La chèvre et ses biquets) (Louis Loiseau) (raconté pa one feume di Stauve / conté par une femme de Stave)

(in: Wallonia, 1893, p.60-62)

lès gadots (les biquets)

Li gade sbaréye (La chèvre effrayée) (ronde)

(Wallonia, 1893, p.169)

E. Yernaux, F. Fiévet Folklore montagnard, s.d.

 

(p.216) LA   CHEVRE

 

En wallon, lgâde. Le mâle de la chèvre s’appelle bouk.  C’est le nom que lon donne à la barbiche. Ce mot a été à l’origine de plu­sieurs spots.

On a vu que l’enfant nourri au lait de chèvre devenait têtu.

Il a stî noûri au lacha d’ gâde, disait-on.

 

Lorsqu’on faisait le pèlerinage à Saint-Hubert, le 3 novembre, il fallait observer un certain nombre de conditions. Ainsi, on ne pouvait ni manger du fromage de chèvre, ni boire du lait de cet animal.

Voici quelques expressions courantes dans notre commune :

Alèz-è brider lès gades pau cu! : allez faire lanlaire.

 

Il èst pus curieûs qu’ in djon.ne di gade.

 

Il è-st-aussi sérieûs qu’ ène gade qui piche.

 

Travayî à r’lâye di bouk.

 

Le vieux proverbe français : « Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute », trouvait son pendant presque mot à mot :

Èyu- ce qui l’ gâde èst loyîye, faut qu’ èle pature.

 

Ces deux proverbes étaient eux-mêmes la transcription de la pensée d’Horace : « La résignation rend plus facile à supporter les inconvénients qu’on ne peut corriger ».

On comparaît volontiers les femmes à la chèvre, on disait : c’ è-st-ène vîye gade ou c’ è-st-ène laîde gade.

 

De quelqu’un qui a les genoux minces, on dit qu’il a des gngnous d’ gade.

(p.217) Si une personne parle avec volubilité èt d’abondance, on lui dit : Ô là, là, Lalîye, vo gade èst disloyîye ! Ce qui est une invite à se taire immédiatement pour aller à la recherche de sa chèvre, qu’il faut remettre au piquet.

Un des puits du charbonnage du Poirier s’appelait lgade. On raconte qu’un soir de bal, une jeune Montagnarde qui était interrogée par son danseur sur sa profession, avait répondu : « Moi, je travaille à la Gade ». Cette réponse amusante a été rappelée des milliers de fois par nos grands-parents.

 

Jean-Jacques Gaziaux, Des gens et des bêtes, Traditions èt parlers populaires, 1999

 

B. LA CHÈVRE

 

1. INTRODUCTION

 

a. Généralités èt évolution

 

§ 20. A la fin du XIXe siècle, l’élevage caprin était pratiqué par beaucoup d’ouvriers èt de petits cultivateurs, pa dès djins què n’ avin’ ni lmoyén d’ ténre dès vatches po-z-oyè dè lacia. En 1895, leur nombre s’élevait à 35 bêtes. D’aucuns possédaient même deux ou trois chèvres. L’une d’elles fournissait son lait et plus tard sa viande ; avec le lait des deux autres, on nourrissait un cochon. On t’néve one gade po ltauve ‘litt. pour la table : pour la consommation familiale’ ; avou l’ lacia dès deûs-ôtes, on p’leûve

 

(1) Pia d’ bèrbës désigne essentiellement la peau tannée avec la laine ; pour d’aucuns,  c’est aussi la toison, lë cote.

 

(p.202) fé on pourcia d’ cint cénkante kèlos. La viande de chèvre est réputée pour sa qualité, c’ èst l’ pès fëne dès tchaus. Quand on tuait un chevreau, one djon.ne gade, on le cuisait comme un lapin. Malgré la bonne santé qu’on lui attribue, – one gade, èle è-st-êtîye -, certains estiment qu’il convient de bien bouillir son lait avant de le consommer ; toutefois, il en est qui le boi­vent cru, crë. On ne le coupe avec de l’eau que pour les bébés ; c’ èst l’ mèyeû dès lacias po lès-èfants, mins ‘l èst trop fwârt. On en fabriquait aussi du fromage frais ; one tële ‘terrine’ dë stofé d’ gade.

Après avoir reculé, cet élevage a connu un regain de succès pendant la dernière guerre mondiale : on recense près d’une vingtaine de chèvres au début des années ’40. Mais, dès la décennie suivante, ce nombre s’est réduit à quelques unités.

A la ferme de la Ramée, un bouc était laissé en liberté dans l’écurie des chevaux ; Jëlyin n’ èsteût jamës alachi ‘attaché’. A cause de la forte odeur qu’il dégage, le bouc fait fuir les insectes èt préserve des maladies ; on bok sint fwârt, èl èspëtche ’empêche’ lès maladîyes.

Certaines races de chèvres ont la peau du cou qui forme des replis ; èles-ont dès pindants ‘litt. caroncules’.

Dès gades vîyes come lë diâle ‘très vieilles’. – Noms de familles èt de maisons : amon l’ Gade, amon l’ Vîye Gade.

 

b. Expressions

 

§ 21. One gade, une jeune fille nerveuse, espiègle, qui aime jouer des farces aux autres ; syn. : one canâye, one garce.

Blanke gade se dit d’une jeune fille très blonde ; ossë blanc qu’ one gade, blanc de cheveux.

One nwêre gade, une femme d’aspect sale, man.nète autou d’ lèye ; syn. : one nwêre prône.

One vîye gade, une vieille femme qui a mauvaise langue.

Dj’ a one bèle vatche, ç’ n’ èst ni one gade !, ma vache n’est pas chétive ! Quéne pëtëte gade !, cette petite vache est particulièrement laide !

I danse (ou i sautèle) come one gade, cet enfant est exubérant, turbulent, il è-st-ossë sauvadje ‘farouche’ qu’ one gade.

Va mau avou l’ gade ! Èle a r’mougni s’ djon.ne. On est dans une mau­vaise situation (mauvaise santé, revers de fortune, risque de perdre aux cartes,…).

Va (d’)brëder ‘(dé)brider’ lès gades, va te promener.

Min.ner s’ gade à l’ âye ‘litt. conduire sa chèvre à la haie : se méconduire, courir le guilledou, aller en quête amoureuse’ ; syn. : rôler.

(p.203) I n’ èst ni co bon po min.ner lès gades à l’ âye, il est incapable de réaliser le travail le plus simple (les chèvres sont attirées naturellement par les haies), c’est un vaurien !1).

Quand l’ gade sèrè striyîye ‘étrillée’, quand la jeune fille sera mariée.

Ossè bladje ‘pâle, blafard’ quë dè bûre ‘beurre’ de gade.

Pèrdoz atincion à l’ bok dë m’ gade, prenez garde.

Têje-tê o miète, të n’ rëconès ni co l’ ansène dë gade avou l’ ansène dë bok, tais-toi un peu, tu ne différencies pas encore le fumier de chèvre de celui de bouc : tu n’y connais rien dans ce domaine.

Un têtu, on bok, on tièstë bok, one tièsse dë bok ; quén p’tët mèchant bok ! Un individu aux cheveux roux, on rossia bok.

Les animaux atteints d’hermaphrodisme sont dits bok èt gade.

Dès cwanes ‘cornes’ dë gade, variété de pommes de terre hâtives.

Djë m’ a fêt one fameûse gade ‘ecchymose’.

 

2. LA REPRODUCTION

 

§ 22. Certains villageois élevaient un bouc pour la saillie ; i t’nin’ on bok po l’ fé sauteler. Lorsqu’un jeune bouc commence à être en rut, à tchèssi, il a tendance à uriner sur sa tête, i pèche è s’ gueûye. Naguère encore, lors­qu’on engraissait un chevreau, pour éviter ce désagrément, on lui liait un morceau de sac sous la panse ; on li bouteûve on cèdri ‘litt. tablier’ 2 . Ôtrèmint l’ tchau pouweûve. Il en est qui le châtrent ; on l’ amède. Asteûre, on n’ vaut pës ténre dès boks pace qu’ ës poûwenët.

 

§ 23. La chèvre est en chaleur, èle est lësêye ; elle bêle et agite la queue, èle braît, èle fêt aler s’ quèwe. Le gade va à bok à l’ Tossint ; èle boukène (rare). Èle va plin.ne cénk mwès èt cénk djous. La portée, lë tapêye, est généralement d’un ou de deux petits, rarement de trois. Quand lgade va ië sès  djon.nes, së pés toume, èle asmèt dè pés èt dè l’ natëre ‘le pis èt la vulve grossissent’.

La chèvre met bas seule ; èle done sès djon.nes tote seûle. Elle a ten­dance à vouloir manger l’arrière-faix, le nètûre, lë dêrén. Djè fê atincion qu’ èle në mougne lë dêrén : ça l’ dèsgostëyereût ‘dégoûterait’.

On done one péncîye ‘pincée’ dë sé aus djon.nes. Les chevreaux tètent, tètenèt. Souvent, on en tuait un lorsqu’il avait atteint le poids de dix kilos.

 

(1) Variantes : I n’ èst ni co bon po fé one môye ‘meule’ dë fagots, po raweji on fiêr’mint ‘aiguiser un courbet’.

(2) Voir anim 4, note 1.

(3) On pés d’ gade désigne un petit pis de vache avec les trayons rapprochés, deux étant plus hauts que les autres, pareil à celui de la chèvre. Voir bov 227.

 

(p.205) 5. MALADIES èt SOINS

 

§ 27. On dit que les chèvres sont immunisées contre les maladies grâce aux plantes qu’elles mangent. Ainsi ne sont-elles jamais tuberculeuses, pokeûses,

Une chèvre constipée est soignée avec du jus de graines de lin ; on lî va d’ner dès s’minces dë lén, on rimplët one botèye dë djès dë s’minces dë lén èt on l’ èmantche ‘introduit’ è s’ gueûye po l’ fé bwêre.

Pour guérir une inflammation de la vessie, on lui sert une infusion de poi­reau, on té d’ pouria ; ou bén on li fêt boûre dè wadje ‘orge’.

On soigne la fièvre aphteuse, lë cocote, de la même façon que pour le mouton.

Ajoutons que la chèvre ne supporte pas la pluie ; èle rôy’reut s’ pëkèt quand ë plout. De même, les trop fortes chaleurs la font haleter, èle pantèt.

 

Joseph Samray, Le vocabulaire de l’élevage à Brisy (Cherain), in : GSHA, 6, 1976, p.58-62

 

LA CHEVRE

 

Si cette seconde partie, consacrée à la chèvre, est assez courte,  c’est qu’il ne semble pas que ce type d’élevage y ait jamais été florissant. En tout cas, on ne se souvient pas de l’existence d’un gadelî (chevrier), ni de celle d’un troupeau important. Dès lors, il ne faut pas s’étonner si les éleveurs de Brisy ne sont guère au fait de l’organisme, des mœurs èet des maladies de ces animaux, et si le matériel recueilli est assez maigre.

 

Généralités

 

La chèvre, li gade 1 ; le bouc, li bok ; la chevrette, li bikète ; le chevreau, li bikèt ; la barbiche, lu bâbe. Certaines chèvres ont deux appendices sous le menton, lès glingonètes.

Li bikèt sautèle, i fèt dès hopes 2, i hopèle po d’zeû lès hâyes ; le chevreau sautille, il fait des bonds, il saute par-dessus les haies.

Souker : donner des coups de cornes, cosser.

Li gade a dès pus bètchoues cwanes qui l’ vatche : la chèvre a des cornes plus pointues que la vache.

La qualité du lait de chèvre a toujours été fort appréciée : lès gades dinèt do crâs lècê. On le destinait à l’alimentation des malades 3.

Les noms des chèvres sont le plus souvent choisis en fonction de la couleur du pelage : Blankète, Neûrète, Gûsète, Rossète, Bikète.

 

1 FEW,  XVI, 28a  et M.-O.  HOUZIAUX, Enquête dialectale à Celles-lez-Dinant, Liè­ge, 1959, p. 101. Pour les sigles utilisés dans cet article, tels que FEW, DL, DFL, etc., on se reportera à la p. 3 du n° 3 de cette revue (décembre 1975).

2 DL et FEW, IV, 467a.

3 On noûrich lès-èfants, mais on-z-anoûrich lès bièsses. Les deux verbes ne sont pas interchangeables. Anoûri appliqué à un homme est ou péjoratif ou trivial : èle a anoûri ç’ poûri tchin-là (paresseux) tote si vîe !

 

(p.59) Quelques  expressions

 

I n’ èst nin co si gade èt ci n’ èst nin one gade sont synonymes de ci n’ èst nin one bièsse. Ces expressions sont l’équivalent de la litote française : « ce n’est pas un imbécile ! »

C’ è-st-one gade : il est capricieux, versatile.

Il èst tièstou come on bok : il est têtu comme un bouc.

C’ è-st-on lêd bok (litt. :  c’est un laid bouc = il est acariâtre) se dit aussi d’un taureau mal conformé.

I flêre (ou i puwe) come on bok (il sent mauvais) ; il a one alon.ne (haleine) di bok.

C’ è-st-on bike-èt-bok (hermaphrodite). Si ce mot s’applique aux animaux mal for­més èt aux hommes efféminés, il ne s’adresse pour ainsi dire jamais aux femmes viri­les.

Flamind dès gades ! est une moquerie sans méchanceté qu’on adresse à quelqu’un qui a commis un impair dans un moment de distraction. Parfois, mais plus rarement, le mot désigne une personne peu intelligente 4.

Èlle est pus crâsse qu’ èlle ènn’ a l’ êr ; èlle èst come lès gades : èlle a l’ crache o l’ panse se dit d’une personne plus lourde que ne le laisse supposer son apparence physique.

L’expression ti n’ sâreûs djà discopler (découper, séparer) deûs gades est concurrencée èt même supplantée à Brisy par ti n’ sâreûs djà discopler deûs tchins (tu es un maladroit).

L’ gade èst l’ vatche do pôve, parce que les caprins étaient le plus souvent élevés par les pauvres gens.

I potche come on bikèt : il a la démarche sautillante.

Èlle a dès djambes di gade (ou d’ cokê) se dit d’une femme qui n’a pas de mollets.

Il a dès-ûs come dès pètas (anus) d’ gade 5 s’adresse de façon très triviale, aux personnes qui, ayant abusé des plaisirs de Bacchus ou de Vénus, ont les yeux lar­moyants.

 

La reproduction

 

On fait saillir les chèvres dès l’âge de sept ou huit mois. La gestation dure cinq mois èt elles mettent bas une fois par an.

 

4 Le simple Flamind ! a le même sens.

5 On note parfois : il a dès-ûs come dès pètas d’ troye.

 

(p.60) La chèvre est en chaleur, lu gade riva à bok. Adon, èle brêt èt èle su k’tape (alors, elle brait et elle s’agite). Conduire à la saillie : miner, rèminer à bok. Faire saillir : fé sièrvi l’ gade, fé potchi l’ bok. Saillir : sièrvi, potchi. Cette opération se faisait généralement au mois d’octobre. Nosse gade a stou sièrvi, a stou potchi. Si après çoula, èle n’ èst nin plin.ne, èle riva co à bok après treûs samin.nes.

Avant la grande guerre, la saillie se payait un franc.

Mettre bas, biketer ou, plus souvent : fé lès bikèts. Divant d’mète bas, li pis hoûse, grochich ; li bièsse asmèt à pis èt hoûse do l’ nature (avant de mettre bas, le pis enfle, grossit ; la bête se prépare à biqueter èt enfle de la vulve).

La chèvre met bas sans aide. D’habitude, èlle ont deûs bikèts, dès côps (parfois) onk, dès côps treûs.

Contrairement à la vache, la chèvre mange l’arrière-faix : lu gade rimagne lu nètieûre (ou l’ poure). On ne l’en empêchait jamais.

La chair des chevreaux est fort appréciée. Aussi les tuait-on très jeunes.

Li bikèt è-st-one saqwè (quelque chose) d’ bon.

Lès bikèts tètèt l’ lècê (lait) do l’ mére.

Après on mwès, on lès toûe onk après l’ ôte èt on lès magne.

 

La nourriture

 

Les chèvres ne sont pas très délicates : èles nu sont nin glotes6. A peu près tout leur est bon : èlles in.mèt mîs lès mâlès-ièbes qui lès crâssès-ièbes.

Pendant la bonne saison, on lès mèt à l’ harzé 7. Pour ce faire, on-z-èfonce on pikèt avou one tchéne èt on-z-atèle lu gade po l’ golé (collier) : le verbe atèler dont on se sert plus spécialement pour les chevaux, est, dans ce cas-ci, moins fréquent que acrotcheter èt surtout que acrampener 8 â golé. Beaucoup plus rarement, on les met en pâture qu’il s’agit alors de clôturer solidement avou do trèyis (treillis).

La période de stabulation des chèvres correspond exactement à celle des bovi dés.

Jadis, après l’ Tossint, on-z-aleût d’baner 9 : cela signifie qu’on laissait aller les

 

6 CL èt FEW, IV, I72b.

7 Ce mot, ignoré du DL èt du DFL, signifie « chaîne pour attacher les bêtes »  ; il est bien connu en gaumais èt dans le Luxembourg, èt est de la même famille que hârt (hart)  ; mais le z reste à expliquer (FEW, XVI, 153b + note 7).

8 Cette forme est donnée comme ardennaise par le DFL, p. 122.

9 « Livrer à la vaine pâture », dérivé de ban (DL, Remacle (BDW, t. 18, 1933, p. 81) et FEW, XV/1, 50b).

 

(p.61) bêtes en liberté à travers tous les champs. Les bièsses basturnint 10 ozès tchamps èt ozès steûles (les bêtes erraient dans les champs èt les éteules).

Cet usage s’est perdu à Brisy avec la généralisation des clôtures. Cependant cette tradition subsiste encore dans une ou deux familles du village de Mont-le-Ban, situé à moins de cinq kilomètres de Brisy.

En hiver, le moment du repas s’appelle l’ eûrée. Durant cette saison, l’ordinaire des chèvres se compose de foûr (foin), de pèlotes di crompîres (épluchures de pom­mes de terre), de laton (son) èt de strin (paille).

O l’ èsté, èles ripèt (11) lès-ièbes, surtout lès mâlès-hièbes èt èles brostèt ozès foyes di hâyes : en été, elles mangent les herbes en les coupant très bas, surtout les mauvaises herbes, èt elles broutent les haies.

Elle in.mèt lès bouchons du spines (les buissons d’épines), lès foyes di neûji les feuilles de noisetier), lès foyes di tchârnale (les feuilles de charme), lès purnalîs (les prunelliers), lès djugnèsses (les genêts), les pâdrônes 12 (les patiences), lès-amônîs 13 (les framboisiers), lès meûlîs (les mûriers), lès foyes di sâvadjes poumis qui sont sures, lès foyes di frêne, lès plantins (plantains), lès cladjots 4 (les berces), lès surales 15 (les oseilles sauvages), lu trimbline (le trèfle).

 

La chèvrerie

 

Lu stâve dès gades est généralement aménagée dans un coin de l’étable ou d’une quelconque remise, surtout chez ceux qui ne sont que des éleveurs occasion­nels. Elle a le plus souvent la forme d’un rectangle de 2,50 m à 3 m de longueur èt de 2 m à 2,50 m de largeur.

Comment la construit-on ?

 

10 Cette forme ne figure ni dans le DFL ni dans le DL. Nous serions tentés de la rap­procher de bastorner (bétonner) si, alors, notre sens de errer ne faisait difficulté. Elle ne figure pas dans le FEW (I, 279) non plus à l’article bastum.

11 Lès vatches ni ripèt jamês pace qu’ èles-ont dès trop grossès lèpes : les vaches ne mangent jamais à ras parce qu’elles ont de trop grosses lèvres. Le verbe riper ne s’applique pas à elles.

12 Le mot est bien connu dans l’Ardenne liégeoise sous des formes diverses ; la nô­tre est la même que celle de La Gleize. Pour l’étym., J. Haust (BTD, XIII, 1939, p. 180) trouve séduisante l’ opinion de J. Bastin qui voit dans la première syllabe du mot le néerl. paard. Le FEW (XVI, 607a) range, lui aussi, pâdrône sous l’art. paard.

13 Ce mot est rangé au nombre des termes d’origine inconnue par le FEW (XXI, 94a).

14 DL èt FEW, IV, 144b.

15 Même famille que l’anc. et le moyen fr. surele (oseille) (DL et FEW, XVII, 289a).

 

(p.62) On-z-èmantche lu stâve dès gades avou quékes pikèts èt quékes chorons (16) (dosses) èt on-z-èmantche on-oûche (petite porte) ou one bârîre.

On y mettait une ou deux chèvres qu’on n’attachait que lorsque l’une d’elles se montrait par trop agressive.

On lès stièrnich avou do strin, dès sètchès djugnèsses, dol brouhîre ou dès fètchîres : on les lite avec de la paille, des genêts secs, de la bruyère èt des fougères. Èles brostèt (broutent) co bin d’vins.

Lès gades pètalèt todi (ou, parfois : tofèr) o l’ min.me cwane : les chèvres fientent toujours dans le même coin.

Les excréments : lès pètales.

On remplace leur litière une fois par semaine ; à Brisy, l’habitude voulait que ce fût le samedi : on lès djèteût (ou k’drèsseût) totes lès samin.mes lu sèmedi. En fait, on était moins régulier èt on n’hésitait pas à différer cette formalité lorsque le tra­vail pressait.

Lès-onglètes (onglons) sont r’côpées tos l’s-ans â prétimps, c’est-à-dire au moment où on remet les animaux en pâture.

 

Les maladies

 

L’animal trop longtemps exposé aux ardeurs du soleil est en proie à des maladies èt aux vertiges.

Qwand qu’ one gade a on côp du s’lo, èle pantich (halète). Adon, on l’ rimèt à l’ ombe o stâve.

Les chèvres sont parfois atteintes de la fièvre aphteuse, lu cocote, mais les éleveurs, ne sachant comment y remédier èt ne voulant pas perdre leur temps avec un aussi petit bisteû, préfèrent alors sès éparer de l’animal et ne mandent qu’exception­nellement le vétérinaire : l’ ârtisse (vieux) ou l’ vètèrinêre.

 

16 Nous avons le même sens qu’à Stav. ; celui de « madrier » est inconnu à Brisy. Se rattache au lat. cor (cœur) (DL et FEW, H/2, 1171b).

 

li gnou

li guèpârd

l' hèrmeuline (l'hermine)

L’ hèrmeuline, in : Novèles, 53, 2002, p.12

 

francès : hermine

 

L’ hèrmeuline èst dè l’ famile dès soris. C’ è-st-on tèteû.

Lès djon.nes sikèpîyenut tot pèlots èt is tètenut d’ embléye.

 

Tote crèchuwe, èle pèse di 150 à 450 grames. Èlle èst longue di 30 à 45 cm, s’ on compte li queuwe, qu’ a d’ 6 à 12 cm.

 

Èlle èst brune su s’ dos èt blanke su s’ vinte, mins po l’ iviêr, tot s’ pwèl divint blanc, po s’ mia sawè catchî, mins au d’ bout di s’ queuwe, èlle a on nwâr pinçau.

 

Èlle èst subtile come on colèvrot : s’ èlle ôt on p’tit brût drî lèye, èle si r’toûne d’ one trake.

 

Èlle èst fwart utile, pace qu’ èle s ‘atake auzès rates qui mougnenut lès racènes dès poûrias, dès chouterîyes, dès carotes, dès chicons, dès scaroles.,. di nos cortis. Èle si faît on gurnî po l’ iviêr.

On l’ trouve dins lès boskèts èt lès-aurêres dès bwès. Èle si rècwètit dins dès spès bouchons ou dins lès crayes dès vîys meurtias.

 

 

on tèteû : one bièsse qui noûrit sès djon.nes à l’ tète ; on tètaud : onk qui tète.

sikèpyî ‘.. vinu au monde

pèlot : sins pwèls

d’ embléye : tot d’ sûte

one rate : one sôte di rat qu’ vike è têre

lès chouterîyes : tot ç’ qu’èst dè l’ famile do chou : dès cabus, dès djotes, dès

sprautes, dès chous pins…

one au rêre . one intréye d’on bwès

on meurtia : on bas meur.

li kangourou

li koala

li lapin (ou li robète)

in : Jean-Jacques Gaziaux, Des gens èt des bêtes, Traditions et parlers populaires, 1999

 

D. LE LAPIN

 

1. INTRODUCTION

 

a. Généralités

§ 108. Le lapin, lë lapén. Le mâle, lë maule (dë lapén), lë bèguèt, lë bègot ; n’ avons on gros pinot ‘mâle’, v’noz veûy nosse pinot. La femelle, la lapine, lë fëmèle, lë mére (dë lapén), parfois lë lapène. Le lapereau, lë p’tët (ou djon.ne) lapén. Les lapins, dans le langage enfantin, lès p’tëts pénpéns. Lë maule a one grosse tièsse.

Quelques races exploitées : le lapin ordinaire, lë lapén ôrdënêre, grës ou rossia ‘roux’ ; lès rossias, c’ èst sovint lès pës fwatès sôrtes ; lès grës rossias,  c’ èst lès pës dèrs ‘résistants’. Lès jèyants dès Flandes, dès bloûws, dès

 

4) A Jauchelette, le même t. désigne le lapin sauvage (cér 32) èt le lapin domestique. — N-a dès-ôtes lapéns qu’ lë, d’autres candidats (à un emploi, lors d’une élection politique).

 

(p.248) grës bloûws. Les albinos, lès blancs avou dès rodjes-ouys, is sont pës tinres à èlèver, fwârt délëcat’s. Lès chinchilas, po ‘nn’ oyë dè l’ race. Dès cës à tatches, c’ èst l’ crwèsemint quë fét ça.

Glapir, wénkeler, criyi ; lès lapéns wénkèlenèt quand is s’ batenët. Certains lapins agressifs mordent la main qui les nourrit ; n’ arin’ ni wazsë ‘osé’ bou­ter nosse mwin è ‘l trau ‘dans la cage’. Nosse lapén a dès zënes ‘lubies’ : n-a dès djous quë s’ lét prinde èt dès djous qu’ ë court èvôye ‘s’enfuit’.

Èle a one goreléye come one mére dë lapén, se dit d’une femme qui est dotée d’un double menton.

 

5. MALADIES et SOINS

 

§ 116. Le lapin est facilement malade, ce qui explique sans doute la désaffection actuelle pour son élevage. Quand vos-atrapez l’ maladîye, is sont rade èvôye ‘partis, crevés’, is crèvenèt à l’ onè ‘l’un après l’ autre’.

Il faut veiller à ne jamais donner du fourrage humide ou fermenté, car le lapin est sujet à la météorisation, lë panse d’ êwe, généralement mortelle. Pour la même raison, on évite de distribuer de la nourriture touchée par la gelée blanche, lë rèlêye. Pour essayer de guérir un animal atteint de météo­risation, on lui présente une poignée de genêt, one pougnîye dë djënièsse, ou une branchette de saule, one cochète dë sau.

Le genêt sert également à soigner la diarrhée, lë chëte, occasionnée par une absorption abusive de séneçons, dès sèm’çons, ou de laitues, ou acci­dentelle de mouron ; avou dès morons, is sont arindjis ‘litt. arrangés : en mauvais état, ; polenèt crèver.

Lë lapén èst crèvé, ël a sti èpwèsoné : il arè mougni one chëteroule ‘mer­curiale’, on rèvèy-matén ‘euphorbe’ ; i n-aveût p’tète one arègne ‘araignée’ (p.254) ou one grosse alène ‘chenille’ dins s’ fouréye. Lë p’tët lapén s’ a bouté è foume ‘litt. s’est mis en forme : s’est couché’ po crèver.

La pneumonie, lë peûmonîye, toujours mortelle. La paralysie, lë paralësîye. Les hémorroïdes, lès-émèrwèdes. La gale se manifeste dans les oreilles par des démangeaisons, on chôpe, èt des croûtes, dès crapes.

On désinfecte à la créoline un clapier qui a contenu des lapins malades ; on r’lâve lë trau avou dè l’ poûre ‘poudre’ et dè l’ savenéye ‘eau savonneuse’ èt on l’ boute à l’ ëch.

En hiver, si les lapereaux risquent de crever de froid là où ils sont, on les déménage dans l’étable.

Notons enfin que c’est par la peau du dos qu’il convient de soulever les lapins ; on lès-èlève tot doucètemint pa l’ pia dè l’ dos. Le fait de les saisir par les oreilles provoque des abcès ; de plus, c’ èst po l’zi croker lès rins. On n’ pont ni gourmander ‘malmener’ lès bièsses ! De même, lorsque les lapins sont trop tripotés, capougnis, cossatchis, par les enfants, ils ont un laid pelage irrégulier, on pouyë lin.ne ‘laineux’.

 

Le vocabulaire de l’élevage à Brisy (Cherain), in : GSHA, 15, 1981, p.51-59

 

(p.56) Septième partie. LE LAPIN. Généralités

 

Terme générique : on lapin ou one robète 1 (plus rare).

Le mâle, lu pére ou l’ mâye ;  la femelle, lu mére ; les lapereaux, lès djônes.

Glapir, winkeler.

A l’exception des géants des Flandres, jèyants dès Flandes ou lapins do l’ grosse sôrte 3, les éleveurs ne connaissent que la race commune lès lapins ordinêres — ou lapins do payis, ou encore lapins crwèsés qui sont tot bastârdés.

On a renoncé à élever lès jèyants dès Flandes pace qui sont tinres, tendres, èt pace qu’ is n’ fisèt nin brâmint dès djônes ; c’ è-st-on sognemint à pârt, litt. :  c’est un soignement à part ( — ils réclament des soins particuliers).

On distingue les lapins par la couleur : i gn-a dès brun’s, dès bleûs, dès blancs, dès gris, dès blancs avou dès rodjes-ûs, des albinos.

Autrefois, pour se faire un peu d’argent de poche, les enfants organisaient des loteries, dès loterîes, dont le prix était un lapin. Les jeunes gens et les hommes exer­çaient leur adresse au jeu de quilles pour le même enjeu : on ‘nnè djoweût co bin onk ou deûs â djeû d’ guîes 3.

On côpe co bin lès mâyes po lès-ècrachi pus vite, on castre parfois les mâles pour les engraisser plus vite. On côpe lès pârtîes, qui sont grosses come dès p’titès neûjes, avou on p’tit coûté, on coupe les parties, qui sont grosses comme des petites noisettes, avec un petit couteau.

On lès toûe qwand qu’ is pèsèt on kilo èt d’mé à deûs kilos so pîd. On l’zi make deûs côps d’ bordon podri l’s-orèyes èt on lès lét (ou lêt) sin.ner (ou son.ner), on leur frappe deux coups de bâton derrière les oreilles èt on les laisse saigner.

Puis, on les écorche : on lès pèle. D’vins l’ timps, on vindeût lès pês d’ lapin à quékonk qui toûrneût po çoula, autrefois on vendait les peaux de lapin à quelqu’un qui faisait le tour des villages pour cela.

Timps do l’ guère di quatôrze, on f’seût co bin dès fourures, dès passe-montagnes

 

1 Se rattache au moy, néerl. robbe (DL, DFL èt FEW, XVI, 731a). — au figuré one tchôde robète, une femme sensuelle.

2 Appelés ainsi en raison de leur taille.

3 Le jeu de quilles s’appelle djû d’ bèyes a Bovigny.

 

(p.57) ou dès mofes (signifie à la fois « gants » èt « moufles ») avoût dès pês 4 d’ lapin.

On lès loyeût co bin azès guidons d’ vélo po sèy quite di mète dès mofes, litt. : on les liait encore bien aux guidons de vélo pour être quitte de mettre des gants.

D’vins l’ timps, on mèteût one pê d’ lapin inte lu gorhê, collier, èt lu spale (ou à garot) à on dj’vau qu’èsteût blèssi. Asteûre, èles ni valèt pus rin èt on les tape èvôye, à présent, elles ne valent plus rien èt on les jette.

 

La reproduction

 

Acoupler, acopler ; un couple, one cope. La femelle est en rut, li mére riva à pike.

Qwand qui lmère crîe, mine di l’ arèdje èt qwand qu’ èle a lès orèyes tchôdes (sic), c’ èst qu’ èle riva à pike, litt. : quand la mère crie, mène du bruit èt quand elle a les oreilles chaudes, c’ èst qu’elle ‘reva à pik’e. Saillir, piker.

Mettre bas, djôneter.  Lensemble des lapereaux, l’ covée. Ceux-ci sont généralement au nombre de sept ou de huit.

La lapine peut être saillie vers six ou sept mois èt avoir deux ou trois portées par an. La gestation dure un mois.

On djoû ou deûs d’vant d’ djôneter, l’ mére si raye lès pwèls po fé s’ nid, un jour ou deux avant la mise-bas, la femelle s’arrache les poils pour faire son nid.

Timps qu’ èle djônetèye, i fat l’ lèy trankile sinon èle rimagne d’ on côp sès  djônes, pendant qu’elle met bas, il faut la laisser tranquille, sinon elle remange immé­diatement sès  jeunes.

Les lapereaux sont sevrés, spanis, à un mois.

Les lapins destinés à la reproduction ne sont pas engraissés.

 

La nourriture

 

Lès lapins rawèt 5, les lapins rongent. Is rawèt ozès pétrâtes èt ozès colorés 6,

 

4 Au figuré : one pê, une femme précieuse èt hautaine C’ è-st-one vrêe pê, èle nu djâse à nouk, elle ne parle à personne.

5 Nous avons la même forme qu’à Bihain (DFL), à Faymonville (BSW, t. 50). Voir aussi le DL

6 De l’all. Kohlrabi ; cette forme est signalée à Malmedy : Ffl/1/  (XVI, 343a)  et (BSW, t. 50). Voir aussi le DL

 

(p.58) ils rongent les betteraves ou les rutabagas. Ils se nourrissent de vèrdeûre:   c’est le terme le plus général.

I n’ fêt jamês l’zî d’ner a magni frèch ni èstchâfé, il ne faut jamais leur donner de la nourriture mouillée ou échauffée.

Lès robètes magnèt do pin, dès-ièbes, do foûr, foin, do strin, paille, dès djugnèsses, genêts, dès coloras, rutabagas, dès pétrâtes côpées ou ètîres, dès pèlotes, épulchures, dès chicorées, dès foyes di cabu, des feuilles de chou cabus blanc, dès racines, carottes, dès chêves 7 di pwès, des cosses de pois, dès djètons d’ neûjî, d’ djayï, di tchéne èt d’ hèsse, des pousses de noisetier, de noyer, de chêne èt de hêtres, do laton, du son.

Is-arèdjèt après les lameçons 8, ils sont friands de laiteron.

On l’zî cût dès cabolées di crompîres, on leur cuit des chaudronnées de pommes de terre. On l’zî dène avou dès coloras ètîrs ; is f’sèt on trau èt si magnèt tot çou qu’ i gn-a â d’vins tot lèyant l’ pèlote, litt. : on leur donne aussi des rutabagas en­tiers, ils font un trou èt ils mangent tout ce qu’il y a au dedans en laissant la pelure. Quand ils mangent de cette façon, on dit qu ‘is f’sèt one tchabote o colora.

Po lès-ècrachi, on l’zî dène do cramé lèct èt on l’zî fé dès passes 9, c’è-st-àdîre di l’ avon.ne ou do wèdje molou èt amouyi, pour les engraisser, on leur donne du lait écrémé èt on leur fait des pâtées,  c’est-à-dire de l’ avoine ou de l’ orge moulue èt humidifiée. Adjoûrdu, on-z-a dès granulés po lès-ècrachi. Avou l’ vîje mètôde, c’ èsteût pu londjin, plus lent, mins l’ viande (ou l’ tchâr) èsteût brâmint mèyeûre.

Après la mise-bas, les lapines recevaient la même nourriture qu’en temps ordinaire.

Pendant la bonne saison, les enfants vont fourrager : o l’ èsté, lès-èfants vont à l’ fôrée.

 

Les clapiers

 

Clapier, cadje 10 ou kêsse.

 

7 Aujourd’hui, on lite avec de la paille ou du foin. Mins d’vins l’ timps, on stièrneût

Hîve en liég. èt hêfe à Stav. pour le DL (hiève pour le FEW). De l’anc. h. all. scelva (DL èt FEW, XVII, 23a).

8 Pour ce mot qui présente des formes très variées (lapeson à Liège), nous avons la même forme qu’à Huy (DL et FEW, V, 113a).

9 Le sens de ce mot signalé par Servais (BSW, t. 50, pp. 529-534) est fort sem­blable à celui du chest. De la même famille que l’anc. fr. past (DL, Tobler, VII 459a èt FEW, VII, 697b).

Gayôle se dit des cages d’oiseaux.

 

(p.59) co bin avou dès fènèsses 11 pace qui c’ èsteût pus doûs èt pus fin. On stièrneût avou dès soyeûres èt do l’ troufe, on litait aussi avec des sciures èt de la tourbe. Li troufe sinteût bon.

Po bin fé, i fâreût nètyi lès cadjes totes lès samin.nes, pour bien faire, il faudroit nettoyer les cages toutes les semaines. Mins à pus sovint, on n’ djète (kidrèsse ou handèle — rare —) qui tos lès mwès, mais le plus souvent, on n’évacue la litière que tous les mois.

Jadis, on désinfectait les clapiers avec de la créoline ; aujourd’hui, on se sert d’eau de javel.

Qwand qui l’ cadje èst plin.ne di microbes, on-z-î sème do l’ tchâs’ vive èt on l’ lét cink samin.nes sins rin mète divins, quand le clapier est infesté de microbes, on y sème de la chaux vive èt on n’y met rien pendant cinq semaines.

En été, il n’est pas rare de voir les éleveurs mettre leurs lapins sous des cages sans fond dans un pré ou au bord d’un chemin. Ce type de cage n’a pas de nom spécial.

On-z-apice lès robètes po l’ pê do dos (ou l’ pê dès rins) ou po lès pates di drî, on saisit les lapins par la peau du dos ou les membres postérieurs. Ci n’ èst nin bon d’ lès -apougni po lès-orèyes, il n’est pas bon de les empoigner par les oreilles.

 

Les maladies

 

La météorisation, l’ grosse panse, est sans remède. Lès robètes atrapèt coula tot magnant frèch ou èstchâfé, les lapins sont frappés de ce mal en prenant de la nourriture humide ou échauffée. On fét souwer, sécher, l’ fôradje po qu’ èles n’ atrapèche nin one grosse panse.

Les lapins frappés de pneumonie, pleûmonîe, sont toujours perdus. On dit alors : Is sont bons po lès rikètes 12, ils sont bons à mettre aux rebuts, is sont po l’ djâle, litt. : ils sont pour le diable, c’ èst dès-ohês (ou owês) po l’ tchèt, litt. :  c’est des oi­seaux pour le chat.

Po lès purdji, on l’zî dène co bin do l’ grin.ne di lin, pour les purger, on leur donne parfois de la graine de lin. Adon, is-atrapèt one bone chite qui lès nètich comme i fât, litt. : alors, ils attrapent une bonne diarrhée qui les nettoie comme il faut.

 

Joseph SAMRAY

 

11 Une fènèsse est une tige de graminée desséchée sur pied (DL et FEW, III, 455b).

12 DL et FEW, XVI, 386a.

 

Robert Dascotte, in : MA, 5, 1980, p.78

 

Immolation de lapins et de poulets

 

A Soignies (1), pour guérir un enfant atteint de pneumonie, pulmonîye, il faut ouvrir le ventre d’un jeune lapin èt l’appuyer contre la poitrine du petit malade ; quand le lapereau est mort, on dit que l’enfant sera sauvé.

Pour guérir la méningite, fiéve à l’ tièsse, à Morlanwelz (2), il faut tenir un pigeon vivant, le bec dans l’ anus du malade ; le pigeon, parait-il, devient tout noir èt meurt.

A La Hestre (3), on place un pigeon éventré sur la gorge d’un enfant atteint de la diphtérie, croup’, pour qu’il guérisse ; on agit de même avec un enfant atteint de méningite mais, dans ce cas, on applique le pigeon éventré sur la nuque ; quand l’oiseau est mort, on dit : èl pidjon a pris l’ feu.

A Leval-Trahegnies (4), pour la méningite, on pose un pigeon éventré sur la tête du malade jusqu’au moment où l’oiseau devient tout noir.

Pour guérir un enfant qui a pris de la fièvre (5) on immole un pigeon sur la nuque du patient ; ou bien on applique l’anus du pigeon contre l’anus de l’enfant ; le volatile est censé prendre la fièvre èt il en meurt.

Pour faire baisser les fortes fièvres, à Gouy-lez-Piéton (6), il était d’usage d’éventrer un jeune pigeon èt de l’appliquer sur la plante des pieds du malade.

A Godarville (7), pour guérir un enfant qui a des convulsions (conflucsions ou mau Sint-Guilin), on prend un pigeon dont on ouvre la poitrine les chairs palpitantes de l’ oiseau sont appliquées aussitôt sur le derrière de l’enfant èt ne sont retirées que lorsque le pigeon a passé de vie à trépas. On dit que le pigeon a pris la maladie. Pour la même affection, à Haine-Saint-Pierre (8), on pose le volatile éventré sur la nuque de l’enfant.

A Houdeng-Gœgnies (9), Strépy-Bracquegnies èt Trivières (10), on pose un pigeon éventré sur la poitrine de quelqu’un qui a une pneumonie pour le guérir ; on dit : èl pidjon saké èl fiéve ou… saké èl feu.

 

(1) L. Delférière, Enquête linguistique sur le patois de Soignies à l’époque actuelle, Univ. Louvain, thèse de doctorat, 1927.

(2) A.  Kleinermann, L’homme dans son milieu : étude dialectologique (à Morlanwelz), U.L.B., mémoire philo, romane, 1956.

(3) Cette méthode a encore été appliquée en 1938 (souvenir personnel).

(4) Informateur : F. Surgeon.

(5) « El Mouchon d’Aunia », décembre 1934, p. 19 (sans localisation).

(6) N. Doulier, Les croyances populaires dans la région du Grand Courcelles, Athénée de Morlanwelz, travail de maturité, 1979.

(7) A. Harou, Le folklore de Godarville, Anvers  1893, p. 31.

(8)  Informateur : Philippe Plichot.

(9) Informateur : Michel Degens.

(10) Informatrices : Marie Bocart èt Julienne Deprez.

 

LI LAPIN  (Li robète)

 

Lat. Lepus cuniculus

Fr. Lapin de garenne

Nl. Konijn

II est gris-brun avou dès pontes di djanausse èt d’ brun su s’ dos; di blanc pa-d’zos.

Ses grandès-orèyes sont grîjes-brunes su lès d’bouts èt nwâres su lès bôrds. Si queuwe èst nwâre au-d’-dizeû èt blanke pa-d’zos. I mèsure dins lès 50 cm.

I d’meûre dins lès bwès. Il èst subtil, mins i n’ si fîye nin à li rwèdeû d’ sès pates, ossi i faît one tèréye po s’ rècwèter. I 1′ cauvèle là wou-ce qu’ i gn-a do solia èt i faît bran.mint dès colidôrs qui s’ ècomèlenut.

Do djoû, i s’ catche, mins à 1′ vièspréye i rét èt bèrôder avau lès tchamps èt lès djârdins à 1′ cache après s’ noûriture.

I rote pa hikèts èt i coûrt en zigzonzèsses quand il a peû.

Lès lapins vikenut todi à grandès soces, èt come il ont bran.mint dès djon.nes, is faîyenut bran.mint dès dègats. Li fumèle a d’ quate à iût pwârtéyes par an, di trwès à iût djon.nes qui polenut, après cink à iût mwès, d’djà awè dès djon.nes èto.

On-z-a cârculé qu’one fumèle au d’bout d’ quatre ans, pôreûve awè one famile di 1.270.840 lapins !

 

Fernand TIMSONET (Strud)

 

Li p’tit lapin

 

Dj’ a on bia djon,ne lapin tot gris,

Qu’ a on p’tit nez qui coûrt todi

èt deùs vèt’s-ouys tot èwarés.

Parèt qu’ c’ è-st-on poûri gâté !

C’ è-st-avou li qui, tos lès djoûs,

Dji trin.ne voltî dins nosse vîye coû,

Achîds su l’ meur, dé nosse maujone,

Nos mougnans nosse cârote èchone !

 

Maurice Chapelle

 

Li lapin èt l’ aubusson

 

Po v’nu djouwer avou lès mwatès fouyes,

Li p’tit lapin a quité s’ tèréye …

I s’ mèt à ploûre. One gote lî tchaît è s’-t-ouy.

Cachans rademint, di-st-i, one place qu’ èst bin r’ssuwéye,

Po n’ nin ièsse tot trimpè, bon po l’ rimouye !

Pa-d’zos l’ gros aubusson, passans l’ vièspréye !

Muchans nos rademint divant qu’ ça nos ramouye

Et qui nosse cayute ni fuche tote pêrcéye !

 

li tèréye : li trau à l’ têre qui lès lapins s’ tègnenut d’dins

lète li lindje à l’ rimouye : mète li lindje blaki su lès / ièbes

l’ aubusson : le champignon

si muchî = si catchî

li cayute : li (minâbe) iute

 

Pol Bossart (Som’zéye / Somzée)

 

Djolis mousons

 

Avou leû mouson au solia.

Deûs djon.nes spitants lapins

Naguenut à dès navias

Au fin d’bout di m djârdin.

Èchène, lès-ârnagas

Sikeûjenut leû blanke queuwe

Èt leû moustatche toute creuwe

Rilût come du wârglas.

 

naguer = (F) ronger

on-ârnaga = on r’mnuwant gamin

sikeûte ou cheûre : secouer

wârglas : do néèrlandès « waarglas » (= vraî vêre).

 

Jules Hérix (Longchamps / Lontchamp), in: CW, 1, 2012

 

Li p’tit lapin èt l’ gros marou

 

On p’tit lapin

Avance tot seû

È m’ grand djârdin

Come on bribeû…

 

Poqwè vêci,

Èt audjoûrdu,

D’ èwou è-st-i,

Alez soyu !…

 

Djè l’ veu qu’ i mougne

One grosse carote,

Djè l’ tin à gougne

One eûre di rote…

 

On gros marou

Aprotche doûcemint

Come on filou

I moûrt di fwin…

 

Adon zoupèle

Su nosse lapin

Qui lève li s’mèle

Pus rwèd qu’ on tchin…

 

Li tchèt jin.né

È r’va tot bièsse

Sins s’ ritoûrner

Sins d’mander s’ rèsse…

 

Nos n’ sârans nin

C’ qu’ il a divenu

Li p’tit lapin

Qu’ aveut là v’nu !…

li leup (le loup)

Laurent Dabe (Vèskèvèye / Vesqueville), L’Ardenne entre bruyère et myrtille, 2003

 

(p.93) Le loup : sujet privilégié de nos légendes

 

La barrière que forme la forêt, même entre villages voisins, s’explique pour beaucoup par la présence du loup. Dès la seconde moitié du XVIIIeme siècle, les Etats de nos pro­vinces octroient une gratification de 14 florins pour chaque loup que l’on pouvait avoir tué1.

Les loups pullulent encore par bandes de 1840 à 1850, s’aventurant dans un coin ou l’autre de l’Ardenne selon les rigueurs hiver­nales et leurs besoins. En un demi-siècle, de commun que cet animal était vers 1800, il devient rare après 1850 dans notre région. Pourchassé, le loup d’Ardenne, au pelage gris de fer, plus grand que celui de Hongrie, se retire vers les massifs forestiers dignes de ce nom à cette époque : c’est-à-dire en dehors de l’Ardenne : bien souvent la Forêt Noire 2.

Si les plus anciens, à l’heure actuelle, n’ont bien évidemment aucune souvenance du loup, par contre, plusieurs d’entre eux se rap­pellent des personnes qui en ont encore vu : notamment le fameux patriarche de Vesqueville, Jean-Joseph Boulard, né en 1832 et décédé en 1927.

 

1 ANNALES de la Société archéologique de Namur, t. 16, 1883.

2 HOYOIS, page 537

 

Touchant la coutume du « hèyèdje » (sic), in : GSHA, 12, 1980, p.9-11

 

La coutume de promener la dépouille d’un loup pour en tirer bénéfice est certai­nement très ancienne en Ardenne. On en trouve plusieurs mentions dans les notes manuscrites laissées par l’abbé D. Guilleaume, auteur de l’ archidiaconé d’Ardenne ‘, notamment dans celles qu’il a tirées des anciens registres des comptes èt revenus du prieuré de Houffalize. 2

Voici celles que j’y ai relevées.

Entre 1722 èt 1726, sans autre précision quant à la date : « Donné à des ceux qui demandent pour des jeunes loups qu’ils avoient pris 2 sols ».

Le 5 octobre 1743 : « au porteur d’un loup 3 sols ».

Le 20 décembre 1762 : « donné à des paysans qui portoient un loup deux sols ».

Le 14 janvier 1763 : « donné 2 sols à ceux qui portoient un loup ».

Le 28 mai 1763 : « donné 2 sols à des porteurs d’un loup ».

Le 21 novembre 1763 : « 2 sols pour gens portant une peau de loup ».

Enfin, le 15 février 1765 : « 2 sols à des gens qui conduisoient un loup ».

On aura une idée de la valeur d’un sol à l’ époque en apprenant qu’en 1740, le prieuré achetait « 19 poules à 4 sous la poule ». 3

« èt puisque nous voici tombés sur ce sujet … », peut-être prendra-t-on quelqu’in-térêt au récit de deux autres hèyèdjes, à vrai dire moins anciens. Je tiens la relation du premier de feu M. Joseph Gresse, de Marcourt, né à Rettigny le 28 juin 1888. Il me l’a conté comme suit :

« Dans mon enfance, j’ai entendu des vieillards de Rettigny raconter qu’on voyait

 

1 L’archidiaconé d’Ardenne dans l’ ancien diocèse de Liège, dans le Bulletin de la Société d’Art èt d’Histoire du diocèse de Liège, t. 20, Liège, 1913, pp. 21-599. Les notices consacrées aux paroisses primitives d’Arbrefontaine, Beho, Bovigny, Cherain, Glain, Gouvy, Lierneux, Limerlé èt Steinbach, Ottré, Vielsalm, ont été rééditées en 1978 par l’a.s.b.l. « Val du Glain, Terre de Salm », avec des compléments pour Arbrefontaine èt Beho (Philippe LEJEUNE, Notes sur les paroisses de la région de Salm-en-Ardenne, 80 pp.).

2 Cahier «f 12, foll. 14-107.

3 Idem.

 

(p.10) surtout des loups dans notre région pendant èt après les hivers très rigoureux, ce qui permettait à ces animaux de franchir les fleuves èt les rivières sur la glace. On disait qu’ils nous venaient des grandes forêts de l’Allemagne. Au pays de Houffalize, du temps de mes grands-parents, celui qui parvenait à tuer un loup le salait copieusement après l’avoir vidé de ses entrailles.  C’est ainsi que deux chasseurs qui avaient tiré un de ces carnassiers à Tavigny, au début du siècle dernier, firent avec lui le tour de tous les villages environnants en le portant entre eux suspendu à un fort bâton. Il arriva un jour que de mauvais plaisants essayèrent de couper la queue de la bête pour la déprécier ; aussi, craignant de voir se renouveler pareille tentative, nos hom­mes ne quittèrent plus leur loup d’une samelle. Ils prirent même la précaution de le coucher entre eux dans les endroits où ils s’arrêtaient pour passer la nuit. L’argent qu’ils récoltèrent au cours de leur randonnée fut consacré par eux, dit-on, à l’achat d’un dais de procession pour l’ église de Vissoule. »

 C’est à feu M. Henri Cornet, né à Ortho le 25 octobre 1898 que je dois de connaître la fin malheureuse du dernier loup de son village natal èt la façon dont le hèyèdie s’y pratiquait dans la première moitié du siècle dernier. Il avait appris tout cela, disait-il, des anciens de sa commune.

« Vers 1840, au pays de La Roche, quand un chasseur réussissait à tuer un loup, il commençait par aller toucher sa prime. On dépouillait ensuite le loup de sa peau èt on la fixait sur une planche munie de bretelles. Cet attirail était confié à de pauvres gens qui, le portant sur le dos comme on fait d’un havre-sac, allaient de village en village recueillir ce qu’on voulait bien leur donner pour celui ou ceux qui avaient débarrassé le pays de ce mangeur de moutons.

Aux alentours de l’an 1850, il advint qu’un loup parvint à s’introduire dans la ber­gerie des Giloteau de Buisson (hameau d’Ortho). Après avoir étranglé tous les moutons qui s’y trouvaient, il les empila dans un coin, &n préleva sans doute de quoi se restaurer copieusement, puis s’en alla. A peu près dans le même temps, le sieur Hofferlin, qui tenait la ferme de Floumont (autre dépendance d’Ortho), avait un fort mâtin qui chassait le loup, mais qui disparut un beau jour, ce qui fit supposer que, cette fois, il avait eu affaire à plus fort que lui ; il fallait en finir.

Un cheval étant venu à crever à Ortho, on l’amena, après l’avoir dépouillé de sa peau, dans la grande cour de la maison Toussaint. On avait, en même temps, fait appel à celui que tous considéraient comme le meilleur fusil de la région, un certain Nicolas Charneux, de Trinval, près de Wiompont, dans la paroisse de Cens. Celui-ci s’en vint donc chez les Toussaint qu’il connaissait de longue date èt dont il était l’ami. On le posta dans une chambre où flambait un bon feu èt qui donnait sur la cour. La lune brillait de tout son éclat èt le chasseur, après avoir déposé son fusil chargé sur l’appui de la fenêtre ouverte, s’installa commodément èt attendit la venue du loup.

Il faut savoir qu’auparavant, des hommes du village, afin de mieux attirer l’habitant des bois vers l’appât préparé à son intention, en avaient traîné un morceau sur une assez longue distance dans la direction de la retraite supposée du carnassier. L’effet de ce stratagème ne se fit guère attendre : un petit chien qui était allé rôder près de (p.11) l’ amas de chair, revint en glapissant vers la maison. Le loup n’était pas loin, èt le chasseur le vit bientôt occupé à déchirer à belles dents ses premiers bons morceaux ; l’ajustant à loisir, il l’abattit raide mort d’un seul coup de feu. Telle fut la fin du dernier loup d’Ortho. »

Sous les régimes français et hollandais, de même que durant les premières décennies de notre indépendance, des primes assez élevées étaient octroyées à ceux qui parvenaient à tuer un loup. Selon H. Nollom 4, ils perçoivent, en vertu d’un arrêté royal du 7 septembre 1828, « pour un loup ou une louve 8 fl[orinls. et pour un louve­teau 3 fl[orin]s ». Dans la province de Luxembourg, ces primes sont payées sur les fonds provinciaux. 5

Cette disposition particulière à notre Luxembourg a donné l’occasion à une publi­cation illustrée du siècle dernier (6) de faire paraître l’amusant article que voici :

« En France e en Allemagne, il existe, depuis des siècles, un corps de louveterie militairement organisé. En Belgique, nous avons le système des primes 7. Ces primes donnèrent un jour lieu, au Conseil provincial du Luxembourg, à une grande discus­sion. Toutes les raisons pour ou contre étaient épuisées quand un membre vint avec l’argument suivant : « Si vous supprimez la prime, qui pousse grandement à pourchas­ser les loups, qu’arrivera-t-il ?  C’est que ces animaux malfaisants, dès qu’ils sauront cela, arriveront de tout côté dans notre province pour y jouir d’une sécurité qu’ils n’au­ront plus chez nos voisins ! » On rit beaucoup, mais notre orateur put voir avec orgueil triompher la cause qu’il avait plaidée. »

Se non e vero…

 

Gaston GERARD

 

4  H. NOLLOM, Recueil des lois, arrêtés, … sur l’administration forestière, la pêche et la chasse, Mon, 1836, p. 220.

5  Circulaire de la Députation permanente datée du 16 janvier 1835.

6  L’illustration européenne, 3e année, n° 11, Bruxelles, le 23-1-1875.

7 Toutefois, en sa séance du 15 décembre 1832, le Conseil communal de Vielsalm avait créé « une compagnie de louveterie spécialement destinée à la destruction des loups et autres animaux nuisibles ». G. REMACLE, Vielsalm et ses environs, 2e édit.. Vielsalm, 1968, p. 241 (N-d.l.r.).

 

Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

(p.225) LE LOUP

 

Sous l’ancien régime, lorsque Montignies était en grande partie boisé, il existait des loups. Quand quelqu’un tuait un de ces animaux dangereux, il présentait la tête au bourgmestre de qui il recevait une prime.

Dans « l’Histoire de Montigny-sur-Sambre » (1), nous avons si­gnalé que le 10 août 1720 un nommé Embise a reçu 12 patars pour avoir tué un loup. Le même jour, deux primes furent octroyées à deux autres habitants.

De cette époque, il est resté quelques expressions que nous notons ci-dessous :

Viker come in leûp, isolé comme un avare.

Quand on pâle du leûp, on vwèt s’ queuwe.

Dji l’ areu lèyi mougni du leûp, ce qui veut dire je ne l’aurais point reconnu.

Ès’ foute dins l’ gueûye du leûp, tomber dans un guêpier.

C’ èst sûr come ène vèsse-di-leûp; ici il faut prendre vèsse-di-leûp dans le sens de lycorperdon.

Djè d-é peû come du leûp.

Les mucosités nasales d’un enfant s’appellent des loups.

Il a in boya d’ leûp, se dit de quelqu’un qui ingurgite de grosses quantités de nourriture.

 

(1) Yernaux E., Fiévet F., L’Histoire de Montigny-sur-Sambre,1930, p. 59

 

(One d’méye cint d’fauves da La Fontin.ne)

 

Li leup èt l’ cigogne

 

On leup qui fieut l’ dicauce,

Do s’ ripache, aveut télemint ausse

Qu’ on-oucha dichindu d’ triviès

E s’ gosî èsteûve agrichetè.

Avaur-là passeûve one cigogne.          

En vèyant l’ leup fè parèye trogne,

Èle vout sèpe ci qu’ è-st-arivè.

« Abîye, di-st-i,  dji m’ va stron.nè!

Tchôkoz vosse bètch au fond di m’ gwadje.

Dispètchoz-vos, n’ fiyoz pont d’ ramadje! »

Nosse bièsse mouchon n’ a rin d’ pus tchôd

Qui d’ lî stritchi s’ bètch jusqu’au cô.

Quand il a ieû raustè l’ ostèye   :

« Alèz, di-st-i, aboutoz m’ pèye! —

Vosse pèye!, rèspond-t-i, l’ afrontè

En lî  riyant vraîmint à s’ nez;                  

 

Vos duvrîz d’djà ièsse bin binauje    

D’ awè r’ssatchi tot-à voste auje

Vosse bètch fou di m’ cô.

C’ èst bon por on côp !

Indigne, qui v’s-èstoz!

Ni v’ trouvez pus su m’ vôye 

Dji n’ vos laîreus pus couru vôye! »

Fioz plaîji à on mau-mi-r’vint,

I vos ratcherè o l’ mwin !

 

in : CW, 1, 2007, p.5-11

 

One drôle di paskéye

(Hemptinne – Um’tène)

 

Li paskéye dès leups, c’ èst l’ Blanc d’ mon l’ Tchaurlî qui m’ l’ a raconté on djoû, là byin dès-an.néyes di d’ci. Què l’ tineûve, lu, di s’ vîye moman qu’ a moru à passé nonante ans.

I s’ faut bén mète è l’ tièsse qui dins l’ timps, ci n’ èsteût nén come asteûre. Lès campagnes di-d-par ci èstîn’ gribléyes di bèrbis èt d’ bèdots tote l’ an.néye. Totes nos cinses ènn’ avîn’ on troupia èt afîye deûs.

Lès têres èstîn’ pôves adon; è l’ Hèsbaye come ôte paut; ça faît qu’ one an.néye dissus trwès, lès cinsîs èstîn’ oblidjîs d’ lès lèyî è trîche.

Lès p’titès djins, zèls, si contintîn’ di trwès ou quate ou cénk bièsses qui lès-èfants minîn’ pache dissu lès talus èt lès fossés. Dji m’ sovén bén qu’ èstant tot gamin, on vèyeûve co tofêr dès quate cénk bèrbis piketéyes dissus l’ bâti, tot l’ long d’ nosse ri.

Lès cis qui conichèt ç’ viladje-là ont sûr dèdja ètindu causer dè l’ Rouwale dès Leups. Li Rouwale dès Leups, c ‘è-st-one chavéye qui gripe dispôy li d’zo dè  viladje jusqu’à l’ tchapèle Sint-Rok, à l’ intréye dè l’ campagne di Bounêfe. Dès grandès stindéyes sins nén seûremint on fayé aube ou min.me one aye.

Di nos djoûs, c’ è-st-one vôye come lès-ôtes : saquants-ans d’vant l’ guêre, on-z-î a mètu dè târmak, dès bôrdures, dès canivaus èt drèssî deûs murayes di pîres. Il î faît bén clér èt bén nèt’. Ci n’ èst nén on sondje à costé dè l’ man.nète rouwale qui c’ èsteût dins l’ timps. À ç’ momint-là, lès-uréyes èstîn’ rascouviètes di bouchenis’ èt d’ miséres jamaîs parèy : dès ronches, dès pètchalîs, dès saoûs èt dès-ôrtîyes ossi hôtes qui mi… À l’ ariére-saîson, c’ èsteût co pîre, ci n’ èsteût qu’on broû ; lès tchaurs moussîn’ dins lès warbeures jus­qu’au mouyou, èt on côp qui l’ nêt èsteût touméye, pont d’ lampe byin-entendu, il î fieûve ossi spès qu’ dins on for : i faleûve èsse franc po-z-î wasu moussî. One vôye qui l’ bon Dieu n’ î a jamaîs passé.  C’ èst là portant qu’ lès raupéns dè viladje alîn’ aus meûres di tchén ou aus pètchales quand leû mére nè l’ saveût nén. Pace qui, ôtrumint, i n’ èsteût nén question d’ î aler balziner. « N’alez nén djouwer par là, savoz, d’djeûve-t-on, pace qu’ i n-a dès leups !». Èt c’ è-st-insi qui po lès djins dèe viladje, ci rouwale-là a divenu « li Rouwale dès Leups».

 

Au pîd, dins l’ tournant, c’ èsteût l’ maujone dau Nès’ Bertrand.

On djoû au matén, qu’ on-z-aleûve intrer è l’ iviêr, li Nès’ faît l’ toûr di s’ maujone po z- aler douviè l’ uch à sès  bèrbis èt lès lachî è pré : l’ uch èsteût grand au laudje èt pus nén one bièsse en d’dins. I ‘nn’ aveût cénk èt on djon.ne, qu’ il aurdeûve po l’ Noyé, s’ apinse lu.

« Tènoz, godom, si di-st-i, èst-ce qui dj’ âreû rovî d’ lès rèssèrer, mi ? èt sèrîn’-t-èles dèdja biséyes èvôye ? » Noste ome faît l’ toûr dè pré : lès bièsses èstîn’ ramonceléyes lauvau dins one cwane, ci qu’ èles ni fièt jamaîs. Come si on l’s-î âreût ieu tchèssî. Mins il è mankeûve deûs : li mére èt l’ djon.ne bèdot. Saîsi, on-ome !

Rôsalîye di mon Eûjène, qui leûs deûs djârdéns s’ djondenèt, a tot d’ sûte bén vèyu qu’ i s’ passeûve one saqwè. Elle vent à l’ copète di l’ âye èt fé l’ tour di s’ pachi da lèye po si en cas… mins bèrwète ! Pont d’ bèdot ni d’ bèrbis, come di jusse.

One eûre pus taurd, li novèle aveût faît l’ toûr dè viladje. « É ! on-z-a v’nu aper les bèrbis dau Nès’ di mon Bertrand !» Noste ome fieûve on visadje come on procès-verbal .

Nén lon èrî dè ri, i n-aveût è bas dè viladje one minâbe pitite maujone qui n’ raviseûve à rén èt qu’on-z-âreût co pus rade pris po on stauve qui por one maujone. Lès djins qui vikîn’ là-d’dins, on n’ lès conicheûve wêre. C’ èsteût dès-espèces di barakîs, dès gobieûs qu’ alîn’ aus-uchs dins lès viladjes vwèséns. Il avîn’ one binde d’ èfants qui bèrôlîn’ todi à mitan moussîs èt qui n’ duvîn’ nén mougnî leû crèton tos lès djoûs… Quand on causeûve di zèls, on d’djeûve « lès cis di d’dins lès prés ». On n’ î aleûve qui par one pîd-sinte. Is n’ abitîn’ pèrsone è viladje èt on s’è d’mèfiyeûve, faut-i dîre.

Divant prandjeure, ça n’ fieûve nén on pli : lès bèrbis, c’ èst zèls què l’s-avîn’ gorelé. Mins quî èst-ce qu ‘âreût bén wasu aler toûrner par là ?

Li feume, ça aleûve co, mins l’ ome ! On grand mau bèle aîr, bâti come on tchin.ne, one espéce di Tarzan avou one rossète baube. Pèrsone nè l’ waseûve aprochî.

Ci qu’ a sbaré lès djins, èt quand dji di « sbaré », c’ èst co pau dîre, c’ èst qui quénze djoûs d’vant ça, on-z-aveût d’dja ètindu dîre one drôle d’afaîre insi : Adèle di mon Diam, qui d’mureûve è l’ vôye dès Cortis, à saquants-ascauchîyes di d’ là, aveût trové en s’ lèvant, totes sès  payes rèvoléyes. Pus nén one seule è polî, qui l’ uch èsteût portant à deûs pas dè su d’ leû maujone. Siya, il è d’meureûve deûs, li cok èt one-ôte, qu’ èstîn’ sitauréyes à l’ têre avou l’ tièsse djus. Mins nén one plume nule paut èt nén one seûle gote di song.

Dissus l’ momint, nos djins s’avîn’ dit : c’ è-st-on r’naud ou one fawine. On-z-a d’dja vèyu ça. Mins l’ Taupier, qui n’ dimeure nén lon èrî d’ zèls èt qui s’ î conèt dins lès sauvadjès bièsses, aveût lèyî ètinde qui cès bièsses-là ni moussenèt dins les polîs qu’ au momint qu’ èlle ont dès djon.nes. Au bon timps, qwè. On-z-èsteût quausu à l’ Tossint. Ci n’ èsteût sûr nén ça…

–      « Dès poyes qui pondîn’ leûs-oûs tos lès djoûs !» ènn’ aleûve-t-èle, lèye, Adèle, èt qui ‘nn’ avîn’ sitî qwêre au mârtchî d’ Hanut èt payî bon-z-èt tchêr.

Et on l’ comprind bén, l’ comére. C’ èsteût one piété, tot l’ min.me.

« Mins avîz sèré vosse bawète ? »

Èle n’ è saveût pus rén come di jusse. Èt pwis, quî èst-ce qui sondje todi à tot ?

Ça faît qui l’ champète s’ ènn’ a mèlé. Il èsteût timps. È viladje, l’ afaîre fieûve on rafut qui ç’ n’ èst nén dè dîre, on r’moûwe-mwin.nadje di Dieû l’ Pére.

–      « Dijoz-me tot ç’ qui vos v’loz. Ça n’ pout èsse qui zèls ». Nosse Florent a pris s’ coradje à deûs mwins, èt potchî su s’ vélo ; èt-z-aler veûy qwè « dins lès prés » d’abôrd ; èt l’zî d’mander qwè èt come. Il a r’toûrné tote li maujone èt tos lès camoussaus d’ avièr-là. Bèrwète èco on côp: nén on pwèl di bèrbis ni è bas ni au là-hôt. Mins dji n’ vos wasereû rèpèter li voléye di pîds d’ pourcia qui l’ pôve diâle a ramassé après s’ tièsse.

Tot doûcètemint, li viladje s’ a rapaujeté. On-z-a pris ça autoû d’ lu. On s’ a faît à l’ idéye qui c’ èsteût dès fawines, èt qu’ i faleûve bén waîtî dè rèssèrer sès  poyes. Mins po lès bèrbis, on-z-aveût bau tour­ner èt r’toûrner l’ afaîre, on n’ vèyeûve nén pus clér qui l’ prumî djoû.

Ci n’èsteût nén tot. On bia djoû, saquants maujones pus lon, c’ èst lès trwès bèrbis da Gautier qu’ èstîn’ èvôye. Èt pwis lès deûs gades daus fèyes Moureau. Lès fèyes Moureau, c’ èsteût deûs vîyès coméres qui d’meurîn’ totes seûles è mitan dè viladje. Èles tinîn’ one vatche èt deûs gades èt viker tot p’titemint d’ leû djardén. È bén, on-z-a v’nu zwèper lès deûs gades ! Dji t’ dimande one miète. Qu’ i l’zî a falu dès djoûs po royu leûs songs, lès pôvès coméres !

 

C’ èsteut quausumint leûs-èfants, zèles, ces gades-là.

Èt pwis enfén, li ci qu’ a vraîmint foutu l’ pètche è viladje èt d’ner po d’ bon l’ pèpète aus djins, ç’ a stî Mustia, li trècinsî dè l’ cinse Dupont. Mustia, ci n’ èsteût nén l’ ome à raconter dès bièstrîyes. C’ èsteût-on-ome fiyauve s’ i n-aveût onk.

Ci djoû-là, il èsteût justumint èvôye tchèrwer su l’ campagne di Bounêfe èt aviè cénk eûres à l’ nêt, quand il a ieû distèlé, c’ è-st-à n’ nén crwêre, il a rivenu dîre qu’ il aveût aporçût d’ au lon one cope di leups, èt qu’ is r’brokîn’ è Bwès d’ l’ Abîye avou trwès djon.nes à leû cu.

Ê, Mustia, ‘l èst bon, sés-se ! Ni va todi nén raconter cite-là à on tch’vau d’ bwès, sés-se ! C’ è-st-one couye, in, ça ! Qui dj’ toume mwârt vêci, tin d’abôrd !

Li Bwès d’ l’ Abîye, si vos passez par là, djè l’ di platèzak, vos ne l’ vièroz nén. I n’ è d’meure quausu pus rén : tot-au d’pus saquants vîs-aubes qui lès mwin.nes avîn’ planté zèls min.mes là dès-ans èt dès razans. Tot l’ rèsse a stî abatu avou l’s-an.néyes. Mins ‘l a stî l’ timps, i n-aveût là saquants bias bounîs d’ bwès : dès tchin.nes, dès faus, dès tchaurnias èt que sé-dje co.  C’ èst ç’ qui lès vîyès djins racontîn’, todi. Mins jamaîs, au grand jamaîs, on n’ aveût vèyu dès leups là-d’dins. Là one éternité qu’ i n-aveût pus nule paut, du rèsse, on l’ sét bén, èt surtout nén après nos-ôtes, qui ç’ n’ èst quausu qu’ totès campagnes.

« Mins Mustia, èstoz bén sûr qui c’ èsteut dès leups ? Vos-avoz vèyu dobe, in por mi.  C’ èst dès tchéns, in, Mustia, qui v’s-avoz vèyu !»

« Non.na, dji vos l’ garanti : lès tchéns sont byin pus p’tits èt is n’ bèrôlenèt nén come ça tot seûs dins lès campagnes, èt is n’ ont nén dès si grands pwèls. Vos n’ mi sètcheroz nén foû dè l’ tièsse qui c ‘èsteut one famile di leups qu’ èraleûve è bwès. Dès bièsses come dès vias. Qui crèvîn’ di misére, po l’ pus sûr !»

Pus bia qu’ ça : on djoû à l’ vièspréye, li pus djon.ne dès gamins d’ mon Doche, va au cwamejî riqwêre dès solés da s’ popa. Èst-ce qu’ i n’ racoûrt nén en brèyant sès-ouys tot foû è d’djant qu’ il a aporçû lès deûs leups au-d’dizeû dè l’ rouwale ? Enfén leûs tièsses. Qu’ il èstîn’ à l’ awaîte dins lès bouchons.

« Siya, à l’ copéte di l’ uréye, dins lès bouchons, jusse divant mon Lèrwè : dj’ a vèyu deûs tièsses di leups, avou leûs grandès-orèyes fines drwètes èt dès-ouys qui ratchîn’ come dè feu.»

 

Ci côp-ci, i n’ aveût pus à aler conte : lès bèrbis dau Nès’, lès poyes da Adèle, qui pondîn’ si bén, lès deûs bikes dès fèyes Moureau, c’ èsteût zèls, lès leups da Mustia, lès leups dè l’ cam­pagne di Bounêfe. Volà, waî, l’ afaîre !

Il èsteût timps dè rèssèrer sès-uchs ci côp-ci. On côp qui l’ nêt èsteût touméye, tot l’ viladje si racayuteûve padrî sès volets èt n’ pus wasu mète on pîd à l’ uch. Après l’ soper, lès-omes alîn’ djouwer leû paurt avou l’ bordon è leû mwin. Lès feumes tron.nîn’ è leû culot en rèpitant leûs tchaussètes. Lès-èfants ni volîn’ pus aler dârmu tot seûs.

Dès samwin.nes au long qui ça a duré ; lès djins passîn’ leû nêt à choûter. One drèsse qui grûcîye èt on-z-èsteût r’lèvé. « Vèyoz qu’on-z-aveût raîson dè loumer c’ vôye là « li rouwale dès leups» ! Dèe l’ djoûrnéye, on-z-a ètindu clawer èt cabouchî pa t’t-avau tot l’ viladje. On-z-a r’mètu dès vèras èt dès clitches aus-uchs, rèfwarci lès pénteures, rabroketer lès baurîres, ristoper lès bawètes èt lès rayèles avou dès twatches di strin, Élwè, lu, li tchaurlî, ni saveût pus auquénk ètinde ; il a ieû d’ l’ ovradje po quénze djoûs. D’ au matén à l’ nêt. Come qwè, li mâleûr da onk pout fé l’ bouneûr d’on-ôte.

 

Li dêrine, c’ èst justumint lu qui l’ a raconté. On djoû au matén, èst-ce qu’ i n’ vent nén dîre qui l’ djoû di d’vant à l’ nêt, qu’ il aveût d’vu ovrer jusqu’à bén taurd po-z-ayèssî sès pratikes, il aveût ètindu « come one bièsse » qui v’neûve ouder èt grèter pa-d’zos l’ uch di s’-t-atèlier. Il aveût foutu on côp d’ pîd è l’ uch èt-z-ètinde one saqwè qui pèteûve èvôye. Mins faleûve-t-i crwêre Élwè ? Pace qui noste ome, il èsteût r’conu dins tot l’ viladje po-z-èsse on boûreû d’ crakes jamaîs parèy. « Élwè, quand i dit one saqwè, on-z-è pout todi bén raboter li mitan.» Surtout qu’ i d’meureûve au Wèya, à l’ ôte dibout dè viladje en ‘nn’ alant su Ambrin.ne èt qu’ i n’ s’ aveût co rén passé di ç’ costé-là. Jusqu’adon enfén.

N’ èspêtche qui ça n’ a rén arindjî : on vèyeûve dès leups tos costés. Si bén qui l’ dimègne d’ après, divant grand-messe, saquants coméres ont stî trover l’ curé. Ayi ça. Ça n’ poleûve pus durer insi. I faleûve fé one saqwè, èt l’ pus rade possibe. Li curé a dit ayi tot d’ sûte.  C’ èst qu’ il aveût dès poyes ossi, lu, l’ curé.

Èt l’ lèddimwin, il èdaumeûve one nouvin.me di tos lès diâles. Èt-z-aler dîre li tchapelèt tos lès djoûs à l’ tchapèle di sint Rok à l’ copète dèe l’ rouwale . Après l’ tchapelèt, il atakeûve li litanîye dès sints. Sins-è rovî on seûl, èt surtout nén lès cis qu’ on va trover po lès bièsses : sint-Antwin.ne po lès pourcias, sint Rok èt s’ tchén, sint Françwès po lès colons èt lès p’tits mouchons, sint Hubêrt po lès tch’vaus èt lès baudèts, sinte Brîye po lès mamites dès vatches, (nos-ôtes, on d’djeûve « Bréjite »),… I n’  è rovieûve nuk.

Adon pwîs, divant d’ è raler, i n’ rovieûve jamaîs non pus dè dîre one pâtêr èsprès po lès leups: «A lupis aliisque féris bestiis, libera nos, Domine». Çu qui vout dîre : « Dès leups èt d’ totes lès-ôtès sauvadjès bièsses, chapez-nos, Sègneûr ». Èt i l’ rèpèteûve trwès côps. Min.me qu’ on djoû, li vî Clovis’ Lallemend aveût rèspondu platèzak, tot r’mètant s’ calote dissus s’ tièsse :

–      « Ayi, mile dieûs, tè l’ pous bén dîre ! èt qui l’ diâle lès-apice tortos, godfèrdom !»

Èt l’ curé aveût rèspondu : « Amen ».

Adon pwîs, èst-ce li nouvin.me ? Ou lès clitches èt lès novias vèras ? Todi è-st-i qu’ i s’ a passé saquants djoûs sins qu’ on n’ cause pus d’ rén. Saquants samwin.nes min.me. I n’ a pus rén ieû jusqu’à l’ novèl an. Mins ç’ djoû-là, on ‘nn’ a apris one bèle. Todi Élwè. Nosse tchaurlî fieûve li toûr dè viladje po-z-aler touchî sès caurs. Come tos l’s-ans. Mins deûs gotes par ci, trwès par là, po fini, l’ ome atrapeûve dè l’ babile; èt on lî a faît dîre qu’ i n’ aveût jamaîs pont ieû d’ leups nule paut.

–      « Pont ieû d’ leups ? Què dis-se, là, twè, Élwè ? Pont ieû d’ leups ?»

Èt i riyeûve, li fô ! I riyeûve come on bossu !

–   Non.na, don, i n-a jamaîs pont ieû d’ leups. Alez ! lès bèrbis dau Nès’, on n’ lès-a jamaîs v’nu aper, in !

I lès-aveût vindu à on martchand d’ pourcias d’ aviè Wasèdje. Què l’s-a v’nu tchèrdjî avou s’ rododo on londi à cénk eûres au matén. Po-z-èbarker au martchî.

–   « Èt Mustia, d’abôrd ?

« Bén, c’ èst lu, in, qu ‘aveût èmantchî tote l’ afaîre. Enfén nos-ôtes deûs. On v’leûve rîre one miète, là. Dès leups su l’ cam­pagne ? Bén, la dès-ans èt dès razans qu’on ‘nn’a pus vèyu nuk, vos compirdoz bén !»

–  « Èt lès poyes da Adèle ?

« Â, ça c’ èst bén l’ vraî, nos n’ î èstans po rén : c’ èsteût dandjureû dès fawines, zèles. Mins ni v’s-è fioz nén : là dès mwès èt dès mwès qu’ èles ni pondîn’ pus on-oû, cès vîyès poyes-là.»

« Â, bén ç’ côp-ci ! èt lès gades ?»

–  « É bén, si vos rimplichoz lès vêres, dji v’ dîrè qwè avou lès gades ! »

« Rimplichoz lès vêres, Marîye !»

–   « Lès gades ? – èt i s’ flacheûve à rîre ! -, lès gades, bén, c’ èst mi què l’s-a stî qwêre, in, lès gades, dins on satch, po l’zî djouwer one quénte, aus fèyes Moureau »

–  « C’ èst vos ? Ayi, mins on n’ faît nén dès-quèntes insi, in, Élwè. À cès pôvès coméres-là ! Èles n’ ont nén dandjî d’ ça !»

– « Ni v’ trècassez surtout nén por zèles. Èles lès râront, leûs gades ; èlle ont stî bén è nosse maujone. Dimwin au matén, èles sèront r’mètoûwes è leû trau. Bén crausses èt bén r’chandîyes. Djè l’s-a nouri come i faut, m’ fèye. Èles sont crausses come dès lotes.»

– « Â, bén, ç’ côp-ci.  C’ èst todi bén twè, sés-se ! Fénèyant, va ! »

 

Joseph SELVAIS, R.N.

 

trècinsî : chef de culture

èdaumer : entamer

tchaurnia : charme

rayèle : fenêtre étroite d’étable

vèra : vèrou

Wasèdje : Wasseiges

 

Annie Schmidt, Lès leups, in : VA 14/08/2000

 

On v’s-a conté dès-istwères di leups

Po vos dîre après : ” C’ èst dès crakes !

Èt portant, l’ monde dès grands ‘nn’ èst plin…

Il ont one marone, on casake…

Pacôps, dès cotes ; ça n’ vaut nin mia :

On n’ si d’mèfîye nin d’ cès-ti-là !

Mins lèyans tot ça po pus taurd,

Tant qu’ por vos, « boubounes »  vaut d’ pus qu’ «  caurs » !

Mètoz bin vo poupènes è cwète .

Qu’ èles faîyenuche dès grossès nan.nètes !

Astapelez dès moncias d’ blokias !

Fuchoz nosse pitit sauvèrdia !

Fioz gâtéye ! I gn-a co dès djoûs !

Racwètichoz vos è nosse choû !

Ramadjîz avou vos poupenètes… .

Vos n’ conechoz nin co lès gazètes.

Èles vos-apudront timpe âssez

Qui vosse pitit monde èst r’vièssé !

 

Combin d’ timps saurans-nes alachî

Lès leups, divant d’ lès d’vu lachî?

 

(Lès sôdârts ni sont pus di stin.

C’ èst l’ payis dès grandès djins.)

 

 

Malaujîys mots :

 

è cwète : corne dins on nid, on r’cwè

fé nan.nète = dwârmu (po d’s-èfants)

astapeler = fé on moncia arindjî

on blokia = on blok di bwès po l’s-èfants djouwer

fé gâtéye = si sèrer conte one saquî qu’on vèt voltî

one poupenète = one poupène po djouwer au tèyâte

alachî = tinu à l’ lache

 

Maurice Lambert (Bièrtogne / Bertogne)

 

Li leûp do bwès Marète

 

On franc leûp, pus maîgue qu’ on sorèt,

Ni trovot rin po marèdè.

I vèt one bèle pètite bikète

Qui s’ anoyot dins l’ pré Mèchète.

« Bondjoû, ma seûr ! », di-st-i come ça ;

« Come i faît trisse dins vosse pature !

Pôve pètite djin… Vosse vîye èst dure !

È-st-i possibe di d’moru là !…

Si vos voûrîz v’nu avou mi,

Lâvâ dins 1′ bwès d’ amon Marète,

Mi, dji vos djure, ma chére bèbète,

Qui vos sèriz dins l’ paradis ! »

« Dji vou bin vos creûre, mi, Mossieû »,

Di-st-èle come ça, la sote bikète ;

« Maîs… i parèt qu’vi gn-è dès leûps,

Lâvâ, dins 1′ bwès d’ amon Marète. »

« Maîs… avou mi, ma p’tite fèfèye,

I n’ vos fât avèr poûr di rin !

Si on leûp mostère sès-orèyes,

Sins tchiketè, dji lî câsse sès rins ! »

La couratrèsse fonce dins 1′ bokâ.

Vo-lès-là, po 1′ pazê Frankâ,

Èvoye drèt su 1′ bwès da Marète

Sins dîre à r’vèy à Tur Mèchète.

On-z-è r’trovu à pîd d’ one hèsse,

Lès cwanes èt la paî do l’ pôve bièsse…

I s’ fât mèfiyè, dé, mès djins,

Dès galiârds qui djâsant trop bin !

 

E. Gérard (Îve-Gomezéye / Yves-Gomezée)

 

Èl leup d’ bos èyèt l’ tchin d » vatches

(d’ après l’ fauve da La Fontaine)

In leup d’ bos n’ aveut qu’ èl pia su l’s-ochas

Télemint qu’ lès tchins d’ tchèsse èl chûvint d’ asto.

In djoû, no leup s’ a trouvé nez à nez

Avou l’ gros tchin dè l’ cinse du cwin du bos,

Grand, spès, èt tots r’lûjant d’ ièsse bin sognî.

« Èç’ tchin-ci, ça s’rè mèyeû qu’ in p’tit lapin ! »

S’ rèpète-t-i, l’ leup qu’ aveut co chôpe sès dints.

« Maîs i faurè s’ bate dur po l’ èstran.ner ;

I m’ cheune qu’ in tchin d’ cinse, ça sét s’ èrvindjî

Vaurè p’tète mèyeû fé camarâde avou ! ».

Adon, no leup atèrprind l’ tchin doûcemint.

Ç’tici, nin malin, fait l’ bièsse à bia tch’min.

« Dji n’ ti comprind nin du tout, lî di-st-i,

D’ viker dins l’ bos, d’ mougni dès bièsses crèvéyes :

Mouchons, soris, viêrs, dji n’ sé nin tout qwè.

Vins m’ aîdi à l’ cinse, tu s’ras bin noûri.

Ti n’ auras qu’ à waîti nos coks, nos pouyes,

Nos p’tits bèdots, nos vias, nos tch’vaus, nos vatches,

Abawyi in côp quand on vint à l’ cinse

Èt fé bèbèle avou l’ maîsse èt l’ cinsiêre ».

No leup s’ sint tout près à lî dîre què wèy

Quand i tape ès’ vûwe su l’ colé du tchin.

« Tén ! Qwè-ce què c’ èst d’ ça », di-st-i, tout r’toûrné ?

« Ô !  c’ èst rin çoula, rèspond-i, l’ tchin pènaud,

C’ èst pou m’ raloye à m’ tonia, dè l’ nût ».

« Di qwè ? On t’ aloye : n’ èst nin possibe, èn’don ? »

Po survèyi l’ intréye, faut s’î t’ni d’ près,

Adon, rin à fé, i faut qu’on m’ alache. »

« C’ èst ça ! », di-st-i, l’ leup. Quand t’ è-st-aloyi

Si on t’roublîye, tu crèves di seu èt d’ fwin

Maîs lès tchats à l’ crin.me, is s’ èrlècheneut bin !

Choûte, grand cras tchin, mi, i m’ faut m’ liberté,

Ca, au mwins,  c’ èst l’ pus bèle dès vèrités ! ».

Èt l’ leup a waîti ‘nn’ aler l’ tchin tout seû

Èt, sins-èsiter, a r’mouchi dins s’ bos

En l’vant s’ long nez èt s’ mètant à bon vint.

 

MORALITE

Vaut mia in mouchon dins s’ mwin qui deûs su l’ aye

Pou vinde ès’ lîbèrtè, n’ faut rin awè dins lès tripes.

 

Louis Nisen (Goûvi / Gouvy), Li leup èt l’ ognê

 

d’ après Lafontaine          

 

On bê djoû d’ èsté, on-ognê tot frèsé, tot crolé

Avou lès-ôtes matons, pastureût so « Crombé » .

Li bièrdjî èvès non.ne lès-aveût abuvri o « Coreû ».

Après-aveûr bu, tot l’ tropê èsteût bin è l’ ombe qu’ i prandjeleût.

L’ êwe do ru aveût si bin gosté à l’ ognè

Qu’ i s’ aveût catchi li long do p’tit ruchê.

I s’ bagneût èt buveût, tot rotant o bî

I ‘nn’ aleût d’pûd si longtimps, qu’ il èsteût d’jà l’ long d’ Goûvi.

Il ariveût adon, là qu’ atake li p’tit rû

D’ oû-ce qu’ on s’ troûve à l’ fontin.ne do Sû.

Qwad i s’ vèya si lon, i s’ mèta à rid’tchinde

Mês tot-à-n-on côp, on li criya d’ ratinde

I vèya ariver d’après lès « Djarbadjes » on grand èwaré leûp

Qui, rin qu’d i l’ vèy, vineût sûr do « Tron.neû ».

« Dji t’ î prind, houlà ti, d’ anicheter l’ êwe qui dj’ vou beûre.

Ti fês do tchapotadje d’pôy quâsi one eûre. »

Ti deûs bin saveûr qu’ à non-ne, tos lès djoûrs, »

Dji m’ vin abuvri tot m’ catchant ozès foûrs. »

« Èscusoz-me, mossieû l’ leûp, mês vos p’loz beûre volà d’zeûr. »

« Ti n’ ès qu’on polak, ti n’ as vrêmint pont d’ keûr

Pwîs d’ ayeûr, ‘là passé quasimint deûs-eûres.

Dji n’ âreû d’djà fêt çoula, d’ji n’ a qu’ dîs samin.nes »

Si c’ èst t’ fré, t’ soûr, ou t’ cousine jèrmin.ne

Ou co t’ bièrdjî èt sès tchins, v’s-èstoz tortos lès min.mes.

Dj’ ènn’a m’ compte, èst-ce qui t’ vas paye li sâce ?

Pace qu’avou vos-ôtes, c’ èst todi on-ôte li câse ».

Tt d’hant ça, i broka so l’ ognè èt d’on côp d’dint l’ sitronla.

I l’ hîrtcha èn-on p’tit bwè, èt c’ èst là qu’ i l’ magna.

 

Qui ç’ sèye à Goûvi, Halconrû ou Corti,

C’ èst todi l’ gros qui magne li p’tit.

 

Maurice Chapelle (scrît / écrit à Ilsenburg – Stalag XI A Kde 1225)

 

Li leup èt l’ hêron

D’après Phaedrus (1 s.)

 

In leup fwârt galafe a stî pûni.

Èn-ocha avalé avèt diskindu d’ truviès

Au fin fond di s’ goyî.

Il ènn’ avèt d’mèré ècruké !

I faît l’ gros dos pou l’ vômi,

I s’  bèrôle à l’ têre,

Èfonce sès grawes pou li r’ssatchî

Rin à fé ! Qué misére !

Ni seûchant pus rèsister

À sès soufrances,

I va, sins balziner,

Trouver totes sès conechances,

Leû promètant, s’ is tirîz ç què l’ jin.nèt,

Dè lès bin payî !

Èn-hêron, vèyant qu’ i stron.nèt

Vout bin assayî.

Dins l’ gueûye dè l’ bièsse

I stitche si long bètch,

Atrape l’ ocha qu’ èstèt d’ crèsse

Èt d’ sès  maus, i l’ diskèdje !

— « Asteûre, di-st-i, faut ièsse fidèle !

Douvièz vosse boûsse di twèle

Pou m diner m’ dringuèle

Qui dj’ a mèrité pou m’ travay ! »

— « Ti n’ aurès rin, sot !

Wôrs di m’ gueûye, canaye !

Haîtî èt sauf, ti vas r’tirer t’ cô

È i faurèt co qu’ dji t’ paye ? »

 

Fioz dou bin à in vilin èt i tchîrè è vosse mwin !

 

 

Armand Lejeune (Rwè / Roy) d’après Lafontaine, in : Singuliers, 2, 2010, p.23-24

 

 

Li leûp èt li r’naud

 

Malêjis mots

Adrèt = adroit. / coron = bout. / leûp = loup. / auji = facile. / poûjè = puiser. / potchè = sauter. / pous’ = puits. / r(i)naud = renard. / sèyê = seau.

 

I gn-a pus wêre di r’nauds asteûre dins lès bwès di Rwè ; mês do timps passé, on-z-a vèyéve brâmint, brâmint trop’ à 1′ idée dès djins. I gn-avéve min.me dès leûps, çou qu’ on n’ êméve nin mî, èt on n’ aurèt jamês stî coûtchè sin alè fè l’ toûr dès stauves èt dès bièdjerèyes èt stopè come i faut lès-uchs èt lès bawètes, ca cès mèchantès bièsses-là vènint co bin do l’ nut’ jusqu’au vièdje.

C’ è-st-insi qu’ on r’naud passéve on côp, addé 1′ vî pous’, divant mon Colas Sèrmi. Cûrieûs come il èstéve, i l’ va rwêtè d’ tot près, èt à s’ grande surprîse, i veut ô fond on bê gros froumadje di Holande.  C’ èst çou qu’ i pinséve, mês ci n’ èstéve rin d’ ôte qui 1′ plin.ne lune, qui s’ miréve è 1′ êwe.

– À ! Si djo l’ p’léve avèr !, di-st-i, qué régal !

Po poûjè 1′ êwe, i gn-avéve deûs sèyês atatchès âs deûs corons d’ one grande tchin.ne qui toûrnéve autoûr d’ one rowe di fièr, pindoye au dzeû do pous’. Quand onk dès sèyês d(chindéve, 1′ ôte rimontéve, ça fêt qu’ i gn-avéve todi onk o d’zeû. Li r’naud potcha d’dins èt vo-le-là au fond !

Come il èstéve fwârt lèdjîr, li sèyê n’ èfonça min.me nin è l’ êwe. C’ èstéve dèdjà one chance, mês kimint r’montè ?

Eûreûsemint por li, on leûp vint à passer, èt tot-‘ssi curieûs qu’ li, i va vèy o pous’.

– Â ! Leûp ! Criya li r’naud tot binauje, en vèyant s’ grosse tièsse.

– Qu’ èst-ce qui to fês là ?, di-st-i, l’ leûp.

– Çou qui dj’ fê ? Wête on pô l’bê froumadje qui dj’ vin d’ atrapè. Mês il èst brâmint trop gros por mi. Dji n’ è vêrê jamês â coron si to n’ mi vins nin êdè.

– Dji vou bin, mi, mês kimint î arivè ?

 

– Rin d’ pus auji ; t’ as on sèyê, in, d’zeû t’ tièsse ; mousse didins èt to d’chindrès tot seû.

Èt 1′ leûp, grosse bièsse, 1′ a choûtè èt il a d’chindou. Come il èstéve brâmint pus pèsant, il a d’chindou si vite èt si bas, qu’ i s’ a nèyè.

Èt do min.me côp, li r’naud a r’montè  à l’ copète.

— Â ! Dj’ ê stî sèrè ! Di-st-i, en courant èvoûye. Enfin, vo-me-là chapè, c’ èst malèreûs po 1′ camarâde, mês c’ èst 1′ pus malin qu’ atrape 1′ ôte, parèt.

 

Joseph Houziaux, in : On d’méye cint d’fauves da La Fontin.ne, 1946

 

Li leup èt l’ tchin

 

Gn-aveut des leûps dins l’ timps

Dins les tiènes do Molin.

Is-ont tant stî k’tchèssis

Qu’ gn-a pupony avau-r-ci.

Quand les-èfants di m’ timps s’ astaurdjint dins les bwès,

Po lès fè dispêtchi, lès fé ralè tot drwèt,

On lès-î d’jeut — maniére do lès fè awè peû —:

Aloz-r-z-è d’dé vosse mére, vos s’roz mougni do leûp !

One di cès laidès bièsses qu’ èsteut tofèr trakéye

Ni p’leut vraîmint pus aye à fwace d’ èsse sicrotéye.

Télemint qu’ èlle aveut fwin, èle ni saveut pus qwè

Èt vo-le-là arivéye jusqu’à l’ cinse do l’ Rodje-Crwès.

Gn-aveûve on gros tchin d’ coûr qui rôleûve addé l’ grègne

Èt person.ne avau-r-là, pace qui c’ èsteut dîmègne.

 

« Quéne chârmante ocâsion, si dj’ wâseu l’ atakè,

Tûseut-i dins li-min.me ; maîs i n’ faut nin s’ riskè

Do dârè su ç’ bièsse-là: èle est crausse come on lote.

Causans-lî paujîremint… Qué  bia  pwèl,  sapèrlote!

« Bondjou, mossieû! »,   di-st-i,

« È bin! dji m’ fou d’ minti,

Vos-avoz one rude panse

Èt one fameûse hanète

Faut crwêre qui vos fioz bombance

Èt qu’  c’ èst todi guinguète

Dins ç’ maujone-ci !

—  Ti n’ as qu’ à fè come mi,

Li rèspond-t-i  1′ mâtin; c’ è-st-one bin pôve idéye

Do rôlè dins les bwès po rasgotè l’ foûréye.

Vins t’ ègadgi à l’ cinse, gn-a cor one place por twè.

—  Ça n’ sèreut nin di r’fus, maîs qui m’ faureut-i fè?

—  Ô ! nin grand tchôse, valèt: mwinrnè lès bièsses au ri,

Alè r’côpè les vatches

Quand èles fiyèt do ravadje

À l’ intréye do corti.

Bawyi après lès djins

Qui n’ ti r’vêront nin bin,

Tènawète lètchi t’ maîsse.

Ti frès bin çola, taîs-se! »

Vola l’ leûp tot  binauje

D’ one paréye ocâsion

Do p’lu mougni à s’-t-auje

Èt d’ awè dobe râcion.

Maîs tot tapant les ouys dissus s’ novia confrére :

« Qu’ as-se faît à t’ cô?, di-st-i, t’ ès tôt d’chavè!

—   c’ èst do satchi su l’ lache quand dji sus atèlè!

—  Atèlè ?, rèspond l’ leûp. Qui dis-se, don, là, vî frére?

Ça faît qu’ ti n’ coûrs nin come ti vous?

—  Dji su loyi do l’ nêt èt pa dès côps do djoû.

–          Ô! didins ç’ cas-là, dji n’ mousserç nin à 1′ cinse,

Vikè sins libèrté, dj’ ènn’ aureu nin 1′ pacyince;

Dji m’ va vèy avau-r-là s’ on n’ veut nin on bèdot. »

Là-d’ssus, i pète au diâle, èt dandjereûs qu’ i coûrt co!

 

Li leup èt l’ tchin

 

d’après La Fontaine

 

In leûp qui moreut d’ fwin,

Qui n’ aveut rin dins s’ vinte,

Rèsconte in djoû in tchin d’ coû,

Gros come in bieu.

– Si dj’ pouveu l’ atakè,

Si dj’ pouveu li stron.nè.

Mins vas-è, twè, atakè in tchin d’ coû,

Quand i gn-a rin dins t’ vinte!

Vaureut co mia causè d’ bia.

– Bondjoû, mossieû l’ liyon!

Comint-ce qui ça va, don?

– Ô, fwârt bin, di-st-i à basse vwès,

Come in vicaîre quand i tchante li “Préface”.

– Ayi, on vwèt bin à t’ frimousse,

Què t’ mindjes dipus d’ laurd qui d’ crousse.

– Vins t’ ègadji à l’ cinse !

C’ èst là qu’ on fét l’ frichetoûye.

T’ auras pou d’djènè,

Ène cabouléye au pwès.

Èt pou din.nè,

Trwès plats au tchwès.

– Ô, godouche !

Tè m’ fé v’nu l’ êwe à l’ boutche!

Mins l’ leûp qu’aveut r’mârkè,

Qui l’ cô du tchin èsteut tot pèlè,

Lî dit:

– Qu’ èst-ce qui t’ as là?

T’ ès tot plin d’ maus !

– Ô, quausu rin

C’ èst quand on m’ mèt à l’ lache, au trau !

– À l’ lache, au trau?

Ti n’ vas nin à ç’ qui t’ vous?

– Nin toslès djoûs,

Mins ça n’ faît rin,

– Comint ça n’ faît rin?

Por mi, ça faît si bin,

Qui dji faî ène crwès,

Su l’ cabouléye au pwès,

Èt su lès trwès plats au tchwès.

La d’ssus, l’ leûp toûne ès’ dos,

Pète à gaye èt coûrt co!

 

– Dji n’ su nin sôrti foû d’ in-oû d’ baudèt,

Èt pont d’avance di sayi d’ mi scrotè,

L’ bokèt d’ fromadje qui sint bon à l’ narène

Èt qu’ dji n’ donereu nin min.me à m’ cousène! “

 

Tot d’ djant çoula, i douve tot grand s’ bètch,

Èt lèye tchèy si fromadje, qui l’ tchin r’lètche!

V’lant l’ riprinde foû dès dints du roussia tchin,

L’ôte l’ apice èt l’ agne au cô aujîyemint,

Li mougne èt tchaît rwèd mwârt come ène vîye tchaussète,

Ca l’ mauviârd aveut lès nwârès plokètes !

 

Ç’ qu’ i faut comprinde, c’ èst qui :

 

Sayi d’ vikè è profitant dès-ôtes,

Qui nos fuchanche èn-ome ou bin ène crapôde,

V’lu ièsse ène-ôte djin qui ç’ qu’on-z-èst li-min.me,

Fé dès miséres èt sumé tant di in.ne,

N’ amwin.nera jamaîs rin di bin fameûs !

Fuchans binin.mè èt vikans eureûs!

 

Louis Nisen, in : Serge Neybusch, Claude Leruse, Etienne van Caster, Gouvy, 23 villages à découvrir au cœur de la Haute  Ardenne, ASBL Média Club de Gouvy, 1998

 

Qwand gn-aveût dès leûps à Rèteni (Rettigny)

 

Çou qu’ dji v’ va raconter à arivé gn-a jusse cint-cinkante ans

 mononke da m’ grand-pére à tot rivenant d’ Mont-l’-Ban.

Dji deû c’mincî pa dîre qu’ il èsteût d’ Rèteni,

I djoweût dè l’ viole èt il aleût fé dansi

Tot là qu’ on l’ dimandeût po dès nwèces èt dès fièsses.

O-z-èsteût è plin-îvièr èt i djaleût à bièsses.

 

I gn-aveût po one bone eûre po riveni o s’ viadje.

 dos, i pwarteût s’ viole èt quâsi on bagadje:

One fâmeûse nokéye di tâte qu’ on lî aveût r’mètou ,

Po qu’ lès cis di l’ mahon sèyinche dè l’ fièsse avou.

I v’neût d’ passer oute do viadje di Tchèrin

Qu’ adon,  i s’ abata qu’ il èsteût sèwi d’ on gros tchin.

 

I pinsa qu’ c’ èsteût l’ tâte qui l’ aveût atiré,

Mês, tot d’ on côp, l’ tchin s’ mèt’ à hoûler.

I vèya bin adon çou qui lî ariveût :

Li bièsse qui l’ sèweût, c’ èsteût bèl-èt-bin on leûp.

One hoûlayerîe, là pus lon, v’là qu’ il èstint à deûs

On pô dvant lu, co onk qui l’ atindeût.

 

Qui faleût-i fé ? I s’ mèt’ à cori…

Lès leûps, tot vèyant ça, divenint co pus hardis.

À tot pris, i lî faleût gangni do timps.

Â. sondja-t-i, si dj’ aveû on bokèt d’ pin !

Ô, mês, l’ bone tâte pôreût bin fé l’ afêre .

I l’zî tape on bokèt, pwîs deûs, c’ èsteût nin po lî plêre…

 

I s’ raprotcheût d’ Rèteni, mês o l’ nokée, gn-aveût pus rin,

Èt cès lêdès bièsses-là avint todi pus fin!

Tot pièrdou, i n’ saveût pus qwè fé, on l’ âreût stou po mons.

Ni s’ mèta-t-i in à l’zî djouwi on-êr di violon.

Èt lès leûps, l’ quawe au cou, s’ sâvint do costé d’ Brîhi !

 

Noste ome lèzî criya : «  Si dj’ âreû savou,

V’s-ârîz avou l’ êr di violon po c’minci ! »

 

06/01/1980

 

Le loup dans le langage (Emile Detaille)

(in: Echos de Comblain, 10, 1978)

El leûp dès Bos d' Sint-Vau (Ernest Haucotte)

(MA, 1969)

èl leûp / le loup (Joseph Coppens)

(Rif Tout Dju, 1992)

Le loup dans le dialecte et le folklore du Centre (Robert Dascotte)

(MA, 1969)

El leûp moûrt (Le Loup mort) (Conte nivellois) (Georges Willame)

(Wallonia, 1894)

Lu leûp èt l' agnê (René Dehez)

(in:  Lès fâves do Fré Tièdôr, RCW, Malmedy, 1985)

Li leup èt li r'naud (Zéphir Henin)

(Wallonia, 1893)

Li leup èt l' tchin (Les Cahiers Wallons) (anéyes / années 1940)

Lu leûp èt l' tchin (René Dehez)

(in:  Lès fâves do Fré Tièdôr, RCW, Malmedy, 1985)

Guy Mars (Sîbrèt / Sibret), in: Singuliers, 3, 2002, p.7-11

 

Èl leûp d’ Bèle-Êwe

 

Glossaire

à coûsse = rapidement

abateû âs bwès = bûcheron

abîe = vite

ascwâchée = enjambée.

asclawè = pincer, saisir en mordant

astokè = caler, étançonner

barlikè = pendiller, balancer

Bèle-Êwe = Belle-Eau (hameau de l’anc. commune de Sibret, auj. Vaux-sur-Sûre)

bignon = tombereau

bisteû = bétail

blamè = f1amber

bouchenadje = buisson

bôsse = boue

broke = croc, dent saillante

bwagne = borgne

cavale = jument

cèp’= piège (à gibier)

cochète = brindille

côper â coûrt = prendre un raccourci

crâye = fente

cwane = coin

dârè = foncer (sur)

dint = dent

dispouye = abats (d’un animal)

djènu = génisse

fon.ne = fourche

fignèsse = fenêtre

hapè = voler

hapée = laps de temps

hîrtchè = traîner

loumè = nommer

marchâ = maréchal-ferrant

marinde = repas de midi

mitchot = petit pain

monse = monstre

mour = mur

motwat = peut-être

ok, one = un, une

passè oûte = dépasser, passer au-delà.

pikète (do djoûr) = point du jour, aube

poûr = peur

potchè = sauter

potê = flaque

rabisè = revenir en vitesse,

raspwazè = reposer

rassèrè (su ~) = se renfermer

rawâde = attendre

rîlée = rangée

sèra = verrou

son.nè = saigner

stipe = étai

tofèr = toujours

tronlè = trembler

vèrzinè = s’affairer, s’activer

vièrtîre = charnière

vinâle : voisinage

viole = violon, crincrin

wâde = garder

wîkelè = grincer, crisser

 

 

Si asteûre, lès leûps sont èliminès d’ nosse payis, i ‘nn’ è nin stî tofèr insi. Jusqu’â sièke passè, la poûr dès leûps astét si fwate dins tote l’ Ârdène qui lès djins ann’ avint la frousse à té pwint qu’ il in.mint mî fè on grand dètoûr pa la campagne pus vite qui d’ côpè â coûrt pa lès bwès po rintrè a leû mâjon do l’ nut’.

Âtoû d’ dîj-ût’ cent cinkante, par la, dins tot l’ canton d’ Sîbrèt, on pout dîre, sins min.me ègzajèrè, qui ç’ astét one vèritâbe panike qui fjét tronlè lès djins su pîd, rin qu’ d’ a pârlè a l’ sîse. I n’ falét nin rawâde la nwâre nut’ po qu’ lès familes su rassèrinche dins leûs mâjons avou tos lès-uchs èt lès fignèsses baricârdés.

Dèpûs l’ prétimps, lès djins avint poûr pace qu’ one djènu avét stî touwè pa on leûp. Quand l’ pètit vatchî l’ avét vèyu moussè foû dès bwès d’ Fèrson, il è rabisè a coûsse a l’ cinse a brayant po préveni sès patrons. I ‘nn’ è bin avu po one eûre a s’ riprinde. Come il è raconté, ça n’ astét pus on leûp, mês on monse qui f’jét bin d’pus d’ on mète di hôt èt tot’ si long qu’ one vatche. I l’ avét vèyu potchè su one bèle grosse djènu d’ quate dints qu’ il avét a wâde. I lî avét dârè a l’ gwâdje èt i l’ avét son.nè su rin d’ timps.

 

A l’ vèsprée, one équipée d’ one dijin.ne d’ omes, ârmès d’ fon.nes, du cougnées èt d’ grands coûtês, ant stî vèy su plèce po sayè d’ mî comprinde çu qui s’ avét passè. Quand il ant arivè dins la pature, il ant bin vèyu on potê d’ sang, mês la djènu n’ astét pus la. I dmeurét one trin.née d’ sang qui r’moussét o bwès. Ça n’ astét nin quayi possibe qu’ on leûp, si gros qu’ i plét-z-èsse, p’leûche hîrtchè one djènu d’ cink cents kilos tot seû.

 

Is pârlant on pô intèr du zèls èt pus is s’ dècidant d’ intrè dins l’ bwès po sayè d’ vèy ç’ qu’ il astét advènu d’ la djènu. Nin trop sûrs, il avancint à p’tits pas, a pârlant bin hôt, a fjant brâmint do brût èt a bouchant su lès bouchenadjes po trakè l’ leûp d’vant zèls dins l’ cas qu’ i s’rit co avâ là. Après on bone eûre, vo-lès-là qu’ arivant à l’ voye du R’michampagne, is la travèrsant, is passant oute d’ one pârt du tchin.nes èt is trovant la djènu tote atîre â pîd d’ one hôte hèsse. À bin wêtu lès traces dès pates dins la bôsse, c’ èst vrê qu’ ça d’vét z-èsse on leûp abôminâbe, rin qu’ à vèy la longueûr di sès grifes èt à savèr qu’ il avét trin.nè la bièsse tot seû, bin-à pont trwas kilomètes arî d’ oû-ce qu’ i l’ avét touwè. Lès omes rintrant â viyadje, racontant ç’ qu’ il ant trouvu, qui n’ fêt d’ ayeûr qui d’ confirmè ç’ qu’ èl pètit vatchî avét dit.

 

O mwès d’ mêy, on-ome di Bastogne, qu’ avét l’ abitude di fè la musike âzès mariadjes avou sa viole, s’ avét r’mètu en route âs ptites-eûres do matin. Il avét djà rotè one hapée èt vo-le-là arivè o park Vîsart. I n’ astét nin trop sûr, mês come i d’vét-z-èsse à Bastogne po l’ matin, i prind s’ coradje à deûs mwins po traversè lès bwès. Il avét a l’ tièsse qu’ on l’ sûjét dèpûs on bon momint, i rotét djà à bèles ascwâchées, mês i sintét qu’ ça s’ raprotchét. I r’ssondje d’ on côp â leûp èt i prind sa musète. On lî avét d’nè po sa famile, â d’zeû do payemint, quékes mitchots èt do gatau qui d’mèrint d’ trop dès nwaces. I k’mince tot-a rotant a samè su sa voye dès ptits bokèts d’ mitchots po r’târdè la bièsse su l’ timps qu’ èle lès mindje. Pûs i s’ mèt à couru, couru abîe avu sa viole su l’ dos en souwêtant d’ plèr z-arivè ‘qu’à l’ cabane dès-abateûs âs bwès. I coûrt, i coûrt, i coûrt… I n’ avét quayi pus d’ mitchot a tapè o leûp.

 

I vêt â lon la cabane, i coûrt co pus vite, i rècite dès pâtêrs èt dès-âvés po s’ rinde do coradje, I suplîye sint Josèf dès bwès du lî vnu en-n-êde, i promèt dès mèsses a tos lès sints do paradis, i droûve l’ uch, mousse à l’ cabane èt astoke l’ uch come i fât avou trwas stipes di bwès qu’ i troûve conte do mour. I rasson.ne vite quékes pougnées d’ cochètes, lès mèt so la plate pîre d’oû-ce qui lès-abateûs fant l’ feû, pète â coûsse one alumète, prind dins la musète lu lite du gote qu’ on lî avét d’nè âs nwaces, lu vûde tot su l’ feû po bin l’ fè blamè, tape do bwès dins la blamée èt s’ tchôke dins one cwane.

 

Asteûre, li leûp èst la qui grète à l’ uch, avou sès deûs pates di d’vant. L’ uch hosse, mês tint l’ côp ; lès grifes wîkelant su l’ fièr dès vièrtîres, l’ ome tronle su pîd, crîe tant qu’ i pout, prind sa viole, s’ mèt a toûrnè l’ manivèle èt a fè do l’ musike. Sbarè, li leûp arète do côp d’ vèrzinè èt r’cule di quékes mètes. L’ ome continûe d’ djouwè èt d’ mon.nè l’ arèdje â pus fwart qu’ i pout. I r’luke pa one crâye. Li leûp èst abôminâbe. Sbarant. Pus spès qu’ l’ oûrs qui lès barakîs avint amon.nè l’ anée passée a l’ dicâce di Bastogne. I fêt pus d’ on mète di hôt, il èst d’ on gris qui tire on pô su l’ nwâr, one grosse gueûye pus grosse qui la cisse d’ on singlè èt dès brokes di dîj centimètes po l’ mwins’. La bièsse fêt d’mi toûr èt ‘nna va sins couri. L’ ome continûe à djouwè ‘qu’à tant qu’ i f’jeûche bin clér. D’vsè ût’ eûres, on pô raspwasè, i s’ dècide à rintrè à Bastogne a courant.

 

S’n-istwâre n’ astét nin fête po calmè lès djins. Quand tot l’ monde è stî â courant, la poûr n’ è fêt qui d’ crèche d’ ostant qui l’ leûp continuwét à fè dès ravadjes : dès bèrbus a R’mwafosse èt à Èssenè, one vatche a Salvâcoûrt èt one ôte a Morèt, one cavale a Cobrêvèye, on polin a Djodinvèye. Lès bokions n’ wasint pus ‘nn’ alè travayè tot seûs èt surtout dins lès bwès d’ Bèle-Êwe d’oû qu’ on-z-astét quayi sûr qu’ il avét sa bôre. Nin one samin.ne ni s’ passét sins qu’ i n’ aveûche hapè do bisteû. ” On djoûr, i vinrè dins lès mâjons, si ça dure ! ” Po l’ îvièr, brâmint avint r’mètu on deûzime sèra o fond dès-uchs dès stâles èt r’clawè lès lukètes po qu’ on n’ p’leûche pus lès drouvi. Gn-avét min.me dès cisses qu’ avint stî â mârchâ po lî fè fè dès grandes bâres di fièr avu one pike â d’bout, bin trimpée èt bin pikante, po p’lèr si disfinde èt lî trawè la panse si en cas qu’ il ârit v’nu rôdinè âtou d’ leû mâjon. Lu mayeûr nu p’lét nin lêchi l’ viyadje continuwè à vikè dins one tèreûr parèye. On n’ savét pus rascontrè quéke ok sins-arivè à pârlè do leûp. Ça s’rît brâmint trop long po-z-èsplikè comint-ce qu’ i s’ î è pris, mês on bê djoûr, v’là l’ mayeûr qui ramon.ne dins sa vwature à tch’vau, do l’ fwâre di Bastogne, on vî ome bârbu èt bwagne qu’ avét one rîlée d’ brokes du leûp pindûes à s’ cô, one toke en pê du r’nâd avou la quawe qui barlikét dins l’ dos èt deûs pês d’ leûp cossûes asson.ne qui lî sièrvint d’ paletot. Quand il è dèschindu do l’ cariole do mayeûr, totes lès djins ant rècoulè d’ trwâs pas èt lès fèmes ant rassèrè leûs-afants conte leûs banètes. I s’ loumét Tchinvrâ, parèt-i, èt i v’nét d’ après Lièrneû. Il avét djà bin touwè pus d’ cent leûps èt co hay.

 

Après la marinde mon l’ mayeûr, il è monté su on bidèt po ‘nn’ alè rik’nuchi l’ tèritwâre do leûp ‘qu’à l’ nwâre nut’. Ût’ djoûrs durant, i s’ parmon.nét dins lès bwès. Do l’ nut’, i veûyét po sayè d’ l’ atinde hoûlè. Pus, il è pris la dispouye d’ one vatche qui l’ leûp v’nét d’ touwè, il annè fêt dès-apâts avou do pwason qu’ i fét li min.me èt dès cèp’s po sayè d’ piéjè la bièsse. Li lendemwin, il è rintrè breudouye : li leûp avét rasson.nè lès cèp’s èt lès-apâts su one soke du hèsse.

 

” C’ è-st-on malin !” Tchinvrâ è jusse dit ça èt pus i ‘nnè ralè dins lès bwès avou l’ bidèt. Lès djins k’mincint à s’ pôsè dès quèstions su l’ vî bwagne èt à s’ dèmandè s’ il astét si fwart qu’ i l’ v’lét fè crwâre. Èt pus, què-ce qui ça n-alét co costè, tot l’ timps qui passe la po rin ? Po rin ! Gn-è pont d’ ôtes mots, pusqu’ i n’ arivét nin à l’ apicè èt qu’ on rtrouvét co dès bièsses touwées totes lès samin.nes.

 

Èt pus on djoûr, â matin, il èst rèvenu tot djoyeûs â viyadje. ” Djo l’ tin, nosse leûp è-st-amoureûs “, di-st-i a clignant l’ seûl û qui vèyét clér. Il avét passè la nut’ tot seû a choûtè l’ leûp houlè a la lune. Èt pus, i gn-è one ôte qui lî è rèspondu, mês avou on cri pus bas, mwins’ rôke, one feumèle por sûr. La hoûlerîe è durè one bone eûre. Lès deûs leûps s’ raprotchint. Pus, i n’ è pus rin atindu. Il è rivenu â viadje po r’prèparè dès cèp’s avou one bièsse qu’ il è falu touwè. Èt pus, il è r’voye dins lès bwès po lès mète dins lès passadjes dès deûs leûsp. Èl lendemwin, il avét atrapè la feumèle, il l’ è touwè su place èt pus il è r’mètu dès cèp’s todi âzès passadjes a frotant la feumèle po bin fè prinde l’ odeûr. Il è mètu la feumèle dins one grote ; pa-d’vant l’ dissus do l’ intrée, il è mètu on cèp’ co pus gros qui l’ s-ôtes.

 

Lu lendemwin, à l’ pikète do djoûr, li leûp avét one pate di d’vant asclawée dins lès mâchwâres du fièr. Tchinvrâ è pris s’ fusik èt il l’ è achèvé d’ one bale â bê mîtan dès deûs-ûs po n’ nin l’ lêchi sofri pus longtimps. Il è loyè lès deûs leûps ok à l’ ôte, il lès-è mètu su l’ bidèt tos lès deûs èt il è rèvenu â viyadje àpîd, a t’nant li tch’vau pa la bride. Tote la djoûrnée, tot l’ viyadje èt lès djins do vinâle ant v’nu po vèy li grand leûp d’ Bèle-Êwe. I n’ astét motwat nin si grand qu’ on l’ dèjét, mês il astét tot l’ min.me fwart imprèssionant. A l’ vèsprée, i lès-è r’tchèrdjè tos lès deûs su on bignon po lès-atèrè ok adlé l’ ôte divant la grote d’oû-ce qu’ i l’ s-avét atrapè èt qu’ on z-è loumè d’pûs don ” Lu trau do leûp “.

 

Tchivrâ n’ è rin d’mandè po sès pon,nes. ” Lès deûs pês m’ payerant bin tos mès frês, qu’ il è dit, surtout la grande qu’ èst fâmeûse pa sa grandeûr èt pa la qualité do l’ fourure “. Èt pus, i t’nét a mète à s’ colier lès deûs blankes brokes do leûp, deûs brokes brâmint pus grandes èt pus grosses qui lès ôtes, qui f’jant d’ lu li mêsse dès tchèsseûs d’ leûps do payis.

Translate »
Share This
error: Alert: Content is protected !!