AUJAU-PRÊLE

Aiseau-Presles

VILES ÈT VILADJES: FOTOS

Villes et villages : Photos

TOPONIMÎYE

Toponymie

ANTROPONIMÎYE

Anthroponymie

BATUMINTS

Bâtiments

MONUMINTS

Monuments

BÈSOGNE

Travail

MINDJÎ ÈT BWÂRE

Manger et boire

FOLKLÔRE

Folklore

SCRÎJADJES

Littérature

JÈNÈRÂLITÉS

Généralités

Aiseau-presles / Aujau-prêle

Aiseau-presles / Aujau-prêle

Hugo d’Oignies, grand orfèvre mosan, œuvra au Prieuré d’Oignies. Son trésor fut conservé, ce qui est exceptionnel. Il fut caché à Falisolle lors des troubles consécutifs à la Révolution française, et confié en 1818 aux sœurs de Notre-Dame à Namur. Aujourd’hui, on peut admirer la plus grosse partie du trésor dans le musée des Sœurs Notre-Dame à Namur, le reste est conservé dans les paroisses d’Aiseau, Falisolle, Fosses, Nivelles et Walcourt ainsi qu’aux Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles et au musée diocésain de Namur.

Hugo d’Oignies, grand orfèvre mosan, œuvra au Prieuré d’Oignies. Son trésor fut conservé, ce qui est exceptionnel. Il fut caché à Falisolle lors des troubles consécutifs à la Révolution française, et confié en 1818 aux sœurs de Notre-Dame à Namur. Aujourd’hui, on peut admirer la plus grosse partie du trésor dans le musée des Sœurs Notre-Dame à Namur, le reste est conservé dans les paroisses d’Aiseau, Falisolle, Fosses, Nivelles et Walcourt ainsi qu’aux Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles et au musée diocésain de Namur.

Hugo d’Oignies, grand orfèvre mosan, œuvra au Prieuré d’Oignies. Son trésor fut conservé, ce qui est exceptionnel. Il fut caché à Falisolle lors des troubles consécutifs à la Révolution française, et confié en 1818 aux sœurs de Notre-Dame à Namur. Aujourd’hui, on peut admirer la plus grosse partie du trésor dans le musée des Sœurs Notre-Dame à Namur, le reste est conservé dans les paroisses d’Aiseau, Falisolle, Fosses, Nivelles et Walcourt ainsi qu’aux Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles et au musée diocésain de Namur.

Hugo d’Oignies, grand orfèvre mosan, œuvra au Prieuré d’Oignies. Son trésor fut conservé, ce qui est exceptionnel. Il fut caché à Falisolle lors des troubles consécutifs à la Révolution française, et confié en 1818 aux sœurs de Notre-Dame à Namur. Aujourd’hui, on peut admirer la plus grosse partie du trésor dans le musée des Sœurs Notre-Dame à Namur, le reste est conservé dans les paroisses d’Aiseau, Falisolle, Fosses, Nivelles et Walcourt ainsi qu’aux Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles et au musée diocésain de Namur.

Translate »
Share This
error: Alert: Content is protected !!