Écaussines photos patrimoine commune

SCAUCÈNE

Écaussines

VILES ÈT VILADJES: FOTOS

Villes et villages : photos

(Lès) Scaucène(s) en fotos / Ecaussinnes en photos

Scaucène / au grand vilâdje (Ecaussinnes-d'Enghien / litt. au grand village)

Scaucène / èl grand vilâdje (Ecaussinnes d'Enghien) - tchapèle Notrè-Dame di Lourdes (chapelle Notre-Dame de Lourdes)

Scaucène / èl grand vilâdje (Ecaussinnes d'Enghien) - tchèstia dè l' Folîye (château de la Follie)

(s.r.)

(s.r.)

(en-d’dins dè l’ tchapèle do tchèstia / intérieur de la chapelle du château)

Scaucène / èl grand vilâdje (Ecaussinnes d'Enghien) - cinse d' Hujèrmont (ferme d'Hugermont)

Scaucène / èl grand vilâdje (Ecaussinnes d'Enghien) -èglîje Sint-R'mi (église Saint-Remy)

Scaucène / èl Grand Vilâdje (Ecaussinnes-d'Enghien / litt. le Grand Village)) - monumint 1914-18 èyèt 1940-45

Scaucène / èl Grand Vilâdje (Ecaussinnes-d'Enghien / litt. le Grand Village)) - mésons (maisons)

Scaucène / èl Grand Vilâdje (Ecaussinnes-d'Enghien / litt. le Grand Village)) - statûwe di guèrier grèk (statue de guerrier grec)

Scaucène / èl Grand Vilâdje (Ecaussinnes-d'Enghien / litt. le Grand Village)) - kiyosse (kiosque)

Écaussines photos patrimoine commune Écaussines photos patrimoine commune

Écaussines photos patrimoine commune Écaussines photos patrimoine commune

Arlon (Arel en arlonais1 et en allemandn 1) est une ville francophone de Belgique située en Wallonie. Il s’agit du chef-lieu de la province belge de Luxembourg, elle est également chef-lieu de son arrondissement administratif. L’ancienneté de la ville remonte à la période gallo-romaine. La langue luxembourgeoise y a longtemps été traditionnelle2,3. La ville est aujourd’hui un grand centre administratif et commercial dans la région. C’est l’agglomération la plus peuplée du Pays d’Arlon. Le secteur tertiaire, notamment l’enseignement, y développe ses activités (faculté universitaire et enseignement secondaire). Arlon (Arel en arlonais1 et en allemandn 1) est une ville francophone de Belgique située en Wallonie. Il s’agit du chef-lieu de la province belge de Luxembourg, elle est également chef-lieu de son arrondissement administratif. L’ancienneté de la ville remonte à la période gallo-romaine. La langue luxembourgeoise y a longtemps été traditionnelle2,3. La ville est aujourd’hui un grand centre administratif et commercial dans la région. C’est l’agglomération la plus peuplée du Pays d’Arlon. Le secteur tertiaire, notamment l’enseignement, y développe ses activités (faculté universitaire et enseignement secondaire). Arlon (Arel en arlonais1 et en allemandn 1) est une ville francophone de Belgique située en Wallonie. Il s’agit du chef-lieu de la province belge de Luxembourg, elle est également chef-lieu de son arrondissement administratif. L’ancienneté de la ville remonte à la période gallo-romaine. La langue luxembourgeoise y a longtemps été traditionnelle2,3. La ville est aujourd’hui un grand centre administratif et commercial dans la région. C’est l’agglomération la plus peuplée du Pays d’Arlon. Le secteur tertiaire, notamment l’enseignement, y développe ses activités (faculté universitaire et enseignement secondaire). Arlon (Arel en arlonais1 et en allemandn 1) est une ville francophone de Belgique située en Wallonie. Il s’agit du chef-lieu de la province belge de Luxembourg, elle est également chef-lieu de son arrondissement administratif. L’ancienneté de la ville remonte à la période gallo-romaine. La langue luxembourgeoise y a longtemps été traditionnelle2,3. La ville est aujourd’hui un grand centre administratif et commercial dans la région. C’est l’agglomération la plus peuplée du Pays d’Arlon. Le secteur tertiaire, notamment l’enseignement, y développe ses activités (faculté universitaire et enseignement secondaire). Écaussinnes (en wallon Les Scåssenes) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne, dans la province de Hainaut. La commune se situe entre Nivelles, Braine-le-Comte, La Louvière et Mons. Elle résulte de la fusion de trois villages, Écaussinnes-d’Enghien, Écaussinnes-Lalaing et Marche-lez-Écaussinnes. À l’entrée de la ville, il est écrit : « Bienvenue aux Écaussinnes ». Une rivière, la Sennette, affluent de la Senne (d’où son nom), traverse la commune. Toponymie Le nom de la localité est attesté sous la forme Scaucia dans un diplôme de Pépin le Bref, maire du palais, restituant à l’Abbaye de Saint-Denis près de Paris diverses possessions qui lui avaient été ravies dans le Pagus Bracbatensis (le pays de Brabant). Par un diplôme de 775, Charlemagne, qui s’intitule encore roi des Francs et des Lombards, confirme la restitution faite par son père1. Puis, on trouve la forme latinisée Scalcinis en 11992 mais aussi Scassines en 11863. Le nom d’Écaussinnes viendrait du bas-latin scalcina (« pierre à chaux »)4, lui-même de calcinae (« four à chaux »), calciniae, calx, transformé localement en caus ou causse5 (« chaux », d’où caussines)6. En 751, Ecaussinnes est érigée en seigneurie. Pendant des siècles les deux Ecaussinnes ne formèrent qu’une seule agglomération. Il faut attendre le xiiie siècle pour les trouver dissociées en deux entités Ecaussinnes-Saint-Remy et Ecaussinnes-Sainte-Aldegonde, la rivière la Sennette servant de démarcation entre elles. Pour les désigner, on se servit donc d’abord du nom des patrons des deux églises. C’est ainsi que la partie située sur la rive gauche de la Sennette prit le nom d’Ecaussinnes-Saint-Remy mais environ un siècle plus tard le temporel supplantant le spirituel, Ecaussinnes-Saint-Remy pris successivement les noms d’Ecaussinnes la Follie, de Grand Ecaussinnes pour enfin prendre le nom d’Ecaussinnes-d’Enghien7. L’appellation de seigneur d’Ecaussinnes a toujours été réservée au propriétaire de la seigneurie qui s’étend sur la rive droite de la Sennette. À partir du xive siècle, Ecaussinnes-Sainte-Aldegonde pris le nom Ecaussinnes-Lalaing. Les appellations Écaussinnes-d’Enghien et Écaussinnes-Lalaing découlent de deux mariages aristocratiques au Moyen Âge. D’une part, la terre d’Ecaussinnes-Lalaing échoit à Simon de Lalaing, Seigneur de Quiévrain, Grand Bailli du Hainaut (décédé en 1386) à la suite de son union avec Jeanne du Roeulx, dame d’Ecaussinnes, qui lui apporte cette terre en dot9. D’autre part, la terre d’Écaussinnes-d’Enghien (ou à l’époque La Follie) échoit à Bernard d’Orley (décédé en 1492) à la suite de son union avec Françoise d’Argenteau, fille de Renaud d’Argenteau, seigneur de Houffalize, et de Jeanne d’Enghien, dame de la Follie. Le nom de Marche provient du germanique *marka « Délimitation par un marquage » associé aux noms de la commune ainsi que Marcq à Enghien. Ce village se trouvait à la limite de l’ancien comté de Hainaut et du duché de Brabant.

Translate »
Share This
error: Alert: Content is protected !!