BORCI

BOURCY

SCRÎJADJES

ÉCRITURES

Scrîjadjes è walon à Borci-Mîtchamp-Oûborci / Littérature wallonne à Bourcy-Michamps-Oubourcy

Emile Wenkin (Mîtchamp / Michamps) - Pwin d' coucou

Emile Wenkin (Mîtchamp / Michamps) - Savèr wêti, savèr choûter

Emile Wenkin (Mîtchamp / Michamps) - Lès vacances d' on gamin d' doze ans

MARTINE à l' cinse

Emile Wenkin (Mîtchamp / Michamps) - Li batadje

Emile Wenkin (Mîtchamp / Michamps) - Lès nwèces d' ârdjint

 Emile Wenkin, La cûtenée do vinrdi do l’ dicâce

 

Mots difficiles

 

cûtenée   = cuisson , fournée ; dicâce = kermesse   

lècê         = lait                         

oû            = oeuf.

pâsse       = pâte                       

pêle         = moule à tarte 

rawâde    = regarder

sêwè        = évier

tâte          = tarte

û             = oeil

 

Lès mantches ritrossées,

So l’ nez on pô d’ farine,

Man.man èst bin décidée

Âdjoûrdu dins nosse cûjine.

 

Li for èst dèdja aloumé,

Èle è dèdja fét la pâsse.

Àdjoûrdu c’ èst la cûtenée,

Dimègne, c’ èst la dicâce!

 

I gn-è dès pèles tos costés,

So l’ fornê, i gn-è do lècê;

I gn-è dès-oûs à câsser,

La crin.me rafreûdit so l’ séwè.

 

Nos-ôtes, lès-èfants,

On rawâde sins boudji

Avou dès-ûs gourmands

Lès casseroles po ralètchi.

 

Lès tâtes sont bin gârnîes,

Li for èst tchôd assez:

Onk po drî l’ ôte jusqu’â forni,

On pwate tote la cûtenée.

 

Il è stou l’ timps â viyadje

Quand tot l’ monde fèjot sa cûtenée:

On-ètranjer d’ passadje

Savot qu’ ç’ astot la dicâce rin qu’ avou s’ nez !

 

 

Emile WENKIN 

Quand dji s’rê mêsse di scole

 

mêsse : maître

scole : école

 

 

Quand dji s’rê mêsse di scole,

Dji dîrê âs scolîs :

« C’ èst fini, lès controles :

Vos s’roz tortos preumîs !

 

Po lès calculs, achetoz

ne machine à calculer

Po-z-avèr dîj tortos,

Èt n’ pus todi tûzer !

 

Come vos c’nuchoz 1′ walon,

Ni causans pus francès !

Pus pont di d’vwars, di lèçons!

Apwartoz vos djouwèts !»

 

Ô ! Come on-z-in.merot bin !

Come on-z-ârot do l’ tchance !

Tos lès scolîs vôrint

V’ni min.me timps dès vacances !

 

Mês dj’ î sondje tot d’ on côp :

Po div’ni mêsse di scole,

Si dji fê todi l’ fou,

Dji n’ ârê jamês qu’ one crole !

 

Sins ratinde jusqu’à d’mwin,

Dji c’mince à travayî !

Èt dji s’rê, tinoz v’ bin,

Onk dès mèyeûs scolîs !

 

s’rê : serai

âs : aux

 

 

tortos : tous

preumîs : premier

 

 

avèr : avoir

dîj : dix

todi : toujours

tûzer : réfléchir

c(u)nuche : connaître

causer : parler

pus : plus

apwarter : apporter

djouwèt : jouet

 

bin : bien

-z- : « z » de liaison

in.merot : aimerait

ârot : aurait

vôrint : voudraient

timps dès: pendant les

tot d’ on côp : tout à coup

div’ni : devenir

 

avèr one crole : (crole : boucle >) se faire punir

ratinde : attendre

d(i)mwin : demain

v’ = vos : vous

onk : un (emploi absolu)

mèyeû : meilleur

scolî : écolier

 

 

 

Victor Ponsard (Lîdje / Liège) adapté è walon d’ Borci

– orthographe wallonne officielle (dite ‘orthographe Feller’, de son auteur, Jules Feller, membre de la Société de Langue et de Littérature Wallonnes (en 1900))

 

LES FANS ET L’ ZÈRÔ NOÛF CINT !

 

 

Saynète pour enfants. / Sin.nète po l’s-èfants

 

Personnages  / Pèrsonadjes: 5 :

le père – la mère (peuvent être interprétés par des enfants).

les enfants :   Ode – Pamela – Julien

(li papa, li moman, lès-èfants)

 

Décor / Dècôr :

un salon ou salle à manger, (living). Les enfants sont occupés soit à jouer, à faire leurs devoirs ou à écouter de la musique /

on salon ou sâle à mindji, (living). Lès-èfants sont-st-ocupés à djouwer ou bin à fé leûs d’vwars ou à choûter do l’ musike.

 

 

 

Père

Qu’ a-t-i apwarté, l’ facteûr ?

 

 

Mère 

Come d’ abitude ! on clitchèt d’ rèclames et dès papîs a payî !

 

= littéralement : tombereau ; ici : un tas de

Père

Qués factures ?

 

= quelles

Mère 

L’ élèctricité….l’ êwe….l’ assûrance po l’ auto…li tèlèfone…tinoz, vo-lès-la !

 

= eau

= les voilà

Père

Dji lès va r’wêti!

 

= regarder

Mère

Arètoz on pô d’ fé hoûler l’ posse, Aude !

Dj’ atrape one tièsse come on sèyê !

 

hoûler = hurler

posse = poste, radio

tièsse = tête

sèyê  = seau

Aude

Què-ce qui vos* d’joz, man ?

 

= dites

(vos : voir à la fin)

Mère  

Vos n’ oyoz pus ?

Dji v’ di d’ bachi l’ son d’ vosse* posse.

 

= entendre (infinitif : ôre)

bachi : baisser

(vosse : voir à la fin)

Aude

Mins, i n’ va nin fwart ! ! !

 

= pas / fort

Mère 

Vos-aloz div’ni soûde, à fwace du choûter çusse musike-là d’ sâvadje!

 

= sourde / force

chûter : écouter

çusse : cette

 

(Aude baisse le volume de sa radio).

 

 

Volà, n’est-ce nin brâmint insi ?

 

= beaucoup mieux

Père

Sâcrè nom d’ one pupe ! Mile milions d’ savates !

 

 

Mère

Què-ce qu’ i gn-è, don ?

Què-ce qui s’ passe ?

 

 

Père  

Çu qu’ i gn-è !!!…Tinoz ! ! ! R’wêtoz !!!

 

= regarde

 

(Il tend une lettre à sa femme).

 

 

Là ! lîjoz !!!

 

 

 

(La mère lit la lettre).

 

Mère 

Ôlala !

 

 

Père

Deûs cints cinkante eûros d’ comunicâcions avou l’ numèrô zérô noûf cint

I l’ fât fé, don, çuste afêre-là ! ! !

Èst-ce qui c’ èst vos qu’ a d’né tos cès côps

d’ tèlèfone-là ?

 

 

= 0900

= cette

= cops

Mère

Vos v’loz rîre ! ! !

Dji n’ a fêt ç’ numèrô-là qu’ one ou deûs côps ! !

Ç’ astot quand on p’léve gangni one plèce po Helmut Lotti !

 

 

 

quand / on : pas de liaison

p(o)léve : pouvait

Père

Adon, çu n’ sârot d’djà sèy qui l’s-èfants !

 

= alors / d(è)djà : déjà / être

Mère           

Vos pinsoz ?

 

 

Père             

Dji va ‘nn’ avèr li keûr nèt’. ..

Aude !

 

= (è)nn(è) : en / keûr: coeur

Aude   

Ây, papa ! què-ce qu’ i gn-è ?

 

 

Père 

Vinoz voci…vos avou, Pamela èt Julyin!

 

 

= (‘avec’ =) aussi

Julien     

Dji n’ sâro v’ni po l’ momint, pa…

Dji noûri m’ tamagoshi

 

= saurais / pour

= nourrir

Père 

Tamagoshi ou nin tamagoshi, dji v’ di di v’ni voci tot drèt !

 

= pas / (vous=) te

= droit >

tot drèt : tout de suite

Pamela

Dji fini m’ problème èt dj’ arive, pa !

 

 

Père             

Lèyoz vosse problème là…

Dji v’s-è va* d’ner on-ôte…

 

= (laissez =) laisse

= (« vous » en vais) = vais vous en

 

(Les enfants viennent tous les trois près de leurs parents.)

 

Père

Dji vôro bin savèr, luquék di vos treûs, ou bin deûs, ou bin tos lès treûs, passe si timps à tèlèfoner âs numéros avou on zérô noûf cint

pa-d’vant ?

Èst-ce qui c’ èst vos, Aude?

 

= lequel

 

 

= devant (littéralement : par devant)

Aude            

Non.nè, papa !

 

= mais non

Père             

Vos-astoz sûre ?

 

 

Aude           

Dji l’a motwè fêt deûs, treûs côps, mins nin d’pus‘.

Ç’ astot po l’ concours avou Mylène Farmer …

Dj’ âro bin v’lou gangni one plèce po Forest National.

 

= peut-être / plus

 

= voulu

Père             

Et vos, Julyin ?

 

 

Julyin 

Mi avou…Deûs, treûs côps motwè

 

= aussi / peut-être

Mère     

Poqwè ou pus vite, po quî-ce qui ç’ astot, vos ?

 

 

Juliyin         

Ç’ astot po gangni one Play Station Deûs.

 

 

Père             

Et vos, Pamèla ?

 

 

Pamèla         

Mi ?

 

 

Père             

Ây, vos !

 

 

Pamèla         

 bin, treûs, quate côps ! po …James Blunt…dj’ è sû fine sote…

 

 

Père             

Insi don, à v’s-ètinde, vos n’ avoz quâsi nin tèlèfoné!

 

 

Mère           

Hay, lès-èfants ! Dijoz l’ vrê !

 

= Allons ! / dites

Aude           

Dji n’ a nin minti !

 

 

Juliyin         

Mi non pus !

 

 

Pamèla         

Et mi co mwins’ !

 

= encore

Père             

Et, c’ è-st-avou tos vos côps d’ tèlèfone…

Dji vou dîre, avou one vintin.ne di

mèssadjes qui nos-atrapans one facture di deûs cints cinkante eûros !

Bin, volà dès veudètes qui nos riv’nant tchîr !

Vos savoz bin çu qu’ ça cosse de houkè l’ numèrô zérô noûf cint ?

Vos, Aude ?

 

 

 

 

= 250 €

= cher

= coûte / appeler

 

Aude

Non.nè !

 

 

Père             

Et vos, Julyin ? èt vos, Pamèla ?

 

 

Pamèla & Julien     

Non.nè, papa !

 

Père  

Quarante-cink cents do l’ minute ! ! !

Èt, come, po l’ pus sûr, is s’ arindjant todi

po v’ djâzer cink minutes â long,

 

Vos ‘nn’ av’ po deûs-eûros vint’-cink

Sins compter l’ T.V.A. d’ vint’-èt-on pourcent !!! Sins compter qui pus-ce qui vos tèlèfonoz,

pus-ce qui vosse rid’vance  crèche  !!!

 

Vint côps, combin-ce qui ça nos fêt, Pamèla ?

 

 

 

= parler / pendant

(litt.: « au long »)

= 2,25 €

= 21 %

= « plus que » (= plus) /crèche : croît, augmente

= « combien (est-) ce que » = combien

Pamèla   

Vint côps quarante-cink cents…

 

= 20 x 45 ct

Père             

Côps deûs-eûros vint’-cink, s’ i v’ plêt !

Ça fêt ?

 

= 2,25 € / vous

Pamèla         

Ça fêt…quarante-cink eûros…

 

 

Père             

Pus’ vint’-èt-on pourcent d’ TVA.. .

Combin-ce qui ça fêt, Julyin ?

 

= 21 %

Julien          

Pff !

 

 

Père             

Èt vos, Aude ?

 

 

Aude           

È bin, eu !!

 

 

Père             

C’ èst vrê qu’ vos-astoz pus fwate po choûter vosse bièsse musike qui po lès calculs!…

 

Dji vos l’ va dîre, mi, combin-ce qui ça fêt :

ça fêt noûf eûros quarante-cink à l’ copète di quarante-cink, çu qui done :

 

cinkante-quate eûros quarante-cink

po vint bièsses côps d’ tèlèfone.

Èt come dju so sûr qui vos ‘nn’ avoz d’né brâmint d’pus’.  

A pârtîr d’ âdjoûrdu, dji va rut’ni on-eûro

do l’ dringuèle qui dj’ vos done totes lès samin.nes…

Vos n’ avoz qu’ à fé l’ calcul po vèy quand vos-ariveroz à deûs cints cinkante eûros, èt pus quèstion d’ tèlèfoner po totes vos bièstrîjes ! ! ! Av’ bin compris ?

 

 

= bête

 

 

= 9,45 € / sommet (à l’ copète di : en plus de)

= 54,45 €

 

= en / beaucoup /

plus

= retenir

= pourboire (agent de poche)

= voir

= 250 €

= bêtises

Lès-èfants    

Ây, papa ! !

= oui

 

(Le téléphone sonne. La maman décroche.)

 

Mère           

Alô !.. . ây … vos-astoz bin amon Mossieû Rameteû !.. .Dji n’ nin.. .ça

s’ pout bin, dji lî va* d’mander….

 

(se tournant vers son mari)

 

C‘ èst vos qu’ a tèlèfoné â zérô noûf cint po l’ concours Michel Sardou ?

 

= chez

= sais

= peut

Père            

(gêné)

Motwè. Dji n’ m’ è sovin nin !

 

 

= peut-être / souviens

Mère  

Vos-ârîz intèrêt à v’s-è sov’ni…tinoz…volà l’ tèlèfone… arindjoz-vos avou zèls!

 

 

= eux

Père             

Alô !!!…ây…c’ èst mi… dj’ ê  stî tiré â sôrt…

Dj’ ê gangni quéke tchôze !!!

Què-ce qui c’ èst ?…On G.S.M…..èt one plèce po-z-aler vèy Michel Sardou à Bercy…

 

Mèrci bin Mossieû, èt co on côp Bercy, mèrci qui dj’ vou dîre !!!

 

= au

= quelque chose

 

 

 

 

= veux

Aude             

Savoz bin qwè, pa ?

 

 

Juliyin         

Nos sèrans co vite disbarassés dès deûs cints cinkante eûros…

 

= 250 €

Pamèla        

Ây… avou vosse pârt èt la nosse, ci sèrè vite remboursé !

 

= la nôtre

Mère         

Èt avou çu qu’ papa nos va* rembourser, nos poûrans aler â cinéma, lès-èfants !

 

 

= pourrons

 

 

NB

1 Qwè-ce qui vos d’joz, man ?    =   La langue wallonne utilise « vos » (français : « tu ») également pour s’adresser à une personne familière

(« ti » (Bourcy : « to ») sera considéré comme grossier s’il est utilisé dans ce contexte ; « ti »  (« to) sera utilisé normalement entre des personnes masculines de la même génération (idem à Charleroi, Namur, Liège)).

 

Idem pour :

Dju v’ di d’ bachi l’ son d’ vosse posse.

 

2 Dji v’s-è va d’ner on-ôte.    = Le placement des pronoms personnels compléments est différent du français.

En bon wallon, on les place avant l’auxiliaire.

 

Idem :

Dji va d’mander.

Avou çu qu’ papa nos va rembourser, …

 

3 Les traits d’union sont destinés à indiquer une liaison prononcée entre deux mots.

Félicité  &  Batisse

 

(Présentation) (Félicité)

 

 

Là-haut, so l’grand-route, volà l’martchand d’lècètes

Qui rote podrî s’tchèrète.

 

lècète: lacet

roter: marcher

atèler: atteler

Lu s’lo èst d’djà bin hôt.

I fêt bon, c’èst l’prétimp.

 

prétimp: printemps

Batisse èst soriyant:

Totes lès fèmes lî ach’trant…

 

soriyant: souriant

fème: femme

ach’trant: achèteront

Il arète pa-d’vant totes lès mâjons.

Il anonce ç’ qu’i gn-è dins sa tchèrète:

 

pa-d’vant: devant

mâjon: maison

gn-è: il y a

 

(Batisse)

 

·     One dozin.ne di botons

    Su dès bokèts d’cârton!

    Dès blancs po lès caleçons

    Et dès nwârs à prèssion!

 

dozin.ne: douzaine

boton: bouton

bokèt: morceau

 

·     Dji n’sus nin fârmacyin mês dj’a dins ma botike

    Dès botèyes d’ôle d’Haarlem conte lès colikes.

 

dji sus: je suis

botike: boutique

botèye d’ôle: bouteille d’huile

conte: contre

·     Dès cârtes-vûwes en coleûrs

   Avou totes sôrtes di fleûrs

   Po-z-avoyî à Moscou,

   A Paris, si on vout.

 

 

totes: toutes

avoyî: envoyer

on vout: on veut

·     Totes lès sôrtes di rubans:

   Dès bleûs, dès rodjes, dès blancs!

   Et dès  tchôdès tchâssètes

   Po lès pîds d’voste Alfred!

   Eles sont bin tricotéyes,

   Hin, don, Félicité?

 

rodje: rouge

tchâssète: chaussette

pîd: pied

bin: bien

hin, don: n’est-ce pas

·     V’là min.me on p’tit tchèpê

    C’è-st-on jenre tot novê,

    Mèts-le â djâle come to vous,

    T’ès todi gây avou.

tchèpê: chapeau

novia: nouveau

â djâle: au diable

to: tu

gây: beau

avou: avec

 

·     I m’dimeûre co quékes pingnes à gros èt à fins dints:

    Lès gros po vos bèlès croles â matin

    Et lès fins po ramasser lès peûs qui courant d’dins!

I m’dimeûre: il me reste

co: encore

pingne: peigne

dint: dent

crole: boucle

peû: pou

courant: courent

 

(Félicité)

 

·     Hê, là, Batisse,

    V’là lu s’lo qui d’chind,

    Qu’èst-ce qui vos f’soz co avâ là?

 

    Mètoz vosse tchèrète à l’grègn,

    Adon vos vinroz soper.

    Vos l’avoz bin mérité!

s’lo (= solo): soleil

d’chinde: descendre

vos f’soz: vous faites (forme: vous faisez)

avâ là: par là

 mètoz: mets (le wallon utilise la forme polie)

adon: alors

vinroz: viendrez

osper: souper

vos-avoz: vous avez

Joseph Houziaux, Li cwarbâ èt li r'nâd

 

Emile WENKIN

Mîtchamp (Bastogne)

Extrait de “Ké Novèle?”, Musée de la Parole au pays de Bastogne, déc. 1988.

 

 

Li râyadje [1] dès crompîres [2]

 

 

Quand dj’asto gamin, dji m’ rapèle qu’ on plantot brâmint [3]  dès crompîres, pus d’ deûs hèctares. Alors’, à scole, on-n-avot dès condjîs sêsoniès qu’ on loumot [4] ça, po râyi [5] âs crompîres. I falot brâmint dès djins: gn-è v’not d’ Mwin.nèt, d’ Arloncoût, do Potau èt do l’ tanerîe. Is v’nint en vélo, dès cis à pîds oute [6] dès tchamps.

Papa f’jot lès pârts di chakun, qu’ i markot  avou dès gnèsses [7]. Mês gn-avot  dès toûrsiveûs [8] qui lès r’culint po-z-avèr fêt d’vant lès-ôtes èt il alint mougni dès meûres[9] dins l’ hoûrlê [10] ou is s’  coûtchint su lès satchs en rawârdant [11] la râyeûse [12].

Gn-avot qui ramassint à gnos [13] pace qu’ il avint mâ [14] l’ dos. On-n-alot deûs par deûs,  on p’tit  avou on grand po pwarter l’ tchèna [15]. Papa n’ fèjot qu’ covri âs motes tote la djoûrnée, dispû l’ matin jusk’à l’ nut’. I catchot d’ abôrd lès crompîres avou do strin d’ grin èt pus, i mètot la tère, mês i n’ falot nin rovyi [16] di fé dès tch’minées qu’ on r’catchot à l’  îvièr.

L’ pus bê dès momints, ç’ astot quand on buvot l’ cafè. On s’ choûrbot [17] on pô lès mwins avou on satch ou dins lès-ièbes, lès tartines gostint on pô la tâte [18], mês l’   apétit astot bon. Ç’ astot co bin l’ ocâsion d’ foumer sa pûrmîre cigarète. On tossot on pô mês on f’jot [19] l’ ome, surtout qu’ i-gn-avot dès coméres[20]. A l’ nut’,   quand lu s’lo s’ coûtchot, i falot ramasser lès satchs po lès vûdi à l’ mote.  So ç’ timps-là, lès-èfants ramassint lès satchs vûdes, lès tchènas èt lès banses [21]. Et pus tot l’ monde ripurdot [22] s’ paletot èt on potchot[23] su l’ tchâr [24], bin hodes [25] avou s’ mâ d’  dos, mês contints d’ aler soper. En-z-èralant[26], on-n-avot co la fwace di s’ bate  su l’ tchâr.

 

 

in : LD, 3, 1989, p.24-25

 

[1] arrachage

[2] pommes de terre

[3] beaucoup

[4] appelait

[5] arracher

[6] au-delà de

[7] genêts

[8] farceur

[9] mûres 

[10] dénivellation  marquant la limite entre 2 terrains

[11] attendant

[12] arracheuse

[13] genoux

[14] mal

[15] panier

[16] oublier

[17] essuyait

[18] tarte

[19] faisait

[20] filles

[21] mannes

[22] reprenait

[23] sautait

[24] chariot

[25] fatigués

[26] èraler : retourner

Emile Wenkin, On p’tit viadje, in : Ké Novèle, 1, 1985, p. 19-20

 

(Walon d’ Mîtchamp)

 

Ç’ astot l’ îvièr, one nut’ di janvier,

Doûcemint, la foumîre sôrtot dès tch’minées,

La lune djouwot avou lès nuwadjes,

Mostrant ou catchant on p’tit viadje.

 

A pas cadencés, on f’jot one marche fwarci

Quéke pârt en-n-Alemagne ocupée,

Ravôyant li p’tit viadje quâsi adwarmi

Avou nos solés qui bouchint s’ la voye adjalée.

 

La vapeur sôrtot dès stâves pa lès loukètes;

Addé l’ pâdje, on vèyot la bèrwète;

Ozès tèts, gn-è pindot dès glèçons;

Aspoyis conte li mour, la foûtche èt l’ ramon.

 

Dj’ astins hotes, dj’ avins freûd,

Mâ lès pîds, dj’ avins fwin,

Mès quand min.me djoyeûs

Come on l’ èst à vint prétimps.

 

En vèyant li p’tit viadje, dji m’ aî mètou à rèver

Dins ç’ cinse là, on-n-astot en trin d’ soper

D’ alieûr, ça sintot lès crompîres ritchâfées

Ça sintot bon, ça chatouyot m’ nez.

 

Dji roto en rêvant, mi r’vèyant à l’ mâjon,

Quand dj’ ê oyou gueuler l’ adjudant:

« One, deûs, one, deûs, bande di fènèyants!

Bouchoz s’ la voye, afonçoz la route avou vos talons! »

 

Li viadje astot dèpassé, dji rasto à l’ armée;

Gn-avot la vatche d’ adjudant, èt l’ rèsse dès camarâdes;

On vèyot lès loumîres do l’ casèrne, dj ‘ astins rintrés;

Tot fîrs, dji r’drèssins la tièsse come po la parâde.

Translate »
Share This
error: Alert: Content is protected !!