Li Banbwès (Bambois) (in: De Ferraris)

Bibliyografîye / Bibliographie

 

 

Pouleur 1965

Paule Pouleur, Toponymie de Fosses-la-Ville, 1965-1966, Mémoire en Philologie Romane, ULg

 

Viroux 1985

Roger Viroux, Conechoz bin l’ Banbwès ?, in : La Voix de Bambois, 1985-1986

 

 

 

Présintâcion / Présentation

 

Le terrain siliceux s’étend du Nord au Sud, jusqu’à Bambois:il est composé de schistes,de psammites et de poudingues.  Non loin des  étangs de Bambois,à l’endroit dit aus Fwadjes, se trouvait une zone de fer hydraté qui marquait le passage du terrain calcaire au terrain siliceux.Ce gisement ferreux explique la présence du moulin à minerai  appelé la baucame, outre  celle des forges. (Pouleur 1965, 2-3)

 

LI BANBWÈS,  NOSSE VILADJE

 

Li Banbwès, ça veut dîre « Li Bwès do Ban », ôtrèmint dit « li Bwès da 1′ comunauté, da tot l’ monde » Li « ban », c’est totes lès djins d’on viladje, d’on hamia. « Bwès », come li francès « bois », vint do néèrlan­dès « bos ».  

Lès djins do Banbwès s’ lomenut lès Banbwètîs et lès Banbwèterèsses.  On lès spote « lès Tchènas », mins on nè l’ dit pus wêre, èt gn-a bran.mint dès Banbwètîs qu ‘ nè l’séyenut nin d’djà.

Li Banbwès èst r’batu do vint, mins 1′ gros do viladje est bâti dins 1’clinçant do costé do sûd. On dit todi : « L’ Banbwès est su l’ eûwe », pace qui, à bran.mint dès places, à on fiêr di locèt fond, on-z-èst su l’ aurzîye, ou co pîre, su 1′ rodje dièle, èt là-d’dins, l’ eûwe ni mousse nin. Quand  nn’ èstin.n gamins, nos rôlin.n’ dès mas d’ rodje dièle dins nos mwins èt on lès lèyeûve adeuri au solia. Ci qu’ on fieuve co nin èto, c’ èsteûve lès cûre dins one platène à taute ou à pwin pa-d’zeû on feu di spènes ou d’ brokètes.

Quand ça toûrneûve mau, c’ èst quand lès mans s’aporçûvin.n ‘ di ç’ qu’ on fieûve avou lès platènes qu’ on-z-aveûve sicroté !

Come li Bambwès est « su l’ eûwe », i n rissûwe nin aujîyemint, èt gn-a qu’ su 1’ plin, come à Stierlinsaut ou au Pachi (dilé ‘mon Arthur Bodart ) qu’ on cultive. Tot 1’ rèstant, c’ èst dès patures. Djusqu’ après 1′ guêre, bran.mint dès Banbwètîs avin.n on bokèt d’ têre à Dôye.

Li cwin do Banbwès avou 1′ pus d’ tèrins à culture, c’ è-st-après l’ route di M’tèt, do costé de l’ Bâriére Sint-Djôseuf.»   (Viroux déc. 1985)                               

 

 

Noms d’ places / Toponymes

 

Astantche (l’ _)

li digue qui rastint l’ eûwe do Grand Vèvî

 (« astantchî » vout dîre : »arèter one saqwè qui coûrt »)

Viroux 1985

Banbwès

(au _ ) , Bambois. Village qui possède sa propre église, dédiée à Saint Barthélémy. C’était, depuis le moyen âge, le bois banal de la ville de Fosses, comme l’indique son nom. Le bois banal descendait jadis jusqu’aux fossés de la ville.

 

« les biens que possède le seigneur d’Allemaigne a bambois et laentour » 1548

« une maison estante a bamboy » 1586

« un preit…scitue aux Bambois lez fosse » 1609

« item une aultre pièce d’héritage au mesme lieu du

blambois » 1666

 

Composé de ban + bwès, bois. Ban, circonscription où s’exerçait la juridiction d’un suzerain,ordre sous me­nace, juridiction; du frq. +ban, aha. ban. Du sens « qui appartient au seigneur », le mot banal est passé à celui de « qui est commun à tous ». C’est ainsi que, au Bambois, les Fossois jouissaient de coupes de bois qui leur étaient propres. La forme lue en 1666, Blambois, suppose une mauvaise compréhension du mot: sans doute a-t-on cru qu’il s’agis­sait du bois blanc, qualifiant la couleur et non la qualité du bois.

 

Pouleur 1965

Banbwès (Li _)

Li Banbwès, ça veut dîre « Li Bwès do Ban », ôtrèmint dit : « Li Bwès da l’ comunauté, da tot l’ monde » Li « ban », c’est totes lès djins d’on viladje, d’on hamia. « Bwès », come li Francès « bois », vint do Néèrlan­dès : »bos ». Nosse viladje, come bran.mint dès viladjes Walons, a on nom Jêrmanike.

Lès djins do Banbwès s’ lomenut lès Banbwètîs et lès Banbwèterèsses • On lès spote « lès Tchènas », mins on nè l’ dit pus wêre, èt gn-a bran.mint dès Banbwètîs qu ‘ nèà l’1 séyenut nin d’djà.

Li Banbwès est r’batu do vint, mins 1′ gros do viladje est bâti dins 1’* clinçant do costé do sûd. On dit todi : « L’ Banbwès est su l’eûwe », pace qui, à bran.mint dès places, à on fier di locèt fond, on-z-èst su l’aurzîye, ou co pîre, su 1′ rodje dièle, et là-d’dins l’eûwe ni mousse nin. Quand nn’èstin.n gamins, nos rôlin.n’ dès mas d’ rodje dièle dins nos mwins et on lès lèyeûve adeuri au solia. Ci qu’on fieuve co nin èto, c’èsteûve lès cûre dins one platène à taute ou à pwin pa-d’zeû on feu di spènes ou d’ brokètes.

Quand ça toûrneûve mau, c’est quand lès mans s’aporçûvin.n ‘ di ç’ qu’on fieûve avou lès platènes qu’on-z-aveûve sikroté !

Come li Bambwès est « su l’eûwe », i n rissûwe nin aujîyemint, et gn-a qu’ su 1’ plin, come à Stierlinsaut ou au Pachi ( dilé ‘mon Georges Bodart ) qu’on cultive. Tot 1’ restant, c’est dès patures. Djusqu’ après 1′ guêre, bran.mint dès Banbwètîs avin.n on bokèt d’ têre à Dôye.

Li cwin do Banbwès avou 1′ pus d’ tèrins à culture, c’è-st-après l’ route di M’tèt, do costé de l’ Bâriére Sint-Djôseuf .                                  

Viroux 1985

Batî

(au _ ). De nos jours, batî ne désigne plus qu’une place de Bambois et une rue appelée « Batî d ‘l’ Èspagnol ». Jadis, les batîs étaient nombreux à Fosses.

 

Pouleur 1965

Baucame

 (à l’ _), s.f. Se trouve entre Bambois et Pinsonhaie. La ‘Bocame’ était un moulin à minerai de fer. Le moulin a été détruit il y a quelques années, mais le ld. est encore très bien connu. Il y a,  à proximité des Forges et de la Bocame, des terres rouges, preuve, selon un témoin, de la présence de gisements de fer. On ne doit pas s’étonner de trouver un moulin pour le concassage du minerai.

à Fosses, on fait venir le mot baucame de l’all. poch hammer, attesté dans RIMM, Deutsches Wörterbuch, t. 7 , col. 1961, avec le sens de « gros marteau avec lequel le minerai est écrasé » . Phonétiquement, cette étymologie est acceptable. Mais pourquoi aurait-on emprunté ce mot de l’all.? Pour l’admettre, il faudrait démontrer que *baucame a été installée par des Allemands ou que le système de concassage a été importé d’Allemagne . Ce que nous n’avons pu faire, faute de documents.

 

Pouleur 1965

Baudwin (à _)

lès prés padrî l’èglîje, avou l’ tèrin d’ camping :

Viroux 1985

Boskèt

(au _) , s. m. , bosquet , petit bois. Se trouve à l’endroit dit aujourd’hui reuwe do batî d’ l’ Èspagnol.

 

« la pièce de preit . . . joindant de midy au bosket » 1629

 

Du germ,+bosk, all. Busch, afr. bouchet , bûche.

 

Pouleur 1965

Boskèt (au _)

li quartier autoû dès quate brès dé ‘mon Jean Delais, Lucien Depraute, Philippe Brosteaux, Joseph Michotte 

Viroux 1985

Bruwêres

 

 (su lès _).  Sur Bambois. Prés un peu humides.

Dér.  du gaul. brucu + suff.   -aria.Brucarici donne régulièrement brouyîre. Or, le nam. est  brouwêre. Le  suff. nam. -êre < -aria n’est pas une  anomalie.C’est  une transformation récente et typiquement namuroise de  -î-  en -ê- , la finale -îre étant plus ancienne  et plus étendue.

 

Pouleur 1965

bwès

s.m.,bois.

 

Déterminé par un nom commun désignant le possesseur;

bwès l’abbé (au _ ). C’est encore un grand bois, plutôt sur Saint-Gérard que sur Bambois.

Abbé, du lat. abbasy-atis .

 

Bwès, empr. du fr. bois, du germ. +bosk, all. Busch . Pour J. Herbillon,in BTD.XXX,1956,223, au contraire, la forme bwès est authentiquement wallonne et L. Remacle, dit-il, a changé d’avis lui aussi quant à l’empr. du fr. ; la forme bwès recouvre une zone proprement wal­lonne et elle est isolée du fr. « bois par le type non diphtongué bos.

 

Pouleur 1965

Bwès  Viroux (li _)

Quand vos montez l’ tiène di Dôye po ‘nnaler à Maujo, à l’ copète, su

vosse drwète, gn-a on p’tit bwès.

Ci noms-ci vint dè l’ famile Viroux, qui d’mèreûve à Maujo, d’vant qu’ onk di zèls ni s’ viniche lodjî dins lès Camaprés, èwoù-ce qu’ André Defleur dimeûre asteûre. I gn-a  è l’ cimintiére di Maujo plusieûrs tombes di djins qui   s’ lomin.n’ Viroux – èt do propiètaîre di-d-dins l’ timp d’ l’ ôte bwès, on Boens (   on Flamind qu’ on-z-aveûve à l’ comune sicrît s’ nom Boëns, èt qu’on  prononceûve : bo-inse.)

Viroux 1985

Bwès Bo.ins’ (li _)

Si vos continuwez tot drwèt après l’ Bwès Viroux (en montant su Maujo pa Dôye), vos-avoz one miète pus lon, à vosse drwète, on  bwès one miète pus grand.

I gn-a  è l’ cimintiére di Maujo one tombe do propiètaîre di-d-dins l’ timp d’ l’ ôte bwès, on Boens (on Flamind qu’ on-z-aveûve à l’ comune sicrît s’ nom Boëns, èt qu’on  prononceûve : bo-inse.)

Viroux 1985

Bwès l’Abé (li _)

Pa-d’zeû l’ camping di Dôye, gn-a on bwès qu’ va djusqu’au Grand Vèvî.

Viroux 1985

c(i)mintiére

s.f .  cimetière

 

Pouleur 1965

Cabouchau (li _)

li place qui l’ trop-plin do vèvî passe, au pont au d’bout d’ l’astantche do costé do Pwint d’Àrèt

Viroux 1985

Camaprés (lès _)

li  place, en ‘nnalant su Maujo, èwou-ce qu’André Defleur, Francis Defoin dimeûrenut. 

Viroux 1985

campagne

s. f. campagne, étendue de terre de labour, par op­position aus pachis, djârdin. Il faut donc accor­der un sens assez large au mot campagne. Il désigne aussi bien des terres que des prairies, à Fosses. Seul, il n’est pas un top. à proprement parler.

 

Déterminé par un nom de lieu;

campagne do Banbwès (à 1’ _ ; su l’ _ ),campagne de Bambois. Vaste étendue de terres cultivées à Bambois.  v. Banbwès.

 

Campagne, fr. campagne, du lat. campania . (…)

 

Pouleur 1965

Campagne do Banbwès (li _)

lès bokèts pa-drî ‘mon Léon Topet, Jean-Marie Piraux, ètèt. (dins l’ timps : Lèyon Piette) 

Viroux 1985

cinse 

s . f . , ferme

 

Déterminé par un nom de lieu:

« Joachim de Molle…résident en la cense de Stierlinsart » 1617  v. Stièrlinsaut.

 

cinse, fr. cense,du lat. census,impôt foncier; du gallo-rom. +censa) pl. coll. de census .

 

Pouleur 1965

communes

s.f ., t. ancien signifiant « propriété communale ». On appelait communes tous les essarts de Bambois, Aujourd’hui on a remplacé communes par trî. (v. ce mot).

De l’adj. lat. communis, refait en cummunus, -a, -um employé substantivement.

 

Pouleur 1965

côpe

s.f., coupe de bois. Portion de bois destiné à être abattu. Une coupe peut s’étendre sur plusieurs ares. Les coupes sont à Bambois.

 

1°) côpe do fond dès vèvîs ,coupe du fond des viviers. Se trouve à Bambois.  v. fond dès vèvîs.

2°) côpe do tch’min di M’tèt , coupe du chemin de Mettet.

 

lat. colaphus, afr. cobe , coup.

 

Pouleur 1965

Coû  Djaukèt (li _)

li  coû avou lès maujos da Ernest Duculot, Jeanne Defleur, Baudouin Burton, Pierre Burton  (su l’ Batî)

Viroux 1985

Coû Romèdène (li _)

= li Coû Taziaux : li coû avou l’ maujo da Léon Topet

Viroux 1985

Coû Sulvin (li _)

li  coû avou l’ maujo da René Collin èt l’ rèstaurant « Les Mésanges » (su l’ Batî)                                 

Viroux 1985

Dôye (à _)

lès tèrins è montant iute do Ri dès Bons-Èfants djusqu’à l’ Haye Mayèt èt l’ Bwès l’Abé :

Viroux 1985

fond

s.m., fond. En toponymie, fond désigne la partie de terre située au pied d’un versant de colline ou entre deux versants. Il n’entre jamais en composition.

 

Déterminé par un nom commun:

fond dès vèvîs (au – ), fond des viviers. Terres à Bambois, proches du grand étang.

« bois et fond des viviers » 1605  v. vèvî.

 

Pouleur 1965

Fonds (lès _)

li place su l’ vôye po-z-aler à Maujo, autoû dè l’ maujo da Georges Tasiaux èt Renilde Colin 

Viroux 1985

Fontin.ne dès-Bons-Èfants (li _)

li fontin.ne qu’ èst padrî l’ maujo da René Collin è l’ Coû Sulvin (su l’ Batî)

Viroux 1985

froidterne

s .m. Disparu aujourd’hui. Devait se trouver à Bambois.

Composé de froid, w. frèd, du lat. frigidus et de terne, v. tiène.

 

Pouleur 1965

Haye

s.f. , haie. Portions de forêts réservées dans le principe au seigneur,et peut-être closes d’une haie vive.

A Fosses, jadis, haye avait encore le sens de « pe­tit bois ».

 

Déterminé par un nom de lieu;

« un bois nommez la haye du Bambois » 1747.  v. Banbwès.

 

Pouleur 1965

Haye do Bambwès (l’ _)

lès prés padrî ‘mon Raymond Fauche èt Daniel Fauche è d’chindant j’qu’au Ri dès Bons-Èfants

Viroux 1985

Haye Mayèt (à l’ _ )

Quand v’s-èstoz aus quate tchimins à l’ copète di Dôye, si vos puordoz à gauche po-z-aler r’trover l’ Route di Sint-Djurau, vos passez dins lès preumêrès  maujos d’ Maujo.

Viroux 1985

Ièrtadje (au _)

lès campagnes ètur li maujo da Chauvier èt lès preumêrès maujons do Gon.nwè (Francis Mathot a faît bâti à plin mitan)

Viroux 1985

Marlagne

(à _ ). Bois sur Sart-Saint-Laurent, de 1115 ha.

La Marlagne fut, dès le haut moyen âge, la plus impor­tante forêt du Namurois. La Haute Marlagne occupait principalement la crête du plateau qui s’étend entre la Sambre et la Meuse, tandis que la Basse Marlagne cou­vrait les versants qui descendent vers la Meuse. De nos jours, il ne reste plus que quelques vestiges de cette grande forêt à Malonne, à Sart-Saint-Laurent , à Fosses et dans quelques villages environnants.

L’étymologie du mot Marlagne a soulevé un grand problè­me. J. Nandrain, 72-81, a dénombré et étudié les différen­tes propositions que l’on avait faites, et il a expliqué à fond le problème. Nous devrons donc nous contenter, sous peine de le plagier involontairement, de résumer les différentes étymologies proposées, auxquelles nous ajouterons la dernière en date, celle de M. Gysseling, qui a paru en 1960, et dont J. Nandrain n’aurait pu avoir connaissance.

C’est Grandgagnage, in ASM. 1,24 et 83, qui a ouvert les débats et a essayé de prouver l’origine germanique du mot . Il cite, à l’appui de ses dires, des textes latins de César et Tacite, prouvant que les Nerviens, établis à Namur, étaient issus de Germains (César,L.II,IV;Tacite, Germania, XXVIII). Il relève ensuite les formes de chartes du XlIIe s., pour finalement adopter, comme forme de départ de son étymologie, la forme Marlonia, qui serait composée du rom. mar, grand + lignum, bois, afr. laigné,  leigne.

Mais en proposant Marionia, Gggge néglige des formes plus anciennes qui sont certainement aussi valables, et, de plus ,il n’explique pas le -r- , dont l’origine pose un problème réel, car les formes les plus anciennes qu’il néglige ne possèdent pas ce -r- .

La seconde étymologie proposée a été celle du Cha­noine Roland, Top.nam., 222,  qui veut, lui,  prouver 1’ori­gine gauloise du nom. Il tient compte des plus anciennes formes d’archives, dont Maslinia de 937-959, qui viendrait de maglina ,et se serait adoucie en maslania. Et il constate les mêmes phases dans l’évolution phonétique ancienne de la dénomination de Malines, nl. Mechelen, Machelen. Il revient alors à son propos,qui est de décou­vrir 1’étymologie de Marlagne, et il propose un radical magl + suff. -ino. Magl, qui est celtique ,est l’abrévia­tion de Magal-, grand, dont on trouve des exemples dès l’époque gallo-romaine, et qui est à la base d’un grand nombre de dénominations geographiques.il en conclut que le bois de Mariagne s’est d’abord appelé Magalona, Maglona, mot qui se sera affaibli en Maglina, Maglino.

Mais le Chanoine Roland termine par une question sur le sens à attribuer au radical ainsi développé. Faut-il considérer grand dans son sens propre ou dans le sens de « mystérieux,profond »? Cette dernière hypothèse serait assez plausible, puisque la forêt de Marlagne était jadis considérée comme l’asile d’esprits infernaux (v. à ce propos J. Nandrain, 77).

A partir de la démonstration du Chanoine Roland, A. Carnoy,dans un article intitulé Le Mallum dans la Toponymie bel se (in Mélanges Ch. Moeller, 1914), base toute son explication de Malines sur le radical mahal qui, selon lui, peut tout résoudre, à condition de changer le suff. -ona, qui aboutit à Malonne, en

-îna, qui donne Malines. Pour lui, la finale -agne de Marlagne, qui n’appa­raît qu’au XlIIe s., est due à l’influence de nombreux noms en -agne, comme Terwagne , Matagne . . . (Or .NG. ,4-8 ,n. 5)

P. Marchot, publiant en 1931 une étude sur le Pagus Namucensis, in RBPH.X,531-9, fait ressortir l’origine gauloise des noms Namucus et Magalonia,en insistant sur le fait que Magalonia vient d’un radical indo-européen Magalo, grand, ou de son représentant gaulois magalos.  Edg. Renard, dans son compte-rendu de cet article, in BTD.VI,1952,269, accepte lui aussi l’origine gauloise du mot.

M. Gysseling, in BTD.XXI,1947, 201, émet une autre hypo­thèse encore, dans un article intitulé Le Namurois, région bilingue jusqu’au VIIIe s. Il propose que Marlagne vienne de Mahlania, qui lui-même serait issu de +magalos, grand, et il affirme ensuite que Malines a un correspon­dant germanique Mechelen,et que Marlagne peut provenir d’un thème germ. « huaghligne, où-hl- s’est développé en -ri- en wallon. Mais il ne donne pas d’exemple prouvant l’existence d’un tel développement en wallon, et, de plus, la forme d’archives Maghlino, qui est unique, a été mal orthographiée : on l’avait déjà prouvé. Cette explication a d’ailleurs laissé sceptique Monsieur L. Remacle (in BTD.XXII,1948,441).

M. Gysseling, dans TW.,665, propose une autre étymologie pour Marlagne. Après avoir donné les différentes graphies trouvées jusqu’au XVIIe s., il conclut que Mar­lagne vient de l’ancien germ. magalinjô,la puissante, la grande, et il renvoie à Machelen et Malonne.

Quelle conclusion peut-on tirer de ceci? Une chose est certaine: il faut écarter l’étymologie proposée par Grandgagnage,qui néglige d’anciennes formes d’archives. En outre, il vaut mieux oublier, jusqu’à preuve du con­traire, la forme maghlino , qui provient d’un document douteux. Jusqu’à présent, 1’étymologie du Chanoine Roland reste la plus sûre. On peut donc proposer un radical gaul. +magl- > +mall- > +marl- + suff. ~ania > -agne.

 

Pouleur 1965

Maujo d’ pèche (li _)

li maujo qu’èst pus bas qui l’ digue qui rastint l’ eûwe do Grand Vèvî

Viroux 1985

molin

s.m. , moulin.Tous les moulins de Fosses fonctionnaient à l’eau.

molin dè l’ baucame (au – ).  v. bocame.

 

Pouleur 1965

Mote (li _)

li ronde île qu’ a disparètu qu’ èsteûve au mitan do Grand Vèvî avou on sapin   d’ssus

Viroux 1985

pachis

s. m. , pâturage. T. archaïque , lg.  pachis

Endroit où paissent les animaux de la ferme.       

 

Pachi, afr. pasquis, dér. en -icius, w. -is-, parfois réduit à -i, du lat. pascere, faire paître .

 

Pouleur 1965

Pachis (li _)

lès bokèts padrî l’ dèpôt d’ vîyès-autos (Ernest Migeot) djusqu’ addé ‘mon  Georges  Bodart 

Viroux 1985

Pachis dès Boûs (li _)

lès patures pa-d’zeûs l’ Trî à l’ Iute (pa-d’vant ‘mon André Lessire), è r’montant après l’ Batî 

Viroux 1985

pîd-sinte

s.f . , sentier

A Fosses, on emploie encore beaucoup le mot pîd-sinte pour désigner un sentier qui n’est pas dénommé: c’è-st-one pîd-sinte.  

Composé du lat. pede, w. pîd, pied et du lat. semita, w. sinte,  sente, sentier .

 

Pouleur 1965

Pilot (li _)

li stopa qu’ on lève po wîdî l’ Grand Vèvî

Viroux 1985

place

s .f. , place publique. Cette dénomination est assez ré­cente et n’est souvent qu’officielle. On préfère le ld. à l’expression place de..

 

Pouleur 1965

Plâje

(à l’ – ) , s.f. ,plage. Désigne le bord du Grand Etang de Bambois, que l’on a aménagé, avec du sable et des jeux en petite plage, où l’on peut, en outre, nager et canoter.Les habitants de Fosses et des environs vont à la plage ou à l’ plâje, et chacun sait qu’il s’agit de la plage de Bambois.

Du grec plagio, afr. plaje .

 

Pouleur 1965

Plantche (à l’ _ _)

li place ètur ‘mon Georges Tasiaux èt l’ Grand Vèvî, èwou-ce qu’ on passeûve   li Ri dès Bons-Èfants po-z-aler o bwès

Viroux 1985

pont

s.m., pont.

Du  lat. ponte (m).

 

Pouleur 1965

pré

s .m. , pré, prairie. Ce terme s’applique d’abord aux prai­ries joignant la maison (La Gl.,309)

L. Génicot ,p. 112-3 , écrit : « Les prés sont de grandes prai­ries naturelles d’un seul tenant, fertilisées par les cours d’eau qu’elles bordent ou enjambent. Le foin est trop rare dans le Namurois pour que les seigneurs qui possèdent des prés les accensent ou les afferment ». Ainsi l’évêque de Liège conserve-t-il les prés, et des personnages de moiiid.re envergure n’agissent pas autre­ment (v. pré l’ vèke)

 

« un. preit. . .appelle communément le preit grandmere situe au bamboy » 1646

Grand-mère est un nom fréquent pour déterminer un Id. en top.:v. cortil grandmere à Ciney, Sart Grandmere à Malonne.

 

Pouleur 1965

Prés Eûjin.ne (lès _)

lès patures pa-d’zos ‘mon Jean Van Laethem, à drwète è d’chindant su Fosse

Viroux 1985

reuwe

s .f . , rue.

 

– do batî , rue du baty.A Bambois. v. bâti.

– do batî d’ l’ Èspagnol, rue du baty de l’Es­pagnol. On ne sait à quel Espagnol cette rue fait allusion.

– do « châtau d’eau » . Se dit en fr.

– dè l’ cimintiére , rue du cimetière,   v.   c(i)mintiére.

– di Dôye , rue de Dôye. A Bambois.

Dôye n. propre, anthroponyme wallon.

-do gon.nwè , rue du Gonoy. Le Gonoy est un ld. à Saint-Gérard. Mot d’étymologie douteuse.

– do Hôt-Vint, rue de Haut-Vent,  v. Haut-Vint.

– di Maujo, rue de Maison. Mai son est un hameau de Saint-Gérard.

– dè l’ plâje, rue de la Plage,  v. plâje.

– di Stièrlinsaut, rue de Stierlinsart.  v. stièrlinsaut.

– do trî à l’ iute, rue du « Try al Hutte », v. tri à l’ iute.

– do grand vèvî , rue du Grand Etang, v. grand vèvî.

 

w. reuwe , f r. rue, du lat. ruga .

 

Pouleur 1965

Reuwe Curé Cambier

li reuwe qu’ èva dè l’ reuwe do Batî (Philippe Dubucq) à reuwe do Gon.nwè (Claire Debrule, divant : Emile Cornil) 

Viroux 1985

ri

s.m. , ruisseau.

 

a.Déterminé par un nom commun désignant une personne

 

ri dès Bons-Èfants Le ‘ri des Bons-En­fants’ se jette dans le Grand Etang. Il se trouve plus sur la commune de Saint-Gérard que sur Bambois.

 

 

B, Déterminé par un nom commun

1°)  ri d’ bèle eûwe, ri de Belle-Eau.

C’est le ruisseau qui fait la limite entre Bambois et Saint-Gérard. On utilise aussi l’expression à l’ bèle eûwe pour désigner le quartier qui se trouve aux abords du ruisseau.

 

2°) »maison avec jardin…scituee au rieu froidterne » 1776  v. froidterne.

 

W. ri., ruisseau , du lat. rivus , afr. rieu, ru.

 

Pouleur 1965

Ri d’ Bèle-Eûwe (li _)

on-ôte ri qui l’ Ri dès Bons-Èfants qui s’ tape o Grand Vèvî.

 (pace qu’ i vint d’ Bèle-Eûwe, on quârtier d’ Bossêre)

Viroux 1985

Ri dès Bons-Èfants (li _)

li ri qui paute di ç’ fontin.ne-là, qui passe pa-d’zos l’ vôye do Gon.nwè dé   ‘mon Chauvier (ancyin.nemint Maurice Halloy ou Nache, pwîs Rosart) èt qu’ èva o Grand Vèvî 

Viroux 1985

Rodje Maujo (li _)

li p’tit batumint qu’ on captéye l’ eûwe o Grand Vèvî

Viroux 1985

Rodje Maujo (li _)

Su qué commune èst-ce qui l’ Rodje Maujo èst?

Su M’tèt (Sint-Djuraud)

Viroux 1985

route 

s .f. ,voie de communication artificielle.

 

1°) route do Banbwès, route de Bambois.  v. Banbwès

2°) grand route do Banbwès , grand-route de Bambois.  v . Bambwès .

3°) route di M’tèt , route de Mettet.

 

Mot emprunté du fr., dér. du lat. rumpere  du lat. rupta .

 

Pouleur 1965

Route dès Missiles 

La route de Mettet, ainsi dénommée lorsqu’on construisit la route à quatre bandes venant de la Basse-Sambre vers Mettet.

Dans les années 1970, le bruit courait que cette route était stratégique pour les Américains ayant installé des missiles à la base militaire aérienne de Florennes afin de les déployer plus facilement.

Viroux 1985

Route do Bambwès

Gn-a deûs Routes do Bambwès. Èwoù ? A Fosses, dispûs l’ valéye do tiène do Bambwès djusqu’à ‘mon Polidôr, èt à Maujo, dispûs ‘mon Victor Rossomme djusqu’à l’ limite dès deûs comunes.

Viroux 1985

rouwale

s .f. , ruelle, petite rue.

 

w. rouwale, ruelle, dér. du lat ruela, rue :F suff. w. -ale, fr. -elle, lat. –ella..

 

Pouleur 1965

Rouwale Diame

li vôye qui va di d’ssus l’ Batî (Roger Vandeloise) djusqu’au Trî-à-l’-Iute (André Rossomme) 

Viroux 1985

Rouwale do Gon.nwè

li vôye qui va di d’ssus l’ Batî (Renée Defleur) djusqu’au Gon.nwè  

 

Viroux 1985

Rouwale do Pachi dès Boûs

li  rouwale qui va do djeu d’ bale (dilé l’ buvète) djusqu’à l’ reuwe do Trî-à-l’-Iute (André Lessire) 

Viroux 1985

Rouwale Romèdène (li _)

li vôye qui monte djusqu’à l’ coû avou lès maujos da Roger Capelle, Amour Falque, André Dufaux èt Lucien Defoin 

Viroux 1985

Saurt Bènwète (li _)

li quârtier dispûs ‘mon Marcel Bourcy djusqu’à ‘mon Daniel Fauche 

Viroux 1985

Soûrdant do Blanc Bouyon (li _)

li soûrdant qu ‘on captéye l’ eûwe o Grand Vèvî

Viroux 1985

Stampia (li _)                                                                                                                          

li quârtier autoû dès trwès brès qui l’ reuwe di Stièrlinsaut faît avou l’ reuwe do Batî d’ l’Espagnol (avou lès maujos da Claude Gosset, Marcel Despineto, Alfred Fauchet, Paul Fauchet, ètèt. )

Viroux 1985

Stièrlinsaut 

(à _ ) , Stierlinsart . Quartier habité, entouré de prés et de bosquets, près de Bambois.

« Joachim de  Molle…résidant  en la  cense  de Stierlinsart » 1617  

« en la maison et héritages de Stierlinsaulx » 1626

« quattre bonniers de terre et preits…au trieux du Bambois pardessub de Sterelinsart » 1657

« des moutons foulans et pasturans…proche de otienrelinsau » 1789

 

Composé  de Stèrlin, n. propre, habitant d’un Ster et du w. saut,fr. s art   :v.   Saut.

 

Pouleur 1965

Stièrlinsaut (à _)

lès bokèts autoû dè l’ cimintiére, do « Château d’Eau », d’ èmon Jean Houba, André Deproot èt l’ tèrin d’ football

Viroux 1985

Taille du

Bambois

 

v. taye

Pouleur 1965

Taye l’ Èvèke

 (à l ‘- ), s.f. , taille , bois. Actuellement, li taye l’èvèke ne comporte plus seulement des bois comme autrefois; les parties défrichées ont été trans­formées en prés et en terres, portant toujours le nom de taye l’ èvèke. C’était aussi une possession du Prince-évêque de Liège.

 

taye, dér. du lat. taliare, tailler . Il faut remarquer que l’expression taye l’èvèke   est différente de celle que nous avons vue plus  haut, pré l’vèke, où  le  e initial de évèke était tombé. On l’a  con­servé dans taye  l’èvèke  sans  doute pour une  raison inconsciente de facilité de prononciation.En effet,trois consonnes se  seraient suivies (tayl’vèke) s’il en eût été autrement et l’expression aurait été   impossible à prononcer. C’est ainsi que le e initial a été conservé.

 

Pouleur 1965

tch(i)min

s. m. , chemin.

 

A. Déterminé par un adjectif :

1°) « un bormier de terre…au banbois…joindant au chemin hierdaulx allant de Fosse audit banbois » 1600 v. yèrdau.

2°) « deux pièces de terre. . . joindante a real chemin allant au Bamboy » 1618

 

Afr. real, royal, du lat. regale. Le Dictionnaire Liégeois, p.569, signale une royå-vôye.

 

B. Déterminé par un nom de lieu :

1°) tch’min d’ Sint-Rok a Banbwès, chemin de Saint-Roch à Bambois. C’était le prolongement de la ruelle du Gauwin.

 

Tch(i)min, fr. chemin, du lat. pop. camminus , empr. du celt.

 

Pouleur 1965

tchamp

s.m. , champ , terre labourable propre à la culture.

 

w. tchamp, du lat. campus .

 

Pouleur 1965

tchapèle

s.f. , chapelle.

 

chapelle, du lat. +cappella, dér. de cappa.

 

Pouleur 1965

Tchapèle (à l’ _)

Dins l’ timp, ci vôye-là passeûve iute dè l’ coû po-z-aler r’djonde li Rouwale do Pachi dès Boûs. Comint-ce qu’ on lomeûve li place èwou-ce qu’ èles si r’djondin.n ?  (I gn-aveûve là dins l’ timps one tchapèle qui dj’  n’ a nin conu. Quand dj’ èsteûve gamin, gn-aveûve co dès pîres dè l’ tchapèle è l’ haye.)

Viroux 1985

têre

s. f. , terre. Désigne une étendue cultivable.

 

têre, fr. terre, du lat. terra.

 

Pouleur 1965

tiène

s .m. , tertre , versant d’une colline ; chemin escarpé: afr. terne , colline.

 

Forme nam. du lg. tiér, du lat. termen, tertre, limite marquée par une éminence.

 

Pouleur 1965

trî 

s. m. , terre laissée en friche et qui sert de pâture.

Employé seul : « une autre pièce en lieu condist sur le trieux » 1629

 

A. Déterminé par un nom propre :

1°) « trieu_Huriau » .

« les quartiers du Bambois et trieu bureaux » 1579

Huriau , n . propre, dér. de hure ,tête hérissée, du verbe hurer : Dauzat ,NFF. ,534. Haust , Etym. ,146-155, dit que hure  vient d’un +hura d’orig. obscure.

 

B Déterminé par un nom commun :

1°) trî à l’ iute (au – ), tri à la hutte. Maisons, terres, pré et bosquets .

w. (i)ute, fr. hutte, de l’afrq. +hutta . A Fosses (Namur) à iute  signifie à l’abri..

 

C. Déterminé par un nom de lieu :

1°) tri do Banbwès .tri du Bambois.Vastes terres et prairies,  v. Banbwès.

 

w. trî, afr. trieux, aw. trische, triche, triesche, triex. Du frq. +thresk, mnl. driesch . Pour des raisons d’ordre phonétique, J. Warland, Gloss. ,185, part plutôt du frq. +threusk, terre en friche, latinisé en +thriusca,triusca.

 

Pouleur 1965

Trûlia

(au _). Ld. près du Grand Etang de Bambois.

Il existe un verbe lg. trûler,émietter, du lat. tribulare, broyer, piler, triturer. Trûlia est peut-être un dér. en -ellu, w -ici, de ce verbe.

 

Pouleur 1965

Vète Vôye (li _)

li vôye qui va dè l’ reuwe do Batî djusqu’à l’ coû avou l’ maujo da René Collin   èt l’ rèstaurant « Les Mésanges »  

Viroux 1985

vèvî

s. m. , vivier, étang. La plupart des anciens viviers ont disparu, mais on en aménage toujours de nouveaux, par exemple au grand gau.

Le -i que j’ai noté long dans vèvî n’est pas entièrement long; la difficulté est de trouver un signe notant un -i à demi long.

 

Déterminé par un nom commun :

vèvî d’ bèle eûwe. Plutôt sur Gaint-Gérard. On dit plus souvent à l’ bèle eûwe.

v. aussi ri d’ bèle eûwe.

 

Autre détermination :

grand vèvî (au -) : grand étang. Jadis vivier l’évêque .

Grand étang de Bambois . Autrefois, on le laissait à sec tous les deux ans et on cultivait sur le fond. Il a environ 30 ha.

 

w. vèvî, vivier, du lat . vivariu, lieu où l’on garde des animaux vivants .

Les vèvîs sont l’oeuvre de l’homme, à l’inverse des bas­ses, qui se forment d’elles-mêmes.

 

Pouleur 1965

vôye

s.f. , voie, chemin.

 

Afr. voye , w. vôye , fr. voie, du lat. via .

Pouleur 1965

 

 

Conechoz   bin l’ Bambwès? Boune cache !

 

 

in : La Voix de Bambois, mars 1986

Comint-ce qu’on lome

 

rèsponse:

1 li vôye qui va  di  d’ssus  l’  Batî   (Roger  Vandeloise)   djusqu’au  Trî-à-l’-Iute   (André Rossomme) ?    

 

li   rouwale   Diame

2 li   vôye  qui  va  di  d’ssus  l’  Batî   ( Renée Defleur)   djusqu’au  Gon.nwè   ?

 

li rouwale do Gon.nwè

 

3 li   vôye  qui va  dè  l’ reuwe do Batî   djusqu’à   l’  coû   avou   l’  maujo   da  René Collin   èt   l’   restaurant   « Lès  Mésanges »   ?  

 

li   Vète  Vôye

 

4 ci   coû-là   ?                             

 

li   Coû Sulvin

5 li   coû   avou   les   maujos  da   Ernest  Duculot,    Jeanne   Defleur,   Baudouin   Burton, Pierre   Burton  ?                    

li   Coû  Djaukèt

 

6 li   rouwale   qui   va   do   djeu   d’   bale   ( dilé   l’   buvète)   djusqu’à   l’  reuwe   do Trî-à-l’-Iute  ?   (André  Lessire)   ?  

 

li   rouwale   do   Pachi   dès   Boûs.

 

in : La Voix de Bambois, août 1986

 

Avîz   trové ?   I gn-a   bran.mint   qu’ ont   cachî   èt   qu’ont   trové   totes   lès   rèsponses   sauf   one. Nin todi l’ min.me,  bin   sûr.   Vo-‘nnè-ci   co   one  voléye   :

 

 

1 Su qué commune èst-ce qui l’ Rodje Maujo èst?

 

su M’tèt (Sint-Djurau)

2 Gn-a one-ôte ri qui l’ Ri dès Bons-Èfants qui s’ tape o Grand Vèvî.

 

li Ri d’ Bèle-Eûwe (pace qu’ i vint d’ Bèle-Eûwe, on quârtier d’ Bossêre)

 

3 Comint-ce qu’ on lome li dike qui rastint l’ eûwe do Grand Vèvî ?

 

l’ astantche.(« astantchî » vout dîre : »arèter one saqwè qui coûrt »)

 

4 Comint-ce qu’ on lome li stopa qu’ on lève po wîdî l’ Grand Vèvî?

li Pilot

 

5 Comint-ce qu’ on  lome li place qui l’ trop-plin do vèvî passe, au pont au   d’bout d’ l’astantche do costé do Pwint d’Àrèt?

 

li Cabouchau

 

in : La Voix de Bambois, s.d.

 

Conechoz bin l’ Banbwès ?

Savoz bin comint-ce qu’on lome ?

 

 

1 Lès patures pa-d’zos ‘mon Jean Van Laethem, à drwète è d’chindant su Fosse:

lès prés Eûjin.ne

 

2 Li quârtier autoû dès trwès brès qui l’ reuwe di Stièrlinsaut faît avou l’ reuwe do Batî d’ l’Espagnol (avou lès maujos da Claude Gosset, Marcel Despineto, Alfred Fauchet, Paul Fauchet, ètèt. ).

li Stampia                                                                                                                          

 

3 Li quârtier dispûs ‘mon Marcel Bourcy djusqu’à ‘mon Daniel Fauche

li Saurt Bènwète

4 Lès prés padrî l’èglîje, avou l’ tèrin d’ camping :

à Baudwin

 

5 Li quartier autoû dès quate brès dé ‘mon Jean Delais, Lucien Depraute, Philippe Brosteaux, Joseph Michotte :

au Boskèt

 

Asteûre, waîtans one miète pus lon . Comint-ce qu’on lome ? :

 

 

1 Lès bokèts pa-drî ‘mon Léon Piette (asteûre Léon Topet, Jean-Marie Piraux, ètèt

 

li campagne do Banbwès

2 Lès prés padrî ‘mon Raymond Fauche èt ‘mon Daniel Fauche è d’chindant j’qu’au Ri dès Bons-Èfants:  …

 

l’ Haye do Bambwès

3 Lès bokèts autoû dè l’ cimintiére, do « Château d’ Eau », d’ èmon Jean Houba, André Deproot èt l’ tèrin d’ football

 

 Stièrlinsaut

 

4 Lès tèrins è montant iute do Ri dès Bons-Efants djusqu’à l’ Haye-Mayèt èt l’ Bwès l’Abé : 

Dôye

5 Li place su l’ vôye po-z-aler à Maujo, autoû dè l’ maujo da Georges Tasiaux et Renilde Collin

 

Lès Fonds

in : La Voix de Bambois

Conechoz bin l’ Bambwès

 

 

1 Quand vos montez l’ tiène di Dôye po ‘nnaler à Maujo, à l’ copète, su vosse drwète, gn-a on p’tit bwès.

 

Li  Bwès  Viroux

2 Si vos continuwez  tot drwèt, vos-avoz one miète pus lon, à vosse drwète, on bwès one miète pus grand.

 

li Bwès l’ Abé

3 Quand v’s-èstoz aus quate tchimins à l’ copète di Dôye, si vos purdoz à gauche po-z-aler r’trover l’ Route di Sint-Djurau, vos passez dins lès preumêrès  maujos d’ Maujo.

 

à l’ Haye-Mayèt

 

4 Pa-d’zeû l’ camping di Dôye, gn-a on bwès qu’ va djusqu’au Grand Vèvî.

 

li Bwès l’ Abé

5 Gn-a deûs Routes do Bambwès. Èwoù ?

A Fosses, dispûs l’ valéye do tiène   do Bambwès djusqu’à ‘mon Polidôr, èt à Maujo, dispûs ‘mon Victor Rossomme djusqu’à l’ limite dès deûs comunes.

 

in : La Voix de Bambois, avril 1986

WALON, NOSSE LANGUE

Comint-ce qu’ on lome :

 

 

1 Li fontin.ne qu’ èst padrî l’ maujo da René Collin è l’ Coû Sulvin :

 

li Fontin.ne dès-Bons-Èfants

 

2 Li ri qui paute di ç’ fontin.ne-là, qui passe pa-d’zos l’ vôye do Gon.nwè dé   ‘mon Chauvier (ancyin.nemint Maurice Halloy ou Nache, pwîs Rosart) èt   qu’ èva o Grand Vèvî :

 

li Ri dès Bons-Èfants

 

3 Li vôye qui monte djusqu’à l’ coû avou lès maujos da Roger Capelle, Amour Falque, André Dufaux èt Lucien Defoin :

 

li Rouwale Romèdène

 

4 Li coû avou cès maujos-là

li Coû Romèdène ou l’ Coû Taziaux

 

5 Dins l’ timp, ci vôye-là passeûve iute dè l’ coû po-z-aler r’djonde li Rouwale do Pachi dès Boûs. Comint-ce qu’ on lomeûve li place èwou-ce qu’ èles si r’djondin.n ?

à l’ Tchapèle. (I gn-aveûve là dins l’ timps one tchapèle qui dj’  n’ a nin conu. Quand dj’ èsteûve gamin, gn-aveûve co dès pîres dè l’ tchapèle è l’ haye.)

 

6 Lès campagnes ètur li maujo da Chauvier èt lès preumêrès maujons do Gon.nwè (Francis Mathot a faît bâti à plin mitan) 

 

au Ièrtadje

7 Li reuwe qu’ èva dè l’ reuwe do Batî (Philippe Dubucq) à reuwe do Gon.nwè (Claire Debrule, divant : Emile Cornil) 

 

li Reuwe Curé Cambier

 

8 Li  place, en ‘nnalant su Maujo, èwou-ce qu’André Defleur, Francis Defoin dimeûrenut. 

 

lès Camaprés

9 Lès bokèts padrî l’ dèpôt d’ vîyès-autos (Ernest Migeot) djusqu’ addé ‘mon  Georges  Bodart 

 

li Pachi

10 Lès patures pa-d’zeûs l’ Trî à l’ Iute (pa-d’vant ‘mon André Lessire), è r’montant après l’ Batî 

 

li Pachi dès Boûs

 

in : La Voix de Bambois, juillet 1986

Conechoz  bin l’ Banbwès ?

Waîtans one miète pus lon, autoû d’ nosse Grand Vèvî ! Comint-ce qu’on lome ?

 

 

l Li p’tit batumint qu’ on captéye l’ eûwe o Grand Vèvî

li  Rodje Maujo

 

2 Li soûrdant qu’on captéye

 

li soûrdant do Blanc Bouyon

3 Li ronde île qu’a disparètu qu’èsteûve au mitan do Grand Vèvî avou on sapin   d’ssus

 

li Mote

4 Li maujo qu’èst pus bas qui l’ dike qui rastint l’ eûwe do Grand Vèvî

 

li Maujo d’ Pèche

5 Li place ètur ‘mon Georges Tasiaux èt l’ Grand Vèvî, èwou-ce qu’ on passeûve   li Ri dès Bons-Èfants po-z-aler o bwès

 

à l’ Plantche

 

Li Banbwès (Bambois) - limite ètur li comté d' Nameur èt l' Principauté d' Lîdje (limite entre le Comté de Namur et la Principauté de Liège)