Scrîjadjes / Littérature

Robert Heiremans (Èl Louviére / La Louvière), Ièsse djîle, in : MA, 3, 1979, p.42-43

 

Ièsse djîle, c’ èst foûrt maléjîle à splikî

c’ èst ‘ne saquè qu’ on ‘rsint in li-min.me,

què pou comprinde i faut l’ vikî,

c’ èst come ène bèle coumére qu’ on-inme.

 

Ièsse djîle, c’ èst vîr s’ alumer su ‘s visâdje,

quand on d-in pale à l’ ocâsion,

in solêy vûdant dès nuwâdjes

qui fét ‘rmonter s’ vwas d’ in ton.

 

Ièsse djîle, c’ èst d’ in tateler tout l’ long d’ ‘l anéye

come souveni ou bîn bon à v’ni,

in buvant ‘s pinte après ‘s djournéye

ou bîn in vacances, lon dè d’ci.

 

Ièsse djîle, c’ èst co fé s’ pas à toutes lès fièsses:

mariâdje, ducace ou rabindelâdje

c’ èst djwer du tambour dèssus ‘ne drèsse,

‘yèt fé mète tout l’ monde à dalâdje.

 

Ièsse djîle, c’ è-st-in mwas avant lès soumonces,

aprèster chabots ‘yèt saurot,

dèv’ni co pus souyant qu’ ène ronce,

conte tous lès maus, ‘s sougnî d’ asto.

 

Ièsse djîle, c’ èst fèrtèyî pindant dès s’mènes,

saquantès nût’s sans pus dormi

in parler tous lès djoûs à scrène,

quand i sint l’ carnèval vèni.

 

Ièsse djîle, c’ èst ièsse eûreûs quand toute èl famîye

è-st-alintoûr pou l’ abiyî,

nèrveûs, in ratindant l’ baterîye,

nîn d’morer ‘ne sègonde sans boudjî.

 

Ièsse djîle, c’ è-st-intinde ariver ‘l tambour,

lès larmes as-îs d’ sè ‘rvîr inchène,

èl clarinète qui djûwe à ‘s toûr,

èl prèmière coupe pou prinde alène.

 

Ièsse djîle, c’ èst fé s’ promî pas su l’ kèmin

comprinde què c’ è-st-in bia moumint,

‘l rabindelâdje du dîmince matin,

‘yèt ‘l baterîye qui mèt ‘l binde in trin.

 

Ièsse djîle, c’ èst s’ amuser pindant twâs djoûs,

avoû du plési pou dès rîns,

c’ èst ‘l praute qu’ on conte in buvant in coûp,

iun ‘l aute ès’ fé in.marvoyî.

 

Ièsse djîle, c’ èst brûler lès bosses èl mardi,

brére èyèt rîre come des-èfants,

fé ‘rpassâdje dusqu’au mércrèdi,

èn’ pus min.me savoû qu’ on-èst scrans.

 

Ièsse djîle, c’ èst ‘s quiter in s’ promètant bîn,

min.me si on n’ sè rvwat pus avant,

dè sè ‘rtrouver ‘l anéye qui vînt,

èyèt qu’ çaà seûsse linsi tous l’s-ans.

 

Ièsse djîle, c’ è-st-au pus rade mète à ‘l cagnote,

pou s’ sinte pus seûr dè ‘rcouminchî,

il a toudi ‘s keûr qui clikote,

à ‘l idéye què ça s’roût l’ dèrnîn.

 

Ièsse djîle, c’ èst lès-amitiès qu’ on s’ a fét,

‘yèt lès bias souvenis qu’ il in ‘dmeûre,

radjon.ni, rîn qu’ à î pinser,

savoû çou qu’ ça done dè boneûr.

 

Ièsse djîle, c’ èst tout ça èyèt ‘ne masse d’ afaîres,

i faut l’ vikî, nîn l’ comprinde,

avant tout, c’ èst ièsse bon compére,

èyèt fé partîye d’ ène bone binde.

 

Marcel Meulemans (Hin.ne-Sint-Piére / Haine-St-Pierre), No djîle, in : EM, 4, 1977, p.83

 

Dèvins l’ pètit djoû qui bokète

m’ arîve in soûrd roûlemint d’ tamboûr.

In-arlicotâdje dè sounètes

va v’ni cakyî m’n-orêye à s’ toûr.

 

C’ èst qu’ aujordû, nos stons l’ dîmince

dè no pus bèle fièsse, « èl Feûreû »

què dju ratind sans nu pacyince…

in djoû qui fét byin dès-eûreûs !

 

Way ! dju sé bîn qu’ i gn-a qu’ in Binche,

qu’ pou sint Usmé, nos stons dès ptits.

Maîs quand i sint què l’ Feûreû l’ pinche.

sint Piére fét s’ pas t’t-aussi bîn qu’ li.

 

Way ! i y a Binche èt co L’ Louviére,

èl Gras-Mardi, èl Létâré.

Mais au Feûreû, i y a sint Piére

èt tout Pièrot s’dwat d’ s’ èrdârer…

 

Maîs v’là què l’ rantamplan s’ raproche ;

in preumî djîle sorte dè s’ méson.

Dj’ intind s’n-apèrtintaye qu’ arloche

pou rinvèyî tout no coron.

 

C’ è-st-in rembuskâdje qui ‘rdoubèle.

Quî c’ èst qui d’moreroût co couchî ?

Dju mèt m’ marone sans sès bèrtèles,

dju keûr sans cauchètes à mès pîds.

 

Et dju m’ èstampe padrî m’ fèrnièsse

pou n’ nîn mankî dè l’ vîr passer…

maîs il èst d’djà là qu’ i s’ èrdrèsse.

Dju sin m’ keûr bate à tout skèter.

 

Vrémint ! come il a bèle alûre,

pimpè dins s’ costume gayolè !

Chake coup d’ makète fét kére à m’sure

ès’ talon qui r’baume su l’ pavè.

 

C’ è-st-in boukeèt d’ feû d’ artifice

qui bruchaude dè l’ jwa, dou boneûr !

I tinroût l’ pinçau d’ in-artisse

in v’nant sparde sès tinrès couleûrs.

 

Èt d’zeûr tout, c’ èst l’ blanc qui domine

dè s’ tièsse djusqu’au ‘rnon d’ sès chabots ;

prèsquè toute blanke, ès’ pèlèrine,

lès manchètes, lès guètes dè s’ balot !

 

C’ èst blanke, bîn seûr, qu’ èle èst, ‘s barète

adjustéye d’zous in blanc bridon.

Raguidèz-llè d’pus près ‘ne miyète,

c’ èst co blancs qu’ is sont sès cauchons.

 

I lyi manke co pou fé s’ twalète

çu qui fra l’ fion ; ès’ waut capia.

Par précaucion, i l’ a stè mète

au tchaud pou r’frîser lès plumas.

 

Ès’ porteû va lyi mète t’t-à l’ eûre

su l’ place dou Fond pou fé l’ rondau.

I n’ d-âra qu’ pour li pou l’ èskeûre…

Lès djins d-âront leûs-îs t’t-avau…

 

Dju n’ in fini nîn… D’ in v’là ‘ne tone !

Ascoutèz-le martèler ‘s pas.

Intindèz ‘s chabot qui résone

su l’ pavè come des coûps d’ martia ?

 

Tout dalant qué sès coumarâdes,

no djîle n’ arètera nîn d’ danser.

Dins chake méson, pou toute aubâde,

èl brut dou tambour va ‘rdoubler…

 

C’ èst su l’ coûp d’ neuf eûres què lès bindes

s’ront rassimbléyes dins chake local…

Avû ieûs’, nos dalons dèskinde

fièster nos rwas dou carnaval.

 

 

Roûlemint : roulement — Arlicotâdje : secouement — Fé s’ pas : danser individuellement — S’ èrdârer : se défendre — Apèrtintaye : ceinturon à sonnettes attirail du gille (Syn. : colé d’ sounètes). Rembuskâdje : action de frapper avec beaucoup de bruit — Gayolè : bariolé — Makète : baguette du tambour — (è)rnon : cocarde, rosace des sabots de gille — Barète : bonnet — Bridon : bandeau passant sous le menton et lié sur le sommet de la tête — Manchèts : garniture faite de ruban plissés qui ornent le bas des manches de la « blouse ». Guète : même garniture qui orne le bas des pantalons — Balot : ballot, l’en­semble du costume de gille — Cauchon : chausson — Pluma : panache — Rondau : ronde, danse en rond.

 

Robert Heiremans (Èl Louviére / La Louvière), Oranje dè djîle, in : MA, 3, 1982

 

Fwît qu’ èl solêy a fét meûri

pou nos-ariver djusse à temps

‘yèt qui vînt d’ bîn lon dè d’ci

pou fièster ‘l vènûye du printemps,

 

Oranje dè djîle vos stèz ‘l bistoke

què nos-ofrons à tous lès djins

qu’ ont l’ keûr qui soune au son dès clokes

quand nos passons dèssus ‘l kèmin.

 

C’ èst l’ jèsse d’ amitiè pou t-tèrtous

qui fét partadjî no boneûr

dè co polwâr ièsse intrè nous

dèsbordant d’ fèlèsse ‘yèt d’ tchaleûr.

 

C’ è-st-in-ofrande dè djintiyèsse

qu’ on lance, qu’ on stind pou fé plési,

pou vos fé profiter d’ no fièsse

‘yèt qu’ ça vos ‘dmeûre come in souveni.

 

Si, pa coûp, vos lzès vèyèz chîler,

qu’ vos dîrîz in feu d’ artifice,

c’ èst qu’ nos volons sparde, come s’mer,

no jwa, ‘yèt sins nu sacrifice.

 

L’ oranje, c’ èst lès kèrtins stindus

pinvî l’ ancyin qu’ a d’vu djokî

ou ‘l famîye d’ iun qu’ avons pièrdu

sins ‘ne parole, avû ‘ne larme à ‘l î.

 

C’ èst çou qu’ on porte à s’ viêye mouman

come in présint qui fét plési,

èle èrtwêve èl keûr dè sn-èfant

in-in bia djoû come èçti-ci.

 

C’ èst ç’ qu’ on-ofrit à lès visins

in rintrant ‘l dîmince au din.ner

pou s’ fé pardoner lès matins

qu’ on vûde, qu’ on rinte, sans raguider.

 

L’ oranje, c’ èst co lès caîsses qu’ on done

pou lès vîs, lès p’tits-orfèlins

‘yèt tous lès cîs qui n’ d-ont nîn ‘ne bone,

tout ‘n sè bruchaude nîn su l’ kèmin.

 

L’ oranje, c’ èst ç’ què no têre a d’nè

pou qu’ nos savisse ofri ‘ne saquè

à lès cîs qu’ ont fét no fiérté

dè ièsse djîles dè no bèle citè.

 

 

 

Pârin Frèd (à B’zonrî / Besonrieux), Lès mémwâres d’ in tamboûr, in : MA, 5, 1981, p.84

 

Tout ‘rsèki d’zous twâs doûts d’ poûssiéres,

dèstindu, rondjî d’ vêrt dè gris,

vièserîye su l’ ourdia dè m’ mamére,

in djoû, v’là ç’ qu’ in tambour m’ a dit :

« Quand vos-arèz co l’ temps ‘ne pére d’ eûres,

vènèz vos-assîr dèlé mi

èyèt sans couri, in douceûr,

di vos racontraî mès souvenis ».

Vos dites seûremint què d’ piérd èl tièsse,

qu’ in tambour n’ a jamés d’visè ;

pourtant, quite à passer pou ‘ne bièsse,

deûs djoûs après, mi, d’ sû ‘rmontè.

D’ avoûs à pêne grimpyî ‘l èskêye

què d’ intindoû, v’nant d’ in nwâr cwin,

qu’ on disoût : « Ouvrèz vos-orêyes,

nos d-avons pou in bon moumint.

D’ comincheraî pa vos dîre èm-n-âdje :

d’ avoû trinte ans à Watèrlo

èt si d’ sû ‘rtcheû à vo vilâdje,

c’ èst qu’ vo tayon m’ avoût su ‘s dos.

D’ aî rincontrè tous lès grands-omes

qu’ ont tant fé soufri méres èt péres :

Napolèyon, Murat, Cambrone,

min.me Wellington, èl duk dè fiér.

D’ aî tambourè pou dès victwâres :

Austèrlitz, Wagram, Iéna,

‘l moncha d’ noms qu’ avinetèt fét l’ gwâre

dè’ l égue qui d’voût rompe sès pènas

Si d’ aî ieû dès moumints d’ plési,

d’ ai ieû ètou dès grandès pènes

quand, in Russîye, d’ aî vu pèri

l’ fleûr dè no djon.nèsse, pa cintènes.

Ou quand m’ roûlemint, su ‘ne place publike,

disoût à lès djon.nes du payis :

dèmangn, pou sèt-ans d’… jimnastike,

faut vos-aprèster à parti !

C’ èst ça qu’ on dit avû réson

què lès mèdayes ont deûs costès :

iun qui mousse ès’ bia à s’ facon

‘yèt ‘l aute nos muchant ‘l pus fayè.

P’tit boulome, vos clapèz vos-îs

maîs avant d’ dôrmi, d’ va vos l’ dîre,

wétèz dè ‘n jamés roubliyî

qu’ lès guêres, c’ èst tout ç’ qu’ il a d’pus pîre !… ».

 

 

Ourdia : fenil, grenier d’étable — tayon : aïeul ou bisaïeul.

 

Michel Meurée, Èl djouweû d’ avant-dérin

 

Dins l’ timps passè, toutes lès fanfâres,

Fuchisse du Peupe ou d’ pourcèssion,

avinetèt in djouweû bizâre

Qui n’ soûrtoût jamés in d’mi son.

I pourtoût l’ caîsse avè sès spales,

Crondu come in vî satch dè strin,

I n’ djouwoût jamés dins lès bals;

Ç’ astèt l’ djouweû d’ avant-dérin.

 

Dominique Heymans (Oudè-)Goûgnére / Houdeng-Gœgnies),

Carnaval, in : MA, 3, 1984, p.59

 

Èl caîsse busse si foûrt

èyèt lès mûrs rèspondetèt :

no vilâdje n’ èst nîn moûrt,

Létâré ‘l a stampè,

ravisez ‘l peûpe danser :

Carnaval n’ èst nîn moûrt !

 

I n’ nos ‘dmorera pus rîn

‘l djoû qu’ is-âront ieû ‘s pia,

pia d’ tamboûr èt pia d’ caîsse,

tamboureû, bateû d’ caîsse,

maugrè no trisse èpoke,

Carnaval n’ èst nîn moûrt !

 

Fuchons plangns sans rîn bwâre,

à danser su ‘l pavè,

nos tièsses vûdes dè monvésès-istwâres,

mins c’ èst no stoumak qui nos fét danser,

qui dit à nos pîds d’ ‘s èrlèver èyèt d’ claper,

Carnaval n’ èst nîn co moûrt !

 

Eyèt djîle bréra quand on brûlera lès bosses

maîs tout ‘l anéye dins ‘s tièsse

intindra buskî ‘l caisse

èyèt nos mûrs, nos k’mins

rèspondront co laumint :

Carnaval n’ èst nîn moûrt!

 

Garin Adelson, Binche et le carnaval, éd. IP (check), 1998

(p.181)

 

Sang d’Binchou

 

L’auteur

 

S’il est une pièce de théâtre écrite en dialecte qui connut à Binche un succès maintes fois répété, c’est bien l’œuvre de Raymond Rochez, connu de tous sous le pseudonyme « èl Fureteû ».

Raymond était un Binchois, « pur sang » qui fit le Gille de très nombreuses fois au sein de la Société Royale les Indépendants.

Conseiller communal et puis Echevin de l’Instruction (1974-1976), à la manière de Charles Deliège, il était présent partout dans Binche, participait à toutes les activités locales, « furetant » à la recherche de faits typiques qu’il s’empressait de raconter et de commenter avec la verve d’un fouineur, donnant à sa prose les couleurs vives de l’émotion. Ses articles, publiés dans l’hebdomadaire « Le Binchois », étaient appréciés de tout un chacun.

C’est pendant la guerre 40-45 qu’il écrivit « Sang d’Binchou », une comédie wallonne en trois actes et un tableau. Cette pièce a été créée le 26 avril 1945 au Théâtre communal de Binche. Elle est, à coup sûr, la pièce dialectale la plus jouée à Binche depuis sa création.

 

La pièce

 

L’action se déroule dans une famille de tailleurs d’habits comme il y en avait encore des centaines à Binche dans la première moitié du XXe siècle. Tous les membres de la famille travaillaient d’arrache-pied. Outre le père Lowis et Milia, la mère, on compte deux enfants : Marie-Jeanne, dix-neuf ans, dactylo dans un garage à Mons et Jean, un gamin de onze ans qui doit faire sa communion à Pâques de l’année en cours.

Marie-Jeanne rencontre à Mons, Franz qui est speaker à l’I.N.R. et peu à peu, ils tombent amoureux l’un de l’autre. Malheureusement pour eux, Franz habite Bruxelles : ce n’est donc pas un Binchou ni un tailleur d’habits, ce qui lui vaut, a priori, un certain rejet de la part des parents de Marie-Jeanne, et de son père

en particulier.

Lowis, le père, fait le Gille depuis vingt-cinq ans mais nous sommes en période de crise et, la rage au cœur, il doit renoncer à ce divin plaisir.

Quant au gamin, l’année où l’on fait sa communion, l’Eglise ne permet pas de faire le Gille.

C’est un dimanche de soumonces et Lowis refuse de sortir ; il boude toute la journée. Cependant, sa maison sera envahie par des « Trouilles de Nouille » auxquelles s’est mêlée son épouse qui en profite pour taquiner son mari avec beaucoup d’ingénuité. Finalement, sous la pression de sa femme et de sa fille, Lowis se décidera à faire le Gille. Avec astuce, Marie-Jeanne a convaincu son ami, Franz, de venir interviewer son père pour l’I.N.R. à l’aube du Mardi gras, au moment où l’on bourre le Gille.

A l’occasion de ce moment privilégié, les parents apprennent que Franz, de par sa mère, a des origines binchoises, ce qui lui vaudra l’accord de la famille pour qu’il se fiance avec Marie-Jeanne.

 

(p.182) Avec réalisme, Raymond Rochez met en exergue la conception de beaucoup de Binchois, à savoir :

– on n’épouse pas un «étranger», c’est-à-dire un non-Binchois ;

–  les enfants de Binche étaient parfois, sinon souvent malgré eux, contraints d’apprendre le métier de tailleur ;

– le fait de découvrir que Franz a des origines binchoises lui confère automatiquement toutes les qualités.

A remarquer aussi que l’auteur emploie encore l’expression «Trouilles guenouilles » qui deviendra « Trouilles de Nouille ».

La scène du Mardi-Gras, à l’aube, se déroule dans une ambiance réelle, avec présence de gilles et de tambours.

Et Franz profite de cet instant privilégié pour faire passer Lowis sur antenne.

 

Franz (à Lowis): Vous m’avez dit tantôt que c’était la vingt-cinquième fois que vous faisiez le gille : comptez-vous encore le faire plusieurs fois ?

Lowis: Way, savèz, bîn pouquè nîn ? Tant què m’ santè mè ‘l pèrmètra, djè ‘l fraî, pace què à pârt qu’ i faut avoû dès bonès gambes, i faut co avoû in bon stoumak pou fé l’ djîle.

 

Franz: Vous aimez donc faire le gille ?

Lowis: Comint si dj’ in.me dè fé l’ djîle ! À n’ importè qué moumint d’ ‘l anéye, quand dj’ intind in-aîr dè djîle ou bîn in-«avant-din.ner», èm’ sang èn’ faît qu’ in toûr èyèt djè d’vîn tout cru d’ caud.

Èm’ passer d’ fé l’ djîle à carnèval, c’ èst pus fouûrt què mi-min.me. I gn-a qu’ in seûl moyîn dè s’ impétchî dè fé l’ djîle, c’ è-st-in s’ in dalant passer lès twâs djoûs d’ carnèval dèhoûrs dè Binche, insi vos ‘n vwèyèz rîn èyèt vos ‘n intindèz rîn du tout.

Comint volèz qu’ on ‘n s’roût nîn linsi: lès twâs quârts dès Binchous qu’ is dansetèt lès-aîrs dè djîle avè leû mére avant dè v’ni au monde. Lès Binchous ont vraîmint èl djîle dins l’ sang èyèt is tiènet’ à leû carnèval come à ‘l prunèle dè leûs-îs.

Milia: Come vos l’ voyez là, mossieû, è bîn, t’t-à l’ eûre, quand il a vu lès prèmîs djîles, il a tèlemint sté èmôcioné qu’ il a braî !

Lowis: Way, dj’ aî iu lès larmes à-z-îs quand dj’ aî vu lès prèmîs djîles. Ça parèt put-ète biète, maîs l’ cî qu’ ‘n èst nî d’ Binche èn’ saroût nî comprinde ça.

 

Franz: Et les Binchoises, les gentilles Binchoises, aiment-elles leur carnaval au même titre que les Binchois ? Je suppose que cela ne doit pas être intéressant pour elles, puisqu’elles sont pour ainsi dire mises de côté durant le Mardi gras.

Milia: Way, maîs mossieû, èst-ce què vos savèz bîn qu’ èl pus grand plaîsi pou ‘ne Binchourte, c’ èst d’ vîr ès’n-ome fé l’ djîle?

 

Franz: En fait, ce n’est pas l’amour que vous éprouvez pour vos maris qui vous fait parler de la sorte, mais bien l’amour du gille…

Milia: C’ èst put-ète vraî. In tous cas, èl Mardi-Gras, ç’ qui compte pour

nous-autes, Binchourtes, c’ èst d’ avoû in djîle dins no maîson.

 

Remarquez qu’en parler de Binche, on dit carnèval, ce qui rappelle le latin carnem et l’italien carnevale.

 

(p.183) Cette pièce a été jouée de très nombreuses fois et chaque représentation attire une foule de Binchois qui n’ont peut-être jamais vu que ce spectacle mais qui y tiennent beaucoup.

Lorsqu’elle a été jouée pour la première fois (pendant la guerre !) ce fut du délire dans la salle. Et pour cause… !

Quand Franz a révélé ses racines binchoises de par sa mère et son grand-père maternel, il est accepté comme « in vraî Binchou». Il n’en fallait pas davantage.

Lès tambours djustèt, lès djîles danset’ in-« avant-din.ner» t’t-intier, pwis is s’ in vont, èl ridau két.

 

Le moment du départ des Gilles est toujours empreint d’une grande émotion.

Raymond Rochez qui fit le Gille de très nombreuses fois, nous le fait bien

comprendre.

 

Lowis: C’ è-st-à ç’-n-eûre-ci qu’ in djîle s’ amûse èl mieu, du mwins, i put danser à ‘s-n-aîse ; pou lès djîles, i gn-a toudi trop d’ djins… Pou l’s-ètranjers, c’  èst put-ète pus biau avè ls capiaus èyèt l’ musike complète, maîs pou

nous-autes, après « tambours èt caîsse », i ‘n d-a pus… Èyèt ç’ ‘n èst nîn pou nos vanter, maîs c’ è-st-à ç’-n-eûre-ci qu’ on vwat co pus foûrt èl difèrence qu’ i gn-a intrè lès djîles dè Binche èyèt lès djîle qu’ on vwat quékefwas in dèoûrs dè Binche.

Quand dj’ in vwa, dj’ aî toudi ‘l invîe d’ rîre, ç’ ‘n èst nîn ça dès djîles, c’ èst dès polichinèls, dès boulomes ; is sont put-ète bîn abiyîs in djîle, maîs si lieu manke èl principal, du sang d’ Binchou dins leûs vin.nes.

 

Henri Delporte (Andèrlûye / Anderlues), À Binche, tamboûrs èt caîsse, in : MA, 2, 1984, p.39

 

A Binche, qu’ i pleuve, qu’ i nîve ou qu ‘tout s’ invole

à carnaval, c’ èst tambours, musikes èyèt violes

pou twâs djoûs d’ fièsse, lès Binchoûs sont partis

avû à ‘l clé, ‘l oupète du cras-mardi…

èyèt ‘squ’à ‘l pikète du mèrcrèdi dès cindes

pou fé in deûsième Binche, on pût toudi ratinde…

in quarante-chîs’, stant co bon gamin

c’ èst là qu’dj’ aî fét mès prèmis roûlemints

avû m’ prèmî djîle, pa dins lès ruwèles

ç’ astoût mi ‘l pus eûreûs, què la vîye astoût bèle…

dèssus lès capias-boules, fiér come in pan

djè m’ in daloû dins ‘l nûte, in tout ‘rlatant…

avû lès « Mêmes », les « Claras », èyèt lès « P’tits cos »

èl baterîye Delporte, ç’ astoût du dur bos.

À Binche, dins lès-anéyes cinkante,

on dansoût souvint à no cadence vikante

in famîye, nos-avine là ‘ne baterîye

qui m’toût souvint lès Binchoûs in folîye,

« Récalcitrants », « Règuènéres » ou bîn « Incas »

èt co byin dès-autes dè ç’-n-èpoke-là.

Nos stines spotès « lès Buskeûs » d’ èl fièsse

quand nos ‘rlatines, tambours ‘yèt caîsse

jamés djè n’ roublîraî cès djoûs d’ majîye

dins ‘l bèle citè d’ Marîye d’ Hongrîye…

Si, pour mi, ç’ teamps-là est bîn woute,

pou les Binchoûs, c’ èst toudi « plus oultre »

èyèt-aussi vré qu’ èl têre èst ronde,

i n’ âra jamés qu’ in Binche au monde…

 

 

capia-boule : pavé — (è)rlater : frapper violemment avec un bâton, une latte, ici une baguette de tambour. Les Mêmes, les Claras, les P’tits cos sont des batteries renommées. Les Récalcitrants, les Incas et les Règuènéres sont des sociétés de gilles.

 

Marc Lefèbvre (Binche), Costume  dè  djîle, in : MA, 1, 1977, p.88

 

Vos n’ astèz qu’ in poûve costume dè twale èyèt pourtant!

Djè vos vwa voltî dèspwîs què djè su infant

èyèt  què d’ vos-aî  pou l’ preumîn coûp raguidè

d’ vos-aî  toudi  admirè, toudi  respectè.

Dèspwîs què djè vos-aî mis dèssus m’dos,

qué boneûr : tout-a triyanè dins mi jusqu’au fond dè ‘m keûr.

Avè vous, on roublîye tout, on-a min.me pus d’ âje,

pour vous, dès  larmes ont coureû d’ssus  m’ visâje.

Vos-astèz tout pour  mi, èm vîye prind d’s-autes couleûrs,

djè vos-in.me malgrè qu’ vos ‘n avèz nîn grand valeûr.

Quand djè vos tîn, vos-astèz aussi doûs qu’ ène carèsse,

d’ vos téraî jusqu’au d’bout d’ èm vîye, d’ in fé promèsse.

Vos n’ astèz qu’ in poûve costume dè twale, èyèt pourtant !

Du plési, vos m’ in d-avèz donè tant èt tant !  !   !  !

 

Martial Durant (Andèrlûwe / Anderlues), Èl pus bèle socièté, in : MA, 1, 1996, p.19

 

C’ èst vré qu’ i n-a qu’ in Binche au monde à ça, on n’ sâroût rîn rèsponde, c’ èst là què lès djîles sont ‘l pus bia, èyèt qu’ nule vârt on n’ vwât ça. Is-ont t-tèstous lès min.mes djèsses, i n’ d-a pont qui fét in pas d’ crèsse, maîs chacun s’ a in.madjinè qu’ il èst dins ‘l pus bèle sociètè. Alieû, dèvins lès-autes vilâdjes, c’ èst nîn ça qui leû porte ombrâdje, insi, à Oumont, c’ èst cèrtin, is sont lès preumîns dèvins ‘l cwin, dèspûs dès-anéyes c’ èst ‘l coustume, qu’ c’ èst ieûs’ qui strinetèt lès costumes. On lès vwat, v’nant dè tous costès, min.me dins lès cwins lès pus r’culès. D’ aucuns ont léchî là ‘l ouvrâdje pou fé lès djîles au rabindelâdje. S’ il a ène bosse dèssus l’ kinkin, c’ èst nîn pou ça qu’ i s’amûsera mwins. Si tékefwas, i faut qu’ il arète, i n’ dîra nîn: “Dj’ai dès clokètes à cause dè mès nouvias chabots”. I wétera d-daler ‘squ’au raclot. Lès sociètès dè fantaîsîye, ieûs’ ètou, c’ èst dès djoûs d’ soterîyes, payisans, arlèkins, pièrots, is dansetèt dès djournéyes d’ asto. I d-a qui danset’ à gabriyoles s’ èscouvetant co au son d’ ène viole èyèt ç’ qu’ is n’ sont nîn t’ aussi eûreûs qu’ lès djîles dèvant lès tamboureûs ?…

 

Mi, d’ di qu’ èl sôciètè ‘l pus bèle,                      

c’ èst dèvins l’ ciène qu’ on s’ ramoncèle.               

 

À no p’tit roucha tamboureû, in grand “mèrci” …, in : EMA, 1, 2002, p.11

Pou Jean-Pierre Deman…

 

… El djoû du Létâré,

skèpi d’ in tène broûyârd

qui tout doûcemint s’èrlève,

quand au lon, pou incachî ‘l iviér,

vos preumîs roûlemints d’ tamboûr

viènetèt bètchî nos-orèyes,

l’ Citè èst rinvèyéye…

C’èst carnaval à Vile d’ Oussu…

Ça fét saquants-anéyes

què dj’ aî ieû ‘l chance

dè fé vo counichance.

Ç’ astoût in djoû d’ soumonce,

d’ astoû ‘rnipè d’ in bleû saurot,

caskète à câraus èt roûdje pompon ,

colé d’ sounètes, nus chabots.

 

Lès-avant-din.ners rambusketèt,

come ène trin.néye d’ poûre, vos mètèz ‘l feû,

à vos roûlemints, on-èst soulevè,

no keûr bouyone,

on danse come su dès ‘rsoûrts,

on roublîye tous sès maus.

On lît ‘l boneûr su nos machèles.

Su ‘l pavè, lès chabots clatchetèt

au risse d’ avoû dès clokètes à nos pîds.

 

Èl ramon batayeû bîn in l’ér,

swîvant l’ cadince dè ‘l baterîye,

vos makètes font danser lès garlots.

L’ alêne à ‘l asbluwète,

inné arsouye au cabarèt,

vos n’ ratchèz nîn su ‘ne pinte

‘yèt bîn souvint,

vos nos ramin.nèz

dèvins ‘l sociètè.

 

Chacun sès gouts, quèstion d’sintimints,

pour mi, din no baterîye,

‘l rwa du tambour, vrémint,

c’ èst no p’tit roucha…

 

Djîles dè sang,

djîles dè kèsse,

vîs èyèt djon.nes,

à lès wit m’sures du tamboureû,

à lès twâs coups du bateû d’ kèsse,

tèrtous dansons in leû-n-oneûr…

 

 

Raymond Honoré ((Hin.ne-)Sint-Paul / Haine-Saint-Paul)

 

Blanc Létâré, in : MA, 1, 1996, p.12-14

 

Ène vèye dè Létâré n’ èrchène nîn à in-èscrène come in-aute. Quand on raguîde in l’ ér, on dèscoûve toudi in barot d’ èstwales èyèt ‘ne blakéye d’ Bèle à insblouwi in-aveûle. Mossieû Météo pût tafyî toutes sès miséres dè nuwâdjes dèvins ‘l bwate à-z-imâdjes, i n’ î candjera rîn: au d’zeûr dè ‘l èstatûye dè Mairaux, si vos-îs sont bîn plantès dins vo tièsse, vos vérèz ‘rlûre au stwalî dès miyons d’ orandjes pindûyes doulà come dès boules dè Nowé, dins ‘l jèyant foya d’ ‘l èrvènûye du temps. Si vos cwayèz vîr aute choûse, i vaut mèyeû rade rimpli vo valîse èyèt vos-incouri twâs djoûs à la mér…

Dins deûs mwas, dj’ âraî vint-ans. N’ riyèz nîn, c’ èst l’vré! Astons sèmedi, dèmangn, c’ èst carnèval èyèt dju m’ inflame à ‘l idéye dè fé l’ djîle pou l’ quatième coup. Come à l’ abitûde, dju su tout insnoufyî. Èl film du rabindelâdje a d’djà dèfilè vint coups su ‘l ècran dè m’ cèrvèle. Més l’ quèstion ‘l pus boulante dins cès moumints-là, vos ‘l advinèz: “Qué temps fra-t-i?”. ‘L in.nemi ‘l pus ‘rdoutè èst bîn couneû: èl pleûve. Pou ‘l rèsse: èl vint, èl froûd n’ nos tourpinetèt nîn d’trop.

Come mès parints tiènet’ in cabarèt, chake anéye, dju stale èm quartî jènèral dè fièsse d’lé mès tayons. Is n’ dèmandetèt nîn mèyeû…èyèt mi non pus. Au nût’, dju bwa deûs, twâs pintes avû ‘m grand pé au culot du feu èyèt i ‘m raconte dès-istwâres dè…Létâré! Pindant ç’ temps-là, ‘m grand-mé aprèsse mès-afères: su ‘ne’sèle, balot, colèrète, bridon, barète, neûd…; à lès pîds dè ‘l sèle, chabots, pèrtintaye, garlot, ramon, cauchètes, cauchons. Â way, i n’ faura nîn roubliyî dè pikî mès ‘rnons.

A dîj eûres, dju va couchî mès dju m’ insclumiraî bran.mint pus târd… Pinvî quatre eûres au matin, ‘m grand-mé ‘m a à pêne rinvèyî què dju lyi dmande sans djokî: “Qué temps avons ?” Grand-mé: “Mon Dieu, ‘m fieu, i fét tout blanc!” Mi: “Alèz, n’ mè couyonèz nîn, èst-ce qu’ il a d’s-èstwales dins ‘l cièl ?”

Grand-mé: “Dju n’ raconte nîn dès fauves. Stampèz-vous, il èst temps èyèt raguidèz pa ‘l fèrnièsse.” Dju ‘m lève, co tout imbanci mès, in-infutant ‘m tièsse intrè lès gourdines, dju ‘m dèsfèrlope vrémint: il a bîn tcheû trinte cintimètes dè nîve! Qué drame! Incwayâbe: ‘L Louviére a profitè dè ‘m somèy pou s’ involer dins lès-Alpes. Pindant qu’ du djune d’ in-omelète au djambon, ‘m grand-mé keût dès bindes dè plastike à mès guètes pou n’ nîn lzès iordi trop râde. Èl grand Robêrt, èl bosseû, s’ amin.ne à ‘l eûre. Pourtant, tout-in ‘m bourant dè strangn, i ‘m dit qu’ on n’ intind co pont d’ baterîye nule vâtr. Il èst chonk eûres èt d’mi. Dju pars èl preumîn èyèt ‘m’tamboureû arîve à chîs-eûres swat’ avû trinte minutes dè ‘rtârd: come branmint d’s-autes, sès quates rûyes ont stè awotéyes ou bîn frin.néyes dins ‘l farène! Nos rotons come dès-èskimaus qui quitetèt leû-n-iglou pou daler pèchî. Lès chabots swîvetèt ‘l arôyemint tracè pa lès pneûs dès-autos èyèt ‘l tourneûse dè baguète candje èl folklôre in spôrts d’ iviér. Dins ‘l rûye Joseph Wauters, nos pratikons èl ski d’ fond, lidjérs comne dès balerines. Su ‘l place dè Maugrè-Tout, ène binde a cauchî dès patins à glace à ‘l place dès chabots, is-ont formé deûs-èkipes èyèt is djûwet’ in match dè hockey. Quand iun tchét, i n’ pût mau dè s’ cochî, i ‘rbondit su sès bosses èyèt s’ rèstampe t’t-aussi râde. Au lon, su ‘l place dè ‘l’Comeune, dès-autes ont in.manchî ‘ne bataye dè boules dè nîve. Leû trésoriè l’zès suplîye seûlemint dè n’ nîn skèter d’ câraus! Dès djambots à barète ont rimbourè in boulome dè blanke poûre, maskî èyèt cwafè d’ quate pleumes d’ autruche. Dins ‘l rûwe Hamoir, il a min.mes dès djîles qui keûret’ in slalom, avû in dossârd colè su leû bloûse. Eyèt, tènèz, v’là ‘l Président qui s’ pwinte glichant su in trin.nau sakî pa dès tchîns. Mon Dieu, èst-ce què dju piérd èm réson? In pièrot saute à ski au d’zeûr dè ‘l èglîje. Mès in-atèrissant lès quates fiérs in ‘l ér à lès pîds d’ ‘l èstûve du “Palais de la Bière”, èl rêve s’ èskète su ‘l carelâdje èyèt ‘l ‘rèyalitè trop pure d’ in drole d’ avant-din.ner ‘rprind ‘l tèrwâr dins sès bras.

Lès voyants-ouvrîs dè ‘l réjîye, lès pompiès, ‘l police, tout ‘l monde a ‘rtroussè sès mances pou dèsmarachî ‘l vile. Èl cièl nè nous-invouyera pupont d’ nîve, nos danserons sans ‘rlache su in pavè ‘rnètyî pau corâdje dès travayeûs dè ‘l’fièsse. Lès-orandjes chîleront, lès capias tourneront èyèt ‘l’solèy payera min.me sès djèsses tout l’ lon du carnèval, ratirant lès visiteûs pa brasséyes.

Pourtant, ‘l brouyârd dès-anéyes èyèt lès rascourcis trop éjîles indjuguèleront dès contes dè ç’ tapéye-ci: “Ç’ astoût djusse après ‘l guére. Il a nîvè pindant twâs djoûs. Bran.mint dès djîles n’ ont nîn vûdî. D’s-autes ont clowè dès gripètes à leûs chabots. On-a d’vu fé Létâré in tambour èyèt kèsse pace què lès-instrumints djèlinetèt. Il-avoût dès brasèros stampès à lès quates cwins dè ‘l comeune. Ç’ astoût trisse…” Èl cî qui strivera ça n’ âra nîn minti: il âra djusse ène bèkéye criyî foûrt. I faura lyi pardoner: nos n’ d-in povons nîn si nos vikons pus près d’ Marseille què Vladivostok.

 

 

Christian QUINET (Èl Louviére)

 

Cinkante anéyes dè Djîle…, in : MA, 3, 2006, p.21-22

 

C’ è-st-avant tout r’mèrcyî sès vîs parints,

mès surtout ‘s fème qui, pindant twâs djoûs,

dèmeure stampèye dè ‘l pikète du djoû djusqu’ au nût’

pou prinde bîn sogne dè nous.

 

Aprèster barète, bridon, capia,

èle èst toudi là, pou nous ièsse èl pus bia.

Moustrer à lès djon.nes èl tradiciyon,

èyèt, come dins 1′ temps, d’viser in walon.

 

Cinquante anéyes dè Djîle:

 

C’ èst ‘rvîr sès prèmîs rabindelâdjes,

avoû dès monchas d’ souvenis dins ‘s tièsse,

èyèt r’pinser à sès vîs coumarâdes

quand 1′ Faukeûse a fét ‘s fayè coup au pus rède.

 

Cinkante anéyes dè Djîle:

 

C’ èst ‘l dîmince au matin, grand boneûr, c’ èst ‘l moumint

d’ èrcèvwâr ène djolîye mèdaye couleûr d’ oûr

gravè d’ in Djîle à capia. I fra in bia discoûrs,

mès vo keûr buske lès twâs coups dèspûs lômint.

 

Cinkante anéyes dè Djîle:

 

C’ èst co fé fièsse lès twâs djoûs,

danser colè dins 1′ temps,

d’ssus l’ ér Mitan dès Camps.

èyèt bwâre in bon coup, quand on-èst scrans.

 

Cinkante anéyes dè Djîle:

 

Pou bran.mint èt maleûreûsemint,

ça s’ra leûs dèrnîs rabindelâdjes.

èl mardi, abiyîs in mamesèles

saquantes larmes keur’ront su leûs machèles.

 

Djîles dè sang, avû 1′ keûr pèsant,

mès lès pîds lidjér, come tous lès-ans

in dèrnî coup, crîyons « Tambour! », dansons

tèrtous inchène d’ssus l’ ér Mitan dès Camps.

 

 

Raymond  honoré (Sint-Paul (vile d’Oussu) / Haine-Saint-Paul)

 

Edgard Guerlus,  Les Amis Réunis, 1957

 

1 Lès-Amis Réunis du Mitan dès Camps

C’ èst ‘ne binde dè djîles qu’ on pût mète in-avant.

Min.me sans leû plake, on lès r’counwat,

C’ èst toudi ieûs’ qu’ ont lès pus bias capias.

 

2 Montés in mile wit cint sèptante-wit’

Au Cabarèt à Ririte d’ èl Manike,

Lès prèmîs djîles, ç’ astoût Frèd èl Corbau,

Mènèl, èl grand Djan ‘yèt Louis (…)au.

 

3 I-a cinkante ans quand on lès vioût monter

L’ Mitan dès Camps l’ dîmince du Létaré,

Tout-in-avant, ç’ astoût  Batisse Lisbète

Qui f’soût l’ danse come ène vréye marionète.

 

4 Dèvant lès djîles, i-avoût in mouskeutaîre,

I ‘n davout nin deûs parèys dins l’ Louviére.

Pou min.ner lès p’tits, i-avoût in champète,

Come cantinére c’ ît Gustine d’ èl Babète.

 

5 Dèvenu trop vîs, is n’ sont pus avû ieûs’,

Paul Marchataire èyèt l’ gros Milo Creuze.

Avû l’ vî Poye èyèt Georges du gros Nè,

Ç’ astoût dès djîles qui ont stè dècorès.

 

6 Leû ancyin local… on dwat co s’ in souveni

C’ ît Edwârd Lecomte qu’ ît au pîd du tèri.
Cès djins-là, pou leûs djîles, inetèt tout dèvouès.

El fème, c’ ît l’ Grîse qu’ on l’ avoût surnomè.

 

7 Co deûs-ancyins qui n’ inetèt nin in r’târd,

Ç’ astoût Batisse èyèt Adolphe Pougnart,.
Arthur Michiels, leû ancyin Président.

On pouvoût dîre què c’ ît dès djîles dè sang.

 

8 In faît d’ local, on n’ s’roût trouver mèyeû,

Il èst mètenant au Grand Tôr du Côpeû.

Pou tous sès djîles, Georgette è-st-aus p’tits swins

C’ èst ça qu’ is-ont todi l’ aîr si contints.

 

9 Arivès au local èl dîmince au matin,

Is bwavent èl champagne pou bin s’ mète in trin,

Eyèt quand l’ musike cominche à buskî,

I d-a ‘n mitan qui ont lès larmes as-îs !

 

10 Au dèpârt pou l’ rondau dèssus l’ place du markî,

Vos vèyèz tous lès djins qui sont là pou r’waîtî

Dîre : « Mitan dès Camps ne périra pas,

I sont toudi dès pus bias in pus bias ! »

 

11 On coup d’lé l’ comune èl dîmince à l’ swaréye

Qu’ on fét buskî pètârds èyèt fuséyes

Malgrè qu’ on dîroût què tout va skèter,

Nos musicyins djûwet’ in-avant-din.ner.

 

12 Au cortêje èl lundi, pas tous lès ètranjès,

C’ èst toudi no binde qu’ on-a l’ pus ravisè.

Tout l’ monde s’ èrtourne dèssus sès tamboureûs

Pace qu’on pût dîre què c’ èst chî bons tapeûs.

 

13 Maîs c’ èst l’ mârdi qu’ èl binde èst co pus bèle.
Tous lès-omes sont abiyîs in mamesèle,

C’ èst-au toûr dè leûs fèmes à s’ bosser.
Faut vîr adon lès sonètes clikoter.

 

14 Il a d’djà inviron trêze ans

Què c’ èst lès Larcin qui sont Présidents.

Dè pére in fis, is seu sont rimplacès.

Is sont couneus, c’ èst ’ne famîye dè laîtiès.

 

15 Emile Michel, c’ èst l’ garçon Marie Merse,

Es’ mére l’ apèrdoût à fé l’ djîle dèvins s’ bèrce.

On n’ pût nin dire què ç’ ‘t-in djîle dè misére,

C’ ît in-ouvrî qu’èst dèvenu milionére.

 

16 Il èst r’vènu, l’ camarâde Fonse Degras.

C’ èst co in bon qu’ on pût mète dins lès bias.

Avû pich pin, èl garçon du Nand,

Vos povèz dîre : c’ èst souvint deûs bias blancs !

 

17 In v’là co deûs qu’ on pût dire qu’ ont bèl aîr,

René Duquesne qui èst seucrétêre

Eyèt l’ trésoriè, s’ camarâde Nicolas,

C’ èst toudi ieûs’ qu’ ont l’ confiance du moncha.

 

L’ tamboureû dou grand passâdje, in : MA 1, 1997, p.32-34

 

Parèt que dins ç’ monde-ci, on n’ d-a jamés qu’ pou l’ valicheûr dè sès liârds. D’ èspère què, tout ‘l min.me, in djoû, on d-a pou ‘l valicheûr dè s’-n-an.me…

Tivoli ou bîn Djolimont, du n’ sé pus, mès on-èst dèvins ‘ne chambe d’ opital, ça, c’ èst seûr. Bért èst là, stindu su ‘s lit. I doûrt, il a pièrdu counichance, il èst dins ‘l coma, on n’ sét pus dîre. Il èst batu, là qu’ èl faukeûse va lîvrer ‘s dèrniére bale woute. Lès bouyas fourmindjîs pa ‘l maladîye, djus d’ force, djus d’ alêne, djus d’ tout… ‘l foûrt grand ome n’ èst pus rîn dè ç’ qu’ ila stè.

Alintoûr dè li, ‘s famîye ‘l sét bîn, què c’ èst ‘s dèrniére vwaye. On bréroût bîn, mès on sè r’tînt On n’ sét jamés, potète qu’ il intind co ‘ne saquè ? On n’ sét jamés…

Bért, vos nos-intindèz ?

Bért n’ intind pus, mès ‘s tiète va co. I pinse, Bért. I sét bîn què ‘s coûrps èst foutu, mès pinser, c’ èst l’ dèrniére afère qu’ i pût co fé. I parèt qu’ c’ è-st-insi dèvins cès moumints-là, vo vîye ‘rpasse pa-d’vant vous come si vos-astîz bîn instalè au cinéma, t’t-in chuchant l’ frisko qu’ on-acate à ‘l armure.

I sè ‘rvwat gaviot, avû sès chabots tout nus, in route pou s’ preumiére soumonce. Èl colé d’ sounètes lyi chène pèsant, mès ‘s pas èst lidjér tout ‘l min.me. Ès’ pas, c’ èst ‘l pas dou djîle. Noulu n’ li-z-a apris, il a dès-afères qu’ on sét dè d’vant ‘l bèrce. I ‘rvwat ‘s famîye, fiére come artaban. “Qué bia djîle què ça va iète ! Eyèt prope ! Qu’ i s’ tînt droût…”. Èç’-n-anéye-là, ‘l pètit djambot n’ a jamés sintu qu’ il ît scrans : fé ‘l djîle, ç’ astoût ‘s rève.

Lès frékentâdjes nè ‘l ont jamés djokî d’ fé carnèval avû ‘s binde, èyèt quand i s’ a marié, i s’ a apèryî avû ‘ne feume dè djîle, come dè djusse. C’ èst nîn qu’ Ida – c’ èst ‘s fème – ès léchoût fé dèvins la vîye, èn cwayèz nîn ça. Mès au létaré, èle fèsoût ‘l èsclâve pou s’-n-ome avû austant d’ pléji què si c’ ît lèye qu’ aroût fét lès djîles : abiyî s’-n-ome, porter ‘s capia, èrcèvwar èl parintéye, fét à din.ner ‘l dîmince pou ‘l pèkéye èyèt ‘l tamboureû, dèsbiyî Bért au nût’, èyèt – ‘l fin dou fin – froter ‘s dos à ‘l iau d’ Cologne dèvant d’ daler coukî.

I ‘rvwat tout ça Bért, èyèt ça fét pus d’ bîn a ‘s tiète què s’ coûrps n’ a mau.

I ‘rvwat ‘l ouvrâdje, lès-èfants à alever, mès ‘l camèra s’ in va toudi ‘rtrouver lès sociètès, lès cortéjes, lès rondos èyèt ramassâdjes. I sè ‘rvwat dèvins s’ costume dè solèy, pus foûrt què ‘l pleuve, pus foûrt què ‘l nîve, pus foûrt què ‘l temps, pus foûrt què… la mort ?

I s’ a batu pou ‘s payis, pou ‘s langâdje, i n’ a nîn pièrdu ‘s temps. Mès çu qu’ il a d’pus foûrt dins li-min.me… c’ èst qu’ c’ è-st-in djîle dè sang.

In mèdecin, in-infirmiére rintetèt d’vins ‘l chambe. Is raviset’ à lès-aparèys qu’ il a doûlà pa-t’t-avau ‘l damâdje. Leû visâdje èn boûdje nîn . L’ infirmiére candje èl bacstèr. Is vûdetèt sans rîn dîre, djusse in pt’tit ossemint d’ tiète. L’famîye Bért demeure là, rèyus’. On ‘s dèvise d’ in-orèye à ‘l ôte.

Bért, li, ‘s léche min.ner pa s’-n-imajinâcion, pusdit qu’ c’ èst tout çu qui lyi d’meûre dè dalant. I sè ‘rvwat dèvins ‘l grande place, à ‘s méson. ‘L pikète lût tout p’tit bèlemint pa ‘l fèrniète. Su ‘ne sèle, bîn stindus, ès’ bloûse èyèt ès’ balot. Su ‘l dos dou fonteuy, ès’ colé d’ sounètes ; à lès pîds dou fonteuy, sès chérs chabots, avû sès blankes cauches dèdins. Su ‘l tâbe, bîn alignîs, sès mouchwars dè coû, barète, garlot èyèt ramon. Ène vwas lyi dit : “Il èst temps d’ vos-aprèster, Bért, d’ arîve vos ké”. Adon, Bért mèt ‘s balot, sès blankès coches èyèt ‘ blanke kèmîje.

Sès chabots son-st-à sès pîds. Sans coup d’ mangn dè ‘s feume, i rèyussit à stikî s’ preumî mouchwar alintoûr dè ‘s goyî. “Astèz près’, d’ arîve”, di-st-èle, èl vwas dè t’t-a l’eûre. In vî ome avû in tambour dèssus ‘s dos èst là pa-d’vant li. “Du va vos bosser, m’tèz vo blouse dèssus vo dos”, èyèt i vûde ène torkète dè strangn dè ‘s poche, i ‘l boûre, co ieune, i ‘l boûre co, insi dusqu’à ç’ què Bèrt fuche bossè.

Après ça, lès dintèles, garlot, colé, barète, tout s’ mèt à s’ place sans qu’ Bèrt èn dèvisse boudjî.

Ça î èst, Bèrt èst fin près’, fin bia, Bèrt èst Djîle.

‘L vî ome afte ès’ tambour à ‘s cingue, lès makètes voletèt dins sès doûts. L’ome atake in-avant din.ner.

Bèrt èn’ ratindoût qu’ ça : lè v’là qui danse, sérieûs, droût, fiér, lès-îs blakants.

Bèrt fé ‘s pas, Bèrt èst Djîle.

‘L ér èst fini, is s’ rapéjetèt tous lès deûs.

“C’ èst vrémint carnèval ?” dèmande Bèrt. “Bîn seûr”, rèspond ‘l ome, “c’ èst carnèval pou toudi, vos ‘l avèz bîn  mèritè.

– Comint èst-ce què ça ‘s passe ? C’ èst létâré pou toudi, adon ?

– Mieus qu’ ça, ‘m fis. Tous lès djîles dè sang font carnèval inchène.

Lès cîns d’ Binche, dè ‘L Louviére, dè Sint-Piére, Marlanwè, Goûgnére… Tèrtous, vos di-dje. Pupont d’ arnéses, pupont d’ djalouserîyes d’ clokî.

– C’ èst ‘l paradis adon ?

–  Ba… apelèz ça come vos volèz… C’ èst rondos sans djokî, cortéje sans-arète, ramassâdjes à plési. C’ èst l’ eûre, Bèrt. Astons ?

– Sans rîn mindjî, sans ‘ne pètite coupe dè Champagne ?

– Vos n’ d-avèz pus dandjî, dalèz vîr.

– Èt bîn adon, dalones, tamboureû, vûdons linsi.

À l’ uch, l’ pavéye a stè rimplacéye pa in blanc nuwâdje. Au lon, i vwat passer dès p’titès bindes. Tout ‘l monde ès’ mèt in route dins ‘l min.me sins. Il a deûs twâs djîles come li, mès ètou in p’tit arlèkin, in-èfant. ‘L visâdje dou tamboureû, qui n’ avoût co jamés boudjî dusqu’adon, s’ èrmouye d’ ène larme. C’ èst la vîye… si on pût dîre…

In waut-parleûr a bîn chuflè “les visites sont terminées“, mès ‘l famîye Bèrt a d’morè dèvins ‘l chambe. On nè lieû dit pus rîn, à ieûs’. On sét bîn.

 

Is n’ savetèt pus ieûs’ min.mes dèspûs combîn d’ temps ç’ qu’ is sont doûlà, quand tanincoûp, ‘l fîye Bèrt sè stran.ne in ravisant l’s-aparèys : “Il a arnoke ! Ukèz ‘l mèdecin ! ‘S keûr èn bat pus ! Abîye !”. L’ arméye dès blancs saurots arîve in courant, is cachet’ à fé deûs twâs-aféres, ça tournike, ça eûle, i s’ passe ène munute, ou bîn chonk, ou bîn dîj… Èl mèdecin sè ‘rtourne : “c’ èst fini”…

 

Èn’ brèyèz pus, fème, èfants, il è-st-eûreûs : ‘l tamboureû dou grand passâdje a v’nu fé s’ ramassâdje, Bèrt fét l’ djîle pou toudi.

‘S coûrps mourdri n’ boûdje pus, mès s’-n-an.me èst pus forte. Lèye, èle fét ‘s pas au mitan dè ‘l sociètè dès pus braves, dès onètres èyèt dès droûts.

C’ èst cras-mardi padrî l’ solèy, c’ èst feûreû dins lès nuwâdjes, c’ èst soumonce dèvins lès-èstwales, c’ èst létâré pou l’ intèrnitè.

À r’vwar, Bèrt.

 

 

Dominique HEYMANS (Goûgnére / Houdeng-Goegnies)

 

Pou lès cint-ans dès djîles d’ Okèt, in : MA, 2, 1978, p.24

 

Djîles d’ Okèt, l’ ocâsion

dè vos vîr rabindelès,

c’ èst qu’ vos rèputâcion

è-st-in djeu, vos l’ savèz.

Vos-astèz rèyunis

pou ‘rmèmorer l’s-ancyins,

d’ aucuns qui sont partis

in nos f’sant du chagrin.

Dji n’ vû loumer pèrsone,

d’ aroû peû d’ roubliyî nè fuche

què l’ nom d’ in-ome

qui véroût ‘m ’l èrprochî.

Ç’ què d’ souwéte à tèrtous,

lès djon.nes come lès vîs,

ç’ qui vos fauroût surtout,

sèroût d’ tout ‘rcouminchî.

Way, èrvèni d’ cint-ans

dè vo vîye in-ariére

pou ‘rtrouver lès vîvants

qu’ ont fé flori ‘L Louviére.

Là, di su co pus qu’ seûr

qu’ i d-a ‘l amitan qui,

du pèrfond d’ leû keûr,

voûrinet’ in fé austant

Cwayèz-me, leès djîles d’ Okèt

ont porté leû ‘rlouméye

avû Lèyon Roûlèz,

pus lon què l’ Grande Arméye.

No coumarâde Djobri

nos ll’ a dalieûrs cantè

què ‘l pus bia, d’ après li

ç’ astoût in djîle d’ Okèt.

Cint-ans, cint-ans d’asto ! ! !

à barètes, à capias,

combîn d’ péres dè chabots

n’ ont nîn volè à sclats ?

Combîn d’ goutes èrlapéyes

su ‘l temps qu’ on vos bossoût,

què d’ sounètes èsclèféyes

télemint qu’ on l’s-arlochoût.

Maîs tout ça, c’ èst ‘l passè

èt mètenant, pou fini,

disons què l’ djîle d’ Okèt

a confyince pou ‘l aveni.

Tant qu’ il âront in tièsse

dès Minè, Potiè, Wala,

Okèt poûra fé fièsse,

jamés rîn n’ ‘l arètera.

Mètenant, pou tous lès djins,

lès vîvants, min.me les foûrts,

di pinse què c’ èst ‘l moumint

d’ povwâr criyî : “Tamboûr ! ! !”

 

 

Pârin Frèd (à B’zonrî / Besonrieux)

 

Robert romain  (Èl Louviére / La Louvière), Sclats d’ Létâré, in : MA, 3, 2011, p.30-31

 

dîmince ô matin – Il èst chink eûres au matin, èl djoû n’ èst nîn co l’vè mès

on-intind d’jà au lon èl roûlemint dès tambours. C’est 1′ rabindelâdje dès djîles qui vînt d’ couminchî pace qu’ audjordû,  c’ èst carnèval à ‘l Louviére. Èl brut s’ raproche tout p’tit bèlemint èyèt au fil dès munutes dèvînt dè pus-in pus foûrt. On-intind min.me lès chabots qui claketèt su ‘l kèmin avû lès garlots èt  lès-apèrtintayes qu’ on-arlicote à tout skèter. C’ èst carnèval!… Ça î èst, is sont là au cwin dè ‘l rûye, chake au pus bia, au pus fiér què ‘l ôte, blankès colèrètes come lès fleûrs dè ‘l èrvènûye du temps. Èl clarinète ès’ mèt dins ‘l djeu pace què ‘l binde arîve in face dè ‘l méson du Présidint dè ‘l sociètè. C’èst carnèval!…

Audjordû, c’ èst fièsse pou tous lès Louvièrwas èyèt pou lès-ôtes ètou qui vont v’ni rinforcî ‘l nuwéye dè swîveûs… Mès v’là in.ne ôte binde qui pwinte ès’ nez au d’bout dè ‘l rûye. Du coup, chacun droubèle ès’ pas, lès tambours èrlaunetèt avû ‘l grosse kèsse qui min.ne èl danse à scouveter tous vos-ochas. Èl mawote vole, lès makètes d’viènetèt sotes, o n’ s’ intind min.me pus d’viser. C’ èst carnèval!…

 

Lundi après din.ner – Lès kèrtins sont plangns à ras boûrd d’ oranjes bîn ‘rlûjantes, prèsses à ièsse ofrîyes ou bîn lancéyes. C’ èst carnèval!… Lès cwîves èyèt lès baterîyes sont-st-au complèt su ‘l place Maugré-Tout ayu-ce què ‘l  cortéje dwat s’ rabindeler. Lès-oranjes voletèt, vont min.me s’ èspotchî d’ssus lès murs ou bîn su ‘l pavè ou bîn co dins lès griyâdjes qu’ on-a mis pou infardèler lès fèrnièsses. C’ èst carnèval!…

Dins ‘l binde dès djins èyèt dins toutes lès rûyes, c’ è-st-au cî qui ‘rcounwatera ‘s djîle pou ‘rcèvwâr èl fwît sacré pace què c’ ès-t-in-oneûr quand in djîle vos-in présinte ou bîn vos din lance iun. Ça î èst, tout ‘l monde èst rabinde’lè, ‘l cortéje prind fourme avû nos jèyants Djobri èt Djobrète in-avant. C’ èst carnèval!…

Tout ‘l monde èst pris dins ‘l ambiance, on n’ sét nîn s’ inspéchî d’ danser. L’ ér qu’ on rèspire vos fét frémi pace qu’ il èst rirnpli d’ fèls triyanemints qui ‘rmoûvetèt vos bouyas. C’ èst carnèval!… Bîn way, da! Pou lès Louvièrwas, èl Létâré, c’ èst ‘ne saquè d’ sacré èyèt on n’ a nîn a vèrdi d’ djalouserîye pinvî ‘l carnèval dès-ôtes pace què ‘l nole n’ èst nîn mwins bia, ni pus léd, lon dè d’là maugrè çu què d’ aucuns din dîsetèt. Nos-astons fiérs dè nos djîles, dè nos payisans, dè nos Sanchos èyèt co d’ nos pièrots…

No carnèval vaut bîn lardjèmint lès-ôtes èyèt tant pîre pou lès maus contints, lès brèyârds ou co lès blèfârds!… Mès ‘rvènons à ‘l fièsse. V’là ‘l cortéje qui arîve su ‘l place Mansart. Lès sociètès rabindeléyes font ‘l rondo, lès musicyins s’ mètetèt in plangn mitan, lès dèrniérès-oranjes pleuvetèt su tous lès djins. C’ è èst carnèval!…

C’ è-st-au cî qui soufèlera dins s’-n-instrumint ou bîn flayera au pus foûrt su ‘l  pia du tambour ou bîn dèl grosse kèsse. Tout ‘l monde au son dè ‘l musike èyèt dès baterîyes, ça vos ‘rmoûve lès sins, ça vos prind à lès tripes, on-a dès tourniyoles, vo tièsse tourne, vos n’ vos controlèz pus, ça vos fét tchôd à vo keûr, ça d’vînt du délîre, c’ èst ‘l oneûr què vos infournèz in vous min.me à grosses paletéyes. C’ èst ‘l oupète d’ in djoû d’ grande fièsse èyèt du folklôre dè no réjion. C’ èst ça, èl Létâré… In seul mot pou fini m’-n-èscrivète: TAMBOÛR!

 

 

 

(è)rlauner: frapper à tours de bras / mawote: mailloche / makète: baguette de tambour / oupète: bouquet, sommet.

 

Èl vî Djîle à ‘l pikète du Cras-Mardi, in : EMA 5/2006, p.22

 

odjoûrdu,  à ‘l pikète du Cras-Mardi, èt il èst d’dja près’, èl vî Djîle; pour li, c’ èst ‘1 grand djoû, èl pus ratindu, èl pus bia d’ ‘l anéye; à ‘l uch, i n’ fét pourtant nén tchôd; n-a in p’tit vint qui fét stoûrbiyonér dè ‘l fine nîve èyèt ‘l mèrcure du tèrmomète èst djusse au d’zeûs du zérô. C’ èst nén bon pou sès vîs-ochas; dè pus’, i n’ a nén bén doûrrni; quand on-èst mérseû dins-in grand bèdêre, i n-a souvint dès souvenis qui vos-inspétcheneut d’ sèrér vos-îs… surtout èl nût d’ avant in grand djoû! Mès rén d’ tout ça, quand… c’ èst 1′ pikète du Cras-Mardi!

Audjoûrdu, i va roublîyî sès pênes èt miséres; i va div’nu ène saquî d’ ôte, i ‘n s’ra pus li; li, èl vî ome si paujêre, èl vî grand père si pèneûs quand i ‘rwéte dessus ‘l tchèminéye èl grande foto dè s’ brave feume pârtîye d’vant li èt qu’ il a vèyu voltî si lontimps; mès rén d’ tout ça, quand… c’ èst ‘l pikète du

Cras-Mardi!

Èrwétèz come il è-st-eûreûs, ‘l ancyin ouyeû! Sès-èfants sont là, sès deûs grands garçons musicyins dins ‘1 fanfâre dè ‘l soce aveu leûs djintîyès feumes qu’ achèveneut d’ ‘l abiyî, dè ‘l bourer, d’ ‘l aprèster; i n-a ètou saquants braves vijins qui sont toudi là, dins lès bons come lès fayès momints. I n-a ètou 1′ vî Firmin, ès’ mèyeû soçon, qu’ a toudi fét ‘1 Djîle avè li avant d’ tchér foûrt malâde. Oyi, is sont tèrtous drolà, pace què… c’ èst ‘l pikète du Cras-Mardi!

Ça î èst! On-intind lès tambours dè pus-in pus foûrt. Èl groupe va d’ méso en méso pou ramonceler sès Djîles èt v’là qu’ is rintèreneut tèrtous! Maria Dèyi, qué pèkéye! I d-a pa tous costès; quand d-a iun qui rintère en poûssant pa ‘l uch dè d’ pa-d’vant, i d-a iun qui vûde pau cén dè d’ pa-drî… ms qué ambiance! On s’ rabrasse, on bèrdèle, on djipe… qu’ èle èst bèle, ‘l amitiè e parèye ocâsion èyèt come ça fét du bén d’ intinde causer no walon! Audjoûrdu, pont d’ cafè ni d’ tisane, on bwèt ène miyète dè Champagne, pace què… c’ èst ‘l pikète du Cras-Mardi!

Au raploû du dérin, is ‘rvèneneut tèrtous d’ssus l’ tchèmin, mès avant d’ vûdî, no vî Djîle s’ è va doner in p’tit bètch à ‘l foto dè ‘s feume qui lyi sourît; oyi, il èst 1’ seul à ‘l vîr , mès èle lyi sourît lèy ètou; èle è-st-eûreûse, pace què min.me pou lès céns qui sont drolà au paradis… c’ èst ‘l pikète du Cras-Mardi!

Èyèt lès v’là tèrtous-st-èvoye, ène bèle, longue èt scrandichante djoûrnéye lès ratind; is vont pèstèler, danser, lancî d’s-oranjes à lès djins; t’t-à l’eûre, is mètront leûs grands tchapias pou ièsse co pus bias. À ‘l swèréye, n-âra ‘l rondau final, èl feu d’ artifice. Dèmin, i faura p’t-ète co apeler 1′ mèdecin, mès ça, c’ è-st-ène ôte istwêre! Audjoûrdu, no vî Djîle a ‘rtrouvè sès vint-ans. Wétèz ‘l daler! I n-a toudi dès mirakes… à ‘l pikète du Cras-Mardi!

 

 

Raymond lequeux (Coûrcèle-Lîtchamp / Courcelles)