Li walon, one langue / Le wallon, une langue: grammaire contrastive wallon - français : sémantique

3 SEMANTIQUE

 

De nombreux phénomènes grammaticaux sont étudiés par la sémantique.

 

Le wallon, pauvre en vocabulaire abstrait, est riche en vocabulaire concret. Cela ne l’empêche pas d’ exprimer ce qu’il veut avec précision . Comme la langue est utilisée comme moyen de communication – nous déterminons ici sa fonction sociale -, mieux vaut user d’une circonlocution claire que d’un mot incompris ou sybillin pour faciliter la compréhension du message . Le français est d’ailleurs aussi pauvre en vocabulaire abstrait .

Quel Wallon (ou Français) qui n’ a pas appris le latin et le grec voit le rapport entre « jour » et « quotidien » ou « diurne », « mois » et « mensuel » ou « trimestre », « poumon » et « pulmonaire » ou « pneumonie », « sommeil » et « hypnogène », « ville » et « urbain » ou « politique » ? Chacun de ces mots doit être appris séparément, et le rapport, à supposer qu’il s’établisse, s’oublie facilement, parce qu’ il n’apparaît que par le truchement d’une autre langue, à moins qu’on ne fasse des études gréco-latines, et encore .

Il est cependant possible de rendre ces différents mots en n’usant que d’une racine. Le néerlandais résout le problème avec ses propres moyens, en fabriquant des composés avec les noms « dag- , week-, hart-, stad-, … » , dans lequel le nom, prenant la première place du nom composé, acquiert une valeur adjective . C’est aussi le cas de l’allemand, du frison et des langues scandinaves, du finnois, du tchèque .

Ceci dit, le vocabulaire wallon est en majorité d’origine latine (le wallon est une langue romane), mais nous avons emprunté 15 à 20 % de notre vocabulaire aux langues germaniques proches; il reste les mots typiquement wallons et quelques emprunts à d’autres langues . Parmi les mots d’origine latine, certains sont les mêmes que les mots français correspondants (« mostrer » : montrer) mais d’ autres proviennent d’un mot latin différent (« moude » – L. mulgere ; traire – L. trahere). 

Beaucoup de termes wallons sont intraduisibles en français, si ce n’ est par une circonlocution : 

  1. : (F) Il neige . (W) I nîve . Et aussi avec des nuances: I payetéye . I nivetéye . I

                                       flotchetéye .  I nivelotéye .  I mîyetéye.

              bouillir              boûre ; riboûre (rebouillir (?)) ; caboûre – ?; racaboûre – ?

De même : (W) brotchî – (F) ? (faire éruption), …

 

Jusqu’à présent, 49 différences sémantiques ont été observées entre le wallon et le français.

 

 

 

3.1 Phénomènes généraux

 

3.1.1 Le vocabulaire wallon

 

Différence 1

De très nombreux lexèmes ont une forme tout à fait différente de leur traduction française.

 

En voici pêle-mêle un ensemble d’exemples, tirés du Lexique namurois de Lucien Léonard, épaulé par le père Jean Guillaume.

(W)                                      (F)

amande

framboise

anète

nuque

awè des stoûrbions

avoir des vertiges

bèguinète

perce-neige

bodène

mollet

boutroule

nombril

corâl

enfant de chœur

crokant

cartilage

è-ignî

(feu >) enfumer

fé frîlè

griller

gawe

mâchoires

gaye

noix

got

friand

gueûserîye

malice

kike

orgelet

zwat’

grincheux

mayeûr

bourgmestre

mèsplî

néflier

mwate tchau

chair mortifiée

mwinre

maigre

nisse

rate

robète

lapin

spater

écraser

stokasse

vigoureux

stritchî s’ djambe

étendre la jambe

swat’

mal lavé

vèchau

putois

waroker

abattre des fruits avec un bâton lancé

 

Différence 2

Le génie de la langue wallonne se base sur la faculté de créer des mots tirés de son propre réservoir lexical, une vision du monde propre aux Wallons.

(W)                                                            (F)

abwèssener

ravitailler en boisson

acopler – viker acoplé

accoupler – vivre en concubinage

advant-advant-yîr

il y a 3 jours

agnî > agnûre

mordre  / morsure

après-après-d’mwin

le 3e jour à venir

avant-avant-dêrin

antépénultième

awè on pîd d’truviès

avoi le pied bot

ayi – fé ayi

oui – acquiescer par gestes = faire signe que oui

bague – bague d’agnon

bague – rondelle d’oignon

batemint d’keûr

palpitation

baube – baube à baube

fé s’baube

barbe – nez à nez

se raser

blamer

blameter

flamber

flamber doucement

blanc – blanke rôse

blanc dwèt

blanc d’ l’ ouy

blanc mwârt

blanc – oedème

panaris

cornée

pâle comme un mort

bûse > bûsia

buse – trachée-artère

cabarèt > cabâretî

café / cabaret – tenancier de café

câsser > ièsse câssé

mimbe câssè

câssè djus

casser – être atteint d’une hernie

membre fracturé

_ arraché (par cassure)

cauve > cauveler

cave  – faire une cave en-dessous de

cheûre – cheûre si tièsse

secouer – hocher la tête

cô – li cô d’pîd

cou – cheville

cok / cokia

pouye / pouyète

pouyon

coq / poulet (coquelet)

poule / poulette

poussin

coût > ièsse coût d’alin.ne

coûtrèsse d’alin.ne

court – haleter

asthme

craus – craus boya

gras – gros intestin

cru – awè dès crus pîds

 

racreuwi

humide – souffrir de transpiration excessive des pieds

s’humidifier

cwade > cwade

ièsse ècwadelé

corde – contracture

souffrir de contracture

cwane > cwârner

coin – regarder en coin

dint: fé sès dints

prumî dint

dint di d’vant

gros dint

dint d’ l’ ouy

dent: faire sa dentition

dent de lait

incisive

molaire

canine

divant – divant timps

avant – précocement

djon.ne > on djon.ne

on djon.ne > djon.neler (= fé sès djon.nes), et aussi :

poûtener (jument) ; vêler (vache) ; coucheler (truie) ; gadeler (chèvre); bèdeler (brebis)

jeune – un petit

un petit – mettre bas

djus – côper djus

ièsse djus d’song

en bas / à bas – abattre

être exsangue

drap – drap d’mwin

essuie-main

drap >  drap d’bagadje

drap – linge destiné à essuyer la vaisselle

dwèt

gros dwèt

deûzyin.me dwèt (= mostreû)

grand dwèt

quatyin.me dwèt

p’tit dwèt

doigt

pouce

index

medius

annulaire

auriculaire

eûre > eûréye

heure – repas

êwe > êwisse ; êweléye

eau – aqueux ; phlegme

feu > èfeuwer

feu – enflammer

feume – feume à l’djoûrnéye

femme – femme de ménage

fièsse – djoû d’fièsse

fête – jour férié

flauw – tchaîr flauw

faible – tomber sans connaissance

flaya > flayî

fléau / frapper à bout de bras

fornoûri

nourrir à l’excès

frèch > frèch di tchôd

mouillé – trempé de sueur

glèter / glète / glètaud

baver / bavure / une personne baveuse

gôje > grosse gôje

gorge – goître

gros – one grosse eûre

gros- un peu plus d’une heure

lampe / lamponète

lampe / petite lampe

lon – one eûre lon

loin – à une heure de marche

louwer / louwadje

louer / location

lumeçon / lumeciner

limace – traîner

macrale / èmacraler

sorcier / ensorceler

maîsse – maîsse-ovrî

maître – contremaître

minti / minte

mentir / mensonge

monte – monte au pougnèt

montre – bracelet-montre

mostaude – mostaurder

moutarde – garnir de moutarde

mostrer > mostrer s’linwe

montrer – tirer la langue

mwaîs / si mwaîji

fâcher / se fâcher

nawe / nawerîye

fainéant / -ise

neveu / nièce

nèveû / nèveûse

nez – snazè

nez – priver de nez

nîvaye – djaléye

neige mêlée de pluie – gel

nuk / nuker

noeud / nouer

awè sès boyas nukès

avoir des brides intestinales

ièsse nukè

être ankylosé

nwâr – nwâre fîve

noir – septicémie

nwâr ouy

oeil poché

nwâr – nwâri – nwâreû

noir – noirCir – noirCeur

ome – ome di mèstî

homme – artisan

ouy

dès-ouys di boû

_ di cwaye

_ d’ oulote

_ di tchèt

oeil

yeux exorbités

_ en coin (littér. : de caille)

_ ronds et perçants

_ verts

paujêre / paujêreté

paisible / calme, tranquillité

Pauke > paukî – pauker

Pâques – buis – garnir de buis (tombe)

pêcher / poisson

pèchî / pèchon

peûmon > peûmonîye

poumon – pneumonie

piker > pikeron

piquer –  moustique

pinte / pinteû

pinte / grand buveur (de bière)

pîre au fwè

_ aus rins

_  à l’vèssîye

calcul hépatique

_ rénal

_ vésical

pitit – on p’tit timp

petit – un temps court (een tijdje)

plâte > plâtrer

plâtre – mettre dans le plâtre

pokètes

pokètes volantes

nwârès pokètes

variole

varicelle

petite vérole

pougn / pougnèt

poing, poignet

pougn > spougnî

poing – priver de la main

pouye > pouyetî

poule – marchand de poules

pwinte – mète dès pwintes di feu

pointe – cautériser

quèwe > quèwî

queue – vertèbres caudales (bovidé, cochon)

ramponer / ramponau /ramponéye

filtrer / filtre / quantité contenue dans un filtre à café

ratinde – ratinde famile

attendre – être enceinte

roter > rote-au-nût

marcher – noctambule

sankes – sankis’

vase – endroit vaseux

satchî – satchî do song

tirer – faire une saignée

scole – scoler

école – former (qqn) par l’école

sèptante – iûtante

soixante-dix / septante – quatre-vingts

sine – fé sine

signe – signifier par gestes

sôdâr – sôdâr à pîd

soldat – fantassin

sogne / sognî

soin / soigner

sot – assoti

sot – faire devenir sot

spater / spotchî > spatwè = spotchwè = spatroule

écraser – pilon

spèpyî / spèpiaud

grignoter – grignoteur

spès > dispèchi

épais – diluer ou amincir

suke – awè do suke

le diabète

tambour > tambourer – tambourî                                                       

tambour –  jouer du tambour – tambour (musicien)

tatche – tatche di naîssance

tache – naevus

tauve – passer su l’tauve

table – se faire opérer

tayeû – tayeû au bwès

tailleur – bûcheron

tchaur / tchaurlî

char / charron

tchin.ne > tchin.ne di cô

chaîne > chaîne d’or ou d’argent

trau > trau d’ l’ ouy

trau d’nez

trou – orbite

narine

vèrin > disvèriner

étau, desserrer un étau

veûy qwè

_ èvi

deviner, percevoir

détester

vî – vîs djoûs

vieux – vieillesse

      vîs-omes

            vieillard

vûwe – dobe vûwe – basse vûwe

vue – diplopie – myopie

wèspe / wèspyî : wèspiant

guêpe / remuer, gigoter : remuant

witche > witchî

 

mèche (de bougie) – travailler à la lumière artificielle

 

A ces exemples tirés du centre-wallon, dont une grande partie existe sous cette forme dans les dialectes environnants, on peut ajouter une multitude de termes dans les dictionnaires

 

  • de l’ouest-wallon : « abrôyelûre » (travail mal fait), « s’ afroyî» (se mettre en train) et « afroyadje » (mise en route), « bauyî » (bâiller) et « awè l’ bauyant » ( avoir envie de bâiller), « bawyî » (aboyer) et « bawîyerîye » (aboiement), « couche » (branche), « couchète » (rameau, brindille) et « discoucheter » (débrancher), « crèche » (croître) et « crèchant » (croissant (de la lune)) ainsi que « dèscrèchant » (décours de la lune) (Carlier-Bal) ; « marchau » (forgeron) et « marchaudadje » (travail de maréchal-ferrant) (P. Defagne, Dictionnaire des patois (sic) de Fagne et Thiérache, Presgaux, 1984) ; « djan-potâdje » (charlatan), « djèt » (rejeton végétal) et « djèter » (bourgeonner), « scoréye » (fouet) et « scoriâdje » (action de fouetter) ainsi que « scoryî » (fouetter), « scorion » (lacet en cuir), « scrène » (veillée, soirée familiale) et « scrèner » (passer la soirée en famille), « fougnî » (fouiller) et « fougnârd » (fureteur), « vinde » (vendre) et « vindâdje » (vente), « vôter » (voter) et « vôtadje » (élection) (Deprêtre) :
  • de l’est-wallon : « djouwer » (jouer) et « djouweter » (jouer petit jeu), « linwe » (langue) et « linweter » (tirer la langue (après qqch), désirer fortement), « moussî » (se fourrer) et « moussète » (cachette), « stoper » (boucher) et « stopa » (moyen de boucher) ainsi que « stopèdje » (action de boucher) ;
  • du sud-wallon : « cumachi » (mélanger de fond en comble) et « cumachèdje » (désordre, confusion), « piker » (piquer) et « pika » (aiguille de sapin) , « su plêre » (se plaire) et « su r’plêre » (se plaire de nouveau), … (Francard,1994)

 

 

3.1.2 Métaphore

 

Différence 3

Le wallon possède des métaphores propres. En voici quelques exemples tirés du Dictionnaire de l’Ouest-Wallon :

(W)                                                                        (F)

bâbe-di-cok

« barbe-de-coq »

caroncule

ér-diè

« arc-(de-)Dieu »

arc-en-ciel

gueûle-dè-crapaud

« gueule-de-crapaud »

t. de mouleur : lissoir en forme de cuillère

pate-dè-makéye

« patte-de-‘maquée’ »

qqn qui laisse souvent choir les objets

queuwe-dè-tch’vau

« queue-de-cheval »

écharpe tressée avec laquelle les gamins se livrent combat

sinte-Caterine

« sainte-catherine »

coccinelle

tchâr-dè-triyonfe

« char-de-triomphe »

la Grance Ourse

tchivau-d’- Bondieu

« cheval-de-bon-Dieu »

carabe doré

tièsse-dè-mouchon

« tête-d’oiseau »

plante à fleur jaune qui envahit les jardins

 

 

3.1.3 Onomatopées

 

Différence 4

Le wallon compte beaucoup d’onomatopées et de dérivés, et beaucoup d’entre elles sont différentes ou inexistantes en français.

 

onomatopées

dérivés

baf

exclamation exprimant la chute d’un corps mou, ou bien un coup en plein visage

bafe

taloche, gifle, coup de poing à la figure

clap’

onom. marquant le bruit sec d’un coup de fouet

claper

 

clapète ; …

faire entendre un bruit sec

claquette ; …

cwâk

cri du corbeau

cwâker

croasser

di-ng’-da-ng’

son de la cloche

di-nk’ter

tinter

gnaf-gnaf

onom. exrimant le bruit que fait le porc en mangeant

gnafeter

manger bruyamment (porc)

gnêgnê

cri, langage de petit enfant

gnêgnê

bébé, moutard qui vagit

hop

se dit pour faire sauter

hoper

hopète ; …

bondir

petit saut ; …

kis-kis’

cri pour lancer un chien contre quelqu’un

kissî

lancer un chien contre quelqu’un

patraf

bruit d’un cheval au galop

apatrafter

patrafter

accourir au galop

galoper

pign-pign

cri d’appel du pinson

pigneter

 

pigneteû

frigoter, se dit du cri d’appel du pinson

pinson d’appel (t. de tenderie)

platch

onom. marquant le bruit d’une flaquée de liquide

platcheter

patauger (dans l’eau, dans la boue, …)

puf

pouah

pufkène

èpufkiner

puanteur

empester

rouf

onom. exprimant un mouvement rapide

rouf-rouf

précipitamment

tchaf

onom.

tchafète; …

bavarde; …

tchatcha

sorte de claquement de la langue

tchatcha

bavard

tchik-tchak

cri du traquet

tchik-tchak

traquet

tok

toc, bruit d’un coup sur une porte

toker

toketer

battre très fort

battre faiblement

zaf

onom. exprimant le bruit d’une taloche

zafe

taloche

 

D’autres onomatopées :

årû

hue 

âtch

pouah

bourdî-bourdouh

onom. exprimant une suite de chutes ou de détonations lointaines

cak

fé _ à l’ouh : frapper à la porte

chouh

interj. marquant une impression de chaud ou de froid

coulouk

cri du crapaud accoucheur

fritch

bruit d’un liquide lancé par une seringue

fut’

onom. exprimant la répulsion du chat

îy

exclamation de surprise

ouy

aïe

rif-raf

onom. exprimant un mouvement rapide

zif-zaf

onom. exprimant le bruit d’une série de taloches

zim-zi-zim

onom. imitant la musique de violon

 

D’autres dérivés :

bouboute

huppe vulgaire (oiseau)

hiketer

hoqueter

broufeter

manger souvent des friandises

lofer

manger goulûment

cacayî

caqueter, bavarder

pîwitch

vanneau huppé

crîner

grincer

potchî

sauter

djouper

sauter, gambader

reûpe

rot, renvoi

drildiner

tinter

språtchî

écrabouiller

gagouyî

bredouiller

tchimeter

racler du violon

groûler

gronder  (tonnerre, chien)

tchoûler

pleurer à chaudes larmes

hagnî

mordre

zûner

siffler (à l’oreille) ; tinter, bourdonner

(Haust,1933,727-728)

 

  1. :  

(CW) « Ra! C’ è-st-on maîsse côp d’ fau quë s’ done. Han! … L’ soyeû s’ tape one miète èri. » (Lerutte Henri, Lë soyeû d’grins, p.63, in: Gaziaux, 1998)

(F) « Ra »! On donne un grand coup de faux.

« Han » ! Le faucheur se met quelque peu à l’écart.

(EW) « Lès flitch-flatchs da Zanzan aplovît d’vins sès-orèyes. » (Warnier,1988,17)

Le bruit des pieds de Zanzan dans la boue (ou dans l’eau) « tombait dru comme la pluie » dans ses oreilles.

« … sès djambes èt sès brès’ pitchpatchetèt. » (Bury Jean, L’ èfant, in : Piron,1979,307-308)

Ses jambes et ses bras s’agitaient.

(SW) «  Quand il intrét ou viladje a zim’zimant, lès fames lêchièt la buée en plan  (…). » (Jacob,8-9,2002)

Quand il entrait au village en jouant du violon, les femmes laissaient lessive de côté.

 

 

3.1.4 Polysémie

 

Suivant leur sens, certains mots français se traduisent par 2 mots en wallon et vice versa

 

Différence 5

Un mot a plusieurs sens en français = plusieurs mots en wallon

 

Le wallon a souvent plusieurs mots pour traduire un seul mot français qui a différentes acceptions. En voici quelques exemples :

  • (W) + quelques comparaisons avec l’anglais

aborder

1) quelqu’un

2) un rivage

atauchî  (to approach)

abôrder  (to land)

adresse

1) faculté

2) localisation

subtilité (skill)

adrèsse   (address)

alors

1) à ce moment-là

2) dans ce cas

adon

d’abôrd

ampoule

1) électrique

2) cloque

ampoule

clokète

appeler

1) donner un nom

2) faire venir

lomer

huker

ardoise

1) pour les toits

2) pour écrire

scaye

ârdwèse

arête

1) de poisson

2) de brique, de mur

3) du poing fermé

èrièsse

angléye (CW), crèsse (EW)

noukèyes (EW)

argent

1) métal

2) pour payer

ârdjint (silver)

dès caurs / dès liârds (money)

articulation

1) du corps

2) de la mâchoire

djonteure, acoplûre

acoplûre

assurer

1) dire que c’est sûr

2) protéger par une assurance

acêrtiner (to assure)

assurer (to insure)

aussi

1) comparatif

2) également

ossi  (as)

èto (en fin de proposition) (too)

baratte

 

1) tonneau qui tourne

2) batteur qui tourne

toûnwâre

sèrène

bien

1) ↔ mal

2) beaucoup

bin

byin

bière

1) boisson

2) pour mettre un cadavre

bîre (beer)

vacha  (coffin)

boulet

1) de canon

2) de charbon

bolèt  (cannonball)

bougnèt (coal nut)

branche

1) arbre

2) enseignement

couche

brantche

café

1) breuvage

2) place

cafeu (coffee)

cabarèt (pub)

carte

1) géographie

2) à jouer

cârte

caute

cercle

1) groupemint

2) rond

cèrke

cèke

changer

1) opérer un changement

2) (un enfant) = changer ses vêtements

changer

discandjî (on-èfant)

charme

1) arbre

2) être plaisant

tchaurnia (hornbeam)

charme (charm)

chatouiller

1) par attouchement

2) par réaction

kèkyî

chôpyî

cheminée

1) à l’intérieur

2) à l’extérieur

djîvau (mantelpiece)

tchiminéye (chimney)

ciseaux

1) de couturière

2) de jardinier

li cisète

li cisia

coin

1) de terre, de page

2) à enfoncer

3) dans l’angle

cwane (plot)

cougnèt  (wedge)

cwin (corner)

collier

1) de personne, de chien

2) de cheval

colé

goria

côte

1) près de la mer

2) du thorax

3) qui monte

li côte (coast)

cwasse (rib)

tiène (hillside)

coudre

1) qqch (robe, manche)

2) sur qqch (bouton, pièce)

keûde

akeûde

cour

1) d’école, de ferme

2) du roi

coû

coûr

couverture

1) de lit

2) de livre

couvêrte

couvêrture

croûte

1) de pain

2) sur une coupure

crosse  (crust)

crape (scab)

dépasser

1) aller plus vite que

2) aller plus loin que

3) ressortir

ripasser (to overtake)

dèpasser (to pass)

dèpiter (to exceed in height / width)

envoler

1) avec éloignement

2) avec rapprochement

èvoler

avoler

envoyer

1) avec éloignement

2) avec rapprochement

èvoyî 

avoyî

fifre

1) instrument

2) musicien

sife

choufleû

fil

1) de fer, d’acier, de cuivre

2) d’étoffe, à coudre

li fil  (wire)

li filé (thread)

filet

1) (pêche) contenant

2) (pêche) contenu

3) filet

trûle

trûléye

filèt

fille

1) opposé à fils

2) opposé de garçon

fèye (daughter)

bauchèle, crapôde  (girl)

flamme

1) du feu

2) sur une lettre, un cachet

blame

flame

fonte

1) action de fondre

2) alliage de fer et de carbone

fondadje

fonte

frais

1) (temps)

2) nouveau : du pain frais

3) récent : les nouvelles fraîches

fris’

do novia pwin

lès dêrènès novèles

frère

1) des mêmes parents

2) des religieux

li fré (ou frére)

li frére

fumer

1) (cigarette)

2) produire la fumée

3) du jambon, du lard, un essaim

4) une terre, un jardin

fumer (cigârète, pupe, cigâre)

fumyî

èfumyî (tchau, pèchon)

 

ècrachî

garder

1) ne pas laisser partir

2) surveiller

waurder  (to keep)

gârder (to look after)

gelée

1) de fruits

2) quand il gèle

jèléye (jelly)

djaléye (frost)

geler

1) div’nu solide pace qu’i djale

2) fé pa-d’zos zérô

èdjaler : l’eûwe èdjale.

djaler : i djale.

gouttière

1) où l’eau coule le long du bord du toit

2) par où descend  l’eau de pluie venant de la « colêre »

colêre

 

gotêre

grille

1) gril ; grille du poêle

2) grile

li grèyî d’li stûve (grate)

li grile dè li scole (railings)

homme

1) personne de sexe masculin

2) homme, femme et/ou enfant

ome

djin

langue

1) écrite, parlée

2) organe pour parler

langue (language)

linwe (tongue)

louche

1) le contenant

2) le contenu

loce

locîye

malade

1) pour longtemps (diabète, TBC)

2) pour une courte durée (grippe, rhume)

malade

 

fayé

manger

1) personnes

2) animaux

mindjî

mougnî

manne

1) contenant

2) contenu

banse,  mande

banseléye

marche

1) action de marcher 

2) organisée (militaire, …)

3) pour monter

rotadje (walking)

mârche (march)

montéye  (step)

marcher

1) se déplacer à pieds

2) au pas

roter (to walk)

mârcher (to march)

marmite

1) contenant

2) contenu

mârmite

mârmitéye

masque

1) qui couvre le visage

2) personne masquée

masse

mascarâde

mule

1) animal

2) chaussure

mulèt

mule

myrtille

1) fruit

2) plante

caclindje (bilberry)

caclindjî (bilberry bush)

nettoyer

1) la maison, le poêle

2) salade, étable

rinètyî

nètyî

nouveau

1) quelque chose que l’on connaît depuis peu de temps

2) noû

novia

 

noû

ombre

1) ce qu’on voit

2) ce qui représente, ersatz

3) place è l’ombe

ombe (shadow)

ombrîye (shadow)

ombradje (shade)

paille

1) tige de graminée

2) pour boire

strin

fistu

pendant

1) pendant

 

 

2) pendant (ce temps)

(do) timps di: timps dè l’ guêre (pendant la guerre), timps d’mèsse (pendant la messe);

su (ç’timps-là): dji m’va fé dès comissions; su ç’ timps-là, enrèdjistrer l’èmission.

pendant que

1) sur une partie du temps nécessaire

2) sur toute la durée du temps

timps qui: lèyî p’chî l’ gade, timps qui l’ bok è-st-à l’ofrande (laissez faire).

su l’ timps qui: su l’ timps qu’ èle canleteûve, li lacia a bolu foû.

pièce

1) morceau

2) pièce d’habitation

pîce (piece)

place (room)

plat

1) contenant

2) contenu

plat

platenéye

plus

1) plus

2) plus de

pus

pupont

poche

1) le contenant

2) le contenu

potche

potcheléye

porte

1) d’une maison, d’une armoire

2) ville, grange, garadje

uch  (door)

pwate (gate)

poudre

1) à canon

2) à laver, de riz

poûre

poûde

poulailler

1) bâtiment

2) enclos

poli

pouyetrîye

pourquoi

1) but

2) raison

poqwè

duvint

pouvoir

1) avoir la permission de

2) être capable de

polu (may)

sawè (can)

précipiter (se)

1) en s’activant

2) vers le locuteur

vorer

avorer

prendre

1) prendre

2) en parlant du feu

prinde

èsprinde

prochain

1) (adj.) qui va venir

2) (n.m.) autrui

qui vint

lès-ôtes

prunelle

1) de l’oeil

2) fruit

pupile, pope (pupil)

purnale (sloe)

rapporter

1) apporter en retour

2) dévoiler une faute

rapwârter

racuser

recoudre

1) quelque chose

2) sur quelque chose

rikeûde

rakeûde

recouvrir

1) pour cacher  

2) pour protéger  (livre, ..)

rascouviè (to cover)

ricouviè (to recover)

regarder

1) avec les yeux

2) idem, mais attentivement

3) concerner

waîtî  (to look)

riwaîtî (to watch)

rigârder (to concern)

remise

1) _ de prix (offre)

2) _ des prix (à l’école, …)

3) bâtiment

rimètadje (discount)

rindadje (presentation)

rimîse (sled)

renvoyer

1) vers un destinataire

2) vers le locuteur

rèvoyî

ravoyî

répandre

1) fumier, grenailles, …

2) lait, huile, …

3) bruit, rumeur

staurer

spaude

stramer

repasser

1) du linge

2) passer de nouveau

3) passer de nombreuses fois

ristinde (to iron)

ripasser (to come / go past again)

rapasser

retenir

1) ne pas laisser partir

2) ne pas oublier

rastinu (to hold back, to keep)

rit’nu (to remember)

retourner

1) sur ses pas

2) du dedans au dehors, ou tête en bas

è raler (to return, to go back)

ritoûrner (to turn inside out)

rétrécir

1) volontairement

2) involontairement

rastrwèti

rastrinde

revenir

1) regagner nu lieu qu’on a quitté

2) regagner en revenant sur ses pas

riv’nu

 

ratoûrner

sac

1) contenant

2) contenu

satch

satchîye

sachet

1) contenant

2) contenu

satchot

satchotéye

sans doute

1) bien sûr

2) probablemint

sins manke (without (a) doubt)

dandjureûs (doubtless / no doubt)

seau

1) contenant

2) contenu

saya

sayeléye

sœur

1) des mêmes parents

2) religieuse

soû

seûr, masseûr

tambour

1) musicien

2) instrument

tambourî (drummer)

tambour (drum)

tandis que

1) alors que (opposition)

2) en même temps que

au r’gârd qui (although)

(su) l’ timps qui, do timps qui (while)

tendeur

1) appareil

2) celui qui tend

3) tendeur aux oiseaux

tinkiârd

tinkieû

tindeû

tenter

1) de faire quelque chose

2) donner l’idée de faire

sayî, asprouver (to try, to attempt)

tenter (to tempt)

tirer

1) avec un fusil

2) faire une traction

tirer (to shoot)

satchî (to pull)

tordre

1) le bras, une barre

2) quelque chose pour en extraire un liquide

twade

stwade

tout à l’heure

1) futur

2) passé

tot-à l’eûre (presently, in a moment)

ènawêre (just now, a moment ago)

travail

1) besogne

2) de forgeron pour ferrer

bèsogne, bouye (work)

trava (trave)

vase

1) boue au fond de l’eau

2) récipient

floûs (pl) (silt, mud)

vâse (vase)

vers

1) quantité : environ

2) moment

 

3) direction

4) situation

aviè, dèviè : ça cosse aviè /dèviè 50 eûros.

aviè, dèviè, autoû di : dji vêrè aviè / dèviè / autoû d’ 5 eûres.

après, su : i ‘nn’ aleûve après / su Nameur.

après : il è-st-èvôye dimèrer après Mont.

vie

1) durée de vie

2) existence

3) façon de vivre

vikaîrîye (life(time))

vîye (life)

vikadje (life, way of life)

 

 

Différence 6

Le français possède deux mots pour un seul mot en wallon mais c’est moins fréquent.

 

calote

1 casquette

2 gifle

pèkèt

1 génévrier

2 genièvre

couyî/ki1î

1 la cuiller

2 la cuillerée

reuwe/rowe

1 la roue

2 la rue

dièle

1 terre plastique

2 dartre (sur la peau)

1 thé

2 tisane

 

 

3.1.5 Homographie

 

Différence 7

Dans certains cas, une forme écrite et orale similaire d’un mot possède 2 sens en français. Pour chacun de ces sens, il existe un mot différent en wallon.

 

un aide

une aide

on-aîdant

1) one aîdante

2) one assistince

un(e) au(l)ne

une aune

on-aulnia

one on.ne

le crêpe

la crèpe

li crèpe

li vôte

le critique

la critique

li critikeû

li critike

le greffe

la greffe (méd)

la greffe (pousse greffée)

li grèfe

li grèfadje

li grèfé

le moule

la moule

li moule

li mosse

 

(Didier-Branvard,1972,30)

 

 

3.1.6 Affixe (préfixe / suffixe)

 

Le wallon possède un certain nombre d’affixes inexistants en français, plus productifs ou avec un usage différent du correspondant en français.

 

3.1.6.1 Suffixe

 

Différence 8

Formes inexistantes ou avec un emploi différent en français.

 

Wallon

Français

 

OW

CW

SW

EW

 

 

-a

 

-a

-âdje

-adje

 

-èdje

-age

 

-ale, èle

id

-ale, èle

 

-ance

id

-ance

-ance

-ant(e

-ant(e)

id

-ant(e)

-ant

 

-asse

 

-asse

 

 

-aud, ârd(e)

 

-åd, ård; aud (My)  (e)

-ard

 

= ‘-auje’

 

-åhe, -âye

 

 

-aule

 

 

 

 

-ausse/ -asse

 

-åsse / åte / asse(My)

-âtre

 

-ejon

 

-ehon

 

-èle

 

 

 

-erèce

 

-erèce

 

-erîye

 

-erèye

-erie

 

-èsse

 

-èsse

 

-eû ,eûr (eûse/

erèsse)1

 

-eû(r) (eûse, erèsse) 1

-eur

 

-éye

 

-êye

-ée

-î (f:îre)

id

-î (îre/erèsse)

-ier

iau,ia

-ia

-ê; -ia, -ê (Huy)

 

 

 

-îme

-ième

-in

(ine; ène)

-in (ine,ène)

id

-in (ine,ène)

-in

-in

-in

id

-in

 

-ince

id

-ince

-ence

 

-indje

id

-indje

 

-(y)in.me

 

-îme

-ième

 

-is’

id

-is’

 

 

 

-kê

-kène

-kène

 

-kène

id

-(i)kèt

id

-(i)kèt

 

-kin

 

-kin

-quin

-on

-on

id

-on

-on

 

-ou(le)

 

-oû(le)

 

-oule

 

-oûle

 

-sté

 

V+sté

(C+suté) (My)

 

-u

 

-ou

-u

 

 

 

-ûle

  • My = Malmedy 

 

Sens, commentaires et exemples

 

-A :

productif: formations allant de l’ action à l’ objet (« bouha », « oda », « rafiya ») comme les noms français en « -tion » et en « -age ».

« On pourrait soutenir que tout verbe est susceptible de produire un déverbal en -a. » (Feller,1920,31) : « grogna » (action de grogner), « hava » (objet pour racler), « hawa » (aboiement), « sprutcha » (ce qui sert à « sprutchî », jet d’une seringue, d’un arrosoir, etc.), « stopa », ce qui sert à boucher…

 

-ADJE:

1) RADICAL du P.P. +ADJE: sert à former des noms qui indiquent une action : « sèmadje » (ensemencement); « djouwer » – « li djouwadje » : jouer – le fait de jouer ; « li makadje » : assommer – le fait d’ assommer ; « crèyer » – « li crèyadje » : créer – la création . (Gaziaux,1987,77)

2) produit, résultat de l’ action: « bindeladje » (bandage (action de bander); bande servant à maintenir les jantes d’ une roue; tèchadje: action, manière de tricoter/ tricot; « saurtadje »: essart et besogne pour rendre un essart cultivable. 

(Massaux,1996,19),.

 

ALE : « seur » (sûr) – « surale » (oseille) ; « macrê » (sorcier) – « macrale » (sorcière)

 

-ANCE : suggère une action abstraite: « aîdance, atimprance,  sonance, disbautchance, ètèrtinance, èritance, sotenance »

 

-ASSE : suffixe dépréciatif : « aurziasse, cawiasse, kètasse, makasse, papiasse, vèrdasse; blokia – blokenasse »

 

AUD(E):

en général, un radical verbal (celui du pluriel de l’ indicatif présent) + AUD (Gaziaux,1987,78)

  1) le plus souvent péjoratif:  « grognaud » (grognon), « paîyaud » (solliciteur, embêtant), « bawiaud » (bavard)

  2) sens positif mis en évidence par un adjectif: « one grande donaude » (bonne vache laitière),

      « ramechaude » (poule qui picore bien)

  3) sens neutre: « catchaud » (coq de combat qui se cache), « toûrnaud » (coq de combat qui

      tourne autour de l’adversaire)

 

-AUJE:

« Il y a dans le dialecte liégeois une cinquantaine de mots en « -åhe » servant à désigner soit la saison où tel phénomène se produit dans le domaine de la nature, comme la germination, la pousse ou la chute des feuilles; soit la saison où l’on exécute tels travaux de la vie agricole, comme la fenaison, la moisson, la cueillette du houblon, la récolte des pommes de terre; soit le moment où reviennent d’autres actions analogues qui se font à une époque déterminée. (..) La plupart de ces mots indiquent aussi l’action, et quelques-uns même ne marquent pas autre chose que l’action. »

« Au liégeois « -åhe », le namurois répond par une prononciation -auche, l’ ardennais par

« -âche ». » (Feller,1913,65 & 76)

  1. (EW) « batåhe », « bizåhe » = « bizâye », « boutåhe », « brèyåhe », « cloyåhe » = « cloyåve »,

                 « côpåhe », « crèhåhe », « magnåhe », « mariåhe »[1]

 

-AULE: « odaule »

-AUSSE : ex. en EW: « måråsse », « fiyåsse »           

-ÂYE : (EW,SW) « troufler » – « trouflâye »: cf -AUJE

-EJON: « frumejon »

 

-ERÈCE:

= adjectif indiquant la destination de l’ objet qu’ il qualifie (p.177): « ine plantche hatcherèce »: = qui sert d’ accessoire au hachoir quand on veut hacher: = planche destinée à hacher (Feller,1912,175-sv)[2] 

 

-ERÎYE:

 1) collection, groupe, grande quantité: « farènerîyes » (ensemble de farines), 

     « machinerîyes » (ens. de machines), « feumerîye » (ensemble de femmes)

 2) notion de pluriel: « hièberîyes » (herbes), « simincerîyes » (semences)

 3) suffixe souvent péjoratif: « aragnerîye, friterîye, copinderîye, faustrîye, canayerîye

    djalouserîye »   (Gaziaux,1987,77)

     N.B. Avec les noms de famille: « li Maqueterîye, li Virouterîye ».

 

– ÈSSE: « hî-fèsse »

 

-EÛS(E) :

fém.  -erèsse: « ator + issa »   –  « eur » + « esse »: « la personne qui fait le métier ou l’action indiquée par le masculin correspondant ou par le radical – « vinderèsse » est celle qui vend, « vatcherèsse » est celle  qui garde les vaches.” (Feller,1912,177)

Ou suffixe dépréciatif : « mintrèsse, volerèsse, anglèyerèsse, gobîeresse ».

N.B.(EW) -ieûs:  « croufe – croufieûs »; –iveûs: « djêri – djêriveûs (ou : djêrieûs) » 

 

– ÉYE: « assiètéye, banseléye » ; de même : « stauveléye » (contenu d’ une étable),  « bèrwètéye » (contenu d’ une brouette), « casseroléye » (contenu d’ une casserole), « bwèsseléye » (contenu d’ une boîte).

 

-Î (ÎRE; ERÈSSE) : métier: « hièrdî, trouflî, boutchî »

                  N.B. « lès Glavèrbèlîs » : les ouvriers de Glaverbel, « lès Sabènatîs » : les personnes

                           travaillant autrefois à  la Sabena (anc. compagnie d’aviation belge)

 

-IA: (EW:-ê) « blo – blokia »; « tchapia »

        (EW) -er-ê: « sizerê, cokerê, finderê, mosserê » (Feller,1910,77-121)

 

-ÎME: (EW) « hayi – hèyîme »   (haïr – haine)

-INDJE :  « coster – costindje »  (coûter – dépense)         

-IS’ : suffixe dépréciatif : 1) adj.: « chayis’ »; 2) n: « brotchis’, fagnis’, flachis’, hatchis’, wachis’»

(EW): « male – malkê »

-KÈNE : suffixe diminutif particulier: « mèskène, bote – botekène »

-(I)KÈT : suffixe diminutif particulier : « manikèt, bonèt – bonikèt, chefkèt, faukèt, maniket, nikèt, potikèt, trokèt »

-KIN  : suffixe diminutif particulier :  « vêre – vèrkin, clokin, mèlkin, vèrkin »

-ON: « èbaner – èbanon »

 N.B. -ion: « troufe – troufion » 

-OU/OU(LE): « fagne – fagnou; fiyou – fiyoule »

 N.B. -ioule: « cramioule; -eroule: « waîtî – waîtroule »

– ROULE : suffixe plaisamment dépréciatif : « bateroule, boutroule, spatroule, spritchoule »

etc.

-STÉ: (EW) « loyâ – loyâsté; wèrah – wèrahsuté » , (CW) « man.nèt – man.nèsté »  (cf. -té)

à côté de  -TÉ : noms abstraits de qualité tirés d’ adjectifs: « lèdjîr – lèdjîrté »

-ÛLE : (EW) « tinrûle, påhûle » 

 

Suffixes servant à désigner les habitants:

 

wallon

français

-ÂRD: « Bastognârd »

-ÈS : « Bastognès »

-ais

EÛS: « Lîdjeûs » (aussi : « Lîdjwès ») /

-WÈS: « Namurwès »

-ois

-LIN: « Stèrlin » (du « Stèr »)

: « Bioutî » ( de « Biou »)

 

 

3.1.6.2 Préfixes

 

Différence 9

Formes inexistantes ou avec un emploi différent en français

 

wallon

français

OW

CW

SW

EW

 

a-

 

a-

a-

 

bè-

 

 

 

ca-

 

ca-

co(u)-

co-

 

cu-/k’- /ki-/keu-

com- /con-

dès-/

dis-

 

du(s)-/d’-/dis-/di-

dé-, di-, dis-

 

è-1

 

è-

em-, en-

 

è-2

 

è-

em-, en-

 

è-3

 

è-

 

for-

 

for-

 

mau-

 

må-

mal-

 

mér-, mièr-

 

 

 

mès-

 

mès-

mé-

 

pâr-

 

 

 

ra-

 

ra-

èr-

ri-

ru-/ri-/

ri-/ru-

ri-

 

trè-

 

 

entre-

 

Sens, commentaires et exemples

 

A- : (Grandgagnage)

= un mouvement :  de là à ici :  « abouter, … »  (All. : her) ; « atrafeter, adrayeter »

= « à » =  signe du datif : « acreûre, s’ afiyî, acsègnî, abloker, astoker, astancener »

= signe de l’ ablatif : « abrèssî, aboliner »

= une valeur causative : « atèni, agrèyi »

= accomplissement de l’ action exprimée par le verbe simple : « baumer – abaumé ; aboner »

= forme des composés avec différentes valeurs isolées : « aclèver » (All : erziehen/ F. élever),

   « acompter, aloyant »       

 

  1. :

(EW) « I faléve intrer l’ lame d’ on coûtê è l’ héve po fé arider lès pèces foû. » (Grosjean R., Raspågnans-ne!, p.96-97, in: W+ L)

(F) Il fallait entrer la lame d’un couteau dans l’entaille pour faire sortir les morceaux (en les faisant glisser vers celui qui parle).

« Mins sèrez l’ ouh do colidôr po qui l’ frudeûr n’ amousse nin chal. » (Houbart-Houge, 1973)

Mais fermez la porte du corridor pour que le froid n’entre pas ici. (vers celui qui parle)

« I s’ kitapéve è si p’tit lét qu’ Djôr aveût adchindou d’ so l’ plantchî. » (id.)

Il se démenait dans son petit lit que Georges avait descendu de l’étage. (vers celui qui parle)

 

BÈ- : not. sens fréquentatif : « bèrôler, bèroter » (Feller,1912,177), « bèrdachî »

 

CA- : « bosse – cabossî »  (Feller,1912, 177)     raca- : intensitif : « racaboûre, racatoûrner »

  1. :

(SW) « Dj’ aviès bê toûnè, catoûnè èt racatoûnè: dju n’ a vèyiès wêre, … » (Culot Calixte, Dj’ ans stu aus-aubissåns, AL)

(F) J’avais bien tourné plusieurs fois : je n’en voyais guère.

« Dji cachoyins come i fât nos bagadjes po fé toumer l’ ivièr. » (Schmitz A., L’ ivièr, AL)

Nous secouions nos bagages comme il faut en tout sens pour faire tomber la neige.

 

CO- : (1) action simultanée et réciproque : « cobètchî »

           (2) augmentatif : « si cobate »

           (3) intensitif : « cofrachî »   

 

DIS- : disfé

      «  di-«  : souvent le sens de détruire, d’ où :  souiller, gâter/ par le moyen de l’ objet 

      qui sert, avec cette particule, à former le verbe : « dibèrner, dipichî »

 

È- 1 : marque le début d’une action : « s’ èfagnî » (s’enliser), « èmantchî » (emmancher) .

  1. :

(CW) «  (…) su pont d’ timps, li place èsteut èignîye. » (Houziaux,1964,90)

(F) En un rien de temps, l’endroit fut enfumé.

 

È- 2 :  éloignement du locuteur : « èvoyî » (envoyer), « ètchèssî » (chasser au loin). 

È- 3 :  marque le début d’une situation : « èdjaler, ènûler, èrèler, ètaner »

 

FOR- :  = au delà ; trop fortement : « loukî – su forloukî »    

  1. :

(CW) « Blanchète m’ a formêstrë. » (Gaziaux,1999,47)

(F) Blanchette m’a repoussé en se montrant pus forte que moi.

(EW) « Vêchal, lès djônes m’ ont ri å nèz, … / Fåt creûre qui dj’ m’ avû fordiné. » (Dodet Charly, Vos p’loz co roter, p.65, in: W+ L)

Ici, les jeunes m’ont ri au nez. Il faut croire que j’avais donné largement.

 

 

MAU- :  « mau-adrwèt, mau-contint »

MÉR- :  = tout à fait : « mérseû »

MÈS- :  l’ action exprimée par le verbe auquel elle est jointe, est mal opérée ou a un

       résultat fâcheux : « hârer –  mèshârer »

PÂR- : « pârbolu »

 

RA- : « kètchî – rakètchî », « lètchî – ralètchî » (lécher à fond) (comp. « rilètchî » (lécher de nouveau))

  1. :

(EW) « Mins i n-a pôr si télemint dè tins d’ coula, (…) dès siékes èt dès rasiékes, pinse-dju. » (Grafé,1987,33-35)

(F) Mais cela s’est passé il y a tellement de temps, il y a des siècles et des siècles, je pense.

(OW) « A bèrdèler èt à rabèrdèler, èl breune è-st-arivèye èyèt m’nonke dwat s’ inraler. » (p.67, in : Painblanc René, Lès nûtons dès-Aunias, EM 4/84, p.64-67)

A force de bavarder, la brune est arrivée et mon oncle doit retourner.

 

RI- :  1) réduplication, itération : « rilîre »

          2) renforcement : « rèfoncer »

       ri-, parfois ra- :

    3) idée de répétition : « raveter » (raccrocher), « rapasser » (préparer de nouveau),

                « r(i)bèneter » (biner de nouveau)   

ex :

(EW) « Çoula, dji l’ a djuré à Hèpé-Jou, vosse rwè, èt dj’ èl ridjeûre divant vos-ôtes… »

(Warnier,1988,37)

(F) Cela, je l’ai juré à Hèpé-Jou, votre roi, et je le jure de nouveau devant vous.

 

TRÈ- : comme dans « trèrauyî, trèvôy », …

 

Notez aussi :

(W)                                                                      (F)

agrandi – ragrandi – riragrandi

 

agrandichemint – ragrandichadje – riragrandichadje

agrandir –  agrandir de nouveau – agrandir une deuxième fois

agrandissement –  –

nouvel agrandissement

coradje – è_î – dis_î

rècoradjï – ridiscoradjî

courage – encourager – décourager

réconforter – décourager de nouveau

crolè – -adje

ricrolè – -adje

ècrolè – -adje

discrolè –  -adje

boucler – a. de boucler

boucler à nouveau – action de _

embourber – action d’_

dégager – action de dégager

lûter -lûtadje

lutter – action de lutter

roter – rotadje

marcher – action de marcher

sofler – sofladje

forsofler

souffler – action de souffler

boursoufler

au dobe èt au radobe

au double et davantage

aviyi – aviyichadje

vieillir – a.de. v.

choufler – racachoufler (G. Doquire, Rigrèts,10/92)

souffler – souffler dans tous les sens

 

 

3.1.7 Répétition

 

Différences 10-11

Renforcement par répétition

La répétition expressive, que le français parlé utilise parfois (ce n’est pas joli joli), est fréquente en wallon.

 

1) D’ordinaire, la répétition d’un mot, d’une locution, les porte au superlatif : « c’ è-st-on grand grand manèdje », « c’ è-st-on bê on bê »; « i criyéve, parèt, i criyéve, enfin djans! », « i fât qu’ on louke atoûr atoûr quu po-z-assouti, anf’fin, anfin! » (EW)

Dans cette catégorie rentre la répétition d’un impératif singulier (ou d’un radical verbal ?) comme attribut de « c’èst », « çu fout », etc., pour indiquer la continuité, la durée de l’action : « c’ èsteût toudi pîle èt pîle èt pîle duvant d’ aveûr one saqwè » ( il fallait supplier un temps infini avant d’obtenir qch.), « lès vatches, c’ èst toudi magne èt magne èt magne tot l’ long du l’ vôye ».

  1. :

(CW) « I s’aurè bau cotapè èt fè èt fè … » (Laloux,1969,44)

(F) Il aura eu beau se démener comme un diable …

« Il arivint pa-d’vant one grande, grande êwe ». (Laloux,1969,24)

Ils arrivaient devant un cours d’eau vraiment grand.

« Ci qu’i n’aureut jamaîs vèyu, c’èst deûs-ârsôyes rîre èt rîre, qu’is brèyint quausu. »  

 (id.,44)

Ce qu’il n’aurait jamais vu, ce sont deux espiègles qui riaient tant qu’ils pleuraient       presque.

(OW) « … èle s’ a rastampè (…) pou r’mouchî râde-râde à s’ méso. » (Bal,1998,86)

Elle s’est remise debout pour rentrer en toute hâte dans sa maison.

(EW) « C’ è-st-assez d’on p’tit djoû

po r’mousser mèye èt mèye coches. »  (Chastelet,1990,13)

Un seul jour suffit pour rentrer des milliers de branches.

« Mins, lès grandès-êwes! (…:) èles ravadjèt co traze èt traze viyèdjes … » (Renkin Jean-François, in: Fleurs dialectales, 1974, p.69-70)

Mais l’inondation ! Elle ravage encore de nombreux villages.

« On-oya l’ crînante vwès d’ ine vîle vîle vîle bwète à l’ musike. » (Boussart,1976,9)

On entendit la voix grinçante d’une très vieille boîte à musique.

(SW) « Coubin qu’ i gn-è qu’ ont oyu dîre ça ou Singlé, dès cents èt dès cents côps ! » (Baijot Louis, C’ èst toudi lu p’tit qu’ on spotche !, p.19, in : Francard,2002)

Combien n’y en a-t-il pas qui ont entendu cette phrase dans la bouche du Sanglier (surnom), des centaines et des centaines de fois !

 

2) Autre est la répétition d’une phrase avec inversion du sujet : « on s’ mâvèr’reût, hin, s’ mâvèr’reût-on » (on se fâcherait); « i n’ pout mâ, va, n’ pout-i mâ vormint » (il est inoffensif). Ce procédé ne s’emploie que quand le sujet parlant est mû par un sentiment violent, l’irritation, la colère en général. Mais la seconde proposition apparaît tantôt comme la répétition expressive, tantôt comme un écho à peine atténué de la première. (EW) (Remacle,1937,70)

Autre exemple : « il èst bièsse, è-st-i bièsse vormint ! ».

cf 4.2.1 Différence … Relativisation par répétition.

 

 

3.1.8 Argot

 

Différence 12

Il faut mentionner l’existence d’un argot en wallon, à ne pas confondre avec les mots d’argot importés de France.

 

on batia

= on solé po on grand

   pîd

un grand soulier

on bidjak

= one auto

une auto, une machine quelconque

on brodî

= lès fèsses

le fessier

on cabus

= one tièsse

une tête

on canada

= one grosse monte

une grosse montre

one capotine

= on cwârp

un corps

choûtwè

= orèye

oreille

one guîye

= djambe

jambe

on vélo

= bèrikes

lunettes

on waîtwè

= on-ouy

oeil

 

 

 

3.2 Catégories grammaticales

 

3.2.1 Article

 

Différence 13

Le wallon emploie l’article défini là où le français emploie l’article indéfini.

ex.: (W) awè l’reûme  : (F) avoir un rhume

mais:      awè l’gripe    :       avoir la grippe

 

 

3.2.2 Adjectif

 

3.2.2.1 Adjectif qualificatif

 

Différence 14

Le wallon, comme les langues germaniques, fait la distinction entre l’action de mourir, avec le participe passé du verbe, et la situation, avec un adjectif spécial.

Ex. (W) Et vosse grand-pére, comint-ce  qu’i va ? Il èst mwârt.  Il a moru ç’t-anéye-ci.

       (F)  Et votre grand-père, comment va-t-il ?     Il est mort.     Il est mort cete année.

 

= (N) En hoe gaat het met uw grootvader ?    – Hij is dood. Hij is dit jaar gestorven.

= (E) And what about your grandfather ?       – He is dead.  He has died this year.

= (D) Und wie geht ‘s Ihrem Grossvater ?      – Er ist tot.  Er ist dieses Jahr gestorben.

 

 

Différence 15

L’adverbe wallon « près » a parfois le sens de « proche ».

  1. :

(EW) « I fåt dîre qu’ i n-a dîh ans di-d-chal, dj’ adroviou m’ mohone à m’ djône cuzène qui n’ aveût pus qu’ mi come près parint. » (Maquet,1987,46)

(F) Il faut dire qu’il y a dix ans, j’ouvris ma maison à ma jeune cousine qui n’avait plus que moi comme parent proche.

(OW) « Tafètemint dèsbârtéye, dèsbautchîye à brére,  èle s’ è va raconter s’n-istwére à Miyène, ès’ près vijène. » (Trempont Danielle, L’ afêre da Gusta!, p.95, in: El Bourdon, spécial fôves, 478, 1995)

Tout à fait décontenancée, attristée au point d’en pleurer, elle s’en va raconter son histoire à Miyène, sa voisine la plus proche.

 

 

3.2.2.2 L’adjectif numéral cardinal

 

Différence  16

Il arrive que le wallon emploie l’adjectif numéral cardinal, alors que le français emploie l’article défini.

  1. : (W) Ni sawè clougnî on-ouy.

         (F)  Ne pouvoir fermer l’œil.

 

 

3.2.3 Nom

 

3.2.3.1 Singulier – pluriel

 

Différence 17

Le mot est pluriel en wallon, singulier en français.

 

cingues 

zona

lès gotes

la goutte

rovioules

rougeole

lès pokètes volantes

lès pokètes

la varicelle

la variole

 

Notez aussi : rumatisses – rhumatisme (localisation); rumatisse: rhumatisme (généralisé).

 

Différence 18

Le mot est singulier en wallon, pluriel en français.

(W) one cisète 

(F) des ciseaux

(W) one djèrmèle 

(F) des jumeaux

 

 

3.2.3.2 Genre

Différence 19

Le mot est féminin en wallon, masculin en français.

 

(W) féminins

(F) masculins

(I) masculins ou féminins

one âdje

un âge

un’ eta (f)

one afe

un aphte

un’ afta (f)

one aîr[3]

un air

un’ aria (f)

one aminwêr

un laminoir

un lamintoio (m)

one anis’

un anis

un anice (m)

one antrake

un anthrax

un antrace (m)

one aprèsse

un apprêt

un’ apparatura (f)

one aréyoplane

un aéroplane

un aeroplano (m)

one as’

un as

un asso (m)

one aurmonak

un almanach

un alamanacco (m)

one autobus’

un autobus

un autobus (m)

one autocâr

un autocar

un’ autocorriera (f)

one awous’[4]

un août

un agosto (m)

one baramète

un baromètre

un barometro

dè l’ bicârbonâte

du bicarbonate

del bicarbonato (m)

dè l’ blé[5]

du blé

del grano (m)

one bouboune

un bonbon

un bonbon (m)

one caramèl

un caramel

una caramella (f)

one cârau (au jeu de cartes)   

un carreau

un quadro (m)

one carotche

un carosse

una carrozza (f)

one cense                         

un cent (N) een cent

           –

dè l’ cièrfouye                 

du cerfeuil

del cerfoglio (m)

one cimintiére

un cimetière

un cimitero (m)

one cope

un couple

una coppia (f)

one couviète

un couvercle

un coperchio (m)

one crisantême

un chrisantème

un crisantemo (m)

one cwane                       

un coin

un angolo (m)

dè l’ diyabète

du diabète

del diabete (m)

one djinièsse

un genêt

una ginestra (f)

dè l’ djiroufe

du girofle

del garofalo (f)

dè l’ doutance

du doute

il dubbio (m)

dè l’ dragone

de l’estragon

del dragoncello (m)

one élastike

un élastique

un elastico (m)

one èplausse

un emplâtre

un impiaro (m)

one èritance

un héritage

un’ eredita (f)

di l’étêr

l’éther

dell’ etere (m)

one frake

un frac

un frac (m)

one gangne

un gain

un guadagno (m)

one jèsse

un geste

una geste (f)

one jujube

un jujube

una giuggiola (f)

one keûr (carte)                 

un cœur

cuori (m. pl.)

one lacète

un lacet

(/= / una stringa)

dè l’ mastike

du mastic

del mastico (m)

one minte

un mensonge

una menzogna (f)

one ongue (L) ungula

un ongle

un’ ungula (f)

one ôrgue

un orgue

un organo (m)

one ôsêre  (L) auseria

un osier

(/=/ un vinco)

one ostèye (L) usitilia

un outil

(/=/ un arnese)

one parapète

un parapet

un parapetto (m)

one pâtêr                               

un Pater

un Pater

dè l’ pètrole

du pétrole

il petrolio (m)

one pike (carte)                 

un pique

picche (f. pl.)

one pilasse

un pilastre

un pilastro (m)

one pougne

un poing

un pugno (m)

one quadrîye

un quadrille

una quadriglia (f)

one ray

un rail

(/=/ una rotaia)

one radis’                      

un radis

una radice (f)

on sau

un saule

un salice (m)

dè l’ sipiète (L) spelta

l’épeautre

la spelta (f)

one s(i)pinasse

un épinard

un spinace (m)

dè l’ sirôpe

du sirop

del sciroppo (m)

dè l’ sulfate

du sulfate

del sulfato (m)

one tchamwèse                   

un chamois

un camoscio (m)

dè l’ tchène (L) canaba

du chanvre

della canapa (f)

one tram’

un tram

una tranvai (f)

one trèfe (carte)                

un trèfle

(/=/ fiori)

one trombone

un trombone

un trombono (m)

 

  1. :

(CW) « Vos-avis one tram à iut-eûres èt d’më quë lès-èfants d’nalin’ à scole. » (Gaziaux,1987,303)

(F) Vous aviez à huit heures et demi un tram avec lequel les enfants allaient à l’école .

« Avou m’ chabrake, mès nwârès-ongues, (…) » (Guillaume,2001,15)

Avec mon châle en laine, mes ongles noirs …

« On mindje one târtëne (..) avou dè l’ sirôpe.» (Gaziaux,1987,207) 

On mange une tartine avec du sirop.

(EW) « I m’ sonle ètinde ine êr di musike… » (Warnier,1988,21)

Il me  semble entendre un air de musique.

« C’ èsteût sûr li pus bèle cope di hanteûs qu’ il aveût-st-avu à marier. » (Boussart,1976,10)

C’était sûrement le plus beau couple d’amoureux qu’il avait dû marier.

(OW) « à l’ cimintiére » (Mayence Robert, Grandiveûs, in: No payis d’ Châlèrwè)

au cimetière

« C’ èst là qu’ i trouve èl Duk, qui suce  

   ène caramèle. » (Renard,1890,98)

C’est là qu’il trouve le Duc, suçant un caramel.

 

Différence 20

Le mot est masculin en wallon, féminin en français

.

(W)

 

(F)

 on bâre

 

une barre

on botike

 

une boutique

on casake

 

une casaque

do chlag

(D) der Schlag (m)

de la schlague

on côrwè

 

une courroie

on couyî

(L) cochlearium (n)

une cuillère, une cuiller

do crèyosote

 

de la créosote

on dint

(L) dens (m)

une dent

on fwim

 

une faim

do glou

 

de la glu

on jin.ne

 

une gène

au Létâré

 

à la Laetare

on moustikaîre

 

une moustiquaire

do mwèle

 

de la moelle

do nake

(I) naccaro (m)

de la nacre

au Noyé

(L) dies natalis (m)

à la Noël

Pauke èst timpru.

 

Pâques

on pièle

 

une perle

on bia uch

(I) una bella porta

une belle porte

on prîjon

 

une prison

do sadje

 

de la sauge

au Sint-Biètrumé[6]

 

à la Saint-Barthélemy

au Sint-Fouyin

 

à la Saint-Feuillen

on skwêre

 

une équerre

on stope

 

de l’étoupe

on swè[7]

 

une soif

on stauve

 

une étable

on tos’

 

une toux

on vièrmin

 

une vermine

on vis’

(L) vitius (m)

une vis

do wadje

(L) hordeum (n)

de l’orge

 

  1. :

(OW) « … èt qui m’ èmwinenèt au prîjon … »

(Marcelle Louis, EB, 549, p. 22)

(F) … et qui m’emmènent en prison … »

(SW) « dès longs dints » (Lambert Maurice, Lès deûs r’nâds, AL)

des dents longues

 

 

3.2.3.3 Substantivation

 

Différence 21

Le wallon fonctionne parfois diféremment du français en matière de substantivisation.

Parmi la foule des cas de substantivation, citons celui de l’adverbe « foû » : « i gn-a dèdja dès foû » (des dehors, de ceux qui sont dehors, qui sont sortis); et celui de l’infinitif dépendant de la préposition « â » : « i s’ ruwine â promète èt su s’ ra (et se rattrape) â n’ rin d’ner » (il se ruine en promesses et se rattrape en ne donnant rien), « i ‘nn’ è co tot-â  c’minci » (il en est encore tout au commencement), « qwand quu dj’ so â moûde » (quand je suis en train de traire). (EW) (Remacle,1937,66)

 

 

3.2.4 Pronom

 

3.2.4.1 Pronom personnel

 

Différence 22

En général, en langue wallonne, le tutoiement (l’usage de « ti » ; por ti, … ; ti-min.me, ti-z-ôtes) est employé pour exprimer le mépris ou sous le coup de la colère. 

 

Il est toujours considéré comme grossier, lorsqu’il sert à formuler une pensée générale (pronom de la seconde personne, dans un sens indéfini). Normalement, on ne tutoyait même pas les animaux domestiques.  (Bal,1947,140)

 

« Vos » a un emploi plus étendu que le « vous » français; « ti » est considéré comme familier entre des hommes ou des garçons d’ âge sensiblement égal et qui sont amis.

Dans d’autre circonstances, il est considéré comme grossier. 

Comme apposition au sujet, ou complément prépositionnel, il est toujours grossier.

 

  1. : (W) Ti, ti n’ l’ aurès nin! C’ èst por ti.    C’ è-st-à cause di ti !

        (F)  Toi, tu ne l’auras pas ! C’est pour toi. C’est à cause de toi. 

 

Pour donner un ton familier, on emploie « twè » dans les cas précités.

  1. : (W) Twè, ti n’ l ‘aurès nin. C’ èst por twè.   C’ è-st-à cause di twè.

 

On adoucit ce que « ti » peut avoir de brutal en ajoutant « m’ fi », « m’ fèye », « m’ gamin », etc. .

  1. : (W) Ti n’as nin dandjî d’ î aler, m’ fi !

        (F)  Tu n’auras pas besoin de moi, mon fils !

 

Le tutoiement était commun autrefois entre mari et femme.

Il est habituel entre amis, entre gens de même condition. Mais « ti » (toi), de même que « tîne » (EW) (tien), qui passent pour vulgaires, sont remplacés par « twè » et  « twène » (EW). Le vouvoiement est de règle entre parents et enfants : « c’ èst lêd, di-st-on, d’ atwer sès parints » (il est laid, dit-on, de tutoyer ses parents).  Les parents, de leur côté, ne tutoient leurs enfants que quand ils les grondent. (Remacle,1937,44)

 

« Le sentiment général dans notre région est que le tutoiement marque une familiarité, sinon une grossièreté, lorsqu’il est employé vis-à-vis de personnes âgées, inconnues, ou de condition différente. L’ emploi du « tu », en concurrence avec le « vous », dit de politesse, est souvent révélateur de l’organisation et de la hiérarchie dans une famille, un village. Cependant, il est difficile d’élaborer une description qui dépasse une zone très limitée, vu l’extrême diversité de l’usage suivant l’endroit, l’âge des témoins, etc. . Pour les variantes de la « forme polie », on se reportera à la 2ème pers. plur. » (Francard,1980,205)

 

  1. : (1) la forme « vos » et dérivés

 

(CW) (2 soçons) « – .. dji n’ vos-a jamaîs vèyu insi. / Vos-èstoz gaîy come in pinson. »

(François A.-M., One feume sins ,vwès, AL 24/9/85)

(2 amis) Je ne t’ai jamais vu ainsi. / Tu es gai comme un pinson.

 

(EW) (2 kinohances) « Qui féz-ve don là, Sèrvas ?

– Oh !, binamé Tchantchès, c’ èst l’ Bon Diu qui v’s-avôye ? » (Kinable,1889,17-22)

(2 connaissances) Que fais-tu donc, là, Sèrva ?

Oh, mon bon Tchantchès, c’est le bon Dieu qui t’envoie ?

(cousin – cousène) « Diâle m’ arawe, vos, cuzène !  Si dj’ m’ atindéve di v’ rèscontrer oûy. (…)/ – Vos nin pus, cuzin, v’ n’ avez nin candjî. » (Lahaye Joseph, Å mitan dè steûlî)

(cousin – cousine) Que le diable m’emporte, toi, cousine ! Si je m’attendais à te rencontrer aujourd’hui. / Toi non plus, tu n’as pas changé.

(fèye> pa) « Ni mougnez-ve nin ? / – Nèni. » (id.)

(la fille à son père) Ne manges-tu pas ? / – Non.

(maîsse – èlève) « Vos m’ sicrîrez po d’ min treûs cints fèyes : … » (Warnier,1988,2)

(maître – élève) Vous m’écrirez pour demain trois cent fois : …

(ome-feume) (mâriés)

« Lambêrt, valèt, vos-èstez on bouriå.

vos colons d’vront vaner! » (Sougnez,1985, 9-12)

(homme – femme) (mariés) Lambert, mon garçon, tu es un bourreau. Tes pigeons devront partir !

(pa > fèye) « Qui v’lez-ve fé avou ça ?

– Pa, c’ èst po djouwer. »  (id.)

(le père à sa fille) Que veux-tu faire avec ça ?

– Papa, c’est pour jouer.

« Vos marèdrez avou vosse poupa. » (Anonyme, Conte en patois de Laroche, in : Feller,1905)

Tu mangeras avec ton papa.

(OW)  (Fine / Irma ) (2 feumes)

« – Irma : Vos n’ sârîz m’ in bayî ‘ne miyète ; du vos l’ rindroû lundi qui vént, sôz.

– Fine : Avèz dè l’ chance, du sûs à l’ avance. » (id., p.19)

(2 femmes)

Tu ne pourrais pas m’en donner un peu ; je te le rendrai lundi prochain, sais-tu.

Tu as de la chance, je suis à l’avance.

(Françwas, li grand-pé ; Batisse : pére ; Josèfine : mére ; Twâne : 17 ans ; Tèrêse : 15 ans ; Colas : 12 ans, …)

« Fine : Qu’ èst-ce què vos fètes dè bia, m’ pètit Colas ?

– Colas : Ravisèz, man : in k’vau come lès cîns qui saketèt lès tchârs dins l’ fosse.

– Françwas : (…) ascoutèz bîn tout ç’ què vosse popa vos dîra … » (Ecomusée,1985,8)

 

 

 

Qu’est-ce que tu fais de beau, mon petit Colas ?

Regarde, maman : un cheval comme ceux qui tirent les chariots dans la mine.

Ecoute bien tout ce que ton papa te dira.

(man > fis) « Mon Dieu !, m’ fi … vos solés ! » (Dewandelaer Franz, El banière, CW 9/83, p.154-156)

(la maman à son fils) Mon Dieu, mon fils, tes souliers !

(on-ovrî > gamin 15 ans) « – Erdrèssèz-vous, m’ gamin !, lyi dit yin dès-ouvrîs. » (Mathy,1958,34)

(ome > vijin 15 ans) « Bachez-vous, m’ gamin, pou n’ nén pèter vo tièsse ! »

 (p.35, in : id.)

(un ouvrier à un garçon de 15 ans) Redresse-toi, mon garçon, lui dit l’un des ouvriers.

 

 

(un homme à son voisin de 15 ans) Baisse-toi, mon garçon, pour ne pas te cogner la tête !

 

(pitit-fis  > grand-mére)

(pitit-fis) « Alèz, n’ mè couyonèz nîn, (…)

(grand-mére) Dju n’ raconte nîn dès fauves.  Stampèz-vous ! » (Quinet Christian, Blanc Létâré, EM 3/97)

(le petit-fils à sa grand-mère)

Allez, ne me raille pas.

(la grand-mère à son petit-fils)

Je ne raconte pas de mensonge. Mets-toi debout !

(SW) (feume > feume) « Wètez come il èst bê ! (…) I fât vèy come on m’ rèwête dè d’ tos costés ! / – Mi ossu, savèz !  Dins tot l’ cwin, savèz, quand on m’ vèt arivè !  Djè n’ vos dis qu’ ça ! » (Bentz Charles, Do vîson … poqwè ?, AL)

(deux femmes)

– Regarde comme il est beau! Il faut voir comme on me regarde de tous côtés !

– Moi aussi, sais-tu ! Dans tout le coin, sais-tu, quand on me voit arriver ! Je ne te dis que ça !

(feume > mârtchand)

« Vos-a mètrez dîch lites. » (Piron Louis, V’là l’ pètroleû!)

(une femme à un marchand)

Vous en mettrez dix litres !

(fèye > pa) « Por mi, dju vos l’ dumande, fârè fé quî l’ priyèsse. / No l’ rovioz nin, pa. » (Ninah l’ Ardennaise, Lu r’warit tot, in: Francard, 1982)

(la fille à son père) Pour moi, je te le demande, il faudra demander d’aller chercher le prêtre. / Ne l’oublie pas, papa.

 

(feume > vijène) « Vèjine, vos m’ avoz rovyi. » (id.)

(une femme à sa voisine) Voisine, tu m’as oublié.

(ome – si feume) « Vous vèyez, (…) dj’ arans co d’ qwa cûre la caboulée dou pourcê (…) /

– Choûtèz, Gusse. (…) » (Dupas,1996,8-9)

(un homme à sa femme) – Tu vois, nous aurons encore de quoi cuire la bouillie du cochon.

 (la femme) – Ecoute, Gusse.

(ome > vijène) « Avoz-ve dit qu’ à ma djambe, dju sofère la passion? »  (id.)

(un homme à sa voisine) Tu as dit que je souffre terriblement de la jambe.

 

 

(2) forme « ti » et dérivés

 

(EW) (tchèt – soris) « – Qui dis-se? fa l’ tchèt, vin don pus près d’ mi, … »

(li fèye soris – tchèt) « Moncheû l’ tchèt, èstéve mi camaråde ? / – Si djè l’ so! Dji t’ veû si télemint voltî qui dji t’ vôreû min.me rabrèssî. » (Selac,1985,13)

(chat – souris) (chat) Comment ça te va ? (…), viens donc un peu plus près.

(souris fille– chat) Monsieur le chat, êtes-vous mon ami ? / Je le suis ! Je t’aime tellement que je voudrais même t’embrasser.

(OW) (2 gamins soçons) « Yé vî ! Wéte dès pîrètes di cèrîjes dins l’ batch à cindes ! qu’ Popol mousse à Zîré. / – Ey adon ?  Ti n’ as jamés vèyu dès pîrètes ? qui Zîré rèspond. (…) » (Sohy Louis, Djouwer à pîrètes, EB 167, 1963)

(2 garçons amis) Eh mon vieux ! Regarde des noyaux de cerises dans le cendrier ! (…) / Et alors ? Tu n’as jamais vu de noyaux ? (…)

 

 

(SW) (2 soçons) « – Tos vès l’ papî, là drî â mîtan do l’ vouye, (…). / – N’ roûle quand min.me nin trop vite, sès-se. (…) / – Mi, dj’ vou bin, t’ ès dès fameûs frins, mês … » (Georges Maurice,  El papî, in : Ké Novèle ?, p.17-18, s.d.)

(2 amis) Tu vois le papier, là derrière au milieu du chemin ? / Ne roule quand même pas trop vite, sais-tu. / Moi, je veux bien, tu as de fameux freins, mais …

(ome (causant do cia què lî a faît one fârce)) « T’ ès sayè d’ m’ amantchè, mês to n’ pièrs nin po rawâde !  Djè t’ rârè ! » (Georges Maurice, One jate, ç’ n’ èst nin on sèyê !, AL 20/4/88)

(homme fâché(parlant de celui qui lui a fait une farce) Tu as essayé de m’attraper, mais tu ne perds rien pour attendre ! Je t’aurai à mon tour !

(Lambêrt – Nicola: 2 soçons)

« Avou totes tès grandeûrs (,…)

Ta pârt n’ îrè nin lon, pôve Colas, tu t’ abrouyes (…). » (Ninah l’ Ardennaise, Lu grand partèdje, in: Francard, 1982)

(2 amis)

Avec toutes tes grandeurs, ta part n’ira pas loin, mon pauvre Colas, tu t’embrouilles.

 

 

3.2.4.2 Pronom démonstratif

 

Différence 23

Dans le cas suivant, le français utilisera uniquement le pronom « c(e) » et le wallon deux formes suivant le sens :  

C’est ici. (= voici l’endroit): W.: c’est vêci.

              (= cette chose est ici)    ça èst vêci

 

 

3.2.4.3 Pronom indéfini

 

Différence 24

« Nuk » ((EW) nouk, (OW) nèlu) (personne)

Dans les phrases suivantes, « nouk » signifie « personne » : « gn-a nouk à-z-i d’mani » (personne ne saurait y rester), « gn-a nouk à l’ prinde po fé çoula) (personne ne saurait faire cela comme lui), « i n’ î fêt nouk » (il y fait intenable), « i n’ fuzéve nouk moussi d’vins » (il était impossible d’y entrer). (EW) (Remacle,1937,48)

  1. :

(CW) « Nuk, dj’ è so sûr, n’ a sôrtë dè l’ Tchapèle sins s’ sinte rècoradjî ou consolé. » (Moureau,1943,871)    

(F) Personne, j’en suis sûr, n’est sorti de la chapelle sans se sentir de nouveau encouragé ou consolé.

(EW)  « … po v’ fé vèyî qu’ i n’ rèscouléve po nouk, dju v’ va citer ôk du sès pus grands faîts. » (Franck, 1910)

Pour vous faire voir qu’il ne reculait devant personne, je vais vous citer un de ses plus grands faits.

(SW) « Quand pus nolu n’ î ralèt, on comptèt l’ pot. » (Pecheur Emile, A l’ ligne, Chronique wallonne, AL, 1999)

Quand plus pesonne n’y retournait, on comptait le (contenu du) pot.

 

Différence 25

« Chake »

Chaque, chaque, chacun : « chake payis, chake môde »; « fé chake por lu » (faire chacun pour soi) ; « dj’ ènn’ avans chake onk ou chakèn-onk », « chake one » ou « chakène one », (chacun un, chacune une), « is ‘nnè prindint chakèn-one » ; « èlle ènnè prindèt chakène onk », « chakèn- »  et « chakène » (chacun-(en liaison) et chacune). (EW) (Remacle,1937,47)

ex.:

(CW) « Chake à leû toû, lès-ôtes ont faît l’ min.me,… » (Dewelle André, One istwêre dë sôrcîres, NB 18, s.d.)

(F) Chacun à leur tour, les autres ont fait la même chose.

« P’tët Noyé v’neûve, (…) Et (…) mèteûve 

Dins nos brès à chake on cougnou! … » (Courtois Louis, Cougnous, p.98, in: Gaziaux, 1998)

Le petit Noël venait / Et il mettait dans les bras de chacun d’entre nous un « cougnou » !

« On faît chake à s’ môde. » (Moureau,1943,870)

On fait chacun pour soi.

(OW) « C’ èst qu’ is sont abiyîs tèrtous, chake à s’ maniére. » (Renard,1890,88)

C’est qu’ils sont tous habillés, chacun à sa façon.

« (…) lès violètes floricheneut lès preumiêres, (…) èt pwîs d’s-ôtès fleûrs, chake à s’ toûr. » (Bal,1998,83)

Les violettes fleurissent les premières, et puis d’autres fleur, chacune à son tour.

 

 

« Yauk, one saqwè, one saquî »: cf 4.4.8.

 

 

3.2.5 Verbe

cf 4 Syntaxe : 4.5

 

3.2.6 Préposition

 

Dans de nombreux cas, l’usage des prépositions est différent en français et en wallon.

 

Différence 26

Les prépositions sont différentes en français et en wallon.

  1. : (W) (F)

son.ner pau nez

saigner du nez

dès pîds j’qu’à l’tièsse

de la tête aux pieds

avou dè l’tchôde êwe

à l’eau chaude

avou do lacia

du café au lait

bwâre avou on vêre

boire dans un verre

Vosse mau n’èst rin au r’gârd do sink.

Votre mal n’est rien auprès du sien.

peû di

de crainte de

fé one bèsogne su deûs-eûres

faire un travail en 2 heures

abandené pa tortos

abandonné de tous

si mwaîji après

se fâcher contre

crwêre à

croire à / en

Dj’a trové on papî dins mès lîves.

j’ai trouvé un papier parmi mes livres

rimète one saqwè à place

remettre qqch en place

dè l’ samwin.ne

en semaine

Dji n’so nin à l’ après d’ ça.

Je n’en suis pas à ça près.

pâr nêt

pendant la nuit

su on mwès

en un mois

su on-an (d’timps)

en un an

d’ one eûre à l’ ôte

d’heure en heure

trwès-eûres au matin

trois heures du matin

chîj eûres au nût

six heures du soir

dîj di mwins’  

dix en moins

iût’ di pus      

huit en plus

bwâre avou on vêre

boire dans un verre 

mwaîs après (måva so (EW))

fâché contre   

 

do suke à  bokèts

sucre en morceaux

à mwin.nadje

en ménage

à plin-èsté

en plein été

à plin-uviêr

en plein hiver

avou dè l’ tchôde eûwe

à l’ eau chaude

do cafeu avou do lacia

du café au lait

do mwès d’ jun

au mois de juin

bwâre avou on vêre

boire dans un verre

 

  1. :

(CW) « Is sôrtint justumint do l’ maujon comunâle do s’ awè mariè. » (Laloux,1969,28)

(F) Ils sortaient justement de la maison communale après s’être mariés.

« Lë Bwis, n’ avot nëk à l’ bate! » (Gaziaux,1987,309)

Le Bwis, personne ne pouvait le battre !

« … is vindint do suke à poussîre ou à bokèts dins dès bwèsses aus-alumètes. » (Houziaux,1964,41)

Ils vendaient du sucre fin ou en morceaux dans des boîtes d’allumettes.

(EW) « Oûy, Marc va so sès saze ans … » (Thomsin P.-H., Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

Aujourd’hui, Marc a seize ans.

(SW) « Â Noyé » (Sainlez Armand, Sovenances, in: Francard, 1982)

A Noël.

aler aus guèrnouyes  (Twisselman,1994,80)

aller capturer les grenouilles

« An-n-avant su Sint-Ubêrt ! » (Dedoyard,1993,12)

En avant vers Saint-Hubert !

 

Différence 27

« Di » (La Gleize : « du »)  (de) introduit le complément d’agent du verbe passif.

  1. :

« Il a stou batou du s’ frére » (il a été battu par son frère), « spaté d’ on tchâr du foûre » (écrasé par un chariot chargé de foin). (EW) (Remacle,1937,55)

 

(CW) « … on-n-èsteut mougni dès pëces. » (Gaziaux, 1987,160)

(F) On était dévoré par les puces.

(EW) « Is s’ fuzint tortos batizer d’ lu è l’ êwe dè Djourdin, po ruc’nohe leûs twèrts. »  (Lecomte,2001,2)

Ils se faisaient tous baptiser par lui dans l’eau du Jourdain, pour reconnaître leurs torts.

 

Différence 28

Le français présente plusieurs possibilités, pas le wallon.

  1. : (F) (W)

étoffe mangée des/par les mites

stofe mougnîye pauzès motes

elle manque (de) tomber

èlle a manké d’ tchaîr

hier (au) matin ; (à) midi

èyîr au matin ; à non.ne

en / à ski

à skis

c’est (à) mon tour

c’ è-st-à m’ toû

aller à / en vélo

aler à vélo

déjeuner, dîner, souper de / avec

didjuner, din.ner, soper avou

demander (après) qqn

dimander après one saquî

le fils à / de Jean

li fis da Djan 

c’est (de) ma faute

c’ èst di m’ difaute

fiancé à / avec

fiyancé avou

obliger à / de

oblidjî di

demander pardon de/pour

dimander pârdon po

rester ici (à) dîner

dimèrer vêci po din.ner

 

Différence 29

Le wallon possède deux prépositions suivant le sens tandis que le français n’en possède qu’une pour les deux sens :

  1. : (F) chez le docteur

        (W) (pour son métier) au médecin; (pour autre chose) èmon l’ médecin

 

(CW) « aler au médecin » (Gaziaux,1987,275)

(F) aller chez le médecin

« Dj’ a stî è scole au maîsse Bèguin, … » (Gillain,1932,30)

Je suis allé à l’école chez le maître Beguin.

(OW) « … dj’ aleu djustumint pârti è l’ vile pou saquantès comissions (…) pou-z-aler au fârmacyin. » (Fedora, Amon l’ apotikêre, in : El Bourdon)

J’allais justement partir à la ville pour quelques commissions (..) pour aller chez le pharmacien.

 

Différence 30

Parfois, on rencontre en wallon des adverbes au superlatif introduits par une préposition.

  1. :

(CW) « Au pus sovint, en d’jant , on s’ rapèle. » (Gaziaux,1987,23)

Le plus souvent, en disant, on se rappelle.

 

Différence 31

Certaines prépositions n’existent pas en français.

 

  • de lieu : djondant (près de), addé (chez), pa t’t-avau (partout dans)
  • de temps : dèviè, aviè  (aux alentours de), iute di (CW) (passé), foû di (hors de), timp di (pendant) ; etc .
  1. :

(CW) « Ça fêt qu’ n’ avans là d’mëré jësk’aviè quatre eûres. » (Gaziaux,1987,160

(F) Ainsi, nous sommes restés là jusque quatre heures environ.

« Papa, faléve aler amon l’ Brêyi, don, li. » (Gaziaux,1987,227)

Avec papa, il fallait aller chez le Brèyî, hein.

(EW) « Adlé l’ tchèstia, on-z-ètindéve hîleter lès casseroles, (…) !! » (Prigneaux,1985,92)

Près du château, on entendait les casseroles sonner …

(OW) « Èl diâle couroût t’avau l’ gardin … »  (p.5, in : Obette Anthine, El marichau, MA 1/83, p.4-7)

Le diable courait partout dans le jardin.

« Tous lès-ouvrîs ont rintré à leû maujone à l’ après d’ yin. » (Haentjens, p.7)

Tous les ouvriers sont rentrés dans leur maison sauf un.

« On vût djus dès coupètes rafter lès pus bias puns sans r’wétî qu’ à pèrdâdje on d-a dès manokéyes! » (p.55, in : Declercq Luc, Eyu ç’ qu’ il èst l’ boneûr!, p.54-55, in: W+ L)

On veut, des cîmes, dérober les plus belles pommes alors qu’à sa portée, on en a de grandes quantités. 

« Vint-ans d’ asto, vos-avez fouyî vo djârdin, come in voyant, … (Bal,1987,7) 

Pendant vingt ans, vous avez bêché votre jardin, courageusement.

(SW) « An lî è dit: « Vinôz d’lé l’ feû! » (p.36, in : Culot Calixte, L’ ètranjér dou Nawè, 1983)

On lui a dit: “Venez près du feu!”

« An n’ vèyèt pèrson.ne avau là! » (id.)

On ne voyait personne aux alentours.

« Rarandjé à môde du sin.nète. » (Mahin L., Lu macrê èt la djon.ne comére, AL)

Arrangé de nouveau à la manière d’une saynette.

« Tin du voyadje, on siève à marèder à tos lès passadjîs d’ l’ avion. » (Otjacques,1999,11) 

Pendant le voyage, on sert à dîner à tous les passagers de l’avion.

« (…) i faurot mète du costè la tèlèvisiån, qui raclôt lès djans – tout a l’zî moustrant ç’ qui s’ passe pa-t’t-avau l’ monde avu dès brèssîes d’ imâdjes. » (Jean Paul, Strimè, AL 26/2/85)

Il faudrait mettre la télévision de côté, qui enferme les gens – en leur montrant ce qui se passe partout dans le monde avec des tas d’images.

 

 

3.2.7 Adverbe

 

Différence 32

A l’instar de langues germaniques comme l’anglais, le wallon possède des particules adverbiales utilisées avec certains verbes : « djus » (en bas, à bas), « èvôye » (idée d’éloignement), « foû » (hors).

  1. :

« taper djus » (lancer en bas), « si lèyî djus » (se laisser abattre) ; « tchèssî èvôye » (expulser) , « taper èvôye » (jeter) ; « aller foû » (sortir), « houkî foû » (EW) (appeler au dehors), …

 

(EW) « Nom di nom, c’ èst Guiyame.  Hètche-tu èvôye. » (Maquet,1987,73)

(F) Nom de nom, c’est Guiyame. Fiche le camp .

(SW) « Quand ou bravache s’ î riskot tot seû, ouk ou l’ ôte criyot : « Ou nûton ! », èt nosse corèdjeûs spitot vôye ! (p.135, in: Hardy Camille (Hardennal), S’ lès rotches, p.133-135, in: Francard,2002)

Quand un bravache s’y risquait tout seul, l’un  ou l’autre criait: « un nûton ! », et notre courageux détalait !

 

Différence 33

Certains adjectifs conservent leur forme quand ils sont utilisés en tant qu’adverbes.

  1. :

(CW) « dès djins qu’ causenèt libes » (Gaziaux,1999,15)

(F) Des gens qui ont leur franc-parler.

(EW) « Tu n’ djowerès sûr pus nou toûr à nolu! (C. Feller,1906,135)

Tu ne joueras sûrement plus de tour à personne.

« Assûré ! Li djoûrnêye sèreût bèle ! » (Boussart,1976,8)

Certainement! La journée serait belle !

« … assètchî par ine fwèce (..) qui n’ l’ aveût co måy dôminé parèy (…), li håse s’ arèsta. » (p.344, in : Lejeune Jean, Cadèt, p.337-344, in : Piron,1979)

Attiré par une force qui ne l’avait pas encore jamais dominé de la sorte, la hase s’arrêta.

(OW) « Asseûrè qu’ i gn-a saquants mots (…) què lès djins d’ asteûre èn’ dîyeneut pus … » (Bal,1998,87)

Il est certain qu’il existe quelques mots que les gens d’aujourd’hui ne disent plus.

(SW) « Contez todi, sûr, treûs quate vês èt onk ou l’ ôte pourcê. » (Bily Joseph, Knocki èt l’ fème en nwâr, AL)

Comptez toujours, sûrement, trois, quatre veaux et l’un ou l’autre porc.

« … quékes bloks du pîre âtoûr qu’ avint toumé do l’ copète, probâbe. » (p.133, in: Hardy Camille (Hardennal), S’ lès rotches, p.133-135, in: Francard,2002)

Quelques blocs de pierre alentour qui étaient du tombés du sommet, probablement .

 

Différence 34

« Rin » (rien) signifie aussi « pas très » :

  1. : (EW) I n’ èsteût rin grand. (F) Il était très petit.

 

Notez l’emploi suivant :

(W) I n’ èst pus gâr (garde-forestier), i n’ a pus s’ fuzik nè rin.

(F)  Il n’a même plus son fusil.

 

Différence 35

« Non » n’a pas toujours le même emploi qu’en français.

En réponse à une question invitant instamment à répondre affirmativement, on emploie « non.na » ((EW) « nèni »)[8].

  1. : (W) Dj’ è rèspond qu’ vos-îroz ? –  Non.na, dji n’îrè nin.
  • Je suppose que vous y irez ? –  Non, je n’y irai pas.

 

Différence 36

«  Bin » peut s’employer avec un temps composé du verbe « ièsse » dans le sens de ‘bin pwârtant’, alors que « bien » en français ne peut pas. (Le Bidois, ,633)

  1. : (W) Il a stî bin d’ l’ uviêr, mins il a r’tcheû au mârs’.

        (F) Il était en bonne santé en hiver, mais il a fait une rechute au printemps.

 

Différence 37

« Bin » s’ emploie avec « in.mer » (aimer)[9] dans le sens de l’anglais « to like ».

ex.: (W) Dj’ in.me bin, mi, ça.                  (F) J’aime ça, moi.  

              Dj’ in.me bin m’ pa.                          J’aime mon père.

              Nos-in.mans bin nosse viladje.          Nous aimons notre village.

 

Différence 38

Pour insister, le wallon possède l’adverbe « foû » (ou « oûr / ôr » (Gaziaux,1987,81)) inexistant en français, devant un adjectif :

  1. : (W) Il èst foû ritche.                         (F) Il est très riche.

                 Ele n’èst nin foû grande.                Elle n’est pas très grande.

 

                 oûr malén                                       intelligent hors de mesure

                 oûr bièsse                                       très bête

                 ièsse oûr bén                                  disposer de toutes ses aises

                 Ë n-avot oûr masse dë djins.          Il y avait vraiment un très grand nombre de gens.

 

(EW) « Qwand dj’ ârans passé tos lès noks,

qu’ i gn-ârè rin (..) à fé / (…) dj’ ènn’ îrans, foû scranses dè viker. » (Chastelet,1990,21) 

(F) Quand nous aurons passé à travers tous les nœuds, quand il n’y aura rien à faire, / nous nous irons, « très » fatigués de vivre.

« Ine foû plêhante vèye », aveû-dje dit tot-z-atakant . » (Thomsin Paul-Henri, Meûrs di papî, in : Vlan)

Une ville très plaisante, avais-je dit d’emblée.

 

Différence 39

Le wallon possède l’adverbe « mièr » (miêr / mére)[10] devant un adjectif, inexistant en français, qui signifie «tout » :

  1. : (W)  mièr nu, mièr neuwe             tout nu, toute nue 

                 mièr seû(le)                           tout(e) seul(e)

                 one târtène mièr sètche          toute sèche

Aussi :  (W) Dji m’a r’trové mièr seû(le) mièr sètch(e).

             (F) Je me suis retrouvé(e) tout(e) seul(e), délaissé(e)

 

(CW) « Li fènièsse è-st-au mièr laudje / au grand mièr laudje . » (Gaziaux,1987)

(F) La fenêtre est grande ouverte / vraiment grande ouverte .

(OW) « I m’ arive co dè m’ rabiyî / avû m’ cote dè pia / pour mi danser / mèrseû (…). » (Duval Félix, I m’ arive co dè m’ rabiyî, p.75, in: W+ L)

Il m’arrive encore de me rhabiller / avec ma robe de peau / pour mieux danser / tout seul.

(SW) « A l’ îvêr, quand la bîje choufèlerè dins lès tchumnées, (…) / Dju s’râ mêrseû. » (p.147, in : Jean Paul, Choûtèz lu viè bilossiè, p.147-149, in : Francard,2002)

En hiver, quand la bise soufflera dans les cheminées, / Je serai tout seul.

 

Différence 40

Les adjectifs-adverbes accompagnant des verbes sont plus divers qu’en français :

  1. : (W) vèy clér (F) voir clair

               ôre deur                              être dur d’oreille

               vinde tchîr                          vendre cher

               djâzer bas, hôt                    parler à voix basse, à voix haute 

               djâzer crâs                          parler grassement, salement

               taper lâdje                           occuper une grande largeur

               Çoula li toume dor.            Cela lui est pénible.

               Su pére li trote dor.             Son père ” lui pète dur “, lui est sévère.

 

Mais c’ est avec « i gn-a » (il y a) que beaucoup d’adjectifs s’emploient adverbialement :

  1. : (W) I gn-a spès, dès crouwins (mauvaises herbes), è nosse courti.
  • Les mauvaises herbes croissent dru dans notre jardin.

 

        (W) I gn-a clér.                       

  • Elles sont rares.

 

        (W) I gn-a grand, d’vins ci bokèt-là. (Remacle,1937,64)

        (F)  Il a une grande étendue, ce terrain-là . 

 

Signalons enfin les tournures inexistantes en français comme « aveûr bon », « aveûr âhi » (comme en français, « avoir chaud »); « i fêt âhi », « i fêt lêd », etc. (comme en français, « il fait beau »).

 

Différence 41

« Tot » au sens de « complètement », utilisé seul. (cf aussi 4.7)

  1. :

(EW) « Li p’tit sôdârd sinta s’ coûr si cafougnî tot. » (Boussart,1976,5)

(F) Le petit soldat senta son coeur se chiffonner complètement.

 

Différence 42

« Tot l’ min.me » (tout de même) signifie aussi « n’importe », « peu importe » .

  1. : (EW) C’ èst tot l’ min.me wice lu mète. (F) Peu importe où vous le mettiez.

                 Prindoz tot l’ min.me quî, qwè.            Prenez n’importe qui, quoi.

                 tot l’ min.me qwand                              n’importe quand

                 tot l’ min.me wice                                 n’importe où.

 

Différence 43

Toute une série d’adverbes wallons n’existent pas en français :

  • de temps : adon (alors), tofêr (toujours), tènawète (de temps en temps), dismètant

       (entretemps) ;

  • de lieu : lauvau (là-bas) (EW : låvå : en bas), djus (en bas, à bas), pa t’t-avau

       (partout), èri (à l’écart de , loin de), one sadju (one sawouce, (EW) ine sawice)

       (quelque part) ;

  • d’affirmation ou de négation : non.na (réponse négative pour contredire ou protester),

       siya (par opposition à « non.na ») ;

     –     de quantité, de qualité, de manière : wêre (peu), mutwèt (EW) (peut-être), èvi (à

            contre-cœur), abîye ((EW) abèye) (vite !), bran.mint (beaucoup), pâr (complètement),

            fok (OW : seulement, rien que), dandjureû (sans doute), tês-se

           (sans doute) (EW, SW), p’tchî (EW : dans : avu _ : aimer mieux) ;

     –     locutions adverbiales : à preume (seulement (maintenant, …)), tot rade (tantôt), …

 

  1. :

(CW) « Adon, il a criyî bén fwârt … » (Dewelle André, One istwêre dë sôrcîres, NB 18, s.d).

(F) Alors, il a crié bien fort.

« … pâr trop arnauje » (Laloux,1969,12)

vraiment trop espiègle

« ‘L avin’ lë tram’ quë passeûve là d’ abôrd à l’ ëch dë leû maujone qu’ ë faut dîre. » (Gaziaux,1987,305)

Ils avaient le tram qui passait par là presque à la porte de leur maison, pour ainsi dire.

« non plus = nèrén: èt më nèrén: et moi non plus.; on ‘nn’ a pës nèrén: on n’ en a plus non plus. » (Gaziaux,1987,72)

(EW) « Dj’ a p’tchî d’ rintrer (…). » (Warnier,1988,27)

J’aime mieux rentrer.

« Di ç’ trèvint-là, nos-alîs è scole so l’ bati. »

(Grafé,1987,28-31)

En ce temps-là, nous allions à l’école sur la place publique (entourée de maisons).

« Djôdant, (…) on p’tit pazê méne å bê blanc cruc’fis, … » (Fagnoul,1981,41) 

Tout près, un petit sentier conduit au beau crucifix blanc.

« Drole d’ afêre vormint, qu’ on s’ deût insi båhî. » (Thomsin Paul-Henri, Lès båhes, Vlan Liège 1/5/90)

(C’est) vraiment une affaire étrange de s’embrasser de la sorte.

« C’ èst qu’ arape èwarant çou qu’ i fêt påhûle. » (Maquet,1987,13)

Il est très étonnant que ce soit aussi calme.

qu’ arapemint = qu’ arapedimint = arèdjêyemint : I fêt _ tchôd : extrêmement, excessivement (Haust, DL, 33) (araper : enrager)

« T’ è-st-on macrê, dandj’reûs? » (Maquet,1987,19)

Tu es peut-être un sorcier ?

« … (i) trovéve todi ‘ne piceûre po s’ fé dè må ‘ne sawice. » (Thomsin P.-H., Li pus vî, Vlan, 23/5/89)

Il s’y prenait toujours pour se faire du mal quelque part.

« Vochal saquants fins d’ galèts, diha Fifine. » (Tyou,1929,126)

Voici quelques fines gaufres, dit Fifine.

« Adon, nosse blanke soris n’ halkina pus. » (Dumont Josiane,1985,14)

Alors, notre souris blanche n’hésita plus.

« Awè, (…), oyéve-t-i d’vintrin.nemint, èle sèreût co pus bèle sins n’ norèt d’ tièsse ! … » (Boussart,1976,14)

Oui, entendait-il intérieurement, elle serait encore plus belle sans mouchoir (couvrant la tête).

«  Lès fames ont tofêr one novèle so l’ bètchète dè l’ lêwe ! » (Wisimus,1957,151) 

Les femmes ont toujours une nouvelle sur le bout de la langue !

« Lu sinte famile èst so ‘ne gripète èt lès sôdârds d’ Hérôde nu sont nin lon èri d’ là. » (id., p.153)

La sainte famille est sur un raidillon et les soldats d’Hérode ne sont pas loin de là.

« Abèye, qu’ on fasse houkî lès râyeûs âs crompîres èt âs pétrâtes. » (Seret,1988,21)

Vite, que l’on fasse demander les arracheurs de pommes de terre et de betteraves.

« li tchèstê ås-arègnes, come on l’ lome avår-chal … » (Boussart,1976,24)

le château aux araignées, comme on l’appelle en cette contrée

« C’ è-st-apreume chal qui l’ afêre a toûrné à tchin … » (Grafé,1987,39)

C’est seulement là que l’affaire s’est gâtée.

«  … sès blonds tch’vès, si binamêyemint crolés åtoû di s’ hatrê. » (Bouhon,1903,390) 

ses cheveux blonds, si joliment (norm. : aimablement) bouclés autour du cou

«  Il aveût l’ cogne d’ ine vîle feume di manèdje qui prind bin londjin.nemint sès poûssîres. » (Boussart,1976,6)

Il avait l’air d’une vieille femme de ménage qui prend ses poussières en traînant.

« … i l’ aveût d’vou rèpiter deûs fèyes låvå. » (Sougnez,1985,9)

Il avait dû le renvoyer à coups de pied deux fois en bas.

«… èt dès spérs, avår-chal, on ‘nnè rèsconteûre pus d’pôy li tins dè vî bon Diu. » (Grafé,1987,26-27)

… et des revenants, en cet endroit, on n’en rencontre plus depuis le temps du vieux bon Dieu.

« … mins d’ tot près, ci n’ èst pôr rin d’ bê, lès fleûrs årtificiéles! » (Thomsin Paul-Henri, Fleûrs, Vlan Liège 20/6/84)

… mais de tout près, les fleurs artificielles, ce n’est pas beau du tout !

(OW) « I n’ d-a fok yun, i n’ a fok què li. » (Dict. du centre, 135)

Il n’y en a qu’un, il n’y a que lui.

« I n’ saveut nén nérén qui cès côps-là sonerént dins l’ tièsse dès djins tant qu’ èl monde sèreut monde. » (Arcq Robert, Lès twès clôs, p.18, W+ L)

Il ne savait pas non plus que ces coups-là sonneraient dans la tête des gens tant que le monde serait monde.

« Lauvau au mitan d’ ène clériére. » (Lefebvre Marc, Léjande du Bos d’ Wauhu, EM 6/82)

Là-bas au milieu d’une clairière.

« Tafètemint, come si l’ dèstin avoût volu qu’ èl morâle seûsse èscapéye. » (Quinet,1999,10-12)

Tout à fait, comme si le destin avait voulu que la morale soit sauve.

« I s’ aveut rademint rapauji l’ djoû qui l’ facteûr lyî a amwin.nè leûs liârds… » (Fauconnier,1993,77)

Il s’était rapidement calmé le jour où le facteur lui a apporté leur argent.

(SW) « A l’ place do bèrdjî, do tchin èt dès bèrbus, is n’ ant pus r’trouvi qu’ dès blantches pières, dès ‘blancs cayous’, lès cis qu’ on wèt co anut’. » (Poncelet J.-M., Lès Blancs Cayoûs, AL)

Au lieu du berger, du chien et des brebis, ils n’ont plus retrouvé que des pierres blanches, des cailloux blancs, ceux qu’on voit encore de nos jours.

« Ça fajèt d’jà ène hapée qu’ il êrt avau-là … » (Culot Calixte, Les Paukes du Zîré, AL)

Il y a déjà un bon moment qu’il était là-bas.

«  Dèvant, l’ êwe astét clére. » ( Lhote J.-M., L’ Ârdène, AL)

Auparavant, l’eau était claire.

« Dj’ aî mou dou mau pou lî fwére comprinre. » (Twisselman,1994,103)

J’ai beaucoup de mal à lui faire comprendre.

« Lu cé qui s’ crwat par trop fèl, an-z-è réson d’ dère, / I n’ lî faut ni grand tchöse pou qu’ i s’ rutrouve à têre. » (Mouzon,1984)

Celui qui se croit vraiment trop fier, on a raison de dire qu’il ne lui faut pas grand chose pour qu’il se retrouve par terre.

« Pus taurd, is-aurant motwa mwins’ peûr dès nwâreûrs, is s’rant ârmès. » (Leroy Willy, Sovenances d’au lon, sovenances d’ après, AL 25/11/99)

Plus tard, ils auront peut-être moins peur de l’obscurité, ils seront armés.

«  Tout d’ in côp, vou-le-là qui r’nifule yauk èt i s’ ravise. / Dandj’reû qu’ il avot sintu lès gadots. (Ferrauche,1982,203)

Tout à coup, le voilà en train de renifler quelque chose et il change d’avis. / Il avait probablement senti les chevreaux.

 

Différence 44

« Tot-a-faît » (litt. tout à fait), tout, est substantif.

  1. : (EW) Dju li a d’né tot-a-fêt. (F) Je lui ai donné tout.

        (CW) Tot-a faît îrè bin.                         Tout ira bien.

Il a donné un adverbe, « tot-a-fêmint » : « il èst tot-à-fêmint bièsse ».  Le sens de « tot-a-fêt » n’est pas séparable de « à faît » (au fur et à mesure). Il est aussi à rapprocher de celui de « tortos » (tous, tout le monde): « bondjoû tortos! » (bonjour tout le monde), « is sont tortos là » (ils sont tous là), « èles vinront tortotes » (elles viendront toutes). « Tot-a-faît » est un substantif sg. neutre, « tortos » un substantif pluriel.[11] (EW) (Remacle,1937,50)

ex :

(EW) « Tot-à-fêt èsteût r’mètou à pont. » (p.321, in : Renkin François, Li vîye bûse, p.321-324, in : Piron,1979)

(F) Tout était remis en état.

 

Différence 45

« Qui » , adverbe exclamatif, traduit « comme ».

  1. :

(CW) « Â ! qu’ il èst bin arindjî, Mossieû Rigolèt (…) » (p.369, in : Pirot Jules, Li fârce da Rigolèt, p.367-375, in : Piron,1979)

(F) Ah, comme il est bien arrangé, Monsieur Rigolet !

(EW) « Ah! qu’ ine pitite aloumète lî freût dè bin! (Bouhon,1903,309

Ah, comme une petite allumette lui ferait du bien !

« Mon Diu qui v’s-èstez lêde ! » (Boussart,21-22,1976)

Mon Dieu, comme vous êtes laide !

(OW) « Â, vos v’là, què dj’ seû binauje ! » (Bal,1998,45)

Ah, te voilà, comme je suis contente !

 

 

3.2.8 Conjonction

 

Différence 46

La conjonction « qui » a un emploi beaucoup plus étendu que le « que » en français.

Il peut signifier « dont », « quand », « où »,  « alors que / au moment où », « au point que / à tel point que », « pour que », « si », « de peur que », « si bien que », « sans que », « maintenant que » et, en général, un relatif régi par une préposition :« sur lequel », …

  1. :

– dont :

(EW) « Dj’ a riv’nou à l’ mohone avou treûs pêres di tchåsses qui dj’ n’ aveû nin mèzåhe. »  (Thomsin Paul-Henri, Tot po rin?, in: Vlan 5/7/88)

(F) Je suis rentré à la maison avec trois paires de bas dont je n’avais pas besoin.

 

– quand :

(CW) « Vos l’ avoz d’djà bin sûr rèscontré avau lès vôyes, qu’ èlle aleut à l’ djoûrnéye, avou s’ machine à keûde è s’ brès. » (Laloux,1969,48)

(F) Vous l’avez déjà bien sûr rencontrée sur les chemins quand elle allait travailler chez des particuliers pendant quelques jours, la machine à coudre au bras.

(SW) « Dju m’ soûvêrê toudi du l’ prumîre cârte d’ Eûrope quu dj’ avo acheté, èstant scolî, quu dj’ voyadjo dins tous lès payis en-autostop. » (L. Mahin, Lès barakes du Transine, dins l’ timps, AL)

Je me souviendrai toujours de la première carte de l’Europe que j’avais achetée, écolier, quand je voyageais dans tous les pays en auto-stop.

 

– où :

(CW) « V’loz wadjî qu’ à Awagne, o l’ gârdi-rôbe, o clabot do cofe qu’ on stitche lès crèvates, i gn-a co tènawète one rèlike da sint-Elwè. » (Laloux,1969,45)

(F) Veux-tu parier qu’à Awagne, dans la garde-robe, dans le verrou de bois où l’on glisse les cravates, il y a bien une relique de saint Eloi ? 

(EW) lu fontinne quu lès vatches buvèt  

I fêt bon po l’ sâhon qu’ on-z-èst.   

Lèyoz lès-afêres è l’ plèce qu’ èles sont.       

la fontaine où buvaient les vaches

Il fait bon pour la saison où l’on est.

Laissez les choses à l’endroit où elles sont.

(OW) « Mais vous-autes, c’ èst nî l’ ciène què vos stez v’nus au monde. » (Delait,1946,79)

Mais vous autres, ce n’est pas celle où vous êtes né.

(SW) « Lès gazètes du monde entiè ont moustri eune foto qu’ on la vèyét t’ni dins sès brès un p’tit afant qui va mori èt qu’ èle dit : « Lu cörps du Cris ! » (p.245, in : Mouzon Raymond, Sawèr su têre, sawèr prinde su timps, p.243-247, in : Francard,2002)

Les journaux du monde entier ont montré une photo où on la voyait tenant dans ses bras un petit enfant agonisant et disant : « Le corps du Christ ! »

 

– alors que / au moment où :

(CW) « Et li qu’ acoureûve abîye à mèsse tot jusse à strape, qui l’curè dischindeut do l’ tchèyêre di prétcheû; … » (Laloux,1969,27)

(F) Et lui qui accourait à toute vitesse à la messe au dernier moment alors que / au moment où le curé descendait de la chaire de vérité.

(EW) « Dji l’ a vèyou tot-asteûre, (…) qu’ i r’montéve lès corotes dè l’ rowe. » (Thomsin Paul- Henri, Lu p’tit rossê, in : Vlan, 07/08/90)

Je viens de le voir, alors qu’il remontait les rigoles de la rue..

(OW) « Vos l’s-avîz plantè què dj’ n’ aveu co nus-ans. » (Bal Willy, Quéque fîye!, p.23-24, in: W+ L)

Vous l’aviez planté alors que j’étais encore en bas âge.

 

 – au point que, à tel point que :

(CW) « Bran.mint dès djins qu’ vos sèrîz sbarès si vos l’sèpîz. » (Laloux,1969,53)

(F) Beaucoup de gens à tel point que vous en seriez étonné si vous le saviez.

« Èt tossè èt tossè qu’ i n’ s’ è saveut pus rawè. » (Laloux,1969,153)

Il se mit à tousser au point qu’il ne pouvait plus retrouver son souffle.

(EW) « Lès tabeûrs batît qu’ c’ èsteût mèrvèye.  Et quéne brêrèye, mès frés ! »  (Boussart,1976,30)

Les tambours battaient à tel point que c’était une merveille. Et quelle criaillerie, mes amis !

(OW) « O lès-intind clatchî, qu’ o dirèt

qu’ c’ èst l’ arméye (…) (Renard,1890,43)

On les entend claquer au point que l’on dirait que c’est l’armée.

(SW) « … i voûdot à sèyês, qui v’ n’ aurîz seû mète in tchin l’ uch. » (Louline Vôye, Marîye à l’ trique, AL)

Il pleuvait à seaux, au point que vous n’auriez pu mettre un chien à la porte.

 

– pour que :

(CW) Priyîz l’ bon Diè qu’ i djale ! 

(F)     Priez Dieu pour qu’il gèle !

(EW) « Vos m’ alez rafacer s’ visèdje di makêye qu’ on n’ veûse min.me pus l’ plèce là qu’ èlle èsteût. »  (Maquet,1987,13)

Vous allez m’effacer son visage blême et boursouflé pour qu’on ne voit même plus l’endroit où elle était.

(OW) « Fions l’ vèni qu’ i dècide, dins l’ dispute, qui ç’ qu’ a dwèt. » (Bernus,1995,13)

Faisons-le venir afin qu’il décide, au cours de la dispute, qui a raison.

(SW) « Cloyez lès volèts, qu’ i fèye nwâr. » (Bily Joseph, Knocki èt l’ fème en nwâr, AL)

Fermez les volets, pour qu’il fasse sombre.

 

– si :

(CW) « Lë cë qu’ avot dès sizeleûs èt qu’ ës djouwin’ aus cautes, è bén i sognin’ leûs bièsses pës timpe. » (Gaziaux,1987,215)

(F) Celui qui avait des invités en soirée et s’ils jouaient aux cartes, eh bien, ils nourrissaient leur bétail plus tôt.

 

– de peur que :

(EW) « Ni v’ clintchîz nin trop’ qui vos n’ toumése. » (Maquet,1987,50)

(F) Ne vous penchez pas trop de peur que vous ne tombiez.

 

-si bien que :

(CW) « (…) woù è-st-èle / Qu’ on n’ l’ ètind nén? » (Massart-Tilmant Germaine, A l’ campagne, témpe au matén, p.29, in: Gaziaux, 1998)

(F) Où est-elle  / si bien qu’on ne l’entend pas ?

 

– sans que :

(W) On bat bin s’tchin qu’ on nè l’toûwe nin.

(F) On bat son chien sans qu’on ne le tue.

(CW) « I n’ passéve ni on tchén avou on tchapîa quë ça n’ së raprouvéve amon l’ Brêyi. » (Gaziaux,1987,219)

Il ne passait pas un quidam sans que l’on ne se rassemble chez Brèyî.

 

– maintenant que :

(OW) « Audjoûrdu, qui dj’ sû d’vènu vî stoumak, pour mi, lès quarante-cénquante ans, ç’ n’ èst co qu’ dès p’tits gaviots, (…). » (Genaux Ben, Come o dit: “C’èst la vîye du monde! …”, p.87, in: W+ L)

(F) Aujourd’hui, maintenant que je suis devenu vieux, les personnes âgées de quarante-cinq ans ne sont pour moi que des galopins.

 

– comme :

(SW) Quand l’ vî Dâbe è mouru, (…) èt qu’ i n’ avét pont d’ famile, c’ èst l’ chayeteû èt quékes vèjins qui l’ ant voûyè (…).Georges Maurice, Lès djeûs da Justin (IV), p.7-10, in : Singuliers, 1, 2002

(F) Quand le vieux Dabe mourut et comme il n’avait pas de famille, le couvreur et quelques voisins l’ont veillé .

 

– sur lequel :

(CW) « Vos l’vèyîz tofêr trèvautchî l’ viladje à vélo, qu’ i s’ tineûve ossi drwèt qu’on-ûlan dè l’guêre di quatôze. » (Selvais Joseph, E ridant dès sovenances, VA 26/7/99)

(F)Vous le voyiez traverser sans cesse le village à vélo, sur lequel il se tenait aussi droit qu’un uhlan de la guerre de quatorze.

(EW) « … è l’ vîle vôye quu dj’ rote â solo … » (L. Remacle, in : Piron,1979,558)

sur le vieux chemin sur lequel je marche au soleil

« On n’ tape pus sès-oûys qui so l’ cwårê p’tit bokèt d’ papî qu’ on-z-a båré on pris po r’mète in-ôte. » (P.-H. Thomsin, Tot po rin?, Vlan 05/07/88)

On ne regarde plus que le petit morceau de papier carré sur lequel on a barré un prix pour en remettre un autre.

 

– avec lequel :

(CW) « Vos-aviz one tram (…) quë lès-èfants d’nalin’ à scole. » (Gaziaux,1987,303) 

(F) Vous aviez un tram avec lequel les enfants allaient à l’école.

(EW) I s’ a aqwèri l’ vèdje qu’ il è batou. 

Il s’est cherché la verge avec laquelle on le bat.

 

– avec qui :

(EW) Is d’hèt toudi avou ci qu’ is sont.      

(F) Ils sont toujours du même avis que celui avec qui ils sont.

 

 

Différence 47

« Quand » suivi d’un conditionnel signifie « quand bien même », « même si ».

 ex.:

(CW) « Maîs i n’ faut nin sayî d’ fé comprinde ça avou dès mots, quand ç’ sèréve dès mots walons. » (Gillain,1932,39)

(F) Mais ils ne faut pas essayer de faire comprendre ça avec des mots, même si c’étaient des mots wallons.

(OW) « Quand d’ aureus co tout l’ôr du mande pou p’li m’ ofri tout ç’ què d’ vôreus! » (Baudrez,1987) 

Même si j’avais tout l’or du monde pour pouvoir m’offrir tout ce que je voudrais !

(SW) « Mês dji m’ vindjerê ! Quand dj’ deûreu co voyè m’ tchin s’ vos troyes po qu’ èles fèchinche dès bocâs èt-z-alè à damadje ! » (Dedoyard,1993,14)

Mais je me vengerai ! Quand bien même je devrais envoyer mon chien vers vos truies pour qu’elles fassent des brèches (dans une haie) et qu’elles causent des dégâts.

 

Différence 48

L’adverbe relatif « èwou » ne s’emploie en wallon que pour marquer une relation de lieu ( pas de temps ).

  1. : (W) li place èwou-ce qui dj’ l’ a vèyu

        (F)  l’endroit où je l’ai vu(e)

La formule normale est « qui » : « li place qui dj’ l’a vèyu » .

Quand le français emploie « où » avec une nuance de temps, le wallon utilise « qui » :

  1. : (F) le moment où vous êtes venus (W) li momint qu’ vos-avoz vinu

              le jour où cela arrivera                       li djoû qu’ ça ariverè

 

Différence 49

Toute une série de conjonctions wallonnes n’existent pas en français :

  • de temps : dismètant qui (pendant que) , divant qui (avant que), tant qui (aussi longtemps que), tot f’zant qui (en même temps que) ((EW) Bastin,1909,388), djusqu’à tant qui (jusqu’à ce que), tot qwand qui (chaque fois que) (EW), à faît qui, faît-à-faît qui (au fur et à mesure que), do côp qui (au moment où), do trèvint qui (au temps où) (CW) ;
  • causales : po çou qui (parce que) (Bastin, id.), vèyan.mint qui (étant donné que), à pus qui (à moins que) ;

                    –     opposition : au r’gârd qui (alors que).

  1. :

(EW) « Adonpwis, tot d’ on côp, dismètant

qu’ l’ oûhê tchantéve, dji t’ a vèyou … » (Grafé,1987,17) 

(F) Alors, tout à coup, pendant que l’oiseau chantait, je t’ai vue…

« Dè trèvint qu’ èle è-st-èvôye, lès feumes rinètèt tote li mohone. » (Lahaye,1999,97-100)

Pendant qu’elle est partie, les femmes nettoient toute la maison.

« …; fêt-à fêt’ qu’ il avancih’ront, Grindôr èt Anjèle vinront (…). » (Maquet,1987,101)

… au fur et à mesure qu’ils avanceront, Grindôr et Anjèle viendront (…). 

« Tant qu’ à mi, dji deû r’passer po mon m’ mårène … » (Grafé,1987,30) 

Quant à moi, je dois repasser chez marraine.

(OW) « Aline su s’ sèle ît come in pakèt qu’ aureut boudji d’ in-d-dins à fét qu’ èle somadjeut. (Bal,1998,59)

Aline était sur sa chaise comme un paquet qui aurait bougé de l’intérieur au fur et à mesure qu’elle sanglotait.

« … tè n’ as seû fé qu’ dès guinguèrlotes

Au r’gârd què mi d’ aî d’ qwè rimpli deûs grandès wotes. » (Balle,2002,14)

Tu n’as pu faire que quelques grelots /avec les cerises cueillies/ alors que, moi, j’ai de quoi remplir deux grandes hottes .

(SW) « A fwaît qu’ lès bokions loyint, lès tchèrieûs tchèrdjint t’t-à fwaît su ène pètite tchèrète. » (Mahin Lucien, Lès tchèrieûs, in: Ene bauke su lès bwès …, AL 26/11/85)

Au fur et à mesure que les bûcherons liaient (les fagots), les voituriers chargeaient le tout sur une petite charrette.

« Dji va fè rlèvè lès djins, po v’s-alè assîr, su l’ tins qu’ dj’ îrê à l’ barîre (…) » (Dedoyard,1998,8)

Je vais demander aux personnes de se remettre debout pour que vous alliez vous asseoir pendant que j’irai à la barrière.

« Fêt-à-fêt’ quu lès-anées passièt,

dj’ ê seû mète dès sous d’ costé. » (Culot,1983,37) 

Au fur et à mesure que les années passaient, j’ai pu mettre de l’argent de côté.

 

 

[1] N.B. Ces mots sont aisément adaptables au wallon général:

ex.: « batauje », « bizauje », « boutauje »,  « brèyauje », …

 

[2] (Feller,1910) (le suffixe -aricius en wallon)

« abaterèce  aspoyerèce  avalerèce  baverèce/te  bouterèce  cheûverèce  côperèce  côrèce  coûrerèce  cramerèce  crènerèce  crèsterèce  cwèsterèce/cwas-  djamberèce  djonderèce  dobulrèce  fagnerèce  faherèce  finderèce  flotcherèce  foûsserèce  foyerèce g(r)aterèce grôyerèce  hatcherèce  haverèce  hènistrèce »

 

[3] one aîr peut avoir deux significations : a) l’air (élément)       Ex : viker à l’ boune âir

  1. b) l’air (mélodie)         

 

      

       

 

 

 

[8] Notons que le liégeois utilise « nèni » comme en français : « dîre awè ou _ » (dire oui ou non) ; « i n’ vis l’ a nin co rindou ? –  Nèni co. » (il ne vous l’a pas encore rendu ? Non, pas encore.)

[9] Bien entendu,  on dira plus souvent « vôy voltî », « mindjî voltî », « bwâre voltî », « travayî voltî ».

[10] « mièr » est une déformation de « mére ».

[11] Il semble qu’ils aient eu autrefois le même emploi et qu’ils ne se soient séparés que récemment. Les premiers textes liégeois contiennent des exemples du plur. « tos-a-fêt » et du sing. « turtot ». Citons la fin du Dialogue entre Crantche-è-cwèr èt on pôvre ome, p. 252-4 : « qu’ av’ li diale vèyou tos-a-fêt!… qui n’ so-dj’ dâné [corr. de doné] tourtot fin mûr ! » (Vous avez sans doute vu le diable tous (autant que vous êtes) ! Que ne suis-je damné tout fin noir !) ~ De plus, « turtot » était autrefois adjectif : « turtos lès bons crustins  » (tous les bons chrétiens).

 

Translate »
Share This