LI WALON, ONE LANGUE

Le wallon, une langue

Grammaire contrastrive wallon-français

FONOLOJÎYE – Phonologie

Roger et Johan Viroux

Les sons (voyelles, consonnes et semi-consonnes) et les combinaisons de sons ne sont pas identiques en français et en wallon.

 

En phonologie, 36 différences ont été relevées.

1.1 Phonèmes

1.1.1 Le nombre de phonèmes

Différence 1

Le wallon possède 42 phonèmes répandus et le français 37. Il existe entre les deux 9 phonèmes différents :

7 que le wallon possède et que le français n’ a pas, et 2 que le français possède et que le wallon n’ a pas . De plus, comme la base d’ articulation, c’est-à-dire la position et les mouvements des organes phonateurs, est très différente, les phonèmes équivalents n’ ont pas les mêmes caractéristiques phonétiques.[1]

 

Les phonèmes en wallon

Les phonèmes en français

Voyelles

 

/a/ /a/
/a:/ /a:/
/e/ /e/
/ε/ /ε/
/ε:/  (tchêr, trêze)  (F: cher, treize)
Le « aî » (CW) de « laîd » (laid), différent de « lét » /e/ (lit))[2]
/¶/
/¶:/ (meuble, fleur, peur)
/I/ (rider, mitche)   (F: glisser, miche)
/i:/ /i:/
/o/ /o/
/É/ /É/
Le « ô »  de « sô »(saoul), « tchôd » (chaud), « côre » (coudrier), « pôcètes » (menottes), « vôte » (crêpe)’ (« sô » (saoul) différent de « sau » (saule))
/y/ /y/
/y:/ /y:/
/u/ /u/
/u:/ /u:/
/Æ/ /Æ/
/ã/ /ã/
/ĩ/ /ĩ/
/õ/ /õ/
/ũ/ /ũ/
/å/ (lård, åcolète) (EW) (F : lard, ancolie)

Consonnes

/b/ /b/
/d/ /d/
/f/ /f/
/g/ /g/
/h/ (hourlê, Horis) (EW)  (F: tertre, Xhoris)
Le « j » de « jamaîs » « j »
/k/ /k/
/l/ /l/
/m/ /m/
/n/ /n/
/p/ /p/
/r/ /r/
/s/ /s/
/t/ /t/
/v/ /v/
/w/ /w/
/z/ /z/
/∫ / /∫ /
le « gn » de « gninwer » (miauler) « gn » comme dans « digne »
/ŋ/ /ŋ/
/ч/ huile, huit

 

Notons que, vu le nombre de phonèmes, le wallon figure en bonne place au hit-parade des langues dans le monde.

 

Langue phonèmes Voyelles consonnes
WALLON 42 22 20
NEERLANDAIS 38* 17 * 21
FRANÇAIS 37 17 20
chinois 35 15 20
portugais 32 12 20
hongrois 31 11 20
allemand 29 11 18
anglais 29 9 20
danois 29 12 17
norvégien 29 12 17
suédois 29 12 17
turc 29 9 20
espagnol 28 8 20
roumain 28 8 20
italien 27 7 20
kiswahili 27 7 20
polonais 27 7 20
haoussa 26 9 17
hébreu 25 7 18
russe 25 7 18
tchèque 25 5 20
vietnamien 25 7 18
lingala 24 7 17
arabe 23 4 19
japonais 22 5 17
grec 21 5 16

 

(Liste établie suivant Warnant, 1987) (* A été ajouté à la liste de Warnant: le « um » du mot d’origine française « parfum »)

1.1.2 Liste des phonèmes avec exemples

Les  voyelles en wallon

 

/a/ (W) pa, tchvia (F) papa, gaga (N) stap, gat, rat
/a:/ Châlèrwè pâtre laat
/e/ dé, clé clé, clef, été bleek, meel
/ε/ bètch, sètch les, très vlek, en
/¶/ feume, meur seul, de een, de
‘aî’ maîsse, têle maître
‘ê’ tchêr, trêze
/I/ mi ik
/i:/ rîre, tîke rire, tir drie, vier
/o/ clau, faus, dô beau, do, aulx boom, komen
/É/ sot, rododo pot, kom
/’ô’ / sô, tchôd
/y/ lune dun, kunnen
/y:/ cûre, tchûler dur, mûr duur, vuur
/u/ coucou chou moeten
/u:/ boû roer
/Æ/ meûbe deux steun
/ã/ rang, banc rang, banc nuance
/ĩ/ bin, rin lin mannequin
/õ/ bon, rond bon, rond annonce
/ũ/ brun, pârfum brun, parfum parfum
/å/ lård, tchår (EW)

 

 

Les consonnes en wallon

 

/b/ (W) bia-z-èt bon (F) beau (NL) ben, boom
/d/ din.ner deux daar, door
/f/ fé, tèlèfone faire, phrase telefoon
/g/ gayole gaga zakdoek
gaan
/h/ hêtî (EW) heel
“j” juje, dji je, gêne ingenieur
/k/ come, quî, kèkyî comme, kiosque kaal, musicus
/l/ li le laat
/m/ mame, man maman mam, moeten
/n/ ni, Nameur ne, ni Namen
/p/ popa Paris poot
/r/ râre rare rat
/s/ ça, si, ossi, picî ça se passe, dix sigaret
/t/ ti, tès, taute très tien
/v/ vîr (OW) voir vier
/w/ Walon wagon wat
/z/ zèls, zoub1er zézayer zeven
/∫ / chorer Charles, show show
‘gn’ gninwer digne
/ŋ/ ding’-dang’ ping-pong Lang
/X/ Mohe lachen

 

En résumé, les voyelles et consonnes simples

– que le wallon possède et le français ne possède pas sont :

voyelles: le ‚aî’ de ‚laîd’

le ‘ê’ de ‘comêrce, sêze, trêze, vêre’

/I/ li, mi, mile

/ô/ côre, pôcète, tchôd, vôte

/å/ åcolète

consonnes: /X/ Mohe

/h/: hourlê[3]

– que le français possède et que le wallon ne possède pas:

voyelle: le « eu » de fleur, meuble, peur.

 

Différence 2

Régularité de la prononciation de la voyelle nasale dans la dérivation en wallon :

– (F) frein – freiner ; drain – drainer; train – traîner

– (W) frin – frin.ner; drin – drin.ner; trin – trin.ner

 

 

Différence 3

Sons prononcés en wallon, pas en français dans les mots correspondants : « k », « p », « t »

ex.: (F)   « tabac, estomac, trop, vert, prêt, délicat »

(W) « toubak, stomak, trop’, vèt’, prèt’, dèlicât’.[4]

1.2 Groupements de phonèmes

Le wallon possède une grande variété de combinaisons de sons au début, à l’ intérieur ou à la fin d’ un mot, que le français n’a pas, et vice versa.

 

Du point de vue de la phonologie, le wallon se situe entre le français et le néerlandais.

1.2.1 Groupements de phonèmes en début de mot

Différence 4

Nous avons des associations de sons en début de mot, que le français n’a pas :

 

2 phonèmes :

 

bh (W) B’hô (F) Beho (localité)
bj B’jin Vezin (localité)
bz B’zène Besinne (hameau)
chl chlinke bâton, trique
chm chmèrlap’ vaurien
chn chnik eau-de-vie
chp chpilter jouer (aux cartes)
cht chtinker puer
dz d’zi orvet
gb Gbômont Exbomont (localité)
gd Gdoûmont Gdoumont (localité)
gngn gngno genou
gnm Gn’mèpe Jemeppe (localité) (prov. Liège)
km K’mèhe Kemexhe (localité)
kn Qu’naus’ Quenast (localité)
kv Qu’vaucamp Quevaucamps (localité)
mgn M’gnêye Evegnée (localité)
ml M’lène Melines (localité)
mn M’nigoute Menugoutte (localité)
mt M’tèt Mettet (localité)
p + h P’hême Behême (localité)
pt P’tègnîye Pétigny (localité)
rd R’dû Redu (localité)
rk R’cogne Recogne (localité)
rm R’magne Remagne (localité)
rn R’naumont Renaumont (localité)
rs R’ssupê Respelt (localité)
sl slaf sans énergie
sm smiyî émietter
sn snazer couper le nez à, d’où “tuer”
tn T’nîvèye Tenneville (localité)
zb sbârer étonner
zg sgoter égoutter
zw zwèper voler

 

3, voire 4 phonèmes :

Remarquons que l’on trouve également des combinaisons de trois ou quatre sons, dont le troisième ou quatrième est /l, r/ ou /w/ :

 

bdj B’djîlé (F) Bergilers (localité)
chtr chtroûflâr sorte de ratatouille à base de chou
djh Dj’hè-Baugnêye Jehay-Bodegnée (localité)
djv Dj’vigné Jevigné (localité)
ftr Ftroul (cinse di -) Ftroul (lieu-dit) (Weillen)
ptch p’tchî: dans « avu _ » préférer
rmw R’mwafosse Remoifosse (localité)
rmy R’myince Remience (localité)
sbl sblâri pâle
sbr sbrogneter meurtrir
sbw sbwârgnî éborgner
sgl sglide traîneau
sgr sgrignî injurier
skl sclauchî éclater
skr scrîre, scrèper écrire; râcler
skw skwêre équerre
spj spiate épeautre
spl sploussî écosser
spr spritchî jaillir en jet ou arroser d’un jet
spw spwè pivert
str straper arriver tout juste pour réaliser qqch
strw strwèt étroit
stw stwade tordre (qc pour en faire sortir qc)
zbr sbrogneter meurtrir
zgl sglite traîneau
zgr sgrignî injurier

 

1.2.2 Groupements de phonèmes en fin de mot

Différence 5

Les mots wallons ne se terminent jamais par plus d’une consonne.

Ainsi, si en français, on a la combinaison consonne + /l ou r/, voire /t/ et /m/ dans certains cas en wallon, on n’aura qu’une consonne :

 

(L capabilis) bl capable capâbe /p/
(L arbor, numerus) br arbre, nombre aube /p/, nombe /p/
fr soufre soufe
ft aphte afe
gl angle angue /k/
kr nacre nake
kt acte, direct ake, dîrèk
lg Algue algue /lk/
lp pulpe pule
lt Sépult (nom de famille) Sépul
pt adepte (adèpe ?)
(L vesperae) pr vêpres vèpes
(L simplus) pl simple simpe
rb adverbe advêrbe /rp/
sm communisme comunisse (Haust, 1948)
st germaniste jèrmanisse
tr admettre admète

 

Explication

 

Suivant le professeur Michel Francard (UCL), le phénomène de réduction des groupes consonantiques en finale s’observe généralement avec les groupes occlusive + liquide.

Exemples : KL, GL  cèke « cercle »; cingue « sangle » ; TR, DR  mète « mettre » ; vinde « vendre ; PR, BR lîve « lièvre » ; fîve « fièvre » ; DR moûde « traire » ; djonde, joindre , ; FR, FL soufe « soufre », mofe « moufle » .

La simplification des groupes consonantiques est attestée dès le XVe s. en wallon, mais son existence dès le XIIIe s. peut être déduite de certains indices. On constate une réduction similaire dans les mots empruntés au français, ainsi qu’en français populaire : dobe « double », cope « couple » ; capâbe, abominâbe; tèribe, possibe  la finale -isse (pour -istre, iste): minisse « ministre », ciclisse « cycliste », roumatisse « rhumatisme », comunisse « communiste »  etc. (Francard, 1980, 180-181)

 

Exceptions

1) 2 consonnes finales en wallon avec /tò/, représentés par ‘dj’ ou ‘tch’.

 

bètch bec; baiser
èpèstifèradje pollution
èpufkinadje puanteur
kèdje charge
mètche mèche
scrèpadje râclage
strapadje justesse de quantité ou de possibilité de réalisation

 

2)

mèspe < NL mispel < L mespila > nèfle
wèspe < NL  wesp < L vespa > guêpe
alêrte < I all erta > alerte
ficse < L fixus > fixe
halte <D Halt > halte
micse < L mixtus > mixte
tacse < L taxare > taxe
tècse < L textus > texte

 

1.2.3 Autres différences

Différence 6

 

Les sons (dentale + chuintante) « dj » et « tch » qui sont très courants en wallon, ne se rencontrent pas en français sauf dans des mots d’emprunt comme « djinn, gin ; match, tchèque ».

ex : « dj »  : dji (je), mindjî (manger), wadjî (parier) ;

« tch »: kèdje (charge), batch (bac), spotchî (écraser).

Le néerlandais ne les a pas non plus, mais ils sont très courants en anglais.

Le néerlandais a les sons « tch » en fin de mot seulement, suivis de /¶/ (ex. Pietje, jongetje, deurtje, …).

Nous trouvons « dj » au début d’un mot et « tch »au début, à l’ intérieur ou à la fin d’ un mot.

ex: Dji wadje qu’ i tchamosse . (= Je parie qu’ il moisit .)

 

 

Le français n’a pas non plus les combinaisons :

Différence 7

diphtongue : voyelle + w : dans un même mot:

 

anw lanwi ; anwîye (SW) languir ; anguille
auw (åw) (EW) tchauwe, rascrauwe corneille, mésaventure
aw trawer , bawer, naw trouer, aboyer, paresseux
âw âwe (SW) oie
euw reuwe, bleuw, creuweû rue, bleu, humidité
eûw eûwe (CW), seûwe eau, drain
èw èwîye aiguille
êw sêwer,  êwe (EW) drainer, eau
inw gninwer, linwe miauler, langue (partie du corps)
iw riwèdeû raideur
îw pîwer pépier
ouw touwer, souwer tuer, suer
oûw dji loûwe je loue
ow rowe, tower (EW) rue, tuer
uw ruwer, buwer, puwer ruer, lessiver, puer
ûw qui dj’ tûwe que je tue

 

Différence 8

diphtongue : voyelle + /j/ : dans un même mot:

 

aîy maîy (CW) mai
auy bauyî, rauyeû, Mauyin bâiller, arracheur, Maillen (loc.)
ây mâye (SW) maille
eûy gueûye gueule
êy bouwêye, valêye (SW) lessive, vallée
oûy oûy (SW) œil
oy roye, i ploye (SW) sillon, il plie
ôy djôye, crôye joie, craie

 

Différence 9

diphtongue : nasale + liquide dans un même mot:

 

an.m djan.me, tchan.me jambe, chambre
an.n an.nêye  année
in.m crin.me  crème
in.n crin.ner  grincer
inr tinre  tendre
on.n djon.ne, son.ner  jeune, saigner
onl i tronle il tremble

(SW) (Francard,1980)

 

Différence 10

Féminin de l’adjectif issu d‘un participe passé

 

L’adjectif issu d’un participe passé en wallon se prononce différemment au masculin et au féminin.

ex.: (F) gelé, gelée                             (W) èdjalé, èdjaléye

mangé, mangée                             mindjî, mindjîye

pelé, pelée                                     pèlé, pèléye

béni, bénie                                     bèni, bènîye

fini, finie                                       fini, finîye

enrichi, enrichie                            aritchi, aritchîye

 

Différence 11

Des combinaisons que ne possède pas le wallon, mais bien le français.

 

2 sons aa ahaner
aède
aérer
ay ahuri
éa agréable
éè linéaire
éé agréé, agréer
éi aldéhyde
éin acheuléen
éon accordéon
euy

oeil, seuil

NB : Le wallon « fauteuy » est un mot repris du français : le vrai mot wallon est « fautèle » (fém.).

ia antihalo
oa afro-asiatique
poétique
aloès
amiboïde
ua affouage
ya accentuation
accentué
actuel
yen affluence
yi amuïr
3 sons aj¶ ailleurs, aïeul
blw Blois
grw groin

 

1.3 Phénomènes d’adaptation particuliers au wallon

1.3.1 Assourdissement à la fin d’un mot

Différence 12

Les sonores deviennent sourdes à la fin d’un mot, qu’il soit suivi d’une consonne, d’une voyelle ou de rien du tout.

 

/b/ > [p] baube, sombe, tchambe barbe, sombre, chambre
/d/ > [t] gade, malade, rade chèvre, malade, vite
« dj » > [tò] mindje!, wadje! mange!, parie !
/g/ > [k] bague, cingue, ongue bague, ceinture, ongle
/v/ > [f] mauve, tro(u)ve! mauve, trouve !
/z/ >[s] gâz, tûze ! gaz, réfléchis !

 

1.3.2 Elision

Différence13

Elision en fin de mot, là où le français ne l’a pas : avec « -a », « -i » (« -u »), « -o », « -è ».

 

Ainsi, en est-wallon, et plus particulièrement dans le parler de La Gleize, le professeur Louis Remacle (ULG) avait relevé pour « -o »: « quu n’ djanhe » (que nous allions), « tu m’ prinds po ‘n-ôte ou po on-ôte » (tu me prends pour un autre), « c’ one fîe » (encore une fois pour : co one fîe) (comparez « il èst qu’ èvôye »,  à Xhoffraix, pour « il èst co èvôye » (il est encore parti)) (il y a bien élision et non aphérèse).

Notons avec « -i » : « l’ ome qu’ a vèyu l’ leup » (l’homme qui a vu le loup).

L’élision de l’ « u » atone (ou ailleurs « i »), ainsi que l’insertion de l’ « u » (ou « i »), voyelle épenthétique (« suteûle » (éteule))) sont régis par la règle des trois consonnes.  On dit « so lu dj’vau » (sur le cheval), « one suteûle », parce que le wallon ne prononce que les groupes de trois consonnes dont la dernière est « l » ou « r »: « one creûs » (une croix), « one plantche » (une planche). (Remacle,1937,37)

Aussi parfois avec « -ê » et « -é » : « Tês’ tu èt su m’ l’ è pâye », pour « èt su m’ lê è pâye » (et me laisse en paix), « pârl’ avou » pour « pârler avou » (parler avec).

 

ex : (W) élision de « -a »                                     (F)

(CW) « Ç’ a stî one vraîye rèvolucion au Saut (…) » (Gillain,1932,148) Ce fut une vraie révolution à Sart-Saint-Laurent.
(OW) « Ç’ a sti come èle l’ aveut dit. (Bal,1998,65) Cela s’est passé comme elle l’avait dit.

 

  1. : (W) élision de « -i »                                   (F)
(CW) « … i r’chone Alfonse d’ à l’ quincayerîye! » (Louis,1998) Il ressemble à Alphonse, de la quincaillerie !
(EW) « E bin, i s’ passe qu’ is m’ ont hapé m’ paletot, là. »  (Maquet,1987,140) Eh bien, il se fait qu’ils ont chipé mon paletot.
« Ça n’ lî va nin si må qu’ ça, avou s‘ rôbe di vroûl … »  (Prigneaux,1985,92) Cela ne lui va pas si mal, avec sa robe de velours.
(SW) « A dîj eûres, i s’ rupachét. » (Dupas, 1996, 8-9) A dix heures, il se rassasiait.
« Bin, dji n’ pou bin mâ d’ vos mète on cayèt insi ! » (Dedoyard,1993,13) Eh bien, je ne ‘peux mal’ de vous mettre une telle chose !

 

  1. : (W) élision de « -o »                                (F)
(CW) « N’ avans-ne ni vécë, à Djodogne, tot ç’ qu’ ë faut po p’lu oyu tot ç’ qu’ on pout d’mander ? » (Moureau Paul, 1943) N’avons-nous pas ici, à Jodoigne, tout ce qu’il faut pour pouvoir obtenir tout ce que l’on peut demander ?
« Qué timps alans-n’ awè ? » (in : VA 24/07/00) Quel temps allons-nous avoir ?

 

  1. : (W) élision de « -è »                                (F)
(OW) come d’ èfèt  (de la préposition « dè ») en effet
« … lès douwanes, ôzès gardes du trin èy’ asteûre, divant ç’ti-là qu’ lès-atôtcheut! » (de la conjonction « èyèt » (et)) (Fauconnier,1993,76) les douanes, aux gardes du train et maintenant, devant celui-là qui les abordait

Différence 14

Le français élide « si » devant « il(s) », mais pas devant « elle(s) ».

Le wallon élide devant « i, il, is » et aussi devant « èle(s), èlle(s), on ».

 

Si elle vient

Si elle a trop chaud

Si elles laissent

Si elles avancent

Si (l’) on vient

Si (l’) on a fini

S’ èle vint

S’ èlle a trop tchôd

S’ èles laîyenut

S’ èlle avancenut

S’ on vout

S’ on-z-a faît

 

  1. : (W) (F)
(EW) « On lingadje candje s’on s’ènnè chève. » (Dehousse,1998,2) Un langage change si on s’en sert.
« S’ èle gnâwetêye, c’ èst pace qu’ on n’ l’ a nin lètchî assez. » (Maquet,1987,61) Si elle miaule, c’est parce qu’on ne l’a pas suffisamment léchée.
(OW) « … l’ bia solèy du bon Dieu, qui pardone à tèrtous s’ o l’ vut bin. » (Renard 1984, v.1805) le beau soleil du bon Dieu, qui pardonne à tous si on le veut bien.
« S’ in djoû, vos passèz pa Fraune, fèyèz in p’tit toûr dins l’ Ruwèle à Leups. » (Haentjens, s.d.,7) Si, un jour, vous passiez par Frasne, faites un petit tour dans la Ruelle aux Loups.

Différence 15

En français, « qui » pronom relatif sujet ne s’élide pas.

  1. : (F) l’homme / celui qui a fait cela l’homme / celui qui vient

l’homme / celui qui avait fait cela               l’homme / celui qui venait

En wallon, « qui » pronom relatif sujet s’élide

  • devant les voyelles,
  • quand il est précédé d’une voyelle, devant une ou des consonnes non suivies d’une syllabe accentuée :
  1. : (W) « li cia qu’ brèyeûve » MAIS « li cia qui braît »  (celui qui pleurait)

« li cia qu’ danseûve »   MAIS « li cia qui danse » (celui qui danse)

« li cia qu’ fumeûve »    MAIS « li cia qui fume »  (celui qui fumait)

« li cia qu’ tron.neûve » MAIS « li cia qui tron.ne »  (celui qui tremblait)

 

Sauf devant:

1) /n/ + consonne: « li cia qui n’ conèt rin » (celui qui ne connaît rien) (mais « li cia qu’ nos-aveûve vèyu » (celui qui nous avait vus)) ;

2) /s/ + consonne: « li cia qui scrîjeûve » (celui qui écrivait) (mais « li cia qu’ signaleûve » (celui qui signalait));

3) /v/ + consonne: « li cia qui v’s-aveûve vèyu » (celui qui vous avait vu) (mais « li cia

qu’ vos-aveûve vèyu » (id.)) ;

4) /z/ + consonne: « li cia qui sbâre lès djins » (celui qui étonne les gens) (mais « li cia

qu’ sibâre lès djins » (id.)).

 

  1. :
(EW) « On n’ a d’djà qu’ saquants djoûs pâr an po s’ ripwèser ». (Qué timps alans-n’ awè ?, in : VA 24/07/00) (F) On n’a déjà que quelques jours par an pour se reposer.
(OW) « On n’ dit qu’ dès bièstrîyes. (Boitte Jacqueline, Ascoute, p.36, in: W+ L) On ne dit que des bêtises.

 

Différence 16

Le wallon n’a pas nécessairement une élision où le français en a une.

 

ex. : (CW) Ça èst bia.                     (F) C’est beau.

Ça èst bleuw.                         C’est bleu.

Ça èst câssé.                          C’est cassé.

Ça  è-st-en route .                  C’est en route.

Mais:      C’è-st-auji (Ça è-st-auji).      C’est facile.

C’è-st-on fèl, mi-n-ome.        C’est un dur, ce type-là.

 

1.3.3 Hiatus ou son de liaison

 

Différence 17

 

L’hiatus résulte de la chute de certaines consonnes étymologiques se trouvant en position intervocalique.

 

  1. a) Ainsi, « y » et « w » sont des semi-voyelles résorbant l’hiatus en wallon là où le français l’accepte.

 

Exemples en sud-wallon :

 

Y

– au début: « la-y-ôt » (là-haut)

– au milieu: après « a »: « payis » (pays), « è »: « tchèyîre » (chaise), « i »: « niyâ » (nichet)

– à la fin du mot: après « ê »: « anêye » (année); « î »: « vîye » (vieux); ou « vindouye » (vendue).

 

W

– après « oû »: « roûwe » (roue); « a »: « quawe » (queue) ; « ou »: « rouwale » (ruelle), « a »: « trawè » (trouer). (Francard, 1980,113-114)

 

Exemples en centre-wallon :

trawer /awe/ (F) trouer /ue/ payis /ajI/ (F) pays /εi/
djouwer /uwe/ jouer /ue/ sayî /aji:/ essayer /εe/
l(o)uwer /u-,ywe/ louer /ue/ loyî /Éji:/ lier /ie/
touwer /uwe/ tuer /ye/ Cayin /ajĩ/ Caïn /aĩ/
puwer /ywe/ puer /ye/ rèyél /εje/ réel /eε/
louwandjî /uwã/ louanger /uã/ rèyussi /εjy/ réussir /ey/
jèyant /εjã/ géant /eã/ mi-y-ome* (mon mari)

 

  • En est-wallon notamment, on trouve l’hiatus pour les adj. possessifs

« mu », « tu », « su » + C: « po m’ frére »; > /mj, tj, sj/ + V: « m’-y-ome », « t’-y-ovrèdje », « s’-y-âme ».  (Remacle, 1952, 337)

            En centre-wallon, « po m’-y-ome, po t’-y-ovradje », mais « si-t-âme » (« qui l’ Bon

Diè eûche si-t-âme »).

 

  1. :

(OW) « Nosse pawon (…) /

S’ a r’trouvé sins lès plumes di s’ queuwe… » (Lardinois,1995,57)

(F) Notre paon s’est retrouvé sans les plumes de sa queue.

 

Différence 18

  1. b) Le wallon n’évite pas l’hiatus dans certains cas où le français l’évite.

 

dins / on corti dans È un jardin
il ont / avancî ils se sont È avancés
on p’tit/ èfant un petit È enfant
li pot / au bûre le pot È au beurre
quand / il a stî èvôye quand È il a été parti
sins / ascauchî [5] sans È enjamber
sins / assayî sans È essayer

 

Ainsi, il n’ y a jamais de liaison après le -s du pluriel :

  1. : (F) « les gens /-z-/ assis près de la grande porte »  (W) « lès djins // achîds dé l’ grand uch » mais dans « di timps-in timps » (de temps en temps) : il s’agit cependant ici d‘un emprunt au français ; (F) les enfants intelligents ; (W) « lès-èfants // ont v’nu. »
  2. :
(EW) « … on djowe qwand on-z-a fini sès-ôtes / ovrèdjes. » (Warnier,1988,6) (F) On joue quand È on a fini ses autres tâches.
« Qu’ èst-ce qui ça pout fé qu’ tot / èva-st-à poûssîre… » (Georges Victor, Dj’ a roté èt roté, p.88, in: W+ L) Qu’est-ce que cela peut faire si tout part en poussière.
(SW) « On p’tit / avion passe o d’zeû do Sahara. » (Leroy,1999) Un petit È avion passe au-dessus du Sahara.

 

Différence 19

c) Consonnes de liaison servant à éviter l’hiatus, propres au wallon.

 

« gn » gn- « I gn-a one saquî. » (il y a quelqu’un)
/n/ -n-

« mi-n-ome » (ce type-là)

 

NB : « -n- » : « à » + « -n- » + « on/on-/onk/one »: « à-n-onk », « à-n-one ôte ». (« -n- »   < « èn- » ) (Remacle,1937,40)

/st/ -st-

«Il è-st-èvôye. » (il est parti)

« Is sont-st-o pènin. » (Ils ont des soucis)

 

NB : « -st-« : « t’ è-st-one bièsse » (2e p.); étymologique dans: « di-st-i », « plê-st-i ? », « s’ u plêst-â bon Diu » (s’il plaît au bon Dieu). (Remacle,1937,40)

/z/ -z-

« On-z-a tèlèfoné. » (on a téléphoné)

« po-z-apontyî sès cayèts » (pour préparer ses habits)

 

NB :

pluriel + « z » + V: « dès-omes », « dès grands-âbes », et finale sonore des cardinaux « deûs- », « treûs- »: « deûs-omes », et des impératifs: « djans-è », « alez-è ». (Remacle,1937,40)

 

« -z-«  est devenu consonne de liaison: « va-z-è », « duvant-z-îr », « vint-z-omes », « trop-z-âhi », « tot-z-èwèré », « tot-z-ovrant », « po-z-ovrer », « à-z-ovrer », « dè-me-z-è » (donne m’en), « minez-me-z-i » (menez m’y), « dunoz-me-z-è » (donnez m’en) ;

de même, l’ adverbe « i »: « rin à-z-i fé ». (EW) (Remacle,1937,40)

 

NB : « -t- »  : comme en français: « boudje-t-i ? », « vinrè-t-on ? »

 

  1. : (W) « -st- »                                             (F)
(CW) « …, dj’ a sti à scole dë ç’ timps quë l’ mêsse èstot-st-èvôye. » (Gaziaux,1987,163) Je suis allé à l’école pendant que le maître était parti.
(EW) « Èlle èst come ine mêtrèsse qu’ on pout-st-in.mer sins trop’ savu poqwè. » (Fontaine Guy, Èle, p.84, in: W+ L) Elle est comme une maîtresse qu’on peut aimer sans trop savoir pourquoi.
(OW) « …, èl breune è-st-arivèye èyèt m’nonke dwat s’ inraler. » (Painblanc,1984,67) Le crépuscule est arrivé et mon oncle doit retourner chez lui.

 

  1. : (W) « -z- »                                             (F)
(CW) « Li grand momint a fini pa-z-ariver. » (Brener,2001,22) Le grand moment a fini par arriver.

(EW) « A Stâvleû, i gn-a on monumint /

Po-z-onorer leûs mwèrts, (…) » (Elgé,1994)

A Stavelot, il y a un monument pour honorer les morts.
(OW) « … gn-aveut pus qu’ à s’ bachî pou-z-è rimpli dès banses » (Fauconnier,1993,77) Il ne restait plus qu’à se baisser pour en remplir des mannes.
(SW) « Dins nos p’tits viyadjes, on-z-î wâde co dès bèlès plèces, … » (Lhote Jean-Marie, L’ Ârdène, AL) Dans nos petits villages, on y conserve encore de belles places.

 

Différence 20

N.B. En wallon, on insère parfois un « -d- » à l’intérieur d’une locution prépositionnelle ou adverbiale.

ex :

(CW) « … one clotche à mantche di-d-quand l’ pa da Françwès èsteut ièrdî. » (Laloux,1969,51) (F) une cloche avec un manche datant de l’époque où le père de François était pâtre
(EW) « Du-d-là, nos-aporçûvans lu bê tchèstê du Sclassin … » (Fagnoul, 1980,41) De là, nous apercevons le beau château du Sclassin.
(OW) « In grand bos / Pus grand qu’ lès céns di-d-pâr-ci … » (Fichet-Doffiny Marie-France, Afrika, p.66, in: W+ L) Un grand bois / Plus grand que ceux de cette contrée.

 

1.3.4 Assimilation

Différences 21/22/23

 

L’assimilation en wallon est régressive et progressive :

 

régressive[6]
S- + S+ > S+ S+[7] « one dimande » /t/ > +  S+ « one dimande do  /d d/ ministêre » (une demande du ministère)
«one baube » /p/  >  +  S+ « one baube di /b d/ 4 djoûs » (une barbe de 4 jours)
«rodje » /tò/ > + S+ « dès rodjes-ûs » : ‘djz’ (EW : Remacle,1937,41) (des yeux rouges)
S+ + S- > S-S-[8] « dji so » (je suis) (‘dj’) > +  S-

« li feume qui dj’ so »: > /tò/ + /s/ (la femme que je suis)

 

progressive
S- + S+ > S-S-

« tchivau » /tòIv/ > « on tch’vau » /tòf/

« tchuvè  > « on tch’vè » (SW)

« tchuvîe » > « tch’vîe » (SW)

cheval

cheveu

cheville

 

NB:  S-: pour consonne sourde; S+: pour consonne sonore.

 

Différence 24

« Di, mi, ni, ti, qui » deviennent « dè, mè, nè, tè, què » devant un pronom personnel complément commençant par un « l »  (CW).

  1. : (CW) Il ont rovyî l’ dîre. (F) Ils ont oublié de le dire.

I l’ dôrè.                                Il me le donnera.

I l’ dit nin.                              Il ne le dit pas.

I l’ disboterè.                          Il te la déshabillera.

                  C’ èst mi què l’ vè.                     C’est moi qui le vois.

 

1.3.5 Epenthèse

 On obtient une épenthèse quand une syllabe, une voyelle ou une consonne sont intercalées au milieu d’un mot.

 

Différence 25

En français, pas en wallon

Ainsi, le latin « ponere » a donné en français « pondre » et en wallon « ponre », « tenerum » a donné « tendre » en français et « tinre » en wallon.

 

Différence 26

En wallon, pas en français

 

Pas de voyelle épenthétique après une finale vocalique: Voyelle épenthétique après une finale consonantique:

sbarè         (étonner)

po scrîre   (pour écrire)

po stronlè (pour étrangler)

lès spales  (les épaules)

lès stofes   (les étoffes)

po l’ sibarè    (pour l’étonner)

do l’ sicrîre   (de l’écrire)

po l’ sitronlè  (pour l’étrangler)

vosse sipale  (votre épaule)

do l’ sitofe    (de l’étoffe)

(SW) (Francard,1980,111)

 

Autres exemples :

(CW) « A-dje sitî à l’ dicauce avou li, foû d’ tot, paujêre dissus Moûse! » (Louis,1998) (F) Combien de fois ne suis-je pas allé à la fête avec lui, hors de tout, calmement sur la Meuse !

« Vinoz, man, vos r’pwaser dè l’ vîye, /

Tote siblarîye ètur mès brès. » (Guillaume,2001,16)

Viens, maman, te reposer de la vie, / Toute blême, dans mes bras.

 

« Dj’ a stî au mârtchi. » (Léonard,1969,690) Je suis allé au marché.
(EW) « Il acorèt d’ tot costé, (…) is s’ sipârdèt tot-avâ. » (Seret René, Lès grands vints, CW 2/88, p.20-32) Ils accouraient de tous les côtés, ils se répandaient partout.
« I s’ sitåréve so tot. » (Houbart-Houge, 1973) Il s’étalait sur tout.
(OW) «  … lès djins vos t’nît à gougne avou leûs-ouys sipitants,… » (Fauconnier,1993,78) Les gens vous tenaient à l’œil avec leurs yeux alertes.
« I fieut lès bidons, li djoû qui s’ feume èsteut ‘ne miète sicranse … » (Li p’tit Djan d’Font’ni, Li djône veuve, Le Messager de Châtelet, 14/1/93) Il faisait la vaisselle, le jour où sa femme était un peu fatiguée.
(SW) « … après l’ pont, t’ avos ène dêrine pitite gritchète duvant d’ ariver à l’ sutâcion. » (Mahin,1984,57) Après le pont, tu avais une dernière petite côte avant d’arriver à la gare.
« Lu londemwin, bon pa a quité lu cwin do l’ sutûve. » (E. Pêcheur, Lu p’tit mènujî, AL) Le lendemain, grand-père a quitté le coin du poêle.

 

1.3.6 Prothèse

Une prothèse est l’addition d’une phonème au commencement d’un mot (ex. : latin « scala » > français « échelle »).

 

Différence 27

En wallon, ce phénomène est courant dans la partie occidentale de l’ouest-wallon pour les mots commençant étymologiquement par « s » + consonne (L « stella », « spina », …).

 

La voyelle de prothèse ne se réalise que dans les cas suivants :

–  à l’initiale absolue (après une pause) ou derrière un mot à finale consonantique:

« ène èspène » (ou « is-« ) (ou « ène sipène » (une épine) (ailleurs)) mais « dès spènes ».

– dans les mots dérivés au moyen du préfixe correspondant au français « re-» , lorsque la

forme de base est à initiale consonantique (type RE + VENIR):

– à l’ouest: prothèse vocalique dans les conditions décrites ci-dessus:

« èr’vènez ! », « èle èr’vint », « i r’vint » ;

– à l’est: (Châtelet) a) à l’initiale absolue: « riv’nèz ! » ou « rèv’nèz ! » mais « rivéns ! »;

  1. b) derrière consonne: « èle rivént » ;
  2. c) derrière voyelle: « i va riv’nu » ou « i va r’vènu » mais « i r’vént ».[9]

(Carlier-Bal, 1985, XIX)

 

  1. :
(OW) « Pont d’ douches pou s’ èrlaver! » (Ecomusée,1985) (F) Pas de douches pour se laver !
« Du sûs ‘ne miyète èscrand … » (id.,p.35) Je suis un peu fatigué.

 

1.3.7 Syncope

La syncope est la suppression d’un phonème (ou d’une syllabe) à l’intérieur d’un mot.

En wallon, on trouvera des cas de syncope avec les phonèmes « i » (« u »), « è » et « o ».

 

Voyelle caduque

Une voyelle dans la première syllabe d’un mot disparaît après une finale terminée par une voyelle et avant une syllabe commençant par une consonne.[10]

 

Différence 28

En wallon, dans certains cas, les voyelles « -i- » (« -u- »), « -è- » ainsi que « -o- »[11]  sont caduques dans une syllabe initiale après une finale terminée par une voyelle et avant une syllabe commençant par certaines consonnes.[12]

 

Voyelle caduque « -i- » 

après :

D

peu de mots:

d_m

d_n

d_v

 

d_z

 

d(i)méy (demi), d(i)mwin (demain)

d(i)ner (donner)

d(i)vant (devant) et dérivés, d(i)vise (propos) et dérivés, d(i)vu (devoir) ; d(i)vins (dedans (EW))

d(i)zeû (dessus), dizos (dessous)

DJ

rare:

dj_m

dj_n

dj_v (< tch_v): après syllabe masculine (Haust, 193, 647)

 

Dj(i)mèpe (Jemeppe-sur-Meuse) (EW)

dj(i)no (genou), dj(i)nolîre (genouillère) (EW)

tch(i)vå (cheval) > li dj(i)vå; tch(i)volî (conducteur de chevaux de halage) (EW)

TCH

tch_m

tch_v

tch(i)minéye (cheminée), etc.

tch(i)vau, etc.

P

rare : seulement :

p_ch

p_t

 

p(i)chi (pisser) ;

p(i)tit, p(i)titèsse = p(i)titeû (petit, petitesse) (CW)

T

rare : seulement :

t_n

 

t(i)nu, t(i)nûwe (tenir, tenue) (CW)

K

rare: seulement:

k_b

k_m

k_n (EW, SW)

 

k(i)bin (combien) (EW)

k(i)mint (comment) (EW)

k(i)nohe (connaître); k(i)noye (quenouille) (EW)

R

rare:

r_n

 

r(i)naud (renard) et dérivés (CW)

S

peu de mots avec:

s_f

s_m

 

s(i)faît(emint) (pareil(lement))

s(i)mèle, s(i)mince et dérivés

V

rare:

v_n

 

v(i)nu (venir) (CW)

Préfixes

D(I)-

D(IS)-

Courant

d(i)bout (bout), d(i)djunè (déjeuner) (CW,SW)

d(is)halè (débarrassser) (SW),

d(is)tchaus (déchaus) (CW)

R(I)- Courant r(i)clawè (clouer de nouveau) (CW,SW), r(i)vèy (revoir) (SW)
K(I)- Courant en EW / SW

k(is)soukè (frapper à coups de corne) (SW)

k(i)bate (battre (un mélange), k(i)machî (embrouiller),

k(i)piter (frapper de force coups de pied)

 
Pronoms / adjectifs monosyllabiques

DJ(I)

T(I)

 

M(I)

L(I)

S(I)

 

C(I)

= je

= tu (forme (très) familière)

= me

= le

= se

 

= ce

Dji n’ a rin faît. > Sûr qui dj’ n’ a rin faît !

Ti n’as ….         > …         t’  n’ as ….

 

Ele mi vindrè ça. > Sûr qu’ i m’ vindrè ça !

Ele li vint r’prinde. > Sûr qu’ i l’ vint r’prinde.

Ele si gobe !          > Sûr qu’ i s’ gobe.

 

Ci n’ èst nin l’ vraî! > Sûr qui ç’ n’ èst nin l’ vraî !

 

  1. :
(CW) « … n-a d’djà dès cës qu’ ont r’vënë. » (Gaziaux,1987,154) (F) Certains sont déjà revenus.
(EW) « Vos r’grèterez l’ timps pièrdou… » (Warnier,1988,6) Vous regretterez le temps perdu.
(OW) « divant ç’ti-là qu’ lès-atôtcheut! » (Fauconnier,1993,76) devant celui-là qui les abordait
(SW) « (…) one saquî qui r’vint di s’ preumîre ovradje. » (Leroy Willy, Li toûrsiveûs (G. Willième), AL) quelqu’un qui revient de son premier travail

 

Voyelle caduque « -è- »

 

  1. : avec « dédjà » (déjà), « lès » (les), « dès » (des) : « èlle èst d’djà là » (elle est déjà là), « c’ èst-on film po l’s-èfants » (c’est un film pour enfants), « dj’ ènn’ a vèyu d’s-ôtes » (j’en ai vu d’autres).

 

(CW) « On-n-aleûve tos l’sans avou marëne à (…) l’ Wastëne… » (Gaziaux,1987,275) (F) On allait chaque année avec marraine à Wastines.

(OW) « C’ èst d‘djà li . » (Deprêtre,1942,84)

in d’bout d’ chike (id.)

C’est déjà lui.

un petit homme

« In lîjant l’s-ancyins lîves, nos l’ trouvons

ravikî. » (Renard,1890,84)

En lisant les anciens livres, nous le trouvons ressuscité.

 

 

Voyelle caduque « -o- »

 

  1. :
(CW) « … rotant pa-t’t-avau l’ sauvlon, … » (Doumon,2002,14) (F) marchant à travers tout dans le sable
« … quand nos n’s-avans ètindu avou Fanîye … » (Gillain,1932,148) Quand nous nous sommes entendus avec Stéphanie.
(EW) « Ay-ay-ay! Vos v’sî avez må pris, èdon, mi-èfant! » (Maquet,1987,32) Aïe ! Tu t’y es mal pris, n’est-ce pas, mon enfant !

 

Différence 29

En wallon, il existe une syncope d’un « o » intérieur dans la conjugaison de deux séries de verbes:

  • « voleûr », « poleûr » (vouloir, pouvoir) (EW : = « v(o)lu », « p(o)lu » (CW)):

« come vos v’loz » (comme vous voulez), « i n’ p’la » (il ne put), « s’ is p’lèt » (peuvent) (EW) ;

  • en est-wallon (au moins dans le parler de La Gleize), certains verbes en « -ower »: « tower », « atower », « bower », « sower », « rumower » (tuer, tutoyer, faire la lessive, sécher, remuer) :

« nos l’ twans », « i l’ atwéve », « èle va bwer », « i fâreût swer », « il èst rumwant »

(nous le tuons, il le tutoyait, elle va faire la lessive, il faudrait sécher, il est

remuant).[13]

 

  1. :
(SW) « One fwârt bèle comére qu’on p’lot prinde por one sicolîre … » (Leroy Willy, Li toûrsiveûs (G. Willième), AL) (F) une fort belle femme que l’on pouvait prendre pour une écolière

 

1.3.8 Aphérèse

L’aphérèse est la suppression d’un son (ou d’une syllabe) à l’initiale d’un mot (ex: le français « lors » pour « alors »).

 

En wallon, on aura des cas d’aphérèse avec les sons « i » , « o » , « è »  .

 

Différence 30

Aphérèse en wallon, pas en français avec quelques mots perdant leur voyelle initiale après une voyelle.

 

« i- »  avec le pronom sujet « il », « èl(l)e » à l’intérieur des phrases (entre voyelles)                                                 ex. :

(CW) « …, l’ cë qu¨d’véve fé lès vôyes dë Djodogne, (…) è bén!, ‘l èstot nèyi quand ‘l arëvéve. » (Gaziaux,1987,152) (F) Celui qui devait se rendre à Jodoigne, eh bien, il était trempé quand il arivait.
(CW) « … Mins ‘l èst si taurd / Po fé riv’nu lès tchaurs. » (Guillaume,2001,23) Il est si tard / Pour faire revenir les chariots.
(SW) « Quand  ‘l avéve beû s’ gote, i rintréve. » (Francard,1980,205) Quand il avait bu sa goutte, il rentrait.

 

« o- »

  1. : (W) (F)
(EW) « Po ‘ne zafe, c’ è-st-ine lêde, ine foû lêde èco. » (Maquet,1987,20) Pour une taloche, c’en est une laide, une très laide.

 

« è- »

  1. : (W)                                                             (F)
(OW)  « Du sûs ‘ne miyète èscrand … » (Ecomusée,1985,35) Je suis un peu fatigué.

 

Aussi avec le pronom sujet « èl(l)e » à l’intérieur des phrases (entre voyelles) :

(SW) « Quand ‘lle ârè vindou s’ mohon, èle s’rè ritche. » (Francard,1980, 205) Quand elle aura vendu sa maison, elle sera riche.

De même avec « èco » (encore): « il èst co là » (il est encore là), « i vike co » (il vit encore); « ènnè » (en):  « i ‘nn’ a » (il en a), « i ‘nnè sét » (il en sait).[14]

1.3.9 Flexion

La flexion est un procédé consistant à ajouter à la racine du mot des désinences exprimant des catégories grammaticales ou des fonctions syntaxiques.

 

Différence 31

La flexion de l’adjectif qualificatif féminin pluriel antéposé (la forme « -ès ») est typiquement wallonne.

Suivant Elisée Legros (ULG), « la plus grande partie du domaine wallon, et dans une certaine mesure, la Picardie septentrionale connaissent l’adjonction d’un « è » (et devant voyelle

« -èz »), écrit « ès » (« ès- » devant voyelle) à l’adjectif féminin précédant immédiatement le substantif ». (Legros,1981,161)

 

Exemples en sud-wallon: « dès bèlès crompîres » (de belles pommes de terre) ; « quékès djins » (quelques pesonnes) ; « dès blankès pîres » (des pierres blanches) ; « dès vètès poumes » (des pommes vertes); « dès cûtès peûres » (des poires cuites) ; « dès grossès bièsses » (de grosses bêtes) ; « dès longuès /-k-/ plantches » (des planches longues); « dès pôvès /-f-/ djins » ; « dès brâvès /-f-/ fèmes », etc.  (Francard,1980,178)[15]

Exemples en est-wallon : « dès bèlès mohones », « dès bèlès mâhons » (Ard. liég.) (Legros,1981,162)

En ouest-wallon : (Coppens, Grammaire aclote) (Nivelles) « suwer à grossès goutes », « dès p’titès djins », « dès viyèyès-istwâres ».

En centre-wallon : « dès laîdès /t/ djins », « dès blankès fleûrs ».[16]

 

  1. :
(CW) « one tchèréye di bèlès vètès sètchès chètes … » (virelangue connue) (F) une charretée de beaux morceaux de bois, verts et secs (« chète » = morceau de bois fin)
(EW) « so l’ trèvint d’ cinquès longuès-an.nêyes » (Houbart-Houge Jeanne, Ine amoûr, p.113-114, in: W+ L) pendant cinq longues années

« Totès min.mès blankès-âmes

qu’ on n’ veût nin » (Chastelet,1990,7)

toutes mes âmes blanches que l’on ne voit pas
(OW) « « … Quand mès sètchès lèpes sont r’mouyîyes. » (Henry Pierre, Soul’rîye, p.108, in: W+ L) quand mes lèvres sèches sont humectées
« … èn léchèz nîn arachî vos racènes pa lès bèlès promèsses qu’ on vos splike … in francès. » (Duval Félix, Si vos volez scrîre in walon, p.72-73, in: W+ L) Ne laissez pas arracher vos racines par les belles promesses que l’on vous explique … en français.
(SW)(+ rare) « Po v’ ragoster one miète, dj’ apwate dès bounès vôtes. » (Ninah l’ Ardennaise, Lu r’warit-tot, in: Francard, 1982) Pour vous faire reprendre appétit, j’apporte de bonnes crêpes.

Différence 32

L’adjectif numéral cardinal « mile » fait « milès » devant un féminin pluriel.

ex.:

(CW) « … dès milès grossès pates di leups » (A. Laloux, in : CW, avril 1981, p.53) (F) des milliers de grosses pattes de loup

 

1.3.10 Etymologie / évolution phonologique

Différence 33

Le « -s- » de « baston, coster, pausse, bièsse, wèspe, vèrdausse, maîsse, mèstî, … »  (bâton, coûter, pâte, bête, guêpe, verdâtre, maître, métier, …) provient du latin et a disparu en français.

 

Son maintien rappelle celui des deux « 1 » de « illa » : « ille (a v’ni) » ou « èlle (a v’ni) ». (Remacle, 1952,36)

 

Différence 34

Déformations

On retrouve dans diverses langues romanes et germaniques des modifications consonantiques à l’écart de l’évolution phonologique de leurs sœurs.

  1. : ESP « coronel » / I « colonel » ; N « donker », ALL « dunkel »; F « corridor » , W « colidôr » ; D « Säbel » > F « sabre » ; L « titulum » = NL « titel », ENG « title », ALL « Titel » et F « titre » ( à côté de « titulaire »).

De même, le latin « capitulum » = NL « kapittel » , F « chapitre » ; L « epistola » – F « épître ».

 

Ainsi, le wallon a parfois conservé davantage certaines consonnes étymologiques, contrairement au français :

1) L « palea » (balle de blé) > W « paye » (balle de blé) – F « paille » (tige de blé)

2) Francique * « hapja » > W « hèpe » – F « hache »

3) L « oleum » > W « ôle » – F « huile »

4) L « berbex » > W « bèrbis »  – F « brebis »

5) Gr « bérullos » > W« bèrikes » – F « bésicles »

1.4 Catégories grammaticales

1.4.1 Pronom

Pronom relatif

Différence 35

Il y a en wallon une différence de prononciation et, par conséquent, d’orthographe, entre le pronom relatif « qui » /kI/ et le pronom interrogatif « quî » /ki/ ; le français ne fait pas cette différence.

  1. : (F) Qui ? – L’homme qui travaille là-bas. (W) Quî ? – L’ ome qui boute lauvau.

Qui dites-vous ?                                          Quî d’djoz ?

l’ oiseau qui s’ enfuit                                   li mouchon qui pète èvôye

Y aille qui veut                                             Î vasse quî vout

           – dans les proverbes :                                     

             Qui naît chat égratigne.                                 Quî (qu’) vint d’ tchèt, grète.

                                                                                   Quî vint d’ poye grète. (Remacle,1937,47)

 

1.4.2 Nom

Différence 36

En wallon, il n’y a pas de différence de prononciation entre le singulier et le pluriel des noms.

  1. : (CW)     (F)
on tch’vau dès tch’vaus un cheval des chevaux
on vitrau dès vitraus un vitrail des vitraux
on-ouy dès-ouys un oiel des yeux
on-ou dès-ous un oeuf des oeufs
on boû dès boûs un boeuf des boeufs
on canâl dès canâls un canal des canaux

 

 

 

[1] Les traits phonétiques différents entre le wallon et le français n’ont pas été traités. Relevons le ‘u’ de ‘fistu, lune, nuk, ruke’ en wallon, différent du ‘u’ français comme dans ‘but, russe’.

 

[2] Comparons aussi les sons de « tchaîr » (tomber) et « tchêr » (cher) ; do « lêre » (lierre) et di « l’aîr » (air) .

[3] Le phonème /h/

Dans les parlers de l’est-wallon, le /h/ est un phonème unique, qui connaît deux variantes phonétiques : un H laryngal, dit « aspiré », à l’initiale (de mot, de syllabe) , et un H fricatif en finale (de mot, de syllabe). Le parler de Tenneville ne présente plus que la première de ces réalisations, le H final étant devenu inaudible, ou étant remplacé par une chuintante.

Les occurrences du /h/ étant rares, nous n’avons pu relever qu’ un nombre réduit de couples paronymiques.

h / r :

« Hèsse » (hêtre), « rèsse » (reste) ; « hârt » (hart), « râre » (rare) ; « hosse » ((il) secoue), « rosse » (rosse) ; « hote » (hotte), « rote » ((il) marche, ou piste (de lièvre)) .

h / g :

h / k :

h / « ensemble vide » (morphème zéro)

« Hèsse » (hêtre), « èsse » (être) ; « hâje » (barrière), « âje » (aise) ; « hasse » (hâte), « as’ » (as (carte à jouer)).

Phonétiquement /h/ se réalise comme une sourde. (Francard, 1980, 269)

[4] Lucien Wauthy, insp. ens. prim., Lux dial., 1984, n° 1, op.32

« Les lettres en français – mais qui se prononcent en wallon: lu stoumak, trop’. »

 

[5] Sins / + verbe ; sins- + nom : (CW) « sins-ârmwêre » (sans armoire), « sins-ome » (sans homme), « sins-uch » (sans porte)

[6] (SW) Parfois, l’ assimilation affecte plus profondément la nature de la consonne : i n’ meure , il demeure’ ; a n’ mwin , à demain’ ; deûs-eûres èt n’mèy ‘deux heures et demi’ . (Francard,1980,177)

(EW) C + liquides «  m/n »:  « d » > « n », « dj » > « gn »: « dj’ a n’ mandé », « abandener » > « aban.nener », « an’mirer », « dj’ a d’noké » > « n’noké »; « à dj’nos » > « à gn’nos » et par une seconde assimilation: « à gn’gnos ». (Remacle,1937,41)

 

[7] Les consonnes étymologiquement sonores présentent généralement une variante sourde lorsqu’elles sont suivies par une consonne sourde.

Exemples : « l’ âBe tint co » [p] ; « li fîVe tourne » [f] ; « li lîVe pète â djâle » [f] ; « one pôVe fème » [f] ; « one lâdje cougnêye » [tò] ; « one roDJe cawe » [tò] ; « one sâvaDJe fème » [tò] ; « pièDe si tins » [t] ; « one granDe cote » [t], etc. (Francard,1980,176)

Par contre, les consonnes étymologiquement sourdes présentent généralement une variante sonore devant une consonne sonore.

Exemples : « li goTe do tchèt » [d] ; « one monSe vatche » [z] ; « one fwaTe djint » [d] ; « à stok dins one warbîre » [g] ; « li mêSSe di scole » [z] ; « noSSe bê tchin » [z], etc. (Francard, 1980,177)

Précisons que les chuintantes et les affriquées sourdes résistent mieux à l’assimilation devant une consonne sonore : « l’ uCH di d’vant [ò]  ou ‘j’ ; « i bouCHe do pîd » [ò] ou ‘j’ ; « li manTCHe do l’ hèpe » [tò] ; « li foTCHe do stâve » [tò], etc.

Entre voyelles, les consonnes étymologiquement sonores présentent généralement une variante sourde.

Exemples : « l’ âBe èst djus » [p] ; « li tâVe èst plin.ne » [f] ; « li granDe êwe » [t] ; « do l’ pôVe avon.ne » [f] ; « couDe âs neûjes » [t]; « on doBe uch » [p] ; « finDe â bwès » [t], etc.

A l’intérieur du mot, on observe des assimilations régressives et progressives.

Assimilations régressives

Exemples : « â D’chindant » [t] ; « à pîds D’châs » [t] ; « il èst tot c’bîjè » [g] ; « à c’bin » [g] ; « il èst tot Sbarè » [z] ; « i n’ èst nin d’ aSgur » [z], etc.

Devant voyelle, la sonorité “étymologique” réapparaît: « dischinde », « kibîjè », « sibarè ».

 

En position intervocalique,les fricatives « s » et « f » se sonorisent:

« dès grozès crâzès vatches »; « dès noûvès mâhons »; « vins-se avou? » /z/; « vinroz-ve avou? » /v/  à côté de « vinroz-ve? » /f/; « hôve à coûsse » mais « /è l hôf/ »; « lu cofe èst èvôye » ( le coffre est parti) /v/.

Cp. « dès lonGUès /k/ péces », (de longues perches); « dès freûDès /t/ pîres » (des pierres froides); « dès tèriBès /p/ bièsses » (de terribles bêtes), « dès roDJès /tò] bièsses » (des bêtes rouges); « dès ronDès /t/ tâves » (des tables rondes). Ici les plosives restent sourdes.

Ex.: « à l’ Rodje Êwe » : ‘dj’, l.-d. à l’Eau-Rouge (Francorchamps). (Remacle,1937,41)

[8] Les groupes biconsonantiques (ou triconsonantiques avec muta + liquida) présentent des processus d’assimilation régressive: on peut le constater en faisant commuter le deuxième segment consonantique.

Exemples : « i V’ prindrè » [f] , « i T’ dinrè » [d] , « i s’ dène » [z]. Comp. « i V’ dinrè » [v] , « i T’ prindrè » [t] , « i S’ tint » [s]. (Francard,1980,224)

 

[9] En ouest-wallon, la voyelle de prothèse peut être suivant les endroits dans certains cas: « è » ou « i »: « èscole » / « iscole » (école). (Carlier-Bal, 1985, XIX)

 

[10] Cependant, on trouve en centre-wallon : « r(i)ièsse » : être de nouveau.

[11] En ouest-wallon, le timbre de la voyelle, éventuellement caduque, de la syllabe prétonique est sujet à variation:

« è/i »: éventuellement « u » avec une consonne labiale: « tchèvau », « tchivau », « tchuvau » (à côté de « tch’vau » dans certaines conditions de phonétique syntactique); « lèver » / « luver » (non « *l’ver », à côté de « l’ver »); « djèmi » / « djumi » (non « *djimi »).

(Carlier-Bal, 1985, XIX)

Dans le sud-wallon, on retrouve « i » : « tch(i)vau », « tch(i)vè », « tch(i)noule » (occiput) ; « d(i)mwin », « d(i)mèy », « d(i)zos », « d(i)zeû » ; « k(i)tayè » (tailler sur mesure), « k(i)machè » (mélanger de fond en comble), « k(i)bèzècè » (manipuler, remuer) ; « s(i)mince », « k(i)nuche ».

Parfois « è » : « tch(è)minéye », « tch(è)mîje », « p(è)tit », « t(è)nou », « v(è)nou ».

(Francard,1980,94/98/105/109/110)

En est-wallon, « i » (et en certains endroits « u ») : « d(i)ner » (« d(u)ner ») (donner), « k(i)bate » (« k(u)bate »), etc. En centre-wallon, « i » : « tch(i)vau », « d(i)ner », « s(i)mince », « p(i)tit », « t(i)nu » (tenir), « v(i)nu », « r(i)naud » (renard).

 

[12] Pour « o »  : « v(o)ci », « v(o)là » (voici, voilà) (CW) . Voir aussi plus loin « Syncope ».

[13] Ici, la tendance de la liquide « l » et de la semi-C « w » à se souder aux plosives ou à « s » provoque la chute de l’ « o » atone. (Remacle,1937,39)

 

[14] Egalement :

« il », « ille »,  « èlle »(EW) : « adon (is) v’nint so volà »; « adon, ‘l a v’ni », « qwand ‘le vuna », « qwand ‘ll’ ont v’ni », « duvant ‘le nu v’nèhe » (avant qu’elles ne viennent), « qwand qu’ v’ni ». (Remacle,1937,38)

On dit : « adon v’na » ou « v’nint so volà » (alors il vint ou ils vinrent vers ici); mais « adon ‘le vuna », « ‘le vunint so volà », « qwand v’na » mais « qwand ‘l a v’ni » (devant voyelle, au masculin), « qwand ‘le vuna », « qwand ‘lle ont v’ni » (au féminin).

L’aphérèse coïncide en général avec l’omission de la conjonction « quu », que. En fait, c’est « qu’ i » qui disparaît.

On dit « qwand qu’ n’ è nin là » avec la conjonction ou plutôt « qwand n’ èst nin là » sans la conjonction;  de même, on dit plutôt « qwand ‘l è là » que « qwand qu’ (il) èst là ».

Au féminin, le pronom subsiste: « qwand ‘lle èst là », « qwand qu’ èlle èst là ».

Dans ce parler, le pronom s’abrège jusqu’à disparaître mais il ne semble pas qu’il s’omette.

(Remacle,1937,38-39)

 

[15] « A Bastogne, les finales « -ès » ont disparu aujourd’hui, mais on trouve encore « dès bounès vôtes » dans Lu rwarit tot d’Emma MATHELIN (rédigé au début de ce siècle) ; de même, « dès mâlès fèmes » dans la version de la Parabole de l’ enfant prodigue pour Bastogne. »

« On constate que toutes les consonnes précédant la finale « -ès » sont sourdes, ce qui s’écarte du processus de dérivation en wallon (et en français). »  

« En liégeois et en gleizois, la corrélation de sonorité est maintenue pour les occlusives, mais neutralisée pour les fricatives : « dès grozès pîres », « dès brâvès djins » ; mais « dès grandès /-t-/ fignèsses », « dès sâvadjès /-t∫-/ bièsses ». » (Francard, 1980,180)

 

[16] Néanmoins, il est nécessaire de nuancer cette règle générale suivant les cas et les régions. (Legros,1981,161-189) Ainsi, dans le sud-est de l’est-wallon, tous les adjectifs-participes passés et ceux de forme analogue en « é », « i », « ou » ne changent pas au féminin : « one trawé(e) tchâsse », « one âhi(e) ustèye », « one vîhe fème qu’ èst tote bahou(e) » (baissée, courbée), « èlle è djinti(e) » (gentille), « du l’ crou(e) tchâr » (de la viande crue). Au pluriel, l’uniformité subsiste, car ces adjectifs ne prennent pas l’ « è » qui affecte le féminin à ce nombre (ex. : « dès djônès fèyes »). On dit donc: « dès trawées tchâsses », « dès-âhies-ustèyes », « dès bètchoues pîres », « dès r’tchâfées crompîres », « dès djinties bâcèles ». (Remacle,1937,42)

Arlon / Arel

Arlon / Arel

Arlon (Arel en arlonais1 et en allemandn 1) est une ville francophone de Belgique située en Wallonie. Il s’agit du chef-lieu de la province belge de Luxembourg, elle est également chef-lieu de son arrondissement administratif. L’ancienneté de la ville remonte à la période gallo-romaine. La langue luxembourgeoise y a longtemps été traditionnelle2,3. La ville est aujourd’hui un grand centre administratif et commercial dans la région. C’est l’agglomération la plus peuplée du Pays d’Arlon. Le secteur tertiaire, notamment l’enseignement, y développe ses activités (faculté universitaire et enseignement secondaire). Arlon (Arel en arlonais1 et en allemandn 1) est une ville francophone de Belgique située en Wallonie. Il s’agit du chef-lieu de la province belge de Luxembourg, elle est également chef-lieu de son arrondissement administratif. L’ancienneté de la ville remonte à la période gallo-romaine. La langue luxembourgeoise y a longtemps été traditionnelle2,3. La ville est aujourd’hui un grand centre administratif et commercial dans la région. C’est l’agglomération la plus peuplée du Pays d’Arlon. Le secteur tertiaire, notamment l’enseignement, y développe ses activités (faculté universitaire et enseignement secondaire). Arlon (Arel en arlonais1 et en allemandn 1) est une ville francophone de Belgique située en Wallonie. Il s’agit du chef-lieu de la province belge de Luxembourg, elle est également chef-lieu de son arrondissement administratif. L’ancienneté de la ville remonte à la période gallo-romaine. La langue luxembourgeoise y a longtemps été traditionnelle2,3. La ville est aujourd’hui un grand centre administratif et commercial dans la région. C’est l’agglomération la plus peuplée du Pays d’Arlon. Le secteur tertiaire, notamment l’enseignement, y développe ses activités (faculté universitaire et enseignement secondaire). Arlon (Arel en arlonais1 et en allemandn 1) est une ville francophone de Belgique située en Wallonie. Il s’agit du chef-lieu de la province belge de Luxembourg, elle est également chef-lieu de son arrondissement administratif. L’ancienneté de la ville remonte à la période gallo-romaine. La langue luxembourgeoise y a longtemps été traditionnelle2,3. La ville est aujourd’hui un grand centre administratif et commercial dans la région. C’est l’agglomération la plus peuplée du Pays d’Arlon. Le secteur tertiaire, notamment l’enseignement, y développe ses activités (faculté universitaire et enseignement secondaire).

 

 

 

Translate »
Share This