3. ADDJÈCTIF QUALIFICATIF – ADJECTIF QUALIFICATIF

3.0 Orthographe

Les adjectifs dérivés de noms géographiques prennent une minuscule, et une majuscule quand ils sont substantivés.

 

Ex : lès walons scrîjeûs

lès fromadjes bèljes

« Di tos lès Gaulwès, c’èst lès Bèljes lès pus coradjeûs » (Jules César)

3.1 Formes

3.1.0 Comparaison

En anglais, l’adjectif qualificatif ne varie jamais, qu’il soit épithète ou attribut. 

En néerlandais et en allemand, il reste invariable quand il est attribut et varie seulement quand il est épithète.

En wallon, comme en français, italien, espagnol (langues romanes), il s’accorde toujours, qu’il soit épithète ou attribut, en genre et en nombre au nom auquel il se rapporte.

 

Ex :

 

 

wallon

français

italien

masc. sg.

bia (C, O; bê (E, S))

sètch (C, E, S; sètch, sèk (O))

beau

sec

bello

secco

fém. sg.

bèle

sètche (C, E, S; sètche, sèke (O))

belle

sèche

bella

secca

masc. pl.

bias (C, O; bês (E, S))

sètchs (C, E, S; sètchs, sèks (O))

beaux

secs

belli

secchi

fém. pl.

bèles

sètches (C, E, S; sètches, sèkes (O))

(bèlès, sètchès: voir ci-dessous)

belles

sèches

belle

secche

3.1.1 Formation du masculin

3.1.1.1 Liaison

 

1) On ne fait pas de liaison après « coût », « frèd », « grand », « gros », « pitit », « tchôd ».

Ex : on p’tit / èfant; on grand / ome

 

Quand un adjectif qualificatif épithète terminé par « -s » précède un nom masculin commençant par une voyelle, on ne fait pas de liaison ; celle-ci se fait au pluriel.

Ex : on malureûs / èfant.

                                     

Mais : dès malureûs-èfants.

N.B. Cet adjectif se rencontre aussi après le nom qualifié.

 

2) « pôve » (poûve (Copp. 1959, 34) (O)) reprend le « r » du latin « pauper » devant le mot « ome ». Il réapparaît aussi dans les dérivés : « pôvriteûs », « pôvriteûsemint », « pôvrité », « apôvri », …

 

Ex : ou pôvre ome (un pauvre homme) (Francard 1994) (S)

 

Exemple d’auteur

 

« … Tot l’ monde crîye su li r’çuveû dès contribucions, pôvre ome qui n’è pout rin èt qu’ n’ èst nin l’ mwins’ à plinde… » (Gillain 1932, 93) (C)

 

 

3.1.1.2 Variantes

 

1) On dit « fwârt », mais « on cofe-fôrt », emprunté au français. On dit aussi « on fôrt » pour un  endroit fortifié.  (F) un fort

 

2) « bia (E, S bê) » n’a qu’une forme au masculin, contrairement au français: on bia (bê) èfant.

Mais « novia » (novê (E, S), nouvia (O)) devient « novèl » dans: à l’ Novèl-An, li djoû d’ novèl an, dès cârtes di novèl an, on bê novèl an (de belles étrennes). (Bertrand-Duchêne, s.d., 68) (E)

 

 

3.1.1.3 Masculin pluriel: remarques

 

1) Au masculin pluriel, les adjectifs déjà terminés par « s » restent invariables.

Ex :

spès:        li spès timps, dès spès cârtons

honteûs:   on honteûs tricheû, dès honteûs vijins

 

2) Au pluriel, on fait la liaison comme en français entre un adjectif épithète se terminant par une voyelle prononcée et -s et le nom suivant commençant par une voyelle.

Ex : dès bias-èfants, dès laîds-ouys, dès mwaîs-ègzimpes;

dès bês-ûs, dès djintis-èfants, qués poûris-ovrîs ! (Bastin 1909) (E)

3.1.2 Formation du féminin

3.1.2.1 A l’audition, la différence est qu’on entend toujours la consonne finale à la forme du féminin devant le -e de la terminaison.

La règle générale pour la langue écrite est qu’on ajoute « -e » à la forme du masculin.

 

Ex :

brèyaud (pleurard)

baståd (E)

beûrlåd (E) (-lâd (S))

brognåd (E)

bèrdèlaud (C, O)

brèyaude

baståde

beûrlåde

brognåde

bèrdèlaude

chik

chike

ègzak (exact)

ègzak

grand

grande

Grèk

Grèke

long

longue

naturél

naturéle

nayif (naïf)

nayife

nwâr (C; neûr (E), nwâr, -êr (O), nwar, neûr (S)) (noir)

nwâre (C), neûre (E)

parèy

parèye

publik

publike

régulier

réguliére

reûd (E) (raide)

reûde

sot

sote

vif

vife

vî(y) (vî, vièy (Coppens 1959, 34) (O); vî, vîye (Francard 1994) (S)) (vieux)

vîye (C, O; E vîle ou vèye; vîhe (RCW, 1997) (E); viye, vièye (Copp. 1959, 34) (O); vî (Francard 1994) (S))

 

 

3.1.2.2 Féminin singulier: cas réguliers

 

 

1) Certains adjectifs qui ont déjà -e au masculin, ne changent pas : bièsse, laudje, nawe, rôse, tèribe, traîte, …

Ex : dè l’ tinre tchau (de la viande tendre)

 

 

2) Les adjectifs, dont la consonne finale se prononce déjà au masculin, ne changent pas leur prononciation.

Ex :

amér

amére

bleuw (bleû (E, (Coppens 1959, 34) (O), (Francard 1994) (S)) (bleu)

bleuwe (bleûve (E), bleûse (Malmedy) (RCW, 1997) (E),  bleûse (Coppens 1959, 34) (O), (Francard 1994) (S))

loûrd

loûre (= nin malin) (mais E, (Francard 1994) (S): loûde, comme coûrt > coûte)

nwâr (noir)

nwâre

vèt’(vèrt (Francard 1994) (S) (vert)

vète

 

 

3) Les adjectifs en « -é (ou en -è) » prennent « -ye ».

Ex :

binamé (cher, bien˗aimé)

binaméye

nosé (mignon)

noséye

aprèstè (sud du C) (préparé)

aprèstéye

Il èst fayé. (légèrement malade)

Èle èst fayéye. (Balériaux, s.d.) (O)

chalè (boiteux)

chaléye (Balériaux, s.d.) (O)

alevè (élevé, éduqué)

alevéye (Coppens 1959, 34) (O)

 

Mais afronté (effronté) > afrontêye (Bertrand-Duchêne, s.d., 67) (EW)

 

 

4) Les adjectifs en « -i » prennent « -îye ».

Ex :

auji (âji, âhi, êji ((Franc. 1994) (S)) (facile)

aujîye (C, O) (âji, âhi, êji ((Franc. 1994) (S)

bèni (béni)

bènîye / bènite (« bènîye » est la forme de l’attribut ; celle de l’épithète est « bènite »)

Lès baguètes di Sinte-Brîye sont bènîyes avou dè l’ bènite eûwe.

djinti (gentil)

djintîye

djoli (joli)

djolîye

apoûvri (appauvri)

apoûvriye (Coppens 1959, 34) (O)

djauni  (jauni)

djauniye (Copp. 1959, 34) (O)

 

Mais sûti (intelligent) > sûtèye (Bertrand-Duchêne, s.d., 67) (EW)

       djouli (joli) > djoulive, djinti (gentil; actif, laborieux) > djintive (Bastin 1965, 44) (O)

 

 

5) Les adjectifs en « -î » prennent « -îye ».

Ex : bârdouchî (= fin fou), bârdouchîye; rauyî (arraché), rauyîye

 

Mais: faukî (fauché) > faukèye (Bertrand-Duchêne, s.d., 67) (EW)

          måssî (sale) > måssîte (ou måssèye) (id., 68) (EW)

          batijî (baptisé) > batijéye (Coppens 1959, 34) (OW)

 

 

6) Les adjectifs en « -u » prennent « -we » (parfois ils changent « -u » en « -euwe » ou « -ûwe » (nord du CW (Léonard 1952, 16))).

Ex :

bètchu (=à ponte) (E, S: -ou)

bètch(e)uwe (E -owe, S -oûye)

bossu

boss(e)uwe (-ssûwe (Balériaux, s.d).,  -ssuwe (Coppens 1959, 34 (O))

crantchu (= rapia)

crantch(e)uwe

longu (= pus long qu’ laudje)

long(ue)uwe

tièstu (E, S: – ou)

tièst(e)uwe (-tuwe  -tûwe (Balériaux, s.d.) (O)) (E -owe, S -oûye)

timpru

timpr(e)uwe  (-rûwe (Balériaux, s.d.) (O)) 

 

Ainsi:

on longu clau (un clou long); one longueuwe pwinte

on timpru pron.ne (une prune hâtive); one timprûwe bioke (Léonard 1952, 16) (C)

 

Mais « tot nu » fait toujours « tote neuwe ».

 

 

7) « -in » et « -on » se dénasalisent au féminin.

Ex :

fin

fine (C, O, S; fène (E))

malin

maline (malène (E), -ine ou -ène ((Balér., s.d.) (O), -ine     (Copp. 1959, 34) (O))

vaurin

vaurine ((Léonard 1952, 16) (C), (Coppens 1959, 34) (O))

bon

boune (, bone)  (boune  (Coppens 1959, 34) (O), (Francard 1994) (S))    

hèsbignon

hèsbignone

walon

walone

 

Remarques

 

  1. a) Parfois, on n’a pas de désanalisation. « -in(t) » fait « -in.ne ».

Ex :

ançyin

ançyin.ne  (anciyin.ne  (Bertr.-Duch., s.d., 66) (E)) 

contint

contin.ne (C, E; -ène, -tin.ne, -tinte (Balér., s.d.) (O))       

håtin

håtin.ne (E)

înocint ((è)- (E) ou: i- (RCW, 1997) (E))

înocin.ne (è- (EW) ou inocéne, inocêne  (RCW, 1997) (E); inocint, -in.ne, -ène (Balériaux, s.d.) (O)

londjin

londjin.ne (C, E, S)   

plin

plin.ne (C, S; plinte (E), plène (Coppens 1959, 34) (O))

 

fîve-lin.ne (fièvre lente)

 

Mais : 

dêrin  (dernier)

djèrin (E)

dèrnî  (O)

dêrène ((Léonard 1952, 16) (C),

djèrène ou -ine (Royal Club Wallon, 1997) (E),

dèrnière (Coppens 1959, 34) (O)

vijin (vwèsin)  (voisin)

 

vèjin, vèhin, vwasin (S)

vijène (vwèsine, aussi: vwèsène) ((Léon. 1952, 16) (C), (Balér., s.d.) (O),

vèjine, vèhine, vwasine (Francard 1994) (S)

 

 

  1. b) Parfois, « -yin » fait « -iène » .

Ex :

ançyin (ancien)

anciène  (C,  (Balér. s.d., (Copp. 1959, 34) (O), (Franc. 1994) (S))  

djupçyin (bohémien)

djupciène

italyin

italiène                 

musucyin

musuciène

tchitcholyin (péjor.) (italien)

tchitcholiène

 

 

8) Les adjectifs en « -s » doublent le « -s » ou le changent en « -c » devant le « -e » du féminin.

Ex :

craus (E crås; O cras, S crâs) (gras)

crausse   (E cråsse; O crasse, S crâsse)     

doûs (doux)

doûce        

faus (C, O; E fås, S fâs) (faux)

fausse   (C, O; E fåsse, S fâsse)

spès (épais)

spèsse

 

Ainsi: in cras stofé, ène crasse bîre; in gros balon, ène grosse bièstrîye (Balériaux, s.d.) (O)

 

 

9) Les adjectifs en « -is » font au féminin « -îje ».

Ex : gris > grîje (C, (Balériaux, s.d.) (O); grîse (Francard 1994) (S)); pris > prîje

 

10) Les adjectifs en « -aîs » font « -aîje ».

Ex :

mwaîs (C, måvas (E), monvés (Copp. 1959, 34), mwaîs (O), mâvês (Francard 1994) (S)) (mauvais)

mwaîje (C, O; måle (E), monvée (Copp. 1959, 34) (O), mâvêse (Francard 1994) (S))

 

 

11) Les adjectifs en « -eû(s) » font « -eûse » au féminin.

Ex :

bribeû (mendiant)

bribeûse    

hébreû

hébreûse        

curieûs

curieûse        

malureûs

malureûse

 

ine ramehieûse pitite båcèle (E) (une petite fille qui remue)

 

En est-wallon, « mèyeû » (meilleur) peut ne pas varier au féminin: ine mèyeû(se) plèce (une mielleure place). (Bertrand-Duchêne, s.d., 68)

 

 

12) Les adjectifs en « -teû(r) »  font « -teûse » ou « -trèsse » (péjoratif).

Ex :

minteû(r)

minteûse      

minterèsse (plus péjoratif) (CW, SW)

voleû(r)

voleûse 

volerèsse (plus péjoratif)

 

 

13) Les adjectifs en « -an » font « -ante ».

Ex : payisan > payisante (C, E, O; _, pè- (Francard 1994) (S))

charlatan >  charlatante    (Coppens 1959, 34) (O)

    

14) Les adjectifs en « -anc » font « -anke ».

Ex : blanc > blanke, franc > franke (C, E, S; -che O)

 

Ainsi: èn-ome franc, ène franche coumére (Balériaux, s.d., 8) (O)

 

 

15) Les adjectifs en « -and » font « -anse ». (On écrit aussi: « scrans ».)

Ex : scrand  (fatigué) > scranse (C, O)

 

16) En est-wallon, « principå » (principal) fait « principåle », « bleû » (bleu) devient

« bleûve ».

 

 

3.1.2.3 Féminin singulier: cas irréguliers

 

 

1) Une série d’adjectifs forment leur féminin irrégulièrement.

Ce sont :

bia (C, O; bê (E, S)) (beau)

bèle

boûria (bou- (Balériaux, s.d.) (O); bôrê ((Francard 1994) (S)) (bourreau)

boûria (ou boûriate) (bouriate (Balériaux, s.d.) (O))

coût (_, coûrt (Léonard 1952, 16) (C), côrt (Royal Club Wallon, 1997) (E), coûrt (Francard 1994) (S)) (court)

coûte, mais courte (au jeu de balle pelote) (C) (coûte (EW, (Franc. 1994) (S)), côte (RCW, 1997) (E); coûte, courte (Balér., s.d.) (O))

cron, crom’ (E croum’, O, S cron) (courbé)

crompe (C, (Balér., s.d., (Copp. 1959, 34) (O))

cwêye (ou cwè) (E keû, cwè (O), cwèye (Copp. 1959, 34) (O), cwè (Franc. 1994) (S)) (coi, tranquille)

cwêye (E keûte; cwèt, cwèye (Balériaux, s.d., Coppens 1959, 34) (O))

deur, dûr (Balériaux, s.d.) (O), dur (Coppens 1959, 34) (O) (dur)

deurte, dûre (Balériaux, s.d.) (O), dûrte (Coppens 1959, 34) (O)

flamind

flamindje (C; Balériaux, s.d., Coppens 1959, 34 (O); flaminde (Franc. 1994) (S))

fwârt (E fwért; fwart (Royal Club Wallon, 1997) (E); foûrt (Coppens 1959, 34) (C); fwart (Francard 1994) (S)) (fort)

fwate (E fwète; fwate (Royal Club Wallon, 1997) (E); forte (Coppens 1959, 34) (O); fwate (Francard 1994) (S))

meûr (CW, (Coppens 1959, 34) (O), (Francard 1994) (S); mûr (Balériaux, s.d.) (O)) (mûr)

meûre (C; _, meûrte (Balériaux, s.d., Copp. 1959, 34) (O); meûse (Franc. 1994) (S))

moya (E mouwê) (muet)

moyale (ou moya) (EW mouwale; moya (Coppens 1959, 34) (O))

mwârt (E mwért, S mwart) (mort)

mwate (C, S; E mwète)

noû (nieu (Coppens 1959, 34) (O)) (neuf)

noûve (C; O,  nieuve (Copp. 1959, 34) (O))

novia (E, S novê; O nouvia) (nouveau)

novèle (C, E, S; O nou-)

rossia (E rossê, O roucha) (roux)

rossète (C, E; rouchate (Balériaux, s.d.) (O), roussète (Coppens 1959, 34) (O))

tot seû

tote seûle

sô (C, E, S)

sôle (C, E, S)

sûr (C, S; seûr (Coppens 1959, 34) (O))

sûre ((C, S); _ surte (Balériaux, s.d.) (O), seûre (Coppens 1959, 34) (O))

sûr (sûr, aigre) (Coppens 1959, 34) (O)

sûrte (Coppens 1959, 34) (O)

vért (E, vèt’ (C); vèrt (S))

vète (C, E, O, S)

vû (E; vûde (C, S))

vûde

 

Egalement:

preumî (C; _, -miè (Francard 1994) (S)) (preumier)

preumêre (C), preumîre (Balériaux, s.d.) (O), preumîre, -uère (Francard 1994) (S)

promî (Coppens 1959, 34) (O)

promière, comme: dèrnî > dèrnière (Copp. 1959, 34) (O)

 

 

2) Remarques

 

  1. a) « fou » (aussi: « fô » (Léonard 1952, 16) (C)) a comme féminin « sote » (C, E, O, S) ou « èwaréye ».

 

  1. b) « mèyeû » (meilleur) reste normalement invariable au féminin ; « mèyeûse » (-eûr, -eûte (Francard 1994) (S)) est vieilli.

 

  1. c) « moya » (muet) reste normalement invariable au féminin, mais « moyale » s’entendent assez souvent. « moya » s’emploie surtout comme attribut et « moyale » comme épithète. Il ne varie que comme attribut.

Ex : Èles sont tortotes moyas. (ou « moyales »)

One moyale feume, c’ è-st-one saqwè d’ râre.

 

Plutôt que de dire « one moya feume », on dira « one feume qu’ èst moya » (ou   « moyale »).

 

Exemple d’auteur

 

« Èle coloûtrèt intur lès crwès /  En trèvautchant l’ vîye cimintiére, / Pus d’meurèt moyale on bokèt .» (Bodard 1956a, 39) (C)

 

 

  1. d) La forme « brune », féminin de « brun » se rencontre aussi au masculin (rarement).

 

Exemple d’auteur

 

« A sêze ans, i n’ faut po ça qui do ièsse riwaîtî pa deûs grands nwârs-ouys qui r’lûjenut dins on brune visadje… » (Gillain 1932, 52) (C)

 

 

  1. e) les participes passés devenus adjectifs

 

1 Les participes passés des verbes de la première conjugaison

(a) c’est-à-dire dont le participe passé se termine par -é ; de la première conjugaison

(b) c’est-à-dire dont le participe passé se termine par -î ; et de la deuxième conjugaison

font comme les adjectifs ayant les mêmes terminaisons.

Ex : on pèlé navia, one pèléye pome.

                                   

Exemples d’auteurs

 

« L’ ome a do mau d’ fé riper s’ vûwe… / Lès mwins, lès-ouys, lès-acostés, / Lès djambes crwèjeléyes, qu’ i continûwe… » (Robe 1982, 4)  (C)

 

« Enfin, à in toûrnant dè l’ vôye, catchî pa saquante-âbes tout twârdus, dj’ aporçû in p’tit

pont avou sès pîres di taye toutes discârbotéyes, èt d’ssus l’ parapète in vîy ome,… »             (Mathieu 1982) (O)

 

 

2 Les participes passés des 3e et 4e conjugaisons prennent :

 

-e

couvièt (couvert)

couviète (ou: couviéye (sud du C)) (Léonard 1952, 16) (C)

 

douvièt (ouvert)

douviète (ou: douviéye (sud du C)) (id.)

-te

èlî (trié)

èlîte

 

rèlî ou rilî (trié)

rèlîte ou rilîte

 

riçû (ou: ricî) (reçu)

riçûte (de « riçûre » (ou: ricîte de « ricîre ») *

 

sû (ou: sî) (suivi)

sûte (ou: sîte)

 

tcheû (tombé)

tcheûte

 

mais : scrît (écrit)

scrîte

-we

tchèyu (tombé)

tchèyuwe

 

vèyu (-ou (E)) (vu)

vèyuwe (-owe (E))

 

* Attention : A ne pas confondre avec « ricût » (recuit) qui donne « ricûte », de « ricûre » (= cûre on deûzin.me côp)

 

Exemple d’auteur

 

« Pourvu qu’il eûche richôrbu sès pîds, ! » di-st-èle, co à mitan èdwârmuwe .» (Viroux 1982, 15) (C)

 

3 En est-wallon, dans la région de Spa, Stavelot, Malmedy, Vielsalm (Remacle 1937, 41-42) (E), tous les adjectifs-participes passés et ceux de forme analogue en « -é, -i », ou ne changent pas au féminin : one trawé(e) tchâsse; one âhi(e) ustèye, one vîhe fème èst  tote bahou(e) (baissée, courbée) ; èlle èst djinti(e) (gentille) ; du l’ crou(e) tchâr (de la viande crue).

Au pluriel, l’uniformité subsiste, car ces adjectifs ne prennent pas l’ « -è » qui affecte le féminin à ce nombre (ex. dès djônès fèyes).

On dit donc: dès trawées tchâsses ; dès-âhies-ustèyes, dès bètchoues pîres, dès r’ tchâfées crompîres, dès djinties bâcèles.

 

En sud-wallon, on a aussi: « Il è la potche trawé. » (Il a la poche trouée.) (Francard 1994) (S)

 

 

  1. f) « blanc mwârt » ne se met au féminin que comme épithète ; il reste invariable comme

attribut.

Ex : one blanke mwate djin.

 

Mais : « Èlle èsteûve blanc mwârt ». On dit aussi : « Èlle èsteûve blanke come one mwate ».

 

 

  1. g) « diméye » devient « dimèye » dans « dimèye eûre ». Mais : « One êure èt d’méye »

 

 

  1. h) « grand » ne varie pas dans « grand-mére,  grand-mèsse, grand-tchôse (EW grand-tchwè), à grand-pon.ne (Remacle 1952, 137) (EW), lu pus grand dès pârts (le plus grand nombre, la plupart) (Remacle 1952, 137) (EW) ».

 

N.B. : « grand-route » n’existe normalement pas en wallon ; on dit « route ».

Le français « route » ou « chemin » est en wallon « vôye », du latin « via ».

 

On dit aussi dans des propositions négatives (Remacle 1952, 139) (E):

On n’ a nin grand ovrèdje.

On n’a pas grand ouvrage, pas beaucoup d’ouvrage.

I n’  fât nin grand timps .

Il ne faut pas beaucoup de temps.

 

De même,

– devant un pluriel :

I n’ passereût djà grands matons.  (matons s’emploie génér. au plur.)

Il ne saurait passer beaucoup de grumeaux.

I gn-aveût nin grands djins.

Il n’y avait pas beaucoup de gens.

Ici, on pourrait aussi comprendre « grand djint »; cf I gn-a du l’ djint (Il y a du monde.)

 

– dans une phrase interrogative :

Gn-a-t-i grand dévôcion à fé l’ boutchî?

Y a-t-il grand intérêt, grand plaisir, à faire le boucher?

 

 

Nous disons : « one matante tauye » pour le français « une grand-tante ».

Nous disons : « Grande Place » ou « Grand Mârtchi » pour le français « Grand-Place ».

 

 

  1. i) L’adjectif « seû » (seul) donne l’épithète « seûl » devant un nom masculin singulier.

Ex : C’ èst d’ trop po on seûl ome.   

I n’ dimeûre pus on seûl sôdâr.

 

Comme attribut, il est toujours accompagné de « tot » et à la forme « seû » au masculin     singulier et « seûs » au masculin pluriel.

Ex : On-ome tot seû, c’èst nin on mwin.nadje.

Nos-avans d’mèré tot seûs, m’ fré èt mi.

 

Au féminin singulier, on a « seûle » et au féminin pluriel « seûles », que l’adjectif soit épithète ou attribut.

Quand il est attribut, il est accompagné de « tote » au singulier, qui fait « totes » au pluriel.

Ex :

Èle si sinteûve si tote seûle, avou s’-t-ome prîjenî èt sès bèlès-djins què l’ waîtin.n di  crèsse.

Lès deûs soûs d’mèrenut totes seûles è l’ grosse cinse.

oune mwêjon tote seûle (une maison à l’écart) (Francard 1994) (S)

C’ è-st-oune pôve djin qui vike tote seûle. (id.)

 

Remarque

Dans la région de Faymonville (Bastin 1909, 329) (E), on utilise « fis seu » (fils unique) et « fèye seûle » (fille unique).

 

On dit aussi « méreseû », ce qui signifie « tout-à-fait seul ». Il varie comme « seû » et n’est jamais accompagné de « tot ». Il peut cependant être renforcé de « fin », qui varie.

Ex : Dji m’ sin si byin méreseû au monde !

Dji su mèreseû, nos-èstons mèreseûs. (Balériaux, s.d., 9) (O)

Is-astine là miéreseûs. (Coppens 1959, 34) (O))

 

Cependant, en sud-wallon, on trouvera « tot méreseû ».

Ex : Vos p’loz v’ni, dju sû tote méreseûle âdjoûrdu. (Francard 1994) (S)

Il èst tot méreseû avâr là. (Il vit tout seul.) (Francard 1994) (S)

 

En est-wallon, dans la région de La Gleize, on dira: « (Il èst) mére-seû ou mére-du-Dju-seû, fém. -seûle (litt. mère ou mère de Dieu seul, -e, càd. absolument seul(e). (Remacle 1952, 181) (E)

Il existe aussi « mérenu, mièrenu » (tout nu). Le premier élément de ces expressions est le nom d’origine ‘mère’ (latin matre) (en allemand: . mutterallein; en néerlandais: moederzielalleen).

 

Exemple d’auteur

 

« Mins à l’âdje qui lès cines qu’avint faît leûs paukes avou lèye bèrcint dèdjà èt co binl’ pus vî qui satche su leû d’vantrin, lèye, èlle aveut stî tote seûle, fine mièrseûle, po todi… » (Laloux 1969, 57) (C)

 

  1. j) Avec « cru », quand on ne s’attend pas à son emploi ou par blague, on emploie « tot », qui varie.

Ex : Li cas, c’èst qu’ vosse tchin a mougnî m’ pouye, èt tote creuwe, co bin !

 

 

3.1.2.4 Féminin pluriel

 

 

1) Au féminin pluriel, l’adjectif épithète prend l’accent grave sur le « -e » de la terminaison.

 

Ex : dès vîyès feumes; dès bèlès blankès scaroles, dès tèribès-afaîres,

dès tènès lèpes, dès vikantès coleûrs, dès souwèyès preunes, totes lès d’mèyès-eûres (Bertrand-Duchêne, s.d., 69) (E)

Vo-ne-là dès brâvès djins ! dès fwètès-éwes ! C’ èst dès fwêrès brâvès djints. C’ èst dès vrâyès-inocênes. (Bastin 1909) (E)

lès Clérès Fontènes (toponyme) (Carlier 1985) (O)

mès djon.nès-anéyes (Balériaux, s.d.) (O)

 

Cette règle est d’application en Wallonie et dans la Picardie septentrionale.  En Belgique romane, il est attesté dans tous les dialectes wallon, en rouchi (nom donné au picard en Hainaut) et en gaumais : par exemple, on relève pour « des lignes vertes » en français « dès vêrtès lignes » à Ellezelles (Hainaut) et « dès varteus roûyes » à Rossignol (Gaume) . « Mais la vitalité de « -ès » varie beaucoup selon les régions : elle paraît faible dans la moitié occidentale du Hainaut et la moitié méridionale du Luxembourg; elle demeure intense dans le domaine proprement wallon, surtout dans la zone liégeoise; (…).  Les écrits de Joseph Calozet montrent qu’à Awenne (SW) tout en demeurant usuel, « -ès » est déjà moins régulier : lès grossès pîres (les grosses pierres), dès tchôdès cènes (des cendres chaudes) mais sès p’titès câréyes fignèsses (ses petites fenêtres carrées), avou quékes choupeléyes (avec quelques pelletées); le liégeis dirait:  cwårêyès fignèsses et quékès houpeléyes . (Remacle 1952, 141)

 

Au nord de la commune de Bastogne (Rachamps, Noville), « l’on entend encore régulièrement des finales en -ès our les adjectifs antéposés:  dès grandès-ièbes /-t-/ (de grandes herbes), dès doûcès poumes (des pommes douces), dès bonès djins (de bonnes gens), etc. Au centre, cet usage se limite à quelques expressions figées, comme ‘lès crâssès tripes’ (littéralement : ‘les trippes grasses’ ; désigne le boudin à déguster après l’abattage du cochon).

Dans le sud (Lutrebois, Livarchamps), les formes en –ès sont absentes. » (Francard 1982b, 141) (S)

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Gn-aveûve on côp on cinsî èt one cinserèsse di nosse payis qu’ avin.n cink fèyes, totès bèlès bauchèles bin come i faut ;…»  (Gillain 1927, 135) (C)

 

« P’tits-èfants, p’titès rûses, grands-èfants, grandès rûses ! » (Gillain 1932, 97) (C)

 

« Waîte bin qu’ is crwèyint co aus sôrcîres èt aus vîyès matènes, lès lurons ! » (Laloux 1969, 71) (C)

 

« Dins   one   novèle   cité,   avou   totès min.mès maujos, gn-a on djon.ne mwin.nadje   qui   vint d’ amwin.nadjî . » (Viroux 1983d) (C)

      

 « Tot r’waîtant mès p’titès marayes / Qu’ ont dès noûvès tayes .»  (Bacq 1978, 20) (C)

 

 « Lès p’titès fouyes ni montît nén fwârt waut, ni tchèyant qu’ dès bassès couches .»  (Fedora 1984, 18) (O)

   

« Eûreûs lès cias qui n’ faîyenut nin dès trop grossès frawes, qu’ is r’grèteront tote leû vikaîrîye !»   (Mayence 1984, 5) (O)

    

 « Hé ! Gamin ! Çoula t’ dîreût-i ‘ne saqwè, on qwârt di kilo d’ balètes divins  tès p’titès rôsès fèsses ? »  (Houbart-Houge 1981, 27) (E)

 

 

Mais : dès plates-bindes (emprunté au français)

 

Exemple d’auteur

 

« Lès plates-bindes sont rimplîyes di pinséyes di totes lès coleûrs .» (Houziaux 1964, 23) (C)

        

 

2) Devant une voyelle, on fait la liaison.

Ex : dès bèlès-imaudjes (de belles images)

Fez dès neûrs-oûys. (E) (regarder d’un air irrité)

 

Exemple d’auteur

 

« Passéyes lès bèlès-idéyes, / Qui d’ meûre-t-i d’ nosse pinséye ? » (Michel 1995, 10) (C)

 

Mais si le nom commence par la demi-consonne « y », la liaison ne se fait pas : dès vîhès / ièbes, de même que dès / ièbes. (Bastin 1909) (E)

 

 

3) Quand l’épithète est séparée du nom qu’elle qualifie par une virgule ou un ou plusieurs mots, sauf si c’est un autre adjectif épithète, elle ne prend pas l’accent grave et le -s est, bien sûr, muet.

Ex : Dès grandes, d’ umâdjes.

Èles sont blankes, lès maujones.

Blankes come lès maujones.

Totes blankes, lès maujones sont-st-ascropûwes li long dès vôyes. (Toutes blanches, les maisons sont accroupies le long des routes.) (Grignard 1908) (O)

 

 

4) Quand l’adjectif attribut précède le nom qualifié, il ne prend pas l’accent grave devant un nom féminin pluriel.

                                   

Exemple d’auteur

 

« Saveut-èle, è d’vant, qu’ on n’ distère nin totes faîtes lès pîres di taye come on rauye lès bétrâles ? »  (Laloux 1969, 68) (C)

 

 

5) Masc. « -d » muet > fém. « -d(-)» /t/

Ex:

ine ronde danse, dès rondès /-t-/  danses (E)

ô freud vint, do l’ freûde éwe ; ô loûrd cwér, dès loûdès /-t-/  djins ; ô grand èfant, dès grandès /-t-/hâyes. (Bastin 1909, 329) (E)

 

 

6) Masc. « -g » muet > fém. « -gu(-)» /-k(-) /

Ex :

ine longue sipritche, dès longuès sîses (Bertrand-Duchêne, s.d., 69) (E)

 

 

7) En est-wallon, « -sse » se transforme au pluriel en « -zès ».

Ex : dè l’ grosse teûle, dès grozès féves (Bertrand-Duchêne, s.d., 69) (E)

 

Et « noû > noûve /f/ » (neuf > neuve) devient « noûvès » (dès noûvès mâhons (de nouvelles maisons)) au pays de La Gleize. (Remacle 1952, 137) (E)

 

 

8) « -dje » /t∫/ devient « -djès » /t∫ɛ/.

Ex: ine rodje narène. dès rotchès tchifes preunes (Bertrand-Duchêne, s.d., 69) (E)

dès sâvadjès bièsses  (Remacle 1952, 137) (E)

 

 

9) Dans les groupements figés du type « qualificatif + nom » (Remacle 1952, 143) (E),  il arrive aussi que « -ès » manque.

Ex; : dès rodjes-faces (des rouges-gorges)

A côté de « dès djônès fèyes » (des jeunes filles), on note « Èles sont co djônes fèyes. » (Elles sont encore jeunes filles, càd. célibataires.)

 

 

3.1.2.5  Adjectifs invariables

 

 

1) Certains noms devenus adjectifs de couleur sont invariables, comme « greunat, kaki,        maron,…»  Ils sont toujours attributs.

Mais : « mauve, orandje, rôse » varient.

Ex : Èlle aveûve one cote greunat. Èt ièsse di doû !

Avou dès solés maron, ça va co.

 

Mais : dès mauvès fleûrs; dès rösès rôses

 

 

2) « iute » (/ oûte (S)) (terminé (anglais: over)) est un adverbe, qui remplit une fonction d’adjectif attribut et reste invariable.

Ex : V’là co ç’ mwès-ci oûte. (Voilà encore ce mois terminé.) (Francard 1994) (S)

 

Exemple d’auteur

 

 « On n’ s’ ode jamaîs do pwin èt, l’ dicauce iute, disgostè dè l’ taute èt dès vitoulèts, on s’ ridâre co voltî su l’ pwin .»  (Gillain 1932, 62) (C)

 

« oute » est un adverbe probablement d’origine picarde. Il s’emploie comme adjectif attribut au jeu de balle pelote.

Ex : Di vôy lès quate bales oute, il a djuré èt clatchî s’ calote à l’ têre.

3.2 Place de l’adjectif épithète

3.2.1 En général devant le nom

3.2.1 En général, il se place devant le nom qu’il qualifie.

   

Avec 86,14 % des adjectif analysés (771 adjectifs antéposés sur 896), le professeur Marc Wilmet (ULB) concluait que la séquence adjectif + substantif était majoritaire en langue wallonne. Pour les 13,86 % restants, l’ordre substantif + complément était dû soit à l’imitation française, soit à des règles en usage en wallon. (Wilmet 1981,474)

 

En ouest-wallon, sous l’influence du français, on trouvera plus fréquemment l’ordre adj. + nom qu’en centre-wallon et en est-wallon, voire en sud-wallon.

Ex : in ome tièstu (un homme têtu); ène lumiêre aveûlantge (une lumière aveuglante); dès puns târdus (des pommes tardives) (Coppens 1959, 38) (O) (en sud-wallon: dès târdis crompîres (Francard 1994))

 

 

3.2.1.1 Comparaisons

 

(W) one rodje maujone

Ce n’est pas le cas dans les autres langues romanes: (F) une maison rouge  (I) una casa rossa  (Esp)  una casa roja, mais bien dans les langues germaniques: (N) een rood huis  (E) a red house   (D)  ein rotes Haus  (Dk) et rød hus

 

Dans les langues germaniques, il se place devant le nom et rarement après le nom, comme « alone »  en anglais, « alleen » en néerlandais.

En français, le même adjectif se place parfois devant et parfois devant le même nom qualifié !

En wallon, il se place normalement devant.

 

 

3.2.1.2 Exemples

 

on-auji ègzamin

one deure tièsse

li mwate saîson

do sauvadje pilé

à basse mèsse

à djonds pîds

dè l’ mwate tchau

one sètche flate

dè l’ bènite eûwe

à drwète mwin

on mwinre vatche

do sètch pwin (Mais : do pwin r’ssètchi)

li blanc filé

one ècomèléye (h)auspléye

one nète tchimîje

one sicrandichante maujo

one bleuwausse blame

one èdjaléye Didine

do nwâr cafeu

li strwèt djeu

do bolant bouyon

dès fènéyès (h)ièbes

one pèléye makète

do strwèt laurd

do bolant cafeu

li Florîye Pauke

li Pèneûse mamwin.ne

dès taurdus vias d’ mârs’

dè l’ bolante eûwe

one florîye potéye

dès plats pîds

one tchaurnéye bauchèle

do bolant lacia

dè l’ frède eûwe

on plat twèt

do tchôd cafeu

do bon mârtchi papî

on gâté bokèt

one poûrîye pome

dès timprus canadas (ou, plus rare : dès sogneûs canadas)

on bwagne clau

à l’ gauche mwin

on rèfwârcî gamin

one trawéye mémwêre (Mais : Potche trawéye !)

 on bwagne mèssadje

awè dès longs dints

lès Rèlîs Namurwès

dès vêrnîyès panes

dè l’ clére eûwe

on machuré visadje

on rodje-cu

ièsse su des tchôdès breûjes

 dès couduwès pomes

on malade tchin

lès Romans Scrîjeûs

etc.

lès coûts djoûs

dès matès panes

dès grimaces di rossia tchin

lès banaules corons d’ Tchèslèt (Stainier 1982) (O)

on craus boû

do mau-aîtî timps

dès r’pwèsantès vacances

dès djaunès fleûrs (Copp. 1959, 36) (O)

dès ronds soukes (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

ine cwårêye tièsse (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

du sètch fourâdje (du fourrage sec) (Copp. 1959, 36) (O)

lu rodje cok (Francard 1994) (S)

 

 

On en trouve aussi de nombreux exemples dans la toponymie :

Ex :

li Bachî Tchin.ne

Li Saut

Sart-Bernard

li Frèch Trî

Li Rou 

Le Roux

li Frède Bîje

Li Saut-Sint-Lorint

Sart-Saint-Laurent

li Bossu Pont

Fosse

Fosses-la-Ville

 

Nwârefontin.ne

Noirefontaine

li Pont do Nwâr Tchin

M’tèt

Mettet

li Sètch Pachi

Malon.ne

Malonne

li Sètch Ri

Fosse

Fosses-la-Ville

li Vète Vôye

Li Banbwès

Bambois

li Vindu Bonî

Li Banbwès

Bambois

 

N.B. Dans les noms de lieux, le complément déterminatif, qui joue le rôle d’adjectif épithète, se  place aussi devant le nom déterminé. L’adjectif épithète lui-même ne forme parfois qu’un          tout avec le nom déterminé.

 

Ex :

Clérmont

= clér + mont

Clermont

Cornimont

= mont da Cornil 

Cornimont

Crès-In.mna

= craus + In.mna  

Cras-Avernas 

Dotchamp

= tchamp da Dodon

Dochamps

Èrnonhé

 = li hé (brouwîre (EW), brouwêre (CW)) da Ernon

Ernonheid

Godarvile

= li villa da Godard

Godarville

Raucoût

= li coût, ç.v.d. li maujo d’ campagne da Rudolf

Rocourt

 

Beaucoup de ces noms ont été déformés dans leur « traduction » en français, de même que les lieux-dits de chez nous.

Ex:

Raucoût est devenu

Rocourt

Crès-In.mna

Cras-Avernas

Baye

Evrehailles

Li Banbwès   

Bambois

Inzèsmonts                             

Aisemont

Cokiamont

Cocriamont  (Li Rou / Le Roux)

Lotia

Lotria  (Li Rou / Le Roux)

Li Saut à (l’) Statche

Sart-Eustache.

 

    Heureusement, certains lieux-dits ont échappé à la fureur linguistique iconoclaste comme « Pontaury », « Colonri », etc.

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Qu’aveut on si amitieûs visadje. »  (Laloux 1969, 157) (C)

 

« …il aveût ‘ne tièsse come on boulèt ås bèyes, dès-ouys qu’ abroketèt foû come on crapaud, ine aplatèye narène, forêye di deûs lâdjes traus à rat’ni dè l’ gotîre… »    (Carpentier 1921, 431) (E)

 

« Dji  n’ a co måy vèyou on si maketé marcou di m’ vèye ! »   (Houbart-Houge 1981, 4) (E)

 

« Pou racléri d’ ène trake toutes vos nwârès-idéyes… »  (Dullier 1984, 10) (O)

 

«… Mète autoû di s’ fauteuy leûs bias roselants visadjes, … »  (Bernard 1944, 6) (O)

 

«… ; èt tot d’on côp, li p’tit blanc da mon-n-onke gârdiè, su l’ Bati, s’ a mètu à awetè avou s’ tanisse grêye pitite gueûve .»   (Laloux 1969, 184) (CW)

 

« …one jate di tchôd lècê »  (Piron 1978) (CW)

 

« Adiè, lès tchôdès-après-non.ne / Dès cèréjes, dès timpreuwès pron.nes .»  (Bacq 1978, 39)  (CW)

 

« Come i fieut trop spès dins lès toûrnantès montéyes do doksâl, èt trop frèd su l’ plantchî,… »

(Houziaux 1964, 51) (CW)

 

« Do l’ chîje , su l’ tauve do l’ trankile cûjène, il aprète si sogne po l’ londemwin èt i tchaubore di rodje intche lès rédaksions d’ sès-aplopins. »   (Houziaux 1964, 198) (CW)

 

« Dins lès stauves, on pleut veûy, clawéyes dizeûs l’uch, lès triyangulaîrès-imaudjes da Sint-Bauyî, quausu d’ tos costès,… »  (Laloux 1969, 42) (CW)

 

« Lu Walone tchanson du m’ payis »  (in: Lu vî sprawe, 1973, p.133) (EW)

 

 « Nosse bia Walon payis »  (Brogniez s.d.) (CW)

 

 

3.2.1.3 Remarques 

 

 

1) Le placement de l’adjectif qualificatif épithète devant le nom qualifié se fait en wallon plus systématiquement qu’en picard, où cette construction existe.

 

Ex : picard

« neuf capiau »  (J. Dauby, Le Livre du rouchi, p.43)

« noirtés guifes », (id. p.146)

 

 « A sès ferniêtes qu’ ale mèt sès blancs ridaus …» (Jules Mousseron, A l’ ducace, édité par J. Dauby, p.21)

       

« Èt pi l’ aprézeut d’vant chès coûrts joûrs,… »   (Sylvie Davergne, Ch’lanchron 16, 1984, p.9)

 

2) Ce placement est plus systématique dans l’est-wallon, surtout en ce qui concerne des participes passés et les longs adjectifs.

 

Ex: est-wallon, par exemple dans les toponymes:

è l’ârs bwès, è banâ bwès, èzès abatous fas, è l’ âsse hé, è bordjeûs fa, à l’ broûléye côpe,           à l’ côpéye rotche » (Remacle 1937, 277, 280, 286, 313)

 

on pièrdou timps (un temps perdu), on-ètrindjîr nom (un nom étranger), dès r’tchâfés cropîres (des pommes de terre réchauffées), dè cût pan (du pain cuit)  (Remacle 1952, 143) (E)

 

On dit aussi en centre-wallon : « Dès brûléyès spènes, ça done dè l’ boune potasse. », « Dès (h) apés stos d’ (h)aye, c’ èst d’ hasârd si ça n’ crève nin .», etc.

   

3) Le superlatif relatif se met toujours devant le nom qualifié.

Ex : Li pus vîy ome do viladje                      (F) L’homme le plus vieux du village

       Li pus p’tit bokèt, c’èst por mi

 

4) Lors d’une succession d’épithètes antéposées, l’ordre est fixe: celui censé être le plus objectif, le plus précis, le plus descriptif est le plus proche de ce nom.

Ex :

one pitite vîye blanke maujone

 

one bèle grande hôte fleûr

 

on bê noû manèdje (Remacle 1952, 149) (E)

une belle maison neuve

on bê p’tit gros cwâré tchin (id.)

un beau petit gros chien carré

on grand vî lêd c’twért bwès (id., 150)

un grand bois laid, vieux et tortu

dès grandès wautès sètchès ièrbes (Copp. 1959, 38) (O)

de grandes hautes herbes sèches

 

Trwès bèlès vètès sètchès chètes èt one bèle vète sètche chète à l’ copète. (virelangue)

 

Exemple d’auteur

 

« On-z-aveûve èdaumè one botèye d’ on fayè bon mârtchi p’tit porto .» (Evrard 1971) (C)

3.2.2 Derrière le nom

3.2.2.1 Le participe passé employé dans certaines expressions stéréotypées (mot grec qui signifie simplement « figées », qui ne changent pas »).

 

Ex :

on quinkèt alumé

on gamin falu (= one bauchèle sauvadje come on gamin)

do pwin rosti

one tchèyêre caneléye

on dint gâté

djouwer au « cinsî rwiné »

dè l’ twale ciréye

dè l’ vôte lèvéye

do bûre salé[1]

on fougnant crèvé

do papî machî[2]

on papîscrît (= un manuscrit)

fé l’ pouye crèvéye : si plinde di pus qui d’ drwèt

dîmègne passé

on pîd stwârtchî

on feu douvièt

dè l’ soupe passéye

do pwin tchamossé

à pîds d’tchaus (= distchaussîs)

li samwin.ne passéye

one salade toûrnéye

do djambon èfumyî

lès condjîs payîs

one vèsse mau toûrnéye

dè l’ bèsogne faîte

do pwin pièrdu

on-èfant tro(u)vé

on costume faît fé (– tot faît)

dè l’ djote ritchauféye

ine åme dånêye (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (EW)

ène comike invencion (Eugène Rousseau, Comèdîye èn èn-ake, Nameur 1914) (C)

l’ élècteûr capacitaîre (Wilmet 1981, 475) (E)

lès fonts batismals (Wilmet 1981, 475) (E)

 

Ex : C’ èst do pwin bènit . (C’est bien mérité.)

       « Quand lès mouchons tchanteûs s’ taîjenut, c’ èst po dè l’ plouve. » (adage)

 

Exemples d’auteurs

 

« Autoû do quinkèt alumé, lès-èfants djouwèt one paurt à l’ kine ou sèt’ rôyes au

   couyon. » (Houziaux 1964, 83) (C)

 

« Li pèpin-maurtin à s’ cwârps arondi, lisse èt r’lûjant au d’dizeûs .» (Chapelle 1983a, 9) (C)

 

« Mi -min.me, djè lî di : « Ça, c’ èst du pwin bènit .» (Renard 1890, vers 178) (O)

 

« Quausu tos lès djoûs, c’ èsteut mirauke, s’ i gn-aveut nin d’ on costè ou l’ ôte on via crèvè,

   qu’ on-z aveut èrtchi su l’ ansègnîye qui igneut à l’ frèdeû .»  (Laloux 1969, 42) (C)

 

« Ça r’lût, min.me si c’èst do keûve doré ! »  (Burnay 1970, 61) (C)

 

 « Ci djoû-là, deûs seûrs di Sint-Vincent, ont apwartè on bia câde doré .»  (Houziaux 1964, 29) (C)

 

« … au culot do feu douvièt .»  (Gillain 1927, 86) (C)

 

« Sinon l’ mouchwè, sovint roudje à blancs pwès, qui r’ssère leûs tch’vias, on lès pudreut pou dès   gamins falus .»  (Fédora 1974, 75) (O)

 

« Li gout d’ cafeu gripe lès montéyes / Avou l’ cia dès-ous fricassés .»  (Bacq 1978, 36) (C)

 

« Nos-alons fé lès vôtes lèvéyes, pace qui c’è st djène .»  (Piret 1957, 33) (C)

 

 « Dès djins qu’ avint achetè à l’ Rèvolucion dès têres do l’ cure daus Péres di Lèfe, dès « Bins  Nwârs », qu’ on d’djeut. »  (Laloux 1969, 39) (C)

 

« Nameur ! Avou sès wôtès maujones, dès laudjès reuwes pavéyes .»  (Gillain 1951, 11) (C)

 

« Abêye ! volà qu’i r’vint d’ l’ovrèdje à l’ nut’, avout s’ sauro pèlé,… »  (Gérard 1979, 237) (E)

 

« Dj’avans faît dès crompîres pètéyes avou dès sorèts .» (Henin 1974, 219) (C)

 

« Su lès fosses rinètyîyes », su lès paukîs tondus .»   (Houziaux 1951, 38) (C)

 

« Èle crét là, woù-ce qu’on n’ cultive nin, tot près dès bwès r’tirés, su lès-uréyes .»     (Chapelle 1985b, 15) (C)

 

« Pus, il a apris à djouwè au « cinsi rwinè .» (Houziaux 1964, 37) (C)

 

« … li pîd do l’ crwès èsteut gârni d’ saquants p’titès fètchîres souwéyes .»  (Houziaux 1964, 29) (C)

 

« …, i gn-a quétefîye onk, qu’ èst maîsse po r’fè lès maus : fè vêlè lès vatches, sègni lès laîdès cwachûres èt lès pîds stwartchis ; … »  (Laloux 1969, 91) (C)

 

« Pus, i vaurè mia l’ sipani èt n’ lî d’nè qui d’ l’ aîwe sucréye jusqu’à tant qu’ dji r’vêrai .»  (Houziaux 1964, 30) (C)

 

 

3.2.2.2 Certains adjectifs se placent aussi normalement derrière le nom qualifié

 

1) Ex : 

 

one fotche cheûrèsse

li fîve lin.ne

on mouchon tchanteû

on cousin djèrmwin

on nombe paîr

do suke vanilé

one cousène djèrmwin.ne

one sôye ricèperèsse

on tonia wîde

on faît-èsprès

li vinrdi Sint

one botèye wîde (aussi : one wîde botèye)

on djoû ètîr

on-ome sô

one banse sèmerèce (u panier qui sème) (Wilmet 1981, 475) (EW)

on nombe impaîr

one feume sôle

 

 

 

2) Remarques

 

  1. a) Certains adjectifs peuvent se placer avant ou après le nom auquel ils se rapportent.

 

1 Les participes présents

 

Certains participes présents se placent indifféremment devant ou derrière le nom qualifié, mais généralement devant. 

cf (F) un charmant garçon = un garçon charmant

 

Ex : on bin pwârtant gamin = on gamin bin pwârtant

        do crèchant timps = do timps crèchant

 

Mais toujours :  

one aloyante sauce

one flaîrante afêre

one plaîjante bauchèle

dè l’ bolante crache

one montante vôye

dès vèyantès coleûrs

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« Il avetéye sès pîds èdjalès à one bolante brike ; one ôte à s’ dos. » (Laloux 1969, 156) (C)

 

« Lès pus clapantès fauves dè l’ gazète Spirou .»  (Houbart-Houge 1981) (EW)

 

« Lu Rènant-Djwif »  (le Juif errant) (Bragard 1979b, 361) (EW)

 

« Waîtîz-me, dji n’ so qu’ in pôve honteûs / Qu’ a dispinsé s’ dêrène mastoke / À s’ abiyî d’ plaîjantès lokes  /  Po clawer l’ bètch auzès fouteûs .»  (Félix 1957, 7) (OW)

 

 

 De même :

à solia pontiant (au soleil levant)

Il ont paurti à solia pontiant.

à solia crèchant (au soleil propice à la croissance des plantes)

I faut fautchî à solia crèchant

à solia lûjant (au soleil luisant)

Nos-avans fèné tot l’ timps à solia lûjant.

à solia coûtchant (au soleil couchant)

À solia coûtchant, nos rintérerans lès bièsses.

 

Exemples d’auteurs

 

« Lès matantes ont si peû qu’ Îvone n’aureut dès-idéyes mâriantes .» (Laloux 1969, 128) (C)

 

« …èt l’ mayeûr, in gros baudèt qu’avèt l’ pwèl rilûjant .» (Wartique 1954, 161) (C)

 

« A l’ toûrnéye sûyante, li curè n’ èsteut nin là .» (Laloux 1969, 23)  (C)

 

N.B. On dirait tout aussi bien : « dès mâriantès-idéyes » et « à l’ sûvante toûrnéye », mais il            faut changer l’article pour dire « on r’lûjant pwèl ».

 

Par contre, on dit toujours : à pania volant (en pans de chemise).

 

 

2 On a aussi  bien « parèy(e)(s) » (pareils(le)(s)) devant que derrière le nom qualifié.

Ex : on parèy ome ou on-ome parèy; à dès-ocâsions parèyes ou à dès parèyès-ocâsions

 

Egalement: li Djudi-Sint (le Jeudi˗Saint) = li Sint-Djudi (Léonard 1952, 15) (C)

 

3 Il existe des paires oppositionnelles.

 

li drwète mwin; li gauche mwin

 

Ex : causer à l’gauche mwin (plaisamment) = parler autrement que le wallon

à mwin drwète (= sur la droite);  à mwin gauche (= sur la gauche)

 

 

on fayé ome (un homme mauvais, fourbe)

on-ome fayé (un homme qui a une maladie passagère : rhume, grippe, indigestion,…)

 

NB « ièsse malade », c’est être affecté d’une maladie qui dure (asthme, diabète, leucémie, sclérose, tuberculose,…).

so l’ min.me momint (au sens du latin « idem »)

so l’ momint min.me (au sens du latin « ipse ») (Wilmet 1981, 476) (EW)

ène seûle fîye (seule de son espèce)’

 

ène fîye seûle (seule de sa substance) une fille sans frère ni sœur (Wilmet 1981, 476)  (OW)

 

  1. b) Si « vûde » (vide) ne vient jamais devant « tonia », c’est sans doute par l’influence du français « tonneaux vides ».

 

  1. c) On dit plus souvent : « one ricèperèsse » (sorte de grande scie) que « one sôye (scie) ricèperèsse ».

 

  1. d) Quand on dit « one frisse vêléye » (litt. une fraîche vêlée), on ne peut dire si c’est un raccourci pour « one frisse vêléye vatche » ou pour « one vatche frisse vêléye »

Derrière, il serait pourtant plus normal d’avoir « one vatche frissemint (ou : novèlemint)  vêléye ».

 

Exemples d’auteurs

 

« Mins dji n’ sèrè vêci qu’ à l’ vièspréye tote basse, savoz ; ca i gn-a one, di vôye .»,

   (Laloux 1969, 23) (C)

 

« Lès gamins èstin.n’ en trin do r’copyi, su one fouye èsprès, gârnîye d’one umaudje di coleûr, one lète di Novèl-An po leûs parints .» (Houziaux 1964, 56) (C)

 

« C’èst co li qu’ faît tchaîr lès-èfants dins lès corwéyes èt l’zî foute li fîve lin.ne. »

(Laloux 1969, 191) (C)

 

« Moman vièrè tot l’ min.me tot d’ sûte li place wîde su l’ drèsse .» (Wartique 1954, 87) (C)

 

 

  1. e) Dans certains de ces cas, l’adjectif a nettement une valeur d’attribut.

Ex : 

awè s’ tièsse pèsante 

 

Ci mouchon-là faît s’ nid fond.   

fé djoûrnéye plin.ne 

     fé cu blanc 

awè l’ brès long 

awè s’ gosî sètch 

     awè sès djambes flauwes (mais : dès flauwès djambes)

awè s’ pwin (qu’èst) cût èt sès bougnèts (qu’ sont) sètchs » = ièsse chapé, pace qu’on-z-a po fé.

« Vaut mia ça qu’one djambe câsséye èt lès bokèts pièrdus.

     (expression courante) = qui d’ awè one djambe qu’ èst câsséye èt lès bokèts qu’ sont

    pièrdus.

 

Exemples d’auteurs

 

« … vos-îroz dins on bûrau mète dès chifes dins dès colones èt vos-auroz one boune pitite 

   place èt vosse pwin cût pus taurd .» (Gillain 1932, 53) (C)

 

« … li, qui m’a si souvint seû rinde èl vîye lidjêre, … »  (Willame 1979, 300) (O)

 

« Mins l’ pôve djin… on n’èst nin cor après l’ rid’djunè, èlle a d’djà l’ timps long : èle transit après à l’ nêt »  (Laloux 1969, 7) (C)

 

« I gn-a qui s’ contintenut avou one boune pitite place po ièsse à iute èt à pîds sètchs ; … » (Gillain 1932, 51) (C)

 

« Lès prumîs timps, ça faît on drole d’èfèt ; on-z-a l’ cu strwèt, quand on-z-î soudje. »

(Félix 1953, 66) (C)

 

 

  1. f) On emploie beaucoup plus souvent qu’en français ou en néerlandais une proposition relative déterminative ou un complément déterminatif ou circonstanciel, car le wallon dispose de moins d’adjectifs. Le français, au lieu de les fabriquer en a d’ailleurs emprunté un nombre considérable au grec et au latin classique.

Que ferait notre langue si elle était admise dans l’enseignement ?

 

Ex :

one maladîye dès peûmons.

une maladie pulmonaire (L) pulmo = (F) poumon

On aurait dû avoir normalement: poumonaire.

Il a one saqwè au keûr.

Il a une affection cardiaque. (G) kardia = (F) cœur

li vikadje dins lès prîjons

la vie carcérale (L) carcer = (F) prison

I vos r’mêrcit avou tot s’ keûr.     

Il vous adresse un merci cordial (ou : un cordial merci). (L) cor = (F) cœur

 

En wallon, souvent, on a aussi « qu’ èst », « qui sont », « di »

Ex :

Il a on dint qu’ èst gâté.

Il a on dint d’ gâté.

Il a une dent cariée.

 

 

  1. g) L’adjectif épithète se trouve aussi derrière le nom qualifié dans certaines expressions, qui sont des dénominations officielles ou commerciales empruntées au français ou à une autre langue.

Ex : li pârti comunisse, li Scole Mwèyène, èl Cwos-Roudje (la Croix-Rouge) (Bastin 1965, 48) (O), one cârte postâle, one route provinciâle, li journâl pârlé (en wallon, ce devrait être « gazète causéye » ou mieux « causéyegazète »), on-addjèctif qualificatif

 

N.B. Auparavant, on utilisait « li Jendârmeurîye Nâcionâle ». On dit aussi plaisamment « li Nâcionâle Jendârmerîye », parce qu’on avait dédaigneusement « traduit » de la sorte pour les Flamands, alors que la vraie traduction est « rijkswacht ».

 

    On dit aussi : on feu rodje. Il est clair que c’est un emprunt au français, le mot wallon étant : one lume.

Ce n’est d’ailleurs pas un feu, mais une lampe.

Les « feux de la circulation » se traduit par : lès lumes do trafik.

Il n’y a pas de circulation, personne ne tournant en rond » ! « Circuler » vaut dire : tourner en rond.

 

Exemples d’auteurs

 

« Li moman freûve dès pwins d’ amandes avou do mièl ârtificiél (dji n’a seû scrîre « laume  

   ârtificièle »,ces deûs mots-là n’ vont nin èchone). (Gillain 1932, 111) (C)

 

« … caurlî dè l’ Crwès Rodje di Fosse, mimbe do Consèy d’ Administrâcion d’ li Scole

   wèyène di Fosse,… »  (Duriaux 1985, 2) (C)

 

« … c’ è-st-one bèle èglîje romane, dins l’ jenre dè l’ cine d’Hastîre. » (Houz. 1964, 19) (C)

 

 

  1. h) Nous avons cette construction aussi dans les noms géographiques qui nous a été apportés par l’école.

Ex : li Rèpublike Fèdèrâle, lès-Ètats-Unis

 

 

  1. i) Se placent aussi derrière le nom qualifié les adjectifs de nationalités ou d’habitants d’une région ou d’une localité.

Ex :

on rèstaurant chinwès

one vatche jêrséye

dè l’ vodka russe

ène clé anglèse (Bastin 1965, 48) (O)

on mot néèrlandès

etc.

 

Mais : li Roman Payis do Brabant, lès Romans Scrîjeûs d’ Auve, lès Walons Scrîjeûs d’après l’ Banbwès.

 

 

  1. j) Plusieurs adjectifs de couleur qui s’ajoutent sans s’influencer se placent après le nom qu’ils qualifient.

Ex : on mayot bleuw èt blanc

ine sitofe gros bleû, dès dj’vès clér breun, ine coleûr gris soris (Bertrand-Duchêne, s.d., 66) (E)

 

Mais : on gris-bleuw tricoté (Donc pas « gris èt bleuw », mais « gris qui tire après l’ bleuw »)

 

Dans les adjectifs composés formés de deux adjectifs, le premier joue ordinairement le rôle d’adverbe et reste invariable.

Ex : Èlle èsteût blanc-mwète di sogne.

Is sont reûd-sots onk di l’ ôte.

Vos rêsons sont bê-z-èt bones. (Bertrand-Duchêne, s.d., 70) (E)

 

Mais en ouest˗wallon, on aura:

Il a tcheûd rwèd moûrt. (Il est tombé raide mort.)

Èle a tcheûd rwède moûrte. (elle est tombée raide morte.) (Coppens 1959, 36) (O)

 

Mais bien dans :

Èle dimeûre tote fène seûle.

Èlle a toumé tote longue sitindowe. (Bertrand-Duchêne, s.d., 70) (E)

Dans ce cas, la suite d’ajectifs est précédée d’une forme de « tot ».

 

  1. k) Certains adjectifs précédés d’un adverbe on d’une préposition se placent après le nom.

Ex : Gn-a d’djà on pwin d’ disforné.        one djoûrnéye di iute         à cu tot nu

       on dint d’ rauyî                                  dès-èfants tot seûs

N-a brâmint dès djins d’ malådes. (Bertrand-Duchêne, s.d., 70) (E)

 

Mais : one tote noûve marone, on tot nosé èfant, on tot ratchitchî visadje

 

On peut être en présence d’une expansion adjectivale du pronom indéfini:

Ex : C’ èst âk du râre, lès bons marieûs. (C’est quelque chose de rare, les bons partis.) (Wilmet 1981, 476) (S)

 

  1. l) L’adjectif qualificatif suivi d’un complément se place après le nom.

Ex : on-ome adwît d’ bouter, on pîlaud apris à tchanter, on voleû contint d’ li.min.me

lès grossès pîres totes vètes di mosse (Wilmet 1981, 476) (C)

on coûr plin d’ corèdje (Wilmet 1981, 476) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

« Li fautcheû a dès longuès grêyès pates, qui pwatenut on cwârps arondi come one bole .» (Chapelle s.d.) (C)

 

« Dès pazias bwardès d’ paukîs l’ dispaurtèt è quate cârès .»  (Houziaux 1964, 23) (C)

 

« On vaurlèt d’ l’ Abîye arète li câriole couviète d’one grîje twale pa-d’vant l’uch d’èmon F

    Françwès .»  (Awoust 1983, 10) (C)

 

 

  1. m) L’adjectif qualificatif se place après le nom s’il est précédé d’un adverbe intensif modifiant cette épithète.

Ex : lès hâyes totes vètes, si-abon tot neûr, dès-eûres totes ètîres, dès-apwérts tot rôses, ine linwe tote grévieûse, tote sètche, dès rècènes fines blankes (Wilmet 1981, 476) (E)

dè pan tot sètch (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

ène jate toute èscayetéye (une tasse toute écaillée) (Coppens 1959, 36) (O)

 

 

  1. n) L’adverbe comparatif modifiant l’épithète se place avec celle-ci après le substantif.

Ex : dès p’titès mins pus blankes qui l’ lècê qu’ èle buvéve ; sûvant s’ vôye li pus dreûte qu’ i pola ; l’ même aneûtîe si doûce qu’ one carèsse ; visèdjes … freûds come dè l’ pîre (Wilmet 1981, 476) (E)

 

 

  1. o) L’adjectif qualificatif suivi d’un caractérisant indirect (« complément déterminatif » ou subordonnée relative) se place après le nom auquel il se rapporte.

Ex : on p’tit ome gnèrveûs qui sopéve pahûlemint ; dès djeûs inocints quu nolu n’ èssègne ; on vint fris’ qui done li tchau d’ pouye ; leû tchau blatchote di plante sins seûve (Wilmet 1981, 476) (E)

 

  1. p) L’adjectif qualificatif suivi de « âssez » se place après le nom.

Ex : on tchin.ne grand âssez

       Dji n’ conè pont d’ djint maline âssez.

 

 

  1. q) La construction : épithète + nom + épithète du français n’existe pas en wallon.

Ex :

(F)  de vieilles maisons sales

(W) dès vîyès man.nètès maujos

une belle robe bleue

one bèle bleûve cote (Rem. 1952, 143) (E)

one lêde mâssî rowe

une laide rue sale (Rem. 1952, 143) (E)

 

Attention : Il a s’ man.nète tchimîje. (Elle était sale.)

                  Il a si tch’mîje man.nète. (Elle l’est devenue.)

 

 

  1. r) Avec certains verbes réfléchis prenant le sens de « devenir en faisant », on a un adjectif attribut.

Dans ce cas, la construction avec un verbe réfléchi correspond à la construction :  

si fé + adjectif + è + participe présent (se faire … en …)

 

Ex :

malade

si broufyî malade = si fé malade è broufiant

 

si rîre malade = si fé malade è riyant

On s’ a ri malâde. (On a ri très fort.) (Remacle 1952, 171) (E)

mwârt (mort)

si bwâre sô mwârt = si fé sô mwârt è bèvant

 

si crèver mwârt = travayî à s’ fé moru

 

si disbautchî mwârt = si fé moru è s’ disbautchant

cron (courbé)

si rîre cron = si t’nu cron d’ rîre

Ex : Dji m’ a rî tot cron quand dj’ l’ a vèyu ariver.

drompu (avec une hernie)

si rîre drompu = si fé one drompure è riyant

maflé (à bout de souffle)

si couru maflé = si couru dju d’ alin.ne

rond

si din.ner tot rond = mindjî télemint qu’ on-z-èst tot rond

brouyî (brouillé)

si studyî brouyî = divenu fou à studyî

djus (litt. en bas)

si bouter djus = bouter télemint, qu’ on-z-èst dju d’ sès fwaces.

bossu

I s’ royéve tot boussou. (Il riait si fort qu’iol en était tout bossu.) (Remacle 1952, 171) (E)

rodje(rouge)

I s’ a mâvré tot rodje. (Il s’est fâché tout rouge.) (Rem. 1952, 171) (E)

 

Voir en néerlandais: zich krank lachen, en allemand: sich tot lachen (si rîre malade), en allemand : sich buckelig machen (si rîre bossu), etc. (Remacle 1952, 172) (E)

 

Cette formation existe aussi avec des verbes non réfléchis.

Ex :

Èle l’ a tèté mwârt. (= au point de le faire mourir)

On l’ a boûriaté forbu. (= au point de l’épuiser)

Il è crèhou grand. (Il a atteint une forte taille.) (Remacle 1952, 169) (E)

Si fis lî a kèkyî s’ boûse plate.

Si feume lî fout s’ djambe djus.

 

Avec un verbe transitif direct, on peut avoir un attribut du complément direct.

Ex : docsiner mwârt = bate télemint qu’ on-z-è môrt

        bate on saquî stropyî = bate télemint qu’ il è d’meûre sitropyî

        tchaufer one saqwè flitche = tchaufer télemint qu’ ça d’vint flitche

 

N.B. Cette construction se rencontre – rarement – avec des noms ou avec une proposition elliptique.

Ex :

si bouter one drompure       

travailler au point d’en avoir une hernie

si mwaîji one tchôde fîve    

se fâcher au point d’attraper une fièvre chaude

si studyî one méninjite

étudier au point d’attraper une méningite

si studyî dès blancs tch’vias

attraper des cheveux blancs à force d’étudier

si bouter s’ sîdje foû

travailler au point de s’expulser le rectum

 

 

 

[1] Le contraire est « do bûre sins saler »

[2] « machî est emprunté au français ; dans notre langue, on dit « mawyî »

3.3 Emploi

3.3.1 Liaison d’adjectifs

Le wallon a une construction différente de celle des langues avoisinantes.

Deux épithètes ne sont normalement pas reliées par « èt ».

Ex :

on grand fwârt ome   

un homme grand et fort

one djon.ne fringuète feume

une femme jeune et coquette

dès bèlès grandès feumes    

des femmes grandes et belles

 

Exemples d’auteurs 

                       

« lès bèlès p’titès blankès maujos do payis d’ Nameur » (Eugène Gillain) (C)

           

 Mais : « C’ èsteût on clér èt tchôd dîmègne do mwès d’awous’ .» (Renkin 1979, 321) (E) 

 

Attention : Il ne faut pas confondre la terminaison de l’adjectif féminin pluriel « -ès », avec la conjonction « èt ».

 

En wallon, sauf avec les adjectifs de couleur qui s’ajoutent, on ne relie jamais deux adjectifs se rapportant au même nom par « èt ».

 

Remarques

 

1 Dans certains groupements avec « bia (bê (E)), bon, clér, hôt, tchêr » qui signifient « fwârt », on emploie « èt ». Ces groupes se sont “figés dans une valeur quantitative et sont devenus de véritables adverbes”: bia-z-èt (assez, relativement). (Remacle 1952, 178) (E)

 

Ex :

bia-z-èt …

Tout ça èst bia-z-èt bon. (bel et bien) (Coppens 1959, 36) (O)

Vos contes sont bias-èt-bons. (id.)

 

bia-z-èt grand     

 

Il è djà bê-z-èt grand (Il est déjà assez grand.) (Remacle 1952, 178) (E)

 

I fêt bê-z-èt bon. (Il fait assez bon.) (id.)

 

on bê-z-èt grand tchèna (un panier assez. grand) (id.)

 

Le sens de « bê » s’étant complètement effacé, le mot ne change pas devant un qualificatif féminin : Èlle è bê-z-èt grande, et l’on dit couramment, en unissant « beau » à son antonyme, I fêt bê-z-èt lêd. (Il fait assez laid.) 

De plus, bê-z-èt forme si bien un bloc qu’il en arrive à s’employer isolément :

– Fêt-i freûd?  – Ay, bê-z-èt. (Fait-il froid? Oui, assez.) (ex. unique, probablement individuel) (id.)

 

avec un adverbe:

I v’néve bê-z-èt reûd. (Il venait assez vite.) (id.) 

bê-z-èt bin (pas mal) :

I gn-a bê-z-èt bin dès frûtèdjes. (Il y a pas mal (passablement) de fruits.) (id., 179) (E) 

bon-z-èt …     

Il peut aussi se traduire par « assez », quoique sa valeur quantitative soit un peu plus forte et se rapproche de « bien » :

 

bon-z-èt craus     

 

Il è bon-z-èt grand. (Il est assez grand, bien grand, vraiment grand, déjà ce qu’on peut dire grand.)

 

brêre bon-z-èt hôt (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

 

cori bon-z-èt reûd (id.)

 

bon-z-èt tchêr    

 

I l’ a vindou bon-z-èt tchîr. (Il l’a vendu bien cher.) (Remacle 1952, 179) (EW)

clér èt ….  

clér-èt-nèt’    

hôt èt …

hôt èt clér

 

djåser hôt-èt clér (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

tchêr èt …

tchêr èt vilin

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« ‘là saquants djoûs qu’ c’ èst l’ èstè bon-z-èt tchôd .»  (Laloux 1969, 37) (C)

 

« Èle ni dwèt nin awè waîtî à on franc po lî d’ner one saquwè d’ bia-z-èt tchêr .»   (Awoust 1989, 9) (C)

 

« Tout ça èst bia-z-èt bon .»  (Deprêtre-Nopère 1942, 16) (O)

 

« Lès fils à pilots arlocheneut èt ç’ n’ èst nin co là si auji à s’ in discramyî, avou l’ kèpi, l’ tunike èt tout l’ bataclan, surtout pou l’ marèchal di lojis qu’ èst bon-z-èt cras .»   (Bal 1951, 5) (O)

 

 

2 Plutôt que « soûrdèche-moya (C) (« soûrd-mouwê » (E)) » et « soûrdèche-moyate » (« sourd-mouwale » (E)) (sourd˗muet (sourd˗muette), le wallon dira « soûrdèche » èt moya » (f. soûrdèche èt moyate) ( « soûrdaude èt mouwale » (E)). (pour l’est-wallon: Bertrand-Duchêne, s.d., 70)

 

3.3.2 Répétition d’adjectifs

Quand le même adjectif qualificatif se rapporte à plusieurs noms, en wallon, on le répète.

Ex :

dès noûs lîves èt dès noûs cayès

(F) des livres et des cahiers neufs

(N) nieuwe boeken en schriften

one noûve cravate èt on noû casake

une cravate et un veston neufs

een nieuwe das en een nieuwe jas

3.3.3 Adjectif qualificatif au début d’une proposition

3.3.3.1 Un adjectif qualificatif ne commence pas une proposition, sauf s’il est suivi de la conjonction « qui ».

 

Ex :

(W) « Elle èstin.n vûdes èto, lès potches èt lès mwins do cia qu’ tos lès plaîjis èt lès cadaus mi v’nin.n. »

(F) « Vides, elles l’étaient aussi, les poches et les mains de qui me venaient pourtant toutes grâces et toutes libéralités. »  (Colette)

(N) « Leeg waren ook de zakken en de handen van wie mij nochtans alle gunsten en giften kwamen.

 

« Dès d’sârteûs, gn-aveûve po fé.

« Nombreux étaient les déserteurs ».

« Talrijk waren de vaandelvluchtigen ».

 

Mais : Sèré qu’ dj’a stî !     Bièsse, qui t’ès !

 

Exemples d’auteurs

 

« Lwagnes, qui nn’ ans stî .» (Laloux 1969, 13) (C)

 

 

3.3.3.2 Il existe une tournure, dans laquelle l’adjectif épithète commence la proposition : devant l’article indéfini suivi d’un nom.

 

Exemples d’auteurs

 

« Mwaîs, on-ome ! » (Laloux 1969, 64) (C)

 

« Bin binauje, on-ome, sobayi, l’ Oscâr-Antwane, quand il a stî vî assèz po fè on mwârt ; … » (Laloux 1971, 13) (C)

 

« … ;  fiér, on-ome, di fè di s’ ian’ avou s’ bèle camusole :… » (Laloux 1971, 19) (C)

3.3.4 Adjectifs après des noms de mesures

Certains adjectifs s’emploient après les noms de mesures comme attributs précisant la quantité.

 

Ex :

hôt (haut)

Cès-aubes-là (= séquoyas) sont co d’ pus d’ cint mètes hôts .

laudje (large)

À l’ adrwèt do cabarèt, li vôye èst bin chîs mète laudje.

lon (loin)

I court toudi deûs-eûres lon. (Il court toujours deux heures loin, c-d-à. à deux heures de distance.) (Remacle 1952) (E)

long (long)

C’ è-st-on pîd long èt deûs’ lâdje . (Remacle 1937, 65) (E)

mèyeû (meilleur)

I fêt on paletot mèyeûr volà qu’à Hokê . (Il fait un paletot meilleur ici qu’à Hockai, càd. il fait plus chaud de l’épaisseur d’un paletot ici) (id.)

spès (épais)

I gn-a treûs deûts (doigts) spès . (id.)

vî (vieux)

Ci maujo-là èst bin cint-ans vîye.

 

I n’ è rin grand; il è cink ans pus vî qu’ mi . (id.)

 

I n’ èsteût rin pus vî qu’ mi. (id.)

 

A cette règle, se rattache l’emploi de « çoula » (cela). (Remacle 1937, 65) (E)

Ex :

Il èsteût çoula (avec un geste) grand.  

Il èsteût çoula (id.) pus grand.

Dj’ ènn’ arè çoula pus’. (d’autant plus)

L’ afêre îrè çoula mî. (d’autant mieux)

 

Avec des compléments de mesure, on emploie les verbes « awè » (avoir) et « ièsse » (être) avec un adjectif, qui a une valeur d’attribut.

Ex : awè cint-ans vîy = ièsse cint-ans vîy

     Li vôye èst bin dîs mètes laudje.

     È m’ cauve, dj’ a do vin qu’ a bin trinte ans vîy (ou qu’ èst bin trinte ans vîy).

 

     On dit, en effet « awè trinte ans » et « ièsse vîy ».

 

     Exemples d’auteurs

 

« Mi fré Victôr a stî au catrèsime èt fé sès paukes à Fosses ; trwès quârts d’eûre long, tos lès djoûs, pa tos lès timps ! »  (Gillain 1932, 29) (C)

 

« Do tchin.ne qu’èst deûs cints-ans vî, ça è-st-ossi deur qui do l’ cwane èt ça chètèle co pus aujîyemint qu’ do blanc bwès .»  (Laloux 1969, 165) (C)

3.3.5 Accord

3.3.5.1 Attribut

 

Les adjectifs de couleur restent invariables ; les autres s’accordent comme l’épithète.

                       

Ex : Si cote èsteûve blanc-gris.

Mais : Èlle èstin.n bleuw clér.

 

Après « awè l’aîr », il s’accorde avec le sujet.

Ex : Èlle a l’ aîr pitite .           Èlle ont l’ aîr anoyeûse .     Il ont l’ aîr fayés .

 

 

3.3.5.2 Adjectifs composés

    

 

1) Si les deux composants peuvent s’accorder, ils s’accordent.

Ex : Dès bruns-clérs-ouys.

 

Exemple d’auteur

 

« Sès bleuws-gris-ouys si pârfonds …»  (Xhignesse 1908, 83) (EW)

 

2) Si l’un des composants est invariable, l’autre s’accorde.

Ex : l’ avant-dêrène place.

     N.B. On entend aussi un néologisme : li d’vant-dêrène place.

 

3) Si le premier adjectif joue le rôle d’un adverbe, seul le deuxième change.

     Ex : dès djins hôt-placés.

 

     N.B. Beaucoup de ces adjectifs s’écrivent aussi en deux mots.

Ex : dès bruns clérs tchivias.

3.3.6 Adjectif se rapportant à plusieurs noms ou pronoms

 

1 épithète 

 

 

 

 

on répète toujours

 

dès noûs lîves èt dès noûs cayès 

one noûve tchimîje èt one noûve cravate

 

 

 

one noûve cote èt dès noûs solés

2 attribut 

 

 

 

a) genre unique 

pl. du genre des noms

 

Lès cotes èt lès bloûses sont bèles.  

Lès casakes èt lès djilèts sont bias.

b) deux genres 

les noms sont reliés par « èt »

masc. pl.

Il aveûve one ongue èt on dint d’ rauyîs.

 

les noms sont reliés par « ou » 

sing. et accord avec le dernier s’il y a exclusion.

I gn-a one pane ou on cavalier d’ tcheû.

I gn-a on cavalier ou one pane di tcheûte.

 

 

pl. s’il n’y a pas exclusion.

I m’ faut on sôdeû ou on-addjusteû fôrmés.

 

 

3.3.7 Remarques

3.3.7.1 Après l’expression « awè l’ aîr », l’adjectif attribut s’accorde toujours avec le sujet.

 

Ex : Il a l’ aîr malin             (F) Il a l’air intelligent.

       Èlle ont l’ aîr malines.  (F) Elles ont l’air intelligent ou :  Elles ont l’air intelligentes.

 

3.3.7.2  L’adjectif « nu » ne se rencontre jamais devant un nom comme en français : nu-bras, nu-jambes, nu-pieds, nu-tête.

Donc « neuwe » (nue) est accompagné de « tote », « nus » de « tos », « neuwes » de « totes ».

On dit : 

avou sès brès tos nus

les bras nus

avou sès djambes totes neuwes

à tièsse neuwe

à tièsse neuwe

nu-tête

à cu tot nu

le bas du corps dévêtu

à pîds d’tchaus

nu-pieds

è chape

pieds nus dans des chaussures

 

Exemple d’auteur

 

« Sèt’ samwin.nes après l’acopladje, li fumèle mèt au monde di quate à iût djon.nes, tos nus, sins pikots .» (Chapelle 1984, 10) (C)

 

3.3.7.3 L’adjectif « seû » doit aussi être accompagné de l’adverbe « tot », qui varie. Donc « tote  seûle », « tos  seûs », « totes  seûles ».

 

Ex :

Dji d’ meûre tot seû. (J’habite seul.) (Léonard 1952, 18) (C)

Avoz bin wasu passè pau bwès tote seûle ? (Avez-vous osé traverser le bois seule ?) (Léonard 1952, 18) (C)

 

Exemples d’auteurs

 

« … ç’ a stî por lèye tote seûle ; … » (Laloux 1969, 8) (C)

 

« Pwîs c’ è-st-ène saqwè d’ awè in p’tit scrèt por lèye tote seûle .» (Wartique 1954, 183) (C)

 

 

« Tot travayant, po ièsse eûreûs, /  I n’ faureûve jamaîs ièsse tot seû ! » (Arte 1983, 10) (C)

 

 

Remarques 

 

  1. a) On emploie « tot », qui varie, même dans « à mitan tot nu ».

 

  1. b) « fis tot seû » et « fèye tote seûle » se disent pour (F) « fils unique » et « fille unique ».

 

N.B. : On dit aussi, pour la rime : « Il / Elle èst fis / fèye unike, il / èlle aurè l’ tchambe èt l’ botike .»

 

 

3.3.7.4 « djèrmwin » (germain) ne sert que dans « cousin djèrmwin », « cousène djèrmwin.ne », « cousins djèrmwins », « cousènes djèrmwin.nes ».

 

 

3.3.7.5 « d(i)méy » (demi) s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il qualifie, qu’il soit placé avant ou après.

 

Ex : on d’méy aumon ; on d’méy gamin ; on d’méy ome

       one diméye ârmwêre ; one diméye djoûrnéye ; trwès-eûres èt d’méye

 

Mais : on d’mè djoû ; one dimèye eûre

 

 

3.3.7.6  « grand » reste invariable quand il précède un nom féminin auquel il est relié par un trait d’union.

 

Ex : dès grand-méres ; grand-mèsse ; nin grand-tchôse

 

Exemple d’auteur

 

« Nos d’vins paurti tot timpe au matin po-z-ariver po grand-mèsse à Sint-Djan, su l’ Mârtchi dès Djotes .»  (Gillain 1951, 10) (C)

 

N.B. : 1) fé dîre dès grandès mèsses.

          2) one grande djin ( = une personne adulte: elle peut être petite).

 

 

3.3.7.7  « plin » (plein) peut être préposition. Il reste alors invariable.

 

Ex : Èlle a des confètis plin sès tch’vias. (comme en français: … plein les cheveux)

 

Cependant, on voir des formes variables dans:

I gn-aveût plin.ne lu mâhon. (Il y en avait plein la maison.) (Remacle 1952, 189) (E)

Il a dès-cents plin.nes sès tahes. (Il a de l’argent plein ses poches.) (id.)

“Je vous salu Marîye pleine de grâce, dj’ a dès pouces plin.nes mès tchâsses.” (parodie de l’Ave-Maria) (J’ai des puces plein mes bas.) (id.)

 

On voit deux participes passés subir une cristallisation analogue à celle de « plein » (id., 187):

Gn-a dès frambâhes tot couvri l’ hoûrlê. (Il y a des myrtilles « tout couvert » le talus.)

Gn-aveût dès poumes tot tchèrdji lès mèlés.(Il y avait des pommes « tout chargé » les pommiers.)

 

 

3.3.7.8 « possibe »

 

1) reste invariable après : li mèyeû (le meilleur); li mia (le mieux); li mwins’ (le moins);

li pus   + adjectif ; li pus + adjectif ;

li mwins’ + di + nom ; li pus + di + nom :

Ex : Sauclez vos poûrias l’ mia possibe. (= li mia qu’ il èst possibe)

 

2) change quand il se rapporte à un nom pluriel.

Ex : Waîtîz di r’trover totes lès-èreûrs possibes ! (qui sont possibles)

 

 

3.3.7.9 Dans une série d’expressions, un adjectif féminin s’emploie seul.

 

Ex :

On ‘nn a one boune avou m’ fré qu’ pièd l’ tièsse.

On est dans l’embarras avec mon frère qui perd la tête !

Il èst dins sès bounes adjoûrdu . =  Il èst bin toûrné.

Il est de bonne humeur aujourd’hui.

È bin, vos l’ avoz faît coûte ! = Vos n’avoz nin d’mèré longtimps èvôye !

(litt. Eh bien, vous l’avez faite courte!) …,  vous n’êtes pas resté longtemps parti!

Dji nè l’ frè nin longue . = Dji n’ dimeûrerè nin longtimps évôye.

(litt. Je ne la ferai pas longue.) Je ne resterai pas longtemps parti.

Si vos v’loz bin, dji va dîre li mène. = Dji va dîre ci qui dj’ pinse di ça.

Si vous voulez bien, (litt. je vais dire la mienne) je vais dire ce que j’en pense.

Dji sin qui mi-âme è-st-à s’ dêrène .=  Dji sin qu’ dj ènn’ a pus po longtimps.

Je sens que (litt. mon âme est à sa dernière) je n’en ai plus pour longtemps.

 

Exemples d’auteurs

 

« Nos ‘nn avans faît one bèle, lès-amis, di-st-i l’ Crolè .» (Laloux 1969, 52) (C)

 

« Ê, là, Monseû l’ curè ! I ‘nn a dès bones, li ! » (id., 104) (C)

 

« Mi pôve pa a ieû fwate à fé po nos-alèver avou s’ mèstî d’ blankicheû .»  (Gillain 1932, 110) (C)

 

« A l’ longue dès longues, Marîye criyeut : « Lèyoz là ci p’tit-là ! » (Houziaux 1964, 31) (C

 

« Là d’ pus d’ trinte ans qu’i ‘nn aveut pus faît one parèye .» (Laloux 1969, 95) (C)

 

« Ni royans nin, s’apinse lès vîyès djins, on-z-î pièd l’ sène ! » (id., 181) (C)

 

 

N.B. Après « awè » (avoir), on emploie un adjectif de forme masculine invariable, qui a valeur d’adverbe.

Ex :

awè auji

awè bau (F) avoir beau

awè deur

awè malauji

 

Exemples d’auteurs

 

« Â ! qu’ dj’ a ieû deur ! »  (Laloux 1969, 97) (C)

 

 

3.3.7.10 « djon.ne ome » et « djon.ne comére » signifient parfois « qui n’ èst nin mârié(ye) », d’où : « on vîy djon.ne ome », « one vîye djon.ne comére » (= on-ome ou one comére qui n’ sont nin mâriés à one âdje qu’ on l’ èst d’abutude).

 

Exemple d’auteur

 

« Èt l’ vîy djon.ne ome s’ aveut lèyî apassè, amôdurè .» (Laloux 1969, 25) (C)

 

 

3.3.7.11 Certains adjectifs ont une forme de diminutif.

 

masc.

fém.

bladje

bladjot

bladje

bladjote

fin

finot

fine

finote

 

 

3.3.7.12 Le wallon emploie parfois : préposition + adverbe, alors que les autres langues emploient un adjectif.

 

Ex : li djoû di d’vant  (F) Le jour précédent   (N) de vorige dag   (E) the previous day  (D) der vorige Tag

li dîmègne d’après      (F) le dimanche suivant  (N) de volgende zondag  (E) the next Sunday  (D) der nächste Sonntag

 

Exemples d’auteurs: 

 

« Li dîmègne di d’vant, après veupes, lès gamins s’avint rachonè o Fond èt il avint c’minci à toûrnè po l’ Grand Feu. »  (Houziaux 1964, 98) (C)

 

« Nosse Sint-Nicolès ! On-z-avèt mètu l’ djoû di d’vant d’zos l’ tchiminéye dès pèlakes di canadas totes novèles, on p’tit satchot d’ laton èt one grosse cârote sicrèpéye .»   (Gillain 1932, 109) (C)

 

« Li dîmègne d’après, èmon l’ Lèstin… », i parèt qu’on-z-a faît lès rogâcions, là maurdi, pâr nêt ! »  (Laloux 1969, 52) (C)

 

 

3.3.7.13 Nous employons souvent un complément prépositionnel ou une proposition déterminative au lieu d’un adjectif.

 

Ex :

one vôye di têre

(F) un chemin de terre

(N) een aarden weg

one bèsogne di diâle

une besogne considérable            

veel werk

on pîd-sinte à catoûs

un sentier serpentant

een kronkelend pad

                       

                                       

3.3.7.14 « bia » signifie parfois « grand »

 

Exemple d’auteur

 

« C’ è-st-on bia maleûr ! »  (Houziaux 1964, 16) (C)

 

 

3.3.7.15 fé + DO (masc), DE L’ (fém.) + adjectif (qui reste toujours au singulier) (faire le …).

 

Ex :

malin

fé do malin (C, Rem. 1952, 173) (E); fé du malin = fé l’ malin (Copp. 1959, 41) (O)), fé dè l’ maline

Ex : Il ont v’ lu fé do malin.

bièsse

fé dè l’ bièsse = fé l’ bièsse (Copp. 1959, 41) (OW) (fé du l’ bièsse (faire la bête) (Rem. 1952, 173) (E))

malâde

I f’séve do malâde. (Il faisait le malade.) (id.)

sot

I f’séve do sot. (Il faisait le fou.) (id.)

 

Exemple:

 « Ni faî nin dè l’ bièsse, / Célèsse, Célèsse, /  Ni faî nin dè l’ bièsse, / Célèsse, choûte ti pa ! »           (chanson)

    

 

3.3.7.16 Après les adjectifs de dimension, on a la préposition DI suivie d’un nom.

 

Ex : Gn-a trop spès d’ bûre su vosse pwin, spaurgnîz-le !

       Gn-a bin chîs mètes laudje d’ êwe èt d’ broûs.

 

 

3.3.7.17 Beaucoup d’adjectifs peuvent devenir adverbes. Ils sont alors invariables.

 

Ex :

bas

causer tot bas

bia (beau)

I n’ louke nin bê. (litt. Il ne regarde pas beau, càd. il n’a pas un beau regard ; impersonnel: le temps a mauvaise mine.) (Remacle 1952, 180) (E)

bon

C’ èst dès djins qui magnèt bon. (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

clér (clair)

oyî clér (id., 70) (EW)

coût (court)

rèsponde tot coûrt (id., 71) (E)

craus (gras)

djâzer crâs  (parler gras, càd. gauloisement) (Remacle 1952, 180) (E)

deur (dur)

trîmer deûr (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

Su père li trote dor. (Son père lui pète dur, càd. lui est sévère.) (Rem. 1952, 180) (E)

drole

aler drole (C)

I va drole. (Il se passe des choses bizarres.) (Remacle 1952, 180) (E)

fris’ (frais)

one (vatche) fris’ vêléye

dè lècê fris’ moudou (du lait fraîchement trait) (id., 186) (E)

gaga

causer gaga

gamin

I djâse si gamin. (Il parle si puérilement.) (id., 180) (EW)

grand 

= bran.mint. Il est alors accompagné d’une négation.

Gn-a nin grand bèsogne.

Gn-aveûve nin grand djint à l’ ètèremint.

I n’ gangne nin grand tchôse.

gros

I beûrèle dèdja si gros. (Il mugit déjà avec une voix si grosse, si grave.) (d’un jeune taureau) (id.) (E)

hôt (haut)

causer tot hôt

laîd (laid)

I louke lêd. (Il a un laid regard.) (id.) (E)

laudje (large)

taper laudje (C)

I tape lâdje. (Il jette large, càd. il mène grande vie.) (id.) (E)

mètchant

I nîvetèye mètchant. (Il neigeotte méchant, càd. il tombe une petite neige sèche et froide.) (id.) (E)

modu (trait)

do (lacia) tchôd modu

moya (muet)

causer moya (= causer avou dès sines, come on moya)

nwâr (noir)

ièsse boté nwâr

ponu (pondu)

on(-ou) vîy ponu

ruche (rèche)

On-z-a du l’ chance qwand qu’ on n’ è nin rèspondou au rèhe. (On a de la chance quand on n’est pas répondu un peu rèche, càd. quand on ne vous répond pas un peu sèchement.) (id.) (E)

tchêr (cher)

coster tchîr (Bertrand-Duchêne, s.d., 70) (E)

vî (vieux)

Is djâsèt vî. (Ils parlent vieux, càd. d’une façon archaïque.) (Rem. 1952, 180) (E)

 

  1. B. : On dit parfois : dès rôses qu’ odèt bones. (Bertrand-Duchêne, s.d., 71) (E)

 

 

3.3.7.18 Les noms « maîsse » (litt. maître) et « mére » peuvent avoir la valeur d’un adjectif qualificatif et signifier respectivement « principal » et « extrême ».

 

Ex :

one maîsse couche (= une branche principale)

li maîsse viène (= la principale poutrelle)

à l’ mére copète ( = tout au sommet)

au mére coron dè l’ reuwe (= tout au bout)

 

 

3.3.7.19 A la Gleize a été attestée une expression composée d’un nom et d’un qualificatif d’un type fort répandu dans les langues germaniques (allemand: hundsmüde, néerlandais: hondsdol):

(Il èst) tchin-mêgue (litt. chien maigre, càd. maigre comme un chien, extrêmement maigre).  (Remacle 1952, 187) (E)

3.4 Renforcement

Un adjectif peut être renforcé par un adverbe, un autre adjectif ou même un nom. Ceux-ci prennent dans ce cas une valeur d’adverbe.

3.4.1 Adverbes

3.4.1.1 « au d’là » (placé après l’adjectif) (très, extrêmement)

 

Ex : bètchî au d’là      binauje au d’là       fayé au d’là     minâbe au d’là

 

Exemple d’auteur

 

    « Èt l’ uch s’ a douvièt tot doûcemint en èrtchant, come dimèfiant au d’là… » (Laloux 1969, 55) (C)

 

N.B. « au d’là di » se place devant l’adjectif.

 

Ex : au d’là d’ binauje       au d’là d’ minâbe     au d’là d’ tchêr

 

 

3.4.1.2 « fin » (qui varie) (complètement)

 

Ex :

fin blanc (f. fine blanke)

fin djon.ne (f. : fine djon.ne)

fin méreseû (f. fine méreseûle)

fin cras (f. fine crasse) (Copp. 1959, 37) (O), fin crâs (vraiment gras) (Rem. 1952, 187) (E)

fin fou (f. : fine sote)

Èlle èst fène sote. (Elle est complètement folle. (Rem. 1952, 187) (E))

fin frèch (f. : fine frèche)

 

Exemples d’auteurs

 

« Fin drwèt jusqu’au coron, vos-auroz stî l’ dêrin dès vikants au mitan d’ totes lès poûssêres

   di ç’ qu’ a stî one bèle pitite maujone .»  (Léonard 1953, 125) (C)

 

« … ;  i douve sès-ouys, il èst fin mièrseû .» (Carpentier 1971, 109) (C)

 

 

3.4.1.3 « mwârt » (qui varie) (« mwate, mwârts, mwates ») (complètement)

 

Ex :  mwârt sicrans ou scrans mwârt  (très fatigué, épuisé)   mwârt sô       ou sô mwârt     mwârt tané     ou tané mwârt

Il èsteût mwêrt sô. (Il était ivre mort.) (Remacle 1952, 187) (E)

mwêrt nâhi (mort fatigué,c-à-d. très fatigué) (id.) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

« A one eûre, i rintreûve, mwârt odé, mins contint d’ awè r’vèyu cor on côp lès campagnes

   dins totes leû ritchèsse di l’ èsté .»  (Gillain 1927, 131-132) (C)

 

« Èt nos-èralin.n mwâts naujis d’ awè couru èt potchi dins l’ bwès, avou nos djambes totes

  digrètéyes pa lès fètchêres èt lès caclindjîs .» (Rase 1989, 1989) (C)

 

N.B. Avec « rwèd », « mwârt » se place toujours derrière.

 

N.B. Familièrement, « crèvé » remplace « mwârt ». Il varie aussi.

 

Exemples d’auteurs

 

« … i faît lès qwances do ièsse crèvè-odè .»  (Laloux 1969, 53) (C)

 

 

3.4.1.4 « pâr » (placé devant ou derrière l’adjectif) = « pâremint » (absolument) qui se place devant l’adjectif.

 

Ex :

pâr bolu = bolu pâr

pâr prèt’ = prèt’ pâr

pâr sot = sot pâr

pâr cût = cût pâr

pâr rosti = rosti pâr

pâr wîdî = wîdî pâr

 

Exemples d’auteurs

 

« A qwè bon aler pâr trop rade ? / On l’saurè todi vite assez ! »  (Bodard 1956a, 39) (C)

 

« Aloz lî rademint qwêre one jate di tchôd cafè ; ça l’ rimètrè pâr .»  (Laloux 1974, 40) (C)

 

« Is sont pâr trop bièsses, à l’ difin .»  (Laloux 1969, 68) (C)

 

 

3.4.1.5 « pêrcé » (qui varie) (complètement)

 

Ex :

pêrcé binauje

fém. : pêrcéye binauje

pêrcé bleuw

pêrcéye bleuwe

pêrcé fou       

pêrcéye sote

pêrcé ritche

pêrcéye ritche

pêrcé sot

pêrcéye sote

    

Exemples d’auteurs

 

« Tot l’ djârdin, pèrcé  frèch, qui sgoteut .»  (Laloux 1969, 82) (CW)

 

« Djan-Pière ènn’ èsteut pèrcé lwagne .»  (Houziaux 1964, 30) (CW)

 

« C’ èst l’ campagne, i faît pèrcé bon.»  (Petrez 1953, 148) (CW)

 

 

 

3.4.1.6 « foû » (avec négation) (très)

 

Ex : Is n’ sont jamaîs foû spès.

 

Exemples d’auteurs

 

« Nin foû grande, Ane d’ èmon l’ tonelî. Portant, li seûl côp qu’ is s’ avint rabréssi avou li    P’tit Bêrt, c’ èst lèye qu’ aveut d’vu abachi sès lèpes su lès sènes .»  (Laloux 1969, 131) (C)

 

 

3.4.1.7 « sâcrè » (prend la marque du pluriel ; pas de féminin) (sacré)

 

Ex : C’ è-st-one sâcrè soyante.         Sâcrès volerèsses, qu’ èles sont !

 

 

3.4.1.8 « rude » (très) + adjectif qualificatif (+ adjectif qualificatif + …) + nom

 

Ex : Vos-avoz on rude bia cu d’ polin !

Dès rudes gros-âbes ! (Des arbres rudement gros !) (Remacle 1952, 151) (E)

one rude fène sitofe (une étoffe rudement fine, un tissu très fin) (id., 149-150) (E)

 

 

3.4.1.9 « rudemint »  (diantrement, très) + adjectif qualificatif seul

 

Ex : Il èst rudemint disvoyî.            Ça èst rudemint bia.

 

 

3.4.1.10 « crâne » (invariable) (très)

 

Ex : È bin, c’ èst do crâne fèné wayin !

 

 

3.4.1.11 « rwèd » (/ reûd (E)) (qui varie) (tout à fait)

 

Ex :

rwèd fou

fém. : rwède sote

rwèd mwârt

rwède mwate

rwèd sauvadje

rwède sauvadje

 

Il a stou twé reûd mwêrt. (Il a été tué raide mort.) (Remacle 1952, 187) (E)

Il èst reûd sot. (Il est complètement sot.) (id.) (E)

 

 

3.4.1.12 « fameûs » (variable)

 

Ex : dès fameûsès bounès doréyes (des tartes fameusement bonnes) (Rem. 1952, 151-152) (E)

 

 

3.4.1.13 « tèribe » (variable)

 

Ex : one tèribe bèle bièsse (une bête terriblement belle, une fort belle bête) (Rem. 1952, 151) (E)

Il aveût on tèribe lêd pîd. (Il avait un pied salement arrangé.)  (id.)

 

 

3.4.1.14 « nwâr » (/ neûr (Rem. 1952, 187 (E))

 

Ex : Il èst tot neûr èdjalé. (Il est tout noir gelé, càd. tout à fait gelé.)

neûr nâhi (très fatigué), neûr djinti (très gentil), neûr mêgue (extrêmement maigre)

 

 

3.4.1.15 « poûri »

 

Ex : Il èst poûri crâs. (Il est excessivement gras.) (Rem. 1952, 187) (E)

 

 

3.4.1.16 « pètant »

 

Ex : pètant noû (flambant neuf) (Rem. 1952, 187) (E)

 

 

3.4.1.17 « fini »

 

Ex : Il èst fini bièsse. (C’est un parfait imbécile.) (Rem. 1952, 187) (E)

 

 

3.4.1.18 « d(i)foncé »

 

Ex : Il èst d’foncé ritche. (Il est extrêmement riche.) (Rem. 1952, 187) (E)

 

 

3.4.1.19 « èwaré » (/ èwèré (E))

 

Ex : Is n’ sont nin por si èwèrés grands. (Ils ne sont pas vraiment si étonnamment grands.) (Rem. 1952, 187) (E)

 

 

3.4.2 Autres moyens

D’autres adverbes: « fwârt, tèriblèmint, …» (fort, terriblement)

Des expressions : « à crèver ; à n’ s’ è nin fé one idéye ; … »

 

Ex :

Il èst ritche à crèver.

Is sont man.nèts à n’ s’ è nin fé one idéye.

Èlle èst tène à crèver.

Il èst pèté, qu’ i drâne !

 

3.5 Comparaison

3.5.1 Comparatif

 

infériorité 

mwins’ ADJECTIF qui (C; (Bastin 1965, 49) (O))

Il èst mwins’ grand qu’ mi.

Èç’ti-ci èst mwins’ bia qu’ l’ aute. (Bast. 1965, 49) (O)

égalité         

            positive 

ossi ADJECTIF qui

(E, t’t-aussi … què … (Bastin 1965, 49) (O))

Il è-st-ossi grand qu’ mi.

Il èst t’t-aussi vayant què s’ pa. (Bast. 1965, 49) (O)

            négative 

nin (os)si  ADJECTIF qui

I n’ èst nin (os)si grand qu’ mi.

supériorité 

pus ADJECTIF qui (C, E, O)

Il èst pus grand qu’ mi.

Èç’ vâse-ci èst (byin) pus bia qu’ l’ aute. (Bastin 1965, 49) (O)

 

On renforce souvent le comparatif de supériorité :

au pus ritche

co pus ritche qui

one masse pus ritche qui

bran.mint pus ritche qui

min.me pus ritche qui

dès kèdjes pus ritche qui

 

3.5.2 Le superlatif

 

relatif 

li pus ritche (C, O)

absolu 

fwârt ritche, foû ritche,

ritche au-d’là, au-d’là d’ritche, iute di ritche, ritche jamaîs,

pâr ritche, pâremint ritche, ritche pâr

 

Certains adjectifs ont un sens d’égalité intrinsèque :

Ex : parèy qui (pareil que), tél qui

 

Exemples d’auteurs

 

« Stampés come dès tchandèles di glace, / parèys qu’on bondiè d’ bwès, / dîrîz qu’on ratind one saqwè / dismètant qui l’ timps passe ? » (Gilliard 1976, 16) (C)

« Sont-is à mwin.nadje, c’èst parèy qui lès djins… » (Laloux 1974, 96) (C)

 

3.5.3 Irréguliers

 

bon

mèyeû (C, E, O)

li mèyeû (id. ou èl mèyeû (O))

mwaîs (måva (E); mauvés (Bast. 1965, 49), mwés (Balér., s.d.)  (O)) (mauvais)

pîre (C, O; pés (E))

li pîre (= mauvais) (C, O; li pés (E))

                                   

Mais : mwaîs (fâché ou « mauvais » par rapport aux sens, au corps ou au temps), pus mwaîs, li pus mwaîs.

 

Ex : Èlle a co stî pus mwaîje, quand èlle a apris qu’i s’ aleûve mârier.

L’ ansène di pourcia sint pus mwaîs qu’ ça.

Mès djambes sont pus mwaîjes qui m’ keûr.

I fieûve pus mwaîs èyîr qu’ odjoûrdu.

Li r’ méde èst co pés qui l’ må. (E)

 

Mais : I gn-a pîre qui li.

 

N.B. « pîre » signifie parfois « pus fwârt » plus fort).

Ex : I cache, i cache, co pîre qui s’ il aureûve one fôrtune à trover.

 

On entend également, ironiquement ou non « li pus pîre », et comme expression normale « li pîre dès pîres ».

Ex : Èl pus pîre, c’ èst qu’ èle î àlèyî s’ santè. (Balériaux, s.d.) (O)

El pîre dès pîres, c’ èst di n’ nén rèspècter sès parints. (id.)

 

Remarque : mèyeû (meilleur), généralement invariable au singulier, fait parfois « mèyeûse » au féminin.

 

Exemples d’auteurs

 

 « One di nos mèyeûs gades …» (Gillain 1927, 50) (C)

3.5.4 Comparaisons imagées

Notre langue possède une série étendue de comparaisons imagées propres ou qui se rencontrent aussi dans les langues voisines :

 

Ex :    

ossi (ou « co pus ») bièsse qui sès pîds

= fwârt bièsse = bièsse à pinde.

binauje come Batisse

= fwârt binauje

binauje come on bossu qu’a pièrdu s’ bosse

= fwârt binauje

bladjot come mi fèsse

= fwârt bladjot

bladjot = (N) bleek  (F) pâle

bladje ou bladjot come li lune

(F) pâle

bladje ou bladjot come dè l’ makéye

(F) pâle

bladje ou bladjot come on mwârt

(F) pâle

blanc come dè l’ nîve

(F) blanc

blanc come on linçoû 

(F) blanc

blanc come on mwârt

(F) pâle

blanc come on navia pèlé quate côps

(F) pâle

blanc come dè l’ makéye

(F) pâle

blanc come do stofé

(F) pâle

ossi bleuw qui Sint-Djilin (di visadje)

 

ossi bleuw qui m’ sauro (id.)

 

bon come li pwin

 

bon come li pwin qu’on mindje

 

chaurdé come on vîy pingne

= qu’a pièrdu dès dints

chaurdé come on vîy pingne à pûs

 

clér come do cristâl

 

ossi clér qui do bruwèt d’ kitches

= nin clér

N.B. : dès kitches : quartîs d’ pomes sètchis

craus come on fougnant

(F) taupe

craus come one loute 

(F) loutre

craus come on mwin.ne

(F) moine

crolé cone on bèdot   

(F) mouton

ossi curieûs qu’one fayène

(F) faîne

ossi deur qui do canistia

(F) gui

N.B. N.B. Ici, il y a confusion : « deur come do canistia » signifie le contraire de mou, cassant, délicat, alors que du « canistia » (gui) est cassant, mais si une petite racine est laissée, il revient. A l’origine, « deur », dans « deur come do canistia » signifiait « résistant à la maladie, à la mort !.

ossi deur qui do cayau

(F) caillou

deur cone on clau

(= bin pwârtant)        

clau (F) clou

dobe come mi marone

(aussi : come mès culotes)

frèch come on lagnèt

 

ossi frèd qu’on mouzon d’ tchin

(F) museau

ossi frèd qu’en Sibèrîye

 

galaf (ou : à s’panse) come on tchin d’ barakî

 

kèrdjî come on baudèt

(F) chargé

lèdjêr come on plome

(F) plume

ossi long qu’on djoû sins pwin

 

man.nèt come on pingne (à pûs)

 

man.nèt come on pourcia

 

ossi (ou : co pus) nawe qui l’ mwès d’ awous’

(F) paresseux

nêrveûs come on molon è l’ farène (nin nêrveûs)

(F) ver

nêrveûs come li saya do pus’ (fwârt nêrveûs)

(F) puits

ossi nèt qu’on pièle                           

(F) une perle

nwâr come on gayète (ou : come on bougnèt)           

(F) boulet de charbon

nwâr come one meûmeûre    

(F) mûre

nwâr come li pètchi   

(F) péché

pèlé come on bole aus guîyes

 

pèlé cone on-ou

(F) œuf

pèlé come on rat

(F) rat

pêrcé come on lagnèt = frèch

(F) lavette

pêrcé come one passète

= cotrawé   (F) passoire

pèsant come do plomb

(F) plomb

plin come tote li Pologne (èt l’ France avou)

 

plin come on-ou

(F) œuf

puwant come l’âme d’on pindu

= qui sint mwaîs

co pus rade qui l’alumwâre   

= rwèd            (F) éclair

ranchaud come one nitéye di soris

= rimuwant                 (F) nichée

râre come do stron d’ diâle

 

râre come dè l’ suweû d’minisse       

(F) sueur

rèwèyî come on pinson à doze eûres

= ranchaud, èrnauje    (F) éveillé

r(i)lètchî come on via qu’a deûs méres

= r(i)niètî                     (F) propre

r(i)lûjant come one bole qu’on-z-a d’djà sucî

(F) luisant – bonbon

ossi r’lûjant qu’one pron.ne lâvéye deûs côps

(= nin r’lûjant du tout) (F) prune

ossi rodje qu’on cok  

(F) coq

ossi rodje qu’one piyaune

(F) pivoine

ossi rodje qu’one bole di feu 

(F) boule

rûsé come on r’naud  

(F) renard

ossi rwèd qui l’ vint d’ bîje   

(F) rapide

ossi rwèd qu’ Banban

(F) raide

ossi rwèd qu’one baguète di fisik

(F) raide

salé à péke (ou : come dè l’ péke)

(F) saumure

sètch come di l’amadou

= nin frèch      (F) pas mouillé

sètch come l’ant’cri   

= nin gros        (F) antéchrist

sètch come one astale

= nin gros        (F) long et mince copeau

ex : pour prendre du feu et allumer une pipe

sètch come one brokète

= nin gros        (F) branchette sèche

sètch come on clau

= nin gros        (F) clou

skèté come on vîy  casake

= scrand          (F) fatigué – veston

seur come dè l’ vèsse di trôye           

(F) sûr – truie

soûrdèche come on hawe

(F) houe

ossi spès qu’on biyèt d’ tram’

= nin spès        (F) épais

storné come one vatche

(F) bête et buté

strindu come on pû ètur deûs-ongues

(F) angoissé

subtile come on molon è l’ farène

= nin subtile    (F) agile

ossi tchêr qui do pwève

(F) cher – poivre

tchôd come one breûje

(F) chaud -braise

ossi tchôd qui l’ vèra d’ l’infêr

(F) gaillard – verrou

tièstu come on-Ardinwès

(F) têtu

tièstu come on baudèt

 

trawé come one passète

(F) passeoire

vèrdasse come dès spinasses 

(F) amusant

ossi vèt’ qui dè l’ djote         

(F) chou vert

ossi vîy qui Matîsalé  

(F) Mathusalem

ossi vîy qui lès vôyes

(F) chemins

                                               

 

Exemples d’auteurs

 

« Èt dins l’ fond, monté sur l’ comôdité, nos vèyans on vî ome, blanc come on stofé,    

   qui s’ rabot’neûve .»  (Danhaive  1970, 35) (C)

3.5.5 Remarques

3.5.5.1 Nous avons dès corrélatifs : Pus vîy, pus sot ! (Plus vieux, plus fou !)

 

3.5.5.2 Sens spéciaux 

brâve   1 d’un adulte   (F) probe, honnête ou sympathique

                 2 d’un enfant  (F) sage

 djinti   1 d’un adulte   (F) travailleur

                 2 d’un enfant  (F) gentil

  

3.5.5.3 Rapport 

 S’emploient normalement ensemble avec :

 

grand 

on grand diâle, dispindeû d’ gayole, maustampé, skèton, stindu

grande 

(pour désigner des personnes masc. et fém.) one grande pièce, sitapète

gros 

on gros poûri

grosse

(pour désigner des personnes masc. et fém.)  one grosse bièsse

pitit 

on p’tit bas-dès-potches (= qui a de courtes, les jambes courtes), manikè, mèn’zik, ratchon, tchimot

pitite 

one pitite kèkîye-mu (= provocante)

pitit

(pour désigner des personnes masc. et fém.) on p’tit bokèt

 

 

3.5.5.4 insi        

(W)  on-ome insi (« insi » est plutôt attribut = qu’è-st-insi)

Comparez : (F)  un pareil homme  (N)  zo’n man   (E)  such a man   (D) solch ein Mann

Translate »
Share This