9. CONJONCSION – CONJONCTION

9.1 Conjonction de coordination

Les conjonctions de coordination relient des éléments de la langue (mots, expressions ou propositions) ayant une égale importance.

9.1.1 Liste

 

ca

:   car

Dji n’ î va nin, ca ç’ n’ èst nin à m’ toû.

Dju n’ a mây vèyou on bokèt insi, ca il èst  vrêmint bê. (Je n’ai jamais vu un morceau comme celui-là, car il est vraiment beau.) (Rem. 1960, 46) (E)

ça faît qui

(ça fêt quu (Rem. 1960, 8) (E), (Franc. 1994) (S))

ainsi

I s’ aprèstéye, ça faît qu’ c’ èst po d’mwin !

Ça fêt qu’ i ploût, insi. (litt. Ça fait qu’il pleut, ainsi, càd. voilà donc qu’il pleut.) (Rem. 1960, 8) (E)

Ça fêt qu’ tu vinrès dîmègne. (Ainsi donc, tu viendras dimanche.) (Franc. 1994) (S)

come

comme

C’ èst por li come por mi.

donc = d’ abôrd

donc, alors, dans ces conditions

I m’ l’ a promètu, donc / d’ abôrd il îrè.

D’ abôrd, èst-ce quu t’ vins ? (Franc. 1994) (S)

 

Ne pas confondre avec « don » ou « hon », des interjections exhortatives !

Alêz, don ! One miète pus rwèd !

Boudje-tu, don / hon !

Boudie-tu, don! (Ote-toi, donc!) (Rem. 1960, 46) (E)

 

èt

(èt, (è)yèt + cons., èy’ + voy,) (Copp. 1959, 187), èt, èyèt, èyét (Grign. 1908, 480) (O); èt (S))

et

 

au drwèt èt au r’viêrs

à gauche èt à drwète

Piêre èt Pôl

ès’ pére èyèt ‘s mére (son père et sa mère)  (Copp. 1959, 187) (O)

Èy’ il èst voye sans payî. (Et il est parti sans payer.) (id.)

Li ‘yèt sès liârds ! (Lui et ses sous!) (id.)

ètou (Copp. 1959, 187) (O)

aussi, par conséquent

Dj’ aî ieû in pris, ètou djè sû binéje. (J’ai

eu un prix, aussi je suis content.)

 

fuche-t-i … fuche-t-i

(seûye-t-i … seûye-t-i (Bertr.-D., s.d., 36) (E); swat’ … swat’ (Franc. 1994) (S))

soit … soit (conjonction disjonctive)

 

 

Dj’ îrè, fuche-t-i d’mwin, fuche-t-i djudi qui vint.

 

 

 

mins

(, maîs; mins, mès (E); mins, mês (Grign. 1908, 480), mins, mès (Balér., s.d.) (O); mês (Franc. 1994) (S))   

mais

Èlle èst bièsse, mins ritche.

I fét l’bièsse mès c’è-st-in malin. (Balér., s.d.) (O)

ni … ni

(nè … nè (archaïque) (E))

ni … ni

I n’ aveûve ni eûre ni momint.

Is n’ vinront ni onk ni l’ ôte. (Bertr.-D., s.d., 36) (E)

sins papî nè rin (archaïque) (E)

ou

ou

Èst-ce twè ou èst-ce li ?

ou bin

(ou bén, ou bin (Carl. 1991), ou bin, ou du bén (Balér., s.d.), ou bîn (Copp. 1959, 187) (O))

ou bien, sinon

= ossinon, ôtrèmint, oudonbin

C’ èst onk ou bin l’ ôte què l’ a raconté.

C’ èst mi qu’ ira ou bén vos vènrèz. (Balér., s.d.) (O)

Ça s’ra li ou bîn mi. (Ce sera lui ou bien

moi.) (Copp. 1959, 187) (O)

oudonbin (_, oudoubén (Carlier 1991), ou du bén (Balér., s.d.) (O))

 

Vos vêroz, oudonbin dji n’ vos l’ pârdonerè nin.

Vos vêroz oudôbin c’ èst mi qu’ vêrè. (Tu viendras ou c’est moi qui viendrai.) (Franc. 1994) (S)

 

ossinon

= oudonbin, ôtrèmint

    Studyîz, ossinon vos n’ îroz nin djouwer.

ôtrèmint

= ossinon, oudonbin

    Is l’ ont hapé, ôtrèmint is n’ l’ aurin.n nin.

tant qu’ à

quant à

Is l’ volenut fé. Tant qu’ à mi, c’ èst non.

Tant qu’ à nous, nos dè r’pârlèrons. (Balér., s.d.) (O)

Tant qu’ à mi, c’ èst todi bon. (Franc. 1994) (S)

 

 

Exemples d’auteurs

 

ca

Nos-èstans fîrs di nosse pitite patrêye. / Ca, lådje èt long, on djåse di sès-èfants. (Théophile Bovy) (Bertr.-D., s.d., 37) (E)

fuche-t-i (, sôye-t-i) … (seûye-t-i … (E))

« Si c’ è-st-insi, purdoz l’ trin do l’ ligne do l’  Lèsse, sôye-t-i à Houyèt, sôye-t-i à Dinant, jusqu’à l’ èstâcion d’ Djindron .» (Houziaux 1984, 13) (C)

Li mohon, lu, n’ nos qwite jamåy : / vos l ‘ètindez todi tchîpeter, / seûye-t-i l’ iviér, seûye-t-i l’ osté. (Henri Simon) (Bertr.-D., s.d., 36) (E)

mins

On done sovint dès djèyes a qui n. lès sét crohî ; / Mins, mi, si dj’ ènn’ aveû, alez, les hågnes rôlerît. (Edouard Remouchamps) (Bertr.-D., s.d., 36) (E)

ou

Vane foû d’ chal ossu, twè, ou ti sårès po k’bin  / Dè v’ni mète, mågré zèls, dès bwètes ås bravès djins (Edouard Remouchamps) (Bertr.-D., s.d., 36) (E)

 

9.1.2 Remarques

9.1.2.1 « èt »

 

1) « èt » est obligatoire avant le dernier mot d’une énumération.

 

Ex :  

Dj’ a v’nu, dj’ a vèyu èt dj’ a ieû l’ victwêre.

(N) Ik ben gekomen, heb gezien en overwonnen.

(F) Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu.

 

Le français n’emploie pas de conjonction, mais répète la forme de l’auxiliaire ; le néerlandais emploie une conjonction, mais ne répète pas l’auxiliaire ni le sujet.

Nous répétons le sujet et l’auxiliaire et employons une conjonction.

 

2) Quand, en français, « ni » joint deux propositions, le wallon emploie « èt » .

Ex :

I n’ sicrît nin èt i n’ tèlèfone nin.  

Il n’écrit ni ne téléphone.

I n’ mindje nin èt i n’ bwèt nin

Il ne mange ni ne boit.

 

3c) Le wallon joint par « èt » une forme verbale conjuguée et un infinitif, à moins que le sujet ne soit exprimé devant la deuxième forme verbale.

Ex :

Is tchantin.n èt hossî è mèseure tortos èchone .

Ils chantaient et ils bougeaient en mesure tous ensemble.

 

Exemples d’auteurs

 

« I choûte èt responde sins taurdjî .» (Bacq 1978, 7) (C)

 

« Do djoû, i s’ catche, mins à l’ vièspréye i rét èt bèrôder    avau lès tchamps èt lès djârdins à l’ cache après s’ nouriture .» (Chapelle 1986a, 18) (C)

 

Mais : « Li rauyeû d’ dints l’ faît achîr èt i r’waîte è l’ bouche dau Gusse… » (Viroux 1985c, 17) (C) 

 

4) La conjonction « èt » n’a jamais de nuance d’opposition, ce qui arrive en français avec « et » ; en wallon, l’opposition se rend par « mins ».

Ex :

« Je plie et ne romps pas » (La Fontaine, Le chêne et le roseau)

Dji plôye, mins dji n’ câsse nin .

 

 

9.1.2.2 « come »

 

Le français : « Il court tel un lièvre » se traduit par « I coûrt come on lîve ».

 

 

9.1.2.3 « ou »

Nous disons en wallon : « deûs trwès », « trwès quate »,  « quate cink », « cink chîj »,…, alors que le français  dit : « deux ou trois », « trois ou quatre », « quatre ou cinq »,…

 

Ex : « On-aléve à batème deûs trwès djoûs après qu’ l’ èfant v’not au monde .» (Gaziaux 1987, 271) (C)

Dinez-m’ ènnè treûs qwate. (Bertr.-D., s.d., 36) (E)

 

 

9.1.2.4 « si »

 

1) L’emploi de « su » et de « èt su » comme adverbes et conjonctions remonte à l’ancien français. Citons quelques exemples puisés dans des textes originaires du pays wallon : « S’oï Aucassin plourer et s’amie regretter » (Aucassin et Nicolette, dans Wilmotte, Wallon, p. 125) ; ” Mes la main destre del enferme et si le lai en le destre” (Recettes médicales du ms. de Darmstadt, ib., p. 180) ; ” et se mépris ay en aucun poins, si me soit pardonné ” (Jean le Bel, ib., p. 81). (Rem. 1937, 56-59) (E)

 

2) « si » seul

On pourrait considérer l’adverbe « si », utilisé sous la forme contractée « s’ », ( F. « ainsi ») comme une conjonction de coordination entre deux propositions où le verbe est à l’impératif.

Le premier verbe est une forme d’ « aler » de « v(i)nu » (« v(i)ni»  (E), « v(è)nu » (O)).

 

Ex :

wallon

français

latin

allemand

Va s’ djowe . (Bastin 1909, 379) (E)

Va jouer .

Vade /et/ sic joca.

 

Geh und spiele

Vén s’ magne. (id.)

Viens manger.

Veni /et/ sic manduca.

Komm und iss.

Va on pô s’ louke. (Rem. 1937, 56-59) (E)

Va un peu regarder.

 

Geh und gucke.

Nu va nin co s’ passe è l’ êwe, sés-se.

Ne va pas encore passer

 dans l’ eau, sais-tu.

 

 

 

NB La sifflante qui termine les formes du pluriel à l’impératif est interprétée par l’abbé Joseph Bastin (Faymonville (E)) comme devant un infinitif : « Alans’ magner. Aléz’vèy .» ; de même : « Veunoz’ magner . Veunoz’ vèy .». En comparaison avec  « Veunoz tortos ., Veunoz-awou .» (Venez avec!).

En liégeois (Haust 1933), « s’ » (« ainsi ») survit au pluriel sous le camouflage de la minute, par exemple dans « Aléz’ dwèrmi. Alans’ dwèrmi. », pour « Alez s’ / Alans s’ dwèrmi. »

 

3) « èt s(i) »

 

  1. a) On pourrait parler d’une locution conjonctive avec « èt s(i)» suivi d’une inversion avec un verbe conjugué . Ici, « s’ » sert de renforcement.

Ex :

Mindje èt si t’ taî !

Mange et tais-toi !

Èt d’vant d’paurti, on fièt si testamint,

Èt s’ avèt-on bin peû d’mori sins sacrèmint.

(Vermer 2007, Li jézwite èt l’ capucin, 13-14)

Et avant de partir, on faisait son testament,

Et on avait peur de mourir sans sacrement.

I s’ pourmina èt seu s’ fit néhi. (Bastin 1909) (E)

Il se promena et alla se noyer.

Va-r’-z-è èt seu t’ mèt o lèt. (id.)

Va-t-en et mets-toi au lit.

Neus djowerans èt s’ rirans-ne d’ asdreut. (id.)

Nous jouerons et (nous) rirons beaucoup.

 

  1. b) « èt s(i) » peut aussi relier deux verbes à un autre mode que l’impératif. mais d’ ordinaire le second verbe renchérit plus ou moins sur le premier. (Rem. 1937, 56-59) (E)

 

  1. c) « èt su » lie deux verbes à la troisième personne. Il a alors le sens de « èt », et le sujet des verbes ne s’exprime que devant le premier. (id.)

Ex.:

I-z-i ala èt s’î d’mora

Il y alla et y resta.

il ont dja twé leû bièsse èt s’ l’ont pèlé èt tot

Ils ont déjà tué leur bête èt ils l’ont pelée, etc.

i l’ prihe èt su l’ magnahe

Il l’ aurait prise et mangée.

 

  1. d) « èt su » coordonne deux verbes à la le ou à la 2e personne. Alors, le pronom sujet du second verbe est rejeté après lui. (id.)

Ex. :

Dju l’ haperè, èt su l’ raminerè-dje, vos vièroz.

Je le capturerai et je le ramènerai, vous verrez.

Tu l’ prindrès èt s’ l’ atèlerès-se, sés-se

Tu le prendras et tu l’atteleras, sais-tu.

 

  1. e) Dans la conversation, « èt su » lie fréquemment à la phrase d’un des interlocuteurs une répartie renchérissante d’un autre. (id.)

Ex.:

– Nos l’ècrâherans, nosse djuni.

– Ây, èt su l’ towerans-ne, èco.

– Nous l’engraisserons, notre génisse.

– Oui, et nous la tuerons.

 

NB Le sujet des propositions liées n’est pas toujours le même. (id.)

I l’zi hapéve leûs poumes èt s’ l’a-t-on vèyou, pouman.me.

Il chipait leurs pommes et on l’a vu, paraît-il (litt. pour ou par mon âme).

 

  1. f) « su » et « èt su » sont adverbes devant un impératif après une subordonnée.

Pour « su », nous n’ avons relevé qu’un exemple, et c’est un proverbe. (Rem. 1937, 56-59) (E)

Là quu t’ n’ as qu’ fé, su n’ t’ i boute.

Où tu n’as que ( = rien à) faire, ne t’y pousse pas.

 

  1. g) Pour « èt su », les exemples abondent, et la première proposition est toujours introduite par « su » (si, puisque). (id.)

Ex.:

Su t’ as fin, èt s’ magne; su t’ as seû, èt s’ beû.

Si tu as faim, mange; si tu as soif, bois.

Vos n’ vloz nin louki, èt su n’ loukiz nin.

Vous ne voulez pas regarder, ne regardez pas.

Su t’ès nâhi, èt s’ va su t’ rupwèse.

Si tu es fatigué, va te reposer.

Su vos nu l’ poloz d’né, èt su l’ wârdez.

Si vous ne pouvez le donner, gardez-le.

 

9.2 Conjonction de subordination

9.2.0 Introduction

Les conjonctions de subordination relient des éléments de la langue, dont l’un complète l’autre.

 

Ex :    

complément direct

I m’ a dit qu’ i vêreûve.      

Il m’a dit qu’il viendrait.

complément circonstanciel

Sobayî èwoù-ce qu’ il èst

Je me demande où il est.

9.2.1 Genre de relations

9.2.1.0 « qui »

 

La conjonction de subordination de base est « qui » (C; « qui, què » (O); « qui, quu, queu »  (E, S)) (que).

 

consonne + qui + consonne

Dji trove qui tot a candjî. (Je trouve que tout a changé.)

consonne + qu’ + voyelle

I dèclare qu’ i n’ a rin fraudé. (Il déclare qu’il n’a rien fraudé.)

voyelle + qu’ + voyelle

Èle vout qu’ i vègne dimwin. (Elle veut qu’il vienne demain.)

voyelle + qu’ + consonne

Nos ratindans qu’ tot fuche prèt’. (Nous attendons que tout soit prêt.)

 

 

9.2.1.1 temps

 

1)

d’ abôrd qui

(C, E)

+ indicatif

= do côp qui: aussitôt que

D’ abôrd qu’ i sèrè là, nos-èrîrans. (Aussitôt qu’il sera là, nous nous en irons.)

après qui

(… què (Copp. 1959, 188) (O); … quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif: après que

 

Après qu’ il a ieû dit ça, i ‘nn’ a ‘nn’ alé.

Après qu’ il a grougnî, i faurout què d’ riye

dè sès bièstriyes. (Après qu’il a boudé, il

faudrait que je rie de ses bêtises.) (Copp. 1959, 188) (O)

Après qu’ il è stî v’nou, sa mére nos-è scrît. (Franc. 1994) (S)

asteûre qui (… quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif: maintenant que

Asteûre qu’ il èst mwart, la mwêjon èst todi vûde. (Maintenant qu’il est mort, la maison est toujours vide.) (Franc. 1994) (S)

(aus)sitoût què (Copp. 1959, 188) (O)

aussitôt que

Vènez bwêre in coup sitoût què vos-ârez fini

(Venez boire un coup dès que vous

 aurez fini.) (Copp. 1959, 188) (O)

à c’mince quu (Rem. 1960, 104) (E)

au début de l’époque où

 

come

+ indicatif: comme

Come il ariveûve, dj’ ènn’ aleûve.

Èle soûrtout come djè rintrou. (Elle sortait comme j’entrais.) (Copp. 1959, 189) (O)

chake côp qui (chake coûp què (Copp. 1959, 188) (O))

+ indicatif: chaque fois que

Chake côp qu’ i vint, c’ èst mârgaye.

On li done ène roûse chake coûp qu’ i gangne. (On lui donne une rose chaque fois qu’il gagne.) (Copp. 1959, 188) (O)

on côp qui (… quu = one quu (Rem. 1960, 103) (E); ou côp quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif: = do côp qui: une fois que

On côp qu’ vos vêroz, dji vos mostèrerè.

On djâséve du çoula on côp qu’ dj’ èsteû so l’ tram. (On parlait de cela une fois que, càd. un jour où j’étais sur le tram.) (Rem. 1960, 103) (E)

One fî qu’ c’ èst d’brôlé, çu-z-i-èst. (Une fois que c’est souillé, ce l’est bien.) (id.)

Ou côp qu’ dju s’rans à Bastogne, dj’ îrans vèy lu notêre. (Une fois que nous serons à Bastogne, nous irons voir le notaire.) (Franc. 1994) (S)

do côp qui

(dè côp qui (Bertr.-D., s.d., 41) (E); do côp quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif

= d’ abôrd qui: aussitôt que,

= on côp qui  (une fois que)  

Do côp qui v’s-auroz faît, tèlèfonez-me ! (Une fois que vous aurez fini, téléphonez-moi !)

Do côp qu’ èle m’ a ieû vèyu, èlle a plonké sur mi èt m’ rabrèssî. (Aussitôt qu’elle m’a vu, elle a plongé sur moi et m’a embrassé.)

Do côp qu’ i gn-è avou l’ feû, lès pompiers astint là. (Dès que le feu est arrivé, les pompiers sont arrivés.) (Franc. 1994) (S)

dès côps (qu’ i gn-) qui

(dès fèyes qui (Bertr.-D., s.d., 39) (E))

+ indicatif: des fois où

I vint dès fèyes qui dj’ crèh di colére. (Il vient des fois où je suis en colère.) (Bertr.-D., s.d., 39) (E)

tos lès côps qui (tos lès coûps què (Copp. 1959, 189) (O))

+ indicatif: toutes les fois que

Tos lès côps qu’ i ploût, l’ plafond pêrcéye.

I sâra puni tous lès coûps qu’ i ‘1 fra co. (Il sera puni toutes les fois qu’il le fera encore.) (Copp. 1959, 188) (O)

su l’ côp qui (so l’ côp qui (Bertr.-D., s.d., 41) (E))

+ indicatif

= d’ abôrd qui

Djè l’ a r’conu su l’ côp qu’ ‘l a intré. (Je l’ai reconnu aussitôt qu’il est entré.)

dismètant qui (C, E), tèlmètant qui

+ indicatif: pendant que

 

    Tèlmètant qui l’ botike sèrè monté, l’ dicauce sèrè iute.

dispûs qui ((dis)pôy qui, d’pôy qui (Bertr.-D., s.d., 41) (E); dèspû què (Copp. 1959, 188) (O); d(u)pû quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif: depuis que

Dispûs qu’ i djale, dji n’ ré pus.

dispôy qui dji n’ l’ åye vèyou (depuis que je (ne) l’ai vu(e)) (Haust 1933) (E)

I d’vint grigneûs dèspû qu’ il èst malade. (Il

devient grincheux depuis qu’il est malade.) (Copp. 1959, 188) (O)

C’ èst d’pûs qu’ il è v’nou qu’ èlle èst toute drole. (C’est depuis qu’il est venu qu’elle est tout drôle.) (Franc. 1994) (S)

 

divant qui

(deuvant queu (Bast. 1909) (E); dèvant què (Copp. 1959, 188) (O); d(u)vant quu (Franc. 1994) (S))

+ subjonctif : avant que

 

 

présent

    Divant qu’ i fuche cinsî, il èsteûve boutî.

     (Il èst co cinsî : donc présent)

I stoût moûrt dèvant què dj’ arive. (Il était

mort avant que j’arrive.) (Copp. 1959, 188) (O)

 

 imparfait

    Divant qu’ i fuchiche cinsî, il èsteûve boutî ; asteûre, il èst pensioné.

     (I n’ èst pus cinsî : donc imparfait)

Dj’ avo fini d’vant qu’ i n’ ruvenuche. (J’avais fini avant qu’il ne revienne.) (Franc. 1994) (S)

djusqu’à tant qui, j(us)qu’à tant qui

((disqu’à) tant qui (Bertr.-D., s.d., 41), djeusqu’à tant queu (Bastin 1909) (E))

+ indicatif: jusqu’à ce que = on côp qui

I travayerè djusqu’à tant qu’ i n’ saurè pus.

Dji ratindrè j’qu’à tant qu’ èle rivêrè.

 

djusqu’à-ce qui (dusqu’à quu (Rem. 1960, 104) (E))

+ subjonctif: jusqu’à ce que

I l’s-a lèy dusqu’à qu’ i f’séve bin freûd. (Il les a laissées (se. ses bêtes) jusqu’à un moment où il faisait bien froid.) (Rem. 1960, 104) (E)

Èle dumora là dusquà qu’ i fihe bin spès. (Elle resta là jusqu’à ce qu’il fît bien sombre.) (id.)

jusqu’à quand quu (Franc. 1994) (S)

jusqu’à ce que, jusqu’au moment où

Dju lès-î lêsserê jusqu’à quand qu’ i niverè. (Je les y laisserai jusqu’au moment où il neigera.)

à faît qui

(à fêt qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E); à fét què (Copp. 1959, 188) (O); à fêt quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif

= faît à faît qui: (au fur et) à mesure que

À faît qu’ i coud lès cèréjes, i lès mindje. (Au fur et à mesure qu’il cuille les cerises, il les mange.)

À fêt qu’ dju fê dès wâfes, is lès mindjant. (A mesure que je fais des gaufres, ils les mangent.) (Franc. 1994) (S)

 

faît à faît qui

(fêt-à fêt’ qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E), fét-à fét què (Copp. 1959, 188) (O); fêt à fêt quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif

= à faît qui: (au fur et) à mesure que

Faît-à faît qui lès soris rèchin.n’, li tchèt l’s-apiceûve.

I mindjout lès gaufes fét-à-fét què dj’ lès cûjou. (Il mangeait les gaufres au fur et à que je les cuisais.) (Copp. 1959, 188) (O)

Fêt à fêt quu dj’ ramasso lès tchikes, lu gamine mu lès r’tapot voye.  (A mesure que je jetais les bonbons, la gamine me les rejetait.) (Franc. 1994) (S)

 

 

 

do pus lon qui, d’ ossi lon qui

(do pus lon quu, du si lon quu (Rem. 1960, 104) (E))

du plus loin que, d’aussi loin que

 

ossi longtimps qui

 

     Ossi longtimps qu’ vos n’ sayeroz nin, vos n’avanceroz nin.

à mèsure què, fét-à m’sure què (Copp. 1959, 188) (O) (à mèsure quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif: (au fur e)t à mesure que

 

Is mindjant lès wâfes à mèsure qu’ èles moussant foû do fièr. (Ils mangent les gaufres au fur et mesure qu’elles sortent du fer.) (Franc. 1994) (S)

au momint qui

(å moumint qui (Bertr.-D., s.d., 41) (E); â momint quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif: au moment où

Au momint qu’ on douvieûve l’ uch, on-z-a tiré.

å moumint qu’ djè l’ veûrè (au moment où je le verrai) (Haust 1933) (E)

 moumint qu’ dj’ ons rinté la djèrin.ne tchèdje, il è c’minci à ploûre. (Au moment où nous avons rentré la dernière charge, il a commencé à pleuvoir. (Franc. 1994) (S)

à pwin.ne qui

(à pin.ne què (Copp. 1959, 188) (O))

+ indicatif

 

À pwin.ne qu’ i m’aveûve vèyu, qu’ il abiseûve.

À pin.ne qu’ èle a ieû mindjî, èle èst ralée

 à ‘s méso. (A peine qu’elle eut mangé, elle s’en est retournée chez elle.) (Copp. 1959, 188) (O)

quand 

(quand queu (Bastin 1909) (E))

+ indicatif

     Quand vos-îroz à Brussèl, rapwârtez-me è !

quand((-ce) qui),  quand c’ èst qui (qwand (c’ èst qui) (Haust 1933) (E))

+ indicatif: = quand il arive qui: quand il arrive que

     Mi dîrîz bin quand-ce qu’ il a v’nu ?

     Qwand (c’ èst qui) v’ vôrez, djè l’ frè. (Quand tu voudras, je le ferai.) (Haust 1933) (E)

di-d-quand

+ indicatif: de quand

Di-d-quand-ce qu’ èlle èst, voste auto? (De quand est ta voiture?)

po quand

+ indicatif

 

I spaugne po quand i sèrè vîy. (Il épargne pour le moment où il sera vieux.)

tot qwand queu (Bastin 1909) (E)

+ indicatif: chaque fois que

 

qui

+ indicatif: où (au lieu de « quand »)

 

     li djoû qu’ ‘l a tant ploû (le jour il a tant plu)

     Gn-a dès djoûs qu’ ça va mia. (Il y a des jours ça va mieux.)

 

+ indicatif: alors que;  au moment où

 

I s’ a faît prinde qu’ i  voleut. (Il s’est fait prendre alors qu’il volait.)

Dj’ asto co su l’ uch quu dju l’ ê vèyu. (J’étais encore sur le pas de la porte au moment où je l’ai vu.) (Franc. 1994) (S)

ossi rade qui

(si vite qui (Haust 1933) (E))

+ indicatif

= on côp qui

Ossi rade qu’ il ont stî là, tot l’ monde a clatchî dins sès mwins. (Aussitôt qu’ils ont été là, tout le monde a applaudi.)

en / tot / è ratindant qui

+ subjonctif: en attendant que

    Tot ratindant qu’ i nos r’çûviche, dj’ a lî. (En attendant qu’il nous reçoive, j’ai lu.)

tant qui

(… quu (Rem. 1960, 104) (E); … què (Copp. 1959, 189) (O))

+ indicatif

 

Tant qu’ i n’ î sondje nin, n’ è d’visans nin ! (Tant qu’il n’y songe pas, n’en parlons pas !)

On ‘rwéte après li tant qu’ il a dès liârds. (On veille sur lui tant qu’il a de l’argent.) (Copp. 1959, 189) (O)

tèrchèdon què (Copp. 1959, 188) (O)

+ indicatif: jusqu’à ce que

Tèrchèdon què nos-ârons fini… (Jusqu’à ce que nous aurons fini…)

 

en min.me timps qui (à … quu (Rem. 1960, 104) (E))

+ indicatif

Dj’ a satchî en min.me timps qu’ i boureûve. (J’ai tiré en même temps qu’il poussait.)

(do) timps qui

+ indicatif

= su l’ timps qui

    Courans-î, timps qu’’l èst co timps ! (Courons-y pendant qu’il est encore temps !)

su l’ timps qui

(so l’ timps qui (Bertr.-D., s.d., 41) (E))

= timps qui

Su l’ timps qu’ i dwat, nos waîterans l’télé. (Pendant qu’il dort, nous regarderons la télé.)

tot fant qui (Bertr.-D., s.d., 41) (tot f’sant quu (Rem. 1960, 103), tot f’sant queu (Bastin 1909))(E)

tandis que, alors que

 

tot d’ sûte qui

+ indicatif:

= on côp qui

Tot d’ sûte qu’ èlle a ieû 18 ans, èlle a apris à mwin.ne. (Une fois qu’elle a eu 18 ans, elle a appris à conduire;)

tot dreût qui (Bertr.-D., s.d., 41) (E)

aussitôt que

 

do trèvint qui (… quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif: pendant que

     Do trèvint qu’ i travayeûve à ça, dj’ èsteûve à Anvêrs’. (Pendant qu’il travaillait à ça, j’étais à Anvers.)

so l’ trèvint qui (Bertr.-D., s.d., 41) (E); su l’ trèvint quu (Franc. 1994) (S))

pendant que, à l’époque où

     So l’ trèvint qu’ nos fîs l’ awous’, mi soûr mora. (Pendant que nous faisions la moisson, ma soeur mourut.) (Haust 1933) (E)

Su l’ trèvint qu’ dj’ asto sôdârt, mu pére è toumé malâde. (A l’époque où j’étais malade, mon père est tombé malade.) (Franc. 1994) (S)

 

 

Exemples d’auteurs

 

à faît qui

« À fêt qui l’ zûvion r’ prind l’ odeûr dèl florihåye / Èt qu’ èd’vès lès gonhîres, ine bleûve brouheûr / Si win.ne d’ in-åbe a l’ ôte, (…). »

(Jules Claskin) (Bertr.-D., s.d., 42) (E))

asteûre qui

«Asteûre qui vo-me-là ritche, is m’ vinront turtos vèy . »  (Edouard Remouchamps) (Bertr.-D., s.d., 41) (E)

di-d-quand

 

« … ; èt li P’tit Bêrt one grosse clotche à mantche di d’ quand l’ pa da  Françwès èsteut ièrdî .» (Laloux 1969, 51) (C)

dispûs qui

« È l’ arôye, podrî l’ laboureû. ènn’ a dès cis (lès Cèrbås) qu’ ovrèt timpèsse à ramèhener lès måles bièsses tèrêyes dispôy qu’ i r’fêt pus freûd. (Henri Simon) (Bertr.-D., s.d., 41) (E)

djusqu’à tant qui ((disquà)tant qui (E)

 

« Sovint, moman l’ dut ukè mwints côps po l’ awè à dînè, djusqu’à tant qu’ èle li vint qwêre en bèrdèlant .» (Laloux 1969, 128) (C)

Dji veû quékes fèyes dès cis qui sont ritches.., èt pice- crosses.

Trîmer, grèter, spågnî tant qu’ is moussèsse è l’ fosse.   (Edouard Remouchamps) (Bertr.-D., s.d., 42 (E))

do trèvint qui

« Do trèvint qui dj’ vos conte .» (Laloux 1981, 51)  (C)

quand(-ce) qui

« Dji n’ saureu d’djà dîre quand qu’ dj’ a vèyu Victôr po l’ dêrin côp .» (Laloux 1974, 63) (C)

quand c’ èst qui

« Quand c’ èst qu’on nos mascaurdéye .», (Léonard 1969, 95) (C)

qui

 

« Lès cinkante dêrins mètes, qu’ on nè l’ vèyeut pus d’ au vijin, i l’s-a bwèstyi .» (Laloux 1969, 109) (C)

« C’ èst vos qu’ a sèmè do boneûr / Su tos lès sèmedis qu’ on distèle .» (Smal 1955b, 109) (C)

« Come Ane do Tonelî l’ fieut tènawète, qu’is ruvenint èchone… » (Laloux 1969, 124-125) (C)

« Après deûs mwès bin faîts, qu’ èlle èstin.n rafrèdîyes ôte paut .» (Laloux 1981, 52) (C)

« Mins ‘là qu’ on djoû, qui l’ cabâretî mèteûve lès deûs vêres su l’ candjelète, l’ ome dit : « Non, onk ! » (Viroux 1983c, 18) (C)

« D’ à l’ Tossint au maîy, qui lès bièsses sont-st-o stauve, i fieut l’ sot-dwârmant o culot .»   (A Laloux 1974, 17) (C)

« … quand i ploût èt aus coûts djoûs, qu’i faît minâbe .» (Laloux 1969, 30) (C)

« Lès minâbes djoûs qu’ i n’ manke nin do ploûre,.. ; qu’ on dut alumer l’ quinkèt, qu’  i n’  èst pont d’  eûre,… » (Laloux 1971, 15) (C)

« … qu’ on-z-ôt cor asteûre o mwès d’ maîy, à l’ nêt, o bwès d’zos l’ Tiène Adam, d’ on rossignol fin mièrseû su on-aube, qu’ i faît Cêye… » (Laloux 1969, 12) (C)

su l’ timps qui

« Dji travaye su l’ timps qu’ vos vos cotrouyîz è vosse lét ène boune dîjin.ne d’ eûres d’ afiléye .»  (Wartique 1954, 186) (C)

so l’ trèvint qui (E)

« Et, tot rade, so l’  trèvint qu’ i (Boule-di-Gôme) nahîve. èl mohone po tot r’mète èt po loukî à tot, ni vola-t-i nin qui l’ pôve feume l’ a houkî doûcemint, pèneûsemint, avou l’ min.me divise qu’ adon qu’ il èsteût co tot p’tit. » (Arthur Xhignesse) (Bertr.-D., s.d., 41) (E)

si vite qui (E)

I v’ ratind, c’ è-st-åhèye, il a dit dè l’ houkî si vite qui v’ sèrîz chal. (Henri Simon) (Bertr.-D., s.d., 41) (E)

au moment qui

Tot d’on côp, å moumint qui l’ poye aléve djåser, on-z-oya ‘ne  brèyåde sins parèye.  (François Renkin) (Bertr.-D., s.d., 41) (E))

 

 

2) Remarques

 

  1. a) « divant qui » + subjonctif présent ou imparfait

 

La règle formulée ci-dessus souffre de nombreuses exceptions, même chez d’excellents auteurs, comme ceux à qui les exemples suivants sont empruntés.

 

Exemples d’auteurs

 

« Ci qu’ èsteûve mèsuré à l’ on.ne, divant qu’on-z-eûche li mète .» (Bacq 1978, 55) (C)

 

« Divant qu’ i s’eûche ritoûrné èt-z-awè lèvé s’ baston, frrrt, tote li binde fritchèt èvôye,… » (Wartique 1954, 171) (C)

(Pourtant, il ne se retourne plus)

 

« Divant qu’ ci n’ fuchiche parotche, i faleut aler tortos à Fosses .»  (Gillain 1932, 29) (C)

(Pourtant, c’est toujours une paroisse au moment où ce texte est écrit.)

 

  1. b) « quand » (« qwand » (E))

S’il est suivi d’un mot commençant par une voyelle, on ne fait pas la liaison.

Ex :

Dijoz-me quand / i sèrè là.

Dites-moi quand‿il sera là.

C’ èst qwand / on vout. (E)

C’est quand͜‿on veut.

 

9.2.1.2 lieu

 

èwoù-ce qui (wice qui (E); (a)yu-ce què, èyu-ce què, wou-ce què (Carlier 1985) (O), (a)doû-ce quu (Franc. 1994) (S))

Dji n’ sé nin èwoù-ce qu’ on-z-arive pâr ci? (Je ne sais pas où on arrive par ici?)

Wice qui v’s-alése, dji v’ sûrè.(Où que vous alliez, je vous suivrai.) (Haust 1933) (E)

Djè  n’ sé nin èyu-ce què c’ èst. (Je ne sais pas où c’est.) (O)

Dju n’ sé nin adoû-ce quu dju ‘nn’ asto. (Je ne sais pas où j’en étais.) (Franc. 1994) (S)

(d)jusqu’à èwou-ce qui (jusqu’à d-oû-ce quu ((Franc. 1994) (S))

jusqu’où

Djusqu’à èwou-ce qui v’s-avoz stî au Marok? (Jusqu’où es-tu allé au Maroc?)

Il è stî jusqu’à d-oû-ce qu’ on r’toûne. (litt. Il est allé jusqu’où on retourne. = Il a failli mourir.) (Franc. 1994) (S)

  qui

(… quu (Rem. 1960, 110) (E)

là où

Èle n’ èst pus là qu’ èlle èsteût. (Elle n’est plus où elle était.) (Rem. 1960, 110) (E)

(os)si lon qui

aussi loin que

Li famile dès Marchål, di si lon qu’ on s’ sovinse, a compté d’vins sès tåyes dès-omes di hôte siyince…  (Nicolas Trokart) (Bertr.-D., s.d., 41) (E))

qui

lu fontin.ne quu lès vatches buvèt (la fontaine où buvaient les vaches) (Rem. 1937, 62) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

èwoù-ce qui

« Èlle a dès bins qu’ sont qwites èt lidjes / Et dès-êdants à l’ banke, èle lès tint d’ on ritchå / Wice qu’ èlle aveût sièrvou.» ( Edouard Remouchamps)

(Bertr.-D., s.d., 46) (E)

là  qui

« Vè Påques, qwand l’séve dès tchinnes kimince a s’dispièrter, lès bwèh’lîs dè ham’tê finihèt dè fah’ner èt moussèt d’vins lès bwès la qu’i pèlèt timpèsse. » (Marcel Launay) (Bertr.-D., s.d., 46) (E)

 

 

9.2.1.3 cause 

 

1)

à

+ infinitif  (F. en + part. présent)

Dj’ a rî à l’ oyu. (Je ris en l’entendant.)

p’ l’ amou qui

(Haust 1933) (E) (archaïque)

parce que (litt. pour l’amour que)

 

asteûre qui

maintenant que

I n’ nos waîte pus, asteûre qu’ il a one place.

(là) co bin qui

(= one tchance qui, co d’ tchance qui, pâr chance qui) ((là) co bin qui ((v’)là … (Copp. 1959, 189) (O))

heureusement que

Co bin qu’ vos savîz causer l’ Russe !

Là co bin què dj’ astou là, sans qwè is- ârine ieû ‘l feu. (Heureusement que j’étais là, sans quoi ils auraient eu le feu.) (Copp. 1959, 189) (O)

(à) cause qui

(à cåse qui (Bertr.-D., s.d., 39) (E)

parce que

Tot ça à cause qui dj’ î a stî.

come

(come queu (Bastin 1909) (E))

comme

Come on n’ mi paye nin, dji n’ î va pus.

Come il astoût in reutârd, i n’ a nîn oûseû ‘s présinter. (Comme il était en retard, il n’a pas osé se présenter.) (Copp. 1959, 189) (O))

 

d(o)uvint qui (doû vint(-ce) quu (Franc. 1994) (S))

(litt. d’où vient-(il)) pourquoi

Savoz bin duvint-ce qu’ i n’ a nin v’nu ?

Dju n’ sé nin d’ oû vint-ce qu’ il èst voye sins nos-ôtes. (Je ne sais pas pourquoi il est parti sans nous.) (Franc. 1994) (S)

(tot-)èstant qui

parce que

Èstant qu’ is paurtin.n, nos-avans ruvenu.

à fwace qui (.. quu (Franc. 1994) (S))

à force de + inf.

Il a rèyussi à fwace qu’ il a studyî.

À fwace quu dj’ lî ê mostré, il è savou l’ fé. (A force de lui avoir montré, il a pu le faire.) (Franc. 1994) (S)

qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

parce que

I li a d’né mons qu’ à-n-on-ôte, là qu’  c’ èsteût lu. (Il (le) lui a donné moins cher qu’à un autre, parce que c’était lui.) (Rem. 1960, 111) (E)

labèle si, ‘l-a bèle qui

C, Haust 1933) (E); labèle va què (Carlier 1988) (O))

voilà pourquoi (litt. ‘l a bèle (raîson) qui: il y a belle raison)

‘l-a bèle qu’ i n’ èst nin v’nou! (Voilà pourquoi il n’est pas venu!) (Haut 1933) (E)

‘l-a bèle va què dj’ n’ èrtrouveu nén m’ pupe, vos l’ avîz candji d’ place. (Voilà pourquoi je ne retrouvais pas ma pipe, tu l’as changé de place.)(Carlier 1988) (O)

pace qui

(… què (Copp. 1959, 189) (O), … quu (Franc. 1994) (S))

parce que

Djè n’ vû nin pace què djè n’ vû nin !  (Je ne veux pas parce que je ne veux pas !) (Copp. 1959, 189) (O)

assez po qui

suffisamment pour que

Il a bouté assez po qu’ on lî done one dringuèle.

po çou qui

(Bertr.-D., s.d., 42), pou çou queu (Bastin 1909) (E)

parce que

 

pôr quu

(Rem. 1960, 104) (E)

d’autant plus que

 

pusqui

(pusquè (Copp. 1959, 189) (O))

puisque

Pouquè vos raumiz pusquè ça n’ sièrt à

rîn ? (Pourquoi vous tracasser puisque cela ne sert à rien ?) (Copp. 1959, 189) (O)

qui

(parce) que

Dj’ a stî saîsi qu’ i n’ mi waîteûve nin.

 

po l’ boune raîson qui

(po l’ (boune) rêson quu (Rem. 1960, 104) (E))

pour la bonne raison que, parce que

I rintère po l’ boune raîson qu’ i ploût.

å rèspèt qui

(Bertr.-D., s.d., 42) (E)

parce que

 

surtout qui

surtout que

 

sûvant qui

suivant que

Sûvant qu’ i ploût ou qu’ faît bia, nos travayans en d’foû ou en d’dins.

à tant fé qui di

 

 

vèyan.mint qui

vu que

Qu’ i paye, vèyan.mint qu’ ‘l a dès caurs !

si wêre qui

pour peu que

Si wêre qu’ i ploût, is distèlenut.

 

Exemples d’auteurs

 

à cause qui

 

« Asteûre, on s’ kitapéve, cause qui l’ maîsse èsteût bon .» (Josserand 1982, 4) (E)

à tant fé qui di

« À tant fé qu’ d’ î aler, dj’ î va po one samwin.ne .» (Henin) (C)

là qui

« I n-aveût dès canes qu’ èstît totès fîres là qu’ èles sèpît bin nêvî. »   (François Renkin) (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

qui

« Èt dispôy qui li P’tit Bêrt lî conte avou sès-ovradjes, èlle èst quausu grandiveûse qui l’ djon.ne ome faît après lèye tote seûle » (Laloux 1969, 77) (C)

« Si ça n’ va nin co mia, c’ èst qui l’ Sint vout ôte tchôse… » (Laloux 1969, 44) (C)

« On s’ aveut d’djà r’toûrnè èyîr, qu’ èle quiteut l’ èglîje divant mèsse faîte .» (Laloux 1969, 153) (C)

pusqui

« On-n-a bèl à in.mer sès parints, i fåt creûre qu’ on veût co pus voltî s’ feume, pusqu’ on lès qwite po-z-aler viker avou lèy. (Alphonse Tilkin) (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

vèyan.mint qui

« …is lî aurin.n v’lu spaurgnî bran.mint dès sofrances, mins vèyan.mint qu’i n’ si v’leûve nin r’conèche coupâbe, qu’ is saurin.n’ binrade s’ il aveûve dit l’ vraî… » (Awoust 1983, 11) (C)

 

 

     2) Remarque

 

Un emploi particulier de « qui »  avec une nuance causale est son emploi comme entrée en matière.

Ex : Qui dj’ sondje à ça : lî avoz scrît ? (Pendant que je songe à ça: lui avez-vous écrit?)

9.2.1.4 but 

 

afîs’ qui (Bertr.-D., s.d., 39), a-, å- (Haust 1933)  (E)

afin que (a-: litt. a fin ce que; å-: au fins ce que)

 

li but’ èst qui

+  subjonctif

Li but’ èst qu’ is pudenuche leû rèspon’sâbilité. 

po (s’ en cas) si (en cas quu, po l’ cas quu, (po) si en cas (quu) (Franc. 1994) (S))

+ conditionnel: au cas où

Dji d’meûre po (s’en cas) s’ i vêreûve.

Dju va rintrer lès bièsses, po si en cas i niverot. (Je vais rentrer le bétail, pour le cas où il neigerait.) (Franc. 1994) (S)

 

p’ à queu (Bastin 1909) (E)

(litt. pour affaire que) afin que

 

di (téle) maniére qui

(dè (téle) manière què (Copp. 1959, 190) (O); manîre quu (Rem. 1960, 104) (E), (Franc. 1994) (S))

de telle manière que, de façon que

Mètiz-le doûlà dè (téle) manière qu’ i ‘n tchèye nîn. (Mettez-le là de manière qu’il ne tombe pas.)  (Copp. 1959, 190) (O)   .

Fê ça manîre quu ça s’ arindje. (Fais cela de manière que cel s’arrange.) (Franc. 1994) (S)

(di) peû qui (pawou qui, (di) sogne qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E); dè peû què (Copp. 1959, 189) (O); du poûr quu (Franc. 1994) (S))

+  subjonctif: de peur que

Djè nè l’ aî nin lachî d’ ène pète dè peû qu’ i spite èvoye. (Je ne l’ai pas lâché d’un pouce de peur qu’il s’enfuie.) (Copp. 1959, 189) (O)

Dju va loyi lu tch’vau, du poûr qu’ i n’ pète â djâle. (Je vais lier le cheval,de peu qu’il nes’enfuie.) (Franc. 1994) (S)

 

 

po qui

(pou què (Copp. 1959, 189) (O); po quu (Franc. 1994) (S))

+  subjonctif : pour que

Vinoz ci po qu’ dji vos rabrèsse. (Venez ici pour que je vous embrasse.)

On li-z-a faît ‘ne pikure pou nin qu’ èle soufriche. (On lui a fait une piqûre pour qu’elle ne souffre pas.) (Copp. 1959, 189) (O)

poqwè-ce qui (pouquè-ce què (Copp. 1959, 188) (O); poqwè quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif: pourquoi

Dîrîz bin poqwè-ce qu’ i s’ a lancî è l’ politike ?

Dîrout-o bin pouquè-ce qu’ èle grougne ? (Dirait-on bien pourquoi elle boude ?) (Copp. 1959, 188) (O)

Dju m’ dumande poqwè qu’ i vint voci. (Je medemande pourquoi il vient ici.)  (Franc. 1994) (S)

quékefîye qui (m(o)utwèt qui (Haust 1933) (E); motwat / mo(u)twèt quu (Franc. 1994) (S))

+ conditionnel: peut-être que

Nè l’ sOaîtîz nin, quékefîye qui ça arivereûve !

Moutwèt qu’ in vinrè. (Peut-être qu’il viendra.) (Haust 1933) (E), (Franc. 1994) (S))

qui

+  subjonctif: que

Qu’ i s’ mostère, qui djè l’ sitron.ne ! (Qu’il se montre, (pour) que je l’étrangle!)

 

 

Exemples d’auteurs

 

(di) peû qui

 

« … èle choyeut tènawète si tièsse après li en fiant clapè s’ linwe su sès lèpes, po fè risète au p’tit, peû qu’i n’ brèyuche .» (Laloux 1969, 8) (C)

«  I n’ si wase rimouwè, peû qu’ ça n’ rivègne .» (Laloux 1969, 65) (C)

po qui

 

« On l’ plante asto dès-apis po qu’ lès mouches d’ api vonche amonicioner d’ssus .» (Chapelle 1985b ,15) (C)

« Nosse bon vî roy di make n’ èst wêre prèssé nin pus. / Sûremint qu’ i ratind s’ dame po qu’ èle vinse avou lu.»  (Simon Radoux) (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

« Il è faureûve si wêre po qui l’ boneûr tchîpîye .» (Spinoza 1971, 53) (O)

 

 

   9.2.1.5 condition 

 

1)

d’ abôrd qui (d’abôrd qui (Balér., s.d., 49), d’ aboûrd què (Copp. 1959, 192) (O))

+ indicatif: d’abord que

D’ abôrd qu’ on m’ laît causer !

D’ aboûrd què ça va bîn, c’ èst tout ç’ què

 dj’ dèmande (D’abord que cela va bien,

c’est tout ce que je demande.) (Copp. 1959, 192) (O)

alfî quu

(Rem. 1960, 104) (E))

(litt. quelquefois que) pour le cas où

 

(c’ èst pus qu’) d’ asârd si

+ indicatif: peut-être que

C’ èst d’ asârd si ça durerè.

C’ èst pus qu’ d’ asârd s’ i rèspond.

     s’ en cas si

((si) en cas quu

(Rem. 1960, 104), si in cas queu (Bastin 1909) (E); si en cas, po l’ cas quu (Franc. 1994) (S))

+ conditionnel: dans le cas où, pour le cas où, si par hasard

S’ en cas si vos vêrîz, tokez trwès côps !

Il acsègna vosse papa en cas qu’  çoula arivereût co. (Il donna des indications à votre père pour le cas où cela arriverait encore.) (Rem. 1960, 105) (E)

Dju va aler mète du l’ êwe azès djunis si-en cas  qu’ èles n’arint seû. (Je vais aller mettre de l’eau aux génisses pour le cas où elles auraient soif.) (ici: = de crainte qu’elles n’aient soif) (id.)

Dju mètrans la clé d’zos la loke si en cas dju n’ s’rins nin là. (Nous mettrons la clé sous le paillasson au cas où nous serions absents.) (id.)

Dju vons prinde dès târtines, po l’ cas qu’ dj’ ârins fwin (= au cas qu’ dj’ ârins fwin). (Nous allons prendre des tartines pour le cas où nous aurions faim.) (id.)

     dins l’ cas qui

(dins l’ cas qui (Balériaux, s.d., 49), … què (Copp. 1959, 192) (O))

+ conditionnel: dans le cas où

Dins l’ cas qu’ vos-è vièrîz su l’ mârtchi, purdoz-è !

Djè ‘l mètraî d’ costé dins ‘l cas què vos

vourîz l’ èrprinde. (Je le mettrai de côté au

cas où vous voudriez le reprendre.) (Copp. 1959, 192) (O)

à condicion qui

+ subjonctif: à condition que

Nos-îrans, à condicion qu’ vos v’noche avou nos.

keumint queu (Bastin 1909) (E)

+ subjonctif: pourvu que

Keumint qu’ i fasse bon !

do momint qui

(do moumint quu (Rem. 1960, 105) (E); do momint quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif: du moment que

Do momint qui ç’ n’ èst nin trop tchêr.

Vos p’loz v’ni qwand vos v’loz, do moumint qu’ nos sèyanhe avèrtis. (Vous pouvez venir quand vous voulez, du moment que (= pourvu que) nous soyons avertis.) (Rem. 1960, 105) (E)

à mwins qui (… quu (Franc. 1994) (S))

+ subjonctif ou conditionnel: àmoins que

À mwins qu’ vos n’eûchoche (ou : qu’ vos n’aurîz) nin faît po adon.

Nos-irons au bas à mwins qu’ i n’ plouve. (Balériaux, s.d., 49) (O)

Dju fâtcherê d’mwin, à mwins qu’ i n’ ploûrot. (Je faucherai demain, à moins qu’il ne pleuve.) (Franc. 1994) (S)

 pou ostant qui (Balériaux, s.d., 49) (O)

pour autant que

C’ èst d’ abôrd pou ostant qui tout fuche djusse.

pourvu qui

(porvu, porveû(-ce) qui (Haust 1933) (E)

+ subjonctif: pourvu que

Pourvu qu’ ça n’ cosse nin trop tchêr !

qwand même queu (Bastin 1909) (E) (quand (bin) min.me (quu) (Franc. 1994) (S))

+ subjonctif / conditionnel: si même

Quand (bin) min.me (quu) ça toûnerot mâ, i fât qu’ dj’ î aluche.(Quand bien même cela tournerait mal; il faut que j’y aille.) (Franc. 1994) (S)

     si (seu (Bastin 1909) (E))

a) réelle + indicatif

S’ i ploût, dji n’ î va nin.

 

b) potentielle  + conditionnel   

S’ i ploûreûve, nos n’ îrin.n nin.

S’ i vérout à mori… (S’il venait à mourir…) (Copp. 1959, 192) (O)

 

c) irréelle / hypothétique + conditionnel

Si l’ ciél tchaîreûve, nos-aurin.n tortos on p’tit bleuw tchapia !

Si lès djins sârine bons… (Si les gens

étaient bons… (Copp. 1959, 192) (O)

Si ça s’rot da mîne, ça n’ îrot nin insi. (Si cela m’appartenait, cela n’irait pas comme ça.) (Franc. 1994) (S)

à supôser qui

+  subjonctif: à supposer que

À supôser qu’ i vègne, i n’ vièrè todi rin. (A supposer qu’il vienne, il ne verra toujours rien

À supôser qui tout toûne mau… (Balériaux, s.d., 49) (O)

     sûvant qui

(… què (Copp. 1959, 190) (O))

selon que

Vos sârez rçû doûlà sûvant què vos-ârez dès liârds ou què vos n’ d’ârez pont. (Vous

serez reçu là selon que vous aurez de l’argent ou que vous n’en aurez pas.) (Copp. 1959, 190) (O)

tékefwès què (Copp. 1959, 191) (O)

au cas où

Muchîz vos liârds tékefwès qu’ on vos lès

volerout (Cachez votre argent, au cas où vous le volerait.) (Copp. 1959, 191) (O)

     gn-a wêre di tchances qui

+ indicatif: il y a peu de chances que

Gn-a wêre di tchances qu’ i vêrè.

 

 

Exemples d’auteurs

 

d’ abôrd qui

 

« Siya, siya, rèspond-t-èle li rossète, qui n’ dimande qu’à ièsse amitieûse, d’ abôrd qu’ on nè l’ mârgougne nin .» (Wartique 1954, 182) (C)

à mwins qui

 

« Téls côps, i groûle didins s’ tchèna, / Mins c’ èst s’ maniére da li d’djouwer… / A mwins qu’i n’agne dins èn-ocha,… » (Bossart s.d., 11) (O)

si (seu (Bastin 1909) (E))

 

a) réelle

« Si v’s-ètindoz ûler l’ oulote, / ni v’s-èdwârmoz nin ; c’ èst pus taurd qu’ i faura ècrachi vos botes ! » (Maudoux 1992, 12) (C)

b) irréelle

 

« S’ on poureûve disloyî / Li mèchon di s’ djon.nèsse / Èt qu’ on poureûve triyî / Tot ç’ qu’ i gn-a d’ bon èt l’ rèsse,… » (Rousseau 1992, 5) (C)

 

 

2) Remarque

 

  1. a) « si » s’élide devant une voyelle : s’ en cas ; s’ on ; s’ i ; s’ èle ;…

 

Exemple d’auteur

 

« Èle n’ aureut nin faît pus drole s’ on l’ aureut chwârchî è vike .» (Laloux 1974a, 161) (C)

 

 

  1. b) « si » est parfois omis

 

1 devant le conditionnel du verbe « (i)èsse »

 

Sèreûve di l’ôr, ça n’ costereûve nin d’ pus.

Ç’aureûve ieû stî dins l’ timps, d’ acôrd !

2 devant une proposition commençant par « qui »

Gn-aureûve rin à gangnî, qu’ djè l’ freûve quand min.me.

Dj’ îreûve au d’ bout do monde, (qu’) i m’ sûreûve.

 

Exemple d’auteur

 

« Ç’ aureut stî on singlé, qu’ èles n’ aurint nin faît pés .» (Houziaux 1946, 27) (C)

 

 

9.2.1.6 conséquence : toujours avec l’indicatif

 

1)

si bin què (Copp. 1959, 191) (O)

si bien que

Èle a fét bièstriye su bièstriye, si bin què sès patrons l’ ont rinvoyî.(Elle a fait bêtise sur bêtise, si bien que ses patrons l’ont renvoyée.)

avou ça qui

si bien que

Avou ça qu’ dj’ a stî èdjalé. (Si bien que j’ai été gelé.)

ça faît qui

(ça fêt qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E))

par conséquent

Il a faît dè l’ rosse è scole, ça faît qu’ i dobèle. (Il a été un garnement à l’école; par conséquent, il recommence son année.)

au pwint qui

au point que

I m’ ènn’ a faît, au pwint qui dj’ l’ a foutu à l’ uch. (Il m’en a fait voir, au point que je l’ai mis dehors.)

qui

si bien que, à tel point que

Èlle a djouwé, djouwé, qu’ èlle ènn’ a s’ sô asteûre. (Elle a joué, joué, si bien que / à tel point qu’elle en a marre maintenant.)

come qwè

comme quoi

     I l’ a stî tchanter pa tos costés, come qwè i s’ faut todi d’mèfyî.

tantia qui

tant et si bien que

    I m’ a tanisé, tanisé, tantia qu’ djè lî a d’né. (Il a insisté auprès de moi, tant et si bien que je le lui ai donné.)

télemint qui ((si)… què (Copp. 1959, 191) (O); … quu (Franc. 1994) (S))

tellement que

Il avout (si) télemint couru qu’ il astout maflé. (Il avait couru tellement qu’il était essoufflé.) (Copp. 1959, 191) (O)

Télemint qu’ il è tchèssi, lu mour èst tot frèch. (Tellement qu’il a chassé, le mur est tout mouillé.) (Franc. 1994) (S)

 

tèm-t-i què (Copp. 1959, 191) (O)

si bien que

Il a pieu tout l’ avant-din.ner, tèm-t-i què djè n’ aî nîn oûseû ‘m mète in route. (Il a plu tout l’avant-midi, toujours est-il que je n’ai pas osé me mettre en route.) (Copp. 1959, 191) (O)

 

 

Exemples d’auteurs

 

qui

 

« Mins on-z-î r’vèyeut dès chaurs, qu’ i choneut qu’ on l’ aveut v’lu  chwârchi .» (Laloux 1969, 19) (C)

« T’ ènn aureus bin peû avou s’ grande rossète baube, qu’ on n’ lî veut qu’ sès-ouys ;.. » (Laloux 1987b, 198) (C)

« … ; n-a dès cias qu’ i n-a qui fyin’ li fôn, qu’ on l’s-arot bén foutu à l’ uch .» (Gaziaux 1987, 272) (C)

« Portant, il aurè on boûrsia, qu’ on lî d’manderè mwints djoûs comint qu’ il a faît.» (Laloux 1987b, 199) (C)

« Onk qu’ a d’ trop d’ caurs, qu’ i n’ è sét pus qwè fè, èt todi l’ vèsse qu’ on lès-î ape .» (Laloux 1971a, 13) (C)

« Mins tot d’ on côp, volà one grande lune qui mousse foû d’ one nûléye èt s’ mète à lûre, qu’ i fieûve clér come à plin djoû .» (Gillain 1951, 54) (C)

tantia qui

« Tantia qu’ à l’ fin, i s’ a sintu d’chinde tot doûcemint come one fouye à l’ têre .» (Laloux 1969, 53) (C)

 « Tantia qu’ is n’ lès r’coniront pus .» (Mollet 1957, 21) (C)

 « Tantia qui l’ Guèguè l’a t’nu po d’ bon, / Mârine ; ça n’ a pus wêre frapyi .» (Laloux 1969, 91) (C)

 « Tantia qu’ à fwace dè lî spèpyî s’ plumadje, / Èles vo lî avint faît one tièsse come on fromadje .» (Houziaux 1954, 191) (C)

télemint qui

 

« Li r’tondadje, télemint qu’ i travayeut lèdjîr, c’ èst ça qui r’choneut à on vwèle tot tène, à fins plis, su on djon.ne Cârps .» (Laloux 1969, 76) (C)

 

 

2) Alors que le français emploie « tellement » avec valeur de conjonction, en wallon, nous employons toujours « télemint qui ».

Ex : Il a télemint djalé fwârt, qui l’ tuyau a skèté.

 

Exemple d’auteur

 

« Todi one miète pus spiyi tos l’s-ans ; mau èpîyetè dins lès djambes télemint qu’il a rènè .»

(Laloux) (C)

 

9.2.1.7 comparaison

 

1)

come

(come quu (Rem. 1960, 109) (E)

 

Djè l’ a rèpèté tot djusse come on l’ aveûve dit.

Djè danseraî come èl violon dira. (Je danserai comme le violon ira.) (Copp. 1959, 190) (O)

Si n’s-èstans co r’çus come qu’ a stu l’ preumî côp. (Si nous sommes reçus (litt. comme il a été) comme ça a marché la première fois.) (Rem. 1960, 109) (E)

come si

+ conditionnel

Il l’ a acêrtiné, come s’ i l’aureûve ieû vèyu.

Dju sû drané, come si dj’ âro foyi tote la djoûrnêye. (Je suis épuisé, comme si j’avais bêché toute la journée.) (Franc. 1994) (S)

(d(i))pus qui

(d’pus què (Copp. 1959, 190) (O); pûs’ quu (Franc. 1994) (S))

 

Nos-avans ieû dè l’ plouve, di pus qu’ i nos-è faleûve.

Dji nè l’ conè nin pus qu’ ça .

Djè n’ vû nin d’pus què çu ç’ què dj’ aî

dwèt. (Je ne veux pas plus que ce à quoi

j’ai droit.) (Copp. 1959, 190) (O)

labèle si, ‘l-a bèle si (C, E, O)

= on preume si (litt. ‘l a bèle (raîson): il y a belle raison)): à plus forte raison si

Labèle s’ i l’ aureûve ieû seû, qu’ il aureûve sitî mwaîs !

Labèle si vos-arîz sté là qu’ on ârout ri ! (A plus forte raison si vous aviez été là qu’on aurait ri.) (Copp. 1959, 189) (O)

à mwins’ qui

(… què (Copp. 1959, 190) (O); … quu (Franc. 1994) (S))

 

Dj’ ènn’ a mwins’ qu’ i ‘nn’ a cayî èvôye.

Djè n’ pèrdraî nin mwins’ què çu qu’ i

m’ èrvint. (Je ne prendrai pas moins que ce

qu’il me revient.) (Copp. 1959, 190) (O)

ossi … qui

 

Il è-st-ossi bièsse qui lèye.

ossi bin qui

(aussi bin què (Copp. 1959, 190) (O))

aussi bien que

Aussi bin què djè n’ m’ imbarasse nin d’ sès

liârds, djè nè ‘1 voûrou nin pou ‘m bia-

gârcon. (Aussi bien que je ne me soucie pas

de son argent, je ne le voudrais pas pour

gendre.) (Copp. 1959, 190) (O)

ostant qui

(ot’tant qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E); austant què (Copp. 1959, 190) (O))

 

Djè l’ mèrite ostant qu’ vos.

Dj’ ènn’a ot’tant qu’ cint tchèrèyes. (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

Pou fé ça, austant qu’ i n’ fèye rîn. (Pour

faire cela, autant qu’il ne fasse rien.) (Copp. 1959, 190) (O)

 (tot) parèy qui

 

 

si pau / si wêre qui

(si pau / si wére què (Copp. 1959, 191) (O))

si peu que

Si wére què vos li donerez, i s’ra binéje. (Si peu que vous lui donnerez, il sera

content.) (Copp. 1959, 191) (O)

 

pîre qui

(C, O, S; pés qui (E))

 

Dj’ ènn’î a dit pés qu’ po pinde. (Je lui en ai dit pire que pendre.) (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

è l’ place qui

+ conditionnel

(F) au lieu que  +  condit. ou subj.

On lî fout l’ dosséye, è l’ place qu’ on r’conireûve qu’ i n’ a quausu rin faît.

c’  è-st-on preume qui

= c’  è-st-à preume qui

C’ è-st-à preume qu’ il aureûve (h)ûlé !

au pus qui … au pus qui

 

 

pus … qui (pus’ … quu (Franc. 1994) (S))

plus .. que

Il èst pus à plinde qu’ à blâmer.

Il èst pus’ quu timps asteûre. (Franc. 1994) (S)

 (co) pus rade qui

 

Co pus rade qui di scrîre, dj’ îreûve.

au r’gârd qui

 

Il a èrité, au r’gârd qui mi, dj’ ratind co !

     si 

+ adjectif + qui

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

au pus qui … au pus qui

 

« Au pus qu’ lès djins s’ plindin.n, au pus qu’ lès soplices èstin.n deurs .» (Awoust 1983, 13) (C)

come

 

« Èle s’ aveut mâriè vore èt vore, come gn-aureut ieû qui ç’ti-là .» (Laloux 1969, 5) (C)

« Quand Poldine è-st-assîte, c’ èst come èlle aureut one bèséye è s’ choû .» (Laloux 1974a, 110) (C)

ossi bin qui

« L’ amoûr si tape so on stchèrdon ossi bin qui so ‘ne rôse. »  (Edouard Remouchamps) (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

tot parèy qui

 

« …. tot parèy qu’on lî aureut makè on côp d’ djusse .» (Laloux 1971, 16) (C)

si + adjectif + qui

« Is n’ p’lèt mau d’ièsse si lurons qu’ Djôsèf, qu’èsteut vaurlèt, dins l’ timps, à l’ cinse di Tiboûmont, di-st-i Djâque d’èmon l’ djârdinî .» (Laloux 1969, 52) (C)

 

 

2) Remarque : « au lieu que »  =  « è l’ place qui »  

 

Quand le français emploie « au lieu que » + subjonctif, on emploie souvent en wallon la locution prépositive « è l’ place di  » + infinitif.

Ex :    

Il avôye si fré, è l’ place di v’nu li -min.me.

Il envoie son frère, au lieu qu’il vienne lui-même.

Èle cause tofêr di mâriadje, è l’ place qui d’mwin, c’ èst s’ soû qui s’ mârîyerè.

Elle parle toujours de mariage, au lieu que, demain, c’est sa sœur qui se mariera.

 

Dans ce dernier cas, on remplacera souvent cette locution par : « èt; èt dîre qui; (èt) portant;  mins ».

 

 

9.2.1.8 concession

 

1)

en-z-admètant qui

+ subjonctif ( = doute) ou indicatif (= certitude)

     En-z-admètant qu’ ‘l èst (ou : qu’ i fuche) fayé, ci n’ èst nin po ça qu’ i n’ dwèt nin rèsponde.

 

co(r) bin qui (co bin què = cor bîn min.me … què (Copp. 1959, 192) (O))

+ conditionnel

Co(r) bin qu’ i manecîyereûve, dji n’ crankîyerè nin.

Co bin què dj’ sârou riche, djè vikerou come asteûre. (Quand bien même / Même si j’étais riche, je vivrais comme maintenant). (Copp. 1959, 192) (O)

èt (dîre) qui

La locution est souvent abrégée en « èt qui ».

     I n’ dimande rin, èt dîre qu’ il a dandjî d’ caurs.

maugré qui (mâgré quu (Franc. 1994) (S))

+ indicatif

     Il èst todi à l’ eûre, maugré qu’ i d’ meûre lon.

Mâgré qu’ il è ploût, dj’ ons avou fini à timps. (Malgré qu’il a plu, nous avons fini à temps.) (Franc. 1994) (S)

min.me qui

même si

Min.me qui dj’ î duvreûve aler à pîds.

Min.me qu’ i ploûreût, i fât qu’ on-z-î vasse (Même s’il pleuvait, il faut qu’on y aille.)  (Rem. 1960, 105) (E)

à mwins’ qui (à mwins què (Copp. 1959, 191) (O))

+ conditionnel

Dj’ îrè, à mwins’ qu’ vos n’ vôrîz nin.

Djè ‘1 vû bîn à mwins què vos térîz d’

l’ avwêr. (Je le veux bien, à moins que

vous tiendriez à l’avoir.) (Copp. 1959, 191) (O)

(Dji n’ di) nin qui

+ indicatif

Nin qu’ gn-a nin dandjî, mins faut d’ pus d’ caurs qu’on ‘nn’ a po l’ momint.

ostant qui

(litt. autant que) le nombre de fois où

Ostant qu’ dj’ î a stî èt qu’on n’ mi waîte pus. (Le nombre de fois où j’y suis allé et qu’ on ne m’y reprenne plus.)

po oustant quu (Franc. 1994) (S)

pour autant que, dans la mesure où

Po oustant qu’ dju l’ kunuche. (Pour autant que je le connaisse.)

quand … co

+ conditionnel: quand bien même

Nos-achetans ç’t-auto-là quand ça nos costereut co l’ mitan d’ nosse paye. (Nous achetons cete auto quand bien même cela nous coûterait la moitié de notre salaire.)

qui … çou … = çou qui = qui … come … (Bertr.-D., s.d., 47) (E)

quoi que

Arive çou qu’ i vout . ( = Qu’ il arive çou qui vôye. = Qu’ i vasse come i vout.) (Quoi  qu’ il arrive.)

 

quu … quu … (Rem. 1937, 53) (E)

 

+ subjonctif: bien que, même si

quu bin qu’ çoula vasse (ou ca bin qu’…)

(même si cela va)

 quu grand (, quu p’tit, quu malin) qu’ i seûye,… (bien qu’il soit grand / petit / malin-

Quu tot qu’ i ‘nn’ âye, i ‘nn’ a nin co assez, (Bien qu’il en ait beaucoup, il n’en a pas encore assez.)

Quuqu’ i ‘nn’ âye, i ‘nn’ a co trop’. (Bien qu’il en ait peu, ilen a trop.)

 

Exemples d’auteurs

 

maugré qui

 

« Èt maugrè qu’i sinteut frèd come do l’ glace, i parèt qu’il aveut djouwè au d’là d’ bin èt Marîye, en l’ vèyant s’ ripinti, aveut ieû lès lârmes què lî avint spitè foû d’ sès-ouys .» (Houziaux 1984, 184) (C)

« Asteûre mågré qu’ c’èst tot – ç’ a stu vite tot – Boule-di-Gôme si trèbouhe avå l’ tchambe come on pièrdou. » (Arthur Xhignesse) (Bertr.-D., s.d., 38) (E)

quand … co

 

« Quand dj’ duvreûve co roter à gngnos, / L’ anéye qui vint, dji mârcherè co ! » (formule de serment d’officier de la marche militaire Sint-Biètrumé, à Bambois) (C)

« Èt Josêf, quand t’ aureus co totes lès-ostéyes, ti n’ è saureus fè on pus djèmène… » (Laloux 1974a, 82) (C)

qui

 

« Quand li P’tit Bêrt rabrèsse li vîye djin d’ bon cœur, qu’ èle sint l’ seur .» (Laloux 1969, 141) (C)

« Mâria ! Est-ce Bâbe qui ronfèle insi, qu’ il èst si taurd ? » (Laloux 1969, 96) (C)

 

 

2) Remarques

 

  1. a) Après le français « bien que » ou « quoique », on peut avoir un participe présent, parfois même un participe présent suivi d’un participe passé. En wallon, cette tournure n’existe pas ; y correspond « maugré qui» + indicatif, puisqu’il n’y a pas de doute.

 

Ex :

Maugrè qu’ dj’ èsteûve fayé, dj’ a v’nu.

Quoique souffrant, je suis venu.

Maugrè qu’ dj’ a viké è leû maujo, djè lès conè mau.

Bien qu’ayant vècu chez eux, je les connais mal.

 

  1. b) On rencontre la redondance « cor bin min.me qui » suivie d’un conditionnel.

Ex : I m’ plaît dè l’ fé, cor bin min.me qu’ i dansereûve su s’ tièsse.

 

  1. c) Au français « quoique » correspond en wallon « maugré qui », suivi d’un indicatif.

Ex : Maugré qu’ ‘l èst ritche, i n’ vike nin contint.

 

  1. d)

 

avec un verbe au subjonctif:

 

(F) quoi que

qui … n’ impôrtè qwè,

qu’ i faîye n’impôrtè qwè

 

ou: qui … ci qui dj’ vou (ou:… ci qui t’ vous, … ci qu’ i vout, … ci qu’ nos v’lans, … ci qu’ vos v’loz, … qu’ is (, èles) volenut),

qu’ i faîye ci qu’ i vout.

qui que 

qui … n’ impôrtè quî,

qui ça fuche n’impôrtè quî           

 

ou: qui … quî qui ç’ vouye,

qui ça fuche quî qui ç’ vouye.

où que

qui … n’ impôrte èwou

qu’ i s’ catche n’ impôrte èwou.         

 

ou: qui … èwou qui ç’ vouye

qu’ i s’ catche èwou qui ç’ vouye.

‘quand que’ inexistant en français)

qui … n’ impôrtè quand

qu’ i vègne n’ impôrtè quand

 

ou: qui … quand qui ç’ vouye

qu’ i vègne quand qui ç’ vouye

 

9.2.1.9 opposition

 

adon qui (adon quu, alôrs’ quu (Franc. 1994) (S))

alors que

Adon què dj’ aî tant fét pour li, i n’ m’ èrwéte pus. (Alors que j’ai tant fait pour lui, il ne me regarde plus.) (Copp. 1959, 191) (O)

i n’ a jamés què si (Copp. 1959, 191) (O)

à moins que (litt. il n’y a jamais que si)

Djè dirai vos vîr, i n’ a jamés què s’ i pieurout. (J’irai vous voir, à moins qu’il ne pleuve.) (Copp. 1959, 191) (O)

 

maugré qui (mågré qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E); maugré què (Copp. 1959, 191) (O); mâgré quu (Franc. 1994) (S))

malgré que

Il a v’nu, maugrè qu’ on lî aveûve disfindu.

Djè fé ç’ què d’ pû maugré què dj’ sû fayeû. (Je fais ce que je peux, malgré que je suis indisposé (malade).) (Copp. 1959, 191) (O)

 

min.me si

même si

Vos li donerez, min.me si ‘s compte n’ èst nin payî. (Vous le lui donnerez, même si son compte n’est pas payé.) (Copp. 1959, 191) (O)

qwand min.me qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

même si, quand bien même

 

co min.me quu (Rem. 1960, 104) (E)

quand bien même

 

adon min.me qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

même si

 

à mwins’ qui (à mons qui (Bertr.-D., s.d., 39) (E); à mwins qui (Balér., s.d., 49) (O); à mwins quu (Franc. 1994) (S))

à moins que

Li tèlèvision sèrè là, à mwins’ qui l’ match fuche rimètu. (La télévision sera là, à moins que le match ne soit remis.)

Dji bouteraî pus taurd à mwins qui dj’ eûche fini m’ bèsogne. (Je travaillerai plus tard à moins que je n’aie fini ma besogne.) (Balériaux, s.d., 49) (O)

è l’ place qui (è l’ plèce qui (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

alors que

Il a scrît, è l’ place qu’ il aureûve ieû tèlèfoné.

Dimèrer à rin, è l’ place qu’ i faureûve ovrer ! (Rester à ne rien faire, alors qu’il faudrait travailler !) (Copp. 1959, 191) (O)

qui (quu (Franc. 1994) (S))

tandis que, alors que

Èle n’ a jamaîs pont fé di spôrt, qui sès fèyes, zèls, ènn’ ont faît à on hôt nivau. (Elle n’a jamais fait de sport, alors que ses filles, elles, en ont fait à un haut niveau.)

Dju n’ ê jamês l’ matcherê quu la gamine, lèy, l’ è co sovint. (Je n’ai jamais le rhume tandis que la gamine, elle, l’a encore souvent.) (Franc. 1994) (S)

qwèqui (_ (Balériaux, s.d., 49), qwèquè (Copp. 1959, 191) (O); qwèquu)((Franc. 1994) (S))

quoique

Il èsteut bén vèyu qwèqu’ il èsteut malaîji. (Il était bien vu quoiqu’il était difficile.) (Balériaux, s.d., 49) (O)

Djè n’ aî rin rèspondu, qwèquè dj’ avou dwèt. (Je n’ai rien répondu, quoique j’avais droit.) (Copp. 1959, 191) (O)

Dju lî dîrê, qwèqu’ avou lu, i gn-è rin à lî fé rintrer dins s’ tièsse. (Je le lui dirai, quoique avec lui, on ne peut rien lui faire rentrer dans la tête.) (Franc. 1994) (S)

pus rade qui, pus vite qui (Haust 1933) (E)

plutôt que

Pus rade qui d’ aler dé zèls, èvoyî on-SMS ! (Plutôt que d’aller chez eux, envoie un SMS !

au r’gârd qui

tandis que

Il a èrité, au r’gârd qui mi, dj’ ratind co.

 

 

Exemples d’auteurs

 

à l’ place qui

« L’ årdjint vint lôyeminôye èl plèce qu’ ènnè va rademint.»   (Jean Bury) (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

qwèqui

« On mårticot èst todi ‘ne bièsse qwèqu’ à moncheû i seûye moussî ! » (Edouard Remouchamps) (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

 

 

9.2.1.10 restriction

 

à paurt qui (à pårt qui (Bertr.-D., s.d., 39) (E); à pârt quu (Franc. 1994) (S))

à part que

À paurt qu’ il è-st-one miète djon.ne, i convint.

à pwin.ne si

à peine si

I m’ è vout, à pwin.ne s’ i m’ dit co bondjoû.

qui (quu (Franc. 1994) (S))

sans que

Vos n’ savoz frin.ner qu’ ça hiketéye ! (Tu ne peux pas freiner sans que ne se produisent des secousses.)

On n’ pout rin lî dîre qu’ i n’ su mâvère. (On ne peut lui faire d’observation sans qu’il se fâche.) (Franc. 1994) (S)

sauf qui

(sâf quu (Rem. 1960, 106) (E); sâf quu (Franc. 1994) (S))

sauf que

Il a tot d’ bia, sauf qu’ i n’ hosse nin.

C’ èst l’ min.me afêre oûy, sâf qu’ i fêt pus freûd. (C’est la même chose aujourd’hui, sauf qu’il fait plus froid.) (Rem. 1960, 106) (E)

 

sins qui

sans que

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Èt sins qu’ on pôye dîre wice, è ‘ dissseûlance dès quês. / Ine saquî brêt…» (Jules Claskin) (Bertr.-D., s.d., 42) (E)

 

 

9.2.1.11 souhait

 

d’ abôrd qui

+ indicatif

D’ abôrd qu’ i n’ î sondje nin !

pôreûve valu qui (poureut valu què (Carlier 1991) (O); pout-i valèr quu (Franc. 1994) (S))

+ conditionnel (litt. (il) pourrait valoir que; (S) peut-il valoir que)

Pôreûve valu qu’ i s’ rifreûve ! (Puisse-t-il guérir!)

Poureut valu qui dj’ tamboure co longtimps! (Plaise au ciel que je joue encore longtemps du tambour!) (Roger Blaimont) (Biesmerée) (C)

Pout-i valèr quu v’s-avîche rêson! (Franc. 1994) (S)

pourvu qui

+ subjonctif

Pourvu qu’ il eûche mi lète dimwin !

c’ è-st-à sowaîtî qui

+ subjonctif

C’ è-st-à sowaîtî qu’ i nè l’ vôye nin.

 

 

Exemple d’auteurs

 

« Pourvu qu’ ‘l eûche richôrbu sès pîds .»  (Viroux 1982, 15) (C)

 

 

9.2.1.12 alternative

 

swèt’ qui … swèt’ qui… (C; … qui / què (O): swat’ quu … swat’ quu (S))

 soit que… soit que…

Swèt’ qu’ i stoût bu, swèt’ qu’ il a sté asbleuwi, i s’ a fét rinvièrsî pa ène auto.

(Soit qu’il était ivre, soit qu’il a été ébloui, il s’est fait renverser par une automobile .) (= Swèt’ qui … swèt’ qui…) (conjonctions de sub.) (Copp. 1959, 188) (O)

 

9.3 Remarques

9.3.1 « qui »

9.3.1.1 Les différents usages de « qui »

 

La conjonction « qui » est polyvalente en wallon.

 

+ proposition sub. C.O.D.

Èle veut bin qu’ tot î èst tchêr.

Elle voit bien que tout y est cher.

temps:

 

 

quand (‘où’)

     li djoû qu’ nos-avans gangnî

le jour nous avons gagné

au moment où

I s’ a faît prinde qu’ i  voleut.

Il s’est fait prendre au moment où il volait.

lieu:

 

 

one route qu’ i gn-a tant dès traus

une route où il y a tant de trous

cause:

 

 

parce que

Si ça n’ va nin co mia, c’ èst qui l’ médecin ni v’s-a nin bin ausculté.

Si cela ne va pas mieux, c’est parce que le médecin ne vos a pas bien ausculté(e).

but

Qu’ i tèlèfone, qui dj’ dîye ci qu’ faut fé.

Qu’il téléphone, pour que je dise ce qu’il faut faire.

conséquence

Èlle a tchanté, tchanté qu’ èlle a divenu one grande veudète.

Elle a chanté, chanté si bien qu’elle est devenue une vedette.

restriction

Nos n’ nos savans mète à l’ bèsogne qu’ one saquî sone.

Nous ne pouvons nous mettre à la besogne sans que quelqu’un ne téléphone.

 

 

9.3.1.2 Souvent, « qui » répète une autre conjonction de subordination.

 

Ex :

Chake côp qu’ i vint èt qui dj’ so là, i stèpe tot d’ sûte.

Chaque fois qu’il vient et que je suis là, il disparaît tout de suite.

Quand i vint èt qu’ ‘l èst co timpe, i boute avou mi.

Quand il vient et qu’il est trop tôt, il travaille avec moi.

Dji n’ a nin stî travayî, pace qu’ i fieûve mwaîs èt qu’ dj’ aveûve one miète li gripe.

Je ne suis pas allé travailler, parce qu’il faisait mauvais et que j’était un peu grippé.

Si dj’ îreûve èt qu’ on m’ dîreûve dè l’ lèver, djè l’ lèvereûve.

Si j’y allais et qu’on me disait de partir, je partirais.

Come il aveûve si foûr à l’ têre èt qu’ i man’cieûve di ploûre, il a rademint atèlé sès

tch’vaus.

Come il avait son foin par terre et qu’il mençait e pleuvoi, il a vite attelé ses chevaux.

Vèyan.mint qu’ i n’î tint nin èt qu’ vos n’ î t’noz nin non pus, tapans-le djus !

Vu qu’il n’y tient pas et que vous n’y tenez pas non plus, abattons-le !

 

Exemples d’auteurs

 

 

« Quand il a ieû sqwêrè l’ pîre, drèssi lès totches èt l’s-assîses, disgrotchi ètur, qu’ il a bin ieû sèrè sès traîts, fiér on-ome, quand l’ Blanc a bin faît moussi èt aujîyemint l’ conte- mole jusse o pilè .» (Laloux 1969, 76)  (C)

 

« Quand lès blancs plomions dès dêrins vias d’mârs’ ont tot faît do minè leûs danses d’arèdjis, quand l’ têre si r’ssoûwe èt qui l’ solia, r’mètu à noû, rilût dins on ciél bin r’niètî, quand l’ coucou tchante sès deûs notes… , li bon timps èst ruvenu .» (Houziaux 1964, 105) (C)

 

 

9.3.1.3 A propos d’une action du passé, la conjonction « qui », suivie d’une proposition à verbe conjugué à l’imparfait de l’indicatif correspond parfois au français « en train de » suivi d’un infinitif.

 

Ex :

Nos-èstin.n qui nos coudin.n aus rin.nes-glaudes quand l’ oradje a v’nu.

Nous étions en train de cueillir les reines-claudes quand l’orage est venu.

Dj’ èsteûve qui dj’ waîteûve, portant, èt dji n’ l’ a nin vèyu r’tchaîr su l’ twèt.

J’étais en train de regarder, pourtant, et je ne l’ai pas vu retomber sur le toit.

Il èstin.n qu’ is bwèvin.n èt djigler, èt leû pôve pa, li, i bouteûve fin méreseû.

Ils étaient en train de boire et de danser, et leur pauvre père, lui, travaillait tout seul.

 

 

9.3.1.4 Omission de « qui »

 

1) « qui » (« quu » Rem. 1937, 68-69) (E) s’omet après l’impersonnel « falu » (« faleûr » (E)  (falloir).

Ex :

I fât dj’ i vasse.

Il faut que j’y aille.

C’ èst çou qu’ i fâreût (qu’) lès djins frint.

C’est ce qu’il faudrait que les gens fassent.

 

Il s’omet aussi après « duvant, tant, la (où), d’oû vint (pourquoi) », et il est facultatif après « qwand »: (Rem. 1937, 68) (E)

Ex :

duvant (qu’) vos n’ sèyohe là

avant que vousne soyez là

Il ovrint tant (quu) n’ fouhins là.

Ils travaillaient tant que nous étions là.

Il a ovré tant (qu’ i)l a plou.

Il a travaillé tant qu’il a plu.

Lès vatches magnèt là (qu’ è)les sont.

Les vches mangeaient là elles sont.

Qu’ èle vasse là (qu’ è)le vout; qu’ i vègne qwand (qu’ i) vout.

Qu’elle aille (là) où elle veut; qu’il vienne quand il veut.

Sav’ bin d’oû vint (qu’ i) n’ a nin v’ni ?

Savez-vous bien la raison pour laquelle il n’est pas venu?

 

 

9.3.1.5 « qui » explétif

 

Après « c’ èst », on rencontre parfois un « qui » simplement explétif.

Ex :

C’ èst tot s’ plêsîr qui d’ rinde chèrvice. (Bertr.-D., s.d., 39) (E)

C’est un plaisir de rendre service.

C’è-st-ine lacheté qui d’ bate ine feume . (id.)

Il est lâche de battre une femme.

 

 

9.3.1.6 « qui » pléonastique

 

Lorsqu’un membre de phrase s’intercale entre « qui » et le sujet du verbe, la conjonction se répète après les mots intercalés. (Rem. 1937, 68-69) (E)

Ex:

I d’héve quu d’zeûr quu nos f’sahins çou qu’ i faleût.

Il disait qu’au-dessus, nous fassions ce qu’il fallait.

Tês-se qu’ adon qu’ i n’ dumeûrerè nin là.

Espérons qu’alors, il ne restera pas là.

 

9.3.2 « come » = « come si »

Exemples d’auteurs

 

« … ; come èlle ènn’ aureut jamaîs ‘nn’ alè .» (Laloux 1974, 96) (C)

 

« I scayeteut à places, come il aureut ieû lès plokètes .» (Laloux 1969, 33) (C)

 

« T’ as t’nèz qui r’crole, in, Doné ! Ti chin.nereus. Tot d’Sîte, ça t’ rivint : tè lès veus su

lès platènes, lès p’tits longus pwins toûrnès à môde di poupène à l’ fache, li crosse su l’ brunausse rilût come on l’ aureut cirè .»  (Laloux 1987b, 192) (C)

9.3.3 Subordonnée conditionnelle

Exemples d’auteurs

 

« Ô ! Dîrè-t-i l’ nawe, dji m’ lèvereu d’vant l’ djoû, c’ èst nin po ça qu’ i vêreut pus rade ! » (Laloux 1971c, 174) (C)

 

« On ‘nn’ aureut ieû ostant por à l’ dicauce dins l’ timps, di qu’ on-z-aureut stî dins lès bins, lès deûs djoûs èt à l’ rilachaude ! » (Laloux 1987b, 193) (C)

 

« Li diâle li mougnereûve tot boté, i n’ rifereûve qui dès lokes .»

9.3.4 Interrogation indirecte

A l’interrogation indirecte, on garde les formes de la conjonction employée au discours direct.

 

     Ex :   Sobayî quand-ce qu’ i r’vêrè ?

 

Exemples d’auteurs

 

« Dji sèreus curieûs do sèpe combin-ce qui su l’anéye, vos gangnîz d’ francs,… »  (Houziaux 1964, 63) (C)

 

« Is n’ vèyèt nin seûlemint où-ce qu’on lès vout mwinrnè .» (Houziaux 1964, 65) (C)

 

 

N.B. Le « -ce » est parfois omis.

 

Exemples d’auteurs

 

« Dijèz me pouqwè / Qu’ djè m’ sin pa-côps toute anoyeûse ? » (Spinosa-Mathot 1984, 12) (O)

 

« Èt i sayeut do l’ aurdè jusqu’à l’ nêt, pace qu’ on n’ dut nin awè peû do mostrè quî qu’ on-z-èst .»    (Houziaux 1964, 98) (C)

 

Translate »
Share This