8. PRÉPÔSICION – PRÉPOSITION

8.0 Comparatisme

8.0.1 Avec d’autres langues européennes

Une préposition est un mot invariable, qui unit un complément à un mot complété en précisant la relation qui les lie. Cette relation n’est pas analysée dans toutes les langues de la même façon. C’est pourquoi, s’il y a beaucoup de corrélations dans l’emploi des prépositions dans les langues de l’Europe Occidentale, il y a aussi des différences assez importantes.

 

Ex :    

ièsse mwaîs après (C) ou èsse måvas so (E)

direction

appesantissement

(F) être fâché contre

opposition

(N) boos zijn op

(D) böse sin auf

appesantissement

(E) to be cross / angry with

(I) essere arrabiato con

(Esp) ser enfadato con

réciprocité

 

En wallon, comme au français et en italien, langues romanes, et en anglais, langue germanique qui a été fortement influencée par les langues romanes, il existe des prépositions vides de sens, parfaitement inutiles, mais entrées dans l’usage.

 

Ex : (W) li vile di Nameur  (E) the city of London  (F) la ville de Paris      (I) la città di Roma

Ici, le néerlandais et l’allemand travaillent autrement : (N) de stad Namen  (D) die Stadt Ulm.

 

     Autres exemples:

I n’ lache nin d’ causer.

Dj’ in.me bin d’ lîre.                                                 

one jate di cafeu, one botéye di bîre, one jerrycan di pètrole, etc.

 

L’emploi des prépositions est caractéristique du génie d’une langue. Dans la nôtre, il présente autant d’originalité que dans les autres.

 

Comme les langues parlées en Europe Occidentale sont majoritairement des langues indo-germaniques (ou indo-europénnes), souvent les mêmes prépositions se rencontrent dans toutes.

 

1) Parfois, le wallon fait le même que le français ou le néerlandais.

Ex :

dispûs èyîr

(F) depuis hier           

(N) sinds gisteren

por mi

pour moi

voor mij

su l’ tauve

sur la table                     

op de tafel

 

Exemple d’auteur

 

« … dès pas qui r’montin.n dins l’ bwès do Falji… » (Awoust 1982, 4) (C)  

(= (N) in het bos = (F) dans le bois)

 

 

2) Il y a parfois de petites différences :

Ex :  

è l’ vile           

(F) en ville

(N) in de stad

 

Le wallon et le néerlandais on ici un article « défini », alors que le français n’en a pas.

 

 

3) Parfois le wallon fait comme le français, alors que le néerlandais a une solution différente.

Ex :

à timps

(F) à temps

(N) op tijd

à vélo

à vélo

met de fiets

au tchwès

au choix

naar keuze

dins iût djoûs

dans 8 jours

over 8 dagen

 

Exemple d’auteur

 

« … dji sondje à l’ vraîye soupe qu’on m’a sièrvu là d’ pus d’ trinte ans à Viètrîvau, èmon l’ gârde,… » (Gillain 1932, 78) (C) (= (F) à Vitrival — (N) in Viètrîvau)

 

 

4) Parfois, le wallon fait comme le néerlandais, alors que le français a une solution différente.

Ex :

do cafeu avou do lacia 

(N) koffie met melk            

(F) du café au lait

è m’ place      

in mijn plaats               

à ma place

su l’ mârtchi

op de markt    

au marché

su l’ preumî momint    

op het eerste ogenblik   

au premier moment

su l’ coû

op het erf

dans la cour

su l’ reuwe

op straat

en rue

 

Exemple d’auteur

 

Vos-îroz  dîre auzès gamins di v’nu one miète ! Is djoûwenut là su l’ coû .» (Lotin s.d., 1) (C) (= (N) op het erf — (F) dans la cour)

 

 

5) Parfois, le wallon a sa solution particulière, alors que le français et le néerlandais font la même chose :

Ex : 

di doû

(F) en deuil

(N) in de rouw

su l’gazète                   

dans le journal

in de krant

 

Exemple d’auteur

 

« Djè l’ aî vèyu sclôre on bia djoû, / Èt l’ sorlondemwin dj’ ènn’ èsteu d’ doû .» (Smal 1953, 13) (C)

 

 

6)  Parfois, les solutions du wallon, du français et du néerlandais sont toutes trois différentes :

Ex :

à ç’ momint-ci

(F) en ce moment

(N) op dit ogenblik

à plin djoû

en plein jour

bij klaarlichte dag

mwaîs après (/ su)

fâché contre

boos op

l’ samwin.ne

pendant la semaine

in de week

ritche di

riche en

rijk aan

di cès trèvins-là

à cette époque-là

in dat tijdperk

è scole

à l’école

op school

 

 

7) De plus, des verbes, transitifs dans une langue, peuvent être accompagnés d’une préposition dans une autre.

Ex :

cachî après

(N) zoeken naar

(F) chercher

mârier

trouwen met

épouser

fé awè peû one saquî    

iemand bang maken

faire peur à quelqu’un

richoner one saquî

op iemand lijken

ressembler à quelqu’un

 

Exemples d’auteurs

 

« Auwe, là ! », dîront-is lès cias qu’ont stî è scole d’ adultes .» (Laloux 1969, 33) (C)

( — (F) à l’école — (N) naar school)

 

« Li djoû di d’vant l’ fièsse, en rarivant d’ è scole, lès gamins èstint à l’ fièsse .» (Houziaux 1964, 95) (C)

 

« S’il a l’boneûr d’aler è scole, i pôrè gangnî s’ lîbêrté .» (Maudoux 1980, 14) (O)

8.0.2 Avec le français

A part cette ressemblance entre les langues de l’ouest de l’Europe que nous avons déjà citée et une ressemblance encore plus grande entre les langues romanes, il y a entre l’emploi des prépositions dans les langues wallonnes et française une différence considérable.

 

 

8.0.2.1  

 

(W) pas de préposition

(F) préposition

acheter bon mârtchi

acheter à bon marché

ièsse boté nwâr

être habillé de noir

Ça cosse cink chîs-eûros.

Ça coûte (de) 5 à 6 euros.

Quéne anéye qu’il a moru ?  

En quelle année est-il mort ?

tote li nût

(pendant) toute la nuit

I r’chone si pa .

Il ressemble à son père.

awè mau s’ vinte

avoir mal au ventre

fé conte cœur 

faire à  contre-cœur

nos deûs m’ fré

à nous deux , mon frère et moi

peû di m’ brouyî

de peur de me tromper

todi pus fwârt

de plus belle ou: de plus en plus fort

co on côp

à nouveau = de nouveau

li djoû d’odjoûrdu     

au jour d’aujourd’hui

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Li djoû d’odjoûrdu, is causenut si bas, qu’nos n’ lès compurdans quausumint nin .» (Michel 1994, 18) (C)

 

« … tos lès parints èstint moussîs nwâr .» (Houziaux 1964, 153) (C)

 

 

Remarque

 

Un « di » correspondant au français « de », exposant d’infinitif, comme le néerlandais « te », l’anglais « to », l’allemand « zu », le danois « at »… n’existe pas en wallon.

Ex :

(F) A eux aussi, de pousser en pleine nature leur avait fait le plus grand bien .» (P. Margueritte, « La faiblesse humaine », I, 2)

serait : Zèls, crèche à plin.ne nature leû-z-aveûve faît l’ pus grand bin èto.

 

 

 

8.0.2.2  

 

(W) préposition

(F) pas de préposition

chakin à s’ toûr (Balériaux, s.d., 46) (O)

chacun son tour

au pus sovint

le plus souvent

d’ l’ome     

faire l’important

di s’ Jan’    

faire l’important

d’ l’èfant

faire l’enfant

do malin

faire le malin

li 3 d’ sètimbe

le 3 septembre

li preumî d’ octôbe

le 1er octobre

ièsse à deûs

être deux

ièsse à bran.mint

être nombreux

À combin èstîz ?        

Combien étiez-vous ?

Nos èstin.n à d’ pau.  

Nous étions trop peu nombreux.

Il èstin.n à d’trop.

Ils étaient trop nombreux

planter aus canadas

planter les pommes de terre

câsser aus cayaus

casser des cailloux

I mine âs djins. (Remacle 1956, 300) (E)

Il mène, transporte des gens.

coude aus fréjes

cueillir des fraises

I fêt âs gades. (Remacle 1956, 300) (E)

(litt. Il fait des « chèvres » .) Il met le foin sur des chevalets.

coude aus pomes

cueillir les pommes

rauyî aus canadas (râyi âs crompîres (Remacle 1956, 300) (E))

arracher les pommes de terre

sèmer à l’engraîs

semer l’engrais

drèssî aus djaubes

dresser les gerbes

astamper aus djaubes

dresser les gerbes

soyî âs plantches Remacle 1956, 300) (E)

scier des planches, scier de long

abate âs r’gons (Remacle 1956, 300) (E)

couper le seigle

côper âs sapins (Remacle 1956, 298) (E)

couper des sapins

n’ awè d’ cure di

n’avoir cure de

dimander après ‘ne saquî (Balériaux, s.d., 46) (O)

demander quelqu’un

vinde one saqwè po 500 eûros

vendre quelque chose 500 euros

100 francs do kulo

100 francs le kilo

ostant do lite

autant le litre

ostant do mète

autant le mètre

ostant d’ l’eûre

autant l’heure

ostant l’ lîve

autant la livre

à craye

entrebaîllé

à djonds pîds

pieds joints

vôy à dobe

voir double

à plins gâz      

plein gaz

à l’ samwin.ne

la semaine prochaine

à môde di rin

mine de rien

fumer à l’ pupe

fumer la pipe

à tièsse neuwe

nu-tête

à pîds d’ tchaus

pieds nus

au pus sovint  

le plus souvent

à ras’

ras

à strape

tout juste = au dernier moment

à soûrnwès

sournoisement

bètch à queuwe

tête bèche

ponte à make

tête bèche

deûs à deûs

deux par deux

fwârt au fwârt

de force égale = également fort

au laudje

grand ouvert

au mérelaudje

tout grand ouvert

au mérelon

très loin

ièsse au r’pintant

avoir du repentir

èyîr au matin

hier matin

dimwin au nût

demain soir

pâr nût

la nuit

l’ nût

la nuit

travayî d’ nût

travailler la nuit

ni fé qui d’

ne faire que

au pus près

le plus près

clatchî dins sès mwins

battre des mains

ièsse ègadjî dins lès sôdârs

être engagé soldat

C’ èst di s’ difaute.    

C’est sa faute.

di sqwêre

perpendiculaire

à bachète

courbé (pour une personne)

à bon

complet, terminé

ièsse di complice avou

être complice avec

dou cas di (Bastin 1965) (O)

faire cas de

agnî su sès lèpes

se mordre les lèvres

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« Dji cominceûve à on d’bout do fossé èt… « Vas-î, Fifine ! », dj’èsteûve èvôye à bachète jusqu’à l’ ôte dibout,… » (Rase 1989) (C)

 

« …, mins i n’ faut qu’one tchèyêre qu’on boudje o l’ coujène po l’ diwêbyi à bon .» Laloux 1969, 65) (C)

 

  • « I guêdieut tènawète, en lès lumant avou sès-ouys à craye.» (Laloux 1969, 53) (C)
  • « Ö,non ! C’ èst l’ ome qui n’ aleut nin. Il îrè mia à l’ samwin.ne .» (Laloux 1969, 83) (C)

« Au pus sovint, i soketeut, l’ vî ome, assît su si sclîye… » (Laloux 1964, 123) (C)

 

« Mins lès cis qu’ sèmenut en s’ anoyant drèsseront aus djaubes en tchantant .» (Laloux 1969, 86) (C)

 

« Insi, on djoû d’ è l’èstè, qu’ èle coudeut aus p’titès rodjès grusales, si tchèna clince,  èlle è staure saquants pougnîyes, èt vitemint lès catchi en mètant do l’ têre  dissus .» (Laloux 1987b, 194) (C)

 

« .. on-èfant qu’ è va aus neûjes ou coude aus fleûrs .» (A Laloux 1969, 47) (C)

 

« Gn-a-t-i onk au cint, min.me dins lès mèyeûs, qu’ î sondje one miète ? » (Gillain 1932, 96) (C)

 

« Dji m’ sovin bin d’ one anéye qui nn’ avins planté aus canadas .» (Gillain 1932, 96) (C)

 

  • « Afîye, i câsseut aus pîres po l’ comune ritchèrdji lès vôyes di campagne .» (Laloux 1971, 15) (C)

 

« Ivone vôreut afîye alè brichôdè avou lès matantes o djârdin, à l’ saîson qu’on faît lès pârcs. Sauclè, rasè, rauyi aus cruwaus .» (Laloux 1969, 126) (C)

 

« Èle l’ a mâriè ; èlle a ieû tot l’ timps do ‘nn ièsse au r’pintant .» (Laloux 1969, 46) (C)

 

« Quand on n’a pus sudjèt do ièsse gaîye di d’ si lon qu’on s’ sovègne, qui vôrîz co  dîre aus-ôtes, qui n’ ont d’ cure di vos ? » (Laloux 1969, 56) (C)

 

  • « C’ èst di s’ difaute, dau Brodaye, s’ èlle èst si mau rassonréye .» (Laloux 1969, 70) (C)

 

« Dj’ a agnî su mès lèpes. I n’ faît nin auji awè l’ dêrène avou Bèbêrt .» (Wartique 1954, 161) (C)

 

 

 

Remarques

 

1) Le wallon emploie la préposition « di », là où le français emploie « que » devant le        mot « ça ».

Ex : Què-ce qui c’ èst d’ça ?        (F) Qu’est-ce que c’est que ça ?

 

2) L’absence de la préposition « da » ne doit pas surprendre. Dans l’ouest wallon et en picard, il est normal d’encore dire, comme autrefois partout dans le domaine linguistique wallon « èl maîson Achile, èl gamin Marîye ».

 

 

8.0.2.3

 

(W) préposition

(F) autre préposition

candjî à                                              

changer en

à l’abîye = à l’ varade

en vitesse

à l’aurlicote                

en désordre

à bachète

en se baissant

ène pârtîye à l’ bale (Balériaux, s.d., 47) (O)

une partie de balle

Is v’nèt à bânes. (Remacle 1956, 296) (E)

Ils viennent par bandes.

à banseléye

plein une manne

à bârkète

en barquette

à binde

en bande

à blame

en (grande) quantité

à bokèts

en morceaux

spiyî à mile bokèts

briser en mille morceaux

cotayî à p’tits bokèts

découper en petits morceaux

do suke à bokèts

du sucre en morceaux

crèche à bouchon

pousser en buisson

fé toûrner à bourike

tourner en bourrique

à brèssîye

par brassées

à catchète

en cachette

à chabots

en sabots

à chouflèt

en biseau

à continuwer

en continuant

à on côp

en une fois

à deûs côps, trwès côps,…

en deux fois, trois fois,..

à plusieûrs côps         

en plusieurs fois

à coûsse

en courant

brûler à crayas

brûler en résidus durs

roter à crosses

marche avec des béquilles

boter, moussî, abiyî à curé,…

habiller, vêtir en curé

disguîjî à

déguiser en

à Cane

en coin ou à la dérobée

à dadaye

en vitesse, en se dépêchant

à d’chindéye              

dans une descente

à l’ dictéye

sous la dictée

à dos (pwârter)           

sur le dos (porter)

à famile (fé)   

en famille (faire)

in coureû à feumes (Balériaux, s.d., 47) (O)

un coureur de femmes

à l’ file

en file (faire)

pwârter à gorlète

(à cheval) sur les épaules

à gripète ou à gritchète

en montant

à gueûye di rin.ne

en bec de cane

satchî à hikèts

tirer par secousses

Il avance à hopes. (Remacle 1956, 296) (E)

Il avance par bonds.

à l’lache

en laisse

à mèyes (Remacle 1956, 296) (E)

par milliers

avancî à queuwéye

avancer en file

ripiker à losindje ou à pîds d’pouye

repiquer en quinconce

toûrner à makéye

devenir de la « makéye » = s’embrouiller

couru à Moûse

couler comme la Meuse = en grande quantité

si mète à mwin.nadje

se mettre en ménage

ièsse à nadje

être en nage

onk à onk (Remacle 1956, 296) (E)

un par un

à pindis’

en pente

à pougnîyes

par poignées

à propôrcion

en proportion

couru à rôyes = couru à trî    

être en jachère

lèyî couru à rôyes = lèyî couru à trî

laisser (ou : mettre) en jachère

à rôsète

en amazone

à rôsète

en rond en se tenant par les épaules

à rukes

en mottes

à ponte

en pointe

à salade

en salade

à sauts

par bonds

à sauvrité       

en sécurité

I ploût à sèyês. (Remacle 1956, 296) (E)

Il pleut par seaux.

à spale(s)

sur l’ (les) épaule(s)

à l’ tachelète  

en frôlant la jambe du pantalon ou sans soin

à l’ têre

par terre

à traîte

en traître

à zigzonzète

en zigzag

côper à trintches

couper en tranches

à zon’diguèse

sans réfléchir

ène pârt au biyârd (Balériaux, s.d., 47) (O)

une partie de billard

avou sès brès au laudje

à bras ouverts

avou tot nosse keûr

de tout notre cœur

I n’ èst nin avou rin.

Il n’est pas sans rien.

do cafeu avou do lacia

du café au lait

d’ astchèyance

par hasard

onk au (ou : do) cint  

un pour cent

qui do contraîre

au contraire

è crache

à l’engraissement

pâr abonemint (acheter _; vinde _)

à tempérament (acheter _; vendre _)

mot po mot    

mot à mot

vinde po piède           

vendre à perdre

su condicion qui (rare)

à condition que

su fraude

en fraude

su l’ chârité (viker_)  

de la charité (= au moyen de) (vivre _)

su l’ pouf

aux crochets d’un autre

acheter, vinde au dètay

acheter, vendre en détail

di doû 

en deuil

di r’vint, di r’va         

dans un sens, puis l’autre

cink du cint (Balériaux, s.d., 47) (O)

cinq pour cent

djalous su s’ frére (Balériaux, s.d., 47) (O)

jaloux de son frère

su l’ gazète (Balériaux, s.d., 47) (O)

dans le journal

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« À suke, ni saurîz nén candjî, / Toutes lès bales sôrtant dès fusiks ? » (Haas 1974, 40) (C)

 

« Lès singlés vikenut à famile, pwîs à binde .» (Chapelle 1984, 15) (C)

 

« À bokèts ! S’ i ratake, djè l’ tére à bokèts ! »  (Houbart-Houge 1981, 5) (E)

 

« Fé couru l’ brût qui l’ DjO èst pindu èt l’ mète o l’ bwèsse à catchète… »   (A Laloux 1969, 120) (C)

 

« … dîj, quinze à on côp .»  (Laloux 1974, 60) (C)

 

« Mins… ènocint moussî à sot ! » (Houbart-Houge 1981, 45) (E)

 

« Hatchîz dè l’ tchau à p’tits bokèts, qui v’s-arindjîz dins l’ fond d’on plat ; one  coûtche d’agnons côpés à trintches,… »   (Ory-Baudart 1987, 12)  (C)

 

« On l’s-ètère à catchète, don, Blanc ?, di-st-i Miyin, qui n’ aveut nin co moufeté j’qu’à ci .»  (Laloux 1969, 35) (C)

 

« Nonîye aveut v’nu à mwin.nadje avou sès mwins dins lès potches di s’ divantrin .» (Laloux 1974, 18) (C)

 

« On l’ mindje à salade, mins i l’faut bin lâver .» (Chapelle 1983, 17) (C)

 

« Mète lès caurs à moncia, ostant lès foute è Moûse .»  (Houziaux 1964b, 98) (C)

 

« À dadaye, nosse Bêrt què l’ trosse en t’nant s’ clotche pau maka .»  (Laloux 1969, 52) (C)

 

« Pwîs, is n’ avint jamaîs rovyi, à leûs nodènes, lès-agnûres do l’ sicorîye, èt qui l’ Brodaye lès lârdeut à traîte, quand, roufions, is nifetint trop près autoû d’ sès- atélèyes .» (Laloux 1969, 71) (C)

 

« Lès tchins à l’ lache fyint one vîye d’ assotis »  (Laloux 1969, 183) (C)

 

« Bâbe si rassît d’zos l’ vatche, mins l’ lacia stritche abîye, à l’ vole .» (Laloux 1969, 49) (C)

 

« Cès miscoterîyes-là, i lès faut fè à l’ tachelète… »  (Laloux 1969, 93) (C)

 

« Sègne-tu à l’ tachelète, abîye divant d’ intrè ! »  (Laloux 1969, 94) (C)

 

« .. ; li portchèsseû d’veut ascauchi avou l’ chèle èt l’ portcha, en Cargnant à l’ vole,

télémint qui l’ vî mama choneut fèl èt mau ruvenant .»  (Laloux 1969, 114) (C)

 

« Mins au matin, brosse ! Il aveut dwârmu d’ one trake ! » (Laloux 1974, 113) (C)

                       

« Ca, po l’ pantalon, avou l’ blanc linçoû sur li, quî èst-ce qu’ aureut bin advinè qu’ il

èsteut è pur pa-d’zos ? » (Laloux 1969, 30) (C)

 

 

8.0.2.4  Prépositions composées 

 

Nous avons en wallon assez bien de prépositions composées.

 

Le wallon emploie souvent 2 prépositions qui se subordonnent et se juxtaposent, là où le français en emploie 1, ou 3, là où le français en emploie 2.

Cette construction est plus fréquente encore en wallon qu’en français.  (Remacle 1956, 290)

 

1) 2 prépositions en wallon = 1 en français

 

Ex :

d’ au lon — di d’ près 

de loin (situation) — de près

au-d-dilong di

le long de

au-d-triviès di

en travers de

pa è l’ cauve (= pa l’ cauve)

par la cave

pa en d’dins

par l’intérieur

di-d-pa-drî     

de derrière

di-d-pa-d’zos 

d’en dessous de

pa pa-d’zeû

par dessus

po su l’ plâje

pour la plage

di-d-ci

d’ici

di-d-là

de là

di-d-lon          

de loin (origine)

di-d-quand

de quand

di d’dins l’ maujo      

de l’intérieur de la maison

rivenu d’ à cofèsse

revenir de la confession

rivenu d’ à l’ vile       

revenir de la ville

rivenu d’ è scole

revenir de l’école

d’ à l’ copète do tiène

du sommet de la côte

di-d-pa-d’vant l’ èglîje

de devant l’église

Di-d-quand-ce ci kèrnache-là à vosse front ?

De quand cette balafre à ton front?

Mine-lu dusqu’à so l’ route. (Remacle 1956, 290) (E)

Mène-le jusque sur la route.

 

duvant mon Dumé (id.)

devant chez Dumez

po d’vès l’ Tossint (id.)

pour vers la Toussaint

I ‘nn’aléve vè âs tchintchins. (id.)

Il s’en allait vers aux airelles, càd. il partait cueillir des airelles.

On n’ è nin co hapé dès freûds d’è l’ îviêr. (id.)

On n’est pas encore guéri des rhumes de (pendant) l’hiver.

po podrî l’ mâhon (id.)

par derrière la maison

po du d’zeûr (id.)

par au-dessus

cèsses du du l’ nut’ (id.)

celles de pendant la nuit

Dju n’ sé nin s’ ‘l èsteût pus vî, il èsteût vî, come çoula. (id.)

Je ne sais pas s’il était plus vieux, il était vers comme cela, càd. il avait à peu près cet âge-là.

Dji so d’ dè l’ nut’. / … d’ dè djoû. (Haust 1933) (E)

(Je suis de l’ équipe de nuit./… de jour)

inerOe di dès p’titès djins (id.)

une rue de petites gens

 

Le cas se présente souvent avec les toponymes, surtout avec les lieux-dits, parfois aussi avec des noms de hameaux : (Remacle 1956, 290) (E)

 

lu maçon d’ so lès Bastinètes (On ne dit jamais « lu maçon dès B. »  sans « sur ».)

le maçon de «sur les B.»

I r’vint d’ so l’s-Èhîres.

Il revient de sur les È.

lu vôye d’ èzès Rènis

le chemin de dans les R.

I ‘nn’aléve vè (so) Rwèsse-Hé.

Il s’en allait vers (sur) «R.-hé»

Il a ruveni po (/ p’) ‘n-Andrîmont.

Il est revenu par Andrimont.

 

 

2) 3 prépositions en wallon = 2 en français (Remacle 1956, 291) (E)

 

Chacune des prépositions garde sa valeur et il se produit un véritable emboîtement des régimes : dusqu’à [d’vant (mon – l’ curé)].

Parmi ces séries complexes, les plus fréquentes semblent être celles qui commencent par « de par » (ou « par de »)

 

Ex :

dusqu’à d’vant mon l’ curé

jusque devant chez le curé

Il acorint du d’vant mon Dumé.

Ils accouraient de devant chez Dumez.

On nu 1′ sareût d’lé quu d’ po è l’ câve.

litt. On ne saurait le défaire que de par dans la cave, càd. que de la cave, ou que par la cave.

du po à l’ ouh

de par à la porte, càd. de l’extérieur

du po so l’ teût

par le toit

 

Dans ces exemples, « è l’ câve, à l’ ouh, so l’ teût » désignent l’endroit occupé par le sujet pour défaire la chose en question ; « por » (par) indique que cet endroit est un passage, et « du » (de), que c’est aussi un point de départ.

 

po d’ â d’foû

litt. par d’au-dehors, càd. par l’extérieur

po d’ â d’vins

par d’au-dedans, càd. par l’intérieur

 

Ici, la vitalité des prépositions est beaucoup moins sensible ; il y a peu de différences, p. ex., entre « duvins, â d’vins » et « d’ â d’vins ». Comme « duvins », les deux dernières locutions signifient à peu près « dedans ».

 

3) 4 prépositions en wallon, 1 en français

 

Ex :

come du po d’ â d’vins

par l’intérieur

 

Ce groupement peut se transposer dans le lat. de per de ad (illo) de-ab-intus. L’accumulation atteint là son maximum. (Remacle 1956, 291) (E)

 

En français,  dans certains cas, on abrège et allège l’expression en sacrifiant une nuance ou un détail, alors que le wallon présente les choses avec une complexité minutieuse.

Ex : du po è l’ câve (de (ou: par) la cave)

 

Exemples d’auteurs

 

« En r’montant d’ à l’ câriére, pa l’ bwès, i sét bin tos lès  r’djètadjes di sauvadjes ; c’èst por li .»  (Laloux 1969, 10)  (C)

 

« Qu’ i nos vègne do Limbourg ou d’ au d’ bout dè l’ bèle Flande,… » ( Michel 1995, 12) (C)

 

« Lès vatches d’ au lon ont todi dès gros pés .» (proverbe)

 

« Mès fréres, fréres di nosse parotche ou fréres di d’ près èt d’au lon,… » (Léonard 1971, 113) (C)

 

« Au d’ dilong du pârcoûrs,… » (Mathy 1958, 39) (C)

 

« È lès « Ti sovins-se bin » s’ sûvenut di d’ tot près .» (Gillain 1932, 11) (C)

 

« Li dîmègne di d’vant l’ Sint-Lorint .» (Gillain 1932, 116) (C)

 

« Èt vos cheûroz di d’ djus d’ vosse choû / Li mèyeû di vos keûrs di clotches .» (Bodard 1956a, 17) (C)

 

« Èt i va r’qwê l’s-afaîres di d’ si lon .» (Gillain 1951, 23) (C)

 

« Dji m’ va coûtchî èt ratinde Justine d’ è m’ lét .» (Laloux 1974, 93) (C)

 

« … au-d-truviès d’ sès âdes .» (Laloux 1974, 93) (C)

 

« Di-d-bin lon ,li nêt transit po v’nu .» (Laloux 1974, 192) (C)

 

« … di-d-pa-drî, avou s’ mwaîje linwe .» (Laloux 1974, 86) (C)

 

« Avou, on freut co bin on bon tch’vau di d’zos vèdje, parèt ! » (Laloux 1974, 85) (C)

 

« Di-d-là, vos taperoz on côp d’ouy su lès fonds do Broû ! » (Houziaux 1984, 14) (C)

 

« Djè l’s-ètind di-d-ci,… » (Awoust 1984b, 97) (C)

 

« I v’neut à d’vise di-d-quand il èsteut su l’ cinse d’aus Lodjes .» (Laloux 1974, 161) (C)

 

 

8.0.2.5 Remarques

 

1) A certaines locutions prépositionnelles ne correspond aucune traduction littérale en français.

Ex :

è chape

pieds nus dans ses chaussures

à Cane

sans être vu

è purète ou è pur        

en ayant tombé la veste

è sère

coincé

pâr tchance    

heureusement

co d’ tchance qui

heureusement que

à tchapelèt

en succession come les grains d’un chapelet

 

 

2)  On n’a pas de préposition avec « todi » + un comparatif de supériorité.

Ex :    

todi pîre         

de mal en pis

todi mia

de mieux en mieux

todi pus bia    

de plus en plus beau

todi pus bièsse

de plus en plus bête

 

 

3) Correspondant au français « à reculons » et « à tâtons », nous employons des expressions verbales :

en rèculant

à reculons

en sintant

à tâtons

 

 

4) Suivant le sens, le wallon utilise dans certaines expressions deux prépositions différentes.

 

  1. a) « awè (aveûr (E) dès rûses » (avoir des difficultés)

 

+ di 

 

Il a dès rûses di v’nu, di s’ mârier, d’ achèver, di payî.

+ po 

des difficultés au cours de l’action

awè dès rûses po roter, po scrîre, po causer

 

  1. b) « (i)èsse djalous » (être jaloux)

 

+ di

= v’lu waurder por li (vouloir garder pour soi)

Il est djalous di s’feume ; i n’ vout nin qu’èle danse avou d’s-ôtes.

+ su

= inviyî

(envier)

Dji so djalous su m’ vijin ; i vint co d’ fé one grosse èritance.

 

  1. c) « awè (aveûr (E) dandjî » (avoir besoin)

 

+ di  

a) positivement  

Dj’ a dandjî d’ vos.

 

b) négativement     

Dji n’ a nin dandjî d’ sès consèys.

+  ø

           

a) avec le complément « rin »  

Dji n’a rin dandjî.

 

b) dans une relative déterminative 

Exemple d’auteur

« Avoz d’djà mankè d’ one saqwè qui v’s-avîz dandjî ?» (Laloux 1979, 52) (C)

 

  1. d) « rîre »

 

+ avou

= ièsse amûsé pa  

(être amusé par)

Nos-avans byin rî avou ç’ clOn-là.

+ di

= si foute di   

(se moquer de)

I n’ vèt nin qu’ on rît d’ li télemint qu’ ‘l èst mau aguintcheté. (Il ne voit pas qu’on rit de lui tellement il est mal habillé.)

 

  1. e) « waîtî »

 

+ après

= (F) chercher

Èle waîte après dès-aubussons.

(Elle cherche des champignons.)

+ su ou do costé di

= (F) regarder vers

I waîte su l’ montagne.

(Il regarde vers la montagne.)

 

  1. f) (W) au hôt = (F) en l’air Ex : zoubler au hôt.

          o là-hôt =       en haut : à l’étage   Ex : I n’ èst nin ci ; i studîye o là-wôt.

 

  1. g) (F) devant

1) = divant (temps)

« … èt rèciter vos lèçons po d’mwin d’vant d’aler coûtchî ! » (Lotin s.d., 2) (C)

2) = pa-d’vant (lieu)

« Su lès bâres pa-d’vant l’èglîje, li dîmègne divant veupes, lès-èfants djoûwenut .» (Laloux 1969, 16) (C)

« Après l’ Gueûye do Leup, is passenut pa-d’vant l’ Blanke Maujone .» (Awoust 1983, 12) (C)

 

 

5) Le français « vers » a plusieurs traductions wallonnes.

 

quantité

Ça cosse aviè 50 eûros. = … dèviè 50 €.

Cela coûte environ 50 €.

moment

Dji vêrè aviè 5 eûres. = … dèviè 5 eûres.

Je verrai vers 5 heures.

direction

Djè l’ a vèyu, qu’ i ‘nn’ aleûve après Nameur. = … su Nameur.

Je l’ai vu qui allait en direction de Namur.

situation

Il è-st-èvôye dimèrer après Nameur.

Il est parti habiter aux environs de Namur.

 

 

6) (F) en

 

è

waîtî è l’aîr

lèyî è gadje

regarder en l’air

laisser en gage

en

en famile

en bin ou en mau

en-z-èralant

en famille

en bien et en mal

en retournant

in

(di) timps-in timps

de temps en temps

à

à catchète

à l’ doûce

en cachette

en douce

di

di ç’ timps-là

di rawète

di doû

en ce temps-là

en surplus

en deuil

dins

dins tos lès cas

en tous cas

su

su on djoû

su l’ mér

su l’ reuwe

su l’ pension

en un jour

en mer

en rue

en pension

di

one pupe di têre

une pipe en terre

à + plin

à (/ au) plin mitan dè l’ vôye

à plin djoû

en plein milieu du chemin

en plein jour

 

 

Exemple d’auteur      

                       

« On nè l’ vèt jamaîs à plin djoû .» (Chapelle 1984, 4) (C)

 

Mais : à plomb d’dins = (F) (litt. à plomb) en plein dedans

 

 

7) (F) chez

 

(a)mon (, èmon)

Il èst todi èmon lès djins.

Il est toujours chez les gens.

(en général)

chèrvi amon lès djins (Haust 1933) (E)

être en service chez des particuliers

 

amon Piére

chez Pierre

 

Amon nos-ôtes, on vike bin.

Chez nous, on vit bien.

(ad)dé, d(i)lé + pronom pers.(non suivi de « -ôtes »)

addé mi, …, zèls

chez moi

è + adj. poss. +

« maujone »

è m’ maujone (è m’ mohone (E))

dans ma maison, chez moi

 

 

8) Les deux prépositions antonymes « dispûs » (« duspôy » (E)) (depuis) et « djusqu’à » (« disqu’à » (E)) ont comme  régime un qualificatif dans deux couples de groupements stéréotypés. (Remacle 1956, 291-2)

 

Ex :

duspôy tot p’tit

depuis tout petit, càd. depuis sa prime enfance

duspôy tot djône

depuis tout jeune, càd. depuis l’époque où il était jeune

dusqu’à bin grand

jusque bien grand, càd. jusqu’à son adolescence

dusqu’à bin vî

bien vieux, càd. jusqu’à un âge bien avancé

 

De même, avec le nom « èfant » sans article, « dispûs èfant » (depuis mon enfance).  Cette construction curieuse existe aussi en français de France, dans les parlers romands de Suisse, en italien aussi, et elle avait déjà un correspondant en latin : depuis tout petit, depuis tout enfant; depuis toute gosse; ital. da piccolo, da fanciulli; lat. a puero.

8.1 Prépositions principales

8.1.1 Liste

 

à (, aus)

lieu:    

Dji so-st-à Brussèle.

 

direction

Nos-alans à Lîdje.

 

situation

Is sont-st-à Brussèle.

 

 

Is d’mèrenut à Montegnè, à Moûse. (Ils habitent Montignies, sur la Sambre.)

 

Remarque

Dans le livre ‘Alfred Henry, « Notes sur l’histoire de Bouvignes » (Namur, 1888) se trouv un dessin avec comme légende: “Vue de la ville de Bovignes a la Meuse Comté de Namur”.

 

 

temps

I vêrè à chîj eûres.

 

moyen

I va à vwèture.

 

manière

Èle fumeûve à catchète. (… en cachette)

à faît : Dj’ in.me mia payî à faît. (… au fur et à mesure)

à passé méyenût

scrîre à l’ dictéye 

 

relation

on camion à deûs tch’vaus

aler au boutchî, au Cèfeû, au médecin… (… chez le …)

 

appartenance

     è scole aus fréres, è scole aus seûrs (à l’école des frères, _ des soeurs)

 è scole aus mamesèles (Fosse) (… des demoiselles (Fosses-la-Ville))

 

destination: (djusqu’)à

maujone à vinde, tchambe à louwer, bran.mint à fé 

(Djusqu’)à sèmedi !

(Djusqu’)à t’t-à-l’eûre !

(Djusqu’)à d’mwin ! (Djusqu’)à li p’tite dicauce !

(Djusqu’)à onk di cès quate !

Djusqu’à !

 

quantité

     ièsse à assez (être assez), ièsse à bran.mint (être beaucoup), ièsse à wêre (être peu)

Po s’ mârier, faut ièsse à deûs. (… être deux.)

addé (, dé, adlé, d(i)lé)

lieu:

 

((a)dré (Remacle 1956, 279) (E); d(è)lé (Balériaux, s.d., 45) (O); addé, adlé (Francard 1994) (S))

situation

I d’mère addé / dé l’ ri. (Il habite près de la rivière.)

I d’mère dilé /dé l’ èglîje. (Il habite près de l’église.)

Dj’ îrans passer lès-akes addé l’ notêre. (Nous irons passer les actes chez le notaire.) (Francard 1994) (S)

Mont addé Bastogne (Mont-lez-Bastogne)

 

direction

I ‘nn’ a ècouru addé s’ pa.(Il a couru auprès de son père.)

Vinoz dé mi, mi p’tit pouyon ! (Viens près de moi, mon petit poussin!)

Vunoz adré mi. (Venez près de moi.) (Remacle 1956, 280) (E)

Èlle èst rèvôye (a)dré s’ mame. (Elle est retournée chez sa mère.) (Remacle 1956, 280) (E)

à l’ adrwèt di

lieu: en face de

Li cinse è-st-à l’adrwèt dè l’ maujo. (La ferme est en face de la maison.)

afaîre di

(afêre du (Remacle 1956, 285) (E))

pour ce qui est de, quant à

Afêre di magni, i magne. (Pour ce qui est de manger, il mange.) (Remacle 1956, 285) (E) Afêre du çoula, dju n’ a nin sogne. (Quant à cela, je n’ai pas peur.) (id.)

Afaîre d’ on man.nèt bokèt d’ têre, èle hét sès vèins. (Elle hait ses voisins, à cause d’un méchant lopin de terre.) (Awenne) (id.) (S)

d’ afiléye (-êye (Francard 1994) (S))

postposition: temps / durée

deûs djoûs d’ afiléye (deux jours d’affilée)

quatre eûres d’ afilêye (quatre heures d’affilée) (Francard 1994) (S)

ami (arch.) (Haust 1933) (E)

au bout de (anc. fr. emmi < lat. in medio (au milieu de))

ami treûs djoûs (au bout de trois jours) 

ami on timps (au bout d’un temps, de temps en temps)

(a)mon (, èmon) (a-, è- (Haust 1933), (a)- (Remacle 1956, 279) (E); amon (Francard 1994) (S))

chez (de: a-maujone (mohone (E)) < lat. ad mansionem)

Il èst todi èmon lès djins. (Il est toujours chez les gens.)

chèrvi amon lès djins (être en service chez des particuliers) (Haust 1933) (E)

amon Piére (chez Pierre) (id.)

Amon nos-ôtes, on vike bin. (chez nous, on vit bien.) (id.)

lès scolîs d’ amonlès fréres (les élèves des frères) (Francard 1994) (S)

èn-amont du (Remacle 1956, 284) (E))

le long de (en montant)

èn-amont du  l’ vôye, dès prés (en montant le chemin, les prairies)

après

temps

Dji vêrè après cink eûres.

 

sauf une différence

Ça cosse dèviè dîs mile eûros, à l’après d’ on cint ou deûs. (Cela coûte 10.000 €, à cent ou deux près.)

 

lieu

 

 

situation: aux environs de

Èle dimère après Brussèle. (Elle habite …)

I d’morot après Lîdje. (Il habitait …) (Francard 1994) (S)

 

direction: vers, dans la direction de

Djè l’ a rèscontré qu’i ‘nn’ aleûve après Nameur.

(Je l’ai rencontré alors qu’il allait vers Namur.)

 

 

>  de là:

ènn awè après (en vouloir à)

ièsse mwaîs après (être fâché contre)

s’ agrancî après (avoir hâte d’avoir)

à l’ après di

au risque de

à l’ après d’ piède

d’ après

d’après, selon

D’ après li, c’ èst l’ vraî : il èst fayé ! (… il est malade!)

 

des environs de

I provint d’ après Chârlèrwè.

asto di (, -k di)

lieu:

 

 

près de

Si maujo è-st-asto dè l’ nosse. (Sa maison est près de la nôtre.)

 

contre

Aspouyîz-le asto do meur ! (Appuyez-le contre le mur !)

au

lieu

au bal

au mûséye

au tèyâte

au Pârlèmint

au Sénat

aussi (Grignard 1908, 480) (O)

avec

aussi sès bras à purète (avec ses bras demi-nus)

autoû di (åtoû di (Haust 1933), âtô(r) (deu) (Bastin 1909) (E); âtoû(r) du (Francard 1994) (S))

lieu

Li ç’mintiére è-st-autoû d’ l’ èglîje. (Le cimetière est autour de l’église.)

Gn-a one soris qu’ a stî autoû do pwin. (Une souris est allée autour du pain.)

 

temps

Il èsteûve autoû d’ doze eûres. (Il était environ midi.)

Èlle a åtoû d’ vint’ ans. (Elle a environ vingt ans.)

avau (-å (Haust 1933), -â (Remacle 1956, 279) (E); -â (Francard 1994) (S))

lieu : par ; à travers ; répandu dans; parmi

Il è-st-avau lès tchamps. (= I pièd l’ tièsse di fîve ou d’ folîye.) (litt. Il est à travers les champs: Il perd la tête à cause de la fièvre ou de la démence.)

pa t’t-avau (C); (pa) t’t-avau (O); -avâ (Francard 1994) (S))

à travers; partout dans / sur

aler pa t’t-avau tot (se lancer à travers tout)

I ‘nn’ a stauré pa t’t-avau tot. (Il en a répandu partout.)

I gn-è do foûr pa t’t-avâ la route. (Il y a du foin partout sur la route.)

(a)viè = dèviè (aviè, èviè, invî (Carlier 1985), (p’)invî  (Deprêtre-Nopère 1942) (O))

1 vers ; environ ; à peu près (+ temps)

Il a aviè trwès-ans.

Il èstin.n aviè on cint.

Il èsteut viè deûs-eûres di l’ après-non.ne. (Il était autour de 14 heures.)

aviè mèyenut (vers minuit) (Carlier 1985) (O)

Il èst d’ p’invî Sint-Vau. (Il est des environs de Saint-Vaast.) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

vè deûs-eûres (vers deux heures) (Remacle 1956, 280) (E)

 vè(r), duvè(r) (Remacle 1956, 279) (E), invès (Bastin 1909) (E))

cf dèviè

2 vers (+ autres cas)

Loukiz vèr mi.(Regardez vers moi.) (Remacle 1956, 280) (E))

Vos loukeroz vè l’ feû. (Vous veillerez au feu.) (id.)

ènn’ aler vè moûde, vè soy (s’en aller traire, faucher) (id.)

Èlle ènnè va vè tot-oute. (Elle s’en va vers tout le long, elle se préparait à marcher tout le long.) (id.)

avou (_, awou (Bastin 1909) (E))

accompagn.: avec

Vinoz avou nos. (Venez avec nous.)

 

moyen : avec ; dans

Nos mindjans avou one fortchète, mins lès Chinwès mindjenut avou dès baguètes ossi rade qui nos .

(Nous mangeons avec une fourchette, mais les Chinois mangent avec des baguettes aussi vite que nous.)

Dji bwè do lacia ossi bin avou on vêre qu’ avou one jate . (Je bois du lait aussi bien dans un verre que dans une tasse.)

 

rapport: à l’égard de ; à propos de

Èlle èst fèle avou li. (Elle est dure avec lui.)

I n’ faut nin ièsse trop fwèbe avou sès-èfants èt sès p’tits-èfants. (Il ne faut pas être trop faible avec ses enfants et ses petits-enfants.)

à cause di (- cåse di (Haust 1933), à câse du (Remacle 1956, 285) (E); à câse / cause di (S))

cause

Ci qu’ a arivé, c’ è-st-à cause di vos.

Mais: C’ èst cåse di vos qu’ dj’ a toumé. (C’est à cause de vous que je suis tombé.) (E)

conte (, èsconte di) (asconte, (dis)conte (Haust 1933), (dus)conte (du) (Remacle 1956, 279), deusconte (Bastin 1909)  (E); conte di (Balériaux, s.d., 46), (dè)sconte dè  (Bastin 1965) (O))

opposition

Li ci qu’ n’ èst nin avou mi èst conte mi. (Celui qui n’est pas avec moi est contre moi.)

N’alez nin (dis)conte sès-îdèyes. (Haust 1933) (E)

(dus)conte lu mur = conte do mur (contre le mur) (Remacle 1956, 280) (E)

conte di mi (Balériaux, s.d., 46) (O)

Dju n’ a rin conte lu. (Je n’ai rien contre lui.) (Francard 1994) (S)

au coron di (å _ di (Haust 1933) (E))

au bout de

Is n’ sont nin co au coron d’ leûs rûjes. (Ils ne sont pas encore au bout de leurs peines.)

å coron dè l’ rOe (au bout de la rue) (Haust 1933) (E)

Il èst â coron do l’ roye. (litt. Il est au bout de la ligne (de plantation). = Il est fini.) (Francard 1994) (S)

à coron di (Francard 1994) (S)

à court de

Dj’ èstéve à coron d’ crompîres. (J’étais à court de pommes de terre.)

à costé di

(… costè … (Balériaux, s.d., 45) (O)

lieu

I d’meûre à costé d’ l’ èglîje. (Il habite à côté de l’église.)

Il èst atèré à costé du s’ pére. (Francard 1994) (S)

 

comparaison

Ci n’ èst rin à costé dès Kurdes.

C’ è-st-on fwart ome, à costé d’ mi. (Francard 1994) (S)

do costé di

lieu: du côté de, dans les environs de

 

 

situation

I d’mère do costé d’ Nameur.

 

direction

Il è r’va do costé d’ Bastogne. (Il retourne du côté de Bastogne.)

di l’ ôte costé di

lieu

di l’ ôte costé d’ Moûse

å cêr di (Verviers) (Haust 1933) (E)

au bout de (< lat. cornu (coin, angle))

å Cêr dè corti (au bout du jardin)

d(i)

1 compl. détermin. à valeur adj.

li dîj di cârau, li valèt d’ pike

Li fis di s’fré è-st-è scole à Lovin.

 

2 provenance 

on-ome di Nameur, li cinsî d’ Lîbène

on djouweû (d’ football) d’ pachis (litt. un joueur de verger : un mauvais joueur)

> dè (dè, du (E))

1 / 2: + art.déf. « l’ » + nom f.sg. commençant par une consonne

au bwârd dè l’ vôye (au bord du chemin)

on-ome dè l’ vile

 

3 matière    

on bâre di fiêr, on colé d’ pièles (un collier de perles), one djambe di bwès, on pârdèssus d’ sapin (= on vacha (un cercueil))

on rond d’ ôr (= one bague)

 

4 cause

D’ angouche, èlle aveûve couru èvôye à pîds d’tchaus ! (Angoissée, elle s’était enfuie pieds nus.)

 

5 manière

dè l’ sitofe di deûs dobes (de l’étoffe doublée)

Roter d’ crèsse, come on tchin qu’ a stî pité. (marcher de guingois, comme un chien qui a reçu un coup de pied)

Li câde èst d’ kigne ; li crampon n’ èst nin au mitan. (Le cadre est de travers; le crampon n’est pas au milieu.)

Dji n’ lî d’mande pus rin : ci qu’ èle ni faît nin d’ truviès, èle li faît au r’viêrs ! (Je ne lui demande plus rien: ce qu’elle ne fait pas de travers, elle le fait à l’envers !)

 

6 signification:

 

 

a entre deux noms

li viladje di Maujo (le village de Maison(-Saint-Gérard))

 

b après certains verbes

si dispêtchî d’ fé one saqwè (se dépêche de faire quelque chose)

sayî d’ fé one saqwè (essayer …)

rovyî d’ fé one saqwè (oublier …)

da

appartenance: à ; de ; appartenant à

Ci n’ èst nin da mi, c’ èst da m’ fré. (Ce n’est pas à moi, c’est à mon frère.)

C’ èst da oun-ôte quu mi. (C’est à un autre que moi.) (Francard 1994) (S).

dés’ (Remacle 1956, 281; dés, dês (+ voy. /-z/) (E)

dès

dés’ dumin /s/ (dès demain)

dés-oûy /z/ (dès aujourd’hui)

dèviè  = aviè (d(i)vès, vès (Haust 1933), duvè(r) (Remacle 1956, 280) (E);

vers (lieu) :

Il è-st-èvôye divès l’ martchî. (Il est parti du côté du marché.) (Haust 1933) (E)

duvè nos-ôtes (de notre côté, dans notre région) (Remacle 1956, 280) (E)

dèviè (Bastin 1965) (O)) cf aviè

vers  (temps):            

 

 

1 durée

Li pîce dure dèviè trwès quârts d’eûre.

 

2 ponctuel

Dji vêrè dèviè deûs-eûres.

Dji v’s-îrè vèy divès lès doze eûres. (J’irai vous voir vers midi.) (Haust 1933) (E)

(en) dèwoûrs(Bastin 1965) (O)

hors de

« Woûrs dès rays » (titre d’un CD)

au d’bout di

au bout de; à bout de

 

pa-d’là (po- (Remacle 1956, 285) (E))

au delà de, par delà

po-d’là l’ bwès (par delà le bois) (Remacle 1956, 286) (E)

â d’là (Remacle 1956, 286) (E)

au delà de, par delà

â d’là l’ êwe (au delà du cours d’eau)

pa-d’lé (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

vers, aux environs

I d’meûre pa-d’lé l’ bos. (Il habite aux environs du bois. (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

I vînt d’ pa-d’lé ‘l Louviére. (Il vient des environs de La Louvière.) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

dins

     lieu

dins l’ hôtél

au d’dins di (à dvins du (Remacle 1956, 284) (E))

au dedans de

 

d(is)pûs (, -eûy,  -ôy; peûy) (d(is)pôy (Haust 1933), duspôy, d(u)pô (Remacle 1956, 281), duspô(y), dèspô(y)  (Royal Club Wallon, 1997, 48) (E); dispûs, dèspûs (Carlier 1985), dèspu  (Grignard 1908, 480) (O); d(u)pû, dispôy (Francard 1994) (S))

     depuis (+ temps / espace)

I ploût dispûs non.ne. (Il pleut depuis midi.)

Dji n’ l’ a pus r’vèyou dispôy. (Je ne l’ai plus revu depuis.) (Haust 193) (E)

C’ èst dèspûs adon qu’ il èst fayé. (C’est depuis lors qu’il est malade.) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

I gn-avot dès djins d’pû la copète do l’ pavêye. (I y avait des gens depuis le sommet de la “Pavée” (nom de la Grand-Rue à Bastogne) (Francard 1994) (S)

 

 

d(i)vant (d(è)-, d(i)- (O))

avant (temps)

divant l’ soper

divant lès-eûréyes ((heures de) repas)

Divant l’ atake, on l’zeû aveûve distribuwé do schnaps’. (Avant l’attaque, on leur avait distribué du chnaps.)

au d’vant di (à d’vant du (Remacle 1956, 284) (E))

à l’avant de

 

pa-d’vant

(C, O, S; (po-) (E))

devant

pa-d’vant l’ potau

pa-d’vant lu (devantlui) (Francard 1994) (S)

 

à d’vèr (, (è) d’vèr, èvèr) (Haust 1933) (â d’vêrs du (Remacle 1956, 285)) (E)

en comparaison de

Come on s’ amûse oûy à d’vèr nosse djon.ne timps! (Comme on s’amuse maintenant en comparaison de notre jeune temps !) (Haust 1933) (E)

d(i)zeû (-r (Haust 1933), d(u)zeû (Remacle 1956, 279) (E))

 

 

pa-d’zeû

(C, O; (po-)d’zeûr (E)); -r (Deprêtre-Nopère 1942) (O); -r (Francard 1994) (S))

au-dessus de

pa-d’zeû l’ ârmwêre

Èl pont passe pa-d’zeûr èl riviére. (Le pont passe au-dessus de la rivière.) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

 

 

au d’zeû di (å d’zeûr di (E); 

lieu

Li vâse è-st-au d’zeû dè l’ drèsse. (Le vase est au dessus de l’armoire (basse).)

â d’zeûr du (Francard 1994) (S))

quantité

I flamedjîye au d’zeû do mârtchi. (Il parle ‘flamand’ (litt. par dessus le marché) en plus.)

à d’zos du (Remacle 1956, 284) (E)

au bas de

 

pa-d’zos

(C, S; (po-) (E); -ous (Deprêtre-Nopère 1942) (O))

en dessous de

pa-d’zos l’ tauve

pa-d’zous l’ toût (en dessous du toit) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

 

djondant (C; _  di (Haust 1933), _ du (Remacle 1956, 283) (E))

en bordure, près de, à côté de  (de lieu) 

Li pature djondant l’ ri, c’ èst da nos. (La pâture près du ruisseau nous appartient.)

Il a d’manou l’ mohone djondant dè l’ meune. (Il a habité la maison près de la mienne.) (Haust 1933) (E)

djondant d’ mi  (à côté de moi) (Remacle 1956, 283) (E)

djondant do manèdje (à côté de la maison) (id.)

djus di (_ dè (Bastin 1965) (O))

     lieu: hors de; à bas de

djus d’ song (exsangue)

(d)jusqu’à (, j’quà)

jusqu’à ; jusque

 

(disqui + chal / là, disqu’à + chal / là / etc. (Haust 1933), dusqu’à (Remacle 1956, 281), d(j)usqu’à, dèsqu’à (Royal Club Wallon, 1997, 48)  (E);

lieu

Djè l’ a sû djusqu’à Brussèle.

I d’mère djusqu’au Sint-Biètrumé. (Il reste jusqu’à la St-Barthélemy.)

ènn’ awè j’qu’à pa-d’zeû l’ tièsse (en avoir par-dessus la tête)

Disqu’à on djoû! (litt. Jusqu’à un jour !: Au revoir!) (Haust 1933) (E)

I d-a djusqu’au d’zeûr dè s’ tièsse. (Il en a jusqu’au dessus de la tête.) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

djus(dè)quà, squ’à (Bastin 1965) (O); jusqu’à et (j’)qu’à (+ ci/là) (Francard 1994) (S))

temps

djusqu’à l’ Novèl An

djusqu’à li p’tite dicauce (jusqu’à la petite kermesse)

Dj’ ons wayi jusqu’à mînut’. (Nous avons veillé jusque minuit.) (Francard 1994) (S)

 

sens adverbial : même

Dusqu’à Djôsèf qu’ èsteut v’ni! (Jusqu’à Joseph qui était venu!) (Remacle 1956, 281) (E)

Il aveût dusqu’à dès vatches. (Il avait même des vaches.) = Il aveût dès vatches, dusqu’à. (id.)

drî

derrière: cf pa-drî

drî l’ tâve (derrière la table) (Remacle 1956, 280) (E)

drî l’ mâhon (derrière la maison) (id.)

à drî du (Remacle 1956, 284) (E))

au bout de, au fond de

â drî du l’ boke (au fond de la bouche)

I n’ vinrè nin â drî du si-ovrèdje. (Il n’arrivera pas au bout de son ouvrage.)

à drî do courti (au fond du jardin)

pa-drî

(C, O; po- (E); po(u)- (Francard 1994), pa- (Twiesselman 1994 (S))

derrière

Li gâradje èst pa-drî l’ maujone.

Loukîz po-drî l’ ouh! (Regardez derrière la porte.) (E)

 

 

è  

+ l’ + [(adj.+) nom f.sg.],

[ ] commençant par 1 voy. ou 1 cons., ou 2 cons. (cons. + l / r ou dj ou tch)

è l’ ârmwêre

è l’ cauve 

è l’ closêre; è l’ grègne; è l’ djaube; è l’ tchambe

è l’ pitite sâle 

è l’ djon.ne foûréye;  è l’ grande sicole 

 

+ li + nom f. commençant par plusieurs autres cons.

On évite généralement cette façon en ajoutant une voy. d’appui.

è li r’mîse ; è li scole di Spî ; è li strwète reuwe (dans la rue étroite)

è li p’tite sâle

Ex : « è l’ sipècheû », plutôt que « è li spècheû » (dans l’obscurité)

èmé  (èmé, èmèy (Haust 1933), èmé (Remacle 1956, 281) (E))

au milieu de (anc. fr. emmi < lat. in medio (au milieu de))

èmé l’ awous’ (Haust 1933) (E)

èmé lès tchamps (Remacle 1956, 281) (E)

èmé l’ tchambe (id.)

Il èst todi èmé lès vôyes. (Il est toujours dans le  chemin.) (id.)

èri di (èrî du (Remacle 1956, 283) (E))

loin de

 

ètur

cf inte

 

en face di     

lieu

en face do botike

difaute di = faute di (fâte du (Remacle 1956, 285) (E))

faute de   

Difaute di place, on l’ a lèyî o colidôr. (Faute de place, on l’a laissé dans le corridor.)

å (d’)fêt (di) (Haust 1933) (â fêt du = à d’fêt du (Remacle 1956, 285)) (E)

à propos de

â fêt d’ nos-ôtes (à propos de nous, à notre sujet) (Remacle 1956, 285) (E)

â fêt du l’ guêre (au sujet de la guerre) (id.)

foû di 

hors de

 

 

sans: « di » + article

dimèrer foû dè l’ vile

sètchi foû d’ l’ êwe (tirer (hors) de l’eau (Remacle 1956, 279) (E)

èsse foû plèce (être sans emploi) (id., 280)

èsse foû vôye (être hors chemin, càd. à l’écart) (id.)

su mète foû min (se mettre hors main, càd. à droite (d’un cheval, …) (id.)

au d’foû di (â _ (Remacle 1956, 285) (E))

au dehors de

 

à fwace di (à fwèce di (E); à fwace du (Francard 1994) (S))

moyen

À fwace di rèpèter, i crwèt sès mintes. (A force de répéter, il croit ses mensonges.)

À fwace du lî dîre, i comprindrè. (A force de lire, il comprendra.) (Francard 1994) (S)

in (Legros, 1960-61, 5-6) (E), Grignard 1908, 480) (O)

dans

À l’ Sint-Lorint, lu feû â sârt èt l’ foûre in. (le foin rentré). (Legros 1960-61, 5)

Moussî yin èt foû; aler in, intrer in, cori in, ramoussi in. (Malmedy-Vielsalm) (Legros 1960-61, 6)

moussi /z/-y-in (entrez), lî rider yin: laisser glisser dedans (id.)

inte (/ ètur)

(inte (Haust 1933), _ du (Remacle 1956, 283) (E); inte, intèr, intrè (Grignard 1908) (O); inte, intèr (Francard 1994) (S))

entre

inte mi èt lèye       

inte lès deûs (Remacle 1956, 281) (E)

inte lès côps (entre les coups, càd. dans les intervalles) (id.)

bin lon di (_ (quu) du (Remacle 1956, 285) (E))

bien loin de

Is sont co bin lon d’ rèyussi. (Ils sont encore bien loin de réussir.)

Bin lon qu’ d’ èsse pus djintis, a bè, c’ èst co pés. (Bien loin d’être plus gentils, eh bien, c’est encore pis.) (Remacle 1956, 285) (E)

bin lon quu d’ haper (bien loin de guérir) (id.)

au long (å _ (E), â _ (Francard 1994) (S))

postposition: temps / durée

dès djoûs au long (des jours durant)

â long du  djoûr (dans le courant de la journée), â long d’ l’ an.né (dans le courant de l’année) (Remacle 1956, 284) (E)

Dju l’ ê rawârdé oun-an â long. (Je l’ai attendu pendant un an.) (Francard 1994) (S)

dè long di (Haust 1933) (E)

le long de

roter (tot) dè long d’ l’ êwe (marcher le long de l’eau)

li long di (lu _ du (Remacle 1956, 284) (E)); t’-au long dè, tout l’ long dè (Bastin 1965) (O))

le long de

 

li long do ri (le long du  ruisseau)

Vos ‘nn’ îroz l’ long du d’zos. (Vous vous en irez le long de dessous, càd. vous longerez le bas.) (Remacle 1956, 284) (E)

au-d-dilong di

lieu

Is s’ pormwin.nin.n au-d-dilong d’ l’ êwe. (Ils se promenaient le long de l’eau.)

à l’ dilongue di (Haust 1933) (E)

le long de

à l’ dilongue dè l’ håye (le long de la haie)

maniére di (manîre du (Remacle 1956, 285) (E))

histoire de

On causeut do timps qu’ i fieut, maniére di dîre one saqwè. (On parlait du temps qu’il faisait, histoire de dire quelque chose.)

Dju tinrans co quékès bièsses, manîre du n’ su nin trover d’on côp avou rin. (Nous tiendrons encore quelques bêtes, histoire de ne pas nous trouver d’un coup avec rien. (Remacle 1956, 285) (E)

maugré (C; -é, -è (O); må-, mâ- (E); mâ- (Francard 1994) (S))

malgré

I véra maugè li èt sès dints. (Il viendra malgré lui et ses dents.) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

Mâgré l’ timps qu’ i fêt, dj’ îrans â bwas. (Malgré le temps qu’il fait, nous irons au bois.) (Francard 1994) (S)

au mitan di (è / å mitan di (Haust 1933) (E); â mîtan du (Francard 1994) (S))

lieu

Dji n’ vôreûve nin d’mèrer au mitan d’ on bwès. (Je ne voudrais pas habiter au milieu d’un bois.)

è / å mitan dè l’ vôye (Haust 1933) (E)

Is d’morant â mîtan do l’ vèye. (Ils habitent au milieu de la ville.) (Francard 1994) (S)

 

temps

‘Là qu’ au mitan di s’ prêtchemint, i s’ ècruke ! (Voilà qu’au milieu de son sermon, il avale de travers!)

au momint di (å moumint di (E); au mo(u)- dè (O);   â momint du (Francard 1994) (S))

temps

Au momint d’ è raler, is n’ avin.n nin co tchanté. (Au moment de retourner, ils n’avaient pas encore chanté.)

Jusse â momint d’ ann’ aler, vo-le-là qu’ arive! (Juste u moment de s’en aller, le voilà qui arrive!) (Francard 1994) (S)

oute di (, iute di)  (oute di (Haust 1933) (E); oute dè Deprêtre-Nopère 1942), (w)oute dou (Carlier 1991) (O); oûte du (Francard 1994) (S))

au-delà de

iute do bwès

On veût oute dè crustal. (On voit à travers le cristal.) (Haust 1933) (E)

oute di çoula (outre cela) (id.)

passer oute dè s’ méson (aller plus loin que sa maison) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

L’ obus’ a passè tout-oute dou mur. (L’obus a traversé le mur.) (Carlier 1991) (O)

oûte do bî (au-delà du bief) (Francard 1994) (S)

Il è passé oûte du mi. (id.)

pa (po (E))

par

C’ èst pa li qui dj’ sé ça.

du pâ (Remacle 1956, 286) (E)

de par

 

passé

passé:

 

 

1 plus de

Il a moru passé lès nonante ans. (Il est mort à plus de 90 ans.)

Gn-a passé on-an. (Il y a plus d’un an.) (Remacle 1956, 282) (E)

Il a ruveni à passé deûs-eûres. (Il est revenu à 2 heures passées, càd. plus tard que 2 heures.)

I l’ a vindou passé deûs mèye (ou deûs mèye passé). (Il l’a vendu plus de deux mille (euros).)

le rencontrâmes.)

 

2 au-delà de, après

passé l’ èglîje (après l’église)

Dju l’ a rèscontré on pô passé vosse mâhon. (Je l’ai rencontré un peu passé votre maison, càd. un peu plus loin que chez vous.)

Passé l’ pont, nos l’ rèscontrins. (Après le pont, nous le rencontrâmes.) (Remacle 1956, 282) (E)

à paurt (-å-, -â-  (E); -â- (Bastin 1965) (O); -â- (Francard 1994) (S))

à part, sauf, exceté, hormis

Qu’ èst-ce qu’ èsteut au soper à paurt vosse famile? (Qui était au souper à part ta famille?)

à paurti di (-å– (Haust 1933) (E))

à partir de

Li botike sèrè douvièt à paurti di d’mwin. (Le magasin sera ouvert à partir de demain.)

à / è l’ place di (è l’ plèce di (E); à … (Balériaux, s.d., 45) (O); à l’ plèce du (Francard 1994) (S))

lieu: au lieu de, à l’endroit occupé par

À l’ place di l’ârmwêre, nos mètrans l’ tèlèvision. (Au lieu de l’armoire, nous mettrons la télévision.)

È l’ plèce di studî, i djOe. (Au lieu d’étudier, il joue.) (Haust 1933) (E)

À l’ place di sèy voci, il èst co voye. (Au lieu d’être ici, il est encore parti.) (Francard 1994) (S)

po (pou (O); po (Francard 1994), pou (Twiesselman 1994) (S)

pour

po tot l’ monde              

Il è payî pou un-n-aute. (Il a payé pour un autre.) (Twiesselman 1994) (S)

 

à propôs di

à propos de, concernant (= po ç’ qu’ èst di)

à propôs d’ nosse voyadje (à propos de notre voyage)

â / à pus quu (Remacle 1956, 286) (E))

excepté, sauf

lu dièrin â pus qu’ onk (le dernier sauf un, càd. l’avant-dernier) (Remacle 1956, 286) (E)

Il èstint tos èvôye ; pus qu’ lu. (Ils étaient tous partis sauf lui.)

On l’ a loumé d’ tos lès noms dès tchins à pus qu’  Fidéle. (On l’a appelé de tous les noms des chiens sauf Fidèle, càd. on l’a traité des noms les plus injurieux.)

quèstion di (_ du (Remacle 1956, 285) (E))

pour ce qui est de, quant à

Quèstion d’ ça, c’ è-st-one ôte afaîre. (Quant à cela, c’est une autre affaire.)

Quèstion d’ ovrer, çoulà, i sét ovrer. (Pour ce qui est de travailler, ça, il sait travailler.) (Remacle 1956, 285) (E)

à rés’ di (à / â rés’ du  (Remacle 1956, 285) (E))

au ras de

à rés’ do meur (à ras du mur), di têre (au ras du sol)

On sèrè à rés’ d’ là qu’ on-z-èst. (On saura au ras d’où l’on est, càd. on saura où l’on en est.) (Remacle 1956, 285) (E)

â rèspèt du (Bastin 1909, 387)

à cause de

 

au r’gârd di (au r’gârd dè (Carlier 1985) (O))

comparaison

Nos n’ avans rin vèyu au r’gârd dès cis qu’ ont sti dins dès camps d’ concintrâcion. (Nous n’avons rien vu comparé à ceux qui sont allés dans des camps de concentration.)

au r’gârd dè mi (comparé à moi) (Carlier 1985) (O)

s’ apinse à (Balériaux, s.d., 45) (O)

selon

s’ apinse à li (selon lui) (Carlier 1985) (O)

sâf ((Remacle 1956, 282), -å- (Haust 1933)  (E); -â- (Francard 1994) (S))

 

Is ruvenint tos, sâf vosse papa. (Ils revinrent tous, sauf votre père.) (Remacle 1956, 282) (E)

sins (_, sans (Bastin 1965, 80) (O))

sans

sins nos

du sogne du (Remacle 1956, 285) (E)

de crainte de

 

solon (, sè-) (sè(r)-, sor- (Haust 1933), solon (Remacle 1956, 282) (E); seu- (Francard 1994) (S)) (rare)

selon (= d’ après)

Fåt vike sèlon s’ boûsse. (Il faut vivre suivant sa bourse.) (Haust 1933) (E)

I fât ovrer solon sès fwèces. (Il faut travailler selon ses forces.) (Remacle 1956, 282) (E)

su

(C, O, S; so (E))

sur

su tos lès twèts (sur tous les toits)

fèri so ‘ne èglome (frapper sur une enclume) (Haust 1933) (E)

Il èst su l’ lît. (Il est alité.) (Francard 1994) (S)

sûvant

(C, E; chû- (Bastin 1965, 80), sî- (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

suivant

Sûvant s’ soû, i n’ aureut rin pris. (Suivant sa soeur, il n’aurait rien pris.)

ovrer sûvant sès fwèces (travailler suivant ses forces) (Haust 1933) (E)

tant qu’à

quant à

Dju n’ l’ a mây vèyou, tant qu’ por mi (= tant qu’à mi). (Je ne l’ai jamais vu, quant à moi (pour ma part).) (Remacle 1956, 286) (E)

tant qu’asteûre (maintenant du moins) (id.)

(do) timps di (timps du (Remacle 1956, 285) (E); temps dou / dè l’ (Bastin 1965) (O))

pendant

do timps dè l’ guêre ou timps dè l’ guêre

au-d-triviès di

lieu:

 

(å- (Haust 1933), à triviêrs

en traversant

Is rintrin.n leû foûr au-d-triviès do vèvî. (Ils rentraient leur foin en traversant l’étang.)

du (Remacle 1956, 284)  (E); _ dè (Bastin 1965), au triviès (Balériaux, s.d., 45) (O))

en perçant

Fioz passer l’ fil au-d-triviès do meur.(Faites passer le fil en perçant le mur.)

 

en heurtant

Dj’ a stî au-d-triviès do saya. (J’ai heurté le seau enpassant.)

 

sans discernement

I va au-d-triviès d’ tot.(Il va à travers tout sans réfléchir.)

à l’ valéye di

lieu

 

 (-êye (Haust 933), (èn-)à l’ valé (Remacle 1956, 284) (E);  _ dè (Bastin 1965) (O); (Francard 1994) (S))

situation

I nos ratindeûve à l’ valéye do cripèt. (Il nous attendait en bas de la côte.)

(èn-)à l’ valé du l’ monté, do pré, d’ l’âbe (du haut en bas de l’escalier, de la prairie, de l’arbre) (Remacle 1956, 284) (E))

 

direction

Èlle a tchèyu à l’ valéye dès montéyes. (Elle est tombée du haut de l’escalier.)

Il a toumé à l’ valêye dè teût. (Il est tombé du toit.) (Haust 1933) (E)

 

Exemples d’auteurs                           

 

à

 

1 direction

 

« En 1916, dj’ a stî dèporté à Kassel avou l’ pus vîy di mès frés .» (Collet 1984, 2) (C)

« Dj’ aî stî à scole à Florènes, èt pwîs à l’U.T. à Châlèrwè .» (Cougnon 1985, 2) (O)

« One djaube qu’ on tchèdje à tchaur ; roselante co bin .» (Laloux 1969, 86) (C)

2 situation

 

« Tos lès sints sôrtint d’ l’ èglîje, pwartès à spales inte lès maîys plantès dès deûs costès do l’ vôye .» (Houziaux 1964, 44) (C)

« Ovrî d’ mèstî travayant todi dins zouf, mi pa fièt s’ djârdin èt il avèt one mèseure di canadas à campagne .» (Gillain 1927, 44-45) (C)

« Saquants-ans après, dji m’ rivè, abiyî tot nwâr, vêlà, à l’ copète, à costé di m’ pa, l’èglîje plin.ne di djins .» (Gillain 1927, 58) (C)

« Nos frans come à Brussèle, nos laîrans ploûre ! » (= nos n’ saurin.n rin fé à ça !)  (ratoûrnéye / expression)

« Au d’ triviès d’ l’ aye, èlle a oyu causè au vèjin (= èmon l’ vèjin) do P’tit Bêrt .»  (Laloux 1969, 52) (C)

3 temps

 

« Adon, i faît nwâr à quatre eûres, on sope pus timpe èt à sèt’ eûres, tot l’ monde è-st-au posse po chîjeler .» (Gillain 1927, 76) (C)

« Li nêt tchaîr rade à ç’ saîson-là ;… » (Gillain 1927, 45) (C)

« Èt ç’ sâcrè notaîre-là qui n’ vint qu’ à l’anêti, à vwèture .» (Laloux 1969, 177) (C)

« Ça n’ vint nin à deûs djoûs, savoz, Tâve ! » (Awoust 1984, 8) (C)

« À chake eûréye, come one ôrlodje, i grigneut è s’ bêce, i gninwieut .» (Laloux 1969, 7) (C)

« On tot p’tit rond vinte qu’ i stritcheut, deûs fèsses totes ratchutchuwes qu’ i d’brèneut à timps à eûres .» (Laloux 1969, 7) (C)

4 moyen 

 

« Èt ç’ sâcré notaîre-là qui n’ vint qu’ à l’anêti, à vwèture ! » (Laloux 1969, 177) (C)

« On cause… dès Crwèsâdes (leûs-« aïeux » î ont stî à tch’vau, mins nos ratayons, n’ èst-ce nin à pîds qu’ ‘l ont arivé lauvau ?.. » (Gillain 1932, 91) (C)

5 manière

 

« Pupont d’ gos’ po sès-afêres ; i sondjèt tot l’ timps à s’ feume èt i brèyèt tos lès djoûs à catchète .» (Gillain 1927, 87) (C)

« Li nîve, fine blanke di d’ tot près, bleuwichait à tatches èt r’glati : … » (Laloux 1969, 40) (C)

« Lès cinsîs s’ avint moussî à dîmègne .» (Laloux 1969, 148) (C)

« Èt on-z-a tchèrdjî l’ vacha su on camion à deûs tch’vaus .» (Laloux 1969, 149) (C)

« L’ amistè d’ leû moman lès r’mosture aus pus bèles .» (Houziaux 1952, 42) (C)

« En-z-î r’tûzant asteûre, i soûwe cor à grossès grotes .» (Laloux 1969, 65) (C)

« … li comére, à bachète èt sès brès r’trossîs, arèdjeut sès pougns o l’ pausse : po lès cougnous, i n’ faut nin awè peû do prusti deur .» (Laloux 1987b, 191) (C)

« Èt monseû l’ Curè èt Ma Sœur, di d’ pa-d’zeûs l’ uréye do l’ pîsinte, ènn alint pate à pate avou l’ mon.nî ; po l’ veûy ricassî pa Sint-Piêre .» (Laloux 1969, 27) (C)

« Dj’ a rotè one vièspréye au long à grandès-ascauchîyes .» (Henin 1974, 221) (C)

« Do bon timps à make, dès djoûs au long, si li spot dit l’ vraî .» (Laloux 1969, 134)

« Dji m’ sintè à dèfaut : mès parints n’ m’ aurint jamaîs lèyî alè si lon tot seû »,

   (Henin 1974, 232) (C)

« Is s’ fyint doûdoûce è ratindant è s’ tchofetè à l’ tachelète .» (Laloux 1974, 15) (C)

« Aviè méyenêt, Miyin aveut stî fè r’lèvè l’ Crolè po-z-alè qwêre Céline … ca c’ èst lèye qu’ apwate lès-èfants avaur-ci .» (Laloux 1969, 7) (C)

« Mins alans todi à faît ! Li ci qui vikerè vièrè, s’apinse li djin qu’aveut mètu covè s’ tchèt .» (Laloux 1987b, 199) (C)

« Nos-ôtes, lès vîs tchènus à pèléyès makètes .» (Petrez 1952, 42) (C)

« Avou dès totès finès lignes à dintèle, one idéye pus nwâre qui l’ rèsse, qui s’ cotapenut en toûrnant autoû… » (Laloux 1969, 66-67) (C)

« Quand i vèt on-in.nemi, il arète, rissatche si tièsse èt sès pates, si rôle à bole èt fé l’ mwârt .» (Chapelle 1984, 14) (C)

« Lès singlés vikenut à famile, pwîs à binde .» (Chapelle 1984, 15) (C)

« …èt l’ plantche qui r’cît lès côps d’ maurtê èst tote bîléye ou vièrmoloye èt coûrt li risse di toumer à bokèts .» (Verdin 1912, 16) (C)

« Dizos l’ Aviêrje, dès djon.nès coméres, moussîyes di blankès cotes à dintèle, purdint l’ tchèdje à toûr .» (Houziaux 1964, 44-45) (C)

« Tantia, ça aveut toûrnè à brouwèt d’ tchitches .» (Laloux 1974, 162) (C)

6 relation

 

« Sauclé, rasè, rauyî aus cruwaus .» (Laloux 1969, 126) (C)

« Dji m’ sovin bin d’ one anéye qui nn’ avins plantè aus canadas. » (Laloux 1969, 95) (C)

« On coud aus grusales .» (Laloux 1971b, 174) (C)

« … ; on t’ vêrè d’ abôrd ukè d’ au vèjin po rintrè aus balots .» (Laloux 1971b, 174) (C)

« Tot-à-l’eûre, quand mèsse sèrè faîte, dji coûrrans avou zèls rascoude aus-ous .» (Henin 1974, 223) (C)

« Dji m’ fou d’ ça, mi, lî r’clape-t-èle, li ci qu’ ènn a n’ sint nin l’ mau do ci qu’ è-st-à l’après d’ on franc .» (Laloux 1987b, 196) (C)

« Dji so bin tcheû à feume, vèyoz ! » (Gillain 1932, 75) (C)

« Come bran.mint dès coméres mau tchètuwes à ome, èlle aureut co pris ça autoû d’ lèye… » (Laloux 1969, 57) (C)

7 appartenance

« È scole au maîsse » (aussi relation) (Houziaux 1964, 53) (C)

8 destination 

 

« À l’ adrwèt d’ one banke, i gn-a one barake à frites .» (Viroux 1984b, 12) (C)

« Asteûre, quand dj’ è r’va vêlà à pèlèrinadje, i m’ sonle qui ç’ n’ èst pus qu’ one gritchète… » (Henin 1974, 232) (C)

« À deûs on-z-èst pus coradjeûs ; / À trwès ça va bran.mint pus rade… / On faît co d’ pus d’ ovradje à  quate .» (Arte 1983, 10) (C)

 

 

après

« Après l’ Ramu èt Fine, Nonîye a co ratûsè à ç’ti-ci ou ç’ti-lale d’ après nos .» (Laloux 1974, 152) (C)

au-d-dilong di

 

« Is tchampîyenut truviès l’ pachis, / Au-d-dilong d’ on paujêre vèvî .» (Bossart s.d., 45) (O)

au-d-triviès di

« Au d’ triviès d’ l’ aye, èlle a oyu causè au vèjin do P’tit Bêrt. » (Laloux 1969, 68) (C)

au long

 

« Dès samwin.nes au long, Twin.ne n’a pupont faît d’ bin .» (Laloux 1969, 39) (C)

« Do bon timps à make, dès djoûs au long, si li spot di l’ vraî .» (Laloux 1969, 137) (C)

« … èt dès cayaus qui bèrôlint pa tos costés dès mwès au long quand on l’ aveûve rikèrdjî .» (Gillain 1932, 44) (C)

autoû di

« Lès griles d’ autoû l’ grande èglîje .» (Laloux 1974, 160) (C)

avau

 

« Èt portant, djè l’ riveu co si bin, qu’ i clèpeut avau lès rouwales di Dorène .» (Laloux 1969, 11) (C)

« Nin one âme avau lès vôyes .» (Laloux 1969, 130) (C)

aviè

 

« Aviè méyenêt, Miyin aveut stî fè r’lèvè l’ Crolè po-z-alè qwêre à tchèrète Céline di Baye,… » (Laloux 1969, 7) (C)

avou

 

« Vén avou mi, ti vikeras ! » (chanson) (O)

« Èt dispôy qui li P’tit Bêrt lî conte avou sès-ovradjes, èlle èst quausu grandiveûse qui l’ djon.me ome faît après lèye tote seûle .» (Laloux 1969, 77) (C)

da

 

« … dès nwârès tchausses di lin.ne, qui brikint foû d’zos l’ blanke aube… come deûs-orèyes da on lîve è Cète .» (Laloux 1969, 145) (C)

d’ afiléye

 

« Trwès-ans d’ afiléye, Josèf aveut stî preumî au dègré supèrieûr èt il aveut doze ans èt d’méy, il èsteut timps do sondji à ç’ qu’ il aleut fè .» (Houziaux 1964, 155) (C)

d’ asto

 

« Djè m’ vè vûdî leûs rèspèlots / Qui sont rimplis à l’ fine oupète / … èt djè tûseraî dès-eûres d’ asto .» (Dimanche s.d., 62) (O)

« Èt ratûsè, l’ Bêrt, ratûsè dès-eûres d’ asto .» (Laloux 1969, 69) (C)

di

 

1 complément déterm. à valeur adjective

« Arivé su l’place di l’èglîje, dj’avise in gamin qu’ avèt l’ aîr rèwèyî .» (Mathieu 1982, 4) (O)

« Pwîs gn-a ieû l’ fis d’ in mon.onke di m’ feume qu’ a paurti sôdârt .» (Mathieu 1982, 2) (O)

2 provenance

 

« Li mon.nî d’ è Bautche è paradis .» (Laloux 1969, 26) (C)

« Miyin aveut stî fè r’lèvè l’ Crolè po-z-alè qwêre è tchèrète Céline di Baye, li sèdje-same, ça c’èst lèye qu’apwate lès-èfants avaurci .» (Laloux 1969, 7) (C)

> dè + l-

 

« Enfin, à in toûrnant dè l’ vôye, catchî pa saquants-âbes tout twârdus, dj’ aporçû in p’tit pont avou sès pîres di  taye toutes discârbotéyes, èt d’ssus l’ parapète in vîy ome, achîd avou sès coûtirons su sès gngnos, èt qui sèreûve si tièsse ètur sès mwins .» (Mathieu 1982, 3) (O)

3 matière

 

« Èt l’ sèmedi à l’ nêt, Jules Dènis sôrte dè l’ fwadje avou one grande baguète di fiêr tote rodje po fé bouchî lès tchambes… C’ èst l’ dicauce dimwin ! » (Gillain 1932, 13) (C)

« Djè l’ vè tot blanc d’zos deûs pîds d’ nîve dins lès longs-uviêrs do timps passé ou quand l’ solia d’ julèt’ fiait copèter lès twèts di strin .» (Gillain 1932, 27) (C)

« Et dji vè co Madame Languiller dispinde, avou on grand avèt, d’au plafond do botike, on bia cokmwâr di cru fiêr tot r’ lûjant .» (Gillain 1932, 67) (C)

4 cause

« Mi p’tit viladje triyaneut d’ frèd .» (Bossart s.d., 13) (O)

5 manière

« Duvint-ce qu’ i gn-a tant dès mwin.nadjes qui n’ vont qu’ d’ one fèsse .» (Gillain 1932, 75) (C)

 

 

dilé

 

« Quand il a stî d’lé mi, tot r’tirant m’ tchapia, djè lî a dit : « Èscusez-me, Monsieû l’ Curé, mins dji vén d’ aler à l’ cinse… », èt dji raconte li sin.ne avou l’ fis, l’ pére èt l’ grand-pére .» (Mathieu 1982, 5) (O)

« Come dj’ arivè d’lé l’ vîy ome, dji m’ aporçû qu’ i braît èt somadjî .» (Mathieu 1982, 4) (O)

di l’ ôte costé di

« Ayi, ê, dandjereû ! Li p’tit via s’ ènonde èt potchi d’ l’ ôte costè come on rin .» (Laloux 1969, 54) (C)

divant

« … ça aleut ièsse d’abôrd tot po l’ vikadje di d’vant l’ guêre .» (Laloux 1974, 60) (C)

« I gn-aureut quate cint quarante divant d’ ariver au coron d’ l’ anéye .» (Matterne 1985) (C)

« Lès fouyes n’ avint nin co ieû l’ timps do s’ fè bèles, djanes èt rodjes, divant d’ èvolè .» (Laloux 1974, 60) (C)

« Mi, dj’ su d’djà binauje qu’ èlle a sondjî à mi d’vant d’ moru .» (Laloux 1969, 179) (C)

« Èle tchèyèt d’djà l’ dîmègne di d’vant l’ Sint-Lorint (10 d’awous’) – au Saut, on fièstéye si vinte divant d’ fièster l’ Sint – maîs on-z-î sondjèt èt on-z-è causèt chîs samwin.nes d’ avance .» (Gillain 1932, 116)  (C)

(d)jusqu’à

 

« Ça a durè jusqu’à l’ copète do Tchaurnia, dispôye li Trau dès Tones, en passant pa Sinte-Bèdje èt Sint-Rok .» (Marchal 1941, 24) (C)

« Èlle ont couru èvôye di ç’ costè-là jusqu’à l’ dêrène vile conûwe, jusqu’à Rome .» (Marchal 1941, 171) (C)

« Èt ossi rade, one pitite vwès, grêye èt chiltante, gripe jusqu’addé zèles .» (Marchal 1941, 169)

do costé di

 

« Arivé à l’ Cane dè l’ tchèrote, è l’ place di porsûre tot drwèt pa l’  lèvéye come c’ èsteut s’ vôye, i toûne do costé do rivadje .» (Tombu 1956, 19) (C)

(do) timps di

 

« Do timps d’ Bâbe, s’ il aveut (sic.) stî maîsse, èlle aurint d’djà ieû misére .» (Laloux 1969, 103) (C)

« Timps di s’ djon.nèsse, il avait conu dès grandès patures toutes vètes, èwoù-ce qu’ i p’lèt couru ou s’ coûtchî .» (Mathieu s.d. b, 194) (O)

è

 

1 è + l’

 

« Racusète potéye, chite è l’ aléye ! » (r’vazi d’èfant)

« Il è-st-è l’ coû, en trin d’ cûre li cabouléye pou lès pourcias . » (Mathieu s.d. b, 17) (O)

« Lès pautes èstin.n’ tassîyes è l’ grègne .» (Guillaume 1949, 11) (C)

« Su li d’vant, èlle a deûs p’tits tuyaus avou one pitite grawe qui spaud do pwèson è l’ plaîye qu’ èle faît ét-z-èdwârmu s’-t-in.nemi .» (Chapelle 1985b, 20) (C)

2 è + li

 

3 è + adjectif possessif

 

« Djè lî sOaîte di n’ pont rèscontrer d’ aroke è s’ vôye .» (Lurquin 1910, 111) (C)

« I n’a qu’ dès pètes didins s’-t-atèléye èt i n’a jamaîs rin ieû d’ôte è si stauve .» (Lurquin 1910, 147)

« Nos-in.mins brâmint mia one bièsse di pus è nosse sitauve qui do pûjî l’ suke à l’ loce, là, nos .» (Laloux 1974, 49)

« Comint-ce qui vos savoz ça, d’abôrd ? » – « Bin, nos-è vindans è nosse botike .» (Viroux 1985, 20)

8.1.2 Remarques

8.1.2.1 après

 

Si la préposition française « après » peut être employée devant un infinitif  présent, en wallon, elle ne peut l’être que devant un infinitif passé.

Ex :

après awè bèvu

après boire     

après awè d’djuné

après déjeûner

 

 

8.1.2.2 asto di

 

Au lieu de « asto do meur », on entend parfois « asto l’ meur ».

 

 

8.1.2.3 au

 

Un cas particulier est au ( + un nom masculin singulier) à l’ (+ un nom féminin singulier), aus (+ un nom masculin pluriel, auzès (+ un nom féminin pluriel) suivis d’un nom de métier, c’est-à-dire chez quelqu’un pour son métier.

 

A distinguer de « èmon » = chez quelqu’un pour autre chose que son métier, par exemple, pour rendre visite, pour jouer aux cartes, pour y travailler.

 

Ex :     au bolèdjî (pour acheter ce qu’il vend)

            au médecin (pour une consultation ou des soins)

            à l’ tapeûse di cautes (pour une consultation)

            Au boutchî, asteûre, on vind do fromadje !

 

Mais: I lodje èmon l’ gârde.

 

 

8.1.2.4 autoû di

 

Parfois seulement « autoû ».

 

 

8.1.2.5 di

 

1) Il ne faut pas confondre « di (d’, dè l’, do) »  et « da ».

Ex :     C’ èst l’ fis di s’pa (di = qui provint di ou qui r’chone à)

            C’ èst l’ monte da s’pa (da = qu’ i ‘nn’ èst l’ prôpiètaîre)

 

2) Devant un nom de localité, les formes de « di » dépendent de l’entourage phonétique.

     Ex :     S’ il èst d’ Maujo, i n’ pout nin ièsse di Biou.

 

Elles peuvent dépendre en plus de la présence d’un article et du genre du nom de la localité.

Ex :     Dji so do Banbwès, li èst dè l’ Nèfe.

 

3) Devant les adverbes « ci » et « là » , on ajoute « d- ».

Ex :     On vèt bin qu’ is n’ sont nin di d-ci : il ont one nwâre pia.

 

Attention : Di d-ci iût djoûs. exprime une idée de temps.

 

 

8.1.2.6 dilé

 

« d(i)lé » est beaucoup moins employé que « dé » (plus court et plus facile à prononcer).

 

 

8.1.2.7 djusqu’à

 

Devant un adverbe qui commence par « a », (d)jusqu’à » devient « (d) jusqu’ ».

Ex :     djusqu’adon  (jusqu’alors), djusqu’asteûre (jusque maitenant)

 

Mais : djusqu’à assez taurd (adverbe commençant par a)

            djusqu’à ci (adverbe commençant par une autre lettre)

            djusqu’à d’mwin. (id.), djusqu’à odjoûrdu. (id.)

            djusqu’à Alos’ (nom), djusqu’à Arlon. (id.), djusqu’à Ostende. (id.)

           

Devant « au », « aus », et « auzès », on élide toujours.

 

 

8.1.2.8 do timps di

 

On ne dit pas « timps di s’ djon.ne timps », mais simplement : « di s’ djon.ne timps ».

 

 

8.1.2.9 è

 

1) Dans l’expression : « è l’ maujone » (à la maison), l’article a la valeur d’un possessif et signifie donc : « è m’ maujo » ou « è nosse maujo ».

 

Exemple d’auteur

 

« Èwoù ‘nn’ alez, m’ fis ? » – « È l’ maujone », ou bin « Dji m’ è r’va » (sous-entendu : « è l’ maujone »). C’ è-st-insi qu’on p’tit gamin ou one pitite bauchèle qui sôrte di scole avou s’ cârnassiére à s’ dos ou s’ cabas è s’ mwin vos rèpondrè è r’lèvant sur vos sès bias clérs-ouys tot noûs. I n’ dîrè nin « è nosse maujone », mins « è l’ maujone’ ». (Gillain 1932, 157) (C)

 

2) Même dans le Condroz, où la forme est de dire « o l’ », on emploie « è » devant un possessif.

 

Exemples d’auteurs

 

« Tonète, li vèjène, todi curieûse come one agasse, a criyî : « È bin ! Djan-Piêre, gn-a-t-i do novia è vosse maujon ? » (Houziaux 1964, 5) (C)

 

« Quand èlle a vèyu li p’tit tot roselant è s’ bêrce, li rwè n’èsteûve nin d’ sès parints .» (Houziaux 1964, 27) (C)

 

« Do smètant qu’ Mossieû l’ curè d’djeut dès pâtêrs, èlle aveut è s’ mwin l’ bènite tchandèle aluméye .» (Houziaux 1964, 29) (C)

 

3) dans certaines expressions :                     

Ex :  

Li vint è-st-è bîje. 

Le vent vient du nord. (litt. en bise) 

mète è coleûr 

mettre en couleur

rimète dès poûrias è tchôke

mettre des poireaux dans la tranchée

 

Exemples d’auteurs

 

« Si preumî ome paumè èt réglè au ré d’ tot, Nonîye aveut abîyemint ragritchetè on vî galant. Ci n’ èsteut nin po li d’mèradje è dandjî .» (Laloux 1974, 18) (C)

 

« Co saquants pwès po l’s-awè è tinrejon .» (Laloux 1971b, 172) (C)

 

 

4) On trouve généralement « è » devant les noms de langues.

 

Exemples d’auteurs

 

« Vos p’loz fé vos comandes è walon : nos lès compurdans tortos .» (Aurmonak di Nameur po 1968, p.73) (C)

 

8.2 Préposition de lieu

8.2.1 Origine (de situation, d’attitude)

8.2.1.1 La préposition normale est « di (, d’, do, dau, d’ au, daus, d’ aus »)

 

Ex :

I provint di Stauve. 

I provint d’ Fosse. 

I provint do Banbwès.

Il provient de Stave.

Il provient de Fosses(-la-Ville).

Il provient de Bambois.

Li maujone lî vint dau fré di s’ feume.

La maison lui vient du frère de sa femme.

Is vègnenut d’ au d’ bout do monde.

Ils viennent du bout du monde.

Is l’ ont érité daus mononkes tauyes qui n’ s’ avin.n nin mârié.

Ils l’ont hérité des grands-oncles qui ne s’étaient pas mariés.

Si feume provint d’ aus-Înes.

Sa femme provient des Isnes.

I pèche d’ ascropu.

Il pêche accroupi.

Il èlît lès canadas d’ achîd.

Il trie les pommes de terre (en étant) assis.

Tot seû, dj’ in.me ostant mindjî d’ astampé.

Seul, j’aime autant manger debout.

 

 

8.2.1.2 La préposition « di » est renforcée par un redoublement devant certains adverbes de lieu et de temps.

 

di-d-ci = di-d-vêci

d’ici

Foû di-d-ci ! (Hors d’ici!)

Dji n’ veû rin di-d-chal. (Je ne vois rien d’ici. (Haust 1933) (E)

dè-d-ci à là (d’ici là) (Carlier 1985) (O)

dè-d-ci don (d’ici lors) (id.)

du-d-ci à d’mwin (di’ci à demain) (Francard 1994) (S)

Du-d-voci, vos p’loz vèy leû mwêjon. (D’ici, vous pouvez voir leur maison.) (id.)

di-d-là = di-d-vêlà

de là

Moussoz foû du-d-là. (Sortez de là.) (Francard 1994) (S)

ièsse dè-d-là (litt. être de de là, càd. être enceinte) (Carlier 1985) (O)

di-d-dins

de dans

on vî camarâde di-d-dins l’ timps (un vieux camarade  (litt. de dans le temps) d’autrefois

di-d-pa-drî

de derrière

l’ uch du-d-padrî (la porte de derrière) (Francard 1994) (S)

di-d-pa-d’vant

de devant

 

di-d-pa-d’zeû

du dessus

 

di-d-pa-d’zos

du dessous

 

di-d-lon

de loin

Dè l’ veu dè-d-lon. (Je le vois de loin.) (Carlier 1985) (O)

I r’vint du-d-lon. (Il revient de loin.) (Francard 1994) (S)

di-d-près

de près

 

du-d-doû ? (Francard 1994) (S)

d’où?

Du-d-doû-ce qu’ i vint? (D’où vient-il?)

di-d-quand ?

de quand ?

 

 

En sud-wallon, on rencontre également cette formation devant un pronom indéfini monosyllabique. (Francard 1994, 374) (S)

Ex :

du-d-tot

de tout

I s’ fout du-d-tot. (Il se moque de tout.)

du-d-rin

de rien

Èle provint du-d-rin. (litt. Elle provient de de rien. càd. ) (Elle est de basse origine.)

 

Exemple d’auteur

 

« Di d’ bin lon, li nêt transit po v’nu .»  (Laloux 1969, 192)

 

Ce renforcement s’emploie aussi devant : coûtchî (couché), stindu (étendu),…

Ex :

È l’ fosse, on travayeûve pacôps di-d-coutchî.

Dans la mine, on travaillait parfois couchés.

 

Après « di », on a toujours le renforcement devant « su  » (sur).

Ex :

I comande di d-su s’ lét (ou: di d’ssus s’ lét).

Il commande de son lit.

 

8.2.2 Passage

8.2.2.1 Si la préposition marquant l’origine est « di », celle qui exprime l’aboutissement diffère de celle que le français emploie dans certaines expressions.

 

Ex : 

d’ one fleûr à l’ôte

(F) de fleur en fleur

d’ à l’ copète djusqu’à l’ valéye  

de haut en bas

Dji vos rècherè foû.

Je vous en tirerai.

Dj’è d’vin. (de divenu)                  

J’en viens.

 

 

8.2.2.2 (F) « dans » : autre préposition que « dins, è » en wallon

 

Ex : 

Djè l’ a pris foû do moncia.

Je l’ai pris dans le tas. 

Dji bwè avou on vêre.

Je bois dans un verre.  

8.2.3 Lieu : situation et direction

2.3.1 Liste

 

à l’ adrwèt di

en face de

à l’ côte

sur la côte

à Moûse

au bord de la Meuse

à pature

en pâture

à place

en place ou à sa place

à places

par endroits

à plin-aîr

en plein air

à plin bwès    

en plein bois

à plin.ne campagne

en pleine campagne

à plin-èsté

en plein été

à (ou : o) plin mitan

en plein milieu

à plin.ne plouve

en pleine pluie

à plin vint

en plein vent

à plin visadje

en pleine figure

à plin front     

en plein front

à plin keûr

en plein cœur

à plin solia (ou : au plin solia)

en plein soleil

à pont (po spaurgnî)

de côté (pour épargner)

à brès  

sur les bras

à choû

sur les genoux

à dos  

sur le dos (porter)

à gorlète

à califourchon sur la nuque

à spale

sur l’épaule

à spales

sur les épaules

à djok

juché sur quelque chose

à sauvrité

en lieu sûr

à bègnon

sur un tombereau

à camion

sur un camion

à kayak

en kayak

à pèdalo

en pédalo

à patins (à rôlètes)

en patins (à roulettes)

à skis

en ski

à tchaur

sur un chariot

à tchèrète

sur une charrette

à tracteûr

sur un tracteur

à reuwe

le long d’une rue

à route

le long d’une route

à vôye

le long d’un chemin

à l’ valéye      

en bas

autoû di

autour de

en d’foû di     

en dehors de

su l’ an’bau = su l’ bèrodî

au dessus de l’aire de la grange

aler su l’ bontimps

approcher du printemps

ènnaler su l’ iviêr

approcher de l’hiver

su l’ cinse di  

à la ferme de

su l’ coû

dans la cour

su l’ dicauce  

à (l’endroit de) la fête

su l’ fwêre

à la foire

su l’ gazète    

dans le journal

su s’ lét  —  è s’lét      

au lit (1 sur son lit; 2 dans son lit)

su l’ mârtchi   

au marché

su l’ mér

en mer

su l’pension

dans une pension

su l’ reuwe

en (ou : dans la) rue

su li stauve

à (ou : dans) l’étable

su m’ nom

sous mon nom

su prèsse

sous presse

 

Exemples d’auteurs

 

« Èt po vos l’ raminè a sauvritè, nos n’s-alans assîr one apéye dizos l’ tiyou .» (Laloux 1969, 24) (C)

 

« On pwârtèt lès mwârts avou one grande pièce ; on loyèt l’ vacha à l’ pièce avou dès grossès Cades èt on l’ mètèt à spale .» (Gillain 1932, 29) (C)

 

« Ca l’ fwârt ome è-st-ascropu au pègnon do l’ pitite grègne, à vôye .» (Laloux 1969, 52) (C)

 

« Dj’ auréve v’lu r’moussî avou zèls tortos d’ pus d’cint mile pîds è têre .» (Gillain 1932, 47) (C)

 

« Au plin mitan do l’ coujène, do l’ caterîye qui scayetéye èt lès deûs tchèts s’ont dârè po ralètchi abîye one grande basse su l’ bleuwe pavéye .»  (Laloux 1969, 90)  (C)

 

« On-z-a cor arètè on bokèt po coude, su lès-uréyes, dès p’titès fréjes qui meûrichint au plin solia .» (Chevalier 1974, 161) (C)

 

« I sone noûv eûres. Èvôye à djok »  (Laloux 1969, 126) (C)

 

« È bin, tos lès djoûs, en moussant o lieû, … i lî faut trèvautchi tot s’ djârdin po ça, … i vèyeut todi on grand tchin,… »  (Laloux 1969, 48) (C)

 

« Quand il a stî à place, il a tchwèsi po s’ î r’mète one grote, au pîd d’ on tiène  èwoù-ce qui c’ è-st-asteûre l’ Èrmitadje .» (Houziaux 1964, 61) (C)

 

« Il î fieut bon, è l’ ombe, èt, au coudadje dès frûts, / Po-z-apontyî l’ pwarèt, c’ èsteut là qu’ on s’ mèteut .» (Chevalier 1974, 95) (C)

 

 

8.2.3.2 Remarques 

 

1) « è » (+ nom féminin singulier ou masculin singulier commençant par une voyelle, quand ils sont précédés d’un article « défini », d’un adjectif possessif ou d’un adjectif « démonstratif »).

 

è l’ cauve       

à (ou : dans) la cave

è l’ cûjène

à (ou : dans) la cuisine

è l’ èglîje

à (ou : dans) l’église

è l’ maujone

à la maison; dans la maison

è l’ place di

au lieu de

è scole ( ! pas d’article) (à (O))

à l’école

 

« o » (+ nom masculin singulier commençant par une consonne. Dans ce cas, on n’emploie pas d’article).

 

o (= (F) dans le) bwès

au (ou : dans le) bois

o cina 

au (ou : dans le) fenil

o corti = o djârdin

au (ou : dans le) jardin

o forni

au (ou : dans le) fournil

o gurnî

au (ou : dans le) grenier

o murwè

au (ou : dans le) miroir

 

Dans les cas où on emploie « è », la présence d’un ou plusieurs adjectifs qualificatifs ne change rien.

Ex :     è l’ cûjène                   è l’ ayèssante cûjène              è l’ noûve cûjène

 

2) Dans le cas où on emploie « o », si un adjectif qualificatif ou le premier d’une série commence par une voyelle, le « o » se transforme en « è l’ » ; s’il commence par une consonne, le « o » reste.

Ex :     o murwè                      è l’ ârdjinté murwè                             o p’tit murwè

 

Mais : Si c’est un adjectif possessif ou « démonstratif », « o » est remplacé par « è ».

Ex :    

è m’ gurnî    

è m’ vîy gurnî

è mi-auji gurnî

è ç’ gurnî-ci   

è ç’ vîy gurnî -ci

è ç’-t-auji gurnî-ci

è ci p’tit gurnî-ci

 

 

 

Un emploi bizarre de « è » se rencontre dans « avou s’ tièsse è têre ».

 

Exemple d’auteur

 

« Nos vikans au mitan dès pus grandès « mèrvèyes » ; ça n’ nos cosse qui d’ douviè nos-ouys po lès r’waîtî èt nos ‘nn’ alans l’ tièsse è têre », sins rin vôy, è sondjant à nos p’tites miséres ;… » (Gillain 1932, 35) (C)

cfr. le français : « mettre le genou en terre »

 

3) Il y a une différence entre :

« au bwès » = po-z-aler qwê do bwès ou avou do bwès (pour aller chercher du bois ou avec du bois)

et « o bwès » = dins on bwès ou l’ôte (dins un bois quelconque)

Ex : Nos-alans au bwès o bwès. (Nous allons chercher du bois dans le bois.)

 

Exemple d’auteur

 

« Tot d’ Sîte, i r’fieut spès, come o bwès . (Laloux 1969, 52) (C)

 

4) Il y a une différence entre :

au médecin,  au mârchau (chez le forgeron) , au cwèfeû, au vètèrinaîre, …

chez le médecin,  chez  le forgeron, chez le coiffeur,… pour leur métier ou un service de leur ressort

et èmon l’ médecin, èmon l’ mârchau, èmon l’ cwèfeû, au vètèrinaîre; …

chez le médecin, chez le forgeron, chez le coiffeur,… pour une autre raison que leur métier.

 

Ex : (Remacle 1956, 298-299) (E)

I fârè qu’ mès solés vonhe â cwèpî.

Il faudra que mes souliers aillent chez le cordonnier.

Nos-îrans â tchârlî avou nosse rowe.

Nous irons chez le charron avec notre roue.

 

Exemples d’auteurs   

 

« Ci n’ èst qu’après qu’ on-z-a couru au vèjin .» (Laloux 1969, 178) (C)

 

« C’ èst l’Emile qu’aureut d’vu couru au curè ; mins i bèveut l’ gote o l’ place… » (Laloux 1969, 178) (C)

 

« Èmon Céline, d’ à l’ uch, i brouye one arèdje di diâle .» (Laloux 1969, 16) (C)

 

 

5) Il y a une différence entre :

« è l’ èglîje » = (F) dans l’église ou à l’église en rapport avec le culte

« à l’èglîje » = (F) à l’église sans rapport avec le culte.

 

Exemples d’auteurs: 

 

« N’ n’ èstans nin co mariès à l’ èglîje .» (Laloux 1969, 29) (C)

 

« Afîye, one aronde si brouye, abroke è l’ èglîje,… »  (Laloux 1969, 14) (C)

 

 

6) Il y a une différence entre « au lieu de » et « à la place de » (= à la place occupée par). En wallon, on dit toujours « è l’ place di » ou « è l’ place da » (devant un nom de personne ou un prénom.

Ex : È l’ place di mès canadas, dji r’pike dès poûrias.

        I s’ a stî achîr è l’ place da Jules.

 

Exemples d’auteurs

 

« L’ ôte, è l’ place di rèsponde, si plind co pus fwârt .» (Viroux 1982b, 2) (C)

 

« I l’ faut todi r’mète è s’ place .» (Léonard 1969b, 285) (C)

 

 

7) Devant les noms de certaines localités ou quartiers on emploie « è ».

Ex :

è Djambe

à Jambes

à Evrehailles

è Baye

 

 

8) Il y a une différence entre :

« o botike » = didins l’ botike            (F) au magasin

« au botike » = didins l’ botike po-z-aler qwê dè l’ mârtchandîje (F) au magasin

Ex : Is djoûwenut au botike o botike.

       Dji n’ va pus au botike o botike da Julia.

 

Exemple d’auteur

 

« Lès munusiers odès do ièsse tèrbalès èt couyonès, ovrint en ranchant come dès-arèdjis o botike avou l’uch sèrè .» (Laloux 1969, 119)

 

 

9) Après toute une série de verbes, l’idée de direction est exprime par « après », qui peut se traduire : dans la direction de, vers, ou à l’égard de.

Ex :

aler vôy après

aller essayer de trouver

arèdjî après

être en rage envers (qqun)

awè on sorîre après

sourire à

awè l’ timps long après

se languir de

bawer après

aboyer vers

bètchî après

essayer d’atteindre du bec ou approcher de (temps)

blaweter après

regarder intensément vers

blèfer après

désirer ardemment

braîre après    

désirer ardemment

brakener après

rechercher

cachî après     

chercher

câsser s’ loyin après   = chorter s’ loyin après

négliger le reste pour avoir avoir quelque chose

cheûre si tièsse après

secouer la tête vers

ièsse choké après

être froissé par

choûter après

essayer d’entendre

clougnî / clignî l’ouy après

faire un clin d’œil à

clouketer après          

appeler comme une poule, appelle ses poussins

ièsse contint après

être content de

couru après    

poursuivre en courant ou couler vers

criyî après

appeler

Cârgnî après

regarder en cachette

dârer après (ou : su)   

se précipiter vers (ou : sur)

dimander après

demander

dîre après

dire à propos de

djêryî après

désirer ardemment

ènn’ awè (avant) après           

en vouloir à

èvoyî après

envoyer rechercher

fé après

montrer qu’on s’intéresse à

fé chonance après

faire semblant de s’intéresser à

flayî après      

frapper (fort) vers

guédyî après  

chercher des yeux

hauspler après

aller à grandes enjambées vers

hawer après

aboyer en faisant mine de se lancer vers

ièsse mau-ruvenant après

être désagréable envers

ièsse mwaîs après

être fâché contre

ièsse mwaîs su

être fâché contre

si mwaîji su / après

se fâcher contre

ièsse rindu après

être (très) amoureux de

ièsse sot après

être (très) amoureux de

kèneter après

essayer de séduire

lancî après = fé on lan après  

se précipiter vers

lignî après ou lignî

viser

lumer après    

regarder (intensément) vers

lutchî après    

regarder en cachette

ièsse lwagne après

rechercher follement

mayî après

lancer vers

si mète à l’ cache après

se mettre à chercher

nachî après

chercher en déplaçant, fouillant

ossî s’ pougn après

brandir le poing vers

haussî s’ pougn après

lever le poing vers

paîyî après

mendier

si rafyî après  

avoir hâte d’avoir, de voir…

si ragrancî après

avoir hâte d’avoir, de voir…

ratinde après

attendre

si rèwèyî après

commencer à désirer

rilayî après

frapper vers

rîre après

rire à quelqu’un

satchî après

tendre vers

sayî après

tendre vers

sinte après

tâtonner vers ; chercher à tâtons

sondjî après

rêver de = rêver d’être avec

sondjiner après

rêvasser de

sorîre après

sourire à

stinde si linwe après  

désirer fortement

tchèssî après  

essayer de séduire

tèlèfoner après           

essayer d’atteindre au téléphone

tirer après       

essayer d’atteindre avec un projectile propulsé par une arme ou ressembler

si toûrner après          

se tourner vers

si r’toûrner après (= si r’toûrner su)  

se soucier de

toûrner s’ tièsse après

tourner la tête vers

transi après    

avoir hâte d’avoir, d’entendre, de recevoir, de voir…

li trossî après 

filer vers

troupeler après

se réunir pour s’occuper de

trouver à r’dîre après

trouver des critiques

dîre après

critiquer

vorer après

se précipiter vers

waîtî après

chercher : être à la recherche de

 

 

Exemples d’auteurs

 

« D’au lon èlle a d’djà on sorîre après li .»  (Laloux 1969, 77) (C)

 

« Il èsteûve padrî on bouchon / Qu’ i brèyeûve après s’ mayon .» (chanson) (C)

 

« Qu’il a d’ trop  l’ timps long après, i va jusqu’à d’ssus l’ route, po vèy igni l’ tchiminéye do l’ maujon .»  (Houziaux 1964, 103) (C)

 

« Qu’ i ratinse, i braîrè après s’ mame = qu’il attende, il demandera pardon .» (Beaufort 1952, 51) ( ! braîre = (ici) crier) (E)

 

« Nos-avans brakenè après li pa-t’t-avau Nameur .» (Laloux 1981, 60) (C)

 

« I faut cachî après sins brût, / Dè l’ nêt, avou l’ bènite tchandèle .» (Awoust 1984b, 5) (C)

 

« On côp arivé dins l’ bwès, on cacheûve après on cléria po stinde sès-afêres, (…) .» (Rase 1989) (C)

 

« … ; èle choyeut tènawète si tièsse après li en fiant clapè s’ linwe su sès lèpes, po fè risète au p’tit, peû qu’ i n’ brèyuche .» (Laloux 1969, 8) (C)

 

« Èt t’ as tofêr vikè à l’ bribe ; diâle po l’ sou ; èt chin.nè après ç’ qui n’ ti v’leus nin .» (Laloux 1974, 137) (C)

 

« Il aureut bin chin.nè, l’ Lixi, èt choretè s’ loyin après .» (Laloux 1974, 18) (C)

 

« Èt Monseû l’ curè cligne l’ ouy après l’ seûr .» (Laloux 1969, 27) (C)

 

« Adon, l’ mârchau crîye après s’ gamin qu’arive tot d’ chûte .» (Monmart 1989) (C)

 

« I gn-a tofêr adon onk ou l’ ôte qu’èmetéye èt cwargni après l’ Louwis .» (Laloux 1969, 121) (C)

 

« Là-d’ssus, nosse chîjeleû dâre après li èt vos lî tchèsse on si fèl côp d’ crossète qu’ i

   spîye si baston… » (Houziaux 1964, 126) (C)

 

« Ivone, i djêrîye après tos lès djoûs à mèsse .» (Laloux 1969, 87) (C)

 

« Sâcrè nom d’ tote ute, on-z-a voyi l’ rauve après l’ forgon ! » (Laloux 1969, 17) (C)

 

« Poqwè n’ faît-èle nin quausu après li, audjoûrdu ?» (Laloux 1969, 122) (C)

 

« Come one crabaye, quand èle pinse qu’on djon.ne ome freut co bin après lèye .» (Laloux 1969, 69) (C)

 

« Tote li maujon è-stè Cète, à ratinde, à guédyi ; saurè-t-on jamaîs après qwè ? » (Laloux 1969, 72) (C)

 

« A l’ difin, Malou s’ aveut odè do kènetè après l’ djin .» (Laloux 1974, 86) (C)

 

« Li Biou li r’waîte : s’i faît on lan après, bin sûr, li gârde va co vorè sur li,… » (Laloux 1964c, 161) (C)

 

« Là d’djà on timps qu’ èle lûtcheut pa l’ finièsse après .» (Laloux 1969, 40) (C)

 

« Malou aureut bin chin.nè en lignant après lès bodènes da l’ crabaye .» (Laloux 1974, 90) (C)

 

« I s’ faît lwagne tot l’ timps après .» (Laloux 1987b, 192) (C)

 

« … mins quand l’ nût tchaît, i s’ mèt à l’ cache après l’s-insèkes èt lès viêrs .» (Chapelle 1985b, 14) (C)

 

« Il aureut falu haussi s’ pougn après… » (Laloux 1969, 157)  (C)

 

« È-st-èle mwaîje après mi ? » (Gilson 1953, 181) (C)

 

Mais : « ièsse mwaîs su » (être fâché contre) se dit aussi : « I vèyeûve li Bon Diè qu’èsteûve                         mwaîs sur zèls… »  (Pirot 1979, 373) (C)

 

« N’ aspêtche qui dj’ so mwaîs sur mi, dji so mwaîs su lès nêgues, dji so mwaîs su tot .»  (Mathieu-De Klerck 1954, 41) (C) 

 

A côté de « si mwaîji après », on trouve aussi « si mwaîji su », probablement sous l’influence du néerlandais (boos worden op) : « Insi dji n’ mi  sé mwaîji su pèrson.ne .»   (Laloux 1974, 49) (C) 

 

« Il osseut s’ pougne après l’ roufion .»  (Laloux 1964, 123) (C) 

 

« Bin do l’ chance, zèls, do s’ co rafyi après l’ anéye qui vint .», (Laloux 1974, 121) (C) 

 

« I parèt qu’ lès baudèts s’ rafîyenut après .» (Chapelle 1986) (C) 

 

« Mins l’ ci qu’ èst su s’ lèt s’ ragrance après, d’ on djoû à l’ ôte .» (A Laloux 1969, 74) (C) 

 

« I sét bin qu’ i faureut on rin po l’ rèwèyi après lèye .» (Laloux 1969, 128) (C) 

 

« Mins su tot Dorène djè l’ vou bin wadjî, i gn-a nin one seûle comére pus rinduwe

   après s’-t-ome .» (Laloux 1974, 27) (C) 

 

« I n’ vos faut nin r’toûrnè après ç’ qui lès djins dîyenut .»  (Léonard 1969, 194) (C)

 

« Dji n’ m’ aureu nin d’vu r’toûrnè après .» (Laloux 1974, 119) (C)

 

 « S’ i gn -aveut d’ l’ avance do say après ç’ djin-là, one insi s’ apinse qu’ on dit ;… » (Laloux 1974, 114) (C)

 

« En v’lant douviè l’ uch, èlle a d’vu sinte après l’ clitche .»  (Laloux 1969, 81) (C)

 

« I sondjineut après Ane-Djôsèf, què l’ trosseut après l’ coron avou s’ bordon… »  (Laloux 1974, 91) (C)

 

« Dji creû qu’ i tchèsse après Marèye,… » (Remouchamps 1886, 19) (E)

 

« N’ as-se nin dèdjà brâmint tchèssî après, twè, dins l’ timps ? » (Laloux 1974, 91) (C)

 

« Èle reûmîye bin paujêremint, en toûrnant s’ tièsse après zèls, avou dès gros-ouys qui r’lûjenut à l’ lumiére do l’ lantène, on pau èwarès… » (Laloux 1969, 49) (C)

 

« Jèsus’, Mâria ! Tûzerè-t-i, è, dj’ su bayîye, en dansant, à s’ toûrnè après l’ meur ? » (Laloux 1969, 32) (C)

 

« En passant, èle toûne on p’tit côp s’ tièsse après l’ maujon .» (Laloux 1969, 116)  (C)

 

« Lalîye transicheut après one ocâsion. » (Laloux 1971, 14) (C)

 

« Dès spruwes, dès mauvis à make troupelèt come dès disguèrnachis après lès  cèréjes .» Laloux 1969, 59)  (C)

 

« Po l’ plaîji d’ vèy lès-ârsôyes vorè après .» (Houziaux 1984, 26)  (C)

 

« Quékefîye li faîyenut-is èsprès / Po m’ oblidjî d’ waîtî après .» (François 1953, 166) (C)

 

 

Remarques 

 

1 On dit aussi bien : « couru sot (e ) après » que « si couru sot (e ) après » = être    

 follement amoureux ou amoureuse de.

 

Exemple d’auteur

 

« Damadje qu’ èlle a couru fine sote après Twin.ne Cosse, qui travayeut co bin, quand i n’ èsteut nin bèvu .» (Laloux 1969, 46) (C)

 

2 « ièsse sot(e) après » = raffoler de ou être follement attiré par

Ex :     Il èst sot après dès fréjes.       Èlle èst sote après s’ pârin.

 

3 waîtî après = cachî après : sayî d’ trover (chercher)

   waîtî su = ièsse toûrné do costé di (être orienté vers)

Ex : Dji waîte après mès bèrikes, mins nin moyin d’ mète mi mwin d’ssus.

       Li fènièsse do pègnon waîte su l’ Grand Vèvî.

 

4 vorer après = couru dins l’ dîrècsion di (courir en direction de)

   vorer su = vorer après èt djonde (foncer sur et toucher)

Nous avons la même différence entre « dârer après » et « dârer su » (mêmes significations).

NB On dit aussi « si dârer su », mais « si dârer après » n’eixste pas.

 

 

Conclusion

 

1 La liste proposée ci-avant est loin d’être exhaustive. En réalité dans des cas moins usités,  un grand nombre de verbes s’accommodent de la préposition « après », par exemple, dimander après, lumer après, paîyî après, shoter après, taper après, tambourer après, voler après,….

 

2 Avec les verbes de déplacement ou de projection de la pensée, « après » prend une idée de direction ; avec les autres, de situation.

 

Exemples d’auteurs

 

« Dji n’ avè qu’ chîj ans, quand il ont quité l’ Saut po ‘nn’ aler après Là-Wôt. »

    « Après là-wôt », ça vous dîre li payis d’ Châlèrwè » (Gillain 1951, 186) (C)

 

« lès Walons Scrîjeûs d’ après l’ Banbwès » (C)

 

« Il èsteûve pa-drî on bouchon, / Qu’ i brèyeûve après s’ mayon .» (chanson) (C)

 

« Alons veûy nos deûs / So l’ fièsse di todi, / Après nosse djon.nèsse / Rivenoûwe å payis .»

(Georges 1982, 139) (E)

 

N.B.  (F) On vous demande   (W) On d’mande après vos.

 

3 « ratinde après » se rencontre dans plusieurs comparaisons :

Ex : I ratind après come on tchèt après one soris.

I ratind après come on tchin après on bokèt d’ tchau.

I ratind après come on tch’vau après s’-t-awin.ne.

I ratind après come on champète après one gote.

 

N.B. La langue wallonne n’emploie pas, comme certaines langues, de prépositions différentes pour indiquer la direction ou la situation. C’est le cas d’ « après », comme nous l’avons vu, mais aussi dans le cas de « dins » et de « su ».

Ex :

s’ (aler) achîr dins one fautèle  

ièsse achîd dins one fautèle

s’ (aler) achîr su on divan 

ièsse achîd su on divan

 

De même avec: su on canapé, on banc, one tchèyêre, on chame,…

Ou encore avec : s’ aler stinde, si stinde, ièsse sitindu su s’ lét, on matelas, one payasse, one tauve,…

 

 

8.2.3.3 Le français « chez le médecin », etc. se traduit par :

 

1) au médecin

= chez le médecin pour sa profession

 

Ex : Dj’ a mau mi stomak ; dji m’ va aler au médecin.

 

De même: « au bolèdjî », « au boutchî », « au gorlî »,…, quand on y va pour leur métier.

2) èmon l’ médecin

= chez le médecin pour une raison autre que pour sa profession

     (pour une visite d’amitié, jouer aux cartes, remettre une commission, etc.)

 

 

8.2.3.4 « èmon » ne peut précéder un pronom personnel, sauf « nos-ôtes » et « vos-ôtes ». Dans les autres cas, on dit :

 

Singulier

1re personne : è l’ maujone (= « chez moi » ou « chez nous »)

2e personne : è t’ maujone (= « chez toi »)

3e personne : è s’ maujone (= « chez lui » ou « chez elle »)

 

Pluriel

1re personne : « è l’ maujone » ou « è nosse maujone » ou « èmon nos-ôtes » (= chez nous)

2e personne : « è vosse maujone » ou « èmon vos-ôtes » (= chez vous)

3e personne : « è leû maujone » (= « chez eux » ou « chez elles »)

 

èmon = è l’ maujone da

Ex : èmon Jules = è l’ maujone da Jules

 

 

8.2.3.5 L’usage des prépositions en toponymie

 

Les toponymes se cristallisent volontiers avec leur préposition (à; au (C, O; å, â (E), â (S), è, su (so (E, S)), dizeû (du- (Remacle 1956, 292-3) (E)) (au-dessus de), dizos (du- (id.)) (en-dessous de), divant (du-(id.)) (devant), drî (derrière). (Remacle 1956, 292-4)

 

1 + noms de pays / régions

è l’ France

en France

 

è l’Alemagne

en Allemagne

 

è l’ Ârdène

en Ardenne

+ les noms de villes

à Paris

à Paris

 

à Lîdje

à Liège

 

à Stâveleû

à Stavelot

+ nom des hameaux (exemples pris de La Gleize (Stoumont)):

 

 

a) è ou à

 

 

sensiblement avec la même valeur en cas de la situation à tel endroit

èn-Andrîmont

à  Andrimont

 

è Tchèneû

litt. dans le Cheneux, càd. à Cheneux

 

à l’ Gléhe

à la Gleize

 

è Briyeû

 

 

è Djârdin Cosson

au Jardin Cosson

 

à Couvê

 

sauf en cas de proximité de telle chose, ‘près du ruisseau…’

â ru du l’ hêsse

 

b)  è et å:

 

 

« è » a dû supplanter « à »

è Rèvleûs-ru

les terrains voisins du r’vleûs-ru, au lieu de s’appeler *à rèvleûs-ru ‘près du – -‘, se nomment maintenant è rèvleûs-ru, non pas ‘dans le ruisseau – -‘, mais ‘dans le terrain dit – -‘

 

è Câreûs-pont

dans le pont de Cour (nom d’un hameau)

« à » se maintient

â P’tit Batch

au petit bac

notamment lorsqu’il indique la proximité (fr. près de) plutôt que le lieu véritable (fr. à) et que sa valeur reste plus ou moins claire dans l’ensemble de l’expression; « è p’tit batch » (dans le petit bac)pourrait être choquant, « pitit » et « batch »  demeurant usuels)

 

à l’ Fontin.ne

à la fontaine

 

à l’ Crâsse Fontin.ne

dans la grasse fontaine

 

â Poûhon

à la source d’eau minérale

 

à l’ Rodje Creûs

à la croix rouge

2 + un endroit d’après la localité, càd. d’après la situation habituelle des locuteurs, ou par rapport à un autre lieu-dit (Remacle 1956, 292-4)

 

 

+ au-dessus d’un versant, sur un plateau, où lorsqu’il est surélevé par rapport au hameau

 

 

su (so (E))

so l’ Fagne

sur la fange

 

so cokêmont

 

 

so rwèsse-hé

 

 

so lès tchamps

sur les champs (surélevés)

 

so l’ bwès

sur le bois (à une hauteur boisée ou à des terrains situés plus haut que le bois)

+ un endroit par rapport au  lieu-dit qui leur sert de régime

 

 

(plus haut) dizeû (plus rare)

duzeû l’ Briyeû

au-dessus du Briyeû

(plus bas) dizos (plus rare)

duzos l’ Briyeû

en-dessous du Briyeû

drî

drî Rwène

derrière Roanne

 

 

8.2.4 Remarques

1 Il est souvent difficile de reconnaître si, devant un nom de lieu, « è » équivaut à « dans » ou à « dans le ».

L’expression « è Tchèneû », par exemple, peut, à première vue, s’interpréter « en Cheneux »  aussi bien que « dans le Cheneux »; seulement le fait que l’article reparaît avec une autre préposition nous assure que « è » représente ici « dans le »; on dit, en effet « ènn’aler so L’ Tchèneû, vè l’ Tchèneû ».

 

2 « lez »

Le « lez » qui figure dans la forme officielle de certains de nos noms de lieux, par exemple  dans « Sart-lez-Spa », est probablement étranger à l’usage wallon ; le français, dans ce cas, écrit « lès », par exemple dans « Passy-lès-Tours ». (Remacle 1956, 280) (E)

 

3 Traduction du français « dans les »

 

On aura des formes diverses :

 

èzès = ozès (nord arrondiss. Bastogne – Malmedy)

èzès Fagnes

dans les Fagnes

 

èzès Deûs Cènes

dans les Deux Cornes

inzès (C, E, S)

inzès Gotes (Filot)

 

 

inzès Monts

Aisemont

ou (= en le) (O)

ou bos

dans le bois

 

ou Bourk

à Ham-sur-Heure

 

 

8.3 Préposition de temps

8.3.1 Liste

 

à ç’ momint-ci           

en ce moment

à plin djoû

en plein jour

à plin-èsté

en plein été

au preumî côp

du premier coup

timps dè l’ guêre        

pendant la guerre

timps d’ mèsse

pendant la messe

timps dès vacances

pendant les vacances

do côp

sur le champ

do djoû

pendant le jour

dè l’ djoûrnéye

pendant la journée

dè l’ nût = pâr nût

pendant la nuit

su ç’ timps-là

en ce temps-là

  di ç’timps-là

sur ce temps-là

su l’ timps qui

pendant que

do mwès d’ jun

au mois de juin, en juin

do trèvins dè l’ Tossint          

vers la Toussaint

di ç’ trèvint-là = di cès trèvints-là

à cette époque-là

su iût djoûs

en 8 jours

su pont d’ timps

en peu de temps ; en un rien de temps

su (on)  rin d’timps

en un rien de temps

lès coûrs au nût

les cours du soir

d’ eûre à eûre

d’heure en heure

do matin

au matin, le matin

dè l’ matinéye

dans la matinée

di l’ après l’ din.ner

dans l’après-midi

di l’  après-non.ne

dans l’après-midi

d’ avance       

à l’avance = par avance d’avance, en avance

di l’ èsté = è l’èsté

en été

di l’ uviêr = è l’uviêr  

en hiver

dè l’ samwin.ne         

en semaine

djoû à djoûrnéye        

jour après jour

po on preumî  

en premier lieu

po on deûzyin.me,…

en deuxième lieu,…

su on mwès

en un mois

su on-an (d’timps)

en un an

d’ one eûre à l’ ôte

d’heure en heure

trwès-eûres au matin

trois heures du matin

chîj eûres au nût

six heures du soir

 

Exemples d’auteurs

 

« Do djoû ; is n’ mètint jamaîs leû nez à l’ uch èt is d’ morint rèculotès au fond d’ leû trau .» (Houziaux 1964, 14) (C)

 

«  I passe pâr nêt avou s’ baudèt po mète dins lès tch’minéyes totes lès djoûdjoûwes qu’ on-z-a d’mandé su s’ lète ;… » (Aurmonak di Nameur ,1968, p.17) (C)

 

« Lès bèlès-eûres,… dins lès pârks qu’ont r’pris fistu do l’ nêt .» (Laloux 1969, 137) (C)

 

« Faut dîre ossi qu’ di ç’ timps-là, nos n’ avin.n qui dès coûtès culotes ! » (Rase 1989) (C)

 

« Au c’mincement d’octôbe – di ç’ timps-là, lès crompîres èstint taurdûwes .» (Henin 1980, 3) (C)

 

« Di ç’ trèvint-là, on-z-è causeûve… » (Gillain 1932, 9) (C)

 

« Mins voci co on maleûr qui sorvint su l’ difin d’ l’ anéye .» (Houziaux 1964, 14) (C)

 

« Mwints côps, su l’ matin, dji m’ dispiète .» (Houziaux 1946, 9) (C)

 

« Mins tot d’on côp, volà one grande lune, qui mousse foû d’one nûléye èt s’ mète à lûre, qu’i fiéve clér come à plin djoû .» (Gillain 1951, 54)

 

« Di l’uviêr, ou quand on d’meûre è s’maujone, on cût one casseraléye di laurd èt on-èst là avou s’ târtène… » (Gaziaux 1987, 20) (C)

 

« Ci n’ èsteut nin on sint d’ leû-z-èglîje, por on prumî ;… » (Laloux 1969, 34) (C)

 

« Su pont d’ timps, ci n’ èsteut pus qu’ dès-aguètes .» (Laloux 1969, 34) (C)

 

« … li progrès, enfin, a candjî tot ça su saquants ans .»  (Gillain 1932, 30) (C)

 

« Chake anéye, timps dès condjîs, aviè l’ quinze di julèt’, lès coméres si rachonin.n à saquantes, avou l’s-èfants, po-z-aler coude aus caclindjes… » (Rase 1989) (C)

 

8.3.2 Remarques

Le français « pendant » ou « durant » se traduit en wallon par :

 

1) do timps di

do timps dè l’ guêre

pendant la guerre

timps di         

timps dè l’ guêre

 

di

dè l’ guêre

 

2) … au long   

dès-eûres au long

pendant des heures

…. d’ asto

dès djoûs d’ asto

pendant des jours

…. di rote

deûs samwin.nes di rote

durant deux semaines

 

8.4 Préposition d’origine

 

d’ après

de la région de

Nos-èstans d’ après Mautche. (nous sommes de la région de Marche(-en-Famenne).)

d’ asto di

du voisinage de

I vint d’ asto d’ Francortchamp;

di        

de

tinu di s’ grand-pére

di d’dé = d’ addé

= d’ adlé        

de près de

 

foû do

hors de

prinde foû do moncia (prendre dans le tas)

rèche foû dè l’ tchambe         

(sortir de la chambre)

pau (fém. pa l’)

 

son.ner pau nez (saigner du nez)

 

8.5 Préposition de cause

 

di

ritche di santé

 riche en santé

avou

Avou tot ça, n’ èstans r’niètyîs !

 (par suite de cela)

 

Nos-avans rî avou s’ feume.

Sa femme nous a fait rire.

 

awè do plaîji di

avoir du plaisir à

peû di

Peû d’ èl vîr, i passe d’ èn-aute ostè.

De peur de le voir, il passe d’un autre côté. (Carlier 1991) (O)

avou / po

féliciter avou / po

féliciter de / pour

po

rimêrci po

remercier de / pour

 

 

Ex :

Quand on d’vint vîy, on d’vint ritche, mins c’ èst ritche di novias maus ! 

 

Exemples d’auteurs

 

« Quétefîye pôve di caurs, co pus pôve d’amistè .» (Laloux 1969, 50) (C)

 

« Tot doûcemint, peû do l’ frochi, Manu mèt s’ mwin autoû d’one rôse .» (Laloux 1974, 194) (C)

8.6 Préposition de but et de conséquence

 

à

à l’ oneûr di

en l’honneur de

 

dimander à mâriadje

demander en mariage

conte

dè l’ sirôpe conte li tos’        

du sirop contre la toux

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Mon.nonke Châle, conte-t-èle todi,… aveut one vwès à disdjokè lès sints .» (Laloux 1969, 70) (C)

 

« Ça èst bon conte lès maladîyes di mér èt dès voyadjes èto .» (Chapelle 1986, 19) (C)

8.7 Préposition d’agent

 

di

Il a stî disputé di s’ pa.

par son père

 

    ièsse mindjî dès motes = pauzès motes

être mangé aux mites

pa

ièsse vèyu voltî pa tortos

être aimé de tous

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Loukîz à vos, djon.nès båcèles ! / I tape sès-oûys so lès pus bèles. / Divins s’ vôye, ni vos trovez nin ! / V’ sèrîz picéye groumançyin .» (Toussaint 1871) (E)

 

« Il a co viké deûs-ans, gâté pa toute li famile .» (Mathieu s.d. b, 132) (O)

 

8.8 Préposition de moyen

 

à

mwin.ner à bèrwète   

conduire en brouette

 

roter à crosses

marcher avec des béquilles

 

tinu à l’ lache 

tenir en laisse

avou

bwâre avou on vêre

boire dans un verre

 

raloyî avou do fi d’ârka

relié de fil d’archal

 

fé sine avou s’ mwin

faire signe de la main

 

si r’consoler avou l’ bwèsson

se consoler par la boisson

 

acompagner avou l’ piyanô

accompagner au piano

 

rascouviè avou dè l’ têre              

    recouvrir de terre

 

rimpli avou do laton 

remplir de son (céréale)

 

mostrer avou s’ dwèt 

montrer du doigt

su

viker su l’ bribe 

vivre de rapines (ou au crochet d’autrui)

 

viker su l’ Prô Dèyô

de

 

viker su sès rintes 

vivre de ses rentes

 

bwâre su l’ pouf (sins payî , su l’ compte d’on-ôte)

boire sur le compte d’un autre

 

Ex :    

Qwè-ce qu’èle faît avou ç’ qu’i gangne ? 

Que fait-elle de ce qu’elle gagne?

 

Exemples d’auteurs

 

« Su deûs-ascauchîyes, èlle a stî addé .» (Laloux 1969, 153) (C)

en deux enjambées

« … en t’nant à l’lache dès grands dèmons d’ tchins montès su dès grêyès pates… »  (Houziaux 1964, 86) (C) 

en laisse

 

« Èle m’ a saluwè en rivetant m’ kèpi avou li d’bout di s’-t-éle .» (Wartique 1954, 163)  (C)

du bout de son aile

« Èt gn-a dès cis qu’ djoûwenut voltî avou l’ coutia .» (Laloux 1971, 22) (C)

du couteau

« Mins djonde à l’ têre avou s’ drwèt pîd, ouyouyouy ! »  (Laloux 1974, 108) (C) 

du pied droit

 

8.9 Préposition de relation

 

awè d’s-idéyes su

avoir une opinion de

ièsse djalous su          

être jaloux de

awè dès doutances su

douter de

on fiêr di tch’vau

un fer à cheval

crwêre au Bon Diè

croire en Dieu

rauyî aus bétrâles

arracher les betteraves

coude aus fréjes         

cueillir les fraises

sèmer aus navias        

semer des navets

dins lès mouchons

élever des oiseaux

Ârtike coméres, il èst todi au posse.

En ce qui concerne les femmes, il est toujours là.       

Quèstion d’ corti, i s’î conèt.

Pour ce qui est du jardin, il s’y connaît.

on mantche di piyoche, di locèt,…

un manche de pioche, de bêche,…

one make di mârtia

une tête de marteau

onk au cint

un sur cent

onk do cint

un pour cent

ièsse bon avou

être bon pour

causer à          

parler à (N) spreken tot

causer avou

parler avec (N) spreken met

bin tchaîr à (– mau tchaîr à)

trouver ce qui vous convient

parèy qui        

pareil à

ièsse au djeu

être en cause

mète au djeu

mettre en cause

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Combin d’ côps n’ a-t-i nin rècouru, l’ Zande Tchaupin, qu’ aveut dès doutances su s’ feume ? » (Laloux 1969, 23) (C)

 

« Crâne idéye, là, ça, di-sy-i Miyin, do fè tchantè l’ coudeû aus finès cèréjes .» (Laloux 1969, 60) (C)

 

« On-z-èst gaîy tot-au matin, Jules ? – Todi, mi. Dji so bin tcheû à feume, vèyoz ! » (Gillain 1932, 75) (C)

 

 « Dji m’ fou d’ minti, i gn-aeut one èwaréye avou one grosse nwâre tièsse, qui boureut l’s-ôtes po ièsse li prumîre au fil, tote parèye qui Zandrine, li cinserèsse » (Laloux 1974, 153) (C)

 

 

NB On trouve souvent aussi « parèy à » chez de bons auteurs.

 

Exemples d’auteur

 

« À vikè avou lès djins, lès bièsses divêrint-èles parèyes à leû maîsse ? » (Laloux 1974, 153) (C)

 

« I v’leut todi qu’ one dès bièsses di d’là seûye fine parèye au cinsî, à Châle .» (Laloux 1974, 153) (C)

 

8.10 Préposition d’accompagnement

 

avou

avec

Li viladje èst raloyî avou l’ autostrâde.        

à

do cafeu avou do lacia           

au

fé conechance avou one saquî          

de

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Mins c’ èst li, avou lès djins, qui claweut l’ pus Nonîye ; di-d-pa-drî, avou s’ mwaîje linwe .» (Laloux 1984, 86) (C)

 

« C’ èstèt co in curé come dins l’ timps, avou s’ soutane qui trin.nèt d’ssus sès pîds .»

   (Mathieu s.d. b, 18) (O)

 

8.11 Préposition de passage

 

di … à …

di jènèrâcion à jènèrâcion

de génération en génération

dispûs … djusqu’à …

dispûs Nameur djusqu’à Dinant

de Namur à Dinant

8.12 Préposition d’approximation

 

autoû di

awè autoû d’ quarante ans

environ quarante ans

8.13 Préposition de restriction

 

sauf

sauf, excepté, si ce n’est

Il î ont stî tortos, sauf mi.

sins

sans

On l’ pout fé, mins sins mi.

 

8.14 Préposition de quantité

 

dîj di mwins’

en

iût’ di pus      

en

cink di rawète

en surplus

à blame          

en grande quantité

à blèfe di tchin

en grande quantité

à make

en grande quantité

à banseléyes

par mannes entières

à bègnons = à bègnetéyes

par tombereaux entiers

à boyéyes       

par touffes

à tchèréyes

par charretées

à trokes

en grappes

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Do solia à blame qui toke su l’ campagne èwoù qu’ lès-omes, à brâmint, come dès copiches, renenut au fènau-mwès .» (Laloux 1969, 129) (C)

 

« Pou ça, faut v’nu vôy dins m’ djârdén : / Gn-a dès carotes à blèfe di tchén .» (Mathieu s.d. b, 179) (O)

 

« Dès fleûrs d’ avri à boyéyes, plic ploc, èt dès rôsîs à make .» (Laloux 1969, 69) (C)

8.15 Préposition de caractérisation

 

avou

li mârtchand avou s’ nwâre baube

à la barbe noire

 

dè l’ tapisserîye avou dès fleûrs

à fleurs

 

li vîy ome avou s’ pupe

à la pipe

 

one feume avou dès blancs tch’vias

aux cheveux blancs

po

    Qwè-ce qui c’èst d’ ça po onk ?

Qu’est-ce pour un?

 

    Qwè-ce qui c’èst d’ça po on-ome ?

Qu’est-ce pour un homme?

 

 

Exemple d’auteur

 

« Mon-n-onke Châle, conte-t-èle todi,… aveut one vwès à disdjokè lès sints .» (Laloux 1969, 70) (C)

 

8.16 Préposition de matière

 

d(i)

dès couyîs d’ârdjint

des cuillères (ou « cuillers ») en argent

 

on meur di brikes       

un mur en briques

 

one djambe di bwès

une jambe de (ou  « en ») bois

 

awè l’ uch di bwès

faire buisson creux

 

one sife d’ èbin.ne

un fifre en ébène

 

on bâre di fiêr

une barre de fer

 

on moncia d’ foûr

un tas de foin

 

on rond d’ ôr

une bague en or

 

on sêrvice di pôrçulin.ne       

un service en porcelaine

 

on meûbe di tchin.ne

un meuble en chêne

 

On dit cependant : 

dè l’ jèléye aus grusèles             

de la confiture de groseilles

dè l’ soupe aus-agnons                    

de la soupe à l’oignon

dè l’ situvéye aus cârotes

de la salade aux carottes

dè l’ salade aus poûrias

de la salade aux poireaux

 

Exemples d’auteurs

 

« C’ èst qu’ i pwate à l’ tchin.ne di s’ monte on tot p’tit crèyon d’ ârdjint … » (Thirionet 1962, 57) (C)

 

« Èt padrî l’ grande crwès d’ bwès is l’ ont pris su leûs spales .» (Thirionet 1962, 57) (C)

 

« … On rodje twèt d’ panes, tot tètant m’ pupe di cèréjî .» (Thirionet 1984, 1) (C)

 

« Ni vèyez vè nin qu’ c’ èst po r’clawer m’ djambe di bwès ? » (Minet 1964, 138) (E)

 

« … dj’ aveû rovî dè mète mi tchapê d’ cûr .» (Alexis 1956, 119) (E)

 

« Ossi rade qu’ on l’s-ôrè fritè o pêlon d’ crufiêr, on pout ‘nnè ièsse sûr, li pinson va chuflè è s’ gayole, o l’ coujène … » (Laloux 1969, 67) (C)

 

« En riyant, èlle aveut faît toûrnè s’ pani d’ fiêr après li po l’ sipitè .» (Laloux 1984, 189) (C)

 

« Su l’ bondiè d’ keûve qu’ èst su l’ djîvau .» (Bodard 1955b, 92) (C)

 

« So l’ djîvå d’ bwès, on vî bondiè d’ keûve… » (Minet 1964, 138) (E)

 

« Èsblaweté dè l’ monte d’ôr, / Li gamin douvia l’ min po-z-apicî l’ trèsôr .» (Minet 1964, 138) (E)

 

« I conecheut dès djins âssez à Insès-Prés po trover one marone di pilou .» (Awoust 1984, 10) (C)

 

« Li voyadjeû… passe dins l’ fond do viyadje pa-d’vant one longuwe maujo d’ pîre couviéye di grîjès scayes,… » (Houziaux 1964, 21) (C)

 

« Ô, bone ô, grande bone di pîre,… » (Bal s.d., 20) (O)

 

« Sipiyans l’ onê d’ pôrçulin.ne ! » (Baron 1892, 22) (E)

 

« I lume todi assez, / Alez, / Qui po m’ lè î vos vôy / Vîs tayons aus calotes di sôye .» (Guillaume 1947, 38) (C)

 

« Èle s’ a mètu à vômi dès claus èt d’s-atatches plin on caté di strin qui l’ curé aveûve faît apwârter èsprès .» (Lambillion 1983, 81) (C)

 

« Ine plantche di sapin, di tchin.ne .» (Beaufort 1952, 189) (E)

 

8.17 Remarques

8.17.1 Prépositions avec « -r »

 

 

avau et ses variantes:

avaur-ci, avaur-là

t’t-avaur-ci (Bastin 1965, 80) (O)

Qu’ èst-ce quu t ‘ bâkîes co avâr-ci? (A quoi rêvasses-tu encore?) (Francard 1994) (S)

aviè

avièr-ci, avièr-là

 

dèviè

dèvièr-ci, dèvièr-là

Ça s’ a passé dèvièr-ci.

pa

pâr ci,pâr là

 

 

pâr + pron. pers. compl.

Ni comptez nin sur mi ! Djè l’a seû pâr lèye.

pâr ieûs’ (par eux) (Bastin 1965, 80) (O)

po

por + pron. pers. compl.

por mi

Dji  sû pour li, asteûre. (Je travaille pour lui, maintenant.) (Carlier 1991) (O)

 

po + pron. pers. compl. d’un infinitif

À mwins, savoz, avou çolà, c’ èst po vos touwer.

 

por + pron. pers. sujet d’un infinitif ou d’une infinitive

C’ èst pour mi mindjî. (Carlier 1991) (O)

 

Exemple d’auteur

 Dj’ ènn’ îrè d’djà vinrdi t’t-au matin por mi lodji vêlà .» (Laloux 1969, 23) (C)

 

po + « nos-ôtes », « vos-ôtes », et « ti-z-ôtes », sujets d’un infinitif ou d’une infinitive

Nos-avans faît nosse possibe po nos-ôtes li rescontrer .

po vos-ôtes (Remacle 1937, 54-55) (W)

su

sur + pron. pers. compl.

I n’ a jamaîs d’ caurs sur li.

Il s’ a måvelé sor mi. (Il,s’est emporté contre moi.) (Haust 1933) (E)

dissus

dissus (dissur) + pron. pers. compl.

(-r: usage vieilli)

dèssur mi (Bastin 1965, 80) (O)

dizeû

dizeû(r) + pron. pers. compl.

(-r: usage vieilli)

 

dizos (dèzous (O))

dizo(r) + pron. pers. compl.

(-r: usage vieilli) (ausi: pa-d’zos)

Il èsteûve tot frèch dizor li.

padzour lèye (Bastin 1965, 80) (O)

 

 

Exemples d’auteurs

 

avaur-ci

« Avoz d’djà r’mârké qu’i gn-a pa-t’t-avaur-ci ? »  (Gillain 1927, 9) (C)

 « Aviè méye-nêt, Miyin aveu stî fè r’lèvè l’ crolè po-z-alè qwêre à tchèrète Céline di Baye, ca c’ èst lèye qu’apwate lès-èfants avaur-ci .» (Laloux 1969, 7) (C)

avaur-là

« Pus, on bia djoû, on n’ lès-a pus avisè avaur-là : li mèchancetè dès djins lès-avint faît couru èvôye .» (Houziaux 1964,  14) (C)

« Qu’ èst-ce qui vos dit qu’ Bruno avou s’ fagot èst tot seû avaur-là ? » (Gillain 1951, 18) (C)

por

« I d’meûre è cwète didins l’ bouchon… / Por mi, i choûte lès mouchons ! » (Awoust 1982c, 7) (C)

« Èt il aureut bin seû ci qu’ c’ èst d’ one comére è s’ lèt por li tot seû .» (Laloux 1974, 88) (C)

« Ivone por li tot seû .» (Laloux 1969, 138) (C)

 

8.17.2 « s’ apinse »

Le français « d’après », « selon » (= « comme disait ») se traduit par « s’ apinse » dans notre langue.

 

Ex :    

Faut qu’ on rîye, s’ apinse l‘ ome qui stron.neûve si feume su l’ansènî.

Il faut qu’on rie, pense l’homme qui étranglait sa femme sur le tas de fumier.

 

S’ apinse l’ôte : « On lès vièreûve co bin voler » (= On pôreûve co bin awè fwim)

 

Exemple d’auteur

 

« L’ afaîre èst téle ! », s’apinse Polidôr, qui s’ via èsteûve crèvé .» (R. Viroux, Sapinseté,) (C)

 

Mais dans : l’eûre d’après, li samwin.ne d’après, l’anéye d’après,…, « d’après » signifie « qui sûveûve », « qui sût », « qui sûrè » (qui suivait, qui suit, qui suivra),…

 

Exemple d’auteur

 

« L’ anéye d’après, o mwès d’ mârs’ : ç’ aveut stî si bin l’ prumî côp : alêz ! li rèstant o l’

capotine .» (Laloux 1974, 163-164) (C)

8.17.3 Préposition avec valeur adverbiale

Une préposition s’emploie souvent seule en fin de proposition et prend alors une valeur adverbiale.

 

Ex :     Dji va avou.                    Mètoz me dès lîdjes avou !            Dji vôterè conte.

            Dimèrez d’lé !                 I n’ a pus v’nu dispûs.                   Djè l’ a stitchî ètur.

            I n’ dimeûre nin lon èri.   Is sont po.                                 Nos frans sins.

8.17.4 Prépositions explétives

 

-di-

comme dans di-d-ci, …, di-d-lon.

(reprise sous 8.2.1.2)

 

au-d-dilà, au-d-divant, …

(reprise sous 8.1)

di (dè (OW))

conte di (= conte)

Dji n’ a rin conte di lu. (Je n’ai rien contre lui.) (Haust  1933) (E)

 

inte di (= inte)

Arindjîz-ve inte di vos-ôtes. (Arrangez-vous entre vous.) (id.)

 

ni (d’) sus ni (d’) djus

Dji n’ pou ni (d’) sus ni (d’) djus. (Je suis à bout.) (id.)

 

dè-d-pus (Carlier 1985) (O)

de plus

 

Translate »
Share This