7. ADVÊRBE – ADVERBE

7.0 Place de l’adverbe

Les adverbes occupent souvent dans la phrase une autre position qu’en français. (Rem. 1937, 64-65)

Tantôt ils sont reculés. Le cas de « assez » est bien connu.

Ex :

Is n’ sont nin ritches assez quu po viker â n’ rin fé. (E)

Ils ne sont pas assez riches pour vivre en ne faisant rien.

I sèreût bièsse assez quu d’ lès lèy fé. (E)

Il serait assez bête de les laisser faire.

Nu fêt-i nin l’ malin assez? (E)

Ne joue-t-il pas assez au malin?

 

Mais il y en a d’ autres.

Ex :

I fâreût tirer çou qu’ èst d’vins foû.

Il faudrait enlever ce qui est dedans.

 

Tantôt ils sont avancés au point de changer de proposition et au risque de détruire la construction logique.

Ex :

Il a oûy fêt tchôd. (E)

Il a fait chaud aujourd’hui.

Sé-dje s’ il ont avou îr fêt; frè-t-i d’min bon?

 

I ‘nn’ aveût brâvemint on pus grand.

un beaucoup plus grand

Dju pinséve quu leûs vatches avint brâvemint dès pus gros pés qu’ çoula.

des pis beaucoup plus gros

Dju pinséve moutwè qu’ il aveût stou a Baronhé.

Je pensais que peut-être il avait été à Baronheid.

7.1 Adverbe de manière

7.1.1 Adverbes en « -mint »

7.1.1.1 La plupart se forment à partir du féminin de l’adjectif qualificatif auquel on ajoute « -mint ». (cf (F) -ment  (I) -mente  (Esp.) -mente  et (N) -lijk  (E) -ly  (D) -lich)

 

Ex :

aujîyemint (éjèlemint (Copp. 1959, 146) (O))

de « auji », fém. « aujîye » = facile

bèlemint

de « bia », fém. « bèle » = belle

dêrenemint

de « dêrin », fém. « dêrène) = dernière

doûcemint

de « doûs », fém. « doûce » = douce

fâdemint

de « fâde » = nonchalant

Ex : I travaye toudi fâdemint . (Il travaille toujours nonchalamment.) (Copp. 1959, 144) (O)

fèlemint

de « fèl », fém. « fèle » = ardente

Ex : Il a rintré fèlemint dins ‘1 cabarèt. (Il est rentré crânement dans le cabaret.) (Copp. 1959, 144) (O)

franchemint

de « franc », alors que le féminin de l’adjectif est « franke » = franche

malureûsemint

de « malureûs » fém. « malureûse » = malheureuse

novèlemint

de « novia », fém. « novèle » = nouvelle

platemint

de « plat », fém. « plate » = plat

prôpemint

de « prôpe » = propre

1 proprement, à côté de: prôprèmint, – pru- (Bert.-D.e, s.d., 139) (E)

2 I vint prôpemint dès brocales. (Il vend même (/ jusqu’à) des allumettes.) (Bastin 1909) (E)

sakinemint ((Bastin 1909) (E); (Franc. 1994) (S))

à peu près, approximativement, de « sakin », fém. « saquine » = singulier (Bastin 1909) (E)

Ex : Il èst sakènemint neûr. (Il est plus ou moins noir, il tire sur le noir.) (Rem. 1956, 159) (E)

Dju vè sakinemint çu qu’ ça vout dîre. (Je vois plus ou moins ce que cela signifie.) (Franc. 1994) (S)

sérieûsemint

de « sérieûs », fém. « sérieûse » = sérieuse

télemint

de « tél », fém. « téle » = telle

trissemint

de « trisse » = triste (Bertr.-D., s.d., 139) (E)

 

 

7.1.1.2 Remarques

 

1) Toutefois, certains adverbes sont quand même basés sur la forme du masculin de l’adjectif.

                                   

cârémint

carrément

mètchan.mint

méchamment

djintimint

gentiment

polimint

poliment

 

2) Parfois, une consonne étymologique – existant en latin – réapparaît, suivie d’une voyelle bien affirmée, avant la terminaison -mint.

 Ex :

djusse

djustumint (-tè- (Copp. 1959, 143) (O))

(L) justus

drole

droledimint (-dè- (Copp. 1959, 143) (O); -du- (Franc. 1994) (S))

(N) drol !

ègzak

ègzakmint

(L) exactus

onête

onêtmint (C; oné- (Copp. 1959, 143) (O); onêtemint, onêtru- (Franc. 1994) (S))

(L) honestus !

parèy

parèlièmint (-liè / liu- (Bertr.-D., s.d., 139) (E) (parèyemint (Copp. 1959, 144) (O); parèyemint, parèyeu-, parèlieu- (Franc. 1994) (S))

(L) pariculus

probâbe

probâbmint (- åblè / åblu – (E))

(L) probabilis

prôpe

prôpmint (pro- (Copp. 1959, 143) (O); prôpemint, -pr(e)u- (Franc. 1994) (S)

(L) proprius

tèribe

tèribmint (tèribemint, tèribl(e)u- (Franc. 1994) (S))

(L) terribilis

                                                                                              

Comme on le voit, « droledimint » et « onêtmint » ajoutent une syllabe qui n’est pas étymologique.

Les adverbes « carapemint (extrêmement), crånemint. drolemint, èwarèyemint (étonnamment, excessivement), rudemint » ont également une forme avec « -dimint» : « carapedimint, crånedimint, droledimint, èwarèyedimint, rudedimint ». (Bertr.-D., s.d., 139) (E)

 

Exemple d’auteur

                                   

« … maugrè qu’ il èstèt todi droledimint ègayolé,… » (Delvigne 1971, 79) (C)

 

3) Les adverbes dérivés d’adjectifs en -âbe, -ibe ou -ube retrouvent le « l » de l’adjectif latin.

Ex :

aîmâbe

aîmâbmint

(L) amabilis

formidâbe

formidâbmint (- blè / blu – (E))

(L) formidabilis

sensibe

sensibmint

(L) sensibilis

 

NB La plupart des adjectifs latins en -abilis, -ibilis et -ubilis donnent en wallon des adjectifs en « -auve » (« -åve » (E)).

Ex :

djouwauve

jouable

sêrviauve

(ou : sêrvicîre)

serviable

fiauve

faisable

socenauve

sociable

maniauve

maniable

vèyauve

visible

oyauve

audible

 

 

En E, « agrèyåvemint » ou « agrèyåbemint ».

 

4) Pour affaiblir, on emploie une forme de diminutif : « tot bèlotemint ».

NB  Pas d’adjectif correspondant et même souvent : « tot bèlotemint Chanchès »  (« Chanchès » est une forme familière pour « Françwès »), de même « tot                 doûcètemint ».       

 

Exemples d’auteurs

 

« On monte afîye pate à pate, en-z-ascauchant lès sokès chayons da l’ vîye chaule, tot doûcètemint jusqu’au trwèsin.me doksau, veûy lès clotches .» (Laloux 1969, 13) (C)

 

« Pwîs, tot doûcètemint, … Twin.ne n’ apiceut bin qu’ one note à on côp,… li P’tit Bêrt lî a bin èspliké :… » (Laloux 1969, 37) (C)

 

5) On entendra:

 

ôtemint  = ôtrèmint = ôtrumint

autrement

 

abîye = abîyemint

(Léonard 1952, 76) (C) (abèye= abèyemint (Haust 1933) (E))

vite

Abîye, dèspèchèz-vous ! (Vite, dépêchez-vous!) (Depr.-N. 1942) (O)

Abèye foû d’ chal! (Vite hors d’ici!) (Haust 1933) (E)

grand = grandemint (Franc. 1994) (S)

dans l’opulence

viker grand (vivre dans l’opulence)

 

6) Certains adverbes sont assez rares et ont une formation particulière. (Bastin 1909, 384-389) (E)

pourdiumint

(Rem. 1956, 159) (E) (-djû- (Bastin 1909, 384-389) (E)

vient de « pour Djû + -mint », si réellement fatigué, = si télemint

I èst si pourdiumint naw. (Il est si réellement, si profondément paresseux.)

vrâyedjeumint

(Bastin 1909, 384-389) (E)

tout à fait

 

catchètemint

(Haust 1933) (E) (cachémint (Copp. 1959, 146) (O))

en cachette

 

pourchatemint (Copp. 1959, 145) (O)

salement, « come in pourcha » (comme un porc)

I travaye pourchatemint.

t’-à-fétemint

(= t’-à fét (Copp. 1959, 145) (O))

tout à fait

Èle a t’-à-fétemint toûrt. (Elle a tout à fait tort.) (Copp. 1959, 145) (O)

 

7.1.2 Adverbes sans terminaison spéciale

7.1.2.1

 

asto (C, O)

sans bouger

 

bin

bien

 

co d’ tchance

heureusement

Il a arivé po m’ copler, co d’ tchance !

come

comme

Èle astout come moûrte. (Copp. 1959, 144) (O)

èchone

(_, -ène, acheune, èsson.ne (Léonard 1952, 76) (C); èsson.ne (Haust 1933), èssone (Bastin 1909, 384-389) (E)); èchène (Grign. 1908), inchène (Depr.-N. 1942) (O); assone, èssone (Franc. 1994) (S))

ensemble

 

èsprès

exprès

Dji n’ l’ a nin faît èsprès !

Il a v’nou (èn-)èsprès po mè l’ dîre. (Bertr.-D., s.d., 138) (E)

èsprès’

par ou à grande vitesse

Avoyî- mè le èsprès’ !

fok (Depr.-N. 1942) (O)

seulement, rien que

I n’ d-a fok iun. (Il y en a seulement un.)

I n’ a fok què li. (Il n’y a rien que lui.)

insi

(dinsi (Copp. 1959, 144) (O))

ainsi

C’ è-st-insi èt nin ôtrèmint.

Djè n’ vû nin qu’ on pâle dinsi. (Je ne veux pas qu’on parle ainsi.) (Copp. 1959, 144) (O)

là co bin

heureusement

 

mau

(må (E))

mal

Dji m’ fé do må d’ vos. (Je me fais du mal de vous.) (Bertr.-D., s.d., 138) (E)

mia

(C, O; mî(s) (E); mèyeû, mieu (Depr.-N. 1942 (O); mî (Franc. 1994) (S))

mieux

Våt mîs tård qui måy. (Mieux vaut tard que jamais.) (Bertr.-D., s.d., 136) (E)

pîre

(pés (E); pire (Copp. 1959, 144), pîre (Depr.-N. 1942 (O); pîre (Franc. 1994) (S))

pire, pis

Ça va pés qu’ må. (litt. Cela va pire que mal = Cela va de mal en pis.)

I n-a rin d’ pire. (Il n’y a rien de pis.) (Copp. 1959, 144) (O)

platèzak

(_, plat’-kizak (Haust 1933) (E)) (de l’allemand: platt gesagt = dit platement)

sans détours ; sans précautions

Djè lî a dit platèzak.

por = pôr (Bastin 1909) (E) (par (+ trop) (Depr.-N. 1942) (O); par, pâr (Franc. 1994) (S)

1 d’abord

Qu’ i fasse por çoula ! (Qu’il fasse d’abord cela!) (Bastin 1909) (E)

Lê-me por magni. (Laisse-moi donc achever de manger.) (Rem. 1956, 221) (E)

 

2 surtout

= à preume

C’ èst por çoula qui-èst drole . (C’est surtout cela qui est drôle.) (Bastin 1909) (E)

 

3 vraiment

I louke por si lâdje. ((litt. Il regarde vraiment si large.) Il fait vraiment de grands yeux.) (Bastin 1909) (E)

I n’ su d’mèfiéve por gote. (Il ne se méfiait vraiment pas.) (Rem. 1956, 222) (E)

I fét par trop froûd. (Il fait vraiment rop froid.) (Depr.-N. 1942) (O)

Dju n’ ê par pont d’ coradje. (Je n’ai vraiment pas de courage.) (Franc. 1994) (S)

p’tchî

(Haust 1933) (E) (de: avu pus tchî (litt. avoir plus cher) = NL liever hebben, D lieber haben)

dans: avu p’tchî: préférer, aimer mieux (arch.) = in.mer mî

Dj’ a p’tchî _ l’ meune qui l’ vosse. (Je préfère la mienne à la vôtre.)

Dj’ p’tchî dè d’mani chal. (Je préfère rester ici.)

tot pur

(Bastin 1909) (E)

uniquement, exclusivement

– Èst-ce dès djunis, cès bièsses-là?

– C’ ènn’ èst tot pur. (- Sont-ce des génisses, ces bêtes-là? – (litt. C’en est tout pur.) Ce n’est que cela, ce sont toutes génisses, c’en est exclusivement. (Rem. 1956, 163) (E)

pus rade = putôt

(putoût (Copp. 1959, 144; Depr.-N. 1942) (O))

plutôt

Alez couchî, putoût ! (Allez coucher plutôt !) (Copp. 1959, 144) (O)

 

rade

(C, E, S; râde (O)) = rademint (= vite (E, S))

vite

 

rècta

(rèctâ (Franc. 1994) (S))

1 ponctuellement

 

2 recta, très exactement

Nosse curé comince mèsse è sèt’ eûres rècta.

I paye todi rèctâ. ((Franc. 1994) (S)

solon (, sè-) (sè(r)-, sor- (Haust 1933), solon (Rem. 1956, 282) (E); seu- (Franc. 1994) (S)) (rare)

selon

C’ èst sèlon. (= C’ è-st-à _.) (C’est selon. Cela dépend.) (Haust 1933) (E)

timpèsse

(Haust 1933) (E)

avec fougue

ovrer timpèsse

tot-à faît

(tot-à-fêt (Haust 1933) (E), Franc. 1994 (S)); t’-à fét (Copp. 1959, 145) (O))

tout-à-fait ; entièrement

I va tot-à fêt bin. (Haust 1933) (E)

Vos-avez t’-à-fét réson. (Vous avez tout-à-fait raison.) tot-à-faît (t’-à fét (Copp. 1959, 145) (O)

 

tot-ute

(tot-oute (Haust 1933) (E); tout-oute (Depr.-N. 1942 (O); tot-oûte (Franc. 1994) (S))

d’outre en outre, entièrement

remarquable

on-ome tot-ute (un homme accompli)

forer on trau tot-oute (forcer pour percer un montage) (Haust 1933) (E)

oune fame tot-oûte (Franc. 1994) (S) (une femme remarquable)

tran’zik (Rem. 1956, 160) (E)

tambour battant (altération du latin « transit »)

ènn’ aler tran’zik (partir tambour battant) (Rem. 1956, 160) (E)

voltî

(C, (Bertr.-D., s.d., 136) (E); (v)oultî (Bastin 1909, 384-389) (E); voltî (Copp. 1959, 146) (O); vo(u)ltî (Franc. 1994) (S))

1 volontiers

 

 

 

 

 

 

 

2 facilement, par une tendance naturelle

Il oûveûre voltî. (Il aime travailler.) (Haust 1933) (E)

I travaye voltî du maçon. (Il travaille volontiers du maçon.) (Copp. 1959, 146) (O)

Is s’ vèyant voltî. ((litt. Ils se voient volontiers.) Ils s’aiment.) (Franc. 1994) (S)

Il èst voltî malâde. (Il est facilement malade.) (Franc. 1994) (S)

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« Su l’ pont do Bas-Stiè, i d’meûre dès-eûres asto, è r’waîtant l’eûwe .» (Laloux 1969, 123)  (C)

 

« Èle vos-a bin alèvé, c’èst sûr, mins èle ni vièrè nin l’ rève di s’vîye rèyalisé ;… »   (Gillain 1932, 136) (C)

 

« Èle dj’ sé bin qu’èles causenut pas sines, / Quand leû bia costé qui trèssine / Djoûwe au murwè avou l’ solia .»  (Bacq 1978, 6) (C)

 

« Mi tièsse, bin èCètéye, s’aspouye / À si sto, èt dji veu sès fouyes /  Tamejî one lumiére qui r’glatit .» (Bacq 1978, 6) (C)

 

« Lès Chinwès, c’èst dès djins come nos, mins gn-a vraîmint d’ trop ! » (Vanackere 1983, 7) (C)

 

« Dji n’ pou nén dîre qui ça èst mau faît, mins quand min.me… »  (Mathieu s.d. b, 149) (O)

 

« I lès faut oyu raconter pa on papa ou co mia pa one grand’moman .» (Gillain 1932, 103) (O)

 

« Dins l’ timps,on n’ èstéve nin si grandiveûs qui l’ djoû d’ aujdoûrdu ; on-z-èstèt pôve, po l’

   dîre platèzak .»  (Gillain 1987, 11) (O)

 

« Manu èsteut onk dès râres, o viyadje, à lîre li gazète tot-ute tos lès djoûs .» (Laloux 1974a, 162) (O)

 

« Po dîre li vraî, Josèf ni vèyeut nin trop voltî tos cès djeus-là d’ sauvadjes .»  (Houziaux 1964,  174) (C)

 

 

7.1.2.2  Remarques 

 

1) « rade » et « rademint »

 

rade

avec « awè »  et les verbes de déplacement «  roter, couru, rôler, voler, nadjî, aler, crauper, tirer (avou one ârme) »,  etc.

Ça va trop râde. (Cela va trop vite.) (Copp. 1959, 145) (O)

 

rademint (parfois prononcé raddimint)

avec « dîre, fé, tchanter, vinu, aler, lîre, mète, … »

Alez rademint qwê l’ médecin !

Tèlèfonez rademint 

Qu’il èrvaye raddimint !

= rwèd

(jamais avec -mint) (C, O; reûd (E); rède, reûd (fém. reûde) (Franc. 1994) (S))

 

On côp qu’ i m’a ieû vèyu, il a couru rwèd !

Èle a tcheû rwède moûrte. (Elle est tombée raide morte.) (Copp. 1959, 145) (O)

 

 

Exemples d’auteurs

 

« A trwès, ça va co bin pus rade .» (Arte 1983, 10) (C)

 

« Quand on n’èst nin fwârt, faut ièsse malin ou couru rade ! » (proverbe)

 

« Asteûre, dji n’ conè pus pêrson.ne, dji n’ ètind pupont d’ convêrsâcions ; dji n’ pou fé qu’ dès supôsicions è trèvèyant tos cès fous-là qui coûrenut au pus rade » .» (Gillain 1932, 45) (C)

 

NB De « rwèd » vient le nom abstrait « rwèdeû » . De « rade », on ne dérive pas de nom.

Ex : Il a pèté au diâle d’ one riwèdeû !

 

On dit pour traduire «très vite »:

vite èt rade (Haust 1933) (E)

Alez-è vite èt rade !

râde èy’ abiye (Copp. 1959, 145) (O)

Wétîz d’ fé ça râde èy’ abiye (ou: au pus râde) ! (Tâchez de faire cela au plus vite.)

 

2) « tot »

 

a) tot (tout (O))

peut être adv. de manière

Is n’ ont nin co tot rauyî leûs canadas.

 

(= complètement)

Dj’ a tot chové lès fouyes dju dè l’ pavéye.

 

 

Il ont tot sauclé lès pârks.

b) tot(e), tos, totes (tous, toutes (Copp. 1959, 147) (O))

reste l’adv. le plus employé pour renforcer un adj. ou un autre adv.

Sès tch’veûs sont tout nwêrs. (Ses cheveux sont tout noirs.) (Copp. 1959, 147) (O)

 

c) tot

s’accorde comme un adjectif

– dans les cas suivants, où son emploi est obligatoire,

– dans les autres où il renforce un adj.

tote neuwe, tot nu, tot seû, tote seûle, tot grand au laudje, tot pèk (= saisi);

 

tot vîy 

d) tot

invariable quand il renforce un adverbe ou un verbe

tot bas (= à voix basse), tot près, tot drwèt, tot wôt (= à voix haute ou à haute voix).

 

Remarque 

 

On dit toujours : à mitan tot nu, à mitan tote neuwe.

 

Exemples d’auteurs 

 

b

« … ; deûs fèsses totes ratchutchuwes, qu’ is d’ brèneut à timps à eûres .»  (Laloux 1969, 7) (C)

« Bâbe ni wasereut jamaîs pus d’meurè tote seûle à l’ nêt .» (id., 49) (C)

« Li moman èsteut stinduwe tote longue è s’lèt .» (id.,, 7) (C)

« Come, li djoû qu’on s’ marîye, on s’ a r’churè tot noû à c’fèsse èt à l’comunion,… »  (id., 29) (C)

« Bin sûr sint Josèf, avou s’ bon moussemint : one rodje cote come di s’ timps èt on tot vèt’ mantia, èt l’ brakèt su s’ brès .»  (id., 137) (C)

c

« C’ èst s’ mére tote ratchîye .» (Houziaux 1964, 30) (C)

« Li moman èsteut stinduwe tote longue è s’ lèt .» (Laloux 1969, 7)  (C)

« C’ èst portant l’ vraî qu’ li p’tite comére tote rastrindeuwe qu’ èst là pa-d’vant mi a stî one bèle djon.ne bauchèle .» (Gillain 1932, 139) (C)

d

« Dès « lieûs-dits » po lès notaîres èt au Cadasse, mins por nos, c’ èst dès mots qu’  tchantenut ; rin qu’ à lès scrîre èt lès lîre tot wôt, lès lârmes coûrenut su mès massales ;… » (Gillain 1932, 20) (C)

« Après l’sopè, quand nn’ ans ieû tot faît l’ bagadje, … » (Laloux 1974a, 82) (C)

 

           

3) Des adverbes n’apportant normalement pas une nuance de manière peuvent l’avoir dans certains cas.

Ex :

près 

waîtî près 

= ièsse sipaurgnant (être économe)

lon 

vôy lon 

= sondjî à dès consèkences qui sont co lon (songer à des conséquences lointaines)

grand 

vôy grand 

= fé dès grands projèts (faire de grands projets)

 

 

4) « awè bèle à dîre », « awè bèle à fé »,…

 

awè bèle à dîre (C, O; aveûr bèleà / dè dîre (E)) = awè bau dîre (emprunt au français) (= aveûr bê (E), avèr bê (Franc. 1994) (S))

avoir beau dire 

awè bèle à fé (C, O; aveûr … (E)) = awè bau fé (id.) (avèr bèle à (Franc. 1994) (S))

avoir beau faire 

 

Ex :

I l’ a ieû bèle à s’ cotaper (= I s’ a ieû bau cotaper), ça n’ a sièrvu à rin.

Il a eu beau se démener, cela n’a servi à rien.

On-n-a bèl à dîre, quand on li pâle, èle est toudi avau lès tch’mins. (Copp. 1959, 151) (O)

On a beau dire, quand on lui parle, elle a toujours l’esprit ailleurs.

 

T’ ès bê niyî. (Franc. 1994) (S)

Tu as beau nier.

Il ont bèle à-z-avèr dès sous, ça n’ vât rin d’ zèls. (id.)

Ils ont beau avoir des sous, ils ne valent rien.

V’s-avoz bèle à l’zî dîre. (id.)

Vous avez beau leur dire.

 

Exemple d’auteur

 

« T’ as bèle à dîre qui ç’ n’èst pus li qu’èst là su l’ tauve .» (Laloux 1969, 144) (C)

 

Attention : « l’ awè bèle di » signifie : « awè l’ ocâsion di » (avoir l’occasion de)

 

On dit: on (fém. one) bèle-à-fé (un faiseur (une faiseuse) d’embarras)

Ex : Quéne bèle-à-fé qui cisse båcèle-là ! (Haust 1933) (E)

 

 

5) Il y a une différence entre « asto » (= sans bouger) et « d’ asto » (= sans interruption)

Ex :

I v’leûve èspliker, mins il a d’mèré asto.

Il voulait donner des explications, mais il est resté sans bouger.

Fidél Castro aveûve causé quatre eûres d’ asto.

Fidel Castro avait parlé pendant quatre heures.

 

 

6) « insi (> s(i)) » (ainsi), « insi-inlà », « insa »

 

insi

s’abrège en « si » quand « èt »  joint surtout deux impératifs

 

 

 

 

 

Mindje èt si t’ taî ! (Mange et (ainsi,) tais-toi !)

Intrez èt si v’s-achiez! (Entrez et asseyez-vous (ainsi)! (Haust 1933) (E)

Dihindez è l’ cåve èt s’ prindez ‘ne botèye. (Descendez à la cave et (ainsi) prenez une bouteille. (id.)

 

d’autres cas :

avec « èt » 

 

 

L’ ome si towe ås treûs qwårts èt si n’ pout-i co viker. (L’homme se tue aux trois quarts et ainsi, il ne peut plus vivre.) (Haust 1933) (E)

 

sans « èt » 

Va s’ djowe ! ((litt. Va (et) ainsi joue!) Va te promener ! (id.)

Va s’ tu r’coûtche ! (à côté de « Va tu r’coûtchi! ») (Va te recoucher!) (Franc. 1994) (S)

Va s’ tu fé pinde ! (Va te faire pendre !) (id.)

Va s’ tu fé cor arèdji! ((litt. Va te faire encore enrager !) Va au diable!) (id.)

insi-inlà 

= sins-agrès ou ça îreuve bin mia: (F) tant bien que mal ; couci-couça

Èt qwè, on l’ faît aler ?

– Bin, insi-inlà !

insa

ne se rencontre que dans « insi-insa » = (F) couci-couça

Qué novèle ? Ça t’ va ?

– Bin, insi-insa !

 

NB dès pèle-èt-s’-mougne (= des pommes de terre cuites dans leur pelure)

 

Exemples d’auteurs

           

èt + si (= insi)

« Mindje one di tès mwins èt s’ laî là l’ôte po d’mwin ! » (A. Leurkin, in: Chronique, 46, S.L.L.W., p.8)

insi-inlà

« Nonîye èva insi-inlà. Qui ça toûne come ça vout .» (Laloux 1969, 155) (C)

 

 

7) Des préfixes : supêr- ; ârchi-                 

Ex : supêrbièsse; ârchimalauji

 

 

8) Redoublement 

                       

Ex : Is sont ritches,… ritches !  (avec une pause entre les deux adjectifs et une accentuation du deuxième)

Si soû èsteûve minâbe, minâbe !

 

Relativisation

 

On relativise l’information précédente par une répétition rapide de l’adjectif terminé par un son vocalique ou en le faisant précéder de sa forme tronquée, s’il est terminé par un son sonantique.

Ex :

Il èst grand. – Grandgrand, là !

= pas tellement grand

On p’tit gamin. – Bin, p’titp’tit !

= pas tellement petit

One vète auto. – Vèvète, savoz !

= pas tellement verte

I faît sètch o corti. – Sèssètch, sès se ! Li têre clape co on locèt !

= pas tellement sec

– Vos-avoz dès bias colons !

– Biabias ! Dj’ ènn a d’djà ieû dès pus furieûs !

 

= pas tellement beaux

Voci one pome qu’èst meûre ! – Meûmeûre !

= pas tellement mûre

 

N.B.  On emploie souvent cette tournure avec une négation.

Ex : Il n’ èst nin grandgrand, mins il èst stokasse.

Èle n’ èst nin vîyevîye, come vos d’djoz !

 

Ce moyen de relativisation s’emploie aussi avec des adverbes et des noms.

Ex : Ça stî rade !  – Raderade, là, il a falu deûs djoûs !

C’ è-st-on-ome, asteûre ! – Ome-ome, là ! Dijans on grand djon.nia!

 

 

9) Redondance : « pâremint tot seû ; fin mièrseû; … »

 

Exemple d’auteur

 

« Nin one eûre après, li P’tit Bêrt aveut wadji on lite, qu’ il îreut, tot fin mièrseu, fè one fausse

comission èmon Catèrine Laune .» (Laloux 1969, 55) (C)

 

 

10) L’infinitif complément de « in.mer » doit lui être relié par « bin + di ».

 

Ex :  Il in.me bin di v’nu avou mi.   Dji n’ in.me nin d’ lèyî l’s-èfants tot seûs ».

 

NB  

mindjî voltî dè l’ sope

aimer la soupe

nadjî voltî

aimer nager                        

 

Mais après « in.mer mia », pas de préposition.

Ex : Dj’ in.me mia vôy sès talons qu’ sès bètchètes.

 

 

11) « bin »

Il forme des expressions. (Bertr.-D., s.d., 136) (E);

Ex :

Dj’ ô bin.

J’ai entendu dîre, il paraît.

I m’ rivint bin

Il me plaît.

dès djins qu’ èl tinèt bin

des gens aisés

 

 

12) « voltî » (volontiers)

 

  1. a) Le français « aimer » peut se traduire par « vôy voltî » (« vèy voltî » (E, S), « vîr voltî » (O)) (litt. voir volontiers).

Ex :

Is s’ vèyèt voltî. (Haust 1933) (E)

Ils ont du plaisir à se voir, ordinairement en parlant d’amoureux, ils s’aiment.

Dju vwa voltî lès fleûrs. (Depr.-N. 1942) (O)

J’aime les fleurs.

Is s’ vèyant voltî. (Franc. 1994) (S)

Ils s’aiment.

 

  1. b) « aimer » + infinitif par le verbe conjugué + « voltî », comme en néerlandais (graag hebben, …), en allemand (gern haben, …) et en luxembourgeois (gär hunn, …).

Ex :

Nos voyadjans voltî au prétimps.

Nous aimons voyager au printemps.

Dji magne voltî dè l’ salåde. (Haust 1933) (E)

J’aime manger de la salade.

Qu’ arîz-ve voultî? (Rem. 1956, 248) (E)

(litt. Qu’auriez-vous volontiers?) Qu’aimeriez-vous (avoir)? Que désireriez-vous?

I r’véroût voltî.  (Depr.-N. 1942) (O)

Il aimerait revenir.

Dju bwa voltî ou p’tit vêre. (Franc. 1994) (S)

J’aime boire un petit verre.

 

7.1.3 Expressions

 

à l’ atombance = à l’ atombe (Copp. 1959, 148) (O)

au hasard

Dj’ aî sèmé mès carotes à l’ atombance. (J’ai semé mes carottes au hasard.)

à l’ atrape (Rem. 1956, 164) (E)

au hasard, au jugé

(de: atraper: atteindre)

 

à l’ avîr  = à l’ avîr à l’ apwète  (id.)

au hasard, au petit bonheur

(de: s’ avîrer su: se guider sur; apwèrter: apporter)

tirer à l’ avîr (tirer au hasard)

à bache-dos = à bachète (Copp. 1959, 148) (O)

courbé, à dos baissé

I s’ inva tout à bache-dos. (Il s’en va tout courbé.)

à l’ blife à l’ blafe = à la mistenflûte (id.)

à la grosse mordienne

Èle fét tout à l’ blife à l’ blafe.

à broke (id.)

à quia

d’meurer à broke (rester à quia)

à dik èt daye (id.)

très vite, sans relâche

travayi à dik èt daye

à hape = à hipe (Haust 1933) (E)

tout au plus, à peine

Dj’ ènn’ a-st-à hape? (J’en ai à peine.)

C’ è-st-à hipe cosou. (C’est tout au plus cousu.)

à la pâpa (Copp. 1959, 148) (O)

avec bonhomie

I nos-a rçû à la pâpa. (Il nous a reçu avec bonhomie.)

à la wache-wache (id.)

étourdiment

daler à la wache-wache (aller étourdiment)

à la zon’ deguése (id.)

sans discernement, follement

Èle travaye à la zon’dèguése.

Etc.

7.2 Adverbe de temps

7.2.1 Liste

 

adon

(F) alors

Adon, qu’ avez-ve fêt ? (E)

Adon, nos-avons tchanté. (Alors nous avons chanté.) (Copp. 1959, 158) (O)

adon-pwis (E)

alors

 

ad’vant-yîr

(divant-z-îr (Haust 1933) (E); avant-yèr (Copp. 1959, 158), èdvant-yîr (Balér., s.d., 42)  (O); ad’vant-îr (Franc. 1994) (S))

avant-hier

 

afîye

(alfî (Rem. 1956, 155) (E))

parfois

 

alôrs’

(Franc. 1994) (S)

alors

 

après

après, ensuite

 

après-d’mwin (C, S; après-d’min (E); -d’min (Copp. 1959, 158) (O))

 

 

asteûre

maintenant

Ç’ n’ èst nin co pou asteûre. (Ce n’est pas encore pour maintenant.)

(Copp. 1959, 159) (O)

awan = djâwan

(Bastin 1909) (E)

cette année, il n’y a pas longtemps

 

binrade

(bén- (Bastin 1965; Balér., s.d., 42), bîtoût, binrâde  (Copp. 1959, 158) (O)) = bin vite (Haust 1933) (E)

bientôt, sous peu

I rvéra bin râde / bîtoût. (Il reviendra bientôt.) (Copp. 1959, 158) (O)

 

co(r) ((è)co, c’ (Bastin 1909) (E))

encore, à nouveau: « co » est le plus courant (Rem. 1956, 213)

 

co bin

parfois

 

co todi

 

 

= co tofêr

encore toujours:

(durée : encore avec excès)

(répétition : encore avec excès)

 

co rade (co vite (Franc. 1994) (S))

bientôt (litt. encore vite)

Vos-auroz co rade trinte ans! (Tu auras bientôt trente ans!)

Dju s’rans co vite à l’ îvièr. (Nous serons bientôt en hiver.) (Franc. 1994) (S)

d’ abôrd

= prîmau (Léonard 1952, 76) (C)

presque : un peu plus tôt que

 

dèdjà

déjà

 

(= djà (Rem. 1937, 52) (E), (Franc. 1994) (S))

cons. + dèdjà (/ djà)

I véreûve dèdjà d’mwin.

Dju l’ a djà vèyou ; a-t-i djà v’ni ?  (Rem. 1937, 52) (E)

 

voy. + d’djà (/ djà)

Djè l’ a d’djà vèyu.

Il a d’djà v’nu payî. (Copp. 1959, 158) (O)

 

En E et en S, seul « djà » avec le verbe et la négation pour indiquer qu’il est impossible au sujet de faire l’ action exprimée par le verbe. (Rem. 1937, 52) (E)

I n’ vinrè djà.» (Il ne pourra venir.) (Rem. 1937, 52) (E)

Dju n’ dîro djà rin d’ ôte. (Franc. 1994) (S)

 

dès côps qu’ i gn-a

(C, (Rem. 1956, 155) (E); … qu’ i gn-è (Franc. 1994) (S))

parfois

 

dimwin

(dimin (Haust 1933), dumin  (Rem. 1956, 155) (E); dèmin (Copp. 1959, 158), dèmangn (Deprêtre-Nopère 1942) (O); dumwin (Franc. 1994) (S))

demain

 

dismètant

(C, (Haust 1933) (E); (dus- (Rem. 1956, 155) (E)

entretemps

 

dispû

(d(is)pôy (Haust 1933), duspôy (Rem. 1956, 150), duspô, dèspô (Royal Club Wallon, 1997)  (E); dispôy, d(u)pû (Franc. 1994) (S))

depuis

Il a-st-avu on côp d’song’ l’ on passé èt, d’pôy, il èst clawé so s’lét, (Bertr.-D., s.d., 144) (E)

d(i)vant

(dè- (Copp. 1959, 153), èdvant  (Balér., s.d., 42) (O); d(u)- (Franc. 1994) (S))

avant, auparavant

 

d’vantan (Bastin 1909) (E)

il y a deux ans (< deuvant an)

 

djoûrmåy (E)

(djoûr-èt-måy, djoûr-èt-djoûrmåy)

continuellement

Èle si fêt djoûrmåy dè måva song’. (Bertr.-D., s.d., 145) (E)

ènawêre

(n- (Bertr.-D., s.d., 144), ènawére (Bastin 1909) (E))

tout à l’heure (dans le passé)

 

enfin

enfin

 

èturtimps

(intrè-, intri- (Haust 1933) (E); intrè- (Copp. 1959, 159; (Balér., s.d., 42) (O))

entretemps

Intrètimps, nos avons bu. (Entretemps, nous avons bu.) (Copp. 1959, 159) (O)

èyîr

(îr (E); (a)yèr (Copp. 1959, 159), ayîr, ayèr (Grignard 1908), ayèr, èyir (Balér., s.d., 42) (O); ayîr (Franc. 1994) (S))

hier

 

gn-a dès côps (qu’ i gn-a) qui

parfois

 

longtimps

(_, lon.mint (Copp. 1959, 159) (O))

longtemps

Il a lon.mint qu’il a passé. (Il y a longtemps qu’il est passé.) (Copp. 1959, 159) (O)

mauy = jamaîs

((ja)måy (Bertr.-D., s.d., 144), mây = jamês ((Rem. 1956, 154) (E); may = jamés (Copp. 1959, 159) (O); jamês (Franc. 1994) (S))

jamais

Ni fez måy ine afêre insi ! (Bertr.-D., s.d., 145) (E)

On n’ a may vu ça! (On n’a jamais vu ça !) (Copp. 1959, 159) (O)

mwints côps

parfois

 

odjoûrdu

(au- (Copp. 1959, 158) (O); â- (Franc. 1994) (S))

aujourd’hui

Âdjoûrdu, c’ èst la dicâce. (Aujourd’hui, c’est la kermesse.) (Franc. 1994 (S)

ossi rade

aussitôt

 

oûy (Haust 1933) (E) (û (Bastin 1909) (E))

aujourd’hui

 

pacôps (pacoûps (Copp. 1959, 160) (O))

parfois

 

pa-temps (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

parfois

Pa-temps, dju r’pinse à m’ djon.nèsse. (Parfois, je repense à ma jeunesse.)

pwîs = ç’ pwîs-là

puis, après, ensuite

 

quékefèye

(Bertr.-D., s.d., 144) (E) (quékefîye (Balér., s.d., 42) (O))

parfois

On tome quékefèye d’ on bwègne so ‘n-aveûle. (Bertr.-D., s.d., 145) (E)

sovint

(sou- (Copp. 1959, 160) (O))

souvent

 

taurd

(tård (E); târd (Copp. 1959, 160) (O); târd jamês (Franc. 1994) (S))

tard

 

télcôp

(télcoûp, tékfwè (Copp. 1959, 159) (O))

parfois

 

télefîye

(téléfèye (Haust 1933) = tékefèye (de: quékefèye et telefèye), télefî (Rem. 1956, 155) (E))

parfois

Si télcoûp, vos trouvez ‘ne saquè, djè m’ èrcoumande. (Si parfois, vous trouvez quelque chose, je me recommande.) (Copp. 1959, 159) (O)

tèlmètant

(tèr- (Balér., s.d., 42) (O))

entretemps

 

tènawète

(tanawè in coup (Grignard 1908),  tènawète (Balér., s.d., 42) (O))

parfois

 

tèrchèdon

(Bastin 1965; (Balér., s.d., 42) (O))

d’ici lors

Tèrchèdon, i nos faura travayî (D’ici lors, il nous faudra travailler.) (Copp. 1959, 159) (O)

timpe

(C; (Haust 1933), twèt (Rem. 1956, 155) (E); timpe, toût (Copp. 1959, 160) (O); timpe, twèt jamês (Franc. 1994) (S))

tôt

Djè véraî tout timpe. (Je viendrai (tout =) très tôt.) (Copp. 1959, 160) (O)

 

timpèsse (Haust 1933) (E)

comme la tempête, avec une rapidité vertigineuse

Lès-an.nêyes ènnè vont timpèsse.

di timps-in timps

de temps en temps

 

du timps d’ eûre (Rem. 1956, 155) (E)

de bonne heure, à temps

 

todi

(C, (Haust 1933) (E); tou- (Rem. 1956, 205) (E); tou- (Bastin 1965, 78; (Copp. 1959, 160) (O); to(u)- jamês (Franc. 1994) (S))

toujours 

1 durée (encore)

 

 

 

 

Èlle a todi on fiér qui clape. (Bertr.-D., s.d., 145) (E)

Vos-avez toudi réson (chaque fois, toutes les fois.) (Copp. 1959, 160) (O)

 

tofêr

(tofér (Bertr.-D., s.d., 144) (E); toufèr (Bastin 1965; Copp. 1959, 160) (O)) = todi-måy (Bertr.-D., s.d., 145) (E)

2 à répétition, continuel

Èlle èst tofér a m’fé dès hègnes. (Bertr.-D., s.d., 144) (E)

Èle fêt todi-måy ine loufe come on sabot. (Bertr.-D., s.d., 144) (E)

Èle èst toufèr dins mès pîds. (Copp. 1959, 161) (O))

tot-à l’ eûre

((t’)t-à l’ eûre (Copp. 1959, 148) (O) 

tout à l’heure (dans le futur)

À t’t-à l’ eûre ! (A tantôt!)

tot d’ on côp

(C, E) = tot-à-n-on côp (E), t’-è-n-in côp (Copp. 1959, 147) (O); tot d’ ou côp jamês (Franc. 1994) (S)))

1tout à coup 

2 tout d’un coup

 

tot dreut

(Bastin 1909) (E)

tout de suite

 

tot d’ sûte = tot rade

(tout d’ chûte (Bastin 1965) (O))

tout de suite

 

 

7.2.2 Remarques

7.2.2.1 « quand quand » = n’importe quand, s’emploie toujours avec une négation.

 

Ex : Ci n’èst nin quand quand, c’è-st-asteûre.

 

Exemple d’auteur

 

« Alêz, mon parent, nin d’ tot ça, on-z-èrva. Èt nin quand quand .»  (Laloux 1969, 17) (C)

 

 

7.2.2.2 « co »peut avoir le sens de « min.me, po l’ mwins’ ».

 

Exemple d’auteur

 

« Dji m’a pormwinrné co cint côps au Bois de la Cambre .» (Gillain 1932, 36) (C)

 

 

7.2.2.3 « todi » peut être synonyme de « co » (= encore)

Ex : Djè l ’a mârié pace qui djè l’ vèyeûve voltî èt djè l’ vè todi voltî.

 

N.B. Dans ce cas, on ne peut remplacer « todi » par « tofêr ».

 

 

7.2.2.4 « adon » correspond au français « alors » avec une idée temporelle. Quand « alors » signifie « dans ce cas » ou « par conséquent », le wallon dit : « d’abôrd ».

 

Ex : On m’ ratind ? Dji m’ î va, d’abôrd !

       I dit qu’i n’ sét rin ! D’abôrd qu’i s’ taîje !

 

 

7.2.2.5 Il y a une différence entre « ossi rade » (= aussitôt) et « ossi timpe » (= aussi tôt)

 

Ex : I ‘nn a ‘nn’ alé èt rivenu ossi rade.

       Dji n’ atèlerè nin ossi timpe qui li. Il in.me m-ostant qwè !

 

 

7.2.2.6 On rencontre « co todi » et « co tofêr », où « todi » et « tofêr » renforcent « co » et traduisent une critique, une impatience.

 

Ex : Elle èst co todi à l’ canlète. ( = Ca dure.)

                       tofêr                 ( = Ca se répète.)

 

 

7.2.2.7 Le français « parfois » se traduit de différentes façons :

 

 

Exemples d’auteurs

 

a) co bin

 

« Dins l’ vîye cûjène où-ce qui l’ vijène vineûve co bin sploussî lès pwès… » (Guillaume 1947, 39) (C)

« Èle l’ ataucheut co bin di d’ssus s’-t-uch, quand il aleut èmon l’ Blanc .» (Laloux 1969, 162) (C)

b) dès côps qu’ i gn-a

« Dès côps qu’ i gn-a, quand l’ bèsogne èst trop fwate, / On s’ dit tot bas: « Qu’ on sèreut bin è s’ lét !… » (Vervotte 1980) (C)

c) gn-a dès côps (qu’ i gn-a) qui

« Gn-a dès côps qu’ on-aleûve dèdjà fé on p’tit toûr à l’ fièsse après quatre             eûres… » (Gaziaux 1987, 213) (C)

« Gn-a dès côps qu’ i gn-a qu’ à l’  vièspréye après quatre eûres n’ avot bran.mint dès djins .»  (Gaziaux 1987, 233) (C)

d) pa côps

 

 

 

7.2.2.8 « sovint » peut avoir le sens de « rade » (vite), « timpe » (tôt).

 

Exemple d’auteur

 

« Bè ! I n’ rivint nin sovint, l’ djon.ne ome .» (Laloux 1969, 15) (C)

 

 

7.2.2.9 « asteûre » devrait s’écrire « àçteûre », puisqu’il signifie «à ç’-t-eûre-ci ». C’est le seul cas où un démonstratif n’est pas suivi de « -ci » ou « -là », sauf : « A onk di cès djoûs! » «  A onk di cès quate !»

 

Exemple d’auteur

 

« Asteûre, on fêt totes sôrtes di mindjîs qu’ on n’ arot nî fêt d’vant .»  (Gaz. 1987, 206) (C)

 

 

7.2.2.10  Le français « tantôt » ou « tout à l’heure » se rapporte aussi bien à un passé qu’à un futur distant de quelques heures.

En wallon, on fait une nette différence entre : « ènawêre » (passé) et « tot-à l’eûre » (futur)

 

Exemple d’auteur

 

« Ô non ! C’èst l’ vèjène qui m’ lès-a apwârtè ènawêre .»  (Laloux 1987b, 198) (C)

 

 

7.2.2.11 Dans « odjoûrdu », on trouve : o + djoû + d’ + u.

« o » signifie : « dins l’ » et « u » signifie déjà « aujourd’hui ». C’est l’évolution ultime du latin « hodie ».

 

Ex : « D’ ayîr èt d’ odjoûrdu »  (Bacq 1978: titre d’un recueil) (C)

 

 

7.2.2.12 « mauy » ou « jamaîs » sont généralement employés avec une négation, mais celle-ci est parfois sous-entendue.

 

Ex :  Il èst deur, mins mauy injusse .

 

Exemple d’auteur

 

« Portant, vos m’ p’loz crwêre, s’ i gn-avèt ieû qu’ mi, dji n’ a jamaîs seû trouver on  nid .»  (Gillain 1932, 23) (C)

 

 

7.2.2.13 Notre langue a une série de locutions et de compléments de temps, qui jouent le même rôle que les adverbes.

 

Ex :

li djoû d’ odjoûrdu

à notre époque

à paurti d’ asteûre

dorénavant, désormais

èturtimps : tèlmètant 

entretemps

po l’ momint  

en ce moment

dêrènemint

récemment

d’ on randon  

tout d’un coup

tènawète = (di) timps-in timps (emprunt au fr.)

de temps en temps

tot rade

tout à l’heure (futur très rapproché)  = +- tout de suite

 

 

7.2.2.14 « d’ abôrd» est synonyme de « binrade » (bientôt).

 

Exemple d’auteur

 

« Paul d’ Arnwès sèrè d’abôrd dju d’ bay .» (Gaziaux 1987, 161) (C)

 

 

7.2.2.15 « dèdjà »

 

1) Il peut avoir la valeur de « Djè l’ a seû, mins dji n’ m’ è r’ssovin nin » (Je l’ai su mais je m’en souviens pas.).

Il correspond au (F) encore et au (N) ook weer.

Ex : Comint-ce qu’on l’ lome dèdjà ?

 

2) Sous la forme « djà », il s’emploie aussi sans la négation, mais dans des phrases interrogatives. Ici, il est synonyme de bin. (Rem. 1937, 52) (E)

Ex : Quu v’ freût-i dja ? (Que vous ferait-il bien ?)   Quu dîreûs-se djà qu’ i va fé ?

 

 

7.2.2.16 « enfin »

 

Il n’a jamais le sens proprement temporel « à la fin » (Rem. 1956, 218) (E) et signifie:

 

n’est-ce pas

Il èsteût toudi tot…, come on…, come on coupâbe enfin.

Il était toujours tout…, comme un…, comme un coupable enfin, n’est-ce pas.

interjection

Ç’ aveût stou one afêre, enfin! 

Ç’avait été une affaire, enfin! càd. une affaire extraordinaire !

 

Èle soufra tote nut’, enfin, ‘le soufra, ‘le soufra !

Elle souffrit toute la nuit, enfin, elle souffrit, elle souffrit !

 

Enfin, c’mint è-st-i possibe? 

Allons! comment est-ce possible ?

du moins

Â, i parèt, enfin.’

Oui, on le dit, du moins.

en tout cas

Mês ‘lle a stou condané, enfin.

Mais elle a été condamnée, en tout cas.

quelque chose de semblable

aveûr l’ êr du toumer ou enfin

 

avoir l’air de tomber ou quelque chose de semblable

 

7.3 Adverbe de lieu

7.3.1 Liste

 

adlé

(, adré, d(u)lé, dré) (Rem. 1956, 152) (E)

tout près

 

alieûr

 (Copp. 1959, 154) (O)

ailleurs

 

èn-amont

en amont, en montant, plus haut

 

asto

(C, O)

près

Dj’ aî sèré l’ uch asto. (J’ ai fermé la porte contre.) (Copp. 1959, 154) (O)

autoû

(åtoûr (Bertr., s.d., 147), atoûr (Rem. 1956, 153) (E); autoû(r) (Copp. 1959, 154) (O); âtoû(r) (Franc. 1994) (S))

autour

Èle toûrnike autoû.

Èle toûrne toudi autoû. (Elle tourne toujours autour.) (Copp. 1959, 154) (O)

avaur-ci

(_, avièr-ci (Copp. 1959, 154) (O); avâ(r)-ci (Franc. 1994) (S))

dans les environs

I n’ èst nin d’ avaur-ci. (Il ne provient pas de ce côté-ci).

Djè nè l’ aî nin vu avièr-ci. (Je ne l’ai pas vu de ce côté-ci.) (Copp. 1959, 154) (O).

avaur-là

(_, avièr-là (Copp. 1959, 154) (O); avâ(r)-là (Franc. 1994) (S))

dans ces environs-là

Èlle èst d’ avaur-là. (Elle est originaire de ce côté-là.)

Il èst dandjereû avièr-là. (Il est probablement de ce côté-là.) (Copp. 1959, 154) (O)

I gn-è dès romanichèls pa t’t-avâr-là. (Il ya des romanichels dans ces environs-là.) (Franc. 1994) (S)

ci

(chal (E))

ici

 

conte

contre

 

à l’ copète

(à l’ cou- (Copp. 1959, 154) (O))

au-dessus

 

à costé

(C, E, S; à costè (O))

à côté

 

tos costés

partout

 

dèwoûrs

(Copp. 1959, 154) (O)

dehors

On n’  sârout nin daler dèwoûrs.

Daler travayî au dèwoûrs.

d(i)dins

(duvins (Rem. 1956, 151) (E); dèdins (Copp. 1959, 154), d(è)dins, dèvins, dins (Grign. 1908) (O); d(u)- (Franc. 1994) (S))

dedans

Wétîz pau çu qu’ il a d’dins. (Voyez un peu ce qu’il y a dedans.) (Copp. 1959, 154) (O)

Vènoz d’dins. (Venez dedans.) (Franc. 1994) (S)

d(i)foûtrin.nemint (Haust 1933) (E)

en dehors, à l’extérieur

 

d(i)ssus

(d(è)ssus (Copp. 1959, 154) (O); d(u)ssus (Franc. 1994) (S))

dessus

Il l’ faut mète dissus.

Il è mètou l’ dèt d’ssus. (Il a mis le doigt dessus.) (Franc. 1994) (S)

d(i)vant

(C, E; d(u)- (Franc. 1994) (S))

 

Ilèst voye lès pîds d’vant. (Il est parti les pids en avant. = Il est mort.) (Franc. 1994) (S)

d(i)vintrin.nemint

(Haust 1933) (E)

en dedans, à l’intérieur

 

d(i)zeû (d(i)zeûr (Haust 1933),  duzeûr (Rem. 1956, 152) (E); d(u)zeûr, dèzeû, dizeû  (Franc. 1994) (S)

au-dessus

Dj’ ê mès sous voci d’zeûr.(J’ai mon argent ici en haut.) (Franc. 1994) (S)

d(i)zeûtrin.nemint (E)

au dessus

 

d(i)zos

(d(è)zous (Copp. 1959, 154) (O); d(u)- (Franc. 1994) (S))

dessous

Il l’ faut r’mète dizos.

Èle dwart duzos asteûre. (Elle dort en-dessous maintenant.) (Franc. 1994) (S)

d(i)zotrin.nemint (E)

en dessous

 

au d’triviès

(å d’ triviès (Haust 1933) (E); au trèviès (Copp. 1959, 154) , au-d’triviès (Balér., s.d., 42) (O))

à travers

Dju lî passerè mi-èpèye å d’ triviès dè Cér. (Je lui passerai mon épée à travers le corps. (Haust 1933) (E)

On n’ vwèt rin au trèviè. (On ne voit rien à travers.) (Copp. 1959, 154) (O)

djondant

(Rem. 1956, 152) (E)

(litt. joignant) à côté, tout près

I d’meûre djondant. (Il habite la maison voisine.) (Haust 1933) (E)

lu pré djondant (le pré à côté) (Rem. 1956, 283) (E)

djus

en bas, à bas

tchaîr djus d’ si tch’vau (tomber de son cheval)

li solo qu’ èst djus (le soleil qui est couché) (Haust 1933) (E)

L’ avon.ne èst djus. (L’avoine est couchée.) (Franc. 1994) (S)

doûcî doûlà

(Copp. 1959, 154) (O)

çà et là

Dj’ aî cachî après li doûci doûlà. (Je l’ai cherché çà et là.)

drî

(C, E, S; dière, drî (Copp. 1959, 154) (O)

derrière

 

è (C, O; è(nnè) (E); (a)nna, (è)nnè (Franc. 1994) (S))

en

Dj’ è r’vin. (J’en reviens.)

 

en d’dins

(å d’vins (Haust  1933) (E); in d’dins (Copp. 1959, 154), in-d’vins (Grign. 1908) (O); en-d’dins (Franc. 1994) (S))

à l’intérieur

 

en d’foû

(å d’foû (Haust  1933) (E); in d’foû (Grign. 1908) (O); en d’foû (Franc. 1994) (S))

à l’extérieur

 

èri

(èrî (Bertr., s.d., 147) (E); arî (Bastin 1965) (O); arî, èrî (Franc. 1994) (S)))

rarement seul: arrière

èn-èri (à l’ arrière); lon èri (loin derrière)

Nu d’moroz nin an.n-arî. (Ne restez pas en arrière.) (Franc. 1994) (S)

èvôye

((è)voye, invoye (Copp. 1959, 154) (O); (è)voye  (Franc. 1994) (S))

parti

(rèvôye : parti de nouveau)

Is sont tofêr èvôye ! (Ils sont toujours partis!)

Nos sèrans vite rèvôye. (Nous serons vite retournés.) (Rem. 1956, 182) (E)

Hay èvoye ! (Nous voilà parti!) (Franc. 1994) (S)

foû

hors

aler foû (sortir)

î

(i (Bastin 1909) (E))

y ; là

 

ins (rare) (Rem. 1956, 151) (E)

dedans (latin intus)

Mousse ins. (Entre dedans.) (Bastin 1909) (E)  

iute = oute

((h)oute (Haust 1933) (E); (w)oute (Copp. 1959, 155) (O); ute, oûte (Franc. 1994) (S))

au-delà ; outre ; plus loin; à travers

passer oute (aller au delà du but)

La stofe èst si tène qu’ on vèt oute. (L’étoffe est si mince qu’on voit à travers.) (Franc. 1994) (S)

 

là-drî

là derrière, càd. là plus loin, là-bas

R’wêtoz là-drî. (Regardez là derrière.) (Franc. 1994) (S)

là-d’zeû

(-r (Rem. 1956, 151) (E))

là-dessus

 

là-d’zos

là-dessous

 

là-hôt

là-haut

 

lauvau

(C, O; lâvâ (Rem. 1956, 151; Bastin 1909) (E); lâvâ (Franc. 1994) (S))

là-bas

C’ èst lauvau quate pas pus lon. (C’est là-bas quatre pas plus loin.) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

lu payis d’ lâvâ (la région située au nord de Bastogne) (Franc. 1994) (S)

lon (èri)

(lon (èrî) (Haust 1933; Rem. 1956, 152), lons’ (Bastin 1909)  / (E); lon (âri) (Copp. 1959, 154) (O); lon (arî èrî ) (Franc. 1994) (S))

loin

I n’ dèmeure nin lon âri. (Il n’habite pas loin (de là)). (Copp. 1959, 154) (O)

quéke pârt (Franc. 1994) (S))

queque part

 

nule paut

(noule pârt (Rem. 1956, 151) (E); nule vârt (Copp. 1959, 155), nule vaut (Grign. 1908), nule paut (Balér., s.d., 42)  (O); nule pârt (Franc. 1994) (S))

nulle part

 

ôte paut

(ôte pârt (Rem. 1956, 151) (E); aute pârt (Copp. 1959, 154), aute paut (Balér., s.d., 42) (O))

ailleurs

 

pa-drî

(po- (Rem. 1956, 152) (E); pa-dri (Bastin 1965), pa-dière, pa-drî (Copp. 1959, 155), pa-drî (Grign. 1908) (O); pa-drî, po(u)- (Franc. 1994) (S))

derrière

 

pa-d’vant

(C, O; _, d(è)vant (Copp. 1959, 154) (O))

devant

 

pa-d’zeû

(å d’zeûr (Haust 1933) (E); pa-d’zeûr, au-d’zeûr, d(è)zeûr (Bastin 1965), pa-d’zeûr, au-d’zeûr, d(è)zeûr (Copp. 1959, 154) (O))

au-dessus

 

pa-d’zos

(pa-d’zous (Bastin 1965), pa-d’zous, d(è)zous  (Copp. 1959, 154) (O))

en-dessous

Lès résulats sont pa-d’zos tot !

pa-t’t-avau

((pa-)t’-avau (Copp. 1959, 155), pa-t’t-avau (Balér., s.d., 42) (O); pa t’t-avâ (Franc. 1994) (S))

partout (_ sur / dans: prépos.)

I gn-è dès djins pa t’t-avâ la vèye. (Il y a des gens partout dans la ville.) (Franc. 1994) (S)

one place ou l’ ôte

quelque part

 

à one place ou l’ ôte

(èn-one plèce ou l’ôte (Rem. 1956, 151) (E))

en un endroit quelconque

 

one sadju

(ène _ (Bastin 1965; Copp. 1959, 155) (O))

quelque part

On l’ trouverè bin one sadju .

sus (Rem. 1956, 152) (E)

dessus

 

à l’ valéye

(-êye (Haust 1933), èn-à l’ valé (Rem. 1956, 152) (E); id. (Copp. 1959, 154) (O); -êye (Franc. 1994) (S))

en bas (litt. à la vallée)

Nous-avans tot lèyî à l’ valéye. (Nous avons tout laissé en bas.)

Dj’ ê toumé à l’ valéye. (Il est tombé en bas.) (Franc. 1994) (S)

vêci

(voci, volà, vochal  (Rem. 1956, 151) (E); doûcî (Copp. 1959, 155), droci (Grign. 1908) (O))

ici

 

vêlà

(doûlà (Copp. 1959, 155), drolà (Grign. 1908)  (O))

là ; là-bas

 

voci volà (Rem. 1956, 151) (E)

çà et là

 

volà-d’zeûr (Rem. 1956, 151) (E)

ici au-dessus

 

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« Li maujo dès coméres d’ èmon Rolaine, avou l’ uch riclôs, lî a stî ossi ètranje qu’ one grègne, èt l’ pwate sèréye, èt l’ uchelèt r’ssatchî asto .»  (Laloux 1969, 124) (C)

 

« On joûrnalisse aprind qu’ i gn-a on tireû à l’ ârk à n’ nin bate dins on p’tit viladje d’ avaur-ci : i tire todi è  l’ rôse ! » (Viroux 1984c, 20) (C)

 

« One masse di djins qu’ acourin.n pa-t’t-avaur-ci…. »  (Pirotte 1985, 5) (C)

 

« Co dîs côps su l’ djoûrnéye, èle criyeut aus vèjènes : « N’ avoz nin vèyu nosse pitite avaur-là ? »  (Houziaux 1964, 36) (C)

7.3.2 Remarques

7.3.2.1 « tot » correspond à « partout » (F), devant « èwoù ». Généralement, on prononce en faisant la liaison.

 

Exemple d’auteur

 

« Dès fleûrs d’ avri à boyéyes, plik, plok, èt dès rôsîs à make, tot-èwoù qu’ gn-a place .» (Laloux 1969, 10) (C)

 

 

7.3.2.2  « asto »

 

1) Avec « asto », on emploie souvent « tot-». On fait toujours la liaison.

Ex : Dj’ a faît l’ poli tot-asto do pègnon.

 

2) « dimèrer asto » peut signifier :

a dimèrer nin lon èri     Ex : Vos vèyoz li scole ? Mi fèye dimère asto.

  1. ni pus sawè avancî Ex : Li tchaur a d’mèré asto dins lès broûs.

 

 

7.3.2.3 « pa t’t-avau » s’emploie pour « pa tot-avau » (partout).

 

 

7.3.2.4 « iute »

 

1) « passer iute » signifie :

  1. a) ne pas s’arrêter à un certain endroit

Ex : Sint Nicolès a passé iute di nosse tchiminéye.

       Li Quaurtî n’ saveûve passer iute d’ on cabarèt.

  1. b) s’effondrer 

Ex : Li plafond va passer iute.

        Li cu dè l’ banse a passé iute.

Mais : « à iute » signifie (F) « à l’abri ».

 

 2) Au jeu de balle -d’origine picarde !- on n’emploie pas « iute », mais « oute », comme on emploie « cassî », emprunté au picard, et non « tchèssî », qui est la forme wallonne.

 

 

7.3.2.5  Il y a une différence entre « ènawêre » (= i gn-a wêre di timps) qui se rapporte à un passé immédiat n’excédant pas des heures, et « tot-à l’ eûre », qui se rapporte à un futur immédiat n’excédant pas des heures.

 

 

7.3.2.6 « ci » est l’abréviation de « vêci »; « là » de « vêlà ».

 

Ex : Ni cachîz pus ! Vosse casake èst ci !     Dimwin, dji n’ sèrè nin là.

 

 

7.3.2.7 L’éloignement se marque comme suit : « vêci » (ici), « vêlà » (là), « lauvau » (là-bas), « aus sèt’ cints diâles » ou « au diâle bin lon » ou « au diâle èt co pus lon » (tout là-bas).

 

 

7.3.2.8 « près » s’emploie toujours avec « tot ».

 

Ex : S’ i d’mèrereûve tot près, ça sèreûve pus auji.

 

Exemple d’auteur

 

« T’ è sovins se co bin, mon.nî ? I m’ chone qui djè l’ veu co di-d-ci .»  (Laloux 1969, 27) (C)

 

 

7.3.2.9 Les places de « è » et « î » ne sont pas les mêmes que celles de « en » et « y » en français.

                                   

Ex : Vos divenoz d’ Fosse ?  – Dji n’ è saureûve div’nu ; dj’ èsteûve è l’ maujo !

       Avoz sti o gurnî ?  – Oyi, mins dji n’ î a seû moussî.

 

Exemples d’auteurs

 

« Lès bayonètes î pôrin.n vinu fougnî .» (Awoust 1983, 13) (C)

 

« I s’ î va ètèrer èt Talîye catchèrè l’ intréye avou saquants fwès d’ bwès .» (Awoust 1983, 13) (C)

 

 

7.3.2.10 L’adverbe relatif de lieu  « ((è))w)où-ce qui » (F. où)

 

Exemple d’auteur

           

« Mins avou Vos on brotche foû dès chavéyes, / Foû dès pîd-sintes, où-ce qu’ i n’ lût pont d’ solia .» (Servais 1955, 3)

 

 

Remarque

 

La forme la plus courante en wallon est cependant : « qui … î »

Ex : one place qu’ il î faît clér (un endroit où il fait clair)

 

7.4 Adverbe de quantité

7.4.1 Liste

 

à mitan

(à mîtan (Franc. 1994) (S))

à moitié

Il è co fêt ç’te ovrèdje-là à mîtan. (à mîtan (Franc. 1994) (S)

assez

(aussi: â- )

assez

1 suffisamment 

2 relativement

 

Nos-èstans grands assez.

Nos-èstans assez grands.

au d’là

très, fort

 

bêcôp

(Bert.-D., s.d., 140; Rem. 1956, 271) (E)

beaucoup

bêcôp dês djins (beaucoup de gens) (Rem. 1956, 271) (E)

Il ont bêcôp gangni dès cents. (Ils ont gagné beaucoup d’argent.) (Rem. 1956, 272) (E)

nin biacôp

(C;  (Balér., s.d.) (O)

pas beaucoup, peu

 

bran.mint

(bråmint (Bert.-D., s.d., 140), brâm.mint (Bastin 1909) (E); bran.mint (Copp. 1959, 143) (O); brâ- (à mîtan (Franc. 1994) (S))

beaucoup

Il bråmint nîvé so l’ Fagne. (Il a beaucoup neigé dans les Fagnes.) (Bert.-D., s.d., 140) (E)

bran.mint du toubak (beaucoup de tabac)  (Copp. 1959, 143) (O)

Mèrci brâmint dès côps! (Franc. 1994) (S)

bin

bien

I gn-a bin dès-ans ! (Il ya bien des années!)

bin

au moins

Dj’ ê bin tèlèfoné sèt’ côps. (Franc. 1994) (S)

byin

1 beaucoup de fois, à de nombreuses reprises 

2 fort, très

Nos-avans byin stî au casino d’ Nameur!

 

Vosse taute èst byin bone.

bê-z-èt bin

(Rem. 1956, 272) (E)

pas mal

Il arè co bê-z-èt bin avou du l’ piète avou l’ maladîhe avou. (Il aura encore eu pas mal de perte avec la maladie (= stomatite aphteuse du bétail) aussi) (noter les trois avou  = eu, avec, aussi) (Rem. 1956, 272) (E)

davantèdje

(Bert.-D., s.d., 140) (E); -âdje (Balér., s.d.) (O))

davantage

Ènnè fåreût co davantèdje. (plutôt: … co (d’)pus.)

 

grand

 

(invariable) beaucoup de

I gn-a nin grand tchôse. (/ … tchwè (E))

Nos n’ avons nin grand bèsogne. (Nous n’avons pas beaucoup d’ouvrage.) (Copp. 1959, 168) (O)

I n’ avout nin grand djins doûla. (Il n’y avait pas beaucoup de gens là.) (id.)

I n’ nos faura nin grand timp. (Il ne nous faudra pas beaucoup de temps.) (id.)

one miète

(ène miyète (Copp. 1959, 166) (O))

un peu

 

mwins’

(mons (Bert.-D., s.d., 140) (E); mwins’ (Copp. 1959, 163) (O); mwins’, parfois: mwins (Franc. 1994) (S))

moins

C’ èst co mons qu’ rin. (Bert.-D., s.d., 140) (E)

ni pus ni mwins’ (Copp. 1959, 163) (O)

C’ èst brâmint mwins’ quu twa. (C’est beaucoup moins que toi.) (Franc. 1994) (S)

ossi

(t’-aussi (Copp. 1959, 143) (O); ossi, otsi, tot-ossi, t’ ossi, (Rem. 1956, 225) (E))

aussi (dans une comparaison)

Il è-st-ossi furlangueûs qui s’ frére. (gaspilleur)  (Bert.-D., s.d., 141) (E)

Comint pût-on ièsse (t’-)aussi bièsse ? (Comment peut-on être aussi

bête ? (Copp. 1959, 143) (O))

ostant

(ot’tant (Bert.-D., s.d., 141) (E); austant (Copp. 1959, 163) (O); o(u)stant (Franc. 1994) (S))

autant

Il furlanguêye ot’tant qui s’fré. (Il gaspille …) (Bert.-D., s.d., 141) (E)

Lès frêsmontèt à ot’tant. (Les frais s’élèvent à tant.)

pau

(trop) peu

Èl pin èst pau cût (le pain n’est pas assez cuit.) (Copp. 1959, 163) (O)

di pau

trop peu de

 

on pau

(RCW, 1997) (E)) (indifféremment: ou (= F. un) pau(k) (Franc. 1994) (S))

 

un peu:

_ + cons.,

_k+ voy. ou en fin de groupe de mots ou de phrase

on pau do boûre (RCW, 1997) (E)

on pau sovint (id.)

pauk à pauk (id)

on pauk èrî do manèdje (id.)

Ènn’ a trop pôk. èid)

pont

aucun(e)

 

pus

(_, pus’ ((Bert.-D., s.d., 141; Bastin 1909) (E); pus (Copp. 1959, 164) (O); pus, pus’ (Franc. 1994) (S))

plus

 

di pus

(_, di pus’ (Bert.-D., s.d., 141) (E))

plus de

Vos ‘nn’ årez todi (d’)pus’. (Bert.-D., s.d., 141) (E)

N’ è d’hez nin pus’, dj’ a compris. (id.)

tant

tant

 

 

autant

Ça m’ a arivé tant dès côps. (Cela m’est arrivé tant de fois.) (Rem. 1956, 272) (E)

I gn-a nin tant. (Il n’y en a pas autant.) (Rem. 1956, 156) (E) (ou: pas tellement)

télemint

tant, tellement

I n’ d-a pus télemint (Il n’y en a plus tellement.) (Copp. 1959, 165) (O)

– Ça t’ va ?  – Nin télemint. (Franc. 1994) (S)

timpèsse (Haust 1933) (E)

à foison

Ènn’ a timpèsse. (Il y en a à foison.)

trop

(trop ou trop’  (Rem. 1956, 167; (-Bert.-D., s.d., 142) (E); trop (Copp. 1959, 163) (O); trop (Franc. 1994) (S))

trop

en est-wallon, trop + adj. / adv., trop’ (emploi absolu) (Bert.-D., s.d., 142) (E)

Il èst trop grand. (Rem. 1956, 167) (E)

I vint trop sovint. (id.)

I beût trop’. (id.)

 

trop-z- + voy. (Bert.-D., s.d., 142) (E)

trop-z-ènocint. trop-z-in.måbe, trop-z-onête

 

di trop

(di trop’ (Bert.-D., s.d., 142) (E); du trop (Franc. 1994) (S))

trop

 

wêre

(C: wêre (Haust 1933), wére (Bastin 1909) (E) ; wére (O); wêre (Franc. 1994) (S))

peu

I n’ d-a pus wére. (IL n’y en a plus guère.) (Copp. 1959, 166) (O)

su wére dè djoûs (en peu de jours) (id.)

Ça n’ èst wêre pèsant. (Franc. 1994) (S)

Etc.

7.4.2 Remarques

7.4.2.1  « bran.mint, tant, télemint », « bêcôp » (E)  (beaucoup )

 

1) Après « bran.mint », « tant » et « télemint », on emploie un article partitif.

 

bran.mint do

+ nom m. sg. commençant par une consonne

bran.mint do suke

bran.mint do pwin        

bran.mint d’ l’

+ nom m. ou f. sg. commençant par une voyelle

bran.mint d’ l’ ovradje

bran.mint d’ l’ awin.ne

bran.mint dè l’

+ nom f. sg. commençant par une consonne

bran.mint dè l’ soupe

bran.mint dès

+ nom pl. commençant par une consonne

bran.mint dès côps

bran.mint dès coméres

bran.mint dès-

+ nom pl. commençant par une voyelle accentuée       

bran.mint dès-ous.

bran.mint dès-âmes

bran.mint d’s-

+ nom pl. commençant par une voyelle non accentuée)

bran.mint d’s-èfants. bran.mint d’s-ostèyes

tant dès(-)

+ nom pl. + consonne (ou: dès- + voyelle)

tant dès djins        

tant dès-èfants

télemint dès(-)

 

+ nom pl. + consonne (ou: dès- + voyelle)

télemint dès côps

télemint dès-ostèyes

 

Ex:

Dju wèdjereû quu R’mâke a bêcôp dès-ôtes. (Rem. 1956, 274) (E) 

 

Je parierais que Rem. en a de beaucoup autres (se. des vaches), càd. de beaucoup. plus belles. (le sens ‘que R. en a b. d’autres’, possible aussi, était exclu par le contexte et la situation)

I bwèt bran.mint d’ èl bière. (Copp. 1959, 143) (O))

Il boit beaucoup de bière.

Il avout bran.mint  dès djins. (Copp. 1959, 143) (O))

Il y avait beaucoup de gens.

Il ont brâmint dès djon.nes bièsses. (Franc. 1994) (S)

Ils ont beaucoup de jeunes bêtes.

 

NB On dit : « bran.mint dès djins » ou « bran.mint dè l’ djin ».

Dans ce dernier cas, c’est comme si « djin » était un nom de matière.

 

2) Le contraire de « bran.mint » est : « nin biacôp » ou « nin bran.mint »; « biacôp » en centre-wallon ne s’emploie pas au sens positif. On a aussi « wêre ».

 

3) « bran.mint » peut modifier le sens d’un adjectif.

 

Exemple d’auteur

 

« On-z-èst brâmint bièsse di s’è fé .» (Laloux 1969, 84) (C)

 

 

4) « bêcôp » peut être placé comme « assez » (quand ce dernier signifie « suffisamment ». (Rem. 1956, 271-273) (E)

 

Ex :

I gn-a dès pèrés bêcôp èn-Andrîmont. (Rem. 1956, 273) (E)

Il y a beaucoup de poiriers à Andrimont. (ou: Il y a des poiriers en grande quantité, en grand nombre à A.)

On f’sa dès r’chèrches bêcôp.

On fit beaucoup de recherches.

I deût avu d’ l’ invalidité becôp, sûremint.

Il doit avoir beaucoup d’invalidité, sans doute.

Il aléve qwèri dès rondales bêcôp.

Il allait chercher beaucoup de rondelles.  

Èles nu sont nin afêtis d’ magni do parèy bêcôp.

Elles ne sont pas habituées à manger beaucoup de pareil. (càd. beaucoup de foin de cette sorte)

 

De même avec « assez bin »:

 

… si vite qui vos-avez dè l’ bîre assez bègn è l’ tchôdîre. (id., 272)

… dès que vous avez de la bière en assez grande quantité dans la chaudière.

 

 

5) Au français « un(e) / de beaucoup plus » + adjectif  (Rem. 1956, 274) (E) correspondent « brâvemint (ou: bêcôp) on(e) pus / dès pus » + adjectif.

Ex :

I ‘nn’ aveût brâvemint (ou: bêcôp) on pus grand.

Il en avait un beaucoup plus grand.

Leûs vatches avint brâvemint dès pus gros pés.

Leurs vaches avaient des pis beaucoup plus gros (et non ‘beaucoup de pis …’ !).

Dju magne brâvemint dès pus vîs pans qu vos-ôtes.

Je mange des pains beaucoup plus vieux que vous, càd. que ceux que vous mangez’

Il a l’ êr d’ avu bêcôp dès pus grantès-orèyes quu qwand ‘l è sètch.

Il a l’air d’avoir des oreilles beaucoup plus grandes que quand il est sec.

Gn-a bêcôp on pus long bètch.

Il y a un morceau beaucoup plus long.

Èlle aveût bêcôp one pés qu’ çoula.

Elle avait une beaucoup pis que cela, càd. une beaucoup plus laide (se. une mort).

 

Si l’adverbe  s’avance ainsi, par une anticipation apparemment peu logique, c’est, semble-t-il, parce qu’il est le mot le plus expressif de la phrase : on dirait que, pour mieux jouer son rôle, l’adverbe se rapproche du verbe, qui est comme le centre de l’énoncé.  (Rem. 1956, 274)

 

6) Dans la région de La Gleize, on observe un recul inattendu de l’adverbe « bêcôp ». (Rem. 1956, 275) (E)

Ex :

Is vièront passer pus d’ djins bêcôp quu là qu’ il èstint.

Ils verront passer beaucoup plus de gens qu’où ils étaient.

Il a ratcheté on pus vî tchâr bêcôp qu’ çoulà .

Il a racheté un chariot beaucoup plus vieux que cela.

 

7) « si télemint » est un pléonasme admis, et même « tant si télemint ».  (Bert.-D., s.d., 142) (E))

Ex :

Il a si tél’mint bu qu’ il èst mwért sô.

Il a tellement bu qu’il est ivre mort.

Dj’ a tant si télemint corou qui dj’ n’è pou pus.

J’ai tellement couru que je n’en peux plus.

 

 

7.4.2.2 Il ne faut pas confondre l’adverbe de manière, de quantité ou d’intensité « bin » avec l’adverbe de quantité ou d’intensité « byin ».

 

Ex :

Il a bin faît.

Il a bien fait.

Nos-avans bin rèspondu.

Nous avons bien répondu.

Il a stî fayé, mins asteûre, i va bin.

Il a été malade, mais maintenant, il se porte mieux.

Gn-a bin chîj di r’tcheûs su l’ twèt. (dès colons)

Il y en a bien six retombés sur le toit.

Il ont bin ieû one dozin.ne d’ èfants.

Ils ont bien eu une douzaine d’enfants.

 

 

Djè lî a byin dit dès côps. (ou: Djè lî a dit byin dès côps.)

Je le lui ai dit bien des (càd. tant de) fois.

Il ont byin v’nu è l’ maujo.

Ils sont bien (càd. effectivement) venus à la maison.

 

Exemples d’auteurs

 

« Dj’ a r’muwé mès sovenances po sayî di r’trover /  One istwêre do vî timps, mins dj’ a byin d’vu mèchener .» (Rousseau 1963b, 191) (C)

 

« C’ èst byin râre quand i s’ pout achîde su s’ plantche .» (Namèche 1956, 24) (C)

 

« Èl vint d’ Toussint a byin bon dos .»  (Lambillotte 1984, 4) (C)

 

7.4.2.3  « (di) pau, (di) pus, (di) trop »  

 

 1)

a) pau, pus, trop

+  adj. ou adv. 

On bladjot, c’ è-st-on pau cût.

Pus vîy, pus sot.   

On bossu, c’ è-st-on trop rivenu.

Trop bon, c’ èst bonasse.

Il èst co pus bièsse qui sès pîds.     

Èlle èst co pus stornéye qui l’ tram’.

Mi fré èst pus vîy qui mi.

b) di pau, di pus, di trop

en tant qu’adv.

Gn-a vêci 20-z-eûros d’ pus.

c) di pau di, di pus di, di trop di

+  nom

Il a d’ trop d’ awin.ne èt d’ pau d’ goria (= il èst trop bin (noûri ?) èt i n’ boute nin assez).

I faut pa côps d’ pus d’ coradje po dîre « non » qu’ po dîre « oyi ».

Gn-a d’ pus d’ on tchin qu’on lome Picârd.

 

 

 

     Exemples d’auteurs

 

  1. b) « C’èst l’ rèspleû qu’ nos tchantins, ‘là quarante ans èt co d’pus.» (Gillain 1932, 107) (C)

 

  1. c) « One miète di pus qu’ rèlè .» (Laloux 1969, 60) (C)

 

 

 

     2) Remarques

 

  1. a) Au français « de plus en plus » correspondent :

 

todi pus

+ adj. ou adv.

Djè l’ trove todi pus p’tit.

Lès-autos vont todi pus rade.

todi d’ pus

verbe + _

I n’ va nin mia ; i tosse todi d’ pus èt tanfler.

I boute todi d’ pus, mins c’ èst po payî lès crotes di s’fré.

todi d’ pus di

+ nom

Gn-a todi d’ pus d’ djins qui n’ wasenut pus rèche au nût.

 

 

  1. b) Au français : « plus…, plus… » correspondent : « pus-ce qui …, pus-ce qui… » ou « au pus qui …, au pus qui … ».

Ex : des proverbes

Pus-ce qu’ on r’mûwe on saqwè qu’ sint mwaîs, pus-ce qui ça pûwe

Plus on remue quelque chose qui sent mauvais, plus cela pue.

Pus-ce qu’ i gn-a d’ cayaus, pus-ce qu’ on s’ trèbuke.

Plus il y a de cailloux, plus on trébuche

Pus-ce qui l’ bièsse vout crèver, pus-ce qu’ èle si cotape.

Plus la bête veut crever, plus elle remue.

Pus-ce qui l’ bok pûwe, pus-ce qui l’ gade li vèt voltî.

Plus le bouc pue, plus la chèvre l’aime.

Pus-ce qu’ on kèdje on baudèt, pus-ce qu’ i trometéye.

Plus on charge un âne, plus il trottine (> se dépêche).

Au pus qu’ dj’ î pinse, au pus qui dj’ so sûr d’awè faît ç’ qu’ i faleûve.

Plus j’y pense, plus je suis si sû d’avoir faitce qu’il fallait.

 

Toutefois, on a aussi:

Pus-a-t-on, pus’ ènnè vout-on. (Bert.-D., s.d., 143) (E)

Plus on a, plus on veut..

Pus djale-t-i, pus-i strind. (id.)

Plus il gèle, plus le froid est vif.

Pus ritche è-st-on, pus-èst-ce qu’ on deût fé l’tcharité. (id.)

Plus on est riche, plus on doit faire la charité.

 

Exemples d’auteurs

 

« Pus-ce qui l’ diâle a, pus-ce qu’ i vout awè .»  (Collet 1984, 4) (C)

 

« Au pus qu’ lès djins s’ plindin.n, au pus qu’ lès soplices èstin.n deurs .» (Awoust 1983, 13) (C)

 

 « Pus-ce qu’ is sont droles, pus-ce qu’ is sont bias .» (Petrez 1957, 63) (O)

 

 

  1. c) « di trop » et « di pau » s’emploient avec un nom ou un verbe.

Ex :     I bwèt d’ trop .    Ni fioz nin d’ trop d’ brût ! 

 

Exemples d’auteurs

 

« Èlle a bin sûr ieû on toû d’ vis’ di trop ou d’ trop pau .» (Laloux 1974, 101) (C)

,

« Ni tûsans nin d’ trop là-d’ssus ! » (Gillain 1932, 152) (C)

 

           

  1. d) « trop » s’emploie avec un adjectif ou un adverbe.

 

Exemple d’auteur

 

« Asteûre, il èsteut dandjereûs assèz trop taurd… / Come d’ èfèt, iût djoûs après, li rèsponse a arivè : / Violète èsteut trop djon.ne, èle n’ aveut nin co sondjî à s’ mâriè… »  (Houziaux 1964, 194)

 

  1. e) On a également « par qui trop’ » (Bert.-D., s.d., 142) (E))

Ex :

C’ èst par qui trop’ si hontî, savez, çoula.

C’est bien trop se faire honte, vous save, ça.

 

 

7.4.2.4  « mwins » et « mwins’ » (français : « moins »)

 

1) « mwins », comme préposition et dans la locution prépositionnelle « au mwins », conjonctive « à mwins qui » et « plus’ ou mwins ».

Ex :    

dîj mwins deûs (préposition)

dix moins deux

deûs-eûres mwins on quârt (préposition)

deux heures moins le quart

Tin, là one tchofe; au mwins, t’ braîrès po one saqwè !

Tiens, voilà une claque; au moins, tu pleureras pour quelque chose !

I n’ sèrè nin prèt’, à mwins qu’ djè l’ freûve mi-min.me.

Il ne sera pas prêt, à moins que je (ne) le fasse moi-même.

Dju fautcherè d’mwin, à mwins qu’ i n’ ploûrot (Franc. 1994) (S)

Je faucherai demain, à moins qu’il ne pleuve.

 

2) « mwins’ » dans les locutions « à mwins’ », « avou mwins’ », « po l’ mwins’ », etc.

Ex :

Dj’ ènn’ a mwins’ qui li.

J’en ai moins que lui.

On s’ brouyereûve bin à mwins’.

On se tromperait pour moins (que cela).

Àu mwins’ qu’ on lî d’mande, au mwins’ qu’ i l’ frè.

Moins on (le) lui demande, moins il le fera.

Dji freûve bin avou mwins’.

Je me contenterai bien de moins.

Dji n’ cause nin avou mwins’ qui mi !

Je ne parle pas avec moins que moi !

Dji n’ vou nin passer mwins’ qui lèye.

Je ne veux pas passer pour moins qu’elle.

Mwins’ qui rin.

Moins que rien.

Gn-a pont d’ avance di s’ plinde èt co mwins’ di s’ vanter !

Rien ne sert de se plaindre et encore mons de se vanter !

– « I n’ dit rin, t’ pinson, Motèt .

– « I n’ dit rin, mins i n’ è pinse nin mwins’ ! »

Il ne dit rien, ton pinson, Mottet.

Il ne dit rien, mais il n’en pense pas moins.

I d-a bin cint pou l’ mwins’. (Copp. 1959, 163) (O)

Il y en a bien pour le moins cent.

On s’ mâvèrerot po mwins’ qui ça. (Franc. 1994) (S)

On se fâcherait pour moins que cela.

 

     Exemples d’auteurs

 

« A Brussèle, on n’è vout pont d’ mwins’ di quarante ans .» (Mathieu 1985b, 18) (C)

 

« On bia djoû, tot timpe au matén, / Dj’ a stî èbouté à l’ clinique. / Ça n’ arive nén qu’ à l’ mwins’ malén… » (Havelange 1991, 6) (C)

 

           

« di mwins’ » s’emploie avec un nombre, un nom, un autre adverbe ou le pronom « ça ».

Ex :

Dj’ ènn’ a deûs d’ mwins’.         

J’en ai deux de moins.

Gn-a on-ovrî d’ mwins’ su l’ordadje.

Il y a un ouvrier en moins sur l’échafaudage.

Gn-a wêre di mwins’.

Il y en a guère en moins.

 

Exemple d’auteur

 

« Tant mieûs ! Ça d’ mwins’ a èrtchî ! » (Laloux 1974a, 110) (C)

 

 

7.4.2.5 Beaucoup d’adjectifs qualificatifs peuvent avoir une valeur d’adverbe.

 

     Ex : aler drole, awè bon, awè deur, bwâre tchôd, oyu clér, tossî craus, tchèryî drwèt, vôy clér, vôy grand,…

 

ine fleûr qu’ ode bon (Bert.-D., s.d., 136) (E)

une flur qui sent bon

I va drole.

Cela va drôlement.

tricoter trop hol (Haust 1933) (E)

tricoter d’une façon trop lâche

I djåse si plat. (Bert.-D., s.d., 136) (E)

Il parle si platement.

 

Exemple d’auteur

 

« Pwîs, tènawète, èle djèmicheut tot wôt .» (Laloux 1969, 7) (C)

 

 

7.4.2.6 Degrés de comparaisons des adverbes

 

1) Les adverbes ne se prêtent pas tous à la comparaison.

Seulement :

la plupart des adverbes en « -mint »

 

certaines locutions adverbiales 

à catchète, à nonsyince,…

lon, longtimps, près, rade, sovint, timpe, taurd 

 

les adjectifs pris adverbialement 

bas (= à voix basse) ; tchêr, bon mârtchi, hôt (= à voix haute),…

des irréguliers 

bin, bran.mint, mau, wêre

 

 

2) Formes

        

  1. a) réguliers : Ex : aujîyemint

 

1 comparatif d’infériorité 

mwins’ aujîyemint

 

2 comparatif d’égalité 

 

a) négative

nin si aujîyemint

Vos n’ l’ atraperoz nin si aujîyemint qu’ ça.

b) positive

ossi aujîyemint

I d’vise Englès ossi aujîyemint qu’ mi.

3 comparatif de supériorité 

pus aujîyemint

Avou ç’-t-ostéye-ci, nos-è vêrans à coron pus aujîyemint.

4 superlatif 

 

 

a) relatif

li pus aujîyemint

Ça s’ faît l’ pus aujîyemint do monde.

b) absolu

fwârt aujîyemint

On l’ a atrapé fwârt aujîyemint.

 

 

  1. b) irréguliers

 

positif

comparatif de supériorité

superlatif

bin

mia

li mia

bran.mint

di pus

li pus

mau

pîre

li pîre

wêre

mwins’

li mwins’

 

Mais « tant mieûs » (« tant mîs » (E)).

 

 

7.4.2.7 Adjectifs qualificatifs adverbialisés

 

Beaucoup d’adjectifs peuvent prendre une valeur adverbiale dans les expressions avec « awè » (avoir) :

 

awè auji

(ou : awè aujîye)

(+ po) + infinif

Il C’ è-st-auji po comprinde.   

Nos n’ avans nin ieû auji po v’nu.

awè bau

+ infinitif

On-z-a bau fé, i n’ vout nin.

awè bèle

+ à + infinitif

 

awè bon

= 1 si sinte bin ;

2 awè l’ boune rèsponse

 

 

+ po + nom

Dj’ a ieû bon tos mès problèmes.

On-z-a bon o culot.

.

awè pus coût  

(+ di + infinitif)

(ou: po + infinitif) 

Nos-avans pus coût d’ ènn’ aler pâr là po rivenu.

awè deur

(+ po + infinitif)

On-z-a ieû deur po viker.

awè malauji

(+ po + infinitif) 

Èlle a tot bon po si d’vwêr di cârcul.

Il a malauji po sûre è scole ci-t-anéye-ci.

awè mèyeû

(po + nom / inf.

Dj’ a ieû mèyeû qu’ li po m’ rédacsion.

awè mwaîs

(+ po + nom) (= ni nin awè l’ boune rèsponse)

T’ as mwaîs ! Nos-avans tortos 54 come rèsponse ; gn-a qu’ twè qu’ a 45 !

 

 

7.4.2.8 « assez » (aussi: « âssez »)

 

1)  = (F) suffisamment : Il se place derrière le nom, l’adjectif, l’adverbe ou le verbe auquel il se rapporte.

  • Ex :

Dj’ ènn’ a assez.   

 

Vos n’ alez nin rade assez.  

 

Avoz dès caurs assez?

 

Èlle a dès rûses assez avou lu. (Bert.-D., s.d., 140) (E)

Elle a assez de soucis avec lui.

Il a on grand manèdje assez. (Rem. 1956, 275) (E)

Il a une maison assez grande.

Is n’ sont nin riches assez. (Copp. 1959, 143) (O)

Ils ne sont pas assez riches.

Ont-is dès patates assez ? (Copp. 1959, 143) (O)

Ont-ils assez de pommes de terre ?

 

Èle raufule dès grossès quinzin.nes assez ! (à Awenne (S) (Rem. 1956, 275)

Elle ramasse d’assez grosses quinzaines!

Il èst malin assez po s’ tirer foû d’ afêre. (Franc. 1994) (S)

Il est assez malin pour se tirer d’affaire.

Comme en néerlandais, en anglais, en allemand et en luxembourgeois.

Exemples respectifs: groot genoeg, big enough, gross genug, grouss genuch

(W) grand assez, (F) assez grand

 

Quelques expressions:

Nos-èstans nos-assez. (Bert.-D., s.d., 140) (E)

Nous sommes en nombre suffisant.

Dj’ ènn’ a grand lådje assez.

J’en ai plus qu’assez.

 

Exemples d’auteurs

  • « Il aureut ieû d’ l’ âme âssèz po m’ v’lu, maugré sès parints,… » (Laloux 1969, 131) (C)
  • « N’ è-st-i nin fwârt âssez, l’ solia, / Qu’ èlle è-st-insi racrapotéye ? » (Bodard 1957b, 106) (C)

2) = (F) passablement : il se place devant l’adjectif ou l’adverbe.

  • Ex :

I r’tint assez aujîyemint.     

 

Il èsteûve assez voyant.

 

Il èst co toudi assez blond. (Rem. 1956, 274) (E)

Il est tout de même assez blond.

NB « assez bin » correspond au français « pas mal »

Ex : Dj’ è conè assez bin qu’ ènn’ ont.  (F) J’en connais pas mal qui en ont.

                                

« assez bin dès » correspond au français « pas mal de ».

Ex : Gn-aveûve assez bin dès djins.  (F) Il y avait pas mal de gens.

 

 

3) Remarque 

 

Devant un nom, on a « assez bin do », « assez bin dè l’ », « assez bin dès », avec la signification : « une quantité relativement importante de ». Le français, dans ce cas, emploie parfois simplement « assez », ce qui prête à confusion.

Ex :

Vos-avoz faît assez bin dès fautes. 

 

Vous avez fait assez de fautes. 

(= 1 suffisamment ?  2  relativement ? passablement?).

 

 

7.4.2.9 Nous avons emprunté au néerlandais : « half èn half », qui signifie « assez bien, plus ou moins » (F).

 

Ex : Qué novèles ? Ça va ? -Half èn half ; dji n’ so nin co t’t-à faît r’faît !

      Avou lèye, c’ èst todi half èn half ; èle n’ èst mauy bin dècidéye.

 

 

7.4.2.10 « tant »

 

Il existe des expressions avec « tant ».

Ex :

Èle n’ a nin tant seûlemint l’ agrè dè fé sès hièles à fêt. (Bert.-D., s.d., 142) (E)

Elle n’a pas tellement envie de faire la vaisselle au fur et à mesure.

tant-è pus’

tant et plus

Tant mî våt.

(litt. Tant mieux vaut.) Tant mieux.

Tant pés våt.

(litt. Tant pis vaut.) Tant pis.

 

 

7.4.2.11 Locutions adverbiales exprimant la quantité

 

1 ) du type « à + substantif déverbal » (Rem. 1956, 163-164) (E)

 

à r’dohe (< rudohi  (rebondir)) (Rem. 1956, 163-164) (E)

en abondance

à flahe (< flahi (abattre, verser (grains)) (id.)

en grande quantité, en abondance

Lès Mansfèl vinint à flahe. (id.)

Les Mansfel(d) venaient en masse.

son.ner à pihe (< pihi (pisser)) (id.)

saigner à flot

magnî à r’nake (< rinaker (renâcler)) (id.)

manger à l’excès

magnî à r’lètche-deûts ( < rilètchî (lécher)) (id.)

manger( de qch) à s’en lécher les doigts

à r’bale (< ribaler (ployer sous l’abondance des fruits (arbres)) (id.)

à foison, en abondance

à l’blèfe (< blèfer (baver)) (Balér., s.d., 42) (O)

en abondance

à r’laye (< rilayî (frapper abondamment)) (id.) = à r’laye dè bouk (litt. …du bouc) (id.) = à r’laye-godèt (Copp. 1959, 168) (O)

I pieut à r’laye. (Copp. 1959, 168) (O)

 

 

 

Il pleut abondamment.

à tout-ècrase (< ècraser (écraser) (emprunt au français) (Bastin 1965) (O)

 

Ç’te-anêye-ci, i gn-a dès crompîres à r’laye. (Franc. 1994) (S)

Cette année, il y a des pommes de terre à foison.

 

2)

tot plin

tout plein, beaucoup

à bièsse (Copp. 1959, 168) (O)

suwer à bièsse

énormément, excessivement

ovrer à bièsse (Rem. 1956, 163-164) (E)

travailler (litt. en bête) beaucoup, excessivement

I gn-a à bièsse. (Rem. 1956, 163-164) (E)

Il y en a énormément.

I ‘nnè magnéve à pourcê.  (Rem. 1956, 163-164) (E)

Il en mangeait en porc, càd. exagérément.

à flouhe (Haust 1933) (E)

(< flouhe: affluence, foule) à foison, abondamment

à fwèce (E)

abondamment

à hope (E)

(< hope: adj. bien rempli)

à make (C, E, O, S)

Il avout dès djins à make. (Copp. 1959, 168) (O)

Lu sètch èst rimpli à make. (Franc. 1994) (S)

 

Il y avait énormément de gens.

 

Le sac est rempli au maximum.

à banses (C, E)

(< banse: manne)

à bèrwètes (C, E)

(< bèrwète: brouette)

à tchèrêyes (C, E), pa _ (Bastin 1965) (O)

(< tchèrêye: charretée)

à trûlêyes (E)

(< trûlêye: soupe froide dans laquelle on a émié du pain d’épice < trûler: émietter)

tot nwâr (tot neûr (E), tout nwôr (Bastin 1965) (O); tot nwar (Franc. 1994) (S))

(litt. tout noir)             

I gn-ann’ avot tot nwar. (Il y en avait à foison.) (en parlant de choses ou d’êtres de couleurs foncée (des corneilles, des myrtilles, …) (Franc. 1994) (S)

tot spès

(litt. tout épais)

à tout drayî (Bastin 1965) (O)

 

à tot skèter (à tout _ (O))

(litt. à tout casser)

tant què l’ diâle èt co pus (Bastin 1965) (O)

(litt. autant que le diable et encore plus)

à talarigot (C, O) = à talarigot-fontin.ne (Copp. 1959, 168) (O)

Il ont bu à _.

à tire-larigot

 

Ils ont bu à _.

 

 

7.4.2.12 L’usage du pronom personnel suivi d’un adverbe de quantité n’a pas de correspondant en français.

 

Ex :

Nos sèrans nos bêcôp. (Bert.-D., s.d., 140) (E)

Nous serons beaucoup.

Nos sèrans tot-rade nos trop’. (id., 142)

Nous serons bientôt trop.

Nos-èstans nos-assez. (Rem. 1956, 275) (E)

Nous sommes assez nombreux.

qwand on-z-è leû-z-assez (id.)

quand on est assez nombreux

Is sont zèls assez. (Franc. 1994) (S)

Is sont suffisamment nombreux à eux seuls.

 

 

7.4.2.13 « wêre »

 

On retrouve parfois cet adverbe sous la forme « wê ». (Bert.-D., s.d., 140) (E)

Ex :

wê d’ tchwè

(litt. guère de chose) pas grand chose

sins wê-ster (de: ster (se tenir debout), utilisé uniquement dans cette expression)

sans guère attendre, sans tarder

Dj’ ènn’ a wê d’ keûre

Je ne m’en soucie guère.

N-a vormint wê d’ djins a l’ ètéremint.

Il n’y a vraiment guère de gens à l’enterrement.

 

 

7.4.2.14 Quelques substantifs dérivés d’adverbes de quantité (Copp. 1959, 166) (O)

 

in pau-cût  (fém. ène _e)

(litt. un peu-cuit) un roux

in wére-dè-choûse (fém. ène _)

(litt. un peu-de-chose) un individu peu intéressant

 

7.5 Adverbe d’intensité

7.5.1 Liste

 

au d’là

très ; à l’excès

 

co

assez bien ; assez bien de fois ; assez souvent ; jusqu’à

Ça va co ; gn-a pîre !

Djè lî a co dit.

Djè lî a co dit cint côps.

co on pau

presque ; à peu de chose près ; s’en falloir de peu pour que

 

fin(e)

très ; tout ; complètement

Èlle ènn’ èst fine bleuwe.

Il èst fin sot. (Bertr.-D., s.d., 143) (E)

Èle est fin(e) djoliye. (Coppens 1959, 143) (O)

foû

très ; tout ; complètement

Il èst foû bin avou s’ deûzin.me feume. (Bertr.-D., s.d., 143) (E)

fwârt

(fwért (Bertr.-D., s.d., 143), fwêrt (Rem. 1956, 156) (E); foûrt (O); fwart (Rem. 1956, 166) (E))

très ; fort(ement)

Èle èst foûrt léde. (Elle est très laide.) (Rem. 1956, 165) (E)

 

jamaîs

(-ês (Franc. 1994) (S))

très

Il èst pêrcé jamaîs (parèy) !

Lès-avon.nes ont lèvé jamês parèy. (L’avoine a levé à un point jamais égalé.) (Franc. 1994) (S)

 

là si

(C, E, O) = là télemint (Coppens 1959, 168) (O)

tellement (après une négation)

I n’ èst nin là si tchôd po s’ mârier èt aler d’mèrer avou s’ bèle-mère.

I n’ èst nin colà si bièsse. (Iln’est pas encore (là) si bête.) (Rem. 1956, 178) (E)

I n’ è st nin là si bièsse qu’ i d-a l’ aîr. (Il n’est pas aussi bête qu’il en a l’air.) (Coppens 1959, 168) (O)

Ça n’ èst nin là télemint lon dè-d-ci. (Coppens 1959, 168) (O)

ossi

aussi ; au même point ; au même degré

Il è-st-ossi bièsse qui sès pîds.

Ossi vîy qui Matî Salé.

pâr = pâremint (pâr (Verviers), pôr (Haust 1933) (E); par, pâr  (Franc. 1994) (S))

1 complètement

2 en outre, en plus (pour surenchérir)

3 pour indiquer qu’une action reste à achever, à accomplir

 

C’ èst pâr sèré. (C’est complètement fermé.)

C’ èst-ou fènèyant èt par oune sôlêye. (… et par-dessus le marché un ivrogne.) (Franc. 1994) (S)

Si v’s-alez à Hu, alez pôr disqu’à Nameur. (Si vous allez à Huy, allez donc du même coup jusqu’à Namur.) (Haust 1933) (E)

pêrcé

(pèrcé (Coppens 1959, 143) (O))

complètement

Il èst pèrcé sot. Èle èst pèrcéye sote. (Coppens 1959, 143) (O)

 

poûri

complètement (nuance péjorative)

Il èst poûri ritche. Èlle èst poûriye ritche.

Il èst poûri crâs. (Il est très gras.) (Franc. 1994) (S)

prèsquè

(Rem. 1956, 164) (E)

presque

 

qu’arape = qu’arèdje = qu’assotih (E) = qu’ i s’ dâne (à Perwez (Brabant wallon) (Rem. 1956, 166) (C)

terriblement

Is sont voyants qu’arèdje. (Ils sont terriblement actifs.) (Rem. 1956, 166) (E)

I bwèt (travâye, etc.) (ou: Is bèvenët (Èles crîyenët) qu’ ë s’ dâne. Il boit (Il travaille), (Ils boivent (Elles crient)) au point qu’ il se damne =  comme un damné, etc. (Rem. 1956, 166) (C)

quausu

(quåsî (Bertr.-D., s.d., 140), quâsi, quâyî  (Rem. 1956, 158, 166) (E); quâsi, quâyi (Franc. 1994) (S))

presque

Il èst quåsî doze eûres. (Bertr.-D., s.d., 140) (E)

Il èsteût ût-eûres èt d’mé, quâsi. (Il était huit heures et demie, presque.) (Rem. 1956, 166) (E)

Dj’ arins djà quâyi po pay lu mitan. (Nous aurions déjà presque pour payer la moitié.)

(id.)

Èles n’ èstint nin co malâdes, quâsi, adon. (Elles n’étaient pas encore malades, presque, alors.) (id.)

Il èst quâsi po payi sa mwêjon. (Il a presque fini de payer sa maison.) (Franc. 1994) (S)

rwèd

(reûd (E); rède, reûd (Franc. 1994) (S))

très ; tout ; complètement

Il est rwèd sot. Èlle èst rwède sote. (Coppens 1959, 143) (O)

Il èst reûd bleû di s’ crapôde. (Bertr.-D., s.d., 143) (E)

Il i va rède. (Il y va fort.) (Franc. 1994) (S)

si

1 si = à tel point 

2 aussi

I n’ èst nin si sot qu’ ça !

Ni fuchoz nin si tchôd-tchôd !

tant

tant

Dj’ aureûve tant v’lu qu’ i mâryiche mi soû.

télemint

tellement

I balzine télemint, qu’ i m’ câsse totes mès jates.

tot

tout à fait

Il a d’mèré tot cacame.

Ça n’ a nin co tot rauyî leûs canadas .

tot-à faît

complètement, entièrement, tout à fait

Il a t’t-à-faît candjî.

 

trop

trop

Il èst trop bièsse po m’atraper.

Il èst trop coût èt pau long à répétition par synonyme (souvent ironique), pour renforcer.

cf  C’ èst l’ contraîre di l’opôsé.

Aussi en néerlandais : Het is het verschil van de differentie.

di trop

1 trop 

2 en trop

I fume di trop. I n’ vikerè nin vîy.

 

Etc.

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Avou dès stwales fin plin l’ ciél .» (Laloux 1974a, 112) (C)

 

« Èlle oyeut deur come on pot èt èle causeut doûcemint, avou one grosse pèsante vwès come on-ome : lès-èfants ènn avin fin peû .» (Houziaux 1964, 41) (C)

 

« Il èst iute di binauje di gobè quéques lumeçons .» (Houziaux 1946, 57) (C)

 

« Marîye aveut v’lu po pârin l’ pus vî d’ sès fréres li Grand Leup, qu’èle vèyeut iute di voltî .» (Houziaux 1964, 26) (C)

 

« Marîye, c’èsteut one bèle grandecomére ; amistauve, jamaîs ! » (Laloux 1969, 188) (C)

 

« I s’aveut sintu bolant d’on plin côp, gaîy jamaîs .» (Laloux 1969, 61) (C)

 

« Po one route, dji n’ so nin là si vîye, pus’qui dj’a stî faîte en 1840 .» (Gillain 1932, 46) (C)

 

« Sint-Piêre qui djustumint n’èsteûve nin là si bin toûrné .»  (Gillain 1927, 9) (C)

 

      « Mèye si drèsse tot mwaîs.. », (Laloux 1964a, 117) (C)

 

      « Oh ! Oh ! di-st-i tot vî .», (Houziaux 1946, 66) (C)

 

« Dji m’ dismousserê tot bê (=adverbe) doûcemint. » (Je me déshabillerai tout doucement.) (Calozet 1999) (S)

 

 

Certaines expressions signifient « extrêmement », comme « au mia dès bins », « au pére dès pôces », èstra,…

 

Exemple d’auteur

 

« Tofêr li min.me ; ça va au mia dès bins d’on costè, ôte pau, ça flitche .» (Laloux 1969, 81) (C)

 

7.5.2 Remarques

7.5.2.1 « au d’là » et « pâr » se placent derrière le verbe ou l’adjectif, dont ils modifient le sens, mais devant le verbe.

 

Exemples d’auteurs

 

« Tot d’on côp, èle si sint si pèsante, pèsante au d’là .» (Laloux 1974a, 108) (C)

 

« Quand il avint pâr trop l’ timps long, il èralint tènawète on sèmedi,… » (Houziaux 1964, 188) (C)

 

« Dj’ achèverè pâr, quand l’ solia n’ pèterè pus si fèl .»  (Laloux 1974a, 107) (C)

 

 

7.5.2.2 « bon-z-èt… » et « bia-z-èt » (« bê-z-èt » (E)) pour renforcer des adjectifs et des adverbes

 

1) « bon-z-èt… »

Un moyen dont notre langue use pour renforcer est l’expression « bon-z-èt… ». On renforce l’adjectif de la même manière.

Ex :

Djè l’ a vindu bon-z-èt tchêr.  

Je l’ai vendu bien cher.

 

Exemples d’auteurs

 

« … M’ satche au r’viêrs do timps qu’Ane-Marîye /  Mi boure au stomak bon-z-èt-rwèd .» (François 1953, 67) (C)

 

« Ele rintère bon-z-èt-rwèd èt atauchî Julyin qu’ lîjeûve si gazète dilé l’ finièsse dè l’

cûjène :… » (Duriaux 1985, 8) (C)

 

 

2) L’expression « bia-z-èt » ne peut se rapporter à l’adjectif « r(i)wèd », qui a aussi valeur d’adverbe. Elle renforce aussi adjectifs et adverbes.

Ex :

Djè l’ a acheté bia-z-èt tchêr.

Je l’ai acheté bien cher.

bê-z-èt bin (Rem. 1956, 156) (E)

assez, pas mal

 

Généralement, « bon-z-èt » apporte une nuance d’avantage, alors que « bia-z-èt » apporte, avec une pointe d’ironie, une nuance de désavantage. Ce n’est pas toujours le cas.

Ex : bia-z-èt craus = bin craus (bien gras)

 

 

7.5.2.3 Les adverbes d’intensité s’emploient souvent avec des noms ayant une valeur adjective.

Ex : Il est trop gamin po s’-t-âdje.   Elle èst co fwârt èfant.

       C’è-st-on boutchî, mins mwins’ boutchî qui s’ pa.

 

 

7.5.2.4  Devant « bas » (= sins fwârcî s’ vwès) ; « hôt » (= en-z-èlèvant s’ vwès), « nu » (f. « neuwe ») et « seû » (f. seûle), on emploie toujours l’adverbe « tot » (« tote » devant « seûle »)

 

Exemples d’auteurs

 

« Si t’aveus (sic) sayi l’ cine qui Marîye fieut, valèt ! », mi d’djeut-i Manu tot bas .» (Laloux 1974a, 189) (C)

 

« Londi à l’ nêt : « Is sont chokès, lès cinsîs, d’djeut-i.. Twin.ne à mitan tot bas .» (Laloux 1974a, 37) (C)

 

 

7.5.2.5 Le wallon emploie des adjectifs qualificatifs avec valeur d’adverbe 

 

awè auji

(litt. avoir facile) avoir des facilités

Il a ieû auji, sés se li, il a èrité d’ tos lès costés.

fé auji

(litt. faire facile) être facile

I faît auji causer, mins on côp qu’on-z-è-st-au pîd do meur ! 

causer tot bas

parler bas

 

causer bia

(litt. parler beau) bien parler

 

awè bon

1 avoir du plaisir 

 

2 avoir la bonne solution à l’école

3 se sentir bien

Dj’ ê bon dès pîds dins cès solés-là.  (Franc. 1994) (S)

Èlle a ieû tot bon en matématike.

Dj’ ê bon èt chôd. (Franc. 1994) (S)

fé oyu clér

(litt. faire entendre clair) bien entendre

 

vôy clér

voir clair

 

causer craus (pâler crâs) ((Franc. 1994) (S))

(litt. parler gras) parler grossièrement

 

oyu deur

(litt. entendre dur) mal entendre

 

tchaîr deur (toumer d(e)ur (Franc. 1994) (S))

(litt. tomber dur) être dur à supporter

Ça lî toume deur. (Cela lui est pénible.) (Franc. 1994) (S)

aler drole (daler _  (Bastin 1965) (O))

aller mal

 

tchèryî drwèt (tchèrî dreût (E))

(litt. charrier droit) bien se conduire

 

vôy grand

entreprendre beaucoup de choses ou des choses très (trop ?) importantes

 

causer tot hôt

parler haut

 

compter laudje

(litt. compter large) compter trop

Dj’a compté laudje , peû d’ bourer coût.

vôy sipès

(litt. voir épais) mal voir

 

compter strwèt

(litt. compter étroit) compter trop peu

 

vôy sitrwèt

(litt. voir étroit) ne pas mesurer toutes les difficultés

 

fé tchêr viker

(litt. faire cher vivre) devoir payer cher ce qu’il faut pour vivre

 

Etc.

 

Exemples d’auteurs

           

« … : qu’i fieut mwins’ tchêr si tchaussî dins l’ timps .» (Laloux 1969, 113) (C)

 

« Arivè addé Sint-Piêre -li douwane do Paradis-, faleut qu’i saye do passè avou s’-t-instrumint. I n’ fieut nin auji .»  (Marchal 2005, 80) (C)

 

 

7.5.2.6 « fwârt » («  fwért » (E))

 

1) Dans « awè fwate à fé » (avoir fort à faire), l’adverbe a une forme d’adjectif fém. singulier.

 

Exemples d’auteurs

 

 « Li chèf-gârde aveut fwate à fé po-z-ayèssî lès coméres do viyadje, qui v’nint             mârtchandè lès lapins .» (Houziaux 1964, 87) (C)

 

2) Expression : « di sès pus fwérts » (E)

Ex : sofler di sès pus fwért (souffler aussi fort que possible)

 

2) « fwârt » («  fwért » (E)), adverbe invariable, peut toutefois prendre la marque du féminin et du pluriel dans certains cas. (Rem. 1956, 168) (E)

Ex : dès fwèrès brâvès djins (de fort braves gens)

 

De même pour « tot »:

Ex : dès totès p’titès cropîres (de toutes petites pommes de terre)

 

 

7.5.2.7 « quausu » (presque) (« quâsi, quâyi » (S))

 

Cet adverbe peut être placé en différents endroits. (Franc. 1994) (S)

Ex.:

Il astot quâsi dîj eûres.

= Il astot dîj eûres quâsi.

Il était presque dix heures.

Il astot quâsi adjalé quand il a rintré.

= Il astot adjalé quâsi quand il a rintré.

Il était presque gelé quand il est rentré.

Èlle a d’moré quâsi bin j’qu’à l’ fin.

= Èlle a d’moré bin quâsi j’qu’à l’ fin.

Elle est restée presque jusque la fin.

 

 

7.5.2.8 Locutions exprimant une intensité

 

Il oûveûre qu’ arèdje. (Rem. 1956, 166) (E)

Il travaille (litt. qu’il enrage) rudement bien.

Dj’ a seû d’ abime. = qu’arape = qu’arèdje (litt. qu’il enrage) = qu’assotih (litt. id.) (Bertr.-D., s.d., 143) (E)

J’ai très soif.

Is sont si bièsses qu’ is n’ è  p’lèt pus. (Rem. 1956, 166) (E)

(litt. Ils sont si bêtes qu’ils n’en peuvent plus.) Ils sont très bêtes.

I magne quu c’ è-st-on sogne. (Rem. 1956, 166) (E)

(litt. Il mange (au point) que c’est un souci, une affaire.) Il mange effroyablement.

 

7.6 Adverbe de certitude ou de doute

7.6.1 Liste

 

alfî (Bastin 1909) (E)

peut-être

I vinrè alfî lôdi èn ût. (Il se pourrait qu’il vienne lundi en huit.)

Ô toumereut alfî pus mâ qu’ û. Il se pourrait qu’on tombe plus mal qu’aujourd’hui.)

dandjureûs

(-dj’r- (Bertr.-D., s.d., 150) (E); -djeu-(Bastin 1965, 79), -dj’r-(Coppens 1959, 172) (O); -dj’r- (Franc. 1994) (S))

probablement (toujours placé en fin d’énoncé)

 

souvent accompagné de « va », qui le renforce (Franc. 1994) (S)

Èlle èst là, dandjureûs.  Dandj’reûs qu’i s’ årè amûsé avå lès vôyes. (Bertr.-D., s.d., 150) (E)

 

Il èst djà voye, va, dandj’reûs. (Il est probablement déjà parti, va.) (Franc. 1994) (S)

hasârd

(C; hasârd (què way) (Bastin 1965, 79) (O))

probablement

I vêrè d’mwin, hasârd.    

à ladrèce = à lâbalâ

(Bastin 1909) (E)

à tout hasard, vaille que vaille

 

mafidje

(Bastin 1965, 79) (O)

peut-être

 

mutwèt

(Bertr.-D., s.d., 150) (motèt, moutwa (Bastin 1909)) (E); motwat,

-twèt, moutwèt (Franc. 1994) (S))

peut-être

Mutwè qu’ il èst malåde. (Bertr.-D., s.d., 150) (E)

Ça s’rè motwat po d’mwin; (Ce sera peut-être pour demain. (Franc. 1994) (S)

probâbe = probâblèmint

(probå- (Bertr.-D., s.d., 150) (E); id. (Coppens 1959, 172) (O))

probablement

Probâbe qu’ i vêrè d’mwin.  

p(u)tète

(Bastin 1965, 79) (O)

peut-être

 

quékefîye

(_, quétefîye (Balér., s.d.) (O))

peut-être

Quékefîye qu’ èle li sét.

sûr = sûremint

sûrement

Sûr qui c’ èst ça.                 

télefèye

(Bertr.-D., s.d., 150) (E)

peut-être

Sèrîz-v’ anoyeus télefèye ?  (Bertr.-D., s.d., 150) (E))

Etc.

 

 

Exemple d’auteur

 

« I gn-avèt dandjureûs on mwin.ne di l’ Abîye di Florèfe, qui v’nèt dîre mèsse li dîmègne, mins dj’ ènn’ a jamaîs oyu causer. » (Gillain 1932, 30) (C)

 

7.6.2 Remarques

« probâbe » et « sûr » (adjectifs employés comme adverbes) se placent normalement

en tête de proposition et sont suivis de « qui / qu’ »; parfois, « probâbe » se place en

fin de proposition, de même que son synonyme « hasârd ».

 

Ex :

Probâbe qu’ i vêrè d’mwin.   ou : I vêrè d’mwin, probâbe.

ou : I vêrè d’mwin, hasârd.       = I vêrè probâblèmint d’mwin.

Sûr qui c’ èst ça.                     = C’ èst sûremint ça.

 

Exemples d’auteurs

 

« Is sont sûr bons .» (Laloux 1969, 68) (C)

7.7 Adverbe de conséquence

« d’ abôrd » (= alors, dans ce cas, par conséquent)

 

Ex :     Ça n’ lî plaît nin ? D’ abôrd, qu’ i l’ lève !

            D’ abôrd, si dj’ n’ è d’vise nin, ça d’meûre insi ?

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Vos-avoz vèyu monter l’ noûve èglîje, d’abôrd ? » (Gillain 1932, 29) (C)

 

« Siya, siya, dji f’reus bin v’nu l’ diâle, mi !  –  Nè l’ di nin tant, d’abôrd. Faî-le vinu .» (Marchal 1941, 40) (C)

7.8 Adverbe interrogatif

7.8.1 Liste

 

combin

(kibin (E), keu- (Bastin 1909) (E); c(u)- (Franc. 1994) (S))

 

Po k’bin m’ alez-ve rifé çoula ? (Bertr.-D., s.d., 151) (E)

Cubin ç’ quu ça vât? (Franc. 1994) (S)

Pour combien allez-vous me réparer cela?

 

Combien cela vaut-il?

comint

(kimint (E), keu- (Bastin 1909) (E); co(u)- (Grign. 1908) (O); (Franc. 1994) (S))

 

Comint a-dje rovyî ça, mi ?  

Comment ai-je oublié ça, moi?

duvint (d’oû-vint (Rem. 1956, 160) (E))

Duvint-ce qu’ i n’ a nin v’nu?

(litt. D’où vient) Pourquoi n’est-il pas venu?

èwou

(wice (E); èyu (Bastin 1965) (O); (a)doû (Franc. 1994) (S))

Èwoù è vas-se ?  (Wice vas-se? (E))

Èyu dalez ? (Balériaux, s.d.) (O)

Adopu-ce quu ça s’ passe? (Franc. 1994) (S)

Où vas-tu?

 

Où allez-vous?

 

Où cela se passe-t-il?

du pâ qwè (Rem. 1956, 160) (E)

Du pâ qwè a-dje mâ?

A cause de quoi (/ Pourquoi) ai-je mal?

poqwè

(C, E; pouqwè (O), pouquè (Deprêtre-Nopère 1942) (O); poqwè (Franc. 1994) (S)= poquefére (Bastin 1909) (E);

Poqwè-ce qui l’ présidint a causé come ça?

Pourquoi le président a-t-il parlé de la sorte?

quand

(C, O, S; qwand (E))

 

Quand îrans-nes ?

D’pôy qwand l’  a-t-on rèssèré ? (Bertr.-D., s.d., 151) (E)

Quand irons-nous?

Depuis quand l’ a-t-on renfermé?

quu (Rem. 1937, 53) (E)

Quu d’ timps a-t-i, voste èfant?

 

Quu d’ timps fât-i po-z-aler là ?

(litt. Que de temps) Quel âge a-t-il, votre enfant?

Que faut-il de temps pour aller là?

quu ç’ fêt (Rem. 1956, 160) (E)

Quu ç’ fêt n’ è vous-se nin?

Pourquoi n’en veux-tu pas? (litt. (comment) que ça (se) fait)

qwantes (Bertr.-D., s.d., 79) (E)

= combin :

Qwantes ave di nèveûs?

 

 

Combien de neveux avez-vous?

 

 

Ils s’emploient dans l’interrogation directe et indirecte.

Ils peuvent être suivis d’une inversion, si le sujet est un pronom personnel de la première personne du singulier ou du pluriel, ou de la deuxième personne du singulier ; à la deuxième personne du pluriel, le sujet n’est pas exprimé.

 

Mais : Comint-ce qui dj’a stî rovyî ça, mi ?  Comint-ce qui nos n’s-î alans prinde ?

 

Les formes « combin-ce, comint-ce, èwou-ce, poqwè-ce, quand-ce », s’emploient le plus souvent avec un sujet à la 3ème personne du singulier ou du pluriel.

 

Ex :    

Comint-ce qu’ il a faît ?  

rarement: Comint a-t-i faît?

Èwoù-ce qu’ is sont-st-èvôye dimèrer ?    

rarement: Èwoù sont-is évôye?

Poqwè-ce qui ça n’ va nin?

rarement: Poqwè ça n’ va nin?

Sobayî quand-ce qu’ i r’vint ?    

jamais autrement

 

Exemples d’auteurs

 

« Comint-ce qui ça s’ faît, qui l’ facteûr n’ èst nén co passé ? »  (Mathieu s.d. b, 2) (O)

 

« Oyi, èwoù va-t-on ? Èwoù-ce qu’on z-èst d’djà .» (Gillain 1932,  92) (C)

 

« Èwoù-ce qui v’s-avoz vosse tièsse .»  (Mathieu s.d. b, 2) (O)

 

«  Dijèz-me pouqwè / Qu’ djè m’ sin pacôps toute anoyeûse? (Spinosa-Mathot 1984) (O)

 

7.8.2 Remarques

7.8.2.1 « combin » (« kibin » (E)) et « qwantes » (E)

 

1) « qwantes » (E) est le synonyme de « combin » (« kibin » (E) (Bertr.-D., s.d., 79) (E) peuvent être précédés d’un pronom personnel complément.

Ex :

– Vos qwantes èstez-ve ? (Bertr.-D., s.d., 79) (E)

A combien êtes-vous?

Vos k’bin quu v’s-astoz? (Franc. 1994) (S)

Combien êtes-vous?

 

2) Ces adverbes peuvent être substantivés.

Ex :

Li combin èstans-nes ?

Le quantième sommes-nous?

Li qwante dè meûs èstans-gne ? (= li qwantrin.me) (Bertr.-D., s.d., 79) (E)

Le quantième du moins sommes-nous?

 

 

7.8.2.2 « don, èndon, hin »

 

Ces adverbes interrogatifs ressemblent fort à des interjections. Ils  expriment une demande d’approbation.

 

Ex :     I faut bin, don ?          Arvôy, èndon ?           Vos l’ savîz bin, hin ?

 

Exemples d’auteurs

 

« Èt si p’tit Fine, don, qui rind l’ maujo si agostante ! » (Gillain 1932, 76) (C)

 

« Â, ni v’ fioz pont d’ toûrmint po ça, don Monseû l’ curè ? » (Laloux 1969, 179) (C)

 

« Qué bia toû d’ noce, èndon ? » (Mathieu 1985, 3) (C)

 

« Pwîs, c’è-st-ine vièsse à paurt, ènon,… » (Bury 1895, 393) (E)

 

 

NB « don » est moins fort que « èndon ».

 

Suivi de « qu’ », on peut rencontrer « èndon » au début d’une proposition interrogative.

Ex : Èndon, qu’ il î a stî ?

 

7.9 Adverbe d’affirmation

7.9.1 Correspondants wallons de « oui » et de « si »

 

oyi

(awè (Bertr.-D., s.d., 149) (E); (O); ây (Franc. 1994) (S)

oui: réponse à une question affirmative

Avoz fwim ?  – Oyi.

Awè, dji m’ va d’ vôrcer. (Oui, je vais divorcer.) (Bertr.-D., s.d., 149) (E)

 

â

(a (Rem. 1956, 160) (E); a (S))

oui: réponse familière à une question affirmative

Î vas se ?   – Â.

oy

(way (Bastin 1965), ay, ây, ayay, ôway, o qu’ ay (Balér., s.d.) (O); âway (Franc. 1994) (S))

oui: réponse rapide à une question affirmative traduisant de l’impatience; affirmation renforcée

Vos v’noz ?

– Oy ! (Souvent pour répondre une seconde fois).

 

Vos v’noz ? – Oyi.

– Dji n’a nin bin oyu. Avoz dit qu’ vos v’nîz ?  – Oy !

siya

(C, E, O; -a, -è (Franc. 1994) (S))

si : réponse à une question négative

N’ avoz nin fwin ? – Siya.     

N’èstez-ve nin contint ? – Siya. (Bertr.-D., s.d., 149) (E)

sifaît

(sifêt (Bertr.-D., s.d., 149) (E); sifét (Bastin 1965) (O))

si : réponse à une question négative plus insistante

Vos n’ avoz nin fwin, d’ abôrd ?

– Sifaît.

Sifêt, dji l’ a vèyou. (Bertr.-D., s.d., 149) (E)

7.9.2 Autres adverbes d’affirmation

 

assûré = bin sûr

(asseûré (Copp. 1959, 169) (O)) (bin seûr (Copp. 1959, 170 (O))

bien sûr

 

mètans

(C, E, S; mètons (O); )

(litt. (ad)mettons) probablement

Is n’ vêront nin, mètans. (Ils ne viendront pas, probablement.)

C’ èst mètans lu qui… (Rem. 1956, 161) (E)

Mètans qu’ ay. (Probablement que oui.)  (Rem. 1956, 161) (E)

Mètans qu’ i vinrè d’mwin. (Franc. 1994) (S)

probâbe = probâblèmint  (C; (Rem. 1956, 161) (E); O, S)

probablement

I n’ vinrè probâbe nin dusqu’à volà. (Il ne viendra probablement pas jusqu’ici.) (Rem. 1956, 161) (E)

dj’ è rèspond

(C, (Rem. 1956, 161) (E))

assurément

Dj’ è rèspond qu’ i n’ vinrè nin. (Je parie qu’il ne viendra pas.) (Rem. 1956, 161) (E)

I n’ vinrè dj’ è rèspond nin. (Il ne viendra sûrement pas.) (id.)

Dj’ è rèspond bin qu’ ay. (Je suis bien sûr que oui.) (id.)

sûr = sûremint

(seûr (Copp. 1959, 170 (O))

assurément

 

swèt’

(C, O)

soit

Vos ‘1 volez ? Swèt’, vos ‘l ârez. (Vous le voulez ? Soit, vous l’aurez.) (Copp. 1959, 170 (O))

vormint

(C, E, S)

bien sûr ; et comment !

Il î a stî, vormint !

Bièsse quu t’ ès vormint. (Rem. 1956, 161) (E)

Ây vormint, tu m’ l’ avos dit! (Franc. 1994) (S)

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« Gn-a one saqwè là d’dins, èt si tot l’ monde èst di mi-avis, il è faut causer au pôrtî . –  Oyi, oyi, èt tot d’ swîte ! », crîyenut-is tortos èchone .»  (Gillain 1927, 9) (C)

 

« Èt mi, so dje bê, Djètrou ? –  Oyi, t’ ès gây po on hièrdî d’pourcês ! » (Remouchamps 1886, 67) (E)

 

« I n’ faut nin dîre : Fontin.ne ! – Siya, vos vièroz ! » (Laloux 1971a, 46) (C)

 

« Èst-ce qu’ on n’ pout nin l’ acheter ? – Siya, daî ! Mins n’ faut nin v’ni brôdî totes mès poyes èt  téne fèye ènnaler sins rin prinde ! » (Bury 1895, 311) (E)

 

« Li papa èt l’ mame ènn’ ont nole keûre : Boule-di-Göme n’ è-st-i nin là ? – Ô, siya, qu’ il èst là !… » (Xhignesse 1912, 29) (E)

 

 

7.10 Adverbe de négation

7.10.1 Liste

 

non

a) réponse à une question affirmative

b) réponse à une question négative

Avoz fwin ? – Non.

(Vos) n’ avoz nin fwin ? – Non.

non.na

(non.na, nèni, nôna (E); non.na, -è, nèni (Franc. 1994) (S))

     réponse à une question affirmative posée avec insistance, semblant suggérer une réponse affirmative. La réponse « non.na » est plus forte que « non » ; elle exprime en effet une contradiction (contestation ou protestation).

Dj’ è rèspond qu’ vos-avoz fwim ? – Non.na.

Vos l’zeû avoz dit ? – Non.na, t’t-a l’eûre !

Dji  v’ di qu’ i boûrdêye.  Non.na. (Bertrand-Duchêne, s.d., 149) (E)

Non.nè, ça n’ su pout nin. (Franc. 1994) (S)

nonfaît

(non fêt (Rem. 1956, 160) (E); nonfét (Copp. 1959, 171) (O))

réponse à une question affirmative fort insistante

Dji so sûr qui c’ èst vos !

Nonfaît, c’ èst nin mi !

ni … pâs

réponse violente, même grossière

I n’ li plaît pâs dè l’ fé.

Dji n’îrè pâs ! Va-z-î ti-min.me !

 

ni … ni…

(F) ni…, ni…

Gn-a ni auto ni moto.

(ni) nin

(nén (O); nin (S))

ne pas

Dji n’ mindje nin.

(ni) pont (di)

1 ne pas de

2 ne pas un(e)

3 n’aucun(e)

4 ne nul(le)

Gn-aveûve pont d’ èfant.

> Pont !

Gn-a pont d’ zèls qu’ î va.

Gn-a pont d’ ôte come lèye.

 

pont d’ + voyelle

Dji n’ a pont d’ èfants.

 

pont d’ + consonne

Dji n’ a pont d’ bèrwète.

 

pont di + l + consonne                     

Dji n’ a pont di liârds.

 

pont di + r + voyelle

pont di r’bond

pont di r’cèperèsse

pont di r’vindje

pont di rwè

 

 

(ni) pupont (di)

ne plus de

(ni) nin co

ne pas encore

(ni) jamaîs = (ni) mauy         

ne jamais

(ni) nin non pus         

ne pas non plus

(ni) pêrson.ne = ni nèlu         

ne personne

ni pus 

ne plus

ni pupont di

ne plus de

ni pus nin onk (ou : one)       

ne plus un (e) seul (e)

ni rin

ne rien

nin pus jamaîs = ni pus mauy

ne plus jamais

ni pus non pus

ne plus non plus

ni pus pêrson.ne = ni pus nèlu

ne plus personne

ni pus rin        

ne plus rien

ni pus jamaîs non pus = ni pus mauy non pus

ne plus jamais non plus

ni pus pêrson.ne (ou :nèlu) non pus

ne plus personne non plus

nin pus rin non pus

ne plus rien non plus

ni co pont (di)

ne pas encore de

ni co mauy

n’encore jamais

ni co pêrson.ne (ou : nèlu)

n’encore personne

ni co pupont di          

n’encore plus de

ni co pus nin onk (ou : one)

n’encore plus un (e) seul (e)

ni co rin         

n’encore rien

ni co pus mauy

n’encore plus jamais

ni co pus non pus       

n’encore plus non plus

ni co pus pêrson.ne (ou : nèlu)          

n’encore plus personne

ni co pus rin

n’encore plus rien

ni mauy (ou : jamaîs) non pus          

ne jamais non plus

ni mauy (ou : jamaîs) pêrson.ne        

ne jamais personne

ni mauy (ou : jamaîs) pont di

ne jamais de

ni mauy (ou : jamaîs) pupont di       

ne jamais plus de

ni mauy (ou : jamaîs) onk (ou : one)

ne jamais un (e) seul (e)

ni mauy (ou : jamaîs) rin

ne jamais rien

ni pus mauy (ou : jamaîs) onk (ou : one)

ne plus jamais un (e) seul (e)

ni pus mauy (ou : jamaîs)

ne plus jamais de

nin non pus (ou : nè rén (O)) 

ne pas non plus

nin co non pus (ou : nè rén (O))

ne pas encore non plus

ni pupont non pus (ou : nè rén (O))  

ne plus de nons plus

ni pus nin onk (ou : one)       

ne plus un (e) seul (e) non plus

ni co pont non pus (ou : nè rén (O)) 

ne pas encore de non plus

ni co mauy (ou : jamaîs) non pus (ou : nè rén (O))

n’encore jamais non plus

ni co pêrson.ne non pus (ou : nè rén (O))

n’encore personne non plus

ni co rin non pus (ou : nè rén (O))    

n’encore rien non plus

ni mauy pêrson.ne non pus

ne jamais personne non plus

ni mauy pont non pus di       

ne jamais de … non plus

ni mauy pupont non pus        

ne jamais plus de … non plus

ni mauy pus nin onk (fém. one)

ne plus jamais un (e) seul (e) non plus

ni mauy rin non pus

ne jamais rien non plus

ni nule paut    

ne nulle part

ni pont nule paut di

ne pas de nulle part

ni mauy nule paut

ne jamais nulle part

ni non pus nule paut  

ne non plus nulle part

ni pêrson.ne nule paut

ne personne nulle part

ni pus nule paut

ne plus nulle part

ni pupont nule paut

ne plus de … nulle part

ni pus nin onk (fém. one) nule paut

ne plus un (e) seul (e) nulle part

ni rin non pus 

ne rien non plus

ni pus mauy pont di

ne plus jamais de

ni pus mauy pêrson.ne non pus         

ne plus jamais personne non plus

ni co mauy pont di

n’encore jamais de

neu … gote (Bastin 1909)  (E)

ne … goutte

 

Etc.

           

Ex : Gn-a pupont d’ ôrkèsse dins nosse vile.

 

Exemples d’auteurs

 

a) non

 

« E..è…è tins-se, Va… varisse ? – Non, è, Zidôre, dji n’  a rin oyu .» (Marchal 1941, .32) (C)

« I s’ pout bin qu’ èlle èst djalouse dès-èfants daus-ôtes… Non, c’ èst nin ça ! » (Laloux 1969, 57) (C)

« Mins i n’ îrè nin tot tchôd tot cût rifè r’fèrè si tch’vau. Bin non ! » (id.,  93) (C)

« Non, non, c’ èst dins l’ sofrance, qui l’ amoûr faît racènes,… » (Robe 1972) (C)

b) non.na

 

« I lî chone todi qu’ on-z-a mètu s’ mwin su l’ clitche. Non.na ! C’ èst rin ; c’ èst l’ vint qui faît bârloker l’ uch .» (Laloux 1969, 68) (C)

« Èt Mèrence, lèye ?…Non.na ! Pont d’ ètranjers è nos cayès ! » (id., 177)  (C)

c) nin

 

« Ci n’ èst nin pace qui c’ èst do satin, qu’ ça tint, ni pace qui c’ èst do sapin qu’ ça pind .» (Vanackere 1983) (C)

« Mins n’ va-t-i nin ièsse dju ? ‘l è-st-à pwin.ne sikèrpu… »  (Bacq 1978, 8) (C)

« Il a tûsè qu’ moman n’ aureut nin stî chokéye dè lès veûy insi zèls deûs… » (Laloux 1969, 161) (C)

d) pont

 

« Faut-i ‘ralè, s’i gn-a pont d’ mèsse ? » (Laloux 1969, 140) (C)

« Â, ni v’ fioz pont d’ toûrmint po ça, don, Monseû l’ curè ! » (id., 179) (C)

« I parèt qu’ gn-aurè pont d’ toûrnikèt, ostant dîre pont d’ dicauce… » (Gillain 1932, 13) (C)

« L’ uvîer aveûve sitî fwârt doûs jusqu’à là : pont d’ nîve ni d’ djaléye ;… » (Gillain 1951, 13) (C)

e) ni jamaîs

« … qui l’ Twin.ne … ni passeut jamaîs iute do cabarèt .»  (Laloux 1969, 36) (C)

f) ni mauy

« N’ èst mauy pièrdu qui ç’ qu’ on done pièrdu .» (Vanackere 1983) (C)

g) pupont

 

« …, sins pupont d’ raîson, asteûre .» (Laloux 1969, 114) (C)

     « Lès chîjes sont mwates, pace qu’i gn-a pupont d’ quinquèts à l’ pètrole, dins lès vîyès maujons .» (Marchal 1941, 11) (C)

« Dijoz, m’ fi, is n’ ont pupont d’ vin ! »  (Mathot-Delbart 1983, 4) (C)

« Li médecin a dit qu’èle ni p’leûve pupont awè d’èfants .»   (Awoust 1984b, 7) (C)

h) ni pus

 

« Asteûre, dji n’ conè pus pèrson.ne, dji n’ètind pupont d’ convêrsâcions ;… »    (Gillain 1932, 45) (C)

« Quand on n’ a pus sudjèt d’ ièsse gaîye,… »  (Laloux 1969, 56) (C)

i) ni jamaîs pont

« Vinoz au mwins à mèsse li dîmègne, vinoz choûter lès consèys di vosse curé, qui n’ vos-è dôrè jamaîs pont d’ mwaîs ! » (Gillain 1932, 22) (C)

j) ni jamaîs rin

« Dji n’ vos-a jamaîs rin faît, mi ! » (Laloux 1969, 56) (C)

 

 

7.10.2 Remarques

7.10.2.1 « ni »

 

1) « ni » peut être explétif et n’avoir pas de sens négatif.

 

 

1) parfois avec le subjonctif 

 

Dj’ a peû qu’ i (n’) plouve.  (ou: … qu’ i plouve.)

Dj’ aveûve peû qu’ i (n’) plouviche.  (ou: … qu’ i ploviche.)

2) toujours avec le conditionnel 

Dj’ aureûve peû qu’i n’ ploûreûve.  (ou: … qu’ i ploûreûve)

 

2) « ni » s’affaiblit en « nè » devant un pronom personnel commençant par la lettre « l »  . (Voir « djè », « mè » et « tè ».)

Ex :     l’ dijoz nin !

            Dji nè l’zeû vôreûve mauy fé ça.

 

3)  Souvent, « ni » est doublé dans un groupe corrélatif.

Ex : Qu’ èst-ce qu’ îrè ? -Ni mi ni li.

I n’ a r’conu ni s’ fèye ni s’ fis.

 

4) Il y a une différence entre 

ni … qui

= pont d’ ôte (aucun autre)

I gn-a qu’ mi què l’ sét.

et nin qui

= co d’s-ôtes ou co on-ôte (aucun d’autres ou encore un autre)

I gn-a nin qu’ mi què l’ sét.

 

Exemples d’auteurs   

 

« In n’ s’ aurint seû djokè on p’tit côp .»,  (Laloux 1969, 56) (C)

 

 

7.10.2.2  « nin »

 

1) Il nie un élément de phrase qu’il oppose à un autre, de même valeur que le premier (= (N) NIET)).

 

Ex :

C’ èst m’ colon , èt nin l’ vosse.    

(N) Het is mijn duif, de uwe niet.

(F) C’est mon pigeon, non le vôtre.

one nin seûte lèçon

een niet gekende les

une leçon non sue

nin sins rûses

niet zonder moeite

non sans difficulté

 

Exemple d’auteur

 

« Pourvu qu’ nin .» (Aurmonak di Nameur po 1969, p.1) (C)

 

2)  Souvent, on renforce la négation par un adverbe ou une exclamation.

Ex : Â, bin non ! -Non, vormint ! – Ô, non !

 

3) Normalement, « nin » est précédé de « ni ».

Ex : « Ni di nin ça » ! I n’ a nin v’nu.

 

4)  « ni » précède aussi souvent « jamaîs » = « mauy » ; « pont » ; « pupont » ;        « pèrson.ne » ; « rin » ; « nule paut », etc..

Ex :     Dji n’ a pêrson.ne vèyu.   Ni rovyîz mauy ça !

            Mais : Dj’ ènn’ a pont.

 

5) « nin onk, nin one, » est une négation plus forte que « pont ».

 

Exemple d’auteur

 

« Nin one âme avau lès vôyes .»  (Laloux 1969, 130) (C)

 

6) « ni pâs »  est plus fort que « ni nin ». C’est une négation assez brutale et souvent grossière, par exemple si on s’adresse directement à la personne à laquelle on oppose un refus.

Ex :     Dji n’ îrè pâs !                        I n’ lî plaît pâs.

 

7) 

sawè (= être capable de)

wasu (= oser)

pas de « nin »

Èle ni sét causer danwès.

Dji nè l’ saureûve fé.  

Dji n’ lî wasereûve dîre.

sawè (= connaître)

nin 

Dji n’ sé nin m’ lèçon.

I n’ sét nin one lète come on tch’vau.

 

 

sauf:    I n’ sét ni â ni b.

sawè  (= être informé de)

 

Dji n’ sé nin qwè.

Dji n’ sé nin qu’ èst-ce què l’a dit.

 

Exemple d’auteur

 

« Portant, do costé d’ Cînè, on n’ saureûve nin ç’ qui vos v’loz dîre .» (E. Gillain, Do min.me tonia, p.16) (C)

 

Remarque 

 

Quand « dji n’ sé nin qwè » est suivi d’un infinitif, il correspond au français : « Je ne sais pas que… » sans « pas ».

Ex : Dji n’ sé nin qwè fé.   (F) Je ne sais que faire.

 

Par contre, une expression courante en wallon pour abréger une énumération : « dji n’ sé tot qwè », n’a pas la négation « nin ».

Ex : Il a ieû dès boutons pa-t’t-avau s’ cwârps, èt dè l’ fîve, èt dji n’ sé tot qwè.

 

Exemples d’auteurs

 

« Dji d’veûve aler qwê one vôye d’ êwe o fond do corti, maîs dji nè l’ waseûve quiter .»  (Lambillon 1983, 78) (C)

 

« On l’ aveut couyonè èt l’ fè arèdji tot nwâr. « Dji n’ wasereus, dandjereû ? » (Laloux 1969, 45) (C)

 

« I n’ si wase rimuwè, peû qu’ ça n’ rivègne .» (Laloux 1969, 65) (C)

 

« Lès pus p’tits, qui n’ avint wasu couru avou l’s-ôtes di peû do s’ fè staurè… »  (Houziaux 1964, 27) (C)

 

« Maîs lès pus couyons n’ wasint alè trop près, pace qu’ is s’ dimèfyint d’ l’ ome au avèt .» (Houziaux 1964, 4) (C)

 

 

8) La conjonction restrictive causale du français : « non pas que » ou « non point que » n’existe pas en wallon et se rend par : « C’èst nin pace qui » ou « C’èst nin qui » suivi de l’indicatif.

Ex : C’èst nin qu’ dj’ î tin télemint, mins djè l’ a djè l’ waude.

 

 

9)  « si nin » correspond au français : « sinon ».

Ex :

Djè l’ pou fé ossi bin qu’ li, si nin mia.

Je peux le faire aussi bien que lui, sinon mieux.

 

 

10) Devant un pluriel suivi de « assez », on a « nin dès » et non « pont ».

Ex :     Dji n’a nin dès caurs assez.

            I n’a nin dès djoûs assez po-z-aler pwinter.

 

 

7.10.2.3 « pont »

 

1) Après « mauy » ou « jamaîs », on a « pont di ».

Ex : Quand i faut payî, i n’ a mauy pont d’ caurs.

 

2) Après « sins », on a « pont di » devant un infinitif.

Ex : Il a dit qu’ oyi, sins pont d’ afaîre.

 

Exemple d’auteur

 

« I vike înocin.mint, sins pont fé d’ dègats .» (Chapelle 1984, 14) (C)

 

3) « pont di » peut signifier « fin wêre di ». 

 

Exemple d’auteur

 

« Monsieû l’ curè aveut vènoz jusse : su pont d’  timps, i ‘nn’ a seû ostant qu’ lès deûs parents .»  (Laloux 1969, 44) (C)

 

« Vos m’avoz candjî su pont d’ timps .» (François 1953, 163)

 

« Ça n’a pont d’ans èt ça rèspond d’djà ! ».

 

4) « pont di » correspond au néerlandais « geen », que les élèves wallons retrouveront plus facilement à partir du wallon, de même que l’anglais « no » ou « not any », l’allemand « kein », le danois « ingen » ou « intet », etc.

 

 

7.10.2.4 Le français « non » a un emploi plus étendu que le wallon « non ».

Le wallon « non » ne sert qu’à répondre négativement à une question affirmative posée sans insistance ou à une question négative. Employé seul, il résume une proposition entière.

 

Ex : Avoz dès caurs ? – Non, (dj’ ènn’ a pont).

 

 

7.10.2.5 La négation est sous-entendue.

 

ni … nin (Franc., 1980, 220) (S)

ni peut être élidé

C’ èst nin possibe ! (Ce n’est pas possible.)

 

parfois, le premier terme est employé seul

Dji n’ sé qwè fé.

Dji vou, dji n’ pou.

« i gn-a » (« i n-a » (E)) (il y a)

la même forme au négatif

I gn-a rin qui m’ plaît. (Il n’y a rien qui me plaît.)

ènnè

La négation se confond avec ènnè ou ses formes élidées

Marèye-Adolfine ènnè ruveneve nin. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

 

 

7.10.2.6 Renforcement de la négation par un complément

 

Ce complément est constitué par un nom qui est précédé de l’art. indéfini « un ». (Rem. 1956, 258-259) (E)

Ex :

I ‘nn’a nin bu one gote ou on couwî.

Il n’en a pas bu une goutte ou une cuiller, il n’en a pas bu du tout.

I n’ boudjéve nin on pîd ou one pate.

Il ne bougeait pas un pied ou une patte, càd. il ne bougeait absolument pas.

Èle n’ a pus foumi nin on poyèdje, hin, nosse Cisignére.

Elle n’a plus fumé pas un poil, càd. elle n’a plus fumé du tout, notre cuisinière (= fourneau).

Èles nu vont nin on foyèdje è leû courti.

Elles ne vont pas du tout dans leur jardin (se. pour y travailler).

I n’ a pus on deût d’ solés.

‘il n’a plus un doigt de souliers, càd. ses s. sont vraiment tout usés’

Is ‘nn’ ont nin rèminé one fortchî.

Ils n’en ont pas ramené une fourchée à la ferme (se. de foin).

 

Les groupements négatifs « ni … gote; ni … rin » sont parfois renforcés à l’aide des locutions « d’ tot » et « du tout » (celle-ci empruntée du français).

Ex :

Çoula n’ va d’ tot gote.

Cela ne va pas du tout

I n’ a d’ tot rin. (= I n’ a rin du tout.)

Il n’a rien du tout

 

Aussi: Dju n’ veû rin do monde. (Je ne vois rien du tout.)

7.11 Adverbes de comparaison

 

come

= comme, de même que

Il èst come èwaré.

ossi

= aussi, au même point

Èlle è-st-ossi bièsse qui li

si

= aussi, au même point

I faît l’ pouye crèvéye ; i n’ èst nin si djosté qu’i ‘nn’ a l’ aîr.

Etc.

 

Exemples d’auteurs

 

« On saqwè d’ doûs qui fieut come mau .» (Laloux 1969, 57) (CW)

 

« Ossi rade foû d’ sès-ovradjes, c’ è-st-à lèye qu’ i ratûse .» (Laloux 1969, 123) (CW)

 

 

Voir : l’adjectif : degré de comparaison

 

7.12 Remarques générales

7.12.1 Traductions wallonnes du français « aussi »

 

1) = au même degré : « ossi »

 

C’ è-st-ossi tchêr.

C’est aussi cher.

2) = également, de même 

 

 

a) « èco » + nom, pronom, adjectif ou adverbe, en début d’énoncé

Èco mi.

Èco ça.

Èco por twè.

Moi de même.

Ça également.

Egalement pour toi.

 

– Vo-le-rulà !  > – Èco ! (Franc. 1994) (S)

Le revoilà ! Encore !

b) nom, pronom, adjectif ou adverbe + « èto »  (« avou » (E, S), « ètou » (O))

Dj’ î va èto.              

I ‘nn’ a ieû, èt mi èto.

 

J’y vais aussi.

Il en a eu aussi, et moi aussi.

 

I n’ èst nin malin, mins èlle èst bièsse èto.

Il n’est pas malin, mais elle est également bête.

 

Vos-èstez contint, èt mi avou. (E)

Tu es content et moi aussi.

 

Dju m’ inva ètou. (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

Je m’en vais aussi.

 

Do momint qu’ vos-astoz contint, dj’ î sû avou. (Franc. 1994) (S)

Du moment que vous êtes content, j’y suis aussi.

 

Exemples d’auteurs

 

1) ossi

« Li vatche rèst ossi rasta qu’ ènawêre ; dès paujêrès bièsses qu’ i gn-a o stauve .» (Laloux 1969, 161) (C)

« Li cokemwâr – mi vî, li cia qu’ dj’ a r’niyî ènawêre – si mètèt à tchanter, èt t’t-ossi rade, li boune odeûr di cafeu rimplicheûve li cûjène èt tote li maujone .» (Gillain 1932, 69) (C)

2) b)

« Li tchènon.ne Soyer, qu’ on-z-aveûve rèssèré dins on covint à Lîdje, a stî lachî pa l’ rèvolucion èto, .» (Awoust 1983, 13) (C)

« Li Crolè a bin sûr l’ intréye ci djoû-là èto .» (Laloux 1969, 170) (C)

« Èlle a co bia jenre, sés se, Nonîye. In, parèt ! On freut co l’ dicauce avou, li  londi èto .» (Laloux 1974, 91) (C)

 

7.12.2 L’adverbe « ci- » en wallon

L’adverbe « ci- » du français n’a pas d’adverbe correspondant au wallon. L’idée se rend par la préposition « avou ».

 

Ainsi, « ci-annexé », « ci-inclus », « ci-joint » se traduisent par « avou çoci », « en min.me timps qu’ çoci ».

Ex :

Vos troveroz lès deûs lètes avou çoci.

Vous trouverez ci-annexées les deux lettres.

Vos r’çûvoz l’ copîye avou çoci.

Vous recevrez ci-inclus (e) la copie.

 

7.12.3 Renforcement des adverbes

Les adverbes se renforcent de la même façon que les adjectifs.

 

Ex : bon-z-èt-rwèd, bon-z-èt-tchêr, lon èt laudje   

 

Exemples d’auteurs

 

« … sinon qu’ pa momints èle hosse si queuwe bon-z-èt-rwèd .» (Houziaux 1964, 15) (C)

 

 « I l’ aîmeut mia vinde bon-z-èt-tchêr .» (Houziaux 1964, 168) (C)

 

 « Come il èsteut conu lon èt laudje, l’ ofrande a durè jusqu’à l’ fin d’ mèsse… » (Houziaux 1964, 153) (C)

7.12.4 Particules adverbiales

Le wallon possède des particules adverbiales séparées du verbe comme l’anglais et le danois. En luxembourgeois, en allemand et en néelandais, ces particules sont collées au verbe à l’infinitif.

 

 

idée

anglais

néerlandais

allemand

avant

avancer

ahead, forward

voort

fort

djus

séparer

off

af

ab

èvôye

((è)voye (Copp. 1959, 156) (O); vôye (Mahin 1984b) (S))

partir

away

weg

weg

foû

(fû (Mahin 1984b) (S))

sortir

out

uit

aus

oute

sortir

out

uit

aus

pâr

achever

out

uit

aus

 

avant

avancer

bouter avant (Rem. 1956, 195) (E)

I l’ fâreût bouter avant.

Il faudrait le pousser en avant, l’avancer.

djus

séparer

côper djus

On lî a d’vu côper s’ dwèt djus.

On a dû lui couper le doigt.

 

 

foute djus

Quand on vole è ç’ payis-là, on vos fout l’ tièsse djus.

Quand on vole dans ce pays, on vous tranche la tête.

 

 

rauyî djus

È rauyant on tch’via djus, au laboratwêre, on trove da qu’ èst-ce.

En arrachant un cheveu, au laboratoire, on trouve à qui il appartient.

 

 

sakî djus (Depr.-N. 1942) (O)

I ‘l faut sakî djus.

Il faut l’ abattre.

 

 

soyî djus

Soyîz ç’ couche-là djus ! Èle va pèter è 1′ fènièsse.

Sciez cette branche! Elle va claquer contre la fenêtre.

 

 

taper djus (Rem. 1956, 191) (E)

Lu clicote è so l’ tâve, tape-lu on pô djus.

Le torchon est sur la table, jette-le un peu bas, càd. jette-le par terre.

 

 

taper djus (Franc. 1994) (S)

Lu tch’vau tape djus.

Le cheval s’interrompt dans son effort.

èvôye

partir

cassî èvôye

I casse li bale èvôye, sins waîtî èwoù.

Il livre (lance la balle), sans regarder où. (au jeu de balle pelote)

 

 

cayî èvôye

Ces vîys canetias-là, dji n’ è faî rin ; djè lès va cayî èvôye.

Je ne fais rien avec ces vieux objets; je les jeter.

 

 

couru èvôye

Nos-èstin .n à maraude, mins nn’ avans d’vu couru èvôye.

Nous maraudions, mais nous avons dû nous enfuir.

 

 

crauper èvôye

Lès qwate-pèsses craupin.n èvôye ètur lès cayaus.

Les lézards partirent en rampant entre les cailloux.

 

 

ièsse èvôye

Is n’ sont nin ci ; is sont-st-èvôye à 1′ mer.

Ils ne sont pas ici; ils sont partis à la mer.

 

 

foute èvôye

Is foutenut one masse èvôye.

Ils jettent beaucoup.

 

 

miner èvôye (Haust 1933) (E)

I fåt miner lès trigus èvôye.

Il faut emmener les décombres (sur un véhicule).

 

 

pèter èvôye

Lès gamins ont pété èvôye come one voléye di spreuwes.

Les gamins se sont échappés comme une volée d’étourneaux.

 

 

pwarter voye (Franc. 1994) (S)

Dju l’ ê pwarté voye.

Je l’ai emporté.

 

 

taper èvôye

Ni tapez mauy do pwin èvôye !

Ne jetez pas de pain.

 

 

tchèssî èvôye (cachî èvoye (Copp. 1959, 156) (O))

Après, on-z-a ieû Napolèyon, mins on 1′ a tchèssî èvôye

Après, on a eu Napoléon, mais on l’a chassé;

foû

sortir

bérwèter foû

Lès bétrâles èstin.n è 1′ cauve ; i l’s-a falu bèrwèter foû.

Les betteraves étaient à la cave; il a fallu les amener au dehors avec une brouette.

 

 

côper foû (Franc. 1994) (S)

 

enlever en coupant

 

 

fortchî foû

Li vîy foûr èsteûve co o mafe; nos 1′ avans tot fortchî foû.

Le vieux foin était encore dans le gerbier; nous l’avons enlevé avec une fourchette.

 

 

moussî foû (Rem. 1956, 186) (E)

 

sortir

 

 

rèche foû

I s’ plaîjeûve bin o prîjon; i n’ v’leûve nin rèche foû.

Il se plaisait bien en prison; il ne voulait pas en sortir.

 

 

satchî foû

Li twa èsteûve co o stauve; lès-omes 1′ ont satchî foû.

Le taureau était encore à l’étable; les hommes l’en ont sorti.

 

 

taper foû

S’ i vint co au bal po chêrcher lès djins, on 1′ va taper foû.

S’il vient encore au bal pour chercher misère aux gens, on l’éjectera.

 

 

tchèryî foû

Lès-obus qui d’mèrin.n o fort, on l’s-a tchèryî foû.

Les obus qui restaient au fort ont été évacués.

 

 

voler foû

On vêt lès djon.nes su 1′ bord do nid ; is vont binrade voler foû.

On voit les jeunes sur le bord du nid; ils vont bientôt s’envoler.

oute

sortir

awè oute

Tu n’ l’ arès nin oute. (Rem. 1956, 190) (E)

Tu ne parviendras pas à aller le faire outre (càd. à travers, de l’autre côté).

 

 

pwârter oute

Tu nu l’ pwètrès nin oute. (Rem. 1956, 190) (E)

Tu ne le porteras pas de l’autre côté.

 

 

vôy oute

On n’ vwèt nin oute. (Copp. 1959, 156) (O)

On ne voit pas outre.

pâr

achever

fé pâr

Fioz vosse divwêr par, divant d’ aler djouwer !

Termine ton devoir avant d’aller jouer !

 

 

fumer pâr

Lès d’bouts d’ cigârètes dès-omes, i lès fumeûve pâr.

Ils fumaient entièrement les mégots de cigarettes des hommes.

 

 

macener pâr

Il ont d’vu arèter po 1′ plouve, mins d’mwin, is vont macener pâr.

Ils ont dû s’arrêter à cause de la pluie, mais demain, ils vont finir la maçonnerie.

 

 

sèmer pâr

Dj’ a semé d’ mes p’titès s’minces ; au nût, djè lès sèmerè pâr.

J’ai semé de petites semences; pendant la nuit, j’achèverai le semis.

 

 

scrîre pâr

Dj’ a c’mincî one lète, mins dj’ n’ arive nin à 1′ sicrîre pâr.

J’ai commencé une lettre, mais je ne parviens pas à la terminer.

 

 

spiyî pâr

Li cârau èsteûve cassé, mins lès gamins 1′ ont spiyî pâr.

Le carreau était cassé, mais les gamins l’ont totalement détruit.

 

7.12.5 Substantivisation de certains adverbes de manière ou de lieu

1) comme en français

Ex :

do bin

du bien

on mî

un mieux

li pîre (lu pés  (Rem. 1952, 120) (E))

le pis

li d’drî 

le derrière

li d’zeû 

le dessus

li d’foû

le dehors, l’extérieur

l’ autoû (1′ âtoûr (Rem. 1952, 120) (E))

l’autour, càd. la partie extérieure, l’enveloppe

 

2) de façon occasionnelle et différemment du français (Rem. 1952, 120-121) (E)

 

I gn-aveût nin dès si bin qu’ zèls à Noûvèye po l ‘êwe.

litt. Il n’y avait pas des aussi bien qu’eux à Neuville pour l’eau, càd. il n’y avait personne qui fût aussi bien servi.

Gn-a dès mî qu’ zèls. I

Il y en a qui sont mieux qu’eux.

I gn-a dès bin èt i gn-a dès mâ.

Il y en a qui sont bien et il y en a qui sont mal.

Èlle aveût bêcôp one pés qu’ çoula.

Elle avait une beaucoup pis que cela (se. une mort).

I gn-a dèdjà dès foû.

Il y a déjà des dehors, càd. il y en a déjà qui sont dehors.

On veût bin qu’ gn-a do foû, save, du ci cayè-là. 

On voit bien qu’il y a du dehors, càd. de l’enlevé, vous savez, de ce cahier-là.(Il n’est plus complet.)

Gn-a brâvemint du l’ djus.

Il y en a beaucoup de la « sortie », càd. de l’abattue (se. de l’avoine).

Dj’ ènn’ a bêcôp dès-èvôye. 

J’en ai beaucoup des « en-route », càd. de parties, de mortes (se. des plantes).

 

Translate »
Share This