5. PRONOM

5.1 Pronom personnel

5.1.1 Les personnes

5.1.1.0 Liste de base

 

 

sujet

complément

singulier

 

 

1re p.

dji

mi

2e p.

ti

twè / ti

3e p. masc.

i

li (COD)

 

 

lî (COI) (F. lui)

3e p. fém.

èle (, èlle + voyelle)

lèye

3e p. sg. impers.

i

pluriel

 

 

1re p.

nos

nos

2e p.

vos

vos

3e p. masc.

is

lès (COD)

 

 

zèls (F. eux; compl. prépos.)

3e p. fém.

èles

lès (COD)

 

 

zèles (F. elles (opposé à eux; compl. prépos.)

3e p. masc. / fém.

 

lèzî (F. leur) (COI)

 

 

 

sujet

complément

 

singulier

 

 

 

1re p.

dji

(dji, djè, dju (Bertr.-D., s.d., 84) (E); djeu (Bast. 1909, 331) (E); djè, dè (Copp. 1959, 56), dji, djè, dè (Grign. 1908, 456) (O); dji (Franc. 1980, 204), djeu (Tw. 1994, 175) (S))

mi

(mi, mu (Bertr.-Duch., s.d., 84), meu (Bastin 1909, 331) (E);  (Franc., 1994, 204), Tw. 1994, 175) (S))

Dji va là.

C’ èst por mi.

Djeu seu. (Bastin 1909, 331) (E)

D(j)jè mindje. (Je mange.) (Copp. 1959, 56) (O)

2e p.

ti

(teu (Bastin 1909, 331), tu, ti (RCW, 1997) (E); ti, tu (Grign. 1908, 456) (O); to (Franc. 1980, 205), teu (Twiess. 1994, 175) (S))

twè

ti

(CW, (Bertr.-D., s.d., 84) (E); teu (Bast. 1909, 331) (E); ti, tu (Grign. 1908, 456) (O); ti, twè (Franc. 1980, 206), ti (Tw. 1994, 175) (S))

Ti vas là.

C’ èst por twè (, ti).

Tu vins à pont. (RCW, 1997) (E)

Wéte à twè ! (Fais attention à toi !) (Franc. 1980, 206) (S)

3e p. masc.

i

li (COD)

(li, èl (Haust 1933), èl, lu  (Bertr.-Duch., s.d., 84), leu (Bast. 1909, 331), lu (RCW, 1997) (E); èl (Vermer, 2007) (C); li (O); li, lu (Franc. 1980, 208), loû (Twiess. 1994, 175) (S))

I vint.

C’ èst por li.

Djè l’ a.

C’ èst por lu. (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

 

 

lî (COI) (F. lui)

(lî (Hauts 1933), li, lu (RCW 1997) (E); li (Copp. 1959, 57) (O); lî, lû (Grign. 1908, 456), lî, lyî (Balér., s.d.) (O), lî (Franc. 1980, 208) (S))

Nos lî d’nans tot. (Nous lui donnons tout.)

Pèrdez-li sès liârds. (Prenez-lui son argent.) (Copp. 1959, 57) (O)

Djè lyî aî dit. / Dji lî … (Balér. s.d.) (O)

3e p. fém.

èle (, èlle + voyelle)

(ile (Bastin 1909, 331) (EW); èle (O))

lèye

(CW, EW; ièle (Copp. 1959, 57), lèye, lîye  (Grign. 1908, 456) (O); lèye (Franc. 1980, 208), lî (Tw. 1994, 175) (S))

 

Èle vint.

C’ èst por lèye.

Ièle, qui èst malâde. (Elle, qui est malade.) (Copp. 1959, 57) (O)

ène boune pour ièle (une égoïste) (Copp. 1959, 57) (O)

3e p.sg. impers.

i

I ploût.

pluriel

 

 

 

1re p.

nos

(neus (Bast. 1909, 331) (E); nos (O); dji (Franc. 1980, 206), djeu (Tw. 1994, 175) (S))

nos

(nos (Bast. 1909, 331) (E); nous (O); nos (Franc. 1980, 206), nous (Tw. 1994, 175) (S))

Nos v’nans.

C’ èst nos.

2e p.

vos

(veus (Bastin 1909, 331) (E); vos (O); vous (Tw. 1994, 175) (W))

vos

(vos, vis (Bertr.-D., s.d., 84) (E); veus (Bast. 1909, 331) (E); vous (O); vos (Franc. 1980, 207), vous  (Tw. 1994, 175) (S))

Vos v’noz.

C’ èst vos.

3e p. masc.

is

lès (COD)

(C, O, S; lès, èlzès, èlzî (Bertr.-Duch., s.d., 84) (E))

Is sont là.

I lès gâte.

 

 

zèls (F. eux; compl. prépos.)

(ieûs’ (Copp. 1959, 58),  zèls, zias, ieûs’ (Grign. 1908, 456) (O); zês (Franc. 1980, 210), zeûs (Tw. 1994, 175) (S) )

Zèls vont en vacances !

C’ èst da zèls.

C’ èst tout pour ieûs’ / zèls ! (Balér., s.d.) (O)

3e p. fém.

èles

(iles (Bastin 1909, 331) (E); èles (O))

lès (COD)

(C, E, O, S; lès, lèzi (Royal Club Wallon, 1997) (E); l’zès (Copp. 1959, 58) (O)

Èles sont ci.

Nos lès mindjans.

 

 

 

 

zèles (F. elles (opposé à eux; compl. prépos.)

(C, E, S; ieûs’ (Copp. 1959, 58) (O))

C’ èst zèles.

avou zèles

3e p. masc. / fém.

 

lèzî (F. leur) (COI)

(_, l’zeû (C); lèzî, èlzî  (E); leû, leuzi (RCW, 1997) (E); lès (Bastin 1909, 331) (E); leû (Copp. 1959, 56) (O), leû, lieû, lèzeû (Grignard 1908, 457) (O); lèzî (Franc. 1980, 210) (S))

I l’ zî (/ l’zeû) faut tot.

Djè leû dwè. (Je leur dois.) (Copp. 1959, 56) (O)

 

 

5.1.1.1 1ere personne

 

1)

sujet

 

 

dji

+ consonne

Dji boute.

dj’

+ voyelle        

Dj’ a stî à Nameur.

Dj’ oûse. (J’ose.) (Copp. 1959, 56) (O)

Dj’ ènn’ a onk! (Franc. 1980, 204) (S)

djè

(djo (Franc. 1980, 204) (S))

+ pronom personnel complément qui commence par la lettre l’ (l’, lî, lès, lzeû, leû)

Djè l’ (COD) dîrè.

Djè lî (COI) dîrè.

Djè lès (COD) dîrè.

Djè lzeû (COI) dîrè.

Djo l’s-è pièrdu. (Je les ai perdus.) (Franc. 1980, 206) (S)

Djo l’zî dîrè. (Je (le) leur dirai.) (Franc. 1980, 206) (S)

-dje

en inversion, après une voyelle

L’ aurè-dje ?

Prind-dje citi-là.

Oyi, di-dje.

È pou-dje ine saqwè ? (Y puis-je quelque chose?) (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

Du-d-qwè va-dje vikî, mi? (RCW 1997, 39) (E)

Seu-dje insi ? (Bastin 1909, 331) (E)

Dèmeurèz là, vos di-dje! (Restez là, vous dis-je !) (Copp. 1959, 58) (O)

Iraî-dje? (Balér., s.d.) (O)

-dju

en inversion, après consonne

Quékefîye l’ aveûve-dju sondjî.

Aureûve-dju adviné djusse ?

Poléve-dju fé ôtrumint ? (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

Aî-dju? Sû-dju? (Ai-je? Suis-je?) (Copp. 1959, 56) (O)

 

Remarque

 

En inversion, les formes « -dje », « -dju » se combinent parfois après une syllabe masculine pour marquer plus d’insistance . (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

Ex : Pou-dj’dju creûre a tant d’boneûr ?

 

Par analogie, dju s’ ajoute également à la première personne du pluriel .

Ex : Qu’ alans-gne dju fé asteûre ? (id.)

 

 

Exemples d’auteurs

« Si dj’ vos sowaîte li boune anéye,… »  (Doumont 1955, 1) (C)

 « Portant, choûtoz, djè l’ rifreûve co ! » (Puissant 1980, 17) (C)

 « Sé-dje s’ èlle èstin.n’ ossi améres… ? » (Doumont 1955, 1) (C)

 « Vèyoz, lî a-dje èspliké, li nawerîye do champète a stî pûnîye, èt co l’ faustrîye do cantonier ! »  (Wartique 1954, 165) (C)

 « Aréve dju co mès-ouys d’ adon ? »  (Doumont 1958, 13) (C)

 

 

2) Formes accentuées

 

mi

apposition

Mi, dj’ î va.

 

réponse

Qu’ èst-ce qu’îrè ? – Mi.

 

interrogation marquant l’étonnement ou protestation

Mi qu’ a faît ça ?

Quî ? Mi ?

 

renforcement

Dj’ èsteûve mi tot seû.

 

 

Exemples d’auteurs

 « Mi, dj’ è va coûtchi. Si ç’ti-là vout co fè l’ bwargnasse, tint qu’ à li ! » (Laloux 1969, 18) (C)

 « Non, don ! Dji vos l’ di : cor èyîr à l’ nêt. Dji m’ brouye, ê mi .»  (Laloux 1969, 30) (C)

 

 

3)

complément

mi

après une préposition

C’ è-st-à mi d’djouwer. Vinoz dé mi, m’ fi !

Dj’ ènn a nin d’ djà âssez por mi.

C’ èst da mi. (C’est à moi.) (Copp. 1959, 57) (O)

C’ èst por mi. (Franc. 1980, 204) (S)

 

entre deux consonnes 

 

Èle mi vèt, mins li, i n’ mi vèt nin » (C.O.D.)

Èle mi dôrè ç’ qui dj’ lî d’mande » (C.O.I.)

Èle mit veut voultî. (Elle m’aime.) (Franc. 1980, 204) (W)

 

forme accentuée :

en apposition

réponse

question

 

 

Mi, i m’ a vèyu.

Qu’ èst-ce qu’ il ont vèyu ? – Mi.

Qu’ èst-ce qu’ èst l’ pus fwârt ? – Mi ? I s’ pout bin !

Mi qui vos pâle. (Moi qui vous parle.) (Copp. 1959, 57) (O)

Mi, dji pinse qui… (Franc. 1980, 204) (S)

m’

devant une voyelle

I m’ a vèyu, mins èle m’ a vèyu èto.

Djè m’ inva. (Je m’en vais.) (Copp. 1959, 57) (O)

Èle m’ a apicî po l’ brès. (Elle m’a saisi par le bras.) (Franc. 1980, 204) (S)

 

après une voyelle, quand il précède une consonne

S’ i m’ vièreûve !

Èle ni m’ dit nin dès mintes. (Elle ne me raconte pas de mensonges.) (Franc. 1980, 204) (S)

mu

après une forme de l’impératif terminée par une consonne

a) COD :

b) COI + COD autre que les pronoms personnels l’ et lès

 

 

Riwâite-mu !

Done-mu ça ! (Dène-mu ça ! ((Franc. 1980, 204) (S))

Amwin.ne-mu l’s-èfants !

Apwate-mu l’ gazète !

me

 

(mè (Copp. 1959, 57) (O))

après une forme de l’impératif terminée par une voyelle prononcée

a) COD; b) COI

a) Purdoz-me à choû. !

Lèyîz-mè fé. (Laissez-moi faire.) (Copp. 1959, 57) (O)

Lèyez-me trankile! (Franc. 1980, 204) (S)

b) Di-me quéne eûre qu’ il èst !

Èle mè faît mau. (Elle me fait mal.) (Copp. 1959, 57) (O)

 

(mo (Franc. 1980, 211) (S))

+ « l » (de: li > le)

Qui mè l’ done. (Qu’il me le donne.)

Done mè-le. (Donne-le moi.)

I mè l’ faut. (Il me le faut.) (Copp. 1959, 57) (O)

Rindez-mè lè (ou: mè le). (Rendez-le moi.) (Copp. 1959, 57) (O)

Di-mo le. (Franc. 1980, 211) (S)

I mo l’ dîrè. (id.)

 

 

Exemples d’auteurs

 

préposition + mi

 

« As-se vèyu, qu’i n’ faît nin bon addé mi ? Sâcrè pau cût, qu’ t’ ès ! »  (Laloux 1969, 13) (C)

« Li p’tite rossète… one pitite gueûye, po dîre come c’ èst … lès-a abîyemint rètchèssi :  « C’èst da mi, ç’ti-ci » (Laloux 1974, 41) (C)

« Por mi, il èst co tchèyu dins one rastaurdjîye èmon Céline .» (Laloux 1969, 16) (C)

consonne + mi + consonne

« Hê, Djo ! Ti n’ mi saureûve pruster cint francs ? », di-st-i.» (Viroux 1984b, 12) (C)

m’ + voyelle

 

« C ’èst l’ dêrin côp qu’on s’ rivèt, d’djèt-i, èt – quéne idéye ! – i m’ a faît promète d’ aler à s’-t-èteremint .» (C)

voyelle + m’ + consonne

 

« Roumdoudoume, Monseû l’ curè, qui vosse vin m’ faît do bin ! » (A Laloux 1969,23) (C)

« Dji m’ fou pâs mal qui l’ prôpiètaîre fuche li Prince d’ Ârenberg ou on-ôte ; il encaîsse lès censes, quand on vind dès-aubes . (Gillain 1932, 40) (C)

forme de l’impératif terminé par une consonne + mu

COD

« Waîte-mu in pau ç’ blanc bètch-là ! I n’ èst nén co r’ssuwé pa-drî sès cwanes, èt i vôréve fé li lwè dins m’ djârdén ! » (Mathieu s.d. b, 53) (O)

« Rabrèsse-mu ! Pus fwârt qui ça ! » (Laloux 1974a, 23) (C)

« Waîte-mu ç’ tilà !, sondjeut-èle Nonîye .» (Laloux 1974a, 17) (C)

 

COI + COD autre que l’ ou lès

« Ê ! M’ coye, done-mu one mastoke po frotè su ç’ qu’ i gn-a là, à t’ dos !, di-st-èle one ôte .» (Laloux 1974a, 41) (C)

 

forme de l’impératif terminé par une voyelle + me:

« Donez-me in fisik ! Dji m’ va qwê in faîsan pou l’ avocat ! » (Mathieu s.d. b, 135) (C)

« A-t-on bin faît d’ candjî ? / Dijoz-me ci qu’ on-z-a gangnî ! » (Doquire 1984, 10) (O)

 

 

5.1.2.2 2eme personne du singulier

 

sujet 

 

 

ti

 

(tu (Balér., s.d.) (O); to (Franc. 1980, 205) (S))

+ consonne

Ti n’ è vas nin come ça!

Tu n’ véns nén? (Balér., s.d.) (O)

To vinrès ! (Tu viendras!) (Franc. 1980, 205) (S)

t’

+ voyelle

 

T’ as 5 eûros?

T’ ènn’ as minti ! (Tu (en) as menti!) (Franc. 1980, 205) (S)

 

(to (Franc. 1980, 211) (S))

+ un pron. pers. complém. commençant par l

Tè l’ dîrès à t’ frére.

Tè l’ as dit ! = (aussi:) Bin sûr !

I to l’ dîrè ! (Franc. 1980, 211) (S)

t’

tè (-cf ci-dessus) > voyelle + t’ + l’ + voyelle

I ‘ t’ l’ apice po l’ brès. (Franc. 1980, 211) (S)

 

substitut typique de « ti » en fin de proposition, seulement après une voyelle

Ce « t’ » veut faire participer l’auditeur plus intimement.

Va-z-è r’pwârter lès canadas vêlà, t’ !

Vo-le-là, t’!

Apice çola, t’ !

Là por li, t’ !

 

antéposé, devant consonne, en débit rapide (S)

T’ vinrès avou nos-ôtes! (Tu viendras avec nous!) (Franc. 1980, 205) (S)

-tu

en O, utilisé dans une question après le verbe

Tchantes-tu? (Grignard 1908, 458) (O)

Pâyes-tu? (Grignard 1908, 458) (O)

Pinses-tu ? (Franc. 1980, 205) (S)

-se

en inversion, après une voyelle (très familier, en tant que forme non accentuée de ti)

As-se vèyu l’ match?

Qui dîrès-se pôr qwand ti sårès tot-a-fêt ? (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

Prins-se ? Vins-se? Dis-se? (Prends-tu? Viens-tu? Dis-tu? (Grignard 1908, 456) (O)

Vous-se beûre one jate? (Franc. 1980, 205) (S)

Il èst mwart, sés-se? (id.)

 

 

Remarques

 

1 La deuxième personne du singulier « ti », correspondant au français « tu, te, t’ » est grossière.

Elle s’emploie d’une façon très familière entre garçons et homme d’âge sensiblement égal et entretenant des rapports d’amitié.

Il est toujours grossier dans une bouche féminine ou quand il s’adresse à quelqu’un de sensiblement plus  âgé que celui qui parle, et surtout quand il correspond au français « toi ».

 

« ti » est donc grossier à moins que cette grossièreté  ne soit immédiatement corrigée par « mi fis ! » ou « m’ fèye ».

 

En effet, la 2ème  personne du singulier de l’impératif est considérée comme familière ou grossière dans les mêmes conditions que le pronom.

Ex : Vin, m’ fis, oudonbin nos-ariverans trop taurd.

 

2 Curieusement, les termes « mi fis », « mi fèye » peuvent s’employer à l’égard de personnes plus âgées que le locuteur.

 

3 En est-wallon, on utilise « tu » dans une inversion après consonne. (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

Ex : Qu’ ènnè pinses-tu?

Sâve-tu!

 

4 Dans une question, on utilisera rarement ‘-tu’ .

Ex : « Pinses-tu ? »

On dira plutôt “Èst-ce qui t’ …?”

Ex : Èst-ce qui t’ pinses ? (usité également)

Èst-ce qui t’ tchantes ?

 

Exemples d’auteurs

 

ti + cons.

« Ti vas rintrer, hin ? » (Houbart-Houge 1981, 7) (E)

t’ + voy.

« Si l’ afaîre va bin, t’ åres l’ tchêve d’oneûr .» (Houbart-H. 1981, 6) (E)

tè + l-

 

«  l’ as dit, di-st-i l’ tchin, i djouweûve avou nos-ôtes .» (Houz. 1954, 109) (C)

«  l’ sés come mi : ç’ qui vint d’ rif è r’va d’ raf . » (Rousseau 1971, 60) (C)

-se:

en inversion,

après voy.

 

« W’ as-se sitî fè r’côpè tès tch’vias, ê ? » (Laloux 1969, 18) (C)

« On m’ î r’prindrè à deûs côps d’ vant d’ l’aîdî, sés-se, mi, l’ curé ! » (Houbart-Houge 1981, 47) (E)

« Nom di Hu ! Vous-se riveni chal, måssêye bièsse qui t’ ès ! » (Houbart-Houge 1981, 8) (E)

« Èt lès « Ti sovins-se bin ? » s’ sûvenut di d’ tot près .»  (Gillain 1932, 11) (C)

« Dji t’ riveu co si bin, sés-se, Bêrt, à djok su one djambe,… »  (Laloux 1969, 154) (C)

« Va-z-è, maîs dispêtche tu, sés-se, Titine ! », di-st-èle .» (Lamb. 1983, 78) (C)

« Rivinrès-se co, wihète, dizos l’ bouhon d’ônês, / Rivinrès-se co haheler dès boûdes qu’ on s’ racontéve… ? » (Michel s.d., 22) (E)

« È bin ! Valèt, d’djèt-èles, as-se co faît one ripaye, / Èdaumè on djambon ou r’lètchi l’ craus stofè ? / As-se grètè on-èfant, lachi tès man.nèstès, /          Po qu’ en-z-î lèyant t’ pia, aujdoûrdu tè l’ ripayes ? » (Houziaux 1954, 101) (C)

« Qu’ as-se l’idéye do fè, m’ fis ? On-aubwisson ? One vèsse di leup ? » (Laloux 1969) (C)

« Qué novèle, Vinaîgue ? Ès-se todi si voleûr ? » (Xhign. 1942, 119) (E)

« Vas-se ti taîre, charogne ? » (Laloux 1969, 116) (C)

« Maîs tu n’ m’ as nin co, sés-se, bleûs fènèyants ! » (Bal 1951, 5) (O)

 

 

complément

ti

après consonne devant consonne

Èle ti tchanterè one tchanson.

Oscâr ti vèt.

Èle ti veut voultî. (Elle t’aime.) (Franc. 1980, 206) (S)

 

après voyelle, devant r + cons. 

André ti r’vaurè ça.

ou : André t’ rivaurè ça.

 

après une prépos. se terminant par une voyelle

addé ti (Franc. 1980, 206) (S)

Wéte à ti ! (Franc. 1980, 206) (S)

t’

après voyelle devant voyelle ou consonne

Dji t’ a vèyu. dji t’ vè co. (COD)

Dji t’ dîrè qwè. (COI)

I n’ t’ éme nin, sés-se. (Franc. 1980, 206) (S)

I t’ porminerè. (id.)

devant un pronom personnel complément commençant par -l

Dji tè l’s-èvôyerè.

 

Mais aussi : Dji t’ lî èvôyerè pwârter.

Dji t’ lès dôrè.

Dji t’ leû frè dîre.

-tu

après un impératif terminé par une consonne

Djoke-tu!

Taîje-tu!

R’wéte-tu d’ abôrd ! (Franc. 1980, 205) (S)

 

-t- + tu après un impératif terminé par une consonne, on met un -t de liaison entre la forme verbale et ‘tu’

Bat-t-tu !

Plind-t-tu !

Tin-t-tu bon! (Franc. 1980, 205) (S)

twè

familier (par rapport à ‘ti’, grossier) après une préposition (C, E, O, S)

avou ti, por ti, sins ti

> avou twè, por twè, sins twè

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

t’

« Dji t’ årè trawé t’ pê d’vant, vî make-à-s’-cou ! » (Houbart-Houge 1981, 12) (E)

 

« Vo-me-chal, Jules ! Mins dji l’ di : si t’ bodjes d’ ine pate : Paf ! » (J. Houbart-Houge 1981, 12) (E)

twè

 

« Taîs’ tu, va, twè ! » (Alexis 1954, 126) (C)

« Di-le, twè, Djôsef ! » (Laloux 1969, 37) (C)

« Va-z-è à l’ djote, ê, twè ! S’i m’ plaît d’ lès fè r’côpè à ras », mi ! »  (Laloux 1969, 19) (C)

« Ti d’vins sot, twè ? » (Houbart-Houge 1981, 13) (C)

 

 

Formes accentuées

 

1) « twè », emprunté au français, est plus poli que « ti ».

Cf « mindjî », emprunté aussi, réservé en beaucoup d’endroits aux gens, alors que « mougnî » est réservé aux animaux. Son emploi en rapport avec les gens y est ressenti comme grossier.

 

a) en apposition

Ti, dji t’ raurè ! (Twè,…)   Twè, ti t’ vas taîre !  

Î vas-se, twè ?

b) dans une question avec nuance d’étonnement

 

Qu’èst-ce qu’ on va lomer à l’ comune ?

– Twè, qu’ va fé ça ?        

– Ti ? (Twè ?)

c) en réponse 

Èt qu’ èst ce qu’ îrè ?  – Ti ! ( Twè ! )     

Qu’ èst-ce qu’a dit ça ? – Twè !

d) vocatif

Hê, là, twè !

 

 

2) Parfois, « ti » est employé en apparence explétivement, mais en réalité, c’est pour faire participer l’interlocuteur plus intimement à ce qu’on dit.

Ex : Après ça, il a co faît dji n’ ti sé tot qwè .          

 

3) Parfois – quand même familièrement, mais non grossièrement -, on emploie « ti » avec un sens général, englobant quand même l’interlocuteur .

Ex : Ti n’ vôreûve nin, hin, qu’ djè lî freûve tos sès caprices !

(exclamatif plutôt qu’ interrogatif parce que le ton donne déjà la réponse)

 

4) Un emploi courant de « twè » est après « Oyi, (ê,) twè ! », « Siya, (ê,) twè ! », « Non.na, ê, twè ! Jamais après « non », mais aussi après « Oyîy », qui exprime le scepticisme.

Ex : Vos lî dîrîz bin, vos ! – Non.na, ê, twè ! È après, qu’ èst-ce qu’ aurè dès pwâres di tchin ? -Mi !

 

5) Il existe aussi un « ti » exclamatif, émis pour prendre l’interlocuteur à témoin de la surprise qu’on éprouve.

Ex : Il a rèyussi, ti ! Què dis-se ?

                       

« Èle grète è têre : on deut … on bokèt d’ mwin, ti ! bin sûr da nosse pôve vî Sint-Elwè .» (Laloux 1969, 16) (C)

 

 

5.1.1.3 3ème personne du singulier

 

sujet 

masculin 

i

+ cons. ou en fin de phrase

I coûrt. I va. I waîte.

I n’ vinrè nin. (Franc. 1980, 208) (S)

Vinrè-t-i? (id.)

il

 

(i- (Bast. 1909, 331) (E)

+ voyelle

Il a. Il èst. Il invente.

Il avéve fwin. (Franc. 1980, 208) (S)

I-èst sot. (Bastin 1909, 331) (E)

‘l

entre deux cons. (pas toujours)

Li cwin qu’ ‘l in.me li mia

 

Dans la conversation, entre deux voyelles, souvent, on ne prononce que le « ‘l ».

Mins ‘l a bau s’ dîre qu’ i dwèt arèter d’ fumer, i n’ î arive ni.

Qu’ i clôse si djêve, sins qwè ‘l årè d’ mes novèles. (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

qwand ‘l ont fin (quand ils ont faim) (RCW 1997) (E)

Quand ‘l avéve beû s’ gote, i rintréve. (Franc. 1980, 208) (S)

li

 

(lu (Franc. 1980, 208) (S)) en apposition

Li, i n’ a dandjî d’ rin.

Lu, i vinrè tot seû. (Franc. 1980, 208) (S))

féminin

èle

 

(èle, ile (RCW, 1997) (E))

+ consonne ou après un verbe

deuspô qu’ ile m’ a dit çoula (Royal Club Wallon, 1997) (E)

Pinse-t-èle? (Franc. 1980, 208) (S)

èlle

 

(èle (RCW, 1997) (E))

+ voyelle

Èlle avéve fwin. (Franc. 1980, 208) (S))

‘lle

En EW et en SW, on élide « èlle » entre deux voyelles.

Qwand ‘lle a ‘ne îdèye, i n’ a rin a l’ abate. (Bertr.-Duch., s.d., 85 ) (E)

Quand ‘lle ârè vindou s’ mohon, èle s’rè ritche ! (Franc. 1980, 208) (S)

‘le

De même, après voyelle et devant consonne.

Tinez-lî tièsse, adon ‘le heûrè sès lêdès manîres. (Bertr.-Duch., s.d., 85 ) (E)

lèye

en apposition

Lèye, èle sét tot.

C’ èst lèye qui d’mande. (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

Lèye, c’ èst l’ mére da Ethan. (S)

 

 

Exemples d’auteurs

 

i

 

« Po mougni, i s’ aveut mètu dins on cléria, mins tot d’ sûte, i l’ a falu lèvè, s’ assîr dizos l’ bouchenis’, ca l’ solia tokeut .» (Laloux 1964b, 162) (C)

il

 

« Pourvu qu’ il eûche richôrbu sès pîds, di-st-èle, co à mitan èdwârmuwe .» (Viroux 1982a, 15) (C)

 

Attention : En inversion, on n’a que la forme « i ».

« Qwè gn-a-t-i ? », di-st-i. » (id.)

« Gn-a pupont ! », di-st-i li p’tit ome. » (id.)

« Dijoz », di-st-i à s’ feume, i d’mande do singlé… »  (id.)

‘l

« Sûre li royon qu’il a tchèrwé / Et rapauter l’ grin qu’ ‘l a sèmé. » (Rousseau 1963, 122) (C)

« Mins ‘l a bau poussî s’-n-âme, on n’ l’ètind nén tchanter .» (Petrez 1956, 12) (O)

èle

 

« Juliène l’a r’conu l’ prumîre ; èle si lève di s’ tchèrîye, dâre après li à criyant : « Mon Diu, Amand ! » (Calozet 1979, 408) (C)

èlle

 

« Dispûs qu’on-z-a quité l’ vilâdje, èlle èst toudi pa-d’vant ! » (Petrez 1979, 432) (O)

« Èlle èsteut tote simpe…, trop simple, si simpe qui lès djins d’hît qu’èlle ni raviseûve nole ôte .» (Xhignesse 1942, 165) (E)

impersonnel:  i + consonne    il + voyelle

 

« Ci djoû-là, i plovéve. / Vis-ènnè som’néve bin ? »  (Maquet 1979, 604) (E)

« I faît êtî. On n’ôt pêrson.ne »  (de Lathuy 1979, 503) (C)

 

Attention : Parfois u dans « come u faut »

« Pontieûsemint, i r’waîte l’ovradje, bin come u faut .»  (Lal. 1969, 80-81) (C)

 

« Lès matinéyes ni sont wêre tchôdes, / il a rèlé su lès pachis… » (Bernard 1979, 475) (C)

 

 

Remarques

 

1 Dans l’extrême-est wallon, on rencontre les combinaisons suivantes dans une inversion (Bastin 1909, 331) (E):

Djowe-z-i? Èst-z-i ? (Joue-t-il . Est-il ?)

Et au féminin:

I-èst sote. (Elle est folle.) Djowe-leu? (Joue-t-elle?) Èst-le là? (Est-elle là?)

           

2 La tournure impersonnelle foisonne, et elle possède une grande souplesse (Remacle 1937, 67; 1956, 30) (E)

Ex :

I vûde.

Il pleut à verse.

Il arive . = I parèt . = Il avise .

C’est possible.

I s’ apontih po toumer one saqwè.

Il va tomber qch. Il va pleuvoir.

I s’ monte fwêrt. I s’ duhind fwêrt.

La route monte fort. La route descend fort.

I tchèrih après noûv eûres.

(litt. Il charrie après 9 h.) Il approche de 9 h.

I va bin quu…

(litt. Il va bien que …) Il est heureux que …

Cumint v’ va-t-i?

Comment allez-vous?

I va drole avou lèy.

(litt. Il va drôle avec elle.) C’est drôle, c’est une histoire étrange.

 

Aussi avec un sujet indéfini. (Remacle  1956, 31) (E)

Ex :

Tot qwand qu’ i coksèye one poye.

Chaque fois qu’il crételle une poule, càd. chaque fois qu’une poule crételle.

I vint d’ rud’hinde onk.

Il vient de redescendre quelqu’un.

I touma onk mwêrt so l’ trin.

Il tomba qn mort dans le train, càd. quelqu’un tomba mort.

S’ i li toûrnéve télefî one mâ.

(litt. S’il lui (en) tournait par hasard une mal.) Si une de ses bêtes lui tournait mal, mourait.

Il ad’hindéve onk lu vîhe route.

(litt. Il descendait quelqu’un la vieille route.) Quelqu’un descendait la vieille route.

 

En wallon, il existe un grand nombre d’exemples avec un sujet impersonnel relatifs au temps qu’il fait. Le Wallon utilise souvent à cet effet « des verbes de sentiment, de volonté, etc., qui, appliqués aux dispositions ou aux mouvements du ciel, de l’atmosphère, du climat, évoquent d’une façon frappante la mentalité et l’activité d’une personne véritable ». (Remacle  1956, 31)

Ex : 

Il alume. (Il éclaire.)  

I djale. (Il gèle.)

I r’ligne. (Il dégèle.)

I tone (Il tonne.)

I nîve. (Il neige.)

I ploût.(Il pleut.)

 

I vûde (ou: I tape.)

Il verse ou il jette, càd. il pleut à verse.

I n’ fène nin, i n’ faît qui d’ ploûre.

Il ne fane pas, càd. le temps n’est pas bon pour faner, il ne fait que pleuvoir.

Il èst co capâbe di ploûre.

Il est encore capable de pleuvoir, càd. il pourrait encore pleuvoir.

Il a do mau d’ ploûre. 

Il a de la peine à pleuvoir, càd. il pleut difficilement.

I n’ frè nin tos lès djoûrs come èyîr, i n’ continûwerè nin insi.

Il ne fera pas tous les jours comme hier, le temps ne continuera pas comme ça.

I s’ rèbronkine. (= I s’aneûrih.) (Rem. 1956, 31) (E)

Le temps s’obscurcit.

I n’ russowe wêre . (id.)

Il ne sèche guère, le temps n’est pas bon pour sécher (foin, terrains, chemins … ).

I roudèle dès bons côps . (id.)

Il tonne de bons coups.

I s’ aclîve dès walés . (id.)

Il se forme des averses.

I qwîrt à ploûre. ( = I vout ploûre. ) (id.)

(litt. Il cherche à pleuvoir. / Il veut pleuvoir.) Il se dispose à pleuvoir.

I fêt lès cwanses du ploûre. (id.)

Il fait semblant de p., càd. il pleut très légèrement.

Il arè co bin hâsse du ploûre. (id.)

Il aura encore bien hâte de pleuvoir.

I s’ ratint d’ ploûre.  (id.)

Il se retient de pleuvoir.

I n’ a nin lèy on djoûr sins ploûre . (id.)

Il n’a pas (laissé =) cessé un jour de pleuvoir.

I r’ligne. (Bastin 1965, 54) (O)

C’est le dégel.

 

 

4 « il y a » en wallon

 

i gn-a (C) = i n-a (E) = i (g)n-a  (O) = i gn-a / -è (S)

il y a

i gn-a (CW) = i n-a (E) = i (g)n-a (O) = i gn-a / -è (S)  + pont (ou: nin (pas un(e) seul(e))

il n’y a pas

i gn-a (C) = i n-a (E) = i n-d-a (O) = i gn-an-è (S)

il y en a

i gn-a (C) = i n-a (E) = i n-d-a (O) = i gn-an-è (S)  + pont (ou: nin (pas un(e) seul(e))

il n’y en a pas

 

Ex :

I gn-a d’ tot vêci.

Il y a de tout ici.

I gn-a rin à dîre.

Il n’y a rien à dire.

I gn-a pont d’ vélo.

Il n’y a pas de vélo.

I gn-a nin one âme.

Il n’y a pas une âme. (= une seule âme)

I gn-aveut pupont d’ caurs.

Il n’y avait plus d’argent.

I n-a d’ tot chal. (E)

Il y a de tout ici.

I d-a co bran.mint. (O)

Il y en a encore beaucoup.

I n-d-a pont. (Bastin 1965, 31) (O)

Il n’y en a pas.

I gn-avéve deûs mohons. (Franc. 1980, 213) (S)

Il y avait deux oiseaux.

I gn-è do monde. (Franc. 1994) (S)

Il y a du monde.

I gn-a pus (ou: pupont). (Franc. 1980, 213) (S)

Il n’y en a plus.

 

 

complément

masculin

 

COD

 

li

 

(lu (Franc. 1980, 208) (S))

cons. + li + cons.

I va aprinde li Néèrlandès, quékefîye li causer.

Va-dje li prinde ?

Sogne-lu bin ! (Franc. 1980, 209) (S)

 

après préposition terminée par une  cons.

C’ èst dèpend d’ li.

Ci n’ èst nin zèls, c’ èst li !

 

comme dernier mot

Dji va addé lu . (Franc. 1980, 208) (S)

l’

voy. + l’ + voy.                                                         

Nos l’ avans vèyu.

Èle l’ a pièrdou. (Franc. 1980, 209) (S)

 

voy. + l’ + cons.

I l’ mètrè là.

I l’ mougnerè. (Franc. 1980, 209) (S)

èl

 

(èl (Bertr.-Duch., s.d., 84), ul, eul, (RCW, 1997), eul (Bastin 1909, 331)  (E); èl (Vermer 2007) (C))

+ une forme verbale de la 2ème p. du sg ou du pl commençant par une cons.

En E, « èl » est le pronom le plus employé comme compl. direct avant le verbe. La forme est commune aux deux genres.

Èl vès-se ?

Èl vous-se ou nè ‘l vous-se nin ?

Li payisan èl faît assîr. (Vermer 2007) (C)

Dji v’s-èl di plat’-kizak. (Bertr.-Duch., s.d., 84) (E)

Djeu v’s-eul di. (Je vous le dis). (Bastin 1909, 331) (E)

I n’ va nin (Èle ni va nin) pus lon qu’ on n’ èl boute. (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

C’ èst t’ prôpe fis (t’. prôpe fêye) èt t’ èl kidjåses. (id.)

Dju v’s-ul di. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

Djeu v’s-eul va lire. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

-lu

après un impératif terminé par une consonne

Aboute-lu vêci !

Li feû èst distinou, ratome-lu ! (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

-le

après un impératif terminé par une voy. ordinairement nasale (ceci se base sur la prononciation !)

Prind-le !

Purdans-le !

Dinez-le !

Rèchoz-le ! (Sortez-le !)

Tins-le bin ! (Franc. 1980, 209) (S)

Lèyez-le trankile ! (id.) (S)

COI

Èle lî dit tot.

I lî prindrè tot. (Franc. 1980, 208) (S)

Dène-lî do pwin. (id.)

féminin

li

 

(lu (Franc. 1980, 209) (S))

COD

Èle li vèt d’djà.

COI

 

I dit tot.

Ça n’ cosse rin.

lèye

après préposition

 

Ci n’ èst nin por lèye.

Tout ça pour lèye. (Balér., s.d.) (O)

C’ èst por lèye. (Franc. 1980, 208) (S)

 

 

Exemples d’auteurs

 

l’ + voyelle

« Oyi, di-st-i l’ pa, djè l’ a vèyu ! »   (Viroux 1982b, 16)  (C)

voyelle + L’ + consonne

 

« Après l’ chîje, djo l’ mèteûve coûtchè. »  (Paquet 1983, 4) (C)

èl + forme verb. de la 2e p. du sg ou du pl commençant par une cons.

« Èl savoz bin ? »  (Laloux 1969, 116) (C)

 

« èl » parfois utilisé au lieu de « li ».

« Ci qu’onk ni dit nin, l’ôte èl rapinse .» (Gillain 1932, 12) (C)

impératif terminé par une cons. + lu

« Èlève-lu, asteûre ! » (Laloux 1974a, 20) (C)

impératif terminé par une voy. nasale + le

« Trossans-le ! »  (Laloux 1969, 116) (C)

« Mèt-le èwou-ce qui t’ vous ! » (Laloux 1974a, 20) (C) « Dimandez-le au Grand Gusse ! » (Namèche 1955, 135) (C)

lèye

« Contin.ne di lèye, èle rimèt lès quate bèlès pîces su leû platia, à l’ vitrine .» (Awoust 1989, 6) (C)

« … dji m’ alè achîr addé lèye,… » (Maudoux 1984, 5) (C)

« Èle ni sèpeut nin, Bâbe, qui c’ èst por lèye qui Françwès fieut do platplat insi. » (Laloux 1969, 94)  (C)

« Pa-t’t-avaur lèye, dès picîyes di pwèls di stik èt di stok. » (Laloux 1964, 189) (C)

« Etur lèye èt l’ sûvante qu’on conèt i gn-a rin .» (Doquire 1984, 7) (C)

 

 

Remarques

 

1 En apposition, le wallon emploie les pronoms « li » (masculin) et « lèye » (féminin).  On emploie les mêmes formes pour insister.

 

Exemples d’auteurs

« Il a l’ flène do tchèrbinè li tot seû tote li djoûrnéye .» (Laloux 1969, 80) (C)

« Li tchanson qui m’ moman tchanteut / À d’vu moru li min.me djoû qu’ lèye,… »            (Maudoux 1984, 5) (C)

« Ni lèye, ni mi, nu d’hît pus rin ;… »   (Bragard 1979b, 362) (E)

 « Lèye, neûre èt crotéye disqu’à s’ cou .»   (Fossion 1989, 153) (E)

 « … dj’ lès r’louke ‘nnaler : lu, foû sqwêre èt haletant, lèye, kihossant l’ gorê què l’ blèssîve èt cakant sès gngnos comme s’ èlle aléve difali so chake pîre ! » (Xhignesse 1979, 330) (E)

 « …èyèt li, l’ vayant, l’ foûrt ome, li, l’ mésse, i ratind s’ dèrnî some… »  (Willame 1979, 296) (O)

 

N.B. : Si une virgule, donc un espace de silence les sépare, on a « li ».

 

Exemple d’auteur

 « Vèyant.mint qui m’ lingadje èst p’tit, li causer, ça n’ pout nin ièsse on gros pètchi .»  (Vanackere 1982, 16)  (C)

 

2 Comme attribut, ils ont la même forme que le pronom complément.

Ex : « Li, c’ èst li, lèye, c’èst lèye, èt mi, c’ èst mi. Ça faît qu’ c’ èst kine ! »

 

Exemple d’auteur

 « … i s’ a clincî sur li, d’ in costé, pwîs d’ l’ ôte, come pou l’ rabrèssî, mès sins trop l’ djonde .» (Bal 1979, 690) (O)

 

3 En est-wallon, « lî » (lui) se réduit à « î » après  « ènnè ». (Bertr.-Duch., s.d., 85)

Ex : Dj’ ènn’ î vou à mwért. (Je lui en veux à mort.) 

S’ ènn’ î fåt, ènn’ årè. (S’il lui en faut, il en aura.)

 

4 Contrairement au français, quand le sujet des verbes « dîre », « criyî », « rèpèter », « tchanter », « choufler »,… en inversion est exprimé par un nom, on emploie quand même le pronom personnel.

Ex.: Dès brikes èt do mwârtî, èt à bwâre à l’ovrî, dîyenut-is lès maçons . (C)

 

Exemples d’auteurs

« C’èst mi, di-st-i on grand baurbu .» (Viroux 1982a, 14) (C)

« Nos l’ savans bin, di-st-èle li pèneûse bièsse… »  (Houziaux 1954, 96)  (C)

 

5 Le pronom i est parfois omis après « qu’ ».

Ex : L’ aube clince todi do costé qu’ vout tchaîr.

 

6 Le pronom de la 3ème personne (du singulier et du pluriel) se répète après « qui » (= au momint qui) ; contrairement au français.

 

Exemple d’auteur

« Èlle èst là, inte deûs-eûwes, qu’ èle ni boudje nin .» (Houziaux 1964, 15) (C)

 

7 Le pronom « li » impersonnel se rencontre dans une série d’expressions fort usitées.

Ex :    

l’ awè bèle (avoir la vie facile)

li fé èsprès (le faire exprès)

li chaper bèle (l’échapper belle)

li lèver (partir)

li fé coûte (être bref)

li fé longue (traîner en longueur)

li trossî (déguerpir)

 

 

Exemples d’auteurs                                       

                                                                                              

« On n’ lès r’veut pus qu’ tènawète à Dorène, èt jamaîs po l’ fé longue .»  (Laloux 1969, 107) (C)

 « I l’ trosse sins-arin.nè pèrson.ne .» (Laloux 1969, 69) (C)

 « Lès-ôtès djins l’ trossenut à dadaye po-z-alè d’djunè,… » (Laloux 1969, 75) (C)

 « Quand i l’a trossî, il èsteut co pus grigneûs qu’on vî singlé .» (Laloux 1969, 183) (C)

 « Po dîre li vraî, on n’ sét nin grand tchôse di li .» (Henin 1979, 614) (C)

 

 

7 Le COD « li » ne s’exprime pas devant les pronoms « lî » et « èlzî » (E).

Ex :

Dji a dit co cint côps (/ fèyes  (E)).

Je le lui ai dit encore cent fois.

Dinez- sins l’ fé tant djaîryî .

Donnez-le lui sans le faire attendre à ce point.

C’ èst mi qu’ èlzî a d’né. (E)

C’est moi qui le lui ai donné.

 

 

 

5.1.1.4 1ère personne du pluriel

 

sujet

nos

 

(dji (Franc. 1980, 206) (S))

+ consonne

Nos r’vêrans d’mwin.

Dji beûrans. (Nous boirons.) (Franc. 1980, 206) (S)

nos-

 

(dj’ (Franc. 1980, 206) (S))

+ voyelle

Nos-aurans faît tot timpe.

Dj’ ons moussè foû. (Nous sommes sortis.) (Franc. 1980, 206) (S)

nos-ôtes

 

(C, E,  S; nous-autes (Balér., s.d.) (O))

en apposition

Nos-ôtes, nos l’ fians.

ou: Nos l’ fians, nos-ôtes.

Nous-autes, nos-astons stokasses. (Balér., s.d.) (O)

Nos-ôtes, dji d’meurans su l’ tièr. (Franc. 1980, 206) (S)

n’s-

quand on parle vite : + voy. ou cons.

Bièsses, qui n’s-èstans !

Quand n’s-årans l’ milion! (Bertr.-Duch., s.d., 83) (E)

nn’

voy. + nn’ + voy.

Quand nn’ avans stî à Brussèle, …

n’

voy., cons. ou rien + n’ + voyelle

N’ î èstans nin co.

Quand n’ sèrans ritches. (Bertr.-Duch., s.d., 83) (E)

N’avans qu’ nos-ôtes po nos d’finde. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

-nes

en inversion

Î èstans-nes?

Djowans-ne? (Bastin 1909, 331) (E)

Mindjerons-ne? (Mangerons-nous?)  (Copp. 1959, 55) (O)

D-alo-nes? (Allons-nous?) (Grignard 1908, 456) (O)

 

Exemples d’auteurs  

nn’

 

« Epèstifèrès qui nn’èstans dispôy.» (Laloux 1969, 40) (CW)

« Quand nn’ avans faît nosse dêrène bauye .»  (Léonard 1984b, 41) (C)

n’

« N’ î èstans co. » (Laloux 1969, 40) (C)

-nes

« Alans-nes dwârmu ? » (Namèche 1954, 29) (C)

« Ayi, c’ èst l’ vraî, qu’ alans-nes fè ? »  (Laloux 1969, 29) (C)

« N’ avan- nes nin tos lès deûs dandjî, / À l’ eûre d’ one ovrauve matinéye, / Di sinte nos coeûrs si sowaîtî / À n-on l’ ôte do keûr po l’ djoûrnéye ? » (Bacq 1978, 43) (C)

 

 

Remarques

1 nos-ôtes      

                                              

Si « nos-ôtes » peut répéter « nos », « nos » doit toujours répéter « nos-ôtes ».

Ceci n’est pas nécessaire en français.

 

Ex : Nos-ôtes, lès Bèljes, nos fièstans, l’ 21 di julèt’.

(F) Nous autres, Belges, (nous) fêtons le 21 juillet.

 

2 Rarement, on a       

« -dje » pour « -nos »

 

Exemple d’auteur  

« Î alans dje ? » (Piret 1954, 22) (C)

« -nes dju » (très rare)

 

Qu’ alans-nes dju fé, asteûre qu’ il èst mwârt ?

 

3 Le « nos » emphatique n’existe pas ; il ferait enflé et ridicule.

 

4 Dans quelques comunes de l’arrondissement de Verviers et de Dinant, dans le sud-wallon, « je » peut s’employer au lieu de « nous ». (Remacle 1952, 218) Dans le sud-wallon, c’est même la seule forme utilisée.

Ex : dj’ avans = nos-avans (nous avons)   dj’ èstans = nos-èstans (nous sommes)

Alans-dje ? = Alans-nes ? (Allons-nous?)

Dji beûrans tot. (Nous boirons tout.) (S)

Et même: Nos apontiherans l’ tâve èt dj’ soperans. (Nous apprêterons la table et nous souperons.) (E)

 

Dans le parler de Liège, à la forme interrogative, un « je » s’introduit après « nous » dans:

Qu’ avans-ne dju fêt?  (litt. qu’avons-nous (-je) fait?)

Qu’ alans-nes dju fé?  (Qu’allons-nous (-je) faire?) (Remacle 1952, 218) (E)

 

5 A Nivelles, on entendra à l’impératif présent: « Dèspétchons-nes nous! » (Dépêchons-nous!) Le même pronom personnel est répété. (Copp. 1959, 55) (O)

  

complément

nos

 

(C, E, S; nous (Copp. 1959, 57) (O))

+ consonne (ou en fin de phrase)

I nos vèt.

Èle nos l’ dîrè.

Nos lès viyons. (Nous les voyons.) (Copp. 1959, 57) (O)

avè nous (avec nous) (id.)

I nos r’wéte. (Franc. 1980, 206) (S)

I n’ nos djâse pus. (id.)

Vind-nos ç’ tchamp-là ! (Vends-nous ce champ!) (id.)

nos- = n’s-

+ voyelle

I n’s-a vèyu.

Is nos-ont dit ça.

nos-ôtes

 

(C, E, S; nous-autes (Copp. 1959, 57; Balér., s.d.) (O))

forme accentuée, jamais élidée; jamais compl. d’objet, mais après une préposition

C’ èst pou nous-autes qui l’ Bon Dieu èst môrt. (Balér., s.d.) (O)

C’ èst da nos-ôtes. (Franc. 1980, 206) (S)

-nes

 

(C, E, O)

devant le pronom réfléchi compl.

Lâvans-nes nos ?

 

 

après le verbe

Wice îrans-nes ? (Bertr.-Duch., s.d., 85) (E)

Ralo-nes? Mindjo-nes? (Nous en retournons-nous? Mangeons-nous?) (Copp. 1959, 57) (O)

 

 

Remarques

 1  nos:

  1. a) Après préposition : toujours « nos ». Ex : Vinoz avou nos ! C’ èst por nos.
  2. b) Après impératif : toujours « nos ». Ex : Choûtez-nos ! Choûte-nos !

 

2 « nos-ôtes » (forme accentuée, jamais élidée) n’est jamais complément d’objet, mais suit une préposition.

Ex : Avou nos-ôtes, gn-a pont d’imbaras.         èmon nos-ôtes         po nos-ôtes

                                              

N.B. On a toujours ‘nos-ôtes’, après « onk di », « one di », « deûs d’ », « trwès d’ », « quate di », « cink di »,…

                                   

3 -nes

A la forme interrogative, si on n’emploie pas : « Èst-ce qui.. ? », on emploie la forme affaiblie du sujet.

Ex : Taîjans-nes nos?

 

De même à l’impératif, cette forme affaiblie se rencontre parfois.

Ex : Achîdans-nes nos ! (ou : Achîdans-nos !)

 

En est-wallon, on entend aussi « -gnes ».

Ex: Wice îrans-nes ? (ou: Wice îrans-gnes?)

 

 

5.1.1.5 2ème personne du pluriel

 

sujet

vos

+ consonne

Vos d’voz aprinde vos lèçons.

Vos vinrez. (Franc. 1980, 207) (S)

vos-

+ voyelle

Vos-avoz bau fé.

Vos-ârez do l’ baguète. (Franc. 1980, 207) (S)

v’s-

voy. + v’s- + voy.

Si v’s-avoz do mau.

Quand v’s-intrez.

 

en langage rapide, + voy. (S)

V’s-ave rêson. (Vous avez raison.) (Franc. 1980, 207) (S)

vos-ôtes

(C, E, S; vous-autes (Balér., s.d.) (O)

renforcement, génér.  de « vos, vos-ôtes » ou « v’s- »

ou non:

Vos-ôtes, vos froz ç’ qui dj’ vos di !

Vos-ôtes, vos-auroz d’ mès novèles.

Vos-ôtes, ni v’s-amûsez nin !

Vos-ôtes, ci n’ èst nin l’ min.me tchôse. (Franc. 1980, 207) (S)

-ve

dans une inversion

Djowez-ve ? (Jouez-vous?) (Bastin 1909, 331) (E)

Èstoz-ve là ? (Etes-vous là?) (id.)

Vinrez-ve ? (Franc. 1980, 207) (S)

Savez-ve ? (id.)

v’

en langage rapide (S)

V’ dîrez à Lucas qui … (Franc. 1980, 207) (S)

 

 

Remarques

 

1 Une autre forme de renforcement,très familière au mieux ou grossière, cette fois, est ti-z-ôtes, qui est généralement répétée par TI ou T’, sauf après une préposition.

 

N.B. : La forme verbale, dont il est sujet reste au singulier.

           

Ex : T’ as aujîy, ti-z-ôtes !     Ti-z-ôtes, t’ as aujîy !     Qu’ as-se faît, ti-z-ôtes ?

Ti vas, ti-z-ôtes = T’as l’ bèle vîye, ti-z-ôtes !

                                   

Exemples d’auteurs    

 « Passe ti vôye, ti-z-ôtes .»  (Laloux 1974a, 59) (C)

« Li, i n’ a pont d’ans qui, afîye, s’ i vout dîre qu’ i l’ sét mia qu’ ti-z-ôtes .  Ti  vièrès quand t’ aurès mès-ans ! » (Laloux 1974a, 160) (C)

 

2  « vos » ne s’emploie en centre-wallon jamais dans une question en inversion (mais bien en est-wallon).

Exemples d’auteurs

 « Vos sovenoz, di-st-èle, do vîy timps, (…) ? » (Demeuse 1982, 3) (C)

 « V’loz bin qu’ nos tchapotanche o ri ? »  (Mathot-Delbart 1983, 7) (C)

 « Qu’ î frîz ? » (Laloux 1971, 11) (C)

 « Avoz d’djà v’nu à Cêle ? » (Houziaux 1964, 13) (C)

 

Mais en wallon liégeois : « Dihez, l’ avoz-ve vèyou passer ? ».

On sait par la forme verbale qu’on a sans aucun doute une forme de la 2ème personne du pluriel.

 

3 « vos » exclamatif, pour prendre le ou les interlocuteurs à témoin de sa surprise.

Ex : « Vos n’ mi vêroz nin dîre qu’il î a stî ? »      « Siya, vos ! »

 

Dans ce cas, on emploie aussi à l’égard d’une seule personne « twè » (familier)  ou  « ti » (qui est est grossier ou familier).

Ex : « Il î va, sés se ! -Oyi, ti ! (ou: Oyi, twè!

 

4 « vos » (et « ti ») s’emploient aussi en général, mais aussi en impliquant intimement le ou les interlocuteurs.

Ex : « Vos n’ vôrîz nin (ou : « Ti n’ vôreûve nin) qui dj’ lî d’mandereûve co ! 

      « Su l’ momint, vos n’î sondjîz nin, èn’don ? ( = on)

 

5 « On » a souvent la valeur de « vos » (ou « ti »)

Ex : « Qwè-ce qu’on-z-a faît è scole odjoûrdu ? »

 

6 Dans l’est wallon, on rencontre :

V’ èstoz (vous êtes). (Bastin 1909, 331) (E)

Awè, v’ danserez foû d’ chal èt v’s-îrez å diåle qui v’ magne. (Bertr.-Duch., s.d., 84) (EW)

 

complément

vos

 

(vous (Copp. 1959, 57) (O))

+ consonne (ou en fin de phrase)

Dji vos vè.

Boudjîz-vous ! (Bougez-vous!) (Copp. 1959, 57) (O)

vos-

cons. + vos- + voy.    

Èle vos-a vèyu.

v’s-

voy. + v’s- + voy.

Dji v’s-a vèyu.

On v’s-a broûlé l’ oûy on mêsse côp. (Bertr.-Duch., s.d., 87) (E)

v’

parfois, après voy. + v’ + cons.

Dji v’ dîrè qwè d’mwin. 

Is v’ front toûrner à nepurès bièsses. (Bertr.-Duch., s.d., 87) (E)

Duzos mu ombe, vos v’ pôrîz moutwa plêre. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

Vos v’ lèvez trop târd. (Franc. 1980, 207) (S)

vos-ôtes

 

(C, E, S; vous-autes (Balér., s.d.) (O)

forme accentuée, jamais élidée; jamais compl. d’objet, mais après une préposition

Po vos-ôtes, gn-a rin.

Onk, deûs, trwès,… d’vos-ôtes.

C’ èst pou vos-autes qui dj’ aî trimè dûr. (Balér., s.d.) (O)

amon vos-ôtes (Franc. 1980, 207) (S)

Ci n’ èst nin po vos-ôtes. (id.)

-ve

utilisé après le verbe en E et en S

 

Bodjîz-ve ine gote foû d’ là. (Bertr.-Duch., s.d., 87) (E)

Têhoz-ve! (Taisez-vous !) (id.)

Téhez-ve! (Franc. 1980, 207) (S)

 

 

Remarques

1 Un emploi spécial de « vos » ou « vos-ôtes » est après « oyi », « siya », « non.na » et

« oyîy » :

« Oyi, (ö,) vos / vos-ôtes .»

« Siya, (ö,) vos / (rarement) vos-ôtes .»

« Non.na, (ö,) vos / (rarement ) vos-ôtes .»

« Oyîy, (ö,) vos / (rarement) vos-ôtes .»

 

Jamais après « non ».

Ex : Îroz ? – Non.na, vos-ôtes. Po l’ pris qu’ is payenut ! (ironique)

                                        

Cet emploi vise à concerner l’interlocuteur à ce qu’on dit.

 

Exemple d’auteur

« Ènn’ arin.nè onk su l’ vôye ! Èt-s-atrapè leû misére, vos-ôtes ! » (Laloux 1969, 4) (C)

 

2 En est-wallon, « vis » apparaîtra au début de la phrase ou après une consonne. (Bertr.-Duch., s.d., 87) (E)

Ex: Vis sovenez-ve di nosse djon.ne timps ?

Èle vis-a pris d’vins sès tès’.

 

           

5.1.1.6 3ème personne du pluriel

 

sujet

masculin

is

+ consonne

Is sont.

Is vont.

Is mindjenut.

Is n’ vérant nin. (Ils ne viendront pas.) (Franc. 1980, 209) (S)

 

après un verbe

Vinrant-is? (Franc. 1980, 210) (S)

il

+ voyelle

Il ont.

Il arivenut.

Il âront. (Ils auront.) (Copp. 1959, 57) (O)

Il avint fwin. (Franc. 1980, 210) (S)

‘l

après « qu’ » ou « s’ »

Là qu’ ‘l arive!

Dji sé qui s’ ‘l a seû ça, c’ è-st-à cause di vos!

 

Dans la conversation, entre deux voyelles, souvent, on ne prononce que le « ‘l ».

Quand ‘l avint fini d’ bate, is rivenint. (Franc. 1980, 210) (S)

zèls

 

(à certains endroits « zias » (C) ou encore « ieûs’ » (O)) (eux); zês (Franc. 1980, 210) (S))

forme accentuée, normalement accompagné d’ « is » ou « il »

Quî ça ? Zèls ?

Zèls, is séyenut bin qwè !

Qu’il î vonche, zèls !

Ieûs’ ont toudi réson. (Eux, ils ont toujours raison.) Il âront. (Ils auront.) (Copp. 1959, 57) (O)

Dji sê ça mî qu’ zês tortos. (Franc. 1980, 210) (S)

féminin

 

 

 

èles

 

(C, O, S; èles, iles (RCW, 1997) (E))

+ consonne

Èles vègnenut.

Iles deumenèt vîhes. (RCW, 1997) (E)

Èles mougnint do l’ sirôpe. (Franc. 1980, 210) (S)

 

après un verbe

Vinrant-èles ? (Franc. 1980, 210) (S)

èlle

+ voyelle

Èlle arivenut.

Èlle ont moussè foû do l’mohon. (Elles sont sorties de la maison.) (Franc. 1980, 210) (S)

zèles

 

(elles, fém. d’ « eux »)

forme accentuée, normalement + « èles » / « èlle »

Zèles, èles l’ ont sûremint vèyû.

Zèles, èles vinrant. (Franc. 1980, 210) (S)

‘lle

En S, on élide « èlle » après consonne et devant voyelle.

Quand ‘lle avint fini d’ bate, èles rivenint. (Franc. 1980, 210) (S)

 

Remarque

 

Dans l’extrême-est wallon, on rencontre les combinaisons suivantes dans une inversion (Bastin 1909, 331) (E): i-oyèt (ils (ou elles) entendent); djowèt-z-is? (jouent-ils?); djowèt-le ? (jouent-elles?); oyîne-leu? (entendaient-elles?).

 

 

Exemples d’auteurs

 

is

 

« Is djurenut, is s’atouwenut èt ça v’s-a dès mèssadjes come dès-omes .» (Laloux 1969, 12) (C)

il

 

« Adon, is trouvenut quékefîye qui c’ èsteut lès clès do contak  qu’ alkotint conte li tîdje do volant, mins enfin il auront trouvé .» (Burnay 1970, 63) (C)

‘l

« … ; tot vèssus, frèd qu’ ‘l avint come dizos leû pia… » (Laloux 1969, 42) (C)

« … qui, s’ ‘l aurin.n’ seû qu’ nos lès vèyin.n’, ça n’aureut nin ieû stî tot drwèt .»

« Ci qu’ ‘l ont d’ alieûrs dins lès ozètes, /     C’ èst d’ fé bran.mint dès kilomètes .» (Collet 1984, 4) (C)   

« C’ èst qu’ ‘l ont stî pus lon qui l’ vwèsin .»  (id.))

 

 

complément          masc. ou fém.

direct

lès

+ consonne

Djè lès vè.

I lès vindrè. (Franc. 1980, 211) (S)

lès-

 

(èlz’ + voy. < èlzès (Verm., 2007) (C), èlzès (Bertr.-D., 87) (E))

rien ou cons. + lès- + voyelle

Li Frèd lès-a vèyu.

Dj’ vôrè qui l’ diâle èlz’ aurè tos dins l’panse. (Vermer 2007) (C)

Dj’ èlzès vôreû vèyî è m’ plèce. (Bertr.-D., s.d., 87) (E)

Hoûte èlzès bardouhî là-hôt. (id.)

Dj’ èlz’ a-st-assez vèyou fé d’ leûs-êrs. (id.)

Mi pére lès-a côpè. (Franc. 1980, 211) (S)

l’s-         

voy. + l’s + voy.

sins l’s-awè vèyu

Vinez l’s-oyî tchafeter tote li djoûrneye. (E)

On nos l’s-a promètu. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

I l’s-a pièrdou. (Franc. 1980, 211) (S)

indirect

lèzî

 

(_, l’zeû (C); _, leû, leûzi (E); leû (O); lèzî (S)) cons. + lèzî

I l’zeû dit co !

Èle lèzî dènerè dès djambons. (Franc. 1980, 210) (S)

Dène lèzî on kilo d’ tchâr ! (id.)

 

l’zî 

 

(_, l’zeû (C); ‘lzî (Bertr.-D., 87), leû, leûzi, l’zi (RCW, 1997) (E); leû (Copp. 1959, 57) (O); l’zî (Franc. 1980, 210) (S))

rien ou voyelle + l’zî + voy. ou cons.

Djè l’zeû dîrè.

Vos ‘lzî d’manderez d’èsse pus sogneûs. (Bertr.-Duch., s.d., 87) (E)

Djeu l’zi é dit. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

On leû-z-avéve pris. (id.)

Fât leûzi d’mander. (id.)

Djè leû diraî. (Je (le) leur dirai.) Il âront. (Ils auront.) (Copp. 1959, 57) (O)

I l’zî prindrè tot. (Franc. 1980, 210) (S)

On l’zî minerè lès bièsses. (id.)

Prind-l’zî on bokèt d’ tâte ! (id.)

leû

 

(èlzî  (Bertr.-D., 87) (E))

consonne + leû + consonne

Jules leû dîrè.

Dj’ èlzî d’manderè. (Bertr.-Duch., s.d., 87) (E)

 

consonne + leû- z- + voy.

Flup leû-z-a dit.

L’ pére leû-z-a fêt l’ paurtadje dè s’ bin. (Grignard 1908, 458) (O)

ènn’ + eû       

 

Dj’ ènn’ eû dorè.

prépositionnel

zèls

 

(ieûs’ Il âront. (Ils auront.) (Copp. 1959, 58) (O); zês (Franc. 1980, 210) (S))

masculin

 

C’ èst por zèls qui dj’ l’ a faît.

avè ieûs’ (avec eux) Il âront. (Ils auront.) (Copp. 1959, 57) (O)

C’ èst por zês. (Franc. 1980, 210) (W)

zèles

 

(C, E, O, S; ièles (Copp. 1959, 57) (O)

féminin

 

Il a deûs soûs èt i d’meûre avou zèles.

conte dè ièles (contre elles) (Copp. 1959, 58) (O))

Djo l’zî dirê, à zèles ! (Franc. 1980, 210) (S)

 

 

Remarque

1 Le pronom complément indirect « lèzî » est ordinairement « èlzî » (Haust 1933).

Il signifie d’habitude « leur ».

Ex :

Lèzî (ou: Èlzî) avoz dit di v’ni?

Leur avez-vous dit de venir?

Li maîsse lèzî (ou: èlzî) dit d’ ènn’ aler.

Le maître leur dit de s’en aller.

Fioz-l’zî mès complimints.

Remettez-leur mes compliments.

 

Le pronom personnel accusatif « le, la, les » suivi de « leur » en français est traduit en wallon par « lèzî » (« èlzî »). Dans ce cas, « le, la, les » sont donc omis.

Ex :

Djè l’zî done.

Je le (, la, les) leur donne.

Dinez-l’zî.

Donnez-le (, la, les) leur.

 

En est-wallon, « èlzî » peut se réduire à « zî » après « ènnè ». (Bertr.-Duch., s.d., 87)

Ex :  T’ ènnè zî a hufeté dès bètes !

 

5.1.2 Pronom personnel réfléchi

5.1.2.1 Formation

 

 

ø + pr + C

C + pr + C

V + pr + C

ø + pr + V

C + pr + V

V + pr + V

singulier

 

 

 

 

 

 

mi

mi

mi

m’

m’

m’

m’

ti

ti

ti

t’

t’

t’

t’

si

si

si

s’

s’

s’

s’

pluriel

 

 

 

 

 

 

nos

nos

nos

nos

nos-

nos-

n’s-

vos

vos

vos

vos

vos-

vos-

v’s-

si

si

si

s’

s’

s’

s’

 

 

singulier

 

 

 

1e p. sg.

mi

rien + mi + cons.

Mi lâver, poqwè ?

 

 

cons + mi + cons.

Dji n’ mi lâve nin.

 

m’

voy. + m’ + cons.

Dji m’ lâve.

 

 

rien + m’ + voy.

M’ awè lâvé po doze eûres ? Impossibe.

 

 

cons. + m’ + voy.

Dji n’ m’ a nin lâvé

 

 

voy. + m’ + voy.

Dji m’ a lâvé.

2e p.sg

ti

rien + ti + cons.

Ti fé touwer à bouter! (Te faire tuer à travailler !) (grossier)

 

 

cons + ti + cons.

Ti n’ ti lâves nin.

 

t’

voy. + t’ + cons.

Ti t’ lâves.

 

 

rien + t’ + voy.

T’ awè fé crèver tot ti vikaîrîye !

 

 

cons. + t’ + voy.

Ti n’ t’ è faîs mauy ! (Tu ne t’en fais jamais!)

 

 

voy. + t’ + voy.

Ti t’ as lâvé.

3e p.sg

si

 

(C, E; ès’ (Copp. 1959, 56) (O); si (Franc. 1980, 209), seu (Tw. 1994, 175) (S))

rien + si + cons.

Si scrandi, li, jamaîs! (Se fatiguer, lui, jamais !)

Ès’ fé mau come ça ! (Se faire du mal de la sorte !) (Copp. 1959, 56) (O)

 

si

(C; si (Haust 1933), su, seu (RCW, 1997) (E); (Copp. 1959, 56), si, sè (Balér., s.d.) (O); si (Franc. 1980, 209),  seu (Tw. 1994, 175) (S))

cons. + si + cons.

Èle si lâve.

I n’ si lâve nin.

I n’ sè fra nîn mau. (Il ne se fera pas mal.) (Copp. 1959, 56) (O)

Èle su vèyéve. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

L’solè seu lîve. (Le soleil se lève.) (id.)

Tchofile si bat toudi. (Franc. 1980, 209) (SW)

Èle si marîe d’mwin. (id.)

 

s’

 

(C, E, S; ‘s (Copp. 1959, 56; (Balér., s.d.) (O))

voy. + s’ + cons.

Èle ni s’ lâve nin.

I s’ anôye. (Il s’ennuie.)

do savon po s’ lâver

Is s’ lâvenut.

I n’ pût mau dè ‘s fé mau. (Il n’a garde de se faire mal.) (Copp. 1959, 56) (O)

Toutefois avant plusieurs consonnes:

I si r’pwase. (Il se repose.) (Balér., s.d.) (O)

I s’ bat sovint. (Franc. 1980, 209) (SW)

 

 

rien + s’ + voy.

S’ awè lâvé èt co ièsse man.nèt ! (S’être lave et encore être sale !)

 

 

 

cons. + s’ + voy.

I n’ s’ anôye jamaîs. (Il ne s’ennuie jamais.)

Èle s’ a pièrdou. (Franc. 1980, 209) (S)

 

 

voy. + s’ + voy.

I s’ a lâvé.

 

pluriel

 

 

 

1e p. pl.

nos

(nous (Tw. 1994, 175) (S))

voy. + vos + cons.

Nos nos lâvans.

Djeu nous d’jans. (Nous nous disons.) (Tw. 1994, 175) (S)

 

 

rien + nos + cons.

Nos lâver asteûre ?

 

nos-

rien + vos-  + voy.

Nos-awè lâvé po adon ?

 

 

 

cons.  + vos-  + voy.

Nos n’ nos-avans nin lâvé.

 

n’s-

voy. + n’s- + voy.

Nos n’s-avans lâvé.

2e p.pl.

vos

 

(vous (Tw. 1994, 175) (S))

voy. + vos + cons.

Vos vos lâvez.

 

 

rien + vos + cons.

Vos lâver asteûre ?

 

vos-

rien + vos-  + voy.

Vos-awè côpé avou ça !

 

 

 

cons.  + vos-  + voy.

Vos n’ vos-avoz nin lâvé.

 

v’s-

voy. + v’s- + voy.

Vos v’s-avoz lâvé.

3e p.pl.

si

cf ci-dessus

Èles si lâvenut.

 

s’

cf ci-dessus

 

 

 

5.1.2.2 Remarques

 

1) Le pronom réfléchi devient « sè » devant un pronom personnel complément commençant par « l ».

 

Exemple d’auteur

 « Li grande – èt ‘ne gote ènocin.ne Liså l’ rèpèteût à lèye-min.me » (Xhign. 1942, 110) (E)

 

 

2) Le pronom réfléchi se répète, quand deux verbes réfléchis sont coordonnés.

 

Exemples d’auteurs

 « I s’ a distchaussî èt s’ cloupè o fauteuy .» (Il s’est déchaussé et s’est laissé tomber dans le fauteuil.) (Laloux 1974a, 92) (C)

 « I s’ toûrneut èt s’ ritoûrnè. » (Il tournait et se retournait.) (Laloux 1974a, 92) (C)

 

3) Après une forme d’impératif 2ème personne du singulier terminée par une consonne, le pronom réfléchi est « tu ».

Ex : « Abache tu, rilève tu, brôye ti boudène conte li mène èt taîje tu ! »  (chanson) (C)

 

4) Après une forme d’impératif (2ème personne singulier) terminée par une voyelle, on intercale un -t- de liaison avec le pronom réfléchi complément direct.

Ex :  Achîd-t-tu !   Bat-t-tu !  Djond-t-tu !  Fou-t-tu !  Mèt-t-tu là !

         Pind-t-tu !    Plind-t-tu !    Rifond-t-tu !

 

5) Le pronom réfléchi se place devant les verbes auxiliaires de mode.

Ex :    « I s’ a volou bate .» (Haust 1933) (E)

           « I n’ si fåt nin k’taper .» (id.)

            « I s’ vout touwer .» (id.)

 

6) A la 3ème personne du singulier, quand le français emploie « soi », le wallon emploie « li », si le sujet est masculin, et « lèye », si le sujet est féminin.

Ex : I faut sondjî à li preumî.   On-z-a co bin dandjî d’on pus p’tit qu’ li.

On-z-a todi faît chake por li.

Èle ni pinse qu’à lèye.    Il èst todi maîsse di li.

 

Exemples d’auteur

« Bè, bè ! ‘nn aleut-i l’ Djawe, i faureut quand min.me riwaîtî one miète autoû d’ li .»         (Laloux 1974a, 83) (C)

« A faît qu’one comére ènn î r’clape come ça, por li, c’ èst l’ min.me qui si l’ djin l’ kèkieut on pau pa-t’t-avaur li .» (A Laloux 1969, 86) (C)

 

7) Après un impératif, le verbe réfléchi complément perd son pronom.

Ex : Fioz-le taîre !  Lèyiz-le ripwèser !   Faî-me rissovenu d’ payî !

 

8) « si » peut être employé pour un autre pronom que de la 3ème personne, surtout au pluriel.

Ex : Nos waudrans nosse corti, po nos lègumes èt po s’ ocuper.

       Vos vêroz passer saquants djoûs, po s’ sinte en vacances !

 

9) Le pronom réfléchi s’emploie à la première personne du singulier du présent de l’indicatif présent du verbe composé « ènn’ aler’ ».

Ex : Asteûre, dji m’ è va.

Ou « aler ».

Ex : Djeu m’ va. (Bastin 1909) (E)

 

N.B. Aux autres personnes du présent de l’indicatif et à toutes les autres personnes et temps

du verbe, le réfléchi ne s’emploie pas.

     Ex : T’ è vas.         Il è va.        Dj’ ènn’ aleûve.

 

10) Des verbes réfléchis en français ne le sont pas en wallon.

Ex :

ènn’ aler (s’en aller)

Dji m’ è va.

T è vas.

I ‘nn’ ala. (RCW, 1997) (E)

Èlle è va.

Nos ‘nn’ alans.

Vos ‘nn’ alez.

Il èvont.

I l’ louka ènn’ aler. (RCW, 1997) (E)

Je m’ en vais.

Tu t’ en vas.

Il s’en alla.

Elle s’en va.

Nous nous en allons.

Vous vous en allez.

Ils s’en vont.

Il le / la regarda s’en aller.

arèter (s’arrêter)

Li trin n’ arète nin dins totes lès gares.

Le train ne s’arrête pas dans toutes les gares.

aprotchî (s’approcher)

Is n’ ont wasu aprotchî d’ l’ uch ; li tchin èsteûve achîd su l’ sou !

Ils n’ont pas osé s’approcher de la porte ; le chien était assis sur le seuil.

èvoler (s’envoler)

Do côp qu’ dj’ a faît do brut, l’ mouchon a èvolé.

Dès que j’ai fait du bruit, l’oiseau s’est envolé.

 

Remarque

 

Qui  l’diâle m’ èvole ! = Qui l’ diâle m’ èpwate ! (Que le diable m’emporte!)

Ex : Diâle m’è vole si dj’ ariverè pa on timps parèy !

Qui l’ diâle m’ èvole s’ is rèyussichenut !

 

11) Dans la région de Faymonville, on utilise « djeu m’ mèt » (je suppose). (Bastin 1909) (E)

Ex : Djeu m’ mèt qu’ c’ èst tot. (Je suppose que c’est tout.)

 

12) En Hesbaye liégeoise, la voyelle est caduque devant un mot à initiale consonantique (Warnant 1949) : is’ (= si) laver.

 

13) En est-wallon (Bertr.-Duch., s.d., 87), « -vos » complément prend la forme  « -ve » après un verbe.

Ex : Mariez-ve, ni v’ mariez nin, vos toûnerez todi à rin.

 

14) A Nivelles, le pronom réfléchi « sè » peut être remplacé par « leû » (plus ancien). (Copp. 1959, 58) (O)

Ex :

Is vont leû rafwèdi.

Ils vont se refroidir.

Is n’ povont mau d’ leû fé mau.

Ils n’ont garde de se faire mal.

5.1.3 Pronom réciproque

5.1.3.1 Formation

 

Le wallon, de même que le français, ne distingue pas le réfléchi du réciproque. Le néerlandais le fait : réfléchi : zich ; réciproque : elkaar.

 

Quand nous sentons qu’il est absolument nécessaire de montrer qu’on a à faire à un pronom réciproque, on ajoute :  n-on-l’ ôte au singulier.

Ex :

Is s’ lâvin.n n-on-l’ôte.

 

po n-on l’ ôte

l’un pour l’autre

avou n-on l’ ôte

l’un avec l’autre

padrî n-on l’ ôte

l’un derrière l’autre

sins n-on l’ ôte

l’un sans l’autre

 

Exemple d’auteur

« … en tot riv’nant su li d’vant en lès plantant à cink dwègts d’ n-on-l’ôte .» (Léonard 1964, 64) (C)

 

5.1.3.2 Remarques       

 

1) Parfois, on a en même temps « si » et « n-on l’ ôte ». Alors, on n’a pas de préposition:

 

Exemples d’auteurs

  « Lès gamins èt lès gamines chorint d’ tos lès costès po lès ramèchenè, en s’ kiboutant n-on-l’ôte come dès-arèdjis .» (Houziaux 1964, 26) (C)

 « On-z-acêrtineûve n-on-l’ôte qui Calbalasse èsteûve înocint .» (Awoust 1983, 12) (C)

 « … on s’ fieut r’djipè n-on-l’ôte jusqu’à l’ copète .» (Houziaux 1964, 41) (C)

 

2) Généralement, « n-on-l’ôte » est précédé d’une préposition.

 

Exemples d’auteurs

« …’là qu’asteûre is sont addé n-on-l’ ôte .»  (Laloux 1974a, 112) (C)

« Il aveut mariè one comére di Purnöde, on viyadje qu’is n’ sont bin è leû pia qu’ tortos pa-t’t-avau n-on-l’ ôte .»  (Laloux 1974a, 73) (C)

« À l’ aprotche di l’ uviêr, lès pèpins-maurtins sèrés conte n-on-l’ ôte, si catchenut pa-d’zos lès mwatès fouyes ou pa-drî li scwace dès-aubes .» (Chapelle 1983a, 9) (C)

« Jèsus’ Mâria, d’djint-èles, en tapant leûs mwins su n-one-l’ ôte, qué bia p’tit  valèt ! »  (Houziaux 1964, 35) (C)

« Pus èlle a r’clapè one èspéce di bwèsse à chnouf po lès fè taîre, èt il ont moussi o l’ sicole drî n-on-l’ôte .»  (id., 39) (CW)

« Volà ! Quand m’ fré ‘nn a ralé au Congo, nos avans conv’nu d’ bwâre tos lès djoûs on vêre à l’ santé d’ n-on-l’ ôte ! » (Viroux 1983c, 18) (C)

5.1.4 Pronom personnel partitif et adverbial

5.1.4.1 Formation

 

EN (en français)    à « di çola » correspondent :

 

è / ènnè

 

(d-è, d-in (Copp. 1959, 59) (O))

en fin de phrase, en début de phrase

È v’ci . (En voici.)

Dè v’là. (En voilà.) (Balér. s.d.) (O)

Dimèfyîz-v’s-è. (Méfiez-vous en.)

Donez-leû d-è. (Donnez-leur en.) (Copp. 1959, 59) (O)

 

 

+ consonne

È v’loz ? / Ènnè v’loz?

Dj’ è vind ! / Dj’ ènnè vind.

Il è sème è s’ djârdin.

Dj’ è vè.

Djè li d-è vû. (Je lui en veux.) (Copp. 1959, 59) (O)

I è mougne, dès crompîres ! (Franc. 1980, 212) (S)

 

 

après un verbe: -z- de liaison

Mindje-z-è ! (Manges-en !)

Mougnez-è. (Franc. 1980, 213) (S)

 

ènn’

 

(d’ (Copp. 1959, 59) (O))

en début de phrase ou

cons. + ènn’ + voy.

Ènn’ avoz ?

Dj’ ènn a.

Èlle ènn’ aureûve bin acheté.

On-z-ènn’ a djâsé. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

Èle d’ a d’djà ieû. (Elle en déjà eu.) (Copp. 1959, 59) (O)

Djè d’ aî pris cîk. (J’en ai pris cinq.)  (id.)

Tchofile ènn’ a pièrdou, dès bièsses ! (Franc. 1980, 212) (S)

 

‘nn’

voy. + ‘nn’ + voy.

Vos ‘nn’ avoz ieû.

po ‘nn’ aurder

I ‘nn’ a tot l’aîr.

Po ‘nn’ awè one miète.          

Nos ‘nn’ avans treûs. (Royal Club Wallon, 1997) (E)

Toutefois:

I-ènn’ aveût l’ dreût. (Il en avait le droit). (id.)

Li tchèt ‘nn’ a stronlè one. (Franc. 1980, 212) (S)

 

Y (en français)      à « à çola » correspond :

î

 

Dji n’ î a nin sondjî.

Il î mèt tote si syince.

I n’ sî fîye pus. (Il ne s’y fie plus.) (Balér., s.d.) (O)

Il î vinrè. (Franc. 1980, 213) (S)

 

 

parfois: + -y- + devant voy. (pour combler l’hiatus)

On-z-î(-y-)èst. (Franc. 1980, 213) (S)

On-z-î(-y-) aspoye li tchâr.

 

 

 

Exemple d’auteur

‘nn’ : « A qwè ‘nn è-st-èle ? » (Laloux 1969, 8) (C)

 

 

5.1.4.2 Remarques

 

1) « è, ènnè, î »  et peuvent être pronoms personnels ou adverbes.

 

pronom

« è » = « di ça »

« î » = « à ça »

adverbe

« è » = « di d’là

« î » =  « vêlà »

Dj’ ènn’ a . = Dj’ a d’ ça.

Dj’ è d’vin . = Dji d’vin di d’ là.

Dji m’ è (/ ènnè) sovinrè ‘ne hapêye. (Bertr.-Duch., s.d., 88) (E)

Dj’ ènnè r’vin nin. (Bertr.-Duch., s.d., 88) (E)

Dj’ î sondje . = Dji sondje à ça.

Dj’ î so . = Dji so là.

Dji n’ î tûse gote po l’ moumint. (Bertr.-Duch., s.d., 88) (E)

Vos-î avêrez sins måke. (Bertr.-Duch., s.d., 88) (E)

 

2) absence de « en »

 

  1. a) dans la traduction wallonne de « il y a en a »: « i gn-a »

En rouchi (= picard en Belgique) on dit « il a… ».

Ex : « Gn-a pont d’ parèys à nos-ôtes, / Po foute dès piles auzès-ôtes,… » (Chanson)

 

  1. b) Le « en » de sens partitif fait souvent défaut dans des cas où le fr. l’emploierait, notamment lorsqu’il devrait être en relation avec un indéfini (« un, aucun, autre ») ou un numéral, avec un qualificatif ou un participe substantivé, ou encore quand il devrait se trouver dans le second terme d’une comparaison. (Remacle 1952, 249) (E)

 

Ex :

Dj’ a onk (= Dj’ ènn’  onk.)

J’en ai un.

Nos n’ avans nouk. (= Nos ‘nn’ avans nouk.)

Nous n’en avons aucun.

I fât chake one. (= Il è …)

Il en faut chacun une.

Dju magne one. (= Dj’ è …)

J’en mange une.

Ele ènn’ oût one qui d’mora sins magni.

elle en eut une (= une vache) qui resta sans manger’

I m’ sonléve qu’ èlle aveût one hoûsé. (= … élle ènn’ …)

Il me semblait qu’elle en avait une enflée (=  une patte).

Dj’ a co dès-ôtes. (= Dj’ ènn’ a …)

J’en ai encore d’autres.

Çu fout deûs’ qui potchint one so l’ ôte. ( = C’ ènnè fout …)

C’en fut deux qui sautaient l’une sur l’autre.

Dj’ a dès grands. (= Dj’ ènn’ a …)

J’en ai de grands.

Volà deûs bês. (= È volà …)

En voilà deux beaux.

On veût dès toumés. (= On ‘nnè veût …)

On en voit de tombés.

du l’ sutofe come cès martchands-là ont = … ènn’ ont)

du tissu comme ces marchands-là ont

on tchapê come on n’ a pus vèyou (= … come on ‘nn’ a …)

un chapeau comme on n’en a plus vu, càd. jamais vu

 

 

3) De nombreuses tournures wallonnes contiennent « è », « ènnè » (F. en).

 

è fé (vôy) (en faire voir)

I m’ è faît, ç’ djon.ne là !

è tchôker (= fé acrwêre) (faire croire)

On ‘nn î tchôke à r’laye.

ènn’ aler (s’en aller)    

Dji m’ è va. T’ è vas. Il  è va.

ènn’ awè à (s’adresser à)

À quî ‘nn avoz ?

ènn’ awè après (faire des reproches à)

Dj’ ènn’ a nin après li ; i n’ è pout rin.

 

4) « ‘n(n)’ » après une deuxième personne de l’impératif terminée par une consonne.

consonne + « ‘n’ »:

Ex :

Done ‘n’ î one miète !         

Donne-lui en un peu!

S’ i vout one pome, pèle ‘n’ î one !

S’ilveut une pomme, épluche-lui en une!

 

voyelle + « ‘nn’ » :

Ex :

Tchantez ‘nn’ î one.

Chantez-lui en une!

 

N.B. : En réalité, l’idée contenue dans « ‘n’î  » est « di çolà à li » ou « di çolà à lèye ».

« ‘n’ » aussi après une deuxième personne de l’impératif terminée par une consonne devant un pronom personnel 3ème personne du pluriel complément indirect.

Ex :

Done ‘n’ eû one miète !

Donne-leur en une peu!

S’ is volenut one pome, pèle ‘n’ eû one !

S’ils volent une pomme, épluche-leur en une!

 

5) Après « ènn’ », on supprime le « n’ » de la négation devant une voyelle.

Ex :

Dj’ ènn’ a pont.   

Je n’en ai pas.

Èlle ènn’ î a pont d’né.

Elle ne lui en a pas donné.

 

6) Au français : « Je n’y peux rien » correspond le wallon : « Dji n’ è pou rin ».

Au français : « Qu’y puis-je ? », correspond le wallon : « Qu’ è pou-dje ? » ou « Qu’ è pou-dje di ça ? »

 

7) Au français : « Si le cœur vous en dit » correspond le wallon : « Si l’ keûr vos l’ dit ».

Au français : « en faire à sa tête », correspond le wallon : « fé à s’ môde ».

 

8) « è » signifiant « di d’là » et î signifiant « vêlà » sont des adverbes.

Ex :

N’ î alez nin, dj’ è d’vin ! (= N’ alez nin vêlà, dji d’vin di d’là !)

N’y allez pas, j’en viens!

 

 

9) «  ‘nè » est rare.

Ex.:

Donez-lî ‘nè. ( (Léonard 1952, 26) (C)

Donnez-lui en.

 

10) « ènnè » est surabondant dans :

I ‘nn’ a ‘nn’ alé (ou: I ‘nn’ a alé).

Il s’en est allé.

Nos ‘nn’ avans ‘nn’ alé. (Remacle 1937, 68) (E)

Nous nous en sommes allés.

 

 

11) Absence  de « î »

Le type « (il) a » pour « il y a » apparaît quand le verbe est à l’infinitif. (Franc. 1980, 213)

Ex : I c’mince à ‘nn’ awè. (Il commence à y en avoir.)

5.1.5 Ordre de succession des pronoms compléments

5.1.5.0 Présentation

 

avec devoir, pouvoir, savoir, vouloir (divu, polu, sawè, volu) et aller :                                                                             

français

wallon

1

V1

2

V2

1

V1

2

V2

Je

peux

te le

dire.

Dji tè l’

pou

dîre.

Tu

dois

me le

dire.

Ti mè l’

dwès

dîre.

Je

vais

vous le

préparer.

Dji vos l’

va

aprèster.

 

avec donner, rendre, prêter, …

 

français

wallon

V

COD

COI

V

COI

COD

Rendez

-le

moi !

Rindoz

le !

Donnez

-le

nous !

Donez

nos

le !

Prêtez

-le

moi !

Prustans

le !

 

 

5.1.5.1 Les pronoms personnels compléments d’objet se placent toujours entre le sujet et la forme conjuguée du verbe.

   

  Ex :

Djè l’ vè. 

Je le vois.

Dji vos l’ dîrè. 

Je vous le dirai.

Dji n’ tè l’ dîrè nin.  

Je ne te le dirai pas.

Dji (m’) tè l’ va dîre.  

Je (litt. me) vais te le dire.

Dji n’ tè l’ vou nin dîre.

Je ne veux pas te le dire.

Dju v’s-ul vinrè dîre. (Remacle 1937, 64) (EW)

Je viendrai vous le dire.

I mu l’ vôve vini dîre. (id.)

Il voulait venir me le dire.

Dji v’s-è va d’ner one pitite îdêye. (Wisimus 1947, 235) (E)

Je vais vous en donner une petite idée.

Is s’ vont porminer tos lès deûs. (id., 251) (EW)

Ils vont se promener tous les deux.

I s’ ala catchî. (Bertr.-Duch., s.d., 90) (E)     

Il alla se cacher.

I m’ vout ratinde chal. (id.)

Il veut m’attendre ici.

Rindez-mè le (ou: mè le-lè). (Copp. 1959, 55) (O)

Rendez-le (, la) moi.

Rindez-mè l’zès. (id.)

Rendez-les moi.

Rindez-nous l’zès. (id.)

Rendez-les nous.

Ça v’ va toudi costè 150.000 eûros. (Pierret 1964, 124) (S)

Cela va toujours vous coûter 150.000 euros.

Dju m’ va mariè. (id.)

Je vais me marier.

Dju t’ lès va moustri. (id.)

Je vais te les montrer.

Dju l’ compté vinde à l’ Sint-R’mi. (id.)

Je comptais le vendre à la Saint-Remy (en automne).

 

     Sous l’influence du français, les fautes contre cette règle sont nombreuses.

Alors que le peuple dit couramment « Dji v’vin vèyî » ou « å bwèrd di Moûse » (E), un auteur négligent écrira : « Dji va v’vèyi » et « å bwèrd dè l’Moûse ». (Piron 1939, 296-297) (E)

 

           

Exemples d’auteurs

« Dji m’ vos va dîre… »  (Demeuse 1985, 189) (C)

« On n’ si saurè co lèvè avou totes tès bièstrîyes .»  (Laloux 1969, 18) (C)

« Taudje, dji tè l’ va dîre ! »  (Laloux 1974a, 53) (C)

« I s’ î faut trouvè .»  (Laloux 1971a, 14) (C)

« Dji vos l’ pou bin dîre, don, dji su pus vî qu’ vos .»  (Laloux 1971a, 55) (C)

« On l’ a d’ vu vinde .»  (Gaziaux 1982, 38) (C)

« … po lès sawè kèrdjî todi pus wôt… » (Bacq 1978, p.55) (C)

« Li solia s’ va lèver .» (Bodard 1980, 13)  (C)

« One masse di djins à n’ lès sawè compter, / Come lès-êwes di l’oradje à l’ valéye dès crèstias .» (Pirotte 1983) (C)

« En s’ ruvenant rassîre, i mèt s’ mwin su li spale dè l’ djin .» (Laloux 1974a, 58) (C)

« I s’ va assîr po s’ rihaper ‘ne miète .»  (Simonis 1982, 11) (E)

« Dihez, mame, èst-ce qui lès spirous / Ni s’ vont nin trover so leû cou ? » (Dodet 1982, 137) (E)

« Dji n’ mi såreû bêcôp fiyî à vos. /  Dji m’ va r’ssètchî. /  Louwisse si va mète à l’ tauve … /  On l’ pout savu. / Si vos lès volez consî. /  Què li va-dje dîre ? /  I lî fåt pârdoner. » (Beaufort 1952, 201) (E)

« Po l’ poleûr èdwarmi so s’hô .» (Brassine 1895, 463) (E)

« Qui d’va ‘nn aler à l’ guêre sins ‘nnè pleûr djouwi .» (Josserand 1982, 4) (E)

  

5.1.5.2  Quand le complément direct est la 3ème personne du pluriel, le pronom complément indirect précède le complément direct

1) après consonne, devant consonne : mè lès ; tè lès, sè lès, nos lès, vos lès, sè lès.

Ex : Lès sôdârs sè lès kèrdjin.n.

       Dji pinse, qu’i n’ mè lès rindrè nin.

       Est-ce qu’is nos lès dôront ?

 

2) après voyelle, devant consonne : m’ lès, t’ lès, s’ lès, nos les, v’ lès (ou : vos lès)

Ex : I s’ lès faît avoyî d’ en-Amèrike.

 

5.1.5.3 Régime indirect + « le, la, les »

 

Lorsque deux pronoms régimes accompagnent un même verbe, l’ancien français place toujours en tête le régime direct: je le te commande.  Depuis le 17e siècle, le français écrit rapproche régulièrement du verbe le régime direct: tu me le donnes.  L’ordre ancien subsiste seulement après l’impératif, du moins pour le groupe le moi : donne-le moi.  En dehors de ce cas précis, l’usage paraît hésitant: donnez-la moi ou donnez-moi là; tenez-vous le pour dit. 

En wallon, l’ordre est immuable : après comme avant le verbe, le régime indirect précède toujours le régime direct, lequel est toujours de la 3e personne «le, la les »). (Remacle 1952, 269)

Ex :

Rinds-nos lès.

Rends-les nous.

Lê-tu l’ mète.

Laisse-le toi mettre, laisse-toi mettre cela.

Qui mè l’ done. (Qui mu l’ dène. (Remacle 1952, 269) (EW))

Qu’il me le donne.

Done mè-le. (Dène-mu le. (Remacle 1952, 269) (E))

Donne-la moi.

Apwète-mi lès. (Apwète-mu lès. (id.)

Apporte-les moi.

Acatez-mè le. (Bastin 1965, 30) (O)

Achetez-le moi.

 

La question d’ordre ne se pose pas en wallon pour les groupes « le (la, les) lui, le (la, les) leur », puisque, dans ces groupes, on y met toujours le régime direct. (cf 5.1.6.12)

5.1.6 Remarques

5.1.6.1  Renforcement

 

1) On emploie un pronom personnel de la 2ème personne du singulier ou du pluriel COI pour faire participer son ou ses interlocuteurs plus intensément à ce qu’on dit, pour prendre à témoin.

Ex : Dji m’ tè lî va tchaussî one bafe è s’ nez.

 

2) Pour montrer toute la passion que l’on met à quelque chose, on emploie un pronom réfléchi à la 1ère personne du singulier.

Ex : Djè lî va dîre. > Dji m’ lî va dîre (avec le verbe « aler »).

Dj’ è r’va. > Dji m’ è r’va.

Loukîz-me don, cisse-lale. (Bertr.-Duch., s.d., 89-90) (E)

Gostez-me on pô ç’ vin-là. (id.))

Djè m’ va daler dusqu’à là. (Je vais aller jusque là.) (Copp. 1959, 60) (O)

Djè m’ va vos tchanter ‘ne pètite tchanson.(Je (me) vais vous chanter une petite chanson.) (id.)

 

3) On emploie un pronom personnel complément datif pour renforcer l’idée de participation à toutes les personnes.

Ex : Si keûr bateûve à tot skèter.

       Mi djambe mi lance.

       Èle vis-a bin l’ toûr dè fé l’ macrale. (Bertr.-Duch., s.d., 89-90) (EW)

       On v’s-èl hape po cou po tièsse. (id.)

       Qwand i dit ‘ne vrêye, i tome on dint. (id.)

       S’ èlz’ a-t-i co tos lès trinte-deûs. (id.))

 

4) Un pronom sans préposition répète parfois pour le renforcer un pronom personnel

– sujet:

Ex : Hê ! vos poûris, qui v’s-èstez ! (Bertr.-Duch., s.d., 89-90) (EW)

       On l’ comprind, lu, dè mons. (id.)

        Nos bièsses quu n’s-èstans ! (Remacle 1937, 43-44) (E)

– datif. Dans ce cas, le français emploie la préposition « à ».

Ex : Si ça n’ lî dit rin, li !

       I m’ rivint bin, mi !

       Dji v’s-è dôrè, vos-ôtes !

       I n’ mu fêt rin, mi. (Remacle 1937, 43-44) (E)

       C’ èst mi-îdêye, parèt, mi ! (id.))

       Çu n’ sont nin vos-afêres,vos-ôtes ! (id.)

 

5) Notons encore en wallon une extension analogique propre à la conversation : (Remacle 1937, 43-44) (E)

Ex :

– I parèt quu s’ fèye su va marier. > Réponse : – Ay twè! ou Ay vos. ( Oui, toi ! Oui, vous !)

– Vos n’oûhîz nin duvou fé insi. > Réponse: – Nèni vos!

 

Ce n’est qu’après « ay » et « nèni» que « twè » et « vos » peuvent s’employer de la sorte.

 

 

5.1.6.2 Une tournure spéciale à notre langue est :

 

Nos deûs m’ pa.         

Mon père et moi.

Vos quate, avou vos bias-frés.

Vos trois beaux-frères et vous.

Zèls cink, lès quate fis èt li.   

Les quatres fils et lui.

Is rivenèt zèls qwate à cabasse. (Bertr.-Duch., s.d., 89-90) (E)

 

Is sont-st-èvôye leû deûs à l’ porminåde. (id.)

 

Nos-èstîs nos bran.mint à l’ ètèremint. (id.)

 

Il ètint leûs deûs’, leû dîh.  (Rem.,1937,45) (E)

Ils étaient deux, dix.

leûs deûs (Franc. 1994) (S)

eux deux

 

Par une analogie avec cette première tournure, s’explique l’emploi de « leûs » devant plusieurs mots, pronoms ou adverbes, exprimant le nombre (Remacle 1937,45) (E):

 

Leûs qwant’ sont-i ?

Combien sont-ils?

Nos qwantes èstans-nes ? 

Combien sommes-nous?

Vos qwantes èstoz-ve ?

Combien êtes-vous?

Is sont leûs-assez, leûs bêcôp…

Ils sont assez nombreux.

Dj’ èstans nos-assez…

 

Is sont v’nis leûs tos.

Ils sont venus tous ensemble. 

Dj’ èstans v’nis nos tos.

 

Quu sont-i leûs tos !

Qu’ils sont nombreux !

Qu’ èstans-nes nos tos !

 

Nos-èstans nos bêcôp. (Rem. 1952, 230) (E)

Nous sommes (nous) beaucoup.

Vos n’ èstoz vos wêre. (id.) (EW)

(liit. Vous n’êtes vous guère.) Vous n’êtes pas nombreux.

Il èstint leûs-one bâne. (id., 232) (EW)

Ils étaient une bande.

Il èstint leûs treûs-èfants. (id., 232) (EW)

Ils étaient trois enfants.

 

 

Exemple d’auteur

 

« Tofêr lès prumîs po tot, sèmè, l’ fènauwwès, l’awous’ èt fé l’ cok. / Portant is n’ sont qu’ zèls deûs s’ fis. » (Laloux 1969, 131) (C)

 

 

5.1.6.3 « Moi seul » suivi d’un verbe à une forme conjuguée correspond en wallon : « Gn-a qu’ mi qui… »,

 

Ex : Moi seul y suis allé.    (W) Gn-a qu’ mi qu’ î à stî.

 

 

5.1.6.4  Après « moi et toi », « toi et moi », « moi et lui », « lui et moi »,…, on doit résumer par un pronom sujet.

 

Ex : Vos èt mi, nos n’ savans nin ç’ qu’ i gn-a ieû.

      (F) Toi et moi sommes dans l’ignorance des faits.

 

 

5.1.6.5 Nous répétons le nom ou le pronom sujet par un pronom personnel après « qu’ » introduisant une subordonnée exprimant une simultanéité.

 

Ex : (F) Le / La voilà qui vient = (W) Vo-le-là qu’ i vint / qu’ èle vint.

                    

Exemple d’auteur

 

« Elle èst la inte deûs-aîwes qu’ èle ni boudje nin, sinon qu’ pa momint, èle hosse si

quèwe bon-z-èt rwèd, dizos l’ courant què lî kèkîye si scrine .» (Houziaux 1964, 15) (CW)

 

 

5.1.6.6  po qui + sujet + verbe conjugué = por + sujet accentué + infinitif

 

Ex : po qu’ djî vaye = por mi î aler

           

De même : por twè (li, lèye, nos, vos, zèls, zèles) + infinitif

Ex: por twè soper

 

 

5.1.6.7 Les pronoms personnels se combinent avec « voci, volà; vo-r’ci, vo-r’là » (voici, voilà, revoici, revoilà)

 

1) Formes

 

voci

volà

vo-PRON. PERS.-ci

(-chal, -ci (E))

avec -rici

(-richal, -rici (E))

vo-PRON. PERS -là

avec – rilà (-rulà (Royal Club Wallon 1997) (E))

vo-me-ci (vo-me-chal (E)) (me voici)

vo-me-rici (me revoici)

vo-me-là (me voilà)

vo-me-rilà (me revoilà)

vo-te-ci

vo-te-rici

vo-te-là

vo-te’-rilà

vo-le-ci

vo-le-rici

vo-le-là

(vè-le-là (Copp. 1959, 60; Bastin 1965, 31) (O))

vo-le-rilà

vo-nos-ci

vo-nos-r’ci

vo-nos-là

vo-nos-r’là

vo-ve-ci

vo-ve-rici

vo-ve-là

vo-ve-rilà

vo-lès-ci

vo-lès-r’ci

vo-lès-là

vo-lès-r’là

 

 

 

 

vo-‘nnè-ci ou:

vo-‘nnè-r’ci ou:

vo-‘nnè-là ou:

vo-‘nnè-r’là ou:

vo-z-è-ci (en voici)

vo-z-è-r’ci (en revoici)

vo-z-è-là (en voilà)

voz-è-r’là (en revoilà)

vos-me-î-ci (m’y voici)

vos-me-î-r’ci (m’y revoici)

vos-me-î-là (m’y voilà)

vos-me-î-r’là (m’y revoilà)

 

 

Exemples tirés de différentes zones linguistiques wallonnes: 

 

Vo-me-rilà avou tos mès soçons ! (C)

Vo-le-là (le voilà), vo-le-ru-là (le revoilà, vo-me-ci (me voici) (Remacle 1937, 64) (E)

Vo-me-ci, vo-me-ruci, vo-lès-r’ci. (Wisimus 1947, 474) (E)

Vo-lès-chal, nos camarådes ! (Les voici, nos camarades !) (E)

Èn’ cachèz pus, vè-le-là. (Ne cherchez plus, le voilà.) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

c’ èst nî l’ pus bèle, maîs vè-le-là, dju l’ vwa voltî. (Ce n’est pas la plus belle, mais je l’aime.) (Deprêtre-Nopère 1942) (O)

 

Aussi:

Vo-nu-le-là-t-i nin co ‘ne fî ! (Ne le voilà-t-il pas encore une fois!) (Remacle 1952, 268) (E)

Vo-‘n’-là one. (En voilà une.) (Royal Club Wallon 1997) (E)

 

Vo-n’-ci qu’ on leûp … ; vo-n’-là qu’ arivèt …; vo-n’-là on mot . » (RCW 1997) (E)

Le « n’ » pourrait signifier « nos » (nous), explétif.

 

Toutefois, à Nivelles, on dira « mè v’là-cî, mè v’là » (me voici, me voilà); …; « nos v’là-cî, nos v’là » (nous voici, nous voilà); etc. A Charleroi, « lè v’là » ou « vè-le-là » (le voici), « lès v’là » ou « vè-l’s-a » (les voilà), …

 

 

Exemples d’auteurs

 

vo+PRON.+ci/là

 

« Dispêtche tu ! Vo-lès-ci tot près,… »  (Sergent 1963, 196) (C)

« On m’ a houkè èt vo-me-là prêt’ à lèvè l’ guète .» (Calozet 1963, 136) (C)   

« Ayi, vo-z-è-ci one, d’ afaîre ! » (François 1953, 163) (C)

« Èt vo-ve-là v’nus ! » (Léonard 1969, 94) (C)

« Vo-me-là è cou d’ lågne djusqu’å hatrê .» (Alexis, 1954, 54) (E)        

« Ça… Ça-z-î èst ! Vo-le-là ! » (Houbart-Houge 1981, 44) (E)

vo+PRON.+ri+ci/là

 

« Vo-le-rici, dandjereû ? » (Laloux 1969, 1) (C)

« Li côp d’après vo-le-rilà avou on-ôte bokèt .» (Henin 1980, 4) (C) 

« C’ èst di d’là qu’ vos-nos-r’ci èchone.. » (Léonard 1970b, 33) (C)

« Vo-ve-rilà tot d’on côp si djon.ne, / Qui nos sûrons bin lès brakenîs .» (Georges 1963, 124) (E)

vo+ri+ci/là + NOM

« Tinez, vo-r’-là s’ papî,… »  (Bury 1895, 318) (E)

 

 

2) Ces expressions, suivies de « -t’ » sont grossières, « -t’» ayant ici la signification de « por ti ».

Ex : Tin, vo-le-là-t’ !  Vo-’nnè-r’ci-t’.

 

 

5.1.6.8  Au français « soi » correspond « li », au français « soi-même » correspond le wallon « li-min.me » (C, O; « lu-min.me » (E), « lu-méme » (RCW 1997, 38) (E)). A Nivelles, on utilisera « li » ou « ieûs’ » (eux) (Copp. 1959, 57) (O) et à Charleroi « ieûs-min.mes » (masc.) et « ieûsses-min.mes » (fém.) (Balér. s.d.) (O).

 

Ex :

On-z-a sovint dandjî d’ on pus p’tit qu’ li. (C)  (On-n-a sovint … qu’ lu.) (Bertr.-Duch., s.d., 88) (E))

On a souvent besoin d’un plus petit que soi.

Chakin por lu. (Franc. 1980, 209) (S)

Chacun pour soi.

Quand on l’ faît li-min.me, on n’ waîte nin si près.

Quand on le fait soi-même, on n’y prête pas trop attention.

Il èst contint d’ lu-min.me. (Bertr.-D., s.d., 88) (E)

Il est content de lui-même.

On travaye chake pour li / ieûs’. (Copp. 1959, 56) (O)

On travaille chacun pour soi

Quand on on a leû mézo da li (ou: ieûs’).

Quand on a sa maison à soi.

 

Exemple d’auteur

« C’ èst come quand on-z-a one trop bèle feume ; i n’ faît nin auji l’aurder por li tot seû .»  (Houziaux 1964, 16) (C)

                                                   

Remarque

 

En wallon existent à côté de « nos-min.mes » et « vos-min.mes » les formes « nos-ôtes-min.mes », « vos-ôtes-min.mes ». (Balér., s.d.; « nous-, vous- » Bastin 1965, 29 (O))

 

 

5.1.6.9 A la première personne, le verbe « aler », suivi d’un infinitif, se conjugue comme s’il était réfléchi, qu’il signifie « se déplacer » ou qu’il apporte la nuance d’un avenir immédiat.

 

Ex : Dji m’ va qwê m’ lîve.      Dji m’ vos l’ va qwê.       Dji m’ tè l’ va dîre.

           

Même : Dji m’ tè lî va tchaussî one bafe è s’nez !

 

Le rôle de ces pronoms supplémentaires est de montrer :

  1. a) « m’ » : que le sujet participe intensément à l’action ;
  2. b) « tè » : que l’auditeur est pris à témoin. Ils s’emploient aussi, avec d’autres verbes qu’ « aler », mais moins fréquemment.

 

Exemples d’auteurs

« Mins i t’ èst si bin adrwèt, â, l’ dèmoné bribeû ! En fiant l’ fou à bèle vôye, po scrotè on-ouy d’ one sôte qu’ i n’ a nin co, èt l’ catchî drî s’ mwin .» (Laloux 1969, 10) (C)

« Dji m’ lî va fé one botèye èt vos ‘nn î dôroz trwès couyîs à sope tos lès djoûs ! »  (Houziaux 1964, 16) (C)

« L’ ome lî a rèspondu sins si r’toûrnè : « Dji m’ va qwêre l’ acoûcheûse. Ci sèrè dandjereûs po ç’ nêt-ci ! » (id.)

 

 

5.1.6.10 « nos-ôtes » peut être répété par « on ».

 

Ex : Nos-ôtes, on-z-a dècidé d’ n’ î nin aler.

 

 

5.1.6.11 Emploi explétif particulier

 

Le pronom personnel « mi » est explétif dans l’expression:

Djeu m’ fou l’ camp. (Je fous le camp.) (Bastin 1909, 383) (E)

 

 

5.1.6.12 Omission du pronom personnel

 

1)

français

wallon

S

COD

COI

V

S

COD

COI

V

Je

le

lui

dis.

Djè

di.

Je

le

leur

dis.

Djè

l’zeû

di.

 

De même au négatif: Je ne le lui dis pas. (W) Djè n’ lî di nin.

 

Omission de « le, la, les » devant « lui, leur ». Devant « lî » (lui) et « l’zeû » (« lèzî » (E) (leur)), le wallon n’exprime pas le pronom régime direct de la 3e personne. (Remacle 1952, 229)

Ex :

Djè lî done.

1 Je lui donne. 

2 Je le, je la ou je les lui donne.

Djè l’zeû a dit.

Je le (ou: la, les) leur ai dit.

Dijoz-lî.

Dites-le (ou: la, les) lui.

Èle li-z-a dit. (Copp. 1959, 55) (O)

Elle le (, la, les) lui a dit.

I leûs-a payî.

Il le (, la,les) leur a payé.

Rindez-leû. (Copp. 1959, 56) (O)

Rendez le (, la, les) leur.

Tu leû donras. (Bastin 1965, 30) (O)

Tu le (, la, les) leur donneras.

Acatèz-li.

Achetez-le (, la, les) lui.

 

L’absence de « le, la, les » ne gêne nullement le contexte et la situation éclairent le sens.

 

 

2) Le pronom personnel sujet est parfois omis à la 3me p. du singulier.

L’omission a toujours lieu devant les pronoms « èl, èlzès, ènnè ». (Bertr.-Duch., s.d., 89) (EW)

Ex :

Èl fåt fé sins wêster . (Bertr.-Duch., s.d., 89) (E)

Il le faut sans tarder.

Èlzès fåt lèyî viker à leû manîre. (id.)

Il faut les laisser vivre à leur guise.

Ènn’ a nin à Hofrê. (RCW 1997) (E)

Il n’y en a pas à Xhoffraix.

Ènn’ a pus avâ là. (id.)

Il n’y en a plus de ce côté-là.

 

On l’omet ordinairement (Bertr.-Duch., s.d., 89) (E):

 

1 après le pronom accentué

 Mi, dji n’ candjerè nin ; mins lu, cour’rè èvôye.

Moi, je ne changerai plus; mais lui, il s’en ira en courant.

 

– Vèyez-ve vosse fré ?

–  O awè, a co m’nou îr. (Djåsans walon, 1, 2007) (E)

– Voyez-vous votre frère?

– Oh oui, il est encore venu hier.

 

È-st-èvôye. (Warnant 1949) (E)

Il (ou: Elle) est partie.

 

– Èt vos parints ?

Ont m’nou d’vant-z-îr. (Djåsans walon, 1, 2007) (E)

– Et vos parents?

Ils sont venus avant-hier.

 

A ‘ne trintin.ne d’ an.nêyes.  (Warnant 1949) (E)

Il y a une trentaine d’années.

2 dans les imprécations

 

Fåt-st-arèdjî !

Få-st-araper !

Fåt-st-aroubi !

Fåt-st-assoti !

Cela me fait râler !

3 dans certaines expressions proverbiales

Våt mîs di s’ têre qui dè må pårler.

 

Fåt bate li fiér tant qu’il èst tchôd.

 

Il vaut mieux vaut se taire que médire.

Il faut battre le fer tant qu’il est chaud.

4 dans l’impersonnel

 

N-a ‘ne saquî qui v’ houke, savez, là.

Gn-a rin qui prèsse. (C)

Gn-a pupont. (Franc. 1980, 213) (S)

Il y a quelqu’un qui vous appelle, savez-vous, là.

Il n’y a rien qui presse.

Il n’y en a plus.

 

Parfois, c’est toute l’expression « i n-a » (il y a) qui disparaît.

Vosse pére qui v’ houke .

L’ ome qui v’ ratind !

 

 

 

Il y a votre père qui vous appelle.

Il y a l’homme qui vous attend !

5 devant un verbe impersonnel ou employé tel

 

Fåt dîre li vrêye come èlle èst.

 

Parèt qu’ il èst wiyin.me.

Fât quu dj’ magne. (RCW 1997) (E)

Il faut dire la vérit comme elle est.

Il paraît qu’il est cocu.

Il faut que je mange.

6 parfois dans l’interrogation

Wice èst Marèye ? (pour: Wice è-st-èle, Marèye?)

Où est Marie?

 

 

3) Le pronom personnel neutre « le » manque volontiers dans une subordonnée comparative. (Remacle 1952, 229) (E)

Ex :

Dj’ èsteû bêcôp pus hoûsé qu’ èle n’ èst.

J’ étais beaucoup plus enflée qu’elle ne l’est. 

 

4) De plus, le pronom régime direct fait souvent défaut dans des séquences du type « préposition + infinitif » où logiquement on l’attendrait . (Remacle 1952, 229) (E)

Ex :

Èle lès plante po mète è l’ sope, cès féves-là.

Elle les plante pour les mettre dans la soupe.

 

5) On pourrait considérer qu’un pronom régime manque aussi entre « sans » et l’infinitif dans les tournures du type « magni l’ boûre sins saler » (manger le beurre sans le saler), mais il s’agit là d’une construction très particulière..

 

6) L’omission du pronom personnel sujet « vos » est possible dans une question ou avec « savoz » (savez) (en C, O et en S) (Franc. 1980, 207)

Ex :

Li rindrez ? (Copp. 1959, 56) (O)

Le (, la) lui rendrez-vous ?

Oyi, savoz. (C)

Oui, savez-vous.

Savèz bén qu’ nos sèrans là tos lès vêrdis? (O)

Savez-vous bien que nous serons là tous les vendredis?

 

 

5.1.6.13 Le wallon ne considère pas comme impoli d’énoncer le pronom représentant le locuteur lui-même avant les mots désignant d’autres personnes ; il dit aussi souvent « mi èt vos » que « vos èt mi » (vous et moi). (Remacle 1952, 241)

De même:

mi èt lèy

elle et moi

mi èt m’ camarâde

mon ami et moi

Nos n’ fourins pus qu’ mi èt zèles. (E)

Nous ne fûmes plus qu’elles et moi.

mi èyèt ‘m popa (Copp. 1959, 56) (O)

mon papa et moi

mi èyèt ‘m coumarâde Louwis (Copp. 1959, 56) (O)

mon camarade Louis et moi

 

Dans une énumération, on dit cependant (Copp. 1959, 56) (O):

Il avout doûla Jules, èl grand Twène, Polite èyèt mi (bien : mi (en ajoutant parfois « pou nin ‘m roubliyî », pour ne pas m’oublier),

Jules, èl grand Twène èyèt Polite.

Il y avait là Jules, le grand Antoine, Hippolyte et moi.

 

 

5.1.6.14 L’agglutination du pronom personnel sujet au verbe a souvent lieu dans les propositions incidentes et interrogatives. (Copp. 1959, 56)

 

Ex :

Comint, di-st-èle?

Comment, dit-elle?

Djè n’ vû nin, di-st-i ‘l mésse. (Copp. 1959, 56) (O)

Je ne veux pas, dit le maître.

Qui-ce èl mésse à no méso, di-st-èle Mardjo? (id.)

Qui est le maître chez nous, dit-elle Marie-Josèphe?

Eyèt vo matante, véra-t-èle ? (id.)

Et votre tante, viendra-t-elle ?

Nos n’ vêrans nin, dîyenut-is.

Nous ne viendrons pas, disent-ils?

 

 

5.1.6.15 « ti » peut parfois être considéré comme le pronom indéfini « on » .

 

Ex :

Tu fés ène pitite bordeûre nware ou d’zous d’ û quu t’ tapés tès pièds. (Pierret 1972, 118-120) (S)

 

 

5.1.6.16 L’inversion

Le wallon n’utilise pas volontiers l’inversion. Dans une question, dans la majorité des cas, on se sert de la formule « èst-ce qu(i) ».

 

Cependant, à Faymonville, on relève des formes d’inversion pratiquement inusités ailleurs.  (Bastin 1909) (E)

A côté de « djowans-ne ? » (jouons-nous ?),  « djowez-ve (jouez-vous ?) », on a:

 

djowe-djeu ? / sèreû-dje ?

est-ce que je joue? / serais-je?

djowes-teu  ? / sereûs-se ?

joues-tu ? / serais-tu ?

djowe-z-i ? / sèreût-z-i ?

joue-t-il ? / serait-il?

djowe-leu ? /  sèreût-le ?

joue-t-elle ? / serait-elle ?

djowèt-z-i ? / sèrîn’-z-i ?

jouent-ils ? / seraient-ils?

djowèt-le ? / sèrîn’-leu ?

jouent-elles ? / seraient-elles?

 

5.2 Pronom possessif

5.2.1 Formation

 

 

singulier

pluriel

 

masculin

féminin

masculin

féminin

1e p.

li mink

li mène

lès minks

lès mènes

2è p.

li tink

li tène

lès tinks

lès tènes

3è p.

li sink

li sène

lès sinks              

lès sènes

1e p.

li nosse

lès nosses

2e p.

li vosse

lès vosses

3e p.

li leûr

lès leûrs

 

 

 

singulier

 

possesseur

masculin

 

1e p.

li mink

li meune , li méne, li min.ne (Haust 1933) (E)

lu mîne (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

èl min (Copp. 1959, 62) (O)

l’, li, èl ménk (Grignard 1908) (O)

èl mén (Bastin 1965, 33) (O)

èl min (Balér., s.d.) (O)

li min.ne (Franc. 1980, 215) (S)

lu mîne (Franc. 1994) (S)

leu mîne (Tw. 1994, 175) (S)

Li mink a dîj ans.

Li mène èst pus vî. (Le mien est plus âgé.) (CW)

Non faît, c’ èst l’ min ! (Non fait, c’est le mien !) (Copp. 1959, 62) (O)

Vo p’tit a wit’ ans, èl min (li mén) da douze. (Balér., s.d.) (O)

Lu mîne vât mî quu l’ tîne. (Franc. 1994) (S)

2è p.

li tink

(_, li tène (_, li twène ((Léonard 1952) (C))

li tonk (Haust 1933) (E)

lu tîne (La Gleize) (Warnant1981) (E)

lu tîne (forme grossière), lu twène (forme polie) (Remacle 1952, 335) (E)

 èl tin (Copp. 1959, 62) (O)

èl, l’, li ténk (Grignard 1908) (O)

èl tén (Bastin 1965, 33) (O)

èl tin, èl tén (Balér., s.d.) (O)

li tin.ne (Franc. 1980, 215) (S)

lu tîne (Franc. 1994) (S)

leu tîne (Tw. 1994, 175) (S)

Li tink, quéne âdje a-t-i? (Le tien, quel âge a-t-il?)

Li tène èst pus deur. (Le tien est plus dur.)

Li twène n’a nin stî si djinti. (Le tien n’a pas été  aussi gentil.)

Ç’ lîve-ci, c’ èst l’ tin (l’ tén). (Balér., s.d.) (O)

Dj’ ême ostant l’ mîne quu l’ tîne. (Franc. 1994) (S)

 

 

 

3è p.

li sink

li sonk (Haust 1933) (E)

lu sîne (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

èl sin (Copp. 1959, 62) (O)

èl, li, l’ sénk (Grignard 1908) (O)

èl sén (Bastin 1965, 33) (O)

èl sin, èl sén (Balér., s.d.) (O)

li sin.ne (Franc. 1980, 215) (S)

lu sîne (Franc. 1994) (S)

leu sîne (Tw. 1994, 175) (S)

Mins, waîtans l’ sink. (Mais, regardons le sien.)

Li sène èst pus bia.

Èm’ tchin est nwêr, èl sin èst gris. (Mon chien est noir, le sien est gris.) (Copp. 1959, 62) (O)

Il a prîs l’ sin (l’ sén) avant d’ vudî.  (Balér., s.d.) (O)

 

possesseur

féminin

 

1e p.

li mène

li meune, li méne, li min.ne (Haust 1933) (E)

lu mîne (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

èl miène (Copp. 1959, 62) (O)

èl, li, l’ mène (Grignard 1908) (O)

èl mène (Bastin 1965, 33) (O)

èl mène (Balér., s.d.) (O)

li min.ne (Franc. 1980, 215) (S)

la mîne (Franc. 1994) (S)

la mîne (Tw. 1994, 175) (W)

Li mène èst pus p’tite.

Èl mène (li mène) est co pus vîye. (Balér., s.d.) (O) Rindez-me èl miène. (Rendez-moi la mienne.) (Copp. 1959, 62) (O)

Vos-avoz voste idée, dj’ ê la mîne. (Franc. 1994) (S)

 

2è p.

li tène

(_, li twène ((Léonard 1952) (C))

li tonk (Haust 1933) (E)

lu tîne (La Gleize) (E)

èl tiène (Copp. 1959, 62) (O)

èl, li, l’ tène (Grignard 1908) (O)

èl tène (Bastin 1965, 33) (O)

èl tène (Balér., s.d.) (O)

èl tène (Balér., s.d.) (O)

li tin.ne (Franc. 1980, 215) (S)

la tîne (Franc. 1994) (S)

la tîne (Tw. 1994, 175) (S)

Laî-nos veûye li twène, (Laisse-nous voir la tienne.)

Li tène èst pus grande qui l’mène. Bén seûr, l’ tène èst mèyeûse. (Balér., s.d.) (O)

Èlle a quâsi l’ min.me cote quu la tîne. (Franc. 1994) (S)

 

3è p.

li sène

li sonk (Haust 1933) (E)

lu sîne (La Gleize) (Warnant 1981) (E))

èl siène (Copp. 1959, 62) (O)

èl, li, l’ sène (Grignard 1908) (O)

èl sène (Bastin 1965, 33) (O)

li sin.ne (Franc. 1980, 215) (S)

la sîne (Franc. 1994) (S)

la sîne (Tw. 1994, 175) (S)

Vèyans l’ sène. (Voyons la sienne.)

Il a donè l’ sène au boulindjî. (Balér., s.d.) (O)

Djè n’ donerou nin ‘ne djigue pou ‘1 siène. (Je ne donnerais pas un centime pour la sienne.) (Copp. 1959, 62) (O)

Lu sîne côpe mi qui l’ tîne. (La sienne coupe mieux que la mienne.) (Franc. 1994) (S)

 

pluriel

 

possesseur

masculin

 

1e p.

lès minks

lès meunes, lès ménes, lès min.nes (Haust 1933) (E)

lès mînes (La Gleize) (Warnant 1981) (EW)

lès mins (Copp. 1959, 62) (O)

lès ménks (Grignard 1908) (O)

lès méns (Bastin 1965, 33) (O)

lès mins, lès méns  (Balér., s.d.) (O)

lès min.nes (Franc. 1980, 215) (S)

lès mînes (Franc. 1994) (S)

lès mînes (Tw. 1994, 176) (S)

Lès minks (lès mènes) ni sèront jamais ossi bias qu’lès vosses. (Les miens ne seront jamais aussi beaux que les vôtres.)

Lès mins sont pus fôrts (fwarts (Balér., s.d.) (O)

 

2è p.

lès tinks

(lès tènes (_, lès twènes ((Léonard 1952) (C))

lès tonks (Haust 1933) (E)

lès tînes (La Gleize)

lès tins (Copp. 1959, 62) (O)

lès ténks (Grignard 1908) (O)

lès téns (Bastin 1965, 33) (O)

lès tins, lès téns  (Balér., s.d.) (O)

lès tin.nes (Franc. 1980, 215) (S)

lès tînes  (Franc. 1994) (S)

lès tînes (Tw. 1994, 176) (S)

Done-mu lès tinks. (Donne-moi les tiens.)

Lès tènes, lès-as-se ? (Les tiens, les as-tu ?)

Gâre aus twènes. (Prends garde aux tiens.)

Done lyi lès tins. Done lî lès téns. (Balér., s.d.) (O)

3è p.

lès sinks

lès sonks (Haust 1933) (E)

lès sînes (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

lès sins (Copp. 1959, 62) (O)

lès sinks (Grignard 1908) (O)

lès séns (Bastin 1965, 33) (O)

lès sins, lès séns (Balér., s.d.) (O)

lès sin.nes (Franc. 1980, 215) (S)

lès sînes (Franc. 1994) (S)

lès sînes (Tw. 1994, 176) (S)

Lès sinks (lès sènes) sont tortos au pus vayants. (Les siens sont tous courageux autant qu’il se peut.)

Mès èfants sont blonds, lès sins sont nwêrs. (Mes enfants sont blonds, les siens sont noirs.) (Copp. 1959, 62) (O)

Vos gârçons sont bias mins lès sins (lès séns) ètou. (Balér., s.d.) (O)

 

possesseur

féminin

 

1e p.

lès mènes

lès mînes (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

lès miènes (Copp. 1959, 62) (O)

 lès mènes (Grignard 1908) (O)

lès mènes (Bastin 1965, 33) (O)

lès mènes (Balér., s.d.) (O)

lès min.nes (Franc. 1980, 215) (S)

lès mînes (Franc. 1994) (S)

lès mînes (Tw. 1994, 176) (S)

Vos fleûrs sont bèles, lès mènes sont fanéyes. (Balér., s.d.) (O)

 

2è p.

lès tènes

(_, lès twènes ((Léonard 1952) (C))

lès tînes (La Gleize)

lès tiènes (Copp. 1959, 62) (O)

lès tènes (Grignard 1908) (O)

lès tènes (Bastin 1965, 33) (O)

lès tènes (Balér., s.d.) (O)

lès tin.nes (Franc. 1980, 215) (S)

lès tînes (Franc. 1994) (S)

lès tînes (Tw. 1994, 176) (S)

Lès tènes, lès-as-se ? (Les tiennes, les as-tu ?)

Gâre aus twènes. (Prends garde aux tiennes.)

Dj’ aî vèyu lès tènes, èles sont pus djolîyes. (Balér., s.d.) (O)

3è p.

lès sènes

lès sînes (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

lès siènes (Copp. 1959, 62) (O)

lès sènes (Grignard 1908) (O)

lès sènes (Bastin 1965, 33) (O)

lès sin.nes (Franc. 1980, 215) (S)

lès sînes (Franc. 1994) (S)

lès sînes (Tw. 1994, 176) (S)

On-a tortos les sènes. (On a tous les siennes, càd. chacun a ses peines.)

Nos vatches sont bèles ; djè n’ vourou nin lès siènes. (Nos vaches sont belles ; je ne voudrais pas les siennes.) (Copp. 1959, 62) (O)

On-a tèrtous lès sènes. (Balér., s.d.) (O)

Tès crompîres sont pus avancîs qu’ lès sînes. (Tes pommes de terre sont plus avancées que les siennes.) (Franc. 1994) (S)

 

singulier

 

possesseurs

masculins / féminins

 

1e p.

li nosse

li nosse (Haust 1933) (E)

lu nosse (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

èl note (Copp. 1959, 62) (O)

èl, li, l’  nowe (Grignard 1908) (O)

èl nôle (Bastin 1965, 33) (O)

èl  nosse (Balér., s.d.) (O)

li nosse (Franc. 1980, 2015) (S)

lu nosse (Franc. 1994) (S)

leu note (Tw. 1994, 176) (S)

Èst-ç qui ç’ èst bin l’ nosse ? (Est-ce bien le nôtre ?)

Èst-ce qui c’ èst bén l’ nosse (l’ note) ? (Balér., s.d.) (O)

 

 

2è p.

li vosse

li vosse (Haust 1933) (E)

lu vosse (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

èl vote (Copp. 1959, 62) (O)

èl vôle (Bastin 1965, 33) (O)

èl vosse (Balér., s.d.) (O)

èl, li, l’ vowe (Grignard 1908) (O)

li vosse (Franc. 1980, 215) (S)

lu vosse (Franc. 1994) (S)

leu vote (Tw. 1994, 176) (S)

N’ èst-ce nin putôt l’ vosse ? (N’est-ce pas plutôt le  vôtre?)

Oyi, èl vosse (èl vote) èst pus solide (Balér., s.d.) (O)  Leû méso èst d’djà vièye, èl note èst toute nieuve. (Leur maison est déjà toute vieille la nôtre est toute neuve.)  (Copp. 1959, 62) (O)

Dj’ in.me mèyeû ‘1 vote. (Je préfère le, la vôtre.) (Copp. 1959, 62) (O)

3è p.

li leûr

leû-zèls, li leûr (Haust 1933) (E)

lu leûr (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

èl leûr (Copp. 1959, 62) (O)

èl leûr (Bastin 1965, 33) (O)

èl leûr (Balér., s.d.) (O)

èl, li, l’ leûr (Grignard 1908) (O)

li leûr (Franc. 1980, 215) (S)

lu leûr (Franc. 1994) (S)

leu leûr (Tw. 1994, 176) (S)

Voci l’ leûr, (Voici le leur.)

Nosse mohone fêt blåme à leû-zèls. (Notre maison fait tort à la leur.) (Haust 1933) (E)

Èl leûr èst mèyeûse. (Balér., s.d.) (O)

No gamin travaye bin, mins ‘1 leûr èn’ fout rin. (Notre gamin travaille bien, mais le leur ne fait rien.) (Copp. 1959, 62) (O)

 

pluriel

 

possesseurs

masculins / féminins

 

1e p.

lès nosses

lès nosses (Haust 1933; (La Gleize) (Warnant 1981) (E)

lès notes (Copp. 1959, 62) (O)

lès nowes (Grignard 1908) (O)

lès nôles (Bastin 1965, 33) (O)

lès nosses (Balér., s.d.) (O)

lès nosses (Franc. 1980, 215; Franc. 1994) (S)

lès notes (Tw. 1994, 176) (S)

Tènons bin lès notes. (Tenons (gardons) bien les nôtres !) (Copp. 1959, 62) (O)

Avez d’djà sayi lès nosses (lès notes) ? (Balér., s.d.) (O)

2e p.

lès vosses

lès vosses ((Haust 1933; (La Gleize) Warnant 1981) (E)

lès votes (Copp. 1959, 62) (O)

lès vowes (Grignard 1908) (O)

lès vôles (Bastin 1965, 33) (O)

lès vosses (Balér., s.d.) (O)

lès vosses (Franc. 1980, 215; Franc. 1994) (S)

lès votes (Tw. 1994, 176) (S)

Mostroz-me lès vosses. (Montrez-moi les vôtres.)

Iu-ce qu’ èles sont lès votes ? (Où sont-elles les vôtres ?) (Copp. 1959, 62) (O)

Dji dwè dîre qui dj’ préfère lès vosses (lès votes). (Balér., s.d.) (O)

3e p.

lès leûrs

leû-zèls, lès leûrs (Haust 1933) (E)

lès leûrs (La Gleize) Warnant 1981) (E)

lès leû(r)s (Copp. 1959, 62) (O)

lès leûrs (Grignard 1908) (O)

lès leûrs (Bastin 1965, 33) (O)

lès leûrs (Balér., s.d.) (O)

lès leûrs (Franc. 1980, 215; Franc. 1994) (S)

lès leûrs (Tw. 1994, 176) (S)

Il ont tortos lès leûrs, (Ils ont tous les leurs.)

Nos-avans nos pon.nes. N’ ont-is nin leû-zèls ossi? (Haust 1933) (E)

On a chake leûs dèfauts ; lès leûs èn’ sont nin pus bias. (On a chacun ses défauts ; les leurs ne sont pas plus beaux.) (Copp. 1959, 62) (O)

Mins lès leûrs ni sont nin fameûs. (Balér., s.d.) (O)

 

5.2.2 Remarques

.2.2.1 « li tink », « li tène », « lès tinks », « lès tènes » ne s’emploient que familièrement entre personnes du sexe masculin d’un âge sensiblement égal. Dans les autres cas, cet emploi est grossier ou très, très familier. (voir le pronom « ti »)

 

 

5.2.2.2 Le pronom possessif ne s’emploie pas d’une manière absolue, comme en français.

 

1) Il est traduit par un adjectif possessif + « djins ».

On traduit les miens, les siens, etc… désignant les proches, les parents, par « mès, sès, nos, vos, leûs djins (ou: parints) ». (Copp. 1959, 62; Balér., s.d.; Bastin 1965, 33)

Ex :

Priyîz l’ bondjoû à vos djins di m’ paurt !

Remettez mon bonjour aux vôtres !

Féz mès complumints a vos djins. (Bertr.-D., s.d.) (E)

Faites mes amitiés aux nôtres.

Il a toudi sté bon pou sès djins. (Copp. 1959, 62) (O)

Il a toujours été bon pour ses proches. (litt. ses gens).

Nos avons toudi ieû sogne dè nos djins (ou: d’ nos parints). (Copp. 1959, 62) (O)

Nous avons toujours eu soin de nos parents, des nôtres.

 

2) Il est traduit par une préposition + un pronom personnel.

 

on soçon da mi

un mien ami

Dji so-st-à vos.

Je suis tien (ou vôtre).

Ni f’rez-n’ nin hôt avou nos-ôtes? (Bertr.-D., s.d.) (E)

Ne serez-nous pas des nôtres ?

 

 

Exceptions

 

  1. a)

lès sinks = sès djins, lès djins di s’ famile

Ex : On tint tortos avou lès sinks.

les siens (les membres de sa famille)

fé dès sènes = fé dès siènes (Copp. 1959, 62) (O)

= fé dès rûses = fé one bièstrîye ou fé dès bièstrîyes; 

aussi: fé dès notes, dès votes, dès leûrs (Copp. 1959, 62) (O)

faire des bêtises

Dj’ a co faît dès mènes : Dj’ a èvoyî l’ contraîre pakèt !

 

a Èle co faît dès siènes. (Copp. 1959, 62) (O) = Èlle a co fêt dès sînes. (Franc. 1994) (S)

Elle a encore fait « des siennes ».

Avez co sté fé dès votes doulà ?

Avez-vous encore été faire « des vôtres » ?

Is f’sont toudi dès leûrs.

Ils font toujours « des leurs ».

Dj’ a ieû lès mènes.   

J’ai eu « les miennes ».

Il auront lès leûrs èto.

Ils auront les leurs aussi.

dîre li sène = dîre ci qu’on pinse, sovint avou one pârticuliére ratoûrnéye

exprimer le fond de sa pensée

lès nosses (Remacle 1952, 341) (E)

les nôtres, càd. nos parents

I vinrè à l’ sîne. (Remacle 1952, 341) (E)

Il viendra à la sienne, càd. il arrivera au destin que sa témérité fait présager, il aura un accident.

Il a bati so l’ sîne. (Remacle 1952, 341) (E)

Il a bâti sur le sien, càd. sur sa propriété.

 

 

Exemples d’auteurs

« Vos vèyoz, qu’on-z-a tortos lès sènes .» (Awoust 1984, 10) (C)

« Â ! Mon parent ! On-z-a co faît dès sènes, à ç’ qui dj’ pou vôy ! » (Houziaux 1946, 22) (C)

« Lèyans là lès vîyès matènes ! / Dj’ ârè co sûremint faît dès mènes .» (Namèche 1955b, 150) (C)

« Dji wadje, qu’i va co fé dès sènes .»  (Smal 1955) (C)

« Là, pont d’ Victôr po chôutè èt quékefîye dîre li sène .» (Laloux 1974a, 23) (C)

« Miyin non pus. I dit l’ sène, qu’ i n’ chone nin. Èt c’èst tot .» (Laloux 1969, 84) (C)

 

  1. b)

C’ èst da mîne. da tîne ou da twène, da sîne, da nosse, da vosse.  (Remacle 1952, 341) (E)

Mais « da zèls (da zèles) » (à eux (à elles)).

Voir en sud-wallon:

C’ èst da min.ne, da tin.ne, da sin.ne, da nôs, da vôs, et : da leûr. (Mahin 1984) (S)

Aussi à Bastogne:

C’ èst da mîne, da tîne, …

C’ èst da mîne, li pli. (Franc. 1994) (S)

C’ èst da tîne, cès vês-là ? (id.)

C’ èst da nosse. (= … da nos-ôtes). (id.)

C’ èst da vosse. = (… da vos-ôtes). (id.)

C’est à moi, à toi, à lui, etc.

 

 

 

 

 

 

 

Le pli est pour moi.

Ces veaux t’appartiennent?

Cela nous appartient.

Cela vous appartient.

on cusin (/ camaråde, etc…) da meune (Bertr.-D., s.d.) (E)

un mien cousin (ami, etc.)

Il a deûs manèdjes da sîne. (Remacle 1952, 341) (E)

Il a deux maisons à lui.

lès cèsses da nosse (id.)

celles à nous

lu tchamp da min.ne (insistance) (= mu champ) (Mahin 1984) (S)

mon champ (à moi)

 

Remarque

 

A la 3e p. du sg., lorsque « da sîne » serait équivoque, on dit « da lu » ou « da lèye  » (ou « d’ atoûr lu, d’ atoûr lèye ») (à lui, à elle). (Remacle 1952, 345)

Ex :

Il a deûs manèdjes da sîne.

Il a deux maisons à lui.

mais : Leû manèdje, èst-ce da lu ou da lèye?  

Leur ménage, est-ce à lui ou à elle?

su soûr da lèye ou d’ atoûr lèye

sa soeur, à elle

 

Après une autre prép., même synonyme de « da », on emploie le personnel « Cèst d’ atoûr mi, d’atoûr vos » (C’est à moi, à vous.)  (Remacle 1952, 342) (E)

 

On dit aussi « da nos-ôtes » (à nous) et « da vos-ôtes » (à vous) aussi bien que « da nosse » et « da vosse ». Les deux formes représentant « nous » sont équivalentes ; mais « vos-ôtes » désigne nécessairement deux ou plusieurs personnes, alors que « vosse » peut correspondre à un pluriel de politesse et concerner alors une seule personne. (Remacle 1952, 342) (E)

 

 

5.2.2.3 Comme le français, le wallon peut rapporter à un pronom possessif un adjectif. indéfini ou un numéral. (Remacle 1952, 341-342) (E)

 

Ex :

totes lès nosses

toutes, les nôtres

lès treûs leûrs

les trois leurs

 

Egalement:

 

Èlle èsteût drole duvins lès-ôtès nosses.

 

Elle était drôle parmi les autres nôtres, càd. parmi nos autres (vaches).

Leû nosse, du vatche, l’ ont-i co? 

Leur nôtre, de vache, càd. celle que nous leur avions vendue, l’ont-ils encore?

nos deûs sînes

nos deux siennes, càd. nos deux (vaches) que nous avons eues de lui

lès pôves nosses (CW)

les pauvres nôtres, càd. nos pauvres (enfants)

 

Comparez en français : les vieilles siennes, les petites miennes, sa tienne (= sa (robe) à elle qui lui vient de toi), mon tien (= mon (parapluie) que tu m’as acheté). (Rem. 1952, 342) (E)

 

 

5.2.2.4 En ouest-wallon, « lès leûrs » remplace fréquemment « lès siènes ». (Copp. 1959, 62) (O)

 

Ex :

Quand on vwèt lès miséres dès-autes, on r’prind râde lès leûrs.

Quand on voit les misères des autres, on reprend vite les siennes.

5.3 Pronom démonstratif

5.3.0 Introduction

L’adjectif « démonstratif » a été placé entre guillemets, parce qu’il ne convient pas ici. Le pronom en question, en effet, ne démontre rien, mais montre.

5.3.1 Formes

 

wallon

français

ça

ça

ç’

ç’

ci 

ce

c’

c’

-ce

-ce

çoci

ceci

çola

cela

 

wallon

 

français

 

singulier

pluriel

 

 

masc.

 

 

 

li ci 

lès cis

celui

ceux

ci-ci

cès-ci

celui-ci

ceux-ci

ci-là

cès-là

celui-là

ceux-là

fém.

 

 

 

li cène

lès cines

celle

celles

citèle-ci

cètèles-ci

celle-ci

celles-ci

citèle-là

cètèles-là

celle-là

celles-là

masc.

 

 

 

liquéke

lèsquékes

celui qui (choix)

ceux qui (choix)

fém.

 

 

 

liquéne

lèsquénes

celle qui (choix)

celles qui (choix)

 

 

singulier

 

 

ça

 

Ça n’ faît rin.

po ça fé.-

Ça aleûve bin.

Ça faît qui (= Donc) l’ Chè èst mârié !

Ça n’ vint nin à on-eûro.

Ça-y- èst bia. (Copp. 1959) (O)

 

ç’

+ forme de “aler” + ièsse

+ awè + stî

 

 

+ qui

Ç’ aleûve ièsse à nosse toû. Ç’ aureûve sitî bin.

Mais : Ça aleûve bin. (Pas auxiliaire)

Ça a stî come do papî d’ musike (stî : ici part. passé de « aler »).

À ç’ qui dj’ vè, … (A ce que je vois, …) (Copp. 1959) (O)

 

ci  

(cè (Copp. 1959) (O), ceu (Bast. 1909) (E), ço (+ cons.) (Franc. 1980, 217) (S))

sujet

Ci n’ èst nin lon èri di d’ci.

Cè n’ èst nin mi. (Copp. 1959) (O)

Ço s’reut bin. (Franc. 1980, 217) (S)

 

ci

(/ çu) (ci, çou (Bertr.-D., s.d., 92) (E), çu (Copp. 1959) (O), çou (après cons.) (Franc. 1980, 217) (S))

           

Ci / Çu qu’ vos d’djoz, djè l’ sé d’djà bin.

Sobayî çu / ci qu’ ‘l a stî fé là ?

Çu d’véve èsse lu. (Ce devait être lui.) (Rem. 1952, 350) (E)

Pou çu qu’ ça vaut. (Copp. 1959) (O)

I pinse çou qu’ i vout. (Il pns ce qu’il veut.) (Franc. 1980, 217) (S)

 

c’

sujet: voy. + c’ + èst /è-st- / èst…

C’ è-st-auji.

C’ è-st-on fèl.

C’ èsteûve èyîr.

C’ èst l’ vraî (– Ci n’ èst nin l’ vraî.)

Mais : Ça è-st-auji à fé.

 

-ce

forme amuïe (= cit-afaîre-là)

Èst-ce qu’ i vêrè ?

Qu’ èst-ce qui vêrè ?

Qwè-ce qu’ on va fé ? (= qwè èst-ce …?)

Comint-ce qu’ on l’ va lomer ?

Quand-ce qui vos mè l’ dîroz ?

Duvint-ce qu’èle nè l’a nin dit ?

Poqwè-ce qui v’ nè l’ vindoz nin ?

Po qwè-ce fé, ç’t-ostèye là ?

 

çoci

(çouci, çou-voci, çou-volà (Rem.,1937,46) (E)), çouchal, çuci (arch.) (Bertr.-D., s.d., 92) (E), çouci (Franc. 1980, 217) (S)

ceci

Çoci, c’ èst por vos.

Çouchal ni m’ dit rin. (Bertr.-D., s.d., 92) (E)

 

çola

(çoula (Rem.,1937,46; (Bertr.-D., s.d., 92) (E), çoula (Franc. 1980, 217) (S))

cela

Alez-me qwê çola, vêlà !

C’ èst çoula qui m’ freût plêsîr. (Bertr.-D., s.d., 92) (W)

Våt mîs çoula qu’ ine djambe cassêye. (id.)

 

li ci / li cia

(li cink, li cén) ((lu ci, lu cisse (Rem. 1952, 350) (E)), li ci, li cisse (Bertr.-D., s.d., 92) (E), èl c(y)in (Copp. 1959) (O), li cén (Bast. 1965, 32) (O), èl cin, èl cén, li cén (Balér., s.d., 19) (O))

masc. (celui)

 

li ci qui vike vêci

Li cia qu’a dès lintes aurè dès pûs.. èt l’ cia qu’a dès pûs aurè dès lintes.

Ave louki l’ ci du l’ tchambe? (Avez-vous regardé celui (se. le tiroir) de la chambre? (Rem. 1952, 350) (E)

lu cisse da m’ papa (celle de mon père) (id.)

Li ci qu’ a fêt çoula mèritereût d’ èsse batou. (Bertr.-D., s.d., 92) (E)

èl cyin qu’ èst moûrt (celui qui est mort) (Copp. 1959) (O)

Èl cin qu’ èst ritche ni conèt nén l’ cin qu’ èst pauve. (Balér., s.d., 19) (O)

 

li cène

(li cine, li cile) (èl ciène (Copp. 1959) (O), li cène, (Bast. 1965, 32) (O), èl cène (Balér., s.d., 19) (O)

fém. (celle))

 

Li cène què l’ aurè, s’ èle va bin à l’ eûwe, èle n’ aurè nin swè !

èl ciène què djè vourou bin (celle que je voudrais bien) (Copp. 1959) (O)

 

citi-ci

(ci-ci, ci-voci , ci-volà(l), (Rem.,1937,46) (E)) (ci-chal (Bertr.-D., s.d., 92) (E), èç’ti-cî(l) (Copp. 1959) (O), ç’ti-ci (Balér., s.d., 19) (O), ci-ci (Franc. 1980, 217) (S))

m. sg. (celui-ci)

consonne + citi-ci

en début de phrase ou

voy. + ç’ti-ci = cit’-ci

Mindje citi-ci 

Ç’ti-ci, ça va co.!

Sins ç’ti-ci, nos-î sèrin.n co.

 

 

citèle-ci

(citèle-cile)  (cisse-ci(l), cissile, cisse-voci(l) (Rem.,1937,46) (E), cisse-chal (Bertr.-D., s.d., 92) (E), èç’tèle-cî(l) (Copp. 1959) (O), ç’tèle-là (Balér., s.d., 19) (O)

ci-cile (Franc. 1980, 217) (S))

 

f.sg.(celle-ci)

consonne + citèle-ci

en début de phrase ou voy. +  ç’tèle-ci

Faut qu’ nos r’purdanche citèle-ci.

Ç’tèle-ci, c’èst l’ mèyeû !

Si djè l’ faî, c’ èst po ç’tèle-ci.

Èç’tèle-cî, c’ èst da vous. (Copp. 1959) (OW)

 

citi-là

(ci-là,  (Rem.,1937,46) (E)), ci-là (Bertr.-D., s.d., 92) (E), èç’ti-là(l) (Copp. 1959) (O)

ci-là (Franc. 1980, 217) (S), m. sg. (celui-là)

consonne + citi-là

en début de phrase

voy. + ç’ti-là = cit’-là

 

Ç’ti-là, djè l’ a su m’ gros dint !

Waîtî ç’ti-là !

citèle-là

(citèle-làle) (cisse-là(l), cissale  (Rem.,1937,46) (E)), cisse-lal (Bertr.-D., s.d., 92) (E), èç’tèle-là(l) (Copp. 1959) (O), ci-çale (Franc. 1980, 217) (S))

f.sg. (celle-là)

consonne + citèle-là

en début de phrase

voy. + ç’tèle-là

Citèle-là, èle toûnerè mau.

Ç’tèle-là, c’è-st-one boune !

C’ èst da ç’tèle-là, qu’rûtîye todi.

Èlle èst bone, cisse-lal ! (Bertr.-D., s.d., 92) (E)

 

 

 

idée de choix : (F) ce que /qui

 

liquéke

 

masculin (celui)

voy. + l’quéke

Purdoz l’quéke qui vos v’loz !

 

liquéne

féminin (celle)

voy. + l’quéne

 

Là sès cravates ! Qu’ i mète liquéne qu’ i vout !

 

 

 

pluriel

 

 

lès cis / lès cias

(lès cinks, lès céns) (lès cès (Rem. 1952, 350) (E)), lès cis, lès cisses (Bertr.-D., s.d., 92) (E), lès cyins, lès ceûs (Copp. 1959) (O), lès céns (Bast. 1965, 32) (O), lès cins, lès céns (Balér., s.d., 19) (O), lès cis (Franc. 1980, 217) (S)

m.pl.(ceux)

 

Dj’ a rauyî lès cias da m’ fré.

èzès cès du l’ tchambe (dans ceux de la chambre) (Rem. 1952, 350) (E)

I n-a dès cis (ou dès cisses) qui… (Bertr.-D., s.d., 92) (E)

lès cyins d’ Moustieu (les gens de Monstreux) (Copp. 1959) (O)

 

lès cènes

(lès cines, lès ciles) (lès cèsses (Rem. 1952, 350) (E), lès ciènes (Copp. 1959) (O)

lès cènes (Bast. 1965, 32; Balér., s.d., 19) (O), lès cisses (Franc. 1980, 217) (S))

f.pl. (celles)

 

Lès cènes qu’ ont faît è polenut raler.

Prindoz lès cèsses quu vos v’loz. (Prenez celles que vous voulez.) (Rem. 1952, 350) (E)

C’ èst pou lès ciènes qui n’ ont rin. (C’est por celles qui n’ont rien.) (Copp. 1959) (O)

 

cèti-ci

(cès-ci) (cès-ci, cès-voci, cès-volà (Rem.,1937,46) (E), cès-chal (Bertr.-D., s.d., 92) (E), cès-cî(l) (Copp. 1959) (O), cès-ci (Balér., s.d., 19) (O), cès-ci (Franc. 1980, 217) (S))

 

m.pl. (ceux-ci)

Cèti-ci, c’èst por mi.

Cès-cî èn’ sont nin meûrs. (Copp. 1959) (O)

Cès-ci n’ vauront jamaîs cès-là . (Balér., s.d., 19) (O)

 

cètèles-ci

(cèsses-ci(l), cèssiles, cèsses-voci(l), cèsses-volà(l) (Rem.,1937,46) (E), cèsses-chal (Bertr.-D., s.d., 92) (E), cès-cî(l) (Copp. 1959) (O), ç’tèles-ci (Balér., s.d., 19) (O), cès-cile (Franc. 1980, 217) (S)

f.pl. (celles-là)

Cès-cî sont bin meûrtes. (Celles-ci sont bien mûres.) (Copp. 1959) (O)

Ç’tèles-ci sont mèyeûses qui ç’tèles-là. (Balér., s.d., 19) (O)

 

cèti-là

(cès-là, cèt’-làle) (cès-là (Rem.,1937,46) (E), cès-là (Bertr.-D., s.d., 92) (E), cès-la(l) (Copp. 1959) (O), cès-là (Balér., s.d., 19) (O), cès-là (Franc. 1980, 217) (S))

m.pl. (ceux-là)

parfois péjoratif

Cèti-là n’ valenut nin lès pwin.nes.

Tos cès-la qui platchetet åtoû dè mêsse djalozèt onk so l’ ôte. (Bertr.-D., s.d., 92) (E)

Cès-là sont grîjes. (Copp. 1959) (O)

 

cètèles-là

(cètèles-lale, cète-làle) (cèsses-là(l), cèssales (Rem.,1937,46) (E), cèsses-lal (Bertr.-D., s.d., 92) (E)  cès-la(l) (Copp. 1959) (O), ç’tèles-là (Balér., s.d., 19) (OW), cès-çale (Franc. 1980, 217) (S))

f.pl. (celles-là)

parfois péjoratif

 

Èt cètèles-là, quéne âdje qu’ èlle ont ?

 

 

idée de choix : (F) qui

 

lèsquékes

m. pl.

Dijoz-me lèsquékes qui vos purdoz !

 

lèsquénes

f.pl.

Dji n’ vos dîrè nin lèsquénes qu’ il a.

 

 

                              

Exemples d’auteurs

 

 

li ci / li cia

 

Li cia qu’ a stî o bwès ;          / Li cia qu’ a vèyu l’ leup ; / Li cia qu’ a ieû peû ; / Li cia qu’ a racouru ; / Li cia qu’ a faît : kwî, kwî, kwîk à l’ gueûye do leup !  (Jeu avec les doigts, en allant du pouce au petit doigt) (C)

lès cènes

 

« Dès mwins qu’ m’ont faît plaîji, dès cènes qui m’ont faît braîre .» (Doquire 1984, 8) (C)

citi-là, …

 

« Qwè v’loz qu’on m’ faîye co : mi feume èst pètéye èvôye, citilà a mindjî s’ coupon,… citèle-là a lèyî tchaîr mi pôrtèfouye pa l’ pôrtiére… » (Viroux 1984b, 12) (C)

« Dijoz, di-st-i, qué difèrince gn-a-t-i, qui ç’ti-ci cosse cint francs d’ pus qui ç’ ti-là ? »       (Viroux 1984b, 12) (CW)

« Qu’ èst-ce citi-ci, qu’ èst-ce citi-là ? / Waîte on pau ç’ binde-là qui braîyenut / Come dès vias ! » (Parodie du « Dies Irae ») (C)

 

                       

5.3.2 Remarques

5.3.2.1 Formation

 

1) Une forme sans précision relative à la distance dans l’espace ou le temps, c’est-à-dire « -ci » ou « -là », comme le français a, seul en Europe occidentale, n’existe pas en wallon.

 

Ex : ce garçon, cet homme, cette femme, ces gens

 

Exceptions

1 Les seuls exemples qu’on peut citer sont « À onk di cès quate ! » (= A un des ces prochains jours), « À onk di cès djoûs! ». Il y a aussi l’adverbe « astêure », qu’on est convenu d’orthographier ainsi, mais qui est la contraction de : « à ç’-t-eûre-ci ».

 

2 L’emploi de l’adjectif dans les exclamations.  (Rem.,1937,46) (E)

Ex :

Totes cès djins! 

Que de gens !

Ci monde qu’ i gn-aveût! 

Que de monde !

Tote ciste îviêr qu’il a toumé du l’  nut’  !

Toute cette neige qui est tombée pendant la nuit !

Louke on pô, cès tchâpin.nes !

Regarde un peu ces grives !

 

 

2) Au pays de La Gleize (Rem. 1952, 350) (E), l’article est  facultatif :.

Ex :

I fârè passer so (l’) ci da Dumé.

Il faudra passer sur celui de Dumez (se. le terrain)

Ave louki (l’) ci du l’ tchambe?

Avez-vous regardé celui de la chambre? (se; le tiroir)

Prindoz (lès) cèsses qui vos v’loz.

Prenez celles que vous voulez.

conte (lès) cèsses (= lès pîres) qui rèsistèt (RCW 1997, 33) (E)

contre celles (les pieres) qui résistent

 

Mais quand le démonstratif est précédé d’un numéral, l’article lui-même ne peut être omis.

Ex :

lès treûs cès du d’zos

les trois (ceux) de dessous

Dji va vinde lès deûs cès qu’ dj’ a acheté.

Je vais vendre les deux (ceux) que j’ai achetés.

 

 

5.3.2.2 Les démonstratifs sont également déterminés par d’autres adverbes que ceux déjà cités. (Rem.,1937,46) (E)

Ils sont composés de « là »: « cisse-lâvâ » (celle-là-bas), « cès-la-drî » (ceux-là-bas), « çou-là-hôt » (ce-là-haut).

 

 

5.3.2.3 Démonstratif dépréciatif

 

L’espagnol, l’italien et le russe ont un « démonstratif dépréciatif ».

Pour des personnes, le wallon emploie des noms :

 

1 masculin 

singulier

au début d’une phrase  ou

cons. +  

mi-n-ome

(èm’-n-ome (Copp. 1959) (O))

Mi-n-ome, i n’ vaut nin tchêr !

voyelle + 

m’-n-ome

(‘m-n-ome (Copp. 1959) (O))

Dj’ a faît ça po m’-n-ome.

Wétîz in pau ‘m-n-ome ! (. (Regardez un peu celui-ci, celui-là!) (Copp. 1959) (O)

C’ èst m’n-ome(-là /-ci) qui l’ a dit.  (Balér., s.d., 18) (O)

pluriel

 

mès-(n-)omes 

(mès-omes (Copp. 1959; (Balér., s.d., 19) (O))

Ni t’ ritoûne nin po mès(-n-)omes !  Pou qui-ce qu’ i ‘s pèrdont, mès-omes ? (Pour qui se prennent-ils ceux-là ?) (Copp. 1959) (O)

Is n’ povont mau d’ leû fé du mau (ou : dè s’ fé du mau), mès-omes!. (Ils n’ont garde de se faire du mal ceux-ci/ ou ceux-là.) (id.)

C’ è-st-à cause dè mès-omes-ci, wéz. (Balér., s.d., 19) (O)

2 féminin

singulier

au début d’une phrase ou cons. +

mi drolerèsse

Mi drolerèsse, dji nè l’ vou nin vôy.

voyelle +

m’ drolerèsse

Po m’ drolerèsse ? Nin on centime !

pluriel

 

mès drolerèsses

Qués chovions, mès drolerèsses !

 

                                      

5.3.2.4 Pour ne pas citer quelqu’un, à un qui demande : « Qu’èst-ce ? », on répond : « Li ci qu’ c’ èst li ».

 

 

5.3.2.5 « ça » (« çoula » (EW))

 

1) Il peut avoir le sens de « bin sûr ». Dans ce cas, c’est un adverbe.

Ex : Èst-ce qui vos vêroz ? – Ça !

 

2) « ça » peut avoir le sens de « po ç’ raîson-là » (= d’autant). Dans ce cas, c’est un adverbe.

Ex :

I n’ si faut nin disbautchî d’ièsse pitit, i faît ça pus wôt d’zeûs li !

 

Nos-avans ça mia dwârmu.

 

Nos ‘nn aurans ça d’pus.

 

I frè çoula mèyeûr. (Rem. 1952, 372) (E)

Il fera d’autant meilleur.

Nos-arans çoulà pus-âhi. (Rem. 1952, 372) (E)

Nous aurons d’autant plus facile, càd. cela nous sera.

On-z-ara ça pus aujîy. (Charleroi) (Rem. 1952, 372)

Cela sera d’autant plus facile.

 

Exemples d’auteurs

« … ; èle laîrè Josèf ça pus trankile. » (Laloux 1974, 89) (C)

« M. Tonglet l’ vèyeut ça pus voltî qu’ is s’ richonint d’ mwints costès .» (Houziaux 1964, 56) (C)

 

3) « ça » renforce, avec le sens de « bin sûr ».

Ex :

Oyi, ça, dj’ îrè !

 

O way, çoula, qu’ i mu l’ fât ! (Rem. 1952, 371) (E)

Oh! oui, ça, qu’il me le faut !

 

4) « ça » peut être aussi dépréciatif.

Ex :  Ça  on-ome ! Et co qwè ?

 

5) Après certaines prépositions, on peut avoir « ça ».

Ex :

avou ça (relativisation) = tot bin pèsé

Avou ça, vos-avoz quékefîye raîson.

 

avou tot ça (avou tot çoula (EW)) (cause)

Avou tot ça, nos-alans ièsse taurdus.

 

po ça (relativisation) = dins ç’ cas-là

Aussi sans préposition:

 

Oyîy, po ça ! Rastrind !

Dj’ âreû bon, çoula, di-v’s-êdî.

 

 

J’aurais du plaisir, pour cela, à vous aider. (càd. c’est vrai, vous pouvez le dire.)

sins ça (objection, condition)

 

I s’ faut entrin.ner ! Sins ça, vos p’loz ièsse sûr di n’ sawè sûre lès-ôtes !

 

 

6) Le français : « avec ça que » ne se traduit pas littéralement.

Ex : La fille de M. Papin… Avec ça que je ne l’aurais pas reconnue ».

(W) Li fèye da M. Papin… È bin, dji n’ l’aureûve nin r’conu !

 

 

5.3.2.6  li ci, lès cis / dès cis, li cène, …

 

0) A noter le rapprochement entre « li ci qui, lès cis qui » et l’allemand « derjenige der, diejenigen die » et le néerlandais « degene die, degenen die ».

 

1) Au lieu de « i gn-a qui », on dit généralement « (i) gn-a dès cis qui », « (i) gn-a dès cènes qui ». On a même une redondance dans « (i) gn-a dès cis qu’ i gn-a qui ».

Ex :

Gn-a dès cis qu’ ont dè l’ tchance .

 

et même :

Gn-a dès cis qu’ i gn-a qu’ont dè l’ tchance .

 

dès cèsses qu’ i gn-a (Rem. 1952, 352) (EW)

certains

I gn-a dès cès qui d’hèt…

Il en est certains qui…

I n-a dès cis (ou dès cisses) qui… (Bertr.-D., s.d., 92) (E)

 

I d-a dès cyins qui … (Copp. 1959) (O)

Il y en a qui…

I d-a dès cènes qu’ i n-a qui … (Bast. 1965, 32) (O)

Il y en a qui…

 

2) L’emploi de « dès cis » est encore explétif dans :

 

Dj’ ènn a ieû dès cis qu’ èstin.n poûris .

 

Dju dè conè dès céns qui … (Bast. 1965, 32) (O)

J’en connais qui…

   

3) Les groupes « des ceux, des celles », parfois aussi « du celui, de la celle », servent en wallon à rendre la notion indéterminée du français certain, surtout lorsqu’ils sont accompagnés de « il y a » . (Rem. 1952, 352) (E)

Ex :

– Magnèt-èles?

– Dès cèsses qu’ i gn-a.

– Mangent-elles?

– Certaines.

– Èle su pârtih, lu lin.ne ?

– Du l’ cisse qu’ i gn-a.

– Elle se partage, la laine?

– (litt.de celle qu’il y a) Celle d’une certaine sorte.

Qu’ èst-ce po du l’ cisse?

De quelle sort est-elle?

Il a ruveni avou d’ cès du Spâ.

Il est revenu avec certains de Spa (càd. avec des Spadois).

Èlle ès pus grande quu d’ cèsses qu’ i gn-a.

Elle est plus grande que certaines.

 

4)  « tot, tos, totes » (tout, tous, toutes) peuvent se combiner respectivement avec « ci, cis » et « cènes ». (« tos cis », « totès cènes » = « totès djins »)

Ex :

C’ èst tos cis què l’s-ont .

= C’ èst totès djins qu’ sont ritches.

tos cès d’ Noûvèye (Rem. 1952, 350) (E)

tous ceux de Neuville

tote cisse-làl (id.)

toute celle-là

tot ci du d’zos (id.)

tout celui d’en dessous

 

Exemple d’auteur

 

« Totès cènes qu’on-z-aureut co faît l’monseû avou. » (Laloux 1971a, 20)  (C)     

 

5) « lès cis da mi, da twè, da li, da lèye, da nos, da vos, da zèls, da cèles » s’emploient familièrement au lieu du pronom possessif.

Ex : Lès cis da vos (= lès vosses), djè lès vou bin.

 

et même : « lès cis qu’ c’ èst da li » (= ceux qui sont à soi, les siens)

Ex : Lès cis qu’ c’ èst da li, on-z-èst todi pwârté por zèls. (= lès djins di s’famile)

 

6) « fé l’ ci qui… »  = fé chonance qui (faire semblant que) (C, E)

Ex :

Ti fês l’ ci dè bouter. (Bertr.-D., s.d., 93) (EW)

Tu fais semblantde travailler.

Èle a fêt l’ cisse qui n’ ôt nin. (id.)

Elle fait semblant de ne pas entendre.

 

Exemple d’auteur

 

« On catolëke, i s’ tént mia qu’ on-ôte. Mins gn-a dès cias qu’ fêyenèt l’ ci èt qu’ nè l’ sont ni d’ pus quî l’s-ôtes, qui pa-drî ça, is fêyenèt ôte tchôse .»       (Gaziaux 1987, 249) (C)

 

 

7) « li ci », « li cène »,… peuvent être suivis de « qui » ou de « da, dau, daus, dauzès, di, do ».

Ex : Li cène da m’ mononke è-st-au gâradje.

       Li ci qu’ èst rogneûs, qu’ i s’grète.

       Lès cis do Mârchau, c’ èst d’s-infêrnâls.

 

 

5.3.2.7 « quî qui » = li ci qui / li cène qui / lès cis qui / lès cènes qui

 

Exemple d’auteur

 

« Li frè quî qu’ vôrè .» (= F.: qui) (Laloux 1969, 162) (C)

 

 

5.2.3.8 Le wallon connaît la construction : adjectif possessif + pronom démonstratif.

 

Ex :

    Dj’ in.meûve mia vos cias d’ l’ anéye passéye (di canadas).

 

Leûs cènes, di cravates, èstin.n’ nwâres, po mostrer qu’ ‘l èstin.n di doû d’ leû soçon. 

 

I soyéve co tofêr su ci drî mon Dohogne. (Rem. 1952, 352) (E)

Il fauchait encore régulièrement son “celui” (se. son terrain) derrière chez Dohogne.

Dj’ arè du l’ farène po mète avou m’ cisse du r’gon. (id.))

J’aurai de la farine pour mettre avec ma celle de seigne, càd. pour mélanger avec celle de seigle que j’ai déjà.

vosse cisse qu’ èsteût malâde (id.)

votre “celle”, càd. celle des vôtres qui était malade

C’ èst mès cèsses quu dj’ lèt po vèy lon. (id.)

Ce sont mes “celles” (càd. mes lunetes) que je mets pour voir loin

 

      

5.3.2.9 Le français fait suivre le pronom démonstratif celui, celle, ceux, celles d’un participe passé, ce que le wallon ne fait pas.

 

Ex : (le pull-over) Celui fait par ma sœur est plus chaud

       (W) Li ci qui m’ soû a faît èst pus tchôd.

 

 

5.3.2.10 Le wallon ne fait pas suivre le pronom démonstratif d’un participe présent non plus.

 

Ex : (F) Des deux tableaux, je préfère celui représentant des chiens de chasse.

       (W) Dès deûs tâblaus, dj’ in.me mia l’ cia qui r’présinte dès tchins d’ tchèsse.

 

 

5.3.2.11 Sens

 

1) « citi-là, citèle-là, cèti-ci, cèstèles-là » peuvent avoir un sens péjoratif.

 

Ex : Ç’ti-là, dj’ nè l’ vou pus vôy !

       C’ è-st-à cause  di ç’tèle-là-t’ !

 

2) Le pronom « démonstratif » est parfois vague.

Ex : Continter tot l’ monde ! Citi-ci vout toûrner à gauche, citi-là à drwète, on-ôte aler tot drwèt.

 

 

5.3.2.12 « çou » (Rem. 1952, 362-363) (E)

 

souvent + adj. indéf.« tot »

tot çou qu’ on vout

tout ce qu’on veut

avec les adv.

çoula

çou-voci, çou-volà

cela

ceci

+ complément prépositionnel

çou da nosse

ce à nous, càd. ce qui nous appartient

 

On va dèfricher çou d’ mon Coûnson.

On va défricher ce de chez C., càd. la parcelle de chez C..

 

Nosse gazète rapwète bin çou d’ aval volà .

Notre journal rapporte bien ce de par ici, càd. les événements.

 

so çou dé wèsin

sur la propriété du voisin

+ proposition relative

Çu n’ èst nin mi qu’ îrè, çou qu’ i-gn-a d’ sûr.

Ce n’est pas moi qui y irai, ce qu’il y a de sûr, càd. de certain

 

Çou qu’ èst l’ pés, c’èst …

Ce qui est le pis, c’est …

 

prind çou qui d’meûre

prends ce qui reste

 

qu’ i fasse çou qu’ i vout

qu’il fasse ce qu’il veut

 

On fêt tot çou qu’ on pout.

On fait tout ce qu’on peut.

 

Dju n’ sé nin à qwè qu’ i pinse (= à çou qu’ i pinse).

Je ne sais pas à quoi il pense.

 

duvant çou qu’ nos n’ ruv’nahins

avant que nous ne revenions

 

I gn-a çou qu’ on magne pus’.

Il y a (ce) qu’on mange plus, càd. le fait qu’on mange plus.

 

On n’ fêt nin do mâva pan du r’gon, don? Gn-a rin qu’ çou qu’ i fêt mâlâhi l’ fé.

On ne fait pas du mauvais pain de seigle, n’est-ce pas? Il n’y a rien que ce qu’il fait difficile le faire, càd. il y a seulement qu’il est difficile de le faire.

+ phrase exclamative

Çou qu’ c’ èst tot l’ min.me,, qwand qu’ on-z-aprind âhimint! 

Ce que c’est tout de même, quand on étudie facilement! càd. quel avantage .

 

Çou qu’ i ‘nn’a dja hapé !

Ce qu’il en a déjà volé!

 

Çou qu’ on ‘nnè veût po mâ viker !

Ce qu’on en voit pour mal vivre!

 

Çou qu’ i gn-a

Ce qu’il y en a !

 

Çou qu’ dju-z-i-a pinsé dès côps! Qué candjemint !

Ce que j’y ai pensé des fois! Quel changement ! (= Que de fois… !)

 

 

5.3.2.13 A Faymonville  (Bast. 1909) (E),  le pronom personnel « lèye » (« lèle  » à Ovifat, Sourbrodt et Robertville), invariable, équivaut à « celui, celle, ceux, celles » + complément déterminatif.

 

Ex :

Sès poyes ponèt dès pus greus-oûs qu’ lèye do vwèsén. (Rem. 1952, 360) (E)

Ses poules pondent de plus gros oeufs que celles du voisin.

C’ èst lèy do mârlî, c’ èst lèy Djôsèf ! (Rem. 1952, 360) (E)

C’est celui [se. le chapeau] du sacristain., c’est celui de Joseph.

 

5.4 Pronom relatif

5.4.1 Formes

Qu’il soit masculin ou féminin, singulier ou pluriel, le pronom relatif a les formes :

 

qui  (qui (Rem. 1937, 47) (E), (Franc. 1980, 218) (S); qui, què (Copp. 1959,64;  Grign. 1908) (O))

+ cons. 

L’ ome qui vint di v’nu. (S)

L’ ome qui v’s-avoz vèyu (COD)

L’ ome qui dj’ lî dwè dès caurs (COI)

 

djûdi qui vint (Rem. 1937, 47) (E)

èl sèmin.ne qui vint (la semaine prochaine) (S) (Copp. 1959,64) (O)

èl pouye què dj’ aî alevé (la poule que j’ai élevée) (COD) (Copp. 1959,64) (O)

bièsse què dj’ sû (attribut) (Copp. 1959,64) (O)

 

qu’

+ voy.

Li cène qu’ a dit ça a minti. (S)

ci qu’ a v’ni (Rem. 1937, 47) (E)

 

qui

voy. + qui + cons. commençant par une syllabe accentuée

C’ èst l’ cafeu qui tchaufe.

Li p’tit chouflèt qui va . (comptine)

 

voy. + qui + groupe de cons.

C’ èst li qui tchaufe li for.

Li bèdot qui nn’ avans vèyu. (COD)

C’ èst mi qui m’ man a târté.

 

qu’

voy. + qu’ + voy.

Li ci qu’ a rèspondu.

l’ tchapé qu‘ té as aketé (Bast. 1909, 333) (E)

li tch’vau qu’ t’ as vindou (Franc. 1980, 218) (S)

 

voy. + qui + cons. commençant une syllabe non-accentuée

C’ èst co mi qu’ travaye li pus è l’ maujo.

C’ èst m’ fré qu’ faît tot ça.

 

+ les pronoms pers. compléments : lî, lès et lès-

C’ èst Louwis qu’ lî a vindu.

Conechoz bin l’ cia qu’ lès tane ?

C’ èst mi qu’ lès-a vèyu l’ preumî. (rare. On a généralement « què l’s-a »).

 

què

+ pronom pers. complément commençant par la lettre -l

C’ èst l’ Jules què l’ dîrè. (S)

 

(qui (Copp. 1959,64) (OW))

+ les pronoms pers. compléments commençants par le son -l, suivi d’une consonne.

C’ èst vos què l’ dit !

C’ èst mi què l’zeû dôrè.

C’ èst d’djà mi què lzeû a pwârté l’ôte djoû.

Lès cârtes, c’ èst nos què l’s-a.

C’ èst li qui l’ a dit. (Copp. 1959, 64) (O)

 

quî

(qui (Copp. 1959,64) (O))

qui pronom relatif sujet dans deux cas:

1 quî vout

 

2 dans les proverbes:

 

 

Ï vasse quî vout. (Y va qui veut.) (Rem. 1937, 47) (E)

Quî vint d’ poye grète. (Rem. 1937, 47) (E)

Qui vût pût. (Copp. 1959,64) (O)

 

qwè

quoi

Il ont d’ qwè viker. (Ils ont de quoi vivre.)

I n-a nin d’ qwè. (Il n’y a pas de quoi.) (Copp. 1959,64) (O)

 

 

5.4.2 Remarques

.4.2.0 A peu près dans 8 cas sur 10, la proposition relative commence donc par le pronom relatif « qui ». (Rem. 1960, 65) (EW)

 

 

5.4.2.1 Le français « dont » se rend différemment en wallon d’après sa fonction.

 

1) dont génitif

a) dont compl. déterminatif  = (W) qui + adjectif poss.

l’ ome qui s’ feume est  fayéye

l’homme, dont la femme est malade

 

lès djins, qu’ il a mârié leû fèye

les gens, dont il a épousé la fille

 

po l’ ci qu’ c’ èst s’ gos’ (Rem. 1960, 72) (E)

pour celui dont c’est le goût

 

èm’ vijine què ‘s pére est moûrt (Copp. 1959,64) (O)

ma voisine dont le père est mort

 

lès çyins què leû mére va briber (Copp. 1959,64) (O)

ceux dont la mère va mendier

 

èl prijonî qu’ on li-z-a loyî sès bras (Copp. 1959,65) (O)

le prisonnier dont on a lié les bras

 

Gusse qui s’pére èst mwart dérènemint. (Balériaux, s.d., 21) (O)

 

 

b) dont compl. déterm. d’un compl., souvent = (W) qui + lî + adj. poss.

l’ ome qui dj’ (lî) a pwârté s’ tchèna

l’homme à qui j’ai porté le panier

 

c) L’adj. poss. ne s’emploie pas toujours, quand le possesseur n’est pas un être vivant.

L’ uch, qu’ on-z-a fwârcî l’ sêre, c’ èst ç’ti-là.

 

 

l’ âbe qu’ on a côpè lès couches (Balériaux, s.d., 20) (O)

l’arbre auquel on a coupé les branches.

 

Mais : Lès djins, qu’ on-z-a fwârcî leû sêre, c’ èst zèls.

 

 

2) dont compl. indirect 

a) (F) duquel, de laquelle, desquels, desquelles

= (W) qui + … + di li / di lèye / di zèls / di zèles

li soce, qui dj’ cause di lèye

la société, dont je parle (= de laquelle)

 

on tchin, qu’ dji n’ mi d’mèfieûve nin d’ li

un chien, dont je ne me méfiais pas (= duquel)

 

b) parfois simplt.  « qui »

l’ ome què djè vos pâle (Copp. 1959,64) (O)

l’homme dont je vous parle

 

èl cin qui dj’ vos cause (Balériaux, s.d., 20) (O)

celui dont je vous parle

 

Li feume qui dj’ vos cause est ponve. (Dartevelle 1856, 82) (O)

La femme dont je vous parle est pauvre.

 

Lès-èfants qui dj’ vos-a dit sont todi bé mouchis. (id.)

Les enfants dont je vous ai parlé sont toujours bien habillés.

 

c) dont =

(W) qui + è(nn’)

li têle qu’ on s’ è siêrveûve

 

C’ èsteût on-ovrî qu’ is ‘nn’ èstint contints. (Rem. 1960, 71) (E)

C’était un ouvrier dont ils étaient contents.

 

lès djins qu’ on d-a tant pârlé (Copp. 1959,64) (O)

les gens dont on a tant parlé

 

Lès djins qu’ on d-a tant pârlé (Copp. 1959,64) (O)

les gens dont on a tant parlé

 

qui … foû / djus

li tchambe, qu’ i rècheûve foû

la chambre, dont (= d’où) il sortait

 

l’ârbe qu’ on-a foutu lès couches djus (Bast. 1965) (O)

l’arbre dont on a coupé les branches

 

 

 

 

qui … è

li viladje, qu’ il è proveneûve

le village, dont il était originaire

 

qui…. d- d-là

li payis, qu’ i vint di-d-là

le pays, dont il provient

 

 

Exemples d’auteurs

    1) dont génitif

     

     

    a) (W) qui + adj. poss.

    « Geneviève di Brabant ou one bèle chére djin qu’i lîjeut s’-t-istwêre .» (Laloux 1974a, 18) (C)

    b) (W) qui + lî + adj. poss.

    « … tè l’aureus oyu winkyi èt ûlè come on tchèt qu’ on pice si quèwe .» (Laloux 1974a, 108) (C)

     

    N.B. On aurait pu avoir ici : « qu’ on pice si quèwe », mais l’emploi du pronom personnel renforce l’intérêt du possesseur.

    c) adj. poss. facultatif avec un possesseur qui n’est pas un être vivant

     

    « One tchanson, qu’ i n’a jamaîs seû lès paroles .» (Laloux 1969, 173) (C)

    2) dont compl. ind.

     

    a) (W) qui + … + di li / di lèye / di zèls / di zèles

     

    « Li Sint-Nicolès qu’ dji m’ sovin l’ mia,… » Et chakin î alait di s’ parâde .» (Gillain 1932, 110) (C)

    « … li maî qu’ on s’ siève po lès tautes à l’ dicauce èt mache lès grossès galètes… » (Laloux 1987, 19) (C)      

     « C’ èsteûve li coû d’ wôte justice di Lîdje qui jujeûve, quand on lî aveûve èvoyî l’ cia qu’ on crwèyeûve qu’ il èsteûve li coupâbe .» (Awoust 1982b, 8) (CW)     

     « Por mi, lès djins qu’ is causenut ravikenut .»  (Lal. 1964a, 119) (C)     

     « Èt l’ poupène qu’ is s’ sièrvin.n au séminaîre .» (Lal. 1974a, 68) (C)     

    « … lès meûbes qu’ on n’ aveûve pus dandjî .» (Lal. 1974a, 65) (C)      

    « Eyèt l’ fichu qu’ Fifine / In djoû m’ a faît cadau .» (Bertr. 1960, 59) (O)       

    b) dont  = (W) qui + è(nn’)

    « Et come tos l’s-ans, lès vias d’ mârs’, qu’ on n’ è causeut pus .»      (Laloux 1969, 95) (C)

    « Enfin, lès bèles en pôrçulin.ne, qu’ on n’ s’ è sièt qu’ aus grands djoûs, quand on vout fé on cafeu ou qu’ on vout r’çûre dès djins « come i faut .»  (Gillain 1932, 71) (C)

    « … surtout pa dès comissions qu’ on n’ è vèt nin l’ place… » (Laloux 1969, 106) (C)

    4.2.2 Quand on a en français : préposition + lequel, laquelle, lesquels, lesquelles ou préposition + qui, on a en wallon 

      1) qui + prép. (+ li, lèye, zèls, zèles (facultatif))

       

      li ci quu v’ djâsîz avou (Rem. 1960, 71) (E)

      celui avec qui vous parliez

       

      ine ustèye qui dju n’ pous nin ovrer sins (Rem. 1960, 72) (E)

      un outil sans lequel je ne puis pas travailler

       

      èl patrone què c’ èst grâce à ièle qu’ il a seû tant gangnî (Copp. 1959,66) (O)

      la patronne grâce à laquelle il a pu tant gagner

       

      èl feume qui djè vike avè (Balériaux, s.d., 21) (O)

       

       

      èl feume què dj’ é d’meurè avè (lèye) (Bast. 1965) (O)

      la femme avec laquelle je suis resté (càd. j’ai vécu)

       

       

      1 La construction du wallon se rencontre aussi en anglais.

      l’ emplwèyé qui dj’ travaye avou (li)

      èl bale què dj’ djouwe avou (Grign. 1908) (O)

      (E)  the clerk who I work with

      the ball which I’m playing with

       

      2 Au lieu de « qui … avou »  avec l’idée d’accompagnement, on peut avoir

      – après un nom au pl. : qui + sujet au pl. + èchone

      – qui

      lu coûtê qu’ on pèle (Rem. 1960, 73) (E)

      le couteau avec lequel on épluche (les pommes de terre)

       

      Dju n’ troûve nin l’ breûsse qu’ on frote. (Rem. 1960, 73) (E)

      Je ne trouve pas la brosse avec laquelle on frotte. (càd. la brosse à nettoyer)

       

      Is d’hèt todi avou cès qu’ is sont. (Rem. 1960, 73) (E)

      Ils disent toujours avec ceux avc qui ils sont (càd. ils sont toujours du même avis que ceux avec qui ils sont)

       

       

      2) qui (uniquement pour des choses)

       

      C’ è-st-ène afêre qu’ i n’ a rin d’ bon à ratinde. (Copp. 1959, 66) (O) 

      C’est une affaire de laquelle il n’y a rien de bon à attendre.

       

      3) pour + inf. + lequel, lesquel(le)s, auquel, à laquelle, auxquel(le)s, , duquel, de laquelle, desquel(le)s  = (W) qui … po l’ (lès) + inf.

       

      Remarques

      a) « po», « su » + pron. pers. obligatoire

      li ci qui dj’ boute por li

      celui pour lequel je travaille

       

      lès djins qu’ on compte sur zèls

      les gens sur lesquels on compte

       

      lu ci qu’ il ovréve por lu (Rem. 1960, 71) (E)

      celui pour quoi il travaillait

       

      èl coumére què djè travaye pour ièle (Copp. 1959,65) (O)

       

      la femme pour qui je travaille

       

      N.B. Au lieu de « sur » + pron. pers., on peut avoir simplement « dissus », sans pronom.

      lès djins qu’ on compte dissus

       

      l’ âbe qu’ il èst monté d’ssus (Rem. 1960, 72) (E)

      l’arbre sur lequel il est monté

       

      èl tâbe què dj’ é sautelè d’ssus (Grign. 1908) (O)

       

       

      Pour les choses, toujours « dissus ».

      li plantche qu’ on mèt l’ bûre dissus

       

       

      b)  locution prépositive + (normalement) pron. pers., mais quand elle est composée d’un adverbe + « de », le pronom est souvent sous-entendu.

      Ex : lès djins qu’ dji d’meûre à costé (d’zèls)

      li ci qu’ on-z-a d’vu rac’mincî à cause di li

       

      Mais : li cayau qu’ i s’a trèbuké asto

      li fontin.ne qui l’ viladje a stî bâti autoû

      li ligne qu’on n’ pout nin r’cassî l’ bale iute

       

       

      4) chez = (W) « èmon » mais chez lequel, chez laquelle, chez lesquelles, chez qui  = (W) « qui … è s’ maujone »

       

      li camarâde qui dj’ a stî è s’ maujone

       

       

      5) à la façon duquel  = (W) « qui … à + adj. poss. +  môde »

       

      l’ entrin.neû qu’ faut djouwer à s’ môde èt qu’ on n’ a nin lès djouweûs qu’ i faut po ça

       

       

      6) auquel (, à laquelle, auxquels, auxquelles, à qui), pour lequel, …

       

      qui + à li  (, à lèye, à zèls, à zèles)

      l’ ome qui dj’ pinse à li

       

      li notaîre qui nos payans l’ locâcion à li

       

       

      li médecin qu’ èle si fîye à li

       

       

      qui … lî (sing.) / l’zeû (pl.)

      l’ome qui dj’ lî dwè dès caurs

       

      li ci qu’ djè lî comande dè l’ mârtchandîje

       

       

      lès djins qu’on l’zeû a foûrni dès canadas

       

       

      li djin qu’ on lî a rèpèté

       

       

      lès cis qu’ nos l’zeû avans ofri dè l’s-aîdî

       

       

      li ci qu’ li fât totes sès ploumes po voler (Rem. 1960, 71) (EW)

      celui à qui il faut toutes ses plumes pour voler

       

      Dj’ ènn’ oû one quu l’ pés li trawa (Rem. 1960, 87) (E)

      J’en eus une (se. une vache) que le pis lui troua, càd. dont le pis perça.

       

      èl gamin què djè li-z-aî doné in-n-eûro (suivant Copp. 1959,64) (O)

      le gamin auquel j’ai donné un franc

       

       

      èl soyète qu’ on li-z-a skèté in dint (Copp. 1959,66) (O)

      la scie à laquelle on a brisé une dent

       

      qui

      qui … î …

      Lès cwades qui dj’ î alacheûve mès-agnons po lès pinde po lès fé sètchi.

       

      Exemples d’auteurs

        1) qui + prép.

        (+ li, lèye, zèls, zèles (facultatif))

         

        « … èt deûs môyes di fagots, qu’ on n’ aveut nin co pris autoû .»  (Laloux 1971a, 22) (C)

        « L’ ome qu’ èlle èsteûve avou bouteut fwârt à l’ tchèrète .» (Laloux 1974a, 88) (C)       

        « Lès coméres qu’ èle vike avou asteûre rametèt voltî d’ leû timps .»  (id., 141) (C)       

        « Li maî, li batch qu’ on prustit d’dins .» (Arte 1983, 10) (C)

        « … ou l’ lîve di tchants qu’ il aveûve rivenu do séminaire avou .»   (Laloux 1974a, 157) (C)              

        « Si camarâde di Sint-Djurau, qu’ il a stî sôdâr avou .» (Gillain 1932, 117) (C)                  

        « Manu va tot seû o djârdin avou s’ grosse camisole, qu’ il èst tot choyu d’vins .» (Laloux 1974a, 194) (C)            

        « Èstoz sûr qu’ il è-st-aboné aus « Cahiers Wallons », qu’ on-z-î trove, tos lès mwès, lès pus bias bokèts d’ èmon nos-ôtes ? » (Jacques 1969) (C)        

        « Èt ç’ n’ èst nin todi aujîye di tchwèsi… dins lès gouts do cia qu’ on vout fé plaîji .» (Jacques 1969) (C)                  

        « Li feume qu’ il aleut coûchî avou èsteut brâmint pus vîye qui li .» (Laloux 1987, 19) (C)      

        « Èt ça faît qu’ Livier a sû l’ feume qu’ i coûtcheut avou .» (Laloux 1974, 74) (C)      

        « Èt l’ galant, l’ ome qu’ èlle è-st-avou ? » (Laloux 1974a, 76) (C)      

        2 Au lieu de « qui … avou » , qui + sujet au pl. + èchone

        « En racourant à Dorène, Manu aveut r’trové tos vîs soçons qu’ il avin.n sitî djon.nes èchone .»  (Laloux 1974a, 184) (C)

        (= avec lesquels = en même temps que lesquels)

        2) qui (uniqu. pour des choses)

        « Come on bole qu’ on djoûwe aus guîyes. » (Lal. 1974a, 154) (C)

        « W’ è-st-i l’ baston qui dj’ m’ aspouyeûve ? » (Bod. 1954, 144) (C)

        « Li gayî qu’ on-z-aleut à maraude .» (Laloux 1974a, 94) (C)

        « T’ ès là po qu’ dji m’ sovègne qui l’ påsse qu’on m’a prusti / Est faîte po t’ ritrover après l’ toûrbiante blaméye… »  (Georges 1961, 180) (E)

        « Dji moussereu co bin o l’ cote qui dj’ m’ a mâriè .» (Laloux 1969, 130) (C)      

        « I gn-a co l’ tambour qu’ on brûleut l’ wadje timps dè l’ guêre .» (Collet 1984, 7) (C)     

        3) qui … po l’ (, lès lès-, l’s-) + infinitif

        « Vos vos d’mandèz ç’ qu’on fèyeut avou tous lès marons qu’ on s’ mârgougneut pou l’s-awè .»  (Fauconnier 1989)) (O)

        6) auquel (, à laquelle, …) , pour lequel, …

         

        qui … lî (sing.) / l’zeû (pl.)           

        « On n’ a mauy pèrson.ne vèyu, qui d’ bwâre do té au tiyou n’ fieûve pont d’ bin .» (Chapelle 1984, 17) (C)

        qui

        « On djon.ne Copére, qui s’ moman aveut dit d’ achetè one tchandèle tot ruvenant d’ è scole .»  (Descy 1968, 126) (C)

        N.B. On aura plus souvent : « …, qui s’ moman aveûve dit… »

        qui … î …

        « Nèni… mins mi-oneûr di sêrviteûr, Moncheû l’ Mayeûr, mi-oneûr qui dj’ î t’néve tant .» (Collin s.d., 22) (E)

           

           

          5.4.2.3  Correspond au relatif français « où » (idée de lieu), on a en wallon :

            1) qui

            li viladje qui m’ fré d’meûre

             

            li bokèt qui nn’avans bâti

             

             

            I fêt bon po l’ sâhon qu’ on-z-èst. (Rem. 1960, 70) (E)

            Il fait bon pour la saison où l’on est.

             

            2) èwou(-ce) qui

            3) qui… d(i)dins (pour un bâtiment, une pièce d’habitation, etc.)

            li maujo qu’ ‘l èst d’dins

            li trau qu’ dj’ a tcheû d’dins

            li tchèstia qui nn’ alans aler d’dins

             

            4) par où est en wallon 

            a) pa ‘woù-ce

             

            Il îront pa ‘woù-ce qu’ is vôront !

             

             

            Volà l’ trau pa ‘woù-ce qu’ èlle a passé.

             

             

            b) qui… pâr là

             

             

            li vôye di têre qu’ on passe pâr là po-z-ariver à l’ tchapèle

             

             

            c) qui (… î)

             

             

            l’ auje qui dj’ passe      

             

             

            l’ auje qui dj’ î passe

             

             

            5) « d’où » est en wallon « d’ èwoù-ce qui »

            Qu’ i vègne d’ èwoù-ce qui ç’ vouye ! Dji n’ vou pont d’ ètranjér po m’ fèye !

             

            6) Correspond au relatif français « où » (idée de temps ! ! !). On emploie en wallon « qui ».

             

             

            li djoû qu’ il a tant ploû

            du temps què djè dalou à scole (Copp. 1959,65) (O)

            Il a dès djoûs qu’ ça va mèyeû. (Copp. 1959,65) (O)

             

            au temps où j’allais à l’école

             

             

            Il y a des jours où ça va mieux.

             

            Exemples d’auteurs

            « Po c’mincî, il aveut pindu l’ gayole dizeûs l’ uch qui vos-èstoz .» (Laloux 1974a, 79) (C)

            « Dj’ aureu bauji lès rotes qu’ i passeut .» (Laloux 1974a, 88) (C)

            « On fiéve tot dins l’ place qu’ on d’mèréve .» (Gaziaux 1987, 202) (C)

            « Djâke Maulèvé qui d’mèrèt tot seû èt qui t’nèt on p’tit botikia èwoù qu’ c’è-st-asteûre èmon Marie Adam .» (Gillain 1932, 28) (C)

            « … : dès moncias, d’ places qu’ on n’ va jamaîs d’dins, avou dès moncias d’ meûbes .» (Gaziaux 1987, 203) (C)

            «  Èle s’ aveut assî à l’ tauve, avou l’ sacoche asto d’ lèye èt sès wants d’ssus, quausu drî l’ uch qu’ on vint do coridôr .» (Laloux 1974a, 78) (C)

            « Èt là l’ rouwalète qu’ on r’monteut d’è scole ; è l’ aye do djârdin do curè, à l’ min.me place, li sto d’ grète-cu po fè dès nûnûs .» (Laloux 1974a, 95) (C) 

            « Quéne vûsion di s’ porminè à l’ uch à l’ saîson qu’ on-z-èst, quand t’ ès r’cût tote li djoûrnéye è l’ coujène .» (Laloux 1974a, 194) (C)

            5.4.2.4 Propositions relatives attributives

             

            Le wallon emploie couramment les propositions relatives en fonction d’attribut. (Rem. 1960, 85-86) (E)

             

            attribut du sujet

             

            Il èsteût qui dj’héve è lét.

            Il était qui gisait dans le lit.

             

            Il èsteût tot qui clintchéve so l’ costé, ci buskèt-là.

            Il était tout qui penchait sur le côté, ce bouquet-là, càd. tout incliné.

             

            Il èsteût qui r’contéve sès d’més.

            Il était qui recomptait ses demis verres de bière], càd. il était en train de remettre tout ce qu’il avait bu.

             

            Èlle è là avou dès gros sabots qui trotèle avâ là.

            Elle est là avec de s. qui galope de tout côté.

             

            I gn-a qui sont toudi là qui dwèrmèt.

            Il y en a qui sont toujours là qui dorment.

             

            Dj’ a do brouwèt d’ bwé, dju n’ ême min du l’ lèy duveni qui  flére duvant d’ l’ ocuper.

            J’ai du brouet de lessive (= eau savonneuse ayant déjà servi), je n’aime pas de le laisser devenir qui pue, càd. puant, avant de m’en servir de nouveau.

             

             

            attribut du complément direct

             

            Dju l’s-aveû qui s’ cutapint avâ volà.

            Je les avais qui se démenaient par ici, càd. ils étaient près de moi.

             

            Is l’ ont vèyou qu’ èsteût en trin d’ paver.

            Ils l’ont vu qui était en train de paver.

             

            Dju n’ a vèyou qu’ lèy qu’ aveût on fét insi.

            Je n’ai vu qu’elle qui avait un (manteau) fait comme ça.

             

            Pace quu dj’ lès rèscontra co à l’ min.me eûre quu qwand dj’ ruvenéve du vosse mâhon, à l’ nut’, qui ruvenint.

            Parce que je les rencontrai [se. une femme et sa fille] encore à la même heure que quand je revenais de chez vous, le soir, qui revenaient.

             

            On-z-è tot dreût qu’ i fâreût mète sès bièsses là.

            On est tout de suite qu’il faudrait mettre ses bêtes là, càd. on est obligé de mettre.

             

            Èlle aveût stou qu’ dju n’ saveû s’ èlle ènn’ îreût.

            Elle avait été que je ne savais si elle s’en irait.

             

            Dj’ èsteû amon Lamâtche qui dju sayéve on costume.

            J’étais chez Lamarche que j’essayais un costume.

             

            Vos m’ vèyez qui dju v’ vin priyî.

            Vous me vovez que je viens vous prier.

             

             

             

            5.4.2.5 Absence possible du pronom relatif

             

            1) après la locution « i gn-a » (Rem. 1960, 89-90) (E)

             

            Ex :

            I n-a m’ papa a v’nou îr.

            Il y a mon père (qui) est venu hier.

            Gn-ava l’ comte fèrit on grand dîner.

            Il y eut le comte (qui) fit un grand dîner.

            I n-a ç’t-ouh-là n’ va nin.

            Il y a cette porte-là (qui) ne va pas.

            I n-a Guiyaume n’ a måy situ si tådrou.

            Il y a Guillaume (qui) n’a jamais été si tardif, càd. si fort en retard.

            Èt i n-a Marcèl èt Guîlsèn’ ont v,ni après l’ dîner. (Oreye) (EW)

            Et il y a M. et G. (qui) vont venir après midi.

            N-a l’ timps n’ è né co à lu. (Horion-Hozémont) (EW)

            Il y a le temps (qui) n’est pas encore à lui, càd. (qui) est incertain.

            N-a l’êr s’abahe. (Nandrin) (EW)

            Il y a l’air (qui) s’abaisse, càd. le temps s’assombrit.

            N-a l’ lune a on moustatche. (Marchin) (EW)

            Il y a la lune (qui) a une moustache, càd. un halo.

            Gn-a Moûse va co grochi.

            Il y a la Meuse (qui) va encore grossir.

            Gn-a l’pleûve è-st-arètéye.

            Il y a la pluie (qui) est arrêtée’ Namur.

            Gn-a t’ mère è malade, di-st-i. (Wépion) (C)

            Il y a ta mère (qui) est malade, dit-il.

            Quand deûs pôves s’êdèt, i-gn-a l’ bon Diè ènnè rit. (Florée) (C)

            Quand deux pauvres s’aident, il y a le bon Dieu (qui) en rit.

            Lèyoz ploûre: gn-a lès tchins bwêront èt lès canards picheront ! (Annevoie) (C)

            ‘laissez pleuvoir: il y a les chiens (qui) boiront et les canards (qui) pisseront !

             

             

            2) après « volà » (Rem. 1960, 90) (E)

            Ex :

            V’là mès deûs pèlerins c’mincèt di s’ ralètchî. (Liège)

            Voilà mes deux pèlerins (qui) commencent à se pour lécher.

            (EW)

             

             

            5.4.2.6  Propositions incises

             

            Les propositions relatives «qui dj’ di, qu’ i dit,… » remplacent couramment les incises «di-dje, di-st-i,… ». (Rem. 1960, 94-95) (E)

            Ex :

            I flêre, i flêre là, don, quu vosse papa a dit.

            Il sent si mauvais là, n’est-ce pas, que votre père a dit.

            Dju d’héve tot po côper à coûrt: « Il è d’vè nos-ôteS », quu dju d’hahe.

            Je disais tout pour couper au court, càd. aussi brièvement que possible : « Il est de notre région», que j’eusse dit, càd. aurais-je dit.

            Qwand ‘lle èstint sètches, à lèver, enfin, qu’ on p’léve lès mète, à cwète, qu’ on d’héve, hin.

            Quand elles étaient sèches (se. les mottes de tourbe), à lever, enfin, qu’on pouvait les mettre, à quatre, qu’on disait, hein.

            Gn-a-t-i nin co do cafè, qu’ vos d’hîz? 

            N‘y a-t-il pas encore du café, que vous disiez ?, càd. ne disiez-vous pas qu’il y avait encore du café ?’

            I li va bêcôp mî, qu’ on m’ a dit, parèt.

            Il lui va beaucoup mieux, càd., il va, m’a-t-on dit, vous savez.

            Dju n’ a nin sovint rêson, mès dj’ l’ a co télefî, quu dju r’markèye, mi.

            Je n’ai pas souvent raison, mais je l’ai parfois que je remarque, moi, càd. à ce que je vois.

            « Dji r’vêrè après l’ chîje », qui Pitit li rèspond (Awenne) (CW)

             « Je reviendrai après la soirée », que Petit lui répond.

            « Ça va bin», qui dj’ rèspond. (Fosses-la-Ville) (CW)

             

            « Nèni » , qu’ èle dit. liège

            Non, dit-elle.

            Lîsbèt’, qui dj’ creû, vât bin on plat.

            Lisbeth, je crois, vaut bien un plat.

             

             

            5.4.2.7 Propositions exclamatives

             

            1) Le type exclamatif « qué timps qu’ il a fêt! » (quel temps qu’il a fait) correspond à la proposition exclamative indépendante commençant par « lequel ».

            Ex :

            Qué gâté bokèt qu’ c’ èst çoulà! 

            Quel morceau gâté, càd. quel enfant c’est ça !

            Quéne bièsse qu’ il ont là !

            Quelle bête ils ont là !

            Quéle narène qu’ il a !

            Quel nez il a !

            Liské drole di visèdie qu’ i fêt! 

            Quel drôle de visage il fait !

             

            2) Le wallon utilise le type exclamatif « diâle qui …! » (diable qui …)  pour rendre le français « (que) le diable …! ». (Rem. 1960, 96-97) (EW)

            Ex :

            Diâle qui t’ possède!

            (litt. Diable qui te possède !) Diable !

            Diâle qui t’arèdje!

            (litt. Diable qui t’arrange !) Diable !

            Diâle qui t’ assoutihe!

            (litt. Diable qui te rend fou !) Diable !

             

            Il existe au moins une formulation analogue sans le pronom relatif: « Diâle m’ arèdje ! »

             

             

            5.4.2.8 Accord

             

            Après « on-ome come twè », « on-ome come vos », « one feume come twè », « one feume come vos » comme antécédent, le relatif « qui » est suivi de la 3e personne du singulier.

            Ex :

            (W) One feume come vos, qu’ a todi bouté à r’laye, à tos lès timps.

            • (F) Une femme comme vous, qui a toujours beaucoup travaillé, par tous les temps.

            5.5 Pronom interrogatif

            5.5.1 Représentant des personnes

            5.5.1.1 Sujet

             

             

            Qu’ èst-ce ?

             

            On toke ! – Qu’ èst-ce ?

            Qu’ èst-ce qui ?

            + consonne 

            Qu’ èst-ce qui toke ?

            Qu’ èst-ce qu’ i va dîre ? (Bast. 1965) (O)

            Qu’ èst-ce qu’?          

            + voyelle 

            Qu’ èst-ce qu’a toké ?

             

             

             

            Quî((-ce) qui) + cons. ?

            = « Quî ? » accentué

            Quî qui tèlèfone ? 

            (= C ’èst quî qui …?)

            Quî v’s-a dit ‘ne si-fête ? (Bertr.-D., s.d., 94) (E)

            Quî-ce qui doûrt ? (Bast. 1965) (O)

            Quî((-ce) qu’) + voy. ?

            (Qui …? (Copp. 1959, 68) (OW))

            = « Quî qu’ ? » accentué

            Quî qu’a tèlèfoné ?

            Qui astez? (Copp. 1959, 68) (O)

            Quî-ce qu’ èst moûrt ? (Bast. 1965) (O)

            Quî-ce qu’ èst là ? (Franc. 1982, 219) (S)

            Quî ? (Qui? (Copp. 1959, 68) (OW))

            dans deux cas

             

             

            On-z-a tèlèfoné !

            1 Quî ?

            2 Quî ça ?      

             

             

            5.5.1.2 Attribut

             

            Quî((-ce) qui) ?

            + consonne 

            Quî-ce qui v’s-èstoz? = Quî qu’ vos-èstoz? = Quî èstoz ?

            Quî èstez-ve ? (Bertr.-D., s.d., 94) (E)

            Quî((-ce) qu’) ?

            + voyelle 

            Quî-ce qui c’ èst .? = Quî qu’ c’ ès? = Quî c’ èst?

            Quî-ce qu’ a v’nu? (Copp. 1959, 68) (O)

             

             

            5.5.1.3 Complément

             

            Qu’ èst-ce qui ?

            + consonne 

            Qu’ èst-ce qui v’s-avoz vèyu ?

            Qu’èst-ce qui vos m’tchantez la ? (Bertr.-D., s.d., 95) (EW))

            Qu’ èst-ce qu’ ?         

            + voyelle 

            Qu’ èst-ce qu’ on-z-a rèscontré ?

            Quî ?  

            + inversion

            Quî avoz vèyu ?

            Quî as-se vèyu ?

            Quî ravise-t-i? (Bertr.-D., s.d., 94) (E)

            Quî qui?         

            + consonne 

            Quî qui v’s-avoz vèyu ?

            Quî qu’?         

            + voyelle 

            Quî qu’ on-z-a vèyu ?

             

             

            N.B. « Quî qui… ? » et « Quî qu’… ? » s’emploient uniquement pour faire répéter quelque chose qu’on n’a pas bien entendu ou qu’on veut faire répéter pour bien marquer sa surprise.

            5.5.2 Représentant des choses

            5.5.2.1 Sujet

             

            Qwè ?  (CW, EW, SW; Qwè? (Grign. 1908, 461), Què ? (Copp. 1959, 68) (OW))

             

            Gn-a one saqwè là.

            – Qwè ?

            Què vlez ? (Copp. 1959, 68) (O)

            Qwè v’lez? (Grignard 1908, 461) (O)

            Qu’ avez? (Qu’avez-vous?) (Copp. 1959, 68) (O)

            Qwè-ce ?

             

            Waîtîz ! – Qwè-ce ?

            Qwè-ce qui c’èst ?

             

            Waî ! Qwè-ce qui c’èst ?

            Qwè-ce qui?  

            + consonne 

            Qwè-ce qui faît ç’ brût-là ?

            Qwè-ce qu?

            + voyelle

            Qwè-ce qu’a tcheû ?  

                                   

             

            5.5.2.2  Complément sans préposition

             

            Qwè ?  (Quu ? (Rem. 1952, 376) (E))

             

            Dj’ a ieû one saqwè. – Qwè ?

            Qwè d’pus bê qu’on cîr plin di steûles ? (Bertr.-D., s.d., 94) (E)

            Quu v’love? (Quu ? (Rem. 1952, 376) (E)

            Qwè-ce ? (Qwè(-z-)èst-ce? (Bertr.-D., s.d., 95) (E); Qu’èst-ce? (Copp. 1959, 68) (O))

             

            Waîtîz vêci! – Qwè-ce ?

            Qwè èst-ce (ou qwè-z-èst-ce) po in-arèdje don; çoula ? (Bertr.-D., s.d., 95) (E)

            Qu’ èst-ce ça pou in-n-ome? (Copp. 1959, 68) (O)

            Qwè-ce qui c’èst ?

             

            Waî ! Qwè-ce qui c’èst ?

            Qwè-ce qui?  

            + consonne 

            Qwè-ce qui v’s-avoz ?

            Qwè-ce qu’ ? 

            + voyelle

            Qwè-ce qu’on va acheter ?

            Què… ?

            + consonne

            Què dis-se ?

            Qué d’djoz ?

            Qu’… ?           

            + voyelle

            Qu’ avoz vèyu ?

            Qu’ årè-dje po mès pon.nes ? (Bertr.-D., s.d., 94) (E)

             

             

            5.5.2.3 Complément avec préposition: préposition + « qwè »

             

            Ex :

            Po qwè fé ?

            Pour quoi faire?

            A qwè sondjoz-ve? (Rem. 1952, 376) (E)

            A quoi songez-vous?

            Dè què vos plindez ? (Copp. 1959, 68) (O)

            De quoi vous plaignez-vous ?

            5.5.3 Représentant des personnes ou des choses

            5.5.3.1 Liste

             

            Li quéke ? (Li qué? (Franc. 1982, 219) (S))

            m.sg.

            Vo-z-è-là onk. – Li quéke ?

            Li quéne? (Li quine? (Franc. id.) (S))

            f.sg.

            Li quéne purdoz, d’ gazète ?

            Lès quékes? (Lès qués? (Franc. id.) (S))

            m.pl.

             

            Lès quénes? (Lès qués? (Franc. id.) (S))

            f.pl.

             

             

             

             

            Li quéke (, li quéne, lès quékes, lès quénes) èst-ce ? (Li qué? (Bertr.-D., s.d., 95) (E))

             

            Gn-a onk qu’è-st-èdjalé.

            -Li quéke èst-ce ?

            Li qué èst-ce di vos deûs qu’a minti ? (Bertr.-D., s.d., 95) (E)

            Li quéke (, …) èst-ce qui… ?   (Èlqué-ce què …? (Bast. 1965) (O))

             

            Li quéke èst-ce qu’a v’nu ?

            Li quéke èst-ce qui vos v’loz ?

            Èlqué-ce què c’ èst? (Bast. 1965) (O)

             

             

            avec préposition

             

            Au quéke (à l’quéne, aus quékes, auzès quénes) ?

             

            Au quéke l’ avoz dit ?   

            Avou l’ quéke (…) ?

            = li quéke … avou ?

            Avou l’ quéke avoz v’nu ? (= Li quéke avoz v’nu avou ?)

            Dau quéke (da l’ quéne, daus quékes, dauzès quénes) ?

            = da l’ quéne djin ?

            Dau quéke di vos frés-ce qui c’ èst ?

            Dins l’ quéke (…) ? = o quéke (è l’ quéne, dins lès quékes, dins lès quénes) ?

            = li quéke (…)…  d’dins ?

            Dins l’ quéke l’avoz mètu ?

            = O quéke l’avoz mètu ?

            = Li quéke l’avoz mètu d’dins ?

            Do quéke (dè l’ quéne, dès quékes, dès quénes) ? (= di qué sôte ?)

             

            Dè l’ quéne èst-ce, di sôye ? (= di qué coleûr, di qué grocheû, di qué mârke… ?)

            Foû do quéke (…) ?

            = do quéke qui…foû ?

            Foû do quéke, di trau, qu’ lî a rèchu ?

            Djè l’ a pris foû dè l’ valîse. – Foû dè l’ quéne ?

            Pa-d’vant l’ quéke (…) ?

            = li quéke (…) … pa d’vant ?

             

            Su l’ quéke ? (…)

            = li quéke (…) … dissus ?

             

             

            etc.

             

             

             

                       

            5.5.3.2 Remarques

             

            1) Correspond au français « duquel », le wallon emploie suivant la signification de « duquel » deux moyens.

             

            1. a) « duquel » signifie : « de quelle sorte » :

             

            Do quéke ?

            masc. sg. 

            Dji vôreûve bin do suke. – Do quéke ?

            Dè l’ quéne ?

            fém. sg. 

            Dj’ a acheté dè l’ farène. – Dè l’ quéne ?

            Dès quékes ?

            masc. pl. 

            Vos p’loz awè dès-eus cûts deur ou dès cûts molèt.

            Dès quékes v’loz ?

            Dès quénes ?

            fém. pl. 

            Il a dès rodjès grusèles.

            Èt vos, dès quénes avoz è vosse corti ?

             

            1. b) « duquel » signifie « de qui d’entre eux »

             

            Dau quéke ?

            m. sg. 

            C’ èst dau fi Borgniet. – Dau quéke ?

            Da l’ quéne ?

            f. sg    

            C’ èst l’ galant da m’soû. –  Da l’ quéne ?

            Daus quékes ?

            (= Dauzès quékes ?)

            m. pl. 

            C’ èst lès d’vwêrs daus-èlèves. – Dau(zè)s quékes ?

            Dauzès quénes ?

            f. pl.

            – Dauzès quénes ?

             

                                   

            2)  Quand on pose une question commençant par une préposition suivie de « quî ? » ou « qwè ? », on peut aussi avoir « Qu’ èst-ce qui… ? » ou « Qwè-ce qui… ? » et un rejet de la préposition après la ou les formes verbales.

            Ex :

            Su qwè (-ce qui v’s-) èstoz achîd ?

            = Qwè-ce qui v’s-èstoz achîd d’ssus ?

            (N) Waarop zit u ?

            = Waar zit u op ?

            (E) On what are you seated ?

            = What are you seated on ?

            Avou qu’ èst-ce qui vos travayîz ?   

            Qu’ èst-ce qui vos travayîz avou ?

            (N) Met wie werkt u ?

            = Wie werkt u mee ?

            (E) With who(m) do you work ?

            = Who(m) do you work with ?

            Dins qwè-ce qu’ i l’s-a mètu ?

             

            Qwè-ce qu’ il a mètu d’ saya pa-d’zos ?

             

             

             

            NB

            1. a) « su » devient en rejet « d’ssus ».

            Ex :

            Su qu’ èst-ce qui vos comptez ?

            = Su quî comptez ? = Qu’ èst-ce qui vos comptez d’ssus ?

             

            « dé » devient en rejet « dilé » ou « d’lé » (« dilé » après consonne, « d’lé » après voyelle).

            Ex :

            Dé (ou: Dilé) quî èstîz ?

             

            = Qu’ èst-ce qui v’s-èstîz d’lé ?

            = Qu’ èst-ce qui v’s-èstîz dé li (, lèye, zèls, zèles) ?

             

            1. b) Une interrogation commence souvent par une préposition suivie de « qu’ èst- .. » (quand cela concerne des personnes) ou « qwè-ce… ? » (quand cela concerne des choses). Il ne faut pas les confondre !

            Ex :

            Po qu’ èst-ce qu’i s’ prind ?

            = Po qué djin ?

            Po qwè-ce qu’i s’ prind ?

            = Po quéne afaîre d’important?

             

            1. c) « po + quî ?» et « sins + quî ? » doivent être accompagnés d’un pronom personnel complément (li, lèye, zèls, zèles) quand on fait un rejet de la préposition. Après « sins », le pronom peut être supprimé, mais cela arrive très rarement.

            Ex :

            Po qu’ èst-ce qui vos travayîz ?

            = Qu’ èst-ce qui vos travayîz por li ?

            Sins quî ‘nn’ alez ?

            = Qu’ èst-ce qui vos ‘nn’ alez sins li ?

            rarement : Qu’ èst-ce qui vos ‘nn’ alez sins ?

             

             

            3) Toutes les formes du pronom interrogatif se rencontrent aussi dans l’interrogation directe.

            Ex :

            Dijoz me quî !

            Dijoz me qu’ èst-ce ?

            Dijoz me qu’ èst-ce qu’a v’nu ?

            Purdoz l’ quéke qui vos v’loz !

            Savoz bin l’ quéke qui vos v’loz !

             

            N.B. Dans une interrogation indirecte,

            « préposition + quî » doit être remplacé par « préposition + qu’ èst-ce (qui) » et

            « préposition + qwè » par « préposition + qwè-ce (qui) ».

             

            Ex :

            interrogation directe : Avou quî vêroz ? ou : Avou qu’ èst-ce qui vos vêroz ?

            interrogation indirecte : Dijoz me avou qu’ èst-ce qui vos vêroz ?

             

            Remarque   

            Le pronom périphrastique « Qwè-ce qui » ne peut être suivi d’un nom, alors que le français « Qu’est-ce que » précède souvent un nom.

            Ex : (W) Qwè-ce qui c’ èst, l’ vèrité ?

                   (F)  Qu’est-ce que la vérité ?

            5.6 Pronom indéfini

            5.6.1 Liste

             

            âk, auk (SW)

            quelque chose

            Fé âk lès-ûs sèrés. (Franc. 1994) (S)

             

            chake

             

            Mètoz me trwès trintches di chake !

             

             

            Chake à toû.

             

             

            Cès pouyètes-ci cossenut 115 francs chake.

             

             

            On-n-a chake leûs miséres. (On a chacun ses misères.) (Copp. 1959, 69) (O))

             

            Attention :

            Il ont chake mârké trwès goals.

            = Il ont mârké chake trwès goals.

            = Il ont mârké trwès goals chake.

             

            chakin

            (_, chakonk (Léonard 1952, 32) (C); cha(s)conk (Bertr.-D., s.d.), chakonk, chakèn-onk (Rem. 1937, 47-48) (E); chakin (Copp. 1959, 69) (O)))

            masc.

             

            après voyelle: ch’kin

            Chakin s’mouchon (= À chakin ç’ què lî r’vint.)

            Is ‘nn ont ch’kin deûs.

            Èlle ènnè prindèt chakène onk. (Rem. 1937, 47-48) (E)

            Eles ont yeû chaque in pun. (Elles ont eu chacune une pomme.) (Copp. 1959, 70) (O)

             

            chakène

            (_, chakène (Léonard 1952, 32) (C); cha(s)keun (Bertr.-D., s.d.), chacone, chakène one (Rem. 1937, 47-48) (E))

            fém.

            après voy.: ch’kène

            Chakène î a stî vôy.

            Vos ‘nn’ auroz ch(a)kène one.

            Is ‘nnè prindint chakène one. (Rem. 1937, 47-48) (E)

             

            dès ci(a)s qu’ i gn-a

             

            Po dès cis qu’i gn-a, ça sèreûve bon.

             

            grand tchôse

            avec une négation

            L’ auto èst kapote, mins nos n’ avans nin ieû grand tchôse.

             

            li min.me

             

            Dj’ a vèyu l’ min.me ènawêre.

             

            mwintes (maints)

            toujours pluriel

            Gn-a mwintes qu’ ont v’nu vôy.

             

            nuk, nèlu

            (nuk (f. nune) (Léonard 1952, 32) (C); nolu, nouk  (f. nole) (Bertr.-D., s.d.), nou(k), noulu (f. noule) (Rem., 1937, 48) (E); noulu, nulu, nèlu (Grign. 1908) (O))

            aucun(e)

            Dj’ a toké, mins gn-a nèlu qu’ a v’nu douviè.

            Gn-avèt nuk èt dès feumes, nune. (Il n’y en avait aucun et aucune femme.) (Léonard 1952, 32) (CW)

            I n’ a nole à dîre è s’ manèdje. (Bertr.-D., s.d., 97) (E))

            I n-a pus nouk. (Il n’y a plus personne.) (Rem., 1937, 48) (E)

             

            n’ impôrtè liquéke (, liquéne, lèsquékes, lèsquénes) (en un ou deux mots: li … : lès …)

             

            Dinez-me n’ impôrte li quéke.

             

            n’ impôrtè quî

            (n’ impoûrte qui (Copp. 1959, 70) (OW))

             

            Il in.me m-ostant socener avou n’ impôrtè quî.

             

            n’ impôrtè qwè

             

            I freûve n’ impôrtè qwè por nos.

             

            onk (f. one)

            (C; onk (f. eune), E; iun (f. ieune) (Copp. 1959, 69) (O)))

            un (une)

            Onk ni vaut nin mia qu’ l’ ôte.

            Qwand on veût onk (eune) on veût l’ ôte. (Bertr.-D., s.d., 97) (E))

            Djè doute qu’ i d-eûche iun qui rèyussiche.

            (Je doute qu’il y en ait qui réussisse.) (Copp. 1959, 69) (O))

            Èle va d’ ieune à l’ aute. (Copp. 1959, 70) (O))

             

            nin onk

            (nin iun (Copp. 1959, 69) (O))

            masc.

            Gn-a pus nin onk. I

            N’ d-a nin iun qu’ a oûseû bronchi. (Pas un, aucun, n’a osé broncher.) (Copp. 1959, 68) (O))

             

            nin one

            (nin ieune (Copp. 1959, 69) (O))

            fém.

            Dès grintches, ci-t-anéye-ci, gn-a nin one.

            I n’ d-a nin ieune d’ èl binde qu’ a seû d-in soûrti. (Pas un de la bande n’a su s’en tirer.) Copp. 1959, 69) (O))

             

            quéqu’onk ou quékes-onks (Bertr.-D., s.d.) (E))

            masc.

            Tot plin dès camarådes m’ ont m’nou vèyî à l’ clinique ; quékes-onk m’ ont sûremint roûvî. (Bertr.-D., s.d.) (E)

             

            quék’eune ou quékes-eunes (Bertr.-D., s.d.) (E))

            fém.

             

            on

            (o (Bastin 1965) (OW))

            idée générale

            Quand on-z-èst scrand, on s’ ripwèse.

            On pinsereûve co bin !

            Quand no n’ sét rin, on s’ taît.

            Quand on-z-èst via, c’ èst po on-an ; quand on-z-èst biesse, c’ èst po tote si vikaîrîye.

             

            pèrson.ne

            (pèrsone (Bertr.-D., s.d.) (EW); pèrsoûne (Copp. 1959, 70), -sone  (Grign. 1908), -son.ne, -soûne (Bastin 1965) (OW))

            personne

            I n’avoût pèrsoûne. (Il n’y avait personne.) (Copp. 1959, 70) (O))

             

            pont

            ne pas de, ne pas un, n’aucun, ne nul

            Dji n’ a pont d’ caurs.

            (F) Je n’ai PAS d’argent .

            (N) Ik heb GEEN geld.

            (E) I have got NO money.

            I haveN’T got ANY money.

            (D) Ich habe KEIN Geld.

            pont di liârds

             

            I n’ d-a pont d’ nous-autes qui oûserout ‘1 fé. (Aucun d’entre nous n’oserait le faire.) (Copp. 1959, 69) (O))

             

            rin

            (C, E, (Copp. 1959, 71) (OW), S)

            négatif: rien

            Dji n’ a rin ieû.

            I n’nos fât rin. (Rem. 1952, 328) (E)

             

            positif

            Gn-a-t-i rin (= one saqwè) d’ pus auji.

             

            saquantes

            (C,O; saqw- (Rem. 1952, 291) (E)

            masc., fém.: quelques

            I n’ è d’meûre pus qu’ saquantes.

            Is-astine à saquantes. (Copp. 1959, 70) (O))

             

            one saquî

            (ine _ (Bertr.-D., s.d.) (E); ène saquî (Copp. 1959, 71; (Balériaux, s.d.)  (O))

            quelqu’un

            Têhîz-ve, vochal ine saquî. (Bertr.-D., s.d., 96) (E)

             Dj’ a vèyou ‘ne saquî. (Rem. 1952, 292) (E)

            C’ è-st-ène saquî qui mè l’ a d’né. (C’est quelqu’une qui me l’a donné.) (Copp. 1959, 70) (O)

             

            one saqwè

            (ine _ (Bertr.-D., s.d., 97) (E), ène saquè (Copp. 1959, 74, Bastin 1965), ène saqwè (Balériaux, s.d.) (O))

            quelque chose

            C’ è-st-ine saqwè qu’ a pîds èt mins. (C’est  quelque chose de parfait) (Bertr.-D., s.d., 97) (E)

            Il est ‘rvènu avè ‘ne saquè (Il est revenu avec quelque chose.) (Copp. 1959, 74) (O))

             

            tortos

            (CW; (Rem. 1952, 319) (EW); tur- (Liège) (EW); tèrtous (OW); tourtous (SW)))

            masc.

            Dj’ ènn a po tortos.

            Is-ont ieû tèrtous leû pârt. (Ils ont tous eu leur part.) (Copp. 1959, 72) (O))

             

            tortotes

            (C; (Rem. 1952, 319), tur- (Liège) (E); tèrtoutes (O); tourtoutes (S))

            fém.

            C’ èst tortotes lès min.mes.

            Èles sont tèrtoutes bounes. (Copp. 1959, 72) (O))

             

            tot (tout (Copp. 1959, 72) (O))

            masc.

            On côp qu’ tot a stî faît, i ‘nn’ a ralé.

             

            tot-à faît (tot-à fêt (Rem. 1952, 321) (E))

            masc.

            Tot-à-faît a d’mèré là.

            I lî fât t’à fêt.  (Il lui faut tout.) (Rem. 1952, 321) (E)

             

            totes

            fém.

            Qué novèles ? – Vo-lès-là totes.

             

            tot quî qui

            se termine par un pron. relatif, = (F) « quiconque », (NL)  « al wie », terminé aussi par un

            pron. rel.

            Tot quî qui vout s’ pout inscrîre.

            Tot quî què l’ conèt vèt bin qu’ gn-a one saqwè què l’ tracasse.

             

            tot (qwè-)ce qui

             

            Dijoz tot (qwè)-ce qui vos v’loz !

             

            wêre di tchôse

             

            Dji n’ a wêre (di tchôse) gangnî.

            ou : Dji n’ a gangnî wêre di tchôse.

             

            tamintes (Bastin 1909, 334) (E)

            maint(e)s

            tamintes fîs (maintes fois) (Bastin 1909, 334) (E)

             

                      

             Exemples d’auteurs

             

            chake

            « On n’a qu’ à scrotè chake si Boche .»  (Laloux 1974a, 181) (C)

            dès ci(a)s qu’ i gn-a

             

            « Is rèspondenut : – Po dès cias qu’i gn-a, c’ èst Djan Batisse ;… » (Léonard 1971a, 116) (C)

            pont di

            « Nos n’ fyin.n pont d’ brût . » (Awoust 1982b, 11) (W)

            « I parèt qu’ i gn-aurè pont d’ toûrnikèt. Ostant dîre pont d’ dicauce .»  (Gillain 1932, 13) (C)

             

            5.6.2 Remarques

            5.6.2.1  Si un pluriel précède « chakin » ou « chakène », l’adjectif possessif ou le pronom possesif qui suit appartient à la 3ème personne du pluriel.

            Ex : Il ont ch’kin leû boûse.

             

                                               

            5.6.2.2 « nin onk / nin one » est une négation plus forte que « pont », « pont d(i).

             

             

            5.6.2.3 « on »                                                

             

            1) Le français a : ON ; le néerlandais a : MEN ; l’anglais a ONE ; l’allemand a : MAN.

            On peut le remplacer par :

             

            a) ti

            (familier) pour prendre l’interlocuteur à témoin. = (N) je (E) you

            Ti n’ mi vêrès nin dîre qu’i nè l’ saveûve nin !

            b) nos

            Quand celui qui parle et le ou les interlocuteurs  sont compris dans le « on » = (N) WE (E) WE

            En Bèljike, nos vikans tot l’ min.me bin.

            c) vos

             

            1 idée générale exprimée poliment.

             

            Divant qu’ on n’ rifyiche li pont, vos d’vîz ‘nn’ aler fé l’ toû pa l’ ôte, lauvau.

             

            2 pour prendre à témoin. = (N) jullie (E) you

            Vos n’ vôrîz nin, hin ! 

            d)  is

            + consonne

            En-Anglètêre, is faîyenut bran.mint do spôrt.

            il

            + voyelle         = (N) ze (E) they

            En-Alemagne, il ont dès caurs, mins is boutenut.

            e) gn-a 

            Gn-a onk / one qui          

            Gn-a onk què l’ a v’nu dîre.

             

            Gn-a one saquî qui    

            Gn-a one saquî qui v’s-a tèlèfoné.

             

            Gn-a dès ci(a)s qui / Gn-a dès cènes qui

            Gn-a dès cis qui n’ waserin.n.

             

            Gn-a dès djins qui

            Gn-a dès djins qu’ènn ont co.

             

            Gn-a

            Gn-a qu’ ènn ont co.

             

            1. f) Dans la subordonnée, qui suit la principale où se trouve « on », on peut répéter celui-ci par un pronom à la 2ème

            Ex : On-z-a co bin dandjî d’one saquî qu’ vos n’ conechoz nin.

             

            1. g) « on » peut s’employer pour « ti » et « vos ».

            Ex : Qwè-ce qu’ on-z-a faît è scole odjoûrdu ?

             

            1. h) « on » peut être suivi d’un attribut masculin ou féminin, singulier ou pluriel.

            Ex : On-z-èst mau toûrnéye, là, parèt ?

                        On-z-a d’mèré tot pèks.

             

            1. i) « on » ne peut être complément ; il faut le remplacer par un équivalent.

            Ex : C’ èst quand on n’ s’ î atind nin, qu’ i vos tchaît one quinte su vosse dos.

             

            1. j) « on » n’est jamais précédé de « l’ ».

            Ex : (W) C’ èst l’ preumî qu’ on-z-a.

                    (F) C’est le premier que l’on a.    

             

             

            5.6.2.4 rin

             

            1) « ni rin » = « ni rin d’ôte » (F) ni quoi que ce soit

            Ex : I n’ a pus ni maujone ni rin.

                                   

            2) On ne peut commencer une proposition par « rin » ou « pèrson.ne » sujet.

            Ex : Gn-a pus rin qui va.                 (F) Rien ne va plus.                                         

            Gn-a pus pêrson.ne què l’ crwèt.       (F) Plus personne ne le croit.            

            Gn-a rin qu’î fait one saqwè.             (F) Rien n’y fait                                                                   

             

            5.6.2.5 tortos

             

            Jamais en début de proposition.

             

            Ex : (F) Tous ont répondu.  (N) Allen hebben geantwoord.  (E) All have answered.

                                                      (D) Alle haben geantwortet.

                   (W) Il ont rèspondu tortos.

                            Il ont tortos rèspondu.

             

             

            5.6.2.6 Le participe passé se met normalement après :

             

            mwintes

            I ‘nn a mwintes racouru.

            pèrson.ne

            Nos n’ avans pèrson.ne vèyu.

            I ‘nn’ a pèrson.ne moru.

            pont

            Dj’ ènn a pont r’conu.

            rin

             

            tortos, tortotes

            Il ont tortos v’nu vôy.

            tot, totes

            Dj’ a tot lèyî là.

            wêre (di tchôse)

            Quand lès pouyes ont wayimé, nos ‘nn’ avans pus wêre rascoudu (= dès-oûs).

            dès masses

            On ‘nn’ a nin dès masses mindjî.

            ou: On ‘nn’ a nin mindjî dès masses.

             

             

            5.6.2.7   (F) L’un.., l’autre… (W) Gn-a onk qui… èt l’ ôte qui…

             

            « onk » (masc.) et « one » (fém.) (pronoms indéfinis) précédent souvent « qui ».

             

                 Ex : One qu’ a profité, c’ èst l’ Rodjète (une vache).

                        Si fré, c’ è-st-onk qui n’ mi r’vint nin.

             

            Mais : « dès », pluriel de « onk » ou « one », ne s’emploie pas, au contraire du français. On dit « dès djins » ou « dès cis », « dès cénes » ou « dès »  suivi d’un nom précis.

            Ex : (F) des comme ça   (W) dès djins come ça.

                                                           dès cis  /cènes come ça.

                                   

             

            5.6.2.8 L’adjectif, qui qualifie « pèrson.ne », « one saquî » et « one saqwè » ainsi que « grand tchôse » et « ôte tchôse » , est relié à eux par la préposition « di » ou « d’ ».

             

            Ex : Gn-a ieû pèrson.ne di djondu.

                    Gn-a pèrson.ne d’ ôte qu’ a v’nu.

                        C’ èst nin grand tchôse di râre di lèye.

                        Ôte tchôse d’auji èto, c’ èst d’ èmantchî one brouche au d’bout do boya.

             

             

            5.6.2.9 « pèrson.ne » ne peut être dans une même proposition que « nin » ou « pont ». Une autre connotation négative peut cependant être évoquée dans la même proposition.

             

            Ex : Gn-a mauy pêrson.ne qu’ î a stî vôy.

                   Tot l’ monde è-st-èvôye ; gn-a pus pèrson.ne.

             

             

            5.6.2.10 « rin » et « tot » peuvent être noms.

             

            Ex : On rin lî faît plaîji.         Li tot, c’ èst d’ î ariver.

             

             

            5.6.2.11 « one saquî » et « one saqwè » sont des noms. En effet, on dit parfois « dès saquîs » et « dès saqwès ». En français, « quelqu’un » et « quelque chose » sont des pronoms indéfinis.

             

            Ex : On-z-î vind totes sôtes di saqwès d’ bia.

                   Gn-a dès saquîs qui s’ocupenut d’li.

             

             

            5.6.2.12 « tot »

             

            1) « li tot » ne s’emploie que devant « c’ èst ».

             

                 Ex : Li tot, c’ èst d’ î avenu.

             

                 Mais : (F) « Et le drôle eut lapé le tout en un moment .» (La Fontaine, Fables, I, 18)

                            (W) Et m’n-ome a ieû tot ralètchî su on-âvé.

             

            (F) « Il prit son livre d’adresse, ses lettres privées, le carnèt rouge lui-même et brûla le tout ».

            (W) Là qu’ i prind s’ lîve d’adrèsses, sès lètes da li, min.me li rodje cârnèt, èt tot brûler.

             

             

            2) « tot » ne se joint pas à « come » ni à « un » ; en wallon, on dit « tot-à-faît l’ min.me ».

             

            Ex : « Qu’il m’approuve ou me blâme, c’èst tout un (P.-L, Courier, Ie Let., partic, in: Le Bidois 1971a , 249)

                   (W) Qu’ i fuche d’acôrd avou mi ou qu’ i trove à r’dîre, ça r’vint au min.me.

             

             

            3) « è tot », se trouvant à la fin d’une proposition affirmative, perd sa valeur littérale pour devenir  une espèce de locution adverbiale. (Rem. 1952, 329) (EW)

            Ex :

            Il èst gâr, il a djà s’ fusik èt tot.

            Il est garde-forestier, (litt.  il a déjà son fusil (litt. et tout (ce qu’il faut pour être garde)) il a même déjà son fusil.

            Èle vindéve su boûre pot, èt tot.

            Elle vendait son beurre avec le pot, pot compris.

             

            De même, « ni rin » à la fin d’une proposition négative.

            Ex :

            Çoula n’ a ni cogne ni rin.

            Cela manque complètement d’allure.

            Li tchèt n’ îreût d’dja ni rin. (Chanxhe)

            Le chat n’irait déjà ni rien, càd. ne saurait même pas y aller.

             

             

            5.6.2.13 Le wallon emploie « one » sans que jamais le nom remplacé ne soit cité.

             

                 Ex : On ‘nn a one (boune)

             

             

            5.6.2.14 Correspondant au français « un chacun », on a en wallon : chake

                                chake djin      = tot l’ monde

             

            Ex :  Celui qui sait les dessous des cartes d’un chacun .»  (Sainte Beuve, Cours du lundi, t I, in: Le Bidois 1971a, 30)

             (W) « Li cia qu’ sét bin ç’ qu’ i gn-a o djeu d’ tot l’ monde ».

             

            « Persuadez-vous que cet homme unique, pour un chacun de nous, c’est : SOI .» (A. Gide, Oedipe II)

            (W) « Mètoz vos è vosse tièsse, qui ç’-t-unike djin-là, po chake di nos, c’èst : Li min.me ».

                       

            « Grâce à la Bonne volonté d’un chacun ».

             (W) « Grâce à l’ boune volonté d’ chake djin. ».

             

            « Elle (une doctrine) est à la portée d’un chacun ».

            (W) « Elle è-st-à l’ pwârtéye di tot l’ monde ».

            Translate »
            Share This