4. ADDJÈCTIF PRONOMINÂL – ADJECTIF PRONOMINAL

4.1 Adjectif possessif

4.1.1 Formes

 

possesseur

possédé (C, E, O, S)

 

singulier

pluriel

1ère p. du sg.

 

 

(C +) _ + C

mi + consonne

(mu (Remacle 1937, 44), meu (Waismes) (Royal Club Wallon, 1997, 28) (E); èm’ (O), im’ (nord de la Sambre (Gilly,Ransart, Jumet, Gosselies, Heppignies, Mellet, Frasnes-lez-Gosselies  (Grignard 1908, 489) (O)); masc. mi, mu, fém. ma (S), meu (Twiess. 1994) (S))

mès + consonne

 

V + _ + C

consonne + m’ + consonne

(‘m (Coppens 1959, 45) (O))

 

(C +) _+ V

mi-y + voyelle

(mi-n- (Balér., s.d.), èm’-n- (Copp. 1959, 45; Grignard 1908, 489) (O))

mès- + voyelle

V + _ + V

m’-y- entre voyelles

(m’-n- ‘(Balériaux, s.d.), ‘m-n-  (Coppens 1959, 45) (O)

 

2ème p. du sg.

 

 

(C +) _ + C

ti + consonne

(tu (Remacle 1937, 44),  teu (Waismes) (RCW, 1997, 28) (E); èt’ (O) it’ (nord de la Sambre (Gilly,Ransart, Jumet, Gosselies, Heppignies, Mellet, Frasnes-lez-Gosselies  (Grign. 1908, 489) (O); masc. ti, tu, fém. ta (SW), teu (Twiess. 1994) (S))

tès + consonne

 

V + _ + C

consonne + t’ + consonne

(‘t (Copp. 1959, 45) (O))

 

(C +) _+ V

ti-y + voyelle

(èt’-n- (Coppens 1959, 45; Grignard 1908, 489) (O)

tès- + voyelle

 

V + _ + V

t’-y- entre voyelles (‘t-n- (Coppens 1959, 45) (O)

 

3ème p. du sg.

 

 

(C +) _ + C

si + consonne

(su (Remacle 1937, 44) seu (Waismes) (RCW, 1997, 28) (E); ès’ (O), is’ (nord de la Sambre (Gilly,Ransart, Jumet, Gosselies, Heppignies, Mellet, Frasnes-lez-Gosselies  (Grign. 1908, 489) (O); masc. si, su, fém. sa  (S), seu (Twiess. 1994) (S))

sès + consonne

 

V + _ + C

consonne + s’ + consonne

(‘s (Coppens 1959, 45) (O))

 

(C +) _+ V

si-t- + voyelle

(ès’-n- (Coppens 1959, 45; Grignard 1908, 489) (O))

sès- + voyelle

 

V + _ + V

s’-t- entre voyelles

 (‘s-n- (Coppens 1959, 45) (O)

 

1ère p. du pl.

 

 

+ C

nosse + consonne

(no (Copp. 1959, 45; Grign. 1908, 489) (O); note (Twiesselman 1994) (S))

nos + consonne (nôs (Twiess. 1994) (S))

+ V

noste + voyelle

 (no-n- (Coppens 1959, 45) (OW, ) no-y- (Bouffioulx, Presles, Sart-Eustache, Le Roux, Falisolle) (Grignard 1908, 489) (O))

nos- + voyelle

2ème p. du pl.

 

 

+ C

vosse + consonne

(vo (Coppens 1959, 45) (O))

vos + consonne (vôs (Twiess. 1994) (S))

 

+ V

voste + voyelle

(vo-n- (Copp. 1959, 45; Grign. 1908, 489) (O), vo-y- (Bouffioulx, Presles, Sart-Eustache, Le Roux, Falisolle) (Grignard 1908, 489) (O); vote (Twiess. 1994) (S))

vos- + voyelle

3ème p. du pl.

 

 

+ C

leû + consonne

leûs + consonne

+ V

leû-z- + voyelle

 (leû-n- (Coppens 1959, 45; Grignard 1908, 489 (OW))

leûs- + voyelle

 

Ex:

singulier

 

(C +) _ + C

conte èm’ pègnon (Coppens 1959, 45) (O)

I vout prinde èm’ tchin. (Grignard 1908, 489) (O)

V + _ + C

à m’ méso, pou s’ gamin, dèspû m’ maladîye, su s’ dada, avè m’ tchin (Coppens 1959, 45) (O)

 

C’ èst m’ fîye qui l’ a dit à s’ mame. (Bastin 1965) (O)

C’èst s’ pére. (Francard 1982, 214) (S)

(C +) _+ V

èm’-n-afêre, ès’-n-èstûve, no-n-istwêre, vo-n-osti, leû-n-uch’. (Coppens 1959, 45) (O)

Djè frote èm-n-î. (id.)

si-t-afaîre (Léonard 1952) (C)

I mindje ès’ bûre. (Coppens 1959, 45) (O)

I rondje ès’-n-och. (id.)

si-ome (Francard 1982, 214) (S)

V + _ + V

à ‘m-n-avis, pou ‘s-n-èfant (Coppens 1959, 45) (O)

avou ‘m-n-èfant (Grignard 1908, 489) (O)

Is-ont skèté ‘m-n-assiète. (Coppens 1959, 45) (O)

C’ èst ‘t-n-èfant. (Bastin 1965) (O)

Il è-st-à s’-t-afaîre. (Léonard 1952) (C)

Nos lî dèspindrons ‘s-n-uch. (Coppens 1959, 45) (O)

 

pluriel

 

+ C

mès pidjons

sès bièsses

nos lapins

vos tch’vias

leûs bidons (leurs meubles, leurs ustensiles) (Coppens 1959, 45) (O)

+ V

mès-ougnons (Copp. 1959, 45-46) (O)

sès-istwêres

nos-amis’ (Coppens 1959, 45-46) (O)

Vous-avèz no-n-èfant. (Bast. 1965) (O)

no-y-èfant (Grignard 1908, 489) (O)

vo-y-ouvrâdje (Grignard 1908, 489) (O)

vos-artias(Coppens 1959, 45-46) (OW)

Is-ont leû-n-èstoumak kèrtchî. (Ils ont l’estomac chargé.) (Copp. 1959, 45-46) (O)

leûs-èreûrs (id.)

 

A Nivelles (O), devant è on emploie fréquemment « ‘m » au lieu de « ‘m-n- » et « ‘s » au

lieu de « ‘s-n- » . (Coppens 1959, 45) (O)

Ex : Donéz-me in pau m’ èscoupe.

Il a mau s’  èstoumak.

 

Nous avons emprunté des formes du français :

 

1) dans quelques expressions 

 

Ex :

 

Fwè d’ mon-âme ! (Fwè d’ mon-åme ! (Bertrand-Duchêne, s.d., 66) (E))

(affirmation)

On drole di mon-ami.

(péjoratif)

Mon Diè (todi) !

(surprise alarmée)

Taurdjî, mon parent !

(menace)

Ich ! mon Diu ! (Bertrand-Duchêne, s.d., 66) (E)

 

Vèrité d’ mon Diu ! (id.)

 

C’ è-st-on lêd mon-n-ami ! (id.)

C’est un individu peu intéressant.

N-a nin a dîre, mon bèl-ami ! (id.)

 

Vos-èstez qu’arape afronté. mon cadèt ! (id.)

 

ma fwè,  ma frike : I va drole, ma frike ! (id.)

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Â! mon parent, on-z-a co faît dès sènes… ! » (Houziaux 1646, 22) (C)

 

« Mon Diu mon Diu, Signeûr ! » (Houbart-Houge 1981, 10) (E)

 

 

2) Avec certains noms de parent ou de la religion :

 

matante

Note Sègneûr (Note Signeûr (Bertrand-Duchêne, s.d., 66) (EW))

mononke

Notrè-Dame (Notru-Dame (id.)

mon-keûr

li Notrè-Pére (li Notru-Pére (= li påtêr) (id.)

ma-seûr (religieuse)

 

Monsègneûr

 

 

N.B. : On emploie l’adjectif possessif devant matante, mononke, mon-keûr.

Ex : mi matante ; si mononke, vosse mon-keûr.

 

Vosse mon-pére (votre père) et vosse mon-frére (votre frère) sont aujourd’hui des formes archaïques de politesse. ((Bertrand-Duchêne, s.d., 66) (E), (Coppens 1959, 45) (O))

 

4.1.2 Remarques

4.1.2.1 Avec « vos » poli, mis pour une 2ème personne du singulier, on se sert de « vosse », « voste », « vos » et « vos-».

Ex : (Èst-ce qui vos) vêroz avou vosse feume ?

           

4.1.2.2  L’adjectif possessif peut ne pas indiquer une possession, mais toutes sortes de sentiments.

Ex : Ewoù è-st-èle, nosse Claudia ? (d’un membre de la famille)

Tin, là nosse Michèl ! (pour exprimer de l’amitié à son égard)

Oyi, m’ fis ! (à quelqu’un qui n’est pas le fils, nuance d’amitié)

Bondjoû, mi p’tit gamin ! (id.)

Dîre sès vraîs à one saquî. (pour attribuer sans équivoque)

 

4.1.2.3 L’adjectif possessif s’emploie devant le nom d’un membre de la famille, d’une partie du corps, des facultés, des vêtements, d’une maladie qui dure ou qui a des hauts et des bas.

Ex :

Mi cousin Djan s’ va mârier. 

Le cousin Jean….

Si matante ni va nin rwèd.                        

Sa tante n’est pas bien.

Nos-avans dès-agaces à nos-artias. (Bastin 1965) (O)

Nous avons des cors aux orteils.

dimèrer avou s’ bètch è l’ êwe

rester le bec dans l’eau.

awè mau sès bodènes, sès brès, sès dints, sès djambes, si dos, sès gngnos, sès pîds, s’ tièsse, si vinte,…

avoir mal au(x) …

dimèrer avou s’ bouche au laudje

rester bouche bée

rèspirer pa s’ bouche 

respirer par la bouche

I n’ a qui ç’ mot-là è s’ bouche.        

Il n’ a que ce mot à la bouche

awè s’ pupe è s’ bouche

… en bouche

stinde sès brès à one saquî

tendre les bras à …

taper sès brès au hôt

jeter les bras en l’air

crwèjeler sès brès

se croiser les bras

(Di)nez me vosse brès !

Donnez-moi le bras !

ièsse o pènin djusqu’à s’ cô.        

…jusqu’au cou

awè one broke è s’ cu

en être pour sa peine

tchèssî on côp d’ pîd è s’ cu

… au cul

tchaîr su s’ cu

… sur le cul

awè su s’ gros dint    

avoir une dent contre

crwèjeler sès djambes

se croiser les jambes

Mètez l’hote à vo dos. (Bastin 1965) (O)

Mettez la hotte au dos.

Èles ont dès bâgues à tous leûs dwèts. (id.)

Elles ont des bagues à tous les doigts.

rissuwer s’ front

s’essuyer le front

Dj’ é ‘ne tatche à m’ machèle . (Bast. 1965) (O)

J’ai une tache à la joue.

Sèrez vos-ouys ! (Sèrez vos-îs! (O))

Fermez les yeux !

awè tchôd sès pîds     

… aux pieds

Dji n’ î a mauy mètu mès pîds.

… mis les pieds

mète si pîd su l’ costé (sing. !)

se mal conduire

ritchaîr su sès pîds

… sur ses pieds

one foto su pîd

… en pied

mostrer s’ pougn

montrer le poing

awè sès pougnes su sès hantches

… les poings sur les hanches

waurder s’ pougn è s’ potche (sing. !)

… le poing en poche

dwârmu avou sès pougns sèrés

… à poings fermés

tchèssî s’ pougn su s’ nez

(ou : è s’ gueûye) à    

… sur le nez (ou : la gueule) de

bouchî s’ pougn su l’ tauve (sing. !) 

taper du poing…

fé d’ sès pîds èt d’ sès pougns

jouer des.. et des …

dès cents plin.nes sès tahes (Remacle 1937, 44) (E)

de l’argent plein les poches

Il a ‘ne bosse à s’ tièsse. (Bastin 1965) (O)

Il a une bosse à la tête.

toûrner s’ tièsse su l’ costé      

… la tête de côté

awè s’ tièsse qui toûrne

… la tête qui tourne

I n’ a nin douvièt s’ trape.     

… ouvert le bec

dwârmu su s’ vinte             

… sur le ventre

Is-ont mau leû vinte. (Coppens 1959, 45) (O)

Ils ont mal au ventre.

 

Egalement:

Dj’ a mau mès caurs. (litt. J’ai mal ‘à’ mon argent. = Je suis avare.)

 

En français, le possessif est remplacé par l’ article toutes les fois que le rapport de possession est évident et surtout devant les noms qui désignent une partie du corps.

Le wallon, lui, conserve ordinairement l’ adjectif possessif .

 

Ex :

Dj’ a freud mès pîds. (Dj’ a freûd mès pîds. (E))

J’ai froid aux pieds.

 

Dj’ a mau mès rins . (Dj’ a må mès rins . (E))

Je souffre des reins.

I pwète si brès’ . (Bertr.-Duch., s.d., 74) (E)

Il porte le bras.

I n’ a rin so s’ tièsse . (id.)

Il n’a rien sur la tête.

Ave co må vos dints ? (id.)

Avez˗vous encore mal aux dents?

 

Mais la règle n’ est pas absolue (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E)) et c’ est ainsi qu’ on dit :

 

Clô t’ djêve ou dji t’ twètche li bûsê .

Ferme ta boîte ou je te tords le cou.

Il a l’  tièsse tot près dès dj’vès .

Il a la tête tout près des cheveux.

I s’ a creûhelé lès brès’ tote li sinte djoûrnêye.

Il s’est croisé les bras toute la sainte journée.

Dj’ a co cist-afront-là so li stoumak.

J’ai encore cet affront sur l’estomac.

 

Exemples d’auteurs 

« On fréve si baube è s’ riwaîtant dins l’ pot dè l’ sitûve… » (Gillain 1932, 117) (C)

« Au plèyant d’ leûs brès, come dès crèchinces .» (Laloux 1974, 193) (C)

« On-z-amwin.ne si-t-ome adlé l’ tchèrète, on lî lôye sès mwins pa-drî s’ dos… » (Awoust 1983, 10) (C)

« Où-ce què tu coûrs insi, hon, Dèdèfe ? On dirwat qu’ t’ as l’ feû à t’ cu ! » (Letellier 1979, 123) (O)

 

4.1.2.4 L’adjectif possessif avec « chake », « chakin »

 

1) idée de singulier

 

+ si / si-t- (si chacun n’en a qu’un(e))

Chake si toû, come à cofèsse.

On-z-a chake su pan. (On a chacun son pain.)  (Remacle 1952, 337) (E) 

Chakin n’ vèyeûve qui s’-t-avantadje.

+ sès / sès- (si chacun en a plusieurs)

 

chake sès dèfauts (Coppens 1959, 46) (O)

Chakin sès-afaîres !

 

2) idée de pluriel (après un pronom au pluriel)

 

+ leû ou leû-z- (si chacun n’en a qu’un(e))

Is faîyenut chake leû lét.

Is studyin.n chakin è leû tchambe.

+ leûs ou leûs- (si chacun en a plusieurs)

Is disfindenut chake leûs parints.

Is n’ ont qu’à prinde chakin leûs târtènes.

 

4.1.2.5 Quand plusieurs possesseurs possèdent chacun en exemplaire de la chose dont on parle, on emploie le singulier, de même qu’en néerlandais et en allemand. En anglais, dans ce cas, on emploie le pluriel ; en français, indifféremment le singulier ou le pluriel.

Ex : (A plusieurs élèves, qui possèdent chacun un livre)

  1. a) (W) Purdoz vosse lîve ! (N)   Pak je boek !       (D)   Nehmt euer Buch !

Mais : (E) Take your books !  (F) Prenez votre livre ou: Prenez vos livres.

  1. b) (W) Lès gamins r’tirenut leû calote.

(N)  De jongens nemen hun pet af.  (D)  Die Jungen nehmen ihre Mütze ab.

Mais : (E) The boys take off their caps.  (F)  Les garçons enlèvent leur(s) casquette(s)

 

4.1.2.6 L’adjectif possessif avec « pus » + adverbe dans quelques expressions

Ex :

di sès pus fwârts

= li pus fwârt qui t’ sés

Il a criyî d’ tos sès pus fwârts.

 

di m’ pus auji

= li pus aujîyemint qui dj’ sé

 

di s’ pus rade (ou: di sès pus rades)

= li pus rade qu’i sét

I l’ faut vôy rècouru d’ sès pus rades, on côp qui s’ feume èst po rariver.

 

 

L’usage est même généralisé dans la zone wallonne orientale . (Remacle 1952, 340) (E)

vosse pus grande dès deûs djunis (la plus grande de vos deux génisses)

mu pus vî dès fréres, su pus vî dès fis

 

Ce placement de l’adjectif possessif s’y retrouve dans d’autres formules.

Ex : Ceu fout m’ prumî dès sognes. (Ce fut la première de mes besognes.) (Gueuzaine-Waimes, in: Remacle 1952, 341) (E)

 

Exemples d’auteurs 

« Abîye ! Abîye ! Dji néye ! », criyeut-i d’ sès pus fwârts en fiant po s’ rissatchî .»  (Houziaux 1946, 22) (C)

« Lès-èfants lès siyint au cu en criyant d’ leû pus fwârt : « Pârin ! Mârine ! Potche trawéye ! »  (Houziaux 1946, 27) (C)

 

4.1.2.7 L’adjectif possessif s’emploie après « tot, tote, tos, totes ».

Ex : fé tot s’ possibe.

mayî avou totes sès fwaces (aussi : mayî d’ totes sès fwaces)

di tot m’ keûr.

Dj’a tot m’ timps.                   (F) J’ai tout le temps.

awè tote si lîbêrté.                  (F) avoir toute la liberté

 

Il va même jusqu’à s’employer après « tot, …s » et avant « pus ». (Coppens 1959, 46) (O)

Ex:

Is-ont raconté tout leû pus bia. 

 

Ils ont même rconté ce qui était leur

plus beau côté, le plus avantageux pour eux.

Vos n’ alez qu’ à daler tout vos pus doûcemint.

Vous n’avez qu’à aller aussi doucement que vous le voudrez.

Dj’ aî criyî d’ tout mès pus foûrts.

J’ai crié de toutes mes forces.

Nos l’ avons djèté tout no pus lon.

Nous l’avons jeté aussi loin que nous le pouvions.

Il a couru tout sès pus râde.

Il a couru aussi vite qu’il pouvait.

 

4.1.2.8 L’adjectif possessif peut déterminer un pronom démonstratif.

Ex : Vindoz, s’ i faut, mins waurder vosse cia di Stièrlinsaut ! (= tèrin)

Mètoz vosse cène po l’ dîmègne ! (= marone)

Dji n’ vous nin sès cias qu’ sont poûris. (= canadas)

 

4.1.2.9 Le français renforce l’adjectif possessif par « à moi », « à toi », etc. ; le wallon renforce par un pronom personnel.

Ex : Mi plaîji, mi, c’ èst d’ lès fé plometer.  (F) Mon plaisir, à moi, c’est de les faire se battre.

 

Mais, comme le wallon n’a malheureusement pas d’adjectif possessif spécial pour un possesseur masculin ou féminin à la 3ème personne du singulier, comme le néerlandais, l’anglais ou l’allemand, nous sommes obligés de préciser le sens de « si » en ajoutant, soit le pronom « li » ou « lèye », soit « da li » ou « da lèye ».

Ex : Si passemint d’ timps, li, c’ èsteûve lès cautes.

Djè lès conecheûve bin, pace qui dj’ aveûve travayî avou s’ fré da lèye.

Quand is s’ ont mârié, il avin.n chakin one maujo: li sène da lèye èsteûve au Banbwès, èt l’ sène da li à D’vant-lès-Bwès.

 

4.1.2.10 Il y a une différence entre « mi-n-ome », qui devient « m’-n-ome » après une voyelle, d’une part, et « mi-y-ome », qui devient « m’-y-ome », d’autre part.

 « Mi-n-ome » est péjoratif et signifie : « ce type-là » ; « mi-y-ome » veut dire : « mon mari ».

Le pluriel de « mi-n-ome » est « mès-n-omes ». Le pluriel de « mi-y-ome » est « mès-omes », qui signifie : « les hommes sur qui je peux compter », « les hommes qui travaillent pour moi », « les hommes de mon peloton », « les hommes de mon équipe », « les hommes qui vivent chez nous » (par exemple le mari et le(s) fils), etc.

 

4.1.2.11 Dans l’expression « è l’ maujone », l’article correspond à un adjectif possessif : « m’ » ou « nosse ». Le tout signifie donc « è m’ maujone » ou « è nosse maujone ».

Ex : È l’ maujone, on m’ ratind.

Nosse pus djon.ne èst co è l’ maujone.

 

4.1.2.12 L’emploi de l’adjectif possessif peut avoir une nuance péjorative.

Ex : Èwou-ce qu’il èst, vosse bia Djôsef, qu’ i choneûve qu ’i n’s-aleûve  vinu aîdî ?

Si madame, èle li faît ranchî !

4.1.2.13 Par contre, par emprunt au français, le wallon connaît un emploi déférent de l’adjectif possessif dans : madame, mossieû, mamezèle, monsègneûr, ma-seûr (= (F) sœur en religion), monfrére (= (F) frère employé parfois avec « vosse » seulement ; après les autres possessifs, on a simplement « fré »), Mon Diè, Note Sègneûr, Notrè Dame.

Ex : Li ma-seûr

qui dirije li scole.

Vos prîyeroz m’ bondjoû à vosse monfrére, qui là longtimps qui dj’ n’a pus vèyu !

Nous avons emprunté au néerlandais « mènîr » (de « mijnheer ») et au français « monsieû » (prononcer /mõsjø/), qui désignent un homme important.

Ex : C’ è-st-on mènîr, asteûre ; il a acheté on tchèstia èt l’ cinse qui va avou.

I faît voltî do monsieû, vosse cousin !

 

4.1.2.14 Dans de rares occasions, le wallon n’emploie pas l’adjectif possessif en rapport avec une partie du corps.

Ex : Li djin di Spî aveûve on bas front.  (F) L’homme de Spy avait le front bas.

awè l’ brès long

awè l’ cu strwèt

awè dès longs dints = 1. awè fwim ; 2. awè d’ l’ imbicion

voler lès quate foutènes (ou : lès quate fiêrs) è l’ aîr

taper l’ cote sur l’ haye

awè l’ fleûr su l’ oûy : ièsse bin pwârtant

pèler l’ vinte da : soyî : sôler

 

4.1.2.15 On fait une distinction entre : « Dinez lî l’ mwin ! » (= Saluwez-le !) et « Dinez lî vosse mwin ! » (I l’ va carwaîtî, sognî, lâver, etc.)

 

4.1.2.16 Dans certaines expressions, le wallon n’emploie pas l’adjectif possessif, alors que le français l’emploie.

Ex : à place : (F) à sa place 

Chake à toû. 

Chacun à son tour. 

(N) Ieder op zijn beurt.

Il a causé do mia qu’ ‘l a seû.  

(N) Hij heeft gesproken zo goed als hij kon.

Il a parlé de son mieux

 

Dj’ a faît conechance avou li. 

(N) Ik heb met hem kennisgemaakt.

J’ai fait sa connaissance.

 Comme on le voit, le néerlandais a, la première fois, choisi, la même solution que le français, mais les deux autres fois, il fait comme le wallon.

 

4.1.2.17 En ouest-wallon, dans les régions de Binche, Chapelle-lez-Hermaimont, Leernes et Nivelles, on utilise « leû(s) » pour traduire «son, sa , ses ».

Ex :

Chacun tînt à leû payis.

Chacun tient à son pays.

I faut laver leûs mangns.

Il faut se laver les mains. (litt. laver ses mains)

I faut mète leû bèle caskète.

Il faut mettre sa belle casquette.

4.2 Adjectif démonstratif

4.2.0 Introduction

Le mot « démonstratif » est écrit entre guillemets. En effet, l’adjectif dit « démonstratif » ne démontre rien, il montre.

Pour la facilité du lecteur, à qui cette dénomination erronée est familière, nous l’utiliserons cependant provisoirement.

Comme les langues germaniques, l’italien, l’espagnol, etc., la langue wallonne n’emploie que des démonstratifs indiquant, soit une proximité ou un éloignement relatifs.

Nous n’avons donc aucun démonstratif neutre quant à l’éloignement correspondant au français : « ce, cet, cette, ces ». Une exception se cache dans « asteûre » (pour:  « açteûre », c’est-à-dire « à ç’-t-eûre-ci », « à ç’ momint-ci ») (= maintenant).  On dit aussi: “A onk di cès djoûs!” “A onk di cès quate!”

4.2.1 Formes

La forme ne dépend pas du nom déterminé, au contraire du français, du néerlandais, de l’allemand, de l’italien, etc. mais contrairement à l’anglais, la forme varie en wallon d’après l’entourage phonétique, c’est-à-dire d’après le son initial du mot qui suit ou le son final du mot qui précède.

 

Formes du singulier

 

 

proximité relative

éloignement relatif

 

1 au début d’une proposition ou cons. + _ + cons. 

CI … -CI

(C, S; cisse … -chal (E); ci …-ci, èç’ …-ci (Balériaux, s.d.), èç’ … -ci (Coppens 1959, 44) (O))

CI … -LÀ

(C, S; cisse… -là (E), cisse-volà (Remacle 1952, 345) (E))

ci feume-ci,

ci tch’vau-ci

ci bauchèle-là

cisse mâhon-volà (Remacle 1952, 345) (E)

ci / èç’ gamin-ci (Balériaux, s.d.) (O)

èç’ tchèvau-ci (Coppens 1959, 44) (O)

2 voy. + _ +  

 

 

 

une cons. seule

Ç’ … -CI

(C, S; ç’ …-chal (E); ç’ …-ci (Balériaux, s.d.), ‘ç- …-ci (Copp. 1959, 44) (O))

Ç’ … -LÀ

(C, E, O)

po ç’ gamin-ci

po ç’ gamin-là

à ‘ç-méso-ci (Coppens 1959, 44) (O)

une cons. non liquide suivie d’une liquide (l, r)

 

 

avou ç’ plome-ci

avou ç’ plome-là

dj – ou tch-

 

 

su ç’ tchaur-ci

à ç’ djeu-ci

su ç’ tchaur-là

à ç’ djeu-là

3 au début d’une proposition ou cons. + _ + voy. 

CI-T- … -CI

(cist- … -chal (E); ci-t-… -ci (Balér., s.d.), èç’-n- (Copp. 1959, 44) (O); cist- … -ci (Francard 1980) (S))

CI-T- … -LÀ

(cist- -là (E))

ci-t-ome-ci

ci-t-èmantchûre-ci

ci-t-ome-là

ci-t-èmantchûre-là

èç’-n-ome-là (Coppens 1959, 44) (O)

4 voy. + _ + voy. 

Ç’-T- … -CI

(C, S; ç’-t- … chal (E); ç’-t-…-ci (Balér., s.d.), èç’-n- …-ci (Copp. 1959, 44) (O))

Ç’-T- … -LÀ

(C, E)

po ç’-t-ome-ci

avou  ç’-t-afaîre-ci

po ç’-t-ome-là

avou ç’-t-afaîre-là

po ç’-t-eûre-là (E)

 

 

Formes du pluriel

 

 

proximité relative

éloignement relatif

 

1 en général

CÈS  ….. -CI

(C, O, S; cès …-chal (E))

CÈS  ….. -LÀ

(C, E, O, S)

cès feumes-ci

cès gamins-là

2 devant une voyelle

CÈS-  ….. -CI

(C, O, S; cès- … -chal (E))

CÈS-  ….. -LÀ

(C, E, O, S)

cès-omes-ci

cès-èmantchûres-là

 

Remarque

 

Quoique l’adjectif démonstratif soit le plus souvent suivi d’un adverbe « -ci » ou « -là », il continue à s’employer seul, sans aucune précision locale, dans certaines conditions.  Par rapport à l’usage le plus ordinaire et le plus récent, ces cas nous apparaissent comme des survivances relativement exceptionnelles, même s’ils sont illustrés par des phrases très vivantes. (Remacle 1952, 357) (E)

 

Cet adverbe de lieu manque notamment (Remacle 1952, 357-359) (E)

1 dans un certain nombre de clichés ou d’expressions, qui sont pour la plupart des indications temporelles :

asteûre (contraction de à ciste eûre ‘à cette heure’)

maintenant

spécialement en est-wallon:

 

cisse nut’

cette nuit

ciste an.né

cette année

cisse samin.ne

cette semaine

è cisse sâhon

en cette saison

cès djoûrs passés

ces jours derniers

cès-ans passés

ces dernières années

On sèmereût on bokèt du r’gon èt à cès djoûrs on ‘nn’ areût.

On sèmerait une parcelle de seigle et à ces jours [= à la même époque de l’année prochaine] on en aurait.

du ci côp

de ce coup, càd. cette fois

à ci costé (du l’ vôye, etc.)

de ce côté-ci (du chemin, etc.)

 

2 dans des expressions exclamatives, où il possède, même quand il n’est pas accompagné d’un mot comme «tout » ou « quel », une forte valeur intensive :

 

Tote ciste iviêr qu’ il a toumé du l’ nut’! 

Toute cette neige qu’il est tombé la nuit!’

Louke on pô, (totes) cès tchâpin.nes !

Regarde un peu, (toutes) ces grives!

Cès djins (ou: Ci monde) qu’ i gn-aveût !

Que de gens (ou que de monde) il y avait !

Cès dôses, qu’ il aveût co, don !

Quelles élevures il avait encore, n’est-ce pas !

Èy! cès p’tits, cès p’tits !

Oh! quels petits!’

 

3 en région malmédienne:

 

Montoz po cisse vôye !

Montez par ce chemin !

èsse qwite de ci sotê

être quitte de ce gnome

avou on bourtê èt l’ crème deu ci djoûr.

avec une baratte et la crème de ce jour

On mètéve co lès sârots du ci timps.

On mettait encore les sarraus, en ce temps-là.

 

4.2.2 Emploi

4.2.2.1 L’adjectif « démonstratif » ne s’emploie pas avec les parties du jour présent, sauf  avec « ci nût-ci » ; « ci nût-là ».

 

     Ex :

odjoûrdu au matin

ce matin

odjoûrdu à doze eûres

ce midi

odjoûrdu (d’ l’) après l’ din.ner ou odjoûrdu après non.ne ou odjoûrdu d’ l’ après-l’din.ner 

cet(te) après-midi

odjoûrdu au nût

ce soir

 

 

4.2.2.2 Avec les noms des parties du jour autres que du jour présent, on emploie le mot « djoû ».

 

Ex :

ci djoû-là au matin

ce matin-là

ci djoû-là à doze eûres

ce jour˗là, à midi

ci djoû-là d’ l’ après l’ din.ner ou : ci djoû-là d’ l’après-non.ne

ce jour-là, dans l’après-midi ou cet(te) après-midi

ci djoû-là au nût

ce soir-là

 

 

4.2.2.3 Pour rendre l’idée : « di ç’ sôte-là », le wallon emploie « come ça » ou « insi », et le français un « démonstratif ».

 

Ex : Dj’ a lî bran.mint dès romans come ça.  (F) J’ai lu beaucoup de ces romans.

 

 

4.2.2.4 Le « démonstratif » exclamatif accompagnant un « que » exclamatif, que le français emploie, n’existe pas en wallon.

 

Ex : (W) Qu’ il èst rètu ! ou Qu’ il èst stokasse !   (F) Ce qu’il est robuste !

 

 

4.2.2.5 « voci », « volà », « vo-r’-ci » (revoici), « vo-r’-là » (revoilà) s’emploient surtout avec des pronoms, mais aussi avec des noms. C’est une espèce d’adverbe « démonstratif ».

 

Ex : Vo-r’-ci co m’-n-ome !

 

Exemple d’auteur 

 

« Choûtez matines ! Vo˗r’˗ci l’ Noyé ! » (Calozet 1987, 188) (C)

 

 

4.2.2.6 L’adjectif « démonstratif » peut être sous-entendu dans une maxime.

 

Ex : Faît qui sét, faît qui dwèt !

 

 

4.2.2.7 Au français « tous ceux qui » et « toutes celles qui » correspondent respectivement « tos lès cis qui » et « totes lès cènes qui » ou, dans les deux cas : « tot quî qui ».

 

Ex : Totes lès cènes qu’ ont faît polenut-z-èraler.

 

Exemple d’auteur

           

« On mousseut o l’ maujon, tot quî qu’ aureut v’lu… » (Laloux 1964d, 219) (C)

 

 

4.3 Adjectif interrogatif

4.3.1 Formes

 

masc. sing. 

qué + consonne

(C, E, O, S; qué, qwin (Remacle 1952, 380) (E))

Qué lîve v’loz ?

Qué må n-a-t-i à çoula ? (Bertrand-Duchêne, s.d., 79) (E)

Qué / Qwin djoûr èstans-ne? (Quel jour sommes-nous?) (Rem. 1952, 380) (E)

 

quén- + voyelle         

(quél (Bertrand-Duchêne, s.d., 79), quén-, quél, quin- (Royal Club Wallon, 1997, 32) (E); quél (Bastin 1965, 41; Coppens 1959, 54), quél, quén- (Grignard 1908, 461) (O); qué, quin- (Franc. 1980, 218) (S))

Quén-ome, qu’a v’nu ?

Quél ovrèdje alans-gne ataker? (Bertrand-Duchêne, s.d., 79) (E)

Quén-ovrèdje ! (Royal Club Wallon, 1997, 32) (E)

Quél ârtia avèz mau? (Bastin 1965, 41) (O)

fém. sing. 

qué + consonne

(quéle, quéne (C, O); (Bertrand-Duchêne, s.d., 79), quéle, quéne, quine (RCW, 1997, 32) (E); qué, quine (Franc. 1980, 218) (S))

Qué feume, qu’a v’nu ?

Quéne rôbe alez-ve mète ? (Bertrand-Duchêne, s.d., 79) (E)

Quéne vèye ! (RCW, 1997, 32) (E)

 

quéne + voyelle

(quéle, quéne, quine    (RCW, 1997, 32), quéne, qwène (Rem. 1952, 380) (E); quéle (Bast. 1965, 41) (O); qué, quine (Franc. 1980, 218) (S))

Quéne ârmwêre alez acheter ?

Quéne eûre è-st-i ?

Quéne / Qwène boune novèle ?  (Remacle 1952, 380) (E)

 

masc. plur. 

qués + consonne

(CW; qués (EW), qués, quélès, quénès, quinès (Royal Club Wallon, 1997, 32))

Qués sots ! (Royal Club Wallon, 1997, 32) (EW)

Di qués cortis causez ?

Quénès sots rîmês! (RCW 1997, 32) (EW)

 

qués- + voyelle

Qués-èlèves avoz ?

fém. plur. 

qués / quénes + consonne

(quélès, quénès (Bertr.-Duch., s.d., 79) (E); qués, quélès (Bast. 1965, 41) (O); qués (Franc. 1980, 218) (S))     

Qués / Quénès tchèyêres ?

Quélès sotès manîres avez-ve là pris ? (Bertrand-Duchêne, s.d., 79) (E)

 

qués- / quénès- + voyelle

(qués- (Francard 1980, 218) (S)

Qués- / Quénès-amîyes ?

 

 

Exemples d’auteurs 

 

« Qué novèle, avou Mârine, s’èlle aveut oyu .» (Laloux 1969,24) (C)

 

« On s’ riconèt.  Qués novèles ? Vos-èstoz v’nu pormwinrner o bwès èto ? » (Gillain 1932, 39) (C)

 

En est-wallon (dans les provinces de Liège et de Luxembourg) et en centre-wallon (arrondissement de Dinant) existe également l’adjectif interrogatif « qwantes » (« qwantres » + voyelle), dérivé de « quantus » en latin. (Remacle 1952, 377) (E)

Ex :

Qwantes bièsses ont-is?

Combien de bêtes ont-ils?

Qwantre ans ave ?

Combien d’années, càd. quel âge, avez-vous?

Qwantes côps ?

Combien de fois?

Qwnates gn-a-t-i ?

Combien y en a-t-il?

I ‘nn’ a pris dju n’ sé qwantes.

Il en a pris je ne sais combien.

Dju n’ sé nin qwantes qu’ i gn-a.

Je ne sais pas combien il y en a.

 

Dans les deux derniers exemples, le mot est bien près de la nature adverbiale.

Il devient un adverbe dans: Qwantes ave di dj’vås? (Combien avez-vous de chevaux?) (Remacle 1952, 378) (E)

 

Aussi:

Lu qwante èstans-ne ?

Le combien sommes-nous ?, càd. quel jour du mois avons-nous?

Leû qwantes sont-is?

(litt. leur …) Combien sont-ils?

 

De « qwantes » dérive l’adjectif intrrogatif « qwantrin.me » avec le suffixe nominal «-in.me ».

Ex :

Leû qwantrin.me èfant èst-ce?

Leur quantième enfant est-ce?

À qwantrin.me côp ?

A la quantième fois?

Lu qwantrin.me è-st-i?

Le quantième est-il?

4.3.2 Emploi

4.3.2.1 Il y a une tendance à employer « qué » devant toutes les formes du singulier commençant par une voyelle brève, mais on rencontre parfois la forme « quéne » devant une consonne.

 

Ex : Pa-drî qué aube ?

Avou qué èrére ?

Qué aye a-t-i ciselé ?

(Dans ces deux derniers exemples, une prononciation antérieure d’un h a sûrement joué un rôle)

Qué(ne) comèdîye èst-ce qu’ èle djoûwe ?

                       

 

4.3.2.2 On a souvent « qui »  après l’adjectif interrogatif suivi d’un nom.

 

Ex : Quéne eûre qu’ il èst ?

Qué djoû qui nn’ èstans ?

Savoz bin quéne anéye qu’ il a skèpyî ?

 

N.B. On entend aussi : Qué djoû èstans ? et parfois : Qué djoû èstans-                                 nes ? (influence du français), mais pas dans une interrogation indirecte.

4.4 Adjectif exclamatif

Il exprime l’admiration, l’étonnement, l’indignation,.. 

Il a les mêmes formes que l’adjectif interrogatif (cf 4.3)

Ex :

Qué bia p’tit gamin !

Quel beau garçon !

Èy ! quél èmissé pindård ! (Bertr.-Duch., s.d., 79) (E)

Quel niais!

Qué chance ! (Coppens 1959, 54) (O)

Quelle chance !

Qué garçon ! (Grignard 1908, 461) (O)

Quel garçon !

Qué novèle ? (Francard 1994) (S)

Quelle nouvelle ?

Quéne afaîre à Lîdje ! Tos lès pèchons sont nèyîs !

Quelle affaire à Liège ! Tous les poissons sont noyés !

Quéle afrontêye glawène qui c’ èst çoula ! (Bertrand-Duchêne, s.d., 79) (E)

Quelle bavarde effrontée que voilà !

Quéne lêde måssîte rouwale ! (Bertrand-Duchêne, s.d., 79) (E)

Quelle ruelle laide et sale !

Quéle trankilité !  (RCW, 1997, 32) (E)

Quelle tranquillité !

Quès-ûlauds qui vont foûrt ! (Bast. 1965, 41) (O)

Quels tromblons qui vont fort !

Qués / Quénès macrales, cès deûs feumes-là !

Quelles sorcières, ces deux femmes !

Quélès bèlès rodjès pomes ! (Bertrand-Duchêne, s.d., 79) (E)

Quelles belles pommes rouges !

Wête,ou pô, qués-atouchemints ! (Francard 1994) (S)

Regarde un peu, quels attouchements !

 

En est-wallon, pour exprimer l’ironie, l’adjectif exclamatif est ordinairement accompagné de l’article défini : « liqué » (ou plus souvent « lisqué ») ; on a de même « lisquéle, lès’qués, lès’quéles ». (Bertrand-Duchêne, s.d., 79) (E)

 

Ex :

Binamêye, lisqué djîvå ! (Bertrand-Duchêne, s.d., 79) (E)

(d’une poitrine opulente)

Èy ! lisquéne loufe qu’ èle fêt co ! (id.)

 

Lisqué drole di visèdje qu’ i fêt ! (Remacle 1952, 375) (E)

Quel drôle de visage il fait !

 

Exemples d’auteurs 

« Qué bon goût pa-t’-avau, là-hôt, quand on douve l’ uch dè l’ tchambe aus pomes !

(Houziaux 1964, 110) (C)

« Qué novèle ossi, s’on n’èst nin sclipè rade assèz, quand l’ maurlî vêrè sonè à veupes .» (Laloux 1969, 13) (C)

« Quéne afêre !, dijeut-èle Bâbe .»  (Laloux 1969, 48) (C)

« Quéne ocâsion do strimè l’ mèstî d’ôrganisse ! »  (Houziaux 1964, 52) (C)

4.5 Adjectif relatif

L’adjectif relatif n’existe pas en wallon.

Ex : Il y avait un jour un roi, lequel roi était bon et généreux.

 

Dans ce cas, le wallon emploie simplement un pronom relatif : 

« Gn-aveûve on côp on rwè qu’ èsteûve bon èt di d’néye ».

 

4.6 Adjectif indéfini

4.6.1 Formes

 

chake

Chake pot trove si couviète.

Chake payis, chake môde !

 

« … c’ èst pou ça, qu’ il a twâs boujîyes su l’ gatau, ieune pou chake dîj ans .» (Dept 1984, 236) (O)

 

Chake por lu. (Chacun pour soi.) (Remacle 1952, 303) (E)

I ‘nn’ ont chake deûs. (Ils en ont chacun deux.) (Rem. 1952, 303) (E)

Il èstint chake à l’ pus bê. (Ils étaient tous au plus beau, càd. chacun faisait son possible pour être plus beau que les autres.) (Remacle 1952, 303) (E)

 

min.me (même)

C’ èst todi l’ min.me tchanson !

 

« Lès Walons èt lès Flaminds, è nosse payis, c’ èst lès min.mès djins .» (Henri Golan)

Nos-avans lès min.mes gos’. (Bertrand-Duchêne, s.d., 81) (E)

 

C’ èst tot l’ min.me! (C’est tout à fait la même chose ! > Peu importe !) (Remacle 1952, 284) (E)

C’ èst tot l’ min.me s’ i n’ vint  nin! (Peu importe qu’il ne vienne pas!) (id.)

Prindez tot l’ min.me qwè ! (Prenez n’importe quoi!) (id.)

 

mwints

(mwints-) (mwintès) (f.pl.) (tamints (Remacle 1952, 284) (E))

 

 

Mwints côps qu’ èlle a v’nu! (Elle est venue maintes fois !)

(trait d’union + voyelle) Là d’djà mwints-ans d’ ça.

Le fém. plur. a vieilli.

Gn-a mwint(è)s djins qu’ l’ ont vèyu.

tamints côps (maintes fois) (Remacle 1952, 284) (E)

 

nu

 

(nul + V) (masc.) (nule) (f) (C, O) (nou (nol + V) (nole (fém.) (Bertrand-Duchêne, s.d., 81), nou (noul + V)  (noule) (Remacle, 1937, 48), nou (noul + V) (masc.), noule, noune (fém.) (Royal Club Wallon, 1997, 31) (E)) (fém. pl. nulès (Coppens 1959) (O))

 

 

ne s’emploient que dans :

1 I gn-a nu risse (= gn-a pont d’dandjî) (Il n’y a aucun risque.)

(I n-a nou risse. (EW) I n-a nu risse. (Coppens 1959) (O))

N.B. : On dit aussi : Gn-a pont d’ risse.

 

2  « nu-z-an » (litt. nul an, très peu d’années) et « nu-z-ome » (aucun homme).

 

Exemple d’auteur

 

« Â, djè l’ sé bin, leû p’tit camarâde qu’ èst fis tot seû a d’djà on vélo, èt li p’tite di nosse vwèsine, qui n’ a nu-z-an, a on piyanö .»  (Gillain 1932, 84) (C)

 

Vosse fièrmint n’ a pus nou tèyant. (Bertrand-Duchêne, s.d., 81) (E)

I n’ a nol égard po sès parints. (id.)

à nole eûre å matin. (de très grand matin) (id.)

Çu n’ èst noul ome. (E)

Djè n’ ratind rin dè nu costè. (Je n’attends rien d’aucun côté.) (Coppens 1959) (O)

Djè n’ aî nu temps à pièrde. (Je n’ai aucun temps à perdre.) (Coppens 1959) (O)

I n’ a nu mau à ça. (Il n’y a aucun mal à cela.) (id.)

 

3 nule paut (nulle part)

Ex : Dji n’è l’ vè nule paut.  

On nè l’ veût pus nole påt. (Bertrand-Duchêne, s.d., 81) (E)

I n’ va noule pårt. (Il ne va nulle part.) (E)

L’ êwe n’ a nole coleûr. (Bertrand-Duchêne, s.d., 81) (E)

noule pône (Royal Club Wallon, 1997, 31) (E)

I n’ a noune fwèce. (Royal Club Wallon, 1997, 31) (E)

 

4 Nos n’ avons pus nus liârds (nous n’avons plus nul argent), pus nus tch’veûs (plus aucuns cheveux), pus nus-ostis (plus aucuns outils). (Coppens 1959) (O)

 I n’ avout nus djins . (Il n’y avait nulle, aucune personne.) (id.)

Èle n’ a pus nulès-afaîres. (Elle n’a plus nulle chose.) (id.)

 

on(e)… ou l’ ôte           

C’ è-st-on gamin ou l’ ôte què l’ aurè câssé.

 

Attention : ON djoû L’ ÔTE

Ex : On djoû l ’ôte, i d’vêrè sot.

 

ôte

(m.pl. -es, f.pl. -ès) (aute (Coppens 1959) (O))

 

Il a v’nu l’ ôte fîye è l’ maujo.

Qui n’ alez-ve vèyî in-ôte médecin ! (Bertrand-Duchêne, s.d., 81) (E)

dès-autès-afêres (d’autres choses) (Coppens 1959) (O)

 

plusieûrs

Djè lî a d’djà d’mandé plusieûrs côps.

 

quéke

 

(EW) (pl. -s (masc.), -ès (fém.)) (qués, quénès (masc.), quékes, -ès (fém.) (Remacle 1952, 143) (E), quéke (pl. quékes, -ès (masc.), -ès (fém.) (E) (seulement au pl.: quékes (Coppens 1959, 52) (O))

 

peu fréquent au singulier:

Dji n’ l’ a pus vèyou volà quéke timps. (Bertrand-Duchêne, s.d., 80) (EW)

au pluriel:

Il a quékes-ovrîs avou lu. (id.))

Dj’ a co avu quékès-hasticotes oûy. (id.)

quékes djins = quékès djins (Remacle 1952, 143) (E)

quékès-êrs, quékès camarâes, quékès côps (RCW, 1997, 31) (E)

quékès dames, quékès gotes (Royal Club Wallon, 1997, 31) (E)

quékes djoûs (Coppens 1959, 52) (O)

 

saquants (quelques)

(saquants- + voyelle) (saqwants (saqwants- + V; -ès (fém.) (EW))

 

Ça n’ costeûve qui saquants francs (masc.)

Li godu n’a mougnî qu’ saquants bétrâles. (fém.)

È scole, gn-aveûve qui saquants-èfants.

Il ont saqwants-èfants. (EW)

saqwants-ânés (Royal Club Wallon, 1997, 31) (E)

 

NB Dans certaines régions, on a au féminin pluriel : « saquantès(-) ».

Il a saqwantès mohones da sonk. (Bertrand-Duchêne, s.d., 80) (E)

saqwantès gotes (Royal Club Wallon, 1997, 31) (E)

 

té(l)

 

(masc.) (téle) (f) (C, E) (sg. : tél (masc., -e (fém.); pl.: téls (masc.), télès (fém.) (Balér., s.d., 13) (O); fém. pl.: téles, -ès (Copp. 1959, 52) (O))

 

 

« L’afaîre èst téle ! », s’ apinse Polidôr, qui s’ via èsteûve crèvé.

Téle djin vos dîrè çoci, téle ôte çola.

Téle vèye, téle fin ! (Bertrand-Duchêne, s.d., 81) (E)

Il èst tél qu’ il  a todi stu. (id.)

Té pére, té fis ! (C, E)

Téls maîsses, téls ouvrîs. (Balériaux, s.d., 13) (O)

Télès méres, télès fîyes. (id.)

Téles coméres, télès-afêres. (Coppens 1959, 52) (O)

I gn-a wére di télès bièsses (= di parèyès bièsses). (Balér., s.d., 13) (O)

 

tot

 

(masc.sg.) (tote) (f.sg.) (tos) (masc. pl.) (totes) (f.pl.) (C, E)

(sg.: tout (masc.), -e (fém.), pl.: tous (masc.), toutes + article, -ès (fém.) (Balériaux, s.d., 13) (O)

 

(entièreté)

Tot l’ viladje l’ a bin seû.

Tote li campagne, il a lû l’ solia.

Nos-avans visitè toute èl vile. (Balériaux, s.d., 13) (O)

 

(totalité)

Tout gamin dvént èn-ome.    (id.)

Tos l’s-èfants ont v’nu.

Totes nos trôyes ont couchelé.

Dji dè mindje tous lès djoûs. (Balériaux, s.d., 13) (O)

‘L gamin a mindji toutes lès cèrîjes. (id.)

Çoula, c’ èst toutès bièstrîyes.  (id.)

tous lès payis (Coppens 1959, 52) (O)

 

N.B. :  Quand il n’y a pas d’article devant le mot qui suit, on a les formes TOS- (masc.) et TOTES- (fém.) devant une voyelle.

 

Ex : C’ èst tos-omes èchone.

Il aveûve totès-èwîyes pikéyes dins sès massales.

 

                                              

4.6.2 Remarques

 

4.6.2.1 « chake » se met normalement après une mesure ; « chakin » se met normalement devant.

Ex :

Chake èfant a ieû deûs chôcolats.

Chaque enfant a reçu deux chocolats.

Lès-èfants ont ieû deûs chôcolats chake.

 

Lès-èfants ont ieû ch(a)kin deûs chôcolats.

 

chake si-oûhê (Bertr.-Duch., s.d., 80) (E)

chacun son oiseau, càd. sa part

dîs-eûros chake 

 

 

A La Gleize (Remacle 1952, 301) (E), « chakèn- » s’utilise seulement devant « onk » et « one ».

Ex. :

Is ‘nn’ è prindèt chakèn-one (= chake ome).

Ils en prennent chacun une.

Èlle ènnè prindèt chakone onk (= chake onk

Elle en prennent chacun un.

 

 

4.6.2.2 « min.me » (même) s’emploie

1) après le pronom personnel accentué :

 

mi-min.me

 

ti-min.me

au début d’une phrase ou après une consonne

t’-min.me (après une voyelle)

li-min.me

 

lèye-min.me

 

nos-min.mes

souvent : nos-ôtes-min.mes

vos-min.mes

souvent : vos-ôtes-min.mes

zèls-min.mes (masc.)

zèles-min.mes (fém.)

 

Remarque 

« ti-min.me » et « t’min.me » (après voyelle) sont grossiers : « twè-min.me » est familier.

Ex : C’ èst bin faît po t’-min.me !

Va-z-î twè-min.me !

 

2) après l’article :

Ex : C’ èst l’ min.me auto qui l’ mène.

C’ èst tote li min.me twale à m’ saurot.

 

N.B. : Devant un nom ou un pronom, il est adverbe.

Ex :     min.me mi.

Min.me li rwè ni m’ saureûve fé taîre.

Min.me on-aveûle li sintereûve avou s’ baston !

 

 

4.6.2.3 « tot » (tout)

1) Les différentes natures de « tot » (m. sg.) (« tote » (f. sg.), « tos » (m. pl.), « totes » (f. pl.)

  1. a) adjectif indéfini

Ex :    

tot l’ monde

tout le monde

tote li djoûrnéye

toute la journée

tos l’s-èfants

tous les enfants

totes lès djins

toutes les gens

tote nut’ (E)

toute la nuit

tote djoûr (E)

toute la journée

tot costé (C, E)

partout

tot-ôte pârt (E)

partout ailleurs

C’ èst tot-ôte tchwè. (E)

C’est tout autre chose.

I n’ a nin tot twêrt. (E)

Il n’a pas tout à fait tort.

tot côp

chaque fois

tot quî qu’ l’ a oyu      (N) al wie…

tous ceux qui l’ont entendu

tot qwè qui ç’ fuche   (N) al wat…

quoi que ce soit

Tot ‘woù-ce qui dj’ a stî, dj’ î pou raler.

Partout où je suis allé(e), je peux y retourner.

à l’ tote nut’ (E):

dusqu’à l’ tote nut’ (Remacle 1952, 303) (E)

toute la nuit:

jusqu’à la nuit close, jusqu’à ce que l’obscurité soit complète

 

N.B. Dji n’ sé tot quî. (= dès djins qu’ dji n’ saureûve tortos lomer)

Dji n’ sé tot qwè. (= dès-afaîres qui dji n’ saureûve totes lomer)

Ex : I m’ a dit çouci èt çoula èt dju n’ sé tot qwè. (Remacle, 1937, 50) (E)

 

L’adjectif indéfini « tot » peut accompagner un pronom personnel.

Il se place devant le pronom. Cet emploi est cependant plus rare que celui de « torto(te)s » après le pronom.

Ex : tos nos-ôtes = nos-ôtes tortos

tos vos-ôtes = vos-ôtes tortos

tos zèls  (CW, EW) = zèls tortotes

totes zèles  (CW, EW) = zèles tortotes.

 

Exemples d’auteurs

« … Èt qu’ tot d’on côp dj’a peû, / Min.me au mitan d’ tos zèls .»  (Bacq 1978, 11) (C)

« Pwîs l’ viyadje a faît sins tos zèls .» (Laloux 1971, 74) (C)

 

  1. b) nom : « li tot »

Ex : Li tot, c’ èst d’ î pinser.

 

  1. c) pronom indéfini 

 

tot (neutre)

I lî faut todi tot.

pa-t’t-avau tot

tortos (masc. pl.)

C’ èst tortos lès min.mes.

tortotes (fém. pl.)

Èst-ce qu’ i gn-a po tortotes ?

tos (masc. pl.)

C’ èst tos gros cinsîs.

totes (fém. pl.)

Vo-lès-là totes ! (= dès novèles)

Is l’s-ont faît totes. (soterîyes, mètchancetés,…)

totès (fém. pl.)

Il a totès nwârès vatches (différent de : il a dès vatches totes nwâres)

 

N.B. : « tortos » et « tortotes » s’emploient généralement pour des personnes et des animaux ; « tos » et « totes » pour des choses.

 

Ex : Sès fèyes sont tortotes mâriéyes.

Lès fouyes do gruselî sont totes tcheûtes.     aussi : … sont tcheûtes tortotes.

 

1.d) adverbe

 

1 + nom

 

Il èst tot feu tot flame.

Il èst todi tos costés.

Èlle a disparètu tot d’on côp

 

Il est tout feu tou flamme.

Il est toujours tous cotés.

Elle a disparu tout à coup.

2 + gérondif

 

Tot(-è) dwârmant, i cause.

 Tot causant, on-z-a v’nu à d’vise di lèye.

 « Tot tûsant, Sîre ! » (Rennequin Sualem)

 

En dormant, il parle.

En parlant, on a parlé d’elle.

 

En réfléchissant, Sire !

3 + adjectif 

Il s’accorde avec l’adjectif, sauf au masculin pluriel.

 

Il èst tot cacame.

Is sont tot pièrdus.

Èlle èst tote pitite.

Èlle èstin.n’ totes (h)onteûses.

C’ è-st-one tote ôte èmantchûre.

Il est tout pantois.

Ils sont tout perdus.

Elle est toute petite.

Elles étaient toutes honteuses.

C’était une chose drôle à comprendre.

 

Il s’emploie toujours avec « seû », « nu » et dans « causer tot hôt », « causer tot bas ».

 

Tote seûle, c’è-st-one byin p’tite binde. 

« Pwîs, tènawète, èle djèmicheut tot hôt. » (Laloux 1974, 7) (C)

Seule, c’est une bien petite bande.

 

 

 

Au fém. pl., devant l’adj. épithète, il ne prend pas l’accent grave sur la terminaison.

 

dès totes pititès pomes (qui n’est pas la même chose que : Dj’ a totès p’titès pomes). (= Dji n’ a qu’dès p’titès pomes.)

 

des pommes toutes petites

 

Je n’ai que de petites pommes.

4 + verbe

 

Dj’ a tot ciselé l’ (h)aye.

Èlle a tot bwèvu s’ buberon

 

J’ai taillé toute la haie.

Elle a bu tout son biberon.

 

Remarques 

 

1 « Dj’ a tot faît » signifie « J’ai complètement terminé », tandis que « Dj’ a faît tot » signifie « J’ai fait tout ce qui devait être fait ». Dans le premier cas, « tot » est adverbe ; dans le second, il est pronom indéfini.

 

2 L’adverbe s’accorde devant un participe passé qui ne précède pas un nom.

Ex : On-z-a tot lâvé l’ gamin, èt pwîs s’ soû on l’ a tote lâvé èto.

 

3 L’adverbe s’accorde de même devant un infinitif.

Ex : Lès noûvès pavéyes, i l’s-a falu totes ripârer. (qui n’est pas la même

chose que : .. i l’s-a falu r’pârer tortotes).

 

4 Il s’accorde aussi quand il suit le verbe.

Ex : Dji tron.ne co tote.

 

Mais : Matante, ça l’ chôpîye tot (= tos costés).

 

5  + proposition

 

 (= tot-à-faît)

Tot come si dj’ l’ aureûve vèyu.

tot come one saqwè qu’ aureûve siclaté

 

(= tout à fait)

Tout comme si je l’avais vu.

 

tout comme quelque chose qui aurait éclaté

 

N.B. Pour le français « C’est tout comme », nous disons : « C’ èst t’t-à-faît l’ min.me .» 

 

6 + adverbe

 

à tot rade (« tot » = « fwârt »)

tot d’ on côp

 

à tout de suite

tout à coup)

 

 

N.B. d’ on côp = tout d’un coup

 

 

tot-ôte paut

tot-ôte tchôse

 

partout ailleurs

tout le reste

 

NB tos costés = partout

 

7 + adj. attrib. + qui + sujet +  « ièsse » à l’indicatif

 

 

Tot bièsse qu’ il èst, il a bin vèyu qwè.

= (F) bien que + sujet + « être » au  subjonctif

Bien qu’il soit bête, il a bien vu quoi.

 

 

 

Remarques

 

1  Il y a une différence entre : « èt tot » = « èt tchik èt tchak = ètèt (etc.) et « èto »  (aussi = également).

Ex : Èlle a cûjène, living, sâle di bin èt tot (= èt l’ rèstant)

     Èlle a one sâle di bin èto (= di pus ou come one saquî d’ôte)

 

2 « tot » ne s’emploie pas devant « come » ni « onk ».

Le français emploie « tout » devant « comme » et « un ».

Ex :

C’ èst t’t-à-faît l’ min.me.

C’est tout comme.

Tot l’ monde li sét bin.

Tout un chacun le sait.

 

3 Nous avons emprunté au français : « tout » dans « à tout-asârd ».

     Ex : Come dji n’ saveûve nin, dj’a rèspondu à tout-asârd.

 

4 « tos », « totes » ne s’emploient pas devant un nom singulier sans article. En wallon, on emploie un article et le pluriel.

Ex :

Totes lès djins duvenut moru.       

Tout homme doit mourir.

 

5 On n’emploie pas « tos » ou « totes » devant un adjectif numéral cardinal sans article défini, comme en français.

Ex : Nos l’ avans vèyu tos lès deûs.

I rèchenut tos lès trwès èt s’ taîre.

(F) « Ils sortent tous trois en silence .» (R. Benjamin, Justice de paix, p.77)

                       

6 « tot » s’emploie devant les noms de localités.

Ex : Tot Fosse èsteûve su sès-uchs.

 

Mais le français « le tout » + nom de localité ne se rencontre pas en wallon.

Ex :

Tote li hôte di Brussèle (= Tote li hôte sôcièté) esteûve à l’ Manôye.

Le tout Bruxelles était à la Monnaie.

 

7 « tos » s’emploie devant « nos-ôtes » et « vos-ôtes », mais on dit généralement : « nos-ôtes tortos » et « vos-ôtes tortos ».

 

Exemple d’auteur

 

« Dièwåde à tos vos-ôtes, dji so l’ tchanteû d’ paskéyes, / À Lîdje, dji so k’nohou dispôy saqwants-an.néyes .» (Toussaint 1871, 92) (E)

 

 

4.6.2.4 Correspondant au français « quel(le)(s) que + être », on a en wallon :

 

1) qui … fuche come i / èle vout (sg.)

qui … fuchenuche come is / èles volenut (pl.)

 

quel(le) que soit …

quel(le)s que soient …

2) qui ç’  fuche n’ impôrtè qué (quéne, qués, qués-, quénès, quénès-)

 

quel(le) que soit …

3) qui ç’ fuche n’ impôrtè comint

qui ç’ fuche n’ impôrte èwoù

qui ç’ fuche n’ impôrtè quand

qui ç’ fuche n’ impôrtè quî = qui ç’ fuche quî qui ç’ vout / vouye = qu’ i fuche come i vout

qui ç’ fuche n’ impôrtè qwè

quelle que soit la façon

où que ce soit

quel que soit le moment

quel qu’il soit

 

quel(le)(s) que soi(en)t

 

Ex :

1) Qui s’ cote fuche come èle vout, èlle a l’ aîr gaye.

Quelle que soit sa robe, elle a l’air jolie.

2) qu’ i prinde n’ impôrtè qué dècision

quelle que soit sa décision

3) qu’ i l’ faîye n’ impôrtè comint

quelle que soit la façon dont il le fait

qui ça fuche ossi malauji qui ç’ vouye

quelle que soit la difficulté

po qué raîson qui ç’ fuche =

qui v’s-eûchoche n’impôrtè qué raîson

quelques bons motifs que vous ayez

què l’ ome seûche come i vût = … çu qu’ i vût = … çu qu’ il èst = … n’ impoûrte qui (Coppens 1959, 52) (O)

quel que soit l’homme

què lès miséres seûchonse come èles volont = … çu qu’ èles sont (id.)

quelles que soient les misères

qui ça vaye come ça vouye (ou: … come ça vout)

quelle que soit la façon dont cela cela va

 

 

4.6.2.5  (F) « quelque(s) » en wallon

Ex :

Dj’ a invité saquants djins.

J’ai invité quelques personnes.

Dj’ a one miète d’ èspwêr.

J’ai quelque espoir.

Dj’ a co assez auji.

J’ai quelques facilités.

dins lès vint’ ans, autour dè vint’ ans (Coppens 1959, 52) (O)

quelque 20 ans

 

4.6.2.6  (F) « certain(e)(s) » = (W) « dès … qu’i gn-a »

Ex :

Gn-a dès djins qu’ gangnenut l’ dobe di mi.

ou : … di ç’ qui dj’ gangne.

ou : Gn-a dès djins qu’ i gn-a qu’ gangnenut l’ dobe…

dès djins qu’ i gn-a (certaines gens) (Remacle 1952, 300) (E)

Certaines gens gagnent le double de ce que je gagne.

 

Po dès djins qu’ i gn-a, i faureûve one guêre.

Pour certains, il faudrait une guerre.

à dès plèces qu’ i n-a (Bertrand-Duchêne, s.d., 80) (E)

en certains endroits

dès djoûs qu’ il a (Coppens 1959) (O)

certains jours

dès coûps qu’ il a (Copp. 1959) (O), dès côps qu’ i gn-a (Rem. 1952, 300) (E)

(certaines fois,) parfois

dès cis qu’ i gn-a (Remacle 1952, 300) (E)

certains

Is sont bons à r’planter, brâvemint qu’ i gn-a. (Beaucoup sont bons à replanter.) (id.)

beaucoup

 

4.6.2.7 « ôte »   

1) L’ adjectif ôte se trouve dans maintes expressions elliptiques (le nom « saqwè » étant sous-entendu).  (Bertrand-Duchêne, s.d., 81) (E)

Ex : Dj’ ènn’ a vèyou bin dès-ôtes .

Ènn’ a co fêt dès pus-ôtes.

Wice îreû-dje d’ ôte ? (Où irais-je ailleurs ?)

 

On emploie fréquemment l’ adjectif « ôtes » avec les pronoms personnels « nos » et « vos ». (Bertrand-Duchêne, s.d., 81) (E)

Ex :

 ! Qu’ èlle èst bèle, li Moûse d’ amon nos-ôtes !

Arindjîz-ve inte di vos-ôtes.

 

NB Avec l’ adjectif possessif « tès » la formule est très familière .

Ex : Wice vas-se don, tès-ôtes ? (Où allez-vous, donc, vous autres?) (Bertr.-Duch., s.d., 81) (E)

 

2) Constructions particulières (Remacle 1952, 284) (E)

Ex.:

I n’ f’reût djà d’ ôte.

Il ne ferait déjà rien d’autre.

Wice îreû-dj’ d’ ôte?

Où irais-je ?

Volà co dès pus-ôtes.

Voilà encore des choses plus étranges.

I-ont bin fêt one pus-ôte soterèye.

Ils ont fait une bêtise plus étonnante encore.

du fî qu’ à ôte (di fèye qu’ à ôte)

de fois à autre, parfois, une fois en passant (arch.)

 

4.7 Adjectif numéral

4.7.1 Adjectif numéral cardinal

4.7.1.1 Présentation

 

 

1

masculin:

 

 

onk (masc.) (emploi absolu)

(ôk (Bast. 1909, 329) (E); iun (Bastin 1965, 40; Copp. 1959, 46) (O); iunk (Twiess. 1994) (S))

 

I d-ara iun. (Il y en aura un.) (Coppens 1959, 46) (O)

 

on + consonne (C, E; ô (Bastin 1909, 329) (E); in (O))

Ossi vrêy qu’ i n-a qu’ on Diu ! (Bertrand-Duchêne, s.d., 75) (E)

ô djôr (Bastin 1909, 329) (E)

èn-uch, in-n-uch (Bastin 1965, 40) (O)

 

on- + voyelle (in- (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E); èn-, in-n- (Bastin 1965, 40) (O))

on-èfant (Bastin 1909, 329) (E)

Ça n’ a nin stî faît pa trwès-omes, mins pa on-ome, rin qu’ on-ome.

Il èst malåde dispôy in-an. (Bertrand-Duchêne, s.d., 75) (E)

in-n-osti (Coppens 1959, 46) (O)

 

féminin :

 

 

one (CW, (Bastin 1909, 329) (E); ine (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E); ieune (emploi absolu), ène (Bastin 1965, 40; Coppens 1959, 46) (O); ieune(Twiesselman 1994) (S) )

one neut (Bastin 1909, 329) (E)

Is n’ ont qu’ ine båcèle. (Bertrand-Duchêne, s.d., 75) (E)

I n’ d-a pus qu’ ieune. (Il n’y en a plus qu’une.) (Coppens 1959, 46) (O)

ène ardwèse (Coppens 1959, 46) (O)

 

NB -y-onk (masc.), -y-one (fém.) dans les composés.

 

vint’-yonk ; vint’-y-one ;… sauf : quatrè-vint-onk

2

deûs (C, E, O, S; deûs’ mais deûs + consonne (Remacle 1952, 272) (E))

deûs’ dans: deûs’ treûs (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E))

 

deûs- + voyelle

 

deûs-omes, deûs-eûres

3

trwès (treûs (Bastin 1909, 329) (E),  treûs’ mais treûs + consonne (Remacle 1952, 272) (E); twès (Grignard 1908; Coppens 1959, 46), two, twas, twès (Bastin 1965, 40) (O); trwas (Twiess. 1994) (S))

 

twès-omes (Coppens 1959, 46) (O)

 

trwès- + voyelle (treûs- (Bastin 1909, 329) (E))

 

trwès-èfants, trwès-aragnes

4

quate (C, O, S; qwate (Bertrand-Duchêne, s.d., 74), qwète (Bastin 1909, 329) (E))

inte qwate oûys (ou: qwate-z-oûys) (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E)

qwète djôrs (Bastin 1909, 329) (E)

 

quatre + une monosyllabique qui commence par une voyelle accentuée

(qwatre (Bertr.-Duch., s.d., 74), qwètre (Bast. 1909, 329; Rem. 1952, 272) (E); quatre (Copp. 1959, 47) (O))

quatre ans, quatre âres, quatre eûres, quatre omes, quatre oûs

Mais : quate as’, quate on.nes, quate oûrs’

 

qwètre èfants (Bastin 1909, 329) (E)

 

 

 

quate-z- + voyelle est utilisé dans certains cas (Remacle 1952, 273) (E) (Ce « z » est analogique. Il correspond au « -s » du pluriel.)

inte qwate-z-oûys (entre quatre yeux (français populaire: entre quatre-z-yeux)),

lès qwate-z-omes (les quatre hommes) (Remacle 1952, 273) (E)

inte quate-z-îs (Coppens 1959, 47) (O)

 

quatrè- : dans « quatrè-vint » (quatru- (Remacle 1952, 272) (E))

 

 

5

cink (cénk (Grignard 1908) (O); cék (Bastin 1909, 329), cink (Remacle 1952, 272) (E), cink (S))

 

de là: Dj’ a faît on cink à m’casake. (= une déchirure en angle droit)

 

6

chîj (CW, SW; sîh (Bastin 1909, 329;  Remacle 1952, 272) (E); chîs’ (Bastin 1965, 40) (O))

sîh èfants (Bastin 1909, 329) (E)

 

chîs + consonne  (C, O; sîs ((Bertrand-Duchêne, s.d., 74; Bastin 1909, 329) (E))

chîs djins, chîs feumes, chîs tchèstias 

sîs cwîs, sîs fortchètes (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E)

sîs djôrs (Bastin 1909, 329) (E)

 

chîs- + voyelle (CW, O; sîs- (E))

chîs-âmes, chîs-âres, chîs-ârmwêres, chîs-as’, chîs-omes, chîs-on.nes, chîs-ôrlodjes, chîs-oûrs’, chîs-ous, chîs-uchs 

Mais : chîj ans ; chîj eûres.

 

7

sèt’

 

sèt-z- ( « z » analogique. cf quatre) (Remacle 1952, 273) (E))

sèt’ feumes

sèt’ omes (Coppens 1959, 47) (O)

nos sèt’-z-afêres (nos sept affaires, càd. armes et bagages) (Waimes) (E)

lès sèt-z-ôtes (les sept autres) (Bast. 1965, 40) (O)

 

exception:

lès sèt-ôtes ou lès sèt’-z-ôtes (C;  (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E))

 

8

iût’ (emploi absolu)

(ût’ ((Bertrand-Duchêne, s.d., 74), ût’ (Bastin 1909, 329) (E); wit’ (Grignard 1908) (O); wit’ (Twiess.  1994) (S))

 

 

iût + consonne

(ût ((Bertrand-Duchêne, s.d., 74), ût’ (Bastin 1909, 329) (E); wit (Grignard 1908) (O);

iût djins

ût poyes (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E)

ût’ djôrs (Bastin 1909, 329) (E)

ût-èfants (Bastin 1909, 329) (E)

 

iût-z- devant une voyelle

 

iût-z-âres, iût-z-èfants, iût-z-omes 

9

noûf        (neuf (Grignard 1908), nèf, neuf  (Coppens 1959, 46) (O); nûf (Twiesselman 1994) (S))

 

 

noûf + voyelle

noûf as’, noûf èfants, noûf ostèyes 

noûf djôrs, noûv èfants (Bastin 1909, 329) (E)

 

sauf dans:

noûv ans ; noûv âres ; noûv omes ; noûv oudjes ; noûv ous

noûv eûres (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E)

neuv omes (Coppens 1959, 47) (O)

 

 

lès noûv-z-ôtes (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E)

 

 

noûv èfants ou noûv-z-èfants, noûv ovrîs ou noûv-z-ovrîs (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E)

 

10

dîj (C, O, S; dîh ((Bertrand-Duchêne, s.d., 74; Bastin 1909, 329), dîh mais dîs + consonne  (Remacle 1952, 272) (E))

 

 

dîs- + voyelle (C, O; dîh (Bastin 1909, 329) (E))

Sauf dîj ans ; dîj eûres.

dîs-omes (Bastin 1965, 40) (O)

dîh èfants (Bastin 1909, 329) (E)

 

dîs + consonante (voir chîj)

dîs djôrs (Bastin 1909, 329) (E)

dîs feumes (Bastin 1965, 40) (O)

 

11

onze

 

 

NB De « onze » à « sêze », le -s se prononce comme un -s, mais il se prononce comme -z devant une voyelle.

 

onze mésos (Coppens 1959, 47) (O)

onze omes (Coppens 1959, 47) (O)

12

doze (douze (Coppens 1959, 46) (O); douze (Twiesselman 1994) (S))

 

 

13

trêze (C, S; traze (Bastin 1909, 329) (E); tréze (Coppens 1959, 47) (O)

 

 

14

quatôze (C, (Balériaux, s.d.) (O); -ôze, -oûze (Bastin 1965, 40) (O); quatwaze (Bastin 1909, 329) (E); -ôrze (Twiesselman 1994) (S))

 

 

15

quinze (C, S; qwéze (Bastin 1909, 329) (E); quinje (Bastin 1965, 40), quinze, quinje (Coppens 1959, 47), quinze, quénze (Balér., s.d.) (O))

 

 

16

sêze (C, S; saze (Bastin 1909, 329) (E); séze (Coppens 1959, 47) (O))

 

 

17

dîs-sèt’ (C, S; dîchèt’ (Bastin 1965, 40; Coppens 1959, 47) , dîs-sèt’, dîchèt’ (Balériaux, s.d.) (O))

 

dîs-sèt’ ans ; dîs-sèt’ eûres (durée) ;…

Attention : dîs-sèt’-z-ôtes

18

dîj-iût’ (dîh-ût’ (Bast. 1909, 329) (E); dîj-wit’ (Bast. 1965, 40; Copp. 1959, 47), dîs-wit’, dîj-wit’ (Balér., s.d.) (O); dîj-wit’ (Twiess. 1994) (S))

 

dîj-iût’ ans ; dîj-iût-eûres ; …

Attention : dîj-iût-z-ôtes

19

dîj-noûf (dîh-noûf (Bast. 1909, 329) (E); dîj-neuf (Bast. 1965, 40; Copp. 1959, 47), dîs’-neuf, dîj-neuf  (Balér., s.d.) (O); dîj-nûf (Twiess. 1994) (S))

 

voir « noûf »

20

vint’ (C, E, O, S; vét’ (Bastin 1909, 329), vint’ mais vint + consonne  (Remacle 1952, 272) (E))

vint-ans ; vint-eûres.

 

vint-z- + voyelle

(vét (Faymonville) (E))

NB « z » analogique. cf quatre) (Remacle 1952, 273) (E))

 

vint-z-eûros

vét-z-omes (Bastin 1909, 330) (E)

vint-z-èfants (Bastin 1965, 40) (O)

21

vint’-y-onk (emploi absolu)

(vint’-onk (Bertr.-Duch., s.d., 74) (E); vint’-èt-iun (Bast. 1965, 40; Copp. 1959, 47) (O); vint’-èt-iunk (Twiess. 1994) (S))

 

 

vint’-y-on + nom masculin commençant par une consonne

vint’-y-on mimbes, vint’-y-on camions

 

vint’-y-on- + nom masculin commençant par une voyelle

vint’-y-on-ans, vint’-y-on-âres, vint’-y-on-as’, vint’-y-on-omes, vint’-y-on-ous

 

dans certains cas: vint’-y-on-z-

vint’-y-on-z-èfants, vint’y-on-z-uchs

 

vint’-y-one (vint-èt-ieune (Twiesselman 1994) (S))

 

vint’-y-one ârmwêres, vint’-y-one feumes

22

vint’-deûs

voir : « deûs »

23

vint’-trwès

voir : « trwès »

24

vint’-quate

 

25

vint’-cink

 

26

vint’-chîj

voir : « chîj »

27

vint’-sèt’

voir : « sèt’ »

28

vint’-iût’

voir : « iût’ »

29

vint’-noûf

 

voir : « noûf »

30

trinte (_, trente (Bastin 1965, 40;  Coppens 1959, 47 (O))

 

 

40

quarante (C, O; qwè- (Bastin 1909, 329), qua- (Rem. 1952, 272) (E))

 

 

50

cinkante (C, O; cékwante (Bastin 1909, 329), cinkante (Remacle 1952, 272) (E))

 

 

60

swèssante

 

70

sèptante

 

 

80

quatrè-vint (C, O; qwate-vint (Liège), qwète-vints (Sprimont)  (Rem. 1952, 273), ûtante (Bast. 1909, 329), quatru- (Rem. 1952, 272) (E), octâte (Jupille (Rem. 1952, 274)  (E); octante (Recogne) (Rem. 1952, 274) (S))

NB « iûtante », tombé presque en désuétude, serait préférable à « quatrè-vint ».

 

 

 

quatrè-vints- + voyelle

quatrè-vints-ans (Bertrand-Duchêne, s.d., 74 (E); Bastin 1965, 40 (O))

 

81

quatrè-vint onk (sans liaison) (quatrè-vint-iun (Bastin 1965, 40; Coppens 1959, 47) (O))

 

 

88

quatrè-vint iût’ (sans liaison) (quatru-vint ût’ (Rem. 1952, 272) (E))

 

 

90

nonante

 

 

100

(on) cint (C, O, E; cint’ (Bastin 1909, 329), cint’ mais cint + consonne (Remacle 1952, 272) (E))

= nom ou adjectif

 

 

 

Dj’ a r’piké on cint d’pôurias.

I gn-a cint’. (Il y en a cent.) (Remacle 1952, 272) (E)

on cint d’ mosses (Bertr.-Duch., s.d., 74) (E)

On dit aussi : cint feumes, cint-z-omes.

cint-z-omes (Bastin 1909, 330) (E)

Mais : cint-ans.

Toutefois, au pays de La Gleize, on dit: cint-omes. (Remacle 1952, 272) (E)

Et à Nivelles: cint-z-ans, cint-z-ouvrîs. (Coppens 1959, 47) (O)

 

101

cint-èt-onk (C, (Bertr.-Duch., s.d., 74) (E); cint-èt-iun (Bast. 1965, 40), cint-iun (Copp. 1959, 47) (O))

« », quand on compte dès féminins

 

 

cint-èt-one  + nom féminin

 

 

cint-èt-» pour 101, 102, 103, 104, 105, 106, 107, 108, 109, 110, 111, 112, 113, 114, 115, 116, 120, 130, c’est-à-dire devant les adjectifs numéraux monosyllabiques

 

 

200

deûs cints

voir : « cint »

deûs cints-omes (Remacle 1952, 272) (E)

 

1.000

on mile (ou: mile) = nom

(C; mèye (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (EW); mile (O))

Gn-aveûve bin on mile.

on mile di djins

on mèye di clås (Bertr.-Duch., s.d., 75) (E)

in mile di puces (Balériaux, s.d.) (O)

 

dès miles

dès miles d’ (+ voyelle)

dès miles di (+ consonne)

 

 

parfois « milès » + nom féminin

Dès milès (ou : dès miles) djins l’ ont vèyu.

 

 

Exemples d’auteur

« Pwîs l’ machine a fautchî, en copètant èt clabotè, mousse o prè dins lès mile èt milès fleûrs qui rîyenut .» (Laloux 1969, 201) (C)

« … dès milès grossès pates di leups » (Laloux 1981, 53) (C)

1100

onze cints

 

10.000

dîs miles (mile: prend -s)

on wagon d’ dîs mèyes (Bertrand-Duchêne, s.d., 74) (E)

 

1.000.000

on milion = nom (_, miyon (Bastin 1965, 40), milion (Coppens 1959, 47) (O))

Nin co po on milion !

on milion d’ sôdârs

1.000.000.000

on miliârd = nom (_, miyârd (Bastin 1965, 40) , miliârd (Coppens 1959, 47)  (O))

 

1.000.000.000.000

on bilion

 

1.000.000.000.000.000

on trilion

 

 

 

4.7.1.2 Remarques 

 

1) 2 :

one cope (= deux)

Ex : one cope di colons ; one cope di mâriés ; one cope d’ous

 

one paîre (= deux qui vont ensemble, par exemple, un gauche et un droit).

Ex : one paîre di solés ; one paîre di wants.

 

Attention : one cope di soçons           (F) une paire d’amis.

 

one djèrmale : deux jumeaux

 

2) 3:

 on trèpîd (= un trio, c’èst-à-dire trois personnes accordées ensemble; parfois affectueux, plus souvent péjoratif).

Ex. : C’è-st-on fameûs trèpîd !

 

one trokète : trois jumeaux (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (E)

 

3) 5:

one quinte = une réunion de cinq carte de même couleur

Ex. : ine quinte hôte à make (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (E)

 

4) 10:

one crwès (= dix, surtout en parlant d’années)

Ex : Binrade chîs crwès ! = Binrade swèssante ans !

Il a sès sèt’ creûs. (Il a septante ans.) (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (E)

 

5) 26: ancienne mesure (pour compter les oeufs)

on quautron ( (E) qwåtron) (= 26) (25 + one rawète)

on d’méy quautron (= 13)

Ex : I m’ faureûve on d’méy quautron d’ oûs.

On vind dès-ous au quautron (26) ou au d’méy quautron (13).

on qwåtron d’ djèyes, on d’mèy qwåtron d’oûs (= 13). (Bertrand-Duchêne, s.d., 76) (E)

 

6) Comme on dit : « iût djoûs » pour « one samwin.ne » et « quinze djoûs » pour « deûs samwin.nes », on dit « dimwin è iût’ », « odjoûrdu è quinze »

 

7)  On dit « one pâdje », mais « pâdje onk », « pâdje vint’-y-onk », « pâdje trinte-y-onk » etc.

    On sous-entend le mot « numérô ».

 

8) plus que + nombre cardinal

 

dins lès …

Gn-a bin dins lès cinkante.

… èt dès           

trinte èt dès, quarante èt dès (plus de 30, plus de 40)

Il a d’ ça trinte èt dès-ans. (Il y a de cela plus de trent ans.) (Copp. 1959, 47) (O)

… èt co d’pus           

on mile èt co d’ pus

dès miles è co d’ pus (Bastin 1965, 41) (O)

I d-avout mile èt co pus (Il y en avait mille et plus.) (Coppens 1959, 47) (O)

… èt pa-d’là           

on cint èt pa-d’là

deûs cints èt pa-d’là (au-delà de 200)  (Bastin 1965, 41) (O)

… èt co hope

dîj èt co hope

 

Exemple d’auteur

 

« N’ èstin’ à chîj : maman cûjéve tos lès quénze djoûs. Èle fiéve vént’ èt dès pwins .»  (Gaziaux 1987, 204) (C)

 

 

9) beaucoup:

 

dès… èt dès..

dès miles et dès miles

one masse di

Gn-aveûve one masse di djins.

on moncia      

Dès pârtisans, dj’ ènn’ a on moncia !

one contrèmasse

Gn-a one contrèmasse di spreuwes o cèréjî.

one kèkéye di

… èt one kèkéye di comissaîres come i gn-a wêre . (Dèplome di rwè dès minteûs dès 40 molons)

dès kèkéyes di

I lî a sorvinu one queuwéye di maleûrs.

one queuwéye di

 

dès queuwéyes di

 

one tchèréye di

Il a abroké one tchèréye di djon.nes.

dès tchèréyes di

 

one trûléye di

Gn-a todi one trûléye di gamins su l’ place.

dès trûléyes di

 

li diâle (èt co d’ pus) di

Gn-aveûve nin l’ diâle di djins è l’ ètèremint.

Gn-a l’ diâle èt co d’ pus què l’ pinsenut.

 

10) on mile (/ma:jl/) Mot anglais (1 609 m)

 

11) Il existe encore une énumération par 20 au pays de La Gleize (Stoumont). (Remacle 1952, 273) (E)

Ex : on pourcê qui peûse ût vints (un cochon qui pèse 160 (livres)), noûv vints (180 (livres)).

 

A La Gleize même, des personnes âgées se souviennent d’avoir entendu leurs grands-parents dire encore qwète-vints-ans, qwète vint-èt doze (92, auj. nonante-deûs’), sî vints vèdjes (auj. cint-èt vint v.) (120 verges).

 

12) Il arrive sporadiquement que, devant un subst. fém. pl., un adj. numéral cardinal prenne la terminaison « -ès » caractéristique du qualificatif féminin pluriel antéposé au nom.

Ex. : li djoû dès sètès-èglîjes (le jour des sept églises, càd. le Jeudi-Saint) (Remacle 1952, 273) (E)

 

13) La numération par 100 (onze cents au lieu de mille cent, etc.) n’est plus employée aujourd’hui en français que jusqu’à 1900. En wallon, on conserve l’habitude de compter les centaines par un multiple de 100 même au delà de 2000. (Remacle 1952, 274) (E)

Ex. :  1100 = onze cints ; 1850 dîh-ût cint èt cinkante ; 2600 = vint’-sî cints ; 3100 trinte-on cints. 

Dans le langage commercial, on dit couramment des phrases elliptiques où l’on omet « cint ».

Ex.:

I d’mande trinte-onk.

Il demande 3100.

Dju l’ a avou po quarante-sèt’.

Je l’ai eu pour 4700.

 

 

14) Les calculs

 

+

plus’ / èt

2 + 2 deûs èt deûs,

mwins (mons (EW))

2 – 2 deûs mwins deûs

8 – 3 iût’ mwins trwès (ou: twès dè wit’ (Coppens 1959, 48) (O)

x

côp(s) (parfois: fîs (Remacle 1952, 279) (E); coûp(s) (Coppens 1959, 51) (O))

2 x 2 deûs côps deûs

:

divisé pa

10 : 2 dîj divisé pa deûs (deûs dins dîj (Coppens 1959, 49) (O))

=

égâl (égal) / c’ èst / ça faît (çoula fêt côp(s) (parfois: fîs (Remacle 1952, 279) (E))

(10 : 2) = (5) (deûs dins dîj) va (cîk côps) (Coppens 1959, 49) (O))

 

 

15) Les heures s’indiquent en principe comme en français.

 

01.00

Il è-st-one eûre.

Il est une heure.

08.30

Il èst iût-eûres èt d’méy.

Il est huit heures et demie.

10.15

Il èst dîj eûres on quârt (… èt l’ qwârt (Rem. 71952, 278) (E); … èt quârt (Copp. 1959, 49) (O))

Il est dix heures et quart.

10.35

Il èst dîj eûres trinte-cink. = … onze eûres

mwins vint’-cink. ( = vint’-cîk minutes pou

twès-eûres (Copp. 1959, 49) (O)

 

10.45

Il èst onze eûres mwins on quârt (… mons l’ 

qwârt ou on qwârt à onze (Rem. 1952, 278) (E))

Il est onze heures moins le quart.

11.40

Il èst doze eûres mwins vint’. (vint minutes à

doze (Remacle 1952, 278) (E))

Il est douze heures moins 20.

 

4.7.1.3  De nombreuses expressions renferment des nombres cardinaux 

 

1:

Ex :

ènn’ awè one boune avou…

= awè dès rûses avou… 

I n’ a faît ni one, ni deûs.

= I n’ a nin frapyî.

Ça n’ va qu’ d’ one fèsse.

= Ça n’ va nin d’ trop.

Vaut mia on mouchon è s’ mwin qu’ deûs su l’ (h)aye

= Vaut mia l’ awè qui d’ l’ awè bon.

Ci n’èsteûve qu’one djin. ou Ci n’èsteûve qu’one tièsse.

= Gn-aveûve dès djins tos costés 

Ça n’ vint nin à onk.

= Gn-a nin dandjî di spèpyî, d’ waîtî près .

À l’ grocheû d’ on tch’vau près.

= Min.me à pau près, ça îrè co .

Onk, c’ èst wêre, deûs, ça va, trwès, c’ èst d’trop .

 

On-èfant, c’ èst pont d’èfant .

 

I lî manke todi one mastoke po fé l’ franc.

= I boure todi trop coût .

Çu n’ èsteût qu’ one crole. (Remacle 1952, 277) (E)

Les boucles (sur sa têt) étaient si nombreuses qu’elles paraissaient n’en former qu’une.

Çu n’ èst qu’ one fleûr avâ là. (id.)

Ce ne sont que fleurs dans cet endroit.

Ci n’ èsteût qu’ ine plåye di tot s’ cwèr.  (Liège) (id.)

Tout son corps n’était que plaies.

èsse tot èn-one êwe (id.)

(litt. être tout en une eau) être tout baigné de sueur

èsse tot èn-on song (id.)

(litt. être tout en un sang) être tout ensanglanté

Nos-èstans d’ one vîhèsse. (id.)

(litt. Nous sommes d’une vieillesse.) Nous avons le même âge.

Is sont è-n-on pan. (id.)

(litt. Ils sont à un pain.) Ils mangent du même pain, ils font ménage ensemble.

 

NB « on pwèl » = 1 one miète ; one pitite quantité. Ex : Gn-a nin on pwèl di bûre è l’ bûriére.

                         2 one pitite difèrince   Ex : à on pwèl près.             

 

Exemples d’auteurs

 

« Il a quand min.me avisè à l’ vole, nin d’djà l’ timps d’one bauye, qu’i trèvautcheut à dadaye li p’tit Plantis’ di Grognau .» (Laloux 1969, 53) (C) 

 « Poqwè-ce qu’i gn-a tant dès mwin.nadjes qui n’ vont qu’ d’one fèsse ? »   (Gillain 1932, 75) (C)

 « Èt on n’èva nin su one djambe ; on-z-a co mètu l’ cougnèt .»  (Laloux 1969, 177) (C)

  « C’ èsteut one comére come gn-a : « Si mâriè on côp èt moru on côp .»   (Laloux 1969, 105) (C)

 « Come on n’ è va nin su one djambe, Djan-Piêre rimplit lès vêres .» (Houziaux 1964, 138) (CW) = Come on n’ è va nin après n’ awè bèvu qu’ on vêre,… »

 « Po l’ momint, ça n’ aleut qui d’ssus one djambe, pace qui lès rays, èrènis, moussint o l’ nîve trop mole ;… »  (Houziaux 1964, 74) (C)

  

2:

Ex :

ièsse li deûs

= ièsse ieû 

Deûs mots, quate paroles.

= one pitite convêrsâcion 

Deûs côps ni s’ batenut nin 

.= Ça n’ èst nin grâve s’ on l’ dit ou l’ fé deûs côps. (Se dit surtout quand on a dit « Bondjoû » deux fois.)

Deûs cus tot nus ont dès rûses di s’ rascouviè n-on l’ ôte .

= Deûs pôves ont dès rûses di s’ aîdî n-on l’ ôte.

on trau qu’ gn-a nin d’djà place po-z-î bate deûs tchins 

= one pitite place       

ièsse riniètyî come on via qu’a deûs méres 

= ièsse bin r’niètyî, bin boté

awè deûs

= si r’tirer do djeu po on momint sins è pâti (èfants)

One si bèle vatche. Èle va toûrnè à rin, vos vièroz ! One bièsse qui done come on pus’ à deûs sayas ! 

 

Ça va come on pus’ à deûs sayas. 

= On dispinse à r’laye.

ièsse ètur lès deûs 

= ni nin ièsse trop d’assène

ièsse ètur deûs-âdjes 

= awè d’ 20 à 25 ou d’ 50 à 60 ans

awè one aîr di deûs-aîrs 

= ni nin awè l’aîr franc

(Ièsse) deûs côps bon, c’èst (ièsse) on côp bièsse .

 

Çu qu’èst bin faît èst faît deûs côps. 

= Gn-a pus dandjî d’î rin candjî. ou Ça èst faît po durer.

Dji n’ di nin deûs côps mèsse po on skèlin . 

= I n’ mi plaît nin d’ rèpèter.

Is s’ ètindenut come deûs côpeûs d’ boûsse ou come deûs mwins su l’ min.me vinte .  

= Is s’ ètindenut fwârt bin èchone.

On bon tchèsseû n’ lache jamaîs sès deûs côps èchone .

= On-z-aude todi on-ârgumint d’ résêrve .

 

I n’ faut nin pinser qu’ dj’a skèpyî à deûs côps .

= Dji n’ so nin d’ doûce crwèyance.

C’ èst deûs côps rin .

= C’ èst rin po dîre ; simpe ; auji .

dè l’ taute à deûs crosses 

= do pwin

Deûs cus qu’ s’ ont vèyu sont parints èchone po tote leû vikaîrîye .

 

I t’ freûve vôy li lune à deûs-eûres di l’après l’ din.ner .

= I raconte dès fameûses crakes.

Il in.me mia deûs-oûs qu’ on canada .

= Il èst pwârté po l’ bourache.

Il in.me mia deûs gros qu’on p’tit .

= Il è-st-intèrèssé.

Il in.me mia deûs « auwe ! » qu’on « iû ! » 

= Il in.me mia n’ rin fé qui d’ travayî.

Il èst pris ètur deûs feus .

= Il èst t’nu d’ deûs costés.

ièsse come on pû ètur deûs-ongues 

= ièsse sèré

Il è wîde come d’ on pus’ à deûs sayas . 

= I drache.

Gn-a d’ pus d’idéyes dins deûs tièsses qui dins one .  (On rajoute : « Gn-a d’ pus d’ pûs èto !)

 

vôy deûs timps 

= mau viker après awè bin viké

Dîre èt fé, c’ èst deûs . 

 

touwer deûs mouches d’on côp d’ savate  

= régler deûs-afaîres au côp

akeûde deûs boutons d’on côp d’èwîye .

= régler deûs-afaîres au côp

 

Exemple d’auteurs

« Surtout quand i r’causeut d’one paskéye qui l’ Manu aveut stî l’ deûs .» (Laloux 1974, 184) (C)

« Li ci qu’ a stî l’ deûs a d’djà rovyî qu’ ‘l a stî plotè .» (Laloux 1974, 13) (C)

« … èt dès misaumènes po deûs côps rin .» (Laloux 1974, 178) (C)

« Sintant à s’ cu tchins èt tchèsseûs, / I paute sins fè ni one ni deûs .» (Houziaux 1954, 90) (C)

 « Là, tin, asteûre, qu’ i va r’falu baguè èt r’brokè o p’tit cayon, su l’ Plin, Èwoù qu’ gn-a jusse li place d’ î fé bate deûs tchins .» (Laloux 1969, 179) (C)

 « Adon, li P’tit Bêrt aureut-i co bin discoplè deûs gades ? » (Laloux 1969, 18) (C)

 

3:

Ex :

On scrèt po trwès djins, ç’ n’ èst pus on scrèt .

 

C’ ènn èst à trwès-on.nes po on franc. 

= Ça n’ vaut nin grand tchôse.

Il a trwès toûs è s’ potche di pus qui l’ diâle .

= C’ è-st-on vichau.

Quand gn-a po trwès, gn-a po quate.

 

Il a faît sès trwès (quate, cink,…) crwès. 

= Il a ieû trinte (quarante, cinkante,…) ans.

Dè l’ nîve dissus dès broûs, dè l’ djaléye divant trwès djoûs .

 

Onk, c’ èst wêre, deûs, ça va, trwès, c’ èst d’ trop .

 

  

4:

Ex :

sawè sès quate régues 

= sawè compter

À onk di cès quate (djoûs) !

= À binrade !

ni sawè compter quate 

ièsse bièsse

I n’ a nin compté quate.

= I n’ a nin rèsisté longtimps.

voler lès quate fiêrs è l’ aîr 

= tchaîr tot tapant sès pîds au hôt

dispinser sès quate mastokes 

= dispinser l’ wêre qu’ on-z-a

quate pas pus lon 

= one miète pus lon

quate pwèls 

= wêre

quate pèlés èt deûs tondus 

= rin qu’ saquants djins

I s’ sikètereûve è quate po fé plaîji .

= I s’ dôreûve bran.mint do mau po fé plaîji.

fé in quate (in chife) (Coppens 1959, 48) (O)

(litt. faire un quatre (en chiffre)) faire un piège en forme de 4 pour attraper des rats

quate èy’ in p’tit (id.))

(litt. quatre et un petit) un petit nombre indéterminé ou que l’on neveut pas dire

fé quatre eûres (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (E)

= bwâre li cafeu (prendre une collation dans l’après-midi (= goûter)

 

Exemples d’auteurs

« È l’ iviêr, pa-d’zos li stûve, è l’èsté, n’impôrte èwoù, d’abôrd qu’ gn-a quate pwèls di solia .»  (Wartique 1954,185) (C)

 

5:

Ex:

awè sès cink loçîyes (ou : sès cink coutias ou : sès cinks sins) 

= ièsse tot jusse

ni nin awè sès cink loçîyes (… coutias ; … sins) 

= ni nin ièsse come on-ôte

fé in cîk (Coppens 1959, 48) (O)

(litt. faire un cinq) faire une déchirure en forme de V (dans un vêtement)

Vos-avez fêt on lêd cink à vosse mantê. (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (E)

 

6:

Ex :

Dj’ ènn’ a nin d’ pus dins chîj qui dins sèt’ (ou : d’ chîj qui d’ sèt’). 

= Dji m’è caye.

Ça n’ va nin chîs côps d’ trop. 

= Ça n’ va nin fwârt bin.

si cotaper come chîs diâles 

= si cotaper au-d’là

one mèsse di chîs samwin.nes 

= mèsse chîs samwin.nes après l’ ètèremint

Dins chîs mwès, c’ èst co l’ iviêr. 

= I n’ faut nin pinser qu’ ça va aler mia.

Chîj, quate èt co deûs.

= Assez bin. = Tot l’ min.me saquantes.

On n’ d-ara nin pus dins chîs’ què dins sèt’. (Coppens 1959, 48) (O)

(litt. On n’aura pas plus dans six que dans sept.) On se sera pas plus avancé, avantagé.

Austant chî pourchas qu’ un tchin. (id.)

(litt. Autant six cochons qu’un chien.) Cela m’est égal.

 

7:

Ex :

Sèt’, c’ è-st-on nombe di minteû .

= I n’ faut nin crwêre li cia qui dit : « Gn-a sèt’  ci, sèt’ là ».

I lût lès sèt’ solias.

= I faît fwârt tchôd.

 

Exemple d’auteur

 « Si t’ vous k’noche li mér, ci n’ èst nin tot f’sont l’ tchèt su l’ såvion on djoû d’osté, quand i n-a lès sèt’ solos è l’aîr… » (Prigneaux 1971, 52) (E)

 

8:

Ex :

iût djoûs 

= one samwin.ne

 

« Gn-a iût’!», di-st-i l’ tchin.

(On tchin qu’ a on côp s’ plind insi.)

 

13:

Ex :

Il èst monté d’ ostèyes come trêze qui nè l’ sont nin. 

= I ‘nn a pont ou rin qu’ dès fayéyes.

 

Djè lî a dit co trêze côps. 

= Djè lî a sovint dit (ou: Djè lî a dit, r’dit èt radit).

Dès parèy(e)s, on ‘nn a trêze à l’ dozin.ne. 

= Ça n’ vaut nin grand tchôse.

 

14:

Ex :

Il a one linwe à quatôze toûrnants .

= I n’ si faut nin fiyî à ç’ qu’ i dit.

Înocint Quatôze 

= Imbècile ! (I gn-a ieû trêze Pâpes qui s’ lomin.n’ Înocint.)

 

Exemple d’auteur

 « Înocint Quatôze ! », di-st-èle, c’ èst co ç’ grand lwagne-là, dandjereûs, qui t’aurè tchôkè ci-t-làle ! » (Houziaux 1964, 128) (C)

 

15:

Ex :

awè quinze su l’s-ôtes

= awè on-avantadje au dèpârt (Sondjîz à on « quinze » au djeu d’ casse.)

Èlle a ieû quinze èt quatôze .

= Èlle a ratindu on-èfant sans ièsse mâriéye.

quinze djoûs

= deûs samwin.nes  (= 14 jours:  (N) veertien dagen (ENG) fourteen days (D) vierzehn Tage ! 

l’ avwêr quinje (Coppens 1959, 48) (O)

(litt. l’avoir quinze) avoir la vie facile, une sinécure

 

20

– Dj’ aî mau m’ vinte. (jeu de mots avec 20)

– Fète ène cwès d’ssus, fra trinte. (Coppens 1959, 48) (OW)

– J’ai mal au ventre.

– Fais une croix dessus, (cela) fera trente.

 

30-40:

Exemples d’auteur

« … saquants vatches, trinte quarante pouyes, in tch’vau èyèt deûs trwès couchèts .» (Piret 1953, 76) (O)

 

36:

Ex :

Trinte-chîs mèstîs, quarante maleûrs ! 

= Il a tot sayî èt i n’a rin rèyussi.

I gn-a nin trinte-chîj 

= I gn-a nin l’ tchwès.

 

52:

Ex :

À l’ clougnète, on compte djusqu’à cinkante-deûs .

 

 

100:

Ex :

On l’ riconireûve dins on cint d’pourcias ; gn-a qu’ li qu’aureûve dès bèrikes (ou : … one marone).

 

Nos lî avant di co d’ pus d’ cint côps. 

 

on bon cint

= one miète di pus d’ on cint

on p’tit cint

= one miète mwins’ qu’ on cint

vinde au cint

Combin do cint ?       

vendre par centaines

dès cints

 

I gn-a dès cints. (Il y en a des centaines.) (Remacle 1952, 272) (EW)

dès cints d’ + consonne

dès cints di (+ 2 consonnes, dont la 2ème n’est pas un -r ou un -j ou + 3 consonnes, dont la 2ème et la 3ème ne sont pas -ch-.)

 

dès cints d’ maujones

dès cints di sclats

dès cints èt dès cints (C, O)

 

dès cints èt dès racints

 

 

Exemples d’auteurs

 « … Hê, lès stornès, vos-avoz twârt / Do vos-alè riskè aus cint diâles èri d’ Lèsse ! » (Houziaux 1964c, 104) (C)

 « .. ; ci chîje-là, vikereut-i dès cints èt dès cints-ans, i nè l’ rovîyerè jamaîs. » (Laloux 1969, 56) (C)

 

700:

Ex :

Qu’ il è vaye aus sèt’ cints diâles ! 

= Dji n’ m’ ocupe nin d’ li.

 

1000:

Ex :

spiyî à mile bokèts 

briser en mille morceaux

dès miles èt dès miles (C, O)

des milliers

dès miles èt dès ramiles 

 

dès contrèmiles

 

                       

1.000.000

Ex : Nin co po on milion 

 

4.7.1.4 Pluriel des nombres cardinaux

 

1) « vint’ », « cint », « mile », « milion » et « miliârd » multipliés et terminant l’adjectif numéral prennent la marque du pluriel.

Ex : quatrè-vints francs.

Dj’ ènn’ a deûs cints.

 

Mais : quatrè-vint-chîs francs (pas à la fin)

cint èt vint sôdârs  (pas multiplié)

 

2) Après « lès » et « dès », les numéraux « cint », « mile », « milion » et « miliârd » prennent -s.

Ex : I gn-aveûve dès cints.

Si vos saurîz lès mile côps qu’ djè lî a dit !

 

Remarques 

1 Les mots « racints » et « ramiles » (= « plusieûrs cints » et « plusieûrs miles) sont toujours au pluriel. Ils sont d’ailleurs toujours précédés de « dès ».            

2 Devant un adjectif qualificatif suivi d’un nom féminin pluriel ou directement devant un nom féminin pluriel « miles » devient « milès ».

 

Exemples d’auteurs

 « … dès milès grossès pates di leups .»  (Laloux 1951, 57) (C)

 « … dès miles èt milès p’titès stwèles qui fyint blawetè lès-ouys .» (Laloux 1969, 40) (C)

 

3) Quand « vint’ » (ou « vint ») et « cint » sont employés pour « vintyin.me » et « cintyin.me », ils ne varient pas.

Ex : C’ è-st-à l’ pâdje quatrè-vint.

 

4) Les millésimes se comptent en centaines et ne varient pas.

Ex : en onze cint

Li Bataye dès Sporons d’ Ôr, ç’ a stî en trêze cint èt deûs.

 

5) Devant la préposition « di » ou « d’ », « cint » prend -s au pluriel.

Ex : Dj’ a r’piké trwès cints d’ poûrias.

 

N.B. En réalité, « cint », « mile », « milion » et « miliârd » se substantivent et « miles » ne prend pas d’accent devant un nom féminin précédé de « di » ou « d’ ».

Ex : on cint d’ djins.

 

Exemple d’auteur

« È bin, c’ èstèt fin parèy, sinon qu’ i gn-avèt dès miles èt dès miles di lampes tot-autoû… » (Wartique 1954, 169) (C)

 

4.7.2 L’adjectif numéral ordinal

4.7.2.1 Formation

 

Il se forme généralement en ajoutant à l’adjectif numéral cardinal la terminaison « -yin.me » (« -in.me, -îme » (Remacle 1952, 277) (E))

 

Sauf :

preumî (masc.), preumêre (fém.)

premier, première

dêrin (masc.), dêrène (fém.) (dérin, fém. dérène (Bast. 1965, 40), dèrnî, -ière (Copp. 1959, 50) (O); dèrnî (Twiess. 1994) (S))

dernier, dernière

avant-dêrin (masc.), avant-dêrène (fém.) (avant-dérin, fém. avant-dérène (Bast. 1965, 40), avant-dèrnî, fém. -ière  (Copp. 1959, 50) (O))

avant-dernier, -ière

avant-avant-dêrin (masc.), avant-avant-dêrène (fém.)

avant-avant-dernier, -ière

 

qui sont les seuls à avoir une forme pour le féminin.

 

èl twosième dès dérins (l’antépénultième) (Bastin 1965, 41) (OW)

 

Les cardinaux terminés par -s changent -s en -z-.

deûs > deûzyin.me

Les cardinaux terminés par -f changent -f en -v-.

noûf > noûvyin.me

Les cardinaux terminés par -e perdent cet -e.

quate > quatyin.me

onze > onzyin.me

 

 

4.7.2.2 Voici la liste des ordinaux

 

1er / 1ère

preumî  (masc.), preumêre (fém.) (prumî(r), fém. -e (E), pr(e)umî, fém. -îre  (RCW, 1997, 29), preumîr (Bastin 1909, 330) (E); prume, preumén, preumî, fém. preumiêre (Bastin 1965, 40),  (preumî, promî, fém. preumière, pro- (Coppens 1959, 49) (O); prèmî, -îre (Twiess. 1994) (S))

2me

deûzin.me (_, -zyin.me (C); deûzin.me, -îme (E), -sime (Bast. 1909, 330) (E); deûzième (Bast. 1965, 40; Copp. 1959, 49) (O); deûzîme (Twiess. 1994) (S))

3me

trwèzin.me (_, -zyin.me (C); treûsime (Bast. 1909, 330) (E); twosième (Bast. 1965, 40), twèsième (Copp. 1959, 49) (O); trwasîme (Twiess. 1994) (S))

4me

quatin.me (_, -yin.me (C); qwètrime (Bastin 1909, 330) (E); quatième (Coppens 1959, 49) (O); quatrîme (Twiesselman 1994) (S))

5me

cinkin.me (_, -yin.me (C); cékime (Bastin 1909, 330) (E); cîkième (Coppens 1959, 49) (O); cinkîme (Twiesselman 1994) (S))

6me

chîjin.me (_, -yin.me (C); chîsième (Coppens 1959, 49) (O); chîsîme (Twiesselman 1994) (S))

7me

sètin.me (_, -yin.me (C); sètîme (Twiesselman 1994) (S))

8me

iûtin.me (_, -yin.me (C); witième (Coppens 1959, 49) (O); witîme (Twiesselman 1994) (S))

9me

noûvin.me (_, -yin.me (C); neuvième (Coppens 1959, 49) (O); nûfîme (Twiesselman 1994) (SW))

10me

dîjin.me (_, -yin.me (C); dîhin.me, -îme (E); dîjième (Copp. 1959, 49) (O))

11me

onzin.me (_, -yin.me (C))

12me

dozin.me (_, -yin.me (C); douzîme (Twiesselman 1994) (S))

13me

trêzin.me (_, -yin.me (C); trézième (Coppens 1959, 49) (O))

14me

quatôzin.me (_, -yin.me (C); -oûzième (Coppens 1959, 49) (O); quatôrzîme (Twiesselman 1994) (S))

15me

quinzin.me (_, -yin.me (C); quinjième (Coppens 1959, 49) (O))

16me

sêzin.me (_, -yin.me (C); sézième (Coppens 1959, 49) (O))

17me

dîs-sètin.me (_, -yin.me (C); dîchètième (Coppens 1959, 49) (O))

18me

dîj-iûtin.me (_, -yin.me (C); dîj-witième (Coppens 1959, 49) (O))

19me

dîj-noûvin.me (_, -yin.me (C); dîj-neuvième (Coppens 1959, 49) (O))

20me

vintin.me (_, -yin.me (C); vintîme (Twiesselman 1994) (S))

 

Après une dizaine : -y-onin.me (masc. et fém.):

trinte-y-onin.me, …, swèssante-y-onin.me, …

Attention : quatrè-vint-onin.me

21me

vint’-y-onin.me (_, -yin.me (C); vint-onin.me, -îme (E); vint’-èt-unième (Coppens 1959, 49) (O))

22me

vint’deûzin.me (_, -yin.me (C))

 

30me

trintin.me (_, -yin.me (C);

 

100me

cintin.me (-in.me, -îme (E); -ième (Coppens 1959, 50) (O))

1000me

milyin.me (-ième (Coppens 1959, 49) (O))

1.000.000me

milionyin.me (_, -yin.me (C))

1.000.000.000me

miliârdyin.me (_, -yin.me (C))

 

Ex. : Il èst l’ prumîr. (Il est le premier.) (Remacle 1952, 277) (E)

lu prumî côp (Remacle 1952, 277) (E)         

C’ èst l’ prumî û. (C’est le premier oeil.) / C’ èst l’ preumîr û. (C’est le premier aujourd’hui.) (Bastin 1909, 330) (E)      

 

 

4.7.2.3 Remarques

 

1) Li combin …. ?

 

Li combin è-st-i ?

= Qué place do classemint (èst-ce) qu’ il a ?

Li combin è-st-èle ?

= Qué place do classemint (èst-ce) qu’ èlle a ?

Li combin èstoz ?

= Qué place avoz au classemint ?

Li combin-ce qu’is sont ?

= Qué place (èst-ce) qu’ il ont au classemint ?

Li combin èstans-nes ?

= Qué place (èst-ce) qui nn’ avans dins on classemint ? ou  = Qué djoû do mwès èstans nes ?

Lès combin èstans-nes ?

= Qués places avans-nes dins on classemint ?

 

 

2) On dit : « fé preumî », « fé deûzyin.me », etc.

     ou « ièsse preumî », « ièsse deûzyin.me », etc.

ou « ièsse li preumî », « ièsse li deûzyin.me », etc.

 

Ex : Il a faît preumî su doze au sprint’.

Mi mayeté a faît deûzyin.me à Dax.

Èlle èst (l’) trwèzyin.me è scole.

 

N.B. L’emploi de l’article est rare.

 

3) « zérôyin.me » s’emploie par plaisanterie.

Ex : Li combin è-st-i ?  – Zèrôyin.me ! I n’ a nin paurti !

 

 

4) Les cardinaux servent pour les ordinaux :

 

a pour les papes, rois, princes,…                   

Ex : Li Pâpe Jean vint’-trwès, Lèyopol deûs

Sauf : preumî    Ex : Filipe preumî

b pour les jours du mois        

Ex : Li quinze d’awous’ (= li quinzyin.me   djoû do mwès d’awous’)

Sauf : preumî    Ex : li preumî d’avri

 

c pour les choses numérotées 

Ex : à l’ pâdje deûs è l’ tchambe dîj-iût’

 

5) (li) preumî (= la première chose)

Ex : (Li) preumî d’ tot, c’èst d’ waîtî s’il a payî.

     (Li) preumî qui nn’ avans à fé, c’ èst d’ distoper l’ bûse.

 aussi : po on preumî (= en premier lieu)

Ex : Po on preumî, dji m’ va mindjî.

 

6) Expressions  

ièsse preumî à l’ queuwe

= ièsse dêrin

preumî d’ tot

= po on preumî = preumêremint

èl preumî d’ tot (Balériaux, s.d., 11) (OW)

ce qui importe avant tout

dêrin d’ tot     

Vôy sès-èfants moru, c’èst l’ dêrin d’ tot.

Li preumî côp, c’è-st-one saye. (ou: Li preumî côp, c’ è-st-on côp d’ saye.)

= S’ on rate li preumî côp, on racomince.

 

Au trwèsyin.me côp, on vèt lès maîsses.

= Li trwèzyin.me côp, ça dwèt rèyussi.

ièsse parints à l’ trinte-chîjyin.me boutenêre

= ièsse parints d’ au lon

ièsse à s’ dêrène

= ièsse prêt’ à moru

 

N.B. : Après « ièsse à s’ dêrène » est sous-entendu : « bauye », « eûre », « munute », « sègonde »,…

fé s’ dêrène bauye

= moru

awè l’ dêrène

= awè raîson po fini

 

Après « awè l’ dêrène » est sous-entendu : « parole », « raîson »,…

à l’ dêrène dès dêrènes

= au tot dêrin momint

djouwer d’ l’ avant-dêrin

= pwârter l’ grosse caîsse su s’ dos

ine treûzin.me (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (EW)

au jeu de cartes une série de trois cartes de même couleur :  ine treûzin.me å valèt

ine noûvin.me (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (EW)

un exercice de piété qui consiste à accomplir des actes de dévotion pendant neuf jours consécutifs : Fé ‘ne noûvin.me a l’oneûr di Sint Mwér.

(correspond ailleurs en wallon au dérivé d’un adjectif numéral : noûvin.ne)

 

Exemples d’auteurs

« Avou one parèye vipêre, i n’ faut nin saye d’awè l’ dêrène .» (Houziaux 1964, 102) (C)

« On n’a jamaîs l’ dêrène avou Bèbêrt .»  (Wartique 1954, 177) (C)

« C’è-st-à l’ dêrène dès dêrènes qui l’ gamin s’ lèyeut à dîre po rintrè,… »  (Houziaux 1964, 135) (C)

 

7) Dans le langage enfantin, « prumîr » a comme doublet « prume ». (Remacle 1952, 278) (EW) Autrefois, lorsque les enfants voulaient se mettre à jouer, celui qui criait « May prume! » débutait; celui qui disait « May deûs’! » était le second, et ainsi de suite.  Aujourd’hui, on dit simplement : « Prume, deûs’, treûs’! ; dju so l’ prume èt twè l’ deûs’. » (« May prume » est une altération de l’expression « mihi primo » empruntée au latin; « may deûs’ » est analogique.

A Nivelles, on a « preume » ou « prome » fait aussi partie du langage enfantin: « Mi l’ prome (ou: l’ preume). » ((C’est) moi le premier ou la première.) (Coppens 1959, 49) (O)

 

8) Lorsqu’on dit « C’ èst mi qu’ èst l’ deûs’.» (C’est moi qui suis le second.), on se sert du cardinal au lieu de l’ordinal.  Le procédé est courant dans les dates, tout comme en français : lu sîh du djwin, lu trinte du sèptimbe, lu vint’-treûs’ d’ a.out; mais lu prumî d’ avri, lu prumîr du djanvîr . (Remacle 1952, 278) (E)

 

9) Jadis, au pays de Stavelot comme au pays de Liège, existait « trème » (Épiphanie, treizième jour après la Noël). Ce nom de fête, qui semble particulier à nos régions, est attesté jusqu’au 16e s. au moins. Le nom « octâve » (d’une fête) est français et savant.

 

10) Comme en anglais (the first eighty years) et dans d’autres langues, on trouve en wallon l’adjectif numéral ordinal devant un cardinal suivi du nom auquel se rapporte ce dernier.

Ex. : Lès prumîrès quatrè-vints-an.nêyes sont lès pus malåhèyes à passer è nosse vikårèye, (…). (Henri Maron, in : La Wallonne, 2, 2008,  p.10) (E)

4.7.3 Les fractions

4.7.3.1

 

on d’méy (masc.)

one diméye (fém.)

on mitan (toujours masculin)

 

on tiés’, deûs tiés’ (tîs’ (Rem. 1952, 279) (E))

 

on quârt, deûs quârts, … (on qwârt (Remacle 1952, 279) (E))

 

on cinkyin.me (on cinkîme (Remacle 1952, 279) (E))

A partir de « cinkyin.me », on emploie toujours « …yin.me » comme terminaison pour les ordinaux.

on chîjyin.me

 

 

 

Ex:   trwès iûtyin.mes

on trwès-quârts sot = on d’méy cougnî

Dji n’ a pus qu’ quate dîjyin.mes di vûwe à m’ gauche ouy èt chîs dîjyin.mes à m’ drwèt.

 

Remarques

 

« mwètèye » a pour synonyme « mitan » . (Bertrand-Duchêne, s.d., 76) (E)

Ex. : Påke èt Sint R’mèy pårtèt l’ an è mwètèye ; Noyé èt Tch’han pårtèt l’an è mitan. (proverbe)

 

« qwårtî » et « qwåtron » (quautron (CW)) désignent la quatrième partie de certaines choses.

Ex. : on qwårtî d’ dorêye ; on qwåtron d’ boûre. (Bertrand-Duchêne, s.d., 76) (E)

 

NB Le mot « qwåtron » ((CW) « quautron ») désigne aussi la réunion de 26 unités : on qwåtron d’ djèyes, on d’mèy qwåtron d’oûs (= 13). (Bertrand-Duchêne, s.d., 76) (E)

 

                     

4.7.3.2 d(i)méy

 

1) « d(i)méy » (« d(i)mèy » (EW)) varie comme un adjectif qualificatif.

Ex. : deûs-eûres èt d’méye

on djoû èt d’méy

Ci-t-ôrlodje-ci sone lès d’méyès-eûres.

N.B. : Le français préfère substantiver avec : demi-, hémi-, mi-, semi-.

Ex : Cette horloge-là sonne toutes les demi-heures.

 

On dit : «on d’ djoû », « deûs d’mès djoûs », etc. et « one diye eûre », mais  « on d’méy ome », « on d’méy cougnî », « on d’méy bonî », etc. et au féminin :  « one diméye taute », « one diméye samwin.ne », etc.

 

Dans la région de La Gleize (Stoumont), « dumé » ne change pas au féminin. (Rem. 1952, 279) (E)

Ex. : on d’mé pan (un demi-pain), one dumé péce (une demi-pièce), one pèce èt d’mé (une pièce et demie), deûs-eûres èt d’mé (deux heures et demie)

Cependant, « one dumèye eûre » (une demi-heure), mais « dès d’més-eûres » (des demi heures).

 

Expressions: (Remacle 1952, 279) (E)

 

Is n’ ont  ni èfant ni d’mé.

(litt. Ils n’ont ni enfant ni demi.) Ils n’ont pas le plus petit bout d’enfant.

I n’ è ni lâvé ni d’mé.

(litt. il n’est ni lavé ni demi.) Il n’est pas lavé du tout.

 

 

2) « méye- »  s’emploie dans « méyenût » et « méyeseûres » (= les heures qui suivent minuit), souvent employés ensemble.

Ex : I r’tchaît tofêr à méyenût méyes eûres.

4.7.4 Les multiplicatifs

4.7.4.1 Formation

 

Les langues germaniques forment tous leurs multiplicatifs :

 

1 néerlandais : eenvoudig, tweevoudig (ou : dubbel), drievoudig, viervoudig,…,…

2 anglais : simple, double, threefold, fourfold, fivefold,…

3 allemand : einfach, zweifach, dreifach, vierfach,…

 

Le français n’a que peu de multiplicatifs : simple, double, triple, quadruple, quintuple, sextuple, septuple, octuple, nonuple, décuple, centuple.

 

Le wallon a :

simpe

 

dobe = deûs côps ostant (deûs côps ostant  (Bertrand-Duchêne, s.d., 77), deûs côp(s) (parfois: fîs) ot’tant (Remacle 1952, 279) (E); deûs coûps austant (Coppens 1959, 49) (O))

I ‘nn’ a l’ dobe. = I ‘nn’ a deûs côps ostant. (deux fois autant)

I ‘nn’ a l’ mitan pus’. (Il en a la moitié en plus.) (ène mitan d’pus (Copp. 1959, 49) (O))

tripe = trwès côps ostant, doblé trwès côps

 

quate côps ostant = doblé quate côps

 

 

dîs côps ostant = doblé dîs côps (CW, (Remacle 1952, 279) (EW))

 

cint côps d’pus (… pus’ (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (E))

au centuple

 

 

4.7.4.2 Expressions 

 

simpe come bondjoû

= fwârt simpe

dobe come mès culotes

= tot-à-faît dobe (se dit aux cartes, quand quelqu’un n’a fait aucune levée

wadjî dobe conte onk

= mète deûs côps ostant qui l’ cia qu’ on wadje conte

On vos rindrè cint côps ostant .

= Cela vous sera rendu au centuple. 

4.7.5 Le nombre approximatif

4.7.5.1 L’approximation (« environ ») s’exprime comme en français par des prépositions ou des adverbes.

 

Ex. :

C’ èst dîs-eûros ou aviè là. (… ou avî là (Rem. 1952, 280) (E))

C’est 10 euros ou par là, càd_, ou environ.

dèviè deûs cints (vè … (E))

vers 200, environ 200

I d-a viè dins lès deûs cints. (Copp. 1959, 47) (O)

Il y en a environ deux cents.

autoû d’ cint (âtoû … (E), autour dè… (Coppens 1959, 47) (O))

autour de cent, environ cent

Ça cosse dins lès mile eûros. (… divins … (E))

I d-a dins lès deûs cints. (Coppens 1959, 47) (O)

Ça coûte dans les 1000 euros.

Il y en a environ deux cents.

à pô près cinkante

à peu près 50

I d-a inviron deûs cints. (Coppens 1959, 47) (O)

Il y en a environ deux cents.

 

 

4.7.5.2 Certains usages en wallon sont souvent inexistants en français. (Rem. 1952, 280-281) (E)

 

Ex. :

article indéfini « on » + adjectif numéral

on quinze djoûrs treûs samin.nes (quinze jours trois semaines environ)

I m’ fâreût on trinte eûros.

Il me faudrait quelque trente euros.

I gn-a on doze à traze cints-ans.

Il y a environ douze à treize cents ans.

 

Comparons avec le néerlandais (een dertig frank), l’allemand dialectal (ein Meter fünf, sechs), l’italien (un tre o quattro metri).

 

 

4.7.5.3 L’approximation du nombre peut aussi être rendue explicitement par un procédé morphologique, l’addition du suffixe féminin « -in.ne » (français: -aine).

Il peut s’ajouter à divers noms de nombre, ceux-ci ne dépassant jamais « cent ». Cette dérivation est même plus féconde en wallon qu’en français.

 

(français) environ 3, environ 4, ….:

 

one trwèsin.ne (ine treûzin.ne (E), ène twèsin.ne (Coppens 1959, 47) (O))

= à pau près trwès

= dèviè (ou: aviè ) trwès

one quatrin.ne (ine qwètrin.ne (E); ène quatrène (Bastin 1965, 41), ène quatrin.ne (Coppens 1959, 47) (O))

à pau près quate

dèviè (ou: aviè ) quate

one cinkin.ne (cîkin.ne (Copp. 1959, 48) (O))

à pau près cink

dèviè (ou: aviè ) cink

one chîjin.ne (ine sîhin.ne (E), ène chîsin.ne (Coppens 1959, 48) (OW)

à pau près chîj

dèviè (ou: aviè ) chîj

one sètin.ne (ène _ (Copp. 1959, 48) (O))

 

 

one iûtin.ne (ine ûtin.ne (E); ène witène (Bastin 1965, 41), ène witin.ne  (Coppens 1959, 48) (O))

 

 

one noûvin.ne (ène neuvin.ne (Coppens 1959, 48) (O))

à pau près noûf

dèviè (ou: aviè ) noûf

one dîjin.ne (ine dîhin.ne (EW); ène _ (Coppens 1959, 48) (O))

à pau près dîj

dèviè (ou: aviè ) dîj

one onzin.ne

à pau près onze

dèviè (ou: aviè ) onze

one dozin.ne (ène douzène (Bastin 1965, 41), ène douzin.ne (Coppens 1959, 48)  (O)

à pau près doze

dèviè (ou: aviè ) doze

one trêzin.ne (ine trazin.ne (E); ène trézin.ne (Coppens 1959, 48) (O))

 

 

one quatôzin.ne (ène quatoûzin.ne (Coppens 1959, 48) (O))

 

 

one quinzin.ne (ine qwinzin.ne (E); ène quinjène (Bastin 1965, 41), ène quinjin.ne (Copp. 1959, 48) (O))

 

 

one vintin.ne

 

 

one vint’-cinkin.ne

 

 

one trintin.ne

à pau près trinte

dèviè (ou: aviè ) trinte

one quarantin.ne

 

 

one cintin.ne

à pau près on cint

dèviè (ou: aviè ) on cint

 

Ex. :

ène twèzin.ne dè s’min.nes (Copp. 1959, 47) (O)

environ 3 semaines

Dj’ aurè one cinkin.ne di cokias.

J’aurai environ cinq poulets (dans ma couvée).

ène neuvin.ne dè plançons (Copp. 1959, 48) (O)

environ 9 plants

one dîjin.ne d’ anéyes

une dizaine d’années

one dozin.ne di djins

une douzaine de personnes

 

Parfois, ils ont une signification précise.

 

fé one noûvin.ne (fé ‘ne neuvin.ne (Coppens 1959, 48) (OW); mais noûvin.me (litt. neuvième) (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (E))

faire une neuvaine (prière)

— fé ‘ne noûvin.me à l’ oneûr di sint Mwér (Bertrand-Duchêne, s.d., 77) (E)

 

deûs dîjin.nes di tchapelèt

deux dizaines de chapelet

trwès dozin.nes di lacètes

trois douzaines de lacets

lu preumêre quinzin.ne d’ octôbe

la première quinzaine d’octobre

one quinzin.ne

ce qu’un ouvrier gagnait après quinze jours de travail

daler à l’ quinjin.ne (Coppens 1959, 48) (O)

aller toucher la paie, le salaire

 

Ex. : On vind dès botons à l’ dozin.ne. (On vend des boutons à la douzaine.)

Là co bin qu’ ‘l a one boune quinzin.ne, avou l’ fûrlaude qu’ il a è s’ culot !

 

Un(e) quadragénaire, quinquagénaire, sexagénaire, etc…, se désigne par :

on- ome / one feume d’ one quarantin.ne d’ anéyes, d’ one cinkantin.ne d’ anéyes, d’ one swèssantin.ne d’ anéyes, etc…  (Coppens 1959, 48) (O)

 

 

4.7.5.4 La nuance d’approximation marque enfin, mais comme un caractère secondaire, quelques noms de nombre qui, sans l’adjonction d’aucun autre mot, servent à indiquer d’une façon vague une grande quantité ou une petite quantité. (Remacle 1952, 282) (E)

 

Ex:

Dju l’ a vèyou trinte-sîs côps.

Je l’ai vu trente-six fois.

Djè li-z-aî faît trinte-chî coûps l’ èrmarke. (Coppens 1959, 48) (O)

Je lui ai fait 36 fois la remarque, c’est-à-dire un grand nombre de fois.

Dju l’ a vèyou co traze côps.

(litt. encore treize fois)

> … co traze èt traze côps.

 

… co cint côps.

encore cent fois

> … co cint èt cint côps.

 

 

 

4.7.5.5  « trois » et parfois « deux » expriment une petite quantité indéfinie. (Rem. 1952, 283)

Ex. :

Nos pèlerans trwès (ou deûs) canadas. (Nous éplucherons quelques pommes de terre.)

Il a tchèyu trwès gotes. (Il  est tombé quelques gouttes, il n’a plu que très peu.)

 

 

4.7.5.6 L’approximation du nombre est souvent marquée enfin, en wallon comme en français, par l’emploi de deux chiffres accolés, entre lesquels ou aux environs desquels se situe la quantité dont il s’agit.

Ainsi, « deûs, trwès » = « saquants » (adjectif) ou « saquants » (pronom)

On dit : « deûs trwès », « trwès quate » (« twos quate » (Bastin 1965, 41) (O)), etc., alors que le français dit : « deux ou trois », « trois ou quatre », etc.

De même « trwès, quate » (« twos, quate » (Bastin 1965, 41) (O));  quate, cink » ; « cink, chîj » ; « chîs, sèt’ » ;  « sèt’ ; iût’ » ; « iût’, noûf » ; « noûf, dîj » ; « dîs, doze » ; « doze ; trêze » ; « trêze, quatôze » ; « quatôze, quinze » ; « quinze, sêze » ; « vint’, trinte » ;…

D’autres combinaisons sont naturellement possibles, mais peu usitées. Remarquez les changements de « chîj » et « dîj » et le passage de « dîj » à « doze ».

 

Ex. :  

Il a tcheû deûs, twès goutes. (Il est tombé quelques gouttes (de pluie).) (Copp. 1959, 48) (O)

Il ont cink, chîs vatches. (Ils ont cinq six vaches.)

Ça vaus sèt’ iût cint-z-eûros. (Cela vaut sept huit cents euros.)

I fåreût vint’-cink trinte mèye. (Il il faudrait vingt-cinq trente mille euros.) (E)

Ces expressions doubles résultent du fait que le locuteur hésite parce qu’il ignore le nombre exact.  Les deux chiffres peuvent d’ailleurs être unis par la conjonction « ou » sans que la valeur approximative soit atténuée : « cink ou sîh », « vint’-cink ou trinte mèye ». (Remacle 1952, 283) (E)

 

Exemples d’auteurs

 «  Lès maclotes di crapôd disclôyenut au d’bout d’ deûs trwès samwin.nes .»

(Chapelle 1985b, 14) (C)

 « Deûs trwès mwès pâr après, c’ èsteut l’ plène campagne .»  (Roman 1984, 8) (O)

Translate »
Share This