2. ÂRTIKE – ARTICLE

2.1 Article défini

2.1.0 Forme

La forme est la même pour le masculin et le féminin.

2.1.1 Singulier et pluriel

2.1.1.1 Singulier 

 

« li » devant une consonne (li (E), lu (Remacle 1952, 100) (E), leu (Bastin 1909) (E); èl (O), lè (Bastin 1965) (O); li, lu (m.) et la (f.) (S))

li diâle (m), li baube (f)

èl Bon Dieu (O), li / lu timps (S) (mais la fème (S))

« l’ » devant une voyelle. (C, E, O, S)

 

l’ èsté (m), l’ agace (f)

avè l’ osti (Coppens 1959, 17) (O)

pou l’ aveûle (Coppens 1959, 17) (O)

« l’ » après une voyelle (C, E, S; ‘l (O))

do savon po l’ baube

Il èst po l’ diâle.

Li poûde èst dins l’ machine.

avè ‘l mârtia (Coppens 1959, 17) (O)

pou ‘l tchèvau (Coppens 1959, 17) (O)

 

NB Même avec les mots qui commencent ou commençaient par un h « aspiré »[1], on a « l’ ».

Ex : l’ (h)èrin (m), l’ (h)aye (f)

 

 

2.1.1.2 Pluriel 

 

« lès » devant une consonne (C, E, O, S)

lès gamins (m), lès bauchèles (f)

« lès- » devant une voyelle (C, E, O, S)

lès-èfants, lès-aulouwètes (f)

« l’s- » entre deux voyelles (C, E, O, S)

Purdoz l’s-èfants !

Po l’s-agasses fé leû nid.

Sins l’s-Englès, nos-î sèrin.n co.

po l’s-ôtes (Remacle 1937, 42) (E)

avè l’s-èfants, pou l’s-autes; on dit aussi: avè lès-èfants, pour lès-autes (Copp. 1959, 17) (O)

 

NB  Devant un nom d’une syllabe, la forme est « lès- ».

Ex : Il a lès-andjes avou li.        Pa-drî lès-aubes.      I sone lès-eûres.   Il a mindjî tos lès-ous.

Mais : Tos l’s-ans.

 

 

2.1.1.3 Remarques

 

1) Au féminin singulier, on a parfois « la », emprunté au français, dans quelques expressions.

 

roter à la baguète (= tot-z-èstant manecî)

marcher à la baguette

à la Bèlje (= come on faît en Bèljike)

 

« Oyi, vwèsin, dè l’soupe à la Bèlje, dè l’soupe aus pwès, aus manje-touts, dè l’soupe aus poûrias, aus cabus, aus-agnons, dè l’soupe aus tomates, dè l’soupe à tot .» (Gillain 1932, 77-78) (C)

à la doûce

en douceur (Bastin 1909, 322) (E)

à la bone eûre

« Li Bon Diu, à la bone eûre . » (Maquet 1987, 13) (E)

« A la bone eûre, si on dîreut qu’vos ‘nn avoz pont ! » (Houziaux 1964b, 98) (C)

dè l’crin.me à la glace (= aussi: à l’ glace)

 

« On vindeûve dë tot ç’ quë vos p’lîz sondjî : dès caramèls, dès saucësses dë Boulogne, dè   l’crin.me à la glace, lès prëmënès cèrîjes .» (Gaz. 1987, 240) (C)

à la Fran’çousse (= come lès Francès, come po s’ foute,

à l’ va-rade = sins-alûre)

à la Française

awè la fwè

avoir la foi

fé à la lète (= tot djusse)

faire à la lettre

deu la manîre

de telle façon

Keumint pout-z-ô s’ plaker d’ la manîre? (comment peut-on se salir de la sorte?) (Bastin 1909, 322) (E)

fé à la michtonflûte (= sins sogne, come dji vou dji n’ pou)

faire sans soin

à la min

sous la main, à sa disposition

awè la min (= awè s’ toû d’ djouwer l’ preumî)

avoir la main

Vos-avoz la min ( = aussi : Vos-èstoz à la min.)

prinde la mouche (= si mwaîji, pace qu’ on-z-èst choké)

prendre la mouche

à la Namurwèse (= come à Nameur, sins couru)

 à la Namuroise, sans courir (iron.)

Fou me la paîs (= Fou me li paîs !)

Fous˗moi la paix!

prinde la mouche (= si choker)

prendre la mouche

tot à la pikète

au point (du jour) (Bastin 1909, 322) (E) 

puwer la râje (= sinte fwârt mwaîs)

litt. puer la rage, càd. sentir fort mauvais

fé la vîye (= bèrôler à feumes ou à galants)

faire la vie, courir la prétentaine

jamaîs d’ la vîye

 

« Li song da Djauke ni faît qu’ on toû : li, awè peû ? jamaîs d’la  vîye ! » (Bouchat 1951, 140) (C)

« Ça, jamaîs d’ la vîye ! » (Tombu 1956, 1) (C)

mwin.ner la vîye (= aussi : foute la vîye) (= hûler pace qu’ on-z-èst mwaîs)

faire du chambard

Quand i rintère plin, i mwin.ne la vîye èt spiyî tot.

fé la vîye (= fé l’ trayin = fé l’ poufiasse)

se prostituer

foute la paîs (ou : foute li paîs) = lèyî trankile

Fou me la paîs _= (ou : Fou me li paîs !)

Qwè-ce qui t’vous ?  Dji vou la paîs !

  

 

Exemple d’auteur

 

« À la bone eûre, mès-èfants ! », criyeut-i I’ Gros Bâtisse, en r’passant avou s’ musète à s’ dos.»  (Houziaux 1964, 98) (C)

 

 

2) Emploi de l’article défini

 

  1. a) Cet article, dont le rôle est de définir, a cependant parfois un rôle indéfinissant, quand il présente en général.

Ex : Lès-èfants duvenut choûter leûs parints.   (Quels enfants ? Tous les enfants du monde)

Di l’ iviêr, faut tot garanti. (= tos l’s-iviêrs)

 

  1. b) Son emploi est différent de celui du français dans de nombreux cas.

Le wallon emploie l’article « défini », alors que le français ne l’emploie pas :

 

mwin.ner l’ arèdje (miner _ (E), mon.ner  _ (S))

faire du vacarme

wadjî à l’ assûréye

parier à coup sûr

l’ histwêre dè l’ Bèljike

l’histoire de Belgique

one loce au bigau

une louche à purin

on pot au bûre

un pot à beurre

on molin au cafeu, à l’ ôle, au pwève;

in moulin à l’ èscorce (O)

un moulin à café, à huile, à poivre[2];

un moulin à tan

li ci qui ; li cène qui ;… (èl cén qui, èl cène qui; … (O))

celui qui ; celle qui ; …

dins tos lès cas (C, S)

en tout cas[3]

sèrer à l’ clé (C, E)

fermer à clef (ou : à clé)

di tos lès costés

de tous côtés[4]

cwârps au cwârps

corps à corps

ièsse au d’bout

être à bout

one feume à l’ djoûrnéye

une femme à journée

di l’ èsté = è l’ èsté (è l’ osté (EW), à l’ èsté (SW))

en été

lès payis d’  l’ Eûrope

les pays d’Europe

prinde l’ êwe

faire eau

on fiêr aus galètes (_ à galètes (O))

un fer à galettes

on mouchon è l’ gayole

Il a stî chîs mwès à l’ gayole. (O)

un oiseau en cage

Il est allé six mois ‘en cage’. (càd. en prison)

frèd come dè l’ glace (Balér., s.d., 7) (O)

froid comme glace 

è l’ infêr

en enfer

di l’ iviêr = è l’ iviêr (è l’ iviér (E))

en hiver

tinu à l’ lache (tini è l’ lahe (E), tèni à l’ lache (O))

tenir en laisse

s’ î conèche dins lès langues

s’y connaître en langues

s’ î conèche dins lès tch’vaus

s’y connaître en chevaux

s’ î conèche dins lès…

s’y connaître en..

d’ au lon (C, O; d’ å lon (E), d’ â lon (S))

de loin

su l’ mér

en mer

trover l’ moyin d’ fé (C, E)

trouver moyen de faire

fièster l’ Noyé (C, E)

fêter Noël

à l’ onêur di (C, E)

en honneur de

è l’ présince da

en présence de

à l’ pwârtéye di

à portée de

dimèrer è l’ reuwe (Piconète, …)

habiter rue (Piconette, …)

su l’ reuwe (è l’ rowe, so l’ _ (E))

en rue

dè l’ samwin.ne

en semaine

si mète à l’ tauve

en mettre à table

one mouche à l’ tchau

une mouche à viande[5]

ièsse à l’ têre

être à, par terre

ès’ mète à l’ tère (Depr.-Nop. 1942)  (O)

‘se mettre en terre’, càd. hâter sa mort

tchaîr à l’ têre (toumer … (E), toumer à l’ tère (S))

tomber à, par terre

ièsse su l’ têre

être sur terre[6]

c’ èst l’ vraî

po dîre li vraî (pou dîre èl vré (O))

po do vraî (… vrê (S))

c’ est vrai

à dire vrai

pour de vrai

è l’ vile (è l’ vèye (E), à l’ vile (Depr.-Nop. 1942) (O)), à l’ vèye (Franc. 1994) (S))

en ville

su l’ vôye (C, O)

en chemin = en route[7]

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Èle li va stitchî d’zos sès cayèts dins s’ grand cofe qu’ èle sère à l’ clé .»  (Awoust 1989, 8) (C)

 

« Cognoûle, po ièsse bin à si-åhe, s’ a rèssèré à l’ clé ! »  (Alexis 1955, 49) (E)

 

« … di tos lès costès, dins lès bouchons, è l’aye do djârdin, dins lès lêres. » (Laloux 1974, 119) (C)

 

« Avoz stî dins dès combats cwârp au cwârp ? »  (Viroux 1983, 19) (C)

 

« On dîmègne après l’din.ner .»  (Gillain 1927, 9) (C)

 

«È l’ èsté, lès deûs-ôtèls sont bôguyîs d’ tourisses,… »  (Houziaux 1964, 19)  (C)

 

« …pou qu’on s’ souvène longtimps en l’ wèyant, min.me d’ au lon, di toutes lès vîyes… »

(Van Laethem 1984, 29) (O)

 

« Vos n’ avoz qu’one dimèye-eûre divant d’ vos mète à l’ tauve .» (Houziaux 1964, 19) (C)

 

« Nos-èstans byin wêre di tchôse dissus l’ têre .» (Gillain 1932, 98)  (C)

 

« Â ! l’ faus Judas, di-st-i l’ Piêre dau Pèrkot en li-min.me, tout-en-aclatchant s’ fwè d’ èstapètes à l’ têre .» (Bal 1951, 5) (O)

 

« Dimonez à l’ têre ! » (Houbart-Houge 1981, 11) (E)

 

« Dji n’ aleûve nin sovint è l’ vile, à paurt lès djoûs d’martchi aus couchèts ;… »  (Pieltain 1970) (C)

 

« Ayi, Clémence, c’èst l’ vraî, maîs qui v’loz ? »  (Henin 1974, 228) (C)

 

  1. c) L’article « défini » peut avoir le sens :

1 d’un adjectif « démonstratif »    Ex : Tot l’ iviêr, il a d’mèré è s’ maujo.

2 d’un adjectif possessif                Ex : Avoz sognî l’tchin ? ( = nosse tchin)

 

  1. d) Différence de sens entre l’emploi de l’article défini et son absence dans un cas.

ièsse, si mète à tauve (général)  Ex : Quand on-z-st-à tauve, on mèt sès mwins su l’tauve.

ièsse, si mète à l’ tauve (déterminé)  Ex : Vinoz à l’tauve avou nos !

 

  1. e) Emploi de l’article défini ou non avec le même sens.

On a « piède li coradje » et « piède coradje », « piède li paçyince », et « piède paçyince ».

L’expression avec l’article semble plus wallonne.

 

  1. f) Après « nos-ôtes » et « vos-ôtes », on emploie « lès » ; après « nous autres » et « vous autres », le français n’emploie pas d’article.

Ex : Nos-ôtes, lès Bèlges.

Exemple d’auteur: « Pôves nos-ôtes, lès vîyès djins ! » (Botton 1985)  (C)

 

  1. g) L’article est encore utile comme en français quand il porte une nuance emphatique (souvent ironique et péjorative). (Remacle 1952, 29) (E)

Ex. :

Volà l’ Alfrèd, save! (E)

Voilà l’Alfred, vous savez ! (= le fameux Alfred, dont on a tant parlé)

C’ èst co l’ Dumont, va, qu’ on-z-a oy tirer îr à l’ nut’. (E)

C’est encore le Dumont, va ( = ce fameux braconnier), qu’on a entendu tirer hier soir. 

 

  1. h) Le wallon met régulièrement l’article dans les comparaisons et devant les appositions. Le français l’omet généralement. (Remacle 1952, 104)

Ex :  blanc come dè l’ nîve (blanc comme, neige) ; Yannick Sovèt, li mayeûr di … (Y. S., bourgmestre de …) 

 

  1. i) On notera l’emploi de l’article défini dans les exclamations (Remacle 1952, 107):

Mon Dju!  lès fwêrts tchâssons!  (EW)

Mon Dieu ! ‘les’ chaussettes solides ! càd. ‘quelles … ‘

Lès bounès bokes quu v’s-ave ! (EW)

(à un enfant) ‘Les’ bons baisers que vous avez ! càd. Quels bons baisers vous donnez !’.

 

 

  1. j) L’article défini reste conservé après « grand » dans la répétition d’un groupe nominal constitué de l’article, d’un adjectif et d’un nom.

 

Exemple d’auteur

 

Insi, l’ ôte djoû, on grand l’ ôte djoû, … (Laloux 1974, 153) (Ainsi, l’autre jour, ‘un grand l’autre jour’, càd. il y a plusieurs jours.)

 

 

 

[1] le h ne soit pas « aspiré », mais au contraire « expiré » !

[2] En wallon, on fait une distinction entre : on molin au cafeu, càd. pour moudre le café, on molin à l’ farène, càd. pour moudre en farine, on molin à l’ ôle, càd. pour produire de l’huile où on emploie un article « défini » et : on molin à êwe, càd. mû pour la force de l’eau on molin à vint, càd. mû par la force du vent où on n’emploie pas d’article.

NB : On dit cependant : on molin à chwaches, càd. pour moudre des écorces de chêne pour en faire du tan.

[3] En wallon, nous ne faisons pas la différence entre : a) en tout cas = de toute façon; b) dans tous les cas = dans chaque cas examiné.

[4] En français, on dit aussi: de tous les côtés.

[5] On dit cependant : one mouche à stron.

[6] En français, on dit aussi : être sur la terre.

[7] En wallon, nous ne faisons pas la différence entre : a) être en chemin = être en route

  1. b) être sur le chemin = se trouver sur le chemin

2.1.2 Absence de l’article

2.1.2.1  dans de nombreuses expressions

 

Sins ponne nu vint avon.ne. (Remacle 1952, 102) (E)

Sans peine ne vient avoine, càd. on n’a rien sans peine’.

 

à bachète

en se baissant

 

fé bèrwète

ne pas réussir

Dj’ aveûve kèrdjî m’ mayeté, mins dj’ a faît bèrwète .

prinde boû po vatche

échouer

 

bwâre cèkes èt tonia 

bwâre one grande quantité au côp

Dj’ aureûve ieû bwèvu cèkes èt tonia ! 

 

piède coradje

si discoradjî   

(F) perdre courage

Ni pièrdans nin coradje, nos-alans awè l’ vint avou nos ! 

awè cu su chame

ièsse bin instalé, bin viker

Douvint-ce qu’ i s’mârîyereûve ? Il a cu su chame èmon s’ fré ! 

aler fé l’ corwéye

aler one place ou l’ ôte po rin

Dj’ a sti fé corwéye au mârtchi : gn-aveûve pont d’pouyètes !

mète coutia su tauve èmon

s’installer à demeure chez

 

awè dandjî (di) 

divu awè

(F) avoir besoin de

– Ènn’ avoz dandjî ?

– Dji n’ a rin dandjî po l’ momint .

Diåle m’ arawe! (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E)

 

 

ratinde famile

être enceinte

 

fé farène

rapwârter one saqwè

Tot faît farène au bon molin . 

= 1 Tot chone bon    

2 Tot done do profit.

fé faute

= 1 ni nin sotenu  (F) faire défaut

2 ni nin djouwer s’ role

1 Mi pîd m’ a faît faute.

 

fé falyite

ni sawè payî sès crotes

(F) faire faillite

C’ èst l’deûzyin.me côp qu’ i faît falyite, mins avou on-ôte nom !

 

fé long feu

= 1 ni nin èsplôser tot d’ sûte

(F) faire long feu    

2 trin.ner po s’ fé

Si fisik a faît long feu ; i n’ s’ î atindeûve pus èt, do r’cul, il a ieû si spale câsséye.

 

taper filé à 

comprinde one saqwè à

Va-z-è taper filé à ç’ qu’ èle raconte !

 

taper à gayes 

sayî d’ adviner sins rin sawè ou sins rensègnemints

À l’ trwèzyin.me quèstion, dj’ a tapé à gayes èt dj’ a ieû bon .

 

fé hèrlèm su 

tot prinde di

Il a raddimint faît hèrlèm su lès biscwîts .

fé maleûr di li 

si fé pèri

Dji n’ saveûve nin qui s’ soû aveûve faît maleûr di lèye, oudonbin dj’ n’ aureûve nin ieû causé insi .

I gn-aveût come mohètes.

Il y en avait comme moucherons, càd. à foison. (Remacle 1952, 102) (E)

 

lèyî oûve 

lèyî là s’ bèsogne

Do côp qu’ nos l’ avans ieû payî, il a lèyî oûve.

piède paçyince

perdre patience

 

prinde paçyince

prendre patience

 

awè pîd

avoir pied

 

piède pîd        

perdre pied

 

prinde pîd      

prendre pied

 

riprinde pîd

reprendre pied

 

fé prandjêre

faire la sieste

 

prinde racène

prendre racine

 

payî rubis su l’ ongue

payer comptant

 

fé skèrwèk su 

voler (= scroter)

Il a co faît skèrwèk su mès CDs po r’çûre si binde .

rètchî song (Remacle 1952, 102) (EW)

cracher du sang

 

ièsse soupe

manger volontiers de la soupe

Dji n’ so nin soupe.

fé soperèsse 

mète di trop d’ eûwe ou d’lacia è s’ pausse

T’ as faît soperèsse, înocint ! Rimèt rademint dè l’ farène ! 

 

v’lu dîre « tchèrète » 

ièsse dès preûves

Il a stî è scole, mins ça n’ vout nin dîre « tchèrète ».

tinu tièsse à    

tenir tête à

 

à timps à eûre

en temps opportun

 

rimète tripes et boyas

vomir (tripes et

boyaux =) abondamment

 

Etc.                

 

 

2.1.2.2 Une série correspond dans ses mots aux expressions françaises correspondantes, mais n’ont, dans notre langue, pas d’article défini :

 

min.ner ansène ; tchèrdji ansène (Gaziaux 1993, 21) (C)

 

conduire le fumier; charger le fumier

Èl cinsî va kèryî fumîn. (charger …) (Èl Bècbos 1968) (O)

Lès varlèts vont sparde fumîn. (épandre …) (id.)

d’ avance

à l’ avance : d’avance

piède balance

perdre l’équilibre

aler / pwârter à batème

aller / porter au baptême

mwin.ner one bèdéye à bèrau, one gade à bok, li bèdéye à bèrau, li cavale à roncin, li trôye à godu, li vache à twa, …

conduire une brebis au bélier, une chèvre au bouc, la brebis au bélier, la jument à l’étalon, la truie au verrat, la vache au taureau,…

ièsse binvenu 

(= anc.: ièsse wilikom’ !)

être le bienvenu

prinde à brès

prendre sur les bras

aler à campagne

aller aux champs

mwinrner l’ cavale à roncin

mener la jument à l’entier

fé conechance avou

faire la connaissance de

déviè deûs-eûres

vers les deux heures

dischinde di gârde

descendre la garde

monter d’ gârde

monter la garde

fé gâté

faire le gâté

aller à gorlète

être porté sur les épaules avec les jambes autour du cou

fé grève

faire la grève

timps d’ guêre

pendant la guerre  (Remacle 1952, 102) (E)

à iute

à l’abri

awè on visadje come plin.ne lune

avoir un visage comme la pleine lune

 

ièsse maîsse

être le maître

sofri mârtîre

souffrir le martyre

aler à mèsse, à veupes

aller à la messe, aux vêpres

dîre, fé, sièrvu, tchanter mèsse / veupes

dire, célébrer, servir, chanter la messe / les vêpres

èraler d’ mèsse, di veupes

revenir de la messe, des vêpres

après, divant, timps d’ mèsse / veupes

après, avant, pendant la messe/les vêpres

prêtchî misére

prédire le malheur

planter pètotes

planter les pommes de terre: Nos-avons sté planter pètotes.

(Èl Bècbos 1968) (O)

sakî pètotes

ramasser les pommes de terre : quand nos dirons sakî pètotes  (Èl Bècbos 1968) (O)

bouter, travayî à pîces

travailler aux pièces

min.ner puria (Èl Bècbos 1968) (O)

conduire le purin

Èl cinsî a r’mis l’ robinèt à ‘l tine pou min.ner puria.

Il âra d’ èl bèle ièrbe: il a min.nè puria su l’ prè.

à queuwéye

à la queue leu leu

prêtchî qwarème

prêcher le carême

ovrer à pîces

travailler à la pièce

toûrner à plouve

se mettre à la pluie

fé prandjêre

faire la sieste

ièsse preumî, dêrin

être le premier, le dernier

à r’vôy

au revoir

fé, tchanter salut

faire, chanter le salut

aler, ièsse, dimèrer… è scole (daler à scole (O))

aller, être, rester à l’école

pwârter à spale(s)

porter sur l’/ les épaule(s)

 

Ex : Mèsse èst foû, veupe èst oute, aler à mèsse, èsse è scole ; tote djôr, tote neut, tote sîse, timps d’ mèsse (pendant la messe). (Bastin 1909) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

« I gn-a dès cias qui sont todi chèfs èt d’s-ôtes qui sûvenut bagadje .» (Gillain 1932, 12) (C)

 

«Leûs-éles di d’ drî ont duv’nu dès pwèds et dès contrèpwèds què  lzeû  sièvenut à waurder balance quand èles volenut. » (Chapelle 1983b, 8) (C)

 

« Is ‘nn’ alint à batème : Céline qui pwârteut l’ èfant. » (Laloux 1969, 8) (C)

 

« Â ! on n’ vos-a nén vèyu, là, au matin à campagne ! » (Gaziaux 1987, 245) (C)

 

« Gn-a bran.mint d’s-ovrîs qu’ ont leû  p’tit djârdin foû dè l’vile. Il ont monté one cayute po s’ mète au r’cwè, à l’ ombe, à iute quand i ploût, ou bin po s’ aler achîde è fiant toubak .»

(Gillain 1932, 43) (C)

 

« C’ èst li qu’ èst maîsse .» (Laloux 1969, 27) (C)

 

« Pèrson.ne ni mankeûve mèsse .» (Gillain 1932, 30) (C)

 

« Lèyîz me mi r’pinti d’ avance dè l’ laîde keûre qu’ i m’ va faleûr fé après grand-mèsse ! » (Houbart-Houge 1981, 41) (E)

 

« Li cinsî faît prandjêre .» (Gillain 1927, 97) (C)

 

« Vos causez bin po in tchèt qu’ n’ a jamaîs stî è scole ! (Wartique 1954, 186) (C)

 

 « Li dîmègne à veupes, sovint i n’ monteut pus au docsau .» (Laloux 1969, 86) (C)

 

 

2.1.2.3 Il faut aussi signaler certains cas où le wallon se singularise.

 

1) pas d’article après la préposition « o » (/ « è » (E)) (= « dins li »)

 

Ex : o bwès (au bois) o corti (au, dans le jardin), o for (au, dans le four), o gurnî (au, dans le grenier), o stauve (dans, à l’ étable), o strin (dans la paille), o tchèri (à la, dans la remise pour les chariots), o là-wôt,  …; è bwès (au bois), è cwérp (au corps), è solo (au soleil) (E)

 

Exemple d’auteurs 

 

« Li bolèdjî r’mèt deûs fagots o for .» (Doumont 1982, 18) (C)

 

« On-z-arète   Calbalasse. O prijon  à  Lîdje . »   (Awoust 1983) (CW)

 

« C’ èst dès canayes, fré Hinri, / Il ont foutu m’ fré è l’ haye ; / C’ èst dès canayes, fré Hinri,

Il ont foutu m’ fré o ri ! » (chanson populaire) (CW / EW)

 

« Djan-Piêre ratchèsse lès brèbis o stauve èt i va mète li lokèt su l’ ran dès couchèts .»  (Houziaux 1964, 83) (CW)

 

« Mins, do l’ maujon, il oyeut co s’ watrouyî o strin . »  (Laloux 1974, 22) (CW)

 

« Dj’ î vôreu bin ralè one toûrnéye, o viyadje, c’ èst l’ vraî .»  (Laloux 1974, 150)  (CW)

 

 

Remarque

 

Dj’ a stî au bwès o bwès. = Dj’ a stî (à li = ) qwê do bwès dins l’ bwès . (Je suis allé chercher du bois au bois.)

 

 

2) en général, pas d’article devant les noms des principaux cours d’eau wallons

 

Bième

li Pont-à-Bième (Auvelais) : le pont sur la Biesme

la Biesme

Djêr

li valêye di Djêr (mais à Bergilers: è ç’ tètche-là, li _ èst basse; à Waremme: lès bwèrds dè l’ Djêr; à Geer: li _ èst basse; affluent: li Mûle (à Waremme) (Legros 1968) (EW)

le Geer

Hoyou

à Huy: Hoyou rôle, ë èst mètchant. (Legros 1968 (EW)

le Houyoux

Iène

li bwèrd di Iène (à Remicourt) (Legros 1968 (EW)

l’Yerne

Hin.ne

èl camp d’ In.ne: le champ (près) de la Haine (Deprêtre-Nopère 1942) (OW)

la Haine

Lèsse

li pont su Lèsse

la Lesse

Lome

 

la Lhomme

Masblète

affluent de la Lomme: à Awenne: l’ êwe do l’ Masblète mais li long do l’ (ou: d’) Masblète, …. (Legros 1968) (EW)

 

Mouhagne

Mouhagne èst måssîte; lès-êwes dé Mouhagne; à Latinne: n-a Mouhagne qu’ èst basse. (Legros 1968 (EW)

la Mehaigne

Moûse

pèchî à Moûse : pêcher dans la Meuse

la Meuse

Oûte

l’ êwe d’ Oûte, l’ Oûte (Liège, Esneux, …) = li grande êwe, l’ êwe, dans la vallée. A Fronville: è pré so Oûte, pour un ruisseau: li ri d’ Oûte. (Legros 1968 (EW)

l’Ourthe

Sambe

tchaîr è Sambe: tomber dans la Sambre

Dans le Namurois rural: Sambe; id. pour Charleroi. A Huy: lès-êwes dè l’ Sambe, et ë va so Sambe avou sès batias. (Legros 1968) (EW) Et « su Sambe ». (Dedoyard 2002) (SW)

la Sambre

Sèmwès

camper à Sèmwès : camper près de la Semois

mais à Bouillon: La S’mwas

la Semois

Vèsse

l’ êwe di Vèsse, li Vèsse (lu _: à Verviers) (Legros 1968) (EW)

la Vesdre

Wame

su Wame : sur la Wamme  (Dedoyard 2002) (SW)

la Wamme

 

Aussi:

à Fronville: li Martchète (la Marchette); l’ êwe d’ Eûre (ri venant d’Heure) > lieu-dit: sor Eûre > so sor-Eûre > li ri d’ sor-Eûre

 

Exemples d’auteurs

 

« Djér èst grosse ; taper dès trigus è Djér ; passer Djér so in-åbe .» (H. Frenay, A. Fréson et J. Haust, Le tressage de la paille dans la vallée du Geer, Archives Wallonnes, 1-1922, p. 50)  (E)

 

 « Lache mu, Cabu, laî mé rimoussî è Lèsse ;… » (Houziaux 1946, 47) (O)

 

«  Moûse tchèrîye totès wakes qui rôlèt à moncias .» (Michel 1974, 70) (C)

 

« N’ avans-nes nin co Sambe qui tchèrîye dès fôrtunes… ? » (Bernard 1942, 9)

 

« Sambe tchèrieut dès brokètes .» (Vansplunter 1963, 189) (OW)

 

 

Remarques

 

1 « Alors que le peuple dit couramment : « Dji v’ vin vèyî », ou « å bwêrd di Moûse », un auteur négligent écrira : « Dji vin v’ vèyî » ou « å bwêrd dè l’ Moûse ». » (Piron 1939, 29) (E)

 

2 Ces hydronymes prennent l’article défini quand ils sont suivis d’un complément déterminatif ou d’une proposition subordonnée relative (ou l’adjectif possessif ou démonstratif) .

 

Exemple d’auteur

 

« – C’ èst bén ça . Donc, li Sambe qui passe au d’bout d’ no pachi, c’ èst lès-Olandès qu’ ont fét s’ lét en 1825. Maîs i gn-a deûs mile ans, no Sambe n’ avèt qu’ in mète di profondeû pa places; seûremint, èle si stindèt su ène fwârt grande laurdjeû . » (Boutry 1983) (OW)

 

 

3)  pas d’article après « Fuche(-t-i)… » (« Seûye-t-i … » (EW)) (Que ce soit …), devant un nom abstrait ou pris en général

Ex :

Fuche(-t-i) cigâre, cigârètes ou toubak, i fume tot ! 

Que ce soit la cigarette, le cigare ou le tabac, il fume tout.

Fuche(-t-i) peu, fuche(-t-i) roviance, i l’ a levé et tot lèyî là.

Que ce soit par peur ou par oubli, il est parti et a tout laissé là.

Seûye-t-i sogne, seûye-t-i èwaråcion… (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E)

Que ce soit la peur, que ce soit la frayeur…

 

 

4) Il y a une différence entre

o batia, o bègnon, o tchaur,… 

dans le bateau, dans le tombeau, dans le chariot,.. que l’on connaît

à batia, à bègnon, à tchaur,… 

sur un bateau, sur un tombeau, sur un chariot, … quelconque

 

 

5) dans les expressions avec « onk èt l’ ôte » ou « one èt l’ ôte »

Ex :

On n’ lès vèt jamaîs sins n-on l’ ôte.

On ne les voit jamais l’un sans l’autre

Il a v’nu one èt l’ ôte.

Il est venu l’une et l’autre.

 

 

6) devant un superlatif épithète

Ex :

li pus long djoû

le jour le plus long

 

 

Remarque 

 

Il n’y a pas de confusion possible, comme en français.

Ex : C’est son fils le plus intelligent.

C’ èst s’ fis (qu’ èst) l’ pus malin (rimètu à d’s-ôtes qu’ à sès frés).  

à attribut

C’ èst s’ pus malin fis.                                                                         

à épithète

 

 

7) On doit signaler aussi, à propos de l’emploi de l’article « défini », que la répétition de cet article est obligatoire dans une énumération, quand le premier terme de la série à l’article.

Ex :

Lès feumes, li mwin.ne, lès vîyès djins, tot l’ monde èsteûve dischindu.

« Femmes, moine, vieillards, tous étaient descendus .» (La Fontaine, La mouche du coche)

Adiè l’via, l’vatche, li pourcia èt l’covéye !

« Adieu veau, vache, cochon, couvée ! » (La Fontaine, Perrette et le pot au lait)

lès frés èt lès soûs  

(F) les frères et soeurs (N) de broers en zusters

 

Remarque 

 

1 Il en est de même au singulier, quand on ajoute un à un mais dans ce cas, le français emploie l’article au pluriel.

Ex : li pa èt l’ man      (F) lès père et mère

 

2 Le français fait une différence où le wallon n’en fait pas, quand il s’agit d’un seul       concept qualifié ou de deux concepts différents qualifiés.

Ex :

  1. a) un seul concept : li preumî èt l’ dêrin côp (F) la première et dernière fois.

C’ èst l’ preumî èt (en min.me timps) l’ dêrin côp qui dj’ vos l’ di ! 

  1. b) deux concepts différents : li preumî èt l’dêrin côp (F) les première et dernière fois.

 

Li preumî (côp qu’ dj’ a v’nu, c’èsteûve èyîr) èt l’ dêrin côp (qui dj’ vêrè, sèrè londi).

Ètur li preumî èt l’ dêrin côp, on vièrè do candjemint .

 

3 Mais le wallon fait entendre une différence, quand il s’agit de deux fois plusieurs concepts différents.

En français, cela ne se voit qu’au « s » du pluriel des adjectifs.

Ex :  lès preumîs èt lès dêrins côps    (F) les premières et dernières fois.

 

 

8) Devant un nom de parenté, suivi du nom de famille, du prénom ou d’un sobriquet, on ne l’emploie pas, que l’on s’adresse à la personne en question ou qu’on parle d’elle.

En français, il s’emploie quand on parle de la personne.

Ex : nin.nin Roger, ninine Mârgueurite, mononke Emile, matante Claudia, pârin Johan, cousin Paul, cousène Albèrte

Dimwin, mononke Josy va v’nu .

Bondjoû, mononke Canârd ! 

 

Mais quand on parle de quelqu’un avec lequel on est vaguement parent ou ami, ou même pas du tout, on emploie parfois « li » ou « lès ».

Ex : Li cousse (=l’ ome) a stî tot saîsi.

« On s’ a batu, on s’ a batu, / On-z-a touwé l’ cousin Pouyu .»  (chanson)

 

 

9) Dans certaines maximes, l’article défini n’est pas employé.

Ex : Cia qui m’ pite, djè l’ ripite, cia qui m’ tripe, djè l’ ritripe.

 

 

10)  Le wallon emploie l’article « défini » là ou le français emploie parfois l’article « indéfini ».

Ex : su l’ travau (F) sur un chantier

awè l’ reûme   (F) avoir un rhume

On dit cependant « on », resp. « one» ; quand on caractérise ce rhume ou cette grippe.

Ex : Dj’ a on reûme à d’mèrer coûtchî .

Dj’ a atrapé one gripe di tos les diâles .

 

Exemple d’auteur

 

« Quand il a falu moussi dins dès grands pantalons, n’ èsteut-ce nin cor on rèfwârci gamin   qu’ on voyeut su l’ travau por one risèye ? » (Laloux 1969, 11) (CW)

 

2.1.3 L’article contracté

2.1.3 L’article (défini) contracté

 

2.1.3.1 Les mots « à » (à), « di » (de), « dins » (dans) et « pa » (par) se contractent avec l’article défini dans les cas suivants.

 

à + li

+ nom masc.

au + consonne (å (EW); â ((Bastin 1909, 322) (EW); â, o (SW))

au gurnî

couri â pwin (courir chercher du pain), loyi la gade o pikèt (Franc.1994) (SW)

 

 

à l’ + voyelle

à l’ ome

 

+ nom fém.

à l’ + consonne ou voyelle (à l’ (E); o l’ (R CW, 1997, 23) (E), o l’ (S)

 

à l’ ûsine, à l’ copète

à l’ gasse (festin de baptême) (Bastin 1909, 322) (E)

o l’ sâhon dès-amoûrs (RCW, 1997, 23) (E)

o l’ cûjine (Francard 1994) (S)

à + lès

 

+ nom masc.

 

aus + consonne

(ås (Haust 1933); âs, azès, à lès (Spa-Verviers) (Remacle 1952, 108) (E))

aus twèts

djâser azès wèsins

à lès djins

 

 

aus- + voyelle

(CW; ås- (Haust 1933); âs-, azès- (Remacle 1952, 108; Bastin 1909, 322) (E)); aus, à lès (Coppens 1959, 18; Bastin 1965, 17) (O))

aus-èfants

tinde ås-oûhês

djâser azès-ôtes

azès-ouhs

aus-èfants, aus djoûnias mais aussi: à lès djoûnias, à lès-èfants, à lès tchévaus, à lès-uchs (Copp. 1959, 18) (O)

Wétèz à lès-èfants. (Gardez les enfants.) (Bastin 1965, 17) (O)

 

+ nom féminin

auzès + consonne (azès (Roy. Club W., 1997, 23) (E))

 

auzès bauchèles 

auzès feumes

Mète lès coleûrs du Mâmedî azès traus d’ câve djusqu’â gurnî.

 

 

auzès- + voyelle (azès- (Remacle 1952, 111) (E))

Faut mète dès sêres auzès-ârmwêres !

Waîtîz bin auzès-ôrerîyes !

aler azès-ouhs (aller pour portes,pour mendier)

di + à

+ nom masculin

da + consonne

= (F) de (de + à)

èl fîye da Louwis (ou l’ fîye Louwis) (Bastin 1965, 17) (O)

 

 

dau + consonne

= (F) du (de + au)

 

èl djârdin dau visin  (Bastin 1965, 17) (O)

dou cafè dau matin (id.)

li fèye dâ molin (Francard 1994) (S)

 

 

da + l’  + voyelle

C’ èst da l’ ome qu’ on-z-a vèyu.

 

+ nom féminin

da + consonne

= (F) de (de + à

li fis da Louwîse

 

 

 

da l’ + cons. / voy.

= (F) de la / de l’ (de + à + la)

 

lès-èfants da l’ feume dau barakî (Bastin 1965, 17) (O)

C’ èst da l’ éritiére di nosse prôpriyètaîre.

di + à + lès

+ nom masculin

daus + consonne

 

lès tch’vaus daus vijins

 

 

 

daus- + voyelle

(dazès-  (Rem. 1952, 111) (E))

lès-ârmes daus-Alemands

lès-afêres dazès-ôtes (les affaires des autres) (E)

 

+ nom féminin

dauzès + consonne (dazès (Rem. 1952, 108) (EW))

C’ èst dauzès cis qu’ ont bâti vêlà.

lès sous dazès djins (les sous des gens)

 

 

 

dauzès- + voyelle

li maujone dauzès-Italiènes

di + li

+ nom masculin

do + consonne (dè (Rem. 1952, 100) (E); du, dou (Grign. 1908) (OW); do (S))

 

 

 

 

lès caurs do pârin

lès clokes do carilion (RCW, 1997, 23) (E)

à l’ cwène dè bwès (au coin du bois)

lès lîves du maîsse (Balér., s.d., 6) (O)

C’èst du / dou timps pour fé du / dou feu. (Bastin 1965, 17) (O)

lu purmî do mwès (Franc., 1994) (S)

 

 

di l’ + voyelle

li mwârt di l’ aube

 

+ nom féminin

dè l’ + consonne (aussi: do l’ (CW); do l’, deu l’ (Roy. Club W., 1997, 23) (E); do l’ (S))

 

lès cadaus dè l’ mârine

dè l’ têre (de la terre) (C, E)

èl tchat dè l’ matante (Copp. 1959, 18) (O)

li bilan do l’ an passé, do l’ fîve (Roy. Club W., 1997, 23) (E)

l’ och do l’ djambe (Francard 1994) (S)

 

 

di l’ + voyelle (do l’, deu l’ (RCW, 1997, 23) (E))

lès-sôrtîyes di l’ ûsine

one vîhe moto deu l’ ârmé alemande (RCW, 1997, 23) (E))

di + lès

+ nom masc. / fém.

dès + consonne (aussi: du lès (Spa-Verviers) (Remacle 1952, 108) (E))

lès vélos dès vijins, dès vijènes

lès pneûs dès-autos

du lès-ôtes (E)

 

 

dès- + voyelle

dès-as’

 

 

voy. + d’s- + voyelle

V’là d’s-ârsouyes ! (Balér., s.d., 6) (O)

Il ont bran.mint d’s-èfants. (Coppens 1959, 18) (O)

dins + li

+ nom masc.

o + consonne (o (Bastin 1909, 322) (E); o (S))

o djârdin, o gâradje

o tchèri, o stâve

o trau (Francard 1994) (S)

 

 

dins l’ , è l’ + voy.

(aussi: o l’ (C); o l’ (Bastin 1909, 322) (E))

 

dins l’ / è l’ aube

Moussoz o l’ grègne. (Léonard 1952, 13) (C)

o l’  iviêr

 

+ nom féminin

dins l’ , è l’ + consonne ou voy. (o l’ (Bastin 1909, 323) (E))

dins l’ / è l’ ârmwêre

dins l’ / è l’  marine

o l’ ârmâre (E)

dins + lès

+ nom masc. / fém.

dins lès + cons.

(topon.: inzès)

(azès, èzès, ozès (Roy. Club W., 1997, 23),   aussi: è lès (Spa-Verviers)  (Remacle 1952, 108), ozès ((Bastin 1909, 323) (E))

dins lès rouwales

Inzès-Monts (Aisemont)

Inzès-Gotes (Insegottes (sic) (Hamoir))

azès tîches, èzès fosses, ozès tchamps (E)

è lès fagnes (E)

ozès wêdes (E)

 

 

dins l’s- + voy. (azès-, èzès-, ozès- (RCW, 1997, 23),   aussi: è lès- (Spa-Verviers)  (Rem. 1952, 108), ozès- (Bastin 1909, 323) (EW)

dins l’s-afaîres

ozès-Avints (E)

pa + li

+ nom masculin

pau + consonne (C; (Copp. 1959, 18), (Bastin 1965, 17) (O); pa l’ (S))

 

 

 

pau pont

Il a stî suké pau bok.

pau djârdin (Coppens 1959, 18) (O)

raler pau pus coûrt (retourner par le chemin le plus court) (Bastin 1965, 17) (O)

Dj’ ê stî pûni pa l’ mêsse. (Francard 1994) (S)

 

 

pa l’ + voyelle

pa l’ uch

pa ‘l pièsinte (Coppens 1959, 18) (O)

Il èst c’tchèssi pa l’ ovrèdje. (Francard 1994) (S)

 

+ nom féminin

pa l’ + cons. ou voy.

pa l’ riviére

pa l’ uréye

pa + lès

+ nom masculin

paus + consonne

paus costés

 

 

paus- + voyelle

paus-ârbites

Il a stî touwé paus-anârs.

 

+ nom féminin

pauzès + consonne

(_, pa lès (Grign. 1908) (O)

pauzès feumes

Èlle a rivenu pauzès pîd-sintes.

 

 

 

pauzès- + voyelle

pauzès-Îles Canarîyes

Il a stî piké pauzès-aragnes.

 

 

Exemples d’auteurs

 

AU

« Si vos v’loz d’djuner d’ mwin, fauréve aler au bolèdjî èt prinde deûs pwins ! »                       (Doumont 1982, 18) (C)

 

« Èt èwoù avoz apris vosse mèstî ? » – « Au Sâra .» (Viroux 1982a, 15) (C)

 

AUS

« On va co bin rascoude aus nids d’ mouchons d’ teut, dins lès crayes pa-d’ zos lès finièsses di l’èglîje… » (Laloux 1969, 13) (C)

 

AUS-

« L’ djoû di m’ mâriadje, vos vèyoz ça, mi mame èstait dins l’imbaras : qu’alait-èle fé po m’ continter, sièrvu l’ dèssêrt aus-invités ? » (Mathieu s.d. a) (O)

 

AUZÈS

« Sès brès ont bran.mint batu l’aîr / Auzès dicauces èt aus concêrts .» (Maudoux 1989) (C)

 

Quand l’ nût tchaît, i s’ mèt à l’ tchèsse aus-insèkes, aus viêrs, aus lumeçons, auzès soris, auzès muserètes èt min.me aus sêrpints èt, à l’ocâsion, aus p’tits mouchons .» (Chapelle 1984, 14) (C)

 

AUZÈS-

« Auzès-ôtès quèstions, Mârdjo n’ a rin à rèsponde. » (Awoust 1982b, 10) (C)

 

 

2.1.3.2 Remarques 

 

1) On dit normalement « AUZÈS » ou « AUZÈS- »:

 

  1. a) devant un adjectif substantivé, même masculin.

Ex : Djè l’a dit auzès grandes.         Purdoz leû satch auzès-odéyes !

 

  1. b) devant les noms de famille ou les sobriquets

Ex : Djà l’ a ieû auzès Dubwès. 

Li preumî dîmègne d’octôbe, dji va dîre bondjoû auzès Gadîs.

 

On dit toujours : è scole aus seûrs; è scole aus mamesèles (Fosses-la-Ville); è scole aus tchîtchîs; è scole aus-Ûlauds (Fosses-la-Ville), sans doute par transposition de « è scole au maîsse) (= en primaire)

De même, “Va-z-è aus scroules !”

 

 

2) Il y a souvent confusion dans l’emploi.

 

Ainsi, en ouest-wallon (Balériaux, s.d., 6) (O),

aus = auzès 

sondjî aus pauves 

awè mau auzès pîds

è scole auzès seûrs

paus = pauzès 

daler paus pachis 

ètourpinè pauzès fîyes

daus = dauzès 

èl bontè daus péres 

èl djè dauzès fîyes

 

Ex : Èlle è rapwète âs-ôtes (ou azès-ôtes). (Remacle 1952, 111) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

« Po clawer l’ bètch auzès fouteûs » (Félix 1953, 7) (C)

 

 « Volà portant, ni pus ni mwins, / Ç’ qu’ arive mwints côps aus p’titès djins ! » (Houziaux 1946, 62) (C)

 

« Dji sièvreu d’ pièce auzès mouchons, / Qui vénrît choufler leûs ranguènes .» (Haas 1974,  41) (O)

 

« …is vindint do suke à poûssîre ou à bokèts dins dès bwèsses aus-alumètes .» (Houziaux 1964, 41) (C)

 

«  I faît dès laudjès vôyes po fé place auzès tch’vaus .» (Nihoul 1951, 141) (C)

 

« Aus djins do payis di R’ dû, d’abôrd, qui l’ Père De Smet provint di d’là .» (Léonard 1970, 50) (C)

 

« …èyèt di d’ mander d’ pus auzès preumîs ou auzès cias qui dj’ wè l’ pus voltî .» (Lempereur 1984, 4) (OW

 

« …dji d’ mande auzès djon.nes pou no-n-associâcion, … » (Lempereur 1984, 4) (O)

 

« Dj’ îreûve bin sûr tot drwèt auzès nwârs grusalîs .» (Mathot-Delbart 1983, 3) (C)

 

 

3) Dans la partie brabançonne du centre-wallon, les formes féminines « à l’, dè l’, è l’ » concurrencent les formes masculines régulières « au, dè (du), è (en le) ».  (Gaziaux 1982)

 

 

4) Différence entre « aus » et « auzès » dans certains cas

 

aler âs frambéhes (E)

aux myrtilles, aller en cueillir

aler azès frambéhes (E)

toucher à des myrtilles déterminées

Il a magni âs tchikes tote djoûr. (E)

Il a mangé des bonbons toute la journée, càd. des bonbons indéterminés.

Il a magni azès tchikes tote djoûr. (E)

Il a mangé toute la journée des bonbons bien déterminés, de ces bonbons qu’on avait rapportés, dont on avait parlé.

 

« Les deux formes ne font donc pas double emploi; et en face de « âs », dont la valeur est plus ou moins indéfinie et que son « â » long sépare un peu de la préposition « à », la forme longue « azès », qui explicite davantage l’article défini « lès » tout en rappelant mieux la préposition « à », apparaît à coup sûr comme une innovation utile, donc heureuse . » (Remacle 1952, 110) (E)

 

 

5) « aus » dans des expresssions figées

 

Dju loukéve âus ridaus. (Rem. 1952, 111) (E)

Je regardais après des rideaux, je cherchais des rideaux.

on djouweû aus cautes (on djoweûr âs cwârdjeûs (id.)

un joueur de cartes

couri âs djins (id.)

courir chercher des gens

èsse âs flates (id.)

être à épandre des bouses

côper ou abate aus sapins

abattre des sapins

rauyî aus canadas (ray âs crompîres (Remacle 1952, 111) (E))

dès rauyeûs aus canadas

faire l’ arrachage des pommes de terre

 

‘des arracheurs de pommes de terre

dufé âs flates (Remacle 1952, 111) (E)

 défaire, càd. épandre les bouses

magni âs tchikes (id.)

manger des bonbons

dès soyeûrs âs plantches (id.)

des scieurs de planches

I l’ sogne âs pikures. (id.)

il le soigne aux piqûres, càd. avec des piqûres

dè l’ taute aus pomes (du l’ tâte âs poumes (id.)

de la tarte (couverte) aux pommes

du l’ doré âs abricots (id.)

de la tarte aux abricots

dès vôtes âs crompîres (id.)

des crêpes aux pommes de terre

du l’ sope âs peûs (id.)

de la soupe aux pois

confiture âs cèlihes (id.)

de la c. aux cerises

dès dorés âs riz (id.)

des tartes au riz

lu pré âs-ônês (id.)

pré aux aunes (topon.)

tchamp âs rognes (id.)

champ aux salamandres

tchamp âs ronhes (id.)

champ aux ronces

lu vôye âs spènes (id.)

le chemin aux épines

 

 

6) Le wallon n’a parfois pas d’article contracté quand le français en a un.

 

Ainsi, en ouest-wallon (Coppens 1959, 18) (O):

 

dè ‘l soupe dè pwès, dè féves, dè tomates

de la soupe aux pois, aux haricots, aux tomates

daler à puns, à fawines, à caclindjes

aller aux pommes, aux faînes, aux myrtilles

dè ‘l târte à prones

de la tarte aux prunes

dè ‘l confiture à guèrzèles

de la confiture aux groseilles

tinde à mouchons

tendre aux oiseaux

dès coupiches à éles

des fourmis ailées

 

2.2 Article indéfini

2.2.1 Formes

2.2.1 Formes 

 

 

singulier 

masculin

ON + consonne (in (OW); on, ou, un (Franc. 1994) (S))

on gamin

on tchin

 

 

 

ON- + voyelle (in- (E), on- (Rem. 1952, 100) (E); in-n-, èn- (O); on-, oun-, eun- (S))

on-ome

on-oû

on-âbe (Rem. 1952, 100) (E)

 

féminin 

ONE (ine (EW), one (Rem. 1952, 100) (E); ène (O); oune, eune (Franc. 1994) (S))

one âme

one bauchèle

ène fleûr (O)

pluriel 

même forme au  m. et au f.

DÈS + consonne

 

dès gamins

dès bauchèles

 

 

DÈS- + voyelle

 

dès-andjes

dès-ongues

 

 

D’S- entre deux voyelles

avou d’s-èfants

po d’s-afaîres qu’ i gn-a

Gn-a bran.mint d’s-inconsyints.

dè ‘l sauce avou d’s-ougnons (Copp. 1959, 18) (O)

 

 

Remarque

 

1  On dit « on (h)ousâr » (un hussard) sans liaison, même si on ne prononce plus le h.

 

2 Au féminin, en centre-wallon, on n’élide pas la première lettre de « one » après une voyelle (ni en sud-wallon avec « oune »). C’est toutefois parfois le cas en ouest-wallon et en est-wallon (respectivement, « ène » et  « ine » deviennent « ‘ne »).

Ex :

(C)  Tot ça po one auto ! (F) Tout cela pour une voiture !

(O) Tout ça pou ‘ne auto !

(E) Tot ça po ‘ne auto!

Dj’ é vu ‘ne bèle èglîje. (J’ai vu une belle église.) (Carlier 1985) (O)

avè ‘ne vatche (Coppens 1959, 18) (O)

2.2.2 Emploi

L’emploi de l’article indéfini n’est pas toujours le même en wallon qu’en français .

 

 

2.2.2.1 Le wallon l’emploie alors que le français ne l’emploie pas.

 

Ex :

avancî d’ one bone alûre

avancer à bonne allure

On n’ vèt nin one âme.

Pas âme qui vive.

fé on cèke autoû di

faire cercle autour de

couru come on champion

courir en champion

awè one boune consyince

avoir bonne conscience

awè on bon dos

avoir bon dos

Jamaîs one feume n’ a vèyu si voltî.

Jamais femme n’a tant aimé.

fé one fin à one saqwè

mettre fin à quelque chose

ièsse come on mwârt

être comme mort

fé one boune tchèsse

faire bonne chasse

aler d’ on-uch à l’ ôte

aller de porte en porte

Dji so-st-on Walon.

Je suis Wallon.

Etc.

 

Remarques

 

1 Quand le français place l’épithète devant le nom, il emploie « de », alors que le wallon emploie l’indéfini « dès ».

Ex :

Gn-aveûve dès bèlès maujos 

Il y avait de belles maisons.

I fume dès tchêrs cigâres.

Il fume de coûteux cigares.

 

Le wallon emploie l’article « dès » aussi quand un adverbe précède l’épithète .

Ex :

Èlle a dès tot djon.nes-èfants .

Elle a de tout jeunes enfants.

 

Attention : Ne pas confondre avec « Èlle a tos djon.nes-èfants. » qui signifie : « Elle n’a que de jeunes enfants ». 

 

Après assez bin, bran.mint (beacoup), byin (= bran.mint), tant, télemint.

Ex :

Gn-aveûve âssez bin dès djins . 

Il y avait assez bien de gens.

Dj’ î sondje co byin dès côps. 

J’y songe encore bien des fois.

Là nin là tant dès-ans.

Il n’y a pas tellement d’années.

Il a ieû télemint dès danses, qu’ i s’ a djoké .

 

Il a eu tellement de corrections qu’il s’est calmé.

 

Exemples d’auteurs

 

« Gn-a d’ alieûr bran.mint dès places qu’ on-z-î lome « Li Fayis .»  (Chapelle 1985c, 15) (CW)

 

« ça chènèt bon; quand c’ èstèt mwaîs – on-z-î mètèt bran.mint do sé .» (Legrain 1951, 40) (C)

 

« Gn-aveûve on tchèt qui scroteûve tant dès rats, / Qu’ on n’ vèyeut pus on seûl avaurlà .» (Houziaux 1946, 22) (CW)

 

« A costè d’ nos, gn-a tant dès bièsses qui n’ lumenut wêre / Èt pa-d’zeû nos, gn-a tant dès djins qui n’ lumenut nin .» (Léonard 1949, 39) (CW)

 

 

2 Il ne faut pas confondre « do » (du amenant un complément déterminatif) et « d’ o » (du = de + dans le).

Ex : Jamaîs aus rats nu tchèt n’aveûve faît tant do mau. 

 

Exemples d’auteurs

 

 « I s’ a faît ridè à l’ valéye do lèt .» (Laloux 1974a, 118) (C)

 

« D’ o djârdin, on mauvi s’ a mètu à chouflè jusqu’ o l’ tchambe .» (Laloux 1974a,  118) (C)

 

 

3 Au français « d’autres » correspond en wallon  « dès-ôtes » ou « d’s-ôtes ».

Ex : Èlle ènn’ a byin ieû d’s-ôtes ! 

 

Exemple d’auteur

 

« Èt vos ‘nn’  avoz blèssé d’s-ôtes ? » (Viroux 1983a, 19)

   

 

4 Après « pus-ce qui », « mwins-ce qui » suivi d’un verbe conjugué, le verbe est précédé de « dès » .

Ex :

Pus-ce qu’i gn-a dès cayaus, pus-ce qu’ on s’ trèbuke.

Plus il a de cailloux, plus on trébuche.

Mwins-ce qu’ on prind dès mèdicamints, tant mieûs.

Moins on prend de médicaments, tant mieux.

 

 

5 Avant « mèyeû » et « pîre »

Ex :

Èwoù è troveroz dès mèyeûs ?  

Où en trouverez-vous de meilleurs ?

Dijoz me èwoù-ce que vos troveroz on mèyeû tch’vau !

Dites-moi où vous trouverez (un) meilleur cheval.

 

 

6 Devant le nom de l’habitant d’un pays, d’une région, d’une contrée.

 

Ex : Si galant è-st-on-Olandès.      Dji so-st-on Bèlje.     Mi bèle-fèye è-st-one Ardinwèse.

 

 

7 Remarquons l’usage emphatique d’ « on » dans

I gn-a on quinze djoûs.

Il y a environ quinze jours.

blanc come on lècê

blanc comme lait (en espagnol: blanco como una leche)

blanc come ine nivaye

blanc comme neige

(Remacle 1952, 113) (E)

 

 

2.2.2.2 Le wallon ne l’emploie pas, alors que le français l’emploie.

 

Ex :

fé bay

faire un bail

rifé bay

refaire un bail

douviè botike [1]

ouvrir un magasin, une boutique

sèrer botike

fermer un magasin, une boutique

tinu botike (et même: vinde boutike (Carlier 1985) (O); tèni botike (S))

tenir un magasin, une boutique

douviè cabarèt

ouvrir un café

sèrer cabarèt

fermer un café

tinu cabarèt (tini cåbarèt, fé _ (E))

tenir un café

awè chôpe (fé scau (Deprêtre-Nopère 1942) (O); mais: aveûr li hôpe ou dès hôpes (E))

avoir des démangeaisons

awè famile

avoir un/des enfants

ratinde famile (C; ratinde famîye (O))

attendre un enfant, être enceinte

rawè famile

avoir encore un enfant

fé mârtchi (fé markî (Depr.-Nop. 1942) (O); fé martchî (S))

faire un marché

fé pake

faire un pacte

fé payîye

faire un repas

awè place

avoir une/de la place

fé soprèsse

préparer un levain

awè sudjèt di (aveûr sudjèt di (E))

avoir une raison de

su rin d’ timps = su pont d’ timps (su rén d’ timps (O); aussi: so rin dè monde di timps (Haust 1933) (E))

en un rien de temps

fé toubak (C, O, S; fé toûbak (E))

faire un break

 

Ex : Vos n’ avez nin sudjèt d’ vos plinde. (Vous n’avez pas de raison de vous plaindre. (Haust, 1933) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

« Li P’tit Marchau t’neut aubèrje su l’ grand-route .»  (Houziaux 1964, 63) (CW)

 

« Quand il aveut faît prandjêre après l’ dîner, il èsteut prêt’ à r’fè bay avou Torine .»   (Laloux 1969, 106) (CW)

 

« Dès fleûrs d’ avri, à boyéyes, plik, plok, èt des rôsîs à make, tot èwoù qu’ gn-a place .»  (Laloux 1969, 1) (CW)

 

« Il ont monté one cayute po s’ mète au r’cwè, à l’ ombe, à iute quand i ploût, on bin po s’ aler achîde è fiant toubak »  (Gillain 1932, 43) (CW)

 

 

N.B. « fé payasse » signifie « ne pas se lever au matin », « tarder au lit », « faire la grasse matinée »

 

          Exemple d’auteur

 

« Mins qu’ èst-ce qui freut co bin payasse, quand lès cèréjîs èt lès pwârîs èt one miète pus taurd lès pomîs s’ rèwîyenut fins blancs d’ fleûrs ? »  (Laloux 1971c, 172) (C)

 

 

2.2.2.3 Le wallon l’emploie, alors que le français emploie l’article défini.

 

Ex :

fumer dès cigârètes

fumer la cigarette

awè on hôt front

avoir le front haut

fé one haye

faire la haie

awè one coûte mémwêre

avoir la mémoire courte

aveûr ine fène narène (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E)

avoir le nez fin

awè on bètchu nez

avoir le nez pointu

awè one fine orèye

avoir l’oreille fine

ni sawè clougnî on-ouy

ne pas fermer l’œil

awè one tinre pia

avoir la peau tendre

awè one deure sicwace

avoir l’écorce dure

aveûr ine grosse tièsse (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E)

avoir la tête grosse

awè one boune vûwe

avoir une bonne vue

 

 

Remarque

 

Au pluriel, devant un nom précédé d’un adjectif épithète :

Ex :

awè dès bleuws-ouys 

avoir les yeux bleus

awè dès blancs tch’vias         

avoir les cheveux blancs

awè dès longs dints

avoir les dents longues

aveûr dès neûrs tchivès              

avoir les cheveux noirs

 

N.B. Le français fait ici une différence, que le wallon ne fait pas :

avoir des cheveux blancs = avoir certains cheveux blancs

avoir les cheveux blancs = avoir tous ses cheveux blancs

 

 

[1] Èle tint on p’tit botike pa-d’zos sès cotes                   Elle est du genre facile.

2.3 Article partitif

2.3.1 Formes

Le wallon utilise l’article partitif « do » au singulier et « dès » au pluriel.

 

sing.

 

do

(dè (E), do (Rem. 1937, 43; Bastin 1909, 322) (E); du (Copp. 1959, 19) (O); do (S))

+ nom masc. commençant par une consonne

 

do laurd, do suke

magni do bon pan (Rem. 1937, 43) (E)

du tchèrbon (Coppens 1959, 19) (O)

Dènoz-le do lacê. (Franc., 1994) (S)

 

dè l’

(, do l’ (C); dè l’ (Haut 1933), du l’ (Rem. 1937, 43), do l’ (Bastin 1909, 322) (E); dè l’ (Copp. 1959, 19) (O))

a)    + nom fém. commençant par une consonne

 

dè l’ bîre, dè l’ tchau

do l’ mitche

do l’ bîre

I n’ magne nin du l’ tchâr. (Il ne mange pas de viande.) (Rem. 1937, 43) (E)

dè l’ mustârde,  dè l’ pin.ne (de la peine) (Coppens 1959, 19) (O)

 

I.     di l’

II.   (CW; (Bertr.-D., s.d) , deu l’ (Bastin 1909, 322) (E); dè l’ (Copp. 1959, 19) (O); du l’ (S))

 

b)    + nom masc. ou fém. commençant par une voyelle, après une consonne

di l’ aurzîye, di l’ intche, di l’ oucha;

vinde di l’ awin.ne, vinde di l’ ôr

Dji ramouye di l’ aurzîye.

beûre di l’ êwe (Bertr.-Duch., s.d) (E)

magnî d’ l’ ognê (id.)

deu l’ ècins,  deu l’ êwe (Bastin 1909, 322) (E)

dè l’ iau (de l’eau) (Copp. 1959, 19) (O)

du l’ avône (Franc. 1994) (S)

 

d’ l’

c)    + nom masc. ou fém. commençant par une voyelle, après une voyelle

Ramouyî avou d’ l’ eûwe.

Dj’ î a stî d’ 1′ esté.

aveu d’ l’ èscume (Copp. 1959, 19) (O)

Vos m’ mètroz d’ l’ angrês. du l’ avône (Franc. 1994) (S)

pl.

 

dès

d)    + consonne

dès maujos, dès tch’vaus  

dès cents (de l’argent) (Rem. 1937, 43) (E)

dès bèlès spinasses (Copp. 1959, 19) (O)

Dj’ ons mindji dès rèsses tote la s’mwin.ne. (Franc. 1994) (S)

 

dès-

e)    + voyelle

dès-alumètes, dès-omes

 

d’s-

d)    après une voyelle ou une nasale

e)    +  voyelle ou nasale, si la 1ere syllabe n’est pas accentuée

C’ èst dès lîves po d’s-èfants.

on film avou d’s-Indyins

I prind d’s-ègadjemints qu’ i n’ saurè t’nu.

Dè l’ linwe avou d’s-aubussons.

Il ara d’s-ougnons. (Copp. 1959, 19) (O)

 

 

Remarque

 

On contracte « dins lès ».   (F) parmi les

Ex : I n’ èst nin dès pus aujis.

C’ è-st-onk dès mwins’ comikes qu’ on-z-a oyu.

 

 

Exemple d’auteur

 

 « Li nût èst dès pus bèles. » (Rousseau s.d.) (C)

On aura dans ce cas un article indéfini (= une des).

 

2.3.2 Différences entre le wallon et le français

2.3.2.1 Dans certains cas, le wallon emploie toujours l’article partitif, alors que le français ne l’emploie pas ou pas toujours.

 

1) devant épithète  + nom

 

Ex :

Dj’ a do bon toubak.

J’ai de bon tabac .(Académie)

dè l’ boune tchau 

« Cela fait de bonne viande de boucherie .» (Vercors, Les armes de la nuit, p.102)

do twârt à 

faire (du) tort à

magni do bon pan (Rem. 1937, 43)

manger de bon pain

du l’ mâle bîre (Rem. 1952, 104)

de la mauvaise bière

dès bias djoûs

de beaux jours (Coppens 1959, 19) (O) (toutefois ‘des’ en français populaire (Rem. 1952, 104))

I m’ a faît do mau.

I n’ m’ a nin faît do mau.

Il m’a fait du mal.

Il ne m’a pas fait de mal.

 

Exemples d’auteurs

 

« On bwèt dè l’ vîye keûte, dès pintes di bîre di Lovin, dès canètes di « houpe », dès p’titès gotes di pèkèt ou d’absinte èt dès vêres di brandevin .»  (Awoust 1981, 9) (C)

 

« I faît do rude timps .»  (F) Il fait très beau (temps)   (Laloux 1969, 8) (C)

 

 

2) après :

bin

Gn-aveûve assez bin dès djins .

Il y avait pas mal de gens.

 

Il a v’ni bin dès côps. (Rem. 1952, 107) (EW)

Il est venu bien des fois.

bran.mint (= bêcôp (Rem. 1937, 43) (E))

bran.mint dès djins

Il ont bêcôp do foûre. (Rem. 1937, 43) (E)

beaucoup de gens

Ils ont beaucoup de foin.

 

On-z-a brâmint dès djoûrs. (Rem. 1952, 105) (E)

 

byin (bîn (Copp. 1959, 19) (O)) (= bran.mint)

Il ara bîn dès djins. (Coppens 1959, 19) (OW)

Il y aura beaucoup de gens.

tant

Ni fians nin tant do brût !

 

 

Gn-a tant dès-ans ! (Rem. 1952, 105) (E)

Il y a tant d’années !

télemint 

Il a télemint ieû dès danses, qu’i s’a djoké.

 

 

Remarque

 

Le professeur Rem. (1952, 107) (E) a signalé la postposition possible de « bêcôp » (beaucoup).

Ex :

Gn-a dès pèrés bêcôp èn-Andrîmont.

Il y a beaucoup de poiriers à Andrimont.

 

Et après: wêre (guère) et on pô (un peu) au pays de La Gleize (Stoumont) (Rem. 1937, 43) (E):

Ex :

I n’ a wêre dès cents (ou: wê d’ cents).

Il n’a guère d’argent.

Lèyoz-me on pô do timps.

Laissez-moi un peu de temps.

 

Remarque

 

Dans cette région, on entendra  toujours « so pô d’  timps » (en peu de temps), avec « pô » non précédé de l’article, et « on pô do timps », avec « un » devant « pô ».  Mais l’expression « wê d’ timps » (guère de temps). (Rem. 1952, 106) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

« Pwîs dj’ a pièrdu m’ fis, pwîs co m’ deûzyin.me ome, là d’djà bran.mint dès-ans .»

(Laloux 1974a, 143) (C)

 

« Bran.mint dès djoûs d’ nwâre bîje … » (Bernard 1944, 6) (C)

 

    3) avec des adjectifs substantivés

    • Ex : è fé dès bèles ; è raconter dès vètes

    devant « ôtes », ou « ôtès »

    • Ex :

    Il è faut prinde dès-ôtes .   

    Il faut en prendre d’autres.

    Gn-a co d’s-ôtes qui mi.

    Il y en a d’autres que moi.

    dès-ôtes côps

    d’autre fois

    I fâreût dès-ôtes.  (Rem. 1952, 104) (E)

    Il en faudrait d’autres.

       

      4) dans :do cas di;  awè dè l’ diyabète;  awè dè l’ fîve

      5) Une curieuse expression est : « dè l’ djin » (C, (Bertr.-D., s.d) (E)) (des gens)

      Ex : Gn-aveûve (bran.mint) dè l’ djin à l’ ètèremint. (Il y avait beaucoup de gens à l’enterrement.)

      I n-aveût tot plin dè l’ djin à l’ étèremint. (Bertr.-Duch., s.d) (E)

      6) dans : « fé do l’ blanke panse » (flagorner) (Bastin 1909, 322) (E)

      « louke do Djôsèf  » (regarde Joseph) (id.)

      7) En liégeois, on relève un groupe « di dès » (‘de des’ (préposition + article indéfini + nom).

      Ex :

      Vos-èstez bin bon di v’s-ocuper di dès p’titès djins come nos-ôtes.

      Vous êtes bien bon de vous occuper de petites gens comme nous.

      di dès cis qui …

      de gens qui (litt. ‘des de ceux qui’)

          2.3.2.2 Le wallon utilise l’article partitif, alors que le français se sert de l’article défini.

           

          fé do malin

          faire le malin

              2.3.2.3 Dans certains cas, le wallon n’emploie pas l’article partitif, alors que le français l’emploie.

               

              fé farène

              donner de la farine

              fé place

              faire de la place

               

              Ex : Tot fait farène au bon molin .

               

              Exemple d’auteur

              « Lèyi place à on-ôte .» (Laloux 1969, 164) (C)

              2.3.2.4 En wallon, l’article partitif ne se trouve guère en début de phrase comme en français. (Rem. 1952, 104)

              Il aveut tcheû dè l’ têre.

              De la terre était tombée.

                Translate »
                Share This