10. INTÈRJÈCSION – INTERJECTION

10.1 Sensations ou sentiments personnels

Cris   Mots ou expressions

10.1.1 Admiration 

 

 ! (C, E)

Ô ! (W)

 

Exemple d’auteur

 

« Ô ! l’ bia dèssin è l’ aîr, deûs brès lèvès ! » (Laloux 1969, 77) (C)

 

 

10.1.2 Constatation 

 

 ! (C, O, (Rem. 1960, 228) (E))

Ah !

Ah !  (Rem. 1960, 228) (E)

 

Ha ! (id.)

 

Hah ! (id.)

 

Aha ! (id.), (Franc. 1994) (S))

 

­Âhâ! (Rem. 1960, 228) (E)

 

 

Ex :

Aha! vos v’là tot l’ min.me ! (Rem. 1960, 233) (E)

 

Hah ! èlle è raconta d’ totes lès sôrs, va! (id.)

 

Ah! elle en raconta de toutes sortes, allez !

– Nosse pére èst voye. – Aha ! (Franc. 1994) (S)

– Notre père est parti.  – Tiens donc !

Aha ! vos v’là bin amantchi ! (Franc. 1994) (S)

Ah ! vous voilà bien attrapé !

 

Exemples d’auteurs

 

« Â ! C’ èst vos ! », di-st-i, come s’ i n’ l’ aureut nin ratindu come li Bon Diè ! » (Laloux 1969, 8) (C)

 

« Ô, ayi ça, m’ fis ! Èt ci n’ sèrè nin on storné, savoz ! Il a d’djà do choûta èt do rapèl .» (Laloux 1969, 22) (C)

 

« Ô, nin come vos èt mi ! Il avetéye co bin su saquants mots, là. Mins ça va d’djà .» (Laloux 1969, 23) (C)

 

« Ô, ! L’ vôye n’ èsteut nin à uréye, vêlà, ni cor à môde di gripelote ; on pau come li route di

Dinant, dizos l’ Praule, èt dès prés aus deûs costès .» (Laloux 1969, 25-26) (C)

 

 

10.1.3 Dégoût

 

1) à la saveur 

Bêk ! Êk !

 

Bâtch ! Êtch ! Tâtch ! (anc.) (Rem. 1960, 228) (E)

 

Pût’ ! Bê ! (Pouah !) (Bastin 1965; Balér. s.d., 50) (O)

2) à l’odeur 

Bhê ! Pff ! Ph !

 

Puf ! (E) (Rem. 1960, 228), (S) (Franc. 1994))

 

Âtch ! Bâtch ! Wâtch !  (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

 

 

10.1.4 Désappointement 

 

Ôllé !

Ôllé bidache !

Pètârd ! (= Sint Pètârd !)

 

 

10.1.5 Douleur 

 

simulée

Ouchouchouch ! Ayayaye ! Ouch ! (C, E (Bastin 1909))

avec protestation

Waye, ê !

 

Aye ! (C, E (Rem. 1960, 228;  Bertr.-D. s.d., 32), O (Bastin 1965; Copp. 1959))

(F) Aïe!

Ayayaye ! (C, O (Copp. 1959))

 

Îy ! (douleur aigüe et brève) (Rem. 1960, 228) (E)

 

Ou oûye !  (Bertr.-D. s.d., 32)  (E)

 

Ouye ! (C, E (Rem. 1960, 228), O (Bastin 1965; Copp. 1959)

 

Ouyouyouye ! (E (Bertr.-D. s.d., 32), O (Copp. 1959)) = Oûyouyouye  (O) (Bastin 1965)

 

Waye ! (C, E (Rem. 1960, 228; Bertr.-D. s.d., 32))

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Ayayaye ! si gauche djambe .» (Laloux 1969, 65) (C)

 

« Waye, ê, ti ! I s’ a tukè on bon côp en s’ rilèvant .» (Laloux 1987, 198) (C)

 

 

10.1.6. Relativation 

 

Bin !

Ba !

Bè !

Ô !

 

Ex : « Avoz frèd ? »   – Bin (, co âssez) ! (approbation modérée)

                                    – Bin (, ça va co) ! (désapprobation modérée)

 

Exemples d’auteur

 

« Bè ! Ci n’ èst nin fwârt lès pwin.nes, di-st-èle, il èst taurd èt Miyin èst tot seû o l’ maujon .»

(Laloux 1969, 16) (C)

 

« Ô ! v’s-avoz l’ timps, savoz, m’ fis ; gn-a rin qui brûle… » (id., 27) (C)

 

 

10.1.7. Résignation 

 

Ba ! (C, O (Balériaux s.d.))

Ma fwè !

= Ba wète ! = Bâ wète! (Balériaux s.d.) (O)

Ô, bin !

= Bâ wiche ! (Balériaux s.d.) (O)

Sèt’ ! = Sat’ ! (S) (Franc. 1994)

= Wète ! (Balériaux s.d.) (O)

Tant pîre !

 

Ex : T’ ès rêson, Sat’. (Franc. 1994) (S)

 

Exemple d’auteur

 

« Dj’ a portant dit ossi, come bran.mint : « Ba ! quand dji môrrè, qu’ on m’ ètère èwoù qui dj’

sèrè ! » (Gillain 1932, 22) (C)

 

 

10.1.8. Satisfaction 

 

 ! (C, O)

Bon !

 

Exemple d’auteur

 

« Â ! qu’ ça va bin come i vout .» (Laloux 1969, 76) (C)

 

 

10.1.9. Souhait 

 

 ! 

Ah !

Pôreûve valu ! (C) = Pourout valu! (Copp. 1959) (O) = I poureut vali ! (Carlier 1991) (O)

Ce serait à souhaiter ! Heureux s’il en est ainsi !

Diè

Dieu

Plaît-st-à Diè ! 

 

Qui l’ Bon Diè l’ vouye !

 

Qui l’ Bon Diè l’ mète è s’ paradis / è l’ potche di s’ djilèt / su s’ djîvau / su s’ drèsse !

 

Djè wâde! (Bastin 1909) (E)

Dieu vous garde !

Djè nos sègne èt mâtêr ! (id.)

litt. Dieu nous signe et la mère !

Diè gâr ! (id.)

anc. fr. Dieu gard ! 

Diè t’ binisse  (id.)

Que Dieu te bénisse !

Diè t’afwèce ! (id.)

litt. Que Dieu te force !

Diè t’ acrèhe ! (id.)

litt. Que Dieu t’accroisse !) 

S’ i plét à Dieu! (Copp. 1959) (O)

Plaise à Dieu !

Què l’ Bon Dieu ‘l mète dins s’ paradis ! (ou: dins s’ poche !) (id.)

Dieu aie son âme !

diâle

diable

Què ‘l diâle vos-inlève ! (Copp. 1959) (O)

litt. Que le diable vous enlève !

Què ‘l diâle vos r’toûne ! (id.))

litt. Que le diable vous retourne !

Què l’ diâle vos-acrase ! (id.))

litt. Que le diable vous écrase !

Qui l’ diâle l’ apice ! (Carlier 1985) (O)

= Quu l’ djâle l’ apice !  (Franc. 1994) (S))

litt. Que le diable l’ attrape !

Què l’ diâle èl tike èt toke ! (Carlier 1985) (O)

 

Qui l’ diâle èl mète à s’ poche ! (Balériaux s.d.)  (O)

litt. Que le diable le mette en poche !

Què l’ diâle l’ èstran.ne ! (Carlier 1985) (O)

litt. Que le diable l’étrangle !

Qui l’ diâle èl vègne qué ! (id.)

litt. Que le diable vienne le chercher !

Quu l’ djâle t’ arèdje ! (Franc. 1994) (S)

litt. Que le diable t’enrage !

Diâle m’ arèdje ! (id.)

litt. Diable m’enrage !

 

Exemple d’auteur

 

« Â ! s’ èle pôreut soufri è s’ place ! » (Laloux 1969, 73) (C)

 

 

10.1.10. Soulagement 

 

 ! (Franc. 1994) (S)

Ah !

Ouf ! (C, O)

Enfin !

 

Ex : Â ? Vos trovoz ? (Tiens ? Vous trouvez ?) (Franc. 1994) (S)

 

Exemples d’auteurs

 

« Ouf ! Qu’ il a stî stréndu ! » (Wartique 1954, 193) (C)

 

« Enfin ! co todi one diméye .» (Laloux 1969, 67) (O)

 

 

10.1.11. Surprise 

 

 ! (Franc. 1994) (S)

 

Â, a-ba ! (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

 

Ahâ !

 

Ayayaye ! (C, (Rem. 1960, 233) E) = Hayyayaye ! (Rem. 1960, 233) (E)

 

È bin !

Eh bien!

Èh ! (Rem. 1960, 233) (E)

 

Èy ! (id.)

 

È-st-i possibe !

 

Èy ! = Êy ! (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

 

Èy, mi quowe! (id.)

 

Èy, mi vét ! (id.)

 

Ho ! (id.) = Ho !, Hô ! (Rem. 1960, 233) (E)

Oh !

Hin ? (Rem. 1960, 233) (E)

Hein ?

Hoû ! (id.)

 

Ih ! Îh ! Ich ! (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

 

Îy ! (C, (Rem. 1960, 233) E) = Îy ! Hîy ! (Bertr.-D. s.d., 32) (E) = Ûy ! (Rem. 1960, 233) (E)

 

Ô ! (C) = ((Rem. 1960, 233) E, (Balériaux s.d.) O)

Oh !

Ô, bin, ç’ côp-ci !

 

Ô, ça !

 

Oh ! (Rem. 1960, 233) (E)

 

Ôhô (C) = Oho ! ((Bertr.-D. s.d., 32; Rem. 1960, 233) E), (Franc. 1994) S)

 

Ouch ! (Balériaux s.d.) (O)

 

Ouh yayaye ! = Ouyyayaye ! (Rem. 1960, 233) (E)

 

Ouyouyouye! (Rem. 1960, 233) (E)

 

Tin ?

 

 

Diè

Dieu

Mon Diè (todi) ! (C) = Mon Dieu Sègneûr =  Mon Dieu don ! (Carlier 1985) (O)

Mon Dieu !

Djè mih (/ mis’ (Malmedy)) !  (Rem. 1960, 233) (E)

Mon Dieu !

Po l’ amoûr du Dju! (Franc. 1994) (S)

 

Grâce à Dju ! (Franc. 1994) (S)

 

S’ plê-st-à Dju ! (Franc. 1994) (S)

S’il plaît à Dieu !

À l’ wâde du Dju ! (Franc. 1994) (S)

A la garde de Dieu !

Mére du Dju ! (Franc. 1994) (S)

 

au monde dè Dieu (Carlier 1985) (O)

Djè n’ sé nén au monde dè Dieu èyu-ce qu’ il a co stî !

 

Je me demande où il est encore allé.

Joûr di Dju ! (Franc. 1994) (S)

 

Mon Dieu ! (Balériaux s.d.) (O)

 

Mon Dieu dèyi ! (Balériaux s.d.) (O)

 

Sègneûr ! (Balériaux s.d.) (O)

 

Toudi mon Dieu qui ça èst bia ! (Carlier 1985) (O)

Mon Dieu, comme c’est beau !

 

Mâria

Maria

Mâria !

 

Mâria Dèyi ! (C) = Maria Dèyi ! (Balériaux s.d.) (O)

 

Mariâ Jésus !  (Franc. 1994) (S) = Jèsus’ Mâria ! (C)

 

Mâria Mame !

 

Mariâ mon Dju ! = Mariâ mon Dju todi ! (Franc. 1994) (S)

 

Mâria todi ! (C) = Mariâ todi ! (Franc. 1994) (S)

 

Matèr Dèyi ! (Balériaux s.d.) (O)

 

Boune Notrè-Dame ! (id.)

Que la Vierge me soit en aide !

 

Ex :

 ! quî-ce quu v’là ! (Franc. 1994) (S)

Ah ! qui voilà !

 ? Vos trovoz ? (Franc. 1994) (S)

Tiens ? Vous trouvez ?

Tchouh! Ayayaye ! (Rem. 1960, 233) (E)

Quelle chaleur ! C’est terrible!

Èlle aveût on lêd trau, hayayaye !, mu grand-mére. (Rem. 1960, 233) (E)

Elle avait un laid trou, ah! lala! ma grand-mère.

– Vos ‘nn’ av’ assez. – Hin? (Rem. 1960, 233) (E)

– Vous en avez assez. – Hein ?

Mére du Dju ? Vo-te-là quand min.me ! (Franc. 1994) (S)

(litt.) Mère de Dieu! Enfin te voilà !

Oho ! quî-ce qu’ è dit ça ? (Franc. 1994) (S)

Oh! qui a dit ça ?

Oho ! c’ èst da lu? (Franc. 1994) (S)

Oh! C’est à lui ?

Ouh ! I gn-aveût gn-aveût ! (Rem. 1960, 233) (E)

Oh ! il y en avait !

 

– Vos ‘nn’ avîz bêcôp ?

Ouh ! (Rem. 1960, 233) (E)

Vous en aviez beaucoup !

– Oh ! (= énormément) !)

– Tuniz, vo-‘nnè-là doze !

Ouyyayaye! (Rem. 1960, 233) (E)

˗ Tenez, en voilà douze !

– Oh! lala !

– Is ‘nn’ aront vèyou…

˗ Ouhyayaye! louke on pô, volà qwantes samin.nes qu’ èlle èst là ! (Rem. 1960, 233) (E)

Ils en auront vu …

Ah! lala! regarde un peu, voilà combien de semaines qu’elle est là!

Po l’ amoûr du Dju, d’moroz trankile ! (Franc. 1994) (S)

Pour l’amour de Dieu, restez tranquille !

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Îy ! Ti l’as saîsi, fré Tône ! » (Boccar 1895, 391) (C)

 

« Mâria ! Qui dj’ a stî vîye ! »  (Laloux 1971a, 45) (C)

 

« Mâria  Dèyi ! C’ èst li à ç’ momint-là qui tron.nèt .» (Mollet 1955, 105) (C)

 

« Mâria todi ! Qu’ il î fieut Sasse èt pôvriteûs èt vî o cayon da Cassârt ! » (Laloux 1964a, 25) (C)

 

« Mon Diè ! Dj’a lèyî ralè nosse feu ! »  (Laloux 1969, 57) (C)

 

« C’ èst lès djudis après l’ din.ner d’èsté, quand on-z-aleûve aus sauyes avou s’ man (qui ça

sinteut bon, todi mon Dieû ! » (Gillain 1932, 36) (C)

 

« Mon Diè todi ! di-st-èle Mèrence en s’ rastrindant è s’ mokwè, èt lès p’tites qui sont là fines

mièrseûles ! » (Laloux 1969, 17) (C)

 

 

10.1.12. Supputation 

 

Bo !

Hm !

 

Ex : Combin-ce qui ça cosse bin ? – Bo, dins lès cink mile !

 

 

10.1.13. Ironie 

 

Bin va !

Èt co qwè ?

 

Ex :  Zèls, is nè l’ faîyenut nin, mins mi, i n’ tint qu’ à mi d’ î aler !  – Bin va !

        Mi, avancî lès caurs ? Èt co qwè 

 

 

10.1.14 Chaleur ou froid

 

Tchouh ! (chaleur ou froid) (E) (Rem. 1960, 228)

 

 

10.1.15 Indignation

 

Hå !

(espoir déçu) Buscûte !

(Bertr.-D. s.d., 32) (E)

 

 

10.1.16 Fatigue, ennui

 

Hîy hay ! 

Intch !

Puf !

 (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

 

10.2 Sensations ou sentiments communiqués

10.2.1 Apaisement 

 

Alons ! ‘l èst bon ! (C) = ‘L èst bon! (Carl. 1985, Balér. s.d.) (O)

Cela suffit. C’ est assez.

 

Exemple d’auteur

 

« ‘l èst bon, ‘l èst bon ! Di ç’ qui t’ vous, li progrès, c’èst l’ misére .» (Gillain 1932, 90) (C)

 

 

10.2.2 Appel 

 

a) de près 

Ê != Hê ! (C) = Hé ! (C, E, S (Franc. 1994)) = É ! (Carl. 1985) (O)

Hé !

 

Hêlà !

 

 

Pcht ! = Pst ! = Sst !

 

b) de loin 

Hêlàbas !

 

 

Hoû ! = Houhoû !

 

 

Hoûp’ !

 

 

Exemples d’auteurs

 

« , vatchî !  Comint vôrîz ‘n d-è vûdî ? » (Bal s.d., 36) (O)

 

« Ê, valèt, va t’mostrer à t’ mére avou t’ camusole dibrènéye ! » (Laloux 1969, 13) (C)

 

 

10.2.3 Encouragement (à sauter, à démarrer)

 

Alez, hop’ !

 

Alez ! (C) = Alèz ! (Bertr.-D. s.d., 32) (E), (Carl. 1985) (O))

 

Alez, hon !

 

Djans ! = Alons djan ! = Djo ! (E (Bertr.-D. s.d., 32))

 

Ârdans !

Dépêchons-nous!

Dépêchez-vous! Dépêche-toi!

Èt qwè ?

 

Hay ! (Bertr.-D. s.d., 31) (E)

 

Hop’ ! (C, E (Bertr.-D. s.d., 31), S (Franc. 1994))

 

 

Ex : Alèz hop’ ! pus vite quu ça ! (Franc. 1994) (S)

 

Exemples d’auteurs

 

« Alez ! qui l’ sirin.ne ûle ! Alez, tos l’s-ovrîs d’ tot l’ payis ! »  (Gillain 1951, 66) (C)

 

« Hop ! ène uréye, saquants bousséyes di dj’nièsses, asteûre in rabouré .» (Bal 1951, 6) (O)

 

 

10.2.4 Invitation à approuver, à acquiescer 

 

a) polie 

èndon (C, O, E) = èndo, èndé, ènné, èn(n)o (Carl. 1985) (O)

N’est-ce pas ?

 

savoz 

Savez-vous ?

 

Què v’loz ?

Que voulez-vous ?

b) familière 

(h)in 

Hein ?

 

là 

 

 

sés-se 

 

 

Ex : Vos n’ lî dîroz nin, èndon 

Dj’ îrè, savoz, mins nin co odjoûrdu ! 

Què v’loz ! I nè l’ sét nin mia ! 

 

Exemples d’auteurs

 

« Li pus maleureûs, di-st-i onk, c’ èst po l’ tchin .   – Oyi, in ! o l’ place do bin vikè è mougni rosti bouli èmon s’ curè, i n’ a quékefîye qui do pwin d’ agace èmon s’ barakî. Pôve bièsse ! » (Laloux 1969, 25) (C)

 

« C’ èst qui dj’ n’ a jamaîs ieû l’ tchance, , mi, d’ rèscontrer in Batisse Caffe ou in grimançyin ! » (Wartique 1954, 177) (C)

 

 

10.2.5 Invitation à se dépêcher 

 

Abîye ! (C, O) = Abèye ! (E)

Bètchèrap ! (= (N) een beetje rap !)

 

Exemple d’auteur

 

« À r’vôy, popa ! Abîye, moman ! » (Bacq 1978, 43) (C)

 

 

10.2.6 Invitation à s’en aller 

 

Lève-lu !

Raws’ (de l’allemand ‘heraus’) (dehors)) (Franc. 1994) (S)

Weg ! 

 

 

Ex : Alèz, raws” ! (Allez, ouste ( / à la porte) !) (Franc. 1994) (S)

 

 

10.2.7 Modération 

 

Auwe !

Doucement !

Gâre ! Gåre ! (Bertr.-D. s.d., 31) (E)

Gare !

Rastrind !

N’exagère pas!

Tot doûs !

N’exagère pas!

Tot tène, là !

N’exagère pas!

 

Exemples d’auteurs

 

« Auwe, là, valèt ! Là onk qui n’ èst nin co si mau adrwèt po fè l’ fou à bèle vôye ! » (Laloux 1969, 104) (C)

 

« Si bin qui l’ tchèt lî dit : « Hê, là ! Ti n’ mi saureûve lèyî paujêre… ? »  (Evrard 1955, 120) (C)

 

 

10.2.8 Protestation 

 

Auwe !

Stop !

Hê là !

 

Ô !

 

Oyi, twè !

 

Oyi, vos (-ôtes) !

 

Oyîye, po ça !

 

Di qwè ?

 

Èt co qwè ?

 

Rastrind !

 

Waîte bin !

Regarde bien !

Waîte on pau !   

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

 « Oyi, vos-ôtes ! Lès djoûs passin.n, mins i gn-avèt pont d’ candjemint .» (Wartique 1954, 154) (C)

 

« Quand on-z-a ieû mètu Mimîye èt Bèbêrt pa-d’vant l’ murwè, il ont pinsé po c’mincî qu’ c’ èstèt in masse di cavalcâde qu’ on leû-z-avèt mètu ! Oyîye ! » (id.) (C)

 

« Vo-le-rici, dandjereû ? – « Ayi, waîte bin…  C’ èst l’ vint qu’ on-z-ôt dins l’ bouchenis’ .»  (Laloux 1969, 18) (C)

 

 

10.2.9 Refus 

 

Blute (, mi fis  / mi fèye) !

Ta, ta, ta !

Clète (, mi fis / mi fèye ; cousse ;…) !

Trûte!

Jamaîs, au grand jamaîs !

Tutûte (, mi fis / mi fèye ; cousse ;…)! (C) = Tutûte ! (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

Kine (, mi fis / mi fèye) !

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Do côp, Sint-Piêre tire sès lunètes : « Ta, ta, ta ! C’ èst co po m’ fé aler, ç’ qui vos m’ racontez là .» (Gillain 1927, 10) (C)

 

« Tutûte, c’ èst dès-afaîres di tchèt qui n’ vos r’gârdenut nin, ça, monsieû Bèbêrt ! » (Wartique 1954, 186) (C)

 

 

10.2.10 Regret 

 

Bin-astcheû !

Bien échu !

Damadje !

Dommage !

Mal(e)ureûs !

Comble de malheur !

Ô, taîje-tu !

Tais-toi donc !

Què vous-se ?

Que veux-tu ?

Tant pîre !

Tant pis !

 

Exemples d’auteurs

 

« Mins, maleureûs, n’ aveut-i nin dit : « Au d’triviès », o l’ place di « Pa-d’zeûs lès ayes èt lès bouchons » ! » (Laloux 1969, 53) (C)

 

 

10.2.11. Salutation 

 

A ! (C) = Â ! (Franc. 1994) (S)

Bonjour !

(H)op !

Hep !

Hêlà !

 

Què dis-se ?

Comment ça va ?

 

Ex : A, Jules ! A, Marîye ! A, m’ fis ! Qué novèle ? (C)

 Pièrot ! (Franc. 1994) (S)

 

N.B. Le « A » est toujours très bref, du moins en centre-wallon! Est-ce une abréviation de : « Dji di bondjoû à » (Je dis bonjour à) ?

 

 

10.2.12. Scepticisme 

 

Alez ?

 

Bâ, wète ! = Bâ, wiche !

 

Èt co qwè ?

 

Faut (co) vôy !

C’est à voir!

Mm !

 

Nin possibe !

Pas possible !

Ô !

 

Oyîye !

 

Taîje-tu ?

Tais-toi ?

 

Exemples d’auteurs

 

« Ayi, wiche ! Come si c’ èsteut nin tos lès djoûs l’ min.me .»   (Laloux 1974a, 118) (C)

 

« Bâ, wiche, gn-a nin moyin d’ crwêre à ça ! »  (Wartique 1954, 181) (C)

 

 

10.2.13 Souhait        

 

  1. a) favorable : Qui l’ Bon Diè l’ vouye !    Qui l’ Bon Diè v’s-ôye !

 

  1. b) défavorable : Qui l’ diâle t’ apice ! Qui l’ diâle ti cobèrôle ! Qui l’ diâle ti rostiche !

 

N.B. On remplace aussi « ti » par « li », « vos », « lès ».

L’emploi de la 1ère personne est aussi très courant quand le mot « diâle » est employé.

 

Ex : (Qui l’) diâle m’ awoûrléye ! / m’ èvole ! / mi hape ! / mi stike ! (= mi foute on côp ?)

         mi stron.ne !

 

 

10.2.14 Approbation ou opposition           

 

 

(F) oui, …

(F) non, …

oyi (C, O) = awè (E) = ay, ây (S)

non

Oyi, ça !

Non, ça ! 

Oyi, da ! (C, O)

Non, da !  

Oyi, oyi !

Non, non !

Oyi, hin !

Non, hin !

Oyi, va !

Non, va !   

Oyi, m’ fus ! (Balér. s.d., 50) (O)

Non, m’ fus ! (Balér. s.d., 50) (O)

 

Non, ê, non !

Siya ! (C)= Si faît ! (C)

Non.na ! (C, O (Balér. s.d., 50)) = Nonfêt ! (C) = Non fét ! (O) = Nèni ! (E, S)

Ayayaye !   

Et comment ! = Je te crois ! = Tu parles !

Broke !

 

Ça !

Bien sûr !

Diache !      

 

Dôminé ! 

 

 

Ex :

I n’ si laîrè nin fé, savoz, li ! Ayayaye ! (C)

 

Ây, di-sti come ça. (Franc. 1994) (S)

 

Ây, çu côp-là. (Franc. 1994) (S)

Pour ça, oui.

Ay, don. (Franc. 1994) (S)

Oui,voyons.

A bè, ây. (Franc. 1994) (S)

Ben oui !

Èt i pinse qui dj’ va tot fé tot seû ? Broke, mi fi ! (C)

 

Èt vos-î alez ? – Ça ! (C)

 

Nèni, vos n’ l’ âroz nin. (Franc. 1994) (S)

 

Néni, sés-se ! (Franc. 1994) (S)

 

– Vinrè-t-i, ây ?

– I n’  sét dîre ây ou nèni. (Franc. 1994) (S)

˗ Viendra-t-il, oui ou non?

˗ Il ne peut se décider.

 

Exemples d’auteurs

 

« Döminé ! qu’ djè l’ saveûve bin ! » (Laloux 1974a, 76) (C)

 

« Pont d’ djins. Pont du tout. Compurdoz, ç’ côp-ci ? – Diache ! C’ èst l’ vraî, ça, l’ ome ! » (Wartique 1954, 160) (C)

 

« I pète au diâle, dandjereû ! – Ô, bin non.na ! qu’ i n’ pète nin au diâle .»  (Laloux 1969, 53) (C)

 

 

10.2.15. Raccourci 

 

èt tchik èt tchak ! (= (écrit) ètèt) (C, O, S (Franc. 1994))

 

Exemple d’auteur

 

« Ça sèrè on gamin, ç’-t-èfant-là ! Ël ârè dès bleuws-ouys, è sèrè vayant, malin, rossia, èt tchik èt tchak ! » (Desmedt 1970, 169) (C)

 

 

10.2.16. Etonnement 

 

Alez!

Citèle-là !

Taîje-tu !

Waîte bin !

Elle èst (co) boune !

Ôllé (,ti) !

Tch !

Waîte on pau ! 

 

Ex : « Mi mère di lapin a djon.nelé èyîr : quatôze djon.nes ! Alez, twè !

 

Exemples d’auteurs

 

« ˗ Ti n’ sés nin quî qu’ dj’a rèscontré ayîr ? Emile Rossignol ! 

Taîje-tu, va !  Li p’tit Mimile qui d’mèréve dins l’ maujo Tabâr, qu’ a faît sès paukes avou nos… » (Gillain 1932, 123) (C)

 

« Waîte bin, qu’ is crwèyint co aus sôrcîres èt aus vîyès matènes lès lurons ! » (Laloux 1969, 71) (C)

 

 

10.2.17. Présentation 

 

Là, waî !

Qwè-ce qui dj’ vou dîre, mi!

 

 

10.2.18. Invitation à se taire 

 

Chcht !

Sst !

Taîje-tu !

Taîjoz-vos !

 

Ex : « Sst ! Taîjoz vos one miète ! On rote su l’ pavéye ! »

 

 

10.2.19. Pitié 

 

 !

 

Ex : Â ! C’  èst tèribe asteûre ! (Franc. 1994) (S)

 

Exemple d’auteur

 

« Â ! m’ pôve pitit ! Qu’ il èsteut rodje ! » (Laloux 1969, 69) (C)

 

 

10.2.20.  Dire que quelque chose est délicieux 

 

Mm !

 

 

10.2.21. Avec mouvement de lancer

 

Hop’ !

 

Exemple d’auteur

 

« On pèsant fwès di scaursons, ci n’ èst qu’ on brèssîye il aspôye lès cus su l’ quèwe èt l’          tèSè : op ! is sont bourés à tchaur .» (Laloux 1969, 94) (C)

 

 

10.2.22. Défi 

 

Alez !

Allez !

Clète !

 

Wadjans-nes ?

On parie ?

 

Ex :  Alez ! Si v’s-èstoz si fwârt ! 

         Dji n’ wasereûve ? – Clète !

 

 

10.2.23. Menace 

 

Â, ça !

 

Ex :  Â, ça ! Il èst mwârt ! (étonnement)

        Â, ça ! Vos nè l’ v’loz nin fé ! (menace)

 

 

10.2.24 Rire

 

Ha! ha! ha! (Bertr.-D. s.d., 31) (E)

 

Pa! (id.)

 

 

Ex :

Pa ! Ti m’ vas fé rîre !  (id.)

 

Exemple d’auteur

 

« Båcèle, dji hé lès hî hå hå dès ritchès djins. » (Simon 1927) (E)

 

 

10.2.25 Cris lors du carnaval

 

Ouyouyouy ! (Franc. 1994) (S)

cri poussé par les personnes masquées lors du carnaval

 

 

10.2.25 Pour faire peur aux enfants (de façon ludique)

 

Beu!

dans une scène répétée où, decant un enfant,  un adulte se cache le visage et crie: “Coucou !” Ensuite, il le montre en criant: “Beu !”

 

10.3 Imitation de cris d’animaux

10.3.1

 

onomatopées

animal

verbes

baw

chien

bawer ; bawyî (répétition ou faiblesse); abawî, bawyî (Carl. 1985) (O)

bêê (C, E) = bê (Franc. 1994) (S)

mouton

bêler

bzz

insecte

zûner

cayût’ (Rem. 1960, 228) (E)

chien (cri de douleur)

 

clouk

poule couveuse

clouketer

cokêkoûk

plaisamment :

Dj’ a quarantes ans.

coq

tchanter

cococok

poule qui ramage

crêler

cot’cot’ codâk (C, O, S)

poule qui a pondu ou qui est effrayée

codaussî ; codauker (codâker ((Franc. 1994) (S), (Carl. 1985) (O))

coûroukoû ;

roucoutoucoû 

pigeon

coucoûker

cwink

canard

cwinker ; cwinkeler

cwâk (C, E, O, S)

grenouille, corbeau, corneille

cwâker ; cwâkeler (C, S) (croasser)

gnâw ((Rem. 1960) (E), (Carl. 1985) (O)), gnanw (Rem. 1960)  (E); gninw

chat

gnâwer (E), gnan.wer, gnâwer, gnâwyî (Carl. 1985) (O), gninwer, gninwyî (répétition)

gnayût’

chien qui se plaint

gnayûter

gnaf-gnaf (C, E, O),  gnouf-gnouf (C, E, O gnonk,  gnouk-gnouk (C),  grwink 

cochon

gnafeter, gnoufeter, gnoufgnoufer

haw (E)

chien

hawer : aboyer

hèhèhèhè

cheval

hèni

hî-han

âne

braîre

lèyon

paon

lèyî

mêê(k)

chèvre

bêler ; mêker ; mêkî

meueu  (C)= meû (Carl. 1985 (O)

vache ; taureau, bœuf

beûler

râw, ranw (Rem. 1960, 228) (E)

chat

ranwer : miauler

rawoû

pigeon

 

ronk 

cochon  

ronketer, ronkyî ; rûtyî 

roucoutoucoû (Bastin 1965, 90) (O)

 

 

tchak-tchak (Rem. 1960, 228) (E)

grive litorne

 

tchîp (C, E), tchip, tchip-tchip (E); tchirlîp; tchîp-tchîp (Francard 1994) (S)

petit oiseau

tchîpeler, tchîpyî (jeune), tchipeter : pépier (E)

wink

cochon ou chat souffrant

winker ; winkeler

woû

chien qui aboie à la lune ; loup

(h)ûler, (h)oûler

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Totes lès trwès-quate samwin.nes, i vint avaur-là fè bawyi lès tchins aus-uchs po vinde dès lacètes, do ciradje Zébra, dès pingnes èt d’s-alumètes .» (Laloux 1969, 21) (C)

 

« À chake eûréye, come one ôrlodje, i grigneut è s’ bêce ; i gninwieut .»   (Laloux 1969, 7) (C)

 

« Li toûrturèle rôkêye, lès-oûhês vont r’tchanter, / Èt l’ côkêkô dès coks rèsdondih’ èmé l’ plin.ne .» (Mignolet 1987, 189) (E)

 

 « … l’aîr di dîre : « Alons, mès bounès djins, nos-èstans dès brâves pitits mouchons èt nos-avans fwim. Tchîp, tchîp ! tchîp ! » (Gillain 1951, 14) (C)

 

« … èt l’s-afrontés d’ sauvèrdias s’ porchûvint è tchîpelant come dès fous… » (Gillain 1951, 13) (C)

 

« … gn-a dès côps qu’ is cavolenut là à 5 ou 6 en tchirlipant .» (Collet 1984, 3) (C)

 

« Èwoù qu’ on-z-aveut mètu nosse curè, o l’ tchambe di d’zos, on-z-oyeut zûnè lès moches, Cinkyi one tchèyêre co bin .» (Laloux 1969, 145) (C)

 

10.3.2 Remarque 

 

Des verbes fréquentatifs ou diminutifs sont formés fréquemment sur base des verbes

                  représentant des cris d’animaux.

 

Ex. :  

bawer        (aboyer)                >

baweter                

= bawer on p’tit côp

gninwer     (miauler)   

gninweter    

= gninwer on p’tit côp

tchîpeler    (pépier)

tchîpeloter

= tchîpeler on p’tit côp

wink(el)er (crier comme un cochon)

winkeloter

= wink(el)er on p’tit côp

zûner        (bourdonner)

zûneter    

= zûner on p’tit côp

 

Exemples d’auteurs

 

« … ; en tot bawetant, i roufleut èt i nifeteut autoû do martchand po l’ picî à s’ bodène .» (Laloux 1969, 21) (C)

 

10.4 Bruits

 

 

onomatopées

 

verbes, expressions ou noms dérivés

 

adaday

course rapide

 

baf (C, E, S)

coup sourd, brutal (C, (Franc. 1994) (S)); bruit d’une lourde chute  (Franc. 1994) (S)

one bafe (= (F) une gifle)

bam ; ding-dong ; bim’(-bam’)-bom’

son d’une cloche

 

li bim’-bom’ (cloche)

bang

avion

on dobe bang

bârdaf (bardaf, bèrdaf (Bertr.-D. s.d., 32) (E)  = bèrdaf  (Bastin 1965, 90) (O)  = bourdouf (C, E) = bourlouf = bèrdouf (Balér. s.d.) (O) = bèrdanf (Copp. 1959, 195) (O) = bèrdaf (Franc. 1994) (S)

chute d’une masse qui heurte plusieurs choses ou qui roule

bourloufer

bif (èt) baf = pif (èt) paf = pitch (èt) patch = clip (èt) clap’

coups répétés

 

bim’bam’boum’ (Bertr.-D., s.d., 32) (E)

 

 

bouch

choc ; éclatement       

bouchî ; cabouchî

 

bouf (C, E, O, S)

coup sourd; bruit d’une chute (Franc. 1994) (S)

boufer (faire du fruit en tombant)

boum (C, E, S)

chute, gros coup sourd, explosion ((Rem. 1960, 229) (E), (S))

bouchî ; cabouchî; do bouche-bouche (du football sans passes, à long shoots)

Èlle èst boum-boum. (Elle est enceinte.)  (Franc. 1994) (S)

bratch

allumette qui s’allume ; feu qui prend

bratchî

britch-brotch

 marche dans la boue 

d’britchî ; d’britchî

brr

moteur, surtout une moto;

personne qui a froid

 

br(ou)w; rwak

vomissement

r’waker ; r’naker

burdâh (Rem. 1960, 229) (E)

patatras (chute)

burdahî (dégringoler); fé burdâh (tomber)

burdîh-burdâh (Rem. 1960, 229) (E)

bruit de quelque chose qui dégringole, marche bruyante

 

chîm-chi-chîm

accordéon      

chîmer ; chîmeter (jouer mal de l’accordéon)

clap’ (C, E, O, S)       

coup sec; tape (Rem. 1960, 229) (E)

claper (fermer une porte, un couvercle; frapper (Rem. 1960, 229) (E))

clap’-clap’

bruit de sabots

clap-claper

clatch (C, (Bertr.-D. s.d., 32) (E))

 

 

clik èt clak (id.)

 

 

clip èt clap (Balér. s.d.) (O)  = clip-clap’ ((Copp. 1959, 195) (O), (S))

mouvement cahotant

 

cloup’

main qui attrape

si clouper (s’asseoir en se laissant tomber)

cloup’ (O, E)

saut, chute légère

cloupeter (sauter)

crak     (C, E, O, S)

chose qui casse; craquement

craker (craquer)

crik-crak (Rem. 1960, 229) (E)

craquements répétés

 

dak ou tak (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

 

 

didin’, dili’ng-dili’ng, din’didin’, drin’ (C) = guilin’-guilin’ (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

sonnette

din’diner ; fé din’didin’

dign = drign = drign-drign (Rem. 1960, 229) (E)

sonnerie

 

di’ng-da’ng, di’ng-di’ng, rin’-di-din’ (Bertr.-D. s.d., 32) (E) = di’ng-do’ng ((Franc. 1994) S)

tintement des cloches

 

dram’-dra-dram’ (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

 

 

èt purtik èt purtak (anc.) = èt purlink èt purlak (anc.) = èt trim èt tram (Rem. 1960, 229) (E)

et patati et patata

 

flatch (C, E)

chute d’un corps mou

flatchî

flop

gros oiseau qui s’envole

 

frîl

quelque chose qui fond dans la  poêle

frîler

flinch

coup de poing violent

flincheter

flitch-flatch (Bertr.-D. s.d., 32) (E) = flich-floch (Carlier 1988) (O)

piétinement dans l’eau

 

floup’ (E)

mouvement vif et léger; envol d’un oiseau (Rem. 1960, 229) (E)

floupeter (voleter)

flûtch (E)

fuite furtive

flûtcheter (èvôye) (s’échapper)

flute (Franc. 1994) (S)

contrariété (flûte !)

 

fritch

petit oiseau qui s’envole ou mouvement rapide pour partir

fritchî ; fritchî èvôye

fritch-fratch (E) = witch-watch (E)

bruit de la marche dans la boue

 

gnaf

bruit qu’on fait en mangeant

gnafeter

gnaf-gnaf (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

bruit qu’on fait en mangeant

 

gnak (Haust 1933) (E)

violent coup de poing

 

harlap ; herlap

rabot

 

hirlip-hirlap’ (E)

marche lente et lourde

 

hop’ = houp’ (Rem. 1960, 229) (E) = (i)oup’, zoup’ (Copp. 1959, 195) (O) = op’ (Carlier 1991 (O)

saut

 

lof-lof

bruit qu’on fait en aspirant un liquide

lofer

paf (C, O, S)

coup de feu, détonation

pafter

paf (C, E) = patch (C, E)

échappement ; coup

 

panf ((Bastin 1965, 90) (O), (S))

bruit répété; coup sec, coup de feu (Copp. 1959, 195) (O)

 

patacrak (Bertr.-D. s.d., 32) (E) = patapouf ((Bertr.-D. s.d., 32) (E), (S)) = pataplouf (O)

bruit de chute

 

patch ((Rem. 1960, 229) (E), (S))

éclatement, détonation (E), lourde chute (Franc. 1994) (S)

fé patch (éclater bruyamment)

pchch

air qui s’échappe

chîler

pégn = pingn (Rem. 1960, 229) (E)

mouvement pour lancer une pierre

pégnî (lancer, pour jeter)

pèn

coup sonore

pèner (donner des coups)

pèt’-pèt’

petite moto

pèt’-pèter

pif (Copp. 1959, 195) (O)

coup sec, coup de feu

 

pif-panf (Bastin 1965, 90) (O)

bruit répété

 

pign

coup de poing

pigneter (donner des coups de poings légers)

pîl-pîl

petit oiseau

pîler

pingn

bruit d’un coup violent, ‘pan’, ‘vlan’

 

platch (C, E, S)

masse qui tombe à l’eau

platchî

plif-plouf ( (Rem. 1960, 229) E)

marche lourde

 

plik-plok

gouttes, de ci de là : sans ordre

ploufer

plok (Copp. 1959, 195) (O)

bruit de chute

 

plouf (C, E, O, S) = plouk (Balér. s.d.) (O)

corps qui tombe à l’eau, sur un lit, un divan,…; chute sourde (Rem. 1960, 229) (E)

 

plouk (Bastin 1965, 90) (O) = plouk, ploutch (Copp. 1959, 195) (O)

chute dans un liquide

 

plouk-plouk

pas pesants

 

pouf (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

 

 

poutch (E) (Rem. 1960, 229)

petit saut

fé poutch (sauter), fé poutch potê: sauter par-dessus une flaque (expr. enfantine) (Rem. 1960, 240) (E)

prout’ (C, E, O, S)

pet

prouteler (péter) (Rem. 1960, 229) (E)

raf ((C), (Bertr.-D. s.d., 32) (E), (Copp. 1959, 195) (O))

mouvement rapide pour saisir (Rem. 1960, 229) (E)

 

rah-rih-rah (E)

râclement

raheler

ray-daday (E)

course rapide

 

rif (èt) raf (C, E)

mouvements rapides répétés (Rem. 1960, 229) (E)

 

rih èt rah ( (Bertr.-D. s.d., 32) E)

 

 

rik (èt) rak (C, (Rem. 1960, 229) E, O, S)

bruits de râclement (ric-rac)

 

rouf (C, E, O, S)

élan, poussée brusque

roufeler: se précipiter

rouf-rouf (C, E, O, S )

bruit de hâte

rouf-roufer

à l’ rouf-rouf (rapidement, sans beaucoup de soin) (S) (Franc. 1994)

roumdoudoum (E, O)

bruit sourd de tambour, de  chariot sur des cailloux; roulement d’un véhicule (Rem. 1960, 229) (E)

roumdoumer; aussi : roumbloubloum

rûtch = rouf (Rem. 1960, 239) (E)

élan, poussée brusque

 

saf-saf (C, E)

bruit de marche rapide; pantoufles qui traînent

saveter ( de « savate ») (marcher vite)

smak

baiser

 

sôye-sôye

scier

soyî

tchaf

coup sonore, gifle

tchafeter (souffleter)

tchak (C, E, S)

claquement

tchaker

tchik

lampe de poche qu’on allume billes qui se heurtent)

tchiketer

tchik-boum

fanfare avec grosse caisse)

 

tchouf-tchouf,  tchok-tchok  

train

tchouftchoufer, tchoktchoker

 

tchûût

robinet

 

tik-tik

montre ; horloge

tiktiker ; toketer

tok-tok

frapper à une porte, une fenêtre

toker

trim èt tram

conversation serrée

 

trim-tram

circulation intense de gens, de véhicules,

train-train (S) (Franc. 1994)

Qué trim’-tram’ dins la vèye !

Dju va m’ pètit trim’-tram’ tot l’ timps.

troup’-troup’ (Rem. 1960, 229) (E)

trottinement

troupeter (trottiner)

trûtch (E)

bruit de l’eau; sifflement, bruit continu d’un robinet

trûtcheler (couler, siffler)

tuk

heurt de la tête          

tuker, fé tuk

tût’, tutût’(C, O, E, S)

trompette, klaxon;  sifflement (E)

tûter; tûteler (siffler (E); sonner de la trompette ((Rem. 1960, 229) (E), (S))

vlam’

porte qui claque

 

vroum

avion ; moteur

vroumer

wach-wach

piétinement dans la boue

on wachis’

wich-wach (C, O)

langue qu’on ne comprend pas

dès wichs èt dès wachs

witch-watch, fritch-fratch (E) =  wich-wach (Carlier 1991) (O)

piétinement dans la boue, dans l’eau

watcheter (clapoter) (Rem. 1960, 229) (E), wich-wacher  (patauger) (Carl. 1991) (O)

zaf, zif èt zaf (Bertr.-D. s.d., 32) (E)

coup rapide (E) (Rem. 1960, 229)

 

zif = zip’

faux dans l’herbe

 

zim’-(zi-)zim’ (C, O, S)

violon

zîmer

wît’-wît’

lime

 

zzz

dormeur ; gros insecte

zûner

 

Ex :

Baf ! (= Bèrdaf !) lu v’là la panse à l’ êr ! (lourde chute) (Franc. 1994) (S)

Èt tot d’ on co, baf (= bèrdaf) ! i lî tchôke su pougn so l’ gueûye ! (coup violent) (id.)

Ça è fêt boum ou fameûs côp. (id.)

Il è fêt boum. (Il est tombé.) (langage enfantin). (id.))

Clap’ ou côp du scordjîre dins lès djambes ! (id.)

Cloup’ ! vo-le-là potchî à l’ tère. (E)

Floup’ ! l’ oûhê èvôye ! (Tout d’un coup, voilà l’oiseau parti.) (Rem. 1960, 239) (E)

C’ èst flûtch! èvôye! (On s’esquive,on s’envole au plus vite.) (id.)

Nos ‘nn’ alins fritch-fratch (ou: witch-watch) avâ lès brôlîs. (Nous nous en allions en pataugeant dans les bourbiers.) (id.)

I v’néve avou sès sabots hirlip-hirlap’ . (E)

Patch! nos deûs tièsses! (Nos deux têtes se sont cognées sèchement.) Ce qui suit l’interjection est dit sur un ton uni et plus bas. (Rem. 1960, 238) (E)

Patch ! v’là noss gros su s’ cou ! (Franc. 1994) (S)

I prind l’ corîhe: clap!, di-st-i, on bon côp d’ corîhe, ènon. Mins vochal lès pates dès dj’vâs, èt pingn! èt pingn! èt pingn! (Il prend le fouet: clac!, dit-il, un bon coup de fouet, n’est-ce pas. Mais voilà les pattes de chevaux et paf! (les trois ‘pingn’ indiquent les ruades des chevaux.)) (Rem. 1960, 240) (E)

Platch ! v’là co l’ moûdè à l’ tère. (Franc. 1994) (S)

I v’néve plif-plouf avou sès gros sabots. (Il venait lourdement avec ses gros sabots.) (Rem. 1960, 239) (E)

Dj’ ons fêt plouf dins l’ êwe. (Franc. 1994) (S)

Il acoréve ray-daday èn-à l’ valéye do pré. (Il accourait à toute vitesse en descendant le pré.) (Rem. 1960, 239) (E)

Ça è passé rik èt rak. (Cela est passé tout juste.) (Franc. 1994) (S)

Pèser rik èt rak. (Peser trop juste.) (id.)

Ça è stî rik èt rak qu’ is n’ s’ apougninche. (Ils ont été à deux doigts de s’empoigner.) (Franc. 1994) (S)

Rouf! nos deûs tièsses one conte du l’ ôte! (Rem. 1960, 238) (E)

Il ont d’chindou à l’ câve rouf-rouf. (en hâte, à la va-vite) (Franc. 1994) (S)

Roumdoudoum, volà l’ tchèrète. (C, E)

Èls vunint côper çoula tot hate, adon rûtch! vo-‘nnè-r’laveût. (Elles venaient couper ça tout légèrement (sous-entendu: de mauvaises plantes.)) (NB ‘rûtch’ est une interjection rare.) (Rem. 1960, 239) (E)

I v’néve saf-saf oute lu pavéye. (Il venait vite, le long de la ‘pavée’, espace pavé devant la maison.) (id.)

Èt t’t-à-n-on côp, tchaf, one min à l’ djêve! (Et tout à coup, _ ! une main à la figure.) (id., 238) (E)

Tchak, t-a v’là co oune. (sous-entendu: de claque) (Franc. 1994) (S)

I d’hint quu … èt quu … èt trim èt tram. (Ils disaient que … et que … et patati et patata.) (E)

Alèz, zim’-zim’ ! (En avant la musique !) (Franc. 1994) (S)

C’ èst todi zim’-zim’ jusqu’ à bin târd à l’ nut’. (On entend toujours de la musique jusque tard dans la nuit.) (id.)

 

Exemples d’auteurs

 

« Bârdaf ! là d’djà l’ mèsse di iût’ eûres qui sone ! Il èst timps d’ nos lèver ! » (Servais 1955, 149) (C)

 

« Pa-d’vant, èle rêveleut do l’ pince à l’ têre, èt clap’ èt clap’ i choneut todi qu’ èlle aleut mète si pîd à one pate di drî » (Laloux 1964, 119) (C)

 

« … nos-avans balancî trwès quate côps ètur li ciél èt l’ eûwe, èt pwîs flatch… » (Wartique 1954, 177) (C)

 

« Enfin, l’ pus franc s’ a dâré su l’ pwin èt frrrt ! èvôye bin lon avou è s’ bètch .» (Gillain 1951, 14) (C)

 

« Asteûre, frrrt ! à vélo. Pèt’, pèt’, pèt’ lès motos. Teuf, teuf lès-autos .» (Gillain 1932, 45) (C)

 

« Lès-ôtes èstin.n’ mètus plik-plok à drwète èt à gauche .» (Maréchal 1963, 105) (C)

 

 

Remarque

 

Dans le langage enfantin surtout, certaines choses, certains êtres, certaines actions peuvent être désignées par l’onomatopée d’un bruit ou d’un cri: dès tchak-tchaks (des grives litornes), on vîdju (une sorte de pinson) (dont le chant semble se terminer par ‘vîdju’). Des expressions sont employées par les petits enfants ou en parlant aux petits enfants: fé pouf (faire pouf, càd. exploser), fé boum (idem ou tomber), fé ni-nan.ne (faire dodo), on tchouf-tchouf (un train), etc. (Rem. 1960, 230) (E)

 

D’autres verbes sont, malgré l’absence de représentation de bruits correspondants, clairement inspirés de bruits.

 

brotchî (C, E, O, (-i) S)

sortir d’une masse, ordinairement sous l’effet d’une pression (Carlier 1985) (O)

Èl mastik brotche intrè sès dwèts. (Carlier 1985) (O)

chacheler (C), haheler (E)

rire aux éclats

Is passin.n leû timps à tchafyî èt chacheler.

chîler

bourdonner dans les oreilles (C); frire (Carlier 1985) (O)

Mès-orèyes chîlenut, dji sin qui dj’ va flauwi.

È l’ uviêr, quand i djale, lès fils do tèlèfone chîlenut.

chîleter

faire un bruit de verre qui casse, qui tombe, de pièces de monnaie qui  s’entrechoquent

Lès câraus ont chîleté quand l’ bole a clatchî d’dins.

Li pârin fieûve chîleter sès caurs è s’ potche po rènonder l’s-èfants.

clikoter (C, O), cliketer (S)

cliqueter, faire un bruit de choses mal emboîtées

Li tchaur clikote ; i va tchaîr à bokèts.

copèter (C), kipèter (E)

produire une série de petites explosions

Li vèt’ bwès d’ sapin copète quand on

l’ brûle.

crin.ner

grincer (charnière,…)

L’ uch crin.ne ; i faurè ècrachî lès pinteures.

crochî

casser en restant encore attaché

On-z-a oyu l’ oucha crochî quand l’ djambe a câssé.

greûjeler

faire un bruit de petites particules qui tombent en grand nombre

 

grûçyî

faire un bruit de grenailles qui s’écrasent

 

skèter (O, C) , chèter (C), hèter (E)

faire un bruit soudain de quelque chose qu’on déchire

Gn-a l’ preumî côp d’ tonwâre qu’ a skèté qu’ nos rarivin.n’ à l’ cinse.

sclauchî

résonner brusquement

 

 

 

Li côp d’ fisik a sclauchî qu’on n’ s’ î atindeûve nin.

N.B. « sclauchî » a souvent un autre sens, comme par exemple dans « I ‘nn’ a  sclauchî one boune .» , c’est-à-dire « Il a eu une répartie spirituelle .»

spiter

éclabousser

 

spotchî

écraser

 

spritchî

faire jaillir un liquide

 

trompèter

faire un bruit de trompette

I trompètéye è soflant s’ nez.

watrouyî

(si _)

faire le bruit et les mouvements de se vautrer dans la boue

On-z-oyeûve lès singlés qui s’ watrouyin.n o ri.

 

 

Exemple d’auteur

 

« È d’au lon on-z-ètindeut grûçyi lès pîrètes do l’ rouwalète d’autoû d’ l’èglîje .» (Laloux 1969, 145) (C)

 

10.5 Mouvements

 

à dadaye (C) = à l’ dadaye (Carl. 1985) (O) = hay dadaye (Franc. 1994) (S)

vitesse:  (F) en toute hâte

 

aye èt boute

activité

 

C’ èst todi aye èt boute èt mauy li timps di stitchî tès mwins dins tès potches.

bèrlike-bèrloke

désordre

 

I staure l’ ansène bèrlike-bèrloke. (C)

C’ èst todi tapé là bèrlike-bèrloke. (C’est toujours jeté là pêle-mêle.) (Franc. 1994) (S)

draf-draf

= traf-traf : (trottement)

Tote li nût draf-draf lès soris su l’ plantchî.

hink èt pink

 boîtement

 

hop’

 1 saut ((C), (Franc. 1994) (S))

2 lorsqu’on déplace une lourde charge

 

 

Ô hop’ !

 

raf

mouvement brusque, très rapide  (C, E, O, S)

Il è pris l’ lîve èt raf ! à l’ jibeucière ! (Franc. 1994) (S)

Raf ! lu panê foû do l’ culote ! (id.)

rif-raf

mouvement rapide aller et retour (C, E, O, S)

 

racagnak

 roue qui tourne irrégulièrement ;  espèce de vilebrequin ((Carl. 1991) (O), (Franc. 1994) (S))

 

rouf

 mouvement rapide (C, E, O, S)

Rouf ! vo-le-là so s’ cou! (Franc. 1994) (S)

vore èt vore

 en toute hâte

 

zoup’

 saut, disparition soudaine (C, E, O, S)

Il astot d’ l’ ôte costé. Tot d’ ou côp, zoup! vo-le-là voye ! (Franc. 1994) (S)

zouptata, zouplala, zoup’zouzoup’

saut pour enfants

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Èt mi, à dadaye au d’ triviès dès ayes èt dès bouchons .» (Laloux 1971, 40) (C)

 

« Tous lès sèmedis fliche èt flache èt ramons .» (Masson 1971, 18) (C)

 

« Hink èt pink, il arivenut d’ lé l’ barake… » (Piret 1949, 147) (C)

 

« Lès voléyes di Cârbaus sglidenut tofêr rouf-rouf .» (Bal 1984, 2) (O)

 

« On coûrt di r’vint, di r’va.. ; li djeu èst là lèyî .» (Wérotte 1973, 30, vers 205) (C)

 

« Èle s’a veut mariè vore èt vore ; come gn-aureut ieû qui ç’-ti-là .» (Laloux 1969, 56) (C)

 

« Zoup’ foû do lét co pus timpe qui l’s-ôtes djoûs .» (Laloux 1974a, 50) (C)

 

« Il î conte, di stik èt di stok, sès rascrauwes… » (Laloux 1970, 185)

(C)

 

10.6 Ordres, appels

10.6.1 à des personnes 

 

pour faire taire

Ch(ch)t !

 

 

Pcht! (Rem. 1960, 229) (E)

 

pour commencer ou  partir, pour se dépêcher

Èvôye !

 

 

Hop’ !  (C, E, S)

 

 

Hay! = Hèy!, hêy! ((Rem. 1960, 229) (E)

En avant! Debout!

Ex : Alèz, hop’ pus vite quu ça ! (Franc. 1994) (S)

Vite ! Dépêchez-vous !

pour chasser

Fourt’ ! ((C), (Franc. 1994) (S)) = Vört’ ! (C)

 

pour chasser les enfants:

Fourt’ !

 

Ex : Alèz, fourt’ à l’ uch ! (Franc. 1994) (S)

pour faire arrêter

Halt ! = Stop !

 

 

Holà !, Ahote ! (Bertr.-D., s.d.) (E) = Ôlà ! (Carlier 1991) (O)

 

pour appeler de près, attirer l’attention

(H)é !, (H)ê !, (H)êlà !, Pcht’ !, Pst’ !,  Sst’ ! (C) = Pst’ (Coppens 1959, 193) (O) = Hé !, Ps(i)t’ (Franc. 1994) (S)

 

 

Hê là hê !, Hèm !, Pchit’ ! (Bertr.-D., s.d.)

 (E)

 

 

Hê! = Ê ! = Pst’ ! (Rem. 1960, 229) (E)

Réponse à un cri d’appel: Hèy ! = Hêy ! = Hin ? (Rem. 1960, 233) (E)

 

 

Ex : Vos ‘nn’ av assez ! – Hin! (Vous en avez assez! – Hein!)  

pour appeler de loin

Hoû !, Hoûhoû ! , Hoûp !

De là : houper.

pour prendre garde

À mwins ! = Atincion !

pour les mains ou autre chose

pour se moquer

Arêye !, Kêk ! = Karêk ! = Fût’fût’ ! = Afût’ ! (C)

cri de dérision adressé à un enfant, en frottant les deux auriculaires l’un sur l’autre

 

Ê yot’ ! (liégeois) = Fih fih! (Rem. 1960, 229) (E)

 

cri de dérision adressé à un enfant ; on répète fih! en passant l’index droit sur l’index gauche

 

Êyou ! (Rem. 1960, 229) (E)

autre cri de dérision qu’on adresse à un enfant ; correspondant du liégeois Ê yot’, mais non accompagné de geste

pour interroger

Hèy = Hêy ! (Bertr.-D., s.d.) (E)

 

 

 

Exemples d’auteurs

 

« , vatchî ! Comint vôrîz ‘ne d-è vûdî ? »  (Bal 1970, 36) (O)

 

« Ê ! valèt, va t’ mostrè à t’ mére avou t’ camusole dibrènéye ! » (Laloux 1969, 18) (C)

 

« Ê ! Djôsèf, one pinte po Mèrence ! » (Laloux 1969, 16) (C)

 

« Èt v’là qu’ à pwin.ne rimètu en route, dj’ ètind houper : « André ! André ! » C’ è-st-one vwès d’comére, dandjureû one moman qu’ a peû qui s’ gamin n’ fuche pièrdu .» (Gillain 1932, 39) (C)

 

 

10.6.2 à des animaux

 

Cri d’appel

 

chat

Mî ! = Mîne ! = Pousse ! = Poupousse 

 

Minon minon minon! = Minou minou minou ! 

NB Minon ou Minou : nom enfantin du chat (Rem. 1960, 230) (E)

chien

Tè (, pèye) ! (E) (Rem. 1960, 230)

cochon

Kis’Kis’ ! (C)

Kis’ kis’ kis’ ! = Kus’ kus’ kus’ ! = Kis’ takis’ takis’ ! = Coutchou coutchou ! (Rem. 1960, 230) (E) = Nè nè ! (Copp. 1959, 193) (O) = Kis’ kis’ = Kus’ kus’ (Franc. 1994) (S)

volaille de basse-cour

Ti ! = Toû ! (Copp. 1959, 197) (O)

poules

Pitî, pitî, pitî-î (, tiyî, tiyî, tiyî) ! (C)

 

Piou piou ! (Rem. 1960, 230) (E)

poussins, veaux

Pitit(s) pitit(s) pitit(s) !

NB toujours au masculin (Rem. 1960, 230) (E)

vache

Têy têy ! (Rem. 1960, 230) (E)

vaches, moutons, chèvres

Vinoz ! = Vinoz, (fèyes,) vinoz !

général

Abîye !

pour appeler ou encourager ou pour confirmer un appel

N.B.  « abîye » est un adverbe, qui signifie en français vite, mais qui s’emploie peu comme adverbe, comme par exemple dans : Dj’ î a stî abîye, c’est-à-dire : en toute hâte.

« Abîye ! » s’adresse aussi à des personnes.

 

 

Commandements

 

cheval, âne, …

pour le faire avancer

Iû ! (C) = Iû ! (Balér. s.d., Copp. 1959, 193) (O) = Tikiû! (Balér. s.d.) (O)

 

pour le faire reculer

Èrî !

 

pour le faire arrêter

Auw ! = Eûw ! (C) = Au(w)! (Balériaux s.d.; Auw! : Coppens 1959, 193) (O)

cheval, autres animaux de trait

pour le faire avancer

Hop ! = Hup ! = Hutiou ! (Rem. 1960, 230) (E)

 

pour le faire arrêter

Û ! = Yîv ! = How ! (Rem. 1960, 230) (E)

 

pour le faire aller à gauche

 (à) Hâr ! (C) = Hâr (û)!, Hâr û hâr! (Rem. 1960, 230) (E)= À daye! (Copp. 1959, 198) (O)

 

pour le faire aller à droite

(à) Ote ! (C) = Û !, Tikiût’ ! (, Tukiût’ !) (Copp. 1959, 193) (O)

 

pour le faire reculer

Soû ! (Rem. 1960, 230) (E)

 

pour le calmer

Hôw ! = Hôlà ! (Rem. 1960, 230) (E)

 

pour le chasser

Hê là hèy ! (Rem. 1960, 230) (E)

chat

pour le chasser

À kats’ ! (Franc. 1994) (S) (cf allemand : die Katze (le chat))

chien

pour le faire attaquer

Tê tê ! = Agnîz-le !

 

pour faire attaquer un chat

À kat’ !

 

pour qu’il prenne quelque chose

 

Pak ! Pak ! = Kss ! Kss ! = Pêye ! = Tê! Tê!  = Purdoz-le!

N.B. : On répète normalement l’interjection, sans doute parce que l’ordre est très court.

 

pour qu’il cherche quelque chose

Zouk ! Zouk ! = Cache ! Cache ! = Cachîz après !

 

pour faire attaquer une vache par un chien ou aller rechercher une vache

À vatche !

 

pour faire aller rechercher une vache par un chien

Atchèsse ! (litt. Chasse par ici!) (C, E)

 

pour qu’il morde

Apice ! (Mords!) ((C), (Rem. 1960, 230) (E)

 

pour le chasser

Fourt’ !

Alèz, fourt’ à l’ uch! (Franc. 1994) (S) (cf allemand: fort (pour marquer l’éloignement))

bétail

pour conduire les bêtes à l’abreuvoir

A l’ êwe, à l’ êwe, à l’ êwe! (A l’eau, … !)  (Rem. 1960, 230) (E)

 

cri ancien des vachers pour rassembler le troupeau et le ramener à la ferme

O ralez, ralez, ralez ! (litt. Oh! retournez …) (Rem. 1960, 230) (E)

 

 

Exemples d’auteurs

 

« D’adon, èl Mouche da Cassârt, i n’ lî faleut qu’ criyi bon-z-èt rwèd : « , Mina ! è fiant pètè one sicorîye » (Laloux 1964a, 123)

 

N.B. Par extension des ordres donnés aux animaux, on dit parfois aux personnes : « iû » (=  avancîz !) et « (h)auwe » (= djokez vos ! arètez !). C’est bien sûr très familier.

« Alons, lès brès foû do lét ! Alêz, Baye ! èt iû ! » (Laloux 1969, 92)

 

« Auwe, là, ç’ côp-ci, dj’ a dès canadas assèz d’ pèlès ! » (Laloux 1971a, 16) (C)

 

N.B.  On dit aussi, plaisamment, à quelqu’un à qui on avait dit d’aller à gauche et qui va à droite : » (À) hâr ! », en affectant de croire qu’il ne comprend pas « gauche ».

 

10.7 Description

Plik-plok ! (= sins-ôrde: sans ordre)

Aussi: Brik-brok!

 

Ex : Tot l’ bazâr astot plik-plok avâr-là. (Franc. 1994) (S)

Is sont plik-plok avâr-là, dins çusse famile-là. (Les membres de cette famille sont dispersés.) (id.)

Lès rècines vènant totes plik-plok. (Les carottes viennent de façon irrégulière, clairsemée.) (id.)

 

Exemple d’auteur

 

« Plik-plok, dès grîjès pîres fièt l’ gros dos en sodwârmant ;… » (Henin 1974, 232) (C)

 

10.8 Jurons

 

vrais, grossiers

    (C) Nom di Dieû ! Godfèrdome ! Cint Dieûs ! Mile Dieûs ! Miliârd di Dieûs ! Sèt’ cint miliârds di Dieûs ! Pètârd di Dieû ! Tonwâre di Dieû ! Cint tonwâres di Dieû ! Etc.

 

(E) Nom di Diu ! (Bertr.-D., s.d.), Nom di Dju !

Mile Dius ! Miliârd di Dius ! (Rem. 1960, 230)

Sofèle-mu è m’ cou! Soflez-me è cou! (Souffle-moi dans le cul! Soufflez-moi …!)  (pour envoyer quelqu’un au diable) (Rem. 1960, 241)

 

Pour exprimer un refus, pour manifester son scepticisme, etc.:

– Dju vôreû bin aler avou. (Je voudrais bien aller avec (vous).

– Ay, bâhe lu trau du m’ cou! (Oui, baise le trou de mon cul!)

Après une finale en /i/:

Bâhe mi cou quand dj’ a tchi! (Baise mon cul quand j’ai chié!)

Bâje çou qu’ dj’ a quâsi dit! (Baise ce que j’ai presque dit!)

Après une finale en /⸧/ :

Bâhe çou qu’ dj’ d’zos m’ dos. (Baise ce que j’ai en dessous du dos !)

Après /e/ :

Bâje mu vét ! (Baisse mon vit !)

Après /ã/:

Bâhe lès ‘likes da Dj’han. (Baise les reliques de Jean.)

ou: Mousse-mu è cou lès brès’ duvant! (Entre-moi dans le cul les bras en avant !)

Cint quatwaze ! (Bertr.-D., s.d.)

 

(O) Mèrde !(Balér., s.d.)

Godfèrdome ! (Copp. 1959, 195)

 

(S) Godfèrdome ! Nom di Dju ! Mile Djus ! Cink cent mile Djus ! Miliârd di Djus ! Nom di Dju di Dju ! (Sa)cré nom di Dju ! (Francard 1994)

 

lénifiés 

Cint tonêres ! Nom di dom’ ! Nom di dio(s’) ! Nom di diâle ! Nom di drî ! Nom di chtoup’ ! Nom di chtoupète! Nom d’ tonêre ! Nom d’ tot-ute ! Vint godomes ! Tchinisse di tchinisse ! Godfèrdèk !

Sâcrè m’ vét ! Sâcrè nom d’ tonêre ! Bon Diè d’ bwès ! Öllê bîdache ! Öllê godome ! Tonwâre !

 

(E) Fåt-st-arèdjî ! ou l’un de ses synonymes atténués : araper,  arawer, aroubi, assoti!

Nom di bleû ! Nom di blu ! Nom di djè ! Nom di djo ! Nom di hu ! ; Mile-dju ! Mileblu ! Mile-hu !, Mile-djè! Môrblu !, Môrdiène !

Pardju ! ou Parblu  !

Sacriblu ! Sacrichou ! Sakèrdi ! Sapèrlote ! Sapèrlipopète !

Bridjène !.

Såbe di bwès ! Tone di bîre ! Etc.

Sinte Ane à Diu ! Sint Matî d’ Årdène ! Etc.

Bon Diu dès-asses !

(Bertr.-D., s.d.)

 

Singote ! (à votre santé, all. dial. zu Gott) 

Diâme ! (diantre) 

Pa !

Sak ‘mille chiens’ ! Sak nanon ! Sak è têre ! Monér !(p.-ê. euphémisme pour tonére) Mardiène! (Bastin 1909)

 

Diâle ! Cint diâles !

Nom di Djo ! Nom di Blu ! Nom di mile ! Nom deûs mèye! Nom deûs stèyes ! Sacri nom! Hacri nom !

Alèz! Fourt’ ! (Allez! Hors du chemin!)

Alè! Raws’ ! (Cf néerlandais ‘Voort !” et allemand ‘Heraus !’)

Saprudième! Sakèrdi ! Sakèrloute!

Pardiè !, Pardiène! (Pardieu! Pardienne!), Parblu ! (Parbleu !)

Môrdiè ! (Mordieu ! ), Môrdiène ! (Mordienne ! ), Môrblu(s’) ! (Morbleu !)

Mon-ér ! (anc., litt. ‘mon âme’, anc.fr. arme: erme)

Diâle mu stronle ! (Que (le) diable m’étrangle!) Diâle m’ arèdje ! ((Que le) diable m’étrangle!) Diâle mu stoke ! ((Que le) diable me cogne!) Diâle m’ astoke! ((Que le) diable m’enjambe !) Diâle mu fûye ! ((Que le) diable me fuie !) Diâle hapé ! (Diable saisi !) (= Què l’ diâle l’ apice! (Que le diable l’emporte!) (Bastin 1965) (O))

Ex : Bè, diâle mu stranle! (ou: diâle m’ arèdje!, ou: diâle hapé !), volà co one saqwè d’ drole! (Ben, diable! voilà encore quelque chose de bizarre !)

(Rem. 1960, 230-231)

 

(O) Crèdiè ! Crènom ! Nom dè cu ! Nom dè djou ! Nom dèzo ! Nom d’ in tonêre ! Nom dè diâle ! Miliârd dè ci ! Miliârd dè là ! (Bastin 1965, 90)

Diabe! = Diabe, vous! (= Diâbe! = Diâbe, vous! (Bastin 1965)) (Diantre!)

Fourt’ ! (Zut!)

Sacrè! Saprès! Sacrè nom! Sacrè nom di ! Nom d’ tonwère! Nom di dame ! Nom di diou! Nom di chtouk! Nom dèzo! Godome! Godfèrdome! Godfèrdèk ! Mourdiène! Nom di diâle! Nom di dio !  Miârd di-d-ci ! Miârd  di-d-là! (Balér., s.d.)

 

Godfèrdèk ! Milîard dè … ! Milie milîards dè …!  Miliâr dè miliârds !

Sâcrè ! Sâprè! Sâtrè ! Crè Diè ! Sâcrè nom! Sâcrè nom dè Djous’ ! (Sâcrè) nom dèzo! (Sâcrè) nom dè Dieus’ ! (Sâcrè) nom dè dipale ! (Sâcrè) nom dè djoum !

Fourt’ ! (Zut!) Alez au diâle! Alez aus cink cints diâles ! (Copp., 1959, 195)

 

(S) Godfèrdèk ! et même: God’… siyatike ! (litt. ‘goutte sciatique’) Godom! Nom di Djo! Nom di Blu ! Môrdju ! Parblu ! Pardju ! Nom di cas’ ! Nom di tonêre ! (Sa)cré nom ! Sacrébleû ! Sacridjè ! Sacristi ! Sapré !

On a même: godfèrdomer (jurer en proférant ‘Godfèrdome !’).

Etc.

 

à des enfants           

Sâcrè nom d’ totute ! Sâcrè nom di drî ! Sâcrè nom ! Têrdidiène ! Têrdiboulome!  Etc.

 

Ex. :

I nîvetèye pardiè co toudi. (Rem. 1960, 240) (E)

Il neigeotte parbleu (ou ma foi) assez fort.

 

Dj’ a co ‘ne poyète malâde, dju n’ wâderè miliârd noule. (id.)

J’ai encore une poulette malade, je n’en garderai ‘milliard’ (= sacrebleu) aucune.

 

NB On ne perçoit aucune pause avant ni après le juron.

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Tin ! cit’-cile ni r’mawîye nin. Nom di dio ! … Siya, èle rimawîye … » (Laloux 1969, 39)  (C)

 

« Nom di Dom’ ! » (Laloux 1971a, 47) (C)

 

 « Èst-ce qui, nom d’ tot-ute ! qu’ i m’ faît dîre ça, n’ avise-t-i nin dins on botike, aviè l’posse, sés-se bin qwè ? » (Laloux 1971a, 77) (C)

 

« Èt vos, mi p’tite, on pau d’ franchise ! Vos p’loz, godoye, vos rècrèster, tchaurnéye come vos l’ èstoz ! » (Mollet 1956, 168) (C)

 

« … Didins leûs mwins dès sâbes di fiêr, tèrdidiène, quéne afaîre ! Dji m’ va braîre ! » (Benoît 1963, 197) (C)

 

« Ayi, mins, fèrdèk ! I n’ faut nin qu’ i pinse fè tot insi à s’ môde .» (Laloux 1969, 105) (C)

 

« Nom dè zo, c’ èst pou d’ vèni sot ! » (Bal 1970, 37) (O)

 

« Malou n’a pus vèyu qu’ lèye. Nom d’ totute ! quéne bèle pitite djaudrène ! » (Laloux 1974a, 90) (C)

 

« Nom di d’zos ! one saqwè qu’ là si longtimps qu’ n’ a pus mougni, dès figues, ti ! » (Laloux 1974a, 77) (C)

 

« Lès trompètes trawenut l’ tièsse. Godome ! C’ èst dèdjà fièsse .» (Bossart s.d., 17) (C)

 

« Mins, vint godomes, rapaujîz-vos ! », di-st-èle .» (Viroux 1984a, 20) (C)

 

« Nom di diâle ! Qwè-ce qui c’ èst d’ ça po one atèléye, vêci ? » (Laloux 1969, 26) (C)

 

« Nom d’ cint Dios ! I vint bosè mès liârds, cit-là … ! »  (Laloux 1987b, 199) (C)

 

« Sâcrè nom ! il èrva è s’ potche, i va veûy qu’ il a semè sès biyèts ! » (Laloux 1987b, 199) (C)

 

10.9 Renforcement

10.9.1 Présentation

 

 

En début de phrase:

 

a, â

cf ‘bè’

 nèni ! (Franc. 1994) (S)

 

bin

Bin non.na !   ( = Bin nèni! (E))

Bin siya ! (C, E)

– I ‘nn’ arè vèyou! – Bin, va ay! (Rem. 1960, 238) (E)

Eh bien oui!

 

– Il en aura vu! – Ben, va oui! (= Ben, tu peux le dire !)

Bè ay ! (Rem. 1960, 233) (E)

Bè nôna ! (id., 233)

A bè ay!, Â bè ay! (id., 229)

Ha bè, ay ! (id., 233)

 

 

 

Ben oui!

Ben non!

Eh bien, oui!

Cette interjection peut devenir, quand il s’agit d’exprimer un étonnement vif: Ha bè, ay ! Quand on substitue à ces formes brèves les formes longues correspondantes, l’interjection prend automatiquement une valeur plus forte.

 

Â, dju n’ sé nin

Â, bè ay, c’ èst sûr, mès…  (Rem. 1960, 233) (E)

Ah ! je ne sais pas.

Ah ben oui, c’est certain, mais…  

o

 

 

 

 

 

 

 

 

 

= ô

O, way !

– I vinrè co, alez.  – O qu’ ay! (Rem. 1960, 233) (E)

 

O, c’ èst come vos v’lz.

O, ç’ côp-là, ça s’rè por vos.

O, bin, qu’ il î d’meûre.

O, mon Dju, nèni.

O, qué bèles fleûrs quu vs-avoz là! (Franc. 1994) (S)

pour un renforcement plus appuyé :

Ô, ç’ n’ èst nin mi !

Ô qué chance !

Ô, quî v’là ! (Franc. 1994) (S)

 

Oh! oui !

– Il viendra encore, allez. – Oh que oui!’ (Ceci peut signifier, selon le ton, ‘probablement’ ou ‘oui.)

pa

– I n’ a nin ploû !

– Pa, siya, il a brohiné ‘il n’a pas plu . (Rem. 1960, 237) (E)

– Il n’a pas plus.

– Eh! si, il a bruiné.

 

 

En fin de phrase:

 

da

Oyi, da ! Dimwin, da ! On-ôte côp, da !  Etc.

 

 

 

 

 

= dê

Nèni, dé ! I n’ a né m’ni, dé ! (Bastin 1909) (E)

Ay, dé! = Vas-î on pô,dé! (Rem. 1960, 238) (E)

S’ il âreût p’lou toumer, dé! (id.)

I vêrè co, dê ! (id.)

 

 

Vas-y un peu, va!

 

S’il avait pu tomber; n’est-ce pas!

Il viendra encore, vous savez.

don

((C), (Rem. 1960, 229) (E) = èndon (C)

n’est-ce pas ?

èndon

èndon, n’don, n’do ((C), (Grignard 1908, 480, Balér. s.d.) (O))

nèdon, abrégé souvent en èdon ou don  (Bastin 1909; Rem. 1960, 237) (E)

n’est-ce pas ?

hin

On ‘nn’ è d’heve du totes lès sôrs, hin !  (Rem. 1960, 237) (E)

I fêt frèd, hin ? (Franc. 1994) (S)

On en disait de toutes sortes hein!

 

hin dé

= da (Rem. 1960, 229) (E)

 

hon

(Grign. 1908, 480) (O)

n’est-ce pas ?

ê

Oyi, ê ! Asteûre, ê ! (familier ou grossier) (C)

Sûr, ê! (Grign. 1908, 480) (O)

 

ô

Oyi, ô !

Asteûre, ô ! (poli) (C)

 

 

 

Exemples d’auteurs 

 

« Nos n’ avans pont d’ caurs, ê !, di-st-èle one di nos-ôtes, po-z-acheter dès djins ! » (Lambillon 1983, 80) (C)

 

« Nin dandjî d’ ça, ô ! », (Laloux 1969, 25) (C)

 

 

10.9.2 Remarque 

 

L’ interjection « ayayaye » peut avoir un sens d’adjectif péjoratif et est toujours postposé au nom qualifié.

Ex. :

on botike ayayaye  

=  on botike avou wêre di mârtchandîje ou avou dè l’ mârtchandîje di mwaîje quâlité

un magasin avec peu de marchandise ou avec de la marchandise de mauvaise qualité

one andèle ayayaye

=  one ètèrprîje (surtout po cultiver) sins-alûre

une entreprise (surtout une exploitation) mal gérée

 

Exemple d’auteur

 

« Là ç’ qu’ arive avou dès-atricayes, yayay, qui n’ choûtenut pus ! » (Laloux 1974a, 154) (C)

 

 

 

Translate »
Share This