1. NOM

1.0 Orthographe

Le nom commun a une minuscule.

Le nom propre a une majuscule.

 

N.B. : Sont considérés comme noms propres les noms d’habitants d’un continent, d’un pays, d’une région, d’une localité (ville, commune, village, hameau, lieu-dit).

 

Ex : Eûropèyin, Bèlje, Flamind, Walon, Namurwès, Banbwètî, Châlèrwètî, Brusselêr,…

1.1 Genre

1.1.0 Masculin et féminin

 

Masculins : noms d’hommes et d’animaux mâles, métaux, saisons, mois, jours, fractions.

Féminins :  noms de femmes et d’animaux femelles.

 

Remarque : Originaires de l’italien, les noms féminins en français donnés à des hommes sont masculins en wallon.

Ex.: on stafète (une estafette), on bia ôrdonance (une belle ordonnance), on sentinèle (une sentinelle).

 

 

1.1.1 Noms de personnes

 

 

1.1.1.1 Certains noms de personnes sont les mêmes pour le masculin et le féminin.

 

Ex : boûria (bourreau), auteûr, profèsseûr, tèmwin,…   

NB  On a aussi « boûriate » (fém. de « boûria »).

 

 

1.1.1.2 Certains noms de personnes ont toujours une forme féminine.

 

Ainsi: one amûsète, one charogne, one djouwète, one pratike (un client), one racusète(-potéye) (délateur (terme enf.)), one sôléye (un ivrogne), one tchawète (une personne bavarde),…

 

Ex :

Mins tot çoula, c’ èsteût lès p’titès pratikes. (E)

Mais tout cela, c’étaient les petits clients.

Dju sû oune vî pratike. (Francard 1994) (S)

Je suis un client de longue date.

 

Exemples d’auteurs

 

« … Crochant dès crosses èt massiant do frumint, / Pus, inte lès côps, ronflant come one sôléye, / On craus couchèt vikeut, co pus eûreûs qu’ on rwè, … » (Houziaux 1954) (C)

 

« Awè, Mitchî Pèkèt è-st-ine sôléye, li pus grande sôléye qu’on pôreut trover d’ lâdje èt d’ long… » (Ista 1908, 56) (E)

 

 « Quand is s’ ont r’vu, ça l’s-a saîsi, / Il a d’vènu come ène sôléye… » (Leclercq 1951) (O)

 

 

1.1.1.3 Certains noms de personnes n’ont qu’une forme masculine et ne s’appliquent qu’à des hommes.

 

Ex : on bâbaud (un arriéré), on vîy drouzin (un ronchonneur), on lôlô (un niais), on laîd man’ (u laid bougre), on manikèt (un petit homme), on mènzik (un petit homme maigrelet), on  marou (un coureur de femmes < un chat mâle), on pagnouf (un rustre), on pâpâ (un individu puéril),…

 

 

1.1.1.4 Certains noms de personnes n’ont qu’une forme féminine et ne s’appliquent qu’à des personnes du sexe féminin.

 

Ex : one dôrlin.ne (une geignarde), on kèkîye-mu (une fille ou femme provocante), one tchak-tchak (fille ou femme bavarde), one vîye taute (une vieille femme ennuyeuse), one pitite macrale (une petite fille enjôleuse),…

 

 

1.1.1.5 Certains noms masculins s’emploient pour des femmes.

 

Ex : on chamau, on chovion (une souillon), on chure-pot (id.), on diâle (un diable), on p’tit (h)atcha (petite péronnelle (Bertr.-D. s.d., 56) (E)), on housâr (une femme hardie < hussard), on-ètané lagnèt (une souillon < lagnèt: lavette; ètané: très sale), on rèseû (une femme méchante) (Bertr.-D., s.d.) (E), on vîy troubadoûr (une vieille femme, qui veut passer pour plus jeune en se ridiculisant) (C, E), on waltrou (une fille garçonnière) (Bertr.-D., s.d.) (E), on måssî wårbau (une femme dégoûtante) (Bertr.-D., s.d.) (E).

 

 

1.1.1.6 Les noms de métiers

 

1) Certains noms de métiers de femme n’ont pas de correspondant masculin.

     Ex : acoûtcheûse, bèguène, buwerèsse (, ayite) (lavandière), costri (couturière), ristindeûse (repasseuse), tapeûse di cautes (cartomancienne),…

 

2) Certains noms de métiers d’homme n’ont pas de correspondant féminin.

Ex : curé, madjustêr (, maurlî) (marguillier), (h)ouyeû (mineur), fossetî (ouvrier de fosse à terre plastique),…

 

 

1.1.1.7 Remarques

 

1) « djin » (personne) est féminin au singulier.

Au pluriel, l’adjectif qui le qualifie est féminin s’il est épithète et masculin s’il est attribut.

Ex :

Lucîye, c’è-st-one boune djin. 

Lucie, c’est une bonne personne.

Lès djins sont mèchants.

Les gens sont méchants.

C’èst totès vîyès djins (omes èt feumes).

Ce sont toutes personnes âgées (hommes et femmes).

 

Mais : one vîye djin = one vîye feume (une vieille femme)

Ex :

Li vîye djin èst mwate.

La vieille femme est morte.

 

N.B. : Après « vîyès djins » (personnes vieilles) représentant aussi bien des hommes que des femmes, l’adjectif qualificatif se met au féminin pluriel.

Ex :

Cès vîyès djins-là sont malureûses.

Ces personnes âgées sont malheureuses.

 

 

2) One djèrmèle (singulier) (des jumeaux) s’emploie aussi pour des jumelles.

 

 

1.1.2. Noms de choses

 

 

1.1.2.1 Les noms de ce qui est asexué sont masculins ou féminins.

 

S’ils ont la même origine, ils ont d’habitude le même genre en français et en wallon. (exceptions ci-dessous.)

S’ils n’ont pas la même origine que le nom français ou celui dans d’autres langues romanes avec la même signification, ils ont le même genre ou un genre différent.

Ex :

wallon

français

italien

espagnol

portugais

 

 

 

 

 

on-uch (m.) (ouh (E))

une porte (f.)

una porta (f.)

una puerta (f.)

uma porta (f.)

on fougnant (m.)

une taupe (f.)

una talpa (f.)

un topo (m.)

uma topeira (f.)

one grawîye (f.)

un tisonnier (m.)

un attizzatoio (m.)

un atizador (m.)

um atizador (m.)

on vacha (wahê (E)) (m.)

un cercueil (m.)

una bara (f.)

un ataúd (m.)

um caixão (m.)

dè l’ blé (f.)

du seigle (m.)

della segale (f.)

centeno (m.)

centeio (m.)

 

 

NB A Faymonville (Waimes), on utilise « one vîhe uh » (une vieille porte) (Bastin 1909, 325) (EW).

 

 

1.1.2.2 Les noms sont masculins en wallon, féminins en français.

 

(W) masculin

 

(F) féminin

on-advina (-(i)a (C); Bertr.-D., s.d.) (E))

une devinette

di l’ aurpi (f. hårpih (E))

de la poix

on bâre (C, S; båre (E))

une barre

on botike (C, E; boutike (O, (Bastin 1909) (E)) (mais one _ (Francard 1994) (S))

une boutique

on casake (C, O)

une casaque

on crama (C, E, O, S)

une crémaillère

do chlag (C, O)  (D) der Schlag (m)

de la schlague

on côrwè (co(u)-: m. ou f. (E))

une courroie

on couyî (cwî (E)) (L) cochlearium (m)

une cuillère

on crèstia (-ê (E, S))

un coteau, une crête

do crèyosote

de la créosote

on dint (C, E, O, S) (L) dens (m)

une dent

do glou (dou glû (Bastin 1965) (O))

de la glu

au Létâré

à la Laetare

on lin (E, O)

une lente

do mossia (-ê (E), mosserê (Francard 1994) (S))

de la mousse (plante)

on moustikaîre (C, -êre (Francard 1994) (S))

une moustiquaire

do mwèle

de la moelle

do nake (C, O, S; m. ou f. (E)) (I) naccaro (m)

de la nacre

on nache (Léonard 1952, 24) (C)

une cachette

Noyé (C, E, S; Nowé (O)): au _ (L) dies natalis (m)

à la Noël

Pauke èst timpru. (mais: f. à l’ florîye Pauke (à l’ florèye Påke (E)): à Pâques fleuries)

Pâques

on pièle (C, E)

une perle

on prîjon (-i- (O); f. (E, S))

une prison

do sadje (f. (E, (Francard 1994) (S))

de la sauge

au Sint-Biètrumé[1]

à la Saint-Barthélemy

au Sint-Fouyin

à la Saint-Feuillen

on sqwêre (-ére (E), èkére (O))

une équerre

on stope (f. (E))

de l’étoupe

on stauve (stå (E), stâve (S))

une étable

on tos’ (C, E) (mais f. (Francard 1994) (S))

une toux

au Tossint (Coppens 1959, 18) (O)

à la Toussaint

on vièrmin

une vermine

on vis’ (C EW, O) (L) vitius (m) (mais f. (Francard 1994) (S))

une vis

do wadje[2] (wè- (E);  f. _, ôrdje (Francard 1994) (S)) (L) hordeum (m)

de l’orge

 

 

NB En est-wallon, on trouve également: in-afêre (une affaire), in-årmå (une armoire), on casèr (« ô léd casêr » (une laide caserne) (Bastin 1909, 323)), on coveteû (une couverture), on coronis’ (une corniche), on coupèrou (une culbute), on crama (une crémaillère), on drougue (une drogue), on lèçon (une leçon), on lote (une loutre), dè poûde (« qué fwêrt poûde ! » (quelle poudre forte (produit pharmaceutique) !) (Bastin 1909)), dè récoulisse (de la réglisse), on sintinèle (une sentinelle), do soûf (de la suie). (Bertr.-D., s.d.) (E)

On utilise localement « on hété bwèsson » (une boisson saine), « ô léd casêr » (une laide caserne), « qués greus cwènes ! » (quelles grosses cornes !), « on noû gareri » (une nouvelle galerie = jubé)), « tos cès grous ! » (que de grues (oiseaux) !), « po l’ noû route » (par la nouvelle route), « dès vîs sansous » (de vieilles sangsues) à Faymonville (Waimes) (Bastin 1909, 323-325) (E).

En ouest-wallon, on aura: in lin (une lente), au Toussint (à la Toussaint) (Bastin 1965) (O).

 

Ex : dès mâvas dints (de mauvaises dents), do plakant hârpi (de la poix gluante), on kèyî d’ drogue (une cuiller de médicament) (Bastin 1909, 323-325) (E)

 

Exemples d’auteurs

 

on bâre : « On d’djeûve qu’on l’aveûve aloyî su one reuwe èt qu’on lî aveûve brîjî sès mimbes avou on bâre di fiêr .» (Awoust 1982) (C)

 

« C’èst là, qui, lès djoûs d’ condjî èt après li scole, is s’rachonenut po djouwer aus sôdârts, aus voleûrs, … ; aus longs bâres ,… » (Gillain 1932, 12)  (C)

 

on botike : « Ci djoû-là, lès-ôrdonances courin.n au botike èt rapwârter dès crins d’ chôcolat èt dès grandès botèyes d’ Astra ; … » (Matterne 1985, 41) (C)

 

 « Tchantchès vint å botike da Mèrence tot lî hinant ‘ne plome so s’ tièsse .» (Bury 1895, 318) (E)

 

« A l’ divanture d’ in bia boutike, / V’là qu’ ène oranje di preumî tchwès / S’ fèyeut waîtî come ène rèlike / Dins s’-n-embaladje di papî d’ swè. » (Dupont 1986, 6) (O)

 

on casake : « Li cén qu’ avèt tchaussî lès solés da Bèbêrt n’èstèt nén l’ dêrén à satchî pau casake li vî Patrice qui sayèt d’ tchèssî tote li pèkéye. » (Wartique 1954, 171) (O)

 

 

1.1.2.3. Une série de noms féminins en wallon sont masculins en français.

Parfois aussi en italien.

 

(W) féminins

 

(F) masculins

(I)

one âdje (C, O; m. ou f. a- (E); m. (Francard 1994) (S))

un âge

un’ eta (f)

one afe (C, E, O, S)

un aphte

un’ afta (f)

one aîr[3] (êr (E, S), ér (O))

un air

un’ aria (f)

one aminwêr

un laminoir

un lamintoio (m)

one fwète anôye (Bastin 1909) (E)

un gros ennui (fwète; litt. forte)

 

one anis’ (C, E, O; m. (Francard 1994) (S))

un anis

un anice (m)

one antrake (C, E, O; m.  (Franc. 1994) (S))

un anthrax

un antrace (m)

one aprèsse (C, O)

un apprêt

un’ apparatura (f)

one arèyoplane (C, E, O)

un aéroplane

un aeroplano (m)

one as’ (C, O, S)

un as

un asso (m)

one asplagne (-pagne (E))

un empan

 

one atoute (-ote (E), -out (O))

un atout

 

one aurmonak (ârmonak (Francard 1994) (S))

un almanach

un alamanacco (m)

one autobus’

un autobus

un autobus (m)

one autocâr

un autocar

un’ autocorriera (f)

one awous’[4] (C, E, O; m. (Franc. 1994) (S))

un août

un agosto (m)

one baramète (baro-: m. ou f. (E))

un baromètre

un barometro

one bauje (båhe (E))

un baiser

 

one bauye (båye (E))

un bâillement

 

dè l’ bicârbonâte

du bicarbonate

del bicarbonato (m)

dè l’ blé[5] (C, E, O)

du blé

del grano (m)

one bouboune (bobone (E))

un bonbon

un bonbon (m)

one caramèl (C, E, O)

un caramel

una caramella (f)

one cârau (1) (m. -ro (E))

un carreau

un quadro (m)

one carotche (CW; m. ou f. (E); -oche (O))

un carosse

una carrozza (f)

one cense (2) (C, E)

un centime (N één cent)

 

dè l’ cièrfouye (m. -fou, chèrfou (E))

du cerfeuil

del cerfoglio (m)

one cimintiére (C; cimi- (E); m. ou f. ; -iêre (O))

un cimetière

un cimitero (m)

one cope (C, E; -ou- (O))

un couple

una coppia (f)

one couviète (C; m. -ke (E); _, -ke (O))

un couvercle

un coperchio (m)

one crisantême (CW; -tène (OW))

un chrysanthème

un crisantemo (m)

one cwane (4) (CW, SW; -è- (EW))

un coin

un angolo (m)

dè l’ diyabète (mais m. (Franc. 1994) (S))

du diabète

del diabete (m)

one djinièsse (C, E; djugnèsse (Francard 1994) (S))

un genêt

una ginestra (f)

dè l’ djiroufe

du girofle

del garofalo (f)

dè l’ doutance (dot-: (E),  (Francard 1994) (S))

du doute

il dubbio (m)

dè l’ dragone (C, E)

de l’estragon

del dragoncello (m)

one élastike (C; m. (E); O; è- (Francard 1994) (S))

un élastique

un elastico (m)

one èplausse (-åsse (E); _, implâte (O))

un emplâtre

un impiaro (m)

one èritance (C, E, O)

un héritage

un’ eredita (f)

di l’ étêr

l’éther

dell’ etere (m)

one frake (C, E, O, S)

un frac

un frac (m)

li gangne (C, E, S)

le gain

il guadagno (m)

one jèsse (C; m. ou f. (E); dj- (O)); m. (Francard 1994) (S))

un geste

una geste (f)

one jujube (C, E, S)

un jujube

una giuggiola (f)

one keûr (carte) (C; m. ou f. (E)) (5)

un coeur

cuori (m.pl.)

one lacète (lè-: (E), (Franc. 1994) (S))

un lacet

(/= / una stringa)

dè l’ mastike (C, E, S)

du mastic

del mastico (m)

one minte (C, E, O, S)

un mensonge

una menzogna (f)

one ongue  (C, E, O, S)  (L) ungula

un ongle

un’ ungula (f)

one ôrgue (C, S; ôr (E))

un orgue

un organo (m)

one ôsêre   (wèsîre (E))   (L) auseria

un osier

(/=/ un vinco)

one ostèye  (us- (E); ustîe, ustèye (Francard 1994) (S))  (L) usitilia

un outil

(/=/ un arnese)

one parapète (m. (Franc. 1994) (S))

un parapet

un parapetto (m)

one pâtêr (6) (på- (Ew); -èr (Francard 1994) (S))

un Pater

un Pater

dè l’ pètrole (C, E, O, S)

du pétrole

il petrolio (m)

one pike (carte)  (7) (C, E, O, S)

un pique

picche (f.pl.)

one pilasse (C; m. (E); O, S)

un pilastre

un pilastro (m)

one quadrîye (-drile (E); -drî: m. (Francard 1994) (S))

un quadrille

una quadriglia (f)

one quolibète (C, E, O, S)

un quolibet

 

one ray (C, E, O, S)

un rail

(/=/ una rotaia)

one radis’ (8) (rå- (E); m. (Francard 1994) (S))

un radis

una radice (f)

one sau (C; så (E); O; sâ (S))

un saule

un salice (m)

one saye (C, S; så- (E))

un essai

 

spiète: dè l’ sipiète (_, s(i)pête (E); s(è)piate, s(u)pête (Francard 1994) (S)) (L) spelta

l’épeautre

la spelta (f)

spinasse: one s(i)pinasse (C, O; m. -nå (E))

un épinard

un spinace (m)

dè l’ sirope (C, O; -ôpe (E, S, O))

du sirop

del sciroppo (m)

dè l’ sulfate

du sulfate

del sulfato (m)

one tchamwèse (C, E) (9)

un chamois

un camoscio (m)

dè l’ tchène   (C, E) (L) canaba

du chanvre

della canapa (f)

one tram’ (C; (Detaille 1983) (E); O; m. (Francard 1994) (S)))

un tram

una tranvai (f)

one trèfe (carte) (10) (C, S)

un trèfle

 

one trombone (C, E)

un trombone

un trombono (m)

 

 

Remarques

 

1 on cârau = (F) un carreau, une vitre; one cârau = (F) une carte de la série « carreau »

 

2 one cense valait en réalité deux centimes.  one dimèye cense valait un centime.

 

3 cièrfouye vient de « ciêr » = (F) cerf et de fouye = (F) feuille. En français, « cerfeuil » devrait s’écrire « cerfeuille » et être au féminin.

 

4 one cwane a deux significations :

une corne

Èlle a ieû on côp d’ cwane en-z-alant moude.

Elle a reçu un coup de corne en allant traire.

un coin

Rilâvez bin dins lès cwanes, là !   riwaîtî à cwane

Lavez à nouveau bien dans les coins!

regarder de biais

 

5 on keûr = (F) un cœur (organe);  one keûr = (F) une carte de la série « cœur »

6 on Pâtêr = (F) un Pater, un Notre-Père; one pâtêr = (F) une prière quelconque

7 one pike peut signifier aussi une arme d’estoc ou un trait moqueur, blessant

8 Cette forme est devenue rare ; on dit le plus souvent : on radis.

9 On dit aussi : one pia d’ tchamwèse.

10 On dit aussi, plaisamment : dès makes, en sachant bien que c’est du liégeois ; comme ont dit aussi : one robète et one crompîre, alors qu’on dit normalement : on lapin et on canada.

N.B. : Le trèfle (plante) se dit : dès clâves.

11  Avant 1940, on entendait souvent : one trombole

 

Ex : lu cwène do fornê (litt. le coin du fourneau) (le coin du feu), dè l’ fwète ér (litt. de l’air fort) (une forte bise), one boune èplâsse (un bon emplâtre), one pâtêr po tchake (un pater pour chacun), do l’ tchîre pètrole (du pétrole cher), do l’ bone sirôpe (du bon sirop), one bèle ustèye (un bel outil) (Bastin 1909, 323-325) (E).

 

Exemples d’auteurs

           

« C’ è-st-ène bèle âdje pou èn-èfant .»  (Maudoux 1983, 3) (O)

 

« ène bèle âdje »  (Coppens 1962) (O)

 

« Dji rèspire li bone aîr à plins peûmons, dji choûte… » (Collet 1984, 3) (C)

 

« … qu’ine pitite promenåde à l’ grande aîr èlzî faît dè bin .» (Houbart-Houge 1981, 29) (E)

 

« … ou bin d’ièsse tranquîye à l’ boune aîr dins s’ djârdin, èt di r’lîre saquants vêrs da Virjile… »  (Bal 1962) (O)

 

« … nos v’s-èmwin.nerans bin lon su one aréyoplane .» (Houziaux 1946, 68) (C)

 

     « L’astote sètche. » (Laloux 1974, 206)  (C)

 

« Lèyoz nos ièsse li rodje fleûr o djane tchamp dè l’ grande awous’.» (Pirotte 1985) (C)

 

« Nos-ôtes, les vîyès caramèls, i gn-aureûve qui deûs fistus d’ solia è l’aîr, on n’ si sint pus .»    (Laloux 1974, 140) (C)

 

« … dès bias p’tits-agnons bin roselants, do pourpier doré, do pêrzin, dè l’ cièrfouye, one houpe di pilé (come ça sint bon, tot ça !) .»  (Gillain 1932, 76) (C)

 

« Après mèsse, lë cûré dët lès-absoûtes ; après, i min.ne lë mwârt à l’ cimintîre, i va bènë l’ tombe .»  (Gaziaux 1987, 272) (C)

 

« Èm matante èyèt mi, nos r’vènîs doûcemint dè l’ cimintiére .» (Roman 1984) (O)

 

« Et ça faît qui, quand dj’a pris m’ posse vêci, dj’a r’mârké one cope di manèdjes .»     (Rivière 1954) (C)

 

« Èn-avant, c’ èst l’ djon.ne cope qui rote li prumî, tote fîre èt tote binåhe di viker .»    (Renkin 1979, 319) (E)

 

« … dès grandès nwârès tchausses di lin.ne, tinkyîyes au coron d’one nwâre élastike .»    (Laloux 1969, 7) (C)

 

« .. ène anciène frake à pans qui m’ mononke aveut sûremint ieû pou s’ mârier .» (Roman 1984, 8) (C)

 

« Pâr li, nos sèrans pârdonés / Di totes nos laîdès jèsses .» (Maréchal 1958) (C)

 

« À l’ Novèl An, l’ eûwe piche voltî .» (Aurmonak di Nameur po 1961, p.11) (C)

 

« C’ èst pour mi qu’ lès-ongues astin.n toutes ûséyes .» (Bay 1955) (O)

 

« One pitite ostèye faîte d’on mantche avou one tièsse au d’bout .» (Collet 1984, 10) (C)

 

« Peû qu’i n’ ravike, faut dîre one pâtêr .» (Wérotte 1979, 110) (C)

 

« Nèni, èlle è-st-èvôye, sins r’protche, /  Dîre saqwantès pâtêrs à l’ èglîse dè l’ parotche .»   (Remouchamps 1886, 20) (E)

 

« One lumerote à l’ pètrole dins on bleuw vêre. »  (Laloux 1969, 178) (C)

 

« A ç’ vîye-là, il aveûve gangnî on bon stomak èt dès bounès pougns .»  (Gillain 1927, 130) (C)

 

« Quékefîye conte lès tièsses dès grossès saus què lî catchin.n’ li solia .»  (Bacq s.d., 1) (C)

 

« … houlotes èt cwèrbâs soketît d’ vins lès bassès sâs ; … » (Michel s.d., 26) (E)

 

« Djouwez bin vosse djeu po n’ nin spaude vosse boune sirope ! » (Thérasse-Brichard 1982, 16) (C)

 

« Siya, vormint, on dîmègne, nos-ans stî, nos deûs Marîye, veûy André, qu’èsteûve sôdâr à          Spa, à l’ tram’ dispôy Pèpinstêr… »  (Laloux 1974a, 53) (C)

 

« .. l’ fôme d’ one trèfe su on sou fin drwèt come nos l’ avans dit pus wôt .» (Michelle Collard-Marchal, L’église de Saint-Séverin en Condroz, p.5) (C)

 

 

1.1.2.4 Remarques

 

1) Données de temps

Sont du masculin les noms des

jours

Tos lès londis, il è r’va à s’ pension.

Tous les lundis, il retournent dans sa pension.

mois 

Come mârs’ trove lès potias, i lès laît.

litt. Comme mars trouve les flaques, il les laisse. (Le début et la fin du moins de mars sont souvent identiques en matière d’humidité.)

saisons

L’ èsté a stî tchôd.

L’été a été chaud.

années

2050 sèrè co rade passé.

2050 sera encore vite passé.

 

Sont du féminin certains noms de fêtes : li Pintecousse (la Pentecôte), l’Assincion, li Tossint.

Ex : À l’ Pintecousse, on mârche à Djèrpène.

Li Tossint, lèye, c’ èst todi à l’ min.me date.

 

Mais : au Létâré, au Noyé, au Sint-Biètrumé, au Sint-Fouyin, au Sint-Christophe,…

Ex : « Alons, tos lès chinèls / Fioz ranchî vos galziènes, / C’ èst l’ djoû do Létâré, /  I faut sawè sâbrer ! » (Chanson de carnaval de Fosses-la-Ville)

Au Sint-Biètrumé, on mârche au Banbwès.

« Au Sint-Christophe, li curé d’Hanzinèle, / À ç’ qui parèt, faît danser lès bauchèles,… » (Chanson folklorique des Marches de l’Entre-Sambre et Meuse)

 

 

2) Certains noms changent de sens en changeant de genre.

on jèsse          

un geste

Il a faît on jèsse come po s’ foute.

(Il a fait un geste en guise de moquerie.)

one jèsse        

une action

Voler s’ grand-mére, c’ è-st-one laîde jèsse.

(Vole sa grand-mère est une action répréhensible.)

on mémwêre

un mémoire

Èlle a faît s’ mémwêre su l’ walon.

(Elle a fait son mémoire sur le wallon.)

one mémwêre

une mémoire

Èlle a one mémwêre di lîve : èle li pièd è courant.

(Elle a une mémoire de lièvre: elle le perd en courant.) (ironique)

on moule

un moule

Il a stî faît dins on moule. (Il a été fait dans un moule.)

one moule

(= one mosse)

une moule

One moule, ça vike è l’ mér.

(Une moule, cela vit en mer.)

C’ è-st-one moule. (càd. Elle n’est pas nerveuse)

one Pâtêr

un Pater

 

on pâtêr

une prière quelconque

« A l’anêti, c’èsteut, è l’ tchapèle, li tchant dès complîyes, li pus bèle dès pâtêrs qui s’ p’lèt rèciter do l’ chîje. » (Houziaux 1964, 188) (C)

 

3) « one centime » est maintenant généralement « on centime »

     Mais : « Mais on n’ freut nén d’ tôrt d’ ène centime / À in p’tit qu’on pourèt spwèter »       (Dricot s.d.) (CW)

 

4) « afaîre »

féminin   

(F) événement 

C’ ènn’ èst one, d’ afaîre ! (C’est un fameux événement!)

masculin 

(F) objet 

on bia afaîre (un bel objet)

on p’tit afaîre (un petit objet)

 

5) En est-wallon, on dira au féminin: albasse (albâtre), anglêye (angle), buscûte (biscuit), candje (échange), entrake (entracte), tchûse (choix), toûbak (tabac), warglèce (verglas) (Bertr.-D., s.d.).

A Faymonville (Waimes), one noûve auté (un nouvel autel), one djône lîve (un jeune lièvre), one greusse pougne (un gros poing), do l’ fwète toûbak (du tabac fort) (Bastin 1909, 323).

En ouest-wallon, ène roule (rôle de tabac) (Bastin 1965), in monvés fin (une mauvaise faim), fatigue (fatigue), moustikére, daler au posse (aller à la poste), in pun (pomme) (Coppens 1959).

 

6) « chôse », employé pour un objet qu’on ne sait ou ne veut nommer, est masculin.

Ex :

Li chôse a stî discouvièt.   

La chose a été découverte.

Vos-avoz on chôse di rauyî.

Vous avez une chose arrachée.

 

« Chôse » employé pour une personne qu’on ne sait ou ne veut nommer, est,selon le sexe de cette personne, masculin ou féminin.

Ex :

Gn-a Chôse, là, qui d’ meûre à l’ Route, qu’èst co fayé.

Il y a Chose, là, qui habite à la Route et qui est encore malade.

Chôse, qui v’neûve todi, elle èst mâriéye ?

Chose, qui venait toujours, elle est mariée?

 

 

7) « one saquî » (quelqu’un) et « one saqwè » (quelque chose) sont du masculin.

Ex :

one saqwè d’ bia   

quelque chose de beau

one saquî qu’èst p’tit

quelqu’un qui est petit

 

Attention : « on saqwè » peut s’employer pour une personne par dérision ou mépris.

Ex :

Si feume, qué p’tit saqwè !

Sa femme, quel caractère!

 

 

Exemples d’auteurs

 

« Vos p’tits mau-onteûs saqwès qui v’s-èstoz ! » (Laloux 1971a, 12) (C)

                               

« … on grand plat ou bin n’ casserole, èt totes sôrts di bons saqwès ;… » (Drapeau 1986, 5) (E)

 

« one saqwè » est féminin au singulier. 

Ex :

On n’ m’ a nin d’djà lèyî one pitite saqwè !

On ne m’a même pas laissé une petite chose!

 

Il est généralement masculin au pluriel.  Ex : dès bons saqwès.

Peut-être est-ce sous l’influence du plus employé : « dès saqwès d’ bon » (de bonnes choses).

On dit cependant « p’tit saqwè » à un enfant, garçon ou fille, sans distinction.

Cela se dit, quand un enfant dit ou fait quelque chose qui étonne, parce qu’il n’y  a pas de rapport avec son âge.

 

8) Alors que les noms composés ont d’ordinaire le genre du dernier composant, nous                avons : on-ègzimpe (un exemple), mais one pâr-ègzimpe (un événement inattendu)

Ex :

C’ è-st-on bia ègzimpe po l’s-èfants.

C’est un bel exemple.

C’ ènn a stî one, di pâr-ègzimpe, qui s’ faît co sinte, d’ alieûrs !

Cela a été un événement tellement inattendu, qu’on en ressent encore les effets, d’ailleurs!

 

 

[1] Devant la fête d’une sainte, on emploie le féminin.

   Ex : Dji mârche à l’ Sinte-Rolin.ne à Djèrpène.

[2] En français, l’usage est hésitant. On dit : « l’orge est belle », mais « l’orge perlé » et « l’orge mondé »

[3] on aîr peut avoir deux significations : a) l’air (élément)         Ex : viker à l’ boune aîr

  1. b) l’air (mélodie)        

one bèlé ér: un bel air (chanson), dès sotès-érs: des manières ridicules (Bastin 1909, 323) (EW)

[4] awous’ peut avoir deux significations :

  1. a) le mois d’août : dans ce cas, awous’ est masculin. Ex : Nos-avans ieû on bia awous’, mins

                                                                                                     julèt’ a stî poûri

  1. b) la moisson : dans ce cas, awous’ est féminin

[5] En wallon, « dè l’ blé » = du seigle.   En français, « du blé » = du froment.

1.2 Formes

1.2.1 Féminin

1.2.1.1 Règle générale 

 

On forme le féminin des noms en ajoutant « -e » à la forme du masculin.

Au féminin, quand on parle, on entend la consonne finale, muette au masculin.

Ex : mârtchand > mârtchande, parint > parinte

 

Remarque: les noms féminins en -é, -i, -ou

A Malmedy,  sous l’influence des participes passés qui ne varient pas en genre mais uniquement en nombre, certains noms féminins se terminant comme un participe passé ne prennent pas la finale -e : âné (année), îdé (idée), l’ monté do l’ câve (l’escalier de la cave), intré (entrée), grou (grue), ârmé (armée), pinsé (pensée), noûlé (nuage). (Royal Club Wallon, 1997) (EW)

 

 

1.2.1.2 Applications particulières de la règle 

 

1) modification de la consonne finale

 

dans l’orthographe

djwif (juif)

djwive

 

veuf (vèf (E))

veuve (vève (E), veûve (Balériaux s.d.) (O))

dans la prononciation

 

 

-eûr >-eûse

minteûr

minteûse 

 

voleûr

voleûse

 

Remarques

 

  1. a) On dit aussi, avec une nuance plus péjorative : « minterèsse » et « volerèsse » (CW, OW).

Moins péjoratives sont les différences entre « louwandjeûse », féminin normal de « louwandjeû », et « louwandjerèsse » (= celle qui louange de façon excessive, pour flatter, de même qu’entre « chîjeleûse », féminin normal de « chîjeleû » (= celui qui passe la soirée en compagnie) et « chîjèlerèsse » (= celle qui prolonge les soirées excessivement, au point d’être importune).

Chez les jeunes, on remarque une tendance à dire : minteû et voleû.

 

  1. b) Dans l’est-wallon, à Faymonville (Waimes), les masculins en « -eûr » font « -erèsse » (Bastin 1909, 326) (EW).

 

bègueûr  (bégayeur)

bèguerèsse

beuveûr (buveur)

beûrèsse

bribeûr  (mendiant)

briberèsse

rulèveûr (ouvrier qui relève l’avoine derrière le faucheur) (Bast. 1909, 326)

rulîverèsse

 

 

2) addition d’une consonne

 

-eû >  -eûse (C, E, O)

bribeû (mendiant)

bribeûse

 

bwèveû (buveur)

bwèveûse

 

nèveû             

nèveûse

 

tchanteû (C, E, O) (chanteur)

tchanteûse

 

blagueû

blagueûse

 

bråkeleû (E) (hâbleur)

bråkeleûse

 

brakeneû (E) (qui perd son temps en courses sans but utile)

brakeneûse

 

catchoteû (E) (cachottier)

catchoteûse

 

cotieû (E) (flâneur)

cotieûse

 

crakeû (blagueur)

crakeûse

 

èscrokeû

èscrokeûse

 

håbleû (E)

håbleûse

 

trimeleû (E) (qui joue à des jeux de hasard)

trimeleûse

-a > -ate

boûria (C, O) (bourreau)

boûriate

-an   > -ante (C, E, O)

pârtisan          

pârtisante (C, O)

 

payisan

payisante (C, O)

-ou > -oule (-oûle (E))

fiyou (filleul)

fiyoule (–oû- (E))

-ind (« d » non prononcé) > -indje

Flamind

Flamindje

 

 

Remarque

 

On dit « racuseû > racuseûse » (E), mais plus souvent « racusète ». Et cette dernière forme féminine est même souvent employée pour désigner un être masculin. (Bertr.-D., s.d., 56) (E)

En est-wallon, d’ autres noms également en « -eû » ont adopté le suffixe « -erèsse ». (Bertrand-Duchêne, s.d., 57-58) (E)

Exemple : on cotcheteû, ine cotcheterèsse (celui, celle qui cherchait les morceaux de houille restés sur les terrils)

Ce sont : cotcheteû, coseû, djuneû, djureû, èfouweû, foyeû, haweû, k(i)tapeû, lèsineû, margouleû, moudeû, pèketeû. pêleteû, pîleû, plou meû, ployeû. ricôpeû, rivindeû, rivindjeû, sameû (ou sameteû), sîseû, tchoufeteû, toûrnikeû, trafeteû.

 

Féminin en -eûse ou en -erèsse

 

La plupart des noms en « -eû » correspondants de substantifs français en « -eur » ont un double féminin : « -eûse » ou « -erèsse ». (Bertr.-D., s.d., 57-58) (E)

Exemple : in-abateû (abatteur), ine abateûse ou ine abaterèsse.

Ce sont : abateû, alouweû, balzineû, barboteû. boufeû, boufeteû. boûrdeû, brôdieû, brosdeû, buveû, caketeû, coreû, djåspineû, djåseû, djo(u)weû, èpronteû, èstchanteû, fafouyeû,  feû,  fileû, finiheû, furlangueû, gåteû, gazouyeû, goureû, grabouyeû, groumieû, groumeteû, halkineû, hapeû, holeû. houkeû, hoûteû, hoveû, kibouyeû, kidjåseû, laveû, louwanjeû,  lôyemineû, magneû, maltôteû, maraudeû, martchandeû, mèheneû, mèteû, mineû, mokeû, nahieû, nèteû, plakeû, platcheteû, plêtieû, piteû, potcheû, potcheteû, pouheû, préheû, prindeû, prusteû, prustiheû, pwèrteû, qwèreû, racomodeû, radoteû, ramasseû, ramehieû, rameteû, rapineû, rèspondeû, rivindeû, roteû, sacadjeû, såcleû, sègneû, sondjeû, spiyeû, talmaheû, tapadjeû, tchanteû. tchèrdjeû, tchipoteû, tèheû, toûrneû toûrnikeû, trifouyeû, tûseû, viheneû, vindeû,  wadjeû.

Aussi en ouest-wallon: (è)rcoudeû (recueilleur) >  (è)rcoudeûse, (è)rvindeû > -se ou -erèsse,

 (Copp. 1959, 21) (O).

 

La forme en « -erèsse » de boûrdeû est boûderèsse, de brôdieû  brôdîrèsse, de buveû beûrèsse,  de coreû coûrerèsse, de qwèreû qwîrerèsse, de groumieû groumerèsse, de hoveû hoverèsse ou heûverèsse,  de laveû léverèsse, de mineû mon.nerèsse, de plêtieû plêterèsse, de såcleû såkèlerèsse, de pwèrteû pwèterèsse, de ramehieû ramehîrèsse, de toûrneû toûnerèsse, de viheneû vihinerèsse.

 

 

3)  dénasalisation de la dernière syllabe

 

-in > -ène

Borin (Borain)

Borène (Balér., s.d.) (O)

 

cousin (cu- (E))

cousène (cu- (E))

 

Italyin

Italiène

 

Marokin

Marokène

 

musuçyin (-si- (Bertr.-D., s.d.,  56) (E))

musuciène (-sicyin.ne) (Bert.-D.)

 

ôrfulin (orphelin)

ôrfulène (C, E)

 

vijin (wèsin (E)) (voisin)

vijène (wèsène (E))

-on > -one

liyon (lion)

liyone

 

patron

patrone

 

 

4) transformation de la voyelle finale avec addition d’une consonne

 

-ia  > -ète 

djon.nia (djounia (Bastin 1965) (OW)) (adolescent)

djon.nète (djoun-)

 

rossia (roux)

rossète

-ê (EW) > -ale

macrê (EW) (sorcier) (-é (Bastin 1909, 326))

macrale

-é (EW) > -ale

bourté (individu gros et trapu) (Bast. 1909, 326) (EW)

bourtale

-é > -èsse

m(i)vé (individu, personne)

Ex : C’ è-st-on grand laîd m’vé. (C’est un individu grand et mal bâti.) (Léonard 1952) (C)

m(i)vèsse

 

Remarque

Dans cisia > cisète;  troupia  > troupète, la terminaison « -ète » est une terminaison de diminutif.

 

 

5) les féminins en « -èsse »

 

-e > -èsse     

comte   

comtèsse 

 

prince 

princèsse 

 

chanwène (Coppens 1959, 21) (O)

chanonèsse

 

cosson (coquetier) (Copp. 1959, 21) (O)

cossonèsse

 

pauve ((Balériaux, s.d.) (O) (poûve (Coppens 1959, 21) (O))

pauvrèsse (poûvrèsse)

-é > -èsse

boûgré (bougre) (Copp. 1959, 21) (O)

boûgrèsse

 

Remarques 

 

  1. a) « drole » donne « drolerèsse » (mais -èsse (Balériaux, s.d.) (OW)) et « duc », « duchèsse »

« drolerèsse » est toujours péjoratif. Normalement, on l’emploie toujours avec l’adjectif possessif « mi », plus rarement « nosse ».

Ex : Mi drolerèsse, dji nè l’ vou pus vôy.      I vout frékenter avou m’ drolerèsse.

 

  1. b) « -gue » > « -grèsse »

Ex : nêgue > nêgrèsse, tîgue > tîgrèsse

 

 

6) masculins en î > féminins en -erèsse et/ou -êre (/îre)

 

-î > -erèsse (C, O) (3)

barakî (forain)

barakerèsse

 

bièrdjî (berger)

bièdjerèsse

 

bolèdjî (bole- (Bastin 1909, 326) (E)) (boulanger)

bolèdjerèsse (bole-)

 

boutchî (boucher)

boutcherèsse

 

boutî (bouvî (locataire, métayer) (Bastin 1909, 326) (E))

bouterèsse (boverèsse)

 

 

cabânetî (forain)

cabâneterèsse

 

cabâretî (cabaretier)

cabâretrèsse (-îre (Bertr.-D., s.d.,  56) (E))

 

cinsî (fermier)

cinserèsse (-iêre (Bastin 1965) (O))

 

gadî (chevrier)

gaderèsse

 

hièrdî  (herdier) (C, E)            

hièderèsse

 

loketî (chiffonnier)

loketrèsse

 

mon.nî (meunier)

mon.nerèsse (C, O)

 

pâkî (communiant) (Bastin 1965) (O)

pâkerèsse

 

 

parfois, -î >  -êre (-îre (EW))

brakenî (braconnier)

brakenêre

 

cotelî (maraîcher)

cotelêre

 

ovrî (ouvrî (Bastin 1909,  326) (E))

ovrêre (-îre (Bertr.-D., s.d.,  56) (E))  = ouvêrerèsse (Bast. 1909,  326) (E))

 

pupî (pipier)

pupêre

 

scolî  (écolier) (Bertr.-D., s.d., 56) (E)

scolîre

 

Remarque

 

A Nivelles, on dira: barakî (forain) > barakière, bèrdjî (berger) > bèdjère, boutikî (commerçant) > boutikière, cabaretî > cabaretière, cinsî (fermier) > cinsière, djârdinî (jardinier) > djârdinière, ouvrî > ouvrière, pâkî (enfant faisant sa première communion solennelle) > pâkière. (Coppens 1959, 21) (O)

 

Exemples d’auteurs

 

« Dji n’ a pus sêze ans, maîs dji waîte co voltî lès cabânes, lès cabânetîs èt lès    cabânetrèsses .»  (Gillain 1932, 53) (C)

 

« Quand il arive à « cinsî », « cinserèsse », gn-a tos lès couchèts sont moussîs è têre ! », c’è-st-one djiperîye à n’ nin fini .»  (Gillain 1932, 102) (C)

 

« Dins m’ mèstî d’ talieûr, dj’ a ieû djusqu’à chîs-ovrêres .»  (Collet 1984, 2) (C)

 

 

Remarques

 

  1. a) Parfois, le masculin perd un « -r » au féminin.

Ex : bièrdjî (berger) > bièdjerèsse, (h)ièrdî (herdier) > (h)ièdrèsse, pwârtchî (porcher) > pwatcherèsse

 

  1. b) Il est normal que « barakerèsse » (foraine) et « cabânetrèsse » (id.) soient péjoratifs ; les masculins « barakî » et « cabânetî » le sont aussi.

Mais : bolèdjerèsse (boulangère), boutcherèsse (bouchère), bouwerèsse (lavandière), cinserèsse (fermière),… ne sont aucunement péjoratifs.

 

  1. c) batelî (batelier) > batelîre; sôrcî > sôrcîre

 

 

7) Irréguliers

 

  1. a) de même radical

 

-teûr > -trice

acteûr

actrice

 

dîrècteûr

dîrèctrice

 

empèreûr

impèratrice

 

antené (mouton d’un an) (Bast. 1909, 326) (E)

anteneûse

brèyâr (dormeur) (Bastin 1909, 326) (E)

brérèsse

dindon  (dî- (O)

din.ne (dîne (E), dîde (Copp. 1959, 21) (O))

docteûr

doctorèsse

fis

fèye (C, E)

gouvèrneû(r)

gouvèrnante

rwè (roi)

rin.ne (C, O) (royin.ne (E))

sièrveû (sèrviteûr (Copp. 1959, 21) (O))

sièrvante

 

  1. b) de radical différent

 

bèrau = bassî (E) (bélier)

bèdéye, bêrbis

bok (bouk (O)) (bouc)

gade (C, E,  O)

cok  (coq)

pouye (poye (EW))

fré (frére (Balériaux, s.d.) (O)) (frère)

soû (-r (E, W)), seûr (Balériaux, s.d.) (O))

galant (amoureux; fiancé)

comére (cou- (O),   mayon; crapôde (C, E)

gamin, valèt (garçon, gamin)      

bauchèle (båcèle (E))

gârçon (Balériaux, s.d.) (O)

fîye

go (chien mâle)

liche (chienne)

grand-pére

grand-mére

grimançyin (sorcier)

macrale (sorcière)

leup (loup)

leuvrèsse (louve)

lîve (lièvre mâle)

hâse (hå- (E)) (hase)

maîsse (maître)

patrone (di : patron)

marou (C, O) (matou)

méro(u)te (minète (O)) (chatte)

maule (mâle)

fumèle

mi-n-ome (celui˗là)    

mi-drolerèsse (celle˗là)

mononke (C, O) (mon.nonke (E)) (oncle)

matante (CW, EW, O) (tante)

mossieû (C, O) (moncheû (E)) (monsieur)

madame

ome (homme)

feume (C, E, O)

pârin (på- (EW)) (parrain)

mârine (mårène (E), mârène (O))

pére

mére (C, E)

papa (C, (O)) (pou- (E), po- (Copp. 1959, 21) (O)), pa

moman, man (C, O) (mou-, mame (E))

polin (poulangn (Copp. 1959, 21) (O) (poulain)

pouliche (Copp. 1959, 21) (O)

roncin (C, O)) (ronçu (Copp. 1959, 21) (O)) (étalon)

cavale (C, O, E) (-aye (Copp. 1959, 21) (O)) (jument)

tchat (Balériaux, s.d.) (O) (chat)

tchate

tchin (tchîn (Coppens 1959, 21) (O)) (chien)

liche (C, O) (lèhe (E),  aussi:  lisète (Copp. 1959, 21) (O))

toria (, gayèt, twa) (torê (E), toûr  (O)) (taureau)

vatche

vaurlèt (vå-) (E)) (valet)

mèskène (servante)

vèrat (C, O) (-åt (E), -aut (Coppens 1959, 21) (O)), godu (verrat)

 (truie)

 

Remarques 

 

1 Pour les animaux qui n’ont pas de termes spéciaux pour les deux genres, on se sert des mots maule (måye (W), mâle (Copp. 1959, 21) (O)) (mâle) ou fumèle (C,O) (frumèle (E)) (femelle): on maule di canari (on måye canåri (E), in mâle dè canari (Copp. 1959, 21) (O)),  one fumèle di canari (ine frumèle canåri (E)) ; parfois d’un autre mot déterminant : on cok faîsan (fê- (E)).

 

On dit :

on cok faîsan 

one pouye di faîsan

on maule di lapin

one mére di lapin

on maule d’agace (pie)

one fumèle d’agace

on maule di colon

one fumèle di colon (pigeon)

 

2 Les mots étrangers

 

bâs’ (baus’ (Copp. 1959, 21) (O)) (patron de café) (du néerlandais: baas (patron))

bâsine

tsâr

tsârine

1.2.2 Pluriel

1.2.2.1 Tous les noms substantifs et adjectifs prennent « -s » au pluriel, sauf quand le mot est déjà terminé par -s ou -z.

Au « x » final en français équivaut le « -s », au pluriel comme au singulier. (Jules Feller, Règles d’orthographe Wallonne)

 

Ex :    

on-a (ail)

dès-as (aulx)

on pû (pou)

dès pûs

on bauchèle (fille)

dès bauchèles

on signau (signal)

dès signaus

on bay (bail)

dès bays

on tch’vau (cheval)

dès tch’vaus

on boû (boeuf)

dès boûs

on travau (chantier)

dès travaus

on cârnavâl

dès cârnavâls

on vitrau (vitrail)

dès vitraus

on clau (clou)

dès claus

 

 

 

N.B. La langue wallonne emploie le pluriel pour « aler à pîds » (aller à pied), étant donné que les Wallons emploient leurs deux pieds pour marcher. (En néerlandais, en anglais, en allemand et en français, respectivement le singulier: te voet, on foot, zu Fuss, à pied!)

De même dans l’expression « ièsse su pîds » (être sur pied), les Wallons se tenant généralement debout sur leurs deux pieds.

 

Exemples d’auteurs

 

« On l’ trosseut à pîds qwêre li trin à Âssèsse .»  (Laloux 1981, 57) (C)

 

« N’ èst-ce nin d’djà pêrcé bièsse do-z-oblidji lès-omes di gârde do d’morè su pîds                       totes lès nêts… ? » (Lefèbre 1956, 94) (C)

 

 

Remarques 

 

1 Les noms terminés au singulier par « -s » ou « -z » restent invariables au pluriel.

 

Ex :    

one crwès (croix)

dès crwès

one vwès (voix)

dès vwès

on pwès (pois)

dès pwès

on nez

dès nez

 

2 Les noms propres prennent « -s » au pluriel, sauf ceux qui se terminent par « -s, -x » ou « -z ».

 

Ex : lès Chârliers, lès Gossèts, lès Verhovens

           

Mais : lès Delais, lès Dufaux, lès Deprez.

 

 

1.2.2.2 Certains noms sont toujours au pluriel.

 

lès-abondrwèts

le casuel, le profit variable

lès-acwârdances (-èr- (E))

les accordailles

lès-adjèts

la disposition intérieure d’une maison

lès-aîdants (ê- (E)) (m)

l’argent (monnaie)

lès-anaus (m)

les déchets de lin pour plafonner

lès-aprèsses (f)

les préparatifs

lès-atenants (E)

les parents, les proches

lès-atricayes

l’attirail

lès-Avints (C, E, S)

l’Avent

lès-ayèsses (Léonard 1952) (C)

les commodités

lès-ayous’ (Léonard 1952) (C)

les aïeux

dès badasses (E)

des ustensiles en faïence

lès bagnes (m)

le bain

lès bagues (E)

les habits

lès bèrdouyes (C, O) (f)[1]

la boue

lès bèrikes (C, O, E))

les lunettes

lès bètoles (ou: pè-) (bètaules (Bast. 1965, 24-25), pètaules (Copp. 1959) (O); bètsåles (E)) (f) 3

l’argent (monnaie)

lès bidons (C, O) (m) 

la vaisselle

lès bidouches (E)

l’argent

lès bièsses (C, O)

le bétail

lès bîles (C, O) (f)

la bile

lès brèles (C, O) (f)   

la ciboulette

lès bleuws-ouys (Léonard 1952) (C) (bleûs-oûys (Bertrand-Duchêne, s.d.) (E))

les pommes de terre à yeux bleus

lès bloukes (E)

l’argent

lès bosins

des croûtes dans les cheveux

lès bouchenisses (m)  

l’ensemble de buissons

lès bouchètes (f)

la courte paille

lès bouflètes (ou: moflètes) (f) 4

les oreillons

lès boyes (= coliches = ègruwèles) (Léonard 1952) (C)

les écrouelles

dès brigausses (Léonard 1952) (C)

de petites friandises de différentes espèces, mêlées ensemble

lès brokes (f)  

les hémorroïdes

lès broûs (C, O) (m)

la boue

lès broûlés (E)

l’argent

dès brouyes (Bastin 1965, 24-25) (O)

une brouille

lès caliyâtes (Léonard 1952) (C)

le jeu de cache-cache

lès canicules (C, E, O) (f)

la canicule

fé dès capouls (=  dès caniches) (E)

se coiffer à la Capoul (avec de peites retombant sur le front)

lès caurs (qwårts (E)) (m)      

l’argent (monnaie)

lès causes (f)

la cause ou les causes

lès censes (f)

l’argent (monnaie)

lès chlames (f)

les schlamms

lès chovisses = chovûres

les balayures

lès cindrisses (m)

les déchets du feu

lès cingues (f)

le zona

lès clâves (m) 5                                 

le trèfle

lès cliks èt lès claks (m)

les objets possédés

lès cochis’ (-his’ (E))

les émondes

lès corwéyes (f)

les convulsions

lès costindjes (f)

les frais

lès cramions (m)

les démêlés

lès dispins (m)

la dépense ou les dépenses

lès djès (C, O) (m) 6  

la levure

lès djon.nes (m)

les objets personnels (outils, matériel scolaire, etc.)

lès drauches ( -aches (Bast. 1965, 24-25) (O)) (f)

la drêche

dès drongues (Bastin 1965, 24-25) (O)

la croûte de lait

dès d’vises (Bastin 1965, 24-25) (O)

un brouille

lès-èknéyes (f)

les (grandes) tenailles

lès-êres

les arrhes

lès faces (Léonard 1952) (C)

cheveux qui pendent des deux côtés de la face

lès fièrs (Coppens 1959) (O)

le forceps

lès fîves (Bastin 1909, 325) (E)

lès fièves (Coppens 1959) (O)

tron.ner lès fîves

lès fîves borguètes (ou morguètes) (C, O)

la fièvre scarlatine

l’état fiévreux

être fiévreux

la fièvre des marais

lès floûs (m)6 

la vase

lès fôrcètes (E, O)

le forceps

toumer lès qwate fotènes è l’ êr (E)

tomber les quatre fers en l’air

lès fraîs (m)

les frais

lès gotes (f)    

la goutte (inflammation)

lès glaîres

le glaire

lès grossès-eûwes (f)

l’inondation

dès grusias (guèrjas (Bast. 1965, 24-25) (OW))

de la grêle

dès guèguéses (Coppens 1959) (O)

de l’argent (monnaie)

lès håres (E) (f)

les habits

lès hosètes (f)

le pantalon

lès kèkèsses (f)

la discussion

lès kèsses èt lès mèsses (f)8[2]

les objections

lès liârds (C, O) (m)   

l’argent (monnaie)

lès lîdjes (ou: lîyes) (f)

la levure

lès lokes (Coppens 1959) (O)

dès bèlès lokes (Bastin 1965, 24-25) (O)

l’habit

un beau costume

lès lunètes (f) 

les lunettes

lès mariminces (f)

l’acte de méchanceté ou les jérémiades

lès marones                                   

le pantalon     

lès maursadjes (ou: mâr-) (m)

les semailles de mars

lès matènes (C, E) (f)

les matines

lès mèlon.nes (m)

un mélange de céréales (généralement avoine et vesces), qu’on sème ensemble

lès mèsaumènes (ou: mi-) (f)

les chichis

lès Mèyes (à Bouillon) (Twiesselman 1994) (S)

date de la procession du Saint-Sacrement

lès mines (f)   

le minerai de fer

lès mirlifices

les manières

lès montéyes (f)[3]

l’escalier

dès morasses (maraches (Bastin 1965, 24-25; Balériaux s.d.) (O))

un marais

lès mossèts (m)

la mousse

lès-ôrémus’ (C, E) (m)

les oremus ou oraisons (en latin)

lès parints, lès bias-parints

les parents, lès beaux-parents

lès pârtîyes (f)

les parties génitales de l’homme

lès passes (opposé à: lès d’drîs) (Léon. 1952) (C)

début du rectangle ou petit jeu (au jeu de balle pelote)

lès pasteures (Léonard 1952) (C)

la nourriture pour le bétail

lès paukes (f)

la communion :  première (privée ou  solennelle), au moment de Pâques

lès picayons (Coppens 1959) (O)

l’argent (monnaie)

 

 

lès ploukes (O)

la scrofule

lès pôcètes (C, E) (f) 

les menottes

lès pokètes (ou: plokètes) (po- (O) (f)          

la variole

lès pokètes (ou: plokètes) volantes (C; po- (O) ) (f)

la varicelle

lès pul(p)es

les pulpes de betteraves

lès pwin.nes

la peine

lès ramadjes

les cancans

lès ramechisses

les ramilles

lès ringuions

les terres déchaumées

lès rouvioules (ou: rovioûles) (rèvioûles (E)) = roudjeûs ((Bastin 1965, 24-25), -r (Coppens 1959) (O) (f)[4]

la rougeole

lès rumatisses (m)[5]

le rhumatisme = les rhumatismes

lès rumins (Léonard 1952) (C)

les ordures

lès sankes (f)[6]

les alluvions

lès sankisses (m)

les alluvions (en grande quantité)

lès seus (Bastin 1909, 325) (E)

la croûte de lait

rawè sès songs

se remettre d’une émotion (song: sang)

lès spices

les épices

lès spitches (f)

l’argent (monnaie)

lès sprautes (ou: sprautches) (-au- (E))

les choux de Bruxelles

lès tayes (= ratayes = tayons = ratayons) (C, E)

les ancêtres

lès tchèrwés (m)

la terre labourée

dès tchitches (Bastin 1965, 24-25) (O)

de la chassie

lès trècins (m)

les terres confiées à un métayer

lès trigus (E)

les immondices, les décombres

lès vacances (f)

les vacances

lès veupes (ou: vèpes) (vè- (E)) (m) 

les vêpres

lès wèhotes (Bastin 1909, 325) (E)

la petite vérole

lès zigzonzètes

le zigzag = les zigzags

                                   

Ex: Alez qwê l’ botèye! Vos conechoz l’s-adjèts. (Va chercher la bouteille ! Tu connais la disposition intérieure de la maison.)                    

           

                       

1.2.2.3 Remarques sur l’usage du singulier et du pluriel 

 

1) one aprèsse : singulier, a un sens collectif. On dit généralement : dès-aprèsses.

Ex : On-z-è faît one, d’aprèsse, po l’ dicauce !

Is sont-st-en trin d’ fé l’s-aprèsses po l’ mâriadje di leû fèye.

 

2) one ârchive : très peu employé au singulier.

Ex : Li dèplome di vosse pas, c’è-st-one ârchive à waurder

 

3) one atricaye : très peu employé au singulier.

Ex : C’ è-st-one drole d’atricaye, qui v’s-avoz là po forer !

Ramassez vos-atricayes ! (= ensemble d’objets ayant un rapport entre eux : outils,           jouets, bijoux,…)

 

4) one bièsse 

  1. a) un animal quelconque

Ex : Ni vos fiyîz nin à on tchin ; c’è-st-one bièsse !

One pitite bièsse (ou : One bibiche) qui gripe, qui gripe.   (jeu d’enfant)

Gn-a one bièsse qu’a stî à nos canadas.

           

  1. b) un imbécile

 

Exemple d’auteur

« O Paradis, gn-aurè dès stauves po-z-î mète dès grossès bièsses come twè, sés se, Batisse ! » (Marchal 1941, 24) (C)

 

  1. c) un bovin

 

Exemples d’auteurs

« Ci qu’ gn-a d’ pus drole, c’ èst qu’ lès bièsses qui sont o  stauve n’ont nin l’ aîr 

    pus sbaréyes qui ça .» (Marchal 1941, 30) (C)

 

 « Mins quand lès bièsses mougnenut, i vaut mia visè à li, ca èles n’ont pont d’ cure di leûs modeûs .»  (Laloux 1969, 49) (C)

 

« One bièsse qui done come on pus’ à deûs sayas ! »  (Laloux 1969, 50) (C)

 

5) lès bouchètes : n’existe que dans l’expression : « tirer aus bouchètes » (F) tirer à la courte paille

 

6) on caur = one pitite pîce di manôye (langage d’enfant)

 

7) fîve : est toujours au pluriel dans « tron.ner lès fîves » et « tron.ner lès fîves bourguètes, lès                           tchôdes èt lès frèdes ».

 

8) fwace : est toujours au pluriel dans « di totes sès fwaces »

 

Exemple d’auteur

 

« Ele sère si poupène di totes sès fwaces conte lèye… »  (Wartique 1954, 181)  (C)

 

9) fwârt (substantivé) est toujours au pluriel dans « di mès, tès, sès, nos, vos, leûs) pus fwârts »

 

Exemple d’auteur

 

« Là, waî, a-t-i dit en riyant d’sès pus fwârts, li Bèbêrt dè l’ cinse di l’ Uch au laudje,.. »  (Wartique 1954, 169) (C)

 

10) on gruzia : « I tchaît dès grusias »   (F) « de la grêle » ou des « grelons ».

En wallon, on a toujours un pluriel.

On dira bien sûr : « Dj’ a ieû on grusia è m’-y-ouy », « Dj’ a vèyu on grusia come                    on-ou d’auwe »,…

 

11) one (h)ièbe : est toujours au pluriel dans « coude dès (h)ièbes », « fautchî dès (h)ièbes »,          « rauyî dès (h)ièbes », « dins lès (h)ièbes »  = (F) de l’herbe, dans l’herbe.

 

12) one preûve : est rare. Ex : Lès preûves, c’ èst qu’ il a v’nu.

 

13) li pwin.ne : est au pluriel dans « Ça n’ è vaut nin lès pwin.nes »

 

14) quites : dans « ièsse dès quites ».

 

15) lès r’vindjes : dans « prinde sès r’vindjes » = (F) aller manger chez quelqu’un que l’on a reçu

 

16) li song : est au pluriel dans « rawè sès songs » = (F) se remettre d’une émotion

 

17) li vraî : est au pluriel dans « dîre sès vraîs à one saquî » = (F) dire à qqn ses quatre vérités.

 

 

1.2.2.4 Dans certaines expressions, le nom est toujours au pluriel, alors que la forme normalement utilisée est le singulier.

 

Ex :

piède sès-êwes

perdre les eaux (pour une personne avant l’accouchement)

taper sès-êwes

perdre les eaux (pour un animal, avant la mise bas)

dè l’ soupe aus-agnons

de la soupe à l’oignon

si mète su lès rangs    

être candidat aux élections

mindjî dès rwèjins

manger du raisin (N) druiven eten

mindjî dès spinasses

manger des épinards (N) spinazie eten

couru lès vôyes

être toujours en route (pour son plaisir)

fé lès vôyes

faucher le tour d’une terrre pour pouvoir achever à la      machine sans rien écraser

ièsse su tchamps su vôyes

être toujours en route

 

 

Exemples d’auteurs sur les noms toujours au pluriel en wallon

 

« Li feume a faît d’s-aprèsses  /  Po on p’tit soper d’ fièsse .»  (Mathot-Delbart s.d.) (C)

 

« Il avèt r’monté sès bèrikes su s’ front po lèyî intrer .»  (Wartique 1954, 161) (C)

 

« V’là qu’i r’ssowe sès bèrikes ! » (Bury 1895, 315) (E)

 

« Min.me qu’Antwin.ne, li vî maurlî, a tchaussî sès bèrikes, èt i farfouye dins s’ gros lîve po trouver d’ qwè rèsponde .»   (Henin 1974, 222) (C)

 

« Dj’a co rovyî mès bèrikes ! Prustez me lès vosses, champète ! »  (Gillain 1932, 141) (C)

 

« Li progrès èt nosse grand-pére, ça faît deûs, parèt ! Èt pa-d’zeû sès bèrikes, i m’ riwaîte avou on p’tit sorîre qu’a one miète l’aîr di dîre qui c’èst mi lès causes di tot ça .»  (Gillain 1932, 89) (C)

 

« I s’ î tint catchî d’zos dès fouyes, dins dès bouchenisses ou one aye. »  (Chapelle 1984a) (C)

 

« Èle mi raconteûve lès transes da nosse sinte mére, quand nos-avin.n lès bouflètes ou lès rouvioules .»  (Gillain 1927, 31) (C)

 

« Marîye-Aîli èst k’ nohowe po sès priyîres èt s’ a-t-èle li pouvwêr di sègnî l’ rôse, lès mås d’ dints èt lès  bouflètes .»   (Minet 1964, 139) (E)

 

« On l’a r’trouvé rwèd mwârt, sitindu dins lès broûs .»  (Mathot-Delbart 1983, 5) (C)

 

« Dins lès fonds, lès broûs nin t’ nint nin co fwârt, mins lès basses èstint prîjes. »  (Laloux 1974a, 60) (C)

 

« Il a-st-arivé on momint, qu’ lès caurs lî ont brûlé è s’ potche .»  (Awoust 1989, 10) (C)

 

« S’i faut dès caurs èt dès cayaus, dji n’aurè nin aujîye d’è rèche .»  (Gilliard 1964, 149) (C)

 

« Èt lès caurs qui dj’ aurè lèyî, si wêre qui ç’ fuche… »   (Gilliard 1964, 149) (C)

 

« Èt lès deûs-omes en ribote s’ ont dispètrogni one hapéye : Zidôre è d’djant qu’ il avot dès caurs assèz èt qui l’ têre djondant s’ maujo l’aèsserot. »  (Calozet 1958, 86) (C)

 

« On grand catolike, c’ è-st-one saquî,.. qu’ è-st-à tot ç’ qui s’ fêt dins l’ èglîje èt qui done dès caurs èt qui  faît tot po l’ Èglîje .»   (Gaziaux 1987, 249) (C)

 

« Si d’djant qu’ gn-a pont d’ fiyâte à l’ banke ni au notaîre, / A l’ Caîsse di Spaugne gn-a nolu

   qu’ po lès contribucions i s’ vaureut co mia taîre, /   Di peû do piède sès caurs ou bin do ièsse vindu, /  Bin lon i lès-ètère, ère one grosse pîre dissus,…. »  (Houziaux 1954) (C)

 

« Avou tès caurs qui t’as rauvelé à l’ banse,… »  (Rousseau 1971, 60) (C)

 

« Èst-ce ci qu’on tchante o doksau lès causes ? »  (Laloux 1969, 87) (C)

 

« C’ èst vos lès causes .»  (Laloux 1974, 208) (C)

 

« … ; c’ èst li qu’ a stî  lès causes qu’on nos-a faît one si bèle èglîje, èt come di jusse, nos n’è v’lans pont d’ôte come patron .»  (Houziaux 1964, 62) (C)

 

« … l’ aîr di dîre qui c’ èst mi lès causes di tot ça .»  (Gillain 1932, 89) (C)

 

« Au matin, èle dîrè co qu’ èlle a mau dwârmu èt qu’ c’ èst twè lès causes .»  (Laloux 1984, 194) (C)

 

« Èt n’ pinsez nin, si l’ dandjî d’ mindjî n’ sèréve nin lès causes, qu’ i gn-auréve bran.mint dès parèys à zèls en-Eûrope ? » (Petrez 1958, 74) (C)

 

« … ; il encaîsse lès censes, quand on vind dès-aubes. » (Gillain 1932, 40) (C)

 

« Ça n’ durerè nin ossi longtimps qu’ lès contribucions .»  (maxime)

 

« On-z-a ieû sogne di mète Ghislain avou po qu’ l’èfant n’ tchèyuche nin dins lès corwéyes »

   (Houziaux 1964, 26) (C)

 

« C’èst co li qu’ faît tchaîr lès-èfants dins lès corwéyes èt l’zî foute li fîve-lin.ne .»  (Laloux 1969, 91) (C)

 

« I rapice si coradje, sès-èknéyes èt s’ mârtia »  (Bodard 1955, 31) (C)

 

« Tin, volà l’ mon.nî ! Vos-î avoz lèyi lès ozètes ossi, là parèt ? »  (Laloux 1969, 26) (C)

 

« I n’ tint pus dins sès hosètes .»  (expression)

 

« On djoû qui l’ vîy Mochin nos-aveûve pris dins sès clâves .» (Gillain 1927, 53) (C)

 

« Vos d’manderoz one diméye lîve di lîdjes, dès bèles, qui vos dîroz ! » (Lotin s.d., 2) (C)

 

« Brichôdè è l’ farène, dès lîyes èt do louwin .» (Houziaux 1964b, 114) (C)

 

« Li lacia, lès lîdjes qu’on comèle / È travayant .» (Loiseau 1958, 67) (C)

 

« Ayi, mins nin dès mariminces di rossia tchin, ni co dès colibètes, vos mè l’ vêroz dîre… »   (Laloux 1969, 27) (C)

 

« Avou sès vîyès matènes, li P’tit Limousin dischind todi one miète pus bas, todi pus bas .»   (Laloux 1969, 17) (C)

 

« Èles ni causenut qu’ quand èlle ont one saqwè à dîre qu’è vaut lès pwin.nes .» (Wartique 1954, 183) (C)

 

« Bè ! Ci n’èst nin lès pwin.nes, di-st-èle, il èst taurd èt Miyin èst tot seû o l’ maujon .»    (Laloux 1969, 16) (C)

 

« Vos m’ dôroz s’-t-âme po m’ grande mârmite. /  A fwârt bon compte, nos s’rans dès quites .»   (Beauraind 1957b) (C)

 

« Dji n’ lès-a nin faît. Ci djoû-là à l’ nêt, dj’aveu lès rovioûles .»  (Matterne 1985, 46) (C)

 

« Au pus sovint, après l’ fordjètadje, lès bièsses avins dès rûses do purè .»  (Laloux 1969, 41) (C)

 

« Su lès bâres pa-d’vant l’èglîje, li dîmègne divant veupes, lès-èfants djoûwenut .»  (Laloux 1969, 12) (C)

 

« C’èst tot ç’ qui vos trovez à rèsponde, quand dj’ vos di vos vraîs ? »  (Wartique 1954, 181) (C)

 

 

1.2.2.5 Certains noms sont toujours au singulier (sauf quand il est question de plusieurs exemplaires).

 

l’ awaîte          (f)

les aguets

li bounan (m)

les étrennes

li comôdité (E) (m)

les lieux d’aisances (, les toilettes)

li lieû (C, E, O) (m)

les lieux d’aisances (, les toilettes)

li cisaye (C, O) (f)

les cisailles (du tôlier)

li cisète (C, E, O) (f)  

les ciseaux (de couturière)

li cisia (m)

les ciseaux (du jardinier)

li djèrmèle ( = -ale (C, E)) (djumèle (O)) (f)

les jumeaux ou les jumelles

l’ èk’nèye (E) (f)

les pincettes de foyer

l’ entrèfète (f)

les entrefaites

l’ ètricwèsse (C, E, O) (f)

les tenailles

li fwârcète (f) 

les forceps

li marone (f)

le(s) pantalon(s)

li mouchète (E) (f)

les mouchettes (anc. instrument pour moucher la chandelle)

li moustatche (f)

la moustache ou les moustaches

li picète (-ch- (O)) (f)

les pincettes

li plante di canadas (f)

les plants de pommes de terre

li trokelète (f)

1. les groupe de 3 noisettes; 2. les trijumeaux

 

Remarques 

 

1« awaîte » ne se rencontre que dans l’expression « ièsse à l’awaîte » = (F) être                       aux aguets, épier et « one longue awaîte » = (F) une longue période passée à                        guetter, « one coûte awaîte » = (F) une courte période passée à guetter.

2 « li cisau » est le ciseau du menuisier, de l’ébéniste.

3 « l’entrefète » est emprunté au français. En wallon, « entre » se dit « ètur ».

4 « li trokelète » signifie « li p’tite troke » = (F) la petite grappe.

 

Exemple d’auteur

 

« Èt Fine avou l’ bètchète do l’ cisète : on p’tit chaurd au bwârd, èt l’ twèye a churè en fritant èt crènant tot drwèt .»  (Laloux 1969, 31) (C)

 

 

1.2.2.6 Cas particulier

 

Le pluriel s’emploie comme en français. Cependant, lorsqu’il s’agit d’un caractère commun à plusieurs êtres ou à plusieurs choses, le wallon met volontiers le pluriel où le français met le singulier. (Remacle 1952, 75) (E)

Ex :

dès djins qui n’ ont vrêmint nin dès coûrs (E)

des gens qui n’ ont vraiment pas de coeur

dès djunis qui n’ ont nin dès steûles è l’ tièsse

des génisses qui n’ont pas d’ étoile à la tête

Is sont là qui hinèt lès cous è l’ êr.

Ils sont là qui lancent le derrière en l’air (enfants qui font le poirier)

Lès tchèts ont dès rèhès lêwes.

Les chats ont la langue rèche.

 

 

 

[1] dès bèrdouyes = dès broûs (en grande quantité)

 

7 (D) die Hose

8 de « qu’èst-ce » et « maîs »

9 one montéye = on-apas                 (F) une marche

10 cfr. (N) De roodvonk (sing.) IS besmettelijk.

11 ou « li reûmatike » (sing.)  (N) de reumatiek                           Ex : Awè dè l’ reûmatike.

12  du (N) zinken  (F) couler = descendre au fond de l’eau par accident

1.2.3 Nom composé

1.2.3.1 Les noms composés ont le genre de leur dernier composant ou ont le genre de la personne à qui le nom est appliqué.

La plupart sont formés d’une forme verbale et de son complément. Ils se forment normalement comme dans les autres langues romanes : déterminé + déterminant.

 

Ex :

on-aloûwe-caurs

(fém. one aloûwe-caurs)

one saquî qui dispinse à maule vau

on(e) boute-todi

one saquî qui n’ lache nin d’ travayî : on(e) voyant(e)

on catche-misére

on(-âssez grand) d’vantrin

one gârdirôbe

on meûbe po-z-î pinde dès cotes

on grète-cu

on-aube avou dès pikots à sès fouyes, qui d’ meûrenut vètes è l’uviêr (F) le houx

on(e) grogne-lét

one saquî qu’ va coûtchî taurd

one kèkîye-mu

one qui provoke lès-omes

on l’ ôte djoû

on djoû qu’ là nin longtimps

on(e) maule-aîr

one saquî qu’ n’ a nin bèle aîr

on(e) mau-stampé(ye)

one saquî qui n’ si tint nin bin drwèt

Le plus souvent : on grand mau-stampé

on(e) pèle-chochins (grossier)

on(e) grandiveûs(e)

on(e) pèle-panse (grossier)

on(e) grandiveûs(e)

on(e) pice-crosse 

one saquî qu’ èst rapia

on(e) rauye-tot

one saquî qu’ èst sauvadje, qui distrût

on(e) sins-alûre

one saquî qu’ n’ a pont d’ ôrde

on spaugne-mauye

one bwèsse po mète lès caurs qu’ on spaugne

on tchèsse-reuwes

one pîre plantéye à l’angléye d’on meur po nin qu’ lès reuwes dès tchaurs arokenuche

on tchèsse-tchin

li cia qu’ faît choûter è l’ èglîje  = (F) le bedeau;

2 l’ovrî qu’èst payî d’ pus qui l’s-ôtes, po l’s-ècoradjî à travayî è l’zeû sièrvant d’ modèle

on trawe-pîd

one bièsse di ri, qui trawereûve lès pîds

on vôy-voltî

on mostradje qu’ on vèt voltî

 

Exemple d’auteur

 

 « Insi, l’ ôte djoû, on grand l’ ôte-djoû. C’ èsteut co à Dorène .» (Laloux 1974, 53) (C)

 

 

1.2.3.2 Certains sont composés de plus de deux parties

 

Ex :    

on dispindoz-mè-le

on botike qu’on vind dès vîys cayèts

one frake-à-pans 

on casake di cèrèmonîye à pans

on craupe-è-têre

animal fabuleux pour farcer les enfants

on(e) laî-me-è-pauy

one saquî qui d’mande li trankilité

on(e) laît-tot-là

one saquî qu’ ètèrprind, po lachî tot d’ on côp

one mouche-à-laume =

one mouche-à-mièl =

one mouche d’ api

une abeille

one mouche-à-z-éles

on-insèke ou l’ôte, qu’ a dès-

on pète-au-cu

on casake di cèrèmonîye à pans

on plaî-st-à-Diè

one brike ou on cayau qui dèpite d’ one angléye, po r’mârier, s’ on-z-agrandit

on plaî-st-i…

one dimande po qu’on faîye plaîji

on plake-tot-seû

une vignette autocollante, un sticker

on t’-as-minti

one discussion

on timpe-èt-taurd

on mantia qu’on mèt quand on s’lève, divant di s’ lâver èt di s’ boter, ou qu’ on mèt d’vant d’ aler coutchî (F un peignoir)

on va-z-î vôy

one saqwè qu’on n’ conèt nin bin

 

Ex : on plaî-st-i-nosse-maîsse

Tot ç’ qu’ i raconte, c’ èst dès va-z-î vôy !

 

Exemple d’auteur

 

« Li nîve, c’èst dès plaî-st-i-nosse-maîsse. » (Gillain 1951, 13) (C)

 

 

1.2.3.3 Il y a aussi des composés d’un nom et d’un adjectif.

 

Ex : one fotche-cheûrèsse = one fotche po cheûre, distassî do foûr, do strin,…

 

 

1.2.3.4 Il y a aussi des composés d’un adjectif et d’un nom.

 

Ex : one coûrtèpwinte (emprunté au français)

 

           

1.2.3.5 Il y en a aussi composés d’un verbe et d’un adverbe.

 

Ex : do sint-bon (du parfum)  on sint-mwaîs = one saquî qui sint vraîmint mwaîs ou one saquî qu’on n’ sét sopwârter à cause di s’ caractêre.     

 

 

1.2.3.6 Il existe de rares composés du type : déterminant + déterminé.

 

Ex :

on piche-pot

un pot de chambre

one pîd-sinte

un sentier

dès scaye-caurs 

dès ronds di scaye avou dès chifes sicrîts d’ ssus, qu’ lès-èfants djoûwenut au botike avou

on tchafor

un four à chaux

on tchèt-queuwe

une prêle

 

 

De nombreux toponymes ont cependant cette forme :

Ex :    

Li Banbwès

li bwès do ban

Bambois (ou comme auparavant, Le _)

Mornîmont

li mont da Mornî

Mornimont

Cokiamont

li mont do cokia

“Cocriamont”

Pârfondevîye

li vîye qu’ èst dins on fond

Profondeville

Noyétchamps

lès tchamps da Noyé

Noéchamps (Biesme-lez-Namur)

 

 

1.2.3.7 Le pluriel des noms composés

 

Le plus facile, semble-t-il, est de mettre le pluriel aux noms et aux adjectifs qui servent à former les noms composés et de laisser les adverbes et les formes verbales invariées.

 

Nous aurions donc :

1) nom + nom et nom + adjectif : les deux mots prennent le « -s » au pluriel.

Ex : dès chès d’eûves           dès cofes-fôrts                     dès rin.nes-glaudes

 

2) mot invariable + nom : « -s » au nom

Ex : dès hôt-pârleûrs

Attention : « dès-après l’ din.ner » (ce n’est jamais qu’après un seul dîner)

 

3) verbe + nom : « -s » au nom

Ex : dès tchèsse-tchins, dès trawe-pîds, dès vôy-voltî

 

Attention :

  1. a) même au singulier, on peut avoir « -s »

Ex : on compte-gotes (pour compter des gouttes), on côpe-cigâres (po côper dès cigâres)

 

  1. b) « gârde » prend « -s »

Ex : dès gârdes di tchèsse, dès gârdes-convwès, dès gârdes di bwès, dès gârdirôbes.

           

4) deux mots invariables : pas de « -s »

Ex : dès boute-todi, dès crève-di fwin, dès kèkîye-mu

 

5) noms empruntés :

  1. a) Certains (très peu) sont wallonisés ; ils s’écrivent et se prononcent à la wallonne.

Ex : buftèk  (E) beefsteak, tchum’gom’  (E) chewing-gum, infractus’  (L) infarctus

 

  1. b) Ceux qui ne sont pas wallonisés doivent s’écrire et, prononcés, se rapprocher de ceux dans la langue d’origine.

Ex : Amsterdam, bulldozer, Chester, freezer, smartphone, …

1.3 Substantivisation

1.3.1 Usages fréquents

La langue wallonne se sert abondamment de formes substantivées.

 

 

> nom

adverbe

 I gn-a dèdja dès foû,

 (Remacle 1937, 66) (E)

 

Il y en a déjà “des dehors” ,de ceux qui sont dehors, qui sont sortis

infinitif

 

 

au + inf. ((â + inf.) (Remacle 1937, 66) (EW))

I s’ ruwine â promète èt s’ ra â n’ rin d’ner. (Remacle 1937, 66) (E))

Il se ruine à des promesses et se rattrape à ne rien donner.

 

I ‘nn’ è co tot-â c’minci. (Remacle 1937, 66) (E)

Il en est encore tout au commencement.

 

Qwand quu dj’ so â moûde, … (Remacle 1937, 66) (E)

Quand je suis en train de traire.

di + inf. ((dè + inf.) (Remacle 1937, 66) (E), do (sud-est namurois))

Wârdez-ve dè rin dîre . (Remacle 1937, 66) (E)

 

Gardez-vous de ne rien dire.

 

Il avint consiè do n’ nin k’boutè l’ Daguèt. (Calozet1930, 99) (C)

Ils avaient conseillé de ne pas heurter Daguet.

NB Mais, chose curieuse, le phénomène ne se produit que devant un infinitif commençant par une consonne.

On dit « â c’minci, non « à l’ ataker (= à attaquer), en 1iégeois  « dè vèy, mais non « di l’ aprinde (= d’apprendre). C’est que 1′ « 1» serait équivoque : au lieu de l’article, on y verrait un pronom personnel; « à l’ ataker ne signifierait plus ” à attaquer ” mais ” à l’ attaquer “.(Remacle 1937, 66) (E)

 

nom

 

nom propre > nom commun

 

Au sg, souvent : iun, eune di Djumèt, dou Roû ; au pl. : lès djins d’ Souvrèt, dè Trèjenén ou bien lès céns, lès cènes dè Fontène, dè Gowi ; parfois : in Djilî, lès Mârciène, dès Ronsaut. (Bastin 1965, 20) (O)

 

adjectif

do bleuw

du bleu

 

one saqwè qu’ èst mètu su l’ long

quelque chose qui est mis sur son long, càd. dans le sens de la longueur

 

do djane d’ oû

du jaune d’oeuf

adverbe

l’ en-ddins

le dedans, l’intérieur

verbe

li d’djuner

le (petit) déjeuner

membres de phrases

lu d’vant-l’-îviêr (Remacle 1952, 113) (E)

l’avant-l’-hiver, càd. l’automne

 

lès drî-Rwène (id.)

les [terrains nommés] derrière Roanne

 

one à-r’dîre (id.)

un défaut

 

on va-se-tu-r’tchâfe (id.)

un retourne-te-chauffer, càd. une réprimande

 

à l’ va- (ou vin-) se-mi-r’qwîr (E)

litt. à la va si (= et) me recherche, à la va (ou viens) me rechercher, càd. sans soin, à la diable’

 

C’ èsteût l’ ôte djoûr, mès gn-a djà on long l’-ôte-djoûr. (substantivation occasionnelle)  (Remacle 1952, 114) (E)

C’était l’autre jour, mais il y a déjà un long “l’-autre-jour”.

 

1.3.2 Remarques

1.3.2.1 Le wallon ignore les constructions suivantes qui existent dans le français populaire (ainsi qu’en espagnol et en portugais): les d’Inde ‘les [marrons] d’Inde’, les en cuivre, des comme ça, des qui causent sans savoir, du en morceaux; « les du pays » = ‘ceux du pays’ (esp.  el de mi vecino; port. os do filhos).  (Remacle 1952, 114-115) Il emploie dans tous ces cas le pronom démonstratif : lès cis d’ Inde, lès cis d’ keûve, dès cis come citi-là, dès cis qu’ causenut, dès cis à bokèts…

 

 

1.3.2.2 La substantivation affecte pourtant beaucoup de qualificatifs wallons à des degrés fort divers.  (Remacle 1952, 115-116)

 

Elle est complète dans « on djane d’ oû » (un jaune d’oeuf), « do clér di makéye » (du clair de caillebotte, reste du lait battu qu’on a fait cailler); on « bia nwâr » (un beau noir (couleur)).  Elle est complète aussi dans le cas de « c’ èst l’ bon », où le substantif masculin serait rendu dans d’autres langues par un neutre :

 

C’ èst  l’ bon, savoz, qui ça coûrt.

C’est le bon, vous savez, que ça coule (un abcès), càd. c’est quelque chose de bon).

Gn-a-t-i do vraî là-d’dins ?

Y a-t-il du vrai, là-dedans?

li malauji dins tot ça

le difficile, càd. ce qu’il y a de difficile dans tout cela);

li tinre di

le tendre, la partie tendre de);

Il èst quâsi fini, m’ corti: lu fwêrt èst fêt enfin. (Remacle 1952, 115) (E)

Il est presque fini, mon jardin ; le fort, càd. le plus dur est fait, du moins.

Il ont v’lu brûler l’ pus laîd.

Ils ont voulu brûler le plus laid, càd. ce qu’il y avait de plus abîmé (dans leur foin).

Lu souke vint à do frèh èt i fond. (Remacle 1952, 115) (E)

Le sucre vient à de l’humide, càd. en contact avec quelque chose d’humide, et il fond.

dîre one saqwè inte lu hôt èt l’ bas

dire quelque chose entre le haut et le bas, càd. à mi-voix

magni s’ binâhe (Remacle 1952, 116) (E) (= binauje (C))

manger son saoûl  (binâhe: content)

 

Bien que le qualificatif ne soit pas accompagné de l’article, il est également substantivé dans les exemples suivants, où il équivaut encore à un neutre  (Remacle 1952, 116).

 

Ex :

I vôreut aler su pus gros.

Il voudrait aller sur plus gros, càd. aller occuper une plus grosse ferme.

Dji n’ saureu pwârter gros d’on costé.

Je ne saurais porter gros, càd. un lourd fardeau d’un côté.

Dju nu l’ freû nin po gros.

Je ne le ferais pour rien au monde.

I n’ vaut nin gros asteûre.

Il ne vaut pas lourd maintenant.

I tape crås èvôye (E)

Il jette gras, càd. il n’est pas regardant.

 

 

1.3.2.3 La substantivation du participe passé (lès blèssés (les blessés), ça sint l’ tchamossé (ça sent le moisi), etc.) possède en wallon une remarquable souplesse. 

Elle apparaît surtout après les verbes ou les locutions verbales « avoir », « c’est » et « il y a », et le wallon met souvent un arrticle partitif ou indéfini alors que le français rnettrait seulement la préposition « de ». (Remacle 1952, 119)

 

Ex :

awè (/ aveûr (EW))

avoir

Dji n’ a vèyu qu’ lèye qu’ aveut on faît insi.

Je n’ai vu qu’elle qui avait un (manteau) fait comme ça.

Vos ‘nn’ avoz co dè l’ dimérèye su l’ vôye, dè l’ mârtchandîje ?

Vous en avez encore de la restée en chemin, de la marchandise?

Vos-avîz co d’ l’ ôte soyîye.

Vous aviez encore de l’autre fauché (sous-entendu: du foin).

– Vos n’ v’loz nin prinde di l’ abwèsson?

– Non.na, dj’ènn’ a co d’ l’ achetéye.

– Ne voulez-vous pas prendre de l’eau?

– Non, j’en ai encore, de l’achetée.

c’ èst

c’est

Su c’ èsteût do soy à l’ machine. (Remacle 1952, 119) (EW)

Si c’était du [foin] fauché à la machine.

C’ è-st-one fêt fé. (Remacle 1952, 119) (E)

C’est une fait faire, càd. une [pièce] qu’on a fait faire, faite sur commande ou sur mesure.

i gn˗a

il y a

I gn-aveut dès rauyîs.

Il y avait des arrachés (sous-entendu: des arbres), càd. il y en avait d’arrachés.

I gn-a dès v’nus èt dès nin v’nus.

Il y en a de venus et de pas venus.

I gn-a dès courus lauvau dèviè l’ pont.

Il y a des courus là-bas du côté du pont, càd. il y a des gens qui ont couru.

 

Remarque

 

Quand le wallon aura « do», « dè l’ », « dès », le français utilisera « de » mais il fait précéder le verbe de « en ».  Si, en général, le wallon omet ce représentant, il peut aussi l’employer : Vos ‘nn’ avoz dè l’ dimèréye (ou: Vos-avoz dè l’ dimèréye) (Vous en avez de (la) restée), mais il maintient l’article devant le participe.  De toute façon, «  en » est insensible dans « i gn-a » (« il y a » ou « il y en a »). (Remacle 1952, 120)

Translate »
Share This