Joseph Defrêcheux, Recueil de 2000 comparaisons wallonnes, réédition et correction par Johan Viroux

                     RECUEIL DE 2000 COMPARAISONS POPULAIRES WALLONNES

(principalement de l’est-wallon (province de Liège))

NB Rouchi = picard de Belgique (région de Tournai)

     (Lille) = comparaison en picard de la région de Lille (France)

 

ABATE

 

(abattre)

1  S’ abate come in-èfant, come ine feume.

litt. S’abattre comme un enfant, comme une femme.

Se décourager. Perdre courage.

 

ABÎMER

 

(abîmer)

2  S’ abîmer come on pourcê.

litt. S’abîmer comme un pourceau.

Se salir.

 

ABLÈTE

 

(ablette)

3 Èsse comme ine ablète. (B.)

litt. Etre comme une ablette.

Sans force, sans courage.

 

ABROKÎ

 

(s’élancer)

4 Abrokî come on tchin foû di s’ trau.

litt. S’élancer comme un chien hors de son trou.

var. Abrokî come on pièrdou.

… comme un perdu.

 

ACÂBLÉ

(accablé)

5 Acâblé come on misèrâbe, come on mâleûreûs.

litt. Accablé comme un misérable, comme un malheureux.

C. F. Accablé comme un misérable. (Acad.)

 

ACLÈVÉ

 

(élevé)

6 Aclèvé come on payisan. (G.)

litt. Élevé comme un paysan.

 

ACLÈVÉ

 

(élevé)

7 Aclèvé come ine biesse, come on pourcê.

litt. Elevé comme une bête, comme un pourceau.

 

ACLÈVÉ

 

(élevé)

8 Aclèvé come divins dè l’ wate, come divins ‘ne bwète.

litt. Elevé comme dans de l’ouate, comme dans une boîte. Elevé avec de grandes précautions.

 

ACOÛKΠ

(S’ _)

 

(accoucher)

9 S’ acoûkî come ine robète. (G.)

litt. Accoucher comme une lapine.

C. F. Accoucher comme une hase.

 

ACOMPTER

 

(acompter)

10 On n’ l’ acompte nin pus qu’ on tchin.

litt. On ne l’estime pas plus qu’un chien.

 

ADON

 

(alors)

11  Adon come adon.

G. F. Alors comme alors. (Acad.)

 

ADRÈT’

(adroit)

12  Adrèt’ come on mârticot.

G. F. Adroit comme un singe. (Acad.)

 

ADRÈT’

(adroit)

13  Adrèt’ come on pourcê di s’ quowe (iro­nique).

litt. Adroit comme un pourceau de sa queue.

C. F. Adroit de ses mains comme une vache de sa queue.

(Lille) Il èst adrwat dè s’ min come un pourchau dè s’ queûe.

 

AFAMÉ

 

(affamé)

14 Afamé come on leûp foû dè bwès. (C.)

litt. Affamé comme un loup hors du bois.

C. F. Affamé comme un loup.

P. F. La faim chasse le loup du bois.

 

AFAMÉ

 

(affamé)

15  Afamé comme on moûrt-di-fwin. (G.)

litt. Affamé comme un meurt de faim.

 

AFILÉ

 

(affilé)

16  Afilé come on rèseû.

litt. Affilé comme un rasoir. — Bien aiguisé.

 

AFRONTÉ

 

(effronté)

17 Afronté come on pârvinou, come on pindârd.

litt. Effronté comme un parvenu, comme un pendard.

C. F. Insolent comme un parvenu.

 

AFRONTÉ

 

(effronté)

18 Afrontèye come ine qwate-pèce. (G.)

litt. Effrontée comme un lézard.

(Charleroi.) Afrontéye come ène vindeûse dè makéye, come ène putin.

 

ADJI

 

(agir)

19  Adji ou s’ compôrter

Come ine djin: come une personne.

Avec prudence, réflexion.

Come ine bièsse: comme une bête.

Sans réflexion.

Come on pourcê: comme un pourceau.

Salement.

Come in-ome: comme un homme.

Avec force, éner­gie, courage.

Come in-èfant:  comme un enfant.

Avec  faiblesse, mollesse.

 

ÅGNE

 

(âne)

20 Èsse come lès-ågnes, avu sès makèts. (B.)

litt. Etre comme les ânes, avoir ses caprices.

G. F. Fantasque comme la mule du Pape.

 

ÅGNE

 

(âne)

21 Il èst come l’ ågne da Nosse Signeûr.

litt. Il est comme l’âne de Notre Seigneur.

Il n’est qu’un âne.

 

ÅHE

 

(aise)

22 Avu sès-åhes come on tchèt d’vins on grusalî.

litt. Avoir ses aises comme un chat dans un groseiller.

J. F. Il est à l’aise commu un cheval dans une boutique de porcelaine.

 

ÅHE

 

(aise)

23  À l’ åhe come li cou è l’ êwe. (G.)

litt. A l’aise comme le cul dans l’eau.

 

ÅHE

 

(aise)

24 (Mons) Il èst à s’n-aîse come in pourciau dins-n-in sac.

lîtt. Il est à son aise comme un pourceau dans un sac.

 

ÅHÈYE

 

(facile)

25 Åhèye come dè djonde lès deûs mins, come dè mète li min so s’ tièsse.

litt. Aisé (facile) comme de joindre les deux mains, comme de mettre la main sur sa tête (porter la main à la tête).

 

AHÈSSÅVE

 

(utile)

26 Ahèssåve come on tire-bote, come ine låsse à l’ sitofe. (C.)

litt. Utile comme un tire-botte, comme une boîte à l’ama­dou (briquet).

N. B. Cette dernière comparaison est à peu près oubliée, le briquet étant du reste un instrument hors d’usage. Aussi dit-on : Abandenêye come ine låsse à l ‘sitofe (G.), abandonnée comme un vieux briquet.

 

IN.MER

 

(aimer)

27 In.mer come on pére, come ine mére.

litt. Aimer comme un père, comme une mère.

Aimer d’un amour paternel ou d’un amour filial, comme un père aime ses enfants ou comme un enfant airne ses père et mère.

 

IN.MER

 

(aimer)

28 In.mer come on fré, come ine soûr; s’ in.mer come fré èt soûr; s’ in.mer come deûs frés, come deûs soûrs.

litt. Aimer comme un frère,commeune sœur; s’aimer comme frère et sœur ; s’aimer comme deux frères, comme deux sœurs.

S’aimer d’un amour fraternel, en parlant de personnes de sexe différent. S’aimer, vivre fraternellement, dans une grande fraternité, en parlant de personnes de même sexe.

 

IN.MER

 

(aimer)

29 In.mer come on sot, s’ in.mer come deûs sots.

litt. Aimer comme un fou, s’aimer comme deux fous.

Aimer éperdûment. Etre éperdu d’amour.

 

IN.MER

 

(aimer)

30 In.mer come l’ ouy dè l’ tièsse, come sès deûs-ouys, come sès-ouys, come li djoû.

litt. Aimer comme l’œil de la tête, comme ses deux yeux, comme ses yeux, comme le jour.

C. F. Aimer quelqu’un comme ses yeux, plus que ses yeux, comme la prunelle de ses yeux. (Acad.)

 

IN.MER

 

(aimer)

31 In.mer come sès p’tits boyês.

litt. Aimer comme ses petits boyaux.

 

IN.MER

 

(aimer)

32 In.mer ‘ne saqwè come on tchin lès côps d’ bordon ou d’ baston.

C. F. Aimer une chose comme les chiens aiment les coups de bâton.

 

ÊWE

 

(eau)

33 C’ èst come l’ êwe èt l’ feû.

C. F. C’est comme l’eau et le feu.

 

ÊWE

 

(eau)

34 Èsse come l’ êwe, n’ avu nole coleûr.

litt. Etre comme l’eau, n’avoir nulle couleur.

 

ÊWE

 

(eau)

35 Fé come l’ êwe, prinde tot wice qu’ on passe. (B.)

litt. Faire comme l’eau, prendre partout où l’on passe.

 

ÊWE

 

(eau)

36 C’ èst come ine gote d’ êwe è Moûse, è l’ mér.

litt. C’est comme une goutte d’eau dans la Meuse, dans la mer.

 

ACWATI

 

(accroupi)

37 Acwati comme ine cwaye. (B.)

litt. Accroupi comme une caille.

 

 ALER

 

(aller)

38  Aler (pour exprimer la vitesse, la rapidité, la légèreté à la course).

1° Aler come li vint ou reûd come li vint, come si l’ vint l’ èpwèrtéve ou l’ tchèssîve.

litt. Aller comme le vent ou rapide comme le vent, comme si le vent l’emportait ou le chassait (le balayait).

C. F. Il va comme le vent, plus vite que le vent. (Acad.)

(Charleroi) Aler come in vas-se-foû.

 

2° Aller fort vite et droit.

Aler come ine flitche, aller comme une flèche.

Aler dreût come ine flitche, droit comme une flèche.

Aler come on traît d’ årbalète, comme un trait d’arbalète.

Aler dreût come on traît d’ årbalète, droit comme un trait d’arbalète.

Aler come ine bale, comme une balle.

Aler reûd come ine bale, rapide comme une balle.

C. F. Aller comme un trait d’arbalète, plus vite qu’un trait. (Acad.) — Partir, s’élancer comme une flèche.

 

3° Dans les expressions suivantes, aler s’emploie au propre pour marquer la rapidité; au figuré, en parlant de personnes qu’on raille et qui se fâchent, ne souffrant pas la plaisanterie.

Aler comme ine bizawe, come on tournê (B.), come on campinaîre, come on molin â vint (A.).

litt. Aller comme un sabot, une toupie, un moulin à vent.

 

4° Aler come on vê qui bise.

litt. Aller comme un veau qui drille.

Se dit d’une marche précipitée, capricieuse, fantasque.

 

5° Aler come on peûs è s’ pot.                     

litt. Aller comme un pois en pot.                 

G. F. Aller et venir comme un pois en pot. (Acad.)

Faire beaucoup d’allées et de venues.

(Charleroi) Aler come ène vîye chavète.

 

6° Aler : marcher rapidement, sans difficulté ni retard, en parlant d’une affaire.

Aler come ine fisêye, aller comme une fusée.                   

Aler come so des rôlètes, aller comme sur des roulettes.  

Aler come on coron d’ sôye, aller comme un bout de soie.

Aler come ine lète à l’ posse, aller comme une lettre à la    poste.

C. F. Cela va comme sur des roulettes. (Acad.)

 

7° Aler : en parlant d’une affaire dont la conduite est négli­gée.

Çoula va come i pout, comme il peut.

Çoula va come i vout, comme il veut.

Çoula va come li bon Diu vout, comme le bon Dieu veut.

Çoula va come i plaît-st-à Diu.

C. F. Cela va comme il plaît à Dieu. (Acad.)

 

8° Aler : en parlant de vêtements fort justes à celui qui les porte.

Aler come pondou, aller comme peint.

Aler come ine tchâsse di sôye, aller comme un bas de soie,

Aler come on want, aller comme un gant.

Aler come ine pê d’ anwèye (1), aller comme une  peau d’anguille.

C. F. Cet habit lui va comme de cire. (Acad.)

C. F. Cela lui va comme un bas de soie. (Acad.)

 

(1) On ajoute souvent : so ‘ne canabûse.

 

9° Aler : en parlant de choses qui choquent l’harmonie.

Aler come on pogn so in-oûy.

litt. Aller comme un poing sur un œil.

C. F. Cela cadre comme un poing avec l’œil.

Aler come on flokèt so ‘ne trôye.

litt. Aller comme un nœud de ruban sur une truie.

Aler come ine monte divins ‘ne caîsse d’ ôrlodje.

litt. Aller comme une montre dans une caisse d’horloge.

 

10° Aler come li timps: on djoû bin, on djoû må.

litt. Aller comme le temps : un jour bien, un jour mal.

(Mons) Ça va, ça vît come èl cu d’ in vieu g’vau.

Il y a des alternatives de bien, de mal, de froid, de chaud.

 

11° Çoula ‘nnè va come dè l’ hite è l’ corante êwe.

litt. Cela s’en va comme une diarrhée dans l’eau courante.

Se dit surtout aux prodigues, en parlant de l’argent.

 

12° Aler : agir comme un inconsidéré, sans réflexion.

Ènnè va come on sot, sins pinser d’pus lon.

litt. (Il) s’en va comme un sot, sans réfléchir.

(Rouchi) Il va come un-avèrlu.

 

ALOUMÎRE

 

(éclair)

39 C’ èst come on côp d’ aloumîre.

litt. C’est comme un coup d’éclair.

C. F. Prompt, rapide  comme  un éclair, comme  l’éclair.

Passer comme l’éclair. (Acad.)

 

ÅMAYE

(génisse)

40 Èsse come ine åmaye. (B.)

litt. Etre comme une génisse.

Etre fort bien portant et amoureux. Se dit surtout des filles.

 

ÂME

(âme)

41 Èsse come ine âme è pon.ne, come ine âme dânêye.

litt. Etre comme une âme en peine, comme une âme dam­née.

C. F. Il est comme une âme en peine. (Acad.)

 

ÂME

(âme)

42 I n’ a nin pus d’ âme qu’ ine poye.

litt. Il n’a pas plus de courage qu’une poule.

 

AMÉR

(amer)

43  Amér come ine hågne di djèye. (C.)

litt. Amer comme le brou de la noix.

(Rouchi) Amér come dè l’ swîe.

C. F. Amer comme de l’aloès, comme suie, comme chi­cotin. (Acad.)

 

AMISTÅVE

 

(aimable)

44  Amiståve come ine pwète di prîhon.

litt. Aimable comme une porte de prison.

C. F. Gracieux comme une porte de prison.

(Mons) Il èst agréâbe come ène porte dè prîson.

(Picardie) Gaî come èl porte d’ ène prison.

Var. Grossîr come ine pwète di prîhon.

 

AMOÛR

 

(amour)

45 Come po l ‘amoûr di Diu.

J. F. Comme pour l’amour de Dieu. (Acad.)

 

AMOUREÛS

 

(amoureuse)

46 Amoureûse comme ine cate.

C. F. Amoureuse comme une chatte. (Acad.)

(Lille) Amoureûse come un cat.

 

AMOUREÛS

(amoureux)

47 Amoureûs come ine pètêye crompîre. (C.)

litt. Amoureux comme une pomme de terre grillée.

Se dit en parlant d’un homme que l’âge ou les infirmités ont rendu insensible au plus doux des sentiments. L’on dit aussi : comme ine pôteie crompîre de joû di d’vant.

 

AMPRÔYE

 

(lamproie)

48 Èsse come ine amprôye. (B.)

litt. Etre comme une lamproie. Se dit d’une femme sale et légère.

 

AMÛSER

 

(amuser)

49 Amûsant come li plêve. (G.)

litt. Amusant comme la pluie.

C. F. Triste, ennuyeux comme la pluie.

 

AMÛSER

(amuser)

50 S’ amûser come on p’tit bon Diu, come des binhureûs.

litt. S’amuser comme un petit bon Dieu, comme des bien­heureux.

G. F. S’amuser comme un Dieu. (Acad.)

 

 

(amuser)

51 S’ amûser come in-èfant.

litt. S’amuser comme un enfant.

Parfois l’on ajoute : avou deux fistou mettou es creux.

Avec deux fétus de paille mis en croix.

C. F. Badiner comme un enfant.  (Acad.)

 

AMÛSER

(amuser)

52  S’ amûser come des arèdjîs.

litt. S’amuser comme des enragés.

Faire beaucoup de bruit, de vacarme en s’amusant.

 

AMÛSER

(amuser)

53 S’ amûser come ine crosse di pan podrî ‘ne årmå.

litt. S’amuser comme une croûte de pain derrière  une armoire.

C. F. S’amuser comme une croûte de pain derrière une malle. (Mons) S’amuser comme ein cantieau derrière in malle. (Condroz) S’amuser comme on loum’çon d’vin de l’farine.

 

ANDJE

 

(ange)

54 Fé ‘ne saqwè come in-andje.

litt. Faire quelque chose comme un ange.

C. F. Comme un ange. (Acad.)

 

ANGLÈS

 

(anglais)

55 On direût ‘n-anglès pité foû d’ on manèdje.

litt. On dirait un anglais chassé à coups de pied hors d’un manège.

Se dit d’un homme à la mise excentrique.

 

ANOYEÛS

 

(triste)

56 Anoyeûs come on clawetî qui n’ a pont d’ ovrèdje. (G.)

litt. Triste comme un cloutier qui n’a pas d’ouvrage.

 

ANWÈYE

 

(anguille)

57 Èsse come ine anwèye.

litt. Etre comme une anguille.

C. F.  Échapper comme une anguille.

 

AWOUREÛS

 

(heureux)

58 Awoureûs come on  roy, come on rwè, come ine rin.ne, pus heûreûs qu’ on rwè.

litt.   Heureux comme un roi, comme une reine, plus heu­reux qu’un roi.

C. F. Etre heureux comme un roi. (Acad.)

 

APÉTIHANT

 

(appétissant)

59 Apétihant come dès tch’vès d’vins ‘ne sope. (G.)

litt. Appétissant comme des cheveux dans une soupe.

 

APLATI

 

(applatir)

60 Aplati come ine wafe. (B.)

litt. Aplati comme une gaufre.

Au figuré, devenir petit par suite d’infortune.

 

APRINDE

 

(apprendre)

61 Aprinde pâr keûr comme on parokèt.    

litt. Apprendre par cœur comme un perroquet.

Apprendre machinalement, sans comprendre.

 

ARÈDJI

 

(enragé)

62  Èsse, fé come in-arèdji.

litt. Etre, faire comme un enragé.

Etre fougueux, violent, emporté; faire rage.

 

ARÈNI

 

(rouillé)

63 Arèni come on clå, come on bokèt d’ fiêr.

litt. Rouillé comme un clou, comme un morceau de 1er.

Au propre, couvert de rouille.

Au figuré, avoir le cœur dur, sec; manquer de cœur.

 

AROGUER

 

(apostropher)

64 Aroguer come on tchin.

litt. Apostropher comme un chien.

Durement, brutalement, avec impertinence.

 

ARINDJÎ

 

(arranger)

65 Il arindje çoula come dès neûhes so on baston.

litt. Il arrange cela comme des noisettes sur un bâton.

Il arrange tout  à sa fantaisie,  mais  ce qu’il  désire est impossible.

(Charleroi) C’ è-st-arindjî come dès gayes su in baston.

 

ARINDJÎ

 

(arranger)

66 Arindjî come des tch’vès d’vins ‘ne sope.

litt. Arranger comme des cheveux dans une soupe.

Se dit d’une chose mal arrangée, en désordre.

(Rouchi) Cha èst aranjé come dés tch’veûs su d’ la soupe.

(Mons) Arinjer come ène pougnîe d’ sotîse.

(Charleroi) Ça va come ène pougnéye di tch’vias so ène soupe.

 

ARINDJÎ

 

(arranger)

67  Arindjî come in-èfant d’ bone mohone.

litt. Arranger comme un enfant de bonne maison.

E. F. Traiter quelqu’un en enfant de bonne maison. (Acad.)

 

ARÈSSE

(repos)

68 I n’ a nin pus d’ arèsse qui l’ êwe qui coûrt so l’molin.

litt. Il n’a pas plus de repos que l’eau qui coule sur le moulin.

Il n’a pas de cesse.

 

ARONDI

 

(arrondir)

69 S’ arondi come on houyot. (G.)

litt. S’arrondir comme une boule de neige.

 

ACINSION

 

(Ascension)

70 C’ èst come l’ Acinsion,

Todi l’ min.me pont.

litt. C’est comme l’Ascension, toujours (dans) le même point.

C. F. Cette chose est comme l’Ascension, elle n’avance ni ne recule.

Mobile pour le quantième et le mois, l’Ascension est immo­bile pour le jour de la semaine et par rapport à la fête de Pâques.

 

ASSOMER

 

(assommer)

71  Assomer come on boûf.

 litt. Assommer comme un bœuf.

1° Battre avec excès.

2° Tuer avec quelque chose de pesant.

 

ASSOTI

 

72   Èsse, fé come in-assoti.

litt. Etre, faire comme un fou.

C. F. Etre comme un énergumène, comme un endiablé.

 

ATOUWER

 

(tutoyer)

73  S’ atouwer come dès haringurèsses; atouwer come on tchin.

litt. Se tutoyer comme des harengères ; tutoyer comme un chien.

(Lille) Il atuye s’ mére come un p’tit kyin.

 

ATRAPER

 

(attraper)

74 Il atrape çoula come ine pouce è s’ tchâsse.

litt. II attrape cela comme une puce dans son bas.

(Famenne) Come divins s’ tchausse, on pice one pouce.

E. F. Trouver plus facilement qu’une puce.

 

AVALER

 

(avaler)

75 Avaler come on coucou.

litt. Avaler comme un coucou.

Etre insatiable.

 

AVALER

 

(avaler)

76 Avaler come ine preune. (B.)

litt. Avaler comme une prune.

Avec facilité.

 

AVÂRE

 

(avare)

77 Avâre come on tchin.

litt. Avare comme un chien.

 

AVÂRE

 

(avare)

78  Èsse come lès-avâres, deur à 1′ clitche. (B.)

litt. Etre comme les avares, dur à la détente.

E. F. Etre dur à la détente.

 

AVÂRE

 

(avare)

79  Fé come l’ avâre, dwèrmi so s’ boûse. (B.)

litt. Faire comme l’avare, dormir sur sa bourse.

Sens équivoque, graveleux.

 

AVEÛLE

 

(aveugle)

80 Aveûle come ine lampe à veûle.

litt. Aveugle comme une lampe à vitre (lanterne).

Jeu de mots. Se dit en riant aux personnes qui ne voient point un objet placé devant elles.

 

AVEÛLE

 

(aveugle)

81 Aveûle come ine tièsse di djote. (C.)

litt. Aveugle comme une tête de chou.

 

AVINÉ

 

(frétillant)

82 (Mons) Aviné come ène mârcote.

litt. Frétillant comme une belette.

(Namur) Wèspiyante come one mârcote.

 

AVINTEÛRE

 

(aventure)

83 C’ èst come l’ avinteûre di sint Djulin.

litt. C’est comme l’aventure de saint Julien.

C’est une aventure étrange, bizarre, singulière. Saint Julien est le patron des voyageurs.

 

AWAÎTI

 

(guetter)

84 Awaitî come on tchèt après ‘ne soris.

litt. Guetter comme un chat après une souris.

C. F. Il le guette comme le chat fait la souris. (Acad.)

 

BÅBE

 

(barbe)

85 Avu ‘ne bâbe come on capucin, come on djwif, come on sapeûr.

litt. Avoir une barbe comme un capucin, comme un juif, comme un sapeur.

C. F. Avoir de la barbe comme un capucin, comme un sa­peur. Être très barbu.

(Namur) One baube come on sapeûr.

 

BÅBE

 

(barbe)

86  Avu ‘ne båbe di bouk ou d’ gade.

litt. Avoir une barbe de bouc ou de chèvre.

E. F. Barbe de bouc se dit de la barbe d’un homme lorsqu’il n’en a que sous le menton. (Acad.)

 

BABÈL

 

BABÈL

87 Èsse come à l’ toûr di Babèl.

litt. Être comme à la tour de Babel.

 

BABLAME

 

(bavard)

88  Èsse bablame come ine feume. (A.)

litt. Être bavard comme une femme.

Se dit d’un homme qui cause trop, qui est trop vif en par­lant, qui se dispute à tout propos, qui se môle du ménage, etc.

 

BACUS’

 

(Bacchus)

89  (Lille) On dirot Bacus’ su sin toniau.

litt. On dirait Bacchus sur son tonneau.

Se dit en voyant un homme petit et obèse, par comparaison avec le Bacchus flamand que l’on représente très gros et à cheval sur un tonneau. (Vermesse, Dict.)

 

90 Bê, bèle come ine andje, come li djoû, come l’ amoûr, come lès-amoûrs.

litt. Beau, belle comme un ange, comme le jour, comme l’amour, comme les amours.

C. F. Belle comme un ange. (Acad.)

Beau, belle comme le jour. (Acad.)

Il est beau comme l’amour. (Acad.)

(Lille) Bièle come eune imâje.

E. F. C’est une belle image.

Se dit d’une femme qui est belle mais froide et sans physionomie.

 

(beau)

91 Il èst pus bê, èlle èst pus bèle qui l’ amoûr.

litt. Il est plus beau, elle est  plus belle  que  l’amour. Compliment ironique à l’adresse de ceux qui ont perdu un œil, l’amour étant aveugle.

 

BIAU

(beau)

92 (Rouchi) Èle est bèle come un ognon, on n’ peut pwint l’ èrwétier sans brére.

litt. Elle est belle comme un oignon, on ne peut point la regarder sans pleurer.

Se dit d’une femme dont on vante la beauté.

 

(beau)

93 Ossi bê qui li gngno d’ sint Cristofe.

litt. Aussi beau que le genou de saint Christophe.

 

(beau)

94 L’ avu pus bèle qu’ in-èfant d’ bone mohone.

litt. L’avoir plus belle qu’un enfant de bonne maison.

Avoir la vie heureuse, agréable ; vivre sans souci.

(Mons) Avwa pus bèle qu’ in-infant d’ bone maîson.

(Lille) Avwar pus bèle qu’ un-enfant d’ bone mason.

 

BÊTÉ

(beauté)

95  Li bêté va djus come li solo. (A.)

litt. La beauté disparaît comme le soleil.

Remarquons que le mot bêté signifie aussi la lune.

 

BINDE

 

(bande)

96 Is sont pés qui l’ bande da Bôdârd.

litt. Ils sont pires que la bande de Bodard.

Se dit, par exagération, d’enfants turbulents ou fort remuants, fort espiègles.

Bodard, ancien chef de bande, dont le souvenir est resté populaire.

 

BÂRBOTER

 

(barboter)

97 Bârboter come on vî sot, come ine vîye sote.

litt. Gronder comme un vieux fou, comme une vieille folle. Gronder beaucoup, à tort et à travers, sans raison.

Bârboter come ine vèye feume. (A.)

 

BARBOUYÉ

 

(barbouillé)

98 (Rouchi) Barbouyé come un cat d’ mars’.

litt. Barbouillé comme un chat de mars.

Ces chats sont frileux et se mettent dans la cendre où ils se barbouillent.

 

BARLOKER

 

(balancer)

99 Bârloker come dès coyons d’ soflèt. (B.)

 litt. Balancer comme des contrpoids de soufflet.

Se dit d’une chose qui doit être mobile et qui balance.

 

BASTON

 

(bâton)

100 Il èst come lès bastons d’hité, on n’ sét po wice lès prinde.

litt. Il est comme les bâtons breneux, on ne sait par où les prendre.

P. F. C’est un bâton merdeux, on ne sait par quel bout le prendre. – Se dit d’un homme revêche et fâcheux. (Acad.)

 

BATÊ

 

(bateau)

101 I ravise li batê à vapeûr.

litt. Il ressemble au bateau à vapeur.

Se dit, en plaisantant, d’une personne qui par extraordinaire a mis un chapeau de haute forme, « une buse. »

 

BATE

 

(battre)

102 Bate come on tchin.

litt. Battre comme un chien.

Bate come on stokfès’, battre comme un stockfish.

Bate come plâsse ou plåte, battre comme plâtre.

Bate come on cûr di gorelî, battre comme un cuir de bourrelier.

Bate come on tournê, battre comme un sabot.

Bate come on gayî, battre comme un noyer.

Plus bat-on les noyers, plus portent-ils, dit-on.

C. F. Etriller, frotter quelqu’un en chien courtaud. (Acad.)

Battre comme plâtre. (Acad.)

Fouetter comme un sabot.

 

BATE

(battre)

103 Si bate come des tchins, come deûs tchins ou come dès p’tits tchins.

litt. Se battre comme des chiens, comme deux chiens ou comme de petits chiens. Se battre avec excès.

Si bate come on liyon (B.), se battre comme un lion.

Ne pas vouloir se rendre, se battre courageusement.

Si bate comme on vèrat (A.), se battre comme un verrat.

Avec fureur, sans ménagement.

 

BAVÂRD

 

(bavard)

104 Bavârd come ine masindje. (G.)

litt. Bavard comme une mésange.

 

BAZIN

 

(Bazin)

105 C’ èst come Bazin è l’ bêté.

litt. C’est comme Bazin dans la lune.

 

BËCHOU

 

(pointu)

106 Bètchou come li ponte d’ ine awèye. (G.)            

litt. Pointu comme la pointe d’une aiguille.

 

BÈGUÈNE

 

(béguine)

107 Fé come li bèguène, wârder tot. (B.)

litt. Faire comme la béguine, garder tout.

Se dit d’une personne qui achète à crédit, vend la marchan­dise et ne paye pas.

 

BEURE.

 

(boire)

108 Beûre come on câne.

litt. Boire comme un carme.

Beûre come on Lola, boire comme un frère Cellite.

Beûre come on cosake, boire comme un cosaque.

Beûre come on tchèpetî (A), boire comme un charpentier.

Beûre come Matî Frénê :

Cèkes èt tonê.

Boire comme Mathieu Frénai : cercles et tonneau.

(Mons) Bware come in brouteû (ouvrier brasseur).

L’on sait que les voituriers brasseurs reçoivent de leur patron une certaine somme qu’ils sont tenus de dépenser, le dimanche, dans les cabarets qu’ils desservent.

Beûre come on pourcê, boire comme un pourceau.     

Beûre comme ine èponje ou come ine flote, boire comme une éponge.

Beûre come on colon (A. et G.), boire comme un pigeon.

Beûre come on trau, come dès traus; boire comme un trou,      comme des trous.

(Lille) I bot come un trau.

C. F. Boire comme un templier. (Acad.)

Boire comme un sacristain.

Boire comme une éponge. (Acad.)

Boire comme un trou, comme des trous. (Acad.)

 

BEÛRE

(boire)

109 Beûre ine saqwè come di l’ êwe. (A.)    

litt. Boire quelque chose comme de l’eau.

Boire beaucoup et sans être incommodé.

Se dit surtout des liqueurs fortes.

 

BIÈSSE

 

(bête)

110 Bièsse come ine âwe.                             

 litt. Bête comme une oie.                 

Bièsse come on pot, bête comme un pot.

Bièsse come on crameû (G.), bête comme une terrine.

Bièsse come l’ ôr à 40 carats (C.), bête comme l’or à 40 carats. Bièsse come on cou, bête comme un cul.

Èsse ossi bièsse qui l’ bon Diu èst grand ou pwissant, être aussi bête que le bon Dieu est grand ou puissant.

C. F. Bête comme une oie. (Acad.) (Ardenne.)

Bièsse come ine quate. (Namur.)

Bièsse come on pot câssé dispûs chîs samwin.nes. (Id.)    

Bièsse come one auwe.

 

BÎHE

 

(bise)

111 I fêt ‘ne bîhe come on rèseû.

litt. Il fait une bise comme un rasoir.

Ce vent coupe le visage. (Acad.)

 

BINAMÉ

 

(gentil)

112 Binamé come on sint. (G.)

litt. Gentil comme un saint.

 

BINVENOU

 

(bienvenu)

113 Binvenou come li prétimps. (G.)

litt. Bienvenu comme le printemps.

 

BÎRE

 

(bière)

114 Dè 1′ bîre comme dè lècê.

litt. De la bière comme du lait.

Se dit lorsque la bière donne une mousse abondante comme le lait nouvellement trait.

 

BÎRE

(bière)

115 Dè l’ bîre come dè l’ midèle (A.), come dè 1′ pihote.

litt. De la bière comme de la piquette, comme de l’urine.

Se dit : 1° d’une bière légère, 2° d’une bière aigre.

 

BLAMME.

 

(flamme)

116 Èsse come ine blame.

litt. Être comme une flamme.

Être vif comme la poudre, avoir le sang bouillant.

 

BLAMER

(flamber)

117  Blamer comme on fouwå. (B.)

litt. Flamber comme un feu de joie.

Se dit d’une chose qui flambe fort et vite.

 

BLANC

 

(blanc)

118  1° Blanc : blancheur extrême.

Blanc come ine albasse, come di l’ albasse, come l’ albasse, comme porçulin.ne.

litt. Blanc comme un albâtre, comme de l’albâtre, comme l’albâtre, comme porcelaine.

C. F. Blanc comme l’albâtre. (Acad.)

Blanc come dè l’ crôye.

litt. Blanc comme de la craie.

C. F. Cela est blanc comme craie. (Acad.)

Blanc come on feû d’ lis’.

litt. Blanc comme un lis.

C. F. Blanc comme un lis. (Acad.)

Blanc come on may.

litt. Blanc comme un mai (aubépine en Heurs).

 

Blanc come on maton.

Maton : grumeau de lait ou fleur dite boule de neige.

(Rouchi) Blanc come un damas (plante de parterre).

 

Blanc come ine bouwèye.

litt. Blanc comme une lessive.

Blanc come on linon.

litt. Blanc comme un linon.

(Tournai) Blanc come in dint d’ tyin.

LITT: Blanc comme une dente de chien.

Propos de lavandière vantant sa lessive.

Blanc come on glot d’ nîve.

litt. Blanc comme un amas de neige.

Blanc come ine nîvaye.

litt. Blanc comme une neige.

Blanc come nîvaye.                                  

litt. Blanc comme neige.

C. F. Blanc comme neige. (Acad.)

Au propre, extrêmement blanc.

Au figuré, parfaitement innocent.

Blanc come on mouton, come in-ognê.

litt. Blanc comme un mouton, comme un agneau.

Blanc come dè lècê, come on lècê.

litt. Blanc comme du lait, comme un lait.

C. F. Blanc comme lait, blanc comme du lait. (Acad.)

Blanc come di l’ îvwêre, come ine îvwêre.

litt. Blanc comme de l’ivoire, comme un ivoire.

G. F. Blanc comme ivoire. (Acad )

Blanc come dè l’ farène.

litt. Blanc comme de la farine.

Blanc come on papî, come li papî, come ine foye di papî.

litt. Blanc comme un papier, comme le papier, comme une feuille de papier.

Blanc come dès pièles.

litt. Blanc comme des perles.

Blanc come ine same.

litt. Blanc come une mousse.

 

Blanc : pâleur extrême.

Blanc come ine tchimîhe, ossi blanc qu’ si tch’mîhe.

litt. Blanc comme une chemise, aussi blanc que sa chemise.

Blanc come on linçoû.

litt. Blanc comme un linceûil.

C. F. Blanc comme un linge. (Acad.)

Blanc come ine makêye.                                                    

litt. Blanc comme une caillebotte.

Blanc come li mwèrt, come on mwèrt, come on mwèrt rilèvé, come on trépassé.

litt. Blanc comme la mort, comme un mort, comme un mort relevé, comme un trépassé.

C. F. Pâle comme la mort, comme un mort. (Acad.)

Être pâle comme un trépassé. (Acad.)

Blanc come on navê, come on navê pèlé deûs, treûs ou sîs fèyes.

litt. Blanc comme un navet, comme un navet pelé deux, trois ou six fois.

Ossi blanc qui l’ meûr, qui 1′ muraye, qui l’ pareûse.

litt. Aussi blanc que le mur, que la muraille, que la paroi.

 

3° Blanc : propreté.

(Rouchi) Blanc come un bilot.

Se dit d’un enfant tenu proprement et qui a la peau très blanche. Je pense, dit Hécart, que c’est une comparaison avec le bois blanc (populus alba). On nommait autrefois bilot un tronçon, une souche de cet arbre, d’où sera venue la compa­raison, surtout à la campagne, où l’on tient les ustensiles de bois d’une propreté éclatante.

 

4° Blanc : habits. — Cheveux.

Il èst blanc come on moûnî.

litt. Il est blanc comme un meunier.

Être vêtu de blanc, ou bien encore avoir la barbe et les cheveux blancs.

C. F. Il est blanc comme un meunier. (Acad.)

 

Èsse blanke come on cine.

litt. Être blanche comme un cygne.

Se dit des jeunes filles qui ont les cheveux et les sourcils plutôt blancs que blonds.

C. F. Il est blanc comme un cygne. (Acad.)

 

5° Blanc : crédulité. — Simplicité.

Il èst blanc come ine Agnès’.

litt. Il est blanc comme une Agnès.

 

6° Blanc, par ironie : — Noir — Sale.

(Rouchi) Il èst blanc come eune prône.

(Rouchi) Il èst blanc come l’ as’ dé pike.

 

DEÜT

(doigt)

119 Esse come on blanc deût.

litt. Être comme un doigt blanc (panaris).

Être d’une maigreur affreuse, l’on ajoute alors :

prèt’ à trawer, prêt à trouer, à percer.

Figuré, être très susceptible.

 

BLAWETER

 

(scintiller)

120 Blaweter come ine loumerote. (G.)         

litt. Scintiller comme un feu-follet.

C. F. Scintiller comme une étoile.

 

BLEÛ

 

(bleu)

121 Bleû come li cîr. (A.)

litt. Bleu comme le ciel.

De couleur bleu-pâle.

 

BLEÛ

 

(bleu)

122 Bleu comme on sârot. (A. et B.)  

litt. Bleu comme un sarrau.

Se dit d’une personne qui a fort froid, qui est sur le point de s’évanouir ou qui s’est blessée.

 

BLOC

 

(bloc)

123 Èsse come on blok di mangon.

litt. Être comme un bloc de boucher.

Se dit d’une personne petite et obèse.

 

BAUDÉT

(baudet)

124 (Rouchi.) I fèt come un baudét, i brét pour avwar du son.

litt. Il fait comme un baudet, il crie pour avoir du son.

Crier fort pour obtenir ce que l’on demande.

 

BODJÎ

 

(bouger)

125 I n’ bodje nin pus qu’ on på, qu’ on mwèrt, qu’ ine posteûre.

litt. Il ne remue pas plus qu’un pieu, qu’un mort, qu’une statue.

 

BWÈGNE

 

(borgne)

126  Bwagne comme on cou. (B.)

litt. Borgne comme un cul.

 

BWÈS

 

(bois)

127  On-n-èst chal come divins on bwès.

litt. On est ici comme dans un bois.

Se dit d’un endroit peu fréquenté ou à l’écart.

 

BWÈTE

 

(boîte)

128 Èsse come divins ‘ne bwète, come divins ‘ne låsse.

litt. Être comme dans une boîte.

Être dans un endroit bien clos, bien chauffé.

C. F. Comme dans une boîte. (Acad.)

 

BOKE

(bouche)

129  Ine boke come on for, come on for à floyon, come li gueûye d’on for.

litt. Une bouche comme un four, comme un four à flans, comme la gueule d’un four.

C. F. Une bouche grande comme un four.

 

Ine boke come on sånî, come ine pwète cochêre. (G.)

litt.  Une bouche comme une saunière, comme une porte cochère.

(Lille) Eune bouke come un toniau.

 

BOKE

(bouche)

130 I drouve ine boke come po v’s-avaler.

lItt. Il ouvre une bouche comme pour vous avaler.

 

BOKE

(bouche)

131 Èsse (/ dimani) l’ boke â lâdje come in-ènocint, come on bâbinème.

litt. Être, demeurer bouche béante comme un imbécile, un niais.

Être à quia; ne savoir que dire, que répondre; ou regarder celui qui parle, sans avoir l’air de comprendre ce qu’il dit.

 

BOKE

(bouche)

132 Boke cosowe come lès rin.nes è meûs d’ awous’.

litt. Bouche close comme les grenouilles au mois d’août.

 

BOLEÛ

 

(amadou)

133 Èsse come dè boleû, come li vî bwès.

litt. Être comme de l’amadou, comme le vieux bois.

Au propre, prendre feu rapidement.

Au figuré, être d’un tempérament amoureux.

 

BON

 

(bon)

134 Bon come li pan, come dè pan, il è-st-ossi bon qui l’ pan qui magne.

litt. Bon comme le pain, comme du pain, il est aussi bon que le pain qu’il mange.

G. F. Il est bon comme le bon pain.

(Mons) Bon come èl pin.

Var. Mèyeûs qui l’ pan.

 

BON

(bon)

135 Il è-st-ossi bon qu’ l’ ågne da sint Nicolèy.

litt. Il est aussi bon que l’âne de saint Nicolas.

(Lille) Il èst bon come un viau.

 

BON

(bon)

136 (Rouchi) Ale èst bone come d’ l’ arseunik.

litt. Elle est bonne comme de l’arsenic.

Se dit d’une femme méchante.

 

BONEÛR

 

(bonheur)

137 Avu dè boneûr come in-abit d’ sôye.

litt. Avoir du bonheur comme un habillé de soie (ou de

soies).

Comme un gentilhomme ou comme un porc. Jeu de mots approximatif, car les soies de porc s’appellent en wallon seule.

 

BONEÛR

 

(bonheur)

138 Avu pus d’ boneûr qu’ ine brave djin.

litt. Avoir plus de bonheur qu’un honnête homme.

 

BOTENÉ

 

(boutonné)

139 Botené come on clawson. (G.)

litt. Boutonné comme un lilas.

S’applique aux personnes qui ont la figure pleine de boutons.

C. F. Boutonné comme un rosier au mois de mai.

 

BOTRÈSSE

 

(‘botresse’, porteuses de hotte)

140 Fé  come  lès  botrèsses, prinde lès pus coûtès vôyes.

litt. Faire comme les ‘botresses’, prendre les plus courts chemins.

 

BOTÉ

 

(botté)

141  (Charleroi) Boté come ène tchausse di sôye.

litt. Botté comme un bas de soie.

(Charleroi) Boté come ène chavate di gablou.

 

BOÛDE

 

(mensonge)

142   Dîre ine boûde come ine vrêye. (A.)

litt. Dire un mensonge comme une vérité.

Mentir avec assurance, avec aplomb.

 

BOUHÎ

 

(frapper)

143  Bouhî come so ‘ne bièsse, come so on bokèt d’ bwès.

litt. Frapper comme sur une bête, comme sur un morceau de bois.

C. F. Frapper sur quelqu’un comme sur bête morte. (Acad.)

Var. Flahî come so ‘ne vèye ågne.

Frapper comme, sur un vieil âne.

 

BOUHÎ

(élancer)

144  Çoula m’ bouhe come on blanc deût.

litt. Cela m’élance comme un panaris.

(Rouchi) I lance come un dârd.

Cela m’élance comme un dard.

 

BOUHÎ

(cogner)

145 C’ èst come di s’ bouhî l’ tièsse å meûr.   

 litt. C’est comme de se frapper la tète contre le mur.

E. F. C’est se donner la tête, c’est donner de la tête contre un mur. (Acad.)

 

BOÛRDER

 

(mentir)

146 Boûrder come ine gazète.

litt. Mentir comme une gazette.

 

BOÛRE

 

(beurre)

147 Dè boûre come dè nawê d’ neûhe. (A.)

 litt. Du beurre comme l’amande de la noisette.

Blanc et agréable au goût.

 

BOURER

(bourrer)

148 Bourer come on canon.

litt. Bourrer comme un canon.

Boire et manger avec excès.

 

BOYÊ

(boyau)

149 C’ èst come on boyê.

litt. C’est comme un boyau.

E. F. C’est un boyau, ce n’est qu’un boyau. (Acad.)

 

BOYÊ

(boyau)

150 Avu dès boyês come dès mantches di tch’mîhe.

litt. Avoir des boyaux comme des manches de chemise.

Être doué d’un appétit vorace.

 

BRAÎRE

 

(crier)

151 1° Braîre : crier d’une voix aiguë et perçante ; crier à tue-tête, de toute sa force.

Braîre come on soûrdaud.

litt. Crier comme un sourd.

C. F. Crier comme un sourd. (Acad.)

(Charleroi) Gueûler come on soûrd.

 

Braîre come in-arèdjî, crier comme un enragé.

Braîre come on possédé, crier comme un possédé.

Braîre come on sot, in-assoti, crier comme un fou.

Braîre come on pièrdou, crier comme un perdu.

Braîre come on dâné, crier comme un damné.

Braîre come on hwèrcî, crier comme un écorché.

C. F. Crier comme un perdu, comme un fou, comme un enragé, comme un beau diable. (Acad.)

Braîre come in-ome qu’ a l’ pîre.

litt. Crier comme un homme qui a la pierre (la gravelle).

Braîre come in-èfant qu’ a l’ botroûle difâfilèye.

litt. Crier comme un enfant qui a le nombril délié.

Braîre ou tchawer come ine aîgue.

litt. Crier comme un aigle.

C. F. Crier comme un aigle (Acad.)

(Rouchi) I crîe come un-aîgue.

Braîre come dès-ågnes è plin martchî.

litt. Crier comme des ânes en plein marché.

Braîre come in-ågne d’ Awans.

litt. Crier comme un âne d’Awans.

Braîre come on cwèrbâ, crier comme un corbeau.

Braîre come on cok batou, crier comme un coq battu.

(Mons) Criyer come in fichau, crier comme un putois.

(Mons) Criyer come eune marcote in coûche.

Braîre come on pourcê è 1′ leune d’ awous’. (A.)

litt. Crier comme un porc pendant la lune d’août.

 

Braîre come on vê, crier comme un veau.

(Lille) Braîre come dès viaus.

(Douai) I brèyot come un viau.

(Metz) Crier come un vé.

(Rouchi) Gueuler come un tyin.

Se plaindre beaucoup pour peu de choses.

 

2° Braîre

(Crier fort pour quelque mal léger.)

Braîre come in-aveûle qu’ a pièrdou s’ tchin, s’ baston.

litt. Crier comme un aveugle qui a perdu son chien, son bâton.

C. F. Crier comme un aveugle qui a perdu son bâton. (Acad.)

(Lille) Crier come un-aveûle qui a pèrdu sin bâton.

I braît come si on l’ sitron.néve, come si on l’ touwéve, come si on li râyîve li pê djus dès rins.

litt. Il crie comme si on l’étranglait, comme si on le tuait, comme si on lui arrachait la peau bas du dos.

C. F. Il crie comme si on l’écorchait. (Acad.)

I braît come on pourcê qu’ on towe.

litt. Il crie comme un porc qu’on tue.

I braît come li tchin d’vant d’ avu l’ côp.

litt. Il crie comme le chien avant d’avoir (reçu) le coup.

C. F. Il ressemble aux anguilles de Melun, il crie avant qu’on l’écorche. (Acad.)

(Namur) I faît come, i r’chone Picârd, i crîye divant l’ côp.

Voir le mot Bodé.

 

BRÂVE

 

(brave)

152 Come on brâve.

Tournure polie pour engager quelqu’un à faire telle ou telle chose. On dit encore : come on binamé, come on bê, come on bê-fis.

(Mons) Come in brave. Come ène bèle fîye. Come in biau-fieu.

 

BRÂVE

(brave)

153 Brave come li bèguène, djusqu’ âs gngnos. (B.)

litt. Sage comme la béguine, jusqu’aux genoux.

Se dit des filles qui se montrent prudes.

 

BRESSE

(bras)

154 Avu des brès’ come dè fièr.

litt. Avoir des bras comme du fer.

Être infatigable au travail.

 

BRIATE

 

(Briate)

155 (Rouchi) I r’ssane à M. Briate, l’ èsprit li vyint avèc l’ âje.

litt. Il ressemble à M. Briate, l’esprit lui vient avec l’âge.

Se dit d’un esprit bouché,  qui  apprend difficilement. — Briate signifie étourdi.

 

BROÛLER

(brûler)

156  Broûler come dè feû.

litt. Brûler comme du feu.

C. F. Cuire comme du feu. (Acad.)

Éprouver une douleur âpre et aiguë, telle qu’est celle que fait éprouver une brûlure ou une écorchure.

 

BROÛLER

(brûler)

157 Broûler come on tchèrbon, come on feû, come on feû griyeûs, come on fouwâ.

litt. Brûler comme un charbon, comme un feu, comme un feu grégeois, comme un feu de joie.

Avoir le visage enflammé, avoir la fièvre, brûler d’amour.

C. F. Il brûle comme un charbon. (Acad.)

 

BROÛLER

(brûler)

158  Broûler come ine alumète, come ine brocale, come dè boleû.

litt. Brûler comme une allumette, comme de l’amadou.

Brûler facilement, brûler trop vite.

Au figuré. Brûler d’amour.

C. F. Brûler comme une allumette. (Acad.)

Prendre feu comme de l’amadou. (Acad.)

(Lille) Brûler comme dTamadou.

 

BROÛLER

(brûler)

159 Broûler comme on crahê. (G.)

litt. Brûler comme une scorie.

Se dit de tout objet consumé, mais non réduit en cendres.

 

BRÛT

(bruit)

160  I n’ faît nin pus d’ brût qu’ ine mohe.      

litt. Il ne fait pas plus de bruit qu’une mouche.

 

CABÂRETÎ

 

 

(cabaretier)

161 Fé come lès câbaretîs, treûs d’mèys foû d’ ine mèseûre.

litt. Faire comme les cabaretiers, trois demis (petits verres) hors d’une (seule) mesure. Sophistiquer la marchandise, la baptiser. Var.  Fer comme les câbar’tî, Treus d’mèïe fou d’on s’tî.

 

CACHIMAÎ

 

162 (Mons) I rît, i braît, i faît come lès cachimaîs.

Il rit, il pleure presqu’en même temps.

Le mot cachimaî ne se dit que dans cette phrase. On est tenté d’interpréter ça d’ Chimaî; mais les chats de Chimay ressemblent à tous les chats du monde. Je trouve dans la Jobsiade, petit poème allemand : crier comme chat en mai (temps sup­posé du rut), Kater im Mai. On se rapprocherait davantage de cachimaî, si, selon la préférence allemande, on s’était servi du féminin. On aurait eu alors Katze im Mai. Si l’un se dit, l’autre doit se dire; mais je ne l’ai jamais lu. (J. sigart, Glossaire montais, p. 107.)

 

CAFOUGNI

(chiffonner)

163 Cafougnî come lès hârds qui rivenèt d’â Lombârd. (C.)

litt. Chiffonné comme les hardes qui reviâenent du mont-de-piété.

Cafougnî come lès hârds di d’vant les Mèneûs. (G.)

litt. Chiffonné comme les bardes de devant les Mineurs.

A Liège, les fripiers étaient installés jadis, divant les Mèneûs, c’est-à-dire le long de l’église des Mineurs ou St-Antoine.

Cafougnî come on drap d’ mohone. (B.)

litt. Chiffonné comme un drap de maison.

 

CAFETER

 

(boire du café)

164 Cafeter come ine botrèsse.

litt. Boire du café comme une hotteuse.

En prendre beaucoup, en être grand amateur.

 

CAM’LOT

(camelot)

165 Il est come li camelot, il a pris s’ pleû.

C. F. Il est comme le camelot, il a pris son pli. (Acad.)

 

CANAL

(canal)

166 C’ èst come li canâl di Lovin,

Çou qu’ î toume, i nè l’ rind nin.

litt. C’est comme le canal de Louvain,

Ce qui y tombe, il ne le rend pas.

Se dit des gens qui ont l’habitude de ne point rendre ce qu’on leur a prêté.

 

CANDJÎ

(changer)

167 Candjî come dè neûr â blanc. (G.)

litt. Changer comme du noir au blanc.

 

CANDJÎ

(changer)

168 Candjî come li timps, come li vint, come ine marionète.

litt. Changer comme le temps, comme le vent, comme une marionnette.

Se dit d’une personne dont l’esprit est léger et inconstant, qui cède facilement aux impulsions étrangères.

E. F. C’est une marionnette, une vraie marionnette, ce n’est qu’une marionnette. (Acad.)

 

CANDJÎ

(changer)

169  Ossi candjant qui l’ leune.

litt. Aussi changeant que la lune.

C. F. Changeant comme la lune.

Plutarque, dans le Banquet des sept sages, rapporte l’anec­dote suivante : « La lune, un jour, pria sa mère de lui faire un manteau qui allât juste à sa taille.—Eh! comment le pourrais-je, répondit sa mère, puisque tu changes de taille toutes les semaines ? »

 

CANDJÎ

(changer)

170  Candjî come on poyon  d’ in-oû dè Bon Vinrdi. (B.)

litt. Changer comme un poussin (né) d’un œuf (pondu) le Vendredi Saint.

Se dit d’une personne qui change souvent de ton, d’allure, de teint. — On croit généralement, dans les campagnes, que le poussin né d’un œuf pondu le jour du Vendredi Saint, change de couleur chaque année.

 

CANDJÎ

(changer)

171  Candjî come li môde.

litt. Changer comme la mode.

 

CANDJÎ

(changer)

172  Candjî d’ îdèye come di tch’mîhe, pus sovint qu’ di tch’mîhe.

litt. Changer d’idée comme de chemise, plus souvent que de chemise.

C. F. Changer de quelque chose comme de chemise. (Acad.)

En changer souvent et facilement.

 

CANEDÔSER

 

173 Canedôser come in-èfant. (B.)

litt. Cajoler comme un enfant.

C. F. Choyer comme un enfant. (Acad.)

 

CAPRICIEÛS

 

(carpricieux)

174  Rin d’ capricieûs come lès gades.

litt. Rien de capricieux comme les chèvres.

C. F. Capricieux comme une chèvre.

 

CARACOLER

 

(caracoler)

175 (Famenne) Caracoler come on cabri.

litt. Caracoler comme un chevreau.

 

CAROCHE

 

(carosse)

176 Caroche ou bèsèce come Dètombay.

litt. Carosse ou besace comme Detombay.

Tout ou rien.

 

CÂSSER

 

(casser)

177 Câsser come on  veûle, come dè veùle, come on hèna (G.), come ine alumète.

litt. Casser comme verre, comme du verre, comme un verre, comme une allumette.

C. F. Cela casse comme un verre. (Acad.)

Fragile comme du verre, comme le verre. (Acad.)

 

CATE

 

(chatte)

178  Fé come ine cate qwand on lî a pris sès djônes.

litt. Faire comme une chatte quand on lui a pris ses petits.

P. F. Furieux comme une lionne à qui on a enlevé ses petits.

 

TCHAÎPIOU

 

(chétif)

179 Ossi tchaîpiou qu’ on tchèt d’ après l’ Sint-Dj’han.

litt. Aussi chétif qu’un chat d’après la Saint-Jean,— c’est-à-dire qu’un chat né après la Saint-Jean (le 24 juin).

Tchaîpiou come on pourcê qu’ a lès pokes. (B.)

LITT. Chétif comme un porc qui a la petite vérole.

 

TCHANTER

 

(chanter)

180 Tchanter come on râskignoû, come ine fâbite.

litt. Chanter comme un rossignol, comme une fauvelte.

C. F. Chanter comme un rossignol. (Acad.)

Avoir une voix pure et flexible, chanter d’une voix pleine de douceur.

 

TCHANTER

 

(chanter)

181 Tchanter come in-âgne, come on râskignoû âs longuès-orèyes.

litt. Chanter comme un âne, comme un rossignol aux longues oreilles.

C. F. Chanter comme un rossignol d’Arcadie (ironique).

Chanter d’une manière détestable.

 

TCHANTER

(chanter)

182 Tchanter come l’ oûhê so l’ brantche, come in-ardent pinson.

litt. Chanter comme l’oiseau sur la branche, comme un ardent pinson (un pinson plein d’ardeur).

Chanter avec ardeur, sans cesse, sans discontinuer.

(Namur) Tchanter come on djon.ne cok.

 

TCHANTER

(chanter)

183 Tchanter come on pièrdou.

litt. Chanter comme un perdu.

A gorge déployée.

 

TCHANTER

(chanter)

184 Tchanter come on pourcê.

litt. Chanter comme un pourceau. Chanter des obscénités.

 

TCHANTER

(chanter)

185 Tchanter come on critchon d’ vin on pot à boûre, come ine mosse so l’ bin.ne dè feû.

litt. Chanter comme un  grillon dans un pot à beurre, comme une moule sur le barreau de la grille d’un foyer. Chanter très mal, ne pas savoir chanter.

 

TCHANTER

(chanter)

186 C’ èst come si  v’ tchantîz, c’ èst come si v’ tchantîz à l’ orèye d’ on   soûrdaud, c’ èst come si v’ tchantîz Malbrouk ou l’ aîr di Biribi.

litt. C’est comme si vous chantiez, c’est comme si vous chantiez à l’oreille d’un sourd, c’est comme si vous chantiez Malborough ou l’air de Biribi.

G. F. C’est comme si vous chantiez. (Acad.)

Var. C’est comme si v’chantî à l’poite d’on sourdaut.

 

TCHAPÊ

 

(chapeau)

187 On tchapê come ine cotîrèsse. (G.)

litt. Un chapeau comme une cultivatrice.

Les cotîrèsses de Liège portaient jadis des chapeaux à bords excessivement larges. On peut s’en faire une idée en voyant au musée communal le tableau de Vieilvoye représentant des maraîchères liégeoises.

 

TCHAPÊ

 

(chapeau)

188 On tchapê come ine boûkète. (A.)

 litt. Un chapeau comme une crêpe.

Se dit d’un chapeau très bas de forme.

 

TCHÂR

 

(viande)

189 Dè l’ tchâr come dè l’ fîlasse ou dè l’ filope.

litt. De la viande comme de la filasse.

Fig. et famil. Ce n’est que de la filasse, se dit d’une viande insipide et filandreuse. (Acad.)

 

CHÂRLOT

 

(Charlot)

190 Raviser Chârlot : è l’ plèce dè fé dès-â-d’dizeûrs, fé dès-â-d’dizos.

litt. Ressembler à Charlot : au lieu de “faire des au-dessus”, “faire des au-dessous”, au lieu de rester au-dessus, se mettre au-dessous (de ses affaires).

Marcher à sa ruine, faire du déficit.

 

TCHÂSSE

(bas)

191 Ine tchâsse come ine bonète. (A.)

litt. Un bas comme un bonnet.

Se dit d’un   bas très large, tricoté trop légèrement, de laide forme.

 

TCHÔD

 

(chaud)

192 Il î faît tchôd come divins on for, come divins ‘ne cûte (G.), come divins ‘ne sitoûve, come divins ‘ne sêre.

litt. Il y fait chaud comme dans un four, comme dans un four à briques, comme dans une étuve, comme dans une serre.

C. F. Il y fait chaud comme dans un four. (Acad.)

Chaud comme dans une serre. (Acad.)

Chaud comme une étuve. (Acad.)

 

TCHÔD

(chaud)

193 I faît tchôd come è l’ osté.

litt. Il fait chaud comme en été.

Se dit lorsque, dans une saison autre que l’été, l’on jouit d’une journée exceptionnellement chaude.

 

TCHÔD

(chaud)

194 Tchôd : amoureux.

Tchôd come ine cwaye, tchôde come ine cate, tchôd come dè brusi.

litt. Chaud comme une caille, chaude comme une chatte, chaud comme de la braise.

C. F. Chaud comme une caille.

Amoureuse comme une chatte. (Acad.)

Chaud comme un franc moineau, comme un lapin.

Chaud comme braise. (Acad.)

(Mons) Caude, amoureûse come ène chalote.

 

TCHÔD

(chaud)

195 Tchôd come ine pinte di freûde êwe. (B.)

litt. Chaud comme une pinte d’eau froide.

Se dit des personnes à tempérament froid.

 

TCHÈRBON

 

(charbon)

196 Èsse come so dès tchèrbons ou dès tchèrbons ârdents.

litt. Être comme sur des charbons ou des charbons ardents.

Être sur les charbons. (Acad.)

Éprouver une grande inquiétude, une vive impatience. — Ne pouvoir tenir en place.

Var. Èsse come so dès tchôdès cindes.

 

TCHÈRDON

 

(chardon)

197 Il èst come on tchèrdon.

litt. Il est comme un chardon.

C. F. Rude comme un chardon.

 

TCHÈRDJÎ

 

(charger)

198 Tchèrdjî come on tch’vâ d’ gosson, come on bâdèt, come on mulèt, come l’ âgne da sint Nicolèy.

litt. Chargé comme un cheval de blatier, comme un baudet, comme un mulet, comme l’âne de saint Nicolas.

C. F. Chargé comme un baudet. (Acad.)

Etre chargé comme un mulet. (Acad.)

 

TCHÈRDJÎ

 

(charger)

199 Èsse tchèrdjî d’ ârdjint come on crapôd d’ plomes.

C. F. Être chargé d’argent comme un crapaud de plumes

(Mons) Kièrkié d’ ardjint come in crapaud d’ plumes.

(St-Quentin) Chèrgé d’ arjint come in crapaud d’ pleumes.

 

TCHÈRON

 

(charretier)

200 Fé come li tchèron, claper s’ côp d’ corîhe.(B.)

litt. Faire comme le charretier, claquer son coup de fouet.

Profiter de l’occasion favorable.

Se dit surtout en fait de passions.

 

SIÈRVÛLE

 

(utile)

201 Sièrvûle come ine èknêye. (C.)

litt. Utile comme des pincettes.

 

TCHÈSSÎ

 

(chasser)

202 Èsse tchèssî, kitchèssî come on gueûs, on voleûr, on capon, on pètâ, on pèteûs, come on tchin.

litt. Être chassé comme un gueux, un voleur, un capon, un péteur, comme un chien.

C. F. Être chassé comme un coquin. (Acad.)

On l’a chassé comme un péteur d’église, ou simplement comme un péteur, comme un péteux. (Acad.)

 

TCHÈT

 

(chat)

203 Èsse come on hwèrsî tchèt, come on tchèt qu’ a l’ viér è l’ quowe.

litt. Être comme un chat écorché, comme un chat qui a le ver dans la queue. Être d’une maigreur affreuse.

(Lille.) Langreux comme un cat qui a un vier dins s’queue.

 

TCHÈT

 

(chat)

204 Fé come lès tchèts, ritoûmer so sès pates.

litt. Faire comme les chats, retomber sur ses pattes.

C. F. Il est comme le chat qui retombe toujours sur ses pieds.

(Namur) I r’chone nosse tchèt, i r’tchaît todi su sès pîds.

(Charleroi) Dji r’tchaî todi su mès pîds, come lès marous. (chat mâles)

(Id.) I r’tchaît su sès pates come lès tchèts.

 

TCHÈT

CAT

(chat)

205  (Rouchi) Ch’ ést come un cat à l’ agonîe, i fét cor sentir sès graus.

litt. C’est comme un chat à l’agonie, il fait encore sentir ses griffes.

Il fait le mal tant qu’il peut.

(Tournai) Ch’ èst come in cat à l’ agonîe, i fét acore sintîr sès graus.

 

TCHIFE

 

(joue)

206  Dès tchifes come ine rôse,  come deûs rôses, come dès rôses.

litt. Des joues comme une rose, comme deux roses, comme des roses.

Des joues fraîches et vermeilles, mêlées de blanc et d’in­carnat.

 

TCHIN

 

(chien)

207 On tchin come on vê. (A.)

litt. Un chien comme un veau.

Très gros, haut de taille.

 

TCHIN

 

(chien)

208 On tchin come on rat (A.), come on pogn.

litt. Un chien comme un rat, comme un poing.

De petite taille.

 

TCHIN

 

(chien)

209 Èsse come li tchin dè l’ mohone.

litt. Etre comme le chien de la maison.

Etre le pis-aller, le souffre-douleur de la maison.

 

TCHIN

 

(chien)

210 Èsse come tos lès tchins, èsse come on tchin qui r’vint d’ à l’ fièsse (B.).

litt. Etre comme tous les chiens, être comme un chien qui revient de la fête.

Etre sale, déguenillé, mal fagotté.— La seconde comparaison signifie en outre être en état d’ivresse.

 

TCHIN

 

(chien)

211 Èsse come li tchin qu’ on stronle.

litt. Etre comme le chien qu’on étrangle.

Etre dans une position fâcheuse, désespérée.

 

TCHIN

 

(chien)

212 Fé ‘ne saqwè come li tchin qui stronle.

litt. Faire quelque chose comme le chien qui étrangle.

Faire quelque chose malgré soi, comme ces chiens que l’on conduit à la promenade la laisse au cou.

 

TCHIN

 

(chien)

213  Fé come li tchin, toûrner treûs toûrs. (B )

litt. Faire comme le chien, tourner trois tours.

Se dit de ceux qui ne savent comment se placer. Les chiens, dit-on, ont l’habitude de tourner trois fois avant de se coucher.

 

TCHÎR

 

(cher)

214.  Tchîr come des spéce, come de peûve.

litt. Cher comme des épices, comme du poivre.

Pus tchîr qu’ ine vôte â lârd.

litt. Plus cher qu’une omelette au lard.

Var. C’ è-st-ôte tchwès qu’ ine vôte â lârd.  (… autre chose qu’…)

C. F. Cher comme poivre. (Acad.)

 

TCHIVÂ

 

(cheval)

215 On tch’vâ come Baya.

litt. Un cheval comme Bayard.

Bayard, le cheval légendaire des quatre fils Aymon.

Ce vigoureux coursier portait ses quatre maîtres à la fois.

 

TCHIVÂ

 

(cheval)

216 Èsse come li tch’vâ, fèré à glèce. (B.)

litt. Etre comme le cheval, ferré à glace.

Etre bien assuré dans ses affaires.

 

TCHIVÂ

 

(cheval)

217 Fé come lès vîs tch’vâs, toumer djus  d’ sès pîds.(B.)

litt. Faire comme les vieux chevaux, tomber bas de ses pieds.

Se dit d’un vieillard caduc qui ne sait plus se tenir debout.

 

TCHIVÂ

 

(cheval)

218 Fé come les bons tch’vâs, s’ èstchâfer tot corant. (B.)

litt. Faire comme les bons chevaux, s’échauffer en courant.

Travailler fort pour se réchauffer.

C. F. Faire comme les bons chevaux, s’échauffer en man­geant.

 

TCHIVÂ

 

(cheval)

219 Fé come les mâvas tch’vâs, hossî l’ tièsse sins rin dîre.

litt. Faire comme les mauvais chevaux, hocher la tête sans rien dire.

 

TCHIVÂ

 

(cheval)

220 On frè avou zèls come avou les mâvas tch’vâs.

litt. On fera avec eux comme avec les mauvais chevaux. On les séparera. Se dit en  parlant de personnes, d’enfants surtout qui se chamaillent sans cesse.

 

TCHIVÂ

 

(cheval)

221 Fé come li tch’vâ da Kèkèy :

Magnî si-avône divins ‘ne botèye.

litt. Faire comme le cheval de Kèkèy :

Manger son avoine dans une bouteille.

Se nourrir très mal, vivre chichement.

 

TCHIVÂ

 

(cheval)

222 Fé come li ci qu’ èst so si tch’vâ èt qui qwîrt après.

litt. Faire comme celui qui est sur son cheval et qui  le cherche.

Se dit lorsque nous cherchons un objet et que, par distrac­tion, nous ne l’apercevons pas, alors que nous l’avons sous les yeux.

 

TCHIVÈ

(cheveu)

223 Des tch’vès come dè l’ sôye.

litt. Des cheveux comme de la soie.

C. F. Des cheveux fins comme de la soie. (A.cad.)

 

TCHIVÈ

(cheveu)

224 Dès tch’vès come des seûyes di pourcê.
litt. Des cheveux comme des soies de porc.

Des cheveux très raides.

Se dit en parlant de cheveux blonds et surtout de ces cheveux qui sont plutôt blancs que blonds.

 

TCHIVÈ

(cheveu)

225 Des tch’vès comme des alènes.

litt. Des cheveux comme des alênes.

Se dit des cheveux qui frisent naturellement.

 

TCHIVÈ

(cheveu)

226 Dès tch’vès come dès baguètes di fisik.

litt. Des cheveux comme des baguettes de fusil.

G. F. Ses cheveux frisent comme des baguettes de tambour.

 

TCHIVÈ

(cheveu)

227 Dès tch’vès come dès rin.nes di ramon, come on wazon.

litt. Des cheveux comme des brins de balai, comme un gazon.

Se dit d’une chevelure très mêlée.

 

TCHÎVRIMONT

(Chèvremont)

228 Fé come à Tchîvrimont.

litt. Faire comme à Chèvremont.

Laisser payer par les dames les dépenses faites pendant une partie de plaisir.

Chèvremont, lieu de pèlerinage très célèbre, près de Vaux.

Le peuple liégeois s’y rend en foule surtout le lundi de Pâques et lors de la fête à Chênée. Les hommes payent les consommations que l’on fait en chemin, mais à Chèvremont ou plutôt à Vaux, les dames sont tenues de payer le café traditionnel.

 

TCHOUFETER

 

(si tchoufeter: s’embrasser)

229 Si tchoufeter come galant-maîtrèsse.

litt. S’embrasser comme amant (et) amante.
S’embrasser avec transport, s’embrasser sans cesse.

 

CLAPER

 

(plaquer)

230 (Charleroi) Claper come on ratchon à l’ muraye.

litt. Plaquer comme un crachat à la muraille.

 

CLÉR

 

(clair)

231 I faît clér come è plin djoû, come à doze eûres à dîner.

litt. Il fait clair comme en plein jour, comme à midi.

C. F. Il fait clair comme en plein midi.

 

CLÉR

(clair)

232 Clér come li djoû, come li solo.

litt. Clair comme le jour, comme le soleil.

Evident, manifeste, facile à comprendre, sans obscurité.

C. F. Clair comme le jour. (Acad.)

 

CLÉR

(clair)

233 Clér come l’ ouy dè l’ tièsse, come dè crustal, come di l’ êwe di rotche.

 litt. Clair comme l’œil de la tête, comme du cristal, comme de l’eau de roche.

Très clair, d’une grande pureté.

C. F. Clair comme eau de roche. (Àcad.)

Clair comme cristal de roche. (Acad.)

 

CLÉR

(clair)

234 Clér come di l’ êwe, come dè l’ gotîre.

litt. Clair comme de l’eau, comme de l’eau de pluie.

Se dit, par exagération, d’un brouet plus liquide qu’il ne conviendrait.

 

CLÉR

(clair)

235 Clér come dè broûlî, come de brouwèt d’ catche (ironique).

litt. Clair comme de la boue, comme du brouet de poires tapées.

Se dit d’une chose très embrouillée.

Volà l’ afaîre â clér come dè broûlî, c’est-à-dire plus em­brouillée que jamais.

C. F. Cela est clair comme de l’eau de boudin.

(Charleroi) Clér come du bouyon d’ tripe. (… comme du bouillon obtenu lors de la frabrication du boudin).

 

CLÉR

(clair)

236 Clér come ine havroûle (G.), come ine sitamène. (G.)

litt. Clair comme un filet, comme de l’étamine.

Se dit d’un tissu trop fin, trop léger, offrant trop peu de

consistance.

 

CLICOTE

 

(loque)

237 Èsse come ine clicote.
litt. Être comme une loque.

Se dit, au propre, en parlant d’un vêtement usé, hors d’usage; et au figuré, pour exprimer une grande mollesse.

 

CWÈR

 

238 On cwèr come ine pope. (A.)
litt. Un corps comme une poupée.

Une taille élancée, fine et bien faite.

 

COLÈYE

 

239 Èsse come Colèye èt Mayon.
litt. Être comme Nicolas et Marion.
Être inséparables.

C. F. S’aimer, être ensemble comme Robin et Marion.

Var. Èsse come Colin èt Mayon.

 

COLON

 

(pigeon)

240 Fé come lès bons colons, riveni à s’ posse. (B.)
litt. Faire comme les bons pigeons, revenir à son poste.

Se rendre où l’on est attendu et d’où l’on est sorti, en dépit

des difficultés.

 

COLORÉ

(coloré)

241 Coloré comme l’ êr-diè. (G.)
litt. Colorié comme l’arc-en-ciel.

 

COLOWE

(couleuvre)

242 Èsse come ine colowe.

litt. Être comme une couleuvre.

Très souple, très délié.

 

CONSYINCE

 

(conscience)

243 Avu l’ consyince pus grèvèye qui Baraba’s.

litt. Avoir la conscience plus grevée (chargée) que Barrabas.

Avoir de nombreuses fautes à se reprocher.

 

CONTINT

(content)

244 Contint come on rwè, come on p’tit rwè.

litt. Content comme un roi, comme un petit roi.

C. F. Heureux, plus heureux qu’un roi. (Acad.)

 

CONTINT

(content)

245 Contint come on bossou qu’ a pièrdou s’ bosse. (B.)

C. F. Content comme un bossu qui a perdu sa bosse.

(Charleroi) Contint come in bossu.

(Id.) Contint come Batisse.

 

CONTINT

(content)

246 Contint (ou: binâhe) come ine poye qu’a trové on viér.

litt. Content comme une poule qui a trouvé un ver.

Var. Contint come on pourcê qui trouve ine rècène, ine crompîre. (A.)

(Mons) Contint come in piou su ‘ne rogne. (… un pou sur une croûte d’ulcère)

 

CONTINT

(content)

247 Contint come ine poye qu’ a trové on coûtê. (G.)

litt. Content comme une poule qui a trouvé un couteau.

G. F. Comme un coq trouvant une perle.

 

CONTINT

(content)

248 (Mons)Contint come in pourciau dins in sac.

litt. Content comme un pourceau dans un sac.

Être mal à l’aise, dans une position fâcheuse.

 

CÔP

 

(coup)

249 Èsse come ine djin qui va fé on côp d’ mal­eûr, on mâva côp.

litt. Être comme quelqu’un nui va faire un mauvais coup. Être hors de soi, ne plus se posséder.

Se dit encore d’une personne qui, contre son habitude, est sombre et taciturne.

 

CÔP

(coup)

250 C’ èst come on côp d’ sâbe è l’ êwe.
litt. C’est comme un coup de sabre dans l’eau.
E. F. C’est un coup d’épée dans l’eau.

 

COPE

 

(couple)

251 Cope à cope come les boûfs qu’ on mône à l’ abatdje. (B.)

litt. Couple à couple comme les bœufs qu’on mène à l’abat­toir.

C. F. Deux à deux comme les frères mineurs.

 

CÔPER

 

(couper)

252 Côper come on rèseû.

litt. Couper comme un rasoir.

Come on coûtê, comme un couteau.

Come on sâbe, comme un sabre.

Come ine hèpe, comme une hache.

Come ine fâs, comme une faux.

Come on cisê, comme un ciselet.

Come on hèrpê, comme un ciseau de menuisier.

Come on trintchèt, comme un tranchet.

C. F. Couper comme un rasoir. (Acad.)

(Rouchi.) I cope come un damas.

Damas, coutelas avec lequel on tranchait la tête, ou qui ser­vait à couper la corde des pendus.

Damas. — Lame d’acier très fin, qui se fabrique à Damas.

 

CÔPER

(couper)

253 Côper come ine hawe, come on coûtê d’ bwès. (A.)

litt. Couper comme une houe, comme un couteau de bois.

Couper très mal.

 

CÔPER

(couper)

254 C’ èst côpé come â coûtê.                             
litt. C’est coupé comme au couteau.

C’est tranché net.

 

CÔPER

(couper)

255 On côpe là-d’vins come divins dè boûre.

litt. On coupe là dedans comme dans du beurre.

Se dit d’une substance très tendre, d’une matière qui n’offre que peu ou point de résistance au couteau.

 

COK

 

(coq)

256 (Charleroi) Ièsse come in cok in pâte.
G. F. Être comme un coq en pâte.

 

COKEMÂR

 

(coquemar)

257 Dji so comme lès cokemârs, qwand dji boû, dji tchante.

litt. Je suis comme les coquemars, quand je bous, je chante.

Réponse plaisante que l’on fait à ceux qui  demandent : « Pourquoi chantez-vous ? »

 

CORÈDJEÛS

 

(courageux)

258 Corèdjeûs come on liyon. (G.)
litt. Courageux comme un lion.

 

CORI

(couler)

259 Cori comme on pureû, comme ine banse, come on tamis. (B.)

litt. Couler comme une passoire, comme une manne,comme un tamis.

Se dit par exagération d’un vase, d’un récipient percé ou fêlé qui laisse s’échapper le liquide y contenu.

 

CORI

(couler)

260 Cori come ine fontin.ne, come on tchènâ.

litt. Couler comme une fontaine, comme un chenal.

Se dit en parlant des yeux et du nez.

 

CORI

(couler)

261 Cori come on rèw, come on Moûse.
litt. Couler comme un ruisseau, comme la Meuse.
Couler à flots, couler en abondance.

 

CORI

 

(courir)

262. 1 Cori : rapidité, légèreté, vitesse.
Cori come ine biche, courir comme une biche.
Come on tchivroû, comme un chevreuil.
Come on lîve, comme un lièvre.

C. F. Courir comme un cerf. (Acad.)

Courir comme un lapin. (Acad.)

Cori come li diâle, courir comme le diable.

Comme si l’on aveut l’diale à cou.

litt. Comme si l’on avait le diable au cul.

Come si l’ diâle vis tchèssîve.

litt. Comme si le diable vous pourchassait.

Come si l’ diâle vis-èpwèrtéve.

litt. Comme si le diable vous emportait.

C. F. Courir comme si l’on avait le diable à ses trousses.

Cori come s’ on v’ porsuvéve.

litt. Courir comme si l’on vous poursuivait.

Cori come s ‘ on-n-aveût hâsse.

litt. Courir comme si l’on avait hâte.

Cori come s’ on-n-aveût l’ feû â cou.       

litt. Courir comme si l’on avait le feu au cul.

C. F. Il court come s’il avait le feu au derrière. (Acad.)

Var. Cori come in-âgne qu’ a l’ feû â cou.

(Voyez le mot Aler.)

 

2 Courir à l’étourdie.

Cori come on sot, courir comme un fou.

Come on sâvadje, comme un sauvage.

Come in-intrivolèt, comme un écervelé.

Come on pièrdou, comme un perdu.

 

3  Cori come on sot, come in-assoti après ‘ne saquî.

litt. Courir comme un fou après quelqu’un.

L’aimer à la folie, à en courir les chemins.

 

4 Cori è cwèsse, come on tchin qui r’vint d’ à l’ fièsse.

litt. Courir en biais comme un chien qui revient de la fête.

Ne pas suivre la ligne droite en marchant, tituber.

 

5 On-n-î coûrt come â feû.                               

litt. On y court comme au feu.

On-n-î coûrt come à l’ fièsse, comme à la fête.

On coûrt come s’ i n-aveût on maleûr, comme s’il y avait un accident.

Come qwand on mône in-ome â djubèt, comme lors­qu’on conduit un homme au gibet.

C. F. On y court comme au feu. (Acad.)

Se dit des spectacles et, en général, de tout ce qui attire un grand concours de monde.

 

CORIANT

 

(souple)

263. Coriant comme ine anwèye.

litt. Souple comme une anguille.

Come ine colowe, comme une couleuvre.

Come on djonc, comme un jonc.

Come ine wèsîre, comme un osier.

Come on nâlî, comme un cordon de soulier.

(Namur) Come on vèrdjon, come on djonc.

C. F. Être pliant comme de l’osier. (Acad.)

 

COSTÉ

 

264.   (côté)

264 Il est todi à m’ costé,
Come on bwèrèt d’ clés.

litt. Il est toujours à mon côté, comme un trousseau de clefs.

Il m’obsède, il m’importune.

 

COUCOU

 

(coucou)

265 Il èst come li coucou,

Il a pus d’ bètch qui d’ cou.

litt. Il est comme le coucou, il a plus de bec que de cul.

Avoir plus de jactance que de capacité.

 

COUYON

 

(couillon)

266 Couyon come li leune. (C.)
litt. Poltron comme la lune.

La lune semble se cacher derrière chaque nuage.

 

COÛKÎ

 

(coucher)

267 Èsse coûkî come on crâs pourcê. (A.)
litt. Être couché comme un porc gras.

Être couché tout de son long, sans retenue, sans modestie.

 

ÇOULA

(cela).

268 Come çoula.
litt. Comme cela.

Familier. Comme cela, dans certains cas, signifie ni bien ni mal, plutôt mal que bien. Comment vous portez-vous? Comme cela. (Acad.)

Il est comme cela. C’est son caractère, sa manière habituelle d’être ou d’agir. (Acad.)

Come çoula est d’un emploi fréquent dans la conversation lorsque  l’on rapporte les paroles d’une tierce personne : Awè, di-st-i, come çoula.

Come çoula signifie encore : de la sorte, ainsi, de cette manière, etc.

Enfin, accompagnée d’un geste, cette comparaison sert à marquer :

1 La maigreur : il èst come çoula, dit-on, en montrant l’index, c’est-à-dire maigre comme le doigt; ou bien encore en opérant avec le pouce et l’index une légère pression sur les joues.

2 L’embonpoint; dans ce cas, l’on porte les mains à une légère distance des joues, du ventre, etc.

3 La longueur, la largeur, la hauteur, l’épaisseur.

4 Le teint, la couleur; ainsi, pour exprimer une pâleur extraordinaire, l’on montrera la muraille, du linge, etc.

5 La nudité, il èsteût come çoula, se dit en montrant l’index, c’est-à-dire nu comme un doigt.

 

COÛR

 

(coeur)

269 I n’ a nin pus d’ coûr qu’ on tchin.

litt. Il n’a pas plus de cœur qu’un chien.

Être sans cœur, sans égards ni pitié pour autrui.

 

COÛR

 

(coeur)

270 Avu on coûr come in-oûhê, avu l’ coûr come on peûs.

litt. Avoir un cœur comme un oiseau, avoir le cœur comme un pois. Avoir le cœur très petit, très faible.

 

COÛR

 

(coeur)

271 On coûr, on stoumak come on pan. 
litt. Un cœur, un estomac comme un pain.

Avoir le cœur oppressé, gros de soupirs, de larmes. Avoir des remords, se repentir. Avoir quelque dépit, quelque chagrin.

 

COÛR

 

(coeur)

272 Li coûr mi bat’ come li ci d’ on mâvi.

litt. Le cœur me bat comme celui d’un merle.

Se dit d’une émotion violente, agréable ou désagréable.

Var. Li coûr mi bat’ come li cou d’on mâvi.

(Namur.) Si stoumac qui bouche comme li cul d’on mauvi.

 

CRAKER

(craquer)

273 Craker come on côp d’ tonîre.
litt. Craquer comme coup de tonnerre.

Se dit d’un bruit sec et éclatant.

 

CRÂS

(gras)

274 Crâs come ou mône, come on tchènône.  

G. F. Gras comme un moine, comme un chanoine. (Acad.)

Crâs come on tchapon, gras comme un chapon.

Come in-ortolan (B.), comme un ortolan.

Come on boûf, comme un bœuf.

Ossi crâs qui l’ boûf da Magnêye (*), comme le bœuf gras.

(*) Magnée, nom de famille de bouchers bien connus à Liège.

(Lille) Gras come un beû.

(Rouchi) Gras come un fouan. (une taupe)

Crâs come on lote, comme une lotte.

Come ine lote, comme une loutre.                              

Come on moton, on p’tit moton, comme un mouton.

Come on pourcê, come on pourcê â Noyé.

litt. Comme un porc, comme un porc à Noël.

Come on vê, comme un veau.

(Namur) Craus come on laurd. (un morceau de lard)

(Namur) Craus come on lote. (une lotte)

 

CRÂS

(gras)

275 Crâs (ironique) : fort maigre.

Crâs come on cint d’ clâs.

C. F. Gras comme un cent de clous.

(Namur) Craus come one astale (éclat de bois).

Crâs come on tch’vâ d’ gosson.

litt. Gras comme un cheval de blatier.

(Condroz) Crâs come ine haridèle.

(Environs de Lille) Lilos foreûs, / Gras come un leûp.

 

CRÂS

(gras)

276 Crâs come di l’ ôle. (A.)
litt. Gras comme de l’huile.

Se dit d’un liquide gras, huileux, d’une humeur visqueuse, comme en laissent échapper un limaçon, une sangsue, la résine, etc.

 

CRÈHE

(croître)

277 Crèhe come ine aspére, come on djonc.
litt. Croître comme une asperge, comme un jonc.
Grandir droit et vite.

 

CRÈHE

(croître)

278 Crèhe come on tchampion.
litt. Croître comme un champignon.
Come on tchapê-d’-macrale,   idem.

Come on boleû (G.), comme un champignon (et non comme de l’amadou).

Come ine sâ, comme un saule.

Come on saou, comme un sureau.

Come on sâclin, comme une mauvaise herbe.

Come ine mâle ièbe ou jèbe !

G. F. Pousser comme un champignon.

P. F. Méchante herbe, mauvaise herbe croit toujours.

(Verviers) Crèhe come maule an.nèye.

 

CRÈHE

(croître)

279 Crèhe è bêté come mamé Jésus.
litt. Croître en beauté comme le bien-aimé Jésus.

 

CRÈHE

(croître)

280 Crèhe come lès quowes di vatche,après têre.

litt. Croître comme les queues de vaches, vers la terre.

Se dit surtout en parlant des vieillards que le poids des années courbe vers la terre.

 

CRÈHE

(croître)

281 Crèhe come Cacafougna (*) … on pîd totes lès-eûres. (A.)

litt. Croître comme Cacafougna…. un pied chaque heure.

Ironique. Se dit d’une personne qui ne grandit pas.

(*) Cacafougna: ciablotin qui sortait d’une boîte (jouet d’enfant).

 

CRÈSPOU

(crépu)

282 Crèspou come on nêgue, come in-ognê.
litt. Crépu comme un nègre, comme un agneau.

 

CREÛRE

(croire)

283 Creûre tot come in-èfant. (A.)
litt. Croire tout comme un enfant.

C. F. Crédule comme un enfant.

 

CRÈVER

(crever)

284 Crèver come on tchin.

litt. Crever comme un chien.

Mourir abandonné, détesté, maudit de tous.

(Charleroi) Crèver come on tchin.

 

CRIN

(crin)

285 Èsse come on crin.
C. F. Être comme un crin. (Acad.)

Se raidir contre la moindre contrariété, être irritable, se fâcher pour un rien.

 

CROHÎ

(croquer)

286 Crohî come ine djèye, come ine neûhe, come ine amande.

litt. Croquer comme une noix, comme une noisette, comme une amande.

Croquer facilement. — Obtenir les faveurs d’une belle.

(Lille) Croker come eune nojète.

 

CROHIANT

(croquant)

287 Crohiant come ine buscûte. (C.)
litt. Croquant comme un biscuit.

 

CRÔYE

(craie)

288 Fé come li crôye dè botike, mârker dobe. (B.)

litt. Faire comme la craie de la boutique, marquer double.

Se dit d’une personne qui porte deux fois une même somme en compte.

 

CROLÉ

(bouclé)

289 Crolé come on moton, on caniche. (G.)
litt. Bouclé comme un mouton, un caniche.

Se dit surtout des enfants.

 

CROLÉ

(bouclé)

290 Crolé come on milôrd (B.), come on pourcê è l’ rôye dè cou (B. et G.).

litt. Bouclé comme un milord, comme un porc au derrière.

Se dit par ironie de ceux qui ont les cheveux raides.

 

CROTÉ

 

(crotté)

291 Croté come ine bèrbis. (G.)
litt. Crotté comme une brebis (à l’arrière-train).

 

CROTÉ

 

(crotté)

292 (Lille) Il èst croté come la Holande.

Il est mal dans ses affaires.

 

CROUFIEÛS

 

(bossu)

293 Croufieûs come on chamau. (G )
litt. Bossu comme un chameau.
(Verviers) Croufieûs come on crahèt-mawèt.
Var. On dos come on chamau. (A.)

 

CRUCEFIS

 

(crucifix)

294 Èsse (/ diveni) come on crucefis d’ djèyî.
litt. Être, devenir comme un crucifix en noyer.
Devenir maigre et jaune ; sec comme un morceau de bois ; devenir triste, taciturne.

 

CURASSÉ

 

(cuirassé)

295 Curassé come on dragon. (B.)
litt. Cuirassé comme un dragon.

Être garanti contre l’ennemi.

C.F. Être vêtu de fer comme un jacquemart.

 

DÂNÉ

(damné)

29 6 Èsse come on dâné, come  ine âme dânèye.

litt.  Être comme un damné, comme une âme damnée.

C. F. Être comme une âme en peine. (A.cad.)

 

DÂNÉ

(damné)

297 Dâné come Judas, dâné tot neûr come Judas.

litt. Être damné comme Judas, damné tout noir comme Judas.

 

DANDJEREÛS

 

(dangereux)

298  Dandjereûs come l’ aloumîre. (G.)

G. F. Dangereux comme l’éclair.

 

DANSER

(danser)

299  Danser come on peûs so on tabeûr. (B.)

litt. Danser comme un pois sur un tambour.

 

DANSER

(danser)

300 Fé danser ‘ne saquî come ine marionète.
litt. Faire danser quelqu’un comme une marionnette.

Lui imposer sa volonté, le malmener, lui faire un mauvais parti.

 

DÂRER

(s’élancer)

301 Dârer come on lwègne.

litt. S’élancer comme un étourdi.

 

DÉMON

(démon)

302 Fé come on démon, come on p’tit dé­mon.

litt. Faire comme un démon, comme un petit démon.

Faire le démon, tempêter, pester, faire rage.

 

DEÛT

 

(doigt)

303 Èsse come lès deûts dè l’ min.

litt. Etre comme les doigts de la main.

C. F. Ils sont comme deux doigts, comme les deux doigts de la main. (Acad.)

 

DEÛT

 

(doigt)

304 Avu dès deûts come ine sèdje-dame.
litt. Avoir des doigts comme une sage-femme.
Come dès fisês, comme des fuseaux.

Come des pates d’ arègne, comme des pattes d’araignée.

Come dès awèyes, comme des aiguilles.

Come dès dints d’  fortchète, comme des dents de fourchette.

E. F. Des doigts d’araignée.

Des doigts longs et fort maigres.

(Rouchi) Il a dés dôgts comme dés pâtes d’arëgnio.

 

DEÛT

 

(doigt)

305 Dès deûts come dès sâcisses.
litt. Des doigts comme des saucisses.
Des doigts très courts et très gros.

 

DEÛR

 

(dur)

306 Deûr : au propre, dur, coriace.

Au figuré, marque la bonne santé; la dureté de cœur, le manque d’intelligence, l’entêtement.

Deûr come dè fièr.

litt. Dur comme du fer.

Come l’ acîr, comme l’acier.

Come ine èglome, comme une enclume.

Come on clâ, on vî clâ, comme un clou, un vieux clou.  

(Namur) Deûr come on vî clau, comme one pire.

Deûr come ine pîre, comme une pierre.

Come on cayewê, comme un caillou.

(Charleroi) Dur come in cayau.                        

Deûr come on rocher, on vî rocher, comme un rocher, un vieux rocher.

Come on mârbe, comme un marbre.

Come dè diamant, comme du diamant.

(Lille) Il èst dur come Copiêre.

Ce mot dont j’ignore la provenance et qui est encore en usage à Lille et dans les environs, s’emploie dans les phrases de la nature de celles-ci : il èst dur come Copiêre ; il a l’ keûr pus dur què Copiêre. Peut-être est-ce une contraction de dur comme les pierres. (Vermesse. Dict. du patois de la Flandre.)

Deûr come dè tchin.ne.

litt. Dur comme du chêne.

Come on neûhî, comme un noisetier.

Come dè djèyî, comme du noyer.

Come dè pèrî, comme du poirier.

Come dè bwè d’ pâkî, comme du buis.

Come on bwès d’ fahène, comme un bois de fagot.

Come li tchârnale, comme le (bois de) charme.

Come on nouk di sapin, comme un nœud de sapin.   

(Mons) Il èst pus dur qu’ ène viéle archèle.

Deûr come dè cârton.

litt. Dur comme du carton.

Come dè cûr, comme du cuir.

Come on vî cûr, comme un vieux cuir.

Come ine coyène di lârd, comme de la couenne.

Deûr come on påråsse, comme un parâtre.

Come ine måråsse, comme une marâtre.

Come on boûria, comme un bourreau.

(Charleroi) Rude come in boûria.

Deûr come on mangon, comme un boucher.

Deûr come li vîre d’ on curé. (B.)

litt. Dur comme l’opinion d’un curé.

Avu l’ tièsse ossi deûre qu’ on bâdèt.

litt. Avoir une tête aussi dure que celle d’un baudet.

(Rouchi) Avwar l’ tiète dure come un baudét.

G. F. Dur comme fer. (Acad.)

Dur comme un caillou. (Acad.)

Avoir un cœur de roche, de marbre, de diamant, de bronze, d’airain. (Acad.)

 

DEÛS

(deux)

307 C’ èst come deûs èt deûs font qwate.

G. F. Cela est clair comme deux et deux font quatre. (Acad.)

 

DEÛS

308.   (deux)

Deûs à deûs,
Come les mèneûs.

C. F. Deux à deux, comme les frères mineurs.

Marcher en ordre.

 

DIÂLE

 

(diable)

309 Èsse, fé come on diâle, come on d’tchin.né.

litt. Être, faire comme un diable, comme un déchaîné.

Se mettre fortement en colère, se fâcher, faire rage.

 

DIÄLE

(diable)

310 Fé come dès p’tits diâles rènants.
litt. Faire comme de petits diables errants.
Faire le diable à quatre.

 

DIÄLE

(diable)

311 Fé come on diâle èn-on bèneûtî.
litt. Faire comme un diable dans un bénitier.

Var. Si d’miner, s’ kihiner, s’ kitaper, s’ kibate, rôler dès oûys come li diâle èn-on bèneûtî.

Cette comparaison est fondée sur l’ancienne coutume d’exor­ciser les possédés et les sorcières en les plongeant la tête la première dans une cuve remplie d’eau bénite.

C. F. Se démener comme le diable au fond du bénitier.

(Charleroi) Mwaîs come in diâle dins l’ eûwe bènite.

(Mons) S’ dèbate come in diâbe dins l’ bénitier.

(Douai) S’ débate come in diâbe dins l’ iau bénite.

(Lille) I seu r’mutent come dès diâbles dins l’ iau bénite.

(Rouchi) I s’ débat come un diâle dans un bènotier.

(Idem.)   I s’ démène come un diâle dans l’ iau bénite.

 

DIÄLE

(diable)

312 Come si l’ diale s’ennès mèléve.
litt. Comme si le diable s’en mêlait.

Se dit d’un contretemps fâcheux et que rien ne faisait prévoir.

 

DIÄLE

(diable)

313 Raviser mî l’ diâle qu’ on peûs d’ souk.

litt. Ressembler plus au diable qu’à un pois chiche.

 

DIÄLE

(diable)

314 C’ èst todi l ‘min.me diâle, come li ci qui vindéve dès bondius.

litt. C’est toujours le même diable, comme celui qui ven­dait des images religieuses.

Interrogé sur le prix que coûtaient différents crucifix, un marchand répondit un jour : onk vât l’ ôte, c’ èst todi l’ min.me diâle. De là, le dicton.

 

DIQUOWÉ

(crotté)

315 Diquower come on caniche, come on tchin canâr.

C. F. Crotté comme un barbet. (Acad.)

 

DIFILER

(défiler)

316 Il a d’filé çoula come on tchapelèt.

litt. Il a défilé cela comme un chapelet.

Défiler son chapelet.

Réciter en détail et de suite tout ce qu’on sait sur une matière. Faire à quelqu’un tous les reproches qu’on croit avoir à lui faire. (Acad.)

 

DIFILÉ

(élancé)

317 Difilèye come on batch âs cindes. (G.)
litt. Élancée comme un bac aux cendres.

C. F. Svelte comme un tonneau.

 

DISGOSTANT

(dégoûtant)

318 Digostant come on poûri oû. (C.)
litt. Dégoûtant comme un œuf pourri.

 

DISGOSTER

(dégoûter)

319 Ossi d’gosté qu’ on pourcê qu’ a magnî l’ seûle pome.

litt. Aussi dégoûté qu’un porc qui a mangé une pomme sûre.

Se dit des gens nâreûs, c’est-à-dire qui ont le goût difficile.

 

D(I)GOTER

(égoutter)

320 Digoter come ine makèye.

litt. Ëgoutter comme une caillebotte.

Couler goutte à goutte, très lentement, pendant très long­temps.

 

DIHÂSSÎ

 

(déchausser)

321 Dihâssî come ine robète.
litt. Déshabillé comme un lapin.

Sortir d’une bagarre les habits en lambeaux.

Être dépouillé de tout ce que l’on possède.

 

DILOUHE

(déluge)

322 C’ èst come ine dilouhe.
litt. C’est comme un déluge.

Se dit d’une catastrophe, d’une débâcle, d’une débandade générale.

 

DIMANI

(demeurer)

323 Dimani come ine posteûre, come ine pîre.
litt. Demeurer comme une statue, comme une pierre.
Rester tranquille, sans voix, inanimé.

(Mons) Té d’mores là come ène posture.

 

DIMÈFIANT

(défiant)

324 Dimèfiant come lès djins d’ èglîse. (G.)
litt. Défiant comme les gens d’église.

 

DIMONTER

(démonter)

325 Si d’monter come on sot.

litt. Se démonter comme un fou.

Se fâcher, se mettre en colère, s’emporter comme un fou.

 

DINER

(donner)

326 Come si on l’ dinéve po rin.

litt. Comme si on le donnait pour rien (gratis).

Cette comparaison s’emploie pour exprimer qu’une chose se trouve en très grande abondance.

Se dit surtout en parlant d’une pluie battante :

Èle tome come si on l’ dinéve po rin. (A.)

 

DINER

(donner)

327 Diner come pa chârité.
litt. Donner comme par charité.

Se dit d’une chose due, d’un salaire que l’on donne avec lésinerie, à contre-cœur.

 

DINT

(dent)

328 Dès dints come dès pièles, dès dints d’ soris.

litt. Des dents comme des perles, des dents de souris.

Figuré. Ses dents sont des perles, elle a des perles dans la bouche. (Acad.) — Avoir les dents petites et belles.

(Lille) Il a dès dints d’ soris.

 

DINT

(dent)

329 Dès dints come dès clâs d’ clawson.

litt. Des dents comme des clous de girofle.

Avoir les dents noires.

(Rouchi) Dés dents comme des claus de génofe.

 

DINT

(dent)

330 Dès dints come dès brokes, come dès brokes di tch’vâ.

litt.  Des dents comme des crocs, comme des dents de cheval. Avoir les dents grosses et larges.

 

DINT

(dent)

331 Dès dints come dès brokes di singlé.

litt. Des dents comme des défenses de sanglier.

Se dit, par exagération, de dents longues et qui sortent de la mâchoire.

 

DINT

(dent)

332 Dès dints come dès-aunes. (B.)

litt. Des dents comme des aunes.

Se dit des personnes qui ont les dents agacées.

 

DÎRE

(dire)

333 Dîre come po pinde, pés qu’ po pinde.

litt. Dire comme pour pendre, pis que pour pendre.

Injurier, dire de méchants et de durs propos.

 

DÎRE

(dire)

334 Dji tè l’ di come djè l’ sé, come djè l’ pinse, come djè l’ a so l’ linwe ou so l’ coûr.

litt. Je le dis comme je le sais, comme je le pense, comme je l’ai sur la langue ou sur le cœur.

Parler avec naïveté, avec franchise, en toute sincérité et sans recherche, mais aussi sans ménager les termes, ni les expres­sions ; de là, quelquefois, parler d’une manière blessante.

 

DISCOUTAYÎ

 

(dépecer)

335 (Charleroi) Discoutayî come in pourcha.

litt. Dépecé comme un porc.

 

DISONORÉ

(déshonoré)

336 Disonoré come li ci qu’ a stu so l’ hame. (G.)

litt. Déshonoré comme celui qui a été au pilori.

 

DISPIÈRTÉ

(éveillé)

337 Dispierté come on grusê, come on spirou, come ine potèye di soris.

litt. Éveillé comme un grêlon, comme un écureuil, comme une potée de souris.

C. F. Éveillé, vif, prompt comme un écureuil.

P. F. Il est éveillé comme une potée de souris.

(Rouchi) Éte évèlié come une potée d’ soris.

 

DISPIÈRTÉ

(éveillé)

338 Dispièrté come l’ oûhê-d’-sint-Luc.

litt Éveillé comme l’oiseau de saint Luc (un bœuf).

Être lourd, pesant, stupide.

 

DISPUTER

 

(disputer)

339 Si disputer come dès-èfants, po ‘ne tchitchêye.
litt. Se disputer comme des enfants pour des vétilles.

 

DISSEULÉ

 

(esseulé)

340 Disseûlé come ine mohe divins ‘ne catèdrâle.
litt. Esseulé comme une mouche dans une cathédrale.

 

DISTINDE

 

(éteindre)

341 Si distinde come ine tchandèle, come ine lampe, fâte d’ ôle.

litt. S’éteindre comme une chandelle, comme une lampe, faute d’huile.

C. F. Il s’en va comme une  chandelle. (Acad.)

Se dit d’un homme qui meurt insensiblement et sans souf­france. (Namur) Distinde come one tchandèle.           

 

DIWAMER

 

(défaire)

342 Diwâmé come ine djâbe di strin. (B.)
litt. Défait comme une botte de paille.

Se dit d’une personne, d’une femme surtout, peu soucieuse de sa toilette et mal peignée.

 

DOBE

(double)

343 Dobe come on dogue. (B.)
litt. Double comme un dogue.

Etre très fort et bien conformé.

 

DWÈRMI

(dormir)

344 Dwèrmi come lès lîves. (B.)
litt. Dormir comme les lièvres.

Faire semblant de dormir. Le lièvre dort les yeux ouverts.

 

DWÈRMI

(dormir)

345 Dwèrrni comme on mônne.
litt. Dormir comme un moine.
Come on pâpe, comme un pape.

Come on binhureûs, comme un bienheureux. Dormir profondément et avec calme.

 

DWÈRMI

(dormir)

346 Dwèrmi come ine marmote, come on sot-dwèrmant.

C. F. Dormir comme une marmotte, comme un loir. (Acad.)

Dormir longtemps et profondément.

(Verviers) Dwèrmi come on tasson. (blaireau)

(Charleroi) I dwat come on tchabot. (chabot: poisson)

(Lille) I dôrt come un lwâr.

Dwèrmi come on pâ, dormir comme un pieu.

Come on pakèt, comme un paquet.

Come ine pîre, comme une pierre.

Come ine sètchèye, comme une sachée.

Come ine sokète, comme une bûche ou une souche.

Come on tournê, comme un sabot.

Dormir profondément et sans aucun mouvement.

C. F. Dormir comme une souche, comme un sabot.

 

DWÈRMI

(dormir)

347 Aler dwèrmi come lès poyes.
litt. Aller dormir comme les poules.

C. F. Se coucher comme les poules. (Acad.)

Se mettre au lit de très bonne heure.

 

DOÛS

(doux)

348 1 Doux au toucher.

Doûs come dè coton, doux comme du coton.

Come dè satin, comme du satin.

Come dè l’ sôye, comme de la soie.

Come dè l’wate, comme de l’ouate.

Come dè v’loûrs, comme du velours.

 

2 Doux, au propre. D’un goût très agréable.

Au figuré. D’un ton doucereux.

Doûs come ine crin.me, doux comme une crème.

Come dè lècê, comme du lait.

Come dè l’ lâme, comme du miel.

Come dè souk, comme du sucre.

Pus doûs qu’ souke, plus doux que sucre.

Doûs come on nawê d’ neûhe. (B.)

litt. Doux comme l’amande de la noisette.

Cette dernière comparaison est surtout employée par les marchandes de beurre pour vanter leur marchandise.

C. F. Être doux comme miel. (Acad.)

Il avale cela doux comme lait. (Acad.)

(Lille) Pus doûche queu deu l’ créme.

(Rouchi) Doûche come du lét.

(Namur) Doûs come do lacia d’ agnou.

 

3 Doux. Caractère, humeur.

Se dit des personnes et même de quelques animaux.

Doûs come ine âmaye, doux comme une génissu.

Come on moton, comme un mouton.

Come in-ognê, comme un agneau.

C. F. Doux comme un agneau. (Acad.)

Ce cheval est doux comme un agneau. (Acad.)

(Namur) Doûs comme on agna.

(Lille) Doûche come un moton.

(Rouchi) Doûche come eune amoureûse.

(Rouchi) Doûche come d’ l’ amadou.

 

4 Doux. Chaleur tempérée.

Doûs come on solo d’ prétimps.

litt. Doux comme un soleil de printemps.

 

5 Doux. Par ironie.

Doûs come de lècê d’ ognon.

litt. Doux comme jus d’oignon.

Au figuré  Avoir un caractère méchant.

 

DOÛS

(doux)

349 A la doûce, come li mârtchand d’ vinaîgue.

litt. A la douce, comme le marchand de vinaigre.

Doucement, tranquillement, sans faire d’embarras, sans faire beaucoup de dépenses.

(Mons) Tout-à la doûce, come èl marchand d’ ceurices.

 

DOZIN.NE

 

(douzaine)

350 À l’ dozin.nne, come lès-oûhês d’ saîson.

lITt. A la douzaine, comme les oiseaux de saison.

Par exagération, en très grande quantité, en grand nombre.

Cette comparaison éveille une idée d’ironie, de mépris.

 

DRAP

 

(mouillé)

351 Èsse come on mouyî drap.

litt. Être comme un drap mouillé.

Manquer de résolution, manquer de courage.

C. F. Il est comme une poule mouillée.

 

DREÛT

 

(droit)

352 Dreût come in-âbe.
litt. Droit comme un arbre.

Come on sapin, comme un sapin.

Come on djonc, comme un jonc.

Come on pikèt, comme un piquet.

Come on pâ, comme un pieu.

Come on på planté, comme un pieu plante.

Come on djèt, comme un jet.

Come ine aspêre, comme une asperge.

Come ine djâbe di strin, comme une gerbe de paille.

Come ine bèye, comme une quille.

Come dès montants d’ hâle, comme des montants d’échelle.

Come on baston, comme un bâton.

Come mi cane, comme ma canne.

Come on pilé, comme un pilier.

Come ine posteûre, comme une statue.

Comme ine tchandèle, comme une chandelle.

Comme in-I, comme un I.

Come on pompon, comme un pompon.

Come ine sètchèye, comme une sachée (un sac plein).    

Come s’ il aveût avalé ‘ne cane, comme s’il avait avalé une canne.

Come s’il aveût avalé l’ haminde (A..), comme s’il avait avalé un levier en fer.

Être droit. Avoir la taille fort droite et bien faite. Se tenir d’une manière raide et affectée.

C. F. Droit comme un jonc. (Acad.)

Droit comme un piquet. (Acad.)

Droit comme un sapin.

Droit comme une statue. (Acad.)

Droit comme un cierge. (Acad.)

Droit comme un I. (Acad.)

Droit comme un échalas. (Acad.)

Droit comme un pieu.

(Namur) Drwèt come on djonc. (jonc)

 (Charleroi) Drwèt come in fèstu d’ paye. (fétu de paille)

(Verviers) Dreût come on padje du make. (valet de pique)

(Mons) Drwat come ène virgue (flèche de roseau).

 

DREÛT

 

(droit)

353 Dreût come â cwèrdê.                      
litt. Droit comme au cordeau.

Très droit. Se dit d’une ligne, d’un tracé, ctc

 

DREÛT

 

(droit)

354 Dreût. Par ironie : courbé, tortu.

Dreût come ine crâwe, droit comme une crosse.

Come ine fâcèye, comme une faucille.

Come on windê, comme un vilebrequin.

Come li vôye di Hu (G.), comme le chemin de Iluy.

Come mi brès’ qwand dj’ sofèle mi narène, comme mon bras lorsque je me mouche.

Ossi dreût qu’ on croufieûs. Aussi droit qu’un bossu.

C. F. Droit comme une faucille. (Acad.)

(Lille) Droit comme un vilburquin.

 

DROLE

 

(drôle)

355 C’ è-st-ossi drole.

Qu’ on pourcê qu’ a ‘ne crole.

litt. C’est aussi drôle qu’un porc qui a une boucle.

A l’adresse des personnes qui s’étonnent de tout, qui trouvent tout singulier, tout drôle.

 

DURER

 

(durer)

356 Durer jusqu’à l’ fin, come mi grand’mére;
come dès botons d’ hosète ou d’ guète.                 

litt. Durer jusqu’à la lin, comme ma grand’mére; comme des boutons de guêtre.

Durer indéfiniment.

 

D’ZÎ

 

(lézard)

357 Èsse come on d’zî.
litt. Être comme un lézard.

Se dit surtout des enfants.

Être plein de souplesse, d’adresse, de vivacité, de pétulance.

 

ÈCRÈSTER.

(relever la crête)                                                      

358 S’ ècrèster come on cok.
litt. Relever la crête comme un coq.

Prendre un ton fier, arrogant. Parler avec hauteur. Se fâcher tout rouge.

 

ÈFANT

(enfant)

359 Èsse come in-èfant.
litt. Être comme un enfant.

Être sans malice, naïf, crédule, d’un esprit simple.

Ne rien connaître de la vie. Être sans force, sans énergie.

 

ÈFANT

(enfant)

360 Èsse come l’ èfant dè l’ mohone. (B.)

litt. Être comme l’enfant de la maison. Être très familier, être choyé quelque part.

 

ÈFANT

(enfant)

361 Èsse vite djus, vite su, comme les èfants.

litt. Être vite abattu et reprendre vite le dessus, comme les enfants.

Se dit des personnes qui, frappées subitement par la maladie, se rétablissent très rapidement.

 

ÈFANT

(enfant)

362 Fé come lès-èfants, rîe èt plorer en min.me timps.

litt. Faire comme les enfants, rire et pleurer en même temps.

 

ÈFANT

(enfant)

363 Fé come les èfants, plorer d’ in-oûy èt rîre di l’ ôte.

litt. Faire comme les enfants, pleurer d’un œil et rire de l’autre.

Ces deux comparaisons se disent en parlant de personnes qui témoignent une douleur plus apparente que réelle.

 

ÈFANT

(enfant)

364 Fé come l’ èfant dè bon Diu, dîre awè so tot.

litt. Faire comme l’enfant du bon Dieu, dire oui sur tout.

Approuver tout, être content de tout.

 

ÈF1LER

 

(enfiler)

365 Çoula n’ s’ èfile nin come dès pièles.

C. F. Cela ne s’enfile pas comme des perles. (Acad.)

 

IMBARASSÉ

(embarrassé)

366 (Mons) Imbarrassé come èl payèle dès carnévays.

litt. Affairé comme la poêle des carnavals.

Être très affairé, très préoccupé.

 

ÈLAHÎ

 

(attacher)

367 Èlahî come on tchin.

litt. Attaché comme un chien

C. F. Il est là comme un chien à l’attache. (Acad.)

 

ÈLÈVER

ÈNAÎRI

ÈNÛLER

(élever)

368 S’ èlèver, s’ ènaîrî, s’ ènûler, come on balon, on dragon.

litt. S’élever comme un ballon, un cerf-volant.

Figuré. S’emporter, s’emballer, se fâcher.

Propre. Se dit d’un objet qui s’élève à une certaine hauteur.

 

ÈNOCINT

 

(innocent)

369  Il  è-st-ossi ènocint  qu’  l’ èfant è vinte di s’ mére.

litt. Il est aussi innocent que l’enfant dans le ventre de sa mère.

C. F. II est aussi innocent que l’enfant qui vient de naître, qui est à naître.

 

ÈNONDÉ

 

(emballé)

370 Ènondé come on tch’vâ qu’ a l’ mors âs dints. (G )

litt. Emballé comme un cheval qui a le mors aux dents.

 

ÈPLÂSSE.

 

(emplâtre)

371 C’ èst come ine èplâsse so ‘ne djambe di bwès.

litt. C’est comme un emplâtre sur une jambe de bois.

E. F. C’est un cautère sur une jambe de bois. (Acad )

C. F. Cela sert comme un emplâtre sur une jambe de bois. (Acad.)

 

ÈPWÈRTER

 

(emporter)

372 S’ èpwèrter come ine sope â lècê.
C. F. S’emporter comme une soupe au lait.

 

ÈRVÈNÎR

 

(revenir)

373 (Mons) Èrvènîr come in coyeû d’ puns.
litt.  Revenir comme un cueilleur de pommes.

C. F. Revenir en cueilleur de pommes.

 

ÈSTCHANTEMINT

(enchantement)

374 Come par èstchantemint.

C. F. Comme par enchantement. (Acad.)

 

ÈSCLÂVE

(esclave)

375 Èsse come in-èsclâve.
litt. Être comme un esclave.

E. F. Être esclave. (Acad.)

 

ÈSPRINDE

(s’allumer)

376 Èsprinde comm dè boleû, come on feû, come ine alumète, come ine brocale.   

litt. S’allumer comme de l’amadou, comme un feu, comme une allumette.

Au propre. S’allumer rapidement. Prendre feu facilement.

Au figuré. S’enflammer, s’amouracher très vite.

 

ÈSPRIT

(esprit)

377 Avu d’ l’ èsprit come in-andje, come on démon, come qwate.

C. F. Avoir de l’esprit comme un ange, comme un démon, comme quatre. (Acad.)

 

ÈSTÈNÉ

(étourdi)

378 Èstèné come on hurluburlu. (C.)

litt. Étourdi comme un hurluberlu.

Le français dit simplement : c’est un hurluberlu.

 

ÈSTIMER

(estimer)

379 Èstimer come on boton d’ guètte. (C.)

litt. Estimer comme un bouton de guêtre.

Priser au plus bas quelqu’un ou quelque chose.

 

ÈTÈRER

(enterrer)

380 Èsse ètèré come on tchin.

C. F. Être enterré comme un chien. (Acad.)

 

ÈTÈRER

(enterrer)

381 S’ étèrer come lès robètes.

litt. Se terrer comme les lapins.

Fuir la société, vivre en misanthrope.

 

ÈTINDE

(entendre)

382  S’ ètinde come dès frés, come tos frés, come fré èt soûr.

litt. S’entendre comme des frères, comme (si l’on était) tous frères, comme frère et sœur.

Vivre en bonne intelligence, en bon accord.

 

ÈTINDE

(entendre)

383 S’ètinde comme tchin èt tchèt.

litt. S’entendre comme chien et chat.

G. F. S’accorder comme chien et chat.

(Namur) Is  s’ in.menut (ou: is s’ ètindenut) come tchin èt tchèt.

(Mons) C’ èst co pîre què cat èt kién.

 

ÈTINDE

(entendre)

384 S’ ètinde come Chirous èt Grignous.
litt. S’entendre comme Chiroux et Grignoux.

Chiroux, Grignoux, sobriquets remontant à 1628, et servant à désigner les deux partis qui divisaient l’ancienne principauté de Liège.

 

ÈTINDE

(entendre)

380 S’ètinde come dès côpeûs d’ boûse, come dès lîves divins ‘ne avône.

litt. S’entendre comme des coupeurs de bourse, comme des lièvres dans un champ d’avoine.

C. F. S’entendre comme larrons en foire.

S’entendre pour faire le mal.

 

ÈTINDE

(entendre)

386 I s’ î ètind come in-aveûle âs coleûrs (ou: à fé dès coleûrs).

litt. Il s’y entend comme un aveugle (s’entend) aux cou­leurs ou à faire des couleurs.

C. F. Juger d’une chose comme un aveugle des couleurs.

(Mons) I s’ î ètind come à ramer dès chous.

(Rouchi) I s’ î entend come à ramer dès chous.

C. F. Il s’y entend comme à ramer des choux. (Acad.)

I s’ î ètind come à fédes couyîs.

litt. Il s’y entend comme à faire des cuillers.

C. F. Il s’y entend comme à faire un coffre. (Acad )

I s’ î ètind come Pichou fève âs tchins.

litt. Il s’y entend comme Pichou (faisait) aux chiens.

 

ÈT’NIÈLLE

 

(personne indolente)

387 (Lille) Comme eune èt’nièle.

litt. Comme une personne indolente, sans énergie.

 

EUNE

 

(un)

388 C’ èst come eune èt eune font deûs.
litt. C’est comme un et un font deux.

Se dit d’une chose évidente, incontestable.

 

ÈWALPER

(envelopper)

389 Èwalper come on pakèt.

litt. Envelopper comme un paquet.

Figuré. Tromper, duper quelqu’un sans qu’il s’en aperçoive.

 

ÈWARANT

 

(épouvantable)

390 Èwarant come li Bâbou (G.), come on spaweta.

litt. Epouvantable comme Croquemitaine, comme un épouvantail.

 

FA

(fagot)

391 Èsse come on fa di spènes.

litt. Etre comme un fagot d’épines.

E. F. C’est un fagot d’épines, on ne sait par où le prendre. (Acad.)

 

FAÇON

(façon)

392 Fé dès façons, come lès talieûrs.
litt. Faire des façons, comme les tailleurs.

Jeu de mots. Se dit d’une personne polie jusqu’à l’affectation.

 

FAÇON

(façon)

393 Sins jin.ne èt sins façon, come mi grand-mére. (B.)

litt. Sans gêne et sans façon, comme ma grand’mère.

 

FÂFILER

(se faufiler)

394 Fâfîlant come ine anwèye. (G.)

litt. Se faufilant comme une anguille.

 

FAGOT

 

(fagot)

395 (Rouchi.) Ch’ èst-un fagot mau loyé.

litt. C’est un fagot mal lié.

C. F. Etre fait, être habillé comme un fagot. (Acad.)

 

FAHÎ

 

(emmaillotter)

396 Èsse fahî come in-èfant.
litt. Etre emmaillotté comme un enfant.

Etre choyé comme un enfant, ou bien encore, être trompé, dupé sans s’en apercevoir.

 

FIN

 

(faim)

397 Avu fin come l’ êwe a seû.
litt. Avoir faim comme l’eau a soif.

G. F. Avoir faim comme la rivière a soif.

Var. N’avu nin pus fin qui l’ êwe n’ a seû.

N’ avu nin pu fin qu’ on mwèrt.

litt. N’avoir pas plus faim qu’un mort.

(Mons) J’ n’ aî gné pus fin qu’ èl kévau du m’ssier.

 

FIN

(faim)

398 Avu ‘ne fin come po hagnî on clâ è deûs.
litt. Avoir une faim comme pour mordre un clou en deux.

 

 

(faire)

399 Il î èst faît come li tchin âs pouces.
litt. Il y est fait comme le chien (l’est) aux puces.
(Namur) Il î èst faît come li tchèt aus puces.

Il î èst faît come on tchin aus côps d’ baston.

litt. Il y est fait comme un chien (l’est) aux coups de bâton.

Il i èst faît come on tchin à aler tièsse nowe.

C. F. Il est fait à cela comme un chien à aller à pied, à aller nu-tête. (Acad.)

 

 

(faire)

400 C’ èst come s’ i n’ aveût faît qu’ çoula tote si vèye.

litt. C’est comme s’il n’avait fait que cela (pendant) toute sa vie.

Se dit d’une personne qui, embrassant une nouvelle carrière, une nouvelle profession, etc., y réussit ou s’y plaît dès le début.

 

 

(faire)

401 (Mons) Il l’a faît biau come ein kién d’ madame.

litt. Il l’a flatté comme un chien de dame.

 

 

(faire)

402 Dj‘ a bin faît, come li tièsse di mwèrt.

litt. J’ai bien fait (c’est-à-dire j’ai assez bu et mangé), comme la tête de mort.

Comparaison d’un emploi très fréquent et tout à fait familier, lorsque, vers la fin d’un repas, l’amphitryon engage un hôte à boire et à manger encore, et que celui-ci veut s’excuser.

Légende. Après avoir fêté la dive bouteille, un paysan, par une nuit obscure, s’efforçait, en titubant, de regagner sa demeure. La route côtoyait le cimetière du village. Tout à coup, notre homme s’arrête… horreur profonde ! il vient de heurte-dû pied, un squelette humain… « Mille excuses, balbuti» l’ivrogne, et fais-moi le plaisir de souper demain chez moi. » « J’accepte » lui fut-il répondu. Le lendemain, à l’heure dite, le spectre se présentait chez le disciple de Bacchus et s’asseyait à sa table. Mais ce fut en vain que l’amphitryon l’engagea à boire et à manger, l’hôte d’outre-tombe refusa en répondant : “Mèrci, dj’ a bin faît.”

 

FAMILIÉR

(familier)

403 Familiér come ine sèringue. (G.)
litt. Familier comme une seringue.

 

FÂS

 

(faux)

404 Fâs come Judas.

litt. Faux comme Judas.

Come Cayife, comme Caïphe.

Come Pilâte, comme Pilate.

Come omme d’ êwe, comme homme d’eau (batelier).

Come Djan’nèsse, comme Jean.

Come on tchin, comme un chien.

Come on djèt, comme un jeton.

G. F. Être faux comme un jeton. (Acad.)

Fâsse come ine sinte Nitouche. (C.)

litt. Fausse comme une sainte Nitouche.

Fâsse come ine trawèye neûhe.

litt. Fausse comme une noisette trouée.

(Mons) Fausse come ène halbute (bâtonnet de sureau).

 

FEÛ

 

(feu)

405 On feû come in-infêr.

litt. Un feu comme un enfer.

E. F. Un feu d’enfer. (Acad.)

On feû come po rosti on boûf.

litt. Un feu comme pour rôtir un bœuf.

E. F. Un feu à rôtir un bœuf. (Acad.)

On feû come on fouwâ.

litt. Un feu comme un feu de joie.

C.F. Un feu comme une fournaise.

 

FEÛ

 

(feu)

406 C’ èst come on feû di strin,
Çoula n’ de
ûrerè nin.

litt. C’est comme un feu de paille, cela ne durera pas.

 

FEÛ

 

(feu)

407 Prinde feû come dè boleû, come ine brocale.

litt. Prendre feu commede l’amadou,comme une allumette.

C. F. Cela prend feu comme de l’amadou. (Acad.)

 

FEUME

(femme)

408 Èsse come ine feume.
litt. Être comme une femme.

Être sans force, sans courage.

 

FEUME

(femme)

409 Ine feume come on jendârme.

litt. Une femme comme un gendarme.

Come on housârd, comme un hussard.

Come on grènâdier, comme un grenadier.

Come on cosake, comme un cosaque.

E. F. C’est un gendarme, un vrai gendarme. (Acad.)

 

FEUME

(femme)

410 Ine feume come on sâbe, avou on visèdje come on rèseû.

litt. Une femme comme un sabre, avec un visage comme un rasoir. Se dit d’une femme grande et maigre.

 

FI

 

(fils)

411 Èsse come li fis dè l’ mohone.
litt. Etre comme le fils de la maison.

Se dit d’un étranger qui est accueilli, reçu, choyé, traité, dorloté comme le propre enfant de la famille.

 

FIDÉLE

(fidèle)

412 Fidéle come on tchin, come on caniche.

litt. Fidèle comme un chien, comme un barbet.

 

FIÈR

 

(fer)

413 Èsse come dè fièr, come ine bâre di fièr.
litt. Être comme du fer, comme une barre de fer.

G. F. Raide comme une barre de fer. (Acad.)

 

FIÊR

 

(fer)

414 Èsse come â fièr à lècî.
litt. Etre comme au fer a lacer.

Etre endimanché, pimpant, tout en restant guindé.

 

FIÈSTANT

 

(caressant)

415 Ossi fièstant qu’ on tchin.
litt. Aussi caressant qu’un chien.

 

FIÈSTANT

 

(caressant)

416 Fièstant come on hét lès feumes. (G.)

litt. Caressant comme un (homme qui) hait les femmes.

 

FILER

 

(filer)

417 Filer come on coton. (B.)
litt. Filer comme un coton.

Mourir subitement.

 

FIN

 

(fin, rusé)

418 Fin come in-âgneû.
litt. Fin comme un ardennais.
G. F. Matois comme un paysan.
Fin come on r’nâd.

litt. Fin comme un renard.

G. F. Fin, rusé comme un renard.

(Borinage) Fin come in wink.

 

FIN

 

(fin, menu)

419 Fin come dè l’ poûssîre, come dè sâvion.

litt. Fin comme de la poussière, comme du sable.

 

FIN

(fin, menu)

420 Fin come on tch’vè.
litt. Fin comme un cheveu.

Come on coron d’ fi, comme un bout de fil.
Come on coron d’ sôye, comme un bout de soie.
Come dè l’ sôye, comme de la soie.                            

 

FIN

(fin, menu)

421 Fin come li trau d’ ine awèye, come li ponte d’ ine awèye ou d’ ine atètche.

litt. Fin comme le trou d’une aiguille, comme la pointe d’une aiguille ou d’une épingle.

 

FIN

(fin, menu)

422 Fin come ine teûle d’ arîcrèt (ou: d’ aragne).
litt. Fin comme une toile d’araignée.

Se dit d’un tissu très (in ou d’une étoffe usée.

 

FINDE

 

(fendre)

423 C’ èst come si on m’ fîndéve li tièsse è deûs.
litt. C’est comme si on me fendait la tête en deux.

E. F. Il me semble qu’on me fend la tête. (Acad.) Se dit pour exprimer qu’on a un violent mal de tête.

 

FINIÈSSE

(fenêtre)

424 Dès fînièsses come dès potales. (A.)
litt. Des fenêtres comme des niches.

Se dit, en terme de moquerie, en parlant de fenêtres petites et basses.

 

FIR

 

(fier)

425 Fîr come in-aritchi.

litt. Fier comme un enrichi (un parvenu).

Avoir la morgue, l’insolence d’un nouveau riche.

Fîr come on tambour-manjôr.

litt. Fier comme un tambour-major.

Être vain et glorieux.

Fîre come ine rin.ne.

litt. Fière comme une reine.

Ne se dit guère qu’en bonne part.

Fîr come ine pâwe.

litt. Fier comme un paon.

G. F. Être glorieux comme un paon. (Acad.)

(Namur) Fier come on pawon.

(Rouchi) Réde come un paon.

(Lille) Fiérs come dès paons.

(Verviers) Ossi fir qu’ on pètion. (sic) (dard (d’abeille)?)

(Tournai) Fière come une aran.ne (araignée).

S’applique aux demoiselles maniérées, affectées surtout dans leur démarche.

Fîr come on cok so si ansinî.

litt. Fier comme un coq sur son fumier ou pailler.

(Mons) Fiér come in pou su ‘ne rogne.

C. F. Fier comme un pou sur une gale.

Fîr come qwate. (G.)

litt. Fier comme quatre.

Jeu de mots approximatif. Quand il a dit : fîr come qwate, le wallon ajoute: qwate c’ èst fîr, èt fîr c’ èst qwate (du fla­mand vier, quatre).

(Mons) Fiér come potière.

litt. Fier comme une crémaillère.

Être fier, raide, gourmé.

Èsse fîr come on stron so ‘ne pîre. (B.)

litt. Être fier comme un étron sur une pierre.

 

FÎVE

 

(fièvre)

426 Èsse è l’ fîve come on tch’vâ.

litt. Être dans la fièvre comme un cheval. E. F. Avoir une fièvre de cheval.

 

FÎVREÛS

(fiévreux)

427 Fîvreûs come on possédé. (G.)
litt. Fiévreux comme un possédé.

G. F. Fiévreux comme un endiablé.

 

FLAÎRÎ

 

(puer)

428 Flaîrî come li pèsse.
litt. Puer comme la peste.
Come ine pèsse, comme une peste.

C. F. Puer comme la peste, comme un pestiféré. (Acad.)

Flaîrî comme on bok.

C. F. Puer comme un bouc. (Acad.)

Flaîrî comme on r’nâd. (B.)

litt. Puer comme un renard.

(Mons) Sinti come in fichau.

C. F. Puant comme un blaireau. (Acad.)

Flaîrî come ine peûvrèye. (B.)

litt. Puer comme une poivrade.

 

FLAÎRÎ

(puer)

429 Flaîrî come ine charogne.
litt. Puer comme une charogne.
Come on crèvé tchèt, comme un chat crevé.
Come dè poûri pèhon, comme du poisson pourri.
Come dès poûris-oûs, comme des œufs pourris.

C. F. Puer comme un rat mort. (Acad.) Puer comme une charogne. (Acad.)

 

FLAÎRÎ

(puer)

430 Flaîrî come on froumadje di Hêve.
litt. Puer comme un fromage de Herve.

Flaîrî come dè soûfe, come ine brocale.

litt. Puer comme du soufre, comme une allumette.

 

FLAÎRÎ

(puer)

431 Flaîrî come on stron.

litt. Puer comme un ëtron.

Come dè l’ pihote di marcou, come de l’urine de matou.

Come ine pufkène, comme une infection.

Come â trau d’ à l’ Gofe, comme au trou de la Goffe.

Li trau d’ à l’ Gofe, latrine publique, fort malpropre, aujour­d’hui disparue, qui existait quai de la Goffe, à Liège, (…).

 

FLAÎRÎ

(puer)

432 (Rouchi) Cha n’ flére pwint come baume.

litt. Cela ne fleure point comme baume.

C. F. Cela fleure comme baume. (Acad.)

 

FLAMIND

(Flamand)

433 Fé come lès Flaminds.
litt. Faire comme les flamands.

N’ouvrir la bouche que pour manger, quand on assiste à un festin. Prendre congé de celui chez qui l’on dîne, aussitôt le repas terminé, sans avoir participé à la conversation.

 

FLORI

(fleurir)

434 Flori comme on may.
litt. Fleuri comme un mai.

Couvert de fleurs comme l’aubépine en mai ; se dit surtout des arbres fruitiers à fleurs blanches.

Flori come ine matrone. (B.)

 litt. Fleuri comme une julienne.

Se dit d’une plante bien fleurie.

 

FLOTER

 

(flotter)

435 Floter come on bouchon. (B.)
litt. Flotter comme un bouchon.

Se dit d’un objet très léger et flottant sur l’eau.

 

FWÈRT

 

(fort)

436 Fwèrt come ine hèrcule.
litt. Fort comme un hercule.

Come on turk, comme un turc.                          

Come in-adjèyant (B.), comme un géant.

(Charleroi) Fwârt come in turk.

G. F. Il est fort comme un hercule. (Acad.)

Cet homme est fort comme un turc. (Acad.)

 

FWÈRT

 

(fort)

437 Fwèrt come in-âbe.

litt. Fort comme un arbre.

Come in-âbe di molin, comme un arbre de moulin.

Come l’ acîr, comme l’acier.

Come on tchâr, comme un char.

Come on tèra, comme un tertre.

Come tèrâsse, comme (une) solive.

Come on soûmî, comme une poutre.

Come on tch’vâ, comme un cheval.

Come on limonî, comme un limonier.

Come on liyon, comme un lion.

Come on torê, comme un taureau.

Come on singlé (C.), comme un sanglier.

Come on djonc, comme un jonc.

Come on batumint, comme un bâtiment.

Come li Pont-d’s-Âtches, comme le Pont-des-Arches.

(Malmedy) Fwèrt come Hèrmustène.

Se dit dans la partie orientale du pays wallon. Hermustène.   Hermanstein  ou  Ehrenbreitstein, forteresse vis-à-vis de Coblence.

(A.F.Villers, de Malmedy,  Dictionnaire wallon-français, 1793)

(Mons) Fôrt come ène atake dè moulin. (‘attache’ de moulin)

(Lille) Il èst fôrt come un taur.

E. F. C’est un taureau. (Acad.)

 

FWÈRT

 

(fort)

438 Nin pas fwèrt qu’ ine mohe, qu’ on piou, qu’ ine pouce, qu’ on viér.

litt. Pas plus fort qu’une mouche, qu’un pou, qu’une puce, qu’un ver.

 

FWÈRT

 

(fort)

439 Çoula èst pus fwèrt qui mi.

C. F. Cela est plus fort que moi. (Acad.)

Se dit d’une  passion,  d’une habitude,  d’une  répugnance qu’on ne peut surmonter.

 

FWÈRT

 

(fort)

440 Fwèrt come dè cûr.
litt. Fort comme du cuir.

Se dit d’une étoffe inusable.

 

FWÈRT

 

(fort, rance)

441 Fwèrt come dè boûre.
litt. Fort comme du beurre.

Avoir une odeur et un goût forts, être rance.

 

FONDE

 

(fondre)

442 Fonde l’ ârdjint come divins ‘ne pèle. (A.)
LITT. Fondre l’argent comme dans une poêle.

Se dit des prodigues.

 

FONDE

 

(fondre)

443 Fonde come li nîvayïe â solo.
litt. Fondre comme la neige au soleil.
Fondre, disparaître complètement et rapidement.

 

FONDE

 

(fondre)

444 Fonde come dè boûre, come on crèton è l’ pêle.

litt. Fondre comme du beurre, comme du lard dans la poêle.

Se dit d’une personne qui maigrit.

C. F. Fondre comme la cire au soleil ou le beurre dans la poêle.

 

FONDE

 

(fondre)

445  Çoula n’ fondrè  nin come ine lîve di boûre â solo.

litt. Cela ne fondra pas comme une livre de beurre au soleil.

Se dit, par ironie, d’une femme et surtout d’une jeune fille qui se trouve dans une position intéressante.

 

FOTRIKÈT

 

446.   444 Èsse come Fotrikèt,
Ma
îsse èt vârlèt.

litt. Être comme Fotriquet, maître et valet.

Se dit d’une personne qui se trouve momentanément seule

chez elle.

 

FOÛ-LÈYÎ

 

(déchaîné)

447 Fé come dès foû-lèyîs.
litt. Faire comme des déchaînés.

Faire comme de petits endiablés, comme des échappés de

collège.

 

FOUMÎ

 

(fumer)

448 Foumî come on Turk, come on dragon.

litt. Fumer comme un Turc, comme un dragon.

 

FRANC

 

(franc)

449 Franc come on tigneûs.                                 
litt. Hardi comme un teigneux.

Pus franc qu’ on galeûs.

litt. Plus franc qu’un galeux.

E. F. C’est un teigneux.

Se dit d’un homme qui a de la peine à mettre la main au chapeau pour saluer.

(Mons) Franc come in tigneûs.

Franc come on lakès.

Franc come on padje di make.

C. F. Insolent comme un valet de trèfle. (Âcad.)

(Rouchi) Franc come Batiste.

C. F. Insolent comme des laquais, comme des valets de bourreau.

Franc come li mâva laron, comme le mauvais larron.

Come on potchâ, comme un équarrisseur.

Come on mohon, comme un moineau.

 

FRAWETIGNEÛS

 

(fraudeur)

450 Frawetigneûs come on voleûr. (G.)
litt. Fraudeur comme un voleur.

 

FRÉ

 

(frère)

451 Fé ‘ne saqwè come inte deûs frés.

litt. Faire quelque chose comme entre deux frères.

Agir en secret. Traiter secrètement une affaire.

 

FRÈHE

 

(mouillé)

452 Frèhe comme on canârd.

litt. Mouillé comme un canard.

Come ine sope, comme une soupe.

Come li Moûse (G.), comme la Meuse.

Come li plêve (G.), comme la pluie.

C. F. Mouillé comme un canard.

Trempé, mouillé comme une soupe. (Acad.)

 

FRÈSÉ

(grêlé)

453 Frèsé come ine catche.

litt. Grêlé comme une poire tapée.

Come ine houmerèsse, comme une écumoire.

Come on fièr âs galèts, comme un gaufrier.

Come on machefièr, comme un mâchefer.

Var. Crètelé, rafrèsi come ine catche.

 

FREÛD

(froid)

454 Freûd come ine glèce.

litt. Froid comme une glace.

Come on hirô, comme un glaçon.

Come on mârbe ou l’ pîre di mârbe.     

litt. Comme un marbre.

Come ine pîre, comme une pierre.

Come on mwèrt, comme un mort.

Come ine Notru-Dame di pîre. (G.)

Comme une Notre-Dame de pierre.

Ces comparaisons s’emploient au propre et au figuré.

C. F. Froid comme glace.

Froid comme un glaçon.

Froid comme un marbre.

Froid comme un cadavre. Froid comme une statue.

(Rouchi) Éte frod come ‘l martiau sint-Ëlwè.

Ce saint ou sa statue ne travaillant pas, son marteau ne saurait s’échauffer.

 

FREÛD

(froid)

455 Freûd come on grognon d’ tchin.

litt. Froid comme un museau de chien.

Ne se dit que des pieds, des mains ou de toute autre partie du corps humain.

 

FREÛD

(froid)

456  I fait freûd come divins ‘ne glacîre, come è l’ Groûlande ou come divins ‘ne Groûlande.

litt. Il fait froid comme dans une glacière, comme dans le Groenland.

 

FREÛD

(froid)

457 I faît freûd  come è l’ iviér,  come â Noyé.

litt. Il fit froid comme en hiver, comme à Noël.

Se dit lorsque, dans une saison autre que l’hiver, la tempé­rature est exceptionnellement froide.

 

FRIYAND

 

(friand)

458 Friyand come ine ratatouye. (G.)
litt. Appétissant comme une ratatouille. (Ironique.)

 

FRIS’

 

(frais)

459 Frisse come ine rôse.
litt. Frais comme une rose.

Come ine violète (B.), comme une violette.

Come ine pâkète (B.), comme une marguerite ou une   communiante.

Come ine rosèye, comme la rosée.

Come on pàvion, comme un papillon.

Come li prétimps, comme le printemps.

C. F. Frais comme une rosé. (Acad.)

(Lille) Rouvelint come eune rôse.

Fris’ se dit non seulement du teint mais encore de la toilette.

 

FRIS’

 

(frais)

460 Fris’ come on pèhon, come on hôtitche.

litt. Frais comme un poisson, comme un gardon.

C. F. Être frais comme un gardon. (Acad.)

Avoir un air de fraîcheur et de santé.

 

FRIS’

 

(frais)

461 Frisse come ine makèye, come  ine mosse. (G.)

litt. Frais comme une caillebotte, comme une moule.

C. F. Frais comme la marée.

 

FRIS’

 

(frais)

462 Il î faît fris’ come divins  ‘ne câve.
litt. Il y fait frais comme dans une cave.

Se dit d’un lieu plein de fraîcheur.

 

FROÛLEÛS

 

(frileux)

463 Froûleûs  come on tchèt d’ après l’ Sint-Dj’han.

litt. Frileux comme un chat (né) après la Saint-Jean.

C. F. Frileux comme une chatte.

 

FRUMIHE

 

(fourmi)

464 Ènn’ a come des frumihes.

litt. Il y en a comme des fourmis.

(Rouchi) Ch’ èst come un nid d’ fourmiches.

E. F. Il en fourmille.

 

FURIEUX.

 

(furieux)

465 Furieûs come on liyon. (A.)
litt. Furieux comme un lion.

 

GÂY

 

(paré)

466 Gâye come ine princèsse.
litt  Parée comme une princesse.
Come ine duchèsse, comme une duchesse.
Come ine marièye, comme une mariée.

C. F. Parée comme une épousée. (Acad )

(Lille) Déplié come l’ joûr dè sin mariâje.

Déplié, c’est-à-dire vêtu d’habillements nouvellement lessivés, qui viennent d’être dépliés.

Gây come on djoû d’ fièsse, paré comme un jour de fête.

Come li dîmègne, comme le dimanche.

Come on djoû d’ Pâke, comme un jour de Pâques.

Come po-z-aler fé sès pâkes, comme pour aller faire ses pâques. (faire sa communion solennelle)

C. F. Paré, brave comme un jour de fête. (Acad.)

Être brave comme un dimanche. (Acad.)

Se faire brave comme un jour de Pâques. (Acad.)

Brave comme une noce. (Acad.)

(Rouchi) Éte aussi faraut queu l’ tyin du bouriau qui va fére sès pâkes.

C. F. Brave comme un bourreau qui fait ses pâques.

Les bourreaux étaient jadis obligés de porter des habits chargés de quelque marque de leur infamie, comme une échelle et une potence. Mais à Pâques, il leur était permis de les quitter et de s’habiller d’autre façon.

Gây come on cadèt d’ procèssion, paré comme un cadet de procession.

Come in-âté d’ confrêrèye, comme un autel de confrérie.

G. F. Parée comme un autel, comme une châsse. (Acad.)

Gâye come ine bièsse, paré comme une bête.

G. F. Brave comme un lapin.

(Namur) Gay come Pièrot.

 

GÂY

(élégant)

467 Gây. Sens ironique.

Gây come Triyolèt qu’ èsteût gây come on tchin.

litt. Elégant comme Triolet qui était élégant comme un chien.

(Rouchi) Ale èst rachenée à l’ ututu come lès vakes d’ Reuméjîe.

Rumégies, village entre Tournay et St-Amand où les femmes étaient coiffées d’une façon particulière. (Hécart, Dictionnaire)

 

GALÊRE

 

(galère)

468 Èsse come âs galêres.

litt. Etre comme aux galères.

E. F. C’est une galère, une vraie galère, c’est être en galère. (Acad.)

 

GASOUYÎ

 

(bégayer)

469 Gasouyî come ine sôlèye. (C.)
litt. Bégayer comme un homme ivre.

 

GÂTÉ

 

(gâté)

470 Gâté come l’âme d’ on djwif. (B.)
litt. Gâté comme l’âme d’un juif.

Gâté come ine poûrèye pome. (G.)

litt. Gâté comme une pomme pourrie.

Gâté come dè l’ djote. (C.)

litt. Gâté comme du chou.

Se dit d’enfants volontaires, capricieux.

C. F. Gâté comme une pomme cuite.

 

DJÈNÈREÛS

 

(généreux)

471 Djènèreûs (djène èt reûd) come ine rècène.
litt. Généreux (jaune et raide) comme une carotte.
Calembour. Se dit des avares.

 

DJIBLO

 

(Gembloux: en wallon: Djiblou)

472 (Rouchi) Éte come ‘l bon Diu d’ Djiblo.

Regarder d’un air stupide.

 

DJIBLOU

 

(Gembloux)

473 (Namur) Il èst come li malade di Djiblou,
I mougne li pouye èt l’oû.

litt. Il est comme le malade de Gembloux, il  mange la poule et l’œuf.

Se dit des gens affamés.

 

DJIN

 

(personne (n.m.))

474 Il èst come ine  djin, i n’ lî  manke qui l’ parole.

litt. Il est comme une personne, il ne lui manque que la parole.

Se dit d’animaux savants ou faisant preuve d’intelligence.

 

GLÈCE

 

(glace)

475 Ine glèce come on mureû.

litt. Une glace (eau congelée) comme un miroir.

C’est-à-dire unie, polie, très glissante.

 

GLOT

 

(friand)

476 Glot come on tchin d’ potchâ.
litt. Friand comme un chien d’équarrisseur.
C. F. Friande comme une chatte.

(Lille et Rouchi.) Glout come un cat d’ èrmite.

Les cats d’ èrmite étaient des individus chargés de faire les commissions relatives à la cuisine de certains couvents. A cause de leurs fonctions, on suppose qu’ils aimaient la bonne chère ; de là, le dicton.

 

GOFIN

 

477 Fé come Madame Gofin.
litt. Faire comme Madame Goffln.

Se mettre à l’aise en se déboutonnant quelque peu, lorsqu’on a trop mangé.

On sait que Mme Goffin, à la suite de l’héroïque dévouement de son mari, qui sauva la vie à un grand nombre de bouilleurs, en 1812, avait été invitée à un banquet à l’Hôtel de Ville. Le préfet la pressait continuellement de manger, aussi la bonne femme fut-elle bientôt rassasiée. Alors se tournant vers son mari, elle lui dit : “Ma frike, Houbêrt, fez come vos volez, por mi dji m’ va distèler ‘ne agrape.”

L’anecdote se raconte de diverses manières.

 

GOSÎ

 

(gorge)

478 Âvu on gosî come ine tchôde pîre.
litt. Avoir la gorge comme une pierre chaude.
Avoir la gorge brûlante et desséchée. Avoir très soif.

 

GOSÎ

 

(gorge)

479 Avu on gosî come ine tchâsse à rôyes.

litt. Avoir un gosier comme un bas à raies.

Avoir un gosier très élastique. Boire fort.

 

GOS’

 

(goût)

480 Èsse sins gos’ come li stokfès’. (A.)
litt. Etre sans goût comme le stockfisch.

Etre triste et pensif. Ne ressentir ni joie, ni plaisir.

 

GOSTER

(goûter)

481 Çoula m’ a gosté come dè souke. (B.)
litt. Cela m’a goûté comme du sucre.

Se dit d’un mets peu friand que l’on mange de bon appétit.

 

GRAND

 

(grand)

482 Grand come pére èt mére.
litt. Grand comme père et mère.

Se dit d’enfants parvenus à l’âge adulte ou à peu près, et qui, par leur travail, viennent en aide à leurs parents.

 

GRAND

 

(grand)

483 Grand : avoir la taille grande. Etre de haute stature.
Grand come in-adjèyant, comme un géant.

Come on tambour-manjôr, comme un tambour-major.     

Come in-âbe, comme un arbre.

Come ine pîce à houbion, comme une perche à houblon.

Come on passèt, comme un échalas.

C. F. Grand comme un géant. (Acad.)

E. F. C’est un échalas, c’est une grande perche. (Acad.)

 

GRAND

 

(grand)

484 Grand se dit par exagération en parlant d’une chose grande en son genre.

Grand come on salârdî, grand comme un saladier.

Come on tchôdron d’ bowerèsse, comme un chaudron de lessiveuse.

Come ine rowe di chèrète, comme une roue de charrette.

Come ine cârmane, comme une charrette à ridelles.

Come on linçoû, comme un drap de lit.

 

GRAND

 

(grand)

485 Grand come ine rowe di molin.

litt. Grand comme une roue de moulin.

Come ine pîre di molin, comme une meule de moulin.

Come ine mohone, comme une maison.

Come on tchèstê, comme un château.

Come ine èglîse, comme une église.

 

GRAND

(grand)

486 Grand se dit par ironie et par exagération d’une chose
fort petite en son genre.

Grand come on trau d’ colèbîre.

litt. Grand comme un boulin.

Come on vantrin, comme un tablier.

Come on norèt d’ potche, comme un mourhoir de poche.

Come ine min, comme une main.

C. F. Grand comme la main. (Acad.)

(Rouchi) Grand come un écourchué (tablier).

 

GRÈTER

 

(égratigner)

487 Grèter come on tchèt.
litt. Egratigner comme un chat.

 

GRÈTER

 

(gratter)

488 Si grèter come on rogneûs.
litt. Se gratter comme un rogneux.

 

GRÈVÈSSE

 

(écrevisse)

489 Fé come ine grèvèsse divins ‘ne cokemâr.
litt. Faire comme une écrevisse dans un coquemar.
Faire beaucoup de bruit, causer beaucoup de désordre.

 

GRIBOUYE

 

490 Fé come Gribouille ou Govî qui moussîve è l’ êwe po l’ plêve.

litt. Faire comme Gribouille ou Govî qui entrait dans l’eau pour (éviter) la pluie.

Var. Ossi sot qu’  Mon qui moussîve, etc.

P. F. Se cacher dans l’eau de peur de la pluie.

 

GRIS-MAYETÉ

 

(tacheté)

491 Gris-mayeté come ine djalofreune.
litt. Tacheté comme un œillet.

 

GRIPER

 

(grimper)

492 Griper come on tchèt, come on spirou, come on mârticot.

litt. Grimper comme un chat, comme un écureuil, comme un singe. Grimper avec adresse, légèreté, agilité.

 

GRIS

 

(gris)

493 (Lille) Gris come un pin d’ swale, come pin d’ swale.

litt. Gris comme un pain de seigle, comme pain de seigle.

 

GROGNÎ

(grogner)

494 Grognî come on pourcê.

litt. Grogner comme un porc.

 

GROS

(gros)

495 Gros se dit au propre et au figuré, pour exprimer différentes grosseurs, la grosseur d’objets différents.

Gros comme ine make d’attèche.

litt. Gros  comme une tête d’épingle.

Come on peûs, comme un pois.

Come ine féve, comme une fève.

Come ine pètchale, comme une baie d’aubépine.

Come ine nokète di boûre, comme une loquette de beurre.

Come in-oû, comme un œuf.

Come in-où d’ colon, comme un œuf de pigeon.

Come on hougnot d’ nîvaye, comme un boulet de neige.

Come on boursê, comme une bosse au front.

Come mi pôce, comme mon pouce.

Come on pogn, comme un poing.

Come li brès’, comme le bras.

Come li djambe, comme la jambe.

Come li cwèr, comme le corps.

Come on cabus, comme un (chou) cabus.

Come ine hougnète, comme une veillotte (tas de foin).

Come ine neûhe, comme une noisette.

Come ine djèye, comme une noix.

 

GROS

(gros)

496  Gros come li brès’.

Traiter quelqu’un de monsieur, de monseigneur, gros comme le bras. Lui donner ces titres fréquemment et avec emphase. (Acad.)

 

GROS

(gros)

497 Gros. Très corpulent.

Gros come on boûf, gros comme un bœuf.

Come ine vèssèye, comme une vessie.

Come on tonê, comme un tonneau.                             

Come ine toûr, comme une tour.

C. F. Etre gros comme un bœuf. (Acad.)

Etre gros comme une barrique. (Acad.)

(Rouchi) Il est pus gros que l’ diale don Piêre.

Don Pierre, selon la tradition, était un cabaretier qui ne faisait pas bonne mesure. Un diale fut condamné à boire tout ce que don Pierre retranchait de la mesure. Un jour qu’il y avait foule au cabaret, le diable devint si gros qu’il demanda grâce au cabarelier qui fut si effrayé qu’il devint honnête homme, et donna une grande partie de son bien à l’église. Telle est la tradition qui a donné lieu à ce proverbe. (Hécart,  Dict. Rouchi, p. 240.)

 

GROS

(gros)

498 (Mons) Gros come in kin d’ taneû .      

litt. Repu comme un chien de tanneur.

 

GROSSÎR

 

(grossier)

499 Grossîr come on houlan.
litt. Grossier comme un uhlan.
Come on tchèron, comme un charretier.
Come ine hièderesse, comme une porchère.

Come on tch’vâ d’ crahelî, comme un cheval de charbonnier.

Come ine pwète di prîhon, comme une porte de prison.

C. F. Grossier comme un pandour, comme une porte de prison.

 

GROUMÎ

 

(mâcher)

500 (Namur) Groumî come one bèrbis.
litt. Mâcher comme une brebis.

Mâcher longtemps une bouchée.

 

GRUSÊ    

 

(grêle)

501 Il èst come dè grusê.
litt. Il est comme la grêle.

Se dit d’un enfant vif et remuant.

C. F. Cet enfant est méchant comme la grêle. (Acad.)

 

GUÈFRÈTE

 

502 (Namur) C’ èst come Guèfrète, qui mwin.ne lès-ôtes pichî.

litt. C’est comme Gueffrette, qui conduit les autres pisser.

P. F. C’est un Jocrisse qui mène les poules pisser.

 

GUEÛYE

 

(gueule)

503 Avu ‘ne gueûye come ine blame. (B.)
litt. Avoir une gueule comme une flamme.

Avoir la riposte prompte et méchante.

Se dit principalement des femmes.

 

GUEÛYE

 

(gueule)

504 (Namur) I faît one gueûye come on r’ naud qu’ èst pris dins on cèp’.

litt. Il fait une gueule comme un renard pris au piège.

E. F. Honteux comme un renard qu’une poule aurait pris.

 

GUEULE

 

(gueule)

505 (Rouchi) Il a toudi l’ gueule ouvèrte come èl bourse d’ un avocat.

litt. Il a toujours la bouche ouverte comme la bourse d’un avocat.

Se dit de celui qui a un appétit vorace.

 

GUEÛS

 

(gueux)

506 Gueûs come on pondeû.

C. F. Gueux comme un peintre. (Acad.)

 

HABÈYE

 

(habile)

507 Habèye comme on voleûr. (C.)
litt. Habile comme un voleur.

C. F. Adroit comme un filou.

 

HABÈYE

(habile)

508 Habèye (ou: bâbinème) come nosse Colas. (C.)

litt. Habile (ou: lourdeau) comme notre Colas.

 

HAGNÎ

 

(mordre)

509 Hagnant come on coûtê hârdé. (C.)
litt. Tranchant comme un couteau ébréché.
Sens ironique.

 

HAGNÎ

 

(mordre)

510 Hagnî come on tchin.
litt. Mordre comme un chien.

Se dit, au propre, de celui qui mord pour se défendre. Au figuré, se dit d’une personne mordante.

 

HÅGNÎ

 

(étaler)

511 Hågnî come dès parokèts d’ crôye so l’ djîvâ, dizeû l’ caîsse di l’ ôrlodje.

litt. Étaler comme des perroquets en craie sur la tablette de la cheminée, sur la caisse de l’horloge.

Hågnî come ine cloke di keûve.

litt. Étaler comme un mortier en cuivre.

Ces comparaisons se disent surtout des jeunes filles qui, au bal, au spectacle, etc., se placent en évidence, dans l’espoir d’attirer des danseurs, des épouseurs.

 

HAYÂVE

 

(difficile)

512 Ossi hayâve qu’ ine ètike, qu’ ine vîle djin.

litt. Aussi difficile qu’un ètique, qu’une vieille personne.

Hayâve come in-èfant qu’ a d’pihî sès lignerê. (G.)

litt. Importun comme un enfant qui a pissé dans ses langes.

Hayâve come in-èfant qu’ a l’ five lin.ne. (B.)

 litt. Difficile comme un enfant qui a la fièvre lente.

 

HAÎPIEÛS

 

(maladif)

513 Haîpieûs come on hwèrsî tchèt. (G.)
litt. Maladif comme un chat épuisé.

 

HAÎTÎ

 

(sain)

514 Haîtî come on pèhon.
litt. Sain comme un poisson.
Come ine âblète, comme une ablette.
Come on govion, comme un goujon.
Come ine trûte, comme une truite.
Come in-ortolan, comme un ortolan.
Come on pîsson, comme un pinson.

Come l’ oûy dè l’ tièsse, comme l’œil de la tête.

C. F. Sain comme le poisson dans l’eau.

Sain comme un gardon. Gras comme un ortolan.

 

HALÈNE

 

(haleine)

515 Avu ine halène come on rèseû.
litt. Avoir une haleine comme un rasoir.

E. F. Avoir l’haleine à tuer les mouches au vol.

 

HALOF

 

516.   516 Halof èn’ halof, come lès Flaminds,
À d’m
èye, come on tond lès tchins.

litt. Half en half, comme les Flamands, à demi, comme on tond les chiens.

Ne faire une chose qu’à moitié, n’en faire que ce qu’il faut absolument.

 

HÂRDÉ

 

(édenté)

517 Hârdé come on vî tch’vâ. (G.)

litt. Ëdenté comme un vieux cheval.

C. F. Ëdenté comme une vieille sorcière.

 

HARDI

 

(hardi)

518 Hardi come on padje, come on padje di coûr, come on padje di make.

litt. Hardi comme un page, comme un page de cour, comme un valet de trèfle.

C. F. Effronté comme un page ou comme un page de cour. (Acad.)

Insolent comme un valet de trèfle. (Acad.).

Effronté comme un valet de carreau.

(Lille) Hardi come un pâje.

 

HARDI

 

(hardi)

519 Hardi come on cok so si ansinî.
litt. Hardi comme un coq sur son fumier.

C. F. Hardi comme un coq, comme un coq sur son fumier, fier comme un pou sur son fumier.

Dans cette comparaison, aujourd’hui inusitée, le mot pou est

synonyme de coq. (Quitard. Dict. des proverbes.)

 

HARÈDJERÈSSE

 

(harengère)

520 Fé come ine harèdjerèsse.
litt. Faire comme une harengère.

C. F. Crier, dire des injures comme une harengère. (Acad.)

 

HARIN

 

(hareng)

521 Èsse come on harin d’vins ‘ne foye di djote.
litt. Etre comme un hareng dans une feuille de chou.

Se dit d’une personne dont les vêtements ont trop d’ampleur.

 

HARLAKE

 

(enfant pétulant dont les vêtements sont souillés)

522 (Mons) Té v’là faît come in harlake.

litt. Te voilà fait comme un harlake.

 

HÂSPLÈYE

 

(écheveau)

523 C’ èst come ine kimèlèye hâsplèye.

litt. C’est comme un écheveau embrouillé.

C’est une confusion, un embrouillement,un dédale, un brouillamini, un chaos inextricable.

 

HATRAt.

 

(gorge)

524 On hatrê come on colon qu’ a bin tchampyî. (A.)

litt. Une gorge comme un pigeon qui est bien repu.

Avoir le cou très gros comme le pigeon qui a mangé beau­coup de graines dans les champs.

On hatrê come ine tchâsse di djèye. (A.)

litt. Un cou comme un bas rempli de noix.

Allusion faite au cou d’une goitreuse.

Certaines personnes conservent leur provision de noix dans des bas.

On hatrê come ine cigogne. (A.)

Un cou long et mince comme celui d’une cigogne.

 

HÔT

 

(haut)

525 I n’ èst nin pus hôt qu’ ine bote, qu’ ine bote di cavayîr.

litt. Il n’est pas plus  haut qu’une botte, qu’une botte de cavalier.

Etre de petite taille, de taille peu élevée.

(Lille) Pwint pus haut qu’ eune bote.

 

HÔT

(haut)

526 I n’ faît nin pus d’ hôt qu’ on qwâtron d’ djèyes, qu’ on qwâtron d’ boûre.

litt. Il ne fait pas plus de volume qu’un quarteron de noix, qu’un quarteron de beurre.

Se dit d’un homme de petite taille, maigre et de chétivc apparence.

 

HÔT

(haut)

527 Ossi hôt qu’ ine toûr, qui l’ cokerê d’Sint-Pau.

litt. Aussi élevé qu’une tour, que le coq de l’église St-Paul.

Se dit, par exagération, d’un objet, d’une maison, etc., placé dans un endroit élevé.

 

HÈGNE

 

(grimace)

528 Fé ‘ne hègne come ine èssègne d’ apoticâre.

litt. Faire une grimace comme une enseigne d’apothicaire.

Allusion aux enseignes grotesques des anciens apothicaires.

Var. Fé ‘ne mène come ine hègne d’ apoticâre.

 

HÈNA

(verre)

529  On hèna come on couvelâ.

litt. Un verre comme un cuveau.

Se dit, par exagération, d’un très grand verre.

 

HÉR

 

(haïr)

530 Hér come li pèsse.
litt. Haïr comme la peste.
Come li gale, comme la gale.
Come li pwèson, comme le poison.
Come li mwèrt, comme la mort.

Si hér come tchin èt tchèt, se haïr comme chien et chat.

C. F. Haïr quelqu’un ou quelque chose comme la peste, comme la mort. (Acad.)

 

EÛRE

 

(heure)

531 Èsse à l’ eûre jusse, come li sôdâr. (B.)
litt. Être à l’heure fixe, comme le soldat.

 

HEÛRE

 

(déteindre)

532 Heûre come on coton. (B.)
litt. Déteindre comme un coton.

Heûre â solo come li mâva coton.

 litt. Déteindre au soleil comme le mauvais coton.

Se  dit en parlant d’une étoffe qui se déteint et aussi en parlant d’un homme usé par les plaisirs.

 

HEÛRE

(grange)

533 On-èst cial, i faît cial come divins ‘ne heûre.

litt. On est ici, il fait ici comme dans une grange.

Se dit d’une maison,d’un local délabré et exposé aux courants d’air.

 

HÊVURLIN

 

(habitant de Herve)

534 Èsse come les hêvurlins, avu l’ âme tch’viyèye è cwèr..

litt. Être comme les habitants de Herve, avoir l’âme che­villée dans le corps.

Se dit de ceux qui résistent à de fortes maladies. D’où vient cette comparaison ?

 

HÎYETER

 

(sonner)

535 Hîyetant come on clabot.

litt. Sonnant comme un grelot.

C. F. Bruyant comme un grelot.

 

OME

(homme)

536 In-ome come in-âbe, come on soûmî, come on batumint.   

litt. Un homme comme un arbre, comme une poutre, comme un bâtiment.

Un homme grand, fort, robuste et droit.

(Mons) Gros èt fôrt come in soumier.

 

OGNÈSSE

 

(honnête)

537 Ognèsse come li tchin da Godâ.
litt. Honnête comme le chien de Godart.

On ajoute souvent : qui d’pihîve li ros’ â feû, qui pissait sur le rôt au feu (à la broche).

C. F. Poli comme un ours.

 

OGNÈSSE

 

(honnête)

538 Ognèsse come on hièrdî, come ine hièderèsse di pourcê, come on tch’và d’ crahelî.

litt. Honnête comme un porcher, comme une porchère, comme un cheval de charbonnier.

 

OGNÈSSE

 

(honnête)

539 Ognèsse come ine palète à tchâfèdje. (A.)
litt. Honnête comme une pelle à feu.

Se dit, en bonne part, en parlant d’une personne qui rou­git très vite, qui ne sait entendre une plaisanterie de mauvais goût sans rougir.

 

OGNÈSSE

 

(honnête)

540 Ognèsse come ine mamesèle. (A.)
litt. Honnête comme une demoiselle.

Se dit, par moquerie, d’un homme très minutieux, très galant.

 

ONEÛR

 

(honneur)

541 On lî faît l’ min.me oneûr qu’ à on sot.

litt. On lui fait le même honneur qu’à un insensé.

C’est-à-dire on ne lui répond pas,  on laisse ses demandes sans réponse, on ne prête aucune attention à ce qu’il dit.

 

ONEÛR

 

(honneur)

542 (Lille) On lî feura pus d’ oneûr qu’ à un viau: on l’ intièrera avè s’ piau.

litt. On lui fera plus d’honneur qu’à un veau : on l’enterrera avec sa peau.

 

ONEÛR

 

(honneur)

543 (Lille) On li faît d’ l’ oneûr come à talot.

litt. On lui fait de l’honneur comme au talot.

Autrefois, chaque paroisse, à Lille, avait son talot qui rendait service à la sacristie ; il marchait à la tête de la procession et avant la croix. De là, le dicton. (Hécart. Dict. Rouchi.)

 

ONTEÛS

(honteux)

544 Onteûs come on voleûr.
litt. Honteux comme un voleur.

Honteux comme un voleur pris sur le fait, comme un voleur que l’on prend au collet.

C. F. Honteux comme un renard qu’une poule aurait pris.

En parlant d’une femme l’on dit :

Onteûse come ine lânerèsse, comme une larronnesse.

 

ONTE

(honte)

545  I n’ a nin pus d’ honte qu’ on tchin, qu’ on voleûr.

litt. Il n’a pas plus de honte qu’un chien, qu’un voleur.

Etre dépourvu de toute honte. N’avoir ni pudeur, ni vergogne, comme un voleur lorsqu’il dérobe.

 

HOSSÎ

(balancer)

546 Hossî come ine sôlèye.
litt. Balancer comme un ivrogne.

On dit aussi : come ine sôlèye divins on pwèsse.

Gomme un ivrogne dans un vestibule.

Ne pas savoir marcher droit.

C. F. Chanceler comme un homme ivre. (Acad.)

 

HOUYEÛ

(mineur)

547 Fé come li houyeû, magnî tot. (B.)

litt. Faire comme le bouilleur, manger tout.

Se dit des prodigues et des imprévoyants. Allusion à la manière de vivre  des houilleurs qui, lorsqu’ils gagnent beaucoup, ne songent point à économiser pour l’avenir.

 

HOUYEÛ

(mineur)

548 Èsse come lès houyeûs, nâhi dè beûre.
litt. Être comme les houilleurs, fatigués de la bure (beûr) (ou de

boire (beûre)).

Jeu de mots dont on se sert familièrement pour refuser une invitation à boire.

 

HOULÉ

 

(boiteux)

549 Houlé come ine crâwe.

litt. Tortu comme une crosse. — Etre boiteux.

Houlé come on Mendawîr. (G.)

litt. Boiteux comme un Mendawir.

Mendawîr. Qu’est cela? Un mot dont le sens échappe aux plus sérieuses recherches, mais qui n’en sert pas moins aux wallons pour marquer une claudication accentuée.

G. F. Boiteux comme un diable.

 

HOÛLER

 

(hurler)

550 Hoûler come on leûp. (B.)
litt. Hurler comme un loup.

Crier très fort pour peu de choses.

Voyez le mot braîre.

 

HOUMER

(humer)

551 Houmer s’ vêre come li vint.
litt. Humer son verre comme le vent.
Boire son verre sans y laisser une goutte.
Se dit surtout des buveurs de genièvre.

 

HOUREUX

 

(transi de froid)

552 Houreûs come on pîsson è l’ nîvaye. (G.)
litt. Transi de froid comme un pinson dans la neige.
Comparaison très répandue dans les campagnes et surtout dans les Ardennes.

 

HOÛSÉ

 

(gonflé)

553 Hoûsé come on tonê. (A.)
litt. Gonflé comme un tonneau.

Hoûsé come on cou (C.), come ine vèssèye. (C )

 litt. Enflé comme un cul, comme une vessie.

Ces comparaisons s’emploient en parlant de personnes ma­lades, chez lesquelles l’une ou  l’autre partie du corps est gonflée.

 

HOÛTER

 

(écouter; obéir)

554 Hoûter come on tchin.

litt. Obéir comme un chien.

Se dit en parlant d’animaux bien dressés.

 

HOÛTER

 

(écouter; obéir)

555 I n’ hoûte nin pus qu’ on p’tit tchin.

litt. Il n’obéit pas plus qu’un petit chien.

S’emploie en parlant d’un enfant désobéissant, indocile.

 

HU

 

(Huy)

556 À Hu come à Dinant. (B.)

litt. A Huy comme à Dinant.

Une chose vaut l’autre.

 

UCH

 

(porte)

557 (Mons) À l’ uch, come lès bleûs.
litt. A la porte, comme les bleus.

A Mons, les orphelins sont habillés en bleu et congédiés à l’âge de dix-huit ans. De là, le dicton.

 

HUFLER

 

(siffler)

558 Hufler come in-ôrimièl.
litt. Siffler comme un loriot.

G. F. Siffler comme un merle.

 

WILE

 

(huile)

559 (Mons) C’ èst come deu l’ wile d’ olîve, ça r’vièt toudi d’zeûr l’ iau.

litt. C’est comme de l’huile d’olive, cela revient toujours sur l’eau.

Se dit d’une personne qui ne peut se défaire d’une habitude, d’une passion.

 

INFÊR

 

(enfer)

560 Èsse come è l’ infêr.

litt. Être comme en enfer.

Souffrir constamment, sans relâche. Être très malheureux.

 

INFLER

 

(enfler)

561 Infler come on moncheû, come  in-ome qu’ a l’ êwelène.

litt. Enflé comme un monsieur, comme un hydropique.

Devenir gros, gras, corpulent.

Infler (ou: hoûser) come on crapaud.

litt. Enfler comme un crapaud.

Etre gonfler d’orgueil, de vanité.

 

INFLER

 

(enfler)

562 Infler come on posson. (A.)
litt. Enfler comme un pot.

Se dit quand on a trop bu.

Infler come on balon.

litt. Enfler comme un ballon.

Come on tabeûr, comme un tambour.

Come on tonê, comme un tonneau.

Come ine vèssèye, comme une vessie.

C. F. Enflé comme un ballon. (Acad.)

Avoir le ventre ballonné. (Acad.)

Avoir le ventre tendu comme un tambour. (Acad.)

Être gros comme une barrique. (Acad.)

 

INTRER

 

(intrer)

563 Intrer come on spér.
litt. Entrer comme un spectre.

Entrer à l’improviste et sans faire de bruit.

 

INTRER

(entrer)

564 On-î inteûre come divins ‘ne èglîse.
litt. On y entre comme dans une église.

Se dit d’une maison où l’on entre sans se faire annoncer, sans sonner, sans heurter à la porte.

C. F. On y entre comme dans un moulin.

 

INVISIBE

 

(invisible)

565 Invisibe come Macascou.

Macascou. Ce nom est souvent donné au chat qui, par son

pelage de couleur foncée et le peu de bruit qu’il fait en marchant, est presque invisible le soir.

 

DJAÎRÎ

 

(désirer fortement (comme une femme enceinte))

566 Djaîrî come ine feume ècinte, come ine feume grosse.

litt. Désirer une chose comme une femme enceinte; comme une femme grosse.

 

DJALOT

 

(jaloux)

567 Djalot come on mohon.

litt. Jaloux comme un moineau.

Djalote come ine tîgrèsse. (G )

 litt. Jalouse comme une tigresse.

C. F. Jaloux comme un tigre. (Acad.)

 

DJAMBE

 

(jambe)

568 Avu ‘ne djambe come on cossin, come on sômî. (A.)

litt. Avoir une jambe comme un coussin, comme un som­mier.

Se dit d’une jambe grosse parce qu’on est bien portant, ou d’une jambe gonflée par suite d’accident ou de maladie.

 

DJAMBE

 

(jambe)

569 Avu dès djambes come dès corîhes. (G.)
litt. Avoir des jambes comme des fouets.

Être un marcheur infatigable.

 

DJAMBE

 

(jambe)

570 Dès djambes come dès fîsês.
litt. Des jambes comme des fuseaux.
Come dès fîstous, comme des fétus de paille.
Come des skèyes, comme des sapes de moissonneur (= grandes jambes).
Come dès hèsses, comme des échasses.

Come des cayèts d’ bwès (A.), comme des morceaux de bois.

Come dès flûtes, comme des flûtes.

Come dès huflèts, comme des sifflets.

Come dès nâlîs, comme des cordons de soulier.

Avoir les jambes longues et maigres.

E. F. Avoir des jambes de cotret. (Acad.)

Avoir des jambes de fuseau. (Acad.)

Il semble être sur des échasses. (Acad.)

Être monté sur des flûtes. (Acad.)

Il a des jambes comme des flûtes à l’oignon. (Acad.)

(Namur) Des djambes come po bate do stron dins one djusse.

 

DJAMBE

(jambe)

571 Avu dès djambes come à qwinze ans.
litt. Avoir des jambes comme à quinze ans.

Se dit d’une personne âgée qui est encore ferme sur les jambes.

E. F. Avoir ses jambes de quinze ans. (Acad.)

 

DJAMBE

(jambe)

572 Avu dès djambes come on zêta.
litt. Avoir des jambes comme un z.

C. F. Il est fait comme un z. (Acad.)

 

DJÂSER

 

(parler)

573 Djâser come in-avocat.

litt. Parler comme un avocat.

S’exprimer avec facilité, aisance et sans embarras. Parler avec élégance, sans jamais être à quia.

 (Lille) Parler come un-avocat.

 

DJÂSER

 

(parler)

574  Djâser come on lîve, come on catrucème, come in-ârmanak.

litt. Parler comme un livre, comme un catéchisme, comme un almanach.

Parler avec facilité, mais en termes trop recherchés et trop arrangés pour la conversation. Il se prend aussi en bonne part et signifie s’exprimer heureusement sur toutes sortes de sujets.

G. F. Parler comme un livre.

(Lille) Parler come un lîve.

 

DJÂSER

(parler)

575 Djâser come in-andje, come in-orâke.

litt. Parler comme un ange,comme un oracle.

Parler fort bien, parfaitement.

C. F. Parler comme un ange, comme un oracle. (Acad.)

 

DJÂSER

(parler)

576 Djâser come in-ome.
litt. Parler comme un homme.

Parler en maître, commander, ordonner. — Dire franche­ment et hardiment ce que l’on pense. — Donner des raisons, des arguments péremptoires. — Faire à quelqu’un des proposi­tions avantageuses.

Le contraire est : djâser come on p’tit valèt.

litt. Parler comme un petit garçon.

 

DJÂSER

(parler)

577 Djâser come on bribeûs. (A.)

litt. Parler comme un mendiant.

Parler lentement, avec une voix glapissante, tremblotante.

 

DJÂSER

(parler)

578 Djâser come ine mamesulète. (A.)
litt. Parler comme une petite demoiselle.
Parler avec affectation.

 

DJÂSER

(parler)

579 Djâser  come à c’fèsse, come à c’fèssion.
litt. Parler comme à confesse.

Parler à voix basse. — Parler avec franchise, en toute sin­cérité, sans détour, sans rélicence. — Dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. — Gonfler quelque chose comme sous le sceau de la confession.

Var. Dîre li vraîy come à c’fèssion.

litt. Dire la vérité comme à confesse.

(Namur) Dji vos di 1′ vraî come à cofèsse.

 

DJÂSER

(parler)

580 Djâser come on vî, come on vî mohon.
litt. Parler comme un vieux, comme un vieux moineau.
Parler comme un sage.

 

DJÂSER

(parler)

581 I djâse co mî qu’ on tch’vâ, qu’ a portant ‘ne bin grande gueûye.

litt. Il parle mieux qu’un cheval lequel a cependant la bouche bien grande.

Ce qu’il dit vaut mieux par la forme que par le fond.

Comparaison ironique. Le wallon feint de croire que la valeur des arguments doit correspondre à la grandeur de la bouche.

 

DJÂSER

(parler)

582 Djâser come in-èfant.

 litt. Parler comme un enfant.

Tenir des discours puérils, des conversations banales. Parler sans réfléchir, sans comprendre la portée de ce que l’on dit. — Commettre des indiscrétions en parlant.

Djâser tchitchâ come lès-èfants. Zézayer.

 

DJÂSER

(parler)

583 Djâser come in-èstoûrdi.

litt. Parler comme un étourdi. Comme ine ènnocin, comme un sot. Comme ine homme sô, comme un homme ivre. Comme on sot, comme un fou. Gomme on Joigne, comme un imbécile. Comme ine bièsse, comme une bête. Comme ine hervette, comme une péronnelle. Comme ine bouhale, comme une pécore. Comme on pagant, comme un pacant. Parler à tort et à travers, déraisonner. C. F. Parler comme un étourdi. (Acad.)

 

DJÂSER

(parler)

584 Djâser come on hatcha.

litt. Parler comme un caqueteur.

Come on parokèt, comme un perroquet.

Come ine aguèce, comme une pie.

C. F. Jaser comme une pie, comme une pie borgne. (Acad.)

Jaser comme un merle. (Acad.)

Bavarde comme une pie. (Acad.)

Parler comme un perroquet. (Acad.)

(Lille) Ch’ èst eune langue d’ agache, i n’ décèsse jamaîs d’ parler.

 

DJÂSER

(parler)

585 Djâser come on fiake.

litt. Parler comme un fiacre.

Come ine pantoufe, comme une pantoufle.

Come Pwatié, comme Poitié.

Come Djîsèyasse, comme Djîsèyasse

Parler au hasard, battre la campagne, déraisonner.

Peut-être faudrait-il écrire : six et as.

C. F. Parler comme un fiacre. (Acad.)

Raisonner comme une pantoufle. (Acad.)

Raisonner comme un coffre. (Acad.)

(Rouchi) Té d’vise come papa qui n’ a qu’ un euy. (œil)

 

DJÂSER

(parler)

586 Djâser come ine harèdjerèsse.
C. F. Parler comme une harengère. (Acad.)

Etre mal embouché.

 

DJÂSER

(parler)

587 Djâser come on mânèt, come on pourcê.
litt. Parler comme un grossier, comme un cochon.
Dire, tenir des propos, des paroles obscènes.

 

DJÂSER

(parler)

588 Djâser d’ ine saqwè come in-aveûle dès coleûrs.

C. F. Parler d’une chose comme un aveugle de couleurs. (Acad.) Parler de choses dont on n’a aucune connaissance.

 

DJÂSER

(parler)

589 Djâser francès come ine vatche èspagnole.

G. F. Parler français comme une vache espagnole. (Acad.)

 

JENNE.

 

(jaune)

590 Djène come di l’ ôr.
litt. Jaune comme de l’or.
Come on fi d’ ôr, comme un fil d’or.
Come on filèt d’ ôr, comme un filet d’or.
Come ine pèce d’ ôr, comme une pièce d’or.
Come dè keûve, comme du cuivre.
Come de mèkin, comme de l’ocre.

Come dè sofran, comme du safran.

Come on limon, comme un limon.

Come on citron, comme un citron.

Come ine peûre di cwin, comme une poire de coing.

Come ine rècène, comme une carotte.

Come dè stron, comme un étron.

C. F. Être jaune comme un coing, comme un citron, comme souci, comme safran, comme du safran. (Acad.)

Être jaune comme cire. (Acad.)

Jaune comme de l’or, comme de l’ocre. (Acad.)

(Namur) Djane come one pwâre di cwin.

 

JÉSUS

 

(Jésus)

591 Èsse come mamé Jésus. (B.)

litt. Être comme le bien-aimé Jésus.

Etre inoffensif, simple, bon.

 

DJEÛ

 

(jeu)

592 C’ èst come on djeû.

litt. C’est comme un jeu.

Se dit 1 d’une chose qu’on fait facilement ;

2 d’un événement fâcheux et imprévu ;

3 d’enfants, de personnes qui retombent sans cesse dans les mêmes fautes.

 

DJEÛ

 

(jeu)

593 Toumer â djeû come Califîce à tchin.
litt. Tomber au jeu comme Califîce à chien.

Ne pas réussir au jeu.

 

DjÔNE

(jeune)

594 Èsse come on djône.
litt. Être comme un jeune.

Se dit d’une personne d’un certain âge qui est en bonne santé ou qui se fait remarquer par son humeur joviale, par la vivacité, la légèreté de sa démarche ou par le bon goût et la fraîcheur de sa toilette.

 

DJOTE

 

(chou)

595 C’ èst come dè l’ djote ristchâfèye, come dè l’ djote sins sé.

litt. C’est comme du chou réchauffé, comme du chou sans sel.

 

DJOÛ

(jour)

596 C’ èst come li djoû èt l’ nut’.
litt. C’est comme le jour et la nuit.

C. F. Ces deux choses sont différentes comme le jour et la nuit. (Acad.)

C’est le jour et la nuit. (Acad.)

 

DJOUPER

(crier fort)

597 Djouper come lès feumes d’ à l’ hale. (C )
litt. Crier fort comme les femmes de la halle.

 

DJOWER

(jouer)

598 Djower come ine masète.

litt. Jouer comme une mazette.

Come on savtî, comme un savetier.

Come on djoweû d’ tape-cou, comme un joueur de trappe de cave.

Les enfants du peuple aiment à jouer aux cartes dans la rue. On les voit ordinairement assis sur quelque trappe de cave, dite tape-cou, ils y jouent aussi mal que bruyamment. De là, l’épithète de djoweû d’ tape-cou donnée à ceux qui font des fautes au jeu ou qui crient fort pour soutenir leur manière de jouer.

G. F. Jouer comme une mazette.

Djower come dès-èfants.

litt. Jouer comme des enfants.

Batifoler, rire comme des enfants. — Jouer sans enjeu, sans que la partie soit intéressée.

 

DJOWEÛ

(joueur)

599 (Lille) Ch’ èst come lès jueûs d’ violon,

I n’ i a pwint pîre qu’ à s’ mason.

litt. C’est comme les joueurs de violon, / Il n’y a rien de pire dans sa maison.

 

DJOYEÛS

(joyeux)

600 Djoyeûs come on pîsson, come on violon.

litt. Joyeux comme un pinson, comme un violon.

C. F. Être gai comme un pinson, comme pinson. (Acad.)

(Namur) C’ è-st-on pinson dins one sôciété. (société d’amateurs de chant de pinson)

(Mons) Gaî come in pinson.

(Lille-Douai-St-Quentin.) Gaî come un pinchon.

 

DJWIF

 

(juif)

601 (Ardenne) Djwif come on crahelî.

Crahelî. Homme dont le métier consiste à aller vendre de porte en porte, du blé,des pommes, etc., qu’il transporte à dos de cheval. On dit : djwif come on crahelî, parce qu’ils ont la réputation de dupeurs.

(A. Body, Vocab. des Agriculteurs.)

 

DJURER

 

(jurer)

602 Djurer come on payin.

litt. Jurer comme un païen.

Come on possédé, comme un possédé.

Come on crahelî, comme un blatier.

Come on pwèrte-âs-sètchs, comme un portefaix.

Come on tchèron qu’ èst stantchî, comme un charretier embourbé.

C. F. Jurer comme un charretier embourbé, ou simplement, comme un charretier. (Acad.)

Jurer comme un païen. (Acad.)

Jurer comme un templier.

 

DJUSSE

 

(juste)

603 Djusse come ine djusse.
litt. Juste comme une cruche.

Jeu de mots. — On ajoute souvent :  èt  rond come on posson.

 

DJUSSE

 

(juste)

604 Djusse come di l’ ôr.
litt. Juste comme de l’or.

Come l’ ôr è l’ balance, comme l’or (pesé) dans la balance.

Come l’ ôr èt l’ balance, comme l’or et la balance.

C. F. Juste comme de l’or. (Acad.)

(Charleroi) Jusse come èl balance.

 

DJUSSE

(juste)

605 Djusse come li BoanDiu (G.), come li Mwèrt.
litt. Juste comme le Bon Dieu, comme la Mort.

(Voyez : Bailleux. Ine vèye fâve da  m’ grand-mére.)

 

DJUSSE

(juste)

606 Djusse èt cwâré come ine flûte.
C. F. Juste et carré comme une flûte.
(Rouchi) Ch’ èst jusse, câré come eune flûte.

 

DJUSSE

(juste)

606 Djusse come on pot d’ cink pintes.
litt. Juste comme un pot de cinq pintes.

Se dit d’une chose qui n’est pas juste. (Rouchi.) Jusse comme on pot d’chon pintes.

 

KÈY

 

(tomber, chuter)

608 (Mons) Kèy come eune cuvèle èsclisse.

Se ruiner, s’abîmer tout à coup.

Kèy èsclisse se dit d’un tonneau, d’un cuvier que la séche­resse fait tomber en morceaux.

 

KEÛ

 

(immobile, coi)

609 Reûd come on rin.nâ.
litt. Immobile comme une borne.

 

KITCHÈSSÎ

 

(pourchasser)

610 Kitchèssî come on voleûr. (B.)
litt. Pourchasser comme un voleur.

 

KIHATCHÎ

(hacher)                                                             

611 Kihatchî come tchâr di sâcisse.

litt. Hacher comme chair à saucisse

Au propre. Mettre en pièces, hacher par morceaux.

Au figuré. Parler mal de quelqu’un, sans l’épargner en quoi que ce soit.

Prov. Hacher menu comme chair à pâté. (Acad.)

(Lille) Larder come deu l’ chaîr à pâté.

 

KIHAGNÎ

(mordre)

612 S’ kihagnî come dès tchins, come tchin èt tchèt.

litt. Se mordre comme des chiens, comme chien et chat. Se diffamer, s’injurier, se déchirer à belles dents.

 

KIHIYÎ

(déchiré)

613 Kihiyî come on bribeû.

litt. Déchiré comme un mendiant.

C. F. En lambeaux comme un misérable.

 

KIHOÛTRI

 

(SI _) (se vautrer)

614 Si k’hoûtri come on pourcê.

litt. Se vautrer comme un porc.

Se vautrer, se traîner par terre comme le font les enfants.

(Huy) S’ kihoûdri come on mâssi pourcia. (A.)

(Rouchi) I s’ épagnote come un pourchau dans l’ puriau.

KIHUSTINÉ, KIJETTÉ, KITÂPÉ.

 

KIHUSTINER

KIDJÈTER

KITAPER

(maltraiter)

615 Kihustiné, kidjèté, kitapé  come l’èfant d’ l’ ôte. (G.)

litt. Maltraité comme l’enfant de l’autre.

Allusion aux mauvais traitements qu’on n’a que trop sou­vent à déplorer de la part de l’un des conjoints pour les enfants appartenant à l’autre époux. A rapprocher de : Deûr come on påråsse (beau-père, parâtre),  come ine måråsse (blle-mère, marâtre).

 

KIMAGNÎ (SI _)

 

 (se ronger)

616 Si k’magnî come on tchin. (A.)
litt. Se ronger comme un chien.

Se morfondre. Ronger son frein. Etre mécontent et n’oser le faire voir. Désirer se venger d’une personne, et en attendre l’occasion avec impatience.

 

KIMANDER

 

(commander)

617 Kimander ‘ne saquî come on tchin.
litt. Commander à quelqu’un comme à un chien.
Commander brutalement, durement, à la baguette.

 

KINOHE

 

(connaître)

618  Djè l’ kinohe come mès potches, comme si dj’ l’ aveû faît.

litt. Je le connais comme mes poches, comme si je l’avais fait.

Je le connais très bien. — Se dit presque toujours en mau­vaise part.

 

KINOHE

 

(connaître)

619  Èsse kinohou come Baraba’s à l’ passion.

litt. Être connu comme Barabbas à la passion.

Avoir une mauvaise réputation

 

KINOHE

 

(connaître)

620 Èsse kinohou come on mâva patâr.
litt. Être connu comme un mauvais sou.
(Namur) Ièsse connu come on mwaîs patâr.

C.  F. Être décrié comme de la fausse monnaie, comme la fausse monnaie, comme fausse monnaie. (Acad.)

Avoir une très mauvaise réputation.

 

KINOHE

 

(connaître)

621 Èsse kinohou come li blanc leûp, come li gris leûp.

litt. Être connu comme le loup blanc, comme le loup gris.

C. F. Être connu comme le loup blanc. (Acad.)

Décrié comme le loup blanc.

(Lille) Il èst conu come ‘l loup blanc.

(Famenne) Conu come dès blancs mochons.

 

KINOHE

 

(connaître)

622 Kinohe sès candes, come Marèye â vinaîgue.
litt. Connaître ses chalands, comme Marie la vinaigrière.

Come Marèye â lècê, comme Marie la marchande de lait.

Come Marèye à l’ canèle, comme Marie la marchande de cannelle.

Come Jacques â golzâ, comme Jacques le marchand de chaussons.

Ne pas se laisser tromper par le premier venu.

Savoir à qui l’on a affaire.

 

KITAPER (SI _)

(se démener)

623 I s’ kitape come on hène di clitche, come s’ il aléve fé totes lès bèyes, come s’ il aléve bouhî tot djus.

litt. Il se démène comme un pêne de serrure, comme s’il allait abattre toutes les quilles, comme s’il allait renverser tout.

Se croire très important, faire beaucoup de bruit et peu de besogne.

 

KITAPER

KIDJÈTER

KITOÛRNER

(SI _)

 (se débatre, se remuer, se tortiller)

624 Si k’taper,si k’djèter, si k’toûrner.
litt. Se débattre, se remuer, se tortiller.
Come ine anwèye, comme une anguille.
Come ine colowe, comme une couleuvre.
Come on d’zî, comme un lézard.
Come on viér, comme un ver.

Come on viér di farène, comme un ver de farine.

Come in-âgne qu a on pégne è trau dè cou, comme un âne qui a une tête de chardon dans le derrière.

Come si on-aveût des wèsses è cou, comme si l’on avait des y guêpes dans le derrière.

Être plein de vivacité, de souplesse, de pétulance.

(Lille) I fertîye come un viér.

(Rouchi) I s’ tortène come on viér.

Kitapant come on fîvreûs. (C.)

litt. Remuant comme un fiévreux.

 

KIVOYÎ

 

(envoyer d’un enroit à l’ autre)

625 Èsse kivoyî come à 1′ passion, d’ Hérôde à
Pilâte.

litt. Être renvoyé comme à la passion, d’Hérode à Pilate.

Èsse kivoyî come li prumî d’ avri.

litt. Être envoyé d’un lieu dans un autre comme le premier avril. (sic)

 

COYEÛTE

 

(toron de laine)

626 (Verviers) Èsse come ine coyeûte.
litt. Être comme un toron de laine.

Se dit d’une personne svelte, leste, ingambe.

 

CRAMER

 

(mousser)

627 Cramer come dè lècê.

litt. Mousser comme du lait.

Mousser fortement. — Se dit surtout de la bière nouvelle.

 

CWAYE

 

(caille)

628 C’ èst come li cwaye, qwite po qwite.

litt. C’est comme la caille, quitte pour quitte. C’est-à-dire : je t’ai traité comme tu m’as traité, nous sommes quittes. — Allusion au cri de la caille.

 

LÂDJE

 

(large)

629 Lâdje come on vantrin.

litt. Large comme un tablier.

Come ine mantche di tch’mîhe, comme une manche de chemise.

Come on sètch à l’ tchâr, comme un sac à chair (une che­mise).

Come on cou d’ tchapê, comme un fond de chapeau.

Come ine banse, ine grîse banse, comme une manne, une manne grise.

Lâdje come ine min, large comme la main.

 

LÂDJE

(large)

630 Il a l’ consyince pus lâdje qui lès spales.

litt. Il a la conscience plus large que les épaules.

C. F. Il a la conscience large comme la manche d’un cordelier.

 

LAÎD

 

(laid)

631 Ossi laîd qu’ on piou.

litt. Aussi laid qu’un pou.

Qu’ on mârticot, qu’un singe.

Qu’ on crapaud, qu’un crapaud.

Qu’ on spaweta, qu’un épouvantail.

Qui l’ pètchî, que le péché.

Qui 1′ pètchî mortèl, que le péché mortel.

Qui l’ djoû qu’ a tant ploû, que le jour où il a tant plu.

Qui l’ Mwèrt, que la Mort.

Qui l’ date dè 1′ mwèrt, que la date (le jour) de la mort.

Qui l’ atomèye dè 1′ Mwèrt, que le squelette de la Mort.

Qu’ on spér, qu’un spectre.

Qui l’ diâle, que le diable.

Qui l’ diâle qui r’vint d’ à l’ Djîse, que le diable qui revient de la veillée (du Sabbat).

Qu’ Tchâwî, que Châwî.

Qu’ sint Mâcrawe, que saint Macaire.

Qu’ po pinde, que pour pendre.

Être laid, très laid. — Être d’une maigreur affreuse.

C. F. Laid comme un pou. (Acad.)

La;d comme le péché. (Acad.)

Laide comme un démon. (Acad.)

Laid comme un crapaud. (Acad.)

Laid comme une chenille. (Acad.)

Laid comme un magot. (Acad.)

Laid comme un marmot. (Acad.)

(Mons) Laîd come in wink. (mot injurieux, d’origine inconnue)

(Rouchi) Il est léd come ‘l péché.

(Lille) Laîd come ‘l péché.

 

LAÎD

(laid)

632 Laîd come sint Djîle l’ èwaré. (A.)
litt. Laid comme saint Gilles l’étonné.

Etre laid. Avoir de grands yeux peu expressifs.—Se dit aussi de quelqu’un qui a la figure couverte de cicatrices, de coutures, ou qui a des attaques nerveuses.

 

LAÎD

(laid)

633 Laîde come ine mahote. (B.)
litt. Laide comme un buste en carton.

Se dit d’une personne tort laide.

 

LAU.

 

(laisser)

634 On l’ laît là come on tchin.
litt. On le laisse là comme un chien.

C. F. On le laisse comme un chien. (Acad.)

 

LIN.NE

 

(laine)

635 Dè l’ lin.ne come ine sôye.
LITT. De la laine comme une soie.

De la laine très douce, très soyeuse.

 

LÂME

 

(larme)

636 Dès lâmes come dès peûs.

litt. Des larmes (grosses) comme des pois.

(Namur) Dès lârmes come des pwès.

(Lille) Braîre dès larmes come des pos.

 

LÄVÈTE

 

(lavette)

637 Èsse come ine lavète, come on mouyî laverê.

litt. Être comme une lavette, comme une lavette mouillée.

Se dit d’une  personne extrêmement faible de corps ou de caractère.

E. F. C’est un linge mouillé. (Acad.)

Etre mou comme une lavette.

(Charleroi) Flauwe come ène vîye lavète.

 

LÈDJÎR

 

(léger)

638 Lèdjîr come ine pleume.

litt. Léger comme une plume.

Come ine ouhê, comme un oiseau.

Come li vint, comme le vent.

C. F. Léger comme une plume, comme l’air. (Acad.)

(Charleroi) Lèsse come li vint.

 

LÈDJÎR

 

(léger)

639 Lèdjîr come l’ ouhê d’ sint Luc.

litt. Léger comme l’oiseau de saint Luc.

Come ine vatche di plonk, comme une vache de plomb.

C. F. Léger comme l’oiseau de saint Luc.

Lourd comme un bœuf. (Acad.)

(Rouchi) Subtil come l’ osiau sint Luc qu’ on-apèle bué.

 

LÈDJÎR

 

(léger)

640 Lèdjîre come ine havroûle, come ine sitamène. (C.)

litt. Légère comme un filet, comme de l’étamine.

S’applique aux étoffes tissées trop légèrement.

 

LÈPE

 

(lèvre)

641 Avu des lèpes come des bwèrds di crameû.

litt. Avoir des lèvres comme des bords de terrine.

Se dit de lèvres très épaisses.

 

LÈPERÊ

 

(lippe)

642 Fé on lèperê come mi pôce.

litt. Faire une lippe comme mon pouce.

Faire la moue, rechigner, bouder.

 

LÎRE

 

(lire)

643 I lît come in-avocat.
litt. Il lit comme un avocat.

I lît çoula comme on papî d’ musike.

litt. Il lit cela comme un papier de musique.

Lire très couramment, avec expression, d’une manière intel­ligente.

 

LÈSSE

 

(souple)

644 Lèsse comme on nâlî.

litt. Souple comme un cordon de soulier.

 

LÉT

 

(lit)

645 (Huy) On lét come ine fougneûre. (A.)
Un lit en désordre, malpropre.

 

LEUNE

 

(lune)

646 Ine leune come on mureû.

litt. Une lune comme un miroir.

Se dit lorsque la lune brille dans tout son éclat.

 

LEUNE

 

(lune)

647 C’ èst come dè voleûr prinde li leune avou lès dints.

litt. C’est comme de vouloir prendre la lune avec les dents.

E. F. Vouloir prendre la lune avec les dents. (Acad.)

 

LEÛP-WAROU

 

(loup-garou)

648 Fé come on leûp-warou.
litt. Faire comme un loup-garou.
Faire rage. Être furieux.

 

LÎBE

 

(libre)

649 Lîbe come l’ aîr.

C. F. Libre comme l’air. (Acad.)

 

LÎBE

 

(libre)

650 Lîbe come li prisonîr, come li tchin è lahe. (C.)

litt. Libre comme le prisonnier, comme le chien en laisse.

 

LIGNE

 

(ligne)

651 En ligne come dès sodârs, come ine rote di djotes.

litt. En ligne (droite) comme des soldats, comme une ran­gée de choux.

 

LIMIANT

(glissant)

652 Limiant come ine ride. (G.)

litt. Glissant comme une glissoire.

C. F. Glissant comme la glace, comme le verglas.

 

LINWE

 

(langue)

653 Ine linwe come on rèseû.

litt. Une langue comme un rasoir.

Come ine clapète di molin, comme un claquet de moulin.

Ine linwe qui va come li bâtchê d’ on molin, come on molinèt, come ine vèye savate, come ine clapète.

litt. Une langue qui va comme les augets d’un moulin, comme un moulinet, comme une vieille savatte, comme une enrayure.

Avoir la langue bien affilée. Avoir beaucoup de babil, et par­fois être très médisant.

C. F. La langue lui va comme un claquet, comme un traquet de moulin. (Acad.)

(Mons) Èlle a ‘ne langue come ène lavète au cu d’ in pot.

(Lille) Èlle a eune langue d’ burèsse (de lessiveuse).

 

LINWE

 

(langue)

654  Avu ‘ne linwe come in-avocat, come dè souke.

litt. Avoir une langue comme un avocat, comme du sucre.

Avoir la langue bien pendue, la riposte prompte et facile.

 

LINWE

 

(langue)

655 Ine linwe come on sièrpint.
litt. Une langue comme un serpent.

E. F. Langue de vipère. (Acad.)

Ine linwe come ine qwate-pèces. (A.)

litt. Une langue comme un lézard.

Ine linwe come ine gazète. (A. et B.)

litt. Une langue comme une gazette.

 

LINWE

 

(langue)

656 Fé ‘ne lînwe come on brès’, come on pindou.

litt. Faire une langue comme un bras, comme un pendu.

Tirer la langue, la laisser pendre.

 

LIYON

 

(lion)

657 Èsse, fé come on liyon.
litt. Être, faire comme un lion.

E. F. Hardi comme un lion. (Acad.)

Furieux comme un lion. (Acad.)

 

LISSE

 

(lisse)

658 Lisse come dè veûle.
litt. Lisse comme du verre.

 

LIVRÉ

 

659 (Lille) Ch’ èst come ‘l livré d’ Sint-Sauveur.
litt. C’est comme le livré de Saint-Sauveur.

A Lille, chaque dintelé (dentelle) a un nom qui le distingue. Le plus célèbre de tous est, sans contredit, le livré de Saint-Sauveur, qui fut, à ce qu’on assure, commandé par l’impératrice Joséphine elle-même. Ce fait explique la vogue qu’il obtint. Les ouvriers de la paroisse Saint-Sainveur n’en firent pas d’autres pen­dant un assez grand laps de temps, ce qui lui valut son nom, car il était, pour ainsi dire, spécialement livré par Saint-Sauveur.

Tout passe, même les mots populaires, mais le livré de Saint-Sauveur est resté comme proverbe pour désigner un objet en vogue. Ainsi, quand on voit, soit plusieurs robes de la môme étoffe, soit des chapeaux faits sur le môme modèle, etc., on dit : Ch’ èst come ‘l livré d’ Sint-Sauveur : on n‘ vot pus qu’ cha.

(Vermesse, Dictionnaire, p.197.)

 

LODJÎ

 (loger)

660 Èsse lodjî come on roy.

litt. Être logé comme un roi.
Come on prince, comme un prince.
Come on prince Marcâ.

Gome on signeûr, comme un seigneur.

Être bien logé. Être logé somptueusement.

Li prince Marcâ c’est Erard de Lamarck, prince-évêque de Liège. Il embellit la ville et fit, en 1508, reconstruire d’une manière somptueuse, le palais épiscopal.

 

LON

 

(loin)

661 Nin pus Ion qu’ on côp d’ fisik, qu’ ine pihèye.

litt. Pas plus loin qu’une portée de fusil, qu’une enjambée. Se dit pour exprimer une petite distance. ;

 

LON

 

(loin)

662 I n’ veût nin pus lon qui s’ ‘narène.
litt. Il ne voit pas plus loin que son nez.

Au propre. Être très myope.

Au figuré. Ne pas voir plus loin que son nez, que le bout de son nez. Avoir peu de lumières, peu de prévoyance.

 

LONG

(long)

663 Ossi long qu’ on djoû, qu’ine samin.ne sins pan.

litt. Aussi long qu’un jour, qu’une semaine sans pain.

Long come ine pèneûse samin.ne. (B.)

litt. Long comme une semaine sainte.

Long come ine mâle an.nèye. (G.)

litt. Long comme une mauvaise année.

(Namur) Long come one samwin.ine sins pwin.

C. F. Long comme un jour sans pain. (Acad.)

Long comme un jour de jeûne. (Acad.)

Grand comme un jour sans pain ou comme le Vendredi-Saint.

 

LONG

(long)

664 Ossi long qu’ on compte d’ apoticâre.

litt. Aussi long qu’un compte d’apothicaire.

Figuré. Un mémoire d’apothicaire. (Acad.)

 

LONG

(long)

665 Long come on deût, come li brès’.

litt. Long comme un doigt, comme le bras.

Si on li done long come on deût, ènnè prind long come li brès’.

G. F. Si on lui en donne long comme le doigt, il en prend long comme le bras. (Acad.)

 

LONG

(long)

666 Èlle èst longue èt streûte.
Come li dame dè l’ Vâ-Bèneûte.

litt. Elle est longue et étroite comme la dame du Val-Be­noît.

Se dit d’une femme au corps long et fluet.

Li dame dè l’ Vâ-Bèmeûte : Supérieure de l’ancien couvent de femmes du Val-Benoît, à Liège.

 

LONDJIN

(lent)

667 Londjin come on lumeçon d’vins dè l’ farène. (C.)

litt. Lent comme un limaçon dans de la farine.

C. F. Actif comme un limaçon. (Ironique.)

Lent comme un limaçon.

 

LOUKEÛRE

(regard)

668 Avu ‘ne loukeûre come on moûdreû. (B.)
litt. Avoir un regard comme un meurtrier.

Avoir un vilain regard.

 

LOUKÎ

(regarder)

669 Loukî come on bâbinème.
litt. Regarder comme un imbécile.

Regarder sans comprendre ou sans avoir l’air de comprendre.

 

LOUKÎ

(regarder)

670 Loukî ‘ne saqwè come ine rôye rabatowe.
litt. Regarder une chose comme une ligne effacée.
C’est-à-dire comme une chose non-avenue, oubliée.

Cette comparaison est empruntée à la manière de compter mise en pratique par le peuple, qui compte à l’longue croie.

 

LOÛRD

 

(lourd)

671 Loûrd come on boûf, come on vê, come on blok.

litt. Lourd comme un bœuf, comme un veau, comme un bloc.

C. F. Lourd comme un bœuf. (A.cad.)

(Namur) Loûrd comme on via.

Loûrd come ine soris d’vins dè l’sirôpe. (B.)

litt. Lourd comme une souris dans du sirop.

 

LWÎRE

 

(luire)

672 (Rouchi) Cha lwît come un car à fién.

litt. Cela luit comme un chariot à fumier.

Se dit pour se moquer de quelqu’un qui admire ce qu’il a fait.

 

LUMEÇON

 

(limaçon)

673 I faît come lès lumeçons, i s’ hiètche so s’ vinte.

litt. Il fait comme les limaçons, il se traîne sur son ventre.

C’est un parasite.

 

LUMEÇON

 

(limaçon)

674 Raviser lès lumeçons, pwèrter tot so s’ cwèr, sor lu.

litt. Ressembler aux limaçons, porter tout sur son corps, sur soi.

Ne rien posséder, sinon les vêtements que l’on porte.

 

LUMEÇON

(limaçon)

675 Il èst come lès lumeçons, i laît dès traces d’ ârdjint tot wice qu’ i passe.

litt. Il est comme les limaçons, il laisse des traces d’argent partout où il passe.

Se dit d’une personne qui a l’habitude de contracter des dettes et de ne point les payer. — Allusion aux traces visqueuses que le limaçon laisse derrière lui.

 

LUMEÇON

(limaçon)

676 Fé come li lumeçon, rissètchî sès cwanes. (B.)
litt. Faire comme le limaçon, retirer ses cornes.

Savoir se taire à propos, à point. Tirer son épingle du jeu.

 

(mal).

677 Li mâ d’ dint èst come li mâ d’ amoûr.

litt. L’odontalgie est comme le mal d’amour.

Se dit en guise de consolation aux personnes qui se plaignent de maux de dents.

 

MAGNÎ

 

(manger)

678 Magnî come on râyeû.
litt. Manger comme un arracheur.

Come on râyeû d’ crompîres, comme un arracheur de pommes de terre.

Come on soyeû, comme un scieur.

Come in-ôgue, comme un ogre.

Come on Gargantua, comme un Gargantua.

Come in-afamé, comme un affamé.

Come on galbâ, comme un goinfre.

Come on galaval, comme un goulu.

Come on galoufe, comme un gouliafre.

Come qwate, comme quatre.

Come po s’ crèver, comme pour se (faire) crever.

Come on leûp, comme un loup.

Come on pourcê, comme un pourceau.

Come ine bièsse, comme un animal.

C. F. Manger comme un ogre, comme un chancre, comme quatre, comme un loup. (Acad.)

E F. C’est un vrai pourceau.

Se dit d’un homme qui met son unique plaisir à manger. (Acad.)

(Ardenne) I magne come on sârteû. (défricheur)

(Namur) Ièsse à s’ panse come on leûvin. (glouton)

 

MAGNÎ

 

(manger)

679 Magnî come ine mohe, come in-oûhê.
litt. Manger comme une mouche, comme un oiseau.

G. F. Manger comme une mauviette. (Acad.)

Spot lîdjwès : Magnî  come ine  mohe èt tchîr come on tch’vâ. Petites causes, grands effets

 

MAGNÎ

(manger)

680 Magnî come ine robète. (A.)

litt. Manger comme un lapin.

Ne manger qu’au moyen des incisives, les autres dents étant perdues.

 

MAGNÎ

(manger)

681 Magnî dè l’ tchâr come on tchin.

litt. Manger de la viande comme un chien.

En manger les jours défendus.

Magnî dè l’ tchâr come on tchin d’ potchâ.

litt. Manger de la viande comme un chien d’ëquarrisseur.

Magnî dè l’ tchâr come on tchin d’ mangon.

litt. Manger de la viande comme un chien de boucher.

En manger beaucoup, excessivement.

 

MOUGNÎ

(manger)

682 (Charleroi) Mougnî pa lès viêrs come on vî froumadje.

litt. Mangé par les vers comme un vieux fromage.

 

MAÎGUE

 

(maigre)

683 Maîgue come in-ètike.

litt. Maigre comme un étique.

Come ine èskèlète, come ine atomèye, comme un squelette.

Come on spér, comme un spectre.

Come on deût, comme un doigt.

Come deûs mins djondowes, comme deux mains jointes.

Come on fa d’ ohês, comme une panerée d’os.

Maîgue come in-ome qu’ a l’ hite.

litt. Maigre comme un homme qui a la foire.

Come in-ome qui n’ a mây magnî tchôde sope.

litt. Comme un homme qui n ‘a jamais mangé soupe chaude.

Maîgue come on coucou, maigre comme un coucou.

Come on tchèt à mâs’, comme un chat en mars.

Come on tchèt qui va-st-à râw, comme un chat en rut.

Come on marcou, comme un matou.

Come on tchèt qu’à l’ viêr è l’ quowe, comme un chat qui a le ver dans la queue.

(Namur) Ossi laîd qu’on tchèt qui mougne dès baloûjes.

Maîgue come on tch’vâ d’ gosson, comme un cheval de blatier.

Come on héron, comme un héron

Come ine hâse (G.), comme une hase.

Come on harin, comme un hareng.

Come ine inglitin, comme un sauret.

Come on stokfès’, comme un stockfisch.

Var. On dîreût in-inglitin moussî à bordjeûs.

litt. On dirait un sauret habillé en bourgeois.

Maîgue come on clâ, comme un clou.

Come on cint d’ clâs, comme un cent de clous.

Come ine hène di bwès (B.), comme une bûche.

Come on passèt, comme un échalas.

Come ine quowe di ramon (A ), comme un manche à balai.

Come ine quowe di boubou, comme un manchede houssoir.

Come on fièrmint, comme une serpe.

Come on fièrmint arèni, comme une serpe rouillée.

Come on fièrmint qu’ a l’ tchôde pihe.

Come ine èknèye, comme des pincettes.

(Rouchi) C’ èst come eune atomîe.

(Id.) Ch’ èst un sèc héron.

(Id.) Sèc come un coucou.

(Id.) Sèc come un sorèt.

E. F. C’est  un squelette, un vrai squelette, un squelette ambulant. C’est un spectre. (Acad.)

C’est un hareng sauret, c’est un hareng saur. (Acad.)

C. F. Maigre comme un coucou, comme un chat de gouttière.

Maigre comme un clou, comme un cent de clous. (Acad.)

Etre gras comme un cent de clous. (Acad.)

 

MIN

 

(main)

684 Dès mins come dès palètes, come dès truvês. (B.)

litt. Des mains comme des truelles, des pelles.

Avoir les mains très fortes.

 

MIN

(main)

685 Come avou l’ min.
litt. Comme avec la main.

En un tour de main. Comme par enchantement. Avec la plus grande facilité.

Ex : Tirer, wèster l’ mâ come avou l’ min.

 

MINTENANT

 

686 (Lille) Ch’ èst meussieû Mintenant,
L’ dimanche come lès joûrs ouvrants.

litt. C’est monsieur Maintenant le dimanche comme les jours ouvrables.

Se dit de celui dont la toilette est la même les dimanches que
les autres jours. (Vermesse. Diction.)

 

MALÅDE

 

(malade)

687 Malåde come on tchin, come on pôve tchin.

litt. Malade comme un chien, comme un pauvre chien.

Etre très malade.

 

MALÅDE

 

(malade)

688 Il est malåde come on r’nâd : i magnereût bin on polèt.

litt. Il est malade comme un renard : il mangerait bien un poulet. — Ironie à l’adresse des malades imaginaires.

 

MÂLUREÛS

 

(malheureux)

689 Mâlureûs come lès pîres.

C. F. Malheureux comme les pierres. (Acad.)

(Namur) Misèrâbe come li pîre.

 

MALIGNANT

 

(maugréant)

690 Malignant, mâgriyant come li fîve lin.ne. (G.)
litt Maugréant comme la fièvre lente.

 

MALIN

(malin)

691 Malin come on bossou, on croufieûs.

litt. Malin comme un bossu.

Come li diâle, comme le diable.                          

Come on neûr tchèt, comme un chat noir.

Come on r’nâd, comme un renard.                   

Come on vî r’nâd, comme un vieux renard.

Ossi malin qu’ on mârticot, aussi malin qu’un singe.

Ossi malin qu’ on vî mohon, aussi malin qu’un vieux moineau.

Malicieûse come ine vèye mârtikène.

litt. Malicieuse comme une vieille guenon.

Malène come ine djupsène.

litt. Maligne comme une gitane (généralement une diseuse de bonne aventure).

C. F. Malin comme un singe, comme un vieux singe. (Acad.)

(Mons) Malin come in fichau (fouine).                           

(Lille) Malin fichau.

(Rouchi) Malin come un fussiau.

 

MALIN

(malin)

692 Ossi malin qu’ on priyèsse qu’ èst sot.
litt. Aussi malin qu’un prêtre qui est simple d’esprit.
Être peu intelligent.

C.F. Adroit comme un prêtre normand (c.-à-d. maladroit).
I n’ èst nin pus malin qui l’ Bon Diu n’ l’ a faît.         

litt. Il n’est pas plus malin que lorsque Dieu l’a créé.

Etre simple, naïf, crédule comme un enfant.

 

MANÔYE

 

(monnaie)

693 Èsse come li manôye : passer d’ ine min à l’ ôte. (B.)

litt. Être comme la monnaie : passer d’une main dans l’autre.

Se dit particulièrement en parlant des femmes de mœurs légères.

 

MANÔYE

 

(monnaie)

694 Èsse come li vîle manôye : ni pus aler. (B.)

litt. Être comme la vieille monnaie : ne plus aller.

 

MACRALE

 

(sorcière)

695 Fé come lès macrales. (B.)

litt. Faire comme les sorcières.

Vouloir nuire à ceux qui nous t’ont du bien.

 

MASSE

(masse)

696 Masse come on boûf.

C. F. Lourd comme un bœuf. (Acad.) (masse = une masse)

 

MÂSSÎ

(sale)

697 Mâssî come on bribeû.

litt. Sale comme un mendiant.

Come on marmiton, comme un marmiton.    

Come on pégne, comme un peigne.

Come on pourcê, comme un porc.

Come on tchin, comme un chien.

Come on drap d’ hièle, comme une lavette.

Come on drap d’ mohone, comme un torchon.

Mâssîte come ine hièderèsse.

litt. Sale comme une porchère.

Come ine trôye, comme une truie.

Come ine vatche, comme une vache.   

(Huy)  Mâssî come on pwèrteû â sètchs. (A.)

(Mons) Sale come in wink. (‘wink’: appellation injurieuse d’origine inconnue)

C. F. Sale comme un marmiton. (Acad.)

Être sale comme un peigne. (Acad.)

Sale comme un cochon. (Acad.)

 

MÂVA

 

(fâché)

698  Mâva come  on  tchin  qu’ on  li  a folé  so l’ quowe. (G.)

litt. Fâché comme un chien sur la queue duquel on a marché.

 

MÈTCHANT

 

(méchant)

699  Mètchant come li gale.

LITT. Méchant comme la gale.

Come li rogne, comme la rogne.

Come li pèsse, comme la peste.

Come li diâle, comme le diable.

Come ine macrale, comme une sorcière.

Come de grusê, comme la grêle.

Come ine poye qui keûve, comme une poule qui couve.

(Tournai) Méchant come un cat bocheu (un chat qui fait le gros dos).

(Charleroi) Fèl come in diâle.

(Rouchi) Il èst méchant come rogne.

C. F. Être méchant comme une gale. (Acad.)

Cet enfant est méchant comme la grêle. (Acad.)

 

MÉMWÈRE

(mémoire)

700  I n’ a nin pus d’ mémwère qu’ on lîve.            

LITT. Il n’a pas plus de mémoire qu’un lièvre.

E. F. Cet homme a une mémoire de lièvre, il la perd en courant. (Acad.)

 

MÈNE

 

(mine, grimace)

701 Ine mène come on Turk, come on procès-vèrbâl.

LITT. Une mine comme un turc, comme un procès-verbal.

Se dit d’une figure rébarbative.

 

MÈNE

(mine, grimace)

702  Fé ‘ne mène come on pourcê qu’ a magnî ‘ne seûre pome.

litt. Faire une grimace comme un porc qui a mangé une pomme sure.

Fé ‘ne mène come on chin qui tchèye dès bloukes.

litt. Faire une mine comme un chien qui chie des boucles.

(Lille) I faît dès graîgnes come un cat qui a bu du vinaîgue.

(Rouchi) I faît dès grimaches come un cat qui bot du vinaîgue.

Fé ‘ne mène come on trau d’ cou.

(Mons) Faîre ène mine come in trau d’ cu.

 

MIMBRÉ

(membré)

703 Mimbré come on tch’vâ (B.)

litt, Membre comme un cheval.

Se dit d’une personne bien charpentée.

Mimbré come in-ome.

litt. Membré comme un homme.

Se dit d’une femme, ou d’un enfant bien membre.

 

MINÈME

 

(de couleur foncée)

704 Minème come on capucin, come on récolèt’.

litt. De couleur foncée comme la robe d’un capucin, d’un récollet.

 

MINER

 

(mener)

705 I s’ laît miner come in-èfant, come on bâbau.

litt. Il se laisse mener comme un entant, comme un imbé­cile.

I s’ laît miner po l’ narène come on boûf.

C. F. Se laisser mener par le nez comme un buffle. (Acad.)

Var. Si lèyî èminer comme on vê. (veau)

 

MINTEÛR

 

(menteur)

706 Minteùr come on voleur.
litt. Menteur comme un voleur.

Se dit d’une chose que l’on fait avec beaucoup de peine, que l’on obtient à force d’instances.

 

MINTI.

 

(mentir)

707  Minti come on râyeû d’ dints.

litt. Mentir comme un arracheur de dents.

Minti come on râyeu d’ aguèces.

litt. Mentir comme un arracheur de cors aux pieds.

Minti come on mârtchand di tch’vâs.                            

litt. Mentir comme un marchand de chevaux.

Minti come on lakès, come on capon.

litt. Mentir comme un laquais, comme un capon.

C. F. Il est menteur comme un arracheur de dents, comme un laquais. (Acad.)

(Charleroi) Minti come in-n-aracheû d’ dints.

(Lille) I mint come un aracheur d’ dints.

(Lille) I mint autant qu’ un kyin a d’ puches.

 

MINTON

(menton)

708  On minton comme po djower dè violon.

litt. Un menton comme pour jouer du violon.

On minton come ine gawe. (B.)

 litt. Un menton comme une guimbarde.

Avoir le menton long et pointu.

 

MINTON

(menton)

709  Rilèver s’ minton come on pourcê qui passe l’ êwe.

litt. Relever le menton comme un porc qui passe l’eau. Faire l’important.

 

MIRÅKE

 

(miracle)

710 C’ èst come on miråke.

litt. C’est comme un miracle.

Come par miråke.

C. F. Comme par miracle. (Acad.)

 

MISÉRICÔRE

(miséricorde)

711 Come à l’ miséricôre dè canon.

litt. A la miséricorde du canon.

 

MOL

MOFLASSE

(mou)

712 Mol come ine makèye.

litt. Mou comme une caillebotte.

Se dit particulièrement des personnes malades dont les chairs deviennent molles.

Moflasse come dè 1′ miyole di vê. (G.)

litt. Mou comme de la moelle de veau.

Moflèsse come ine peûre fôkake.

litt. Mou comme une poire blette.

Mol come on mouyî laverê, mou comme une lavette mouillée.

Come ine flote, comme une éponge.

Come dè l’ sôye, comme de la soie.

E. F. C’est un linge mouillé. 

Il est d’une faiblesse extrême de corps ou de caractère. (Àcad.)

(Rouchi) Mo come eune lavète.

(Id.)    Mo come d’ l’ amadou.

 

MOHE

 

(mouche)

713 Come dès mohes.

litt. Comme des mouches.

C. F. Dru comme des mouches. (Acad.)

 

MOHONE

(maison)

714 Ine mohone come on tchèstê, come on palâs.

litt. Une maison comme un château, comme un palais.

E. F. Sa maison est un palais. (Acad.)

Ine mohone come on p’tit paradis.

litt. Une maison comme un petit paradis.

Se dit figurément d’une maison  charmante, ornée par la nature ou par l’art.

Ine mohone come on sânî, comme une saunière.

Come on trau d’ soris, comme un trou de souris.

Come on trau d’ tchin, comme une niche.

Une maison très petite.

Ine mohone come on stâ d’ pourcês.

litt. Une maison comme une étable à porcs.

Come on stâ d’ robète, comme une niche à lapins.

E. F. C’est une vraie étable à pourceaux. (Acad.)

C’est un toit à cochons. (Acad.)

(Mons) Ène maîson rachenée come in ran d’ pourciaus.

(Rouchi) Une maison come un ran d’ pourchaus.

 

MOHONE

(maison)

715 Èsse come è s’ mohone.

litt. Etre comme dans sa maison.

Etre comme chez soi.  —  Etre très familier en  quelque endroit, y être à son aise.

Fé come è s’ mohone.

litt. Faire comme chez soi.

Prendre ses aises. Ne point se gêner.

 

MWÈRT

 

716 Èsse come on mwèrt.

litt. Etre comme un mort.

Etre presque mort de frayeur, d’épouvanté. Èsse come on mwèrt ou come on mwèrt rilèvé, Signifie aussi avoir le visage pâle et défait, ou bien encore être très maigre.

 

MOLÈTS

 

717 Il a des molèts come on cok.
C. F. Il a des mollets comme un coq.

 

MONTER

 

(monter)

718 Çoula monte come Pièreûse.

litt. Cela est escarpé comme Pierreuse.

Come li tiér dès Grikions, comme le thier des Griquions.

Come li tiér di Tchîvrimont, comme le thier de Chèvremont.

Se dit d’une pente très escarpée, d’une rampe très forte.

 

MONTER

 

(monter)

719 Èsse monté come on coco. (B.)
litt. Être monté comme un coco.

Ne manquer de rien.

 

MONTER

 

(monter)

720 Èsse monté come on sint Djôr.

C. F. Être monté comme un saint Georges. (Acad.)

Être monté sur un cheval fort beau ou fort bon.

 

MONTER

 

(monter)

721 (Rouchi) Éte monté en keumîse come sint Rok en capiau.

litt. Être monté en chemise comme saint Roch en chapeau.

N’en avoir qu’une.

 

MONTER

 

(monter)

722 C’ èst come dè monter â cîr sins hâle.

litt. C’est comme de monter au ciel sans échelle.

C’est tenter l’impossible.

 

MOKER

 

(moquer)

723 Dji m’ ènnè moke come di l’ an quarante.

C. F. Je m’en soucie, je m’en moque comme de l’an quarante.
(Acad.)                                     

(Hainaut et Namur) Dji m’ è fou’ come di l’ an quarante.

(Mons) J’ m’ in fiche come dé l’ an quarante.

 

MORI

(mourir)

724 Mori come dès mohes.
litt. Mourir comme des mouches.

Mourir rapidement et en très grand nombre.

 

MORI

(mourir)

725 Mori come on tchin, come lès bièsses.

litt. Mourir comme un chien, comme les animaux.

Mourir en dehors de toute religion.

C. F. Mourir comme un chien. (Acad.)

 

MORI

(mourir)

726 Mori come on sint.
G. F. Mourir comme un saint.

 

MORI

(mourir)

727 Mori come Djob.
litt. Mourir comme Job.

Mourir pauvre, sur un fumier, sur un grabat, délaissé et abandonné de tous.

 

MORI

(mourir)

728 Èsse come po mori.
litt. Être comme pour mourir.

Être près de mourir. — Être presque mort de frayeur, d’é­pouvanté.

 

MOUWÊ

 

(muet)

729 Mouwê come on pèhon, come on pâ planté.
litt. Muet comme un poisson, comme un pieu planté.

C. F. Muet comme un poisson. (Acad.)

Muet comme une carpe. (Acad.)

(Namur) Moya come on saumon.

 

MOÛSE

 

(Meuse)

730 C’ èst come on Moûse.
litt. C’est comme la Meuse.

Se dit, par exagération, d’une flaque ou d’une mare d’eau.

 

MOUSSÎ

 

(entrer)

731 Il î mousse come ine soris è s’ trau.
litt. Il y entre comme une souris dans son trou.
Il y entre prestement, rapidement.

 

MOUSSÎ

 

(habiller)

732 Moussî come on prince.

litt. Habillé comme un prince.

Come on signeûr, comme un seigneur.

Come on milôrd, comme un lord.

Come on moncheû, comme un monsieur.

Come li dîmègne, comme le dimanche.

Moussèye come ine dèyèsse, habillée comme une déesse.

C. F. Etre vêtu comme un prince. (Acad.)

(Lille) Calé come un prince.

Var. Agadelé come on pakèt. (B.)

litt. Habillé comme un jeune communiant.

 

MOUSSÎ

(habiller)

733 Moussî come on mârticot. (A.)

litt. Habillé comme un singe.

Se dit d’un enfant habillé très courtement, très coquette­ment.

 

MOUSSÎ

(habiller)

734 Moussî come in-Ârlikin. (A.)

litt. Habillé comme un Arlequin.

Avoir des vêtements dont les couleurs sont mal assorties.

 

MOUSSÎ

(habiller)

735 Moussî come on voleûr, come on crahelî, come on halosî, come ine fahène.

litt. Habillé comme un voleur, comme un blatier, comme un vaurien, comme un fagot.

C. F. Habillé comme un brûleur de maisons.

Habillé comme un fagot, (Acad.)

 

MOUSSÎ

(habiller)

736 Moussèye come ine bèguène. (A.)

litt. Habillée comme une béguine.

Se dit d’une demoiselle qui s’habille en noir, sans ornement, ni garniture.

(Lille) S’ abiyer come un cabas.

A Lille, on appelle cabas les femmes qui fréquentent plutôt l’église que le bal ; de là : s’ abiyer come un cabas, sans se soucier de la mode.

(Lille) S’ abiyer come un talot.

Talot désigne une  personne qui se met sans goût, sans

grâce.

(Vermesse. Dictionnaire.)

 

MOUTON

 

(mouton)

737 Fé come lès moutons.

litt. Faire comme les moutons.

P. F. Le peuple fait comme les moutons. (Acad.)

 

MOWE

(moue)

738 Fé ‘ne mowe come on pogn. (B.)
litt. Faire une moue comme un poing.
Rechigner — Bouder.

 

MOWE

(grimace)

739 Fé dès mowes come on mârticot. (A.)
litt. Faire des grimaces comme un singe.
Grimacer en parlant ou en chantant.

 

MUSICYIN

 

(musicyin)

740 Musicyin come ine savate. (C.)
litt. Musicien comme une savate.

C. F. Musicien comme ma pantoufle.

 

MUSTATCHE

 

(moustache)

741 Avu ‘ne mustatche come on guèrnadier. (B.)
litt. Avoir une moustache comme un grenadier.

Avoir une forte moustache.

Il a dès mustatches

Come dès quowes di vatche,

Èt dès favoris

Come dès quowes di soris.

litt. Il a des moustaches comme des queues de vaches, et des favoris comme des queues de souris.

Il a la moustache et les favoris très longs.

 

NÂHI

 

(fatigué)

742 Nâhi come on pôve.
litt. Fatigué comme un pauvre.
Come on tchin, comme un chien.

Come on pôve tchin, comme un pauvre chien.

Come on tchin qu’ a sètchî l’ bèrwète, comme un chien qui a traîné la brouette.

G. F. Être las comme un chien. (Acad.)

Nâhi come di trinte-sî bolèyes li djoû.

litt. Fatigué comme (s’il avait mangé) trente-six bouillies par jour. Fatigué d’un mets ou d’une chose trop souvent répétée.

 

NARÈNE

 

(nez)

743 Ine narène come on pogn.
litt. Un nez comme un poing.

Come on pîd, comme un pied.

Come on pîd-d’-pot, comme un pied bot.

Come on pîd di stoûve, comme un pied de poêle.

Come on deût d’ pîd d’ voleûr (A.), comme un orteil de voleur.

Come on sabot, comme un sabot.

Come ine crompîre, comme une pomme de terre.

Come ine pôtèye crompîre (A.), comme une pomme de terre grillée.

Come on pèturon (A.), comme un potiron.

Come on machefiér (A.), comme un mâchefer.

Au propre, avoir le nez très gros.

Au figuré, être désappointé, déçu.

E. F. Avoir un pied de nez. (Acad.)

Il a l’ narène come ine bâbècîne ritoûrnèye.

litt. Il a un nez comme une lucarne retournée.

Come on bouledogue (B.), comme un bouledogue.

Come on crapaud assiou so s’ cou (A.), comme un crapaud assis sur son cul.

Il a le nez gros et camus.

 

NARÈNE

(nez)

744 Ine narène come on buveû d’ bourgogne.

litt. Un nez comme un buveur (de vin) de Bourgogne.

Avoir le nez enluminé.

Ine narène come ine fréve.

litt. Un nez comme une fraise.

Se dit d’un nez petit et rouge.

Ine narène come ine pétràte.

litt.  Un nez comme une betterave.

Avoir le nez rouge et très bourgeonné.

C. F. Avoir le nez rouge comme une betterave. (Acad.)

Avoir un nez de betterave. (Acad.)

 

NARÈNE

(narine)

745 Ine narène come on bêtch di parokèt.
litt. Un nez comme un bec de perroquet.

Ine narène come on fièrmint. (A.)        

litt. Un nez comme un courbet.

Ine narène come on cwènehê d’ èglîse.

litt. Un nez comme un ëteignoir.

Ces comparaisons s’emploient en parlant d’un nez grand et  recourbé, d’un nez crochu.

(Rouchi) Il a un nez comme un étenau.

 

NARÈNE

(nez)

746 C’ èst come li narène â mitan dè visèdje.  

litt. C’est comme le nez au milieu du visage.

C. F. Cela paraît comme le nez au milieu du visage et, par ironie, cela ne paraît pas plus que le nez au milieu du visage. (Acad )

 

NAW

 

(paresseux)

747 Ossi naw qu’ on tchin.

litt. Aussi paresseux qu’un chien.

(Charleroi) Parèsseûs come ène crape.  (= ?)

Naw come ine flate di vatche. (C.)

litt. Paresseux comme une bouse de vache.

 

NÈT

(net)                                       

748 Nèt come on pièle.

C. F. Net comme une perle. (Acad.)

 

NÈT

(net)

749 (Rouchi) Ale èst nète come èl cu brésète.
Se dit d’une personne dont la figure est malpropre.
Brésète : menue braise que les femmes mettent dans leurs

couvés (chaufferettes). (Hécart,  Dictionn.)

 

NÈT

(net)

750 (Mons) Nète come ène lavète.
lut. Net comme un torchon.

Sans faire un pli, sans hésiter.

 

NEÛR

 

(noir)

751 Neûr

1 Au propre : Très noir. — Très foncé de peau.
— Très sale.

Au figuré, quelques-unes de ces comparaisons expriment la méchanceté, la noirceur de l’âme.

Neûr come on moriâne, comme on nèque.

litt. Noir comme un nègre.

Neûr come li diâle, noir comme le diable.

Come on cwèrbâ, comme un corbeau.

Come on foyan, comme une taupe.

Come on wiha, comme une fouine noire.

Come ine pê d’ tchin, comme une peau de chien.

Come dè l’ têre, comme de la terre.

Come dè bègâ, comme de la bourbe.

Come dè broûlî, comme de la boue.

Come dè sankis’, comme de la fange.

Come dè brusi, comme de la braise.

Come on tchèrbon, comme un charbon.

Come dè tchèrbon, comme du charbon.

Come on tchèrbonî, comme un charbonnier.

Come gayète, comme gaillette.

Come on hotchèt, comme une bouie de charbon de terre.

Come on houyeû, comme un bouilleur.

Come on hovâte, comme un ramoneur.

Come li tch’minèye, comme la cheminée.

Come li conte-coûr, comme la plaque d’une cheminée.

Come li stoûve, comme le poêle.

Come li crama, comme la crémaillère.

Come li cou d’ on tchôdron, comme le cul d’un chaudron.

Come di l’ èbin.ne, come de l’ébène.

Come ine gâtèye crompîre, comme une pomme de terre gâtée.

Come dès frombâhes, comme des myrtilles.

Come dès âmônes, comme des mûres.

Come dè côrin, comme de la marmelade.

Come dè l’ djusèye, comme du jus de réglisse.

Come dè ciradje, comme du cirage.

Come di l’ intche, comme de l’encre.

 

C. F. Noir comme jais, comme du jais, comme de l’encre, comme du charbon, comme un charbonnier, comme la che­minée, comme un corbeau, comme une taupe. (Acad.)

Il est noir comme le cœur de la cheminée. (Acad.)

(Lille) Nwâr come du carbon.

(Rouchi) Nwâr come un borin.

Par extension, on donne le nom de borins aux ouvriers qui travaillent aux mines de charbons. (Hécart, Dict. Rouchi.)

(Lille) Nwâr come un houseû dé k’minée.

(Rouchi) Nwâr come un fouan.

(Namur) Nwâr come li crama.

(Namur) Nwâr come di l’ èbin.ne.

(Tournai) Avoir l’ âme pus nwarte queu l’ keûr de la kémènée.

(Rouchi) Il a l’ âme aussi nwarte queu m’ capiau.

 

2 Il a on stoumak ossi neûr qu’ on cou d’ tchapê  (B.)

litt. Il a l’estomac aussi noir que le dessus  d’un chapeau.

Se dit d’un ivrogne dont l’estomac est brûlé par l’alcool.

 

3 Neûr se dit d’un lieu très obscur.

Neûr come divins on for, noir comme dans un four.

Come divins ‘ne câve, comme dans une cave.

Come divins on beûr, comme dans une bure (puits de mine).

C. F. Il y fait noir comme dans un four. (Acad.)

(Lille) I faît brun come dins in foûr.

Var. Spès come divins on beûr. (puits de mine)

 

4 Neûr : Être en deuil, être vêtu d’habits de deuil.

Neûr come ine pouce.

litt. Noir comme une puce.

C. F. De noir tout habillé, comme le page de Malborough.

 

5 Neûr se dit enfin pour exprimer l’abondance.

Ènn’ a tot neûr come dès pouces, come dès frumihes.

LITT. Il y en a tout noir comme des puces, comme des fourmis. Il y en a en grande masse, en grande quantité.

 

NOYÎ

(noyer)

752 Noyî come on pèhon.

C. F. Nager comme un poisson. (Acad.)

 

NOYÎ

(noyer)

753 Noyî come lès tchins.

litt. Nager comme les chiens.

Nager à la brasse.

 

NOYÎ

(noyer)

754 Noyî come on tchin d’ plonk.

litt. Nager comme un chien de plomb.

Come ine pîre, comme une pierre.

Come on cayewê, comme un caillou.

Come ine brike, comme une brique.

C. F. Nager comme un chien de plomb.

 

NOTAÎRE

(notaire)

755 C’ èst come si l’ notaîre î aveût passé.

C. F. C’est comme si le notaire y avait passé.

Se dit d’une chose sur laquelle on peut compter, sur laquelle il n’y a pas à revenir.

 

NOTREU-DAME

(Notre-Dame)

756 (Lille) Come Notreu-Dame deu Planète,

Ni panche ni tète.

N’avoir ni ventre, ni téton.

 

NOÛ

 

(neuf)

757 Èsse come on noû.

litt. Être comme un neuf.

Se dit d’une personne qui a recouvré ses forces perdues par suite do longues fatigues ou de maladie.

 

NOU

 

(nu)

758 Nou come on vièr.

litt. Nu comme un ver.

Come on deût, comme un doigt.

Come li min, comme la main.

Come sint Dj’han, comme saint Jean.

Come sint Dj’han-l’-ognê, comme saint Jean à l’agneau.

C. F. Nu comme la main, comme un ver. (Acad.)

Nu comme un petit Saint-Jean.

Etre aussi nu qu’il est sorti du ventre de sa mère. (Acad.)

 

ODER

(sentir)

759 Dj‘ ode çoula come ine vôte â lârd.
litt. Je sens cela comme une omelette au lard.
(Famenne) I sint ça come one vôte au laurd.

Je comprends parfaitement cette affaire et je m’en charge avec plaisir.

 

ODER

(sentir)

760 Oder come ine lémoscâde.

litt. Sentir comme une noix muscade.

Sentir très bon, être parfumé.

 

ODER

(sentir)

761 Oder come on drougue d’ apoticâre.

litt. Sentir comme une drogue d’apothicaire.

Se dit d’une odeur forte, pénétrante, nauséabonde.

 

ONGUE

 

(ongle)

762 Il a dès-ongues come dès palètes di bièrdjî.

litt. Il a des ongles comme des houlettes de berger.

Il a les ongles démesurément grands.

 

ORÈYE

 

(oreille)

763 Dès-orèyes come dès tchèrbonâdes.
litt. Des oreilles comme des carbonnades.

Come dès côtelètes, comme des côtelettes.

Come in-âgne, comme un âne.

Come on bâdèt, comme un baudet.

Come des foyes di djote (A.), comme des feuilles de chou.

Come on paraplu (A.), comme un parapluie.

Avoir les oreilles longues et pendantes.

 

ORÈYE

(oreille)

764 Dès-orèyes come dès hûfions.
litt. Des oreilles comme des coquilles de noix.
Avoir l’oreille très petite.

 

ÔRIMIÈL

 

(loriot)

765 Èsse come in-ôrimièl.
litt. Etre comme un loriot.

Se dit d’un enfant vif, pétulant, espiègle.

 

OTTANT

(autant)

766 Ènn’ a ottant qui d’ poyèdjes so on tchin, so on vê, so on boûf.

litt. Il y en a autant que de poils sur un chien, sur un veau, sur un bœuf.

Ottant qui d’ pouces so on tchin.

litt. Autant que de puces sur un chien.

Qui d’ foyes so in-âbe, que de feuilles sur un arbre.

Qui di steûles è l’ aîr, que d’étoiles dans le ciel.

Ottant qu’ ine ârmèye, autant qu’une armée.

Ottant qu’ dès pèpioûles à Tif. (pèpioûles: têtards de grenouille)

Il y en a en très grand nombre.

(Lille) I mint autant qu’ un kyin a d’ puches.

 

OTTANT

(autant)

767 Ènn’ a ottant qu’ cint tchèrèyed, qu’ cint mèye tchèrèyes, ottant qu’ ènnè pout pwèrter.

litt. Il en a autant que cent charretées, que cent mille charretées, autant qu’il en peut porter.

Se dit d’une personne qui a trop mangé ou trop bu, et aussi d’une personne qui a été bien battue.

C. F. Il en a autant qu’il en peut porter. (Acad.)

 

OÛHÊ

(oiseau)

768 Èsse come in-oûhê, on p’tit oûhê.
litt. Être comme un oiseau, un petit oiseau.
Etre alerte, vif, léger.

Avoir un joyeux caractère.

 

OÛHÊ

(oiseau)

769 Èsse come l’ oûhê so l’ âbe.
litt. Être comme l’oiseau sur l’arbre.
So l’ âbe-di-spène, sur l’aubépine.

So l’ haye, sur la haie.

So l’ cohe, sur une branche d’arbre.

Être libre, indépendant, heureux, sans souci.

 

OÛHÊ

(oiseau)

770 Èsse come l’ oûhê è l’ niyèye.
litt. Etre comme l’oiseau dans le nid.

Être parfaitement heureux sous le rapport matériel.

 

OÛHÊ

(oiseau)

771 Èsse come l’ oûhê dè cîr. (B.)
litt. Etre comme l’oiseau du ciel.

Ne posséder que le ciel et la terre. Etre dépourvu de tout.

 

OÛHÊ

(oiseau)

772 Èsse come l’ oûhê so l’ brantche.

C. F. Etre comme l’oiseau sur la branche. (Acad.)

Être dans un état incertain et sans savoir ce que l’on deviendra. (Lille) Il èst come un ojau sur eune branke.

 

OÛHÊ

(oiseau)

773 Fé come l’ oûhê, cover tot s’ apîcetant. (B.)
litt. Faire comme l’oiseau, couver en se perchant.
S’applique à ceux qui s’amusent longtemps là où ils devraient

terminer rapidement leurs affaires. Se dit encore de ceux qui se couchent, qui s’appuyent la tête sur le bras, en assurant qu’ils ne s’endormiront pas.

 

OÛHÊ

(oiseau)

774 Fé come l’ oûhê d’ qwinze cârlus’.
litt. Faire comme l’oiseau de quinze florins (carolus).
Parler peu ou point et réfléchir beaucoup.

Var. Il èst come li pinson da Clérdint, s’ i n’ dit rin, i n’ è pinse nin mons.

(Verviers) Come l’ oùhê da Dj’han, ènnè pinse pus qu’ ènnè dit.

 

OÛHÊ

(oiseau)

775 Fé  come l’ oûhê d’ sî skèlins, ni doviér si bètch qui po magnî.

litt. Faire comme l’oiseau de six escalins, n’ouvrir le bec que pour manger.

S’applique à ceux qui ne prennent point part à la conver­sation pendant un repas, un festin.

 

OUH

(porte)

776 Mète, taper, piter à l’ ouh come on tchin.
litt. Mettre,  jeter  à la porte, chasser à coups de pied comme un chien.

Come on crapaud foû d’ on pwèsse.

litt. Comme un crapaud hors d’un vestibule.

Comme on stron foû d’ on pwèsse.

litt. Comme un étron hors d’un vestibule.

Mettre dehors sans façon, brutalement.

Var. Èsse kipité come ine èdjalé stron. (B.)

(Charleroi) Voler à l’ uch come on stron su ‘ne palète.

 

OÛY

(oeil)

777 Dès-oûys come dès hotales.
litt. Des yeux comme des prunelles.
Avoir les yeux très noirs.

(Huy) Dès-oûys come dès peurnales. (A.)

 

OÛY

(oeil)

778 Dès-oûys come dès tchandèles.
litt. Des yeux comme des chandelles.
Come deûs crustals, comme deux cristaux.
Come dès loumerotes, comme des feux-follets.

Se dit d’une personne qui a les yeux fort vifs et brillants, ou qui les ouvre tant qu’elle peut pour tout voir.

C. F. Ses yeux brillent comme des chandelles.

(Namur) Il a dès-ouys come one lumerote.

(Rouchi) Il a dès-ieûs come des leumerètes.

(Lille) Sès-ieûs terlwisent come deûs tchandèles.

 

OÛY

(oeil)

Avu dès-oûys come dès pogns.

LITT. Avoir des yeux comme des poings.

Avoir les yeux gros tant on a pleuré ou parce que l’on vient de se lever et que l’on n’est pas encore bien éveillé.

(Rouchi) Avwar dès-ieûs come dès cholètes (balles de bois).

 

OÛY

(oeil)

780 Avu dès-oûys come dè l’ lake.

litt. Avoir des yeux comme de la cire à cacheter.

Come dès poûris-ognons, comme des oignons pourris.

Avoir les yeux chassieux.

 

OÛY

(oeil)

781 Avu, doviér, fé dès-oûys come sint Djîle ou sint Djîle l’ èwaré.

litt. Avoir, ouvrir, faire des yeux comme saint Gilles ou saint Gilles-l’effaré.

Come des sârlètes, comme des salières.

Come dès harbotes, comme des coupes de tasse.

Come dès platês d’ tasse, comme des soucoupes de tasse.

Come dès cahotes (G.), comme des sachets.

Come ine vatche qui rabise. (A.)

litt. Comme une vache qui revient sur ses pas en courant.

Avoir les yeux grands. — Regarder avec des yeux hagards. — Faire, ouvrir de grands yeux soit de surprise ou de colère, soit parce que l’on regarde une chose avec attention ou avidité.

C. F. Ouvrir des yeux grands comme une salière, comme des salières.

(Lille) Dès-ieûs come une mourmoulète (grosse moule).

(Rouchi) Dès-ieûs come dès potches d’ voleûr.

(Rouchi) Dès-ieûs come dès portes d’ granje.

 

OÛY

(oeil)

782 Il a dès-oûys come deûs loukerotes.

litt. Il a des yeux comme deux petites lucarnes.

Il a de petits yeux.

 

OÛY

(oeil)

783 Fé dès-oûys come on mâye leûp-warou. (B.)
litt. Faire des yeux comme un loup-garou mâle.
Come on vê qu’ a stu manké. (B.)

litt. Gomme un veau qui a été manqué.

Avoir le regard farouche.

 

OÛY

(oeil)

784 Dès-oûys come dès cis d’ boûf, di vatche.
litt. Des yeux comme ceux d’un bœuf, d’une vache.
E. F. Avoir des yeux de bœuf. (Acad.)

avoir de gros yeux.

 

OÛY

(oeil)

785 Dès-oûys come dès cis d’ cabiaw, di houlote.

litt. Des yeux comme ceux d’un callibaud, d’une hulotte.

Des yeux gros, ronds, fixes, immobiles, fort ouverts.

(Rouchi) Il a dès-ieûs come un cat-huant.

 

OÛY

(oeil)

786 Dès-oûys come on spirou.

litt. Des yeux comme un écureuil.

Des yeux petits, vifs, expressifs, éveillés, fripons.

(Mons) Avwar dès-ieûs, dès îs d’ fichau. (fouine)

 

OÛY

(oeil)

787 Dès-oûys come dès cis d’ pourcê. (A.)

litt. Des yeux comme ceux d’un porc. Des yeux très gros et peu expressifs.

 

OÛY

(oeil)

788 Dès-oûys come on mâdrê.
litt. Des yeux comme un putois.

Avoir des yeux terribles. Avoir le regard méchant ou pas­sionné.

 

OÛY

(oeil)

789 Fé dès-oûys come dès cis d’ basilikc.

E. F. Des yeux de basilic, des yeux qui expriment le dépit, la colère, la haine. (Acad.)

 

OÛY

(oeil)

790 Fé dès-oûys come on gris tchèt.
litt. Faire des yeux comme un chat gris.

Fé dès-oûys come on tchèt qu’ arèdje divins on grusalî.

litt. Faire des yeux comme un chat qui enrage dans un groseiller.

Faire de méchants yeux, menacer quelqu’un du regard.

(Namur) I faît dès-ouys come  on  vî  marou su one sovronde. (saillie extérieure du toit)

(Idem) I faît dès grimaces come on tchèt dins on grusalî.

 

OÛY

(oeil)

791 Rôler dès-oûys come in-arèdjî.
litt. Rouler les yeux comme un enragé.
Come on possédé, comme un possédé.

Come li diâle è l’ bèneûte êwe, comme le diable dans l’eau bénite.

C. F. Il roulait les yeux comme un possédé. (Acad.)

 

OVRER

(travailler)

792 Ovrer come on bauje-fîér.
litt. Travailler comme un pic-vert.
Come on boûf, comme un bœuf.
Come on tch’vâ, comme un cheval.

Come on mâlureûs, comme un malheureux.

Come on galéryin, comme un galérien.

Come on nêgue, comme un nègre.

Come in-èsclâve, comme un esclave.

C F. Travailler comme un forçat. (Acad.)

Travailler comme un galérien. (Acad.)

Faire travailler quelqu’un comme un nègre. (Acad )

E. F. C’est un cheval pour le travail. (Acad.)

 

OVRER

(travailler)

793 Ovrer come on vî, come in-ome, come on grand.

litt. Travailler comme un vieux, comme un homme, comme un adulte.

Travailler avec goût, avec ardeur, avec courage.

Se dit en parlant d’un jeune ouvrier.

 

OVRER

(travailler)

794 Ovrer come on savetî.

litt. Travailler comme un savetier.

Come on potchâ, comme un écorcheur.

Gomme Poitié, comme Poitié.

Se dit d’un mauvais ouvrier, en quelque métier que ce soit.

E. F. C’est un savetier, ce n’est qu’un savetier. (Acad.)

Prov. Liégeois : Il oûveûre come Pwatié èt Pwatié come mi.

Nous travaillons aussi mal l’un que l’autre.

 

PÂHÛLE

 

(tranquille)

795 Il î fêt pâhûle come divins ‘ne prîhon.

litt. Il y fait tranquille comme dans une prison. Gomme divin ‘n’ église, comme dans une église. Gomme divin on covint, comme dans un couvent. Gomme si n’aveut on moirt, comme s’il y avait un mort. Se dit pour exprimer un grand silence.

 

PÂHÛLE

 

(tranquille)

796 Pâhûle come in-ognê.

litt. Paisible comme un agneau. Comme ine jônefèïe, comme une jeune fille. Gomme ine image (G.), comme une image. Se dit d’une personne timide, modeste, de bonne  conduite et douce de caractère.

G. F. Il est sage comme une fille. (Acad.) Sage comme une image.

 

 

(peau)

797 Avu ‘ne pê come dè satin.
litt. Avoir la peau comme du satin.

C. F. Avoir la peau douce comme un satin, comme du satin. (Acad.)

 

 

(peau)

798 Ine pê come on rèkin.

litt. Une peau comme celle d’un requin.

Avoir la peau dure, épaisse.

 

 

(peau)

799 Avu l’ pê ossi deûre qui l ‘ âme d’ on Hêvurlin.

litt. Avoir la peau aussi dure que l’âme d’un habitant de Herve.

On dit, en plaisantant, que les personnes nées à Herve ont l’âme collée, adhérente au corps.

 

 

(peau)

800 Èsse come pê d’ pourcê. (B.)
litt. Être comme peau de pourceau.

Être très avare, très ladre.

 

PÂLE

 

(pâle)

801 Pâle comme li mwèrt.

litt. Pâle comme la mort

Come on mwèrt, comme un mort.

Come on hiteû, comme un foireux.

C. F. Pâle comme la mort, comme un mort. (Acad.)

Avoir le teint pâle comme une personne qui a le cours de ventre. (Acad.)

Var. Il èst come on mwèrt vèssou.

(Mons) Pâle come ène vèsse.

 

PÂMER

 

(pâmer)

802 Pâmer come ine âblète.
litt. Pâmer comme une ablette.

 

PAN

 

(pain)

803 Dè pan come dè mitchot, come dè wastê.

litt. Du pain comme du gâteau.

Se dit d’un pain bon, délicieux, excellent.

 

PANSÂD

 

(gourmand)

804 Pansâd come ine feume grosse. (C.)

litt. Gourmand comme une femme enceinte.

Pansâd come on prussyin. (B.)

litt. Gourmand comme un prussien.

 

PANSE

 

(panse)

805 Avu ‘ne panse come on grévî.

litt. Avoir une panse comme un véron lisse.

 

PAWOUREÛS

 

(peureux)

806 Pawoureûs come in-èfant. (G.)
litt. Peureux comme un eniant.

 

PAPALOLO.

 

(chrysalide)

807 Il èst come on pâpâlôlô.
litt. Il est comme une chrysalide.

Il est peu dégourdi.

On ajoute souvent : i n’ rimowe ni pîd, ni pate. (… ne remue …)

 

PARADIS

 

(paradis)

808 Èsse come è paradis, come divins on p’tit paradis.

litt.  Etre comme en paradis, comme dans un petit paradis.

E. F. Être en paradis, croire être en paradis, dans le paradis. (Acad.)

Être dans une joie extrême, se trouver délivré d’une grande douleur, de quelque grande peine d’esprit.

Paradis se dit figurément d’un lieu, d’un séjour délicieux, charmant, orné par la nature ou par l’art. (Acad.)

(Rouchi) J’ su come dans un paradis.

 

PARÈSSEÛS

 

(paresseux)

809 Parèsseûs come ine pîtche. (C.)
litt. Paresseux comme une perche.

L’on voit souvent la perche arriver à la surface de l’eau et, la panse en l’air, se laisser aller au courant de la rivière ; de là, la comparaison.

 

PÂRFOND

(profond)

810 Pârfond come on pus’, come on beûre.

litt. Profond comme un puits, comme une bure.

Très profond. Se dit par exagération.

 

PARIS    

 

811  I fât fé come à Paris, lèyî ploûre.

litt. Il faut faire comme à Paris,  laisser pleuvoir.

Se dit lorsqu’on est surpris par une averse, par une forte pluie ; et, par extension, de tout désagrément, de tout ennui qu’on ne peut éviter.

C. F. Faire comme l’on fait à Paris, laisser pleuvoir.

 

PARIS

812 Fé come à Paris, çou qu’ on n’ vout nin, on l’ laît là. (B.)

litt. Faire comme à Paris, ce qu’on ne veut pas on le laisse là.

Subir résolument les éventualités de la situation.

S’applique aussi à une personne embarrassée dans son choix, ou à celle qui trouve à redire sur les mets présentés dans un repas.

 

PÂRTÈDJÎ

 

(partager)

813 Pârtèdjî come dès frés.
litt. Partager comme des frères.
Partager en frères.

 

PÂRTÈDJE

(partage)

814 C’ èst come li pârtèdje di Montgomery, tot d’ on costé èt rin d’ l’ ôte.

E. F. Partage de Montgomery, tout d’un côté rien de l’autre.

 

PÂSSE

 

(pâte)

815 Èsse come ine pâsse.                         
litt. Être comme une pâte.

Être gros, gras, bien portant, ou bien encore être d’un bon naturel, d’un caractère charmant.

 

PASSER

 

(passer)

816 Çoula a passé come on sondje.

litt. Cela a passé comme un songe.

Gomme ine blamèïe, comme une flamme.

Se dit pour exprimer le peu de durée d’une chose.

 

PATÂR

 

(sou)

817 Èsse come on patâr qui n’ a ni pèye ni tièsse.

litt. Être comme un sou qui n’a ni pile ni face.

C. F. Être usé comme un vieux sou. Être usé jusqu’à la corde.

 

PACYINCE

(patience)

818 Avu pus d’ pacyince qu’ on sint.
litt. Avoir plus de patience qu’un saint.
Être très patient.

 

PÔVE

(pauvre)

819 Pôve come Djob.

C. F. Pauvre comme Job. (.Acad.)

Être comme Job sur son fumier. (A.cad.)

 

PÔVE

(pauvre)

820 Pôve come on bribeû.
litt. Pauvre comme un mendiant.
Come ine clicoterèsse. (A.)

litt. Comme une marchande de chiffons.

Se dit d’une  personne dont les vêtements sont malpropres ou déchirés.

 

PAYÎ

 

(payer)

821  I l’ pâyerè pus tchîr qu’ â mârtchî.

C. F. Il le payera plus cher qu’au marché.

Se dit pour faire entendre qu’on se vengera d’une personne dont on a reçu quelqu’injure. (Acad.)

 

PINGNÎ

 

(peigner)

822 Pingnî come onk qu’ a dwèrmou è foûr. (G.)
litt. Peigné comme quelqu’un qui a dormi dans le foin.

 

PÈHON

 

(poisson)

823 Èsse come li pèhon è l’ êwe.
litt. Être comme le poisson dans l’eau.

Se trouver bien, être à son aise dans quelque lieu.

C. F. Être heureux comme le poisson dans l’eau. (Acad.)

(Mons) Il ètwat come in pichon dins l’ iau.

 

PÈHON

 

(poisson)

824 Èsse come li pèhon foû d’ l’ êwe.
litt. Être comme le poisson hors de l’eau.

Être hors du lieu où l’on voudrait être. Être très malheureux.

C. F. Être comme le poisson hors de l’eau. (Acad )

(Namur) Èsse come on pèchon dins one djaube di strin.

(Namur) Èsse come on pèchon su one volète.

(Mons) Ète à s’n-aîse come ène carpe su-n-in guèrnié.

(Mons) Ureûs come ène carpe su-n-in guèrnié.

 

PÈLAKE.

 

(chauve)

825 Pèlake come in-oû.

litt. Chauve comme un œuf.

Come ine savonète, comme une savonnette.

Être tout à fait chauve.

 

PÈLÉ

 

(pelé, chauve)

826 Pèlêye come ine tchawe-soris.

litt. Pelé comme une chauve-souris.

Come on rat, comme un rat.

Come on rat d’ èglîse, comme un rat d’église.

Come on cou d’ sabot, comme un cul de sabot.

Come on cou d’ mârticot, comme le cul d’un singe.

Être chauve. — Être dépourvu de tout. Être gueux.

C. F. Gueux comme un rat. (Acad.)

Gueux come un rat d’église. (Acad.)

 

PÈLÉ

(pelé)

827 Pèlé come on navê. (B.)
litt. Pelé comme un navet.
Come in-oû (B.), comme un œuf.

Complètement ruiné. Se dit surtout de ceux qui se ruinent au jeu.

 

PÈLÉ

828.   (tondu)

828 Il a ‘ne pèlèye makète
Come on rècolèt’.

litt. Il a la tète tondue comme un récollet.

C. F. Ras et tondu comme un moine.

 

PÈRI

 

(périr)

829 I pèriherè come lès losses, pa lès-oûys.
litt. Il périra comme les libertins, par les yeux.
Come lès-âgnes, pa lès pîds, comme les ânes, par les pieds.
Se dit surtout de ceux qui ont abusé des plaisirs de la vie.

 

PÈSANT

 

(lourd)

830 Pèsant come dè plonk.
C. F. Lourd comme du plomb.
(Namur) Pèsant come on tchin d’ plomb.

 

PÈTER

(détonner)

831 Pèter come on côp d’ fîsik. (B.)
litt. Détonner comme un coup de fusil.

Come on côp d’ canon (A.), comme un coup de canon.

Come on côp d’ tonîre, comme un coup de tonnerre.

Se dit d’une chose qui éclate avec grand bruit.

 

PEÛ

 

(pois)

832 Dès peûs come dès bales.

litt. Pes pois comme des balles.

Se dit de pois durs à cuire, à manger.

(Rouchi) Ch’ èst come lès pos à Manon.

 

PEÛKÈT

 

(Poucet)

833 Èsse come Peûkèt.
litt. Être comme Poucet.
Etre de très petite taille.

 

PEÛR

 

(pur)

834 Peûr come l’ oûy dè l’ tièsse.
litt. Pur comme l’œil de la tête.

Etre pur, chaste.

 

PICE-CROSSE

 

(avare)

835 Ossi pice-crosse qui l’ dame di Ségraz.

litt. Aussi avare que la dame de Ségraz.

Allusion à la  femme d’un  marchand de laine de la rue Neuvice à Liège jadis fameuse par son avarice.

 

PICÎ

(pincer)

836 Èsse picî come divins on vis’.
litt. Être pincé comme dans un étau.

Etre pris de façon à ne  pouvoir échapper. Etre pris en flagrant délit.

 

PÎD

(pied)

837 On pîd come ine aune.
litt. Un pied comme une aune.
Come sint Lambièt, comme saint Lambert.

Avoir un pied d’une aune. Avoir le pied grand, long.

 

PÎD

(perdre)

838 Dès pîds come dès batês.
litt. Des pieds comme des bateaux.
Come des faukes (B ), comme des battes (de jarninier) (planchettes attachées au pied).
Avoir les pieds grands, difformes.

 

PIÈRDOU

 

(éperdu)

839 Èsse, fé come on pièrdou.

litt. Être, faire comme un éperdu.                           

Etre hors de soi. Ne plus se posséder. Perdre la tète. Se démener comme un éperdu. Etre très agité.

 

PIÈDE

(perdre)

840 Èsse come s’ on n’ aveût ni pièrdou ni wangnî.
litt. Être comme si l’on n’avait ni perdu ni gagné.

Rester indifférent à ce qui se passe. Ne pas avoir l’air satisfait.

 

PIÈDE

(perdre)

841 Èsse come in-ome qu’ a pièrdou s’ samin.ne, si quinzin.ne âs bèyes.

litt. Être comme un homme qui a perdu (le gain de) sa semaine, (de) sa quinzaine aux quilles.

Faire une mine piteuse, triste, désappointée.

 

PIYEÛS

(pieux)

842 Piyeûs come on sint. (G.)
G. F. Pieux comme un saint.

 

PIHÎ

(pisser)

843 C’ èst come s’ i pihîve divins on violon.
litt. C’est comme s’il pissait dans un violon.

L’acte qu’il pose est dangereux ou tout au moins inutile.

Var. (Mons) C’ èst come s’ il avwat pèté dins ‘ne basse. (flaque d’eau)

 

PIHÎ

(pisser)

844 Is volet fé come lès grands tchins, pihî â meûr.

litt. Ils veulent faire comme les grands  chiens,  pisser contre le mur.

Se dit des petits garçons qui veulent faire comme les grandes personnes.

C. F. Ils veulent faire comme les grands chiens, ils veulent pisser contre la muraille. (Acad.)

 

PILÂTE

(Pilate)

845 Fé come Pilâte.

litt. Faire comme Pilate.

G. F. Je m’en lave les mains comme Ponce Pilâte.

 

PÎLER

(gémir)

846 Pîler come on tchin.

litt. Gémir comme un chien.

Se dit d’un solliciteur bas et rampant.

 

PINTER

(boire de la bière)

847 Pinter come on pwèrte-âs-sètchs.
litt. Boire de la bière comme un portefaix.

La bière se vend dans de petits verres appelés pintê.

 

PIOU

(pou)

848 Èsse come on piou inte deûs-ongues.

litt. Etre comme un pou entre deux ongles.

Etre dans une situation intolérable. Vivre dans une sorte d’esclavage.

Var. Èsse come ine pouce inte deûs-ongues.

 

PIKANT

 

(piquant)

849 Pikant come dè peûve. (A.)
litt. Piquant comme du poivre.

 

PITIT

 

(petit)

850 Pitit come on nin.

litt. Petit comme un nain.

Come on massoukèt. (G.)

(Huy) Pitit comme on lûton. (A.)

 

PITIT

(petit)

851 Pitit come li bètch d’ in-âgne.

(G.) litt. Petit comme le bec d’un âne.

S’emploie pour faire observer qu’une chose qu’on dit petite est plus grande qu’on ne l’avoue.

 

PLAÎRE

 

(palire)

852 (Namur) Plaîjant come on malton.

litt. Amusant comme un frelon. — Ironique.

 

PLAÎRE

 

(plaire)

853 Si plaîre come à l’ fièsse. (V.)

litt. S’amuser comme au jour de la fête paroissiale.

 

PLANTER

 

(planter)

854 Planté come on pâ.

litt. Planté comme un pieu.                             

Come on pikèt, comme un piquet.

Come ine bèye, comme une quille.

Come on rin.nâ, comme une borne.

C. F. Être planté comme un piquet. (Acad.)

Il est là planté comme une borne. (Acad.)

Il est planté là comme un terme. (Acad.)

Il est là planté comme une quille.

 

PLAKÎ

 

(coller)

855 Plakî come hârpik, come dè 1′ vèrdjale.

litt. Coller comme poix, comme de la glu.

C. F. Cela tient comme poix. (Acad.)

(Charleroi) Claper au visâdje come dè l’ boulîye d’ empwasse.

 

PLAKÎ

 

(coller)

856 Plakî come ine sansowe. (B.)
litt. Collé comme une sangsue.

Se dit de deux amoureux inséparables.

 

PLAT

 

(plat)

857 Plat come ine min.
litt. Plat comme la main.
Come ine nûle, comme une hostie.

Come ine boûkète, comme une crêpe.

Come ine figue, comme une figue.

Come ine plantche, comme une planche.

Come ine plantchète, comme une planchette.

Come on sètchê, comme un sachet.

Très plat. — Manquer de gorge, de poitrine.

(Charleroi) Plat come ène punaîse.

(Lille) Plat come eune nieule.

 

PLAT

(plat)

858 Plat come ine rin.ne.                                     \
litt. Plat comme une grenouille.

S’étendre, tomber ou faire tomber à plat.

 

PLIN

 

(plein)

859 Plin come on Polonès.
litt. Plein comme un Polonais.

Come cint mèye omes, comme cent mille hommes.

Come in-oû, comme un œuf.

Come on cocâ, comme un œuf (terme enfantin).

Come ine sansowe, comme une sangsue.

Come ine abasse (B.), comme une citrouille.

Come ine tripe, comme une andouille.

Come ine cahote, comme un rouleau de pièces de monnaie.

Come ine patate, comme une pomme de terre.

Come ine basse, comme une basse.

Basse signifie ici non pas l’instrument de musique de ce nom, mais un chanteur qui possède une voix de basse.

L’on sait que le chant altère beaucoup et que les chanteurs n’ont pas la réputation d’être sobres. Ceci suffirait pour justifier la comparaison. Il se peut cependant que plin come ine basse soit une corruption de plin come ine abasse ; remar­quons que cette dernière expression n’est plus guère usitée.

Var. Sôlèye come on musicyin. (G.)

(Verviers) S’ impli come dès lèvgos. (boudin de foie aux raisins de Corinthe

(Mons) Soû come in polonè.

(Mons) Plan come eune digue.

(Lille) Kèrvé come eune andouye.

(Lille) Kèrvé come un Polonès.

(Rouchi) Kèrvé come eune andoule.

(Rouchi) Kèrvé come client mile omes.

(Rouchi) Il s’ èst kèrvé come un pourchau.

Voyez le mot beûre.

 

PLEÛTÎ

 

(plissé)

860 Pleûtî come on fièr âs galèts.

litt. Plissé comme un gaufrier.

Se dit d’un vêtement dont les plis sont égaux.

 

PLOYÎ

 

(plier)

861 Ployî come on vèrdjon.

litt. Plier comme une petite verge.

Come on vèrdjon d’ corîhe, comme la verge d’un fouet.

Come on djonc, comme un jonc.

Come ine wèsîre, comme un osier.

Come on riban, comme un ruban.

Se dit d’un objet qui plie facilement en tous sens.

Au figuré. Se dit d’un caractère flexible, versatile.

C. F. Flexible comme un jonc, comme l’osier.

Souple comme un ruban.

 

PLONKÎ

 

(plonger)

862 Plonkî come ine cane.

litt. Plonger comme une cane.

C. F. Plonger comme un canard.

Plonger habilement. — Se soustraire à un danger.

 

PLORER

 

(pleurer)

863 Plorer come on vê.                                         
litt.   Pleurer comme un veau.

Come ine Madelin.ne, comme une Madeleine.

Come in-èfant, comme un enfant.

Come in-èfant qu’ a l’ botroûle difâfilèye.

litt. Comme un enfant qui a le nombril délié.

G. F. Pleurer comme une Madeleine. (Acad.)

Pleurer comme un veau. (Acad.)

(Lille) Braîre come un-infant.

(Lille) Braîre, tahuter come un viau.

(Lille) Braîre come eune Madelène.

 

PLORER

 

(pleurer)

864 On direût qu’ il a ploré après.
litt   On dirait qu’il a pleuré après.

On dirait qu’il a pleuré pour avoir des manchettes, un habit, un chapeau, etc. Se dit d’une personne qui a des manchettes mesquines, un habit écourté, un petit chapeau quand la mode est d’en avoir un grand. (Acad.)

 

PLOÛRE

 

(pleuvoir)

865 Come si ènnè plovéve.
C. F. Comme s’il en pleuvait.

Il y en a beaucoup, en grande quantité.

 

PLUBEAU

 

866 Èsse, diveni come Plubeau.

litt.   Etre, devenir comme Plubeau.

Etre ou devenir obèse.

Plubeau, disent les Liégeois, conduisait son ventre sur une brouette, tant il était gros.

 

POCE

 

(pouce)

867 Fé ‘ne saqwè l’ pôce â haut, come li creûs d’ Vèrvî.

litt. Faire quelque chose le pouce en haut, comme la croix de Verviers.

Faire une chose malgré soi, comme le châtiment imposé jadis aux Verviétois par la Ville de Liège.

Voyez : Dejardin. Diction. Spot n° 1489.

 

POTCHÎ

 

(sautiller)

868 Potchî come ine aguèce so dès tchôdès cindes.

litt. Sautiller comme une pie sur des cendres chaudes.

Se dit par dérision d’une personne qui se donne beaucoup de mouvement et qui affecte une démarche sautillante.

 

POTCHÎ

 

(sauter)

869 Potchî come on sot. (A.)
litt. Sauter comme un fou.
Sauter de joie.

 

POYE

 

(poule)

870 Èsse come ine poye mouyèye.

litt. Être comme une poule mouillée.

E. F. C’est une poule mouillée. (Acad.)

 

POYOU

 

(poilu)

871 Poyou come ine halène.
litt. Poilu comme une chenille.
Come on foyan, comme une taupe.

Come on tchin, comme un chien.                          

Come on vê, comme un veau.

Come in-oûrs’, comme un ours.

Come on leûp (C.), comme un loup.

C. F. Velu comme un ours. (Acad.)

 

PWÈRTER

 

(porter)

872 Èle pwètrè onze meûs, come lès-âgnes.

litt. Elle portera onze mois, comme les ânesses.

Comparaison ironique à l’adresse d’une femme dont la grossesse se prolonge au delà de l’époque qu’elle-même avait assignée pour sa délivrance.

 

PWÈRTER

 

(porter)

873 Si pwèrter come li Pont-d’s-Âtches.
litt. Se porter comme le Pont des Arches.

C. F. Se porter comme le Pont Neuf. (Acad.)

(Mons) S’ porter come èl Pont-Neu.

 

PWÈSON

 

(poison)

874 Èsse come dè pwèson.
litt. Être comme du poison.

Se dit d’une femme très méchante et surtout très médisante.

 

POLI

 

(poli)

875 Poli come on mârbe.

litt. Poli comme un marbre.

Come on mureû, comme un miroir.

C. F. Uni comme une glace. (Acad.)

litt. Poli comme un marbre.

 

POLI

 

(poli)

876 (Lille) Poli come un maîte deu danse.
litt. Poli comme un maître de danse.

D’une très grande politesse.

 

PONDE

 

(peindre)

877 C’ èst come pondou.

litt. C’est comme peint.

C. F. Cela est fait comme une peinture. (Acad.)

Se dit d’une chose bien faite, d’un ouvrage exécuté avec soin.

 

PONTIANT.

 

(pointu)

878 Pontiant come ine awèye.
litt. Pointu comme une aiguille.
Come ine atèche, comme une épingle.

 

PORÊ

 

(poireau)

879 Il èst come lès porês.

litt. Il est comme les poireaux.

Se dit d’un homme qui jouit d’une verte vieillesse, par allu­sion aux poireaux qui ont la tête blanche et les feuilles vertes.

 

PORMINER

 

(promener)

880 On l’ pormône come ine bièsse curieûse.
ljtt. On la promène comme un animal extraordinaire.

Se dit d’une demoiselle que ses parents conduisent, affublée de toutes les parures de la mode, aux bals, promenades, etc., dans l’espoir qu’elle y trouvera un épouseur.

 

POSSÉDÉ

 

(possédé)

881 Fé come on possédé.
litt. Faire comme un possédé.

C. F. Il se démène comme un possédé. (Acad.)

(Charleroi.) S’ dèmwèner come in possédè.

 

POT

 

(pot)

882 Il èst come on pot à boûre.
litt. Il est comme un pot à beurre.

Se dit d’un homme petit et obèse.

Var. S’ il aveût l’ tièsse djus, ci sèreût on bê pot à boûre.

 

POTÊ

 

(flaque d’eau)

883 On potê come on Moûse.
litt. Une flaque d’eau comme la Meuse.

Se dit, par exagération, de toute flaque ou mare d’eau un peu grande.

 

POUGNÈYE

 

(poignée)

884 À pougnèye,

Come li curé d’ Djoupèye.

litt. A poignées, comme le curé de Jupille.

A pleines mains, abondamment.

 

POUGNÈYE

 

(poignée)

885 Prinde à l ‘pougnèye, come lès salades dè curé. (B.)

litt. Prendre à poignées, comme les salades du curé.

Prendre au plus vite. Se dit de celui qui ne sait pas faire un choix judicieux, qui n’a pas d’ordre.

 

POÛHÎ

 

(puiser)

886 C’ èst come dè poûhî d’ l’ êwe divins ‘ne banse, divins on pureû.

litt. C’est comme de puiser de l’eau dans une manne, dans une passoire. Tenter une chose impossible, un effort inutile.

 

POÛHÎ

 

(puiser)

887 Poûhî come divins on sètch. (B.)
litt. Puiser comme dans un sac.

Se dit d’un homme qui se ruine par ses prodigalités.

 

POUPLIN

 

(porc)

888 Fé come amon Pouplin.
litt. Faire comme chez Pouplin.

S’abstenir de propos oiseux, de conversations désœuvrées. — Ne parler que de choses sérieuses. Pouplin était directeur de l’Institut des sourds-muets,à Liège.

 

POURCÊ

 

(porc)

889 Èsse come li pourcê, ni fé dè bin qu’après s’  mwèrt.

litt. Être comme le porc, ne faire du bien qu’après sa mort.

Se dit des avares qui ne font du bien qu’à leurs héritiers.

(Rouchi) Ch’ èst come ‘l pourchau,

i n’ feura du byin qu’ au salau.

 

POURCÊ

(porc)

890  I faît come lès pourcês, qwand sont sô, is r’vièrsèt leû batch.

litt. Ils font comme les porcs (qui), lorsqu’ils sont soûls, renversent leur auge.

Se dit surtout des enfants.

 

POURCIAU

(porc)

891 (Mons) I r’chane tout à lès pourciaus,

Avè l’ vieu, i faît du nouviau.

litt. Il ressemble aux pourceaux, avec le vieux il fait du nouveau.

Parce que le porc en mangeant des ordures en produit d’autres.

 

POURCÊ

(pourri)

892  I fait come li pourcê d’ Djakèt, i vout t’ni s’ rang.

litt. Il fait comme le pourceau de Jacquet, il veut tenir son rang.

(jeu de mot : ine ran : une étable pour les porcs)

Il a une mauvaise réputation et il fait tout pour la mériter.

 

POÛRI

 

(pourri)

893 Poûri come ine djote.
litt. Pourri comme un chou.

Au propre. Se dit de fruits, de légumes gâtés, pourris.

Au figuré. Se dit d’une personne, en mauvaise part.

 

POÛRI

 

(pourri)

894 Poûri come on poûri oû. (G.)
litt. Pourri comme un œuf pourri.

Ne se dit que des aliments dans un état trop avancé.

 

POÛRI

 

(pourri)

895 Poûri come ine poûrèye pome.(G.)

litt. Pourri comme une pomme pourrie.

S’emploie en parlant de personnes dont on veut marquer la paresse trop prononcée.

 

PRÉTCHÎ

 

(prêcher)

896 Prétchî come in-apôte.

C. F. Prêcher comme un apôtre. (Acad.)

 

PRÉTCHÎ

 

(prêcher)

897 C’ èst come dè prétchî è bèrihe.
litt. C’est (comme de) prêcher dans le désert.
C’ èst come dè prétchî à l’ orèye d’ on soûrdaud.
litt. C’est (comme de) prêcher à l’oreille d’un sourd.

 

PRÈSSÉ

 

(pressé)

898 Ossi prèssé qu’ on lâvemint, qu’ on mâ d’ vinte.

litt. Aussi pressé qu’un lavement, qu’un mal de ventre.

Se dit des personnes grincheuses, exigeantes, qui ne sup­portent aucun retard dans la réalisation des désirs qu’elles manifestent, des ordres qu’elles donnent.

 

PRIYÈSSE

 

(prêtre)

899 Fé come les priyèsses, n’ in.mer qu’ deûs sôrs di djins. (B.)

litt. Faire comme les prêtres, n’aimer que deux sortes de personnes (celles qui leur donnent et celles qui ne leur de­mandent rien).

 

PRÎHON

 

(prison)

900 On est cial come divins ‘ne prîhon.

litt. On est ici comme dans une prison.

E. F. Cette maison est une prison. (Acad.)

Elle est sombre et triste.

 

PRINDE

 

(prendre)

901 Prindez-lès à djins, come li diâle prind lès mônes.

litt. Prenez-les à votre aise, comme le diable prend les moines.

On peut ne pas se presser quand on est certain d’obtenir une chose.

 

PRINDE

(prendre)

902 Esse pris comme divin on cèp’, come divins on lèce.

litt. Être pris comme dans un piège, comme dans un lacet.

Come dès soris d’vins ‘ne trape.

litt. Comme des souris dans une souricière.

Etre pris au piège. Etre surpris en flagrant délit. Etre attrapé de manière qu’on ne puisse se sauver.

C. F. Être pris comme dans un blé. (Acad.)

(Mons) Pris come dins-in blé.

 

PRIS

 

(prix)

903 Li pris èst faît, come li pan â boledjî.
litt. Le prix est fait, comme le pain chez le boulanger.

C. F. C’est un prix fait comme celui des petits pâtés. (Acad.)

(Lille) Ch’ èst come un pin au boulanjier.

 

PORCÈSSION

 

(procession)

904 C’ èst come ine porcèssion.
litt. C’est comme une procession.

E. F. C’est une procession.

 

PROPE

 

(propre)

905 (Mons) Prope èt nèt’

Come èl cu d’ Pakète.

D’une très grande propreté. — Se dit souvent par ironie.

 

PRUSTI

(pétrir)

906 Prusti come ine pâsse. (C.)

litt. Pétri comme une pâte.

 

PUS

(plus)

907 Ènn’ a nin pus qu’ è mi-oûy.

litt. Il n’y en a pas plus que dans mon œil.

Qu’ so m’ min, que dans ma main.

Qu’ è tâssê di m’ min, que dans la paume de ma main.

Qui d’ poyèdje so on lumeçon, que de poil sur un limaçon.

(Rouchi) I n’ di-a pas pus queu dans m’n euy.

 

KÈVAU

 

(cheval)

908 (Rouchi) Ale èst come leu kèvau d’ l’ Apocalisse.

litt. Elle est comme le cheval de l’Apocalypse.

Se dit d’une femme grande, laide, maigre et décharnée.

Cette comparaison se trouve dans le Roman de la Rose, vers

1269 :

Et ressemblait la pute lice

Le Cheval de l’Apocalipse.

 

CWAHÎ

(couper)

909 Çoula cwahe come dè veûle.
litt. Cela coupe comme du verre.

 

CWÂRDJEÛ

 

(carte)

910 On cwârdjeû come in-ouh.
litt. Une carte comme une porte.

Terme de joueur pour exprimer la carte la plus haute du jeu, une carte imprenable.

 

QWATE

(quatre)

911 Come qwate.

C. F. Comme quatre. (Acad.)

Beaucoup, excessivement.

 

QWATE

912.   (quatre)

912 Qwate à qwate èt l’ rèsse en gros,
Come les sôdârts di l’ abé di Stâvleû.

litt. Quatre à quatre, et le reste en gros, comme les soldats de l’abbé de Stavelot.

Vouloir faire plus qu’on ne peut. — Faire étalage du peu qu’on a. — Jeter de la poudre aux yeux.

 

QWATE

(quatre)

913 Ènn’ a qwate,

Ottant d’ pîds qu’ à ‘ne gade.

litt. Il y en a quatre, autant de pieds qu’à une chèvre.

C’est-à-dire quatre, ni plus ni moins.

 

QWATE

(quatre)

914 C’ èst come qwate aîdants, on patâr.

litt. C’est comme quatre liards, un sou.

Se dit lorsqu’il n’y a point de différence entre les deux choses dont il s’agit ; quand l’une vaut l’autre.

 

QWÈRI

(chercher)

915 Qwèri come on mâlureûs.
litt. Chercher comme un malheureux.
Chercher sans ménager son temps ni ses peines.

 

QWITER

(quitter)

916 Is n’ si qwitèt nin pus qu’ leû-z-âbion.
litt. Ils ne se quittent pas plus que leur ombre.

 

RACHÎ

 

(rassis)

917 (Charleroi) Rachî come on pwin d’ chî samin.nes.

litt. Rassis comme un pain de six semaines.

Se dit d’une personne qui a l’esprit ou les sens rassis.

 

RAFYÎ

(réjouir)

918 Si rafyî come in-èfant, l’ djoû d’vant 1′ Sint-Nicolèy. (G.)

litt. Se réjouir comme un enfant, la veille de la St-Nicolas.

 

RAPÈHÎ

(repêcher)

919 Èsse come ine rapèhèye.

litt. Être comme une repêchée.

Se dit d’une femme mal mise et qui a les vêtements collants.

 

RAPIDE

 

(rapide)

920 Rapide come li vint. (G.)

G. F. Rapide comme le vent.

 

RACOLER

(racoler)

921 Racolé come ine twètche. (B.)
litt. Recoquillé comme un torchon.

Se dit d’une chose qui se retire ou d’une personne qui se tord dans les souffrances.

 

RÄRE

 

(rare)

922 Râre come on bê djoû, come les bês djoûs, come li bê timps.

litt. Rare comme un beau jour, comme les beaux jours, comme le beau temps.

S’applique particulièrement aux personnes que l’on n’a plus vues depuis longtemps.

 

RÄRE

 

(rare)

923 Ossi râre qui li steûle à quowe, qu’ ine an.nèye bizète.

litt. Aussi rare qu’une comète, qu’une année bissextile.

Se dit d’une chose très rare, presqu’impossible à trouver.

 

RÄRE

 

(rare)

924 (Borinage) Aussi râre què lès bleûs tchéns.
litt. Aussi rare que les chiens bleus.

 

RÄRE

 

(rare)

925 Râre come l’ êwe è pus’. (B.)
litt. Rare comme l’eau dans le puits.
C’est-à-dire très commun.

 

RASPATER

 

(presser)

926 Èsse raspaté, sipaté come dès harins d’vins on tonê.

litt. Être pressés comme des harengs dans un tonneau.

C. F. Être rangés, serrés, pressés comme des harengs en caque. (Acad.)

(Lille) Colés come des hèrins.

(Rouchi) Éte mastikés come dès érens.

(Rouchi) Paktés come dès harens.

 

RASSÈTCHÎ

(rétrécir)

927 Si rassètchî come dè coton. (B.)
litt. Se rétrécir comme du coton.

Se dit en parlant des étoffes qui se rétrécissent.

 

RATINDE

(attendre)

928 Ratinde  come  ine payine après 1′ sèdje-dame. (B.)

litt. Attendre comme une accouchée après la sage-femme. Attendre avec la plus grande impatience, avec anxiété.

 

RAVISER

(ressembler)

929 Raviser, si raviser come deûs gotes d’ êwe, come deûs corons d’ fi.

litt. Ressembler, se ressembler comme deux gouttes d’eau, comme deux bouts de fil.

Se ressembler parfaitement. Avoir le même caractère, ou bien avoir la môme conformité de traits, de physionomie.

C. F. Ces deux personnes se ressemblent comme deux gouttes d’eau. (Acad.)

(Douai) Èrsembler come deûs goutes d’ iau.

 

RAVISER

(ressembler)

930 Si raviser come deûs frés.
litt. Se ressembler comme deux frères.
Come fré èt soûr, comme frère et sœur.
Come ine djèrmale, comme des jumeaux.
Ne se dit que de la ressemblance physique.

 

RAVISER

(ressembler)

931 Ravisant come dreûte èt hintchant. (G.)

litt. Ressemblant comme droite et gauche.

Ne s’emploie que par ironie pour marquer la dissemblance.

L’on devrait dire : ravisant come dreûte èt hintche, mais le peuple aime de faire rimer ses propos.

 

RÈTCHÎ

(cracher)

932 C’ èst come dè rètchî è Moûse.

litt. C’est (comme de) cracher dans la Meuse.

E. F. C’est cracher dans l’eau, dans la rivière.

 

RÈTCHÎ

(cracher)

933 C’ èst come dè rètchî â cou d’ si tch’vâ.

Si ça n’ faît nin dè bin, ça n’ faît nin dè mâ.

litt. C’est (comme de) cracher au derrière de son cheval,

Si cela ne fait pas de bien, cela ne fait pas de mal.

(Mons.) C’est comme l’homme qui rake au eu dé s’kévau,

Ça n’fait nié d’bié, ça n’fait nié d’mau.

(Charleroi. ) Ça n’fra né pus que d’ratchi au muraïe.

 

RÈCRÉSTER

(relever la crête)

934 Si rècrèster come on cok.     
litt. Relever la crête comme un coq.
Relever la tête, le ton ; reprendre courage.

 

RÉGLER

(régler)

935 Réglé come ine ôrlodje, come on papî d’ musike.

litt. Réglé comme une horloge, comme un papier de musique.

C. F. Il est réglé comme une horloge. (Acad.)

(Lille) Réglé comme un papier de musique.

 

REUNARÉ

(rusé)

936 (Lille) Renaré come un fichau.
litt. Rusé comme une fouine.

Renaré suignifie rusé, fin comme un renard.

 

RÈSEÛ

(rasoir)

937 Èsse come on rèseû.

litt. Être comme un rasoir.

En bonne part, s’applique à une personne qui aime le travail et qui fait tout pour vivre honorablement.

En mauvaise part, se dit d’une personne très susceptible, de caractère peu sociable.

 

RÈSISTANT

 

(résistant)

938 Rèsistante come ine tchâsse. (C.)
litt. Résistante comme un bas.

Comparaison employée en terme de souverain mépris, à l’égard des jeunes filles qui ne savent pas se faire respecter.

C. F. Elle résiste comme un gant.

 

RÉSONER

 

(résonner)

939 (Rouchi) Résonner come l’ réchaud d’ la Nativité.

litt. Raisonner comme le réchaud de la Nativité.

Raisonner en sot, en âne.

Allusion au bœuf et à l’âne qui, de leur haleine, réchauffèrent l’enfant Jésus, dans sa crèche.

 

RÈSPONDE

 

(répondre)

940 Rèsponde come on tchin. (A.)
litt. Répondre comme un chien.
Répondre grossièrement, brutalement.

 

RÈSSÈRER

RÈTRAUCLER

(renfermer)

941 Rèssèrer, rètraucler come divins l’ prîhon.

litt. Renfermer comme dans une prison.

Come on prîsonîr, comme un prisonnier.

Come divins on covint, comme dans un couvent.

Come divins l’  èclôse, comme dans un cloître.

Come dès coks divins l’ trèye.

litt. Comme des coqs dans un treillage.

Come dès pakèts d’ lombârd.

litt. Comme les paquets qui sont au lombard.

(Charleroi) Rèssèré come in spirou dins l’ gayole.

 

REÛD

(raide)

940 Reûd come on mwèrt.

litt. Raide comme un mort.

Come ine bèye, comme une quille.

Come on pâ, comme un pieu.

Come on pikèt, comme un piquet.

Come on pikerê (G.), comme une pique.

Come ine sitètche, ine pîce à houbion.

litt. Comme une perche à houblon.

Come s’ il aveût avalé ‘ne cane.

litt. Comme s’il avait avalé une canne.

Come s’ il aveut ‘ne pîce è cou.

litt. Comme s’il avait une perche dans le cul.

Come ine baguète di fisik. (G.)

litt. Comme une baguette de fusil.

Come ine plantche, comme une planche.

Come on pompon, comme un pompon.

Come è l’ amidon, comme (un linge mis) dans l’amidon.

Come Doguin (C.), comme Doguin.

Être sans souplesse.  — Rester immobile.   —  Avoir  une attitude raide, orgueilleuse.

(Mons) Passer rwad come ène broke.

 (Lille) I s’ tyint raîde come un pikèt.

(Rouchi) Ale èst si réde qu’ on dirot qu’ ale a avalé ène épée.

Voyez le mot Aler.

 

RITCHE

(riche)

943 Ritche come on milôrd.
litt. Riche comme un lord.
Come on djwif, comme un juif.

Come on vî Crusus’, comme un vieux Crésus.

C. F. Être riche comme un juif. (Acad.)

Etre riche comme Crésus. (Acad.)

Etre riche comme un Crésus. (Acad.)

 

RITCHE

(riche)

944 Fé come lès ritches, dîner à l’ vesprèye.
litt. Faire comme les riches, dîner à la soirée.

Le peuple dîne à midi.

 

RICRINDE

 

(redouter)

945 Ricrindou come li diâle. (B.)

litt. Redouté comme le diable.

Se dit d’un mauvais sujet.

 

RIÇÛRE

(recevoir)

946 Riçûre, èsse riçû come on bon Diu.

litt. Être reçu comme un bon Dieu.

Come dès frés, comme des frères.

Come à l’ fièsse, comme à la fête (paroissiale).

Être reçu à bras ouverts, être bien accueilli.

Trouver bonne chère, bons soins.

 

RIÇÛRE

(recevoir)

947 Riçûre, èsse riçû come on tchin d’vins on djeû d’ bèyes, come on tchin è l’ hale, come li fis dè 1′ bèguène.

litt. Recevoir, être reçu comme un chien dans un jeu de quilles, comme un chien dans la halle (aux viandes), comme le fils de la religieuse.

C. F. Il vient là comme un chien dans un jeu de quilles.

Recevoir quelqu’un comme un chien dans un jeu de quilles.

Var. Èsse vinou come on tchin d’vins on djeû d’ bèyes, come on stron d’vins on pwèce. (vestibule)

(Mons) Éte reuçu come in kién dins in djeu d’ guîes.

(Lille) Reuchu come dès kyins dans un djus d’ quîes.

(Mons) Éte reuçu come in lavement à l’ iau frwade.

 

RIDER

 

(glisser)

948 Ridant come ine glèce. (C.)
litt. Glissant comme une glace.

Se dit d’un sol très glissant.

 

RIGLATI

RILÛRE

 

(resplendire, reluire)

949 Riglati, rilûre come di l’ ôr.
litt. Resplendir, reluire comme de l’or.
Come dè diamant, comme du diamant.
Come on keûve, comme un cuivre.

Come on clâ d’ keûve, comme un clou de cuivre.

Come ine cloke di keûve, comme un mortier de cuivre.

Come on cokemâr di keûve.

litt. Comme un coquemâr de cuivre.

Come di l’ ârdjint (B.), comme de l’argent.

Come on plat di stin (B.). comme un plat d’étain.

Come des pièles, comme des perles.

Come on mureû, comme un miroir.

Come on mureû â solo (G.), comme un miroir au soleil.

Come on solo, comme un soleil.

Come li bêté, comme la lune.

Come on sacrumint, comme un ostensoir.

Come on feû, comme un feu.

Come sint R’mèy, comme St Remi.

Var. Rilûre come li cou d’ sint R’mèy qui lès vèyès feumes rihurît tot lès djoûs avou on vî pîd d’ tchâsse.

(Rouchi) S’ piau tèrlwît come dès-ieûs d’ cat.

 

RILÛRE

(reluire)

950 Rilûre come ine lampe â solo.                        

litt. Reluire comme une lampe au soleil.

Rilûre come ine lamponète di cûr. (C.)

litt. Reluire comme une petite lampe en cuir.

Rilûre come on stron d’vins ‘ne lampe, divins l’ lamponète.

litt. Reluire comme un étron dans une lampe,  dans une petite lampe.

Ces comparaisons s’emploient en parlant d’une chose, d’un lieu très obscur.

Var. Riglati come on stron d’vins ‘ne lamponète di cûr.  

(Verviers) I r’lût come on stron d’vins one lampe du cûr.

(Rouchi) Ça lwît come un-étron dans-une lantèrne.

(Namur) I r’lût come on stron d’ diâle dins one lantiène di bwès.

 

RIC’NOHANT

(reconnaissant)

951 Ric’nohant come on caniche. (C.)

litt. Reconnaissant comme un caniche.

 

RILOUKÎ

(regarder)

952 Èsse riloukî come on voleûr.
litt. Être regardé comme un voleur.
Être l’objet de regards déliants, méprisants.

 

RILOUKÎ

(regarder)

953 Èsse riloukî come on tchin, come on zérô.
litt. Être regardé comme un chien, comme un zéro.

Se dit d’une personne qui ne jouit d’aucune considération. E. F. C’est un zéro en chiffre. (Acad.)

 

RILOUKÎ

(regarder)

954 Èsse riloukî come ine bièsse curieûse.
litt. Être regardé comme une bête curieuse.

Être l’objet d’une curiosité indiscrète.

 

RILOUKÎ

(regarder)

955 I m’ a r’loukî come in-ènocint.
litt. Il m’a regardé comme un imbécile (regarde).

Il est resté tout interdit, bouche close, il n’a su que répondre ; il a paru ne pas comprendre ce que je lui disais.

 

RILOUKÎ

(regarder)

956 Si r’loukî come deûs tchin d’ porçulin.nne, come deûs posteûres.

litt. Se regarder comme deux chiens de porcelaine, comme deux statues.

C. F. Ils se regardent comme des chiens de faïence. (Àcad.)

 

RIMÉDE

 

(remède)

957 On r’méde comme po on tch’vâ.
litt. Un remède comme pour un cheval.

G. F. Une médecine de cheval, comme pour un cheval. (Acad.)

 

RIMOUWANT

(reumant)

958 Rimouwant come on spitrê.

litt. Remuant comme un saumoneau.

 

RIMOWER

(remuer)

959  I n’ si r’mowe nin pus qu’ on bokèt d’ bwès, qu’ on pâ planté, qu’ on pâ d’ postê.

litt. Il ne se remue pas plus qu’un morceau de bois, qu’un pieu planté, qu’un montant.

C. F. Il ne bouge pas plus qu’une souche, qu’une bûche.

 

RIMOUWER

(remuer)

960 Rimouwant come on lumeçon d’vins dè l’ farène.

litt. Remuant comme un limaçon dans de la farine.

(Namur) Rimuwant come on lumeçon dins do l’ farène.

 

RIN

 

(rien)

961 Come rin.
litt. Comme rien.

S’emploie dans une foule de comparaisons et signifie sans difficulté, sans peine, sans égards, etc.

 

RINÈTÎ

 

(nettoyer)

962 Rinètî come on clâ d’ keûve. (G.)

litt. Nettoyé comme un clou de cuivre.

Au propre, se dit pour marquer un parfait nettoyage. Au figuré, pour désigner un joueur en déveine, qui a perdu tout son avoir.

 

RIPAHOU

 

(rassasier)

963 Ripahou come on mône.
litt. Rassasié comme un moine.

Être complètement repu.

 

RÎRE

 

(rire)

964 Rîre come on bossou, come in-èfant, come on sot.

litt. Rire comme un bossu, comme un enfant, comme un fou.

C. F. Rire comme un bossu. (Acad.)

Badiner comme un enfant. (Acad.)

Rire comme un fou. (Acad.)

(Lille) Rîre come un bochu.

Var. Haheler come on sot, come ine sote.

 

RÎRE

(rire)

965 Come po rîre.

litt. Comme pour rire.

Se dit d’une chose, d’un ordre que l’on exécute mal comme par plaisanterie, ou d’une mauvaise action que l’on commet sans remords, ni regrets, comme en jouant.

 

RISER.

 

(raser)

966 Riser lès hâyes come lès macrales. (B.)
litt. Raser les haies comme les sorcières.

S’applique à une personne qui cherche à se dérober, à se soustraire à la vue des autres.

 

RITOURNER.

 

(retourner)

967 Ritoûrner come ine boûkète, come on want.

litt. Retourner comme une crêpe, comme un gant.

Faire un mauvais parti à quelqu’un.

 

RIVENI

 

(revenir)

968 Fé riveni ‘ne saquî come in-oûhê so l’ crosse.
litt.  Faire revenir quelqu’un comme un oiseau sur la crosse.
Ramener à soi une personne. Faire en sorte que toute sa

volonté sera conforme à la nôtre, sans qu’elle s’en aperçoive, ni qu’elle s’en doute. — Allusion à un jeu d’enfant.

 

RIWÈTI

 

(ratatiner)

969 Riwèti comme ine catche, come ine souwèye prenne. (C.)

litt. Ratatiné comme une poire tapée, comme une prune séchée.

C. F. Ridé comme un parchemin. Séché comme un vieux pruneau.

 

ROBÈTE

 

(lapin(e))

970 Fé come lès robètes.
litt. Faire comme les lapines.

Se dit d’une femme qui a beaucoup d’enfants.

E. F. C’est une lapine, une vraie lapine. (Acad.)

 

ROBÈTE

 

(lapin(e))

971 Fé come les robètes, rimagnî sès djônes. (B.)
litt. Faire comme les lapines, manger ses petits.

Se dit d’une personne qui perd au jeu les gains qu’elle y avait faits précédemment.

 

ROBÈTE

(lapin)

972 Fé come lès robètes di crôye.
litt. Faire comme les lapins en craie.

Approuver tout et le faire toujours sans élever la moindre critique.

Ces lapins ont la tête mobile, à la moindre secousse elle s’agite de haut en bas et de la sorte ils semblent toujours dire oui.

 

RODJE

 

(rouge)

973 Rodje come ine crèssaute.
litt. Rouge comme une marguerite rouge.
Come ine cèlîhe, comme une cerise.
Come ine griyin.ne, comme une griotte.
Come ine pètchale, comme une baie d’aubépine.
Come ine cougnoûle, comme une cornouille.
Come ine pétràte, comme une betterave.
Come ine piyaune, comme une pivoine.

Come ine pome di calvène, comme une calville.

Come ine tomate, comme une tomate.

Come on cok, comme un coq.

Come li crèsse d’ on cok, comme la crête d’un coq.

Come ine grèvesse, comme une écrevisse.

Come dè vin, comme du vin.

Come on feû, comme un feu.

Come li solo, comme le soleil.

Come ine écarlate, comme l’écarlate.

Come dè song’, comme du sang.

Come dè l’ tûle, comme de la sanguine.

Come ine fréve, comme une fraise.

Ossi rodje qu’ on sint Lorint.

Aussi rouge que saint Laurent, lequel fut rôti sur le gril, ou qu’un religieux de l’ancienne abbaye de Saint-Laurent, à Liège.

C. F. Etre  rouge comme  une écrevisse, comme écarlate, comme del’écarlate, comme un coq, comme du feu, (Acad.)

(Lille) Rouje come un rosa.

(Tournai) Rouje come ène cornîye.

(Charleroi) Roudje come dès coks.

(Id.) Roudje come ène grintche. (comme une espèce de cerise rouge)

 

RODJE

(rouge)

974 (Lille) Il èst rouje come du sang d’ naviau.   
litt. Il est rouge comme du sang de navet.

Ironique. — Il est très pâle.

 

RÔLER

(rouler)

975 Rôler comme li tonîre.
litt. Rouler comme le tonnerre.

C. F. Gronder comme le tonnerre.

 

RÔLER

(rouler)

976 Rôler come des djèyes so on platê. (C.)
litt. Rouler comme des noix sur un plateau.
S’applique aux orateurs et en bonne part seulement.

Ex. Sès paroles vinît tote seûle, çoula rôléve come dès djèyes so on platê.

 

RÔLER

(rouler)

977 Rôler come on mây. (C.)
litt. Rouler comme une bille.

 

KOLIÉ.

 

(rayé)

978 Èsse come so on rôlié cossin.
litt. Être comme sur un coussin rayé.

Être constamment à la disposition d’autrui; ne se dit que par ironie.

 

ROND.

 

(rond)

979 Rond come ine assiète.

litt. Rond comme une assiette.

Come ine bale, comme une balle.

Come on trau d’ bale, comme le trou fait par une balle.

Come li bole dè monde, comme le globe terrestre.

Come on canon, comme un canon.

Come in-oû, comme un œuf.

Come ine pèce di cink francs.

litt. Comme une pièce de cinq francs.

Come on tabeûr, comme un tambour.

Se dit d’une chose parfaitement ronde, d’un cercle parfait.

 

ROND

(rond)

980 Rond come ine bèye.
litt. Rond comme une quille.
Come ine bole, comme une boule.

Come on bolèt âs bèyes, comme un boulet aux quilles.

Come ine toûr, comme une tour.

Être gros et replet. Avoir le ventre rond. Avoir trop bu et mangé.

C. F. Être rond comme une boule. (Acad.)

 

ROND

(rond)

981 Rond come on posson.

litt. Rond comme un pot.

C’ èst djusse

Comme ine djusse

Et rond

Come on posson.

Se dit plaisamment en forme de conclusion ou pour affirmer l’exactitude d’un compte, d’un fait, etc.

 

ROND

(rond)

982 Rond. — Par ironie.

1 Rond èt cwâré come ine flûte.

litt. Rond et carré comme une flûte.

(Rouchi) Ch’ èst jusse, câré come eune flûte.

2 Rond come on fisik.

litt. Rond comme un fusil.

Voyez le conte de J.-J.  Dehin, intitulé  Li Sièrmon d’ on curé d’ viyèdje.

 

ROND

(rond)

Rond come ine criskène. (G.)

litt. Rond comme une bille mal arrondie.

 

RONFLER

(ronfler)

983 Ronfler come ine basse, come on soflèt d’ fwèdje.

litt. Ronfler comme une basse, comme un soufflet de forge. Ronfler très fort, d’une manière très bruyante.

 

ROSSAI

 

(roux)

984 Ossi rossê qu’ Djudas, rossê come on bok.
litt. Aussi roux que Judas, roux comme un bouc.
(Mons) Rous comme pichate.

 

ROSTI

 

(rôtir)

985 Rosti come dès crètons d’ lârd. (C.)
litt. Rôti comme des cretons de lard.

 

ROTER

 

(marcher)

986 Roter come in-empèreûr, come ine rin.ne.

litt. Marcher comme un empereur, comme une reine.

Avoir la démarche fière.

 

ROTER

(marcher)

987 Roter come ine siposèye.
litt. Marcher comme une épousée.

Marcher lentement avec un air de réserve et quelquefois d’affectation.

C. F. Marcher comme une épousée. (Acad.)

(Lille) Marchant come un baldakin.

 

ROTER

(marcher)

988 Roter come à l’ porcèssion.            

litt. Marcher comme à la procession.

S’avancer processionnellement, lentement, en bon ordre.

 

ROTER

(marcher)

989 Roter come on maîsse di danse.

litt. Marcher comme un maître de danse.
Marcher la pointe du pied en dehors.

 

ROTER

(marcher)

990 Roter come ine Sinte-Nitouche (A.), come ine bèguène.

litt. Marcher comme une Sainte-Nitouche, comme une bé­guine.

Se dit d’une jeune fille qui marche doucement, la tête penchée et sans la détourner.

 

ROTER

(marcher)

991 Roter come on jendârme. (A.)
litt. Marcher comme un gendarme.

Marcher en agitant les bras, en frappant des pieds et en rele­vant la tête.

 

ROTER

(marcher)

992 Roter come on pourcê qu’ è-st-à nôye. (B.)
litt. Marcher comme un porc qui est à la nage.

Se dit par ironie de ceux qui marchent en levant trop la tête, et, partant, le menton.

 

ROTER

(marcher)

993 Roter come in-ome sô.

litt. Marcher comme un homme ivre.

C. F. Chanceler comme un homme ivre. (Acad.)

 

ROTER

(marcher)

994 Roter come on houlé piston.
litt. Marcher comme un piston boiteux.
Marcher en boitant.

 

ROTER

(marcher)

995 Roter come li Savetî-qui-rène.

litt. Marcher comme le Savetier-qui-court (le Juif-Errant).

E. F. C’est le Juif-Errant, se dit   d’un homme qui  change souvent de demeure, qui voyage sans cesse. (Acad.)

Var. Roter pés qui 1′ Savetî-qui-rène.

Il èst come li Rènant-Savetî.       

Troter come li Savetî-qui-rène.

 

ROTER

(marcher)

996 Roter come ine âwe, come ine cane.

litt. Marcher comme une oie, comme une cane.

Se balancer en marchant, marcher très mal.

C. F. Marcher comme une cane. (Acad.)

 

ROTER

(marcher)

997 Roter come on lumeçon, comme ine poye.

litt. Marcher comme un limaçon, comme une poule.

Marcher très lentement, à pas comptés.

P. F. Autant chemine ung homme en ung jour comme une limace en cent ans. (Proverbe du XV* siècle.)

 

ROTER

(marcher)

998 Roter è cwèsse

Come on tchin qui r’vint d’ à l’ fièsse.

litt. Marcher de biais, comme un chien qui revient de la fête. Marcher en titubant. Être pris de boisson.

 

ROTER

(marcher)

999 Roter come li tch’vâ Rok.

litt. Marcher comme le cheval Roc.

Marcher à l’étourdie, sans regarder devant soi.

Marcher la tête fortement relevée ou tète baissée.

 

ROTER

(marcher)

1000 Roter come lès leûps, come lès tchèts, come on spér.

litt. Marcher comme les loups, comme les chats, comme un spectre. Marcher à pas de loup, avec précaution et sans faire de bruit.

 

ROTER

(marcher)

1001 Roter come lès grèvèsses.
litt. Marcher comme les écrevisses.

G. F. Aller à reculons comme les ëcrevisses. (Acad.)

Aller comme les écrevisses.

(Lille) I marche come les ékèrviches, in r’culant.

 

ROÛVÎ

 

(oublier)

1002 Dji l’a roûvi come li mwèrt, come mi mwèrt.

litt. Je l’ai oublié comme la mort, comme ma mort. Je l’ai oublié complètement, perdu totalement de vue.

 

ROÛVÎ

 

(oublier)

1003 Roûvî come sacwants bons vis sints. (G.)
litt. Oublié comme plusieurs bons vieux saints.

 

ROWE

 

(roue)

1004 C’ èst come ine  cinkin.me rowe à on tchâr..

litt. C’est comme une cinquième roue à un char.

E. F. C’est une cinquième roue à un carrosse. (Acad.)

 

RUDE

 

(rude)

1005 Rude comme ine râpe. (G.)
litt. Rude comme une râpe.

 

SÂJE

 

(sage)

1006 (Charleroi) Sâje come ène imâje.

G. F. Sage comme une image.

 

SINT

 

(saint)

1007 Èsse come on sint è s’ potale.

litt. Être comme un saint dans sa niche.

Être dans une situation très commode, très agréable.

 

SINT

 (saint)

1008 (Lille) In chaî èt in-n-ochs, come sint-Amadou.

litt. En chair et en os, comme saint Amadou.

E. F. C’est lui-même en chair et en os. (Acad.)

(Rouchi) En chaîr èt en-os’, come sint-Amadou.

 

SINT

(saint)

1009 I ravise sint-Amand, il a l’ coûr so l’ min.
litt. Il ressemble à saint Amand, il a le cœur sur la main.
C’est un cœur d’or. — Saint Amand est parfois représenté

ayant un cœur dans la main.

 

SINT

(saint)

1010 Èsse come sint Antône è  s’ pourcê,  come sint Rok èt s’ tchin.

litt. Être comme saint Antoine et son cochon, comme saint Roch et son chien.

Se dit de deux personnes qu’on voit toujours ensemble.

E. F. C’est saint Roch et son chien. (Acad.)

(Lille) Toudi insan.ne come sint Rok èt sin kyin.

(Rouchi) Ch’ èst sint Antwane èt s’ pourchau.

 

SINT

(saint)

1011 (Rouchi) Éte come sint Druon, au camp èt à l’ vile.

litt. Être comme saint Druon, au camp et à la ville.

Cette comparaison s’emploie pour dire qu’on ne saurait faire comme saint Druon, qu’on ne peut faire à la fois deux choses inconciliables. Il est dit, dans la vie de ce saint, qu’il se trou­vait en plusieurs endroits à la fois. (Hëcart. Dictionn.)

 

SINT

(saint)

1012 Èsse come sint Lambièt.
litt. Etre comme saint Lambert.

Être gros, gras, joufflu, bien portant, avoir le teint frais et vermeil. — Allusion au buste de saint Lambert, conservé dans l’église cathédrale de Liège.

 

SINT

(saint)

1013 Fé come sinte Monike, mète di l’ êwe è s’ boke.

litt. Faire comme sainte Monique, mettre de l’eau dans sa bouche. Il faut prendre patience, se taire.

 

SINT

(saint)

1014 Èsse come sint Toumas.
litt. Être comme saint Thomas.
Incrédule comme saint Thomas.
(Rouchi) Il est come sint Teumas.

 

SALÉ

 

(salé)

1015 Salé come ine crantche, come on haring, come ine pike, come ine pike.

litt. Salé comme un chancre, comme un hareng, comme une pique, comme un hareng salé ou de la saumure.

G. F. Salé comme mer.

Dans son commentaire sur Li mâye neûr da Colas, de Ch. Hannay, M. Delbœuf dit à propos de salé comme ine pike : « Locution populaire. On dit aussi : salé à pike, Je ne sache pas que le mot pike soit employé en dehors de cette locution. Peut-être jeu de mots : salé comme une pique, c’est-à-dire de manière à piquer. M. Albin Body me fait remar­quer que l’expression salé come ine pike ou come pike, pourrait bien venir du hollandais peek qui signifie hareng salé; s’il en est ainsi, comme c’est probable, il faut écrire pike. »

(Namur) Salé come péke.

(Mons) Salé come pêtre.

Pêtre, péke, pét’. Ce mot ne se dit que dans cette phrase : salé come pêtre. On suppose que pêtre est une abréviation de salpêtre que les montois disent salpéke. (Sigart. Gloss. montois.)

 

 

SAME

(écume)

1016 Avu l’ same à l’ boke come on mayê, on vèrâ.

litt. Avoir l’écume à la bouche comme un verrat.

C. F. Il écume comme un verrat. (Acad.)

 

SAQUÎ

(ine saquî: quelqu’un)                                              

1017 Come ine saquî.

litt. Comme quelqu’un.

C. F. Comme votre serviteur.

Ex. Dès djins come ine saquî, des gens comme nous, tels que nous.

 

SAUTELER

 

(bondir)

1018 (Charleroi) Sauteler come ène bale di gome.

litt. Bondir comme une balle de gomme.

 

SÂVADJE

(sauvage)

1019 Fé come on sâvadje divins dè sankis’.

litt. Faire comme un sauvage (qui s’enfonce) dans de la vase.

S’agiter, se débattre beaucoup.

 

SAVANT

 

(savant)

1020 Savant come in-avocat.
litt. Savant comme un avocat.

Se dit, par exagération, en parlant d’enfànts, d’écoliers.

 

SAVANT

 

(savant)

1021 Savant come on lîve. (G.)

C. F. Savant comme un livre.

Le wallon ajoute parfois : èt sins lîve, sans doute par oppo­sition au doctus cum libro.

 

SÂVER

 

(sauver)

1022 Si sâver come on voleûr, come on moûdreû, come on pètâ.

litt. Se sauver comme  un voleur, comme  un assassin, comme un pèteur.

S’enfuir honteusement.

Si sâver come on tchin, quowe è cou.

 litt. Se sauver comme un chien, en serrant la queue.

Si sâver come on chin batou, come on cok batou.

 litt. Se sauver comme un chien battu, comme un coq vaincu.

Si sâver quowe è cou come on tchin batou.

Se sauver piteusement et tout désappointé.

 

SAVU

 

(savoir)

1023 Savu ‘ne saqwè come sès pâtêrs.

G. F. Savoir une chose comme son pater. (Acad.)

La savoir très bien par cœur.

(Lille) J’ déblouke tout cha comme min pâtêr.

 

SAVU

 

(savoir)

1024. I ‘nnè vout savu ottant qu’ Wâtî d’ Atin.

litt. Il en veut savoir autant que Wathieu d’Athin.

Les mineurs, surtout ceux de Montegnée et d’Ans, disent d’un homme qui prétend tout savoir, et connaître le sous-sol mieux que les autres : I ‘nnè  vout savu ottant qu’ Wâtî d’Atin. On sait que Wathieu d’Athin, le conspirateur, était un riche propriétaire de houillères, qu’il exploitait lui-même, et avait la réputation d’être un excellent ingénieur, ou plutôt, comme on disait à cette époque, un excellent géomètre.

(S. Bormans. Vocab. des bouilleurs Liégeois.)

 

SAVU

 

(savoir)

1025 Come dji n’ sé d’ qwè.

litt. Comme je ne sais quoi.

D’un emploi très fréquent, lorsque les termes de compa­raisons manquent, ou qu’ils font momentanément défaut.

 

SÈTCH

 

(sec)

1026 Sètch come dè bwès, dè lègne.
litt. Sec comme du bois.

Come on bwès d’ fahène, comme du bois de fagot.
Come on borê d’ bwès, comme un cotret.
Come dè cayèt d’ bwès, comme des morceaux de bois.
Come ine brocale, comme une allumette soufrée.
Come dè boleû, comme de l’amadou.
Come dès crèsses, comme des copeaux.
Come dè foûr, comme du foin.
Come ine pê d’ an.wèye, comme une peau d’anguille.
Come dè poûre, comme de la poudre.
Come on fistou, comme fétu (de paille).
Come on pindou, comme un pendu.                 

Très sec, très desséché, très maigre.

C. F. Sec comme une allumette.

Sec comme brésil, comme du brésil. (Acad.)

Sec comme un cotret. (Acad.)

Sec comme un pendu ou comme un pendu d’été. (Acad.)

(Mons) Sèc come bèrzi.

(Lille) Sèc come un balot.

(Rouchi) Sec come bèrzi, come un morciau d’ bos, come eune aluméte.

 

SÈTCH

 

(sac)

1027 Èsse come divins on sètch.

litt. Être comme dans un sac.

C. F. On est dans cet habit comme dans un sac. (Acad.)

Se dit d’un habit mal fait, mal taillé et trop large.

(Douai) Bâti come eune saquîe.

 

SÈTCHÎ

 

(tirer)

1028 Sètchî come à l’ tâkène.

litt. Tirer comme à la poulie.

Tirer de toutes ses forces.

 

SÉRIEÛS

 

(sérieux)

1029 Sérieûs come on procès-verbal. (B.)
litt. Sérieux comme un procès-verbal.

Se dit d’une chose vraie et sérieuse.

 

SÉRIEÛS

 

(sérieux)

1030  Sérieûs come ine poye qui pihe.

litt. Sérieux comme une poule qui pisse.

Se dit d’une personne qui affecte d’être très grave.

C. F. Sérieux comme un âne qu’on étrille. (Acad.)

Rebiffé comme la poule à Grosjean.

 

SEÛ

 

1031 (Rouchi) Tout seû

Come on leûp.

litt. Tout seul comme un loup.

Se dit d’une personne qu’on fuit, qu’on délaisse.

 

SEÜR

 

(aigre)

1032 Seûr come dè l’ surale.
litt. Aigre comme de l’oseille.

Come ine vète sope, comme une soupe verte.

Come ine vète pome, comme une pomme verte.

Come ine vète grusale (C.), comme une groseille verte.

Come ine vèsse di tchin, comme une vesse de chien.

Come ine vèsse di leûp (A.), comme une vesse de loup.

Come dè vinaîgue, comme du vinaigre.

(Mons) Sur come vèsse dè trouye.

 

SCOLÎ

 

(écolier)

1033  Fé come lès scolîs, prinde lès pus longuès vôyes.

litt. Faire comme les écoliers, prendre les chemins les plus longs.

 

SCRÎRE

 

(écrire)

1034 Scrîre come in-avocat.

litt. Écrire comme un avocat.

Avoir un beau style. — Avoir une écriture illisible.

 

SCRÎRE

 

(écrire)

1035 Scrîre come on tchèt.

litt. Écrire comme un chat. — Griffonner.

 

SCRÎRE

 

(écrire)

1036 Scrîre come on pourcê.
litt. Écrire comme un pourceau.
Écrire des obscénités.

 

SIMPE

 

(simple)

1037 Simpe come bondjoû.
C. F. Simple comme bonjour.
(Lille) Simple comme bonjour.

 

SINS.

 

(sens)

1038 N’ avu nin pus d’ sins qu’ on malton, qu’ in-èfant d’ sî meûs.

litt. N’avoir pas plus de bon sens qu’un frelon, qu’un entant de six mois.

Manquer de bon sens, être très étourdi.

C. F. Etre étourdi comme un hanneton. (Acad.)

 

SPÂDE

 

(éparpiller)

1039 Spâde l’ ârdjint come di l’ ansène.
litt. Eparpiller l’argent comme du fumier.

Le dépenser à tort et à travers.

 

SPÈS

 

(épais)

1040 Spès come on mwèrtî, come dè l’ sirôpe.
litt. Épais comme un mortier, comme du sirop.

Se dit d’un potage trop épais, d’un liquide sirupeux.

E. F. Cette soupe est du mortier. (Acad.)

 

SPÈS

 

(épais)

1041 Spès come deûs deûts, come on bwèrd di crameû.

litt. Épais comme deux doigts, comme le bord d’une terrine.

Se dit d’une chose épaisse, très épaisse.

 

SPÈS

 

(épais)

1042 Spès come dè cûr.

litt. Épais comme du cuir.

Se dit surtout d’une étoffe, d’un morceau de drap très épais.

 

SPÈS

 

(épais)

1043 Spès come ine lame di coûtê.

litt. Épais comme une lame de couteau.

Antiphrase. — Très mince.

 

SPÈS

 

(épais)

1044 Spès come dè l’ hite è l’ corante êwe.
litt. Épais comme de la foirine dans l’eau courante.
Très liquide.

 

SPATER  SPRÂTCHÎ

 

(écraser)

1045 Spater, sprâtchî come dès figues.
litt. Écraser comme des figues.

Come on viér, comme un ver.

Come ine halène, comme une chenille.

Come on piou inte deûs-ongues.

litt. Comme un pou entre deux ongles.

C. F. Écraser comme un ver. (Acad.)

Voyez le mot raspater.

 

SPÈNE

 

(épine)

1046 Èsse come so dès spènes.
litt. Être comme sur des épines.

E. F. Être sur les épines, sur des épines. (Acad.)

Etre dans de grandes inquiétudes, dans de grandes impa­tiences.

 

SPÉR

 

(spectre)

1047 Fé come li spér avou l’ rènâ, è l’ rimète wice qu’ on l’ a pris.

litt. Faire comme le spectre avec la borne, la remettre où on l’a prise.

Voyez le conte de Nicolas Defrecheux, intitulé : Fé come li spér.

(Légende du pays de Liège.)

 

SPITER

 

(sauter)

1048 Spiter come on pokon. (A. et B.)
litt. Sauter comme un puceron.

Se sauver, s’esquiver prestement. —  Être très vif, très remuant.

 

SPITER

(éclabousser)

1049 Spitant come on frèhis’. (G.)
litt. Éclaboussant comme une mare d’eau.

Se dit d’un jeune homme très amoureux, très prompt à s’en­flammer à la vue d’une belle.

 

SIRÔPE

 

(sirop)

1050 Dè l’ sirôpe come dè daguèt.
litt. Du sirop comme du goudron.
C’est-à-dire très épais et d’un goût très Tort.

 

STAMPÉ

(bourré)

1051 Stampé come ine sâcisse. (C.)

litt. Bourré comme une saucisse.

 

STINDE

(étendre)

1052 I s’ sitind comme on vê.

litt. Il s’étend comme un veau.

Se dit d’un homme qui s’étend nonchalamment.

C. F. Il s’étend comme un veau, il fait le veau. (Acad.)

(Lille) Rétinde par tière come un viau.

(Rouchi) Il èst rétalé come un viau.

(Rouchi) I s’ épagnote come un pourchau dans l’ puriau.

 

STINDE

(étenre)

1053 Stindou come on mwèrt.
litt. Etendu comme un mort.

G. F. Raide comme un cadavre.

 

STOKFÈS’

 

(stockfisch)

1054 Il èst come li stokfès’ : i n’ faît ni bin ni mâ.

litt. Il est comme le stockfisch : il ne fait ni bien ni mal.

C’est un homme insignifiant, indolent, sans amour du bien ni du mal; il est passif, inoffensif.

 

STWÈDE

 

(tordre)

1055 Stwade come dè l’ bouwèye.
litt. Tordre comme une lessive.
Come ine clicote, comme une loque.

Come on drap d’ mohone (A.), comme un torchon.

Come on drap d’ hièle (B.), comme un essuie  pour la vaisselle.

Houspiller, maltraiter quelqu’un, lui faire un mauvais parti. — S’applique parfois aux hommes trop portés pour le sexe.

 

STWÈDE

(tordre)

1056 Stwèrdou come ine makèye. (G.)
litt. Égoutté comme une caillebotte.

 

STOUMAK

(estomac)

1057 On stoumac come ine cûte pome.

litt. Un estomac comme une pomme cuite. Avoir un mauvais estomac.

 

STOUMAK

(estomac)

1058 (Huy) On stoumak come on pés d’ vatche. (A.)
litt. Un estomac comme un pis de vache.

Se dit, en mauvaise part, d’une femme dont la taille n’est pas soutenue par un corsage ou un corset.

Voyez le mot coût.

 

STREÛT

 

(étroit)

1059 Streût come on pasê d’ campagne.

litt. Étroit comme un sentier dans la campagne.

 

STREÛT

 

(étroit)

1060 Streût come li trau d’ ine awèye. (G.)
litt. Étroit comme le trou d’une aiguille.

 

STREÛT

 

(étroit)

1061 Streût come on pucelèdje. (G.)
litt. Étroit comme un pucelage.

Cette comparaison s’employait jadis même en bonne com­pagnie.

 

STRINDOU

 

(serré)

1062 Èsse sitrindou come divins on vis’.
litt. Être serré comme dans un étau.

Manquer de liberté. — Se trouver dans la gène, dans la misère. — Être gravement, dangereusement malade.

 

STRON

 

(fiente)

1063  C‘ èst come dè stron d’ poye, i n-a d’ tote sôrs divins.

litt. C’est comme de la fiente de poule, il y a de toute sorte (de choses) dedans.

Se dit d’un mélange quelconque de diverses matières, ou d’une société hétérogène.

 

STRÛLANT

 

(friable)

1064 Strûlant come dè sâvion. (C.)
litt. Friable comme le sable.

 

 

(saoul)

1065 Sô come ine bièsse.
litt. Soûl comme une bête.

Come qwate tchins, comme quatre chiens.

Come tos lès tchins, comme tous les chiens.

Come ine trôye, comme une truie.

Être complètement ivre.

G. F. Être soûl comme une grive. (Acad.)

(Famenne) Sô come one grive.

(Rouchi) Soû come eune grive.

Voyez les mots beûre et plin.

 

(saoul)

1066 Èsse ossi sô d’ ine saqwè qui d’ sîh eûrèyes li djoû.

litt. Être rassasié d’une chose comme (si l’on avait fait) six repas en un jour.

 

SOFLER

 

(souffler)

1067 Sofler come on boûf.
litt. Souffler comme un bœuf.
Sofler come on boûf mâ touwé.     

litt. Souffler comme un bœuf mal tué (qui a été manqué).

Respirer avec effort.

C. F. Il souffle comme un bœuf. (Acad.)

 

SOFLER

(souffler)

1068 Soflé come ine botèye, come ine vèssèye.

litt. Soufflé comme une bouteille, comme une vessie.

Etre enflé, gonflé, bouffi.

 

SOFLER

(souffler)

1069 Il est soflé come foû d’ ine bûse.
litt. Il est soufflé comme d’un tube.

Se dit d’un homme qui est extrêmement propre et paré.

E. F. Il semble qu’il sorte d’une boîte. (Acad.)

Var. On dîreût qu’ i v’nahe foû d’ ine låsse. (boîte)

 

SOFLER

(souffler)

1070 Come si on lî sofléve, come si l’ diâle lî sofléve.

litt. Comme si on le lui soufflait, comme si le diable le lui soufflait.

Se dit d’une personne qui devine juste, qui découvre une chose qu’on voulait lui cacher ; qui répond ou qui arrive à propos.

Souffrir comme un galérien. (Acad.)

 

SOFRI

 

(souffrir)

1071 Sofri come on dâné.

litt. Souffrir comme un damné.

Come ine âme dânèye, comme une âme damnée.

Come ine âme è pône, comme une âme en peine.

Come on mârtîr, comme un martyr.                     

Come on galéryin, comme un galérien.

Avoir beaucoup à souffrir dans son état.

C. F. Souffrir comme un damné. (Acad.)

 

SOGNE

 

(peur)

1072  Dj‘ ènn’ a sogne come dè diâle.

litt. J’en ai peur comme du diable.

Come d’ avu l’ diâle è cwèr.

litt. Comme d’avoir le diable au corps.

Come di li steûle à quowe, comme d’une comète.

Come de 1′ pèsse, comme de la peste.

Come dè 1′ guêre, comme de la guerre.

Come d’ on leûp, comme d’un loup.

Come d’ on tchin arèdjî, comme d’un chien enragé.

Craindre fortement, redouter, en parlant des personnes et des choses.

C. F. On le craint comme la foudre. (Acad.)

(Charleroi) Awè peû come du blanc leup.

 

SOHÊT

 

(souhait)

1073 Comme à sohêt.

litt. Comme à souhait.

Se dit d’une chose qui arrive, qui réussit selon nos désirs.

 

SOLÉ

 

(soulier)

1074 Dès solés come des gofes. (A.)
litt. Des souliers comme des gouffres.

 

SOLIDE

 

(solide)

1075 Solide comme on meûr. (G.)
litt. Solide comme un mur.

 

SO MANGAÎ

(= ?)

1076 Çoula èst faît come so mangaî.

Cela est mal fait. (Forir, Dict.)

 

SONDJE

 

(songe)

1077 C’ èst come on sondje.
litt. C’est comme un songe.

E. F. C’est un songe, (âcad.)

 

SON.NER

 

(saigner)

1078 Son.ner come on boûf.
C. F. Saigner comme un bœuf. (Acad.)

 

SONG’

(sang)

1079 Rinde li song’ come à l’ vône.

litt. Rendre le sang (par la partie blessée) comme si on ouvrait la veine.

 

SORIS

 

(souris)

1080 Èsse come ine soris d’vins dè l’ sirôpe.
litt. Être comme une souris dans du sirop.

Être nonchalant, peu dégourdi.

 

SORIS

 

(souris)

1081 Fé come li soris, si fâfîler tot costé. (B.)
litt. Faire comme la souris, se faufiler partout.

C. F. Faire comme le pourceau de Saint-Antoine, se fourrer partout.

 

SÔRT

 

(sortilège)

1082 C’ èst come on sôrt.
litt. C’est comme un sortilège.
C’est une fatalité.

 

SOT

 

(sot; fou)

1083 1 Sot : insensé, étourdi.

Ossi sot qu’ Filoguèt, aussi sot que Filoguet.

Filoguet était le bouffon d’un ancien prince-évêque de Liège.

Ossi sot qu’ on vê, aussi sot qu’un veau.

Qu’ on djône vê, qu’un jeune veau.

Qu’ on vê qui bise, qu’un veau qui s’emporte.

Qu’ on brouwèt d’ vê, qu’un brouet de veau.

Qu’ ine lampe, qu’une lampe.

Qu’ on tamis (B.), qu’un tamis.

La lampe éclaire le bien comme le mal, et le tamis laisse passer la farine et garde le son.

 

2 Fou : d’humeur folâtre.

Ossi sot qu on djône chin, qu’ on djône tchèt.

litt. Aussi fou qu’un jeune chien, qu’un jeune chat.

C. F. Il est fou comme un jeune chien (Acad.)

 

3 Èlle è-st-ossi sote qu’ ine djône djin.

litt. Elle est aussi folle qu’une jeune personne.

Se dit d’une personne âgée qui a l’humeur folâtre ou coquette.

 

SOÛRDAUD

 

(sourd)

1084 Soûrdaut come on mayèt.

litt. Sourd comme un maillet.

Come on bokèt d’ bwès, comme un morceau de bois.
Come ine pîre, comme une pierre.
Come on pot, comme un pot.                     

Come on pot sins orèye, comme un pot sans oreille.

Come Monâ (G.), comme Mona.

Monâ, personnage légendaire. Il n’avait qu’une oreille dont même il n’entendait pas.

G, F. Sourd comme un pot. (Acad.)

 

SOUWER

 

(suer)

1085 Souwer come on boûf, come on tch’vâ.

litt. Suer comme un bœuf, comme un cheval.

 

SOUWER

(suer)

1086 Souwer dès gotes come dès peûs.

litt. Suer des gouttes (d’eau grosses) comme des pois.

Transpirer fortement.

(Lille) J’ suo dès goutes come dès pos.

 

SOUWER

(dessécher)

1087 Souwer come ine catche.
litt. Se dessécher comme une poire tapée.
Come ine sètche preune, comme une prune séchée.
Come ine crape, comme une eschare.

Come ine crèsse, comme un copeau.

Come on crèton, comme des créions.

Come on critchon, comme un grillon.

Se dessécher, maigrir.

Var. Fèné come ine crèsse. (A.)

 

SOVENI

 

(souvenir)

1088 Dji m’ è sovin come d’ oûy.
litt. Je m’en souviens comme d’aujourd’hui.
Come d’ asteûre, comme de maintenant.
Come d’ îr, comme d’hier.

Avoir présents à la mémoire, un fait, un acte accomplis depuis longtemps déjà.

 

SUBTIL

 

(subtil)

1089 (Lille) Subtile come eune harondièle.

litt. Subtile comme une hirondelle.

 

SUCÎ

 

(sucer)

1090 Sucî come ine sansowe, come on tahon.

litt. Sucer comme une sangsue, comme un taon.

Figuré, tirer peu à peu de l’argent, des vivres, etc. de quel­qu’un.

 

SÛR

 

(sûr)

1091 Ossi sûr qui l’ djoû.

litt. Aussi sûr que le jour.

Qu’ i faît djoû, qu’il fait jour.

Qu’ i frè djoû d’min, qu’il fera jour demain.

Qu’ i n-a on bon Diu, qu’il y a un Dieu.

Qu’ i n-a qu’ on bon Diu, qu’il n’y a qu’un Dieu.

Qui 1′ mwèrt, que la mort.

Qui dj’ so cial, que je suis ici.                          ^

Se dit d’une chose vraie, certaine, incontestable.

 

SÛR

(sûr)

1092 Sûr come li rwè è s’ palâs. (B.)
litt. Sûr comme le roi en son palais.

Être en lieu sûr.

 

SÛRE

 

(suivre)

1093  I m’ sût come on tchin, come mi âbion.

litt. Il me suit comme un chien, comme mon ombre.

C. F. Suivre quelqu’un comme un barbet. (Acad.)

Il le suit comme l’ombre fait le corps. (Acad.)

 

SORPRINDE

(surprendre)

1094 Çoula m’ a sorpris come li mwèrt.

litt. Cela m’a surpris comme la mort.

Come on mâ d’ dint, comme une odontalgie.

Come on mâ d’ vinte, comme une colique.  (…)

(Lille) Surprinde come un ma d’ dint.

 

SORPRINDE

(surprendre)

1095 Sorprindant come on côp d’ canon.

litt. Surprenant comme un coup d’canon.

 

SUSSIDEÛ

(mésange)

1096 Fé come li sussideû (ou:suce-si-deût).

litt. Faire comme la mésange (ou celui qui suce son doigt).
Jeu de mots appliqué à ceux qui ont faim et froid.

 

TAPER

(jeter)

1097 I v’ tape çoula come à on tchin.

litt. Il vous jette cela comme (il le jetterait) à un chien.

Donner quelque chose avec brusquerie.

 

TAPER

(jeter)

1098 I v’ tape çoula come dès brikes.

litt. Il vous jette cela comme (il jetterait) des briques.

Se dit par exagération lorsqu’on dépose un objet fragile sans soins, sans précaution.

 

TÈYANT

(tranchant)

1099 Fé come lès mâvas tèyants. (B.)
litt. Faire comme les mauvais tranchants.
Se dit d’une personne qui rebrousse chemin.

 

TÈNER

(tanner)

1100 Tèné come on cûr. (B.)

litt. Tanné comme un cuir.

Avoir la figure brûlée par le soleil. Etre complètement ruiné.

 

TÈNE

 

(mince)

1101 Ossi tène qu’ ine nûle.
litt. Aussi mince qu’une hostie.
Qui dè papî, que du papier.

Qu’ ine foye di papî, qu’une feuille de papier.

Qu’ ine foye di djote, qu’une feuille de chou.

C. F. Mince comme la langue d’un chat. (Acad.)

 

TÊRE

 

(terre)

1102 Dè l’ têre come dè soûfe.
litt. De la terre comme de la suie.

Se dit d’une terre très friable.

 

TÈTE

 

(sein)

1103 (Rouchi) Ale a dés tètes come dès blancs sous su d’s-assiétes.

litt. Elle a des seins comme des sous blancs sur des assiettes.

 

TIÈSSE

(tête)

1104 Avu ‘ne tièsse come on gnno.
litt. Avoir une tête comme un genou.
Come on cayewê, comme un caillou.
Come on cou, comme un cul.

Come on cou d’ mârticot, comme le cul d’un singe.

Come on cou d’ sabot, comme le cul d’un sabot.

Être complètement chauve.

 

TIÈSSE

(tête)

1105 Ine tièsse come on gngno d’ vicaîre. (A.)
litt. Une tête comme le genou d’un vicaire.

Une tête chauve ou n’ayant plus de cheveux que sur les côtés.

 

TIÈSSE

(tête)

1106 Ine tièsse come in-ohê d’ djambon. (A.)

litt. Une tète comme un os de jambon.

Une tête chauve et luisante comme un os de jambon.

 

TIÈSSE

(tête)

1107 Il a ‘ne tièsse come on mohon qu’ a toumé è feû.

litt. Il a une tête comme un moineau qui est tombé dans le feu.

Plaisanterie traditionnelle à l’adresse de ceux qui se sont l’ait couper les cheveux à ras, ou qui sont presque chauves.

 

TIÈSSE

(tête)

1108 Avu ‘ne tièsse come on boulèt.

litt. Avoir une tête comme un boulet.

Come on boulèt âs bèyes, comme une boule de jeu de quilles.

Come on boulèt d’ canon, comme un boulet de canon.

Avoir la tète grosse et ronde.

 

TIÈSSE

(tête)

1109 Avu ‘ne tièsse come ine maclote.

litt. Avoir une tête comme un têtard.

Avoir la tête proportionnellement plus grosse que le corps.

 

TIÈSSE

(tête)

1110 Ine tièsse come on mârtê d’ hayeteû.

litt. Une tête comme un marteau d’ardoisier.

Avoir la tête longue et pointue.

 

TIÈSSE

(tête)

1111 Avu ‘ne tièsse come ine houlote.
litt. Avoir une tête comme un hibou.

Être très étourdi, être peu intelligent.

C. F. Il a de la cervelle comme une linotte.

E. F. Avoir une tête de linotte.

 

TIÈSSE

(tête)

1112  Ine tièsse come on boubou.

litt. Une tête comme un houssoir.

Se dit d’une tête mal peignée, d’une chevelure cbourifï’ée.

(Lille) Il a eune tiète come un doué.

(Namur) Il  a one tièsse come on nièrson (hérisson).

 

TIÈSSE

(tête)

1113 Avu ‘ne tièsse come ine cûte pome.
litt. Avoir une tête comme une pomme cuite.
Avoir la tête toute meurtrie, toute livide.

E. F. Avoir la tête à la compote, en compote. (Acad.)

 

TIÈSSE

(tête)

1114  I tint s’ tièsse come on tchèt quid jowe dè violon.

litt. Il tient la tête comme un chat qui joue du violon. II a la tête de côté. Il a la tête inclinée sur une épaule.

 

TIÈSSE

(tête)

1115 Avu ‘ne tièsse comme on sèyê, come on sot, come ine sote.

litt. Avoir une tête comme un seau, comme un fou, comme une folle.

Être obsédé, étourdi. Être éperdu.

 

TIÈSSE

(tête)

1116  Avu l’ tièsse qui toûne come on molin â vint.

litt. Avoir la tète qui tourne comme un moulin à vent.

Perdre la tête. Éprouver des étourdissements, des vertiges.

(Lille) M’ tiète tourne come un moulin.

 

TIÈSTOU

 

(têtu)

1117 Tièstou come on moulèt.

litt. Têtu comme un mulet.

Come in-âgne, comme un âne.

Come on bâdèt, comme un baudet.

Come on singlé, comme un sanglier.

C. F. Têtu comme une mule, comme un âne. (Acad.)

 

TIMIDE

 

(timide)

1118 Timide come ine djône fèye.

litt. Timide comme une jeune fille.

 

TIMPS

 

(temps)

1119 I faît on timps come à l’ Tossint, come à l’ fôre à Lîdje.

litt. Il fait un temps comme à la Toussaint, comme pen­dant la foire de Liège.

Se dit d’un temps sombre et pluvieux.

La foire de Liège se tenait autrefois pendant le mois de novembre.

 

TINGLER

 

(tendre)

1120 Tinglé come ine cwède di violon.
litt. Tendu comme une corde de violon.

 

TINRE

 

(tenir)

1121 Dji n’ î tin nin pus qu’ à ‘ne pènèye.

litt. Je n’y tiens pas plus qu’à une prise de tabac.

Se dit d’une chose dont on ne fait aucun cas.

E. F. Je n’en donnerais pas une prise de tabac. (Acad.)

 

TINRE

 

(tenir)

1122 Èsse tinou comm on galéryin.
litt. Être tenu comme un galérien.
Come âs galéres, comme aux galères.
Come on tchin, comme un chien.
Come ine pouce inte deûs ongues.

litt. Comme une puce entre deux ongles.

Come on piou inte deûs ongues.

litt. Comme un pou entre deux ongles.

C. F. Il est là comme un chien à l’attache. (Acad.)

(Mons) Pus t’nu què d’dins ‘ne galére.

 

TINRE

 

(tendre)

1123 Tinre come dè vê.
litt. Tendre comme du veau.
Come ine rosèye, comme une rosée.
Come dè boûre, comme du beurre.
Come on polèt, comme un poulet.

Come dè l’ miole (G.), comme de la moelle.

C. F. Tendre comme rosée, comme la rosée. (Acad.)

 

TODI

 

(toujours)

1124 C’ èst todi come todi.
litt. C’est toujours comme toujours.

L’on suit les mêmes errements, l’on retombe sans cesse dans les mêmes fautes.

 

TON

 

(ton)

1125 Tot so l’ min.me ton, come li basse.
litt. Tout sur le même ton, comme la basse.

Se dit des personnes qui ne donnent aucune intonation à leur voix, ou de celles qui répètent sans cesse les mêmes choses.

 

TONDE

 

(tonde)

1126 Si lèy tonde come ine bèrbis, come on moton.

litt. Se laisser tondre comme une brebis, comme un mouton.

Se laisser supplanter, dépouiller, sans se plaindre.

 

TORÊ

 

(taureau)

1127 Èsse pés qui l’ torê da l’ dîme.

litt. Être pis que le taureau de la dîme.

Se dit d’un homme de tempérament très ardent.

(Spa) Èsse pés qui l’ torê dè l’ hiède.

 

TORCHÉ

 

(torché)

1128 (Rouchi) Éte torché come quate sous.
litt. Être torché comme quatre sous.

Etre mal mis, mal arrangé, être habillé avec peu de goût.

 

TÔRTËURE

 

(torture)

1129 Èsse come à l’ tôrteûre.
litt. Etre comme à la torture.

E. F. Etre à la torture. (Acad.)

 

TOSSER

 

(tousser)

1130 Tosser come on vî r’nâd.

litt. Tousser comme un vieux renard. Gomme on pauve chin, comme un pauvre chien. Gomme ine ètique, comme un phtisique. Gomme on mâhaîtî, comme un (être) malsain. G. F. Être enrhumé comme un loup. (Acad.)

 

TOT

 

(tout)

1131 Come tot.
litt. Comme tout.

Cette locution s’allie à une foule d’adjectifs, on l’emploie à défaut de point de comparaison. Elle signifie : Extrêmement, parfaitement, tout à fait, beaucoup, fort, très, à l’excès, comme tout ce que l’on peut penser, imaginer.

Ex. Il èst bon, ritche, fîr, naw, gourmand come tot.

(Lille et Rouchi.) Come tout.

 

TOUMER

 

(tomber)

1132 Toumer come dè plonk.

litt. Tomber comme du plomb.

Come ine bale, comme une balle.

Come ine masse, comme une masse.

Come on malkê, comme un sac d’argent.

Tomber lourdement.

C. F. Tomber comme une masse.

 

TOUMER

 

(tomber)

1133 Toumer comme dès mohes.

lItt. Tomber comme des mouches.

C. F. Tomber dru comme des mouches.

 

TOUMER

(tomber)

1134 Toumer come des grusês. (B.)
litt. Tomber comme des grêlons.

En grande quantité.

Se dit surtout des fruits tombant d’un arbre sous la violence du vent.

 

TOUMER

(tomber)

1135 Çoula m’ a tourné so l’ cwèr come li pôvrité so l’ monde.

litt. Gela m’est tombé sur le corps comme la pauvreté sur le monde. — J’en ai été accablé.

C. F. Cela m’est tombé comme une tuile sur la tête.

(Lille) Ch’est comme l’pauvreté d’ssus l’monde.

 

TOUMER

(tomber)

1136  Èsse toumé come dè l’ bâne dè cîr.

litt. Etre tombé comme de la voûte du ciel.

Se dit de celui qui est sans parent, sans appui sur la terre.

 

TOUMER

(tomber)

1137  Çoula lî tome come dè l’bâne dè cîr.

litt. Cela lui tombe comme de la voûte du ciel.

Se dit d’un avantage inespéré, d’un héritage inattendu.

Se dit encore de biens qui nous arriventen grande abondance.

C. F. Tout vient là, comme la manne du ciel.

 

TOUMER

(tomber)

1138 Tourner come èn-ine blèsse.
litt. Tomber comme dans un affaissement.

Etre accablé,   atterré  par  une   nouvelle,   un   événement imprévu.

 

TOUKÈT

 

(touquet)

1139 (Rouchi) Il est là come un toukèt.

Touquet, garde mis par autorité de justice, à Maubeuge.

 

TOÛR

 

(tour)

1140 Toûr à toûr, chasqu’eune si toûr come à c’fèssion.

litt. Tour à tour, à chacun son tour comme à confesse.

 

TOÛR

 

(tour)

1141 Chake si toûr come li djote. (B.)
litt. A chacun son tour, comme le chou.

Jeu de mots, chaque chou ayant son toûr ou trognon.

 

TOÛRMÈTER

 

(tourmenter)

1142  I m’ faît tourmèter come on sot, come ine sote.

litt. Il me tourmente comme (pour me rendre) fou, folle.

Il m’obsède, il m’importune sans cesse, de manière à me rendre fou.

 

TOÛRNER

(tourner)

1143 Toûrner à tot vint, come on cokerê.

litt. Tourner à tout vent, comme le coq d’une église.

Come li cokerê d’ Mérmwète.

litt. Comme la girouette de Millemorte.

Come li cokerê d’ Sint-Pau.

litt. Comme la girouette de Saint-Paul.

Come ine djirwète, comme une girouette.

C. F. Tourner comme une girouette, (Acad.)

Tourner à tout vent comme une girouette. (Acad.)

 

TOÛRNER

(tourner)

1144 Toûrner come on molin â vint.

litt. Tourner comme un moulin à vent.

Toûrner come on moulin â vint.

litt. Tourner comme un moulin (tourne) aux vents (c’est-à-dire sous l’impulsion du vent).

Se dit d’une personne qui, sous l’impulsion d’autrui, change souvent de parti, d’avis, de sentiment.

Voyez le mot  tièsse.

 

TOÛRNER

(tourner)

1145 Toûrner come on campinaîre, comme on tournû.

litt. Tourner comme une toupie, comme un sabot.

C. F. Tourner comme un toton.

 

TOÛRNER

(tourner)

1146 Toûrner come so pîwèye. (G.)
litt. Tourner comme sur pivot.

Se dit d’une chose qui, sans rouler sur pivot, tourne facile­ment.

 

TOÛRNER

(tourner)

1147 Toûrner come on cûr di gorlî.
litt. Tourner comme un cuir de bourrelier.
Se dit d’une personne qui tourne mal.

 

TOÛRNIS’

 

(étourdi)

1148 Toûrnis’ come ine balowe.

C. F. Etourdi comme un hanneton. (Acad.)

Etre fort étourdi.

 

TOUWER

 

(tuer)

1149 Touwer ‘ne saquî come on tchin.

litt. Tuer quelqu’un comme un chien.

Le tuer sans hésitation, sans remords ni pitié.

 

TOUWER

 

(tuer)

1150 Èsse touwé come ine mohe. (B.)
litt. Etre tué comme une mouche.

Etre tué d’un coup.

 

TRAÎTE

 

(chat)

1151 Traîte comme Judas, come on tchèt.

G. F. Traître comme Judas, comme un chat. (Acad.)

 

TRAITÎ

 

(traiter)

1152 Traîtî ‘ne saquî come on p’tit valèt.
litt. Traiter quelqu’un comme un petit garçon.

E. F. Traiter quelqu’un en petit garçon. (Acad.)

Il l’a traité comme un valet de carreau. (Acad.)

 

TRAITÎ

 

(traiter)

1153 Èsse traîtî come on voleûr.

litt. Etre traité comme un voleur.

Come on sins-oneûr, comme un (homme) sans honneur.

Come li dièrin dès-omes, comme le dernier des hommes.

Etre traité avec mépris.

 

TRAÎTÎ

(traiter)

1154 Èsse traîtî come on signeûr, come on rwè.

litt. Etre traité comme un seigneur, comme un roi.

Etre le bienvenu, être reçu avec honneur, respect.

 

TRAÎTÎ

(traiter)

1155 Traîtî come on tchin, come des bièsses.
litt. Traiter comme un chien, comme des brutes.

Traiter quelqu’un avec toute la rigueur possible.

Traîtî comme Balî. (G.G.G.G. Diction. Etymol.)

 

TRANKILE

 

(tranquille)

1156 Trankile come Batisse.

C. F. Tranquille comme Baptiste.

(Charleroi) Trankile comme Batisse.

(Mons) Contint come Batisse.

 

TRANKILE

 

(tranquille)

1157  (Huy) Tranquille comme on keuré. (A.)

litt. Tranquille comme un curé.

Se dit d’un enfant doux, aimable, pas turbulent.

 

TRAWER

 

(trouer)

1158 Trawé come on pureû.

litt. Troué comme une passoire.

Se dit de ce qui est percé en beaucoup d’endroits.

C. F. Percé comme un crible. (Acad.)

 

TRAZIN.ME

(treizième)

1159 Fé come li trazi.nme cossèt : loukî tèter l’s-ôtes. (B.)

litt. Faire comme le treizième cochonnet : regarder téter les autres. — Tomber hors part.

Un paysan, venant de loin, et assez affamé, se présenta un jour chez son propriétaire pour lui payer son loyer. Il le trouva à table, dînant tranquillement avec toute sa famille. Or, l’on négligea d’inviter le locataire à partager la fortune du pot. Tout en causant, le propriétaire demanda s’il n’y avait rien de nouveau au village. « Effectivement, répondit le fermier, j’ai une truie qui m’a donné treize petits, et elle n’a que douze mamelles. » « Que fait donc le treizième cochonnet ‘? » demanda le maître. « Il fait comme moi, rispota le villageois, il regarde les autres. »

 

TRÈPÎD

 

(trépied)

1160 Èsse come on trèpîd. (B.)

litt. Être comme un trépied. Etre bien assujetti.

 

TRIMPÉR

 

(tremper)

1161 Trimpé come l’ acîr, come di l’ acîr.

litt. Trempé comme l’acier, comme de l’acier.

E. F. Un esprit bien trempé. (Acad.)

 

TRIMPER

(tremper)

1162 Trimpé come ine sope.

G. F. Trempé comme une soupe. (Acad.)

(Rouchi ) Cru come une soupe.

 

TRIPLER

(fouler)

1163 Tripler so ‘ne saqwè come so on mwèrtî.
litt.  Fouler une chose aux pieds comme (l’on foule) le mor­tier (charbon de terre).

 

TRISTE.

 

(triste)

1164 Trisse come on bonèt d’ nut’, come on sârcau.

litt. Triste comme un bonnet de nuit, comme un caveau.

C. F. Triste comme un bonnet de nuit, (Acad.)

Triste comme la mort.

 

TRONLER

 

(trembler)

1165 Tronler come ine foye, come onk qu’ a les frèssons.

litt. Trembler comme une feuille, comme un (homme) qui a les frissons. Avoir grand’peur.

C. F. Trembler comme la feuille. (Acad.)

(Namur) Tron.ner come one fouye.

(Charleroi) Triyaner come ène fouye.

(Douai) Tron.ner come ène feule.

 

TRONLER

(trembler)

1166 Tronler come on tchin qui tchèye.
litt. Trembler comme un chien qui chie.

Eprouver un tremblement nerveux, de crainte, de froid, etc.

(Namur) I tron.ne di frèd come on p’tit tchin.

 

TRONLER

(trembler)

1167 Trônant come on brouwèt d’ vê.

litt. Tremblant comme un brouet de veau.

(Charleroi) Triyaner l’ cèrvèle come dè 1′ jèléye. (litt. trembler la cervelle comme de la confiture) (?)

 

TROSSÎ

 

(trousser)

1168 Si trossî come ine sote.

litt. Se trousser (les vêtements) comme une folle.

C’est-à-dire beaucoup plus haut  que ne le permettent les convenances.

 

UNI

 

(uni)

1169 Uni come on cwârdjeû, come on mureû.

litt. Uni comme une carte à jouer, comme un miroir.

C. F. Uni comme une glace. (Acad.)

 

UNI

(uni)

1170 (Rouchi) Uni come bonjoûr.

Se dit d’un homme simple, sans façon, ennemi des cérémonies.

 

VATCHE

 

(vache)

1171 Èsse come ine vatche
litt. Être comme une vache.

Se dit d’une femme très corpulente.

 

 

(veau)

1172 Il èst come les vês â bout d’ doze meûs, il a in-an.

litt. Il est comme les veaux au bout de douze mois, il a un an.

Se dit, en guise de réponse, lorsqu’on ne peut ou qu’on ne veut pas préciser l’âge d’une personne.

 

VALEÛR

 

(valoir)

1173 Vât mî çoula qu’ ine jambe câssèye.
litt. Cela vaut mieux qu’une jambe cassée.

Se dit surtout quand un enfant naît dans une famille peu aisée et déjà nombreuse ; et, généralement, d’un événement peu agréable.

 

VANER

 

(lancer)

1174 Vané come ine bisawe. (G.)

litt. Lancé comme une toupie.

Bisawe. Espèce de toupie  très fluette, très légère, que les enfants s’amusent à lancer à de grandes distances.

 

VÂRLÈT

 

(valet)

1175 Il èst come li vârlèt dè diâle, i faît pus qu’ on n’ lî k’mande.

C. F. Il est comme le valet du diable, il fait plus qu’on ne lui commande. (Acad.)

 

VÈY

 

(voir)

1176 Vèy come lès tchèts.

litt. Voir comme les chats.

Avoir bonne vue. Voir dans l’obscurité.

 

VÈY

 

(voir)

1177 Vèy come à qwinze ans.
litt. Voir comme à quinze ans.

Se dit d’une personne âgée qui possède encore une vue excellente.

 

VÈY

 

(voir)

1178 Dji l’ a vèyou come dji v’ veû.
litt. Je l’ai vu comme je vous vois.

 

VÉRT

 

(vert)

1179 Vért, vète come porète.
litt. Vert, verte comme un jeune poireau.
Come li wazon, comme le gazon.
Come ièbe, comme herbe.

Come on pré, comme un pré.

Très vert. — Avoir l’air malsain. — Etre d’un caractère peu avenant, d’humeur désagréable.

(Lille) Vêrt come dè l’ porée.

 

VÈSSÎ

 

(vesser)

1180 Vèssî comme on r’nâd.

litt. Vesser comme un renard.

C. F. Puer comme un renard. (Acad.)

 

 

(vieux)

1181 Il è-st-ossi vî qu’ Matî Salé.

litt. Il est aussi vieux que Mathieu Salé (Mathusalem).

Il è-st-ossi vî qu’ sinte Pèpône.

litt. Il est aussi vieux que sainte Philippine.

Se dit d’une personne très âgée.

(Mons, Lille, Rouchi) Vieu come Matieu Salé.

G. F. Vieux comme Mathusalem.

 

(vieux)

1182 C’ è-st-ossi vî qu’ Jâcob.
litt. C’est aussi vieux que Jacob.
Qu’ Hérôde, qu’Hérode.

Qui l’ têre, que la terre.

Qui l’ monde, que le monde.

Qui l’ timps, que le ternes.

Qui l’ Pont d’s-Åtches, que le Pont-des-Arches.

Vî come tèrasse, vieux comme (un) tertre.

G. F. Vieux comme Hérode. (Acad.)

Vieux comme les chemins, les rues. (Acad.)

(Charleroi) C’ èst vî come Hérôde.

(Id.) Co pu vî qu’ lès tch’mins.

(Mons) Co pus vî què lès k’mins d’ èl moudrée.

(Lille) Vieu come Hérôde.

 

(vieux)

1183 Il èst come on vî.
litt. Il est comme un vieux.

Se dit d’une personne qui manque d’élégance dans sa toilette; qui est trop sérieuse, eu égard à son âge; se dit encore d’un enfant précoce qui montre de l’esprit, des capacités.

 

(vieux)

1184 Fé ‘ne saqwè come on vî.

litt. Faire quelque chose comme un vieux.

C’est-à-dire avec toute l’expérience d’une personne âgée ou ayant une longue pratique des affaires.

 

VIF

 

(vif)

1185 Vif comme l’ aloumîre.

litt   Vif comme l’éclair.

Come li poûre, comme la poudre.

Come li poûre è feû, comme la poudre dans le feu.

Come li salpéte, comme le salpêtre.

Come ine sipite di feû, comme une étincelle (de feu).

Come dè vif-ârdjint, comme du vif-argent.

C. F. Prompt comme l’éclair. (Acad.)

Vif comme la poudre. (Acad.)

Vif comme le salpêtre. (Acad.)

E. F. Il a du vif-argent dans les veines, dans la tête. (Acad.)

 

VIF

 

(vif)

1186 Vif come li poûre è l’ êwe. (A.)

litt. Vif comme la poudre dans l’eau.

Come on tchin d’ plonk, comme un chien de plomb.

(Namur et Charleroi)  Vif come on pû dins l’ farène.

(Rouchi) Il èst vif come un tyin d’ plomb.

 

VÎGREÛS

(éveillé)

1187 Vîgreûs come on spirou, comme on tchèt.
litt. Éveillé comme un écureuil, comme un chat.
(Lille) Fèrgu come une honène (= ?).

 

VIKER

 

(vivre)

1188 Viker comme ine djin.
litt. Vivre comme une personne.

Vivre en honnête homme, en se conformant aux convenances, aux lois, à la morale.

 

VIKER

(vivre)

1189 Viker come on sint.
C. F. Vivre comme un saint.

 

VIKER

(vivre)

1190 Viker come in-èrmite.
litt. Vivre comme un ermite.
Come on casenî, comme un casanier.

Come ine ripèrèye, comme une recluse.

Come â covint, comme au couvent.

Come on prisonîr, comme un prisonnier.

Mener une vie fort retirée et fuir la société du monde.

C. F. Vivre comme un ermite. (Acad.)

E. F. Vivre en cénobite. (Acad.)

 

VIKER

(vivre)

1191 Viker come on rwè, come on p’tit rwè.
litt. Vivre comme un roi, comme un petit roi.

Se trouver très heureux de sa condition, de son sort.

 

VIKER

(vivre)

1192 Viker come on prince.
litt. Vivre comme un prince.

Come li prince Markâ, comme Erard de Lamarck.

Come on signeûr, comme un seigneur.

Come on milôrd, comme un lord.

Vivre sans rien faire, splendidement et magnifiquement.

E. F. Vivre en  prince, en seigneur. (Acad.)

 

VIKER

(vivre)

1193 Viker come li francès. (B.)
litt. Vivre comme le français.

Vivre au jour le jour, sans souci du lendemain.

 

VIKER

(vivre)

1194 Viker come in-èsclave, come on mârtîr.
litt. Vivre comme un esclave, comme un martyr.

Passer une vie de souffrances, de privations.

 

VIKER

(vivre)

1195 Viker come on tchènon.ne, come on rintî, come on moncheû.

litt. Vivre comme un chanoine, comme un rentier, comme un monsieur.

Vivre paisiblement, dans l’abondance, dans l’oisiveté et sans souci.

E. F. Mener une vie de chanoine. (Acad.)

 

VIKER

(vivre)

1196 Viker come on tchâtroû.

litt. Vivre comme un chartreux.

1″ Vivre en chartreux, en observant le silence.

2″ Se nourrir principalement de poissons.

 

VIKER

(vivre)

1197 Viker come on baligand qui n’ a ni feû, ni leûp.

litt. Vivre comme un vagabond qui n’a ni feu, ni lieu.

Vivre dans le vagabondage.

C. F. Vivre comme un bohème, n’avoir ni feu, ni lieu.

 

VIKER

(vivre)

1198 Viker come on gueûs, come on bandit, come on marou, come on misèrâbe.

litt. Vivre comme un gueux, comme un bandit, comme un grigou, comme un misérable.

Vivre pauvrement, misérablement. Braver les bienséances, les lois.

 

VIKER

(vivre)

1199 Viker come on los’.
litt. Vivre comme un libertin.

Vivre dans le libertinage et la débauche.

 

VIKER

(vivre)

1200 Viker come kipére èt k’pagnon.

litt. Vivre comme compère et compagnon.

Vivre dans une très grande familiarité.

C. F. Vivre avec quelqu’un de pair à compagnon. (Acad.)

Être compères et compagnons. (Acad.)

 

VIKER

(vivre)

1201 Viker come dès frés, come fré èt soûr.
litt. Vivre comme des frères, comme frère et sœur.
Vivre en bon accord, en bonne intelligence.

En parlant de deux époux, viker come fré èt soûr pourrait signifier encore vivre dans la continence absolue.

 

VIKER

(vivre)

1202 Viker come feume èt ome.
litt. Vivre comme femme et mari.

Vivre maritalement, en concubinage.

 

VIKER

(vivre)

1203 Viker come ine bièsse.
litt. Vivre comme une bête.

1 Vivre bestialement comme la brute.

2 Vivre sans aucun sentiment de religion.

3 Ne savoir déguiser la vérité, ne savoir mentir.

 

Spot : Quî n’ sét minti, n’ sét viker ou vike come ine bièsse.

Ce proverbe est cité par les marchands pour s’excuser de trop vanter leurs marchandises.

E. F. Qui ne sait dissimuler, ne sait régner.

La parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée.

 

VIKER

(vivre)

1204 Viker come on tchin.

litt. Vivre comme un chien.

1 Vivre dans la débauche et le libertinage.

2 Vivre sans aucun sentiment de religion.

C. F. Vivre comme un chien. (Acad.)

 

VIKER

(vivre)

1205 Viker come lès tchins.

litt. Vivre comme les chiens.

Mener une vie misérable. Manquer du nécessaire. Mener une vie de chien.

 

VIKER

(vivre)

1206 Viker come tchin èt tchèt.

C. F. Vivre comme chien et chat. (Acad.)

Vivre en mésintelligence.

 

VIKER

(vivre)

1207 Viker ossi vî qu’ on cwèrbâ.

litt. Vivre aussi vieux qu’un corbeau.

Atteindre une longue vieillesse.

 

VIKER

(vivre)

1208 Viker come on leûp, come in-oûrs’.

litt. Vivre comme un loup, comme un ours.

Fuir la société.

E. F. C’est un ours. (Acad.)

 

VIKER

(vivre)

1209 Viker come on pourcê.

litt. Vivre, comme un pourceau.

Vivre dans la crapule, dans la débauche.

 

VIKER

(vivre)

1210 Avu l’ vèye di pourcê : coûte èt bone.

litt. Avoir une vie de pourceau : courte et bonne.

E.F. Vie courte et bonne se dit pour une vie passée dans le plaisir et qui s’abrège dans les excès. (Acad.)

 

VIKER

(vivre)

1211 Viker so s’ crâhe come lès tèssons, come lès pourcês.

Litt. Vivre de sa graisse comme les blaireaux, comme les porcs.

Se dit au propre, de personnes obèses qui vivent en man­gea rit peu; et, au figuré, de ceux qui vivent sans travailler, dans l’oisiveté.

 

VIKER

(vivre)

1212  I n’ sét nin pus çou qu’ c’ èst dè viker qu’ on pourcê.

litt. Il ne sait pas plus ce que c’est de vivre qu’un porc.

Il manque complètement d’éducation, de savoir vivre.

 

VINDE

(vendre)

1213  Çoula s’vind come dè pan.

litt. Cela se vend comme du pain.

Se dit de toute marchandise dont la vente est prompte et facile.

 

VINDE

(vendre)

1214  Èsse vindou come in-ènocint   (B.)

litt. Être vendu comme un niais. Être trompé, dupé à défaut de précautions.

 

VINT’

(vingt)

1215  Èsse come à vint’ ans.

litt. Être comme à vingt ans.

Se dit d’une personne âgée qui jouit d’une bonne santé, qui possède une grande gaieté, une grande légèreté d’allure ou qui n’a point encore renoncé à l’amour.

 

VINTE

(ventre)

1216 On vinte come on tabeûr, come on  tonê, come on sètch à laton.

litt. Un ventre comme un tambour, comme un tonneau, coin.ne un sac à son.

Avoir le ventre enflé soit par maladie, soit parce que l’on a trop bu, trop mangé. Avoir de l’embonpoint.

C. F. Avoir le ventre tendu comme un tambour. (Acad.)  (Lille) Avoir eune panche come un toniau.

 

VIOLÈT

(violet)

1217 Violèt come ine pinsèye, come ine preune.

litt. Violet comme une pensée, comme une prune.

 

VIOLON

(violon)

1218 Il èst come on violon d’vins ‘ne kipagnèye.

litt. Il est comme un violon dans une compagnie.

C’est un boute-en-train.

 

VÎREÛS

(obstiné)

1219 Vîreûs come on tchin.

litt. Obstiné comme un chien.

 

VISÈDJE

(visage)

1220  On visèdje come on tchènône, come sint Lambièt.

litt. Un visage comme un chanoine, comme saint Lambert.

Avoir la figure fraîche et bien remplie.

Allusion au buste de saint Lambert conservé dans l’église cathédrale de Liège.

 

VISÈDJE

(visage)

1221 On visèdje come ine rôse, come deûs rôses.

litt. Un visage comme une rose, comme deux roses.

Avoir un teint frais et vermeil, un teint mêlé de blanc et d’incarnat.

 

VISÈDJE

(visage)

1222 On visèdje comme on cou.                                     

litt. Un visage comme un cul.

Come on cou d’grèté, comme un cul égratigné.

Come on cou d’ pôve, comme un cul de pauvre.

Come li cou d’ on pôve ome.

litt. Comme le cul d’un homme pauvre.

Come li cou d’ on vî ome assiou so l’ pîre

litt. Comme le cul d’un vieux homme assis sur une pierre. Être plein de santé.

 

VISÈDJE

(visage)

1223  On visèdje come on feû, come on solo.

litt. Un visage comme un feu, comme un soleil.

Avoir un visage rouge vif et éclatant. Rougir fortement. (Huy)  On visèdje come on bâria d’ feû. (A.)

 

VISÈDJE

(visage)

1224  Il a on visèdje come on pogn.
litt.  Il a un visage comme un poing.

C. F. Il a le visage pas plus gros que le poing. (Acad.)

 

VISÈDJE

(visage)

1225  Il a on visèdje come on poupâ.
litt.  Il a un visage comme un poupard.

Se dit d’une figure enfantine, sans expression.

 

VISÈDJE

(visage)

1226  On visèdje come ine plinte leune.
litt.  Un visage comme une pleine lune.

Se dit d’une personne qui a le visage fort plein et fort large.

E. F. C’est une lune, un visage de pleine lune. (Acad.)

(Mons) Il a in visâje come ène boucacouke.

 

VISÈDJE

(visage)

1227 On visèdje come on rèseû.
litt. Un visage comme un rasoir.

Se dit d’un profil long et mince.

E. F. Figure en lame de couteau. (Acad )

Voyez le mot feume.

 

VISÈDJE

(visage)

1228  On visadje come po bwâre dins one warbêre. (Namur)

litt. Un visage comme pour boire dans une petite mare.

Se dit d’une figure allongée et marquée de la petite vérole.

 

VISÈDJE

(visage)

1229 On visèdje come on procès-verbâl.

litt. Une figure comme un procès-verbal.

Faire la moue. Avoir la mine rude, sévère, rébarbative.

 

VITE

(vite)

1230 Pus vite qu’ à s’ toûr.

litt. Plus vite qu’à son tour.

Trop tôt. Très rapidement.

 

VÔYE

(voie)

1231 Ine vôye come on mureû.
litt. Un chemin comme un miroir.

Se dit d’un chemin que la gelée a rendu luisant et glissant.

 

VWÈS

(voix)

1232  Ine vwès come on torê, come ine tonîre.

litt. Une voix comme un taureau, comme un tonnerre.

E. F. Avoir une voix de taureau. (Acad.)

(Namur) Il a one vwès come on toria.

 

VWÈS

(voix)

1233  Ine vwès come on rahia.

litt. Une voix comme une crécelle.

Se dit d’une voix criarde et désagréable.

(Charleroi) Awè ‘ne vwès come in cok inrouyî.

 

VOLEÛR

(voleur)

1234  Il èst come on voleûr.
litt. Il est comme un voleur.

Se dit d’une personne dont l’habillement est en désordre, en mauvais état.

G. F. Il est fait comme un voleur. (Acad.)

 

VOLEÛR

(voleur)

1235 Ossi voleûr qu’ ine aguèce, qu’ on tchèt.
litt. Aussi voleur qu’une pie, qu’un chat.

G. F. Voleur comme un oiseau de proie.

Larron comme une chouette, comme une pie.

 

VÔNE

(veine)

1236 I n-a ottant d’ vône qui d’ wazon.

litt. Il y a autant de veine que de gazon.

Cette expression signifiait autrefois que la veine était abondante et qu’elle n’était pas encore entamée. (S. Bormns, Voc. des houilleurs liégeois.)

 

VORACE

(vorace)

1237 Vorace come on haring, come ine molowe. (C.)

litt. Vorace comme un hareng, comme une morue.

 

VRAÎ (vrêy)

(vrai)

1238 Ossi vrêy qu’ i fêt djoû.
litt. Aussi vrai qu’il fait jour.
Qui dj’ deû mori, que je dois mourir.
Qui dj’ so cial, que je suis ici.

Qu’ on m’ lome on té, qu’on me nomme un tel.

Qu’ i n-a on Diu, qu’il y a un Dieu.

Qu’ i n-a qu’ on Diu, qu’il n’y a qu’un Dieu.

C. F. Aussi vrai qu’il fait jour. (Acad.)

Vrai comme il faut mourir. (Acad.)

Aussi vrai que nous sommes ici. (Acad.)

 

VRAÎ (vrê)

(vrai)

1239 (Rouchi)Ch’ èst vraî come sint Piêre a passé pa m’ manche.

litt.  C’est vrai comme saint Pierre a passé par ma manche. Cela est faux.

 

VÛDÎ

(vider)

1240 Si vûdî come on rèw. (B.)

litt.  Se vider (en coulant) comme un ruisseau.

Si vudî come ine crâne, come ine broke di tonê. (A.)

litt. Couler comme un robinet.

Avoir la cholérine, la diarrhée.

 

WANGNÎ

(gagner)

1241 Wangnî dès-êdants come on djwif.

litt.  Gagner de l’argent comme un juif.

Come on  mârtchand di tch’vâs.

litt. Comme un marchand de chevaux.

Come on feû d’ wahês, comme un fabricant de cercueils.   

Gagner beaucoup d’argent et le gagner facilement.

 

WANT

(gant)

1242  Èsse, diveni come on want.
lit . Être, devenir comme un gant.

Être d’une humeur facile et accommodante.

G. F. Être souple comme un gant. (Acad.)

 

WÂRDER

(garder)

1243 Djè l’ wâdrè come mès-ouys, come ine saqwè d’ précieûs.

litt. Je le garderai comme mes yeux, comme une chose précieuse.

G.F. Conserver quelque chose comme la prunelle de ses yeux. (Acad.)

 

WASWÂDÉ

(enfumé)

1244 Waswâdé come dès djambons.

litt. Enfumé comme des jambons.

 

WATE

(ouate)

1245 Èsse come divins dè l’ wate.
litt.  Être comme dans de l’ouate.

Être choyé, dorloté. Être très heureux dans quelqu’endroit.

G. F. Être dans un endroit comme un rat dans la paille.

 

WINDÊ

(vilebrequin)

1246 Èsse fêt come on windê.
litt. Être fait comme un vilebrequin.
Se dit d’un homme mal fait, contrefait.

 

WINDIS’

(enduit de graisse)

1247 Windis’ come ine coyin.ne.
litt.  Enduit de graisse comme une couenne. (G.)

 

WIN.NER

(esquiver)

1248  Si win.ner è s’ vôye come on tchèt (B.)
litt. S’esquiver comme un chat.

Disparaître en catimini. Disparaître sans faire de bruit et sans prendre congé de ses hôtes.

 

ZÊTA

(zêta)

1249 Èsse fêt come on zêta.
litt. Être fait comme un ‘z’ (lettre grecque).

Se dit d’un homme tortu, difforme.

 

ZÛNER

(bourdonner)

1250 Zûner come ine âbalowe.
litt. Bourdonner comme un hanneton.
Come on sameroû (B.), comme un essaim.

Come ine mohe à l’ lâme, comme une abeille.

Come ine mohe à l’ pèpin (G.), comme une abeille.

Come ine mohe divins on bari (G.), comme une mouche dans un baril.

Au propre, bourdonner comme le font les insectes.

Au figuré, se dit :

1 du bourdonnement de la conversation;

2 d’une personne qui parle sans cesse;

3 d’une personne qui est fâchée, irritée.