4899 spots do Payis d' Châlèrwè (4899 proverbes et expressions du Pays de Charleroi) (Pierre Faulx, Pwève èt sé di-d-ci)

1

à

Taper à cayaus (/ … à d’mi-brikes).

Lancer des cailloux (/… des demi-briques) après quelqu’un.

 

2

à

Djouwer à mas, à cautes.

Jouer aux billes, aux cartes.

 

3

à

Vos-ârèz à vos fèsses, à vo cu.

Je vous promets une fessée (si vous faites cela).

 

4

à

Ièsse à djouwer. Ièsse à grognî.

Ne penser qu’à jouer (en ce moment).

Rien ne peut l’empêcher de grogner (en ce moment).

 

5

abayî

Abayî au leup.

litt. : aboyer au loup.

Parler avec la voix enrouée à la suite d’un rhume.

 

6

abîye

C èst toudi abîye ardans.

litt. : C’est toujours au plus vite.

Se dit d’un travail à effectuer dans la nervosité, à la hâte, sans relever la tête, qui devrait être fini avant de commencer.

Se dit d’un atelier où l’on est tout le temps à vous houspiller à cause de votre prétendue lenteur, où l’on n’en fait jamais assez.

abîye : vite!  dépêchez-vous ! ardans : ordre de se dépêcher.

syn. : C’ èst toudi ûwe èt âye.

 

7

abiyî

S’ abiyî à sindje.   Ièsse abiyî à sindje.

litt. : se travestir en singe.

Se travestir (quel que soit le costume choisi).

Etre vêtu d’effets aux couleurs vives, criardes.

Etre vêtu de façon trop jeune pour l’âge que l’on a atteint.

Etre berné, dupé, floué.

 

8

abiyî

Èlle è-st abiyîye à sindje.

Elle est enceinte et ne sait plus le cacher.

 

9

abiyî

I l’ a abiyî à sindje.

Il l’a engrossée.

 

10

après

Ièsse abiyi à 1′ après. Mète ène frake à 1′ après.

litt. : porter des vêtements adéquats pour un travail déterminé.

Etre vêtu pour la circonstance.

Etre vêtu avec des effets qui peuvent se salir s’il le faut, pour ne pas toujours devoir penser à préserver ses vêtements.

 

11

ablâye

I d-a foutu ieune d’ ablâye !

litt. : II a fait un de ces “foins”.

Il a exagéré, fait tout un plat, avec force coups de gueule

– pour magnifier ce qu’il a dit, ou fait.

– pour dénigrer ce qu’un autre a dit, ou fait.

Il a crié au scandale pour bien peu de chose,

 

12

ablâye

Quéle ablâye !

Quel .tapage, quel charivari !  Quel scandale !

 

13

abloki

Ça n’ èst qu’ abloki.

litt. : Cela n’est qu’ébauché.

C’est fait à la va-vite, sans solidité.

 

14

abôrd

Choûte d’ abôrd !

Ecoute, alors !

 

15

abôrd

C’ èst s’ frére, d’ abôrd ?

C’est bien son frère, alors ? C’est donc son frère ?

 

16

âbord

C’ èst d’ abôrd tout.  / … fini.

C’est presque terminé.

 

17

âbord

Il èst d’ abôrd timps.  I s’ra d’ abôrd timps.

Il est grand temps. Il est presque temps d’y penser!C’est urgent!

 

18

âbord

D’ abôrd qui dj’ arive à timps.

Pourvu que j’arrive encore, à temps.

 

19

abouler

Aboule pâr ci.

Donne-le moi. Lance-le moi. (ton bourru, grossier)

 

20

abouler

Aboule-mi (/ mu) in pun.  Aboutèz-me in pun.

Donne-moi (donnez-moi) une pomme.

 

21

abrinokes

Dji (m) va r’prinde mès-abrinokes.

Je vais reprendre mon bien, mes affaires (de peu de valeur). Je vais reprendre mes vêtements (péj.)

 

22

abume

Quél abume !  Gn-a iun d’ abume là-d’dins !

litt. : Quel abîme !

Quel désordre,  quel gaspillage par manque d’ordre, de propreté! Quelle destruction !

 

23

abume

Tchér èn-abume.

Tomber en ruines.

 

24

abume

Tchér dins-èn-abume.

S’effondrer pour cause de maladie,  se sentir mal,  tomber là.

 

25

acsidentè

Il è-st-acsidentê d’ in bras, d’ ène djambe.

litt. : il est accidenté d’un bras, d’une jambe.

Il a gardé des séquelles d’un accident à un bras, à une jambe. Il est estropié, handicapé des suites d’un accident.

 

26

achîr

Alèz, achîs-te !

litt. : Allez, assis !  Je désire que vous vous asseyiez.

Allez,  asseyez-vous, ne partez pas si vite, restez auprès de nous, (se dit à un homme ou à une femme),

 

27

achîr

Achîdèz-vous, on n’ paye nén pus tchêr.

litt. : Asseyez-vous, on ne paye pas plus.

Manière de prier quelqu’un de s’asseoir, de ne pas rester debout tout le temps de la conversation, de l’entrevue, de la visite.

 

28

achîr

S’ achîr su ‘ne (/ ène) fèsse.

litt. : S’asseoir sur une fesse.

S’asseoir sur le bord de la chaise, prêt à se lever dès que possible, prêt à s’enfuir, à quitter les lieux à la moindre alerte.

 

29

achener

Il èst byin mau achenè.   / …. mau ârnichi. / … mau aguinchi.

litt. : II est bien mal fichu.

Il est mal vêtu, vêtu salement ou avec des goûts bizarres.

 

30

achener

Come i sét toudi s’ achener ! / … s’ agayoler, s’ adjéndjoler.

Comme il s’habille mal !

 

31

achener

Il èst toudi bén-achenè.

(emploi plus rare)  Il est toujours bien vêtu, mais comme “achenè” est péjoratif : avec élégance raffinée, exagérée, voyante, ostensible.

 

32

achou

Fé achou.

Tremper sa tartine dans la sauce de viande (onomatopée reproduisant le bruit de succion du pain).

 

33

achepèter

Vos p’lèz bén achepèter.

litt. : Vous pouvez bien faire vite.

Vous pouvez vous dépêcher, mettre les bouchées doubles mais avec exaspération,  avec rage pour vaincre les difficultés coûte que coûte, avec hargne.

A. Carlier : dict. ouest-wallon, a une autre acception pour “achepèter” faire un travail sans soin, à la va-vite.

 

34

acheter

Èlle a achetè in gamin, ène fîye.

litt. : elle a acheté un fils, une fille.

Elle a mis au monde, s’est accouchée d’un fils, d’une fille.

 

35

aclaper

Dj’ é stî aclapè au mur come in boulot d’ mastik. /  … aclatchi …

litt. : J’ai été collé au mur comme une boule de mastic.

J’ai été jeté contre le mur avec violence.

 

36

acôrd

Is sont mau d’ acôrd.  /  … mal d’ acôrd.

Ils sont en mauvais termes.

 

37

acôrd

Sè r’mète d’ acôrd.

Se réconcilier.

 

38

acôrd

Il èst mau d’ acôrd avè s cwèfeû.

Il a les cheveux exagérément longs (au temps où tous les hommes passaient chez le coiffeur dès que leurs cheveux devenaient assez longs pour toucher le col de la veste).

 

39

acôrd

Il èst mau d’ acôrd avè 1′ savonète.

Il ne se lave pas souvent.

Il a oublié de se laver (et cela se voit).

 

40

acrachî

I s’ a fét acrachî d’ cénk eûros.

litt. : il s’est fait engraisser de cinq euros.

Il s’est fait voler, rouler de cinq euros. Il a été obligé de payer cinq euros. Il a payé cela cinq euros trop cher.

 

41

acrachî

I s’ a lèyi acrachî.  Il èst bén-acrachi.

Il s’est laissé berner, duper.

Il est mal marié.

 

42

acrachî

I s’ a acrachi dè l’ guêre.

Il s’est enrichi pendant la guerre.

 

43

âdje

Awè s’n-âdje.

litt. : Avoir son âge.

Etre majeur. Pouvoir n’en faire qu’à sa tête (étant majeur).

 

44

âdje

Awè d’ 1′ âdje.  Awè ‘ne bèle âdje.  Ièsse d’ âdje.

Avoir un âge avancé.

 

45

âdje

À dès-âdjes parêyes.

A pareil âge, à un âge aussi avancé (encore pouvoir faire cela).

 

46

âdje

Prinde di l’ âdje.

Vieillir.

 

47

âdje

Awè l’ âdje.

Etre suffisamment âgé pour se permettre de…

 

48

âdje

Quéle âdje avèz, no p’tit ?

litt. : Quel âge avez-vous, mon petit ?

Se dit à un enfant,  un adolescent,  qui se conduit comme un gosse beaucoup plus jeune, qui s’amuse avec des jeux enfantins.

 

49

âdje

Ça n’ a pont d’ âdje.

litt. : Cela (Il / Elle) n’a pas d’âge.

Il / Elle (C’est) trop jeune pour… (se marier, fumer…)

 

50

âdje

Il a moru à pont d’ âdje.

Il est mort très jeune.

 

51

âdje

C’ è-st ène drole d’âdje.

C’est un âge critique, un mauvais âge (ménopause, adolescence).

 

52

âdje

Ça a stî à scole djusqu’à toutes sôrtes d’ âdjes (èt ça n’ èst nén pus malén… èt dji dè sé co pus qu’ li).

Moquerie envers quelqu’un qui a fait des études et qui ignore cela (petit détail) alors que le moqueur qui a peu fréquenté l’école justement se vante de le connaître.

 

53

adjéndjole

Come il a co adjéndjolè çoula !

Il a encore présenté, monté cela à la diable.

 

54

aduri

S’ aduri dins lès côps.

litt, : S’endurcir dans les coups.

S’endurcir à force de recevoir des coups (du sort), des échecs, des revers, qui font moins souffrir qu’autrefois par l’habitude.

 

55

adveunant

À l’ advènant.

A l’avenant, en proportion.

 

56

afaîre

Awè ène afaîre di vint-ans.

litt. : avoir une affaire de vingt ans.

Atteindre l’âge de vingt ans, ou les dépasser de peu.

 

57

afaîre

Mète / R’mète sès-afaîres à place.

Ranger ses effets, ses objets à leur place.

 

58

afaîre

I gn-a ène afaîre di. . .

Il y a environ x temps.

 

59

afaîre

L’ afaîre èst téle.

C’est (bien) ainsi.

 

60

afaîre

Min.ner lès-afaîres lon.

Eterniser, aggraver l’affaire, ergoter, approfondir. Amener une jeune fille au seuil du mariage et s’éclipser.

 

61

afaîre

Ç’ n’ èst nén ène eûre qui fét 1′ afaîre.

Une heure importe peu.

 

62

afaîre

Ièsse à s’-n-afaîre.

Etre appliqué à ce que l’on fait, aimer son travail.

 

63

afaîre

Ièsse en-n-afaîre.

Etre anxieux, sur des charbons ardents.

 

64

afaîre

 On lyi a fét (/ arindji) s’-n-afaîre.

 

65

afaîre

I lyi a fét s’-n-afaîre.

Il l’a engrossée.

 

66

afaîre

Dji (m) va t’ dîre ène seûle afaîre.

litt. : Je vais te dire une seule affaire.

Je ne te dirai qu’un mot (pas très agréable).

Ce sera bref et tu comprendras  aisément, tu comprendras vite le reproche.

 

67

aflûter

Dji vos-aflûte ça.  Dji vos stron.ne çoula d’ in keûr.

Je vous avale cela (boisson, aliment) avec- délectation.

 

68

afroyî

Afroyî ‘ne glichwêre / , êne êsclidwêre.

Roder une glissoire, la rendre bien polie, glissante à souhait.

 

69

afroyî

Afroyî ‘ne machine.

Roder une machine.

 

70

afroyî

Afroyî 1′ samwène.

Commencer la semaine de travil.

 

71

agace

Dji sin ça à mès-agaces.

litt. : Je sens cela à mes cors.

Je comprends cela aisément parce  que  je  suis,  j’ai  été dans le même cas.

Quand le temps va changer, mes cors aux pieds me préviennent.

 

72

agace

Ène crawieûse agace.

litt. : Une pie-grièche.

Méchante femme, mégère.

 

73

agace

Lèyî dès-agaces.

Laisser certains petits endroits sans couleur fraîche.

Se dit d’un travail de peintre qui manque de fini.

 

74

agnî

Ça t’ agne.

litt. : Cela te mord.

Cela te choque,  cela te met hors de toi quand je te dis, quand tu entends dire cela.

 

75

agnî

Il agne co râde.

Il se fâche vite et dit des choses désagréables, des mots acerbes.

 

76

agnî

I n’ sét parler (/ rén dîre) sins agnî.

Il n’ouvre la bouche que pour dire des méchancetés, des reproches, des injures.

 

77

agnî

É! N’ m’ agne nén.

litt. : Eh! Ne me mords pas.

Se dit à quelqu’un qui vous engueule hargneusement à quelques centimètres de la figure.

 

78

agnî

Dj’ agnereu d’dins.

litt. : Je mordrais dedans.

Tant  je  la  trouve  jolie,  appétissante,  j’y mordrais volontiers (dans ses joues comme des pommes bien rouges).

Si je ne me retenais, de colère, je le mordrais.

 

79

agnot

I n’ a mindji qu’ èn-agnot.

litt. : Il n’a mangé qu’une becquée.

Il n’a mangé que très peu de chose.

Il a seulement mordu une seule fois dans la tartine.

 

80

agon

On vîra tès-agons.

litt. : On verra ta tricherie.

Dans la sagesse .enfantine, celui qui est soupçonné de tricherie doit perdre la partie suivante. Le sort doit lui être défavorable au cours du jeu suivant.

 

81

agrèyâcion

A vo-n-agrèyâcion, come Vital.

litt. : Comme bon vous semblera, comme dit Vital.

Comme il vous plaira, comme vous voudrez, mais dans la bouche de celui qui le dit,on sent un réel désaveu d’agir de la sorte.

A vo-n-agrèyâcion” était sans doute une expression que répétait souvent un certain Vital particulièrement accommodant.

 

82

aguinchi

Il èst toudi aguinchi come l’ as’ dè pike. (v. n” 29)

litt. : Il est toujours foutu comme l’as de pique.

Il est toujours mal habillé, mal nippé, pas très net.

 

83

ake

Il a fét d’ sès-akes.  / … dès sènés.

litt. : II a commis un de ses actes.

Il a fait le mal, s’est méconduit, il a mal agi, commis un acte répréhensible.

Il a engrossé sa fiancée.

 

84

ake

Èlle a fét d’ sès-akes.  / … dès sènés.

Elle est enceinte avant le mariage.

 

85

daler

ALLER

Tout-en dalant.

litt. : Tout en allant.

A mesure que le temps passe, on s’aperçoit que des choses changent.

 

86

daler

Fé s’ maladîye tout-en dalant.

Subir sa maladie sans s’aliter, sans (trop) ralentir sa cadence de travail.

 

87

daler

Il-èst  co bén dalant.

Se dit d’un vieillard dont on s’émerveille du dynamisme, de le voir toujours bon marcheur,  le pied bien ferme,  la démarche assurée.

 

88

daler

Si ça va di-d-là…

litt. : Si cela va de là…

Si cela va dans ce sens (défavorable).

Puisqu’il e’n est ainsi  (je prendrai  les mesures qui s’imposent).

 

89

daler

Quand ça va di-d-là…

Quand on en est à ce point (de l’aventure, de la passion, de la malhonnêteté) – plutôt péjoratif.

Quand on fait montre d’une pareille incompréhension.

Quand on donne une suite aussi fâcheuse à un événement si minime, que peut-on encore faire, dire ?

 

90

daler

Pusqui ça va di-d-là…

Puisqu’il en est ainsi, puisqu’on en est à ce point (avancé).

 

91

daler

Qui ça vâye come ça vouye.

Quel que soit le résultat obtenu. A Dieu vat !

 

92

daler

“Ça va ? – Oyi, gn-a pont d’ avance di dîre “non”.

A la question “ça va ?”, “quelle nouvelle de ta santé ?”, réponse affirmative (pour ne pas désoler l’interlocuteur) mais avec une certaine réticence, ne sachant pas cacher que tout n’est pas rosé.

 

93

daler

Èyu vas-se ?   Vas-è, sés-se !

litt. : Où vas-tu ?  Va-t’en !

Que me racontes-tu là ?  Quelle est cette bourde ?

 

94

daler

Avè ça, on n’ si sint nén daler.

Avec ce médicament  (purgatif),  ce produit  (parafine p.ex.),  on souille ses vêtements sans pouvoir s’en empêcher, sans être prévenu de l’accident. – Ici, daler : chier.

 

95

daler

I va su 30 ans.  I va su l’ trentène (/ …su lès trente).

Il aura bientôt trente ans. Il approche la trentaine.

 

96

daler

Vas-è èvoye ! Vas-è t’ coûtchî ! Va-t-en!

En voilà une nouvelle !  Ce n’est pas vrai ! C’est incroyable! Qui aurait cru !

 

97

daler

Vas-è, twè !  Vas-è, ti !  Alèz, vous !

Allez prévoir cela !

Va (/ Allez) comprendre quelque chose là dedans !

 

98

daler

Il èst wit’ eûres mwins quârt… èt èle va co.

Je vous donne  l’heure présente que  donne ma montre : une montre qui marche toujours, en bon état de marche.

 

99

daler

Come ça va !

Qui aurait cru que pareille chose, situation, advienne !

 

100

daler

Tu m vas bén !

(ironiquement) Tu me vas bien, tu me plais, tu es un ange !

(en réalité) Tu m’ennuies, tu me mets dans une situation déplai­sante, tu exagères.

 

101

daler

Tint qu ça va, lèyons-le daler (/ … tènons-le là).

Tant que tout va bien, n’intervenons pas.

 

102

daler

Ça va co bén daler.  I va co daler drole à l’ cinse.

litt. : Cela va encore bien aller. Cela va être drôle à la ferme.

Cela va encore aller mal, cela va mal tourner.

Il y a de l’orage dans l’air (fig.).  Le torchon brûle.

 

103

daler

Ça va daler.

Cela va marcher. On a trouvé la solution.

 

104

daler

Ça va daler ?

Comment cela va ?  Comment vas-tu ?

 

105

daler

Daler du d’zeûr et du d’zous.

Vomir et avoir la diarrhée à la fois.

 

106

daler

I va tout d’zour li.  I va d’ l’ eûwe dizour li.

Il est alité et incontinent.

 

107

daler

I va d’ l’ eûwe.

Ses selles sont liquides comme de l’eau.

 

108

daler

I va du sang.

Il urine du sang. Il a du sang dans ses selles.

 

109

daler

I va dur.

Ses selles sont dures.

 

110

daler

I s’ a lèyi daler (/ …rider).

litt : Il s’est laissé aller.   …glisser.

Il est mort. La mort l’a surpris.

 

111

daler

I n’ sét pus daler.  I n’ sét pus ote.

Il marche difficilement ou plus du tout.

 

112

daler

I n’ sét pus daler.

Il est constipé.

 

113

daler

Dji m sin daler.  Dji m’ sin èvoye.

Je suis prêt à partir. Je viens de décider de m’en aller.

 

114

daler

Daler à bras, à djambes (/à choû).

litt. : Aller à bras, à jambes.

Se faire porter sur les bras. S’asseoir sur les genoux de quelqu’un.

 

115

daler

Daler à dos, à spales.

litt. : Aller à dos, aux épaules.

Se faire porter sur le dos, a califourchon sur les épaules.

 

116

daler

Avè ça, i pout bén daler (conte èl vint d’ bîje).

litt. : Avec cela, il peut bien aller contre la bise.

Avec ce qu’il lui a dit,  reproché,  il n’en mène pas large, il s’en est allé la tête basse.

Bien emmitouflé comme il est, il peut affronter les éléments.

 

117

daler

Alèzons – Alèzè.     Alèrzons – Alèrzè.

Allons-y — Allez-y.   Retournons chez nous – Retournez…

Impératif singulier puisqu’au présent :

Nos-è dalons – Vos-è dalèz.  Nos-è ralons – Vos-è ralez.

 

118

daler

Va-r’-z-è – R’va-r’-z-è.

Retourne chez toi.

 

119

daler

Dalon’ ?

Alors, ça y est ? On y va ?

 

120

daler

Èyu dalon’ ?

Où allons-nous ?  Que nous réserve l’avenir ? Quelle catastrophe se prépare pour demain ?

 

121

daler

Ça dira come ça dira.

Le sort en est jeté.  Cela marchera comme le sort l’aura décidé.

 

122

daler

I n’ è dira nén avè.

Il n’emportera pas sa fortune avec lui.

 

123

daler

Il è dira bén tout seû. (v. n° 2053).

 

124

alârdjète

Router à l’ alârdjète.

Marcher les jambes écartées.

 

125

alène

Awè ‘ne doûce alène.

litt. : Avoir une haleine douce.

Faire le doucereux, le gentil, voire le lèche-bottes, mais derrière cette face, tout est fourberie.

 

126

alène

Ièsse coûrt d’ alène. Awè ‘ne coûrte alène.

Respirer difficilement après un effort, après avoir couru. Etre asthmatique.

 

127

alène

Roubliyî di r’prinde (/ d’ èrprinde) ès’-n alène.

Mourir.

 

128

alène

Dj’ é sintu ça à s’-n-alène.

J’ai compris cela en “lisant” entre les lignes.

J’ai  compris  cela à sa tenue,  à son expression, au ton employé malgré qu’il essayait de dissimuler.

 

129

alène

Awè s’-n-alène qui r’cule.

Roter. Avoir des envies de vomir.

 

130

alène

Awè ène alène di bouk.

Avoir une mauvaise haleine.

 

131

alèver

On l’s-a come on lès-alève (/…on 1’s-alève).

litt. : On les a comme on les élève.

Les enfants sont influencés par leur éducation (politesse, savoir-vivre, caractère).

Peut se dire aussi entre époux, du conjoint.

 

132 

alignî

Aligne piêrot, tûwe gade.

litt. : Vise moineau, tue chèvre.

Se dit de quelqu’un qui vise quelque chose et en atteint une autre très éloignée, ou qui destine un mot choquant à une personne et qui blesse plus encore quelqu’un d’autre.

 

133

alondon

Prinde sès-alondons (/ … ès’-n-alondon).

Prendre son élan.

Se préparer à foncer tête baissée dans une affaire.

 

134

alumer

Il alume.

Se dit quand on vient de voir le premier éclair.

 

135

alumer

Il alume au lon.

Il éclaire dans le lointain, un orage va peut-être nous arriver sous peu.

 

136

alumwêr

I rote toudi come èn-alumwêr (/ …in vré alumwêr).

litt. : II marche toujours comme l’éclair.

Il marche toujours très vite, il passe en coup de vent.

 

137

alumwêr

I faut s’ dè mèfyî come di l’ alumwêr (/… du leup).

Il faut s’en méfier comme de la peste.  …du loup.

 

138      

alure

Gn-a nén pus d’ alure roci qu’ à l’ maujone di m’ bèle-mame quand m’ feume èsteut djon.ne fîye.

litt. :  II  y a autant d’ordre ici que chez ma belle-mère au temps où ma femme était encore jeune-fille.

Se dit quand on s’indigne du désordre qui règne en tel endroit.

 

139 

alure

In sins-alure. Ène sins-alure.

Un homme désordonné. Une femme désordonnée.

 

140 

alure

C’ èst s’-n-alure insi.

Il est fait ainsi.

Il agit toujours ainsi sans s’en rendre compte, c’est inné.

 

141

alevè

Il a stî bén-alevè, mins il a mau r’tcheû.

litt. : II a été bien élevé, mais il est mal retombé.

Malgré une bonne éducation,  il a mal tourné. Il ne lui est rien

resté de sa belle éducation d’autrefois.

(jeu de mots entre “alevè” : élevé et “r’tcheûd” : retombé).

 

142

alevè

On n’s-alève nén sins rûjes. On n’ lès-alève…

On n’élève pas les enfants sans aléas, problèmes, ennuis.

 

143

alevè

I s’ a alevè tout seû.

On n’a eu aucun ennui pour l’élever. Il s’est élevé sans problèmes, sans anicroches.

 

144

alevure

Quéle alevure !

Quelle (mauvaise) façon d’élever un enfant !

 

145

am’

C’ èst toudi am’.

Onomatopée d’une bouche qui engloutit un aliment. Il veut tout pour lui seul.  Il attire tout à lui.

 

146

amantchure

Quéle amantchure (/ èmantchure)!

Quelle mécanique compliquée ou peu solide, peu pratique.

Quelle solution bizarre apportée à ce problème ! Quelle drôle de façon d’agir !

 

147

amayi

Amayi bén ? Mayi bén ?

Je me demande bien si…

syn. : Bén-abayi si… ? Bén-èbayi si… ?

 

148

âme

Il a pèsè s’-n- ou s’-n-an.me.

Se dit d’un commerçant trop “regardant” qui mesure au millimètre près, pèse au gramme près, et même parfois va jusqu’à ne pas donner la longueur, le poids demandés.

 

149

âme

Il a l’ âme dure.  Ça a l’ âme dure.

Se dit’ d’nh objet” pour lequel on éprouvé mille difficultés à briser, scier, hacher.

Malade qui malgré son état désespéré, n’en finit pas de mourir.

 

150

âme

Fwè d’ mon-âme. Fwè di m’n-âme.

En vérité. Je le jure !

 

151

âme

Bounès-âmes !

litt. : Bonnes âmes !

Bonnes âmes, priez pour moi !  (pour nous).

Invocation dite dans le désarroi, l’étonnement, l’ahurissement, la peur.

 

152

âme

Pauve vîye âme !

Pauvre vieux !  Pauvre vieille !

 

153

âme

Asprouve si t’ as d’ l’ âme.  Fé-le … / Di-1e…

Essaye (Fais-le, dis-le) si tu l’oses. 

Chiche ! Je ne te conseille pas d’essayer.

Il faut que tu aies l’âme bien trempée pour essayer cela, mais je ne te le conseille pas.

 

154

amète

Amèt in pun.  Ame d-è iun.

Donnez-moi une pomme.  Donnez m’en une.

Prière,  demande,  contrairement à “Aboutèz, Aboulèz” qui  est un ordre. (v. n°  20).

 

155

âme

C’ èst âmên’ pou s’-n-âme.

litt. : C’est amen pour son âme.

L’objet est définitivement brisé, à mettre au rebut.

 

156 

âmèn’

Il èst toudi là pou dîre âmèn’.

Il opine toujours,  est toujours d’accord (parce qu’il n’ose dire le contraire).

Il est toujours là pour dire le mot final.

 

157 

amér

I s’ a crèvé 1′ amér.

litt. : II s’est crevé la vésicule biliaire.

Il s’est donné un mal de chien, il a beaucoup peiné.

 

158

amér

Piède ès’-n-amér.

Se donner beaucoup de mal.

 

159

aminde

Ièsse à 1′ aminde d’ ène toûrnéye.

Devoir payer, au café, une tournée pour avoir perdu un pari, au jeu de cartes.

 

160

aminde

Mète à l’ aminde.

Faire payer une amende pour malfaçon ou faute dans le travail, à l’atelier, au travail.

 

161

amitiè

Mète sès-amitiès su ‘ne saqui.

S’éprendre de…

Donner toute son amitié à quelqu’un.

 

162

amitiè

Quand on wéte si près, lès-amitiès sont p’tites.

 L’amitié doit se mesurer à l’indulgence.

 

163 

amoûr

Èyu vas-se? — À l’ amoûr, peû qu’bèle ni rausse”.

litt. : “Où vas-tu ? – A l’amour, vite avant qu’il n’augmente”.

“Où vas-tu ? – Quelque part”.

Réponse gentille mais intentionnellement sans précision.

 

164

amoûr

Lès-amoûrs d’ in sorèt dins ‘ne mande à l’ buwéye.

litt. : Les amours d’un hareng saur dans une manne à linge.

Réponse à : Que joue-t-on au théâtre, au cinéma, à la T.V., que lis-tu là ?, venant de quelqu’un qui l’ignore.

Réponse à un indiscret ou de quelqu’un qui ignore le renseignement demandé ou qui ne veut pas le dire.

 

165     

ameton

I faureut bén aspoyî su sès pates pou 1′ fé roter (/ ossî) come lès ametons.

litt.:  Il faudrait bien appuyer sur ses pattes pour le décider à marcher (bouger), comme aux hannetons.

Pour qu’il veuille bien se mouvoir, se mettre au travail, mener rondement sa tâche, il faudrait lui appuyer sur les pieds (de cette nouille, ce traînard), comme on le fait aux hannetons.

 

166

ameton

Ametons,

Jènitons,

Vènèz par ci,

Vos-ârèz du pwin bèni.

Pa lau-vau,

Dès côps d’ cayaus.

Comptine enfantine pour attirer les hannetons.

Pwin bèni : feuilles d’aubépine dans le langage enfantin.

 

167

amûser

I (/ Èle) s’ amûse avè…

Il (/ Elle)  a des  aventures  amoureuses  illicites avec…

 

168

mwin

À mwin, là, Batisse !

litt. : Gare, voilà Baptiste !

Attention,  danger,  voilà Baptiste  qui  vient et tout peut arriver

quand il est là. n

 

169

an

Dès-ans èt dès razans.  Dès-anéyes èt dès razanéyes.

De très nombreuses années.

 

170

an

Deûs-ans pus târd (/ après), près’ à crèver.

litt. : Deux ans après, prêt à rendre l’âme.

Se dit quand une action, un travail traîne exagérément. Est dit par la personne qui attend et qui demande si la mort ne la prendra pas avant le terme.

 

171

an

Awè sès-ans.

Fêter son anniversaire.

 

172

an

Quand avèz vos-ans ?

Quand avez-vous votre anniversaire ?

 

173

anéye

I vaut mieus ça qu’ ène mwéje anéye.

litt. : Mieux vaut cela qu’une mauvaise année.

Il y a pis. Ce n’est qu’un demi-mal.

 

174

anéye

I n’ faut nén brére (/ s d-è fé) pou ‘ne mwéje anéye.

II ne faut pas s’en faire pour ce qui est passé.

 

175

anéye

Ièsse dè l’ boune anéye.

Etre crédule, naïf, pas très intelligent.

 

176

anéye

1900 toubak, 1′ anéye qu’ il a tant tcheû (/ ploû) dès pupes.

Une année après 1900, quelconque, dont on ne souvient plus avec précision.

 

177

anéye

Ène anéye busète.

Une année bisextile.

 

178

anéye

Lès-anéyes è vont (/ … s’ è vont).

Les années passent vite, le temps s’enfuit, !•’âge vient.

 

179

anète

Il a ieû ça dins l’ anète.

litt. : II a reçu cela dans la nuque.

Il a accusé le coup en baissant la tête comme s’il avait vraiment reçu le choc dans la nuque.

 

180

angouche

Pichî d’ angouche.

Pisser de frayeur, d’angoisse, en mouillant son linge.

 

181

anje

On wèt l’ anje.

On voit le fond du récipient.Il n’y a plus rien dans le pot.

Origine : Histoire où une servante buvait toute la bière du curé pour y admirer, disait-elle, l’ange représenté au fond du pot de bière.

 

182

anje

On wèt l’ anje dins 1′ fond dè l’ jate.

Le café est très léger, trop léger.

 

183

ano

Oyi, ano !  C’ èst co vous qu’ a dwèt, ano !

litt. : Oui, allons ! C’est vous qui voulez toujours avoir raison. Oui, il faudra bien en passer par vos désirs.

 

184

ano

Bref la-d’sus, ano !

Bref ! (avec marque d’impatience, de mauvaise humeur, exaspération), pour clôturer le débat, pour en finir.

 

185

ano

Vos dirèz, ano !

Vous irez, c’est un ordre !

 

186

ano

Dji dirè, ano !

C’est moi qui irai, c’est bon !

 

187

ano

C’ èst s’ mononke, ano !

C’est son oncle, ne discutez pas, je le sais.

 

188

ano

Il a co mau s’ vinte, ano !

Il est encore jaloux, je le vois.

 

189

ano

Dji 1′ sé bén, ano !

Je le sais pertinemment bien.

 

190

ano

Vos strivèz co, ano !

Et vous discutez encore !

 

191

ano

Wétèz, ano, çu qu’ i va là pinser.                                                                        ; Voyez, enfin, ce qu’il va penser là.

 

192

antîse

Èle a d’ l’ antîse.

Elle est attirante.

Elle a du succès auprès des garçons, des hommes.

 

193

apèler

I faut ièsse apèlè pou fé ç’ boûye-là.

litt. : Il faut être appelé pour faire ce travail.

Ce travail est tellement rebutant qu’il exige une véritable voca­tion, un-véritable sacerdoce.

 

194

apinser

S’ apinse à X.

Comme dit X.  Comme a dit X.

 

195

apinser

S’ apinse à l’ aute, di-st-i in côp iun.   …di-st-i l’ aute.

Iidem, mais d’une personne inconnue ou que l’on ne veut pas citer.

 

196

apoplècsîye

Tchér d’ apoplècsîye.  Awè in côp d’ sang.  Avè ène atinte.

Avoir une atteinte d’apoplexie.

 

197

apostrofe

In drole d’ apostrofe,   … d’ apotikére.  … di rastacwêre.

Un drôle de type, de citoyen. Un type peu recommandable.

 

198

après

Ièsse abiyi à l’ après. (v. n° 10).

 

199

après

I n’ èst nén à l’ après d’ ça.

litt. : Il n’est pas à cela près.

Il n’y regarde pas de si près.  Il n’est pas pointilleux.

 

200

après

Ba! À l’ après d’ ça!

Bah! A cela près.

 

201

après

A l’ après d’ rén.

A peu de chose près. A un rien près.

 

202

après

Dj’ é stî rolà à 1′ après d’ rén.

Je suis allé là par désoeuvrement, ou tout au moins, en le laissant croire, mais en réalité, pour en connaître plus sur une intrigue qui se trame.

 

203

après

À l’ après d’ in mète.   … d’ in quârt!.  … d’ iun.

A un mètre près.  … à un empan près.  … à un près.

 

204

après

Pârler (/ D’viser) à l’ après d’ rén.

Parler pour ne rien dire.

 

205

après

Après lès près, c’ èst lès pachîs (quand vos s’rèz vatche, vos dirèz mougnî).

litt.  :  Après les prés, ce sont les prairies (quand vous serez vache, vous irez y paî-tre).

Se dit suite à une phrase de l’interlocuteur qui s’est terminée ou arrêtée sur le mot “après“, alors qu’on s’attend à une suite qui tarde à venir.

 

206

après

I d’meure après Djilî, l’ Docherîye, 1′ Place dè l’ Coupe. I d’meure aviès, èviès…

Il habite à tel endroit,  dans les environs immédiats de cette commune, de ce quartier, de ce lieu—dit.

 

207      

après

I d’meure ène miyète après 1′ Docheîye, ène miyëte oute, êne miyète passè, … twès maujones après…

Il habite un.peu plus loin que…

 

208

après

Il-è-st–ap: s pou èn-aute côp.

litt. : II est appris pour une autre fois.

Il est averti, il le saura pour la prochaine fois.

Quand cette situation se reproduira,  il est maintenant armé pour la combattre, la vaincre, fort de son expérience.

 

209

akitè

Par boune akitè.

Pour lui faire plaisir,pour lui être agréable, par effet de bonté.

 

210

akitè

Plin d’ boune akitè.

Plein de sollicitude,  plein de bonne volonté, de bons sentiments à votre égard.

 

211

awè

Qui d-âra, d-âra.

litt. : Qui en aura, en aura.

Quel que soit celui qui en aura; au petit bonheur la chance.

 

212

aradjî

Gn-a pou aradjî.

litt. : Il y a de quoi enrager.

Cela fait enrager.  Il y a de quoi se mettre en rogne, en rage.

 

213

aradjî

I faut aradjî pou fé ça.

Il faut être enragé, possédé, pour faire cela.

 

214

aragne

Il a ‘ne fameûse aragne ( / in fameûs vitoulèt / 1′ mitan dè  l’ leune /  dins s’ front (/ … s’  plafond).

litt. : Il a une terrible araignée dans le front.

Il est fou, il est dérangé par à-coups.

syn. : Il a in fameûs bouktèt d’ cras dins s’ front.

 

215

aragne

T’-n-aragne èst co su s’ dos ?  … a co sès pates èn-ér’ ?

Tu as une crise de folie soudaine ?

 

216

ardans

Alèz, ardans !  (v. n° 6).

Allez, dépêche-toi.  Plus vite !

 

217

ardi

Ardi, Jules !

Se dit quand on insiste sur l’urgence, pour encourager.

 

218

ârdwèse

Daler à l’ ârdwèse.

litt. : Aller à l’ardoise.

Payer à crédit au magasin du quartier (où l’on notait les dettes sur une ardoise).

 

219

ârdwèse

Il a ‘ne fameuse ârdwèse dé Matile.   …au cabarèt.

Il a une dette importante chez Mathilde.  … au café.

 

220

arindjî

T’ è-st-arindji !

litt. : Tu es arrangé !

Tu en as une couche ! Cela ne tourne pas rond !

Tu as une cuite.

Tu es en loques ! Comme tu as la figure tuméfiée !

Tu es bien attrapé !

 

221     

arindjî

Dji vos-arindjereu come dj ‘é arindji vo pére au quinje d’ awous’.

litt.  : Je vous arrangerais comme j’ai arrangé votre père le 15 août.

Menace sans fondement, sans méchanceté, sans suites, dite à un enfant, pour lui faire croire qu’il va pâtir après telle espiè­glerie. L’enfant n’est en général, pas dupe.

 

222

ariver

Arive qu’ arive.

Quoi qu’il arrive, quels que soient les événements.

 

223

ariver

Ratind qu’ dj’ arive !

litt. : Attends que j’arrive !

Je suis à peine arrivé que déjà tu m’asticotes, tu veux déjà me mettre à la besogne.

 

224

ariver

Quand ça arivera co, ça n’ arivera pus.

litt. : Quand cela se produira encore, cela ne se produira plus.

Quand le cas se représentera, il n’aura plus les mêmes conséquences, j’agirai plus finement.

 

225

ârmonica

Il a s’-n-ârmonica qui pîle.

Il a les bronches qui sifflent, ârmonica : accordéon.

 

226

ârmwêre

D’ awè plin s’-n-ârmwêre.

litt. : En avoir plein son armoire. En avoir ras le bol.

 

227

ârnichî

Vos stèz (/ Vos-èstèz) co bén mau ârnichi. (v. n° 29).

 

228

ârnauje

Fé ârnauje.

Chercher noise. Donner de petits coups en traître.

 

229

ârnauje

Ièsse ârnauje.

Etre difficile, pour un enfant.

 

230 

arokî

Dji m’ é fét arokî pa…  Dj’ é tcheû su ‘ne ronche, ène astaudje.

Je me suis fait harponner par… un importun, un fâcheux.

ronche : ronce, personne qui vous accroche.

 

231

arokî

Dj’ é aroki su Bêrt.

Je me suis trouvé nez à nez avec Albert et n’ai pu l’éviter.

 

232

ârpwès

In tchiyau d’ ârpwès.

litt. : Un chieur de poix.

Un faiseur d’embarras.

 

233      

ârtchu

Ièsse ârtchu à n’ sawè rastèni in pourcha d’ cint kulos dins ‘ne rouwèle.  … ârtchu come ène gade.

litt.  : Avoir les jambes arquées au point de ne pouvoir arrêter entre les jambes un cochon de 100 kilos dans un sentier. Arqué comme une chèvre.

Quelqu’un dont les jambes sont fortement arquées.

 

234

ârtêre

Awè l’ côp d’ ârtêre.

litt. : Recevoir le coup d’haltère.

Recevoir un coup de massue, une nouvelle terrible.

 

235

ârtia

Vènèz sucî m’n-ârtia, vos-ârèz ‘ne ganse.  V’lèz sucî…

litt. : Venez (Voulez—vous) sucer mon orteil, vous aurez une pièce de deux centimes.

Proposition d’un père déchaussé à son enfant,  qui refuse bien, sûr avec répugnance.

 

236

ârtia

Djouwer avè sès-ârtias pou fé rîre sès pîds.

Djouwer avè sès pîds pou fé rîre sès-ârtias.

litt.  :  Jouer avec ses orteils pour amuser ses pieds.(ou vice-vers a) .

Jouer sur des queues de cerises.

 

237

ârtia

Dji djoûwe…  cf supra.

Réponse à “Que faites-vous ?” qui signifie : Ce ne sont pas vos

oignons.

 

238

ârtia

C’ è-st-èn-ârtia.

C’est un enfant très vif,  nerveux,  qui ne tient pas en place, pas méchant, mais espiègle.

 

239

ârtike

Èle fét l’ ârtike.

Elle fait le plus vieux métier du monde. Elle fait le trottoir.

 

240

ârtike

I pârle toudi d’ l’ ârtike.

Il parle sans cesse du sexe.

 

241

à r’voûy

À r’voûy avè li !

En voilà assez en ce qui le concerne.

 

242

à r’vwêr

À r’vwêr toudi.

litt. : Au revoir toujours.

Formule d’adieu définitif.  Je ne tiens plus à te revoir.

 

243

à r’vwêr

À r’vwêr toudi avè ça.

Formule qui clôt définitivement une discussion oiseuse.

 

244

à r’vwêr

À r’vwêr, Bêrt ! Complimints à Zîrè. À r’vwêr’, lès fréres.

C’est fini, clôturé, sans espoir de reprise.

 

245

à r’vwêr

À r’vwêr, ç’ a stî s’ bondjoû.

Il n’a fait qu’entrer et sortir.

 

246

arwéke

L’ soya pète d’ arwéke.  On a scurê 1′ platane.

litt. : Le soleil tape de plein fouet. On a fait reluire la platine. Le soleil tape dur. Le soleil est très chaud, accablant.

 

247

arwéke

Il a stî pètè d’ arwéke.

Il s’est fait réprimander très durement. Il a reçu de rudes coups.

 

248

arwéke

Il a stî skeû d’ arwéke.

Il a été fortement, longuement secoué (au propre ou au figuré).

 

249     

ârzîye

Vos n’ ârîz nén ‘ne miyête d’ ârzîye ? Dji freu dès brikes intrètimps.

litt. : Vous n’auriez pas un peu d’argile ? Je ferais des briques entretemps.

Quelqu’un qui a du travail jusqu’au-dessus de la tête, à qui l’on demande encore un ouvrage supplémentaire, est en droit de dire, indigné : cf supra.

 

250

ârzîye

C’ èst pîre qui d’ l’ ârzîye.

Nourriture fade, insipide ou très dure à mastiquer.

 

251

askèyance

À l’ askèyance.

Donner un renseignement au jugé.

Se tenir aux environs de la vérité, au jugé.

 

252

asticot

Oyi, èn-as’… èn-asticot!

Oui, un as dans son genre (mauvais genre).

C’est ce qui se fait de mieux dans le genre (péj.).

 

253

asprouver

L’ cén qu’ a asprouvè d-a ieû deûs (/ … d-a ieû sèt’).

litt. : Celui qui a essayé, en a eu deux, sept.

Celui qui n’essaye rien, -n’a rien. Celui qui essaye, ose, peut obtenir plus qu’il ne comptait.

La chance sourit aux audacieux.

 

254  

aspoye

Awè d’ l’ aspoye.

Se dit d’une personne, d’un objet qui peut s’appuyer contre

un mur  (p.ex.)

 

255

asprouvète

C’ è-st-ène asprouvète.

C’est un timide essai.

 

256

assaut

Pèter èn-assaut.

Se mettre à danser de joie.

Se lancer sur la piste de danse de façon soudaine, bruyante, en gesticulant, sans trop se soucier du rythme de la musique.

 

257

assène

Dji n’ su nén d’ assène. Dji su malagn.gnôse. Dji m’ sin tout drole.

Je ne suis pas bien. Je ne me sens pas bien. Je ne suis pas bien dans ma peau.

 

258

asseûrè

Il a asseûrè bu toute ès’ quinjène.

Il a certainement bu tout son salaire.

 

259

asseûrè

Asseûrè !  Bén-asseûrè !

Assurément !  Bien entendu !

 

260 

 

âssèz

I n’ d-a jamés âssèz pour li.

II n’est jamais satisfait de la part qui lui revient.

Il n’est pas content quand il ne tient pas le crachoir, dès que l’intérêt se porte sur autrui.

 

261

âssèz

Gn-a co bén-âssèz.

Il y en a assez bien, un bon nombre.

 

262

âssèz

Il èst co bén-âssèz dalant.

Il est encore bien ferme sur ses jambes, malgré son marche encore bien et longtemps.

 

263

assiète

Ène grosse assiète (/ assiètéye) di Flamind.

Une grosse assiettée avec beaucoup de pommes de terre. La quantité au détriment de la qualité. (expression raciste)

 

264

assiète

Quand is sont à l’ assiète au bûre…

litt. : Quand ils sont à l’assiette au beurre…

Quand ils sont à l’endroit où l’on peut puiser à pleines mains, ils ne se privent pas de l’aubaine, ils ne donnent pas leur part au chat.

 

265

assiète

Pignî (/ Pikî) dins l’ assiète au bûre.

Se servir à la corne d’abondance.

 

266 

assôre

I d-a foutu iun d’ assôre !

Il a mis beaucoup de désordre.

Il a fait un fameux scandale pour peu de chose, (v. “ablâye” n° 11).

 

267

astatè

Ièsse astatè.

Etre arrêté dans son travail par un ennui, une difficulté, un bris de machine.

 

268

astchér

Bén-astcheû. Bén-èchu. Insi tombe-t-i.

Quelle coïncidence ! Quel concours de circonstances il a fallu pour que ces deux événements se produisent en même temps, pour donner ce résultat ! (à prendre en bonne ou mauvaise part).

 

269

asto

Ièsse asto.

Sentir une résistance,  buter contre un obstacle. Avoir un trou de mémoire.

 

270

asto

Dimeurer asto.

Habiter une maison contiguë.

S’arrêter au milieu d’une phrase   (trou de mémoire).

Ne    pas    savoir    continuer    sa    route,     par peur ou à la suite d’un incident technique.

syn.:  Dimeurer awotè.

 

271 

asto

Ça va d’ asto.

Cela va très fort,  sans  interruption.

 

272 

asto

Is fréquentenut d’ asto.

Ce n’est plus un flirt, c’est beaucoup plus sérieux.

 

273 

asto

Ça tchaufe d’ asto.

Ils sont très amoureux.

 

274

asto

Twès-eûres d’ asto.

Trois heures sans arrêt, sans interruption, sans s’arrêter. Durant trois heures.

 

275

astaurdjîye

Il èst tcheû dins-ène astaurdjîye.

Il s’est mis en retard, quelqu’un ou quelque chose l’a entravé.

Il s’est évanoui.

Il n’est plus présent, pour un cer ‘ Hn temps, à la conversation.

 

276

astrâde

Bate l’ astrâde.

Faire les cent pas, faire le pied de grue.

 

277

atake

Awè ène atake. Awè ène atinte. (v. n° 196).

 

278

ataker

Atakons, mès-èfonts !

Se dit en se mettant à table pour le repas, pour inviter cava­lièrement les autres convives à attaquer le repas.

Le son “an” se dit rarement “on”  à Roux-Jumet, mais quand on en a besoin pour la “rime” dans une expression, on y a recours. Cette prononciation “on” est considérée comme grossière, dite par des gens de basse extraction, de bas niveau, utilisant le “plat wallon”.

 

279

atauléye

Quéle atauléye !

Quelle tablée ! de gens peu recommandables, hétéroclites. Quelle assemblée, réunion de gens vulgaires !

 

280

atchis’

Fé d l’ atchis’.

Endetter, réduire en très menus fragments, en bouillie.

 

281

atèler

Ièsse coûrt atèlè.

litt. : Etre attelé court.

Etre vif. S’emporter pour un rien.

 

282

atèléye

Quéle atèléye !

Quel attelage minable, mal assorti !

Quel groupe de gens minables, sales, dépenaillés !

 

283 

atinte

I n’ pièd qu l’ atinte.

litt. : II ne perd que l’attente.

D’ici peu, il va se faire tancer, il va recevoir ce qu’il mérite (jamais en bien).

 

284

atout’

Atout’, ratout’ èt ratatout’.

Atout, et atout, et encore atout (jeu de cartes).

 

285

atraper

Ça s’ atrape.

C’est contagieux.

Cela trouve des imitateurs. Cela fait tache d’huile.

 

286

atrét

Mète sès bias-atréts.

Porter ses beaux atours.

 

287

aucun

D’ aucuns côps.

litt. : Certaines fois.

Parfois, à certains moments.

 

288

aucun

D’ aucuns côps, gn-a à s’ dimander s’ i n’ divént nén sot.

Parfois, on se demande s’il ne devient pas fou.

 

289

aucun

D’ aukeunès djins.

Certaines personnes.

 

290

aucun

D’ aucuns djoûs.

Certains jours.  Il est des jours où…

 

291

audjoûrdu

Audjoûrdu come pou d’mwin.

Cela peut arriver incessamment.

 

292

auje

I s’ plint d’ auje.   ( … d’ éje (Jumet)).

Il se plaint alors qu’il est le plus heureux des hommes.

 

293

auji

C’ èst trop auji (/ aujîle) qu’ il a.

Il a la tâche trop facile. Il a la vie trop facile.

 

294

aulouwète

M’n-aulouwète vént d’ tchanter.

litt.: Mon alouette vient de chanter.

Je viens de ressentir le frisson d’amour (femme).

 

295

aune

À l’ aune di France.

Vraiment très bien,  de la meilleure qualité,  ce qu’il y a de mieux, au plus haut degré. (parfois ironiquement)

 

296

aune

I m’ a arindjî (/ ieû) à l’ aune di France.

Il m’a filouté, volé,  sans que je n’aie eu le temps de réagir, avec maestria (dans le mal).

 

297

aune

À twès-aunes pou in franc.

Sans valeur, de mauvaise qualité. Quelqu’un qui ne vaut vraiment pas cher.

 

298

aune

Ène feume à twès-aunes pou in franc.

Une femme de mauvaise vie, vulgaire, sans éducation .

 

299

auride

Auride !

Cri pour faire ralentir le cheval que l’on fait tourner.

 

300

aurière

Aurière !

Cri pour donner ordre au cheval de reculer, de faire marche arrière.

 

301

hausse

L’ cén qui ratind n’ a nén hausse.

litt.  : Celui qui attend (peut attendre) n’a pas hâte à satis­faire un besoin urgent.

Celui qui sait attendre, le peut parce que rien ne presse, ne le presse, rien d’impérieux ne le pousse.

 

302

haussète

I faureut (bén) mète dès-haussètes.

Quand une boîte, un récipient sont pleins jusqu’au bord et que l’on voudrait encore mettre d’autres choses, voire du liquide, on propose de mettre des ridelles (chose souvent impossible quand on propose cette solution).

 

303

aute

S’ i fét ça, s’ i set fé ça, s’ il a fét ça, i d-è fra co (bén) d’s-autes.

S’il sait faire, s’il a fait cela, il recommencera de plus belle (souvent péjoratif).

 

304

aute

Dji d-é co dès pus-autes.

J’en ai encore d’autres, beaucoup d’autres, de différentes sortes (langage enfantin).

 

305

aute

I n’ èst nén come èn-aute.

Il est fou.

 

306

aute

I n’ èst nén come lès-autes.

Il est différent des autres.

 

307

aute

Quate-z-autes. Onze-z-autes.Vint-z-autes. Cint-z-autes.

Avant le mot “autes“, on emploie une liaison qui ferait croire que tous les chiffres se terminent par “s”, alors que l’on dit “quate èfants” – “quinje èfants” mais “vint-z-èfants“.

 

308

aute

Èt mi l’ aute !

Et moi, donc !  Et surtout moi !

 

309

aute

Gn-a co d’s-autes. Gn-a d’s-autes.

Se dit quand on entend formuler à l’encontre d’un tiers, une critiqu qui pourrait s’adresser aussi à quelqu’un présent à la conver­sation, ou qui pourrait se retourner contre celui qui émet la critique (et qui croit peut-être qu’on ignore la chose).

D’autres aussi sont dans ce cas.

D’autres aussi sont dans ce £jas, r. même moi.

 

310

auté

On-a r’bèni 1′ auté.

litt. : On a rebéni l’autel.

Quand la procession est passée,  l’autel devant la porte a été

une nouvelle fois béni.

Une nouvelle période de bonheur commence.

Se dit d’un couple qui s’est raccommodé après une brouille, une dispute de ménage.

 

311

auté

L’ cén qui chèv’ l’ aute vike avou (ave). litt. : Celui qui sert l’autel, en vit.

Celui qui se dévoue, qui travaille à une certaine cause, compte bien en tirer quelque avantage ou ne renonce pas aux avantages que cela procure.

 

312

autoû

Dji prind tout (çoula) autoû d’ mi.

litt. : Je prends tout (cela) autour de moi.

Je suis philosophe, je ne me fais pas de bile pour si peu.

Je ne dramatise pas.

 

313

avaler

L’ cén qu’ a avalè s’ mame pa 1′ tète.

litt. : Celui qui a avalé sa mère en tétant.

Celui-là, x, un inconnu, chose.

Celui qui a tété beaucoup et longtemps au point de faire dépérir sa mère.

 

314

avaler

Avaler in tch’vau. Ravaler…

Descendre un cheval dans la mine.

 

315

avancer

Avancèz d’ ène place.

Se dit à quelqu’un qui vient de trouver un mot adéquat, qui vient d’en raconter une bien bonne.

 

316

avanci

Ossi avanci qui 1′ cén qu’a mindji l’ aute.

Pas plus avancé après cette action.

 

317

avant

Il a èn-avant avè ça.  I d-a iun d’ avant avè ça !

Cela le tracasse,  le poursuit,  le taquine,  le fait enrager.

 

318

avant-dérin

L’ djouweû d’ avant-dérin.

litt. : Le joueur d’avant-dernier.

Le porteur de grosse-caisse, (puisque le batteur est toujours celui qui vient le dernier quand défile la fanfare).

 

319

avarice

Foute l’ avarice au diâle.

Se permettre exceptionnellement une dépense pour satisfaire un caprice, un désir.

 

320

avau

Doner d’ l’ avau, rinde di l’ avau à l’ ficèle, ou du ravau. Donner du mou, du jeu, de l’aisance. Distendre la corde.

 

321

avau

I gn-a d’ l’ avau (/ du ravau) su 1′ caje.

Le câble qui soutient la cage (de mine) est distendu, relâché, posé sur la cage qui repose sur les taquets.

La cage étant posée sur les taquets, le mécanicien supprimait la tension du câble.

syn. : I gn-a du mou, dè l’ longue, dissus 1′ caje.

 

322

avé

Avé pou lès curés ! âmèn’ pou lès bèguènes !

Comptine, chanson enfantine dite à la vue d’un curé, d’une religieuse.

 

323

avè

Gn-a rén avè ça.

Ce n’est rien. C’est sans importance.

 

324

avè

On d-a ieune avè li.

On a des ennuis, déboires, du travail supplémentaire à cause de lui.

 

325

avè

C’ èst maleureûs avè li.

C’est bien triste d’avoir affaire à lui.

 

326

aveûle

Lès-aveûles di Paris n’ vîront nén ça.

Quand quelqu’un essaie de minimiser un accroc, une tache, une déchirure à un vêtement, de minimiser un défaut à un ouvrage en disant que cela passera inaperçu, on lui répond que tout au contraire, même les aveugles le verront (ceux de Paris exceptés).

 

327

aveûle

Èn-aveûle l’ sintireut (/ sintereut) avè s’ baston.

C’est tellement évident, tellement visible, facile à deviner.

 

328

avis

Dj’ é avis qui…  I m’ chène avis qui…

Je pense que… J’opine pour… Il m’est avis que… Il me semble que… Comme je peux le voir, le constater…

 

329

aviser

Avisèz çu qu’ i fét, çu qu’ il a fét. Ravisèz …

Attirer  l’attention  d’un supérieur,  d’un père,  d’une mère, envers un.ouvrier, un enfant, sur une malversation,  une faute commise, en vue de réprimandes, sanctions.

 

330

aviser

Avisèz çu qu’ i m’ a fét.

Regardez ce qu’il m’a fait  (blessure,  salissure,  déchirure).

 

331

aviser

Avisèz lès pwâres qu’ i m’a vindu.

Voyez la malhonnêteté du commerçant.

 

332

aviser

Avise toudi.

Est-il Dieu possible qu’il ait commis pareille vilenie ?

 

333

avisè

S’ il est sâdje èt bén-avisè.

S’il a un peu de raison, il fera (ne fera pas) cela.

 

334

aviser

Avisèz-me qué dalâdje !

Regardez-moi cela, quel fourbis, quelle pagaille !

 

335

avau

Avaur-là.  T’ avaur-là.

Dans ces environs-là.  Vers cet endroit.

Dans cet ordre d’idées-là, dans une quantité proche de ce que vous escomptez.

 

336

avau

Iun d’ t’ avaur-là.

Quelqu’un qui habite les environs de ce village. Un étranger originaire de ce pays-là.

 

337

avièyi

Qwè-ce qu’ i è-st en trin d fé ? – I s’ avièyit”.

litt. : “Que fait-il ? – II vieillit”.

Réponse  de  quelqu’un qui ne veut pas se mouiller ou qui refuse sans méchanceté le renseignement demandé.

 

338

awè

AVOIR

Awè mieu.

Préférer.  (confusion avec  “émer mieu”  :  dj’ éme mieus, compris dj’ é mieu et la conjugaison continue : t’ as mieu, il a mieu, nos-avons mieu…).

 

339

awè

Awè malauji.

Avoir des difficultés.

 

340

awè

Awè bon.

Se réjouir, se sentir bien, s’amuser. Etre créancier.

 

341

awè

Tu 1′ âras bon ! Tu l’ âras d’ quinje !

N’y compte pas.  C’est raté.

Tu ne l’auras pas alors que tu y comptais.

 

342

awè

Awè pa l’ pate.

Attraper, farcer.

Tenir quelqu’un sous sa dévotion, à sa disposition.

 

343

awè

Awè à l’ soye, au scorion, au pwêy.

Duper, berner.

 

344

awè

D’ awè à ‘ne saqui.

S’en prendre à quelqu’un.

 

345

awè

N’ awè rén pour lêye.

Elle est sans attrait, sans mérite.

 

346

awè

N’ awè rén da li, da lêye.

Généreux(se), qui donne jusqu’à son dernier sou.

 

347

awè

I n d-a qu’ pour li.

Très gourmand.

Il s’en donne à coeur joie.  Il n’arrête pas de parler.

 

348

awè

S’ on d-âreut seûlemint ! 

litt. : Si on en avait !

Si on pouvait avoir en quantité une chose aussi bonne, excellente, pratique.

Si on pouvait en avoir plus, quelle chance !

 

349

awè

Nos d-ârons ça d’ pus.

litt. : Nous en aurons d’autant plus.

Moins vous en prendrez au partage, plus nous en aurons.

Quand un enfant ne veut pas manger ce qui est à table, le père (la mère) feint de l’approuver car (soi-disant) il convoite cette ration que les autres membres de la famille pourront se partager. Le but est d’inciter l’enfant à manger.

 

350

awè

Awè dè l’ ramonète, du tchaud-fiêr, dê l’ blouke, dè l’ pène.

litt.  : Recevoir des coups de brosse, de tisonnier, de boucle (de ceinture), de visière (de casquette).

Recevoir de tels coups après avoir désobéi, mal agi (enfants).

 

351

awè

Quand-il a ieû (, wéti, pinsè, mindji). Après qu’ il a ieû …

Après avoir (regardé, pensé, mangé).

 

352

awè

Quand il (/ Après qu’il) a ieû stî marié.  … èvoye.

Après s’être marié, après son mariage.  Après être parti.

 

353

awè

Il a stî ieûÈle a stî ieûte.

Il-Elle s’est laissé(e) duper. Il-Elle a été bien attrapé(e).

 

354

awè

T’ ès ieû.  T’ ès ieûte.

Tu es pris(e), tu as perdu, tu t’es fait avoir.

 

355

awène

I sint l’ awène.

litt. : II sent l’avoine.

Se dit d’un cheval qui reprend du collier parce qu’il approche de son écurie où l’attend son “repas”.

Se  dit de  quelqu’un qui presse le pas dans les derniers

mètres qui le sépare de son domicile où l’attend le souper, I

ou simple plaisir de rentrer chez lui.

 

356

awène

Bate ès’-n-awène.

Se dit d’un cheval qui se roule sur le dos en agitant les pattes en l’air.

Se  dit d’un  enfant qui en fait autant, qui bat l’air des jambes et des bras.

 

357

awène

Trop d’ awène, pau d’ goria.

Se dit d’un cheval trop bien nourri pour le peu de travail qu’il accomplit.  Cela s’applique  aussi  à l’homme dont la table est trop riche pour le peu d’activité physique qu’il déploie.

 

358

awoter

Dimeurer awotè.  (v. n° 270).

 

359

awous’

Nos n’ èstons nén au quinje d’ awous’.

litt. : Nous ne sommes pas le 15 août.

Se  dit de quelqu’un qui  fait une chose peu appropriée pour la saison encore trop fraîche (p.ex. se vêtir insuffisamment).

 

360

âye

On n’ viyeut qu’ ieûs’ dins lès-âyes èt lès bouchons. … padrî lès bouchons.

litt.  :  On ne voyait qu’eux dans  les haies  et les buissons. … derrière les buissons.

Au temps de leurs amours, on les voyait souvent s’isoler derrière des écrans naturels.

 

361

ayeûrè

Ièsse bén-ayeûrè.

Etre toujours bien à l’heure, ponctuel, juste à l’heure dite. Rentrer de son travail, de l’école, sans tarder, à heure fixe. Prendre ses repas à heures régulières, à heures fixes.

 

362

asârd

Vos n’ avèz co pont d’ café, asârd? …bén seûr, asârd?

Comme d’habitude, vous n’avez pas de café à m’offrir ?

(Ce genre de question négative est posée dans l’espoir d’une réponse affirmative).

 

363

asârd

Vos-avèz co stî malaujîle (/ malauji) à scole, asârd ?

Vous avez encore été difficile en classe, sans doute ? (question affirmative en vue d’une réponse négative).

 

364

asârd

Faura co bén, asârd ?

Il faudra bien s’y résoudre, sans doute ? On ne pourra pas s’y dérober.

 

365

asârd

Vos n’ de v’lèz nén, asârd ?

Mots  attribués aux Ransartois que la tradition dit avares.

Ceux-ci auraient offert une collation,  une liqueur,  en disant “Vous n’en voulez pas, sans doute ?”.

En rappelant cette attitude,  offrir quelque chose dans l’espoir que l’on va refuser, en incitant à refuser.

 

366

asârd

Oyi, asârd !     Non, asârd !

Oui, sans doute. Non, sans doute.  Non, vous croyez !

 

367

asârd

Asârd qu’ oyi.      Asârd qui non.

Il faut croireque oui.  Sans doute que non. Sans doute que cela n’est

pas.

 

368

babèye

Il a toudi s’ babèye qui va su (/ d’ssus) tout.

litt. : Il a toujours sa langue qui va sur tout.

Il faut toujours qu’il critique, déblatère contre tout et tous.

 

369 

babèye

Il a ‘ne fameuse babêye.   … trape.

Il a la langue bien pendue.

 

370

Babilôr

Fé 1′ toûr pa Babilôr.

II a fait un grand détour pour atteindre le but prévu.

 

371

bablute

Va-z-è sucî ‘ne bablute.

Tu raisonnes  comme un enfant.  Comme  lui, tu peux aller sucer m sucre d’orge.

 

372

bâboû

In bâboû à lokes.

Un  croque-mitaine,  un mauvais esprit, que l’on invoque pour effayer les enfants désobéissants.

 

373

bacarafe

Gn-a ieû (in) bacarafe.

Il  y  a eu une  terrible  dispute,  on en est venu aux mains, dans un ménage, une assemblée.

Il  s’est produit un  événement  fâcheux  qui a tout détruit, touti-compromis.

 

374

bache-dos

Daler, roter, router, à bache-dos.  … à bachète.

Marcher tout courbé,  le dos voûté,  plié en deux, sous le poidsl des ans, la colonne vertébrale voûtée; de honte, aussi parfois.

 

375 

bagâdje

Il a toudi s’ bagâdje à s’ dos.

Il déménage sans cesse, il ne se plaît jamais longtemps quelque part.

 

376

bagâdje

Chûre bagâdje.

Suivre les autres.

 

377

bale

N nén vîr clér lès bales.

litt. : Ne pas voir les balles.

N’y voir goutte. Avoir une très mauvaise vue. Se trouver dans un local très obscur.

 

378

baler

 Ça bale.

Cela va à vau-l’eau, vers sa perte.

Se dit d’un commerce qui court vers la faillite.

 

379

Bambér

É! Bambér !  É! P’tit Bambér !

Mot de reproche à un enfant qui désobéit, qui fait le mal…

 

380

Barabas’

Gn-a nén à criyî “Barabas’ “.  I n’ faut nén …

Il n’y en a pas tellement. C’est minime.

 

382

barake

C’ è-st-à r’moustrer dins ‘ne barake.

C’est une chose tellement extraordinaire (en bonne ou mauvaise part) qu’elle mériterait d’être exhibée.

 

383

barake

Va-r’-z-è à t’ barake.

Retourne chez toi. Va-t’en, (assez grossier et dit méchamment).

 

384

barake

Fé dès barakes à Matagne.

Faire des châteaux en Espagne. Rêver.

 

385

barbâre

T’ as co Byin l’ ér barbâre, audjoûrdu !

Tu as encore bien l’air maussade, mauvais, aujourd’hui.

 

386

bârbe

Fé s bârbe. Disfé s’ bârbe.

Se raser.

 

387

bârbe

À s’ nez à s’ bârbe.

litt. : A son nez, à sa barbe. En sa présence, devant lui.

 

388

bârbe

Il a (/ I lyi a) rî à s’ bârbe.

Il lui a ri au nez.

 

389

bârbe

Tchér bârbe à bârbe.

Se trouver fortuitement face à face. Rencontrer fortuitement quelqu’un.

 

390

bârbe

Fé l’ bârbe à… Foute in bouk à…

On lyi a fet 1′ barbe sins savon.

Le battre, le surclasser, le dépasser.

 

391

bârbe

Fé dè l’ bârbe.

Un homme qui n’est pas rasé depuis la veille (p. ex.) se frotte la joue sur celle d’un petit garçon, pour la rendre rouge et cuisante. L’enfant croit que de la semence de barbe a été déposée sur sa peau en vue de sa pilosité prochaine.

 

392

barète

Pârler à l’ barète da…

Faire des reproches à…, lui dire son fait sans détour.

 

393

barète

Barète Basîle.

Coiffure démodée, déformée. Méchante coiffure.

 

394

barot

Ça va chûre à barots.

litt. : Cela va suivre à pleins tombereaux.

Attendez-vous à recevoir cela en grande quantité, tout de suite, dans l’immédiat.

 

395

bârtèle

Fé bârtèle. Fé barète.

Faire l’école buissonnière.

 

396

bastârd

Passer pou bastârd. Bouter pou…  Ièsse…

Etre oublié dans le partage.

Etre ignoré dans un groupe.

 

 

397

bastârdè

Ièsse bastârdè.

Etre abâtardi, croisé.

Ne pas se sentir à l’aise,  ne pas  (ne plus) se reconnaître* quelque part.

 

 

398

batch

Il èst tcheû dins 1′ batch. (présent)

Il a tcheû. (passé)

Il est tombé malade.

Il va à vau-l’eau. Il a échoué.

 

 

399

batch

Il èst co tcheû dins 1′ batch.

Ses idées noires l’ont repris.

 

 

400

batch

L’ batch a r’toûrnè su l’ pourcha.

litt. : L’auge s’est retournée sur le cochon. Après les vaches grasses, la chance a tourné. Tel est pris qui croyait prendre.

 

 

401

bate

Foute èl bate dins 1′ trau.

litt. : Jeter le fleuret  (tige d’acier servant à creuser desf trous de mine) dans le trou.

Arrêter  le travail soudainement, jeter les outils en signe d’arrêt de travail.

 

 

402       

bate

Comint-ce qu’ on pout tant s’ dispiter (/ discuter) sins s’ bate?

Comment peut-on tant discuter, s’invectiver, sans passer aux mains?

Se dit d’une discussion ou dispute interminable, sans issue, | dont un témoin propose pour en finir de s’en remettre au verdict des poings  (boutade qui n’a pas de suites, si ce n’est parfois la fin de la discussion).

 

 

403

bate

S’ i faut s’ bate, on s’ batra.

S’il faut se battre, on le fera, (si c’est la seule solution).

Pour que cela se fasse,  on fera tout ce qu’il faut, même se battre à la rigueur.

 

 

404

bate

Pus lache qui li, i s’ bat avou.  / …i s’ batreut avou.

Il tient à être le roi des fainéants.

 

 

405

bate

Fé bate l’ eûwe ‘ne saqui.

litt. Faire’ battre l’eau à quelqu’un.

Faire  faire par quelqu’un ses  volontés,  ses caprices  (à un amoureux p.ex.).

 

 

406

bate

On lyi freut bate l’ eûwe.

On l’asservirait,  on en ferait facilement son souffre Couleur.

 

 

407

bate

I bat 1′ bûre.

Il patauge dans ses allégations, ses dires.

 

 

408

bate

I gn-a nén d’ qwè bate in tchén.  I n’ d-a nén pou bate… C’est une affaire sans importance. C’est peu important.

 

 

409

bate

I n’ a nén (/ I gn-a nén) pou bate in tchén.

C’est une pièce minuscule, exiguë.

 

 

410

bate

Bate èl bèrloke.

Battre la breloque. Divaguer. Battre irrégulièrement (coeur).

 

 

411

bate

Ièsse batu du vint.

Etre exposé au vent, orienté au vent.

 

 

412

bate

Ièsse batu du leup.

Garder un fâcheux souvenir.  Avoir vécu un passage douloureux, malchanceux et se méfier du retour de pareille occurence.

 

 

413 

bate

On n’ si batra nén.

Bon! D’accord!  J’accepte.  Il n’est pas question de se quereller pour si peu. Arrêtons la discussion.

Vous ne voulez pas ? Tant pis, je ne vous oblige pas.

 

 

414

batème

Èle è r’va a batème.

litt. : Elle va à nouveau se faire baptiser.

Se dit d’une femme dont le châle mal assujetti, pend très fort d’un côté, au détriment de l’autre, (allusion au grand mouchoir de laine qui recouvrait le bébé porté par 1’accoucheuse lors du baptême, et qui pendait souvent très fort).

 

 

415

batème

Nos ralons à batème.

Se dit par l’un des occupants, lorsque la couverture ou le drap pend très bas d’un côté du lit.

 

 

416

batème

Il èst bâti d’ (rumatisses).

Il est sujet (aux douleurs rhumatismales). (Perclus de rhumatismes).

 

 

417

bâti

Il èst bâti d’ ça.

Il est sujet à cette maladie-là (dont on parle).

 

 

418

batia

In batia di…  I d-a in batia (/… in moncha).

Une très grande quantité.

 

 

419

baudèt

In baudèt d’ fosse.

Une ouvrière de charbonnage.

 

 

420

baudèt

In baudèt à flotches.

Se dit de quelqu’un qui étale sottement son ignorance.

Personne élégante, bien mise, richement vêtue, mais d’une grande bêtise.

 

 

421

baudèt

Baudet î-an !  Î-an, baudèt !

Moquerie à l’adresse d’un mauvais écolier.

 

 

422

baudèt

In soupir come in pèt d baudèt.

Un soupir très prolongé.

 

 

423

baudèt

Pus fade qu’ in blanc baudèt.

Très paresseux.

 

 

424

baudèt

I d-a à flots d baudèt.

Il y en a en abondance, en grande quantité.

 

 

425

baudèt

Ploûre à flots d’ baudèt.

Pleuvoir abondamment, a seaux.

 

 

426

baudèt

I n’ sét s’ dècider come èl baudèt Tamâye.

Expression propre à Roux. Tamâye faisait des voiturages avec un âne. On attribue à cet âne, la mésaventure de 1 ‘ animal qui ayant à boire et à manger, meurt avant d’avoir pu décider par où il allait commencer.

C’est un indécis, qui ne sait jamais prendre une décision.

 

 

427 

baudèt

Il a montè su l’ baudèt.

litt. : II est monté sur le baudet.

Il  lui a fait un prix supérieur voyant qu’il avait affaire à un non initié.

Il a floué le client, il a vendu à la tête du client.

 

 

428       

baudèt

Gn-a pont d’ syince à fé dès djon.nes, lès baudèts d-ont bén.

litt. : II n’y a aucune science à procréer, les ânes le font.

Les couples qui n’ont pas d’enfants essayent de montrer ainsi leur supériorité, en laissant entendre que c’est par astuce qu’ils n’ont pas de descendance : ceux qui en ont, ne les font que, comme les ânes, par maladresse, par ignorance.

 

 

429

baudèt

Gn-a pont d’ baudèt pèlè.

litt. : II n’y a pas de baudet chauve.

Parole d’un chauve à l’adresse d’un chevelu qui se moque de

sa calvitie.

 

 

430

Baulèt

Pour mi, t’ ès d’ Baulèt (/… d’ Fraune).

A mon avis, tu es de Wanfercée-Baulet, de Frasnes-lez-Gosselies, communes rurales dont on laisse croire ou fait circuler le bruit que leurs habitants sont naïfs, crédules.

Tu es un beau naïf.

 

 

431

bauye

Lès dérènès bauyes.

Les derniers râles.

Les  derniers  soubresauts d’une affaire qui  en est à sa fin. (malheureuse).

 

 

432

bauye

L’ campagne (, 1′ machine) fét sè dérènês bauyes.

L’été , la machine) en est à ses derniers moments, à sa fin.

 

 

433

bauyârd

In bauyârd.

Un type peu intelligent, qui a toujours la bouche ouverte ou considérée comme telle.                                                          

 

 

434

bauyârd

In bon bauyârd d-è fét bauyî sèt’ .

Le bâillement est contagieux, mais les plus experts des “bailleurs” en contamineraient sept sur le champ.

 

 

435

bauyârd

Téje-tu, bauyârd !  … bouya !  .. . navia !

Tais-toi, insensé, lourdaud !

 

 

436

bauyî

I n’ a nén à bauyî.  I n’ pout nén bauyî.

Il n’a rien à dire, il n’a pas la parole.

 

 

437

bauyî

I n’ a seû bauyî.

Il n’a pu riposter, répliquer.

 

 

438

bauyî

I n’ a nén à bauyî à s’ maujone.

Il a juste le droit de se taire chez lui.

 

 

439

bauyî

I n’ ôje nén bauyî, peû d’ awè swè.

litt. : Il craint de bailler de peur d’avoir soif.

Peut être employé dans ce sens littéral envers quelqu’un qui ne boit pas, par avance, ou de crainte de devoir payer un verre  à des amis; s’emploie pour désigner un avare, sans référence à la boisson.

 

 

440

bauyî

I n’ sét pus bauyî. I n’ sét pus dire pape.

Il est tellement repu,  il a tellement mangé qu’il étouffe, qu’il ne sait plus parler, se bouger.

Il a tellement chaud (été).

 

 

441

bauyî

I n’ a nén ieû 1′ timps d’ bauyî.

Il n’a pas eu le temps de réaliser ce qui lui arrivait.

 

 

442

bèdot

Fé s’ bèdot.

litt. : Faire son mouton.

Devoir reconnaître son impuissance,sa maladresse pour accom­plir un travail, et l’abandonner.

Se faire congédier pour inaptitude.

 

 

443

bègnon

I d-a in bègnon.  I d-a ène tchèretéye. I d’-a ène tchèréye.

litt. : Il y en a un tombereau, une charretée.

Il y en a une grande quantité, à profusion, trop peut-être.

 

 

444

bèguène

Lèyèz priyî lès bèguènes, èles n’ ont qu’ ça à fé.

litt. : Laissez prier les religieuses, c’est leur seule occupation.

A quelqu’un qui vous prie de…,  vous,  qui n’avez pas envie d’y souscrire, de l’aider : cf supra.

Ne vous mêlez pas de cela, cela ne vous regarde pas.

 

 

445

béle

Awè ‘ne bèle béle.

terme de mine : se dit quand le bois (béle) est juste à dimension sans devoir rien couper, découper.

Avoir  un  travail  facile,  qui marche rondement,  sans devoir calculer, tâtonner.

 

 

446

bèle-mame

Èle cache ène bèle-mère.  … bèle-mame.

Sa combinaison dépasse le bas de sa jupe.

 

 

447

bèlote

Daler à l’ bèlote.  Travayî à l’ bèlote.

Se promener sans se presser.

Travailler sans se presser (mais pas nécessairement de manière inefficace), à son rythme.

 

 

448

bén

C’ èst trop bén qu’ il èst.   … qu’ on lyi fét.

Il est trop gâté et cela ne lui suffit pas, le rend exigeant.

 

 

449

bén

Ou tout bén.  Oudoubén.

Ou bien, ou alors, ou sans cela.

 

 

450

bén

Disèz bén “Bondjoû”.  Fèyèz bén vos priyêres.

Je vous demande de dire (faire) cela de bonne grâce, avec coeur.

 

 

451

bén

Fé bén à ‘ne saqui .

Bien traîter quelqu’un.

 

 

452

bén

Vos-èstez scran d’ ièsse bén ?

Le bien-être vous pèse ?

 

 

453

bén

S’ mète bén.

Se marier avantageusement.

 

 

454

bén

È bén ! va !

Exclamation de surprise s. l’annonce d’une nouvelle.

 

 

455

bén

I n’ fét pont d bén.

Il est énervé, sur des charbons ardents.

Il attend une nouvelle (bonne ou mauvaise) et elle tarde, à venir.

Il est anxieux, fébrile, inquiet.

 

 

456

bén

Ça a s’ bén èt s’ mau.

Qui a des avantages et des inconvénients.

 

 

457     

bén

On n’ a qui 1′ bén qu’on s’ fét.  … qu’ on s’ procure.

S’il fallait compter sur les autres pour recevoir des joies, du plaisir !

Charité bien ordonnée…

 

 

458

bènis’

Fé bènis’.

Eternuer.

A quelqu’un qui éternue, on dit “bénisse”, abréviation de “Dieu vous bénisse”, d’où l’expression “Fé bénisse” : éternuer (dans le langage enfantin, surtout).

 

 

459

Bènwèt

Tu diras l’ bwâre à l’ broke Bènwèt. Tu diras 1′ quer au cu Bènwèt.

Tu pourras aller le boire, le manger, où tu voudras, peut-être nulle part.

Tu crèveras de soif, de faim.

Tu iras le prendre, t’approvisionner où tu pourras. Peut-être y a-t-il pénurie.

 

 

460

bèrcî

Gn-âra nén dandji d’ bèrcî.  .. .di m’ bêrcî. I n’ faura nén (m) bèrcî.

litt. : Il ne faudra pas (me) bercer.

Je suis tellement fatigué que dès que je serai au lit, je som­brerai dans le sommeil.

 

 

461

bèrdèler

I s’ a fét bèrdèler.

Il s’est fait réprimander, on l’a pris à partie.

Bèrdèler : parler beaucoup,  abondamment,  de façon crispante, ennuyeuse.

 

 

462

bèrdjî

Èle si lâve au gnût come lès feumes di bèrdjîs.

litt. : Elle se lave le soir comme les épouses de bergers. Elle a l’habitude de se laver le soir.

 

 

463

bèrdouyes

Pètchî lès bèrdouyes.   . .. lès broûs.

Piétiner dans la boue, rechercher la boue pour y barboter (enfants).

 

 

464

bèrikes

Awè dès bèrikes di bos.

litt. : Chausser des lunettes en.bois. Ne pas voir ce qui crève les yeux.

Ne pas se rendre compte que l’on est cocu, alors que cela crè­ve les yeux.

 

 

465

bèrloke

I bat 1′ bèrloke. (v. n° 410).

 

 

466

bèrloke

Daler à bèrlokes.

Aller en loques, en guenilles.

 

 

467

bèrloke

Bèrlike-bèrloke.  Brik-brok.

Deci-delà. En désordre, éparpillé de bric et de broc.

 

 

468

bèrlike-bèrloke

Daler bèrlike-bèrloke.

Errer, aller au hasard, dans divers endroits sans suite logique dans le choix.

 

 

469

bèrlondje

Èle d-a ieune di bèrlondje!  .. . di lavète (au cu d’in pot)! Elle a une langue d’une activité oratoire remarquable.

Se dit d’une femme bavarde qui ne vous laisse pas placer un mot.

 

 

470

bèrlondje

Èle a s’ bèrlondje bén pindûwe.

Même sens.

 

 

471

bèrlu

Téje-tu, bèrlu!

litt.: Tais-toi, loucheur !

Tais-toi, fou ! Tu ne vois vraiment rien ! Tu ne comprends donc rien!’

 

 

472

bèrlu

Wétî bèrlu.

Loucher.

 

 

473

bèroûler

Ça bèroûle ?

fa va ? Cela va-t-il comme espéré, escompté ? (cavalier).

 

 

474

bèrtake

Il a stî ieû au bèrtake. Il èst dins l’gayole. Il è-st-agayolè.

litt. :  Il s’est fait avoir en se laissant afficher dans la bretèche où l’on annonce les avis de mariage. Il s’est laissé entôler.

Il a été pris dans les rets  d’une femme, forcé de l’épouser.

 

 

475

bèrwète

Fé bèrwète.  Fé corwéye.

Faire chou blanc, échouer, manquer le but.

Trouver porte close.

Ne pas trouver la personne que l’on voulait voir.

 

 

476

bèrwète

Min.ner ‘ne saqui à bèrwète.

litt. : Mener quelqu’un en brouette.

Le tromper,  l’emmener dans des méandres,  des aventures pour le tromper, le leurrer.

 

 

477

bèsogne

Dè l’ bèsogne di pourcha.

Du travail mal fait, salopé, sans soin.

 

 

478

bèsogne

Su 1′ bèsogne.

Pendant les heures de travail, à l’atelier, au bureau.

 

 

479

bètch

Doner in bètch à picètes.

Donner un baiser en pinçant les joues (à un enfant).

 

 

480

bètch

Doner in bètch.

Donner un baiser.

 

 

481

bètch

Doner du bètch.

S’embrasser sur les joues entre amis, en famille.

 

 

482

bètch

T’ âras faute à t’ bètch.

Bien que cela te soit dû,  tu ne l’auras pas, cela te passera sous le nez.

 

 

483

bètch

In sûr bètch.

Quelqu’un qui ne rit jamais.

 

 

484

bètch

Il a donè in bètch à l’ têre. … à l’ pavéye.

Il s’est étalé de tout son longfivre ou pas).

 

 

485

bètch

Dj’ é donè in bètch à s’ vwèture.

J’ai cogné, heurté sa voiture.

 

 

486

bètch

Is s tènenut a bètchs.

Les oiseaux à l’époque des amours se tiennent bec à bec, durant un temps plus ou moins long. De même, les amoureux…

 

 

487

bètchî

I bètche.  Ça bètche.

Le poisson mord à l’hameçon.

 

 

488

bètchî

I bètche.

Nous n’y sommes pas encore,  mais c’est pour très bientôt.

 

 

489

bètchî

Rèflèchis ‘ne bètchîye.

Réfléchis un peu.  Prends la peine de réfléchir.

 

 

490

bètchîye

Donèz-me d-è ‘ne bètchîye.

litt.   :  Donnez m’en une becquée. Donnez m’en un peu.

 

 

491

bètchîye

Ratindèz ‘ne bètchîye.

Attendez un peu.

Reproche à  un enfant : Attendez que j’arrive (vous corriger).

 

 

492

bètchot

In bètchot.  Èn-agnot.

Un tout petit bout (de pain) – Ce que peut enlever à une tartine les petites dents d’un enfant, en une seule fois.

 

 

493 

bètchot

In cras bètchot.

Un tout petit bout de pain avec beaucoup de beurre.

 

 

494

beubeuwe

Ièsse toudi à l’ beubeuwe.

Regarder continuellement par la fenêtre, dissimulé derrière les rideaux (pour aller répandre les nouvelles, potins, dans le quartier).

 

 

495

beuwyî

Èle beuwîye toute èl djoûrnéye à s’ fènièsse.

Elle épie le voisinage derrière ses rideaux, à longueur de journées.

 

 

496

beure

Il a ieû dès beures.

Il a reçu des coups qui laissent des traces, des ecchymoses (gifles, coups de poings, coups de pieds).

 

 

497

beure

Foute dès beures.

Donner des coups.

 

 

498

beure

In visâdje plin d’ beures.

Un visage qui porte les traces de nombreux coups violents.

 

 

499

beurer

Beurer s’-n-èfant.

Battre son enfant.

 

 

500

beure

Dji m’ é fét in beure.

Je me suis violemment cogné et j’en porte la marque.

 

 

501

bêye

R’tchér à l’ bêye.   … à l’ plantche.

terme  de colombophilie : .se dit d’un pigeon qui retombe au colom-J bier après un voyage.

Revenir soudain chez soi, en coup de vent.

 

 

502

bêye

I r’chét toudi à l’ bêye.

II arrive toujours au bon moment, trop souvent.

 

 

503

bèle

BEAU   –   BELLE.

L’ awè à bèle.   . .. à pètâdje.

L’avoir devant soi  pour lui parler, plutôt gentiment. Avoir l’occasion.

 

 

504

bèle

 L’ awè bèle.

Avoir la belle vie, un travail léger.

 

 

505

bèle

Awè s’ côp à bèle.

Avoir une occasion favorable.

 

 

506

bèle

Il a mieu n’ rén fé qui d’ l’ awè bèle.

Il préfère ne rien faire du tout que d’avoir un travail facile, pas fatigant.

 

 

507

bèle

Pus bèle l’ a-t-on, pus bèle l’ a-t-on.  …pus bèle qu’on vout l’ awè.

Plus on a la belle vie, plus on veut l’avoir plus belle encore.

 

 

508 

bèle

Là bèle mi !   ou À bèle mi !

Et  moi  donc ! (qui agirais ou m’abstiendrais dans cette affaire). Moi aussi, certainement. Affirmation renforcée.

 

 

509

bèle

Là bèle, va !  Ça s’reut co bén, va !

Ah! maintenant, je comprends tout!  Nous y voilà! Cela n’est pas impossible.

 

 

510

bèle

Là bèle si…

D’autant mieux si…  Ce serait d’autant plus vrai.

 

 

511

bèle-bèle

Fé bèle-bèle.

Flatter quelqu’un,  le louer pour entrer dans ses bonnes grâces. Après une faute, se faire humble, repentant, tout doux (momentanément),

 

 

512

bia

Pârler bia.

Aller dans  le  sens  du poil,  flatter,  abonder dans le sens de l’interlocuteur dont on espère ainsi la clémence, l’appui.

 

 

513

bia

L’ cén (/ L cène) qui m’  fét pârler bia.

Façon  de nommer,  d’appeler son mari,  sa femme,  autoriaire, susceptible.

Celui, celle que j’aime (et à qui je crains de déplaire).

 

 

514

bia

On djoûwe bia au cinéma.  On n’ djoûwe nén bia…

Le film est beau cette semaine. Le film n’est pas beau…

 

 

515

bia

Pâr bia ou pâr léd, vos 1′ frèz.

De bonne ou de mauvaise grâce, vous le ferez.

 

 

516

bia

Bia-z-èt grand.  Bia-z-èt gros.

Beau et grand.  Beau et gros   (se  dit d’une personne).

 

 

517

bia

Bia-z-èt lâdje.

Beau et large (se dit d’un vêtement p.ex.).

 

 

518

bia

Pârler, raconter à s’ pus bia.

Présenter  la chose,  l’histoire,  la relation à son avantage ou en omettant sciemment ce qui n’est pas favorable au locuteur.

 

 

519

bia

Il a ça d bia.

C’est son beau côté, il faut lui admettre cette qualité.

 

 

520

bia

Èl pus bia du djeu.

La chose la plus remarquable, le plus beau de tout.

 

 

521

bèle

Awè bèle à dîre.

Avoir beau dire.

 

 

522

bèle

I d-a manki ‘ne bèle.

Il a raté une belle occasion.

Il a failli être accidenté, être pris.

 

 

523

bèle

Dj’ é d’djà ieû bèle di m’ mârier.

J’ai déjà eu l’occasion de me marier.

 

 

524

bia

Ç’ n’ èst nén 1′ pus bia (/ bèle) dès sèt’.

C’est un(e)   difficile,   méchant(e).

 

 

525 

bia

Nén bia côp.

Pas tellement.

 

 

526 

bia

Lès bias, ç’ n’ èst nén lès propes.

La belle—famille n’est pas  aussi proche  de vous  que vos propres parents.

 

 

527 

bidon

Fé lès bidons.

Laver la vaisselle.

 

 

528 

bidon

Malaujîle (/ Malauji) bidon !  …potèt!

Enfant difficile ! (rarement à un adulte).

 

 

529

bidon

Contrariant bidon !

Enfant, homme contrariant. Femme contrariante.

 

 

530

bidon

Arindjî les bidons.  … l’ bazâr.

Arranger les affaires au mieux.

 

 

531

bidon

Taper su l’ bidon.

Se dépêcher.

 

 

532

bidon

In rûjîle bidon.

Un difficile marmot, un diable de gosse.

 

 

533

bièsse

Qwè-ce qu c’ èst d’ ça pou ‘ne bièsse ?

Après qu’un interlocuteur a prononcé un mot savant, (surtout si l’on sait qu’il ne s’agit pas d’une bête), on lui pose cette uestion.

 

 

534

bièsse

Va-z-è d’meurer (/ vikî) au mitan d’ in bos avè lès-autès bièsses.

litt. : Va-t’en vivre au milieu d’un bois avec les autres bêtes.

Tu es si peu sociable que ta place est au milieu d’un bois, I solitaire, où tu retrouveras les autres bêtes, tes frères.

 

 

535

bièsse

Bièsse di foûr.  … di gâz.  …di grègne.

Injure à quelqu’un à qui l’on reproche sa bêtise.

 

 

536

bièsse

Sins r’mète bièsse à djins.

Loin de moi l’idée d’assimiler les bêtes aux humains.

 

 

537

bièsse

I n’ sét lèyî ni bièsses ni djins tranquîyes.

Il ne laisse ni bêtes, ni personnes en paix (se dit d’un enfant f infernal).

 

 

538

bièsse

Ène pètite bièsse n’ sâreut dè mindjî ‘ne grosse. Plaisanterie à une personne qui a peur d’un petit animal.

 

 

539

bièsse

Bièsses come djins.

Les bêtes réagissent (parfois) comme les humains.

 

 

540

bièsse

Ritche en bièsses, ritche en rén.

Celui dont toute la fortune est son bétail, peut être ruiné en peu de temps, par une épizootie (p.ex.).

 

 

541

bièsse

I faut min.ner sès bièsses come on lès conèt.

Il faut agir avec les gens selon leurs instincts, leur façon de voir, savoir les prendre par les sentiments (vrai aussi pour les animaux).

 

 

542

bièsse

On nè 1′ freut nén à ‘ne bièsse.

Reprocher le mauvais traitement infligé à quelqu’un, traitement que l’on ne ferait pas subir à une bête.

 

 

543

bièsse

Tape (/ Bouche) dissus, c’ èst da mi l’ bièsse.

Ne te gêne pas, tu peux y aller franchement, je te donne l’autorisation d’en faire ce que tu veux (cette personne,   cet enfant, cet animal m’appartient,ou je  le  considère  comme  tel).

 

 

544 

bièsse

Rastén t bièsse !  Arète et’ bièsse !

litt.:  Retiens  ta bête   !

Calme-toi, calme la bête qui  est en  toi. Du calme!

 

 

545    

bièsse

Quand on-n-èst bièsse èt qu’ on 1′ sé bén, ç’ n’ èst co qu’ in d’ mi-mau.

Le fait de reconnaître sa bêtise, de se savoir bête, est déjà une bonne chose; c’est moins grave.

 

 

546

bièsse

Pus bièsse qu’ ène chone.

litt.: Plus bête qu’une vulve.

On ne peut plus bête.

 

 

547

bièsse

Avè s’-n-ér bièsse èt sès tch’veûs dè l’ min.me couleûr.

Avec son air bête, sa tête à claques.

 

 

548

bièsse

Avè s’-n-ér bièsse èt s’-n-invîye di s’ ècouri.

Avec son air bête  et effrayé.

 

 

549 

bièsse

Pus bièsse tant mieu.

On dirait que, là, plus on est bête, plus on est apprécié.

 

 

550

bièsse

Bièsse come ès’ (/ èm ) cu, come sès pîds, èl tram.

Très bête.

syn. : Bièsse à pinde, à loyî, qu’ i stran.ne, qu’ i trawe, qu’ i drane.

 

 

551

bièsse

I n’ èst nén si bièsse qu’ i n’ d-a 1’ér .

Il n’est pas aussi bête qu’il ne paraît.

 

 

552

bièsse

Bon, mins nén bièsse.

Etre bon, soit, mais pas jusqu’à la bêtise.

 

 

553

bièsse

Dimeurer tout bièsse.  … cacane.

Resté interloqué, interdit.

 

 

554

bièsse

I n’ ratind nén d’ ièsse vî pou ièsse bièsse.

Bien que jeune encore, il est déjà bête.

 

 

555

bieu

Èn-î-d’-bieu.

Un oeil-de-boeuf (lucarne). Alors que le mot “boeuf” se dit à Roux-Jumet : “boû” dans toutes les autres acceptions.

 

 

556

bîje

Côpè è deûs pa 1′ bîje.

Plié en deux en luttant contre le vent, la bise.

 

 

557

bije

D’bîji.

Bleui, rougi, irrité par la bise. Bise.

 

 

558

bîje

L’ vint èst d’ bîje.  … è-st-à l’ bîje.

Le vent tourne à la bise.

Il y a de l’électricité dans l’air (du ménage, de l’assemblée).

 

 

559

bîje

Co pus rade qui 1′ vint d’ bîje.  (v. n° 4742).

 

 

560

Binchou

T’ è-st-in Binchou.

Tu es un type malhonnête, qui mange sa parole.

Cela provient sans doute des moeurs des anciens tailleurs binchois: (ou certains d’entre eux) qui vous assuraient toujours que cela vous allait bien alors qu’il n’en était rien, et qui trichaient sur la qualité.  Il s’agit d’un souvenir de l’époque où Binche était par excellence le centre de la confection.

 

 

561

binde

Fé binde èchène.

Former un groupe, s’associer.

 

 

562

binde

Fé binde à pârt.

Quitter un groupe. Former des groupuscules distincts.

 

 

563

bike

Bike di tchén, tch’vau, tchat…  Rosse di…

Sale bête, hargneuse, bruyante.

 

 

564

bike

Bike di feume, di coumére.

Insulte envers une femme de mauvais caractère, de mauvaise vie.

 

 

565

bike

Ène sale bike.

Une fille, une femme, un animal femelle à qui l’on en veut.

 

 

566

bike

Ène vîye bike.

Femme ou homme âgés (péj.).

 

 

567

bîre

Pou vîr si 1′ bîre èst boune.

Pour se rendre compte de la qualité d’une marchandise. Pour plus ample renseignement. Pour mieux cerner la chose.

 

 

568

bîre

Boune bîre, Madame.

Se dit à quelqu’un qui fait un renvoi, un rot sonore, après avoir bu de la bière, sans s’excuser (ou même s’il n’a pas bu).

 

 

569

blanc-dos

In blanc-dos.  In frote-mantches.  In tètaud.

Un délateur, un flatteur auprès des chefs qui, pour s’élever, t abaisse les autres.

 

 

570

blèfe

À blèfe. À blèfe di tchén.

En grande abondance. En veux-tu, en voilà.

 

 

571

blèfer

Blèfer djusqu’à têre.

litt. : Baver jusque terre.

En avoir une envie folle, en baver de désir.

 

 

572

blèfer

I blèfe après.  Ça 1′ fét blèfer.

idem, mais aussi envie envers le bonheur d’autrui.

 

 

573 

blèfer

Fé blèfer l’s-autes.

Susciter l’envie des autres.

 

 

574 

bleû

Tout a passè au bleû.

Tout y a passé,   tout a été consommé rapidement.

Se dit d’actes répréhensibles qui ont été étouffés.

 

 

575

bleû

Vîr bleû.

Se tromper.                               

 

 

576

bleû

T’ as vu bleû.

Tu as mal vu, mal interprété ce que tu as vu.

 

 

577

bleû

Ça n’ tatche nén 1′ bleû.

Comme tout tache le bleu,  cela est moins que rien, sans impor­tance, sans efficacité.

 

 

578

bleû

I d-èst bleû.  … sot  … rwèd sot.

Il en est amoureux fou.

 

 

579

blife

I n’ wéte nén à ‘ne blife.

Il fait souvent des fautes de langage.

Il n’est pas précis. Il se contente d’un à-peu-près,

 

 

580

blife

I d-a fét ieune di blife.

Il en a fait une de boulette, un de ces impairs.

 

 

581

blife

Il è-st-à l’ blife.

Il est peu regardant en ce qui concerne les autres, en paroles dites par lui.

 

 

582

blife

Il a co raconté ‘ne blife.

Il a encore dit un mensonge, une histoire drôle prétendue authentique.

 

 

583

blo

Ène tièsse come in blo d’ boutchî.

litt. : Une tête come un billot de boucher.

Une très grosse tête (dimensions).

 

 

584

bobotche

M’ pètit (/ Mi p’tit) bobotche.

Mot gentil adressé à un enfant particulièrement chéri, ou qui vient d’avoir une répartie touchante, amusante.

 

 

585

Boche

Co toudi ça qu’ lès Boches n’ âront nén.

Pendant la guerre, tout ce que 1 ‘ on pouvait se procurer pour manger, tout ce que l’on pouvait cacher, était autant de sous­trait à l’ennemi.

L’expression est restée après la guerre, pour signifier : Je l’ai, je le garde.

 

 

586

bon

Bon qu’ il a ieû ça, oudoubén…

S’il ne lui était pas arrivé ce contretemps, (on aurait vu quelque chose).

 

 

587

bon

Mins, â bon !  Ma !  ‘1 èst bon, m’ fis!

Elle est bien bonne !

C’est-y Dieu possible ?

 

 

588 

bon

‘1 èst bon (avè li) !  ‘1 èst d’djà bon avè li !

Ne m’en parlez pas !  Il n’en fera jamais d’autres.

 

 

589 

bon

‘1 èst bon (avè ça).

Ne m’en parlez pas (de cette chose, événement). Parlons d’autre chose.

 

 

590

bon

Fé bon !

(suivi d’une mimique  : yeux renversés) Où sommes-nous ? Avons-nous affaire à quelqu’un d’équilibré ?   d’un peu fou ? d’un doux rêveur ?

 

 

591

bon

C’ è-st-à bon !

C’est vrai ? C’est la vérité toute pure !

 

 

592

bon

C’ èst bon (Ça i èst bon) mins (i) faut 1′ mindjî tout seû.

Si cela est dit par celui qui mange : Bien que vous en ayez envie, ne comptez pas que vous en aurez, que je vais partager.

Si cela est dit par autrui : reproche à celui qui mange une aussi bonne chose, de ne pas en offrir, de ne pas partager avec les autres.

 

 

593

bon

Trop bon, c’ èst parint avè lès sots.

Etre trop bon vous rend ridicule et on ne se prive pas de pro-f fiter de cette trop grande bonté.

 

 

594

bon

Ç’ n’ èst pus ça bon, c’ èst bounasse.

C’est être vraiment trop bon.

 

 

595

bon

On-n-èst tèrtous bon pou s’ pris.

On vaut chacun selon ses qualités.

 

 

596

bon

L’ awè dins l’ bon.

Le croire fermement.

 

 

597

bon

In bon pour li. Ène boune pour lèye.

Un (/ une) égoïste.

 

 

598

bon

Gn-a co du bon.

Il faudra encore beaucoup de temps.

Il y a encore une bonne distance à parcourir.

 

 

599

bon

Dji m’ sin dins 1′ bon.

Je suis heureux, tout s’arrange. J’ai des envies amoureuses.

 

 

600

bon

Nos stons dins l’ bon.

Tout va bien.  Cela s’est arrangé au mieux.

 

 

601

bon

I n’ d-a pont d’ bones.

litt. : Il n’en a pas de bonnes.

Il a toutes les malchances,  tous les malheurs, rien ne lui réussit. Rien ne lui est épargné.

Il n’a jamais de bonnes initiatives.

 

 

602

bon

I n’ d-a jamés ‘ne boune.

Il ne lui arrive que des choses désagréables.

 

 

603

bon

I d-a ‘ne boune (ieune / ‘ne bèle) à sès burtèles, à sès côrdèles, à sès guètes, à sès coûyes.

litt.  : II en a une bonne, belle,à ses bretelles, à ses cordes, à ses guêtres, à ses couilles.

Il a bien des ennuis, des tracas, une vie impossible.

 

 

604

bon

Èle d-a ‘ne boune avè li.  I d-a ‘ne boune avè lèye.

Son conjoint est difficile à vivre.

Le malade qu’elle (/ il)  soigne  lui donne beaucoup de soucis, de travail.

 

 

605

bon

I l’ a pris à l’ boune.

Il a bien pris la chose.

 

 

606

bon

Il è-st-à l’ boune.  … ène miyète à l’ boune. … à l’ boune fwè, su 1′ doûs, dè l’ boune anéye.

Il est un peu simplet, bon enfant, crédule.

 

 

607

bon

À l’ boune.

Sans s’en faire.

 

 

608

bon

Il èst dins sès bounes.

Il est bien luné,  en bonne condition, de bonne constitution momentanément.

 

 

609

bon

Il èst dins les bounes da…   …dins 1′ boune mantche da…

Il est dans les bonnes grâces de…

 

 

610

Bon Dieu

Qwè-ce qui dj’ é fét au Bon Dieu ?

Qu’ai-je bien pu faire pour offenser Dieu ? au vu de toutes ces misères, tous les malheurs, les insuccès que je rencontre.

 

 

611

Bon Dieu

Qui 1′ Bon Dieu 1′ wârde su s’ bâr à pupes, 1′ mète dins s’ paradis, dins s’ potche.

litt. : Que Dieu le garde sur son porte-pipes, dans son paradis, dans sa poche.

Que Dieu le garde en son paradis, en parlant d’une personne décédée (ironique).

 

 

612

Bon Dieu

Au timps du vî Bon Dieu.

Il y a très longtemps.

 

 

613

Bon Dieu

L’ Bon Dieu vos bènisse èt tous lès puns d’ Sint-Djan.

L’ Bon Dieu vos bènisse èt qui l’ diâle vos-apice.

Oui, ça va, au revoir,  disparaissez et que Dieu vous bénisse.

Après un éternueraent, quelqu’un dit “Qui 1′ Bon Dieu vos bénisse” et celui qui a éternué achève la phrase ci-dessus (le plus su vent la seconde formule).

 

 

614

Bon Dieu

(Qui) 1′ Bon Dieu 1′ vouye et tous les puns d’ Sint-Djan.

Que Dieu l’entende, vous entende (sans beaucoup de conviction).

 

 

615

Bon Dieu

Gn-a in Bon Dieu (èsprès) pou lès sots, lès sôléyes, lès-èfants.

Les fous,  les ivrognes,  les enfants sont aimés de Dieu qui M protège spécialement.   Sans lui,  que d’accidents n’auraient ils pas ?

 

 

616

Bon Dieu

Fé in Bon Dieu dins 1′ nîve.

Un enfant se couche dans la neige, bras écartés, poury laisaj-1’empreinte de son corps qui rappelle le Christ en croix.

 

 

617

Bon Dieu

Ô! léd fâde Bon Dieu !

Juron marquant une surprise désagréable et soudaine, une grani frayeur.

 

 

618

Bon Dieu

L’ Bon Dieu èst djusse.

Il est justement châtié de son acte (mauvais), récompensée sa bonne action.

 

 

619

Bon Dieu

L’ Bon Dieu vos l’ rindra (au doube èt au radoube).

Dieu vous rendra (en double et plus) le bienfait dont vo» m’avez gratifié.

 

 

620

bondjoû

Fé sine “Bondjoû”.  Fé sine “À r’vwêr'”.

La distance étant trop grande entre les deux hommes pour s’entendu souhaiter le “Bonjour”, “Au revoir”, un petit signe de! main en fait office.

Quelqu’un quitte la maison, un parc, une assemblée, fait u petit signe d’adieu à un autre qui se trouve éloigné de lui

 

 

621

bondjoû

Bondjoû, bonswêr.

En évoquant des personnes avec qui l’on n’entretient pas il de conversation, à qui l’on ne dit jamais que ces mots : “Ave yeûs’, c’est (g1 n’est qu’) bondjoû, bonswêr'”.

 

 

622

bondjoû

Bondjoû, Luc !

Compte là-dessus !  Tu n’auras rien, c’est peine perdue.

 

 

623

bondjoû

In prometeû d’ bondjoûs.

Quelqu’un qui ne tient jamais ses promesses.

 

 

624

bon

C’ èst l’ bon mârtchi qui m’ l’ a fét prinde.

Si je l’ai acheté, c’est à cause de son bas prix, sans cela, je ra’e serais passé.

 

 

625

bôrd

Passer sins arokî à lès bôrds.

Passer dans un trou,  encadrement d’une porte,  d’une fenêtre ouverte, sans toucher à rien.

 

 

626

bôrd

Djouwer su l’ bôrd.

Avoir des relations sexuelles presque complètes, sans intromission.

 

 

627

bos

I choûte èstant (/ I n’ choûte nén pus) qu’ in boukèt d’ bos.

Se dit d’un enfant désobéissant.

 

 

628

bos

Ièsse di bon bos.

Etre de bonne constitution, solide. Avoir bon caractère.

 

 

629

bos

On va vîr di qué bos ç’ qu’ i s’ tchaufe.

On va voir de quel bois il se chauffe.

 

 

630

bos

Du bos d’ ralondje.

Prétexte pour faire patienter, pour gagner du temps.

 

 

631

bosse

I n’ âra nén ‘ne bosse à s’ dos (/ dins s’ dos) après ça.

Qu’est-ce que cela peut bien lui faire ? Rien ne peut lui arriver de fâcheux après coup.

Il ne sera pas déshonoré après avoir fait ce travail, posé ce geste.

 

 

632

bosse

Ène têre à bosses èt à fosses.

Un terrain accidenté, qu’il faudrait niveler.

 

 

633

bosse

Il a ieû 1′ bosse à s’ cu (/ au cu).

Il a été mis dehors.

Il a été remercié, viré de son emploi.

 

 

634

bote

Il a tchî dins mès botes.  … à m’ bote.

Il m’a déplu, il m’a trahi, je lui revaudrai ça.

Il a démérité, je ne le connais plus.

A la suite de cette mauvaise action, il a baissé dans mon estime.

 

 

635

bote

Il a gangni à sès botes.

Il a gagné de l’estime après cette action.

 

 

636

bote

Il èst dwèt dins sès botes.

Il est correct, honnête.

 

 

637

bote

L’ curé lyi a stî acrachî sès botes.

litt. : Le curé a été lui graisser les bottes. Le prêtre lui a porté l’extrême-onction.

 

 

638

boû

T’ ès-t-in boû.

Tu es un original. Tu est un lourd pot.

 

 

639

boû

In gros boû.

Homme gros,   bouffi,   lent.

 

 

640

boû

Prinde boû pou vatche.

Se tromper grossièrement entre deux choses bien différentes.

 

 

641 

boû

Quand ç’ n’ èst nén boû, c’ èst vatche. … Djan, c’ èst Djène.

Quand ce n’est pas un ennui, c’est l’autre.

 

 

642

boû

Fôrt come in boû.

Très vigoureux, très fort physiquement.

 

 

643

boû

Soufler come in boû.

Etre essoufflé.

 

 

644

bouboune

Rôse bouboune.

Un rosé criard comme certains bonbons.

 

 

645

bouboune

Il è-st-ène miyète bouboune.  Il a l’ ér bouboune.

Il est (II a l’air) un peu doux, simplet, lourdaud.

 

 

646

bouk

I m’ a foutu in bouk. (v. n° 390).

 

 

647

bouk

Fé in bouk.

Frotter le menton d’un enfant entre le pouce et l’index, afin qu’il rougisse et fasse penser à uncbarbichette.

 

 

648

bouk

Bouk di cinse! Bouk à sonètes! Pourcha bouk! Disgousse-bouk !

Se dit de quelqu’un de malpropre, mais surtout à celui qui, tient des propos orduriers, libidineux, qui fait des incongruités. I

 

 

649

bouk

In bouk-èt-gade.

Hermaphrodite.

 

 

650

bouchî

Tout d’ chûte, ça bouche.

L’addition est élevée pour peu de chose.

 

 

651

bouchî

Ça va bouchî.

Cela va faire du bruit.  On va en parler, cela aura un fameux retentissement.

Cela va faire un fameux scandale. La somme sera élevée.

 

 

652 

bouchî

(I) faut qu’ ça bouche.

Il faut qu’on en parle,que-cela se sache, que cela fasse de l’effet. Cela doit faire date, cela doit rester dans les mémoires.

 

 

653

bouchî

I bouche su s’ feume.

Il bat sa femme.

 

 

654

bouche

Stièrdèz vo bouche.

litt. : Essuyez-vous la bouche.

Ce que l’on conseille de faire à celui qui vient de dire une grossièreté, de raconter une histoire osée, salée.

 

 

655

bouche

I pârle come ès’ bouche èst fète.

Pour lui, un chat,  c’est un chat. Il n’a pas le langage châtié.

 

 

656

bouche

Ène bouche come l’ intréye d’ in p’tit foûr à nik-naks. Une très grande bouche, toujours entrouverte.

 

 

657

bouche

L’ pètit Jésus qui piche dins vo bouche.

Se dit d’un aliment,  d’une boisson excellents, très agréables, très doux.

 

 

658

bouche

Ça fond dins s’ (/ l’) bouche come des claus d’ chabots.

D’un bonbon, d’une friandise qui devrait être fondant mais qui ne l’est pas.

 

 

659

bouchon

Èle a ‘ne tièsse come in bouchon (di spènes).

litt. :Elle aune chevelure comme un buisson (d’épines). Elle a les cheveux en broussailles, ébouriffés.

 

 

660

bouchon

On-n-a mîs 1′ bouchon su 1′ fosse.

Puits (de mine) qui a cessé toute activité, condamné par un bouchon en béton.

Usine qui a cessé toute activité (en général).

 

 

661

bouchon

On n’ viyeut qu’ ieûs’ dins les âyes èt lès bouchons. … padrî lès bouchons. (v. n°  360).

 

 

662

boudène

On sè scrèpe èl boudène.   … èl panse.

On se donne du mal, on met tout en oeuvre pour réussir, pour bien élever ses enfants, mais le résulat est parfois décevant.

 

 

663

boudène

Il a gangni à s ‘ boudène.  … à s’ panse.

Il est tombé pile au moment du repas, on a dû l’inviter à se mettre à table. Il a fait bonne chère.

 

 

664

Boufioû

Dji m’ va m’ fé r’fonde à Boufioû.

Ayant des douleurs partout, je crois qu’il est temps que j’aille me faire “refondre”,  remettre à neuf,  à Bouffioulx, où l’on passe les pots de grès au four – où on les recuit (recuisait) par­fois quand ils étaient mal réussis à la première cuisson.

Certains pensent néanmoins que l’on fait allusion à des activités métallurgiques, peut-être aux fonderies de la Biesme-Maxima, dispa­rues maintenant.

 

 

665

bougnèt

Escusèz, bougnèt, c’ èst dè l’ tèroule.

Excusez-moi, je regrette d’avoir dit ou fait cela (excuses désinvoltes).

Bougnèt : sorte de gros boulet grossier de charbon aggloméré.

Tèroule : terre-houille, terre et houille mélangées.

 

 

666

bougnèt

Nwâr come in bougnèt.

Aussi noir que du charbon.

 

 

667

bougnèt

Nwâr bougnèt !   Nwâr tchoutchou !

Reproche à un enfant qui s’est sali.

 

 

668

boukèt

In dûr boukèt (à passer – à-z-avaler). Dès dûrs boukèts.  Il âra dès dûrs boukèts.

Un mauvais moment à passer dans une aventure, un travail.

Un moment désagréable dans la vie. On lui prédit de tels moments,

 

 

669

boukèt

Tchanter chakun s’ pètit boukèt.

Pousser la romance, la chansonnette, dans une réunion de famille, I chacun à son tour.

 

 

670

boukèt

Tous lès boukèts sont co ètîrs.

litt. : Tous les morceaux sont encore entiers.

Se dit lorsqu’on peut reconstituer l’objet cassé,  quand oni pu récupérer absolument tous les morceaux épars.

Ce que l’on dit à celui qui a cassé quelque chose, pour le consoler.

 

 

671

boukèt

À gros boukèts.

Sans recherche, à la va-vite, sans finesse.

 

 

672

boukèt

Dè l’ soupe à gros boukèts.

Soupe Julienne, non oassée,  où l’on retrouve les légumes m. morceaux.

 

 

673

boule

Lèyons daler l’ boule come èle vout toûrner.

Laissons faire, n’intervenons pas pour changer quelque chosif. dans le déroulement de cette affaire.

 

 

674

boule

Il a ‘ne boune boule.

Il est très calé, intelligent, érudit.

 

 

675

bouler

Va-z-è bouler !

Va-t’en te promener !  Laisse-moi !

 

 

676

bouli

I passe ès’ bouli.

Il passe le bout de sa langue entre les lèvres au cours d’un travail délicat, qui requiert toute son attention.

 

 

677

bouli

Rintère èt’ bouli.

Prière au précédent de rentrer la langue.

 

 

678

boulindjî

Què-ce qu’i boulindje co là ?

Que projette-t-il de nouveau ?   Que fait-il de si mystérieux (péjoratif).

 

 

679 

boulome

P’tit boulome sins rîre.

Jeu    qui    consiste    à    ne    pas rire quelles que soient les grimaces des autres,   les incitations à faire rire.

 

 

680 

boulome

M’ boulome.

Mon mari (dit affectueusement).

 

 

681 

boulome

In p’tit boulome: petit de taille

In grand boulome: grand de taille

In gros boulome: gros, obèse

> termes affectueux

 

 

682 

boulwêr  

On djoûwe à l’ boulwêr (/ à guîyes) au paradis. L’ Bon Dieu a mis sès gros  chabots.

litt.:  On joue aux quilles au Paradis. Le Bon Dieu a chaussé ses sabots.

Il tonne.

 

 

683

bounan

Il a ieû (/ Il âra) ça pou s’ bounan.

litt. : II a reçu (/ Il recevra) cela en étrennes. Il a eu (/ il aura) cela en cadeau empoisonné.

 

 

684

bouneûr

Pâr bouneûr !

Heureusement.

 

 

685

bourdèl

I d-a iun d’ bourdèl roci !

Il y en a un de désordre ici !

(désordre voulu pour cacher quelque chose. Dans les écritures, pour cacher des irrégularités).

 

 

686

boure

Awè ‘ne boure.

Recevoir  des reproches,  des remontrances d’un chef,  sur le travail.

 

 

687

boûre

Boûre, raboûre èt racaboûre.  Boûre, caboûre èt… Bouillir un temps très long, trop long.

Breuvage, potage, que l’on a oublié sur le feu et qui bout depuis un temps infini.

 

 

688

bourer

Bourer dins s’ tièsse.   … dins s’ panse, s’ vinte.

Manger, s’empifrer, engloutir des aliments.

 

 

689

bourer

Boure timps qu’ t’ ès djon.ne. (v. n° 1821).

 

 

690

bourer

Bourer coûrt.

Ne pas avoir assez de temps pour terminer un travail. Ne pas avoir assez d’argent pour terminer le mois.

 

 

691

bourer

Bourer coûrt. Bourer trop coûrt. Bourer ‘ne miyète, bran.mint trop coûrt di… liârds, farène, pwin, tchèyêres pou achîr tout 1’ monde.

ou, plus précis :

di 3 eûros, di 50 grames di farène, di 5 tchèyêres.

Manquer de (peu de – beaucoup de) argent, farine, pains, chaises pour asseoir tous les invités, ou plus précis : de 3 euros, 50 grammes de farine, de 5 chaises…

 

 

692

bourer

Dji n’ dirè nén djusqu’à djeudi, dj’ va bourer coûrt avè l’ bûre.

Je n’irai pas jusqu’à jeudi, j’aurai trop peu de beurre.

 

 

693

bourer

On n’ pout mau d’ t’ apôrter ‘ne boûsse.

Personne ne t’apportera une fortune, une bourse pleine d’argent,

 

 

694

boûsse

Fé boûsse à pârt.

Ne pas mettre l’argent(du ménage) en commun.

 

 

695

boûsse

Il a trouvè ‘ne boûsse?

A le voir si riche,  dépensier tout à coup, aurait-il trouvé un trésor, un portefeuille bien garni?

 

 

696

boûsse

I gangne des liârds come in côpeû d’ boûsse.

litt.: Il gagne de l’argent comme un pickpocket, un vole à la tire.

Il gagne de 1’argent à la pelle.

 

 

697

boutayî

Dès dispites di boutayîs.

Des  disputes,  des discussions âpres,  acharnées,  grossières!

 

 

698

boutayî

Ène gadjure di boutayî.

Pari que lt perdant refuse de payer.

 

 

699

bouter

Boute, foure èt stitche.

litt. : Agis, introduis et entasse.

Vas-y, agis, fais tout ce qu’il y a lieu de faire.

 

 

700

bouter

Boute pou in mieu.

Fais cela au mieux, le mieux que tu peux.

 

 

701

bouter

Alèz, boute pâr ci !  Aboute…  Boute-mu ça ! (v. n° 201)

 

 

702

bouter

Èle boute à toûr. Ieune pou tèrtous.

Elle a de nombreux amants; elle va de l’un à l’autre.

syn. : Gn-a qui 1′ tram qui n’a nén passé d’sus.

Èle gripereut au mur. C’ è-st in cèréjî d’ comune.

 

 

703

bouter

I boute di gnût, di djoû, à pauses.  I fét lès pauses. Il èst d’ gnût; il èst d’ djoû.

Il est du poste de nuit, de jour. Il fait alternativement différents postes (6/14 – 14/22 – 22/6).

Il èst d’ deûs-eûres. Il èst d’ deûs à dîj. Il èst dè l’ pause di deûs-eûres.

Il commence son travail à 14 heures. Il est du poste de 2i 10 (14 à 22) heures.

 

 

704

bouter

Bouter pou (rîre).

Esquisser (un rire). Agir comme si l’on voulait (rire).

 

 

705

bouter

Bouter pou vûdî.

Faire semblant de sortir. S’apprêter à sortir.

 

 

706

bouter

Bouter pou sot.

Se comporter comme un insensé.

Travailler sans s’apercevoir qu’on vous exploite.

 

 

707

bouter

Bouter, c’ èst tchîr. (grossier)

(Le mot “bouter” peut être synonyme de “chier”).

Réponse à  quelqu’un qui veut vous faire travailler et qui termine son ordre par le mot “bouter”.  Ici,   “bouter” = travailler.

 

 

708 

bouter

I boute come pou tchîr. (grossier)

Il se donne beaucoup de mal.

Il concentre toute sa force,   son ardeur,   sur quelques secondes  déci­sives du   travail en cours.

 

 

709 

bouter

I boute du  (meunusiè).

C’est un (menuisier).  Il est (menuisier) de son état.

 

 

710 

bouter

Bouter du cawyot, du fayè. Fé 1′ cron.

Se conduire en sournois,  faussaire,  mauvais sujet.

 

 

711 

bouter

Èyu-ce qu’ i boute co ?

Où est-il occupé maintenant ?    Où travaille-t-il ?

 

 

712 

bouter

I boute dins lès pinsons, dins lès tchéns.

Il est passionné de pinsons, de chiens. Il  s’est spécialisé dans 1’élevage des…

 

 

713 

bouter

Tu boutes toudis ça, twè.  I boute toudi  ça, li.

Tu dis, tu répètes toujours cela. Il dit…   (péj.).

 

 

714 

bouter

Qwè-ce qu’ i boute ?

Que dit-il (de pas gentil, de pas catholique)  ?

 

 

715  

bouter

…, boute-t-i, Louwis.

…, dit Louis.

 

 

716 

bouter

Bouter come èn-ome.

Travailler vraiment bien, consciencieusement.

 

 

717 

bouter

Bouter in côp d’ mwin.

Aider, donner son aide.

 

 

718 

bouter

Boutons timps qu’ nos vikons.

Encouragement à quelqu’un qui travaille avec acharnement, mais avec plaisir. Peut aussi se dire à soi-même.

 

 

719

boutike

Boutike ayayaye.

Petite boutique, petit magasin, minable, en désordre, pas propre.

 

 

720

bouton

Des boutons-d’-sôdâr.   Dès ûyots.

Les fruits de la bardane qui restent accrochés aux vêtements laineux et dans lés cheveux.

 

 

721

boutroule

I n’ a nén wéti s’ boutroule en s’ lèvant.

litt. : II n’a pas regardé son nombril en se levant. Il est de mauvaise humeur, grognon, aujourd’hui.

 

 

722

bouya

Mès bouyas groûlenut d’fwin. …gârgouyenut d’ fwin.

M’ vinte groûle.

On entend des borborygmes dans mon ventre.

 

 

723

bouya

Il a 1′ bouya d’ leup.  Il a 1′ viêr’ (salutére).

 Il a une faim de loup. On ne peut le rassasier.

 

 

724

bouya

Téje-tu, bouya !  (v. n° 435).

 

 

725

boûye

Chakun s’ boûye.

A chacun son métier.

 

 

726

boûye

Fé s’ boûye.

Faire sa tâche.

 

 

727

boûye

I n’ fét nén l’ boûye d’ èn-aute.

litt. : II ne fait pas le travail d’un autre.

Il fait son travail en spécialiste.

 

 

728

bouyon

Doner 1′ bouyon d’ onze eûres.

Empoisonner.

 

 

729

bouyon

C’ èst du bouyon r’tchaufè.  C’ èst du bouli cafouyi. C’est une redite moins bonne que la première mouture. C’est un second essai moins bon que le premier.

 

 

730

bouyon

I ploût du bouyon.

Tout est pour le mieux.   Tout s’arrange.  C’est la belle

 

 

731

bran.mint

On-n-èst byin a bran.mint roci !   … a d’ trop roci !

On est très (trop) nombreux ici.  On se gêne l’un l’autre,

 

 

732

bras

Au rwèd bras.

A la volée, sans fléchir le bras.

Au jeu de balle, façon de lancer la balle cf supra.

 

 

733

bras

Flayî au rwèd bras.  Taper a toûr di bras.

Frapper à coups redoublés.

 

 

734

bras

Awè à l’ longueû di s’ bras.

Avoir à sa portée.

 

 

735

bras

Qué bras, cousin !

Admiration pour un bras musclé, sa puissance, sa force.

Admiration pour un exploit sportif, un travail lourd exécuté sans effort, assez facilement par un fort gaillard.

Une chanson de “tirage au sort” commençait par ces mots : le bras du conscrit avait commis un exploit en tirant un bon numéro qui l’exemptait du service militaire.

 

 

736

bras

Qué bras pou in gamin d’ quinje ans !

Quel bras : Quelle force ! (admiratif ou ironique), (il ne s’agit pas spécialement d’un gamin de 15 ans, ce peut être une fille, un homme, une femme, quel que soit son âge).

 

 

737

bras

Dès bras d’ boutchî.

De gros bras musclés.

 

 

738

bras

Il a l’ bras long come Drion.

Il est très influent, il a des relations haut placées, (tel le barcn Drion qui, quand il  habitait Gosselies, aidait ceux qui le sollicitaient en intervenant auprès de ses relations pour obtenir la faveur demandée, ce qui réussissait souvent).

 

 

739

bras

I n’ a nén câssè cénk bras à deûs jendarmes.

Il n’a jamais rien cassé, rien fait de marquant.

(pour arriver à cet exploit,  il aurait fallu (ajoute-t-on) que l’un des gendarmes ait un bras de brouette sur l’épaule).

 

 

740

bras

Dès bras come dès flayas.

litt. : Des bras comme des fléaux.

Des bras maigres et longs.

 

 

741

bras

I m’ lome Piêre ossi long qui s’ bras.

Il m’appelle familièrement par mon prénom.

Se dit de quelqu’un d’important, de puissant, qui condescend à appe­ler un inférieur par son prénom, comme un vieux camarade.

 

 

742

bras

À bras skeuwants.

litt.: A bras secouants.

Avec rien dans les mains, les bras ballants.

 

 

743

bras

Daler pau bras.

Marcher bras dessus, bras dessous, en se tenant le bras.

 

 

744

brassî

Gn-a ‘ne saqwè qui brasse.

Il y a anguille sous roche, une maladie qui se prépare.

 

 

745

brâve

Il a r’vènu twès-eûres après, come in brâve.

Comme si rien n’était,  sans se presser,  comme si cela était naturel, il s’est ramené trois heures plus tard.

 

 

746

brâye

Brâyes èt pichaus, moustaude pa t’t-avau.

Inconvénients des.premiers mois  d’un nouveau-né.

 

 

747

brayète

Parints du costè dè l’ brayète.  Parints pa l’ busète.

Se dit de gens dont le lien de parenté se limite à leurs amours illicites.

 

 

748

Brèbonî

Il èst toudi fét (man.nèt) come in Brèbonî.

litt. : Il est toujours sale comme un Brabançon.

Il est toujours sale et dégoûtant. Il rentre sale du travail. Il se salit beaucoup en travaillant.

 

 

749

brèf

Brèf là-d’ssus, pârlons d’ aute chôse. 

Bref à ça…

Bref ! Arrêtons-nous là. Oublions cela, ce petit détail.

 

 

750

brèf

Brèf là-d’ssus, pârlons “bourikes”. Comint va-t-i avè vo mame?

Plaisanterie douteuse.

 

 

751

bréje

Ièsse su dès tchaudês bréjes.

Etre sur des charbons ardents.

 

 

752

bréje

Tu n’ as qu’ a sucî 1′ bréje.

Tu n’as plus qu’à subir les conséquences de ton acte,  quelque pénible que ce soit.

 

 

753

brénkèzîr

Ièsse brénkèzîr.

Etre saoul.

 

 

754

brénkèzîr

Ç d-è iun d’ brénkèzîr!

Quel drôle de type qui raisonne bêtement (comme s’il étail continuellement ivre).

 

 

755

brénke

Ène grande brénke.

Une très grande femme,nommasse, peu intelligente.

 

 

756

brére

Gn-a pou brére avè s’ chuflot dins s’ mwin. Gn-a pou brére avè s’ pania dins sès dints.

Il y a de quoi pleurer sans se soucier de quoi que ce soit, même de sa tenue.

C’est vraiment très triste  (pas tellement pris au sérieux, auP tragique, par celui qui le dit).

 

 

757

brére

Brét, rît, gade di Djilî.  . .. è Djilî (plus ancien).

I brét, i rît, come lès gades di Djilî.

Qui rit et pleure à la fois (se dit en se moquant d’un enfant).

 

 

758

brére

Lès murs brèyenut.

Les murs ruissellent.

 

 

759

bribeû

Daler come in bribeû.

Etre en guenilles sur la route.

 

 

760

brik-brok

I mèt tout brik-brok. (v. n° 467)

II  éparpille ses affaires dans tous les coins,  sans ordre, sans méthode.

 

 

761

brik-brok

On l’ wèt toudi brik-brok.

On le rencontrcdeci-delà, par tous les chemins.

 

 

762

bride

Dè l’ bride.

Viande de cheval très dure (aussi dure que la bride du cheval).

 

 

763

brîje-fiêr

In brîje-fiêr.

litt. : Un brise-fer.

Se dit de quelqu’un  (particulièrement un enfant) qui casse les objets, jouets dont il se sert.

 

 

764

brin

Ça toûne au brin.

Cela tourne mal, à la caastrophe. Ça dégénère.

 

 

765 

brin

Téje-tu, brin d’ poûye  !

Tais-toi, gosse!  (à un enfant).

Tais-toi,  jeunet  ! (à un adolescent).

Tais-toi,  ignorant,  apprenti, novice,  imbécile !  (à un adulte), qui ne doit pas émettre un avis, un conseil, une opinion, n’y con­naissant rien ou rien encore.

 

 

766 

brin

Gn-a du brin au bas ton.

Il y a une chose peu avouable qui se prépare ou qui s’est produite. Elle est enceinte.

 

 

767 

brike

Achîd,  coûtchi,  come su in tas d’ brikes.

Très mal assis, couché, inconfortablement, sur un    siège, un coussin, un matelas avec des crêtes, des bosses.

 

 

768 

brike

Foute ène brike dins l’ viole.

litt. : Lancer une brique dans la “viole” (piano mécanique) ce qui fait aussitôt arrêter  la musique.

Faire en sorte que l’action en cours soit stoppée.

 

 

769 

brike

Toudi brikes èt môrtî.

Se dit d’une maison ou d’une famille où l’on fait sans des transformations domestiques.

 

 

770 

brike

Awè ‘ne brike dins s’ vinte.

Désirer devenir propriétaire,

Se dit de quelqu’un qui n’est heureux  que quand il bâtît ou transforme sa maison.

 

 

771 

brike

I fét (/ Il a stî fé) dès brikes à l’ eûwe tchaude à Sint-Quintin.

Il fait, à l’entendre, un travail  comme personne,     autrement que le reste du monde.

A beau mentir qui vient de loin.

 

 

772 

brike

Cârè come ène brike.

D’une franchise brutale, sans détour.

 

 

773 

brikèt

In d’ macon.

Un important viatique pour aller travailler.

 

 

774

brobrote

Ène petite brobrote.

One naine. Une femme de très petite taille.

 

 

775

brognes

Passer lès brognes.

Subir une sorte d’intronisation, de baptême (des bleus) par un passage à tabac des anciens.

 

 

776 

broke

Awè broke di viole.

Echouer après un début prometteur.

syn. : Awè broke à s’ cu. Awè ‘ne broke  dins s’ cu.

Awè ‘ne cale dins s’ cu. Awè ‘ne puce à sès coûyes.

 

 

777 

broke

Rwèd come ène broke di viole. … come ène baguète di fusik.

Qui n’a pas le corps souple. Qui a les gestes, les membres raides.

 

 

778

broke

C’ èst broke di viole.

C’est raté. C’est refusé.

 

 

779

broke

Pindu à ‘ne broke à l’ têre.

Se dit de vêtements qui auraient dû être suspendus au porte­manteau et qui gisent par terre.

 

 

780

broker

Broke dins 1′ trau.  Croye dins 1′ trau.

Se dit quand les joueurs ont fait coup égal, la partie suivante doi les départager (jeu de cartes, le plus souvent).

 

 

781

brokète

Rède come brokète.  … busète.  … baguète.

Vif comme l’éclair. Répondu du tac au tac.

 

 

782

brouche

Awè dè l’ brouche.  … du ramon, dè l’ ramonète. (v. n° 350).

 

 

783

broûde

Ène broûde.   Ène blème.

Une très grosse tartine. Un bifteck très épais.

 

 

784

broûde

Quand vos-ârèz co foutu ‘ne broûde (/ blème) insi su vo consyince, vos poûrèz bén daler conte èl vint d’ bîje.

Se dit de quelqu’un qui s’apprête à engloutir une tartine épaisse! ou un bifteck de belle taille.

 

 

785

brouwète

Il a stî min.ne à brouwète.   … à tchèrète.  … à bèrwète.

Il a été berné, il s’est fait mener par le bout du nez.

 

 

786

brouyî

Dj’ é ètindu brouyî d’ ène saqwè.

J’ai entendu des bruits,  des allusions, des racontars sur cettw affaire, sur ce scandale.

 

 

787

brouyî

On s’ brouyereut bén à mwins .

On se tromperait même en de meilleures conditions.

On ne doit pas avoir honte d’une erreur, d’autres l’auraient faite dans de meilleures conditons.

 

 

788

broyî

Alèz, broye !

Vas-y carrément !  Fonce !

 

 

789

brûler

Gn-a rén qui brûle.

Rien ne presse.  Il n’y a rien d’urgent.

 

 

790

brûler

I fét ça tous les côps qu’ i s’ brûle.

Il le fait très rarement, exceptionnellement.

 

 

791

brûler

Brûlè à craya.

Vraiment calciné, réduit en cendres.

 

 

792 

brûler

Quand i s’ brûlera, nos-ârons tchaud.

Se dit de quelqu’un qui, devant le poêle, fait écran à la chaleur pour lès autres occupants, qui prend la chaleur pour lui seul.

 

 

793 

brût

À p’tits brûts   !

Reprenez votre calme ! Doucement! Du calme ! Ne vous énervez pas   !

 

 

794 

brût

Vikî à p’tits brûts.

Vivre  discrètement, sans bruit, modestement, sans  tapage, sans grandes dépenses.

Vivre sans attirer l’attention sur soi.

 

 

795 

brût

In min.ne-brût.

Un enfant,  un homme très bruyant.

 

 

796 

brût

Mète èl brût. Taper dès mwés brûts, dès faus brûts. Djèter 1′ brût.

Faire courir lebruit  (vrai ou faux).

 

 

797  

brût

Èn-ome sins brût.

Un homme paisible, tranquille, qui ne défraye pas la chronique.

 

 

798

buk

In plin-buk.

Sorte de céleri.

Un homme pas très grand, bien potelé, bien en chair, massif.

 

 

799

bûre

Ça rintère come dins du bûre.

II croit tout ce qu’on lui dit.

Il comprend tout très vite, très aisément (écolier doué).

Se dit d’une tâche très facile.

 

 

800

bûre

Compter pou du bûre.   … pou dès prônes.

Admettre au jeu un très jeune enfant mais ce qu’il fait de bien ou de mal ne compte pas, n’influence pas le résultat.

On ne tient aucun compte de ses conseils, de ses remarques, de ses ordres que l’on condescend à lui laisser exprimer.

 

 

801

bûre

Du bûre di couche.  … di gade.  Dè l’ mârgâye.

litt. : Du beurre de branche, de chèvre.

De la margarine (péj.).

 

 

802

bûre

Du bûre di Goyîsaut.

A Trazegnies, on nomme ainsi la margarine. Au début de la vente de ce produit,  un négociant (gros et détail) s’était fait le champion de cette denrée.  Il avait nom Jean-Baptiste Tilmant, dit 1′ pètit Batisse, et habitait Jumet-Gohyssart.

 

 

803

bûre

Damâdje qui 1′ bûre est si tchêr, on freut ‘ne cwès avou (d’ssus).

litt.  : Bien dommage que le beurre soit si cher car on aurait fait avec lui (sur lui) une croix.

C’est vraiment un événement à marquer d’une pierre blanche. C’est un vrai miracle qu’il ait fait cela.

 

 

804

bûre

Ç djoû-là, on fra ‘ne cwès avè du bûre.

Si cela se produit (on n’y croit pas), on fêtera l’événement.

 

 

805

bûre

Au pris qu’ il èst l’ bûre, on n’ pout nén fé ‘ne cwès avou (/d’ssus). (v. n0 803)

 

 

806

bûre

Ène pièce di bûre.

Un paquet de 500 grammes de beurre.

Le fruit de la mauve, très huileux.  Nom donné par les enfants qui les mangent et y trouvent un peu la consistance dû beurre.

 

 

807

bûre

L’ bûre a in gout d’ fôrt. L’ bûre èst fôrt, sint 1′ fôrt.

Le beurre est rance, a un goût de rance.

 

 

808

bûre

Du bûre sins salè.

Du beurre sans sel.

 

 

809

bûre

Awè èstant au bûre qu’ à l’ wîle.

Etre sans préférence, désabusé.

 

 

810

bûre

Èl bûre èst coûrt.

Le beurre ne s’étend pas bien. On en beurre peu de tartines.

 

 

811

bûre

Mète du bûre en passant èt lè r’prinde en r’passant. Mettre très peu de beurre sur la tartine (par avarice).

 

 

812

bûre

Ç’ n’ èst nén l’ tout dès chous, i faut du bûre avou.

Il ne suffit pas d’avoir une chose, encore faut-il l’améliorer avec une autre substance, un ornement.

 

 

813

bûre

Au pris qu’ il èst 1′ bûre, c’ èst pou rén.

Cela n’est pas cher en comparaison (avec le beurre).

 

 

814

bûre

L’ tchat a mindji 1′ bûre.

On est arrivé trop tard, le mal est fait. On a tardé à intervenir.

 

 

815

bûre

Nén tant d’ bûre pou in quautron.

Pas  tant de chinoiseries,  tant d’histoires,  de paroles, de commentaires.

 

 

816

bûrî

Èl bûrî Tètcha.

Maison dans un désordre indescriptible.

 

 

817

burtontène

Couri 1′ burtontène.

Courir la prétentaine.

 

 

818

buskète

Satchî à l’ buskète.

Tirer à la courte paille.

 

 

819

bustoker

Dji vos bustoke,

Dji vos rastoke,

Tènèz-vous bén,

Vos n’ tchérèz nén.

Comptine,  bout rimé,  qui se récite en offrant un cadeau, des étrennes.

bustoke : cadeau.

rastoke : fréquentatif de “astoke” : étaye.

tchérèz : tomberez.

 

 

820

buwéye

Fé 1 ‘ buwéye matante.

Laver les bandes hygiéniques.

 

 

821

busète

Couri busète.  Couri sot.

Faire des bêtises,  ne plus se contrôler pour obtenir ce que l’on désire ardemment, pour l’élu(e) de ses rêves (p.ex.).

 

 

822

bwache

Ène bwache ou bén in fagot.  Ène caute ou bén…

litt. : Une bûche ou bien un fagot.  Une carte…

Manière  d’insister auprès d’un joueur de cartes afin qu’il se décide enfin de jouer, à abattre sa carte.

 

 

823

bwache

C’ èst li qu’ a fét bwagne èl leune (/ Bruno) d’  in côp d’ lavète.

litt. :  C’est lui qui a éborgné la lune d’un coup de serpillère.

Pour situer l’homme dont on parle par un exploit qu’il aurait accompli. En réalité, boutade qui n’éclaircit rien.

 

 

824

bwagne

Bwagne d’ èn-î, aveûle di l’ aute.

Il ne voit vraiment rien, ni d’un oeil, ni de l’autre. Il ne veut vraiment rien voir, alors que c’est flagrant.

Il ne se rend pas  compte de ce qui se trame autour de lui, il se laisse duper sans s’apercevoir de quoi que ce soit.

 

 

825

bwagne

In bwagne qu’ èn-î.  In bwagne Kinète.

Un borgne  (avec pléonasme).  Y  avait-il  un borgne  du nom de Quinet ou Quinette ?

 

 

826

bwagne

Fé 1 ‘ bwagne.

Sembler ne pas comprendre pour ne pas devoir se mouiller. Jouer les andouilles.

 

 

827

bwagne

N’ fé nén 1′ bwagne.  N’ fé nén 1′ loûrd à bèle voye.

Ne fais pas l’idiot.

 

 

828

bwagne

À t’-n-î, ô, bwagne ?

A ton avis ? Toi, comment ferais-tu ? (sous-entendu : certai­nement pas autrement).

 

 

829

bwagne

In bwagne conte.

Une niaiserie, une répartie bête. Un propos licencieux.

 

 

830

bwâre

Ç’ n’èst nén ça 1′ bwâre, c’ èst 1′ mindjî.

Se dit de quelqu’un qui savoure particulièrement une boisson, une bière, qu’il mâche, en quelque sorte.

 

 

831

bwâre

Donèz à bwâre au via !

Exclamation d’un spectateur qui en a marre du chanteur qui n’en finit pas, qui l’ennuie.

 

 

832

bwâre

Vinde à bwâre.

Tenir un café, un débit de boisson.

 

833

bwâre

Pou dîre qu’ on vind co à bwâre.

Pour montrer que tout n’est pas vraiment fini, mais presque! Il y a encore une certaine petite activité.

 

834

bwâre

Ça s’ lêye bwâre.

litt. : Cela se laisse boire. C’est une boisson agréable au goût.

 

835 

bwâre

… come pou bwâre in côp.

Bien fait,  vite fait.   En moins de temps qu’il ne faut pour! Loire une lampée.  Très vite terminé, sans hésiter.

 

836

bwâre

Bwâre à s’ ètoner.  Mindjî à s’ apower.

Boire jusqu’à plus soif,  en grande quantité,  quelques litres! sans désemparer, s’en mettre jusque là.

idem pour le manger.

 

837

bwèsse

On-âreut dès rûjes dè 1′ mète dins ‘ne bwèsse d’ alumètes.

litt.  :  On aurait des difficultés de la mettre dans une boîteI d’allumettes.

Se dit d’une très grosse femme; d’un très gros homme (plus rare).

 

838

bwèsson

Il a 1′ bwèsson guéye.

Il est amusant, gai, dans l’ivresse.

 

839

bwèsson

Il a 1′ bwèsson mèchante.  Il a des mwéchès bwèssons.

Il est brutal, querelleur, dans l’ivresse.

 

840

bwèsson

Il a dès sôlantès bwèssons.  Il èst sôlant quand il èst bu.

Il est sciant, ennuyeux, pot de colle, quand il est saoul.

 

841

byin

I d-a byin !

Il y en a tant !

 

842

byin

I gn-a byin qui voûrént…

Il y en a tant qui aimeraient…

 

843

byin

Il èst byin mwés.

Il  est très fâché.

 

844

ça

Ça. (prononcer avec un “â” très long).

C’est ainsi (même si cela est désagréable). Oui, bien sûr !

 

845

ça

Il èst co bén pou ça.

II est quand même encore bien (pour son âge).

 

846

ça

T’ as cachi di m’ (/ d’ mè) lè stitchî pou ça.

Il est un fait certain,  c’est que tu as essayé de m’en faire accroire. Reconnais que tu as essayé de me :berner.

 

847

 

ça

Ça (i)  èst pîd d’ diâle. Ça vénreut vos fé 1′ lèçon.

Ce  “ça” est péjoratif. Il a toujours la mauvaise idée.   Ce genre de gens n’hésiterait pas  à  …

 

848 

ça

Ça frékente à pont d’ âdje. Ça mindje à s’  fé pèter.

Il-Elle courtise  trop  jeune.   Il-elle mange a s’éclater,   (péj.).

 

849 

ça

Ça tè spotchereut come pou rén.

Les automobilistes t’écraseraient sans remords, sans  sourciller.

 

850 

ça

C’ èst ça qu’ ça n’ va nén.

C’est pour cette raison que cela ne marche pas.

 

851 

ça

Ça èt rén, ça fét (/ c’ èst) deûs réns.

C’est absolument nul.

 

852 

ça

I n’ èst nén si vî qu’ ça.

Il n’est pas tellement vieux. Il n’est pas si âgé.

 

853

ça

Il èst si djon.ne qui ça ?

Il n’a que cet âge-là ? Je le croyais plus vieux.

 

854

ça

I n’ èst nén si bia qu’ ça.

Il n’est pas ausi beau qu’on le  dit.

Il n’est pas aussi facile à vivre qu’on le dit.

 

855 

ça

Il a dit ça come ça.

Il a dit cela sans trop réfléchir, paroles en l’air.

 

856

ça

Il a d’ ça.

Il est riche.

 

857 

ça

Vos-avèz ‘ne bèle cote pou ça.

Vous avez untjolie jupe quand même.

 

858 

ça

Vos-èstèz co solide pou ça.

Vous êtes encore bien vigoureux pour votre  âge.

 

859

ça

Ç’ n’ èst né pou ça mins…

Je  suis assez d’accord,  j’admets,  mais quand même, j’émets quelques réserves. … mais voyons ce qu’il s’ensuivra.

C’est regrettable ce qui est arrivé !  Soit, puisque c’est fait, m je réagis, je vais prendre les mesures qui s’imposent.

 

860

ça

Ça n’ vént nén à ça.

Pour si peu, n’en parlons plus.

Cela ne dépasse pas la tolérance (longueur, poids).

 

862

ça

Ça durera ça pus longtimps.

Cela durera d’autant plus longtemps.   De cette manière, celai durera plus longtemps.

 

863

ça

I d-âra ça d’ pus.

De cette manière, il y en aura plus encore.

 

864

ça

Dji n’ sû nén à ça.

Je n’ai ps envie de faire cela maintenant.

Je fais autre chose pour l’instant, je ferai cela plus tard.l

 

865 

cabarèt

I tént in cabarèt onéte.  … in bak-à-chnik.

(par antiphrase)  II tient ; un café peu recommandable, pas honnête! du tout.

 

866

cabarèt

I fét cabarèt.  I tént in cabarèt.  I vind à bwâre. (v. n° 832).

 

867

cabarèt

C’ èst l’ maujone qu’ on fét cabarèt asteûre.

Pour situer une maison que l’on a connue autrefois, celle dans i cette rue où maintenant, on tient un café.

 

868

cabus

Il a tcheû su s’ cabus.

Il est tombé en se cognant la tête sur le sol.

 

869

cabus

Il a in fameûs cabus.

Il a une tête volumineuse.

Cabus  :  chou à tête ronde (Petit Robert).  Par ironie, en wallon, la tête humaine.

 

870

cacâye

Zoû-zoû cacâye.

Sans nerf. Ecoeuré. Dolent, lent, mal éveillé. Pas bien dans sa peau. Avoir la flemme.

 

871

cacâye

C’ è-st-in zoû-zoû cacâye.

C’est un lourdaud.

C’est un nonchalant, un apathique.

 

872

cacâye

Daler à l’ cacâye.

Toucher le sexe.  Faire l’amour..

 

873

cacâye

C’ èst dè l’ cacâye. C’ èst cacâye.

C’est de la camelote.

 

874

cacâye

Ô cacâye di cougnoû !

Interjection marquant la surprise agréable. Reproche pas bien méchant envers un enfant.

cacâyeboutroule di cougnoû : ornement en plâtre de “cougnoû”.

 

875

cachî

Cache| après !

Si tu veux le savoir, renseigne-toi. Moi, je n’en sais rien.

 

876 

cachî

I cache après.

Il cherche les mots.

Il cherche les  ennuis.

 

877

cache

Daler à l’ cache.

Aller à la chasse, (aussi : Daler à l’ tchèsse).

Aller à la recherche de … (aussi : Ièsse à l’ cache).

 

878

cachî

Cachî à pûs.

Chercher des poux (au propre et au figuré) .

 

879

caclindje

On lyi a sintu (/ On-a djouwè avè) sès caclindjes.

litt.:  On lui a palpé  (On a joué avec) ses myrtilles (pour éviter le mot “testicules”) .

On s’est moqué de lui.  On 1’a dupé.

 

880

cadâve

In fameûs cadâve. …lapin.

Un homme grand et fort.

 

881

cafè

Du cafè pou sè r’vîr.

Du café très  fort que prenaient  les  femmes  en vue de faire revenir les règles (en cas de retard).

 

882

cafè

Cafè r’boulu, café foutu.

Le café qui a bouilli est à jeter.

 

883

cafè

Èst-ce qu’ èle vos fét du bon cafè? 

‘ne boune jate di cafè?

Etes-vous bien reçu chez… ?

Question posée à une belle-mère en parlant de sa bru (ou vice-versa). Même sens que ci-dessus. Il peut aussi s’agir d’une soeur, d’un membre de la famille.

 

884

café

Du café à côper au coutia.

Du café très fort, très noir, trop fort.

(Dans cette expression, on emploie de préférence “coutau”).

 

885

café

Ène tchètchète di cafè.

Un peu de café, un fond de tasse.

 

886

cafè

Fé ‘ne tchètchète di cafè.

Faire très peu de café à la fois.

 

887

cafu

In vî cafu.

Vieille bâtise, vieille baraque. Très vieil homme tout décrépit.

 

888

cagne

Il èst (toudi) cagne.

Il est (toujours) de mauvaise humeur, avec une tête de grognon. Bougon, contrariant, rancunier.

 

889

cagnârd

In cagnârd – Ène cagnaude.

Un mauvais caractère, personne revêche.

Personne qui geint, ronchonne, qui n’est jamais contente.

 

890

caje

Foute èl caje à moulètes (/ molètes). Fé caje à moulètes.

Envoyer la cage aux molettes  (accident grave dans une mine). La cage vient s’empêtrer dans les rêas du treuil.

Relever un store, un volet, trop haut, qui en se coinçant, occasionne des difficultés pour le redescendre.

 

891

cake-wal

Danser 1′ cake-wal.

litt. : Danser le cake-walk.

Danser de douleur après avoir reçu un coup, s’être blessé, coupé,! brûlé.

Donner une volée de coups  à quelqu’un. Pop. : le faire valser.

 

892

calaude

Ène calaude – Ène canlète.

Une bavarde (avec nuance de médisance).

 

893

calaude

Daler à l’ calaude, à l’ canlète. Daler calauder, canleter.

Tailler une longue bavette avec une voisine (entre femmes, surtout! ce qui amène la médisance, une médisance préméditée entre mégères,]

 

894

calén

C’ è-st-in calén.

C’est un mauvais caractère,  qui ne sait rien dire sans blesser,! un méchant qui fait son coup en traitre.

 

895

calmachî

Qwè-ce qu’ i calmache co là ?

Qu’est-ce qu’il complote, mijote (encore) là ?

 

896

calmucherîye

Fé dès calmucherîyes.   … dès calmacherîyes.

Agir cachément. Avoir des secrets, des choses cachées, syn. : Fé dès muchètes.  Fé à muchète.

 

897

calote

Pa-d’zous 1′ calote du cièl.

Ici-bas. En ce monde,  notre monde,  sur terre, sous la voûte des cieux.

 

898

cambe

Tirer lès cambes.  (Fé) bouchî lès cambes.

Tirer une salve, des salves.

 

899

canada

Awè in canada à s’ tchausse.  … s’ tchaussète.

Avoir le talon entier qui a troué le bas,  la chaussette.

Avoir un grand trou (talon, orteil) au bas, à la chaussette (le talon ou l’orteil qui dépasse par le trou ressemble à une pomme de terre).

 

900

canada

Èle tchéreut dins lès canadas, les fritches s’rént fêtes tout d’ chûte.                           

Se dit d’une femme, jeune

fille, d’une extrême maigreur (fine comme une lame de couteau).

 

901

canada

Lès p’tits canadas n’ sont nén gros ç’-n-anéye-ci. Expression volontairement niaise.

Paroles niaises prononcées en interrompant une conversation à l’approche ou lors de l’intrusion d’une tierce personne, qui ne doit pas entendre la suite.

 

902

canada

Cûre lès canadas dins 1′ bûse.  … dins lès cindes.

Cuire les pommes de terre sous la cendre.

 

903

canada

Canadas à l’ pèlate.

Pommes de terre en chemise.

 

904

canada

In canada.

Une grosse montre de gousset (péj.).

 

905

canari

I va mète ès’ canari à mâle.

Il va à un rendez-vous amoureux.  Il va chez sa maîtresse.

 

906

candjî

Il a candji.

Se dit de quelqu’un qui a changé moralement, changé de carac­tère (aigri ou rasséréné).

 

907

chanjè

Il èst chanjé.

Se dit de quelqu’un qui relève de maladie, que l’on rencontre pour la première fois, et qui est changé physiquement (maigri, émacié, pâle).

 

908

candjî

Pou n’ nén candjî.

Une fois encore. Comme d’habitude.

 

909

candjî

Co 1′ min.me pou candjî.

Idem. Ici “candjî” est ironique.

 

910

candjî

Trop vî pou candjî.

Il ne peut plus changer, c’est devenu une trop vieille manie.

 

911

candjî

Tu n’ candjeras jamés.

Tu es toujours bien le même.

 

912

cense

Ça n’ va nén pou ‘ne cense.

litt.  : Cela ne va pas pour deux centimes (pièce de monnaie ayant cours avant la guerre de 1914).

Cela ne va vraiment pas, surtout en parlant de la santé.

 

913

cense

 

Dji n’ m’é nén plé pou ‘ne cense. … pou ‘ne mastoke.

Je ne me (m’y) suis pas plu du tout.

 

914

cense

Ça (/ I) n mè r’vént nén pou ‘ne cense.  … pou ‘ne mastoke.

Cela ne me plaît pas du tout.  Je crains le pire.

Il ne m’est pas sympathique.

 

915

cense

I n’ èst nén malén (/ adwèt) pou ‘ne cense.  … ‘ne mastoke.

Il n’est pas intelligent (adroit) du tout.

 

916

cape

Su 1′ bôrd dè l’ cape.  Su l’ crèsse dè l’ cape .

Vraiment sur le bord de (la table, du précipice…). A l’extrême limite du délai prévu.

Vraiment à un doigt de l’échec à un examen. Vraiment le dernier moment ou c’est trop tard.

 

917

caractére

Sale caractére !

Mauvais caractère !

 

918

caractére

Il a 1′ caractére bén fét.

Il est très gentil, très accommodant, jovial.

 

919

caractére

Il a in caractére d’ aci.

litt. : Il a un caractère d’acier.

Il a un caractère inflexible, terrible.

 

920

cârè

In gros cârè.   In gros tikêt.

Un homme gros et massif.

 

921

carèssî

I 1′ a carèssi.

II l’a volé. Il l’a emporté. Il en a emporté une partie.

 

922

carèssî

Il a carèssi 1′ boutêye.

Il a bu une partie de la bouteille, en cachette.

 

923

caribotia

Fé dès caribotias.

Tirer des traits en tous sens,  griffonner comme le font les’ enfants qui ne savent pas encore écrire.

 

924

carote

Mindjèz dès carotes, vos-ârêz in bia pwêy, ‘ne bèle vwès.

Conseil donné à un enfant pour l’inciter à manger des carottes qui procureraient (?) de beaux poils (une belle chevelure) ou une belle voix.

 

925

carotiè

C’ è-st-in carotiè.

Carotiè” peut avoir le sens du mot français “carottier” mais aussi gai luron, qui raconte volontiers des histoires drôles, qui joue souvent de bonnes blagues.

Celui qui comprend,  qui devine,  qui  lit dans vos pensées, qui interprète vos réflexes.

 

926 

carotiè

P’tit carotiè !

(à un enfant)  Petit bonhomme !  qui  a tout deviné des mots couverts dits devant lui, qui est surpris à faire une blague, à mentir.

 

927 

cas

Ièsse dins 1′ cas di …

Etre bien capable d’agir(mal)  de la sorte.

 

928

cas

Ièsse dins 1′ cas.

Etre dans la même situation.

 

929

cas

Dj’ é ieû 1′ cas.

J’ai connu ça.

 

930 

cas

Fé du cas.

Faire cas.    Avoir grand soin de…

 

931 

casake

In r’toûne-casake.     In r’toûrneû d casake,   di  frake.

Un  tourneur de veste, qui  change d’opinion selon les  événements, son intérêt.

 

932 

casake

I l’ a ieû à s’ casake.

Il s’en est approprié. Il  l’a mangé.

 

933 

casake

Il a ieû su s’ casake.

Il s’est fait rosser.

 

934 

casake

Rimpli s’ casake.

Manger abondamment  (chez les autres).

 

935 

casake

In casake Omèr. In fraketî.

Veston usagé que l’on revêt pour bricoler à son aise,   pour travail­ler au jardin.

 

936 

caskète

I gn-a nén à taper s’ caskète èn-ér.

litt.:  Il n’y a pas de quoi lancer sa casquette en l’air. Il n’y a pas à crier victoire.

 

937 

caskète

Ène caskète à mwés vices.

Casquette posée très fort sur l’oreille à la façon des voyous.

 

938

caskète

Ène caskète d’ aflacheû d’ mouches.

Une méchante casquette,   flasque,   sans forme.

 

939 

caskète

Si…,  dji taperé  (/ dji  tapereu)  m’ caskète èn-ér.

Si cela se produit (/ produisait), je serai(s) le plus heureux des hommes, je serai(s) vraiment comblé.

 

940 

caskète

Atraper dè l’ caskète.

Recevoir une légère  correction à coups de casquette.

 

941

casserole

C’ è-st-ène casserole.

C’est un mauvais piano.

C’est une voiture  qui  fait un  bruit de ferrailles en roulant.

C’est une mauvaise mécanique bruyante.

 

942 

casserole

C’ è-st-ène casserole di Gochelîye.

Un habitant de Gosselies (à cause des émailleries situées naguèreH en cette ville).

 

943 

câsser

Il èst câssè.  I s’ a câssè.

Il a une hernie. Il s’est fait une hernie.

 

944

câsser

L’ fosse èst câsséye.

Une avarie interrompt le travail, en quelque usine que ce soitB (pas précisément un charbonnage).

 

945

câsser

Câsse, pâye.

Celui qui casse, détruit, doit payer les dégâts.

 

946

câsser

Câsser s’ chabot.

Perdre sa vertu.

 

947

câsser

Câsser lès pates à ‘ne saqui.

Briser son élan.

 

948

câsser

S’ câsser 1′ tièsse.

Se préoccuper outre—mesure.

 

949

câsser

Awè s’ vwès câsséye (à twès places).

Avoir une voix de fausset, enrouée ou définitivement enrouée• suite d’un effort, d’un surmenage de la voix, en voulant la forcer I avant la mue, pour chanter.

 

950

câsser

Vos n’ p’lèz mau d’ vos câsser.

litt. : Vous n’aurez pas une hernie.

A travailler ainsi (si lentement, en ne soulevant que des objets I légers), vous ne pouvez craindre une hernie.

 

951

cassî

Cassî ‘ne pinte.  … dès pintes.

I dè casse co bén ieune.  I dè casse voltî ieune.

Boire avec grand plaisir, rapidement un ou des verres de bière.

 

952

catâre

I d-a ieû pou s’ catâre.

On lui a fait des reproches.  On lui a dit ses vérités.

 

953

catâre

Trop tchêr pou m’ catâre.

Trop cher pour ma bourse.

 

954

catâre

T’ âras ça pou t’ catâre.

 Tu auras cela pour ton rhume (fig.).

 

955 

catâre

“Dj’ é in catâre. – Dimwin, t’ âras in catimpe”.

“J’ai un rhume, un catarrhe”. La réponse fait un jeu de mots. avec “tard” et “timpe” : tard et tôt.

 

956

catchî

Va-z-è t’ catchî.  . . . t ‘ muchî.  Va-z-è èvoye.

Va-t’en (cacher ta honte).

 

957

catèchime

On lyi a fét s’ catèchime (ou catèchisse).

On lui a donné les instructions à suivre aveuglément. On lui a fait les reproches qu’il méritait. On lui a fait la morale qui s’imposait.

 

958

catèchime

Qu’ i vène, ès’ catèchime èst près’.  … s’ complimint (iron.)

La liste des reproches que j’ai à lui faire est toute prête.

 

959

cause

C’ èst mi dè l’ cause.  C’ èst ça dè l’ cause.

C’est ma faute. C’est cela qui en est la cause, qui l’a provoqué.

 

960

cause

À cause ?

Pourquoi ?

 

961

caute

Èle s’ a fét bate lès cautes.  Ele a stî à l’ bateûse di cautes.

Elle a consulté une cartomancienne.

 

962

caute

Èle bat lès cautes.

C’est une cartomancienne.  Elle sait interroger les cartes.

 

963

cawiot

Il a djouwè du cawiot.

Il s’est comporté en escroc. Il a agi en homme sans confiance, en délateur, en traître.

 

964

cayau

Fé bwâre in cayau.

Faire des ricochets sur l’eau avec un caillou plat.

 

965  

cayau

Il a foutu in cayau dins m’ djârdin. Ça, c’ è-st-in cayau dins…

Il a fait une allusion à peine déguisée, une réflexion qui me vise, qui évoque une mésaventure, un scandale, auxquels j’ai été mêlé.

 

966

cayau

S’ il âreut co s’ côp d’ cayau (à foute, à taper, à lancî, à djèter).

Si la même situation se reproduisait, il agirait tout autrement. S’il pouvait recommencer son coup… »

 

967

cayau

Ièsse dins sès cayaus.

Etre propriétaire de sa maison.

 

968

cayau

In cayau d’ cwérèle.

Un caillou de grès tendre, rond, poli.

 

969

Casote

Gn-a qu’ à li èt à Casote qui çoula arive, pout ariver.

Il n’y a qu’à lui et à un original comme Cazote que cela puisse arriver.

Casote : habitant de Charleroi, contemporain de Jacques Bertrand, à qui il arrivait des mésaventures les plus ahurissantes.

 

970

cèke

Il a bu 1′ cèke èt lès tones.  … cèkes èt tonias.

Il a bu énormément. C’est un ivrogne invétéré.

 

971

cèke

Djouwer au cèke.

Jouer au cerceau.

 

972

cèrke

L’ cèrke catolike.

Le cercle catholique. Dans cette appellation, on n’emploie pas I “cèke”, mais “cèrke”, cela s’explique par l’origine bourgeoise I de l’institution : il s’agit d’un décalque de l’expression I française.

 

973

céns

Dès céns qu’ i gn-a.  Gn-a dès céns qui…

Il y en a qui…  Certaines personnes (font cela).

 

974

cénk

Fé in cénk au cu di s’ culote.

Faire un accroc au fond du pantalon en forme de V (cinq en chiffre I romain), déchirure due à un clou, à du fil barbelé.

 

975

cink

Donèz-me d-è cink.

Donnez-moi la main. Serrez-moi la rnain (ou la pince) afin de 1 vous féliciter de ce geste, de cet acte.(familier).

 

976

cénk

D-è v’là cénk di d’vant 1′ guêre.

Se dit en tendant la main à quelqu’un pour le fe’liciter de ce qu’il vient de dire ou faire.

Je te tends avec chaleur une main de la qualité d’avant-guerre, de quelqu’un né avant-guerre.

 

977

cénkante

‘là-t’ cénkante eûros!  ‘là-t’, téns, cénkante eûros!

Pas d’accord, je ne marche pas, c’est raté en ce qui te concerne.

 

978

cénk

Dji m’ va t’ doner vint’-cénk centimes.

(expression née sans doute entre les deux guerres).

Je vais te donner l’aumône, un sou pour que tu te taises, tu t’en ailles, tu restes un peu tranquille, tu arrêtes, tu parles d’autre chose, sans bourse délier, bien sûr..

 

979

cèréje

Tout-à l’ doûce (al bèlote) come èl mârtchand d’ cèréjes. T’a la douce. Se dit de quelqu’un qui ne se hâte pas, qui va un pas de sénateur.

 

980

cêréjî

C’ è-st-in cèréjî d’ comune. (v. n° 702).

 

981

cèrf’

C’ è-st-in cèrf’.

Enfant  (ou grande personne) vif, nerveux,  qui ne tient pas en place, qui a vite deviné.

 

982

chabot

Il a compris chabot.

II a compris de travers.

 

983

chabot

Dji t’ sin ariver avè tès gros chabots.

Je comprends où tu veux en venir (mauvais desseins). Inutile de feinter plus longtemps, je te sens venir.

 

984

chabot

On disvûde bén lès chabots.

Rien n’est impossible puisqu’on arrive à évider un bloc pour en faire des sabots, puisqu’un travail tellement impensable peut se réaliser.

 

985

chabot

Awè du strin dins sès chabots.

litt. : Avoir de la paille dans ses sabots. Avoir des ressources, de la fortune.

 

986

chabot

Èle a mîs sès chabots au r’viêrs.

Elle se mêconduit. Elle s’est méconduite.

 

987

chabote

Tout djusse pou mète dins m’ chabote.

litt. : Juste pour loger dans ma dent creuse. Très peu, vraiment trop peu.

 

988

chacun

Chakun à s’ chakun.

Chacun chez soi.

 

989 

Châle

Ièsse Châle. Djouwer au Châle, du Châle.

Etre le maître absolu. Jouer au maître  absolu.

 

990 

Châle

I fét 1′ Châle.

Il joue au chef.

 

991 

Châle

I vout toudi ièsse  Châle.     …   èl  cok.

Il veut sans cesse être  le maître incontesté.

 

992 

chalote

Tu djoûwes come ène chalote.

litt. :  Tu joues comme une (vieille)  échalote. Tu joues mal, comme un débutant.

 

993 

champète

Gn-a pont d’imbaras pou l’ champète.

Il n’y a pas à craindre quelque remontrance.

Il n’y a pas de danger, ils se sont bien cachés pour agir.

Allez-y, c’est sans danger.

 

994 

champète

I n’  pout co mau pou 1′ champète.

Il n’y a pas encore de  danger pour lui.

 

995 

champète

S’ mârier au champète.     S’ acoupler.

Vivre    en    concubinage,     maritalement     (ne    pas    “passer”  devant le curé ni l’officier de  l’Etat civil).

 

996 

chance

Pont d’ chance a souvint s’ toûr.   …   s’ pârt.

Il y a beaucoup plus  d’échecs que  de réussites.

On met souvent sur le compte de la malchance  un échec qui n’est dû qu’à la négligence.

 

997

chanjé

Il èst chanjé.  (v. n° 907).

 

998

chapite

Awè dwèt au chapite.

Avoir voix au chapitre.

 

999

chake

Chake èl sén.

Chacun le sien.

 

1000

chakeunun

Chakeunun iun, deûs…  Chakeunun ‘ne djambe, in bras.

Chacun un, deux…      Chacun une jambe, un bras.

 

1001

chakeunun

Chakeunun s’ pârt.

Chacun sa part.

 

1002

chakeunun

Èles vont v’nu chakeunun à leû tour.

Elles vont venir chacune à leur tour.

 

1003

châriguète

Vîye châriguète !

Vieux sabot (toupie à extrémité conique que l’on fait tourner sur la pointe en la fouettant).

Mot péjoratif,  injurieux,  adressé à une vieille femme radoteuse, médisante, méchante, que l’on n’aime pas.

 

1004

châritè

Donèz-me ène petite châritè.

Supplique d’un mendiant qui réclame une aumône si petite soit-elle,

 

1005

charje

À (/ À l’) plêne charje.  À (/ À l’) plêne dadâye.

En vitesse.

 

1006

charje

Pèter ‘ne charje.

Courir très vite, sprinter.

 

1007

chasse

Mârkèz ‘ne chasse.

Terme du jeu de balle.

Marquez un bon point, vous venez de l’emporter sur votre interlocuteur.

syn.: Rabatèz ‘ne ligne, êne roye : termes empruntés au jeu de cartes (couyon).

 

1008

chatau

L chatau pousse-fôrt.

Le w.c.

 

1009

chaupyî

Ça m’ chaupîye.

Cela me chatouille.

Cela m’agace, m’énerve, m’indispose.

 

1010

chèf

Oyi, li, in chèf ?… In chève à rén !

Se dit quand on met en doute les qualités du chef, ses connais­sances, son pouvoir.

Se dit quand on ne croit pas à la fonction de chef qu’il se glorifie d’avoir.

 

1011

chènance

Fé chènance. Fé (in gros) chênance di rén.

Faire semblant.  Faire comme si de rien n’était. Faire comme si l’on ne s’apercevait de rien.

 

1012

chènance

A m’ chènance.

D’après ce que je crois.

 

1013

chèrchârd

C è-st-in chèrchârd.  C’ è-st-ène chèrchaude.

C’est un homme (une femme)  qui cherche la bagarre, à mettre la zizanie par plaisir.

 

1014

chèrcher

I m chèrche. I m’ cache misére.

Il me cherche noise.

 

1015

chèrvu

S ‘ fé chèrvu su s ‘ cu.

Se faire servir au doigt et a l’oeil.

 

1016

cheur

Fé danser s’ cheur su 1′ cu du four.

litt. : Faire danser sa soeur sur le fond du four.

Se dit d’une puinée qui se marie avant son aînée.

 

1017

chichite

T’ as ieû 1′ chichite.  … l’ clope, 1′ chite, 1′ vèsse.

Tu as eu la frousse.

 

1018

chichite

Fé chichite au tamis.

Echouer à chaque livrée (jeu de balle au tamis).

 

1019

chîj

Gâtant dins chîj qui dins sèt’ .  . . . ène sôrte qui l’ aute. Ostant au bûre qu’ à l’ wîle. (v. n° 809).

Etre sans préférence,  indifférent au nombre,  à la qualité. Peu importe le résultat.

 

1020

chike

Il èst seûr di s’ chike.

II peut être sûr que cela lui arrivera, que cela lui pend au nez. C’est comme si c’était fait (ironique parfois).

 

1021

chike

Agnî su s’ chike.

Ne souffler mot,  se mordre les lèvres pour s’empêcher de faire un esclandre, de réagir violemment.

Faire un suprême effort.

 

1022

chike

I m’ a côpè 1′ (/ m’) chike.  … 1′ chuflot.

Il m’a coupé la parole.

Après son intervention,je n’ai plus su que dire, je suis resté à quia.

 

1023

chike

Prind ‘ne chike èt fé 1’ môrt.

Tiens-toi coi, essaye que l’on oublie ta présence.

 

1024

chike

Sins r’toûrner s’ chike.

Aisément, sans effort.

Se dit d’un travail accompli sans arrêt (sans prendre le temps I de retourner la chique que l’on a en bouche).

 

1025

chite

I min.ne ça come èl chite Colas.

litt. : II mène cela comme la diarrhée de Nicolas.

Il  traîne  en longueur  la relation d’un événement,  le récit! d’une anecdote, l’énoncé d’un bon mot.

 

1026

chite

I n’ a (/ I gn-a) nén pus d’ fiyète à li qu’ à in cu qu’ à 1′ chite.

C’est un homme à qui on ne peut faire confiance.

 

1027

chite

Dj’ é ieû l’ vêrte chite.

J’ai eu une peur bleue.

 

1028

chite

Dji voûreu qu’ t’ âreus 1′ (vêrte) chite.  … 1′ tigne.

Je te souhaite bien des ennuis, des aléas, après ce que tu as fait.

 

1029

chite-brote

Fé chite-brote.  — chichite.

Se dit quand la toupie touche le sol au niveau du bois et file très loin hors du jeu.

 

1030

chlague

Awè du chlague.  . . . du plomesak.  . .. ène ransenéye. Recevoir une correction sévère.

 

1031

chlop’

Alèz, chlop’ !   Asteûre, c’ èst chlop’ !

Allez vous coucher.  Il est l’heure d’aller au lit. (origine flamande).

 

1032

chôcolat

Dins l’ aute, i gn-a in chôcolat.

Se dit à un enfant qui a un doigt dans le nez, lui conseillant ironiquement d’essayer l’autre narine où il y aurait sans doute un bâton de chocolat.

 

1033

chometer

On l’ a fét chometer.  Il a d’vu chome’ter (/ chimeter).

Il a dû s’enfuir, quitter les lieux. On l’a sorti sur un ordre impérieux. On 1’a fait décamper.

 

1034

chometer

Vos l’ ârîz vu chometer.

Vous l’auriez vu prendre ses jambes à son cou, s’esquiver.

 

1035

chone

Ossi maubèlér qu’ ène chone.  Ossi adwèt… (ironique). litt. : Aussi maladroit qu’une vulve.

Aussi maladroit que possible. On ne peut plus maladroit.(v.n°546).

 

1036

chorer

Chorer.

1) se hâter pour ne pas arriver en retard, hâter le pas. syn. gambyî.

2) mettre les bouchées doubles au travail pour terminer dans le le délai prévu, avant la nuit, avant l’hiver, avant l’arrivée de…

syn. drayî, tèchî, bouter, taper d’ssus, taper su l’ gade.

 

1037

chorer

Vos p’lèz bén chorer dwèt.

Je vous conseille de marcher droit, loyalement.

Je vous conseille de travailler loyalement, avec ardeur, sans lever la tête, sans comédie, sous ma surveillance constante, sans escompter la moindre indulgence.

 

1038 

chorer

Vos chorrèz rwèd.

Vous marcherez vite, vous irez vite.

Vous n’aurez pas gain de cause avec moi. Ce sera un “non” catégorique, sans appel.

syn. Vos courrez rwèd.

 

1039

chorer

Avè mi, vos chorrèz.

Avec moi, vous irez vite, vous travaillerez d’arrache-pied. Sous mes ordres, mon autorité, cela va changer.

 

1040

chorer

I chore, savèz.  I 1′ fét chorer. Èle li fét chorer.

Sous les ordres de ce nouveau chef, de son mari, de sa femme, main­tenant, il se hâte, il travaille dur, il file doux.

 

1041

chorer

Dji l’ é fét chorer.

Je l’ai obligé à se hâter, à s’éloigner, à s’écarter. Je l’ai fait sortir illico.

 

1042

chorer

Alèz, chore !

Allez, oust !  Dehors !  Va-t’en vite.

 

1043

chorer

Çu qu’ i faut chorer dins la vîye !

Ce qu’il faut trimer dans la vie !

 

1044

chorer

Il a d’djà byin chorè dins s’ vîye.

Il a déjà bien turbiné dans la vie. Il a déjà bien marché. C’est un marcheur infatigable.

 

1045

chorer

Ça chore.

Cela passe vite (le temps, les provisions, l’argent).

 

1046

chorer

Tu vas chorer tèrtous.

Vous allez tous mettre les voiles, déguerpir.

(à remarquer l’emploi du sujet ‘singulier pour s’adresser à

plusieurs personnes : ordre plus sec).

 

1047

chorer

Lès coureûs ont chorè pou d’djà ièsse là.

Les coureurs ont donné du coton pour déjà être arrivés.

Dans toutes ces expressions, on peut utiliser “roter” au lieu de “chorér”, mais il est moins sévère, moins autoritaire dans les ordres donnés.

 

1048  

chôse

Il èst chôse.

Il est agréable, plaisant, attentionné, prévenant, compréhensif, gentil, aimable, affable.

 

1049

chôse

Il a stî chôse avè mi.

Il a été (cf supra) à mon égard.

 

1050

chôse

I n’ a nén (ieû) 1′ chôse di…  I n’ a jamés…

Il n’a pas eu la politesse, la bonté de…  Il n’a jamais…

 

1051

chôser

Chôser, remplace un verbe (d’action) que l’on ne retrouve pas sur l’ins­tant, au moment de le dire.

 

1052

chôse

“Chôse… – Chôse qui passe pa chôse, qui passe pa m’ cu qui nè r’vént pus”.

A quelqu’un qui reste dans le vague pour désigner celui qui a commis l’acte dont on parle, son nom; l’autre vexé de cet anonymat, de lui répondre.

 

1053

chôse

Ç’ n’ èst nén grand chôse di li. 

C’ è-st-in nén grand chôse.

Individu peu recommandable.

 

1054

chou

Quand vos-êstîz co dins les chous du curè.

Quand votre mère vous portait avant votre naissance.

Quand vous n’étiez pas encore né. Vous ne pouviez pas être né quand cela s’est produit.

 

1055

choûte

I n’a pont d’ choûte.  I n’ choûte nén. Cet enfant est désobéissant.

 

1056

chuchûte

Yèsse al chuchûte da…

Poursuivre quelqu’un.

 

1057

chuchûte

Dji sû à l’ chuchûte.

On me poursuit.

 

1058

chuchûte

Awè ‘ne saqui à s chuchûte.

Etre poursuivi par quelqu’un. Craindre d’être poursuivi.

 

1059

chuchûte

Awè ‘ne chuchûte.

Avoir une remontrance.

 

1060

chufler

I d-è chufêle co bén ieune, iun.

Il aime boire un verre, une “goutte”. Cela lui arrive fréquemment, chuflot : désigne un petit verre de genièvre, de liqueur.

 

1061

chufler

I m’ d-a chuflè ‘ne léde.

Il m’en a raconté une bien bonne, une histoire osée.

Il m’a appris une terrible, une fâcheuse nouvelle.

 

1062

chuflot

Daler à chuflot.

Aller à rien,  coupé en allant à rien, en décroissant jusqu’à zéro, en biais, en biseau.

 

1063

chuflot

I m’ a côpè 1′ chuflot.  (v. n° 1022).

 

1064

chûre

Chûre di pîd à talon.

Suivre de près.

 

1065 

chûre

Awè pou chûre.

Avoir suffisamment d’argent pour suivre,   continuer.

Etre    suffisamment    approvisionné    (magasin)    pour    répondre    à la demande de la clientèle.

 

1066 

chûre

N’ nén sawê chûre.

Ne   pas    savoir    répondre    à    toutes les sollicitations amoureuses de sa femme,  de sa maîtresse.

 

1067 

chûre

Ça m’  chût.

Cela me hante,me poursuit.     Le remords me suit.

 

1068 

chûvant

C’ èst chûvant.

C’est selon,  cela dépend.

 

1069 

chûvant

Twès côps à (/ en) chûvant.

Trois fois de suite, qui se suivent.

 

1070 

chûte

I n’ a pont d’ chûte.

Il arrive tantôt trop tôt, puis trop tard, on ne peut prévoir. Il est imprévisible.

 

1071  

chûte

Ça n’ a pont d’ chûte.

Le résultat varie d’une aventure à l’autre, d’une occurrence à l’autre. La suite est imprévisible parce que différente chaque fois.

 

1072  

ci

Ène miyète pus ci

Un peu plus près d’ici. Un peu avant d’arriver  (en un lieu désigné).

 

1073 

ci

Ci dérènemint.

Naguère.    Il y a peu de  temps.

 

1074 

ci

I n’ èst nén ci.

litt.:  Il n’est pas ici.

Ses idées vagabondent loin d’ici, il est distrait. Il ne suit pas la conversation

 

1075 

cièl

L’  cièl tchéreut,  gn-a wére d’aulouwètes qui  scaperént.

litt.: Le ciel viendrait à tomber, peu d’alouettes s’en tireraient.

Réponse à quelqu’un qui voit le cas extrême   (pessimisme) qui n’arrivera pas ou qui ne s’est jamais    produit jusqu’alors.

 

1076 

cièl

L’ cièl va tchér.  On dîreut qui 1′ cièl…

Le ciel se bouche, est noir, menaçant, une averse ou un orage se prépare.

 

1077 

cièl

Pôrter ‘ne saqui au cièl.

Avoir    pour    lui,    une    estime    exagérée,   en faire un éloge  outré.

 

1078

cilinke

Passer au cilinke.

litt. : Passer au cylindre (de laminoir). Façon pour un homme de dire “faire l’amour”.

 

1079

cinde

Couver lès cindes.  D’meurer dins sès cindes.

Rester chez soi, être casanier.

 

1080

cinde

L’ djoû dès cindes.

Le mercredi des Cendres,  syn. Èl mécrèdi mégue. Le jour où les boueux enlèvent les immondices.

 

1081 

cingue

I m’ a ieû à l’ cingue (/ au pwêy).  I m’ a r’luvè pa l’ cingue.

litt.  :  II m’a eu à la ceinture. Il m’a relevé par la ceinture, II m’a attrapé, dupé. Il a faussé ma vigilence.

 

1082

cint’

A cint’ ans, i d’mande co èyu-ce qu’ on danse.

litt. : A cent ans, il demande encore où l’on danse.

Il  est tellement vert pour  son âge  que l’on croit qu’à cent ans, il pourrait encore faire quelques pas de danse.

 

1083

clabot

Il a ieû 1′ clabot.  Il a 1′ clabot, 1′ plantchète.

Le prêtre lui a refusé l’absolution.

Il  est arrivé  en retard  à confesse, le prêtre était reparti.

Il est excommunié.

clabot  : petite porte du confessionnel actionnée par le prêtre.

 

1084

claper

Claper l’ uch au nez d’ ène saqui.

Claquer violemment la porte au nez de quelqu’un.

 

1085

claper

Clape èt’ gueûye.  Clapèz vo gueûye.

Tais-toi.  Taisez-vous.  Ta gueule ! (très grossier).

 

1086

clapète

Mète sès pantoufes (/ babis) à clapètes.

Mettre ses pantoufles en écrasant le contrefort.

 

1087

clârinète

Djouwer dè l’ clârinète fachîye.

litt. : Jouer de la clarinette emmaillotée.

Faire l’amour.

Avoir une jeunesse orageuse, semée de bonnes fortunes (en parlant d’un homme).

 

1088

clé

Fé in toûr di clé.

Fermer la porte à double tour, à clé.

 

1089

clér

Vîr cléra s’ djeu.

Avoir bien son jeu en mains, y voir bien clair.

Voir bien clair dans l’aventure en cours, dans l’entreprise.

 

1090

clér

Clér corne du ratchon d1 chique.  … du bouyon d’ tripes. Pas clair du tout, trouble (boisson, propos).

 

1091 

clér

I wèt clér par gnût.

Il voit la    nuit.     C’est    un    rôdeur,     un homme à qui  l’on ne peut faire confiance.

 

1092 

clér

On vîra clér à ç’ qu’ on  dit.

Allumez    la    lampe    pour que,   entre chien  et  loup,   la conversation soit plus agréable,   pour  que  l’on se voie  mieux.

 

1093 

clér

Lèyî clér èt curè.

Laisser une question sans réponse, sans mot dire.

 

1094

clicoter

Tu vas t’ fé clicoter pa t’ pa.

Tu vas te faire attraper,  secouer, enguirlander par ton père.

 

1095

clicoter

I clicote dins sès cossètes.

Il tremble de froid, de peur, dans ses vêtements.

 

1096

clicoter

I clicote dès fèsses come in tchén qui tchît dès claus.

litt.  :  II tremble des fesses comme un chien qui fait sa crotte. Il est pris d’un tremblement très visible de tout le corps.

 

1097

clignète

Djouwer à l’ clignète (/ à muchî).

Jouer à cache-cache.

 

1098

clignète

I djoûwe à l’ clignète avè mi.

Il m’évite.

Nous n’arrivons pas à nous rencontrer.

 

1099

cliper

Cliper sès d’vwêrs.

Bâcler ses devoirs du soir.

 

1100

cliper

Cliper lès fèsses di s’ gamin.

Donner une claque aux fesses de son fils.

 

1101

clike

I n’ pout mau d’ awè ‘ne clike.

litt. : Il ne craint pas d’avoir un lumbago.

C’est un fainéant.   Il ne risque pas un lumbago étant donné le peu de travail qu’il daigne faire.

 

1102

clitche

Il èst (tout 1′ timps / toufêr) toudi pindu à m’ clitche.

Il vient sans cesse heurter à ma porte. Il me rend sans cesse visite (inopportunément).

 

1103

clitche

L’ clitche di l’ uch n’ rafrèdit jamés (nén).

litt. : La poignée de la porte ne refroidit jamais, pas. Il y entre sans cesse des visiteurs, des clients.

 

1104

clitchî

Il èst co clitchi. / … staurè.

Il est à nouveau malade.  Il a dû se remettre au lit.

De quelqu’un qui est souvent malade : il est à nouveau “pincé”.

 

1105

clope

Awè l ‘ clope.   (v. n° 1017)

 

1106

clokète

Tu n’ pous mau d’ awè dès clokètes.  … ‘ne clokète.

litt.  :  Tu ne risque pas des  (un) durillons, cals, ampoules aux mains.

Un tel travail ne te donnera certainement pas d’ampoules aux mains. A fainéanter ainsi, tu ne risques pas…

 

1107

clûtè

Ièsse clûtè.

Terme du jeu de bâtonnet (briche) : lorsque l’adversaire touchi le bâton placé sur le sol, avec la “briche”.

 

1108

clûtè

Il èst clûtè.

Il est touché à mort, malade incurable, condamné par la médecine. Il est au bout du rouleau, acculé à la faillite.

 

1109 

co

‘là (/ V’là) co tout.

Pas tellement, pas trop.

Cela aurait pu être pis (ironique).

 

1110 

co

‘là (/ V’là) co bén !

Heureusement !

 

1111

co

Co toudi !

Encore !  Encore une fois ! (reproche).

 

1112

co

Co toudi.

Acquiescement réitéré à une nouvelle proposition, à un nouvel argument.

 

1113

co

Sins…, èt co !  En (ou) avè . . , èt co !

Réussir : Sins m’ jin.ner, sins mès crossètes, sins m’1 frére, èt co!

Sans me gêner, sans mes béquilles, sans l’aide de mon frère, comme tu le vois.

Echouer  :  En m’  crèvant 1′ amér, en m’ dispétchant, avè mes crossètes, avè m’ frére, èt co!

En me chinant, en me dépêchant, malgré mes béquilles, malgré l’aide de mon frère, comme tu peux voir.

 

1114

co

Tu vas l’ fé, èt rède èt co !

Tu vas le faire et vite.

 

1115

Bouter, travayî, à cô tindu.

Travailler d’arrache-pied.

 

1116

In cô sins tièsse, ça n’ èst nén bia.  … ça i èst léd.

A quelqu’un qui termine sa phrase par “in côp” ou qui s’arrête dès les premiers mots  : “In côp… “, l’autre aussitôt enchaîne! cf supra,  pour montrer ses doutes quant à la véracité de ce qui allait suivre ou son regret de ne pas obtenir aussitôt plus de précisions.

 

1117 

cocha

Dji d-é iun d’ cocha !

litt. : J’ai une de ces cosses (de pois, de haricot).

A cause de mon rhume,  j’ai  un nez affreux,  rouge,  gonflé.

 

1118 

cocha

Qué cocha !

Quel (long) nez   !

 

1119 

keûr

Ç’ n’ èst l’ bon keûr coeur qui lyi manke,  mins. ..

Il est plein de bonne volonté,  mais…

 

1120 

keûr

Dj’ é m’  keûr à m’ dos.  Djé mi  stoumak à m’ dos.

Je suis tout retourné, ému, abasourdi, sous le choc, après avoir appris cette nouvelle; depuis que j’ai appris cette nou­velle désagréable, pénible.

 

1121 

keûr

Awè s’ keûr qui bondit.

Avoir des nausées.

 

1122 

keûr

Il a in p’tit keûr.

Il est vite écoeuré,   dégoûté.

 

1123 

keûr

S’ keûr a crèvè.

Il a été terrassé par l’émotion.

 

1124 

keûr

Èm’  keûr  (/ Èm’n-âme) djoûwe du viyolon.

Je   vous    avais    mis    en    garde,     conseillé  la prudence,   vous n’en avez    tenu    aucun compte et ce  que je vous  avais prédit est arrivé: je m’en réjouis.

 

1125 

keûr

Dj’ é m’  keûr coeur eûwis’.

J’ai mal  au coeur comme  s’il  était entouré  d’eau,   je  suis  écoeuré par des sucreries,   j’ai  envie de manger du salé,   du vinaigré.

 

1126 

keûr

Din.ner par keûr.

Se passer de diner, sauter un repas.

 

1127

cofe

Il a in bon cofe.

Il a une poitrine en bon état de santé, de bons poumons.

 

1128

cofe

I d-a iun d’ cofe ! (/ … d’ creûs !)

Se dit d’un chanteur qui a un organe puissant.

 

1129  

cokemwâr

Cokemwâr qui boût !

litt. : Le coquemar (la bouilloire) bout, et son eau se répand sur le poêle.

Vite ! Retirez la bouilloire qui éclabousse le poêle. En généraI : Alerte !  Agissez vite. Arrêtez les dégâts.

 

1130

coler

Ça m’ a colè.

Cela m’a plu.

 

1131

colau

Fé dès colaus.

Faire des mouillettes pour les tremper dans un oeuf à la coque posé sur un coquetier, à l’intention d’un enfant.

 

1132

colau

M’ pètit colau.  Mi p’tit colau.

Mon petit chéri (à un enfant).

 

1133

colau

É! M’ colau !

Eh! l’ami.  Eh! Mon ami. (péjoratif).

Interpeler quelqu’un dans l’intention de lui faire un reproche, lui marquer sa désapprobation.

 

1134

combén

I va sawè pou combén.

Il va en faire la triste expérience, il va savoir nesurer toute l’importance de ce contretemps.

 

1135

combén

L’ combén ç’ qu’ on-n-èst ?

Le quantième sommes-nous ?

 

1136 

combén

Il a come ène trentène d’ anéyes.

Il a environ trente ans, dirait—on.

 

1137 

come

Come d’ èfèt.

Effectivement.

 

1138

come

Come ça s’reut là mi.  Come ç’ s’reut là mi.

litt.: Comme si c’était moi.

Un homme, une femme tel (le) que moi, qui me ressemble assez, (taillçj corpulence, teint, couleur de cheveux…).

 

1139

come

Avè dès feumes come on-z-a !  Avè dès-omes…

Avec des épouses comme on a !  Avec des maris… (c’est triste). remarquer le pluriel malgré le pronom “on” qui rappelle le I nom pluriel qui sert de comparaison.

 

1140

come

Come c’ èst vous !

Comme il vous ressemble !

 

1141

comint

Comint, comint ?

On vient d’apprendre une chose incroyable,  renversante, qui mérite une sanction.

 

1142

comission

Fé ‘ne bèrlûwe comission (/ coumission).

Faire mal une commission ou chercher un prétexte pour entrer j. en relation avec quelqu’un, pour apprendre des détails sur j un fait secret, caché.

 

1143

comission

Fé ‘ne bèrneûse comission.

Faire une commission, une démarche désagréable. Chercher un prétexte pour se rendre quelque part.

 

1144

comission

Fé s’ comission.

Aller aux toilettes.

 

1145

comission

Daler fé lès comissions. Daler à comissions.

Aller aux emplettes.

 

1146 

comission

C’ è-st-ène comission !

En voilà une affaire   !

 

1147 

comission

Ç’ ‘t ène comission avè vous.

C’est    toujours    un    problème,     c’est    toujours  la même chose avec vous  (reproche).

 

1148 

compagnîye

Piède ès’ compagnîye.

Perdre son conjoint.

 

1149 

compèrdure

Il èst dur (ou dûr)  di compèrdure (/ …  di compèrdichure).

Il a l’entendementlent, il n’a pas l’esprit vif.

 

1150 

compére

Daler compére èt compagnon.

Se promener souvent ensemble,   amicalement.

 

1151 

complimint

Oyi,  ça va,  à r’voûye, complimints à Zîrè. (v. n°244).

 

1152 

complimint

Complimints au cu d’ ène âye.

litt.:  Des compliments derrière une haie.

Faites mes  compliments  à qui  bon vous  semblera ou même à personne.

Réponse que s’attire une personne qui vous lance  “Complimints” sans en dire plus, au moment de  vous  quitter.

 

1153  

comprinde

C’ è-st-à comprinde.

Cela est aisé à comprendre.

 

1154  

comprinde

C’ èst bén-à comprinde.

Cela va de soi.

 

1155 

compte

D’ awè s’ compte.

Etre excédé.

 

1156  

compte

Dimander s’ compte.  Vos frèz m’ compte.

Réclamer son salaire pour aller  travailler  ailleurs.

 

1157 

compte

N nén fé grand compte.

Ne pas attacher d’importance,   dédaigner.

 

1158 

compter

Tout compté, tout rabatu.

Tous comptes faits.

 

1159 

compter

7 èt 9 = 14 èt 5 =  21, comptèz  come vos  v’lèz.

Le premier calcul faux, rectifié (!) par le second, fait sursauter celui à qui on le propose.

 

1160  

conèche

I conèt bén s’ mononke.   … s’  mésse, s’ mèméte.

Il a  une affection très marquée, une forte préférence pour son oncle (d’un enfant), pour son maître (d’un animal domestique).

 

1161

conèche

Dji vos fré conèche (/ conète).

Je vous dénoncerai, je vous dépeindrai tel que vous êtes.

 

1162

conète

N’ nén conète ni du cu ni dè l’ tièsse.

Ne pas connaître du tout.

 

1163

conète

Conète come sès poches.

Connaître parfaitement, depuis longtemps, à fond.

 

1164

conète

Coneû come in mwés liârd. … in mwés sou.

Connu pour sa malhonnêteté, son peu de scrupules.

 

1165

consèy

Qwè-ce qui 1′ consèy rapôrte ?

Qu’a-t-il été décidé en assemblée, dans une conversation, laquelle je n’assistais pas, sur un sujet brûlant, qui m’intéresse.

Qu’en pensent les supérieurs, les gens plus instruits ?

 

1166

consèy

Ça dèpend ç’ qui l’ consèy rapôrte.   … va rapôrter. Après décision de ce “conseil”, j’aviserai.

 

1167

consule

On-a fét ‘ne consule pou Djosèf.

On a dû faire une consultation d’un collège de médecins au chevet de Joseph.

 

1168

consyince

I poûra bén daler avè ça su s’.

litt. : Il pourra bien aller avec cela sur la conscience. Avec cela sur la conscience, il est bien à plaindre.

 

1169

consyince

Quand il ara foutu ça su s’ concyince. (v. n° 784).

 

1170

conte

Iun sconte iun, deûs sconte deûs, twès sconte quate. Quate, cénj, chîj conte…

Jusqu’à 3 (1, 2, 3)  avant le mot “conte” : contre, se place un “s”. A partir de 4, cette lettre disparaît.

 

1171

conte

Tèrtous sconte iun, deûs…

Tous contre un, deux…

 

1172

conte

Dji n’ su nén conte di ça.

Je ne m’y oppose pas.

Oui, je veux bien admettre ce que vous dites.

 

1173 

conte

I n’ a nén à daler conte.  … là conte.   I gn-a nén à daler conte.

Il n’a pas à s’opposer à cela. Il n’y a pas à…

 

1174

conte

Mète l’ uch conte.

Pousser la porte de manière qu’elle touche le chambranle, sans bien sûr tourner la clé.

 

1175

conte

Dès contes à l’ fèrlope.

litt. : Des mots à quatre sous.

Des contes licencieux, à double sens, pas sérieux, pour vous escroquer (à la rigueur).

syn. :  Dès bwagnes contes, in bwagne conte, in conte à l’ blife, dès contes au r’viêrs. In pauve conte.

 

1176

conte

Il èst toudis la ave ses bwagnes contes, (v. n° 829).

 

1177

conte

Dès contes a min.nér a bêrwête.

Des contes qui ne tiennent pas debout, peut-être aussi, licencieux douteux.

 

1178

conte

Dès sots contes.

Des propos insensés.

 

1179

compte

Dji n’ sé pus fé in bon compte.  .. . in bon fond.

Je ne me souviens plus exactement de tous les détails de cette affaire.

 

1180

conte

Nén tant d’ contes.

Finissons-en. Pas tant d’histoires.

 

1181

contint

Dji sû contint, mi.

litt. : Je suis content, moi. Je suis tout à fait d’accord.

 

1182

contint

D’ awè (/ Awè) s’ contint.

En avoir à satiété.

Avoir ce que l’on désire, sans discussion, syn. : Awè s’ contint’mint.

 

1183

contrèbasse

Ça èt pèter dins ‘ne contrèbasse.  … ‘ne banse.

Deux fois rien, inefficace, inutile.

 

1184

contréle

Qui du contréle.

Au contraire. Bien au contraire.

 

1185

contréle

Du contréle sins.

A contresens, en sens inverse.

 

1186

contréle

Gn-a ‘ne saqwè d’ contréle d’ arivè.

Quelque chose de désagréable, pénible,  vient de se produire.

 

1187

contréle

Dîre in mot contréle.

Tenir des propos inconvenants, méchants, choquants.

 

1188

contréle

Mindjî, bwâre ène saqwè d’ contréle.

Manger, boire quelque chose de nuisible à la santé, voire un poison.

 

1189

contréle

Prinde in contréle tchumin.

Prendre un chemin qui ne convient pas.

Se méconduire, prendre un mauvais chemin.

 

1190

contréle

Prinde in parapwî contréle.

Se tromper de parapluie, prendre celui d’un autre.

 

1191

contréle

N’ nén ièsse contréle.

Ne pas se montrer contrariant. Etre gentil.

 

1192

contreuvèrse

Bate èl contreuvèrse.

Soutenir la controverse pied à pied.

 

1193

contunuwer

À contunuwér.

Sans interruption.

 

1194

convenance

Is-ont fét convenance èchène.

Ils ont convenu entre eux.

 

1195

convôye

Ène vréye convôye. Que convôye!

Un va-et-vient incessant.

 

1196

convôye

Fé convôye.

Aller et venir d’un point à un autre.

Etre obligé de retourner plusieurs fois en un jour, en une heure, au même endroit.

 

1197

convulsion

Tchér dins lès convulsions.

Etre atteint d’éclampsie (maladie infantile).

 

1198

côp

Tout d’ in côp. Tout d’ in-in côp.

Tout à coup.

 

1199

côp

Dès côps qu’ i gn-a. Pa côps.

Parfois.

 

1200

côp

In côp chîj eûres, c’ èst op’ !

Dès que six heures sonnent, debout !

 

1201

côp

Èl côp qui vént.   Èl côp passè.

La prochaine fois. La dernière fois.

 

1202

côp

C’ èst tous lès côps d’ après mègnût.

Plus tard,  avec l’âge,  on se ressent amèrement d’une vie de noctambule dans sa jeunesse.

 

1203

côp

V’là bén pou in côp.

Pour une petite fois que cela arrive.

 

1204

côp

Deûs côps n’ si batront nén.

Une deuxième fois sera la bienvenue, ne gâtera rien.

 

1205

côp

Iun chaque côp.  Iun d’au côp.

Un à la fois.

 

1206 

côp

Au twèsième côp, on wèt lès mésses.

Celui qui réussit le (/ au) troisième essai, a gagné, est le meilleur, le vainqueur.

Se dit aussi quand il a fallu s’y reprendre à trois fois pour réussir.

Celui qui gagne la belle, est le vainqueur.

 

1207 

côp

L’ preumî côp, c’ èst pou lès fîyes.

Au jeu, le premier essai, le premier coup ne compte pas.

 

1208 

côp

(Mins) ç’ côp-ci, c’ èst ç’ côp-la   !

Ça, alors !  Cette fois,  c’en est trop   !

 

1209 

côp

Ça avance à grands côps.

Cela marche bon train.

 

1210 

côp

Fé s’ côp qu’ in tchén n’ a nén l’vè s’ queuwe.

Agir rapidement,   sans être vu.

 

1211 

côp

I crîye divant 1′ côp come lès tchéns.

A l’instar des chiens, il crie, se plaint, avant la douleur, avant de recevoir le coup.

 

1212 

côp

Il è-st-aus cint coups.   …   aus cint côps.

Il panique, il débloque.

(dans cette expression, on emploie plus souvent  le mot “coups” que “côps” ).

 

1213

côp

Payî à p’tits côps.  … par abonemint.

Payer par mensualités,  petit à petit; ce qui, autrefois, était infamant.

 

1214

côp

Doner l’ fén côp.

Donner la dernière touche, le fini, à un travail.

 

1215

côp

In côp d’ pîd dins-in stron di tch’vau, i d-è vûde in mile di parèys à li.  … à ti, à twè.

litt.  : En donnant un coup de pied dans un crottin de cheval, mille pareils à lui, à toi, en sortent.

Il est d’une espèce fort commune (péj.).

 

1216

côp

Si 1′ côp tchét bén.

Si l’on a un peu de chance.

Si le sort nous est favorable, arrangtbien les choses.

Il se pourrait que (cela arrive).

 

1217

côp

Awè 1′ côp d’ pougnèt.

Donner un coup de poignet au moment propice, à temps voulu.

 

1218  

côp

Awè 1′ côp.

Recevoir le  choc.

Avoir le tour de main, la manière pour obtenir quelque chose.

 

1219

cok

Mète in d’mi-franc su chaque cok.

Ne pas se mouiller.  Ne pas prendre parti entre deux antagonistes.

 

1220

cok

Ça n’ vaut nén 1′ pate d’ in cok.

Cela ne vaut pas cher.  Cela n’est pas bon, pas solide.

 

1221

cok

I n’ vaut nén 1′ pate d’in cok.

C’est un type peu recommandable (conduite, piètre ouvrier).

 

1222

cok

Ès’ cok èst batu.

On lui a rabattu le caquet. Il est obligé de reconnaître qu’il s’est fourvoyé.

Quelqu’un a dit ou fait mieux que lui, a prouvé le contraire de ce qu’il avait avancé.

Il a trouvé son maître.

 

1223

cok

C’ èst li qui rèvêye èl cok.

Un lève-tôt, un matineux.

 

1224

cok

I sè r’drèsse come in cok su l’ feumî.

Il pred des airs de coq (par dérision : quel que soit l’endroit où il se trouve).

 

1225

cok

In p’tit cok anglès.  In p’tit cokia.

Personne (homme, femme, enfant) de petite taille, colérique, toujours prêt à attaquer, à griffer, qui a un air provoquant et redresse sans cesse le menton.

 

1226

corâdje

I n’ a pont d’ corâdje à (/ dins) s’ panse.

Il n’est pas courageux du tout.

 

1227

côrde

I va satchî à l’ côrde (/ côde) avè nous.  … à l’ tchêrûwe.

Dit par un homme marié à l’annonce du mariage d’un jeune cé­libataire.

 

1228

côrdèle

Toudi pindu à mès côrdèles. (v. n° 603).

Toujours pendu à mes basques. Toujours auprès de moi, à m’importuner.

 

1229

côrdèle

Satchî su lès côrdèles.

Se moquer, taquiner.

 

1230

corénke

Satchî à corénkes.  Grasener dins s’ nez. (v. n° 1032). litt.: Chercher des raisins secs. Se curer le nez.

Se mettre le doigt dans le nez.

 

1231

Côrnîye

I d-a pou tous lès Côrnîyes.

Il y en a à foison, en quantité importante, de quoi repaître une famille très nombreuse.

Expression connue à Roux et Jumet : Les Côrnîyes (Cornil ) étaient une très grosse famille habitant Roux-Bassée. L’expression complète est d’ailleurs :

I  d-a pou tous lès Côrnîyes èt lès Dincoûrts d-âront co.

Les Dancourt, autre tribu  très nombreuse, voisins des Cornil.

 

1232  

côrnu

Comprinde côrnu. Comprinde biscôrnu. Comprinde chabot. (v. n° 982).

 

1233       

côrde

Ça s’ cwèt in bia ome èt i vos-a in côrps à neûds come ène côrde di batia.

litt. :  Il se croit beau, bien fait, et  il  a un corps à noeuds comme une corde de bateau.

Il  se  croit beau, se vante d’être beau, alors qu’il en est loin.

 

1234 

corsèt

Dj’ é (mîs) m’  corsèt à balin.nes.

litt.   :  J’ai mis mon corset à baleines.

J’ai mal au dos,   aux reins,   après avoir bêché  (p.ex.).

 

1235 

cosse

Rond come ène cosse.

Se dit d’une personne ventrue,   ronde de  partout.

 

1236 

costè

Daler du costè tant pîre.

Aller   vers    le    mauvais    versant,     vers    l’hiver,     vers    la mort.

 

1237 

costè

Awè in costè pièrdu.

Etre frappé d’hémiplégie.

 

1238 

costè

Mète su 1′ costè.   … di costè.

Epargner,  ranger.

 

1239 

costè

Taper su 1′   costè.

Ecarter,  jeter,   se débarrasser.

 

1240 

costè

Di no costè.

Dans notre voisinage, de notre village, chez nous. Dans notre propre famille.

 

1241 

costè

Ça vént di m’  costè.

Cela (me) vient de ma propre famille  (en opposition à la belle famille).

 

1242  

costè

L’ costè d’ l’ ome. (v. n° 3131).

 

1243  

costè

Du costè du Sârt.

Dans les environs de Lodelinsart.

 

1244 

costè

C’ èst iun d’ sès bias costès. … léds costès.

C’est une de ses qualités. …   défauts.

 

1245

cote

Foute ès’ cote su l’ âye.

litt. : Jeter sa robe sur la haie.

Jeter son froc aux orties.

 

1246

cote

Toudi pindu à mès cotes.

Toujours dans mes jupes.

 

1247

cote

Toudi dins lès cotes di s’ mame.

Toujours auprès de sa mère (enfant).

Jeune homme qui reste au foyer maternel, alors qu’à son âge…

 

1248

cote

Toudi dins lès cotes di s’ feume.

Toujours auprès de sa femme,  sans passions à l’extérieur, qui ne fait jamais de sorties.

 

1249

cote

Ène cote di d’zous.

Jupon.

 

1250

cote

Lès nwârès cotes.

La gent cléricale (péj.).

 

1251

coton

Doner du coton.

Se hâter pour terminer un travail.

 

1252

coû

Èn-ome di coû.  Èn-ouvrî d’  coû.  I boute su 1′ coû.

Ouvrier qui travaille à la surface d’un charbonnage, dans les dépendances du charbonnage  :  “su 1* damâdje”. Manoeuvre sans

qualification.

 

1253

coûr

Dins 1′ la coûr di li scole.

Dans la cour de l’école (langage enfantin).

 

1254

coubate

I s’ coubat come in viêr qu’ a ieû in côp di scoupe.

Il se contorsionne comme un beau diable.

 

1255

couche

Il èst timps di s’ tèni, s’ rastèni, nos t’ni à lès couches.

litt. : Il est temps de se (nous) “tenir aux branches.

Par temps d’épidémie,  il faut bien se soigner, prendre des précautions, ou gare !

 

1256

coucou

S’ mète à coucou (/ … à coucoûte).

Expression enfantine:  s’accroupir et rester un certain temps dans la position qui consiste à mettre les fesses sur les talons, s’accroupetonner.

 

1257

coucou

C’ è-st-in coucou d’ Mâline (avè dès pwêys à sès pates).

C’est un type dont il faut se méfier, qui est très fin, très

adroit pour vous flouer.

 

1258

coude

Lès dérênès coudûwes.

iitt. : Les dernières cueillies.

Les dernières nouvelles.

 

1259

coude

Ièsse coudu.

Etre fauché (par une voiture). Contracter une    maladie,   être cloué au lit.

Se faire surprendre en flagrant délit.

 

1260 

coude

Il a stî coudu su deûs djoûs d’  timps.

Il    est    mort    deux jours  après avoir senti  les premiers symptômes de sa maladie.

 

1261 

cougne

Di toutes lès cougnes.

De toutes sortes,   de beaucoup de variétés. De tout acabit.

 

1262 

cougne

N’ awè ni sins,  ni  cougnes. N’ awè ni  d’ sins,   ni  d’ cougnes.

Ne pas avoir de formes.   Se présenter très mal.

 

1263 

cougne

Ça n’ va ni d’ sins, ni  d’ cougne.

Cela ne va pas du tout, en aucun sens (objet, vêtement, affaires).

 

1264

couleûr

C’ èst s’ couleûr insi.

C’est sa couleur naturelle.

 

1265

couleûr

Mète en couleûr.

Peindre (un bâtiment, une porte…).

 

1266

couleûr

T’ ès come lès pourchas : pou t’ fé roudji, i faut t’ mète en couleûr.

Tu n’ai aucune honte.

 

1267

coumarâde

Dès coumarâdes à côps d ‘ pougns.

Se dit des amis ou que l’on considère comme tels, mais dès qu’on les rencontre, cela dégénère vite en discussions, en disputes voire en bagarres.

 

1268

coumére

Couri à couméres.  Daler à couméres.

Avoir de nombreuses maîtresses momentanées et successives. Courir le guilledoux.

 

1269

coumére

A l’ ètèremint, i gn-aveut pèrsone, i gn-aveut qu’ dès couméres.

litt.  : A l’enterrement,  il n’y avait personne,  seulement des femmes.

Illustration de la mysoginie.

 

1270

couminchî

N’ vènez nén co couminchî.

Ne recommencez pas à m’ennuyer, à me taquiner. Ne venez pas encore remettre cela sur le tapis.

 

1271

coupe

Fé coupe avè… Ièsse di coupe avè…

Former un couple (au jeu, équipe de deux hommes au travail).

 

1272

coupe

Èm’n-ome di coupe.

L’homme avec qui  je fais  équipe  au travail.

Ouvrier qui me succède au poste suivant. Manoeuvre attaché à un ouvrier.

 

1273

coupète

Dj’ é co ieû ça à l’ coupète du mârtchi.

J’ai eu cela en prime, en sus.

Il m’est ausi arrivé cela en plus de tous mes malheurs.

 

1274

coupiche

Awè dès coupiches dins sès djambes.

litt. : Avoir des fourmis dans les jambes. Avoir envie de danser, de marcher, de partir.

 

1275

courant

Prinde ès’ courant d’ èn-aute costè.

Changer ses habitudes, son itinéraire.

 

1276

courant

Awè 1′ courant.

Avoir l’habitude.  Avoir le tour de main.

 

1277 

courant

Il (/ Èle) a 1′ courant dins lès tripes.

IL (/ Elle) aime courir les aventures amoureuses.

 

1278

courant

Il a stî raussi en courant après.  … en courant èvoye.

Il avait espéré être augmenté, mais il n’en fut rien.

 

1279

couri

C’ èst couri qu’ i va fé.

Il n’a pas l’air décidé à agir,  à partir, mais quand je lui  en aurai donné l’ordre formel, au lieu de marcher, il courra.

 

1280

couri

I coûrt après cénkante (ans).

Il approche 50 ans. (Pour quelqu’un qui n’est plus jeune, on emploie! le verbe “courir” et non plus “aller”.) (v. n° 95).

 

1281

couri

Couri tous sès pus râde.

Courir le plus vite possible.

 

1282

couri

On vos raura (/ râra) sins couri lon.

On vous rattrapera sans trop courir, sans attendre. On vous punira avant qu’il ne soit longtemps.

 

1283

couri

Dji n’ coûre nén après ça. Dji n’ tinte nén …

Cela ne me tente guère, je n’en ai pas (tellement) envie.

 

1284

couri

Tu courras rwèd.

Si tu crois avoir l’accord pour cela, détrompe-toi, on t’enverra dinguer.

 

1285

couri

I d-a à couri èvoye.

Il y en a tellement, on est tellement encombré, que l’on s’en irait en laissant tout là.

 

1286

courbèt

Ça a stî fét au courbèt.  …à l’ ache.

litt. : Cela a été fait à la serpe, à la hache.

Cela a été fait grossièrement, sans finesse.

 

1287

courbèt

In visâdje fét au courbèt.   …à l’ ache.

Une figure osseuse, patibulaire.

 

1288

Courcèlangn

Lès Courcèlangns vont co mindjî leû taute a deûs mangns.

Paroles peu prisées par les Courcellois quand les habitants des communes avoisinantes semblent heureux du mauvais temps qui sévit le jour de la ducasse et de ce fait, personne ne viendra chez eux manger un morceau de tarte.

 

1289

Courcèle

A Courcèle, quand on-a swo, on bwot.

Moquerie du parler de Courcelles. A Courcelles, quand on a soif, on boit.

 

1290

coûrt

Trop coûrt èt pô long.

litt. : Trop court et pas assez long.

Pléonasme voulu qui signifie que la pièce est trop courte, que les mesures ont été mal prises, qu’il est inutile d’insister pour utiliser cette pièce.

 

1291

coûrt

Dji vos l’ disfind tout coûrt.

Je vous le défends et c’est sans réplique.

 

1292

coûrt

Daler au pus coûrt.

Aller par le plus court chemin. S’approvisionner au magasin le plus proche.

 

1293

coûrt

Côper au coûrt.  Taper au coûrt.

Prendre un raccourci.

 

1294

coûrt

C’ èst 1′ coûrt èt 1′ long.

Voilà, c’est court,  c’est net,  je n’en dirai pas davantage.

 

1295

cousin

C’ èst cousin djèrmin.

Cela ressemble fort, grande analogie.

 

1296

coûsse

I luve (/ lève) bén 1′ coûsse.

litt. : Il lève bien le coude.

Il aime boire un verre et même plusieurs.

 

1297

coustindje

Qué coustindje !

Que la vie coûte cher !

Quelles dépenses ne fait-on pas dans cette maison !

 

1298

coûtchî

Gn-a nén dandji d’ soufler d’ssus pour lêye s’ coûtchî.

C’est une Marie-couche-toi-là, toujours prête à se donner.

 

1299

coûtchî

Is voûrént bén tout sawè èt coûtchî tout seûs.

Ils voudraient bien tout connaître sans l’expérience (en amour aussi).

 

1300

coûtchî

Mète coûtchî somêy.

Mettre coucher l’enfant.

 

1301

coûtchî

Di d’ coûtchi (coûtchîye). D’ achî (achîde). Di stampè (stampéye) – D’ astampè (astampéye) .

Etant couché(e).  Etant assis(e).  Etant debout.

 

1302

coûtchî

Va-z-è t’ coûtchî ! 

Ordrtque l’on donne à un chien qu’on envoie à sa niche.

Se  dit à quelqu’un avec qui on ne veut plus discuter. Qu’il se taise, qu’il aille se cacher dans un coin !

 

1303

coutia

In coutia qui tchét, c’ èst sine di visite.

Quand un couteau vient à tomber de la table, ce serait signe que quelqu’un va vous rendre visite très prochainement.

 

1304 

coutia

I n’ a nén sès sèt’ coutias.

litt.:  Il n’a pas ses sept couteaux. (le chiffre 7 est un nombre fatidique).

Il n’est pas tout à fait sain d’esprit.

Il lui manque beaucoup de plomb dans la cervelle.

syn. : I n’est nén tout djusse.  Il est ‘ne miyète su 1’ doûs.

 

1305

coutoû

Du coutoû (dè l’ Nowé).

Aux environs de (la Noël). Quelques jours avant ou après.

 

1306

coutoû

Il a su 1′ coutoû d’ vint’ ans.

Il a environ vingt ans.

 

1307

couver

I couve ène saqwè.

One maladie va se déclarer.

 

1308

couver

Gn-a ‘ne saqwè qui couve.

Quelque chose se prépare.

 

1309

couvèrte

Satchî toute èl couvèrte.

S’attribuer la grosse part, tirer la couverture à soi.

 

1310

coûye

Différents sens  :  testicule, bonbon, boule à sucer, sanction au jeu de couyon (ligne supplémentaire), sale blague, contretemps fâcheux.

 

Ène fârce coûye, mensonge, bon mot,  histoire gaie (pas spécialement osée).

 

1311

coûye

Coûye!

Interjection : tu mens.

 

1312

coûye

Coûyes di vatche ! (très grossier)

Employé dans une dispute entre gens vulgaires,

syn. : T’ as minti.

 

1313

coûye

T’ èst-in p’tit mès coûyes.

Tu es un petit (de taille, socialement).

 

1314

coûye

M coûye.

Nom donné à un garçon par un adulte.

 

1315 

coûye

Ène vîye coûye.

Histoire ancienne,   connue,   ressassée.

 

1316 

coûye

Coûye,  bèrdoûye.

Non, je refuse. Mensonge !  Manqué, raté.

 

1317

coûye

Tu mè stitches dès coûyes.

Tu mens, tu. essayes de m’en faire accroire.

 

1318

coûye

Tu m’ as stitchi ‘ne bèle coûye.

Tu m’as fait croire une histoire à dormir debout.

 

1319

coûye

Ça èt peter a mes coûyes. (v. n° 1183).

 

1320

coûye

In sinteû d’ coûyes.  . .. d’ pîds.

Un facétieux, qui met les autres en boîte.

 

1321

coûye

Il a sès coûyes pindûwes au cu d’in fénèyant.

C’est un fainéant.

 

1322

coûye

Trente centimètes pa-d’zous lès coûyes d’in tchén bassèt.

Une position sociale vraiment en-dessous de tout, à l’échelon le plus bas.

 

1323

coûye

Awè l’ coûye.  Awè l’ quénte.

Avoir le cas, se trouver dans la même situation que…

 

1324

coûye

I m’ a djouwè 1′ coûye.

Il m’a joué la blague, il m’a attrapé.

 

1325

coûye

I m’ a djouwè 1′ min.me coûye.

Il m’a fait le même coup qu’à vous.

 

1326

coûye

Tu m’ pèles lès coûyes. (grossier)

Tu m’ennuies.

 

1327

coûye

Awè ça a sès coûyes.  . .. à sès guètes.

Etre perdant.

Objet qui se brise, inutilisable désormais.

 

1328

coûye

Fé ça (/ Frékenter) à coûyes rabatûwes.

Vivre des amours fougueuses, qui n’ont rien de platoniques.

 

1329

coûye

Djouwer avè lès coûyes da…

Se noquer de…

 

1330

coûye

Travayî pou lès coûyes du Pape.

Travailler pour des prunes, gratuitement ou presque.

 

1331

coûye

Ène coûye di Swisse.

Morceau de pâte bouillie dans l’eau et consommée avec du beurre brun et du sucre.

Un froussard,  un peureux,  un souffre-douleur qui n’ose pzs se rebiffer.

Quelqu’un qui n’a pas beaucoup de nerf, apathique.

syn. : Ène crousse di taute. (v. n° 1393).

 

1332 

coyène

I d-a ieune à s’ coyène.  I d-a ‘ne boune…

litt. : Il en a une (bonne) à sa couenne.

Il a bien des difficultés, des ennuis, de la guigne.

Il a un travail difficile, il a eu des aléas, il a dû fournir un grand effort physique pour mener cette tâche à bout, syn.: Il a ieû tchaud s’ coyène.

 

1333

coyène

Awè s’ coyène trimpéye.

Etre trempé par la pluie.

 

1334

crak

Crak dins 1′ basse !

Se dit quand se produit un événement soudain,  imprévisible et bruyant.

Se dit quand se produit un tournant soudain dans une affaire, un coup de théâtre.

 

1335

crache

Lêye-lu boûre dins s’ crache.

litt. : Laisse-le bouillir dans sa graisse.

Laisse-le mijoter dans sa mauvaise humeur,  sa bouderie, ses idées noires, ses mauvaises pensées.

 

1336

crama

Pinde èl crama.

Pendre la crémaillère. Fêter la fin des travaux de construction de la maison et l’entrée des propriétaires.

 

1337

crampe

I n pout mau d’ ployî 1′ crampe.

Il se garde bien de faire l’effort suffisant pour plier quoi que ce soit, pour travailler.

syn. I n’ pout mau d’ awè ‘ne clike. (v. n° 1101).

 

1338 

crankyî

I n’ a nén oju crankyî.

Il n’a pas osé bouger le petit doigt (crainte).

 

1339

crantche

Qué crantche !  Dj’ é ieû ‘ne crantche qui m’ a rastènu.

Quel importun ! Un importun m’a retardé, tenu la jambe plus que de raison.

 

1340 

cras

I n’ èst nén cras d’ rén.  … à r’lètchî lès foûyes.

C’est une bonne fourchette, d’où son embonpoint.

 

1341

cras

Quand t’ âras fét ça, tu s’ras cras.

Quand tu auras fait cela, tu seras bien avancé (ironique). Qu’auras-tu de plus quand tu auras fait cela ?

 

1342

cras

Cras qu’ i skète.

Très gros, prêt à éclater.

 

1343 

cras

Il èst cras qu’ i drane, à pèter.

Son embonpoint est pour lui un handicap, le gêne.

 

1344

cras

Cras come in mwène.

Très gros et gras.

 

1345 

cras

Tu t’  plins,  et t’es  fén cras.

Tu te plains,  alors que ta situation est florissante.

 

1346 

cras

I fét cras, mauvés, malâde, malsin.

Il fait une chaleur étouffante.

(chaque adjectif peut se dire seul, mais l’expression  in extenso se dit aussi).

 

1347 

cras

Il èst cras avou ça.

Cela lui fait une belle jambe.  (péjoratif et ironique)

Qu’a-t-il  de plus maintenant qu’il possède cela, qu’il  a fait cela, qu’on lui donne ce titre de pacotille ?

 

1348 

cras

À toutès crasses. À tout crèver. À l’ dike èt dâye. Enormément,  beaucoup.

exemples: I m’ a priyi  à toutes crasses.

Il m’a prié très  fort, avec  insistance.

Dji vos r’mèrcîye à toutes crasses.

Je vous remercie beaucoup.

Ç’-n-anéye-ci, gn-a ieû  dès prônes à toutès crasses. Cette année, il y a eu énormément de prunes.

 

1349 

cras

C’ èst dè l’ crasse potche.

C’est vraiment la lie de la société, des gens très peu recom-raandables.

 

1350 

craya

Poli come in craya.

litt.:  Poli comme un mâche-fer. Pas poli du tout.

 

1351 

 

Awè s’  langue (/ s  bouche) come in craya.

Avoir la langue (/ la bouche) desséchée.

 

1352 

crèchince

On l’ a prîs à crèchince.

On a acheté ce vêtement (pour enfant en pleine croissance) trop grand, trop ample, afin qu’il puisse le porter plus longtemps, en faire un plus long usage.

 

1353 

crédit

Dji n’ é nén ieû l’ crédit d’ lyi  dîre.

Je n’ai pas su,  pas eu l’occasion de le lui dire.

 

1354 

crédit

Dji n’ é nén ieû 1′ crédit d’ daler.

Je n’ai pas pu y aller.

 

1355 

crédit

Dji n’ é nén ieû ç’ crédit-là.

Je n’en ai pas eu l’occasion.

 

1356

crèsse

Daler d’ crèsse.

Ne pas marcher droit, être saoul.

syn. : bèrlondjî.

S’en aller tout honteux.

Etre heureux et ne pas le cacher.

 

1357

crèsse

Mète di crèsse.

Economiser.

 

1358

crèsse

Wétî d’ crèsse.

Regarder de travers, sans bienveillance.

 

1359

crèsse

Ièsse (djusse) su 1′ crèsse (dè l’ cape).  (v. n° 916).

 

1360 

crètî

L’ crètî va rouler.

Vous allez avoir des coups de bâton (avec des crêtes, des aspérités).

syn. : Awè du plomesak, dè l’ trike, ièsse triki. Awè du ravelin ou rauvelin.

 

1361

crètyin

Pauve crètyin !  I d-a ieune di planète su têre.

Personne malchanceuse que l’on plaint de tout son coeur.

 

1362

crètyin

Ô maleureûs crètyin !

Malheureux !  Que dites-vous là !

 

1363

crètyin

In nid d’ crètyins.

Trace laissée par un couple qui s’est couché dans un champ.

 

1364

creûs

Il a in fameûs creûs.

Il a une forte voix. (v. n° 1128).

Se dit d’un bébé qui se fait entendre avec force, qui pleure bruyamment.

 

1365

creûs

Dj’ é fét ça di m’ creûs. Dj’ é dit ça…

J’ai fait,  dit,  cela de mon cru, de mon initiative personnelle.

 

1366

crèver

Tén, crève avou !

Méchante remarque, grossièreté envers quelqu’un à qui l’on est forcé de donner quelque chose dont on se défait à regret. Souhait que cet objet lui apporte des ennuis, voire qu’il 1’anéantira.

 

1367

crèver

À (tout) crèver.

A tout casser, au plus haut degré, en abondance.

 

1368

crèver

Gn-a à crèver.

Il y en a en abondance.

C’est incroyable, inconcevable.

 

1369

crèver

D’ awè s’ crèvé sô.  … s’ crèvè apétit.

En avoir ras le bol, son appétit de…

 

1370

cripe

Awè ça à sès cripes.

litt. : L’avoir à ses dépens, à ses frais.

En être pour ses frais.

 

1371

cripe

Vikî su lès cripes di sès parints.

Vivre aux crochets de ses parents.

 

1372

criyî

Dji crîye après.  Dji m’ va criyî après.

Je l’appelle.  Je vais l’appeler.

 

1373

criyî

Il èst toudi qu’ i crîye après (/ su) s’ gamin.

Il est sans cesse en train de gourmander son fils.

 

1374

criyî

Criyî lès bans. Abaner.

Publier les bans.

 

1375

criyî

Criyî preumî èt dérin.

Faire les trois publications (de mariage) en une fois.

 

1376

crokî

Crokî 1′ poûye sins 1′ fé criyî.

Avoir des aventures amoureuses sans trop le faire savoir.

 

1377

croke

Awè s’ croke.

Etre mortellement blessé.

Etre près de mourir, être incurable.

 

1378

croke

Dj’ é stî quer m’ croke rolà.  … ‘ne croke.

C’ èst là qu’ dj’ é ieû (/ atrapè) m’ croke.

C’est là que j’ai attrapé le handicap,  la maladie qui ne me quittera plus, pas de sitôt.

 

1379

crole

Daler fé sès croles.

Aller chez le coiffeur (pour une femme) péj.

 

1380

crolè

In crolè à plats tch’veûs.

Un homme, un garçon,  à cheveux plats et qui regrette de n’être pas bouclé.

 

1381

crolè

Crolè baudèt.

Insulte à un bouclé.

 

1382

cron

Fé dès crombès djèsses. (n.f.)

Faire des gestes obsènes, libidineux.

 

1383

cron

Il èst cron, i d’meurra cron.

Il est mauvais, retors, il le restera.

 

1384

crote

Fé dès crotes.

Faire des dettes, contracter des dettes criardes.

 

1385

crote

Payî sès crotes.

Payer ses dettes.

Syn. : Raskiter sès crotes, sès poufs, sès dèsses, s’-n-ârdwèse. (v. n° 218)

 

1386

crote

Èle lêye dès crotes pa tous costès.

Elle a des dettes partout.

 

1387

crote

Il a tchî s’ crote.

Il a dû renoncer, ne se sentant pas de force à achever son travail.

Il s’est effondré sous la charge, sous le poids du travail.

 

1388 

crote

In p’tit tchî-crote.

Un enfant chétif, maladif.

 

1389

crotèle

Dès crotèles di bèbètes.

litt. : Des crottes de chèvres, de moutons.

Bonbons noirs rappelant les “pilules” des chèvres, des moutons.

 

1390

crousse

In cache-à-crousses.

Un coureur de dot.

Qui essaye de s’introduire dans la belle société.

 

1391

crousse

I cache à crousses.

Il cherche une dot.  Il essaye de s’introduire chez vous.

 

1392

crousse

Gangnî sès crousses.  Travayî pou sès crousses. Travailler pour nourrir sa famille.

 

1393

crousse

Ène crousse di taute.

Un froussard, un malhabile, une nullité.

 

1394

crousse

N’ nén passer pou ‘ne crousse di taute.

Ne pas passer pour un apprenti, un rien du tout, un malhabile.

 

1395

croye

Mârkî à l’ doube croye.

Pour le crédit, surtout dans les cafés, le commerçant inscrivait deux fois l’addition due du jour, sans qu«.le client (ivre ou distrait) ne s’en aperçoive.

 

1396

cru

Ièsse tout cru d’ tchaud.   … è nadje di tchaud. Transpirer.  Etre en transpiration.

 

1397

cru

M’ tchimîje èst toute crûwe à m’ dos.

Ma chemise est mouillée de sueur.

 

1398

cru

I fét tout cru su 1′ maujone.  L’ pav’mint est co ‘ne miyête cru.

Le carrelage est encore un peu mouillé après un dernier torchonnage.

 

1399

cru

Mès pîds sont tout crus.

J’ai les pieds mouillés. Je transpire des pieds.

 

1400

cru

Dji vos mindjereu tout cru tout nu.

Je vous mangerais tout cru  (dit à un enfant qu’on chérit tout particulièrement). Je vous mangerais de baisers.

 

1401

cruwél

I m’ d-a dit dès cruwéles.

Il m’en a dit des vertes et des pas mures. Il m’a révélé de bien graves choses. Il m’a injurié vertement.

 

1402

cruwél

I m’ d-a dit ‘ne cruwéle.  … ‘ne léde.

Il m’a appris une chose atroce, à peine croyable, pas réjouis­sante, scandaleuse.

 

1403

cruwél

I de lâche dès cruwéles. Il dit des choses énormes.

 

1404

cu

I parle di s ‘ eu corne di s’ visâdje.

Il parle sans honte  de son derrière, de ses organes les plus intimes sans la moindre circonlocution.

 

1405 

cu

‘là (V’là) co ça qu’ è-st-à cu.

Voilà encore un travail terminé, une affaire terminée.

 

1406

cu

Rîre djusqu’à s’ cu.

Rire à gorge déployée, s’amuser franchement.

 

1407

cu

I dansereut (/ djoûwereut) 1′ cu dins l’ eûwe.

II est passionné de danse, de jeu.

 

1408

cu

Ièsse vènu au monde du cu.

Naître le siège premier.

Faire tout à 1’envers.

 

1409

cu

Awè 1′ cu stwèt.

Avoir peur.

 

1410

cu

Awè l’ feu à s’ cu.

Etre très pressé.

 

1411

cu

N’ awè ni cu ni tièsse.

Se dit de propos qui n’ont pas de sens. Ni queue ni tête.

 

1412

cu

Quî-ce’qu’ a co satchi ça du trau di s’ cu ? (grossier)

Qui a encore inventé pareille chose, pareille bourde ?

 

1413

cu

I prind 1′ trau di s’ cu pou 1′ intréye d’ ène bèle vile. (grossier)

Pour qui se prend-il ?

Tout ce qui le compose est considéré par lui d’essence supérieure.

Personne qui fait beaucoup d’embarras,  qui veut paraître plus qu’elle n’est.

 

1414

cu

I faureut bén tout muchî dins 1′ trau di s cu. (grossier)

Aucune cachette n’est suffisamment sûre, l’enfant, le mari, l’épouse, trouve toujours les objets, l’argent, que l’on veut soustraire, sauver de la casse.

 

1415

cu

Ossi poli (bén-alevè) qui 1′ trau di m’ cu. (grossier)

Pas poli du tout (celui dont on parle et aussi celui qui le dit).

 

1416

cu

Fou-le à  t’ cu. (grossier)

Va te faire cuire un oeuf.

 

1417 

cu

Il a stî foutu à cu.  On l’ a mîs à cu.

Il a été mis en retard.  On lui a fait perdre du temps.

 

1418

cu

S’ lèyî foute à cu.

Se laisser battre, dépasser.

Prendre un retard que l’on aurait pu éviter.

 

1419

cu

Èn-adjusteû, in pinte, in viyolonisse, du trau di m’ cu. (grossier)

Un piètre, un mauvais ajusteur, peintre, violoniste.

 

1420

cu

In p’tit cabarèt, boutike, mârtchi, ène pètite ducace du trau di m’ cu. (grossier)

Un petit… vraiment minable, pauvre, pouilleux.

 

1421

cu

Deûs, twès à cu.  … au cu d’ iun 1′ aute.

Deux, trois à la suite, de suite, qui se suivent.

 

1422

cu

Dji d-é plin 1′ cu.   (grossier) ... plin l’ ote.

J’en ai jusque là de cette histoire. Je suis à bout.  Je suis découragé.

 

1423

cu

Il a ieû deûs-èfants à cu, après l’ preumî.

Après l’aîné,  quelques années après,  il a eu deux enfants coup sur coup.

 

1424

cu

Fé 1′ long cu.

Traîner en longueur. Traîner en marchant, marcher à contre­coeur.

Remettre toujours à plus tard une corvée, un travail désagréable.

 

1425

cu

I s’ a ècoureû avè s’ cu dins sès mwins.

Il s’est enfui,  ou protégeant ses fesses, ou tenant ses fesses endolories par une fessée, ou pris d’un besoin urgent.

 

1426

cu

I faut awè 1′ cu dismantchi pou fé ça.

Il faut être descendu bien bas pour agir ainsi.

syn. :I faut awè 1′ eu dismîs.  I faut aradjî pou fé ça.

 

1427

cu

On-n-èst co rade su s’ cu.

litt. : On est vite tombé sur le derrière.

La maladie peut vous faucher bras et jambes en quelques secondes, en peu de temps.

 

1428

cu

Il a tcheû su s’ cu.

Il est tombé gravement malade.

 

1429

cu

I l’ a ieû dins 1′ cu (come ène boutêye d’ in lite). Il a ieû ‘ne cale dins s’ cu. (grossier)

Ce fut un échec total.

 

1430

cu

Awè ça à s ‘ cu.  … (grossier), à sès rins, à sès coûyes (grossier), à sès guètes. Echouer, perdre la partie.

Avoir une créance irrécouvrable. Etre détérioré, brisé, inutilisable.

 

1431

cu

In cu come ène mande à prônes. In cu à draner. (grossier)

Un gros derrière de femme, laissé loin derrière elle.

 

1432

cu

Èle lêye ès’ cu padrî come ène tchèrète di brasseû. (grossier)

Elle laisse son derrière loin derrière elle  (comme un char de brasserie pour le transport des tonneaux).

 

1433

cu

Qué cu pou deûs fèsses !

Exclamation devant un derrière énorme.

 

1434

cu

In cu à bèrotes.

… qui a des hémorroïdes.

 

1435

cu

Daler du cu. Diskinde du cu.

Aller à reculons. Descendre (un escalier) à reculons.

 

1436

cu

Ça va du cu.

Cela va mal,   de mal  en pis,   à sa perte.

 

1437  

cu

Padrî s cu.

Derrière lui. (fait) pendant son absence, caehément.

 

1438

cu

Piêre poûsse Paul pau cu.

Moquerie (gentille) à Pierre et Paul.

 

1439

cu

Daler à cu tout nu.

Se promener nu ou presque (en bikini ou guère plus).

 

1440

cu

Clôre èl trau di s’ cu.  (grossier)

Mourir (alors qu’à ce moment-là,  c’est le contraire qui se produit).

 

1441

cu

I n’ mi lêye pont d’ cu. (grossier)

Il me harcèle, ne me laisse pas une minute en paix pour obtenir telle chose, telle autorisation.

 

1442

cu

Avè ça, i va ruwer 1′ cu.

Avec cela, il va faire des étincelles.

Avec cela, il va faire des prodiges (parfois dit ironiquement).

 

1443

cu

I fét ossi nwâr (/ gnût) qu’ dins 1′ cu Sint Nicolas.

Il fait très noir, très sombre.

 

1444

cu

Gn-a rén d’ pîre qu’ in cu r’noûri.

Il n’y a pas plus désagréable, plus hargneux, moins compréhensif qu’un parvenu, envers ceux qui sont restés petits, pauvres. L’argent récemment acquis, hérité, lui donne mauvais caractère, de l’autorité, de la morgue.

 

1445

cu

In cu disputant. (grossier)

Avoir des envies de se soulager toujours à des moments peu indiqués.

 

1446

cu

L’ ome au cu !

Cri qui prévenait le charron qu’un gamin s’était agrippé au derrière de son véhicule, chose très dangereuse, pour inciter le dit charron à fair déguerpir l’imprudent.

 

1447

cu

Ossi sètch qui 1′ cu Banban.

Se dit de quelque chose de très sec, trop sec, asséché, déshydraté p.ex. de tartines emportées pour consommer sur le travail, séchées dans leur emballage.

Se dit d’une terre desséchée ou du gosier d’un assoiffé.

 

1448

cu

I lyi a moustrè s’ cu. (grossier)

Il lui a tourné le dos.

 

1449

cu

Dji lyi é moustrè m’ cu. (grossier)

Je lui ai montré mon cul du doigt pour lui signifier que je n’avais cure de ce qu’il disait (geste et expressions grossiers).

 

1450

cu

Il a s’ cu sôdé (à l’ ârpwès) su s’ tchèyêre. On-n-a mîs d’ l’ ârpwès su s’ tchèyêre.

II n’y a pas moyen de lui faire quitter sa chaise. Il ne veut pas se lever, s’en aller.

 

1451

cu

Èle a fét in cu l’vè.

Elle s’est enfuie, a fait une fugue.

 

1452

cu

Trau di m’ cu abiyi à sôdâr. (grossier)

Allez vous faire foutre.  Ne comptez pas sur moi.

 

1453

cu

I s’ a l’vè 1′ cu pa-d’vant.

Il s’est levé de mauvaise humeur (et cela dure).

 

1454

cu

I faut awè 1′ crin (/ l’ crène / l’ crèsse) du cu dismantchi, distatchi, dismîs, pou fé ça. (grossier)

Il faut être fou pour faire cela.

Il faut vraiment être à toute extrémité pour en être là, pour agir de la sorte.

 

1455

cu

Il a ieû s’ cu mîs au djoû. On lyi a mîs s cu au djoû.

On l’a déculotté.

Il a été découvert, on a fait connaître au grand jour ou devant l’assistance, toutes ses turpitudes.

 

1456

cu

I n’ vaut nén plin s’ cu d’ eûwe.

Il ne vaut vraiment rien, c’est un moins que rien.

Il n’est digne d’aucune confiance.

syn.: I n’ vaut nén l’eûw qu’on eût lès canadas.

 

1457

cu

Daler à cu d’ tchén.  Tourner à cu d’ pouyon.

Tourner à rien, disparaître.

Se dit d’un commerce qui va à la faillite, syn. : Dalér al dèblouke.  Ça baie.

 

1458

cu

Pârle à m’ cu, m’ tièsse èst malâde. (très grossier)

Expression méchante pour signifier à son inter-locureur qu’on ne veut pas l’entendre plus longtemps.

 

1459

cu

C’ èst co “pârle à m’ cu”. (grossier)

C’est encore raté.

 

1460

cu

T’ ès 1′ cu d’ssus.

Tu es tout près. Tu habites vraiment à quelques mètres de là.

 

1461

cu

Cu d’zeû, cu d’ zous.

Sens dessus, dessous.

 

1462

cu

On-n-èst dins l’ cu du baudèt.

On n’est vraiment nulle part, en-dessous de tout, au point mort. On a pris un retard énorme et on ne sait comment s’en tirer.

 

1463

cu

Si s’ cu n’ ténreut nén, i l’ lêyereut en route. (grossier)

Se dit de quelqu’un qui oublie toujours quelque chose.

 

1464

cu

Brider 1′ cu.

Tourner le dos, s’éloigner, échapper à la surveillance. Laisser en plan.

 

1465

cu

Bourer pau cu.

Pousser quelqu’un, syn. : Bourér au eu. Pistonner un candidat, un préféré.

 

1466

cu

Couri au cu.

Poursuivre,   courir derrière.

 

1467  

culote

Sâpèrlote, qué bèle culote !

Cri faussement  (ou pas) enthousiaste,  admiratif  (où il n’est question de culotte que pour la rime  (!).

 

1468  

culote

Piède sès culotes.

Etre battu à plates  coutures.

 

1469

culote

Daler à l’ culote.

Allerà la selle, aux toilettes.

 

1470

culote

Fé dins (/ à) s’ culote.  Il a stî tout dins s’ culote.

S’oublier dans son pantalon.

 

1471

culote

Dj’ èsteu co dins lès culotes d’ Abraham.

Je n’étais pas encore né. J’étais encore dans les choux du curé. On ne parlait pas encore de moi, à ce moment-là.

 

1472

culote

Quand on a v’nu au monde dins ‘ne culote di twale…

Quand on naît de parents modestes, d’ouvriers, on a beaucoup plus de difficultés à sa hisser danjla vie, on est marqué dès sa naissance.

 

1473

culusse

Èle a dès tch’veûs (/ tch’vias) culusses.

Elle a les cheveux un peu roux, qui rappelle la couleur du bois de réglisse : l’ ôrculusse.

 

1474

cumulèt

Fé 1′ grand cumulèt.

Mourir.

 

1475

cumulèt

Il a fét 1′ cumulèt.

litt. : II a fait le poirier. Il a été déclaré en faillite.

 

1476    

cûr

L’ cûr va ravaler, 1′ via s’êstind. L’ cûr s’ èstind su 1′ bièsse.

Se dit lorsque quelqu’un,  en société, en tête-à-tête, s’étend comme au sortir d’un somme.

 

1477

cûr

On lyi a r’passé s’ cûr. On-n-a r’latè su s’ coyène.

On l’a battu, frappé violemment.

syn. : r’batu, r’tanè, r’dobinè, r’damè s’ cûr; r’zwèpè (avec un fouet, un martinet), tchanè.

 

1478

cûre

On pinse télcôp d’ cûre èt 1′ foûr tchét.

On croit parfois réussir sans difficultés et tout se met à foirer.

 

1479

 

Dè l’ viande sins cûre.  Dès canadas sins cûre.

De le viande crue.    Des pommes de terre non cuites.

 

1480

cûre

Dès-oûs cûts molèts. Dès-oûs cûts durs.

Des oeufs mollets.   Des oeufs durs.

 

1481

cûre

I gn-a rén d’ cût.

Rien n’est fait.  Bernique !  Cela ne se fera pas.

 

1482

cûre

Sins ça, i gn-a rén d’ cût.

C’est la condition sine qua non ou rien ne se fera.

 

1483

cûre

Pô cût.

Personne pâle, frileuse, chétive, malingre.

 

1484

cûre

Ène binde di pô cûts.

Un tas d’incapables.

Un ramassis de couards, de peureux, de faibles.

 

1485

cûre

Ça a stî cût su 1′ feu.

Se dit d’un aliment très chaud,  brûlant, en faisant la grimace.

 

1486 

cûre

Cût a craya. (v. n° 791).

 

1487 

curè

Dji n’ é cure què cure, c’ èst tous  curès.

Je n’ai cure,  peu importe.

 

1488  

cure

I n’ a t’ à cure.

Il n’a cure.     Tout lui  est bon,   il n’est pas regardant.

 

1489 

cure

Dji n’ é cure.

Peu m’importe.  Comme vous voudrez.  Je n’ai pas de préférence.

 

1490

curè

I sét toudi bén tout, i coûtche avè 1′ curè, lès curès.

Il est toujours au courant le premier de toutes les nouvelles.

 

1491

curè

Toudi stitchi dins lès cotes dès curès.

Toujours en compagnie des prêtres. Pilier d’église..

 

1492

curieûs

Dji n’ su nén curieûs, mins dj’ voûreu bén vîr ça.

Je n’y crois pas sans le voir.

Une pareille chose mérite d’être vue pour y croire.

 

1493

curieûs

Curieûs come in djon.ne di gade.

Très curieux, indiscret.

 

1494

curieûs

Sins ièsse trop cûrieus, èst-ce qui…?

Demander une chose indiscrète,  en laissant le choix à l’autre de ne pas vous répondre.

 

1495

curieûs

Curieûs boukèt d’ suke !

Reproche à un trop curieux qui veut s’immiscer dans vos affaires (se dit surtout aux enfants).

 

1496

curieûs

“Qwè-ce qui c’ èst d’ ça ? – Dès s’minces di curieûs.”

litt. : “Qu’est-ce que c’est ? – Des semences de curieux.” Vous êtes trop curieux, je ne vous le dirai pas.

 

1497

cuvèle

Passer à l’ cuvèle.

Prendre son bain (comme autrefois).

 

1498

cuvèle

Vos poûrèz bén passer à l’ cuvèle.

Vous êtes tellement sale qu’il vous faudra un bain complet.

 

1499

cwêre

L’ cén qui 1′ cwèt n’ èst nén co lon.

Celui qui veut le croire est à plaindre.

 

1500 

cwêre

… cwè-dje.

…, crois-je, que je crois, à mon avis.

 

1501

cwêre

C’ èst s’ fîye, cwè-dje.

Je pense que c’est sa fille.

 

1502 

cwêre

Faut-i cwère !

Sans doute.  Il y a tout lieu de le croire. A 1’en croire.

 

1503

cwêre

I s’ cwèt li-min.me.

Il est tellement habile menteur qu’il finirait par se convaincre lui-même de la véracité de ses dires.

 

1504

cwêre

Faut-i cwêre qui…

A croire que… Oh! oui, sans doute.

 

1505

cwêre

Dji vou, nom di Dieu, bén l’ cwêre.

Je veux le croire! Je tiens absolument à ce que cela soit ainsi.

 

1506 

cwêre

– Dji cwè. ..

– Dès cwès, ç’ n’ èst nén dès mèdâyes.

Quelqu’un s’arrête sur les mots “Dji cwè“,  arrête sa phrase sur ces mots ou répond “Dji cwè“,  ce qui déplaît à 1’interlo­cuteur qui voudrait plus d’assurance, alors il ajoute cf supra. (Jeu de mots avec “croix” et “médailles”).

 

1507

cwêre

Oyi, bén cwêre !

Je ne te crois pas.  Je n’en crois rien.

 

1508

cwès

Dji fé ‘ne cwès d’ssus.

J’y ai renoncé.

 

1509

cwèser

Il a stî cwèsè avè in bos d’ voye (/ ‘ne bîye di tch’min d’ fiêr).

Se dit d’un chien bâtard.

Réponse au maître d’un chien qui lui invente un pedigree.

 

1510

cwèyance

Il èst d’ doûce cwèyance.

Il s’en laisse facilement compter.  C’est un naïf.

 

1511

cwin

Si lès cwins dè voulenut, is n’ ont qu’ à v’ni dins l’ mitan.

litt.  :  Si les coins en veulent, ils n’ont qu’à venir au milieu.

Se dit par la ménagère nettoyant le parquet, qui pressée, n’a pas le temps de s’attarder dans les coins et ne passe la brosse et le torchon qu’au milieu de la pièce.

 

1512 

da

C’ èst m’ cacâye da mi.  C’ èst m’ popa da mi.

litt.: C’est mon objet à moi. C’est mon père à moi.

Pléonasme employé par un enfant, pour insister sur le fait que cet objet-là est bien sa propriété, que c’est bien son père.

 

1513 

di

V’ni di-d-pâr là.

Venir de là, de ce côté.

 

1514 

di

Dès djins di-d-ci.   … di-d-pâr ci.

Des gens du pays, du patelin.

 

1515 

di

Is n’ sont nén di-d-pâr ci.  Is sont d’ t’ avaur-là.

Ce    sont des étrangers,   d’une autre région,   commune,  pays.

 

1516 

di

Èl maujone d’ au père dè l’ vijène.

C’ èst dès-oûs da l’ cheur di m’ bia-frère.

La maison du père de la voisine.

Ce sont des oeufs de la soeur de mon beau-frère.

 

1517 

da

Èl caskète da Djan. Èl  frère da  (/ d’ )  Émile.

La casquette de Jean. Le frère  d’Emile.

mais on dit aussi   :

Èl caskète Djan:   la casquette de Jean.

Èl feume Vandèstitchèmèl : la femme,l’épouse de Van…

C’ èst tout 1′ pôrtrét (/ visâdje) Jules : C’est le portrait craché de …

 

1518 

da

C’ èst co tout pour li,  da.

Il lui faut encore tout,   comme d’habitude.

 

1519 

da

C’ èst co li qu’ a tout fét,  da.

A l’entendre,   il a encore tout fait seul.

 

1520 

da

Gn-a qu’ vous, da.

Vous seul comptez, à vous entendre.

 

1521 

da

Dji dirè,  da.

J’irai, puisqu’il le faut.

 

1522 

da

C’ èst s’ vijin, da.

C’est son voisin, enfin  !

Ne discutez pas.

 

1523 

da

C’ è-st-èn-inocint, da.

C’est un imbécile,   voilà tout.

 

1524 

da

I d-a d’ trop,  da.

Il en a tant qu’il ne sait plus qu’en faire.

 

1525

dache

Lèver l’ dache.

Filer à l’anglaise.

 

1526

dadâye

À l’ dadâye. À l’ plène dadâye, course.

Vite !  Le plus vite possible.

En courant, en se dépêchant.

 

1527

dalâdje

Chûre èl dalâdje.

Suivre les événements où ils veulent bien vous conduire, sans discuter.

Accepter la suite des événements.

 

1528

dalâdje

Il èst di m’ dalâdje.

Il est à peu près de mon âge.

 

1529

dalâdje

Vo garçon, il a tout d’ vo dalâdje.

Votre fils vous ressemble, il a vos attitudes.

 

1530

dalâdje

In grand dalâdje. In p’tit dalâdje.

Un affaire importante.     Une entreprise médiocre.

 

1531

dalâdje

Min.ner 1′ grand dalâdje. Ène feume à grand dalâdje. Mener grande vie.         Une femme qui mène…

 

1532

dalâdje

Qué dalâdje !

Quelle effervescence !  Quel remue-ménage !

 

1533

dalâdje

I d-a iun d’ dalâdje rolà !  … là-d’dins !

Il y a une fameuse ambiance.  Il s’y passe des choses. Les choses bougent.

 

1534

dalâdje

Qué dalâdje à l’ cinse !

Quelle affaire ! Quelle mésaventure ! (pas précidément dans une ferme).

 

1535

dalâdje

Il èst d’djà tout à dalâdje.

Votre petit est déjà sorti de la première enfance.

 

1536

dalâdje

Vo maujone è-st-à dalâdje.

Votre maison est en voie de construction.

 

1537

dale

I n fét (/ I n’ fout) nén ‘ne dale.

Il ne fait absolument rien.

 

1538

dale

I n’ a pus ‘ne dale.

Il est ruiné.  Il n’a plus le sou.

 

1539

dandjeureûs

Oyi, dandjeureûs !  Ô! dandjeureûs !

Oh! oui, sans doute !  Probablement ! Dans la logique, il faut que cela soit.

 

1540 

dandjeureûs

I n’ vénra nén dandjeureûs. I vénra…

Comme je le connais»  il use viendra pas.  …,  il viendra.

 

1541 

dandji

Is n’ ont qu’a nén dandji (d’ fé ça)…

Ils n’ont pas besoin de faire cela.   Ils n’ont qu’à s’abstenir. (langage enfantin)

 

1542 

dandji

Dji n’ é pus rén dandji.  … pus dandji d’ rén.

Je n’ai plus besoin de rien momentanément,ici.

 

1543 

dan.nè

I d-aveut l’ dan.nè.

Il y en avait beaucoup,  un nombre  impressionnant. •

 

1544 

dan.nè

Èles sont sûres èl dan.nè.   I fét tchaud 1′ dan.nè.

Elles sont très sûres.          Il fait très chaud.

 

1545 

dan.nè

Ça trin. ne èl dan.nè.

Cela traîne beaucoup  en longueur.

 

1546  

dan.nè

I m’ a r’mêrcyi l’ dan.nè.

Il m’a remercié avec effusion.

 

1547

danser

A cint-ans, i d’ mande co èyu-ce qu’ on danse. (v. n°1062)

 

1548 

danse

Au mitan dè l’ danse. Lèyî tout au mitan dè l’ danse.

Abandonner des objets,   de manière .à gêner ceux qui y circulent.

 

1549  

danse

Tu vas awè ‘ne danse.  …   dè l’  danse.

Tu vas recevoir une correction.

 

1550 

dâyoû

Evoyî à dâyoû. … à kèn’dâye.

Envoyer au ‘daru’: diriger sur une fausse voie pour égarer ou diriger vers un tout imaginaire, pour mystifier (Dict. Ouest wallon, p. 319).

Envoyer au diable.

 

1551 

d’bîji

Il a sès dj’nous (/ gngnous) tout d’bîjis.

Il a les genoux bisés, douloureux parce qu’exposés à la bise.

 

1552 

d’dins

Dins l’ in-d’dins.

A l’intérieur.

 

1553 

id’dins

C’ èst d’djà bia du dèwôrs, mins i faut vîr dins l’ in-d’dins.

C’est déjà bien vu dut dehors, mais c’est «riMinr encore à l’intérieur.

 

1554 

d’dins

On n’ èst nén d’dins.

litt.: On n’est pas à l’intérieur.

Repense d’un commerçant à son client qui  lui reproche de lui avoir vendu des fruits: gâtés intérieurement ou -véreux.

 

1555

dèblouke

Il è-st-à l’ dèblouke.

Il est vraiment perdu.  Il a perdu les pédales sous le choc. Il est prêt à tasit,  à commettre urne bêtise dans sera désarroi.

 

1556

dèblouke

Tout va al deblouke. (v. n° 1457). Tout va à vau-1’eau.

 

1557

dèdè

Daler a (al) dèdè. Dégénérer.

 

1558 

dègoter

Il-êst timps de vos dègoter.

Il est temps de vous hâter.

 

1559

démon

In démon à cotes.

litt. : Un démon avec des jupes. Femme très méchante, diablesse.

 

1560

dèpéche

Fé djouwer ‘ne dèpéche.  Èvoyî…

Envoyer, lancer une dépèche, un télégramme.

Passer un petit bout de papier autour du fil afin que celui-ci aille rejoindre le cerf-volant dans l’azur, poussé par le vent.

 

1561

dérin

I lyi faut toudi 1′ dérène.

Il veut toujours avoir le dernier mot.

 

1562

dérin

On n’ a jamés l dérène avè li.

Il a toujours le dernier mot.   Il est impossible d’avoir le dernier mot avec lui.

 

1563

dérin

Il è-st-a sès dérènes.

Il est à sa dernière heure, il est à toute extrémité.

 

1564

dérin

C’ èst 1′ dérin qui m’ a atassi. (verre)

C’ èst 1′ dérène qui m’ a atassi. (verre d’alcool : “goute“)

L’homme ivre accuse toujours le dernier verre (de bière, d’alcool) de l’avoir mis dans cet état. S’il s’était, à l’en croire, abstenu de prendre ce dernier verre, rien ne paraîtrait.

 

1565

dérin

C’ èst 1′ dérin d’ tout.

La pire des choses.

 

1566

déréye

Dè l’ boune déréye.

De l’étoffe de bonne qualité.

 

1567

déréye

Qwè-ce qui c’ èst d’ ça pou dè l’ déréye ?  … ‘ne déréye ?

Quelle est cette substance ? En quoi est-ce fait ?

 

1568

deuy

Il est d’ deuy.  Il è-st-en grand deuy.

Il est en deuil, en grand deuil.

 

1569

deuy

Chûre èl deuy.

Suivre toutes les cérémonies des funérailles. Emboîter le pas.

 

1570

deuy

Sôrti d’ deuy.

Faire une trêve dans le deuil pour un jour (ou plus) à l’occasion I

d’une céré«onie, d’un mariage, où l’on quitte les vêtements noirs et où l’on se permet de s’amuser.

 

1571 

deuy

Dji su wôrs di deuy di m’ popa.

Le deuil que je portais depuis la mort de mon père a pris fin.

 

1572 

deûs

Deûs !  Dj’ é deûs !

Besander momentanément à être hors jeu (douleur, point de côté, obligation de s’occuper d’un événement étranger au jeu). Ces sots •• s’accompagnent du geste qui montre l’index et le majeur (langage enfantin).

 

1573 

deûs

Deûs dwèts, dj’ va soufler m’ nez.

Une petite trêve dans la conversation, le travail, s’il vous plaît, je dois me moucher. Cette trêve peut être demandée sans devoir se moucher.

 

1574 

deûs

Intrè lès deûs.

Indécis, ne savoir c’a quel côté pencher. A moitié fou.

 

1575 

deûs

“Qué timps fét-i ? –  Intrè lès deûs.”

“Quel temps  fait-il ? – Ni chaud, ni froid.”

 

1576 

deûs

Nous-autes deûs, vo mére.

Votre mère et moi.

(avec n”importe quel nom de personne  :  nous-autes deûs, Jules. Ieûs’ deûs, l’ champète).

 

1577  

deûs

Lès deûs qués !

Quel couple ! Ce sont deux originaux.

 

1578

dèviès

Dèviès – Dèvièrs-ci (v. rsa 2143).

 

1579

dèvûdindje

Gn-a pont d’ dèvûdindje.  … d’ èvûdindje.

Il n’y a pas à en sortir.

Il n’y a pas moyen d’en sortir.

 

1580

dèwôrs

I n’ a pont d’ dèwôrs.

Il n’a pas d’aisance dans ses attitudes, son langage.

 

1581

di

Ratindèz qu’ dj’ eûche dè l’ place di féte.

Attendez que j’aie fait place.

 

1582

di

Dj’ é du lindje di sètch.  …’ne tchaussète di trawéye.

Dj’ é deûs tch’mîjes di propes.

Une partie de ma lessive est sèche. J’ai une chaussette trouée. J’ai deux chemises propres.

 

1583

di

Di d’ coûtchi, d’ achî, di stampè (v. n” 13O1).

 

1584

di

Di-d-ci don.

D’ici là.

 

1585 

Di

I n1 cwèt ni a Di ni a Diâle. C’est un athée.

 

1586

Di

Qui ça vène du Di ou bén du diâle, dji n’é cure.

Que cela vienne d’une source bonne ou mauvaise, pourvu que je l’aie.

 

1587

diâle

Va-z-au diâle !

Va-t’en au diable !

syn. Vas-au sint (cint) diâle(s); aus 500.000 diâles qui t1 t’vëne quér; Vas-au diâle qu’i t’aluve, au skëte sint diâle; Vas-è tchîr; Vas-au tchîr! Vas-au skète sint diâle qui t’aluve, t’ècrasse. (ces expressions sont de plus en plus virulentes).

 

1588

diâle

Il a fét ça à l’ va-t-au diâle.

Il a fait cela à la diable,  sans soin, sans recherche, à la va-vite.

syn. Al vastèrfoute. al mistanflûte (v. n° 2956 & 4653).

 

1589

diâle

Dan.nè au sèt’ cint diâles.

Damné à tous les diables,  sans rémission (l’orthographe de ce mot est-il “sint” : saint, ou “cint” : le chiffre cent ?).

 

1590

diâle

I gn-a nén in (vêrt) diâle à l’ prinde.

Le diable est moins rusé que lui.

 

1591

diâle

In mèstî qui 1′ diâle n’ a nén voulu fé.

Un métier difficile, sale, dégoûtant, répugnant.

 

1592

diâle

Intrèz, si ç’ n’ èst nén 1′ diâle.

Plaisanterie à quelqu’un qui frappe à la porte.

 

1593

diâle

Brèyèz, riyèz 1′ diâle tant qu’ vos v’lèz.

Pleurez, riez, cela ne changera rien.

 

1594

diâle

Tout 1′ diâle et son trin.

… et toute la suite.

 

1595

diâle

Il a a fé au diâle.

Il a une méchante femme, une épouse irascible. Il a un chef sévère, incontentable.

 

1596

diâle

Il a (/ Èle a) pètè au diâle avè…

Il (Elle) a quitté le domicile conjugal avec…

 

1597

diâle

I gn-a à pèter au diâle.

Il y a de quoi se sauver, fuir cette engeance.

 

1598

diâle

I d-a à pèter au diâle.

Il y en a à profusion.

 

1599

diâle

Il a stî poûssi pau diâle. Dj’ é stî…

C’est le diable qui l’a inspiré. Regret tardif d’une mauvaise action que l’on a commise sans bien se rendre compte des méfaits qu’elle pourrait amener.

 

1600 

diâle

Diâle di maujone,  Bon Dieu d’  rûwe. 

Bon Dieu d’  rûwe,  diâle di maujone.

Gentil,  affable hors de chez lui,  mais despote envers  les siens, à la maison.

 

1601 

diâle

– Va-z-au diâle!

– Va-z-è au démon, c’ èst co chîs mètes pus  lon. Réponse à qui vous envoie au diable.

 

1602 

diâle

Au pauve diâle l’ assaut.

Il n’est pas encore assez malheureux et c’est sur lui que le sort s’acharne.

 

1603 

diâle

Tu n’ ès nén l’ diâle.

Pour qui te prends-tu ?

Tu ne peux pas mieux qu’un autre.

 

1604 

diâle

Ça n’ èst nén l’ diâle.   …  l’ sint diâle.

Cela n’est pas  terrible.Cela n’a pas grande valeur.

Celui-là, il n’est pas terrible. C’est un amateur, un petit dans sa spécialité.

 

1605 

diâle

Il èst pis d’ diâle à fé…     Il èst pîs qu’ diâle…

Il est poussé par le démon pour agir ainsi.

 

1606

diâle

Èl diâle è quate.

Grand bruit, tumulte.

 

1607 

diâle

L’ diâle î s’reut.

Je ne le ferais pas (même si le diable m’y obligeait). Je le ferais (même si le diable me le défendait).

 

1608

diâle

Li diâle marîye sès fîyes.

litt. : Le diable marie ses filles. Pluie et soleil à la fois.

 

1609

diâle

… si 1′ diâle n’ èst nén d’dins !

C’est à peine croyable.   Il y a de la diablerie là-dessous.

 

1610

diâle

Dji voûreu qui 1′ diâle vénreut tout quer.

J’en ai tellement gros sur la patate, je suis tellement déçu,décou­ragé, que je voudrais que tout s’écroule,  que tout aille à vau-1’eau.

 

1611

diâle

Dji voûreu qui 1′ diâle vène èt’ quer.  …vénreut t’ quer. Souhaits de malheur. Que le diable t’emporte !

 

1612

diâle

Gn-a nén in vêrt diâle à sawè si…

Gn-a pèrsone, nén ène âme à sawè si…

Il n’y a vraiment pas moyen de savoir si…, de connaître la vérité, le coupable, le fond de l’énigme.

 

1613

diâle

Gn-a pont d’ diâle dins l’infiêr qu’ a in no parèy.

litt.:  Il n’y a pas un diable en enfer qui est nanti d’un pareil prénom.

Se dit de quelqu’un qu’on a baptisé d’un prénom rare, inconnu, bizarre.

 

1614 

diâle

I va 1′ diâle.  I marone.

Il est fâché de ce qui arrive, il fulmine.

Il tempête après un échec.

Il reproche à quelqu’un la préférence qu’il montre envers un autre.

 

1615

diâle

I l’ a lèyi là pou l’ diâle.

Il l’a laissé en plan, il l’a quitté sans le saluer.

 

1616

diâle

Dji vos f’reu vîr èl diâle pau trau.

Je vous ferais les pires avanies.

 

1617

diâle

C’ èst 1′ min.me diâle, dis-t-i, 1′ mârtchand d’ Bon Dieu.

C’est la même chose exactement.

 

1618

diâle

C’ èst ça 1′ diâle.  C’ èst ça 1′ pîre.

C’est le pis de tout.

 

1619

diâle

C’ èst 1′ diâle qui vos 1′ dîra.

L’avenir nous apprendra. Comment cela va-t-il tourner ? Attendons pour connaître la solution finale.

syn. : L’ Bon Dieu 1′ sét. Dieu seul le sait.

 

1620

diâle

N’ nén fé pus qui 1′ diâle nè 1′ (vos) comande.

Ne pas en faire plus qu’il n’en faut. Se limiter au nécessaire. Ne pas dépasser ses moyens.

 

1621

diâle

I faut awè 1′ diâle avè li.  Il a 1′ (sint) diâle avè li. Il a 1′ sint Pèpére avè li.

Il faut être possédé du démon pour oser faire cela.

 

1622

diâle

Tint qui 1′ diâle èt co pus.

Autant qu’il est possible et même plus si on le peut.

 

1623

diâle

Il a 1′ diâle dins 1′ boudène. …dins s’ panse, sès tripes.

Il a le diable en lui.

Il est furieux de la tournure d’une affaire.

 

1624 

diâle

C ‘è-st-in totcheû du diâle.  ….d’ après 1′ diâle.

C’est un acharné fumeur de pipe, un enragé fumeur.

 

1625

diâle

In bouteû du diâle.

Un travailleur infatigable, passionné.

 

1626

diâle

Ça va 1′ diâle l’ enlève.

Cela va comme sur des roulettes, avec une facilité et une rapi­dité déconcertantes.

Tout baigne dans l’huile.

 

1627

diâle

Dji vou ièsse diâle si…  … sint diâle si…

Je veux bien être transformé en démon si cela n’est pas (ou si cela est).

Je suis persuadé à en risquer mon âme (pour le diable) que ce que je prévois, se produira.

En se référant à un événement passé dont on donne une explication ou à un événement à venir et que l’on prévoit.

 

1628

diâle

Du diâle si dj ‘ sé taper filèt la-d’dins.

Je ne comprends vraiment goutte à cela.

 

1629

diâle

In diâle tout fét.

Un vrai diable.

 

1630

diâle

C’ è-st-in diâle d’ ome, di coumére, d’ èfant.

Personne très vive, agressive, toujours énervée, sous pression, qui ne recule pas devant un travail harassant.

 

1631

diâle

In grand diâle di coumére.

Une femme très grande, aux allures décidées.

 

1632

diâle

In diâle di gamin.  In diâle di fîye.

Garçon espiègle, nerveux, vivant.  Un garçon manqué.

 

1633

diâle

In franc diâle.

Un homme qui n’a peur de rien.

 

1634

diâle

I sè skeût (/ I s’ a dismin.nè) come in diâle dins l’ eûwe bènite, dins 1′ bènitî.

Il se trémousse (s’est trémoussé) comme un beau diable.

 

1635

dibout

C’ èst 1′ dibout d’ tout.

C’est ce qu’il y a de pis.

 

1636

dibout

C’ èst tout 1′ dibout s’ i (pout fé ça).

C’est le maximum, c’est son maximum. Il ne peut pas plus.

 

1637

dibout

L’ èstitchî pau gros d’bout.

Essayer de faire accroire un chose invraisemblable.

 

1638

didins

Ièsse didins. (v. n° 1552 à 1554).

Rater un jeu, se faire mettre en boîte (jeu de cartes).

 

1639

didine

Ène grande didine.

Une grande fille,  adolescente,  qui a grandi très vite sans s’étoffer, qui paraît gourde.

 

1640

didîse

Alèz quer ‘ne didîse dé vo pârin.

Se dit à un très jeune enfant : “Allez chercher un sou chez, auprès de votre parrain”.

 

1641

diè

Sâcrè diè !

Juron de dépit, de désappointement, de regret.

 

1642

Dieu

Mon Dieu don !  Mon Dieu toudi !  Mon Dieu Sègneûr ! Bah! Soyons indulgent. Ce n’est pas grave.

Exclamations de surprise, de regret, de pitié, de commisération. Avec plus de force dans 1′ expression : Mon Dieu don dèyi ! Mon Dieu dèyi !

 

1643

Dieu

C’ è-st-in Nom di Dieu.

C’est un drôle, qu’a-t-il encore fait (de mal) ?

Un bonhomme qui commet toujours quelques méfaits parfois anodins, mais il est coutumier du fait.

 

1644

difaute

C’ èst di s difaute.

C’est sa faute.

 

1645

digue

C’ èst dè l’ digue.

Pain très dur. Aliment très, trop dur.

Digue : argile bleuâtre, grasse et lourde qui contient de la chaux;

 

1646

dike

I m’ a priyi à l’ dike èt dâye. (v. n° 1348).

Il m’a prié en insistant beaucoup.

 

1647

dimeurer

Il a dimeurè (/ dmeurè) d’dins.

litt. : II est resté dedans.

Il est resté dans la mine après la catastrophe. Il a été tué dans la mine. On l’a retrouvé mort sous un éboulement après quelques jours de recherches.

Il est mort de cette maladie. Il n’en a pas réchappé.

 

1648

dimander

Si on tè l’ dimande, tu dîras qu’ tu n’ è sés rén.

litt. : Si on te le demande, tu répondras que tu l’ignores.

Réponse méchante et négative à quelqu’un qui veut obtenir une information, sans doute pour la colporter.

 

1649

dîmince

In dîmince à foutche.

Un dimanche férié suivi du lundi (Pâques, Pentecôte).

 

1650

dimwin

Dimwin, on fra pou d’mwin.

Chaque jour suffit sa peine.

 

1651

dimwin

Dimwin, dji scrî à… Dimwin, dji m’ è va, dji 1′ fé.

Cet emploi du présent au lieu du futur signifie que la décision est d’ores et déjà prise définitivement et irrévocablement: Demain, j’écris à… Demain, je m’en vais, je le fais.

 

1652

din.ner

Qwè-ce’ qu’ on din.ne ?  / … qu’on soupe, qu’on d’djeune ?

De quoi dîne-t-on, soupe-t-on, déjeune-t-on ?

(l’emploi transitif de “dîner, souper, déjeuner” est idiomatique).

 

1653

din.ner

In din.ner d’ prénce.

Un excellent repas, digne de la table d’un prince (exagéré mais dit à l’intention d’un hôte quand le repas a été réellement succulent).

 

1654

dint

Mètèz vos chabots dins vos pîds. … ‘ne marone dins vo cu.

Mettez vos sabots, un pantalon.

 

1655

dint

I n’ èst nén fayè dins ç’ qu’ il èst.

Il n’est pas mauvais, méchant, malgré son caractère intransi­geant, austère.

 

1656

dint

Dj’ èsteu dins m’ tchimîje, dins mi scaneçon (à scaneçon).

Je n’avais sur moi que ma chemise, que mon caleçon. J’étais en chemise, en caleçon.

 

1657

dint

Mindjî à longs dints. (n.m.)

Manger sans appétit.  Manger un plat qui ne plaît pas. Manger contre son goût.

 

1658

dint

Il a scô sès dints. (v. n° 4003).

 

1659

dint

Mindjî su tous sès dints.

Faire bonne chère. Etre invité à une noce, un grand banquet.

 

1660

dint

Ça s’ mindje sins dints.

Viande très tendre.

 

1661

dint

Awè dès longs dints.

Avoir les dents agacées par l’acidité (d’un fruit).

 

1662

dint

I l’ a à dints.  I l’ a su s’ gros dint.

Il lui en veut. Il a une dent contre lui.

 

1663

dint

C’ èst come si on lyi rôyereut in dint.

litt. : C’est comme si on lui arrachait une dent.

C’est un avare qui donne avec peine, qui souffre de devoir donner.

 

1664

dint

Quand i dit 1′ vré, i lyi tchét in dint.

Il ne cesse de mentir.

 

1665

dint

Aye, mès dints !

Se dit quand un bruit strident fait serrer les dents. Se dit quand une machine s’enraye, abimant un engrenage. Exclamation après une information mensongère, abracadabrante.

 

1666

dint

Awè dès pwêys à sès dints.

Avoir bec et ongles.

 

1667

dint

Quand on vîra qu’ vos-avèz dès dints, on vos ramin.nera tout d’ chûte.

Se dit à un enfant qui a peur de s’égarer, de s’éloigner, de se faire enlever.

 

1668

dîre

Qwè-ce qui dj’ vouleu dîre, ô, mi ?

Se dit en cas de trou de mémoire, perte du fil de la pensée. Ces paroles donnent un temps pour se souvenir de la suite.

 

1669

dîre

Dji di ça èt dji n’ di rén.

Mon propos n’est pas à prendre en considération.

Je vous le dis mais vous n’êtes nullement tenu de prendre cela en considération (mais jtle dis quand même).

 

1670

dîre

Dîre èl sène.

litt. : Dire la sienne. Faire une réflexion.

 

1671

dîre

I n’ d-a pou dîre pont.

Il n’y en a presque pas, quasi pas.

 

1672

dîre

Si vos-avèz peû d’ dîre qui c’ èst vous, disèz qu’ c’ èst mi.

Faire une incongruité et dire très haut cette phrase à quelqu’un, pour laisser croire qu’il en est l’auteur; cela ne trompe personne.

 

1673

dîre

Di-le râde pou n’ nén minti longtimps!

Dis-le très vite pour que tout le monde n’entende pas ton mensonge.

 

1674

dîre

Ô,  l’ vî, qwè dis-se?  Ô, Jules, qwè dis-se?

Façon familière,  cavalière de dire : “Comment vas-tu ?” “Quelle nouvelle, quoi de neuf ?”

 

1675

dîre

Qwè d’sez ?  Qwè d’jez ?

Idem, un peu plus poli.

 

1676

dîre

Qwè dis-se, ô?

Tu n’es pas honteux d’avoir dit cela, d’avoir agi de la sorte?

(sur un autre ton) A ton avis ? Que penses-tu de ma performance? de mon savoir-faire ?

syn. : Qwè dis-se di mi ?

Formule par laquelle on manifeste de l’impatience, du mécon­tentement.

Cette forme interrogatoire de certains verbes à la deuxième personne du singulier, donne :

Eyu vas-se’ ?                                       Où vas-tu ?

Va-se èt’ tére ?                             Vas-tu te taire ?

D-as-se?                                             En as-tu ?

Qwè fés-se ?                                       Que fais-tu ?

As-se mindji ?                                   As-tu mangé ?

As-se’ vèyu 1′ torê a Lîdje ? As-tu vu le taureau à Liège?

Qwè prinds-se?                        Que prends-tu ? (au café)

Dîreus-se bén ?                                 Dirais-tu bien ?

L’ dîreus-se, twè ?      Le dirais-tu, toi ? Toi, tu le dirais?

 

1677

dîre

Tu m’dis “lache” à mi? èt mi, qwè-ce qui dj’ dîreu à ti ?

Tu me dis “lâche” alors que tu l’es plus que moi; vu cela, que dirais-je de toi ? (lache ou sot, vaurén, drole, mau v’nant).

 

1678 

dîre

…, dis-t-i in côp iun.

…. comme quelqu’un l’a dit un jour.

 

1679

dîre

Dji 1′ diseu co ayêr en lavant mès pîds.

Je le disais hier  (il n’en est rien, mais pour sembler abonder dans le sens de l’interlocuteur, qui bien sûr comprend l’ironie).

 

1680

dîre

Di-dje, mi!

Dis-je  ! (expression dont certains  émaillent leurs propos quand ils rapportent leurs propres paroles dans une discussion antérieure. Certains Wallons répètent    ce  “Di-dje”  quantité de fois, plus fréquemment qu’en français).

 

1681 

dîre

Di-dje, mi, hin, wè-se !   Di-dje, mi, èn’don, in !

Expressions ridicules que certains emploient pour dire simplement “Dis-je”.

 

1682

dîre

Si dji n’ mè 1′ di nén à mi-min.me, gn-a pont qui 1′ dîra.

Si je ne me jette pas des fleurs, les autres ne le feront pas. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-mSme.

 

1683

dîre

Faut dîre çu qu’il èst.

Il faut bien reconnaître les faits, ce qui est, la vérité. Il faut bien admettre que…

 

1684

dîre

On dîreut tout Jules.

Il ressemble à Jules à s’y méprendre.

 

1685

dîre

On dîreut tout in ramonia.

Se dit par une maman à son enfant qui rentre après être outra­geusement sali.

 

1686

dîre

I gn-a ostant (longueur, poids, monnaie) d’ à dîre.

litt. : Il y a … à dire,

II y a X centimètres,  grammes,  francs,  en plus ou en moins, de différence.

 

1687

dîre

Gn-a à dîre à l’ machine.

La machine est en panne.

 

1688

dîre

Il a à dîre à s’ keûr, à sès rins.

Il souffre du coeur, des reins.

 

1689

dîre

Il a à dîre à s’ dispoûye.

Il souffre d’une maladie interne. Il est dans de vilains draps.

 

1690

dîre

S’ lèyî à dîre.

Se laisser fléchir, convaincre.  Céder.

 

1691

dîre

I n’ a rén à dîre (à s barake).

Il n’a aucune autorité (dans son ménage, chez lui).

 

1692

disbârtè

Il èst tout disbârtè.  … disbârtèlè.

Il est tout étrange, tout perdu.

 

1693

disconte

Dji n’é rén disconte di li.

Je n’ai rien contre lui.

 

1694

discoûrs

Candjemint d’ discoûrs.

Proposition d’orienter la conversation sur un tout autre sujet.

 

1695

discrèche

Ça discrét.  I discrét.

litt. : Cela décroît.

Cela se termine, on en voit la fin.

 

1696

disconvenu

Dji n’ disconvén nén d’ ça, mins…

J’en conviens, je suis partisan, je ne discute pas cela, mais… (s’ensuit une mise au point, une nuance, un cas particulier^

 

1697

disgârciner

Lès maraudeûs ont tout disgârcinê l’ ârbe (/ l’ âbe).

Les maraudeurs ont saccagé l’arbre (cassé des branches, piétiné les fruits tombés par terre).

 

1698

disgârciner

Lès voleûrs ont tout disgârcinè dins 1′ maujone.

Les voleurs ont tout saccagé,  brisé, mis sens dessus-dessous.

 

1699

disgârciner

Il a disgârcinè 1′ poupène di s’ cheur.

Il a disloqué, démantibulé la poupée de sa soeur.

Dans ce verbe “disgârcinêr”,  il y a une idée de vandalisme, de rage, de violence, d’acharnement, de méchanceté.

 

1700

disgouviène

Awè à s’ disgouviène.  À (À l’) disgouviène.

Avoir quelque chose dont on peut faire ce que l’on veut.

 

1701

disgouviène

Quand i d-a iun à s’ disgouviène.  … à place.

Quand il a quelqu’un à sa merci.

 

1702

diskinde

Il a mieu (/ in.me mieu) diskinde qui d’ daler plat.

De deux efforts peu fatigants,  il choisira le plus doux, le moins difficile à accomplir.

 

1703

dispétchî

Dispétche-tu. Dispétchèz-vous. Boudje-tu. Boudjèz-vous.

Dépêche-toi, hâte-toi. Dépêchez-vous, hâtez-vous.

 

1704

disploussî

Disploussî in lapin. Scôrcî… Disploussî dès pwès. Enlever la peau d’un lapin.    Ecosser des pois.

 

1705

disploussî

Dj’ é stî disploussi come in guèrzëlî.

J’ai été mis à sec (comme un groseillier).

J’ai été dépouillé de tout mon argent.

 

1706

dispoûye

Il a ‘ne saqwè (à dîre) à s’ dispoûye. (v. n° 1689).

 

1707

dispûs

Dispûs don.

Depuis lors.

 

1708

distchér

Fé distchér in costume.

Porter en semaine un costume  que,  jusqu’alors, on ne portait que le dimanche et dans les grandes occasions.

 

1709

divise

Awè ‘ne divise avè…

Avoir une discussion assez vive, se disputer avec…

 

1710

divise

Taper s’ divise avè…

Avoir une conversation amicale assez longue avec…

 

1711

divise

Dj’ é dit ça à maniére (/ à môde) di d’vise.

J’ai dit cela pour alimenter la conversation, sans arrière-pensée.

(v. n°s 1995 à 1997).

 

1712

djambe

Dji n’ é pus neulès djambes.

J’ai les jambes fauchées par l’émotion, la triste nouvelle.

 

1713

djambe

I m’ a côpè bras èt djambes.

Il m’a découragé, il m’a mis dans l’impossibilité de poursuivre ce que je faisais.

 

1714

djambe

Il a prîs sès djambes à spales.

Il s’est enfui comme un lièvre. Il a pris ses jambes à son cou.

 

1715

djambe

On n’ è r’va nén su ‘ne djambe.

La coutume veut que l’on prenne au moins deux verres de liqueur. Ceci se dit à celui qui ne veut en boire qu’un. Il paraîtrait que chaque verre descendrait dans une jambe  :  avec un seul, on traînerait en chemin l’autre jambe ou on boiterait.

 

1716

djambe

Ç’ n’ st nén co ça qui mè r’mètra dès djambes.

litt. : Ce n’est pas encore cela qui me remettra des jambes.

Ce n’est pas encore cela qui arrangera mes affaires, qui me donnera la solution, qui marquera la fin de mes ennuis.

 

1717

djambe

C’ èst co pîre qu’ à l’ aute djambe.

Aller de Charybde en Sylla.

 

1718

djambe

Daler ‘ne djambe au côp.

Aller doucement, flâner, se promener.                                 .

1719

djambe

Il a mîs lès djambes di s’ marone à l’ késse d’ èpargne. Les jambes de son pantalon sont beaucoup trop courtes.

 

1720

djambe

Louwis sins djambes.

Son pantalon suspendu avec un jambe repliée (voire les deux), laisse croire que ce vêtement est celui d’un unijambiste ou d’un cul-de-jatte.

 

1721

djambe

Ravaler d’ ène djambe.

Boiter, claudiquer.

 

1722

djambe

Daler à li rwède djambe.

Marcher avec une jambe raide.

 

1723

djambe

I satche ène djambe.

Il tire la jambe.

 

1724

djambe

Daler à djambes. Prinde à djambes.  (v. n° 114).

 

1725

djambe

Il a sès deûs djambes èrpikîyes dins l’ min.me fèsse.

Se dit d’une personne qui marche les jambes très rapprochées, en les frottant l’une contre l’autre.

 

1726

djambe

Dès djambes come dès montants d’ tchiyote.

Des jambes toutes droites, maigres, sans formes.

 

1727

djambe

Il a fét ça su ‘ne djambe.

Il a fait cela très vite, très facilement.

 

1728

djambe

Dji dirè èyu-ce qui mès djambes mpôrtront.

Je vais me promener sans but, au hasard.

 

1729

djambe

Fé ‘ne boune djambe.

Serrer la cuisse d’un enfant avec la main pour le faire sursauter.

 

1730

Djan

P’tit Djan-Bért!  P’tlt Bambért !  P’tit Djan-Djîle.  (v. n° 379).

Se dit à un jeune enfant, avec un certain reproche dans la voix (L’enfant ne s’appelle pas forcément Jean).

 

1731

Djan

É! Djan-Djîle!  Vos d-èstèz iun d’ Djan-Bért!

C’est malheureux avec vous !  Vous êtes un petit voyou, espiègle.

 

1732

Djan

É! Djan! É! Roucha!  É! Fré !

Eh! ça va! (reproche)  Eh! arrête!

(quel  que  soit le nom,  quelle  que soit la couleur de cheveux du fautif, pas votre frère non plus).

 

1733

Djan

Il a ieû Djan rén.

Il n’a absolument rien eu.

 

1734

Djan

Dji n’ è sé Djan rén.

Je n’en sais absolument rien.

— Tous  les  “Djan”  qui  vont suivre  (n°  1735 à 1748) donnent à l’expression le sens de coutumier du fait.

 

1735

Djan

In Djan à pidjons, à coks…

Un passionné de pigeons, de coqs.

 

1736

Djan

In Djan vayant.

Un fainéant.

 

1737 

Djan

In Djan mèle-tout.  In Djan mèmèle.

Un fouineur, qui s’intéresse à tout ce qui ne lui regarde pas.

 

1738

Djan

In Djan moumougne.

Une bonne fourchette, un bâfreur.

 

1739

Djan

In Djan byin 1′ temps.

Une nouille, quelqu’un qui n’est jamais pressé.

 

1740

Djan

In Djan brêyaud, pètaud, tafiaud, bribeû, minteûr…

Qui sans arrêt pleure, pète, bagaye, sollicite, ment…

 

1741

Djan

In Djan tètaud.  In Djan tètète.

Enfant qui tète son doigt, son pouce, sans arrêt. Homme frotteur de manches, cauteleux.

 

1742

Djan

In Djan chèrchârd.

Qui cherche misère, noise.

 

1743

Djan

In Djan à fîyes.

Coureur de jupons.

 

1744

Djan

In Djan pichaud.  In Djan pipiche.

Reproche à un enfant qui se mouille encore à son âge. Vieillard qui urine souvent.

 

1745

Djan

In Djan pèpére.

Qui a des allures de petit vieux (même un enfant).

 

1746

Djan

In Djan sussuke.

Qui aime le sucré, la pâtisserie.

 

1747

Djan

In Djan toutous ‘ .

Qui exaspère par une toux incessante, répétée.

 

1748

Djan

Djan pout mau, il a tcheû dins l’ eûwe èt i s’ a noyi.

Reproche à quelqu’un  (un enfant)  qui se moque des conseils de prudence, de sagesse argant qu’à lui, rien de fâcheux ne peut arriver.

 

1749

Djan

Quand ç’ n’ èst nén Djan, c’ èst Djène.

Quand ce n’est pas une sorte, c’est l’autre, les malheurs se succèdent.

Jamais satisfait, jamais content, il demande toujours autre chose.

 

1750

Djan

 

Il collectionne les maladies, il sort d’une pour entrer dans l’autre.

 

1751

Djan

“In côp… – In côp, c’ èsteut (/ c’ ît) Djan èt Djène,

Qui mindjént dè l’ soupe èchène.”

Quelqu’un s’arrête (trop longtemps) après les mots “In côp“. L’interlocuteur, par ces deux vers, l’informe que la soi-disante anecdote qui doit suivre “une fois”, est considérée par lui comme un mensonge, un travesti de la vérité et qu’il n’en croira rien.

 

1752

Djan

C’ è-st-in bon Djan.

C’est un bon enfant dont on abuse de la bonté.

 

1753

Djan

Djan boudène.

Injure, moquerie à un dénommé Jean, issue de la chanson :

Djan, Djan, Djan, vo boudène tchéra,

S’ èle ni tchét nén. on vos l’ côpera

Av’ in coutia t’ ossi long qui m’ bras (bis).

 

1754

Djan

Du bos d’ sint Djan.

Le chèvrefeuille.

 

1755

Djâke

Bate èl Djâke.

Faire les fous, danser, se démener.

 

1756

djakète

Ène crasse djakète.

Vêtement qu’un ouvrier salit très fort en travaillant, y met de la graisse, de l’huile, s’y essuie les mains.

 

1757

djèler

Gn-a pus qu’ a priyî 1′ Bon Dieu qu’ i djèle.

litt.:  Il n’a (/ Il n’y a) plus qu’à prier Dieu qu’il nous envoie de la gelée.

Pour que cette chose se tienne bien droite, rigide; en la mouil­lant,  qu’elle colle au mur, à un autre objet, il ne reste plus alors qu’à prier pour qu’il gèle.

 

1758

_

 

_

1759

djèle

Awè dès djèles.

Avoir des engelures aux mains, aux joues, aux genoux par temps de gel, avec ou sans crevasses. Ces crevasses : crèvures, crèvaudes.

 

1760   

djèt

In tchiyeû d’ djèts.  … d’ ârpwès.

litt. : Un chieur de levure, de poix.

Un fat, un précieux, qui toise tout le monde avec mépris.

syn. In trop d’ gueûle (/ gueûye). In tantafêre. In sint mwés. In fiêr cu.  Ène tchiyote.

 

1761

djèrèts

Il a dès bons (fameûs) djèrèts.

litt. : II a de bons jarrets.

Il a de bonnes jambes,  il est bien membre, bien bâti, fort, énergique (se dit surtout d’un enfant).

 

1762

djèter

I s’ d-a djètè lon èrî.

Il a juré ses grands dieux qu’il n’y était pour rien ou qu’il n’y avait été mêlé que d« très loin et très peu.

Syn, I «.’ d’à djètè èvoye. I a’ d’à tapé Ion èvoye.

 

1763

djeu

C’ èst tous djeus pou…

Ça sont des pratiques susceptibles d’attirer des complications

et des ennuis.

 

1764

djeu

C’ èst tous sès djeus.

C’est le genre de farces qu’il affectionne de jouer aux autres. Ce sont des pratiques qui le passionnent.

Ce sont ses jeux favoris, son dada (péj.).

 

1765 

djeu

C’ èst toudis l’ vî djeu.

C’est toujours le train-train habituel.

 

1766 

djeu

L’ djeu toûne à makète.  …   au brin.

Le    jeu    tourne    mal,     dégénère en discussion âpres après la bonne entente du début du jeu,  des tractations.

 

1767 

djeu

Djoûwe bén t’ djeu.

Prends attention à ce que tu fais. Essaye de bien mener ta barque.

 

1768 

djeu

Ièsse à s’ djeu.

Etre attentif à son jeu. S’amuser follement.

 

1769 

djeu

Awè du djeu.

Il y a de l’ambiance, de l’animation.

Se dit d’une pièce qui n’est pas bien assujettie, qui a de l’aisance.

Etre favorisé ce jour-là par le chance au jeu  (cartes).

 

1770 

djeu

C’ è-st-in djeu d’ gamin.

Un jeu trop simple auquel on se refuse de jouer. Un jeu sans risque, très facile.

 

1771

djeu

In djeu d’ aveûle.

Aux cartes p.ex.  : Un jeu très simple, facile à mener (qu’un aveugle réussirait).

 

1772

djeu

L’ pus bia du djeu.

Le comble.

 

1773

djeu

Ç’ n’ èst nén co ça 1′ pus bia du djeu.

C’est difficile mais d’autres difficultés nous attendent.

 

1774

djeu

R’mète au djeu.  / … au tchant.

Ramener la conversation sur, comparer à…

Reparler d’une action que telle personne a commise.

Prendre comme exemple l’action, l’aventure, le cas analogue d’une personne présente.

 

1775

djeu

R’pikî au djeu.

Recommencer, s’y remettre.

 

1776

djeu

Pou pârfé 1′ djeu.

Pour mettre une touche supplémentaire.

Se dit d’un nouveau déboire, un nouveau malheur qui est venu s’ajouter.

 

1777

djeu

C’ è-st-in djeu tout 1′ min.me !  Qué djeu !

C’est aberrant ! C’est incroyable ! (péj.)

 

1778

djeu

Qué djeu à l’ cinse !

Quelle affaire chez nous !

 

1779

djeu

Qué djeu à Binche !

Quelle histoire!  Quelle discussion qui n’en finit pas. Quel boucan !  Quelle rixe collective, générale ! Quel gâchis !  Quel désastre !

 

1780

djeu

Daler l’ dwèt du djeu.

Jouer franc jeu, respecter scrupuleusement les règles du jeu, ne pas tricher.

Etre honnête en affaires.

 

1781

djéve

Il-a s’ djM§ve_ plêne.  Il-a plin s’ djéve. litt. : II a le gésier rempli.

Il est repu, rassasié.  Il en a jusque là.

 

1782

djéve

Foute a s’ djéve.

Manger abondamment, goulûment.

 

1783

djéve

I s’ d’à foutu plin s’ djéve.  — djosqu’al gâye.

litt. : II s’en est mis plein le gésier, jusqu’à la pomme d’Adam. Il s’en est mis plein la lampe.

 

1784

djidjipe

À djidjipe.

En équilibre instable sur une élévation, un meuble fragile.

 

1785

djigue

Il a dansé 1′ djigue anglèse.  (v. n° 891).

litt.: Il a dansé la gigue anglaise.

Il a dansé de douleur, après avoir reçu un coup, s’être blessé, coupé, brûlé.

 

1786

djigue

Dji n’ vau nén ‘ne vîye djigue.

litt. : Je ne vaux pas une vieille pièce d’un centime.

Je suis momentanément très malade.

Je ne suis pas bien,  je n’ai pas de ressort, je suis fatigué.

Je ne donne pas cher de ma peau.

 

1787

djigue

Dji n’ vau pus ‘ne djigue.

Je suis amoindri physiquement (âpres une maladie, une terrible épreuve).

 

1788

djilèt

Il a foutu (/ Il a mîs) ça à s’ djilèt, à s’ jèjè, a s’ djéve.

Il s’est lancé cela derrière la cravate.

Il s’est empressé de l’engloutir.

 

1789

djilèt

I pout bén daler avè ça dins s’ djilèt.

Après un tel repas,  il tiendra le coup, il n’a pas à craindre la faim avant un bon bout de temps.

 

1790

djilèt

Il a ieû ça à s’ djilêt.  … à s’ casake.

On 1 ‘ a tué .

 

1791

djilèt

Il a mîs s’ bia djilèt.  … sès bèlès lokes, sès bias cayès.

Il s’est bien habillé (mieux que d’habitude). Il a fait son chic.

 

1792 

Djilî

Lès Djilî, lès Rorisaut, lès Docherîye . . .

Les membres de la famille qui habitent Gilly, …

Les habitants de ces  communes, quartiers (péj.).

 

1793

Djilî

À Djilî , lès bwagnes n’ ont qu’ èn-î.

Moquerie aux habitants  de Gilly. On peut même ajouter:  lès côrdonîs travayenut d’ achids èt lès  djambes  di bos n’ ont rien frèd leûs pîds.

 

1794 

djin

Ç’ djin-là.

Cette femme, cette jeune-fille (pas péjoratif).

 

1795

djin

Ç’ pètite djin-là.

idem, mais ici, il y a de la sympathie, parfois un peu de pitié, de la part de la personne qui parle.

 

1796

djin

Ène boune djin.

Une bonne personne.

 

1797

djin

Fèyèz ça à môde di djin.

Faites  cela  de votre mieux,  consciencieusement,  avec  tout votre coeur.

 

1798

djin

Achîdèz-vous à môde di djin.

Asseyez-vous convenablement sur votre chaise (à un enfant).

Se dit à une jeune-fille qui, s’asseyant la jupe trop relevée, montre (montrait) ses genoux.

 

1799

djin

In fouteû d’ djins.

Un moqueur.

 

1800 

djin

In tûwe-djins.

Un instrument, une machine, très dangereux à manier. Un endroit où ont lieu beaucoup d’accidents.

 

1801

djin

Gn-a bran.mint dès djins qui vénrént vîr.

Si vous faisiez une chose aussi rare, extraordinaire (pour vous), l’événement serait si colossal qu’une foule se déplace­rait pour le voir (exagéré, bien sûr).

 

1802

djin

C’ èst “ûw” (“yûw”) dès djins.

Avertissement au machiniste d’extraction qu’il s’agit d’une translation de personnel et non de chariots ou matériaux.

Les personnes désireuses d’entrer ou de sortir peuvent y aller.

Des gens comme nous,  de notre milieu social,  sans chichis.

 

1804

djin

I gn-a toutes sôrtes di djins.

Il faut de tout pour faire un monde, des gens de tous genres. Il y a des originaux quand même !

 

1805

djin

S’ mète à djins. S’ mète au rang dès djins.

S’approcher des personnes présentes, entrer dans leur compagnie.

 

1806

djin

On n’ vèt nén grand djins.

On ne voit pas (arriver) grand monde, l’assemblée est clairsemée.

 

1807

djipéye

Dès crassès djipéyes.

Des  éclats  de rire bruyants,  vulgaires  (surtout de femmes).

 

1808

djiperîye

Gn-a toudi dès djiperîyes là-d’dins.

Des éclats de rire s’y succèdent, ils sont monnaie courante.

 

1809

djipâdje

Dès djipâdjes.

Plus vulgaire et plus péjoratif encore que “djipéyes“.

 

1810

djaube

Ièsse sèrè come ène djaube à deûs loyéns.

litt. : Etre serré comme une gerbe à deux liens. Etre à court d’argent, sans argent du tout.

 

1811

Djodjo

In bia Djodjo.  In bia mossieu.

Quelqu’un dont on ne prise pas les manières.

 

1812

djoke

Ièsse à djoke.. Dimeurer à djoke.

Etre à l’arrêt, se reposer, souffler entre deux efforts. Etre à la retraite.

 

1813

djoker

Djoke-tu.

Reste tranquille.

syn. Dimeurér djoke-tu. Vous’ dimeurêr djoke-tu ?

 

1814

djoke

S’ tèni à djoke.

Attendre les événements pour continuer le travail, les investi­gations.  Se laisser oublier.

 

1815

djoke

Sins djoke.

D’ici peu, très bientôt.

 

1816

djonde

On s’ pârle (/ divise) bén sins s’ djonde.

Reproche à celui qui vous touche sans cesse en vous parlant.

 

1817

djondu

Gn-a ‘ne saqwè d’ djondu.  … à l’ pupe.

Il est toqué.

Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette affaire. C’est important, c’est grave.

 

1818 

djondu

Il èst bén djondu.

Il est bien touché,   il est fou.     C’est un exalté.

 

1819 

djon.ne

Trop djon.ne pou pârler.     …   awè dwèt au chapite.

Enjoindre    à    un    enfant,     un adolescent de se taire,   lui  défendre d’intervenir dans une discussion entre adultes.

 

1820 

djon.ne

Riyèz, vos n’ rîrèz pus jamés si djon.ne.

Forcément,   la prochaine fois que vous rirez,  vous aurez vieilli. Reproche à quelqu’un qui rit en se moquant de vous.

 

1821 

djon.ne

Boure, timps qu’ t’ ès  djon.ne.

Profite de ta jeunesse, amuse-toi. Ne rate pas une bonne fortune (amoureuse).

Reproche à un jeune qui bouscule d’autres personnes,   qui se fraye un passage dans la foule, assez brutalement.

Reproche à un enfant qui s’empiffre.

 

1822 

djon.ne

Sale djon.ne! Man.nèt djon.ne! Léd djon.ne! Djon.ne di mèrde!  Djon.ne di rosse!

Reproche à un enfant turbulent, méchant, vicieux,   emmerdeur.

 

1823 

djon.ne

Poûri djon.ne.   (v.   n°    3553).

 

1824

djon.ne

Djon.ne di trop !

Mot vif à un enfant  infernal  et qui  voudrait dire   ; (en    dépassant la pensée) Enfant qui n’était pas désiré, venu en surnombre et qui attire des ennuis supplémentaires à ses pauvres parents.

 

1825 

djon.ne

Ène trikeléye di djon.nes. Ène pèkéye.

Famille nombreuse   (péj.)

 

1826 

djon.ne

Fé dès djon.nes.

Mettre bas (animal).

Laisser choir et casser en mille morceaux,   un objet quelconque.

 

1827 

djon.ne

Ça fra dès djon.nes.

Cela en rapportera, en engendrera d’autres (argent, faveurs).

 

1828

djon.ne

Il èst come in djon.ne di gade, quand i wèt s’ mame, il a swè.

litt.:  II est comme un chevreau,  quand il voit sa mère, il a soif.

Cet homme ne peut dépasser un cabaret sans y entrer, il se sent aussitôt assoiffé.

 

1829

djon.ne

Il a ostant d’ choûte qu’ in djon.ne di gade.

Cet enfant ne pense qu’à désobéir.

 

1830  

djon.nèsse

Passer s’ djon.nèsse.

Vivre sa vie de garçon, avant les fiançailles et le mariage.

 

1831

djon.nèsse

Dji n’ va nén passer m’ (bèle) djon.nèsse roci.

Je ne vais pas passer plus de temps ici, c’en est assez.

 

1832 

djon.nèsse

In djoû (/ Ène eûre) di m bèle djon.nèsse.

Regretter de devoir gâcher un jour (une heure) de ses jeunes années et de le (la) passer de si désagréable, infructueuse façon.

 

1833

djoû

C’ èst 1′ djoû (/ l’ samwène) insi.

Aujourd’hui (Cette semaine), il ne m’arrive que des ennuis, des tracas, des échecs qui ont une certaine similitude.

 

1834

djoû

C’ èst pour vous tous les djoûs.

Dans le langage enfantin, se dit quand on fait cadeau d’un objet en assurant le bénéficiaire que cet objet est bien à lui, qu’il ne devra pas le rendre.

Chez les adultes qui reprennent l’expression aux enfants : gardez votre objet (déplaisant), je n’en ai que faire. Parfois ici : C’est da vous tous lès djoûs.

 

1835

djoû

Tous lès djoûs (/ Chake djoû) qui l’ Bon Dieu amin.ne.

Tous les jours sans exception aucune.

 

1836

djoû

Plin djoû, plène eûre.

En pleine journée, au milieu de la journée.

 

1837

djoû

I fét tout clér djoû  … tout nwâr gnût.

La clarté du jour est complète.  La nuit est complète.

 

1838

djoû

In bia djoû.

Un jour de chance.

Un jour donné (qui n’est pas forcément beau).

Un jour de fête, de beau temps.

 

1839

djoû

Gn-a co des djoûs à v’ni.  … d’vant nous .

Nous avons le temps.

 

1840

djoû

Gn-a ieû lundi wit’ djoûs.

Cela s’est passé une semaine (huit jours) avant ce lundi.

 

1841

djoû

Mârkî sès djoûs. Mârkî sès wit’ djoûs.

Remettre son préavis de huit jours (salariés).

 

1842

djoû

Awè sès wit’ djoûs.  On m’ a donè mès wit’ djoûs. Recevoir son préavis, être congédié.

 

1843

djoû

Vîr èl djoû pau trau.

Naître.

Comprendre ce qu’est la vie, après une triste mais instructive expérience.

Entrevoir la fin, percer un mystère.

 

1844

djoû

Mête à djoû.  … au djoû.

Mettre au jour, dévoiler.

 

1845

djoû

Dji va t’ mète a djoû.

Je vais te déculotter, exhiber ton sexe (garçon).

 

1846

djoû

Dji su r’mîs à djoû.

Je suis remis à flot, j’ai rattrapé mon retard.

 

1847

djoû

Ièsse dins sès bons djoûs. … dins sès bounes.

Etre bien disposé, de bonne humeur.

 

1848 

djoû

Il èst d’ djoû.

Il est du poste de jour (par opposition avec poste de nuit).

 

1849

djoû

Travayî au djoû.

Travailler à la surface dans un charbonnage.

 

1850

djoû

Trop vif pou travayî au djoû. Trop fèl, trop fôrt…

Expression empruntée aux mineurs  :  Les hommes   vraiment vifs, subtils, ont leur place au fond de la mine.     Cela n’est pas nécessaire en surface où le travail est plus   lent, c’est du moins ce que disaient ceux du fond.

Trop vif, trop énervé pour mener à bien un travail.

Se dit de  quelqu’un qui laisse choir ce qu’il a en mains parce que trop vif, trop énervé.

Se dit de quelqu’un qui casse, démolit en faisant un travail.

 

1851

djoû

L’ djoû dès minteûrs, dès faus-pilâtes.

Le jour du nouvel-an où les souhaits ne sont pas toujours sincères.

 

1852

djoû

Ça lyi a avanci ses djoûs.

Cela lui a fait tellement mal qu’il en est mort avant son temps.

 

1853

djoû

In djoû ou bén l’ aute (en wit’).

A une date indéterminée, un jour ou l’autre, syn. Djusqu’al petite ducace (ducauce).

 

1854

djoû

On s’ apèrçwèt dès djoûs.  On wèt 1′ place à lès djoûs.

Quelques jours après les solstices, on commence à remarquer que les jours s’allongent ou raccourcissent.

 

1855

djoû

Lès djoûs è (/ s’ è) vont.

Les jours diminuent (après le solstice d’été).

 

1856

djoû

À l’ pikète du djoû.  L’ djoû pontîye.

A l’aube, aux premières lueurs du jour. Le jour pointe.

 

1857

djoû

Il a v’nu au monde (pa) in bia djoû.

Il est né sous une bonne étoile, c’est un chanceux.

 

1858

djoû

Il a v’nu au monde in léd djoû.

Toutes les catastrophes, tous les échecs sont pour lui.

 

1859

djoû

Twès djoûs pa-d’vant, twès djoûs padrî.

Se disait des ouvriers flamands qui venaient travailler en Wallonie avec leurs provisions de bouche pour la semaine, conte­nues dans deux sacs liés ensemble, portés sur l’épaule, un devant, l’autre derrière, avec des vivres pour trois jours chacun.

 

1860

djoûrnéye

Dj’ é gangni ‘ne bèle djoûrnéye audjoûrdu.

Cette journée m’a été favorable, m’a rapporté beaucoup (en réalité, cela est dit surtout par ironie).

 

1861

djoûrnéye

I cache à djoûrnéyes fêtes.

litt. : II cherche des journées faites.

C’est un paresseux qui s’arrange pour arriver trop tard pour se faire embaucher.

 

1862

djoûrnéye

Daler à djoûrnéyes.

Faire des journées de travail,  être engagé à la journée, pour X journées.

 

1863

djoûrnéye

Ène feume à djoûrnéyes.

Une femme de charge, qui fait des ménages.

 

1864

djoute

C’ èst dè l’ djoute.

litt.: C’est de l’étuvée aux choux.

Ce n’est pas fameux, ce n’est pas la meilleure qualité.

Ce n’est pas une grande réussite.

 

1865

djoute

Ça toûne à l’ djoute.

Cela tourne à. eau de boudin.

 

1866

djouwâdje

Que djouwâdje !

Quelle façon stupide, maladroite de jouer !

 

1867

djouwer

On n’ djoûwe nén ave g’ qu’on raindje.

Remarque à un enfant qui manipule une denrée comestible, en fait un jouet.

 

1868

djouwer

Tu djoûwes come in pîd d’ tâbe.

Tu joues très mal.

 

1869

djouwer

Djouwer chacun (/ chake) pou s’ pwint.

Jouer seul à seul, sans former d’équipe.

 

1870

djouwer

Tu djoûwes avè 1′ gamine.

Tu joues avec le feu.

Tu veux te jouer de moi, tu exagères la comédie.

 

1871

djouwer

Tu djoûwes avè mès-éguèrgnas.

Tu joues avec mes  “balles”   (pour éviter le mot tabou).

 

1872 

djouwer

Bén djouwè à l’ bale !

Bien joué  !     Bien réussi   !     Tu as vraiment agi au mieux. Tu as eu le mot juste.

 

1873

djouwer

Djouwer avè 1′ quinjène d’ ène saqui.

Essayer de le flouer,   de l’escroquer. Se moquer,   tourner en ridicule.

 

1874 

djouwer

Djouwer à l’ rinde bèle.

Se renvoyer la balle sans engager la partie, avec fair-play, à petite distance.  Peloter (terme de jeu de balle).

Se renvoyer la balle, se répondre du tac au tac. Joute oratoire. Se faire des agacements continus, réciproques.

 

1875

djouwer

I djoûwe du malén.   . . . du cawyot.

Il joue au plus fin.

Il joue malhonnêtement, croyant ne pas être deviné.

 

1876

djouwer

Mè djouwer!

Prenez-moi dans votre jeu. (enfants).

Se dit quand on demande (ironiquement) à participer à une in­trigue, à une manigance.

Se dit quand on veut montrer qu’on n’est pas dupe d’une comédie.

 

1877

djouwer

Djouwer du mète cénkante, dè l’ tièsse di tch’vau, du tape au laudje.

Jouer de l’accordéon (péj.).

 

1878

djouwer

C’ èst pus dûr (/ fôrt) qui d’ djouwer au bouchon.

C’est plus compliqué qu’on ne le pense, que vous ne le pensez. C’est d’une autre difficulté.

 

1879

djouwer

Tu m’ d-è djoûwes ieune.  … ène boune.

Tu me mets dans une situation inconfortable. Tu m’en fais voir de toutes les couleurs.

 

1880

djouwer

Èyu-ce qui t’ as stî vîr djouwer ça ?

Je ne crois pas ce que tu me racontes, soit que tu cherches à me tromper, soit que tu colportes sans malice des racontars (on feint de croire que le propos serait tiré d’un film, que cette aventure rapportée est du vrai cinéma).

 

1881

djus

Ce mots dans les expressions suivantes donne une idée de chute (au propre ou au figuré) pendant ou après l’action .

 

1882

djus

Daler djus d’ sang.

Etre exsangue.

 

1883

djus

I m’ a mîs djus d’ mi-min.me.

Il m’a outré.     Il m’a mis hors  de moi.

 

1884

djus

L tchâr (/ vagon) èst djus dès râys.

Le wagonnet (wagon) est déraillé, a déraillé.

 

1885

djus

L’ tchâr èst djus d’ deûs, djus d’ quate.

Le wagonnet est déraillé de deux roues, des quatre roues.

 

1886

djus

T’ ès djus dès râys.  … à costè dè l’ plake, dè l’ cape.

Tu dévies la conversation, tu es sur un autre longueur d’ondes, (fig)

 

1887

djus

Diskindèz d’ là djus … djus di-d-là.

Descendez de là.

 

1888

djus

Dji su djus d’ alène.

Je suis hors d’haleine, à bout de souffle.

 

1889  

djus

Dji  su djus.

Je suis las, rendu, vidé.

 

1890 

djus

I m’ a mis djus.

Il m’a éreinté, fatigué.

 

1891

djus

Djus d’ corâdje.

Vraiment découragé.

 

1892

djus

Voler, tchér djus du là-waut, d’ li skîye, di s’ vélo, d’ l’ ârbe, di l’ ôrdâdje.

Tomber de l’étage, de l’échelle, de  son vélo, de l’arbre, de 1’échafaudage.

 

1893

djus

Èvoler djus.  L’ cok a èvolè djus du clokî.

S’envoler d’un endroit élevé.  Le coq a été  emporté (par le le vent) du clocher.

 

1894

djus

Sauteler djus du tram.  … djus dè l’ tram.

Sauter du tram en marche.

 

1895

djus

Awè stièsse djus.  On lyi a foutu s’ tièsse djus.

Etre décapité, guillotiné.  On l’a guillotiné.

 

1896

djus

Il a stî foutu djus di s place.

Il a été remercié, congédié.  Il a perdu son emploi.

 

1897

djus

I l’ a satchi djus.   I m’ l’ a satchi djus.

Il l’a désarçonné.  Il me l’a enlevé (une écharde p.ex.)

 

1898

djus

Ièsse djus di liârds, djus d’ ratchon.

Etre sans argent.Etre’.sans salive après avoir trop parlé.

 

1899

djus

Il èst tcheû djus dè l’ pâdje.

Se dit de quelqu’un dont le nom a été oublié dans un compte-rendu ou n’était pas digne de figurer dans un compte-rendu.

 

1900 

djus

L’ tâblau s’ a distatchi djus du mur.

 Le tableau s’est détaché du mur.

 

1901 

djus

Couri djus dè l’ casserole, disbôrder djus…

Se dit d’un liquide qui  s’échappe   (de la casserole).

 

1902 

djus

Rider djus.  Bourer djus.

Glisser de…  Pousser en bas de  …

 

1903  

djus

Côper, soyî djus.

Couper,  scier,  détacher de…

 

1904 

djus

Foute djus. On lyi a foutu s’  pîd djus.

Amputer,  être amputé.

Il est tombé au travers du plancher pour atterrir un étage plus bas.

Otez votre main de mon corps.

 

1907

djus

‘là co l’ èfant djus dè l’  bêrce !

litt. :  Voila encore  l’enfant qui est tombé de son berceau.

On  entend un vacarme dans une pièce voisine,     quelque chose dégringole, se brise.

 

1908 

djurer

Dji 1′ djure su 1′ tièsse di m’ pupe.

Dji 1′ djure su l’ tièsse du compteûr à gâz.

Je le jure sur une chose peu probante, je le jure intentionnel­lement sans convaincre.

 

1909 

djurer

Djurer come in Scotch.

litt.:  Jurer come un Ecossais.

Jurer sans cesse, à tout bout de champ.

 

1910 

djurer

Djurer lès scaswêres (di Dieu).

Lâcher une bordée de jurons ou dire  “Scaswêre di  scaswêre di Dieu”.

scaswêre : mèche au bout du fouet.

 

1911

djusqu’à

Djurer djusqu’à toudi.

Une bordée de  jurons qui n’en finit pas.

 

1912 

djusqu’à

I m’ a rèbrassi djusqu’à toudi.

Il n’arrêtait pas de m’embrasser, avec effusion.

 

1913 

djusqu’à

R’mèrcyî  djusqu’à toudi, djusqu’à têre.

Remercier avec emphase, chaleureusement, avec    promesse de reconnaissance éternelle.

 

1914 

djusse

Djusse come di l’ ôr.

Vraiment juste, exact (calcul, mesures).

 

1915

djusse

N’ nén ièsse tout.

Ne pas avoir toutes ses facultés.

 

1916

dèmander

Gn-a ‘ne saqui qu’ a d’mandé après vous.

Quelqu’un vous a demandé.

 

1917

dèmander

Dji (m) va d’mander pou r’clamer.

litt. : Je vais demander pour réclamer.

Je  vais  manifester,  montrer mon mécontentement, mon refus (dit avec bonhomie).

 

1918 

dèmander

I n’ faut nén d’mander si…

A plus forte raison si…

 

1919

doner

Gn-a rén à d’ner.

litt. : Il n’y a rien à donner.

Se dit à un mendiant, un quémandeur, à qui l’on ne tient pas à donner.

Refus d’intervenir, d’aider.

 

1920

d’néye

I n’ èst nén di d’néye.

Il n’est pas enclin à donner. Il donne difficilement.

Jeu de mots avec le village de Denée, dont les habitants ne seraient pas charitables (taquinerie).

 

1921

dodiner

Ièsse dodinè.  S fé dodiner.

Etre gâté, se faire gâter, chouchouter.

 

1922

dodope

À l’ plène dodope.

A fond de train, à toute vitesse (sans doute allusion à la grande vitesse de rotation de la toupie : dope).

 

1923

Dôminé

Dôminé !  Asseûrè !

D’accord !  Bien entendu, cela va de soi !

 

1924

don

Èn’ don?

N’est-ce pas ?

 

1925

Dônat

Bouter du Dônat.

Se laisser dompter, se laisser mener par le bout du nez, faire semblant de ne rien voir de peur des complications, disputes…

Etre cocu et fermer les yeux.

 

1926

Dônat

Qué Dônat !

Quel imbécile !  Quel naïf !

 

1927 

dondène

I lyi fét toutes sès dondènes.

Il lui passe tous ses caprices, toutes ses lubies.

 

1928

dondène

C’ èst co ieune di sès dondènes.

C’est encore une de ses lubies.

 

1929

doner

On 1′ done pou rén.  On d-a pou sès liârds.

Il pleut à verse, un vrai déluge.

 

1930 

doner

Doner gros.

Payer la forte somme.

 

1931

doner

Dji donereu gros pou (/ pour mi) vîr ça, sawè ça.

Cela me plairait énormément de voir, savoir cela.

 

1932

doner

Doner a ètinde (/ à-z-ètinde), à sinte.

Insinuer.

 

1933

doner

L’ tchén done.

Le chien aboie un intrus, un voleur.

.

1934

doner

On done tout pou rén.

Publicité qui laisserait croire, supposer, que dans ce magasin, on donne tout gratis ou presque

 

1935

doner

Dji n’ t’ é jamés rén donè (/ d’nè).

Se dit en donnant un objet sans aucune valeur, un objet à jeter à la poubelle, pour s’en débarrasser, et aussi embarrasser un autre au même instant, qui n’en a que faire.

Certains verbes français en -onner,  élident le “o” en wallon:

d’ner : donner. Ad’nez me iun : donnez m’en un.

macener : maçonner.

boutener, r’boutener, disboutener : boutonner, re-, dé-.

abandener : abandonner.

stancener : étançonner.

brakener : braconner.

savener : savonner.

tîjener : tisonner.

A l’infinitif, aux deux premières personnes du pluriel de l’indi­catif présent, du subjonctif, de l’impératif, à toutes les personnes de l’imparfait, aux participes présent et passé.

 

1936

dôrmi

Èmdjambe dôrt.

” Ma jambe est engourdie (picotements).

 

1937

dôrmârd

In faus dôrmârd.

Quelqu’un qui fait semblant de dormir.

 

1938

dos

Il a ‘ne tatche à s’ dos (/ à s’ cu).

Il a un passé douteux,  un méfait à se reprocher dont on se souvient.

 

1939

dos

Atraper ‘ne saqwè ( d’ mwés ) su s’ dos.

Contracter une maladie grave.

 

1940

dos

S mète lès djins à dos.

Risquer l’antipathie, l’hostilité des autres.

 

1941

dos

Il a ieû ça au long di s’ dos.  … à si skine.

C’est raté. Il a eu un échec cuisant.

 

1942

dosséye

Mète èl dosséye su ‘ne saqui.

Accuser faussement quelqu’un de quelque chose.  En faire le bouc émissaire.

 

1943

doube

Gadjî doube conte simpe.

En cas de perte, donner Itdouble de ce qu’on aurait reçu étant gagnant.

Etre sûr de ce qu’on avance;  le pari (qu’on ne tient pas) est gagné d’avance.

 

1944

doube

I d-a (/ I l’ a) ieû au doube èt au radoube. (v. n° 619)

Il a reçu (/ Il en a reçu) plus du double.

 

1945

doube

Ièsse doube       Fé doube.

Etre capot.       Faire capot.

 

1946

doube

Scaper 1′ doube.

Intervenir heureusement dans une affaire.

Intervenir à point pour ne pas être capot. Echapper par chance au capot.

Assister en simple figurant, mais prêt à la rigueur à prêter main forte.

 

1947

doublure

Il a ramassè ‘ne doublure (su s’ panse).

Il a été battu comme plâtre, il s’est fait rosser.

Il a ramassé une dégelée (sport).

 

1948

doublure

I lyi a foutu ‘ne doublure.

Il lui a donné une terrible correction.

 

1949

doûs

Daler t’ à la doûce.

Aller sans se presser.

 

1950

doûs

T’ à la doûce come èl mârtchand d’ cèréjes.  (v. n° 979).

 

1951

doûs

Fé dès doûces.  — dès doudoûces.

Faire des caresses (surtout dans le langage enfantin).

 

1952

doûs

Fé dès doûces avè ‘ne mawote.

litt. : Faire des caresses avec un gros marteau de forgeron.

Sembler caresser mais tellement brutalement que cela ressemble fort à frapper.

 

1953

doudoûce

Ça n’ fét nén doudoûce.

Cela fait mal, très mal.

 

1954

doucètemint

Tout doucètemint.

Tout doucement, très doucement.

 

1955

doûs

Il èst su l’ doûs.  … su 1′ bon.

Il n’est pas en possession de toutes ses facultés.  Il est un peu simplet.

 

1956

doûs-cras

I sint l’ doûs-cras.

Il y a ici une odeur fade, ecoeurante, désagréable.

 

1957

doutance

Awè des doutances su…

Avoir des soupçons envers…

 

1958

doûye

Foute ène doûye.

Tabasser, donner des coups.

(plus fort, plus cruel que “doûye” : Foute ène tinke, ène rapasse, ène disploussîye).

Terrasser quelqu’un par jeu, après un corps-à-corps.

Un adulte qui terrasse un enfant, par jeu.

Battre à plates coutures.

 

1959  

doûye

Awè ‘ne doûye.

idem, mais vu par le vaincu. Etre battu à plates coutures.

 

1960

dramatike

Djouwer à l’ dramatike.  … dè l’ dramatike.

Faire du théâtre amateur.

 

1961

draner

Il èst lache (, fâde, fénèyant) qu’ i drane.

Il  est fainéant à tel point que sa fainéantise est lourde sur ses épaules.

 

1962

drap

I s’ a fét rabiyî d fén drap.

Il s’est fait duper, il s’est fait avoir, estamper.

 

1963

drèsse

I soye èl drèsse.

Il racle du violon. Il écorche les oreilles avec son crincrin.

 

1964

drî

Él drî d’ ène feume.  Èle a in fameûs drî.

le derrière,  les fesses d’une  femme. Elle a un gros derrière.

 

1965

drî

Èl dirî d’ ène maujone.

L’arrière de la maison.

 

1966

drî

L’ uch di drî.

La porte de derrière.

 

1967

drî

Èl padrî.

Les dépendances arrières de la maison

 

1968 

drî

Daler pa padrî.

Contourner la maison pour atteindre l’arrière.

 

1969

drî

Su 1′ dirî.

Situé derrière la maison. 1970. Pins no padrî.

Derrière notre maison.

Espace (cour, jardin) à l’arrière de notre maison.

 

1971

drî

Lès dérins sont co padrî.

Il y a encore quelques retardataires à venir.

 

1972

drî

Nom di drî !  Nom di cu !

Petit juron adressé à un enfant.

 

1973

drole

Il èst drole.  C’ è-st-in drole (di cous’).

Il est laid, mal bâti, contrefait.

Il a mauvais caractère, c’est un méchant.

 

1974

drole

Ça m’ chène drole, mi.

Cela me semble étrange, à moi.

 

1975

droledimint

Droledimint.

Drôlement, bizarrement.

 

1976

drole

Èm drome !  Èm drole !  Èm’n-ome !

Celui-là (péj.)  Ce pelé, ce galeux.

 

1977

du

À 8 eûros du kilo, dè l’ lîve, du lite, du mète.

A 8 eûros le kilo, les 500 gr., le litre, le mètre.

 

1978

du

À… du kulo.

Prix à l’unité (kilo,…) mais on en achète souvent plusieurs unités, ou moins que l’unité.

 

1979

ducace

Djusqu’ à l’ pètite ducace (/ ducauce, dicauce).  (v. n° 1853).

 

1980

ducace

Ièsse à l’ ducace.

litt. : Etre à la fête, à la foire.

Etre en joie, boire du petit lait, s’amuser follement, comme si on était à la fête.

 

1981

ducace

Dji n’ èsteu nén à l’ ducace (du Bos / di Fraune).

En évoquant un événement passé : Je n’étais pas à la fête, je souffrais,  je craignais le pire,  j’étais dans mes petits souliers.

J’étais inquiet du mal dont je souffrais. Je craignais qu’il ne soit plus grave qu’on ne croyait.

 

1982

ducace

R’moustrer su l’ ducace, à l’ fwêre. (v. n° 381).

 

1983

ducace

Fé 1′ ducace à Watèrlo.

Faire l’amour.

 

1984

dûr

I fét dûr vikî.

La vie est chère.  La vie est amêre.

 

1985

dûr

Ètinde dûr.

Etre sourd.

 

1986 

dûr

C’ è-st-ène dûre  pwâre.  – Oyi, c’ èst 1′ vré, èle  est durte”. Come èç’ pwâre-là èst durte!

“C’est une poire dure.  – Oui, c’est vrai, elle est dure”.   Comme cette poire est dure!

le   mot    “dûre”    employé    comme    attribut    se dit  “durte”  alors que comme épithète, il se prononce exactement comme en français.

 

1987 

dûr

Fé lès dûrs-min.nès.

Se déguiser au “raclot“, dernier jour de la kermesse.

 

1988

durant

Ène samwène durant.

Toute une semaine, une semaine entière.

 

1989

durant

Il a pârlé deûs-eûres durant. …d’ asto.

Il a parlé pendant deux heures, sans arrêt.

 

1990

d’vant

L’ place di d’vant.

La pièce de façade.

 

1991

d’vant

I d’meure pa pa-d’vant.

Il habite le devant de la maison.

 

1992

d’vant

Come di d’vant.

Comme antérieurement.

 

1993 

d’vant

Di d’vant, on fèyeut …

Plus tôt, vant, autrefois, on  faisait…

 

1994

dèveni

Come on d’vént!

Qui aurait cru que cette personne serait devenue pareille épave avec l’âge,  aurait eu un aussi mauvais caractère avec l’âge?

Personne qui a changé de philosophie,  de vie,  qui renie ce qu’il a cru.

 

1995

d’vise

Ièsse di d’vise. (v. n°s 1709 à 1711).

Aimer faire la conversation,  aimer parler avec d’autres qui aiment cela aussi.

 

1996

d’vise

I n’ èst nén di d’vise.

C’est un taiseux.

 

1997 

d’vise

Vèni à d’vise.

Parler incidemment d’une chose.

 

1998

dwèt

Fé quate dwèts èt 1′ poûce. Awè dès crons dwèts. Awè dès longs dwèts.

Voler, dérober,  pratiquer le vol à la tire.  Etre un voleur.

 

1999

dwèt

Awè in blanc dwèt.

Avoir un panari.

 

2000

dwèt

Il a dès dwèts d’ makéye.

Les objets,  les outils lui échappent des mains, tant il a peu de force, de puissance dans îes doigts.

 

2001

dwèt

Fé 1′ cron dwèt.

Ramasser un reste d’aliment ou de sauce au fond de la casserole, avec un doigt qui épouse l’angle de la paroi et du fond.

 

2002

dwèt

Fé crokî sès dwèts.

Fair craquer les articulations des phalanges.

 

2003 

dwèt

In dwèt (/ deûs dwèts) dins-in micanike, ‘ne cuvèle.

litt. : Un, deux doigts dans une lessiveuse, une cuvette.

Quelqu’un qui fait mine de n’accepter qu’un soupçon de liqueur: un, deux doigts, dit-il, mais sur une grande surface, donc cela fait une bonne rasade.

 

2004

dwèt

Èle a dès galants pindus à tous sès dwèts.

Il a dès couméres pindûwes… (se dit plus rarement).

Elle (II) a une quantité d’amant(e)s.

 

2005

divwêr

C’ è-st-èyu ç’ qu’ on 1′ dwèt.

Quoi qu’on fasse, on meurt (ou il vous arrive une mésaventure), là où c’était écrit, prévu dans les astres depuis toujours.

 

2006 

divwêr

I m’ dè dwèt.

Il n’a pas encore payé tout le mal qu’il m’a fait, ma vengeance n’est pas assouvie.

 

2007  

divwêr

I  m’ dè dwèt co.

Il me doit encore de l’argent.

 

2008

dwèt

Awè dwèt.

Avoir raison.

 

2009

dwèt

T’ as co dwèt, ano.

Tu veux toujours avoir raison, avoir le dernier mot.

 

2010

dwèt

R’mèt du dwèt. …au dwèt.

Rétabli quelque chose dans sa meilleure position. Rétablir une situation dans le droit chemin.

 

2011

dwèt

Du dwèt come du r’viêrs.

Dans un sens comme dans l’autre. A l’endroit comme à l’envers.

 

2012

dwète

I n’ conèt nén s’ dwète pou s’ gauche (/ s’ gauche pou s’ dwète.)

Il est vraiment ignorant, il ne connaît absolument rien.

 

2013

d’zeûr

Daler du d’zeûr et du d’zous. (v. n° 105).

 

2014

d’zous

I va tout d’zour li. (v. n° 106).

 

2015 

èbayî

Bén-èbayi  si…?    Èbayi  si. ..?    aussi   :   abayi .

Je me demande si. ..

Je serais heureux de savoir si… (cela est vrai, si cela va se produire).

 

2016 

èbondjî  

Il-êst toudis  èbondji   (bondji,   èburtaki,   foutu)   corne  l’as’ di pique,   in loctî,   in bribeû.

Il est toujours mal vêtu.

 

2017 

èchène  

Eh!  N’  boure nén tèrtous èchène   !

Eh!  Ne poussez pas  tous à la fois   !

(emploi de l’impératif au singulier pour s’adresser à plusieurs personnes, mais qui unissent leurs efforts au même travail. Cette façon de dire est plus catégorique, plus dure, plus autori­taire que : Eh! N’ bourèz nén…)

 

2018 

èchène

Fé pârt èchène.

Se partager à l’amiable entre soi.

 

2019 

èchène

I n’ tént pus èchène.

Il est très amaigri,   en mauvaise santé.

 

2020 

èchène

Toudi èchène come mès deûs fèsses.

Ils sont très  liés,   inséparables.

 

2021 

èchène

Tèrtous èchène, iun sins l’ aute.

Chacun de son côté, chacun pour soi, sans union. Arriver en même temps mais de directions différentes. Tous disséminés dans la foule.

Pour démentir quelqu’un qui parle de cohésion, de camaraderie, alors qu’il n’en est rien, que l’on en doute.

 

2022 

ècraser

(Dji voûreu) qui l’ diâle t’ ècrase.     (v.  n°  1587)

 

2023 

ècriture

Awè s’-n-ècriture di dîmince.

S’apercevoir que l’on a,   ce jour-là,  sa plus belle écriture.

 

2024 

ècriture

Ène ècriture di fârmacyin.

Une vilaine écriture, illisible.

 

2025 

ècriture

Awè ène ècriture di  tch’vau.

Ecrire très mal.

 

2026 

èdaglè

Ièsse èdaglè.

Etre recouvert de graisse, d’excréments.

 

2027

èdaglè

Il a s’ dwèt tout èdaglè.

Il a le doigt entièrement englué (ou presque).

 

2028

èdjèlè

Rwèd môrt èdjèlè.

Transi de froid, vraiment gelé.

 

2029

èfant

Ièsse tout seû d’ èfant.

Etre fils/fille unique.

 

2030

èfant

Fé çu qu’ tu vous, t’ è-st-èn-èfant pièrdu.

Quoi que tu fasses désormais, tu as une tache indélébile.

 

2031

èfant

Dji m va lâver 1′ èfant di m’ mére (/ di m’ moman).

Je vais me laver.

 

2032

èfant

P’tits-èfants, p’titès rûjes; grands-èfants, grandès rûjes.

Les  difficultés ne cessent  de  croître avec l’âge des enfants. I

 

2033

èfant

Èfant licotant, èfant bén portant (/ bén v’nant).

Croyance qui voulait qu’un bébé qui a le hoquet est en bonne santé. I

 

2034

èfant

Tu dis (/ fés) bén ça, twè, èn-èfant d’ curè ?

Etonnement qu’un enfant ou un homme si calme, si pondéré, si I bien éduqué, dise ou fasse pareille chose.

 

2035

èfant

Alevèz dès-èfants, vous-autes !

Se dit quand on se lamente sur les tracas, les désillusions I qu’entraîné, à cause de leur ingratitude, l’éducation des enfants. I

 

2036

èfant

Fé choûtér lès- (/sès-)èfants.  S’ fé choûter.

Faire obéir ses enfants. Se faire obéir.

 

2037

èfant

On-âreut bén (tout) 1′ timps d’ fé èn-èfant à ‘ne sote.

On a tout le temps, le temps ne presse vraiment pas.

On vous laisse tout votre temps, mais cela devient long. On ne s’occupe pas de vous et vous vous impatientez.

 

2038 

èfant

I toûne tout à rén come l’ èfant Cicîle.  … Tèrése.

Il dépérit, il maigrit.

Se dit aussi par ironie à quelqu’un qui grossit, qui pète de santé.

D’un objet : il fond, il rapetisse à vue d’oeil.

 

2039

èfèt

Bran.mint d’ blague (/ d’langue, d’ gueûye) mins wére d’ èfèt.

Se dit de quelqu’un qui est toujours prêt à se vanter, à clamer son courage, son ardeur au travail, mais qui, une fois mis au pied du mur, se dérobe.

 

2040

èfèt

N’ pèrdez nén èfèt à ça.

Ne vous formulez pas de si peu. Pèrdèjs : prenez.

 

2041

èfèt

Ça m’ a fét l’ èfèt.

Il me paraît, il me semble.  Il m’a paru, il m’a semblé.

 

2042

èfourtchî

Il èst bon à èfourtchî, à-z-èfourtchî.  …à tuwer.

Il mérite, pour cet acte, un châtiment terrible.

 

2043

èglîje

On sonereut à l’ èglîje asteûre, tu d’meurereus insl (l’ rèstant d’ tès djoûs).

Une personne est dans une position inconfortable, voire ridicule ou fait une grimace prolongée : la tradition veut que si on sonnait à l’église à ce moment, l’intéressé resterait ainsi figé pour toujours.

 

2044

ègout

Èle s’ a fét racôrder à l’ ègout.

Elle s’est fait avorter.

 

2045

èguègne

Fé èguègne.

Chercher noise.

 

2046

é

É! là-bas, m’ fis (/ … Lambêrt) !

Cri de triomphe, de joie.

 

2047

élèctrike

I fét s’ bârbe à l’ élèctrike.

Il se rase à l’électricité. Il a un rasoir électrique.

 

2048

Èlvîre

Dj’ éme (/ in.me) mieus sinte Èlvîre.

Jeu de mots. Signifie exactement : Je préfère toucher et voir que l’un des deux verbes seulement (en amour) : Dj’ éme mieus sinte èt l’ vîr.

 

2049

èmantchî

Dji su bén èmantchi (/ amantchi).

Je suis dans de beaux draps, bien ennuyé.

 

2050

èmantchî

Tu m ‘ èmantches.

Tu m’embarrasses.

 

2051

èmantchure

Quéle èmantchure (/ amantchure) !

Quel système ! Quelle histoire compliquée à plaisir ! Quel travail mal fait !  Quelle mécanique compliquée !

 

2052

émer

Dj’ éme (/ in.me) pus mieus.  Dj’ é pus mieus.

J’aime mieux cela (langage enfantin).

 

2053

èmin.ner

Gn-a nén dandji d’ l’ èmin.ner, il è dira bén tout seû.

Il n’est pas nécessaire de l’emmener,  il est assez fou pour aller de lui-même se faire enfermer à l’asile.

 

2054

en.mèrder

S’ i coûrt (/ courreut) ossi rwèd qui dji n’ l’ en.mèrde, i pout (/ i poûreut) fé 1′ toûr di France.

Façon emphatique de dire “Je 1’emmerde”.

 

2055

ènonder

C’ èst come ça qu’ on-n-ènonde in sot.

En mettant un naïf au défi, c’est un peu, lui donner un ordre. S_’ènondér : prendre son élan. S’enthousiasmer.

 

2056

Henri

Henri Bèribi,

Qui cache à pichoulits

Pou sès p’tits canaris (ou s’ pètit canari).

Comptine pour se gausser d’un enfant appelé Henri.

 

2057

èployi

C’ èst boun-èployi (/ aployi).  C’ èst mès flitches èployi. (vx).

C’est bien fait (ironique).

 

2058

ér

L’ ér èst fine.

Il fait frisquet, le vent est frais.

 

2059

ér

L’ ér èst basse.

L’air est lourd.

 

2060

ér

I n’ vike nén d’ l’ ér’ du cièl.

Il est nanti. Il est riche.

 

2061

ér

Il a ‘ne miyète dès-érs di s’ pa.  … da s’ pa.

Il ressemble un peu (plutôt) à son père.

 

2062

ér

Il a d’ sès-érs.

Il lui ressemble quelque peu.

 

2063

ér

Awè ‘ne drole d’ ér.

Avoir des manières louches, une sale bobine.

 

2064

ér

Awè l’ ér di deûs-érs.

Avoir un air, une figure peu engageant, peu rassurant. Avoir un air équivoque.

 

2065

ér

T’ as tout l’ér di…  Tu m’ as tout l’ ér di…

A l’énoncé d’un mot qui choque, l’interlocuteur répète ce mot qu’il fait précéder de cf supra.

 

2066

ér

Ça m’ a tout l’ ér di…

Cela ressemble très fort à…

 

2067

ér

In mau bèle ér.  In grand mau bèle ér. 

Un homme mal foutu, mal bâti.

Un homme patibulaire.

Un maladroit, qui travaille mal.

 

2068

ér

Awè bèle ér.

Avoir belle apparence.

Bien se présenter (pour obtenir une situation p.ex.)

Avoir la bonne façon, le doigté.

 

2069

ér

Awè mau bèle ér.

Antonyme du précédent.

 

2070 

ér

Ç’ n’ est nén ça l’ ér.

Cela ne va pas ainsi,  ce n’est pas normal.

 

2071

ér

Il èst su l’ ér.

Il commence à avoir dans l’oreille la chanson qu’il fredonne. Il a compris, il est sur le ton.

 

2072

ér

Ç’ n’ èst pus 1′ min.me ér (/… tchanson).

Ce n’est plus la même chose qu’auparavant, qu’autrefois, c’est changé du tout au tout.

 

2073

ér

I sét co bén (/ I s’ souvént d’) l’ ér, mins i n’ sét pus l’ tchanson.

Il se souvient d’avoir trempé dans ces histoires (louches) mais il en a oublié le fonctionnement, le processus. Il n’est plus dans le coup.

 

2074

ér

Il a l’ ér, mins i n’ a nén l’ tchanson.

Il en a l’air, mais en réalité, il ne l’est pas.

 

2075

èrî

Parti èrî (/ arî) di s’ feume, di s’-n-ome. 

Quitter le domicile conjugal.

 

2076

èrî

Is vikenut èrî d’ iun l’ aute.

Ils vivent séparés.

 

2077

èrin

In ? – En-èrin.  Qwè ? – In sorèt.

A quelqu’un qui interroge sans cesse par des “Hein”, “Quoi”, exas­péré, on lui répond… cf supra.

 

2078

èsprès

Fé par èsprès.

Faire exprès.

 

2079

èsprès

C’ èst come in fét-èsprès. Come par in fét-èsprès.

C’est un fait du hasard que l’on croirait intentionnel.

 

2080

ièsse

C’ è-st-in Françwès !

Nous sommes bien lotis avec un pareil François (prénom de celui qui se fait houspiller).

 

2081

ièsse

C’ è-st-in Faulx.

C’est encore un de cette famille, il en a les tares, les travers.

 

2082

ièsse

T’ è-st-in Matieu !  … in drole di Matieu !

Formule de désapprobation (quel que soit le prénom de celui à qui l’on parle).

 

2083

ièsse

Çu qu’ il èst, i l’ èst.

Cela ne peut être nié puisque c’est visible. J’admets volontiers que cela est (bien que cela ne

 

2084

ièsse

Quand ça i èst, ça i èst, (ça).

Ce qui est dit (fait), reste dit (fait).

 

2085

ièsse

Ça i èst, ça !

Ce que vous dites est tout a fait exact.

 

2086

ièsse

Pou dîre di ièsse franc, i n’ èst nén (là) franc.

Il n’est pas très franc, pas très audacieux.

 

2087

ièsse

Dji n’ sû nén à ça.  (v. n° 864).

 

2088

ièsse

D’ èston’ ? D’ èstez ?

Alors, ça y est ? (on part, on se met au travail ?)

 

2089

ièsse

Dji su toudi à m dimander si…

Je me demande continuellement si…

 

2090

ièsse

Il èst ç’ qu’ il èst.

C’est un homme comme cela, il faut le prendre tel quel.

C’est ainsi pourtant.

(“ri” est personnel ou impersonnel, selon le cas).

 

2091

ièsse

Il èst ç’ qu’ il èst, mins…

Il a tel défaut, mais en revanche…

Vous le connaissez, il n’est pas sans défaut, mais cette qualité, il l’a.

 

2092

ièsse

Èstez là,  + prénom.

Façon cavalière de souhaiter le bonjour à un ami.

 

2093

ièsse

Èyu èston’ ?  Èyu èston’ lodjis ?

A  quoi en sommes-nous  ?   Où sommes-nous venus nous fourrer?

Etonnement devant la réflexion d’un enfant que l’on ne soupçonnait pas qu’il l’émette à son âge.

 

2094

ièsse

Il èst binauje di ièsse li.  C’ èst pléji d’ ièsse li. C’ èst co bén d’ ièsse li.

Il est tout heureux d’être ce qu’il est.  Il se contente largement de ce qu’il est devenu.

C’est un homme heureux.

 

2095

ètèremint

Dj’ é stî à l’ ètèremint d’ in môrt.

Je reviens de l’enterrement d’une personne qui vous est inconnue, ou que je ne veux pas nommer.

 

2096

ètèrer

Dji vos-ètèrèrè (co).

Je vous survivrai.

Quoique fluet,  de santé précaire, malade,  je vous survivrai, vous, le robuste, le bien portant.

 

2097 

ètèrer

S’ ètèrér.  S’ mète dins têre.

Risquer la maladie,  la mort  (par excès de boisson).

 

2098

ètèrer

S’ ètèrer.

S’établir dans un coin perdu.

 

2099

ètinde

Dj’ ètind qu’ vos 1′ disèz, là.

Je l’entends bien. Vous me l’apprenez, si je dois vous en croire.

 

2100

ètinde

Dji l’ ètind là. C’est bien mon avis.

 

2101

ètinde

Dji n’ sé pus au qué ètinde.

Je ne sais plus où donner de la tête, qui je dois écouter, satisfaire.

 

2102

ètinde

C’ è-st-ètindu.

C’est convenu.

 

2103

ètinde

Il ètind dur, mins i sint bén les vèsses.

Il n’est pire sourd…

Il fait l’innocent,  il joue les innoncents,  mais il a senti l’oignon tout de suite.

 

2104

ètinde

Wétons d’ nos-ètinde èl mwins’ possibe.

Essayons de nous entendre le mieux possible (mwins’ est ironique).

 

2105

ètîr

T’ ètîr.  Tout-ètîr.

Tout entier.

 

2106

eûre

Dimwin, djeudi qui vént, à cès-eûres-ci.

Demain, jeudi prochain, à cette heure-ci, environ.

 

2107

eûre

Douze eûres. Au din.ner.

Midi.

 

2108

eûre

Douze eûres par gnût. Mègnût.

Minuit.

 

2109

eûre

Il èst cénk eûres bén fét.

Il est un peu plus de cinq heures.

 

2110

eûre

Twês-eûres d’ ôrlodje.

Durant trois heures sans interruption. Trois longues heures.

 

2111

eûre

Il èst toudi chîs-eûres èt d’mi.

Sa virilité n’est plus qu’un souvenir.

 

2112

eûre

Ène eûre t’ au long.

Une heure sans arrêt.

 

2113

eûre

Daler ène eûre lon.

S’éloigner d’une heure de marche.

 

2114

eûre

Il èst d’djà X eûres èt nos n’ avons nén co dansè ni bwèvé.

Il est déjà telle heure et nous n’avons pas encore fait le principal, nous n’avons encora fait que peu de chose.

bwèvé : ne s’emploie que dans cette expression; ailleurs:bû.

 

2115

eûre

I n’ èst pont d’ eûre.

Il est très tôt. Aux premières heures du jour.

Trop tôt (une heure ou plus) à l’avance au rendez-vous.

 

2116

eûre

I n sét nén l’ eûre.

Il n’est pas au courant,  mis au parfum de ce qui se trame.

 

2117

eûre

I n’ sét nén co l’ eûre.

II est naïf, innocent (enfant).

 

2118

eûre

I vént à toutes sôrtes d’ eûres.

Il n’a pas d’heure fixe pour ses visites.

 

2119

eûre

I n’ a pont d’ eûres.

Son emploi du temps est irrégulier. Il ne peut jamais être à l’heure.

 

2120

eûre

Il a r’vènu (/ rarivè) à toutes lès-eûres, à toutes sôrtes d’ eûres.

Il est revenu à une heure très tardive de la soirée, de la nuit. A une heure indue.

 

2121

eûre

À mènes-eûres.

A une heure tardive.

 

2122

eûre

À mègnût, mènes-eûres.

A une heure qui nous conduira au moins jusqu’à minuit.

 

2123

eûre

L’ eûre qu’ il èsteut ayêr à ç’ momint-ci, à cès-eûres-ci. Réponse évasive à quelqu’un qui vous demande l’heure.

 

2124

eûre

Quéle eûre, ô, li ? Quéle eûre avon’ ?

Quéle eûre avèz ?

Quéle eûre è-st-i ? Quéle eûre èst-ce qu’ il èst?

Quelle heure est-il ?

 

2125

eûre

Dji n’ é pont d’ eûre sur mi.  Dji su sins-eûre.

J’ai oublié ma montre.

 

2126

eûwe

I 1′ wèt dins l’ eûwe.  … dins l’ eûwe qu’ i s’ lâve.

Il en est follement épris.

Il a l’image de l’aimée sans cesse devant les yeux.

 

2127

eûwe

I kètche l’ eûwe.

Il est hydropique.

 

2128 

eûwe

Ièsse les pîds  dlns  l’ eûwe.

Etre en attente.

 

2129  

eûwe

Ça s’ è dira avè les grossès-eûwes.

Cela s’en ira avec la masse,  la marée.   Cela s’oubliera.

 

2130 

eûwe

I gn-a co d’ l’ eûwe à tchér .   I dè tchéra co.

Il doit encore pleuvoir bientôt. Toute le pluie n’est pas tombée, à la vue des nuages, à certains autres indices.

 

2131 

eûwe

C’ è-st-in côrdonî (, …) à 1′ eûwe tchaude.

C’est un mauvais cordonnier (, …).

 

2132  

eûwe

I fét dès brikes à l’ eûwe tchaude à Sint Quintin.   (v.   n°  771).

 

2133  

eûwe

C’ è-st-in catolike à l’ eûwe tchaude.

C’est un catholique pas très convaincu.

 

2134  

eûwe

I bwâreut l’ eûwe qu’ on cût lès-oûs.

C’est un avare.

 

2135  

eûwe

I n’ vaut nén l’ eûwe qu’ on cût lès canadas. … lès-oûs.

Il ne vaut vraiment pas cher.

 

2136  

eûwe

Dji bwè ça come di  l’ eûwe.

litt.   :   Je bois  cela comme de l’eau.

Je bois cette boisson plus ou moins forte comme si c’était de l’eau, avec la ~%ïie facilité, sans que cela me saoule, me dérange.

 

2137 

eûwe

I passera co bran.mint d’ eûwe au Pîton.   … au canâl.

I gn-a co bran.mint d’ eûwe qui passera au Pîton.

Il passera encore d’ici  là beaucoup d’eau sous  les ponts.

Pîton : le Piéton, rivière venant du Nord, qui  arrose entre autre Roux et qui se jette dans la Sambre  à Charleroi.

 

2138  

eûwe

Il a peû d’ l’ eûwe come lès tchats.

Il n’aime pas se laver.

 

2139 

eûwîye

Èl trau d’ eûwîye.

Trou pour l’écoulement des eaux d’un évier ou des eaux de net­toyage d’un étage.

Ne pas confondre avec “L1 trô d’ l’euwîye” : le chas de l’aiguille.

 

2140

èvèke

À môrt d’ èvèke, fièsse di curès.

litt. : A la mort d’un évêque, c’est fête chez les curés.

On se réjouit de la mort, du départ d’un chef quand on aspire à occuper sa place.

 

2141

èvi

Vîr mau èvi.  Vîr èvi.

Haïr, ne pas supporter quelqu’un.

 

2142

èviès

Eviès 1′ Toussint.  Aviès (/ Dèviès) 1′ Toussint.

Dans les quelques jours qui précèdent ou suivent la Toussaint. Vers la Toussaint, aux environs de la Toussaint.

 

2143

èviès

Evièr-ci.  Avièr-ci.  Dèvièr-ci.

Dans les environs immédiats d’où je me trouve.

 

2144

èvoléye

C’ è-st-ène èvoléye.

C’est une femme rieuse, boute-en-train.

C’est une femme qui parle sans réfléchir, parfois vulgaire.

 

2145

èvoye

Lè v’là co èvoye avè sès bwagnes contes. … sès cwénkes. (v. n°s 829 et 1176).

 

2146

èvoye

Alèz, èvoye.

Allons-y.

Ça y est, le voilà parti dans ses explications sans fin.

 

2147

èvoye

Èstèz èvoye ?  Vos stèz èvoye ?

Alors, vous êtes décidé à vous en retourner ? Vous partez (déjà) ?

 

2148

èvoye

I l’ a tchèssi èvoye.

Il l’a chassé (au loin).  Il l’a jeté au loin.

 

2149

èvoye

Mète èvoye.  Mète di costè.  Taper èvoye.

Mettre de côté.  Jeter.

 

2150

èvoye

Couri èvoye.

S’enfuir en courant.

 

2151

èvoye

Pèter èvoye.

S’enfuir en courant ou pas.Quitter les lieux. Mettre les voiles. Quitter le foyer conjugal.

 

2152 

èvoye

I d-a à couri èvoye. (v. n° 1285).

 

2153

èvoye

Dji sû-st-èvoye.

Je m’en vais.  J’y vais.

 

2154

èvoye

Va-z-è èvoye.  (v. n° 96).

 

2155

èrvoye

Il è-st-èrvoye (à s’ maujone).

Il est retourné chez lui.

 

2156

èvûdindje

Gn-a pont d’ èvûdindje.  … d’ dèvûdindje.  (v. n° 1579).

 

2157

fachète

Il èst co à fachètes.

C’est encore un petit enfant (que l’on doit langer).

 

2158

facîle

I n’ èst nén facîle (pou ‘ne cense).

Il est méchant, pas aimable, il a mauvais caractère, c’est un grognon, un autoritaire.

 

2159

fârce

Awè ‘ne fârce-coûye.  (v. n° 1310).

 

2160

fatigue

Ièsse dins lès fôrts fatigues. (n.m.)

Etre dans les travaux (lourds), occupé à une besogne fatigante.

 

2161

falwêr

Dji m’ fau co daler rolà.

Il me faut encore aller là.

 

2162

falwêr

I faureut, da !

Parole de mécontent,  d’insatisfait,  de quelqu’un qui attend toujours quelque chose de mieux qui peut le sauver.

 

2163

falwêr

I n’ ti faut rén.  I n’ vos faut rén.

Par antiphrase : Tu es (Vous êtes) très exigeant.

 

2164

falwêr

I faut (/ Dji vou) qu’ vos vâyes, tchantes, payes, vindes…

Ordre qui, dans l’idée de celui qui le donne, n’admet aucune discussion, ne doit pas être discuté ni refusé (sujet à la 2ème personne du pluriel, verbe à la 2ème personne du singulier).

La forme normale est un ordre moins contraignant, un conseil peut-être (2ème personne du pluriel du sujet et du verbe) :

I faut (/Dju vou) qu vos dalîches, tchantîches, payîches…

 

2165 

faus

Ossi faus qu’ ène tone.

litt. : Aussi creux qu’un tonneau (vide).

Un objet que l’on croit (en or) massif et qui est creux. Quelqu’un qui est plein de fausseté.

 

2166

fayè

Ièsse fayè.

Etre méchant, cruel.

Etre malade, ne pas être dans son assiette.

 

2167

Fé sès dints. Fé s’ tiêsse. Fé sès tch’veûs.

Se brosser les dents. Se oeigner, se brosser les cheveux.

 

2168

Fé les mârtchis.

Tenir une échope sur les marchés publics.

 

2169

Fé pou in bén, pou in mieus.

Faire pour le mieux.

 

2170

Fé lès durs min.nés, lès mascarâdes, lès djîles… (v. n° 1987). Se travestir, faire le carnaval, être gille (Binche).

 

2171

Fé du mârchau.  Bouter du…

Etre forgeron occasionnellement, en bricoleur.

 

2172

Fé du sot.

Faire des sottises, des grimaces, se conduire comme un sot.

 

2173

Fé du vaurén.

Se complaire dans la fainéantise.

 

2174

Fé dins 1′ bos.

Travailler le bois.

 

2175

Fé 1′ ducace.

S’amuser à la fête, s’associer aux festivités. Inviter la famille, les amis, à l’occasion de la fête.

 

2176

Fé lès fènièsses, lès câves, êl guèrnî.

Nettoyer les vitres, les caves, le grenier.

 

2177

Fé 1′ samedi (/ sèmedi).

Faire le nettoyage hebdomadaire.

 

2178

Fé 1′ Madelène. Fé l’ toûr.  Fé 1′ toûr dè l’ Madelène. Participer à la marche de la Madeleine (Jumet-Heigne).

 

2179

Fé s’ lit.  R’fé s’ lit.

Faire le lit.

 

2180

Fé dins lès-assurances.

S’occuper (être agent) d’assurances.

 

2181

Fé daler.

Faire marcher (un appareil). Faire bisquer (une personne).

 

2182      

I fét tchaud, frèd, fris’, sètch, nwâr, djoû, gnût, clér, bia, mwês, léd.

Il fait chaud,  froid,  frisquet, sec, noir, jour, nuit, clair, beau, mauvais temps. Le ciel est couvert.

 

2183

I fét man.nè, yôrd.  I fét prope.

L’intérieur de cette maison est sale.   … propre.

 

2184

I fét pavè.

Il gèle, le sol est durci par le gel.

 

2185

I fét du brouyârd, di l’ orâdje

 Il y a du brouillard, de l’orage.

 

2186

I fét p’tit, grand.

Maison, pièce petite, grande.

 

2187

I fét tchêr.  I fét bon mârtchi.

Magasin où tout est cher.  … bon marché.

 

2188

I fét swèvreûs.

On a soif. Il fait un temps chaud et sec qui donne soif.

 

2189

I fét en-n-orde.  I fét sins-alure.

Là, tout est bien en ordre.  Là, rien n’est en ordre.

 

2190

Rolà, i fét frèch.

Là, c’est mouillé.

 

2191

I fét sèrè.  I fét drouvu.

La maison, le magasin est fermé.   … est ouvert,

 

2192

I fét r’nètchi.

Le parquet est nettoyé.

 

2193 

Dj’ é fét.

J’ai  fini.

J’ai terminé mes besoins naturels.

 

2194

Awè fét.

Avoir fini  sa journée de travail.

 

2195  

L’ cén qu’a fét, i l’ sét bén.

Heureux d’avoir fini sa journée de travail.

Paroles d’envie d’un ouvrier qui va commencer (ou qui n’a pas fini) sa journée, envers un autre qui s’en retourne chez lui.

 

2196

T’ as rade fét in sot (/ …).

A quelqu’un qui vous dit “T’ è-st-in sot“, l’autre répond cf supra. Idem si on vous traite de “voleûr, baudèt, tréte…”.

 

2197

On n si fét nén d’ li min.me.

On n’est pas responsable (entièrement) du caractère que l’on a, vos parents vous l’ont peut-être transmis ou la vie vous & fait tel.

 

2198

L’ maujone fét l’ cwin.

La maison située au coin de la rue.

 

2199

Il a fét du sale gamin.

La mère (p.ex.) qui relate à son mari la conduite de leur fils en son absence.

 

2200

Il a fét du méchant, malonéte, diâle, gamin, sot, dè l’ bièsse.

Il a été à un certain moment, il y a peu, méchant, malhonnête,

turbulent. Il a agi en gamin (sans cervelle), comme un fou, un insensé.

 

2201

On fra ‘ne saqwè (/ saquî) avè li.

On en fera quelqu’un, quelque chose. Il se fera un nom dans sa spécialité.

 

2202

Qwè-ce qu’on vént fé su têre ?  … roci ?

Le bilan d’une vie est si souvent porteur de tristesse, de nombreux événements malheureux (maladie, pauvreté, coups du sort) pour bien peu de joie, de plaisir en compensation.

 

2203

Pou fé tant qui d’ fé.  Pou tant fé qui d’ fé.

Puisqu’on est décidé de le faire, autant le faire bien.

 

2204

Gn-a pou fé.

litt. : Il y en a pour faire, de quoi faire.

Il y en a en quantité, à satiété.

Dans cette maison, ils sont riches, il n’y a qu’à puiser.

 

2205

Il a pou fé.

Il est bien approvisionné. Il en a une bonne quantité. Il est aisé, riche.

 

2206

C’ è-st-à fé à vous.    … à li.

Vous êtes  (/ Il est) vraiment le spécialiste,  celui qui fait cela le mieux.

Vous connaissez (/ Il connaît) vraiment votre (/ son) affaire.

 

2207

Il a ieû à fé à mi.

litt. : Il a eu affaire à moi.

Il m’a trouvé sur son chemin.

Je lui ai fait les reproches qu’il méritait.

 

2208

Il a ieû à fé à s’ mésse.

Il a trouvé son maître.

 

2209

fét

Fét-à-fét.  Fét-à m’sure.  À fét qui…

Au fur et à mesure.

 

2210

fét

Mindjî, prinde, dispinsér a fét.

Manger, prendre dèjque c’est fait, que c’est prêt. Dépenser au fur et à mesure des rentrées.

 

2211

fét

T’t-à fét.  T’t-afètemint.

Tout à fait.

 

2212

In mougne à fét. (v. n° 2210).

Un goinfre qui engloutit tout ce qui lui tombe sous la dent.

 

2213 

Fét a l’ ache, au courbèt. (v. n°  1286).

 

2214  

“Oyi, in, vous”, qu’ i m’ a fét.

“Oui,  hein”,   me dit-il.

 

2215

I fét boutike.  I fét cabarèt.

Il tient un magasin.  Il tient un café.

 

2216

On djoûwe à (fé) boutike.

Jouer à la marchande (enfants).

 

2217

I fét dins lès pidjons, lès canaris, lès coks.

Il se passionne pour la colombophilie, l’élevage des canaris, des coqs (chant, combats).

 

2218

Come il èst fét !  Il èst fét come in ramonia, polak.

Qu’il est sale !

 

2219

Il èst fét come ène soupe.

Il est mouillé jusqu’à l’os. Il transpire abondamment.

 

2220

In mau fét.

Un mal bâti.

 

2221

I fét dès dints.

Se dit d’un bébé dont les dents poussent.

 

2222

I fét sètch.

Se dit d’une maison où l’on n’offre pas à boire.

 

2223

fèl

T’ ès-t-in fèl.

Tu es un drôle (de type).

 

2224

fèl

T’ ès byin fèl asteûre !

Tu es bien audacieux, autoritaire, maintenant que tu n’as plus à craindre personne, que tu sais que telle idée est admise.

 

2225

fèl

Tu djoûwes au fèl.  Tu fês 1′ fèl.

Tu joues les fanfarons mais dès qu’arrivé un supérieur, que quelqu’un t’oppose un argument, une preuve indiscutable, tu te dégonfles.

 

2226

fèl

In fèl ouvrî, boulindjî.

Un excellent ouvrier, boulanger.

 

2227

fèl

Du fèl cafè.  Dè l’ fèle bîre. Du fèl pwin.

De l’excellent café. De l’excellente bière. De l’excellent pain.

 

2228

fèl

C’ èst du fèl, dè l’ fèle.

La marchandise dont on parle, est exquise.

 

2229

fèl

T’ ès fèl avè lès p’tits.

Tu es autoritaire avec les petits, les inférieurs, les faibles.

 

2230

fèl

N vén nén fé 1′ fèl avè mi.

Tu ne m’en imposes pas.

 

2231

fèl

Tu t’ sins fèl.

Tu te sens fort depuis cet événement.

 

2232

fèl

C’ èst trop fén pou dè l’ doublure.

Vous pensez de jouer au plus fin avec moi, mais c’est raté, je vous ai deviné, je vous ai senti venir.

 

2233

fén

Fén conte fén, gn-a pont d’ doublure.  … d’ filèt.

A fin, fin et demi.

 

2234

fénèyant

Fénèyant qu’ i trawe, qu’ i drane.  (v. n° 1961).

On ne peut plus fainéant.

 

2235

fénèyant

Au pus fénèyant (/ pus fade), tant mieus.

On dirait qu’ils font un concours entre eux pour couronner le plus paresseux.

 

2236

fénèyant

Lès fénèyants, is-ont tchaud à n rén fé.

Se dit de quelqu’un qui transpire sang et eau alors qu’il ne fait rien, qu’il vient juste de commencer à agir, qu’il fait un travail léger.

 

2237

fénfèrmint

On n’ lyi a lèyi qu’ les fénfèrmints.  … lès foûssenints. On ne lui a laissé que des broutilles, des miettes.

 

2238

toufêr

Toufêr.

A tout bout de champ, sans cesse.

 

2239

toufêr

Il èst toufêr à m’n-uch.

Il sonne continuellement à ma porte.

 

2240

toufêr

Dji l’ é toufêr à mès côrdèles, à mès burtèles.

Je l’ai sans cesse à mes oreilles, à mes basques. Il vit constamment à mes dépens.

 

2241

fèreû

Les fèreûs d’ gades.  … d’ baudèts.

Les maréchaux-ferrants qui allaient ferrer les (petits) chevaux dans la mine. Appellation peu prisée des intéressés.

 

2242

fèrlope

À l’ fèrlope.

A la va-vite, sans conviction.

 

2243

fèsse

Ça n’ va qu’ d’ ène fèsse.

La santé n’est pas bonne.

Le travail avance lentement, cahin-caha.

 

2244

fèsse

I s’ achîd toudis su ‘ne fèsse.

Il pèse tantôt sur une fesse, tantôt sur l’autre, parce qu’il n’est pas à son aise, il est sur des charbons ardents, s’attendant à être découvert, à se faire réprimander.

syn. Il-è-st-achîd su dès tchèrdons.

 

2245

fèsse

Fé ‘ne tchaude fèsse.

Souffler sur la fesse d’un petit enfant au travers de sa culotte, pour qu’il ressente une chaleur (la bouche touchant le tissu).

 

2246

fèsse

Dès fèsses come dès sclèpes d’ a (/… dès tayants).

litt. : Des fesses comme des gousses d’ail, des tranchants.

Des fesses très maigres comme en ont certains enfants et qui font mal aux cuisses des parents.

 

2247

feu

Il a ratchi feu.

Il s’est soudain fâché et s’est montré menaçant, violent,   comme si ses yeux lançaient des éclairs, des flammes.

 

2248 

feu

M’ feu è-st-èvoye à kèn’dâye (/… à dâyoû). (v. n°     1550).

Mon feu s’est éteint.

 

2249 

feu

L’ maujone a brûlé pau feu.

La maison a été la proie des flammes.

 

2250 

feu

L’ feu èst dins lès flames.

Cela chauffe !  La discussion s’envenime.

 

2251

feu

L’ feu pètèle, c’ èst sine di nouvèles.

Quand le feu grésille, la sagesse populaire croit que l’on recevra sous peu des nouvelles. Ce serait pareil quand on a •îes démangeaisons au derrière : Dj’é sc6 m’ eu, c’est sine di nouvelles.

 

2252

feu

Il a 1′ feu à s’ cu.

Il est très pressé, il marche très vite parce qu’il est en retard.

 

2253

feu

Du feu djusse pou ralumer s’ pupe.

Un tout petit feu qui ne chauffe pas.

Un feu presque éteint.

syn. On s’ achîreut su li stûve.

 

2254

feu

I crîye tout d’ chûte : “Au feu!”

Il prend vite peur, il panique vite.

 

2255

feu

L’ feu n’ èst nén d’dins.  Gn-a rén qui brûle.

Rien ne presse. Il n’y a pas le feu.

 

2256

feumî

On lyi a mîs du feumî dins sès solès.  … sès chabots.

litt. : On lui a mis du fumier clans ses souliers, ses sabots.

Il a grandi très fort sur peu de temps, comme s’il avait reçu de l’engrais.

 

2257

feumî

On lyeû donereut du strin, is n’ sârént fé qu’ du feumî.

Ils sont si maladroit qu’ils ne peuvent que gâcher la marchandise mise à leur disposition.

 

2258

feumî

À l’ (/ È l’) Docherîye (/ …), c’ èst m’ feumî.

Se dit d’un endroit où l’on retourne souvent tant on s’y plaît. Patelin où l’on a passé sa jeunesse et qu’on chérit toujours.

èl Docherîye: quartier de Marchienne

 

2259

feuwéye

Ça n’ a fét qu’ ène feuwéye.

Cela s’est terminé très vite.

Cela s’est épuisé en un minumum de temps.

 

2260

fis

Oyi, m’ fis !  Non, m’ fis !  Non, m’ fis, non !

Oui, Non, mon ami : terme gentil, familier.

 

2261

ficèle

Ène ficèle di France.

litt. : Une ficelle de France.

Un petit futé,  un roublard,  très fin, qui comprend tout très vite. S’applique aussi aux filles, aux femmes.

 

2262

fiêr

T’ ès byin fiêr audjoûrdu.

Se dit à quelqu’un qui passe sans vous regarder, sans vous souhaiter  le bonjour, par distraction ou intentionnellement.

 

2263

fiêr

In fiêr qui clape èt l’ aute qui osse.  … qui n tént nén.

litt.  : Un fer (à cheval) -qui tient bien et l’autre qui brimbale, qui menace de se détacher.

Se dit d’une affaire quir par un côté ne va pas trop mal, mais dont certains’ éléments laissent fortement à désirer.

 

2264

fiêr

Ça n’ vaut nén lès quate fiêrs d’ in tchén.

Cela ne vaut absolument rien (puisqu’on ne ferre pas les chiens).

 

2265

fiêr

Voler lès quate fiêrs èn-ér.

Tomber lourdement sur le dos.

 

2266

fiêr

Mète lès fiêrs au feu.

Réaliser les tout premiers préparatifs en vue d’un travail. Faire un enfant.

Avoir des relations sexuelles avant le mariage : Is-ont mîs lès fiers au feu.

 

2267

fifîye

Fé gâtéye. Fé gâto fifîye.

Se faire gâter. Faire un gros câlin (fille ou garçon). Se blottir dans les bras, sur la poitrine d’une grande personne (mère, père, un autre membre de la famille) dans le langage enfantin ou destiné aux enfants.

 

2268

figote

Figote (/ Bigote) à migote. P’tit-z-à p’tit.

Petit à petit, insensiblement.

 

2269

figote

L’ pun est tout à figote.  … à grand-mére.

La pomme est toute ramollie. La peau est toute ridée comme une peau de grand-mère.

 

2270

figue

Plat come ène figue.

Très plat, aplati très fort.

 

2271

filèt

Gn-a nén à taper filèt.

Gn-a pont d’ diâle a taper filet la-d’dins. (v. n° 1628)

Il n’y a pas moyen de comprendre, de s’y retrouver dans ce galimatia. Il n’y a pas moyen de se retrouver dans cette mécanique.

 

2272

filèt

Va-z-è taper filèt là-d’dins.  (/…tè r’trouver là-d’dins). Comment s’y retrouver dans un tel imbroglio ?

N’y rien comprendre, ne rien piger dans une histoire, dans le fonctionnement d’une machine.

 

2273

filèt

Côper l’ filèt.

Couper,  inciser la membrane sous J.a langue.

 

2274

filèt

On lyi a côpè l’ filèt.

Depuis qu’on lui a fait cette incision (v. n° 2273) – réelle ou supposée -, il parle sans arrêt.

 

2275

filèt

I m’ a côpè l’ filèt.

Il m’a distait et fait perdre le fil de mes idées, de mon propos.

 

2276

fini

Quand c’ èst fini, c’ èst tout, mârtchand d’ alumètes.

Quand c’est terminé, on n’en parle plus, c’est clôturé, (peu se chanter sur un air inventé ou cela ferait-il partie d’une ancienne chanson ou comptine ?  Dans ce cas, on dit deux fois “C’est fini”.

 

2277

fini

Fini, couminche.

Celui qui finit une partie commence la suivante.

 

2278

fîve

Lès fîves bourguètes, lès tchaudes èt lès frèdes.

Les malaises de la ménopause.

 

2279

fîye

Oyi, m’ fîye. Madame.

Terme familier en s’adressant à une dame inconnue, une grande dame. Pour atténuer le “m fîye”, on ajoute vite “Madame” afin d’essayer d’y mettre un peu de déférence.

 

2280

fîye

Daler vîr lès fîyes.

Courtiser, aller faire sa cour chez sa fiancée. Aller chez sa maîtresse. Aller au bordel.

 

2281

fîye

Ène djon.ne fîye di d’vant 1′ guêre (di quatôze).

Une femme qui essaye de paraître jeune, beaucoup plus jeune que son âge réel, mais cela ne trompe personne.

 

2282

fîye

Tout va bén, ç’ ‘t ène fîye.

Dit sincèrement ou ironiquement  :  tout va pour le mieux, nous avons une fille qui vient de naître. (On ne dit jamais : Tout va bén, c’ è-st-in gârçon.)

Se dit aussi sans idée de naissance, pour “Ça va, tout va bén”.

 

2283

fiyète

Gn-a pont d’ fiyète à li.

On ne peut se fier à lui.

 

2284

fiyète

Ostant d’ fiyète à li qu’ à in cu qu’ a 1′ chite.

On ne peut avoir aucune confiance en lui.

 

2285

fiyon

In gris fiyon.

Homme de peu de confiance, un peu filou, escroc, qui vous convainc par de belles paroles.

gris fiyon, vêrt fiyon: sortes de bruants.

 

2286

flachî

En flachant dins l’ lit.

Paronyme volontaire de “en flagrant délit“,  employé surtout pour les adultères.

 

2287

Flamind

I ratche (/ piche) su 1′ costè come lès Flaminds.

Reproche à un Wallon qui crache ou pisse de côté, comme le font, dit-on, les Flamands.

 

2288

Flamind

Parler flamind.

Se dit du bruit caractéristique que fait un objet (en faïence p.ex.) fêlé ou que fait l’objet en se fêlant.

 

2289

Flamind

Sprèketer flamind.

Parler le flamand (péj.)  en reprenant le mot flamand “spreken” = parler.

 

2290

Flamind

Ça s’reut in Flamind,  i s’reut d’djà su s ‘panse.

Quand on voit trébucher un Wallon ou qu’on trébuche soi-même, sans perdre l’équilibre, on dit : “Ça s’reut…”

 

2291

Flamind

Lès Flaminds, ç’ n’ èst nén dès djins.

Moquerie envers les Flamands, considérés comme inférieurs (marque de xénophobie). L’expression complète et tronquée au départ volontairement, serait : “Lès Flaminds, ç’ n’ èst nén dès djins come nous“.

 

2292

Flamind

Awè dès gouts d’ Flaminds.

Aimer les couleurs vives, criardes, mal assorties.

 

2293

Flamind

In ratchon d’ Flamind.

Une tache sur un vêtement.

 

2294

Flamind

Flamind des gades.  ou Flamind dès gat’.

Moquerie envers les Flamands. 

(Le mot flamand “gat” signifie “trou”, d’où “trou sous les reins”.)

 

2295 

Flamind

Flamoutche, cu tout roudje.  Flamind, cu di  strin.

Autre moquerie à 1’encontre d’un Flamand.

 

2296 

flate

Flate di vatche !   T ‘ è-st-ène flate di vatche.

litt. :  bouse de vache.   Tu es une…

Injure grossière envers quelqu’un qui s’aplatit devant un supé­rieur, qui lèche les bottes d’un homme pour qui on n’a que du mépris.

 

2297 

flaya

Awè l’ flaya (/… l’ influwèn’za).

Avoir la grippe.

 

2298

fleûr

Dès fleûrs di cimintiêre.

Taches de rousseur qui apparaissent à un certain âge sur le dos des mains, signe de vieillissement, premiers signes du grand voyage. :

 

2299

flotche

Tout ç’ qu’ i gn-a d’ pus fén dins lès finès flotches.

Par antiphrase : la lie de la société.

syn. Tout ç’ qu’ i gn-a d’ pus fén dins lès grîjès lokes.

 

2300

flotche

Fé ‘ne flotche.

Faire une petite faute, un faux pas, une petite bêtise.

Laisser échapper un peu de matière fécale dans son linge, par

inadvertance.

syn. Fé in pèt d’ maçon : idem à la suite d’un pet.

 

2301

flotche

Toudi à flitches èt à flotches.

Toujours paré(e) outrageusement avec des rubans, des chapeaux extravagants, d’une élégance excentrique (surtout en parlant de femmes et de fillettes).

 

2302

floutch

Ça a fét floutch!

Cela s’est effondré, cela s’est troué (peau de tambour p.ex.).

 

2303

floutch

Il a dès floutchs-îs.

Il a des yeux sans expressions, sans vigueur.

 

2304 

floutche

Dji su floutch.  Dji  su flauw.

Je n’ai pas d’entrain, j’ai la flemme, j’ai un peu de grippe.

 

2305  

floutche

Come ça i èst floutch !

Cela n’a pas  de corps.  Que cela est mou!

 

2306 

flauw

Ça i èst flauw.

Ce mets n’a pas de saveur, trop peu salé.

 

2307

flûtindje

Qwè-ce qui c’ èst d’ ça pou in flûtindje ? (/ dès flûtindjes ?)

 Qu’est-ce encore là pour des bêtises, des inventions ?

 

2308

fond

Il a tcheû ou fond.

Il est tombé au fond (du trou).

(ou : en le, en wallon central. On le retrouve dans pichoulit: pissenlit).

 

2309

fond

Si dj’ fé in bon fond.

Si j’arrive à m’en souvenir clairement.

 

2310

fond

L’ fond du cu du pot.

Vraiment les toutes dernières gouttes.

 

2311

fondrè

Ièsse fondrè bwagne.

Etre tout à fait borgne, avoir un oeil tout à fait perdu.

 

2312

fondrè

Ièsse fondrè bièsse.

Etre tout à fait bête.

 

2313

fôrt

Fôrt à fôrt.

A forces égales.

 

2314

fosse

Boudjî dè l’ fosse.

Se dit d’une maison qui se lézarde par suite de dégâts miniers.

 

2315

fosse

Pour mi, tu boudjes dè l’ fosse.

Tu es fêlé ? Cela ne tourne pas rond dans ta tête.

 

2316

fosse

Su l’ compte dè l’ fosse.

litt. : Sur le compte du charbonnage.

Se dit quand on s’octroie une faveur que payera l’employeur (parfois avec son consentement, plus souvent sans le lui demander)

Aux frais de la princesse.

 

2317

fotografe

L’ fotografe l’ a mieu fét qui s’ mame.

Sa photo l’avantage. Il est mieux que nature sur cette photo.

 

2318

foufe

Pôrtez cès foufes-là à l’ èrmîje.

Portez ces vieilles frusques à la remise.

 

2319

foufe

Sès lokes, quand i l’s-a mîs deûs côps, c’èst dès foufes (/… ç’ n’ èst pus qu’ dès foufes).

11 a tellement peu de soin de ses vêtements, qu’après les avoir portés deux fois, ce sont de vrais chiffons, de vraies frusques.

 

2320

foufyî

Qwè foufièz co là ? Qwè fârfouyèz co là ?

Que manigancez-vous encore ?

A quelle sale besogne êtes-vous en train de vous livrer ‘

 

2321

foufyî

Qwè-ce qui dj’ é foufyi ?

Qu’ai-je fait ?   Se dit souvent quand on se rend compte après coup, d’une erreur ou d’une confusion.

 

2322

foufin

Muchî l’ foufin.

Cacher le désordre dans la maison.

Cacher une situation peu avouable, peu reluisante. Cacher la triste vérité.

Cacher une faute, une mauvaise conduite, un défaut. Cacher les imperfections, les irrégularités.

 

2323

foufoûye

Il è-st-ène miyète foufoûye.

II est (un peu) fébrile, désordonné.

 

2324

foufoûye

C’ è-st-in foufoûye.

C’est un désordonné, un brouillon, un instable.

 

2325

fougue

Il a co sès fougues.  Il èst co dins sès fougues.

Il a encore une saute d’humeur, des désirs soudains, des colères inattendues, une passion momentanée, un engouement passager.

syn. Il a co in rat, dès cwénkes, in vèrzin.

 

2326

foute

I pinse qu’ i gn-a qu’ a qu’ a foute (/ qu’ a cafoute).

Il pense qu’il n’y a qu’à s’y mettre pour que cela réussisse.

 

2327

foute

Èyu-ce qui t’ as stî vos foute ? T’ ès tout blanc dins vo dos.

Moquerie envers un Flamand qui confond “tu” et “vous“, les mélange dans une même phrase. (il est rarement question de taches blanches dans le dos, mais plus souvent dit pour souligner cette confusion que quelqu’un vient de faire).

 

2328

foute

Èyu-ce qu’ il a co stî s foute?

Où a-t-il encore été se traîner, se frotter ?

 

2329

foute

Fou-le èvoye !  … au diâle!

Jette-le.

 

2330

foute

‘Là co ça d’ foutu èvoye.

 litt. : Encore autant de jeté.

Se dit en quittant la table en faisant allusion aux aliments ingurgités.

 

2331

foute

Ça n’ èst nén à foute èvoye.

Cela n’est pas à rejeter. Ce n’est pas mauvais du tout.

 

2332

foute

Foute à l’ uch.

Mettre dehors.  Congédier,  licencier.

 

2333 

foute

Dji lyi é foutu ‘ne rame (/ su s’ panse).

Je l’ai cogné,  frappé.

 

2334 

foutu

Foutu djon.ne!

Sale gosse  !

 

2335  

foutu

Qué foutu mèstî   !

Fichu métier 1

 

2336

foute

N’ t’ è fou nén, va !

Ne ris pas de cela, il est possible que la chose se soit produite, si bizarre que cela paraisse.

 

2337

foute

On s’ a foutu d’ li.

On s’est moqué de lui.

 

2338

foute

Il a fét ça come pou s’ foute.

Il a fait cela à contrecoeur et très mal,

 

2339

foute

On s’ a foutu sur li.

On s’est jeté sur lui, on l’a attaqué.

 

2340

foute

Dji m’ è (/ m dè) fou.

Je m’en fiche.

 

2341

foute

Dji m’ fou di…

Je me moque de. ..

 

2342

foute

Ni foute, ni moûye. Ni fripe, ni frape.

Rien de rien, absolument rien.

 

2343

foute

N’ pus d’awè ni foute, ni moûye.

Etre sans rien.  Avoir tout perdu.

 

2344

foûye

Wétî lès foûyes au r’viêrs.

Faire l’amour dans un sous-bois.

 

2345

fouyon

I r’lût come in fouyon.

litt. : Il reluit comme une taupe.

Il est tout luisant (peau).

Il est bien peigné, pommadé.

Il est en bonne santé, avec des pommettes bien rosés.

 

2346

frake

Mèt t’ frake èt va-z-è vîr.

Réponse à une question dont on ignore tout ou à laquelle on n’aime pas répondre.

Conseil à l’interlocuteur d’aller y voir lui-même et de se rendre compte de l’état des choses.

 

2347

franc

Il èst franc dins ses botes. Il èst dwèt dins sès solès. (v.n°636).

 

2348

franc

C’ è-st-in franc (/… franc cénkante).

Se dit de quelqu’un qui veut se faire passer pour audacieux mais dont on pense qu’en réalité, il ne l’est guère.

 

2349

frèch

Ièsse frèch.

Etre mouillé.

Etre dans de beaux draps.

 

2350

frèch

È bén! Nos stons frèchs.

Eh bien!  Nous voilà frais.

 

2351

frèch

T’ è-st-in frèch.

Tu es un drôle, un original, quelqu’un dont on ne peut prévoir les réactions, quelqu’un aux idées baroques.

 

2352 

frèchî-frècha

In frèchî-frècha.

Un endroit très humide, plein d’eau.

 

2353

frèchî-frècha

Ça i èst trop frèchî-frècha.

Cet aliment est très (trop) mouillé, trop aqueux.

 

2354

frèd

L’ frèd èst dêwôrs.

C’est à peine tiède, légèrement au-dessus du froid.

 

2355

djèreûs

Tout djèreûs d’ frèd.  Toute djèreûse di frèd.

Transi de froid, que le froid engourdit, qui ne peut cacher qu’il est transi.

 

2356 

frénke

Fé frénke.

Ne pas aller travailler sans raison majeure, par fainéantise.

 

2357

frénquenteloter

Is frénquentelotenut.

Ils en sont aux prémices de leurs amours, ils flirtent.

 

2358

frére

Gn-a co dès fréres.

Il n’est pas le seul à agir ainsi. Il y en a bien d’autres dans ce cas.

 

2359

frére

Dimandèz-1e à m’ frére, il èst co pus minteûr qui mi.

Se dit en réponse à un interlocuteur qui, ne se sentant pas cru, cite quelqu’un dont on peut demander le témoignage sur l’événement, mais comme cette dernière personne n’inspire pas confiance, cela ne prouve rien.

 

2360

frére

Fé pârt dès fréres.

Faire volontairement les parts les plus justes possible comme entre frères (en considérant que des frères ne se filoutent jamais).

 

2361

frére

V’là l’ pus bia d’ mès frères, l’ pus bèle di mès cheurs.

Voilà mon beau-frère, ma belle-soeur.

 

2362

frére

Èt vos d-ârèz, mès fréres. Et caetera.

syn. Èt r’vènèz-i co.  Èt tout 1′ tchinis’.

 

2363

frére

C’ èst m’ frère.  C’ èst m’ fré Djâke.

C’est mon frère. (mais quand on y ajoute le prénom, “frère” devient “fré”).

 

2364

fré

Fré ! Fré Gustâve !  l’ fré kètelot !

Salutations cavalières ou appel à un frère, à un ami.

 

2365

fré

Ô l’ fré !  Ô l’ fré du cous’ !  Ô l’ vî fré !

Salut, vieux copain (pas précisément de la famille).

 

2366

fré

É! (/ Ié!) fré !

Eh! doucement, l’ami (reproche).

 

2367

frichtoûye

Fé frichtoûye.

Manger du bon et beaucoup, faire bonne chère,

 

2368

fricsion

Ène fricsion d’ pavès.

S’étendre de tout son long (sur le pavé) et en porter les marques au visage (égratignures, blessures). A la vue de ces marques, on sous-entend souvent : il s’est encore saoulé.

 

2369

fripe

Ni fripe, ni frape. (v. n° 2342).

 

2370

fris’

I fét fris’. (v. n° 2182).

 

2371

frote

Frote-à-frote.

Côte-à-côte, se touchant; se frottant l’un contre l’autre, l’un tout de suite après l’autre en se touchant.

 

2372

frouche

Fé ‘ne frouche.

Faire une faute pas très grave, mais plus importante toutefois que “flotche“.

 

2373

fusik

Pôrteû d’ fusik à bascule.

Porteur de flambeau aux processions.

(appelé ainsi par les anticléricaux : synonyme de bigot, gre­nouille de bénitier).

 

2374

fusik

C’ èst l’ kèdje di m’ fusik.

litt. : C’est la charge (le calibre) de mon fusil.

C’est juste ce qu’il me faut, ce qui me convient.

Cette jeune fille (femme), je la baiserais volontiers.

 

2375

fusik

I faut in fusik pou l’ awè èvoye.

On ne peut s’en débarrasser, il s’incruste.

 

2376

fusik

Ça lyi a prîs come in côp d’ fusik.

… comne in mau d’ dints, come in mau d’ vinte.

Cela lui a pris tout à coup, il s’est décidé tout à coup.

 

2377

fwâre

– Avèz stî à l’ fwâre ?

– Wây !    

– Gn-avoût-i dès sindjes ? -Wây !

– Croquin’-t-is dès gâyes ?

– Quand-is d-avinetèt, wây. Èt quand is n’ d-avinetèt nî , is n’ dè crokinetèt nî.

Moquerie envers les Courcellois qui parlaient volontiers de leur “fwâre” de mai.

 

2378

fwèbe

Tchêr fwèbe (/… dins lès boulîyes, f’nasses, stapes).

S’évanouir, se trouver mal.

 

2379

fwèbe

Il a tcheû fwèbe dissus.

Il s’en est emparé avec avidité.

 

2380  

fwêre

Nén pus d’ imbaras qu’ à l’ fwêre (/… qu’ à l’ vile, qu’ à l’ guêre).

En grand danger, en grand péril.

 

2381

fwêre

Ièsse à l’ fwêre (/… à l’ ducace). (V n° 1980).

 

2382

fwêre

L’ fwêre èst l’véye, lès pourchas sont vindus.

C’est fini, l’aventure est terminée, l’incident est clos. Elle a perdu son pucelage.

 

2383

fwin

Tu mindjes come iun qu’ a fwin.

Tu manges avec avidité comme si tu étais affamé.

 

2384

fwin

Awè pus fwin qu’ somêy.

Etre vraiment affamé, sans ressources.

 

2385

fwin

Ça s’ mindje sins fwin.

C’est tellement bon que l’on en mange sans avoir faim.

 

2386

fwin

– Dj’é fwin !

– Mindjèz ieune di vos mwins èt lèyèz l’ aute pou d’mwin.

Réponse à un enfant qui se dit affamé.

 

2387

fwin

Vos-avèz fwin ? C’ è-st-ène boune maladîye.

Réponse à quelqu’un (surtout à un enfant) qui dit qu’il a faim.

 

2388

fwin

Danser d’ fwin.

Réclamer de la nourriture en trépignant.

Se dit d’un oiseau en cage qui réclame de la nourriture.

 

2389  

fwin

Awè in mwés fwin.

Avoir une faim-valle,  la fringale. Devoir manger sans attendre au risque de se trouver mal.

 

2390

fwin

Dj’ é iun d’ cès fwins !

J’ai une faim de loup.

 

2391

fwin

Dji d-é fwin.

J’en ai follement envie  (pas nécessairement de .’la nourriture, ce peut être un livre, un objet, une femme).

 

2392

gade

C’ è-st-ène gade (/ … ène èvoléye).

litt. : C’est une chèvre.

Se dit d’une femme gaie, enjouée, un peu clown sur les bords, boute-en-train, parfois un peu vulgaire, (v. n° 2144).

 

2393

gade

I vîreut ‘ne gade avè ‘ne godiche (, i gripe dissus).

Il ne pense vraiment qu’à la gaudriole (à tel point qu’une chèvre avec une coiffe (style 1900) l’inspirerait, l’émoustillerait (exagération voulue).

 

2394

gade

Sérieûs come ène gade qui piche.

Se dit de quelqu’un d’un sérieux imperturbable, à la figure réfléchie, songeuse, insensible ou absente à tout ce qui se passe autour de lui. Cette absence est souvent considérée comme ridicule, d’où le caractère désobligeant de l’expression.

 

2395

gade

Ène blanche gade.

Une fille, femme blonde, presque blanche.

 

2396

gade

Brét, rît, gade di Djilî. (v. n° 757).

 

2397

gadî

In grand gadî.

Un grand garçon maigre, déguingandé, benêt ou qui le paraît, jeune pour son âge. Féminin : Ene grande gade, didine.

 

2398

gadelot

In p’tit gadelot.

litt. : Un petit chevreau.

Terme affectueux envers un enfant chéri, bien éveillé, heureux de vivre.

 

2399

gadjî

Vous-se’ gadjî qui…  Dji vou gadjî qui…

Je parierais gros que…

 

2400

galant

I gn-a dès galants (au plafond).

litt. : Il y a des amants (au plafond).

Des toiles d’araignées pendent au plafond.

(la maîtresse de maison est censée recevoir de nombreux amants et ne trouve pas le temps d’enlever ces toiles, de tenir son logis bien propre).

 

2401

galant

Èle a dès galants pindus à tous ses dwèts. (v. n° 2004).

 

2402

galant

Ène istwêre di galants-couméres.

Une affaire d’amoureux.

 

2403

gale

Tu n’ as nén l’ gale.

litt. : Tu n’as pas la gale. Tu n’es pas galeux.

Pour ne pas salir un autre verre, on dit ceci en s’apprêtant à boire dans le verre d’autrui, pour l’assurer que l’on a pas de répugnance à ce faire (qu’on le considère comme sain).

 

2404

galète

Pitch galète !   T’ è-st-in pitch.

Fainéant,  qui ne veut absolument rien faire  (momentanément ou en tout temps).

pitch : fainéant, flemmard.

 

2405

galète

Fé dès galètes.

Cuire des galettes au fer.

En ramassant les cartes à jouer pour les mélanger, en mettre une partie verso en haut et les autres verso en bas.

 

2406

gamin

À scole, les gamins !

Paroles de jeunes ouvriers très fiers, tout heureux d’avoir

quitté l’école pour gagner  leur vie,  à 1’encontre de leurs

anciens condisciples un peu plus jeunes qu’eux.  Nous sommes

des adultes et vous n’êtes que des gosses.

 

2407

gamin

A l’ uch, lès gamins!

Les enfants, dehors !  Pas d’enfants ici !

 

2408

gamin

C’ê-st-in djeu d’ gamin. (v. n° 1770)

 

2409

gamin

In bon gamin.  Ène boune gamine.

Un gentil enfant.

Un  garçon,  une  fille presque adolescent(e),  adolescent(e) depuis peu.

 

2410

gamin

In gamin d’ soufleû.

Aide du souffleur de verre.

Preumî, deûzième gamin : le deuxième est l’aide du premier.

 

2411

gamin

Il a djouwè du gamin.

Il s’est conduit comme un gosse.

Il a joué une comédie que personne n’a cru, dont personne n’a été dupe.

Il a agi sans réfléchir, sans prévoir les conséquences, comme un enfant.

 

2412

gamin

Bourèz, les gamins !

Ordre que donnait le forain aux gamins qu’il avait recrutés pour pousser le carrousel.

Par dérision, ordre donné quand il faut donner un coup de collier, un gros effort.

 

2413

gangne

Dj ‘ é 1 ‘ gangne avè mi.

J’ai la chance pour moi,  je suis verni au jeu pour le moment.

 

2414

gangni

“Avèz gangni ?

– Oyi, à couri èvoye ! “

litt. : “Avez-vous gagné ? – Oui, à foutre le camp”.

Après le tirage d’une loterie, réponse de celui qui n’a rien gagné.

 

2415

gârce

Sacré (Miyin) d’ ène gârce !

C’est toujours bien lui (ici Maximilien) pour faire pareille chose!

 

2416

garoûye

C’ è-st-ène garoûye.  C’ è-st-ène Mârîye garoûye.

C’est une femme sale, désordonnée, gaspilleuse.

 

2417

gâté

Ç’ n’ èst pus ça gâté, c’ èst poûri.

Se dit d’un enfant outrageusement gâté, choyé, mis dans de 1’ouate.

syn. Poûri djon.ne.  Djon.ne poûri. DJon.ne di poûri.

 

2418

gauche

I pârle à l’ gauche mwin.

Se dit d’une personne qui parle une langue étrangère ou qui parle mal le français, le wallon.

 

2419

gauchî

Ène gauchîle palète.

Un gaucher, une gauchère (péj.)

 

2420

gawe

Djouwer dè l’ gawe.

litt. : Jouer de la guimbarde.

Faire le geste du joueur de guimbarde (secouer la main à hauteur de la bouche) suite à une douleur subite aux doigts (coup, brûlure), quand on a un aliment brûlant en bouche.

 

2421

gayârd

In gayârd, c’ è-st-in mâle di baudèt.

Après que quelqu’un a cité le mot “gaillard“, on enchaîne en disant : Un gaillard, c’est un baudet mâle.

 

2422 

gâye

Kom alîr èt dès gâyes à flotches.

Venez ici (à un enfant) en imitant un Flamand qui lui, commencerait par les mots : “Kom aan hier…”.

 

2423

gâye

Dès gâyes d’Amèrike.  Dès figues d’ Amèrike.

Des noix du Brésil.  Des dattes.

 

2424 

gâye

Pou fé biskî les Gâyes.  (ou lès gâyes).

Pour rendre jaloux, pour faire bisquer les voisins, les compagnons,

Ceci peut provenir du titre d’une pièce liégeoise qui fut ré­pandue dans toute la Wallonie, intitulée : “Pou fé biskî lès Gâyes” où l’auteur a appelé les voisins : lès Gâyes.

 

2425

gâye

Taper à gâyes.

Donner un chiffre au hasard, citer un nombre au hasard.

Donner une réponse au hasard (comme on gaule les noix).

 

2426

gâye

Acheter in cint d’ gâyes.

Autrefois,  les noix ne se vendaient pas au poids, mais à la pièce, à l’unité. Idem pour les moules : In cint d’ moules.

 

2427

gâye

Pèter à gâyes.

S’enfuir.

 

2428 

gâye

T’ arindjes ça come dès gâyes su in baston.

litt. : Tu arranges cela comme des noix sur un bâton.

A t’entendre, tous les événements futurs vont, comme par enchantement, s’arranger de telle façon que l’affaire va se clôturer par une réussite à 100 %.

 

2429 

gâye

I faut qu’ dj’ arindje mes gâyes pou…   (/ …  mes pêres pou…)

litt. : Il faut que j’arrange mes noix, mes perles, pour…

Il faut que je combine bien mes arguments, que j’aie mes affaires bien en ordre.

 

2430 

gâye

Comint ç’ qui dj’ va arindjî mès gâyes? (/ mès pêres?)

Comment vais-je pouvoir goupiller tout cela ?

 

2431 

gâye

Pour mi,  c’ èst dès gâyes.

C’est sans intérêt,   sans  importance pour moi. Cela m’est égal.

 

2432 

gâye

Ça clicote come dès gâyes dins-in chabot.

Cela fait du bruit quand on le secoue  (boîte,  récipient).

Se dit de pièces mal ajustées,   qui ont du jeu.

 

2433 

gây

Awè l’ ér gây.     S’ abiyî gây.    Ièsse gây.

Etre mal fichu, mal habillé.  S’habiller de façon grotesque.

 

2434 

gâye

Dji su d’dins djusqu’à l’ gâye.

Je suis empêtré jusqu’au cou  (la pomme d’Adam).

 

2435 

gâye

I s’ d-a mîs djusqu‘à l’ gâye.

Il s’en est mis jusque  là,  à s’étouffer.

 

2436

gâye

Dji l’ é pris à l’ (/ pa l’) gâye.

Je l’ai pris à la gorge.

 

2437

gâye

Il a avalé (ravalé) s’ gâye.

II est mort.

 

2438

gayole

Tchér ou fond dè l’ gayole (/ dins 1 ‘ bougnoû).

Tchér dins 1′ fond, dins l’ cu dè l’ gayole.

Tomber dans un désespoir profond.

Etre abattu par la guigne.

Vraiment toucher le fond du malheur.

 

2439

gayole

Daler dins 1′ (al) gayole.  Fé dè l’ gayole.

Aller en prison.

 

2440

gayole

R’pindèz vo gayole, vo cok èst batu.

Taisez-vous,  la preuve est faite que vous avez tort, que vous défendez une mauvaise cause, que vous êtes dans l’erreur.

Vous avez trouvé à qui parler, il vous a rivé votre clou.

“R’pindèz vo gayole” et “Vo coq est batu” peuvent être employés seuls.

 

2441

gayole

Tu n’ m’ as nén tchî ‘ne gayole avè in vêrt canari d’dins.

Tu ne me plais guère.

Tu n’as pas agi selon mon goût.

 

2442 

gayole

In grand dispindeû d’ gayoles.  Grand skèton.  Grand dismantchi.

Un homme très grand, déguingandé, maigre (sur qui l’on peut compter pour dépendre les cages d’oiseaux que l’on suspend toujours très haut à cause des chats).

 

2443

gayole

Abîye !  Ène!

Se dit en jetant sa casquette sur la braguette d’un pet.it garçon qui a oublier de la boutonner.

 

2444

gazète

Èt su ç’ timps-la, dj’ lîré m’ gazète.

Pendant vos agissements, moi, pensez-vous, je resterai inactif, absent, ailleurs, vous laissant libre de vos gestes, sans inter­venir ou m’y opposer.

 

2445

gazète

I lît s’ gazète come Henri Papa.

Henri Tournay, de Roux, dit Henri Papa, était rebouteux et illettré. Il aurait un jour, dans le tram, ouvert un journal qu’il feignait lire mais qu’il tenait à l’envers.

 

2446

glète

Fé dès glètes.  Il a fét dès glètes.

Baver, laisser des taches (de bave ou ressemblantes).

Laisser une partie du repas qui ne plaît pas. Repousser une offre, un objet offert.

syn. fé dès putes. En peignant, goutter sur le plancher, dans les vitres.

 

2447

glèter

Ça m’ fét glèter.  Dji glète après.

J’en ai tellement envie (que j’en bave).

 

2448

gnam-gnam

Tu diras fé gnam-gnam à 1′ âye.

Quand tu auras tout dépensé, tu pourras aller manger les feuilles des haies.

 

2449

gnign-gnagn

C’ èst toudi gnign-gnagn (/… pike èt make / pénk èt wénk).

Ils sont toujours en dispute, à se quereller.

Ils se répondent hargneusement du tac au tac. syn. Is sont toudis en gnign-gnagn.

 

2450

gngnou

Roter su ses gn.gnous (ou dj’nous).

litt. : Marcher sur les genoux.

Marcher malgré tout jusqu’au bout, même exténué de fatigue.

 

2451

gngnou

I l’ freut roter su ses gngnous.  I l’ freut bate l’ eûwe.

Il le (la) ferait travailler, marcher jusqu’à épuisement, sans discussion du “supplicié”, du souffre-douleur.

 

2452

gnût

I fét gnût êyu ç’ qu’ i s’ plêt.

Il faut qu’il fasse très noir pour qu’il se perde. C’est un rusé, difficile à rouler, très clairvoyant.

 

2453

gnût

Au gnût.  I va a scole au gnût.

A la soirée.  Il va au cours du soir.

 

2454

gnût

Pâr gnût.  I boute di gnût.

Pendant la nuit.  Il travaille la nuit.

 

2455

gnût

I fét (tout) nwâr gnût.

Il fait nuit noire, c’est la pleine nuit.

 

2456

gnût

In rote au gnût.

Un noctambule.

 

2457 

goria

Awè l’ goria.

Devoir travailler dur, peiner. Sentir le poids du mariage.

 

2458

gougne

T’ni à gougne (/ à guigne).

Tenir en son pouvoir, tenir en respect, ne pas quitter l’adver­saire des yeux, l’affronter du regard.

 

2459

gougne

Il èst t’nu à gougne.

II est élevé sévèrement, surveillé étroitement.

 

2460

gougoûye

Fé gougoûye.

Faire bonne chère.

 

2461

gout

C’ èst m’  gout.  C’ èst m’ fén gout.

J’aime (domaine alimentaire).

 

2462

gout

C’ èst m’ gout dès fritches, dè l’ taute.

Je raffole de frites, de tartes.

 

2463

gout

Pou 1′ cén qu’ c’ èst s’ gout, in stron, ç’ ‘t ène fréje.

litt. : Pour celui qui aime, un étron, c’est une fraise.

Tous les goûts sont dans la nature.

 

2464

gout

Ça a in gout d’ pô. Il y en a trop peu.

C’est tellement délicieux que l’on regrette qu’il y en ait si peu.

 

2465

gout

Sins gout, sins sauce.

Pas en train, démoralisé.

 

2466

gout

Que drole di gout qu’i gn-a roci!  Qué bon gout !

Quelle mauvaise (bonne) odeur !

 

2467

gout

Passer 1′ gout du pwin.  Fé passer 1′ gout du pwin.

Mourir.                                             Tuer.

 

2468

gout

C’ èst si tant vo gout ?

C’est tellement à votre goût ? Vous raffolez de cela ?

 

2469

gout

On n’ sâreut fé au gout d’ tout l’ monde èt s’ bèle-mére.

On ne peut plaire à tout le monde.

On ne peut agir au goût de tout le monde et sa belle-mère.

 

2470

goute

I tchét dès goutes. I brousine. I mîyetêye.

Début de pluie. Il bruine.

 

2471

goute

I n’ a tcheû qu’ quate goutes.

Il n’est tombé qu’une toute petite ondée.

Il n’est tombé qu’une pluie trop insignifiante pour la végétation (qui attendait mieux).

 

2472

goute

Dji passeré intrè les goutes.

Je passerai entre deux averses.

Il pleut à grosses gouttes distantes, de sorte que je pourrai passer entre elles sans être mouillé.

 

2473

goute

Dj’ é passé intrè les goutes.

Je n’ai pas été atteint par un mauvais coup du sort. J’ai échappé de peu aux difficultés.

 

2474

goute

Ça dèpend come èl goute tchéra.

L’issue dépend d’un hasard, d’un oui ou d’un non.

origine^ : une belle-mère propose à son gendre de goûter la soupe (qu’elle remue). La belle-mère ayant la goutte au nez, s’entend répondre : “Ça dépend…”.

 

2475

goute

On n’ divreut jamés ièsse sins goute.

litt. : On ne devrait jamais être sans liqueur chez soi.

On devrait toujours avoir chez soi de l’alcool en prévisior. d’incidents soudains qui vous feraient perdre connaissance. Cet alcool viendrait bien à point pour faire reprendre les esprits à quelqu’un d’évanoui.

 

2476

gouster

Ça gousse ?

litt. : Cela vous goûte ?

Cela vous plaît ? Vous faites bonne chère ? C’est à votre goût ? (aliment ou boisson)

 

2477

goyî

GOSIER

Dji t’ freu in goyî come ène tute.

Je te tordrais le cou (menace peu convainquante).

 

2478

goyî

Fé in toûr di goyî.

Etrangler, tenter d’étrangler.

 

2479

goyî

Awè in toûr di goyî.

Se faire étrangler.

 

2480

goyî

Dji freu in neûd avè t’ goyî .

Je t’étranglerais.

 

2481

goyî

Il a in goyî come ène tchaussète (/ … ène rigole).

Il boit beaucoup, avidement.  Il aime boire. Il avale un verre en moins de deux.

 

2482

goyî

I mèt tous sès liârds au notére goyî (èt i piche lès-intérêts au mur).

Il dépense tout son argent au café.

 

2483

goyî

I lyi vént in goyî come in tchaudron d’ cwîve.

litt. : Il lui est venu une gorge comme un chaudron.

Il se rengorge. Il se prend vraiment (ou se fait passer)pour quelqu’un, à la suite d’un succès, d’une réussite où il n’est pour rien.

 

2484

goyî

Goyîssaut l dîmince, mins goyî sètch èl rèstant d’ èl samwène.

Quand on parle de Gohyssart (Goyîssaut), hameau de Jumet, ou y situe l’action, ou termine sa phrase par ce mot, un autre ajoute  cette phrase.

cf supra (jeu de mots sur “sô” : saoul et “sètch” : sec, qui a soif).

 

2485

grandeû

Dji n’ tén nén à (toutes) cès grandeûs-là.

Tous ces chichis, toutes ces choses du grand monde, ne m’inté­ressent pas, ne me tentent pas.

 

2486

grand-pére

C’ èst du bén di t’ grand-pére qui tè r’vént en pârtâdje.

Je me venge d’une méchanceté que m’aurait fait ton grand-père (que je n’ai pas connu).

 

2487

grâve

Il èst télemint grâve qu’ on lyi djètereut (/ foutreut) ‘ne pougnîye di pwès dins s’ visâdje, gn-a pont qui tchéreut à l’ têre.

Il est profondément grêlé.

 

2488

grawe

Ièsse pris dins lès grawes da…

Etre pris dans les griffes de… (fig.) Etre l’esclave, sous les ordres de…

 

2489

grasener

I a grasenè.

Il a fait vite,.s’est dépêché.

Il s’est enfui à toutes jambes.

 

2490

grasener

Grasener dins s’ nez.   (v. n° 1032 et 1230).

 

2491

grèk

C’ è-st-in grèk. Il èst fort grèk avè sès-ouvrîs.

C’est un homme difficile, hargneux,  grossier, gueulard, soup­çonneux, tatillon, sans indulgence envers ses subalternes.

 

2492

grègne

Bate dins l’ grègne èt vaner à l’ uch.

litt. : Battre dans la grange et vanner dehors.

Pratiquer le coït interrompu.

 

2493

grand

Grand, fôrt èt bièsse, tout djusse (çu qu’i faut) pou fé in grènadiè.

Les grenadiers étaient recrutés parmi les hommes grands et forts, les “beaux hommes”. Les plus petits écartés de cet honneur, par jalousie, ajoutaient les mots “et biêsse”.

 

2494

grèyî

Ièsse su l’ grèyî.

Etre sur la sellette, sur des charbons ardents.

 

2495

gris

I d-a vu dès grîjes.

Il a eu des moments pénibles où il a eu froid, faim…

 

2496

gris

I dè wèt dès grîjes avè li. I lyi dè fét vîr dès grîjes.

Il lui en fait voir des vertes et des pas mures.

 

2497

grimace

I fét ‘ne léde grimace (/ mawe) quand i rît.

Se dit de quelqu’un qui a toujours un rire amer, moqueur, méprisant.

Même dans son rire, pointe son mauvais caractère; il rit à contrecoeur.

 

2498

grimace

Fé dès grimaces di roucha tchén.

Faire des grimaces intéressées, pas honnêtes, peu appréciées. Faire des gestes douteux.

 

2499

grin

In grin d’ awène come èm’ pougn n’ âreut nén passé au trau di m’ cu.

J’avais une telle frayeur, je serrais tellement les fesses que rien n’aurait pu s’en échapper. “Comne èm’ pougn” est ironique.

 

2500

grintche

Il a div’nu roudje come ène grintche. Il èst roudje …

litt. : Il est devenu rouge comme une cerise griotte. Il est rouge comme…

Il a rougi très fort.

Il est très rouge de figure.

 

2501

grogne

T’ as co mindji dè l’ grogne ?

litt. : Tu as encore mangé du pâté de tête.

 Jeu de mots sur “grogne” : charcuterie, “grogne” (français) : mauvaise humeur, bouderie.

Tu es encore de mauvaise humeur.

Tu ne cherches qu’à envenimer les choses et puis bouder.

 

2502

grognon

C’ èst du grognon, mins nén pou vo mouson.

Ce n’est pas de votre rang social.

Ce n’est pas un parti (mariage) qui vous convient.

 

2503

gros

In gros plin d’ crache.

Un homme gros et gras.

 

2504

gros

In gros| cârè.  In gros stokasse.  In gros tikèt.

Un homme gros et puissant, gros et massif.

in tikèt : une tique.

 

2505 

gros

Fé p’tit passe gros.

Faire à la va-vite le principal et s’en tenir là,   faute de temps.

 

2506  

gros

I d-a gros.

Il est très peiné.

Il regrette amèrement l’issue de cette affaire malheureuse. Il en a gros sur la patate.

 

2507

gros

Il èst gros, mins c’ èst gros d’ lokes.

Il est tellement vêtu, il a une telle épaisseur de vêtements sur le dos, bien que plutôt maigre, on le croirait bien en chair.

 

2508

gros

Grosse moblète.  Grosse totone.

Se dit en termes d’amitié, à un animal domestique, surtout une chatte ou une chienne dodue ou pleine.

 

2509

gros

Gros tchoûfa. Gros fa d’ foûr. Grosse totaute. Gros toûtia.

Grosse femme sans formes, énorme, dolente, sans énergie.

 

2510

gros

Gros tch’vau.  Gros tch’vau d’ coumére.

Gros homme – grosse femme – fort(e), toujours prêt(e) au travail, prêt(e) à foncer.

 

2511

groûler

Tu mindjes bén ça sins groûler ?

Se  dit à quelqu’un qui mange de la viande gloutonnement comme le  ferait un chien.

 

2512

guèdin

 

Awê in guèdin.  … dès guèdins.

Avoir un contretemps fâcheux, un ennui inattendu, une sale blague ou plusieurs.

 

2513

guèdin

 

On m’ a djouwè in guèdin.

On m’a fait des ennuis, on m’a joué un sale tour.

 

2514

guénse

Pèter ‘ne guénse.

Se saouler, passer une soirée à se saouler.

 

2515

guêre

Il a fét (/ vu, passé, coneû) toutes les viyès guêres.

Il a connu toutes les aventures, il a une expérience d’un tas de choses (péj. )

Se dit d’un très vieil objet tout usé, tout cabossé, ébréché, tout cassé.

 

2516 

guêre

 (Timps) dè l’ guère

Pendant la guerre.

 

2517

guêre

Dès fades (dès minteûrs, dès vantards…), i d-aveut d’djà d’vant l’ guère (di quatôze).

Des fainéants, des menteurs, des vantards…(comme il y en a eu de tout temps, ce n’est pas nouveau.

 

2518

guèrlè

I d-èst guèrlè come in tchén (/ tchat) d’ puces.

Il en a sur tout le corps (boutons, dartres).

Se dit d’un arbre criblé de fruits.

 

2519

guèrzèlî

Dji n’ su nén v’nu au monde pa-d’zous in guèrzèlî.

litt. : Je ne suis pas né sous un groseillier.

Pour qui me prends-tu ? On ne me la fait pas à moi.

 

2520

guènout’

À las’ guènout’, passe tout-oute.

On doit tout évacuer.

Elle s’est avortée.

 

2521

guète

À vote service, trêze guètes.

Advienne que pourra.

 

2522

guète

Awè ça à sès guètes (/ … coûyes).  (v. n° 1327).

 

2523

guète

D’ awè plin sès guètes (/ … plin l’ cu).

En avoir marre.

 

2524

gueûs

Dispite di gueûs.

Petite dispute,  dispute pour rire,’ sans méchanceté, sans suites.

 

2525

gueûye

Té t’ gueûye (gueule) !  Téjèz vo gueûye !

Tais-toi!  Taisez-vous!  (dit grossièrement par une personne en colère).

 

2526

gueûye

Fé di s’ gueûye (/ … l’ fiér cu).

Faire de sa gueule, prétentieux.

 

 

2527

gueûye

In fèyeû d’ gueûye ou in fieû d’ gueûye.  In sint-mwés.

Un fat, un prétentieux.

 

 

2528

gueûye

I n’ a qui 1′ gueûye boune.

C’est un beau parleur, mais rien d’autre.

 

 

2529

gueûye

Sale gueûye (di m’ vén) !

Langue de vipère !  Médisant !

 

 

2530

gueûye

Il a ieû su s’ gueûye.

Il a reçu des coups, il s’est fait tabasser.

 

 

2531

gugusse

Bouter pou gugusse.

Etre le dindon de la farce.

Laisser rire, laisser jouer à ses dépens.

Ne pas s’apercevoir qu’on vous floue,  qu’on vous ridiculise.

 

 

2532

guider

I guide après s’ garçon, après s’ tchén.

Il épie le retour de son fils. Il cherche son chien des yeux.

 

 

2533

guider

I guide toute èl djoûrnéye padrî ses câraus, ses rldaus. (v. n° 494 et 495).

 

 

2534          

guider

Françwès qui guide à baudèts.

Moquerie envers un prénommé François.

 

 

2535  

guider

Guidez  ‘ne pô.

Voyez un peu ceci   (péj.)

 

 

2536  

guiguide

À guiguide à baudèt.

Se dit quand on prend un enfant sur le dos, en se mettant à quatre pattes.

L’enfant demande pour  “fé guiguide à baudèt”.

 

 

2537  

Guyaume

Guyaume (bis) avè  ‘ne boutêye à s’ cu,

I l’ casse, i 1′ ramasse,

I dit qu’ i n’a rén vu.

Moquerie chantée à l’adresse d’un prénommé Guillaume.

 

 

2538

guîye

L’ Bon Dieu djoûwe à guîyes.   … a mis sès gros chabots.

Il tonne.

 

 

2539

Gusse

In Gusse qui pund.

litt. : Un Auguste qui pond.

Un fond de pantalon énorme, qui pend très bas.

syn. On mètreut bén ‘ne poûye couver dins l’ cu di s’culote.

In cu d’ culote come ène barake di lûteûs (/ in souflèt d’ mârchau). In fondemint come in r’passeû d’ cisètes.

 

 

2540

î

Vos m’ èscrèpèz 1′ pègnon d’ mês-îs.

litt. : Vous me râpez le pignon de mes yeux.

Vous m’ennuyez, vous me sciez les côtes (dit par un parent ou aïeul(e) à un enfant, en général).

 

 

2541

î

Ça r’passe pa sès-îs.

Se dit à un enfant qui commence à fumer et dont les yeux piquent à cause de la fumée, à qui l’on dit que cette fumée repasse par les yeux.

Se dit d’un ivrogne dont les yeux larmoient.

Se dit d’une personne dont la colère se lit dans les yeux.

 

 

2542

î

Co ‘ne maladîye insi, on n’ vîra pus 1′ blanc d’ sès-îs.

Plaisanterie à quelqu’un qui s’est dit malade et que l’on re­trouve grossi.

 

 

2543

î

Il a roudji ‘squ’à (/ djusqu’à) sès-îs.

Il a rougi très fort, il était très confus.

 

 

2544

î

Il a trop pô d’ sès-îs pou brére.

I n’a nén assez d’ ses deûs-îs ~pôu brére.

II a une très grande peine, il est inconsolable.

 

 

2545

î

Awè trop pô d’ sès-îs pou 1′ wétî.

Le, la regarder avec admiration.

Le, la regarder avec joie, après une longue séparation, à son retour.

 

 

2546

î

Dès-îs (d’ voleûr) qui vîyenut clér dins vos potches.

Des yeux de voleur, de pickpocket, qui savent repérer la poche qui contient le portefeuille, les valeurs.

 

 

2547

î

Awè dès-îs tchitchots.  Awè dès tchitches à sès-îs.

Avoir les yeux chassieux.

syn. Clape-z-îs. Tchipe-z-îs.

Quelqu’un qui a les yeux chassieux: In tchitchot- Ene tchichote.

 

 

2548

î

Awè ‘ne bus’ dins s’n-î.  Awè ‘ne guèrzèle…

Avoir une poussière dans l’oeil.

 

 

2549

î

Dji vos r’ssatchereu (/ arachereu) ên-î avè ‘ne culiêre di bos.

litt.  : Je vous ôterais un oeil avec une cuillère en bois.

Menace qui se veut terrible à un enfant qui a mal agi, mais peu effrayante pour le coupable qui entre dans le jeu.

 

 

2550

î

Boute à t’n-î.

Fais comme bon te semble, agis à ta guise (sous-entendu: je m’en lave les mains).

 

 

2551

î

Boutez à vo-n-î.

idem mais beaucoup moins agressif, moins méchant:  je vous laisse juge du suivi.

 

 

2552

î

Il a fét dès-îs corne des potelés di guèrnî.

Il a fét dês-îs come dès casses, glaces di monte.

Il a fait des yeux ébahis, épouvantés.

 

 

2553

î

Quate-z-îs.

Vocabulaire enfantin : injure à quelqu’un qui porte lunettes.

 

 

2554

î

Il a sês-îs pindus au r’viêrs.

Il louche. Il est saoul.

Il voit (ou comprend) tout de travers.

 

 

2555

î

Il a ieû sês-îs pus grands qui s’ vinte.

Il a cru pouvoir manger plus.

Il s’est embarqué dans des spéculations au-dessus de ses moyens.

 

 

2556

î

Dès-îs à pèrnia.

Des yeux avec des paupières lourdes, des paupières supérieures qui retombent vite après avoir agrandi les yeux.

germa : v. n° 4637.

 

 

2557

î

Il a sès-îs bordés.

Il a les yeux charbonnés, endeuillés, insuffisamment lavés après un travail très salissant, dans la poussière (mineurs).

 

 

2558

î

En-î d’ v’loûrs.

Un oeil au beurre noir.

 

 

2559

î

Taper èn-î.

Jeter un coup d’oeil.

 

 

2560

î

Tu fras dès gris-îs. T’ âras scô tès-îs.

Si tu te couches si tard, demain, tu ne sauras pas ouvrai- les yeux tu te lèveras mécontent, pas assez reposé.

Après une pareille conduite,  après pareille maladresse, quand tu verras la catastrophe qui s’ensuivra,  tu t’en repentiras.

 

 

2561

î

Dès-îs à picots.

Des yeux vifs, méchants (momentanément ou en tout temps).

 

 

2562

î

Awè scô sès-îs.

Se frotter les yeux.

De quelqu’un qui vient de s’éveiller, d’être éveillé en sursaut.

 

 

2563

î

Mès-îs vont tchér.

Dit par quelqu’un qui tombe de sommeil.

 

 

2564 

î

Èle a dês-îs à brayètes.

Elle est très portée sur le sexe; ses yeux se portent malgré elle sur la braguette des hommes.

 

 

2565

î

Dès-îs d’ pèrcot.

litt. : Des yeux de jeune perche (poisson).

Des yeux vifs, pétillants, inquisiteurs.

 

 

2566

î

Dès-îs d’ blanc fiêr.

Des yeux dont les iris sont à peine colorés, d’un gris acier; yeux peu expressifs, peu sympathiques.

 

 

2567

î

Dès-îs d’ tchat.

Des yeux perçants, qui devinent.

 

 

2568

î

Il a deûs-îs dins s’ tièsse!  Il a deûs-îs di spirou…

Il a des yeux intelligents, pétillants de malice.

 

 

2569

î

Ça brûle tès-îs.  Ça t’ crève tès-îs.

La chose que tu cherches est très visible, est là devant tes yeux.

 

 

2570

î

I m’ a r’boulé dès- (/ deûs-) îs.

Il m’a fait de méchants yeux.

 

 

2571

idéye

A m’-n-idéye.

A mon idée, selon moi.

 

 

2572

idéye

Il a mîs sès-idéyes su …

Il aimerait se fiancer avec…

 

 

2573

idéye

Il a fét ça à s’-n-idéye.

Il a fait cela sans prendre de mesures, au jugé.

 

 

2574

ikèt

Doner (/ D’ner) èn-ikèt.

Donner un coup de collier, une poussée plus forte.

 

 

2575

ikèt

Bouter èn-ikèt.

S’y mettre avec force, énergie.

 

 

2576

ikèt

Dormi èn-ikèt. / Pèter èn-ikèt.

Dormir peu de temps, mais très profondément.

 

 

2577

ikèt

Satchî / Bourer èn-ikèt.

Donner un coup de boutoir, en tirant ou en poussant.

 

 

2578

ikèt

In bon ikèt.  In fameûs ikèt.

Un bon coup d’épale, de boutoir.

 

 

2579

ikèt

In bon p’tit ikèt.

Une petite poussée qui donne de bons résultats.

 

 

2580

ikèt

Doner in dérin ikèt.

Donner le coup final.

 

 

2581 

ikèt

Bouter à ikèts.

Travailler en donnant seulement des poussées, par à-coups.

Se dit d’un travail qui se fait en nombreuses petites étapes.

 

 

2582 

ikèt

Bouter pa ikèts.

Se dit d’un travail plus lents, plus doux, plus calme que le pré­cédent, mais nécessitant par moments, des à-coups vigoureux.

 

 

2583 

imbaras

Nén pus d’ imbaras qu’ à l’ fwêre,  qu’ à  l’ vile, qu’ à 1′  guêre.

(v.  n° 2380).

 

 

2584  

in.mer

Is s’ in.metèt èt is fastèt l’ vîr.

litt. :  Ils s’aiment et le montrent.

Moquerie envers les gens du Centre, en imitant leur patois.

 

 

2585

inocint

Inocint quatôze!

Innocent !  Idiot !

Innocent XIII fut le dernier pape à avoir porté ce prénom.

 

 

2586

inocint

I n’ èst nén mârki “Inocint” dins m’ dos.

Tu me prends vraiment pour un imbécile, ou quoi ?

 

 

2587

insi

Ène besogne d’ insi-swat-il.

Une tâche épouvantable, sale, affreuse, ardue, que le diable refuserait de faire.

 

 

2588

intrer

Intrèz, vos vîrèz mieus.

Invitation (jamais honorée) à quelqu’un qui, sans vergogne, avec insistance, regarde dans votre maison de tous ses yeux, par la porte ouverte ou entre-ouverte.

 

 

2589

inutile

I m’a fét fé ça inutile. 

Il m’a fait faire cela inutilement.

 

 

2590

itèm

Itèm è-st-i.

De sorte que… Cela donna comme conséquence…

 

 

2591

iviêr

I n’  passera pus tous lès-iviêrs.

Il est très malade, son temps est compté. Se dit aussi de quel­qu’un qui tousse beaucoup.

 

 

2592

iviêr

Dins chîs mwès, c’ èst co 1′ iviêr.

Se dit quand on a tendance à se réjouir du bon temps actuel.

Se dit d’un travail qui n’avance pas, dont on ne peut prévoir la fin, tant on lanterne, attermoie sa réalisation.

 

 

2593

iviêr

Il a l’ iviêr à s’ cu.

Il sent venir l’hiver.

 

 

2594

Jèf

I lyi faut toudi ièsse Jèf.

Il veut toujours commander, être le chef.

 

 

2595

Jèf

Djouwér au (/ du) Jèf

Jouer au chef.

 

 

2596

jin.ner

Ça m’ a jin.nè.

Cela m’a ému. Cela m’a fait de la peine.

 

 

2597

jin.ner

Ça m’ a jin.nè dè 1′ vîr insi.

Cela m’a fait de la peine de le voir dans cet état, comment il est devenu aujourd’hui (vieillesse, maladif, …)

 

 

2598

jin.nè

In jin.nè, c’ è-st-in bossu.

Si vous n’êtes pas bossu, il n’y a vraiment aucune raison d’avoir de la gêne.

Réponse à: “Dji su jin.nè.”

 

 

2599

joûrnéye

Joûrnéye di (/ ) Dieu !  Ô  joûrnéye !

Mon Dieu, mon Dieu !  Est-ce possible ?

(marque la déception, le dépit, la surprise désagréable; reproche à quelqu’un que l’on n’aurait jamais cru capable de faire une chose pareille).

 

 

2600

juje

On n’ sét nén toudi çu qui s’ passe dins 1′ panse du juje.

On ne sait pas toujours ce qu’en pense l’interlocuteur, le juge, celui qui doit vous juger, vous jauger.

 

 

2601  

kakyî

Ça 1′  kakîye.

Ça le chatouille (au propre et au figuré).

Ça le tarabuste, ça ne lui plaît guère.

 

 

2602

kèrtchî

Vaut mieus 1′ kèrtchî qui d’ l’ impli.

Il est préférable de lui donner une charge, un objet d’une certaine valeur que de le rassasier, tant il a bon appétit.

 

 

2603

kèrtchi

Ièsse kèrtchi à bales.

Etre chargé à balles (arme).

Avoir un gros rhume.

Etre très saoul; syn. Il èst (co) bén kèrtchi.

Etre très chargé.  Etre enceinte.

 

 

2604 

kèdje

Awè s’  kèdje.

Avoir sa charge prévue ou la charge maximum.

Etre saoul.

Etre à la mort.  syn. :  awè s’ croke.

Etre enceinte,  syn. ièsse kêrtchîye (à bales).

 

 

2605 

kèdje

Draner, ployî d’zous 1′ kèdje.

Plier sous la charge.

Demander grâce, se sentir incapable de supporter le poids de sa charge, d’assumer l’importance énorme d’un travail entrepris.

 

 

2606 

kèdje

Toudi à kèdje èt à vûde.

Tantôt bien nanti et le lendemain,  ruiné.

Femme (ou femelle) sitôt délivrée aussitôt reprise.

 

 

2607 

kèdje

Il è-st-à kèdje.

Il est chargé pour l’instant.

 

 

2608 

kèrtchi

Il èst bén kèrtchi.

Il est mal marié (femme insuportable p.ex.).

 

 

2609

kèrtchi

Èlle èst bén kêrtchîye.

Elle est mal mariée (mari brutal, buveur…).

 

 

2610

keûde

Èle keût pou lès djins. Èle keût à l’ grosse euwîye.

litt. : Elle coud pour sa clientèle.

Elle se mêconduit, elle a des amants.

 

 

2611

keûde

Il a stî keûdu.

Il est resté à quia.

A un examen, il n’a pu rien répondre.

Il a soudainement attrapé une maladie.

 

 

2612

keûkeûte

C’ èst dè l’ keûkeûte.

C’est de la mauvaise qualité.

A l’origine : un certain Keude (à Namur) fabriquait une bière de qualité inférieure. Une bière plus mauvaise encore, s’est appelée dè l’ keûkeûde.

 

 

2613

kiki

I lyi a sèré 1′ kiki (/ … 1′ gârguète).

Il l’a pris à la gorge et l’a presque étouffé, voire étranglé.

syn. I l’ a prîs pa 1′ gâye.

 

 

2614

kikisse

Il a 1′ kikisse, èl maladîye dè l’ boutroule qui s’ disvisse.

litt. : II souffre de la maladie du nombril qui se dévisse.

Réponse à : “Quelle maladie a-t-il ?” faite par celui qui ignore le genre de mal dont cette personne souffre, ou qui ne tient pas à le révéler.

 

 

2615

kimpé

Kimpé come in minîr.

Richement vêtu, endimanché.

minîr : provient sans doute de “mijnheer” = monsieur, en flamand.

 

 

2616

kinike

Tu djoûwes avè mès kinikes.

litt. : Tu joues avec mes billes (testicules).

Tu te moques de moi, tu me tournes en bourique, tu me ridiculises.

 

 

2617

kom

Kom alîr et dès gâyes a flotches.  (v. n° 2422).

 

 

2618

crèkion

In p’tit crèkion.

litt. : Un petit grillon.

Homme de petite taille et de faible corpulence.

 

 

2619

cwénkes

Ièsse dins sès cwénkes. (/ cwinkes).

Etre indisposée, avoir ses règles.

 

 

2620

cwénkes

Awè sès cwénkes (/ kwinkes).

Avoir des lubies, des sautes d’humeur.

 

 

2621 

Là !,  di-st-i l’ èfant quand il a tchî. (grossier)

Exclamation de joie quand un travail pénible, un acte pénible vient de se terminer favorablement.

 

 

2622

Là !

Voilà,  cela suffit,  en voilà assez, stop ! (le “à” se prononce ici deux fois plus long que les “à” longs ordinaires).

 

 

2623 

‘là

‘là co bén !  (‘là = volà)

Heureusement.  Cela s’est bien arrangé.

 

 

2624 

‘là

‘là-te, là, wéte!  (‘là = volà)

Voilà !  Je suis fier de ce que je viens de faire, dire. Hourrah!

 

 

2625 

‘là

‘là-te, tén! /  ‘là-te !

Voilà ce que je te dis !  Attrape !

 

 

2626 

‘là

‘là-te, tén, dins t’ gueûye ! (très grossier).

Voilà !  Je te le dis bien en face, je ne te l’envoie pas dire.

 

 

2627

là-d’ssus

Là-d’ssus.

Sur ce… en conséquence… par conséquent… Comme conséquence immédiate…

 

 

2628

I n fét nén là (trop) tchaud / , frêd  /, bon.

Il ne fait (vraiment) pas chaud, froid, bon. / ou : trop chaud, trop froid, trop bon.

 

 

2629

I n’ èst nén là vî.  / … trop vî.

Il n’est pas tellement vieux.

 

 

2630-2634

Les expressions 2630 à 2634 sont dites, accompagnées

d’une mimique significative traduisant les qualificatifs sous-entendus de “hideux, affreux, sale, laid ou joli, avenant. En joignant le geste de la main (des mains), on donne une idée de grosseur, de maigreur, de hauteur de l’organe ou objet incriminés (expressions le plus souvent péjoratives).

 

 

2630

I t’ a là ‘ne tièsse, in drî, dès djambes ! Èle t’ a là in stoumak!

Il a une de ces têtes  (à claques),  un derrière énorme, des jambes énormes ou très minces. Elle a une poitrine provocante.

 

 

2631

I t’ a là ‘ne tièsse come ène marmite !

Il a une tête qu’on peut comparer à une marmite.

 

 

2632

I t’ a là dès cruwaus !

Il a de très hautes mauvaises herbes.

 

 

2633

I t’ a là ‘ne tchimîje.

Il a une chemise sale, démodée, de couleur criarde.

 

 

2634 

I t’ atrape là ène tièsse !  I lyi vént là in stoumak !

Sa tête est en train de devenir énorme, affreuse. Sa poitrine grossit.

 

 

2635 

lacha

Dji pièd m’ lacha.

Je m’énerve à attendre.

J’enrage que cela s’éternise.

 

 

2636

lache

L’ cén qui lache, c’ è-st-in lache.

Celui qui abandonne est un lâche, un lâcheur, un fainéant.

 

 

2637

lachî

I dè lache télcôp ‘ne léde (/ ‘ne cruwéle).

I dè lache co bên ieune.

Il  en sort, il en dit parfois de raides. Il raconte des histoires osées. Il se permet des réflexions cinglantes.

 

 

2638

lachî

N’ lachons nén !

Ne nous arrêtons pas de travailler.

(la première personne du pluriel n’implique pas précisément que le “conseilleur” participe au travail en question).

 

 

2639

laudje

Lèyî l’ uch au lâdje (/ au laudje) / grande au lâdje.

Laisser la porte ouverte, grande ouverte.

 

 

2640

laudje

Lèyî l’ élèctricité au lâdje (/ au laudje).

Laisser la lumière, oublier d’éteindre.

 

 

2641

laudje

Il èst lâdje (/ laudje), mins c’ èst dès spales.

litt. : Il est large, mais seulement des épaules.

Il est dur à la détente, près de ses sous (jeu de mots sur les deux sens de “laudje” : large et généreux).

 

 

2642

lafréye

Tchér à l’ lafréye (/ su 1′  bacaraf).

Tomber au moment crucial, découvir le pot aux rosés.

 

 

2643

laguèdon

In drole di laguèdon.

Un drôle de type, peu recommandable, sans confiance.

 

 

2644

laguèdon

É! Laguèdon !

Reproche à un enfant qui fait ce qu’il ne faut pas.

 

 

2645

Lalîye

Ô Lalîye,

Vo gade èst disloyîye,

Ô Colas,

Vo bèdot n’ èst pus là.

(chanté sur l’air populaire “Ô! là, là, Djilî a stî batu.”).

Mon Dieu! Mon Dieu ! Oh! la la ! Ça, par exemple !

 

 

2646

Lambêrt

É! là-bas, Lambêrt !

Halte là ! Cri de joie, de triomphe.

syn. É! là-bas, m’ fis !

 

 

2647

lampe

On n’ sâreut brére èt t’ni 1′ lampe.

On n’ sâreut soner èt ièsse à l’ porcèssion.

Certaines choses ne peuvent pas être faites ensemble.

 

 

2648

lanci

Come il èst là lanci, èst-ce qu’ i r’vénra co ?  / , i nè r’vénra pus.

Se dit de quelqu’un qui marche très vite, paraît pressé.

 

 

2649

langue

C’ è-st-ène langue di taminète.  Il (Èlle) a ‘ne langue… / Il (Èlle) a ‘ne langue come ène lavète au cu d’in pot.

Un parleur, mais plus souvent une parleuse intarissable. Une personne médisante.

 

 

2650

langue

On 1′ mètra su vo langue.

Se dit à un enfant qui demande où il va poser un objet. / ce qu’on fait avec cet objet.

 

 

2651

langue

Vos dalêz ûser vo langue.

Taisez-vous. Arrêtez un peu de parler s.v.p.

 

 

2652

langue

“Pouqwè-ce qui…?” > – “Pou fé daler vo langue.”

On a dit cela dans le dessein de vous faire parler uniquement.

 

 

2653

langue

I stind (/ satche) ène langue di twès-aunes.

Il a très soif.

Il en a une envie folle.

syn. Ès’ langue tire après. Il a s langue qui file après.

 

 

2654

langue

Dji n’ vou nén ièsse su vo langue.

Je ne veux pas que tu me reproches quoi que ce soit, que je n’aie pas tenu parole.

 

 

2655

langue

Dji n’ tén nén à ièsse su 1′ langue dès djins.

Je ne tiens pas à faire parler de moi.

 

 

2656

langue

Parler à li spèsse langue.

Façon de parler qui laisse supposer une langue épaisse, le bout de la langue, en parlant, touche sans cesse les incisives su­périeures .

 

 

2657

langue

Fé daler s’ langue su tèrtous (/ … su sès vijins).

Critiquer tout le monde (ses voisins) et répandre son venin à qui veut 1’entendre.

 

 

2658

langue

Dj’ é 1′ mot su l’ dibout di m’ langue. / Dji l’é su …

J’ai le mot tout prêt, prêt à me revenir, mais je ne peux pas me le rappeler.

L’interlocuteur qui attend ce mot, propose Ratche-lu ! Crache-le.

 

 

2659

langue

“Dj ‘ é in bouton su m’ langue.” – “Ratche-lu !”

J’ai un bouton sur la langue. – Crache-le

 

 

2660 

lapin

In fameûs lapin.

Un homme vigoureux, bâti en hercule, d’une force peu commune.

Un homme à qui on ne peut faire confiance, dont on ne pense rien de bon.

 

 

2661

lauvau

Pa lauvau.

Là. Dans le lointain.

 

 

2662

lauvau

Quand dji s’ré pa lauvau.

Quand je serai mort, dans l’au-delà.

 

 

2663

là-waut

Au là-waut. L’ fènièsse du là-waut.

L’étage, au premier étage.  Le fenêtre de l’étage.

 

 

2664

lècsion

À l’ lècsion.

Au plus haut degré (qualité ou défaut). D’une excellente qualité.

 

 

2665

léd

I va fé bon, l’ léd est tcheû.

litt. :  Le temps va s’améliorer, tout le mauvais (pluie, orage) est tombé.

Se dit quand quelqu’un fait une chute; comme cette personne est considérée comme laide, on peut s’attendre à une amélio­ration du temps.

 

 

2666

léd

Tu t’ fés d’djà (/ byin) léd.

A quelqu’un qui crispe le visage avant d’éternuer.

 

 

2667

léd

Ça, c’ è-st-ène léde !

Se dit quand quelqu’un vient d’asséner une vérité à un tiers.

 

 

2668 

léd

I t’ (/ vos) dè pind ‘ne léde.

Il va t’ (/ vous) arriver une déconvenue, une sale blague.

 

 

2669

légume

Djouwer avè 1′ légume.

Vivre dangereusement, commettre des imprudences. Se masturber.

 

 

2670

lète

Djouwer à lète èt l’ ome.

Jouer à pile ou face.

 

 

2671

lète

I n’ conèt nén ‘en lète (/ ‘ne note) come in tch’vau.

Il est illettré. Il ne connaît pas la musique.

 

 

2672

leup

Il a stî batu du leup. (v. n° 412).

 

 

2673

lèyî

Lèyèz-le là !  Léche-lu là !  Lez-1e là!

Laisse(z)-le là.

 

 

2674

lèyî

Lèye-lu trankîye.  / Léz-lu…

Laisse-le tranquille.

 

 

2676

lèyî

Lèyèz-le daler, i n’ pout mau (pou 1′ vint d’ bîje).

N’ayez aucune crainte pour lui, il s’en tire toujours.

syn. Léz-1e toudi daler.  Lez-1e dalér, ç’-t-in mâle.

 

 

2677

lèyî

Lèyons-1e là.

Arrêtons la discussion, inutile de discuter plus longtemps. Parlons d’autre chose.

 

 

2678

lèyî

Lèyons-1e là pou 1′ diâle.

Faisons semblant de ne pas Itvoir, ignorons-le. Ecartons-nous de lui, abandonnons-le à son sort.

 

 

2679

lèyî

L’ lèyî dins 1′ coû sètchi.

Le laisser sécher dans la cour (inversion).

 

2680

Lèyon

Lèyon, qu’ a èn-ocha à s’ cu pou fé du bouyon.

Moquerie à un prénommé Léon.

 

2681

li

C’ èst li come li-min.me.  C’ èst li ratchî.

Ils sont d’une ressemblance frappante. Se dit de parents proches (père, fils, frères, mère, filles, soeurs…)

 

2682

li

Èst-ce qui ç’ s’ra bén râde tout, li ?

Cela va-t-il bientôt finir ?

 

2683

li

Ça n’ èst nén là, li, çoula ?

Où cela se trouve-t-il ?

– Dans les expressions 2682 et 2683, il y a dans la voix de celui qui parle, une certaine méchanceté, impatience, agressivité.

 

2684

liârd

I sint bon lès liârds.

C’est le jour de la paie : il flotte dans l’air,une odeur d’argent (réputé pourtant pour n’en avoir point).

 

2685

liârd

I sint mwés lès liârds.

Se dit d’un trop bien nanti qui écrase les autres de son mépris, du haut du piédestal où l’a mis, selon lui, son argent, sa fortune, qui reproche aux moins riches une petite douceur, un petit extra qu’ils se payent.

Se dit de quelqu’un qui dépense sans compter, qui a les poches bourrées de fric.

 

2686

liârd

In cache-à-liârds.

Un solliciteur, quelqu’un qui réclame toujours de l’argent. Un huissier, un percepteur itinérant.

 

2687

liârd

Mète sès liârds di crèsse.

Economiser, épargner.

 

2688

liârd

Wétî à sès p’tits liârds (/ à sès splingues).

Ne pas dépenser inconsidérément ses maigres économies si âpre-ment réunies.

 

2689

liârd

Daler mète dès sots liârds pou ça.

Acheter bien cher une babiole inutile.

 

2690

liârd

Gangnî dès liârds come in côpeû d’ boûsse. (v. n° 696).

 

2691

liârd

Gangnî dès liârds à li scoupe.

Gagner, ramasser de l’argent à la pelle. Gagner un argent fou.

 

2692

liârd

À qwè-ce qu’ on va la dispinser sès liârds ?

Regret d’avoir dépensé son argent pour si peu de chose, une chose inutile, peu solide.

 

2693

liârd

Pou tous sès liârds.

Il s ‘ est acheté toute la quantité que lui permettait la sonne qu’il avait en poche, qu’il avait chez lui,

 

2694

liârd

Coneû come in mwés liârd.

Connu partout.

 

2695

liârd

D’ awè pou deûs liârds.

En avoir pas mal, un bon nombre.

 

2696

liârd

On d-a ieû pou deûs liârds (/ pou lès pwènes).

I d’à tcheûd pou deûs liârds.

II a plu à seaux.

 

2697

liârd

I d-a pou in liârd (/ in sou) là-d’dins.

Il y en a pour une belle somme.

 

2698

liârd

I n’ èst nén malén pou in liârd.

Il n’est pas intelligent pour un sou.

 

2699

liârd

Taper sès (/ dès) liârds à l’ leune.

Jeter l’argent par les fenêtres.

 

2700

liârd

On d-a pou sès liârds.

On en a beaucoup, on est bien servi pour son argent.

Il pleut sans arrêt depuis longtemps.

On a beaucoup d’ennuis, de malheurs (comme si on les payait).

 

2701

liârd

On n’ d-a qu’ pou sès liârds.

Se dit d’une marchandise bon marché mais de qualité médiocre.

 

2702

liârd

Tous lès côps pou in liârd.

C’est couru, cela réussit (rate) à chaque coup.

 

2703

Lîdje

Ieune qui r’vént d’ Lîdje.

Au couyon, au whist, est dit par le joueur qui abat une carte qui désarçonne l’adversaire.

 

2704

Lîdje

Co ieune qui r’vént d’ Lîdje (/ …qu’on pout mète avè l’s-autes).

Voilà encore un bon mot, bien placé, une histoire drôle. Voilà un mot cinglant, le mot juste.

 

2705

Lîdje

Iun qui r’vént d’ Lîdje, d’ Binche, di Fraune.

Peu intelligent.

 

2706

ligne

I m’ a djouwè cénk lignes.

Terme du jeu de couyon.

Il m’a attrapé, il m’a floué, possédé, filouté.

 

2707

ligne

Rabatêz ‘ne ligne, ‘ne roye.

Au jeu de cartes (couyon) : vous marquez le point.

fig. : Vous venez de moucher votre adversaire.

 

2708

lin

Awè du lin à s’ quinoye.

litt. : Avoir du lin à sa quenouille.

Avoir de la besogne jusqu’au-dessus de la tête.

Avoir une besogne urgente que l’on craint de ne pas terminer en temps.

 

2709

lit

Daler su (/ dins) s’ lit.  S’ mète a pièce.

Aller au lit, aller se coucher.   Devoir s’aliter.

 

2710

lit

Dji va m’ taper d’ssus 1′ lit.

Je vais m’étendre au lit, pour peu de temps.

 

2711

lit

T’ as pichi dins t’ lit ?

litt. : Tu as fait pipi au lit ?

Que tu t’es levé tôt aujourd’hui !

 

2712

lit

 … èyèt 1′ bos d’ lit.

Se dit quand l’interlocuteur a fait une évaluation très infé­rieure à la réalité.

 

2713

lite

Paye in lite, dji r’paye in pot.

Se dit de ceux qui ne peuvent quitter le cabaret, qui s’éternisent avec leurs compagnons de beuverie.

 

2714

live

I m’ d-a pèsè ‘ne live.

Il s’est moqué de moi, il a essayé de me mettre en boîte.

 

2715

live

Èn-ome, ène feume, in docteûr a deûs lives pou ieune.  (v. n° 297)

Un homme, une femme, qui ne vaut pas cher, des “pas grand-choses”. Un mauvais docteur.

 

2716

lîve

Il è-st-au nwâr lîve (/ …su 1′ nwâr lîve).

Il est mis à l’index, on se souvient de sa faute comme si elle avait été consignée dans un livre d’infamie.

Il a des dettes.     Il a un casier judiciaire. Il est tenu à l’oeil.

 

2717

livia

Tchér dins 1′ livia.

Tomber dans le fossé  (au temps où les rues n’avaient pas de rigoles bordurées).

Tomber, s’effondrer sur le route, tomber par terre sans pouvoir se relever seul.

livia :  rigole,  fossé creusé pour l’écoulement des eaux dans les galeries de mine.

 

2718

lodjî

Tout i lodje.

Quelqu’un qui mange, boit n’importe quoi, sans discrémination, le bon et le moins bon.

Femme qui accepte n’importe quel amant.

 

2719

lodjî

Nos ‘stons bén lodjis.   — mau lodjis.

Ces deux expressions sont synonymes, la première étant ironique.

Nous sommes dans une bien mauvaise situation,  nous avons de grands déboires.  Comment allons-nous nous en tirer ?

 

2720

lodjî

Èyu èston’ (ci) lodjis ?

Où sommes-nous venus nous fourrer ? (en quel endroit malsain, douteux, dans quelle maison de fous ?)

Malgré nos précautions, l’enfant a compris nos sous-entendus. Comment faire désormais ?

 

2721

lomer

On nè l’ lomereut pus (Victôr).

S’il n’agissait pas ainsi (comme d’habitude), on ne le reconnaî­trait pas, il en perdrait jusqu’à son nom.

 

2722

lomer

Si ç’ n’ èst nén (/ Si c’ èst) 1′ vré, qu’ on n’ mi lome pus (Victôr).

Si je mens, je veux bien qu’on ne m’appelle plus par mon nom.

 

2723

lon

Ça lyi a stî lon.

litt. : Cela lui a été loin.  Cela lui est allé loin.

Cela l’a touché profondément, il en a ressenti une grande peine, une grande déception.

 

2724

lon

I s’ d-a djètè lon.

Il a nié énergiquement.

 

2725

lon

I n’ si d-a nén djètè lon.

Il n’a pas discuté,  il pourrait être coupable.

 

2726

lon

Lon èt laudje.

Sur une aire étendue.

 

2727

lon

Di-d-lon.    Di lon èrî.

De loin.      De très loin.

 

2728

lon

Ça n’ dira nén lon.

Cela ne durera pas longtemps, ce sera bien vite usé.

 

2729

lon

I n’ dira pus lon.

Il est à l’agonie.

 

2730

lon

Avè ça, on va lon èt on tchît près (/ èt tchîr près).           

Avec cela, on va loin (selon vous).  – ironique –

 

2731

lon

S’ i gn-a co lon, dj’ m’ è r’va.

Si le chemin est encore long, je m’en retourne.

Si le travail est encore long avant de le terminer, j’arrête.

 

2732

lônè

Ièsse mau lônê. Ièsse bén lônè.

Etre mal en point, dans de mauvais draps.

(les deux expressions sont synonymes, la seconde est ironique).

 

2733

lônè

Nos stons co lônès (/ r’lônès, r’loyis).

Nous sommes (encore) dans une situation difficile.

 

2734

long

I s’ a staurè ossi long qu’ i n’ èst long.

Il s’est étalé de tout son long.

 

2735

long

Dès-eûres, dès djoûs t’-au long.

Des heures, des jours sans arrêter, sans discontinuer.

 

2736

long

Di longue èt d’ léye.

De loin en loin.

De temps à autre (avec des intervalles assez longs).

 

2737

long

À l’ longue.

A la fin, en fin de compte.

 

2738

long

À l’ longue dès longues.

A la fin des fins (fin beaucoup plus éloignée que prévu).

 

2739

long

I 1′ fét longue.

Il tarde à rentrer.

 

2740

long

Dji nè 1′ fré pus longue.

Je ne resterai plus longtemps ici. Il est temps que je m’en aille.

Je ne vivrai plus longtemps.

 

2741

long

I n’ l’ a nén fét longue.

Il ne s’est pas attardé en chemin.

Il n’est pas resté longtemps chez nous.

 

2742

lonzéye

Pârler à l’ lonzéye.

Parler très lentement, avec une langue pâteuse.

 

2743

loke

Dji n’ su nén bén dins mès lokes (/… dins m’ pia).

Je ne me sens pas bien dans ma peau, je ne me sens pas en bonne santé, je suis vaseux ou énervé, inquiet.

Je souhaiterais être ailleurs, je crains qu’un événement fâcheux

n’éclate, que le pot aux roses (où j’ai joué un rôle) ne soit découvert.

 

2744

loke

Mète lès lokes trimper (/… à trimper).

Mettre tremper le linge, le mettre au trempage.

 

2745

loke

Mète lès lokes à l’ ramoûye (/… à (au) pachîs).

Etendre le linge sur l’herbe.

 

2746

loke

Mète à lokes.

Jeter un vêtement au rebut.

 

2747

loke

I noye dins sès lokes. I n’ tént pus dins sès cossètes.

Il a des vêtements trop amples, trop larges.

Après une maladie, ses vêtements flottent autour de lui.

syn. I n’ d-a pupont. Il n’est plus que l’ombre de lui-même.

 

 

2748

loke

In tchiyeû d’ lokes.

Un fat, qui joue les importants, le dandy.

 

 

2749

loke

Si vos mindjèz du papî, vos tchîrèz dès lokes.

Certains papiers étant à base de chiffons, le fait d’avaler du papier pourrait (dit-on aux enfants) reconstituer les chiffons au bout de la “chaîne”.

 

 

2750

loke

Vos tchîrèz dès lokes.

Vous aurez très peur, vous tremblerez, vous demanderez pardon.

 

 

2751

loke

Vos-ârèz dès lokes.

Vous aurez des échecs, des déceptions, des revers.

 

 

2752

loke

Daler à lokes.  Rouler à lokes.

Exercer le métier de chiffonnier, de par les routes.

Ne porter sur soi que des guenilles.

 

 

2753

loketî

C’ è-st-in loketî (/ … lokî).

C’est un mauvais ouvrier, malhabile.

 

 

2754

loketî

C’ èst dès loketîs.  C’ èst tous loketîs (/ lokîs).

Tous ces hommes ne valent pas cher, se valent dans la médiocrité, la malhonnêteté.

 

 

2755

loketî

Il è-st-abiyi come in loketî. Daler come in loketî.

Il est mal habillé, il porte des vêtements chiffonnés.

 

 

2756

louloûte

Louloûte !  Louloûte ! (prononcer le “e” final).

Reproche a un enfant qui cherche des calineries, qui prend des attitudes qui ne sont plus de son âge, des façons de bébé. Ces mots sont accompagnés, en général, d’un geste : frotter sur l’index gauche immobile, l’index droit, de la phalange à la phalangette, en mouvement de va-et-vient.

 

 

2757

loûrd

Fé 1′ loûrd à bèle voye.

Jouer les lourdauds, singer celui qui ne comprend pas, qui ne saisit pas 1’allusion peu flatteuse pour lui, les sous-entendus qui l’accusent d’un fait qu’il a commis.

 

 

2758 

louce

À l’ louce !

Fiche-moi la paix avec cela.

Tu essayes de m’en faire accroire. Tu exagères.

(sans doute, terme de glacerie: ordre aux porteurs de louches contenant le verre en fusion, de vider ce verre sur la table).

 

 

2759

loute

Grosse come ène loute.

Grosse comme une outre. Grosse personne.

 

 

2760

loyén

Aprèster 1′ loyén d’vant 1′ via.

litt. : Apprêter la corde avant le veau.

Fêter (se réjouir) à l’avance (d’)un heureux événement éventuel, problématique, une réussite escomptée mais pas sûre.

 

 

2761

losindje

I m’ a ieû al losindje (/ … au pwêy).

litt. : Il m’a eu au losange (?), au poil.

Il m’a bien attrapé.

 

 

2762

lumeçon

 ‘là co bén qu’ on-n-èst subtîl, di-st-i, 1′ lumeçon.

litt. : Heureusement que l’on est rapide, dit le limaçon.

Se dit en présence de quelqu’un qui, après avoir fait un travail avec une grande lenteur, a l’air de se glorifier de sa vélocité.

source :  Un limaçon,  après avoir mis quarante ans pour passer sous un pont,  en sort quelques minutes avant que ce pont ne s’écroule.  Après s’être retourné,  il lance à un autre limaçon qui s’appêtait à s’engouffrer à l’autre bout  :” ‘la co bén qu’on est subtil !”

 

 

2763

lumer

I fét mwés lumer.

Terme de mine : danger d’une flamme dans un endroit grisouteux. Le gaz s’accumulant dans les parties hautes des chantiers, il est dangereux d’approcher une lampe (sans protection à l’épo­que), pour aller voir ce qui s’y passe.

Le temps est à l’orage dans l’harmonie du ménage, dans une assemblée, il n’est pas temps de plaisanter.

 

 

2764

lèvè

Èstez d’djà 1’vè ?

litt. : Etes-vous déjà debout, levé ?

Question idiote posée à quelqu’un que l’on rencontre très tôt le matin. A quoi, un jour, quelqu’un a répondu : “Si tu n’es nén tafêt’mint biêsse, tu 1′ wês bén, azârd !”

 

 

2765

lèvè

I n’ èst nén co l’vè, come il èst là.

Se dit d’une personne mal éveillée,  qui semble absente quand on lui parle.

 

 

2766

mi

Dj’ é mau m’ tièsse.

J’ai mal à la tête.

 

 

2767

mi

M’ (/ Èm’) Djosêf, li, lyi a dit, lyi a fét…

Joseph (que l’on approuve), lui, il lui a dit, fait…

L’emploi de cet ajectif possessif peut avoir deux valeurs :

a)  une valeur propre  : mon mari,  Joseph;  mon fils, Joseph.

b) une valeur affective : mon cher Joseph, mon ami Joseph.

Dans ce cas, l’emploi du possessif implique une approbation par le locuteur des propos tenus par Joseph, de l’action accomplie par Joseph.

 

 

2768

Mâ! (à très long). Mâria!  Mins, ça!  Mins, ç côp-ci!

Exclamation de surprise, de regret, de réprobation.

 

 

2769

make

Plin (/ Bourè) djusqu’à l’ make.

Plein à ras bord.

 

 

2770

make

Pètè djusqu’à l’ make (/… 1′ mwèle).

Vraiment fou à lier.

 

 

2771

make

I d-a à make.

Il y en a beaucoup, en grande quantité.

 

 

2772

mache

On fét ‘ne mache ?

On attaque une partie de cartes ?

On a un peu de temps, si on jouait quelques “mêles” en attendant de partir, de sortir, de se remettre au travail…

 

 

2773

machine

Ène machine à r’fouler les dêsses.   I faureut ène machine…

Une machine dont on ne connaît pas la finalité et que l’on souhaiterait être : la machine à refouler les dettes.

Souhait qu’un jour, une telle machine soit réalisée.

 

 

2774

make-s’i-grogne

Atraper (/ Awè) make-s’i-grogne.

Avoir un coup.

Avoir une discussion orageuse suivie éventuellement de coups.

Make : coup.  Grogne : face, par extension, tête.

Make-s’i-grogne: coup sur la tête.

 

 

2775

maflè

I m’ a maflè (/… spaumè, pan.mè).

litt. : Il m’a coupé le souffle. Il m’a estomaqué.

 

 

2776

maka

In maka bwagne.

Un coup de poing.

 

 

2777

makî

I s’ a fét makî.

Il s’est fait tabasser.

Il a été sévèrement puni, rossé.

 

 

2778 

malâde

Pour mi, t’ ès malâde.

A mon avis,  cela ne tourne pas rond.

A mon avis,  tu es un peu dérangé de la cervelle.

 

 

2779

malâde

I n’ dè pèrira qu’ lès pus malâdes.

Après cette action, même si elle foire,seuls seront atteints les plus faibles (dont je ne suis pas).

Aux cartes : je prends des risques, on verra bien.

 

 

2780

maladîye

L’ maladîye du cârau

Maladie, malaise que gagnent les bébés qui se traînent sur le carrelage, qui restent longtemps assis sur le sol, le derrière nu.

 

 

2781

maladîye

Il a ‘ne maladîye qui brasse.  … ‘ne saqwè qui brasse.

On sent qu’une maladie va se déclarer à certains indices, à son caractère qui s’aigrit.

 

 

2782

maladîye

Il a ‘ne maladîye insi.  Il a ç’ maladîye-là.

Il a la tuberculose, (se disait au temps où “tuberculose” était un mot tabou).

 

 

2783

malagngnôse

Dji sû malagngnôse. (v. n° 257).

 

 

2784

malauji

I n’ èst nén pus malauji qu’ i n’ faut (nè rén).

litt. : Il n’est pas plus difficile qu’il ne le faut (non plus).

Il est très difficile, pas facile à vivre.

 

 

2785

Malbrouk

I gn-a nén à tchanter Malbrouk.

Il n’y a pas à crier victoire, à crier “Barabbas”, ce n’est pas une réussite à chanter sur les toits.

 

 

2786

Malbrouk

C’ èst come si dj ‘ tchantereu Malbrouk.

C’est comme si je ne disais rien, on ne m’écoute pas. C’est comme si je jetais ma tête au mur.

 

 

2787

mâle

Lé-le daler, c’ è-st- (ç’ ‘t-)in mâle. (v. n° 2676).

 

 

2788

mâle

In mâle d’ agace.

Un type à qui on ne peut avoir confiance, un escroc, sans scru­pules, un coureur de jupons.

 

 

2789

mâle

In vî mâle d’ agace.

Un vieillard courant la prétentaine.

 

 

2790

mâle

In bon mâle n’ èst jamés cras.

Les gros ne sont pas virils (selon la croyance populaire).

 

 

2791

malén

N’ èst nén malén qui vout.

Il ne suffit pas de vouloir être intelligent. L’intelligence n’est pas donnée à tous.

 

 

2792

maleûr

S’ on n’ âreut jamés qu’ dès maleûrs insi dins la vîye !

Ce sont là de bien petits malheurs à côté de ceux qui nous menacent sans cesse.

 

 

2793

maleûr

Sins maleûr.

Si tout va bien, sauf contretemps.

 

 

2794

maleûr

Oyi, in, sins maleûr !

Oh! oui, c’est une chose entendue, si le sort ne nous est pas contraire.

 

 

2795

maleûr

Qué maleûr, di-st-i 1′ mayeûr.

D’awè d’s-èfants, dis-t-i 1′ jêrant (l’Al’mand). Ene bote di strin, dis-t-i 1′ Flamind. Pou stiède Jeu eu, dis-t-i 1′ bossu.

Comptine.

 

 

2796

maleureûs

Gn-a d’djà dès maleureûs (/ pauves) assez sins li (su 1′ têre).

En le gâtant, en le favorisant, en lui évitant de la peine, des larmes, on l’empêche de faire partie de la grande famille des malheureux, des déshérités.

 

 

2797 

malice 

I gn-a malice  (qui…,  si…).

Ce n’est pas impossible que cela provienne de ce fait, de cet état de faits douteux.

Il y a anguille sous roche.

(idées de ruse, de méchanceté, de fourberie, de complot).

 

 

2798

malmin.nâdjes

Awè des malmin.nâdjes.

Avoir des discussions, disputes entre époux, voire des querelles.

 

 

2799

malfisance

Fé malfisance di s’ côrps (/ … di li-min.me).  S’ distrûre.

Se suicider.

 

 

2800

malvau

Dispinser (à) malvau.

Dispinser, brichauder sès liârds (à) malvau.

Dépenser son argent à des bêtises, des inutilités.

 

 

2801

malvau

Pârler (à) malvau.

Dire des choses qu’il eût mieux valu taire.

 

 

2802

mamâr

In drole di mamâr.

Un triste individu.

Un être irascible, difficile à vivre, agressif, brutal.

 

 

2803

mame

Dji t’ èvoyeré 1′ mame, tu 1′ fras twè-min.me.

litt. : Je t’enverrai la mère, tu la. feras toi-même.

Se dit à un jeune homme qui ne peut se décider à choisir l’âme soeur,

 

 

2804

mame

Tu pous bén daler coûtchî avou t’ mame.

Avec la chance que tu as, rien de grave ne peut arriver (même si tu commets l’inceste).

 

 

2805

mame

S’ mame l’ a gangni à l’ tombola du sôdâr inconu.

Se dit d’un enfant né de père inconnu.

 

 

2806

man’da

Il è-st-èvoye pou l’ ostra-man’da (/… l’ostreu-man’da).

Il est mort, il est dans l’autre monde.

 

 

2807

man.nèt

Man.nèt qu’ i stampe.  Crapè qu’ i stampe.

Sale, crasseux, dont la crasse le ferait tenir debout.

 

 

2808

man.nèt

Ç’ n’ èst pus ça man.nèt, c’ èst crapè (/… ètanè).

On ne peut plus appeler cela “être sale”, c’est pis, c’est crasseux,  couvert de crasse.

 

 

2809

manokeû

In p’tit manokeû.

Un gagne-petit, socialement au bas de l’échelle.

 

 

2810

manker

S’ i m’ manke…  S’ i vént à m’ mankî…

S’il me trahit, s’il n’agit pas selon mon goût, il pourrait lui en cuire.

 

 

2811

manke

Sins manke.

Sans faute, certainement, n’ayez crainte !

Dji vénré, sins manke. Je viendrai, sans faute.

Dji lyi dîré, sins manke. Je le lui dirai, sans faute.

Dji 1′ fré, sins manke. Je le ferai, sans faute.

Dji vos scrîré, sins manke. Je vous écrirai, sans faute.

 

 

2812

mantche

S’ mète du costè du mantche.

Se mettre du côté du plus fort, du galonné, du patron, toujours abonder dans le sens des idées du chef, le flatter, dans l’espoir d’un avancement.

 

 

2813

mantche

Membrè come in mantche di brouche.

Se dit de quelqu’un qui a les bras et les jambes très maigres.

 

 

2814

mantche

Gn-a dès mantches à mète.

Le travail n’est pas fini, de nombreuses difficultés vont seu­lement surgir.

Le but ne sera atteint qu’après bien des déboires.

Il y a des précautions à prendre (particulièrement dans les rela­tions sociales).

 

 

2815

mande

I l’ fét daler come ène (vîye) mande sins cu.

litt. : Il le (/ la) fait marcher comme une (vieille) manne sans fond.

Il le (la) fait marcher à la baguette, l’abrutit en lui donnant des ordres qui le (la) font aller ça et là. (Il y a de la méchan­te, de la mesquinerie, de la cruauté dans les ordres donnés).

syn. I l’ fét daler come êne vîye chongote.

Il le (/ la) fait marcher comme une vieille toupie.

 

 

2816

manicrotche

In p’tit Manuwèl Dussârt.  In p’tit manicrotche.

Un nain, un homme très petit.

Ce Manuwèl Dussârt, un nain, a vécu au siècle dernier, à Jumet-Gohyssart. Dussârt était peut-être un sobriquet : du Sârt (prove

nant de Lodelinsart). Ce nain serait-il à l’origine de l’expres­sion : “In p’tit mès-coûyes di Goyîssaut” ?

 

 

2817

makète

Ça vos r’tchéra su vo makète (/ … su 1 ‘ tchèrpinte).

Cela vous sera reproché,  cela vous retombera sur les doigts.

Si un jour, vous vous trouvez dans une situation pareille à celle que vous reprochez si vertement aux autres, on se fera un plaisir de vous rappeler vos paroles actuelles.

 

 

2818

makéye

L’ galant n’ plét pus, il a ieû dè l’ makéye.

Quand le fiancé est indésirable, déplaît à la fiancée ou aux futurs beaux-parents, on met à table de la “maquée“, affront qui signifie qu’on l’a assez vu.

S’il en redemande, l’affront se retourne envers celle, ceux qui l’ont offerte, (agissements désuets).

 

 

2819

marâye

C’ è-st-ène (grande) marâye (/ ène grande flâye).

Grande fille, femme (péj.), soit femme mal faite ou pas sérieuse, ou les deux.

 

 

2820

mârgâye

I gn-a ieû mârgâye (/ bisboûye).

Il y a eu mésentente, querelle.

 

 

2821

Mâria

Mâria Dêyi ! (/ Mâria Dêyî !)

1) accident subit, crainte d’une catastrophe imminente : Maria Dêyi ! – Mon Dieu Dêyi !

2)  après une narration, un compte-rendu d’un fait, d’une conversation peu banale, consternante :

Maria Dêyi !  Mâria toudi ! Mâria Mame ! Mon Dieu toudi !  Mon Dieu Mame !

3) pour marquer 1’indulgence :”Bah ! c’est si peu de chose”

Mâria Dêyi !  Mon Dieu don !  Mon Dieu don Dêyi !

 

 

2822

mârier

Dji n’ su nén mâriè ave li (/ lêye).

Je n’ai pas à intervenir auprès de lui (/ d’elle), cette personne m’étant étrangère.

Je n’ai pas à m’inquiéter pour lui (/ elle).

Qu’en est-il au juste ?   Dans cette histoire, trop de choses m’échappent, cette personne ne m’a pas tenu au courant.

Il n’y a pas de raison que je tolère tout de sa part, puisque nos relations peuvent être dénouées, si elles ne me conviennent plus,

 

 

2823

marmite

C’ èst mi qui fét boûre èl marmite.

C’est moi qui gagne l’argent du ménage, qui rapporte l’argent qui permet de bien nourrir la famille.

 

 

2824

mârmote

Daler, pârti avè s’ mârmote.

litt.:  S’en aller, partir avec sa serviette, valisette (en cuir de mârmote).

Exercer le métier de représentant de commerce, métier peu sûr où l’on risque certains jours de rentrer bredouille.

Pour les ouvriers manuels surtout, ce métier est (était) consi­déré comme celui d’un fainéant, d’un charlatan.

 

 

2825

mârmotia

In p’tit mârmotia.

lin petit enfant.   Un homme de petite taille.

 

 

2826 

mârmotia

Fé dès mârmotias su lès câraus.

Dessiner des “bonshommes” avec les doigts sur les vitres embuées.

 

 

2827

marone

Ène marone à tape-cu.

Pantalon de garçonnet, culotte courte ou pantalon d’adulte porté dans certains métiers – à une certaine époque où cela était de mode – qui ne portait au devant qu’un trou de quelques centimètres en guise de braguette et dont le fond, tenu par deux boutons de part et d’autre des hanches et un troisième sur les reins, pouvait se rabattre sans qu’on ne doive baisser le pantalon.

 

 

2828

marone

Tchîr à (/ dins) s’ marone. Fé (/Tchanter) à s’ marone.

S’oublier dans son pantalon.

 

 

2829

maroner

I va (co byin) maroner.

Il va se fâcher, rouspéter, tempêter.

 

 

2830

marou

L’ timps va s’ mète au frèd, 1′ marou tchaufe ès’ cu.

Quand il sent venir le froid, le matou se chauffe le derrière de­vant le feu.

Se dit quand, en hiver, un homme se réchauffe les fesses devant le feu.

 

 

2831

marou

In marou sins queuwe.

Un matou châtré.

Un homme toujours à flatter les femmes, à leur faire des avances discrètes, mais qui, mis au pied du mur, fait volte-face, déclare forfait.

 

 

2832

marou

Fé 1′ marou.

Aimer le compagnie des femmes, se pavaner devant elles, dire des fadaises, histoires grivoises, sans intention ni désir d’aventures sérieuses; il va de soi que si une bonne fortune se présente, le “marou” en profite.

 

 

2833 

mârki

I fét mârki dins l’  lîve.

C’est écrit dans le livre.

 

 

2834

mârtchand

Mârtchand d’ trapes à soris.

Tu es si peu intelligent que tu serais juste bon pour vendre des pièges à souris.

 

 

2835 

martia

On lyi a stitchi au gros martia.

On lui a expliqué en long et en large, avec insistance, avec force, de façon à ce qu’il comprenne.

 

 

2836

martia

In tapeû d’ martia.

Aide-forgeron, mais (sens plus large) assistant, aide dans d’autres professions.

 

 

2837

Martin

Martin-salé qui guide à baudèts.

Comptine dédiée à la coccinelle.

Moquerie envers un prénommé ou nommé Martin.

 

 

2838

ma

Vas-è djouwer à mas.

Va-t’en,  la discussion est close,  tu peux aller jouer aux billes puisque tu raisonnes comme un gosse.

 

 

2839

ma

Trop vî pou djouwér à mas.

Trop vieux (/âgé) pour penser à ces jeux, activités de jeunes.

 

 

2840

ma

Lès mas avè lès mas, lès kinikes avè lès kinikes.

Les riches entre eux, les petites gens, de leur côté.

kinike : la plus petite des billes.

 

 

2841

ma

Ramassèz lès mas.

Oui, ça va, vous avez raison, vous m’avez convaincu, vous avez gagné.

Après pareilles paroles, on ne peut plus rien ajouter.

 

 

2842

ma

I lyi faut toudi ramasser lès mas.

Il veut toujours avoir raison, avoir le dernier mot.

 

 

2843

mascarâde

Mascarâde à deûs visâdjes.

Fourbe,  flatteur,  qui change d’opinion selon le cas et les interlocuteurs.

 

 

2844

masse

Nén dès masses.

Peu, pas beaucoup.

 

 

2845

masse

Il a stî r’fusè dins ‘ne fabrike à masses.

litt. : II a été refusé dans une fabrique à masques.

Il est tellement laid (que l’on ne l’a pas engagé comme modèle

dans une fabrique de masques).

 

 

2846

massokî

I s’ a fét massokî (/ r’dobiner, r’taner (s’cûr), drincî).

Il a reçu une tripotée, une volée de coups.

massokî : frapper (avec une masse, une massue)

r’dobiner : frapper à coups répétés.

 

 

2845

mastik

Gn-a nén à pèter mastik.

II n’y a pas a discuter.

 

 

2848

mastoke

Tu n’ vaus nén pus qu’ ène vîye mastoke.

Tu ne vaux rien, tu es un propre à rien.

 

 

2849

mastoke

Dji n’ vau nén pus qu’ène vîye mastoke.

Je ne suis pas bien, je ne me sens pas bien.

 

 

2850

mastoke

Tu n’ âras nén ‘ne mastoke di pus (dins t’ pôrte-manoye).

Qu’est-ce que cela peut bien te faire ?

Qu’est-ce que cela changera pour toi ?

 

 

2851

mastoke

Awè twès mastokes divant li.

litt. : Avoir trois pièces de cinq centimes devant soi. Avoir un petit capital, de.petites économies au cas où…

 

 

2852

mastoke

I manke toudi ‘ne mastoke pou fé 1’ franc.

La perfection n’est jamais atteinte.

Rien n’est parfait, il y manque toujours quelque chose.

 

 

2853

mastoke

I lyi manke ène mastoke (pou fé 1′ franc).

II est un peu fou.

 

 

2854

mastoke

I côpereut ‘ne mastoke è quate.

litt. : II couperait une pièce de cinq centimes en quatre. C’est un avare de la pire espèce. – voir aussi n°s 912 à S15 (çanse).

 

 

2855

matante

Ène (boune) vîye matante.

Mot gentil en parlant d’une femme âgée  (que l’on aimerait peut-être avoir pour tante).

 

 

2856

matante

Si m’ matante d-âreut (on 1′ lomereut mononke) .

Si m’ matante âreut dès roûlètes, on 1′ lomereut tchèrète.

Avec si, on met Paris en bouteille.

Avec des “si”, tout est possible, tout est permis.

 

 

2857

Matî

Va-z-è tèter Matî.

Va-t’en au diable. Va te faire foutre.

 

 

2858

Matieu

Avè cès Matieu-là.

Avec ces gens-là (péj.), on doit s’attendre à toutes les catas­trophes .

Ces gens-là sont d’un milieu social, d’un autre parti politique, d’une autre famille,  d’un pays étranger, des supporters d’une autre équipe— dont on ne pense rien de bon.

 

 

2859

Matieu

T’ è-st-in Matieu (/ … in drole di Matieu) ! (v. n° 2082)

 

 

2860

Matieu

Vî come Matieu-Salè (/ … lès tch’mins).

Vieux comme Mathusalem.

 

 

2861

mau

Sins mau, sins rûjes.

Très facilement, sans se donner de mal.

 

 

2862

mau

Ça vos prind come in mau d’ vinte.

litt. : Cela vous prend comme une colique.

Se dit d’une chose, événement qui vous tombe dessus soudainement.

Se dit d’une envie soudaine et impérieuse.

syn. …come in mau d’ dints, in côp d’ fusik, èl chite.

 

 

2863

mau

Aréz du mau âssèz tout seû ?

Voulez-vous de l’aide ? Vous semblez tellement peiner, (dans l’espoir d’une réponse affirmative, donc d’un refus de l’aide proposée).

2864. Quand-i n’a nén mau, il a scô. Quand-i n’a nén ‘scô, il-a scâye.

Il se plaint toujours de quelque chose.

Il n’a pas fini de se plaindre d’un mal qu’il en cherche un autre.

 

 

2865

mau

Tchér dins-in (/ dins-n-in) mau.

S’évanouir, non par émotion, mais terrassé par un mal soudain.

 

 

2866

mau

Il èst co r’tcheû dins s’ mau.

Il a retrouvé ses mauvais penchants, ses vices.

 

 

2867

mau

Il a mau s’ malâde.

Il souffre d’une maladie quelconque, inconnue de celui qui parle.

 

 

2868

mau

T’as co mau t’ sîdje ? (/ … t’ sindje ?)

litt. : Tu souffres encore du sphincter (muscle de l’anus).

Tu es encore de mauvaise humeur ?

 

 

2869

mau

I n’ freut nén du mau à in liyon.

Il ne ferait pas de tort à un lion, mais envers tout ce qui est plus faible, sans doute, il ne s’en priverait pas.

 

 

2870

mau

I n’ freut nén du mau à ‘ne mouche.

Antonyme du précédent : II ne ferait de tort à personne.

 

 

2871

mau

Dji n’ pou (bén) mau.

Je n’ai garde.  Dieu m’en garde.

 

 

2872

mau

Tu n’ pous mau.

Tu ne cours aucun risque.

 

 

2873

mau

Tu n’ pous mau d’ (tchér).

Tu ne risques pas de (tomber). .

 

 

2874

mau

Ça va mau à l’ cinse.

Cela ne tourne pas rond, cela va mal (ceci ne se passe pas préci­sément dans une ferme).

 

 

2875

mau

Téje-tu, mau tchî.

Terme péjoratif qui veut dire à la fois ou indifféremment : tais. toi, homme mal bâti, contrefait, type d’aspect repoussant, avorton, gamin (qui doit grandir avant de parler).

 

 

2876

mau

In mau d’ vinte.

Un jaloux, un envieux, un mauvais caractère.

 

 

2877

mau

Awè mau s’ vinte.

Envier, jalouser.

 

 

2378

mau

Il a mau s’  vinte quand les porias du vijin sont pus gros qu’ lès  séns.

 Il envie son voisin (qui a de plus beaux poireaux que les siens).

 

 

2879

Maubeûje

Intrè Maubeûje èyèt 1′ Pintecousse.

litt. : Entre Maubeuge et la Pentecôte.

Dans un temps ou un endroit indéterminés, ignorés  (comparaison d’un lieu avec une date).

Les parents de la jeune fille préfèrent (c’est plus sérieux, plus sûr, plus officiel) que le prétendant vienne faire sa cour chez eux que sur les routes, dans les “ruelles”.

 

 

2880

maujone

Vaut mieu à l’ maujone qui su lès tch’mins.

Les parents de la jeune fille (c’est plus sérieux, plus sûr, plus officiel) que le prétendant vienne faire sa cour chez eux que sur les routes, dans les ‘ruelles’.

 

 

2881 

maujone

Ène maujone come in payis.

Une très grande, vaste maison.

 

 

2882 

maujone

Maujone à louwer, tchiyote à costé, bèrwète à l’ coupète.

A la vue d’une pancarte  “Maison à louer”, on ajoute…

 

 

2883

maujone

L’ maujone chichite n’ a nén peû.

Proclamer son courage en se démentant soi-même.

 

 

2884

maujone

I faut qu’ i rintère à s’ maujone du cu.

litt. : Il doit rentrer chez lui à reculons.

En rentrant à reculons,  il donne le temps aux amants de sa femme de s’esquiver.

 

 

2885

maujone

Daler r’quer su s’ maujone.

Hypothéquer sa maison.

 

 

2886

maujone

Ièsse dins lès maus-min.nés.

litt. : Etre dans les malmenés.

Etre dans de mauvais draps, en pleine poisse, en pleine purée, momentanément, actuellement.

Etre débordé par le travail, ne plus savoir où donner de la tête.

 

 

2887

mawe

Ène mawe di twês-aunes.

Une moue pleine de hargne.

 

 

2888

mâye

Il a ‘ne mâye (/ tièsse) à n’ nén lyi prèstér cénk francs pou n’ pus rinde. 

Il a une tête peu engageante, qui n’inspire pas confiance. Il fait une de ces moues !

 

 

2889

mayèt

Mayèt d’ bos !

Tête de bois ! Lourdaud !

 

 

2890

mayeûr

Dj’ é co pièrdu mès papîs, dji n’ s’ré pus mayeûr.

Je nai pas d’ordre. Je n’ai plus d’ordre.

 

 

2891

mayeûr

Ièsse mayeûr.

Au jeu de “couyon”, ne faire aucun pli, alors qu’on a déclaré “je vais”.

 

 

2892

Mè vîr. Mè sinte.  (v. n° 1876).

Puis-je voir ? Montrez-le moi, s.v.p.

Puis-je sentir (soit avec le nez ou le toucher).

 

 

2893

Mète sinte Marîye dins 1′ mé.

Mettre trop de liquide dans le pétrin pour le poids de farine qui s’y trouve.

 

 

2894

mèk

In p’tit mèk à longues.

Au temps où les garçons portaient encore la culotte courte, ceci se disait de celui qui, tout jeune, trop jeune, portait déjà le pantalon long.

 

 

2895

mèchener

Va-z-è mèchener !

litt. : Va-t’en glaner (des épis sur un champ).

Va-t’en au diable !

Tu m’ennuies, va-t’en !

 

 

2896

Mèdârd

Sint Mèdârd, grand pichârd.

A la Saint Médard, il pleut (dit la sagesse populaire).

 

 

2897

mèdecin

Portez-vous bén, dj’ pâyeré 1′ mèdecin.

Que tout aille bien et que je n’aie pas d’ennuis.

Pour autant que vous puissiez le faire sans aide, je vous offre aori assistance.

 

 

2898

mémwêre

Il a ostant d’ mémwêre qu’ ène truwèle di maçon.

Il n’a vraiment aucune mémoire, il oublie tout.

 

 

2899

mènéye

Ène mènéye qui roûle.

Une épidémie.

 

 

2900

mèrci

Mèrci, no tchén !

Reproche à un enfant qui ne dit pas “merci” ou qui le dit mais sans ajouter “Maman, Madame, Monsieur …”.

 

 

2901

mèrci

Mèrci bran.mint dès côps.

Merci beaucoup.

 

 

2902 

mérote

Mérote à pouyons. Mamére à pouyons.

Une mère très attentive (se dit d’une femme ou d’un animal).

 

 

2903

mésse

L’ pârt dès mésses.

La belle (jeu).

 

 

2904

mésse

Il è-st-à s’ dérin mésse.

litt. : Il est à son dernier maître.

Cet objet sera inutilisable quand celui qui l’a en main (souvent un enfant)  le quittera.

 

 

2905        

mésse

Il èst mésse èl samedi après quatre eûres quand  (/après  qu’)

lès maçons sont-st-èrvoye.

Il n’a aucune autorité, sauf quand il est seul et que l’auto­rité est inutile.

 

 

2906

mésse

Il èst mésse quand il èst tout seû avè 1′ tchat.

Idem, mais on ajoute parfois “mins 1′ tchat fét co à s’ môde“.

 

 

2907

mésse

Au twèsième côp, on wèt les mésses…  (v. n° 1206).

 

 

2908

mèsse

Toudi à mèsses èt à vièsses.

Toujours à l’église à chaque office, manifestation.

 

 

2909

mèsse

On wèt bén qu’ tu vas souvint à màsse.  Tu t’ cwès à màsse?

Se dit à quelqu’un qui laisse la porte grande ouverte (comme une porte d’église) derrière lui.

 

 

2910

mèstî

Qué mèstî !

litt. : Quel métier !

Quelle vie !  A quel travail ne faut-il pas s’atteler !

 

 

2911

mèstî

 

In gâteû d’ mèstî.

Quelqu’un qui se fait crever à la tâche dans le seul but de faire déconsidérer ses collègues.

 

 

2912

mèstî

C’ èst 1′ mèstî qu’ intère (/… qui rintère).

Se dit quand un débutant se fait une petite blessure, nécessaire à la possession, la maîtrise future du métier.

Cette blessure n’est pas seulement physique, il peut s’agir d’une erreur dans un travail intellectuel.

 

 

2913

mète

Co ieune à mète avè lès-autes (/ l’s-autes).

Encore une de cette espèce.

La journée de travail terminée, on peut l’ajouter aux précé­dentes pour le bilan final (de la retraite).

Se dit quand quelqu’un a dit un mensonge,  un bon mot, ce qui lui est familier.

Voilà encore une chose qu’il eût été préférable de taire. Détail, argument à ajouter à la longueliste (péj.) Histoire osée que l’on ne prise pas.

 

 

2914

mète

Dji m’ va mète lès lokes (à) sètchi.

Vos p’lèz bén mète èl soupe tchaufer, 1′ viande cûre.

Je vais mettre sécher le linge.

Vous pouvez mettre chauffer la soupe, cuire la viande.

(inversions).

 

 

2915

mète

I n’  wéte nén à in mète.

Il n’est pas précis.

Il vous donne plus que votre dû. Il ne regarde pas à la dépense.

 

 

2916

mète

Ça n’ vént nén à in mète (/ … in quârtî).

C’est mesuré largement.   On n’est pas rigoureux quant aux mesures (souvent en plus).

 

 

2917

mêyeû

Ça va daler mêyeû.  Ça va (daler) mieus.

Cela va s’améliorer, aller mieux, de mieux en mieux.

 

 

2918

mêyeû

Il èst mèyeû insi qu’ pus sot.  Il èst mieu insi…

Il n’est pas très intelligent, mais il y a pire.

 

 

2919

mèyî-mèya

Du mèyî-mèya.

Choses mêlées, aliments mélangés ensemble. (péj.)

 

 

2920

mi

I vout fé : c’ èst mi.  In tantafêre.

C’est un fat, un prétentieux, orgueilleux, vaniteux. Il joue les avantageux, les êtres supérieurs.

 

 

2921

mi

Pour mi, (ça n’ va pus / t’ ès sot / c’ èst lêye /…)

A mon avis, (tu dérailles / tu es fou / c’est elle/…)

 

 

2922

mi

Pauve mi !  Pauve pètit mi !

Pitié de moi !  Pauvre de moi !

 

 

2923

micanike

On pout bén 1′ passer au micanike.

L’enfant est tellement sale qu’il faudrait pour le décrasser, le passer à la lessiveuse (à main).

 

 

2924

micanike

C’ èst come s’ on 1′ âreut passé au micanike.

Il est mouillé des pieds à la tête.

 

 

2925

micanike

Toûrner au micanike.

Passer à la lessiveuse actionnée manuellement.

 

 

2926

mieus

Tant mieus, tant pîre arivera co râde âssèz.

Je me réjouis que cela ait bien réussi, il y a tant d’échecs à redouter.

Il y a toujours plus d’échecs que de réussites.

 

 

2927

minâbe

Il a ieû in minâbe côp d’ pîd à s’ cu.

Il a reçu un terrible coup de pied au cul.

 

 

2928

mindjî

À ç’ maujone-là, on mindjereut à l’ têre.

L’intérieur de cette maison est tenu avec un tel soin (que l’on mangerait à même le parquet).

 

 

2929

mindjî

Mindjî à s’apower.  (v. n° 836).

 

 

2930

mindjî

Mindjêz doûcemint pou qu’ ça vos chène bon longtimps.

Conseil judicieux à un mendiant à qui l’on a donné un tout petit bout de pain.

 

 

2931 

mindjî

Mindjèz tint qu’ vos-èstèz à l’ maujone di vo marin.ne.

litt.:  Mangez tant que vous êtes  chez votre marraine.

Profitez de manger  (beaucoup, à satiété)  chez votre marraine.

Se dit  de quelqu’un qui s’empiffre à la table d’autrui  (l’hôte n’est pas nécessairement la marraine).

On emploie “marin.ne” au lieu de  “mârène” pour imiter l’accent des paysans.

 

 

2932 

mindjî

L’ cén qu’ a mindji l’ aute.

litt.   :  Celui qui a mangé l’autre.

Un tel qu’on ne veut ou ne peut nommer.

 

 

2933 

mindjî

Ossi avanci qui1′ cén qu’ a mindji l’ aute.   (v.   n°   316).

 

 

2934 

mindjî

I fét in visâdje come èl cén qu’ a mindji l’ aute.

Il n’a pas son visage de tous les jours (colère, honte).

 

 

2935 

mindjî

Il a mindji  in lapin t’-ètîr (/ … tèwèrpe).

Il a mangé un lapin tout entier.

tèwèrpe : tout entier, mais avec une idée de rapidité, de vitesse. Engloutir.

 

 

2936 

mindjî

On n’ sét nén co quî ç’ qui dè mindjera.

litt.:  On ignore encore qui en mangera.

On ignore encore qui va l’emporter, la victoire est indécise; plusieurs concurrents sont encore en lice pour emporter la palme.

 

 

2937  

mindjî

Ça s’ mindje, ça?

Est-ce comestible ? Question plutôt posée pour un objet, une matière que l’on sait très bien qui ne se mange pas, après l1emploi par l’interlocuteur d’un mot savant.

 

 

2938

minia

Tchér dins 1′ minia.

Tomber dans le pétrin (au propre et au figuré). Tomber malade. minia : petit pétrin, voire panier : “l’ minia du tchat“.

 

 

2939

min.me

C’ èst 1′ min.me.

C’est la même chose.

Comme vous voudrez, comme bon vous semble.  Oui, j’accepte.

 

 

2940

min.me

À vous 1′ min.me.

La même chose pour vous. Pour vous également, pareillement. En réponse aux voeux de nouvel an.

 

 

2941

min.nâdje

Daler à s’ min.nâdje.

Pour de jeunes époux, s’installer à leur propre domicile.

 

 

2942

min.nè

Dji sû dins lès mau-min.nès. (v. n° 2886).

 

 

2943

Minon

Mi, non. – Minon, ç’ ‘t-in tchat”.

A quelqu’un qui dit “Moi, non” pour certifier qu’il n’a rien fait (de mal), qu’il n’est pas coupable, 1′ interlocuteur incré­dule, lui rétorque “Minon, c’est le nom d’un chat”.

 

 

2944  

min-min

Il a min-min (/… minti).

Il ment,  “min-min” pour éviter le mot “minti” qui est grossier, surtout en disant “T’as minti”.

 

 

2945

minteûr

Minteûr come èn-aracheû d’ dints.

litt.  :  Menteur comme un arracheur de dents ambulant qui promettait l’extraction sans douleur, mais en réalité…

Fieffé menteur. 

syn. In cras minteûr.

 

 

2946

minti

T’ è-st-in minti.

Tu es un menteur.

 

 

2947

minti

Awè in “t’ as minti” avè…

Avoir une discussion sèche et incisive.

 

 

2948

minti

Dji m’ fou d’ minti (mins dj’ é bén din.nè / mins dj’ m’é bén plét).

Je ne mentirais pas en disant (que j’ai bien diné, que je me suis plu). Je n’ai cure de vous mentir.

Je reconnais, j’avoue franchement que…  J’affirme que…

 

 

2949

mirloukète

Awê dès mirloukètes dins s’ visâdje.

Avoir des taches dans la figure, des restes d’aliments, des saletés restées accrochées dans la figure.

 

 

2950

misére

C’ èst 1misére qui rind lès djins propes.

Quand on n’a qu’un seul vêtement (qui est chic), on le met en toutes occasions, même si un vêtement plus modeste suffisait pour le circonstance, “prope”, ici : bien habillé.

 

 

2951

misére

In p’tit misére.

Un petit enfant malingre, chétif, maladif.

 

 

2952

misére

Moustrér s’ misére. Muchî s’ misére.

Exhiber (cacher) ses organes sexuels (se dit surtout en parlant d’un petit garçon).

 

 

2953

misére

Cachî misére..

Chercher noise.

 

 

2954

misére

Prétchî misére.

Tenir des propos pessimistes.

 

 

2955

misére

Misére à cautes !

Déformation (voulue) de “Miséricorde !”

L’expression fait sans doute allusion à la “misère” au jeu

de whist .

 

 

2956

mistanflûte

À l’ mistanflûte.     À l’ vastèrfoute.    À l’ va-t-au diâle.   (v.  n°  1588).

 

 

2957

mitan

Deûs vêres èt 1′ mitan d’ iun.  Twès jates èt 1′ mitan d’ ieune.

Deux verres (/trois  tasses) et demi(e).

 

 

2958 

mitan

I d’meure deûs goûtes èt 1′ mitan d’ ieune.

Il ne reste que  très peu  (de liquide).

 

 

2959

Mitchî

Mitchî du culot,

Qui rit come in sot,

À vîr danser s’ coumére,

I tchét dins lès spènes,

I pique ès’ boudène,

I d-a pou chîs samwènes.

Comptine ou moquerie à un prénommé Michel.

 

 

2960

mîyeter

I mîyetêye.

litt. : Il tombe des miettes.

Dans la mine, menues particules se détachant du toit (plafond) de la galerie sous la pression des terrains, et parfois annoncia­trices d’éboulements.

Il tombe une pluie ou neige très fine, éparse, annonciatrice d’averse.

 

 

2961

môde

Il è-st-a s’ môde.

Il a un fichu caractère, il faut toujours lui céder.

 

 

2962

môde

Fé à s’ môde. Bouter à s’ môde.

Travailler, agir comme on l’entend.

 

 

2963

môde

In baudèt qui fét à s’ môde, c’ èst 1′ mitan di s noûriture.

On est plus courageux,  on agit avec plus de plaisir si on peut travailler à sa guise.

 

 

2964

môde

Ça n’ a nén stî à s’ môde.

Cela n’a pas marché selon ses prévisions, à son gré.

 

 

2965

mol

Ça i èst mol et flitche.

C’est beaucoup trop mou. Cela n’a pas de consistance.

 

 

2966 

molèt

Dès molèts d’ cok.

Des mollets grêles.

 

 

2967

molèt

Dès molèts come dès baris.

Des mollets très gros sur de fines chevilles.

 

 

2968

mon

Mon tout don ! qui dj ‘ su contint ! Mon Dieu ! que je suis content !

 

 

2969

mon

Mon ! Mins !

Exclamation de surprise ou de désapprobation.

 

 

2970  

amon

C’ èst iun d’ amon nos-autes.

C’est un homme originaire d’un village, qui s’exprime dans son dialecte, différent du nôtre et qui emploie l’expression “amon nos-autes” : chez nous.

 

 

2971

moncha

Tchér èn-è moncha.  S’  rèmonceler.

S’évanouir.

S’écrouler  (mur,  bâtise).

 

 

2972

moncha

Moncha d’ saligots – laches – voleûrs – Flaminds.

Tas de salauds, lâches, voleurs, Flamands (péj.).

 

 

2973

monde

Tout l’ monde èt s’ mére.

Vraiment n’importe qui.

I ramin.ne toudi à l’ maujone, tout l’ monde èt s’ mére.

Il ramène à la maison vraiment n’importe qui.

 

 

2974 

monde

On n’ sâreut fé au gout d’ tout 1′ monde èt s’ bèle-mére. (v. n° 2469).

 

 

2975

mon.nî

Fé come in mon.nî.

Etre tout blanc, tout enfariné.

Porter des vêtements maculés de blanc (comme les peintres p.ex.).

 

 

2976

monte

C’ èst s’ monte qui r’mèt 1′ soya.

A l’entendre, il a une montre infaillible.

 

 

2977

montéye

Dès montéyes èt dès bèrotes.

Coupe de cheveux en escalier, sortant des mains d’un mauvais coiffeur.

 

 

2978

morant

Il a 1′ morant dins lès tripes.

Il est mourant, il va mourir d’un instant à l’autre ou du moins, sous peu. Expression peu charitable, péjorative à l’encontre de quelqu’un qu’on n’aime pas.

 

 

2979

morbleute

À l’ grosse morbleute.

D’un travail : sans finesse, sans chichis, sans recherches. D’une personne : jamais choqué, pas compliqué, de bonne composition

 

 

2980

morfine

Il a stî piki à l’ morfine.

Il s’est vexé, il s’est senti visé, découvert, accusé à mots couverts et il l’a mal pris.

 

 

2981

mori

Tu n’ morras nén pou ça. Vos n’ morrèz nén pou ça.

Tu n’en mourras pas, ce n’est pas si grave que tu ne le penses.

Vous n’en mourrez…

Tu n’en mourras pas de faire cela. Vous…

On ne meurt pas pour Un si petit bobo.

 

 

2982

môrt

Ça rèvèyereut in môrt.

Liqueur, alcool très forts.

Aliment très pimenté, épicé, vinaigré.

 

 

2983 

môrt

À môrt èt à mâriâdje.

Deux   événements qui favorisent les médisances ou vous rappellent

à l’actualité des commères.

 

 

2984

môrt

Èyu-ce qu’ i gn-a in môrt, l’ uch èst toudi au lâdje.

litt. : A une mortuaire, la porte reste ouverte.

Se dit à quelqu’un qui a oublié de fermer son pantalon. Mise en doute de sa virilité.

 

 

2985

môrt

 Twè, t’ ès môrt.

Au jeu, enfant considéré comme mort, tué : éliminé, qui ne participe plus au reste de la partie.

 

 

2986

môrt

Djouwer avè in môrt.

Dans une partie de cartes qui se joue à quatre, engager la partie même si l’on n’est que trois, en changeant quelque peu les règles pour la circonstance.

 

 

2987

môrt

Daler criyî lès môrts.

Avant 1940, une vieille femme, toujours la même, allait de porte en porte (qu’elle entrouvrait), à la demande de la famille, annoncer la date et l’heure des funérailles de quelqu’un du quartier.

 

 

2988

môrt

Ène lète di môrt.

Un faire-part de décès.

 

 

2989

môrt

Soner à môrt.

Sonner le glas.

 

 

2990

môrt

Sèt’,  is sont môrts à sèt’.

Peu importe le chiffre, suite à une phrase dite par autrui se terminant par tel chiffre,  on ajoute:  X,  is sont môrts à X.

 

 

2991

môrt

S’ bate môrt è têre.

Se battre à mort.

 

 

2992 

môrt

Cachî môrt èt têre.

Chercher  longtemps, sans répit jusqu’à trouver (jusqu’à ce que mort s’ensuive ).

 

 

2993 

mossieu

Lès mossieus à tchapia.

Terme de mépris des ouvriers envers les employés.

 

 

2994 

mossieu

I n’ èst nén pus mossieu.

Il n’est pas plus avancé.

 

 

2995 

mouche

Après nous, c’ èst lès vêrtès mouches.

Après nous,  le déluge  !

 

 

2996

mouche

Avè ça, on fét pèter lès mouches au plafond.

Objet inutile, de peu d’utilité.

Objet dont on ignore l’utilité.

 

 

2997

mouche

Èn-aflacheû d’ mouches.

Un fanfaron.

 

 

2998

 

moufeter

I n’ a nén moufetè.  I n’a  nén ôsu moufeter.

Il n’a pas dit mot. Il n’a pas ouvert (osé ouvrir) la bouche.

 

 

2999

 

moukèt

L’ moukèt èst dins lès poûyes.

litt. : L’épervier est dans les poules (dans le poulailler).

Un semeur de discorde gâche la bonne entente dans une société très unie jusque là.

 

 

3000

moukèt

Mète (/ Foute) èl moukèt.

Semer la discorde, amener la discorde.

 

 

3001

moule

Foute à moule.

Rendre inutilisable.

 

 

3002      

moulin

C’ è-st-in moulin au café qu’ t’as fét ? Èl manike n’ vouleut nén passer?

Se dit à quelqu’un qui est resté très longtemps aux toilettes.

 

 

3003

moulon

Il a 1′ moulon dins lès tripes.

Il est de mauvaise humeur, il râle tout le temps.

 

 

3004

moulon

Tu vas pèchî d’mwin ? Tu caches à moulons ?

Se dit à quelqu’un qui presse les points noirs qu’il a dans la figure, pour les faire sortir.

 

 

3005

moulon

Il-a co in moulon.  … in via.  … ène kwénke.

Il lui prend encore une bouderie, une lubie où il montre son mauvais caractère.

 

 

3006

moulon

Que moulon a queuwe ! T’ês-t-in moulon a queuwe.

Se dit de quelqu’un qui ronchonne sans arrêt,  qui se croit poursuivi par la malchance et qui geint, se plaint sans cesse.

 

 

3007

moûre

I moûd co. 

Il râle, il rouspète encore.

moûre: moudre

 

 

3008

mouriane

Fé come in mouriane.

Qui s’est honteusement sali,  taché plus qu’il n’est permis.

mouriane : Maure, par extension : noir.

 

 

3009

moustatche

Dji pou bén r’drèssî (/ r’troussî) m’ moustatche.

Je peux être fier, me vanter de mon exploit.

 

 

3010

moustatche

Moustatche di (/ en) fil dè fêr.

Petite fine moustache, à poils raides.

 

 

3011

moustaude

Èvoyî à l’ moustaude.

Envoyer paître, envoyer au diable.

 

 

3012

moûde

Criyî au moûde (/ au pièrdu).

Crier “au meurtre.  Crier “au perdu”. Se lamenter, crier son désarroi.

 

 

3013

mouyî

Nè 1′ moûye nén co come in mau d’ vinte.

Les jeunes fumeurs disaient cela à un autre enfant qui leur demandait “d1 satchî êne bouchîye”, de tirer une bouffée.

 

 

3014

mouson

I fét in mouson d’ ène aune (/ … d’ in mète).

Il fait une moue terrible,  qu’il ne peut ou ne veut cacher.

 

 

3015

mouson

On lyi a froyi s’ mouson au mur.

On lui a frotté la figure au mur.

 

 

3016

mouson

Il a ieû ça su s’ mouson.

Il a reçu cela en pleine figure (au propre et au figuré).

 

 

3017

moyén

Mins, qué moyén !

Mais,  quelle  mentalité,  quelle réaction inattendue,  quelle décision arbitraire !

 

 

3018

m’sure

C’ èst sûr li qu’ on-n-a pris m’sure pou fé 1’s-inocints.

C’est le prototype des imbéciles.

 

 

3019

m’sure

Fét-à m’sure.  Fét-a-fét.  À fét qui…    (v. n1– 2209).

 

 

3020

muchî

Èle muche !  Ça s’ pout !

Tu mens,  je ne crois pas cette histoire, ta relation des évé­nements .

 

 

3021

muchî

Cachî d’ muchî.

Essayer de cacher.

cachî : essayer, tâcher, chercher

muchî : cacher

 

 

3022

munute

Ène munute di rèflècsion, come Pêre d’ Or.

Pierre Dor, dit Pêre d’ Or, né en 1862,était le neveu d’Antoine, le guérisseur. Il était guérisseur lui-même. Il s’installa en 1909, à Roux-Wilbauroux, localité qu’il quitta pour Uccle. Père d’Or avait instauré une religion qui portait son nom (adep­tes : les perdoristes). Il avait l’habitude quand on allait le consulter, avant de répondre, de demander une minute de réflexion, d’où l’expression ci-dessus.

 

 

3023

mur

Ç’tèle-la, on pout 1′ claper au mur.

Se dit d’un trait plaisant, chose incroyable, qui mériterait d’être affiché, placardé.

 

 

3024

mur

Il âreut gripè au mur.

De frayeur, de douleur, il aurait essayé de grimper au mur.

 

 

3025 

musure

C’ èst li qui bat l’  musure.

C’est lui qui décide, qui mène la barque.

C’est lui le chef incontesté.

C’est lui qui coordonne les services.

 

 

3026

musucyin

In sauvâdje musucyin.

Un sauvage, un exalté, qu’il connaisse la musique ou non.

 

 

3027

musike

Arète èt musike.

Arrête tes histoires, tes mensonges.

 

 

3028

musike

Pou fé dè l’ boune musike.

Pour faire quelque chose de bien. Pour que cela aille normalement.

 

 

3029

musike

Va-z-è fé dè l’ boune musike avè ça.

Allez faire quelque chose de bien avec cela.

 

 

3030

musike

I djoûwe dè l’ musike à (/ à l’l) bouche.

Il joue de l’harmonica.

 

 

3031

musike

Ç’tèle-là, tu mà 1′ màtras en musike.

De celle-là, je me souviendrai; elle est bien bonne.

 

 

3032

mwéjére

Daler d’ in mwéjére à l’ aute.

terme de mine : paroi d’une galerie, maisière. Aller d’une paroi à l’autre, de Charybde en Sylla. Etre envoyé d’Hérode à Pilate, d’un bureau à l’autre. Se dit d’un ivrogne titubant sur la route.

 

 

3033

mwèle

Pètè (djusqu’à l’) ‘squ’à l’ mwèle (/…1′ make).  (v. n° 2770).

 

 

3034

mwès

Pou 1′ 36 du mwès d’ Anvèrs’.

A  une date indéterminée, lointaine, aux calendes grecques.

 

 

3035

mwès

In mwès d’ maujone.

Le loyer mensuel.

 

 

3036

mwès

Vêrt come èl mwès d’ mé.

litt. : Vert comme le mois de mai.

Vert (de froid, de peur) comme peut l’être le mois de mai, où tout reverdit.

 

 

3037

mwés

Mwés come in stron (/… in citron).

Fâché tout rouge, d’humeur massacrante.

 

 

3038

mwés

In sint mwés.

Un fat, un prétentieux.

 

 

3039

mwin

Il a toudi sès mwins qui vont èyu-ce qu’ i n’ faut nén.

11 a les mains baladeuses qui caressent volontiers les femmes.

 

 

3040

mwin

Oyi, à deûs mwins !

J’accepte  cette  proposition,  cet objet,  avec empressement.

 

 

3041

mwin

Dji r’prind co m planète (/ mès maus, èm’ feume) à deûs mwins.

 Le sort d’un moins heureux me console du mien.

En comparaison   des ennuis, des malaises, de la femme d’un autre ou des autres, mes ennuis me paraissent moins graves.

 

 

3042

mwin

I faureut bén qu’ dj’ âreu twès mwins.

Avec tout le travail que j’ai, une troisième main me viendrait bien à point.

 

 

3043

mwin

On n’ pout nén mète ès’ mwin au d’vant.

On ne peut empêcher que ce malheur n’arrive.

 

 

3044

mwin

Ratchons dins nos mwins (come èm’ bèle-mame quand èle va prèsti sès vitoulèts).

Crachons dans nos mains, mettons-nous courageusement au travail,

empoignons nos outils.

La partie entre parenthèses est ajoutée en boutade.

 

 

3045

mwin

Clatchî dès mwins.

Applaudir, battre des mains.

 

 

3046

mwin

On wèt bén qui-ce qu’ a mîs s’ mwin su s’ tièsse.

Il ressemble son parrain ou sa marraine (surtout si celui ou celle dont on parle, est de la famille).

 

 

3047

mwin

Mètèz vo mwin su vo tièsse èt (alèz-r-zè) ralèz su vos pas!

Quand quelqu’un entre dans une pièce et oublie tout à coup ce qu’il venait y faire, ce qu’il était venu chercher, on lui conseille de retourner d’où il vient avec une main sur la tête, ce qui devrait lui rendre la mémoire.

 

 

3048

mwin

Pârler à l’ gauche mwin.  (v. n° 2418).

 

 

3049

mwin

Il a djouwè di m’ mwin.      Il a pârlè…

Il a vraiment agi, parlé, selon mes vues, selon mon intérêt.

Il a vraiment agi, parlé, comme je l’espérais.

 

 

3050

mwin

Dès mwins d’ makéye (/ … d’ mamesèle).

Des mains blanches d’intellectuel, critiquées par les manuels.

Des mains qui ne tiennent pas fortement un objet, débiles, sans force.

 

 

3051

mwin

Dès mwins come dès scoupes (/… dès batwêrs).

De très grandes mains.

 

 

3052

mwin

Dès mwins come dès pates.

Des mains très sales.

 

 

3053

mwin

Il a prîs s’ cu dins sès mwins. (v. n° 1425).

 

 

3054

mwin

Il a r’mîs su m’ mwin.

Il a surenchéri.

 

 

3055

mwin

Il èst d’ à mwin.

Il est en bonne place, il occupe la place la plus favorable pour agir, le meilleur endroit, la meilleure position, il a le bon équilibre pour mener sa tâche à bien.

 

 

3056

mwin

Èn-ome à toutes mwins.

Un homme très adroit de ses mains, qui peut effectuer n’importe quel travail.

 

 

3057

mwin

Èn-osti à s mwin.

Un outil que l’on a bien en main, bien étudié pour le tenir en main.

 

 

3058

mwin

Ièsse dins lès mwins tént bén.

litt. : Etre tenu dans des mains qui vous agrippent.

Se sentir pris dans les rets, dans les griffes de quelqu’un qui ne vous lâchera pas de si tôt.

 

 

3059

mwin

Dji n’ é qu’ deûs mwins.

Je ne peux m’occuper de tout.

 

 

3060

mwin

Mindjèz ieune di vos mwins èt lèyèz l’ aute pou d’mwin. (v.n°2386)

 

 

3061

mwin

Avou ‘ne pougnîye, on d-a plin s’ mwin.

Se dit à la vue d’une poitrine bien fournie, de gros seins.

 

 

3062

mwin

I n’ d-a qu’ ène pougnîye plin m’ mwin.

Il y en a très peu, plein le creux de ma main.

 

 

3063

mwin

Tu vas atraper m’ mwin ‘ne sadju.

Tu vas recevoir ma main sur la figure.

 

 

3064

mwin

Mèt t’ mwin su t’ tièsse èt r’wéte-tu dins 1′ glace.

Regarde-toi avant de critiquer les autres.

 

 

3065

mwin

À mwins !

Mais, bien sûr !  Il ne manquerait plus que cela !

 

 

3066

mwint’s

Gn-a mwint’s. (n.m.)

Gn-a mwintes (n.f.)

Il y en a bon nombre.

Ils (/ Elles) sont nombreux(ses) dans ce cas.

 

 

3067

mwints

Gn-a mwints côps dès céns qui…

(ici, le “t” de mwints ne se prononce pas.)

Il y en a souvent qui…

 

 

3068

nadje

Ièsse è nadje (di tchaud).

Etre en nage, transpirer.

 

 

3069

nadjî

I nadje come in cayau (/… in polichwè).

litt.:  Il nage comme un caillou, un fer à repasser (objets qui coulent à pic).

Il ne sait pas nager.

 

 

3070

natt

C’ èst natt avè deûs “t”.

C’est sûr et certain, indiscutable.

Cela se fera ainsi parce que je l’ai décidé.

 

 

3071

navia

In pèlè chîs côps.  Bladje come in navia.

litt. : Un navet pelé six fois. Pâle comme un navet.

Se dit de quelqu’un qui a le teint très pâle en tout temps ou après une maladie.

 

 

3072

èn’do

C’ èst bia, n’do. Èn’do qui …

C’est beau, n’est-ce pas ? N’êtes-vous pas de mon avis ?

 

 

3073

Il èst né natif dè l’ Bauroû.

Il est né, il est natif de Wilbauroux (quartier de Roux).

 

 

3074

nènète

Prope come ène nènète.

litt. : Propre comme une personne bien nette.

Propre comme un sou neuf, très propre, fraîchement lavé.

 

 

3075

néssance

Mi, c’ èst d’ néssance, mins, ti, c’ èst déformé.

Quand X reproche à Y sa laideur, un handicap physique ou mental, Y répond que X n’est pas mieux loti, qu’il devrait se taire, et X de rétorquer…

 

 

3076  

neûd

‘là 1′ neûd,  dis-t-i, 1’ soyeû.

Voilà le but de son action, voilà la clé de l’énigme.

Voilà le hic,la difficulté majeure du travail qui apparaît, le tout est de le résoudre.

Voilà où le bat blesse. Voilà la raison cachée.  Nous y voilai

 

 

3077

nez

Soufler s’ nez.

Se moucher.

 

 

3078

nez

In nez qu’ i ploût d’dins.

Un nez en trompette, très retroussé.

 

 

3079

nez

Si tu n’ mèts nén dès ridaus à t’ nez, on va vîr çu qui s’passe dins t’ tièsse.

Ton nez est tellement retroussé que…

.                                             

 

3080

nez

In nez nôbe.

Un nez bourbonien.

 

 

3081

nez

Il a r’ssatchi s’ nez.

Il a froncé le nez.

Il a tiqué et n’a pas pu cacher son mécontentement.

 

 

3082

nez

Gn-a ‘ne saqui qui voûreut bén m’ rèbrassî, dj’ é scô m’ nez.

Quand on a une démangeaison au nez, ce serait signe que quelqu’un voudrait vous embrasser.

 

 

3083

nez

T’ as t’ nez qui s’ gâte.

Contrairement à ce que tu dis,  aucune mauvaise odeur ne se répand ici.

 

 

3084

nez

T’ as 1′ nez fin (/ fén).    T’ as ieû 1′ nez fin (/ fén).

Tu as senti le danger.    Tu as pu te préserver du danger, Tu as compris l’astuce.   l’ayant pressenti.

 

 

3085

nez

T’ as in fén nez.

Idem, mais aussi : Tu sens vite une odeur, avant tout le monde, Tu reprères vite une odeur parmi d’autres senteurs.

 

 

3086

nez

Soufler s nez come lès Flaminds.

Se moucher au moyen de deux doigts par pincement du nez, le pouce et l’index formant une petite fourche.

syn. R’nètchî deûs staules d’in seul côp d’ foutche.

 

 

3087

nez

Awè in nez come in cocha. (v. n°s 1117 et 1118).

 

 

3088

nez

Roudje nez.  Djambe (/ Pate) di bos. 

Jaune.

Ouvrier qui travaille ou essaye de travailler par temps de grève.

 

 

3089 

nez

In vêrt nez.

Ouvrier qui fait des heures supplémentaires au travail.

 

 

3090

nez

Vo nez dins vo batch !

Silence !  Ne vous mêlez pas de cela !

 

 

3091

nez

On stôrdreut, pivereut s’ nez, on satchereut su s’nez, i n’ vénreut qu du lacha.

Il est tellement jeune  (à peine sevré) qu’il n’a que du lait dans le corps.

Par exagération,  il est trop jeune pour intervenir dans la conversation ou pour courir les filles.

 

 

3092

nez

Téjèz vo nez.

Taisez-vous. Ceci est dit avec fermeté, reproche, c’est un ordre,

 

 

3093

nez

I s’ fout d’ li en plin nez.

Il se moque de lui, en sa présence.

 

 

3094 

nez

Awè s’  nez stièrdu.

Recevoir une somme  d’argent,  hériter.

Echouer, se voir clore le bec, voir une affaire vous passer sous le nez.

 

 

3095 

nez

Fé di s’ nez.

Jouer les importants, ne pas avoir le triomphe modeste, se mêler de ce qui ne le regarde pas, se montrer ou se croire le plus intelligent du lot.

Se pavaner.

 

 

3096

nez

I vént fé di s’ nez (roci).

Il vient se pavaner, toiser les autres.

Il vient trancher une question à sa convenance.

 

 

3095

nez

Il a in trau d’zous s’ nez qui lyi cousse tchêr.

C’est un ivrogne et tout ce qu’il boit lui coûte cher.

 

 

3095e

nez

Il a stî mète ès’ nez èyu-ce qu’ in tchén n’ mètreut nén s’queuwe.

Il a été se fourrer dans un guêpier, dans une sale affaire.

 

 

3095d

nez

On dè prind pus avè s’ nez qu’ avè ène iscoupe.

Se dit d’une mauvaise odeur. Il règne ici une odeur forte, suffocante.

 

 

3095e

nik

Nik, èm’ fîye !  Nik, èm’ fis !

Dans le langage des petites filles (surtout) :

Non, je regrette. Non, vous ne l’aurez pas. Non, je ne veux pas.

 

 

3095f

nik

Ça, c’ èst nik.  Pour mi, c’ èst nik.

Pour cela, c’est non.  En ce qui me concerne, c’est non.

 

 

3095g

nid

I tape à nids.  I cache à nids.

Pour un oiseau : il cherche un endroit pour nicher.

Pour un homme : il cherche des aventures amoureuses, (se dit rarement pour une femme).

 

 

3095h

nintche

Ène grosse nintche (/… pèkéye).

Une famille nombreuse où les enfants sont encore petits (péj.)

 

 

3095i

nintche

C’ èst toute èl min.me nintche (/… pèkéye).

Ils sont tous les mêmes, on les dirait frères.

 

 

3095j

nîve

Dj’ âreu là in bon boulot d’ nîve.

Se dit  quand on voit quelque chose de ridicule (un chapeau

p.ex.) qu’une boule de neige pourrait faire tomber.

(se dit en toutes saisons, surtout quand il n’y a pas de neige).

 

 

3096

niyau

Tchér su in niyau.

Trouver une cachette d’oeufs.

Tomber sur un trésor, sur des objets de valeur, cachés.

 

 

3097

no

Il a in no a fé r’culer (/ rtoûrner) 1′ tram.

Il a un nom impossible (à prononcer – à écrire).

 

 

3098

no

S’ on n’ sâreut nén t’ no, on t’ lomereut…

litt. : Si on ne savait pas ton nom, on t’appellerait…

A quelqu’un qui répète souvent le même mot, ou qui se vante d’être le plus beau, le plus intelligent, “mariole” ou d’avoir telle autre qualité sans convaincre, ses auditeurs souhaitent de le voir porter comme nom ce mot, cette “qualité” en sobriquet.

 

 

3099

nom

T’ è-st-in nom di Dieu !  C’ è-st-in …

Tu es (C’est) un type, un énergumène (péj.)

 

 

3100

nom

Nom di Dieu d’ sint-mwés (/…. d’ polak).

Sale prétentieux.  Sale cochon, dégoûtant.

 

 

3101

nom

Il a ieû 1′ côp en plin su s’ nom du Pêre.

Il a reçu le coup en plein front.

 

 

3102

non

Non ! C’ è-st-in drole d’ “oyi”.

Reprocher un refus à quelqu’un dont on escomptait l’accord.

 

 

3103

non

Dj’ éme (/ Dj’ é) mieus non qu’ oyi.

Si je peux choisir, je préfère m’abstenir.

 

 

3104

non

Non fét. (v. n° 4042 4043).

 

 

3105 

Notrè Dame

… come Notrè Dame di la Salète : ni panse, ni cu, ni tètes.

Une femme,  une jeune fille,  toute plate,  sans forme, corne la statue de N.B. de la Salette.

 

 

3106

Notrè Dame

Boune Notrè Dame di Hal ! 

Bonne Sainte Vierge ! Mon Dieu, mon Dieu !

 

 

3107

nouvèle

Que nouvèles à l’ cinse ?

Quelles nouvelles chez vous ?  (même si l’on ne s’adresse pas à un fermier)

 

 

3108

nu

Tout nu, tout cru.  (v. n° 1400).

 

 

3109

nu

Tu m’ as d’djà vu tout nu ?

Pour qui me prends-tu ? Je ne suis pas né de la dernière pluie. Tu me crois aussi naïf ?

 

 

3110

nu

Nu-z-ome.

Enormément. A foison.

 

 

3111

nu

Dji n’é pus nus dints.  Dji n’ d-é pus nus.

Je n’ai plus de dents du tout. Je n’en ai plus du tout.

 

 

3112

nu

Dji n’ é pu nus liârds.

Je n’ai plus un rond, plus un centime.

 

 

3113

nu

Dji n’ é pus neulès djambes.

Je n’ai plus de jambes. Mes jambes flageolent sous le choc, sous 1’émo ti on.

 

 

3114     

nu

Dj’ éme (/ Dj’é) mieus t’ (/ l’) vîr toute nûwe qui l ‘ Pâpe en grande tènûwe.

Préférer les charmes de la nudité d’une jolie femme aux atours, aux plus beaux vêtements, même s’ils couvrent le Pape.

 

 

3115

nwâr