3175 spots (expressions et proverbes wallons) (Joseph Dejardin)

Joseph Dejardin

Dictionnaire des spots

ou proverbes wallons

Liège, Vaillant-Carmanne, 1892

 

1

Â, B

Ni savu ni â ni b.

 

litt. Ne savoir ni a ni b.

Être très ignorant, ne pas savoir lire, et fig. ne pas con­naître les  premiers principes de la chose dont on parle.

(LITTRÉ)

 

Habadja

Ciste Hipocrate èst di mi-ovrèdje,

C’ è-st-on boubièt come vos l’ vèyez,

Qui n’ sét seûlemint ni â ni b.

(DE HARLEZ, Lès-hipocondes. ILI, sc. 7, 1786)

 

C’ èst mâlureûs, parèt, qui dji n’  sé ni â ni b.

(WILLEM,  Biètemé l’ sôdâr, Chansonnette, 1883)

 

DJIHAN Djîle è-st-on boubièt qui n’  sét ni â ni b.

(FORIR, Dictionnaire, 1861)

 

DJÈRÂ … Ça m’ freût mutwè vèy clér,

Maîs dji n’ sé â ni b.

(Remouchamps,  Lès-amoûrs da Djèrâ, I, sc. 3., 1875)

 

MÈN’CHEÛR

Maîs c’ èst po rîre, sûremint, mi trèpassêye qui n’ saveût ni â ni b, ni l’ âreût nin faîit.

(BRAHY,  À quî l’ fâte, Sc. 9,1882)

 

VERVIERS

Honte à quî n’ sét l’ â ni b,

Honeûr â ci qu’ î èst r’cwèrdé.

(RENIER. Spots rimés, 1871)

 

VERVIERS              

Volà çou qu’ c’ èst du n’ saveûr ni â ni b.

(PIRE, Lès sôdaurts du so lès Trîs. Ch. Mes amusettes, 1884)

 

MONS

Djan Godau n’ savwat ni â ni b, ça l’ imbètwat, maîs il étwat trop vieu pour aprinde sès lètes.

(Letellier.  Armonak dé Mont, 1863)

 

 

2

ABC

Rimète à l’ abc.

 

litt. Remettre à l’ abc.

Remettre quelqu’un aux premiers éléments, aux premiers principes d’un art, d’une science; le traiter d’ignorant.

Prov. fr. — Renvoyer quelqu’un à l’abc, le remettre à l’abc.

 

On l’ a r’mètou à l’ abc.

(FORIR. Dict. 1861)

 

Lès feumes, dîrè l’ djônê qui n’ èst todi qu’ à l’ abc, lès feumes, c’ èst l’ pèrfècsionemint apwèrté à l’ invencion d’ l’ ome.

(Salme. Quéle tromperèye. Chansonnette. 1877)

 

namUr   

Qu’ èst-ce qui tot ça d’vêrè pus taurd, li bon Diè l’ sét,

Èt nos n’ èstans qu’ à l’ abc.

(WÉROTTE. Sègnans-nos. Chanson. 1867)

 

MONS  Ceûs-là, nous, come lès-autes, i faut leû-z-aprinde l’ abc.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1848) (…)

 

3

abate

ABATTRE

L’ prumî qui l’ abat, l’ a.

 

litt. Le premier qui l’abat, l’a.

Les premiers entrés sont les mieux placés.— Le premier au moulin engrène. — Res nullius cedit occupanti. (Inst. lib. II, tit. I, § 2.) — Quod nullius est id ratione naturali occupanti conceditur. (L. 3. D. Lib. 41, titre 17.)

La dame au nez pointu répondit que la terre Était au premier occupant.

(LafontaIne)

 

orig. Le proverbe wallon fait peut-être allusion au jeu populaire : Taper à l’ åwe.

 

LlSBÈT’ Pardiène, dji vôreû vèy cisse-là.

DJÈTROU Bin, tè l’ vièrès.

LISBÈT’ Quî l’ abat l’ a.

DJÈTROU  Bin, ti l’ årès.

(DE Vivario.  Li fièsse di Hoûte-s’-i-ploût. IL, sc. 5. 1757)

 

Basse-Allemagne  — Wer am ersten kommt, malt am ersten.

 

4

hawer

ABOYER

Hawer après l’ bêté.

 

litt. Aboyer à la lune.

Se dit en parlant d’un homme qui crie inutilement contre un plus puissant que lui. (ACAD.)

 

Pr. fr. — C’est aboyer à la lune.

 

Alez, spârgnîz vos côps d’ lawe,

Ca vos fez come li tchin qui hawe

Après l’ bêté qui lût.

(Bailleux. Li colowe et l’ lème. Fâve. 1886)

 

Ce sont des chiens qui abboyent à la lune.

(Dict. des pr. fr. 1788)

 

Abbayer contre la lune. (Travailler en vain.)

(oudin. Curiositez françaises. 1640)

 

Jodoigne    C’ è-st-hawer après l’ leune.

 

Basse-Allemagne — Den Mond anbellen. (vom Hund)

 

5

bawer

Quand on n’ pout nin hagnî, i n’faut nin bawer. (namur)

 

litt. Quand on ne peut mordre, il ne faut pas aboyer.

Il ne faut pas attaquer quand on ne peut se défendre. Il ne faut pas s’exposer à une défaite certaine.

 

6

croke

ACCROC

I laît dès crokes tos costés.

 

litt. Il laisse des accrocs de tous côtés.

Il contracte des dettes partout; il a des dettes criardes; il ne paie personne.

 

7

crok

Mète li croke.

 

litt. Mettre l’accroc.

Donner un accroc ; retarder ou empêcher la conclusion d’une affaire. (littré) — Faire éprouver une perte.

 

Ça, dji n’ vou nin por vos, il èst bon di v’ préveni,

Mète li croke âs botikes, qui m’ mètèt à crédit.

(Remouchamps. Li savetî. I, sc. 2. 1858)

 

8

acheter

ACHETER

On-achetêye lès bons ttch’vâs so stâ.

 

litt. On achète les bons chevaux à l’écurie.

Une jeune fille qui a du mérite n’a pas besoin de courir les bals pour trouver un épouseur.

Le mérite se cache, il faut l’aller trouver.

(Florian)

 

9

acater

Acater ç’ qu’ on n’ a gné danjer.

C’ èst l’ moyé d’ aler tout à rié. (MONS)

 

litt. Acheter ce dont on n’a pas besoin

C’est le moyen d’aller de tout à rien. Les dépenses inutiles sont ruineuses.

 

veRvieRs   Ètcheter trop’, oute dè l’ maule auhe,

Faît vinde çu qu’ on-z-a mèsauhe.

(Renier, Spots rimés,1871)

 

10

acheter

Dji l’ a acheté tihe èt tahe.

 

Lrrr. Je l’ai acheté ainsi et ainsi (allitération).

Je l’ai acheté à l’œil, sans vérification.

Pr. fr.— Acheter l’un portant l’autre. (Le bon et le mauvais.)

(OUDIN. Curiositez françaises.1640)

 

Dji va fé rik’pârer m’ mÔone tih èt tah.

(A forfait, à perte ou à gain.)

(Forir. Dict.)

 

Dès Tawes aveût co, âtoû d’ là, saqwants portchès d’ têre, qui, mètous èssonle, mèserît tihe èt tahe, po l’ mons vint’ cink bounîs.

(MAGNÉE. Li houlote. 1871)

 

Malmedy    Adter Stockstehn. (sic)

 

Basse-Allemagne  — Etwas auf gut Glück kaufen.

 

11

acheteû

ACHETEUR

I gn-a pus d’ sots atcheteûs qui d’ sots vindeûs.

 

litt. Il y a plus de sots acheteurs que de sots vendeurs.

Nos lois prévoient la folle enchère, mais elles adMètent

aussi la rescission du contrat au profit du vendeur, du chef de lésion.

 

rouchi   I n-i a nus sots vendeûs, i n-i a qu’ dès sots acateûs.

(HÉCART. Dict.)

 

Il y a plus de fols acheteurs que de fols vendeurs.

(Loysel. Instit. L. ILI, lit. 4, § 2, n° 403, éd. Laboulaye)

 

Or n’est-il si fort entendeur

Qui ne trouve plus fort vendeur.

(Farce de Pathelin.)

Cf. loiseau. Traité du déguerpissement. L. ILI, ch. I, n° 19.

 

12

adieû

ADIEU

Adieû Luc,

T’ as pris du brin pour du chuke. (TOURNAI)

 

litt. Adieu Luc,

Tu as pris du bran pour du sucre.

 

Dicton en vogue à Tournai pour reprocher à quelqu’un d’a­voir mal vu. — Se dit également d’une chose sur laquelle on ne doit pas compter.

 

var. Charleroi     

argan  I faut co ièsse raîsonâbe eyèt n’ nén chôrchî vo malâde, trente sous on lâvemint ; bondjoû, Luc.

(Bernus. L’ malâde St-Tîbaut. I, sc. 1. 1878)

 

NAMUR   Par on bia ddjoû, dji m’ trèbuke

En dansant avou Lisa,

Comint va-t-i? bonswêr, Luc

Dji m’ sovêrè dè l’ polka.

(J. COLSON. I faut bin passer par là. Ch. 1862)

 

13

afaîre

AFFAIRE

Quéle afaîre à Lîdje!

 

litt. Quelle affaire à Liège !

Cette expression s’emploie toujours en bonne part; c’est une espèce de cri de joie. — Après une énumération, c’est le bouquet du feu d’artifice.

Cf. De plus fort en plus fort, comme chez Nicolet.

 

Todi pus gros ! (Cri des vendeurs de poisson à la minque.)

 

SÈRVÂS Awè, dê, on dobe marièdje èt on boukèt, quéle afaîre à Lîdje.

(BRAHY. Li boukèt. II, sc. 22. 1878)

 

BIÈTEMÉ

Dji compte min.me si bin fé d’ mès pîds èt d’ mès mins qui nos ‘nn’ ârans plusieûrs (di sièrvantes) quéle afaîre à Lîdje ; qu’ on-n-ârè bon cial.

(WILLEM et BAUWENS. Pètchi ratcheté. Sc. 5. 1882)

14

afûler

AFFUBLER

Fârè vèy come Mayon s’ afûlerè.

 

Litt. Il faudra voir comme Marianne s’affublera.

Su dit quand on ne veut pas prendre tout de suite une déter­mination, quand on veut attendre les événements.

Mayon signifie souvent maîtresse. Colin et Mayon désignent un couple assorti.

 

D’ après l’ consèy di Crahê, Aîmon s’ résoûda à s’tini bin keû po vèy kimint qu’ Mayon s ‘affûlereût ; i lèya don aler tot à l’ wâde di Diu.

(Magnée. Li houlote. 1871)

 

JALHAY  BIÈTEMÉ

Adon vos l’ vièroz ruveni so l’ hapâ. Â rèsse nos vièrans come Mayon s’ afûlerè.

(Xhoffer. Lès deûs sorodjes. I, sc. 4. 1861)

 

15

âdje

AGE

On faît dès soterèyes à tot-âdje.

 

litt. On fait des sottises à tout âge.

En avançant en âge on n’est pas exempt de commettre des fautes, des erreurs, des folies.

Pr. fr. — On fait des folies à tout âge.

 

DJÂKE

Kimint, à quarante cink ans vos sondjîz à  v’ rimarier, on-a raîson d’ dîre qu’ on faît dès soterèyes à tot-âdje.

(Willem et Bauwens. Lès toûrsiveûs. Sc. 5. 1882)

 

Jadis ton maître a fait maintes folies

Pour des minois moins friands que le tien.

(BÉRANGER. Li célibataîre)

 

16

âje

On n’ teu d’mande pont l’ âje queu t’ as. (tournaI)

 

litt. On ne te demande pas l’âge que tu as.

Dit-on à un individu qui se permet de donner son avis dans une affaire qui ne le concerne pas.

 

17

aîdî

AIDER

Aidîz-ve èt l’ bon Diu v’s-aîderè.

 

 litt. Aidez-vous et le bon Dieu vous aidera.

Il faut agir quand on veut venir à bout de quelque chose. (A cad.)

Pr. fr. — Aide-toi, le ciel t’aidera.

(lafontaine. Le charretier embourbé)

 

Qui s’attend à l’écuelle d’autrui a souvent mal dîné.

A toile ourdie, Dieu mesure le fil.

 

Pr. valaque. — Quand tu soignes bien ton travail, Dieu est avec toi.

 

Aidîz-ve èt l’bon Diu vis-aîderè.

(BaIleux. Li tchèron. Fâve. Liv. IV, 18. 1886)

 

Aîde-tu, l’ bon Diu t’ aîderè.

(FORIR. Dict. 1860)

 

variante   Vos-avez faît vosse lét, vos v’ divez coûki d’vins.

Aîde-tu, li cîr t’ aîderè; c’ èst l’ pus sûr, ritenez l’ bin.

(THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

Marche    Aîde-tu, l’ bon Diè  t’ aîderè li min.me.

 

Maîs d’ha-t-i co, come il èst scrît : aîde-tu, èt l’cîr t’ aîderè, i fât aler trover Mèrlipopète, c’ è-st-ine feume qu’ a stu macrale.

(Magnée. Li houlote. 1871)

 

Namur  Aidîz-vos èt l’ bon Diè v’s-aîderè.

 

18

aîdî

Pauk aîde èt rin n’ aîde.

 

litt. Peu aide et rien n’aide.

Un petit secours ne laisse pas que d’être quelquefois très utile. (ACAD.) — Un léger  secours  vaut mieux qu’un entier abandon. — On se rattrape à un fétu.

Pr. fr. — Un peu d’aide fait grand bien. Peu aide et rien n’aide.

(Gabr. Meurier. Trésor des sentences. 1568)

 

Variante  Il n’y a si peu qui n’aide.

Et l’on ajoute parfois : dit la souris et elle pisse dans la mer.

 

MONS   Ç’ n’ èst nié grand chôse, maîs i n-a si peû qui n’ aîde, quand i s’ adjit dè nié mouri d’ fin.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1855)

Cité par Forir   Dict.

 

Jalhay   Tiodôre

Si v’s-avoz mètou l’ pîd èn-one flate, i l’ fât sètchî foû :

È bin, ponk aîde èt rin n’ aîde, di-st-on toudi.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. IL, sc. 16. 1862)

 

var Mons  Èl provèrbe dit qu’ i faut s’ assister l’ un l’ aute dins ç’ monde-ci.

(LetellIer. Armonak dé Mont. 1869)

 

19

aîdî

Qwand deûs pôves s’ aîdèt, 1′ bon Diu rèye.

 

litt. Quand deux pauvres s’aident le bon Dieu rit.

Dieu sourit aux efforts de deux pauvres qui s’entr’aident.

 

En citant ce proverbe on dit souvent : Li bon Diu ènnè rèye, ce qui dénature le sens qui serait alors celui-ci : Dieu rit des efforts, etc. Forir, Dict.. donne cette dernière version.

Cf. florian. L’ aveugle et le paralytique. Fable.

 

Nos d’vans qwèri chake ddjoû dè l’ vèye

À sètchî d’ pône onk ou l’ ôte di nos frés

Qwand c’ èst qu’ deûs pôves s’ aîdèt, li bon Diu rèye

C’ èst l’ bone manîre di l’ adorer.

(N. DEFRECHEUX. Li vèye Bajène. Chans. 1866)

 

variante   Deûs peûpes s’ aîdant, li bon Diu rèye.

S’ i rèye, c’ èst qu’ i sèrè contint.

(HOCK.  On bon vwèsinèdje. Chans. 1861)

 

variante  

Ça fait rîre li bon Diu

Qwand on pôve ome sècoûrt

On pus pôve èco qu’ lu.

(BAILLEUX. Li colon èt l’ frumihe. Fâve. 1851)

 

VERVIERS   Lu min qui done insi, dè cîr deût èsse bènèye,

Lu pôve qui done au pôve, lu bon Diè d’jôye è rèye.

(POULET. Bon Diè l’ rindrè. 1872)

 

NAMUR  Quand deûs pôves s’ aîdenut, li bon Diè rît.

 

var. PICARDIE   Quand on peût r’jwinde èl diâbe, èl bon Diu n’ en fwét queu rîre.

(CORBLET. Glossaire. 1881)

 

20

aîdî

Ni v’ fez mây aidî qwand v’ polez fé tot seû.

 

litt. Ne vous faites jamais aider quand vous pouvez faire tout seul.

Metttez-vous le moins que possible dans la dépendance d’autrui.

Ne t’attends qu’à toi seul, c’est un commun proverbe.

(Lafontaine. L’alouette et ses petits. Fable.)

Cité par Forir. Dict.

 

Basse-Allemagne. — Selbst getan ist wohl getan.

 

21

awèye

AIGUILLE

Fé èfiler ine bèle awèye.

 

 litt. Faire enfiler une belle aiguille.

Se moquer de quelqu’un ; le tromper par de faux semblants.

 

DJÈTROU

È bin, nos lî frans ine fraîrèye,

Il èfilerè ine bèle awèye.

(DE VIVARIO.  Li fièsse di Hoûte-s’-i-ploût. ILI, sc. 3. 1757)

 

So l’ arin.ne qui s’ feume lî fat, s’ il èsteût  bin sûr qu’ Idelète n’ aveût nin volou lî fé èfiler quéke bèle awèye, i potcha d’ mâvasté.

(MAGNÉE. Baîtri. Conte. 1865)

 

22

awèye

Qwèri quarèle so l’ bètchète d’ ine awèye.

 

litt. Chercher querelle sur la pointe d’une aiguille.

Élever une contestation sur un très léger sujet. (ACAD.)

Pr. fr.— Disputer, faire un procès sur la pointe d’une aiguille. Ils font des querelles sur la pointe d’une aiguille.

(Oudin. Curiosités françoises. 1640)

Cité par Forir. Dict.

 

JANÈTE

Dji di çoula, po çou qu’ tos lès galants,

Qwand on l’s-î djâse marièdje, tapè todi l’ min.me plan.

À leûs pôvès crapôdes, qwand is sont nåhis d’ zèles,

So l’ bètchète d’ine awèye, is montèt ine quarèle.

Delchef. Li galant dè l’ sièrvante. I, c 2. 1857)

 

Basse-Allemagne  Streit wegen einer Stecknadel anfangen. (Streit um des Kaisers Bart.)

 

23

awèye

 Qwèri ‘ne awèye d’vins ‘ne bote di foûr.

 

litt. Chercher une aiguille dans une botte de foin.

Chercher au milieu d’une foulu d’objets quelque chose que

sa petitesse rend très difficile à trouver. (Littré)

Prov. fr. — Chercher une aiguille dans une botte de foin.

Cité par Forir. Dict.

 

DJAN

Divant d’ trover ‘ne parèye,

Vos frez co traze mèyes toûrs,

Vos trouverez mî ‘ne awèye

Divins cint djâbes di foûr.

(pecleRs. Lès deûs tèmons. 1880)

 

biÈtEmÉ

In-èfant èst pus åhèye à r’trover d’vins ‘ne vèye come Lîdje, qu’ ine awèye divins ‘ne bote di foûr, parèt.

(willem et bauwens.  Pètchî ratcheté. sc. 4. 1882)

 

marche   C’ èst l’ awèye èn-one bote di foûr.

 

namur  I waîte après one awîye (/ one sipène) dins one bote di foûr.

 

24

aîwîye

Ch’ èst ène grande aîwîye à lâcher. (TOURNAI)

 

litt. C’est une grande aiguille à lacer.

Se dit pour désigner une personne effilée et sans grâce.

 

25

a

AIL

Sint Pîre, plante tès-as

Sint Pîre, lôye tès-as

Sint Pîre, râye tès-as.

 

litt.  Saint Pierre, plante tes aulx Saint Pierre, lie tes aulx Saint Pierre, arrache tes aulx.

Traduction littérale d’une allusion aux trois époques de l’année, où les jardiniers plantent, soignent et arrachent les ails, et qui sont marquées par les trois fêtes de saint Pierre de Milan, martyr (29 avril); de saint Pierre et de saint Paul (29 juin) ; et de saint Pierre-ès-liens (1er août.)

(FORIR. Dict.).

 

26

éle

AILE

On lî a côpé l’ éle.

 

litt. On lui a coupé l’aile.

Retrancher à quelqu’un une partie de son autorité, de son crédit, de son profit. (ACAD.)

Pr. fr. — On lui a rogné les ailes.

 

basse-allemagne. — Ihm sind die Flügel beschnitten.

 

27

éle

Lèyî pinde l’ éle.

 

litt. Laisser pendre l’aile.

Se dit d’un homme à qui il est survenu quelque altération grave dans la santé, ou quelque disgrâce. (ACAD.)

Pr. fr. — Tirer l’aile. Cf. Il en a dans l’aile.

(V. quitard. Dict., p. 26.)

 

Traînant l’aile et tirant le pied…

(lafontaine. Les deux pigeons.)

Cité par forir. Dict.

 

C’ è-st-ine liyone â neûr oûy qui blawetêye,

Qui lès carèsse fèt pinde l’ éle âs galants.

(V. collette, père. Li coûr)

 

Pindit l’ éle come ine poye qu’ a-st-atrapé 1′ pèpin.

(thiry.  Ine copène so l’ manèdje. 1858)

 

verviers 

Lès-acsionaîresdu lès houyis

Sont là qui pindèt l’ éle,

Zel qu’ avit si bon d’ s’ ècrauhi

Hoûye volà qu’ on les péle.

(M. pire.  Lu novê tchèrbon. Ch. 1871)

 

Avu on vanê foû d’ l’ éle.

 

MONS  Traîner lé p’na (ou: 1′ péna) (languir).

 

basse -allemagne. — Die Flügel hängen lassen.

 

28

éle

I n’ bat pus qu’ d’ one éle. (Namur)

 

litt. Il ne bat plus que d’une aile.

Être déchu de son premier état, ne plus jouir de la même considération. (littré)

Pr. fr. — IL ne bat plus que d’une aile.

Ne battre que d’une aile.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

29

in.me

AIME

In.me di Hu.

 

litt. Aime de Huy.

Chose à laquelle on ne tient pas, qu’ on rejette.

L’aime (tonneau) de Huy était d’une contenance moindre que celle de Liège et, pour ce motif, était moins demandée.

Ce dicton s’emploie ordinairement sous la forme de calem-bourg et ironiquement.

 

LI TCHÈSSEÛ Bèle, bèle, bèle.

mayane (tot s’ mokant) Bèle asteûre.

LI TCHÈSSEÛ Bèle, dji v’s-in.me.

mayane L’ in.me di Hu.

(HANNAY. Lès-amoûrs di Mayane. II, sc. 15.1886)

 

30

in.mer

AIMER

On s’ in.me bin sins s’ fé tant d’ fîèsse.

 

litt. On s’aime bien sans se faire tant de fête.

Les grandes démonstrations d’amitié ne sont pas toujours la preuve des sentiments qu’ on éprouve.

De protestations, d’offres et de serments,

Vous chargez la fureur de vos embrassements,

Et quand je vous demande, après, quel est cet homme,

A peine pouvez-vous dire comme il se nomme.

(molière. Le Misanthrope. Acte I, sc. 1)

Cf. Pas tant de familiarité pour si peu de connaissance.

 

31

in.mer

Quî m’ in.me, in.me mi tchin.

 

litt. Qui m’aime, aime mon chien.

Quand on aime quelqu’un on aime tout ce qui lui appartient.

(LITTRÉ)

Pr. fr. — Qui aime Bertrand, aime son chien. (quitard.)

Qui m’aime, aime mon chien.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

32

in.mer

Dj’ in.me mia non qu’ oyi. (namur)

 

 litt. J’aime mieux non que oui.

Je ne désire pas avoir de rapports  avec cette personne, j’espère qu’elle n’acceptera pas mon concours, mes offres.

 

33

in.mer

Dj’ in.me mia deûs gros qu’ on p’tit. (namur)

 

litt. J’aime mieux deux gros qu’un petit.

Quand on a le choix on prend ce qui a le plus de valeur.

 

34

in.mer

Li ci qu’ in.me n’ haît nin. (namur)

 

litt. Celui qui aime ne hait pas.

On ne peut éprouver ces deux sentiments ; s’emploie souvent ironiquement.

 

35

aîr

AIR

I n’ vike nin d’ l’ aîr qui lî sofèle â cou.

 

litt. Il ne vit pas de l’air qui lui souffle au cul.

Il ne vit pas de l’air du temps. — Il est à son aise, il est riche. — Il ne se contente pas de peu.

Pr. fr. — Il a du foin dans ses bottes.

 

Ô ! s’ nosse roye féve li min.me djudjemint

Nos minisses ârît bin paou,

Ca dj’ creû qu’ is n’ s’ aritchihèt nin

Dè vint què l’s-î sofèle â cou.

(dehin. L’ îdèye da Djâke. Fâve. 1845)

 

L’ OVRÎ

N’ a sûr ine trake là-d’vins, on n’ a jamây vèyou

S’ ècràhî come li dame dè vint qu’ sofèle â cou.

(HANNAY. Li mâye neûr da Colas. sc. 13. 1866)

 

namur  I n’ vike nin d’ l’ aîr qui lî sofèle au cu.

 

variante   On n’ vike nin d’ l’ aîr dè timps.

litt. On ne vit pas de l’air du temps.

 

tatÈne Pa, si vos n’ m’ avîz nin, il arivereut sovint,

Mâgré tot çou qu’ vos d’hez, qui v’ vikrîz d’ l’ aîr dè timps.

(REMOUCHAMPS. Li Savetî. I, sc. 8.1858)

 

36

auje

AISE

I prind sès-aujes. (namur)

 

litt. Il prend ses aises.

Il ne se gêne en rien ; il ne fait que ce qui lui plaît ; il prend son temps.

 

37

aler

ALLER.

Il a stu à Paris so ‘ne gade,

Ènn’ a rivenou so ‘ne savate.

 

litt. Il a été à Paris sur une chèvre,

Il en est revenu sur une savate.

C’est un hâbleur. — La fortune ne lui a pas souri dans ses voyages.

Pr. fr. — A beau mentir qui vient de loin.

 

38

aler

Où sint-Arnoul va, sint-Aubêrt ènnè va nié.

(MONS)

 

litt. Où saint Arnoul va, saint Aubert ne va pas.

On ne peut pas boire et manger beaucoup.

Celui qui boit beaucoup, mange peu.

 

mons  Èn’ buvez ni come in pourciau pace què, où sint-Arnoul  va, sint-Aubêrt ènnè va nié, èyèt què vos f’rièz vos fosse avè  vos dints.

(MOUTRIEUX Dès nouviaus contes dè kié. 1850)

 

rouchi  Où qu’ sint-Arnould va, sint-Honoré n’ sarot aler.

(HÉCART. Dict.)

 

Saint Arnoul, patron des brasseurs. Saint Aubert, patron des bouchers. Saint Honoré, patron des boulangers.

 

39

aler

Aler so Hêve.

 

litt. Aller vers Herve.       

La route de Liège à Herve passe devant le cimetière de Robermont.

Avoir mauvaise mine; dépérir; et fig. avoir le moral sensiblement attaqué.

Pr. fr. — Filer un mauvais coton.

 

V’s-èstez sûr qui qwand ‘n-ome sêve

Fâît ‘ne laîde djaîve,

C’ èst qu’ i va so Hêve.

(alcide pryor. On voyèdje à Vèrvî. 1803)

 

Maîs m ‘pôve tièsse va so Hêve,

S’ èlle si trouve adlé mi,

Come dji lî pètereû s’ djaîve

Si dj’ waséve l’ abrèssî.

(V. collette. Marèye mès-amoûrs Ch. 1864)

 

40

aler

Qui va reûd s’ astoke. (mâlmedy)

 

litt. Qui va vite s’arrête (trébuche).

Il ne faut pas vouloir forcer un travail ; s’enrichir trop rapidement.

 

stavelot   Qwand on va trop reûd, on s’ trèbouhe.

 

41

aler

On t’ vèra aler avèc ène chavate ét in chabot.

(tournai)

 

litt. On te verra aller avec une savate et un sabot.

Ce dicton de forme prophétique s’adresse à ceux qui font un mauvais usage de leurs richesses, et qui ont l’air de s’en en orgueillir.

 

Dj’ vous mindjeraî jusqu’à vos dèrniers liârds èt djè n’ sraî pus byin aîse qui quand dj’ vous vwaraî aler come dès minâbes, loke dèvant, loke dèrière, avè ène chavate ét in chabot. (leroy. Bièc di fiér, traduction du Bleu Bîhe, de simon. Sc. 6. 1888)

 

42

aler

I va todë èt i n’ sét où,

Come li poyon qu’ èst sourtë d’ l’ oû.

(JODOIGNE)

 

litt. Il va toujours et il ne sait où, comme le poussin qui

est sorti de l’œuf.

Il marche au hasard, sans but ; ce qu’il fait n’a pas de raison

d’être ; il ne raisonne pas.

 

var. jodoigne  Dë r’vént dë r’va.

Il va toujours.

 

43 

aler

Il îrè djusqu’à l’ fin, come mi grand-mére.

 

litt. Il ira jusqu’à la fin comme ma grand’mère.

Il ne changera pas. Se dit surtout en mauvaise part.

 

44

aler

 I n’ pout aler pîre qui tot d’ triviès. (namur)

 

litt. Il ne peut aller pire que tout de travers.

Il ne peut avoir une vie, une condition plus pénible que celle qu’il a.

 

45

brocale

ALLUMÈTE

I r’son.ne lès brocales, i flaîre po-d’zeûr èt po-d’zos.

 

litt. Il ressemble aux allumettes, il pue par dessus et par dessous.

Il n’a que des désagréments, des défauts ; on ne sait par où le prendre.

 

Allez, mâssîte trôye ! vos ravisez lès brocales, vos flaîrîz d’zeûr èt d’zos.

(DEHIN. Li harèdjerèsse di so l’ martchî. 1845)

 

46  

brocale

C’ è-st-ine brocale sins soûfe.

 

litt. C’est une allumette sans soufre.

C’est un homme froid, indifférent.

 

var. C’ è-st-on Dj’han pau tchôd.

 

47  

brocale

On-n-èsprindreût ‘ne brocale so s’ visèdje.

 

litt. On allumerait une allumette sur (à) son visage

Avoir le visage enflammé, rouge par excès de boissons

alcooliques.

La colère produit le même effet en faisant monter le sang à la tête.

Le feu de sa colère pourrait allumer une chandelle.

(Le père jean-marie. Le divertissement des sages. 1663)

 

tournai R’waîtiez in p’tit peo s’ visache ; on-aleumereot ène aleumète, dè forje qui èst inflamé po g’nèfe.

(leroy. Bièk di fiêr,  trad. du Bleû Bîhe de simon. Sc. 4.1888)

 

var. nivelles 

Sès blantchètès machèles r’lûjenèt come dès cabus,

Is flamenèt qu’ o vourèt alumer s’ pupe dèssus.

(RENARD. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèles. Ch. 11, 3e éd. 1890)

 

48 

alouwète

ALOUETTE

Ratinde qui lès-alouwètes vis toumèsse, totès rostèyes.

 

litt. Attendre que les alouettes vous tombent toutes rôties.

Se dit à un paresseux qui voudrait avoir les choses sans peine. (ACAD.)

Pr. fr. — Il attend que les alouettes lui tombent toutes rôties dans le bec.

Les alouettes lui tomberont toutes rôties dans la bouche.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

I pinséve avu lès-alouwètes, totès rostèyes.          

(foRir. Dict.)

 

Ni v’ fiyîz mây so l’ timps wice qui lès-alouwètes

Divèt, totès rostèyes, toumer so voste assiète.

(M. thirï. Ine cope di grandiveux, 1859)

 

variante  bÂre Habèye, dihombrans-nos, ca ci n’ èst nin tot creûhelant lès brès’ qui lès tchâpin.nes vis toumeront totès rostèyes è vosse boke.

(WILLEM et bauwens. Li galant da Fifine. Sc. 5. 1882)

 

marche   T’ vôrès dès-anlouwètes rostéyes.

 

VERVIERS   Lès-alôyes crausses èt haîtèyes

Nu toûrnèt nin totes rostèyes

Duvins l’ bèrna d’ au têdeû.

(xhoffee. Lu powête walon. 1860)

 

mons  Dins ç’ monde ci, i faut travayer pace qué lès-alouètes èn’ vos tomberont nié toutes rostîes dins vo bouche.

(MOUTHlEUX. Dès nouviaus contes dè kié. 1850)

 

st-quentin  Ouvrez vos bouks, chés aleuètes, il î quèront pour seur toutes rôties.

 

Pr. provençal. Espero que las callos i toumbo toutes roustidos, coumo as enfants d’ Israël.

(Revue des langues romanes, 1881)

 

basse-allemagne

Warten bis Einem die gebratenen Tauben in den Mund fliegen.

 

49

alouwète

Quand vos t’nez l’ alouwète, vos l’ divez ploumer.

 

litt. Quand vous tenez l’alouette, vous devez la plumer. Quand vous étiez à même d’obtenir cet emploi, cette place,

cette faveur, de profiter des bonnes dispositions de cette personne, vous deviez le faire.

Ne laissez pas échapper l’occasion.

 

variante   matÎ STOFé

Ti deûs k’nÔe li vî spot, èt ti l’ deûs bin hoûter

Qwand ine fèye, on tint 1′ poye, i l’ fât savu ploumer.

(H.-J. toussaint. Hinri èt Dadite. IL, sc. V. 1870)

 

50

âme

AME

T’n-âme n’ passera nin por là. (tournai )

 

litt. Ton âme ne passera pas par là.

On dit cela à celui qui s’étant fait une légère blessure s’épouvante de voir son sang couler.

 

vaR. nivelles  Vos bouyas n’ passeront né par là.

 

51

âme

Avwar l’ âme plus nwarte què l’ keur d’ èl kèmènèye. (tournai)

 

litt. Avoir l’âme plus noire que le cœur (centre) de la cheminée.

Etre mauvais, vicieux, couvert de crimes.

Le cœur de la cheminée, où est ordinairement une plaque.

Il est noir comme le cœur de la cheminée. (littré)

 

52

aminde

AMENDE

C’ èst lès batous qui payèt l ‘aminde.

 

litt. Ce sont les battus qui payent l’amende.

Se dit eu parlant d’un homme qui est condamné, tandis qu’il devrait être dédommagé. (ACAD.)

Pr. fr. — Les battus payent l’amende.

Il est des hommes de Lorris où le battu paye l’amende.

(ESTIENNE PASQUIER. Opéra. 1732)

 

C’est la coustume de Lorry, où le battu paye l’amende,

Ceux qui nous doivent nous demandent.

(Le père jean-marie. Le divertissement des sages. 1660)

 

Le mort a le tort et le battu paye l’amende.

Ce proverbe vient d’une équivoque : la loi s’adressant au coupable, lui dit : le bats-tu? Paye l’amende. (Dict. portatif des prov. franç. 1751)

On pourrait y voir aussi une allusion à l’Ordalie ou Jugement de Dieu. (loysel. Inst. 817)

Cité par forir. Dict.

 

marche   C’ èst l’ batou qu’ paye l’ aminde.

C’ èst lès batous qu’ pâyeront l’ aminde.

 

namur Li mwârt à l’ twârt èt l’ batu paye l’ aminde.

 

mons Vos volez la guère; è bé ! Vos l’ arez; èt gare à vous ! Vos poudriez bé in vîr dé grîse, ét fète bé atincion qu’ c’ èst toudi lés batus qui payetét l’ amende.

(leteLLIERS. Armonak dé Mont. 1836)

 

53

ami

AMI

Gn-a si bons-amis qui n’ si qwitèsse.

 

litt.  Il n’y a si bons amis qui ne se quittent.

On ajoute en français : disait Dagobert à ses chiens; sans aucun doute parce qu’il les congédiait un peu brusquement.

Pr. fr. — Il n’est si bonne compagnie qui ne se sépare.

 

var. namur  I gn-a si bèle compagnîye

Qui dwèt fini pa s’ quiter,

Di l’ akeuy, on vos r’mèrcîye

On ‘nnè saureûve wasu douter.

(J. colson. Les bardes à Charleroi. Ch. 1862)

 

mons  Dj’ m’ amûse fin bé dins vo société, maîs i n-a d’ si bèle compagnîye qu’ i n’ faut qu’ on s’ quite, comme dit 1′ provèrbe.

(letellier. Armonak dé Mont. 1862)

 

54  

ami

I n-a pas à dîre : mon bèl ami.

 

litt. Il n’y a pas à dire : mon bel ami.

C’est en vain que vous cherchez à m’amadouer ; vous avez beau dire; cela doit être.

 

MONS I n-a pas à dîre, mon bèl ami, ça, fieu, vos-î passerez ; ç’ ‘t-ène chôse décidée.

(letellier. Armonak dé Mont. 1853)

 

55

ami

Ami po èpronter, in.nemi po rinde.

 

litt. Ami pour emprunter, ennemi pour rendre.

Quand on demande à quelqu’un l’argent qu’ on lui a prêté, on s’en fait souvent un ennemi. (ACAD.)

Pr. fr. — Ami au prêter, ennemi au rendre. (Cf. loysel.)

Au prêter cousin, à rendre fils de putain.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

Ami po pruster, in.nemi po rinde.  (Forir. Dict.)

 

basse-allemagne.— Leihen macht Freunde, wieder fordern Feinde.

 

56   

ami

On dit si scrèt à on-ami,

Maîs ç’ti-là a on-ami ossi. (NAMUR)

 

litt. On dit son secret à un ami,

Mais celui-là a un ami aussi.

On ne doit se fier à la discrétion de personne.

 

57 

ami

On conèt lès-amis quand on-z-a dandjî d’ zèls.

(namur)

 

litt. On connaît les amis quand on a besoin d’eux.

La véritable amitié se montre dans l’adversité.

 

C’ èst d’vins l’ mâleûr qu’ on k’nohe lès camarâdes,

Dit-st-on vî spot qu’ a fwèrt sovint raîson.

(SALUE. Li vwès dè l’ rik’nohance, Ch. 1877)

 

veRviers   Lu bin crèhe foû dè mau min.me

Grand dusplit acsègne quî v’s-in.me.

(RENIER. Spots rimés. 1871)

 

var. namur  Lès camarâdes, c’ èst come lès vidjilantes, on n’ è  trouve pus, on côp qu’ i ploût.

 

58 

amitié

AMITIÉ

L’ amitié dèskind chon côp pus qu’ èle né monte. (MONS)

 

litt. L’amitié descend (chaque fois, souvent) plus qu’elle ne monte.

L’affection des parents pour leurs enfants est plus grande que celle des enfants pour leurs parents.

 

59 

amitié

Lès p’tits présints intritenè l’ amitié.

 

litt. Les petits présents entretiennent l’amitié. Traduction peu  usitée du proverbe français, donnée  par forir. Dict.

 

variantes  Lès p’tits présints wàrdèt l’ acwèrd.

Lès drinhèles intritenèt l’ bone paye.

= L’échange de bons procédés ravive les sentiments.

 

verviers                                 

lisa  On dit qu’ lès p’tits cadaus intrutenèt l’ amitié.

nelle  Çu qui r’lîve çu qu’ on done èst l’ manîre d’ èsse duné.

(renier. Li mohone à deûs faces. Sc. 6. 1873)

 

lille   On s’ faît dès présints par douzène

Pour intèrtènîr l’ amitié.

(desroUsseaux. Chansons lilloises. 1887)

 

60 

amitié

Amitié d’ infant, ch’ èst d’ l’ iau dins-in kèrtin.

(tournai)

 

litt. Amitié d’enfant c’est de l’eau dans un panier.

L’amitié d’un enfant dure peu.

 

61 

amwèce

AMORCE

Fé fritche so l’ amwèce.

 

litt. Faire friche sur l’amorce.

Rater, manquer son coup.

friche, onomatopée. Cité par forir. Dict.

 

Buvans à 1′ santé

Di nosse binamé

Sins fé fritche so l’ amwèce.

(BAILLEUX.  Chanson en l’honneur de Soubre. 1842)

 

Sor mi-min.me, dji saveû fé ‘ne fwèce.

Adon dji féve fritche so l’ amwèce.

(DEHIN. Consèy à l’ djon.nèsse.1830)

 

Ou 1′ armîre èst stopêye, ou li r’ssôrt èst sins fwèce,

Èt, pus sovint qu’ à s’ toûr, i faît fritche so l’ amwèce.

(THIRY. Ine copène so l’ marièdje. 1858)

 

62 

amwèce

Oder l’ amwèce.

 

litt. Sentir l’amorce.

Pressentir quelque chose; se douter d’un piège que l’on vous tend.

 

jodoigne  Il a sintu l’ auze, 1′ mètche.

 

63 

amoûr

AMOUR

I gn-a qu’ amoûr qui plaîse, faît-on qwand on-z-abrèsse on vaî.

 

litt. Il n’y a qu’amour qui plaise, fait-on (dit-on) quand on embrasse un veau.

 

jodoigne  Cë qu’ l’ amoûr faît fé, di-st-èle lë fème qui rabrèsseûve së via.

 

64

 

amoûr

L’ amoûr si tape ossi bin so on tchèrdon qui so ‘ne rôse.

 

litt. L’amour se jette aussi bien sur un chardon que sur une rosé.

Tous les goûts ne se rapportent pas. Il ne faut point disputer des goûts. (ACAD.) — L’amour est aveugle.

Aussi bien sont amorettes,

Sous buriaus cum sous brunettes.

(Anc. prov. XIIIe siècle.)

buriau, bûreau, drap mélangé, de prix inférieur, dont se servait le peuple.

brunette, étoffe très fine dont s’habillaient surtout les dames de distinction.

L’amour se glisse aussi bien sous un habit que sous un autre.

(LE ROUX DE LINCY.  Dict.)

 

65

amoûr

Il a 1′ mwart së lès-oûys èt ça vout co fé  l’ amoûr. (jodoigne)

 

lITt. Il a la mort dans les yeux et cela veut encore faire l’amour.

Il veut entreprendre une chose qu’il ne pourra mener à bonne fin.

 

66

amoûr

L’ amoûr faît danser lès-âgnes.

 

litt. L’amour fait danser les ânes.

Les gens les plus grossiers sont civilisés par l’amour.

Cité par forir. Dict.

Anc. pr. fr. — Amour apprend aux ânes à danser.

 

67

amoûr

Lès bèrikes èt lès blancs tch’vès sont dès qwitances d’ amoûr.

 

litt. Les besicles et les cheveux blancs sont des quittances d’amour.

Ce proverbe, cité par leroux (Dict. comique. 1752), signifie

« qu’ on ne doit plus songer à la galanterie en cet état ».

Pr. fr. — Quand on prend lunettes, adieu fillettes.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Bonjour lunettes, adieu fillettes. (Littré.)

Quand l’âge vient de prendre lunettes,

Il faut renoncer aux amourettes.

Cité par forir. Dict.

 

variante   A cinkante ans, i fât botener s’ cou-d’-tchâsse, èt dovri s’ câve.

 

68  

amoûr

L ‘amoûr richone au feu qui s’ discouve pa l’ fumêre. (namur)

 

litt. L’amour ressemble au feu qui se découvre par la fumée.

Quelque soin que l’on prenne pour cacher une passion vive, il en paraît toujours quelque chose. (littré)

… L’amour le plus discret

Laisse par quelque marque échapper son secret.

(racine. Bajazet. ILI, sc. 8)

 

69 

galant

AMOUREUX

Li cisse qui n’ a qu’ on galant n’ a nouk.

 

litt. Celle qui n’a qu’un amoureux n’en a pas.

Il faut savoir inspirer un peu de jalousie pour rendre l’amour plus vif. (Opinion des Gélimènes)

 

70

amoureûs

Dji so si amoureûs d’vins mès tchâsses qui dji n’ sé pus mi r’trover d’vins mès solés.

 

litt. Je suis si amoureux dans mes bas que je ne puis plus me retrouver dans mes souliers.

Je ne suis pas amoureux.

 

71 

galant

C’ è-st-on galant d’ fièsse, qu’ ènnè r’va avou lès violons.

 

litt. C’est un amoureux de fête, qui s’en retourne avec les violons.

C’est un homme sur lequel on ne peut compter; ses paroles ne tirent pas à conséquence.

 

72

amoureûs

C’ è-st-on Djan bonès djotes

Il è-st-amoureûs d’ tortotes. (jodoigne)

 

litt. C’est un Jean bons choux.

Il est amoureux de toutes.

Il fait la cour à toutes les femmes et prodigue des déclara­tions d’amour auxquelles on ne doit pas croire.

 

73

galant

Èle candje di galant come di tch’mîhe.

 

litt. Elle change d’amoureux comme de chemise.

C’est une personne légère, volage, changeante.

 

frameries  madame

Sèrwat-ce parce què Pièrot a passé l’ arme à gauche,

Après li, s’ra in-aute.

pierrot (à part.)

In candje-t-èle come dè cauje ?

(J. dufranE, Pièrot vît co. Sc. 5. Armonak borin. 1890)

 

var. namur  victÔr È bin, po vos 1′ dîre franchemint, lès coméres, ça candje d’ idéye come di tch’mîje.

(berthalor. Cwamejî èt médecin. Sc. 5. 1890)

 

74

hanteû

Tos lès hanteûs ni s’ marièt nin.

 

litt. Tous les amoureux n’épousent pas

Il ne faut pas disposer d’une chose avant de la posséder. Il ne faut pas se flatter trop tôt d’un succès incertain. (ACAD.)

Pr. fr. — Tel fiance qui n’épouse pas. — Il ne faut pas compter sur le lendemain.

 

variante

Va, pôve orfulène,

Sondje si t’ ès malène

Qui tos lès hanteûs

N’ sont nin dès sposeûs.

(NIC. dEfrecheux. Li bon consèy. 1870)

 

variante Baicôp d’hanteu èt pau d’marieu.

(FORIR. Dict.)

 

var. tournai Nous l’ saveons bé, més lès frékinteûs n’ sont pos toudi lès marieûs.

(leroy. Bièkc di fiêr trad. du Bleû Bîhe de simon. 1888)

 

Fille fiancée n’est ni prise ni laissée.

(LOISEL. Institutes coutumières. 1607)

 

75

amoureûs

Notèr Dame dé Bizincoûrt

Mèt’ in-n-amoureûs dins m’n-écoûr. (tournai)

 

litt. Notre Dame de Bizincourt,

Mètez un amoureux dans mon cœur.

Dicton des filles de Mourcourt assez répandu à Tournai parmi les gens du peuple.

 

76

ågne

ANE

On n’ sâreût fé heûre in-âgne qui n’ a nin seû.

 

litt. On ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif.

On ne saurait obliger une personne entêtée à faire ce qu’elle n’a pas envie de faire. (ACAD.)

Pr fr. — On ne saurait faire boire un âne s’il n’a soif.

 

marche  Frîz-se bin maugré li, heûre on-âne?

 

frameries  madame

Sèrwat-ce parce què Pièrot a passé l’ arme à gauche,

Après li, s’ra in-aute.

PIÈROT (à part.)

In candje-t-èle come dè cauje ?

(J. dufranë, Pièrot vît co. Sc. 5. Armonak borin. 1890)

 

var. namur  victÔr È bin, po vos 1′ dîre franchemint, lès coméres, ça candje d’ idéye come di tch’mîje.

(berthalor. Cwamejî èt médecin. Sc. 5. 1890)

 

77

ågne

I s’ kitape come in-âgne qu’ a on pègne è s’ trau dè cou.

 

litt. li se démène (se débat) comme un âne qui a une tête de chardon dans le derrière. Il ne peut, rester tranquille.

 

jodoigne  I s’ cotape come on baudèt qu’ arot l’ fè au kë.

 

78

ågne

On piède si savon à lâver l’ tièsse d’ in-âgne.

 

litt. On perd son savon à laver la tête d’un âne.

Inutilement on se donne  beaucoup de peine pour faire

comprendre à un homme quelque chose qui passe sa portée.

(ACAD.)

Pr. fr. —  A. laver la tête d’un âne, d’un more, on perd sa

lessive.

 

A laver la tête d’un âne on n’y perd que le savon.

(Le père jean-marie. Le divertissement des sages. 1668)

 

79

ågne

C’ èst l’ âgne da sint Nicolèy.

 

C’est l’âne de saint Nicolas.

Il s’agit du fameux grison porteur des friandises que le bon saint distribue aux enfants, le 6 décembre.

C’est la bête à Dieu. — C’est un cœur d’or. – C’est la bonté même. — Il fait tout ce qu’ on lui fait faire.

 

variante  TÈRÊSE

Èle dit qu’ vos-èstez, qwand vos n’ avez nin bu,

L’ ome li mèyeû dè monde, enfin l’ âgne dè bon Diu.

(salMe. Ine feume qu’ ènnè vât deûs. Sc. 14. 1876)

 

80

ågne

Mète li cossin so l’ âgne.

 

litt. Mettre le coussin, le bât sur l’âne.

Faire porter à quelqu’un une chose gênante, embarrassante, incommode. — Compter sur l’obligeance d’autrui pour se débarrasser d’un fardeau.

 

I s’ apinsa qui s’ fèye, n’ avant po tot si apwèrt qui s’ mantulèt èt s’ fisaî, î freût côp d’ maîsse dè l’ hèrer à Dès Tawe, èt d’ mète insi li cossin so l’ âgne.

(magnée. Li houlète. Conte. 1871)

 

81

bourike

Toûrner à bourike.

 

litt. Tourner en bourrique.

 

Devenir stupide; faire aveuglément toutes les volontés d’une personne. (littré)

 

marche  TÈRÊSE

L’ quèstion n’ èst nin là, cléremint mi, dji v’ l’ èsplike,

C’ èst qui s’ dame, qwand ‘le vout, l’ faît toûrner à borike.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. III, Sc. 2. 1859)

 

namUr  Dins 1′ crinte di toûrner à bourike,

Ni nos mèlans nin d’ politike.

(wérotte. Dji tchante. Chanson. 1867)

 

var. namur  Â ! si 1′ jènéve li faît toûrner à bièsse,

Tapez-le drwèt djus.

(wérotte. Dès sowaîts. Chanson. 1867)

 

charleroi   L’ pape inradjèt qu’ i toûne à bourike

Èyèt d’ssus li, dwat, i brake ès’ fusik.

(bernus. L’ pâpe Pîy IX èyèt l’ pètit Châle du champète. Conte. 1873)

 

82 

baudèt

Baudèt d’ nature,

Qui n’ sét gnié lîre ès-n-écriture. (MONS)

 

 litt. Baudet de nature qui ne sait pas lire son écriture.

Être d’une ignorance crasse.

Pr. fr. Il est bien âne de nature qui ne sait lire son écriture.

 

83

baudèt

On baudèt pèrit todi pauzès pates. (namur)

 

litt. Un baudet périt toujours par les pattes.

C’est l’organe qui fonctionne le plus qui est usé le premier.

 

84 

baudèt

I fét l’ èfèt d’ un grin d’ avène dins l’ gueule d’ un baudèt. (tournai)

 

litt. Il fait l’effet d’un grain d’avoine dans la gueule d’un âne.

Il passe complètement inaperçu.

 

85

baudèt

Fé l’ baudèt po-z-awè do son. (namur)

 

litt. Faire l’âne pour avoir du son.

Se montrer plus simple qu’ on n’est réellement pour obtenir quelque chose (littré)

Pr. fr. — Faire l’âne pour avoir du bran (son). Il faisait de l’asne pour avoir du bran.

(rabelais. Progn. pantag.).

 

var. namur  I faît l’ tchin po-z-awè dès-ouchas.

 

86

andje

ANGE

Andje au cabarèt, diâle è s’ maujone. (JODOIGNE)

 

litt. Ange au cabaret, diable dans sa maison.

Homme aimable et joyeux hors de chez lui, désagréable et grondeur lorsqu’il est rentré.

 

87

andje

Lès-andjes në cwèyenèt au diâle quë quand is-ont r’çu on côp d’ cwane. (jodoigne)

 

litt. Les anges ne croient au diable que quand ils ont reçu un coup de corne.

L’accomplissement d’un fait est nécessaire pour convaincre certaines personnes naïves.

 

88 

inglès

ANGLAIS

Picher à l’ inglèse. (tournai)

 

litt. Pisser à l’anglaise.

Sortir sous prétexte d’uriner et ne pas rentrer.

Partir sans payer, se tirer adroitement d’une affaire sans bourse délier.

Il faut faire remonter cette locution proverbiale à l’époque où parut, au grand mécontentement des industriels belges, excités par certains fabricants, la loi sur le libre échange avec l’Angleterre. On se rappelle encore l’émotion des ouvriers tournaisiens, leurs promenades bruyantes en ville au cri de « à l’ iau l’s-Inglès », ainsi que le cortège satirique dans lequel JÔn Bull était représenté sur un char, en Gargantua insatiable. Le peuple alors trouvait plaisir à qualifier d’anglais tout ce qui était inconvenant ou déloyal : « traiter à l’inglesse », être mal reçu; « payer à l’inglesse », refuser de payer; « s’moucher à l’inglesse », se moucher sur sa manche, ou se passer de mouchoir,etc., etc. « Picher à l’ inglèse » est la seule expression restée dans le répertoire populaire.

(Etrennes tournaisiennes. 1886)

 

89 

an.wèye

ANGUILLE

Dihâssî l’ an.wèye po 1′ quowe.

 

litt. Ëcorcher l’anguille par la queue.

Commencer par l’endroit le plus difficile el par où il faudrait finir. (aCad)

Pr. fr. — Ëcorcher l’anguille par la queue.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

namur  Dismoussî l’ in.wîye pa 1′ queuwe.

 

90 

an.nêye

ANNÉE

I n’ si fât nin èwarer d’ ine mâle an.nêye, on ‘nn’ a bin deûs.

 

litt. Il ne faut pas s’effrayer d’une mauvaise année, on en a bien deux.

Il ne faut pas se laisser abattre par un petit revers, quand un grand malheur peut survenir.

Prov. espagnol. — Il faut caver au pire.

 

91 

an

Quî s’ vout aritchi so in-an, si faît pinde â bout d’ sîs meûs.

 

litt. Celui qui veut s’enrichir sur (en) un an se fait pendre au bout de six mois. Cité par forir. Dict.

Pr. fr. — Qui veut s’enrichir en an se fait pendre en six mois.

(LE ROUX DE  LINCY)

Celui qui emploie des moyens déloyaux dans le but de s’enrichir très rapidement est exposé à en être puni.

 

92  

an.nêye

Èsse dè l’bone an.nèye.

 

litt. Être de la bonne année.

Être simple, crédule,

 

habaDja

I faléve èsse dè l’ bone an.nêye

Po v’s-è lèyî aloûrdiner.

(DE harlez. Lès-hipocondes. III, sc. 7. 1788)

 

MATÎSTOFÉ.

On pout dîre qui v’s-èstez dè l’ mèyeû dès-an.nêyes

Èt v’s-âriz bin mî faît di d’mani è l’ coulêye.

(toussaint. Hinri èt Dadite. IL, sc. 1re. 1870)

 

namur  Èt pwîs d’mandez poqwè one guêre si acharnéye, Poqwè? vos dirèt-on, èstoz de 1′ bone anéye?

(A. demanet. Oppidum Atuaticorum. 1843 — Ann. de la Soc. arch. de Namur. T.II)

 

93

an

Cint en banîre,

Cint en civîre.

 

litt.   Cent ans bannière

Cent ans civière.

Changement de fortune dans les familles.

(FORIR.  Dict.)

Les grandes maisons finissent par déchoir.

On les a comparées aux pyramides, dont la vaste masse se termine en petite pointe.

(QUITARD. Dict. des prov.)

Prov. fr. —Cent ans bannière, cent ans civière; c’est-à-dire la même famille qui portait il y a cent ans la bannière, porte maintenant la civière et réciproquement. (littré)

variante   Ainsi va le monde,

Quand l’un descend, l’autre monte.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

94 

an.nêye

Ça s’ frè l’ an.nêye bîsètte,

Qwand ploûrè dès bèrwètes.

 

litt.       Cela se fera l’année bissextile

Quand il pleuvra des brouettes.

Cela ne pourra jamais avoir lieu. — Renvoyer à un temps qui ne viendra jamais, à ce qui n’existe pas. Pr. fr. — Renvoyer aux calendes grecques.

 

BIÈTEMÉ

Mètez bin vosse min d’ssus, Tâtî, vos l’ troùverez d’zos

V’ l’ ârez, l’ an.nêye bîsète, qwand ploûrè dès bèrwètes.

(REMOUCHAMPS. Tâti l’ pèrikî. I, sc. 6. 1885)

 

var. mons Lès monvés payeurs promètetét toudi tout bas d’ payer l’ aîmée bizète, quand lés pouyes iront à crochète, èt on atind toudi après ç’n-année-là.

(letellier. Armonak dé Mont. 1848)

 

vaR. MONS                 

Il a tout rué pa l’ fèrniète

Ça a kèyu dèssus l’ tiète

Dèssus l’ tiète d’ in marichau ; ô !

Et j’ cwa qu’ c’ èst l’ anée bisète

I két du brin à l’ place dè l’ iau, ô !

Ringuinguète, ô ! ringuingô.

On désigne par ‘anée bisète’ une année merveilleuse.

(SIGART.  Dict. 1870)

 

CHARLEROI  

Quand on m’ tirera co ‘ne parèye guète,

Lès pouyes d-iront su dès crossètes.

(bernus. L’ cwârbau èyèt li r’naud. Fauve. 1873)

 

var. namur  marÎYe

Quand ç’ti-là m’ rivêrè bin, lès pouyes auront dès dints.

(bertholor. Cwamejî èt médecin. Sc. 5. 1890)

 

var. tournai  Quand lès poules areont dès dints.

 

VAR. nivelles  Si l’ carème dure sèt’ ans; on fra ça à Pâke.

 

95  

an

Dji m’ è moke come di l’ an quarante.

 

 litt. Je m’en moque comme de l’an quarante.

Cela ne m’inquiète nullement. — Je n’y aurai pas le moindre égard. — Je m’en fiche comme de Pitt et Gobourg.

(QUITARD. Dict.,  p.55)

 

variante   Dji m’ è sovin come di l’ an quarante.

(remacle. Dict . 1839)

 

lamrert.

Tot come di l’ an quarante, dji m’ fiche di zèls turtos,

Loukîz ci p’tit machin, avou lu dj’ pou fé tot.

(TOUSSAINT. Lambêrt li fwèrsôlé. III, sc. lre. 1871)

 

marche    Dès qu’ one comère coûrt à cinkante

Ça faît cinq creûs su tot galant,

On-z-è rît come di l’ an quarante.

(alexandre. P’tit corti. Tome III. 1860)

 

96 

êwe

À 1′ novèl an, l’ êwe pèhe voltî.

 

litt. Au nouvel an l’eau pêche volontiers.

C’est en général l’époque des inondations dans nos contrées, l’eau amène les épaves.

 

97 

an.nêye

An.nêye di plocons,

An.nêye di houbion.

 

litt. Année de pucerons,

Année de houblons.

 

98

an

Avri èt Sint-R’mèy

Pârtèt l’ an è mwètèy.

 

litt.  Avril et Saint-Remy (1er octobre) partagent l’an en moitié.

(FÔIR. Dict.)

 

variante  Pâke èt R’mèy

Pârtèt l’ an è d’mèy.

 

99

anse

ANSE

Fé danser l’ anse dè bansetê.

 

litt. Faire danser l’anse du panier.

Se dit d’une cuisinière qui gagne sur  les denrées qu’elle achète. (littré)

Pr. fr. — Faire danser l’anse du panier.

 

JANÈTE

Enfin, d’ on posse,

I fât prinde gosse

Adon d’ sès maîsses, èsse so lès-intèrèts,

Djamây qui l’ anse

Dè bansetaî ‘ne danse

Èt s’ dîre tofêr, di bon cour dj’ ouveurerè.

(willem et bauwens. Pèchi racheté. Sc. 10. 1882)

 

100

awous’

AOUT

L’ awous’ apwète

Çou qu’ mâs’ èpwète.

 

litt. L’août apporte

Ce que mars emporte.

Ce proverbe est cité dans l’Almanach de Mathieu Laensberg, 1833.

 

101

apoticâre

APOTICAIRE

L’ apoticâre n’ ode nin sès drougues.

 

litt. L’apothicaire ne sent pas ses drogues.

 

On finit par s’accoutumer aux inconvénients de son état. — L’habitude nous fait trouver certaines choses si naturelles que nous sommes surpris que les autres en soient incommodés.

Cité par forir. Dict.

 

102

aparince

APPARENCE

I n’ si fât nin fîyî âs-aparinces.

 

litt. Il ne faut pas se fier aux apparences.

Il ne faut pas juger sur l’extérieur, sur ce qui paraît dehors.

(ACAD.)

De votre changement la flatteuse apparence

M’avait rendu tantôt quelque faible espérance.

(RACINE. Bércnice. V, sc. 7)

 

var. stavelot  Sovint l’ baî è-st-â d’foû.

 

103

apétit

APPÉTIT

Sinti done apétit.

 

litt.  Sentir donne appétit.

 

L’odorat éveille le goût. Se dit par analogie de tout ce qui induit en tentation.

Je sens la chair fraîche, disait l’ogre. (Histoire du Petit Poucet.)

 

variante   L’ odeur vis adawe d’ à lon,

C’ est de vî clapant bourgogne.

(lamaye. Ll vin d’ Bourgogne. Décembre 1840)

 

nivelles  … liroussi j’sins F chair humaine

Et m’n-estoumaq qui danse, dins tous les coin wallons

El chair humaine je 1″ sins, et loutte suitte nos l’trouv’rons.

(renard. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle. Poème. Ch. IV. 1887)

 

104

apétit

L’ apétit est l’ mèyeû d’ tote les sâces.

 

litt. L’appétit est la meilleure de toutes les sauces.

(FORIB. Dict.)

 

La faim assaisonne tous les mets. — Quand on a faim tout mets paraît bon. (ACAD.)

Pr. fr. — La faim, l’appétit assaisonne tout. Il n’est chère que d’appétit. La faim est le meilleur assaisonnement. Il n’est sausse que d’appétit.

(Le père jean-marie.  Le divertissement des sages. 1665)

 

var. verviers

 L’ apétit qui rind tot bon

Èst portant l’ fis d’ privaucion.

(renier. Spots rimés. 1871)

 

MONS  Èn’ conèssez pas, cinsière, l’ provèrbe qui dit : i vaut mieu bon-apétit qu’ bone sauce ; et tans’ qu’ à l’ apétit, vos-alez vîr qués bèrlafes què dj’ va là saker.    

(letelijer. Armonak dé Mont. 1861)

 

Optimum fames condimentorum est ciborum.

(LEJEUNE. Proverbia familiaria. 1741.)

 

105 

apétit

L’ apétit vint tot magnant.

 

litt. L’appétit vient en mangeant.

(FORIR. Dict. 1801)

Le désir de s’enrichir ou  de s’élever augmente à mesure qu’ on acquiert de la fortune ou des honneurs. (ACAD.)

Pr. fr. — L’appétit vient en mangeant. Appétit vient en mangeant.

(Prov. comm. XVe siècle.)

Mais l’appétit vient toujours en mangeant.

(lafontaine. La confidente sans le savoir.)

 

namur  L’ apétit vint tot mougnant.

 

mons  L’ apétit vièt in minjant.

 

nivelles 

Djè n’ d’aî  ni cor assez, di-st-èle au grand jèyant.

Çu qu’ c’ èst, come l’ apétit nos-arive en mindjant.

(renard. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle. Poème. Chap. IV. 1887)

 

basse-allem. Der Appetit kommt während des Essens.

 

106 

apwèrter

APPORTER

Bin v’nou quî apwète.

 

litt. Bien venu (celui) qui apporte.

Cité par forir. Dict.

Il faut bien accueillir celui qui vous fait un cadeau.

Qui donnera le plus, qu’il soit le bien venu.

(regnier. Sat. XIL.)

 

107 

après

APRÈS

Après lès prés, c’ èst lès patures. (nivelles)

 

litt. Après les prés, ce sont les pâtures.

Proverbe calembourique.

 

nivelles  Èyèt après ? — Après lès prés, c’ èst lès patures ; — on ajoute souvent : pour vous l’ brin, pour mi l’ bûre.

(L’ Aclot. Journal. 1889)

 

namur   Après lès prés, c’ èst lès djârdins.

 

108 

aran.ne

ARAIGNÉE

Aran.ne du swâr,

Èspwâr;

Du matin,

Chagrin;

Du midi,

Plaîsi. (TOURNAI)

 

litt. Araignée du soir, / Espoir; / Du matin, / Chagrin;  / Du midi, / Plaisir.

 

mons   Écraser ène aragne au matin,

C’ èst d’ l’ ardjint.

Au swâr

C’ èst d’ l’ èspwâr.

(SlGART. Gloss.étym. montois)

 

109

âbe

ARBRE

Qwand in-âbe tome, tot l’ monde coûrt âs cÔes.

 

litt. Quand un arbre tombe, tout le monde court aux branches.

Quand un homme est tombé en disgrâce, chacun s’empresse de partager ses dépouilles. (poitevin.) — Cf. La locution : le coup de pied de l’âne, allusion à la fable de Lafontaine : le Lion devenu vieux (L. III, § 14). — Les Mirmidons ou les funérailles a’Achille, chanson de Béranger.

 

marche   Dès qu’ on grand aube è-st-abatou

Vite è bokèts il èst mètou.

 

110

aube

Tant qu’il est djon.ne, on plôye on-aube. (marche)

 

litt. Tant qu’il est jeune on plie un arbre.

Il faut s’y prendre tôt pour diriger le caractère des enfants, pour leur faire prendre de bonnes habitudes, pour leur former l’esprit.

 

111

âbe

On veût bin à l’ âbe li frût qu’ i pwète.

 

litt. On voit bien à l’arbre le fruit qu’il porte.

Quand on connaît quelqu’un, on sait de quoi il est capable. — Timeo Danaos et dona ferentes. (virgile. Jén. II, 49)

Mot célèbre ainsi rendu en wallon par un spirituel Liégeois dans une discussion qu’il avait avec un habitant de Herve :

 

Dj’ a sogne des Hêvurlins èt d’leûs flaîrants froumadjes.

 

Les fromages du pays de Herve jouissent d’une réputation méritée, mais sont loin d’être inodores.

 

variante  Li frût faît l’ âbe.

 

VAR. veRvieRs   L’ gos’ dè frût dit l’ nom du s’ cohe.

(renier.  Spots rimés. 1871)

 

Prov. allemand. Man kennt den Baum an seiner Frucht.

 

basse-allemagne. — An den Früchten erkennt man den Baum.

 

112  

âbe

I n’ fât nin djudjî l’ âbe à l’ pèlote.

 

litt. Il ne faut pas juger l’arbre à l’écorce.

Il ne faut pas juger des gens sur l’apparence,

(LAFONTAINE. Liv. XI, fab. 7. Le paysan du Danube)

On juge du bois par l’écorce, Et du dedans par le dehors; Considérez de près nos corps Et jugez quels nous devons être.

(SCARRON)

 

maRche  À l’ pèlote on r’coneut on-aube.

 

jodoigne  I n’ faut jamaîs jëjer on-aube dë së l’ pèlake.

 

113 

aube

I n’ faut nin côpè l’ aube è l’ séve. (MARCHE)

 

litt. Il ne faut pas couper l’arbre quand la sève monte.

Il ne faut pas détruire une chose qui est en progrès.

 

114 

aube

Quand on-aube a prins rècëne, faut toûrsi po revièsser. (JODOIGNE)

 

litt. Quand un arbre a pris racine, il faut tournailler pour le renverser.

IL est difficile de perdre une mauvaise habitude quand on lui a laissé prendre racine.

 

115 

aube

L’ pus bèl aube èst l’ prumi choyou. (MARCHE)

 

litt. Le plus bel arbre est secoué le premier.

On commence généralement une chose par la partie la plus facile, par le côté le plus agréable.

 

JODOIGNE C’ èst l’ pës bèl aube qu’ èst todë l’ prèmi choyë.

 

116 

âbe

C’ èst l’ âbe coûte-djôye.

 

lITt. C’est l’arbre courte-joie.

C’est une chose dont la jouissance est de courte durée, ou qui ne procure pas le plaisir que l’on espérait. C’est une désillusion.

 

« Allusion à un vieux tilleul situé dans la campagne de  Rocour et que le crime a rendu odieusement célèbre. La  tradition rapporte que sous cet arbre, un amant y assassina sa maîtresse, après en avoir abusé. »

(FORIR.  Dict.)

 

On racontéve qu’ ine pôve djon.ne fèye

Qui riv’néve li cour tot contint

Après in-an d’ sèrvice à l’ vèye,

Rapwèrtant s’ gadje à sès parints,

À sès pîds aveût pièrdou l’ vèye

Qui c’ è-st-à câse dè rafiya

Qu’ èle aveût, di-st-on, d’ èsse rèvôye

Qu’ on-aveût surnomé : coùte-djôye

Ciste âbe wice qu’ on 1′ touwa.

(FÉLIX chaumont.  Alm. de Math. Laensberg. 1862)

 

L’ âbe coûte-djôye, planté dans la campagne, entre Alleur, Ans et Rocour, est ainsi appelé parce que lors de la bataille de Rocour, gagnée le 11 octobre 1746 par le maréchal de Saxe, on crut un moment à la victoire des alliés, massés près de cet arbre.

 

Ci fourit portant l’ âbe coûte-djôye

Po eune di cès coméres marôyes.

(HANSON. Lès Luciâdes è vêrs lîdjwès. Ch. VI. 1783)

 

Dj’ aveû on fameûs rafiya di m’ marier, maîs dji so lodjî à l’ âbe coùûe-djôye.

(FORIR. Dict.)

 

117  

âbe

Ç’ n’ èst nin  l’ âbe qui hosse qui tome todi l’ prumî.

 

litt. Ce n’est pas l’arbre qui branle, qui tombe toujours le premier.

Ce n’est pas toujours une chose qui paraît aisée qui est accomplie le plus vite.

 

Qwand on-èst djon.ne èt fwèrt

On s’ creût bin lon dè l’ mwèrt

Èt on rèye d’ ine vèye djin qui plante ou faît bâti ;

Portant il è-st âhèy

A tot moumint dè vèy

Qui ç’ n’ èst nin l’ âbe qui hosse qui tome todi l’ prumî.

(Nic. defRecheux. A l’ djon.nèsse. 1860)

 

jodoigne  Ç’ n’ èst ni todë l’ aube qui cheût qui toume lë prëmi.

 

118 

âbe

In-âbe tome dè costé qu’ i brike. (MARCHE)

 

litt. Un arbre tombe du côté qu’il penche.

Nos penchants sont pour quelque chose dans nos malheurs.

Pr. fr. On ne tombe jamais que du côté où l’on penche.

 

namur  I clince do costé qu’ i vout tchaîr.

 

tournai  I èglène du coté qu’ i veut kèr.

 

lille  I clène du coté qu’ i veut kèr.

(veRmesse. Voc. du Patois lillois. 1861)

 

119

âbe

Alez compter lès-âbes so l’ quaî.

 

litt. Allez compter les arbres sur le quai (s.-ent. St-Léonard). C’est l’occupation des oisifs.

 

nivelles   Alez compter lès-arbes su l’ Dodin.ne.

(Petit ruisseau qui arrose une promenade à Nivelles)

 

120

scaye

ARDOISE

Il è-st-à couvièt d’ one sicaye d’ èglîje. (NAMUR)

 

litt. Il est couvert d’une ardoise d’église.

Il est protégé par les gens d’église.

 

var. jodoigne  Il a on clau à l’ èglîje.

 

121 

ârdjint

ARGENT

Ça vaut ârdjint sonant. (namur)

 

litt. Cela vaut argent sonnant.

Faire trop de fond sur de simples apparences; croire facilement. (ACAD.)

Pr. fr. — Prendre pour argent comptant.

 

namuR          

Nosse bon vî pére Cayot, dins onk di sès tchapites

Qui dj’ a studî après awè ieû lî l’ jézwite,

Si mèle ossi là-d’ssus di volu fé l’ savant,

Èt prind l’ couye di de Marne po d’ l’ ârdjint bin sonant.

(demanet. Oppidum Atuaticorum, 1843)

 

NB gaillot et de marne ont  écrit chacun une histoire du comté de NAMUR

Il a pris cela pour argent comptant. (Oudin. 1640)

 

basse-allemagne  Etwas fur bares Geld nehmen.

 

122 

ârdjint

In-ome sins-ârdjint, c’ è-st-on leûp sins dint.

 

litt. Un homme sans argent, c’est un loup sans dents.

On dit aussi : c’ è-st-on bièrdjî sins tchin.

L’argent est nécessaire pour vivre.

Mais sans argent l’honneur n’est qu’une maladie.

(RACINE. Les plaideurs)

 

jodoigne  On-ome sins caur, c’ è-st-one aveûle sins tchén.

 

123

ârdjint

L’ ârdjint d’ putin ènnè va come li vint.

 

litt. L’argent de prostituée s’en va comme le vent.

 

Le bien acquis par des voies peu honnêtes se dissipe aussi aisément qu’il a été amassé. (ACAD.)

 

variante  L’ ârdjint d’ putin ènnè va come i vint.

 

124  

ârdjint

Èsse  tchèrdjî d’ ârdjint come on crapaud d’ plomes.

 

litt. Être chargé d’argent comme un crapaud de plumes.

N’avoir point d’argent. (ACAD.)

Pr. fr.  Être chargé d’argent comme un crapaud de plumes.

 

mons  Dj’ aî dès romatisses tous cotés : dj’ cominche à ète garni d’ iârds come lès crapauds d’ plumes, dj’ peû plus longtemps djouwer à ç’ djeû-là, dj’ vos l’ avèrti.

(letelLIer. Ârmonak dé Mont. 1880)

 

SAiNT-QUENTIN En fait d’argent, j’ in su chèrjé come in crapaud d’ pleumes.

Il en est chargé comme un crapaud de plumes.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

Prov. provençal Gargat d’argent courno un grapaud de plumo.

(Revue des langues romanes. 1884)

 

125 

ârdjint

C’ èst l’ ârdjint qui faît rîre.

 

litt. C’est l’argent qui fait rire.

Aisance donne assurance.

Cf. sedaine. Epître à mon habit.

 

Vos-avez vèyou d’vins l’ râvelaî

Quî vint d ‘ passer d’zos vosse narène.

Qui l’ vûd batch faît grognî 1′ pourcaî.

Comme l’ ârdjint faît rîre li bèguène.

(delarge. Les colèbeûs. 1869)

 

var. namuR  L ‘ârdjint rind francs lès djins.

 

basse-allemagne Bar Geld lacht.

 

126 

liârd

Baucop d’ liârds faît l’ mauvais garcheon. (tournai)

 

litt. Beaucoup d’argent font le mauvais garçon.

L’argent, entre les mains des jeunes gens inexpérimentés, leur fait commettre toutes les folies.

 

127

caurs

Pont d’ caur, pont d’ swice. (NAMUR)

 

litt. Pas d’argent, pas de Suisses.

Sans argent, on ne peut rien avoir; locution prise du temps où les Suisses se louaient comme soldats mercenaires. (littré) Pr. fr.  Point d’argent, point de suisses. (quitard)

 

128

aîdants

Sès-aîdants lî t’nèt tchôd.

 

litt.  Son argent le tient chaud.

C’est un grippe-sou, un avare.

 

129  

ârdjint

L’ ardjint s’ in va, l’ biète rèste. (tournai)

 

litt. L’argent s’en va, la bête reste.

Allusion peu gracieuse envers ceux qui se sont mariés n’ayant d’autre but que de posséder la dot.

 

130  

ârdjint

L’ ci qu a d’ l’ ârdjint trouve dès parints.

 

litt.  Celui qui a de l’argent Trouve des parents.

Les parents ne manquent pas lorsqu’il s’agit d’hériter d’une personne riche. — On ne néglige pas de se prévaloir de la parenté de gens fortunés.

 

131 

aîdants

I m’ pâyerè qwand sès-aîdants âront dès djambes.

 

litt.  Il me payera quand son argent aura des jambes.

Il ne me payera jamais.

 

132 

drèsse

ARMOIRE

Lès sorës soûrtenët, lès lârmes aus-oûys, foû dè l’ drèsse. (jodoigne)

 

litt. Les souris sortent les larmes aux yeux hors de l’armoire.

C’est une maison pauvre, où il n’y a pas souvent de quoi manger.

 

dinant   rosine

Cès tindeûs-là, is sont tortos parèys, c’ è-st-on tas d’ fénèyants qu’ ont lès trwès quârts do timps dès soris dins leû drèsse, qui s’ pormwin.nenut lès lârmes aus-oûys.

(V. Collard. Li tinderîye à l’ amourète. I, sc. lre. 1890)

 

133 

Acinsion

ASCENSION

A l’ Acinsion, on magne panâhe èt mouton.

 

litt. A l’Ascension, on mange des panais et du mouton.

La fête de l’Ascension, tombant habituellement dans le courant du mois de mai, fait présager le retour du beau temps; elle fournit l’occasion de manger des primeurs.

Cité par forir. Dict.

 

134 

Acinsion

C’ èst come l’ Acinsion,

Todi l’ min.me pont.

 

litt. C’est comme l’Ascension Toujours le même point.

La fête de l’Ascension tombe toujours un jeudi, et quarante jours après Pâques.

Comme l’Ascension (toujours dans le même état).

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

tÂTÎ

 ! dj’ ârè baî bârbî, fé pèrike èt cignon,

Dji d’meûrerè è min.me pont, alez, come l’ Acinsion.

(remouchamps. Tâtî l’ pèrikî. I, sc. 1. 1885)

 

mons J’ ai passé d’lée ‘ne maîson qu’ èst cominchée d’pwis assûré deûs-ans, et èle rèsse toudi au min.me pwint come l’ Acinsion.

(letellieR. Armonak dé Mont. 1880)

 

135

assiète

ASSIETTE

Èle bouterè co sovint s’-t-assiète quë l’ baudèt n’ vourè ni mougnî. (jodoigne)

 

litt. Elle mettra souvent son assiette, que l’âne ne voudra pas manger.

Se dit d’une jeune fille qui épouse un vieillard.

Les enfants Mètent une assiette avec du foin dessus, à la Saint-Nicolas.

 

136  

Ât’

ATH

Il èst d’ Ât’ èt nié d’ Ât’, du faubourg dè Brantegnîe. (hainaut)

 

litt.  Il est d’Ath et pas d’Ath, du faubourg de Brantegnies.

Le faubourg de Brantegnies est séparé de la ville d’Ath par les fossés des fortifications. Les habitants de ce faubourg veulent passer pour Athois; c’est ce qui a donné lieu à ce proverbe, toujours employé ironiquement.

(letellier. Armonak dé Mont. 1858)

 

mons  Riche èt nié ritche pourtant… tout come quî dirwat : d’ Ât’ èt nié d’ Ât’… du faubourg dè Brantegnîe.

(Armonak dé Mont. 1884)

 

137 

aîsse

ATRE

Vos-avez tchî è l’ aîsse.

 

litt. Vous avez chié dans l’âtre.

Vous avez manqué de tact dans cette visite. — Vous ne serez pas en bonne odeur dans cette maison.

 

138 

atinde

ATTEINDRE

Wice qu’ on n’ pout atinde (/ v’ni), on-z-î djète.

 

litt.  Où l’on ne peut atteindre (venir), on y jette.

Quant il n’y a pas prise à la médisance, on a recours à la calomnie.

 

tÂTÎ Â! dj’ ârè baî bârbî, fé pèrike èt cignon

Dji d’meûrerè è min.me pont, alez, come l’ Acinsion.

(remouchamps. Tâtî l’ pèrikî. I, sc. 1. 1885)

 

mons Dj’ aî passé d’ lée ‘ne maîson qu’ èst cominchée d’pwis assûré deûs-ans, et èlle rèsse toudi au min.me pwint come l’ Acinsion.

(letellieR. Armonak dé Mont. 1880)

 

139

ratinde

ATTENDRE

Qui ratind n’ a nin hâsse.

 

litt. Celui qui attend n’a point hâte.

Se dit en guise de consolation ironique aux personnes qui se plaignent d’avoir attendu longtemps, d’avoir croqué le marmot.

Cité par forir. Dict.

Moult annoye à qi attent.

(Proverbet de France. XILIe siècle.)

Qui attend, il a fort temps.

(Prov. communs. XVe siècle)

 

louWÎse Nos lî frans londjin feû ;

Dji n’ vôreû nin di m’ fâte portant qui s’ anôyereût

Èt qu’ i polahe si plinde di çou qu’ dji sèreû l’ câse.

catErÈne  Ô ! sèyîz donc trankile, qui ratind n’ a nin hâsse.

(delchef. Lès deûs nèveûs. I, sc. 2. 1859)

 

l’ovrÎ

D’hindez on pau, Colas,

N-a ‘ne saquî qui v’ ratind.

colas Quî ratind n’ a nin hâsse.

(hannay. Li mdâye neûr da Colas. I, sc. 5. 1866)

 

vaR. stavelot  L’ ci qui hoûte à l’ timps long.

 

namur   T’ as raîson, quî ratind n’ a nin hausse, il îrè mia pus taurd.

(L’ dint da Batisse. Li mârmite. Journal. 1884)

 

jodoigne  L’ cë quë ratind n’ a ni hausse.

 

140

atincion

ATTENTION.

Faîre atincion, come Pokète et Larieon.  (tournai)

 

litt. Faire attention comme Poquette et Larion.

Allusion ironique sur la manière dont la police était faite à Tournai, il y a environ 60 ans, par deux garde-ville du nom de Poquette et Larion. Ces deux braves « chuchète », comme on les appelait à cette époque, veillaient eux seuls à la sécurité des foyers et étaient loin d’être à la hauteur de leur mission, quoi qu’en ait dit un jour au Conseil communal, un conseiller clé­rical, grand admirateur de ces deux acolytes de l’inoubliable cabello.

(Êtrennes tournaisiennes. 1886)

 

141 

aubâde

AUBADE

Djower ine ôte aubâde.

 

litt.  Jouer (donner) une autre aubade.

Parler un autre langage. — Changer de ton — En faire voir d’autres.

Pr. fr. — Chanter une autre chanson.

 

Mins s’ il a co 1′ maleûur di s’ mète so 1′ houpe-di-guèt,

Vos 1′ picerez, mins po 1′ bon, èt mi, dji lî ddjoûwerè

Èco ine ôte aubâde.

(remouchamps. Li savetîi. Act. 2, sc. 6. 1858)

 

Pour vous venir donner une fâcheuse aubade.

(molière. L’Etourdi. ILI, sc. 10)

 

142 

batch

AUGE

Les vûs batchs fèt grognî lès pourcês.

 

litt. Les auges vides font grogner les porcs.

La misère rend grondeur ; elle apporte le trouble dans les familles.

Pr. fr. — Quand il n’y a plus d’avoine dans l’auge, les che­vaux se battent.

 

variante S

 Les vûs batchs fèt lès pourcês s’ bate.

LITT. Les auges vides font se battre les porcs.

 

Lès vûdès potches fèt lès vûdès tièsses.

litt. Les poches vides rendent les têtes vides.

 

var. namUr  Lès vûdès-ârmwêres féyenut lès mwaîjès tièsses.

litt. Les armoires vides rendent les têtes mauvaises.

Cité par forir. Dict.

 

Dj’ a trop târdé dè vèy qui dj’ èsteû so ‘ne mâle cÔe,

Dji m ‘a todi fîyî qu’ is vêrît à rik’nÔe

Qu’ i fâreût d’ner l’ avône âs cis qui l’ ont wâgnî,

Maîs lès batchs vont èsse vû, èt lès djon.nes vont grognî.

(thiry. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

DJÔSÈF

Dihez-ve, tot près d’ ine fleûr, i pout crèhe ine oûrtèye,

Vocial li maîsse dès spots, gravez-e è vosse cèrvê,

Qwand n-a pus rin è batch, on-z-ôt grognî l’ pourcê.

(HANNAY. Li mâye neûr da Colas. IL, sc. II, 1866)

 

jacob

C’ èst po vosse bin qui dj’ djâse, loukîz bin à vosse sogne,

Ca l’ vû batch èst sovint li câse qui l’ pourcê grogne.

(REMOUCHAMPS. Lès-amoûrs da Djèrâ. IL, sc. 3. 1875)

 

143

aune

AUNE.

Mèserer à si-aune.

 

litt. Mesurer à son aune.

Juger d’autrui par soi-même. On le prend ordinairement en mauvaise part. (ACAD.)

Pr. fr. — Mesurer les autres à son aune.

(OUDIN. Curiositez françaises.  1640)

Se mesurer à son aulne.

(Le père jean-marie. Le Divertissement des sages. 1665)

Cité par forir. Dict.

 

Sanche et Gabès, di don Antône

Tot sîhe sont mèseré à l’ min.me aune.

(HANSON. Lès luciâdes è vérs lîdjwès. Ch. V. 1783)

 

detrihe  Dji mèseûre todi in-aute à mi-aune.

(salme. Qwite po qwite. Sc. 13. 1878)

 

verviers  

Mèserans todi l’s-ôtes à noste aune

Tindans l’ min aus pôves aflidjîs.

(PIRE. Vo-r’-ci l’ iviér. Ch. 1874)

 

marche   TÈRÊSE  C’ èst mèsure! lès djins à leû-z-aune.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. Act. ILI, sc. lre. 1859)

 

st-qUentin   A m’surer à l’ min.me aune.

 

144 

aune

Riveni d’ aune à clau. (vervierS)

 

LITT. Revenir (arriver) d’aune à clou.

Faire le compte juste.

Autant de livres de fil à tisser doivent fournir autant d’aunes d’étoffe.

Clau, grosse livre du poids ancien, de trois livres courantes; n’était en usage que dans les fabriques de draps.

(lobet. Dictionnaire. 1854)

 

145

aune

Tot dè long d’ l’ aune.

 

litt. Tout du long de l’aune. Beaucoup, excessivement. (ACAD.)

Pr. fr. — Tout du long de l’aune.

 

On li è d’na tot dè long d’ l’ aune.

(REMACLE. Dict. 1839)

 

146 

âté

AUTEL

Vo-le-là come in-âté d’ confrêrèye.

 

litt. Le voilà comme un autel de confrérie.

Comme le voilà harnaché ! Il a l’air de sortir d’un bocal.

 

montegnée  

Il èsteût come in-âté d’ confrêrèye :

On-z-âreût dit qu’ on l’ aveût mètou d’zos veûle,

Èt qu’ on n’ l’ aveût sètchî foû qui po 1′ fé dîner.

 

var. jodoigne

Îye, qui t’ ès bia (propre), on dirot l’ fës d’on p’tët cinsî qu’ va d’mander.

 

147               

âteûr

AUTEUR

Quî dit si-âteûr

N’ est nin minteûr.

 

litt.   Celui qui nomme son auteur / N’est pas menteur.

Je vous dis la chose comme elle m’a été dite ; voilà ma source; s’il y a un menteur, ce n’est pas moi.

Cité par forir. Dict.

 

Si c’ èst dès boûdes, dji n’ è sé rin.

Come on m’ l’ a d’né, mi, dji v’s-èl rind.

(bailleUx. Testament expliqué par Esope. Fâve. 1851)

 

boRinage  Vèlla-ci, come on l’ rasconte : èd’ vo l’ rind come è d’ l’ ai oyu, au pris couûtant.          .                

(Armonak du Borinâje, in patwas borin. 1849)

 

148

avaler

AVALER

I fât pau d’ tchwès po-z-avaler ‘ne brike.

 

litt. Il faut peu de chose pour avaler une brique.

Admettre une chose inadmissible. —  Se dit souvent  en réponse à celui qui raconte un fait invraisemblable.

Cf On ne sait pas ce qui peut arriver.

 

Èt s’  i vèyéve rilûre d’ â lon

On pârtisan dè 1′ rèpublike,

I brèyéve: Vîve Napolèyon!

I fât pau d’ tchwès d’ avaler ‘ne brike.

(THIRY. On cwèrbâ franc lîdjwès. 1866)

 

Ce proverbe pourrait paraître étrange et il n’est employé actuellement que dans le sens donné plus haut. En voici l’origine.

Dans les écrivains français des XILIe et XIVe siècles, le met avaler avait la signification de « descendre ».

Em. Cachet dans son glossaire roman des chroniques rimées de Godefroid de Bouillon, du chevalier au Cygne et de Gilles de Chin, cite un vers de Philippe Mouskés, avalant quelqu’un du haut des remparts, c’est, dit-il, plus que le descendre, c’est le précipiter.

Roquefort, Lacurne de Ste-Palaye, Godfroy, dans leurs dictionnaires et glossaires, donnent également au mot avaler, le sens de descendre. Littré donne l’explication suivante :

« Avaler (de aval) veut dire proprement faire descendre, mettre en bas ; et il n’a eu longtemps que ce sens-là ; puis, comme faire arriver les aliments dans l’estomac est aussi les faire descendre, il a pris peu à peu ce sens, et le primitif est tombé en désuétude, ne restant plus que dans quelques locu­tions techniques et dans certains patois. »

 

Dans le pays de Liège les termes « avaler» descendre, approfondir, et « avelerèsse » approfondissement, sont employés communément dans les houillères en parlant de la bûre que l’on approfondit.

Il résulte de ces observations que le sens primitif du pro­verbe serait : il faut peu de chose pour laisser tomber une brique, pour commettre une maladresse, une faute.

Le sens de : pour manger une brique est maintenant le seul connu et on est si convaincu qu’il faut le comprendre ainsi que souvent on ajoute : tot buvant on sèyaî d’ aîwe (en buvant un seau d’eau). Cette explication est confirmée par le proverbe suivant.

 

149 

avaler

Li ci qu’ avale ine brike ènn’ avalereût bin deûs.

 

litt. Celui qui avale une brique en avalerait bien deux.

Celui qui commet une faute peut en commettre plusieurs.

 

150  

avancî

AVANCER

Quî n’ avance nin, rote èn-èrî.

 

litt. Qui n’avance pas marche en arrière.

Qui ne progresse recule.

 

151 

avâre

AVARE

I gn-a qu’ lès avâres qwand is s’ î mètèt.

 

litt.  Il n’y a que les avares quand ils s’y mettent.

Lorsqu’un avare se résout à donner un repas à quelqu’un, il y met plus de profusion qu’un autre. (ACAD.)

Pr. fr. — Il n’est chère que de vilain. — Il n’est festin que de gens chiches.

 

jodoigne   I n-a qu’ lès-arâbes on côp qu’ ës s’ î boutenèt.

 

152 

aveûle

AVEUGLE

Braîre come in-aveûle qu’ a pièrdou s’ baston (/ s’ tchin).

 

litt.  Crier comme un aveugle qui a perdu son bâton (son chien).

Crier bien fort pour quelque mal léger. (ACAD.) — Crier à tue-tête.

Pr. fr. — Crier comme un aveugle qui a perdu son bâton.

Cité par forir. Dict.

 

mayon  Qu’ avez-ve,don ! Vos brèyez come in-aveûle qu’ a pièrdou s’ tchin.

(DEMOULIN.  Dji vou dji n’ pou. 1, Sc 2. 1858)

 

DJÂCOB Vos-aîrs di Don Quichote ni nos fèt nin sogne èt ci n’ èst nin tot brèyant come in-aveûle qu’ a pièrdou s’ tchin qui vos v’ frez pardoner l’ mâle keûre qui v’s-avez faît.

(willem et BAUWENS. Lès toûrsiveûs. Sc. 14. 1882)

 

dadite  Vos djâsez come in-aveûle qu’ a pièrdou s’ tchin.

(BARON. Li taperèsse di cwârdjeûs. Sc. 11. 1882)

 

namur   I crîye come on-aveûle.

 

var. malmedY   Crîr come on-aveûle èn-on pwèce.

 

MONS  Lès vieus guèrnadiers brayont tous leurs-ieûs dèhôrs, aussi fôrt qu’ in-aveûgue qu’ a pèrdu s’ bâton.                          (letellier. Armonak dé Mont. 1846)

 

Prov. provençal. Grida coumo un abucle qu’a perdut soun

bastou.

(Revue des langues romanes. 1881)

 

153 

aveûle

Qwand in-aveûle rnon.ne in-ôte, is toumèt tos lès deûs è 1′ fosse.

 

litt. Quand un aveugle conduit un autre, ils tombent tous deux dans la fosse.

Se dit d’une personne qui ne montre pas plus de prudence ou d’habileté que celle dont elle est chargée de diriger les actions. (ACAD.) — Se conduire d’après les avis, les conseils d’un homme sans expérience, c’est vouloir se perdre.

Pr. fr. — C’est un aveugle qui conduit un autre.

 

namuR Quand l’ aveûle mwin.ne l’aveûle, is chalenut tos les deûs dins l’fossé.

 

basse-allemagne Wenn ein Blinder den anderen führt, fallen beide in Graben.

 

154  

aveûle

I vout fé r’vèyî lès-aveûles.

 

litt. Il veut rendre la vue aux aveugles.

Il veut faire l’impossible, il prétend faire des merveilles, des miracles ; il se croit un phénix.

 

155

aveûle

Qwand on deût èsse aveûle, li mâ vint po lès-oûys.

 

litt. Quand on est destiné à être aveugle, le mal vient par les yeux.

Nul n’évite sa destinée. — L’amour rend aveugle et l’amour vient par les yeux.

 

variante   Qwand on vout diveni aveûle, li mâ prind po lès-oûys.

(FORIR. Dict.)

 

156

aveûle

In-aveûle èl sintereût avou s’ bordon.

 

litt. Un aveugle le sentirait (s’en apercevrait en le touchant) avec son bâton.

C’est une chose facile à saisir, à constater.

 

157

aveûle

S’ ètinde à ‘ne saqwè come in-aveûle à fé dès coleûrs.

 

litt.  S’entendre à une chose comme un aveugle à faire des couleurs.

Juger sans avoir aucune connaissance. (ACAD.) — Etre d’une impéritie complète.

Pr. fr. — Juger d’une chose comme un aveugle des couleurs.

 

variante    Djudjî d’ ine saqwè come ine aveûle djudje dès coleûrs.

(FORIR. Dict.)

 

gaRite Vos pârlez come dès-aveûles qui broyèt dès coleûrs.

(Il vîdiu d’ Djihan Wâtî. 1869)

 

marche  

On veut co cint côps dès blagueûrs,

Qui v’ causèt come dès coleûrs :

On-aveûle, èst-ce qu’ i n’ pout pont vèy?

Is mèritet one ratoûrnèye.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

st-quentin  D’visier come in-avule d’ chés couleurs.

 

basse-allemagne Wie ein Blinder von der Farbe sprechen.

 

158 

aveûle

Divins li rwèyaume dès-aveûles, lès bwagnes sont roys.

 

litt. Dans le royaume des aveugles les borgnes sont rois.

Parmi des gens ignorants ou incapables, un peu de savoir ou de capacité suffit pour procurer la prééminence. — Parmi les incapables, les gens médiocres ne laissent pas de briller.

(LITTRE)

Pr. fr. — Au royaume des aveugles les borgnes sont rois.

Un borgne est roy au royaume des aveugles.

(Le père jean-marie. Le divertissement des sages. 1665)

Cité par forir. Dict.

 

jean-pierre

Po v’s-èl dîre, dji freû come lu èt dji m’ dîreû qui d’vins l’ rwèyaume dès-aveûles, lès bwègnes sont rwès.

(MONOYER. Li k’fèssion d’ on borguimaiîsse. Dialogue. 1888)

 

charleroi    

D’ sé qu’ c’ è-st-in malin sot, v’là s’morâle in deûs mots,

I vos mousse à tèrtous, clér èt nèt’ sins tchandèle,

Qu’ on n’ èst ni profète dins s’ payis

Qu’ dins l’ rwèyaume dès-aveûles, lès bwagnes sont rwès ossi.

(BERNUS. L’ sot qui vénd dè l’ sadjèsse. Fauve. 1873)

 

159

aveûle

Fé l’ bwègne èt l’ aveûle.

 

litt. Faire le borgne et l’aveugle.

Fermer les yeux ; ne voir que ce qu’ on veut voir : dissimuler.

…. Doctus spectare lacunar, Doctus et ad oalicem vigilant! stertere naso.

(JUVENAL. Sat. I, v. 56-57)

Cité par forir. Dict.

 

160 

avise

AVIS

Il a pus d’ avis’ qui d’ trau d’ cou.

 

litt. Il a plus d’avis que de trou de cul.

Se dit d’une personne qui blâme et conseille beaucoup. Analogie de forme avec : il a pus d’bêche qui d’cou.

Avise: Invention, idée, moyen subtil, procédé ingénieux.

(SIGART. Dict. du wallon de MONS 1842)

 

mons   Èç’-n-infant-là n’ a nié ‘ne bone avisse.

(leTellier. Arm. dé Mont. 1866)

 

161  

avis’

I nè l’ dit nin di s’ faîte avise.

 

litt. Il ne le dit pas dans ce sens pour blesser.

Il n’a pas mauvaise intention.

 

basse-allemagnE  Das war nicht böse gemeint.

 

162 

avône

AVOINE

Il a l’ avône âs pîds.

 

litt. Il a l’avoine aux pieds.

Il est fort, parce qu’il est bien nourri.

 

163  

avône

Èlle a d’ l’ avin.ne à r’vinde. (jodoigne)

 

litt. Elle a de l’avoine à revendre.

Se dit d’une femme qui a des charmes plantureux.

 

164 

avône

So l’ timp qu’ l’ avône crèhe, li tch’vâ moûrt.

 

LITT. Sur le temps que l’avoine croît, le cheval meurt. L’attente est souvent fatale ; on ne doit pas remettre un service à rendre, un plaisir à procurer.

 

variante  Dismitant qu’ l’ avône crèhe, li tch’vâ crîve.

Il y a péril en la demeure.

Cité par forir. Dict.

 

Maîs l’ pauvre ome, qui l’ mâle tchance a mètou d’vins lès fîves,

So l’ timps qu’ l’ avône crèhe, ni sondje nin qu’ li tch’vâ crîve.

(delarge. Li tindeû. 1863)

 

SÈRVÂS  Vosse dièrin mot; maîs so l’ timps qu’ l’ avône crèhe, li tch’vâ crîve, n’ èst-st-i nin vraîy ?

(bauwens. Lès toûrsiveûs. Sc. lre. 1882)

 

VERVIERS

So l’ timps qu’ l’ avône crèhe, lu tch’vau crîve.

Di tos lès grands djausûs disfiyîz-ve

Èt d’ çou qu’ is d’hèt po v’s-èbaudi.

(poulet.  Li pinsonî. Poème. 1860)

 

JALHAY  LI MARTCHANDE

Awè, maîs dè timps qu’ l’ avône crèhe, li tch’vâ moûrt.

(xhoffer. Lès deûs sorodjes. IL, sc. 8. 1862)

 

namur  Su l’ timps qu’ l’ awin.ne crét, li tch’vau va moru.

 

var. namuR  Li tch’vau moûrt di fwin en ratindant qui l’ foûr crèche.

 

165  

avône

I n’ fât nin lèyî l’ avône è batch.

 

litt. Il ne faut pas laisser l’avoine dans le bac.

Cette phrase est employée par un amphytrion qui engage ses convives à ne rien laisser dans les bouteilles ou sur les assiettes.

 

stavelot  On n’ deût nin lèyî l’ avône o batch.

 

jodoigne  Alez lèyi l’ avin.ne ! l’ crèpe.

 

mons  I n’ faut gnié lèyer d’ avin.ne au bak.

 

166 

avône

Ç’ n’ èst nin todi li ttch’vâ qui wâgne l’ avône què l’ magne.

 

litt. Ce n’est pas toujours le cheval qui gagne l’avoine qui la mange.

Ce n’est pas celui qui a le plus de peine qui est le mieux traité. (littré.) — Celui qui sème n’est pas toujours celui qui récolte. (ACAD.)

Pr. fr.  Cheval faisant la peine / Ne mange pas l’aveine.

Ce n’est pas celui à qui la terre appartient qui en mange les chapons.

Pr. anglais. — Les fous bâtissent pour les sages.

Sic vos non vobis. (virgile.)

 

Dj’ a trop târdé dè vèy qui dj’ èsteû so ‘ne mâle cohe.

Dji m’ a todi fiyî qu’ i vaîrît à rik’nohe

Qu’ i fâreût d’ner l’ avône âs cis qui l’ ont wâgnî.

(thiry. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

On n’ dîrè nin çou qu’ on-a dit d’ cint-z-ôtes

Qu’ on done l’ avône â tch’và qui nè l’ gâgne nin.

(delarge. Hommage à Grandjean. 1875)

 

stavelot  C’ èst lu g’vau qui gâgne l’ avône qui gn-a nin.

 

namur  Ç’ n’ èst nin todi l’ ci qui gangne l’ awin.ne què l’ mougne.

 

jodoigne  C’ èst ni todë l’ baudèt qui gangne l’ avène què l’  mougne.

 

var. MONS  L’ceû qui caufe èl foûr n’ èst gné toudi l’ ceû qui ranguène (enfourne).

 

167

avône

Magnî l’ avône divins ‘ne botèye.

 

litt. Manger l’avoine dans une bouteille.

S’applique à ceux qui n’ont pas la nourriture nécessaire à leur entretien. — Être à la portion congrue.

 

Èt come vos l’ alez vèy,

Po-z-acrèhe si Sint Crèspin

Fez l’ min.me afaîre qui li tch’vâ da Kèkèye,

Qui magnîve, nos di-st-on, si-avône divins ‘ne botèye.

(Nic. defrecheux. Matî l’ avâre. 1864)

 

jodoigne   I l’s-îdone l’ avène dins one botèye.

 

168                      

avône

Pus d’ pône

Qui d’ avône.

 

litt.  Plus de peine / Que d’avoine.

Plus de peine que de profit.

 

variante  Sins pône / Ni vint avône.

 

variante  Après l’pône / Vint l’avône.

 

variante  Pus d’pône / Pus d’avône.

 

169

avône

L’ mèyeû dès corîhes po fé sètchî li ttch’vâ, c’ èst l’ avône.

 

litt. Le meilleur fouet pour faire tirer le cheval, c’est l’avoine. Il faut que le cheval soit bien nourri, si l’on veut qu’il four­nisse un grand travail ; ce n’est pas le fouet qui le fortifie.

 

jodoigne Cë quë faît l’ bon tch’vau, c’ èst l’ avin.ne.

 

170  

avône

Ricôper lès avônes.

 

litt. Recouper les avoines.

Supplanter quelqu’un. — Entrer en concurrence, en rivalité avec quelqu’un. (littré.)

Aller sur les marches d’autruy.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

CRÈSPIN

Hé là, ni pinsans nin v’ni r’côper mès-avônes

Ca dji v’ prévin, Hinri, qui çoula m’ freût dè 1′ pône.

(remoUchamps. Li savetî. I, sc. 5. 1858)      

 

guillaume  Insi, vos-âriz sogne d’ aler so lès-avônes d’  in-ôte.

(SALME. Maîsse Piêre. I, sc. 5. 1879)

 

jodoigne   On lî a r’côpé l’ avin.ne dëzos l’ pîd.

 

var. tournai  Aler sur lès brisés d’ quék’in.

 

171  

avône

Trop d’ avône èt trop pau d’ corîhe.

 

litt. Trop d’avoine et trop peu de fouet.

Se dit d’une personne corpulente qui se nourrit trop bien et ne se donne pas assez d’exercice.

 

172 

avène

Ascouter lès-avènes lèver. (MONS)

 

litt. Écouter sourdre les avoines.

« Écouter pour en faire profit ; avoir l’ouïe assez délicate pour « entendre les moindres bruits (comme celui que pourrait « faire l’avoine en germant).

« Vîr lès-avènes lèver (voir sourdre les avoines), signifie

tout autre chose ; c’est attendre les événements. »

(SIGART. Dict. du wallon de Mons. 1870)

Pr. fr. — Escouter les aveines lever.

(genin. Récréations. T. IL.)

 

NAMUR  I faut tot dîre èt choûter l’ awin.ne crèche.

 

mons  Au ranguenâje d” èl porte, chacun s’ abache tout d’ swite su s’ pilpite èt atind lès-avènes lèver.                                              (descamps. Èl pètotier. 1887)

 

TOURNAI  Acouter lès-avènes lèver.

 

nivelles 

Bêrt, li, astout au local qui ratindout lès-avènes lèver.

(HARGOT. In pidjonisse dins s’ guèrnî, in djoû d’ concoûr. ARM. de L’Aclot. 1890)

 

173

aveûr

AVOIR

C’ èst da vosse èt da Pènéye, èt qwand Pènéye sèrè mwèrt, c’ sèrè da vosse tot seû.

 

litt. C’est à vous et à Penée, et quand Penée sera mort, ce sera à vous seul.

Vos prétentions, vos réclamations ne sont pas sérieuses.

 

DJÈRA

Èst-ce mi qu’ a dit çoula ?

Dji v’s-a dit çou qu’ èst vraîy,

Qui vos hantîz m’ crapaude… da meune… èt da Pènéye.

(REMOUCHAMPS. Lès-amoûrs da Djèra. II, sc. 15. 1878)

 

DJÎLE  Dji n’ a nin grand tchwès, maîs tos lès meûbes qui sont cial, c’ èst da meune.

dadite  Èt da Pènéye.

(BARON. Li taperèsse di cwârdjeûs. Sc. 9. 1882)

 

174 

avu

Pus’ a-t-on, pus’ vout-on avu.

 

litt. Plus a-t on, plus veut-on avoir.

La soif de l’or est insatiable.

 

Bin sovint on ôt dîre :

Si dj’ èstahe ritche, si dj’ avahe di l’ ârdjint,

Dj’ achetreû ci, dji freû ça èt dj’ m’ arindjereû d’ manîre :

À passer ‘ne vèye sins chagrin.

Èt pus pauve èst l’ ome

Qui djâse insi,

Pus flâwe èst l’ some

Qu’ ont l’ ôt si sohaîtî.

Si çou qu’ dji di èst vraîy, c’ è-st-ine proûve

Qui pus a-t-on, pus vôreût-on avu.

(Nic. dEfRecheux. Li ritchèsse. 1857)

 

175 

avu

Qwand gn-a pus, gn-a co.

 

litt. Quand il n’y en a plus, il y en a encore.

Se dit des choses qu’ on peut toujours se procurer, de ce qui est offert en abondance, à discrétion.

 

Asteûre on pau, prindez pacyince, rawâde

Ine gote, qwand i gn-a pus, gn-a co !

(THIRY. Li r’toûr à Lîdje. 1888)

 

NAMUR   Quand i gn-a pus, i gn-a co.

 

JODOIGNE A l’ satchot Marîye Bèrloke, quand n-a pës, n-a co.

 

MONS  Bo, wiche ! Il a pou cware què ç’ dinrée d’ bêtîses-là, c’ èst come èl café d’ Palwète : quand i n’ d-a pus, i d-a co.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1861)

 

176 

avu

On n’ a mây qui çou qu’ on deût avu.

 

litt. On n’a jamais que ce qu’ on doit avoir.

On ajoute à Montegnée : c est s’crit so l’cou d’on chin.

 

marche   galopin

Qwand on s’ è d’nè bravemint do l’pône

On creût do l’ saveûr,

On-z-èst bièsse à mougnè d’ l’ avône

On n’ a jamaîs qui çu qu’ on deût aveûr.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. III, sc. 10. 1858)

 

177 

aveûr

N’ aveûr ni crâs ni maîgue.

 

litt. N’avoir ni gras ni maigre.

Être indécis, indifférent entre deux partis. (littré)

Loc. fam. N’être ni chaud ni froid.

 

macasse  DDji n’a ni crâs ni maigue là d’vins.

(DEMOULIN. On pèhon d’ avrt. Sc. 13. 1862)

 

178

avwar

Quand vos l’ ârez, vos l’ hotcherez. (MONS)

 

litt. Quand vous l’aurez, vous l’ébranlerez.

Vous ne l’aurez pas.

Même signification comme refus.

 

MONS Quand vos l’ sarez, vos vèrez kier à no n’uch.

litt. Quand vous le saurez, vous viendrez chier à notre « porte.

« Je vous défie de le savoir. »

(SIGART. Dict. du wallon de Mons. 1870)

 

jodoigne Quand il ârè, èle osserè.

 

nivelles  DJAN  È bi, vos n’ ârez ni vos wit’ francs.

MÂRDJÔSEUF  Hasârd què non ! Quand vos l’s-ârez, vos

l’s-osserez, éyèt s’ i n’ tènout qu’ à mi, vos n’ ârîz ni co in djigot d’ èscayes.

(Emm. despret. In din.ner à l’ èspôsicion. Sc. 6. 1889)

 

179 

avu

Ènn’ avu ottant qu’ cint tchèrêyes.

 

litt. En avoir autant que cent charretées.

Être très fatigué, soit d’un mets, soit d’une chose trop sou­vent répétée.

Cité par forir. Dict.

 

Dji n’ a nin fin, di-st-i, po l’ vraîy;

C’ èst po v’ complaîre si dj’ prind ‘ne saqwè.

Dj’ ènn’ ârè ottant qu’ cint tchèrôyes

Avou ‘ne tâte èt deûs oûs molèts.

(bailleux. Monsieû Sansowe. Chanson. 1843)

 

jalhay  BIÈTEMÉ

Maîs i n’ fât pus qu’ vos bovohe, sav’, vos ‘nn’ avoz ottant qu’ cint tchèrêyes, fioz l’ èkwance d’ èsse malâde.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 4. 1861)

 

180 

aveûr

I n-a nin po tos. (stavelot)

 

litt. Il n’y en a pas pour tous.

Exprime les regrets qu’ on éprouve de ne pouvoir faire participer à une chose, à une largesse. — Consolation adressée à quelqu’un qui est déchu de ses espérances.

 

181 

avri

AVRIL

È meûs d’ avri, on s’ deût vèy di ddjoû r’covri.

 

litt. Au mois d’ avri, on doit se voir couvert le jour.

Il faut aller se coucher avant la nuit.

 

182 

avri

Èn-avri, li côp d’ tonîre

Li laboureû faît rîre.

 

litt. En avril le coup de tonnerre fait rire le laboureur.

 

183       

avri

Qwand i tone è meûs d’ avri,

Li laboureû s’ deût rédjouwi.

 

En Ardenne, on ajoute :

Maîs 1′ mÔe èt l’ bèrbis

Ont co longtimps à soufri.

 

litt.   Quand il tonne au mois d’ avri

Le laboureur doit se réjouir,

Mais la mouche et la brebis

Ont encore longtemps à souffrir.

(Mathieu Laensberg, 1833)

Cité par forir. Dict.

 

184               

avri

Ci n’ èst mây avri

Si 1′ coucou n’ l’ a dit.

 

litt.   Ce n’est jamais avril

Si le coucou ne l’a dit. Le chant du coucou annonce le retour du bon temps.

 

fRameries   On n’ èst jamaîs au mwas d’avri

Tant què 1′ coucou nè ll’a nî dit.

(Armonak borin. 1890)

 

185  

avri

Ci n’ èst jamây avri

S’ i n’ a nîvé plin on corti.

 

litt.   Ce n’est jamais avril / S’il n’a neigé plein un jardin.

(Mathieu Laensberg. 1851)

 

186            

avri

Avri n’ èst mây si djoli

S’ i n’ a nîvé plin on corti.

 

litt.   Avril n’est jamais si beau / S’il n’a neigé plein un jardin.

Avril n’est jamais si beau que quand les prairies ont été couvertes parles fleurs qui tombent en neige des arbres à fruits.

 

187        

avri

Avri n’ va mây jusqu’à l’ fin

Sins vèyî dès pautes di gain.

 

litt.  Avril n’arrive jamais jusqu’à la fin

Sans voir des épis de grain.

 

MONS   Il y a un vieux proverbe qui dit :

Qu’ avri n’ sôrt nié sans-épis.

(letELLIER. Arm. dé Mont. 1846)

 

mons Si l’ iviér èst co aussi rude qu’ on crwat, i pourwat co bé qu’ avri sortirwat sans-épis.

(letellier. Arm. dé Mont. 1847)

 

Prov. Nord de la France :

Nul avri sans-épis.

 

188 

avri

Avri ploût po lès djins, mây po lès bièsses.

 

litt. Avril pleut pour les gens, mai pour les bêtes.

Les pluies d’ avri procurent des grains, celles de mai des fourrages.

(forir. Dictionnaire.)

Avril pleut aux hommes, mai pleut aux bestes.

(GÉNIN. Récréations. T. IL)

 

189

avri

Aler qwèri l’ prumî ddjoû d’ avri.

 

litt. Aller chercher le premier jour d’ avri.

Faire  tomber   quelqu’un   dans   quelque   piège   ridicule.

(LITTRÉ)

S’exposer à la risée, comme ceux qui gobent un poisson d’ avri.

Sur le poisson d’ avri, V. quitard. Dict., p. 90 et suiv.

 

jodoigne  Aler qwére dè 1′ sèmince d’ avrë.

 

190

båye

BAILLEMENT

I gn-a rin d’ pus djalos qu’ ine båye.

 

litt.  Il n’y a rien de plus jaloux qu’un bâillement.

Nous bâillons en voyant bâiller les autres. (littré)

Effet  de la contagion. Ne commencez pas, tout le monde le fera.

Cité par forir. Dict.

Pr. fr. — Un bon bâilleur en fait bâiller deux.

Un homme qui bauille, fait baîller un autre.

(Le père jean-marie. Divertissement des sages. 1645)

 

191 

båhèdje

BAISER

On bâhèdje è-st-on r’horbèdje.

 

litt. Embrasser, c’est essuyer.

Il ne reste rien d’un baiser quand on s’est essuyé le visage. — Un baiser n’est rien quand le cœur est muet — Cette espèce de dicton se dit par une Illle à celui dont elle repousse ou méprise le baiser.

(remacle. Dict.)

 

VARIANTE   DJÔDJÈt

… Dj’ creû bin

Bâhèdje è-st-on lètchèdje, ci n’ èst qui 1′ gos’ d’ on tchin.

(A. peclers. Li consèy dè l’ matante. Sc. 9. 1877)

 

192

båhî

Dji lî a faît bâhî brisète.

 

litt. Je lui ai fait baiser brizette.

Je me suis moqué de ses avis, de ses réprimandes, de ses conseils. — Je l’ai envoyé faire lanlaire. — Aux personnes qui demandent qu’est-ce que brizette? On répond: c’est l’cou d’ine gatte.

 

Alez, va, lwègne ! fez l’s-î bâhî brisète èt v’nez près d’ mi.

(DEHIN. Li charlatan d’ so l’ fôre. 1850)

 

variante  Fé bâhî l’ oûhaî dè prince.

Cité par forir. Dict.

 

TCHANTCHÈT  Si dj’ aveû dès tèmons !

nanÈsse  Fez lî bâhî brésète

Èle ni vât nin lès pônes.

(G. delarge. Scène populaire, 1874)

 

I faît bâhî brisète à sès mâlès k’nÔances.

(M. THIRY. On voyèdje à conte-coûr)

 

variante   maton.

Si dj’ so sièrvante hoûy, i n’ fât nin avu dès-aîrs avou mi, ca dji v’ freû bâhî hasète.

(J. demoulin.  Dji vou, dji n’ pou. IL, sc. 2. 1888)

 

Maîs 1′ houlote fa bàhî brèsète â mèssèdjî.

(G. magnée. Li houlote. 1871)

 

var. jalhay    Li marTchand

Si dj’ aveû-st-on s’faît, dji lî freû bâhî l’ oûhaî dè prince.

(J.-F. xhoFfer. Lès deûs sorodjes. IL, sc. 5. 1862)

 

193 

båhî

Båhî 1′ cou de l’ vèye feume.

 

litt. Baiser le cul de la vieille femme.

A certains jeux, perdre sans prendre un point, sans gagner un jeu. (àcad.)

Pr. fr. — Baiser le cul de la vieille. Chevaucher la vieille.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

194 

bahî

BAISSER.

I s’ fât bin bahî wice qu’ on n’ si pout drèssî.

 

litt. Il faut bien se baisser où l’on ne peut se tenir debout.

Il faut subir les conséquences de sa position ; s’humilier,

quand on ne peut faire autrement. (ACAD.)

Pr. fr. — IL faut prendre le temps comme il vient.

Cité par forir. Dict.

 

Wice qu’ on n’ si pout drèssî,

I s’ fât bin bahî.

(A. hock. La famille Mathot. 1866)

 

LOUWÎSE.

Crèyez-me, i fât bin qu’ on s’ abahe, wice qu’ on n’ si pout drèssî. Lès maîsses sont lès maîsses.

(DD. salMe. Maîsse Piêre. IL, sc. 3. 1879)

 

jalhay   garite

Oy, oy, èssioz-ve, taîhîz-ve, maméye.

Qu’ fât-i fé, don ? I s’ fât bin abahî là qu’ on n’ su pout drèssî.

(J.-F. xhoffer. Lès deûs sorodjes. I, sc. 12. 1861)

 

marche

I s’ faut bachè, qwand on n’ pout nin

Avou l’ tièsse dreûte, moussè d’vins.

(A.-J. alexandre. Pitit corti. 1860)

 

195

ramon

BALAI.

Lès novês ramons hovèt voltî.

 

litt. Les nouveaux balais balayent volontiers.

Se dit des domestiques qui servent bien dans les premiers jours de leur entrée en maison. (ACAD.)

Pr. fr. — Faire balai neuf.  – Il n’est rien tel que balai neuf — Il n’est telle dévotion que de jeunes prêtres. Au nouveau tout est beau.

Cité par forir  Dict.

 

vervieRs  

On vî spoûleû qui n’ féve nole djèsse,

Vèyant su d’hanchî l’ assoti

D’héve à s’ plankèt tot hossant l’ tièsse:

Lès noûs ramon hovèt voltî.

(N. poulet. On feû d’ mÔe à deûs cous. 1861)

 

marche   

Novaîs ramons chovèt voltî,

Is n’ chovèt nin treûs côps l’ cûhène

Qui n’ vaudrèt li pleû qu’ on l’s-î dène.

(alexandre. Li p’tit corti. 1860)

 

jodoigne   Novia ramon chove voltî.

 

mons    In neu balè balèye volontiè.

 

mons     In neu ramon ramoune voltié.

 

todhnai  Innouvieau rarmlon, yraméone toudi bin.

 

lille    Nouviau ramon ramone bien.

 

si-quentin   In ramon nu, cha ramone mieu qu’ in viu.

 

basse-allemagne Neue Besen kehren gut.

 

196 

ramon

Sins bonès rin.nes, on n’ sâreût fé dès bons raMONS

 

litt.  Sans bonnes ramilles, on ne saurait faire de bons balais. Ne lésinez pas sur la matière première quand vous voulez faire un bon ouvrage.

Cf. On ne saurait faire du bon avec du mauvais.

rIN.NE:  ramilles dont on fait les balais.

 

197 

hover

BALAYER

Quu chacun hoûve duvant s’ pavé. (malmedy.)

 

litt. Que chacun balaie devant son pavé (sa porte).

Mêlez-vous de vos affaires.

 

198

bale

BALLE.

Haper 1′ bale â bond.

 

litt. Prendre la balle au bond.

 

Faire une chose au moment opportun; profiter  d’une occasion favorable. (littré)

Pr. fr. — Prendre la balle au bond.

 

Camèrâde, hapez 1′ bale â bond,

Èt djouwez dè coûtai tot d’ bon.

(HANSON. Li Hinriâde travèstéye. Ch. 8. 1780)

 

namur  Il aveût rèyussi èt, saîisichant l’ bale au bond, i pwate one wadjûre à s’ camarâde.                                                                      (Marmite. 1889)

 

mons  Rascoyez l’ bale au bon blond. (Terme du jeu de balle, au premier bond)

 

199  

batème

BAPTÊME

Disfoncer l’ batème d’ ine saquî.

 

litt.  Enfoncer le baptême de quelqu’un.

Enfoncer le crâne, casser la tête.

 

Ca on ddjoû ‘ne pîre à bate toumerè so vosse cèrvaî,

Dji v’ disfoncerè l’ batème, vos v’s-î polez atinde.

(remouchamps. Li savetî. Act. 2, sc. 3. 1888)

 

variante  Il a l’ plantchî d’foncé.

 

200  

batème

Rèspèctant l’ batème.

 

litt.  Respectant le baptême.

Sauf votre respect. — Se dit aussi  lorsque, par manière d’injure, on compare quelqu’un à une bête.

 

Rèspèctant l’ batème, vos n’ èstez qu’ on pourcê.

 

201

batijî

BAPTISER

Il a sti batijî avou d’ l’ aîwe dè floyé. (JODOIGNE)

 

litt.  Il a été baptisé avec l’eau de la mare.

C’est un mauvais chrétien. On ne peut baptiser qu’avec de l’eau naturelle.

 

202

tène

BAQUET

I bowe à totes lès tènes.

 

litt.  Il fait la lessive à tous les baquets.

Il est de tous les partis, comme Sosie, ami de tout le monde.

I bowe à deûs tènes. — Il caresse les deux partis.

(FORIR. Dict..)

 

VAR. malmedy   I tèhe à tos lès stâs (métiers).

 

203

Barabas’

BARABBAS

Èsse kinÔou come Barabas’ à l’ passion.

 

litt. Être connu comme Barabbas à la passion.

Être connu comme un pas grand’chose. — Avoir une mauvaise réputation.

Pr. fr. — Décrié comme fausse monnaie. Cité par forir. Dict.

 

Il è-st-ossi k’nÔou qu’ Barabas’ à 1′ passion,

I gn-a nouk qui n’ kinÔe totes sès bèlès acsions.

(delchef. Lès deûs nèveûs. ILI, se. S. 1859)

 

jalhay    garite

Tèhoz-ve binamé ome ! On sèreût k’pwèrté tot-avâ l’ viyèdje, come Barabas’ à l’ passion.

(xhoffer. Lès deûs sorodjes.  IL, sc. 14. 1882)

 

var. NAMUR    Èsse conu come on mwaîs patârd.

 litt. Être connu comme un mauvais sou.

 

var. marche    

Come mès vêrs qui v’nèt dji n’ sé d’où,

Èt qu’ on r’coneut come on mwaîs sou.

(alexandre. Li p’tit corti. 1860)

 

var. JODOIGNE On l’ conèt come on sou d’ Lîdje.

 

204

bâbe

BARBE

Trover bâbe di bwès, di foûr.

 

litt. Trouver bartbe de bois, de foin.

Se dit lorsque, venant chez quelqu’un, on y trouve la porte fermée ; ou, par extension, pour exprimer qu’ on ne trouve personne, quoique la porte ne soit pas fermée. (ACAD.)

Pr. fr. Trouver visage de bois.

Cité par forir. Dict.

On dit aussi : Trover l’ ouh di bwès.

 

Di Lîdje, lès pwètes sèrêyes

Ni laîront nole intrêye,

Qui tot payant 1′ witchèt ;

Pwîs à dîh eûres sonantes

Li gâre très vidDjilante

Vis frè vèy bâbe di bwès.

(SlMONON. Li côparèye. 1822)

 

Li cabri d’mèfiant louke â d’foû po 1′ crèveûre ;

« Mostrez-me blanc pîd, dit-st-i, ou v’s-âroz bâbe di bwès.»

(BAILLEUX. Li leûp, li gade èt l’ cabri. Fâve. 1851)

 

GODINAS’

N’ direût-on nin on djeû ?

Pa, chake fèye qui dj’ vin,

Dji n’ troûve qui bâbe di foûr…

(remouchamps. Li savetî. Sc. 9. 1888)

 

BADINÈ

Po l’ trover, v’ n’ avez nin mèsâhe d’ aler si lon,

V’s-èstez sûre è s’ mÔone di trover bâbe di foûr.

(delchef. Li galant dè l’ sièrvante. IL, sc. 4. 1857.)

 

Si ‘ne saquî voléve vini, èle divéve lî braîre, tôt lî mostrant bâbe di foûr, qu’ i gn-aveût noulu è l’ mÔone.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

var. namur    Dj’ a compté lès claus d’ l’ uch.

 

namur    Trover visèdje di bwès.

 

MONS Alons, assis-té, si ç’ madame-là arive, swat què ç’ veut, èle nè trouvera nié l’ uche dè bos, n’ é pas ?

(letellier. Armonake dé Mont. 1853)  (…)

 

205

bâbe

Fé l’ bâbe sins savonète.

 

litt. Faire la barbe sans savon.

Déjouer les projets de quelqu’un.

Expr. pop. Faire fumer quelqu’un sans cigare.

Cité par forir. Dict.

 

Mais par bonheur li coq qu’esteut Div’nou ‘ne gotte pus adrette Lî d’ha qu’ lî freut 1′ bâbe sins rèseû, Sins aiwe, ni savonnette.

(F. bailleux. Les frawe d’ on cwèrbâ. Fâve. 1843.)

 

DJÈRA

…  Âreû-dje mây adviné

Qu’ ine fèye lès rins toûrnés, cisse canaye di Babète

Mi fève, avou in-ôute, li bâbe sins savonète.

(E. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèra. I, sc. 4.1875)

 

Prov. all. — Einen barbieren.

 

206 

bâbe

Avu l’ bâbe broûlêye.

 

litt. Avoir la barbe brûlée.

La fête est passée. — On est au lendemain de la fête.

N. B. Les fêtes de paroisse, à Liège, commencent le dimanche matin, par la procession, pour finir le jeudi soir. Le dernier moment venu, on entend les crâmignons (farandoles, danses rondes) répéter en chœur :

Nos n’ magnerans pus dè floyon,

Nos-avans 1′ bâbe broûlêye.

floyon, flan, tarte à la crème, que les marchandes de beurre des environs de Liège ont coutume d’offrir à leurs clients de la ville, la veille des fêtes paroissiales.

 

L’ anoyeû ddjoûwe po lès sôlêyes

Qui l’ mardi crâs à l’ bâbe broûlêye

Li ddjoû qui nâhèye dè potchî,

Lès djônès fèyes ont mâ leû pîd.

(dumont. Matî l’ Ôaî. Cantate.)

 

207  

bârbî

BARBIER

On bàrbî rase l’ ôte.

 

litt. Un barbier rase l’autre.

Les gens de même état se rendent de mutuels services.

(LlTTRÉ )

Les gens qui ont un intérêt commun se soutiennent, s’entraident, se louent réciproquement.

(forir. dict.)

On doit se rendre des services réciproques; et, dans un sens particulier, en parlant de deux compères également suspects qui se blanchissent l’un l’autre des torts qu’ on peut leur imputer, ou qui cherchent à faire ressortir les qualités l’un de l’autre.

Prov. fr. — Un barbier rase l’autre. — Une main lave l’autre.

(QUITARD. Dict. des prov. 1842.)

 

208 

bârke

BARQUE

Li  ci qui n’ sét miner s’ barque ni sâreut miner l’ cisse d’ ine aute.

 

litt. Celui qui ne sait conduire sa barque ne saurait con­duire celle d’un autre.

Qui ne sait diriger ses affaires, ne dirigera pas mieux celles d’autrui.

 

Fiyîz-ve à lu,  c’è-st-on pâlot

‘L a miné s’barque comme on vl sot.

I n’comprind nin m’systême.

(alcide PRYOR On dragon qui fait des madame. 1867)

 

variante                            baiwir (cocher).

A l’ coûse, gâre sès-Ôaîs ! Avou m’ corîhe, djè l’ make,

Djè l’ traîtee come on toûrnaî :

On sét miner s’ bataî.

(ALCIDE PRYOR. Çou qu’ è-st-è fond dè pot. 1864)

 

MARCHE     dascole

Mi, dji n’ sipaugnerè rin po vosse prôpe intèrèt

Maîs minez bin vosse barke èt n’ pièrdez nin corèdje.

(alexandre. Li pèchon d’ avri . IL, sc. lre. 1858)

 

209

håhe

BARRIÈRE

C’ èst lès vèyès håhes qui crînèt l’ pus longtimps.

 

litt. Ce sont les vieilles barrières (portes) qui grincent le plus longtemps.

Ce sont les vieilles femmes qu’il est le plus difficile de réduire au silence.

 

210 

tchâsse

BAS

Prinde sès tchâsses po sès solés.

 

litt. Prendre ses bas pour ses souliers.

Se tromper dans ce qu’ on fait dans ce qu’ on dit; être induit en erreur.

Pr. fr. — Prendre son cul pour ses chausses.

 

Kimint, c’ èst m’ mèyeû camarâde,

Dit l’ ôte, qui tot volant brader,

Prinda sès tchâsses po sès solés ;

Ou bin qui prinda, po mî dîre,

Po l’ no d’ in-ome li no d’ ine pîre.

(bailleux. Li mârticot èt l’ tchin, 1852 )

 

HINRI

Èt c’ èst d’ cisse ddjon.ne fèye-là qui vos m’ vinez parler ?

Vos-avez co ‘ne fèye pris vos tchâsses po vos solés.

(delchef. Lès deûs nèveûs. ILI, sc. 8, 1859)

 

var. MONS Pou li faîre vîr qu’ il avwati pris sès cauches po sès marones, èl gouver­neûr èl renvouyèt à l’ artike 1101 du côde civil.

(LETELLIER. Armonak dé Mont 1850)

 

TOURNAI    Prinde sès bas pou sès quéauches.

 

st-hubert   I n’ faut nin prinde si cou po sès tchausses.

 

ROUCHI  I prend sès bas pou sès chauches.

(HÉCART. Dict.)

 

st-quentin  Vous prindriez byintôt, asseûré, vo casake (ou vos queuches) pour vo marones.                                                       (GOSSEU. Lettres picardes. 1840)

 

picardie     Prendre sès bos pour sès keuhes.

(COURBET. Glossaire. 1851)

 

211 

tchâsse

Dji lî a r’faît sès tchâsses â talon.

 

litt.  Je lui ai refait ses bas au talon.

Je lui ai dit son compte

 

212

tchâsse

Il ârè po r’fé sès tchâsses â talon. (mai.medy)

 

litt. Il aura pour raccommoder ses bas au talon.

Il pourra payer ses dettes avec son héritage.

 

213

bâti

BATIR

Po bâti, fât avu deûs boûsses.  (stavelot)

 

litt.  Pour bâtir il faut, avoir deux bourses.

Quand on bâtit, on se laisse souvent entraîner à plus de dépenses qu’ on ne l’avait calculé, et les imprévus peuvent être très coûteux.

 

214 

baston

BATON

Il èst come lès bastons d’hités, on n’ sét po wice li prinde.

 

 

litt. Il est comme les bâtons breneux, on ne sait par où le prendre.

Se dit d’un homme revêche et fâcheux. (ACAD.) — D’un homme d’un caractère difficile, avec lequel les relations sont désagréables ; dont on ne peut rien obtenir.

Pr. fr. — C’est un fagot d’épines, on ne sait par où le prendre. — C’est un bâton merdeux, on ne sait par quel bout le prendre.

 

VARIANTE Il èst come on fa di spènes.                                 (FORIR. Dict.)

 

JODOIGNE

On vraî baston d’ bèrnatî,

On n’ sét d’ qué costé l’ apougnî.

 

215 

baston

C’ èst l’ baston quë fait  choûter  lès tchîns.  (JODOIGNE)

 

litt. C’est le bâton qui fait écouter les chiens.

Une punition corporelle est quelquefois nécessaire pour dompter certains caractères.

 

216  

baston

Mète dès bastons d’vins lès rowes.

 

litt.  Mettre des bâtons dans les roues.

Susciter un obstacle, entraver, retarder une affaire. (âcad.)

Pr. fr. — Mettre bâtons en roue.

 

DUJARDIN

Dji n’a qu’ ine saqwè à v’ dîre, c’ èst qu’ vos n’avez sèpou fé tote vosse vèye qui d’ fôrer dès bastons d’vins lès rowes, qwand c’ è-st-in-ôte qui k’dût l’ atèlêye.

(SALME. Li djèrmale. Sc. 15. 1883)

 

MONS  L’vieû losse dé Guiyaume a bé invinté dès truks pou mète dés bâtons dins l’ reû.

(LETELLIER. Armonaket dé Mont. 1858)

 

ST-QUENTIN    Bouter dès bâtons dins chès reûes.

 

217

bordon

Toûrner à bordon d’ Canada.

 

litt. Tourner à bâton de peuplier (du Canada).

Devenir vieille fille. — Se dessécher.

Les Anglais disent : To carry a weeping willow branch (porter la branche du saule pleureur), « soit par allusion à la romance du saule, où gémit une amante délaissée, soit parce que cet arbre, étant l’emblème de la mélancolie, peut très bien servir d’attribut à ce caractère malheureux que M. de Balzac appelle la nature élégiaque et désolée de la vieille fille. »

(QUITARD. Dict. p. 194.)

 

variante       FRANÇWÈS

Vos d’meûrrez djon.ne fèye, vos cwèfrez sinte Caterène.

mayon  Ç ‘n’ èst nin çoula qui m’ èspêtche dè dwèrmi.

(DEMOULIN. Dji vou, dji n’ pou. I, sc. 8. 1838.)

 

VARIANTE    TCHANTCHÈS …. Èt hanterans-ne ine miète ?

TATÈNE  Dj’ èspère qu’ è Paradis, dji n’ mon.nerè nin l’ berwète.

(A. peclers. L’ ovrèdje da Tchantchès. Sc. 5. 1872.)

 

VARIANTE    Fât-i qu’ è Paradis, dji vâye miner l’ berwète?

Binamêye sinte Caterène, qu’ èst-ce qui dji v’s-a don faît ?

(A. peclers. On galant, s’ i v’ plaît. Chansonnette. 1877)

 

Èt qui, si ç’ n’ èsteût nin po diveni ine dame à façon, èlle aveût co p’chî toûrné à bordon d’ Canada.

(magnée. Baîtri. 1868)

 

Li cope toûrna don à bordon d’ Canada.

(MAGNÉE. Li houlote. 1871)

 

VERVIERS  LÎNA

Bravô, c’ èst todi pés, avou ciste èsprit-là.

Daî, m’ sonle qu’ on sût lès vôyes dès bordons d’ Canada.

(renier. Li mÔone à deûs faces. Sc. 4. (873.)

 

VERVIERS   N’ alez nin d’mani, dj’ èspère

À bordon d’ Canada. Èst-ce qui vosse pére èt vosse mére Bèle, aveût ç’ dèfaut-là ?

(J. DERU.   Dji sin d’djà qui hôpêye. Caveau verv. 1883)

 

218  

bate

BATTRE

Èsse batë pa dès coutia d’ bwès.  (JODOIGNE)

 

litt. Être battu par des couteaux de bois.

Par des gens maladroits ; et, figurément, ne pas être réprimandé comme on devrait l’être.

 

219 

BEAU

N’ èst nin baî ç’ qu’ èst baî; i n’ èst baî qu’ çou qu’ ahèye. (stavelot)

 

litt. N’est pas beau ce qui est beau ; il n’est beau que ce qui agrée (convient).

Une chose utile doit être préférée à une belle chose.

 

220

Baî è l’ banse,

Laid à l’ danse.

 

litt. Beau dans le berceau, laid à la danse.

Il devient plus laid à mesure qu’il avance en âge.

Il n’a jamais eu que la beauté du diable.

 

221  

bèl

Tot çoula,  c’ èst bèl èt bon.

 

litt. Tout cela c’est bel et bon.

Se dit à une personne dont on ne goûte pas les propositions, les conseils. (ACAD.)

Pr. fr. – Tout cela est bel et bon, mais je n’en ferai rien.

 

bol and

Tot çoula c’ èst bèl èt bon, maîs i gn-a ‘ne saqwè qui vos roûvîz.

(SALME. Lès deûs bètchetâs. Sc. 27. 1879)

 

MARCHE   DJÂKE

Tot ça, c’èst bèl èt bon, maîs qwand dj’ pinse â fond d’ l’ âme Qu’ sins rin considère!, on nos d’chère, on nos blâme.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. ILI, sc. lre. 1858)

 

NAMUR    Tot ça èst bèl èt bon, dji n’ vos di nin l’ contraîre ; Mais faut mèseure à tot…

(demanet. Oppidum Atuaticorum. 1843)

 

NAMUR    Oyi, po ça, Dolfne, tot ça, c’ èst bèl èt bin, maîs i m’ chone qu’ on-ome va d’vant tot ça.

(Aurmonak dè l’ mârmite. 1887)

 

charleroi   

Ç’ n’ èst nén avè d’ l’ eûwe clére qu’ on-acrâche lès pourchast, Tout ça èst bon èt bia.

(bernus. Li r’naud èyèt lès dindons. Fauve. 1873)

 

222 

biau

Il  l’a biau comme in kié d’ madame. (MONS)

 

litt. Il l’a beau comme un chien de dame.

Il est bien soigné; il se donne du bon temps.  (Souvent ironique.)

 

var. nivelles   Qué f’seû d’ imbaras ! Vos direz in tchîn d’ monsieû.

 

223  

bèle

Pâr bèle ou bin pâr laîde.

 

litt. Par belle ou bien par laide.

De gré ou de force.

Portant dj’ vou co ‘nn aler, pâr laîde ou bin pâr bèle.

(remouchamps. Li savetî. Acte I, sc. 2.1888)

 

DJÔSÈF

Dji n’ sâreû qwèri pus longtimps, pâr bèle ou pâr laîde, i fât qu’ i m’ dèye li vraîye, come à k’fèsse.

(Willems et bauwens. Pètchi racheté. Sc. 13. 1882)

 

MONS   Pwisquè cès garneuments-là n’ veuyetét nié pliyer par biau, nos l’zès fèrons pliyer par laîd. In moment d’ pacyince !

(letellier. Ârmonak dé Mont. 1864)

 

FRAMERIES     anatole

Jamins, dju n’ meu taîraî ni par laîd ni par bia.

Tant qu’ vos n’ m’ arez ni dit : Natole, t’ ès l’ ome qui m’ bote.

(J. defrane. Pièrot vît co. Sc. 6. 1889)

 

224 

Fâte di baî, on prind lès mons laîds.

 

litt. Faute de beau on prend les moins laids.

Il faut savoir se contenter de ce qu’ on peut obtenir.

Quand on ne peut avoir la première qualité, on prend ce qu’il y a de meilleur dans la seconde.

 

225  

C’ èst baî, mais c’ èst trisse.

 

litt. C’est beau, mais c’est triste.

Se dit quand une pensée désagréable vient se mêler à une chose heureuse. — Souvent ironique.

 

MONS    On peut bé dîre come èl provèrpe : c’ èst biau, mais c’ èst trisse.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1859)

 

226

biaté

Sovint, biaté èt folîye

Si tègnenut compagnîye. (namur)

 

litt. S ouvent beauté et folie Se tiennent compagnie.

Une jolie femme se croit tout permis, et sa légèreté peut l’entraîner à commettre une imprudence. — L’esprit n’est pas toujours uni à la beauté. Cfr. Riquet à la houppe.

 

227

bètch

BEC

Avu pus d’ bètch qui d’ cou.

 

litt. Avoir plus de bec que de cul.

Avoir plus de jactance que de capacité. — Être vantard, hâbleur, babillard, faire plus de bruit que de besogne. — Magna ne jactes, sed prœstes. (phèdre)

Cité par forir. Dict.

 

On dit souvent :

I ravise li coucou,

Il a pus d’ bètch qui d’ cou.

 

L’wèsène Nanon

Kihustinéve Simon ;

Simon ‘nn’ ala,

Nâhi dè vèy çoula ;

L’ wèsène Nanon

Cora après Simon ;

Si bin qui nosse cusène Djètrou

Âreût co bin pus d’ bètch qui d’ cou.

(DE vivario.  Li fièsse di Hoûte-s’i-ploût. IL, sc. 4. 1787)

 

VARIANTE    Li VWÈSÈNE

Li meune, vwèsène, èsteût trop fwèrt.

On vraîy tèrâ, tos nièrs di s’ cwèrps.

Dès-omes qui n’ avît nin corou,

Qu’ avît mons d’ bètch, baîcôp pus d’ cou.

(HOCK. Grand-mére à l’ vihène. 1861)

 

MARCHE   

On m’ comparèit bin au coucou

Qu’ è faît pus do bètch qui do cou.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

var. JODOIGNE    Il a pës d’ gueûye quë d’ fwèce, quë d’ coradje

 

MONS  Il a toudi ieû à Mont ène masse dè blèfârds qui savetét tout faîre, et qu’ ont branint pus d’ bèk què d’ queûe, surtout quand is sont au cabarèt, et qu’ il ont deûs’, twas vêres dé biêre dins leû goyer.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1850)

 

ROUCHI    I d-abat d’ bèles, mès ch’ èst d’ èl gueûle.

(HÉCART. Dict.)

 

228 

bèguène

BÉGUINE

Mète ine bèguène à 1′ mowe.

 

litt. Mettre une béguinette à la mue (à l’appeau).

Jeu de mots bèguène, religieuse. béguinette, petit oiseau.

Se dit des marchands qui, pour attirer la clientèle, ont soin de choisir de jolies demoiselles de comptoir. — Allusion aux oiseleurs.

 

229 

bièrdjî

BERGER

N’ èst nin bierdjî quî wâde sès moutons.  (STAVELOT)

 

litt. N’est pas berger celui qui garde, conserve ses moutons. Le berger doit, à un moment propice, vendre ses moutons.

 

230  

bièrdjî

C’ èst l’ dièrin bièrdjî qu’ ârèt totes lès holètes.

 

litt. C’est le dernier berger qui aura toutes les houlettes.

C’est le dernier qui ramasse tout ; c’est celui qui sort le

dernier d’un cale qui paie les consommations.

 

È ci timps-là, d’vins lès manèdjes, c’ èsteût l’ dièrin bièrdjî qui rascoyîve totes lès palètes; èt Baîtri s’ trova, à lèye seûle, héritîre.

(MAGNÉE. Baîtri. 1863)

 

231 

bèsace

BESACE

Il a comincé avou rén, èt il a one bèsace.  (JODOIGNE)

 

litt. Il a commencé avec rien et il a une besace.

Il n’a pas gagné grand’chose.

 

232  

bèrikes

BESICLE

Ci n’ èst nin dès bèrikes di vosse timps.

 

litt. Ce ne sont pas des besicles de votre temps.

Vous êtes trop jeune pour vous mêler de nos affaires; ce que nous disons n’est pas à votre portée.

I m’ sonle qui dj’ hantereû bin si dj’ aveû co ‘ne maîtrèsse.

 

TÈRÊSE

Quarante ans djus di t’ tièsse ;

Dès s’faîtès carèsses

Ni sont dès bèrikes di nosse timps.

(DUMONT. Ine pèrike è marièdje. Opéra. Sc. 5. 1800)

 

Vos djâsez come on hatcha, ci n’ èst nin dès bèrikes di vosse timps.

(REMACLE. Dict.)

 

DJÔSÈF

Ô! por mi, ci n’ èst nin dès bèrikes di m’ timps, dj’ a ‘ne saquî d’ mèyeû à l’ min.

(willem et bauwens. Pètchî racheté. Sc. 6. 1882)

 

233 

mèsâhe

BESOIN

On n’sét nin d’ quî on pout avu mèsâhe.

 

litt. On ne sait pas de qui on peut avoir besoin.

Il ne faut dédaigner personne.

On a souvent besoin d’un plus petit que soi.

(lafontaine. Fables)

anecdote populaire. — Une vieille femme récitait tous les jours son chapelet devant la statue de St-Michel (la tradition ne dit pas dans quelle église). Comme d’habitude, l’Archange était représenté terrassant le démon.

Sa prière finie, notre dévote, avant de s’éloigner, allumait au pied du groupe, deux cierges d’inégales grandeurs.

Son curé lui ayant demandé la raison de cette double offrande, la bonne vieille répondit très naturellement : « Li grande tchandèle, c’ èst po l’ binamé St-Mitchî ; èt li p’tite, c’ èst po l’ diâle ; on n’ sét d’ quî qu’ on pout avu mèsâhe. »

 

Fât djâser baî avou cès djins-là ; on n’ sét nin d’ quî on pout avu mèsâhe.

(collette. Ine rafistolêye. 1868)

 

MARCHE    Waîtans do n’ jamaîs ttchîr è l’ pêle

Ni d’vins lès solès d’ one saquî.

On n’ sét d’ quî qu’ on-z-aurè dandjî.

(ALEXANDRE. P’tit Corti. 1800)

 

JODOIGNE    On-a quékefîye dandjî d’ on pës p’tët qu’ lë.

 

234 

bièsse

BÊTE

Fé vèy à ‘ne saquî qui si ttch’vâ n’ èst qu’ ine bièsse.

 

litt. Faire voir à quelqu’un que son cheval n’est qu’une bête.

Montrer qu’ on a plus d’esprit que la personne à laquelle on s’adresse.

Je lui ferai voir qu’il se trompe lourdement. (ACAD.)

Pr. fr. — Je lui ferai voir que son cheval n’est qu’une bête.

 

DJÂKEMIN

I lî fât fé vèy qu’ on-z-èst 1′ maîsse.

Qu’ on v’ lome Djâkemin èt nin l’ Nicaîse,

Qui, come lèye, vos-avez dè 1′ tièsse

Èt qui s’ tchivâ n’ èst qu’ ine vraîye bièsse.

(henault. Li malignant. I, sc. 6. 1789.)

 

I lî a fait vèy qui si ttch’vâ n’ èst qu’ ine bièsse.

(remacle. Dict.)

 

Tot fant qu’ Baîtri bata sûtèyement dè  l’ djaîve, èle prova à Lârgosse qui si ttch’vâ n’ èsteût qu’ ine bièsse.

(MAGNÉE. Baîtri. 1868)

 

NAMUR   Fé vôy à one saquî qu’ on tch’vau n’ èst qu’ one bièsse.

 

VARIANTE    CATERÈNE

Èt qwand i rinturrè, s’ i vout fé dès râtchâs,

È deûs mots, dj’ lî frè vèy qui si-âgne n’ èst qu’ ine bièsse.

(delchef. Lès deûs nèveûs. I, sc. 2. 1859)

 

var. MARCHE  T’ lî prouverès qui s’ tchin n’ èst qu’ one bièsse.

 

MONS   Dj’ lî frè  bén vîr qui s’ kié n’ èst fok ène blète.

(letellier. Ârmonak dé Mont. 1858)

 

TOURNAI  Faîre vîr què s’ tyin n’ èst fok ène biète.

(Ne rien prouver du tout.)

 

ST-QUENTIN Maîs vous, vous què z’ aî byin fwêt vîr qu’ leu kyin, i n’ étwat qu’ ène biète.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1840)

 

235 

bièsse

Nin si bièsse.

 

litt. Pas si bête.

Ellipse. Je ne suis pas assez sot pour consentir à faire une telle chose. (ACAD.)

Pr. fr. — Pas si bête.

 

basse-allemagne. — Nicht so dumrn.

 

236

bièsse

Ine bièsse ni s’ kitape mây tant qui qwand èle vout crèver.

 

litt. Une bête ne se remue jamais autant que quand elle veut crever.

Se dit d’un homme qui fait beaucoup d’embarras pour cacher sa position précaire.

 

NAMUR   One bièsse ni s’ cotape tant qui quand èle va crèver.

 

VAR. NAMUR   On n’ si cotape jamaîs tant qui quand c’ èst po moru.

 

237 

bièsse

Evoyîz ‘ne bièsse â martchî, i v’ rapwètrè dès bièsses.

 

litt. Envoyez une bête au marché, il vous rapportera des

bêtes.

Chargez un sot d’un message, il ne fera rien qui vaille. — On ne saurait faire d’un sot un habile homme. (ACAD.)

 

remacle donne la variante suivante :

Qwand on-z-èvôye dès-âgnes â martchî, on-z-a dès-âgnes.

 

Qui fol envoie fol attent (anc. prov. XILIe siècle).

Pr. fr. — On ne saurait faire d’une buse un épervier.

 

Va, laî-me-è pây. Èt i s’ dèrit

Èvoyîz ‘ne bièsse â martchî.

I v’ rapwètrè dès bièsses ;

Li vî spot walon

A todi raîson.

(N. DEFECHEUX. Houbêrt èt l’ lîve 1872)

 

var. NAMUR

Èvoyîz on baudèt à Paris,

I r’vaîrè pus mau apris.

 

238 

bièsse

I faît todë assotë l’ bièsse èt l’ martchand.  (JODOIGNE)

 

litt. Il taquine toujours la bête et le marchand.

Se dit, en bonne part, d’un homme qui taquine tout le monde et, en mauvaise part, pour dépeindre un mauvais sujet.

 

239  

bièsse

Bone bièsse qui r’toûne à s’ maîsse.

 

litt. (C’est une) bonne bête qui revient à son maître.

Se dit lorsqu’ on retrouve un objet perdu, ou, en guise de remercîment, à celui qui le rapporte.

 

stavelot    On bon tchin r’vint todi à s’ maîsse.

 

240 

bièsse

Fé toûrner à neûrès bièsses.

 

litt. Faire tourner à bêtes noires (blattes).

Ahurir, faire perdre la carte, pousser à bout.

 

FRANÇWÈS

Pôve Mayon, djè l’ frè toûrner à neûrès bièsses ; vins-se, Tchantchès?

(DEMOULIN. Dji vou, dji n’ pou. I, sc. 8.1858)

 

BAÎWÎR

Qu’ èst-ce qui dj’ a d’ keûre di tès raîsons ?

Mi, qwand c’ èst qu’ on m’ djâse d’ élècsion,

Dji toûne à neûrès bièsses.

(alcide pryor. Qui vout èsse â consèy? 1862)

 

JALHAY       MATÎ

Is frint bin tout 1′ min.me toûrner dès-amoros à neûrès bièsses.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 3. 1861)

 

VARIANTE   NAMUR

Maîs vos prétincions d’ tènès tièsses

Vos font vraîmint toûrner à bièsse.

(Chanson. Aurmonak dè l’ Mârmite. 1887)

 

var. JODOIGNE    Fé veûy lë laîde bièsse (/ lë mwârt).

 

241 

biète

Il a bé dès biètes à l’ ombe quand l’ solèy s’ a couché.                                                     (MONS)

 

litt.  Il y a beaucoup de bêtes à l’ombre quand le soleil s’est couché.

Il y a beaucoup de choses dont on ne parle plus dès qu’on ne les voit plus. — Les sots, depuis Adam, sont en majorité.

Gfr. Loin des yeux, loin du cœur.

— Cor oblida qu’els no ve (cœur oublie ce qu’il ne voit), pr. du troubadour Peyrols, dans QUITARD, Prov. sur les femmes, p. 212.

 

NAMUR   Gn-a bran.mint dès bièsses à l’ ombe quand li solia s’ a coutchî.

 

MONS  Pau temps qui coûrt, l’ èsprit n’ èst nié co là trop comun, què du contraîre, il a bé dès biètes à l’ ombe quand l’ solèy s’ a coûché, èt’ti l’ provèrbe.

(LETELLIER. Arrnonak dé Mont. 1886)

 

TOURNAI   Quand l’ solèl s’ èst couché, i-a bin dès biètes à l’ ombre.

 

242  

biète

N’ fè pas 1′ biète, l’ avène èst trop  tière.  (tournai)

 

litt. Ne fais pas la bête, l’avoine est trop chère.

Expression énergique pour ramener à la raison celui qui feint d’être bête et de ne pas comprendre ce qu’ on lui explique.

 

243 

bièsse

Mâle bièsse, li cisse qui n’ sét r’ssouwer s’ cûr.

 

litt. Mauvaise bête, celle qui ne peut sécher sa peau.

Se dit pour blâmer quelqu’un qui ne fait pas ce qu’il devrait faire, — qui ne veut ou ne peut agir lui-même.

 

244 

biète

I s’ ragripe, i r’monte su s’ biète. (tournai)

 

litt. Il se rattache, il remonte sur sa bête.

Se dit d’un homme qui, après avoir été malade et languissant, paraît reprendre vigueur.

 

245

bièsse

Pus fin qu’ lu n’ èst nin bièsse.

 

litt. Plus malin que lui n’est pas bête.

C’est un homme très intelligent.

 

var. NAMUR   Pus bièsse n’ èst nin sot.

 

246 

bièsse

Bouhîz d’ssus, c’ èst da meune li bièsse.

 

litt. Frappez dessus, c’est à moi la bête.

Faites-en tout ce qu’il vous conviendra. — Je m’en soucie peu; ce n’est pas moi qui en souffrirai.

 

247 

bièsse

Totes lès bièsses ni magnèt nin dè foûr.

 

litt. Toutes les bêtes ne mangent pas du foin.

Il y a beaucoup d’êtres appartenant à l’espèce humaine qui devraient être rangés dans la catégorie des bêtes.

 

VARIANTE    I gn-a bravemint dès-âgnes qui n’ magnèt nin dè foûr.

Cité par forir. Dict.

 

248        

bièsse

C’ èst 1′ cripe dè l’F djon.nèsse.

Qui fait 1′ bone bièsse.

 

litt.   C’est la crèche de la jeunesse, / Qui fait la bonne bête.

C’est la première nourriture, c’est l’éducation première qui fait l’homme.

 

249 

bièstrèye

BÊTISE

Quî n’ faît nin dès bièstrèyes djon.ne, lès faît vî.

 

LITT. Celui qui ne fait pas des bêtises jeune, les fait vieux.

On jette ses gourmes tôt ou tard.

 

250 

boûre

BEURRE

Promète pus d’ boûre qui d’ pan.

 

litt. Promettre plus de beurre que de pain.

Promettre plus qu’on ne veut ou qu’on ne peut tenir. (ACAD.) Pr. fr. — Promettre plus de beurre que de pain. — Donner de l’eau bénite de cour.

 

VAR. herve et NAMUR  

Promète pus d’ boûre (/ bûre) qui d’ froumadje.

Cf.   mouhin,  cité par U. capitaine.   (Bulletin  archéol. liégeois, t. IL, p. 16.) (…)

 

BAÎWÎR

À l’ maîson d’ vèye, on v’ dit d’ payî d’ avance

On deût promète âs djins pus d’ boûre qui d’ pan.

(ALCYDE PRYOR. Qui vout èsse â consèy? 1862)

 

VARIANTE

Ine feume à si-ome :

Dji m’ aveû, boutant vosse ramadje,

Faît dè marièdje, on baî tâvelaî,

C’ èst promète pus d’ boûre qui d’ froumadje.

— Dji v’ done dè l’ tripe sorlon m’ pourcê.

(THIRY. Quatrain. 1868)

 

VARIANTE     

Lès feumes sovint ont dès si bwègnes mèssèdjes

Et v’ promètèt pus d’ boûre qui di stofé.

(J. demoulin. On pèhon d’ avri. Sc. 6. 1886)

 

CHARLEROI           

Si iun ou l’ ôte tchaît dins 1′ pètrin,

Prometant pus d’ bûre què d’ pwin, vos, ingueûse, vos, agace.

Si vos 1′ choûtèz, vos tchèyèz d’dins.

(BERNUS. L’ leup èyèt li r’naud. Fauve. 1873)

 

MONS  Déméfîez-vous d’ in-n-ome qui vos promèt pus d’ bûre què dè pin: quand ç’ti-là vos bara in pwès, sèra toudi pou avwar ène féve.

(LETELLIER. Arm. dé Mont. 1846)

 

TOURNAI   

 Promète pus d’ bûre què d’ pin,

Beaukeop d’ chuke et pau beaukeop d’ café.

 

VAR. TOURNAI   I n’ ara pont in seûl grène-dint pou trouver qu’ on-a promis pus d’ tchâr què d’ pain.

(Etrennes tournaisiennes. Calendrier. 1883)

 

NIVELLES  I dansout avè n’ payisante, i l’ intèrtinout toute èl swèréye in lî prometant pus d’ bûre què d’ pin.

(CLIPOTIA. Tout ç’ què r’lût n’ èst ni d’ oûr. Conte. 1890)

 

DOUAI  Ch’ rwa î faît dès compliments supèrbes à tous chés djins et i leû promèt pus d’ bûre què d’ pin come tondi.

(decuristé. Souvenîrs d’ un-ome d’ Douai. 1856 )

 

LILLE   

Avant dè s’marier m’ seur Rosète,

Craîgnant d’ avwar un libèrtin,

Faît par trwas fwas tirer s’ planète,

Quî lî promèt pus d’ bûre què d’ pin.

(DESROUSSEAUX. Mes étrennes ; alm. pr. 1860)

 

ST-QUENTIN   I proumwètent pus d’ bûre què d’ pin.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1840)

 

251

boûre

Fé à ‘ne saquî ‘ne tâte avou s’ boûre.

 

litt. Faire à quelqu’un une tartine avec son propre beurre.

Faire présent à quelqu’un d’un objet qui lui appartient.

 

Fez-li ‘ne tâte di s’ prôpe boûre.

Offrez-lui le fruit de son propre et important travail.

(FORIR. Dict.)

 

252  

boûre

Si c’ èst dè boûre, çoula, i magnerè s’ pan tot sètch.

 

litt. Si c’est du beurre, cela, il mangera son pain tout sec.

C’est une chose de nulle valeur.

 

253 

boûre

I ploût dè boûre èt dè froumadje.

 

litt.  Il pleut du beurre et du fromage.

Cette locution s’emploie principalement dans le pays de Herve, lorsqu’après une sécheresse assez prolongée, il tombe de la pluie.

(mathieu  laensberg. 1830)

 

var. TOURNAI  I caît dès pièches chonk francs.

(Dit-on, lorsqu’après une longue sécheresse, il pleut et que la pluie qui tombe est bienfaisante pour les champs.)

 

254 

bûre

I n’ a nié du bûre à frîre. (MONS)

 

litt.  Il n’y a pas de beurre à frire.

Il ne s’y trouve rien à manger. (ACAD.)

Pr. fr. — Il n’y a rien à faire. — Il n’y a pas de quoi frire dans cette maison.

 

mons  Qué fware ! fwarète? Èst-ce què lès voleûrs pinseront jamaîs qu’ il a du bûre à frîre à l’ maîson d’ in chafetier, asteûre.

(letellier. Ârmonak dé Mont. 1880)

 

255    

bûre

I n’ i a fème si dûre

Qui n’ eûsse pitié dé s’ bûre. (MONS)

 

litt. Il n’y a pas de femme si dure qui n’ait pitié de son beurre.

Les femmes, même prodigues, deviennent économes quand il s’agit de beurre.

(sigart. Dict. du wall. de Mont. 1870)

 

256

bûre

Si t’ vous do bûre, il è faut bate. (marche)

 

litt. Si tu veux du beurre, il en faut battre.

Pour acquérir, il faut travailler.

Pr. fr. — On récolte ce qu’ on a semé.

Travaillez, prenez de la peine, C’est le fond qui manque le moins.    (lafontaine.)

Le travail est un trésor.   (Id.)

 

JODOIGNE     Së vos v’loz dè bûre, il è faut bate.

 

257

bûre

Tièsse di bûre ni vaye nin au for. (namur)

 

litt. Une tête de beurre ne doit pas aller au four.

On ne doit pas s’exposer à un danger certain.

 

258

boûre

Fé vèyî qui l’ boûre n’ a nin dès crosses.

 

litt. Faire voir que le beurre n’a pas de croûtes,

Donner un soufflet.

 

JALHAY  MADJÈNE

Qu’ i s’ ènn’ avise on pau ! Nos lî frins vèy quu do boûre n’ a nin do 1′ crosse.

(xhoffer. Lès deûs sorodjes. IL, sc. 15. 1862)

 

 

259

bûre

I n’ faut nié tant d’ bûre pou in quatron. (On ajoute souvent: Avé in p’tit morciau, i d-a ‘ne lîve. (MONS)

 

litt. Il ne faut pas tant de beurre pour un quarteron (avec

un petit morceau on a une livre)

En voilà assez sur cette matière.

Prov. fr. — Il ne faut pas tant de beurre pour faire un

quarteron. — Il ne faut pas tant de paroles. (littré)

 

 

 

 

Il ne faut pas tant de beurre pour faire un quarteron.

(MOLIÈRE. Georges Dandin. Act. IL, se. lre)

Il ne faut pas tant de beurre pour faire un quartron.

(OUDIN.  Curiositez françaises. 1640)

 

MARCHE     

C’ èst do r’clamè vosse bon patron,

N’ faut nin tant d’ bûre por on quautron.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

JODOIGNE   

Faut waîre dè bûre pou on quautron.

À qwè bon tant d’ embaras ?

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. Proverbes montais. 1846)

 

TOURNAI    I n’ faut pas tant d’ bûre paur un quartereon.

 

ROUCHI    I n’ faut pwint tant d’ bûre pour un quartron.

(HÉCART. Dict.)

 

ST-QUENTIN    I n’ faut pau tant d’ bûre pour fwère in quatron.

 

VAR. tourcoing.   

Jeu m’ en vaî vous ouvêrt meu lîve

Faut-i tant deu bûre pour une lîve,

Il n’ en faut quue quate quartrons.

(Sermon naïf d’un bon vieux curé de village. XVILIe siècle.)

 

260

boûre

Dè boûre èt d’ l’ ôle, c’ è-st-ine saqwè d’crâs.

 

litt. Du beurre et de l’huile c’est quelque chose de gras.

Ce sont deux choses semblables.

 

261 

boûre

Bate li boûre divins ‘ne botèye.

 

litt. Battre le beurre dans une bouteille.

Faire une chose dont on ne pourra profiter.

 

262  

bûre

I n’ faît nin do bûre avou d’ l’ aîwe. (nAmur)

 

 litt. Il ne fait pas du beurre avec de l’eau.

Il emploie tous ses moyens, toutes ses ressources pour parvenir à son but.

 

263 

bûre

On n’ pout nin d’nè pus d’ bûre qu’ on ‘nn’ a.  (marche)

 

litt. On ne peut pas donner plus de beurre qu’ on n’en a.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

Il ajoute : Dihéve on pôve vî oe à s’ feume.

On ne peut donner que ce qu’ on a.

 

264 

bûre

Dj’ in.me autant au bûre qu’ à l’ wile. (MONS )

 

litt. J’aime autant au beurre qu’à l’huile.

Comme tu veux, cela m’est égal, tout m’est indifférent.

Peu importe que les choses se passent de telle manière ou de telle autre.

 

MONS  Come tu veûs, mi, ça n’ meu faît rîn, dj’ in.me autant au bûre qu’à l’ wile.

(letellier. L’ ours’ éyet lès deûs compéres. Ârmonak dé Mont. 1859)

 

TOURNAI Ô ! Mètez l’ frwad qu’ vos volez, docteûr, mi dj’ in.me autant au bûre qu’à l’ wile.

(Eune lèchon d’ fisike. Alm. du Tournaîzyin, 1881)

 

DOUAI  Come tu veûs ; mi, tu saîs bin qu’ j’ aî aussi quêr au bûre qu’à l’ wile.

(DECHRISTÉ. Souvenirs d’un homme d’ Douai. 1858)

 

265 

boûre

Floter è boûre.

 

litt.  Flotter dans le beurre.

Vivre très à son aise, avoir plus que le nécessaire.

Cité par forir. Dict.

 

Là, nosse kimére flotéve è boûre,

Magnant so tos sès dints èt vikant so blancs peûs

Vo-le-rilà crâsse èt grosse èt si ronde qu’ ine vraîy toûr. (bailleux.  Li mârcote qu’ aveût moussî d’vins on grinî. Fâve. 1852)

 

VARIANTE            

Maîs si dji n’ flote nin d’vins l’ crahe,

Dji vike pus pâhûe ossi.

(bailleux. Li rat dè l’ vèye èt l’ rat dès tchamps. Fâve. 1881.)

 

var. JODOIGNE   C’ è-st-onk qu’ a faît s’ bûre.

 

266 

bûre

On faît l’ sauce au bûre dë cokemwâr.  (JODOIGNE)

 

litt. On fait la sauce au beurre de coquemar.

On t’ait la sauce avec de l’eau; on n’est pas trop à son aise.

On doit se priver de bien des choses.

 

267

bin

BIEN

On n’ a qui 1′ bin qu’ on s’ faît.

 

litt. On n’a que le bien qu’on se fait.

Morale à l’usage des égoïstes ou des épicuriens.

Il est juste, ou du moins il est naturel, de songer à ses propres besoins avant de s’occuper de ceux des autres. (ACAD.)

Pr. fr. — Charité bien ordonnée commence par soi-même. — Chacun pour soi.

 

toumas

Taîs’-tu, yèye crompîre, on n’ a qui l’ bin qu’ on s’ faît d’vins ç’ monde-cial ; jamây pus si djon.ne, va.

(willem et BAUWENS. Li galant da Fifine. Sc. 3. 1882)

 

JODOIGNE     I n’ a quë 1′ bén qu’ on s’ faît.

 

268

bin

Quî l’ a one fîye bin n’ l’ a nin todi mau. (namur)

 

litt. Qui l’a une fois bien ne l’a pas toujours mal.

On ne peut se dire constamment malheureux dès qu’ on a eu une seule bonne chance. — Ce proverbe s’emploie à Namur, surtout dans les repas, lorsqu’ on offre à quelqu’un un mets délicat.

Pr. fr. — Qui a une heure bien n’a pas tout mal.

Qui une fois a bien, n’a mie toujours mal.

Cf. L’adage théologique : Scondalum non cadit in perfectum.

(Huon de ville-neuve. XIIIe siècle)

 

269 

bin

Quî faît bin pinse bin.

 

litt. Qui fait bien pense bien.

Qui bien agit pense bien des autres.

Cité par forir. Dict.

 

270 

bin

Fez bin, vos-ârez bin.

 

litt. Faites bien, vous aurez bien.

La ligne droite est toujours la voie la plus sûre. — On dit en français : Fais ce que dois, advienne que pourra, pour exprimer que le bien porte en lui-même sa récompense.

 

MONS  

Chacun pour swa, Dieû pour tèrtoutes,

Djeu n’ conwa qu’ ça, mi ! faîte bé èt vos trouverez bé.

(MOUTRIEUX. Dès nouvaus contes dé kiés. 1850)

 

légende wallonne. — Touchant au terme de la vie après avoir toujours vécu ensemble, deux sœurs, dans

… l’horreur profonde

Qu’inspirait à leurs cœurs, l’effroi d’un autre monde,

échangèrent une promesse dont l’effet était d’obliger celle qui mourrait la première à venir apprendre à la survivante

… quel tableau

S’offre à l’homme étonné dans ce monde nouveau.

L’une des deux étant allée ad patres, on la vit quelques jours après apparaître tout à coup dans le coin du foyer où elle s’était

assise si souvent durant sa vie, et tirant son rouet à elle, elle se mit à filer.

Sa sœur, lorsque sa frayeur fut un peu dissipée, l’accabla de questions, mais le spectre répondit invariablement :

Fez bin, vos-ârez bin.

Et de là le proverbe.

(N. DEFRECHEUX)

 

VARIANTE    Fé bin, bin r’vint.

litt. Faire bien, bien revient.

Une bonne action trouve toujours sa récompense.

 

STAVELOT   F’soz bin, vos troûveroz bin.

 

271 

bin

Qwand on è-st-â mitan bin, i n’ a nole avance à candjî.

 

litt. Quand on est à moitié bien, il n’y a point d’avance à changer.

On peut gâter ce qui est bien en voulant le perfectionner.

(ACAD.)

On n’est pas bien dès qu’ on veut être mieux. (lamotte.)

Pr. fr. — Le mieux est l’e’nnemi du bien.

 

malmedy   Qwand on-z-è-st-à mitan bin, qu’ on-z-î d’meûre.

 

NAMUR   Quand on è-st-à mitan bin, gn-a pont d’avance à candjî.

 

MONS  Ô ! c’ èst swîvant, pace qu’ il i a in vieu provèrbe qui dit : quand on-n-èst à mwatié bé, qu’ i n’ a nié d’ avance à candjer.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1850)

 

vaR. MONS   Quand on èst à mwatié bié, i faut î rèster.

 

ST-QUENTIN   Quand qu’ in èst à mitan bin, in dwat s’ î t’nîr.

 

272 

bin

Çou qu’ èst bin faît èst faît deûs fèyes.

 

litt. Ce qui est bien, est fait deux fois.

Il n’y a pas nécessité d’y revenir. — On perd du temps à trop se hâter.

Le temps n’épargne pas ce qu’ on a fait sans lui.  (lamartine)

 

273 

bin

Si ça n’ faît nin dè bin, ça n’ faît nin dè mâ.

 

litt. Si cela ne fait pas de bien, cela ne fait pas de mal.

C’est une chose qu’ on peut se dispenser de faire, elle ne sert

à rien.

 

var. malmedy    Il èst come lu stokfis’, i n’ faît ni bin ni mâ.

 

var. TOURNAI    Ch’ èst d’ l’ onguent miton-mitaîne.

C’est un remède, un secours, un expédient qui ne sert à rien,

 

NAMUR   VICTÔR

Po vosse pîd, mouyîz d’ timps-in timps li pârtîye qui sofrit; si ça n’ faît pont d’ bin, ça n’ vos frè todi pont d’ mau non pus.

(BERTHALOR. Cwamejî èt médecin. Sc. 9. 1890)

 

274 

bin

BIENS

Dès bins mal aqwèrous n’ profitèt mây.

 

litt. Des biens mal acquis ne profitent jamais.

Les biens acquis par des voies peu honnêtes se dissipent aisément. (ACAD.)

Pr. fr. — Biens mal acquis ne profitent jamais.

Cité par forir. Dict.

Male parla, male dilabuntur.

 

MARCHE   Bin mal aquis n’ pwate nin boneûr.

 

basse-allemagne — Unrecht Gut gedeiht nicht.

 

275 

bin

Quî a dè bin, a dè mâ.

 

litt. Qui a du bien, a du mal.

Qui a du bien est sujet à avoir des procès. — Chaque chose a deux faces, chaque chose a son bon et son mauvais côté.

(ACAD.)

Pr. fr. — Qui terre a, guerre a. — Chaque médaille a son revers. — IL n’y a pas de roses sans épines.

Cité par forir. Dict.

 

CRÈSPIN

Maîs çou qu’ a s’ bin a s’ mâ, ç’ a stu insi d’ tot timps,

Èt  wice è-st-i, don, l’ ome qui n’ âye si p’tit mèhin ?

(remouchamps. Li savetî. I, sc. lre. 1858)

 

VAR. JODOIGNE    Quî a deûs maujones ènn’ a eune dè trop.

 

basse-allemagne. — Kein Gluck ohne Unglück.

 

276 

binfêt

BIENFAIT

On binfaît n’ èst mây pièrdou.

 

litt. Un bienfait n’est jamais perdu.

Une bonne action a sa récompense tôt ou tard. (ACAD.)

Pr. fr. — Un bienfait n’est jamais perdu.

(Le père jean-marie. Divertissement des sages. 1665)

 

Ine fèye, inte lès pates d’ on liyon,

On rat sôrtant foû d’ têre acoûrt à l’ èstourdèye ;

Dè côp, li rwè dès bièsses, divins ciste ocâsion,

Mostra çou qu’ il èsteût, tot lî acwèrdant l’ vèye.

Ci binfaît-là n’ fout nin pièrdou.

(Jos. dehin. Li liyon èt l’ rat. Fâve. 1851)

 

var. VERVIERS  

Faut èsse sièrvûle quand on 1′ pout.

Plaîsîr faît n’ èst nin pièrdou.

(RENIER. Spots rimés. 1871)

 

MONS  

Qu’ on swat ritche et qu’ on swat ureûs,

I faît toudi bon d’ ète afâbe ;

Et d’ avwar dè l’ pacyince et d’ ète sèrvissâbe .

Au p’tit tout come au grand,

‘L sèrvice èst bon rindu.

In byinfaît n’ èst jamaîs pèrdu.

(LETELLIER. Èl liyon éyet l’ rate. Fâve. Arm. dé Mont. 1852)

 

277 

bîre

BIÈRE

Ç’ n’ èst nin dè l’ pitite bîre.

 

litt.  Ce n’est pas de la petite bière.

Ce n’est pas une bagatelle. (ACAD.)

Pr. fr. — Ce n’est pas de la petite bière.

Qwand s’ vèya gârdyin, ci côp-là,

Ci n’ èsteût pus p’tite bîre,

I lî v’na d’ abôrd on gôrdja

Comm à on trèfoncîre.

(Jubilé du père Janvier. 1787)

 

VERVIERS    

L’ porcèssion dè coucou, si vîgreùse qu’ on pout dîre

À costé d’ cisse vo-cèle n’ èst quu du lu p’tite bîre.

(POULET. Li foyan ètèré. 1859)

 

MARCHE   Rosti, boli, ç’ n’ èst nin p’tite bîre.

 

NAMUR      Ç’ n’ èst nin dè l’ pitite bîre.

 

JODOIGNE     Rostë, boulë, cë n’ èst ni pëtëte bîre.

 

MONS  Â ! cinkante ans, ç’ n’ èst né d’ él pètite biêre,

Dîre què tout l’ long, il ont swî l’ min.me kèmin.

(J.-R. descamps. Lès noces d’ ôr. Ch. 1883)

 

TOURNAI  

Tout cha n’ eteot qu’ dè 1′ bagatèle

Dè l’ pètite biêre avant 1′ dèssêrt.

(Alman. du Tournaisien. L’ karmèsse de Tournai. Chanson. 1883)

 

278

kénèke

BILLES

Invèyer quék’un jouer as k’nèkes. (tournai)

 

litt. Envoyer quelqu’un jouer aux billes.

S’en débarrasser.

Cette explication trouve son origine dans un usage pratiqué autrefois par des cabaretiers austères, et consistant à congédier les garçons trop jeunes pour fréquenter l’estaminet en leur mettant dans la main quelques kénèkes, billes communes en terre cuite, dont une provision était toujours en évidence sur le comptoir de l’établissement. Ce genre de cabaret a complètement disparu de nos jours.

(Etrennes tournaisiennes. 1886)

 

279

buscûte

BISCUIT

Ènn’ aler sins buscûte.

 

litt. Partir sans biscuit.

Entreprendre un voyage sans être pourvu de ce qui est nécessaire, et plus figurément s’engager dans une entreprise sans avoir ce qu’il faut pour réussir, ou sans s’être prémuni contre les obstacles qu’elle pourrait éprouver. (ACAD.)

Pr. fr. — S’embarquer sans biscuit.

Cité par forir Dict.

 

280

bîhe

BISE

Èsse cayî dè 1′ bîhe. *

 

litt. Être frappé de la bise.

On dit qu’un homme a été frappé du vent de bise; c’est-à-dire qu’il est ruiné, qu’il lui est arrivé quelque mauvaise fortune.

(LEROUX. Dictionn. comique.)

Être découragé, rebuté par une suite de mauvais succès, de traverses, ou être affaibli parles maladies. (ACAD.)

Pr. fr. — Être battu de l’oiseau. Il est frappé d’un mauvais vent.

(Adages français, XVIe siècle.)

Cité par FORiR. Dict.

 

On disait autrefois: Èsse dicayî dè l’ bîhe.

 

variantes    Avu l’ vint è visèdje.

Èsse dipihî dès rats.

 

VAR. ferrières  Tot lî toûne li cou, i-èst d’pihî dè neûr tchèt.

 

* Cette expression énergique, mais peu décente, dérive du latin ‘coire’.

 

281

hate

BLÂME

Qwand on n’ aîme nin ‘ne saquî, on lî tape vite ine hate.

 

litt. Quand on n’aime pas quelqu’un, on lui jette vite un blâme.

On est enclin à jeter la pierre à ceux qu’ on n’aime pas.

Cité par forir. Dict.

 

On Djan.nèsse vina rapwèrter qu’ Wayaîpont si plaîhîve à taper dès bate â prince et à l’ kihagneter.

(MAGNÉE. Li crèn’kinî de prince-abé di Stâveleû. 1867)

 

282 

blâmer

D’vant d’ blâmer lès-ôtes, qu’ i s’ meûre.

 

litt. Avant de blâmer les autres qu’il se mire.

Avant de trouver à redire au prochain, il faut faire un retour sur soi-même.

Lynx envers nos pareils et taupes envers nous.

(LAFONTAINE)

 

283

blanc

BLANC

Il est blanc comme ine Agnès’.

 

litt. Il est blanc comme une Agnès.

Se dit en wallon pour signifier la blancheur.

agnès Fille idiote, simple, facile à persuader. (Dict. des prov. français. 1751.) — Se dit peut-être seulement depuis molière.

 

284

blé

BLÉ

Adiè lès blés, lès frumints sont meûrs.  (namur)

 

litt. Adieu les blés, les froments sont mûrs.

(Les froments mûrissent en dernier lieu.)

Se dit de toutes les affaires manquëes sans ressources, et quelquefois de celles qui sont entièrement terminées. (ACAD.) Pr. fr. — Adieu paniers, vendanges sont faites.

 

285 

bleû

BLEU

C’ è-st-ine bleûve.

 

litt. C’est une bleue.

Récit fabuleux; discours en l’air; mensonge. (ACAD.)

C’est une baliverne. — Figur. Conte bleu.

 

VERVIERS   

Su quék’onk vint conter dès bleûses,

Nos lî rèspondrans : « Friche moncheû ».

 Nos n’ volans qu’ lès studes èt l’ bon dreût

Èt lès machines à keûse.

(M. pire. Tombola d’ one machine à keûse. 1884)

 

TOURNAI       CLAKEOT

Me ch’ n’ èst pas à mi qu’ on fra avaler cète bleûse.

(leroy. Bièk di fiêr. Traduction Li bleû-bîhe d’Henri simon. Sc. 16. 1886)

 

286 

boûf

BOEUF

On n’ sâreût prinde on boûf wice qu’ i gn-a qu’ ine vatche.

 

litt. On ne saurait prendre un bœuf où il n’y a qu’une vache.

On doit se contenter de ce que l’on a.

 

287 

boûf

Tini l’ boûf po lès cwènes.

 

litt. Tenir le bœuf par les cornes.

Être nanti, avoir déjà des avantages assurés dans une affaire où l’on cherche encore à en obtenir d’autres. (ACAD.)

Pr. fr. — Avoir, tenir le bon bout par devers soi.

Teneo lupum auribus.

 

var. JALHAY   MATΠ Oy, maîs il èst capâbe do potchî oute.

BIÈTEMÉ  Qu’ i potche tout qu’ i vout,  djo tin l’ boûf po l’ make.

(xhoffer. Lès deûs sorodjes. I, sc. 6. 1862)

 

JODOIGNE    Tini l’ twa (taureau) pa lès cwènes.

 

288 

boûf

Prinde boûf po vatche.

 

litt. Prendre bœuf pour vache.

Se laisser facilement tromper, se laisser mettre le doigt dans l’œil. — Confondre, comprendre de travers.

Cité par forir. Dict.

 

Âs-ovrîs èt âs payisans,

Pârlans leû prôpe lingadje

Ottant qu’ possibe, si nos n’ volans

Qu’ is n’ prindèsse boûf po vatche.

(SIMONON. Li langue nacionâle. 1840)

 

BAÎWÏR

Pa, ti d’vins sot ; pa, ti prinds boûf po vatche. Dji beû mès pintes, dji m’ moke di tot çoula.

(alcide PRYOR. Qui vout èsse â consèy ? 1862)

 

var. SPA   Nosse madjistrat èst bin ureeûs;

Il a-t-on powête à gadje

Qui faît dès vêrs come on pondeû,

Qui pond on tch’vau po ‘ne vatche.

(Chanson patriotique, 1787, — Bulletin, 2e série, t. VII)

 

JALHAY    GARITE

Dj’ a pris on boûf po ‘ne vatche

Su mè l’ fât-i warder.

(xhoffer. Lès deûs sorodjes. II, sc. 14. 1862)

 

MARCHE    Èt si to vas d’nè boû po l’ vatche,

T’t-après bintôt là, hatch èt match.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NAMUR    Ossi dji mèt lès pwints su lès-î, di peû qu’ on n’ prinde boû po vatche.

(Mârmite. Journal, 1890, n° 10)

 

289

boû

Il èst dè payis qu’ on-z-atèle lès boûs pa l’ tièsse.

 

litt. Il est du pays où l’on attelle les bœufs par la tête.

C’est-à-dire de l’Ardenne. — Les Ardennais ont la réputation d’être adroits, malins et retords.

Se dit plus souvent en bonne qu’en mauvaise part.

 

290

beûre

BOIRE

Beûre à tallarigot.

 

litt. Boire à la tire larigot.

Boire excessivement. (ACAD.)

Pr. fr. — Boire à la tire larigot, comme un trou, comme un templier, comme une éponge. Cf. QUITARD. Dict., p. 492. Boire à tire larigot (à la rigaut).

(Le père jean-marie. Le Divertissement des sages. 1665)

Boire à tire larigot.

(OUDIN.  Curlositez françaises.  1640)

Cité par forir. Olct.

 

Riyans, chantans, rèpètans tos’

I nos fât beûre à la tallarigot.

(dehin. Li traze di may. Scène liégeoise. 1846)

 

VARIANTE                          

On dansa à l’tallarigot

Passe-pîd, maclote, bièsse à deûs dos :

Djèra po-d’zeûr Djètrou po-d’zos.

(DJÈRA et DJÈTROU. Ancienne chanson. B* et D*. Recueil.)

 

VARIANTE  

Nos-îrans amon Pèrot

Nos magnerans leû fricassêye

Nos beûrans l’ hoûgâre â pot

Avou l’ êwe assaîsonêye ;

Di l’ êwe à tallarigot

A tallarigot.

(HOCK. La famille Mathot. 1872)

 

var. NAMUR    Maîs londi passé, i parèt qu’ i n’ a nin stî satisfaît, et i s’ a r’vindjî so s’ feume en s’ è d’nant à tire-larigot.

(Journal La Marmite, n° 4, 1883)

 

TOURNAI    Si bin qu’ margré tout l’ misêre du ménâje, on s’ra toudi sûr dè bwâre d’ è biêre à tire-larigueot à St-Nicaîse, à l’ pocèssion et à tous lès sints qu’ on beot.

(Etrennes tournaisiennes. 1885)

 

291

bwâre

Po bwâre, i n’ faut pont d’ coutia. (namur)

 

litt. Pour boire il ne faut pas de couteau.

Il est plus facile de boire que de manger ; c’est l’excuse de l’ivrogne.

 

292

bwâre

Li cia qui bwèt sins swè pôreûve bin n’ nin mougnî quand il aurè fwin.  (namur)

 

litt. Celui qui boit sans (avoir) soif pourrait bien ne pas manger quand il aura faim.

Il faut de la prévoyance et ne pas commettre d’excès.

 

293

beûre

Beûre cèke èt tonaî.

 

litt. Boire cercle et tonneau.

Boire copieusement, immodérément.

On ajoute souvent : come Matî Frénaî.

On dit aussi : beûre cèke èt tot.

Cité par forir. Dict.

 

Vo m’ cial don so lès Hèsbignons,

C’ èst là bin dès francs k’pagnons

Po avaler cèke èt tonaî.

Èt mète li crâne à leû tchapaî.

(Paskèye so lès séminarisses. 1735)

 

Hé hé, camarâde Colinèt, i m’ son.ne, ma fwè, qui t’ as bu 1′ pèkèt;

Ti potches, ti sâtèles èt ti faîs

Come si t’ eûhe bu cèke èt tonaî.

(docteur de donceel. Paskèye dialoguéye po l’ fièsse dè Père Dj’han Alègzane; maîsse dè l’ 5me sicole (Rétorike) âs Jézwites. 1783)

 

Il a todi 1′ gosî sètch, i beûreut cèke èt tonaî!

(renacle. Dict.)

 

Dj’ a si assotèyemint seû qui dj’ beûreû cièke èt tonaî.

(magnée. Baîtri. 1868)

 

variantes   

Divant di k’nohe Marèye, i n’ si féve co mây sô,

Oûy, pace qu’ èle n’è l’ vout pus, i beût co pés qu’ on trau.

(delarge  Ine copène conte lès pèketeûs. 1873)

 

MARCHE   

Bin, gn-a dès cis qui 1′ gueûye à 1′ crâne

Vûdrint lès cèkes èt lès tonaîs.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NAMUR  

Bin, dj’ beû qwand m’ faît plaîsîr,

Dj’ beûreû cèke èt tonaî,

Èt dji faî-st-à m’ manîre

Èt l’ rèstant come i m’ plaît.

(wérotte. L’ ivrogne. Chanson. 1867)

 

var. NAMUR             Dji r’soueûve foirt bin one cannelle,

Dji bèveûve vraimint comme on trô.

(WÉROTTE. Dji so sav’tî di m’mestl. 1867)

 

JODOIGNE     

Djë m’ amûse come jamaîs dë m’ vîye,

Nos-alans bwâre cèke èt tonia.

(E. etienne. On rëvenant d’ on bankèt. Ch. 1889)

 

MONS    Pourtant,  j’ aî bié swaf : j’ bwarwa broke et touniau.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1868)

 

MONS    ZANDE

J’ bwarwa aujordwî cèrcle èl toniau.

(J. declève. L’ èscapè. Sc. 4. 1889

 

TOURNAI     Bwâre chèrke et tonieau.

Cet autre proverbe assez connu dans le Tournaisis : « I bwareot Bapaume et sès fossés » s’applique dans le même sens.

 

LILLE      I bot come in trau.

 

294 

beûre

Quî a bu, beûrè.

 

litt.  Qui a bu, boira.

Se dit en parlant d’un défaut dont on ne se corrige jamais.

(ACAD.)

Pr. fr. — Qui a bu boira.

L’ ci qu’ a bu, beûrè ;

Honte ni sogne, rin n’ î frè.

(bailleux. Li sôléye èt s’ feume. Fâve. 1852)

 

VARIANTE    BAÎWÎR

Dji voléve come ine caracole

È m’ tchambe mi r’ssètchî foû dè brut.

Tot çoula, ç’ n’ èsteût qu’ dès paroles.

On r’beût todi s’ on-z-a ‘ne fèye bu.

(ALCYDE pryor. On drole di manèdje. 1868)

 

STAVELOT   Pus beût-on, pus vout-on beûre.

 

MARCHE    Qui beût, beûrè.

 

MONS    L’ ceu qu’ a bu, i buvra co.

 

basse-allemagne  — Trinken macht Durst.

 

295 

beûre

Çou qu’ èst bu èst vièrsé.

 

litt. Ce qui est bu est versé.

C’est une affaire consommée, sur laquelle il n’y a pas à revenir.

 

296 

beûre

Comptez d’ssus èt buvez d’ l’ aîwe.

 

litt.  Comptez dessus et buvez de l’eau.

Pr. fr. — Croyez cela et buvez de l’eau.

Se dit d’une chose qui ne mérite pas de croyance. (littré) Croyez-le et vous n’y gagnerez rien.

 

FRAMERIES

Quand on dit qu’ lès Bèljes sont égaus;

Dju di : Crwayez ça, buvez d’ l’ iau.

(J. DUFRASNE. Chanson. Armonak borin. 1890)

 

TOURNAI 

Compte là d’ssus et beo d’ l’ ieau,

T’ aras dès claîrs bwayeaus.

 

297

bwès

BOIS

I fât qu’ tot bwès s’ tchèrêye.

 

litt. Il faut que tout bois se charrie.

Il faut que toute chose aboutisse. — En tout il y a compensation. — Toute peine mérite salaire.

Cité par FORIR. Dict.

 

Si n’ loukrè-dje nin co à l’ tchîtchêye,

Ca i fât qu’ tot bwès s’ tchèrêye.

(Jos. dehin. Li cok d’ awous’ èt l’ frumihe. Fâve. 1851)

 

JALHAY    GARITE

C’ èst veûr, i fât qu’ tot bwès s’ tchèrêye.

Alons, mès-amis, ruprindans nosse vôye.

(xhoffer. Lès deâs sorodjes. IL, sc. 16. 1862)

 

Come i fât qu’ tot bwès s’ tchèrêye, après avu tot grafouyî, tot djévî, tot plaîcetî, l’ officiél rinda s’ sintince.

(MAGNÉE. Li houlote, 1871)

 

VAR. MONS  Ça, ç’ n’ èst qu’jusse què vos-alez m’ dîre : toute pin.ne mérite salaîre.

(letellier. Armonak dé Mont. 1836)

 

298

bwès

Savu d’ qué bwès qu’ i s’ tchâfe.

 

litt. Savoir de quel bois il se chauffe.

Savoir de quoi l’on est capable; quel homme on est. (ACAD.)

Pr. fr. On verra de quel bois je me chauffe.

Et de quel bois se chauffaient leurs femelles.

(lafontaine. La mandragore.)

On verra de quel bois ils se chauffent.

(Le père jean-marie. Divertissement des sages. 1668)

Je scay de quel bois il se chauffe.

(ÛDUDf. Curiosités françaises. 1640)

 

WÈRI

Diè n’ nos l’ eûhe pardoné jamây.

STASKIN

Padiè, quî mâ pinse, mâ î âye.

Savîz-ne bin d’ qué bwès qu’ i s’ tchâféve.

(lambert hollongne. Entre jeux des paysans. 1634. B* et D*. Recueil)

 

DJÂKEMIN

Dji v’ disfind d’ aler danser après l’ dîner ; ètindez-ve bin ? èt si v’s-î aler, vos savez bin di qué bwès dji m’ tchâfe.

(HENAULT. Li malignant. I, sc. 2. 1789)

 

ANDRÎ

Pacyince, nos savans di qué bwès qu’ is s’ tchâfèt èt in-ome prévenou ‘nnè vât deûs.

(SALME. Pris d’vins sès lèces. I, sc. 10. 1880)

 

JALHAY    MATÎ

Dju veû asteûre du qué bwès qu’ i tchâféve.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 12. 1861)

 

Di qué bwès s’ tchâfe li ci qu’ lès louke è cwèrnète èt qui sospère podrî zèls? lès mons sûtèyès bâcèles èl comprindèt sins long tûsèdje.

(MAGNÉE. Baîtri. 1863)

 

JODOIGNE    On vwèt bén dè qué bwès i s’ tchaufe.

 

CHARLEROI     cléante

Taper ‘ne dèvise avè 1′ charmante Jèlike, vîr dè qué bos ç’ què 1′ tchaufe dins nos-amourètes.

(bernus. L’ malade Sint-Tîbaut. II, sc. I. 1876)

 

MONS  On sét fé bin asteûre dè qué bos ç’ què nos nos caufons, et nos n’ canjerans jamaîs.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1850)

 

MONS     Nos vîrons bén dé qué bos i s’ caufra.

(DESCAMPS. Èl pètonier. Scène montoise. Œuvres. 1887)

 

TOURNAI  Halte-là, savez camarâde, vos sârez d’ queu beos jeu keaufe.

(leroy. Bièk di fiêr. Trad. du Bleû-bîhe, de H. simon. Sc. 16. 1889)

 

ST-QUENTIN  Maîs lès neûres (notres), i né s’ coveteut pau de ch’ bôs-là.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1841.)

 

299

bos

 Quî va au bos, l’ leup l’ èstrane. (MONS)

 

litt. Qui va au bois, le loup l’étrangle.

Qui s’expose au péril, périra.

 

300

bwès

Lès hatcherotes valèt mî qui 1′ bwès.

 

litt. Les copeaux valent mieux que le bois.

Les accessoires valent mieux que le principal. — Le casuel vaut mieux que le traitement. On dit aussi : qui l’ pèlote.

 

301 

bwès

Avu quéke bwès foû di s’ fahène.

 

litt. Avoir quelque bois hors de son fagot.

Se dit d’un homme qui est un peu fou, qui a des visions. (âcad.)

Pr. fr. — Il a bien des chambres à louer dans la tête. — Il lui manque un clou. — Il a un coup de hache, un coup de marteau.

 

VARIANTE    Avu on bwès foû di s’ fahène èt piède li loyin.

Cité par forir. Dlct.

 

Cuseune, loukîz à vos, car on pôreût djudjî

Qui vos-avez pièrdou on bwès foû d’ vosse fahène.

(bailleux. Li lîve èt l’ caracole. Fâve. 18S6.)

 

JANÈTE  Dji creû so mi-âme qu’  il a on bwès foû di s’ fahène.

(delchef. Li galant dè l’ sièrvante. I, sc. 3. 1857.)

 

durand

Dji so bin arindjî,

Dji deû fé ine bèle mène,

I fât qui dj’ âye bin sûr on bwès foû di m’ fahène.

(delchef. Lè deûs nèveûs. III, sc. lre. 1859)

 

On dit aussi : Il a pièrdou 1′ pome di s’ cane.

 

JALHAY       garite (à Pièrète)

Vos-avoz sûremint on bwè foû d’ vosse fahènne… duvant lès djins…  Tiodôre li pôreût avu ètindou.

TIODÔRE

Quî vint d’ poye grète.

(xhoffer. Lès deûs sorodjes. I, sc. 10. 1861)

 

302

bwès

Li vî bwès prind vite feû.

 

litt. Le vieux bois prend vite feu.

Se dit des vieillards qui s’enflamment vite.

Cf. Plus l’amour vient tard, plus il ard. (= brûle.)

 

tatÈNe Si li tch’vâ d’ bwès d’ awous’ èsteût cial, i v’ pilereût.

CRÈSPIN  Dj’ a todi oyou dîre qui l’ vî bwès prind vite feû.

(remouchamps. Li savetî. I, sc. 5.1858)

 

303

bos

C’ èst du bos d’ ralonje. (MONS)

 

litt. C’est du bois d’allonge.

C’est un moyen de gagner du temps, c’est un palliatif.

 

MONS  Â ! vous n’ voulez pas m’ forcer. J’ vwa l’ joûr pau trau, c’ èst-encore du bos d’ ralonje què vous voulez m’ doner.

(letellier. Ârmonak dé Mont. 1850)

 

304

bwès

Il èst dè bwès qu’ on faît lès violons.

 

litt. Il est du bois dont on fait les violons.

Se dit d’un homme qui, par complaisance ou par faiblesse, ne veut ou n’ose contredire personne. (ACAD.)

Je suis du bois dont on fait les vielles.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

Express, fig. Il est du bois dont on fait les flûtes.

 

ST-QUENTIN    Al èst dé ch’ bôs qu’ in fwèt dès flûtes.

PICARDIE                Éte d’ èch’ bos dont on fwèt lès flûtes.

(CORBLET. Glossaire. 1851)

 

305

bwès

I n’ èst nin co foû do bwès d’ sogne.  (malmeDY)

 

litt. Il n’est pas encore hors du bois de la peur.

Il n’est pas encore au bout de la peine. Il a encore à craindre.

 

306

bwès

Quî a paou dès foyes, ni vasse nin â bwès.

 

litt. Qui a peur des feuilles, n’aille pas au bois.

Qui craint le péril ne doit point aller où il y en a. (ACAD.)

Pr. fr. — Qui a peur des feuilles n’aille point au bois.

N’aille au bois qui craint les feuilles.

Qui a peur des feuilles ne voise point au bois. (meigret)  —

Cf. livet. Gramm. franc, au XVIe siècle, Non eat ad silvas qui frondes haeret opacas.

(lejeune. Proverbia familiaria. 1741)

Il ne faut pas aller au bois qui a peur des feuilles.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

MARCHE   N’ va nin au bwès, si t’ as peû dès fouyes.

 

MARCHE      baQUatro

N’ faut nin r’mènè au bwès qwand on-z-a peû dès fouyes.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. IV, sc. 4. 1858)

 

dinant    maurtin

Quand on-a peû dès fouyes, on n’ va nin au bwès.

(COLLARD. Li tinderîye à l’ amourète. II, 9. 1890)

 

307

 

Lès sohêts ni vont nin â bwès.

 

litt.  Les souhaits ne vont pas au bois.

Sous-entendu : à la statue de bois.

« Ce vieux proverbe wallon est un reste évident de la science cabalistique qui, après certaines initiations, vous conférait le pouvoir de faire à votre ennemi, tout le mal que vous souhaitiez à son effigie. »

(ferd. HENAUX. Le miroir diabolique. Note. Rev. de Liège, t. 6, p. 499. 1846)

 

308

haleter

BOITER 

On n’ deut mây haleter divant on halé.

 

litt. On ne doit jamais boiter devant un boiteux.

Il ne faut rien faire devant les gens, qui semble leur repro­cher quelque défaut naturel. (ACAD.)

Pr. fr. — Il ne faut pas clocher devant les boiteux.

Cf. Il ne faut pas parler de corde dans la maison d’un pendu.

Il ne faut pas clocher devant les boiteux.

(OUDIN.  Curiositez françaises. 1640)

 

309

bon

BON

Fâte di bon, l’ mâva s’ alowe.

 

LITT. Faute de bon, le mauvais se consomme;

On prend ce qu’on trouve à défaut de mieux.

Quand on n’a que ce que l’on aime,

Il faut aimer ce que l’on a.

 

310

bon

Taper dè bon après dè mâva.

 

litt. Jeter du bon après du mauvais.

Continuer une fausse spéculation. S’engager plus avant dans une entreprise notoirement ruineuse. — Plaider contre un insolvable.

 

MONS  Co bén ureûs quand i n’ lî foulwat nié mète du bon à côté du monvaîs.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1850)

 

311  

bon

Quî l’ achetéye bon, l’ beût bon.

 

litt. Celui qui l’achète bon, le boit bon.

Il faut donner le prix de chaque chose.

Pr. Qui bon l’achète, bon le boit (XVe siècle).

Qui bon l’achepte, bon le boit

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

Cf. Rien n’est si cher que le bon marché.

 

312 

bon

C’ èst sovint 1′ bon qui patine po 1′ mâva.

 

litt. C’est souvent le bon qui pâtit pour le mauvais.

L’homme méchant, usant d’artifice, fait souvent supporter par un homme débonnaire les suites de ses méfaits.

Les gens de bien pâtissent souvent des mesures que l’on prend à l’égard des méchants.

 

namur   C’ èst sovint l’ bon qui paye po l’ mètchant.

 

313 

bon

Bon d’vint mauva s’ on s’ è chiève mau. (verviers)

 

litt. Bon devient mauvais, si l’on s’en sert mal.

On doit se servir de toutes choses pour l’usage auquel elles sont destinées.

 

Mès treûs fâves provèt l’ vî spot :

Bon d’vint mauva s’ on d’ è chiève mau.

(POULET. On bambért, li dj’vau èt s’ maîsse. 1872)

 

314 

bon

Li mèyeû n’ èst nin bon.

 

litt. Le meilleur n’est pas bon.

Se dit de deux ou de plusieurs personnes presque également vicieuses ou méchantes. (LITTRÉ)

Pr. fr. — Le meilleur ne vaut rien.

 

CHOEUR.

Lès galants d’ Tchaudfontin.ne

Sont sudjèt  à caucion.

Is djowèt tant d’ dondin.ne

Qui 1′ mèyeû n’ èst nin bon.

(DE harlez, de cartier, etc. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne. III, sc. I. 1757)

 

315 

boneûr

BONHEUR

Avu pus d’ boneûr qu’ ine brâve djin.

 

litt. Avoir plus de bonheur qu’un honnête homme.

Réussir au delà de ses espérances.

 

CRÈSPIN.

Si dj’ n’ atrape nin l’ djènisse, après dès tchôdès parèyes,

Dj’ ârè, djè l’ pou bin dîre, pus d’ boneûr qu’ ine brave djin.

(remouchamps. Li savetîi. II, se. 3. 1858)

 

VARIANTE   Avu pus d’ boneûr qui d’ adrèsse.

(FORIR. Dict.)

 

basse-allemagne. — Mehr Glück als Verstand haben.

 

316 

boneûr

L’ boneûr èst faît po lès brâvès djins, èt lès canayes è profîtèt.

 

litt. Le bonheur est fait pour les braves gens et les méchantes en profitent.

Comparez avec le précédent.

 

STAVELOT   Li boneûr èst faît po lès-ureûs.

 

JODOIGNE  Li boneûr èst faît po lès-ureûs èt l’ bèsace po lès mâlureûs.

 

MONS  C’ èst bén l’ cas d’ dîre què l’ boneûr èst fait pou l’s-eûreûs éyét l’ malète pou lès bribeûs.

(letellier. Armonak dé Mont. 1868)

 

317 

boneûr

On boneûr di Flamind.

 

litt. Un bonheur de Flamand. (sic)

Un événement fâcheux qui aurait pu être plus grave; on ajoute souvent : i vât mî çoula qu’ ine djambe cassêye.

 

JODOIGNE   On boneûr di pindë.

 

MONS  Par boneûr, i n’ s’ a fok fét ène bosse à s’ front, ène èscorche à s’ nez et à s’ djènou. In boneûr dé Flamind, là !

(J.-B. descamps. Èl pètotier. Scène montoise. Oeuvres. 1887)

 

318 

boneûr

Gn-a pau d’ boneûr sins bone ètinte.  (marche)

 

litt. Il y a peu de bonheur sans la bonne entente.

Il faut, dans une famille, se donner des témoignages de bon vouloir, il faut vivre en bonne  intelligence, se faire des

concessions mutuelles.

 

319

boneûr

Li boneûr èst dins l’ aîr, i tchaît ossi bin su l’ tièsse d’ on sot qui su l’ tièsse d’ on malin. (NAMUR)

 

litt. Le bonheur est dans l’air, il tombe aussi bien sur la tote d’un sot que sur la tête d’un malin.

Le bonheur est souvent un effet du hasard, il peut déjouer les calculs d’un homme intelligent.

 

VARIANTE   Li boneûr vole, atrape quî pout.

 

320 

boneûr

Avu dè boneûr come in-abiyî d’ sôye.

 

litt. Avoir du bonheur comme un vêtu de soie (de soies). Comme un gentilhomme ou comme un cochon.

Jeu de mots approximatif; car les soies de porcs s’appellent en wallon seûye.

 

basse-allemagne. — Sauglück haben. (En argot d’étu­diants : Der hat Schwein !)

 

321 

bondjoû

BONJOUR

Deûs bondjoûs n’ si k’batèt nin.

 

litt. Deux bonjours ne se combattent (ne se contrecarrent) pas.

Se dit à celui qui salue deux fois de suite la même personne. — Vous m’avez déjà fait une révérence tout à l’heure : mais je ne vous en remercie pas moins: quod abundat non vitiat.

 

322 

bonèt

BONNET

C’ èst bonèt blanc èt blanc bonèt.

 

litt. C’est bonnet blanc et blanc bonnet.

Il n’y a presque point de différence entre les deux choses dont il s’agit; l’une équivaut à l’autre. (ACAD.)

 

Pr. fr. — C’est bonnet blanc et blanc bonnet. — C’est jus vert et vert jus.

Cité par forir. Dict.

C’ èst blanc bonèt po l’ crahe èt bonèt blanc po 1′ boûre,

So l’ tchâr èt so lès-oûs, vos trovez bâbe di foûr.

(thiry. Mwèrt di l’ octrwè. 1860)

 

So li drî, so li d’vant, vès Vervî, vès Brussèle,

C’ èst todi blanc bonèt, ci n’ èst qu’ ine bagatèlle.

(THlRY. On voyèdje à conte-coûr. 1859)

 

VARIANTE    

Li sieûr Guîse a stu on grand ome,

Mayène ènn’ èst li deûziin.me tôme.

Èt po n’ rin dîre di mons ni d’ pus,

C’ èst dè djus vêrt èt dè vêrt djus.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. Ch. ILI. 1780)

 

VARIANTE   

On pout dîre: c’ èst Pîron parèy,

Come dit li spot, la lîre la la.

(BAILLEUX. Chanson. 1863)

 

var. JALHAY     GARITE

Dju moûrreû s’ i m’ faléve dumani lès brès’ è creûs ; maîs savez-v’ bin qwè ? Vos vêroz d’mani avou mi, c’ èst Pîron parèy.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 12. 1861)

 

VAR. NIVELLES  

D’ aboûrd què dj’ vwa d’ au lon no vî clokî d’ Nivèle,

Djè su contint, l’ ôte rèsse, dj’ in.me austant vatche què via.

(G. willame. Èm’ Nivèle Strophes. 1890)

 

var. CHARLEROI 

Après in rwa, ç’ ‘t- in-n-ôte, pusquè ç’ ‘t-insi qu’ on l’ vout ;

Èt s’ nom candje èt v’là tout.

C’ èst chou viêrt èt viêrt chou.

(BERNUS. L’ intèremint dè l’ liyone. Fauve. 1873)

 

var. TOURNAI    C’ èst l’ hochepeot à l’ avenant dès carotes.

 

323 

bonèt

Prinde dizos s’ bonèt.

 

litt. Prendre sous son bonnet.

C’est une chose qu’ il a imaginée et qui n’a aucun fondement, aucune vraisemblance. (ACAD.) — Prendre la responsabilité d’une chose.

Pr. fr. — Il a pris cela sous son bonnet.

 

var. NAMUR     Il a pris ça d’zos one barète.

 

var. JODOIGNE    Il a trové ça d’zos s’ cosse.

 

324

bonèt

Mète si bonèt d’ triviès.

 

litt. Mettre son bonnet de travers.

Entrer en mauvaise humeur. (ACAD.)

« C’est le désordre de l’esprit, représenté par le désordre de la coiffure. »

(QUITARD. Dict., p. 166.)

Cité par forir. Dict.

 

325 

bonète

Lèyans çoula po fé ‘ne bonète à Matî.

 

litt. Laissons cela pour faire un bonnet à Mathieu.

 

remacle (Dict.) dit : po fé ‘ne golète (fressure).

Abandonner une chose qui devient inutile. — Changer de

conversation. — Passer d’une chose que l’on considère comme futile à une autre plus importante.

 

DUBWÈS  (passant inte deux)

Djans, djans ! vûdans nos vêres, lèyans tot çoula po fé ‘ne bonète à Matî, il èst timps d’ ènn’ aler.

(T. BRAHY. Li boukèt. Sc. 7. 1878)

 

LOUWÎSE.

Djans, alans-se beûre ine tasse èt lèyans çoula po fé ‘ne bonète à Matî. Li sîse ni vât nin l’ tchandèle.

(willem et bauwens. Lès toûrsiveûs. Sc. 3. 1882)

 

MARCHE  

Si ça n’ va nin mî qu’ ça n’ a stî,

Fans-è on bonèt à Matî.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

326 

bonète

Vo-le-là, ramasse ti bonète.

 

litt. Le voilà, ramasse ton bonnet.

Le voilà, fais-en ce que tu veux ; je te l’abandonne, je le dédaigne.

 

327 

bwagne

BORGNE

I n’ si fât nin fé bwègne po rinde in-ôte aveûle.

 

litt. Il ne faut pas se faire borgne pour rendre un autre aveugle.

Il ne faut pas se nuire pour faire du tort à un autre.

 

328 

bwagne

Bwègne d’ in-oûy, aveûle di l’ ôte.

 

litt. Borgne d’un œil, aveugle de l’autre.

Privé de la vue.

Cité par forir. Dict.

 

329 

bwagne

Toumer d’ on bwègne so ‘n-aveûle.

 

litt. Tomber d’un borgne sur un aveugle.

Changer, par méprise, une chose défectueuse contre une autre plus défectueuse encore. (ACAD.)

Pr. fr. — Tomber de mal en pis. — Tomber de la poêle dans

la braise……Tomber de Charybde en Scylla. — Tomber de fièvre en chaud mal.

Cité par forir. Dict.

 

Maîs l’ bon Diu l’s-î dèrit : so-dje, don, vosse dômèstike ?

Vos-ârîz d’vou d’ abôrd wârder vosse rèpublike ;

Po v’ continter, dji v’s-aveû d’né on pâ.

I v’ faléve on vraî rwè, asteûre, broyîz vosse mâ.

Ç’ n’ èst nin cès rin.nes-là totes seûles

Qu’ ont toumé d’ on bwègne so ‘n-aveûle.

(BAILLEUX. Lès rin.nes qui d’mandèt on rwè. Fâve. 1882)

 

…..Maîs lon di v’ raviser,

C’ èst d’ on bwègne so ‘n-aveûle qui vos-avez toumé.

(thiry. Ine copènee so l’ marièdje. 1858)

 

JALHAY    BIÈTEMÉ

Matî s’ va ègadji d’vins lès coûtès tchâsses, po s’ tirer fou dè 1′ gâre civike, mais i pôreut bin candjî d’ on bwègne so ‘n- aveûle.

(XHOFFER. Lès deux sorodjes. I, se. lre. 1861)

 

Maîs, mutwè, aveût-i sogne di toumer d’ on bwègne so in-aveûle, ca i n’ drovia nin s’ pwète po çoula.

(MAGNÉE. Li houlote. 1871)

 

MARCHE     

Èt d’ssus on p’tit dèfaut, on gueûle

On r’tome d’ on bwagne so on-aveûle.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

JODOIGNE   Toumer d’ on bwagne seu one aveûle.

 

MONS 

Quand on veût ète trop bié, on tombe d’ in borgne in-aveûgle.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1865)

 

var. MONS  I d-a bé qui ont cru mète leû min su in champignon et qui l’ ont mis su ‘ne vèsse-dé-leûp.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

TOURNAI      Quêre d’ in borne sur in-n-aveûle.  (…)

 

330 

bwagne

Candjî on bwène tchivâ conte in-aveûle.

 

litt. Changer un cheval borgne contre un aveugle.

Cité par forir. Dict.

Pr. fr. — Changer son cheval borgne contre un aveugle. Changer une chose mauvaise contre une autre plus mauvaise encore, faire un mauvais marché ;   empirer sa condition.

(LITTRÉ)

 

BORINAGE  Si bié qué l’ paysan francès s’ a apèrçu qu’ il avot candjè s’ kèvau borgne conte in-n-aveûle.

(Ârmonak du Borinâje in patwas borin. 1849)

 

331 

bwègne

Vos-èstez bwègne, vos-îrez wârder lès-âwes à Vîsé.

 

litt. Vous êtes borgne, vous irez garder les oies à Visé. Manière polie de dire à quelqu’un : “Vous êtes un sot.”

 

332  

bossou

BOSSU

Li ci qui s’ jin.ne, i d’vint bossou.

 

litt. Celui qui se gêne, devient bossu.

Excuse peu polie des personnes qui refusent de se donner un peu de gêne pour faire plaisir à quelqu’un. — La gêne fait souvent prendre au corps une position qui n’est pas naturelle.

Pr. fr. — Où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir.

 

333 

bote

BOTTE

À propôs d’ botes.

 

litt. A propos de bottes.

Sans motif raisonnable, hors de propos. (ACAD.)

Prov. A propos de bottes.

 

Ç’ n’ èst nin à propôs d’ botes çou qui j’ ènnè di là,

Pusqu’ il èst quèstion d’ ine pôve feume qu’ avala

Tant d’ aîwe è Moûse qu’ èlle î finiha s’ vèye.

(BAILLEUX.  Li feume nèyèye. Fâve. 1851)

 

334 

bote

Ècrâhî lès botes.

 

litt. Graisser les bottes.

Se préparer à partir pour quelque voyage ; se disposer a. mourir. (ACAD.)

Administrer les huiles saintes.

Prov. Il faut qu’ il graisse ses bottes.

Cité par forir. Dict.

 

MONS  Èlle arwat bé voulu in-n-ète quite tout d’ swite, pwisqu’ èl médecén l’ avwat condané, et qu’ sès bote étiont ingrèssées, come èle dizwat.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1849)

 

BORINAGE

V’là l’c uré tourminté ; i dit qu’i n’ l’ intèrra nié ;

Qu’ on n’ dwat nié s’ mète in route pou l’ aute monde

Sans-avwa ène pâtée d’ wile su sès solés.

(Armonak du Borinâje, in patwas borin. 1849) (…)

 

335        

bote

Vos-âroz dès botes à Pauke

Èt dès bëlokes à l’ sint Djauke.   (JODOIGNE)

 

litt.   Vous aurez des bottes à Pâques.

Et des reines-claude à la Saint-Jacques.

Promesses illusoires; manière d’éviter de faire une pro­messe.

 

336  

bote

Magnî lès botes di s’ maîsse.

 

litt. Manger les bottes de son maître.

Ne pas faire convenablement sa besogne, ne pas accomplir sa tâche.

 

var. malmedy  Magnî l’ brèyon (gras) dès djambes.

Rester à charge à quelqu’un sans travailler.

 

337 

bouk

BOUC

Pus’ què l’ bouk pûwe, pus’ què l’ gade lè vwèt volontiè. (HAINAUT)

 

litt. Plus le bouc pue, plus la chèvre le voit volontiers.

On ne doit reprocher à personne certains défauts qui n’en sont pas toujours, certaines actions que l’on commet aussi.

 

MONS  Vo-n-ome nè sarot nié èl pus puant què vos l’ èstez d’vins ç’ momint-là, d’ayeûr 1′ provèrbe dit : pus’ què 1′ bouk pûe, pus’ què l’ gade, qu’ èle lé vwat volontiè.

(Armonak du Borinâje. 1849)

 

NAMUR   Pus’ qui l’ bok pûwe, pus’ qui l’ gade li veut voltî.

 

338 

bok

Pus vî èst l’ bok, pus deûre èst s’ cwène.

 

litt. Plus vieux est le bouc, plus dure est sa corne.

L’âge rend plus coriace, moins agile, et au moral, plus égoïste.

 

339 

boke

BOUCHE

Il a ‘ne boke qui hagne âs qwate costés.

 

litt. Il a une bouche qui mord des quatre côtés.

Il est mordant, il aime à dénigrer les autres.

 

340 

boke

I fât fé come sinte Monike,

Mète di l’ aîwe è s’ boke.

 

litt.  Il faut faire comme sainte Monique, mettre de l’eau dans sa bouche.

Il faut prendre patience.

Sainte Monique avait un mari excessivement vif; pour éviter les querelles, elle conservait de l’eau dans la bouche, pendant tout le temps qu’ il lui faisait des reproches. — C’est le sujet du crâmignon intitulé : l’Aîwe bèneye de curé, d’Antoine.

remacle, inséré au Bulletin de la Société liégeoise de littérature wallonne. 1860

 

mencheub.

Ni vâreut-i nin mî d’èsse âx incurâbe? Dè mons là,  dji sèreû trankile, dji n’âreu nin mèsâhe di m’ mète co traze fèye di l’aîwe è m’boke.

(BIlAHY. À qui l’ fdte? Se. I. 1882)

 

vas. TOURNAI    Ertenir s’langue dins s’bouque.

 

341 

boke

Çou qu’ èst doûs à l’ boke è-st-amér â coûr.

 

litt. Ce qui est doux à la bouche est amer au cœur.

Les sucreries sont malsaines; trop de plaisirs gastro­nomiques sont nuisibles. (Voir le suivant.)

Cf. L’Apocalypse, ch. X, v. 9.

 

342 

boke

Çou qu’ è-st-amér à 1′ boke èst doûs â coûr.

 

litt. Ce qui est amer à la bouche est doux au cœur.

Les médicaments amers sont souvent bienfaisants.

Le français n’emploie que ce proverbe :

Ce qui est amer à la bouche est doux au cœur.

(Le père jean-marie. Divertissement des sages. 1665)

Cité par forir. Dict.

 

MARCHE   L’ amér o 1′ boche èst doûce au keûr.

 

343 

boke

Ni t’ siève nin dè 1′ boke d’ in-ôte s’ on n’ ti l’ a prusté.

 

litt. Ne te sers pas de la bouche d’un autre si on ne te l’a prêtée.

Ne répète pas les paroles d’autrui sans y être autorisé. — Ne cite point comme ton auteur celui qui ne t’a rien dit.

 

VARIANTE   I n’ fât jamây djâser avou l’ boke d’ in-ôte, so ç’ timps-là, on pôreût tchîr è 1′ vosse.

 

344

bouche

Dè l’ mwin à l’ bouche, si pièd sovint l’ soupe. (namur)

 

litt. De la main à la bouche, se perd souvent la soupe.

Il ne faut qu’un moment pour faire manquer une affaire par quelqu’accident imprévu. (LITTRÉ)

Pr. fr. — Il arrive beaucoup de choses enlre la bouche et le verre. — Il y a loin entre la main et la bouche.

Entre bouche et cuillier

Avient souvent grant encombrier.

(Roman du renard.)

Multa cadunt inter calicem supremaque labra.

(LEJEUNE. Proverbia familiaria. 1741)

De la mano a la boca se pierde la sopa.

(Prov. espagnol.)

Entre bouche et cuillier, il arrive souvent du destourbier.

(Le père jean-marie. Divertissement des sages. 1665)

 

VARIANTE   titine

Vos savez qu’ bin sovint on r’vint so sès-îdèyes,

Inte li tasse èt 1′ gosî, gn-a co lon pus d’ ine fêye.

(TOUSSAINT. Djan.nèsse. III, sc. lre. 1890)

 

345

boke

Fé di s’ boke si cou.

 

litt. Faire de sa bouche son cul.

Manquer à sa parole.

 

… A-t-on co mây oyou

Djâser insi ? dit l’ leûp, c’ èst fé di s’ boke si cou.

(bailleux. Li leûp, li mère èt l’ èfant. Fâve. 1852)

Cité par forir. Dict.

 

346 

boke

N’ avu ni boke ni sporon.

 

litt. N’avoir ni bouche ni éperon.

N’écouter aucun conseil, aucun avis. Être sans frein, sans retenue.

Être stupide et insensible. (littré, à propos de cheval.)

 

347 

boke

I  sût l’ môde dès-omes : i dwème avou 1′ boke â lâdje.

 

litt. Il suit la mode des hommes : il dort avec la bouche ouverte.

Il a toujours soif.

 

348 

boke

C’ èst 1′ cîr qui l’ pihe è l’ boke.

 

litt. C’est le ciel qui vous verse à boire.

Le vin qu’ on vous offre est excellent.

Dicton des vieux liégeois, entre la poire et le fromage.

 

MARCHE    L’ pètit Jésus v’ piche o l’ botche.

 

VAR. NAMUR  Vos vos ralètchîz co lès moustatches on quârt d’ eûre après, vos dîrîiz vraîmint qui li p’tit Jésus a pichî dins vosse bouche.

(Marmite, journal. 1884, n° 4)

 

349 

boke

Il a ‘ne boke qu’ on-z-î freût intrer on stron à côp d’ corîhe.

 

litt. Il a une bouche à y faire entrer un étron à coup de fouet.

Il a la bouche démesurément grande.

 

VARIANTE    On l’ a spani avou ‘ne sèsse. (sic)

 

var. NAMUR    Il a one gueûye d’ èpègne.

 

NAMUR                

Câr li fèye do grand Colas, dimègne,

N’ a seû awè d’ bon,

Ci n’ èstèt nin s’ canton,

Èlle a co mwin.né s’ gueûye d’ èpègne.

(J. COLSON. One distribucion d’ soupe. Ch. 1862)

 

var. NIVELLES     Il a ‘ne bouche come èl bènwati d’ Hal.

(L’Aclot. 1889 N° 2)

 

var. JODOIGNE    I droveûve one bouche come on for.

 

350

bouke

À coté dè t’ bouke, chè s’ra t’n-orèle.  (TOURNAI)

 

litt. A côté de ta bouche ce sera ton oreille.

Il n’y aura rien de changé.

C’est en ces termes que répond toujours l’ouvrier de fabrique, lorsqu’on lui promet, pour un temps prochain, une augmentation de salaire.

 

351  

gueûye

I fât régler s’ gueûye sorlon s’ boûsse.

 

litt. Il faut régler sa bouche selon sa bourse.

Il faut mesurer, régler ses dépenses selon son revenu. Gouverne ta bouche selon ta bourse.

(OODIN. Curiositez françaises. 1640)

Il ne faut pas faire pour la table et en général pour quoi que ce soit plus de dépenses que la fortune ne permet. (littré)

 

JODOIGNE    I faut todë arindjî s’ gueûye sèlon s’ boûsse.

 

352

gueûye

Gueûye afamêye ni qwîrt nin l’ sâce.

 

litt. Bouche affamée ne cherche pas la sauce.

La faim assaisonne tous les mets. (ACAD.) — La faim nous rend accommodants sur le choix des aliments.

Pr. fr. — Il n’est chère que d’appétit. La faim est le meilleur assaisonnement. Qui a faim, mange tout pain.

(Proverbes de nouvelles. 1557)

Les Allemands disent : Der Hunger ist der beste Koch.

Cité par forir. Dict.

 

353  

gueûye

Il a l’ gueûye pavêye.

 

litt. Il a la bouche pavée.

Se dit d’un homme quand il mange ou boit fort chaud sans se brûler.  (Dict. port. des prov. fr. 1754) 

Pr. fr. — Il a le gosier pavé. Avoir le gosier pavé.

(OUDlN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

DJIRÂ

I fât avu l’ gueûye pavêye

Po houmer,

Sins sofler,

Cisse bêlante cabolêye.

(DE harlez, de cartier, etc. Li Voyèdje di Tchaudfontin.ne. III, sc. I. 1757)

 

354 

gueûye

Lâver l’ gueûye.

 

litt. Laver la gueule.

Régaler, gorger quelqu’un.

 

VARIANTE    I s’ faît todi lâver l’ gueûye.

C’est un pique-assiette, qui ne délie jamais les cordons de sa bourse.

 

355    

gueule

I n’ faut pont courîr à 1′ Madelène

Pour vîr ène gueule comme ‘l tiène. (tournai)

 

litt.    Il ne faut pas courir à la Madeleine

Pour voir une bouche comme la tienne.

Citation empruntée à une sorte de langage en vers employé avec succès par un honorable serrurier de notre ville et que nous pouvons traduire comme suit :

« Il ne faut pas aller loin pour rencontrer un visage pareil

au Vôtre. »    (Ètrennes tournaisiennes. 1886)

 

356

gueûye

Clôs t’ gueûye, lès strons volèt.

 

litt. Ferme ta bouche, les étrons volent.

Taisez-vous. Ne dites pas de paroles inutiles.

 

VARIANTE

I ravise lès rin.nes dè meus d’ awous’, il a l’ gueûye clôse.

Il veut parler et ne sait plus que dire.

 

357  

boke

On n’ droûve nin l’ boke pus lâdje po minti qui po dîre li vraîy.

 

litt. On n’ouvre pas la bouche plus large pour mentir que pour dire la vérité.

Il n’est pas plus difficile de mentir que de dire la vérité.

 

358   

broûs

BOUE

Qwand i nîve dissus lès broûs,

Dè l’ djaléye divant trwès djoûs. (namur)

 

litt.     Quand il neige sur la boue, il gèle avant trois jours.

 

359 

brôs

Quî s’ vout man.ni, va d’vins lès brôs. (marche)

 

litt. (Celui) qui veut se salir, va dans les boues.

Il faut éviter le contact de la mauvaise compagnie, sinon on vous accusera de la rechercher.

 

JODOIGNE    Qui s’ vout fer man.nèt va dins lès brous.

 

VAR.NAMUR   I s’ vout r’lâver avou do broûlî.

 

360 

boujer

(picard)

BOUGER

N’ boûje pont d’ là, j’ te veos d’ ichi. (tournai)

 

litt. Ne bouge pas de là, je te vois d’ici.

C’est inutile de m’en dire davantage, je vous ai compris. S’emploie surtout pour mettre fin à une plaisanterie cousue de fil blanc.

 

NAMUR  N’ boudje nin d’ là, dji veu di-d-ci.

 

361 

bolèye

BOUILLIE

Nâhi come di trinte-sî bolèyes li djoû.

 

litt. Fatigué comme (s’il avait mangé) trente-six bouillies par jour.

Très fatigué. — Fatigué d’un mets ou d’une chose trop souvent répétée.

 

Prindez astème à mi et vos ‘nnè sèrez r’pahou come di sî bolèyes li djoû.

(SALME. L’ éritadje da Djâke Lèduk. Chansonnette. 1875)

 

BIÈTEMÉ

Pèler lès crompîres, l’ couhène èt r’nètî 1′ manèdje, dj’ ènnè so-t-ossi nâhî qui d’ sî bolèyes li djoû.

(willem et bauwens. Pètchi racheté. Sc. 4. 1882)

 

362 

bolèye

Magnî 1′ bolèye so l’ tièsse d’ ine saquî.

 

litt. Manger la bouillie sur la tête de quelqu’un.

Se mettre au-dessus de quelqu’un, le mépriser.

Cité par forir. Dict.

 

363 

bouyon

BOUILLON

Qwand l’ bouyon cût, i l’ fât houmer.

 

litt. Quand le bouillon bout, il faut l’écumer.

Quand nous trouvons l’occasion favorable, nous devons en profiter. — Il ne faut pas négliger ses affaires.

 

364 

bouyon

Trop taurd ! Lë bouyon èst chëmé. (JODOIGNE)

 

litt. Trop tard ! Le bouillon est écume.

Vous arrivez trop tard; l’affaire est terminée, les bénéfices sont partagés.

 

365 

bouyon

Beûre on bouyon.

 

litt. Boire un bouillon.

Faire une perte considérable par suite d’une fausse spéculation. (littré)

 

BAÎWÎR

Bièsse ! avou tote leû sope, is m’ front beûre on bouyon,

As-se dès cens’, vî Crahay ?

(alcide pryor. Baîwîr so s’ panse. 1863)

 

BAÎWÎR

Si t’ as pièrdou tès cens’, fât avaler l’ bouyon.

(alcide pryor. On drole di manèdje. 1868)

 

VARIANTE   SÈRVÂS

Mi cabarèt va beûre on rare côp d’ aîwe, ca ci n’ èst nin lès ritches qui nos fèt viker, c’ èst l’ ovrî.

(T. bhahy. Li boukèt. I, sc. 1re. 1878)

 

TOURNAI  Et come d’ èfèt, Polite a bu l’ bouyeon ; ch’ èst même à cause dè cha et du trau qu’ cha aveot fét à s’ bourse, qu’ il a rèvenu quate djoûs pus tôt faute dè iârds.

(Almanach du Tournaisien. L’ voyâje deu Polite, 1882)

 

366

bouyon

Fé dè bouyon po lès mwèrts.

 

litt. Faire du bouillon pour les morts.

Faire une chose sans profit, une dépense inutile.

Expliquer sans convaincre.

 

CRÈSPIN

… Dji creû qu’ vos-avez twèrt

Cès rapâvetèdjes-là, c’ èst dè bouyon po lès mwèrts.

(remouchamps. Li savetî. I, sc. 5. 1858)

 

Èt l’ ci qui hoûte tot çou qu’ ti lî raconte,

C’ èst po t’ complaîre, ca t’ è oûy si foû sqwére

Qu’ on sint qu’ ti faîs dè bouyon po lès mwèrts.

(J.-T. Boutâde d’ on vî tch’vâ d’ atèlèdje â Pont-d’s-Âtches. 1858)

 

JALHAY  BIÈTEMÉ

Lèyans-là tot çoula. C’ èst do bouyon po lès mwarts ; c’ è-st-à Madjène qu’ dj’ parulereû voultî.

(xhoffer. Lès deux sorodjes. I, sc. 5. 1861)

 

I gn-a d’djà deûs- ans qu’ on féve dè bouyon po lès mwèrts tot maherant papî so papî.

(MAGNÉE. Li houlote. 1871)

 

MARCHE   

L’ ci qui n’ tint avou lès pus fwarts,

Ni fait qu’ do bouyon po lès mwarts.

(alexandre, fut corti. 1860)

 

MONS Quand t’ aras faît l’ candiau, faudra l’ humer, èyèt tout ç’ qué tu poudrwas faîre après, c’ èst come si tu m’ fèzwas in candiau quand dj’ sèraî môrt.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1830)

 

367

bouyon

Diner on bouyon d’ onze eûres.

 

litt. Donner un bouillon d’onze heures.

Breuvage empoisonné. (littré)

 

368 

bouyon

On n’ faît nin dè bouyon avou dès cawiaîs.

 

litt. On ne fait pas du bouillon avec des cailloux. On ne fait rien avec rien, — IL ne faut pas compter sur le produit d’une terre stérile.

 

369 

bouyon

Printe ‘l bouyeon et laîsser l’ ékème. (TOURNAI)

 

litt. Prendre le bouillon et laisser là l’écume.

Prendre la plus grosse part du gâteau; ne laisser que les bribes; s’avantager au détriment des autres.

 

370 

bouyon

On n’ tape mây ine pîre è l’ aîwe, qu’ i n’ vinse on bouyon.

 

litt. On ne jette jamais une pierre dans l’eau, qu’ il ne vienne un bouillon.

Il faut prévoir les conséquences. — C’est par leurs résultats que nos actions secrètes sont connues. — Tout finit par se découvrir.

 

371 

boledjî

BOULANGER

Vât mî d’ aler â boledjî qu’ à l’ apoticâre.

 

litt. Mieux vaut aller au boulanger qu’au pharmacien.

Les dépenses qu’ on fait en état de santé, causent moins de

regrets que celles qu’ on est forcé de faire pour se guérir d’un mal.

Cité par forir. Dict.

 

JODOIGNE     Vaut mia aler au boledjî qu’ à l’ apoticaîre.

 

PICARDIE   Il vaut mieux aler ach’ l’ ornière (armoire) qu’ à ch’ l’apoticaîre.

(CORBLET. Glossaire. 1851)

 

372 

kitaper

BOULEVERSER

I faît cial ossi k’tapé qu’ amon Lîbrihe.

 

litt. Il fait ici aussi bouleversé que chez Librihe.

C’est le comble du désordre.

 

Èle ni faît rin s’ èle ni djèmîhe,

C’ èst dî fèyes pés qu’ amon Lîbrihe.

(FORIR. Li k’tapé manèdje. 1836)

 

373 

bordjeû

BOURGEOIS

Li bordjeû va d’vant l’ hakin.

 

litt. Le bourgeois marche devant le valet.

On doit servir les maîtres avant les domestiques. — Il faut se servir d’abord et les autres après. Cf. A tout seigneur tout honneur.

A passage et à rivière, laquais devant, maître derrière.

Le mot hakin n’est plus employé que dans ce proverbe ; il signifie probablement palefrenier (de Haque, v. fr. cheval). — Il convient de signaler l’analogie avec facchino (porte-faix).

Cité par forir. Dict.

 

basse-allemagne. — Erst der Herr, dann der Knecht.

 

374

boûsse

BOURSE

I tint l’ boûsse po l’ make.

 

litt. Il tient la bourse par la tête.

Il est certain d’être payé des dettes qu’ on a contractées à son égard. — Il a une garantie.

Pr. fr. — Tenir le bon bout par devers soi.

 

375

boûsse

I faurè quë dj’ pwate më boûsse à maule. (JODOIGNE)

 

litt. Il faudra que je porte ma bourse à mâle.

Je n’ai plus rien dans ma bourse, il faut que je la fasse remplir.

 

On dit par plaisanterie :

VARIANTE   Tu botèye èst vûde, valèt, il fârè rèminer à toraî.

Ta bouteille à genièvre est vide, mon garçon, il faudra la conduire au taureau, sous entendu pour la rendre pleine.

(A. body. Vocab. des agriculteurs.)

 

376

coron

BOUT

Ça n’ a ni queû ni coron. (MONS)

 

litt. Cela n’a ni queue ni bout.

Cela n’a ni commencement ni fin; cela n’a pas le sens commun.

 

377 

coron

Èle ridjond sès corons.

 

litt. Elle joint ses bouts.

Elle est économe, bonne ménagère.

Joindre les deux bouts, avoir tout juste de quoi subsister, ou joindre les deux bouts de l’an, c’est-à-dire aller, sans dépasser son revenu, d’un bout de l’an à l’autre. (littré)

 

VARIANTE  

Qwand nos-èstans toumé so one djoyeûse dondon

Qui vike po nos complaîre èt r’mète lès bouts à pont.

(thiry. Lès saîsons. Poème)

 

mayane

Qwantes fèyes, av’ oyou dîre, c’ è-st-in-ome qu’ ènnè fond,

I pout bin in.mer s’ feume, èle lî r’mèt’ sès corons.

(hannay. Li mâye neûr da Colas. II, sc. II. 1866)

 

TÈRÊSE

Vos-ârez, tot sayant di r’loyî vos corons,

Li pus ureûs manèdje di tos lès-environs.

(SALME. Ine feume qu’ ènnè vât deûs. Sc. 14. 1876)

 

var. JALHAY    GARITE

C’ è-st-on-ome bin aglidjint, qui tint bin lès corons essôle, qui sét fé v’ni l’ aîwe so l’ molin.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 12.1861)

 

STAVELOT   C’ èst ç’ qui tint lès corons èssonle.

 

NAMUR          

Èt t’nant bin lès corons èchone,

Li boneûr sèrè dins l’ maujone.

(J. colson. Boutez-vous à pièce. Ch. 1862)

 

marche

Chacun a do mau, come i m’ sone,

Do mète lès deûs corons èssone.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

beauraing

 Èt qui s’ fème qui s’ distrût, nût-èt djoû, dins l’ maujon

A bin dès rûses à 1′ fin di djonde lès deûs corons.

(VERMER. Lès sôléyes. 1862)

 

JODOIGNE    Mète lès corons èchone.

 

NIVELLES

Nous-autes, nos travayon t’t-au long du djoû, èt co à scrène èyèt c’ èst tout. ‘L pus-au bout d’ l’ anéye, nos savons r’loyî lès deûs bouts inchène.

(L’Adot, n° 22. 1889)

 

MONS

Nos frons dès chink quârts tous lès joûrs dè 1′ seumène, nos ariverons bé sûr à mète lès bouts insembe à 1′ fin d’ l’ anéye.

(J. declève. Totôr èl choumake. Sc. 12. 1889)

 

378 

bètch

Lu tot, c’ èst d’ atraper l’ bon bètch. (stavelot)

 

litt. Le tout, c’est d’attraper le bon bout.

 

Trouver le moyen de réussir, trouver le joint, le côté par où il convient de prendre une chose. (littré)

A quiconque le sait prendre par le bon bout.

(MOLIÈRE. L’Etourdi. III, sc. 2)

 

379 

botèye

BOUTEILLE

Èsse è l’ botèye à l’ intche.

 

litt. Être dans la bouteille à l’encre.

N’être pas blanc

Prov. fr. — C’est la bouteille à l’encre. — C’est une affaire obscure, embrouillée et en parlant d’une personne, c’est quelqu’un dans les idées de qui on ne voit pas clair. (littré)

 

basse-allemagne. — In die Dinte geraten (ne s’emploie pas dans le sens du spot wallon, mais signifie seulement : être embarrassé, indécis).

 

380 

botèye

Avou si, on mèt’ Paris d’vins ‘ne botèye.

 

litt. Avec un si, on met Paris dans une bouteille. V

ouloir faire une chose impossible.

 

TÂTÎ … Èt si dj’ aveû deûs cints mèyes.

TONTON Si ? Avou si, on mèt’ Paris d’vins ‘ne botèye.

(E. remouchamps. Tâtî l’ pèrikî. II, sc. 3. 1885)

 

381 

botèye

C’ èst trotè d’vins one botèye. (MARCHE)

 

litt. — C’est peter dans une bouteille.

C’est faire une chose inutile.

 

Èle done co dès côps bon consèy,

Maîs c’ èst trotè d’vins one botèye.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

382  

botike

BOUTIQUE.

Po n’ rin wangnî, l’ èst sèrêye.

 

litt. Pour ne rien gagner, la boutique est fermée.

Il ne faut pas persister à faire une chose onéreuse. — Se dit également au chaland qui marchande outre mesure.

 

383 

boutike

P’tite par dèvant, grand bazâr par dèriêre. (tournai)

 

litt. Petite boutique par devant, grand bazar par derrière.

Commerce clandestin, se dit surtout à propos de maisons de rendez-vous, dans lesquelles on a installé un magasin insignifiant, destiné à sauver les apparences.

(Êtrennes tournaisiennes. 1884.)

 

384

boton

BOUTON

Keûse deûs botons d’ on côp d’ awèye.

 

litt.  Coudre deux boutons d’un coup d’aiguille.

Faire d’une pierre deux coups. A aussi un sens érotique.

 

385   

bwayeaus (picard)

BOYAU

Avwar les bwayeaus qui grouletent èddins s’ panche. (tournai)

 

litt. Avoir les boyaux qui grouillent dans le ventre.

Avoir le ventre creux.

 

386 

bwayeaus (picard)

Avwar dès bwayeaus come dès havèrsas, come dès manches d’ Augustin. (tournai)

 

litt. Avoir des boyaux comme des havresacs, comme des manches d’Augustin.

Manger beaucoup, être doué d’un grand appétit et manger gloutonnement d’énormes portions de nourriture.

On dit aussi comme des Franciscains. (Prov. latins.)

Appétit ouvert comme la gibecière d’un avocat.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Il a toujours six aunes de boyaux vides.

C’est un homme toujours prêt à manger. (littré)

 

387 

brèyâd

BRAILLARD

Lès grands brèyâds n’ ont mây touwé pèrson.ne.

 

litt. Les grands braillards n’ont jamais tué personne.

De la menace à l’exécution, il y a souvent loin.

Les gens que vous tuez se portent assez bien.

(CORNEILLE. Le menteur.)

 

VARIANTE   Li pus grand brèyâd n’ a mây magnî nouk.

 

VAR. TOURNAI   Grands diseûs, p’tits féseûs.

Ceux qui parlent le plus, avant le danger, sont les plus timides pendant l’action.

 

388

cohe

BRANCHE

Potchî d’ ine cohe so l’ ôte.

 

litt. Sauter d’une branche sur l’autre.

 

Passer brusquement d’un sujet à un autre, en ne s’arrêtant à aucun et en les traitant tous superficiellement. (ACAD.)

Pr. fr. — Sauter de branche en branche.

Cité par forir. Dict.

 

Dj’ a tchanté so tos lès sudjèts,

Potchî d’ ine cohe so l’ ôte.

(dehin. Lès bâbes èt lès pèikes. 1844)

 

Dji potche d’ ine cohe so l’ ôte, come i tome à l’ îdèye.

(BAILLEUX. Li tchèpetî èt sint-Antône. Fâve. 1856)

 

Qwand c’ èst qu’ il eûrit dit tot çou qu’ i poléve dîre,

I s’ tapa so ‘ne ôte cohe èt rik’minça dè scrîre.

So sint Djwêr èt sint -Mârtin.

(J.-J. dehin. Li powête garanti pa lès sints. 1851)

 

CRÈSPIN

Dji potche so ine ôte cohe, Dji m’ sètche todi d’ afaîre.

(remouchamps. Li savetî. I, sc. 5. 1888)

 

VARIANTE                                   tatenne.

So l’ pau qu’ i d’vise asteûre, i potche so totes lès cohes.

(PECLERS. L’ ovrèdje da Tchantchès. Sc. 4. 1872)

 

NAMUR            

I vint di r’mârker l’ plan, il èst fiér èt contint,

I vole d’ one coche su l’ ôte èt arête à momint.

(WÉROTTE. Choix de chansons wallonnes. 1860 3e éd.)

 

389

cohe

I n’ èst mây so vète cohe.

 

litt. Il n’est jamais sur verte branche.

Il est toujours atteint de quelques maladies.

Cité par forir. Dict.

 

390 

cohe

Si rateni à totes lès cohes.

 

litt. S’accrocher à toutes les branches.

Non pas sans doute à la façon de frère Jean des Entommeures. (rabelais. Gargantua, liv. I, ch. 42.)

Se servir de tous les moyens, bons ou mauvais, pour se tirer d’embarras, de danger. (ACAD.)

 

391 

cohe

Po-z-aveni âs cohes, i fât prinde li botch.

 

litt. Pour parvenir aux branches, il faut prendre le tronc.

Pour réussir dans une chose accessoire, il faut d’abord

s’occuper de la chose principale. S’emploie généralement dans le sens de : Pour se faire bien voir de la fille, il faut commencer par plaire aux grands parents.

Prov. fr. — Il vaut mieux se tenir au gros de l’arbre qu’aux branches, c’est-à-dire il vaut mieux s’attacher à celui qui a l’autorité supérieure qu’à celui qui n’a qu’une autorité subalterne. (littré)

 

392 

cohe

Si raspouyî so ‘ne mâle cohe.

 

litt. S’appuyer sur une mauvaise branche.

Compter sur un secours qui n’arrivera pas. — Espérer un succès chimérique. Cité par forir. Dict.

J’a trop tardé de vèye qui j’esteus so mâle cohe.

(THIRY. Ine cope di grandiveûs  1859)

 

Divant dè v’ni, dji m’a doté

Qu’ on voreut mutoi m’fer chanter ^

Ine saquoi d’bin ou d’mâ tourné,

Pô m’diner à k’nohe.

Mais Dji sos foirt imbarassé

Ca Dji m’trouveso ‘ne mâle cohe.

(galand. Ine Kifèssion. Chanson. 1863)

 

VAR. VERVIERS     Su rapouyî so pûri bwès.

 

var. STAVELOT   I n’ si fât nin raspouyi s’ on poûri baston.

 

VAR. JODOIGNE   I n’ faut ni mète sès pîds së l’ mauvaîse coche.

 

VAR. JODOIGNE    I s’ a fiyî së one fausse cwade.

 

393 

cohe

I s’ ratrape âs cohes.

 

litt. Il se rattrappe aux branches.

Se dit de l’orateur ou du causeur qui a perdu le fil de ses idées et qui s’appesantit sur un détail accessoire pour gagner du temps et retrouver son thème.

 

394 

hossî

BRANLER

Çou qui hosse tint todi.

 

litt. Ce qui branle tient toujours (encore).

Il ne faut pas s’exagérer ses infortunes ; tant qu’ il y a vie, il y a espoir.

Femme qui pette n’est pas morte.

(J.-J. rousseau. Confessions.)

Prov. fr. — Tout ce qui branle ne tombe pas. Se dit pour exprimer qu’une chose qui n’est pas solide peut durer, qu’une personne qui est maladive peut vivre longtemps.

(LITTRÉ)

 

NAMUR     Tot ç’ qui pind n’ tchaît nin.

 

PICARDIE         Tout ceu qui hoche né két pwint.

 

ST-QUENTIN   Tout chou qui hoche, i n’ két pau.

 

395 

hossî

Ci n’ èst nin 1′ pâ qui hosse qui tome todi l’ prumî.

 

litt. Ce n’est pas le pieu qui branle qui tombe toujours le premier.

Ce ne sont pas les personnes faibles, malingres ou âgées qui meurent plus tôt que les autres.

Pr. fr. — Aussitôt meurent jeunes que vieux. — Autant meurent veaux que vaches.

 

VARIANTE

I n’ fat mây rîre dès flâwes, ni dès pôves mèsbrudjîs,

Ci n’ èst nin l’ âbe qui hosse qu’ è va todi l’ prumî.

(dehin. Li tchin.ne èt l’ cladjot. Fâve. 1881)

 

396 

brès’

BRAS

I vât mî piède on brès’ qui tot 1′ cwèrp.

 

litt. Il vaut mieux perdre un bras que tout le corps.

Il est préférable de faire un petit sacrifice en temps opportun que de courir la chance d’en faire un plus grand dans l’avenir. Mieux vaut perdre peu que beaucoup. — Minima de malis. Cité par forir. Dict.

 

VERVIERS 

Dj’ in.me èco mî d’ piède on brès’ quu tot l’ cwèrp.

(PIRE. Pingnerîz-ve bin on diâle qui n’ a nin dès tch’vès ? Ch. Amusettes. 1884)

 

VERVIERS    

On boveû n’ a nin pus d’ longuèsse

I v’ dîrè, s’ i pièd’ aus cwârdjeûs,

Qu’ i vaut mî du s’ casser on brès’,

Quu du s’ lès câsser tos lès deûs.

(xhoffer. Lès burdoyes. 1867)

 

MARCHE      I vaut mî piède on brès qu’ tot l’ cwarp.

 

JODOIGNE   Vaut mia piède on brès qu’ tot 1′ côrp.

 

397 

brès’

Avu so lès brès’.

 

litt. Avoir sur les bras.

Pr. fr. — Avoir sur les bras ; en être chargé ou importuné.

(ACAD.)

Au diantre du valet qui vous est sur les bras.

Qui fatigue son maître et ne fait que déplaire,

A force de vouloir trancher du nécessaire.

(molière. Le fâcheux. I, sc. lre)

 

398 

brès’

Lès rwès ont dès longs brès’.

 

litt. Les rois ont les bras longs.

« Pour dire que leur pouvoir s’étend bien loin, et qu’en quelque lieu que l’on soit, il est dangereux de les offenser. »

(LEROUX. Dict. comique. 1752.)

Pr. fr. — Les rois ont les mains longues.

Avoir les bras longs. Avoir un crédit, un pouvoir qui s’étend fort loin. (ACAD.)                                                           

 

VARIANTE

 Ti sés qu’ dj’ a ‘ne longue vèdje,

Faîs çou qu’ dji t’ di,

Si t’ ès sûti.

(N. DEFRECHEUX. Li signeûr di Stèrpenich. Conte. 1863)

 

basse-allemagne. — Könige haben lange Ärme.

 

399

brès’

Stinde on brès’ èt racrampi l’ ôte.

 

litt. Étendre un bras et retirer l’autre.

Céder d’un côté pour se rattraper de l’autre. Demander l’aumône. Cité par forir. Dict.

 

VAR.  JODOIGNE    Doner d’ one mwin èt lë r’tèni d’ l’ ôte.

 

400 

brès’

Avu brès’ èt djambe câssêye.

 

litt. Avoir bras et jambes cassés.

Être abasourdi.

Pr. fr. — Couper bras et jambes à quelqu’un.

Frapper d’étonnement, de stupeur. — Oter à quelqu’un le moyen d’agir, d’arriver à ses fins, de réussir. (ACAD.)

Cité par forir. Dict.

 

DUPUIS

… Vos n’ volez nin savu çou qu’ dj’ a-st-à dîre.

BEAUJEAN

Siya, maîs dji n’ sâreû vèy longtimps vos manîres,

Vos m’ câssez brès’ èt djambe…

(A. delchef. Pus vî pus sot. Sc. 1.1872)

 

Èle vis câsse brès’ èt jambe èt distrût vosse corèdje,

Vos v’ tapez à 1′ diloûhe, fâte di coûr à l’ ovrèdje.

(thiry. Ine copène so l’ marièdje. 1858)

 

VARIANTE   

Vocial vinou in-ôte dragon

Qui n’ aveût qu’ ine tièsse, mais traze quowes,

Dj’ ènn’ ava brès’ èt djambe pièrdowe.

(BAILLEUX. Li dragon à plusieûrs tièsses èt l’ dragon à plusieûrs quowes. Fâve. 1851)

 

TOURNAI   D’ avwar lès bras cassés.

Expression de découragement (quand on n’a pas réussi, quand on ne peut continuer un travail, etc.).

 

401

bras

I faudreot dès bras d’ fiér et une gueule dè béos.                                                    (tournai)

 

litt. Il faudrait des bras de fer et une bouche de bois.

Il faudrait travailler beaucoup et manger peu.

C’est le com­pliment d’usage des bûrèsses et autres journalières lorsqu’elles sont renvoyées des maisons bourgeoises où elles  ont été occupées.

 

TOURNAI  È bé ! awi, fîye, t’ as jamaîs vu ène barake insin, on n’ in fét jamés assez et on compte lès tartènes ; pour rèster là, i faudreot dès bras d’ fiêr et ène gueule dè beos.

(Etrennes tournaisiennes. 1881)

 

402 

brèssî

BRASSER

Come on 1′ brèsse, on l’ beût.

 

litt.  Comme on la brasse on la boit.

On doit subir les conséquences de ses actions.

Si com il ai brache si beyre.

(Proverbes de France. XIIIe siècle.)

Que il est bien droiz et reson

Que qui le brasse si le boive.

(Li dir don Soucretin. XIIIe siècle.)

Cité par forir. Dict.

 

durant

Ossi, dj’ a pris m’ pârti, vos frez çou qu’ vos vôrez,

Dji n’ di pus rin, v’ beûrez vosse bîre come vos 1′ brèsserez.

(delchef. Lès deûs nèveûs. I, sc. lre. 1859)

 

Volà l’ vôye dè boneûr; vos 1′ sûrez si v’ volez,

À r’vèy, come vos l’ brèsserez, vwèsin, come vos 1′ beûrez.

(remouchamps. Lès deûs vwèsins. 1876)

 

STAVELOT    Fât brèsser l’ bîre come on 1′ vout beûre.

 

MARCHE    Come to 1′ brèsserès, to beûrès t’ bîre.

 

TOURNAI   L’ ceu qui fet in mauvaîs brassin, i n’ a qu’ à 1′ bwâre.

 

basse-allemagne. — Was man sich einbrockt, muss man ausessen.

 

403 

brèsseû

BRASSEUR

Wice qui 1′ brèsseû va, 1′ boledjî n’ va nin.

 

litt.  Où le brasseur va, le boulanger ne va pas.

Qui boit trop, mange trop peu. (Se dit en mauvaise part.)

 

VARIANTE

Wice qui l’ câbaretî passe, li boledjî n’ passe nin.

Où sint-Arnoul va, sint-Aubêrt èn’ va nié.

Cité par forir. Dict.

 

I fât bin r’ssouwer 1′ dint po bin fini ‘ne pârtèye ;

Èt wice qui 1′ brèsseû va, li boledjî n’ î va nin,

È-st-on spot vèrmouyeûs qu’ ont laît toûrner à rin.

(thiry. Mwèrt di l’ octrwè. 1860)

 

beauraing   

Li, qu’ astèt tot scorè èt grêye come one tchandèle

C’ è-st-one crache di bwèsson ; i dit qu’ n’ a jamaîs fin

Èt ù-ce qui 1′ brèsseû va, l’ boledjî n’ î va nin.

(vermer. Lès sôléyes. 1862)

 

var. MARCHE 

Lès vaîs qui buvèt n’ mougnèt nin,

Gn-a qu’ in.mèt l’ pèkèt mî qui 1′ pwin.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

JODOIGNE   Où-ce què l’ brèsseû passe, lë boledjî n’ passe né.

 

var. JODOIGNE   Lès vias qui bèv’nèt n’ mougnèt ni.

 

404 

brasseû

Sintîr l’ mareone du brasseû. (tournai)

 

litt. Sentir les culottes du brasseur.

Expression proverbiale employée pour désigner de la petite bière, ne renfermant qu’une faible quantité de grain et de houblon.

 

405 

bèrbis

BREBIS

L’ ci qui s’ faît bèrbis, li leûp 1′ magne.

 

litt.  Celui qui se fait brebis, le loup le mange.

Ceux qui ont trop de bonté, de douceur, encouragent les méchants à leur nuire. (ACAD.)

Pr. fr. — Faites-vous brebis, le loup vous mangera.

Qui se fait brebis, le loup le mange.

Il ne faut pas faire la brebis de peur que le loup ne nous mange.

(Le père jean-marie. Divertissement des sages. 1668)

Quisquis ovem simulât Hune lupus ore dévorât

(LEJEUNE. Proverbia familiaria. 1741)

Cité par forir. Dict.

 

JODOIGNE   L’ cë qu’ faît l’ bèrbës, lë lëp l’ mougne.

 

MARCHE    TÈRÊSE

Quî s’ faît bèrbis, l’ leûp l’ mogne, èt riyans d’ on cancan

Sins nos yè ablouti po dès bokèts d’ clincant.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. III, sc. lre. 1858)

 

ST-QUENTIN    Ch’ti qui ch’ fwèt bèrbis, ch’ leûp, i l’ minje.

 

406  

bèrbis

I n’ èst nin si bèrbis (mouton) qui pwète si lin.ne.

 

litt.  Il n’est pas si brebis (mouton) quoiqu’ il porte la laine.

Il se fait meilleur qu’ il n’est.

 

407

bèrbis

Li bèrbis bêle todi dè 1′ min.me manîre.

 

litt. La brebis bêle toujours de la même façon.

On ne peut changer les manières qui viennent de la nature.

Pr. fr. — Chassez le naturel, il revient au galop.

 

VAR. JODOIGNE Quand t’ as ètindë beûrler one vatche, t¨lès- a ètindë tortotes.

 

408

bèrbis

Tote bèrbis qui baye, piède ine gueûlêye.

 

litt. Toute brebis qui bêle perd une bouchée.

Quand on cause beaucoup à table, on perd le temps de manger; et plus fîgurément, en parlant beaucoup, on perd le temps d’agir. (ACAD.)

Pr. fr. — Brebis qui bêle perd sa goulée.

 

NAMUR     Bèrbis qui bêle pièd’ s’i goléye.

 

var. TOURNAI   Vake qui braît pêrd ène gueûlée.

 

var. rouchi    Vake qui brét pêrd eune gueûlée.

 

409

bèrbis

C’ è-st-ine bèrbis galeûse.

 

litt. C’est une brebis galeuse.

C’est une personne dont le commerce est dangereux ou désagréable. (ACAD.)

Pr. fr. — Eviter une personne comme une brebis galeuse. — C’est une brebis galeuse, il faut la séparer du troupeau. Unica parva pecus totum corrumpit ovile.

(lejeune. Proverbia familiaria. 1741)

 

Vite â consèy, on ramentèye

Lès principàs ligueûs d’ l’ ârmêye,

Lès Lorins, les Nemour, Brissac

Lès Lachatre, Saint-Paul Canillac

Avou l’ ex-capucin Joyeuse,

Di tot l’ tropaî 1′ brèbis galeûse.

(HANSON. Li hinriâde travèstéye. Ch. VILI. 1780)

 

var. MARCHE   One mwaîse bèrbis gâte on tropaî.

 

var. NAMUR  I n’ faut qu’ one mwaîje bièsse po gâter tot-on stauve.

 

var. MONS  Vos sintez bé què 1′ boss n’ a nié sacrifié l’ troupau pou ‘ne bèrbis galeûse, n’ é pas ?

(letellier. Armonak dé Mont. 1879)

 

410

bèrtièles

(picard)

BRETELLES

I tind à sès bèrtièles. (tournai)

 

litt. Il tend à ses bretelles.

Il a de la difficulté à sortir d’une entreprise; les charges commencent à être trop lourdes pour lui.

Il en a jusqu’aux bretelles, par dessus les bretelles; il est engagé dans une affaire dont il ne sait comment se tirer. (littré)

 

411

brike

BRIQUE

Diner dès brikes qwand on d’mande dè mwèrtî.

 

litt. Donner des briques quand on demande du mortier. Donner une chose pour une autre. — Se tromper à son désavantage.

Ce proverbe doit dater delà construction de la tour de Babel.

 

412

broke

BROCHE

Li fé (/ li mète) à l’ pus basse dès brokes.

 

litt. Le faire (/ le mettre) à la plus basse des broches.

Ravaler une chose autant que possible. Cité par forir. Dict.

 

413

broke

Il a ‘ne broke à s’ cu. (MONS)

 

litt. Il a une broche à son cul.

Il a une attitude raide, orgueilleuse.

 

414

 

Ch’ èst ène tournante à l’ broke. (tournai)

 

litt. C’est une tournante à la broche.

Expression du jeu de fer; au figuré cela signifie un mensonge plaisant, un prétexte mal établi pour se justifier d’avoir manqué à une réunion.

 

415 

brouwèt

BROUET

Fé come do brouwèt d’ tchitches. (namur)

 

litt. Faire comme du brouet de pommes séchées.

Tourner en eau de boudin. — Ne pas réussir dans une entreprise. — Aller à vau-l’eau.

Pr. fr. — S’en aller en eau de boudin.

A Liège, on dit catches; à Verviers kèches, poires séchées.

Cité par FORIR. Dict.

 

var. VERVIERS   

Dju wadje qu’ i v’ proûverè

Par quékes mot d’ francès

Clér come dè brouwèt d’ tchike

Quu po 1′ condâner,

Vos n’ saurîz trover

D’vins 1′ grammére nole ârtike.

(M. pire. Chanson. 1878)

 

var. JALHAY   BIÈTEMÉ

Dj’a bin sogne qu’ avu tos cès toùrnikèdjes-là, nosse marièdje nu toûne à l’ browe.

(xhoffer. Lès deûs sorodjes. I, sc. 1ro. 1861)

 

VARIANTE  Tot passant d’ boke à boke, on pinse bin qui l’ raconteroûle ni toûrna nin à brouwèt d’ tripe, bin lon d’ là.

(MAGNÉE. Li houlote. 1871)

 

MARCHE    C’ èstéve on pous’ à deûs sèyaîs.

Asteûre, c’ èst tot brouwèt d’ navaîs.

(ALEXANDRE. P’tit  corti. 1860)

 

JODOIGNE     Tot ça, c’ èst clér come dè brouwèt d’ tchëtche.

 

416            

brouwèt

Djôr èt Màrket

Mahèt voltî l’ brouwèt.

 

litt.    (St) Georges et (st) Marc (23 et 25 avil)

Mélangent volontiers le brouet.

Il pleut souvent.

 

417 

berwète

BROUÈTTE

Fé  berwète.

 

litt. Faire une brouette.

Ne pas réussir dans son entreprise; être évincé; faire de l’eau claire.

Cité par forir. Dict.

 

Rècorèdjîz-ve, vos, pôves martchands,

Qui lanwi conte vos candjelètes :

Li comèrce rid’vaîrè briliant;

Vos n’ crindrez pus dè  fé bèrwète.

(Chanson en l’honneur de Velbruck. 1772. Annuaire. 1884)

 

Avâ l’ samin.ne dè l’ fièsse, si dji djowe ine manchète,

Ci sèrè d’vins lès djeûs qu’ on n’ disconte nin l’ bèrwète.

(THIRY. Ine copène so l’ marièdje. 1858)

 

CRAHAÎ

Voste afaîre, djè l’ kinohe bin.

Vos m’ volez co mète divins,

V’s-avez bin soné l’ trompète

Turlurète

Vos frez co bèrwète.

(alcide pryor. On dragon qui faît dès madames. 1867)

 

DJÔSÈF

Èt mi qui m’ a d’hombré po qu’ l’ ovrèdje fourihe prèt’,

À câse di vos torade, â trin, dji frè bèrwète.

(peclers. Li consèy de l’ matante. Sc. 2. 1877)

 

VERVIERS

S’ i èsteût d’findou du fé bèrwète,

Du n’ îreûs jamauy au concoûrs.

(XHOFFER. 1860)

 

VERVIERS      DJÎLE

Cisse fèye-cial, mès-amoûrs ni vont nin fé bèrwète.

(renier. Li mohone à deûs faces. I, sc. 2. 1873)

 

418  

brut

BRUIT

I n’ fât pont fé d’ brut qwand on pèhe.

 

litt. Il ne faut pas faire du bruit quand on pêche.

Il faut, en toute chose, prendre toutes les précautlons nécessaires.

 

419  

brût

Pus d’ brût qui d’ bèsogne. (namur)

 

litt. Plus de bruit que de travail.

Ce ne sont pas les ouvriers les plus bruyants qui font la meilleure besogne, qui travaillent davantage.

Faire plus de bruit que de besogne; parler plus qu’ on n’agit.

(LITTRE)

 

420  

broûler

BRULER

I gn-a rin qui broûle.

 

litt. Il n’y a. rien qui brûle.

Il n’y a rien de pressé, on a le temps d’attendre, on peut tarder.

 

Contraire : Li rosti broûle.

Ni crindans nin l’ gayoûle,

I gn-a co rin qui broûle,

Maîs c’ èst d’min qu’ i fârè hoûter.

(DEHIN. L’alouwète èt sès djon.nes èt l’ maîsse dè tchamp. Fâve. 1882)

 

VARIANTE       mayane  Dihombrez-ve, djans !

TATÈNE

Hay don ! n’ a-t-i ‘ne saqwè qui broûle?

Qwand dji m’ vou-st-agadeler, c’ èst m’ môde, jamaîs dji n’ froûle.

(hannay. Lès-amoûrs da Mayane. I, sc. 3. 1886)

 

421  

broûler

I broûle, i djale.

 

litt. Il brûle, il gèle.

Au jeu de cache-cache : on crie il brûle, quand celui à qui incombe l’obligatlon de chercher, approche de la personne ou de l’objet qu’ il doit atteindre; il gèle dans le cas contraire.

 

I broûle, i broûle ! Marèye si troûbèle : on l’ rassûre.

(THIRY. On pèlèrinadje. 1859)

 

422

bouhon

BUISSON

Lès laîds bouhons ont télefèyes dès bês djètons.

 

LITT. Les laids buissons ont quelquefois de beaux rejetons.

On dit aussi: dès bèlès rôses.

De laids époux peuvent avoir de beaux enfants.

 

VARIANTE Lès laîds boks fèt lès baîs bikèts.

Cité par FORIR. Dict.

 

423 

bouhon

Il a batou lès bouhons èt in-ôte a hapé lès-oûhaîs.

 

litt. Il a battu les buissons et un autre a pris les oiseaux.

Il a pris toute la peine et un autre a eu tout le profit.

Les uns battent les buissons, les autres ont les oyseaux.

(Le Père jean-marie. Divertissement des sages. 1665)

 

NAMUR    

I a batu l’ bouchon

On-ôte a pris l’ mouchon.

 

424 

câbarètîs

CABARETIER

Fé come lès câbarètîs, treûs d’mèys foû d’ ine mèseûre.

 

litt. Faire comme les cabaretiers, trois demis (petits verres) hors d’une (seule) mesure.

Sophistiquer la marchandise, la baptiser.

 

Des câbaretîs, i gn-a plusieûrs

Qui fèt treûs d’mèyes foû d’ ine mèseûre;

Èt s’ dihèt-i qu’ i pierdèt co.

To wâgnant lès treûs qwârts so tot.

(Chanson populaire.)

 

JODOIGNE   

Fé come les câbaretîs, twès brèsséyes foû dè l’ min.me tonia.

 

425 

gayoûle

CAGE

Li bèle gayoûle ni noûrihe nin l’ oûhaî.

 

litt. La belle cage ne nourrit pas l’oiseau.

On peut être pauvre avec les apparences de la richesse.

On peut, ayant du luxe, manquer du nécessaire. (littré)

Pr. fr. — La belle cage ne nourrit pas l’oiseau.

Cf. Habit de velours, ventre de son.

 

426  

cwaye

CAILLE

C’ èst come li cwaye, qwite po qwite.

 

litt. C’est comme la caille, quitte pour quitte.

C’est-à-dire : je t’ai rendu le même service que celui que tu

te vantes de m’avoir rendu. Je t’ai traité comme tu m’as traité, nous sommes quittes. — La loi du tallon : œil pour œil et dent pour dent.

Un bienfait reproché tient toujours lieu d’offense.

(racine. Iphigénie)

Cf. Manche à manche. — A bon chat, bon rat. — Chou pour chou.

Qwite po qwite. Onomatopée. Imitatlon du cri de la caille. Courcaillet.

Titre d’une comédie de DD. salme. 1878

 

427 

makêye

CAILLEBOTTE

Cover sès makêyes po ravu dès vatches.

 

litt. Couver ses caillebottes pour avoir des vaches.

Se dit de ceux qui font beaucoup de petites économies, pour se procurer un gros capital.

 

428  

cayau

CAILLOU

Abache-tu, v’là l’ cayau qu’ arive. (namur)

 

 litt. Baisse-toi, voilà le caillou qui arrive.

Fais ce que tu peux pour te préserver d’un désagrément, d’un danger qui va se présenter.

Pr. fr. — Faire le plongeon. Baisser la tête pour éviter un coup, s’esquiver lâchement.

(QUITARD. Dict. des prov. 1842)

 

429 

cayau

On n’ sét quî két, lès cayaus sont durs.   (MONS)

 

litt. On ne sait ce qui tombe, les cailloux sont durs.

Nous sommes tous sujets à de petits accidents.

Ce proverbe se dit souvent comme consolatlon.

 

430 

cayau

Ruer dès calieaus après l’ iaîgle. (tournai)

 

litt. Jeter des cailloux vers l’aigle.

Tenter une chose impossible, ou bien encore afficher des prétentions exagérées.

 

431 

câlice

CALICE

Beûre li câlice djusqu’à l’ lèveûre.

 

litt. Boire le calice jusqu’à la levure.

Souffrir une humiliation, une douleur, un malheur dans toute son étendue. (littré)

Pr. fr.— Boire le calice jusqu’à la lie.

 

D’ ine dolinte vwès, i priyîve li signeûr di r’ssècthî s’ vèdje d’ â-d’diseûr di lu, di ne l’ nin fwèrci à beûre li câlice jusqu’à l’ lèveûre.

(G. magnée. Li crèn’kinî dè prince-abé di Staveleû. 1867)

 

432 

pètêye

CAMOUFLÈT

Atraper ‘ne fameûse pètêye.

 

litt. Attraper une fameuse claque (un camouflet).

 

VARIANTE    Ine fameûse djâretîre.

litt. Une fameuse jarretière. Être compromis dans une faillite.

 

433    

canâl

CANAL

C’ èst come li canâl di Lovain,

Çou qu’ î tome, i nè l’ rind nin.

 

litt.    C’est comme le canal de Louvain,

Ce qui y tombe il ne le rend pas.

Se dit des gens qui ont l’habitude de ne point rendre ce qu’ on leur a prêté.

 

434

cane

CANARD

I r’chone lès canes, quand vwèt l’ aîwe, ‘1 a swè.

(JODOIGNE)

 

litt. Il ressemble aux canards, quand il voit l’eau il a soif.

C’est un homme qui aime bien à boire, et qui ne néglige aucune occaslon de le faire.

 

435

capucin

CAPUCIN

Lès capucins n’ vont nin tot seûs.   (MARCHE)

 

litt. Les capucins ne vont (/ marchent) pas tout seuls.

Se dit pour engager à boire un second verre, une seconde bouteille.

 

MONS     Lés capuchins n’ vont jamais tout seûs.

 

436  

cakèt

CAQUÈT

Rabate li cakèt.

 

litt. Rabattre le caquet.

Confondre par ses raisons, ou faire taire par autorité une personne qui parle mal à propos ou insolemment. (ACAD.)

Pr. fr. — Rabaisser le caquet. Rabaisser le caquet.

(OUDIN. Curiositez françaises.  1640)

 

Po nosse nâcion, èlle eûrit l’ glwère

Dè rabate, so mi-âme, li cakèt

À cisse bande di djon.nes frèlukèts.

(J.-J. HANSON. Lès lusiâdes è vêrs lîdjwès. Ch. VI, 1783.)

 

Nos v’nîz par on côp d’ tièsse di d’trôner l’ vî tièstou,

Qui nos touméve trop deûr èt qu’ âreut bin volou

Nos rabate nosse cakèt, tot nos fant payî tchîr

L’ avinteûre què l’ mètéve à l’ ouh d’ ine téle manîre.

(J. LAMAYE. Adresse au Roi. Concours de 1856)

 

437  

fièstî

CARESSER

Fièstî so l’ dreûte sipale.

 

litt. Caresser sur l’épaule droite. Amadouer.

Cité par forir. Dict.

 

I m’ fâreût âtoû d’ lu, come on dit, fé l’ macrale,

Tot-z-alant, tot bèlemint, l’ fièstî so l’ dreûte sipale.

(remouchamps. Li savetî. Acte I, sc. 5. 1858)

 

À dès s’faitès rinnes, Bâdinèt comprinda qu’ on voléve èl fièstî so l’ dreûte sipale.

(G. magnée. Baîtri. Conte. 1865)

 

VARIANTE      randahe

Djâsans lî pâhûlemint, flatans-le so l’ dreûte sipale.

(DD. SALME. Lès deûs criminèls. Sc. 2. 1878)

 

Frapper sur l’épaule (flatter).

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

438 

triboler

CARILLONNER

On n’ sâreût triboler èt èsse (/ aller) à l’ porcès­slon.

 

litt. On ne saurait carillonner et être (aller) à la processlon.

On ne saurait faire deux choses à la fois. — Vous me demandez deux choses incompatibles. — On ne peut se trouver partout.

Cité par forir. Dict.

 

JALHAY  LI TCHANTEÛ

Dji n’ so nin on mârlî, mi, si dj’ l’ èsteû,

Dji m’ digotereû d’ lès lames qui ploûrît so l’curé, tot fant qu’ i m’ fât triboler èt aler à l’ porcèssion, çou qu’ on dit portant qu’ on n’ sâreût fé.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. II, sc. 3. 1862)

 

MARCHE   On n’ pout soner èt èsse à mèsse.

 

JODOIGNE   On n’sarot soner èchone, èt ièsse à

l’ pourcèssion.

 

ST-QUENTIN    In n’ put mi soner à mèsse èt pis éte à l’ porcèssion.

(GOSSEUT. Lettres picardes. 1840)

 

var. NAMUR   On n’ pout nin todi chufler èt djouwer dès dwèts.

 

var. JODOIGNE On n’ sarot braîre èt tére li lampe, di-st-ë Kéké Djan.

 

TOURNAI            Été comme Saint-Druon, au camp Èt à l’ville.

 

439 

triboler

Tribole, dji danserè.

 

litt. Carillonne, je danserai.

Sornettes que tout cela. — Jasez à votre aise; j’en ferai ce qu’il me plaira.  (…)

 

441   

carpe

CARPE

Ète  ureûs come ène carpe su in guèrnier.                                                     (MONS)

 

litt. Être heureux comme une carpe sur un grenier.

Être mal à l’aise, dans une positlon fâcheuse, précaire.

Pr. fr. — Être comme le poisson hors de l’eau.

 

MONS Si bé qu’ Batisse étwat ureûs come ène carpe su in guèrnier et contint come in pourciau dins-in sac.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mons. 1885)

 

VAR. MONS  

Come in cantiau deriêre ène male

Èt j’ m’ amûzwa à no méson.

(J.-B. descamps. Èl volontaîre couyoné. Ch. 1889)

 

VAR. VERVIERS  

On s’ anôye chal tote lu djoûrnêye

Come one crosse du pan drî l’ aurmau.

(H.-J. raxhon. Chanson. Caveau verviétois. 1888)

 

var. jodoigne    Il è-st-haitî come on pèchon së l’ guèrni.

 

var. NAMUR   Dji so come on pèchon su one jaube di strin.

 

VAR. liège.    Il èst come on haring divins ‘ne foye di djote.              (forir)

 

Id.   Il èst contint come ine crosse di pan drî ine ârmâ.

 

var. MONS    Il èst à s’n-aîse come in pourciau dins-in sac.

 

442 

cârau

CARREAU

In câreau d’ vite cassé, in-n-eaute à s’ plache. (tournai)

 

litt. Un carreau de vitre cassé, un autre à sa place.

Un établissement tombe, un autre se lève. Un goût succède à un autre goût; une personne prend la place d’une autre.

 

NAMUR    On cârau d’ câssé, on-ôte è s’ place.

 

443 

cwaraî

C’ è-st-on cwâraî foû d’ one finièsse.  (mâlmedy)

 

litt. C’est un carreau hors d’une fenêtre.

Se dit d’une personne qui meurt et qui n’était plus utile ni nécessaire au monde.

 

444 

carotche

CARROSSE

Carotche ou bèsèce come Detombay.

 

litt. Carrosse ou besace comme Detombay.

Je risque tout ou rien.

Il est probable qu’un certain Detombay se servait souvent de

cette expresslon, ou qu’on veut faire alluslon à ses allures. — S’emploie aussi familièrement quand on joue aux jeux de hasard.

Cité par forir. Dict.

 

445 

cwârdjeû

CARTE

Qui n’ a nin dès cwârdjeûs, n’ lès sâreût djower.

 

litt. Celui qui n’a pas de cartes, ne saurait les jouer.

Personne ne peut donner que ce qu’ il a. Cité par forir. Dict.

 

446 

câte

Piède lu câte.  (verviers)

 

litt. Perdre la carte.

Faire quelque chose sans réfléchir, ne savoir ce que l’on va faire, être embarrassé, irrésolu.

 

VERVIERS  DJÎLE (à part)

…  Voci, n’ pièrdans nin l’ câte

Po lî tirer lès dints, i-èst timps di s’mète è quate.

(J.-S. renier. Li mohone à deûs faces. Sc. 3.1873)

 

MONS  Parlons-ne peû et parlon-ne bé. Mi, c’ èst m’n-habitude. I s’ ajit pour mi dè n’ nié pèrde èl carte.

(J.-B. descamps. El pètotier. Oeuvres. 1887)

 

447 

carte

Djouwer âs cartes avè s’ pârin. (MONS)

 

litt. Jouer aux cartes avec son parrain.

Faire une chose convenablement, sans blesser personne.

 

MONS Alons, i faut ète dè bon compte, ç’ n’ èst nié ça djouer âs cartes avè s’ parin, autrèmint dit, ç’ n’ èst nié bé faît.

(leiellier. Ârmonak dé Mont. 1839)

 

CHARLEROI        TWÈNÈTE

Djè m’ va fé chènance dè djouwer dins lès cautes dè vo pa èyèt d’ vo mame.

(BERNUS. Li malade sint-Tîbaut. I, sc. 10. 1876.)

 

448 

casake

CASAQUE

Toûrner casake.

 

litt. Tourner casaque.

Tourner le dos, fuir, abandonner. Changer d’opinion.

Cité par forir. Dict.

 

HINRI

I fat qui dj’ veûse on pau d’ pus lon d’vant d’ m’ ègadjî, min.me so parole, d’vins ‘ne sifaîte sôcièté.

paul

I va toûrner casake si dj’ n’ èplôye li grand moyin.

(DD. salme. Pris d’vins sès lèces. I, sc. 8. 1880)

 

TÂTÏ (à part). S’ èlle aveût l’ héritèdge ! maîs sins çoula…’ne sièrvante.

MARÈYE (à part). Ritoûnereût-i casake?

(Ed. remouchamps. Tâtî l’ pèrikî. II, sc. 3. 1885.)

 

449 

cavalier

CAVALIER

Lès bèlès botes ni faîyenut nin l’ bon cavalier.

(namur)

 

litt. Les belles bottes ne font pas le bon cavalier.

Le costume ne donne ni le talent ni la science.

 

450 

câve

CAVE

Aler dè 1′ câve è grinî.

 

litt. Aller de la cave au grenier.

Tenir des propos sans ordre, sans liaison. (ACAD.)

Coq-à-1’âne.

Pr. fr. — Aller de la cave au grenier. — Aller du grenier à la cave.

 

451 

tchèrsî

CERISIER

Èsse li tchèrsî dès pôves, tot 1′ monde gripe dissus.

 

litt. Être le cerisier des pauvres, tout le monde monte dessus.

Être chose banale, commune.

Li tchèrsî dès pôves étend ses branches au bord d’un petit chemin qui traverse une campagne des environs de Herstal. Les fruits appartiennent au passant..

(DEFRECHEUX. Ine djâbe di spots. Bulletin. 1859)

 

Il est d’usage, à la campagne, de planter des mays (‘mais’) devant la demeure des jeunes filles.

Chaque essence d’arbre a sa signification.

En voici quelques exemples :

 

May di côre, (coudrier)

Dji t’ adôre.

May di frin.ne (frêne) (ou: tchin.ne (chêne)),

Dji t’ arin.ne.

May d’ aunai, (aulne)

Dji t’ dilaî.

May di hou,

Dji t’digrète li cou.

May di fètchîre, (fougère)

qui t’ ès fîr !

May di djinièsse, (genêt)

qui t’ es bièsse!

May di plope (ou: sâ), (peuplier et saule)

Salope!

May di spène, (épine)

Amoûr qui d’fène!

May di sawou, (sureau)

Î va quî vout!

May di sapin,

Dj’ î va djusqu’à 1′ fin!

May di l’.tchârnale,

c’ è-st-ine macrale! (charme)

May di grusalî, (groseiller)

on s’ catche podrî !

May di pâkî, (buis)

Dji t’ in.me djusqu’â pîd !

May di strin,

Feume d’ ârdjint! (paille)

 

Comme allusion au tchèrsî dès pôves, c’est une injure san­glante de planter un cerisier devant les fenêtres d’une jeune fille.

 

Adon, l’ flouhe si dispârdèt avâ lès tchambes come s’ èle avît stu l’ tchèrsî dès pôves.

(G. magnée. Li houlote. 1871)

 

JODOIGNE     C’ èst l’ cèrîjî dès pôves.

 

VARIANTE     Èlle èst come li tchèrsî dè viyèdje.

(forir. Dict.)

 

452  

tchâr

CHAIR.

L’ mèyeû tchâr èst so lès-ohaîs.

 

litt. La meilleure chair est sur les os.

Il faut entrer dans le cœur des questlons.

 

JODOIGNE     Lë pës bèle tchau èst së lès-ouchas.

 

453 

tchâr

I faît song’ èt tchâr di tot.

 

litt. Il fait sang Èt chair de tout.

C’est un Roger Bontemps. — Tout lui réussit. — Il fait profit de tout.

 

454 

tchâr

Avu dè l’ poûrèye tchâr dizos lès brès’.

 

litt. Avoir de la chair pourrie sous les bras.

Être paresseux, fainéant, ne pouvoir se donner aucune peine pour travailler.

C’est pour ces gens-là qu’ il faudrait employer l’ôle di brès’, qu’on fait demander chez les pharmaciens le premier avril.

 

Lès fleûrs di gueûye crèhèt voltî,

Wice qui l’ ôle di brès’ a r’mouyî.

(RENARD. Math. Laensbergh. 1837)

 

On n’ m’ a mây riprotché dè l’ poûrèye tchâr âs brès’,

Dji sé fé mès cink qwârts divins lès moumints d’ prèsse.

(THIRY. Ine copène so l’ marièdje. 1888)

 

JALHAY Ci qui n’ a nin do l’ poûrèye tchâr duzos lès brès’, n’ a nin mèsâhe qu’ on lès i ôde d’ aler â tchamp.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 6. 1862)

 

JODOIGNE     Il a dè l’ mwate tchau dizos sès brès.

 

MONS  Avwa d’ èl châr poûrite dèzous sès bras.

 

var. TOURNAI  Avwar dès boukas (cailloux arrondis) d’zous lès bras.

 

rouchi      Il a d’zous lès bras d’ èl châr d’ carone.

 

LILLE      Il a dès-euys d’zous sès bras.

 

455  

tchâr

I n’ èst ni tchâr ni pèhon.

 

litt. Il n’est ni chair ni poisson.

Se dit d’un homme sans caractère, et particulièrement d’un homme qui flotte par faiblesse entre deux partis. (ACAD.)

Pr. fr. — On ne sait s’il est chair ou poisson. — Il n’est ni chair ni poisson.

 

NAMUR   

I n’ èst ni tchau ni pèchon.

Mi pârin, ni tchâr ni pèhon,

On fa d’ ohaîs èt tos grusions,

Di s’ djon.ne tirnps, voléve èsse lèdjîr

Tot come li ci qu’ voléve â cîr.

(Paskèye faîte à jubilé d’ dom Bèrnârd Godin, abé. 1764)

 

CRAHAÎ

Bin, pusqu’ il èst tchâr èt pèhon,

Margatchâ, c’ è-st-on bon patron.

S’ on parèy ome si r’mowe,

È bin !

Voste afaîre èst hoyowe. (…)

(alcide pryor. Qui vout èsse â consèy? 1862)

 

Cf. lafontaine : Je suis oiseau, voyez mes ailes, etc.

Il n’est ny chair ny poisson.

(OUDIN. Curiosités françaises. 1640)

 

basse-allemagne. — Weder Fisch noch Fleisch sein.

 

456

tchâr

On n’ sâreût fé dè bon bouyon qwand l’ n’ èst qu’ èstoûrdèye.

 

litt. On ne saurait faire du bon bouillon quand la viande n’est qu’étourdie (pas cuite).

Il faut attendre que la poire soit mûre pour la cueillir; il faut patienter pour arriver à ses fins; il faut attendre qu’un traître soit démasqué pour le perdre.

(remacle. Dict.)

 

var. MONS    C’ èst l’ bone viande qui fét l’ bon bouyon.

(J.B. descamps. Em’ pètite fîye. Ch. 1860)

 

457       

tchâr

C’ èst dè l’ tchâr di mouton,

Ç’ n’ èst nin po vosse grognon.

 

litt.   C’est de la chair de mouton,

Ce n’est pas pour votre museau.

Cela est trop cher pour vous, cela est au-dessus de votre intelligence. (ACAD.)

Pr. fr. — Ce n’est pas viande pour vos oiseaux.

Voyez la chanson : J’ai du bon tabac dans ma tabatière, etc.

 

BAÎTA

Louwîse Rigâd, vî sot, èst dè l’ tchâr di mouton,

Maîs c’ èst damage qui ç’ n’ èst nin po vosse laîd grognon.

(TH. COLLETTE.  Ine vindjince, ou misére èt oneûr. II, sc. 6. 1878)

 

TOURNAI    

Ch’ èst du mouton,

Mès ch’ n’ èst pos pou t’ grogneon.

 

var. TOURNAI    Ch’ n’est pos la du blé mie pou t’ carnarin.

 

458 

tchâr

Kihatchî come tchâr di sâcisse.

 

litt. Hacher comme chair de saucisse.

Parler mal de quelqu’un sans l’épargner en aucune manière.

Pr. fr. — Hacher menu comme chair à pâté (mettre en pièces).

Cf. perrault. Le chat botté.

 

Sins s’ èwarer, lès Portuguès,

Baicôp pus fèrmes qui dès postaîs,

L’ atakèt, n’ è font qu’ on hatchis’

Ossi fin qui tchâr di sâcisse.

(J.-J. hanson. Lès lusiâdes è vêrs lîdjwès. Ch. III. 1783)

 

Is sont dèdjà pus lon qu’ Poissy,

Lu èt s’ fidéle Mornai ossi,

Qui, po s’ sècte, à tchâr di sâcisse

S’ eûhe faît hatchî, come ine bibisse.

(J.-J. hanson. Li Hinriâde travèstèye. Ch. I. 1780)

 

paul

Il a sposé ine grande discohèye dècosté d’ Mâseik, qui mahe li walon avou l’ francès, po lès k’hatchîs tos lès deûs-omes come tchâr di sâcisse.

(DD. salme. Mononke Djôsèf. Sc. 7. 1884)

 

MARCHE

Èle ni rovîyerè nin ti d’vise,

Èt t’ hacherès à tchaur di saucisse.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

MONS   L’ promier qui trouve fin drôle qu’ on m’ obéisse,

Djè l’ découtaye come d’ èl  viande dè saucisse.

(J.-B. descamps. Traduction de la 9e nouvelle du Décameron de Boccace, Oeuvres. 1887)

 

provence.   Achat menut coumo car a pastis.

(Comparaisons populaires provençales.  Revue des langues romanes. 1881.)

 

459  

tchâr

Tchâr fait tchâr.

 

litt. Chair fait chair.

La viande est le meilleur aliment. — La bonne nourriture donne de l’embonpoint.

On dit quelquefois : Tchâr faît tchâr, faît l’ bèguène; alors le proverbe a un sens érotique.

Pr. fr. — La chair nourrit la chair. (littré)

 

NAMUR  

Quî compte tot seû compte bin sovint sins s’ boûsse

Car on pirdeûve noste ome por on loûrdaud

Li ratatouye, i l’ a fait bone èt crausse,

Come li bèguène, i dit qui tchau faît tchau.

(J. colson. Li côp d’ ètat d’ 1848. Ch. 1862)

 

460 

viande

(picard)

Ch’ èst come l’ tyin du boucher, i dôrt sus l’. (tournai)

 

litt. C’est comme le chien du boucher, il dort sur la viande.

C’est un repu, un homme n’éprouvant plus aucune jouis­sance, fatigué des plaisirs et ne faisant cas de rien.

 

461 

tchâr

Diveni à tchâr di poye.

 

litt. Devenir à chair de poule.

En voyant ou en ressentant une chose qui excite la frayeur, l’horreur.

Loc. prov. Cela fait venir la chair de poule.

Cité par forir. Dict.

 

Li tâvelaî qu’ vos fôrdjîz mi faît v’ni l’ tchâr di poye,

Voste èsprit digosté ni brôye pus qui dè l’ hoye.

(M. thiry. Ine copène so l’ marièdje. 1858)

 

colson (à part).

Totle seûle ! dj’ arive à pont ! Dupuis è-st-ètèré;

Dj’ èsteû à tchâr di poye, tot pinsant l’ rèscontrer.

(A. delchef. Pus vî, pus sot. Sc. 2. 1862)

 

Li tchènône bèniha l’ cité

Mais ‘le frusihéve tot comme ine foye,

Di plaîsîr, dj’ aveû tchâr di poye,

Èt m’ coûr èsteût tot rècrèsté.

(A. hock. Liège au XIXe siècle. Les transformations. 1885)

 

NAMUR  

Èt po leû fé v’nu dè l’ tchau d’ pouye,

Cabriyolans, maîs n’ tchèyans nin.

(J. colson. Lès chacheûs. Ch. 1862)

 

malmedy

C’ èsteût afreûs, tèribe,

Èt dj’ so à tchâr du poye,

À l’ pinséye dès maleûrs di nos bons vîs parints.

(H. Scius. Mâmedi, powèsîye. Arm. walon do l’ saméne. 1883)

 

NIVELLES

Èl bon pasteûr l’ èrtint su l’ fènièsse, i s’aspouye,

Èt i prêtche lès Flaminds à vos d’ner l’ tchaîr di pouye.

(M. renard. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèles. Ch. VIII, 1837)

 

MONS  Monvaîs farceûr ! tu nos-a faît v’ni à châr dè pouye, mi et mès deûs visins.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1862)

 

462  

tchâr

Bone tchâr di colowe.

 

litt. Bonne chair de couleuvre.

Se dit au sens physique.

Sa blessure ne tardera pas à se cicatriser.

Allusion aux tronçons des reptiles ou plutôt des vers, qui tendent à se rejoindre au moment où on vient de les séparer.

 

463 

tchâr

Tchâr èt panâhe.

 

litt. Chair Èt panais.

Salmigondis. — Olla podrida. — De tout un peu. M. dehin a intitulé l’un de ses recueils de poésie : Tchâ èt  panâhe.

 

Èt portant pus qu’ in-ôte, i profitéve à si-âhe

Di tot, po tot, so tot : à lu tchâr èt panâhe.

(THIRY. Mwèrt di l’ octrwè. 1860)

 

464

tchâr

Lèyî  l’ po l’ ohaî.

 

litt. Laisser la viande pour l’os.

Prendre l’ombre pour le corps; laisser une chose solide pour une chose vaine. (littré)

 

Dji n’ vou djurer non pus qu’ i n’ s’ è troûve è hopaî

Qui n’ laîrit, come lès tchins, li tchâr po lès-ohaîs.

(DD. salme. Nom di hu, c’ èst madame. 1877)

Cf. lafontaine, fable.

 

465

tchamp

CHAMP

Lèyî sès à waîdî.

 

litt. Laisser ses champs à pâturer.

Négliger ses affaires. — Ne pas faire usage de ses talents.

 

malmedy   Lèyî sès tchamps à waîde.

 

466 

chance

CHANCE

Ène once di chance vaut mieu qu’ ène lîve dè sawè fé.                                      (chârleroi)

 

litt. Une once de chance vaut mieux qu’une livre de savoir faire.

Le hasard peut souvent vous faire réussir mieux qu’une savante combinaison.

 

CHARLEROI

… L’ hasârd èyèt l’ mwaîje chance,

L’ provèrbe mèt tout d’ acôrd, pus lon sins l’ d-aler ké,

Ène once dè chance vaut mieu qu’ ène lîve di sawè fé.

(L. BERNUS. L’ hasârd èyèt l’ mwaîje chance. Fauve. 1873)

 

var. MONS   Mieu ène once dé boneûr qu’ ène lîve dé syince.

 

467                     

Tchandeleûr

CHANDELEUR

À l’ Tchandeleûr,

L’ iviér pleûre

Ou r’prind vigueûr.

 

litt.    A la Chandeleur / L’hiver pleure / Ou reprend vigueur.

 

VARIANTE    

A l’ Tchandeleûr

L’ iviér pleûre

Ou è-st-è s’ fleûr.

Cité par forir. Dict.

 

VARIANTE   

Ine fèye qu’ on-arive à 1′ Tchandeleûr,

I gn-a l’ iviér qui pleûre

Ou bin il è-st-è s’ fleûr.

(DEHIN. Mathieu Laensbergh. 1851)

 

var. JODOIGNE  

Aus Tchandèles,

L’ iviér fënët (ou : est iëte) ou d’vént pus fèl.

 

VAR. NIVELLES  

A l’ Tchandeleûr,

L’ iviér ès’ passe ou r’prind vigueûr.

 

var. NIVELLES

Quand i djèle après l’ Tchandelé,

On dit qu’ on-a deûs-iviérs.  (…)

 

468   

Tchandeleûr

Po qu’ on pôye dîre qui l’ iviér pleûre,

À l’ Tchandeleûr, i fât qui l’ solo so l’ âté

Lûsse à grand’mèsse sins dèsister.

(renard. Mathieu Laensbergh. 1840)

 

litt.   Pour qu’on puisse dire que l’hiver pleure

à  la Chandeleur, il faut que le soleil, sur l’autel

Luise à la grand’messe sans désister.

 

VARIANTE  

Li grand’mèsse dè l’ Tchandeleûr

Promèt’ on baî osté;

Qwand so l’ timps qu’ l’ ofice deûre,

Li solo lût so l’âté.

(RENARD. Mathieu Laensbergh. 1880)

 

var. NIVELLES   

À l’ Tchandelé,

Quand l’ solèy lût su l’ auté,

On-a co chîs s’min.nes d’ iviér.

 

VAR. JODOIGNE     

Quand l’ solia lût së l’ auté,

C’ èst sige qu’ on va oyë l’ èsté.

 

var. malmedy

Qwand l’ oûrson veut su ombe à l’ Tchandeleûse, i r’mousse è s’ trau po sî samènes.

 

469                 

Tchandelé

A l’ Tchandelé,

On vwat tout d-aler. (nivelles)

 

 litt.  A la Chandeleur,  / On voit tout aller (pousser).

 

PICARDIE   

À l’ Candelé

À tout aler.

(MORREN et devos. Mémorial du naturaliste. 1872)

 

470                    

Tchandeleûr

À l’ Tchandeleûr,

Lès djoûs sont ralonguis d’ ine eûre.

 

litt.   A la Chandeleur, / Les jours sont allongés d’une heure.

 

var. namUR

Tchandeleûse,

Pas d’ one voleûse.  (…)

 

471  

tchandèle

CHANDELLE

On n’ veût nin pus lon qui l’ tchandèle ni lome.

 

litt. On ne voit pas plus loin que la chandelle n’éclaire.

Se dit d’une afaîre embrouillée, sur laquelle on a peu de renseignements.

Il sert de réponse au reproche d’imprévoyance.

Ce proverbe a pris naissance dans nos houillères.

 

M. St. bormans, dans son Vocabulaire des houilleurs liégeois (Bulletin de la Société, tome VI, 1862), dit :

« On n’ va nin pus lon qui 1′ tchandèle ni lome. »

On ne peut aller sans danger dans les endroits où le manque d’air fait éteindre la chandelle.

 

472 

tchandèle

Li sîse ni vât nin lès tchandèles.

 

litt. La soirée ne vaut pas les chandelles.

La chose dont il s’agit ne mérite pas les soins qu’on en prend, les peines qu’ on se donne, la dépense qu’on fait. (ACAD.)

Pr. fr. — Le jeu ne vaut pas la chandelle.

Èt le jeu, comme on dit, n’en vaut pas les chandelles.

(corneille. Le menteur)

 

JANÈTE … Fât-i qui dji m’ mâvèle?

colas  Nèni, Janète, li sîse ni vât nin ‘ tchandèle.

(delchef. Li galant dè l’ sièrvante. I, sc. 8. 1857)

 

Li r’présentant qui lét s’ sièrmon,

Ni m’ atirèt mây à Brussèle.

L’oyî rameter deûs-eûres â long,

Li djeû ni vât nin lès tchandèles.

(H. forir. Chanson. 1856)

 

Ce dernier vers se représente avec quelques variantes à la fin de chaque couplet.

Ti pous, sins nou dandjî, vindjî t’ colére sor zèls,

Ca, por mi, dji tè l’ di, l’ sîse ni vât nin 1′ tchandèle.

(G. delarge. On toûr di boterèsse. 1874)

 

NAMUR   Li djeû n’ vaut nin l’ tchandèle.

 

NAMUR    Li cî n’ vaut nin lès tchandèles.

 

var. JODOIGNE   Lë martchî n’ vaut ni lès tchandèles.

 

TOURNAI  Si l’ jeû n’ valeot pos lès candèles, i n’ areot pos tant d’ amateûrs pour corner lès pins keauds.

 

LILLE    L’ ju n’ vodrot pwint lès candèles.

(vermesse. Voc. du patois lillois. 1861)

 

473 

tchandèle

Broûler l’ tchandèle po lès deûs costés.

 

litt. Brûler la chandelle par les deux côtés.

Consumer son bien en faisant différentes sortes de dépenses également ruineuses, ou se livrer à la fois à des excès de genres différents. (ACAD.)

Pr. fr. — Brûler la chandelle par les deux bouts.

Cité par forir. Dict.

 

MARCHE

Gn-a bravemint qu’ è s’ront lès dindons,

D’broûlèt 1′ tchandèye aus deûs corons.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NAMUR    I n’ faut nin brûler 1′ tchandèle dès deûs costés.

 

TOURNAI  L’ ceu qui aleume 1′ candèle par lès deûs bouts, i èst bétôt à la mitan.

 

MONS     N’ alumez jamaîs 1′ candèye pa lès deûs bouts.

(moutrieux. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

L’ ome a été au cabarèt iyêr, t’t-au long du joûr, èt s’ fème s’ a consolé in buvant du café éyet dès goutes avè twas-quate coméres parèyes à èle; ça faît qu’ il ont alumé, come on dit, 1′ candèye pa lès deûs d’ bout.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1888)

 

soignies    N’ alumez jamaîs 1′ candèye pa lès deûs bouts.

(Arm. dé Sougnî. 1888)

 

MALMEDY   Èsprinde lu tchandèle po lès deûs bètchs.

(Arm. do l’ sam. 1885)

 

474 

candèle

Vwar pus d’ mile candèles. (tournai)

 

litt. Voir plus de mille chandelles.

Apercevoir à l’occaslon d’un grand coup, d’un choc violent ou même d’un éblouissement des lueurs qui n’ont rien de réel.

(LlTTRÉ)

Faire voir les estoilles de jour.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

TOURNAI     CACHWÂR

Acoute, t’ atrapeos ène jiroufiée à cheonk fwèles qui t’in vwareos pus d’ mile candèles.

(LEROY. Bièk di fiêr, traduction du Bleû-bîhe de H. simon. Sc. 5. 1888)

 

NAMUR  Dji lî flanke one tchofe au visadje à lî fé vôy co pus d’ cint tchandèles.

(Aurmonak dè l’ marmite. 1885)

 

475 

cancheon

CHANSON

I cante ène cancheon mès ç’ couplèt-là n’ èst pas d’dins. 

(tournai)

 

litt. Il chante une chanson, mais ce couplet n’y est pas.

Il raconte bien la chose, mais il ne dit pas tout.

 

476 

tchant

CHANT

Il a vûdî s’ tchant.

litt.  Il a vidé son chant.

Il lui a dit ses vérités, fait une forte réprimande. (ACAD.)

Pr. fr. — Il lui a chanté sa gamme.

 

477 

tchapaî

CHAPEAU

Avu ‘ne bèle plome à s’ tchapaî.

 

litt. Avoir une belle plume à son chapeau.

Se dit du plus grand honneur, de l’avantage le plus consi­dérable qu’ait une personne. (ACAD.)

Pr, fr. — C’est la plus belle rose de son chapeau.

Il a perdu la plus belle rosé de son chapeau.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

BABÈTE

Po mète à vosse tchapaî, mamesèle, c’ è-st-ine bèle pleume.

DJÈRA

Quéle fayèye martchandèye, mon Diu, don, qui lès feumes.

(Ed. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèra. II, sc. 18. 1875)

 

Li bisètche è-st-ine laîde plome so 1′ tchapai d’ ine djon.ne fèye.

(FORIR. Dict.)

 

JODOIGNE     I s’ a bouté one bèle pleume à s’ tchapia.

 

var. NIVELLES   

L’ aclot pinsant çu qu’ Marius’ vînt d’ dîre, …

Si nos-avons ‘ne bèle fleûr à no tchapia.

À quî 1′ dèvons-ne ? à Debosse qui sét scrîre,

No vî walon bi mieu qu’ in-n-avocat.

(willame. L’ Aclot. 1889, n° 4)

 

var. MONS Mi, dj’ sé bé què  j’ aî pèrdu l’ pus bèle rôse dé m’ capiau, l’ joûr qu’ il èst môrt.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1859)

 

var. TOURNAI   Pèrte l’ pus bèle rôse dè s’ capieau.

 

var. LILLE 

Finalemint, ch’luron nous raporte

L’ pus bièle dès rôses d’ note capiau.

(DESROUSSEAUX. Chans. lilloises. 1854)

 

478  

tchapaî

S’ i vindéve dès tchapaîs, lès-èfants vinrît â monde sins tièsse.

 

litt. S’il vendait des chapeaux, les enfants viendraient au monde sans tête.

Il ne peut réussir en rien, tout lui tourne mal. Le guignon l’accable.

 

479 

tchapelèt

CHAPELÈT

Dji lî a d’filé m’ tchapelèt.

 

litt. Je lui ai défilé mon chapelet.

Réciter en détail et de suite tout ce qu’on sait sur une matière; faire à quelqu’un tous les reproches qu’ on peut avoir à lui faire. (ACAD.)

Pr. fr. — Défiler son chapelet.

Cité par forir. Dict.

 

dupuis

Èlle a déjà vèyou qui dj’ m’ a faît gây por lèye;

Pèrson.ne cial, c’ èst l’ moumint di lî d’ filer m’ tchapelèt.

(A. delchef. Pus vî, pus sot. Sc. 5. 1802)

 

colas

C’ èst 1′ makèt dès feumes, qwand èle ni trovèt nin l’ ocâsion dè d’filer leû tchapelèt; èles brayèt so nos-ôtes.

(baron. Lès deûs cusènes. I, sc. 4. 1883)

 

FLIPE

… Dji m’ mâvèle,

Dji vous d’filer m’ tchapelèt djusqu’â dièrin grin d’ pièle.

(TH. COLLETTE. Qui freû-dje si mi-ome moréve? I, sc. 8. i882.)

 

TOURNAI    NANÈT

I voleot faîre l’ simpleot, mais j’ lî aî faît réciter s’ capelèt tout d’ ène trake.

(leroy, Bièk di fiêr, traductlon de Bleû-bîhe de H. simon. Sc. 7. 1888)

 

LILLE   Prindant deûs-eûres infin cheul mach’ comére

M’va défilé sins capelèt grin par grin.

(DESROUSSEAUX. Conseils à une jeune fille. 1854)

 

480 

tchâr

CHAR

C’ èst l’ qui crigne qui va l’ pus lon.   (stavelot)

 

litt. C’est le char qui grince qui va le plus loin.

Ce sont les choses qui ont un défaut qui sont de plus longue durée.

 

481 

tchèrdon

CHARDON

I n’ vint nin dè figues so dè.

 

litt. Il ne vient pas des figues sur des chardons.

Ne comptez pas sur le bien que peut faire un méchant.

Cf. Il ne saurait sortir du sac que ce qui est dedans.

 

482 

tchèrdjî

CHARGER

I vât mî l’ tchèrdjî qui d’ l’ impli.

 

litt. Il vaut mieux le charger que l’emplir.

Se dit de celui qui mange beaucoup.

 

CORTAÎ

Vos n’ candjerez mây, vèye ragognasse, on-in.mereût mî di v’ tchèrdjî qu’ di v’s-impli.

(willem et bauwens. Pètchi racheté. Sc. 4. 1882)

 

VARIANTE  Il est pés qu’ Gargantua, qu’ avaléve li bârkel di Hu èt sès sèt’ tchivâs.

 

ROUCHI   I vaut mieu 1′ kèrker què l’ norîr.

(HÉGARÎ. DiCt.)

 

boulogne.   I vaut mieû vous kerker qu’ vous rondîr.

 

483

kièrker

 (picard)

Pus vos kièrkerez vo baudèt, pus qu’ il îra râde. (MONS)

 

litt. Plus vous chargerez votre âne, plus il ira vite.

Plus vous imposerez de travail à quelqu’un et plus il se hâtera de le terminer pour en être déchargé.

 

484

charité

CHARITÉ

Fioz l’ charité à Tomas,

I  v’ dîrè qué mau qu’ il a. (namur)

 

litt.  Faites la charité à Thomas, / Il  vous dira quel mal il a.

Est-ce une façon de demander une chose de peu d’importance, ou est-ce une ironie ?

 

485  

charité 

Charité  byin ordonée cominche pa li min.me.                                                 (borinage)

 

litt. Charité bien ordonnée commence par soi-même. Il est DDjuste, ou du moins il est naturel, de songer à ses propres besoins avant de s’occuper de ceux des autres. (ACAD.)

Pr. fr. — Charité bien ordonnée commence par soi-même. Primo mihi. — Prima sibi charitas.

 

Il avwat bié promis à trente-sî dé lès fé loumer, ça vént dîre d’ leû bayer s’ vwas; maîs charité bin ordonée cominche pa li même; èt t’ vas toudi tacher dé m’ fé loumer, sti, l’s-ôtes vèront pa après.

(Ârmonac du Borinâje. 1849)

 

Ne t’attends qu’à toi seul, c’est un commun proverbe.

(lafontaine. L’alouÈtte Èt ses pÈtits. Fable.)

 

basse-allemagne. —”Jederist sich selbst der nàchste.

 

486       

tchèron

CHARRÈTIER

Djon.ne, djon.ne monsieû,

Vî tchèron, vî bribeû.

 

litt.   Jeune charretier, jeune monsieûr,

Vieux charretier, vieux mendiant.

Parce que le charretier (d’habitude) dépense tout ce qu’ il gagne, ne garde pas une poire pour la soif.

On dit à Verviers : Djon.ne tondeû, etc.

 

487 

tchèron

I n’ èst si bon tchèron qui n’ divièsse.

 

litt. Il n’est si bon charretier qui ne verse.

Les plus habiles font quelquefois des fautes. (ACAD.)

Pr. fr. — Il n’est si bon charretier qui ne verse. — Il n’est si

bon cheval qui ne bronche. — N’est pas marchand qui toujours

gagne.

Cité par forir. Dict.

 

JODOIGNE    Mauvaîs tchèron qui toume dins lès warbèyes.

 

488 

tchèron

I gn-a nou si vî tchèron qui n’ faîsse co voltî pèter s’ corîhe.

 

litt. Il n’y a si vieux charrÈtier qui n’aime à faire claquer son fouÈt.

Nous ne sommes jamais indifférents aux choses qui nous ont longtemps occupés, que nous avons longtemps ruminées.

Cité par forir. Dict.

 

SÈRVÂS

I  gn-a dès djins qui nos d’hèt : pus vî, pus sot; maîs va, i gn-a nou si vî tchèron qui n’ clape co voltî si côp d’ corîhe.

(willem et bauwens. Lès toûrsiveûs. Sc. 1re. 1882)

 

489 

tchèron

Tos lès tchèrons ni s’ rèscontrèt nin à l’ min.me bârîre.

 

litt. Tous les charretiers ne se rencontrent pas à la même barrière.

Il y a plusieurs chemins pour arriver au même but, plusieurs manières d’obtenir le même résultat.

 

490 

tchèrowe

CHARRUE

Mète li tchèrowe divant lès boûs.

 

litt. Mettre la charrue devant les bœufs.

Commencer par où l’on devrait finir, faire avant ce qui devrait être fait après. (ACAD.)

Pr. fr. — Mettre la charrue devant les bœufs.

Cité par forir. Dict.

 

VARIANTE     

Dj’ ô bin l’ mèssèdje.

Mais vos roûvîz, m’ sonle-t-i,

Lès condicions mètowes

Èt s’ mètez-ve, come on dit,

Lès tch’vâs podrî l’ tchèrowe.

(bailleux. Deûs fâves di m’ grand-mére. 1849)

 

HINRI

Ratindez, lèyîz-ve dîre ine saqwè come i fât,

Vos, vos tchôkîz todi l’ tchèrète divant lès tch’vâs.

(delchef. Lès deûs nèveûs. I, sc. 9. 1859)

 

MARCHE    N’ mèt nin l’ tchèrowe divant tès boûs.

 

VERVIERS  

N’ mètez l’ tchaur duvant lès boûs;

N’ intrez nole paurt qui po les soûs.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

VERVIERS   

Maugré tos lès bruts qu’ on pwète,

C’ è-st-on daubièt d’ tos lès djoûs,

Du todi mète lu tchèrète

Atèlêye duvant lès boûs.

(M. pire. Sint Pîre so l’ bon Diè. Ch. Mès-amûsètes. 1884)

 

NAMUR   Vos mètoz l’ tchèreuwe duvant lès tch’vaus.

 

VAR. NAMUR   Maîs ti n’ frès pus qu’ on-ôte,

Roter l’ tchaur divant li tch’vau.

(WÉROTTE. Choix de chansons wallonnes. 1860, 3e éd.)

 

BASSE-ALLEMAGNE   —   Das   Pferd   hinter   den   Wagen spannen.

 

491

tchèrowe

Mète à l’ min.me.

 

litt. Atteler à la même charrue.

Se dit des personnes qui ont les mêmes goûts, les mêmes défauts. S’emploie surtout en mauvaise part. Ils sont attelez à un mêsme chariot.

(oUdin. Curiositez françaises. 1640)

 

…. Ni fez nin ‘ne si laîde mowe,

Vos-èstez bon, tos deûs, po mète à l’ min.me tchèrowe.

(Ed. remouchamps. Lès deûs vwèsins. 1876)

 

492 

tchèsse

CHASSE

I va à l’ tchèsse âs crosses di pan.

 

litt. Il va à la chasse aux croûtes de pain.

Il mendie.

 

493 

tchèssî

CHASSER

Quî mâ tchèsse, mâ prind.

 

litt. Qui mal chasse, mal prend.

Qui acquiert déloyalement, conserve mal. — Qui entreprend mal, ne réussit point.

 

494 

tchèt

CHAT

Il î èst faît come li tchèt âs puces.   (NAMUR)

 

litt. Il y est habitué comme le chat (l’est) aux puces.

Se dit des personnes qui supportent patiemment la mauvaise fortune pour avoir été souvent éprouvées.

 

495 

tchèt

C’ è-st-on tchèt qui djowe dè violon.

 

litt. C’est un chat qui joue du violon.

Il a la tête de côté. Se dit d’un homme qui a la tête inclinée sur une épaule.

 

496  

tchèt

Ç’ n’ èst nin à on vî tchèt qu’ on-z-aprind à haper dès soris.

 

litt. Ce n’est pas à un vieux chat qu’on apprend à prendre des souris.

Se dit lorsqu’un ignorant veut donner des leçons à un homme qui en sait plus que lui. (ACAD.) — Ne sus Minervam —Nesutor ultra crepidam. — C’est Grosjean qui en remontre à son curé. — C’est apprendre à son père à faire des enfants.

Pr. valaque  — Viens père, que je te montre manière.

On ne doidt pas enseigner le chat à soriser.

(leroux de LINCY)

 

VERVIERS   

L’ ome du tot s’ pout corèdjî,

L’ tchèt haperè todi 1′ soris.

(renier. Spots rimés. 1871)

 

497 

tchèt

I n’ fât nin dispièrter 1′ qui dwème.

 

litt. Il ne faut pas éveiller le chat qui dort.

Il ne faut pas réveiller une afaîre qui était assoupie, chercher un danger qu’ on pouvait éviter. (ACAD.)

Pr. fr. — N’éveillez pas le chat qui dort. — N’éveillez pas le chien qui dort.

(Prov. de France. XILIe siècle.)

… N’as-tu pas tort

De réveiller le chat qui dort?

(SCARRON. Virgile travesti.)

Cité par forir. Dict.

 

Mais lèyans 1′ mostî ou ç’ qu’ il èst

Èt n’ alans nin dispièrter l’ tchèt.

(Pasquéye so les séminariste. 1735.)

 

L’ vayant Byron, qui si r’noméye

Odéve come on baume à l’ ârmêye,

Èt s’ fis qui quéks-an.nêyes après…..

Maîs chût’, ni dispièrtans nin 1′ tchèt.

(HANSON. Li Hinriâde travèstéye. Ch. VILI. 1780.)

 

MARCHE    

R’mogne co putôt treûs côps ti-âme

Qui do dispièrtè l’ tchèt qui dwâme.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

VERVIERS  

Tapans tourtos du l’ aîwe so l’ feû,

Èt lèyans dwèrmi l’ tchèt qui dwèrt.

(M. pire. Îdèye d’ aurmanak. Ch. Mès-amûsètes. 1884)

 

NAMUR  Ni rèwèyiz nin l’ tchèt qui dwat.  (…)

 

498 

tchèt

I n’ fât nin acheter on tchèt d’vins on sètch.

 

litt. Il ne faut pas acheter un chat dans un sac.

Conclure un marché sans connaître l’objet dont on traite.

(ACAD.)

Pr. fr. — Acheter chat en poche.

Vendre chat en poche. — Vendre une chose sans l’avoir montrée. (ACAD.)

C’est mal achat de chat en sac.

(Adages François. XVIe siècle.) Cf. quitard. Dict., p. 210. (…)

 

Po pau qu’ ça continowe, i gn-ârè pus nou scrèt,

Ni nou risse d’ èsse trompé, d’ acheter è sètch on tchèt.

(M. thiry. Lès saîsons. Poème. 1860)

 

TCHAFÈTE

Divant d’ dîre li fin mot,

Dji vou, sins long mèssèdje,

Vis rapèler qu’ on n’ prind nin on tchèt d’vins on sètch.

(HOVEN. Li boûkète èmacraléye. Sc. 7. 1872)

 

basse-allemagne. — Man muss die Katze nicht im Sacke kaufen.

 

499 

tchèt

C’ èst l’ loûrd tchèt qu’ atrape li soris.

 

litt. C’est le lourd chat qui attrape la souris.

Se dit souvent des amoureux.

 

VAR. MARCHE   Li bon tchèt prind lès soris d’ race.

 

500 

tchèt

Tos lès tchèts sont gris dè 1′ nute.

 

litt. Tous les chats sont gris pendant la nuit.

La nuit, il est aisé de se méprendre, de ne pas reconnaître ceux à qui l’on parle. Il signifie aussi que dans l’obscurité, il n’y a nulle différence, pour la vue, entre une personne laide et une belle personne. (ACAD.)

Pr. fr. — La nuit tous les chats sont gris

Tous chats sont gris de nuit.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Ostez la lumière et il n’y aura point de différence entre les femmes.

(Le père jean-marie. Le divertissement des sages. 1665)

 

ON QWATRIN.ME MASKÉ

Li ritche, li p’tit camarâde

Diguîsé fèt 1′ min.me parâde,

Is s’ vèyèt d’zos 1′ min.me habit,

Çou qui faît qu’ is sont parèys

Èt come lès tchèts divins 1′ nutèye

À l’ oûy, is sont turtos gris.

(delchef. Lès deûs nèveûs. II, sc. lre. 1859)

 

Pwîs, s’ dihant è 1′ nûtèye qui tos lès tchèts sont gris,

Èt qu’ i n’ fât nin qu’ faîse clér po haper lès soris.

(DD. SALME. Nom di hu, c’ èst madame. 1877)

 

NAMUR  

Mais ça n’ èspêtche nin qu’ à l’ naît, tos lès tchèts sont gris,

Èt qu’ adon, on faît sovint dès bièstrîyes pace qu’ on n’ èst nin r’conu.

(Mètolojîye, Minèrve. La Marmite. 1884.)

 

MONS    Au nut’, tous lès cats sont gris.

 

basse-allemagne  — Im Dunkeln sind alle Katzen grau.

 

501  

cat

I comprind bé minou sins dîre mon cat. (MONS)

 

litt. Il comprend bien minou sans dire mon chat.

Peu de paroles  suffisent  pour se faire comprendre d’un homme intelligent. (ACAD.) — Intelligenti sat.

Pr. fr. — A bon entendeur peu de paroles.

J’entend bien minou sans dire mon cat.

(OUDIN. Curiosités françaises. 1640)

Il entend bien chat sans qu’ on dise minou.

(leroux. Dictionn. comique.)

Cité par forir. Dict.

 

MONS  Èl servante qui comprin.nwat bé minou sins dîre mon cat, répond, èle tout-aussi vite : é byin.

(MOUTRIEUX. Trwasième anéye dès contes dé kié. 1850)

 

502

tchèt

C’ èst l’ loûrd tchèt qui hape li tchâr foû dè pot.

 

litt. C’est le lourd chat qui happe la viande hors du pot.

Il faut se défier des sournois.

 

VARIANTE   C’ èst l’ loûrd tchèt qu’ atrappe li mî lès-oûhaî.

 

VAR. STAVELOT   C’ èst l’ bwègne tchin qui hape lu lîve.

 

503 

tchèt

Qwand lès tchèts sont-st-èvôye, lès soris sont maîsses.

 

litt. Quand les chats sont partis, les souris sont maîtresses. Quand les maîtres sont absents, les valets se divertissent.

En l’absence des chefs, des maîtres, les inférieurs, les écoliers se divertissent. (littré)

Ou chat n’est sorices révèlent.

(Proverbes del vilain. XIVe siècle)

Si feles absunt, mures adsunt.

(lejeune. Proverbia familiaria. LEODII. 1741)

 

Dj’ a l’ bon posse, dji n’ î so nin tourmèté, maîs qwand lès tchèts sont-st-èvôye, lès soris dansèt.

(Ine sîse amon Dj’han Piêre. Dialogue. 1868)

 

Qwand l’ tchèt è-st-èvôye, lès soris fèt voltî l’ fièsse, tot dreût qu’ Freûtièr eûrît dishâgné, si feume si mèta à ramehî avâ l’ toûr.

(G. magnée. Baîtri. Conte. 1865)

 

malmedy  Qwand lès tchèts sont foû dè manèdje, lès surus sont maîsses.

(Ârm. wal. do l’ samène. 1885)

 

JODOIGNE    Quand l’ tchèt èst sourtë, l’ sorës danse.

 

NAMUR  Qwand lès tchèts sont foû dè l’ maujone, lès soris t su l’ tauve.

 

rouchi    Quand lès cats sont-au guernier, lès soris dansetét.

(HÉCART. Dict.)

 

PICARDIE  

Quand chés cos sont-au guernier, chés souris dansrtent.

(CORBLÈT. Glossaire)

 

basse-allemagne. — Wenn die Katze nicht zu Hause ist, tanzen die Mäuse auf dem Tisch (auf Tischen und Bänken).

 

 

 

 

 

 

504

tchèt

Tapez on tchèt è l’ aîr, i r’toumerè so sès pates.

 

litt. Jetez un chat en l’air, il retombera sur ses pattes.

On ne peut se défaire de ses habitudes; on revient toujours à sa manière d’être.

Il est comme le chat qui retombe toujours sur ses pattes, se dit d’un homme adroit qui sait toujours se tirer d’affaire.

(LITTRÉ)

Pr. fr. — Faire comme les chats, tomber sur ses pattes.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

« Les chats, et plusieurs animaux du même genre, comme les fouines, putois, renards, tigres, etc., quand ils tombent d’un lieu élevé, tombent ordinairement sur leurs pattes, quoi­qu’ ils les eussent d’abord en haut et qu’ ils dussent par conséquent tomber sur la tête. Il est bien sûr qu’ ils ne pour­raient pas par eux-mêmes se renverser ainsi en l’air, où ils n’ont aucun point fixe pour s’appuyer. Mais la crainte dont ils sont saisis leur fait courber l’épine du dos, de manière que leurs entrailles sont poussées en enhaut, ils allongent en même temps la tête et les jambes vers le lieu d’où ils sont tombés comme pour le retrouver, ce qui donne à ces parties une plus grande action de levier.

Ainsi leur centre de gravité vient à être différent du centre de figure, et placé au-dessus, d’où il s’ensuit par la démons­tratlon de M. Parent, que ces animaux doivent faire un demi-tour en l’air, et retourner leurs pattes en embas, ce qui leur sauve presque toujours la vie. La plus fine connaissance de la mécanique ne féait pas mieux en cette occaslon, que ce que fait un sentiment de peur, confus et aveugle. »

(Histoire de l’Académie royale des sciences de Paris, Année MDCC. Pages 136 Èt 157)

 

CRAHAÎ

Dji v’s-î prind, savate,

On v’ veût come lès tchèts

R’toumer so vos pates,

Qwand vos fez l’ plonkèÈt.

(alcide PRYOR. Baîwir so s’ panse. 1863)

 

DJÂCOB

Vo-le-cial… fans èco ‘ne sâye… Ca cji wadje qui tot rade,

Èle va, tot come lès tchèts, ritoumer so sès pates.

(Ed. REMOUCHAMPS. Lès-amoûrs a Djèra. II, sc. 3. 1875)

 

VERVIERS   

Maîs come on veût on tchèt rutoumer so sès pates,

I r’prit gos’ po l’s oûhaîs, t’t-alant r’vèyî lès bates.

(POULET. Li pésonî. 1860)

 

MARCHE   Tos lès tchèts r’toumèt so leû pates.

 

NAMUR   I r’chone nosse tchèt, i r’tchaît todi su sès pîds.

 

CHARLEROI   TWÈNÈTE

Mossieu, vos arrindjèt tout ça come dès gayes su in baston, maîs mi, dji r’tchaî toudi su mès pîds, come lès marous.

(L. bernus. Li malade Sint-Tîbaut. I, sc 5. 1870)

 

MONS  Lès prumiers joûrs, ç’ a a été tout seû, maîs ç’ a n’ pouvwat nié toudi durer, i fawat bé què l’ catritombe su sès pates in joûr ou l’ aute.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1835)

 

var. MONS   R’kèyi su sès-argots.

(SIGART. Dict. 1870)

 

505

tchèt

Avu sès-âhes come on tchèt d’vins on grusalî.

 

litt. Avoir ses aises comme un chat dans^un groseiller.

Craindre de se remuer, de se blesser. — Être mal à l’aise.

Pr. fr. — Il est à l’aise comme un cheval dans une boutique de porcelaine.

 

VARIANTE   Fé dès-oûys come on tchèt qu’ arèdje divins on grusalî.

 

rouchi    I fèt des grimaches come un cat qui bot du vinaîgue.

(HÉCART. Dict.)

 

var. TOURNAI   I èst contint come in pourcheau dins-in sac. — Éte come ène mouke dins l’ wile.

 

506 

tchèt

Lès tchèts s’ agrifèt wice qu’ is polèt.

 

litt. Les chats s’agriffent où ils peuvent.

Mettre tout en œuvre pour se tirer d’affaire, pour venir à bout de ce qu’ on a entrepris.

Pr. fr. — Faire flèche de tout bois.

 

507 

tchèt

On tchèt pièd’ bin sès poyèdjes maîs n’ heût nin sès laîdès manîres.

 

litt. Un chat perd bien ses poils, mais ne secoue pas ses mauvaises allures.

On ne se corrige jamais entièrement.

Pr. fr. — Chassez le naturel, il revient au galop. — Toujours souvient à Robin de ses flûtes.

Naturam expellas furca, tamen usque redibit.

Lupus pilum, non ingenium mutât.

Le loup alla à Romme et y laissa de son poil et rien de ses coutumes.

Le loup change de poil et non pas de naturel.

(Le père JEAN-MARIE. Divertissement des sages. 1665)

Assueta relinquere durum est.

(lejeune. Proverbia familiaria. 1741)

Chat qui a accoustumé à prendre des souris ne s’en peut tenir.

(OUDIN. Curiositez françaises, 1640)

Cité par forir. Dict.

 

On-z-a bin raîson d’ dîre qui l’ tchèt pièd’ sès poyèdjes,

Maîs sès manîres, ma frike, rin n’ lès pout fé passer.

(Is. DORY. Couplets. 1879)

 

TATÈNE

Qu’ on-a raîson dè dîre qu’ on tchèt pièd’ sès poyèdjes, mins jamây sès manîres.

(remouchamps. Li savetî. II, sc. 8. 1858)

 

VERVIERS    On leûp pièd’ sès poyèdjes, maîs n’ pièd’ nin sès manîres.

(POULÈT. Li pésonî. 1860)

 

var. MARCHE    dascole

Lès pwèls do r’naud toumèt; i ‘nni r’vint dès novaîs,

I d’meûre todi r’naud, sins p’leûr candjî jamaîs.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. I, sc. 2. 1858)

V. lafontaine. La chatte métamorphosée en femme.

 

508

tchèt

Il è-st-ossi chaîpiou qu’ on tchèt d’ après l’ Sint-Dj’han.

 

litt. Il est aussi chétif qu’un chat d’après la Saint-Jean.

C’est-à-dire qu’un chat né après le jour de la Saint-Jean (24 juin). — Il est de fait que les chats nés après cette époque de l’année, sont toujours très frêles, très frileux et faibles en santé.

 

FRIKÈT Vo-r’cial Tchantchès.

MAYON  Li pôve cwèrp divint ossi chaîpiou qu’ on tchèt d’après l’ Sint-Dj’han.

(demoulin. Dji vou, dji n’ pou. II, sc. 3. 1888)

 

509 

tchèt

Il èpwète li tchèt.

 

litt. Il emporte le chat.

Sortir sans dire bonsoir. — Partir à la française, sans prendre congé.

Cf. L’expression En catimini.

Pr. fr. – Emporter le chat. Déménager complètement; le chat étant de tous les animaux domestiques, le plus fidèle au

logis.   (LITTRÉ)

Cité par forir. Dict.

 

510 

tchèt

Ç’ n’ èst nin po rin qu’ nosse tchèt n’ poléve tchîr.

 

litt. Ce n’est pas pour rien que notre chat ne pouvait chier.

Se dit lorsqu’on a trouvé une erreur dans ce qu’on faisait, quand on a surmonté l’obstacle qui entravait un travail, une afaîre.

 

511 

cat

Vieux cat, djon.ne soris. (tournai)

 

litt. A vieux chat, jeune souris.

Manière de parler proverbiale pour dire qu’à un homme sur le rÈtour, il faut une jeune femme; marque surtout la préfé­rence qu’ ont les vieux pour les jeunes.

Gomp. La chanson du sire de Franboisy.

 

FRAMERIES

In vièy provèrbe qu’ on cite in no vilâje,

Èt qu’ èst coneu in Chine come à Paris,

Pou consoler lès djins d’ in cèrtin-âje,

Dit qu’ au vièy cat, i faut dès djon.nes soris.

(À cinkante ans. Chanson. Arm. borain. 1890)

 

512 

cat

Méchant come in cat bocheu. (tournai)

 

litt. Méchant comme un chat bossu.

Homme colère, hargneux. — On sait que les chats furieux font le gros dos.

 

513 

tchèt

Fé voler l’ tchèt. (verviers)

 

litt. Faire voler le chat.

Vouloir faire quelque chose d’extraordinaire et n’y pas réussir.

 

DU  CHAT  VOLANT  (ORIG.).

« On a beaucoup parlé du chat volant de Verviers, et on a, dans plusieurs bibliothèques, un poème imprimé à Amsterdam, rempli de plaisanteries sur ce chapitre.

« Rien de plus vrai qu’ on y fit la tentative, l’an 1641, d’en faire voler un. On s’en est extrêmement moqué, et on a couvert de ridicule ceux qui la firent; cependant elle pouvait aussi bien réussir que les Mongollïères ou ballons aérostatiques; car on avait employé les mêmes moyens pour faire voyager ce chat dans les airs. On l’avait attaché à quatre vessies qu’on avoit gonflées avec du gaz; on n’a rien fait de plus pour élever les ballons que de les en remplir aussi.

 

« Pour rendre l’animal plus léger, on le fit purger, et un apothicaire, nommé Saroléa, lui administra un clystère. Il fut ensuite porté en grande cérémonie sur la tour de l’église paroissiale, d’où il fut lancé, en présence d’une partie de la magistrature, qui avait pris la peine d’enjamber tous les escaliers de la tour, pour voir de plus près le chat fendre les airs; mais au lieu de s’élever, comme le ballon, il tomba tout uniment du haut en bas, sans pourtant se faire aucun mal. Les quatre vessies firent l’effet du parachute.

« Depuis ce temps-là, quand quelqu’un fait une sottise, on dit qu’ il a fait voler le chat; c’est une expression proverbiale des Verviétois. »

(DETROOZ. Histoire du marquisat de Franchimont. IIe partie. 168. Liège, 1809)

 

Cf. Le chat volant de la ville de Verviers; histoire véritable arrivée en 1641. Poème publié en 1841, par angenot.

 

M. Ulysse Capitaine (Biogr. liégeoise, p. 75) raconte comme suit l’histoire du chat volant :

” Saroléa, pharmacien, né à Cieratte, mourut le 14 mai 1682 à Verviers, où il exerçait depuis longtemps sa professtlon.

Saroléa, sur les indicatlons d’un certain Collinet, du village de Heusy, prétendit, en 1641, avoit trouvé le moyen de faire voler un chat, à l’aide de vessies remplies de gaz. Voulant que ses compatriotes fussent témoins de cette importante découverte, il obtint des magis­trats de Verviers l’autorisation d’annoncer l’expérience à son de trompe. Au jour fixé, on flt purger le chat pour le rendre plus léger, on lui attacha à chaque patte une vessie remplie de gaz, puis on le porta en grande cérémonie sur la tour de l’église paroissiale, d’où il fut lancé dans l’espace, en présence du bourgmestre et de toute la populatlon de Verviers. Mais, au lieu de voler, le chat tomba tout uniment par terre. Saroléa fut traité de charlatan et couvert de ridicule.

 

Faire voler le chat est resté une expresslon proverbiale à Verviers, pour dire : promettre plus qu’ on ne peut tenir, faire une sottise avec éclat.

” La tentative de Saroléa fournit à l’un de nos poètes, le baron de Walef, le sujet d’un petit poème burlesque et satirique qu’ il publia en 1730, sous ce titre :

Le  chat volant de la ville de  Vervier, histoire véritable par

Monsieûr Willem Crap. A Amsterdam (Liège),chez Jacque Le Franc, à l’enseigne du Chat-Botez, in-12 de 21 pp.

” Cette pièce pseudonyme, devenue aujourd’hui d’une excessive rareté, n’a pas été reproduite dans les œuvres du baron de Walef. Le poète Angenot la fit réimprimer en 1841. (Verviers, Angenot, fils, in-8 de 31 pp.) Il ajouta un correctif qu’ il fit suivre d’une chanson anonyme composée vers la fin du XVIIIe siècle, sous le titre de La queue du chat volant de la ville de Verviers.

 

V. Nautet. Notices historiques, t. I, p. 83.

N. B. L’idée de SAROLÉA n’est qu’une modificatlon de celle de cyrano de bergerac (Histoire comique de la lune).

 

“Vos l’ kinohez, il èst d’ Vèrvî, d’ cisse vèye qu’ a faît voler ine bièsse, èt qu’ a d’hité tote cisse nôblèsse C’ èsteût on tchèt.” (…)

(Paskèye faite à jubilé Dom Bernard Godin. 1764)

 

VERVIERS   

I ohe bin fé creûre à totes lès djins

Quu lès tchins hawèt po lès quawes,

Qu’ lès tchèts volèt come dès balawes.

(Le vol du chat de Verviers. Chant burlesque. XVIIe siècle.)

 

VERVIERS                      

Lu pus sûti n’ promètrè

Qu’ i n’ frè jamauy voler l’ tchèt.

(renier. Spots rimés. 1871)

 

514 

tchèt

Fé dè l’ bolêye po l’ tchèt.

 

litt. Faire de la bouillie pour le chat.

Prendre de la peine pour faire quelque chose qui ne servira à rien. (ACAD.)

Pr. fr. — Faire de la bouillie pour les chats.

 

SPA 

Is n’ vunint nin, come on d’héve,

Fé dè l’ bolèye po lès tchèts.

Vîve lès-élècteûrs, ô gué !

(Â tir dès brèyâds. Paskèye, vers 1848)

 

VAR. malmedy    Fé d’ l’ ovrèdje du poûrin.

 

ST-QUENTIN   Cha s’ra du laît bouli pour chés cats.

 

 

515 

tchèt

I gn-a nin d’ qwè bate on tchèt.

 

litt.  Il n’y a pas de quoi battre un chat.

L’affaire, la faute dont il s’agit n’est qu’une bagatelle. (âcad.) Pr. fr. — Il n’y a pas là de quoi fouetter un chat.

 

VARIANTE   Qué mohon, lî d’héve-t-on, on n’ î sét bate on tchin.

(dehin. Parole da Socrâte. Fâve. 1852)

 

var. NIVELLES   I n’ a né d’ qwè bate on tchîn.

 

LILLE    J’ va teu conter m’n-afaîre et j’ èspêre

Qu’  i n’ i a pwint d’ qwa fwèter un cat.

(desrousseaux. Chantons lilloises. 1853)

 

516

tchèt

Lès-èfants dès tchèts magnèt voltî dès soris.

 

litt. Les enfants des chats mangent volontiers des souris.

Ordinairement les enfants tiennent des mœurs et des inclinations de leurs pères. (ACAD.)

Pr. fr. — Tel père, tel fils. — Bon chien chasse de race. — Bon sang ne peut mentir.

Improborum improba soboles.

Cité par forir. Dict.

 

Après Pâke, divinrez-ve mèyeû ?

Po v’s-èl bin dîre, wère,

Dji nè l’ creû,

L’ èfant dè tchèt magne lès soris

Sins qui s’ pére ni lî âye apris.

(renard. Mathieu Laensberg. 1844)

 

Çou qu’ c’ èst qui l’ naturél……

… à l’ prumîre ocâsion

Come s’ on-aveût rètchî è Moûse,

I roûvèye tot èt si r’prind s’ coûsse.

Ossi c’ èst d’ on vî spot, l’ ègzimpe qui dj’ a pris:

Todi, l’ èfant d’ on tchèt magne voltî lès soris.

(BAILLEUX. Li gade candjèye à feume. Fâve. 1851)

 

Li prince di Staveleû… s’ apinsant qu’ les-èfants dès tchèts magnèt voltî lès soris… i lî sonla, etc.

(G. magnée. Li crèn’kinî dè prince-abé di Staveleû. 1867)

 

NAMUR  

Sins trop l’ sorbate, i fautl qu’ djon.nèsse si passe,

L’ èfant d’ on tchèt mougne voltî dès soris.

(WÉROTTE. Djan-Djôsèf divint vî. Ch. 1867, 4e éd.)

 

beauraing    

Is brigaudèt partout, s’ is n’ in.mèt nin li scole,

Is djurèt d’djà come vos, d’jèt des mwaîjès paroles,

On-èfant d’ tchèt, di-st-on, mougne voltî dès soris.

(vermer. Lès sôléyes. 1862)

 

CHARLEROI    Èfant d’ tchèt mougne voltî soris.

 

MONS      Èfant d’ cat miû voltié sorites.

 

TOURNAI    Infant d’ cat mindjet’ volontié soris.

 

JODOIGNE    Èfant d’ tchèt mougne voltî dès sorës.

 

PICARDIE   Quî vyint deu bon cat, volontié surke.

(CORBLÈT. Gloss. 1851)

 

Prov. valaque. Ce qui naît de la chatte attrape des souris.

 

517  

tchèt

I gn-a nou tchèt qui n’ grète.

 

litt. Il n’y a aucun chat qui ne gratte.

Chacun sa nature.

 

var. JODOIGNE    Èfant d’ tchèt grète voltî.

 

518 

tchèt

Li tchèt s’ frote podrî l’ orèye.

 

litt. Le chat se frotte par derrière l’oreille.

Il va pleuvoir.

 

519 

tchèt

I vind dès bwègnes tchèts podrî lès Mèneûs.

 

litt. Il vend des chats borgnes derrière les Mineurs.

tl a une existence problématique.

N. B. Derrière l’église Saint-Antoine (autrefois des Mineurs), à Liège, il y a une rangée d’échoppes. C’est le quartier-général des fripiers (vî-warî).

 

I s’ dihéve dè mèstî dès bouteûs-foû, èt s’ ènn’ aveût-i wêre miné nol ôte qui d’vins dès bwègnes tchèts drî les Mèneûs.                       (G. magnée. Baîtri. 1865)

 

520 

tchèt

Djower po sès tchèts. (pays de herve)

 

litt. Jouer pour ses chats.

Jouer chacun pour son compte, jouer à comptes particuliers. — Se dit dans tout jeu à partners.

 

521

tchèt

Tchèt tchôdé a peû d’ l’ aîwe fwède. (jodoigne)

 

litt. Chat échaudé a peur de l’eau froide.

Quand on a éprouvé quelque grande peine, quelque désappointement, on en redoute jusqu’à l’apparence. (littré)

 Pr. fr. — Chat échaudé craint l’eau froide.

 

var. TOURNAI    Quand on-a été piké; on r’tire s’ deot.

 

522 

cat

Ch’ est come in cat à l’ agonîe, i fét acore sintîr sès greaus.                                 (tournai)

 

litt.  C’est comme un chat à l’agonie, il fait encore sentir ses griffes.

Il fait le mal tant qu’ il peut.

 

523

tchèt

Quand l’ tchèt grète è ramon, sine di vint; podrî l’ orèye, sine di plaîve.     (jodoigne)

 

litt. Quand le chat gratte sur le balai, c’est signe de vent et derrière l’oreille, c’est signe de pluie.

 

524

tchèt

I ravise lès tchèts, c’ èst râre qwand i s’ trèbouhe.

 

litt. Il ressemble aux chats, c’est rare quand il trébuche.

C’est un homme qui a de la chance, qui réussit, qui n’éprouve pas de revers.

 

525

tchèt

Fé s’ tchèt.

 

litt. Faire son chat.

Faire des économies, ramasser un petit pécule, et en mau­vaise part, détourner ce qui doit revenir à d’autres.

Cité par forir. Dict.

 

TOUMAS

Si Marèye a djâsé, c’ èst qu’ i gn-a quékes saqwès,

Di Tonton, c’ èst l’ wèsène, èt po l’ moumint, mutwè

Qu’ mès cusins fèt leû tchèt.

(Al. peclers. L’ ovrèdje da Tchantchès. Sc. 2. 1872)

 

Èt mâgré 1′ vôye dè progrès

Èt l’ syince, lès voleûrs fèt mî leû tchèt

Qu’ on ne pinse.

(G. delarge. Mathieu Laensberg. 1880)

 

var. TOURNAI    Faîre s’ bûre.

 

526

tchèt

Li tchèt a mougnî l’ vèssîye. (JODOIGNE)

 

litt. Le chat a mangé la vessie.

Parfois on ajoute : I n’a lèyî qu’ lès deûs-orèyes.

Vous nous contez une blague, un mensonge, une vanterie.

 

527

tchèstaî

CHATEAU

Fé dès tchèstaîs en-Èspagne.

 

litt. Faire des châteaux en Espagne.

Faire de beaux projÈts qui ne peuvent pas se réaliser. — Se repaître de chimères. (LITTRE)

Faire des châteaux en Espagne.

(Le Père JEAN-MARIE. Le divertissement des sages. 1665)

Cité par forir. Dict.

 

Ôr çou qu’ i gn-a dispôy pau d’ timps

On djon.ne tindron, à doûs mintin,

Là, d’vins ine vèye mohon d’ campagne,

Fève dès baîs tchèstaîs en-Èspagne.

(J.-J. hanson, Li Hinriâde travèstèye. Ch. IX.  1780)

 

Li ci qu’ a faît li cîr èt lès montagnes

A d’né dè l’ djôye âs pôves come âs rintîs,

Qwèrans I’ boneûr âs tchèstaîs è l’ Èspagne,

Po l’ djôye di s’ rafyî.

(A. hock. Li djôye di s’ rafyî. Ch. 1886)

 

NAMUR   

I ‘nn’ èst quite po sès tchèstias en-Èspagne.

I r’prind s’ loyin come s’ i n’ aveût rin stî.

(J. colson. L’ héritance da Gaspârd. Ch. 1862)

 

528 

catî

CHATOUILLER.

Si catî po s’ fé rîre.

 

litt. Se chatouiller pour se faire rire.

On dit aussi : Il n’ fât nin s’ catî po s’ fé rîe.

S’exciter à la gaieté, à la joie pour un faible sujet; même sans sujet. (ACAD.)

Pr. t’r. — Se chatouiller pour se faire rire.

Cité par forir. Dict.

 

L’ ôte vis raconte ine pitite quolibète

L’ ôte, po l’ fé rîre, i fât qu’ i s’ grète.

(Paskèye so lè séminarisses 1735)

.

Ôr çou qu’ i gn-a portant, l’ baî sîre

S’ catèye come on dit po s’ fé rîre,

Èt faît â brave Hinri l’ afront di lî mostrer si laid trau rond.

(HANSON. LiHinriâde travèstèye. Ch. VIII. 1780)

 

SPA   

Pârlans on pau d’ cès bièsses,

Lu r’but dès-humins,

Du cès bornèyès tièsses,

D’ cès crapuleûs vârins,

Qwand n’ savut pus qwè dîre,

Is s’ guitièt po s’ fé rîre.

(jehin. Paskèye, 1814. Recueil de Body)

 

MARCHE     

I vaut mî s’ chôpiè po s’ fè rîre,

Qui d’lachèt li scrèt qu’ on n’ pout dîre.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

var. NAMUR Kèkyî sès pîds po fé rîre sès-ôrtès.

 

JODOIGNE      

Vaut mia s’ kèkî po s’ fé rîre,

Quë dè dîre one saqwè qu’ on n’ pout ni dîre.

 

CHARLEROI   

L’ gârçon fièt dins l’ palaîs ç’ qu’ i v’lèt pou s’ divèrti,

Mais su s’ vîye, i n’ p’lèt nén sôrti;

Is djouwèt à l’ toûrpine, à l’ galine èt âs guîyes.

On l’ aurèt chaupyîl pou qu’ i rîye.

(L. BERNUS. L’ hasârd èyèt l’ mwaîje chance. Fauve. 1873) (…)

 

529

tchôd

CHAUD

I gn-a rin d’ trop tchôd ni d’ trop freûd por lu.

 

lut. Il n’y a rien de trop chaud ni de trop froid pour lui.

Se dit d’un homme avide, qui veut trop avoir, qui prend de toutes mains. (ACAD.)

Pr. fr. — Il ne trouve rien de trop chaud ni de trop froid.

 

I n’ y a rin d’ trop chaud ni d’ trop freud por lu, i el prindreut so l’ liesse d’ on tigneu.                                                                                (remacle. Dict.)

 

MÈNCHEÛR

Il èsteût télemint adjîsté è s’ mohone qu’ i gn-aveût rin d’ trop tchôd ni d’ trop freûd inte di zèls.

(DD. salme. Pris d’vins sès lèces. II, sc. 5. 1880)

 

530

caudieau

CHAUDEAU

Quand t’ aras faît l’ caudieau, faudra l’ bwâre.

(MONS)

 

litt. Quand tu auras fait le chaudeau, il faudra le boire.

Quand l’affaire est engagée, il n’y a plus à reculer. (ACAD.)

Pr. fr. — Le vin est tiré, il faut le boire.

 

MONS   Wè, més il avwat faît 1′ caudiau, i foulwat 1′ bwâre.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1849)

 

Quand t’ âras faît 1′ caudiau, faudra 1′ humer.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

VARIANTE    

flokÈt  Dji veû qu’ nos-èstans lodjî à ‘ne bèle èssègne, cial.

DJILIS’  Li bîre èst sètchèye, i l’ fât beûre.

(DD. SALME. Lès rabrouhes. Sc. 6. 1882)

 

var. MARCHE   Quand 1′ vêre èst vûdè, i 1′ faut beûre.

 

531 

codèrlat

(picard)

CHAUDRON

On n’ atind nin l’ vèle dè l’ procèssion pour récurer sès codèrlats.        (tournai)

 

litt. On n’attend pas la veille de la procession pour récurer ses chaudrons de cuivre.

On n’attend pas le dernier moment pour faire une chose indispensable.

 

532

tchâfer

CHAUFFÉ

Çou qui n’ tchâfe nin por vos, lèyîz-le cûre po in-ôte.

 

litt. Ce qui ne chauffe pas pour vous, laissez le cuire pour un autre.

On ne doit pas rechercher une demoiselle si on ne veut pas prétendre à sa main.

 

VARIANTE   Çou qu’ on n’ vout nin magnî crou, on l’ laît cûre po in-ôte.

 

533       

tchâssî

CHAUSSÉ

Ni riyez nin d’ on mâ tchâssî,

Vos solés polèt s’ kihiyî.

 

litt.   Ne riez pas d’un individu mal chaussé,

Vos souliers peuvent se déchirer.

Ne riez point d’un malheureux, l’adversité peut vous atteindre. — Ne insultes miseris.

Ne vous moquez pas des mal chaussés, vos souliers perceront.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Il ne se faut jamais moquer des misérables.

(LAFONTAINE. Le lièvre et la perdrix)

 

MARCHE

Ni v’ mokez nin dès mau tchaussès,

On-z-a tortos do l’ pône assè.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

JODOIGNE

L’ cë quë rît d’ on mau tchaussî îrè quékefîye à pîd tot d’tchaus.

 

534 

kèmin

(picard)

CHEMIN

Courîr po quate kèmins. (MONS)

 

litt. Courir par quatre chemins.

Ne pas s’expliquer franchement, chercher des détours. (ACAD.)

Pr. fr. — Il ne faut pas aller par quatre chemins.

MONS Ainsi, sans couri po quate kemin, enne faisons nié droguer nos chers lecteur.

(MOUTRIEUX. 3me anéye dès contes dé kié. 1851)

 

NAMUR   I s’ dècide à fé v’nu l’ médecin Garalchite, on vî d’ la vièye, qui n’ î aleûve nin pa quate tchimins èt qui vos dijeûve tot d’ sûte si vos d’vîz fé vosse tèstamint.

(La Marmite, gazète. 1889)  (…)

 

535 

vôye

Il èst todi so tchamp, so vôye.

 

litt. Il est toujours sur champ, sur voie.

Il est toujours en route, il n’est jamais au logis.

Pr. fr. — Il est toujours par voies et par chemins.

Je n’irai par monts et par vaux m’exposer aux vents, à la pluie.

(lafontaine.)

Il est toujours à la voye.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

I lî fâreût dès rôbes di sôye,

Dès dintèles èt dès falbalas,

Èt d’ èsse todi so tchamp, so vôye.

Cori lès bals, fé dès grands r’pas.

(Aug.. HOCK. Li trifogne. Ch. 1855)

 

Èt so l’ timps qu’ tos lès deûs, v’s-èstez so champ, so vôye,

Quî louke à vos èfant? Vosse sièrvante, cisse cânôye.

(ED. remouchamps. Lès deûs vwèsins. 1876)

 

LILLE   Il èst toudi par camp èt par voe.

(vermesse. Voc. du patois lillois. 1861)

 

basse-allemagne. — Immer auf den Beinen sein.

 

536 

vôye

On n’ veût qu’ lu èt lès tchins avâ lès vôyes.

 

litt. On ne voit que lui et les chiens sur les chemins.

Même sens que le précédent.

 

NIVELLES   On n’ vwat qu’ li èt lès tchîn su lès rûwes.

 

537 

vôye

Dj’ a fait à dreûte.

 

litt. J’ai fait route à droite.

Je n’ai ni perdu ni gagné. — Mes gains sont insignifiants.

 

VARIANTE   Dj’ a faît recht weg.

Expression du jeu de quilles.

 

538 

vôye

L’ ci qui sût, l’ dreûte vôye ni s’ twède mây.

 

litt. Celui qui suit le droit chemin ne se tord (ne se perd)

pas.

Celui qui procède avec sincérité, avec loyauté, sans nul artifice, ne craint pas de se fourvoyer.

La ligne droite est le plus court chemin d’un point à un autre. (legendre)

 

Ainsi finihe cisse longue paskèye

Qu’ on deût fé k’nohe tot-avâ l’ vèye,

Po mostrer qu’ lès anti-djureûs

Vont très k’twèrds, pinsant aler dreût.

(Apolodjèye dès priyèsses qu’ ont faît sièrmint. 1793. B. et D. Choix de chansons.)

 

Qwand on va l’ dreûte vôye, nosse dame, on-è-st-awoureûs.

(A. hock. La famille Mathot. 1872)

 

JULYIN

Dji veû bin qu’ rin n’ toûne bin â ci qui n’ sût nin 1′ dreûte vôye.

(DD. salme. Li djèrmale. Sc. 10. 1883)

 

CHARLEROI     TWÈNÈTE

Quand on mwaîsse vout d-aler come eune vîye chavate, eune mèskène qui vwèt ‘ne miète pus lon què 1′ dèbout dè s’ nez dwèt lî parler à s’ barète pou l’ èrmète dins l’ dwète vôye.

(L. BERNUS. L’ malade Sint-Tîbaut. I, sc. 5. 1876)

 

JODOIGNE   L’ cë quë sût l’ dwète vôye, në stwade ni l’ pîd, në s’  pièd’ jamais.

 

539 

vôye

Tote vôye mône à Rome.

 

litt. Tout chemin mène à Rome.

On peut, de diverses  manières, arriver au même but. (LITTRÉ)

Pr. fr. — Tout chemin mène à Rome.

Il fut un temps où ce dicton était littéralement vrai : alors, en effet, tout chemin était une voie militaire partant de la Ville éternelle, et construite par les Romains vainqueurs pour assurer leurs possesslons en pays conquis.

Cité par forir. Dict.

 

Ils s’y prirent tous trois par des routes diverses,

Tous chemins vont à Rome, ainsi nos concurrents

Crurent pouvoir choisir des sentiers différents.

(lafontaine. Fable 27. Livre. XII)

 

MONS  Bon, qwè-ce què ça faît, Zabèle, tous lès k’mins condwitetèt à Rome, qu’ on dit.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1879)

 

Un touriste en excursion à Malchamps, rencontra un vieux paysan et lui demanda quel était ce chemin de la Vequée dont

on ne se servait plus. La réponse du vieil Ardennais est curieuse : « Mon père m’a dit qu’en suivant exactement cette voie, on arrivait à Rome. » La naïve (sic) réponse du paysan est en somme l’expression exacte de la vérité.

(H. schuermans. Spa, les hautes fagnes. 1886 Note transmise par A. BODY)

 

540 

vôye

I tape dès hames è l’ vôye.

 

litt.  Il jette des bancs (des tabourets) dans le chemin.

Il cherche à détourner le fil de la conversatlon. — Il entrave les affaires.

Cité par forir. Dict.

 

S’  is sont vèfs, c’ èst l’ maleûr, s’ is sont djoyeûs, c’ èst l’ djôye.

Is s’ î prindèt d’ manîre à mète on hame è l’ vôye.

(G. delarge. Ine copène conte lès pèketeûs. 1873)

 

VERVIRS Lu R’NÂD

….. Nos-î vairans, çoula va come one sôye,

I gn-a qu’ ci castôr-là, qu’ è-st-on fiér hame è 1′ vôye.

(XHOFFER. Lès bièsses. I, sc. 10. 1888)

 

VERVIERS   batisse

Tu pinses quu lès cinsî èt lès maîsses, c’ èst dès-ames,

Qui sayèt d’vins leû vôye, tofér du mète dès hames.

(RÉMION. Hinri èt Batisse. 1872)

 

JALHAY    MADJÈNE

Avoz-ve co on hame à mète è 1′ vôye ?

I v’ groûle one saqwè è vinte duspôy bin longtimps.                                    (XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 7. 1861)

 

JODOIGNE    I tape dès pîrese avau lès vôyes.

 

541 

vôye

I gn-a bin cint pîds d’ mâle.

 

litt. Il y a bien cent pieds de mauvais chemin.

Il s’en faut de beaucoup; vous êtes loin de la vérité; vous n’avez pas deviné juste.

Pr. fr. — En tout pays, il y a une lieue de méchant chemin, c’est-à-dire : il n’y a point d’afaîre où l’on ne trouve des difficultés. (littré)

 

542 

vôye

I deût l’ vôye à sint Linâ.

 

litt. Il doit le chemin (le pèlerinage) à St-Léonard.

Il l’a échappé belle, il revient de loin.

st-léonard, patron des bouilleurs. Cité par forir. Did.

 

Èle rimèrcia 1′ binamé bon Diu di lî avu sètchî cisse sipène-là foû dè pîd, èt k’fèssa qu’ èle divéve ine vôye à sint Linâ.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

var. JODOIGNE   I dwèt l’ vôye à Montaguë.     

Il a promètë 1′ vôye.

 

543 

vôye

Miner so ‘ne vôye qui n’ a nole pîre.

 

litt. Conduire dans un chemin qui n’a pas de pierres.

Amener quelqu’un à céder, à subir notre loi; prévoir toutes les objectlons.

Pr. fr. — Mener quelqu’un par un chemin où il n’y a point de pierres.

 

mons     

 Ti mènes tout come

Dopuzètemint t’n-ome.

Pa-n-in p’tit k’min qui n’ a nié in cayau.

(J.-B. descamps. Èrcète pou faîre in biau min.nâje. Ch. 18S2.)

 

Atindez ène minute, qu’ èle dit, nous-in-alons vous fwêre passer par ène voyète qui gn-aura pau d’ cayeus.                    (GOSSEU. Lettres picardes. 184S.)

 

544 

route

Éte su l’ route deu Pic-au-Vent. (tournai)

 

litt. Être sur la route de Pic-au-Vent.

Avoir un commencement de folie.

(La route de Pic-au-Vent, chaussée de Douai, conduisait autrefois à l’établissement des aliénés à Froidmont.)

 

545 

kèmin

Aler s’ pètit bonome dè k’min. (tournai)

 

litt. Aller son pÈtit bonhomme de chemin.

Faire ses volontés sans se soucier de ce qui peut en résulter. Mener ses afaîres adroitement et sans éclat. (littré)

 

546 

kèmin

Faîre du k’min d’ poûtrin. (tournai)

 

litt. Faire du chemin de poulin.

Faire des démarches, des courses inutiles.

 

547 

vôye

L’ ci qui d’mande si vôye,  c’ èst qu’ il èst pièrdou.

 

litt.  Celui qui demande son chemin, c’est qu’ il est perdu. Réplique à ceux qui s’imaginent que la questlon qu’ on leur adresse n’est pas sérieuse.

 

548 

tchimin

C’ èst co pu vî qu’ lès tch’mins. (charleroi)

 

litt. C’est encore plus vieux que les chemins.

Fort vieux, très connu. (LITTRÉ)

Pr. fr. — Vieux comme les chemins.

 

CHARLEROI    Arive in vî baudèt qui v’nèt d’ Mont-su-Mârciène. Il èstèt co pu vî qu’ lès tch’mwins.

(L. bernus. Fable)

 

MONS   Ç’ ‘t ène vérité co pus vièye què lès k’mins d’ èl moudrée. (On croit que moudrée signifie meurtre.)                                                           (SIGART. Dict.)

 

NIVELLES  

D’ in costé, c’ è-st-enne bwagne, èt d’ l’ aute, èlle èst bèrlûe,

Sale, vîye, austant qu’ lès tch’mins, pa-drî, pa-d’vant bossûe.

(M. renard. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle. Ch. II, 3e éd. 1890)

 

549 

tchiminêye

CHEMINÉE

D’vant qu’ lès tch’minêyes ni sèyesse so lès teûts.

 

litt. Avant que les cheminées ne soient sur les toits.

Avant le point du jour, de très grand matin. Avant qu’ il ne

fasse assez clair pour distinguer les cheminées sur les toits.

Pr. fr. — Dès que les chats seront chaussés.

(leroux. Dict. comique)

 

Is rèvîntît tot l’ monde, durant ‘ne samin.ne ou deûs,

Divant qui lès tch’minêyes ni fourît so lès teûts.

(THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

SÈRVAÎS

Kimint don, vos v’s-avez sûremint lèvé qui lès tch’minêyes n’ èstîtt nin co so lès teûts, tot l’ câbarèt èst d’djà r’mètou à pont.

(brahy. Li boukèt. II, sc. 2. 1878)

 

VAR. MONS  I s’ lève avant què l’ diâle n’ eûsse mis s’  marone.

(J.-B. descamps. Ch. 1841)

 

var. MONS   Come d’ èfèt, l’ lindemin au matin, Batisse s’ in va apèler Colas quate pieds d’vant l’ joûr.

(LETELLIER. L’ ours’ éyet lès deûs compéres. Fâve. Arm. dé Mont. 1859)

 

var. TOURNAI

Éte en vewa avant queu 1′ diâble a mis sès botes.

 

VAR. LILLE    

Èt qu’ vèyant chîr, tous cès chochons

Ont mis tèrtous leûs bièles capotes,

Avant què 1′ diâle eûche mis sès botes.

(DESROUSSEAUX. Chansons lilloises. 1854)  (…)

 

550

tchimîhe

CHEMISE

C’ è-st-ine bèle putin, èt s’ n ‘a nole tchimîhe.

 

litt. C’est une belle prostituée, mais elle n’a pas de chemise.

Les apparences sont belles, mais la réalité est à peu près nulle.

Les apparences sont trompeuses, souvent un grand étalage cache une profonde misère.

Pr. fr. — Habit de velours, ventre de son.

 

551 

tchimîhe

Pus près tint s’ tchimîhe qui s’ cote.

 

litt. Plus près tient sa chemise que sa jupe.

Les intérêts personnels sont plus forts que les autres. (ACAD.)

Pr. fr. — La peau est plus proche que la chemise.

La chemise me touche de plus près que le manteau.

Le genouil est plus proche que la jambe.

(Père JEAN-MARIE. Le divertissement des sages. 1668)

 

Ma chair est plus près que ma chemise.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Plus près m’est char que m’est chemise.

(Chron. de Godefroid de Paris. XIIIe siècle)

Près est ma cosle, plus près est ma chemise.

(Prou, gallic. 1819)

Tunica proprior pallio est. (plaute)

 

VARIANTE    Li tch’mîhe atint pus qui l’ cote.

 

NAMUR    Pus près va s’ tchimîje qui s’ cote.

 

MONS    Pus près va s’ kèmîse què s’ cote.

 

VERVIERS  Près m’ cotraî, co pus près panaî.

 

MALMEDY

Près èst m’ cotraî,

Èco pus près m’ panaî.

 

JODOIGNE    Lë pia èst pë près parint quë 1′ tchëmîje.

 

PICARDIE   S’ kèmîse èst pus près qu’ sin gartin.

(GOBLET. Gloss.)

 

552 

cachî

CHERCHER

Cache après, c’ èst su l’ Flénu. (mons)

 

litt. Cherche après, c’est dans le Flénu.

Ce proverbe (calembour) se dit habituellement aux personnes qui ont perdu quelque chose et qui disent : je cache âpre* (je cherche après).

Cache-après est le nom d’une houillère du Flénu (Hainaut).

 

mons   Tant ç’ qu’ a lès-autes corobolarateûrs dé l’ Ârmonak, dj’ vos l’s-abandone; si vos volez savwar leû nom, adrèssez-vous à Cache-après.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1886)

 

553 

tchivâ

CHEVAL

On tch’vâ d’ mèye cârlus’ si pout trèbouhî.

 

litt. Un cheval de mille florins peut se trébucher.

Il n’est point d’homme si sage, si habile, qui ne fasse quel­quefois des fautes, qui ne se trompe quelquefois. (ACAD.)

Pr. fr. — Il n’est si bon cheval qui ne bronche.

Il n’est si bon cheval

Qui ne Mète son pied mal.

Il n’y a si bon cheval qui ne devienne rosse.

(OUDIN. Curiositez françaises,  1640)

Non est tam bonus qui non cespitÈt equus.

(LEJEUNE. Proverbia familiaria. 1741)

 

NAMUR   I gn-a pont d’ si bon tchvau qui n’ brontche.

 

MONS  L’ mèyeû kévau peût choper.

 

MONS  Maîs surtout dj’ vos-in prîye, n’ alez nié faîre lès maus pus grand qu’ is sont, d’ ayeûr, vos savez bé què  l’ mèyeûr kèvau peût choper, n’ é pas.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1860)

 

554 

 

In bon ronchin pète in pichant. (MONS)

 

litt. Un bon étalon pette en pissant.

On peut faire deux choses à la fois.

(SIGART. Dict. 1870)

 

555 

tchivâ

Brider si tch’vâ po l’ quowe.

 

litt. Brider son cheval par la queue.

S’y prendre maladroitement et à contre sens dans une affaire. (ACAD.)

Pr. fr. — Brider son cheval par la queue. Ecorcher l’an­guille par la queue.

Cité par forir. Dict.

 

Maîs pus èstourdi qu’ dès bikèts,

Po l’ quowe, is bridèt leû bidèt.

(J.-J. hanson. Lès lusiâdes è vêrs lîdjwès. Ch. III. 1783)

 

VARIANTE     

Achèvans nos rapsodiums,

Dji so on maîse aliborum;

Dj’a ciète bridé li tch’vâ po l’ cou,

Dji so avâ lès fagnes pièrdou.

(Paskèye faîte à l’ ocâsion dè jubilé d’ dom Bèrnârd Godin, abé. 1764)

 

I vola fé trop l’ ètindou

Èt i firit mâ s’ compte,

C’ èsteût brider si tch’vâ po l’ cou

Èt vola come on s’ trompe.

(Jubilé du père Janvier. 1787)

 

CONDROZ

Si 1′ sogne d’ on tchin qui hawe

A spaweté leû roncin,

I v’s-èl bridèt po 1′ quawe.

I n’ prind pus 1′ mwèrs âs dints.

(DAMOISEAUX. Li vèye di Crake-si-fwért. 1871)

 

var. MARCHE   Ci n’ èst nin po 1′ drî qu’ on bride on-âne.

 

STAVELOT     I n’ faut nin èbrider lu g’vau po l’ cou.

 

NAMUR    On bride cor assez sovint l’ baudèt pa l’ queuwe.

 

NIVELLES     Brider l’ tchèvau pa l’ queûe.

 

JODOIGNE   Cë n’ èst ni pa li d’drî qu’ on brëde së baudèt.

 

basse-allemagne. — Die Kuh beim Schwanze anfassen.

 

556

tchivâ

Il a stu à tch’vâ so s’ maîsse.

 

litt. Il a été à cheval sur son maître.

Se dit d’un mari dont la femme porte les culottes et par

extenslon de tout individu qui croit être le maître d’une chose Èt qui ne l’est pas.

 

var. TOURNAI   I peut bin écrîre à sint Jorje, i èst monté su l’  diâble.

 

557 

tchivâ

Monter so sès grands tch’vâs.

 

litt. Monter sur ses grands chevaux.

Prendre les choses avec hauteur, montrer de la fierté, de la sévérité dans ses paroles; élever sa voix et son geste avec chaleur et audace. (a.cad.)

Pr. fr. — Monter sur ses grands chevaux. — Monter sur ses ergots.

 

HIGNÂR

Avon ciste aîr doûmiesse,

I monte so sès grands tch’vâs,

Ôlà, vos v’ frez dè mâ ! Vos-èstez trop hâbièsse.

(DE harlez. Lès-hipocondes. I, sc. 3. 1788)

 

L’ mayeûr montant su sès grands tch’vâs, lî d’manda s’ i loukîve li coûr po ine tchaîve di pivion dès Lolas.

(G. magnée. Li houlote. 1871)

 

MARCHE    

Vo-te-là su tès hôts tch’vaus, to gueûles,

Pac qui dj’ lès prind po dès-aveûles.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

basse-allemagne. — Sich aufs hohe Pferd setzen.

 

558  

tchivâ

Dj’ in.me î cori après mi tch’vâ qui dè l’ ridrèssî.

 

litt. J’aime mieux courir après mon cheval que de le relever. Un excès de vigueur vaut mieux qu’une faiblesse incurable.

 

VARIANTE     I vât mî cori après si tch’vâ qui dè l’ rilèver.

 

559       

kèvau

Ès’ n’ èst gnié dèvant leu k’vau,

Qu’ i faut aprèster 1′ gouriau.  (MONS)

 

litt.   Ce n’est pas devant le cheval,

Qu’ il faut préparer le collier.

Pour réussir il faut de l’adresse, de la dissimulation.

(SlGART. Dict. du wallon de Mans. 1870)

 

var. ST-HUBERT  I n’ faut nin acheter l’ brite duvant lu tch’vau.

 

560  

tchivâ

Si li tch’vâ d’ bwès d’ awous’ èsteût cial,  i v’ pitereût.

 

litt. Si le cheval de bois d’août était ici, il vous donnerait des coups de pied.

Se dit quand quelqu’un avance un mensonge avéré.

 

TATÈNE  Si li tch’vâ d’ bwès d’ awous’ èsteût cial, i v’ pitereût.

CRÈSPIN Dj’ a todi oyou dîre qui 1′ vî bwès prind vite feû.

(REMOUCHAMPS. Li savetî. I, Sc. 5. 1858)

 

VAR. HUY  

 Si li tch’vâ d’ bwès d’ Nameur vis-oyéve, i v’ mougnereût.

 

var. JODOIGNE   Së t’ vas dîre au tch’vau d’ bwès d’ Nameur, i t’ donrot on p d’ pîd.

 

VAR. NIVELLES   Alez raconter ça aus tch’vaus d’ bos dè l’ roudje broke, vos n’ ârez pou d’ ruwâde.

 

561

tchivâ

Lès tch’vâs â vért èt l’ trôye âs glands.

 

litt. Les chevaux au vert et la truie aux glands.

Chacun à sa place.

 

JODOIGNE   Chacun à s’ place, lë tch’vau è stauve, lë trôye è ran.

 

562 

tchivâ

Li pére dès bons tch’vâs n’ èst nin co mwèrt.

 

litt.  Le père des bons chevaux n’est pas encore mort.

Se dit pour déprécier un objet dont on a envie, pour insinuer qu’ on peut trouver encore une chose semblable, même meilleure.

 

563 

tchivau

À tch’vau doné, on n’ riwaîte nin lès dints.  (namur)

 

litt. A cheval donné, on ne regarde pas les dents.

On doit accepter sans examen les cadeaux que l’on vous fait. — Un don est toujours bien venu. (LITTRÉ)

 

JODOIGNE    On tch’vau qu’ on t’ done në compte nin sès dints.

 

564 

tchivâ

C’ èst 1′ pus baî tch’vâ foû d’ mi stâ.

 

litt. C’est le plus beau cheval (pris) hors de mon écurie.

Se dit ordinairement en jouant aux cartes pour montrer le regrÈt qu’ on éprouve de se défaire d’une belle carte.

 

565 

tchivâ

Li sporon faît li tch’vâ.

 

litt. L’éperon fait le cheval.

Un peu de sévérité est utile pour donner une bonne éducatlon.

(remacle. Dict.)

Il faut de la fermeté dans les affaires difficiles. (littré)

Pr. fr. — A méchant cheval bon éperon.

Tout cheval a besoin d’esperon.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

JODOIGNE  C’ èst nin lë sporon qu’ faît lë tch’vau.

 

566 

tchivâ

Miner li tch’vâ à l’ aîwe po 1′ bride.

 

litt. Conduire le cheval à l’eau par la bride.

Faire facilement les affaires. — Venir aisément à bout des personnes ignorantes.

 

VARIANTE   Miner à l’ aîwe po l’ bètch.

 

567 

tchivâ

Èsse come on tch’vâ d’ gosson.

 

litt. Être comme un cheval de blatier.

Être maigre, faible, minable.

 

I va mostrer pa sès-acsions

Qu’ i n’ rissonle nin â tch’vâ d’ gosson.

(J. dejardin. Chanson. 1844)

 

Ossi hink qui dès tch’vâs d’ gosson,

Èle divenèt ronde come dès possons

À Spâ.

(G. delarge. Lès-aîwes di Spâ. Crâmignon. 1873)

 

568 

tchivâ

Quî a stu bon moraî, èst bon grison.

 

litt. Qui a été bon noiraud, est bon grison.

Celui qui n’a pas fait d’excès, doit avoir une verte vieillesse.

 

VERVIERS   Bon moraî, bon grisaî.

 

569 

tchivâ

Quî s’ wâde poûtrin, si r’troûve roncin.

 

litt. Celui qui se garde poulain, se retrouve étalon.

Celui qui a combattu avec succès la première effervescence de sa jeunesse, prolonge sa virilité.

 

2e MASKÉ

On proverbe qui j’ ô dire sovint,

Qui m’ ripasse cial es l’ liesse,

Dit qui li tch’vâ qui s’ wâde polin,

Si [”trouve divin s’ vyesse.

(delchef. Lès deûs nèveûs. II, sc. lre. 1859)

 

VARIANTE   Quî s’ wâde polin, si r’troûve chivà.

 

VERVIERS    

Quî djon.ne si donne bonne govienne,

Moûrt vî, co foirt comme one vienne.

(J.-S. RENIER. Spots rimés. 1871)

 

570 

keuvieau (picard)

Tempe keuvieau, tempe careogne. (tournai)

 

litt. De bonne heure cheval, de bonne heure charogne.

Qui commence la vie de bonne  heure a une vieillesse précoce.

 

ROUCHI  Tempe keuvau, tempe carone.

(Celui qui mésuse de sa jeunesse, devient faible et infirme de bonne heure.)

(HÉCART. Dict.)

 

571 

tchivau

Monter 1′ blanc tch’vau. (verviers)

 

litt. Monter le cheval blanc.

Faire banqueroute.

Monter sur l’asne.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

VERVIERS   

Lès carosses ont faît dès grands maus,

Is ont faît troter lu blanc tch’vau.

(Paskèye. 1780. Recueil BODY )

 

SPA       

Si l’ Dâfin a on rond dos,

Si grand-pére n’ a nin monté 1′ blanc tch’vau.

(Chanson patriotique. 1786. Recueil body)

 

VERVIERS    

Lu ci qu’ a quékès ritchèsses,

A l’ vole s’ i vout pèter haut,

Taper lès-ouhe po les fini esse,

Trop vite, i monte lu blanc tch’vau.

(M. pire. Sint Pîre so l’ bon Diè. Chanson. 1884)

 

572 

tchivau

C’ èst si grand tch’vau d’ bataye. (namur)

 

litt. C’est son grand cheval de bataille.

C’est l’argument dont il s’appuie, l’idée à laquelle il est attaché. (LITTRE)

Pr. fr. — C’est son grand cheval de bataille.

 

NAMUR   

Dj’ a rovyî one saqwè, i faut qui dj’ vos-è cause,

Ca c’ èst là l’ grande afaîre, li vraî trau dins l’ èplausse.

Li pus grand tch’vau d’ bataye di nos pus grands savants.

(DEMANET, Oppidum atuaticorum. 1843 — Annales de la Société arch. de Namur. Tome II)

 

573 

tchivâ

Fé come les mâvas tch’vâs.

 

litt. Faire comme les mauvais chevaux.

Hocher la tête sans parler.

 

574 

tchivau

C’ èst lë tch’vau qui mëne l’ atèléye qu’ atrape lès côps dë scorîye.                                (jodoigne)

 

litt. C’est le cheval qui conduit l’attelage qui attrape les coups de fouÈt.

C’est la personne qui est placée à la tête d’une affaire qui est la plus exposée à en subir les désagréments.

 

575

tchivè

CHEVEU

Il a on tch’vè so l’ lèpe.

 

litt. Il a un cheveu sur la lèvre.

Il est légèrement ivre. — Il a le parler difficile.

 

VARIANTE    Il a on ch’vÈt so r lînwe.

 

VARIANTE      fifine

Ci n’ sèreût qu’ on d’mèye mâ d’ passer vos sîses èrî d’ mi, maîs 1′ pus sovint qwand vos rivenez, vos-avez on gros poyèdje so l’ linwe.

(WILLEM et bauwens. Li galant da Fifine. Sc. lre. 1882)

 

576 

tchivè

Si lèyî sètchî par on tch’vè.

 

litt. Se laisser tirer par un cheveu.

Faire semblant de résister.

Un cheveu de ce qu’on aime,

Tire plus que quatre bœufs.

(Vieille chanson française.  XVIIe siècle)

 

Vis d’bâtchî ! ci sèreût, l’ diâle m’ èpwète, mâlâhèye !

Tot v’ sètchant po treûs tch’vès, on contintereût si-îdèye.

(THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

Dji les k’nohe : is sont tos parèys :

On lès ratinreût par on tch’vè.

(ALCIDE PRYOR. Police èt cabarèt. 1861)

 

577 

tchivè

Li ci qui n’ a qu’ treûs lès-a vite pingnî.

 

litt. Celui qui n’a que trois cheveux les a vite peignés.

Celui qui a peu de choses à faire est vite au bout de sa tâche. Cité par forir. Dict.

 

578

tchivè

Avu lès tch’vès près dè l’ tièsse.

 

litt. Avoir les cheveux près de la tête.

Se dit d’un homme prompt, colère, qui se fâche aisément.

(ACAD.)

Pr. fr. — Il a la tête près du bonnet.

 

Èt de plus que Junon la folle

Dont la tête est près du bonnet.    (SCARRON)

 

variantes    Avu l’ tièsse près dè bonèt.

Avu l’ tièsse près dès tch’vès.

Cité par forir. Dict.

 

Li feume di l’ avouwé, qu’ a lès tch’vès près dè l’ tièsse,

Rèsponda, sins bâbî, qu’èle ni donereût nin ‘ne vèsse.

(remacle. Conte. 1859)

 

fifine

Awè maîs, n’ èst-ce nin si riskant l’ djeû qui vos m’ volez fé djower ?

C’ èst qui mi-ome à l’ tièsse près dès tch’vès, èt l’ afaîre pôreût mâ toûrner.

(willem et bauwens. Li galant da Fifine. Sc. 4. 1882)

 

MARCHE    Â ! T’ as lès tch’veûs trop près dè l’ tièsse.

 

VAR. GIVET

Maîs d’ î consinti, dji n’ pou mau

Ca dj’ aî l’ tièsse près dou bonèt,

Èt come dji m’ conè.

Nos n’ pôrins nin d’mèrè longtimps achone.

(SOHET. Li guèrnouye qui s’ vut fé ossi grosse qu’ in boû, Fauve. 1855)

 

579

tchivè

Finde on tch’vè è qwate.

 

litt. Fendre un cheveu en quatre.

Faire des distinctlons, des divislons subtiles. (ACAD.)  — Pousser le ménage jusqu’à l’avarice.

(LEROUX. Dict. com. 1752)

Pr. fr. — Fendre un cheveu en quatre.

 

È-st-i tchin ? i touwereût on piou po ‘nn’ avu l’ paî,

Èt i findreût on tch’vè è qwate po 1′ ralongui.

(REMACLE. Dict.)

 

580

chèveû

(picard)

I faut prinde in ch’veû à vo bouche. (MONS)

 

litt. Il faut prendre un cheveu dans votre bouche.

Il faut prendre patience. Ne s’adresse qu’aux gens qui ont faim Èt qui doivent attendre.

 

VARIANTE     Suci s’ pôce.

Sucer son pouce.

On dit encore à Mons : I faut chucher eune feuye.

Il faut sucer une feuille.

 

MONS  Su ç’ timps-là, lès-ouvriers d’ Mont chucheront ‘ne feuye.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1853)

 

I chuchwat ‘ne feuye au lieû d’ rafourer s’ panse.

(J.-B. DESCAMPS. Vîve lès djins ritches. Ch. 1850)

 

var. MARCHE     baquatro.

Èt d’vins tot, mwin.nadjèz 1′ dôse,

Pus taurd, on-z-a co seû,

I gn-a qui sucèt leû pôce

Qwand on-z-a compté tot seû.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. II, sc. 15. 1858)

 

var. NAMUR 

C’ èst cor on côp l’ novèle anéye,

Èst-ce qui jamaîs, ça n’ finirè,

Tèterans-ne nosse pôce tote li djoûrnéye,.

N’ aurans-ne jamaîs rin dins 1′ gossèt?

(WÉROTTE. Lès-alumeûs d’ lampe. Ch. 1867)

 

var. jodoigne  Froter sès lèpes. — Tèter s’ pôce.

 

TOURNAI    Sucher s’ poûce.

 

581 

tchivè

Ni t’ni qu’ à on tch’vè.

 

litt. Ne tenir qu’à un cheveu.

Il ne s’en faut plus que de très peu. (littré)

Fig. Il ne s’en faut pas de l’épaisseur d’un cheveu.

 

LOUWÎSE

Après lîavu d’né l’ intrêye dispôy in-an,

Qu’ i n’ tint pus qu’ à on tch’vè, vraîmint qu’ on n’ si marèye,

I troûve qu’ i vâreut mî in-ôte qu’ avasse quékes mèyes.

(ED. REMOUCHAMPS. Lès-amoûrs da Djèra. I, sc. 9. 1875.

 

JODOIGNE   Ça n’ a t’në qu’ à on tch’via.

 

582 

tchivè

Asteûre, vos polez loyî  vos tch’vès èt passer l’ aîwe.

 

LITT. A présent vous pouvez lier vos cheveux et passer l’eau. Vous devez considérer cette affaire comme terminée.

 

583 

tchivèye

CHEVILLE

On faît lès tch’vèyes d’ après l’ trau.

 

litt. On fait les chevilles selon le trou.

Chaque chose doit être faite convenablement, selon l’usage qu’ on doit en faire.

 

584 

gade

CHÈVRE

Ni lèyîz nin aler l’ gade à l’ hâye. (MARCHE)

 

 litt.  Ne laissez pas aller la chèvre à la haie.

Il faut empêcher de faire une chose nuisible.

 

jodoigne  I n’ faut jamaîs lèyi aler l’ gade à l’ hâye.

 

585 

gade

Bâhî 1′ gade inte lès cwènes.

 

litt. Baiser la chèvre entre les cornes.

Faire une chose désagréable.

 

A l’ fin dès fins, noste ome si lèya à dîre si bin, qu’ i s’ résoûda à bâhî l’ gade inte lès cwènes.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

BABÈTE

… Qué visèdje, sinte Bablène,

Alez, vos bâherîz bin ine gade inte lès deûs cwènes.

(ed. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèra. I, sc. 17. 1878)

 

MARCHE    

Dji saurè bintot rabrèssè

L’ pwè di nosse gade, inte lès deûs cwènes.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

586

gade

Sposer l’ gade èt l’ bikèt.

 

litt.  Épouser la chèvre et le chevreau.

Se dit d’un homme qui a épousé une fille grosse d’un enfant dont il n’est pas le père. (ACAD.)

Pr. fr. — Il a pris la vache et le veau.

 

JODOIGNE    Marier l’ vatche èt l’ via.

 

587

gade

Wice qui 1′ gade èst loyèye, i fât qu’ èle waîdèye.

 

litt. Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute.

On doit se résoudre à vivre dans l’état où l’on se trouve engagé, dans le lieu où l’on est établi. (ACAD.)

 

NAMUR  Où-ce qui l’ gade èst loyèye, i faut qu’ èle brostêye.

 

Pr. fr. — Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute.

Là ou la chèvre est liée, il faut bien qu’elle y broute.

(molière. Le médecin malgré lui. III, sc. 3)

Cité par forir. Dict.

 

JODOIGNE    Où-ce quë l’ gade èst aloyîye, faut qu’ èle pache.

 

588 

gade

Après vos, c’ èst lès èt après lès gades, c’ èst co vos.  (JODOIGNE)

 

litt. Après vous ce sont les chèvres et après les chèvres,

c’est encore vous.

Se chante au nez de quelqu’un qui fait de trop beaux projets.

 

589 

tchin

CHIEN

Inte tchin èt leûp.

 

litt. Entre chien et loup.

Le moment de crépuscule où l’on ne fait qu’entrevoir les objets sans pouvoir les distinguer. (ACAD.)

Cf. quitard. Dict., p. 227.

 

590 

tchin

Lès tchins sont todi tchèrdjî d’ pouces.

 

litt. Les chiens sont toujours chargés de puces.

Il faut fuir la mauvaise compagnie.

Qui hante chien, puce remporte.

 

Maîs come dès pouces so on tchin,

On ‘nnè vèyéve tot neûr,

Prèt’s à dire, c’ èst peûre vérité, Moncheû Nicaîse, à vosse santé.

(N. DEFRECHEUX. Nicaîse li fwért. Conte. 1870)

 

MARCHE    Lès tchins sont todi tchèrdjès d’ pouces.

 

591 

tchin

Èsse li tchin à grand golé.

 

litt. Être le chien au grand collier.

Se dit d’un homme qui a le principal crédit dans une com­pagnie,dans une maison.(ACAD.) — Le plus apparenté. (OUDIN)

Pr. fr. — C’est un chien au grand collier. — C’est un des grands colliers de la compagnie.

De ces auteurs au grand collier,

Qui pensent aller à la gloire

Et ne vont que chez l’épicier.     (SCARRON)

 

Tos cès docteûrs âs grands golés

Èt tos l’s-ôtes qui l’ ont aprouvé,

Lî front, ma fwè, fwèrt bin vèyî

Qui d’vins tot çou qui nos-a dit,

I n’ si troûve qui tote  minterêye.

(Rèsponse à l’ paskéye dès-aîwes di Tongue. 1730)

Cité par forir. Dict.

 

592 

tchin

Lès neûrs tchins corèt ossi vite qui lès blancs.

 

litt. Les chiens noirs courent aussi vite que les blancs.

L’un vaut l’autre. —  Excuse dont se  servent les gens

malpropres.

 

MARCHE

Va, les neûrs tchins, avau lès tchamps,

Corèt ossi vite qui lès blancs.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

MONS  In nwâr kié keurt t’t-aussi rade qu’ in blanc.

 

593 

tchin

S’ acomôder come tchin èt tchèt.

 

litt.  S’entendre comme chien et chat.

Ne pouvoir s’accorder, ne savoir vivre ensemble. (ACAD.)

Pr. fr. — Ils s’accordent, ils vivent comme chien et chat.

Cité par forir. Dict.

 

VARIANTE   Is s’ in.mèt come tchin èt tchèt.

 

NAMUR    Is s’ in.menut come tchin èt tchèt.

 

MONS  

C’ èst co pîre què cat èt kié.

 

Èt hay, vocial rivenou so 1′ côp tos lès vwèsins,

Ci-cial so on vî compte, ci-là po ‘ne aute tchîtchêye,

Lès treûs frés s’ ètindît adon come tchèt èt tchin;

Onk vout qu’ on qwîre si dreût, lès-ôtes qu’ on s’ acwèrdêye.

(BAILLEUX. Li vî ome èt sès-èfants. Fâve. 1852)

 

STIÈNE

Mi fèye, qwand èlle èst d’ mâle houmeûr, c’ èst todi lu qu’ ènnè pâtihe, di manîre qu’ is n’ s’ ètindèt nin pus qui tchin èt tchèt.

(BRAHY. Fâte dè pârler. Sc. 2. 1879)

 

MARCHE   Poqwè s’ hayî come chin èt tchèt ?

 

NAMUR  

On vos-assome di politike,

On s’ blankit avou dès hotchèts,

I gn-a deûs pârtis dins 1′ Bèljike

Qui s’ ètindenut come tchin èt tchèt.

(WÉHOTTE. Choix de chansons wallonnes. 1860. 3e éd.)

 

var. NAMUR    C’ èst 1′ tchèt qui s’ daure su l’ tchin.

 

NIVELLES     S’ intinde come tchîn èt tchat.

 

MONS  Quand on raconte dé deûs-individus qui s’ intindetét  come cat èt kié,  qui sont d’ acôrd come cat èt kié, ç’ n’ èst nié bon signe, ça veut dîre què lès cartes sont souvint brouyées.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1863)

 

TOURNAI     S’ intinde come tyin èt cat.

 

basse-allemagne. — Sich miteinander wie Hund und Katze vertragen.

 

594 

tchin

I gn-a rin d’ parèy qu’ on laîd tchin po bin hawer.

 

litt. Il n’y a rien de tel qu’un laid chien pour bien aboyer.

Les personnes disgraciées de la nature ont souvent le ton sarcastique, la réplique mordante. (Cela doit être; c’est le résultat des railleries injustes dont elles sont souvent l’objet.)

Cité par forir, Dict.

 

595

kié

(picard)

C’ èst si bon qu’ in kié n’ in barwat gnié à s’ mére. (MONS)

 

litt. Cela est si bon qu’un chien n’en donnerait pas à sa mère.

C’est excessivement mauvais, c’est une chose dont on ne peut absolument rien faire.   (SIGART. Dict. 1870)

 

596

tchin

Vos-èstez dè payis wice qui lès tchins hawèt po d’zos 1′ quowe.

 

litt. Vous êtes du pays où les chiens aboient par dessous la queue.

Se dit à celui qui débite une mauvaise plaisanterie ou qui raconte une chose incroyable.

 

VARIANTE   

A tos cès-là, dji dîrè ‘ne vraîye

C’ èst qu’ is n’ ont co jamây vèyou

Li baî payis dè 1′ tchâr prèssêye

Wice qui lès tchins hawèt po 1′ cou.

(H. olivier. Ine vraîye. 1890)

 

VERVIERS    

I ohe bin fé creûre à totes lès djins,

Qu’  lès tchins hawèt po lès quawes,

Qu’  lès tchèts volèt come dès balawe.

(Le vol du chat de Verviers. Chant burlesque. XVIIe siècle)

 

597 

tchin

Èsse deûs tchins so ‘n-ohaî.

 

litt. Être deûs chiens sur un os.

Se dit de deûs personnes qui sont en débat pour emporter une même chose; qui poursuivent la même chose. (ACAD.)

Pr. fr. — Ce sont deûs chiens après un os. Deûs loups après une brebis.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

A un os deux chiens fallos.

(Prov. de Bonnelles. 1531)

Cité par forir. Dict.

 

Is n’ fèt d’ l’ arèdje,

Li neûr visèdje.

Lès fâs napaîs,

Qui treûs tchins so ‘n-ohaî.

(thiry. Li Pèron. Chanson. 1889)

 

L’ÉTUDIANT.

Eune, ci n’ èst rin, di-st-on, èt deûs c’ è-st-on hopaî,

Maîs treûs feumes èt 1′ police, c’ èst qwate tchins so ‘n-ohaî.

(G. delarge. On toûr di boterèsse. 1874)

 

provence

Dispute coumo dous gousses per un os,

Se disputer comme deux chiens pour un os.

(Comparaisons pop. provençales. Revue des langues romanes. 1881)

 

598 

tchin

Po rén lès tchéns vont à maule. (jodoigne)

 

litt. Pour rien les chiens reçoivent le mâle.

Réponse que l’on fait à une personne qui vous demande de faire quelque chose pour rien. — Je ne fais rien pour rien.

 

599 

tchin

On dîreût qu’ i n’ sâreut d’copler deûs tchins.

 

litt.  On croirait qu’ il ne peut découpler deûs chiens.

Se dit d’un homme qui paraît simple et qui ne l’est pas.(ACAD.)

Pr. fr. — On dirait qu’ il ne sait pas l’eau troubler.

 

VARIANTE   I n’ sâreut d’quower deûs tchins.

 

MONSIEÛ DUJARDIN

C’ èst po rîre, sûremint, ca c’ è-st-on djon.ne moncheû à la môde; l’ an.nêye passêye, i n’ âreut nin polou d’copler deûs tchins, dji n’ è r’vin nin.

(BRAHY. Li boukèt. II, sc. 10. 1878)

 

var. MARCHE    

L’ sôrt mèt’ sovint tot inte lès pates

Di quî n’ sét discoplè deûs gades.

(ALEXANDRE.P’tit corti. 1860)

 

600 

tchin

Tchin qui hawe ni hagne nin.

 

litt. Chien qui aboie ne mord pas.

Les gens qui font le plus de bruit ne sont pas toujours les plus à craindre. (ACAD.)

Pr. fr. — Chien qui aboie ne mord pas.

Chacun chien qui aboyé ne mort pas.

(Anciens prov. XIIIe siècle.)

Canes latrantes minus mordent.

(LEJEUNE. Proverbia familiaria. 1741)

 

variantes   Tos lès tchins qui hawèt ni hagnèt nin.

(REMACLE. Dict.)

 

Li pus mètchant tchin n’ èst nin l’ ci qui hawe li pus.

Grand haweû, p’tit hagneû.                                 

 (forir. Dict.)

 

VERVIERS     Lu G’VAU

Po djudjî du quék’ok, on l’ deût vèye à l’ ovrèdje,

Lu ci qui hawe lu pus a sovint 1′ mons d’ corèdje.

(XHOFFER. Lès bièsses. IL, sc. 6. 1888)

 

MARCHE   Lès tchins qui hawèt n’ hagnèt nin.

 

MARCHE  

On tchin qu’ èst mwaîs, i hagne è s’ quawe,

N’ oyez nin peû do ci qui hawe.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

basse-allemagne. — Die bellenden Hunde beissen nicht.

 

601 

tchin

I braît comme li tchin d’vant d’ avu l’ côp.

 

litt. Il crie comme le chien avant d’avoir reçu le coup.

Il a peur sans sujet ou il se plaint avant de sentir le mal.

(ACAD.)

Pr. fr. — Il ressemble aux anguilles de Melun, il crie avant qu’ on Pécorche. (V. quitard. Dict., p. 62.)

Vous ressemblez le chien qui crie,

Ainz que la pierre soit cheue.

(R«man du renard. XIIIe siècle.)

 

Loukîz-î donc Biètemé, pus vite trop’ qui trop pau.

I vât mî chal dè braîre divant d’ avu r’çu 1′ côp.

(thiry. Ine copène so l’ manèdje. 1858)

 

bazin.

À l’ vûde, c’ èst s’ fé dès mâs d’ tièsse,

Qwand on rèflèchih on pau,

Lès djalos fèt come lès bièsses

Qui brèyèt d’vant d’ avu 1′ côp.

(DEMOULIN. On pèhon d’ avri. Sc. 3. 1865)

 

MARCHE   Lès tchins gueûlèt todi d’vant 1′ côp.

 

NIVELLES   Il è-st-arivé come èl tchîn, i crîye d’vant 1′ coûp.

 

602 

tchin

Tronler come on tchin qui tchêye.

 

litt.  Trembler comme un chien qui chie.

Éprouver un tremblement nerveux, soit de crainte, soit de froid.

Cité par forir. Dict.

 

I tronléve come on tchin qui tchêye

 seû brut di s’ grande rinomêye.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. I. 1780)

 

MARCHE     Tron.ner comme on tchin qui tchît.

 

var. NAMUR    I tron.ne di frèd, come on p’tit tchin.

 

NIVELLES     Trianer comme in chî qui chie des loque.

 

603 

tchin

Tchin faît tchin.

 

litt. Chien fait chien.

Il faut avoir des égards, envers ses semblables, ses confrères, ses collègues.

 

604

tchin

I va tout suketer, come lès tchîns.   (nivelles)

 

litt. Il va tout flairer, comme les chiens.

Il faut qu’ il se mêle de tout, il veut tout voir et tout entendre.

 

MONS    I faît come lès kiés, i nake su tout.

 

TOURNAI     I fèt come tès tyins, i nake sur tout.

 

605

tchin

Tchin arèdjî hagne tot costé.

 

litt. Chien enragé mord partout.

Ceux dont les passlons sont excitées, ne sont pas difficiles dans leurs choix. — Tous les moyens sont bons pour réussir quand on veut opiniâtrement (en mauvaise part).

 

606 

tchin

Bate li tchin d’vant l’ liyon.

 

litt. Battre le chien devant le lion.

Faire une réprimande à quelqu’un devant une personne plus considérable, afin qu’elle se l’applique. (ACAD.)

Pr. fr. — Battre le chien devant le llon.

Pour douter, bat-on le chien devant le lyon.

(Anc. prov. XIIIe siècle )

Battre le chien devant le loup.

(Père JEAN-MARIE. Le divertissement des sages. 1668)

Cité par forir. Dict.

 

BOUHON  Dj’ a îdèye qui Prospêr, voste ancyin galant, vis rôle co è l’ tièsse.

titine (à part) I bat’ li tchin d’vant l’ liyon… Qué Djudas!

(demoulin. On pèhon d’ avri. Sc. 2. 1865)

 

DJASPÂR

Ni vèyez-ve nin bin qu’ i bat’ li tchin d’vant l’ liyon?

(DD. salme. Lès rabrouhes. Sc. 4. 1882)

 

MARCHE     

L’ci qui crint l’ trimâr ou l’ bordon

K’mince à bate li tchin d’vant l’ liyon.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

var. MARCHE    Ti vôrès bate li tchin d’vant l’ leûp.

 

607 

tchin

I fât hoûler avou lès leûps èt hawer avou lès tchins.

 

litt.  Il faut hurler avec les loups et aboyer avec les chiens.

Il faut s’accommoder aux manières, aux mœurs, aux opinions de ceux avec qui l’on vit, ou avec qui l’on se trouve, quoiqu’on ne les approuve pas entièrement. (ACAD.)

Pr. fr. — Il faut hurler avec les loups.

On apprend à hurler, dit l’autre, avec les loups.

(RACINE. Les plaideurs. I, sc. lrc)

Cum lupis ulula, cum qui bus esse cupis.

(LEJEUNE. Proverbia familiaria. 1741)

 

Èt Monsigneûr Hinri treûsin.me

À sès costés qui féve co l’ min.me.

Qwèqu’ i n’ seûye nin portant hargneûs

Mais i hoûléve avou lès leûps.

(J.-J. HANSON. Li Hinriâde travèstèye. Ch. II. 1780)

 

DUBWÈS

Maîs, nèni, v’s-èstez bon po djower tos fâs djeûs,

Hawer avou lès tchins, hoûler avou lès leûps.

(delchef. Lès deûs nèveûs. III, sc. 2. 1859) (…)

 

basse-allemagne. — Mit den Wölfen muss man heulen.

 

608

tchin

Potche so m’ tchin, qu’ in-ôte n’ î vasse.

 

litt. Saute sur mon chien, avant qu’un autre n’y aille.

Il faut profiter du moment, de l’occaslon.

Pr. fr. Le temps perdu ne se répare point.

….. Fugil irreparabile tempus.

Ct phèdre. L. V. fab. 8.

 

VARIANTE   Habèye so m’ tchin, qu’ il âye dès djon.nes.

Vite sur mon chien, qu’il ait des jeunes.

 

609

tchin

D’vins lès-ârmâs dès tchins, on n’ troûve nin sovint dès crosses.

 

litt. Dans les armoires des chiens on ne trouve pas souvent des croûtes.

Celui qui consomme beaucoup ne peut pas souvent fournir grand’ chose. — Se dit aussi d’un bon chasseur qui fait faire mauvaise chasse à ses invités.

 

610

tchin

Tot ç’ quë vét au cu sins bouter, toûne sovint à tchî.                                                                  (JODOIGNE)

 

litt. Tout ce qui vient au cul sans pousser, tourne souvent

à chien.

Ce qui vient sans l’avoir gagné par le travail, tourne souvent mal.

 

611 

tchin

Fé on mèstî d’ tchin.

 

litt. Faire un métier de chien.

Faire souvent une chose désagréable, fatigante.

 

BAUJAN

Dji n’ comprind nin qui vout scrîre â gouvèrnumint,

S’ casser l’ tièsse èt lès brès’ à fé on mèstî d’ tchin.

(A. DELCHEF. Pus vî, pus sot. Sc. lre. 1862)

 

612 

tchin

Quî vout avu dès djon.nes tchins, qu’ i lès-aclîve.

 

litt. Qui veut avoir des jeunes chiens les élève.

Les ingrats qui veulent être servis  n’ont qu’à se servir eux-mêmes.

 

Quî qui vout dès tchins, qu’ lès-aclîve,

Asteûre tot d’hant meâ culpâ,

Vos n’ avez qu’ à lètchi vosse mâ.

(M. thiry. Li  cok d’ awous’ èt l’ frumihe. Fâve. 1864)

 

MONS   Les ceux qui veuillent-te avoir des jeunes dé quié, n’ont qu’à inlever des liche.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. Prov. montois 1846)

 

613 

tchin

Toûrner à tchin.

 

litt. Tourner à chien.

Devenir mauvais. — Se gâter. — Ne pas réussir.

 

V’là l’ timps

Qui toûne à tchin.

(renard. Math. Laembergh. 1830)

 

Djèra, si vosse manèdje èst tot toûrné à tchin,

Èst-ce fâte à l’ feume tote seûle ! vos, n’ î sèrîz-ve po rin ?

(thiry. Ine copène so l’ marièdje. 1858)

 

CRAHAÎ

Qwand v’ prétchîz, ça va todi bin,

Quand l’ affaire rôle, èle toûne à tchin.

(alcide PRYOR. Baîwîr so s’ panse. 1863)

 

JALHAY      BIÈTEMÉ

Dj’ aveû sogne qui l’ afaîre nu toûrnahe à tchin.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 3. 1861)

 

var. TOURNAI    Tourner à nieule.

 

614 

tchin

Èsse come on tchin d’vins on djeû d’ bèyes.

 

litt. Être comme un chien dans un jeu de quilles.

Se dit d’un  homme qui vient à contre temps dans une compagnie où il embarrasse. (ACAD.)

 

VARIANTE   Riçûre comme on tchin, etc.

Recevoir comme un chien, etc.

Faire un très mauvais accueil.

 

Pr. fr. — Il vient là comme un chien dans un jeu de quilles.

Recevoir quelqu’un comme etc.

 

Noste ome s’ assît â pus abèye

Èt lu, qu’ on-aveût r’çû todi

Tot come on tchin d’vins on djeû d’ bèyes,

D’ ine téle fièsse èsteut èstoûrdi.

(fr. bailleux. Monsieû Sansowe. Ch. 184.)

 

colas

C’ èst qu’ vos paroles ni sont wêre faîtes po m’ mète è fièsse, Surtout come dji v’s-èl dit qui ç’ n’ èst nin 1′ prumîre fèye

Qu’ on m’ riçût cial co pés qu’ on tchin d’vins on djeû d’ bèyes.

(delchef. Li galant dè l’ sièrvante. I, sc. 3. 1857)

 

MARCHE  

Si mè vêrs sintèt l’ tchicotin,

Mès-amis, ni m’ rèchignez nin

Tot come on tchin d’vins on djeû d’ béyes.

(ALEXANDRE. P’tit Corti. 1860)

 

CHARLEROI     cléante

I tchaît nez à nez avè l’ tchin r’toûrnè què l’ pa fièt v’ni au mitan d’ leû-z-amoûr, come in vraî tchin dins in djeû d’ guîyes.

(L. BERNUS. L’ malade Sint-Tîbaut. II, sc. 6. 1876)

 

MONS  Èle vos pike (l’s-ortîes) come pou s’ èrvinjer d’ ète èrcûe tous costés come in kié dins in djeû d’ guîes.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1846)

 

VAR. MONS    Ète reçû come in lavement à l’ iau frwâde.

Ç’ que dj’ en di ! dj’ di qu’ nos-avons été r’çu come in lavement à l’ iau frwâde.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1850)

 

var. TOURNAI    Éte èrchu come un tyien à l’ boucherîe.

 

LILLE   

Lès canteûs d’ la Bèljike èt d’ Lile,

Tout-aussi byin qu’ lès Parizyins,

Come dès vraîs kyins dins dès jus d’ quîes.

Ont été r’chus par lès Trwayins.

(DESROUSSEAUX. Chansons lilloises. 1854)

 

GIVET

Maîs dj’ l’ ai r’çû en grignant lès dints

Come on r’çwèt in tchin

Dins in djeu d’ guîyes.

(SOHET. Li guèrnouye qui s’ vut ossi grosse qu’ in boû. Fauve. 1855)  (…)

 

615

tchin

Ottant d’ èsse hagnî d’ on tchin qu’ d’ ine tchène.

 

litt. Autant être mordu d’un chien que d’une chienne.

Entre deûs choses également nuisibles, il n’y a pas de choix à faire.    (FORIR. Dict.)

Entre des risques égaux il n’y a pas de raison d’être plus effrayé de l’un que de l’autre. (littré)

Pr. fr. — Il vaut autant être mordu d’un chien que d’une chienne.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Il vaut autant être mordu d’un chien que d’un chat.

(Père JEAN-MARIE. Le divertissement des sages. 1665)

 

616

tchin

Si t’ as potchî oute dè tchin (/ tchèt), potche pôr oute dè 1′ quowe.

 

litt. Si tu as sauté au-dessus du chien (chat), saute aussi au-dessus de la queue.

Si tu as commencé l’affaire, surmonte tous les obstacles, ne t’arrête pas pour une bagatelle. — Il faut subir les conséquences de ses actlons.

Qui a mangé le rost, mange l’ost.

(Prov. anc.)

Qui a beu le vin, doit boire la lie.

(Père jean-marie. Le Divertissement des sages. 1665)

 

VARIANTE  Pusqui vos-avez potchî oute dè leûp, potchî pôr oute dè 1′ quawe.  Djans, loukîz à m’ dihaler po 1′ bon d’ ci mwèrt-là.

(G. magnée. Baîtrî. 1863)

 

617 

tchin

On n’ loue nié lès tiés avu dès saucisses.  (BORINAGE)

 

litt. On ne lie pas les chiens avec des saucisses.

Il ne faut tenter personne. — Se dit aussi des gens adroits qui savent conduire leur barque à bon port; ou qui sont très serrés dans leurs dépenses.

 

bobinage. On sait bié qu’ les tayeur n’ louent-é nié leus thié avec des saucisse.

(Ârmonak du Borinâje in patwas borin. 1849)

 

CHARLEROI    TWÈNÈTE

Vo dêûzième mame èn’ pièd’ nén d’ timps èt èle nè lôye nén sès tchins avè dès saucisses.

(L. BERNUS. L’ malade Sint-Tîbaut. I, sc. 10. 1876)

 

tournai   I n’ atache pont sès tyins avè dès saucisses.

 

nivelles   On n’ alôye ni lès tchîns avè dès saucisses.

 

douai  I faut vos dîre, mès jins, què ch’ gayard-là qu’ chè nn’ èst un qui n’ lîe pwint sès tyins aveuc dès saucisses.

(DE christé. Souveniîrs d’ un-ome d’ Douaî. 1861)

 

618  

tchin

C’ èst come on tchin qui hawe après tot l’ monde.  (namUr)

 

litt. C’est comme un chien qui aboie après tout le monde.

C’est un être désagréable, hargneux.

 

var. nivelles  I n’ passe nin on tchîn avè in tchapia qu’ i faut qu’ i l’ atake.

 

619 

tchin

Qwand on tchin hawe, is hawèt tos.

 

litt. Quand un chien aboie, ils aboient tous.

On est porté à imiter ceux qui font mal.

 

620 

tyin

(picard)

Ch’ èst-in tyin dins in.ne casake. (tournai)

 

litt. C’est un chien dans une casaque (habit).

C’est un homme grognard, rebutant, peu charitable.

 

621 

tchin

Lès tchins ont lapé lès broûlîs.

 

litt. Les chiens ont mangé les boues.

Il gèle, la terre est durcie.

Quand la gelée a séché les rues, on dit que les chiens ont mangé les crottes.

(Dict. port. des prov.fr. 1758.)

 

622 

tchin

I s’ î ètind, come Pichou féve âs tchins.

 

litt.  Il s’y entend, comme Pichou aux chiens.

Se dit d’un homme qui veut faire une chose à laquelle il n’entend rien.

Pr. fr. — Il s’y entend comme à faire un coffre, comme à ramer des choux.

I n’ s’ ètindéve nin pus à l’ tènerèye, qwand i v’na foû

dès-ovreûs, qui Pichou n’ fève âs tchins.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

623

tchin

Viker come on tchin.

 

litt. Vivre comme un chien.

Vivre dans la débauche et le libertinage. (ACAD.)

Pr. fr. — Mener une vie de chien. — Vivre comme un chien.

Miner ‘ne vèye di chin.

(FORIR. Dict.)

 

NIVELLES   Ça vît come dès tchîns.

 

basse-allemagne. — Wie ein Hund leben.

 

624 

tchin

L’ ci qui vout nèyî (/ touwer) s’ tchin, dit qu’ il è-st-arèdjî.

 

litt. Celui qui veut noyer (/ tuer) son chien, dit qu’ il est enragé.

On trouve aisément un prétexte quand on veut quereller ou perdre quelqu’un. (ACAD.)

Pr. fr. — Quand on veut noyer son chien, on dit qu’ il a la rage.

Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage.

 

Ki hèt son chien, la rage li mèt soure.

(Proverbe del vilain. XIVe siècle.)

Malefacere qui vult nunquam non causam invenit.

(PUBLIUS syrus)

Cité par forir. Dict.

 

VARIANTE 

Qwand on vout nèyî s’ tchin, on dit qu’ il a l’ hôpe.

Quand on veut noyer son chien, on dit qu’ il a la gale.

(REMACLE. Dictionnaire)

 

MARCHE     

Po touwè on tchin sins sudjèt.

On-z-invente qu’ il è-st-arèdjè.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NIVELLES     Èl cyin qui vut tuwer s’ tchîn dit qu’ il è-st-inradjî.

 

JODOIGNE   Quand on vout touwer s’ tchén sins raîson, on dët qu’ ‘l è-st-aradji.

 

FRAMERIES   

L’ ci qui vu twer s’ tchîn,

Dit qu’ il è-st-inradjî.

(Lès bièsses impèstifèréyes. Fauke. Ârm. borin. 1890)

 

MONS  C’ èst bé l’ cas d’ dîre què quand on veut avwar in kié môrt, qu’ on dit qu’ il èst-inrajé.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1847)

 

VAR. MONS Quand on veut nouyer s’ kié, on dit qu’ il a dès puches.

 

Tournai  Quand on in veut à s’tien on dit qu’i est inragé.

 

Lille.

Quand on veut s’défaôre d’ un caniche

Èst-ch’ qu’ on n’ dit pwint qu’ il èst galeûs?

(Desrousseaux. Chantons lilloises. 1887)

 

Saint-Quentin. Quand qu’ in vut tuer sin kyin, in dit qu’ il èst arabié.

 

625

tchin

On sètche à l’bvûde âtoû d’bon tchin qui n’ a nin dèes poyèdjes.

 

Litt. On travaille à vide à saisir un chien qui n’a pas de poils.

Il est inutile de demander, à des gens insolvables, le paiement de ce qu’ils doivent. (Acad.)

Pr. fr. — Où il n’y a rien, le roi perd ses droits.

 

Var. Namur. On n’ pout nin plumer on crapaud.

 

626

kié (picard)

Èl kié vaut bé l’ colèt. (Mons)

 

Litt. Le chien vaut bien le collier.

Ne se dit qu’ironiquement.

La chose dont il s’agit ne mérite pas les soins qu’on prend, la dépense qu’on fait. (Acad.)

 

Mons. Wè, da, faîre ène twalète pou porter in liève à in harpagon parèyl ! èl kié vaut bin l’ colèt, in vérité.

(Letellier. Armonak dé Mont. 1836)

Cela n’en vaut pas la peine.

Charleroi   M. Diafoireux.

Faurè, pou leû fé plaîji, qu’ leû médecin lès guèrirint d’vant qu’ is fuchenut malades. L’ tchin n’ dèvaut nén l’ colé.

(L. Bernus. L’ malade Sint-Tîbaut. II, sc. 6.1876)

 

Jodoigne  Lë tchén n’ vaut ni l’ golé.

 

627

tchin

I gn-a nin on tchin qui tchîye dès caurs. (Namur)

 

Litt. Il n’y a pas de chien qui chie de l’argent.

Il faut travailler pour vivre. L’argent ne se gagne pas sans travail.

 

628

tchin

Halof èn halof, come lès Flaminds.

A d’mèy, come on tond lès tchins.

 

Litt. Half en half, comme les Flamands.

A demi, comme on tond les chiens.

Ne faire une chose qu’à moitié, n’en faire que ce qu’il faut absolument.

 

629

tchin

On n’ tapereût nin on tchin à l’ ouh.

 

Litt. On ne jetterait pas un chien à la porte.

Il pleut à verse, il fait un temps affreux. (Acad.)

Pr. fr. — Il fait un temps à ne pas mettre un chien dehors. Cité par Forir. Dict.

 

Variante.    Li timps èst d’ arèdje à l’ diloûhe,

I grusèle, i nîve èt i ploût ;

Lès hayes toumèt so tos lès soûs,

On n’ tchôkereût nin s’ bèle-mére à l’ ouh.

(M. Thiry. Épigr. 1861)

 

Nivelles   I f’soût in timps qu’ on n’ aroût ni bouré in tchîn à  l’ uch.

(L. Desfret. Li scrène dè no mârine. 1890)

 

Var. Nivelles  I pieut qu’ lès chîs bwèrine d’ èstampé.

Mons  I faut avwar danjer d’ sorti pou s’ mète in route pas du temps parèyl, on n’ jèterwa nié in kié à 1′ porte.

(Letellier. Armonake dé Mont. 1846)

 

I nêjwat, i f’zwat in temps qu’ tu n’ arwas nié mis in kié à l’ porte.

(Moutrieux. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

T’t-à l’ eûre, c’ étwat l’ ivêr ; on n’ arwat nié jeuté in kié à l’ porte, et asteûre, là 1′ pus biau temps du monde.

(Letellier. Él solèy èyèt l’ vint d’ bîse. Fauve. 1857. Arm. dé Mont)

 

Rouchi  On n’ encacherôt pwint un tyin à pa lès rûes.

(Hécart. Dict.)  (…)

 

630

tchin

Aussi râre què lès bleûs tchéns. (Borinage)

 

Litt. Aussi rare que les chiens bleus.

Se dit d’une chose très rare, très difficile à trouver, presqu’impossible.

En français: Le merle blanc. — Le chien vert (injure).

 

Var. Stavelot  C’ è-st-ossi râre qu’ one suteûle à quawe.

 

Nivelles      C’ èst co pus râle què lès bleûs tchîns.

 

Nivelles     

L’ soûrte dès bravès djins d’vînt râle,

T’t-aussi râle què lès bleûs tchîns.

Ç’ ‘t-à cwâre qu’ on l’s-a dèscachî!

(E.-D. Conte des vièyès djins. Ch. 1890)

 

(ndlr) Ossi râre qu’ one bleuwe vatche.

 

631

tchin

Quarèle di tchin, i s’ racommôdèt à 1’ sope.

 

Litt. Querelle de chiens, ils se raccommodent à la soupe. Querelle de peu d’importance à laquelle on ne prend pas intérêt. — Expression de mépris.

 

Var. Tournai  Quèrèle dé gueûs s’ racomôde à l’ écuèle.

 

632

tchin

Qwand on vout bate on tchin, on troûve todi on baston.

 

litt. Quand on veut battre un chien, on trouve toujours un bâton.

Les prétextes ne manquent jamais quand on veut accomplir une mauvaise actlon. (ACAD.)

Qui veut frapper un chien, facilement trouve un bâton.

(GABR.  medrier. Trésor des sentences. 1568)

Cité par forir. Dict.

 

BÂRBÎR

Piêre si faîit sô pace qu’ il èst djon.ne ome èt qu’ i s’ anôye; Djâke beût l’ gote pace qu’ il èst marié èt qu’ i s’ ènnè r’pint; qwand on vout bate on chin, on troûve todi on baston.

(demoulin. È fond Pîrète. Sc. 3. 1858)

 

VARIANTE  

Qwand on vout bate on tchin, on troûve vite ine corîhe.

(THIRY. Mwèrt di l’ octrwè. 1860)

 

LOUWÎSE

On troûve todi ine vèdje qwand on vout bate on tchin,

Il âreut cint raîsons à m’ djèter à l’ narène.

(A. delchef. Lès deûs nèveûs. I, sc. 2. 1859)

 

MARCHE     

Qui vout achetè on tchin, l’ èsproûve,

D’ peû do 1′ touwè, s’ i n’ èst nin bon.

Dès qu’ il l’ a, s’ i l’ vout bate, i troûve

Sôye on pènaî, soôye on bordon.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

633

tchin

Ça s’ a co passé èl cinse d’ ù-ce què l’ tchîn bat l’ bûre avè s’ queûe.   (nivelles)

 

litt. Cela s’est encore passé dans la féme où le chien bat le beurre avec sa queue.

C’est une chose invraisemblable; qui n’est pas exacte.

C’est un conte que vous faites.

 

634  

tchin

Ça, c’ èst faît insprès, come lès tchîns pou hagnî lès djins.  (nivelles)

 

litt. Cela, c’est fait exprès, comme les chiens pour mordre les gens.

C’est comme un fait exprès, se dit d’une chose qui devient fâcheuse par l’occaslon. — Il semble fait exprès pour cela, se dit d’un homme qui a beaucoup de dispositlon pour quelque chose. (littré.)

 

635 

tchin

Èsse astaflé come deûs tchins d’ pôrçulin.ne.

(verviers)

 

litt. Être arrangés (étalés) comme deux chiens de porcelaine.

Se regarder fixement et d’un air surpris ou hébété. (littré)

Se regarder en chien de faïence.

 

VERVIERS      lisa

Qué boneûr! is ‘nnè vont,

Dji va r’haper halin.ne,

V’-lès-là pôr astaflé come deûs tchins d’ porçulin.ne.

(J.-S. renier. Li mohone à deûs faces. I, sc. 3. 1873)

 

NAMUR    S’ riwaîtî comme des chin d’fayence.

 

VAR. MALMEDY   Su loukî po des mitchètte.

 

636 

tchin

Nos tchins n’ tchèssèt nin èsson.ne.

 

litt. Nos chiens ne chassent pas ensemble.

Nous sommes divisés d’avis, d’opinion; nous ne sommes pas en bonne intelligence. (littré)

Pr. fr. — Nos chiens ne chassent pas ensemble.

(Le Père JEAN-MARIE. Le divertissement des sages. 1665)

Je ne me chausse pas à son point.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

VAR. NIVELLES   I n’ a ni stë tchîn avè mi.

 

637 

tchin

C’ èst l’ tchin-leûp.

 

litt. C’est le chien-loup.

C’est le bouc émissaire; dans un ménage, c’est l’enfant dédaigné, la cendrillon, le souffre-douleur, ou encore, c’est celui qui résume dans sa personne tous les défauts de la famille.

V. la tradition des Pyrénées, rapportée par Victor hugo dans la première partie des Misérables.

 

638 

tchin

Èsse come li tchin qui stronle.

 

litt. Être comme le chien qui étrangle.

Être dans une positlon fâcheuse, désespérée.

 

NANÈSSE

… Tot come li tchin qui stron.ne,

I fât bin qu’ on-z-î d’meûre

Èt qu’ on sofoke sès pon.nes.

(G. DELARGE. Scène populaire. 1874)

 

DJÈRA

Ô ! Dji m’ taîraî, djans, djans; (à part) c’ èst qu’ fât bin, djè l’  pou dîre,

C’ èst come li tchin qui stronle.

(Ed. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèra. I, sc. 19. 1875)

 

VARIANTE  Fât avu dè l’ pacyine, on tchin qui stron.ne ènn’ a bin.

 

MARCHE   

Maugré qu’ c’ èst come li tchin qui stron.ne,

Pace qu’ on dit : sins pon.nne, pont d’ avon.ne.

(ALEXANDRE.  P’tit corti. 1860)

 

var. NIVELLES

I nos faura fé come èl tchat qui straune, èyèt prinde pacyince.

 

639 

tchin

Fé ‘ne mène come on tchin qui tchêye dès bloukes.

 

litt. Faire une mine comme un chien qui chie des boucles.

Faire une affreuse grimace.

 

var. NIVELLES    Qué visâdje ! Vos dîrîz in musau d’ tchîn.

 

var. TOURNAI    Faîre ène mine come in capuchin à l’ agonîe.

 

640 

tchin

Il a pus d’ in tchîn qui coûrt lès rûwes (ou: qui s’ apèle Picârd).                                  (nivelles)

 

litt. Il y a plus d’un chien qui court les rues (ou qui s’appelle Picard).

La chose que vous présentez n’est pas aussi rare que vous le pensez. — Il y a plusieurs personnes qui portent le même nom que celle dont vous parlez. 

 

vab. NAMUR     I gn-a pus d’ on baudèt qu’ on lome Maurtin.

 

641

tchin

On l’ a loumé tos lès nos d’ tchin, â pus qu’ fidéle.

 

litt. On l’a appelé de tous les noms de chien, excepté celui de fidèle.

On a fait mille imprécations contre lui.

(FORIR. Dict.)

 

NIVELLES     I n’ mi maltraîtra nî d’ tous lès nos dès tchîns.

 

642 

tchin

Ête aussi lèsse (/ subtile) qu’ in tchîn d’ plomb.

(nivelles)

 

litt. Être aussi leste (agile) qu’un chien de plomb. Comparaison ironique pour désigner une personne pares­seuse, maladroite.

 

var. NAMUR     Il èst vif come on pû dins l’ farène.

 

vab. JODOIGNE     Èsse lèdjêre come on lumeçon è l’ farène.

 

var. TOURNAI     Vif come in crapaud dins lès chintes.

 

643

tchin

Lès mwaîs tchéns, on lès tént à l’ lache. (jodoigne)

 

litt. Les mauvais chiens, on les tient à l’attache.

Il ne faut pas laisser à quelqu’un la facilité de développer ses mauvais instincts (penchants).

 

644 

tchin

Èle siposereût on tchin avou on tchapaî.

 

litt. Elle épouserait un chien avec un chapeau.

Elle épouserait le premier venu.

Se trouvant à la fin tout aise

Et tout heureuse

De rencontrer un malotru.

(LAFONTAINE.  La fille)

La faim le prit : il fut tout heureux

Et tout aise

De rencontrer un limaçon.

(Id. Le héron)

 

baujan

 tchin qu’ a-st-on tchapaî, i lî fât rinde raîson,

À on hôt pèrsonadje, i fât fé dès façons.

(A. delchef. Pus vî, pus sot. Se. lre.  1862)

 

boland

Èle prindreût tot l’ min.me qu’ on tchin avou on tchapaî sèreût l’ bin v’nou, mais halte là.

(DD. salme. Lès deûs bètchètâs. Sce. 3. 1879)

 

CHARLEROI

… Pou l’ rwè, i s’ pôse è s’ pia,

Li, 1′ mwaîsse, i r’lètche lès pîds d’ in tchin qu’ a in thapia.

(L. bernus. Lès deûs torias èt l’ guèrnouye. Fauve. 1873)

 

NIVELLES    Ç’ comére-la, èle pèrdroût tout min.me in tchîn avè in tchapia.

 

VAR.  JODOIGNE     I mariyerot one trôye avou on casawèk.

 

645 

tchin

On n’ su moke nin dès tchins s’ on n’ èst foû do viyèdje.                                                    (stavelot)

 

litt. On ne se moque pas des chiens si l’on n’est hors du village.

Il faut se mettre à l’abri du danger avant de s’en moquer.

(LlTTRÉ)

 

VARIANTE  On n’ su mokue nin do leûp d’vant d’ èsse foû do bwès.

 

646  

tchîr

CHIER

Vos-îrez lon, maîs vos tchîrez près.

 

litt. Vous irez loin, mais vous chierez près.

Se dit des gens qui font plus de dépenses que ne leur per­Mètent leurs revenus.

 

VARIANTE   Vos-îrez lon, vos tchaîrez près.

litt. Vous irez loin, vous tomberez près.

(FORIR. Dict. v° Lon)

 

647  

tchîr

Wice îrans-ne tchîr, lès rivadjes sont plins ?

 

litt. Où irons-nous chier, les rivages sont pleins ?

Que devons-nous faire, quand nous voyons de telles ma­nières ? Se dit des personnes qui veulent paraître plus qu’elles ne sont.

Cité par forir. Dict.

 

648 

tchîr

Alez tchîr à Malon.ne, c’ èst payis d’ Lîdje.  (NAMUR)

 

litt. Allez chier à Malonnes, c’est pays de Liège.

Allez vous promener, laissez-moi tranquille. La principauté de Liège  possédait, à une demi-lieue de Namur, la riche abbaye de Malonne.

 

A Liège on dit : alez tchîr à Natôye (pays de Namur).

On dit aussi : alez tchîr à mâye; alez tchîr â meûr dès Canes.

 

NAMUR  

Nos n’ avans nin peû d’person.ne.

Quand nos t’nans li p’tit vèrkin,

On-z-èvôye tchîr à Malon.ne

Li ci qu’ n’ èst nin contint.

(J. colson. Pikèt, pèkèt. Ch. 1862)

 

Les   Namurois……….

Arrivent à Malonne, endroit très distingué,

Moins par son abbaye et par maint privilège,

Ou par l’insigne honneur d’être au pays de Liège,

Que par certain dicton, dont les termes de choix

Ont un goût de terroir de l’ancien narnurois.

Vous sentez ce que c’est…….

(Du vivier. La Cinéide. Ch. 16)

 

« Ce dicton rappelle la franchise dont jouissaient les mal­faiteurs en passant d’une frontière à l’autre. »

(/Aid. note.)

 

var. BOUVIGNES   Dj’ îrè tchîr à Dinant, au payis d’ Lîdje.

 

var. CHARLEROI   PURGON

Djè n’ vou pus rin awè à fé avè vous.

Dji vos-èvôye tchîr à Bouffîoû.

(L. BERNUS. L’ malade Sint-Tîbaut. III, sc. 6. 1876)

 

var. BORINAGE    

È, més, dj’ aî mau m’ panse,

— Va-z-in tchîr in France;

Tè r’vèras pa Landèrci,

Èt’ mau d’ panse s’ra tout r’wèri.

(SIGART. Dict du wallon de Mons. 1870)

 

649 

tchîr

Ni v’ prèssez nin tant dè tchîr, i n’ vis fât nin dè stron po soper.

 

litt. Ne vous pressez pas tant de chier, il ne vous faut pas d’élron pour souper.

Se dit aune personne qui s’empresse de faire une chose qui sera inutile ou qui ne sera pas terminée à temps.

 

650 

tchîr

C’ èst damadje qu’ èle tchêye, on l’ mètreût d’zos glace.

 

litt. C’est dommage qu’elle chie, on la mettrait sous glace. Réponse à l’éloge exagéré que l’on fait d’une personne.

On ajoute : po l’ hâgner (pour l’étaler).

 

651  

tchîr

Califîce s’ amûséve bin à tchîr.

 

litt. Califice s’amusait bien à chier.

Se dit aux gens qui s’amusent de peu de chose.

Califice ou tchêye-pistole. Nom donné aux petits bonshommes

qui étaient représentés accroupis avec une pièce de monnaie entre les fesses. C’était aussi le nom d’une petite marlonnette en bois qui servait de mire aux tirs à l’arbalète.

 

652 

tchîr

I tchêye co dès-anîses.

 

litt. Il chie encore des anis.

Se dit d’un très jeune homme qui veut se mêler de choses au-dessus de son âge. (ACAD.)

Pr. fr. — Il est si jeune que si on lui tordait le nez, il en sortirait encore du lait.

Cité par forir. Dict.

 

variantes   Il èst co mouyî podri lès-orèyes.

 

I tchêye co tot djène.

 

I n’ èst nin co r’ssouwé d’zos lès brès’.

 

var. NAMUR            

I chite co su l’ bleuwe pîre.

 

MARCHE   

V’s-èstoz co crou drî lès-orèyes

Èt vos r’waîtèz lès djônès fèyes.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

var. malmedy  On lî veût co lès rôyes do béguin.

 

var. NIVELLES  Au cominchemint, quand l’ Aclot tchiyoût co tout djaune, come on dit.

 

var. JODOIGNE   Il a co dè l’ pouchèrre dë bèrce padrî lèsôrèyes, èt ça vout fé l’ amoûr.

 

CHARLEROI.   

(…) I n’ èst né co sècth drî s’n-orèye

Méreseû, i n’ a à mitan rin.

(L. BERNUS. L’ liyon. Fauve. 1873)

 

var. MONS    I kî co tot gaune.

 

var. MONS   I kî co tout gaune su l’ monciau.

 

var. TOURNAI   Avwar autant d’ barbe qu’ in brén musi.

 

653 

tchîr

Quî a tchî so onk, a hité so l’ ôte.

 

litt. Celui qui a chié sur l’un, a foiré sur l’autre.

Celui qui a souillé l’un, a sali l’autre.

Se dit de deûs individus qui ne valent pas mieux l’un que l’autre, de deûs mauvais sujÈts.

 

VARIANTE On stron so onk, on stron so l’ ôte, èt is sont tos lès deûs d’hités.

 

654

tchîr

I n’ pout tchîr po l’ hite.

 

litt. Il ne peut chier à cause de la foire.

Il n’aime pas de faire une chose dont il redoute les suites.

Il n’ose éternuer de peur de péter.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

I fât qui nosse soûr Margarite,

Qui, bin sovint n’ pout tchîr po l’ hite,

Si r’lîve, panaî d’vant, panaî drî,

Po lès r’tchèssî d’vins leû bèdî.

(Paskèye po l’ jubilé dè l’ révérende Mére di Bavire. 1743)

 

I nos fèt vèyî bin vite

Qui ti n’ pous tchîr, fwèce d’ avu l ‘hite.

(Prumîre rèspome d! calotin â lwègne auteûr dè suplèmint. 173.)

 

JODOIGNE     I n’ sét tchîr po l’ crote.

 

655

tchîr

Ni lèyîz nin tchîr è vosse pwèsse.

 

litt. Ne laissez pas chier dans votre vestibule.

Ne vous laissez pas insulter, mépriser.

On ajoute quelquefois : Hovez-le à l’ ouh.

 

JODOIGNE   Ni lèyîz nin tchîr à voste uch.

 

656

tchîr

I gn-a tant qu’ po tchîr dissus.

 

litt. Il y en a tant que pour chier dessus.

Il y en a une grande quantité,  une grande abondance; il y en a de trop.

 

variantes           

 I gn- a po l’ pôve èt po Triche.

I gn-a come dès pèpioûles à Tif.  (Tiff; pèpioûle: bête noire sur l’eau)

 

657

tchîr

I n’ tchêye pus foû d’ là.

 

litt. IL ne chie plus hors de là.

Il ne sort pas de là. — Il est toujours chez les mêmes personnes, dans la même maison.

 

VARIANTE       I n’vont nin tchîr onk sins l’ ôe.

(FORIR. Dict.)

 

658

tchîr

Si t’ni âs ièbes po tchîr.

 

litt. Se tenir aux herbes pour chier.

Prendre des précautlons telles quelles.

 

659

tchîr

Alez tchîr, vos-avez vèssou.

 

litt. Allez chier, vous avez vessé.

Se dit pour renvoyer quelqu’un, pour le faire taire.

 

660 

tchîr

I m’ freût tchîr dès pîres di fisik.

 

litt. Il me ferait chier des pierres à fusil.

Il m’exaspère; il me met hors de mot; il me ferait faire des choses impossibles.

 

JALHAY   MADJÈNE

Vos m’ frîz bin tchîr dès pîres di fisik.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. IL, sc. 10. 1862)

 

661 

tchîr

On n’ sâreût bin tchîr sins fwèrcî.

 

litt. On ne saurait bien chier sans s’efforcer.

Il faut toujours faire quelques efforts pour réussir dans une afaîre.

 

662

tchîr

Il è-st-à tchêye èt nin à tchêye.

 

litt. Il est à chier et pas à chier.

Il ne sait trop ce qu’il doit faire; il est sur deux idées.

 

663 

tchîr

C’ è-st-on tchêye-tot-dreût.

 

litt. C’est un chie-debout.

C’est un homme raide et guindé.

 

664 

câye

CHIFFON

On-z-in.me turtos sès câyes.

 

litt. On aime tous (chacun) ses chiffons (colifichets).

On tient à ce qu’on a. — On est jaloux de la réputation des siens.

Guenille si l’on veut, ma guenille m’est chère.

(molière. Les femmes savantes.)

Cf. lafontaine. L’aigle et le hibou. Fab. 18. Liv. 5.

Suum cuique pulchrum.

(LEJEUNE. Proverbia familiaria. 1741)

 

Tot l’ monde tint à sès câyes.

Mi, dji tin à m’ payis.

Nosse prince l’ in.me,

Dji l’ in.merè todi.

(DE HARLEZ. Cantate présintéye â prince d’ Oultremont li djoû di si-élcsion li 20 d’ avri 1763)

 

VARIANTE   On-z-èst turtos djalos d’ sès câyes.                 (FORIR Dict.)

 

… Si vos v’ plindez

Qui ç’ seûye di vos tote li prumîre

Ou pus vite di cisse sote manîre

Qu’ on-z-a todi d’ voleûr boûrder,

Po vanter d’ ot’tant mî sès câyes.

(fr. bailleux. L’ aîgue èt l’ houlote. Fâve. 1856)

 

var. BORINÂJE  

Lès djon.nes dé crapaud chènetét toudi biau à leû mére.

(DE puydt. Maudit métier. 1883)

 

var. TOURNAI   

À tôrt ou à raîson,

Chakin èst seot dè s’ garcheon.

 

665

Chirous

CHIROUX

S’ ètinde come Chirous èt Grignous.

 

litt. S’entendre comme Chiroux et Grignoux.

Ne pas s’entendre du tout.

On dit aussi : S’ètinde comme tchin èt tchèt.

litt. S’entendre comme chien et chat.

Pr. fr. — S’entendre comme chien et chat. — C’est l’eau et le feu. — Être à couteaux tirés.

 

DJÈRA

Nos-avans cial dès k’méres

Pés qu’ dès vipéres;

Sont dès Chirous,

Sont dès Grignous,

Qui s’ kibatèt à v’ fé paou.

(DE harlez, de cartier, etc. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne. I, sc. 3. 1757)

 

hist.  Sous le règne du prince-évêque de Liège Ferdinand de Bavière (1612-1659), « dans la cité, deux partis devinrent célèbres et rallièrent à eux tous les habitants. Les rentiers, les banquiers riches et ceux qui vivaient de l’église et du gouvernement, composaient le premier; ils étaient nommés Chiroux.

L’autre comprenait la masse de la populatlon, les marchands, les industriels; ils étaient traités de Grignoux. Ceux-là étaient disposés à obéir et à complaire en tout au prince, à la conditlon de partager plus tard le pouvoir avec lui; ceux-ci, sans porter atteinte à ses droits légalement reconnus, entendaient qu’ il respectât l’indépendance des bonnes villes et les droits politiques des citoyens. La patrie fut dès lors livrée aux plus tristes divisions et se déchira misérablement elle-même. »

(F. henaux. Hist. de Liège. Ch. 22,1« &j.)

 

666

queûsîr (picard)

CHOISIR

Quî trop queûsit, mal élit. (tournai)

 

litt. Qui trop choisit (est) mal loti.

On est plus mal partagé pour avoir voulu trop choisir.

Cette expresslon peut s’appliquer à des gourmands trompés par les apparences, en recherchant les meilleurs morceaux dans les plats que l’on fait circuler à table.

Pr. fr. — Souvent qui choisit prend le pire.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Mais aussi bien que moi, vous avez ouï dire

Que fille qui choisit bien souvent prend le pire.

(TH. corneille. Don Bertran de Cigaral. IV, sc. lre)

 

667

tchôse

CHOSE

Wêre di tchôse nos console pace qui wêre die tchôe nos aflidje.      (namur)

 

litt. Peu de chose nous console parce que peu de chose nous afflige.

On est vite consolé d’une légère affliction; on ne doit pas se désespérer pour une bagatelle.

 

668 

djote

CHOU

Magnî dè l’ djote ristchâfêye.

 

litt. Manger du chou réchauffé.

Se dit de celui ou de celle qui épouse une personne veuve.

Cité par forir. Dict.

De la soupe réchauffée (une veuve).

(OUDIN. Curiosités françaises. 1640)

 

VERVIERS  

Maîs n’ alans nin mau djauser

Du djote rèschaufêye,

 Ç’ n’ èst nin chal dès vîs souwés

Qui s’ fèt dès mamêyes.

(RAXHON. È l’ grande confrérèye. 1890)

 

669 

djote

I n’ fât nin dwèrmi so sès djotes.

 

litt. Il ne faut pas s’endormir sur ses choux.

Il ne faut pas négliger ses afaîres. — Il faut veiller au grain.

 

HINRI  Dji veû avou plaîsîr qu’vos v’s-èployîz por mi.

CATERÈNE

Cèrtin.nemint qu’ so vos djotes,

Dji n’ pou mâ dè dwèrmi.

(delchef. Lès deûs nèveûs. I, sc. 3. 1859)

 

670 

djote

Li ci qui stâre sès djotes ni lès-a mây totes.

 

litt. Celui qui étend (disperse) ses choux, ne les a jamais

tous.

Celui qui n’a pas d’ordre est toujours exposé à perdre quelque chose.

Cité par forir. Dict.

 

671

djote

C’ è-st-ôte tchwè qu’ dè l’ djote.

 

litt. C’est autre chose que du chou.

C’est bien au-dessus de l’ordinaire. — C’est très fort,  très beau.

Cf. Le menu du banquet de la Société wallonne. 1860

 

VARIANTE   Volà ôte tchwè qu’ ine tâte âs fréves.

litt. Voilà autre chose qu’une tarte aux fraises.

Pr. fr. — Ce n’est pas de la merde de chien.

 

CRAHAÎ

Bin, Baîwîr, s’ i va insi,

C’ è-st-ôte tchwè qu’ dè l’ djote.

Dji frè r’mète po mî cori

Dès s’mèles à mès botes.

(ALCIDE PRYOR. On dragon qui faît dès madames. 1867)

 

BABÈTE

Mi, dji voléve dîre tot, maîs monsieû m’ sititcha

Cink franc po qu’ dji m’ taîhasse, èt dji lî promèta.

DJÂCOB Volè ôte tchwè qu’ dè l’ djote.

(ED.  remouchamps. Lès-amoûrs da Djèra. II, sc. 18. 1878)

 

var. TOURNAI   Ch’ st d’ l’ aute toubak qu’ à l’maseon Guiyaume.

 

672 

djote

Maguèt a magnî s’ djote èt ‘nn’ a co avou trop pau.

 

litt. Maguet a mangé son chou et en a encore eu trop peu.

Se dit à toute personne dont on veut rembarrer les raisonnements, rabaisser le caquet.

 

Moka magna s’ djote èt ènn’ ava pau,

Dit li spot, èt c’ èst l’ vraîy;

Quî n’ a nin vèyou pus d’ on côp

Dès mokantès gueûyes èsse tote ècèpêyes

Po ‘ne bone rèsponse faîte à pont?

(N. defrecheux. Moka. 1868 Oeuvres poétiques)

 

673  

djote

Vos n’ èstez nin d’vins sès djotes.

 

litt. Vous n’êtes pas dans ses choux.

Vous n’êtes pas amis ensemble, vous l’avez blessé, il vous tient rancune.

 

674  

djote

I n’ fât nin mète trop’ di peûve è s’ djote.

 

litt. Il ne faut pas mettre trop de poivre dans ses choux.

Il faut se modérer sur quelque affaire, sur quelque préten­tion; montrer moins de chaleur, d’animosité. (ACAD.)

Pr. fr. — Il faut mettre de l’eau dans son vin.

 

675 

djote

Il a stu d’vins sès djotes.

 

litt. Il a été dans ses choux (dans les choux d’un autre).

Il a blessé l’amour propre, la vanité, l’orgueil de quelqu’un.

Il lui a fait du tort.

Pr. fr. — Il a fait dans son persil. Cité par forir. Dict.

 

variantes  Il a tchî d’vins mès botes. — Il a folé è m’ pièrzin. — Il a folé so mi-aguèce. — Il a tchî d’vins mès djotes.

 

var. JODOIGNE   Vos lî avoz caké è mantche.

 

Il a caké së m’ mantche.

 

Il a passé së l’ quèwe dè tchèt.  (…)

 

676 

djote

Ç’ n’ èst nin l’ tot d’ awè dè l’ djote, i faut dè l’ crauche po l’ cûre.    (namUr)

 

litt. Ce n’est pas le tout d’avoir du chou, il faut de la graisse pour le cuire.

Une chose devient inutile quand on ne peut l’employer ou qu’ on n’a qu’une partie de ce qui est nécessaire pour faire une certaine chose. (littré)

Pr. fr. — Ce n’est pas tout que des choux, il y faut de la graisse.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Il ne nous faut plus que des choux, si nous avions de la graisse.

(Le Père jean-marie Le divertissement des sages. 1665)

 

MONS      Ç’ n’ èst nié l’tout dés chous, i faut pinser au lârd.

 

LILLE      Ch’ n’ èst pwint tout dès chous, ch’ èst dé l’ crache.

(vermesse, Voc. du patois lillois. 1861)

 

677  

chou

(picard)

I s’ î ètind come à ramer dès chous. (MONS)

 

litt. Il s’y entend comme à ramer des choux.

Se dit à un homme qui veut faire une chose à laquelle il n’entend rien. (ACAD.)

Pr. fr. — Il entend cela comme à ramer des choux.

(OUDIN. Curiosités françaises. 1640)

 

VAR. malmedy   I s’ î ètind come à fé des cuîs.

 

MONS  Batisse n’ vwaywat goute dins l’ afaîre, autreumint dit, i s’ intind à gouvèrner s’ comune come à ramer dès chous.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1850)

 

PICARDIE      S’ î intindre come à ramer dès cabus.

(CORBLÈT. Glossaire. 1851)

 

678  

djote

C’ èst dè l’ djote po vosse gade.

 

litt. C’est du chou pour votre chèvre.

Je ne crois pas ce que vous dites, vous me faites des contes, vous voulez me tromper.

 

Ll COREÛ

… Nèni, dji n’ m’ î fèye nin,

C’ èst dè l’ djote po vosse gade, asteûre, i n’ èst pus timps.

(CH. hannay. Li mâye neûr da Colas. I, sc. 5. 1866)

 

679  

djote

C’ èst dè l’ djote aus-ourtîyes. (JODOIGNE)

 

 litt. C’est du chou (préparé) aux orties.

Se dit d’un plat dont on ne connaît pas la composition — de toute chose inconnue.

 

680

cîr

CIEL

Dè l’ bane dè cîr.

 

litt. De la voûte du ciel.

Se dit de celui qui est sans appui sur la terre.

Cité par forir. Dict.

 

Pus nou parint n’ mi louke, dji so come in-ome toumé dè l’ bane dè cîr. Gn-a-t-i, d’zos l’ bane dè cîr, in-ome pus misèrâbe?

(bailleux. Li bribeû èt l’ mwèrt. Fâve. 1851)

 

Tot çoula aveût faît qu’ Olivî s’ aveît on baî djoû trové come toumé dè l’ bane dè cîr.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

var. VERVIERS 

N’ faut-i nin èsse toumé, duhez, dè l’ creûs dè cîr,

Po v’ni vihener è l’ bane quu l’ histwêre n’ a qu’ à scrîre

Dès triyonfes, dès sopers?

(J.-S. renier. Banquet de la Société. 1871)

 

681

cîr

On n’ sâreut aler â cîr sins hale.

 

litt. On ne saurait aller (monter) au ciel sans échelle.

Chose qui ne peut être, qui ne peut se faire. (littré)

Pr. fr. — A l’impossible nul n’est tenu.

 

Faî çou qu’ dji t’ di,

Si t’ ès sûti.

C’ èsteût ot’tant d’ lî dîre

Dè monter sins hale â cîr.

(N. DEFRECHEUX. Li Signeûr di Stèrpènich. Conte. 1863)

 

682                   

cîr

Cîr moutenèye,

Plaîve parèye.

 

litt.  Ciel moutonné, / Pluie semblable.

Changement de temps.

Ciel pommelé et femme fardée

Ne sont pas de longue durée.

(Comédie des prov. III, sc. 2. 1658)

Cf. quitard. Dict., p. 378.

 

Cîr moutoné èt feume fârdêye

Ni sont nin d’ longue durêye.

(FORIR. Dict.)

 

683 

cîr

Si l’ cîr touméve, i gn-âreût bin dès-alouwètes prîses.

 

litt.  Si le ciel tombait, il y aurait bien des alouettes prises.

Se dit pour se moquer d’une suppositlon absurde. (littré)

Pr. fr. — Si le ciel tombait, il y aurait bien des alouettes prises.

(Père jean-marie. Le divertissement des sages. 1665)

TONTON Cint mèye francs, ç’ n’ èst nin l ‘diâle.

TÂTΠ Èt s’ dj’ aveû deûs cint mèyes ?

TONTON Si ? Avou si, on mèt’ Paris d’vins ‘ne botèye.

TÂTÎ Si dj’ lès-aveû, portant ?

TONTON  Èt si l’ cîr touméve, don,

Qui tote lès-alouètes sèrît prîses?

(ED. remouchamps. Tâtî l’ pèrikî. II, sc. 1re. 1885)

 

NAMUR Si l’ ciél tchaîreûve, i gn-aureûve brâmint dès aulouwètes atrapéyes.

 

684 

clé

CLÉ

On d’vrè tapè s’ clè su s’ fosse. (MARCHE)

 

litt.  On devra jeter sa clé sur sa fosse.

Il va mourir insolvable.

Jeter les clefs sur la fosse. — Renoncer à la succession d’une personne, parce qu’elle doit trop; locution qui vient de ce que, dans l’ancien droit, la personne qui renonçait mettait effectivement les clefs sur la fosse. (littré.)

 

TOURNAI    Ruer l’ clé su l’ fosse.

 

685 

clêr

CLERC

C’ èst l’ clêr dè Baudoûr qu’ a passé par là.  (MONS)

 

litt. C’est le clerc de Baudour qui a passé là.

Se dit des personnes qui, ayant entrepris une chose au-dessus de leurs forces, sont obligées de s’arrêter faute de ressources.

 

I faut qu’ i a ieû dins l’timps à Baudoûr in clêr qui s’ apèlwat  Monsieû Dargent coûrt; dèpwis m’ sovenance, quand quèlqu’un cominchwat in batimint, èt qui n’ savwati nié l’ achèver, au rapôrt qu’ il étwat boulcoûrt dé iârds, dj’ aî toudi intindu dîre : “C’ èst co assûré l’ clêr dé Baudoûr qu’ a passé par là.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1850)

 

686

clêr

Il a faît on pas d’ clêr. (namur)

 

litt. Il a fait un pas de clerc.

Faute commise par ignorance ou par étourderie dans une afaîre; démarche inutile, maladroite. (littré)

Pr. fr. — IL a fait un pas de clerc. Ma langue en cet endroit a fait un pas de clerc.

(molière. Le dépit amoureux. IL, sc. 4)

 

687 

cloke

CLOCHE

Li ci qui n’ ètind qu’ ine cloke, n’ ètind qu’ on son.

 

litt.  Celui qui n’entend qu’une cloche, n’entend qu’un son.

Pour prononcer dans une affaire, il faut entendre les deux parties. (ACAD.) — Audiatur et altera pars. (SALOMON.) — Cf. loysel. Inst., n° 868. — Qui statuit aliquid, parle inauditâ altera, œquum licet statuent, haud œquus fuit. (senec.)

Pr. fr. — Qui n’entend qu’une cloche, n’entend qu’un son.

Qui n’entend qu’une partie, n’entend rien.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

Po l’ Flamind, on-èst tote orèye,

On n’ faît qui 1′ soûrdaud po l’ walon.

È bin, volez-ve qui dji v’s-èl dèye :

Quî n’ ôt qu’ ine cloke n’ ètind qu’ on son.

(Jos. kinable. Nosse wallon â Sénat. 1886)

 

VARIANTE     L’ ci qu’ ètind onk, n’ ètind nin l’ ôte.

(REMACLE. Dic.)

 

charleuoi.        

Èt quand su l’ pus p’tit brût, i vos foutenut ‘ne lèçon,

C’ èst qu’ quî n’ intind qu’ ène clotche n’ intind qu’ in son.

(L. bernus. L’ tortûe èyèt lès canârds. Fauve. 1873)

 

688  

cloke

On-z-a todë dët : quand l’ cloke soneûve,

Li boun-ovrî dëstèleûve.   (jodoigne)

 

litt. On a toujours dit : quand la cloche sonne

Le bon ouvrier quitte son travail.

Il faut de la ponctualité en tout. Le bon ouvrier a besoin de repos.

 

689

clokî

CLOCHER.

I fât qui l’ clokî seûye â mitan dè viyèdje.

 

litt.  Il faut que le clocher soit au milieu du village.

Il faut mettre à la portée de chacun une chose dont tout le monde a besoin, ou doit, profiter. (ACAD.)

Pr. fr. — Il faut placer le clocher au milieu de la paroisse.

Cité par forir. Dict.

 

NAMUR     I faut todi mète li clotchî au mitan dè l’ parotche.

 

690 

hink èt plink

CLOPIN-CLOPANT

Aler hink èt plink.

 

litt. Aller de ci de là.

Être aviné, fatigué; marcher en clochant quelque peu; clopiner. (littré)

Cité par forir. Dict.

 

1er convive I n’ rote qui hink èt plink.

2e CONVIVE Èt lu n’ pout pus roter.

(alcide PRYOR. Sôlèye èt pansa. 1859)

 

On s’ arèsta à l’ Wafe èt d’vins deûs’, treûs bastringues,

On n’ louka nin à ‘ne djèye, on rivena hink èt plink.

(M. THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

Quéke timps après, on lanskinèt qu’ aveût s’tu à Tîleû s’ fé bèrzingue, rintra à Lîdje po l’ pwète di St-Lorint tot ‘nn’ alant hink èt plink.

(G. magnée. Li houlote. 1871)

 

MONS     Hink-ét-pink, subs. masc. Boiteux.

(sigart. Dict. 1870)

 

LILLE    Marcher in chip in chop’.

(vermesse. Voc. 1864)

 

691 

clâ

CLOU

On clâ tchèsse l’ ôte.

 

litt. Un clou chasse l’autre.

Une nouvelle passlon, un nouveau goût en fait oublier un autre. (ACAD.)

Pr. fr. — Un clou chasse l’autre.

Cité par forir. Dict.

 

MARCHE    

Maleûr au cî qu’ èst l’ bon apôte.

Dès qu’ on l’ porsût, on clau tchèsse l’ ôte.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NAMUR   

Aus sorvinants, i nos faut bin fé place,

Aus novias v’nus, fripons ou brâvès djins,

On clau tchèsse l’ ôte, insi di race en race

Èt djusqu’à l’ fin dès fins.

(WÉROTTE. One dièrin.ne romance po sèrer l’ satch. 1867)

 

692 

clâ

Mète on clâ à s’ wahaî.

 

litt. Mettre un clou à son cercueil.

Avancer l’heure fatale.

Se dit à celui qui boit immodérément, à chaque verre qu’ il ingurgite.

 

VARIANTE     Ot’tant di d’mèye, ot’tant d’ clâs à s’ wahaî.

Cité par forir. Dict.

 

godinasse.

…. Vos frez bin dès pus vîs-ohaîs

Ca chake hèna, v’ savez qui c’ è-st-on clâ d’ wahaî.

(ed. remouchamps. Li savetî. II, sc. 6. 1861)

 

var. MARCHE    C’ èst dès claus d’ vachaî qu’ totes nos pon.nes.

 

var. JODOIGNE  Lès trikas, c’ èst dès claus d’ vacha. — L’ cë quë s’ boute à bwèsson, rabote së vacha.

 

var. MONS   C’ èst tous claus d’ lusiau.

Ce sont tous clous de cercueil.— Ce sont tous acheminements vers la mort.

 

Enfin, tous maladîe d’ grand-pêre, tous claus d’ lusiau, come on dit à Mont.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1848)

 

693 

clâ

I hagnereût on clâ è deûs.

 

litt.  Il mordrait un clou en deux.

Il est affamé.

Cité par forir. Dict.

 

MARÈYE BADA

Dj’ a si fin qui dj’ hagnereû,

So m’ fwè, on clâ è deûs.

(de harlez, de CARTIER, de vivario et fabry. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne. II, sc. 4. 1757)

 

… Nos lèyans l’ fricassêye,

Po l’ dîmègne; mins on clâ, nos l’ hagnerîs bin è deûs

Qwand l’ dîner vint; ossu, li magne-t-on a r’lètche-deût.

(ED. REMOUCHAMPS. Lès deûs vwèsins. 1876)

 

var. TOURNAI    Tran.ner dès machwâres.

 

694 

clâ

Il a todi l’ clâ po l’ hasi.

 

litt.  Il a toujours le clou pour le river.

On ne peut le prendre au dépourvu. (ACAD.)

Pr. fr. — On ne peut le prendre sans vert.

 

Dihez-lî çou qui ç’ seûye, il ont l’ clâ po l’ hasi,

Èt s’trovèt mâlureûs d’ aveûr on sôrt insi.

(G. delarge. Ine copène conte lès pèketeûs. 1873)

 

var. TOURNAI  Avoir tous sès dints.

(Être prompt à la réplique.)

 

695 

clâ

Hasi 1′ clâ.

 

litt. River le clou.

Répondre fortement, vertement, de manière qu’on n’ait rien à répliquer. (ACAD.)

Pr. fr. — River à quelqu’un son clou.

Cité par forir. Dict.

 

Po trover po hasi m’ clâ,

Vos r’batrîz tote li porotche.

(thiry. Li bon djoweû âs vîs djeûs Lîdje. Chanson. 1859)

 

Quî fait çou qu’ i pout n’ faît nin mâ

Maîs qwand vos m’ divrîz hasi m’ clâ

Dji so capâbe di n’ rin fé d’ ôte.

(An. picard. Toast au bankèt walon. 1874)

 

NAMUR

Dj’ a rovî one saqwè, i faut qui dj’ vos-è cause.

Câr c’ èst là 1′ grande afaîre,

Li vrai trau dins l’ èplausse,

Li pus grand tch’vau d’ bataye di nos pus grands savants,

I faut river leû clau là-d’ssus come su 1′ rèstant.

(A. DEMANET. Oppidum Atuaticorum. 1843 — Ann,. de la Soc. arch. de Namur . T. II)

Autre significatlon : Pour achever, pour comble.

(FORIR. Dict.)

 

TONTON

Vîve li musèle,

Vîve li miscât,

I gn-a co qu’ zèls

Po r’haszi 1′ clâ.

(DE harlez, de cartier, vivario et fabri. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne. III, Sc. lre. 1757)

 

Buvans on côp po r’hasi l’clâ,

Qui l’ djoû d’ oûye nos seûye on djoû d’ fièsse.

(Chanson en l’honneur de Velbruck. 1772)

 

696 

cleau (picard)

S’ pégner avèc in cleau. (TOURNAI)

 

litt. Se peigner avec un clou.

Se dit d’une personne qui ne soigne pas sa chevelure.

 

VARIANTE  Si pingnî avou on cwârdjeû èt fé s’ rôye avou on clâ.

 

697 

pourcê

COCHON

Qwand l’ pourcê èst sô, lès r’laveûres (ou: lès navaîs) sont seûr(e)s.

 

litt. Quand le cochon est rassasié, les lavures d’écuelles (ou les navets) sont aigres.

« Quand on a désiré vivement une chose et qu’on la possède, on la rejette avec mépris pour en désirer une plus belle. »

(FERD. hénaux. Études sur le wallon. 1844)

Pr. fr. — A ventre soûl, cerises amères. — Quand les cochons sont soûls, ils renversent leur auge.

(leroux. Dict. comique. 1752)

Au dégousté le miel amer est.

(XVIe siècle)

Cité par forir. Dict.

 

MARCHE   Quand lès pourcês sont sôs, lès glands sont seûrs.

 

NAMUR    Qwand lès pourcias sont sôs, lès navias sont seurs.

 

CHARLEROI    

Dj’ sû crâs come via

Èt i m’ faut du nouvia,

Quand lès pourchas sont crâs,

Tous lès navias sont sûrs.

(L. BERNUS. Lè r’nau èyèt lès dindons. Fauve. 1873)

 

MONS   Quand’ lés pourciaus sont sous, lès r’lavures sont sures.

 

MONS  Lè qu’ on aporte dè l’ tarte, là qu’ is mindjent, là qu’ is bwevetét co toudi, si bé què quand 9 eûres a soné, l’ payisan trouvwat qu’ lés-èrlavures étiont surtes.

(LÈTELLIER. Ârmonak dé Mont. 1833)

 

JODOIGNE  Quand lès pourcias sont soûs, lès glands sont sèrs. — Quand lès vatches sont soûles, lès navia sont sèrs.

 

698 

pourcê

Magnîz-è, lès pourcês n’ è volèt pus.

 

litt.  Mangez-en, les pourceaux n’en veulent plus.

« Vieux dicton qu’on emploie ironiquement pour répondre à quelqu’un qui offre une chose ou les restes d’une chose dont il est dégoûté. » (QUITARD. Dict., p. 618-619)

Mangez de nos prunes, nos pourceaux n’en veulent plus.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

699

pourciau (picard)

Dj’ n’ aî gnié trop d’ sûr pou m’ pourciau. (MONS)

 

litt.  Je n’ai pas trop de pÈtit lait pour mon porc.

Je suffis à peine aux besoins de mon intérieur, je ne suis pas tenté d’aller chercher de la besogne ailleurs.

(SIGART. Dict. du wallon de Mont. 1870)

 

700 

pourcê

Fez dè bin à vosse pourcê, vos l’ ritroûverez à lârd.

 

litt.  Faites du bien à votre pourceau, vous le retrouverez à lard.

Savoir faire un sacrifice dans l’espoir d’un avantage futur.— Mettre à intérêt.

Il ne perd point son aumosne, Qui à son cochon la donne.

(LEROUX DE LlNCY)

 

NAMUR  Quand on faît do bin à s’ pourcia, on l’ ritroûve dins 1′ laurd.

 

JALHAY      PIÈRÈTE

On dit toudi qu’ ci qui faît do bin à s’ pourcê èl rutroûve à lârd. Èdon Matî ?

MATÎ

Djo l’ a ètindou dîre bin dès fîyes.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 10. 1861)

 

MONS L’ ceu qui faît du bié à s’ pourciau l’ èrtroûve à s’ salwa. Celui qui sait faire un sacrifice pour réussir une chose, en recueille les fruits tôt ou tard.

(LETELLIER. Proverbes montais. Arm. dé Mont. 1848)

 

LILLE  

Qui faît du byin a sin pourchau

Leu r’trouve din sin salô.

(vermesse. Voc. du patois lillois)

 

701  

pourciau (picard)

I r’chane tout à lès pourciaus,

Avè 1′ vieûs, i faît du nouviau.  (MONS)

 

litt.   Il ressemble entièrement aux cochons,

Avec le vieux, il fait du nouveau.

Parce que le cochon, en mangeant des ordures, en produit d’autres.

(SIGART. Dict. du patois de Mons. 1870)

 

702 

pourcê

Raviser l’ pourcê, fé dè bin après s’ mwèrt.

 

litt. Ressembler au porc, faire du bien après sa mort.

Se dit des avares, qui ne font du bien qu’à leurs héritiers.

 

C’ èst tot come li grusus, i s’ aritchih à twèrt,

Èt faît, comme li pourcê, baîcôp d’ bin après s’ mwèrt.

(dehin. L’ ome, li pourcê, li gade èt l’ mouton, Fâve. 1850)

 

Fé dè bin après s’ mwèrt, c’ èst fé come lès pourcês,

Tote si vèye, vosse mononke l’ aveût bin assez faît.

(A. hock. Mœurs et coutumes liégeoises. 1872)

 

703 

pourcheau

(picard)

Sint-Antwane, i èst malade, ch’ èst l’ pourcheau qui faît 1′ cwisine.        (TOURNAI)

 

litt.  Saint Antoine est malade, c’est le cochon qui fait la cuisine.

Se dit par plaisanterie lorsque la ménagère est remplacée dans son office de cuisine par son mari ou un autre membre de la famille peu au courant des choses du ménage.

 

704 

pourcê

Po lès pourcês, tot fait hô.

 

litt. Pour les cochons tout fait tas.

Pour certaines gens tout est bon.

 

705

pourcê

I faît come li pourcê da Djakèt, i vout t’ni s’ rang.

 

litt. Il fait comme le pourceau de Jacquet, il veut tenir son rang.

Il a une mauvaise réputatlon et il fait tout pour la mériter.

 

706

pourcê

S’ i gn-aveût nin dès pourcês, i gn-âreût nin dè lârd.

 

litt. S’il n’y avait pas de porcs, il n’y aurait pas du lard. Réponse à l’injure : vos-èstez on pourcê.

Le pauvre que nourrit sa graisse,

Du cochon ne parle point mal;

Laissons l’orgueil et la paresse

Insulter le pauvre animal.

(pierre DUPONT)

 

var. JODOIGNE    Sins vatche pont d’ via.

 

707 

pourcê

So l’ timps qu’ on dwème, lès pourcês (/ lès gades) magnèt lès djotes.

 

litt.  Sur le temps (pendant) qu’ on dort, les cochons (les chèvres) mangent les choux.

Où la surveillance manque, le gaspillage s’introduit.

 

malmedy  So l’ timps qu’ tu frotes tu mére, lès pourcês magnèt lès r’lâvores.

 

708

pourcê

I fât atchèter l’ pourcê crâs èt l’ mohone bâtèye.

 

litt. Il faut acheter le porc engraissé et la maison bâtie.

Pour faire un bon marché, il faut profiter des dépenses et des peines des autres.

On doit acheter pain et maison faite.

(Prov. commun. XVe siècle)

 

709 

pourcha

Austant chîs pourchas qu’ in tchîn, il a co pus d’ tripe.    (nivelles)

 

litt. Autant six pourceaux qu’un chien, il y a encore plus de boudin.

Se dit d’une personne qui n’est pas dégoûtée.

 

710

pourcê

Il avise qu’ on-âye situ wârder lès pourcês avou lu.

 

litt. Il semble qu’ on ait été garder les cochons avec lui.

Se dit pour faire sentir à un inférieur ou à un homme que l’on connaît peu, qu’ il s’oublie et qu’ il en use trop familière­ment. (ACAD.)

Pr. fr. — Il semble que nous avons gardé les cochons ensemble.

Cf. Camarades comme cochons.

Manger le cochon ensemble.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

711  

pourcê 

On pourcê  in.me mî on stron qu’ ine lé-moscâde.

 

litt. Un porc aime mieux un étron qu’une noix muscade.

On préfère, en général, les choses dont on peut retirer plaisir ou profit.

Pr. fr. — Aux cochons la merde ne pue point.

(Dct.. port. des prov. fr. 1751)

Truie aime mieux bran que rosés.

(France)

A Liège, dans les classes populaires, la noix muscade est l’épice la plus recherchée; c’est elle qu’ on met dans le gâteau des rois.

Trahit sua quemque voluptas.

(virgile. IIe Eglogue.)

Mais le moindre grain de mil

Ferait bien mieux mon afaîre.

(lafontaine.)

 

712 

pourcheau

(picard)

Norîr l’ pourcheau pou lès-eautes.  (tournai)

 

litt. Nourrir le cochon pour les autres.

Avoir eu la peine et laisser le profit à d’autres.

 

713 

pourcê

Ossi d’gosté qu’ on pourcê qu’ a magnî ine seûre pome.

 

litt. Aussi dégoûté qu’un porc qui a mangé une pomme sûre (verte).

Se dit des gens nâreux. (sic)

 

FRANÇWÈS

Li fèye mi louke à pône, èt 1′ mère faît todi ine mène come on pourcê qu’ a magnî ‘ne seûre pome.

(demoulin. Dji vou, dji n’ pou. I, sc. 8. 1888)

 

DJÂKE

Èle mi faît, sins qu’ dji n’ sésse ni poqwè, ni po come,

Ine loufe come on pourcê qu’ a hagnî d’vins ‘ne seûre pome.

(DD. salme. Ine feume qu’ ènnè vât deûs. Sc. 14. 1876)

 

714 

pourcê

Ci n’ èst nin âs pourcês à pwèrter dès man­tchètes.

 

litt.  Ce n’est pas aux pourceaux à porter des manchettes. L’élégance ne sied pas à tout le monde.

 

715 

pourcê

 pus baî pourcê, li pus laîd stron.

 

litt.  Au plus beau pourceau le plus laid étron.

On n’est pas toujours récompensé selon son mérite.

 

716 

pourcheau

(picard)

Ch’ èst doner du chuke à in pourcheau.   (tournai)

 

litt. C’est donner du sucre à un pourceau.

Vouloir taire éprouver à quelqu’un une jouissance physique ou morale qu’ il n’est pas capable d’apprécier.

Semer les marguerites devant les pourceaux.

(Père jean-marie. Le divertissement des sages. 1665)

 

var. CHARLEROI   JÈLIKE

Cè s’rè in-osti t’t-aussi inutile qu’ ène cinkième roûe à in tchâr, èyèt cè s’rè doner dès pèles à in pourcha.

(L. BEHNUS.  Li malade Snt-Tîbaut. II, sc. 6. 1876)

 

717

coûr

CŒUR

Bon coûr èt mâle tièsse.

 

litt. Bon cœur et mauvaise tête.

Les gens étourdis et inconsidérés ont souvent de bonnes intentions, un bon cœur. (ACAD.)

Pr. fr. — Mauvaise tête et bon cœur. Cité par forir. Dict.

 

JODOIGNE    Bon keûr èt stornéye tièsse.

 

718

coûr

Il a bon coûr, i n’ rind nin (/ mây).

 

litt. Il a bon cœur, il ne rend pas (/ jamais).

Se dit des gens qui ont l’habitude de conserver ce qu’ on leur prèt’.

Pr. fr. — Il a bon cœur, il ne rend rien.

(ûudin. Curiositez françaises. 1640)

 

719

coûr

Fé bon coûr so mâlès djambes.

 

litt. Faire bon cœur sur mauvaises jambes.

Ne pas se laisser abattre par la contradictlon, par les échecs, parles revers. (ACAD.)

Faire contre mauvaise fortune bon cœur. — Faire bonne mine à mauvais jeu.

 

Èt si l’ brut d’ tchin.ne qu’ il ôt li faît on pau frusi,

I faît dè mons bon coûr so mâlès djambes.

(SlMONON. Li spér. 1828)

 

So mâlès djambes, qu’ on fasse bon coûr,

Èt so nosse compte, s’ i s’ vint impli,

Tûsans ine manîre à nosse toûr,

So s’ compte ossi di nos d’vèrti.

(FR. bailleux. Monsieû Sansowe. Ch. 1843)

 

Mâleûreûsemint, i m’ fât fé bon coûr so mâlès djambes

Èt r’noncî â plaîsîr qui cisse fièsse-là ni mâkereût nin di m’ procurer.

(FORIR. Lète à l’ confraîréye walone. 1861)

 

NAMUR    Dji sèrè sovint oblidjî di fé,

Come on dit, bon keûr su des mwaîjès djambes.

(J. COLSON. One toûrnéye do présidint dè l’ Rèpublike. Ch. 1862)

 

MARCHE               

Il èst bin timps, mès pauvès-âmes,

Do fè bon coûr so mwaîjès djambes.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

auvergne   Countre fortune boun cœur.

 

provence   Countro marrido fourtouno boun cor.

(Comp. pop. prov. Revue des langues romanes. 1881)

 

720

coûr

 I ravise sint-Amand, il a 1′ coûr so 1′ min.

 

litt. Il ressemble à saint Amand, il a le cœur sur la main.

Est-ce un proverbe iconologique ? Ou a-t-on tout simplement

joué sur le nom de  saint Amand, comme l’a fait l’auteur de l’épitaphe suivante, qui se trouvait dans une église de Worms?

 

Prœsul amavit oves proprias, et pavit Amandus;

Idcirco superis semper amandus erit.

llle Deum docuit ardenter Amandus amandum,

Èt nobis igitur semper amandus erit.

Ne pas déguiser sa pensée, ses sentiments. (littré)

Pr. fr. — Avoir le cœur sur la main.

Cité par forir. Dict.

 

Li mène djoyeûse èt l’ min.me pinsêye è l’ tièsse,

Nos-èstans v’nou po v’ dîre, li coûr so 1′ min,

Qui nos v’ kèyans voste oneûr èt vosse pièce.

(G. delarge.  Hommage à M. Math. Grandjean, 1878)

 

Dji va vèyî m’ grand-mére Tonton, ine vèye feume qu’ a l’ coûr so l’ min.

(L. peci.ers. Matî Bablame. Chansonnette. 1877)

 

NAMUR

Dji voreûve qu’ on fuche camarâde,

Dji prind grosse botèye à tèmwin,

Sins jamaîs fé dès mascarâdes,

Vraîye amitié, li keûr su l’mwin.

(WÉROTTE. Li pèkèt. Chanson. 1867)

 

NIVELLES    Come sint-Amand, c’ èst l’ keûr su l’ min.

 

721 

coûr

I m’ gotéve è coûr.

 

litt. Il (cela) me gouttait dans le cœur.

J’en avais le pressentiment.

Être l’objet d’une inquiétude, d’un tourment. (littré)

Tenir au cœur.

Cité par forir. Dict.

 

C’ èst qu’ gotéve è coûr d’ nosse Gamâ,

Qui 1′ gouvèrneûr èsteût ‘n-ome fâs.

(J.-J. hanson. Lès Lusiâdes è vêrs lîdjwès. Ch. I. 1783)

 

Cisse mâle aweûre-là èsteût bin lon d’ lî goter è coûr; ossi fout-i fèlemint amaké d’ ôre li grèfî li ramehî l’ long babouyèdje di s’ condanâcion.

(G. magnée. Li houlote. 1871)

 

DJÈRA

Çoula m’ gotéve è coûr… enfin, volà… dj’ î so.

(ED. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèra. I, sc. 3. 1875)

 

JODOIGNE     Ça m’ goteûve è l’ âme.

 

722

coûr

Avu 1′ coûr come on pan.

 

litt. Avoir le cœur comme un pain.

Avoir le cœur gros, oppressé.

 

723

coûr

Bon coûr ni sâreût minti.

 

litt. Bon cœur ne pourrait mentir.

Être franc et sincère, parler sans aucun déguisement, être bienveillant, serviable. — Cœur droit hait le mensonge.

On dit aussi : Bon cour ni pout minti.

Li bon cuer ne puet mentir. (Chronique de Jean d’Outremeuse. Livr. I. XILe siècle.)

Cité par forir. Dict.

 

Abèye tos lès Condrosîs!

Corans lî fé fièsse. Lès Lîdjwès po l’ bin fièstî

S’ ont mètou foû d’fwèce.

S’ is n’ èstint nin si polis,

Bon coûr ni sâreût minti.

(Couplet dédié â comte di Mèyan, prince di Lîdje, pa lès Condrosîs. 1792)

 

MADELIN.NE  Insi, c’ èst vos, Waltêr, qu’ a sâvé l’ vèye à m’ fis.

WALTÊR   C’ èst da meune come da vosse, bon coûr ni pout minti.

(dehin. Tchâr èt panâhe. (Les Chiroux et les Grignoux.) 1846)

 

On colon, quékes fèyes, a bon coûr,

Èt bon coûr ni sâreût minti.

(bailleux. Li colon èt l’ frumihe. 1851)

 

724 

coûr

Avu 1′ has’ di coûr.

 

litt. Avoir l’as de cœur.

Jeu de mots. Être courageux. Cité par forir. Dict.

 

C’ èst qwand l’ dandjî èst tot près

 Qu’ on veût l’ ci qu’ a 1′ has’ di coûr.

(Fr. BAILLEUX. Li liyon èt l’ tchèsseû. Fâve. 1856)

 

Nostle ome n’ aveût nin l’ has’ di coûr, ossi n’ fout-ce qu’ avou 1′ pôce è hôt qu’ i s’ rinda wice qui lès crèn’kinîs s’ rassonlît.

(G. magnée. Li crèn’kinî dè prince-abé di Stâveleû. 1871)

 

… Ça candja tote l’ afaîre,

Là, 1′ ci qu’ n’ aveût nin pus d’ has’ di coûr qu’ on poyon

Ni fout pus à mîstri, c’ èsteût on vraî liyon.

(DD. salme. Li lîve èt lès rin.nes. Fâve. 1877)

 

TÂTΠ  Si dji n’ mi ratenéve nin, dji v’ sipatereû l’ busaî.

BIÈTEMÉ  V’ n’ avez nin l’ has’ di coûr, po fé ine keûre parèye.

(ED. remouchamps. Tâti l’ pèrikî. I, sc. 7. 1885.)

 

725 

keûr

Avwar l’ keûr oussi dûr qu’ ène inglème dè marissieau.                                         (TOURNAI)

 

litt. Avoir le cœur aussi dur qu’une enclume de maréchal.

Être insensible aux grandes douleurs, avoir le cœur dur, ne pas compatir au malheur d’autrui.

 

TOURNAI Jeu l’ coneo, malgré sès bèles paroles, i a l’ keûr oussi dur qu’ ène inglème dè marissieau.

(Pierre brbnehault. (Leroy). In ménâje d’ francs pauves. Sc. 6. 1891)

 

var. JODOIGNE   Oyë ostant d’ keûr qu’ one vîye savate.

 

726  

cougnèye

COGNÉE

Hatchî à l’ cougnèye.

 

litt. Hacher à la cognée.

Se dit d’un ouvrage de main, qui est grossièrement fait d’un ouvrage d’esprit mal fait, mal tourné; d’un homme mal fait, mal bâti. (ACAD.)

Pr. fr. — Cela est fait à la serpe.

 

saint-quentin 

Ch’ èst mi qu’ j’ ai compôsé l’ kinchon,

Mi ch’ boukiyon d’ chès bos d’ Orlon.

A cueups d’ sèrpe, ale èst fète,

In l’ vwat byin,

Mais gn-a keur byin d’s-eutes biêtes :

Vous m’ intindez byin.

(GOSSEU. Lettres picardes, 1848.)

 

var. LILLE   Faire à la grosse morbleute.

(VERMESSE. Vocabulaire du patois lillois. 1861)

 

727 

cougnèye

I n’ fât nin taper l’ mantche après l’ cougnèye.

 

litt. Il ne faut pas jeter le manche après la cognée.

Se rebuter, abandonner totalement une afaîre, une entre­prise, par chagrin, par dégoût, par découragement. (ACAD.)

Pr. fr. — Jeter le manche après la cognée. Cité par forir. Dict.

 

MARCHE    Ni tape nin l’ mantche après l’ cougnèye.

 

NAMUR     Taper l’ mantche après l’ hatchète.

 

JODOIGNE    Taper l’ mantche après l’ coûtia, ou l’ cougnîye.

 

var. FERRIERES   I n’ fât nin èvoyî 1′ râve après l’ houvion.

 

728 

cougnèye

Aler â bwès sins cougnèye.

 

litt. Aller au bois sans cognée.

Entreprendre quelque chose sans se munir de ce qui est nécessaire pour réussir. (ACAD.)

Pr. fr. — Aller au bois sans cognée. Voir le proverbe suivant.

 

729 

cougnèye

Mète li cougnèye à l’ âbe.

 

litt. Mettre la cognée à l’arbre. Commencer une entreprise. (ACAD.)

Pr. fr. — Mettre la cognée à l’arbre.

 

Djâspa, qwand vos m’ hantîz, vos d’vîz fé dès mohes à deûs cous. Si v’ n’ avez nin stu â bwès sins cougnèye, dji pou dîre qui v’s-avez à pône mètou l’ cougnèye à l’ âbe.

(remacle. Dict.)

 

Alons, boutans l’ cougnèye. Cette expresslon s’emploie souvent dans les campagnes avant de commencer un ouvrage quelconque. C’est une espèce de bénédicité comme le : atakans, mès-èfants.

 

730 

gâmète

COIFFE

Totes les gâmètes

Ont leû quowète.

 

ijtt.   Toutes les coiffes  / Ont leur cordon.

Toutes les actlons ont leurs conséquences; se dit surtout en mauvaise part, lorsque les suites n’ont pas été heureuses.

 

731 

plakî

COLLER

I plake come hârpih.

 

litt. Il colle comme poix.

C’est un imposteur; il s’impose; on ne peut s’en débarrasser.

Chassez-le par la porte, il rentrera par la fenêtre.

Pr. fr. — Cela tient comme poix.

Se dit d’une chose qui tient fortement à une autre.

(POITEVIN)

 

Sès noûvès hâres so s’ cwèrps ètike

Plakèt co pés qui dè l’ hârpik.

(GERARD. On halcotî dè grand monde. 1890)

 

732

plakî

I va plakî âs cwèsses.

 

litt. Il va coller aux côtes.

Il va faire chaud. — Nous allons avoir une flère alerte.

 

… I va plakî âs cwèsses.

(remouchamps. Li savetî. Acte 2, sc. 4. 1858)

 

733

plakî

Ine bone, cisse-lale : plakîz-le â meûr.

 

litt. Une bonne, celle-là : collez-la au mur.

Voilà un trait plaisant, une chose incroyable; cela mériterait d’être affiché.

Pr. fr. — En voilà une colle; parce qu’une attrape est comparée à une chose qui colle. (littré)

 

TITINE  Èlle a l’ fîve di lècê.

BOUHON   Cisse-lalle, djè l’ clawrè â meûr.

(DEMOULIN. On pèhon d’ avri. Sc. 2. 1865)

 

DJÂKE  Ènn’ a qu’ ont mons sofri qui l’ èglîje rilîve sint. (sic)

tossaint.

Plaquans ci-cial â meûr.

(DD. SALME.  Ine feume qu’ ènnè vât deûs. Sc. 14. 1876)

 

NAMUR   C’ èst lèye (Cérès’) qui fait tot poûsser dins lès têres èt lès djârdins; quand i lî plaît, lès-anéyes sont bones ou mwaîjes. — Clawez ç’tèle-là su l’ meûr di grègne.

(Li métolojîye. La Marmite, Gazette. 1884)

 

CHARLEROI   ARGAN  Djè n’ l’ èvôyeraî nén dins in couvint?

TWÈNÈTE Non.

ARGAN Non ? È bin, ç’tèlle-là, on l’ pout’claper au mur !

(L. BERNUS. L’ malade Sint-Tîbaut. I, sc. 8. 1876)

 

JODOIGNE     One riwède, cisse-lal, plakîz-le à l’ mëraye.

 

734                   

colèbeû

COLOMBOPHILE

Djon.ne colèbeû,

Vî bribeû;

Vî colèbeû,

Vî gueûs.

 

litt. Jeune amateur de pigeons, / Vieux mendiant;  / Vieil amateur de pigeons, / Vieux gueux.

N. B. Les amateurs de pigeons (voyageurs), très nombreux dans le pays de Liège, dépensent beaucoup d’argent en paris, etc. On en a vu négliger entièrement leurs affaires pour se livrer à leur coûteux passe-temps.

On a souvent appliqué la même réflexion morale aux braconniers, etc.; au lieu de colèbeû, on dit parfois : pèheû, tindeû, tchèsseû, etc.

 

STAVELOT   Djon.ne tchèsseû, vî bribeû.

 

MALMEDY     

Djon.ne musicyin, djon.ne monsieû.

Vî musicyin, vî bribeû.

 

MONS  

Tindeû, cacheû, pèskieû,

Twas mèstiers d’ gueûs.

(SIGART.   Dict. 1870)

 

PICARDIE

Cacheûs, pèkeûs, tendeûs,

Trwas métiers d’ gueûs.

(CORBLET. Gloss. 1881)  (…)

 

735

kimincemint

COMMENCEMENT

Té k’mincemint, téle fin.

 

litt.  Tel commencement, telle fin.

En général une chose finit comme elle a commencé.

Cf. On récolte ce qu’ on a semé.

 

DJIRÂD

 pus baî qu’ on s’ aléve pingnî,

On-z-a faît l’ pây, tot èst roûvi;

Mais n’ avêreût-i nin bin,

Come on dit: “Té k’mincemint, téle fin” ?

(DE CARTIER, FABRY, etc. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne. III, sc. 1re. 1757)

 

Pr. contr. : Non eodem cursu respondent ultima primis. (…)

 

JODOIGNE      Fënë come on-a k’mincî.

 

basse-allemagne — Wie der Anfang, so das Ende.

 

736

kipagnèye

COMPAGNIE

C’ è-st-on violon d’vins ‘ne kipagnèye.

 

litt.  C’est un violon dans une société.

C’est un homme fort amusant, qui plait en société par ses saillies, ses chants, ses bons mots. Cité par forir. Dict.

 

C’ è-st-on violon d’vins ‘ne kipagnèye,

I n’ èst nin bièsse, il a d’ l’ èsprit;

Qwand i djowe sès p’titès fraîrèyes,

On n’ pout ôtemint qu’ di s’ rèdjouwi.

(Paskéye po lrécèpsion d’ M. De Herve à l’ keûre di N.D. âs font. 1789)

 

var. NIVELLES  

Djan passéve pou 1′ violon dins tous les cabarèts,

À 1′ danse, i dirijéve valse, polka, minuèt.

(M. renard. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle. Ch. I. 1857. 1re éd.)

 

737 

kipagnîe

N’ aveûr jamaîs su k’pagnîe plène. (malmedy)

 

litt. N’avoir jamais sa compagnie pleine.

N’être jamais content de ce que l’on a.

(Armanak walon do l’ saméne. 1886)

 

738 

kipagnèye

I vât mî d’ èsse tot seû qu’ è mâle kipagnèye.

 

litt. Il vaut mieux être tout seul qu’en mauvaise compagnie.

Il faut éviter la société des méchants.

Pr. fr. — Il vaut mieux être seul qu’en mauvaise compagnie. Cf. lafontaine. L’ourlet l’amateur de jardins.

 

MONS I vaut mieux ète tout seû qu’ in mauvaîse compagnîe

(LETELLIER. L’ ours’ éyet l’ jardinier. Armonak dé Mont. 1885)

 

739 

complumint

COMPLIMENT

C’ è-st-on complumint frîsé so ‘ne savate.

 

litt. C’est un compliment frisé sur une savate.

Cela ressemble à un compliment, mais c’est une ironie, une méchanceté. Ce sont des paroles désobligeantes.

 

740 

complumint

Dès complëmints, ça n’ èst ni coursâbe.  (JODOIGNE)

 

litt. Des compliments, cela n’est pas coursable.

Se dit quand on attend un pourboire en récompense d’un service, Èt qu’ on ne reçoit qu’un remercîment.

 

741 

compte

COMPTE

Chaskeune si compte, li diâle n’ ârè rin.

 

litt. Chacun son compte, le diable n’aura rien.

Quand une afaîre se règle en toute justice, le diable seul n’y trouve pas son compte.

Il faut que chacun ait ce qui lui revient. (littré)

Pr. fr. – Chacun son compte.

 

VAR.  JODOIGNE  Chacun s’ compte, c’ èst rén d’trop, di-st-ë l’ Lîdjwès..

 

742

compte

Lès bons comptes fèt lès bons-amis.

 

litt. Les bons comptes font les bons amis.

On ne peut être ami sans garder la foi et la justice les uns aux autres. (littré)

Pr. fr. — Les bons comptes font les bons amis.

Cité par forir  Dict.

 

SUZANEZ … à qwèi deû-dje l’ oneû di vosse visite ?

MONSEÛR

A 1′ coûsse dè timps qui faît qui l’ meûs ‘nnè va fwèrt vite.

Èt â spot : lès bons comptes fèt lès bons-amis.

(TH. COLLETTE. Ine vindjince. I, sc. 1. 1878)

 

var. VERVIERS       

Bon payeû plaît, tot l’ monde l’ in.me;

Quî n’ compte nin su trompe lu-min.me.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

VAR. STAVELOT  Èreûr ni faît nin compte.

 

MONS

Dj’ aî acsèpté èt dj’ lî aî bayé quitance.

Insi, tout-èst dit; lès bons comptes font lès bons amis’.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1853)

 

743

compte

Çoula èt rin, c’ èst l’ compte.

 

litt.  Cela et rien c’est le compte.

Ce que vous avez fait, ce que vous avez dit, est insignifiant.

 

VARIANTE  Aveu çoula èt deûs cens’, vos-îrez beûre ine gote.

 

var. JODOIGNE  Avou ça èt qwate cens’, on-a on vêre dè blantche.

 

var. TOURNAI  Cha èt deûs liârds, vous-ârez ène bèle tindûe au boulanjer.

 

744  

compte

On n’ rind nin sès comptes à tot l’ monde.  (stavelot)

 

litt. On ne rend pas ses comptes à tout le monde.

La discrétion est louable; on ne doit pas mettre tout le monde au courant de ses afaîres.

 

745 

compter

COMPTER.

Ni comptans mây quî sor nos.

 

litt. Ne comptons jamais que sur nous.

Ni comptans jamây qui sor nos,

Dit on vî spot.

(dehin. L’ alouuète èt sès djon.nes èt l’ maîsse dè tchamp. Fâve. 1852)

 

VAR. VERVIERS 

Quî vout sîre pauhûle so s’ hame

Faît bon compte èt d’meûre bon-ame.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

basse-allemagne  — Selbst ist der Mann.

 

746 

compter

Quî compte so lès solés d’ on mwèrt, coûrt risse di roter longtimps tot d’hâs.

 

litt. Celui qui compte sur les souliers d’un mort, court le risque de marcher longtemps tout déchaussé.

Ne comptons pas sur l’héritage d’autrui.

 

Et l’on a le temps d’avoir les dents longues, lorsqu’on attend pour vivre le trépas de quelqu’un.

(MOLIÈRE. Le médecin malgré lui. II, sc. 2)

 

VARIANTE  L’ ci qui vout roter d’vins lès solés d’ on mwèrt, coûrt risse dè roter tote si vèye pîds d’hâs.

 

 

747  

compter

Quî compte tot seû, pout compter deûs fèyes.

 

litt. Celui qui compte tout seul, peut compter deux fois.

On se trompe ordinairement quand on compte sans celui qui

a intérêt à l’afaîre, quand on espère ou qu’ on promet une chose qui ne dépend pas absolument de nous. (ACAD.)

Pr. fr. — Qui compte sans son hôte, compte deux fois. — Il ne faut pas compter sans son hôte.

 

TÈRÊSE

C’ è-st-on màva calcul, on compte sovint deûs fèyes

Dit-st-onk di nos vîs spots, qwand c’ èst qu’ on l’ faît tot seû.

(DD. SALME. Ine feume qu’ ènnè vât deûs. Sc. 4. 1876)

 

VARIANTE    

Djoyeûse, qui féve si bin l’ fignon

Conte mi, si rafiya di s’ bate,

On brès’, ine djambe comptéve m’ abate,

I compta sins si hôte (sic), vos l’ savez.  

(HANSON. Li Hinriâde travèstéye. Ch. III. 1780)

 

VAR.  VERVIERS

L’ maôsse d’ aubèrge tùse d’ one manîre,

Èt d’ one ôte, faît l’ ètrindjîr.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

MARCHE        BACATRO

Chake côp qui dj’ alans à l’ pèche,

Dji v’lans gobè dès saumons.

I n’ nos vint qu’ dès p’tits gueûvions

Qui nos d’vrint co liyè crèche.

Èt pus on r’vint d’lé 1′ feû,

Ca l’ pus sovint, on-z-èst frèch;

Èt pus, on r’vint d’lé l’ feû,

Pace qu’ on-z-a comptè tot seû.

(ALEXANDRE. Li pèchon d’ avri. Act. IV, sc. 15. 1858)

 

MARCHE    

Maîs quî compte tot seû, compte deûs côps,

Èt s’ trouve à 1′ fin in brodiau.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NAMUR  

Fuchîz manant, baron ou comte,

Quî tot seû compte, èst bin lon do compte.

(WÉROTTE. Li leup èt l’ tchin. Fâve. 1867 4e éd.)

 

var. NAMUR       

Quand on compte, sovint on discompte.

Quî compte tot seû, compte bin sovint sins s’ bsse.  (…)

 

748 

compter

I pout bin compter qwinze.

 

litt. Il peut bien compter quinze.

Il échouera, qu’ il en soit persuadé.                    

(FORIR. Dict.)

 

var. NAMUR    Compte là-d’ssus èt bwè d’ l’ aîwe.

 

749 

compter

Vos dîrîz qu’ i n’ savahe compter treûs.

 

litt. Vous croiriez qu’ il ne saurait compter (jusqu’à) trois.

A le voir, vous le prendriez pour un niais. Cité par forir. Dict.

 

Vos dîrîz qu’ i n’ sèpe compter treûs,

Èt c’ èst pés qu’ on vî procureû.

Paskèye inte Houbièt èt Pîron so lès troûbes dè l’ majistrature en 1677. 1684)

 

TONTON

 vraîy, à s’ viaîre (sic), on dîreût

Qu’ i n’ sét nin seûlemint compter treûs.

(DE HARLET, de cartier, de vivario, FABRY. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne. III, sc. 1re. 1787)

 

VARIANTE   Vos-avez todi l’ aîr di n’ savu compter qwinze.

(M. THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

VICTÔR Vos dîrîz ine bèguène qu’ a pawou dè d’viser.

BABÈTE Vos dîrîz on bâbau qui n’ sèpe nin treûs compter.

(Ed. REMOUCHAMPS. Lès-amoûrs da Djèra. II, sc. 13.1875)

 

SPA      

On-ame quu n’ a d’vins l’ tièsse quu maule èt mètchante keûre

N’ èt mauy in.mé d’ nolu, maîs i sét faustiner.

À l’ vèy, c’ è-st-on mouton qui n’ sét nin treûs compter.

(POULET. L’ usurî, satire. 1866)

 

JALHAY    GARITE

Èt Madjène, don, qu’ aveût l’ aîr du n’ savu treûs compter, nu vât nin mî qu’ lu.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. II, sc. 14. 1862)

 

750  

caurs

Compte lès caurs, après t’ conterès tès raîsons. (JODOIGNE)

 

litt. Compte ton argent, après tu diras tes raisons.

Faisons d’abord le principal, puis après nous pourrons nous expliquer.

 

751 

condâner

CONDAMNER

Il a stu condâné plake qui zake.

 

litt. Il a été condamné immédiatement.

Cela n’a pas fait un pli.

 

752 

kifèssion

CONFESSLON

Fâte dè djâser, on moûrt sins k’fèssion.

 

litt. Faute de parler, on meurt sans confesslon.

Nous ne devons pas espérer qu’ on satisfasse à nos désirs si nous les laissons ignorer. Cité par forir. Dict.

 

BÂRE Fâte dè pârler, on moûrt sins k’fèssion, monsieû l’ mouwaî.

(WILLEM et bauwens. Li galant da Fifine. Sc. 5. 1882)

 

PAUL Sins pârler, on moûrt sins k’fèssion; non.na, vos n’ nos qwiterez nin insi.

(DD. salme. Mononke Djôsèf. Sc. 31. 1884)

 

MARCHE            

Qwand on rote su t’ pîd, dit l’ raîson,

Faute do paurler, t’ moûrs sins k’fèssion.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NAMUR     Faute di parole, on moùrt sins cofèssion.

 

753

kifèssion

On lî donreût 1′ bon Diu sins k’fèssion.

 

litt. On lui donnerait le bon Dieu sans confesslon.

Se dit des personnes qui, par leurs dehors ou leur réputatlon, inspirent une entière confiance. (littré)

Pr. fr. — On lui donnerait le bon Dieu sans confesslon. S’emploie presque toujours ironiquement.

 

TITINE

Vos lî donrîz l’ bon Diu, sins qu’ il alasse à k’fèsse.

(H.-J. toussaint. Djan.nèsse. I, sc. lre. 1890)

 

NAMUR Lès feumes sont d’ doûce alin.ne,  vos l’s-î donerîz l’ bon Diè sins cofèssion.

(Aurmonak dè l’ Marmite. Prédiction. 1887)

 

CHARLEROI  

Dj’ aî vu qu’ lès djins qui vont tous lès djoûs à confèsse,

In gros lîve d’zous leû bras, qui sont toudi à mèsse,

Dins no provèrbe comme nos l’ disons,

À quî c’ qu’ on donerè bin l’ bon Diu sins confèssion.

(L. bernus. Èl cok, èl tchat èyèt l’ djon.ne dè soris‘. Fauve. 1873)

 

754

confyî

CONFIER

Tot çou qu’ vos lî confyîz coûrt à l’ rom’done.

 

litt. Tout ce que vous lui confiez court (s’en va) à la file.

C’est un indiscret.

 

755 

confrêrèye

CONFRÉRIE

Si mète è l’ grande confrêrèye.

 

litt. Se mettre dans la grande confrérie.

Se marier.

Pr. fr. — S’enrôler dans la grande confrérie.

Ceux que l’hymen fait de la confrérie…..

(lafontaine)

En tout cas, ce qui peut m’ôter ma fâcherie,

C’est que je ne suis pas seul de ma confrérie.

(molière. Sganarelle. Sc. 17)

 

Qwand dj’ di “cwène”, vos m’ ètindez bin,

Ca dji n’ sé nin pôsitive’mint

S’ il èsteût dè l’ grande confrêrèye

Qu’ on-z-èst qwand c’ èst qu’ on s’ marêye.

(J.-J. HANSON. Li Hinriâde travèstèye. Ch. III. 1780)

 

Ossi, dj’ a l’ coûr tot contint, tot djoyeûs,

Tot loukant cial nos deûs djon.nes-amoureûs

Qu’ intrèt divins l’ grande confrêrèye.

(Fr. BAILLEUX. Chanson de noce. 1863)

 

SÈRVÂS

Maîs, Tonète, loukîz à vos, mi-èfant, ca, qwand on-inteûre è 1′ grande confrêrèye, c’ èst po longtimps, èt pwîs, come dit 1′ tchanson :

Dj’ ènnè k’nohe qui n’ fèt qu’di sbrognî,

Qui s’ toûrmètèt rin qu’ po ‘ne bièstrèye.

Dès parèyes si divèt anoyî

Tot mâdihant l ‘grande confrêrèye.

(brahy. Li boukèt. II, sc. 2. 1878)

 

NAMUR    

Adiè totes mès folîyes,

Dj’ intère dins l’ confrèrîye.

(BOSRET. Li boukèt dè l’ mariéye. (Li bia boukèt. Ch. 1888)

 

VAR. TOURNAI    Être à l’ abéye d’ l’ atrape.

 

756

kinohe

CONNAÎTRE

Vos l’ kinohez, vos l’ avez vèyou tchîr.

 

litt. Vous le connaissez, vous l’avez vu chier.

Vous avez vécu dans son intimité.

 

757

consieû

CONSEILLEUR

Lès consieûs n’ sont nin lès payeûs.

 

litt. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Il est plus facile de conseiller que de payer. Celui qui conseille ne paye point des fautes qu’ il peut faire commettre.

Se dit à ceux qui s’ingèrent de donner des conseils, pour leur faire entendre qu’ ils ne doivent point en donner, ou qu’ ils ont tort d’en donner. (acad.)

Pr. fr. — Ici les conseillers n’ont point de gages.

Conseilleurs ne sont pas payeurs.

(LEROUX DE LINCY)

Cité par forir. Dict.

 

N’ a-t-on mèsâhe qui d’ on consieû ?

I gn-a-t-à (sic) djins d’vins chake mohone.

Maîs fât-i trover on payeû ?

I gn-a tot d’ on côp pus pèrson.ne.

(bailleux. Consèy tinou pa lès rats. Fâve. 1851)

 

VERVIERS

Èt v’là trinte-sîs consèys qui lî plovît so l’ tièsse.

Qui v’ sorvègne qwè qui ç’ seûye, vos trovez dès consieûs;

Maîs sovenez-ve dè vî spot : is n’ sont nin lès payeûs.

(POULET. Li foyan ètèré. 1859)

 

CHARLEROI      

Si on choûte lès djins, souvint lès consèyeûs,

Come nos d’sons, ç’ n’ èst nén lès payeûs.

(L. BERNUS. Li r’naud èyèt l’ bouk. Fauve. 1873)

 

JODOIGNE   Lès consèyeûs n’ sont ni todë lès payeûs.

 

PICARDIE 

Chés consèyeûs

Èt chés payeûs

Cha faît deûs.

(CORBLÈT. Gloss. 1851)

 

saint-quentin   Chés consèyûs, is n’ sont pau chés payeûs. (…)

 

758

mèssèdje

CONTE

Raconter dès bwègnes mèssèdjes.

 

litt. Raconter des contes borgnes.

Contes de bonne femme, de vieille, d’enfants, de ma mère l’Oie: conte de Peau d’âne, conte bleu, conte borgne, locutions diverses qui se disent de fables ridicules et dépourvues de toute vraisemblance, telles que celles dont les vieilles gens entretiennent et amusent les enfants. (ACAD.)

 

Èle vis-anôye ine eûre avou sès bwègnes mèssèdjes;

Qu’ a-dje mèsâhe dè k’nohe sès-afaîres di manèdje,

Sès-histwères di voleûr, lès promèsses di s’ pârin?

(delchef. Li galant dè l’ sièrvante. I, sc. 2. 1857)

 

CRÈSPIN Aha! qu’ ont dit lès djins po 1′ paîre di rissemèlèdje?

TATÈNE  Â! fré, qu’ ârît-i dit? Totes sôres di bwègnes mèssèdjes.

(remouchamps. Li savetî. Acte l, sc. 2. 1858)

 

Çoula n’ l’ èspêtchîve nin dè fé pinde si visèdje,

 r’toûr, èt dè qwèri so tot, dès bwègnes mèssèdjes.

(THIRY. Mwèrt di l’ octrwè. 1861)

 

Il aspita co ‘ne fèye è botike èt arin.na l’ paîsselî tot kikètant, i lî fât dji n’ sé pus qué bwègne mèssèdje.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

759

conte

Raconte ti conte èt n’ ralongui nin d’ trop.  (namur)

 

litt. Raconte ton histoire et n’allonge pas trop.

sois pas prolixe, que ce soit vite fini.

 

760

contint

CONTENT

Li ci qu’ n’ èst nin contint, qu’ i r’prinde si ârdjint. (namur)

 

litt. Que celui qui n’est pas content reprenne son argent, Imitation des boniments débités aux foires.

 

761

contint

Li ci qu’ n’ èst nin contint su l’ têre n’ a qu’ a moussî d’dins.                                (namur)

 

litt. Celui qui n’est pas content sur la terre n’a qu’à entrer dedans.

Expression qu’on adresse à celui qui se plaint de tout et toujours.

 

762

contintemint

CONTENTEMENT

Contintemint passe ritchèsse.

 

litt. Contentement passe richesse.

Mieux vaut être pauvre et content que riche et tourmenté d’inquiétudes. (ACAD.)

Pr. fr. — Contentement passe richesse. — Il est riche qui est content.

Cité par forir. Dict.

 

On-z-a tofér dit qui l’ ritchèsse

Ni valéve nin li contintemint.

È bin ! ci spot-là n’ èst nin bièsse,

Ca dj’ ès veû l’ proûve à tot moumint.

(DD. salme. L’ héritèdje da Djâke Leduc. Ch. 1875)

 

Dji faî m’ possibe po m’ mète è l’ tièsse

Qui l’ contintemint passe li ritchèsse,

Maîs dji n’ mi pou nin passer d’ sondjî

Qui l’s-aveûr èsson.ne vât co mî.

(H. olivier. Rimaî. 1890)

 

var. NAMUR  

Li pus ritche, c’ èst l’ cia,

Qu’ èst contint di ç’ qu’ il a.

 

MARCHE  BACATRO

L’ amoûr, qui ît au savant,

Sovint lî préfère one bièsse.

Mâtin! qué vilin djeû!

Contintemint passe ritchèsse;

Mâtin ! qué vilin djeû

D’ èsse plantè là tot seû.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. IV, sc. 18. 1858)

 

CHARLEROI           

Stitchèz-vous bin tèrtous dins l’ tièsse,

Qui l’ contintemint passe èl ritchèsse.

(L. BERNUS. Harpagon èyèt l’ savetî. Fauve. 1873)

 

BORINÂJE  Què l’ libèrté, avè  s’ mére l’ égalité, èyèt s’ fîie l’ fratèrnité vos baye toutes sortes dè jwa, dè prospérité èyèt d’ contintemint qui passe ritchèsse.

(Armonak du Borinâje in patwès borin. 1849)

 

MONS

Tachons d’ nos continter d’ no sôrt,

Lès-èspépieûs ont toudi tôrt.

(LETELLIER. Arm. dé Mont. 1867)

 

LILLE                  

Nous-avons donc mis d’  promèsse,

Sans avwar vint sus vayant;

Maîs l’ contintemint passe richèsse,

Nous somes gaîs come dès ci-devant.

(desrousseaux. Chans. lilloise. 1854)

 

basse-allem. — Zufriedenheit ist besser als Reichsthum.

 

763 

fé plaîsîr

CONTENTER

On n’ sâreût fé plaîsîr sins discomôder.  (stavelot)

 

litt. On ne saurait contenter (quelqu’un) sans déplaire (à d’autres).

Le plaisir que l’on procure à quelqu’un peut faire envie ou déplaire à une autre personne.

 

764  

dûre

CONVENIR

On s’ vât bin, qu’ on n’ si dût nin.

 

litt. On se vaut bien, qu’ on ne se convient pas.

L’égalité dans les fortunes ou les conditions ne fait pas que les caractères sympathisent.

 

765 

èstale

COPEAU

On n’ sâreût hatchî sins fé dès-èstales.

 

litt. On ne saurait hacher sans faire des copeaux.

On ne peut faire une affaire sans en subir les conséquences. — On ne fait pas la guerre sans répandre du sang.

Pr. fr. — On ne saurait faire une omelette sans casser des œufs.

 

DJÂMIN (…)

I gn-a dès blèssîs èt dès mwèrts

À çoula, on k’tèye â fwèrt,

On k’hatche li tchâr insi qu’ è l’ hale.

STASKIN Ti n’ sâreû thèpeter sins-èstale.

(LAMBERT HOLLONGNE. Entrejeux des paysans. 1634. B* et D* recueil)

Cité par forir. Dlct.

 

JODOIGNE   On n’ sarot raboter sins fé des scroles.

 

766 

cok

COQ

Èsse come on cok so si-ansinî.

 

litt.  Être comme un coq sur son fumier.

Se dit d’un homme qui se prévaut de ce qu’ il est dans un lieu où il a de l’avantage. (ACAD.)

Pr. fr. — Hardi comme un coq sur son fumier.

 

Mi pârin, rèstant à Vèrvî

Come on cok so si-ansinî,

Voléve tos costés dominer,

Çou qui n’ plaîhive wêre à sès frés.

(Paskéye faite à l’occaslon de jubilé d’dom Bernard Godin, abbé. 1764)

 

Èt, come li cok so si-ansinî

Si bat’ sins rèscouler d’ on pîd,

Is s’ batrît tant qu’ is rindrît l’ âme.

(FR. bailleux. L’ ârméye à l’ nâcion bèlje. Ch. 1862)

 

VARIANTE    Lès coks sont fwèrts so leû tchampihèdje.

 

MARCHE    

È s’ cuhène, on laît on cûjenî

Come on cok dissus s’-t-ansinî.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NAMUR   On cok èst maîsse su s’-t-ansènî.

 

JODOIGNE     Il èst vèrgogni come on cok së s’-t-ansëni.

 

767

cok

Cok marié pièd’ sès sporons. (JODOIGNE)

 

litt. Le coq marié perd ses éperons.

On ne doit se marier qu’une fois.

 

768

cok

On bon cok n’ èst mây crâs.

 

litt. Un bon coq n’est jamais gras.

Les passlons trop ardentes empêchent d’engraisser.

 

Quand je suis près de ma belle,

Ou je n’ay point de repos,

Je l’oy tousjours qui m’appelle

Maigreschine ou Maigredos.

Mais la simple ne sait pas

Qu’un bon coq n’est jamais gras.

(Le nouveau entretien des bonnes compagnies, ou le recueil des plus belles chansons à danser et à boire. Paris. 1635)

 

769

cok

I n’ fât nin deûs coks so in-ansinî.

 

litt. Il ne faut pas deux coqs sur un (même) fumier.

Il ne faut pas deux maîtres dans une maison. — Il ne faut pas deux individus pour occuper âne même fonction. — Dans toute administration, il ne doit y avoir qu’un chef. Homère a déjà exprimé très nettement la même pensée : (…).

 

Mây, deûs coks so in-ansinî

Ni s’ polèt sintl ni s’ vèyî.

Deux coqs sur le même fumier, / Sont toujours à se batailler.

(math. LAENSBERGH. 1810)

 

770

cok

Divant dè v’ni â bètch, lès coks si pitèt.

 

litt. Avant de venir au bec, les coqs se donnent des coups de patte.

On commence par des coups d’épingle, et on finit par un combat en règle.

 

771

cokemâr

COQUEMAR

Èlle ârè l’ cokemâr dè curé.

 

litt. Elle aura le coquemar du curé.

Se dit d’une jeune fille vertueuse.

On raconte qu’un curé de campagne promit un jour de faire cadeau d’un coquemar à la première jeune fille qui se présenterait pour être mariée, sans être enceinte.

On dit que le curé n’a jamais eu occaslon de tenir sa promesse.

 

Lès djônès djins, d’vins leû hanterèye,

Ni pârlèt mây di câlinerèye,

Èt qwand is s’ vont marier,

Lès vîs s’ acoplèt po lès k’dûre

Tot s’ dihant: “Nos-èfants vont r’çûre

Li cokemâr dè curé.”

(G. delarge.  Li vèye èt l’ campagne. 1866)

 

TCHANTCHÈS

Dj’ a min.me sogne d’ ine saqwè, s’ èle si marèye pus târd,

Djamây, èle ni wèserè aler r’clamer s’ cokemâr.

(TOUSSAINT. Hinri èt Dadite. III, sc. 7. 1871)

 

MARÈYE

Qwand dj’ monta l’ maîson d’ vèye,

À l’ cokemâr, dj’ aveû dreût.

PIÊRE

Raîson d’ pus, bèle Marèye,

Foû dè stî, d’nez-me on peûs.

(AL. peclers. Li consèy dè l’ matante. Sc. 8. 1877)

 

JALHAY     TIODÔRE

Duhoz-me on pau, qwèqu’ on v’ tunahe à gogne,

Su, do curé, vos ave gangnî l’ tchôdron.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 9. 1861)

 

var. DINANT     MAURTIN

È bin, m’ fèye, ti n’ riskéyes rin do pwèrtè la vièrje.

(V. collard. Li tinderîye à l’ amourète. II, sc. 9. 1890)

 

Naguère encore, dans nos campagnes, les jeunes filles d’une conduite irréprochable avaient le privilège de porter la statue de la vierge à la processlon.

 

772

aguèce

COR

Qwand ine aguèce hagne, c’ èst sègne di plaîve.

 

litt. Quand un cor vous démange, c’est signe de pluie. Certaines incommodités subissent les influences du temps,

 

773 

cwède

CORDE

Qwand on-z-èst marié, i fât qu’ on sètche tos lès deûs à l’ min.me cwède.

 

litt. Quand on est marié, il faut qu’ on tire tous deux à la même corde.

Il faut s’entendre, agir de concert dans l’intérêt commun.

(ACAD.)

On dit fig. : Tirer sur la même corde. Cité par forir. Dict.

 

Portant, i fât bin qu’ on s’ acwède

Lès barons, lès boledjîs,

Lès scrîheûs, lès cwèp’hîs,

I fât bin qu’ is sètchèsse à l’ min.me cwède.

(alcide phyor. Li gâr civike. 1860)

 

C’ è-st-â rèspèt d’ çoula qui l’ grand mayeûr

Èt lès tchènônes di St-Mârtin s’ mètît essonle po sètchî à l’ min.me cwède.

(G. magnée. Li houlote. 1871)

 

TONÈTE

Il èst vraîy qu’ i fait tchîr viker, maîs qwand on s’ in.me bin, on sètche tos lès deûs à l’ min.me cwède, èt l’ bâtai avance todi.

(BRAHY. Li boukèt. II, sc. 14. 1878)

 

VERVIERS

Nos tirerans à l’ min.me cwède

Tos lès deûs d’ no pus fwèrt,

P’ assètchî nosse crossète,

Loyî l’ pôye èt l’acwèrd.

(M. pire. Lu galant da Nanèsse. 1884)

 

774

cwède

Avu dè l’ cwède di pindou.

 

litt. Avoir de la corde de pendu.

Se dit d’un homme qui gagne beaucoup, qui gagne toujours au jeu, ou qui se tire heureusement des entreprises les plus hasardeuses. (ACAD.)

Pr. fr. — Il a de la corde de pendu dans sa poche.

Sur cette vieille superstition : V. quitard. Dict. des proverbes. Paris 1842, p. 590 et suiv.

Cité par forir. Dict.

 

Vos-avez l’ pâcolèt ou dè l’ cwède di pindou,

Vos v’s-assîrîz so l’ feû sins v’ fé ‘ne clokète â cou.

(THIRY. Ine copène so l’ manèdje. 1858)

 

DJÈRA

Li tapeûse di cwârdjeûs m’ aveût tot l’ min.me prévenou

Qu’ dj’ âreû dè boneûr avou l’ cwède di pindou.

(Ed. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèra. II, sc. 18. 1885)

 

VERVIERS   

Divins dès s’faîts manèdjes, si l’ boneûr è-st-assiou,

C’ èst qu on-z-î waude po sûr, on pîd d’ cwède di pindou.

(J.-S. RENIER. Li mohone à deûs faces. Sc. 4. 1873)

 

beauraing

Dji n’ veu wêre dès maçon qui rôlèt à carotche,

Èt, sins l’ cwède di pindu qui v’s-avez è vosse potche,

Vos n’ ârîz nin bâti.

(VERMER. Lès sôléyes. 1862)

 

775 

cwède

Avu pus d’ ine cwède à si-aîr.

 

litt. Avoir plus d’une corde à son arc.

Avoir plusieurs ressources; avoir  plusieurs moyens de réussir, d’arriver à ses fins. (littré)

Pr. fr. — Avoir plusieurs cordes à son arc.

 

Djihan (c’ èst l’ no d’ nosse crèn’kinî) aveût po s’ kitchèvi pus d’ ine cwède à si-êr.

(G. MAGNÉE. Li crèn’kinî dé prince-abé di Stâveleû. 1867)

 

var. TOURNAI Què n’ a qu’ ène corde à s’n-ard, n’ peut jamés tirer leong.

 

776  

cwède

I n’ vât nin 1′ cwède po l’ pinde.

 

litt. Il ne vaut pas la corde pour le pendre.

Il est méchant, mauvais, vicieux, il n’est bon à rien.

 

mayon

Vos-èstez trop fwèrsôlé, vos…. vos vôrîz stron.ner l’ poye sins l’ fé braîre; tos cès plafoneûs-là n’ valèt nin l’ cwède po lès pinde.

(demoulin. Dji vou, dji n’ pou. I, sc. 8. 1888 )

 

BABÈTE Djâsez ‘ne miète pus bas, paou qu’ on n’ vis-ètinde.

DJÈRA (à part). Canaye, vos n’ valez nin l’ cwède qu’ i fât po v’ pinde.

(ED. REMOUCHAMPS. Lès-amoûrs da Djèra. II, sc. 9. 1873)

 

MONS  S’ il a quèke fwa dès gueûses dè fème qui vos friont bé foute vo tiète au mur, il a co pus souvint dès canayes d’ omes qui n’ vauriont nié co l’ corde qu’ on lès pindrwat avèc !

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1879)

 

777 

cwède.

À bon mèstré, i n’ fât qu’ ine cwède.

 

litt. A bon ménétrier, il ne faut qu’une corde.

Il n’est besoin que d’un outil pour qu’un bon ouvrier exécute certaines choses.

 

Asteûre, è l’ hale, i gn-a qu’ por zèls

Tote li tchèrêye divant lès grés,

Divant Noûvice * li pus assûré

Ou à Sint-Djîle, avou dès lètes.

 bon mèstré, i n’ fât qu’ ine cwède.

{Paskinade inte Houbièt èt Piron au sudjèt dès troûbes majistrâls, vers 1677)

 

L’auteur avait pressenti Paganini.

* Les exécutlons capitales avaient lieu à Liège, sur le marché, près de la rue Neuvice et les pendaisons, dans les grands champs de St-Gilles.

 

778

cwède

Si mète li cwède è hatraî.

 

litt. Se mettre la corde au cou.

Faire un mauvais mariage.

S’embarquer dans une mauvaise affaire. — Suicide moral. Cité par forir. Dict.

 

Ô! binamé Dièw, poqwè m’ avez-ve lèyî mète li cwède è hatraî!

(G. magnée. Baîtri. 1868)

 

DJÈTROU

Asteûre, fât èspérer qui v’ sèrez pus rassiou,

V’s-avez l’ cwède è hatraî.

LAMBÊRT

Awè l’ cwède di pindou.

(TOUSSAINT. Lambêrt li fwèrsôlé. III, sc. 3. 1871)

 

TATÈNE

D’ avu l’ cwède è hatraî,vos-avez don bin hâsse

Qui vos m’ avez tchûsi so l’ côp ‘ne sifaîte mârâsse ?

(AL. PECLERS. L’ ovrèdje da Tchantchès. Sc. 13. 1872)

 

VERVIERS    

Mi, dj’ so bin pus djintèye,

Dj’ faîs foye so l’ cwède au cô,

Même lès djoûs qu’ dji m’ roûvèye,

Dj’ côpe li tièsse d’ on seûl côp.

(J.-S. renier. A vos. Ch. 1868)

 

779

cwède

I n’ fât nin pârler d’ cwède è 1′ mohone d’ on pindou.

 

litt. Il ne faut pas parler de corde dans la maison d’un pendu.

Il ne faut point parler en une compagnie d’une chose qui puisse faire à quelqu’un un secrÈt reproche. (LITTRÉ)

Pr. fr. — Il ne faut point parler de corde dans la maison d’un pendu.

Cité par forir. Dict.

 

BOUHON

Dès  cwèns ?… N’ pârlans nin d’ cwède è l’ mohone d’ on pindou.

(J. demoulin. On pèhon d’avri. Sc. 2. 1865)

 

CHARLEROI    

Pont d’ quèstion ni pont d’ blague sins awè intindu

Èt n’ parlèz jamaîs d’ cwade dins l’ maujone d’ in pindu.

(L. BERNUS. L’ tortûe èyèt lès canârds. Fauve. 1873)

 

780 

cwède

I fât qui 1′ cwède dèye vraîy.

 

litt. Il faut que la corde dise vrai.

Il faut que la corde soit solide, qu’ n puisse s’y fier.

(fig.) Il faut cela pour qu’ on puisse croire à un gros mensonge.

 

781 

cwèrdê

CORDON

Tot deût passer po l’ cwèrdaî du l’ boûsse. (stavelot)

 

litt. Tout doit passer par le cordon de la bourse.

Tout se résume en de l’argent à dépenser. Tenir les cordons de la bourse; avoir le maniement de l’ar­gent. (LITTRÉ)

 

782 

cwèp’hî

CORDONNIER

C’ èst todi l’ cwèp’hî l’ pus mâ tchâssî.

 

litt. C’est toujours le cordonnier (qui est) le plus mal chaussé.

On néglige ordinairement les avantages qu’ on est le plus à portée de se procurer par son état, par sa positlon, etc. (ACAD.)

Pr. fr. — Les cordonniers sont les plus mal chaussés.

Cité par forir. Dict.

 

HINRI

C’ èst todi lès savetîs qu’ sont lès pus mâ tchâssîs.

(REMOUCHAMPS. Li savetî. I, sc. 5. 1858)

 

MARCHE    Rin d’ pus mâ tchaussè qu’ lès cwapîs.

 

NAMUR  Pèrson.ne n’ èst pus mau tchaussî qui l’ feume d’ on cwamejî.

 

783  

cwane

CORNE

C’ èst come s’ on lî planterot dès cwènes. (JODOIGNE)

 

litt. C’est comme si on lui plantait des cornes.

C’est lui parler d’une chose désagréable, lui faire de la peine, le tourmenter.

Il est aussi étonné que si les cornes lui venaient à la tête.

(LITTRÉ)

 

784 

cwane

Il a r’ssètchî sès cwènes.

 

litt. Il a retiré ses cornes.

Il s’est désintéressé d’une affaire, il ne s’en embarrasse plus.

 

785

cwèrnèye

CORNEILLE 

Bâyî âs cwèrnèyes.

 

litt. Bayer aux corneilles.

S’amuser à regarder en l’air niaisement. (ACAD.)

Allons, vous, vous rêvez et bayez aux corneilles,

Jour de Dieu, je saurai vous frotter les oreilles.

(molière. Tartuffe. I, sc. lre)

 

786

cwèrnèye

C’ èst lès p’titès cwèrnèyes qu’ ont lès pus grands bètchs.                                                (férières)

 

litt. Ce sont les petites corneilles qui ont les plus grands becs.

Une personne de petite taille est souvent plus méchante, plus mordante qu’une personne d’une taille ordinaire ou élevée.

 

787 

cwèrp

CORPS

Avu l’ diâle è cwèrp.

 

litt. Avoir le diable au corps.

Être vif, emporté, vigoureux, passionné. Être d’une audace extrême. (LiTTRÉ.)

Fig. Avoir le diable au corps. Cité par forir. Dict.

 

Fâs patriyote di tote coleûr,

Ti n’ as nin pus d’ honte qui d’ oneûr.

Ti t’ câsses li tièsse mal à propôs;

Diâle è cwèrp, laî nosse prince â r’pôs.

(A. body. Recueil de chants patriotiques. Paskèye. 1787)

 

GROUBIOTE  Èlle a l’ diâle è cwèrp.

Prindez vos cliks èt vos claks, èt ni rivenez pus.

mayon  Dji va fé m’ pakèt.

(demoulin. Dji vou dji n’ pou. I, sc. 2. 1888)

 

VERVIERS

Nosse prince è-st-on bon gros monsieû

S’ on nè l’ trompéve nin, on l’ vièreût,

Tot l’ pays crîreût: “Vîve l’ èvèke !”

Èt s’ i n-a nolu què l’ rèspèke,

C’ èst qu’ i s’ laît d’ câlin miner,

Lès diâle è cwèrp fèt cas du s’ glwère

Come d’ one pènêye Dussârt-Quauré *.

(A. body. Recueil de chants patriotiques. 1788)

 

* Probablement un nom de fabricant de tabac, Dusart-Quarré.

 

788 

cwèrp

Qwand l’ cwèrp sofrit, l’ èsprit n’ èst nin à l’ nwèce.

 

litt. Quand le corps souffre, l’esprit n’est pas à la noce.

Le moral se ressent toujours des douleurs physiques.

Mens sana in corpore sano.

« Le bonheur dont on peut jouir dans ce monde, se réduit à avoir l’esprit bien réglé, et le corps en bonne dispositlon.

(locke. De l’éducatlon des enfants, trad. de coste debut)

 

789

cote

COTE

Fé totès cotes mâ tèyèyes.

 

litt. Faire toutes cotes mal taillées.

Travailler mal, incomplètement; commettre des bévues, des erreurs.

Cote mal taillée, arrêté de compte approximatif.

Locution prise de marquer la cote, ce qui était à payer sur un morceau de bois auquel on faisait une entaille. (littré)

 

790 

coton

COTON

Taper on mâva coton.

 

litt.  Jeter un mauvais coton.

Perdre son crédit, sa réputation, être atteint d’une maladie qui fait dépérir. (ACAD.)

Pr. fr. — Jeter, filer un mauvais, un vilain coton.

 

I tape on laîd coton, totes lès djins mè  l’ dihèt.

(ED. remouchamps. Li savetî. I, sc. 4. 1858)

 

VERVIERS    Filer on laîd coton.

(remacle. Dict.)

 

MARCHE   

Si to n’ sés pus câssè  l’ croston,

C’ èst qu’ to tapes on bin mwaîs coton.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

TOURNAI     I file in mauvaiîs coton.

 

791

coutchî

COUCHER 

Va t’ coutchî do djoû, i n’ ti faurè pont d’ tchan­dèle.                                                      (namur)

 

litt. Va te coucher quand il fait encore jour, il ne te faudra pas de chandelle.

Ironie adressée par ceux qui blâment les petites économies.

 

792

coûkî

I s’ coûke so dès plomes di sî pîds.

 

litt. Il se couche sur des plumes de six pieds.

Il couche sur la paille; il est dans une profonde misère.

 

793

coucou

COUCOU

Il èst sûr d’ ètinde tchanter l’ coucou. (stavklot)

 

litt. Il est certain d’entendre chanter le coucou.

Il sera rabroué; on n’y féa pas la moindre attention.

 

NAMUR   S’ is vêrin.n po vos causer su li p’tite

Rèspondoz qu’ on-z-ètind tchanter l’ coucou.

(J. colson. Consèy à Djauke. Ch. 1862)

 

794

colowe

COULEUVRE

Avaler ‘ne colowe (/ dès colowes).

 

litt. Avaler une couleuvre (/ des couleuvres).

Recevoir des dégoûts, des chagrins, des mortifications qu’on est obligé de dissimuler, dont on n’ose se plaindre. (ACAD.)

Pr. fr. — Avaler des couleuvres.

 

HABADJA

Nosse docteûr a houmé l’ hatcha

Avou pus d’ pône, avou pus d’ mowe,

Qui s’ il avaléve dès colowes.

(DE harlez. Lès-hipocondes. III, sc. 3. 1758)

 

DUJARDIN

Enfin, i v’ vôreût fé avaler dès colowes pus grosses qui m’ brès’; vos l’ oyez è s’ lète.

(salme. Li djèrmale. Sc. 7. 1883)

 

NAMUR  Vos n’ mi saurîz fé avaler dès coloûtes parèyes.

 

var. MONS Maîs pourqué ç’ qu’ on dit qu’ on lî a sèrvi in pwasson d’ avri ? Èst-ce pas qu’ il a faît ç’ qui s’ apèle à Mont : Avaler ène anguîie, autrèmint dit: gober ‘ne bèle crake pou ‘ne vérité ?

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1860)

 

TOURNAI     Avaler 1′ pisseon jusqu’à l’ queûe.

 

795 

côp

COUP

C’ èst l’ dièrin côp à mèsse, âs matènes.

 

litt. C’est le dernier coup de la messe, des matines.

C’est le moment favorable, c’est la dernière occaslon qui se présente de faire une chose.

 

On dit aussi : c’ èst 1′ prumî côp à matène, à mèsse lorsque pendant la soirée on voit bâiller une personne. On voit dans le bâillement le désir qu’elle a d’aller se coucher.

 

796 

hèpe

Avu on côp d’ hèpe.

 

litt. Avoir un coup de hache.

Être un peu fou. (ACAD.)

Il a un petit coup de hache dans la tête.

(molière. Le médecin malgré lui. II, sc. 4re)

Pr. fr. — Il a un coup de hache.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

MÈSBRUDJÎ

Maîs à propôs, ci franc mokeraî,

Qui faît passer nos maladèyes

Po tos côp d’ hèpe divins l’ cèrvaî,

Si faît asteûre lu-min.me bin laîd.

(DE harlez. Lès-hipocondes.. III, sc. 5. 1788)

 

VARIANTE   

Avu on côp d’ mârtaî.

Èt lès cisses qu’ ont on côp d’ mârtaî

Fèt co quékes fèyes on côp d’adrèsse.

(L. boche. Chanson. 1860)

 

baujan

Vis marier ! dj’ ènnè vou nin oyi davantèdje,

V’s-avez on côp d ‘mârtai, vos-èstez divenou sot.

(A. delchef. Pus vî,pus sot. Sc. 1. 1862)

 

VAR. VERVIERS       LÎSA

Si, è tot timps, tot payis, l’s-amoureûs s’ ravisèt,

Cès-cial ont l’ aîr d’ aveûr on baî p’tit côp d’ mayèt.

(J.-S. renier. Li mohone à deûs faces. Sc. 3. 1873)

 

var. NAMUR  

Alons donc, i m’ freut crwêre, tant i m’ chone bon-èfant,

Qu’ il aveûve on côp d’ djusse, ou qu’ il èstèt d’ Dinant.

(DEMANET. Oppidum atluatucorum. 1845)

 

var. JODOIGNE  Il a one baloûje dins l’ cèrvia. — Il a ieû on côp d’ chabot d’ sint Mèdaud.

 

CHARLEROI        purgon

Èt què l’ racrapotemint d’ vo boudène vos fout l’ coûp d’ grâce, ou bin in coûp d’ mârtia po tout l’ timps d’ vos djoûs.

(L. BERNUS. L’ malade Sint-Tîbaut. III, sc. 6. 1876)

 

MONS  Lès mwins’ sots, c’ èst lès ceus qu’ ont d’  l’  èsprit assez pour s’ apèrcèvwêr èt pou dîre sans fièrté, à l’ ocâsion, qu’ il ont in côp d’ éle.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1847)

 

PICARDIE   Il èst passé à Cambraî, il a ieû in keup d’ martieu.

(CORBLÈT. Glossaire)

 

VAR. LILLE   Il a passé d’ssous l’ molin d’ Lèskuin, il a r’chu l’ côp d’ aîle.

(VERMESSE. Voc. du patois Lillois. 1861)

 

si-quentin    Je ll’ aî r’chu dins min  jon.ne temps,  da,  mi,  ch’ tiot keup d’ martieu-là.

(GOSSEDX. Lettres picardes. 1845)

 

ROUCHI  Il a in côp d’ quincale (timbre ou sonnette)

(HÉCART.  Dict.)

 

797

côp

C’ èst come on côp d’ aloumîre.

 

litt. C’est comme un coup d’éclair.

C’est très prompt, très rapide, cela passe vite, ne dure guère. (ACAD.)

Passer comme un éclair.

 

Li pèsse, pusquè l’ fât dîre,

Flahîve so totes lès bièsses;

Come on côp d’ aloumîre,

Èlle lès r’vierséve turtos.

(J. LAMAYE. Li pèsse divins lès bièsses. Fâve. 1840)

 

Èt pus vite qu’ on côp d’ aloumîre,

I gn-aveût pus qu’ dè l’ foumîre.

(BAILLEUX. 3mefâve di m’ vèye grand-mére. 1854)

 

Dji féve dès couplèts so lès traus,

Qwand dj’ ètinda on côp d’ tonîre.

L’ îdèye d’ ènnè fé so lès côps,

M’ arive come on côp d’ aloumîre.

(L. buche. Lès côps. Chanson. -1860)

 

VARIANTE    Çoula passe comme ine aloumire.

(FORIR)

 

798 

côp

Qwand on-z-a l’ côp, il èst trop târd dè braîre.

 

litt. Quand on a le coup, il est trop tard pour crier.

Il est trop tard pour se prémunir contre un événement qui est arrivé ou qui est inévitable. — Prendre des précautlons quand le mal est arrivé, quand il n’est plus temps de l’éviter.

Pr. fr. — Fermer l’écurie quand les chevaux sont dehors.

 

HINRI Qwand on-z-a l’ côp, monsieû, il est trop tard de braire;

Mais lèyans là çoula, jâsans d’ ine aute afaîre.

(remouchamps. Li savetî. II, sc 6. 1858)

 

799 

côp

Prumî côp n’ vât nin doze sôs.

 

litt. Premier coup ne vaut pas douze sooz.

(Il fallait 24 sôs (‘sooz’) pour un liard. (LIEGE))

On réussit rarement une première fois.

 

VARIANTE   L’ âbe ni tomm nin dè prumî côp.

 

var. JODOIGNE   Së të t’ dësbautche au prèmi côp; të n’ îrès  jamaîs lon.

 

basse-allemagne  —   Der Baum fällt nicht vom ersten Streick.

 

800 

côp

C’ è-st-â treuzin.me côp qu’ on veût lès maîsses.

 

litt. C’est au troisième coup qu’ on voit les maîtres.

C’est en faisant une chose une troisième fois qu’ on la réussit mieux. — Il ne faut pas se laisser abattre par un ou deûs insuccès. — Omne trinum perfectum.

Cité par forir. Dict.

 

Totes lès mâlès linwes di-d-là,

D’hèt qu’ so quékès-an.nêyes,

Nos l’ avans r’monté d’djà

Ine treûzin.ne di fèyes.

Alez, n’ brèyez nin si hôt :

On veût l’ maisse â treûzin.me côp,

C’ è-st-ine bèle toûr, mès-amis,

N’ fât nin qu’ on ‘nnè rèye.

(FUSS, le roy, picard.  Paskèye so l’ noûve toûr di Sint-Foyin. 1842)

 

Qui costrèt-i di r’ssayî ine treûzin.me fèye?

N’ èst-ce nin â treûzin.me côp qu’ on veût lès maîsses?

(G. magnée. Baîtri. 1868,)

 

Dji m’ rissârè, ca m’ mére m’ a dit : bâbô,

Po bouhî l’ djèye, ratind qu’ èle seûye hayète,

On n’ veût lès maîsses sovint qu’ â treûzin.me côp.

(BRAHY. Les treûs crapôdes da Hinri l’ hièrtcheû. Ch. 1861)

 

VERVIERS       

Vos n’ î èstez nin, m’ binamêye,

Èt çoula, dji v’s-èl va prover,

Hoûtez co ‘ne fauve, à l’ treûzin.me fèye,

Di-st-on todi, l’ maîsse èst trové.

(N. POULET. On bambêrt, li g’vau èt s’ maîsse. Fauve. 1862)

(…)

 

801 

côp

Deûs côps bon, c’ è-st-on côp bièsse. (namur)

 

litt. Deûs coups bons, c’est un coup bête.

Lorsqu’un coup est bon, un second est inutile. — Il n’est pas nécessaire de faire deûs fois la même chose, lorsqu’une seule fois suffit.

 

802  

côp

I gn-a nou mâva côp so ‘ne mâle bièsse.

 

litt. Il n’y a aucun mauvais coup sur une méchante bête.

Les coups portés à un méchant sont bien appliqués.

(FORIR. Dict.)

 

803 

côp

Ni taper ni côp ni make.

 

litt. Ne taper ni coup ni frappure.

Être oisif, — chômer — ne pas se remuer.

 

804 

côp

C’ èst tos côps è l’ min.me plâye.

 

litt. Ce sont tous coups dans la même plaie.

Raviver, aggraver une douleur par des alluslons incessantes.

 

805 

 

Pâtîr pour lès nièrkes. (tournai)

 

litt. Recevoir un coup sur les doigts.

(Expression du jeu de billes. C’est quand on met sa main fermée à terre pour recevoir les coups de bille sur les doigts.)

Cette expresslon s’emploie quelquefois au figuré en parlant de personnes ayant peu de chance au jeu, ou éprouvant un certain mécompte dans une entreprise.

 

806 

djèye

C’ èst l’ côp âs djèyes.

 

litt.  C’est le coup aux noix.

Le maître coup, celui qui réussira, qui produira le plus d’effÈt.

Cité par forir. Dict.

 

Vocial apreume li côp âs djèyes,

Ele si sintéve trop pô hârdèye.

Po fé là on p’tit complumint.

(Pasquèye po jubilé dè l’ rèvèende mére di Bavlre. 1743)

 

Avans-ne saqwants galants ? qwand nos marians-nos ?

Camarâde, c’ è-st-apreume qui c’ sèrè l’ côp âs djèyes.

(BAILLEUX. Li cinsî èt s’ maîsse. Fâve. 1852)

 

HINRI Vocial li côp âs djèyes.

TATÈNE Asteûre, i sârè bin sûremint poqwè qu’ on rèye.

(remouchamps. Li savetî. Act. II, sc. 3. 1858)

 

C’ è-st-oûye li côp âs djèyes,

Divins totes lès tchanterèyes

Po l’ pus baî crâmignon.

(thiriart.  Lès crâmignons d’zos l’ baîté, li djoû dè l’ fièsse. Ch. 1875)

 

JODOIGNE      C’ èst l’ daîrén côp aus gâyes.

 

807

côpeû

COUPEUR

Is s’ ètindèt come dès côpeûs d’ boûsse.

 

litt. Ils s’entendent comme des coupeurs de bourse.

Se dit des gens qui sont d’intelligence pour faire quelque chose de blâmable. (ACAD.)

Pr. fr. — Ils s’entendent comme larrons en foire. — Hardi comme un coupeur de bourse.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

C’ èst là qu’ i s’ acwèrdint sins pon.ne,

Come deûs vraîs côpeûs d’boûsse èsson.ne.

(Paskèye po l’ jubilé dè l’ rèvèrende mére di Bavîre. 1743)

 

DJÈRA

Ni fez nin l’ macrale, vos v’s-ètindez come dès côpeûs d’ boûsse.

(baron. Lès deûs cusènes. II, sc. II. 1883)

 

VERVIERS   LÎSA

Maîs c’ èst qu’ i s’ ètindèt tot come dès côpeûs d’ boûsse.

(J.-S. RENIER. Li mohone à deûs faces. Sc. 12. 1873)

 

MONS   Aye, aye ! Vos-êtes dès compêres, fieûs, èt vos vos-intindez come dès voleûrs su l’ fware.

(LETELLIER.  Ârmonak dé Mont. 1856)

 

FRAMERIES    

Lès-apoticaîres èyèt tous lès médecins

S’ intind come dès larons in fwâre.

(Crwayèz-ça, buvèz d’ l’ iau. Ch. Arm. borain. 1890) (…)

 

808 

cope

COUPLE

Vola ‘ne bèle cope po soper foû.

 

litt. Voilà un beau couple pour souper dehors.

Se dit de deux pauvres diables en goguette.

 

VARIANTE   Il îrît bin èssonle po pwèrter sint Rok.

 

NAMUR    Volà one bèle cope po-z-aler soper foû.

 

MONS   V’là ‘ne bèle coupe pou dîner in vile.

 

809 

cope

Volà ‘ne bèle cope po l’ ètèremint d’ on tchin.

 

litt. Voilà un beau couple pour l’enterrement d’un chien.

Se dit des prétentieux ridicules.

 

VARIANTE    C’ è-st-ine cope d’ ût eûres.

litt. C’est un couple de huit heures.

C’est un couple ridicule qui ne devrait sortir que le soir.

 

810 

corèdje

COURAGE.

Foler so s’ corèdje.

 

litt. Marcher sur son courage.

Ne pas faire par raison une chose que les circonstances et le courage vous engagent à faire. — Contenir sa répugnance, sa colère.

 

VARIANTE   Prinde si corèdje à deûs mins. — Se faire violence.

(forir. Dict.)

 

811 

corèdje

I fât prinde corèdje avou 1′ bon Diu.

 

litt. Il faut prendre courage avec le bon Dieu.

Il faut souffrir patiemment l’adversité; il ne faut pas se laisser abattre, et prendre le Christ pour exemple.

 

812 

cori

COURIR

I fât lèyî lès pus prèssés.

 

litt. Il faut laisser courir les plus pressés.

Il faut réfléchir avant de faire une chose, et laisser faire les impatients. — Festina lente. (horace)

 

813  

couru

Ci  n’ èst  nin l’ tot d’ couru, i faut ariver à timps. (nàmur)       

 

litt.  Ce n’est pas le tout de courir, il faut arriver à temps.

Il ne suffit pas de se hâter, il faut encore se mettre à l’œuvre à temps. (littré)

Rien ne sert de courir, il faut partir à temps.

(LAFONTAINE. Le lièvre et la tortue)

 

814 

couri

I gn-a gnié après in cron pou voulwa couri.  (MONS)

 

litt.  Il n’y a rien de tel qu’un bancroche pour vouloir

courir.

En général les personnes atteintes d’un défaut physique, font

ce qu’elles peuvent pour le dissimuler.

 

815 

cori

Li ci qui n’ sét cori, qu’ i rote.

 

litt. Celui qui ne peut courir, qu’il marche.

Il faut se contenter de faire ce que l’on peut, ne pas s’efforcer.

 

On ajoute souvent :

Èt l’ ci qui n’ sét vèssîi, qu’ i trote.

litt.  Et celui qui ne peut vesser, qu’il chie.

 

816 

coûrt

COURT

Savu 1′ coûrt èt l’ long d’ ine saqwè

litt. Savoir le court et le long d’une chose.

Savoir toutes les particularités d’une affaire. (ACAD.)

Pr. fr. — Savoir le court et le long d’une affaire.

 

Dji sé li coûrt èt l’ long d’tot çoula.

(remacle. Dict.)

 

basse-allemagne.  — Das Lange und Breite von einer Sache wissen, erzählen.

 

817

hanter

COURTISER

Hanter è pwèsse; hanter à tchâr.

 

litt. Faire l’amour dans le vestibule; faire l’amour à la chair.

Faire l’amour clandestinement; faire l’amour avec l’autorisatlon des parents.

 

818 

cousin

COUSIN

Li rwè d’ France n’ èst nin s’ cousin. (NAMUR)

 

itt. Le roi de France n’est pas son cousin.

Il s’estime plus heureux que le roi. (ACAD.)

Pr. fr. — Le roi n’est pas mon (/ son) cousin.

 

MONS  Il arwat foulu l’ vîr marcher dins lès rûes in s’ ringorjant, avè sès épaulètes éyet s’ biau casse doré su s’ tiète; on peut dîre què l’ rwa d’ France n’ étwat nié s’ cousin.

(LETELLIER. Arm. dé Mont. 1863)

 

819   

cousin

Pèt-ète  èt  quasimint, c’ èst dès cousins jèrmins.                                                 (mons)

 

litt. Peut-être et presque, ce sont des cousins germains.

Se dit, comme reproche, aux personnes qui n’osent affirmer une chose, ou faire une promesse formelle.

Dans le discours, peut-être est un correctif qui diminue la portée des affirmatlons. (littré)

Pr. fr. — Peut-être garde les gens de mentir.

 

TOURNAI   Presque èt quasi, ch’ èst deûs cousins jèrmins.

 

820 

cusin

I v’s-a-st-avu po s’ cusin.

 

litt. Il vous a eu pour son cousin.

Il vous a trompé, il s’est moqué de vous.

 

malmedy   Aveûr onk po s’ cusin (= le duper).

 

821 

cos’

COUT.

Li cos’ faît piède li gos’.

 

litt. Le coût fait perdre le goût.

La trop grande dépense qu’ il faudrait faire pour avoir une chose en ôte l’envie. (ACAD.)

Pr. fr. — Le coût fait perdre le goût. Le coust fait perdre le goust.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1840)

 

HABADJA

S’ i m’ faléve sospirer, djèmi,

Afin d’ avu tot à m’ manîre,

L’gos’ (*) mi freût piède l’ apétit.

(DE HARLEZ. Lès-hipocondes. III, sc. 4. 1788)

 

(*) Le désir. L’auteur joue sur le double sens du mot gosse, mauvaise lame.

 

MARCHE  

Sins r’waîtè pus lon, mougne ti crosse.

Qui sovint l’ cos’ fache passè l’ gos’.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

VAR. NAMUR    C’ èst l’ pris qu’i faît l’ sauce.

 

822 

coûtaî

COUTEAU.

Èsse à coûtaî tiré.

 

litt.  Être à couteaux tirés.

Être en grande inimitié, en grand procès, en grande querelle. (âcad.)

Pr. fr. — Ils en sont à couteaux tirés, aux couteaux tirés, aux épées Èt aux couteaux.

 

823 

coûtaî

I frè tant di s’ coûtê qu’ i n’ ârè pus qu’ ine hamelète.

 

litt. Il fera tant de son couteau qu’il n’aura plus qu’une

A force de se servir d’une chose, on la gâte. — Les excès énervent, détruisent la santé.

 

On faît di s’ coûtaî tant, à l’ fin,

Qu’ on-z-a faît ine halmète di rin.

(Paskèye faite â jubilé d’ dom Bèrnârd Godin, abbé. 1764)

 

À fwèce d’ è prinde èt d’ ènnè r’mète,

I vât co mî di s’ taîre,

D’ on coûtai, vos ‘nnè frîz ‘ne halmète,

Di tos vos caractêres.

(BARON. On compositeûr tipografe qui s’ marèye. Ch. 1857)

 

Variante    On faît tant di s’ coûtaî,

Qui ç’ n’ èst pus qu’ on fièmetaî.

 

VAR. VERVIERS    Lès bons coûtaîs divenèt bin dès-almènes.

À l’ longue dè timps, on-z-alowe su clabot.

(M. pire. Tos lès docteûrs sont bon qwand ‘l atrapèt. Ch. 1884)

 

marche     

S’ to n’ prinds waude à ti qu’ one miète,

Di t’ coûtaî, t’ frès one lambinète.

(ALEXANDRE. P’tit corti. 1860)

 

namur  I djoûwe tant avou s’ coutia qu’ i finirè pa ‘nnè fé qu’ one lambosète.

 

824 

busaî

Mète li coûtai so l’ busaî.

 

litt. Mettre le couteau sur la gorge.

Menacer quelqu’un. Le déterminer, sous l’influence d’une vive crainte, à faire ce qu’il ne voudrait pas. (ACAD.)

 

basse-allemagne  Das Messer an die Kehle setzen.

 

825 

coûtaî

Mète coûtaî so tâve.

 

litt. Mettre couteau sur table.

Donner à manger. (acad )

Pr. fr. — Mettre couteaux sur table.

 

VARIANTE    I va mète coûtaî so tâve.

litt. Il va mettre couteau sur table.

Il va dîner en ville.

Autrefois, les convives apportaient leur couteau.

 

826 

coster

COUTER

Cosse qui cosse.

 

litt. Coûte que coûte.

A quelque prix que ce soit, quoi qu’il puisse arriver. (ACAD.)

 

Maîs kimint fé d’vins dès doleûrs?

Cosse qui cosse, i fât dès docteûrs.

Lès cis d’ nosse vèye ni volèt nin.

(Paskèye critike èt calotène so lès afaîre dè l’ médicène. 1732)

 

On-z-a dè sâmon, cosse qui cosse,

Maîs po l’ filèt, c’ èst l’ pére dès doze.

(ALCIDE PRYOR Mènu dè bankèt d’ 1871)

 

VERVIERS

Dji veû qu’ on dèye tot fé, èt çoula cosse qui cosse,

C’ èst lèye qui l’ a l’ prumîre, c’ èst lèye qu’ a l’ mèyeû gos’.

(J.-S. renier. LimÔone à deûs face. Se. 4. 1873)

 

MONS   L’ ordre èst v’nu d’ là-bas in haut èt i s’ra ègzécuté à la lète èt coute qui coute.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1856)

 

LILLE       

Un vrai Lilos dot, coute qui coute,

Courîr uch’ què ll’ apèle l’ oneur.

(DESROUSSEAUX. Chansons lilloises. 1854)

 

basse-allemagne — Es koste, was es kostet.

 

827 

coster

Ci n’ èst nin “djans”, c’ èst costant.

 

litt. Ce n’est pas “allons”, c’est coûtant.

Il ne faut pas dire “c’est bien”, il faut payer comptant.

 

MARÈYE

… Dji veû dè l’ bèle sâcisse.

Awè, nos 1′ savans bin; mi, dj’ ènnè veû ottant,

Maîs dji creû qu’ po 1′ payis, ç’ n’ èst nin “djans”, c’ èst costant.

(hannay. Li mâye neûr da Colas. II, sc. 12. 1866.)

 

VARIANTE    Ci n’ èst nin Dj’han, c’ èst costant (Constant).

litt. Ce n’est pas Jean, c’est coûtant (Constant, nom propre). Traduction littérale qui signifie: ce n’est pas peu de chose, car c’est cher.

(remacle. Dictionn.)

 

828 

costeume

COUTUME

Ine fèye n’ èst nin costeume.

 

litt. Une fois n’est pas coutume.

Une chose ne devient pas une obligation, un engagement parce qu’ on ne l’a pratiquée qu’une fois. (ACAD.)

Il ne faut pas juger des habitudes de quelqu’un sur un seul fait.

Loc. prov. Une fois n’est pas coutume.

Cf. Exceptio firmat regutam.

Cité par forir. Hict.

basse-allem. — Ein Mal ist nicht immer (nicht alle Mal).

 

829 

costeûre

COUTURE

Rabate lès costeûres.

 

litt. Rabattre les coutures.

Se dit avec accompagnement de gestes et ironiquement à ceux qui portent un habit qui a l’air trop neuf. — On dit pour faire entendre qu’un habit vient du tripier qu’ il a un coup de fourche, parce qu’ordinairement les fripiers se servent d’une fourche pour dépendre les habits dans leur étalage.

Battre quelqu’un, comme si, en frappant sur lui on rabattait les coutures, Èt fig. rabaisser l’orgueil, les prétentlons de quelqu’un. (LITTRE)

Rabattre les coutures.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

Èt come on rabat’ lès costeûres,

D’ l’ habit qu’ on streume on djoû d’ djama.

(Fr. BAILLEUX. Li crama. Ch. 1842)

 

830

convint

COUVENT

Èlle èst lojée au convint Sint-Miche,

Deûs tiètes sur in-n-orèyer. (tournai)

 

litt.  Elle est logée au couvent de Saint-Michel,

Deux têtes sur un oreiller.

Pour dire d’une femme qu’elle est mariée.

 

VAR. TOURNAI  

Èlle èst-au couvint Sint-Françwas,

Où-ce qu’ on va deûs èt qu’ on r’vint trwas.

 

Même sens que le proverbe ci-dessus.

On dit à Liège :

À Notru-Dame dè l’ plovinète,

Wice qu’ on va-t-à cope

Èt qu’ on r’vint à trokète.

 

831

rètchon

CRACHAT

I s’ nèyereût d’vins on rètchon.

 

litt. Il se noierait dans un crachat.

 

On dit aussi :

Qwand on-a dè guignon, on s’ nèyereût d’vins on rètchon

Se dit d’un homme malheureux et malhabile. (ACAD.)

Pr. fr. — Il se noierait clans son crachat, dans un crachat.

Èle djowe di maleûr, èle si spîyereût 1′ narène so on qwâtron d’ boûre, èle si nèyereût d’vins on rètchon.

(remacle. Dictionn.) Cité par forir. Dict.

 

BAÎWÎR

Ine saquî qu’ a ‘ne mâle aweûre

Si nèyereût d’vins on rètchon.

(alcide PRYOR. Baîwîr so s’ panse. 1863)

 

Dji so d’vins l’ maleûr,

Dji m’ nèyereû d’vins on rètchon.

(A. hock. La famille Mathot. 1866)

 

MONS     

Tyin, n’ èst pas, lîe, quand èl guignon s’ in mèle,

Ch’ qu’ a dins s’ crachat, on-n-îrwat bé s’ nouyer.

(J.-B. descamps. Quand on a du guignon. Ch. 1852)

 

PICARDIE     S’ noyer dans-in raclon.

(CORBLÈT. Glossaire. 1851)

 

832

ratchî

CRACHER 

Ratchî au mur. (Charleroi)

 

litt. Cracher au mur.

Faire une chose inutile. (littré.)

Pr. fr. — Cracher en l’air.

 

CHARLEROI 

Si vos waîtèz d’ candjî dès djins trop indurcis,

Ça n’ faît nén pus d’ èfèt qu’ si vos ratchîz au mur,

Pace què 1′ vice èst vraîmint stitchî dins leû nature.

(L. bernus. Batisse Lognon èyèt l’ curé. Conte. 1873)

 

Ça n’ fra nén pus què d’ ratchî aus murayes.

(L. bernus. Èl malade Sint-Tîbaut. I, sc. 5. 1876)

 

833

crôye

CRAIE

Mârker à l’ longue crôye.

 

litt. Marquer à la longue craie. Faire, vendre à crédit.

Longue crôye. Chiffres romains mêlés à des chiffres de conventlon que les petits boutiquiers emploient quand ils vendent à crédit. Ces chiffres sont faits à la craie sur les portes d’armoires, les volets, etc.

Cité par forir. Dict.

 

Èt qwand vos réglîz 1′ compte, à l’ longue crôye, so l’ volèt,

Èlle aveût stu forchowe, ou l’ maîsse loukîve luskèt.

(thiry. Ine copène so l’ manèdje. 1888)

 

Èt s’on aveut volou lî siervi de pèkèt,

On markéve à l’ longue crôye djusqu’à d’min, drî l’ volèt.

(G. DELARGE. Ine copène conte lès pèketeûs. 1873)

 

VERVIERS 

Dj’ a co to plin dès-ôtes à mète è rôye,

Insi on discoûrs tot seû vaut on buetin :

Su k’nohèt-is ossi bin quu l’ longue crôye,

L’Alemand, l’ Anglès, l’ Èspagnol èt 1′ Latin.

(XHOFFER. Le poète wallon. 1861)

 

basse-allemagne  — Ankreiden.

 

834

crôye

Li crôye èst r’boutêye.

 

litt. La craie est remise

L’affaire est en suspens. — Sub judice lis est. Ce proverbe est un terme du jeu de cartes dit: les cinq lignes, lorsque les deux partis ont fait un nombre égal de points.

 

835

cravate

CRAVATE

Il a pwèrté 1′ cravate di fiér.

 

litt. Il a porté la cravate de fer.

Il a été au pilori (so l’ hame), il a porté le carcan.

 

836

crédit

CRÉDIT 

Crédit èst mwèrt, mâle paye l’ a touwé.

 

litt. Crédit est mort, mauvaise paie l’a tué.

On ne veut plus prêter; il faut payer comptant. (ACAD.)

Pr. fr. — Crédit est mort. Cité par forir. Dict.

 

SÈRVÂS

Si nos volîs vinde à l’ crôye, li comèrce îreût, maîs halte ! i fât dîre come l’ ôte : Crédit èst mwèrt, mâle paye l’ a touwé.

(BRAHY. Li boukèt. I, sc. lre. 1878)

 

NAMUR     

… On n’ vos faît nin crédit,

Pace qui lès mwaîs payeûs l’ ont touwé, come on dit. (WÉROTTE. One sovenance dès djeus di nosse djon.ne timps. 1867. 4e éd.)

 

var. MARCHE   Mâle paye è-st-on banstaî sins cou,

Qui n’ vis saurit waurdè on-ou.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

MONS  Crédit èst môrt l’ eûre d’ aujourdwî, èl monvés pèyeur l’ a twé.

(J.-B. descamps. Ch. 1841)

 

837 

crédit

Crédit k’tchèsse lès pratikes.

 

litt. Crédit chasse les pratiques.

Un chaland qui a obtenu crédit chez un marchand, s’adresse à un autre pour échapper aux réclamations de paiement.

 

838 

crédeo (picard)

CREDO

L’ crédeo, ch’ èst beon, mès l’ pate n’ vaut ryin. (tournai)

 

litt. Le credo, c’est bon, mais la confiance ne vaut rien.

Nous pouvons croire à ce qu’ on nous dit, mais ne nous y flons pas.

 

839

crama

CRÉMAILLÈRE

C’ èst l’ crama qui lome li tchaudron neûr cou.

 

litt.  C’est la crémaillère qui appelle le chaudron cul noir.

C’est donner à un autre un ridicule que l’on a soi-même.

Quand une personne se moque d’une autre qui aurait autant de sujet de se moquer d’elle. (ACAD.)

Pr. fr. — La pelle se moque du fourgon.

Le chaudron machure la poelle.

(LEROUX. Dict. comique.)

Cf. quitard. Dict. Ve fourgon, p. 410.

Vœ tibi tu nigrae dicebat cacabus ollœ.

(LEJEUNE. Proverbia familiaria. 1741)

Cité par forir. Dict.

 

Li crama lome li tchôdron neûr cou,

Lu, cint fèyes pus laîd qu’ on hibou. (…)

 (Math. Laensbergh. 1811)

 

On trouve co dès ritchâs à deûs pîds, maîs sins plome,

Qu’ avou l’ èsprit dès-ôtes fèt volti lès grands-omes.

Maîs chut’, taîhans-nos, d’ sogne qu’ on n’ nos vinse dîre avou : Louke, don, volà l’ crama qu’ lome li tchôdron neûr cou.

(BAILLEUX. Li ritchâ qui s’ aveût fé gây avou lès plomes dè l’ pawe. Fâve. 1882)

 

Ca, c’ èst todi l’ crama qu’ lome li tchôdron neûr cou.

(alcide pryor. Sôlêye èt pansa. 1861)

 

VERVIERS   

Tot d’hant qu’ in-ôte è-st-on bambou,

Sovint 1′ crama lome on tchôdron neûr cou.

(XHOFFER. Epigrammes. 1860)

 

var. VERVIERS. 

Tot mokeû s’ laît vèy à nou,

C’ èst 1′ boû qui lome l’ augne cwèrnou.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

vab. FERRIERES. L’ râve troûve todi à dîre après l’ fourgon.

 

var. NAMUR   Divant d’ nwâri l’ prochin, riwaîtans-nos.

(WÉROTTE. Aurm. di Nameur. 1861)

 

MARCHE     TÈRÊSE

On-z-èst, au pus sovint, machurè dès neûrs pots.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. III, sc. lre. 1888)

 

var. MARCHE     

Èst-ce qui l’ molin s’ deût désolè,

Qui 1′ for li lome on cou broulè?

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

CHARLEROI

L’ ome dè keûr acusè pa in vaurin, in sot,

Aura dwat, qwèqui l’ ôte dîse, dins l’ provèrbe, nén d’ mintrîye : On n’ èst jamaîs nwarci qu’ pa in nwar pot.

(L. bernus. In leup qui plaîde conte in r’naud. Fauve. 1873)

 

MONS   On n’ èst jamaîs brousé qu’ par un nwâr pot.

 

TOURNAI    On-èst toudi nwarchi par un nwar peot.

 

var. TOURNAI    NANÈT

Alez, vous-êtes sorte à sorte; ch’ èst l’ hochepeot à l’ avenant dès carotes.

(LEROY. Bièk di fiêr. Traduction du Bleu-bîhe de simon, sc. 17.1888)

 

PICARDIE      In n’ èst jamwaîs brousè què par un pot nwâr.

(CORBLÈT. Glossaire.)

 

840 

crama

Avu l’ crama pindou.

 

litt. Avoir la crémaillère pendue.

Se dit de celui qui a épousé une personne déjà munie d’un ameublement complet.

 

841 

potière

Fiér come potière. (MONS)

 

litt. Fier comme une crémaillère.

Potière, à Namur. Potère, espèce de crémaillère fixée aux grilles d’un fourneau pour porter un pot; cet instrument est composé d’une tige soutenant un cercle mobile, sur lequel on pose le pot. La tige qui se dresse en avant du feu, raide et immobile, a donné naissance au proverbe.

Être fier, raide, gourmé.

 

MONS

Èl pére Brididi pârt, fiêr comme potière,

Èt il arive à l’ cinse sans-avwar tant seulement pinsé à avwar frwad.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1860)

 

VAR. MONS    Fiêr come in pou su ‘ne rogne.

Pr. fr. — Fier comme un pou sur une gale. — V. quitard. Dict., p. 391.

 

VAR. TOURNAI       Fiêr come ène arane.

 

842 

Grusus’

CRESUS

C’ è-st-on vî Grusus’.

 

litt. C’est un vieux Crésus.

C’est un vieil avare. — C’est un ladre.

 

basse-allemagne  — Ein Cresus.

 

843

braîre

CRIER

Braîre come in-aîgue.

 

litt. Crier comme un aigle.

Crier d’une voix aiguë et perçante. (ACAD.)

Pr. fr. — Crier comme un aigle.

 

L’ aîgue apreume, po ç’ côp-là, tchawa, brèya télemint

Qui c’ èst dispôy adon qu’ on dit braîre come ine aîgue.

(bailleux.  L’ aîgue èt l’ qwate pèces. Fâve. 1851)

 

VARIANTE   Braîre comme on vaî.

Crier comme un veau.

 

Ô qu’ c’ èsteût bai, ô, qu’ c’ èsteût baî,

Qui n’ pou-dje dîre tot çou qu’ on-z-a faît !

 Dj’ âreû volou braîre come on vaî.

Ô ! qu’ c’ èsteût baî, ô ! qu’ c’ èsteût baî !

(F. L. P. Pot poûri so lès fièsses di djulèt’. 1844)

 

Vormint, vaîrè dîre on critike,

Vos brèyez ossi pés qu’ on vaî,

Po saqwants pôves pitits râvelaîs.

(FR. bailleux. Conte lès djins nâreûs. Fâve. 1851)

 

VARIANTE   Gueûyî come on vaî.

(forir. Dict.)

 

VARIANTE    Braîre come in-âgne d’ Awans (on cwèrbâ).

 

VERVIERS   

Inspirez-me vos turtos, grands sints du l’ aurmonak,

Dji m’ va braîre come on vaî, dinez-me on bon stoumak.

(N. POULET. Li foyan ètèré. 1859)

 

SPA       

Kupwèrtrans li, su vî tonaî,

Po l’ fé criyer tot come on vaî..

(BODY. Chanson patriotique. Rec. 1790)

 

NIVELLES   I crîye pus foûrt qu’ in via qui beûlerè dins in pot.

(renard. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle. Ch. III. 1837)

 

var. MONS I crîye come ène marcote in couche.

 

LILLE    Braîre come dès viaus. (…)

 

basse-allemagne. — Schreien wie ein  Botterlicker (papillon) (prov. exclusivement hambourgeois).

 

844

braîre

Gueûle qui braît n’ èst pos morte. (tournai)

 

litt. Bouche qui crie n’est pas morte.

Se dit à celui qui pleure facilement, sans motif.

 

845 

crèhe

CROITRE

Crèhe come maule an.nêye. (VERVIERS)

 

LITT. Croître comme mauvaise année.

Croître très rapidement.

Pr. fr. — Croître comme mauvaise herbe.

 

On-aveût tchûsi l’ bokèt avâ lès mèyeûs wèrihèt dè payis, ca l’ brouwîre î crèhéve come mâle an.nêye.

(G. MAGNÉE. Li crèn’kinî dè prince-abé di Staveleû. 1867)

 

VERVIERS    

On vèya crèhe come maule an.nêye

One frôye du wèspiyants grèvîs.

(renier. Li crâhelî Batisse)

 

846

crèhe

Dji sin qui dj’ crèh di mâvasté.

 

litt. Je sens que je grandis en mauvaise humeur.

Je suis sur le point de m’emporter, d’entrer en colère.

 

847

creûs

CROIX

Fé ‘ne creûs so l’ crama.

 

litt. Faire une croix sur la crémaillère.

Se dit quand on voit arriver une chose à laquelle on ne

s’attendait pas. Quand on voit une personne entrer dans une maison où il y avait longtemps qu’elle n’était venue. (ACAD.)

Pr.fr. – Il faut faire la croix à la cheminée.

Cf QUITARD. Dict. Ve Cheminée, p.217.

Cité par FORIR, Dict.

 

Li crama, c’ èst l’ meûbe è l’ mohone,

Qu’ à Lîdje, on rèspèctéye li pus.

S’ i vint ine afaîre mâle ou bone,

On dit qu’ i fât fé ine creûs d’ssus.

(BAILLEUX. Li crama. Chanson. 1842)

 

I s’ marèye donc, po ç’ côp-là, c’ èst bin vraîy,

À l’ fin dè meûs,

Dinez-me dè  l’ crôye, hay, vit è l’ tchiminéye,

Qui dj’ fasse ine creûs.

(BAILLEUX. Chanson. 1843)

 

JODOIGNE Fé ‘ne creûs së l’ djîvau.

 

848 

creûs

Dj’ a vèyou lès sèt’ creûs.

 

litt. J’ai vu les sept croix.

J’ai beaucoup souffét, je compare mes souffrances à celles de la Mère des sept douleurs.

 

HINRI

À Tatène, dihans tot, èt ça â pus habèye.

Èle va trèfiler d’ djôye, ô ! awè, djè l’ wadjereû,

Ca èle dit qui s’ sôlêye lî faît vèy lès sèt’ creûs.

(remouchamps. Li savetî. I, sc. 4. 1858)

 

dadite

Ci p’tit crawé Tchantchès m’ faît vèyî lès sèt’ creûs,

C’ èst tot d’ min.me bin damadje qu’ il âye l’ aîr si hoûpieûs.

(TOUSSAINT. Hinri èt Dadite. II, sc. 2. 1870)

 

DJÔSÈF  Su rèspèct, dj’ a ‘ne aguèce qui m’ faît vèy lès sèt’ creûs.

(DD. SALME. Mononke Djôsèf. Sc. 18. 1884)

 

On fa v’ni l’ boye qui bouriarda l’ boulote, èt fa vèy lès sèt’ creûs à ç’ pauve laîd vî cwèrp.

(C. magnée. Li houlote. 1874)

 

849 

creûs

Fé creûs so pèye.

 

litt. Faire croix sur pile.

Effacer le compte, faire remise de la dette.

Cité par forir. Dict.

 

850 

creûs

Fé ‘ne creûs d’ssus.

 

litt. Faire une croix dessus.

Bâtonner les comptes et par suite abandonner une affaire, perdre une chose, y renoncer. — Passer à profits et pertes.

 

Li p’tit pèhon frè s’ crèhince,

S’ i vike, avou l’ grâce di Diu;

Maîs s’ on l’ tint, qu’ on nè l’ lache pus,

S’ on n’ vout nin qu’ on s’ ènnè r’pinse,

Ca ot’tant fé ine creûs d’ssus.

(bailleux. Li p’tit pèhon èt l’ pèheû. Fâve. 1886)

 

Nole fèye, avâ l’ samin.ne,

Dji n’ veûreûs l’ cabarèt,

Èt si dj’ î va l’ dîmègne,

Dji frè ‘ne creûs so l’ pèkèt.

(M. thiry. Ine copène so l’ manèdje. 1888)

 

BAÎWÎR

So l’ foûr di s’ batch,

Ti pous fé ‘ne creûs,

I t’ pârèt (sic) t’ gadje.

S’ èl wâgne â djeû.

(alcide PRYOR. Çou qu’ è-st-è fond dè pot. 1864)

 

VERVIERS  

Dju faîs l’ creûs d’ssus,

Èt dju di: c’ èst bèrnike.

(M. pire. Pingnerîz-ve bin on diâle qui n’ a nin dès tch’vès? Ch. 1884)

 

NAMUR    

À voste âdje, on prind s’ tchapelèt,

Fioz one crwès su l’ potè.

(WÉROTTE. Grand-mére. Ch. 1867. 4e éd.)

 

MONS  Lès minisses dès chink payis ont r’crit ‘ne lète au rwa Guiyaume pou î dîre qu’ i n’ avwat qu’ à faîre one crwas su ç’ payis-ci.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1846)

 

TOURNAI   I t’ feaut faîre ène creos d’ssus.

 

basse-allemagne. — Einen Strich darüber machen (Vou­blier).

 

851

creûs

I fât pwèrter s’ creûs.

 

litt. Il faut porter sa croix.

Il n’y a personne qui n’ait ses afflictions particulières. (ACAD.)

Pr. fr. — Chacun porte sa croix en ce monde.

V. quitard. Dict. Croix, p. 275.

Cité par forir. Dict.

 

HOULPAÎ

I fât qui dj’ seûye bin mâlureûs,

I n’ mi mâkéve pus qui cisse creûs.

(DE harlez. Lès-hipocondes. I, sc. 5. 1758)

 

VAR. NAMUR   Chacun pwate si pakèt.

On-z-a bau fé, c’ èst todi l’ cia qu’ a l’ hote à s’ dos qu’ i faut qu’ il l’ pwate.

 

basse-allemagne  — Man muss sein Kreuz tragen.

 

852

creûs

N’ avu ni creûs ni pèye.

 

litt. N’avoir ni croix ni pile.

N’avoir point d’argent. (ACAD.)

Cf. quitard. Dict., p. 276.

Dans le jeu de croix ou pile, on dit habituellement à Liège : tièsse, au lieu de creûs. Pèye ou tièsse.

Pr. fr. — Je n’ai ni croix ni pile. — Il n’a ni envers ni endroit.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

Cès-cial n’ âront ni creûs ni pèye,

Cès-là front gogoye tote leû vèye.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. Ch. VIII. 1780)

 

Sins hèpe, sins pan, ça, po çou qu’ èst d’ ârdjint,

I n’ lî d’manéve ni creûs ni pèye.

(bailleux. Li tchèpetî èt sint-Antône. Fâve. 1887)

 

VERVIERS   

Lu ci qui n’ a ni creûs ni pèye,

Èt qu’ in.me à ruspaumer s’ gosî,

S’ i n’ a d’ car du tot çou qu’ on dèye,

I coûrt planter su p’tit rosî.

(M. pire. Lu p’tite tchanson. 1884)

 

JODOIGNE   N’ avë ni tièsse ni lète.

 

TOURNAI   Il n’ a ni creos ni pile.

 

rouchi     I n’ a ni crwas ni pile.                                

(HÉCART. Dict.)

 

853

creûs

On-a chake si creûs.

 

litt. On a chacun sa croix.

On n’est jamais parfaitement heureux. Tout individu, n’importe dans quelle conditlon, est sujÈt à des contrariétés. Chacun a ses peines, ses souffrances. (littré)

Pr. fr. — Chacun a sa croix.

 

On tape quékes fèyes à twèrt so les pôvès feumerêyes,

Èlle ont portant leû creûs, maîs èles li fèt mons vèye.

(M. thiry. Ine copène so l’ marièdje. 1858)

 

Tot-à faît rota bin, dî-sèt’ à dî-hût meûs,

W’ è-st-i, l’ ci qui pout dîre qu’ i vikrè sins nole creûs?

(brahy. Mès treûs marièdjes. 1882)

 

NAMUR     Tot l’ monde pwate si crwès. — On-a tortos sès crwès.

 

BORINAGE  On-a chacun s’ cro; c’ èst eune grande vérité; l’ richârd qu’ a tout’ à souhaît, i s’ imbête, i crève d’ in.wî.

(Armonak du Borinâje in patwas borin. 1849)

 

854

creûs

I n’ èst qu’ è l’ creûs d’ pâr Dièw.

 

litt. Il n’est que dans la croix de par Dieu.

Il n’est qu’au commencement, qu’au début de ses afaîres, de son entreprise.

Pr. fr. — Il n’en est qu’à l’A, B, C.

Les abécédaires commencent toujours par une croix.

A Liège, il n’y a pas bien longtemps, on les nommait croisettes (creuhète).

 

JODOIGNE   I n’ èst co qu’ à l’ creûjète.

 

855

creûs

Il ârè l’ creûs qu’ on done âs vîs tch’vâs.

 

litt. Il aura la croix qu’ on donne aux vieux chevaux.

Se dit des fonctlonnaires que le gouvernement est disposé à décorer le jour où ils prendront leur démisslon.

N. B. Il est d’usage de marquer d’une croix les chevaux de réforme, les chevaux hors de service, destinés à être abatus.

 

Qui donrî-ne bin, po 1′ fé taîre, à ç’ rin-n’-vât?

Il èst si vî, d’ on tchâr, c’ èst l’ cinkin.me rowe !

— Dinans-lî l’ creûs qu’ on wâde po lès vîs tch’vâs…

(A. hock. Poésies inédites)

 

856

creûs

Mète sès creûs so l’ sou.

 

litt. Mettre ses croix sur le seuil.

Mettre ses peines à la porte. — Décharger son cœur.

 

857

creos (picard)

I n’ dèkind pos dè 1′ creos d’ sint Louis.

(tournai)

 

litt. Il ne descend pas de la croix de saint Louis.

Ne pas avoir une noble origine, la croix de saint Louis étant autrefois un ordre de chevalerie : s’applique souvent à l’égard de gens fiers et arrogants dont la basse extractlon n’est pas oubliée.

Pr. fr. — Il s’imagine être de la côte de saint Louis.

 

858

crâwe

CROSSE

Il è-st-ossi dreût qu’ ine crâwe.

 

litt. Il est aussi droit qu’un bâton recourbé.

Se dit par ironie d’une personne contrefaite.

Cité par forir. Dict.

 

Èsse dreût come ine crâwe.

(REMACLE. Dict.)

 

859

croche (picard)

S’ in d-aler à fut d’ croche. (MONS)

 

litt.  S’en aller en bâton de crosse.

Tomber à rien, dépérir, tourner mal.

Fut (fustis), bois qui porte le fé de la crosse. — Croche, jeu de la crosse, de la crâwe à Liège. Il y a au fût, du côté du fer, un renflement qui diminue très sensiblement.

 

MONS  Sans parler dès-autes payis où-ce qu’ is n’ sont nié foutu d’ rèster trankîe, èl républike francèse a tout l’ aîr dè d-aler à fut d’ croche.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1882)

 

Maîs come il avwat marché cron pou l’ avwar, il a tourné à fut d’ croche.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1859)

 

CHARLEROI  TWANÈTE

C’ èst m’ dwat èt m’ dèvwâr dè vos-impétchî d’ fé ‘ne saqwè qui pout fé toûrner vo-n-oneûr à fut d’ crauwe èyèt à crote dè tchin.

(L. BERNUS. L’ malade Sint-Tîbaut. I, sc. 5. 1876)

 

variantes             

Tos nos baîs plans, nos baîs projèts

Qui toûrnèt todi en foumîre.

À l’ fin, âront tos leû-z-èfèt.

(Chanson en l’honneur de Velbruck. 1772)

 

Valwès, ossi loûrd qu’ ine franke âwe,

Tos lès djoûs pus toûrnéve à crâwe.

(J.-J. hanson. Li Hinriâde travèstéye. Ch. ILI. 1780)

 

JODOIGNE      Toûrner à crauwe.

 

860

crosse

CROUTE

Èsse à sès crosses.

 

litt. Être à ses croûtes.

Vivre à ses dépens. (ACAD.) — Séparer ses intérêts de ceux de ses proches. — Vivre du fruit de son travail.

Pr. fr. — Être sur ses crochets.

Cité par forir. Dict.

 

ROUCHI  Éte à sès crupes.

(HÉCART. Dict.)

 

861

crosse

I n’ trimpe nin sè crosses è 1′ horote.

 

litt. Il ne trempe pas ses croûtes dans la rigole.

Il est riche, il peut se donner de l’agrément, des plaisirs, satisfaire ses goûts dispendieux.

 

TÂTÎ  Pace qui vous comprendez, une fois que c’est l’été,

Les ceuse qui reste en ville, ce sont des halcotier.

Èt vos, vos n’ l’ èstoz nin.

DJÈTROU   Djo l’ creû bin, waîtoz ‘ne gote.

PÈNÉYE   On veût bin qu’ vos n’ trimpez nin vosse crosse è  l’ horote.

(ed. remouchamps. Tâtî l’ pèrikî. II, sc. 7. 1885)

 

862  

cruche

CRUCHE

Di fwèce do poûjè, one cruche portant s’ câsse. (marche)

 

litt. A force de puiser, une cruche pourtant se casse.

Quand on retombe souvent dans la même faute, on finit par s’en trouver mal, ou quand on s’expose trop souvent à un péril,

on finit par y succomber. Cela se dit par forme de menace ou de prédictlon. (ACAD.)

Pr. fr. — Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse (/ se brise).

Cf. Le proverbe de basile.

(beaumarchais. Mariage de Figaro)

Tant va le pot au puis que il casse. (XIIe siècle.)

Tant va pot à l’ève que brise. (Roman du renard. XIIIe siècle)

Tant va li poz au puis qu’ il brise.

(gautier de coinsi. De monacho in flumine périclitait), etc. XIIIe siècle)

 

HINRI

MARCHE   

Tant qu’ i faît l’ tchin coûtchant, èt qu’ on no l’ coneut nin,

Li traîte, contint d’ li, prospère èt va bon trin.

Sovint, l’ ci qu’ n’ è pout rin, è pleûre èt s’ è tracasse;

Di fwèce do poûjè, one cruche portant s’ casse.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. Act. V, sc. 9. 1858)

 

jodoigne    À fwace di poujî, on câsse lë crëche.

 

VARIANTE    

Èt d’ on posson, tot l’ min.me, va-t-i,

I n’ va nin ôte’mint qu’ dji n’ vis di;

On va tant d’ fèyes à l’ aîwe atot.

Qu’ on n’ a pus qu’ dès hèrvaîs di s’ pot.

(Paskèye po l’ jubilé Dom Bernard Godin. 1764)

 

var. VERVIERS

Li leup va tant au potaî

Qu’ on baî djoû î laîrè s’ paî.

(J.-S. RENIER. Spots rimés. 1871)

 

VAR. beauraing.

Tant va l’ casserole au feu, qu’ on djoû, i faut qu’ èle pète.

(VERMER. Lès soléyes. 1862)

 

MONS  Wè me, lieû, tant va l’ cruche à l’ iau, qu’ a l’ fin dès fins, èle sè casse, come on dit.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1856)

 

saint-quentin  Tant aleva l’ bwîr à iau, qu’ ale finit par s’ épautrer.

 

863

crucefis

CRUCIFIX

C’ è-st-on magneû d’ crucefis.

 

litt. C’est un mangeur de crucifix.

C’est un rat d’église. On applique ce proverbe aux personnes qui ne fréquentent souvent les églises que pour cacher leurs vices ou leurs mauvais penchants. — Un faux dévot. (littré)

Pr. fr. — Un mangeur de crucifix.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

864 

crucefis

Diveni come on crucefis d’ djèyî.

 

litt. Devenir comme un crucifix en noyer.

Devenir maigre et jaune; sec comme un morceau de bois; devenir triste, taciturne. Cité par forir. Dict.

 

Loukîz-le, il èst divenou come on crucefis d’ djèyî.

(N. defrecheux. Ine djâbe di spots. 1860)

 

Si çoula poléve vite candjî,

Dji beûreû-st-on fameûs côp d’ djôye,

Ca dj’ so come on crucefis d’ djèyî

Èt tot prèt’ à cori è vôye.

(BRAHY. Chanson. 1880)

 

865

coufâte

CUFFAT

Toumer è l’ coufâte.

 

litt. Tomber dans le cuffat.

Se trouverons un grand embarras. (ACAD.)

Pr. fr. — Être, se mettre dans le pétrin. Cuffat n’est pas français. Ce mot est admis dans la langue industrielle.

Terme de houillère, c’est l’espèce de cuve, bac ou panier qui sert à descendre dans les puits (bûres).

 

Tot s’ vèyant toumêye è l’ coufâte, li pôve feume divena tote blanke mwète.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

MARÈYE

Po ç’ côp la, dji trèfèle, mâ-heûlêye ! Fâs Pilâte !

Qui n’ toumez-ve tos lès deûs à l’ valêye dè l’couflâte.

(G. delarge. Scène populaire. 1874)

 

866 

cwî

CUILLER

C’ èst on cwî d’ pus è l’ sope.

 

litt. C’est une cuiller de plus dans la soupe.

Quand il y a pour trois, il y a pour quatre.

 

867 

cûr

CUIR

Arèdjî inte cûr èt tchâr.

 

litt. Enrager entre cuir et chair.

Être mécontent sans oser le dire. (ACAD.)

Pr. fr. — Pester entre cuir et chair. Cité par forir. Dict.

 

groubiote  Dj’ aî in chagrin.

FRIKÈT   Inte cûr èt tchâr.

(demoulin. Dji vou, dji n’ pou. II, sc. 5. 1818)

 

BADINÈT

Ça, mi, dji v’s-assûre bîn

Qu’ dji m’ taîreû min.me avou dès proûves tot plin mès mins, Sins rin dîre, dji brôyereû mi mâ inte cûr èt tchâr.

(DELCHEF. Li galant dè l’ sièrvante. II, Sc. 1. 1887)

 

TOURNAI    Manger s’n-âme.

 

868 

cûr

Dè cûr d’ autrwî, dès grands scorions.  (marche)

 

litt. Du cuir d’autrui, de grands cordons.

Être libéral du bien d’autrui. (ACAD.)

Du aliena corio ludere.

Pr. fr. — Faire du cuir d’autrui, large courroie.

Voyez le suivant.

 

Ces petits messieurs-ci, qui n’aiment que la joye,

Voudraient du cuir d’autrui faire large courroye.

(BARQUEBOIS. Comm. La Rapinière.)

 

JODOIGNE     Dins l’ cû dès-ôtes, dès grandès laches.

 

869  

cwîr

Tayer in plin cwîr. (MONS)

 

litt. Tailler en plein cuir.

Être libéral des biens d’autrui. (ACAD.)

Pr. fr. — Faire du cuir d’autrui large courroie.

 

MONS   Alons, tant mieûs, si c’ èst vo gout, tayez in plin cwîr.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1861)

 

870  

cûr

Li cûr sèrè bon martchî ciste an.néye.

 

litt.  Le cuir sera (à) bon marché cette année.

Se dit des personnes paresseuses, lorsqu’elles s’étendent les membres.

On ajoute souvent : Lès vaîs si stindèt; les veaux s’étendent. Les esguillettes seront à bon marché, les veaux s’étendent.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

Vos d’nîz, rin qu’ à v’ loukî, grande èvèye dè bâyi,

Èt vos fîz dîre qui l’ cûr divêreut bon martchî.

(M. THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

NAMUR    Li cû sèrè bon marchî ciste année-ci.

 

var. malmedy   Lès cûrs su stindèt so l’ bièsse, is ravaleront.

 

var. JODOIGNE   Lë cu va ravaler, i së stind d’ssës l’ bièsse.

 

871 

cûr

È l’ plèce dè passer cûr, ti d’meûrerès poyou.

 

litt. Au lieu de passer cuir (tanné), tu resteras velu.

Tu ne féas jamais rien. — Tu n’es pas capable de recevoir de l’éducation.

 

872  

cûre

CUIRE

Çou qui n’ cût nin por vos, leyîz-le broûler.

 

litt. Ce qui ne cuit pas pour vous, laissez-le brûler.

Ne vous mêlez pas des afaîres des autres; il ne faut pas s’ingérer mal à propos dans les différends d’autrui.

 

Çou qui n’ cût nin por mi, djè l’ laî broûler po l’s-ôtes,

C’ èst m’ pus p’tit imbaras, qu’ leû-z-aîwe seûye basse ou hôte.

So leû cou, so leû tièsse, dji laî fé mès vwèsins.

(THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

LÈVAÎ  Sèrvâs, ni d’hez rin, ca çoula m’ pôreût fé dè twèrt.

SÈRVÂS. Dji n’ a wâde, çou qui n’ eût nin por mi, djè l’ laî hati.

(BRAHY. Li boukèt. II, sc. 49. 1878)

 

NAMUR    Ç’ qui n’ eût nin por mi, djè l’ laî brûler po l’s-ôtes.

 

JODOIGNE   Cë quë n’ tchaufe ni por vos, lèyîz-le brûler po l’s-ôtes.

 

FRAMERIES    PIÈROT

… Ô ! pour mi, çou qu’ dj’ in di

C’ èst par intindu dîre, maîs ç’ qui n’ caufe ni por mi,

Dju l’ lèye brûler, ni pus ni mwins.

(DUFRASNE. Pièrot vît co. Sc. lre. Arm. borain. 1890)

 

PICARDIE    Quand l’ fricot d’ in eute brûle, i faut le laissier brûler.

(CORBLÈT. Gloss. 1851)

 

873

cûre

Pus cût, pus boût.

 

litt. Plus il cuit, plus il bout.

Plus un différend traîne en longueur, plus les parties adverses s’aigrissent. — Plus le mal est grand, plus il est difficile d’y porter remède.

Cité par forir. Dict.

 

Aîmon qui, so li k’mincemint, ni s’ sintéve wêre di vîristé, s’ èstchâfa à l’ dake, ca, come dit li spot: pus cût, pus boût.

(G. magnée. Li houlote. 1871)

 

874

cwîre (picard)

 À d’ eautes, is sont cwites. (TOURNAI)

 

 litt. A d’autres, elles sont cuites.

Cela signifie qu’ on n’en croit rien.

 

875

couhène

CUISINE

Pus gn-a-t-i d’ couhenîre divins ‘ne couhène, pus mâle èst l’ sope.

 

litt.  Plus il y a de cuisinières dans une cuisine, plus mau­vaise est la soupe.

Trop de gens, trop d’avis gênent ou nuisent souvent.  —

Plus les commisslons administratives et autres sont nombreuses, moins elles travaillent. (Voir les académies.)

 

var. MONS   À deûs cwisenières, on foursale èt soupe.

 

basse-allemagne  — Viele Köche versalzen den Brei (die Suppe).

 

876

couhène

Pus crâsse èst 1′ couhène, pus maîgue èst l’ tèstamint.

 

litt. Plus la cuisine est grasse, plus le testament est maigre. Les trop grandes dépenses amènent souvent la ruine. Cité par forir. Dict.

 

var. NAMUR  

Crausse coujène

A pauvrité po vwèsène.

 

877

cou

CUL

Fé totès mohes à deûs cous.

 

litt. Faire toutes mouches à deûs culs.

Faire des miracles, faire l’impossible (ironique).

Cité par forir. Dict.

 

Djâaspa, qwand vos m’ hantîz, vos d’vîz fé dès mohes à deûs cous; si v’ n’ avez nin stu â bwès sins cougnèye, dji pou dîre qui v’s-avez à pône mètou l’ cougnèye à l’ âbe.

(remacle. Dict.)

 

Èt, come ti l’ aveûs promètou,

Ti d’véve fé dès mohes à deûs cous,

Maîs ti n’ as nin co faîit mèrvèye,

Ca ti n’ as co dit qu’ dès bièstrèyes.

(Jos. LAMAYE. Satîre conte E. R. 1861)

 

variante   Fé totès mohes à deûs cous èt lès vinde.

 

verviers   On feû d’ mohes à deûs cous.

(N. POULET. Titre d’une fable. 1862)

 

878

cou

Sinti à s’ cou k’mint lès-âwes vessèt.

 

litt. Sentir à son cul comment les oies vessent.

Juger d’autrui par soi-même. (ACAD.)

Pr. fr. — Mesurer les autres à son aune.

Cité par forir. Dict.

 

jalhay   tiodôre

Hoûtoz, Garite, i n’ fât nin roûvî qu’ nos-avons stu djon.ne ossi. (A part). On sint à s’ cou come lès-âwes vèssèt.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 9. 1861)

 

879

cou

On dîreût qui l’ trau di s’ cou èst l’ intrêye d’ ine bèle vèye.

 

litt. On dirait que le trou de son cul est l’entrée d’une belle ville.

Ironie adressée aux personnes qui font beaucoup d’embarras, qui veulent paraître plus qu’elles ne sont.

 

dadite

Vos n’ èstez qu’ ine lârmerèsse. Acorez, v’nez don l’ vèye,

Èle pinse qui l’ trau di s’ cou seûye l’ intrêye d’ ine grande vèye.

I lî fàreût m’galant.

(Jos. kinable. Ine dispute. 1889)

 

MARCHE                

Gn-a do qu’ pinsè èt qu’ v’lèt fèt vèy

Qui leû cou, c’ èst l’ intréye d’ ine bèle vèye.

(ALEXANDRE. P’tit corti. 1860)

 

MONS   Éyet tout ça parqué i s’ a établi à s’ compte, à l’ place dé fé l’ comis vwayajeur; si bin qu’ asteûre, i cwat què l’ trau dé s’ cu, c’ èst l’ intrée d’ ène grande vile.

(LETELLIER. Armomak dé Mont. 1878)

 

MONS         

I compte pa cint, i compte pa mile,

Pinsant pou sûr, margré s’ métier,

Què s’ cu èst l’ intrée d’ ène grande vile.

(J.-B. descamps. Pouf èt èsbroufe. Ch. Oeuvres 1881)

 

880

cou

Quî broûle si cou s’ assît so lès clokètes.

 

litt. Celui qui brûle son cul s’assied sur les ampoules.

Il subit les conséquences de sa maladresse, de son imprévoyance.

 

VARIANTE   CORTAÎ

Fez come vos volez, si vos v’ broûlez lès fèsses, vos v’s-assîrez so lès clokètes.

(willem et bauwens. Pètchi racheté. Sc. 3. 1882)

 

JODOIGNE   Quî brûle së d’drî, s’ achît së dès clokètes.

 

881

cou

On n’ lî sâreût sètchî ‘ne plome foû dè cou sins tchôde aîwe.

 

litt. On ne lui saurait tirer une plume hors du cul sans eau chaude.

On ne saurait rien obtenir de lui sans efforts.

On n’entrait point chez nous sans graisser le marteau,

Point d’argent, point de suisse….

(racine. Les plaideurs. I, sc. lre)

 

JALHAY     MATÎ

Èlle èst pus malène qu’ on pinse, on n’ a nin ‘ne plome sins tchôde aîwe foû d’ lèye.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 4. 1861)

 

882

cou

Èlle a dès-oûs è cou.

 

litt. Elle a des œufs dans le cul.

Elle fait la mijaurée, elle est maniérée, affectée.

 

VARIANTE       Èle faît li streûte.

 

vae. JODOIGNE     Il l ‘a l’ kë stwèt.

 

883

cou

Si t’ as sogne d’ èsse batou,

Ni laî nin vèyî t’ cou.

 

litt.   Si tu as peur d’être battu, /  Ne laisse pas voir ton cul.

Si tu crains le danger, ne brave personne.

Cf.   Je voudrais bien monter, mais la chute est à craindre.

Si tu crains, reste à terre, et cesse de te plaindre.

(Walter Raleigh et la reine Elisabeth)

 

jodoigne  Si t’ as peû d’ èsse batë, n’ va ni à l’ guêre.

 

884

cou

Aler cou d’zeûr, cou d’zos.

 

litt. Aller cul haut, cul bas.

Aller mal, à rebours, sens dessus dessous. Se dit d’une chose qui ne réussit pas, d’une afaîre qu’ on abandonne par dégoût ou par apathie.

Cité par forir. Dict.

 

TONTON

Si l’ barke va afondrer, ba ! qu’ avans-gne keûre di nos;

Li pés qui pôireût ariver, ci sèreût mutwè dè rôler,

Sins s’ fé dè mâ, cou d’zeûr cou d’zos.

(DE harlez, FABRY, etc. Li voyèdje dl Tchaudfontin.ne. I, sc. lre. 1757)

 

T’ è-st-on pôve sîre, t’ è-st-on vârin

Qu’ a brouyî totes lès brâvès djins;

Li tièsse ti toûne èt ti d’vins sot;

Pinses-tu nos mète cou d’zeûr, cou d’zos ?

(BODY. Chanson patriotique. Recueil. 1787)

 

Ossi avans-n’ situ miné Cou d’seûr, cou d’so : n’s estans ruiné.

(BODY. Chanson patriotique. Recueil. 1791)

 

BAÎWÎR

Dj’ a trové d’vins m’ cabosse ine fameûse sôciété

Po mète cou d’zeûr cou d’zos, lès boûsses dè monde ètîre.

(alcide PRYOR. On dragon qui faît dès madames. 1867)

 

condroz  

S’ èle kinohe on viyèdje

Tot peûplé d’ bravès djins,

Èlle î faît on voyèdje

 Po-z-î mète li vènin.

I s’ è r’ssintèt turtos,

Tot va cou d’zeûr, cou d’zos.

(DAMOISEAUX. Li trau d’ Logne. 1871)

 

VERVIERS

Espèrans co qu’ cisse fèye

Is front l’ deût d’ crauhe à turtos,

Tot fant taper l’ hahelêye djusqu’au cou d’zeûr cou d’zos.

 (J.-S. renier. Eune lauke di deûs dès pus spitants. Banquet. 1867)

 

JALHAY   MATÎ

Â! maîs ! po Pièrète, on s’ laîreût bourdousser cou d’zeûr cou d’zos.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 5. 1861)

 

NAMUR

Djan-Djène-Marîye èt Marîye-Djène-Djan ont acouru, is m’ ont r’vindjî èt finâlemint tot a stî cu d’zeû, cu d’zos.

 

CHARLEROI    BÈRAN

C’ èst l’ vèsse què nos-avons qui fout tout cu d’ssus cu d’zous.

(L. BERNUS. L’ malade St-Tîbaut. III, sc. 3. 1876)

 

MONS  Cu d’zeûr, cu d’zous.

 

NIVELLES   Enfin toute èl djoûrnéye, l’ vile èst cu d’zeûr, cu d’zous.

 

JODOIGNE     Il èst tot cu d’zeû cu d’zos.

 

885

cou

Rôler (/ Taper) 1′ cou-z-à hôt.

 

litt. Rouler (/ Jeter) le cul en haut.

Tomber maladroitement;  renverser, détruire, faire une chose à rebours ou toute de travers.

Cité par forir. Dict.

 

CHOEUR

Èt qui pau qu’ il eûhe faît l’ bièsse,

Èle l’ ârît polou fé caneter

Li cou-z-à haut d’vins l’ aîwe di Vèsse.

(DE harlez, de cartier. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne. II, sc. I. 1757)

 

Dès sôdârts arivèt so l’ côp

Maîs is sont r’vièrsés l’ cou-z-â haut.

(J.-J. HAMSON. Lès luciâdes è vêrs lîdjwès. Ch. VI. 1783)

 

Tot r’hoyant vosse martchî, vos-avez pus d’ mèrite

Qui d’ passer ‘ne vicârèye à lanwi tos lès deûs,

À v’ taper l’ cou-z-â hôt, à fé dès mâlureûs.

(N. thiry. Ine copène so l’ marièdje. 1888)

 

A sîh eûres à Sint-Pau, Baîwîr toumna l’ cou-z-â hôt,

Po l’ glwère di Lîdje, i s’ a fait sô.

(alcide pryor. Li djama dès qwate nâcions. 1869)

 

tomas

Po fé tot l’ cou-z-â hôt, ca vos-avez l’ brèvèt.

(AL. peclers. L’ omèdje da Tchantchès. Sc. 12. 1872)

 

VERVIERS     

Si nos n’ sièrvîz ni d’ tchasse-pot, ni d’ awèye,

À côps d’ pikeraî, nos l’ makrins l’ cou-z-â hôt.

(XHOFFER. Lès deûs côpeûs d’ boûsse, 1871)

 

JALHAY      garite

Lu moujou ènn’ a nin houmé fribote.

PIÈRÈTE  I m’ a dougué deûs fîyes lu sèyaî l’ cou-z-â hôt.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 9. 1861)

 

CHARLEROI      

Sins tant vos r’toûrnè d’ ieûs’, boutèz bin, lîbèraus,

Fièz vos lwès à vo-n-auje, foutèz-lès l’ cu in haut.

(L. BERNUS. Li r’naud èyèt lès dindons. Fauve. 1873)

 

886 

cou

Broûler l’ cou.

 

litt. Brûler le cul.

Abandonner le jeu quand on a gagné.

 

NAMUR  

On vos carèsse, èt pwîs on bat en r’traîte,

C’ èst prôprèmint ç’ qui nos d’jans: brûler l’ cu.

(colson. On dêrin mot aus-Anglès. Ch. 1862)

 

887 

cou

Tot toûne à cou d’ poyon.

 

litt. Tout tourne à cul de poulÈt.

Rien ne réussit — Pas de chance.

 

NAMUR    

Raison, assistez nos,

Di d’là haut dischindoz,

Car li monde va, dit-st-on,

Tourner à cul d’pouyon.

(WÉROTTE. Choix de chansons maliennes. 1860. 3e éd.)

 

NAMUR        

Si l’ vîye racène asteûre èst ratchîtchîye,

Ça n’ î faît rin; tos lès djon.nes ridjètons

Ni l’ laîront nin toûrner à cu d’ pouyon.

(Jos. SUARS, dit mimi. Ch. Aurm. di Nameur. 1887)

 

888

cu

I n’ a nîn l’ aîr d’ avwa s’ cu dins l’ bûre. (NIVELLES)

 

litt. Il n’a pas l’air d’avoir son cul dans le beurre.

Il n’est pas à son aise, il paraît très tourmenté.

 

889

cou

I s’ a faît sinti 1′ cou.

 

litt. Il s’est fait sentir (/ pincer) le cul.

Il s’est laissé tromper. Il a trouvé plus malin ou plus adroit que lui.

On ajoute parfois : Avou ‘ne crèsse.

 

890 

cu

Il a in cu d’ au, i skite sans l’ sinti. (MONS)

 

litt. Il a un cul d’oie, il foire sans le sentir.

Il n’a pas conscience de ce qu’ il fait, soit en bien, soit en mal.

 

891

cou

 Ni tchîr qui d’ on cou.

 

litt. Ne chier que par un cul.

Se dit de deux personnes qui vivent en parfaite intelligence.

Se dit de deux personnes extrêmement unies d’amitié ou d’intérêt et qui sont toujours de la même opinlon, du même senti­ment. (ACAD.)

Pr. fr. — Ce sont deûs têtes sous le même bonnet. — Ce sont les deux doigts de la main. — Ils sont ensemble à pot et à rot.

Ce n’est qu’un cul et une chemise.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Ce sont deux culs dans une chemise.

(Dictionn. des proverbes français. 1758)

 

Is léhint èssone tos lès djoûs èt is n’ tchiyint qui po l’ min.me cou.

(Paskèye critike èt calotène so lès-afaîres dè l’ médecène. 1732)

 

var. MONS   Is sont toudi pindant à lès cordèles dè l’ un

l’ aute.

 

VAR. TOURNAI   Ch’ èst cu èt k’mîse.

 

VAR. TOURNAI     Bwâre au même peot.

 

892         

cu

Prope èt nèt’,

Come èl cu Pakète. (MONS)

 

litt.     Propre et net.

Comme le cul de Paquette. D’une très grande propreté. (Souvent ironique.)

 

Paquette était une sale femme, qui, vers la fin du siècle dernier, vivait à Mons, et qu’ on voyait chaque jour en état d’ivresse, traînant dans les ruisseaux. Elle avait été fort belle dans sa jeunesse, et la maîtresse d’un grand personnage.

(SIGART. Dict. du wallon de Mons. 1870)

 

893 

cou

I n’ fât nin r’noyî s’ cou po ‘ne vèsse.

 

litt. Il ne faut pas renier son cul pour une vesse.

Il ne faut pas pour une légère contrariété abandonner une affaire. — IL faut supporter quelque chose de ses proches.

 

VARIANTE    Po on pèt.

 

894 

cou

I n’ tchêye qu’ avou l’ cou da Matî.

 

litt. Il ne chie qu’avec le cul de Mathieu.

Il ne connaît les choses, n’en juge que par le rapport d’une telle personne, ne trouve rien de bien ou de mal que suivant le jugement qu’en fait la personne pour qui on est prévenu.

(ACAD.)

Ne voir que par les yeux d’un autre.

 

895

cou

I va ploûre, lès marcous tchâfèt leû cou.

 

litt. Il va pleuvoir, les matous chauffent leur cul.

Observatlon faite dans les cuisines.

 

896

cou

Çoula lî pind â cou.

 

litt. Cela lui pend au cul.

Cette chose lui pourrait bien arriver.

 

Ou : Ottant lî pind â cou.

litt. Autant lui pend au cul.

 

Il vous en pend autant au derrière.

(OUDIN, Curiositez françaises, 1640)

Il pourrait bien lui en arriver autant. (ACAD.)

 

Pr. fr. Autant lui en pend à l’œil, à l’oreille, au nez.

 

BORINÂJE   Èst-ce què çoula mè r’garde, di-st-i?

(I n’ sé doutot nié qui lî en pindot autant à s’ cu.) 

(Armonak du Borinâje, 1849)

 

897

cu

Ça va, ça vît, come èl cu d’ in vieu g’vau.

(MONS)

 

litt.  Cela va, cela vient, comme le cul d’un vieux cheval.

Il a des alternatives de bien et de mal, de froid et de chaud.

(SIGART. Dict. du wallon de Mont. 1810)

 

898

cou

I n’ fât nin horbi s’ cou d’vant dè tchîr.

 

litt.  Il ne faut pas s’essuyer le cul avant de chier.

En toute chose, il faut procéder régulièrement. — Commen­cer par le commencement.

 

Is savèt bin dissimuler,

Di s’ î fiyî trop lèdjîremint,

À mons qu’ on n’ lès k’noha trop bin,

Sèreût horbi s’ cou d’vant dè tchîr,

Ou pwèrter on pèt su ‘ne civîre.

(Paskèye so lès séminarisses. 1735)

 

NAMUR    I n’ faut nin froter s’ cu d’vant d’ aler tchîr.

 

TOURNAI    Torker s’ cu avant d’ kier.

 

899

cu

Ch’ èst maleûreûs d’ torker s’ cu avèc l’ loke d’ in-aute. (TOURNAI)

 

litt. C’est malheureux de se torcher le cul avec la loque, le linge d’un autre.

Il est toujours pénible de devoir dépendre de quelqu’un pour les choses les plus nécessaires à l’existence.

 

900 

cou

I l’ a todi â cou d’vant qu’ in-ôte ni l’ âye à l’ tièsse.

 

litt.  Il l’a toujours au cul avant qu’un autre ne l’ait à la tête.

Il a déjà digéré sa part des mets qu’ il offre aux autres.

 

901 

cu

Montrer s’ cu pou deûs iârds èyèt ûser pou in sou d’ candèye.   (MONS)

 

litt. Montrer son cul pour deux liards et user pour un sou de chandelle.

Dépenser beaucoup plus qu’on ne gagne.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1846)

Brûler une chandelle de trois sous à chercher une épingle dont le quarteron ne vaut qu’un sou.

(LEROUX. Dictionn. comique.)

 

saint-quentin  Ûser eune candèle d’ in sou èt pis montrer sin cu pour deûs iârds.

 

902 

cou

I djowereût l’ cou è l’ aîwe.

 

litt. Il jouerait le cul dans l’eau.

Se dit d’un joueur déterminé. (ACAD.)

Pr. fr. — Il jouerait les pieds dans l’eau.

 

MONS  Dj’ crwa qu’ t’ arwas bé djoué t’ cu dins l’ iau, come lès canârds, t’ ètwas bilèteûr dins l’ âme.

(lÈtellier. Ârmonak dé Mont. 1861)

 

ROUCHI     Ale juerot s’ cu dans l’ ieau.

(HÉCART.   Dict.)

 

903 

cou

I pièdreût s’ cou s’ i n’ tinéve nin si fwèrt.

 

litt. Il perdrait son cul s’il ne tenait pas si fort.

Il est fort distrait; il a peu de soin de ce qu’ il a.

Pr. fr. — Il perdrait son cul, s’il ne tenait.

(Dict. port. des prov. fr. 1758)

Il jouerait son cul s’il ne tenait.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

C’est un homme négligent qui perd tout ce qu’il a; un joueur qui perd tout son avoir au jeu. (littré)

 

904  

cou

Çoula nos vint bin â cou sins bouter.

 

litt. Cela nous vient bien au cul sans pousser.

Cela vient tout seul, souvent malgré soi, ou au moins sans qu’ on l’ait cherché.

Se dit en forme de plainte.

 

905

cou

S’ trover l’ cou inte deûs sèles.

 

litt. Se trouver le cul entre deux selles.

Lorsque de deûs choses auxquelles on prétendait, on n’en obtient aucune. Lorsqu’ayant deûs moyens de réussir dans une affaire, on ne réussit par aucun des deûs. (ACAD.)

Pr. fr. — Se trouver, être, demeurer entre deux selles le cul à terre.

VARIANTE

Entre deux chaises.

Et le protecteur des rebelles,

Le cul à terre entre deux selles.

(LAFONTAINE)

 

Entre deux arçouns chet cul a terre.

(Proverbe del vilain. XIVe siècle)

 

VARIANTE     Èsse inte deûs tchèyîres, li cou à l’ têre.

(FORIR. Dict.)

 

MARCHE     hinri

Insi, d’ après ç’ qu’ on dit, po l’ pus drole dès dîres,

Asteûre, i n’ pout nin toumè inte deûs tchèyîres.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. III, sc. 6. 1858)  (…)

 

906

cou

Pèter pus hôt qui l’ cou.

 

litt.  Péter plus haut que le cul.

Entreprendre des choses au-dessus de ses forces, prendre des airs au-dessus de son état. (ACAD.)

Pr. fr. — Péter plus haut que le cul.

Cf. lafontaine. La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf.

Patentes ne tentes emulari. (phèdre)

Cité par forir. Dict.

 

On n’ ratind wêre li carnaval

Po s’ dimostrer çou qu’ on n’ èst nin,

Lès visèdjes sont pus fâs qu’ lès djins,

Dépôy lès palâs djusqu’ è l’ hale,

On vout pèter pus hôt qui l’ cou,

C’ è-st-ine èvèye à v’ fér pawou.

(renard. Math. Laensbergh. 1843)

 

Li monde ridohe di djins qui leû sote glwère troûbèle.

Si bin qu’ i fèsse, on veût qu’c’ èst dji vou dji n’ pou.

Èt tot volant pèter pus hôt qu’ leû cou,

Is vèyèt vite clér è leû hièle.

(BAILLEUX. Li rin.ne qui s’ vout fé ossi grosse qui l’ toraî. 1851)

 

Rinoyîz lès soterèyes qui v’s-ont fait toûrner l’ tièsse,

Pèter pus hôt qui s’ cou, c’ èst s’ fé passer po ‘ne bièsse.

(THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1889)

 

VERVIERS                 

Lu grandeur èst si près dè l’ chute,

Qu’ one astohèye î mène d’ on côp;

Cubî ‘nn’ a-t-i qui fèt l’ culbute

Pace qu’ is volèt pèter trop hôt.

(N. POULET. Li tchèrawe èt l’ locomotive. Fauve. 1862)

 

NAMUR    I n’ faut jamaîs v’lu pèter pus hôt qui s’ cu.

 

CHARLEROI

I gn-a in vî provèrbe què nos d’vons toudi cwêre,

Lè v’ci : chake coûp qu’ on vout, quand on-z-è-st-assèz sot, Pèter pus hô què l’ cu, on faît in trau dins s’ dos.

(L. BERNUS. L’ guernouye èyèt l’ boû. Fauve. 1873)

 

MONS  Èn’ pétez jamaîs pus haut qu’ vos-avez l’ trau, vos-en friez un à vo dos.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

var. MONS    I faît pus d’ fumier qu’ i n’ a dè stragn.

 

VAR. TOURNAI   Faîre catieau bèle moute.

Eblouir le monde par de belles apparences, souvent trompeuses.

 

soignies    N’ cantez jamaîs pus haut què l’ trau.

 

JODOIGNE   Quî vout pèter pës hôt quë s’ cu s’ faît on trau è dos.

 

GIVET    Faut d’mèrè ç’ qui 1′ bon Diè nos-a fèt. Li cia qui vôrè pètè pus haut qu’ i n’ faut pôrè bin fè in trau dins s’ dos.

(SOHET. Li guèrnouye qui s’ vut fé ossi grosse qu’ in boû. Fauve. 1865)  (…)

 

907

cou

N’ aveûr ni cou ni tièsse.

 

litt. N’avoir ni cul ni tête.

Se dit d’un discours décousu, d’une chose mal faite, d’une affaire mal conduite.

Cf. Le début de l’épître aux Pisons d’Horace.

Cité par forir. Dict.

 

Dè rwè, qwand on-z-a faît lès fièsses,

N’s- avans vèyou quékès paskèyes sins cou ni tièsse

Vini à djoû.

(L. buche. Chanson. 1860)

 

Quî hoûte sès contes sins cou ni tièsse

S’ i n’ èst nin sûti, toûne à bièsse.

(GERARD. Li macraî crèyou. Satire. 1890)

 

JALHAY  TIODÔRE

Quu voloz-ve quu dj’ chante ? Dju n’ sé qu’ tos vîs râvions, dès paskéyes qui n’ ont ni cou ni tièsse, maîs qui fièt quékefîye rîre dès sots.

(XHOFFER. Lè deûs sorodjes. I, sc. 8. 1861)

 

NAMUR                 

On dit l’ tchanson bin wêre ognèsse,

C’ èst come on vout, on ‘nnè convint,

On dit qu’ èle n’a ni cu ni tièsse,

Maîs po do chôse… qu’ i ‘nnè manke nin.

(WÉROTTE. Dè l’ pichate èt do stron. Ch. 1867, 4″ éd.)

 

MONS  Si j’n’avois rie à dire èj’ vos imberliflcotrois avè ‘ne ribanbèle dé conte dè quiè qui n’ ont ni eu ni tiète.

(MOUTRIEUX. Dès nouvieaux conte dé quié. 1850)

 

var. MONS  I vos mètetét la dès bèles frâses, au cu dè l’ eune l’ aute, qui n’ ont ni sins’ ni coron.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1846)

 

908 

cou

Mètez-lî on sètche â cou, i tchêyerè foû.

 

litt. Mètez-lui un sac au derrière, il chiera dehors.

Il n’a jamais su garder le souvenir d’un bienfait.

 

Li rik’nohance, mi fis, li rik’nohance ! — Mètez-lî on sètch â cou, i tchêyerè foû.                                                                                                   (L. C.)

 

JODOIGNE    On lî bouterot one banse à s’ cu qu’ ë tchîrot co foû.

 

909 

cu

C’ èst cu tout nu èt mantche parèyes. (MONS)

 

litt. C’est un cul tout nu et des manches semblables.

C’est un homme pauvre, misérable qui fait pitié.

 

MONS  Si nos-autes, nos-étions ritche à s’ façon èt qu’ nous vourlons régler nos comptes avèc tout-un chacun, on poudrèt bé dîre quand nos passons dins lès rûes : èrgârd ç’ti-là… c’ èst cu tout nu èt mantche parèye.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1884)

 

910 

cou

Alez grèter vosse cou èt magnî lès haveûres.

 

litt. Allez gratter votre cul et manger les raclures.

Allez vous promener.

 

911 

cou

Avu l’ cou plin d’ dètes.

 

litt. Avoir le cul plein de dettes.

Être criblé de dettes; être un panier percé.

 

VARIANTE   C’ è-st-on lâdje boyaî èt on cou plin d’ dètes.

litt. C’est un large boyau et un cul plein de dettes.

Il a des goûts dispendieux, tout misérable qu’il est.

Cité par forir. Dict.

 

basse-allemagne — Voll Schulden sitzen.

 

912

cou

I s’ a lèvé l’ cou d’vant.

 

litt. Il s’est levé le cul devant.

N’être pas de bonne humeur en se levant et durant la journée. (littré.)

Pr. fr. — Il s’est levé le cul le premier.

Il a vu son cul en se levant.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

NAMUR  Â, ça! odjoûrdu, dji sé lèver l’ cu d’vant, ossi dji so kinkieûs, grigneûs.                                                                 

(La Marmite, gazette. 1890)

 

MONS  Ayêr, il ètwat co d’ bone himeûr, què du contraîre, aujordwî, djè n’ sé nié s’ i s’ a lèvé l’ cu par dèvant, mès il èst d’ ène himeûr massacrante.

(Arm. dé Mont. 1880)

 

913

cou

Is vôrît hèrer tot l’ monde è leû cou.

 

litt. Ils voudraient fourrer tout le monde dans leur cul.

Ils voudraient dominer, avoir tout le monde à leur ordre, voir toujours suivre leurs avis.

 

914

cou

I fât deûs cous d’ sètch po fé one bèsace.

(stavelot)

 

litt. Il faut deûs culs (/ fonds) de sac pour faire une besace.

« Spot stavelotin qui veut dire : Il faut deux Malmédiens pour faire un Stavelotin. Nous n’avons pu découvrir si ce proverbe  est de date récente ou ancienne, et il peut donner lieu à  plusieurs significatlons selon sa date d’origine. »

(Armonak walon do l’ samène. 1885)

 

915    

cou

Poqwè n’ djâsereût-on nin d’ cou,

On va bin à mèsse avou ?

 

litt.   Pourquoi ne parlerait-on pas de cul,

On va bien à la messe avec?

Expression que l’on emploie pour s’excuser d’avoir conté une historiette légèrement scabreuse.

 

916 

cou-d’-tchâsse

CULOTTE

C’ è-st-on crâs cou-d’-tchâsse.

 

litt. C’est une culotte grasse.

Se dit d’un homme qui ne mène pas grand train relativement

à sa fortune, qui ne renouvelle ni ses vêtements ni son mobilier.

 

Tos lès cis qu’ ont dès crâs cous-d’-tchâsse,

Ni savèt k’mint passer leû timps.

(dehin. Lès bons buveûs. 1845)

 

917  

cou-d’-tchâsse

I n’ fât nin sètchî s’ cou-d’-tchâsse pus hôt qu’ sès hantches.

 

litt. Il ne faut pas tirer ses culottes plus haut que ses hanches.

Il ne faut pas faire plus d’embarras que les choses ne le comportent.

 

montegnée. On n’ divreut mây sètchî s’ cou-d’-tchâsse pus hôt qu’ on-a lès hantches.

(demoulin. Dji vou, dji n’ pou. Vaudeville. II, sc. 2. 1858)

 

Oûye, âs-èfants, c’ è-st-è francès qu’ on djâse,

Lès p’tits bordjeûs s’ ennè mètèt ossi,

Pus hôt qu’ lès hantches, on vout sètchî s’ cou-d’-tchâsse,

Èt l’ vî walon s’ abastârdêye insi.

(demoulin. Nosse vî walon. Ch. 1860)

 

918  

cou-d’-tchâsse

I tapereût s’ cou-d’-tchâsse so l’ feû qu’ i n’ broûlereût nin.

 

litt.  Il jetterait ses culottes sur le feu qu’elles ne brûleraient pas.

Il a tous les bonheurs. — Tout lui réussit.

 

Qui volez-ve ? sont d’ cès awoureûs,

Qwand n’ ârint qu’ ine clicote,

Qui taperint leû cou-d’-tchâsse so l’ feû.

Èt s’ i n’ broûlereût nin ‘ne gote.

(Jubilé du père Janvier. 1787)

 

VARIANTE Vos v’ mètrîz l’ cou so l’ feû qui v’ n’ ârîz nin ‘ne clokète.

(thiry. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

919 

cou-d’-tchâsse

Il a tchî è s’ cou-d’-tchâsse.

 

litt. Il a chié dans ses culottes.

Il a eu une grande peur. (ACAD.)

Pr. fr. — IL a fait dans ses chausses.

 

On dit aussi : Il a hapé ‘ne bate, il a hapé ‘ne vète sogne.

Cité par forir. Dict.

 

basse-allemagne  In die Hosen scheissen (de frayeur). — Er hat die Hosen voll.

 

920

cou-d’-tchâsse

Pwèrter l’ cou-d’-tchâsse.

 

litt. Porter les culottes.

Se dit d’une femme qui est plus maîtresse dans la maison que son mari. (ACAD.)

Pr. fr. — Cette femme porte les chausses, les culottes. Cité par forir. Dict.

 

choeur.

Li pauve Golzâ a-t-aou basse,

I n’ faît nin bon d’ avu à fé

À dès feumes qui pwèrtèt 1′ cou-d’-tchâsse.

(DE harlez, de cartier, etc. Li voyèdje di Tchaudfontin.ne. II, sc. lre. 1787)

 

Nèni, mèrci, mâgré qui dj’ seûye d’ ine bone pâsse,

I n’ mi convaîrè mây qui m’ feume pwète li cou-d’-tchâsse.

(DEHIN. L’ ome inte deûs-âdjes èt sès deûs maîtrèsses. Fâve. 1851)

 

CRÈSPIN

Lèye, èle va co v’ni braire èt fé trôner l’ mohone,

Mins dji n’ a nin paou, c’ èst mi qu’ pwète li marone.

(ED. remouchamps. Li savetî. I, sc. 1re. 1858)

 

JALHAY        GARITE

Mi pôve Djèra m’ hoûtéve todi, i saveût qu’ dj’ èsteû capâbe do pwèrter 1′ cou-d’-tchâsse.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. IL, sc. 18. 1862)

 

NIVELLES

Pus d’ mile ans dèspû 1′ sinte, èl preumière dès patrones,

C’ è-st-ène Dame à Nivèle qu’ a poûrté lès marones.

(RENARD. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle. Ch. I, 3e éd. 1890)

 

 

GIVET

Maîs pou ça, falèt-z-avwa dès marones,

Èt ç’ n’ èst nin li qui lès pwartèt à nosse maujone.

(SOHET. Li fauve di Cendriyon. 1855)

 

LILLE      

Infin, tout d’pwîs ch’ timps-là, Charlote,

Din sin mènâje, porte lès culotes.

Quand eune fos, èle a comandé,

Sin pauvre ome n’ ose pas roborer (murmurer).

(vermesse. La singulière séparation. Ch. 1861)

 

basse-allemagne. — Sie hat Hosen an.

 

921 

keûre

CURE

C’èst qu’ “as-se keûre”, li cusin d’ qu’ “as-se foute”.

 

litt. C’est qu’as-tu à voir là dedans (qu’en as-tu cure), le

cousin de qu’est-ce que cela te fait.

Peu t’importe. — Tu n’as ni chaud ni froid là-dedans. — Ne te fais pas du mauvais sang pour cela.

 

922 

curé

CURÉ

Qwand i ploût so 1′ curé, i gote so l’ mârlî.

 

litt. Quand il pleut sur le curé, il dégoutte sur le clerc

(sacristain, marguiller).

Quand le maître récolte, les valets gagnent.

Quand la fortune sourit à un   homme   généreux,   ceux   qui l’entourent  s’en ressentent.

Cité par forir. Dict.

 

Lès magasins s’ vûdèt, li câse à k’mande èst plinte;

C’ èst d’ l’ ovrèdje à plins brès’, i n’ sâreût aler mî,

Èt s’ i ploût so l’ curé, ciète, i gote so l’ mârlî.

(THIRY. Mwèrt di l’ octrwè. 1860)

 

VARIANTE   CRAHAÎ

Plaîve so 1′ curé, gote so l’ mârlî,

Di-st-on vî spot dès tièsses di hoye.

Dj’ èsteû d’vins l’ lavasse èt l’ broûlî

Djusse â moumint qu’ vos fîz gogoye.

Volà li spot qu’ faît 1′ coupèrou,

Dj’ a tote l’ aîwe èt vos-avez l’ gote,

Qui l’ mârli faîsse tot çou qu’ i vout.

C’  èst l’ curé qu’ a todi l’s-atotes.

(ALCIDE pryor. Li djama dès qwate nâcions. 1869)

 

MARCHE             

S’ i ploût so l’ curè, tant mieûs por li,

Alôrs i goterè su l’ maurlî.

(ALEXANDRE. P’tit Corti. 1860)

 

JODOIGNE    Quand i ploût së l’ curé, i gote së l’ clêr.

 

923

curé

Qwand l’ curé fait l’ awous’, li mârlî mèhenéye.

 

litt.  Quand le curé fait la moisson, le marguiller glane.

Quand une personne gagne beaucoup, ceux qui l’ont aidée en profitent.

 

On dit aussi : Li curé faît l’ awous’ èt l’ mârlî mèhenéye.

Lorsque le curé a pris tout ce qui lui vient, il ne reste plus grand’cnose.       (remacle. Dict.)

 

924

curé

Wârder po l’ bètchèye dè curé.

 

litt. Garder pour la bouchée du curé.

Réserver pour la fin quelque chose de très bon, d’agréable.

(ACAD.)

Loc. prov. Garder pour la bonne bouche.

Cité par forir. Dict.

 

925

curé

Li curé a ‘ne hamaîte (/ lî a cassé l’ brès’).

 

litt. Le curé a une barre de fé (/ lui a cassé le bras).

Se dit d’une femme à qui le mariage a été son énergie, son activité.

 

926

curé

Qwand i s’ frè curé, dji sèrè èvèke. (namur)

 

litt. Quand il se féa curé, je serai évoque.

Se dit d’une personne dont les principes religieux sont fort larges, de peu de foi.

 

927 

curé

Fé l’ curé èt l’ mârlî.

 

litt. Faire le curé Èt le clerc.

Faire les demandes Èt les réponses.

 

928

curé

Vât mî èsse curé qu’ vicaîre.

 

litt. Il vaut mieux être curé que vicaire.

Il est préférable d’être supérieur à une autre, il vaut mieux occuper une position plus élevée quand on a le choix.

 

BAÎWïR

Dj’ aveû dit bone nute âs-afaîres,

Dj’ aveû djuré di m’ tini keû,

Maîs vât mî d’ èsse curé qu’ vicaîre.

Vât mî d’ èsse on ritche qu’ on pôve gueûs.

(ALCIDE PRYOR. On dragon qui faît dès madames. 1867)

 

929            

danâbe

DAMNABLE

Tot çou qu’ èst dânâbe,

N’ èst nin pindâbe.

 

litt.  Tout ce qui est damnable,  / N’est pas pendable.

Tel qui mérite un blâme ne mérite pas une peine.

Pr. fr. — Tous cas ne sont pas pendables.

 

930                   

dandjî

DANGER.

Passé dandjî,

Sint roûvî.

 

litt.   Le danger passé, / Le saint est oublié.

Pr, fr. — Danger passé, saint moqué. — Péril passé, promesses oubliées.

« Ces proverbes font allusion aux vœux qu’ on fait sur mer, pendant la tempête, et qu’ on oublie d’ordinaire aussitôt qu’on est arrivé au port. »   (QUITARD. Dict. des prov. 1842)

Cité par forir. Dict.

Ô ! combien le péril enrichirait les Dieux,

Si nous nous souvenlons des vœux qu’ il nous fait faire;

Mais le péril passé, l’on ne se souvient guère

De ce qu’ on a promis aux cieux.

(lafontaine. Fable 12. Liv. IX)

 

VARIANTE

Po ‘ne pône ou ‘ne maladèye, on faît des dètes d’ oneûr,

On promèt’ à s’ curé, èt co pus à s’ docteûr.

Si Dièw, ou bin lès sints, avoyît leû houssî,

Lès treûs qwârts, djusqu’à 1′ paîs, i lès fâreut d’hâssî.

(Aug. hock. Promèsse di naîveû. Conte. 1859)

 

italie   Scampato il pericolo, gabbalo il santo.

 

931 

danse

DANSE

Avu ‘ne danse.

 

litt. Avoir une danse.

S’attirer une méchante afaîre.

 

TATÈNE  Dji v’ di qu’ vos n’ ârez rin.

CRÈPIN  È bin ! vos-ârez ‘ne danse.

(remouchamps. Li savetî. Act. I, sc. 8. 1858)

 

932      

danse

I gn-a pont d’ pus bèle danse,

Qui quand tot l’ monde danse. (namur)

 

litt.    Il n’y a point de plus belle danse que quand tout le monde danse.

Le goût de tous pour un même plaisir en montre le charme.

 

933 

dèmuchî

DÉCOUVRIR

P’tit-z-à p’tit tout s’ dèmuche. (TOURNAI)

 

litt.  Petit à petit tout se découvre.

Se dit d’une chose qu’ on finit toujours par découvrir. Les soins que l’on prend pour cacher une chose, sont souvent inutiles.

 

LARIGUÈTE

… Ch’ èst pou l’ mèkin.ne Dupuche,

Vous savez, p’tit-z-à p’tit, come on dit tout s’ dèmuche.

(Pierre brunehault (leroy). À l’ tapadjerîye dès colèts rouches. Sc. 5. 1891)

 

934 

disdîre

DÉDIRE

I vaut mia s’ disdîre qui s’ distrûre. (namur)

 

 litt. Il vaut mieux se dédire que se détruire.

Il ne faut pas vouloir faire opiniâtrement une chose dont on sait qu’on ne recueillera que du dommage; l’entêtement a presque toujours des suites fâcheuses.

 

935 

dimande

DEMANDE

Téle dimande, téle rèsponse.

 

litt. Telle demande, telle réponse.

Celui qui fait une demande sotte, ridicule, impertinente, s’attire ordinairement une raillerie, une réponse peu agréable.

(ACAD.)

Pr. fr. — Telle demande, telle réponse. — A sotte demande, sotte réponse. — A folle demande, point de réponse.

Cité par forir. Dict.

 

NAMUR   À sote dimande, pont d’ rèsponse.

 

SAINT-QUENTIN  A d’ sotes d’manes, i gn-a pau d’ réponse.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1840)

 

basse-AllemagNE  Wie die Frage, so die Antwort. — Wie man in den Wald hinein ruft, ruft es wieder heraus.

 

936 

dimander

DEMANDER

Ni d’mande nin ci qu’ i t’ rifusereûve. (namur)

 

litt. Ne demande pas ce qu’ on te refusera.

Ne t’expose pas à un refus, à un affront.

 

937 

chôpe

DÉMANGEAISON

Chôpe dè cu, signe dë caurs. (JODOIGNE)

 

litt. Démangeaison de cul, signe d’argent.

Consolatlon qu’on adresse à la personne qui se plaint de démangeaisons au derrière.

 

938 

hagnî

DÉMANGER

Wice qu’ i hagne, on grète.

 

litt. Où il démange, on gratte.

Il faut appliquer le remède au mal.

Pr. fr. — Gratter quelqu’un où il lui démange; le prendre par son faible, entrer dans son sentiment, ses vues. (littré)

 

jodoigne   Faut s’ grèter où ç’ quë chôpe.

 

GIVET

Vo m’ dîroz co,

Qu’ chakin sint s’ mau

Èt s’ grète ou ç’ qui ça l’ chopîye.

(SOHET. Li fauve di Cendriyon. 1858)

 

939

dint

DENT

Il a lès dints longs.

 

litt. Il a les dents longues (agacées).

Être affamé après avoir été longtemps sans manger. (ACAD.)

Pr. fr. — Avoir les dents bien longues.

 

940 

dint

Qwand on lî d’mande ine saqwè, on lî râye on dint.

 

litt. Quand on lui demande une chose, on lui arrache une dent.

Se dit d’une personne qui ne donne qu’avec peine. (ACAD.)

Pr. fr. — Quand on lui demande quelque chose, il semble qu’ on lui arrache une dent.

Cité par forir. Dict.

 

941

dint

L’ prumier dint qui lî kèrra sèra s’ machwâre. (MONS)

 

litt. La première dent qui lui tombera sera sa mâchoire.

Il touche à sa fin.

 

MONS Non, non, Lalîye, ç’ n’ èst nié n’ flucsion, c’ èst co pus pîre;  dj’ crwa, si ça continûe, què l’ prumier dent qui m’ kèra sèra m’ machwâre.

(LETELLIER. Arm. dé Mont. 1858)

Pr. fr. — Avoir la mort entre les dents.

 

PICARDIE   Èl preumière dint qui l’ î kèrot, cha sèrot s’ makwâre. — L’ preumière mouke qui vous pikerot, cha sèrot on taon.

(CORBLET. Glossaire. 1851)

 

basse-allemagne  — Der Tod sitzt ihm auf den Lippen.

 

942 

dint

Magnî so tos sès dints.

 

litt. Manger sur toutes ses dents.

Manger excessivement. (ACAD.)

Pr. fr. — Manger comme quatre. —  Manger comme un chancre.

 

Là, nosse kimére flotéve è boûre,

Magnant so tos sès dints

Èt vikant so blancs peûs,

Vo-le-rilà crasse èt grosse

Èt si ronde qu’ ine vraîye toûr.

(Fr. bailleux. Li marcote qu’ aveût moussi d’vins on grinî. Fâve. 1852)

 

NAMUR   

On-èfant qu’ èst todi sâdje,

Pus taurd, qwand i pudrè d’ l’ âdje,

I mougnerè d’ssus tos sès dints.

(wérotte. Choix de chansons wallonnes. 1860, 3e éd.)

 

943 

dint

Djon.ne dint, djon.ne parint.

 

litt. Jeune dent, jeune parent.

Quand les premières dents poussent, à un enfant, il ne tarde guère à avoir frère ou sœur.

Cité par forir. Dict.

 

944 

dint

Rîre dè gros dès dints.

 

litt. Rire du gros des dents.

S’efforcer de rire quoiqu’ on n’en ait nulle envie. (ACAD.)

Pr. fr. – Rire du bout des dents. — Rire du bout des lèvres. — Rire jaune.

 

VAR. VERVIERS  Rire dè l’ bètchète dès dints.

(remacle. Dictionn.)

Cité par forir. Dict.

 

Li SORDJENT

Tos lès grands capitin.nes

Ont passé po sès mins (di l’ amor);

Qwand i djowe sès dondin.nes,

On rèye dè gros dès dints.

(RENAULT. Li malignant. II, sc. 9. 1789)

 

clémence. … Djudjîz, è mi min.me, si dj’ deû rîre?

colson (à part.) Torade, torade, Dji v’ va fé rîre dè gros dès dints.

(A. delchef. Pus vî, pus sot. Sc. 9. 1862)

 

TÈRÊSE

Puis, c’ èst mi qu’ on batereût come on tchin â matin,

Èt qui dj’ rîyereû à l’ nute ? Sia, dès gros dès dints.

(DD. SALME. Ine feume qu’ ènnè vât deûs. Sc. 14. 1876)

 

MARCHE              

Pace qui min.me aus divèrtichemints,

Gn-a qui riyèt do gros dès dints.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

tournai   Rîre à gros dints.

 

945 

dint

Blanc come on dint d’ tyin. (TOURNAI)

 

litt.  Blanc comme une dent de chien.

D’une extrême blancheur.

« Se dit surtout en parlant du linge, c’est un propos de la bûrèsse » vantant sa lessive.

 

TOURNAI (Prov. contr.)  Blanc come l’ as’ dè pike.

 

946 

dint

Pârler tot foû dès dints.

 

litt. Parler tout hors des dents.

Dire tout ce qu’ on a sur le cœur.

Pr. fr. — Parler des grosses dents à quelqu’un.

Réprimander quelqu’un, lui parler avec menaces. (ACAD.)

Cité par FORIR. Dict.

 

PIRON

Èsplike-tu, parole foû dès dints,

Dji n’ veû nole pâte qui tos bravès djins.

(Paskèye inte Houbièt èt Pîron so lès troûbes dè l’ madjistrature en 1677. 1684)

 

Ç’t-illusse cafu ni l’ èspêtche nin

Dè l’s-î pârler tot foû dès dints.

(J.-J. hanson. Lès lusiâdes è vêrs lîdjwès. Ch. IV. 1783)

 

DJÂCOB  D’abôrd, vos, qu’ av’ à dîre, djâsez tot foû dès dints.

(ÉD. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèra. II, sc. 15. 1875)

 

NAMUR      

On pout d’viser tot foû dès dints

Dès-afaîres dè l’ patrîye.

(Tchanson patriyotike namurwèse tote novèle. 1790)

 

VAR. TOURNAI   Avoir tous sès dints.

 

947               

dièrin

DERNIER

C’ èst l’ dièrin

Qu’ a 1′ mèyeû harin.

 

litt. C’est le dernier qui a le meilleur hareng.

C’est au fond du plat que se trouve la portlon la mieux trempée dans la sauce.

Ce qui reste après le choix des autres est souvent le meil­leur. (LITTRÉ)

Pr. fr. — Au dernier les bons.

 

FERRIERES

C’ èst l’ prumî

Qu’ a lès côps d’ pîd.

C’ èst l’ dièrin

Qu’ a lès bons grins.

 

948 

dièrin

Li dièrin n’ tchûsihe nin s’ cwè.

 

litt. Le dernier ne choisit pas son poste.

Proverbe de houillerie. Les mineurs tirent leur poste au sort.

(St. BORMANS. Voc. des houilleurs liégeois. 1862)

 

949 

dihinde

DESCENDRE

Dihinde so Bèrdoye.

 

litt. Descendre vers Berdoye.

Se dit des noyés (argot des bateliers de la Meuse).

berdoye (Beegden ?) Village situé sur le bord de la Meuse, non loin de Ruremonde, Èt par conséquent en aval de Liège.

 

950                

d’sîr

DÉSI.

D’sîr dé nounète,

Rancune dé priyète,

Jalouserîe d’ médecin,

SalÈté d’ capuchin. (MONS)

 

litt.    Désir de nonnette, / Rancune de prêtre, / Jalousie de médecin, / Saleté de capucin

sont toutes choses qu’ on ne peut corriger, elles sont inhérentes à la professlon.

 

951 

diseûr

DESSUS

Çou qu’ èst d’zos, n’ èst nin d’zeûr.

 

litt. Ce qui est dessous, n’est pas dessus.

Cette chose est ainsi, Èt ne peut être autrement. — Cette chose est là, et ne peut être ailleurs.

 

952  

diseûr

Raviser Chariot : è l’ plèce dè  fé  dès-â-d’dizeûrs, fé dès-â-d’dizos..

 

litt.  Ressembler à Chariot: au lieu de rester au-dessus, se mettre au-dessous (de ses affaires).

Marcher à sa ruine en absorbant son capital au lieu de l’augmenter. — Faire du déficit au lieu de boni. — Faire une soustraction où il faudrait faire une addition.        

 

Lès djins à quî il aveût vindou nè l’ payît nin, mins turtos lî promètît pus d’ boûre qui d’ pan, si bin qu’ i ravisa vite Chariot; è l’ plèce dè fé dès-â-d’dizeûr, i fa dès-â-d’dizos.

(Nic. DEFRECHEUX. Ine djâbe di spots. 1859)

 

953 

dète

DÈTTE

Ç’ n’ èst ni avou dès dètes qu’ on faît boûre lë cokemwâr.                                         (JODOIGNE)

 

litt. Ce n’est pas avec des dettes qu’on fait bouillir le coquemar.

Avertissement donné aux personnes qui ne payent pas leurs fournisseurs.

 

954 

dète

Quî paye sès dètes s’ aritchih.

 

litt. Qui paie ses dettes s’enrichit.

Il ne faut pas laisser s’accumuler trop d’obligations pécuniaires.

Pr. fr. — Qui s’acquitte s’enrichit.

Qui se acquitte ne se encumbre.

(Proverbe del vilain. XIVe siècle)

Cité par forir. Dict.

 

955

doû

DEUIL

Pwèrter l’ doû di s’ bouwerèsse.

 

litt. Porter le deuil de sa blanchisseuse.

Se dit quand on porte du linge sale.

Pr. fr. — Il porte le deuil de sa blanchisseuse.

(leroux. Dict. comique. 1752)

Cité par forir. Dict.

 

Sès bagues èstît â pus sovint à brimbâde èt s’ pwèrtéve-t-i djoûr  èt djamây li doû di s’ bouwerèsse.

(G. magnée. Baîtri. 1865.)

 

956 

deûs

DEÛS

C’ èst come deûs èt deûs font qwate.

 

litt. C’est comme deux et deux font quatre.

Cela est évident. (littré.)

Pr. fr. — Cela est clair comme deux et deux font quatre.

 

Nos èstans d’ Flande, mamé papa,

Èt ossi sûr qui v’s-èstez là,

Ou bin qui deûs èt deûs font qwate

Si vos n’ nos-aîdî â pus rade.

(J.-J. hanson. Lès lusiâdes è vêrs lîdjwès. Ch. III. 1783)

 

Ci sèrè todi vraîy, come deûs èt deûs font qwate

Qu’ in-èfant d’meûre haîpieûs si v’ l’ aclèvez d’vins l’ wate.

(Djèrard. On fameûs médecin. Ch. 1890)

 

957 

deûs

Wice qu’ i gn-a po deûs, i gn-a po treûs.

 

litt. Où il y a pour deux, il y a pour trois.

Manière de parler proverbiale, qui se dit quand on invite quelqu’un à l’improviste.

 

basse-allemagne. — Wo für zwei gedeckt ist, kann auch der dritte mitessen.

 

958 

diveûr

DEVOIR

Ni d’veûr qu’ âs Walons èt âs Tîhons.

 

litt. Ne devoir qu’aux Wallons et aux Flamands.

Devoir à tout le monde, indifféremment et sans choix.(ACAD.)

Être noyé de dettes, devoir au tiers et au quart.

Pr. fr. — Devoir à Dieu et au monde.

Ne devoir qu’à deux, à Dieu et au monde.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

Vos-ârîz bin volou vis mète pus foû dè l’ vôye,

Ci fout assez por mi, dji m’ dèri, gn-a d’ l’ ognon,

Volà qu’ on k’mince à d’veùr âs Walons, às Tïhons.

(THIRY. Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

Vos-è là onk qui deût màdi l’ djoû qu’ on l’ èhala avou ç’ laîd tchâwî, qui deût âs Flaminds, âs Walons, qu’ èst nawe come on sot dwèirmant èt djalote.

(DD. salme. Qué tromperèye. Ch. 1877)

 

VARIANTE Èpronter dès aîdants à Tîbî à Gâlî (à droite èt à gauche, de toutes mains).                                                                                              (FORIR. Dict.)

 

var. MALMEDY  I deût â bon Diu èt à sès sints.

 

959 

diveûr

Si èle mè l’ divéve, dji n’ lî qwitereû nin.

 

litt. Si elle me le devait, je ne l’en acquitterais pas.

Je m’empresserai de me faire donner ce qu’elle m’a promis (souvent sens erotique).

 

960

divu

Si on li dwèt, on l’ frè; si on n’ lî dwèt nin, on nè l’ frè nin.                                            (nàmur)

 

litt. Si on le lui doit, on le fera; si on ne le lui doit pas, on ne le fer pas.

Se dit pour exprimer le doute qu’une chose se fasse, qu’une promesse s’accomplisse (surtout en fait de mariage).

 

VARIANTE     BAÎWÎR

Dji m’ moke di tès côps d’ linwe; çou qui dwèt èsse, sèrè.

(ALCIDE PRYOR. On dragon qui faît dès madames. 1867)

 

961 

diâle

DIABLE

I n’ èst nin si diâle qu’ il èst neûr.

 

litt.  Il n’est pas aussi diable qu’il est noir.

Cet homme n’est pas si méchant qu’il le paraît. (ACAD.)

Pr. fr. — Il n’est pas si diable qu’ il est noir. — Il ne faut pas se fier aux apparences. Cité par forir. Dict.

 

VARIANTE   I  n’ èst nin si diâle qu’ ènn’ a l’ aîr.

 

var. MARCHE  

L’ ci qu’ èst l’ pus neûr, on l’ creût l’ pus mwaîs,

On l’ vôyereût wârdè lès pourcês.

(ALEXANDRE. P’tit Corti. 1860)

 

962 

diâle

Il a 1′ diâle è l’ potche.

 

litt. Il a le diable dans la poche.

Il n’a pas le sou. (ACAD.)

Pr. fr. — Loger le diable dans sa bourse.

Il n’a pas une pièce de monnaie ayant une croix pour chasser le diable.

Un homme n’ayant plus ni crédit, ni ressource,

Et logeant le diable en sa bourse.

(lafontaine. Le trésor et les deux hommes.)

Cf. St. gelais.

 

On aléve âs fièsses di porotche,

Rîre èt danser djusqu’â matin,

On rivenéve avou l’ diâle è s’ potche.

Çoula n’ poléve durer longtimps.

(F. chaumont. Li djon.ne manèdje. 1866)

 

Èt lès treûs qwârts dès-omes qu’ avît l’ boûsse bin fornèye,

Èl qwitèt, l’ diâle è l’ potche, sins pus ni creûs ni pèye.

(G. delarge. Ine copène conte lès pèketeûs. 1873)

 

VARIANTE   BAÎWÎR

Dè l’ ritchèsse à 1′ briberèye, djè l’ veû, gn-a qu’ ine aspagne,

Dj’a l’ diâle è fond di m’ boûsse èt dès comptes à payî.

(ALCIDE PRYOR. On dragon qui faît dès madames. 1867)

 

VARIANTE      

MATÎSTOFÉ

Pô r’mète lès catche è for, i lî fârè acheter on p’tit machin d’ so 1′ Bate, on p’tit mitchot d’ Sor-Moûse.

HINRI  Alez-se vis porminer, i gn-a l’ diâle qu’ è-st-è m’ boûsse.

(TOUSSAINT. Hinri èt Dadite. ILI, sc. 4. 1872.)

 

VERVIERS  Ca, qu’ on m’ dèye todi çou qu’ on vout, lu ci qui

s’ troûve là, avou l’ diâle è s’ sètchaî, i veût clér è sès hièles.

(M. pire. Lu sodaurt du so lès trîs. Ch. 1884.)

 

MARCHE      HENRIÈTE

Pîrson èst bin, Colas a l’ diâle divins sès potches,

Pudrè-dje li sandronète ou lès bonèts à flotche?

(alexandre. Li pèchon d’ avri. I, sc. 1re. 1858)

 

MALMEDY  Il a l’ diâle è s’ sètchaî.

 

NAMUR   Lodjî 1′ diâle dins s’ boûsse.

 

NIVELLES    Avwèr èl diâle dins s’ bourse.

 

963

diâle

Li diâle tchêye todi so 1′ pus gros hopaî.

 

litt. Le diable chie toujours sur le plus gros tas.

Le bien vient à ceux qui en ont déjà. (ACAD.) — La fortune favorise toujours les personnes opulentes.

Pr. fr. — Qui chapon mange, chapon lui vient. — Le bien cherche le bien.

Quand une fortune vient, ne vient seule.

(Prov. communs. XVe siècle.)

Cité par forir. Dict.

 

Dji m’ a batou come on bon patriyote,

Dj’ a stu blèssî, dj’a mâ tos mès-ohaîs,

Dji n’ dimande rin èt n’ pou-dje ni l’ haye ni l’ trote,

Ca l’ diâle todi tchêye so l’ pus gros hopaî.

(DU VIVIER. Li pantalon trawé. 1841)

 

TATÈNE

Come po l’ ritchèsse, s’ i s’ trèbouhe so l’ misére,

Li diâle todi s’ acrope so l’ gros hopaî.

(willem et bauwens. Lès toûrsiveûs. Sc. 5. 1882)

 

MONS   Él diabe kîe toudi su lès gros monciaus.

 

var. TOURNAI  

Ch’ èst toudi lès grosses tiètes qui ont l’ pus gros leot.

 

var. FERRIERES  C’ èst todi â pôve li bèsèce.

 

964

diâle

On n’ sét wice qui l’ diâle fîrt sès côps.

 

litt. On ne sait où le diable porte ses coups.

On ne sait pas ce qui peut arriver. Les hasards sont grands; il faut, ou il ne faut pas risquer. Cité par FORIR. Dict.

 

DJASPÂR (qu’ a propôsé à Tonton di r’mète si loyin).

Avéz-ve sogne qui dji n’ vasse trop hôt ?

TONTON On n’ sét wice qui l’ diâle fîrt sès côps.

(dehin. Li traze di may 1846. Oûve complète)

 

HINRI  Di qwè, fré Crèspin, pinsez-ve qui dji seûye sô ?

CRÈSPIN Ô nèni, mins on n’ sét wice qui l’ diâle fîrt sès côps.

(remouchamps. Li savetî. I, sc. 8. 18S8.)

 

Dji sé qu’ fâreût dè boneûr,

Ènnè fâreût min.me baîcôp

Pusqu’ i gn-a trinte mèye numèrôs,

Mais nouk ni sé wice qui l’ diâle fîrt sès côps.

(N. defrecheux. On biyèt d’ loterèye. 1866)

 

fifine

On n’ sét wice qui l’ diâle fîrt sès côps; d’abôrd, dji so co bèle èt frisse assez po plaîre âs djon.nes-omes.

(willem et bauwens. Li galant da Fifine. Se. lre. 1882)

 

JALHAY    BIÈTEMÉ

Asteûre qui v’s-avez vosse papî, i n’ fât nin toûrniker, on n’ sét là quu l’ diâle fîrt sès côps.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 4. 1861)

 

965

diâle

Li diâle marèye si fèye.

 

litt. Le diable marie sa fille.

Se dit quand il pleut et qu’ il fait soleil en même temps. (ACAD.)

Prov. Le diable bat sa femme.

C’est le diable qui bat sa femme et qui marie sa fille.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cf. quitard. Dict., p. 304. Cité par forir. Dict.

 

JALHAY

D’ on côp, l’ poyète, on l’ amaliéye,

Duzos 1′ grîse banse avou l’ cokaî,

Èt l’ diâle è mitan d’ one nuléye

Marier s’ fèye èn-on clpos bansetaî.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 3. 1861)

 

MONS    Èl diabe va marier s’ fîye.

 

PICARDIE     Ch’ èst lè diabe qui bot s’ fème.

(CORBLÈT. Glossaire. 1881)

 

966

diâle

Ine fèye qu’ on-z-a magnî on diâle, on ‘nnè magnereût bin deûs.

 

litt. Une fois qu’ on a mangé un diable, on en mangerait bien deûs

Quand on commet une première faute, on en commet d’autres plus aisément. (ACAD.)

Cité par forir. Dict.

 

Ine fèye qu’ on-a magnî on diâle, n’ è pout-on nin ossi bin magnî deûs?

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

malmedy    Quî a magni on diâle ènnè magnereût mèye.

 

967

diâle

Si d’miner come li diâle èn-on bèneûtî.

 

litt. Se démener comme le diable dans un bénitier.

S’agiter beaucoup. (ACAD.)

Pr. fr. — Se démener comme le diable au fond du bénitier.

 

var. VERVIERS  

Rôler lès-oûys come li diâle è l’ bèneûte aîwe.

(remacle. Dictionnaire)

 

NAMUR  Arivé là, il a djiboté come on diâle dins on bèniti èt il a rispité è l’ aîwe.

(Chronique. Marmite. 1884)

 

NAMUR                

Èt, come on diâle dins l’ bènite aîwe,

Nosse pitite niche si dismwin.nerè.

(BERTHALOR. Strophes. Marmite. 1889)

 

NIVELLES     Ès’ démèner come in diâle dins l’ iau bénite .

 

vas. NIVELLES   I s’ dèsmène come in tchîn à l’ lache.

 

CHARLEROI     argan

Djè n’ sû nén bon èfant, djè sû mwais come in diâle dins l’ eûwe bénite, quand dj’ vou.

(L. bernus. L’ malade Sint-Tîbaut. I, sc. 5. 1876)

 

MONS  Vos-avez biau vos débate come in diabe dins l’ bénitier, l’ orde èst v’nu d’ là-bas in haut.

(LETELLIER.  Armonak dé Mont. 1886)

 

FRAMERIES    LALÎYE.

C’ èst bon, c’ èst bon, alez, visène, lèyans continuer Gugusse qui fétèye là-d’ssus s’ kèyère come in diabe in l’ iau bénite.

(BOSKÈTIA. Tambour batant. Gazette. 1886, n° 4.)

 

TOURNAI  Maglwâire, i s’ dèmeneot dins s’ bwate come in diabe dins l’ ieau bénite, in criant èt in bukant.

( Èl cofe. Almanach du Tournaisien. 1881)  (…)

 

si-quentin   I s’ démonte come in diabe dins in siau d’ iau b’nite.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1840)

 

Provence. Grida coumo un diable salsa dins un benitié.

(Comparaisons populaires provençales. Revue des langues romanes. 1881)

 

968

diâle

C’ èst l’ diâle à c’fèsser.

 

litt. C’est le diable à confesser.

Se dit d’un aveu difficile à obtenir, Èt en général d’une chose difficile à faire. (ACAD.)

Pr. fr. — C’est le diable à confesser.

 

Divins qué imbaras dji m’troûve,

Po fé sî couplèts d’ on côp d ‘min,

I fâreût ine djon.ne tièsse tote noûve,

Èt l’ meune qui compte sèptante prétimps.

Mi Pégâse divenou ‘ne vèye harote

Èst tos lès djoûs pus ècwèsté,

Parblu, kimint volez-ve qu’ i trote,

Dji lome çoula l’ diâle à k’fèsser.

(H. forir. Li diâle à k’fèsser. Chanson. 1857)

 

CHARLEROI  CLEANTE

Niût-èt djoû,  i waîte à l’ èrvîr, maîs c’ èst l’ diâle à confèsser.

(L. bernus. L’ malade sint-Tîbaut. IL, sc. 6. 1876) (…)

 

969

diâle

Avu treûs toûrs pus’ qui l’ diâle.

 

litt. Avoir trois tours de plus que le diable.

Être très fin, très rusé.

Femme scet un art avant le diable.

(XV siècle)

 

Ossi malin qu’ on neûr tchèt, il a qwate toûrs pus qui l’ diâle.

(remacle. Dictionn.)

 

VARIANTE

Dj’ ènn’ a baîcôp k’nohou qui savît fé l’ macrale.

Ni sés-se nin co qu’ lès feumes ont sèt’ toûrs après l’ diâle?

(brahy. Mès treûs manèdjes. 1882)

 

VAR. MALMEDY   Aveûr tos lès toûrs qui l’ diâle n’ a nin.

 

970

diâle

L’ ci qu’ a magnî l’ diâle, qu’ i magne pôr lès cwènes.

 

litt. Que celui qui a mangé le diable, mange aussi les cornes.

Quand on profite des bénéfices d’une chose, il faut aussi en supporter les charges.

Il faut se résoudre à essuyer les incommodités d’une chose qui d’ailleurs est avantageuse. (ACAD.)

Pr. fr. — Il faut prendre le bénéfice avec les charges.

 

NIVELLES   Èl cieu qu’ a mindjî 1′ diâle, n’ a qu’ à mindjî lès coûnes avè.

 

TOURNAI  Si t’ as mindjî l’ diâle, mindje lès cornes. (…)

 

971

diâle

On n’ sâreût pingnî on diâle qui n’ a pont dès tch’vès.

 

litt. On ne saurait peigner un diable qui n’a pas de cheveux. On ne saurait rien tirer de celui qui n’a rien.

Impossibilium nulla obligatio. (Institutas)

Pr. fr. — A l’impossible nul n’est tenu.

 

VERVIERS    

Ine djon.ne kimére, on pau bourike,

Voléve qui si-ome arindjasse mî s’ toupèt.

— Ni savez-ve nin, di-st-i, qu’ c’ è-st-ine pèrike?

Pingnereût-on bin on diâle qui n’ a nou tch’vè ?

(XHOFFER. Epigrammes. 1860)

 

VERVIERS

Maîs, on l’ sét, lu pingne n’ ahèsse

On diâle qu’ ottant qu’ il a dès tch’vès.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

MONS  On n’ peut nié pêgner in diabe qui n’ a nié d’ cheuveûs.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

972

diâle

Si l’ diâle èst pus malin, c’ èst qu’ il èst pus vî.

 

litt. Si le diable est plus malin, c’est (parce) qu’ il est plus

vieux.

On gagne de l’expérience en avançant en âge.

 

JODOIGNE   Së l’ diâle èst pés mâle quë vos, c’ èst qu’ l’ èst pës vî.

 

973

diâle

Sètchî 1′ diâle po 1′ quowe.

 

litt. Tirer le diable par la queue.

Avoir beaucoup de peine à se procurer de quoi vivre. (ACAD.) Pr. fr. — Tirer le diable par la queue. Cf. quitard. Dict., p. 303.

 

Dame fôrtune ossi nos faît 1′ mowe,

Nos sètchans pus qui 1′ diâle po 1′ quowe.

(HANSON. Li Hinriâde travestèye. Ch. III. 1780)

 

Vosse manèdje èst pièrdou, vos-avez baî fé l’ mowe,

C’ èst bèrnik; tote vosse vèye, vos sètchîz l’ diâle po l’ quowe.

(thiry. Ine copène so l’ marièdje. 1858)

 

VERVIERS  

Asteûre, on djowe du tote èhawe,

Po fé lu grande tchèsse aus-aîdants,

Cussètchî tos lès diâles po l’ quawe,

Po bin ‘nnè rimpli lès ridants.

(M. pire. Lès hokèts sont todi bons. Ch. 1884)

 

974  

diâle

Ç’ n’ èst nin l’ diâle à chwârchî. (NAMUR)

 

litt.  Ce n’est pas le diable à écorcher.

Ce n’est pas difficile à faire, à dire.

 

Alons, choyoz-ve one miète, vinoz vèy avou mi,

Gripans l’ tiène do tchèstia; ç’ n’ èst nin l’ diâle à chwârchî.

(DEMANET. Oppidum atuatucorum. 1845)

 

VAR. JODOIGNE   Ç’ n’ èst nin l’ diâle à mougnî.

 

975 

diâle

I vât mî dè touwer l’ diâle qu’ adon qui l’ diâle nos towe.

 

litt. Il vaut mieux tuer le diable, que le diable nous tue.

Dans le cas de défense personnelle, il vaut mieux tuer son ennemi que de s’en laisser tuer. (ACAD.)

Il vaut mieux battre que d’être batu. (ACAD.)

Pr. fr. — Il vaut mieux tuer le diable que le diable nous tue.

 

NIVELLES     GUIYAUME

Dins ç’ monde-ci, c’ èst l’ pus malin qu’ atrape l’ ôle, èy i vaut mèyeû tuwer l’ diâle què l’ diâle èn’ vos tûwe.

(WILLAME. Èl roûse dè sinte Èrnèle. II, sc. 8. 1889)

 

MONS   Mi, j’aime mieux twer l’diabe qu’el diabe emme tue.

(lÈtellier. Ârmonak dé Wons. 1856)

 

FRAMERIES  Mu vaut twer l’diape que l’diape vos prinse.

(DUFRANE. L’ aronde èt lès p’tits djon.nes. Fauke. Arm. borin. 1890)

 

976 

diâle

Raviser mî l’ diâle qu’ on peûs d’ souke.

 

litt. Ressembler plus au diable qu’à un pois chiche.

Être beaucoup plus mauvais que bon.

 

PÈLÎ  Dji creû qu’ èle ni m’ riknoherè nin insi.

MÈNCHÈR Ô nèni ! Ca vos ravisez mî l’ diâle qu’ on peûs d’ souke.

(BRAHY. À quî l’ fâte ? Sc. 15.1882)

 

977 

diâle

I magnereût l’ diâle èt sès cwènes.

 

litt.  Il mangerait le diable et ses cornes.

Se dit d’un grand mangeur. (ACAD.)

Pr. fr. — Il mangerait le diable et ses cornes.

 

mayon

Il èst vraîy qui tos cès musicyins-là avalerît l’ diâle èt sès cwènes.

(demoulin. Dji vou, dji n’ pou. II, sc. 2. 1888)

 

MARCHE  

Ni noûri ni colon, ni mwène,

Is mougnerint 1′ diâle èt co sès cwènes.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NIVELLES    Is mindjeront l’ diâle èt co sès cwanes.

 

var. TOURNAI   GOLNA

J’ crwa qu’ si on f’seot boulîr l’ diable que tè buvreos l’boulieon. (pierre erunehault (leroy).  In ménâje d’ francs pauves. Sc. 12. 1891)

 

978                

diâle

Âs pwètes, quî hoûte,

Li diâle l’ aloûde.

 

litt.    Aux portes, qui écoute,

Le diable le trompe. Il y a danger d’écouter aux portes. Aloûrder, aloûrdiner; tromper.

Pr. fr. — Qui se tient aux écoutes, entend souvent son fait.

 

VARIANTE                          

 Li ci qui hoûte,

Li diâle l’ aloûde.

(bormans et body. Glossaire roman liégeois. 1869)

 

979 

diâle

Pus’ a 1′ diâle, pus’ vout-i avu.

 

litt.  Plus a le diable, plus il veut avoir.

Le désir de s’enrichir ou de s’élever augmente à mesure qu’ on acquiert de la fortune ou des honneurs. (ACAD.)

Plus a le diable, plus veut avoir.

(Ane. prov. franc. XIIIe siècle)

Cité par forir. Dict.

 

NIVELLES    Pus’ qu’ èl diâle a, pus’ qu’ i vut avwa.

 

980

diâle

Si 1′ diâle vos mougne, i n’ tchît qu’ dès lokes. (JODOIGNE)

 

litt. Si le diable vous mange, il ne chie que des loques.

Vous n’avez pas la moindre valeur, vous êtes sans importance.

 

981 

diâle

Fé 1′ diâle è quate. (namur)

 

litt. Faire le diable à quatre.

Faire grand bruit, grand tumulte, se donner beaucoup de mouvement pour une chose. (littré)

Locutlon tirée de ce que, dans les mystères, il y avait la grande et la petite diablerie et que pour jouer la grande, il fallait quatre personnages.

(fabre. Ètudes sur la basoche.)

 

MONS Quékes fwas, c’ èst Jane Bèrdèle èyet Colas Grignon, tout-insembe qui faîtetét l’ diabe à quate.

(Arm. dé Mont. 1884)

 

982

diâle

I fât quékes fèyes mète ine tchandèle â diâle.

 

litt. Il faut quelquefois mettre une chandelle au diable.

Flatter un pouvoir injuste pour en obtenir quelque chose. (ACAD.)

Pr. fr. — Brûler une chandelle au diable. Cité par forir. Dict.

 

Ni convinreût-i nin

D’ lî fé nosse complumint?

On pout ‘nn’ avu mèsâhe,

Fat mète tchandèle â diâle.

(Paskéye po l’ instalâcion d’ M. Clermont, maîre di Votèm. 1808)

 

On mèt’ quékes fèyes on bout d’ tchandèle â diâle,

Li politike hère si nez d’ tos costés.

(THILIY. Li r’toûr à Lîdje. 1858)

 

DJÔSÈF

On done, ç’ n’ èst nin po l’ ome, c’ èst po l’ procès-vèrbâl,

I fât bin d’ timps-in timps mète ine tchandèle â diâle.

(Ch. HANNAY. Li mâye neûr da Colas. II, sc. 8. 1866)

 

VERVIERS  

Si, po ‘ne grosale,

Ine fème in.me à rimeter,

On pout spârgnî di s’ kihègneter

Tot plantant ine tchandèle â diâle.

(XHOFFER. Epigrammes. 1860)

 

MARCHE   TÈRÊSE

Faut sovint qu’ on-z-alome ène tchandèye au diâbe.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. III, sc. 2. 4858.)

 

VAR. MARCHE    To deûs one tchandèye au bon Dieu.

 

NIVELLES     Brûler ‘ne tchandèle au diâle.

 

MONS    Tiè, surtout n’ alumez jamaîs ‘ne candèye au diâble.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

983

diâle

C’ èst l’ diâle qui s’ faît èrmite.

 

litt. C’est le diable qui se fait ermite.

e dit en parlant de quelqu’un qui, après avoir fait le libertin, devient dévot sur ses vieux jours. (ACAD.)

Pr. fr. — Quand le diable fut vieux, il se fit ermite.

Cf. quitard. Dict., p. 306. Cité par forir. Dict.

 

DJULYIN

Çou qui dj’ sé bin, c’ èst qui c’ sèrè l’ dièrin.ne di mès dondin.nes, qwand lès cis qui m’ont k’nohou d’vrît dîre qui l’ diâle si faît èrmite.

(DD. salme. Li djèrmale. Sc. 10. 1883)

 

VERVIERS   Lu R’NAUD

Duspôy qu’ i a hôdè s’ quawe, i-a télemint sogne dè  feû,

Quu v’ n’ avez qu’ à r’mouwer vosse tchin.ne ou vosse marmite,

Po vèyî ci diâle-là voleûr su fé hèrmite.

(XHOFFER. Lès bièsses. I, sc. 9. 1858)

 

MARCHE    

Qwand t’ n’ ès pous pus, qui l’ pètchî t’ quite,

On dit qu’ c’ èst l’ diâle qui s’ faît èrmite.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

NIVELLES    Quand l’ diâle dévînt vî, i s’ faît ‘rmite.

 

CHARLEROI

C’ èst qu’ quand l’ diâle dèvint vî, i s’ fait èrmite,

Capucin, jézwite, récolèt,

Rabachenut leûs pâtèrs sins ratchî dins l’ marmite.

(L. BERNUS. Li rat dins in fromâdje d’ Holande. Fauve. 1873)

 

MONS  madelon

Bô ! il èst possibe qu’ i mûrira pus tâard : il a in provèrbe qui dit: quand l’ diabe divièt vieûs, i s’ faît èrmite.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1847)

 

MONS  Pus târd, faîte qu’ on dîse nié d’ vous: quand l’ diabe ès’  faît vieûs, i s’ faît èrmite.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dè kié. 1850)

 

saint-quentin   Quand l’ djabe, i vyint vieûs, i s’ frè hèrmite.

 

984

diâle

Li diâle ni moûrt mây.

 

litt. Le diable ne meurt jamais.

Les méchants vivent (quelquefois) plus que les autres.

Cité par forir. Dict.

 

DJÔSÈF (à s’ bèle-mére).

Rawârdez, démons, qui nos fièstanse nosse jubilé d’ vint’-cink ans, po çoula; ca dj’ èspère bin qui vos vikerez djusqu’adon.

(A part.) Li diâle ni moûrt mây.

(willem et BAUWENS. Li galant da Fifine. Sc. 2. 1882)

 

985

diâle

On diâle, tot diâle qu’ il èst, n’ sâreut catchî sès cwènes.

 

litt. Un diable, si diable qu’ il soit, ne saurait cacher ses cornes.

Si bien que l’on fasse, quelles précautlons que l’on prenne on ne saurait cacher son caractère, ses penchants.

 

LOUWÎSE

On trouve todi ine vèdje qwand on vout bate on tchin.

Il âreût cint raîsons à m’ djèter à l’ narène.

 

cathrene

On diâle, si diâle qu’ il èst, n’ sâreût catchî sès cwènes.

(delchef. Lès deûs nèveûs. I, sc. 2. 1859)

 

basse-allemagne. — Der Teufel kann seine Hörner nicht verbergen (/ verstecken).

 

986

diâle

C’ èst todi l’ min.me diâle, come li ci qu’ vindéve dès bons Dius.

 

litt.  C’est toujours le même diable, comme celui qui vendait des images religieuses.

C’est toujours la même histoire.

 

TÂTÎ Loukans çou qu’ nos-èstans èt nin çou qu’ on-a stu.

 

tonton

Va, c’ èst todi l’même diâle, come dit l’ martchand d’ bons Dius.

(ed. remouchamps. Tâtî l’ pèrikî. IL, se. 1. 1885)

 

FRAMERIES  Vos comisslons èyèt dès-implâtes su dès gambes dè bos, c’ èst tout-à faît l’ min.me diâble, s’ apinse au martchand d’ bons Dieus,

(BOSKÈTIA. Tambour batant. GazÈtte, 1886, n° 28)

 

987

diâle

On bon côp, faît l diâle, qwand i hape on mèneû.

 

litt. Un bon coup, dit le diable, quand il happe un frère mineur.

Bonne aubaine.

 

vaR. nivelles   On bia côp, di-st-i l’ diâle à s’ pére.

 

988

diâle

Prindez-lès âs dDjins, come li diâle prind lès mônes.

 

litt. Prenez-les à votre aise, comme le diable prend les moines.

On peut ne pas se presser, quand on est certain d’obtenir une chose.

N. B. Au sujÈt des trois proverbes qui précèdent, nous renvoyons le lecteur aux Recherches historiques de M. leboux  DE lincy (Livre des proverbes français, t. I, p. XIV Èt XV).

 

989

diâle

DDji v’ frè vèyî l’ diâle po l’ trau d’ vosse cou.

 

litt. Je vous féai voir le diable par le trou de votre cul.

Je vous féai subir toute espèce d’avanies.

Je vous féai faire quelque chose de désagréable.

 

variante  DDji v’ frè loukî l’ diâle po on p’tit trau.

 

990

diâle

Si k’fèsser â diâle.

 

litt.  Se confesser au diable.

Découvrir ses sentiments à une personne adroite ou fourbe qui en peut faire son profit, Èt qui abuse de notre sincérité pour nous nuire. (littré)

Pr. fr. – Se confesser au renard. (Locutlon tirée de l’ancien poème du Renart, où le renard se déguise en confesseur Èt mange son pénitent.)

 

nivelles  C’ èst s’ confèsser au diâle.

 

991

Diu

DIEU

Li bon Diu est londjâr,

Maîs il èst payârd.

 

litt.    Le bon Dieu est lent, / Mais il est payant.

Dieu est lent, mais il paie; la DDjustice divine marche en boitant, mais elle arrive.

Je crois que le mot londjâr n’est plus usité que dans cÈtte phrase; hors de là, on dit londDjin.

Il en est à peu près de même du mot payârd, que nous n’avons trouvé employé que dans ce cas Èt dans l’expresslon: magneû d’ pan payârd.

 

Les princes ont les mains bien longues.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

DIl laneos habent pedes, sed féreas manus.

(LEJEUNE. Prov. familiaria. 1741)

 

variant   Diu èst londjâve èt payâve.

 

992

Diu

Li ci qui 1′ bon Diu wâde èst bin wârdé.

 

litt.  Celui que le bon Dieu garde (/ protège) est bien gardé.

Celui qui est sous la protectlon de Dieu n’a rien à craindre.

 

993

Diu

Li bon Diu n’ èst nin co mwèrt.

 

litt.  Le bon Dieu n’est pas encore mort.

On doit toujours espérer en Dieu.

 

basse-allemagne. — Der alte Gott lebt noch.

 

994

Diu

Mète sint Pîre so l’ bon Diu.

 

litt. Mète saint Pierre au-dessus du bon Dieu.

Prendre une mauvaise chose après une bonne.

Prendre la seconde qualité après la première.

Cf.  Lait sur vin, / C’est venin; / Vin sur lait, / C’est bien fait.

Wein auf Bier

Das rate ich dir;

Bier auf Wein

Das lässt du sein.   (Prov. pop.)

Cité par forir. Dict.

 

verviers

 D’ abôrd, après dè bourgogne,

Su n’ bovans dè fwèrt pèkeèt,

Po fini l’ fièsse on s’ apogne.

C’ èst mètte sint Pîre so l’ bon Diè.

(M. PIRE.  Sint Pîre so l’ bon Diè. Ch. 1884)

 

marche     Ni mèt nin sint Pîre su l’ bon Diè.

 

jodoigne  Në mètoz nî sint Pîre së l’ bon Dieu.

 

995

Diu

Vât mî s’ adrèssî â bon Diu qu’ à sès sints.

 

litt.  Il vaut mieux s’adresser au bon Dieu qu’à ses saints.

Il vaut mieux s’attacher à celui qui a l’autorité supérieure, qu’à celui qui n’a qu’une autorité subalterne. (ACAD.)

Pr. fr. — Il vaut mieux se tenir, s’attacher au gros de l’arbre, qu’aux branches.

Il vaut mieux s’adresser au roi qu’à ses ministres. (ACAD.)

Pr. fr. — Il vaut mieux s’adresser à Dieu qu’à ses saints.

Il vaut mieux Dieu prier que ses saints.

(Prov. gallic. 1519)

Cité par forir. Dict.

 

nivelles    Èl bÈrDJΠ Djè d’ irou d’ embléye au chatau du rwè; i vaut mèyeû avwè à fé au bon Dieu qu’ à lès sints.

(G. willame. Èl roûwe dè Sinte-Èrnèle. IL, sc. 8. 1889)

 

MONS  I pinswat qu’ il arwat été mieu avè grand-mére, dj’ dizwain mi-min.me : i vaut co mieu parler au bon Dieu qu’ à sès sints.

(lÈtellier. Armonake dé Mont. 1850)

 

lille   I vaut mieu s’ adrèsser au maîte qu’ à sès va-lî-dîre (va lui dire : valÈt).

(vermesse. Voc. du patois lillois. 1861)

 

996

Diu

Qui l’ bon Diu åye si-åme èt l’ diåle sès-Ôês,

Po fé dès mantches di coûtê.

 

litt. Que le bon Dieu ait son âme Èt le diable ses os, pour faire des manches de couteaux.

Qu’ il s’en aille, qu’ il disparaisse, qu’ il meure.

 

997

Diu

Bon Diu, qu’ a faît tant dès-ècus èt qu’ a fait m’ pårt si p’tite !

 

litt. Bon Dieu, qui as fait tant d’écus Èt qui as fait ma part si pÈtite !

Plainte du prolétaire.

 

998

Diu

Bon Diu d’ bwès, qu’  t’ as 1′ visèdje deûr !

 

litt. Bon Dieu de bois, que tu as le visage dur !

Je n’ose croire que mes prières seront exaucées.

Cf. Les temps sont durs.

 

marche  Â ! novê bon Dièw d’ bwès, qui t’ ès deur.

 

999

Diu

I gn-a on bon Diu po l’s-èfants èt lès sôlêyes.

 

litt. Il y a un bon Dieu pour les enfants Èt les ivrognes.

Les individus qui n’ont pas encore de raison Èt ceux qui n’en ont plus sont sous la garde de Dieu. Ils agissent sans réflexlon Èt sous l’impulslon d’un instinct qui ne les trompe pas.

 

Pr. fr. — Dieu aide à trois sortes de personnes : aux fous, aux enfants Èt aux ivrognes.

La fortune aide à trois sortes de personnes : aux fols, aux ivrognes Èt aux pÈtits enfants.

(oUdin, Curiositez françaises, 1640)

 

I gn-a on bon Diu

Po lès cis qu’ ont bu.

(A. hock. La famille Mathot. 1872)

 

biÈtEMÉ

I gn-a on bon Diu po lès sôlêyes, èt ci n’ èst nin sûr li pus mâva.

(willem Èt bauwens,  Pètchî ratchèté, Sc. 17,1882)

 

1000

Diu

Novê Diu, novèle flûte.

 

litt. Nouveau Dieu, nouvelle flûte.

Ceux qui arrivent au pouvoir introduisent volontiers des réformes dans leur administratlon. — (Ce qui plaît à l’un déplaît à l’autre. — Peu de gens sont disposés à suivre les errements de leurs devanciers.

Pr. fr. — De nouveau roi, nouvelle loi.

De nouveau seigneur, nouvelle mesure. (XVe siècle.)

 

var. naMur    Novia maîsse, novia chuflèt.

 

var. tournai   Nouviau maîte, nouviau chifleot.

 

 

 

1001

Bon Diè

Lèyans l’ bon Diè au paradis, c’ èst s’ place. (namur)

 

litt. Laissons le bon Dieu au paradis, c’est sa place.

Se dit aux gens qui invoquent souvent Dieu, ou qui blasphèment.

 

var. verviêrs

Lu peûpe cumince

A djåser syince,

On lêt l’ bon Diè trankile è paradis.

(M. pîre, Tombola d’ one matchine à keûse, Ch. 1884)

 

tournai   Laîsse l’ bon Dieu in paradis, ch’ èst s’ plache.

 

1002

Bon Diu

Li bon Diu a lèyî toumer s’ vèdje.

 

litt. Le bon Dieu a laissé tomber sa verge.

Le Seigneur nous a envoyé un fléau, une infortune que nous avons mérités. — Expression biblique.

 

gilles Li bon Diu a lèyî toumer s’ vèdje so vos-autes, pace qui vos l’ avez bin mèrité.

(DD. salme. Ine sîse èmon Jacques Bouchay. c 13. 1879)

 

VARIANTE D’ ine dolinte vwès, i priyîve li Signeûr di r’ssatchî s’ vèdje d’ â-d’diseûr di lu.

(G. magnée. Li crènekinî dè prince-âbé di Stâveleû. 1867)

 

variante   suzanne.

N’ èstez-ve pus l’ Diu d’ djustice ? Siya, siya, mon Diu !

Si l’ mètchant, è s’  vèye-cial, n’ èst nin bouhî d’ vosse vèdje.

(TH. collette. Ine vindjince. I, sc. 8. 1878)

 

var. namur  

C’ èst là qu’ on sint mwins’  li vèdje

Qui l’ bon Diè a faît por nos.

(WÉROTTE. Po l’ pwin èt po l’ tchau. Ch. 1867, 4e éd)

 

nivèles

Vos savez pourtant bin què l’ bon Dieu, c’ èst nosse maîsse,

Èt qu’ il a ‘ne vèrje dins s’ min dè l’ pus pichante èspéce.

(M. renard. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle. Ch. I. 1857)

 

1003

Diu

A l’ wâde di Diu, ç’ n’ èst nin djurer.

 

litt. A la garde de Dieu, ce n’est pas jurer.

Se dit comme correctif aux personnes qui blasphèment.

 

1004

Bon Diu

C’ èst 1′ bon Diu què l’ vout, lès sints n’  è polèt rin.

 

litt. C’ èst le bon Dieu qui le veut, les saints n’ en peuvent rien.

Manière de dire en plaisantant: mon naturèl est tel, je suis ainsi faît, etc.

C’ èst le maître suprême qui l’ordonne ; il faut souffrir ce qu’on ne peut empêcher. — Je ne fais qu’exécuter une consigne.

 

Quand Dieu le veult,

Le saint ne peut.

(GABR. meuRier. Trésor des sentences. 1568)

 

tatÈne  Sôlêye, vos m’ frez mori.

crÈspin  Taîhîz-ve, ni brèyez nin,

C’ èst li bon Dièw qu’ èl vout, lès sints n’ î polèt rin.

(ed. remoUchamps. Li savetî. II, sc. 5. 1858)

 

1005

Dièw

I gn-aveût Dièw èt l’ diâle èt l’ bayî d’ Hanut.

 

litt. Il y avait Dieu, le diable et le bailli de Hannut.

Il y avait une réunion de gens de toutes conditions.

 

variante  

Is-ont portant faît çou qu’ on polout,

Ç’ n’  èst nin d’ leû fâte si is ont pièrdu.

Is-ont faît tos lès mèstîs,

Is-ont faît l’ curé, l’ mârlî.

Si ont-is d’né po heûre,

À toumer là,

Promète âs-élècteûrs,

Li Dièw, èt l’ diâle èt l’ bayî d’ Hanut.

(Paskèye po lès-élècsions d’ 1842 à Vîsé)

 

1006 

Dieu

I faît in Dieu deu s’  panche. (tournai)

 

litt. Il faiît un Dieu de son ventre.

Il ne pense qu’à manger, il recherche la bonne chère, en égoïste, pour lui seul.

 

1007 

Bon Diu

C’ èst 1′ pourcê dè bon Diu.

 

litt. C’est le pourceau du bon Dieu.

Pr. fr. — C’est la bête à Dieu.

 

jodoigne  C’ è-st-one bièsse dè bon Dieu.

 

1008 

Bon Diu

Quî va trop reûd,

L’  bon Diu l’ arète.

 

litt.  Celui qui va trop vite, le bon Dieu l’arrête.

Il ne faut pas vouloir forcer un travail, s’enrichir trop vite.

Ne forçons point notre talent, / Nous ne faisons rien avec grâce.

(lafontaine)

 

1009 

D’néye

DENEE

I n’ èst nin di D’néye, il èst d’ Purnôde.

(namur)

 

litt. Il n’ est pas de Dignée, il est de Purnode.

Proverbe calembourique. Il n’est pas de ceux qui donnent (diner), il est de ceux qui gardent.

dEnée Village entre Sambre et Meuse, arrondissement de Namur, à deux lieues de Fosses.

purnode Village, arrondissement de Dinant, à une lieue et demie de cette ville.

 

1010 

dîmègne

DIMANCHE

Traze ans di peûrs dîmègnes.

 

litt. Treize ans de purs dimanches.

Treize années de jours de fête.

 

remacle (Dict) donne un autre sens à cette expression :

Dji v’ pinséve è têre, i gn-a ‘ne anêye di peûrs dîmègnes qui dj’ n’  âye vèyou r’lûre vosse quowe.

 

variante tÂTÎ.

Tins! èstez-ve raviké?

Dji v’ pinse mwèrt, ètèré,

Dji v’s-a faît soner ‘ne transe,

Gn-a treûs ans d’ peûrs dîmègnes

Qu’ on n’ vis-avasse vèyou.

 

nonÂrd (à part).

L’ vî pindârd, qu’ il èst strègne.

(ED. remouchamps. Tâtî l’ pèrikî. Il, sc. 5. 1888)

 

1011 

dindon

DINDON

Èsse li dindon.

 

litt. Être le dindon.

Être attrapé, être pris pour dupe. — Il sera dupe dans cette affaire. (littré)

Cité par forir.  Dict.

 

Li morale di cisse fâve, mossieû,

C’ èst qui l’ ci qui tome à des gueûs

Ni deut mây fé ni eune ni deûs,

S’  i vout wâgnî l’ pârtèye.

Ca, è l’ plèce dè cok, i sèreût

L’ dindon dè l’ comèdèye.

(Fr. baîlleûx. Lès frawes d’ on cwèrbâ. Ch. 1843)

 

Vos-alez ‘nnè djudjî, li spot a bin raîson,

Si dji l’ aveû hoûté, dj’ n’  âreû nin stu l’ dindon.

(brahy. Mès treûs marièdjes. 1882)

 

marche

Gn-a bravemint qui s’ront lès dindons,

D’ broûlè l’ tchandèye aus deûs corons.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

namur

Do timps do vî baron,

Èle a ieû dès consèys.

Èt c’ èst mi qu’ èst l’ dindon.

(COLSON. Mi soûr Marguèrite. Ch. 1862)

 

namur Josèf, qui gangnerans-ne à nos plinde ?

Todi, nos sèrans li dindon.

(WÉROTTE. Lès-alumeûs d’ lampes. Ch. 1867. 4e éd)

 

nivèles  

Come toudi, l’ poûve garçon s’ è va tous sès pus râde,

Sins sondjî qu’ il èst là l’ dindon d’ ènne couyonâde.

(M. renard. Lèsavent. dè Djan d’ Nivèle. Ch. III. 1857)

 

charleroi 

Â, vî leûp, t’ aurès v’lu m’ tirer in pîd d’cochon,

Tu vas ièsse èl dindon.

(L. BERNUS. L’ liyon, l’ leûp èyèt li r’naud. Fauve. 1873)

 

mons  In-atindant, acoutez ç’tèle-ci où-ce qu’ on peut dîre què l’ farceûr a été l’ dindon d’ la farce.

(letèllier. Ârmonak dé Mont. 1861)

 

vaR. mons  Il a sté dona (imbécile, dupe) dè l’ farce.

(SIGART. Dict. 1870)

 

frameries 

Vos stez co djon.ne, maîs r’markez bî

Què malgré qu’ nos n’  in pouvons nî,

Èt qu’ nos stons ci come à l’ ducace,

C’ èst nous qui s’ ra l’ dindon d’ la farce.

(Lès deûs taurs éyèt l’ rin.ne. Fauve. Ârm. borin. 1890)

 

1012 

dîre

DIRE

Taper ‘ne barbote.

 

litt. Dire une parole (en faveur de quelqu’un).

Recommander quelqu’un.

 

1013  

dîre

I gn-a todi quî faît, quî dit.

 

litt.  Il y a toujours qui fait, qui dit.

A côté de celui qui agit, il y a cèlui qui parle. — Il y a toujours quèlqu’un pour rapporter nos moindres actions.

Cf. La mouche du coche (lafontaine)

Cité par forir. Dict.

 

Ni pinse-tu nin qui dj’ rèye

I gn-a todi quî faît, quî dit ;

Lès meûrs ont dès-orèyes

Èt-z-ont dès-oûys ossi.

(DUMONT. Li bronspot’ di Hougâr. Sc. 7. Vers 1800)

 

Divant d’ pètchî,

N’  vât-i nin mî

Di s’ rissoveni

Qu’ i gn-a todi

Quî faît, quî dit?

(N. defrecheux. Pètchî cathcî. 1862)

 

1014  

dîre

Dîre faît dîre.

 

litt. Dire fait dire.

Nos accusations nous suscitent des accusateurs.

Nos assertions nous suscitent des contradicteurs.

 

basse-allemagne  Ein Wort gibt das andere.

 

1015  

dîre

Il a s’  dit èyèt s’  dèdit. (MONS)

 

litt. Il a son dire et son dédire.

On ne peut se fier à sa parole.

(SlGART. Dict.)

 

Il rèssemble les Normands, il a son dit et son desdit.

(oUdin. Curiositez françaises. 1640)

 

MONS Tu pinses peut-ète què djè t’ èrsembe, què dj’ aî m’dit èyét m’ dèdit, èt què dj’ n’ aî pus l’ oneûr à keur.

(letèllier. Armonak dé Mont, 1881)

 

1016 

dîre

À Dj’han, n’  fât nin tot dîre.

 

litt. A Jean, il ne faut pas tout dire.

Il est des choses qu’ il vaut mieux passer sous silence.

Ne confiez pas vos secrets au premier venu.

Pr. fr. — Quand on a la main pleine de vérités, il n’ est pas toujours bon de l’ouvrir.

 

En passant, dji pôreû co bin

Dîre on mot dè gouvèrnumint.

Maîs chut’, à Dj’han n’ fât nin tot dîre,

Li sérieûs jamây ni faît rîre.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. I. 1780) (…)

 

Maîs nè l’ fât nin dîre.

I n’  fât nin tot dîre à Dj’han

À Dj’han n’  fât nin tot dîre.

(Anciènnè chanson populaire)

 

1017 

dîre

Dîre èt fé sont deûs.

 

litt. Dire et faire sont deux.

Il est plus facile de parler que d’agir.

Pr. fr.  Le bien-faire vaut mieux que le bien-dire.

 

variante Bin fé vât mî qu’ bin dîre.

(foRir. Dict)

 

verviêrs  So l’ vôye intrè lu dîre èt l’ fé,

Mèye solés d’vront co s’  gauler.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

marche  Dîre èst bin, maîs fé, c’ è-st-ôte tchôse.

 

basse-allemagne  Wort und Tat sind (ist) zweierlei.

 

1018 

dîre

Quî n’  dit rin l’ acwède.

 

litt. Qui ne dit rien l’accorde.

En certains cas, se taire, c’ èst consentir. (ACAD.)

Pr. fr. — Qui ne dit mot, consent.

 

Qui lacet, consentire videtur ; et cependant on dit :

Le silence des peuples est la leçon des rois.

Tacent, satis laudant. (terence. Eunuque III, sc. 2)

Qui se tait, est veu consentir.

(Proverbes de Bouvelles. 1887)

Cité par forir. Dict.

 

Verviêrs Qui n’  dit rin, consint.

(remacle. Dict)

 

mons  È bé, gas ! qu’ èst-ce què t’ in dis ? Tu n’ réponds nié, c’ èst què 1′ marché èst faît : qui n’ répond pas, consent, qu’ i dit l’ provèrbe.

(LETÈLLIER. Armonak dé Mont 1862)

 

lille  Qui ne dit mot, consent.

 

basse-allemagne Wer schweigt, bejaht. (/ sagt: Ja !)

 

1019  

dîre

Si vite dit, si vite faît.

 

litt. Aussitot dit, aussitot fait.

Se dit en parlant des choses ou des personnes sur lesquèles on prend une prompte décision, qu’ on emploie aussitot qu’ èles se présentent. (ACAD.)

Pr. fr. Aussitôt pris, aussitôt pendu. — Aussitôt dit, aussitôt fait.

Orig. quitard. Dict., p. 592. — Cf. La loi de Lynch (en

Amérique).

Sitôt pris, sitôt pendu. Elle court ouvrir la porte.

(desaugiers. Pot-pourri de la Vestale)

 

Si vite dit, si vite faît, nos djins trouflît èsson.ne.

(baîlleûx. Lès gotes èt l’ aragne. Fâve. 1852)

 

Come ç’ a stu dit, ç’ a stu vite faît,

Vocial vinou on p’tit bansétê

Rimpli d’ tos fruts come dès-orindjes.

(Deûs comparaîsons grossîres. Conte. 1857)

 

Treûs camarâdes, djoyeûs come lu,

Si d’hèt qui po rîre ine miète

Is d’vrît l’ moussî à récolète,

Ossi vite dit, ossi vite faît.

(EP. martial. Li savetî dès récolètes. 1859)

 

var. namur Sitôt pindu, sitôt stron.né.

 

basse-allemagne  Mitgefangen, mitgehangen.

 

1020  

dîre

Dîre âmèn à totes lès mèsses.

 

litt. Dire amen à toutes les mèsses.

Approuver tout, ne faire aucune objection. (littré)

Répondre par manière d’acquit, sans approfondir.

 

variante  Il èst todi là po dîre âmèn.

 

toURnai   

j’ sin bin, va, d’ djoûr in djoûr, queu j’ dèkind bouguèremint

Disant awi, âmèn, quand on m’ traîte come in.ne brute,

Sins l’ coraje deu répeonde au ceu qui m’ pèrsécute.

(PIERRE bRunehault (LEROY).  A l’ tapajerîe dès cwès roûjes. Sc. 3. 1891)

 

1021 

dîre

Ènnè dîre qui po pinde.

 

litt. En dire que pour pendre.

Pr. fr. — En dire pis que pendre.

Dire de quèlqu’un toute sorte de mal. (ACAD.)

 

1022  

dîre

Ènnè dit ottant di m’ comére qui di m’ compére.

 

litt. Il en dit autant de ma commère que de mon compère.

Il n’ épargne personne.

 

1023 

dîre

Li cia qui n’  vout nin ratinde, qu’ i n’ dîye rin. (namur)

 

litt. Celui qui ne veut pas attendre, qu’ il ne dise rien.

Le temps se perd en paroles oiseuses.

 

1024 

dîre

Çou qu’ on n’  dit nin, on 1′ hufèle.

 

litt. Ce qu’ on ne dit pas on le siffle.

On ne peut pas toujours dire tout ce que l’on voudrait, on le fait sous-entendre.

 

1025 

docteûr

DOCTEUR

C’ è-st-on docteûr âs djènès vèsses.

 

litt. C’ èst un docteur aux vesses jaunes.

Médecin peu habile ou qui n’ordonne que des remèdes fort communs et sans efficacité. (ACAD.)

Pr. fr. — Médecin d’eau douce.

 

Docteur âs djènès vèsses, il paraît que c’ est un vague souvenir des docteurs Genevois qui tentèrent, sans succès, de populariser à Liège, les doctrines de Calvin. Le peuple altère ainsi, d’habitude, les mots qu’ il ne comprend pas bien.

(L.-P. Mélanges. Bulletin, t. III, p. 65)

Cité par forir. Dict.

 

Li d’mokî d’ Ègmont è-st-à l’ fièsse,

Qui faît l’ docteûr âs djènès vèsses.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. VIII. 1780)

 

C’ è-st-on docteur âs djènès vèsses,

Qui d’ on plin saut dècide,

Qui n’  prononce qui tot fant on djèsse

Po l’s-afèrmi tot d’ sûte.

(Chanson sur l’élection du prince Charles d’Oultremont. 1763)

 

1026 

deût

DOIGT

Il a lès deûts à crok.

 

litt.  Il a les doigts crochus.

Être fort enclin à dérober. (ACAD.) — C’est un voleur, c’est un homme avide.

Pr. fr. — Avoir les mains crochues.

Cité par forir. Dict.

 

Wayaîpont si plaîhîve à taper dès hates â prince èt à l’ kihagner, tot l’ acusant d’ avu dès deûts à crok.

(G. magnée. Li crèn’kinî dè prince-abé di Stâveleû. 1867)

 

jodoigne  Il a dès grands dwèts.

 

basse-allemagne  Lange Finger machen.

 

1027 

deût

Dji n’  vôreû nin tchôkî m’ deût è feû.

 

litt. Je ne voudrais pas mettre mon doigt au feû.

Par exagération, j’en mettrais ma main au feû, dj’assure que la chose est ainsi, j’en répondrais à mes risques et périls. (ACAD.)

Cf. quitard. Dict., p. 385. Pr. fr. — Je n’en voudrais pas mettre le doigt au feû.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

jalhay  tIODÔRE

Dji n’ è vôreû nin toudi hèrer m’ deût è feû.

(alexandre. Lès deûs sorodjes. I,  sc. 13. 1861)

 

1028  

deût

I compte so tos sès deûts.

 

litt. Il compte sur tous ses doigts.

Il a beaucoup de peine à se tirer d’affaire faute d’argent.

 

1029 

deût

Bouter l’ deût è l’ oûy.

 

litt. Mettre le doigt dans l’œil.

Amener quelqu’un, par adrèsse, à faire une chose qui lui est désavantageuse, ou qui est contraire à ce qu’il avait résolu.

(ACAD.)

Pr. fr. — Prendre quelqu’un au trébuchet.

Cité par forir. Dict.

 

Dîre li vraîy, èsse contint dè pau qu’ on pout avu.

C’ èst co bêcôp l’ pus sûr; èt portant on-n-arèdje

Di boûrder come dès gueûs po ragrandi s’  wâgnèdje ;

Pinse-t-on qu’ on mètreût bin l’ deût è l’ oûy â bon Diu ?

(baîlleûx. Li tchèpetî èt Sint-Antône, Fâve. 1856)

 

Mme badinÈt

Asteûre qui dj’ a vèyou li d’zos di vos cwârdjeûs,

Po m’ tchôkî l’ deûgt è l’ oûy, v’ n’  ârez pus si bê djeû.

(dèlchef. Li galant dè l’ sièrvante. I, sc. 8. 1857)

 

Mme lomba

Maîs pinsez-ve don todi mi bouter l’ deût è l’ oûy?

Vos m’ l’ avez bin faît hîr, mins vos nè l’ frez pus hoûy.

(remouchamps. Li savetî. Act. II, sc. 5. 1838)

 

C’ è-st-on marthî coviért, èt surtout po l’ ddjoû d’ hoûy,

Wice qui lès pus sincieûs s’  fèt tchôki l’ deût è l’ oûy.

(thiry. Ine copène so l’ marièdje. 1808)

 

jalhaY  majÈne

S’  èles ont bin l’ toûr du hèrer l’ deût è l’ oûy

 payisan qui louke leûs bêss saqès.

(xhofFé. Lès deûs sorodjes. II, sc. 15. 1862)

 

namur On s’ sititchereûve on dwèt dins l’ oûy,

Qui rin n’  m’ arètereûve, vos l’ savoz,

Dj’ a co cinkante côps criyî ouy,

È m’ trèbukant à 1′ nêt por vos.

(WÉROTTE. Choix de chansons wallonnes. 1860)

 

charleroi JÈliKe

Èt pou qu’ vos vos fourîz l’ dwèt dins l’ oûy in pinsant d’ ariver où-ce què vos v’lèz in v’ni, dji pète à gaye come lès tch’vaus Batisse à Quinkèt.

(L. BERNUS. L’ malade Sint-Tîbaut. II, sc 7. 1876)

 

tournai  S’ foute l’deogt dins l’ wèy.

 

basse-allemagne  Einen Daumen aufs Auge drücken.

 

1030 

deût

On-a cink deûts à l’ min èt nouk égâl (ou : nouk ni s’  ravise).

 

litt. On a cinq doigts à la main et aucun semblable (ou : aucun ne se ressemble).

Les enfants d’une même famille ont des inclinations, des mœurs, des caractères différents. — Il ne faut pas exiger une exacte rèssemblance entre les personnes, entre les caractères, entre les choses. (littré)

Les doigts d’une rnain ne s’ entresemblent pas.

(Prov. gallic. 1819)

Les cinq doigts de la main ne se rèssemblent pas.

(Dict. port, des prov. fr. 1751)

Cité par forir. Dict.

 

1031       

dwat

I n’  faut jamaîs mète su s’  dwat

Sinon dè l’ hièrbe qu’ on counwat. (MONS)

 

litt.  Il ne faut jamais mettre sur son doigt

Que de l’herbe qu’ on connaît.

Il ne faut point se mêler de choses que l’on ne connaît pas.

 Ces deux vers — proverbe — sont la morale de la fable :

L’ Èrnaud, èl leûp éyét l’ kévau.

(letèllier. Armonak dé Mont. 1848)

 

mons

Va-t-in, foutu flayûte (flamand),

Va-t-in vîr à quî vinde tès flûtes ;

Mi, dji n’  mèt dèssus mès dwats

Què dè l’ ièrbe què djè counwa.

(Chanson citée par SIGART. Dict. du wallon de Mons. 1870)

 

namur I n’  faut mète dèssus s’  dwèt

Qui dè l’ ièbe qu’ on conèt.

 

marche  Si to coûrs di nône à quatôrze eûres,

Pinsant aler trovè l’ oneûr,

T’ è-st-on sot ; on dèt mète su s’  deut

Di l’ ièbe ou d’ l’ onguent qu’ on coneut.

(ALEXANDRE. P’tit Corti. 1860)

 

Rouen  Mèt su t’ dôt, l’ ièrpe què té conôs.

(HECART. Dict)

 

lille I n’  faut mète su m’ dot

Que d’ ièrbe qu’ on conot.

 

1032

deût

I n’ fât nin mète si deût inte l’ ouh èt l’ postaî.

 

litt. Il ne faut pas mettre son doigt entre la porte et le montant.

Il ne faut pas s’ingérer mal à propos dans les différends des personnes naturellement unies, comme frère et sœur, mari et femme. (ACAD.)

Prov. Il ne faut pas mettre le doigt entre l’arbre et l’écorce.

sganarèle Apprenez que Cicéron a dit qu’entre l’arbre et le doigt, il ne faut point mettre l’écorce. 

(molière. Le médecin malgré lui. I, Sc. 3)

 

marÈYe

… Dji m’ sovaîrè ddjoûrmây

Qu’ il èst todi bin vraîy qui, po viker è pây,

On deût bin clôre si bètch èt bouter tot-à-faît

Sins djamây tchôkî s’  deût inte li pwète èt l’ postaî.

(G. dèlarge. Scène populaire. 1874)

 

variante  I n’ fât nin mète si deût inte li clitche èt l’ fèrou.

(FORIR. Dict)

 

jodoigne Ni bouter s’ dwèt inte l’ aube èt l’ pèlake.

 

1033

dwat

S’ trouver avè sès dî dwats à s’ bouche. (MONS)

 

litt. Se trouver avec ses dix doigts à sa bouche.

N’ avoir rien à mettre sous la dent (et par extension être complètement ruiné).

N’avoir pas de quoi vivre, n’ avoir pas de quoi mettre sous la dent. (ACAD.)

 

MONS I faut toudi garder ‘ne pome pou l’ swaf, pace qué pus târd, vos vos trouvièz avèc vos dî dwats à vo bouche.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

tournai  S’ trouver à l’ ivêr avèc sès dî deots à s’ bouke.

 

var. nivèlLes  Maîs, avè tout ça, ç’ n’ anéye-ci, i nos faut sucî nos dwats.

(L’Aclot. 1888, n° 9)

 

saint-quentin   Rèster avou leû dwat dins leû bouke.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1840)

 

1034  

deût

Mètez vosse deût d’ssus, vos l’ troûverez d’zos.

 

litt. Mètez votre doigt dessus, vous le trouverez dessous. Locution proverbiale pour dire ironiquement à une personne qu’ èle n’ aura pas ce qu’ elle désire, ce qu’ elle convoite.

Mète si deût d’ssus. — Deviner.

 

GUIYAME È bin ! Dji v’s-èl va dîre, c’ est pace qui dji n’ va mây heûre li gote è s’ mohone.

j’han pierre Po c’ côp cial, Vos-avez metou l’ deût d’ssus.

(monoyer. Li k’fèssion d’ on borguimaîsse. 1858)

 

louise

Dji mètreû bin m’ deût d’ssus ;

Dji v’ dirè quî c’ èst, pus târd.

(DD. salme. Lès deûs bètchetâs. Sc. 26. 1879)

 

1035  

deût

S’  è hagnî lès deûts.

 

litt. S’en mordre les doigts.

Se repentir de quelque chose. (ACAD.)

Pr. fr. — S’en mordre les doigts ; les pouces.

En leûr rivage discourtois,

En ont depuis mordu leûrs doigts.

(SCARRON. Virgile travesti. L. 6)

 

variante

Qwè donc, ç’ visèdje à tchîr èsconte

À m’ bâbe si wèse mostrer sins honte,

Dit, tot bas, nosse Valwas furieûs,

Èt tot s’ hagnant l’ bètchète dès deûts.

(HANSON. Li Hinriâde travèstèye. Ch. III. 1780)

 

I n’ passa nin baîcôp d’ aîwe dizos l’ Pont-d’s-Âtches mâ qu’ Baîtri ni k’iminçahe à s’ hagnî les deûts di s’ avu èlahî à ciste ome-là.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

Si l’ touboula deût ciste annêye

Aritchi tos les pôves bribeûs,

Por mi, dj’ vôreû qu’ èle fouhe dânêye

Ca dj’ m’ ènnè bagne èco lès deûts.

(AL. peclers   Li touboula d’ Lîdje. Ch. 1877)

 

basse-allemagne  Sich auf die Zähne beissen.

 

1036 

r’lètche-deûts

Avu (/ fé) ‘ne saqwè à r’lètche-deûts, djusqu’â coûde.

 

litt. Avoir (/ faire) quèlque chose à lèche doigts, jusqu’au coude.

Être servi à profusion. — Faire une chose avec le plus vif plaisir.

Cité par forir. Dict.

 

Poqwè ave situ fé dès pôves avou des ritches ?

Dji v ‘prindreû-t-à r’lètche-deût, sins l’ sièrmint qui m’ oblidje.

(baîlleûx. Ine fâve di m’ vèye grand-mére. 1844)

 

I gn-aveût ine vète sope â spinâd qu’ èsteût si bone qu’ on ‘nn’  a magnî chake deûs-assiètes à r’lèche-deût.

(dehin. Les avinteûres d’ on marièdje. Ch. 1857)

 

Magnîz vosse cabolèye à r’lèche-deût, come i v’ plaît.

(amide pryor. Pot poûri. 1872)

 

namur

On leûp, on djoû, sôrteût do bwès,

On pansârd qui, todi cowète,

Dijeûve, è tot r’lètchant ses dwèts:

I n’ faut jamaîs rin lèyî piède.

(WÉROTTE. Li tch’vau èt l’ leûp. Fauve, 1867, 4e éd)

 

1037  

deût

Sins deût, on n’ sâreût grèter s’  cou.

 

litt. Sans doigts on ne saurait se gratter le cul.

II faut avoir les outils de sa profession.

 

1038  

deût

Çoula lî plake âs deûts.

 

litt. Cela lui colle aux doigts.

Se dit généralement des personnes qui, maniant beaucoup d’argent, en conservent une partie pour elles, par des moyens détournés ou peu honnêtes.

Il a de la poix aux doigts.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

baîwîr  … Ti, ti sèrès m’ tchin d’ tchèsse,

L’ ârdjint t’ plakerè âs deûts, porveu qu’ lès-ôtes payèsse.

(ALCIDE PRYOR. On dragon qui faît dès madames. 1867)

 

jodoigne

Il a d’ l’ aurpwè

Au d’bout d’ sès dwèts.

 

1039  

damadje

DOMMAGE

C’ èst l’ damadje qui faît 1′ tchîr timps. (On ajoute parfois : Èt tot l’ monde s’  ènnè r’ssint)

 

litt. C’est le dommage qui rend le temps cher (et tout le monde s’en ressent).

Les sinistres renchérissent les denrées

Ce proverbe se dit en plaisantant à celui qui a toujours les mots « c’ èst damadje » à la bouche.

 

jodoigne  Damadje a faît l’ tchêr timps.

 

1040

doner

DONNER

In doner leong come in.ne queûe d’ bruant.  (tournai)

 

litt. En donner long comme une queue de hanneton.

Donner peu de chose.

 

1041  

doner

Quî rade done, deûs fèyes done.

 

litt. Qui tot donne, deux fois donne.

On perd la grâce et le mérite d’un don, quand on ne l’accorde pas le plus tot qu’ on peut. — Un don qui se fait trop attendre est gâté quand il arrive.

Pr. fr. — Qui tout donne, deux fois donne.

Bis dat qui cito dat. (senèqUe)

 

verviêrs

Cadau vout s’ manîre di s’  fé,

N’ toûrnikez quand v’ volez d’ner.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

1042 

dwèrmi

DORMIR

Dwèrmi come ine pîre.

 

litt. Dormir comme une pierre.

Dormir profondément.

Cf. Dormir comme une souche, comme un loir.

 

tatÈne  Lu, il èst todi là qui dwème tot come ine pîre.

(ED. remouchamps. Li savetî. Acte 2, c 1.1888)

 

namUr  I dwat come on chabot.

 

basse-allemagne Wie eine Ratze schlafen.

 

1043 

darmë

I n’  dame nî së sès djavias. (jodoigne)

 

litt. Il ne dort pas sur ses javelles.

C’est un travailleur, il ne cesse de s’ occuper de ses affaires, il a toujours l’œil ouvert sur ses intérêts.

 

1044      

darmë

Èsse come le costrë d’ Leûze,

Qu’ in.me mia darmë qu’ dè keûse. (JODOIGNE)

 

litt.  Etre comme la couturière de Leuze,

Qui aime mieux dormir que coudre.

C’est une personne nonchalante, paresseuse.

 

1045  

dwèrmi

Is vont dwèrmi avou lès poyes.

 

litt.  Ils vont se coucher avec les poules.

Se mettre au lit de très bonne heure. (littré)

Pr fr. — Se coucher avec les poules.

 

verviêrs  Coûkîz-ve avou l’ paye alesante

Maîs lèvez-ve quand lu cok tchante.

(J.-S. reNIER. Spots rimés. 1871)

 

1046 

dwarmi

I dwamereut mârs’  èt avri foû. (malmedy)

 

litt.  Il dormirait pendant les mois de mars et avril.

C’est un grand dormeur.

(Arm. do l’Samène. 1885)

 

1047

dos

DOS

Racater s’  deos avèc in.ne quènète. (tournai)

 

litt. Racheter son dos avec une petite pinte.

Eviter d’être battu. — Offrir des rafraîchissements à quelqu’un, afin de se le rendre favorable.

 

1048 

marone

DOUBLURE

Avwar lès doublures dè s’  mareone qui colet’ insane.                                     (tournai)

 

litt.  Avoir les doublures de son pantalon qui collent ensemble.

N’ avoir rien en poche ; être sans argent.

 

1049  

doûcemint

DOUCEMENT

Quî va doûcemint, va longtimps.

 

litt. Qui va doucement, va longtemps.

Qui veut bien faire, doit y mettre le temps.

Festina lente. (HORACE)

Hâtez-vous lentement. (BOILEAU)

Le temps ne faît rien à l’affaire. (MOLIÈRE. Misanthrope)

Chi va piano, va sano, e chi va scmo, va lontano.

Cité par forir. Dict.

 

colas

Qwand c’ èst qu’nos sèrans-st-è manèdje,

Nos r’grèterans mutwè nosse djon.ne timps,

Hoûtez-me, crèyans-st-on vî mèssèdje

Li ci qu’ va doûcemint va longtimps.

(baron. Lès deûs cusènes. II, Sc 4. 1883)

 

variante  Is s’ î prindèt trop reûd, çoula n’ durerè wère.

 

stavèlot  Quî va doûs, va lon.

 

namur

Quî va doûcemint va longtimps,

Marmoteût grand-mére ;

Èt d’jant ç’ provêrbe-là, djè l’ tin

Di m’ Pove vî grand-pére :

Ci n’  èst nin lès tchins corant

Qu’ atrapenut bran.mint dès-ans.

(WÉROTTE. Choix de chansons wallonnes. NAMUR 1860)

 

1050              

doute

DOUTE

I n-a pos d’ doute,

Après l’ café, on beot la goute. (tournai)

 

litt.  Il n’y a pas de doute, / Après le café, on boit la goutte. Cela est juste. — Il n’y a rien à répliquer à cela.

 

1051  

 

DOUX

Tout à la doûce, come èl martchand d’ cèrîses. (mons)

 

litt. Tout à la douce, comme le marchand de cerises.

Sans faire d’embarras, sans faire beaucoup de dépenses. — Ni bien ni mal.

 

NIVELLES  Ça va toudi tout à la doûce, come èl martchand d’ cèrîjes.

 

MONS  Quand tu vouras d’mander quèke chôse, né pas, m’ pètit fieû, pâle toudi honêtement, tout à la doûce, come èl martchand d’ cèrîses.

(letèllier. Èl solèy éyét l’ vint d’ bîse. Fauve. Arm. dé Mont 1887)

 

A la douce. Cri des rues de Paris annonçant des cerises douces à vendre. (littré)

 

1052 

dozin.ne

DOUZAINE

I gn-a nin traze à l’ dozin.ne.

 

litt.  Il n’ y en a pas treize à la douzaine.

C’est une chose rare, on n’ en trouve pas autant qu’on le désire.

Pr. fr. — II n’ y en a pas treize à la douzaine.

Ce proverbe est sans doute antérieur à la pratique des libraires, qui prennent le treizième. Cité par forir. Dict.

 

LI MAÏSSE

Dès s’faîts ârtisses, dj’ ènnè a traze po ‘ne dozin.ne.

(AL. peclers. Li pièle di Bêfayis. 1870)

 

DJÈRÂ

Nin voleûr si marier… ènnè n’ a nin come çoula

Bin sûr traze à 1′ dozin.ne.

(Ed. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèrâ. I, Sc. 2. 1875)

 

On pout bin dîre qui dês s’faîts,

Ènnè n’ a nin traze à l’ dozin.ne.

Po raconter leûs binfaîts,

On djâsereût pus d’ ine samin.ne.

(willem et bauwens. Traze coplèts so lès XIII. 1880)

 

VERVIÊRS 

… Au dozin.ne, vos nos là,

C’ èst nombe crâne, pâr po cis qu’ hantint cès adjounes-là,

Èt qu’ tot-z-î amoliant leû-z-èsprit, leû bèdin.ne,

Fât dîre qu’ is sont dès tièsses qui gn-a traze so l’ dozin.ne.

(J.-S. renier. Banquet de 1871)

 

JALHAY  GARITE Vos-èstoz bin on brâve vwèsin, Tiodôre.

biÈtEmÉ (à part) I ‘nn’ ènn’ a nin traze sufaîts d’vins one dozin.ne.

(xhofFéR. Lès deûs sorodjes. I, Sc. 13. 1861)

 

MARCHE V’ n’ è trouverez nin traze o l’ dozin.ne.

 

MONS        

Dès-ârtisses à trêze à l’ douzin.ne,

A tchink francs au pus par sèmin.ne.

(J.-B. descamps. Au temps jadis, au temps d’aujourd’hui. Ch. 1887)

 

1053

drap

DRAP

C’ èst du drap parèy à m’ saurot. (MONS)

 

litt. C’est du drap semblable à mon sarrau.

C’est une chose de peu de valeûr, ce sont deux choses qui ne valent pas mieux l’une que l’autre.

 

MONS Wè! vous-î êtes; èl dame èyét l’ mèkène, c’ èst du drap parèy à m’ saurot.

(letèlliEr.  Arm. dé Mont. 1880)

 

var. MONS Wè, bon ! L’ ussier, l’ ussière c’ èst l’ mi.nme vèrbe ; c’ èst dé l’ twale parèye à m’ saurot.

(J.-B. descamps. Èl pètotier. Scène montoise. 1887)

 

var. CHARLEROI  

 L’ fieû d’ imbaras, l’ curieûs èt l’ babiârd, in-in mot:

Tout ça, c’ èst l’ min.me twale à m’ saurot.

(L. BERNUS. L ‘ tortûwe èyèt lès canârds. Fauve. 1873)

 

JODOIGNE  C’ èst tote min.me twale à m’ saurot.

 

1054 

drap

C’ èst tos botons d’ min.me drap.

 

litt.  Ce sont tous boutons de même drap.

Ce sont toutes personnes du même rang, du même bord, du même acabit — ejusdem farinœ.

 

VARIANTE  BÂRE

Nos-alans bin èssonle, nosse maîsse, c’ èst l’ boton parèy à l’ habit.

(willem et bauwens. Li galant da Fifine. Sc. 14. 1882)

 

VAR. tournai Ch’ èst l’ drap parèl à l’ doublure.

 

1055 

drap

Il èst d’vins dès laîds draps.

 

litt. Il est dans de laids draps.

Il est dans une situation embarrassante, on lui suscite des affaires. (ACAD.)

Pr. fr. — Il est dans de beaux draps blancs.

 

Dansez, tchantez, tos mès-èfants !

Vos n’ tchanterez nin tant d’vins in-an,

Vos n’ ârez nin tant d’ djôye qu’ asteûre.

V’là qui v’ fârè payî l’ mouteûre.

Èt lon la la,

Po ç’ côp-là,

Nos-èstans d’vins dès laîds draps.

(J.-L. corbesier. Les imPots. Crâm. 1822. Annuaire. 1864)

 

Si nos-èvèkes divenèt lès maîsses,

Nos n’ sèrans nin d’vins dès baîs draps.

(J. lamaye. Quî vîve! Ch. 1887)

 

CRAHAY

Èst-ce divant les mèneûs, l’ botike

Wice qu’ on-z-atchetêye dès s’ faîts carikes ?

Èt lon la la,

Po ç’ côp-là,

Vos-èstez d’vins dès laîds draps.

(ALCIDE pryor. Çou qu’ è-st-è fond dè pot. 1864)

 

BERTRAND

Qwand ti n’ pous nin potchî, laîd bastârdé croufieû,

Vo-me-là d’vins dès baîs draps si dj’ n’  a nou rèspondeû.

 

(toussaint. Lambêrt li fwèrsôlé. I, Sc. 3. 1871)

 

MARCHE   baquatro

C’ èst portant maleûreûs, sés-se bin po Colas.

Li mèyeû d’ nos amis s’  troûve d’vins dès laîds draps.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. II, Sc. 10. 1858)

 

var. CHARLEROI  

Tout seû, spèpiant in mwaîs navia,

I d’sèt : Mè v’làbin dins ‘ne laîde pia.

(L. bernus. L’ èfant brichôdeû. Fauve. 1873)

 

TOURNAI  Ète dins d’ biaus draps.

 

1056 

drap

I gn-a mây qu’ on  drap d’ mohone po v’ fé mansî.

 

litt. Il n’y a jamais qu’un drap de maison (grande lavette) pour vous faire sale.

Il n’est que les méchants pour dénigrer les bons.

Cf. Le Nil a vu sur ses rivages

Les noirs habitants des déserts, etc.

(LE franc de pompignan)

 

1057  

drap

Racater sès draps d’ lit (ou: laver sès draps d’ lit). (tournai)

 

litt. Racheter ses draps de lit (ou) laver ses draps de lit.

C’est-à-dire offrir une fête à ses amis lorsqu’on rèlève de couche ou de maladie.

 

1058 

drap

On rik’nohe todi on drap d’ hièle, si bin qu’ i seûye twèrdou.

 

litt.  On reconnaît toujours un drap de vaisselle quoiqu’ il soit bien tordu.

On ne peut cacher complètement son origine.

Chassez le naturel, il revient au galop.

(DESTOUCHES. Le glorieux. III, Sc. S)

 

1059  

dreût

DROIT

Dreût come li vôye di Hu.

 

litt.  Droit comme le chemin de Huy.

Se dit d’une chose tortue. (littré)

Pr. fr. — Droit comme la jambe d’un chien.

 

MARCHE 

To faîs là dès-ovrèdjes, morblu

Qui sont dreûts come li vôye di Hu.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

VAR. NIVELLES  Dwat come èl djambe d’ in tchî.

 

VAR. MONS  On dit bé souvint qu’ lés meuniers, ça vos-a ‘ne consyence dwate come èm’ bras quand djè m’ mouche.

(Armonak dé Mont. 1886)

 

1060  

aîwe

EAU

Li keûte aîwe est pés qui l’ cisse qui coûrt.

 

litt.  L’eau tranquille est pire que celle qui coule.

Les gens sournois et taciturnes sont ceux dont il faut le plus se défier. (ACAD.) — Il n’y a point de gens dont on doive plus

se défier que des gens mornes, taciturnes, sournois et mélancoliques.

Pr. fr. — Il n’est pire eau que l’eau qui dort. (…)

Les gens sans bruit sont dangereux ;

Il n’ en est pas ainsi des autres.

(LA fontaine. Le torrent et la rivière. Fable)

Mais il n’ est, comme on dit, pire eau que l’eau qui dort,

Et vous menez sous chape un train que je hais fort.

(molière.  Tartuffe. I. 1)

Mais c’est une eau qui dort dont il faut se garder.

(regnard. Le distrait, I. 4)

 

C’ èsteût on pâhûle valèt, mây à l’ taviène ni à l’ wihenâhe ; maîs l’ keûte aîwe èst pés qui l’ cisse qui coûrt.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

VARIANTE  Mèfiyîz-ve dè l’ keûte aîwe.

 

VERVIÊRS  Nu v’ lîvrez nin à l’ émeûte

Mèsfiyîz-ve du l’ aîwe trop keûte.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

var. ST-HUBERT  C’ èst l’ aîwe qui dwame qui nèye.

 

MARCHE   Ni v’ fiyîz nin à l’ aîwe qui keûve.

 

var. stavèlot.  C’ èst l’ aîwe keûte qui nôye.

 

NAMUR Aîwe qui dwat n’  ronfèle nin.

 

JODOIGNE  Lès cwayès-aîwes sont todë lès pës dandjèreûses.

 

CHARLEROI  

D’ in galant trop timide, m’ fîye, mèfièz-vous dins l’ monde, Ène aîwe dôrmante èst sovint l’ pus profonde.

(L. BERNUS. Li ri èyèt l’ richot. Fauve. 1873)

 

basse-allemagne  Stille Wasser sind tief.

 

1061 

aîwe

I n’  lî rapwète nin d’ l’  aîwe.

 

litt. Il ne lui rapporte pas de l’eau.

Il ne lui est pas comparable ; il lui est fort inférieur en mérite. (ACAD.)

Pr. fr. — Il n’est pas digne de délier les cordons de ses souliers.

Cf. l’Evangile de saint Mathieu. III, 11.

 

Pr. all. Er bringt ihn das Wasser nicht.

 

basse-allemagne Er ist nicht wert ihm die Schuhriemen zu lösen — das Wasser zu reichen.

 

1062

aîwe

Pèhî è 1′ mâssîte aîwe.

 

litt. Pêcher dans l’eau sale.

Se prévaloir du désordre des affaires publiques ou particulières pour en tirer son profit, son avantage. (ACAD.)

Faire tourner à son profit ce qui nuit aux autres. — Profiter du mauvais état d’une famille.

Pr. fr. Pêcher en eau trouble.

Pêcher en eau trouble Est gain triple ou double.

(gabr. meurier. Trésor des sentences. 1568)

 

MONS Maîs qu’ d’ aucun broyon (surtout des cu-tout-nus d’ étranjers) voudriont bén nos faîre èstropier pou avwar ène révolucion, èt pècher à l’ iau troûbe, come on dit.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1859)

 

basse-allemagne  Im Trüben fischen.

 

1063

aîwe

I gn-a nole aîwe si mahèye qui n’  fînihe pa s’  raclèri.

 

litt. Il n’y a pas d’eau si brouillée qui ne finisse par devenir claire.

Avec le temps on démêle l’écheveau le plus embrouillé. — Nos ressentiments les plus vifs finissent par se calmer.

Cf. Le temps est un grand maître, il règle bien des choses.

(corneille. Sertorius. Act. II, Sc. 4)

 

VERVIÊRS  Nu dèsèspèrez d’ nole brîhe,

Tote aîwe troûblêye s’  aclérihe.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

NAMUR   I gn-a pont d’ aîwe si brouyîye qui n’ finiche pa s’  racléri.

 

1064 

aîwe

I s’  a lèyî cori l’ aîwe è l’ boke.

 

litt. Il s’ est laissé courir (/ couler) l’eau dans la bouche.

Se dit de cèlui qui laisse échapper l’occasion.

 

1065 

aîwe

Noyî inte deûs-aîwes.

 

litt. Nager entre deux eaux.

Se dit d’une personne qui, entre deux factions, entre deux partis, se conduit de manière à les ménager l’un et l’autre. (ACAD.)  

Tergiverser, biaiser, parler ou se comporter d’une manière équivoque.

Cf. Regarder de quel côté le vent vient. — Ménager la chèvre et le chou. — Se faire passer pour un caméléon.

Pr. fr. — Nager entre deux eaux.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

HINRI …boutez bin, v’ n’  avez twèrt nouk dès deûs.

CRÈSPIN  Â ! v’ noyîz inte deuûs-aîwes !

TATÈNE

Po ‘nnè dîre ine parèye,

Vos-avez, djè l’ wadjereû, pinsé co pus

D’ ine fèye.

(remouchamps. Li savetî. Act. I, Sc. 3. 1858)

 

Inte deûs-aîwes, fwèrt po bin noyî,

Très baî mayeté so 1′ politike,

Tinant bon po Garibaldî,

Ou po l’ pâpe… à sèrlon l’ pratike.

(M. thirï. On cwèrbâ franc lîdjwès. 1866)

 

NAMUR  I bagne inte deûs-aîwes.

 

1066 

aîwe

Il a todë l’ aîwe à l’ bouche, come on via qu’ a dès viêrs.                                        (jodoigne)

 

litt. Il a toujours l’eau à la bouche, comme un veau qui a des vers.

Se dit d’une personne gourmande, ou qui convoite ce que les autres mangent ou possèdent en fortune, ou affection.

 

1067 

aîwe

Li pus clére aîwe si troûbèle on djoû.

 

litt. La plus claire eau se trouble un jour.

Il ne faut pas compter sur une prospérité constante.

 

VARIANTE  I gn-a nole si clére aîwe qui n’  si brouye.

 

VeRviêrs 

I n-a nole si clére onde,

Qui n’  pauye todi s’  troûbler ;

Lu pus baî cîr dè monde.

Pièt’ quékefèye su claurté.

(H.-J. raxhon. A m’ camarâde Chapèlier. 1888)

 

MARCHE  Gn-a si baî ri qui n’  si troûbèle.

 

JODOIGNE N’  a së bèle aîwe quë n’  së troûbèle.

 

PICARDIE

Gn-o pas d’ ieu si bèle,

Qu’ au èsse troûbèle.

(CORBLET. Glossaire. 1881)

 

SAINT-QUENTIN    I gn-a pau d’ si bèle iau qu’ a né s’  troubèle.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1841)

 

1068 

aîwe

Fé v’ni l’ aîwe à l’ boke.

 

litt. Faire venir l’eau à la bouche.

Se dit d’une chose agréable au goût et dont l’idée excite l’appétit quand on en parle, ou qu’on en entend parler. Se dit aussi figurément de tout ce qui peut exciter les désirs. (ACAD.)

Pr. fr. — L’eau vient à la bouche.

Gèla faît venir l’eau à la bouche.

 

L’ aîwe lî coréve è l’ boke d’ avance,

Tot sondjant qu’ i hèrereût è s’ panse

Cisse bonne tchâr…..

(Fr. baîlleûx. Li r’nâd èt L’ cigogne. Fâve. 1851)

 

Èt mi, dj’ ode ine tchèvenêye

Qui l’ aîwe à l’ boke faît v’ni.

(THIRY. Li r’toûr à Lîdje. 1888)

 

Vos-avez là ‘ne dorêye qu’ èst bin apétihâve,

On-âreut l’ aîwe à l’ boke rin qu’ dè l’ loukî so l’ tâve.

(Al. peclers. Li consèy dè L’ matante. Sc. 9. 1877)

 

MARCHE

Portant, vos djurerîz tos p’tits sints,

D’ one bontè à fè v’ni dès-aîwes à l’ boke.

(ALEXANDRE. P’tit corti. 1860)

 

NAMUR L’ aîwe vineûve à l’bouche di noste Ârdinwès à tèl pwint qu’ i d’mande à l’ feûme one Porcion di s’ fricasséye.

(On grand nez. Marmite 1884)

 

CHARLEROI   M. diafoiReux

È bin, no mèstî, d’lé lès tièsses à corone, n’ èst né à mète l’ eûwe à l’ gueûye d’ ène saquî.

(L. BERNUS. L’ malade Sint-Tîbaut. II, SC. 6. 1876)

 

MONS Riè què d’ pincher au gambon, dj’ aî déjà l’ iau qui vièt à m’ bouche.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1853)

 

toUrnai  On vèra dès djins dévotieûs s’  aprocher l’ iau à l’ bouke d’ la Sinte Tâble.

(Etrennes tournaisiennes. Calendrier. 1884)

 

METZ  L’ awe m’ en vyint é lè boche et vièt çou qu’ j’ en-èra.

(A. brondex. Chan-Heurlin, poème patois-messin. 1785)

 

1070  

aîwe

L’ aîwe vint todi r’qwèri sès-ohaîs.

 

litt. L’eau vient toujours rechercher ses os.

Les os de l’eau sont les glaçons. La rivière, déposant ses glaçons sur les rives, vient, par suite d’une crue d’eau, les enlever. — Reprendre ce qu’ on a prêté ou donné.

Cité par forir. Dict.

 

NAMUR Moûse rivêrè qwer sès-ouchas.

 

1071 

aîwe

On n’ tape mây ine pîre è l’ aîwe qu’ èle ni r’vinse â djoû.

 

litt. On ne jette jamaîs une pierre dans l’eau qu’elle ne revienne au jour.

Ce qu’ on croit le plus caché finit par se connaître. — Il n’y a pas de secret pour le temps.

 

Di fwèce qu’ on n’ tape mây ine pîre è l’ aîwe qu’ èle ni r’vinse â djoû, l’ afa-ire dè saîweû fout l’ fondemint qui sès in.nemis astokît leû-z-acusèdje dissus.

(G. MAGNÉE. Li houlote. 1871)

 

talbot

I gn-a, jendârme, i gn-a qu’ avou li spot dj’ pou dîre :

« Qu’ on n’ djète nole pîre è l’ aîwe sins qu’ èle ni r’vinse â djoû,

Qui l’ monde, si bin qu’ on l’ catche, timpe ou târd èst k’nohou.

(TH. collette. Ine vindjince. III, Sc. 9. 1878)

 

VAR. JODOIGNE  Tapez one pîre au fond d’ on pus’, vêrè todë on djoû qu’ on-îrè à stok.

 

1072 

aîwe

C’ è-st-ine gote d’ aîwe è Moûse.

 

litt. C’ est une goutte d’eau dans la Meuse.

Porter des choses en un lieu où il y en a déjà une grande abondance  (ACAD.) — Faire une dépense inaperçue.

Pr. fr. — Porter de l’eau à la mer.

C’ est une goutte d’eau dans la mer. Porter de l’eau dans la rivière.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

Pwèrter d’ l’ aîwe è Moûse. — C’ è-st-ine gote d’ aîwe è l’ mér.

(FORIR. Dictionnaire. 1860)

 

VARIANTE 

Consèy, ègzimpe on côp d’baston,

Ottant d’ pièrdou; à l’ prumîre ocâsion,

Come s’ on-aveût rètchî èMoûse,

I roûvèye tot èt i r’prind s’ coûsse.

(baîlleûx. Li cate candjèye à feûme. Fâve. 1831)

 

VARIANTE   tonton

Gn-a nou médecin por lu, il è-st-au d’bout di s’ coûse,

Fé dès dèpensespor lu, c’ èst taper d’ l’  aîwe è Moûse.

(TH. collette. Qui freûs-dje si mi-ome moréve ? II, Sc. 9. 1882)

 

VAR. MALMEDY  C’ è-st-one rètchote s’ on grand feû.

 

st-quentin Cha s’rwat bâyer d’ ieu à l’ rivière.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1641)

 

basse-allemagne Ein Tropfen im Meere.

 

1073 

aîwe

Mète di l’ aîwe ès’ vin.

 

litt. Mettre de l’eau dans son vin.

Modérer ses transports, laisser tomber sa colère, baisser ses prétentions.

Pr. fr. — Mettre de l’eau dans son vin.

(ONDIN.  Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

Tot doûs, lî di-st-i, Djan, doûcemint,

Mètez on Po d’ aîwe è vosse vin.

Qu’ èst-ce qui v’s-a faît on coûr si deûr ?

(J.-J. hanson, Li Hinriâde travèstèye. Ch. VI. 1780)

 

MARCHE  Mèt d’ l’  aîwe è t’vin, ma fwa, qui dj’ djeûre,

Èt waîte do n’ nos nin bate si deùre.

(alexandre.  P’tit corti. 1860)

 

FRAMERIES Poukè fé tant d’ conte, èyèt mète tant d’discrècion éyèt tant d’ iau in vo vin audjèrdû?

(BOSKÈTIA. Tambour batant. Gazète, 1886, n° 26)

 

st-queNtin  I a mis d’ ieu din sin vin.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1841)

 

1074

aîwe

D’ aîwe vint, d’ aîwe riva.

 

litt. Par eau vient, par eau s’ en va.

Flux et reflux.

Pr. fr. – Bien mal acquis ne profite jamaîs.

Ce qui vient de la flûte s’en retourne au tambour.

Cité par forir.  Dict.

 

DJÂKEMIN

Maîs çou qu’ on pout dîre di çoula,

C’ èst qu’ c’ èst d’ aîwe rivint, d’ aîwe riva.

Ine vinderèsse à mahî s’ lècê,

Aveût wâgnî on noû tchapaî ;

On vint soflète, adiè l’ profit,

L’ aîwe l’aveut d’né, l’ aîwe èl riprit.

(DE viVARio. Li fièsse di Hoûte-s’-i-ploût. II, Sc. 3. 1737)

 

On-a dès hôts, on-a dès bas,

C’ èst l’ aîwe qui r’vint, c’ èst l’ aîwe qui r’va.

(Aug. HOCK. Lès deûs tâvelaîs. 1861)

 

VERVIERS

Vosse fôrtune è l’ horote, brave cumére, ènnè va,

Maîs n’ fez nin tant dès simagrawes,

Çou qui d’ l’ aîwe vint, è l’ aîwe riva.

(N. poulet. On p’tit maleûr. Fauve. 1872)

 

marche et namUr    Ç’ qui vint d’ rif è va d’raf.

 

MONS D’ abôrd èrtènez bé què tout ç’ qui vièt d’ rif, s’ en va d’ raf.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1830)

 

ROUchi  Ç’ qui vyint d’ rik s’ en va d’ rak.

(HÉCART. Dict.)

 

1075 

aîwe

N’ nin trover d’ l’ aîwe è Moûse.

 

litt. Ne pas trouver de l’eau dans la Meuse.

Se dit d’un homme qui ne s’avise pas des choses les plus simples ou d’un homme mal habile qui ne sait pas trouver les choses les plus communes. (littré)

Pr. fr. — Si on l’envoyait à la rivière, il n’ y trouverait point d’eau

Il ne saurait trouver d’eau dans la rivière,

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

var. malmeDY  I n’ trouvereût nin one mouyî pîre o l’ aîwe.

 

1076 

aîwe

 pus grand feû l’ aîwe.

 

litt.  Au plus grand feu l’eau

II faut courir au plus pressé, secourir le plus nécessiteux, se préserver du plus grand dommage.

Cité par forir. Dict.

 

1077 

aîwe

I n’ vât nin l’ aîwe qu’ i beût.

 

litt.  Il ne vaut pas l’eau qu’ il boit.

Se dit d’un homme qui ne vaut guère, et principalement d’un valèt qui manque d’intelligence et d’activité. (ACAD.)

Pr. fr. — Il ne vaut pas l’eau qu’ il boit.

 

var. jalhay Li feUme

Ti n’ gâgnes nin l’ aîwe qui t’beûs.

(xhofFéR. Lès deûs sorodjes. II, sc. 3. 1862)

 

basse-allemagne Er ist das Wasser, welches er trinkt nicht wert.

 

1078  

aîwe

On n’ a nin todi l’ aîwe come on l’ vôreut heûre.

 

litt. On n’ a pas toujours l’eau comme on voudrait la boire. Les choses ne se présentent pas toujours d’après nos désirs.

 

1079  

aîwe

Fé come Gôvi (Gribouille) qui  moussîve è l’ aîwe po 1′ plaîve.

 

litt. Faire comme Gôvi (Gribouille) qui entrait dans l’eau pour éviter la pluie.

Pour éviter un inconvénient, se jeter dans un inconvénient encore plus grand. (ACAD.)

Pr. fr. — Se cacher dans l’eau de peur de la pluie.

Souvent la peur d’un mal nous conduit dans un pire.

(BOILEAU. Art poét.)

 

variante 

Si sàver è l’ aîwe po l’ plaîve.

On dit aussi à Liège :

I r’son.ne à Gribouye, qui s’ sâvéve è l’ aîwe po l’ plaîve, ou Govî, ou Mon.

A Namur et à Mons, on ne cite que Gribouye.

Cf. Le charmant conte de George Sand: Histoire de Gribouille.

 

Dès-ôtes hoûtèt 1′ gazète,

Tot rayant dos grands-oûys.

I sont bons interprètes

Èt malins come Gribouye.

(jehin. Chanson patriotique. 1814. Recueil. body)

 

Ciste ègzimpe pôrè sièrvi

 ci qui po rin endêve

Po n’ nin fé tot come Gôvi

Qui moussîve è l’ aîwe po l’ plaîve.

(baîlleûx. Li vèye fème èt sès deûs fèyes. Fâve. 1856)

 

BÈBTE

… Cloyez vosse djaîve,

V’s-èstez co pus sot qu’ Mon, qu’ moussîve è l’ aîwe po l’ plaîve.

(Ed. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèrâ. II, sc. 15.1875)

 

jaLhay

Maîs dosmitint, v’ poûrîz

Fé come Gribouye

Dârer è l’ aîwe on djoû qwand i ploûrè.

(xhofFéR. Lès deûs sorodjes. II, Sc. 15. 1862)

 

marche

On sint todi bin d’où qu’ vint l’ plaîwe,

Gribouye a stî s’ taper è l’ aîwe.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

namuR

Ritenoz-bin ç’ qui  dj’ vos di, douvioz todi bin l’ oûy,

Po lès djon.nès bauchèles qui rîyenut après vos,

Ca, si vos lès choûtez, vos r’choneroz à Gribouye

Qui mousse è l’ aîwe po l’ pleûve, po l’s-atraper tortos.

(J. mèten. Aurmonak dè l’ Mârmite. 1886)

 

mons Ènnè fète nié come Gribouye qui s’ èst j’té a l’ iau peur d’ èl cru.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

MONS On poudrwat l’ mète remplaçant à Jean l’ malin, ç’ ‘t-in gas come Gribouye qui s’ fout à l’ iau peur d’ èl cru.

(letèllier. Ârmonak dé Mont. 1850)

 

todrnai  S’ foute à l’ iau peur de l’pleûve.

 

si-quentin  Malins comme Griboule, i s’ muchetent din ieu d’ peur dè l’ pleûve.

 

picardie

Malin come Gribouye,

Qui s’ muche din l’ ieu dè peur qu’ i s’ mouye.

(CORBLET. Glossaire. 1851)

 

1080

aîwe

On lî freût bate l’ aîwe.

 

litt. On lui ferait battre l’eau.

On lui fait faire tout ce qu’ on voudrait. Allusion aux corvées des serfs du moyen âge, qui devaient battre les étangs des châteaux pour faire partir les grenouilles. Battre l’eau.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

HINRI

C’ èst todi l’ vî Crèspin, c’ èst todi lu, ma fwè,

On lî freût bin bate l’ aîwe po on hènetaî d’ pèket.

(Ed. remouchamps. Li savetî. Sc. 4. 1858)

 

variante  piÊRE

Lînâ Poraî, ci-là, mi,

Dji lî freû bate Moûse,

Maîs lès feûmes sont si drolse, qui l’ meune nè l’ pout sinti.

(AL. pecleRs. Li batème èt l’ ètèremint. 1877)

 

variante  mÈn’cheUr

Qwand Dji rintréve d’ avu faît ‘ne coûsse,

Si Dji t’ dimandéve quéke saqwè,

Po l’ qwèri t’ âreûs batou Moûse.

Wice sont lès cisses qui t’ ravisèt?

(BHAHY. A quî l’ fâte? Sc. lre. 1882)

 

jalhay   GARITE  C’ è-st-on bê brave ome, qui v’ pout d’ner dès bons consèys, su li freût-on bate l’ aîwe.

(xhofFéR. Lès deûs sorodjes, II, sc. 13. 1862)

 

namur Il a batu l’ aîwe.

 

mons 

Avè d’ l’ adrèsse,

Èt nié trop d’ prèsse,

I finira pou ti pa bate è l’ iau.

(J.-B. descamps. Èrcète pou fé in biau min.nâje. Ch. 1852)

 

1081 

aîwe

Èsse prusti à l’ freûde aîwe.

 

litt. Être pétri à l’eau froide.

Se dit d’un homme pusillanime, sans vigueur, sans énergie.

Pr. fr. — Il est pétri d’eau froide.

(ONDlN. Curiositez françaises. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

Tot-en-avète (cependant) di vèy qui c’ èsteût 1′ pus tchâwî, l’ pus halcrosse, li pus prusti à l’ freûde aîwe, qu’ aveût faît à lu tot seû, on côp qu’ zèls tos’ èssonle n’ avît polou fé.

(G. magnée. Li crèn’kinî dè prince-âbé di Stâveleû, 1867)

 

1082

aîwe

N’ avu nin pus fin qui l’ aîwe n’ a seû.

 

litt.  N’avoir pas plus faim que l’eau n’a soif.

Être rassasié, complètement repu.

 

namur  marie Ô ! Mi, dj’ n’ a nin pus fwin qu’ Moûse n’ a swè.

(berthalor. Cwamejî èt médecin. Sc. 9. 1889)

 

1083 

aîwe

Diner dès côps d’ sâbe è l’ aîwe.

 

litt. Donner des coups de sabre dans l’eau.

Se donner beaucoup de peine, sans espoir raisonnable de succès. (ACAD.)

Pr. fr. — Battre l’eau avec un bâton ; — donner un coup d’épée dans l’eau.

Cité par forir. Dict.

 

Côp d’ sâbe è l’ aîwe, mi dîrè-on,

Mîs mâgré qui dj’ rik’nohe mi twèrt,

Côp so côp ,

Dji frè dès tchansons.

(Louis buche. Tchansons. 1860)

 

MÈN’CHEUR

Pèlî prétind qu’ i rèyussiherè, djè l’  sohaîte, maîs dj’ a sogne qui s’ dièrin côp d’ sâye ni seûye on côp d’ sâbe è l’ aîwe.

(BRAHY. A quî l’ fâte? Sc. 14. 1882)

 

VERVIERS  Momus’ è-st-ine longue laîwe,

Qui dit l’ vraîy en riyant,

Maîs c’ èst tos côps d’ èpèye è l’ aîwe.

Èt, come on dit, laver l’ moriân’.

(xhofFéR. Epigrammes. 1860)

 

NAMUR  Il a batu l’ aîwe avou on baston.

 

Pr. provençal. Es coumo se bastiots l’aigo am un bastou.

(Revue des langues romanes. 1881)

 

1084

aîwe

Fé v’ni l’ aîwe so 1′ molin.

 

litt. Faire venir l’eau sur le moulin.

Procurer à soi et aux siens des avantages, de l’utilité, de l’argent, etc., par son industrie, par son adrèsse. (ACAD.)

Pr. fr. — Faire venir l’eau au moulin. — Tirer l’eau à son moulin.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640) (…)

Cité par forir. Dict.

 

DJÂKEMIN

Divins ç’ monde-cial, on m’ pout bin creûre,

I gn-a pus d’  in-opèrateûr

Èt pus d’ on moûnî qui sét bin,

Come on faît v’ni l’ aîwe so l’ molin.

(DE viVARio. Li fièsse di Hoûte-s’-i-plout. II, Sc. 3. 1757)

 

Is spéculèt so tot,

Djusqu’à frauder lès Dreûts dè 1′ vèye.

‘L ont tos lès moyins

Po fé riveni l’ aîwe so 1′ molin.

(dehin. Li mâle bîre. Chanson. 1856)

 

Dj’ ènnè k’nohe passâvemint, maîs nouk ni s’ ènnè vante,

Qui loukèt tot â pus leû feûme po dès sièrvantes ;

Qui sont à leû plaîsîr, so l’ timps qu’ èles sont sins rin,

Èt qu’ vôrît co qu’ èles frît riveni l’ aîwe so 1′ molin.

(THIRY. Ine copène so l’ marièdje. 1858)

 

verviêrs

Prindez ‘ne feûme aîmauve èt djintèye

Èt l’ aîwe vinrè so vosse molin.

 

JALHAY  GARITE

C’ è-st-on-ome bin aglidjint, qui tint bin lès corons èssonle qui sét fé v’ni l’ aîwe so l’ molin.

(xhofFER. Lès deûs sorodjes. I, sc. 12. 1861)

 

VAR. staVElot  On tire todi do feû d’vès s’ tortaî.

 

NAMUR

Nos-aurans one saîwe,

Li chicane sins fin,

Qui nos amwin.ne l’ aîwe

Dissus nosse molin.

(WÉROTTE. Carèssans l’ botèye, fièsse di: Sint-Îve, Ch. 1854)

 

monS  Maîs crwèriez bé, sans critiker lès-intencions dès ceûs qu’ aranjetèt tout pou faîre v’nîr l’ iau au moulin.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1848)

 

1085

aîwe

Lès p’titès corotes fèt lès grandès -aîwes.

 

litt. Les petites rigoles font les grandes eaux.

Plusieurs petites  sommes réunies en font une grande. (ACAD.)

Il ne faut pas dédaigner les petits profits.

Pr. fr. Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

Cité par forir. Dict.

 

variante  Lès p’tits potaîs fèt lès grandès corotes.

 

VAR. namur

Donans, sèlon nosse boûsse,

Dès francs ou bin dès sous ;

Lès p’tits ris faîyenut Moûse.

Qu’ on done tortos ç’ qu’ on pout.

(X.-B. Nameur po tot. Cil. 1890)

 

jodoigne  Lès p’tëts rës fèyenèt lès grandès riviéres.

 

var. tournai  Avec lès p’titès fleûrs, on faît un biau-z-èt greos boukèt.

 

1086

aîwe

I s’ ravisét come deûs potes d’ aîwe.

 

litt. Ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau.

Se ressembler parfaitement. (ACAD.)

Pr. fr. — Ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau.

(Le Père jean-marie. Le divertissement des sages. 1665)

Non tam ovum ove simile.

(lejeune. Prov. famil. 1741)

Mais il me ressemble comme deux gouttes d’eau.

(molière, Le malade imaginaire. Act. III, sc. 10)

 

Les deûs frés s’ ravisèt come deûs gotes d’ aîwe.

(FORIR. Dict)

 

Ci sèrè s’ pére tot tchî,

Deux gotes d’ aîwe, daî, vraîmint: si p’tite narène bètchowe,

Et ses p’tits tch’vès crolés, c’ èst s’ frimousse tote pondowe.

(THIRY. On voyèdje à conte-coûr. 1839)

 

Mme BERTHON

Vos v’ ravisez comme deûs gotes d’ aîwe,

Vos-èstez deûs oûhaîs dè l’ min.me coleûr.

(bhahy. A quî l’ fâte ? Sc. 2. 1882)

 

variante

I moûrt infin, laît on p’tit fis

Li r’son.nant come deûs corons d’fi.

(HANSON. Li Lusiâde è vêrs lîdjwès. Ch. III. 1783)

 

charleRoi    TWÈNÈTE

Djè nè l’ conè nén, mi, seûlemint, i m’ èrchène come deûs gouts d’ eûwe.

(L. bernus. L’ malade St-Tîbaut. III, Sc. 8. 1887)

 

douai  Èt is-ont vu tèrtous ch’ portraîit qu’ il èst d’ eune èrsemblance come deûs goutes d’ iau.

(de chRisté. Souvenîrs d’ un-ome d’ Douwaî. 1861) (…)

 

basse-allemagne Sich gleichen wie zwei Tropfen einander.

 

1087 

iau

Atraper in.ne rincée sans-ieau. (tournai)

 

litt. Attraper une rincée (volée de coups) sans eau.

Battre quelqu’un d’importance, lui donner une pile.

 

Fou l’ camp

Èt pus vite què cha, ou bin tè vas atraper in.ne rincée sans-ieau.

(leROY. Bièk di fiêr, traduction du Bleû bîhe de simon. Sc. 16. 1888)

 

var. NIVELLES Atraper ‘ne fameûse rapasse.

 

1088 

aîwe

En sayant d’ prinde on pèchon, il a tchèyu è l’ aîwe.     (namur)

 

litt. En essayant de prendre un poisson, il est tombé dans l’eau.

Sa maladrèsse lui a causé  un désagrément qui  n’ a pas

compensé le plaîsîr qu’ il espérait avoir.

 

1089 

aîwe

I passerè bin d’ l’ aîwe d’zos 1′ Pont-d’s-Âtches.

 

litt. Il passera bien de l’eau sous le Pont-des-Arches.

Se dit en parlant d’une chose qu’on croit ne devoir pas arriver si tot. (ACAD.)

Pr. fr. — Il passera bien de l’eau sous les ponts entre ci et là, ou d’ici à ce temps-là.

Ce proverbe a été localisé à Liège.

Cité par forir. Dict.

 

C’ èst bon, maîs d’vant qu’ dji n’ seûye come vos, on tape à lâge,

Il ârè bin passé di l’ aîwe dizos 1′ Pont-d’s-Âtches.

(thiRY. Ine cope di grandiveûs. 1839)

 

I n’ passa nin baîcôp d’ aîwe d’zos l’ Pont-d’s-Âtches mâ qu’ Baîtri ni kiminçahe à s’ hagnî les deûts di s’  avu èlahî à ciste ome-là.

(G. magnée. Baîtri 1865)

 

TONÈTE  Mârtaî m’ a dit qu’ l’ an.nêye passêye, il èsteût ovrî come lu.

servÂs  Awè, maîs dispôy, il a bin passé d’ l’  aîwe d’zos l’ Pont-d’s-Âtches.

(bRahy. Li boukèt. II, Sc. 2. 1878)

 

var. MONS

Donc què Fifine atind toudi s’ liève de 1′ chasse dè Jan,

Èt il est fôrt probâbe qu’ il âra co bé d’ l’ iau qu’ âra passè au moulin avant qu’ èle l’ eûsse.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1879)

 

tournai

Vous m’ avez tout l’ aîr d’ in capon,

D’ in d’ ceûs-là qui nous-infile.

Apèrdez què dj’ su-t-ine brâve fîye.

Avant qu’ un d’ cès-ieus m’ intortîye,

I passera bin d’ l’ iau sous l’ pont.

(Chanson tournaisienne. 1858)

 

lille

Gn-a tros-ans qu’ dj’ aî quité l’ parwasse,

Èt d’pis ch’ temps-là, jè l’ di tout d’ bén,

I s’  a passé byin d’ l’ iau d’zous l’ pont.

(deshousseaux. Chansons lilloises. 1854)

 

basse-allemagne Bis dahin kann noch viel Wasser ablaufen.

 

1090

aîwe

Fé dè l’ clére aîwe.

 

litt. Faire de l’eau claire.

S’ occuper sans succès de quelque affaire, y perdre son temps et sa peine. — Résultat illusoire. (littré)

« Le malin Furetière donnait pour devise à l’Académie française un iris causé par les rayons du soleil qui lui étaient opposés, avec ce quatrain :

« Pendant que le soleil m’éclaire,

Je parais de grande valeûr ;

Mais ma plus brillante couleur

Ne fait que de l’eau toute claire. »

(QuiTARD. Dict., p. 329)

Pr. fr. — II ne Féa que de l’eau toute claire.

(OliDlN. Curiositez françaises. 1640)

 

Vos v’ kimahîz, vos n’ î frez qui dè l’ clére aîwe.

 

1091

écaufer

ÉCHAUFFÉ

N’ pont s’ écaufer pus qu’ in porijinèle dè beos. (tournai)

 

litt. Ne pas s’ échauffer plus qu’un polichinelle de bois.

Rester calme, indifférent, môme en présence d’événements graves.

 

TOURNAI Vous savez bin, lî dit l’ péysian qui n’ s’ écauffeot pont puk qu’ in porijinèle dè beos, què ch’ èst l’ pris convenu.

(Etrennes tournaisiennes. 1881)

 

1092  

hâle

ÉCHÈLE

L’ ci qui  tint  l’ hâle faît ottant qui 1′ ci qui hape.

 

i.itt. Celui qui tient l’échelle fait autant que celui qui dérobe.

Le receleur, le complice, n’est pas moins coupable que le voleur. (ACAD.)

Pr. fr. — Autant pêche celui qui tient le sac que celui qui met dedans. (Axiome converti en loi par notre Code pénal)

 

1093 

chaule

Il a stî tamejî avou one chaule. (namur)

 

litt. Il a été tamisé avec une échelle.

Examiner légèrement, avec peu de soin. (ACAD.)

Cet objet a été fait très grossièrement, n’a pas été épluché.

Pr. fr. — Il a passé au gros sas.

Car il est homme que je pense

A passer la chose au gros sas.

(LAFONTAINE. Nicaise)

 

mons  

L’ camarâde Hubêrt a passé au gros tamis

Èt il a ieû s’ diplome dè médecin.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1862)

 

1094 

hâle

I fât sètchî 1′ hâle.

 

litt.  Il faut tirer l’échelle.

Se dit d’un homme qui a si bien fait en quelque chose, que personne ne peut faire mieux. (acad )

Pr. fr. — Après lui, il faut tirer l’échelle. — Tirer l’échelle après soi.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

On pôrè bin sètchî so 1′ côp l’ hâle après vos,

Èt n’ nin piède vosse simince po qu’ on ‘nnè r’ssème èco.

(THIRY. Ine copèneè so l’ manèdje. 1858)

 

variante

Après lu,

Gn-a pus nouk.

(FORIR. Dict. 1861)

 

marche  On pout, après ti, tirer l’ chaule.

 

namUR  Après vos, on pout tirer l’ chaule.

 

jodoigNe Après lë, on tëre lë chaule, on ajoute : Lès cënas sont plins.

 

nivèles

Quand 1′ bon Flupe a dit s’ mot, on dwat tirer l’ èskîye,

Èt l’ cin qui causerè co,

C’ è-st-ine spreuwe qui babîye.

(M. renard. Lès-aventures dè Djan d’ Nivèle. Ch. II, 3e éd. 1890)

 

mons Maîs, si i faît des bêtises pus fortes què lés-ôtes, quand i s’ in mèle ; quand i smèt à faîre dés grandes chôses, â ! ça, i faut tirer l’ échèle après li, ça.

(lEtèllier. Armonak dé Mont. 1856)

 

frameRies   Après ç’tèle-cile, i m’ chène qu’ on peut tirer l’ èskèye.

(BOSKÈTIA. Tambour batant. Gazète. 1888, n°40)

 

tournai  Mès, pour mi, après l’ coulonerîe on peut tirer l’ étièle.

(LEROY. Bièk di fiêr. Traduction du Bleû-Bîhe de H. simon. Sc. 13. 1888)

 

var. tournai  Après ti, on peut tirer l’ corde. (…)

 

picardie Après cè-armanos-là, on put tirer l’ èkièle.

(Astrologue Picard. 1845. CORBLET. Gloss. 1851)

 

1095 

hâsplêye

ECHEVEAU

C’ è-st-ine kimèlêye hâsplêye.

 

litt. C’est un écheveau de fil embrouillé.

C’est une affaire embrouillée.

Une bagarre commence par être kimèlêye hâsplêye et finit par être une trûlêye. Cité par forir. Dict.

 

Èt si l’ hâsplêye èsteût k’mèlêye,

Vos lès veûrîz co lès prumîs.

(thiry. Li pèron Chanson. 1859)

 

Is v’ racontèt on pot poûri

Qu’ c’ è-st-ine vraîye hâsplêye kimèlêye.

(G. dèlarge. Lès plaîsîrs di noste eûrèye. 1869)

 

jodoigne  C’ è-st-on èchèt bé comèlé.

 

1096 

scole

ECOLE

Il a stî à scole quand 1′ maîsse èsteût au tchamp avou s’ pourcia.                          (jodoigne)

 

litt.  Il a été à l’école quand l’instituteur était au champ avec son cochon.

Il n’ a jamais rien appris.

 

var. namur  Il ont volu mostrer qu’ il avin.n sitî è scole quand lès maîsses alin.n mèchener, maîs on lès-a ieû vite rimètu à leû place.

(La Marmite, gazète 1889, n» 38)

 

1097 

dihâssî

ECORCHER

Qwand on d’hâsse in-ome, on n’ a qui s’ paî.

 

litt. Quand on écorche un homme, on n’a que sa peau.

La rigueur du créancier peut rendre impossible le paiement de sa créance.

 

1098 

ascoute

ECOUTE

I n’ a ni pus d’ ascoute qu’ in djon.ne dè tchîn.

(nivèlLes)

 

litt.  Il n’ a pas plus d’écoute qu’un jeune chien.

Il est inattentif à ce qui se dit ; il ne répond pas aux ques­tions qu’ on lui faît.

 

1099 

choûter

ÉCOUTER

Qui cause sème, qui choûte mèchenéye. (namur)

 

litt.  Celui qui cause, sème, celui qui écoute moissonne.

Il y a plus d’avantages, de profits à écouter qu’à parler.

 

1100 

scrîheû

ÉCRIVAIN

On scrîheû vât â diâle tot dreût.

 

litt.  Un écrivain va au diable tout droit.

Le peuple oppose à l’artisan, d’une manière générale, l’homme de plume, le commis, l’employé de bureau aussi bien que le lettré. — Le scrîheû (l’écrivain) est à la fois l’objet d’un certain respect et d’une grande défiance. Il semble que son savoir soit incompatible avec la franchise et la droiture : de là le proverbe.

 

I nè l’ fât nin mète â scrîheû,

Pace qu’ îreût â diâle tot dreût,

Maîs i l’ fât mète à hayeteû,

Qui wâgne qwinze patâr so l’ teût,

Tot halcotant,

Tot cablançant,

Droum’ à droum’ à quî l’ pouna,

Droum’ à droum’ à quî l’ cova !

(Chanson populaire)

 

Ine binde di gueûs

C’ èst lès sérieûs.

(Chanson populaire)

 

1101 

corone

ECU

Qwand t’ as ine corone, wâde-lu.

 

litt.  Quand tu as un écu, garde-le.

Il faut éviter les dépenses inutiles.

 

1102 

quèwé

ÉCUELLE

Sauve la graîsse, èl feû èst-au quèwé. (MONS)

 

litt. Sauvez la graisse, le feu est à l’écuelle.

Employez les grands moyens, le temps presse.

 

MONS  On dit quinkes fwas : sauve la graîsse, èl feû èst-au quèwé, maîs c’ èst, pour faîre inrajer queuk’un qu’ èst rond come in sorèt ou come in èsswi-min pindu.

(lÈtèllier. Armonak dé Mont. 1850)

 

1103 

hièle

Vèyî clér è s’  hièle.

 

litt. Voir clair dans son écuèle.

Avoir ses affaires en mauvais état.

 

Li monde ridohe di djins qui leû sote glwère troûbèle,

Si bin qu’ i fèsse, on veût qui c’ èst dji vou, dji n’  poux,

Èt tot volant pèter pus haut qu’ leû cou.

Is  vèyèt vite clér è leû hièle.

(BAILLEÛX. Li rin.ne qui s’ vout fé ossi grosse qui l’ toraî. Fâve. 1851)

 

Maîs volà qu’ â bout d’ sî meûs d’timps

Li pôve sot vèya clér è s’ hièle,

Il  aveût magnî s’ Sint Crèspin,

Li djeû n’ valéve nin lès tchandèles.

(H. forir. Chanson. 1856)

 

durand.

Èt, si dji v’ veû mâ r’çûre,

Dji lî frè ine quarèle,

Èt i fârè qu’ èle bague…

Èle veûrè clér è s’ hièle.

Qwand èle ni m’ ârè pus.

(dèlchef. Lès deûs nèveûs. II, Sc. 17. 1859)

 

I n’ ont pus mèsâhe di tchandèle,

Po vèyî clér divins leû hièle.

(Lès feumes, poème. Vers 1750. Bulletin de 1860)

 

VERVIERS  Ca qu’ on m’ dèye todi çou qu’ on vout, lu ci qui s’ troûve là avou l’ diâle è s’ sètchaî, i veût clér è sès hièles.

(PÎRE. Lu sôdaurt du so lès trîs. Ch. 1884)

 

var. MARCHE  

Li chagrin, su vosse dos, galope,

Èt vos vèyeut clér è vosse sope.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

var. JODOIGNE    I vièrè clér è s’ sope.

 

1104 

écouèle

Dj’ aîme mieu m’n-écouèle vîde qu’ in brin d’dins. (MONS)

 

litt.  J’ aime mieux mon écuelle vide qu’ (avec) un étron dedans.

Dj’ aime mieux être seul qu’en mauvaise compagnie.

(lEtèllier. Proverbes montois. Armonak dé Mont. 1846)

Pr. fr. — J’aime mieux mon écuelle vide que rien dedans ; c’est-à-dire j’ aime mieux n’ avoir rien que d’avoir quelque chose en apparence et rien en réalité. (littré)

 

1105 

èglîse

EGLISE

L’ èglîse ni lî toumerè nin so l’ tièsse.

 

litt.  L’église ne lui tombera pas sur la tête.

Se dit des personnes qui fréquentent peu les églises.

 

NAMUR  L’ èglîje ni pout mau di tchaîr so s’ dos.

 

1106  

églîse

Quand on piche conte l’ églîse, i n’ vos manke jamaîs riè.                                     (MONS)

 

litt. Quand on pisse contre l’église, il ne vous manque jamaîs rien.

Ceux qui vivent de l’église ne se trouvent jamaîs dans l’embarras.

 

MONS  Èrgardez lés curés: is sont prèsque tèrtout’ tèlemint cras qu’ is-èsclèfe… d’ abôrd, vos savez bé l’ provèrse qui dit què, quand on piche contre l’ églîse, i n’ vos manke jamaîs riè.

(MONTRIEUX. 3e anée dés contes dés kiés. 185-1)

 

1107  

abrèssî

EMBRASSER

Qui trop abrèsse, mâ strind.

 

litt.  Qui trop embrasse mal étrint.

Qui entreprend trop de choses à la fois ne réussit à rien.

(ACAD.)

Ne quid nimis.

Qui trop embrasse peu estraind.

(GAB. meurier. Trésor des sentences. 1568)

 

Gn-a nouk come Napolèyon qu’ âye si bin justifiyî li spot : quî trop abrèsse, mâ strind.

(FORIR. Dict)

 

verviêrs  Fé traze mèstîs mèt au strin,

Quî abrèsse trop fwèrt mau strind.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

basse-allemagne  Wer zu viel anfàngt, beendigt nichts.

 

1108  

empîre

EMPIRE

I nè l’ freût nin po ‘ne empîre.

 

litt. Il ne le ferait pas pour un empire.

Rien n’est capable de le faire agir. (ACAD.)

Il ne le ferait à aucun prix.

Cf. le pr. Il ne céderait pas pour un empire.

 

variante  Dji n’  dwèmereû nin po ‘n-empîre

Avou vos dizos l’ min.me teût.

Èri d’ mi lès djins d’ cisse tîre

Qui soflèt li tchôd èt l’ freûd.

(baîlleûx  Li Sâvadje èt l’ passant. Fâve. 1886)

 

jalhay BIÈTEMÉ

Su vosse mére vouléve, Majène, nos-arins si bon èt lèye ossi. Si èle nos lèyive russêwe si-atèlée, èle vikereût so s’ sèyin.

MAJÈNE Vos savoz bin qu’ èle ni qwitereût nin sès bièsses po ‘n-empîre.

(XHOFFER. Lès deûs sorodjes. I, Sc. 7. 1861)

 

MARCHE  T’ no l’ rindrès nin por on-empîre.

 

CHARLEROI   JÈLIKE

I n’ prindrè nén in liârd à ‘ne saquô pou in-impîre.

(L. bernus. L’ malade St-Tîbaut. I, Sc. 5. 1876)

 

MONS  

Tu n’ prènwas jamaîs riè ? — Non ça, fieu, dj’ peû bé l’ dîre,

Dj’  nè l’-arwa nié touché pour in-impîre.

(LETELLIER. L’ avâre qu’ a pèrdu s’ bourse. Fauve. Arm. dé Mont. 1850)

 

FRAMERIES   Dju n’ mè taîrou ni co pou in-impîre.

(BOSKÈTIA. Tambour batant. 1886, n° 27) (…)

 

1109 

èplâsse

EMPLATRE

Mète ine èplâsse so ‘ne djambe di bwès.

 

litt. Mettre un emplâtre sur une jambe de bois.

Faire une chose dont le résultat sera nul, perdre son temps à faire une chose inutile.

Pr. fr. — Mettre l’emplâtre près de la playe.

(GENIN. Récréations. Tome II) Cité par forir. iïict.

 

VARIANTE  Maîs lès drougues fit tot l ‘ min.me èfèt,

Qu’ on cataplame âtoû d’ ine djambe di bwès.

(GÉRARD. On fameux médecin. 1890)

 

NAMUR 

Po m’ soladjî, dj’ è cause

Au curé d’ noste endwèt ;

Ç’ qu’ i m’ dit n’ èst qu’ one èplausse

Dissus one djambe di bwès.

(COLSON. Mi soû Marguèrite. Ch. 1862)

 

MONS Ba, wi ! c’ èst come si vous m’ fiez in implate su ‘ne gambe dé bos.

(LETELLIER. Ârmonak dé Mont. 1878)

 

FRAMERIES

Èt in con qu’ on vira sès prières sans-èfèt,

I n’ ara pus d’ qwa mète dou bûre devin s’ quèwa.

Lès pus pieus diront: no gayant, ç’t-in zérô,

In cautère, ine implâte qu’ on m’tout su ‘ne gambe dè bos.

(BOSKÈTIA. Tambour batant, gazète. 1885)

 

1110 

èssinswêr

ENCENSOIR

I done di l’ èssinswêr po l’ narène.

 

litt. Il donne de l’encensoir par le nez

Donner en face des louanges outrées, qui font voir qu’on se moque de celui qu’ on loue, ou donner des louanges grossières qui blessent plus qu’ elles ne flattent. (ACAD.)

Pr. fr. — Donner de l’encensoir par le nez. — Casser le nez à coups d’encensoir.

Mais un auteur novice à répandre l’encens,

Souvent à son héros, dans un bizarre ouvrage,

Donne de  l’encensoir au travers du visage.

(BOILEAU)

 

Dèhin, dji veû déjà qu’ vos fez  ‘ne seûre mène.

Ni crèyez nin qui dji qwîre à v’ flater,

Ça po v’ câsser l’ èssinswêr so l’ narène,

C’ è-st-ine saqwè qui dji n’ sâreu mây fé.

(bhahy.Tchanson à Dehin. 1866)

 

basse-allemagne  Einem Weihrauch streuen.

 

1111  

èssinswêr

I mète li min so l’ escinsoir.

 

litt.  Il met la main sur l’encensoir.

Il s’ingère dans des fonctions ecclésiastiques, quoique laïque.

(ACAD.)

 

1112  

èglome

ENCLUME

I fât èsse èglome ou mârtaî.

 

litt.  Il faut être enclume ou marteau.

Se dit dans des circonstances où il est presqu’inévitable de souffrir du mal ou d’en faire. (ACAD.)

Pr. fr. Il faut être enclume ou marteau.

 

1113  

èglome

Si mète inte l’ èglome èt l’ màrtaî.

 

litt.  Se placer entre l’enclume et le marteau.

Se trouver froissé entre deux partis, entre deux personnes qui ont des intérêts contraires. (âCad.)

Pr. fr. — Être entre l’enclume et le marteau.

Cité par forir. Dict.

 

joseph (à part). Les feumes ont totes lès piceûres, vo-me-là inte l’ èglome èt 1′ mârtai.

(willem Èt baowens. Li galant da Fifine. Sc. 2. 1882)

 

VARIANTE    I n’ fât nin mète si deût inte li mârtaî èt l’ èglome.

 

VERVIÊRS 

Intre one ècame èt l’ maurtaî,

Nu mèt l’ deût, qui a cèrvaî.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

MARCHE   Dji su inte l’ èglome èt l’maurtaî.

 

JODOIGNE   Ièsse inte l’ ekième èt l’ maurtia.

 

TOURNAI      Ay ! mè v’là ichi intrè l’ inglème èt l’martiau.

 

basse-allemagne Zwischen Hammer und Amboss.

 

1114 

èfant

ENFANT

L’ ci qui n’ a qu’ in-èfant, il î tint.

 

litt. Celui qui n’ a qu’un enfant y tient.

On a toujours un faible pour sès productions (artistiques, littéraires, scientifiques) ; on les défend contre toute attaque, même méritée.

Personnification de l’amour-propre.

Chacun aime le sien.

(Gabr. meurier. Trésor des sentences. 1568)

Que l’on fasse après tout un enfant blond ou brun,

Pulmonique ou bossu, borgne ou paralytique,

C’est déjà très joli quand on en a fait un.

(Alfred de mUssEt. Namouna. Ch. I, st. 22)

 

1115 

èfant

I gn-a pus dès-èfants.

 

litt. Il n’y a plus d’enfants.

Se dit à propos d’un enfant qui parle de choses qu’il devrait encore ignorer. (ACAD.)

Pr. fr. — Il n’y a plus d’enfants. Le Journal amusant, de Paris, a publié, sous cette rubrique, une série de dessins souvent très spirituels.

Cité par forir. Dict.

 

LOUWISE

Ô ! vos-ârîz pièrdou çou qu’ racoûrcihe lès heûres,

Çou qu’ vos m’ volez fé piède, parèt, pére, c’ èst 1′ boneûr.

jacob (à part) I gn-a pus dès-èfants.

(Ed. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèrâ. II, Sc. 3. 1875)

 

cortaÎ

Vèyez-ve li blanc bètch ; on-a raiîon d’ dîre hoûy,

I gn-a pus dès-èfants.

(WILLEM et bauwens. Pètchî ratcheté. Sc. 2. 1882)

 

MARCHE 

Lès coméres, sins pinsè à rin,

À qwinze ans, plissét d’djà l’ vantrin ;

Maîs gn-a qui d’hèt, 1′ diâle lès confonde,

Qu’ i gn-a pupont d’ èfant au monde.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

lille

Èle n’ a miè incore dîj-wit’ ans,

Mon Dieu, mon Dieu,

Gn-a pus d’ enfants.

(desrousseaux. Chansons lilloises. 1884)

 

M. Ed. fournier (LEsprit des autres, 4e éd. 1861) attribue la paternité de ce proverbe à molière (Le malade imaginaire. Act. II, Sc. II).

 

1116

èfant

I djâse bin mâ po in-èfant d’ curé.

 

litt.  Il parle bien mal pour un enfant de curé.

Se dit d’une personne incivile, malapprise.

Pr. fr. — Vous êtes malappris pour le fils d’un prêtre.

Vous êtes bien mal appris pour un fils de prêtre.

(ONDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

JODOIGNE  Bén causé por on-èfant d’ curé.

 

1117 

èfant

Il è-st-ossi ènocint qui l’ èfant è vinte di s’ mére.

 

litt. Il est aussi innocent que l’enfant dans le ventre de sa mère.

Se dit pour mieux affirmer l’innocence de quelqu’un. (ACAD.)

Pr. fr. — Il est aussi innocent que l’enfant qui vient de naître, qui est à naître.

Ce proverbe est donné par remaCle (Dict.).

 

I s’  sintéve divintrin.nemint ossi ènocint d’ tot mâ faît qu’ in-èfant è vinte di s’ mére.                                                                  (G. magnée. Li houlote. 1871)

 

basse-allemagne  So unschuldig wie in Kind im Mutterleibe.

 

1118

infant

Avwa pus bèle qu’ in-infant d’ bone maîson.  (MONS)

 

litt.  Avoir plus beau qu’un enfant de bonne maîson.

Avoir la vie heureuse, agréable, vivre sans souci.

 

MONS

Tu l’ aras pus bèle avè nous qu’ in- infant d’ bone maîson,

Èt dj’ garanti bé qu’ i n-ara nién baudèt dins tout l’ univêrs qui l’ ara si bèle què ti.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1862)

 

var. liège.

Si dj’ so bouhale, dji sos ritche èt èfant d’ bone mohone, vos n’ è sârîz dîre ottant.

(remacle. Dictionn.)

 

JODOIGNE  On dirot on-èfant d’ bone maujone.

 

1119 

èfant

Pitits-èfants, pitite sogne; grands-èfants, grande sogne.

 

litt.  Petits enfants, petit soin ; grands enfants, grand soin, ou petits enfants, petite peur ; grands enfants, grande peur.

A mesure qu’ils avancent en âge, nos enfants réclament plus de soins et nous occasionnent plus d’ inquiétudes.

 

NAMUR   P’tits-èfants, p’tits toûrmints, grands-èfants, grands toûrmints.

 

PICARDIE    Tchiot èfant, tchiot mau, grand èfant, grand mau.

(COLBERT. Glossaire. 1851)

 

basse-allemagne  Kleine Kinder, kleine Sorgen, grosse Kinder, grosse Sorgen.

 

1120  

èfant

Si l’ èfant n’  braît nin,

Li mère nè l’ comprind nin. (namur)

 

litt.  Si l’enfant ne crie pas, / La mère ne le comprend pas.

Il n’y a que la mère pour s’apercevoir de tout ce dont l’enfant a besoin et, plus généralement, faute de parler, on n’obtient pas ce que l’on désire.

 

1121 

èfant

Quand l’ infant èst batisé, on s’ fout du parin.  (tournai)

 

litt. Quand l’enfant est baptisé, on se moque du parrain.

Un service rendu est vite oublié.

Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage,

Et service d’autrui n’ est pas un héritage.

(molière. Les fèmmes savantes. II, Sc. 5)

 

MONS Maîs asteûre, c’ èst mi 1′ dindon, l’ infant èst batisè, on s’ fiche du parin, come dit l’ provèrbe.

(lEtèllier. Armonak dé Mont. 1864)

 

1122 

èfant

Lès prumêrès galètes, c’èst po lès-èfants. (namur)

 

litt.  Les premières galettes sont pour les enfants.

On dit également les prumêrès vôtes.

Terme du jeu de cartes ; s’adresse à celui qui fait les premières levées.

 

JODOIGNE  Lë prèmëne vôte, c’ èst po lès-èfants.

 

1123 

èfant

Lès-èfants sont vite djus, vite su.

 

litt.  Les enfants sont vite abattus, vite relevés. Les enfants sont vite malades et vite guéris.

 

1124 

èfant

Vât  mî in-èfant qu’ on vaî, i  n’ èst  nin si poyou.

 

litt. Il vaut mieux un enfant qu’un veau, il n’ est pas si vèlu. Se dit aux filles-mères.

 

1125 

èfant

I n’  mi sâreut fé in-èfant d’vins lès rins.

 

litt.  Il ne saurait me faire un enfant dans les reins.

C’est une personne que je ne crains pas, qui ne saurait me faire aucun mal, aucun tort.

 

1126          

èfant

C’ èst l’ èfant dè sèrpint,

Qui 1′ donne èt qui l’ riprind.

 

litt.  C’ est l’enfant du serpent, / Qui le donne et le reprend.

Revenir sur sès paroles, sur sès actes. — Reprendre ce que l’on a donné ou prêté.

 

ON GÂRE CIVIKE

On pôreût dîre di vos come divins nosse djon.ne timps,

C’ èst l’ èfant dè serpint qui l’ done èt qui 1′ riprind.

(TOUSSAINT. Lambêrt li fwèrsôlé. I, Sc. 2. 1871)

 

var. PICARDIE   Bâyer d’ ine min pour ragriper d’ eute.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1851)

 

1127 

infant

In, ch’ èst peû, deûs, ch’ èst baucoup, trwas, ch’ èst treop.                                          (tournai)

 

litt. Un, c’est peu, deux, c’est beaucoup, trois, c’est trop.

Dit-on en parlant des enfants dans le mariage.

 

1128 

infant

Faut conserver l’ infant à s’ manière. (tournai)

 

litt. Il faut conserver l’enfant à sa mère.

Pensée emperinte d’égoïsme, il faut avoir soin de soi-même avant tout.

 

NAMUR  Faut qui dj’ waude l’ èfant di m’ mére.

 

1129

èfant

Vaut mia on-afront qu’ on-èfant. (JODOIGNE)

 

litt. Il vaut mieux un affront qu’un enfant.

Consolation donnée à cèlui qui reçoit un affront. (Paronyme)

 

1130

infant

Lès-èrculeots sont toudi lès-infants gâtés.  (tournai)

 

litt. Les derniers nés sont toujours les enfants gâtés.

L’ èrculeot, c’ èst l’oiseau éclos le dernier et, par comparaison, c’est le plus jeune enfant d’une famille, lequel est généralement le plus choyé.

 

1131 

infant

L’ porter come in infant au batème.  (tournai)

 

litt. Le porter come un enfant pour le faire baptiser.

Porter un objÈt avec précaution, précieusement.

 

1132

èfant

Dj’ vôreû bin si-èfant po 1′ façon d’ ine ôte.

 

litt. Je voudrais bien son enfant pour la façon d’un autre. Expression pour marquer son admiration; hommage rendu

à la beauté.

 

1133

èfant

Qui veut p’tët èfant n’ veut rén.  (jodoigne)

 

litt. Qui voit pètit enfant ne voit rien.

On ne peut pas juger d’un enfant en bas âge; on ne peut prévoir ce qu’ il sera plus tard.

 

1134 

 

ENNEMI

C’ è-st-ottant d’ pris so l’ in.nemi.

 

litt. C’ èst autant de pris sur l’ènnèmi.

C’ èst toujours avoir obtenu quèlque avantage, avoir  tiré quèlque parti d’une mauvaise affaire. (ACAD.)

Pr. fr. — C’ èst autant de pris sur l’ènnèmi.

 

colas (tot rabressant JeannÈtte). Jans! ma foi, c’ èst todi ottant d’ pris so l’enn’ mi.

(dèlchef. Li galant de V siervanle. l, Sc. 3. 1857)

 

1135

èssègne

ENSEIGNE

Èsse lodjî à l’ min.me èssègne.

 

litt. Être logé à la même enseigne.

Éprouver le même  malheur, la même perte, la même contrariété. (ACAD.)

Pr. fr. — Nous sommes tous deux logés à la même enseigne. Non ignara mali, miseris succurrere disco.

(virgile, Enéide. Liv. II)

 

VARIANTE  Ni savu à quéle èssègne on-z-a stu lodjî.

Ne savoir à quelle enseigne on a été logé.

Ignorer à quoi on est exposé.

 

VARIANTE  On veut bin wice qu’ il èst lodjî.

On voit bien où il est logé.

On voit bien la société qu’ il fréquente.

Se dit en mauvaise part.

 

LOUWÎSE

Maîs roûvîz-ve qui v’s-èstîz, qwand vos v’s-avez marié,

Lodjî à l’ min.me èssègne? Portant v’s-avez viké.

(Ed. remoUchAMps. Lès-amoûrs da Djèrâ. II, Sc. 3. 1878)

 

VARIANTE  TÈRÊSE

Dji sos lon di m’ trover, c’ èst vraîy, à c’ste èssègne-là.

(DD. salme. Ine feume qu’ ènnè vât Deûs. Sc. 3. 1876)

 

VARIANTE   FLOKÈT

Dji veû bin qu’ nos-èstans lodjî à ‘ne bèle èssègne cial.

(DD. salme. Lès rabrouhes. Sc. 6. 1882)

 

var. MARCHE    DJÂKE

Dj’ èstans vraîmint lodjè à l’pîre dès-èssègnes,

Lès cinas sont sins foûr, gn-a pus rin d’vins lès grègnes.

(alexandre. Li pèchon d’ avri. 1, Sc. 2.1858)

 

1136 

èssègne

Bon vin n’ a nin dandjî d’ èssègne. (namur)

 

litt. Bon vin n’ a pas besoin d’enseigne.

Il n’est pas nécessaire de faire beaucoup d’efforts pour mettre en vogue ce qui est bon. (littré)

Pr. fr.  A bon vin, il ne faut pas d’enseigne.

Ellyptiquement : A bon vin, pas d’enseigne.

Au bon vin, il ne faut point de bouclîon.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

1137

ètinde

ENTENDRA

On faît come on l’ ètind.

 

litt. On faît come on l’entend.

On doit agir à sa fantaisie, come on le juge à propos.

Loc. prov. Chacun fait come il l’entend.

Vieux pr. fr. Chacun baîse sa femme à sa guise.

Chacun a ses plaisirs, qu’ il se faît à sa guise.

(molière. L’école des femmes. I, Sc. 4)

 

1138 

intinde

Ç’ti-là qui n’ veut rien intinde, i n’ a qu’ à s’ taîre.  (tournai)

 

litt. Cèlui qui ne veut rien entendre n’ a qu’à se taire. Comencez d’abord par ne pas vous occuper des autres,

Et l’on ne s’ occupera pas de vous.

 

1139 

ètinde

Bin djâser faît bin ètinde.

 

litt. Bien parler fait bien comprendre.

Court eÈt bon.

 

1140 

invèye

ENVIE

Vât mî invèye quu pitié. (Malmedy)

 

litt.  Mieux vaut envie que pitié.

L’ambition est une vertu quand èle poursuit un noble but.

 

JODOIGNE  Vaut mia fé invie quë pëtié.

 

1141                

spâgne

ÉPARGNE

Lès spâgnes,

C’ èst dès wâgnes.

 

litt. Les épargnes sont des gains.

Maxime d’économie domestique.

Cf. Qui paie sès dettes s’enrichit.

 

stavèlot  Lu prumî spârgnî,

Èst l’prumi gâgnî.

 

1142 

èpée

ËPËE

Foute l’ èpée dins lès rins. (MONS)

 

litt. Mettre l’épée dans les reins.

Presser vivement de conclure, d’achever une affaire, de payer, ou presser dans la dispute par de si fortes raisons qu’ on ne sait que répondre. (ACAD.)

Pr. fr. Poursuivre, prèsser quèlqu’un l’épée dans les rins.

 

Si in brave ome vos dwèt

Èt qui n’  peut nié vos pèyer, ènnè li foutez nié l’ èpée dins lès rins.

(MOUTRIEUX. Dès nouviaus contes dé kié. 1850)

 

L’ vikaîre a confèssé èt comunié Batisse,

Èt come Bonète li mètwat l’ èpée dins lès rins,

I li a bayé lès dèrniers avèc, tout-in li souaîtant bon courâje.

(lEtèllier. Armonak dé Mont. 1855)

 

1143 

sporon

ÉPERON

Li sporon faît li tch’vâ.

 

litt. L’éperon faît le cheval.

Un bon stimulant n’ est pas inutile.

 

1144 

paute

ÉPI

Rëmète lë paute së l’ fëstë. (jodoigne)

 

litt. Remettre l’épi sur le fétu.

Ramener l’accord dans une affaire, la paix dans une famille.

 

1145  

spène

ÉPINE

Il a toumé l’ cou d’vins on bouhon,

Èt i n’ sét quèle sipène l’ a piké (/ pondou).

 

litt. Il est tombé le cul dans un buisson,

Et il ne sait quellle épine l’a piqué.

Ne savoir à qui nous en prendre des accidents qui nous arrivent ; en accuser le sort.

 

1146 

spène

Après dès spènes, i vint dès rôses.

 

litt. Après des épines, il vient des roses.

Ne désespérons pas ; des temps meilleurs viendront.

Pr. fr. — Après la pluie le beau temps.

 

roland  Qu’ insi finihèsse totes lès chôses.

LOUWÎSE

Èt tot l’ monde come nos-ôute dîrè:

“Après dès spènes, on-z-a dès rôses.”

yan’s  Por mi, lès spènes vinèt après.

(DD. SALME. Lès deûs bètchetâs. Sc. 27. 1879)

 

1147 

spène

Sètchî  ‘ne sipène foû dè pîd.

 

litt. Tirer une épine hors du pied.

Délivrer d’un grand embarras, d’une situation pénible, d’un empêchement. (agad)

Pr. fr. — Tirer à quèlqu’un une épine du pied. — Avoir une épine hors du pied.

Nous nous ôtons du pied une fameuse épine.

(molière. L’étourdi)

Cité par forir. Dict.

 

CRÈSPIN

Pa, i m’ son.ne, fré Hinri, qui çoula vât co mî,

Volà ‘ne fameuse sipène sûremint qu’ dj’ a foû dè pîd.

(Ed.. remouchamps. Li savetî. I, Sc. 3. 1858)

 

GUSTÂVE

Dj’ a  todi fou di m’pîd ine èwarêye sipène, Julîye n’ a nin co v’nou.

(dèlchef. Lès deûs nèveûs. I, Sc. 7. 18S9)

 

Èle rimèrcia l’ binamé bon Diu di l’ avu sètchî cisse sipène-là foû dè pîd, èt k’fessa qu’ èle divéve ine vôye à St Lînâ.

(G. magnée. Baîtri. 1868)

 

VERVIERS  … Ca vos savants côp d’ pène

M’ ont foû dè pîd tiré ‘ne clapante supène.

(PÎRE. Lète à M. Matieû. Mès-amûsètes.1884)

 

SAINT-QUENTIN    Vous m’ aî déoké là ène rude épène hôrs deu m’ pate.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1844)

 

1148

spène

I gn-a dès spènes so 1′ bouhon.

 

litt. Il y a des épines sur le buisson.

II faut prendre sès précautions, songer à l’avenir, se défier des autres ou de soi-même.

 

lambert

Balowe, di-dje, tot çoula, gn-a dès spènes so l’ bouhon,

Fez come ci vî pèheu qui touwa l’ djon.ne pèhon.

(CH. hannaY. Li mây neûr da Colas. II, Sc. 17. 1866)

 

1149

spène

Dji l’ a mètou so lès spènes.

 

litt. Je l’ai mis sur les épines.

Mettre quelqu’un dans une fausse position, le mettre à la torture.

 

1150

atètche

ÉPINGLE

R’tirer si-atètche dè djeû.

 

litt. Retirer son épingle du jeu.

Se dégager adroitement d’une mauvaise affaire, d’une partie

périlleuse. Retirer à temps les avances qu’ on avait faites dans une affaire qui devient mauvaise (ACAD.)

 Pr. fr. — Tirer son épingle du jeu

Vous tirez sagement votre épingle du jeu.

(molière. Le dépit amoureux. Sc. 4)  (…)

 

jampsin.

Dji n’ djowe ciète pus,

Dji r’prind mi-atètche

Démonstrans qu’ nos-èstans pus sèdje.

(Complainte des paysans liégeois, 1631. B* Èt D*. Recueil)

 

Dîrè-se èco qui dj’ a  r’tiré

L’ atètche dè djeû po n’ pus djower ;

Dji creû qu’ nèni, ca t’ as sintou

Ou bin t’ ès lade, qu’ èle t’ a pondou.

(Prumîre rèsponse dè calotin â lwègne auteûr dè supplémint. 173…)

 

MONS  È bé ! sîre, r’tirez vo n’  épingue du jeû ou bé vos poudriez s’ en r’pentîr.

(LETELLIER. Armonak dé Mont. 1856)

 

FRAMERIES Tant ç’ qu’ à ça, i n’ d-a nin in parèy à vous pour r’sakî s’n-èsplingue hiôr dou djeû.

(BOSKÈTIA.  Tambour batant. Gazète. 1886)

 

rouchi  I faut qu’ i rètirche s’n-èplingue arière du jeû.

(HÉCART. Dict.)

 

1151 

atètche

Mète ine atètche so s’  mantche.

 

litt. Mettre une épingle sur sa manche.

A l’occasion, je me souviendrai de vos mauvais procédés.

Cité par forir. Dict.

 

C’ èst bon, c’ èst bon, dit-st-i,

C’ è-st-ine atètche so m’ mantche,

Qu’ i seûye seûlemint bin sûr di n’ rin piède à l’ discandje.

(F. baîlleûx. Ine vèye fâve da m’ grand-mére. 1844)

 

Merci, c’ ènn’ è-st-assez, dj’ èsteû lon di m’ ratinde,

Dè 1′ pârt d’ on camarâde, â ton qui vos v’nez d’ prinde ;

C’ è-st-ine atètche so m’ mantche….

(THIRY.  Ine cope di grandiveûs. 1859)

 

douay   Maîs, laîchez faîre, dj’ aî d’s-èpingues d’ssus m’ manche.

(DECHRISTÉ. Souvenirs d’ un-ome d’ Douwaî. 1858)

 

st-quentin  Ch’ èst vèritabe què dj’ ieû-z-aî atiké ine tiote èplingue èdsdus leû minche.

(GOSSEU. Lettres picardes. 1840)

 

1152 

atètche

Trover ine atètche, djoûrnêye di bèguène.

 

litt. Trouver une épingle, journée de béguine (religieuse). Critique des loisirs dont on jouit dans les couvents de femme.

 

st-pol (pas-de-calais)

Eune épingle

Ch’ èst ‘l journée d’eune fème.

Dicton provenant de cette croyance que la science trop tôt acquise l’est au détriment de la constitution et de la santé.

Se dit plus souvent ironiquement d’un enfant qui n’a guère de dispositions. (LITTRE)

Pr. fr. — Cet enfant a trop d’esprit, il ne vivra pas.

Les enfants trop tost sages ne vivent pas longtemps.

(Le Père jean-marie. Le divertissement des sages. 1665)

 

TOURNAI  Il a trop d’ èsprit, i n’ vivra pas.

 

1153

èspagnol

ESPAGNOL

Èsse èspagnol.

 

LITT. Etre espagnol.

Au jeu de dominos: ne pas faire un seul point.

Allusion traditionnelle à la perte, sous Philippe II, de la grande Armada.

On dit aussi: Monter so l’ plantche.

 

1154

èspèrance

ESPERANCE

Èspèrance faît viker, longu atinte faît mori.

 

LITT. Espoir fait vivre, longue attente fait mourir.

(…)

 

PICARDIE L’ èspèranche fwét vîve l’ ome; èl longue atinte èl fwét morîr.

 

1155

èsprit

ESPRIT

Ça passe èm’n èsprit, marichau. (MONS)

 

LITT. Cela passe mon esprit, maréchal.

C’est une chose que je ne puis croire, que je ne suis comprendre, qui dépasse mon intelligence.

Souvent ironique.

 

Èm baudèt, mayeûr ! alons, ça passe èm’n èsprit, marichau, come dit l’ vieûs provèrbe, maîs coment ça, non, vous-autes.

(LETELLIER, Armonak dé Mont, 1862)

 

BASSE-ALLEMAGNE  Das geht über meinen Horizont.

 

1156

èsprit

L’ èsprit qu’ on veût awè gâte li ci qu’ on-a.

 

LITT. L’esprit qu’on veut avoir gâte celui qu’on a.

Traduction littérale du vers de GRESSET. (Le méchant. IV, sc. 7)

L’esprit qu’on veut avoir gâte celui qu’on a.

 (…)

 

1157

èsprit

Il a trop d’ èsprit, i moûrrè tot djon.ne.

 

LITT. Il a trop d’esprit, il mourra tout jeune.

(…)

 

TOURNAI Il a trop d’ èsprit, i n’ vivra pas.

 

1158  

èsprit

Quand les X** âront d’ l’ èsprit,

Moûse passerè à Paris.

 

litt. Quand les X** auront de l’esprit,

La Meuse passera à Paris.

 

VARIANTE  Is crèherè dès hièbes so l’ martchî.

litt. II croîtra des herbes sur le marché. Cf. st mathieu. Evangile. Chap. V, vers 3.

Jamais un lourdaut, quoi qu’ il fasse,

Ne pourra passer pour savant.

(LAFONTAINE)

 

VAR. MALMEDY N’ aveûr nin pus d’ èsprit qu’ one banse sins cou.

 

1159 

hawer âs sârts

ESSARTER

Dj’  in.mereû mî d’ aler hawer âs sârts.

 

litt. Dj’aimerais mieux d’aller essarter.

Je préférerais faire toute autre chose.

 

1160 

stok

ESTOC

Aler di stok èt d’ tèye.

 

litt. Aller d’estoc et de taille.

De la pointe et du tranchant.

Travailler à tort et à travers, sans ménagement ni pré­caution.

(St. BOHMANS. Voc. des houilleurs liégeois. 1862)

Travailler de quelque manière que ce soit (littré)

Prendre d’estoc et de taille.

(OUDIN. Curiositez françaises. 1640)

 

Fèri di stok èt d’tèye.

(FORIR. Dict.)

 

Guîse, po vindjî li mwèrt di s’ pére

Pus furieûs qu’ on tîgue è colére

Ou qu’ on liyon qu’ on-z-a blèssî

Coûrt, boulant come in-arèdjî,

Fèrant, hatchant di stok èt d’tèye

Gâte à bêcôp l’ fisionomèye.

(J.-J. hanson. Li Hinriâde travèstéye.ûb.. II. 1780)

 

Hâsplant di stok èt d’ tèye, tant qu’ i tome è l’ corote,

Come on hopaî d’ trigu, come ine mâcèye clicote.

(G. dèlarge. Ine copène conte lès pèketeûs. 1873)

 

1161 

stoumak

ESTOMAC

Il a on stoumak di cûtès pomes.

 

litt. Il a un estomac de pommes cuites.

Il a un mauvais estomac ; il ne peut digérer que des aliments tendres.

Cf. Il a un estomac d’autruche, il digérerait le fer.

 

basse-allemagne. — Er hat einen Magen wie der Vögel Strauss.

 

1162 

stâ

ËTABLE

Té stâ, tèle bièsse.

 

litt. Telle étable, telle bête.

Voulez-vous avoir de bonnes bêtes ? soignez leur étable. — La propreté d’une maîson fait bien augurer de ses habitants. Cité par forir. Dict.

 

1163 

stâ

Il èst trop târd di sèrer li stâ qwand li tch’vâ èst sâvé.

 

litt. Il est trop tard de ferémer l’écurie quand le cheval est sauvé.

II est inutile de prendre des précautions quand le mal est arrivé, quand il n’ est plus temps de l’éviter.

Pr. fr. — Fermer l’écurie quand les chevaux sont dehors.

Quand le cheval est emblé douncke ferme fois l’estable.

(Prov. dèl vilain. XIVe siècle)

A tard ferme l’om l’estable quant le cheval est perdu.

(Proverbes de France. XIIIe siècle)

Fermer l’étable quand les vaches sont prises.

(OUDIN. Curiositez françaisès. 1640)

Cité par forir. Dict.

 

Adon qu’ i gn-eûrit pus rin à broûler, on vèya ariver lès-omes di feû ; li tch’vâ èsteût sâvé, i v’nit sèrer li stâ.

(G. magnée. Li houlote. 1871)

 

MARCHE  Il èst bin trop taurd po qu’ l’ uch sôye

Clôs, dès qui l’ pinson vole èvôye.

(alexandre. P’tit corti. 1860)

 

VAR. NAMUR  Il èst trop taurd di sèrer l’ gayole quand l’ mouchon è-st-èvolé.

 

VAR. JODOIGNE Trop taurd po sèrer l’ gayole quand l’ pénson è-st-èvolé.

 

1164

blawète

ETINCELLE

I n’ fât qu’ ine blawète po mète li feû.

 

litt. Il ne faut qu’une étincèle pour mettre le feu.

Les petites causes produisent souvent de grands effets.

Petite étincelle engendre grand feu.

(Prov. communs goth. XVe siècle)

 

VARIANTE  Ine pitite blamahe pout èsprinde on grand feû.

(forir. Dict.)

 

VERVIERS  Studîz l’ loyin qui v’s-èlahe,

D’ one blawète vint grand blamahe.

(J.-S. renier. Spots rimés. 1871)

 

var. MARCHE On grand feû pout v’ni d’ one vivrète (étincelle).

 

1165 

steûle

ÉTOILE

On s’ difèye di lu pés qu’ dè l’ siteûle à quowe.

 

litt. On se défie de lui plus que de l’étoile à queue.

Allusion à la superstition populaire qui attribue aux comètes

une influence fâcheuse.

 

TÈRÉSE

Come dè l’ siteûle à quowe, di vos, dji m’ dimèfêye,

Mutwè m’ avez-ve trompé, maîs v’ n’ èl frez pus nole fèye.

(DD. SALME. Ine feume qu’ ènnè vât deûs. Sc. 2. 1876)

 

1166

stope

ËTOUPE

Avu dè l’ sitope so li qu’noye.

 

litt. Avoir de l’étoupe sur la quenouille.

Faire de bonnes affaires. — Avoir sa subsistance assurée. — Être heureux. Cf. Avoir du foin dans ses bottes.

 

Hoûy, nos fans dès-afaîres â diâle djusqu’â Pérou,

Vos-avez raminé dè l’ sitope so li qu’noye,

Èt nos vikans pâhûle èt contint come dès roy’s.

(LAHAYE. Adrèsse au roy. Concours de 1886)

 

BAUJAN

Parblu, v’ pinsez sûremint qui dj’ n’ âye rin à m’ quinoye,

Qui dji v’ ravise, qui dj’ vike ossi hureûs qu’ on roy.

(dèlchef. Pus vî, pus sot. Sc. I. 1862)

 

Èle qwèra à s’ distrihî ; po-z-î aveni, ci n’ èsteût nin ciète li stope qui mâkéve à si qu’noye.

(G. magnée. Baîtri. 1865)

 

MARCHE  T’ as dè lin assè à t’quinoye,

Sins trop s’ mèlè di qui qui ç’ sôye,

Waîte on pau qu’ t’ è vègne â coron.

(ALEXANDRE. P’tit Corti. 1860)

 

Avwai bé d’ euvre en sai quèlogne.

(Prov. Bourguignon)

 

1167

stope

C’ èst tot ç’ qu’ ë n-a d’ pës fé dins les grossès stopes.    (jodoIGne)

 

litt. C’est tout ce qu’ il y a de plus fin dans les grosses étoupes.

C’est une chose de peu de valeur.

 

1168

èsse

ÊTRE

I fât èsse tot l’ onk ou tot l’ aute.

 

litt. Il faut être tout l’un ou tout l’autre.

Il faut avoir une conduite, une manière de penser décidée.

(ACAD.)

Pr. fr. — Il faut être tout un ou tout autre.

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée.

Celui qui n’est pas avec rnoi est contre moi. (évangile)

 

1169 

èsse

On n’ pout nin èsse èt avu stu.

 

litt. On ne peut pas être et avoir été.

On ne peut pas être toujours jeune. (ACAD.)

 

Pr. fr. — On ne peut être et avoir été.

 

VARIANTE  On n’  sâreût èsse deûs fèyes.

Cité par forir. Dict.

 

MARCHE  TÈRÉSE

On sét bin qu’ on n’ èst pus d’djà tot come on-z-a stî,

On n’ veût pus qui l’ mitan d’ çu qu’ on faît su l’mèstî.

(alexandre. Li pèichon d’ avri. I, Sc. III. 1858)

 

MONS   TOTÔR

Què volez, on n’ peut nié éte et avwar été, c’ èst l’ vîe du monde insi.

(J. declève. Totôr, èl choumake. Sc. 4. 1889)

 

1170 

èsse

Il èst dès cis qu’ i gn-a 1′ pus.

 

litt. Il est de ceux dont il y a le plus.

C’est un homme come on en trouve beaucoup; qui ne s’élève pas au-dessus du niveau ordinaire.

 

1171 

èsse

Ci n’ èst nin Moûse èt lès vâs.

 

litt. Ce n’ est pas la Meuse et les vallées (rives).

Ce n’ est pas une chose impossible.

 

VARIANTE  Magnî Moûse èt lès vâs.

litt. Manger la Meuse et les vallées.

Vouloir faire une chose impossible.

 

1172 

èsse

C’ èst da nosse.

 

litt. C’est à nous.

Expression proverbiale, sorte de cri de joie quand une chose est terminée heureusement. S’ emploie principalement quand il a fallu faire des efforts physiques.

La victoire est à nous.

Eurêka. (archimède)

Le château de Seraing, ancien domaine des princes-évêques de Liège, fut vendu par le gouvernement hollandais, en 1817, aux frères Gockerill, qui en firent le siège des magnifiques établissements métallurgiques auxquèls cÈtte commune est redevable de sa célébrité Èt de son accroissement rapide. Lors des fêtes qui furent célébrées à cÈtte occasion,on put lire sur un transparent placé devant la grande porte de l’ancien palais épiscopal : C’ èst da nosse tot seû.

 

1173

èsse

Il èst po 1′ vî (ou: po l’ laîd) Wâtî.

 

litt. Il est pour le vieux (ou pour le laid) Waltère (Gauthier).

Il est pour le diable; en décadence, mort.

Les Anglais appellent le diable : Old Nick.

 

VARIANTE   Èsse è vôye po l’ vî Wâtî.

 

Si l’ damesê n’ èsteût nin mwèrt, s’ i s’ aléve ragraweter, Djihan èsteût sûr po 1′ vî Wâtî.

(G. MAGNÉE. Li crènekinî dè prince abé di Stâveleû. 1867)

 

VICTÔR

… Si vos djâsîz,

Vos sèriz, sèpez-le bin, in-ome po l’ laîd Wâtî.

(Ed. remouchamps. Lès-amoûrs da Djèrâ, I, Sc. 19. 1875)

 

Hoûy, dji r’ssin mès côps, èt, come li tchâgne, i n’ fât on rin po qu’ ènnè vâye po l’ laîd Wâtî.

(SALME. Pris d’vins sès lèces. I, Sc. 4. 1883)

 

1174

èsse

C’ èst vos qu’ èst tot, Makêye n’