Histwêre do Banbwès (Histoire de Bambois)

(carte de Ferraris – 1700s)

PLAN

0 ètimolojîye do nom “Li Banbwès” (étymologie du nom “(Le) Bambois”)

1 li Grand Vèvî (le Grand Etang)

2 19e  / divant 1914 (avant 1914): li chatau d’ au èt l’ èglîje (le château d’eau et l’église)

3 1914-18

4 1918-1939

5 1940-45

6 li scole (l’école)

7 comèmorâcions (commémorations)

8 pèrsonâlités (personnalités)

0 ètimolojîye do nom "Li Banbwès" (étymologie du nom "(Le) Bambois")

in : La Voix de Bambois, juillet 1987

Etymologie et historique du nom “BAMBOIS”

 

 

Dans « Le Messager de Fosses » du 26/04/1914, feu Monsieur l’abbé Joseph Crépin, doyen de Fosse, écrivait ce qui suit au sujet du Bambois   :

 

“Le village de Bambois possède un nom très caractéristique: il indique que son territoire était occupé, aux  temps anciens, par un bois appartenant à la   communauté fossoise et dont les habitants avaient la jouissance moyennant   l’observation de certaines règles et coutumes; il était appelé le bois banal ou le ban – bois.

 

Ce n’est pas le moment de décrire les usages réglant le pâturage des animaux, mais nous croyons utile de noter ce passage d’une requête adressée au Prince-Evêque de Liège (Jean-Louis d’Elderen) en 1692 par les censiers ou fermiers de Fosses    : 

 

 « …   Et   ne  serat  aussy permis à aucun( chaque) censier, particulier ,bourgeois , manant ou autre  de  faire champir( paître )leurs  bestes   a   laisne, ni   cochons   sur  le  gazon, ni d’aller sur  la ditte   communaulté   du  Bambois , plus   avant   que  la  limite   du Colonris, à  commencer  du   cotté   de  la  ville  de Fosse … »

 

Un acte de 1706 (sous le Prince-Evêque Joseph-Clément de Bavière) rappelle que “passé treize à quatorze ans, en suite  du  recez(résolution) de la   communauté, les bourguemaîtres et  Magistrat (de Fosse) auraient fait   embanner une pièce de commune tenante au grand Vivier –  que et descendant   le long du “Ruisseau  de  Colonris “laquelle était anciennement un bois qui a   été ruiné et négligé  … »

 

C’était déjà la limite ancienne car un Mandement du Prince-Evêque Ferdinant   de Bavière,donné  en 1621, nous   dit: ” …   en ce  serat   comprins (compris )   le Banbois  jusque le rieu de Colomieux (Colonrieux). »

 

Le ” village” de Bambois fut l’une des mairies de Fosses certainement dès 1666.

1 li Grand Vèvî (le Grand Etang)

LI GRAND VEVI, in: Temps morts, 1983

 

Maurice Chapelle

 

 

En 1442, le record de l’échevinage de Fosses, concernant les droits et les obligations de l’évêque et de l’avoué signale que le prince-évêque de Liège a un grand vivier dont la digue est sur la hauteur de monseigneur et que par conséquent il lui appartient; que ce vivier est de telle nature qu’on le tient deux ans de suite plein d’eau et que la troisième année, on le met à sec et qu’on cultive le terrain, qu’il n’y avait pas de limite bien déterminée et qu’aussi loin que s’éten­daient les eaux, quel que fût le propriétaire du terrain recouvert, l’étang appartenait à i’évêque; qu’une fois les eaux retirées, chaque propriétaire retrouvait ses droits et se servait de son terrain comme il l’entendait.

Cette troisième année, la ville de Fosses faisait la location par portion aux bourgeois et manants de Fosses et cela à son profit. Le curé de Fosses avait la dîme des grains et des fruits qui y croissaient quand cette troisième année, il était laissé vague, c’est-à-dire sans être loué (la dîme, c’est-à-dire le dixième, était un impôt représentant une fraction variable de la récolte prélevée par l’Eglise).

 

En 1447, le record de l’échevinage concernant les lois, franchises et libertés de la ville de Fosses signale que lorsque les employés de l’évêque ont péché et abandonné l’étang et la fosse d’écoulement en-dessous,      .tous bourgeois et bourgeoise peuvent y pêcher aussi loin qu’ils pourront, sans qu’on puisse remettre l’eau puisque le vivier doit rester à sec l’année en­tière, sauf le cours du ruisseau et cela sans tromperie ni ruse.

 

L’article du même record signale que nous aïeux avaient soin de revendiquer pour leur usage, une partie de l’eau du Grand Vivier. Chaque fois que l’on rebouche l’étang, il doit avoir à la van­ne qu’obstrué le canal principal un trou de tarière «hotterecht» qui laisse passer tout le temps un jet d’eau.

Après la révolution française, le Grand Vivier qui était un «bien noir» devint propriété privée. En l’occurrence ce fut Lambert DEJAIFVE de Fosses qui en fit l’acquisition. D’après un relevé trouvé dans les archives et datant de 1 847, la pêche du Grand Etang se fit le 28 février, les 1 et 2 mars. On vint acheter du poisson de Fosses, des villages avoisinants, mais aussi de plus loin : de Gougnies, d’Aiseau… Le vivier était surtout peuplé de carpes.

 

Le lavage du minerais était préjudiciable au Grand Etang, aussi de 1845 à 1847, la propriétaire, I Ime veuve DEJAIFVE, touchait une indemnité de 0,50 frs par manne de minerais lavé; la redevance qui lui fut payée fut de 2.050 frs, c’est donc 4100 mannes de minerais lavé qui fureru extraites du Bois du Prince, en un an et demi.

 

Au point de vue hydrographique, disons tout d’abord que le Grand Etang est un étang artificiel qui a été formé par la construction d’une digue pour conserver les eaux amenées par différents cours d’eau.

 

En 1905, les travaux commencent. C’est donc de sources jaillissant dans le Grand Etang que nous vient l’eau potable : 12 à 13 petites sources dont les eaux sont captées dans une galerie pleine de cailloux viennent se joindre à la source principale (li Blanc Bouillon) et ont un débit journalier d’environ 1600 M3. La cabine se trouve vers le «Point d’Arrêt» dans le Grand Etang. L’eau du Blanc Bouillon jaillit à 3 mètres de profondeur de rochers de marbre blanc recouverts de sables mouvants et de vase. La source se trouve à l’altitude de 232 mètres; l’eau coule donc normalement vers la Bocame et Fosses (sauf vers Bambois). D’autres sources ne sont pas captées et se répandent dans l’étang.

 

 Le «Lac» de Bambois, centre de repos et de sports nautiques : bassin de natation (plongeoirs, tremplins, girafe), promenades en barque ou en pédalo, pêche (brochet, carpe, tanche, perche, rousse), plage ensablée, jeux pour enfants, salle couverte et vaste terrain de camping (sur St-Gérard), camping «Le Pachi» (Bambois), camping «Les Viviers» (Route de Mettet)!

En 1975, l’exploitation du «Lac» de Bambois fut arrêtée. Depuis lors, on envisage la formation d’une intercommunale pour sauver cette richesse fossoise et gérer le domaine. Attendons !

 

MAURICE CHAPELLE

in : La Voix de Bambois, juillet 1986

 

HISTOIRE DE NOTRE  GRAND-ETANG

 

Roger  Angot

 

 

Chacun sait, à Fosse (l) surtout, que de nombreux et très louables efforts sont déployés depuis plusieurs années déjà et tout récemment encore, pour le sauvetage et l’exploitation du splendide domaine du lac de Bambois, complètement déserté depuis 1976.

On espère que 1997 – Année internationale de l’environnement – connaîtra au  moins le début de la réalisation des divers projets.

Ceci nous incite à jeter un coup d’oeil rétrospectif sur l’histoire de cette magnifique pièce d’eau, l’une des plus grandes de notre pays.

 

Les  ruisseaux  de  Belle-Eau (limite entre Fosse et Mettet ) et des Bons-Enfants (limite entre Fosse et Mettet-Saint-Gérard), tous deux issus de nombreuses    sources, se rejoignent et forment le Grand-Etang de Bambois, d ‘où sort la  Biesme, l’antique “BEBRONA” ou Rivière aux castors (2).

 

Il apparaît que l’origine du lac – et spécialement sa cuvette  primitive – est   d’ordre tout à fait naturel.

Aux temps très reculés, et, plus près de nous, à  l’époque celtique, de  nombreuses colonies de castors vivaient dans la dépression où se situe actuellement l’étang et sur les rives de la Biesme. On  peut conjecturer que ces castors construisirent, dans l’étang, les premiers barrages naturels.

 

Vers 649-650, Sainte Gertrude, Abbesse à Nivelles, céda, à Saint  Feuillen, une   partie de son héritage, à savoir un important territoire contenant l’étang et deux  profondes bandes de terrains, de part et d’autre de la “Bebrona” jusqu’à  la   Samera (Cambre). Les Pipinides de Hesbaye avaient-ils déjà établi à cette   époque une digue primitive autour de la pièce d’eau?  Il n’en  existe absolument   aucune preuve mais on peut retenir prudemment l’hypothèse…

La même question, assortie de la même réponse, peut se poser pour les Villes, aux IXe et Xe siècles.

 

(foto / photo: 1938)

(sûte / suite)

LI GRAND VEVÎ

 

Peut-être y eut-il très tôt une dique (on-astantche) dressée par des castors, d’où vient, le plus ancien nom du ruisseau qui va du Grand Etang de Bambois à Auvelais, où il rejoint la Sambre: Bebrona. Pensez au néerlandais : “bever” (castor), d’où “Beveren”.

 

Ce ruisseau est alimenté par deux ruisseaux qui se jettent dans Grand Etang : li Ri dès Bons-Efants, qui, prend sa source au Batî do Bambwès, et li Ri d’Bèle-Eûwe, qui vient de Bossière.

 

Li Ri dès Bons-Efants ( ruisseau des bons Enfants ) forme la limite entre les communes de Fosses et Mettet; li Ri d’ Bèle-Eûwe ( ruisseau de Belle Eau ) traverse le Bois l’Abbé pour arriver au Grand Etang.

 

Le ruisseau qui sort du Grand litang s’appelle d’abord “li Ri do Banuwès”; il passe dans “li P’tit Vèvî” et “li Vèvî dè l’ Bocame”, qui jouxte le moulin à eau du même nom. Après le lieu-dit “Lès Fwadjes”, on l’appelle “li Ri d’ Fosses”. A Fosses même, il reçoit li Ri dès Tchapelins, puis la Rosière, grossie du “Ri do Cok”. Après Fosses, avant Aisemont et Vitrival, à partir de Sint-R’mè ( moulin de Saint-Remy)”li Ri dès Bas Monts”; après Claminfwadje, il s’appelle “li Bième”. Ce dernier nom vient aussi de “beber” ou “bever”.

 

En 974, le prince-évêque allemand de Liège, Notger, dont dépendait l’enclave de Fosses, reçut de l’Empereur Otto II des terrains où se trouvait un étang, qu’on appelait – on en retrouve des traces – “li Vèvî 1′ Vèke”. Dès ce moment, les gens qui profitaient de l’eau du “Vèvî l'(E)vèke” durent payer au prince-évêque en argent ou en nature ( poules ou poulets ) le droit d’en profiter.

 

Li Grand Vèvî était vidé tous les deux ou trois ans et les poissons vendus. L’argent revenait au prince-évêque, de même que celui de la location de parcelles, que l’on cultivait pendant la saison d’été. Les récoltes de betteraves et d’avoine étaient fabuleuses, s’il faut en croire la tradition orale. Après la récolte, le Grand Etang était réempoissonné en alevins et on le laissait se remplir pour une nouvelle période.

 

En 1797, pendant l’occupation française, le Grand Etang fut confisqué par l’occupant et vendu comme “bien noir”. Les nouveaux propriétaires furent la famille Dejaifve.

 

Plus tard, on vida l’étang tous les trois ans uniquement pour capturer et, vendre le poisson (essentiellement des carpes, mais aussi quelques brochets, perches et bromes ); on ne la cultiva plus.

 

Dans la partie du Bois l’Abbé proche du Grand Etang, zone appelée “li Bwès dès Minêres” ou “lès Minêres”, on tira du minerai de fer jusqu’après 1850. On le lavait dans le Grand Etang et on payait pour cela 0,50 fr par manne lavée à la famille Dejaifve, qui percevait ainsi des milliers de francs ! L’exploitation cessa par épuisement ou parce que le minerai luxembourgeois avait une teneur en fer plus élevée.

 

Là,où on a établi après la guerre une plage se trouvait “li P’tit Bwès”,’où les nageurs se déshabillaient et se rhabillaient. Pendant la guerre encore, les voisins du Grand Etang allaient le samedi se laver au Grand Etang. On avait alors de petites ”savonnettes” vertes; qui flottaient. ( J’ai mis “savonnettes” entre guillemets, parce que je sais qu’on doit dire “des boules de savon”, même quand elles son parallélipipédiques ou cubiques ! )

 

Les Allemands y pratiquaient nage et chasse aux canards. Les gamins de Bambois, qui étaient aux aguets pour “subtiliser” les poissons lors des pêches, empruntaient les canards tués par les Allemands et stockés dans un camion non gardé ! Une sentinelle fut ensuite commis à la garde du camion et tous les stratagèmes utilisés pour détourne son attention s’avérèrent vains.

 

(foto / photo: 1950s)

Li Grand Vèvî do Banbwès (Roger Viroux)

(foto / photo : 1950s)

in : La Voix de Bambois,  août 1986 (suite)

 

L’an  974, à la fin du mois de juin, Notger (R : 972-1008), premier Prince-Evêque de Liège, et déjà  « souverain » de l'”abbaye” fossoise et de ses   appendices, reçut de l’empereur Otton II des droits particulièrement étendus sur l’ensemble de la terre de Fosse. Est-ce de son temps, ou son titre de prince que l’on commença déjà à parler du Vivier du Prince ou du Vivier de l’Evêque?  Hélas, les documents font défaut et, de la fin du Xe au XIVe siècle, un épais  brouillard historique s’étend sur la destinée du Grand-Etang.

 

Par le canal de la Biesme, celui-ci alimentait en eau les habitants de Fosse et leur moulin banal sur le Marché (moulin déjà signalé en 1140).

 

En retour, “chascun manant tennant  hos tel” (ayant une maison) “deiboent a  mon dit Seigneur (le Prince-Evêque) ung poulet.” Le sergent de ville devait, à la   Saint Jean, “lever pour monseigneur de Liège, pour le cour de l’eawe (l’eau de la  Biesme), . . . ung poulet” mais, non pas n’importe quel poulet, mais déjà de belle venue, “tel qu’il puist voiler sur le rou (la roue) d’un  char; qui n’avait pas de poulet devait payer 4 tournois et en cas d’impécuniosité, “on peult en panner”(on   peut saisir les meubles de l’Intéressé). Cette obligation existait déjà en 1319, comme nous le rappelle un Record de l’Echevinage datant du 15 août de la même année.

 

D’autre part, le Record de l’échevinage, en date du 21 août 1442, nous fournit  les renseignements suivants : (nous respectons l’orthographe d’origine, avec   quelques explications entre parenthèses):

 

“Item (de même) mon-seigneur at ung grant vivier dont l’estanche (espèce de digue servant à retenir les eaux) est sur la haulteur (la juridiction) de monseigneur lequel (le vivier) est de telle nature que on le tient deux ans l’ung  après l’autre plein d’eawe (d’eau) et sy avant (aussi loin) que l’eawe sextend (s’étend) non obstant qu’elle passe a aultre seigneurie et héritage en  plusieurs   1ieux, sy (aussi) appartient la haulteur à mon dit seigneur par toute  l’eawe (l’eau) et (en) quelconque cas que ce fût; et à la troizesme année est-on tenu le  tenir wid (vide) pour faire chascun de son héritage son  proffit (afin que  quiconque y ayant droit puisse récolter à son profit); et y ont les seigneurs leurs   drois, chascun sur le sien, sa haulteur et seigneurie. Item les sept maisons, assçavoir Malonne, Salzennes (Salzinnes – Namur), Cocquereaumont ( Cocriamont) appartenant à (l ‘abbaye d’) Aulne, Metet (Mettet) et Coroy  appartennant à Broignes (à l’abbaye de Brogne-St-Gérard), Stave à ceuls de Bonnes-Fonteines (Y), doibvent service de corwés (de corvée), assçavoir de   faire les voitures des poissons (le transport des…) que on prend hors dredit   vivier, pour les menner au rivage soit sur Meuse ou sur Sambre, à la voulenté (volonté) de mon dit seigneur (le Prince de Liège), et aussi de ramenner les   rapeisonnages (les empoissonnements) en quelconcque place qu’on les  achapte (quel que soit l’endroit où l’on achète les jeunes poissons), mais monseigneur   libvre (livre) les tonneaux le premier jour a leurs propres frais (aux frais des   sept « Maisons » précitées), et les autres (jours) aux frais de mon dit seigneur… quanteffois (chaque fois) que néccessité est et que par le sergant (le sergent de  ville) serait ad ce commandés (et que la chose soit ordonnée par le sergent) et   au cas de refus, on les pannes … (c-à-d. qu’on saisit leurs meubles) et doibvent (les gens de corvée) le chariage del nazselle quant besoing est…”

 

R.A.

 

(foto / photo: 1950s)

in : La Voix de Bambois, sept. 1986

Histoire de notre Grand-Etang (suite)

 

Dans le Record  du 11 décembre 1447, émanant aussi de l’ échevinage de Fosse, on lit ce qui suit : «  Item, et touttefois (chaque fois) que on pesche on doibt   peschier le vivier (qu’on  le vide et qu’on receuille  le  poisson) de  monseigneur  appellé le Vivier l’Evesque, chascun bourgois et bourgoise (chaque bourgeois  ou bourgeoise) peult, s’ il lui plaist, peschier au ry au dessoub du vivier et   jusques à noef (neuf) pieds près du feschiet (fascine, fagot) que on met   dessoub la fosse (le fossé) sans approchier de plus près pour peschier, sy (aussi) hault que sur l’amende du seigneur.

Item, en  après que (quand) les commis de mon dit seigneur (les locataires ou   repreneurs du droit de pêche) ont peschiet (pêché) et laissiet (laissé) le vivier et   la fosse de desoub, chascun bourgois et bourgoise peulent (peuvent) peschier  ou (au) vivier en la fosse, sy avant (aussi loin) qu’ilz polront (qu’ ils pourront), sans ce que on leur puist rebouter l’eawe (et ce sans qu’on puisse remettre l’eau)  veu (vu) que le dit vivier doibt l’année oultre (la 3e année) demourer au sec, sauf  le cours de l’eawe (de la Biesme), sans malengin (et ce sans ruse ou tromperie).

Item, et touttefois (chaque fois) que on  reboute (remplit) le dit vivier, il doibt   avoir ou (au) ventisca (vanne) ung trou de tarière botterecht (c-à-d. un trou, un   trou assez haut et large) fectant eawe (jetant l’eau) par la maîtresse buze et en tout temps, pour servir le bonne ville” (de  Fosse).

 

R.A. (à suivre)

(foto / photo : 1950s)

1500: 

in : La Voix de Bambois

HISTOIRE DE NOTRE GRAND-ETANG                .

 

par Roger Angot.

 

(suite)

Après   la   pêche   effectuée  par  le   repreneur  ou  locataire de l’Etang, la  recharge  de  celui-ci   était  assurée   par les  fermes   du  territoire fossois  y   compris   celles   des  7 « maisons » du « Païs de  Liège » reprise  le mois précédent (du  moins  au XVe siècle),l esquelles  fournissaient   chariots   et chevaux  pour  aller  chercher  dee   petite  poissons,dans   des   tonneaux,soit à la   Sambre,soit  à  la  Meuse   ou  ailleurs.

 

Pendant   la   troisième année, le  vivier  demeurant  au  sec,les  bourgeois et  manants   de  Fosse   –  ainsi   que  les   autres-   ayant-droit   cultivaient  le terrain.La  ville  en  faisait  la  location “par  port ion”,à son  profit  et le curé  de  Fosse (désigné  par  le  Chapitre   Saint  Feuillen)avait  la  dîme  des récoltes   croissant  sur les  bords  et  le fond  du vivier.(l)

 

Un système  de ventelles  assurait  en tout   temps  l’eau  nécessaire à la  subsistance   des  habitants   et   au  fonctionnement   du moulin banal.

Pour  ce  service   de   l’eau,et   ce,sans   doute, bien avant  1319, chaque foyer(ménage)devait   fournir  au  Prince,à la  Saint-Jean un bon gros  poulet. Qui   n’avait   pas   ce   type   de   poulet   payait   4  tournois  sinon  on  pouvait saisir  ses   meubler.

 

Le   droit   de   pêche   réservé   aux  habitants   était   strictement   règlement

De temps immémorial, des mesures avaient été prises en vue de protéger les droits des repreneurs ou locataires de la pêche dans l’Etang proprement  dit. Ainsi tous les 3 ans,après la pêche,les membres de la Cour de Justice de Fosse(l’échevinage),au bord même du vivier,après avoir vérifié le fonctionnement des vannes faisaient donner à qui que ce soit,autre que le fermier(locataire),défense de s’approcher de la pièce d’eau.

Dans   un article   paru  dans”Vers   l’Avenir”du   30   août   1932,Monsieur Joseph Dorlodot   rappelle   et   détaille   en  ces   termes  la  vieille   coutume: “Le   repreneur  ou   fermier(locataire)du  droit   de   pêche  requérait   les  Mayeur et   échevins   de  s’assembler  spécialement   en  corps   et   de  se  transporter  au Grand  Etang, distant   de   trois   quarts   d’heure   et   plus   de  la  ville,afin  de procéder  à la  visite   des   tappes(3)et pillots(?)   de  l’étang”.Après  s’être rendu  compte  que  le  trou laissé  pour  l’écoulement   de  l’eau  était   de  la largeur”d’une  terraire  hautoise,comme   il   doit   se   faire  à  chaque remise pour  donner  le   jet   d’eau  pour l’usage   du moulin banal   et   pour l’utilité de tous   les  bourgeois   de   la  ville”,les   mayeurs et   échevins   ordonnaient  au repreneur de   remettre  les   tappes   et   pillots   et   d’y  rester aussi  longtemps qu’ils   seront en sûreté.

Ils   donnaient   enfin  à leur  sergent   l’ordre   de   faire   le   cri   de  défense   à  toutes   personnes,sous   menace   de   peines   les   plus   sévères,de   s’approcher   de   l’étang   de   plus   près   que   cinquante  pas.

Les   mayeurs   et   échevins   recevaient   pour  cette vacation  22  carpes   et la   somme   de   quatres   florins   et   demi   de   Brabant”

Dans le même  article , Mr de Dorlodot signale qu’il a trouvé dans les archives fossoises aux A.E.N. (4),les sieurs suivants en qualité de locataires de l’Etang:en 1717,Bartholomé Biot, en 1759,la veuve Biot et consorts,en 1742, François Loger et consorts.

La situation décrite dans les « Records » précités, subsista – sans doute avec  quelques variantes – jusqu’à la révolution de 1789.

En 1797, le Grand-Etang fut vendu en tant que bien noir et  devint ainsi  propriété privée (famille Dejaifve).

Notons aussi qu’avant la guerre on se contentait de vider l’étang pour la  pêche mais on ne cultivait plus la surface des terres mises à sec.

 

(à suivre)          R.A.

 

(1)  Le Messager de Fosses du  16/5/1920

(2)  Le mayeur, représentant du Prince-Evêque à Fosse,

(3)  Tappe: Sorte de bouchon.

(4)  Archives de l’Etat à Namur.

in : La Voix de Bambois, oct. 1986

( s u i t e )

 

Le Record   du   26  avril   et   2  août   1557  confirme   certaines  prescriptions de  1319,1442, et   1447: ” « . . . comme  les   dis   eschevins (l )ont   déclaré   encor par icelle  dite  lettre (par   cette  dite  lettre)q ue  quant  l’eawe  est   remiese  et détenue  dedans le vivier, l’Evesque que ou (au) ventisseau ou ventelle doibt avoir ung trou  de  terrier bottereche jettant   eawe  par la maitresse buze  du dit  vivier, pour servir  la   dicte bonne ville  et franchiese ;pour lesquelz aisemens (pour   ces  facilités ) chascun manant   tennant  hostel,assçavoir ceulx sur  qui  les   eschevins   ont   à  jugier  doibvent   à mon dit  seigneur, au  jour saint jehan-Baptiste,ung  poulet…”

Résumons-nous. ,Le  Grand-Etang appartint  personnellement  au Prince-Evêque de Liège, peut-être  déjà dès la fin du Xe siècle. Cet étang, empoissonné, était maintenu sous   eau  pendant   2  ans   puis  vidé la  3e année. Quand  il  était  rempli, il   n’avait   par   de  limites  fixes :si   loin  que  l’eau s’étendit , quel  que fut  le propriétaire  du  terrain  qu’elle  recouvrait   – même   en  dehors   de  la   juridic­tion de Fosse, -il  appartenait   à l’Evêque. . . Mais, une  fois  les   eaux retirées, chaque propriétaire  recouvrait  ses   droits  et  usait   du terrain à sa  guise.

 

(à suivre)

(l) Ces échevins étaient : Remy del Follie, maire et échevin, Bertrand de Jace,  Jehan De Molle, Massin Massin et Jehan Wautho.

 

(foto / photo : 1950s)

1845:

in : La Voix de Bambois,  janvier 1987

Roger Angot.

 

Au cours du  siècle  passé, et sans doute bien avant (l), le minerai de fer, extrait à Fosses et dans les environs, était lavé dans les eaux  du Grand-Etang. A ce propos, dans le même « Messager de Fosses » du 6   janvier 1935, le  Doyen Joseph Crérin nous  renseigne  ce  qui  suit :

” Pendant la période 1845-1846-1847, la  propriétaire de l’Etang toucha “une   indemnité” à raison du préjudice causé au Grand-Etang par le lavage de  minerais de fer.”

” D’après les indications (contenues dans les archives de la famille Dejaibve) , l’exploitation des minerais dans le Bois du Prince se faisait par la “Société  de Couillet” en participation avec la “Société des hauts-fourneaux, usines et   charbonnages de Châtelineau   “.

En vertu d’un contrat signé le 4 août 1845, Madame Veuve Dejaibve

touchait 0,50 Fr. par manne de minerais lavés. Pour la période d’août 1845 à mars 1347, la redevance payée à Madame Dejaibve s’élevait à 2.050 francs, c’est donc 4.100 mannes de minerais lavés qui furent extraites du Bois du Prince en un an et demi (2).”

 

(1) «  11 juillet 1664 – Octroi pour l’échevin Grady, de chercher et extraire des minerais de kisse et plomb dans les bois de Malonne et au quartier de FOSSE. »

(Chambres des finances des Princes-Evêques de Liège – Registre de 1661 à 1671, fol.100) – N.B. kisse = pyrite de fer.

(2) Dans le bois dit « des Minières », non loin du Grand-Etang se trouvaient des gisements de fer.

1847:

in : La Voix de Bambois, décembre 1986

HISTOIRE  DE  NOTRE   GRAND-ETANG 

par Roger Angot.

 

Dans « Le Messager de Fosses » du 6/1/1935, Monsieur le Doyen Joseph Crépin nous a fourni les renseignements ci-après (extrait 🙂 :”‘Nous ne donnons  qu’une courte note relative à la pêche du Grand-Etang en 1847, selon un relevé   trouvé dans les archives de la famille Dejaifve, propriétaire de cette pièce d’eau  après la Révolution française…

La   pêche… se  FIT le 28 février, les 1er et 2 mars 1847; le premier jour,on vendit 91 livres de  poissons pour 34  Fr 85 c ; le 2e jour 1.144 livres pour 595  Fr 30 c ; le 5e jour 893 livres pour 391 Fr 85c, soit au total 2.128 l. pour 1022  francs. (Heureux   temps!?)

Comme l’argent valait à cette époque – au bas mot – 10 fois plus que maintenant (l), la pêche de 1847 rapporta plus de l0.000 Fr de notre monnaie…                                                                                                                        

 

On venait acheter du poisson, non seulement de Fosses et des villages proches mais aussi de plus loin. Parmi les principaux acquéreurs, on peut signaler  la   “Société de Gougnies” (?), qui achète 662 livres de carpes, 103 livres de  brochets et 16 livres de perches ; Monsieur d’Ahérée, 307 livres de carpes et 33   de rousses; Monsieur Amour de Bruges (2) 139 livres de carpes, 30 de brochets   et 40 de rousses ; Monsieur Vermer d’Aiseau et Monsieur Richir de la même localité, l’un 111 et l’autre 156 livres de carpes.

On le voit, ce sont les carpes qui étaient les plus nombreuses dans le Grand-Etang.”

*  *   *

Outre les poissons vendus, le propriétaire fit conduire par ses fermiers pour   “recharge” de l’Etang de Belle-Eau, 128 mannes et demie de paieesne et pour   “recharge” de l’Etang de Fosse, dans la propriété dite de”l’Abbaye”, 40  mannes.”(3)

Beaucoup plus près de nous, on peut lire dans “Le Messager de Fosse?” du 13/3/1938 (extraite):”Dimanche (6 mars 1938)… s’est déroulée la première journée de pêche du Grand-Etang. L’opération de la pêche fut la répétition des  pêches antérieures, mais peut-être miraculeuse cette année. On cause d’environ  20  tonnes de  poissons pour les trois jours de pêche… Parmi les véhicules   figurait un camion spécial de pisciculture des Flandres qui était là pour  s’approvisionner…”

*  *  *

Faisant un bond dans le temps, nous lisons le texte suivant dans “Le Messager” du 21/10/1962 :”Le Lac de Bambois est en voie d’assèchement. On espère qu’il n’y a pas de pluie que dans le courant de la semaine du 22 au 28 octobre 1962, le niveau d’eau sera déjà très bas et que l’on verra le poisson s’acheminer vers les bacs de triage. Le poisson sera vendu directement au public pendant qu’au restaurant et buvette aura lieu la “Fête du Poisson”. Il y a 15 ans que cette pièce d’eau n’a plus été mise à sec…

 

(à suivre) R.A.

 

(l) Mr le  Doyen écrivait ces lignes, il y a plus de 51 ans. ‘fît   que  dire aujourd’hui vu la valeur de notre argent?

(2) De Sart-Eustache.

(3) Il s’agit de l’étang qui était situé, en Leiche, dans la propriété dite: “Le   Château d’en Leiche et la Cence des Béguines”.

 

(foto / photo : 1950s)

in : La Voix de Bambois, s.d.

HISTOIRE  DE  NOTRE   GRAND-ETANG  – BAMBOIS-PLAGE  (suite)

 

A partir de 1946, le centre nautique du Bambois connut un essor remarquable, lequel atteignit son apogée à la fin des années 60.

Nous voudrions relever ici toutes les attractions qui furent mises sur pied à la plage, au fil du temps, mais ceci nous conduirait beaucoup trop loin dans le cadre restreint qui nous est imparti au sein du bulletin paroissial.

Hélas, petit à petit, pour diverses raisons – lesquelles n’ont pas leur place dans la présente rétrospective – le déclin s’installa à la plage et, à partir de 1976, le domaine du lac fut complètement déserté.

Le lac abandonné par les estivants a tout de même permis à un grand nombre de plantes sauvages de croître sur son pourtour faisant la joie des botanistes tandis que les nids des très nombreux oiseaux ont fait celle des ornithologues.

Revenant à notre case départ, espérons que 1987 – Année internationale  de  l’Environnement – connaîtra  du moins, le début de la réalisation des projets   envisagés. La “renaissance” du site est peut-être plus proche que nous le   pensons.

 

(fin)

R.ANGOT

 

(foto / photo: 1950s)

li Grand Vèvî (le Grand Etang)

(in: J.-Fr. Pacco, Paysages du Namurois, éd. namuroises, s.d., p.34)

in : La Voix de Bambois, février 1987

HISTOIRE  DE   NOTRE   GRAND-ETANG

 

La  Plage  de  Bambois

 

Si  depuis bien des lustres, au fil du  temps, les habitants du Bambois, de  Fosse-centre (et  même d’ailleurs) n’ont pas manqué d’utiliser le Grand-Etang  pour s’adonner aux joies de la nage, de la pêche, du canotage à la bonne  saison, et du patinage quand les eaux « étaient prises », ce fut seulement au lendemain de la guerre 1940-1945 que germa l’idée de fournir, au plan d’eau, une plage à la fois vasteet accueillante.

Quelques novateurs audacieux avaient compris que avec l’aménagement d’une   telle plage – et l’exploitation des richesses naturelles du lac – doteraient   finalement le rustique et pittoresque village de solides ressources   insoupçonnées  auparavant.                                        

Issus de l’initiative privée et  bénéficiant du soutien éclairé des administrations   communales de Fosse et de St-Gérard, les travaux d’aménagement débutèrent   au printemps de 1945 pour s’achever au cours de l’été 1946.

Le 21 juillet 1946 fut un grand jour pour le Grand-Etang. En effet, c’est à cette  date que furent inaugurées les installations de « Bambois-Plage ».

A ce sujet, il est intéressant de relire l’essentiel des articles que « Le Courier de  Fosses » consacra à l’événement (l):

“INAUGURATION DE  BAMBOIS-PLAGE”  –

Ça y est ! Une plage de sable fin, des bains pour petits et grands, 20 cabines, un tremplin pour plongeurs, un embarcadère….  , un solarium, bref rien ne manque  et on peut dire que notre région possède une plage sur l’un des plus beaux lacs   de notre pays. L’inauguration de Bambois-Plage aura lieu ce dimanche 21   juillet à 14 h.”(2)

“BAMBOIS-PLAGE…  La plage a été inaugurée ce 21. Un large embarcadère, construit sur pilotis, est bordé de 20 barques multicolores… Une pente douce   descend vers la rive, formant un beau solarium en partie boisé…; vingt cabines  et un vestiaire convenable en forment le fonds. L’emplacement des bains est  complèté par une jetée, s’avançant d’une vingtaine de mètres dans le lac, et à l’extrémité de laquelle un haut tremplin permet aux plongeurs de beaux  exploits… Un emplacement de toute sécurité est réservé aux  petits…

14 heures-  Les  fondateurs de cette entreprise, Messieurs Jacques de Thomaz de   Bossière, René Charue et le notaire E. Lambin, tous trois de  St-Gérard, reçoivent, devant  l’entrée, les administrations communales de Fosse et de

St-Gérard. Monsieur de  Thomaz  prononce immédiatement une  allocution de circonstance et souhaite la bienvenue aux  autorités… Il invite ensuite les deux  bourgmestres à procéder à l’ouverture officielle . Des gerbes de fleurs sont   remise aux deux “mayeurs”… Après quoi, visite guidée des installations ….

Une promenade en canot emporte les mandataires communaux qui, bientôt, font   le tourdu lac.                                                                         

Les douze embarcations en service ne chôment  pas… (3)                   

“Des haut-parleurs dissimulés dans les arbres complètent la gaieté et le charme   de ce lieu….”

 

à suivre .

 

(l) Il s’agit donc d’extraits.

(2) « Le Courrier de Fosses » du 21 et du 28 juillet 1946.

(3) Notons ici qu’une course de canots, dotée de nombreux prix, fut disputée le  dimanche 28 juillet 1946 à 15 heures.

1947:

in : La Voix de Bambois

HISTOIRE   DE .NOTRE   GRAND-ETANG

 

Bambois-Plage (suite)

par Roger Angot

 

Tarif des abonnements pour la saison 1947 :

150 Fr :  abonnement   individuel  pour la saison;

300 Fr :  abonnement de famille  pour  la  saison

75  Fr   :   abonnement   individuel  pour un mois;

125  Fr :  abonnement  de  famille pour  un mois;

L’abonnement donne droit, gratuitement, à l’entrée et à l’accès aux cabines de  bain. Les personnes intéressées doivent, en plus du montant de l’abonnement, déposer une  photo.

A l’invitation de la section fossoise de la Ligue des familles nombreuses, des  réductions sensibles seront accordées.»

A  partir du 19 juillet 1947, un professeur de natation  se tint à la disposition de  la   clientèle   chaque   jour, dès   9 h  du matin, et ce   pendant   toute   la   saison. Par  ailleurs, la   direction  de  la   Plage  annonça pour  le   dimanche   3   août   ce   la  même  année ,une   nouvelle   et   intéressante attaction : un concours   de  tir  au pigeon artificiel. Les inscriptions furent  prises  à la  buvette. (l)

Au  début du mois d’août 1947 des bruits allarmants  furent répandus   concernant   une   éventuelle  fermeture   de  la  plage, et   ce  suite  à certaines   épidémies  sévissant   dans   le  pays. Il  n’en fut  rien heureusement et, au  demeurant, on  enregistra   4.000   entrées   le  dimanche  10  août   et   5.000 le  dimanche  suivant. (2)

Le  dimanche  31  août  1947   eut   lieu, dans  le  complexe  du

Grand-Etang, l’ élection de Miss Bambois-Plage, ainsi qu’un grand concours des plus beaux enfants et des familles nombreuses. Pour les enfants, on compta :  – de  1  à 3  ans:   67   concurrents;   – de  3   à  6  ans: 56  concurrents.

 

Treize  groupes   représentaient   les   familles   nombreuses,

Il  y  avait   24   concurrentes  pour le  titre  de Miss  Bamois . Ce  fut  Mlle   Lucienne  DEBIESME  (de  Châtelet)   qui   fut   élue. Le   jury  désigna Mlles  Sonia   DEHAYHE   (de  Herstal)(on venait   de  loin au Bambois !)   et Marcelle  QUIRIN (de  Falisolle) , en qualité   de   demoiselles   d’honneur.

Relatons   ici   un  petit   acc… ou   in. . . cident .Dès   que Miss  Bambois-Plage fut élue, elle  prit   place,en   compagnie   de  ses   demoiselles d ‘honneur, dans   une  barque   fleurie, et   fit   un  grand   tour  sur  le  lac.

La  monitrice de la plage se porta, en canot également, à la rencontre des   jeunes filles pour leur offrir d’autres fleurs et les congratuler . A tort ou à raison, elle manqua le pied et tomba à l’eau, pour en ressortir en maillot alors que sa   toilette surnageait et était rapidement repêchée. Tout se termina, bien sûr dans   l’hilarité générale . (5)

Notons   encore  qu’eut  lieu une  grande  fête nautique et   champêtre(4), à la  plage   du Bambois le   dimanche  14  septembre  1947   et   ce  au profit   des   oeuvres   de  secours   du Mouvement   National belge (5), section provinciale  de  Namur.

 

à suivre ;

(l)  D’après   “Le  Courrier   de Fosses » du  20/07/1947.

(2) D’après   “Le  Courrier  de Fosses”   du  10/08/47.

(3)  D’après   “Le  Courrier  de  Fosses”   du 07/09/47.

(4)  D’après   “Le  Courrier  de Fosses”   du 14/09/47.

(5)  Mouvement   de  résistance  à l’ennemi  au  cours   de  la   guerre   40-45.

 

(foto / photo : 1960s)

in : La Voix de Bambois, mars 1987

HISTOIRE   DE NOTRE GRAND-ETANG

 

“Bambois  Plage”       (suite)

Après  un  départ   aussi  prometteur,les   organisateurs   décidèrent

d’exploiter   à  fond   ce   complexe   touristique qui s’annonçait très intéressant pour la collectivité. D’heureuses et d’importantes   transformations furent   apportées   aux   installations.  Les   plages   furent   arrondies,les tremplins;   pour baigneurs   aménagée   avec   plus   de  soin  et   en plus grand  nombre.Les   visiteurs   amateurs   de  yachting  ne   furent   pas   oubliés    : de   nouvelles barques furent  mises  en  service   pour   de   longues   et   paisibles randonnées   nautiques .

La   création  de   la plage  du  Bambois permit ainsi aux  habitants  de Fosse   et   des   régions  circonvoisines –   jeunes   et   vieux   –  de   trouver  dans la   quiétude   un  délassement   à la   fois   sain  et   agréable. ( 1 )

Voici,en l’occurence,quelques   extraits   de  la  prose  que   consacre “Le   Courrier   de   Fosses » (2)   au   complexe   nautique   du  Bambois    :

 

“BAMBOIS  –  PLAGE”   –  Les   installations   , considérablement   agrandies   de  la plage seront   ouvertes   au   public   à   partir   du   dimanche  25  mai   1947 (Pentecôte ) . Elles   seront accessibles   tous   les   jours   à  partir   de   9  heures.

S’étendant   sur  la   rive nord du   lac   (comptant   environ  50  ha),elles comprendront,outre une promenade et une plage sablée, trois   bains  bien distincts :l ‘ un   pour   les   enfants, le   deuxième   pour amateurs , avec   plongeoir et   le  troisième,   pour  professionnels, avec  plongeoir   et   une  girafe  de   4 m.

De   nombreuses   cabines   sont   aménagées  ainsi   qu’une  buvette  avec tous   raf raîchissements   et   buffet    froid.

La   plage  est   pourvue   d’installations   sanitaires   ultramodernes et d’un   parc  pour  autos , motos   et   vélos.

La Direction de l’Etang nous a communiqués   les   tarifs   qui   paraissent   mmodérés : ENTREE: 5Fr  pour les adultes, 3 F pour les adolescents  de   12 à.   16   a ns, 2 F pour les enfants  de 6 à 12 ans et gratuite pour les moins de 6 ans. – Bains : 5 Fr. Canotage : 30  Fr  l’heure (3   personnes). Pêche : 30 Fr la   journée….”

( à suivre )

 

(l)  D’après   “Le  Courrier  de  Fosses”   du   27-04-l947,

(2)   “Le  Courrier  de Fosses”   du 18-05-1947  et  du  08-06-1947.

1948-

in : La Voix de Bambois, juin 1987

 

HISTOIRE  DE  NOTRE   GRAND-ETANG  – BAMBOIS-PLAGE  (suite)

 

A partir de 1948, le centre nautique du Bambois connut un essor remarquable, lequel atteignit son apogée à la fin des années 60.

Nous voudrions relever ici toutes les attractions qui furent mises sur pied à la plage, au fil du temps, mais ceci nous conduirait beaucoup trop loin dans le cadre restreint qui nous est imparti au sein du bulletin paroissial.

Hélas, petit à petit, pour diverses raisons – lesquelles n’ont pas leur place dans la présente rétrospective – le déclin s’installa à la plage et, à partir de 1976, le domaine du lac fut complètement déserté.

Le lac abandonné par les estivants a tout de même permis à un grand nombre de plantes sauvages de croître sur son pourtour faisant la joie des botanistes tandis que les nids des très nombreux oiseaux ont fait celle des ornithologues.

Revenant à notre case départ, espérons que 1987 – Année internationale  de  l’Environnement – connaîtra  du moins, le début de la réalisation des projets   envisagés. La “renaissance” du site est peut-être plus proche que nous le   pensons.

 

(fin)

 

R.ANGOT

Bambois: le p'tit café des années 1950

(VA, 04/05/1995)

La vidange du Grand Etang

(Le Messager, 22/12/2006)

li Grnd Vèvî (iviêr 1929 ) (le Grand Etang (hiver 1929)

(Le Messager, 14/04/2006)

Li Grnd Vèvî, classé Site Natura 2000

(R. Delooz, Promenades à Fosses-la-Ville, s.r.)

"Bambois - Sauvetage d'un étang" (Fondation Roi Baudouin)

Compôsicion (Composition) : "Bambois Plage"

li Grand Vèvî (1950s-1960s) (le Grand Etang)

2 19e  / divant 1914 (avant 1914): li chatau d’ au èt l’ èglîje (le château d’eau et l’église)

1810 – 1889 : li tiradje au sôrt (le tirage au sort)

 

Roger Viroux, in : Novèles, 53, 2002, p.18-20

 

Li tiradje au sôrt

 

Divant l’ guêre di quatôze, on côp pâr anéye, on tireûve au sôrt dins l’ tièsse di chake canton dè l’ Bèljike.

Lès djon.nes-omes qu’ avin.n l’ âdje d’aler sôdârt alin.n tirer on numèrô foû d’on tonia. Li cia qu’aveûve on hôt numèrô n’ aleûve nin sôdârt.

Lès-ôtes î alin.n, mins l’ cia qu’ aveûve dès caurs si p’leûve fé remplacer en-z-è payant onk qui v’leûve bin. C’ è-st-insi qui m’ grand-pére, qu’ aveûve on p’tit comêrce di grins èt one feume qui cûjeûve èt vinde do pwin, a payî one saquî, on

Flamind po-z-aler sôdârt è l’ place di m’ pa, çolà dèviè 1900.

 

Dins l’ Ètur-Sambe-èt-Moûse, lès consrcîts arivin.n o maîsse viladje do canton padrî one baterîye di tambours en tchantant dès tchansons qui s’ rapwârtin.n sovint à leû viladje.

Èstant gamin, quand on causeûve do tiradje au sôrt, qui ‘là longtimps qu’ on nè l’ fieûve pus, on tchanteûve co, avou d’s-ôtes, les cènes do Banbwès :

 

« Lès Banbwètîs sont là !

Waîtîz bin lès Tchènas (1)

Roter tortos au pas !

C’ èst nos qui va tirer !

T’t-à l’eûre, on va r’monter (2)

Avou tos nos parints (3)

Gn-a l’ taute qui nos ratind ! (4) »

 

(1) Lès Banbwètîs, on lès lome lès Tchènas, pace qui, d’ l’ uviêr, bran,mint dès

djins do Banbwès fèssin.n dès tchènas,

(2) rimonter : Li Banbwès èst su on cripèt èt Fosses, li tièsse do canton, èst

dins on fond.

(3) ça vout dîre qu’ il aveûve tiré on hôt numèrô, li man fieûve li taute èt l’ famile si rachoneûve autoû dè l’ tauve èt tchanter :

 

« Si Popol a dandjî d’ sôdârts,

Qu’ i ‘nn achète au bazâr ! »

C’ èst li qu’ a tos lès liârds . »

 

I gn-a co one ôte tchanson :

« Au Banbwès, on n’ vout nin l’ bidèt ! (1)

Nos n’èstans nin dès baudèts. »

 

(1) li bidèt èsteûve li pus bas numèrô. Avou li, on-z-èsteûve sûr d’ aler sôdârt.

Citèle-ci n’ a rin d’orijinâl. On l’ tchanteûve sûremint dins d’s-ôtes viladjes èto.

 

Li djoû do tiradje au sôrt, on fieûve dès bals à l’ viole, on bwèveûve èt on s’ bateûve pacôps viladje conte viladje .

 

 

Li Banbwès / histwêres do passé (Bambois / histoires du passé)

1442 (divant _)

Roger Viroux, in : La Voix de Bambois, nov. 1987

 

Au Banbwès, ‘là longtimps

 

Gn-aveûve dins l’ timps, do timps qu’ gn-aveûve co pont d’astantche, et donc qui l’ Grand Vèvî n’èsteûve nin one sitindéye d’eûwe, mins dès campa­gnes avou deûs ris qui s’ ridjondin.n au mitan, on-ome qui d’mèreûve èwou-ce qui c’è-st-asteûre li Pwint d’Arèt.

 

I draudeûve li Bwès dès Tchènon.nes avou one binde d’ôtes-omes do Banbwès, do Wôt-Vint, d’ Viètrîvau, di D’vant-lès-Bwès èt d’ Pontauri. Il abatin.n lès-aubes, is lès discouchetin.n èt is lès mètin.n’ à moncias qu’is rascouvyin.n avou dès wazons. Adon, is mètin.n li feu au moncia d’ bwès qui brûleûve tot doûcemint. Pa-d’zos l’ wazon, l’ feu djômieûve èt i faleûve dès djoûs èt dès radjoûs po qui l’ moncia fuchiche tot brûlé.

 

Adon, on r’ssatcheûve lès wazons èt quand l’ moncia d’ brûlé bwès èsteûve mètu à djoû, on l’ distindeûve èt on l’ mèteûve sètchi pa-d’zos dès ayons d’ djinièsses. Quand il èsteûve sètch, on l’ kèrdjeûve à tchaur ou à bègnon èt on l’ mwinrneûve èwoù-ce qu’i gn-aveûve dès bas-fornias po fé fonde li minerè d’ fiêr d’Etur-Sambe-èt-Moûse, come on-z-è troveûve o Bwès l’Abé, à l’ place qu’on lome co “lès Minêres”.

 

I faleûve do tchèrbon d’ bwès po fé fonde li minerè. C’è-st-insi qu’on vèt, tot l’ long dè l’ route di M’tèt, dès grandès rondès tatches di nwâre têre. On lome ça dès-aîres di faude, pace qui c’èst lès faudeûs què l’s-ont faît, tot fiant do tchèrbon d’ bwès.

 

Noste ome diveneûve vîy èt il èsteûve dimèré pôve, maugré qu’ ‘l aveûve todi bouté come on nêgue.  – C’èst ç’ qu’on dit todi, mins lès Bèljes qu’ ont stî au Congo dîyenut qu’en travayant come on nêgue, à cint-ans on d’mande co ‘woù-ce qu’on danse ! – Come i vêyeûve qu’i gn-aveûve dès cias qu’ n’avin.n jamaîs suwé, mins qu’avin.n maugré ça arauvelé dès bins, il èsteûve choké, èt on djoû qu’ ‘l aveûve si draye. ‘là-t-i nin qu’i dit : “Quand dj’ duvreûve co d’mander au diâle di m’aîdî, mins dji m’ va ètèrprinde one saqwè po div’nu ritche !” Mâria todi !

 

Di ç’ timps-là, po n’ nin qui l’ diâle viniche, on n’ dijeûve nin l’ diâle; on d’djeûve : “li drouzin” ! C’èsteûve li min.me è francès : è l’ place di dire :”le diable”, on d’djeûve : “le Malin”. Et c’èsteûve co l’ min.me è néèrlandès : è l’ place di dîre : “de duivel”, on d’djeûve : “de droes”.

 

Todi è-st-i qui l’ diâle ôt s’ nom èt qu’ ‘l abize. Sitrindu, noste ome ! Dji n’ vos-a nin co dit qu’ i s’ lomeûve Pèklèt. Mins l’ diâle, li, i l’ saveûve bin. “Pèklèt, di-st-i, ti m’as uké : vo-me-ci ! Qwè-ce qui t’ vous ? -“Dji vôreûve bin ièsse ritche ! Duvint l’s-ôtes et nin mi ?”-“Tè l’ sèrès, di-st-i l’ diâle, mins à one condicion : Quand t’ môrrès, dj’aurè t’-y-âme !” Come di ç’ timps-là on n’ dijeûve nin co O.K., nosse Pèklèt lî dit : “D’acôrd, Satan !” – “C’èst nin Satan qu’on m’ lome. Dji so s’ fré : Bèlzébub. Dimwin, ti sèrès ritche !”

 

Li Pèklèt aureûve bin ieû zoublé è l’aîr. I n’ si sinteûve pus. I s’a toûrné èt r’toûrner tote li nût su s’ payasse di fètchêres. I vèyeûve dèdjà one bèle maujo avou dès pîres d’à l’ Bôcame è l’ place di s’ vîye cayute èt one bèle crausse vatche (quékefîye deûs !) è l’ place di sès deûs gades !

 

Mins su l’ matin il èsteûve dissôlé èt sondjî à s’ man qu’aleûve tos lès dîmègnes à mèsse à Sint-Djurau, qu’on lomeûve Brogne di ç’ timps-là. Si s’ pôve vîye man l’aureûve ieû vèyu fé mârtchi avou l’ diâle … po dès caurs ! Lèye qu’ènn aveûve mauy ieû dès masses èt qu’èsteûve todi si gaîye !

 

A l’ pikète do djoû, come s’il aureûve ieû rèchu di d’ pa-d’zos l’ tauve, ‘là l’ biabia Bèlzébub qu’aparèt :”Vo-n’s-î-là”, di-st-i. -“Oyi, di-st-i l’ Pèklèt, mins dji n’ so nin co sûr qui v’s-èstoz l’ diâle. Vos vos vantez quékefîye !” – “Dji m’ tè l’ va prouver, di-st-i l’ diâle. Dji t’ va fé one maujo come gn-a pont à Fosses èt min.me à Nameur ! As se dèdjà vèyu lès maujos d’ Nameur ?” -“Non, di-st-i l’ Pèklèt, Dji n’a co mauy sitî j’ qu’à là, mins m’ fré Antwin.ne, qui l’ Bon Diè l’ mête è s’ paradis, …” –« Taîj tu », crîye-t-i l’ diâle, qui suweûve tot d’on côp à grossès gotes, oudonbin dj’ m’ èrva !” – “Bon !, di-st-i l’ Pèklèt, dji nè l’ dîrè pus mauy si djon.ne ! Mins po bin prouver qu’ t’ès l’ diâle, èst-ce qui t’ moussereûve bin dins on canibwèstia ?” – “Qwè-ce qui c’èst d’ ça ?” -“C’èst l’ bwèsse qui m’ man, qui l’ B…, Hm !, qu’èsteûve costri, î stitcheûve sès-èwîyes èt sès-atatches. » – « Alêz ! », di-st-i l’ diâle, èt vo-le-là divenu tot p’tit èt broker o canibwèstia. Raîde come l’alumwâr, li Pèklèy mèt l’ couviète èt s’ achîr dissus. Su ç’ timps-là : « Waye, mès bodènes ! Waye, mès fèsses ! » Oyi, waye tos costés, parce qui l’ Pèklèt aveûve lèyî l’s-èwîyes èt l’s-atatches di s’ man o canibwèstia !

 

– « Si t’ vous rèche foû di-d-là, rind me mi parole ! », di-st-i l’ Pèklèt.

– «  Dji tè l’ rind ! », criyeûve-t-i l’ diâle. Li Pèklèt s’ astampe en-z-apiçant l’ botèye avou l’ bènite eûwe do Vinrdi Sint èt ‘là l’ diâle ramouyî au moment qu’ i rét. Ûler, m’-n-ome! Et fritchî èvôye avou l’ feu à queuwe !

On n’ l’ a pus mauy rivèyu après l’ bambwès. Ety l’ Pèklèt s’ a continté di ç’ qu’ il aveûve. I faut dîre qu’ il aveûve ci qu’ gn-a d’ mia au monde : li boune aîr èt l’ solia do Bambwès. Il î ploût co bin èt nîver èt djaler èto, mins on s’ è caye on laid vîy côp ! Nos savans bin qui l’ solia, lès fleûrs èt lès frûts r’vêront on djoû èt qui l’ Bambwès sèrè todi on viladje qu’ il î faît bon viker.

 

Roger Viroux

 

1890

Roger Viroux, in : La Voix de Bambois,  oct. 1986

 

ONE HISTWËRE DI D’DINS L’ TIMPS

 

Voci one hstwêre qu’ on raconteûve quand dj’ èsteûve gamin, à l’ chîje   :

 

Gn-aveûve dins l’ timps au Banbwès on djouweû d’ violon qu’ aleûve vôy lès   coméres à Pontauri. Di ç’ timps-là, tot l’ monde aveûve one vatche ou deûs, saquants bèdots èt saquants pourcias.

I s’ faît qu’ èmon s’ comére, on-z-aveûve touwé l’ pourcia, pace qu’ on-z-èsteûve   do mwès d’ octôbe èt qu’ c’ èsteûve li momint d’ rimpli l’ salwè po l’  uviêr.   Come c’ èst l’ ûsance dins ç’ cas-là, on-z-aveûve faît on din.ner d’ couchèt èt   on-z-aveûve invité l’ curé, li famile èt lès vijins.

 

Come on bwèveûve avou ça èt tchanter, il aveûve pris s’ violon po-z-acompagner lès tchanteûs. On s’ aveûve bin amûsé djusqu’aus p’titès-eûres èt  vo-le-là èvôye po rivenu au Banbwès au d’ truviès do Bwès l’ Abé. I gn-aveûve   co pont di tch’min d’ fiêr, mins gn-aveûve li vôye qu’ î  èst todi d’alieûrs èt qui vint rèche djusse à l’ cwane do camping di Dôye.

 

I gn-aveûve dè l’ lune èt il èsteûve tot gaîy. Tot d’ on côp, il ôt do brût padrî li   dins lès bouchenisses. I s’ ritoûne bon-z-èt rwèd èt qwè-ce qu’ i vèt ? On leup   qu’ a l’ aîr d ‘avorer sur li   !

 

I n’ coûrt nin èvôye, mins i n’ pièd nin l’ tièsse. Èmon lès parints di s’ comére,   on lî aveûve diné po sès parints èt sès frés èt  soûs on bon  kulo d’ tripes. Il è   rauye on bokèt èt l’taper pa-d’vant l’ leup.

 

Do timps qui l’ leup l’ ramasse, i pète au diâle (…). Mins l’ leup a ieû rade   sicafyî l’ bokèt d’ tripe, vos pinsez bin! Mins quand il a  raprotchî, nosse   Banbwètî lî a r’tapé on bokèt d’ tripe, ci qui faît qui l’ leup a co r’pièrdu do   timps, èt insi djusqu’à tant qu’ gn-a ieû dè l’ tripe…

 

Tantia qu’ il a tapé s’ dêrin bokèt d’ tripe avou l’ papî aumomint qu’ i rècheûve   foû do bwès. Èt vo-le-là sins tripe dins lès campagnes di Dôye, one miète di ç’   costé-ci do tèrin d’  camping d’ asteûre ! Èt l’ leup raprotcheûve !

 

Tot pièrdu, i comince à djouwer do violon: “Timps d’ èraler, timps d’ èraler ! Vos savoz bin qu’ lès feumes sont droles! …”  Èt ‘là l’ leup què l’ lève do costé   do bwès ! Chapé, on-ome ! Èt  télemint binauje qu’ il a djouwé do violon   djusqu’à s’ maujo  …  èt  i d’mèreûve su l’ Batî.  Tot l’ Banbwès èsteûve rèwèyî   èt djurer èt maudi l’ sôléye, pinsin.n-t-is, qui djouweûve do violon à plin.ne nût!

 

I parèt qu’ c’ èst l’ dêrin leup qu’ on-z-a vèyu en Bèljike.  C’ èsteûve  dèviè 1890.

 

1910 - on bâtit l' chatau d' au (on construit le château d'eau)

(in: Le Messager, 25/06/1982)

Li banbwès (Bambois) - èglîje Sint-Biètrumé (église Saint-Barthélemy)

(Le Messager, 28/01/1983)

(in: Le Messager, …/2002)

L’ èglîje do Banbwès / L’ église de Bambois 

Edgard Pire, in : La Voix de Bambois, août 1985

 

HISTOIRE DE L’EGLISE ET DU PRESBYTERE DE BAMBOIS

 

CHAPITRE I  (2e partie) (1ère partie introuvable)

 

/ les anciens propriétaires du terrain où se trouvent actuellement l’église et le presbytère/

 

NICOLAS BAUDIN

 

Fils de Jacques et de Catherine François, né à La Haye (Hollande) en 1775, décédé à Namur, le 11 octobre 1844. Peintre de son métier, il avait épousé Marie-Alexandre. D’après les registres de l’état civil de Fosses, huit enfants sont issus de ce mariage.

Marie-Hernestine      Emile-Joseph

Marie-Magdelaine      Alexis-Narcisse  Marie-Huriette        Jean-Julle

Marie-Eulalie        Ambroise-Feuillen

Au décès de Nicolasr Alexis devint le seul héritier de la ferme de Bambois, car ses soeurs,religieuses à Namur ont cédé leur part à leur frère, il en fut de même des trois autres frères.

 

 

NARCISSE BAUDIN

 

Fils de Nicolas, est connu sous son deuxième prénom. Né à Fosse le20 décembre 1820, décédé à Anvers, rue du Vanneau, le 13 oct. 1890. Peintre de son métier, il habitait Namur, rue des Brasseurs, mais il revenait chaque année à l’époque de la chasse passer quelques jours dans la ferme paternelle de Bambois où il s’était réservé une chambre qui communiquait avec une pièce aménagée en chapelle dans laquelle se trouvait un tableau sur bois, assez remarquable. Narcisse Baudin est cité dans le dictionnaire des peintres belges: Baudin N. seconde moitié du 19e siècle, peintre de genre. Le 17 octobre 1874, Narcisse Baudin vendra propriété à Bernard Hanotiaux, cultivateur et à son épouse Marie-Grégoire,.demeurant au Try Bernard, commune de Wanfercée-Baulet par acte de Me .Jeanmart, notaire rue E.Cuvelier 8 à Namur . En 1880, vente par jugement à Philippine Piron, rentière à Ciney. Philippine avait acheté la grange et annexes ainsi que tous les terrains: 9 ha.et quelques ares. En 1888, suite au jugement de 1880, la maison et bâtiment rural qui constituait le corps de logis de la ferme, contenance 6 ares 90 ca, ainsi que terre et jardin,contenance 14 ares 80 ca furent vendus à Remy-Mathot Moïse; il s’agit de la maison de Jules Pietquin route de St Gérard; Jules l’a achetée en 1950 aux héritiers Remy-Mathot. En 1891, vente de Piron Philippine à Mlle Jeanmart Adèle-Marie-Thérèse, rentière, rue E.Cuvelier, 8, à Namur (fille du notaire Jeanmart). En 1893, la grange et dépendances tombent en ruines.  En 1897, démolition totale de ces ruines.

 

Après 1874 et au fil des années ,le nom de Baudin a été déformé dans la prononciation populaire pour faire place à Baudouin.Encore de nos jours, certaines personnes de Bambois et notamment Jean et Julie Delais disent: “Baudouin” pour désigner les terrains de l’ancienne ferme de Bambois.

 

(à suivre.)

 

P.E.

 

In : La Voix de Bambois, sept. 1985

HISTOIRE DE L’EGLISE ET DU PRESBYTERE DE BAMBOIS

 

CHAPITRE II :  La construction de l’église et du presbytère.

 

 

Le notaire Jeanmart est décédé à Namur, le 3/12/1886 .”En souvenir de son père et s’intéressant à notre village, Adèle Jeanmart envisage de faire construire à Bambois une magnifique église et un beau presbytère. Le 21 juillet 1898,. elle sollicite du collège des bourgmestre et échevins l ‘ autorisation de faire construire une église h Bambois,le long de la route de Tamines à Denée, entre les bornes 18 et 20,sur une parcelle de terrain, reprise au cadastre de la commune de Fosses rsous le n° 896 E à la section E. Cette autorisation est accordée. La construction débute en 1898. Surface de construction : 696 m2 90 dm.2.

 

Témoignages :

 

REMY Jules,né à St Gérard le 12/7/1879, marié à Fosses, le 16/4/1904 à Paulet Rosalie.-a fait son service militaire de 1899 à 1903. C’est l’année précédant son service aux armées qu’on a bâti l’église.- a habité la ferme Baudin qui était propriété de ses parents, Remy Mathot Möise qui l’avaient achetée par jugement en 1888.- il y avait deux pièces transformées en chapelle et d’eux étangs derrière la maison. REMY Léon,né à Fosses le 22/5/1892.- a- habité la maison, actuellement de JuTes Pietquin.il confirme le début de la construction de l’église et; de la cure en 1898, de l’école en 190l(par l’administration communale) DEPROOT Alice,née à Fosses le 1/10/1898. -Sa mère lui a toujours raconté qu’elle était née l’année ou l’on a commencé la construction de l’église. Sa mère faisait à manger pour les ouvriers maçons et ceux-ci se sont cotisés pour lui acheter sa robe de baptême.

D’après Gaston Fauville, les pierres qui ont servi à la construction de l’église et du presbytère ont été extraites et façonnées au fer, au lieu dit Haye Mayet, commune de Maison St Gérard d’après le témoignage de son père Emile, né le 13/11/1876.

 

Nos témoignages sont dans les limites de la véritéren effet, après la construction de l ‘ église , deux plaques avec inscriptions en latin furent placées au mur de chaque coté du choeur. Elles ont été enlevées et se trouvent entreposées dans la sacristie de gauche-la traduction a été réalie par l’abbé Kaisin.

 

Plaque côté gauche du chœur :

 

Ferdinand Mallar et les habitants du lieu-dit”Bambois” prirent soin de poser cette pierre (en souvenir) de Madame Adèle Jeanmart qui de ses propres deniers , érigea cette église à la mémoire de son père Barthélémy Jeanmart.

 

Plaque côté droit du choeur :

En l’année 1900,1e 16 mars ,1 ‘ illustrissime et reverendissime Seigneur Thomas Louis Heylen, évêque de Namur a béni solennellement cette église. En dessous se trouvent les armoiries de cet évêque avec sa devise : “Prudent comme un serpent et simple comme une colombe” .

 

Le titulaire de l’église est “Saint Barthélémy”. Le tympan au dessus du porche d’entrée porte l’inscription gravée dans la pierre:

 

A

La mémoire

de Me Barthélémy Jeanmart

Notaire à Namur

Y décédé le 3 décembre 1886

 

(à suivre)

 

In : La Voix de Bambois, oct. 1985

 

HISTOIRE DE L’EGLISE ET DU PRESBYTERE DE BAMBOIS

 

La construction de l’église et du presbytère. (suite)

 

Le mois passé, noue vous avions parlé de la construction de l’église.

Concernant le presbytère, la menuiserie du rez de chaussée est en chêne (comme toute la menuiserie de 1 ‘église )mais les planchers et portes du 1er. étage et grenier sont en sapin du pays.

Le 20 mars 1899, Melle Jeanmart s’engage à faire donation de l’église lorsque ce hameau sera érigé en chapelle.

Le 23 avril 1900, par arrêté royal, la section de Bambois est érigée en chapelle.                                               

Léon Remy racontait que le bâtiment qui devait servir de presbytère fut occupé en 1903 par des religieuses françaises qui ouvrirent un pensionnat. En effet,après la loi du 1er. juillet 1901 sur les congrégations religieuses , quatre religieuses enseignantes(originaires d’un couvent

de Roye):

 

Conte Marie, née à Villefranche, le 8/07/1868,

Leroy Germaine , née à Airerle 19/06/1876.

Ségas Célina,née à Fontenay aux Roses, le 18/07/1876.

Gourtiat Marie, née à Eglisolles,le 16/07/1865.

sont venues ouvrir un pensionnat ,1e 16/10/1903, au n°20 de la Grand’route de Bambois ;c ‘est le presbytère actuel. La 3e est partie pour Dison le 18/10/190 6. Les écolières françaises étaient Caras Renée(10 ans),Jupin Joséphine(ll ans) ,Gloisiaux Adèle(l2 ans), Petit Philomène(l5 ans), Maillet Antoinette(l5 ans ) ,Niquet Madeleine(l2 ans),Petibou Fernande (8ans), Duquenne Margueritte(l2 ans), Poiré Marie(9 ans). Ce couvent a sans doute

existé jusqu’en 1906, année où le curé Delforge vint s’installer au presbytère n°20,par après n°32.

 

Tout ce monde français fut rayé d’office le 24/ll/1911(sauf la 3e).

 

 

La donation – la faillite – la Guerre de 14-18 à nos jours

 

Le 30/12/1908, Melle Adèle Jeanniart fait donation de l’église de Barnbois à la fabrique d’église de Fosses(acte du notaire Delvigne,rue Godfroid,17 à Namur. L’acte de donation:

1 Melle Jeanmart fait donation à la fabrique d’église de Fosses de l’im-meuble bâti sur 696 m2 90 dm2 – l’autel, le confessionnal,! ‘armoire, fauteuils, s tatues , vitraux, vêtement s sacerdotaux. . .estimât ion: 79. 208, 95 fr.

2_.La donatrice se réserve la pièce qui se trouve au-dessus de la sacristie de gauche(depuis 1970, cette pièce a été murée efit* coeur).

3_.La donatrice sollicite la célébration de six messes basses par année, deux pour ses parents, deux pour son frère Charles, deux pour elle.

 

Le 5/06/1910, l ‘acte de donation paraît au moniteur belge.

 

Le 13/01/1911. Melle Jeanmart est déclarée en faillite.

A la déclaration de celle-ci, la donation a été remise en question, elle aurait été réalisée en fraude des droits des créanciers car quatre maisons qu’elle possédait à Namur étaient hypothéquées .Pour valider cette donation, les curateurs proposèrent à la fabrique d’église de Fosses le paiement d’une somme de 14o295 ft. Finalement , un accord fut conclu, la fabrique paya 6.000 FrvQuant au presbytère, il fut vendu à Prosper Riboux, immeuble, jardin, et terrain 10 ares 95 ça. Concernant les terrains, des lots furent constitués et vendus à plusieurs personnes de Bambois: David-Monroy, Clause François, Yiroux François, etc.

 

Que penser de cette failliter à l ‘analyse des éléments de fond, on peut dire:

 

a) Melle Jeanmart a postposé sa décision de donation pendant 8 ans et 8 mois et ce probablement pour des raisons financières.

b) Il semble que lors de la construction de l’église et du presbytère, des erreurs appréciation ont été commises.

c) Au cours de la période qui a suivi la construction jusque 1910, une solution aurait pu et du être trouvée pour éviter à Melle Jeanmart ,cet échec.

 

Il serait intéressant d’établir une comparaison entre le coût de l’égli­se en 1900 et une constuction de ce genre en 1985. Le prix de 1900 est à multiplier par + 300.A cette époque,d’après Gustave Dégrève un travail­leur de force gagnait de 4 à 5 Fr par jour.

 

Au cours de la guerre 1914-1918,Gaston Fauville apporte le témoignage suivant. Des officiers allemands avaient pris possession du presbytère et au cours des derniers mois avant 1’armistice, des prisonniers italiens en grand nombre occupèrent l’église.

 

Souvenirs pénibles et inoubliables, malgré nos jeunes années, d’avoir vu ces malheureux qui bien souvent ne recevaient de l’armée occupante qu’un peu de soupe pour subsister.«La surveillance n’était pas rigoureuse, ils déambulaient dans le village en quête d’un peu de nourriture.D’autres en assez grand nombre étaient entassés dans les granges et fenils et vi­vaient dans une misère indescriptible. Certains étaient dans un état de faiblesse extrême et durent être secourus par des âmes charitables. Des fourneaux de fortune se voyaient un peu partout, même à l’intérieur de 1’église, pour cuire leur nourriture plus que rudimentaire. Le 11 novembre 1918r jour de l’armistice, fut pour eux un jour de joie immense qu’ils manifestèrent par des chants d’allégresse ininterronpu», même durant toute la nuit. Le lendemain, ils prirent, pédestrement, le chemin du retour et l’on ne sut jamais comment ils ont régné leur patrie ; tous les moyens de transport étaient désorganisés. Après leur retour en Italie et le départ des derniers allemands, des soldats écossais(en kilt) s’installèrent au presbytère et faisaient la joie des enfants de notre âge, par de longues marches dans les prairies d’alentour, au son de leurs cornemuses. Jean Delais confirme le témoignage de Gaston, il souligne la détresse de ces prisonniers italiens qui étaient remplis de poux.

 

Le 5 mars 1919, par décision de Monseigneur Heylen, évêque de Namur, la chapellerie de Bambois est érigée en succursale épiscopale.

Le 20 mars 1919, est nommé le premier curé épiseopal de Bambois: l’abbé Joseph Cambier, né à Lesves le 31 mai 1882, démobilisé de l’armée belge, ancien vicaire de Biesmes. C’est le deuxième dimanche après Pâques, le 4 mai 1919, que l’abbé Crepin, doyen de Fosses, vint procéder à la cérémonie de l’installation canonique du premier curé de Bamboie.

 

Le 24 février 1920, Prosper Riboux vend le presbytère de Bambois à Joseph Crepin pour le compte de la fabrique d’église de Fosses pour la somme de 14.107 Fr (acte du notaire Morimont de St Gérard) . Notre premier curé l’abbé Cambier paya cette somme de ses propres deniers. (Jos. Crepin en fait part dans “Les Cloches de Saint Feuillen” n°33 de 1925.)

 

La première tâche de l’abbé Cambier à son arrivée chez nous ,fut le rachat du presbytère. Pendant les trente-quatre années qu’il assura le service à Bambois, ilexerça sa mission sacerdotale avec comme valeurs essentielles le souci et le respect des autres,valeurs qu’il met en pratique d’une façon exemplaire, avec sincérité et simplicité. A son départ de Bambois en décembre 1953 , il a été aumônier au home Dejaive jusqu’au 16 juin 1958, il prit sa retraite à Carnières oâ il est décédé le 22 août 1960. Son corps fut fut ramené au presbytère de Bambois et grâce au dévouement du regretté abbé Piérard. D’après Rachelle Bert, le cerceuil de l’abbé Cambier fut réouvert car de nombreuses personnes souhaitaient revoir une dernière fois “leur bon vieux curé” .Le dernier souhait de l’abbé Cambier était réalisé: “Être inhumé à Bambois”. Des mains anonymes et reconnaissantes vont encore bien souvent fleurir sa tombe.

 

Monsieur le Curé Cambier à l’évocation de votre souvenir qui est resté bien vivant chez ceux qui vous ont connu:”Tirans noss’tchapia”. Le 22 février 1924 fut créé l ‘asbl. “Association des oeuvres paroissiales du doyenné de Fosses” (moniteur belge du 1/05/1924,la fabrique d’église transfert à cette a.s.b.l. l’église de Bambois, le presbytère et le terrain joignant celui-ci.

 

Au début des années 1970, de nombreuses modifications furent apportées à lrintérieur de l’église : suppression du coeur, banc de communion, chaire,  remplacement des chaises, électrification du fonctionnement des cloches,… dans le cadre de ces modifications, il faut souligner les oeuvres de Marcel Nulens:

Noël 1972 – Christ en gloire en cuivre battu et patiné au feu,1,5 m/1,90 m,

sur croix en fer,2,30 m/3,60 m,placé au mur du choeur.

Pâques 1973 – Chandelier pascal en cuivre battu et patiné,hauteur:1,20 m. Février 1974 – Porte de tabernacle en laiton ciselé patiné et émaillé,

carré de 31 cm.

 

Prochain article : Les prêtres à Bambois.

 

In : La Voix de Bambois, nov. 1985

CHAPITRE III – Les  Prêtres  à Bambois

 

Avant 1900, la  section de Bambois était administrée par le clergé de Fosses.

Après la bénédiction de l’église le 16 mars 1900,un vicaire fut nommé à demeure à Bambois, il devait administrer cette section sous la direction du doyen de Fosses.

 

Ces différents vicaires furent :

 

1) Faÿ Jules Arthur, Désiré – né à Rosée, le 17/12/1875.

– ministre du culte catholique.

– venu de Rancennes (France), le 10/2/1898.

– parti pour Champion le 13/11/1901.

– vicaire de Fosses – habitait rue du Chapitre, 13.

– a assuré provisoirement le service.

 

2) Lizin Joseph  fils d’Alexandre Joseph et Bouillon Marie-Catherine.  – né à Houyet le 12/05/1876 ; arrivé à Fosses le 31/12/1900.

– chapelain – habitait rue du Baty,5.

– parti pour Wancennes (3 km.de Beauraing) le 2/6/1906.

 

3) Delforge Gilles, Joseph, Camille – (surnommé par Léon Remy:”li minteûr”)

– né à Ciney le 7/10/1879.

-prêtre venu de Bastogne, séminaire, le 25/9/1906, avec sa soeur Maria, née le 7/10/1878.

– habitait route de Ligny, 20.

-parti pour Moncourt (18 km de Marche) le 27/3/1909.

 

4) Bernard Victor, Joseph, Ghislain (de Pontaury, selon Léon Remy),

– né à Mettet, le 4/6/1876.

– prêtre catholique

– venu d’Erezée le 8/5/1909

– a habité Grand-Route de Bambois n°32.

– parti pour Soulme (17 km de Philippeville) le 26/8/1916. 

 

5) Pendant la grande guerre, la section de Bambois fut administrée par les vicaires de Fosses : Poncelet et Davin, et le R.P.Bruno, bénédictin de Maredsous (de 1916 à 1919).

 

6) Cambier Joseph – 1er curé de Bambois

– né à Lesves le 31/5/1882.

– curé venu de Biesmes le 19/3/1919 avec sa mère, Bodson Victorine (décédée à Fosses,le 10/1/1921.)

– aumonier au Home Dejaive de 1953 à 1958.

-parti pour Carnières le 16/6/1958, décédé, le 22/8/1960.

 

7) Piérard Désiré, Joachim, Marie,Hélène – né à St-Servais le 24/7/1921.

-fils de Alfred, Jules, Joseph Gillain et de Dethy Clémence, Eugénie, Joséphine.

-curé venu de Namur le 20/12/1953

-parti pour Neffe le 17/10/1964.

– décédé dans un accident d’auto, le 11/8/1967.

 

8) Cornet Joseph,  Lucien, Etienne.

– fils de Henri, Joseph et de Meisch Catherine.

– né a Mellier,le 14/1/1920

– missionnaire.

-venu de Fraire le 28/10/1964

– parti pour le Zaïre le 2/8/68.

 

9) Paquet Jacques, Marie, Augustin

– fils de Joseph, Jacques, Gilles et de Dopagne Marie, Jeanne.

– né à Bertrix, le 2/7/1931

– curé venu de Jambes le 30/8/68.

-parti pour Moignelée le 15/9/1973.

 

10) Dricot Alphonse (Père Elisée)

– fils de Elisée et Leloup Juliette.

– né a Dourbes le 29/2/1920.

– assomptionniste venu de Saint-Gérard (fin de l’abbaye de Brogne) le 15/9/1973 avec trois autres pères : Vandemeerschen Georges (Père Vincent), Nicolas

Albert, Déom Eugène (frère Eugène).

– parti pour St.Gérard (prieuré N.D.) le 1/9/1977.

 

11) Pirmez René, Jean Marie Georges Emmanuel.

– Français

– fïls de Robert et Hermès Marie.

– né a Grand-Halleux le 19/10/36

– curé venu de Moignelée le 1/9/1977.

 

Prochain article dans cent ans !                                                            

 

 

Edgard Pire                              

 

èglîje do Banbwès / historike - église de Bambois / historique

(Roger Angot, M%aurice Chapelle, Historique de l’église de Bambois, Le Messager, 28/1-25/02 – 1983)

rivûwe pârwèssiâle : ègzimplaîre / revue paroissiale: exemplaire: "La Voix de Bambois"

èglîje do Banbwès : 2000: cintenaîre / église de Bambois: 2000 : centenaire

 

3 Li Banbwès / Bambois en 1914-18

Li Banbwès au mwès d' awous' (Bambois au mois d'août 1914)

(in: Jean Schmitz, Norbert Nieuwland, L’invasion allemande dans les provinces de Namur et de Luxembourg, T3, Tamines et la bataille de la Sambre)

l’ èglîje do Banbwès en 1914-118 / l’église de Bambois en 1914-18

in : La Voix de Bambois, oct. 1985

 HISTOIRE DE L’EGLISE ET DU PRESBYTERE DE BAMBOIS

Au cours de la guerre 1914-1918, Gaston Fauville apporte le témoignage suivant. Des officiers allemands avaient pris possession du presbytère et au cours des derniers mois avant 1’armistice, des prisonniers italiens en grand nombre occupèrent l’église.

Souvenirs pénibles et inoubliables, malgré nos jeunes années, d’avoir vu ces malheureux qui bien souvent ne recevaient de l’armée occupante qu’un peu de soupe pour subsister. La surveillance n’était pas rigoureuse, ils déambulaient dans le village en quête d’un peu de nourriture. D’autres en assez grand nombre étaient entassés dans les granges et fenils et vi­vaient dans une misère indescriptible. Certains étaient dans un état de faiblesse extrême et durent être secourus par des âmes charitables. Des fourneaux de fortune se voyaient un peu partout, même à l’intérieur de 1’église, pour cuire leur nourriture plus que rudimentaire.

 Le 11 novembre 1918,  jour de l’armistice, fut pour eux un jour de joie immense qu’ils manifestèrent par des chants d’allégresse ininterrompu, même durant toute la nuit. Le lendemain, ils prirent, pédestrement, le chemin du retour et l’on ne sut jamais comment ils ont régné leur patrie ; tous les moyens de transport étaient désorganisés. Après leur retour en Italie et le départ des derniers allemands, des soldats écossais (en kilt) s’installèrent au presbytère et faisaient la joie des enfants de notre âge, par de longues marches dans les prairies d’alentour, au son de leurs cornemuses. Jean Delais confirme le témoignage de Gaston, il souligne la détresse de ces prisonniers italiens qui étaient remplis de poux.

 

4 Li Banbwès ètur 1918 èt 1939 / Bambois entre 1918 et 1939

Roger Viroux, in : La Voix de Bambois, juin-juillet 1988

 

Li Banbwès di d’vant l’ guêre

 

Li Banbwès di d’vant 1′ guêre, c’ èsteûve on bia viladje. I l’ èst co, maugré qu’ on l’ a bran.mint gâté. One route di bèton èt dès campings qui s’ vôyenut d’ au lon, ça n’ èst nin fwârt bia, mins c’ è-st-on viladje avou bran.mint dè l’ vêrdeû, çu qui vout dîre dè 1′ boune aîr èt dès tchants d’ mouchons ( tant pire po lès cèréjes !). Divant 1′ guêre, taurd au nût, on n’oyeûve pus rin, sauf tènawète on côp one sôléye qui tchanteûve ou causer tote seûle.

 

Do djoû, c’ èsteûve lès gârlots dès tch’vaus èt dès boûs èt 1′ brût dès reuwes di bègnon ou d’ tchaur cèkléyes di bindadjes di fiêr su lès cayaus. A l’ vwès qui criyeûve : “Iû !” su l’ atèléye, on r’conecheûve li tchèron.

 

Pacôps, on tch’vau passeûve è courant, avou one tchèrète : li mârtchand d’ pwin, li mârtchand d’ légumes, qui vindeûve dès sorèts èto. Li dîmègne, c’ èsteûve dès djins qui v’nin.n à tchèrète d’on-ôte viladje po dîre bondjoû à dè l’ famile ou dès cias qu ‘ ènn alin.n’ . Lès-évênemints, c’èsteûve li grand feu, li porcèssion, li dicauce, li Sint-Fouyin, lès doûs !

 

Li preumî camion qu’ gn-a ieû au Banbwès, ç’ a stî Françwès Viroux qu’ l’ a ieû – Tot frin.nant po-z-arèter, i lî criyeûve : “Auwe, Louwisse !” Il a todi lomé tos ses tch’vaus insi !

Do pus lon qu ‘ dji m’ rissovin, dji r’vè l’ camion da Suplèt, qu’ i mwinrneûve sès dinréyes avou, èt l’s-autos da Fernand Evrard, da René Riboux et da Edmond Rifflart, èt lès camionètes da Joseph Jemoulin (mârtchand d’ lacia ) èt dau Chès Galand (mârtchand d’ bûre èt d’ ous). Li preumî posse qu ‘ i gn-a ieû au Banbwès ou onk dès preumîs, ç’a stî l’ cia da Camile Gravy. Ça faît qu’à l’ ètèremnit do Rwè Albert èt au cia da l’ Rin.ne Astrid, li maujo èsteûve plin.ne bôkéye dès djins qu’ choûtin.n..

 

Gn-aveûve tot l’ min.me one saqwè qu’ aleûve mia qu’ asteûre : li posse aus lètes : on-z-aveûve li gazète èt lès lètes min.me li dîmègne, èt lès lètes alin.n ossi rade qu’ asteûre. On d’mandeûve seûremint auzès djins di n’ nin trop kèrdjî 1′ facteûr, èt su lès lètes qui n’ prèssin.n nin, on mèteûve on timbe avou one binde èsprès : ” Ne pas livrer le dimanche – Niet bestellen op zondag” .

Quausu tot 1′ monde aveûve po 1′ mwins’ one vatche, min.me lès-ovrîs, èt avou ça, one pature ou deûs po fé tchampyî èt po fèner. Faut dîre qui lès feumes alin.n à campagne èt qu’ gn-aveûve min.me bran.mint qui fautchin n. Lès-èfants fènin.n èt mèchener, èt planter èt rauyî lès canadas èt min.me lès bétrâles.

 

Maugré qu’ gn-aveûve bran.mint dès ayes, gn-aveûve dès prés qu’ n’avin.n pont d’ cloture èt lès feumes ou l’s-èfants alin.n au tchamp avou lès vatches. Li djudi après 1′ din.ner, lès cias qu’ n’ avin.n pont d’ vatches alin.n co bin au tcharnp avou l’s-ôtes. Tènawète on côp, tot djouwant, on rovieûve di waîtî auzès vatches èt èlle alin.n à maraude aus clâves ou aus dinréyes do vijin, èt ça finicheûve co bin pa one danse. One pratike qu’ a bran.mint disparètu, c’ èst d’ aler à maraude. Lès cias qu’ avin.n dès frûts è leû djârdin alin.n à maraude come lès-ôtes. Ca lzeû choneûve mèyeû !

 

(à l’ sûte)

 

Roger Viroux, On-ome do Banbwès, in : La Voix de Bambois

 

 

Mi man aveûve on mononke qui les Banbwètîs qu’ ont d’pus d’ cinkante ans au djoû d’ odjoûrdu ont bin conu : Joseph Cornil. Ça n’ vos dit rin ? Èt l’ Canârd, qui d’mèreûve dins one pitite basse blanke maujo qu’ toûrneûve si dos à l’ reuwe do Grand Vèvî èt waîtî su Dôye ? Vos vos sovenoz ? È bin, c’ èsteûve li min.me ome, mins tot l’ monde li lomeûve li Canârd ! Si maujo èsteûve èwoù-ce qui Jules Depraute a bâti one bèle modêrne maujo, pa-d’vant l’ cène da Marie-Thérèse Courteille.

 

Quand djè l’ rèscontreûve, mi mononke tauye, djè lî d’djeûve :”Bondjoû, mononke Canârd !”, èt i m’ dijeûve, come à tos l’s-ôtes gamins : “A, pichate !”

On côp, quand on fieûve dès sweréyes po l’ football èmon li P’tit Gusse, dins one pîce, Lèyon Aerts fieûve li rôle d’on vîy, qui vèyeûve voltî lès djon.nès feumes.

A on momint doné, il è purdeûve one su s’ choû èt i lî causeuve tot doûcemint. On n’ oyeûve pus on seul brût qui v’neûve dè l’ sâle. Tot d’on côp, on-z-ôt : “Vîy bok !” C’ èsteûve li Canârd qui d’djeûve tot hôt ç’ qui tot l’ monde pinseûve tot bas !   

 

 

5 Li Banbwès en 1940-45 / Bambois en 1940-45

Alida èt Henri van Ryssel, "Djusse dins lès Nâcions" / Alida et Henri Van Ryssel, "Justes parmi les Nations"

(VA, 06/011/2007)

 

6 li scole do Banbwès / l’école de Bambois

li scole do Banbwès / l'école de Bambois

 (page de couverture d’une  brochure sur l’historique de l’école publiée en 1986)

li scole do banbwès dins l's-anéyes 1900 / l'école de Bambois dans les années 1900

Au mitan, mi grand-mére, Valentine Cornil. / Au milieu, ma grand-mère. Qui d’ ôte? / Qui d’autre?

Historique de l’école maternelle / gardienne et primaire de Bambois

1898-1976

Nosse vîye sicole, 1903-1986

 

INTRODUCTION

 

En 1956, j’ai rencontré, lors d’un camp de vacances, Paule DUPONT qui était étudiante à l’école normale en vue de devenir institutrice comme sa cousine qui était institutrice a. l’école communale de Bambois

En septembre 1969, ayant épousé “le p’tit Boucher”, je suis venue habiter votre village.

En 1973, notre aîné est entré à l’école de Bambois,en 1973 notre seconde et en 1976 notre petit garçon handicapé,alors que l’aîné dut descendre faire ses primaires à Fosses,1’école de Bambois ayant fermé sa section primaire , faute d’inscriptions.                                                                 

En 1983, notre dernier est entré à “nosse vîve sicole”.En septembre 1984 , crac!… L ‘ école de notre village est fermée.

L’échevin de l’Instruction Publique, avec le Collège et le Bourgmestre, ont obtenu une dérogation. En janvier 1985, un Comité de parents se forme en vue de mettre diverses activités en route et surtout vous sensibiliser aux problèmes que rencontre votre “vîye sicole”.,                                        

En janvier 1986, lors d’un goûter des anciens élèves, quelques-uns d’entre vous avaient des photos;vous vous racontiez anecdotes et sou­venirs et vous trouviez dommage de laisser fermer votre Ecole sans en garder un souvenir vivace pour vous et vos enfants.

Monsieur Angot qui a écrit l’historique du “Grand Etang” a aussi, grâce à ses recherches, écrit l’historique de votre école de 1898 à …

 

Auteur : la maman de Pol (Lessire)

 

 

HISTOIRE DE L’ECOLE  DE BAMBOIS DE 1898 à 1986

 

Le 20 août 1898, Monsieur Charles PROCET, architecte à Dampremy a dressé le devis estimatif pour la construction d’une école gardienne avec logement pour l’institutrice à Bambois.

Ce devis estimatif fut approuvé par le Conseil Communal de Fosses en sa séance du 28 février 1899.

Par arrêté du 21 août, la Députation Permanente de Namur autorise la construction de l’école de Bambois.

Les travaux de construction furent menés en 1899.

Le 12 juin 1899, Monsieur Achille NAMECHE, entrepreneur (père de Madame HAINAUT, de Fosses fut déclaré adjudicataire par 1’Administration Communale pour la somme de 19.250 frs. devenue 20.516,81 frs avec les suppléments pour la construction.

Cette adjudication fut approuvée par la Députation Permanente le 28 juillet 1899.

Le 18 juillet 1899,1’Administration Communale avait confié à Monsieur NAMECHE la construction de 1’école ; selon le cahier des charges (art.8) les travaux devaient être terminés endéans les 6 mois de la notification., Or le 28 juin 1900, ces travaux n’étaient pas terminés. Le 6 septembre 1900,les travaux n’étaient pas encore entièrement terminés.

La réception provisoire des travaux par Monsieur Charles PROCET, architecte, eut lieu le 25-10-1900 et la réception définitive le 10-06-1901.

 

Dans une note signée le 22 mars l860, il ressort qu’il était pourvu à l’instruction des élèves des sections ci-dessous dans les écoles établies à Fosses centre .

A la date du 22 mars l860, la population fossoise s’établit comme suit:

a) Aisemont………………………………………..525 habitants

b) Névremont……………………………………..360 habitants

c) Bambois ……………………………………… 425 habitants

d) Haut-Vent ……………………………………. 300 habitants

e) Fosses centre ……………………………….. 1951 habitants

 

= 3561 habitants

 

En 1898, Madame Marchal-Muelle a été nommée institutrice primaire à Bambois, probablement dans un local prêté par le peintre Baudin. Elle y est restée jusqu’en octobre 1919 (pensionnée le 1-10-1919).

Nombre d’élèves demandant l’instruction gratuite a l’école gardienne

de Bambois: en 1908-1909 …………………………. 30 élèves

en 1913 ……………………………… 30 élèves

= 20 filles,10 garçons

 

Par décision du Collège échevinal , Madame Charlier-Martin fut transférée à l’école primo-gardienne de Bambois du 1er mars 1948 au 15 mai 1949 pour remplacer la titulaire Madame Rosé Jacqmain-Bouret malade et sur le point d’être pensionnée.

La population scolaire de l’école de Bambois au 26-2-1946:

-Section primaire: 19 élèves (1ère et 2ème années),

-Section gardienne:21 élèves                                         

 

Mademoiselle Germaine Godefroid, née à Fosses le 28-9-1912, désignée en qualité d’intérimaire à l’école mixte de Bambois à partir du 16 mai 1949 en remplacement de Madame Charlier-Martin, malade (collège du 14 mai 1949).

En septembre I949, Madame Charlier-Martin fut intégrée à la section pré­paratoire pour filles à l’Ecole Moyenne de Fosses. Mademoiselle Germaine Godefroid de Haut-Vent fit un long intérim à Bambois mais ne fut pas nommée Ce fut Madame Suzanne Boccart-Verbaert qui entra en fonction le 1er septembre 1949.                                

 

Souvenir d’André Defleur :                                                                                                                   

Quand la charrette du Bon Pain allait à 1’école, Madame Boccart donnait aux enfants habitant vers la plage la permission de partir plus tôt afin de profiter de la carriole de Noël Cornil.

 

Souvenir de Jeanne Cornil :

Un jour que Willy Pierre était venu vendre des légumes à Madame Boccart, Jean-Claude Gosset s’était glissé dans la camionnette de Willy sans que personne s’en  aperçoive. Arrive chez lui, Willy, le trouvant dans sa camionnette, est revenu à l’école ramener Jean-Claude. Madame Boccart et Willy l’ont tiré dans la classe. Jean-Claude qui se tenait au porte-manteau qui se trouve dans le couloir, sous le choc, a tout arraché (cela se voit encore) .                                                                              

 

En septembre 1976, la SECTION PRIMAIRE de Bambois est fermée parce qu’il n’y a pas assez d’élèves inscrits (3).

La SECTION GARDIENNE compte 11 élèves : 7 filles, 4 garçons.

 

Au dernier trimestre de 1976-1977,Madame Boccart, souffrante, a été remplacée par Madame Mauclet, ancienne institutrice de la section de Haut-Vent (section qui avait été fermée en septembre 1973).

 

En septembre 1977, 22 élèves sont inscrits:7  filles, 15 garçons. Madame Mauclet est nommée à Bambois par le Collège en septem­bre 1977.

 

1976

FUSION DES COMMUNES . Monsieur DARGENT de Le Roux est nommé directeur général de toutes les sections de l’Ecole communale de Fosses.

 

1978-1979

Année 1978-1979: 17 élèves sont inscrits : 4 filles, 13 garçons.

 

1979-1980

Année 1979- 1980:  26 élèves sont inscrits : 13 filles, 13 garçons.

 

1980-1985

JUIN 1980

 

Tous les enfants étaient présents à la Fancy-fair et présentaient à leurs parents et amis “Les Pingouins”

Lessire Nicolas, Piraux Olivier, Brosteaux Angélique, Falque Frédéric, Lambert Jérôme, Denis Bernard, Falque Ingrid, Duchâteau Eveline, Renée Dimitri, Vandeloise  Fabrice,Malter  Be­noît,Guiot  Frédéric, Gollard Cindy,  Brosteaux Franck, Vandeloise Sandri­ne, Fauche Frédérique, Falque Valérie,  Piraux Anne-Sophie, Kaisin Martine,  Kaisin Pascal, Devigne Caroline, Gaber Christelle, Ossen Cindy, Rifflart Anne-Lise, Lagneau Carole,  Rouyr Frédéric .

 

En 1960 s’est constitué le premier Comité des parents de l’école de Bambois, sur le conseil de Jean Romain, alors Echevin de l’Instruc­tion Publique:

 

Président : Monsieur PIRAUX.

Trésorier: Monsieur VANDELOISE, tous deux parents d’enfants de l’école.

 

Année 1960-1981 : 25 élèves inscrits: 14 filles, 11 garçons.

Année 1981-1982: 19 élèves inscrits: 8 fille, -11 garçons.

Année 1982-1983: 22 élèves inscrits: 10 filles, 12 garçons.

 

Année 1984-1985: 12 élèves inscrits:- 4 filles;  8 garçons

 

Le 30 septembre : fermeture de la section communale de Bambois.

Madame Mauclet avait inscrit des enfants fictifs dans son registre de présences. La section devait obligatoirement compter 20 élèves.

La loi de rationalisation a joué en notre défaveur.

Monsieur DARGENT et monsieur BRACHOTTE ont réuni les parents des enfants de l’école de Bambois, les ont mis devant l’obligation de fermer 1’école de notre village.

Nous avions encore le choix de mettre nos enfants à Haut-Vent.

Notre problème était d’être trop peu nombreux et trop près de l’école de Maison Saint-Gérard (2.000 mètres).

Les parents n’acceptent aucun compromis ; si l’école est fermée, les en­fants iront ailleurs.

Madame MAUCLET est mutée à SART SAINT-LAURENT.

Monsieur DARGENT et Monsieur BRACHOTTE ont réussi à obtenir un sursis. Les enfants de SART SAINT-LAURENT et de BAMBOIS (29) sont trop nombreux pour le local de SART-SAINT-LAURENT.

D’où autorisation de garder les enfants de BAMBOIS à BAMBOIS.

Monsieur DARGENT, ainsi que Monsieur .BRACHOTTE ont fait le tour des parents. Nous avons repris nos enfants qui étaient dans les écoles de FOS­SES-LA-VILLE et les avons remis à BAMBOIS.

Le Comité paroissial  désirant contacter les parents de l’école de BAMBOIS, j’ai demandé à Madame MAUCLET de me donner les adresses des parents. J’ai proposé que nous formions un Comité de Parents. Cela intéressait les parents, mais personne ne voulait accepter un poste de responsabilité.

Le 29 janvier, Madame MAUCLET avait un aceident: notre école n’avait plus  d’institutrice.

Deux puéricultrices de Vitrival se sont relayées auprès de nos enfants pendant toute une semaine.

Le 29 janvier, Mademoiselle Françoise CHERUY prenait possession de la classe et de nos enfants pour une durée indéterminée.

Début février, les parents se sont enfin décidés à former un Comité.

1) Premier goûter aux crêpes pour les enfants du village.

2) Cour de l’école mieux adaptée aux jeux des enfants grâce à 1 ‘ IDEF ( W. C . arrachés , mur d’enceinte nivelé, ainsi que le tarmac de la cour)

3) Sable dans le bac à sable grâce au camion de la commune ainsi que pelles seaux , etc… pour y jouer.

4).Mademoiselle CHERUY met tout son coeur à amadouer nos moutards qui étaient devenus de petit sauvages, grâce au matériel didactique que la caisse de l’école a pu lui fournir.                        

5) Mise sur pied, d’une tournante pour la (… illisible) les parents afin de laisser l’institutrice souffler un peu.       

6) Il en est de même pour le bassin de natation à Biesme tous les vendredis

7) Le vendredi 29 juin à I8h.,renouvellement de la Fancy-fair qui réunit enfants, parents et amis dans la cour de 1’école,suivie par un buffet froid dans la salle paroissiale.

 

 

SEPTEMBRE 1985 :

Le Collège, l ‘Echevin de l’Instruction Publique et le Directeur des écoles communales ont introduit une nouvelle requête auprès de Monsieur BERTOUILLE et ouvrent la section de BAMBOIS en septembre 1985.

Nous sommes tous hors-la-loi !

Sont inscrits dans la section gardienne de BAMBOIS:

9 filles, garçons   = 19 élèves

 

En mai, le Pouvoir organisateur avertit l’institutrice et les parents que la section de BAMBOIS fermerait ses portes le 30 juin 1986.Les parents dé­sappointés abandonnent la lutte et décident d’organiser la “FETE DE L’AU RE­VOIR” le vendredi 27 juin.

Le Bourgmestre, Monsieur BOIGELOT, et Monsieur DARGENT peuvent garder l’institutrice et ses élèves en les transférant dans la section de NEVREMONT qui possède deux locaux.

Les institutrices, afin de faire plus ample connaissance, ont organisé dif­férents activités communes et les classes se sont rendu visite mutuellement. Lors de la petite fête de fin d’année, les enfants des deux sections ont pré­senté une danse et une chanson à leurs amis et parents.

Le barbecue qui clôturait l’année scolaire et la vie de notre petite école s’est déroulé dans la joie et la nostalgie. Plusieurs personnalités y participaient: Monsieur le Bourgmestre et quelques membres du Collège, Monsieur DARGENT, Madame BOCCART, institutrice de la section de 1949 à 1977-

Dans leurs discours, ils ont regretté la fermeture de l’école, mais la sec­tion     étant transférée à Névremont (Mademoiselle CHERUY prendra les en­fants matin et soir à leur domicile), il n’est pas impossible que, dans quel­ques années l’école ouvre a. nouveau ses portes pour de nouvelles têtes brune! et que retentissent les cris des jeux des enfants. RADIO 7 qui était présente a retransmis à ses auditeurs l’ambiance de cet au revoir.

 

1986 

Le problème de l’école du Bambois, in : La Voix de Bambois, s.d. (1988 ?)

 

A l’appel de Albert Perot, une cinquantaine d’habitants du Bambois se sont rendus le samedi 1 août à 13 h 30 à l’école pour y planter deux dra­peaux noirs et s’entendre commenter la situation.

Comme plusieurs sociétés étaient intéressées par l’occupation occasionnelle de l’école, une demande avait été remise par le comité des fêtes le 21 janvier. A cette lettre, le collège répondait le 28 janvier en faisant mention d’un projet de convention existant avec le club de taïdo de Nèvremont. Après qu’Albert Perot eût reçu des assurances, hélas, seulement verbales, le projet vint au conseil. Seuls Roger Viroux et Robert Meuter s’y opposèrent, une minorité votant le projet, mais une majorité s’abstenant.

Roger Viroux demanda qu’on reporte la décision à une prochaine séance après une réunion de délégués des sociétés intéressées : Marche, Walons Scrîjeûs, Football, Comité des Fêtes, etc., en arguant du fait que rien ne pressait et que la démocratie veut qu’on ne traite pas avec un intéressé, mais avec tous, et surtout les sociétés locales. Le bourgmestre décida malgré cela de passer au vote avec le résultat que vous connaissez.

Ce qui est grave dans cette décision est que

1° Les sociétés du Bambois doi­vent demander l’autorisation à une société qui n’est pas du village, dont le comité mettra ” A LEUR CONVENANCE” le bien à la disposition do ces sociétés. Le comité gestionnaire peut donc refuser et demander une participation aux frais (…).

 

un héros

Edmond Chabot, héros de guerre, ancien élève de l’école de Bambois

 

Né à Fosses en 1921, élève de « nosse vîye sicole », puis de l’école moyenne de Fosses et ensuite de l’Ecole industrielle de Tamines, il décida en 1941 de quitter la Belgique occupée, gagne la France où il fut interné durant 9 mois, puis gagna l’Espagne où il connut encore le camp de Miranda pendant 16  mois. Il parvint enfin à s’échap­per et arriva en Angleterre en 1943.  Avec la célèbre Bri­gade Piron, il subit un entraînement intensif, débarqua en Normandie, libéra la côte belge puis la Hollande, dans des combats parfois violents et sanglants. Après la guerre, il participa à l’occupation en Allemagne puis, après une ins­truction spéciale fut affecté comme instructeur à la base de Schaeffen; il fut un des premiers belges à effectuer des sauts en chute libre de 1t. 500 m.et, à sa mort, était classé second au palmarès des parachutistes belges. Il fit avec ses hommes des sessions à 1’étranger, notamment 3 au Congo où il était durant les troubles de 196l. Il avait subi de multiples accidents qui lui avaient valu des frac­tures diverses et une fois des brûlures au 3ème degré en tombant sur une ligne à haute tension dans un exercice de nuit.

Il était titulaire d’un nombre impressionnant de dis­tinctions , mais malgré tous ces hauts faits et ces recon­naissances officielles, il restait d’une extrême modestie, fort taiseux de ses actes de courage, toujours calme et doux, mais sachant être jovial et fraternel.

Le 26 juin 1963, au cours de manoeuvres militaires en Allemagne, le C-119 dans lequel il se trouvait comme ins­tructeur parachutiste avec de jeunes miliciens fut atteint par erreur par un obus et, en perdition, allait s’abattre sur le sol lorsque, avec sang-froid et une abnégation to­tale, le 1er sergent-major Chabot fit sauter   en cata­strophe neuf des jeunes recrues, lui-même se sacrifiant en restant à bord pour assurer la manoeuvre, avant la ca­tastrophe qui fit 38 victimes.

 

Epilogue

NOSSE VÎYE SICOLE

 

Robert DURIAUX (Wasab)

Avril 1985

 

(Lès dêrins-èfants dizos 1′ plake di leû  scole)

 

Li p’tite sicole di nosse viladje,

Fine blanke èt nète dins 1′ payisadje,

Sorît pa ses câraus r’lûjants

À tos lès cias qu’ èle vèt tot v’nant.

 

Tote li djoûrnéye èt tote li nêt

Èle choûte li p’tit richot tron.ner.

 

Djon.nes èt vîys l’ ont todi conu

Avou si p’tit clotchî tchènu.

 

Li maîsse, on-ome qu’ èst fwârt capâbe,

È s’ classe èst todi admirâbe.

 

Mins dispûs là saquants-anéyes

Li situwâcion èst r’toûrnéye :

 

Là-t-i nin qu’ one sicole mwèyène,

Qu’ èst bin lon, vêla, iute dès tiènes,

 

S’ a mètu, avou s’ -t-autobus’,

À fé dins l’s-èfants rasibus’…

 

Au dèbut, l’ afaîre n’ a nin pris,

Pace qui l’s-habitants ont compris

 

Qui tot compte faît, on-z-èst bin sâdje

En d’mèrant è scole è s’ vilâdje.

 

Totes lès-afaîres à sinsâcion

Finichenut pa awè raison :

 

Li scole s’ a si byin dispeûplé

Qu’ i n’ î d’meûre pus qui quate pèlés.

 

Dins deûs-ans, li maîsse distèlerè;

I n’ sèrè jamaîs remplacé;

 

I sèrerè l’ uch èt, si r’toûrnant,

Vièrè l’ âme do viladje qui fout 1′ camp !

 

 

Lisez attentivement cet avertissement , cette poésie écrite par un insti­tuteur qui a enseigné d’abord dans une petite école, puis dans une grande.

Quant à moi, je suis un partisan inconditionnel des petites écoles. Mes enfants sont d’ailleurs allés à l’école du Bambois de l’âge de 3 ans à 8 ans (Il y avait alors 3 gardiennes et 2 primaires )

Je me rappelle une veille du 11 novembre, où la quinzaine d’enfants de l’école d’alors s’étaient rendus en cortège au monument aux morts sous la conduite de leur excellente institutrice, Mme Boccart. L’un portait le drapeau, deux autres l’encadraient, un autre portait des fleurs, deux autres l’encadraient, un autre encore déposait les fleurs, un autre com­mençait le prière, etc. Seuls, les tout-petits n’avaient aucun rôle à jouer. Autrement dit, chaque enfant était quelqu’un!

Dans une grande école, un enfant est anonyme, perdu dans la masse, il ne connaît pas les autres, est bousculé par les grands, ne compte pas.

En outre, un village sans école n’attire pas les jeunes ménages. La vie sociale, sportive, le folklore, le commerce en souffrent. Jugez en conscience et assumez vos responsabilités.

A petit enfant, petite école, et vive l’école de son village : c’est là que les enfants apprennent à prendre conscience de la communauté.

Parents, envoyez vos enfants à l’école du Bambois ! C’est leur intérêt !

 

Roger Viroux

 

Li scole do Banbwès / L'école de Bambois - 1903-1986

(in: La Voix de Bambois, sept. 1985)

(années 1940 ?)