Spérs en Bèljike walone / Fantômes, revenants en Belgique wallonne

Maurice Van Haudenard, Les curés revenants et messe de minuit, in : MA, 10, 1984, p.183

 

Dans le Centre, on dit que, quand un curé meurt et qu’il lui reste des messes à célébrer, il revient à minuit, chaque jour, pour les dire, jusqu’à ce qu’un chrétien se décide |à les lui servir. Si celui-ci est assez curieux pour regarder quand il soulève la chasuble, il voit le squelette du curé décédé.

Gaston Remacle (Vèye-do-Bwès / Ville-du-Bois), in : GSHA, 1975, p.153-155

 

Les revenants de Hermanmont

 

Il y a longtemps de cela.

Le curé de Ville-du-Bois fut mandé à Hermanmont.

Il faut dire que les revenants, affirmait-on, avaient élu domicile en la ferme de l’endroit. Malheur à l’humain assez audacieux pour leur disputer l’occupation des bâtiments : sa santé se voyait aussitôt accablée et ruinée.

Auasi, Hermanmont restait-il désert.

Enfin, au début, du siècle dernier, quelqu’un se présenta. Décision fort virile!

Toutefois, l’homme aussi hardi ne voulut pénétrer an sa nouvelle demeure sans prendre des garanties.

Il courut consulter le curé de Ville-du-Bois, lui exposa son désir.

Ainsi informé, le curé s’empressa d’arriver à Hermanmont, bien encadré de son vicaire, de son sacristain et de deux acolytes.

Il arrosa toutes les chambres de flots d’eau lustrale. Il exorcisa tous les recoins. Il purifia tout.

Opération efficace. Car les nouveaux habitants de la ferme se réveil­lèrent, le lendemain, frais et dispos, les membres intacts.

On ne douta plus, alors, de la fuite des revenants.

Mais quelques malins finirent par croire que, tout simplement, l’éta­blissement avait été calomnié.

in: Nicolas Defrecheux, Oeuvres complètes, éd. du Centenaire, 1925

 

Fé come li spér*

 

Po racrèhe si tèrin, on rûsé payîsan

Aveût rèscoulé 1′ pîre

Qui mårkéve li fin di s’ tchamp.

Dès s’-faîtès keûres ni minèt wêre å cîr :

I l’ aprinda

L’ djoû qu’ i mora.

D’ après çou qu’ on raconte, tot-avâ 1′ nut’, i d’véve

Vini pwèrter 1′ rênâ**, tant qui 1′ vwès d’on vikant

Lî d’hahe wice qu’i faléve

Èl rimète po qu’ i fouhe come di d’vant.

Ossu l’ oyéve-t-on qui brèyéve

D’ ine vwès qu’ aveût tote l’ êr dè v’ni foû d’ on sårcô :

« Wice don mè l’ fåt-i r’mète ? Wice don mè l’ fåt-i r’mète ?

Lès cis qu’ l’ oyît s’ såvît so 1′ côp

Pus tron-nants qui lès foyes qui pindèt-ås cohètes.

Çoula duréve dispôy deûs-ans.

Ine nut’, ine vèye sôlêye, qui r’qwèréve si viyèdje,

Rotéve tot-å truviès dè tchamp

Wice qui li spér rivenéve ; èl veût d’vant lu tot blanc.

Come li bwèsson donc dè corèdje,

I s’ arèstêye, hoûte, èt v’làqui 1′ rivenant

Lî dit : «   Wice don mè l’ fåt-i r’mète ? »

Crèyant rèsponde ine colibète,

Li sôlêye dit :

« Pa ! r’mèt’ lu wice qui t’ l’ as pris. »

Mins 1′ rivenant rèsponda : « Mèrci ! »

Vos m’ sètchîz foû dè purgatwére, »

Por vos, dj’ prîyerè è paradis».

Èt c’ èst d’ làqu’ vint li spot : Fé come li spére,

Èl rimète wice qu’ on l’ a pris.

 

1859

*Légende du pays de Liège. (Notes de l’auteur).

** rênå = rin.nå : borne de champ (pour délimiter un champ ; en ce temps-là, on trichait déjà volontiers en déplaçant cette borne hors de la limite autorisée)

 

 

One maujone avou on faus spér (Une maison avec un faux fantôme)

(Robert Dascotte, in: MA, 1986)

Martin Lejeune (Dîson / Dison), in: Œuvres lyriques, Liège, 1925, p.302-304

 

Lu danse dès mwêrts

 

Vo-r’-ci nôvimbe èt sès frudeûres,

Sès broumeûs djoûs, sès raboulas,

Avant-dièrin couplèt, qui pleûre

L’ an.nêye qui s’ dufrimetêye sins r’la.

Lu gote du plêve faît clapeter s’ plinte,

Lu bîhe lamèn’têye so s’ huflèt,

Èt 1′ loumîre brousineûse sonle plinte

D’ ombes, du grands speures qui rèvolèt.

Lès fayes toumèt tot come dès lâmes,

Markant lès djoûs qui sont hoyous ;

Lès-oûhês, lès fleûrs, pauvès-âmes,

Su fèt râres ou sont tot tchêpious.

Lu loumîre èvôye su freûde bâhe

Âs morantès fayes dès grands bwès.

 

À momint, on-z-ètind ‘ne tchawâhe :

Lu mwêrt sutronle-t-èle co ‘ne saqwè ?

Pwis 1′ nut’ tome, lu nature frusih,

Lu leune su catche è fond dè cîr ;

L’ ête soumetèye, lu côp d’ vint trèssih’ ;

One loumerote coûrt, pwis s’ va rassîr.

D’ on côp mèye-nut’, come one pwèsêye,

Rèsdondih là, so 1′ grand clokî :

Lu son baletêye, pwis barlôsêye

À nikèts po s’ vini coûkî.

Doze fèyes on veut tronler lès-âbes

Dè 1′ tièsse âs pîds, pwis tot s’ tint keû ;

Doze fèyes one plinte abôminâbe

Houle foû d’ on gosî tot raukeûs.

À pône lu dièrin côp dè l’ cloke

A-t-i djèmi so lès sarcôs :

Leû crucefis clintche, leû take barloke.

Lès mwêrts amoussèt foû d’ leû trau.

Èwalpés dès pîds djusqu’à l’ tièsse,

Èfahenés d’vins leû blanc linçoû,

I s’ awêmièt po v’ni fé 1′ fièsse :

C’ èst 1′ djoû dès mwêrts, c’ è-st-oûy leû djoû !

Leûs-oûys, wice qu’ one loumerote crètelêye

Tote violêye, sonlèt brusî tot ;

On riya hène leû boke hamelêye

 risse d’ ènnè d’grapeter 1′ pivot.

S’ acroketant come tos camarâdes

Avou leûs grands maîgues longous deûts,

Is minèt, à ‘ne flouhe, lès corâdes,

Blanc-mwêrts, duhantchîs èt hisdeûs.

Cancanant, fant dès cabriyoles,

Potchant lès hâyes èt lès bouhons,

È l’ ête is minèt l’ ariyole

Batant 1′ mèsâre à côps d’ talons.

 

Foû d’ leû boke, qui n’ a nole dintâre,

Brutinèye one souwêye tchanson :

Èle su d’moke, à mwêrs èt à hârds,

Dès vikants èt d’ totes leûs façons.

Ureûs d’ aveûr qwité nosse vèye,

Riyant d’ çou qui nos faît djèni,

Is nos r’loukèt sins nole èvèye :

Nouk du zèls nu voreût ruveni.

C’ è-st-oûy lu r’vindje du leûs sofrances ;

Asteûre, is s’ sintèt r’wèris d’ tot ;

Por zèls, lu vèye nu vât nin ‘ne rance :

Is sont bin pus trankiles là-d’zos !

Ossu, potchant à piède lu tièsse,

Is crâmignonèt tot djoyeûs :

Leûs-ohês chokèt, lès riyèsses

Makèt  timpèsse dè  feû-griyeûs…

Mins v’là quu 1′ cok done su côp d’ cloke :

Tote lu binde s’ arète à statu ;

S’ on momint lu tchin.ne su dusloke ;

Chaskeune rècope su djîsse sins brut.

L’ êreûre su duspiète tote houpieûse ;

Nou brut n’ pâreule, tot èst pâmé ;

Pwis, co ‘ne fèye, lu plinte anoyeûse

Dè vint pleûre so l’ monde rèvîlemé.