Lès macrales èt grimancyins en Bèljike walone, picarde, gaumèse (Les sorcières et sorciers en Belgique wallonne, picarde, gaumaise)

PLAN

0 Introdwîjadje / Introduction

1 Lès tradicions anciènes / Les traditions anciennes 

2 Lès tradicions asteûre / Les traditions actuelles

3 Scrîjadjes / Littérature

4 Ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

0 Introdwîjadje / Introduction

in: Raymond Fichet, Histoire nismoises, 1985

 

Les Sorciers et les Sorcières…

 

Les origines de la sorcellerie remonteraient à la fin du XVe siècle. Je   pense qu’elles  auraient  un   rapport  avec les  événements qui suivi­rent  l’affrontement   idéologique entre Catholiques et   Calvi­nistes. Cette guerre de religions, déclenchée après le concile de  Trente, institua l'”Inquisition”   et  par la   suite,   la “Question”  était instaurée.   Nous  les   retrouvons  dans  les procès  de   sorcières,   où  le  même   processus  de   torture  a   fait son  apparition.

Le fait de ne pas assister à la messe,d’avoir un comportement  bizarre, les jambes arquées, le nez crochu, le  dos voûté et le menton en “galoche” était largement suffisant pour suspecter  qui que ce soit. Certaines menaces proférées un peu à la légère, suffisaient parfois  pour incul­per bien des innocents qui payaient de leur vie dans une mort atroce, une parole lâchée imprudemment ou   en état  d’ivresse. Bref! On a cru aux sorcières, on les a   brûlées sur des bûchers et …il   n’y en avait pas!

Ce genre de superstitions s’est répandu ra­pidement et  meublait  bien souvent les conversations pendant les   longues soirées d’hiver.L’atmosphère y était favorable; je l’ai vécue…Que de souvenirs macabres furent   évoqués au coin du feu à la lumière vacillante d’un quinquet. Lorsque j’étais enfant, je fus souvent traumatisé par les histoires racontées et c’est l’esprit plein de sortilèges maléfiques que je nie mettais au lit. Inutile de vous dire que je cherchais parfois bien longtemps le  sommeil et que mes rêves d’enfant étaient remplis de boucs aux pieds fourchus et de crapauds visqueux.

Ne souriez pas! Il n’y a pas tellement long­temps que des personnes habitant notre village étaient encore soupçonnées de sorcellerie, que certaines maisons avaient la réputation d’être maléfiques et qu’il ne faisait pas bon s’en approcher. Il en était de même de certains animaux ayant appar­tenu à ces dites personnes; souvenez-vous du “Coq Manin”; il n’y a pas si longtemps…

M.S. Dupont-Bouchat, Bataye conte lès macrales (16e-17e siékes), in : LD, 1, 1990

 

O 14e siéke, i gn-è brâmint dès misères (la pèsse – la fwin).

L’  Èglîje su cabroûye avu sès djins. Lès prêtcheûs s’ a d’nè tant qu’ i plît.  C’ èst dès pénitences avoyées pa 1′  Bon Djeu, parèt-t-i.

Lès djins crwayant ç’ qu’ i n’ èst nin vrê. On lès manecét deu l’ enfê r.

L’ Èglîje fêt  ça po qu’ lès djins crwayinche on pô d’pus.

1570-1630: bataye conte lès macrales.

Gérard Houziaux, Lès macrales di Cêle, Furfô èt d’ avaur-là (1550-1608) (I)

 

Volà dîj ans, on-Amèrikin, ripurdant l’ sudjèt dè l’ tchèsse aus macrales (qu’ on fieûve min.me pèri) en-Eûrope, surtout au XVIe èt au XVIIe siékes, n’ arive nin à espliker duvint, min.me en t’nant compte dè 1′ mentalité d’ adon.

En 1484, li pâpe Inocint VIII, è s’ bule” Suminis Désirantes2 dijeûve aus-inquisiteûrs Institoris èt Sprenger, qui c’ èsteûve normâl di s’ ataker aus cias qu’ fyin.n pake avou Satan dins 5 provinces di l’ Empîre jèrmanike. On côp l’ pèrmission obtinuwe, lès deûs-inquisiteûrs ont publiyî 1′ bule” à l’ tièsse di leû Malleus Mallficorum en 1486. On l’ a r’publiyî 14 côps3 d’vant 1520, mins lès spécialisses dè l’ quèstion n’ pinsenut nin qu’ c’ èst ç’ documint-là à li tot seû qu’ a mètu en route one tchèsse aus macrales qu’ on r’trove one miète tos costés.

Lès lives su lès diâles ont djouwé è l’ tièsse da Chârlè Quint, qui s’ dispètroneûve à ç’ momint-là avou l’s-hèrètikes èto, èt, en 1532, i d’neûve l’ ôrde di sêrçyî lès sôrcîs. Li principauté d’ Lîdje a sû lès Bas-Payis tot d’ sûte après su l’ min.me vôye.

 

Djènon, li feume da Halin Halet

Li 26 di julèt’ 1550, les scabins d’ Lîdje ôrdonenut à l’ coû d’ Cêle dè l’ fé brûler come sorcière et valdoize. Lès papîs di s’ procès sont pièrdus. Èlle aveûve racusé Djètru, li feume da Loys de Chenu èt Katèrine, li feume da Djan d’ Con.nejou4.

 

Marôye, li feume da Clémint Houbaille

Brûléye au min.me momint qu’ Djènon, li feume da Halin Halet5.

 

Katèrine, li feume da Djan di Con.nejou

Dènoncîye pa Djènon, li feume da Halin Halet èst là-d’sus boûriatéye (fr.: torturée) froid et chault6.

 

Isabeau Larchier, feume da Urban Goesse

Dèviè l’ mwès d’ octôbe 1551, on raconteûve à Cêle l’ histwêre come qwè d’s-èfants do moulnier de Veeve (wa.: mon.nî d’ Véve) qu’ avin.n rapwârté dè l’ farène èmon Urban Goesse, li feume da Urban aveûve doné aus-èfants saquants pwâres è tot d’djant porteit icelles poirres a votre mère qui est malade. Lès-èfants en rarivant è leû maujone dîyenut: tenez, mère, voula des poirres que Isabeau Larchier vous envoie, lesquelles poirres furent jectées ou (au) feux a l’appety de Maroye, feme audit moulnier, lesquelles poirres incontinent quelles furent ou feux l’une seulement… sadit (soude) dehors en pièces… 7

Dins l’ pinséye da Djan l’ Brèsseû lomé l’ Grossî (mârtchand en gros ?) d’ Cêle, gn-a pupont d’ doutance: èst-ce qu’ i n’ a nin pièrdu one miète pus taurd son pourceau èt onk di sès vijins one vatche?

Colard di Bry, li, prétind qu’ èle lî a faît mourir on boû.

Isabeau a d’alieûr déclâré èmon Hubert Piechot, après-awè dit qui l’ Brèsseû aveûve pièrdu s’ pourcia: si Ion at perdu a Ceeles, encore on y perderaf.

En janvî 1552, Isabeau Larchier atauche Djan l’ Brèsseû è s’ court et schalye èt lî d’mande que aveys vous veheutz en moy que tant de mal, et l’Bresseû rèspond : comere je ny aye veheutz et vous tenoige aussy femme de bien et aussy bonne que la mère quy tn’at porteit, mais sil est vraye ce que lon m’at dict je vous tient pour une sorchier et meschante femme… Au c’mincemint d’ mârs’ 1552, Isabeau atake Djan l’ Brèsseû po discausadje èt d’mande qui l’ discauseû fuche condânè à fé on pèlèrinadje oultremer que lon dist en lille dissipre [fr.: Chypre].

Po ç’ côp-ci, Isabeau Larchier gangne si procès. Come d’ èfèt, pa leû jujemint do 21 di maîy 1552, lès scabins d’ Lîdje condânin.n Djan l’Brèsseû à r’prinde sès-aurgouwadjes pa-d’vant l’ justice di Cêle èt à dispwin.nè l’ plindeûse po l’ valeûr d’ on pèlèrinadje à Sint-Djauke di Compostèle, èt co auzès fraîs do procès9.

Èt portant, ç’ jujemint-ci qu’ èst por lèye ni chaperè nin l’ feume da Urbain Goesse.

Après, i gn-a ieû l’ visite da Lambert Biètlot – nos r’causerans d’ li pus lon – qu’ atake à criyî au mitan d’ one nût do mwès d’ sètimbe en 1554 po tot quî qui s’ vleûve bin dispièrtè qu’ Urban Goesse èsteûve ung valdoy et sa femme une ribaudde et vaudoize et qu’il lassoit le diable wyho (côrnârd)10.

Li 17 di mârs’ en 1556, c’ èst tot po Isabeau Larchier, qu’ èst jehinnée [fr.: torturée] è min.me timps qu’ deûs djins d’ Djindron, Bertrand et Royne di Maisny. Èle faît lès cognissances (riconechances) qui sûvenut: li diâle lî aparèt en “Chaverimont” (Tchèvrumont); i s’ lome Robin èt après qu’ Isabeau a ieû r’niyî s’ fwè fist le diable ses volente délie (et) luy semblant comme son marit saulff le froid. Adon l’ diâle lî a d’né plusieûrs foulhes darbes nommes allarbes (fr.: érable ?) dedans ung petit drap. Après, èlle a faît l’ twârt qu’ èlle a seû à Colard Jamin d’ Cêle.

Comint? È mèlant one dès fouyes su one di sès têres, è fiant moru on boû èt po fini è fiant moru Djan, l’ fis da Colard Jamin en mêlant unefoulhe sur ledit Jehan et elle disoit Je te met la en Ihonneur de Robin mon Amoureux. Èlle ènn’  a mètu one su Djan l’ Brèsseû èto (one vîye conechance qui n’ a l’ aîr d’ ènn’ awè sofri). Ç’ pwîs-là, l’ diâle lî done co on grin d’bgry poisson èt èle dit lavoir donne a une femme mais dist lavoir regary. Èle riconèt co qu’ èlle a stî plusieûrs côps aus danses (di macrales) avou Bertrand et Royne”.

Li 20 di mârs’ 1556, donc trwès djoûs après, lès scabins d’ Lîdje ôrdonin.n au tchèsturlin d’ Cêle di faire brusler Ysabeau femme Orban Goese suy(v)ant sa cognissance et l’atacher a une stache sur ung eschaufart telement

que mort sensuyve la laissant illec comme les autres (Bertrand et Royne) pour exemple d’autres12.

(Po c’mincî i gn-a ieû one pwâre, dandjureûs nin meûre assez ou trop meûre, èt adon on couchèt mau sognî qu’ a crèvé, èt adon dès djins come Djan l’ Brèsseû, Lambert Biètlot… èt au coron, po one feume, li boûriatadje èt l’mwârt).

 

Royne, fèye da Jèrard di Mwin.ni

Nos fians conechance avou Royne di Mwin.ni [fr.: Mesnil] après qu’ èlle a ieû stî mètuwe ung pety a torture.

Là saquants-ans, “avouwe-t-èle” tot ruvenant d’Dinant, one loméye Marguerite Hubert, di Djindron, asteûre tchèssîye èt vikant foû do payis m’ a d’né sèt’ grins d’ gry poisson de grosseur environ (on) poix estant dedens ung papire (et si tu hais quelqu’un, donne lui en) mais incontinent… te faut relaver tes mains… One miète après, l’ diâle qui s’ lomeûve Claba lî a aparètu en ung lieu dit dénier la beole à Djindron. Il estait fort beau et triumphant et lî dit vous este seullette a faune de compagnye, trist et poevre sy vous voules… elle renonchat a Dieu, la Vierge Marie, creisme, baptesme… (puis) le diable heut habitation en elle (et) lui sembla froid. Plusieurs fois le dyable le venait querire a nuytte en sa maison quant son père estait chouscet et l’amenait par la main danser en un lieu … entre Suyne et Lavys èt vêla, is dansin.n dèviè deûs-eûres d’ asto. Èlle î à vèyu Biètrand d’Djindron présentement emprisonne qu’ a dansé avou lèye èt qu’ a dansé èto avou une belle triumphante damoiselle par trois fois. Èlle î a co vèyu èto Martine, li feume da Colin d’ Fôy, di Trussogne, èt Jehenne si fèye èt co ossi Isabeau, li feume da Urban Goesse présentement emprisonne, èt co ossi Martine, li feume da Johan de Tiegne, di Custène, èt co one ôte, tortotes avou on kalant et elles dansaient fort et en hault a grande manyr disant a haulte voix sot muroulle, sot muroulle en présence de plusieurs menestreit.

Po ç’ qu’ èst do poesons, èle dit qu’ èle l’ a d’né avou do pwin à one di sès pouyes pour expérimente èt qui s’ pouye a crèvé. Après, èlle ènn’ a d’né deûs grins à one rodje vatche da Djâcquemin Charles, si vèjin en mettant sur de l’awaine. Li vatche ènn’ a crèvé. Deûs-ôtes grins à Katho, li feume da Johan d’Gosin, di Djindron, en jectîant sur son geron; èlle ènn’ a moru; on grin au tch’vau do curé d’ Djindron po l’ awè refuseit de confession. Enfin, les deux derniers grains à Djenne, mèskène da Bertrand emprisonne… laquelle estait grosse d’enfant po fé moru l’ èfant o vinte di s’ man mais pour ce que l’enfans avait vie ledit enfans n’at de rien oyu fortune13.

Pa leû r’tchèdje do 20 di mârs’ 1556, lès scabins d’ Lîdje li condânenut à ièsse mètuwe sur ung eschaufart, le lyet a une stache avec un sachea de pouldre a col, le fair estrangler et le brusler…14

 

Biètrand Jèrard, d’Djindron

Après-awè stî boûriaté, i dit que le diable en figure d’une belle triumphante fille qui se appelait Rogette comparut par plusieurs fois a son lictz en sa chambre de nuictte en disant sasaje te requiert de non mariet…Je suis si belle, Je me donne a toy… et defaicte ledit diable soy entrant en lict… et luy semblait tant plaisante que aultres femmes saulffque estait froid èt à li d’mande de ledit Rogette dyable qui estait tant fort bien abillyes et bien parlant, il a r’niyî l’ Bon Diè… et puis dansaient en sa chambre tant de fois que dire le compte ne le scauroit… Après, is ‘nn alin.n danser ètur Swène èt Lavi avou Royne, Isabeau Larchier et Annoule, li feume da Hinri l’Masson, di Custène.

On ôte côp arivès à one place loméye Haylle Preit, i prind one gadde blance da Lambert Gielle d’ Èrhèt et heut habitation une fois seulement alladite gadde… qui n’est plus vivante. I faît co l’ min.me avou une jenis rouge di Fèrauje èt avou one vatche da Djan Biètrand, di Djindron15.

Biètrand Jèrard a stî condânè à mwârt li 20 di mârs’ 1556, donc li min.me djoû qu’ Royne èt Isabeau, à ièsse mètu sur ung eschaufart, le brusler et estrangler… et ly mectre sur son corps deux robbes (pias) de vaches et (one) robbe de gadde16.

 

Martine, li feume da Colin d’ Fôy, di Trussogne

Racuséye pa Royne di Mwin.ni, èlle a stî condânéye li 30 di mârs’ 1556 à estre arse et bruslee sur un eschaufart attachée a une stocke… voir que le maistre des oevres luy porat faire avancement (de Taiwan) par pouldre et estranglementn.

Divant d’ moru, èlle aveûve racusé one loméye Sourette, Djènne, li feume da Andry Ghuisse èt Djènne, li fèye da Halo Gicotte.

 

Djènne, fèye da Colin d’Fôy

Racuséye pa Royne di Mwin.ni èto, Djènne èsteûve o prîjon l’ djoû qu’ lès scabins d’ Lîdje ont èvoyî s’ man à l’eschaufart. Is-ôrdonenut de encore le retenir en prison pour entendre si autres des prisonniers l’encouperoient de quelque choese et de discrètement encore la mectre une fois a torture èt s’ èle n’ avoûwe nin, li coû d’ Cêle li tchèsserè on-an ètir foû dè l’ sègneurîye18.

 

Sourette, li feume da Djan Mathy

Nos savans pa l’ ritchèdje di Lîdje do 20 di mars 1556 qu’ à ç’ date-là qu’ on douteûve sur lèye à cause, nos chone-t-i, dès dèclarâcions da Martine, li feume da Colin d’ Fôy. Lès min.mes scabins d’ Lîdje ôrdonenut l’ 30 di mârs’ 1556 dè l’ mète divant Martine di Fôy èt l’ feume da Andrî Ghuisse.

Sourette sèrè tchèssîye po tofêr pa on jujemint do 10 d’ avri 1556.

 

Djènne, feume da Andrî Ghuisse

Si cas s’ passe come li ci da Sourette, sauf po l’ pwin.ne: li 10 d’ avri 1556, Lîdje ôrdoneûve dè l’ lachî voir en payante les despens de prison20.

 

Martine, li feume da Djan de Tiegne, di Custène

Acuséye d’ awè stî auzès danses pa Royne. Li 20 di mârs’ 1556, lès scabins d’ Lîdje fyin.n sawè si ç’tèle-ci continuweûve à acuser l’ preumîre, qu’ is d’vin.n arèter Martine.

Rimârkans vêci qu’ c’ èsteûve impossibe po l’ coû d’ djustice di Cêle di fè arèter èt d’ fé jujer Martine, vèyan.mint qu’ Custène èsteûve one têre

qu’ aveûve one hôte djustice èto. Lès-ârchives di Custène di ç’t imps-là sont pièrduwes, ça fait qu’ nos n’ saurin.n sawè qwè-ce qu’ on-z-a faît après l’s-instrucsions d’ Lîdje21.

 

Annoule, li feume da Hinri li Masson, di Custène.

Min.mès r’mârkes qui po Martine ci-d’zeû.

 

Djètrûde, li feume da Louis do Chaisneu

Acuséye en 1550 pa Djènon, li feume da Halin Halet, èt pa l’ feume Clémint Houbaille. À ç’ momint-là, lès scabins d’ Lîdje avin.n ôrdoné, si Djènon continuweûve à l’ acuser, dè l’ boûriater froid et chault (fwârcî lès djins à bwâre di l’ êwe frède èt tchôde)22.

Li 20 di mârs’ 1556, lès scabins d’ Lîdje ritchèdjenut à l’ coû d’ Cêle di l’ tchèssî foû dè l’ sègneûrîye en l’ condânant selle retourne de l’appréhender et faire brusler sur un eschaufart de sorte que mort soy deverat ensuyvre23.

 

Djètrûde, li feume da Johan Kalay

Todi l’ 20 di mârs’ 1556, lès scabins d’ Lîdje ôrdonenut d’ laisser hors prison mins d’ lî fer payî lès fraîs.

 

Djènon Purnalle

Min.mès r’mârkes qui po l’ feume Johan Kalay.

 

Lambert Biètlot (Berthelot)

Li 16 d’ octôbe 1554, Marguerite di Cottereau, dame di Cêle, dimandeûve one enkète su lès djins qui de puis ung mois encha ont par force de basions rompu volumptairement huisses ou fenestre veullant follere et molester hommes, femmes, filles… les houchant et injurrian…

Li 10 di sètimbe di d’vant environ tnee nuctte, qui Djan Germeau, di Hey raconte extans chouchy en le gregne de Urban Goese au dit Ceelles [dj’a] vèyu et oyu Lambert Biètlot stichir allé huisse de la maison Urban Goesse d’une demee picque disant a haulte voix audit Urban qu’il estait un bougre, mackereau, sa femme vauldoize, leur fille ribaulde et qu’il en ferait délie ses plaisir et les plus infalmes injurres qu’il en serait honteux de les declarers. Isabeau, l’ feume da Djan Stienne èsplike mia èt pus jusse ci qu’ èlle aveûve oyu. D’ après lèye, Biètlot dit d’Urban que c’estoit ung vauldoy et sa femme une ribaudde et vauldoize et quy /assoit le diable wyho car y montoit sur une wauldoize et plusieurs aultres meschant laingaiges. Djan Stienne, si-t-ome, rajoute co qu’ Biètlot aveûve par force de basions abattu la fenestre dè l’ maujon da Urban Goesse. Anne, li fèye da Halo, di Cêle, prècise qui Biètlot ayant une demee picque et le boutât plusieurs fois par desoubz ihuisse.

Rimârkans, en passant, l’ raîsonemint da Biètlot: vèyan.mint qu’ one macrale coûtche avou l’ diâle, l’ ome d’ one macrale faît côrnârd li diâle!

Li 1î d’octôbe après, Lambert Biètlot racomince. On tèmwin lomé Djan di Jannéye raconte qui ç’ djoû-là èstant a giestre en la maison de Johan Noël a Veeve soubz le casteau dudit Ceelles, environ une heure a soir vienve ung appeleit Lambert Biètlot dudit Ceelles huissier par fors allé huisse de ladite maison desort quil at boutteit hors une partie de Ihuisse veant quoy ledit déposant sadit dessus [l’uch] disant que veu tu faire, veu lu romppe ainsy Ihuisse… que pense tu faire… respond ledit Lambert que rien nen lui en challoit pour vingt florins il seroit quicne, appelant la femme [di Djan Noël] ribaulde, wauldoize et quelle avoit des kalant… respond ladite femme cuy mon marit… [et] deist ledit Lambert que owy et des aultres et en bouttant lors par ledit Lambert une spée nue travers Ihuisse djondant li tèmwin. Tant qu’ à l’ feume do tèmwin, èle si r’ssovint bin d’awè oyu Lambert Biètlot buissiet et veyu roppe Ihuisse… [et lomer] Marie, femme dudit Johan Noël… ribaulde et wauldoize, mais elle estait si esbahie quele ne sceit plus…24

Di tàt çoci, nos plans avancî, maugré qu’ lès tècses n’ è causenut mauy, qui Lambert Biètlot, quand i fieûve çola, èsteûve bwèvu èt qui l’ bwèsson l’ rindeûve mèchant.

Isabeau Larchier s’ a d’vu, nos chone-t-i, sovenu di Lambert Biètlot, bin qui l ‘rapôrt n’ è faît nin mincion, ou co l’ justice qui pleûve, ça s’ comprind, pinser qu’ il è saveûve ditrop su lès sôrcîres di-d-là et, vèyan.mint ça, qu’ il aleûve avou zèles auzès danses…

Dins tos lès cas, quand lès scabins d’Lîdje ritchèdjenut à l’ coû di Cêle, li 20 di mârs’ 1556 di condâner à Yechaufart Royne di Mwin.ni, Biètrand Jèrard et Isabeau Larchier, is disjenut èto qui, veyan.mint qu’Lambêrt Biètlot at déclarer non vouloir respondre suyvant les significations a luy faictes et contumace contre luy obtenues [li seigneur di Cèles] porat faire appréhender… le faire rnectre a torture pour savoir de ses maléfices1*.

Nos n’ savans nin combin d’ timps qu’ Biètlot d’meûre foû di l’ têre di Cêle. Todi è-st-i qui l’ 26 di sètimbe 1569 – donc trêze ans après – boutés par mèssîre Halen, Djan et Djîles Biètlot sès frées, noûf amys èt lès cinsîs d’ Bri , d’ Hubaye, di Trussogne et d’ Hubièmont (tortos cinsîs do tchèsturlin d’ Cêle) rimètenut au sègneur di Cêle one dimande di pârdoner l’ faute da Lambert enferme pour avoir offense votre seigneurie, rompant la jurisdiction [et s’y rintrant] sans remission du messus que cidevant il avait perpètre. Lès parints èt lès soçons soplîyenut co qu’ en [honneur de Dieu (lui) pardonner… afin que le reste de sa poevre vie il puisse avec sa femme en paine et travailhe de son corps finner26.

Èt come i n’ èst jamaîs trop taurd po-z-aprinde, en 1570, quand l’ justice lî d’mande, èt ossi à s’ feume Marguerite, ci qu’ is sèpenut d’ Mârguèrite di Fôy et dè l’ feume da Djâcquemin Charles, qu’ on dit qu’ èles sont macrales, is rèspondenut nichit21.

Anne Colard, feume da Hinri Colin, d’Furfooz

Li 24 di nôvimbe 1557, lès scabins d’ Lîdje ôrdonenut (à l’ coû d’ Furfô, pinsans nos) di fé boûriater Anne Colard pour scavoir quelz crimes et excès elle peult avoir commis et de ses fauteurs et assistons. Li 27 èt pwis là co l’ 29 do min.me mwès, dins l’ tôrture, èle raconte: si galant, s’-i-ome Roget a elle venant la nuite èt èle avouwe scestre outtredonne a luy deûs côps, li estant acoutre tout novee ayant des plumes a son chapeau, blanc et gaunne et roge. Ele l’rescontère po l’preûmî côp en ung jardin par derir sca maison en allant faire sces ayiesse. Po-z-alè auzès danses, èle rècheuve di s’ maujon pa li tchiminéye ou on pailleroux. quare de sa chambre et èle en aleûve su on nwâr tch’vau.

Li diâle lî a d’né on djoû one boûse plin.ne d’ ôr èt d’ ârdjint, mins après qu’ èle eûchiche ieû faît l’ amoûr avou l’ doneû, i gn-aveûve pus qu’ dès escalles è l’ boûse.

Èle riconèt qu’ èlle a faît moru deûs tch’vaus da Simon Pecqueur, on rodje èt on nwâr, èt one fèye da Simon qu’ aveûve quatre ans en lî d’nant du pien a mengir. Èlle a co faît moru one loméye Mago Michile en luy donnant a mengir en lesciau [saya?] ayant boulier deden des escalle que sondit callant luy abvoit donné èt èlle a ossi fé moru Antwin.ne li fis da Djan Mathy, d’ Furfô, à cause que il scestien combatu en samble et lui donnit ung poiere de flayau laiant frotte desdits escalle.

Enfin, èlle a veyu auzès danses Djènne Lorfelin, Djènne le Leux, Djènon Botte èt one feume di Drouwance.

Après dès parèys avouwadjes, nos n’ avans nin bone idéye po l’ sôrt di ç’ pôve feume-là28.

 

Djènne le Leux

À l’ sûte dès déclarâcions da Anne Colard do 27 èt do 29 di nôvimbe 1557, èlle a stî appréhendée [et] nonobstant les totures a elle faict froid et chault nat fait aulcunnes recognissances. Ça faît qui, li 22 d’ décimbe 1557, lès scabins d’ Lîdje ôrdonenut à l’ coû d’ Cêle dè l’ lachî au dépens de luy ledit officier [li mayeûr di Cèles].

C’ èst l’ seûl cas qu’ nos conechans qui l’ victime gangne tot-à-faît s’ procès29.

 

Djènne Lorfelin, li fèye da Collard Thomas, di Furfô

D’ après Anne Collard, si galant s’ lomeûve Hossiau [come vosse sèrviteûr]. Vèyan.mint ç’ qu’ a survinu à Djènne le Leux, nos p’lans supôser qu’ èlle a stî boûriatéye.

 

Djènon Botte, li feume da Gilles Poriniaux

Vèyuwe pa Anne Colard auzès danses.

 

Anne, li feume da Djan di Feschau, di Drouwance

Loméye pa Anne Colard èto. Si cas dépendeûve dè l’ coû d’ Drouwance qu’ on n’ a pu d’ ârchives.

 

Djaukète di Ladèriêre

Su l’ difin d’ mârs’ 1563, trop d’ bièsses môrenut à Djindron èt come c’ èst d’ ça qu’ lès djins vikenut, lès djins trouvenut dins leû groupe li coupâbe: Djaukète di Ladèriêre.

Maurtin Vaillant, après-awè pierdu totes sès bièsses, tchaît malade. Come èle l’ aveûve apris, Djaukète va è s’ maujon èt, tot purdant l’ couvêrte par la pointe lî dit: taisee mon compère, vous ne more poinct et tantost après… a este ragary. On djeûve èto qu’ Djan Thomas prétindeûve qu’ èle î aveûve faît moru on-èfant.

Djaukemin Charles rapwate qui Jehan Bertrand estait a lict malade que Ion fut quere ladite Jacquette que pour veoire si Hz ayderoit ledit Jehan que Ion disait se mourait… ladite Jacquette l’auroitfait mourir.

Djan di Tchaleûs [fr.: Chaleux] vint dîre qu’on falmait s’ bèle-mére d’ ièsse one vaudoise30.

Li 2 d’ avri en 1563, lès scabins d’ Lîdje li jujenut arètauve pace qu’ èlle èst difamee d’estre macrale et vauldoize. Li 24 qui sût, on l’ boûriate èt èle “avoûwe”: li diâle, qui s’ lome Talbo, l’ atauche on djoû qu’ èle riveneûve di l’ fontin.ne. Il aveûve one curasse èt li dîre, adon, qui si elle estait tust et dollente et que ce elle voilait croire en luy qu’ilz luy dorait de l’or et de l’argent tant qu’en voudrait. La-d’ssus èle rinîye li Bon Diè, l’Vièrje… èt pwis là il heu habitation a elle… il estait froid comme marne [fr.: marbre?]. Talbo lî done adon 5 à 6 grins d’ gry poiessons qu’ il aveûve pesteileit. Avou cès grins-là, èle faît moru on boû èt on via da lèye, deûs vias da Maurtin Vaillant, pace qui l’ feume da Maurtin lî aveûve dimandé dès caurs trop rigoureusement. Èle faît moru Djan Biètrand pa hin.ne pace qu’ilz estait sy mawais a sa fille qui (le) servait lors.

On-ôte côp estant mandée por aller a traveille de la femme de Johan Thomas que por rascodde leffans, èle riconèt qu’ èlle a côpé l’ cwardia trop timpe po fé moru l’ èfant. Èlle avoûwe èto qu’ èlle a faît moru on-èfant da Joachim Gillart en luy donnant a boire a une jusselette de pier èt çola pace qu’ èlle s’ aveûve cobattue avec Joachim. Èle cofèsse qu’ i s’ pout qu’ èlle s’ a sièrvu d’ sès grins chîj ou sèt’ ans au lon èt qu’ i gn-a-co joindant un billocq entre des petites pieres par derrière sa maison enveloppe en du gris papier. Enfin, on côp dins l’s-ôtes qu’ èlle aveûve riçû l’ corpus Dei à Pauke, elle dist quilz ne le polvy mingier èt tot rècriyant d’ l’ èglîje, qu’ èle l’ a ètèrè è l’ cimintiére31.

 Deûs djoûs après ç’ dèpôsicion-là, swèt’ li 26 d’avri en 1563, lès scabins d’ Lîdje condânenut, pa r’tchèdje, Djaukète di Ladèrière à ièsse arser et bruslee do momint qu’ èle ni disdîye nin ç’ qu’ èlle a avouwé (so boûriatadje). D’ on-ôte costé, l’ ostîye qui Djaukète aveûve, qu’ èle dijeûve, catchî è l’ cimintiére, tracasseûve bran.mint lès supèrieûrs qu’ ôrdonenut au tchèsturlin d’ Cêle qu ‘i ferai par le prestre, en présence de la justice et en bonne révérence cherchier après le corpus domini qu ‘elle dist avoir cache pour le remectre en l’englieze s’il est a recovrer… on porat ossy cherchier après le vene [fr.: venin ?] ou poison qu’elle dist avoir mis enfoyet en terre.

Po fini, l’ pôve feume a stî ègzècutéye. Èlle aveûve deûs fèyes: Katon èt Pirette. Citèle-ci a stî acuséye di ièsse one macrale l’ anéye d’après èt au procès, plusieûrs tèmwins rapèlenut ç’ qu’ a arivé à l’ man32.

 

Marôye, feume da Halin Freson, d’ Hubaye

Au c’mincemint do mwès d’ avri, en 1561, Hinri, tchèsturlin d’ Cêle dimande à tot quî què l’ sét di v’nu dèclârer quî èst-ce su sès têres qu’ a le faimes destre sorcyers ou sorcyeres. La-d’ssus, Halen l’Tchèrpèti [fr.: charpentier] acèrtine qui Françwèse, li feume da Hubert Houbaye a dit on djoû à Marôye Freson ne faicte poinct de mal a mon pourq je vous en prye et (le) jour meisme ladite beste dinvinre malade. Li Tchèrpètî rajoute co qu’ on djoû on lomé Biernaux lî a dit qu’ Marie luy avait donne (à) mengire une escuelle de laye et en estait incontinent… malade. Tant qu’ à Iernoulx, bovî, li suspense qui Marôye lî a faît moru on-èfant d’14 ans. Djîle Biètlot pinse qui Marôye a faît moru Djènne, li feume da Iernoulx èto. On-a-co d’s-ôtes qui dîyenut qui l’ tchèsturlin d’ Cêle a peû d’ lèye èt qui n ‘a nin v’lu sès caurs.

Halen Freson, l’ ome da Marôye rapwate que le bruy et falme court sur la personne de Marôye sa femme désire vauldoize et plus ne dit.

Maugré çola, Marôye obtint li 26 d’ avri dès scabins d’ Lîdje on preumî dèlaî d’ iût djoûs po présinter sès distchèdjes èt ç’ pwîs-là l’ 7 di maîy on deûzin.me, pwîs on trwèsin.me di trwès djoûs èt, s’ èle ni pârvint nin à d’ner lès preûves qu’ èlle è-st-inocin.ne, Lîdje dineûve l’ ôrde dè l’ boûriater. C’ èst ç’ qu’ on-z-a faît veyan.mint qui l’ coû d’ Cêle riconecheûve li 17 di maîy 1561 qu’ après-awè stî boûriatéye froid et chaux… Marôye a este par nous… banye perpétuellement et hors de la terre de Scelle , sortie dedens III jours.

Mins assez curieûsemint, sins dîre duvint-ce qu’ is r’toûrnin.n leû vièrna, li tchèsturlin d’ Cêle, li 3 d’jun, èt ç’ pwîs-là l’ coû d’ justice di Cêle li 9 di décimbe 1561, rinoncenut à fè apliker l’sintince.

Do mwès d’ fèvri 1564, on ratake one novèle tchèsse aus macrales à Cêle. Li 10 di fèvri 1564, su trinte-quate djins hukéyes po v’nu ièsse tèmwin, gn-a quatôze qui rèspondenut qu’ èles ni sèpenut rin, èt qu’èles n’ ont dès doutances su pèrson.ne à Cêle qu’ èmacraleûve. Dès-ôtes tèmwins sont-st-interodjîs l’ 12; li pus d’ zèls dîjenut qu’ is-ont peû d’ lèye. On-a dès cis qui vont jusqu’à dîre qu’ is-ont ossi peû d’ Halen qui di s’ feume. On pinse qu’ èlle a faît crèver dès vias à Înocint di Francèse, bovî à Hubaye, mins ç’ti-ci, tot r’conechant qu’ il n’est poinct trop asseure d’elle, n’ a mauy rin r’mârké. Halen li Tchèrpètî, qu’ aveûve dèdjà stî  tèmwin conte Marôye en 1561, dit qu’ l’ ancyin bovî d’ Hubaye, mwârt dispûs, Iernoulx, lî aveûve dit que de nucte (elle) avoit este a leurs licte…, ledit bovy se relevât trouvant les huisses de sa maisson ouvert et incontinent ladite Jenne [feume d’ Iernoulx] devinve malade tellement qu’elle est terminée de vye par mort. Djan Denis, l’ mon.nî, a bin è l’pène qui c’ èst Marôye què lî a amwin.nè s’ maladîye. Djan de Raumont, d’ Djindron, scabin, dit qu’ Halen èt Marôye, si feume, ont v’nu on djoû è s’ maujon èt qu’ i lzeufit (h)atte a mengier…, laditte Marôye avoit des poires en son geron, Djan ènn’ a mindjî one èt dispûs, i n’ a pus ieû ung seul jour de santé*4.

Li 18 di fèvri 1564, lès scabins d’ Lîdje ôrdonenut l’ arèstâcion di Marôye èt l’ 1î d’ mârs’, is l’ condanenut à ièsse tchèssîye po tofêr foû dè  l’ sègneûrîye35.

Djènne, li feume da Tîri Jèrard, di Furfô

Li 3 d’ maîy 1563, on maurdi, Marôye, li feume da Djan Gîle rèscontère Djènne èt èle lî dit è présince di djins: meschante vaudoise approuvée, meschante ribaulde. D’ après l’ ome dè l’ feume discauséye, Marôye aveûve rajouté quelle avait faict sechir ses vaches et quelles ne donnoyent point de laict, mesmes (qui Djènne) avait faict mallade son enffant. À ç’t-ocâsion-là un nommé Pirquin del Court eust ung ferment en main pour [celui donner ocasion de mal faire (èt Marôye l’ ècoradje) a haulte voix, par plusieurs fois… tue la, coppe lui un bras ou une jambe, en courant après elle pour la frapper36.

Deûs, trwès djoûs après, Tîri Jèrard rèscontère Pîrkin èt li d’mande ocasion pourquoy (il) avoit ainsi injuryet s’feume. Pîrkin lî rèspond que c’estait a raison quelle avoit faict mourir une sienne gadde, persistant en son opinion.

C’ èst ç’ rèsponse-là qu’ a décidé Tîri Jèrard à pwârter plinte.

Djène, fèye da Halo Gicotte, dit du Mont

Li cas di ç’ djon.ne comére-ci è-st-èmôcionant au-d’là. Si nom èst prononcî au dêrin momint timps dè l’ queuwéye do procès d’ en 1556 pa Martine, li feume da Colin d’ Fôy37. Là-d’ssus, on l’ mèt o prîjon, mins, d’ après ç’ qui lèye min.me dit ne trouvant occasion contre elle on l’ laît libe èt a l’occasion de laquelle appréhension, reproche et deshonneur (èle) estant importunée de regrets et désolation grandes, abandonnât et soy rethyrat hors Gendron par l’espace de XV a XVIII mois pwîs èle rivint dé sman trwès-ans.

Après portant tous jours en grand regreits et deplaisance ladite falme soy expatriât derecheff hors dudit Gendron habandonnant sadite mère èlle èva èmon on mononke à Lautène, dilé Surice, ç’ pwîs-là dé on cousin à Stéye (Braîbant) è l’ mayeûrîye di Cînè.

Nos constatans qui l’ deûzin.me èspatriyâcion da Djène du Mont corèspond à pau près au preumî awaîtadje da Marôye, li feume da Halen Freson, en 1561.

Timps qu’ on studieûve li cas da Djaukète de Laderière, dins lès 29 cités tèmwins, i gn-a on vîy d’ aviè 80-ans, Gérard di Maisny (Mwin.ni), po dîre qui Djène du Mont porte la famé d’estre vaudoize pace qu’ èlle estait allé en dehors de la terre [I gn-a bin sûr di qwè!].

Au c’mincemint d’ l’ anéye 1564, one maladîye faît co des rafes dins lès bièsses. Èst-ce qu’ on n’ a nin vèyu plusieurs femmes soy combattant l’une contre l’autre pour certains porcheau qu’elles avaient perdue. Bin sûr, on ‘nn’ acuse surtout Pîrète, li fèye da Djaukète de Laderière, sôrcîre qu’ aveûve sitî ègzècutéye l’ anéye di d’vant, ou co Marôye, li feume da Halen Freson, mins saquants djins continuwenut à rèpèter qu’ Djène du Mont a l’ falme di ièsse macrale.

À l’ sûte di ça, li 18 di fèvri 1564, lès scabins d’Lîdje comandenut à Djène du Mont d’ s’ èspurdjî dins les 30 djoûs. Li 20 di mârs’, èlle èspôse ci qu’ lî a arivé dispûs 1556; nos-avans l’ principâl vêci pa-d’zeû38.

Li 24 di mârs’ 1564, èle présinte sès tèmwins. Thomasène, one veuve, dit qu’ Djène do Montpeult avoir réside en son eage empres ses père et mère environ de XV a XVI ans, leur rendant service et obeyssance telle quil appartient… selon la grâce que Dieue luy avoit donne. Mèssîre Luc, on priyèsse, ancyin sièrvant d’ l’ autèl dè l’ tchapèle di Djindron, dit l’ min.me èt rajoute qu’ èle soy gouvernât honnestement. Hinri d’ Frèdefontin.ne, si mononke di Lautène, racèrtinéye qu’ èlle a v’nu d’mèrer è s’ maujon en 1556 èt qu’ èlle î a d’mèré deûs-ans. Lorint d’ Romeréye èt s’ feume, sès cousins di Stéye racèrtèyenut qu’ èlle a d’mèrè dé zèls bin deûs-ans travaillant son corps en servant fidellement èt qu’ èlle èsteûve conuwe come femme de bien et d’honneste conversation sans estre entaichee de nul vilain casjusqu’ad ce elle s’at voluye maryé èt qu’ èlle a quité Stéye.

Do timps qu’ èlle esteûve à Stéye, èlle at tousjours hante l’eglieze et confesse et recheu son créateur chascun an39.

Lès-acêrtinadjes dès tèmwins ni chonenut nin fwârts assez. Li 1î d’ avri d’ après, Maurtin Vaillant dit quil at oyu direqu’icelle avait oyue des graves devant qu’elle ewisse este emprisonnée mais dist touttefois qu’il ne sceit en luy (sic) que une fille de biens. Biètrand di Mwin.ni, li, rapwate qu’ il avait oyu dire (qu’èle) at demore par delà Muze empres Seurisse. Pîrète, feume da Joachim, dit l’ min.me èt rajoute èto qu’ Djène du Mont esteûve conuwe fille de bien endist lieux jusqu ‘ad ce qu ‘elle soy voulsy marye.

Là donc li deûzin.me côp qu’ on-z-insistéye su l’ rafiadje di s’ marier da Djène èt l’ ton dè l’ famile po l’ dîre à l’ aîr di mostrer qu’ lès cousins di Stéye n’ èstin.n nin d’ acwârd. Djène do Mont aureûve bin ieû quèkefîye sitèpé mins, après, li candidat au mariadje s’ aureûve ieû disdit quand il aureûve ieû apris qu’ on purdeûve si comére po one macrale.

Todi è-st-i qu’ dins s’ deûzin.me procès, Djène du Mont èst cléremint loméye jeune fille a marier.

Pa r’tchèdje do 7 d’ avri 1564, lès scabins d’ Lîdje ôrdonenut à l’ coû d’ Djindron qu’ èle 1′ absoldrat de la faime et bruyt qu’elle portait d’estre sorcier… voir a ses dépens [fraîs d’djustice]40.

Pîrète, li feume da Djan d’Tchaleûs (Jehan de Chaleux)

Li cas qu’ on-z-a vêci mosteûre li caractêre hèrèditaîre di l’ ètat d’ macrale. L’ ome da Pîrète aveûve l’ anéye di d’vant, en 1563, avouwé qu’on djeûve qui s’ bèle-mére esteûve sôrcîre.

Li 10 di fèvri en 1564, c’ èsteûve à propos di s’ feume qu’ on lî d’mandeûve si-t-avis. I n’acuse nin s’ feume mins Djène du Mont. On-a dès cias qu’ ont v’nu rèpèter qu’ is-avin.ne oyu dire une nommée Katon soeure de Pirette… que dès que le seigneur eut fait faire exécution de sa mère [Djauquete de Laderière] qu’elle, laditte Pirette ne demeurait gaire sains en

navoir après elle et avoir oyu dire un nomez Jehan le Soyeur qu ‘Hz en navoit aussi paore que de sa mère exécutée.

À propôs dè l’ rèputâcion qui l’ feume da Halin Freson èt Pîrète avin.n, on tèmwin estimeûve [non sins coradje] que l’on en parolle plus dehors de la ville qu’en la ville*1.

Li 6 d’ avri en 1564, lès scabins d’ Lîdje, qu’ èstimin.n qui Pîrète nat fait quelconque acquite pour soy purger de la falme quelle porte d’estre sorcière et macralle, l’condamenut à ièsse mètuwe è prijon et boûriatée42.

Nos n’savans nin comint-ce qui l’procès a fini.

 

Marôye de la Haut, li feume da Djâkemin Charles

Li 22 d’ sètimbe 1567, Djâkemin Charles atake Djîle Gicotte po qu’ i vègne ridîre pa-d’vant l’ justice lès discausadjes qu’ i poleroit avoir oyu dire pa Maurtin le Gotte. On djoû, di-st-i l’tèmwin, Maurtin le Gotte m’ a dit que depuis qu ‘il soy avoit combattu a Marie espeuze Jacquemin Charles que son chevalx ne sestoit poinct bien porter et qu’icelle l’avoit fait malade de sort que ledit Cille dist que ledit cheval est mort. Dès-ôtes vègnenut raconter èto ci qu’ Maurtin Le Gotte dijeûve: chake côp que on soy combattait avec Maroie… ung chescun perdait des bestes. Èst-ce qui ça n’ aveûve nin sorvinu à Djan Thomas qui avoit des pourcheau malades… il presuposoit qui c’ èsteûve Marôye li cause43. Djâkemin atake Maurtin d’vant lès scabins èt i gangne. Le Gotte est condâné a aler en pèlèrinadje à Rocamadour a faire de ses pieds ou au pris d’ on tél voyadje èt à l’ fé d’vant l’ Noyè èt i d’veûve co dins l’ èglîje di Djindron porter et tenire une chandelle de demye livre pendant qu’on célèbre la messe (èt li mèsse finîye) les donner et mectre devant l’imaige de Saint Clément*4.

Do mwès d’ nôvimbe 1570, lès djins d’ Cêle sont rinvités à dîre tçt ç’ qu’ is sèpenut su lès djins qu’ on dit qu’ c’ èst dès macrales. Li feume da Maurtin le Gotte vint dèclârer que la falme et bruy cour sur la personne de Marôye espeuze Jacqmin Charles d’estre vauldoize èt qu’ on djoû on l’ aveûve vèyuwe de nuicte parmi la ville seulement avec sa chemise. Li feume da Hinrard Bonnet dit qu’ Hinri Bellot lî aveûve dit qu’ èle lî aveûve faît crèver on

boû. Co on-ôte aveûve oyu dîre qu’ one feume loméye Djène di Purnôde aveûve on djoû dit à l’ acuséye qu’ èlle èsteûve vaudoise èt qu’ èle niroit poinct bien loingt. Hinri Bellot, sins causer do boû qu’ il aveûve pièrdu dit èto qui l’ feume da Djâkemin se perdait et s’en nalloit de nuct aval les champs et aval les fosses d’ung caste et d’aultre. Il aveûve peû d’ lèye èto.

Louwis Djîle Bertrand presupposoit que Maroye… l’avait fait malade. Djan Consinet rapèle ci qu’ Maurtin le Gotte aveûve dit en 1567, come qwè qui soy combatoit a elle, il perdait une beste. Li feume da Djan Lambert dit que quant aucuns de Gendron perdaient quelque bestes, il mescroient que ladite Maroye les faissoit tnorir. Èlle aveûve min.me dit à l’ feume da Djan d’ Drouwance [fr.: Dréhance] qui s’ èlle avait perdu des bestes qu’elle en perderoit encore**.

Maroye de la Haut a 30 djoûs po si r’lâver. Èle va ièsse disfinduwe pa on avocat qui dit: l’ acuseû duvrè mostrer que la diffamation procède de personnes légitimes et non de legiers peuples par hayne. Nos mosterrans qu’Marôye est engendrée de bon père et mère (ayant) heyeu vraye legittimes conversation (rapôrts sexuels). Tote si vikaîrîye, èlle a vikè à Djindron se gouvernant paisiblement… gens de bien hantans etfrequentans…, en sa maison a qui qu’il plaisat illecq beuvans et mengeans sains pour ce estre infecté. Èt avou ça, èle va è l’ èglîje, va à messe, à c’fèsse èt à l’comunion. Lès tèmwins, di-st-èle co l’ disfinse, duvenut prouver la forme et manière pour faire mourir gens et bestes en donnant sur ce connaissance de science… Is dîront lès-ans, mwès, djoûs èt eûres dès faîtinses. Enfin, ci qu’ Maurtin le Gotte a dit là pus d’ 3-ans, r’vint à djoû46.

Mèssîre Djan de Ferauge, priyèsse, dèclâre qu’ il a par plusieurs fois hante et fréquente en la maison de ladite Maroye, en buvant, mengeant sains y avoir veyue ny appercue en elle aucuns mal synon depuis une espace de temps qu’elle at porte lafalme… (coradje, stèpans)47.

Li 18 di décimbe 1570, lès scabins d’ Lîdje ôrdonenut à l’ coû d’ Djindron di r’lâver Maroye de la prétendue falme qu’elle portait**.

 

Marguerite di Fôy, feume da Djan Henri, spoté Claoz

Li 16 di nôvimbe 1570, on comince ossi one enkète su lès faîtinses da Marguerite di Fôy èto.

On djoû, di-st-i Djan, l’ vîy bovî d’Trussogne-Ghuisse (Pitite) ung syens paslureau gardait les pourcq… lors passa une nomee Marguerite de Fôye auprès desdits pourc laquelle demandât a qui cestient deux beaux pourcq… et le lendemain ses deux pourcq deviendrent malades tellement qu’il en morit l’ung d’iceulx.

Katèrine, li feume da Djurau de Gramptenne rapwate ci qui l’ veuve da Matî  l’ Tècheû criyeûve su tos lès teuts: on djoû, Marguerite lî aveûve donè des kisses et quelle les métisse cuire et quelle les mengassenî, elle et son marit, et incontinent que son marit en eulx mengit y devinve mallade… (puis par après) lui avait donne une miche de pain avec deux euffes. Si-t-ome aveûve mindjî çola cût èt do côp, il aveûve sitî regarit. Katèrine, li feume Tîri presupose qui Marguerite lî a faît moru on-èfant d’ on-an èt d’méy.

Tîri Colin raconte avoir oyu dire ung nornez Perpette Colin extant a lict malade que si il moroit [sen alloit: baurè o tekse] que il inculpait ladite Marguerite. Èt Perpète Colin a moru. Mèline, veuve da Urban Goesse49 vint dîre qu’ on dit qu’ Mârguerite di Fôy a faît moru on tch’vau au cinsî d’ Trussogne.

Disfinduwe pa l’ avocat qu’aveûve disfindu l’ feume da Djâkemin Charles, mins avou mwins’ di fwace, èle n’ a stî r’lâvéye qui deûs mwès après l’ feume da Djâkemin, li 16 di fèvri 157l50.

Nos pinsans pa tot ç’ qui vint d’vant qui Marguerite di Fôy esteûve one sègneûse èt il èst possibe qu’ èlle èsteûve li fèye ou li p’tite fèye da Martine, li feume da Colin d’ Fôy, di Trussogne, ègzècutéye en 1556. Èt après tot, èst-ce qui Tîri èt Perpète Colin qui l’ tchèdjenut tant ni sont nin dès fis d’ sôrcîre èt çola d’ après one lwè d’ transmission dès noms d’ famile di ç’ timps-là, qui vout qu’ lès-èfants Colin d’ Fôy pudenuche come nom di famile li prénom d’ leû pa.

 

Djènevîre Kalays, li feume da Djan Haloz, d’ Furfô

Nos-alans mostrer qui, dins dès cas qu’ i gna, dès justices di viladje ont p’lu fé ègzécuter dès djins po fé plaîji à l’ masse.

Li 7 d’ octôbe 1602 les héritiers, bourgeoys, mannans et habitans de Furfolz ou la plusaine partie… d’mande à l’coû do viladje on-acêrtinadje su la manière et cornent Jeneviefve espeuze a Jehan Halloz estante notée et falmee de sorcellerie et en prison du seigneur serait estee eslargie… se représente toutes et quanttefois que bon lui semble audit Furfolz… au grand péril et dangier… des requérants mais aussy de leurs familles et bestialz.

Quand on l’ quèstione là-d’ssus, Hinri Jénicoz, tècheû, sèrdjent d’ Furfô, dit que le dimenche après que la prédite Genefieve fut torturée luy fut envoyé de la part de Louys Bertrand, mayeur… la clieff a effect de la mectre et laisser hors des fers… ; ci qui l’ sèrdjent a faît, pwîs, en lèvant l’ prîjenîre à gârder pa Djâke et Hinri Denis, i s’transportât en la ville de Dynant… (afin d’) bailler argent au maistre des oeuvres [boûria] qui l’ aveûve boûriatéye.

Lès Denis racêrtinenut qui l’ prîjenîre a stî distrapéye su l’ ôrde do mayeûr èt qu’ il ont ieû l’ ôrde èto qu’il le fallait laisser dehors et sortir pendant la messe… et que l’on dirait qu’elle serait sortie toute seule51.

Djènevire Kalays sèrè plus ou mwins trankile chîj ans mins li 3 d’ jun 1608, après on procès qu’ nos n’ savans nin ç’ qui s’ î a passé, èlle est brûléye. Li rapôrt di l’ ègzécucion cause co dè l’ présince au spektake – c’ è-st-insi qu’ i l’ faut lomer vèyan.mint qu’ il a l’aîr qu’ on-z-èvoyeûve dès-invitâcions po v’nu veûy – di Mossieû l’ baron d’ Cêle, bin sûr come hôt vouwé d’ Furfô, da Mossieû l’ vicomte d’ Eclaye, gouverneû di Charlemont (Djivèt), da Monsieû di Brandebourg, di s’ frére Mossieû di Vilé-à-Lèsse, da Mossieû d’ Vièpe (Vierves), da Mossieû d’ Bièrlô, tchènon.ne di Sint-Lambièt, di Lîdje, èt, enfin, dè l’ milice di Cêle52.

Lès fraîs do procès d’vin.n ièsse payîs pa l’ victime. Ça faît qui, li 30 di jun èt l’ 3 d’ julèt’ 1608, Djan Haloz, ome dè l’ victime, vind one maujon èt cink cortis qui s’ feume aveûve di s’ prôpe hèritadje à Furfô pour payer les frais, taxes allencontre de l’officier pour l’appréhension de sa femme53.

Lès frais èstin.n paurtis insi:

À l’djustice: 21 florins, 6 patars, 1 aidant

Au clér (grèfier): 10 florins, 18 sous

Au sèrdjent: 11 florins, 5 patars Dispins di prîjon: 6 florins

Aus comis qu’ ont stî à Lîdje: 30 florins

Aus scabins d’ Lîdje: 6 florins 12 sous

Au boûria: 21 florins

L’anéye après, ces montants-là ont stî “modèrés”.

 

Nos n’ îrans nin djusqu’à niyî qu’au XVI èt au XVIIe sièkes, qu’ i gn-a ieû dès djins qu’ ont cachî à ièsse aîdîs do diâle putôt qu’ do Bon Die po-z-arivè à ç’ qu’ is v’lin.n ou po rèche dè l’ misére.

C’ èst bin sûr qui chake viladje aveûve sès “guèricheûses”. À Cêle, Djaukète di Laderière èt Maguerite di Fôy ont djouwé ç’ rôle-là. Gn-a dès tèmwins, conte zèles après, qui dèclârenut qu’ is l’s-ont huké quand is n’ è rèchin.n nin.

Au départ dè l’ tchèsse aus macrales, on trove pus sovint l’ mwârt di bièsses qui l’ mwârt di djins.

I s’ faut r’mimbrer qui nn’ èstans è l’ présince d’ one sôcièté qui n’ a nin todi tot po s’noûri èt po qui l’ piète d’ one pârtîye di sès bièsses dins on parèy vikadje è-st-on durauve dandjî po sorviker.

 

Come d’ èfèt, fé one vatche ou on tch’vau d’mande bin trwès-ans. Leû piète, sins d’viser do pris, faît dèpinde d’ on-ôte. Po on p’tit “manouvrier”, li  piète di s’ pourcia l’ prive di tchau saquants mwès. Po cès djins-là, l’ noûriture ni quite wêre leû pinséye. Mindjîi è-st-on rite, lès rapôrts dins l’ sôcièté è sont mârkés. Ièsse bin guèdè après-awè mindjî èt bwâre èmon one saquî, c’ èst po ç’ djin-ci one preûve d’ onorâbilité (cas d’ Marôye de la Haut).

Les sôrcîres n’ ont nin l’aîr di s’ achârner su ç’ qui l’ têre rind, sauf on côp (cas Isabeau Larchier).

Au deûzin.me rang, lès macrales sont-st-acuséyes di fé moru lès djins, surtout l’s-èfants, èt co, lès tot p’tits-èfants. Seûlemint, i faut sawè qui di ç’ timps là dèviè 50% dès-èfants morin.n.

Di n’ nin awè faît sès d’vwêrs di r’lijion n’ èst mauy rapwârtè pauzès tèmwins, ci qui rèfwârciye nosse sintimint qu’ c’ èsteûve po dès matérièlès causes, nos dîrans min.me dès causes “vètèrinaîres”, qui lès procès c’mincin.n.

Asteûre, qués sintimints qu’ lès djins avin.ne à l’ adrwèt dès procès d’ macrales? Timps do procès di 1570, 136 grandès djins ont stî hukéyes come tèmwins, swèt quausu tote li populâcion adulte di Cêle. Di cès djins-là, 72, donc dipus do mitan dèclârenut “nihil”, çu qui cléremint, èt pa dèfaut, r’vint à dîre qui ç’ qui s’ passeûve à ç’ momint-là è leû viladje leû choneûve quausu normâl. Cit-involontaîre “referendum”-là mostère bin qu’ à momints èt à places, one pitite majorité do peûpe rifoule en s’ taîjant lès têses dès démonologues èt leûs  consèkences èstrêmes. À Furfô, en 1602, c’ èst l’ contraîre qu’ arive: li populâcion d’mande au scabinadje d’ acter qu’ on lèyeûve one macrale “conuwe” couru lèes vôyes do viladje.

One saqwè qu’i faut r’mârker: si èmon lès gros, lès pwissants ou lès ritches, on trouve pacôps d’s-èrètikes, on n’ î trove mauy pont d’ macrales, ou râremint.

Lès djins d’ adon qui n’ savin.n èspliker l’ plouve, li nîve, li vint, l’ alumwâre, li tonwâre,… cachin.n, par ègzimpe, à trouver one èsplanâcion

quand leûs bièsses morin.n. Come lès lîves su les sôrcîres racontin.n leûs danses, leûs mârtchis avou l’ diâle èt leûs faîtinses, les djins vèyin.n li diâle tos costés.

 

* * *

Dins Li Vikaîrîye d’ on gamin d’ Cêle*, p. 15,  Joseph Houziaux raconte qu’ à Vêve vos-èstoz au payis dès sôrcîs. On vî curé qui provint d’ Houyèt m’ a raconté qu’ is v’nint fé dins l’ timps totes leûs lwagnerîyes – qu’ on lomeut l’ sabat – do costè do vî tchèstia. Is s’ rachonint èmon Tante Nane d’ A l’ Tchaussîye. Lès sôrcîs, qu’ èstint d’ acwârd avou l’ diâle, avint totes sôtes di laîdès sindjerîyes. Insi, Calmant, sorlomè li P’tit Bêy, n’ aveut qu’ à passer l’ mwin su li scrine dès bièsses po lès fé duvenu sètches. Ossi, lès vèyeut-on èvi. Clarisse d’ èmon l’ Faudeû, one fèye di macrale, aveut stî tanéye pa lès djins pace qu’ èlle aveut ieû l’ toupèt do fè sès paukes come lès-ôtes.

 

* Parètu èmon Bourdeaux-Capelle à Dinant en 1964, 203 p. – Joseph Houziaux esteûve on cousin da mi à l’ trintee-chijème boûtenîre”. Nosse comun ancête a vèyu l’djoû à Fôy en 1783.

 

Par défaut, les rèfèrinces sont tiréyes dès-Ârchives di l’ Ètat à Nameur, scabinadjes di Cêle (C) èt di Furfô (F).

1 Brian P. LEVACK, La grande Chasse aux sorcières en Europe modernes   Champ Vallon,   1991,  28 (Traduit de l’anglais par J. Chiffoleau)

2 G. CAMBIER, Les grands jours de la démonolâtrie, dans La Wallonie. Le pays et les hommes. La Renaissance du Livre, 1975, p. 389-405.

3 LEVACK, op. cit., p. 62-63

4 C, n° 32, (26-07-1550)

5 Ib.

6 Ib.

7 C., n° 32, (7-03-1552).

8 Ib., 1552.

9 Ib., (21-05-1552).

10 Ib., (16-10-1554).
11 C., n° 40, (17-03-1556).

12 C, n° 32, (20-03-1556).

13 = note 11.

14 = note 12.

15 = note 11.

16 = note 12.

17 C, n° 40, (30-03 et 10-04 1556).

18 Ib.

19 = note 17.

20 = note 17.

21 = note 12.

22 = note 4.

23 = note 12.

24 = note 10.

25 = note 12.

26 C, n° 33, (23 et 26-09-1569).

27 C, n° 34, (16 et 17-11-1570).

28 C, n° 40, (27 et 29-11-1557).

29 Iby ( 22-12-1557 et au drî do 17-05-1561).

30 Ib., (20-03, 2-04 et 26-04-1563).

31 C., n° 9, (24-04-1563).

32 C, n° 40, (10-02-1564).

33 Ib., ( 15-04, 26-04, 7-05, 3-06, 9-12-1561).

34 C, n° 33, (11 et 12-02-1564).

35 C, n° 40, (18-02-1564).

36 F., n° 2, f° 30-31.

37 = note 17.

38 Ib., (20-03-1564).

39 C, n° 33, (24-03 1-04-1564).

40 Ib., (7-04-1564).

41 C., n° 40, (10-02-1564).

42 Ib., (6-04-1564).

43 C, n°33, (22-09-1567).

44 Ib., (6-10-1567).

45 C, n° 34, (16 et 17-11-1570).

46 Ib., (nov. et dèc. 1570).

47 Ib., (14-12-1570).

48 Ib., (18-12-1570).

49 Li preûmire feume da Goesse aveûve sitî condanée à mwârt.

50 Ib., (16-02-1571).

51 F., n°2, p. 357-358.

52 C., n° 40, (3-06-1608)

53 F., n° 2, f° 392.

54 Ib., f° 393.

55 Ib., f 394.

1 Lès tradicions anciènes / Les traditions anciennes

l’ouwès’-walon / l’ouest-wallon: 

Robert Dascotte, A propos de la sorcellerie, in : MA, 7, 1979, p.140

 

A Leval-Trahegnies, lorsque le curé fermait l’Evangile, les jeteurs de sorts qui auraient assisté à la messe ne parvenait pas à quitter l’église.

Dans la même localité, dès que son époux était parti travailler, la femme voyait apparaître un couple voisin dans le cadre de la porte et elle s’évanouissait. Elle en avisa son mari qui alla invectiver les « coupables ». A dater de ce jour, ces voisins ne parurent plus devant la porte et la femme fut guérie (noté chez un anonyme).

Avant 1940, à Haine-Saint-Pierre, une femme était allée consulter le curé car elle était certaine qu’une personne lui voulait du mal et qu’on lui avait jeté un sort. Elle était persuadée que cette personne fréquentait sa maison. Le prêtre lui conseilla de déposer un crucifix sous le paillason et de verser de l’eau bénite dans la tasse de café qu’elle servirait au jeteur de sort présumé.

Elle suivit ces conseils et par la suite, la personne suspectée ne mit plus les pieds à la maison (noté chez Paula D…)

A Godarville, avant 1914, une vieille femme voyait son pot de cham­bre « danser » autour de la chambre dès qu’elle se mettait au lit. Elle faisait le signe de croix et aspergeait la pièce avec de l’eau bénite. Une semaine plus tard, le pot de chambre cessa de « danser ».

Dans la même localité, et avant 1914 également, un homme entendait du bruit dans le chambranle de la porte de la chambre à coucher lorsqu’il allait dormir. Il frappait à coups de poing sur le chambranle en criant :

— Djè n’ aî nin peû d’ vous èy alèz vous in au diâle !

Ce bruit disparut après quelques jours (noté chez Elisa L…)

Le fait suivant a été noté chez Simone M.., il était conté vers 1930, par une octogénaire ; ceci s’est passé à Houdeng-Aimeries.

Depuis plusieurs jours, une femme était malade et les remèdes ne pouvaient rien y faire. Or, depuis le début de la maladie, on s’était aperçu qu’un chat noir s’introduisait le soir, dans la maison, en passant par le trô d’éwî (1). Un soir, le mari se posta auprès de cette ouverture avec une hache en main. Dès que le chat noir apparut à l’entrée, il frappa avec la hache et blessa le chat à une patte. Le lendemain, on vit une voisine (propriétaire du chat noir) qui était blessée à l’avant-bras. Ce devait être une jeteuse de sort car l’habitante de la maison recouvra la santé.

 

(1) trau d’éwî : (proprt. trou d’évier), petite ouverture dans un mur par lequel s’écoulent les eaux d’une cuisine.

 

Anatole Godart (1888-1971), La sorcellerie à Steenkerque, in : MA, 10, 1981, p.200

 

C’était au cours des soirées que l’ont se racontait ce qui était arrivé de bizarre à l’un ou à l’autre à Steenkerque, ce que l’on avait entendu dire, que l’on se remémorait des faits plus anciens.

Les gens de ce temps étaient très sensibles aux présages et à tout ce qui inspirait une certaine crainte, comme par exemple le cri de la chouette qui, soi-disant, annonçait un malheur, de même le hurlement d’un chien pen­dant la nuit ne présageait rien de bon. Si une maladie se déclarait chez les animaux et se répétait à plusieurs reprises, c’était l’effet d’un mauvais sort jeté sur la maison. On se méfiait de certaines personnes et on employait toutes sortes de pratiques bizarres pour lui interdire l’accès de la maison et, pour être certains, on faisait venir le curé du village pour bénir les lieux.

On se racontait qu’un tel, rentrant le soir par une nuit sans lune avait été suivi par un grand chten noir qui l’avait conduit jusqu’au seuil de sa maison sans rien lui faire.

Tel autre, dans des circonstances identiques, avait rencontré un gourmancî, lequel d’après la description que j’ai entendue, était un être extra­ordinaire, difforme, ayant des yeux brillants dans la nuit ; il paraît qu’il suivait sa victime pendant quelque temps et puis disparaissait.

Un autre, rentrant chez lui un dimanche soir avait été caukyî ; ceci con­sistait en ce que celui à qui cela arrivait était pris à la gorge, était cloué sur place, sans pouvoir crier ni faire un pas.

Voici d’autres faits qui m’ont été racontés personnellement – notez que tout ceci date d’avant la guerre de 1870 – par mon grand-père maternel qui était premier valet dans une ferme. Celui-ci se met en route avec un char attelé de cinq chevaux pour aller faire la provision de charbon de la ferme. Parti avant le jour, il se trouvait le long de la chaussée lorsqu’il rencontre un homme qui traînait derrière lui une forte chaîne. A un moment donné, l’indi­vidu lui crie :

—  Wé, l’ ome, èst-ce què dj’ poûroû bin mète èm’ kin.ne su vo câr ? Si vos volez, répond mon grand-père.

L’homme jette sa chaîne sur le chariot puis, après un certain temps, il dit :

—  Après tout, dji m’troûs bî m’tiète avû !

Il prend sa tête dans ses mains et la jette sur la chaîne ! Stupeur de mon grand-père qui n’en mène pas large. Il continue malgré tout mais arrivé à proximité de l’agglomération, tout disparut, au grand soulagement du pre­mier valet !

Un autre fait dont un des acteurs fut mon père, grand amateur de jeu de piquet. Il se rend un dimanche au café habituel pour y rencontrer ses partenaires. Ils jouèrent aux cartes jusque tard dans la nuit. Comme tout a une fin, ils décidèrent de rentrer. En ouvrant la porte pour sortir du café, ils furent surpris de ne pouvoir mettre un pied dehors. Ils voyaient de l’eau à perte de vue, celle-ci battant jusqu’au seuil de la maison ! Ils durent attendre jusqu’au petit matin et, à ce moment tout était rentré dans l’ordre.

 

in : La Flûte de Pan, 21/02/1937

 

Quand i pieut èt qu’ i r’lût

Lès sourcières dansont à Fèlû.

 

Quand l’ solèy èst blatch (pâle)

Lès sourcières dansont à Manadje.

 

In : MA, 12, 1976, p.222

 

Si i plût

A l’ ducace dè  Fèlû

Lès sorciéres ramassetèt lès brûs (boues).

 

in: Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

LES LIVRES DE SORCIER

 

Les sorciers approfondissaient leur science dans la lecture de cer­tains livres de magie. Il était dangereux de lire ces livres pour celui qui n’appartenait pas au groupe des essorcèleûs. Nous avons connu un brave type, que nous désignerons sous son sobriquet familial, Pârin Bouk, qui se livra à la lecture de mauvais livres. Une nuit il en perdit la raison, quitta son domicile et on le retrouva déambulant dans les rues de la commune nu comme un ver. On dut le soigner, il retrouva heureusement tous ses esprits, même dans sa vieillesse, il faisait montre d’intelligence et d’un rare bon sens. Mais, après son aventure, il ne toucha plus jamais un livre de magie.

 

in: Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

LES SORCIERS

 

Tous les Montagnards, qui naquirent vers 1860-1880, ont connu au Roctiau un homme que l’on avait surnommé Julien à Rats. Il avait le pouvoir de faire apparaître, partout où il se trouvait, des rats bien vivants. Quand il se rendait à une dicace à Gilly avec des amis, si ceux-ci manifestaient le désir de regagner leur domicile, à une heure qui ne plaisait pas à Julien, celui-ci engageait le dialogue suivant :

—  Vos-èrirèz quand dj’ èriré!

—  Non fét, Julien, i faut qu’ dji travaye, mi, d’mwin!

—  C’ èst bon… En tout cas, si vos pârtez sins mi, vos n’ sèrez nén pu avancé, faura qui vos m’ ratindîche dins lès campagnes du Roctia.

Effectivement, les malheureux camarades qui retournaient chez eux, sans l’autorisation de Julien, étaient arrêtés dans les campagnes par une multitude de rats. Ils n’osaient plus avancer et devaient atten­dre le retour de Julien pour faire disparaître le charme.

Cette histoire nous a été contée de nombreuses fois par de nom­breux Montagnards.

Nos vieux connaissaient aussi Marouzèt, 1′ sôrcî di Djilly et Jean d’Isenghien, èl sôrcî du Faubourg di Châlèrwè.

M. D. A. Van Bastelaer raconte au sujet de ce dernier (1) :

… Un jour on lui refusa l’entrée d’un bal; il s’en vengea dit-on, en faisant pleuvoir dans la salle. Une autre fois, s’étant pris de dispute,

 

(1) Le Vieux Charleroi, p. 75.

 

(p.271) il fut terrassé, et on continuait à lui administrer la bastonnade mais on racontait qu’il y était insensible, étant sorti de ses vêtements : ceux-ci seuls recevaient les coups. L’autorité poursuivit ce farceur com­me coupable de sorcellerie, et il fut condamné à rester quinze jours au pain et à l’eau dans le couvent des Capucins de Charlëroi, chargés de l’exorciser. Ces détails étaient racontés et confirmés par sa fille, connue en 1845 sous le nom de la vieille Manise.

On racontait que les sorciers avaient le pouvoir d’attirer à eux crêpe et saucisses… qui filaient par le trou de la cheminée! Après avoir proféré l’incantation, la sorcière se transformait en chouette et c’est sous cette forme qu’elle se rendait au sabbat.

Quand on rencontrait un fantôme, on ne pouvait le toucher car on aurait été brûlé par les feux de l’enfer. Cependant, c’est le contraire qui arriva dans la belle histoire que nos pères contaient en ce qui con­cerne la Chapelle aux rats.

 

in: Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

LA REPRISE DES VIEUX PAPIERS

 

On était persuadé que la sorcière, à la mort de la malificiée, de­vait aller reprendre le sort qu’elle lui avait jeté et aller l’imposer à une autre personne.

Avant sa mort, il arrivait que la sorcière fit don d’un secret à quel­qu’un qu’elle avait choisi et à qui elle passait son pouvoir. Cette per­sonne rupèrdeut lès vîs papîs.

Une dame L… de Montigny avait le pouvoir d’arrêter les brûlures. Dans la croyance populaire la brûlure grandit, en ronds concentriques pendant neuf jours, puis diminue de même pour disparaître après un cycle de 18 jours. Cette dame par un simple attouchement et en disant une formule magique, qui était son secret, arrêtait la brûlure. C’est-à-dire que si on la consultait après 3 jours, la brûlure n’avait qu’une durée de 7 jours. Ce secret lui avait été donné par une vieille femme, à qui elle donnait l’aumône chaque semaine.

Un jour la mendiante dit :

— Madame, dji va bén rade mori, dji vôreu bén vos d’ner ‘ne saqwè pace qui vos-avez toudi stî boune pour mi. Dj’ ê in scrèt pou-z-arèter lès brûlures, dji m’ vos va doner, mins i vos faut djurer di nè l’ doner a noulu.

Et c’est ainsi que Madame L… arrêta les brûlures.

 

MOYENS DE SE PRESERVER CONTRE LES SORCIERES

Ces moyens ne manquaient pas. (…)

(p.273) Voici deux formules que nous avons recueillies chez un vieillard, mort depuis de nombreuses années et qui aurait largement dépassé cent ans.

 

ORAISON POUR TOUTES RENCONTRES ET SOUHAITS Fils de Jésus-Christ qui a répandu son sang pour moi et qui est venu au monde pour nous conserver, accordez à M… la grâce par votre divine majesté, les retours de ces ennemis, de tout ce qui lui causerait de mal. Arrêtez-les, comme vous avez arrêté Egyptiens au passage de la mer rouge. Il n’y a rien d’impossible à votre divine majesté puisqu’il a bien tromper celui qui a ramené sa terre dans votre voyage.

 

CONTRE LES CHARMES

Ave salus vandis verbum patra hostia sacra vera vivacare santi égravéris viva corbus domini nostri Jésus Christi formi forma hosti misérée dei.

Pour être délivré d’un sortilège, on urinait dans une bouteille qu’on bouchait bien. On pendait la bouteille dans la cheminée. La sorcière ne pouvait plus uriner et devait venir se soumettre en promet­tant de ne plus recommencer à jeter des sorts.

 

EXORCISMES

La revue « Wallonia » (1) a publié une étude sur la Sorcellerie au Pays de Charleroi. Elle est due à la plume du bon Wallon Arille Carlier. Il disait que dans notre région « on s’adresse surtout, pour l’exorcisme, aux récollets de Montignies-sur-Sambre. L’exorcisme se pra­tique pour guérir les gens, pour purger les maisons et surtout les éta-bles.

Nous avons mis la main sur des formules d’exorcisme, vieilles de plus de cent ans, qu’utilisait M. L… du Via. »

Je te conjure, tout esprit très immonde, tout fantôme, toute inva­sion de Satan, au nom de Jésus-Christ de Nazareth qui après s’être (…).

 

(1) N° de mars-avril 1908, p. 94.

 

in: Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

SORCELLERIE / SORTILEGES ET MALEFICES

 

Les anciens Montagnards croyaient aux sorcières. Jadis, on considé­rait les sages-femmes comme des sorcières. Mais cette croyance avait déjà disparu chez nous dans la seconde moitié du XIXe siècle.

La sorcière avait fait un pacte avec le diable, tout comme le sôrcî et cependant comme on l’a vu au premier chapitre du présent ouvrage, le curé faisait des sorciers à leur insu, à l’occasion du baptême.

Sôrcîs èt sorcières allaient au sabbat. Tous les vendredis, ils se réu­nissaient pour danser au son du flageolet. Les sorcières s’y rendaient parfois à cheval sur un balai, la cotte retroussée sur la tête. Il y avait un grand sabbat la veille du Vendredi-Saint, de la St-Jean, de la Noël, de la Chandeleur et du 1er mai. Tous les sorciers et sorcières du pays assistaient au grand sabbat. Au sabbat du vendredi n’assistaient que les maudits de la région.

Pour autant qu’ils aient jamais existé, autrement que dans l’ima­gination des vieux Montagnards, sorciers et sorcières de notre localité devaient s’assembler à Gilly, au bois de Soleilmont dans le ravin de l’Er­mitage (1). Le Jeudi-Saint et le jour des âmes (2 novembre), c’est à /’ tère al danse, au faubourg de Charleroi, près d’une maison dénommée « La Tourette » qu’avait lieu la réunion (2).

Les sorciers au cours des sabbats, non seulement se livraient à la danse, mais ils y donnaient « le baiser au cul du bouc ».

En dehors de leurs pratiques impies, ils jetaient des sorts soit à l’ai­de du regard, soit par attouchement, soit encore par envoûtement.

A propos de sortilège, voici un récit que fit M. Jules Lemoine, dans un numéro de 1′ « Education Populaire » :

 

(1)  D’après Jules Lemoine.

(2)  Dr A. Van Bastelaer. — Le Vieux Charleroi.

 

(p.261) « Le docteur X… de Gilly nous disait que dans la commune de Montigny-sur-Sambre vit un ménage d’ouvriers bouilleurs qui a une fille atteinte de consomption. Elle était souvent employée comme jour­nalière chez une dame aisée du voisinage.

» Cette personne très honorable fut soupçonnée par les parents qui, un beau jour, l’accusèrent d’avoir jeté un sort sur leur enfant et résolu­rent d’user de représailles. Pour arriver à leurs fins, ils invitèrent la dame à rendre visite à leur fille malade, ce qui leur fut promis complai-samment. La dame vint, et, au cours de sa visite, fut forcée, selon la coutume, d’accepter une tasse de café. Mais voilà qu’en retournant chez elle, il lui prit des nausées violentes. La dame manda le docteur qui reconnut que sa cliente avait été victime d’un violent empoisonnement. Le médecin s’en fut à son tour chez l’ouvrier qu’il accusa fermement en le menaçant de tout révéler à la police, si jamais il arrivait encore la moindre mésaventure à sa malade.

» Le bouilleur entra dans une grande colère, jura les grands dieux que la dame était une sorcière, qui avait jeté un sort sur sa fille. Heu­reusement que l’arsenic n’avait pu accomplir son œuvre. »

Sortilège et maléfice sont des mots de sens assez différents dans la langue française, l’un désignant un artifice de sorcier, l’autre un sortilège malfaisant (1). La victime d’un sortilège è-st-insôrcèlè ou on lyi a djou-wè in tour. Le sortilège peut s’étendre aux animaux, aux vaches notam­ment. Nos vieux avaient plus d’un tour dans leur sac pour faire échec aux sorcières. Quand une vache était malade à la suite d’un sort, vite le fermier prenait un peu de son lait et allait le déverser à un carrefour de campagne. Cette action guérissait l’animal.

Le carrefour jouait une grande importance dans la matière qui nous occupe.

« Le drame qui se passe aux carrefours lors de la conjuration de la poule noire est rapporté par tous les auteurs, mais avec des détails divers et sous des formes très incomplètes.

» La variante la plus complète nous est donnée par diverses légen­des inédites et notamment par une de Ferrières dont on peut résumer comme suit les indications:

» On prend une poule noire qu’on porte la nuit à un « croisé che­min ». Là, on pose à terre, on cèke di côre (un cercle de coudrier) c’est-à-dire un jet ligneux tourné et lié en cercle ; on se place au milieu du rond et à minuit juste, en cet endroit, on égorge la poule dont on laisse couler le sang par terre. Alors, on place la poule sous le bras et l’on ré­pète « Argent de ma poule !… » Tout à coup, apparaît un diable qui

 

(1) Les Sortilèges et Maléfices, par O. Colson. — Wallonia 1906, p. 39.

 

(p.262) demande le prix. On répond « c’est tant ». Le premier diable n’ajoute rien et passe. Mais en voici d’autres qui défilent, qui vous taquinent, qui tâchent de vous faire parler et qui passent. Puis enfin : rik èt rik èt rak ! (un grand bruit), c’est encore le diable qui a « le cul dans un plateau » (c’est-à-dire qui est ou semble être cul de jatte) ; il pose égale­ment la question et accepte le prix. Aloés vous avez ce que vous deman­dez, à condition de signer avec lui (c’ èst l’ maîsse dès diâles) un pacte pour sept ans ». (1).

La puissance maléfique des sorciers s’étendait à de nombreux do­maines : aux biens meubles et immeubles, aux actions de la vie quoti­dienne dans le domaine du cœur et des sentiments aussi bien que dans celui du travail ou du commerce. Nous avons conté ailleurs le petit dra­me d’ èl mwéje istrène au renouvellement de l’an.

La sorcière était toujours une femme vieille, miséreuse, estropiée ou tordue. On ne parle jamais d’une jeune sorcière mais toujours d’ ène vîye sorcière. Certaines personnes avaient réputation d’être sorcière, nous pourrions citer des noms de personnes dont les enfants vivent encore, c’est la raison d’ailleurs pour laquelle nous nous en abstenons. Mais, combien de personnes ont été accusées sottement, uniquement parce qu’elles avaient été surprises plusieurs fois, le soir, à rechercher un fils ou un petit-fils qui aimait trop les plaisirs du cabaret ou tout simple­ment parce qu’elles avaient la fâcheuse manie de toucher leur interlocu­teur en lui parlant. Le geste est un des moyens principaux dont dispo­sent les sorciers et sorcières pour manifester leur pouvoir démoniaque. C’est pourquoi on ne voulait pas qu’un jeune enfant fût embrassé ou simplement touché par une vieille, derrière qui pouvait être une ser­vante du diable.

 

UNE HISTOIRE DE SORCIERE

 

Il s’agit d’une jeune orpheline du hameau de la Neuville. Elle pou­vait avoir treize ou quatorze ans à l’époque, vers 1900.

Elle avait décidé de participer à la neuvaine des neuf mardis, qui avait lieu à l’église des Récollets.

Les participantes à cette neuvaine devaient se confesser et com­munier chaque semaine ou pour le moins au début et à la fin de la neuvaine.

La petite X…, un lundi, attendait son tour près du confessionnal. Tout à coup, elle vit à ses côtés la vieille Twènète du Faubourg, qui avait la réputation d’être une sorcière. Celle-ci s’avança sur la gamine

 

(1)   Wallonia,  1899, p. 87 à 90. O. C. 262

 

(p.263) et, tout en la caressant sur le bras et le côté en un mouvement circulaire rapide lui demanda :

—  Èyu dalez, m’ fîye?

Emue et ennuyée d’être interpellée par la mendiante, la gamine lui répondit :

—  Ben, vos l’ wèyèz bén, hasârd!

Twènète se retira et continua à mendier auprès des fidèles qui se trouvaient dans l’église, tandis que Mlle X… allait confesser ses péchés.

Le lendemain, c’était l’ djoû d’ èl buwéye chez elle. Sa maman lui conseilla de se rendre tôt à la messe pour venir l’aider dès que possible. La gamine se rendit à l’église des Récollets pour l’office de sept heures.

Au moment de communier, elle s’avança et s’agenouilla au banc de communion. Aussitôt, son corps fut pris de mouvements, elle avait l’impression de danser, en même temps qu’une chaleur lui montait à la tête. Incapable de rester plus longtemps agenouillée, elle revint à sa place dans le lieu saint.

Elle attendit la messe suivante et fit un nouvel essai infructueux. Une troisième fois, à la messe suivante, elle tenta d’aborder le banc de communion; sa tentative demeura vaine. Et toujours, elle ressentait les mêmes sensations désagréables et elle se remettait à danser.

Lassée autant qu’apeurée, elle résolut de rentrer chez elle pour conter son aventure à sa maman. Elle rencontra celle-ci sur sa route. Inquiète de ne point la voir revenir, la maman était partie avec le dessein de se rendre à l’église pour s’enquérir des raisons de l’inexplicable retard de la gamine. Quand elle la vit, elle lui demanda :

—  È bén! qwè-ce qu’ è-st-arivè qui vos rintrèz si taurd?

La petite se mit à pleurer et raconta, avec des sanglots dans la voix, ce qui lui était arrivé.

—  Â! mins, ça n’ si passera nén insi, dit la mère. Vènez avou mi auzès Récolèt’s!

Elles pénétrèrent dans l’église et la maman ne tarda pas à rencon­trer le Père supérieur, qui ne fut pas peu surpris d’être apostrophé :

—  Èm’ fîye n’ vénra pu dins vo-n-èglîje, mon pére, si vos lèyèz co v’nu dès sorcières!

Le père récollet essaya de calmer la femme; il lui dit :

—  Madame, il ne faut pas croire aux sorcières.  Elles n’existent pas. Ce qu’il y a, ce sont de mauvais esprits. Nous allons mettre de l’ordre dans tout ça. Est-ce que votre fille a mangé?

– Non, mon pére, èlle èst r’vènuwe avè mi, èle n’ a nin ieû l’ timps di rén prinde.

(p.264) —  Dans ces conditions, dit le prêtre, elle va communier.

La gamine fut conduite par deux pères au banc de communion. Elle avait toujours des craintes, cependant l’un des pères lui tenait le bras. Elle remarqua qu’il était nerveux et pâle. Au banc de communion, il se mit à trembler et à « danser », comme elle le faisait le matin ; quant à l’autre prêtre, il suait à grosses gouttes. Quand elle eut com­munié, chacun retrouva le calme, la quiétude.

Le lendemain, un père se présenta à la maison et dit à la maman :

—  Je suis venu rebénir votre maison.

Depuis lors, plus rien ne se passa. C’est à partir de ce moment qu’il fut interdit de se livrer à la mendicité à l’intérieur de l’église des Récollets.

La sorcière peut exercer ses malédictions rien que par le regard ou par une parole ou en se servant de l’intermédiaire d’un objet.

Voici deux petites histoires qui illustrent cette affirmation.

Marie X… avait la réputation d’être une sorcière. Dans le haut de La Neuville, tout le monde s’en méfiait. Cette femme, prétendu­ment sorcière, lavait sans doute pour les gens puisqu’un jour elle de­manda une cuvelle de savon noir à un épicier du quartier.

La femme de l’épicier se plaignait depuis longtemps de douleur dans l’abdomen, douleur qui apparaissait par intermitence. Il n’en fallait pas plus pour qu’on l’attribuât à une sorcière. Mais qui pouvait bien être cette dernière? Marie? Rien jusqu’ici n’avait permis d’étayer la supposition. L’épisode de la livraison de la cuvelle de savon allait per­mettre de répondre à la question.

Une fois la cuvelle dans la maison de la sorcière, un problème se posait : celui de sa mise en place. L’épicière et une femme à journée, nommée Pauline, avaient apporté le lourd colis. Marie dit : “I l’  faureut mète dins l’ cwin.” Pauline s’avança pour déplacer la cuvelle, mais Marie l’arrêta d’un geste et dit sentencieusement :

—  Non! nén vous, c’ èst Bâbe!

Bâbe, c’était l’épicière; elle sentit un frisson lui courir sur tout l’épiderme; mais, néanmoins, elle fit un gros effort et la cuvelle fut placée à l’endroit demandé. L’effort lui occasionna une grande douleur.

—  Dji seu tchôkîye, pensa-t-elle.

En effet, la douleur alla augmentant, une boule apparut sur son ventre. On courut chercher le médecin. La malade n’arrêtait pas de geindre et d’accuser :

—    C’ èst Marîye! C’ èst ç’ maudite sorcière-là qui m’ a faît ça !

(p.265)  L’homme de l’art eut vite découvert la cause de la douleur et de l’enflement : c’était tout bonnement une hernie! Mais, toute sa vie, Barbe crut qu’elle avait été la victime d’un sort.

Les choses qu’on donne pour être mangées peuvent déterminer les pires catastrophes. Aussi avait-on soin de bien recommander aux en­fants de n’accepter aucun bonbon ou gâteau de personnes qu’ils ne connaissaient pas. Les objets, en apparence les plus inoffensifs, pou­vaient servir à la transmission des malheurs conçus par la sorcière. Aussi, quand on en connaissait une, on se gardait bien de prendre en main n’importe quel objet qui avait été touché par elle.

A La Neuville encore, au siècle dernier, il y avait une vieille qui était considérée comme une sorcière. Un jour, elle vint frapper avec sa canne contre la porte du magasin M… La jeune fille de la maison, qui la connaissait, alla vers elle, avec répugnance, pour la servir.

La vieille, qu’on appelait Bone, lui dit :

— M’n-èfant, dji vôreu ‘ne pièce di cordia come èç’ti-ci.

Elle fit le geste de tendre le bout de cordon pour que la jeune demoiselle le prît. Mais elle n’eut garde, elle craignait trop la sorcière. Elle alla prendre une pièce de cordon dans le rayon et l’apporta à la vieille Bone.

—  V’là vo côrdia: wéz, Bone.

—  Non, dji nè l’ vou nén, ç’ n’ èst nén l’ min.me. Pèrdez ç’ boukèt-ci pou-z-awè l’ parèye.

—  Mins, Bone, dji vos asseûre qui l’ cin qui dj’ vos done èst l’ min.me.

La vieille faisait des signes négatifs de la tête.

—  Non.na, vos di-dje, pèrdez m’ boukèt, an-no!

Et comme elle se faisait plus insistante, la demoiselle refusa tout net. Alors, la vieille de dire :

—  Bén d’ abôrd, dji n’ é nén dandjî d’ vo côrdia.

Elle partit au grand soulagement de la jeune fille et, plus jamais, on ne la revit au magasin. Mlle M… fut persuadée qu’elle avait échappé à un mauvais sort.

Pour éviter ce dernier, il ne faut pas ramasser d’objet sur le chemin, particulièrement les épingles à cheveux, parce que les cheveux sont le véhicule de prédilection dans la poursuite d’un but maléfique. Mais, si on ramasse quand même l’objet, il faut avoir soin de cracher dessus ou de le signer.

Pour préserver ses livres ou pour éviter qu’on ne les prenne, on y inscrivait des formules. En voici une que nous reproduisons, qui fut (p.266) écrite, en 1870, par M. Olivier Lefèvre, sur un livre que son grand-père acquis en 1838 :

« Ce dictionnaire appartient à moi, Comme la ville de Paris appartient au roi. Celui qui le retrouvera et qui ne le rend pas, Le diable l’emportera Dans sa hotte

Et lui fera manger des carottes A deux sous la botte. »

La sorcière prend parfois la forme d’animaux. Jules Lemoine a raconté (1) qu’ « une femme tâchait d’atteindre un lapin qui rongeait les choux de son jardin. Après beaucoup d’efforts, elle parvint à l’at­traper, le mit dans son tablier et fut toute surprise de n’y plus voir que du crottin de cheval. »

L’animal maléfique avait subi une prompte et complète transfor­mation. Il arrive qu’il parle comme un être humain.

La mère d’un des auteurs, Maria Reconnu, nous raconta qu’elle tenait de sa grand-mère, qu’un jour, dans les campagnes de l’Epine, un homme, dont elle citait le nom mais que nous avons malheureuse­ment oublié, trouva un corbeau famélique, tout crotté de boue et mouillé, à la suite de pluies diluviennes tombées ces jours-là. Il regarda le malheureux oiseau, plus qu’à demi mort, et, tout haut, i dit :

— Bén, m’ fis, tè v’là mau arindjî, (…), tu vas moru.

Alors, étonné d’abord parce que l’oiseau se remuait, puis effrayé, il entendit :

— Crèver, non faîy, mins dji seû bén malâde! L’homme laissa tomber l’oiseau, s’enfuit en courant jusque chez lui. Il se mit au lit et, bientôt, rendit l’âme.

Parfois encore, ce sont des bruits provoqués par la sorcière qui apportent le mauvais sort. Aux Trieux, un bébé était malade; les parents croyaient qu’il èsteut tchôki par une vieille voisine qui avait la manie, en parlant, de pousser son interlocuteur ou de le tirer légèrement en pinçant une des parties du vêtement. Chaque nuit, on venait toker à l’ uch et jamais on ne découvrait l’auteur du bruit. Cependant, peu de temps après, l’enfant tombait dans les convulsions. Ce manège dura des jours; on prenait toutes les mesures pour surprendre celle qui frappait à la porte, mais ce fut en vain. Le bébé était bien jusqu’au moment où le bruit se faisait entendre. Un jour, que l’enfant était au

 

(1) Wallonia 1901, p. 199.

 

(p.267) plus mal, on toqua, aussitôt, les convulsions apparurent. Le père se précipita à la fenêtre pour voir qui avait heurté l’huis; comme toujours, il ne vit personne. Il revint vers le lit du bébé. A l’instant, le bruit se fit entendre à nouveau et l’enfant mourut.

Le sortilège a parfois des causes très mystérieuses, qui sont dues au pouvoir des sorciers, ainsi qu’à la volonté de personnes qui désirent se venger d’un affront, d’une blessure profonde à leur amour-propre, d’une action qui atteint leur honneur, ou qui désirent connaître la réponse à la question qui les tracasse. Il y a trois quarts de siècle, dans tout le bassin de Charleroi, les gens croyaient aux noueurs d’aiguillette. Leur pratique relevait vraiment de la magie.

Voici plusieurs de ces pratiques, connues au siècle dernier. Pour s’assurer de la fidélité de son amoureux, la jeune fille prenait le cœur d’un mouton fraîchement tué et y piquait, à l’heure de minuit, neuf épingles en forme de croix. Elle enfouissait le cœur dans la cave, Six mois après, elle allait le reprendre. S’il était corrompu, elle était trahie par son bien-aimé; dans le cas contraire, elle pouvait être heureuse car son amoureux lui était fidèle.

On parle encore de cette autre pratique. Une fille-mère délaissée, pour se venger, se confesse et communie neuf vendredis de suite et emploie le tour de chandelle à jeun. Le tour de chandelle consistait à épingler, en spirale sur la chandelle, treize épingles ou trois fois sept épingles. Les trois nombres sont des nombres maléfiques. Au fur et à mesure que les épingles tombent, la personne visée était sensée res­sentir une vive souffrance et ne pouvait s’empêcher de penser à celle qu’il avait abandonnée. Si l’infidèle ne revenait pas, l’opération se poursuivait et la malheureuse délaissée avait le pouvoir de faire mourir à son gré ou le galant infidèle ou celle qu’il aimait et pour qui il avait trahi la foi jurée.

 

Sorcellerie et croyance populaire aux Ecaussinnes et à Henripont, in : MA, 12, 1976, p.222

 

Dans mes réminiscences de vieil Ecaussinnois surnagent encore des bribes de conversation qui frappèrent mes jeunes oreilles du côté de la rue de la Laiterie, à Ecaussinnes-d’Enghien, entre 1913 et 1920.

Les adultes de l’époque avaient entendu les plus anciens parler des grimancîs, sortes de fantômes traînant des chaînes et l’on citait notamment les dires de Clémence Prodèyoû, fermière du côté de la Dîme, pouvant faire croire qu’elle aurait plus d’une fois exprimé des craintes au sujet de leurs persécutions nocturnes.

Dans les campagnes non encore pourvues d’éclairage, les bruits de chaînes dans les étables avaient jadis probablement donné naissance à des cauchemars enfantés par l’obscurité silencieuse des nuits.

Le verbe insourcèler n’était pas entièrement tombé en désuétude. La chronique locale, riche en sobriquets, a d’ailleurs retenu aussi un Adriyin dou loup-garou.

D’autre part, la dénomination cadastrale « Trieu aux diables » désigne l’emplacement d’un champ situé le long du chemin des Sept Douleurs, à Ecaussinnes-d’Enghien. Y aurait-on vu autrefois un des lieux de rendez-vous des diables’ et des sorcières ?

Ma grand’tante Adèle Hélin, née en 1843, avait habité un hameau du Castia, dans une des maisonnettes autrefois attenantes à l’ancien château d’Henripont. C’est elle qui nous racontait volontiers des fauves assaisonnées de choses mystérieuses, tout en évoquant Bine Blanc Bos et ses autres ancien­nes connaissances.

Après s’être fait longtemps prié, elle paraissait se concentrer très sérieusement, le regard lointain, soit pour ne pas se tromper, soit pour mé­nager tout son effet ; puis, elle répétait ce que lui avait raconté, disait-elle, son frère Albert [èm frére Bért), personnage purement hypothétique, lequel avait courtisé une jeune fille qu’il soupçonnait d’avoir des accointances avec les démons.

Un soir qu’il s’était assoupi, appuyé sur la baguette du poêle, il fit semblant de dormir profondément et il entendit la jeune fille et sa mère murmurer des paroles étranges. Puis, il les vit s’enduire copieusement jambes et cuisses d’une certaine graisse, avant de sortir sirrle courtil où elles dirent tout haut : Au dzeûr dès-âyes yèt des bûchons ! Aussitôt après ces paroles magiques, il les vit s’élancer à califourchon sur un pourceau. La consigne était formelle : la jeune apprentie-sorcière ne pouvait, en cours de route, prononcer aucune autre parole avant d’arriver au sabbat. Mais après avoir franchi plusieurs ruisseaux, il fallut sauter une rivière et elle ne put s’em­pêcher de s’exclamer : Qué saut pou in pourchau . Ce qui devait arriver arriva : désarçonnée, l’infortunée sorcière tomba dans un buisson d’épines. Et après ?

C’est à ce moment que ma grand’tante quittait brusquement son air sérieux pour conclure avec un plaisir malicieux :

— Em frère Bért ? li-a acaté dès solés d’ gris papî èy il èst r’vènu su l’ queûye dè s’ tchî.

Car c’est toujours ainsi que ses fauves se terminaient.

 

Macrales à Djilî (Sorcières à Gilly)

(in: RogerDarquenne, Images de Chapelle-lez-Herlaimont, Ecomusée régional du Centre, 1994)