Lès macrales èt grimancyins en Bèljike walone, picarde, gaumèse (Les sorcières et sorciers en Belgique wallonne, picarde, gaumaise)

PLAN

0 Introdw√ģjadje / Introduction

1 Lès tradicions anciènes / Les traditions anciennes 

2 L√®s tradicions aste√Ľre / Les traditions actuelles

3¬†Scr√ģjadjes / Litt√©rature

4 √Ēte paut en B√®ljike, … / Ailleurs en Belgique, …

0 Introdw√ģjadje / Introduction

in: Raymond Fichet, Histoire nismoises, 1985

 

Les Sorciers et les Sorci√®res…

 

Les origines de la sorcellerie remonteraient √† la fin du XVe si√®cle. Je¬†¬† pense qu’elles¬† auraient¬† un¬†¬† rapport¬† avec les¬† √©v√©nements qui suivi¬≠rent¬† l’affrontement¬†¬† id√©ologique entre Catholiques et¬†¬† Calvi¬≠nistes. Cette guerre de religions, d√©clench√©e apr√®s le concile de¬† Trente, institua l'”Inquisition”¬†¬† et¬† par la¬†¬† suite,¬†¬† la “Question”¬† √©tait instaur√©e.¬†¬† Nous¬† les¬†¬† retrouvons¬† dans¬† les proc√®s¬† de¬†¬† sorci√®res,¬†¬† o√Ļ¬† le¬† m√™me¬†¬† processus¬† de¬†¬† torture¬† a¬†¬† fait son¬† apparition.

Le fait de ne pas assister √† la messe,d’avoir un comportement¬† bizarre, les jambes arqu√©es, le nez crochu, le¬† dos vo√Ľt√© et le menton en “galoche” √©tait largement suffisant pour suspecter¬† qui que ce soit. Certaines menaces prof√©r√©es un peu √† la l√©g√®re, suffisaient parfois¬† pour incul¬≠per bien des innocents qui payaient de leur vie dans une mort atroce, une parole l√Ęch√©e imprudemment ou¬†¬† en √©tat¬† d’ivresse. Bref! On a cru aux sorci√®res, on les a¬†¬† br√Ľl√©es sur des b√Ľchers et …il¬†¬† n’y en avait pas!

Ce genre de superstitions s’est r√©pandu ra¬≠pidement et¬† meublait ¬†bien souvent les conversations pendant les¬†¬† longues soir√©es d’hiver.L’atmosph√®re y √©tait favorable; je l’ai v√©cue…Que de souvenirs macabres furent¬†¬† √©voqu√©s au coin du feu √† la lumi√®re vacillante d’un quinquet. Lorsque j’√©tais enfant, je fus souvent traumatis√© par les histoires racont√©es et c’est l’esprit plein de sortil√®ges mal√©fiques que je nie mettais au lit. Inutile de vous dire que je cherchais parfois bien longtemps le¬† sommeil et que mes r√™ves d’enfant √©taient remplis de boucs aux pieds fourchus et de crapauds visqueux.

Ne souriez pas! Il n’y a pas tellement long¬≠temps que des personnes habitant notre village √©taient encore soup√ßonn√©es de sorcellerie, que certaines maisons avaient la r√©putation d’√™tre mal√©fiques et qu’il ne faisait pas bon s’en approcher. Il en √©tait de m√™me de certains animaux ayant appar¬≠tenu √† ces dites personnes; souvenez-vous du “Coq Manin”; il n’y a pas si longtemps…

M.S. Dupont-Bouchat, Bataye conte lès macrales (16e-17e siékes), in : LD, 1, 1990

 

O 14e si√©ke, i gn-√® br√Ęmint d√®s mis√®res (la p√®sse – la fwin).

L’¬† √ągl√ģje su cabro√Ľye avu s√®s djins. L√®s pr√™tche√Ľs s’ a d’n√® tant qu’ i pl√ģt.¬† C’ √®st d√®s p√©nitences avoy√©es pa 1′¬† Bon Djeu, par√®t-t-i.

L√®s djins crwayant √ß’ qu’ i n’ √®st nin vr√™. On l√®s manec√©t deu l’ enf√™ r.

L’ √ągl√ģje f√™t¬† √ßa po qu’ l√®s djins crwayinche on p√ī d’pus.

1570-1630: bataye conte lès macrales.

G√©rard Houziaux, L√®s macrales di C√™le, Furf√ī √®t d’ avaur-l√† (1550-1608) (I)

 

Vol√† d√ģj ans, on-Am√®rikin, ripurdant l’ sudj√®t d√® l’ tch√®sse aus macrales (qu’ on fie√Ľve min.me p√®ri) en-E√Ľrope, surtout au XVIe √®t au XVIIe si√©kes, n’ arive nin √† espliker duvint, min.me en t’nant compte d√® 1′ mentalit√© d’ adon.

En 1484, li p√Ępe Inocint VIII, √® s’ bule” Suminis D√©sirantes2 dije√Ľve aus-inquisite√Ľrs Institoris √®t Sprenger, qui c’ √®ste√Ľve norm√Ęl di s’ ataker aus cias qu’ fyin.n pake avou Satan dins 5 provinces di l’ Emp√ģre j√®rmanike. On c√īp l’ p√®rmission obtinuwe, l√®s de√Ľs-inquisite√Ľrs ont publiy√ģ 1′ bule” √† l’ ti√®sse di le√Ľ Malleus Mallficorum en 1486. On l’ a r’publiy√ģ 14 c√īps3 d’vant 1520, mins l√®s sp√©cialisses d√® l’ qu√®stion n’ pinsenut nin qu’ c’ √®st √ß’ documint-l√† √† li tot se√Ľ qu’ a m√®tu en route one tch√®sse aus macrales qu’ on r’trove one mi√®te tos cost√©s.

L√®s lives su l√®s di√Ęles ont djouw√© √® l’ ti√®sse da Ch√Ęrl√® Quint, qui s’ disp√®trone√Ľve √† √ß’ momint-l√† avou l’s-h√®r√®tikes √®to, √®t, en 1532, i d’ne√Ľve l’ √īrde di s√™r√ßy√ģ l√®s s√īrc√ģs. Li principaut√© d’ L√ģdje a s√Ľ l√®s Bas-Payis tot d’ s√Ľte apr√®s su l’ min.me v√īye.

 

Djènon, li feume da Halin Halet

Li 26 di jul√®t’ 1550, les scabins d’ L√ģdje √īrdonenut √† l’ co√Ľ d’ C√™le d√® l’ f√© br√Ľler come sorci√®re et valdoize. L√®s pap√ģs di s’ proc√®s sont pi√®rdus. √ąlle ave√Ľve racus√© Dj√®tru, li feume da Loys de Chenu √®t Kat√®rine, li feume da Djan d’ Con.nejou4.

 

Mar√īye, li feume da Cl√©mint Houbaille

Br√Ľl√©ye au min.me momint qu’ Dj√®non, li feume da Halin Halet5.

 

Katèrine, li feume da Djan di Con.nejou

D√®nonc√ģye pa Dj√®non, li feume da Halin Halet √®st l√†-d’sus bo√Ľriat√©ye (fr.: tortur√©e) froid et chault6.

 

Isabeau Larchier, feume da Urban Goesse

D√®vi√® l’ mw√®s d’ oct√ībe 1551, on raconte√Ľve √† C√™le l’ histw√™re come qw√® d’s-√®fants do moulnier de Veeve (wa.: mon.n√ģ d’ V√©ve) qu’ avin.n rapw√Ęrt√© d√® l’ far√®ne √®mon Urban Goesse, li feume da Urban ave√Ľve don√© aus-√®fants saquants pw√Ęres √® tot d’djant porteit icelles poirres a votre m√®re qui est malade. L√®s-√®fants en rarivant √® le√Ľ maujone d√ģyenut: tenez, m√®re, voula des poirres que Isabeau Larchier vous envoie, lesquelles poirres furent ject√©es ou (au) feux a l’appety de Maroye, feme audit moulnier, lesquelles poirres incontinent quelles furent ou feux l’une seulement… sadit (soude) dehors en pi√®ces… 7

Dins l’ pins√©ye da Djan l’ Br√®sse√Ľ lom√© l’ Gross√ģ (m√Ęrtchand en gros ?) d’ C√™le, gn-a pupont d’ doutance: √®st-ce qu’ i n’ a nin pi√®rdu one mi√®te pus taurd son pourceau √®t onk di s√®s vijins one vatche?

Colard di Bry, li, pr√©tind qu’ √®le l√ģ a fa√ģt mourir on bo√Ľ.

Isabeau a d’alie√Ľr d√©cl√Ęr√© √®mon Hubert Piechot, apr√®s-aw√® dit qui l’ Br√®sse√Ľ ave√Ľve pi√®rdu s’ pourcia: si Ion at perdu a Ceeles, encore on y perderaf.

En janv√ģ 1552, Isabeau Larchier atauche Djan l’ Br√®sse√Ľ √® s’ court et schalye √®t l√ģ d’mande que aveys vous veheutz en moy que tant de mal, et l’Bresse√Ľ r√®spond : comere je ny aye veheutz et vous tenoige aussy femme de bien et aussy bonne que la m√®re quy tn’at porteit, mais sil est vraye ce que lon m’at dict je vous tient pour une sorchier et meschante femme… Au c’mincemint d’ m√Ęrs’ 1552, Isabeau atake Djan l’ Br√®sse√Ľ po discausadje √®t d’mande qui l’ discause√Ľ fuche cond√Ęn√® √† f√© on p√®l√®rinadje oultremer que lon dist en lille dissipre [fr.: Chypre].

Po √ß’ c√īp-ci, Isabeau Larchier gangne si proc√®s. Come d’ √®f√®t, pa le√Ľ jujemint do 21 di ma√ģy 1552, l√®s scabins d’ L√ģdje cond√Ęnin.n Djan l’Br√®sse√Ľ √† r’prinde s√®s-aurgouwadjes pa-d’vant l’ justice di C√™le √®t √† dispwin.n√® l’ plinde√Ľse po l’ vale√Ľr d’ on p√®l√®rinadje √† Sint-Djauke di Compost√®le, √®t co auz√®s fra√ģs do proc√®s9.

√ąt portant, √ß’ jujemint-ci qu’ √®st por l√®ye ni chaper√® nin l’ feume da Urbain Goesse.

Apr√®s, i gn-a ie√Ľ l’ visite da Lambert Bi√®tlot – nos r’causerans d’ li pus lon – qu’ atake √† criy√ģ au mitan d’ one n√Ľt do mw√®s d’ s√®timbe en 1554 po tot qu√ģ qui s’ vle√Ľve bin dispi√®rt√® qu’ Urban Goesse √®ste√Ľve ung valdoy et sa femme une ribaudde et vaudoize et qu’il lassoit le diable wyho (c√īrn√Ęrd)10.

Li 17 di m√Ęrs’ en 1556, c’ √®st tot po Isabeau Larchier, qu’ √®st jehinn√©e [fr.: tortur√©e] √® min.me timps qu’ de√Ľs djins d’ Djindron, Bertrand et Royne di Maisny. √ąle fa√ģt l√®s cognissances (riconechances) qui s√Ľvenut: li di√Ęle l√ģ apar√®t en “Chaverimont” (Tch√®vrumont); i s’ lome Robin √®t apr√®s qu’ Isabeau a ie√Ľ r’niy√ģ s’ fw√® fist le diable ses volente d√©lie (et) luy semblant comme son marit saulff le froid. Adon l’ di√Ęle l√ģ a d’n√© plusie√Ľrs foulhes darbes nommes allarbes (fr.: √©rable ?) dedans ung petit drap. Apr√®s, √®lle a fa√ģt l’ tw√Ęrt qu’ √®lle a se√Ľ √† Colard Jamin d’ C√™le.

Comint? √ą m√®lant one d√®s fouyes su one di s√®s t√™res, √® fiant moru on bo√Ľ √®t po fini √® fiant moru Djan, l’ fis da Colard Jamin en m√™lant unefoulhe sur ledit Jehan et elle disoit Je te met la en Ihonneur de Robin mon Amoureux. √ąlle √®nn’ ¬†a m√®tu one su Djan l’ Br√®sse√Ľ √®to (one v√ģye conechance qui n’ a l’ a√ģr d’ √®nn’ aw√® sofri). √á’ pw√ģs-l√†, l’ di√Ęle l√ģ done co on grin d’bgry poisson √®t √®le dit lavoir donne a une femme mais dist lavoir regary. √ąle ricon√®t co qu’ √®lle a st√ģ plusie√Ľrs c√īps aus danses (di macrales) avou Bertrand et Royne”.

Li 20 di m√Ęrs’ 1556, donc trw√®s djo√Ľs apr√®s, l√®s scabins d’ L√ģdje √īrdonin.n au tch√®sturlin d’ C√™le di faire brusler Ysabeau femme Orban Goese suy(v)ant sa cognissance et l’atacher a une stache sur ung eschaufart telement

que mort sensuyve la laissant illec comme les autres (Bertrand et Royne) pour exemple d’autres12.

(Po c’minc√ģ i gn-a ie√Ľ one pw√Ęre, dandjure√Ľs nin me√Ľre assez ou trop me√Ľre, √®t adon on couch√®t mau sogn√ģ qu’ a cr√®v√©, √®t adon d√®s djins come Djan l’ Br√®sse√Ľ, Lambert Bi√®tlot… √®t au coron, po one feume, li bo√Ľriatadje √®t l’mw√Ęrt).

 

Royne, fèye da Jèrard di Mwin.ni

Nos fians conechance avou Royne di Mwin.ni [fr.: Mesnil] apr√®s qu’ √®lle a ie√Ľ st√ģ m√®tuwe ung pety a torture.

L√† saquants-ans, “avouwe-t-√®le” tot ruvenant d’Dinant, one lom√©ye Marguerite Hubert, di Djindron, aste√Ľre tch√®ss√ģye √®t vikant fo√Ľ do payis m’ a d’n√© s√®t’ grins d’ gry poisson de grosseur environ (on) poix estant dedens ung papire (et si tu hais quelqu’un, donne lui en) mais incontinent… te faut relaver tes mains… One mi√®te apr√®s, l’ di√Ęle qui s’ lome√Ľve Claba l√ģ a apar√®tu en ung lieu dit d√©nier la beole √† Djindron. Il estait fort beau et triumphant et l√ģ dit vous este seullette a faune de compagnye, trist et poevre sy vous voules… elle renonchat a Dieu, la Vierge Marie, creisme, baptesme… (puis) le diable heut habitation en elle (et) lui sembla froid. Plusieurs fois le dyable le venait querire a nuytte en sa maison quant son p√®re estait chouscet et l’amenait par la main danser en un lieu … entre Suyne et Lavys √®t v√™la, is dansin.n d√®vi√® de√Ľs-e√Ľres d’ asto. √ąlle √ģ √† v√®yu Bi√®trand d’Djindron pr√©sentement emprisonne qu’ a dans√© avou l√®ye √®t qu’ a dans√© √®to avou une belle triumphante damoiselle par trois fois. √ąlle √ģ a co v√®yu √®to Martine, li feume da Colin d’ F√īy, di Trussogne, √®t Jehenne si f√®ye √®t co ossi Isabeau, li feume da Urban Goesse pr√©sentement emprisonne, √®t co ossi Martine, li feume da Johan de Tiegne, di Cust√®ne, √®t co one √īte, tortotes avou on kalant et elles dansaient fort et en hault a grande manyr disant a haulte voix sot muroulle, sot muroulle en pr√©sence de plusieurs menestreit.

Po √ß’ qu’ √®st do poesons, √®le dit qu’ √®le l’ a d’n√© avou do pwin √† one di s√®s pouyes pour exp√©rimente √®t qui s’ pouye a cr√®v√©. Apr√®s, √®lle √®nn’ a d’n√© de√Ľs grins √† one rodje vatche da Dj√Ęcquemin Charles, si v√®jin en mettant sur de l’awaine. Li vatche √®nn’ a cr√®v√©. De√Ľs-√ītes grins √† Katho, li feume da Johan d’Gosin, di Djindron, en ject√ģant sur son geron; √®lle √®nn’ a moru; on grin au tch’vau do cur√© d’ Djindron po l’ aw√® refuseit de confession. Enfin, les deux derniers grains √† Djenne, m√®sk√®ne da Bertrand emprisonne… laquelle estait grosse d’enfant po f√© moru l’ √®fant o vinte di s’ man mais pour ce que l’enfans avait vie ledit enfans n’at de rien oyu fortune13.

Pa le√Ľ r’tch√®dje do 20 di m√Ęrs’ 1556, l√®s scabins d’ L√ģdje li cond√Ęnenut √† i√®sse m√®tuwe sur ung eschaufart, le lyet a une stache avec un sachea de pouldre a col, le fair estrangler et le brusler…14

 

Bi√®trand J√®rard, d’Djindron

Apr√®s-aw√® st√ģ bo√Ľriat√©, i dit que le diable en figure d’une belle triumphante fille qui se appelait Rogette comparut par plusieurs fois a son lictz en sa chambre de nuictte en disant sasaje te requiert de non mariet…Je suis si belle, Je me donne a toy… et defaicte ledit diable soy entrant en lict… et luy semblait tant plaisante que aultres femmes saulffque estait froid √®t √† li d’mande de ledit Rogette dyable qui estait tant fort bien abillyes et bien parlant, il a r’niy√ģ l’ Bon Di√®… et puis dansaient en sa chambre tant de fois que dire le compte ne le scauroit… Apr√®s, is ‘nn alin.n danser √®tur Sw√®ne √®t Lavi avou Royne, Isabeau Larchier et Annoule, li feume da Hinri l’Masson, di Cust√®ne.

On √īte c√īp ariv√®s √† one place lom√©ye Haylle Preit, i prind one gadde blance da Lambert Gielle d’ √ąrh√®t et heut habitation une fois seulement alladite gadde… qui n’est plus vivante. I fa√ģt co l’ min.me avou une jenis rouge di F√®rauje √®t avou one vatche da Djan Bi√®trand, di Djindron15.

Bi√®trand J√®rard a st√ģ cond√Ęn√® √† mw√Ęrt li 20 di m√Ęrs’ 1556, donc li min.me djo√Ľ qu’ Royne √®t Isabeau, √† i√®sse m√®tu sur ung eschaufart, le brusler et estrangler… et ly mectre sur son corps deux robbes (pias) de vaches et (one) robbe de gadde16.

 

Martine, li feume da Colin d’ F√īy, di Trussogne

Racus√©ye pa Royne di Mwin.ni, √®lle a st√ģ cond√Ęn√©ye li 30 di m√Ęrs’ 1556 √† estre arse et bruslee sur un eschaufart attach√©e a une stocke… voir que le maistre des oevres luy porat faire avancement (de Taiwan) par pouldre et estranglementn.

Divant d’ moru, √®lle ave√Ľve racus√© one lom√©ye Sourette, Dj√®nne, li feume da Andry Ghuisse √®t Dj√®nne, li f√®ye da Halo Gicotte.

 

Dj√®nne, f√®ye da Colin d’F√īy

Racus√©ye pa Royne di Mwin.ni √®to, Dj√®nne √®ste√Ľve o pr√ģjon l’ djo√Ľ qu’ l√®s scabins d’ L√ģdje ont √®voy√ģ s’ man √† l’eschaufart. Is-√īrdonenut de encore le retenir en prison pour entendre si autres des prisonniers l’encouperoient de quelque choese et de discr√®tement encore la mectre une fois a torture √®t s’ √®le n’ avo√Ľwe nin, li co√Ľ d’ C√™le li tch√®sser√® on-an √®tir fo√Ľ d√® l’ s√®gneur√ģye18.

 

Sourette, li feume da Djan Mathy

Nos savans pa l’ ritch√®dje di L√ģdje do 20 di mars 1556 qu’ √† √ß’ date-l√† qu’ on doute√Ľve sur l√®ye √† cause, nos chone-t-i, d√®s d√®clar√Ęcions da Martine, li feume da Colin d’ F√īy. L√®s min.mes scabins d’ L√ģdje √īrdonenut l’ 30 di m√Ęrs’ 1556 d√® l’ m√®te divant Martine di F√īy √®t l’ feume da Andr√ģ Ghuisse.

Sourette s√®r√® tch√®ss√ģye po tof√™r pa on jujemint do 10 d’ avri 1556.

 

Dj√®nne, feume da Andr√ģ Ghuisse

Si cas s’ passe come li ci da Sourette, sauf po l’ pwin.ne: li 10 d’ avri 1556, L√ģdje √īrdone√Ľve d√® l’ lach√ģ voir en payante les despens de prison20.

 

Martine, li feume da Djan de Tiegne, di Custène

Acus√©ye d’ aw√® st√ģ auz√®s danses pa Royne. Li 20 di m√Ęrs’ 1556, l√®s scabins d’ L√ģdje fyin.n saw√® si √ß’t√®le-ci continuwe√Ľve √† acuser l’ preum√ģre, qu’ is d’vin.n ar√®ter Martine.

Rim√Ęrkans v√™ci qu’ c’ √®ste√Ľve impossibe po l’ co√Ľ d’ djustice di C√™le di f√® ar√®ter √®t d’ f√© jujer Martine, v√®yan.mint qu’ Cust√®ne √®ste√Ľve one t√™re

qu’ ave√Ľve one h√īte djustice √®to. L√®s-√Ęrchives di Cust√®ne di √ß’t imps-l√† sont pi√®rduwes, √ßa fait qu’ nos n’ saurin.n saw√® qw√®-ce qu’ on-z-a fa√ģt apr√®s l’s-instrucsions d’ L√ģdje21.

 

Annoule, li feume da Hinri li Masson, di Custène.

Min.m√®s r’m√Ęrkes qui po Martine ci-d’ze√Ľ.

 

Dj√®tr√Ľde, li feume da Louis do Chaisneu

Acus√©ye en 1550 pa Dj√®non, li feume da Halin Halet, √®t pa l’ feume Cl√©mint Houbaille. √Ä √ß’ momint-l√†, l√®s scabins d’ L√ģdje avin.n √īrdon√©, si Dj√®non continuwe√Ľve √† l’ acuser, d√® l’ bo√Ľriater froid et chault (fw√Ęrc√ģ l√®s djins √† bw√Ęre di l’ √™we fr√®de √®t tch√īde)22.

Li 20 di m√Ęrs’ 1556, l√®s scabins d’ L√ģdje ritch√®djenut √† l’ co√Ľ d’ C√™le di l’ tch√®ss√ģ fo√Ľ d√® l’ s√®gne√Ľr√ģye en l’ cond√Ęnant selle retourne de l’appr√©hender et faire brusler sur un eschaufart de sorte que mort soy deverat ensuyvre23.

 

Dj√®tr√Ľde, li feume da Johan Kalay

Todi l’ 20 di m√Ęrs’ 1556, l√®s scabins d’ L√ģdje √īrdonenut d’ laisser hors prison mins d’ l√ģ fer pay√ģ l√®s fra√ģs.

 

Djènon Purnalle

Min.m√®s r’m√Ęrkes qui po l’ feume Johan Kalay.

 

Lambert Biètlot (Berthelot)

Li 16 d’ oct√ībe 1554, Marguerite di Cottereau, dame di C√™le, dimande√Ľve one enk√®te su l√®s djins qui de puis ung mois encha ont par force de basions rompu volumptairement huisses ou fenestre veullant follere et molester hommes, femmes, filles… les houchant et injurrian…

Li 10 di s√®timbe di d’vant environ tnee nuctte, qui Djan Germeau, di Hey raconte extans chouchy en le gregne de Urban Goese au dit Ceelles [dj’a] v√®yu et oyu Lambert Bi√®tlot stichir all√© huisse de la maison Urban Goesse d’une demee picque disant a haulte voix audit Urban qu’il estait un bougre, mackereau, sa femme vauldoize, leur fille ribaulde et qu’il en ferait d√©lie ses plaisir et les plus infalmes injurres qu’il en serait honteux de les declarers. Isabeau, l’ feume da Djan Stienne √®splike mia √®t pus jusse ci qu’ √®lle ave√Ľve oyu. D’ apr√®s l√®ye, Bi√®tlot dit d’Urban que c’estoit ung vauldoy et sa femme une ribaudde et vauldoize et quy /assoit le diable wyho car y montoit sur une wauldoize et plusieurs aultres meschant laingaiges. Djan Stienne, si-t-ome, rajoute co qu’ Bi√®tlot ave√Ľve par force de basions abattu la fenestre d√® l’ maujon da Urban Goesse. Anne, li f√®ye da Halo, di C√™le, pr√®cise qui Bi√®tlot ayant une demee picque et le bout√Ęt plusieurs fois par desoubz ihuisse.

Rim√Ęrkans, en passant, l’ ra√ģsonemint da Bi√®tlot: v√®yan.mint qu’ one macrale co√Ľtche avou l’ di√Ęle, l’ ome d’ one macrale fa√ģt c√īrn√Ęrd li di√Ęle!

Li 1√ģ d’oct√ībe apr√®s, Lambert Bi√®tlot racomince. On t√®mwin lom√© Djan di Jann√©ye raconte qui √ß’ djo√Ľ-l√† √®stant a giestre en la maison de Johan No√ęl a Veeve soubz le casteau dudit Ceelles, environ une heure a soir vienve ung appeleit Lambert Bi√®tlot dudit Ceelles huissier par fors all√© huisse de ladite maison desort quil at boutteit hors une partie de Ihuisse veant quoy ledit d√©posant sadit dessus [l’uch] disant que veu tu faire, veu lu romppe ainsy Ihuisse… que pense tu faire… respond ledit Lambert que rien nen lui en challoit pour vingt florins il seroit quicne, appelant la femme [di Djan No√ęl] ribaulde, wauldoize et quelle avoit des kalant… respond ladite femme cuy mon marit… [et] deist ledit Lambert que owy et des aultres et en bouttant lors par ledit Lambert une sp√©e nue travers Ihuisse djondant li t√®mwin. Tant qu’ √† l’ feume do t√®mwin, √®le si r’ssovint bin d’aw√® oyu Lambert Bi√®tlot buissiet et veyu roppe Ihuisse… [et lomer] Marie, femme dudit Johan No√ęl… ribaulde et wauldoize, mais elle estait si esbahie quele ne sceit plus…24

Di t√†t √ßoci, nos plans avanc√ģ, maugr√© qu’ l√®s t√®cses n’ √® causenut mauy, qui Lambert Bi√®tlot, quand i fie√Ľve √ßola, √®ste√Ľve bw√®vu √®t qui l’ bw√®sson l’ rinde√Ľve m√®chant.

Isabeau Larchier s’ a d’vu, nos chone-t-i, sovenu di Lambert Bi√®tlot, bin qui l ‘rap√īrt n’ √® fa√ģt nin mincion, ou co l’ justice qui ple√Ľve, √ßa s’ comprind, pinser qu’ il √® save√Ľve ditrop su l√®s s√īrc√ģres di-d-l√† et, v√®yan.mint √ßa, qu’ il ale√Ľve avou z√®les auz√®s danses…

Dins tos l√®s cas, quand l√®s scabins d’L√ģdje ritch√®djenut √† l’ co√Ľ di C√™le, li 20 di m√Ęrs’ 1556 di cond√Ęner √† Yechaufart Royne di Mwin.ni, Bi√®trand J√®rard et Isabeau Larchier, is disjenut √®to qui, veyan.mint qu’Lamb√™rt Bi√®tlot at d√©clarer non vouloir respondre suyvant les significations a luy faictes et contumace contre luy obtenues [li seigneur di C√®les] porat faire appr√©hender… le faire rnectre a torture pour savoir de ses mal√©fices1*.

Nos n’ savans nin combin d’ timps qu’ Bi√®tlot d’me√Ľre fo√Ľ di l’ t√™re di C√™le. Todi √®-st-i qui l’ 26 di s√®timbe 1569 – donc tr√™ze ans apr√®s – bout√©s par m√®ss√ģre Halen, Djan et Dj√ģles Bi√®tlot s√®s fr√©es, no√Ľf amys √®t l√®s cins√ģs d’ Bri , d’ Hubaye, di Trussogne et d’ Hubi√®mont (tortos cins√ģs do tch√®sturlin d’ C√™le) rim√®tenut au s√®gneur di C√™le one dimande di p√Ęrdoner l’ faute da Lambert enferme pour avoir offense votre seigneurie, rompant la jurisdiction [et s’y rintrant] sans remission du messus que cidevant il avait perp√®tre. L√®s parints √®t l√®s so√ßons sopl√ģyenut co qu’ en [honneur de Dieu (lui) pardonner… afin que le reste de sa poevre vie il puisse avec sa femme en paine et travailhe de son corps finner26.

√ąt come i n’ √®st jama√ģs trop taurd po-z-aprinde, en 1570, quand l’ justice l√ģ d’mande, √®t ossi √† s’ feume Marguerite, ci qu’ is s√®penut d’ M√Ęrgu√®rite di F√īy et d√® l’ feume da Dj√Ęcquemin Charles, qu’ on dit qu’ √®les sont macrales, is r√®spondenut nichit21.

Anne Colard, feume da Hinri Colin, d’Furfooz

Li 24 di n√īvimbe 1557, l√®s scabins d’ L√ģdje √īrdonenut (√† l’ co√Ľ d’ Furf√ī, pinsans nos) di f√© bo√Ľriater Anne Colard pour scavoir quelz crimes et exc√®s elle peult avoir commis et de ses fauteurs et assistons. Li 27 √®t pwis l√† co l’ 29 do min.me mw√®s, dins l’ t√īrture, √®le raconte: si galant, s’-i-ome Roget a elle venant la nuite √®t √®le avouwe scestre outtredonne a luy de√Ľs c√īps, li estant acoutre tout novee ayant des plumes a son chapeau, blanc et gaunne et roge. Ele l’rescont√®re po l’pre√Ľm√ģ c√īp en ung jardin par derir sca maison en allant faire sces ayiesse. Po-z-al√® auz√®s danses, √®le r√®cheuve di s’ maujon pa li tchimin√©ye ou on pailleroux. quare de sa chambre et √®le en ale√Ľve su on nw√Ęr tch’vau.

Li di√Ęle l√ģ a d’n√© on djo√Ľ one bo√Ľse plin.ne d’ √īr √®t d’ √Ęrdjint, mins apr√®s qu’ √®le e√Ľchiche ie√Ľ fa√ģt l’ amo√Ľr avou l’ done√Ľ, i gn-ave√Ľve pus qu’ d√®s escalles √® l’ bo√Ľse.

√ąle ricon√®t qu’ √®lle a fa√ģt moru de√Ľs tch’vaus da Simon Pecqueur, on rodje √®t on nw√Ęr, √®t one f√®ye da Simon qu’ ave√Ľve quatre ans en l√ģ d’nant du pien a mengir. √ąlle a co fa√ģt moru one lom√©ye Mago Michile en luy donnant a mengir en lesciau [saya?] ayant boulier deden des escalle que sondit callant luy abvoit donn√© √®t √®lle a ossi f√© moru Antwin.ne li fis da Djan Mathy, d’ Furf√ī, √† cause que il scestien combatu en samble et lui donnit ung poiere de flayau laiant frotte desdits escalle.

Enfin, èlle a veyu auzès danses Djènne Lorfelin, Djènne le Leux, Djènon Botte èt one feume di Drouwance.

Apr√®s d√®s par√®ys avouwadjes, nos n’ avans nin bone id√©ye po l’ s√īrt di √ß’ p√īve feume-l√†28.

 

Djènne le Leux

√Ä l’ s√Ľte d√®s d√©clar√Ęcions da Anne Colard do 27 √®t do 29 di n√īvimbe 1557, √®lle a st√ģ appr√©hend√©e [et] nonobstant les totures a elle faict froid et chault nat fait aulcunnes recognissances. √áa fa√ģt qui, li 22 d’ d√©cimbe 1557, l√®s scabins d’ L√ģdje √īrdonenut √† l’ co√Ľ d’ C√™le d√® l’ lach√ģ au d√©pens de luy ledit officier [li maye√Ľr di C√®les].

C’ √®st l’ se√Ľl cas qu’ nos conechans qui l’ victime gangne tot-√†-fa√ģt s’ proc√®s29.

 

Dj√®nne Lorfelin, li f√®ye da Collard Thomas, di Furf√ī

D’ apr√®s Anne Collard, si galant s’ lome√Ľve Hossiau [come vosse s√®rvite√Ľr]. V√®yan.mint √ß’ qu’ a survinu √† Dj√®nne le Leux, nos p’lans sup√īser qu’ √®lle a st√ģ bo√Ľriat√©ye.

 

Djènon Botte, li feume da Gilles Poriniaux

Vèyuwe pa Anne Colard auzès danses.

 

Anne, li feume da Djan di Feschau, di Drouwance

Lom√©ye pa Anne Colard √®to. Si cas d√©pende√Ľve d√® l’ co√Ľ d’ Drouwance qu’ on n’ a pu d’ √Ęrchives.

 

Djaukète di Ladèriêre

Su l’ difin d’ m√Ęrs’ 1563, trop d’ bi√®sses m√īrenut √† Djindron √®t come c’ √®st d’ √ßa qu’ l√®s djins vikenut, l√®s djins trouvenut dins le√Ľ groupe li coup√Ębe: Djauk√®te di Lad√®ri√™re.

Maurtin Vaillant, apr√®s-aw√® pierdu totes s√®s bi√®sses, tcha√ģt malade. Come √®le l’ ave√Ľve apris, Djauk√®te va √® s’ maujon √®t, tot purdant l’ couv√™rte par la pointe l√ģ dit: taisee mon comp√®re, vous ne more poinct et tantost apr√®s… a este ragary. On dje√Ľve √®to qu’ Djan Thomas pr√©tinde√Ľve qu’ √®le √ģ ave√Ľve fa√ģt moru on-√®fant.

Djaukemin Charles rapwate qui Jehan Bertrand estait a lict malade que Ion fut quere ladite Jacquette que pour veoire si Hz ayderoit ledit Jehan que Ion disait se mourait… ladite Jacquette l’auroitfait mourir.

Djan di Tchale√Ľs [fr.: Chaleux] vint d√ģre qu’on falmait s’ b√®le-m√©re d’ i√®sse one vaudoise30.

Li 2 d’ avri en 1563, l√®s scabins d’ L√ģdje li jujenut ar√®tauve pace qu’ √®lle √®st difamee d’estre macrale et vauldoize. Li 24 qui s√Ľt, on l’ bo√Ľriate √®t √®le “avo√Ľwe”: li di√Ęle, qui s’ lome Talbo, l’ atauche on djo√Ľ qu’ √®le rivene√Ľve di l’ fontin.ne. Il ave√Ľve one curasse √®t li d√ģre, adon, qui si elle estait tust et dollente et que ce elle voilait croire en luy qu’ilz luy dorait de l’or et de l’argent tant qu’en voudrait. La-d’ssus √®le rin√ģye li Bon Di√®, l’Vi√®rje… √®t pwis l√† il heu habitation a elle… il estait froid comme marne [fr.: marbre?]. Talbo l√ģ done adon 5 √† 6 grins d’ gry poiessons qu’ il ave√Ľve pesteileit. Avou c√®s grins-l√†, √®le fa√ģt moru on bo√Ľ √®t on via da l√®ye, de√Ľs vias da Maurtin Vaillant, pace qui l’ feume da Maurtin l√ģ ave√Ľve dimand√© d√®s caurs trop rigoureusement. √ąle fa√ģt moru Djan Bi√®trand pa hin.ne pace qu’ilz estait sy mawais a sa fille qui (le) servait lors.

On-√īte c√īp estant mand√©e por aller a traveille de la femme de Johan Thomas que por rascodde leffans, √®le ricon√®t qu’ √®lle a c√īp√© l’ cwardia trop timpe po f√© moru l’ √®fant. √ąlle avo√Ľwe √®to qu’ √®lle a fa√ģt moru on-√®fant da Joachim Gillart en luy donnant a boire a une jusselette de pier √®t √ßola pace qu’ √®lle s’ ave√Ľve cobattue avec Joachim. √ąle cof√®sse qu’ i s’ pout qu’ √®lle s’ a si√®rvu d’ s√®s grins ch√ģj ou s√®t’ ans au lon √®t qu’ i gn-a-co joindant un billocq entre des petites pieres par derri√®re sa maison enveloppe en du gris papier. Enfin, on c√īp dins l’s-√ītes qu’ √®lle ave√Ľve ri√ß√Ľ l’ corpus Dei √† Pauke, elle dist quilz ne le polvy mingier √®t tot r√®criyant d’ l’ √®gl√ģje, qu’ √®le l’ a √®t√®r√® √® l’ ciminti√©re31.

¬†De√Ľs djo√Ľs apr√®s √ß’ d√®p√īsicion-l√†, sw√®t’ li 26 d’avri en 1563, l√®s scabins d’ L√ģdje cond√Ęnenut, pa r’tch√®dje, Djauk√®te di Lad√®ri√®re √† i√®sse arser et bruslee do momint qu’ √®le ni disd√ģye nin √ß’ qu’ √®lle a avouw√© (so bo√Ľriatadje). D’ on-√īte cost√©, l’ ost√ģye qui Djauk√®te ave√Ľve, qu’ √®le dije√Ľve, catch√ģ √® l’ ciminti√©re, tracasse√Ľve bran.mint l√®s sup√®rie√Ľrs qu’ √īrdonenut au tch√®sturlin d’ C√™le qu ‘i ferai par le prestre, en pr√©sence de la justice et en bonne r√©v√©rence cherchier apr√®s le corpus domini qu ‘elle dist avoir cache pour le remectre en l’englieze s’il est a recovrer… on porat ossy cherchier apr√®s le vene [fr.: venin ?] ou poison qu’elle dist avoir mis enfoyet en terre.

Po fini, l’ p√īve feume a st√ģ √®gz√®cut√©ye. √ąlle ave√Ľve de√Ľs f√®yes: Katon √®t Pirette. Cit√®le-ci a st√ģ acus√©ye di i√®sse one macrale l’ an√©ye d’apr√®s √®t au proc√®s, plusie√Ľrs t√®mwins rap√®lenut √ß’ qu’ a ariv√© √† l’ man32.

 

Mar√īye, feume da Halin Freson, d’ Hubaye

Au c’mincemint do mw√®s d’ avri, en 1561, Hinri, tch√®sturlin d’ C√™le dimande √† tot qu√ģ qu√® l’ s√©t di v’nu d√®cl√Ęrer qu√ģ √®st-ce su s√®s t√™res qu’ a le faimes destre sorcyers ou sorcyeres. La-d’ssus, Halen l’Tch√®rp√®ti [fr.: charpentier] ac√®rtine qui Fran√ßw√®se, li feume da Hubert Houbaye a dit on djo√Ľ √† Mar√īye Freson ne faicte poinct de mal a mon pourq je vous en prye et (le) jour meisme ladite beste dinvinre malade. Li Tch√®rp√®t√ģ rajoute co qu’ on djo√Ľ on lom√© Biernaux l√ģ a dit qu’ Marie luy avait donne (√†) mengire une escuelle de laye et en estait incontinent… malade. Tant qu’ √† Iernoulx, bov√ģ, li suspense qui Mar√īye l√ģ a fa√ģt moru on-√®fant d’14 ans. Dj√ģle Bi√®tlot pinse qui Mar√īye a fa√ģt moru Dj√®nne, li feume da Iernoulx √®to. On-a-co d’s-√ītes qui d√ģyenut qui l’ tch√®sturlin d’ C√™le a pe√Ľ d’ l√®ye √®t qui n ‘a nin v’lu s√®s caurs.

Halen Freson, l’ ome da Mar√īye rapwate que le bruy et falme court sur la personne de Mar√īye sa femme d√©sire vauldoize et plus ne dit.

Maugr√© √ßola, Mar√īye obtint li 26 d’ avri d√®s scabins d’ L√ģdje on preum√ģ d√®la√ģ d’ i√Ľt djo√Ľs po pr√©sinter s√®s distch√®djes √®t √ß’ pw√ģs-l√† l’ 7 di ma√ģy on de√Ľzin.me, pw√ģs on trw√®sin.me di trw√®s djo√Ľs √®t, s’ √®le ni p√Ęrvint nin √† d’ner l√®s pre√Ľves qu’ √®lle √®-st-inocin.ne, L√ģdje dine√Ľve l’ √īrde d√® l’ bo√Ľriater. C’ √®st √ß’ qu’ on-z-a fa√ģt veyan.mint qui l’ co√Ľ d’ C√™le riconeche√Ľve li 17 di ma√ģy 1561 qu’ apr√®s-aw√® st√ģ bo√Ľriat√©ye froid et chaux… Mar√īye a este par nous… banye perp√©tuellement et hors de la terre de Scelle , sortie dedens III jours.

Mins assez curie√Ľsemint, sins d√ģre duvint-ce qu’ is r’to√Ľrnin.n le√Ľ vi√®rna, li tch√®sturlin d’ C√™le, li 3 d’jun, √®t √ß’ pw√ģs-l√† l’ co√Ľ d’ justice di C√™le li 9 di d√©cimbe 1561, rinoncenut √† f√® apliker l’sintince.

Do mw√®s d’ f√®vri 1564, on ratake one nov√®le tch√®sse aus macrales √† C√™le. Li 10 di f√®vri 1564, su trinte-quate djins huk√©yes po v’nu i√®sse t√®mwin, gn-a quat√īze qui r√®spondenut qu’ √®les ni s√®penut rin, √®t qu’√®les n’ ont d√®s doutances su p√®rson.ne √† C√™le qu’ √®macrale√Ľve. D√®s-√ītes t√®mwins sont-st-interodj√ģs l’ 12; li pus d’ z√®ls d√ģjenut qu’ is-ont pe√Ľ d’ l√®ye. On-a d√®s cis qui vont jusqu’√† d√ģre qu’ is-ont ossi pe√Ľ d’ Halen qui di s’ feume. On pinse qu’ √®lle a fa√ģt cr√®ver d√®s vias √† √énocint di Franc√®se, bov√ģ √† Hubaye, mins √ß’ti-ci, tot r’conechant qu’ il n’est poinct trop asseure d’elle, n’ a mauy rin r’m√Ęrk√©. Halen li Tch√®rp√®t√ģ, qu’ ave√Ľve d√®dj√† st√ģ ¬†t√®mwin conte Mar√īye en 1561, dit qu’ l’ ancyin bov√ģ d’ Hubaye, mw√Ęrt disp√Ľs, Iernoulx, l√ģ ave√Ľve dit que de nucte (elle) avoit este a leurs licte…, ledit bovy se relev√Ęt trouvant les huisses de sa maisson ouvert et incontinent ladite Jenne [feume d’ Iernoulx] devinve malade tellement qu’elle est termin√©e de vye par mort. Djan Denis, l’ mon.n√ģ, a bin √® l’p√®ne qui c’ √®st Mar√īye qu√® l√ģ a amwin.n√® s’ malad√ģye. Djan de Raumont, d’ Djindron, scabin, dit qu’ Halen √®t Mar√īye, si feume, ont v’nu on djo√Ľ √® s’ maujon √®t qu’ i lzeufit (h)atte a mengier…, laditte Mar√īye avoit des poires en son geron, Djan √®nn’ a mindj√ģ one √®t disp√Ľs, i n’ a pus ie√Ľ ung seul jour de sant√©*4.

Li 18 di f√®vri 1564, l√®s scabins d’ L√ģdje √īrdonenut l’ ar√®st√Ęcion di Mar√īye √®t l’ 1√ģ d’ m√Ęrs’, is l’ condanenut √† i√®sse tch√®ss√ģye po tof√™r fo√Ľ d√® ¬†l’ s√®gne√Ľr√ģye35.

Dj√®nne, li feume da T√ģri J√®rard, di Furf√ī

Li 3 d’ ma√ģy 1563, on maurdi, Mar√īye, li feume da Djan G√ģle r√®scont√®re Dj√®nne √®t √®le l√ģ dit √® pr√©since di djins: meschante vaudoise approuv√©e, meschante ribaulde. D’ apr√®s l’ ome d√® l’ feume discaus√©ye, Mar√īye ave√Ľve rajout√© quelle avait faict sechir ses vaches et quelles ne donnoyent point de laict, mesmes (qui Dj√®nne) avait faict mallade son enffant. √Ä √ß’t-oc√Ęsion-l√† un nomm√© Pirquin del Court eust ung ferment en main pour [celui donner ocasion de mal faire (√®t Mar√īye l’ √®coradje) a haulte voix, par plusieurs fois… tue la, coppe lui un bras ou une jambe, en courant apr√®s elle pour la frapper36.

De√Ľs, trw√®s djo√Ľs apr√®s, T√ģri J√®rard r√®scont√®re P√ģrkin √®t li d’mande ocasion pourquoy (il) avoit ainsi injuryet s’feume. P√ģrkin l√ģ r√®spond que c’estait a raison quelle avoit faict mourir une sienne gadde, persistant en son opinion.

C’ √®st √ß’ r√®sponse-l√† qu’ a d√©cid√© T√ģri J√®rard √† pw√Ęrter plinte.

Djène, fèye da Halo Gicotte, dit du Mont

Li cas di √ß’ djon.ne com√©re-ci √®-st-√®m√īcionant au-d’l√†. Si nom √®st prononc√ģ au d√™rin momint timps d√® l’ queuw√©ye do proc√®s d’ en 1556 pa Martine, li feume da Colin d’ F√īy37. L√†-d’ssus, on l’ m√®t o pr√ģjon, mins, d’ apr√®s √ß’ qui l√®ye min.me dit ne trouvant occasion contre elle on l’ la√ģt libe √®t a l’occasion de laquelle appr√©hension, reproche et deshonneur (√®le) estant importun√©e de regrets et d√©solation grandes, abandonn√Ęt et soy rethyrat hors Gendron par l’espace de XV a XVIII mois pw√ģs √®le rivint d√© sman trw√®s-ans.

Apr√®s portant tous jours en grand regreits et deplaisance ladite falme soy expatri√Ęt derecheff hors dudit Gendron habandonnant sadite m√®re √®lle √®va √®mon on mononke √† Laut√®ne, dil√© Surice, √ß’ pw√ģs-l√† d√© on cousin √† St√©ye (Bra√ģbant) √® l’ maye√Ľr√ģye di C√ģn√®.

Nos constatans qui l’ de√Ľzin.me √®spatriy√Ęcion da Dj√®ne du Mont cor√®spond √† pau pr√®s au preum√ģ awa√ģtadje da Mar√īye, li feume da Halen Freson, en 1561.

Timps qu’ on studie√Ľve li cas da Djauk√®te de Laderi√®re, dins l√®s 29 cit√©s t√®mwins, i gn-a on v√ģy d’ avi√® 80-ans, G√©rard di Maisny (Mwin.ni), po d√ģre qui Dj√®ne du Mont porte la fam√© d’estre vaudoize pace qu’ √®lle estait all√© en dehors de la terre [I gn-a bin s√Ľr di qw√®!].

Au c’mincemint d’ l’ an√©ye 1564, one malad√ģye fa√ģt co des rafes dins l√®s bi√®sses. √ąst-ce qu’ on n’ a nin v√®yu plusieurs femmes soy combattant l’une contre l’autre pour certains porcheau qu’elles avaient perdue. Bin s√Ľr, on ‘nn’ acuse surtout P√ģr√®te, li f√®ye da Djauk√®te de Laderi√®re, s√īrc√ģre qu’ ave√Ľve sit√ģ √®gz√®cut√©ye l’ an√©ye di d’vant, ou co Mar√īye, li feume da Halen Freson, mins saquants djins continuwenut √† r√®p√®ter qu’ Dj√®ne du Mont a l’ falme di i√®sse macrale.

√Ä l’ s√Ľte di √ßa, li 18 di f√®vri 1564, l√®s scabins d’L√ģdje comandenut √† Dj√®ne du Mont d’ s’ √®spurdj√ģ dins les 30 djo√Ľs. Li 20 di m√Ęrs’, √®lle √®sp√īse ci qu’ l√ģ a ariv√© disp√Ľs 1556; nos-avans l’ princip√Ęl v√™ci pa-d’ze√Ľ38.

Li 24 di m√Ęrs’ 1564, √®le pr√©sinte s√®s t√®mwins. Thomas√®ne, one veuve, dit qu’ Dj√®ne do Montpeult avoir r√©side en son eage empres ses p√®re et m√®re environ de XV a XVI ans, leur rendant service et obeyssance telle quil appartient… selon la gr√Ęce que Dieue luy avoit donne. M√®ss√ģre Luc, on priy√®sse, ancyin si√®rvant d’ l’ aut√®l d√® l’ tchap√®le di Djindron, dit l’ min.me √®t rajoute qu’ √®le soy gouvern√Ęt honnestement. Hinri d’ Fr√®defontin.ne, si mononke di Laut√®ne, rac√®rtin√©ye qu’ √®lle a v’nu d’m√®rer √® s’ maujon en 1556 √®t qu’ √®lle √ģ a d’m√®r√© de√Ľs-ans. Lorint d’ Romer√©ye √®t s’ feume, s√®s cousins di St√©ye rac√®rt√®yenut qu’ √®lle a d’m√®r√® d√© z√®ls bin de√Ľs-ans travaillant son corps en servant fidellement √®t qu’ √®lle √®ste√Ľve conuwe come femme de bien et d’honneste conversation sans estre entaichee de nul vilain casjusqu’ad ce elle s’at voluye mary√© √®t qu’ √®lle a quit√© St√©ye.

Do timps qu’ √®lle este√Ľve √† St√©ye, √®lle at tousjours hante l’eglieze et confesse et recheu son cr√©ateur chascun an39.

L√®s-ac√™rtinadjes d√®s t√®mwins ni chonenut nin fw√Ęrts assez. Li 1√ģ d’ avri d’ apr√®s, Maurtin Vaillant dit quil at oyu direqu’icelle avait oyue des graves devant qu’elle ewisse este emprisonn√©e mais dist touttefois qu’il ne sceit en luy (sic) que une fille de biens. Bi√®trand di Mwin.ni, li, rapwate qu’ il avait oyu dire (qu’√®le) at demore par del√† Muze empres Seurisse. P√ģr√®te, feume da Joachim, dit l’ min.me √®t rajoute √®to qu’ Dj√®ne du Mont este√Ľve conuwe fille de bien endist lieux jusqu ‘ad ce qu ‘elle soy voulsy marye.

L√† donc li de√Ľzin.me c√īp qu’ on-z-insist√©ye su l’ rafiadje di s’ marier da Dj√®ne √®t l’ ton d√® l’ famile po l’ d√ģre √† l’ a√ģr di mostrer qu’ l√®s cousins di St√©ye n’ √®stin.n nin d’ acw√Ęrd. Dj√®ne do Mont aure√Ľve bin ie√Ľ qu√®kef√ģye sit√®p√© mins, apr√®s, li candidat au mariadje s’ aure√Ľve ie√Ľ disdit quand il aure√Ľve ie√Ľ apris qu’ on purde√Ľve si com√©re po one macrale.

Todi √®-st-i qu’ dins s’ de√Ľzin.me proc√®s, Dj√®ne du Mont √®st cl√©remint lom√©ye jeune fille a marier.

Pa r’tch√®dje do 7 d’ avri 1564, l√®s scabins d’ L√ģdje √īrdonenut √† l’ co√Ľ d’ Djindron qu’ √®le 1′ absoldrat de la faime et bruyt qu’elle portait d’estre sorcier… voir a ses d√©pens [fra√ģs d’djustice]40.

P√ģr√®te, li feume da Djan d’Tchale√Ľs (Jehan de Chaleux)

Li cas qu’ on-z-a v√™ci moste√Ľre li caract√™re h√®r√®dita√ģre di l’ √®tat d’ macrale. L’ ome da P√ģr√®te ave√Ľve l’ an√©ye di d’vant, en 1563, avouw√© qu’on dje√Ľve qui s’ b√®le-m√©re este√Ľve s√īrc√ģre.

Li 10 di f√®vri en 1564, c’ √®ste√Ľve √† propos di s’ feume qu’ on l√ģ d’mande√Ľve si-t-avis. I n’acuse nin s’ feume mins Dj√®ne du Mont. On-a d√®s cias qu’ ont v’nu r√®p√®ter qu’ is-avin.ne oyu dire une nomm√©e Katon soeure de Pirette… que d√®s que le seigneur eut fait faire ex√©cution de sa m√®re [Djauquete de Laderi√®re] qu’elle, laditte Pirette ne demeurait gaire sains en

navoir apr√®s elle et avoir oyu dire un nomez Jehan le Soyeur qu ‘Hz en navoit aussi paore que de sa m√®re ex√©cut√©e.

√Ä prop√īs d√® l’ r√®put√Ęcion qui l’ feume da Halin Freson √®t P√ģr√®te avin.n, on t√®mwin estime√Ľve [non sins coradje] que l’on en parolle plus dehors de la ville qu’en la ville*1.

Li 6 d’ avri en 1564, l√®s scabins d’ L√ģdje, qu’ √®stimin.n qui P√ģr√®te nat fait quelconque acquite pour soy purger de la falme quelle porte d’estre sorci√®re et macralle, l’condamenut √† i√®sse m√®tuwe √® prijon et bo√Ľriat√©e42.

Nos n’savans nin comint-ce qui l’proc√®s a fini.

 

Mar√īye de la Haut, li feume da Dj√Ękemin Charles

Li 22 d’ s√®timbe 1567, Dj√Ękemin Charles atake Dj√ģle Gicotte po qu’ i v√®gne rid√ģre pa-d’vant l’ justice l√®s discausadjes qu’ i poleroit avoir oyu dire pa Maurtin le Gotte. On djo√Ľ, di-st-i l’t√®mwin, Maurtin le Gotte m’ a dit que depuis qu ‘il soy avoit combattu a Marie espeuze Jacquemin Charles que son chevalx ne sestoit poinct bien porter et qu’icelle l’avoit fait malade de sort que ledit Cille dist que ledit cheval est mort. D√®s-√ītes v√®gnenut raconter √®to ci qu’ Maurtin Le Gotte dije√Ľve: chake c√īp que on soy combattait avec Maroie… ung chescun perdait des bestes. √ąst-ce qui √ßa n’ ave√Ľve nin sorvinu √† Djan Thomas qui avoit des pourcheau malades… il presuposoit qui c’ √®ste√Ľve Mar√īye li cause43. Dj√Ękemin atake Maurtin d’vant l√®s scabins √®t i gangne. Le Gotte est cond√Ęn√© a aler en p√®l√®rinadje √† Rocamadour a faire de ses pieds ou au pris d’ on t√©l voyadje √®t √† l’ f√© d’vant l’ Noy√® √®t i d’ve√Ľve co dins l’ √®gl√ģje di Djindron porter et tenire une chandelle de demye livre pendant qu’on c√©l√®bre la messe (√®t li m√®sse fin√ģye) les donner et mectre devant l’imaige de Saint Cl√©ment*4.

Do mw√®s d’ n√īvimbe 1570, l√®s djins d’ C√™le sont rinvit√©s √† d√ģre t√ßt √ß’ qu’ is s√®penut su l√®s djins qu’ on dit qu’ c’ √®st d√®s macrales. Li feume da Maurtin le Gotte vint d√®cl√Ęrer que la falme et bruy cour sur la personne de Mar√īye espeuze Jacqmin Charles d’estre vauldoize √®t qu’ on djo√Ľ on l’ ave√Ľve v√®yuwe de nuicte parmi la ville seulement avec sa chemise. Li feume da Hinrard Bonnet dit qu’ Hinri Bellot l√ģ ave√Ľve dit qu’ √®le l√ģ ave√Ľve fa√ģt cr√®ver on

bo√Ľ. Co on-√īte ave√Ľve oyu d√ģre qu’ one feume lom√©ye Dj√®ne di Purn√īde ave√Ľve on djo√Ľ dit √† l’ acus√©ye qu’ √®lle √®ste√Ľve vaudoise √®t qu’ √®le niroit poinct bien loingt. Hinri Bellot, sins causer do bo√Ľ qu’ il ave√Ľve pi√®rdu dit √®to qui l’ feume da Dj√Ękemin se perdait et s’en nalloit de nuct aval les champs et aval les fosses d’ung caste et d’aultre. Il ave√Ľve pe√Ľ d’ l√®ye √®to.

Louwis Dj√ģle Bertrand presupposoit que Maroye… l’avait fait malade. Djan Consinet rap√®le ci qu’ Maurtin le Gotte ave√Ľve dit en 1567, come qw√® qui soy combatoit a elle, il perdait une beste. Li feume da Djan Lambert dit que quant aucuns de Gendron perdaient quelque bestes, il mescroient que ladite Maroye les faissoit tnorir. √ąlle ave√Ľve min.me dit √† l’ feume da Djan d’ Drouwance [fr.: Dr√©hance] qui s’ √®lle avait perdu des bestes qu’elle en perderoit encore**.

Maroye de la Haut a 30 djo√Ľs po si r’l√Ęver. √ąle va i√®sse disfinduwe pa on avocat qui dit: l’ acuse√Ľ duvr√® mostrer que la diffamation proc√®de de personnes l√©gitimes et non de legiers peuples par hayne. Nos mosterrans qu’Mar√īye est engendr√©e de bon p√®re et m√®re (ayant) heyeu vraye legittimes conversation (rap√īrts sexuels). Tote si vika√ģr√ģye, √®lle a vik√® √† Djindron se gouvernant paisiblement… gens de bien hantans etfrequentans…, en sa maison a qui qu’il plaisat illecq beuvans et mengeans sains pour ce estre infect√©. √ąt avou √ßa, √®le va √® l’ √®gl√ģje, va √† messe, √† c’f√®sse √®t √† l’comunion. L√®s t√®mwins, di-st-√®le co l’ disfinse, duvenut prouver la forme et mani√®re pour faire mourir gens et bestes en donnant sur ce connaissance de science… Is d√ģront l√®s-ans, mw√®s, djo√Ľs √®t e√Ľres d√®s fa√ģtinses. Enfin, ci qu’ Maurtin le Gotte a dit l√† pus d’ 3-ans, r’vint √† djo√Ľ46.

M√®ss√ģre Djan de Ferauge, priy√®sse, d√®cl√Ęre qu’ il a par plusieurs fois hante et fr√©quente en la maison de ladite Maroye, en buvant, mengeant sains y avoir veyue ny appercue en elle aucuns mal synon depuis une espace de temps qu’elle at porte lafalme… (coradje, st√®pans)47.

Li 18 di d√©cimbe 1570, l√®s scabins d’ L√ģdje √īrdonenut √† l’ co√Ľ d’ Djindron di r’l√Ęver Maroye de la pr√©tendue falme qu’elle portait**.

 

Marguerite di F√īy, feume da Djan Henri, spot√© Claoz

Li 16 di n√īvimbe 1570, on comince ossi one enk√®te su l√®s fa√ģtinses da Marguerite di F√īy √®to.

On djo√Ľ, di-st-i Djan, l’ v√ģy bov√ģ d’Trussogne-Ghuisse (Pitite) ung syens paslureau gardait les pourcq… lors passa une nomee Marguerite de F√īye aupr√®s desdits pourc laquelle demand√Ęt a qui cestient deux beaux pourcq… et le lendemain ses deux pourcq deviendrent malades tellement qu’il en morit l’ung d’iceulx.

Kat√®rine, li feume da Djurau de Gramptenne rapwate ci qui l’ veuve da Mat√ģ ¬†l’ T√®che√Ľ criye√Ľve su tos l√®s teuts: on djo√Ľ, Marguerite l√ģ ave√Ľve don√® des kisses et quelle les m√©tisse cuire et quelle les mengassen√ģ, elle et son marit, et incontinent que son marit en eulx mengit y devinve mallade… (puis par apr√®s) lui avait donne une miche de pain avec deux euffes. Si-t-ome ave√Ľve mindj√ģ √ßola c√Ľt √®t do c√īp, il ave√Ľve sit√ģ regarit. Kat√®rine, li feume T√ģri presupose qui Marguerite l√ģ a fa√ģt moru on-√®fant d’ on-an √®t d’m√©y.

T√ģri Colin raconte avoir oyu dire ung nornez Perpette Colin extant a lict malade que si il moroit [sen alloit: baur√® o tekse] que il inculpait ladite Marguerite. √ąt Perp√®te Colin a moru. M√®line, veuve da Urban Goesse49 vint d√ģre qu’ on dit qu’ M√Ęrguerite di F√īy a fa√ģt moru on tch’vau au cins√ģ d’ Trussogne.

Disfinduwe pa l’ avocat qu’ave√Ľve disfindu l’ feume da Dj√Ękemin Charles, mins avou mwins’ di fwace, √®le n’ a st√ģ r’l√Ęv√©ye qui de√Ľs mw√®s apr√®s l’ feume da Dj√Ękemin, li 16 di f√®vri 157l50.

Nos pinsans pa tot √ß’ qui vint d’vant qui Marguerite di F√īy este√Ľve one s√®gne√Ľse √®t il √®st possibe qu’ √®lle √®ste√Ľve li f√®ye ou li p’tite f√®ye da Martine, li feume da Colin d’ F√īy, di Trussogne, √®gz√®cut√©ye en 1556. √ąt apr√®s tot, √®st-ce qui T√ģri √®t Perp√®te Colin qui l’ tch√®djenut tant ni sont nin d√®s fis d’ s√īrc√ģre √®t √ßola d’ apr√®s one lw√® d’ transmission d√®s noms d’ famile di √ß’ timps-l√†, qui vout qu’ l√®s-√®fants Colin d’ F√īy pudenuche come nom di famile li pr√©nom d’ le√Ľ pa.

 

Dj√®nev√ģre Kalays, li feume da Djan Haloz, d’ Furf√ī

Nos-alans mostrer qui, dins d√®s cas qu’ i gna, d√®s justices di viladje ont p’lu f√© √®gz√©cuter d√®s djins po f√© pla√ģji √† l’ masse.

Li 7 d’ oct√ībe 1602 les h√©ritiers, bourgeoys, mannans et habitans de Furfolz ou la plusaine partie… d’mande √† l’co√Ľ do viladje on-ac√™rtinadje su la mani√®re et cornent Jeneviefve espeuze a Jehan Halloz estante not√©e et falmee de sorcellerie et en prison du seigneur serait estee eslargie… se repr√©sente toutes et quanttefois que bon lui semble audit Furfolz… au grand p√©ril et dangier… des requ√©rants mais aussy de leurs familles et bestialz.

Quand on l’ qu√®stione l√†-d’ssus, Hinri J√©nicoz, t√®che√Ľ, s√®rdjent d’ Furf√ī, dit que le dimenche apr√®s que la pr√©dite Genefieve fut tortur√©e luy fut envoy√© de la part de Louys Bertrand, mayeur… la clieff a effect de la mectre et laisser hors des fers… ; ci qui l’ s√®rdjent a fa√ģt, pw√ģs, en l√®vant l’ pr√ģjen√ģre √† g√Ęrder pa Dj√Ęke et Hinri Denis, i s’transport√Ęt en la ville de Dynant… (afin d’) bailler argent au maistre des oeuvres [bo√Ľria] qui l’ ave√Ľve bo√Ľriat√©ye.

L√®s Denis rac√™rtinenut qui l’ pr√ģjen√ģre a st√ģ distrap√©ye su l’ √īrde do maye√Ľr √®t qu’ il ont ie√Ľ l’ √īrde √®to qu’il le fallait laisser dehors et sortir pendant la messe… et que l’on dirait qu’elle serait sortie toute seule51.

Dj√®nevire Kalays s√®r√® plus ou mwins trankile ch√ģj ans mins li 3 d’ jun 1608, apr√®s on proc√®s qu’ nos n’ savans nin √ß’ qui s’ √ģ a pass√©, √®lle est br√Ľl√©ye. Li rap√īrt di l’ √®gz√©cucion cause co d√® l’ pr√©since au spektake – c’ √®-st-insi qu’ i l’ faut lomer v√®yan.mint qu’ il a l’a√ģr qu’ on-z-√®voye√Ľve d√®s-invit√Ęcions po v’nu ve√Ľy – di Mossie√Ľ l’ baron d’ C√™le, bin s√Ľr come h√īt vouw√© d’ Furf√ī, da Mossie√Ľ l’ vicomte d’ Eclaye, gouverne√Ľ di Charlemont (Djiv√®t), da Monsie√Ľ di Brandebourg, di s’ fr√©re Mossie√Ľ di Vil√©-√†-L√®sse, da Mossie√Ľ d’ Vi√®pe (Vierves), da Mossie√Ľ d’ Bi√®rl√ī, tch√®non.ne di Sint-Lambi√®t, di L√ģdje, √®t, enfin, d√® l’ milice di C√™le52.

L√®s fra√ģs do proc√®s d’vin.n i√®sse pay√ģs pa l’ victime. √áa fa√ģt qui, li 30 di jun √®t l’ 3 d’ jul√®t’ 1608, Djan Haloz, ome d√® l’ victime, vind one maujon √®t cink cortis qui s’ feume ave√Ľve di s’ pr√īpe h√®ritadje √† Furf√ī pour payer les frais, taxes allencontre de l’officier pour l’appr√©hension de sa femme53.

Lès frais èstin.n paurtis insi:

√Ä l’djustice: 21 florins, 6 patars, 1 aidant

Au clér (grèfier): 10 florins, 18 sous

Au s√®rdjent: 11 florins, 5 patars Dispins di pr√ģjon: 6 florins

Aus comis qu’ ont st√ģ √† L√ģdje: 30 florins

Aus scabins d’ L√ģdje: 6 florins 12 sous

Au bo√Ľria: 21 florins

L’an√©ye apr√®s, ces montants-l√† ont st√ģ “mod√®r√©s”.

 

Nos n’ √ģrans nin djusqu’√† niy√ģ qu’au XVI √®t au XVIIe si√®kes, qu’ i gn-a ie√Ľ d√®s djins qu’ ont cach√ģ √† i√®sse a√ģd√ģs do di√Ęle put√īt qu’ do Bon Die po-z-ariv√® √† √ß’ qu’ is v’lin.n ou po r√®che d√® l’ mis√©re.

C’ √®st bin s√Ľr qui chake viladje ave√Ľve s√®s “gu√®riche√Ľses”. √Ä C√™le, Djauk√®te di Laderi√®re √®t Maguerite di F√īy ont djouw√© √ß’ r√īle-l√†. Gn-a d√®s t√®mwins, conte z√®les apr√®s, qui d√®cl√Ęrenut qu’ is l’s-ont huk√© quand is n’ √® r√®chin.n nin.

Au d√©part d√® l’ tch√®sse aus macrales, on trove pus sovint l’ mw√Ęrt di bi√®sses qui l’ mw√Ęrt di djins.

I s’ faut r’mimbrer qui nn’ √®stans √® l’ pr√©since d’ one s√īci√®t√© qui n’ a nin todi tot po s’no√Ľri √®t po qui l’ pi√®te d’ one p√Ęrt√ģye di s√®s bi√®sses dins on par√®y vikadje √®-st-on durauve dandj√ģ po sorviker.

 

Come d’ √®f√®t, f√© one vatche ou on tch’vau d’mande bin trw√®s-ans. Le√Ľ pi√®te, sins d’viser do pris, fa√ģt d√®pinde d’ on-√īte. Po on p’tit “manouvrier”, li ¬†pi√®te di s’ pourcia l’ prive di tchau saquants mw√®s. Po c√®s djins-l√†, l’ no√Ľriture ni quite w√™re le√Ľ pins√©ye. Mindj√ģi √®-st-on rite, l√®s rap√īrts dins l’ s√īci√®t√© √® sont m√Ęrk√©s. I√®sse bin gu√®d√® apr√®s-aw√® mindj√ģ √®t bw√Ęre √®mon one saqu√ģ, c’ √®st po √ß’ djin-ci one pre√Ľve d’ onor√Ębilit√© (cas d’ Mar√īye de la Haut).

Les s√īrc√ģres n’ ont nin l’a√ģr di s’ ach√Ęrner su √ß’ qui l’ t√™re rind, sauf on c√īp (cas Isabeau Larchier).

Au de√Ľzin.me rang, l√®s macrales sont-st-acus√©yes di f√© moru l√®s djins, surtout l’s-√®fants, √®t co, l√®s tot p’tits-√®fants. Se√Ľlemint, i faut saw√® qui di √ß’ timps l√† d√®vi√® 50% d√®s-√®fants morin.n.

Di n’ nin aw√® fa√ģt s√®s d’vw√™rs di r’lijion n’ √®st mauy rapw√Ęrt√® pauz√®s t√®mwins, ci qui r√®fw√Ęrciye nosse sintimint qu’ c’ √®ste√Ľve po d√®s mat√©ri√®l√®s causes, nos d√ģrans min.me d√®s causes “v√®t√®rina√ģres”, qui l√®s proc√®s c’mincin.n.

Aste√Ľre, qu√©s sintimints qu’ l√®s djins avin.ne √† l’ adrw√®t d√®s proc√®s d’ macrales? Timps do proc√®s di 1570, 136 grand√®s djins ont st√ģ huk√©yes come t√®mwins, sw√®t quausu tote li popul√Ęcion adulte di C√™le. Di c√®s djins-l√†, 72, donc dipus do mitan d√®cl√Ęrenut “nihil”, √ßu qui cl√©remint, √®t pa d√®faut, r’vint √† d√ģre qui √ß’ qui s’ passe√Ľve √† √ß’ momint-l√† √® le√Ľ viladje le√Ľ chone√Ľve quausu norm√Ęl. Cit-involonta√ģre “referendum”-l√† most√®re bin qu’ √† momints √®t √† places, one pitite majorit√© do pe√Ľpe rifoule en s’ ta√ģjant l√®s t√™ses d√®s d√©monologues √®t le√Ľs ¬†cons√®kences √®str√™mes. √Ä Furf√ī, en 1602, c’ √®st l’ contra√ģre qu’ arive: li popul√Ęcion d’mande au scabinadje d’ acter qu’ on l√®ye√Ľve one macrale “conuwe” couru l√®es v√īyes do viladje.

One saqw√® qu’i faut r’m√Ęrker: si √®mon l√®s gros, l√®s pwissants ou l√®s ritches, on trouve pac√īps d’s-√®r√®tikes, on n’ √ģ trove mauy pont d’ macrales, ou r√Ęremint.

L√®s djins d’ adon qui n’ savin.n √®spliker l’ plouve, li n√ģve, li vint, l’ alumw√Ęre, li tonw√Ęre,… cachin.n, par √®gzimpe, √† trouver one √®splan√Ęcion

quand le√Ľs bi√®sses morin.n. Come l√®s l√ģves su les s√īrc√ģres racontin.n le√Ľs danses, le√Ľs m√Ęrtchis avou l’ di√Ęle √®t le√Ľs fa√ģtinses, les djins v√®yin.n li di√Ęle tos cost√©s.

 

* * *

Dins Li Vika√ģr√ģye d’ on gamin d’ C√™le*, p. 15, ¬†Joseph Houziaux raconte qu’ √† V√™ve vos-√®stoz au payis d√®s s√īrc√ģs. On v√ģ cur√© qui provint d’ Houy√®t m’ a racont√© qu’ is v’nint f√© dins l’ timps totes le√Ľs lwagner√ģyes – qu’ on lomeut l’ sabat – do cost√® do v√ģ tch√®stia. Is s’ rachonint √®mon Tante Nane d’ A l’ Tchauss√ģye. L√®s s√īrc√ģs, qu’ √®stint d’ acw√Ęrd avou l’ di√Ęle, avint totes s√ītes di la√ģd√®s sindjer√ģyes. Insi, Calmant, sorlom√® li P’tit B√™y, n’ aveut qu’ √† passer l’ mwin su li scrine d√®s bi√®sses po l√®s f√© duvenu s√®tches. Ossi, l√®s v√®yeut-on √®vi. Clarisse d’ √®mon l’ Faude√Ľ, one f√®ye di macrale, aveut st√ģ tan√©ye pa l√®s djins pace qu’ √®lle aveut ie√Ľ l’ toup√®t do f√® s√®s paukes come l√®s-√ītes.

 

* Par√®tu √®mon Bourdeaux-Capelle √† Dinant en 1964, 203 p. – Joseph Houziaux este√Ľve on cousin da mi √† l’ trintee-chij√®me bo√Ľten√ģre”. Nosse comun anc√™te a v√®yu l’djo√Ľ √† F√īy en 1783.

 

Par d√©faut, les r√®f√®rinces sont tir√©yes d√®s-√ārchives di l’ √ątat √† Nameur, scabinadjes di C√™le (C) √®t di Furf√ī (F).

1 Brian P. LEVACK, La grande Chasse aux sorci√®res en Europe modernes¬†¬† Champ Vallon,¬†¬† 1991,¬† 28 (Traduit de l’anglais par J. Chiffoleau)

2 G. CAMBIER, Les grands jours de la d√©monol√Ętrie, dans La Wallonie. Le pays et les hommes. La Renaissance du Livre, 1975, p. 389-405.

3 LEVACK, op. cit., p. 62-63

4 C, n¬į 32, (26-07-1550)

5 Ib.

6 Ib.

7 C., n¬į 32, (7-03-1552).

8 Ib., 1552.

9 Ib., (21-05-1552).

10 Ib., (16-10-1554).
11 C., n¬į 40, (17-03-1556).

12 C, n¬į 32, (20-03-1556).

13 = note 11.

14 = note 12.

15 = note 11.

16 = note 12.

17 C, n¬į 40, (30-03 et 10-04 1556).

18 Ib.

19 = note 17.

20 = note 17.

21 = note 12.

22 = note 4.

23 = note 12.

24 = note 10.

25 = note 12.

26 C, n¬į 33, (23 et 26-09-1569).

27 C, n¬į 34, (16 et 17-11-1570).

28 C, n¬į 40, (27 et 29-11-1557).

29 Iby ( 22-12-1557 et au dr√ģ do 17-05-1561).

30 Ib., (20-03, 2-04 et 26-04-1563).

31 C., n¬į 9, (24-04-1563).

32 C, n¬į 40, (10-02-1564).

33 Ib., ( 15-04, 26-04, 7-05, 3-06, 9-12-1561).

34 C, n¬į 33, (11 et 12-02-1564).

35 C, n¬į 40, (18-02-1564).

36 F., n¬į 2, f¬į 30-31.

37 = note 17.

38 Ib., (20-03-1564).

39 C, n¬į 33, (24-03 1-04-1564).

40 Ib., (7-04-1564).

41 C., n¬į 40, (10-02-1564).

42 Ib., (6-04-1564).

43 C, n¬į33, (22-09-1567).

44 Ib., (6-10-1567).

45 C, n¬į 34, (16 et 17-11-1570).

46 Ib., (nov. et dèc. 1570).

47 Ib., (14-12-1570).

48 Ib., (18-12-1570).

49 Li pre√Ľmire feume da Goesse ave√Ľve sit√ģ condan√©e √† mw√Ęrt.

50 Ib., (16-02-1571).

51 F., n¬į2, p. 357-358.

52 C., n¬į 40, (3-06-1608)

53 F., n¬į 2, f¬į 392.

54 Ib., f¬į 393.

55 Ib., f 394.

1 Lès tradicions anciènes / Les traditions anciennes

l’ouw√®s’-walon / l’ouest-wallon:¬†

Robert Dascotte, A propos de la sorcellerie, in : MA, 7, 1979, p.140

 

A Leval-Trahegnies, lorsque le cur√© fermait l’Evangile, les jeteurs de sorts qui auraient assist√© √† la messe ne parvenait pas √† quitter l’√©glise.

Dans la m√™me localit√©, d√®s que son √©poux √©tait parti travailler, la femme voyait appara√ģtre un couple voisin dans le cadre de la porte et elle s’√©vanouissait. Elle en avisa son mari qui alla invectiver les ¬ę coupables ¬Ľ. A dater de ce jour, ces voisins ne parurent plus devant la porte et la femme fut gu√©rie (not√© chez un anonyme).

Avant 1940, √† Haine-Saint-Pierre, une femme √©tait all√©e consulter le cur√© car elle √©tait certaine qu’une personne lui voulait du mal et qu’on lui avait jet√© un sort. Elle √©tait persuad√©e que cette personne fr√©quentait sa maison. Le pr√™tre lui conseilla de d√©poser un crucifix sous le paillason et de verser de l’eau b√©nite dans la tasse de caf√© qu’elle servirait au jeteur de sort pr√©sum√©.

Elle suivit ces conseils et par la suite, la personne suspect√©e ne mit plus les pieds √† la maison (not√© chez Paula D…)

A Godarville, avant 1914, une vieille femme voyait son pot de cham¬≠bre ¬ę danser ¬Ľ autour de la chambre d√®s qu’elle se mettait au lit. Elle faisait le signe de croix et aspergeait la pi√®ce avec de l’eau b√©nite. Une semaine plus tard, le pot de chambre cessa de ¬ę danser ¬Ľ.

Dans la m√™me localit√©, et avant 1914 √©galement, un homme entendait du bruit dans le chambranle de la porte de la chambre √† coucher lorsqu’il allait dormir. Il frappait √† coups de poing sur le chambranle en criant :

‚ÄĒ Dj√® n’ a√ģ nin pe√Ľ d’ vous √®y al√®z vous in au di√Ęle !

Ce bruit disparut apr√®s quelques jours (not√© chez Elisa L…)

Le fait suivant a √©t√© not√© chez Simone M.., il √©tait cont√© vers 1930, par une octog√©naire ; ceci s’est pass√© √† Houdeng-Aimeries.

Depuis plusieurs jours, une femme √©tait malade et les rem√®des ne pouvaient rien y faire. Or, depuis le d√©but de la maladie, on s’√©tait aper√ßu qu’un chat noir s’introduisait le soir, dans la maison, en passant par le tr√ī d’√©w√ģ (1). Un soir, le mari se posta aupr√®s de cette ouverture avec une hache en main. D√®s que le chat noir apparut √† l’entr√©e, il frappa avec la hache et blessa le chat √† une patte. Le lendemain, on vit une voisine (propri√©taire du chat noir) qui √©tait bless√©e √† l’avant-bras. Ce devait √™tre une jeteuse de sort car l’habitante de la maison recouvra la sant√©.

 

(1) trau d’√©w√ģ : (proprt. trou d’√©vier), petite ouverture dans un mur par lequel s’√©coulent les eaux d’une cuisine.

 

Anatole Godart (1888-1971), La sorcellerie à Steenkerque, in : MA, 10, 1981, p.200

 

C’√©tait au cours des soir√©es que l’ont se racontait ce qui √©tait arriv√© de bizarre √† l’un ou √† l’autre √† Steenkerque, ce que l’on avait entendu dire, que l’on se rem√©morait des faits plus anciens.

Les gens de ce temps √©taient tr√®s sensibles aux pr√©sages et √† tout ce qui inspirait une certaine crainte, comme par exemple le cri de la chouette qui, soi-disant, annon√ßait un malheur, de m√™me le hurlement d’un chien pen¬≠dant la nuit ne pr√©sageait rien de bon. Si une maladie se d√©clarait chez les animaux et se r√©p√©tait √† plusieurs reprises, c’√©tait l’effet d’un mauvais sort jet√© sur la maison. On se m√©fiait de certaines personnes et on employait toutes sortes de pratiques bizarres pour lui interdire l’acc√®s de la maison et, pour √™tre certains, on faisait venir le cur√© du village pour b√©nir les lieux.

On se racontait qu’un tel, rentrant le soir par une nuit sans lune avait √©t√© suivi par un grand chten noir qui l’avait conduit jusqu’au seuil de sa maison sans rien lui faire.

Tel autre, dans des circonstances identiques, avait rencontr√© un gourmanc√ģ, lequel d’apr√®s la description que j’ai entendue, √©tait un √™tre extra¬≠ordinaire, difforme, ayant des yeux brillants dans la nuit ; il para√ģt qu’il suivait sa victime pendant quelque temps et puis disparaissait.

Un autre, rentrant chez lui un dimanche soir avait √©t√© cauky√ģ ; ceci con¬≠sistait en ce que celui √† qui cela arrivait √©tait pris √† la gorge, √©tait clou√© sur place, sans pouvoir crier ni faire un pas.

Voici d’autres faits qui m’ont √©t√© racont√©s personnellement – notez que tout ceci date d’avant la guerre de 1870 – par mon grand-p√®re maternel qui √©tait premier valet dans une ferme. Celui-ci se met en route avec un char attel√© de cinq chevaux pour aller faire la provision de charbon de la ferme. Parti avant le jour, il se trouvait le long de la chauss√©e lorsqu’il rencontre un homme qui tra√ģnait derri√®re lui une forte cha√ģne. A un moment donn√©, l’indi¬≠vidu lui crie :

‚ÄĒ¬† W√©, l’ ome, √®st-ce qu√® dj’ po√Ľro√Ľ bin m√®te √®m’ kin.ne su vo c√Ęr ? Si vos volez, r√©pond mon grand-p√®re.

L’homme jette sa cha√ģne sur le chariot puis, apr√®s un certain temps, il dit :

‚ÄĒ¬† Apr√®s tout, dji m’tro√Ľs b√ģ m’ti√®te av√Ľ !

Il prend sa t√™te dans ses mains et la jette sur la cha√ģne ! Stupeur de mon grand-p√®re qui n’en m√®ne pas large. Il continue malgr√© tout mais arriv√© √† proximit√© de l’agglom√©ration, tout disparut, au grand soulagement du pre¬≠mier valet !

Un autre fait dont un des acteurs fut mon p√®re, grand amateur de jeu de piquet. Il se rend un dimanche au caf√© habituel pour y rencontrer ses partenaires. Ils jou√®rent aux cartes jusque tard dans la nuit. Comme tout a une fin, ils d√©cid√®rent de rentrer. En ouvrant la porte pour sortir du caf√©, ils furent surpris de ne pouvoir mettre un pied dehors. Ils voyaient de l’eau √† perte de vue, celle-ci battant jusqu’au seuil de la maison ! Ils durent attendre jusqu’au petit matin et, √† ce moment tout √©tait rentr√© dans l’ordre.

 

in¬†: La Fl√Ľte de Pan, 21/02/1937

 

Quand i pieut √®t qu’ i r‚Äôl√Ľt

L√®s sourci√®res dansont √† F√®l√Ľ.

 

Quand l‚Äô sol√®y √®st blatch (p√Ęle)

Lès sourcières dansont à Manadje.

 

In : MA, 12, 1976, p.222

 

Si i pl√Ľt

A l‚Äô ducace d√® ¬†F√®l√Ľ

L√®s sorci√©res ramasset√®t l√®s br√Ľs (boues).

 

in: Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

LES LIVRES DE SORCIER

 

Les sorciers approfondissaient leur science dans la lecture de cer¬≠tains livres de magie. Il √©tait dangereux de lire ces livres pour celui qui n’appartenait pas au groupe des essorc√®le√Ľs. Nous avons connu un brave type, que nous d√©signerons sous son sobriquet familial, P√Ęrin Bouk, qui se livra √† la lecture de mauvais livres. Une nuit il en perdit la raison, quitta son domicile et on le retrouva d√©ambulant dans les rues de la commune nu comme un ver. On dut le soigner, il retrouva heureusement tous ses esprits, m√™me dans sa vieillesse, il faisait montre d’intelligence et d’un rare bon sens. Mais, apr√®s son aventure, il ne toucha plus jamais un livre de magie.

 

in: Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

LES SORCIERS

 

Tous les Montagnards, qui naquirent vers 1860-1880, ont connu au Roctiau un homme que l’on avait surnomm√© Julien √† Rats. Il avait le pouvoir de faire appara√ģtre, partout o√Ļ il se trouvait, des rats bien vivants. Quand il se rendait √† une dicace √† Gilly avec des amis, si ceux-ci manifestaient le d√©sir de regagner leur domicile, √† une heure qui ne plaisait pas √† Julien, celui-ci engageait le dialogue suivant :

‚ÄĒ¬† Vos-√®rir√®z quand dj’ √®rir√©!

‚ÄĒ¬† Non f√©t, Julien, i faut qu’ dji travaye, mi, d’mwin!

‚ÄĒ¬† C’ √®st bon… En tout cas, si vos p√Ęrtez sins mi, vos n’ s√®rez n√©n pu avanc√©, faura qui vos m’ ratind√ģche dins l√®s campagnes du Roctia.

Effectivement, les malheureux camarades qui retournaient chez eux, sans l’autorisation de Julien, √©taient arr√™t√©s dans les campagnes par une multitude de rats. Ils n’osaient plus avancer et devaient atten¬≠dre le retour de Julien pour faire dispara√ģtre le charme.

Cette histoire nous a été contée de nombreuses fois par de nom­breux Montagnards.

Nos vieux connaissaient aussi Marouz√®t, 1′ s√īrc√ģ di Djilly et Jean d’Isenghien, √®l s√īrc√ģ du Faubourg di Ch√Ęl√®rw√®.

M. D. A. Van Bastelaer raconte au sujet de ce dernier (1) :

… Un jour on lui refusa l’entr√©e d’un bal; il s’en vengea dit-on, en faisant pleuvoir dans la salle. Une autre fois, s’√©tant pris de dispute,

 

(1) Le Vieux Charleroi, p. 75.

 

(p.271) il fut terrass√©, et on continuait √† lui administrer la bastonnade mais on racontait qu’il y √©tait insensible, √©tant sorti de ses v√™tements : ceux-ci seuls recevaient les coups. L’autorit√© poursuivit ce farceur com¬≠me coupable de sorcellerie, et il fut condamn√© √† rester quinze jours au pain et √† l’eau dans le couvent des Capucins de Charl√ęroi, charg√©s de l’exorciser. Ces d√©tails √©taient racont√©s et confirm√©s par sa fille, connue en 1845 sous le nom de la vieille Manise.

On racontait que les sorciers avaient le pouvoir d’attirer √† eux cr√™pe et saucisses… qui filaient par le trou de la chemin√©e! Apr√®s avoir prof√©r√© l’incantation, la sorci√®re se transformait en chouette et c’est sous cette forme qu’elle se rendait au sabbat.

Quand on rencontrait un fant√īme, on ne pouvait le toucher car on aurait √©t√© br√Ľl√© par les feux de l’enfer. Cependant, c’est le contraire qui arriva dans la belle histoire que nos p√®res contaient en ce qui con¬≠cerne la Chapelle aux rats.

 

in: Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

LA REPRISE DES VIEUX PAPIERS

 

On √©tait persuad√© que la sorci√®re, √† la mort de la malifici√©e, de¬≠vait aller reprendre le sort qu’elle lui avait jet√© et aller l’imposer √† une autre personne.

Avant sa mort, il arrivait que la sorci√®re fit don d’un secret √† quel¬≠qu’un qu’elle avait choisi et √† qui elle passait son pouvoir. Cette per¬≠sonne rup√®rdeut l√®s v√ģs pap√ģs.

Une dame L… de Montigny avait le pouvoir d’arr√™ter les br√Ľlures. Dans la croyance populaire la br√Ľlure grandit, en ronds concentriques pendant neuf jours, puis diminue de m√™me pour dispara√ģtre apr√®s un cycle de 18 jours. Cette dame par un simple attouchement et en disant une formule magique, qui √©tait son secret, arr√™tait la br√Ľlure. C’est-√†-dire que si on la consultait apr√®s 3 jours, la br√Ľlure n’avait qu’une dur√©e de 7 jours. Ce secret lui avait √©t√© donn√© par une vieille femme, √† qui elle donnait l’aum√īne chaque semaine.

Un jour la mendiante dit :

‚ÄĒ Madame, dji va b√©n rade mori, dji v√īreu b√©n vos d’ner ‘ne saqw√® pace qui vos-avez toudi st√ģ boune pour mi. Dj’ √™ in scr√®t pou-z-ar√®ter l√®s br√Ľlures, dji m’ vos va doner, mins i vos faut djurer di n√® l’ doner a noulu.

Et c’est ainsi que Madame L… arr√™ta les br√Ľlures.

 

MOYENS DE SE PRESERVER CONTRE LES SORCIERES

Ces moyens ne manquaient pas. (…)

(p.273) Voici deux formules que nous avons recueillies chez un vieillard, mort depuis de nombreuses années et qui aurait largement dépassé cent ans.

 

ORAISON POUR TOUTES RENCONTRES ET SOUHAITS Fils de J√©sus-Christ qui a r√©pandu son sang pour moi et qui est venu au monde pour nous conserver, accordez √† M… la gr√Ęce par votre divine majest√©, les retours de ces ennemis, de tout ce qui lui causerait de mal. Arr√™tez-les, comme vous avez arr√™t√© Egyptiens au passage de la mer rouge. Il n’y a rien d’impossible √† votre divine majest√© puisqu’il a bien tromper celui qui a ramen√© sa terre dans votre voyage.

 

CONTRE LES CHARMES

Ave salus vandis verbum patra hostia sacra vera vivacare santi égravéris viva corbus domini nostri Jésus Christi formi forma hosti misérée dei.

Pour √™tre d√©livr√© d’un sortil√®ge, on urinait dans une bouteille qu’on bouchait bien. On pendait la bouteille dans la chemin√©e. La sorci√®re ne pouvait plus uriner et devait venir se soumettre en promet¬≠tant de ne plus recommencer √† jeter des sorts.

 

EXORCISMES

La revue ¬ę Wallonia ¬Ľ (1) a publi√© une √©tude sur la Sorcellerie au Pays de Charleroi. Elle est due √† la plume du bon Wallon Arille Carlier. Il disait que dans notre r√©gion ¬ę on s’adresse surtout, pour l’exorcisme, aux r√©collets de Montignies-sur-Sambre. L’exorcisme se pra¬≠tique pour gu√©rir les gens, pour purger les maisons et surtout les √©ta-bles.

Nous avons mis la main sur des formules d’exorcisme, vieilles de plus de cent ans, qu’utilisait M. L… du Via. ¬Ľ

Je te conjure, tout esprit tr√®s immonde, tout fant√īme, toute inva¬≠sion de Satan, au nom de J√©sus-Christ de Nazareth qui apr√®s s’√™tre (…).

 

(1) N¬į de mars-avril 1908, p. 94.

 

in: Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

SORCELLERIE / SORTILEGES ET MALEFICES

 

Les anciens Montagnards croyaient aux sorcières. Jadis, on considé­rait les sages-femmes comme des sorcières. Mais cette croyance avait déjà disparu chez nous dans la seconde moitié du XIXe siècle.

La sorci√®re avait fait un pacte avec le diable, tout comme le s√īrc√ģ et cependant comme on l’a vu au premier chapitre du pr√©sent ouvrage, le cur√© faisait des sorciers √† leur insu, √† l’occasion du bapt√™me.

S√īrc√ģs √®t sorci√®res allaient au sabbat. Tous les vendredis, ils se r√©u¬≠nissaient pour danser au son du flageolet. Les sorci√®res s’y rendaient parfois √† cheval sur un balai, la cotte retrouss√©e sur la t√™te. Il y avait un grand sabbat la veille du Vendredi-Saint, de la St-Jean, de la No√ęl, de la Chandeleur et du 1er mai. Tous les sorciers et sorci√®res du pays assistaient au grand sabbat. Au sabbat du vendredi n’assistaient que les maudits de la r√©gion.

Pour autant qu’ils aient jamais exist√©, autrement que dans l’ima¬≠gination des vieux Montagnards, sorciers et sorci√®res de notre localit√© devaient s’assembler √† Gilly, au bois de Soleilmont dans le ravin de l’Er¬≠mitage (1). Le Jeudi-Saint et le jour des √Ęmes (2 novembre), c’est √† /’ t√®re al danse, au faubourg de Charleroi, pr√®s d’une maison d√©nomm√©e ¬ę La Tourette ¬Ľ qu’avait lieu la r√©union (2).

Les sorciers au cours des sabbats, non seulement se livraient √† la danse, mais ils y donnaient ¬ę le baiser au cul du bouc ¬Ľ.

En dehors de leurs pratiques impies, ils jetaient des sorts soit √† l’ai¬≠de du regard, soit par attouchement, soit encore par envo√Ľtement.

A propos de sortil√®ge, voici un r√©cit que fit M. Jules Lemoine, dans un num√©ro de 1′ ¬ę Education Populaire ¬Ľ :

 

(1)¬† D’apr√®s Jules Lemoine.

(2)¬† Dr A. Van Bastelaer. ‚ÄĒ Le Vieux Charleroi.

 

(p.261) ¬ę Le docteur X… de Gilly nous disait que dans la commune de Montigny-sur-Sambre vit un m√©nage d’ouvriers bouilleurs qui a une fille atteinte de consomption. Elle √©tait souvent employ√©e comme jour¬≠nali√®re chez une dame ais√©e du voisinage.

¬Ľ Cette personne tr√®s honorable fut soup√ßonn√©e par les parents qui, un beau jour, l’accus√®rent d’avoir jet√© un sort sur leur enfant et r√©solu¬≠rent d’user de repr√©sailles. Pour arriver √† leurs fins, ils invit√®rent la dame √† rendre visite √† leur fille malade, ce qui leur fut promis complai-samment. La dame vint, et, au cours de sa visite, fut forc√©e, selon la coutume, d’accepter une tasse de caf√©. Mais voil√† qu’en retournant chez elle, il lui prit des naus√©es violentes. La dame manda le docteur qui reconnut que sa cliente avait √©t√© victime d’un violent empoisonnement. Le m√©decin s’en fut √† son tour chez l’ouvrier qu’il accusa fermement en le mena√ßant de tout r√©v√©ler √† la police, si jamais il arrivait encore la moindre m√©saventure √† sa malade.

¬Ľ Le bouilleur entra dans une grande col√®re, jura les grands dieux que la dame √©tait une sorci√®re, qui avait jet√© un sort sur sa fille. Heu¬≠reusement que l’arsenic n’avait pu accomplir son Ňďuvre. ¬Ľ

Sortil√®ge et mal√©fice sont des mots de sens assez diff√©rents dans la langue fran√ßaise, l’un d√©signant un artifice de sorcier, l’autre un sortil√®ge malfaisant (1). La victime d’un sortil√®ge √®-st-ins√īrc√®l√® ou on lyi a djou-w√® in tour. Le sortil√®ge peut s’√©tendre aux animaux, aux vaches notam¬≠ment. Nos vieux avaient plus d’un tour dans leur sac pour faire √©chec aux sorci√®res. Quand une vache √©tait malade √† la suite d’un sort, vite le fermier prenait un peu de son lait et allait le d√©verser √† un carrefour de campagne. Cette action gu√©rissait l’animal.

Le carrefour jouait une grande importance dans la matière qui nous occupe.

¬ę Le drame qui se passe aux carrefours lors de la conjuration de la poule noire est rapport√© par tous les auteurs, mais avec des d√©tails divers et sous des formes tr√®s incompl√®tes.

¬Ľ La variante la plus compl√®te nous est donn√©e par diverses l√©gen¬≠des in√©dites et notamment par une de Ferri√®res dont on peut r√©sumer comme suit les indications:

¬Ľ On prend une poule noire qu’on porte la nuit √† un ¬ę crois√© che¬≠min ¬Ľ. L√†, on pose √† terre, on c√®ke di c√īre (un cercle de coudrier) c’est-√†-dire un jet ligneux tourn√© et li√© en cercle ; on se place au milieu du rond et √† minuit juste, en cet endroit, on √©gorge la poule dont on laisse couler le sang par terre. Alors, on place la poule sous le bras et l’on r√©¬≠p√®te ¬ę Argent de ma poule !… ¬Ľ Tout √† coup, appara√ģt un diable qui

 

(1) Les Sortil√®ges et Mal√©fices, par O. Colson. ‚ÄĒ Wallonia 1906, p. 39.

 

(p.262) demande le prix. On r√©pond ¬ę c’est tant ¬Ľ. Le premier diable n’ajoute rien et passe. Mais en voici d’autres qui d√©filent, qui vous taquinent, qui t√Ęchent de vous faire parler et qui passent. Puis enfin : rik √®t rik √®t rak ! (un grand bruit), c’est encore le diable qui a ¬ę le cul dans un plateau ¬Ľ (c’est-√†-dire qui est ou semble √™tre cul de jatte) ; il pose √©gale¬≠ment la question et accepte le prix. Alo√©s vous avez ce que vous deman¬≠dez, √† condition de signer avec lui (c’ √®st l’ ma√ģsse d√®s di√Ęles) un pacte pour sept ans ¬Ľ. (1).

La puissance mal√©fique des sorciers s’√©tendait √† de nombreux do¬≠maines : aux biens meubles et immeubles, aux actions de la vie quoti¬≠dienne dans le domaine du cŇďur et des sentiments aussi bien que dans celui du travail ou du commerce. Nous avons cont√© ailleurs le petit dra¬≠me d’ √®l mw√©je istr√®ne au renouvellement de l’an.

La sorci√®re √©tait toujours une femme vieille, mis√©reuse, estropi√©e ou tordue. On ne parle jamais d’une jeune sorci√®re mais toujours d’ √®ne v√ģye sorci√®re. Certaines personnes avaient r√©putation d’√™tre sorci√®re, nous pourrions citer des noms de personnes dont les enfants vivent encore, c’est la raison d’ailleurs pour laquelle nous nous en abstenons. Mais, combien de personnes ont √©t√© accus√©es sottement, uniquement parce qu’elles avaient √©t√© surprises plusieurs fois, le soir, √† rechercher un fils ou un petit-fils qui aimait trop les plaisirs du cabaret ou tout simple¬≠ment parce qu’elles avaient la f√Ęcheuse manie de toucher leur interlocu¬≠teur en lui parlant. Le geste est un des moyens principaux dont dispo¬≠sent les sorciers et sorci√®res pour manifester leur pouvoir d√©moniaque. C’est pourquoi on ne voulait pas qu’un jeune enfant f√Ľt embrass√© ou simplement touch√© par une vieille, derri√®re qui pouvait √™tre une ser¬≠vante du diable.

 

UNE HISTOIRE DE SORCIERE

 

Il s’agit d’une jeune orpheline du hameau de la Neuville. Elle pou¬≠vait avoir treize ou quatorze ans √† l’√©poque, vers 1900.

Elle avait d√©cid√© de participer √† la neuvaine des neuf mardis, qui avait lieu √† l’√©glise des R√©collets.

Les participantes à cette neuvaine devaient se confesser et com­munier chaque semaine ou pour le moins au début et à la fin de la neuvaine.

La petite X…, un lundi, attendait son tour pr√®s du confessionnal. Tout √† coup, elle vit √† ses c√īt√©s la vieille Tw√®n√®te du Faubourg, qui avait la r√©putation d’√™tre une sorci√®re. Celle-ci s’avan√ßa sur la gamine

 

(1)   Wallonia,  1899, p. 87 à 90. O. C. 262

 

(p.263) et, tout en la caressant sur le bras et le c√īt√© en un mouvement circulaire rapide lui demanda :

‚ÄĒ¬† √ąyu dalez, m’ f√ģye?

Emue et ennuy√©e d’√™tre interpell√©e par la mendiante, la gamine lui r√©pondit :

‚ÄĒ¬† Ben, vos l’ w√®y√®z b√©n, has√Ęrd!

Tw√®n√®te se retira et continua √† mendier aupr√®s des fid√®les qui se trouvaient dans l’√©glise, tandis que Mlle X… allait confesser ses p√©ch√©s.

Le lendemain, c’√©tait l’ djo√Ľ d’ √®l buw√©ye chez elle. Sa maman lui conseilla de se rendre t√īt √† la messe pour venir l’aider d√®s que possible. La gamine se rendit √† l’√©glise des R√©collets pour l’office de sept heures.

Au moment de communier, elle s’avan√ßa et s’agenouilla au banc de communion. Aussit√īt, son corps fut pris de mouvements, elle avait l’impression de danser, en m√™me temps qu’une chaleur lui montait √† la t√™te. Incapable de rester plus longtemps agenouill√©e, elle revint √† sa place dans le lieu saint.

Elle attendit la messe suivante et fit un nouvel essai infructueux. Une troisi√®me fois, √† la messe suivante, elle tenta d’aborder le banc de communion; sa tentative demeura vaine. Et toujours, elle ressentait les m√™mes sensations d√©sagr√©ables et elle se remettait √† danser.

Lass√©e autant qu’apeur√©e, elle r√©solut de rentrer chez elle pour conter son aventure √† sa maman. Elle rencontra celle-ci sur sa route. Inqui√®te de ne point la voir revenir, la maman √©tait partie avec le dessein de se rendre √† l’√©glise pour s’enqu√©rir des raisons de l’inexplicable retard de la gamine. Quand elle la vit, elle lui demanda :

‚ÄĒ¬† √ą b√©n! qw√®-ce qu’ √®-st-ariv√® qui vos rintr√®z si taurd?

La petite se mit à pleurer et raconta, avec des sanglots dans la voix, ce qui lui était arrivé.

‚ÄĒ¬† √ā! mins, √ßa n’ si passera n√©n insi, dit la m√®re. V√®nez avou mi auz√®s R√©col√®t’s!

Elles p√©n√©tr√®rent dans l’√©glise et la maman ne tarda pas √† rencon¬≠trer le P√®re sup√©rieur, qui ne fut pas peu surpris d’√™tre apostroph√© :

‚ÄĒ¬† √ąm’ f√ģye n’ v√©nra pu dins vo-n-√®gl√ģje, mon p√©re, si vos l√®y√®z co v’nu d√®s sorci√®res!

Le père récollet essaya de calmer la femme; il lui dit :

‚ÄĒ¬† Madame, il ne faut pas croire aux sorci√®res.¬† Elles n’existent pas. Ce qu’il y a, ce sont de mauvais esprits. Nous allons mettre de l’ordre dans tout √ßa. Est-ce que votre fille a mang√©?

– Non, mon p√©re, √®lle √®st r’v√®nuwe av√® mi, √®le n’ a nin ie√Ľ l’ timps di r√©n prinde.

(p.264) ‚ÄĒ¬† Dans ces conditions, dit le pr√™tre, elle va communier.

La gamine fut conduite par deux p√®res au banc de communion. Elle avait toujours des craintes, cependant l’un des p√®res lui tenait le bras. Elle remarqua qu’il √©tait nerveux et p√Ęle. Au banc de communion, il se mit √† trembler et √† ¬ę danser ¬Ľ, comme elle le faisait le matin ; quant √† l’autre pr√™tre, il suait √† grosses gouttes. Quand elle eut com¬≠muni√©, chacun retrouva le calme, la qui√©tude.

Le lendemain, un père se présenta à la maison et dit à la maman :

‚ÄĒ¬† Je suis venu reb√©nir votre maison.

Depuis lors, plus rien ne se passa. C’est √† partir de ce moment qu’il fut interdit de se livrer √† la mendicit√© √† l’int√©rieur de l’√©glise des R√©collets.

La sorci√®re peut exercer ses mal√©dictions rien que par le regard ou par une parole ou en se servant de l’interm√©diaire d’un objet.

Voici deux petites histoires qui illustrent cette affirmation.

Marie X… avait la r√©putation d’√™tre une sorci√®re. Dans le haut de La Neuville, tout le monde s’en m√©fiait. Cette femme, pr√©tendu¬≠ment sorci√®re, lavait sans doute pour les gens puisqu’un jour elle de¬≠manda une cuvelle de savon noir √† un √©picier du quartier.

La femme de l’√©picier se plaignait depuis longtemps de douleur dans l’abdomen, douleur qui apparaissait par intermitence. Il n’en fallait pas plus pour qu’on l’attribu√Ęt √† une sorci√®re. Mais qui pouvait bien √™tre cette derni√®re? Marie? Rien jusqu’ici n’avait permis d’√©tayer la supposition. L’√©pisode de la livraison de la cuvelle de savon allait per¬≠mettre de r√©pondre √† la question.

Une fois la cuvelle dans la maison de la sorci√®re, un probl√®me se posait : celui de sa mise en place. L’√©pici√®re et une femme √† journ√©e, nomm√©e Pauline, avaient apport√© le lourd colis. Marie dit : “I l’ ¬†faureut m√®te dins l’ cwin.” Pauline s’avan√ßa pour d√©placer la cuvelle, mais Marie l’arr√™ta d’un geste et dit sentencieusement :

‚ÄĒ¬† Non! n√©n vous, c’ √®st B√Ębe!

B√Ębe, c’√©tait l’√©pici√®re; elle sentit un frisson lui courir sur tout l’√©piderme; mais, n√©anmoins, elle fit un gros effort et la cuvelle fut plac√©e √† l’endroit demand√©. L’effort lui occasionna une grande douleur.

‚ÄĒ¬† Dji seu tch√īk√ģye, pensa-t-elle.

En effet, la douleur alla augmentant, une boule apparut sur son ventre. On courut chercher le m√©decin. La malade n’arr√™tait pas de geindre et d’accuser :

‚ÄĒ¬†¬†¬† C’ √®st Mar√ģye! C’ √®st √ß’ maudite sorci√®re-l√† qui m’ a fa√ģt √ßa !

(p.265) ¬†L’homme de l’art eut vite d√©couvert la cause de la douleur et de l’enflement : c’√©tait tout bonnement une hernie! Mais, toute sa vie, Barbe crut qu’elle avait √©t√© la victime d’un sort.

Les choses qu’on donne pour √™tre mang√©es peuvent d√©terminer les pires catastrophes. Aussi avait-on soin de bien recommander aux en¬≠fants de n’accepter aucun bonbon ou g√Ęteau de personnes qu’ils ne connaissaient pas. Les objets, en apparence les plus inoffensifs, pou¬≠vaient servir √† la transmission des malheurs con√ßus par la sorci√®re. Aussi, quand on en connaissait une, on se gardait bien de prendre en main n’importe quel objet qui avait √©t√© touch√© par elle.

A La Neuville encore, au si√®cle dernier, il y avait une vieille qui √©tait consid√©r√©e comme une sorci√®re. Un jour, elle vint frapper avec sa canne contre la porte du magasin M… La jeune fille de la maison, qui la connaissait, alla vers elle, avec r√©pugnance, pour la servir.

La vieille, qu’on appelait Bone, lui dit :

‚ÄĒ M’n-√®fant, dji v√īreu ‘ne pi√®ce di cordia come √®√ß’ti-ci.

Elle fit le geste de tendre le bout de cordon pour que la jeune demoiselle le pr√ģt. Mais elle n’eut garde, elle craignait trop la sorci√®re. Elle alla prendre une pi√®ce de cordon dans le rayon et l’apporta √† la vieille Bone.

‚ÄĒ¬† V‚Äôl√† vo c√īrdia: w√©z, Bone.

‚ÄĒ¬† Non, dji n√® l’ vou n√©n, √ß’ n’ √®st n√©n l’ min.me. P√®rdez √ß’ bouk√®t-ci pou-z-aw√® l’ par√®ye.

‚ÄĒ¬† Mins, Bone, dji vos asse√Ľre qui l’ cin qui dj’ vos done √®st l’ min.me.

La vieille faisait des signes négatifs de la tête.

‚ÄĒ¬† Non.na, vos di-dje, p√®rdez m’ bouk√®t, an-no!

Et comme elle se faisait plus insistante, la demoiselle refusa tout net. Alors, la vieille de dire :

‚ÄĒ¬† B√©n d’ ab√īrd, dji n’ √© n√©n dandj√ģ d’ vo c√īrdia.

Elle partit au grand soulagement de la jeune fille et, plus jamais, on ne la revit au magasin. Mlle M… fut persuad√©e qu’elle avait √©chapp√© √† un mauvais sort.

Pour √©viter ce dernier, il ne faut pas ramasser d’objet sur le chemin, particuli√®rement les √©pingles √† cheveux, parce que les cheveux sont le v√©hicule de pr√©dilection dans la poursuite d’un but mal√©fique. Mais, si on ramasse quand m√™me l’objet, il faut avoir soin de cracher dessus ou de le signer.

Pour pr√©server ses livres ou pour √©viter qu’on ne les prenne, on y inscrivait des formules. En voici une que nous reproduisons, qui fut (p.266) √©crite, en 1870, par M. Olivier Lef√®vre, sur un livre que son grand-p√®re acquis en 1838 :

¬ę Ce dictionnaire appartient √† moi, Comme la ville de Paris appartient au roi. Celui qui le retrouvera et qui ne le rend pas, Le diable l’emportera Dans sa hotte

Et lui fera manger des carottes A deux sous la botte. ¬Ľ

La sorci√®re prend parfois la forme d’animaux. Jules Lemoine a racont√© (1) qu’ ¬ę une femme t√Ęchait d’atteindre un lapin qui rongeait les choux de son jardin. Apr√®s beaucoup d’efforts, elle parvint √† l’at¬≠traper, le mit dans son tablier et fut toute surprise de n’y plus voir que du crottin de cheval. ¬Ľ

L’animal mal√©fique avait subi une prompte et compl√®te transfor¬≠mation. Il arrive qu’il parle comme un √™tre humain.

La m√®re d’un des auteurs, Maria Reconnu, nous raconta qu’elle tenait de sa grand-m√®re, qu’un jour, dans les campagnes de l’Epine, un homme, dont elle citait le nom mais que nous avons malheureuse¬≠ment oubli√©, trouva un corbeau fam√©lique, tout crott√© de boue et mouill√©, √† la suite de pluies diluviennes tomb√©es ces jours-l√†. Il regarda le malheureux oiseau, plus qu’√† demi mort, et, tout haut, i dit :

‚ÄĒ B√©n, m’ fis, t√® v’l√† mau arindj√ģ, (…), tu vas moru.

Alors, √©tonn√© d’abord parce que l’oiseau se remuait, puis effray√©, il entendit :

‚ÄĒ Cr√®ver, non fa√ģy, mins dji se√Ľ b√©n mal√Ęde! L’homme laissa tomber l’oiseau, s’enfuit en courant jusque chez lui. Il se mit au lit et, bient√īt, rendit l’√Ęme.

Parfois encore, ce sont des bruits provoqu√©s par la sorci√®re qui apportent le mauvais sort. Aux Trieux, un b√©b√© √©tait malade; les parents croyaient qu’il √®steut tch√īki par une vieille voisine qui avait la manie, en parlant, de pousser son interlocuteur ou de le tirer l√©g√®rement en pin√ßant une des parties du v√™tement. Chaque nuit, on venait toker √† l’ uch et jamais on ne d√©couvrait l’auteur du bruit. Cependant, peu de temps apr√®s, l’enfant tombait dans les convulsions. Ce man√®ge dura des jours; on prenait toutes les mesures pour surprendre celle qui frappait √† la porte, mais ce fut en vain. Le b√©b√© √©tait bien jusqu’au moment o√Ļ le bruit se faisait entendre. Un jour, que l’enfant √©tait au

 

(1) Wallonia 1901, p. 199.

 

(p.267) plus mal, on toqua, aussit√īt, les convulsions apparurent. Le p√®re se pr√©cipita √† la fen√™tre pour voir qui avait heurt√© l’huis; comme toujours, il ne vit personne. Il revint vers le lit du b√©b√©. A l’instant, le bruit se fit entendre √† nouveau et l’enfant mourut.

Le sortil√®ge a parfois des causes tr√®s myst√©rieuses, qui sont dues au pouvoir des sorciers, ainsi qu’√† la volont√© de personnes qui d√©sirent se venger d’un affront, d’une blessure profonde √† leur amour-propre, d’une action qui atteint leur honneur, ou qui d√©sirent conna√ģtre la r√©ponse √† la question qui les tracasse. Il y a trois quarts de si√®cle, dans tout le bassin de Charleroi, les gens croyaient aux noueurs d’aiguillette. Leur pratique relevait vraiment de la magie.

Voici plusieurs de ces pratiques, connues au si√®cle dernier. Pour s’assurer de la fid√©lit√© de son amoureux, la jeune fille prenait le cŇďur d’un mouton fra√ģchement tu√© et y piquait, √† l’heure de minuit, neuf √©pingles en forme de croix. Elle enfouissait le cŇďur dans la cave, Six mois apr√®s, elle allait le reprendre. S’il √©tait corrompu, elle √©tait trahie par son bien-aim√©; dans le cas contraire, elle pouvait √™tre heureuse car son amoureux lui √©tait fid√®le.

On parle encore de cette autre pratique. Une fille-m√®re d√©laiss√©e, pour se venger, se confesse et communie neuf vendredis de suite et emploie le tour de chandelle √† jeun. Le tour de chandelle consistait √† √©pingler, en spirale sur la chandelle, treize √©pingles ou trois fois sept √©pingles. Les trois nombres sont des nombres mal√©fiques. Au fur et √† mesure que les √©pingles tombent, la personne vis√©e √©tait sens√©e res¬≠sentir une vive souffrance et ne pouvait s’emp√™cher de penser √† celle qu’il avait abandonn√©e. Si l’infid√®le ne revenait pas, l’op√©ration se poursuivait et la malheureuse d√©laiss√©e avait le pouvoir de faire mourir √† son gr√© ou le galant infid√®le ou celle qu’il aimait et pour qui il avait trahi la foi jur√©e.

 

Sorcellerie et croyance populaire aux Ecaussinnes et à Henripont, in : MA, 12, 1976, p.222

 

Dans mes r√©miniscences de vieil Ecaussinnois surnagent encore des bribes de conversation qui frapp√®rent mes jeunes oreilles du c√īt√© de la rue de la Laiterie, √† Ecaussinnes-d’Enghien, entre 1913 et 1920.

Les adultes de l’√©poque avaient entendu les plus anciens parler des grimanc√ģs, sortes de fant√īmes tra√ģnant des cha√ģnes et l’on citait notamment les dires de Cl√©mence Prod√®yo√Ľ, fermi√®re du c√īt√© de la D√ģme, pouvant faire croire qu’elle aurait plus d’une fois exprim√© des craintes au sujet de leurs pers√©cutions nocturnes.

Dans les campagnes non encore pourvues d’√©clairage, les bruits de cha√ģnes dans les √©tables avaient jadis probablement donn√© naissance √† des cauchemars enfant√©s par l’obscurit√© silencieuse des nuits.

Le verbe insourc√®ler n’√©tait pas enti√®rement tomb√© en d√©su√©tude. La chronique locale, riche en sobriquets, a d’ailleurs retenu aussi un Adriyin dou loup-garou.

D’autre part, la d√©nomination cadastrale ¬ę Trieu aux diables ¬Ľ d√©signe l’emplacement d’un champ situ√© le long du chemin des Sept Douleurs, √† Ecaussinnes-d’Enghien. Y aurait-on vu autrefois un des lieux de rendez-vous des diables’ et des sorci√®res ?

Ma grand’tante Ad√®le H√©lin, n√©e en 1843, avait habit√© un hameau du Castia, dans une des maisonnettes autrefois attenantes √† l’ancien ch√Ęteau d’Henripont. C’est elle qui nous racontait volontiers des fauves assaisonn√©es de choses myst√©rieuses, tout en √©voquant Bine Blanc Bos et ses autres ancien¬≠nes connaissances.

Apr√®s s’√™tre fait longtemps pri√©, elle paraissait se concentrer tr√®s s√©rieusement, le regard lointain, soit pour ne pas se tromper, soit pour m√©¬≠nager tout son effet ; puis, elle r√©p√©tait ce que lui avait racont√©, disait-elle, son fr√®re Albert [√®m fr√©re B√©rt), personnage purement hypoth√©tique, lequel avait courtis√© une jeune fille qu’il soup√ßonnait d’avoir des accointances avec les d√©mons.

Un soir qu’il s’√©tait assoupi, appuy√© sur la baguette du po√™le, il fit semblant de dormir profond√©ment et il entendit la jeune fille et sa m√®re murmurer des paroles √©tranges. Puis, il les vit s’enduire copieusement jambes et cuisses d’une certaine graisse, avant de sortir sirrle courtil o√Ļ elles dirent tout haut : Au dze√Ľr d√®s-√Ęyes y√®t des b√Ľchons ! Aussit√īt apr√®s ces paroles magiques, il les vit s’√©lancer √† califourchon sur un pourceau. La consigne √©tait formelle : la jeune apprentie-sorci√®re ne pouvait, en cours de route, prononcer aucune autre parole avant d’arriver au sabbat. Mais apr√®s avoir franchi plusieurs ruisseaux, il fallut sauter une rivi√®re et elle ne put s’em¬≠p√™cher de s’exclamer : Qu√© saut pou in pourchau . Ce qui devait arriver arriva : d√©sar√ßonn√©e, l’infortun√©e sorci√®re tomba dans un buisson d’√©pines. Et apr√®s ?

C’est √† ce moment que ma grand’tante quittait brusquement son air s√©rieux pour conclure avec un plaisir malicieux :

‚ÄĒ Em fr√®re B√©rt ? li-a acat√© d√®s sol√©s d’ gris pap√ģ √®y il √®st r’v√®nu su l’ que√Ľye d√® s’ tch√ģ.

Car c’est toujours ainsi que ses fauves se terminaient.

 

Macrales √† Djil√ģ (Sorci√®res √† Gilly)

(in: RogerDarquenne, Images de Chapelle-lez-Herlaimont, Ecomusée régional du Centre, 1994)

dès macrales à Som'zéye (des sorcières à Somzée)

(in: Le Guetteur Wallon, 18, 1924, p.235-236)

li macraler√ģye dins l' r√©jion do Cente / la sorcellerie dans la r√©gion du Centre

(in: El Mouchon d’ Aunia, 1965)