250 VIP wallophones / 250 VIP walofones

Le wallon, langue de tous les milieux

 

Trop souvent, on a tendance à croire que la langue wallonne a appartenu exclusivement à la classe dite populaire, notamment celle des ouvriers, des cultivateurs, des petits commerçants. Or, il n’ en est rien Dans tous les milieux, des personnalités diverses n’ont cessé de marquer et marquent encore leur attachement au wallon.

Ils ont fait partie du :

1 monde scientifique et médical

2 monde juridique et diplomatique

3 monde universitaire et enseignant

4 monde militaire

5 monde religieux

6 monde politique

7 monde artistique

 

Conclusion

Plus que jamais, sur le plan économique et social, une synergie d’ efforts est indispensable en vue de donner un sens à la vie des Belges wallons.

1600s - Louis de Geer, bankier èt invèsticheû industriyél en Suwêde

(banquier et investisseurs industriel en Suède)

1600s - Rennequin Sualem

in: Jo Gérard, Grands Wallons, LB

“Il n’est aucun (Liégeois à qui cette anecdote ne rappelle un mot analogue attribué à un autre wallon célèbre, Rennequin Sualem , qui créa la fameuse machine hydraulique de Marly Louis XIV, à la vue de cette invention, demanda à l’ ouvrier comment il avait pu imaginer une telle merveille Le artisan ne trouva à répondre que ce mot:'”Tot tûsant.”

Chevalier Lambert de Ryckman (1664-1731) – licencié ès lois, membre du Conseil ordinaire de la Principauté de Liège – auteur wallon

1700s - abé Louis Hennepin (Ât' / Ath), discouvieû do Mississipi (picârdofone)

1700s – Lambert de Hollogne, notaîre à Lîdje (Liège)

1700s – abé Grisard (Nameur / Namur)

1700s – Simon de Harlez (1716-1781) (Lîdje / Liège -Deûlin /Deulin (tchèstia / château): sègneûr di Fronvèye, …, tchènon.ne trèfoncî dè l’ catèdrâle di Lîdje, consèyer do prince-èvèke (seigneur de Fronville, … chanoine tréfoncier de la cathédrale de Liège, conseiller du prince-évêque).

1700s – Marian de Saint-Antoine (1726-1801): profèsseûr di tèyolojîye èt d’ filosofîye (professeur de théologie et de  philosophie) (Lîdje / Liège)

1700s - Charles-Joseph, Prince di Ligne (picârdofone)

Jo Gérard, Le Prince de Ligne, grand belge et gai wallon

1700s - Dom Spirlet

1741 - André Grétry (Lîdje (Liège))

Lîdje (Liège) – Place Grétry

1759

Jacques-Joseph Velez (1759-1822) jurisconsulte et avocat (Lîdje / Liège)

 

1774 - Charles-Nicolas Simonon (grand bourgeois lettré / rentier) (Lîdje / Liège)

1778

le chevalier Simon de Harlez, chanoine de Liège, mort en 1778, auteur du ‘Voyèdje di Tchautontin.ne’ et des ‘Hipocondes’.

 

1787

Louis Brixhe (1787-1876) (Spa)

Général major

 

1793

Me Augustin-François Villers , auteur en 1793 du Dictionnaire wallon-français pour la région de Malmédy,

 

1799

Chevalier Charles Duvivier de Streel (1799-1863)

 

1800

Mgr Pottier (-début 20e siècle)

 

1805

Joseph Lamaye (1805-1884) – libéral

Avocat, conseiller à la Cour d’appel de Liège et président du conseil provincial

 

1810

Théophile Fuss (1810-1877) avocat (Lî)

 

1812

Charles Grandgagnage, sénateur(1812-1878), lexicographe, philologue,

 

1817

François Bailleux (1817-1866) (Lî)

Avocat, membre du Conseil provincial, secrétaire de l’Union libérale

 

1782-1876 Marie-Thérèse Hazé, walofone (wallophone)

1794 - Charlier "Jambe de Bois" (hérôs d' 1830 / héros de 1830 )

(1830 – dins l’ pârk di Brussèle / dans le parc de Bruxelles)

(Charlier, in: Wallonia, 1912)

1817 - Dr Augustin Vermer (Biarin / Beauraing) - grand walofone / grand wallophone (scrîjeû / écrivain)

in : La Vie W., TIV, 1923-1924, p.213-219

 

Le médecin Augustin Vermer, né à Beauraing en 1817, a publié en 1881, chez Casterman à Tournai, un recueil de ses poésies françaises et wallonnes ; après sa mort, une réédition augmentée a paru en 1905 à Namur.

Chansonnier, conteur et fabuliste, sati­riste point méchant et d’une saine gaieté communicative, il met partout en pratique sa devise : « Rire et se corriger, ce sont deux bonnes choses ». Ses vers français ne dépassent pas une honnête médiocrité. Il cultiva surtout la fable française, où il se fait l’émule de Rouveroy et du baron de Stassart. Nous trouvons plus de saveur clans ses contes populaires et ses fables en dialecte de la Basse Famenne, où circule le vieil esprit gaulois des fabliaux du moyen âge. Il est regrettable qu’il n’ait pas consacré toute son activité littéraire à faire revivre dans le langage du terroir les types et les scènes qu’il avait sous les yeux et qu’il savait observer avec tant d’humour.

 

J. H.

 

LI COK D’ AWIS’ ÈT L’ FRAMOUJE (1)

 

On coq d’ awis’ qu’ avèt tchantè

Tot l’ timps d’ l’èsté,

Si trouva dins l’ misére

Quand l’ nîve a r’couvièt l’ tére.

I va d’mandè one charité

A s’ vèjène li framouje, qu’avèt brâmint aurdè  (2).

« Dji vos payeré,  dist-èle,

Quand dj’ f’ré mèchon novèle.

Por on bwistia vos ‘nn’ auroz deûs (3) :

Dji v’s-è djure mès grands dieûs ! »

Mais li framouje n’èst nin di d’néye ( ):

Chacun s’-t-idéye,

C’ è-st-opinion come ça.

« Qui fyîz, dist-èle, quand i lûjèt l’ solia?

— Bin, dji tchantè tote li djournéye

Po-z-amûsè lès djins.

— Â! vos tchantîz? C’ è-st-on bia passemint d’ timps.

È bin, dansoz asteûre! A r’vèy, pwartoz vos bin ! »

Ni fians nin come li cok d’ awis’.

Travayans à l’ èsté, n’ bwèvans nin l’ bènèfice ;

Èt qu’ i vègne à l’ ivièr do l’ djaléye ou do r’lin,

Nos n’ s’rans jamés sins pwin  (6).

 

 

LI MAURLÎ ÈT L’ COUCHÈT (1)

 

Dins l’ bon vî timps passé,

À l’ campagne, on s’ tripèt  (2).

Ça vut dîre qu’ inte parints, vèjins èt camarâdes,

On s’ voyèt one côtelète, one tripe, one carbonâde,

 

(1) Le criquet et la fourmi. — (2) A sa voisine la fourmi, qui avajt fait beaucoup de provisions (litt. « bravement gardé »). — (3) bwistia, boisseau, ancien français boistel. — (4) Calembour « géo­graphique » : dans la province de Namur, on dit d’un avare qu’il n’est pas de Denée (commune du canton de Fosse-la-ville), par jeu de mots avec d(i)ner donner. — (5) Qu’il vienne en hiver de la gelée ou du dégel, nous ne serons jamais sans pain. – (6) Le marguillier ( = chantre, aussi appelé madjustér « magister ») et le cochon. — (2) On se « tripait »: on s’envoyait mutuellement des tripes. De là le proverbe : qui m’ tripe, djè l’ ritripe, je rends la pareille).

 

(p.215) Quand on tuwèt s’ couchèt,

Li vèjène l’ apwartèt

Dissus one bèle assiète

Didins one blanke sêrviète,

En fiant dès complumints

Dès-amis, dès vèjins (3).

Ci n’astèt nin one mwéje métôde,

Ca, tote l’anéye, di part ou d’ ôte

Do l’ viyande frèche vos-arivèt :

Jamês on n’ è mankèt.

Asteûre, c’ èst come à l’ vile :

On s’  règale en famile

Èt gn-a pus wêre di djins

Qui s’ tripèche come dins l’ timps.

 

Po-z-è v’nu a m’ histwâre,

I gn-avèt on curé

Qui v’lèt tuwè s’ couchèt ;

Maîs, en r’passant didins s’ mémwâre

Totes lès djins què l’ avint tripè,  

I s’ dit : « S’ i faut qui dj’ rinde à tortos on bokèt,

Mi pauve crachau î va passè! »  (4)

Là-d’ssus, i va contè s’-t-afére

Èt s’t-embaras au madjustér,

Citi-ci lî dit : « Bin, mossieû l’ curé,

Faut dîre qu’ on v’ l’ a volé.

Nos l’ tuwerans à catchète  (5)

Èt, ni tripe, ni tripète,

Is n’ auront rin! Èt v’là li seûl mwèyin

Di v’s-è tirè avu vos parwèssyins.

—    È bin, wête bin ! ti n’ ès nin co si bièsse  (6),

Lî dit l’ curè ; nos l’ tuwerans po fè l’ fièsse ;

Ti n’ as qu’a v’nu maurdi. »

Maîs l’ madjustér, sins tant ratinde,

Li londi l’ a stî prinde :

I l’ a tuwè èt discôpè por li (1).

Li maurdi, li curè, vèyant qui l’ ran èst wîde,

 

(pareille. — (3) Vèjin, vèjène, voisin, voisine ; mwés, mwéje, mauvais, mauvaise. — (4) S’il faut que je rende à tous un morceau, mon pauvre porc engraissé va y passer! — (5) Nous le tuerons en cachette. — (6) Eh! bien, tiens! tu n’es pas encore si bête, — (7) II l’a tué et découpé pour lui. Le mardi, le curé, voyant que le ran (l’étable du porc) est vide, chez le marguillier accourt tout de suite : « Sais-tu bien, dit-il,…)

 

(p.216) Mon l’madjustér acoûrt tot d’ swite :

« Sés-se bin,  dist-i,  qu’ on  m’ a volé  m’ pourcia?

—    C’ èst ça, mossieû l’ curè! dijoz todi come ça!

Ni v’ discôpoz jamés èt voste afére èst clére (8).

— Â ! maîs! c’ èst nin po rîre, sés-se, madjustér?

—  C’ èst ça, dit l’ madjustér, tinoz todi l’min.me ton.

Lès djins sont loûrds : is vos crwêront. » (9)

 

((8) Dites toujours ainsi, ne vous coupez jamais et votre affaire est claire. — (9) Ils vous croiront.)

 

LÈS MISÉRES DO MÉDECIN (1855)

 

Air : Contentons-nous d’une simple bouteille.

 

1

Quand dj’ é sôrti do l’ sicole di m’ viladje,

On m’ avèt dit : « Wêtoz d’ vos fè médecin  (1) :

Dins tot l’ canton, vos-auroz di l’ ovradje ;

Vs-îroz à tch’vau, v’ gangneroz brâmint d’ l’ ârdjint. » (sic) (plutôt : caurs)

Dji studia don, pus dj’ ala à Baviére

Sîre li clinike èt-z-aprinde à singnî (2).

Mès chérs-amis,  qués puwantès miséres!

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèstî ! (3)

 

2

On côp médecin, dji rarive à l’ Faumène  (”):

C ‘è-st-on payis u-ce qui lès djins sont bons ;

Mais, po vré dîre, nos-astans près d’ l’ Ârdène :

Brâmint dès pîres èt wére di patacons (12).

I faut qui dj’ gripe lès chavéyes èt lès tiènes (13)

Po li rwè d’ Prusse ou sins-èsse fwârt payîi.

Fè do l’ médecine u-ce qui lès housses sont tènes (7),

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèsti!

 

((1) Quand je sortis de l’école de mon village, on m’avait dit : « Tâchez de vous faire médecin ». — Vous gagnerez beaucoup d’ar­gent ». J’étudiai donc, puis j’allai à l’hôpital de Bavière (à Liège) suivre la clinique et apprendre à saigner. — (3) Le diable envole (= emporte) un tel métier de chien ! — (4) Une fois médecin, je rentre dans la Famenne : c’est un pays où les habitants sont bons. — (5) Beaucoup de pierres et guère d’écus. — (6) gripè, gravir ; chavéye, chemin creux ; tiène (liég. tiér), côte, montagne. — (7) Où les bourses sont « minces », peu garnies.)

 

(p.217) 3

Quand gn-a on-ome qu’ èst mwârt di s’ maladîye,

On dit tot coûrt qui c’ èst mi qu’ l’ a tuwè ;

Maîs, au contraîre, si djè lî chape li vîye,

On dit qui s’-t-eûre n’ avèt nin co sonè (8).

Quand i strind fwârt (9), on m’ fét bin dès carèsses,

Come timps d’ l’ oradje aus sints do paradis ;

Maîs, bin pwartant, on rovîye (10) sès promèsses ;

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèstî!

 

4

Quand, tot d’lani, dji rarive à l’ vèspréye,

Qui dj’ é sopè èt qui vo-me-là coûtchî,

Dji m’ rafîye bin do fè l’ crausse matinéye ;

Maîs v’là qu’ à l’ uch, on toke à tot spiyî (11) :

« Mossieû l’ médecin, faurè v’nu à Fèlène! (l2)

Gn-a m’ pére qui stron.ne ; i vos faut dispêtchî! »

En chôpiant m’ tièsse, dji di co cint morguènes!   (13)

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèstîi!

 

5

Dji m’ apontîye èt nos-enfilans l’ vôye

Pa lès wachis’, lès basses èt lès cayôs ;

I tchét do l’ plouve, i fét spès, dji m’ anôye ;

Di timps-in timps, dji sokîye su mi tch’vau (14);

Maîs tot d’ on côp volà qu’ i tchét su s’tièsse ;

Dji vole à l’ tére èt dj’ su tot mèsbridjî (15).

Dji m’ ragrabouye (16) èt dji r’monte dissus m’ bièsse :

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèstî!

 

((8) Si je lui sauve la vie, on dit que son heure n’avait pas encore sonné. — (9) Quand la situation est cri­tique. — (10) On oublie. — (11) Quand, tout exténué, je rentre au soir, que j’ai soupe et que me voilà couché, je me réjouis de faire la grasse matinée ; mais voilà qu’à la porte on frappe à tout briser. — (12) Il faudrait venir à Felenne (à 13 kms de Beauraing).  — (13) « Il y a mon père qui étrangle ; il faut vous dépêcher! »  En me grattant la tête, je dis (encore) cent fois mordienne ! — (14) Je m’ap­prête et nous enfilons la route par les bourbiers, les mares et les cail­loux ; il tombe de la pluie, il fait obscur, je m’ennuie ; de temps eu temps, je m’assoupis sur mon cheval. —  (15)  Je suis tout rompu. — (16) Je me relève péniblement.)

 

(p.218) 6

Nos-arivans à l’ maujon do malade ;

Dj’ lî tire l’ oucha qu’ il avèt o gosî (17);

Pus djè lî dit : « Dji vôrè, camarâde,

Jusqu’au matin ‘nn’ alè on pô coûtchi. »

Vo-me-là stindu (18) bin contint su l’ payasse ;

Maîs pa lès puces, dji m’ sin bintôt k’mougnî (19)

Dji m’ kitape come on pèchon qui fricasse :

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèstî!

 

7

On côp do l’ chîje (20), en rivvenant d’ on voyadje,

Dji m’ dispêtchè d’ rarivè à l’ maujon ;

Maîs, come on fét li fraude à nosse viladje,

On douwanier dwarmèt drî on bouchon (21).

Tot-asbleuwi en sortant di s’ somèy,

Avu s’ fisik, il adâre après mi ;

I tire on côp, li bale chîle à mi-orèye…  (22).

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèstî!

 

8

On côp, mi tch’vau, qui courèt on pô vite

Avèt tchèyu, dj’ m’avè dismètu l’ brès  (23).

Lès bravès djins m’ vinint fè one visite ;

Ça fét do bin quand on v’ vint consolè:

« Cite afére-ci, d’jèt-on, s’rè profitâbe

Aus-ôtes malades qui v’s-auroz à sognî :

Ça vos rindrè pus doûs, pus charitâbe !… »

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèsti!

 

9

Dj’ é d’ tot costè one fameûse concurence :

Gn-a dès sôrcis, gn-a co dès charlatans.

Po bin dès maus, on-z-a min.me confiyance,

A quéke madame qu’ a dès fwârt bons-onguents.

 

((17) L’os qu’il avait dans le gosier.) puis je lui dis : « Je voudrais… —

(18) Me voilà étendu. — (19) Tout mangé, mordillé. — (20) Un soir. — (21) Dormait derrière tin buisson. — (22) Tout ébloui en s’éveillant, avec son fusil il s’élance vers moi ; il tire, la balle siffle à mon oreille. — (23) Une fois mon cheval… était tombé, je m’étais démis le bras.)

 

(p.219)

Pus, lès curés si mèlèt do l’ médecine:

Li cia d’ Focant n’s-a bin fét aradjî. (24)

Èt, cor on pô, n’s-aurins criyî famine…

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèstî !

 

10

Si, par hasârd, dji fé one rinchinchète (25)

Ét qui dj’ invite quék’onks di mès-amis,

À pwin.ne avans-dje disployî nosse sêrviète

Qu’ onk ou l’ ôte vint po m’ vinu qwèri.

Dji m’ diburtine (26), dji fé one fwârt laîde trogne ;

Mais l’ afére prèsse, i faut quitè l’ plaîji…

Èt, d’ssus ç’ timps-là, on va bwâre mi bourgogne!…

Li diâle èvole on parèy tchin d’ mèstî !

 

((24) Celui de Focant (à 6 kilo­mètres de Beauraiug) nous a bien fait rager. (Ce curé fut condamné en 1850 par le tribunal de Dinant, pour exercice illégal de l’art de guérir; on peut voir, dans l’édition de 1885, p. 12, la chanson intitulée Le Charlatan, qu’on a supprimée dans l’édition de 1905). — (25) Ré­jouissance. — (26) Je maugrée.)

 

1819 - abé Jacques-Joseph Lesuisse / abbé J.-J. Lesuisse

(in: CW, 1, 1982, p.8-13)

1819

Adolphe Picard (1819-1879) avocat (Lîdje / Liège)

 

1822

Alphonse Le Roy (1822-1896) (professeur d’université) (Lîdje / Liège)

 

1825 - Nestor Martin, industriyél (industriel) (Sint-Hubêrt / Saint-Hubert)

1826-1901 Zénobe Gramme, walofone (wallophone)

(Pont d’ Frågnêye, Lîdje – Pont de Fragnée, Liège)

in : Jo Gérard, Grands Wallons, III Monsieur dynamo, LB, s.d.

“Lorsque sa femme le interrompait dans ses réflexions, il suffit qu’il fît un geste: “Dji tûse, Hortense .”

1836- Edouard Remouchamps (industriyél di Lîdje / industriel de Liège)

1854-1915 abé (/ abbé) Louis Courtois, scrîjeû, lècsicografe (écrivain, lexicographe) (Brabant)

1856-1939 Henri Simon (Lîdje / Lincé - Liège / Lincé), grand powête (grand poète)