CALENDRIYER

CALENDRIER

RODOLPHE DE WARSAGE

Li calendriyer pôpulaîre walon Le calendrier populaire wallon (Rodolphe de Warsage, avocat)

                                                             1920

PLAN

1 Calendrier de l’année (fêtes, saint.e.s)

2 Analyse

1 Calendrier de l’année (fêtes, saint.e.s)

Type de calendrier populaire wallon établi pour l’an 1918

 

DJANVÎR

 

 

1

prumî d’  l’an 

djoû dès fås visèdjes.

2

Vènèråbe Albèron

ou Adalbèron èvèke di Lîdje

3

sinte Djènevîre

sinte Bèrtilîye

sinte Eûtropîye

ou Fîve-lène

4

sint Osbald

mône di Sint-Houbêrt

5

sinte Mèlîye

 

6

lès Rwès 

sints Mèn’cheûr, Djåspar, Baltazår ; djoû dè l’ trème

7

londi pardjuré,

st Lucyin

pièrdou ou d’lèyî ; neûr londi, rwè bronzé,

8

sinte Gote

sint Lîbêrt di Hu

 

9

st Djulin d’ Èspagne

 

10

st På l’ èrmite

 

11

ste Ortense

 

12

ste Mèlanèye

novèle leune

13

ste Vèrone

st Hilêre

st Ildèmår di Tournè

 

14

Vènèråbe Îvète di Hu

 

15

st Mwért

st Mwért di Hayot

 

16

st Marseû

 

17

st Antône ås pourcês

 

18

tchèyîre di sint Pîre

 

19

st Sulpice ou Suplice

èvèke di Lîdje

20

st Séba (Bastin ou Bastiane)

deûre leune

21

ste Nanèsse

 

22

st Vincint

 

23

sinte Mèrance

 

24

st Timotêye

 

25

convèrsion d’ sint På

 

26

st Popo, mône di Stâveleû

st Gobêrt di Fosse

 

27

st Dj’han Crusostôme

plinte leune

28

st Tchårlèmagne

impèreûr di Lîdje

29

st Françwès d’ Sale

 

30

ste Aldigône dè Borinèdje

 

31

st Véron d’ Mont (Mons)

 

 

 

FÈVRÎR

 

li p’tit meûs, li coûrt meûs

1

st Eûbêrt

èvèke di Tournè

2

li Tchandeleûr

fièsse dès tchandèles, grands feûs

3

st Blâse

ste Bèliande

 

è Brabant walon

4

st Wuljîse

mône di Lobe

5

st Agricolås

ste  Agate

èvèke di Måstrék (Maastricht)

6

ste Dorotèye

 

7

st Amolwin

mône di Lobe

8

st Mengol

comte di Hu

9

ste Apolône

ou Notru-Dame à fèrlokes

10

st Guiyame (ou Wiyame)

mône è Borinèdje ; dîmègne dè grand carnaval

11

st Falcon (Faucon ou façon)

èvèke di Lîdje ; novèle leune

12

st Modèsse

Crås-Mårdi ; grands feûs

13

st Djulin l’ pôve

lès Creûs

14

st Valintin

 

15

st Amoljèr

mône di Stâveleû

16

ste Djulène l’ Itåliène

 

17

st Tiodule

 

18

ste Gurèniète d’ Angleûr

deûre leune

19

st Boniface

 

20

st Èleûtêre

èvèke di Tournè

21

Bin.nureûs Pèoin d’ Landèn’

& st Tcharalampe

nôbe dè l’ Hèsbaye

22

tchèyîre di sint Pîre

à Antiyoche

23

st Florin

èvèke di Lîdje

24

st Matias’

 

25

ste Wåbeû

(f ste Walburge)

26

ste Adèle

d’ Ôr-Grand (Orp-le-Grand)

27

st Nèstôr

st Eûchèr

 

èvèke di Måstrék (Maastricht)

28

st Êli

 

MÅS’

 

 

1

st Abê

 

2

st Simplice

st Onèsime

 

3

st Frèdèrik

comte di Nameur, èvèke di Lîdje

4

st Casimîr

 

5

st Adriyin

 

6

st Tchodègan dè l’ Hèsbaye

tinre leune

7

st Toumas d’ Akin

st Fèri

 

mône è Borinèdje

8

st Dj’han di Diu

 

9

ste Françwèse

st Dèsigné

(, Tchantchèse ou Nanèsse)

10

Qwarante mårtîrs

st Létâré (sic)

 

11

ste Colète

 

12

st Grégwêre

(, Grégorî ou Grigô)

13

st Djåke Guitroute

mône à Tchåtrou (Lîdje)

14

st Sèvol

mône di Sint-Houbêrt

15

st Londjin

 

16

st Éribêrt

 

17

ste Djètrou

bèguène di Nivèle

18

st Douwård

 

19

st Abondant di Hu

st Djôsèf

ste Fifine (ou Djodjê)

deûre leune

20

st Landoal

mêsse di scole di Sint-Lambièt

21

st Bènwèt

 

22

ste Èrnèle

ste Soyète

bèguène d’ Eik

23

st Victoryin

 

24

st Gåbriyèl

Florêyès Påkes

Pèneûse Samin.ne

Lès Påkes

 

25

Anonciåcion di Notru-Dame

 

26

st Oculi

 

27

Bin.nureûs Rupér

mône di St-Lorint (Lîdje)

plinte leune

28

st Sicste II

Blanc Djûdi

djoû dès monumints, djoû dès sèt-z-èglîses

29

ste Mèctilde

Bon Vinrdi

 

30

st Qwèrin (ou Qwèlin)

djoû dès clokes

31

ste Bablène

dîmègne di Påke

 

AVRI

 

 

1

st Ûgue

On s’ va fé nwâri. Londi d’ Påke.

2

st Françwès d’ På

 

3

st Ritchå

 

4

st Zidôre

tinre leune

5

ste Djulène di R’tène

bèguène di Cwègnon à Lîdje

6

st Lèstin

mårtîr à Tournè

7

st Ébêrt

èrmite è Borinâje – Påke dès moûnîs

8

st D’nih

 

9

st Waltrou

d’ Mont è Borinâje

10

st Makère

 

11

st Lèyon

novèle leune ou rossète leune

12

st Djule

 

13

ste Ermènejilde

 

14

st Macuwart

mône di St-Houbèrt

15

st Miyin

 

16

st Druwo

 

17

st Anisèt

 

18

ste Èye

comtèsse di Mont, bèguène di Sinte-Waltreu

18

st Ursmâr

mône di Lobe

18

st Idulf

ome di ste Èye  – deure leune

19

st Èma

 

20

st Victôr

 

21

st Walbodô

èvèke di Lîdje

22

st Sotér

 

23

st Djôr

ou Jeurès’

24

ste Catrène

l’ Itåliène

25

st Èrmin

èvèke, mône di Lobe

25

st Markê

 

26

st Clèt

plin.ne leune

27

st Floribèrt

èfant d’ sint Lambièt, èvèke di Lîdje

28

st Aman

èvèke di Måstrék, mône di Tournè

29

 

translacion d’ sint Lambièt

29

st Foraman

mône d’ Aussôrt

29

prumî S. Pîre

 

30

st “Zoïtot”

 

30

st Pîre di Morone

 

MAY

 

 

1

st Évèrmâr

mårtir à Russon

1

st Marcou

                   

1

st Flipe

— lès mayis’

2

st Ultan

mon.ne di Lobe

3

st Gosèt

 

3

st Osfride

Comte di Hu èt èvèke  – tinre leune

4

ste Monike

 

5

st Andje

 

6

li p’tit Sint-Djan

Lès Creûs

6

 

Bin-ureûs Hinri dè Borinâje

7

st Domicyin

Èvèke di Lîdje

8

st Dèsîré

 

9

st Grègwêre

Påpe qu’ a stu priyèsse à Lîdje

9

 

Acinsion

10

st Djob

Novèle leune

11

st Mâmér

Prumi sint d’ glèce

11

st Djègô (ou Djingou)

 

12

ste Richude

Bèguène di Mârciène

12

st Pancrace

Deûzin.me sint d’ glèce

13

st Sèrvås

Èvèke di Lîdje. Treûzin.me sint d’ glèce

13

ste Rolin.ne

Bèguène à Måsék

14

st Crustofe

 

15

ste Dinfe

Bèguène à Guèl (Geel)

16

st Onoré

 

17

st Anglin

Mône di Stâveleû. Deûre leune

18

ste Vènance

 

19

st Ursicin (ou Ursin)

Èvèke di Lîdje.

19

 

Cékwème = Pintecousse

19

st Îve

 

20

st Bèrnârd

Mône di Vilé

21

ste Istibèrje

Soû da Chârlèmagne

22

st Pout-Må

 

23

st Gwibèrt

Mône di Djiblou

24

ste Djihène

(Tonton ou Madjène)

25

st Fivelâ d’ Hu

Plin.ne leune

26

st Simètre

Trinité

27

st Olivî

Mône di Vilé

28

st Djèrmin

 

29

st Macsimin

Èvèke di Lîdje  – li Sacrumint

30

ste Nènèle

 

DJUN

 

 

1

st Djèrlake

 

2

st Orémus’ (Arache ou Rase)

 

2

st Sang de Bois Seigneur Isaac

tinre leune

3

ste Clotile

 

4

st Opta

 

5

st Wohi di Bouvègne (Vôhi ou Bouhî)

 

5

st Amadou

 

6

st Glâde

 

7

ste Pôline

 

8

st Mèdâd

novèle leune

9

st Candide

èvèke di Lîdje

9

st Valfreûd di Limbourg

 

10

st Landri

mône di Soignies

10

st Vitjer

nôbe di Chimaî

11

Bin-ureûse Adèlayide di Skarbék

 

11

st Amable

 

11

st Barnabê

 

12

st Oduf di Lô

(F …de Looz)

13

st Antwène di Padou

 

14

st Basîle

 

15

st Vi

 

16

ste Lutgarde

bèguène à Costeure-sint-Djèrmin – deûre leune

17

st Adole

 

18

ste Alène di Dilbeek

 

18

st Marsulin

 

19

st Djèrvês

 

20

ste Flôre

 

21

st Min

 

22

ste Ite

feume da Pèpin d’ Landen, bèguène à Nivèle

23

st Idulf di Lobe

 

23

st Farayld

 

23

ste Marèye d’ Ognîye

 

24

st Dj’han Batisse

grands feûs

25

st Tiodulf

èvèke di Lobe

25

st Ovin

priyèsse à Lîdje

26

st Babolin

mône di Stâveleû

27

st Hålin dè Borinèdje

mône à Cêle

28

st Lèyon

 

29

st Pîre èt st Pô

deûzin.me St Pîre

30

st Donât

 

 

DJULÈT’

 

ou FÈNANT MEÛS

 

1

st Tiyou

 

1

st Tibâ

 

2

 

visitâcion di Notru Dame

2

ste Monègonde di Tournê

 

3

st Rombaut

 

4

ste Bèrte

 

5

st Pîre di Lucsembourg

 

6

st Gowâr

 

7

st Wilibôd

 

7

ste Bèje

bèguène d’ Andène

8

st Grinbal di Tournê

 

8

st Pîre l’ èrmite

novèle leune

9

st Èfrèm

 

10

st Zè

 

11

ste Adjilof di Stâveleû

 

12

st Félis’

 

13

st Dânièl

 

13

st Pîre Pinchârd di Hu

 

14

st Basin

mârtîr à Tronchiène

14

st Bonavinteûre

 

14

ste Rinolfe di Nameur

 

15

st Hinri

 

16

st Monulf

èvèke di Lîdje  deure leune

17

st Gondulf

èvèke di Lîdje

18

st Adîle

 

19

st Vincint d’ På

 

20

vénéråbe Albèrt

mône di Djiblou

20

ste Margarite

(ou Magrite, Dadite ou Garite)

21

st Victôr

 

22

ste Madelin.ne

 

22

st Gontar

mône dè Djumièdje

23

st Apolinêre

plinte leune

24

ste Crustine l’ Admirâbe

di Brustèm’

25

st Djâke li vî

 

25

st Djan l ’ ognê

di Tihandje

26

ste Ane

li mame di Notru-Dame

27

ste Natalèye

 

27

st Pèpène

 

28

ste Biètri

 

28

st Cèlse

 

29

ste Marte

 

30

st Abdon

 

30

st Olin

 

30

st Brèyâ

 

31

st Albèric

mône di Stâveleû

AWOUS’

 

 

1

treûzin.me sint Pîre

 

2

st Alfonse

 

3

st Stiène

pâpe qu’ a stu priyèsse à Lîdje

4

st Dominike

 

5

Notru Dame di Plovinète

 

6

st Cassyin

novèle leune

7

st Bèbêrt

èvèke di Lîdje

8

st Ciriak

 

9

st Amoûr

priyèsse di Lîdje

10

st Lorint

plêve di steûles

11

st Djèri

 

11

ste Félomin.ne

 

12

ste Clère

 

12

ste Sèrin.ne

 

13

st Matchalan

mône di Wausôrt

14

st Eûsèbe

deûre leune

15

ste Marèye

 

15

Notru-Dame d’ èmé awous’

 

16

st Arnol

 

16

st Marcou

 

16

st Rok

 

16

st Macrâw

 

17

st Libèrâ

 

18

st Èlin.ne

 

19

binureûs Tiodôre di Cêle

 

20

st Filibèrt

mône di Djumiêdje

20

st Bèrnârd

mône di Villers

21

st Agrafâ

 

22

st Sinforyin

plinte leune

23

st Odilau

mône di Stâveleû

24

st Biètemé

 

25

st Louwis

 

25

st Jènê

 

26

st Zéfirin

 

27

st Césère

 

28

st Gustin

tinre leune

29

 

on côpe li tièsse di st Dj’han

30

st Fiake

 

30

ste Rôse

 

31

ste Zabèle

 

SÈTIMBE

 

 

1

st Djîle l’ èwaré

 

1

st Djîle li Pâhûle

 

2

ste Taraîde

 

3

st R’mâke

èvèke di Lîdje

4

ste Rôsalèye

 

5

ste Mèrlipopète

novèle leune

6

st Ujêne

 

7

ste Rogne

 

8

pitite Notru-Dame

 

8

st Nicolès dè Tolentin

 

9

st Gorgone

 

10

st Tiâr

èvèke di Lîdje

11

ste Vinciane dè l’ Hèsbaye

 

12

st Gui

 

13

st Môrile

deure leune

14

ste Creûs

 

15

st Èchârd

mône di Djumiêdje

15

st Nicomède

 

16

st Cwèrnèye

 

16

st Cornil

 

16

st Cornélis’

 

16

ste Cornèlîye

 

17

st Andolère

kipagnon d’ S. Lambièt

17

st Lambièt

 

18

ste Sofèye

 

19

st Mâtèr

èvèke di Tongue

20

st Agrapâ

plinte leune

21

st Matî

 

22

S. Meûrice

 

23

st Tècle

 

24

st Djèrâd d’ Brogne

 

25

st Leû

 

25

st Froumin

 

26

Notru-Dame dè l’ Victwére

 

27

sts Côme èt Damyin

tinre leune

28

st Salmon

 

29

st Mitchî

 

30

st Djèrôme

 

OCTÔBE

 

 

1

st Èrlinde

bèguène à Mâsèk (Maaseik)

1

st R’mèy

 

2

st Lidjî

 

3

st Piat

priyèsse è Borinèdje

4

st Françwès d’ Assîse

 

5

st Feulyin ou Foyin

novèle leune

6

ste Feu

 

7

st Bèrèjisse

mône di St-Houbèrt

8

ste Rojenfrède dè Brabant

 

8

ste Brîhe (ou Brîye)

 

9

st Gwilin (ou Gwisselin)

 

10

st Vénant dè Borinèdje

 

10

st Djèrèyon

 

11

st Gômèr

 

12

ste Arlinde

bèguène di Mâsèk (Maaseik)

13

triyonfe di st Lambièt

deûre leune

14

st Calix di Mont (Mons)

 

15

ste Tèrése

 

16

ste Matrice

 

17

st Mamolin

èvèke di Tournê

18

st Luc

 

19

st Mont di Nassogne

 

20

st Caprasse di Tchivrimont

 

21

ste Ursule

 

22

translâcion d’ st Abê

 

23

st Sèverin

èvèke di Lîdje

24

st Èbrèjisse

èvèke di Lîdje

25

st Cruspin

 

25

st Crispinyin (ou Crispiane)

 

26

st Amand

èvèke di Lîdje  tinre leune

27

st Fumance

 

28

st Simon

 

29

st Nazêre

 

29

st Dodo di Walé è Fagne

 

30

ste Nosburje

fèye da Pèpin d’ Hèsta

31

st Quinin

 

 

2 Analyse

PREMIERE PARTIE

 I

 PRÉDICTIONS MÉTÉOROLOGIQUES GENERALES

 

 

Nous inscrirons sous chaque date du calendrier les prédictions météorologiques spéciales a un temps déterminé.

 

  1. SÈNES DI BÊ TIMPS (Signes de beau temps)

 

(p.38) 15. Le beau temps est annoncé par le cheval qui hennit bruyamment; – par les moineaux francs qui se montrent plus tapageurs que de coutume; – par un plus grand nombre de cricris (grillons domestiques); – par les essaims d’éphémères poursuivant le voyageur dans sa marche; – par le coassement agaçant des rin.nes (grenouilles); – par le limaçon, s’il entraîne un peu d’herbe après la queue, auquel cas le paysan dit qu’il fane ;  – par les corbeaux saluant bruyamment le soleil levant; – par le cygne lorsqu’il plonge A demi le corps. dans l’eau ; – par les poissons qui sautent A la surface de l’eau : – par le cri de l’ oûhê d’ måleûr (oiseau de malheur) ou chouette (Hesbaye);

 

  1. par la fumée lorsqu’elle monte perpendiculairement à la cheminée ; – par la flamme du foyer lorsqu’elle est tranquille ; – par une grande abondance de fils de la vierge sur les haies; – par une rosée excessive.

 

SÈNES DI PLÊVE (Signes de pluie)

 

  1. La pluie est annoncée par le limaçon s’il transporte un peu de boue; ce qui fait dire au paysan qu’il maçonne; – par les canards s’ébrouant inlassablement sur la mare; – par les

poulets quand ils se grattent nerveusement sous l’aile; – par les hirondelles quand, en volant, elles rasent la surface de l’eau ; – par les mouches lorsqu’elles piquent l’homme; – par le chat

qui, en se lavant, passe la patte par-dessus son oreille (Comp : (p.39) à Auxerre, on compte le nombre de fois que la patte passe sur l’oreille, ce sera le nombre de jours de mauvais temps); – par les pigeons qui se groupent sur le toit en présentant leur jabot au vent ; – par le cri du paon qui, selon l’interprétation populaire, annonce De l’eau ! de l’eau ! ; – par les poules se vautrant rageusement dans la poussière (Comp. En Anjou, on dit la même chose relativement aux moineaux); – par les bêtes à cornes qui paraissent inquiètes et lèvent le mufle pour humer le vent; – par le cygne qui fait jaillir l’eau autour de lui sous forme de rosée. – par le rouge-gorge s’il chante caché dans le buisson; – par le cri de la caille qui dit :

 

Qwite po qwite  (quitte pour quitte)

Sope di tchin.    (soupe de chien).

 

(De même en Vendée). Le peuple nomme fréquemment la pluie : soupe de chien; – lorsqu’on écrase un dj’vâ d’ôr (cheval d’or) ou carabe doré nommé aussi, selon les régions, clâ d’ôr (clou d’or); costîre (couturière); tch’vâ dè Bon Diu (cheval du Bon Dieu) ou simplement Bièsse d’ôr (bête d’or) selon qu’il est dit :

 

Bièsse d’ ôr (Bête d’or)

done di l’ ôr. (donne de l’or.)

 

– lorsqu’ on écrase une coccinelle ( Hognoul) ; – quand on aperçoit les lézards se promenant sur la route (Hamoir) ; – quand les corbeaux croassent ; Les corbeaux crâlant Les corbeaux croassant il plura bientôt (Sommethomme). il pleuvra bientôt. – quand les grives abandonnent les taillis pour aller dans les terrains labourés; – quand les chevaux au repos creusent la terre de leur sabot.

 

  1. par une plus forte odeur de suie de cheminée; – par un redoub1ement d’émanations putrides de l’égout ou de 1a fosse à purin; – par un halo autour de la lune ou du soleil; – par l’humidité persistante surl e carreau de la cuisine ou du corridor, après le lavage quotidien; – par des élancements douloureux aux cors aux pieds; – lorsqu’on entend distinctement le son des cloches lointaines (à Liège, quand on entend le bruit des loco Warsage) (p.40) motivés montant le plan incliné du Haut Pré); – quand l’ arc en ciel A l’pate è l’lwè (a la patte à l’eau) c’est-à-dire quand son extrémité paraît se baigner dans la rivière (Ardennes).

 

  1. Expressions Wallonnes :

Quand le soleil luit pendant la pluie, on dit : ” Li djâle lowe si feume èt marèye si fèye » (le diable tue sa femme et marie sa fille) Comp :

S’ il pleût, l’ solèy lwit (s’il pleut, le soleil luit) ch’ è l’ ducace in paradis. (Wiers) (c’est la fête en paradis)

– Temps couvert

diable en l’air (Hainaut)

– Petite pluie le matin n’a jamais arrêté le pèlerin.

– Si la pluie débute avec la lune, elle durera autant qu’elle.

– ” C’ ès-t-ine crèhante plêve » (C’est une croissante pluie). Se dit lorsque la pluie est chaude et aide à la fécondation.

 

SÈNES D’ORÈDJE (Signes d’orage)

 

  1. L’orage est annoncé par les mouches, quand elles « plakèt » (collent) ; – par un soleil plus rouge et plus ardent; – par un silence soudain de toute la nature ; – par d’aveuglants tourbillons de poussière.
  2. On attire l’orage en coupant des coquelicots qui, dans certaines régions, sont nommés ” fleurs de tonnerre ».
  3. On se préserve de la foudre notamment : en allumant la chandelle de Noël; – en brûlant un brin de « pâkî » (buis bénit); – en crucifiant sur la porte de la grange un épervier ou un hibou vivant qu’on laisse sécher. C’est le ” Spawta » (épouvantail). – Il est recommandé de ne pas

courir ; de ne pas se cacher sous un arbre, pendant l’orage, mais de se coucher à plat sur le sol; – le corporal dont le prêtre revêt son calice, éloigne la foudre.

  1. Expressions wallonnes. – Le wallon confond couramment « li tonîre » (le tonnerre) avec la foudre; – on (p.41) appelle ” pîre à tonîre ” (pierre à tonnerre) de petites pierres bleues trouées que l’on croit tombées sur la terre pendant la pluie d’étoiles (La Reid) ; – on dit qu’un coup de tonnerre non suivi d’orage annonce un changement de temps.

 

SÈNES DI VINT (Signes de vent)

 

  1. Le vent est annoncé quand, à la soirée, le ciel est moutonné :

Cîr bèdoté èt feume fârdêye (Ciel moutonné et femme fardée)

ni sont nin d’ ine longue durêye (ne sont pas de longue durée.)

– quand le soleil rougeoie en se couchant; – quand les moutons sautent et folâtrent ; – quand le chat griffe l’écorce des arbres; – quand le chien de garde gratte la terre comme s’il voulait s’y faire un terrier; – quand les oies claquent,  des ailes et tentent vainement de prendre le vol.

 

SENES DI FREÛD (Signes de froid)

 

  1. Il gèlera quand la flamme du foyer est plus claire que d’habitude; – quand le café moulu adhère aux parois du tiroir du moulin ; – quand il neige sur la boue :

Dè l’ nîve di’ssus dès broûs (de la neige sur de la boue)

dè l’ djalêye divant trwès djoûs (de la gelée avant trois jours)

– quand il y a abondance de noix ou de prunelles, l’hiver sera particulièrement rigoureux ; – de même quand les oignons ont la peau épaisse.

 

  1. Dicton : année neigeuse année fructueuse ; année venteuse année pommeuse. (Pussemange)

 

  1. On dit que ” la neige endort ” c’est à dire que quand il neige, on dort « d’un sommeil de p1omb ».

(p.42) FASTES JOURNALIERS

 

SÈNES DI PINSÊYE (Signes de pensée)

  1. On pense à vous quand votre oreille tinte. Si c’est 1a droite, on fait votre éloge. Si c’est la gauche, on vous calomnie ; – quand le peigne tombe de la chevelure ; – quand l’agrafe du

corset saute de 1’oeillet.

 

SÈNES DI NOVÈLE A R’ÇÛRE

(Signes de nouvelle à recevoir)

 

  1. Vous recevrez une nouvelle si vous éternuez trois fois de suite avant le premier déjeuner . – si vous remarquez que la pluie en tombant, produit de grosses bulles d’air à ]a surface de

]a rivière, ce qui est signe d’une longue période d’humidité.

qwand i ploût à gros bouyons (lorsqu’il pleut à gros bouillons)

i ploûrè sîs samin.nes â long. (il pleuvra six semaines au long).

Si dans le foyer, un charbon incandescent dégringole du tas et va choir dans la cendre ; – si le verre de lampe se brise sans raison apparente ; – quand une grosse mouche entre dans l’appartement, en  zûnant- ” (susurant) . – quand on rêve de prunes (Lize-Seraing).

 

SÈNES DI VISITE A R’ÇÛRE

(Signes de visite à recevoir)

 

  1. Vous recevrez une visite quand vous trouverez un « flota » (minuscule chose qui flotte) à la surface de la tasse de café; – si l’on rencontre un cheval pie; d’autres disent : un cheval qui remue la queue. On croit que lorsqu’une jument pleine paît dans la même prairie qu’ une vache, elle mettra bas un poulain pie.

Quand on perd un cil. – quand la bûche crépite en se consumant dans l’âtre; – quand le bois d’un meuble fait entendre un craquement ; – quand la bobine choit des doigts de la couturière mais reste dressée sur le parquet de l’atelier ; – quand on découvre un fétu de paille dans la maison.

 

SÈNES D’ÂRDJINT (Signes d’argent)

 

  1. Gagnera de l’argent le commerçant qui sera étrenné par un petit garçon ; – celui qui étrennant une bourse y crachera d’abord; – quiconque voit une bulle d’air à la surface de sa tasse de café . – celui qui ressent des chatouillements dans la paume de la main droite . – celui qui rencontre une charrette de foin ; – celui qui croise un tombereau plein de porcs. – celui qui saigne du nez à son lever . – celui qui rêve de pou (à Liège, on dit au contraire que c’est un signe de pauvreté) ; –

Spater in-arègne â matin, (Ecraser une araignée au matin,)

C èst d’ l’ ârdjint (Mons)  (c’est (signe) de l’argent)

Celui qui par inadvertance marche dans l’ordure.

 

  1. Pour que le premier argent en rapporte d’autre, il faut se signer avec la première pièce reçue le matin. – Quand une jeune commerçante met sur la balance le poids exact en marchandises, sans tâtonnement, on dit qu’ elle ” a le commerce dans sa main droite. “

 

  1. Lorsqu’ on arrache une dent à un petit enfant, on la jette au feu pour qu’en échange, il ait une dent d’or. On pense que l’origine de cette croyance remonte à l’an 1591 époque à laquelle le bruit courut en Europe, qu’en Silésie, les dents étant tombées à un enfant de sept ans, d’autres toute en or étaient poussées à leur place. La plupart des auteurs du temps firent grand bruit autour de ce miracle. – A Bohan, on raconte que quand on cache une dent d’enfant dans la lézarde d’une muraille, l’enfant devenu homme la retrouvera transformée en un pépite d’or pur.

 

(p.44) SÈNES DI BONEÛR ET D’ MÂLEÛR

(Signes de bonheur et de malheur)

 

  1. La journée sera heureuse quand, au matin, on rencontre un mouton . – un bossu, s’il passe à votre gauche (signe de malheur s’il passe à votre droite) . – des pies en nombre pair . – un troupeau de vaches . – plusieurs charrettes de foin ; – si en se peignant on découvre un seul cheveu blanc;- si, à la vesprée. on voit une araignée : araignée du soir. grand espoir.

 

  1. La journée sera malheureuse si l’on rencontre un porc ; – un prêtre ; – si l’on chausse le pied gauche avant le pied droit ; – si le morceau que l’on veut porter à la bouche tombe

de la fourchette ; – si inconsciemment on chantonne en mangeant . – si une jeune fille siffle. Toutefois nous devons remarquer que le sifflement purifie. Il est d’usage lorsqu’un écolier a

lâché un bruit incongru que ses camarades le houspillent tant qu’il ait sifflé ; – si l’on crache sur soi-même involontairement ; – lorsque la ménagère commence sa journée en brisant de la porcelaine, elle ne cessera de casser de 1a vaisselle.

 

  1. Pour se préserver de pareille mésaventure, la ménagère retrousse le bas de ses manches sur l’avant bras. Ce geste est devenu instinctif.
  2. Les paysans se choisissent une étoile dans le ciel. Lorsqu’ils cessent de l’apercevoir, ils s’attendent au malheur (Spa).
  3. On dit : araignée du matin grand chagrin ; araignée de midi grand souci.

 

SÈNES DI QUARÈLE (Signes de querelle)

 

  1. Il y aura querelle si les couteaux se croisent sur la table; – si le bouilloire chante lugubrement pendue à la crémaillère ; (p.45) – si on renverse du sel sur la nappe ; – si, en se levant, on ne regarde pas sa ” botroûle ” (nombril) ; – si on se lève le « derrière en avant » . – si un objet de métal et pointu tombe et reste figé sur la pointe ; – si distraitement on fait virevolter un siège sur l’un de ses pieds ; – si on renverse sa tasse de café;- si on brise un miroir . – si, en passant ses bas, la pointe du pied va se loger dans le talon ; – si, rencontrant une paire d’amis et leur serrant les mains, les bras se croisent ; – si on renverse « li brocalî » (boite aux allumettes, ordinairement en métalet qui sert dans le ménage) ; – si on accepte un objet pointu et perforant comme une épingle ou des ciseaux. C’est pour cette raison qu’il faut simuler une vente entre le donateur et le donataire, vente fictive pour un prix dérisoire : un bouton ou un bois d’allumette , – si on rêve de chat.

 

III COUTUMES RELATIVES AUX SOLENNITÉS FAMILIALES

 

  1. ACWÈRDANCES (Accordailles. Fiançailles).

 

  1. Nous verrons, disséminées dans nos éphémérides, les stratagèmes employés par les jeunes Wallonnes pour obtenir un mari ou pour connaître le nom ou simplement la profession du fiancé.

 

SERA AIMÉE

  1. La jeune fille qui réussira à enlever d’une seule pièce la pelure d’une pomme ou d’une poire (Nivelles). Nous citerons d’autres croyances relatives à des jeux d’adresse du même genre : qui parvient à conserver entière toute la cendre d’un cigare doit l’envoyer à Bruxelles : en retour, il recevra un piano ; qui parvient à collectionner un million de billets de tramways pourra faire entrer un malheureux à l’Hospice de la Vieillesse . – celle qui fera manger à son amoureux un bonbon qu’elle aura d’abord porté le plus longtemps possible sous l’aisselle afin de lui prêter son odeur naturelle. Le peuple croit d’ailleurs que la fidélité est une (p.46) question d’odeur. ; ainsi, un chien sera fidèle à qui le vole ou en hérite, si on lui ouvre la gueule et qu’on y crache ; – le moyen a plus grande chance de réussite à l’époque des menstrues.

 

SERA MARIÉE DANS L’ANNÉE

  1. Celui ou celle qui reçoit le fond d’une bouteille ou d’un pot, si en cet instant elle se trouve « dizos l’ soûmî » (maitresse poutre) . – celui ou celle devant la maison de qui la statue de la vierge s’arrêtera par hasard un jour de procession, à condition que ce ne soit pas signe de mort ; – la couturière qui place la dernière épingle à a robe de la mariée . – celui qui se trouve dans une chambre où trois lampes brûlent ensemble, par inadvertance (Contra : En France, On dit que trois chandelles allumées en même temps annoncent quelque catastrophe. Brown V,

. – celui qui brise l’oreille d’une tasse doit s’attendre à une très prochaine demande en mariage.

 

RETARD D’UN AN DANS LE MARIAGE

  1. Lorsqu’on reçoit dans 1’oeil un rayon de soleil.

 

RETARD DE SEPT ANS

  1. Lorsqu’on trouve dans son assiette la feuille de laurier du potage . – lorsqu’on fait un détour pour ne pas enjamber un balai ; – lorsqu’on consent à entamer une motte de beurre ; –

lorsqu’ en visite, on accepte le pied de la table.

 

RESTERA CÉLIBATAIRE

(Vîle djône fèye – Vieille jeune fille)

  1. Celle qui changera inutilement le mobilier de sa chambre à coucher ; – celle qui ayant rencontré neuf moutons ou neuf troupeaux de moutons au cours d’une même journée, n’aura pas rencontré son amoureux immédiatement après ; – celle qui, pour la septième fois assiste à un mariage qui n’est pas le sien ; – celle qui gagne à la loterie, car on dit : Heureux au jeu, malheureux en amour.

 

EPOUSERA UN VEUF (on vèf)

  1. Celle qui boit dans une tasse ébréchée ; – celle qui, par distraction place à l’envers ses bas, ou son tablier, ou son bonnet; – celle qui traîne après sa robe une brindille de bois mort.

 

EPOUSERA UN IVROGNE (ine sôlêye)

  1. Celle qui mouille maladroitement son tablier soit en lessivant, soit en procédant au lavage quotidien du parquet.

 

R’QWÈRI LÈS CORWÊYES (rechercher les corvées)

  1. Dans le Brabant wallon quand une jeune fille, après s’être laissé longtemps courtiser, rompt brusquement avec un amant, la Jeunesse de l’endroit venge l’amoureux évincé. Elle

entasse sur un charriot toutes les paniers troués qu’ elle trouve et de nombreuses bêches et vient décharger le tout en face de la demeure de la fillette. Là, chacun se met avec ardeur à remplir les paniers sans fond et fait le simulacre de charger la voiture après quoi elle se rend au domicile du jeune homme où elle feint de vider le charriot (Sart Dame Avelines).

 

  1. MARIÈDJE (Mariage)

 

L’UNION SERA HEUREUSE :

  1. Lorsque le cortège nuptial rencontre une courtisane, ou un loup, on une araignée, ou un crapaud ; – quand l’oreille tinte à l’aurore ; – quand on a une hémorragie nasale le matin même ., – quand le soleil illumine la nappe de l’autel, pendant la bénédiction nuptiale ; – quand, sans qu’on les ait demandés, des chevaux blancs sont attelés à la voiture ; — quand, en serrant fortement, entre les ongles, un cheveu du fiancé, ce cheveu « crole » (frise).

 

L’UNION SERA MALHEUREUSE :

  1. Quand on rencontre une femme enceinte, ou une femme échevelée, 0u un moine 0u un prêtre, ou un lièvre, ou un lézard, ou un borgne, (p.48) ou un boiteux ; – quand en se rendant à l’église, un ami bavard vous retient par le bouton de la jaquette ou un mendiant par le pan de la redingote (c’est un avertissement du ciel); – lorsque la mariée peeure pendant la cérémonie.

 

SI LE MARI DÉLAISSERA rapidement sa femme si, le matin des noces, en vaquant aux soins habi tuels du ménage, les cordons du tablier se dénouent d’eux mêmes.

 

  1. Celui qui entre le premier au lit, mourra le premier. – Ailleurs, On dit : qui s’endormira le premier. (Comp . – Dans l’Anjou on dit : le premier qui éteindra la lampe).

 

MARIÉES DÉFLORÉES

  1. S’il pleut le jour du mariage on dit des époux : ” Is n’ sèront mây rissouwés ” (ils ne seront jamais essuyés) c’est à dire qu’ils ne cesseront de pleurer.
  2. A Nivelles, les méchantes langues disent alors que les époux ont ” magnî l’djote â pot ” (mangé le chou au pot) dicton que le liégeois traduit : « aler à l’ ârmâ divant qwatre eûres » aller à l’armoire avant quatre heures ” parce que le liégeois fait un repas à quatre heures. » Le français a un dicton équivalent au nôtre : ” laisser le chat aller au fromage “”. – On dit aussi de qui épouse une personne veuve : « magni dè l’ djote ristchâféye » (manger du chou réchauffé ( traduction du dicton français : manger de la soupe réchauffée).

 

  1. Le calendrier a son influence sur le mariage : nous verrons qu’il est dangereux se marier un vendredi ou le jour de St. Joseph, tandis que les unions contractées à la St. Hortense sont toujours heureuses. En Hainaut, on dit communément : Nous de Mai, nous mortelles ».
  2. Quand un orage éclate pendant la cérémonie nuptiale, le mariage sera mouvementé et non exempt du bruit des querelles entre époux.

 

(p.49) NOUAGE DE L’AIGUILLETTE

  1. Pour se préserver contre l’impuissance provenant d’un sort jeté par une sorcière

malfaisante, le peuple, jamais pris de court, use de moyens variés : placer une pincée de sel, non raffiné, dans le soulier. – passer devant les crucifix sans les saluer ; – se vêtir de deux chemises placées l’une à l’endroit, l’autre à l’envers ; – uriner par le chas d’une bague ou par la serrure de la porte de l’église paroissiale ; – placer un anneau d’or sous la semelle de sa botte, pendant la bénédiction nuptiale ; – frotter de graisse de loup les montants de la porte de sa demeura ; – prononcer trois frois avant le lever du soleil, le mot cabalistique ” Jémon” ; – écrire sur un parchemin vierge, A l’aube, le mot : « Avicazirtor », ou dire trois fois, en se signant : ” Ribald, Nobald, Varnobi “.

 

CORTÈGES NUPTIAUX

  1. Dans nos campagnes wallonnes, les cortèges nuptiaux ont un cérémonial particulier. Au pays de Visé, le père et la mère ne trouvent pas place dans le cortège, mais ils se rendent séparément à la mairie. C’est le garçon d’honneur et la demoiselle d’honneur qui président la cérémonie.
  2. A Lierneux, au moment où les nouveaux époux paraissent sur le seuil de l’église, une vieille femme vient attacher un ruban à l’épaule droite de la mariée qui doit lui faire don d’un

petit paquet d’épingles, partagées aussitôt entre les personnes présentes. (Comp : en Franche-Comté, le mariée distribue des quarterons d’épingles aux femmes présentes.

  1. A Ecaussinnes-Lalaing, au moment où la noce sort de la mairie, il est de coutume qu’une vieille femme jonche le sol de sable jaune et offre des fleurs aux époux.
  2. A Enghien, les mariages se célèbrent toujours A huis clos. Ne peuvent pénétrer dans l’église que les personnes du cortège. Il en est autrement le mardi gras où les portes sont

ouvertes à tous.

 

(p.50) FEUX

 

  1. Au pays de Visé, le cortège au retour passe sous des arcs de triomphes rudimentaires : trois perches à haricots disposées en portique et emmaillotées de paille sèche que les mendiants allument. Passer ainsi au milieu des flammes est un acte de purification qui éloigne les esprits malfaisants.

 

ONÊ D’ MARIÈDJE (Anneau de mariage).

 

  1. C’est le prêtre qui place l’anneau d’or au doigt du mari et c’est le mari qui impose l’anneau à la femme; – si celle-ci entend conserver tout de même quelque autorité à la maison, elle s’efforcera d’empêcher l’anneau de dépasser la seconde phalange de l’annulaire et c’est elle-même qui le poussera à fond.

(Cette coutume existe aussi dans le folklore parisien).

 

  1. Dans certaines régions du Luxembourg, le mari ne porte pas d’anneau, mais quand il en porte exceptionnellement, c’est à l’annulaire de la main droite ” afin que les deux coeurs se trouvent entre les deux anneaux.” (celui de sa femme, a l’annulaire gauche et le sien).

 

  1. L’époux reprend l’anneau du doigt de sa femme morte pour montrer qu’il entend reprendre sa liberté ; – la femme veuve qui convole en secondes noces porte les deux anneaux au même doigt.

 

SIGNES EXTERIEURS DE L’ÉTAT DE MARIAGE

 

  1. Nous n’avons pas que l’anneau d’or pour reconnaître la personne mariée. – Dès son mariage, la femme s’interdit de porter un ” chapeau rond ” et doit se coiffer d’un “ chapeau capote » ; – la fiancée marche a la droite de son fiancé et c’ est lui qui lui offre le bras ; l’épouse marche a la gauche de son mari et lui offre le bras ; – une jeune fille ne peut porter de brillants en pendants d’oreilles, sinon on pourrait la prendre pour une fille de mauvaise vie ; – une femme mariée ne peut entrer dans un café, même accompagnée de son mari, car elle serait méprisée (p.51) par la grosse bourgeoisie ; – une femme du peuple ne peut procéder à des ablutions intimes, car celles qui ont cette hygiène ne sont que les adultères. – Pour les empêcher de se méconduire certains ouvriers jaloux épilent les parties sexuelles de la femme (lui n’oserait se montrer en cet état, car c’est l’état de ” honte ” et la plus grave injure faite à une femme.

 

  1. Courtiser se dit ” hanter “. Le soupirant est ” li galant ”.

La jeune fille courtisée c’est ” li crapôde” – Commettre l’adultère se dit ” colèber ” (tenir des pigeons) (Seraing).

 

ACHAT DE LA FIANCÉE

 

  1. Dans nombre de coutumes nuptiales nous retrouvons cette pensée que le mariage est un achat. C’est une conception vieille comme le monde. Du fait du mariage d’une jeune fille, la jeunesse de sa localité subit une perte : c’est une danseuse et une fiancée de moins. Elle a droit à une réparation, à un dédommagement.

 

LA COURSE DU PÂTÉ

 

  1. Au pays de Chimay, lorsqu’un garçon d’une localité voisine épouse une jeune fille du village, la jeunesse ” court le pâté ” que le fiancé est tenu de lui offrir comme dédommagement. Si la somme par lui versée atteint cent francs, on dit : ” C’est à la convenance de cent francs ”. Les jeunes gens se régalent alors de jambon et vident de nombreux pots de bière dans les cabarets qu’ils visitent, escortés d’un corps d’harmonie. Lorsque le pâté ” atteint la convenance ” on rend les honneurs aux époux. Le jour de cérémonie, les membres de la Jeunesse se rendent à cheval à la maison de l’épousée, à laquelle le Capitaine (président de la Jeunesse du Village) fait trois présents : le premier un superbe pâté (gâteau) de froment tout doré au four et surmonté d’une gerbe de fleurs. le second, un registre qui rappelle à la femme que son devoir est de faire règner l’ordre et l’économie dans le ménage ; et un fouet neuf. Alors, la mariée paraît sur le seuil de sa demeure, brandissant sa longue chambrière, dont elle se met à flageller tous les cavaliers qui défilent devant elle, au (p.51) galop, tout en déchargeant en l’air pistolets et carabines. Ceux qui passent essayent de lui arracher son fouet. ”il n’y arrivent point, la femme est déclarée apte à ” porter les culottes ” dans le nouveau ménage ; mais, si elle le laisse désarmer, le mari est tenu de racheter le fouet une seconde fois et dès lors, sa femme est proclamée sa servante.

En cas de refus de payement du pâté, la Jeunesse organise un charivari étourdissant.

 

LA MENUE PAILLE

  1. A Virton, lorsque les nouveaux époux rentrent de l’église, ils trouvent close la porte du logis et pour pouvoir rentrer à la maison, ils doivent d’abord faire largesse à la domesticité. – Si l’un des époux possède un frère ou une sœur célibataire quoique plus âgé, on remet à l’oublié un petit sac de toile rempli de ” menue paille ” (hautons) ou grain resté dans la glume après le vannage. En retour,le célibataire pour prouver qu’il entend la plaisanterie, paie à boire aux jeunes gens.

 

  1. A Virton, les jeunes garçons qui assistent à une noce portent en brassard un long ruban bleu.

 

LI MITCHOT (la miche)

  1. A Limerlé, la foule massée devant la maison attend que l’épouse se rende à la mairie. Le Capitaine de la Jeunesse, ici appelé Maitre Jeune Homme, simule une grande impatience

et crie a plusieurs reprises ; ” Sortira-t-elle ou ne sortira-t-elle pas ?.” – Alors le frère ou l’un des plus proches parents de la mariée paraît sur le seuil, présentant une jeune fille de la suite, le visage dissimulé sous une toile, et il dit : « Est-ce celle-ci ? » – « Non, répond l’autre, celle qu’il nous faut est celle qui pleure. » Après que cette scène s’est renouvelée s’est renouvelée plusieurs fois, la jeune épousée paraît enfin. Aussitôt, le Maître Jeune Homme s’élance et, muni d’une baguette de chassepot, il va tracer le signe de la croix sur le haut du châssis de la porte d’entrée. Il remet ensuite à la jeune fille un joli mouchoir qu’elle porte à la ceinture et c’est par un coin de ce mouchoir que « lu mineû » (le meneur) la conduit devant (p.53) le bourgmestre. Le meneur reçoit le mouchoir comme prix de ses services et dès son retour, il remet à la mariée un appétissant michot de froment, au sucre et au lait. La femme y mord en s’arrêtant sur le seuil de la maison, y fait mordre son mari puis elle lance le gâteau à la foule qui se le partage comme un porte-bonheur. (Comp : En Franche Comté, quand la mariée sort de l’église, on lui présente le Chantelot ou panier rempli de morceaux de pain qu’elle distribue aux assistants).

 

Ll SOKÈTE (souche d’arbre)

« La PIERRE A MARIER »

  1. Sur les rives de la Semois, quand un mariage est célébré à Sorendal, la noce se rend « sur le prè Mariète » où l’on danse ; puis, la nuit tombante, on traverse la rivière et on conduit les époux sur « la pierre à marier » où on les fait asseoir dos à dos ; après quoi, on attache à leur dos une « sokète » (souche d’arbre) qu’ils doivent traîner derrière eux jusqu’au village.

 

REPAS DE NOCES

  1. Ce sont les parents de l’épousée qui offrent le repas ; – à Stavelot, on dit que si la femme entend rester maîtresse chez elle, elle doit pendant le repas, se laisser servir comme une

étrangère ; – la coutume de la jarretière est connue mais peu appliquée en Wallonie ; – à Fleurus, on allait offrir au curé un ‘plat honnête », c’est à dire un plat de viandes de la noce, un pot de bière et une paire de gants . En retour, le prêtre était tenu d’attendre la noce et de célébrer la messe à l’intention des époux le lendemain.

 

CREMATION DE LA CULOTTE

75 Au pays de Charleroi, c’est vers la fin du banquet nuptial que l’on brûle la dernière culotte du marié. C’est souvent un vieux vêtement bourré de paille et que l’on suspend dans le jardin,

à quelque branche d’arbre ou à quelque gibet hâtivement dressé. C’est la mariée qui y boute le feu. – Ailleurs cette c6rémonie a lieu pendant le repas d’adieux à la vie de garçon.

 

(p.54) LA NUIT A DIEU

  1. Dans quelques régions, les jeunes époux abandonnent à Dieu la première nuit de leurs noces et chacun s’en va loger chez soi, comme jadis. A Mortier (Dalhem), ce sont les deux premières nuits. A Dolhain, ce sont trois nuits. – Il en est de même à Charleroi où elles sont dédiées à la Vierge. – A Malonne, il reste chez quelques vieilles personnes, un vague souvenir

des « trinoctium castitatis ».

 

PÊLETADJES – CÔRNADJES – BASSINADJES – ALER A L’ERMUSAU – BRULER LE

SINGE – SONER LES PALÈTES (Charivari)

  1. Les mariages disproportionnés soit au point de vue des situations sociales, soit au point de vue de l’âge, provoquent les protestations du pubIic. Il en est de même quand l’on épouse une femme qui s’est compromise avec une autre homme ; parfois aussi quand une jeune fille épouse un veuf ou vice-versa. – Dans la nuit venue, les bons voisins organisent un charivari indescriptible. Ils martèlent les portes avec de gros cailloux traînent en courant de lourdes chaînes sur la chaussée (souvenir du Chien-Loup qui erre dans les champs); prennent pour cymbales des couvercles de marmites. Malgré la surveillance du garde champêtre paterne, d’aucuns vont même jusqu’à enduire d’excréments humains le bouton de la porte et l’entrée de la serrure. Ils brisent les vitres de la chambre à coucher et tâchent d’y lancer des pots d’eau. D’autres agitent un bâtonnet passé dans un morceau de parchemin ou de vessie de porc tendu sur l’orifice de l’un de ces énormes pots à beurre en grès brun, nommés « Trois Étoiles » ou « houdreû ». Cela produit un bruit très désagréable et sourd, pareil à celui du jeu d’enfants nommé « rommelpot »  (pot qui grommelle) ou cylindre de carton coiffé d’un fragment de parchemin traversé par un crin de queue de cheval, tournant autour d’un bâton dont la rainure est enduite de colophane.

 

  1. Le Charivari porte divers noms, selon les régions. lci, c’est « brûlage du singe » ou « aller à l’èrmusau » ; – à Ecaussinnes-Lalaing, c’ est le « bassinadje » (bassinage) ; – au pays de

Liège, c’est le « pêletèdje », dérivé de « pêlète » (poêlon) que l’on agite bruyamment l’un contre l’autre. – En Luxembourg, c’est le « coradje » parce que les exécutants hurlent dans des cornes évidées; et par extension, dans des verres de lampes. D’aucuns ont inventé « la trompette du jugement dernier ». Ils brisent le cul d’une bouteille d’un litre, en verre blanc, et fixent dans le goulot, au moyen d’argile, le bout d’une « canabûse » (sarbacane). Cela produit un bruit épouvantable grace aux flèches de verre brisé inégalement et qui vibrent extraordinairement. – A Limbourg, on dit « soner lès palètes ».

 

INAUGURATION D’UNE MAISON

  1. Lorsqu’une construction nouvelle est sous gitage, les maçons dressent sur la cheminée, un mai enrubané et le propriétaire leur donne à boire. Cela s’appelle « planter le bouquet » ; si c’est un commerce que l’on inaugure, on ouvre la porte dès l’aurore et l’on jette à la rue une poignée de piécettes de monnaie abandonnées aux mendiants; – d’autres placent sous le seuil

de la porte, une pièce de cent sous (Seraing).

 

  1. Dans la maçonnerie, on cachait jadis soit un petit crucifix, soit une madone de porcelaine que l’on emmurait ; – de nos jours encore, le maçon dessine un ostensoir dans la maçonnerie, au moyen de briques calcinées, beaucoup plus noires; ou le couvreur, dans le toit, au moyen de tuiles de couleur autre. – A Vielsalm, on place « lu clâ d’ tchandèle » (clou de chandelle) c’est à dire un petit fragment de la cire du cierge bénit à la Noël, sous le seuil de la porte, afin d’interdire le passage aux macrales (sorcières).

 

  1. Qui pénètre le premier dans une maison neuve, mourra sous peu. C’est pour cette raison que jadis, on y faisait entrer d’abord un petit animal vivant, chien ou chat, qu’on y laissait crever de faim. Aujourd’hui, qui y pénètre le premier s’avance processionnellement, portant l’un de ces crucifix en cuivre rouge et une saunière de même métal dont il meuble, avant toute chose, le manteau de la cheminée de la cuisine.

 

(p.56) 82. Lorsque 1e propriétaire a connu le malheur dans une maison, le prêtre vient bénir à nouveau l’immeuble, en y récitant quelques versets de l’évangile selon S. Jean.

 II LI NÊHANCE (la Naissance)

 

PREDICTIONS DIVERSES

 

  1. Lorsqu’une jeune mariée reçoit dans son verre le fond d’une bouteille ou d’un pot, c’est qu’elle sera enceinte prochainement ; – si pendant la bénédiction nuptiale, elle entend le cri d’un jeune enfant, c’est qu’elle enfantera un garçon ; – la mère qui veut obtenir un enfant d’un sexe différent de celui de l’enfant précédent, devra changer l’emplacement de son lit, dans la chambre à coucher; – pour connaître le sexe de l’enfant à naître, on fait asseoir la jeune mère sur le sol. Si, pour se relever, elle se sert de ses membres droits, ce sera un garçon ; sinon, ce

sera une fille.

 

  1. Si l’enfant est roux, c’est qu’il fut conçu pendant la période des menstrues ; – si la naissance d’une fille interrompt une série de six garçons, le septième ne vivra pas .

 

  1. Quand on compare un animal intelligent à l’homme, c’est un blasphème ; c’est pourquoi le populaire ajoutera toujours à son discours, la formulette ” Respecté le baptême ».

 

PITITS NOMS (Noms de baptême)

 

  1. L’enfant né pour remplacer un frère décédé devra prendre le prénom de René, sinon ce serait renier le mort qui se vengerait en faisant mourir le nouveau-né ; – quand deux personnes portant le même prénom se rencontrent, elles disent : ” Bondjoû, Batème ! «  (Bonjour Baptème !) . – Les parrains et marraines exigent que leur filleul porte le même prénom que le leur, c’est une condition de leur acceptation au parrainage; – on dit, à Liège, qu’il faut tenir secret jusqu’au dernier moment, le prénom qui sera donné à l’enfant parce que les sorcières doivent connaître le nom pour envoûter le nouveau-né, chose dont elles n’auront plus pouvoir après l’ondoiement. .

 

 AVORTEMENT

 

  1. Sans compter la neuvaine à ste Rwèsmèle dont nous parlerons tout à l’heure, le peuple connaît de nombreux moyens pour provoquer l’avortement.- Les femmes boivent une infusion de rue, cette plante que cultivent les sorcières ; – elles prennent une injection d’eau et de savon vert, suivi d’un bain de siège presque bouillant ; – elle boivent un philtre à base de “pome di calicwin » (pomme coloquinte). – Les maquerelles provoquent l’avortement en piquant la matrice au moyen d’une longue aiguille à tricoter.

 

MEÛS DÈS DAMES (Mois des Dames).

 

MIGRIN.NE DÈS DAMES (Migraine des Dames). Menstrues.

 

  1. Pour les remèdes, consulter la chronique du 29 juillet.

Pendant les menstrues, les dames ne doivent pas procéder à leur toilette intime, ni se tamponner, ni même changer de linge.  Pendant le même temps, la ménagère ne doit faire ni sauce au lait, ni confitures, car ces choses « tourneraient » (deviendraient aigres) ; – les poux abandonnent la chevelure des fillettes dans les premiers signes de la puberté (Hainaut).

 

ENFANTS PRIVILÉGIÉS, NÉS COIFFÉS

LI HAMELÈTE

 

89 L’enfant né coiffé c’est à dire avec « li hamelète » (le voile) est particulièrement doué. Son voile est un porte-bonheur. On le faufile sur une feuille de gros papier gris que l’on coudra en cachette dans la doublure du veston du conscrit afin qu’il échappe à la conscription. On y ajoute un louis d’or ou « pièce à l’ange » ; ou « pièce à la vache » (anciennes émissions françaises).

 

  1. Nous verrons (Chronique des Jours de la semaine) que l’enfant né le dimanche est le favori de la fortune ; – que l’enfant né la nuit du vendredi saint est sourcier.

 

ENFANTS POSTHUMES

 

91 Les enfants nés après le décès de leur père sont rebouteux de naissance et ont le pouvoir de « pougnî » (poigner) , c’est à dire de guérir les foulures par simple attouchement. (Cp. En Morbihan, ils guérissent le mal de St. Eloi).

 

DIFFÉRENCES ENTRE « pougnî » (poigner) ET « siner » (signer)

 

  1. Il y a une différence essentielle entre ces deux moyens de guérir. Il semble que toute personne soit apte à signer, tandis que, seul, le hasard de la naissance donne le pouvoir de poigner. Ne peut poigner, en effet, que qui nait dans certaines conditions strictement limitées; et pour guérir, il lui suffira de toucher le membre malade, sans mouvement de massage, sans formulette à réciter. Au contraire, celui qui signe doit connaître la formulette et répéter méticuleusement un rituel minutieux et parfois très compliqué. Il doit connaître les paroles sacramentelles que ses ancêtres lui ont enseignées à leur lit de mort et qu’ils lui ont léguées comme un héritage précieux. Ces formulettes sont tenues jalousement secrètes et c’est difficilement qu’on se les procure. Ils doivent encore connaître tous les accessoires indispensables au signe : minerais, plantes, animaux. Ici, ce n’est plus la personne qui possède en soi la vertu curative, mais ce qui guérit, c’est la vertu du signe, le verbe mystérieux.

 

ENFANTS DISGRACIÉS

 

  1. L’enfant né entre onze heures et minuit, l’heure crime, sera voué au malheur ; c’est pour cette raison que la mère, dans les douleurs, fera un suprême effort pour retarder sa délivrance du temps strictement nécessaire à franchir l’instant fatal.

 

(p.59) COSTUME DE L’ENFANT

 

  1. Jadis, en Hesbaye, le sexe de l’enfant se distinguait d’après le bonnet. Nous en copions la description dans l’officiel Thomassin : « Celui des garçons est à six bandes qui se réunissent en un centre commun sur le derrière de la tête et s’y terminent par une mèche.

Celui des filles n’a que trois bandes ; les deux qui couvrent les oreilles sont réunies à celles du milieu qui part du front, couvre le sommet de la tête et se termine à la nuque » ; – pendant les trois premières années, le garçonnet porte des jupons comme une fille. C’est à « l’ âge de raison » (septième année), qu’il étrenne ses culottes, – Dès la puberté, la fillette allonge sa jupe jusqu’aux chevilles et, au lieu de porter ses cheveux soit dénoués, soit en tresses sur les épaules, elle les relève en « chignon ». – En Hesbaye, lorsqu’un enfant étrenne ses premières culottes, on fait un petit régal composé de pain au lait et de chocolat. – En Hainaut, on cuit des gaufres. – A Liège, c’est souvent le parrain qui offre la première culotte à son filleul.

 

PUERICULTURE. HYGIENE DE LA MERE

 

  1. La femme qui allaite doit boire beaucoup de bière brune, parce que celle-ci provoque grande abondance de lait. – Une nourrice noire de chevelure a plus de lait que la nourrice blonde.

– La nourricière doit éviter de se mettre en colère car son lait « tournerait » (deviendrait aigre).

– Pendant la grossesse il ne faut jamais refuser à la femme ce qu’elle désire manger, sinon l’enfant naîtrait avec une « envie », tache quelconque sur la peau, dont la plus connue est la mûre.

– On dit que les « taches de beauté » (mouches) vont toujours par couple et qu’elles se reproduisent sur la partie inférieure du corps, mais en sens inverse : ainsi, une mouche au côté gauche du cou se retrouvera sur l’aine droite ; celle au bras droit, sur la cuisse gauche.

– La femme enceinte qui a eu peur d’une souris mettra au monde un enfant qui aura une souris, c’est à dire une petite tache brune et poilue, la peau plus rugueuse.

– Si elle met le pied dans le gîte d’un lièvre, elle mettra au monde un enfant affligé d’un « bec de lièvre ».

(p.60) – Quand la mère souffre du pyrosis pendant la grossesse on dit que ce sont les cheveux de l’enfant qui croissent ; que celui-ci naîtra avec ses cheveux. Comme remède, on recommande « li djusèye » (jus de réglisse).

 

HYGIÈNE DE L’ENFANT

 

  1. Il ne faut pas peser l’enfant, car chaque fois qu’on le pèsera, on s’apercevra qu’il a diminué de poids; – il ne faut le faire passer ni sous la main, ni sous la jambe, ni sous la table, sinon cela l’empêcherait de grandir; – le garçonnet qui fume cessera de grandir ; – de même celui qui se refuse à manger la croûte du pain . – les poux sont l’indice d’une bonne santé, car ils ne s’attaquent qu’aux chairs saines. – On croit de même que les puces et les punaises abandonnent avec dégoût les personnes qui ont «le sang salé ». – L’enfant ne dormira point couché sur le sol, dans les champs, de crainte des « perce-oreilles » (forficules) qui crèvent le tympan de l’oreille ct vous rendent sourd. – Il ne faut pas couper les ongles de l’enfant avec des ciseaux, car il bégayerait ; il faut les rogner avec les dents ou les arracher avec les doigts.

 

  1. A la campagne, il est peu de jardinets où l’on ne trouve des pavots. Les mères en font une infusion à l’usage de leurs enfants pour les faire dormir et permettre à la ménagère de vaquer à ses occupations. – L’enfant nourri au lait de chèvre sera têtu et obstiné. – Pour le faire grandir, on placera un peu de fumier dans ses sabots (Bois d’Haine), car c’est l’engrais au pied des arbres qui les fait croître. – L’enfant qui joue avec des allumettes, et celui qui urine dans le feu urineront dons leur lit; – l’enfant qui pleure urine d’autant moins. – Le menteur a de petites taches blanches sous les ongles. Pour savoir si un enfant ment, on lui demande de laisser « sentir son petit doigt » (auriculaire); – l’homme qui allume sa pipe à la chandelle « éborgne la flamme » et ne mettra au monde que des enfants borgnes. – On fait manger à l’enfant des graines de soleils, pour qu’il ait une voix de bon chanteur et une bonne vue. – L’enfant nourri

au lait de mouton sera minus habens (Nessonvaux).

 

(p.61) 98. Tous les sept ans, nous changeons de peau; d’autres disent que le corps étant consumé après sept ans, nous en acquérons un nouveau.  L’enfant ne doit pas dormir couché sur le dos car cela donne le cauchemar, ni sur le ventre, car cette position provoque des transpirations morbides.  Quand un enfant a le hoquet, on dit que c’est son coeur qui grandit ; – quand il a des crampes dans les jambes, c’est qu’il grandit. .

 

BATÈME (baptême). – PARRAINAGE

 

  1. Refuser le parrainage est faire grand tort au nouveau-né, c’est pourquoi l’on dit : « On n’ deût måy rèfuser batème » (on ne doit jamais refuser baptême). – Toutefois, une femme enceinte ne peut être marraine, car cet acte entraînerait la mort de l’un des deux enfants, de celui qu’elle porte dans son sein, ou de celui qu’elle porte sur les fonts baptismaux. – Si la marraine est à l’époque des menstrues, on postposera la cérémonie. – Etre parrain se dit « lèver in-èfant » (lever un enfant). – Le parrain dont le filleul est décédé refusera tout nouveau parrainage, car il est persuadé qu’il porte malheur. – On croit qu’au physique

comme au moral, le filleul ressemble à son parrain ; la filleule à sa marraine.

 

VOUAGE AU BLEU

 

100 Il y a une vingtaine d’années, on avait encore coutume de « vouer l’enfant au bleu », c’est à dire de le consacrer à la Vierge et jusqu’à l’âge de sept ans, il ne pouvait porter que des vêtements de couleur bleue ou blanche, celles de Marie. Cette obligation était rigoureuse à ce point que le fils ne pouvait même pas porter le deuil de son père.

 

101 En revenant de l’église, le parrain jette à la foule des « cens’ di batème » ou piécettes de monnaie de cuivre, et si celles-ci, tant attendues ne pleuvent point, les enfants se vengent en criant: « Pèlé pârin ! Pèléye mârène ! » (Pelé parrain, pour pingre). Les mêmes piécettes distribuées aux parents et gens de maison, sont ornées de faveurs roses pour un garçon et bleues pour une fille.

 

102 Pour la compréhension de certains textes, disons qu’en Wallonie, l’unité de monnaie est « ine pèce » (une pièce) ou cent (p.63) sous. On compte par pièces : “Cet animal a été acheté 35 pièces “.

Comme monnaie divisionnaire, nous avons « li cens’» (le “cent” hollandais on piécette de cuivre, d’une valeur de deux centimes (avec ” li d’mêye cens’ » (la demi-cent) ; puis le sou qui se dit «  lap’ » ou « patård » au pays de Herve, « mastoke » dans le Namurois; « bouroute » en Ardenne; « clouche » à Verviers.  On connaît aussi « li d’mèye-franc » (le demi franc) ou pièce de dix sous, appelé aussi « tchaweteû ».

 

CLOCHES DE BAPTEME

  1. A Malonne, au baptême d’une fille, on sonne deux volées, au baptême d’un garçon, on en sonne trois. Les cloches restent muettes pour un bâtard. Là où il existe trois cloches, « èles tribolenut », c’est à dire qu’elles se répondent.

 

CREATION

  1. Au Pays de Liège, on dit que l’enfant naît sous ou dans un chou ; chou rouge pour un garçon ; chou vert pour une fille; les meilleurs choux reproducteurs sont ceux du jardin de M. le Curé.

 

CADEAUX DE BIENVENUE

  1. Le nouveau né apporte des jouets à ses frères et sœurs de façon a être bien reçu par eux. Il offre A ses petits amis des anis blancs et roses, car pendant les huit premiers jours, le le bébé ne ” fait » que des anis.

 

  1. Au pays de Liège quand naît un garçon, le grand-père, comme chef de la famille, lui mouille les lèvres soit avec du vin de bourgogne, soit avec un peu de « pèkèt » (genièvre) afin que plus tard, il sache boire congrument.

 

  1. En Wallonie, le frère de lait est ignoré.

 

RÉSURRECTION DES MORT-NÉS

 

  1. Le populaire s’inquiète du sort des nouveaux nés morts avant d’avoir reçu le baptême. Il croit qu’ils peuvent ressusciter (p.63) mais seulement pendant le temps strictement nécessaire à procéder à leur ondoiement. Ce miracle est relativement commun. Nous en découvrons un exemple à Liège, à l’intercession de N. D. de St.-Séverin . à la chapelle miraculeuse d’Oisy ; à cell ede Marne, près de Fossé ; au calvaire de Belle-Croix, près du Tremblois.

 

« SPANIHÈDJE » (Sevrage)

 

  1. La mère qui veut faire tarir son lait doit en diriger un jet sur une brique ou sur une pierre ; ou porter un collier de rondelles de bouchon de liège ;-ou,placer sous son aisselle, une poignée de feuilles de cerfeuil; ou porter en compresse sur 1e gras du bras, une bouillie de feuilles d’épinard.

 

  1. Pour dégoûter l’enfant du sein maternel, on enduit le tétin de coloquinte; ou on le frotte avec un hareng. On dit d’un ivrogne : « Il a stu spani avou on haring » (il a été sevré avec un hareng) car le hareng est très salé et donne soif– ou avec « dè l’ låme » (du miel) que la mère est allée mendier chez l’épicier  « pour l’amour de Dieu » (Bastogne).

 

 

IV LI MWÉRT (la mort)

 

  1. Mourir se dit populairement : aller au royaume des taupes , manger les carottes et les navets par la racine; – se faire repiquer ou replanter ; « i s’ a lèyî goter » (il s’est laissé goutter, c’est à dire couler).

 

SÈNES DI MWÉRT (Signes de mort)

 

  1. La mort vous menace ; lorsque vous vous asseyez treize à table et que vous êtes placé à la gauche de l’aîné où de l’ainée de l’assemblée, place que la légende attribue à Judas pendant la dernière cène; lorsque vous repiquez du persil, c’est pourquoi le paysan madré fait effectuer ce travail par un enfant ou par un simple d’esprit :

(p.64) Quî r’ plante do pérzin  qui plante du persil

           riplante onk di sès parints       replante l’un de ses parents.

(Malonne)

 

Lorsque vous placez votre lit, le pied tourné vers la porte de la chambre, car cela signifie que vous en sortirez « les pieds devant ” c’est à dire porté dans le cercueil ;  lorsque, pendant le repos d’une procession, la statue de la Vierge s’arrête devant votre maison. C’est pour cette raison qu’aux quartiers populaires, les porteurs redoutant d’être invectivés et même houspillés par les habitants, ne s’arrêtent que devant un terrain non bâti, un établissement public où personne ne loge, ou qu’ils se relayent sans s’arrêter.

 

113, Quand un méchant enfant ou une servante cruelle détruit un nid « d’ aronde di finièsse » (d’hirondelle de fenêtre) appelée plus communément «  blanc-cou » (blanc cul} ou « chirou », ou « oûhê dè bon Diu » (oiseau du Bon Dieu), on croit que l’hirondelle est un oiseau sacré et tabou, (comp. en France on dit que cet enfant est frapp ‘de la « rache » (pelade) (Morvan)).

 

  1. Lorsque le bois d’un meuble fait entendre un craquement sinistre; lorsqu’en volant, un corbeau décrit de grands cercles autour de votre demeure ; lorsqu’une ménagère sans élégance coud du linge blanc avec du fil noir et vice versa; lorsqu’une « tchawe-soris » (chauve-souris) vient hanter le voisinage de votre maison ; – lorsqu’une poule étrangère vient glousser sur le seuil d’une ferme où il y a un malade;  quand le chat quitte, sans cause apparente, la maison d’un malade;  lorsqu’on entend le bruit des ” blaps ” dans les meubles vermoulus.

 

115, Lorsqu’une libellule de l’espèce nommé « mârtê-dè-diâle » (marteau du diable) vous frappe au front, elle vous tue, c’est à dire que vous mourrez prochainement. La larve de la libellule se nommé « scorpion » et on la dit venimeuse. (Orchimont).

 

116, Lorsqu’on aperçoit douze étoiles au-dessus de sa maison, on y pleurera bientôt un mort (Spa); lorsque vous coupez une flamme, soit celle d’une lampe avec les ciseaux qui veulent (p.65) couper la mèche, soit celle de la bûche, avec votre bâton, vous raccourcissez votre vie d’un an. Nous avons vu que la flamme est sacrée et que le père qui allume sa pipe à la flamme d’une

bougie porte malheur à ses enfants.

 

  1. On croit que les remèdes administrés après l’Extrême Onction sont sans efficacité; lorsque pendant la messe l’heure se met à sonner au clocher de l’église entre les deux Elévations des Saintes Espèces, l’un des assistants mourra dans les huit jours. (Chimay).

 

  1. Rêver de mort prolonge l’existence; souhaiter le décès d’un ennemi, c’est prolonger sa vie.

 

  1. Avant d’entamer un pain, le bourgeois trace le signe de la croix sur celui-ci, avec la pointe du couteau. I1 est persuadé que si le pain était empoisonné : « il volerait en morceaux ».

 

DERNIÈRE TOILETTE

 

  1. Dans les environs de Maastricht, On vend avec le cercueil des habits de papier de soie pour en vêtir le cadavre pendant l’exposition publique. Cette sorte de robe est mauve pour un homme ; pour une femme, elle est blanche et complétée par un bonnet. jadis, A Liège, on achetait la garniture du cercueil en papier imprimé; crucifix et autres emblèmes que l’on collait sur le bois ; si quelque vieille femme habituée aux ensevelissements ne se présente pas pour cet office, c’est le barbier qui y procède ; A Barvaux, nous retrouvons la coutume païenne du denier a Caron; on place un « êdant » (pièce de monnaie) dans la bouche du cadavre.  A Liège, les voisins veillent le défunt. La famille leur offre à boire.  On fait fondre de la cire de chandelle de la Chandeleur dans 1’ombilic, car c’est par 1à que la vie commence et c’est par là qu’elle doit finir ou fait fondre de la « lake » (cire à cacheter) sur l’anus du cadavre pour éviter les écoulements de matières fécales.

EXPOSITION PUBLIQUE DU DÉFUNT

 

  1. Pendant les quelques jours que le cadavre reste exposé, les cloches sonnent ” les transes “. Le sonneur se fait payer par « pwèséyes » ou groupe de sonneries. Les cloches sonnent ” à l’

djôye » (à la joie) lors du décès d’un enfant de moins de sept ans.

 

  1. Il faut clore soigneusement les yeux du mort. S’il persiste à les laisser ouverts, c’est qu’il attend la visite de quelque ami ou de quelque parent. Il faut se hâter de prévenir celui-ci. Il en est de même pendant l’agonie. Si celle-ci se prolonge, c’est que le moribond attend quelqu’un. Pour l’aider à mourir, il est de coutume, à Nivelles, de « sonner l’agonie » au clocher paroissial.  Ailleurs, on croit que le moribond ne peut mourir avant d’avoir reçu le pardon de qui il offensa jadis.  Si le mort, s’entête à ne pas fermer l’oeil gauche, c’est signe de mort, dans l’année, pour un proche parent.

 

  1. Une mort n’arrive jamais seule dans une famille. Un deuil en exige un autre.

 

  1. On voit qu’un malade va expirer lorsqu’il «  faît sès pakèts » c’est à dire qu’il crispe les doigts sur les couvertures comme s’il voulait en envelopper un objet.

 

  1. On doit cacher sous un linge tous les miroirs de la maison et tout ce qui, placé sous vitre, peut servir de miroir, car le mort ne peut plus se reproduire; on doit enlever de la chambre et même de la maison, tous les vases contenant de l’eau, de peur que dans sa hâte de 6e purifier, 1’âme du défunt ne s’attarde à ce baigner, au lieu de prendre immédiatement le chemin du paradis.

 

  1. Aussitôt après le décès, on fait appeler « li docteûr dès mwérts » (le médecin des morts) ou médecin de l’Etat Civil chargé de constater le décès. Celui-ci est plus ou moins un objet de risée.

 

  1. Il faut nouer un ruban de crêpe au cul du chien et du chat; à la cage du canari, à la ruche, afin que ces animaux ne meurent pas en même temps que leur maître (même coutume en

Anjou); on enferme le chat, car il viendrait défigurer le (p.67) cadavre à coups de griffes.  Au moment où les porteurs enlèvent la bière, le chien de garde qui ” sent la mort”, hurle « à la mort ».

 

  1. La durée du grand deuil (père, mère, époux, et enfant) est d’un an et six semaines de grand deuil, plus six mois de demi deuil. Le petit deuil, pour un parent plus éloigné, a une durée de moitié. A Scoville, les femmes restent en grande toilette claire jusqu’à l’heure de l’enterrement. Les parents reprennent tous le grand deuil pour assister à ” la messe d’année ” (ou messe anniversaire).

 

  1. A Hertain et dans d’autres villages du Tournaisis, à la mort du propriétaire d’une ferme, on cloue une croix sur la porte principale de la demeure et on l’y laisse plusieurs semaines ; à Amay, lors du décès d’un pépiniériste, un place un noeud de crêpe à tous les arbres qu’il a plantés pendant sa vie; pui’s le paysan cueille un rameau de l’un de ces arbres pour se rendre sur la tombe. Au retour, il brûle celui-ci. Si ce rituel n’est pas accompli, lesdits arbres ne porteront plus des fruits.

 

  1. A Liège, on croit que chaque année un franc maçon doit mourir dans chaque Loge, sinon le sort décide celui qui doit se suicider.

  

ÈTÉREMINT (Enterrement)

 

  1. Chacun se fait un devoir d’assister à l’enterrement, c’est un dernier honneur rendu au défunt. Dans nos cités industrielles on s’efforce de fixer l’enterrement au lundi parce que ce jour il y a de nombreux chômeurs et que la famille se fait une gloire d’avoir la grande foule au cortège. Dans d’autres régions au contraire, On a soin de ne jamais fixer les funérailles au lundi.

Dans certaines localités, les proches parents s’affublent, pour assister au cortège, d’un long voile noir fort épais, nommé « heûke ».

 

  1. On fait peu état de la présence des femmes et l’on dit parfois en guise de plaisanterie : « Èst-ce qu’ i gn-aveût tot plin dès djins ? «  (Y avait-il tout plein des gens?) à quoi l’on répond : « Gn-aveût tot plin dès djins èt quékès feumes. ” (I1 avait tout plein de gens et quelques femmes.) A la campagne, au pays de Visé, notamment, les femmes, mères, épouses et filles suivent le cercueil et, pendant l’enfouissement, agenouillées sur la terre au bord de la fosse béante, elle doivent pleurer bruyamment, ce que nous appelons « brêre » (braire) ou «  criyî » (pleurer). Elles ne sortent de « d’zos l’ ête » (du cimetière) que lorsque la foule s’est enfin dispersée.

 

133, A Malonne, jadis, les personnes riches faisaient joncher de paille le chemin qui conduit à l’église.

 

ÈTÈRÉ DIZOS LES CLOKES (enterré sous les cloches)

  1. Lorsqu’un enfant meurt peu après sa naissance, il n’est pas fait de cérémonie. Le père porte le petit cercueil à l’église où on le place dans la salle des cloches. Il y reste jusqu’au lendemain matin ; et le « corbillard des pauvres » l’emporte en même que le cercueil de celui pour lequel le prêtre dit la messe gratuitement.

 

PRIEURS

135, Le jour et l’heure des funérailles sont annoncés par un crieur public nommé prieur, parce qu’il annonce en ces termes « on v’ faît priyî à l’ ètèremint da N…. dè l’ rowe…. po d’min, à…. eûres » (ou vous fait prier à l’anterrement de N…. de la rue…. pour demain, à…. heures).  Dans certaines localités le crieur porte sur le bras un drap noir plié, insigne de sa qualité.

 

PORTEURS

  1. De la maison à l’église voisine, la bière est portée par les amis du défunt. Refuser serait faire injure à sa mémoire. A Herve, cet honneur est réservé aux plus proches voisins, mariés ou célibataires selon l’état du défunt; dans certaines localités, les parents distribuent aux porteurs, ici une paire de gants blancs en fil; là, un mouchoir blanc en coton pour antourar les poignées métalliques du « birå » (civière) ; toutefois, à Herve, on ne donne le mouchoir que s’il s’agit d’un ou d’une célibataire.  Le cercueil d’une jeune fille est porté par les jeunes gens; celui d’un célibataire est entouré de jeunes fil1es en cheveux, portant en bandoulière un voile de tulle blanc dans lequel est piquée une fouille de lierre.  Le deuil n’est pas conduit par la famille,

mais par deux enfants des plus proches voisins, un petit garçon et une fillette.  Les enfants suivent la bière, avant les parents, portant des couronnes de fleurs.

 

137 Dans quelques villages, il y a encore des PLEUREURS et des pleureuses professionnelles rétribués. Les pleureuses portaient aussi le « heûke ».

 

  1. Les menuisiers de la campagne ont une coquetterie, celle de soigner les cercueils qu’ils font C’est une sorte d’article de réclame où ils peuvent faire parade de leur talent et c’est pour cette raison que les curés n’osent faire employer les draps funèbres que nous connaissons à la ville. A Scoville, le drap blanc qui recouvre le cercueil des petits enfants est orné d’images pieuses fixées au moyen d’épingles.

 

  1. A Verviers, à côté de la civière, figuraient jadis des porteurs de torches résineuses. Lorsque ceux-ci passaient devant un crucifix installé dans les rues, ils s’arrêtaient, saluaient et à haute voix, une prière. Dans cette ville, le voile portait le nom d’ « afûleûre ». Il se prenait en location.

140 A Sterpenich, à l’enterrement d’un jeune homme ou d’une jeune fille, tous les jeunes gens ont des fleurs à la boutonnière . Quand le cercueil est descendu dans la fosse, chacun y jette son bouquet, après l’avoir trempé dans le bénitier et en tombe.

 

141 A Malonne, on brûlait la paillasse du défunt et à l’endroit où avait eu lieu l’incinération, on fixait une croix de paille dans la haie. Quiconque passait par là et apercevait ce signe, une prière pour le repos de l’âme du défunt.

  

OBSÉKES (Obsèques).  MÈSSE DI MWÉRT

 

(Messe de mort)

  1. La messe funèbre est fort longue a la campagne, où l’office proprement dit est précédé de l’interminable chant des Laudes, lequel dure près d’une heure; c’est pourquoi il est de coutume de payer un petit paysan chargé de donner l’alarme dans les cabarets voisins dés que les Laudes sont finies et que l’offrande va commencer. A l’offrande, les hommes précèdent les femmes pour aller baiser la patène de vermeil que le peuple nomme irrévérencieusement : « li cou d’ sèyê » (le cul de seau). On dit communément : « C’ è-st-on ritche mwért » (c’est un riche mort) quand un grand nombre de prêtres assistent l’officiant. A la campagne, chaque prêtre supplémentaire se paye « ine pèce » (une pièce) et l’on dit avec admiration : ” C’ èsteût. ine mèsse d’ ot’tant d’pèces ! » (C’était une messe d’autant de pièces). Nous en avons vu quatorze se bousculant sur les marches de l’autel ! A Arlon, la famille remet à chaque prêtre une paire de gants noirs qu’il doit mettre pour conduire le mort au cimetière.

 

REPAS FUNEBRES

  1. Imitant les moeurs païennes, nos bons paysans offrent à tous ceux qui participent à l’enterrement un copieux repas composé de jambon du pays, de tartes, de « mitchots » ou petits pains au lait et au sucre. Ce repas a lieu dans la maison du défunt.  Au Roeulx (Hainaut), on organise a cette occasion une distribution de pain aux pauvres.  A Liège, les parents invitent au cabaret. On y boit ” à la santé » du mort.  Aux abords de nos deux principales nécropoles, ce ne sont que cabarets louches Où l’on danse au son de l’accordéon. Au moment où passe l’enterrement, les prostituées se hâtent de venir ” faire la porte ” pour y exposer une toilette voyante et sourire à ceux qui s’arrêteront chez elles, au retour.  A Malonne, on invitait les amis du défunt a manger la soupe au chocolat.  A Grune, les repas funèbres s’achèvent par la récitation à voix haute du chapelet pour le repos de l’âme du trépassé.

N MOT SUR LA SORCELLERIE

 

MACRALES ET MACRÊS (Sorcières et Sorciers)

 

  1. Comme nous aurons souvent l’occasion de parler de ces personnages, disons dès maintenant ce que nous en savons. Le peuple croit découvrir des macrales parmi les pauvresses laides et vieilles qui presque toujours ont leur tanière à la campagne. C’est une chaumière basse et délabrée, fort malpropre aussi, éloignée de tout cours d’eau (car l’eau purifie), de toute source, mais posée parmi les rochers, les éboulis d’aspect fantastique, les ruines où niche la lune blafarde. Elle est entourée d’un jardinet à l’abandon, où croissent en s’enchevêtrant la rue, le houx et les herbes folles.

 

  1. Il y a aussi de jeunes macrales, mais plutôt en théorie. – Le sorcier est généralement un vieux berger pouilleux et sordide connaissant la vertu curative de certaines herbes dont il compose des remèdes populaires, des philtres d’amour, des breuvages immondes qui provoquent l’avortement. – S’il est guérisseur, il reçoit le nom de macrê crèyou ou r’crèhou.

 

  1. Les pouvoirs des macrales sont fort étendus. Elles ensorcèlent les bonnes gens; font flamber les meules et les granges des fermiers quand ceux-ci leur refusent l’aumône. Elles jettent de mauvais sorts à tous et tout particulièrement aux nourrissons qui se mettent à dépérir sans que la science parvienne à définir le mal qui les conduit au tombeau. – Les macrês agissent de même et c’est eux qui noucnt les aiguillettes. – Tous les vendredis, vers la minuit, macrales et macrês assistent au Sabbat dans quelque clairière de la forêt voisine; dans quelque prairie bien sombre. Le lendemain, le campagnard vous montrera l’herbe foulée en cercle comme si quelque animal y eut tourné longtemps et il vous avertira à voix basse que c’est 1à que ses sorcières ont organisé leur ronde échevelée. – Les sabbats se tiennent souvent aussi aux carrefours où deux routes se croisent à angles droits. C’est pour les éloigner que le paysan plante un crucifix à chaque carrefour.

 

  1. Pour reconnaitre les macrales, le peuple possède divers expédients : les déchausser, car les sorcières ont trois poils divergents sous la plante du pied ; – les faire asseoir sur un siège de bois sur le fond duquel vous aurez disposé en croix deux fétus de paille. Cette croix s’imprimera brûlante dans la fosse de la sorcière qui s’enfuira en poussant de grands cris de douleur. – Souvent la macrale assiste a la messe pour donner le change, mais elle ne peut supporter le regard du prêtre et chaque fois que celui-ci se retourne vers le public pour lui dire : ” Orate fratres !” (priez, frères !) la macrale détourne aussitôt la tête. – Pendant l’élévation des saintes espèces, elle fait cent contorsions douloureuses et grince des dents. – Quand on regarde par le trou d’un silex troué naturellement, on les reconnaît parmi les autres femmes, en les voyant grimacer horriblement. D’autres remplacent le silex par un anneau de mariage.

 

MOYENS DE SE PRÉSERVER DES MACRALES

 

  1. La corde de pendu, « li bènêye cins’ » (bénie cent) ou pièce de monnaie trouée que le parrain distribue lors du baptême ; – le port sur soi du clou de la noix, car le peuple dit que

celui-ci ressemble aux clous qui fixèrent Jésus sur la croix. Il retrouve de même l’attirail de la Crucifixion (clous, éponge, échelle, tenailles, etc.) parmi les os de la grenouille. – « Li hamelète » (le voile) du nouveau-né. – Le cil que l’on place dans le soulier, sur la semelle. – L’os de mort volé dans le cimetière paroissial de la terre duquel il émerge, quand on y a creusé une tombe nouvelle. – La dent du bois d’une herse agricole et le clou du cercueil se placent tous deux discrètement sous le granit servant de seuil au fournil où la macrale ne pourra plus pénétrer. – Le  « nûle » ou hostie distribuée le premier jour de l’an et qui se colle derrière la porte, sur le bois. – Le fer à cheval qui surmonte la porte, les pointes vers le bas, ” faisant les cornes “. – Le balai, représentation symbolique de la sorcière, que l’on dresse comme une sentinelle vigilante, derrière l’huis ouvert. Une traînée de terre du cimetière semée en cercle autour de la ferme, comme une enceinte infranchissable.

 

 

V CROYANCES RELATIVES AUX LUNAISONS

 

LI BÊTÉ (La Beauté)

 

149 C’est-à-dire la lune, est soupçonnée présider directement a nos destinées, car c’est elle qui règle les menstrues, c’est-à-dire le cours même de la vie. L’année populaire, bien que basée sur le soleil, s’occupe des phases lunaires. Le Christianisme naissant substitua fort habilement les fêtes de Marie aux Noéménies ou Fêtes des Nouvelles Lunes; c’est ce qui fait dire à l’auteur du Calendrier Romain (p. 101) : « que la raison de cette assimilation est prise dans les litanies : Pulchra est luna !» Elle est belle comme la lune. .

 

NOVÈLE LEUNE (Nouvelle Lune)

 

  1. Elle est favorable à tout ce qu’on entreprend sous son murs. – La femme qui conçoit pendant la nouvelle lune mettra au monde un garçon.

 

DEURE LEUNE (dure lune) ou T AHANT ou CRÈHANT

(Croissant). – Premier quartier

 

  1. Cette lune rend fort et vigoureux tout ce qui naît sous son empire; c’ est pour cette raison que le campagnard se hâte de semer tout ce qui doit pousser rapidement. – On scie le bois de construction parce qu’il est plus durable. – On se fait couper les cheveux pour être certain qu’ils regrandissent. Les femmes coupent l’extrémité de leurs tresses. – On cueille tout ce qui

doit se conserver. – On évite de semer ou de planter tout ce qui doit grossir en racines, comme les oignons, la pomme de terre et les carottes. – On tond les moutons pour que leur laine regrandisse rapidement- – On fait saillir les animaux reproducteurs pour obtenir de beaux mâles parmi les jeunes.

 

PLINTE LEUNE (Pleine Lune)

 

  1. Elle est particulièrement pernicieuse. – Elle donne souvent la folie à ceux qui naissent sous son empire. – Elle jaunit le linge si elle est Lune Rousse, mais elle reste toujours favorable aux amours. – Elle est néfaste aux malades (Luxembourg).

 

TINRE LEUNE (Tendre Lune) ou « D’FALANT ” (décroissant). – Dernier quartier

 

  1. On sème et on plante tout ce qui doit grossir en racines. – On se rogne les ongles pour qu’ils regrandissent moins rapidement. – On arrache les herbes folles et on taille les haies

pour la même raison». – Tout ce que l’on entreprend sous l’empire du D’falant tourne à mal, aussi diffère-t-on tout mariage à célébrer.

 

 

VI CROYANCES RELATIVES AUX JOURS DE LA SEMAINE

 

DÎMEGNE (Dimanche)

 

  1. Nous retrouvons ici l’une de ces juxtapositions si nombreuses d’une fête chrétienne à une fête païenne impossible à déraciner. En effet, la faveur accordée au dimanche ne peut avoir sa cause dans l’idée chrétienne. Ce n’est pas le dimanche que le Seigneur s’est reposé de la création du monde, mais le samedi ou jour du Sabbat. Nous n’argumenterons point sur la signification exacte du mot dimanche, que d’aucuns, contre toute science étymologique, voudraient traduire de « dominica die ” (jour du Seigneur). Il est une chose certaine, c’est que le mot a subi une retouche maladroite. Tous les jours de la semaine portent le nom d’un dieu païen, le dieu auquel le jour était dédié :

Lundi Lunae die jour de la lune.

Mardi Martis die                Mars

Mercredi Mercuri die       Mercure.

Jeudi Jovis die                   Jupiter.

Vendredi Veneris die       Vénus.

Samedi Saturni die        Saturne.

 

Remarquons maintenant que le Calendrier Germanique est la traduction exacte du Calendrier Romain, sur ce point. Les divinités sont remplacées par des équivalences et les noms seuls

ont changé :

Lunae die Maandag Jour de la lune.

Martis die Tyrdag Jour de Tyr ou de Zyr, dieu de la guerre.

Mercuri die Woensdag Jour de Wotan (Odin).

Joviis die Donderdag Jour de Tor, dieu du tonnerre, comme Jupiter toujours armé de la foudre.

Veneris die Vrijdag Jour de Freya, symbole de la femme, selon la conception germanique toute autre que la conception romaine qui se concrétise dans l’impudique Vénus.

Saturni die Zaterdag Jour de Zater, comme Saturne.

Nous savons que les emprunts que nous fîmes à la religion germanique sont bien plus importants que ceux faits à la mythologie romaine. Voyons donc quel était le premier jour de la

semaine :

 

ZONDAG (Jour du soleil)

Maintenant, nous comprenons la faveur exceptionnelle accordée au dimanche, jour où nos ancêtres célébraient l’astre de feu, c’est-à-dire le feu lui-même.

 

  1. Le dimanche est jour de bonheur. – l’enfant du dimanche est favorisé du sort; tout lui réussit. – Dans certaines régions on pense même qu’il est rebouteux comme l’enfant posthume. – S’il est baptisé entre deux messes, il est capable de découvrir les pierres précieuses, les trésors enfouis et même e plat d’argent qui se trouve à l’endroit où « l’ êr-Diè » (l’arc en ciel) touche la terre. Cet arc est appelé selon les régions : « rôye di st Dj’han » (raie de st Jean); « êr di st Mitchî » (Arc de S. Michel); la « rowe di st Bèrnârd » (roue de st Bernard).

 

  1. Quiconque oeuvre le dimanche, à la construction de sa maison y attire les souris, les rats, les puces et les punaises. – Qui coud le dimanche s’en repentira, car quelles que soient ses

souffrances, ii ne pourra mourir que lorsque les coutures se découdront naturellement.

 

LONDI (Lundi)

 

  1. C’est le dimanche des cigariers. On ajoute qu’aucune corporation ne groupe autant de paresseux et d’ivrognes. – Une servante qui entre en place le lundi n’achèvera pas la journée

8ans briser de la vaisselle. – A Bassily et à Marcq, ainsi que dans d’autres localités de la région d’Enghien, les domestiques refusent de prendre du service ce jour, parce qu’ils sont persuadés

qu’ils perdraient bientôt leur gagne-pain. – Nombre de gens hésitent à se mettre en voyage le lundi, de crainte d’accident presque inévitable.

 

MÂRDI (Mardi)

 

  1. C’est, à Liège, le dimanche des barbiers, qui le chôment. – On pense que si on se rogne les ongles un jour qui possède un R, il viendra aux doigts des envies.

 

MÉRKIDI (Mercredi)

 

  1. Jour néfaste à l’instar du vendredi. – C’est le jour où les veufs courtisent. – C’est cette nuit qu’au Sabbat, les macrales jouent à rebours le mystère de la Passion et qu’elles chantent

1es litanies infernales. – Le mercredi est rarement nuageux parce que la lumière fut créée ce jour-là.

 

DJÛDI (Jeudi)

 

  1. C’est le dimanche des écoliers, l’étape des jeunes étudiants placée au milieu de la semaine. Les spectacles sont composés à leur intention. – gui, le jeudi, fait des travaux d’aiguille (ou le samedi après-midi) fait pleurer la Vierge et souffrir Jésus.

 

VINRDI (Vendredi)

 

  1. Jour particulièrement néfaste. – Les macrales sont maîtresses de la rue et il n’est fait d’exception que pour « li bon vinrdi ” (le bon vendredi) ou Vendredi Saint. – Une servante

 ne conservera pas sa place, si elle y débute un vendredi. – Qui chante le vendredi pleurera le dimanche. C’est ce que dit Racine :   Ma foi, en l’avenir, fou qui se fiera /  tel qui rit vendredi, dimanche pleurera. – Celui qui se rogne les ongles le vendredi se garantit contre le  mal de dents. – L’enfant qui ne sait pas encore marcher rampera sous l’arbuste qui porte les baies de houx, enraciné aux deux extrémités, mais il ne devra pas babiller pendant cet exercice (Luxembourg). – L’enfant baptisé le vendredi sera voué au malheur ; cependant dans certains villages voisins de la frontière flamande, on croit que l’enfant du vendredi a le pouvoir de chasser la fièvre. .

 

  1. La branche de l’ « ônê » (aune) ne peut se plier aisément et servir à nouer des fagots que si elle est coupée le vendredi. Coupée un autre jour, elle se briserait (Louveigné). – Les chemises que l’on coud le vendredi attirent les poux. – Si l’on enterre une personne le vendredi, il y aura un second décès dans la même maison, au cours de l’année (Cour-st-Etienne). – Si la nouvelle lune tombe un vendredi, elle n’aura aucune influence pernicieuse. – On dit :

Lêd vinr’di Laid vendredi

Grigneux sèm’di Maussade samedi

Bia dimègne. Beau dimanche.

– Il faut puiser de l’eau à la rivière le vendredi à 3 heures (jour et heure auxquels trépassa Jésus) et la mêler à la poudre faite avec les excréments d’un chien qui pendant trois jours aura été nourri exclusivement. avec des os de pigeon, pour se procurer un excellent remède contre « li mâ d’ vinte » (le mal de ventre) ou colique. – L’amoureux ne doit pas faire sa cour le vendredi car si sa fiancée était enceinten, elle en avorterait immédiatement (Nivelles). – La jeune fille qui reçoit la visite de fiancé le vendredi en augure qu’il est de caractère jaloux (Hamoir).

 

SÈMEDI (Samedi)

 

  1. Jour excellent pour ouvrir un commerce, mais seulement à six heures du soir . – pour engager un domestique pour débuter dans un emploi. – De même pour prendre possession d’une nouvelle demeure.

 

  1. Le samedi est rarement pluvieux et, même en cas de pluie, il n’est de samedi qui n’ait son rayon de soleil, parce que c’était le samedi que Marie avait coutume de lessiver les langes de l’Enfant Divin et que le soleil ne manquait jamais de venir les blanchir sur la haie d’aubépine dont la fleur parfume depuis lors. C’est pourquoi on dit ! « I gn-a d’ si lêd sèmedi qui l’ solo n’ lûse

todi » (I1 n’est de si laid samedi que le soleil ne luise toujours).

Cette croyance semble générale

 

 

(p.81) SECONDE PARTIE

FETES CIVILES MOBILES

 

I LES CARNAVALS WALLONS

 

I CRÂS DIMÈGNE (Gras dimanche)

 

ENFANTINES

 

  1. Le Wallon est exubérant et nous nous sommes plus souventes fois /mis/ à l’appeler ironiquement le méridional du nord. Le baron de Pöllnitz, qui ne nous aimait pas et pour cause. car nous avons la tête dure et le bras fort, le nomme, dans ses ” Mémoires ” « l’italien des Pays-Bas “. Nous aimons nous divertir bruyamment et sans méchanceté; c’est pourquoi le sire carnaval est honoré généralement en Wallonie. Dans les rues de nos villes en liesse « li maské » (le masque), appelé « quowé » à la campagne, est poursuivi par des bandes de bambins criant :

Tchério mayot (intraduisible)

Qu’ a magni l’tchâr foû dè pot       qui a mangé la chair (la viande) hors du pot

bouyon èt tot.                               bouillon et tout.

 

  1. A Verviers, le cri populaire est « quowé lamé » !

 

  1. Ailleurs, on chante :

Vochal les carnavals Voici les carnavals

Crotale (ou macrale, ou bouhale) Crotte – sorcière – bête

Vos-âréz dè pan doré Vous aurez du « pain doré »

Noyé (ou croté, ou crolé, ou brosdé). Noël, crotté, bouclé, brodé.

 

 

HÈYÈDJES (Collectes)

 

  1. A chaque instant, au cours de cette étude, nous retrouverons la coutume du hèyèdje laquelle se retrouve aussi en d’autres pays, notamment en France. On appelle ainsi l’action (p.82) de circuler en bande, de porte en porte pour solliciter soit de la monnaie, soit des denrées spéciales aux époques. Mais il ne faudrait pas confondre le hèyeu avec le mendiant. Il ne reçoit pas l’aumône; il perçoit une dîme, d’après un droit lui conféré par la tradition. Le hèyeû tient d’ailleurs a bien spécifier son rô1e et dans l’une de ses complaintes, il dit :

Dji vins hèyi, mins ç’ n’ èst nin po v’ni briber

C’ èst-ine cåse qui va d’ tot costé…

(Je viens collecter, mais ce n’est pas pour venir mendier, / C’est une cause qui va de tout côté…, c’est à dire, c’est une coutume qui a cours en tout endroit.

 

  1. Cependant, quand la ménagère au coeur dur refuse aux enfants, ceux-ci se vengent sur le champ, en lui adressant des couplets satiriques et souvent licencieux, dans le genre du

suivant :

Dji vin hèyî a l’ ôliète                     Je viens collecter

li feume di chal n’ a pus des tètes,   la femme d’ici n’a plus de seins

on l’s-a côpé a côps d’cisètes           on lui a coupé à coups de ciseaux.

on l’s-a rosti d’vins ‘ne pêlète,        on les a rôties dans une poêle à frire.

Autre exemple :

Dju vin hèyi                                    je viens collecter

à l’ vète èplâsse,                                 à la verte emplâtre.

Li mêsse di voci                               Le maître d’ici

a tchî è cou-d’-tchâsse (Spa)           a ch,… dans son haut de chausses.

– Nous verrons d’ailleurs que l’on est persuadé que le ciel punit directement les avares, et que refuser à la collecte porte malheur.

 

 

HÈYÎ LI LEÛP (collecter le loup)

 

  1. Le hèyèdje se fait à certaines époque fixes ; cependant, en d’autres temps, lorsque les petits paysans ont capturé et tué un animal malfaisant comme un loup ou un renard, ils vont montrer la dépouille dans les fermes, en chantant de même, avec l’espoir d1’obtenir la récompense due à leurs services.

 

 

PANS DORÉS (pains dorés) ou PAlNS PERDUS

 

168 Dans le cérémonial de la plupart de nos fêtes populaires (p.83) wallonnes, nous retrouvons la distribution du pain sous ses différents aspects. Il y aurait une étude très intéressante à faire du phénomène. Le carnaval nous ramène le pain perdu; le Nouvel An, les « nûles » ; Paques les « sètchênes » ; la St.-Nicolas, les « Bounames » etc. Polain y voit un souvenir des anciens « libas » ou gâteaux traditionnels germaniques.

 

  1. Au Carnaval, la friandise traditionnelle est le pain doré ou perdu, c’est à dire un biscuit de farine blanche trempé dans du bon lait et du jaune d’oeuf, rôti dans la poële, au beurre frais et que l’on sert chaud et saupoudré « di souke di pot » (sucre de pot) ou cassonnade, et de cannelle.

LI CROLÊYE DJOTE (Le Chou frisé)

 

  1. La coutume veut qu’au carnaval on « magne dè l’ crolèye djote po n’ nin èsse magnî dès mohètes » (ou mange du chou frisé pour ne pas être mangé des mouchettes). – Au pays de Herve, on dit « po qu’ les djotes ni sèyèhe nin magnèyes des mohètes » (pour que les choux ne soient pas mangés des mouchettes), ce qui nous paraît plus compréhensible. – Toutefois, un dicton arlonais (sic) dit encore : « po n’ nin piède one di sès cwèsses ” (pour ne pas perdre l’une de ses côtes). Le sens de ce dicton nous échappe donc.

 

LI PASKÊYE (Le discours)

 

  1. – A Montignies le Tilleul (Charleroi) avait lieu jadis la lecture de la paskêye, ou écrit satirique résumant les faits et gestes de la Jeunesse de l’endroit. Le lecteur facétieux juché sur

un char garni de branchage, débitait sa plaisante harangue devant l’église, à l’issue de la messe chantée. – Le jour des Grands Feux, on fait encore A Jamioulx (Thuin) une « paskêye », sur les évènements auxquels furent mêlés les jeunes gens et les jeunes filles du village, au cours de l’année écoulée .

 

EPREUVE DU COURRIER

 

18l. A Ster-Francorchamps (Stavelot) c’était ce jour que l’on faisait subir l’épreuve d’adresse au courrier de la Jeunesse chargé (p.84) d’aller à cheval, de village en hameau, annoncer les réjouissances projetées pour le carnaval nouveau. Sur la place publique, en présence d’une foule amusée, le courrier à cheval devait recevoir le salut du drapeau, sans être désarçonné par les ruades de la bête effrayée par l’envol de soie claire devant les veux. Si le courrier était démonté, il était remplacé sur le champ par un candidat meilleur cavalier.

 

ECHASSIERS NAMUROIS

 

  1. A Namur, le carnaval rappelle à l’actualité les luttes épiques entre échassiers, lesquels étaient répartis en deux camps rivaux. Le premier, celui des Mélans, représentants de l’ancienne ville (or et sable), se composait de la brigade des Portefaix, des Bouchers de Soubise (rue de Croix) ; les Grenadiers Noirs (pied du château et rue Notre Dame) ; des Brasseurs, dits Maison du Roy ; des Bateliers; de la Plume (avocats et notaires); des Briquetiers de St. Georges (aujourd’hui Salzines) et des Racasseûs ou vétérans formant la réserve, Le second groupe dit des

Avrèsses comportait la brigade de Jambes (faubourg de Namur); celle du prince de Ligne (rue du port Spulart) des Tailleurs de pierre; des Ecossais, surnommés les Montagnards ; le Vèdrin

dit de la Vache; et de l’ Astale (éclat de bois) ou bûcherons et travailleurs du bois. Chaque métier arborait un uniforme baroque.

 

LI CRÂS LONDI (Lundi Gras)

 

LA CRIÉE DE CERFONTAINE

 

  1. A Cerfontaine (Philippeville) sur la place du Carcan, avait lieu, ce jour, la criée ou lecture solennelle du règlement du carnaval. L’après-midi, l’Etat Major de la Jeunesse était prié à dîner au moulin.

 

(p.85) LI CRÂS MÂRDI (Mardi Gras)

 

HAGIOGRAPHIE

 

St HÎRÂD ET st PANSÂ (Hirard et Pansard)

 

(NDLR hirer : déchirer (se déchirer le ventre à force de manger)

 

  1. Le peuple facétieux inventa ces deux saints, dieux des grandes ripailles. Il les oppose à st Djunâ et saint Afamâ. (Comp. à Nantes, on trouve st Goulard, st Pansard, st Dégobillard).

 

SPOTS (dictons)

  1. A Verviers, quand, au lendemain « d’ ine crâsse eûrêye » (d’un gras repas), on n’a plus que maigre pitance, on dit :

Hîr st Hirâd                        Hier st Hirard

Oûy st Afamâ                  Aujourd’hui st Affamé.

 

HÈYÈDJES

 

  1. Les enfants collectent en chantant :

St Pansâd n’a nin sopé.                   St Pansard n’a pas soupé.

Tayez bin, tayez mâ                        Taillez bien, taillez mal

on bon gros morchau (sic)              un bon gros morceau

po st Pansâd                                    pour S. Pansard

C’ èst d’min Cwarème vènant         C’est demain Carême venant

donez tos vos rimanants                 donnez tous vos reliefs

à st Pansâd.                                     à st Pansard.

 

Comp:

St Panchard n’ a pwint soupé / donez-lî ène croute ‘d pâté / Tayez haut, tayez bas / ch’ èst-à son cu qu’ ch’ èst tout l’ pas gras. (Picardie)

 

 

(p.86) GRAND FEUX; BURES ou TCHÈRAUDES

 

  1. Au Carnaval, il est de coutume d’allumer des Grands Feux semblables à ceux de la Saint-Jean. Nous les étudierons particulièrement à cette époque. – Le nom de Bure est d’origine luxembourgeoise. – A Bihain (Houffalize) on croit que si l’on ne faisait pas de grands feux, la foudre allumerait des incendies dans le village. – A Liège, jadis, les enfants parcouraient nos vieux vinâves, en criant : ” À l’ hoye ! à l’ hoye ! ” (A la houille !) récoltant ainsi du charbon de terre dont ils faisaient des feux sur la chaussée. Ils s’y groupaient pendant les froides nuits du carnaval pour voir défiler les masques.- A Ecaussines-Lalaing, quand un enfant peut apercevoir sept feux d’un même endroit, on dit qu’il peut réclamer des gaufres à ses parents. – A Cherain (Houffa1ize), les jeunes gens flambent une botte de paille devant leur demeure. – Le feu se nomme ” tchèraude ». (du wallon tchèrer, récurer).

 

  1. Les Grands Feux ont leur légende. Pendant la fuite en Egypte, Joseph voulant dépister les gardes que Hérode avait lancés à sa poursuite, fit ferrer son âne à l’envers, afin de les envoyer dans une fausse direction ; mais il fut trahi par les feux que les chrétiens d’alors avaient allumés tout le long de la route qui conduit en Egypte, afin d’indiquer le chemin à l’Enfant Jésus, Celui-ci allait être découvert quand le Bon Dieu fit soudain f1amber des feux identiques un peu partout, en sorte que les assassins s’égarèrent. C’est en mémoire de ce miracle que nous faisons les feux du Carnavalet comme les égorgeurs, honteux de leur mission, s’étaient déguisés et masqués, nous commémorons leur défaite en nous travestissant. (Cèroux-Mousty).

 

 

SOUDAGE DES AMOUREUX

 

  1. A Martilly, les jeunes gens groupés autour des grands feux du Carnaval, s’égosillent à hurler les noms accouplés des amoureux, Cela s’appelle « souder les amoureux ». Par malice, (p.87)

ils soudaient souvent les noms des vieilles femmes è ceux des célibataires endurcis; et même à celui de M..le Curé. – A Moresnet-Neutre, là où les trois frontières se rejoignent, existait une coutume à peu près semblable : là aussi on soudait les amoureux, mais le public présent donnait son appréciation et saluait chaque nom de ses applaudissements où de ses lazzis. – La coutume du soudage se retrouve sous le même nom, dans les Ardennes françaises.

Voici une formule de « soudage » :

Sohêt ! Sohêt !                               Souhait ! Souhait !

Bon mariadje si Dieu plêt              bon mariage si Dieu plait

X… avou Z…                                  X… avec Z…

à l’ pècherîye, tanerîye, cokê.       (intraduisible)

 

 

DANSES

 

  1. A Trazegnies, chaque groupe d’amis fait un grand feu cherchant a dépasser en dimensions celui des camarades. Chaque groupe improvise un corps d’harmonie jouant un air différent de celui des voisins. Les organisateurs dansent au plus longtemps autour, du foyer sans que la musique puisse prendre un instant de repos. Nous parlerons de ces tournois d’Harmonie à propos de la Kermesse.

 

 

ENFANTINES

 

  1. Dans les hameaux voisins de Marche, les enfants dansent autour des grands feux, en chantant :

À l’ tchèraude                                      A la « tchèraude »

po lès malådes !                                   pour les malades.

Ås grands feûs                                     Aux grands feux

po lès bribeûs!                                     pour les mendiants.

Le Dimanche suivant, les feux sont plus importants. Cette  fois, c’est la Jeunesse qui crie :

 grand feû                                          aux grands feux

les sîses â feû.                                      les soirées au feu.

 

C’est à dire que les jours commençant à s’allonger, il est (p.88) désormais inutile de brûler la coûteuse chandelle; et que pour passer entre soi la courte veillée, il suffit de la clarté du foyer.

LE MATOUFÈT

 

  1. Un peu partout, les grands feux s’achèvent par la consommation du « matoufèt » wallon. A Namur, les masques collectent des oeufs, du lard et du jambon que l’un d’eux empile dans une hotte portée au dos. La récolte terminée ils vont achever la journée au cabaret où ils font le « matoufèt » omelette confectionnée avec du biscuit trempé dans du lait et des oeufs; puis rôtie dans la poële, avec de petits ” crètons » (morceaux de lard). Cette omelette est servie chaude et se mange au sel.

 

BIDAUDÈT

 

  1. A Cour-sur-Heure, la Jeunesse arrête les étrangers qui circulent sur le territoire de la commune et après leur avoir fait offrir un pot de bière au cabaret, elle les conduit ” bauji Bidaudèt » (baiser Bidaudet) ou un buste de granit naïvement sculpté et représentant un jeune homme, c’est-à-dire la Jeunesse elle-même.

 

LES GILLES DE BINCHE

 

  1. C’est ce jour qu’a lieu, à Binche en Hainaut, la sortie des célèbres Gilles vêtus d’un uniforme de grosse toile grise parsemé, de lions héraldiques et de fleurage décoratif. L’habit est orné, aux manches et au bas du pantalon, de manchettes et de canons de fine dentelle. Ia ceinture de cuir fauve est garnie de grelots de cuivre; tandis qu’une grosse clochette pend sur la poitrine. Le Gille est chaussé de gros sabots recouverts de peau à poils et est coiffé d’un chapeau extravagant composé d’une couronne d’énormes et splendides plumes d’autruches dont l’extrémité retombe en formant panache. Il porte d’une main un petit balai et de l’autre un panier de vannerie rempli de belles oranges qu’il lance à la foule et tout particulièrement aux jeunes (p.89) filles. La violence du jet est telle que les habitants garnissent leurs croisées d’un treillis de métal. Nul être vivant ne peut paraître en rue s’il n’est travesti, sous peine de se voir lapidé et houspillé par les Gilles.

 

  1. Au Mardi Gras, il faut consommer de la bouillie de riz si l’on veut voir réussir son blé. – Il ne faut pas filer, car on compromettrait la récolte de lin. – Le fil filé ce jour sera bientôt détruit par les souris (Marche).

 

 IV

 LES CINDES (les Cendres) – Mercredi des Cendres

 

 HAGIOGRAPHIE

 

  1. DJUNÂ et S. AFAMÂ (Jeunard et Affamé)

 

  1. C’est ainsi que le peuple wallon a baptisé ces dieux du jeûne. – Les fidèles se rendent à l’église paroissiale pour y recevoir la croix de cendre que le prêtre leur fait au front avec la cendre du buis béni au Rameaux, l’année précédente, et calciné ce jour. – Le père de famille rapporte un peu de cette cendre entre deux pages de son livre de prières et impose lui-même la

croix à ceux de sa maison et à sa domesticité, en prononçant cette formulette, à chaque imposition : Têre vinans. Têre îrans. (Terre venons. Terre irons.)

 

  1. Il ne faut pas effacer cette croix, car elle porte bonheur. – On fait croire aux enfants que s’ils peuvent la conserver jusqu’à Pâques, le curé leur fera don d’un costume neuf.

 

 

ENTERREMENT DU CARNAVAL (Crémation de Bidaudèt et de la Haguète)

 

  1. A Dinant, les masques se groupent sur le pont et lancent dans la Meuse un mannequin représentant le Bonhomme Carnaval. A Cour sur Heure, on brûle un mannequin de paille

représentant Bidaudèt, dont on lance les cendres dans l’Eau d’Heure, (p.90) A Malmedy, en ex-Wallonie prussienne, les « Bin-Vèyous » (Bien Vus) brûlent la Haguette ou mannequin, en chantant :

Volà nosse mêsse toumé è blèsse, (Voila notre maitre tombé en blette.)

i n’ a pus ni djambes, ni brès’, (il n’a plus ni jamlbe, ni bras,)

s’ i s’ ramasse, qu’ on li côpe li tièsse (s’il se ramasse, qu’ on lui coupe la tête.)

 

 

LUNÈTES

 

199 A Namur, les boulangers cuisent des « lunètes » ou gâteau de forme spéciale.

 

 

CHOUCROUTE

 

  1. Dans certaines régions il est de coutume de manger de la choucroute pour ne pas être mangé des mouchettes. (…)

 

IV

CWARÈME (Carême)

Voir fêtes religieuses mobiles.

 

V

LAETARE

HAGIOGRAPHIE – LAETARE

 

201 Du verbe latin « laetare » (réjouis-toi !) premier mot de l’Introït du quatrième dimanche du Carême, le peuple a fait un S. Létaré apocryphe qu’il a donné pour patron aux filles de joie.

 

 

FEUX

 

202 A Vaux-sous-Chèvremont (Liège), où sur les bords plats de la Vesdre, se groupent la plupart des « bouwerèsses” (blanchisseuses) les enfants vont réclame à celles-ci les vieux paniers d’osier à la forme si caractéristique, qui servent à transporter le (p.91) linge. Ils les empilent sur la rive basse de la rivière, au lieu dit « so l’ gravî »(sur le gravier) et ils en font des feux de joie.

 

 

SABRAGE DES FILLES

 

203 A Fosses (Namur), a lieu le plaisant sabrage des filles. (cf 205) Chaque masque circule armé d’un grand sabre de bois, qu’il glisse sous les pieds des jeunes commères rencontrées en chemin et

qui doivent sauter par-dessus la lame inoffensive.

 

 

SPOT

 

204, On pwète Cwarème à bèsace. (On porte Carème à besace, càd. dans le dos. Il est passé.

 

 

PROCESSION DES CHINELS

 

  1. A Fosses, c’est le carnaval légendaire, Tous les participants, bien que ne faisant partie d’aucun groupe spécial, se costument en Polichinelle et dansent aux sons d’une musique

rythmée qui parfois cesse brusquement. Alors, tout le monde doit s’immobiliser dans l’attitude de l’instant. Après un temps, la musique reprend avec la danse. On croit que cette cérémonie burlesque remonte au temps de la domination espagnole. Le Chinel met sa gloire dans l’adresse nécessaire à enlever de la pointe de sa bosse le cigare ou la pipe que le curieux tient à la bouche.

(p.92) FIÈSSES DI POROTCHES (fêtes de paroisses)

 

DUCACES (KERMESSES)

 

 

206 Chaque paroisse a sa fête annuelle, indépendamment (pour la campagne) de la fête du village, laquelle seule est officielle, mais beaucoup moins populaire. La fête de paroisse

débute toujours par la procession.

 

 

I SÈMEDI À L’ NUTE (Samedi à la nuit)

 

OMBÂDES ou AMBARDES

 

207 Les fêtes paroissiales si populaires, si animées et qui gardent pour nous, Wallons, un attrait tout particulier qui nous charme et nous émotionne profondément, débutent à Liège le samedi soir par une promenade musicale aux flambeaux ou sérénade, que le peuple nomme erronément : « ombâde » (aubade) et que nos Luxembourgeois nomment « embarde ». Un corps d’harmonie entonne l’hymne national ou «  le Valeureux Liégeois «  devant le portail de l’église, puis commence une interminable randonnée, précédée d’un drapeau surmonte d’une gerbe de fleurs naturelles. La bruyante phalange pénètre dans chaque cabaret, où le patron offre à boire; s’arrête quelques instants devant la porte des bourgeois généreux qui versent une contribution volontaire pour aider aux frais de la fête paroissiale. A ceux-là on donne en guise de sérénade, un air de valse et aussitôt les couples de tourbillonner sur la chaussée lavée soigneusement avec force seaux d’eau fraîche étanchée au torchon. Les servantes occupées au nettoyage du trottoir acceptent pour danseur quelque jeune ouvrier rentrant de l’atelier et les couples (p.93) tournoient gaîment. Les commerçants accourus au seuil de la boutique regardent leurs domestiques et leur sourient avec indulgence. Partout, on arbore des drapeaux aux fenêtres. Les fillettes circulent en bandes avec de longues ” croles” (boucles) encore enroulées sur des papillotes. La rue frémit d’une joie intense.

Dans nos campagnes, les rudes filles de ferme lavent à la brosse de chiendent les façades de brique rouge, les valets donnent une ultime couche de couleur blanche aux châssis des fenêtres; de couleur verte au banc, à la grille et à la porte du fournil. Dans la cour, tous les instruments agricoles sont rangés avec soin. Les ménagères font la queue chez le boulanger où elles attendent les tartes appétissantes à la gueule du four. On enlève au couteau les herbes folles qui ont grandi entre les cailloux roulés des trottoirs. Accroupies au bord des sources, parmi les cressons, les jeunes filles munies d’un bouchon de paille frottent au sable la batterie de cuisine en cuivre rouge; et au loin, dans la nuit qui déjà descend, l’harmonie du village fait entendre quelque pas redoublé. Demain, c’est fête.

 

LA JEUNESSE

 

  1. Dans nos campagnes wallonnes, la Jeunesse est le groupe des jeunes célibataires. C’est elle qui prépare les réjouissances publiques et qui collecte de porte en porte pour couvrir les frais de la fête. Elle en a dressé le programme et rédige l’immense affiche collée bientôt dans tous les villages voisins.

 

  1. A la tête de la Jeunesse est un président, nommé Capitaine, ou Maître Jeune Homme, ou Bragard, selon les régions ; et un Etat Major. – Le Bragard est celui qui, après avoir collecté chez l’habitant, se charge de réaliser les festivités proposées, à ses risques et périls. En cas de déficit, il est seul à le supporter, mais en retour il a l’honneur d’ouvrir la danse et celle qu’il choisit pour cela, prend le nom de Braguette. – L’État-Major possède des lieutenants et un courrier, cavalier chargé de faire le tour des villages voisins, pour inviter à la kermesse.

– Quinze jours avant la kermessse, A Péronne, on mettait aux enchères les places de Capitaine qui étaient décernées aux plus (p.94) offrants. C’étaient eux qui devaient payer les musiciens au bal et ils arboraient, comme insignes de leurs hautes fonctions, une casquette blanchee ornée d’une cocarde.

 

 

II DÎMÈGNE DI FIÈSSE (Dimanche de fête)

 

 

CEINTURES DE LUMIERE

 

  1. En réalité, la procession n’est qu’une ceinture de lumière, ceinture enveloppante, le tracé d’un cercle mystique que le malheur et les mauvais esprits ne peuvent franchir. Dans certains endroits, le Peuple lui donne le nom caractéristique de Tour. Or, ce Tour, nous le retrouvons à tout instant, soit sous forme de procession, soit sous forme réduite. Le tour de lumière est accompli par le paysan qui fait le tour de sa ferme, un cierge ardent à la main. Le tour ordinaire est accompli par le pèlerin qui est tenu de faire une ou plusieurs fuis le tour d’un sanctuaire vénéré, soit intérieurement, soit extérieurement. La ceinture mystique se retrouve là où les parents de l’accouchée entourent son lit d’un cordon bénit ; là aussi, où ils ceignent les flancs de la patiente, du cordon de Ste Marguerite. Le Tour de lumière est encore l’une des manifestations de l’ancien culte du feu et déjà les païens parcouraient les champs, aux mêmes époques que nos processions des Rogations notamment, munis de torches enflammées, pour procéder à la purification des campagnes.

 

211 Les processions se divisent en Processions proprement dites, en Marches, Tours et Chevauchées. Le pèlerinage est souvent une procession individuelle.

 

 

PELERINAGES PAR PROCURATION

 

  1. En Wallonie, nous avons encore des Entrepreneurs de pèlerinages, vieilles gens désoeuvrées que l’on paie pour pèleriner à notre place vers quelque temple lointain. C’est le pèlerinage par procuration, fort fréquent.

 

 

(p.95) LA PROCESSION

  1. Le cérémonial des processions est aussi celui des Tours, Marches ou Chevauchées.

 

  1. Le samedi, les enfants se rendent à l’église paroissiale et se groupent autour du sacristain affairé, qui leur loue de belles bannières ou des attributs à porter au pieux cortège du lende­main. Les bannières restent exposées le long des murailles du temple, sous une étquette portant le nom de leur détenteur atcuel, ce dont les mioches s’enorgueillissent. Mais on ne loue pas que les bannières. Il y a aussi les attributs des Trois Vertus Théologales, le Cœur symbolisant la charité; la Croix, la foi; l’Ancre l’espérance; il y a la roue dentelée et la tour de brique rouge que porte la fillette représentant Ste Catherine, et cent autres bibelots. Chacun est tarifé. La belle bannière du S. Sacrement se loue cent sous, elle est portée directement avant le dais. – Dès le samedi, les pompiers montent à la flèche de la tour pour y hisser le drapeau tricolore et les ardoisiers sont réquisitionnés pour tendre au travers de nos rues, entre les maisons, de grandes bannières bariolées portant des devises pieuses.

 

  1. En tête de la procession s’avance la grande bannière paroissiale, précédant un corps de musique. A la procession des Rogations, cette bannière est elle-même précédée de la croix paroissiale. C’est pour cette raison que les Rogations prennent le nom de « lès Creûs » (les Croix) – Viennent ensuite, sur deux rangs, les porteurs de flambeaux, puis la statue de Marie portée par les Jeunes Gens. Le jeune homme soupçonné de se méconduire ne peut être admis à cet honneur. Derrière la Madone viennent les jeunes filles chantant des cantiques et vêtues de blanc. Avant la statue marchent des théories de petits enfants portant des bouquets et des cadeaux destinés à la Vierge. Précédant le dais porté par les notables et les membres du Conseil de Fabrique, ce sont une dizaine de thuriféraires salariés qui, en cours de route et toutl en marchant, exécutent de nombreuses figures sur un pas de danse fort lente. L’une des plus curieuses et des plus (p.96) jolie!’ est celle qui figure une croix latine fort allongée. Derrière le baldakin (le dais) se groupent les femmes récitant le chapelet.

 

  1. Parfois, en cours de route une mère soulève un petit enfant pour lui permettre de déposer une corbeille de jonc doré sur le trône de Marie. – A Liège, les femmes de maisons closes offrent, chaque année, un magnifique cœur d’argent à la Madone, quand la procession passe dans les rues réservées’ aux lupanars.

– Nous avons vu, aux Fastes, que les porteurs de la Vierge ne peuvent s’arrêter en cours de route.

 

  1. Quand la pluie a empêché la procession de suivre son itinéraire coutumier, le peuple se met à cramignoner en chan­tant une complainte satirique remontant à la domination hollandaise, laquelle avait supprimé les cortèges religieux; et dont le refrain est:

 Vîve li fièsse sins porcèssion Vive la fête sans procession

 nos vikans come dès bièsses! nous vivons comme des bêtes!

 

 

LA CHEVAUCHÉE

 

  1. La Chevauchée est une procession que la Jeunesse accompagne, montée sur d’imposants chevaux de labour. Le cortège est presque toujours précédé ou suivi d’une galopade effrénée des cavaliers, soit à travers champs, soit en cercle autour de l’église. On croit que les récoltes ne sont jamais compromises du fait du passage de la cavalerie par le champ ou par le pré.

 

LA MARCHE

 

  1. La Marche est une procession à laquelle assistent des « marcheurs » travestis en soldats. Chaque village des environs délègue une Compagnie militaire à la Marche. Les uniformes sont pour les moins inattendus. Nous copions à titre exemplaire l’ordre de la Marche de la Madeleine, à Jumet-Heigne : jockeys de Roux; cortège religieux; pèlerins; bourgeois de la Jeunesse; vieux mamelucks; sapeurs de S. Roch ; zouaves de la Quairelle; tirailleurs algériens; marine royale; voltigeurs français; zouaves du Spinoy; garde royale: marins américains: carabiniers de (p.97) S. Roch; lanciers de Heigne; jeunes mamelucks; volontaires hol­landais; arabes; cavaliers de Jumet; pèlerins. Ces compagnies se composent parfois de deux ou trois cents hommes, tous costumés. Elles exécutent les salves de mousqueterie pendant la bénédiction donnée aux reposoirs et elles assurent l’ordre dans le cortège.

 

LE TOUR

 

  1. C’est une procession couvrant un itinéraire fort long, passant souvent sur le territoire de plusieurs villages.

 

  1. Les limites entre ces trois genres ne sont pas toujours bien clairement tracées. Une marche est quelque fois aussi une chevauchée. Il est souvent malaisé de les dénommer exactement.

 

 

LE WASTIA (gâteau) à la procession de Wavre.

 

  1. Un pèlerin précède la procession de Wavre, portant sur un plat d’argent un magnifique gâteau confectionné avec un setier de bon froment et orné de fleurs. Il est vendu ensuite à Basse-Wavre, après la rentrée de la procession. On croit que le Wastia ne se corrompt jamais; et que quiconque en mange un morceau est préservé de la rage.

 

 

IÈBES DI PORCÈSSION (Herbes de procession)

 

  1. Sur le passage de la procession, les bourgeois garnissent leurs fenêtres. Ils y placent des candélabres ardents, de naïves statuettes de piété et des crucifix, parmi les plantes vertes dont le pot est dissimulé sous des cache-pots de papier frisé. Dans de beaux vases bien dorés sont exposés les bouquets de procession qui, à Liège, affectent une forme spéciale: ils sont plats et pré­sentent taules les fleurs sur une seule face. Ce sont les paysannes, laitières et blanchisseuses qui les apportent de leur village en même temps qu’une manne de fleurs coupées que l’on sèmera de­vant la procession. Parmi ces fleurs dont on jonche la chaussée, on remarque la tanaisie, la flouve, le cèleri de Macédoine et la camomille au parfum pénétrant.

 

  1. A Spa, on recueille les herbes de procession pour les donner en pâture au bétail. – A Chênée, on les broie dans, le foyer pour en écarter les neûrès bièsses (noires bêtes) ou cafards; et les dj’vâs d’ ôr (chevaux d’or) ou carabes dorés, – Dans nos Ardennes, on plante, devant la maison, une haie de jeunes sapins dépouillés de leurs basses branches. Les rameaux servent ensuite de nourriture au bétail.

 

 

REPOSOIRS

 

  1. Sur la nappe blanche du reposoir champêtre, la paysanne dispose, en couronne, des pétales de roses sur lesquels le prêtre déploie le corporal avant d’y déposer son lourd ostensoir d’or rutilant au soleil d’été. Ces feuilles de rose seront brûlées ensuite dans une assiette, auprès du lit des malades afin d’en écarter les esprits malfaisants. On croit que la rose n’est jamais foudroyée, parce que c’est avec ses épines que fut tressée la couronne de jésus. – Dans certaines localités. après le départ de la procession, les mères asseoient les petits enfants sur la nappe de l’autel, parce qu’elles croient qu’ainsi ils marcheront plus vite’. (Comp: on retrouve cette croyance dans le folklore de Fougères, en Haute Bretagne)

 

 

TCHAMBES ÈT CARIYONS (Carillons)

 

226, A l’instant où le prêtre arrêté à quelque reposoir, bénit la foule agenouillée, l’air est déchiré brusquement par l’éclatement des boîtes de poudre dites tchambes ou cariyons. – Les Cariyons Liégeois les plus réputés sont ceux des tanneurs de St-Pholien et des Dames de Bressoux.

 

 

MINEÛS (Meneurs)

 

  1. Le procession suit un itinéraire fort compliqué, car il n’est de rue ou de ruelle de la paroisse qui ne reçoive sa visite. Elle est donc conduite par « on mineû » (un meneur), ancien habitant qui connait tous les détours du quartier.

 

  1. A peine la Croix qui ouvre le cortège est-elle passée entre deux haies de curieux, que l’on remarque des gens (p.99) traversant la rue en courant. C’est que l’on croit que qui­conque passe entre la Croix paroissiale et la première bannière est préservé de la fièvre pendant une année.

 

DJOUWEÛS D’DRAPÊ (joueurs de drapeau)

  1. A Aubin-Neufchâteau (Liège) et dans quelques vil­lages des environs, la procession est conduite par des joueurs de drapeau. A Warsage, nous en avons trois. Ces drapeaux ont une forme spéciale : les hampes très longues, semblables à la canne de nos anciens tambours-majors, se terminent dans le bas par une masse de plomb faisant contrepoids à un drapeau triangulaire que le joueur agite pendant la marche. Aujourd’hui encore, dès qu’il parvient en vue de quelque

reposoir, le joueur exécute tant bien que mal le Salut du drapeau, avec plus de bonne volonté que de science.

 

  1. Jadis, les joueurs de drapeau formaient une corporation dont la capitainerie avait son siège à Aubin-Neufchâteau. Là, le dimanche de la fête paroissiale, le capitaine faisait subir l’épreuve d’adresse aux candidats. Ceux-ci, juchés sur le côté plan d’un tonneau dont ils ne pouvaient ni descendre, ai tomber, devaient réussir une série d’exercices avec le grand drapeau. Ils lançaient l’oriflamme soyeux, le reprenaient au vol, le faisaient tournoyer, virevolter, voltiger autour d’un bras, d’une jambe ou des reins. La plupart de ces drapeaux sont de forme triangulaire.

 

 

DRAPELETS TRIANGULAIRES

 

  1. Parfois une procession ou un pèlerinage wallon com­porte la vente ou la distribution de drapelets triangulaires en papier de couleur imprimé, portant des motifs et devises reli­gieux. – Ces drapelets placés à la tête du lit, préservent de l’incendie, des maladies et du cauchemar.

 

 

BOUKÈT DÈL POROTCHE (Bouquet de ]a paroisse)

 

  1. C’est pendant la fête paroissiale que la jeunesse liégeoise promène en musique le Bouquet de la paroisse; c’est (p.100) à dire un mat haut de trois ou quatre mètres sur lequel est disposée une vaste armature de fil de fer aux dessins extra­vagants, et où sont attachées des fleurs de papier. Jadis, recouverts de fleurs naturelles, lorsque deux bouquets de paroisses différentes se rencontraient sur la chaussée, les deux cortèges s’arrêtaient aussitôt, les bouquets étaient placés l’un devant l’autre, face contre face et cognés à plat et en cadence. Celui qui le premier avait perdu sa dernière fleur, devait céder la place au vainqueur de ce tournoi parfumé.

 

 

TOURNOIS D’HARMONIE

 

  1. Il existe encore une curieuse coutume (Mortier, Her­malle sous Argenteau, etc.) à la campagne, Au village où vivent en concurrence deux harmonies, celle des Rouges et celle des Bleus; sans qu’il faille y voir des teintes politiques, elles s’arrêtent en même temps au hasard d’une rencontre et chacune d’elles poursuit l’exécution du morceau déjà commencé, sans pouvoir en changer, sans prendre un instant de repos, sans se tromper dans l’exécution, ce qui est presque fatal, chaque société jouant un air différent. Les badauds apportent des sièges, s’installent commodément sur les trottoirs et les paris sont ouverts. L’in­fernal charivari ne s’achève qu’après plusieurs heures et le premier qui s’avoue exténué doit céder le passage à son rival.

 

 

CRÂMIGNONS (Cramignons)

 

234, En se tenant par la main et en chantant de vieilles et naïves complaintes wallonnes, reprises à l’unisson, grands et petits circulent par nos rues en fête, décrivant de gra­cieux méandres. Le crâmignon fait irruption dans les cabarets, dans les boutiques, dans les habitations bourgeoises où un sourire indulgent les reçoit toujours. Les vieillards, voyant passer l’interminable serpentin des danseurs, disent mélancoliquement: « Jadis, nous fîmes de même ! » – Le cramignon liégeois, si caractéristique, ne serait qu’un descendant de la fresque du Moyen-Age ou chaîne non fermée suivant un conducteur. Nous remarquerons encore qu’à cette heure, dans certaines contrées de Wallonie, on lui donne le nom de Trèhe.

Translate »
Share This
error: Alert: Content is protected !!