Li Djoû dès Crwès / lès Rogâcions en Bèljike walone, picarde, gaumèse / Les Rogations en Belgique wallonne, picarde, gaumaise

PLAN

 

0 Jènèrâlités / Généralités

1 Tradicions pa réjions

2 Musike / Musique

3 Scrîjadjes / Littérature

4 Ôte paut / Ailleurs

 

0 Jènèrâlités / Généralités

Nadine Crétin, Dominique Thibault, Le livre des fêtes, Gallimard, 1991

 

Les Rogations : les trois jours avant l’Ascension

 

Le nom vient du latin Te rogamus, nous te prions. Elles furent instituées par saint Mamert, en 469, à la suite de calamités dans le Dauphiné. La procession se déroule en trois jours : les fenaisons, les moissons, les vendanges. Des rituels protecteurs des cultures d’avec parfois sacrifices d’animaux ont toujours eu lieu dans le monde entier.

 

Jean Lefèvre, Traditions de Wallonie, éd. Marabout, 1977

 

Lès Crwès

 

3 jours avant l’Ascension: l’Eglise a repris à son compte la vieille procession païenne des Robigalia en l’honneur du dieu Robigus (le dieu des cultures) qui protège la moisson de la rouille et de la nielle des blés.

 

in : C. Grenson, BSLW, T7, 1966, /en Hesbaye/

 

14.  Aux Rogations (deuxième semaine du mois de mai), on f’ait une procession à travers la campagne, que le curé bénit, suivi de toute la population priant et chantant.

 

A Varagnac, Marthe Chollot-Varagnac, Les traditions populaires, PUF, 1978

 

A partir de Pâques, le cycle des grandes processions, anct des rites de fécondation et de purification qui ont été christianisés.

1) les Rogations: bénédiction de la terre et des récoltes:

– 1er jour: à l’ intention de la fenaison; 2e: … de la moisson; 3e: … des vendanges.

2) la Fête-Dieu: fête urbaine.

 

                                              Jules Raeymaeckers, Procession dans les champs, +- 1880

1 Tradicions pa réjions

l’ ouwès’-walon / l’ouest-wallon

NB lès Cwas = les Croix

Robert Dascotte, Quelques fêtes religieuses, in : MA, 2, 1982, p.34-35

 

Rogations : lès Rogâcions, lès Cwas. Assister aux Rogations, daler à lès Rogâcions, daler les Cwas. On jonche le sol de fleurs sur le chemin de ces processions, et après le passage, on les ramasse, car elles préservent de l’orage.

 

Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

LES ROGATIONS

 

Les processions aux rogations étaient encadrées par les enfants qui se préparaient à la première Communion. Elles duraient trois jours et parcouraient toute la paroisse y compris les parties agraires.

Les rogations furent instituées vers l’an 469, par saint Mamert, que l’on considère comme un des saints de glace. Selon M. Van Gennep « elles avaient pour objet la sérénité de l’air et la fécondité de la terre. Nous trouvons une confirmation à cette opinion dans le déroulement de la procession de Stavelot où le curé psalmodiait la question rituelle : A qui appartient cette terre ? Le propriétaire répondait sur le même rythme : C’est à moi, Monsieur le curé ! Celui-ci poursuivait mi parlant, mi chantant : Que le bon Dieu le bénisse, que le bon Dieu le bénisse toujours. — Les processions des rogations, parties de la Provence, se répandirent très rapidement dans toute la chrétienté. Elles seraient une survivance de fêtes païennes.

C’était la procession de la Croix, car le groupe des assistants était précédé d’une simple croix.

 

 

(in: Jean-Baptiste Marcelle, Mon vieux Souvret, s.d.)

(in: Maurive Vandeweyer, Histoires de l’Entre-Sambre-et-Meuse, éd. Racine, s.d.)

lll 

li cente-walon / le centre-wallon

Jean-Jacques Gaziaux, Parler wallon et vie rurale au pays de Jodoigne, LLN 1987, BCILL 38, p.266

 

Plus anciennement, on fiéve lë rogâcion Sint-Mârk (le 25 avril) Les prières visaient à obtenir du beau temps pour les cultures et les récoltes. – Fé lès rogâcions ‘passer plusieurs fois de suite sur le même chemin’ ; se dit surtout

par les personnes qui ont remarqué ce va-et-vient.

 

Joseph Houziaux, Li vicaîrîye d’on gamin d’ Cêle, 1964

 

(p.44-47) Tot-au d’long d’ l’ anèye, i s ‘présinteut do novia. Qué plaiji, par

ègzimpe, aus Rogâcions, do minè l’ binde d’èfants, di coméres èt d’vîs-omes pa totes lès vôyes autoû do viyadje, en tapant on côp d’ouy su lès près qui ravèrdichint ou bin, pa lès djoûs d’ pleuve èt d’broûs, en wêtant lès grîjès caracoles si porminè dins lès hayes ! Au triviès dès pâtèrs qui lès bèguènes rècitint avou lès gamines, on z-ètindeut, vêlà padrî, au coron do l’ quèwéye, M. l’ Curè èt l’ vî Pârin qui s’ rèspondint en tchantant :

« Peccatores.

Te rogamus, audi nos ».

 

Jules Fivèz, Istwêre di Bièmeréye, èt di vint’-deûs-ôtes viladjes d’ avaurci dispûs noûf cints swèssante-quate, avou l’ concoûrs dès Bièrmèrwès, 1972

 

Lès Rogâcions

 

Dins l’ timps, i gn-a veut ène masse di djins qui chuyint lès trwès pôrcèssions dès Rogâcions. Di nos djoûs, à Bièmeréye, lès djins di l’ âdje d’ ôr si sovègnenut co fwârt bin qui l’ lundi l’ pôrcèssion ènn’aleut pa-d’ssu l’ Fau, riv’neut pa l’ Vive à l’ Rûwe, tourneut addé mon Collet pou r’passè pa-d’vant l’ cinse do Tchèstia èt r’montè l’ rûwe do Viladje jusqu’à l’èglîje ; li maurdi : pa l’ Place comunale, li rûwe di l’ Èstâcion, li cène do Wasia pou diskinde pa èmon Torlèt pou-z-èralè è l’ èglîje en chuyant in p’tit bokèt dè 1′ rûwe do Fornia jusqu’à èmon Djosèf do marchau pou r’prinde li min.me vôye qu’ èyîr pou r’moussi è l’ èglîje ; li mérkidi : pa 1′ ruwale Biot, li Vôye dès Bènes jusqu’à l’ Sauvenêre pou rivenu pa l’ rûwe do Lorèt pou r’tchèy addé l’ Monumint aus Mwârts — qui adon n’ ègzisteut nin — pou-z-èralè è l’ èglîje. Tout-au lon dès pôrcèssions, li curé tchanteut li litanîye dès Sints èt lès djins respondint à wôte vwès. Après, l’ curé rèciteut l’ tchapelèt èt lès djins respondint tot wôt. Li maîsse di scole èt lès seûrs avou lès-èfants ; min.me à 1′ plouve, à condicion qui ç’ tèle-ci ni tchèyiche nin à r’lache, lès pôrcèssions n’ astint nin supriméyes. On mèteut s’ caban oudôbin on purdeut in paraplî, mins wère d’ impèrmèyâbes. Lès Rogâcions avint leûs raîsons d’ègzistè pousqui lès pàtêrs qu’ on d’jeut tot-au lon avint pou but’ d’ atirè l’ bènèdicsion do Cièl dissus lès campagnes èt lès dinréyes. Li djoû d’ audjoûrdu, i gn-a pus moyin d’ fè lès Rogâcions come lès cènes di d’ dins l’ timps, (p.57) tot-au mwins pausès min.mes vôyes pace qu’ on n’ sét pus passé au d’ truviès dès campagnes. Dins cèrtins cas, on-a lèyi crèche dès wôtès-ièbes èt ossi dès p’tits-aubes. (…)

 

Lès Crwès è l' Faumène èt o Condro / Les Rogations en Famenne et dans le Condroz

(in: Des gens d’ici racontent, 12 villages entre Famenne et Condroz au début du /20e/ siècle, s.d.)

Lès Rogâcions à Warejou / Les Rogations à Warisoulx

(in: Warisoulx mon village, 1987)

 

1.4 l’ ès’-walon / l’est-wallon

 

Lès Creûs à Dotchamp / Les Rogations à Dochamps

(in: Les Annonces de l’Ourthe, 04/08/2011)

Hîve (Hives) - lès Rogâcions: djusse one mèsse / les Rogations: juste une messe

(VA, 26/05/2012)

Lès Rogâcions / Lès Creûs à Comblin (les Rogations à Comblain)

(Arthur Jadot, Les Rogations à Comblain-la-Tour, in: Echos de Comblain, 3, 1986)

Li Djoû dès Creûs è Mont (Les Rogations à Mont)

(Emile Detaille, Félix Degrange, in: Echos de Comblain, 10, 1985)

Li Djoû dès Creûs à Djèrômont (Les Rogations à Géromont)

(Emile Detaille, Jeanne Marche, in: Echos de Comblain, 11, 1985)

Lès Rogâcions à P'tite-Ènèye (Dèrbu) (les Rogations à Petite-Enneille (Durbuy))

Lès Rogâcions à l' Rotche (Les Rogations à La Roche)

(in: Gabrielle Mottet-Maréchal, Comment on vivait à La Roche vers 1900, s.d.)

Spå / Spa - lès Rogâcions / les Rogations

(Recherches sur le folklore de Spa, Wallonia, 1899, p.187-196)

 

li sûd-walon / le sud-wallon

 

Arthur Schmitz (Wardin), in : VA, 21/10/1997

 

Sovenance di gamin. Lès rogâcions

 

Quand dj’ èsto gamin, tos lès-ans â k’mincemint d’ may, gn-avot treûs djoûrs di rogâcions. Cès treûs djours-là, la mèsse èstot avanci d’ one dimèye eûre po p’lèr fé la proces­sion après la mèsse.

Lu prèmî djoûr, après la mèsse, la procession dischindot addé la cinse Gofinèt. Èle passot divant la cinse da Jozèf Guillaume, rimontot li long do l’ mâjon di l’Antwanisse, po rid’chinde addé l’ molin Grégwâre. Après, èle passot divant la cinse Bastin èt la cinse Frankart, divant d’ rivenu à l’ èglîje. Tot l’ long do l’ voye, li curé èt Piêre Tabart tchantint, chacun à leû toûr, dès litanies en latin. Ça finichot todi pa : « Te rogamus Domine ». Nos-ôtes, lès-èfants, dji récitins l’ tchèpelèt tot-en rotant dins la procèssion. C’ èstot la seûr do curé qui nos survèyot, tot en d’jant l ‘tchèpelèt.

Quand on-z-arivot addé one creûs, â mitan dès tchamps, la procèssion s’ arètot. Li curé èt Piêre tchantint ôte tchôse qui lès litanies. Ça durot à pô près dîs minutes. À ç’ momint-là, si dj’ èstins addé one haye di hèstrale, dji nos dispétchins d’ atraper dès baloûves (hannetons) qui dji mètins dins dès bwèsses d ‘alumètes vudes.

Li deûzime djoûr, la procession passot addé la cinse Winand, travèrsot lès tchamps pa lès pazês, po r’passer addé la cinse Pelten. En rivenant, on-z-arètot à l’ tchapèle di Notreu Dame di Halle, divant d’ rintrer à l’ èglîje. Li treûzime djoûr, li curé v’not dîre la mèsse à l’ tchapèle d’ Arji. Après la mèsse, la procèssion montot la Madjîre jusqu’à l’ creûs qu’ èstot d’zos la grosse hèsse. En rid’chindant, dji passins d’vant la cinse Demande èt addé la mâjon da Joachim Denis. Après, la procèssion toûrnot addé la mâjon Charneux. Èle passot divant la botike da mon Dabe, divant di rivenu à l’ tchapèle.

Di tos l ‘timps qui dj’ é stî âs rogacions, c’ èstot todi Piêre Tabart qui tchantot avou l’ curé.

 

Arthur Schmitz, in : Coutcouloudjoû 135-136, 2007

(p.5) Lès rogâcions

Li treûsime djoûr, lès rogâcions si f’jint a Harji. Li curé î vnot dîre one messe dins la tchapèle. Après, on passot dvant mon Grèce, divant mon Poncin, addé la mâjon da Pôl, qui v’not sîsener à nosse mâjon, èt on montot la Madjîre po fé on-arèt addé one creûs plantée d’zos one grosse hèsse. En rivenant, on dischindot la Madjîre, on toûrnot d’vant la cinse Demande, la mâjon da Joachim Denis, la mâ­jon Charneûs, la botike Dâbe et la cinse Schètèr, divant di rivznu à l’ tchapèle. C’ èstot todi Pière Tabârt qui tchantot avou l’ curé po lès rogâcions.

 

Le pays de Bastogne au gré de sa mémoire, 1982

 

Il est une tradition bien ancrée dans le monde rural: c’est la célébration des Rogations, les trois jours précédant l’Ascension. Ces « promenades » campagnardes étaient scandées par la récita­tion du chapelet et le chant des litanies. Tout au long de l’itinéraire se trouvaient des croix rustiques, dites «croix de Rogations», devant lesquelles la procession s’arrêtait, le temps d’une oraison (p.197) et d’une bénédiction des terrains environnants. Ce sont ces croix qui expliquent les expressions « djoûrs dès crûs (creûs) » ‘jour des croix’ ou «aller âs crûs» ‘aller aux croix’ désignant les Rogations en dialecte.

Aujourd’hui, les distances parcourues lors des Rogations n’ont plus rien de comparable à celles d’autrefois. Nous avons noté les itinéraires suivis par les Bastognards, de loin les plus longs de la région. Jugez-en plutôt. Le lundi, après la messe célé­brée dès 5 heures du matin, la procession se dirigeait vers Mont, gagnait l’entrée de Marvie, et de là reprenait la direction de Bastogne en suivant la route de Wiltz. A l’embranchement de cette der­nière avec la rue de la Chapelle, on bifurquait vers la chapelle Notre-Dame de Bonne-Conduite, puis on regagnait l’église Saint-Pierre par la route d’Arlon et la grand-rue: il était environ 9 heures. Le mardi était le jour le plus long. La procession se dirigeait vers Isle-le-Pré, en empruntant la grand-rue et la route de Neufchâteau; de là, on rejoignait Isle-la-Hesse, puis Hemroulle où l’on se restau­rait. Après cette halte, on reprenait la route vers Savy, puis Bastogne en suivant la route de La Roche; le retour à l’église avait lieu vers 11 heures! Le mercredi, la procession se rendait à Bizory, en passant par Luzery; après une brève étape à Neffe, le retour se fai­sait par la route de Clervaux, aux environs de 10 heures.

Malgré ces longues distances, les enfants gardaient géné­ralement un bon souvenir de ces trois jours, en particulier du mardi: le charme des déjeuners champêtres, de la nature surprise à son réveil, du demi-jour de congé accordé par l’école rendait la dévotion plus aisée et tempérait ce que ces pérégrinations pou­vaient avoir d’austère dans leur ordonnance et leur déroulement. Et la monotonie des litanies s’estompait quelquefois, lorsqu’aux répons consacrés se substituait l’un ou l’autre couplet polisson (1).

 

(1)   En voici un, malheureusement incomplet, signalé à Wardin:

« Te rogamus audi nos                                 « Te rogamus audi nos

Tins Colas, volà tès crosses                          Tiens Colas, voilà tes croûtes

Ça por mi èles sont trop grosses                   Car pour moi elles sont trop grosses

Lès p’tits tchins rawiyant lès-ochs                Les petits chiens rongent les os

Lès p’tits èt co bin lès gros. »                        Les petits et encore bien les gros. »

 

Marylène Foguenne, Petites chroniques d’une vie de campagne, Souvenirs de la Haute-Sûre, Vaux-lez-Rosières 1930-1950, éd. Eole, 2003

 

Fin du mois, nous participions aux rogations avec tous les habitants du village. Il s’agissait d’une procession de suppli­cation qui se déroulait les trois jours précédant l’Ascension. Elle était destinée à attirer la bénédiction divine sur les récol­tes et les animaux.

La cérémonie ne demandait ni préparatifs importants ni décorations le long du parcours car le saint sacrement était absent. Pourtant, chacun arrangeait avec soin les abords de sa maison. Chez nous, la veille, nous devions balayer convena­blement le trottoir, « rastrinde », « ranger » ce qui traînait, laver les carreaux. Maman partait du principe que tout devait être impeccable étant donné que certaines personnes ne passe­raient que ce jour-là dans notre rue et regarderaient attenti­vement de tous côtés.

La procession commençait tôt le matin. Les enfants partici­paient et pouvaient, pour la bonne cause, arriver plus tard à l’école : à huit heures et quart au lieu de huit heures.

Les écoliers marchaient en tête du cortège, l’un derrière l’autre, en deux lignes, de chaque côté de la route. Puis, les adultes suivaient. Nous devions nous habiller chaudement car les matins étaient encore frais.

Nous partions de l’église et parcourions la campagne en priant et chantant.

 

Le curé récitait la litanie des saints : sainte Agathe,…, tous les saints et saintes du paradis, et après chaque saint, les gens invoquaient, suppliaient : «Priez pour nous !».

En trois jours, la procession faisait le tour du village, passait près des champs de tous les cultivateurs. Ainsi, de l’église, on effectuait tous les jours un circuit différent pour revenir au point de départ. Le premier jour, nous faisions un grand tour: nous montions par un chemin de terre parallèle à la grand-route; au loin, nous tournions autour d’un arbre au lieu-dit « la croix de Bercheux » et redescendions la grand-route jusqu’à l’église. Le deuxième jour, le parcours était à peu près le même que celui de la Fête-Dieu et pour le der­nier, nous descendions le village, prenions à gauche la route de Marche où nous habitions puis redescendions par le Tombois pour rejoindre l’église.

La plupart des gens du village étaient cultivateurs et n’au­raient manqué la procession des Rogations sous aucun pré­texte. C’était une croyance profonde à laquelle ils étaient for­tement attachés. Par contre, nos voisins français se moquaient des Belges. Quand la bonne saison tardait à venir, ils disaient de nous : « Il n’est pas près de faire beau, les fous belges n’ont pas encore couru les champs !».

 

Philippe Lejeune, Nosse vî blanc d’ Taveni, in : GSHA, 21, 1984, p.42-45

 

Monsieur Jules Morsomme a récemment édile un intéressant travail de 94 pages consacré presqu’exclusivement à ses souvenirs du pastorat de l’abbé Jean-Baptiste Jacqmin (1868-1954), curé de Salmchâteau de 1907 à 1920 et de Tavigny de 1922 à 1938. Il nous a, très aimablement, autorisé à reproduire de larges extraits de son volume et nous donnons ci-dessous, à nos lecteurs, un premier extrait qui illustre bien, avec humour et sérieux à la fois, la mentalité d’une paroisse ardennaise et de son pasteur il y a un demi siècle.

Nous remercions ici Monsieur Morsomme et espérons, dans un prochain numéro, pouvoir donner à nos lecteurs de nouveaux extraits de cet intéressant ouvrage 1.

 

4. Les Rogations

 

Autrefois, il y avait d’autres processions que celles que nous venons d’évoquer. Quoique moins solennelles, elles drainaient tout autant, si pas plus, de villageois vers les champs et les bois par les routes certes, mais aussi par de nombreux chemins de campagne bosselés, caillouteux, et même, marécageux…

On a tendance à présent a en ignorer leur signification et le pourquoi de ces presque oubliées de l’histoire. Sachez que les processions des ROGATIONS furent instituées en 469 par saint Mamert, évêque de Vienne, en France, à la suite de calamités qui ravagèrent le Dauphiné, et qu’en 816, Léon III en adopta l’usage à Rome.

Les rogations sont donc considérées, liturgiquement parlant, comme un rite de pénitence destiné à attirer la bénédiction de Dieu sur les fruits de la terre et sur les animaux. C’est pourquoi elles se déroulent à travers champs et bois.

Elles ont lieu durant les trois jours qui précèdent la Fête de l’Ascension et, chaque jour, par un itinéraire différent, afin que toutes nos terres et tous nos ani­maux bénéficient de la bénédiction divine. Tous les « anciens Tavigniens » se sou­viennent sûrement de leurs trois circuits de rogations. Le lundi, la procession se dirigeait vers la « bouchaye » par le chemin du « moulin brûlé » et redescendait par la route de Buret. Le mardi, nous prenions la direction du Sacré-Cœur par la montée du « doyâr », pour revenir par la route de Houffalize. Et le mercredi, nous montions par la « haute coulée » vers la chapelle de N.-D. de Lourdes, continuions par « sètchnoué » vers la « croix du berger » et rentrions à l’église par la route de Cetturu.

Tout en marchant, processionnellement s’entend, vous souvenez-vous, chers paroissiens d’autrefois, des petits coups d’œil discrets, mais intéressés, que vous jetiez vers vos propres propriétés ou celles de vos voisins paysans ? L’herbe commen­ce-t-elle relativement bien sa croissance pour nous procurer, un mois plus tard, une-abondante récolte de foin ? Le froment, l’épeautre et le seigle ont-ils bien résisté aux intempéries hivernales ? Comme vous vous en rendez compte, nous, braves paysans de jadis, tout en priant et chantant durant ces longues processions des rogations, nous visitions nos terres et nos prairies. Mais, en plus, nous avions vécu trois belles « aubes » de promenades saines, aux effets d’une étendue appréciable, dont profitait pleinement notre « corpulence » de paysan.

 

Vlèssât, Loftêmant, P'hême, Anliè / Vlessart, Louftémont, Behême, Anlier - lès Rogâcions / les Rogations

(in: Une clairière dans la forêt, s.d.)

 

 2 Musike / Musique

Roger Pinon, Ainsi chantait le pays de l’Ourthe, Coll. Mémoire, 1996

 

Noté vers 1890 par Jules Feller

 

À L’ PORCÈSSION DÈS ROGÂCIONS

La Roche

 

À l’porcèssion dès rogâcions,

Colin s’ î trouve avou d’s-ognons :

” Djo lès mougnerans tortos à ronds. »

Alons, alons, c’èst ti qu’ èst foû .

 

À la procession des rogations,

Colin s’y trouve avec des oignons :

” Nous les mangerons tous en rondelles. »

Allons, allons, c’est toi qui es dehors,

 

 

3 Scrîjadjes / Littérature

Marcel Polet (Scaucène / Ecaussinnes), Lès rogâcions, in : EM 10, 1977, p.194

 

« Kyrie eleison, Christe eleison… »

In route pou fé lès rogâcions !

Nos-indalons à Sèt’ Douleûrs,

nos s’rons rvènus avant neuv-eûres.

 

« Christe exaudi nos… »

In-avant, il-a deûs twâs gosses,

« Sancta Maria »

pa-diére èl cwas,

« Omnes Sancte angeli… »

lès ma-seûrs pou survèyî,

« Sancte Simon »

in route, nos rascôyerons,

« Ora pro nobis »

lès ma-seûrs dè l’ ospice.

 

D’vins l ‘rûwe du Nôrd, nos-avançons

in-alondjant no procèssion.

I d-a des cîs qui s’ dèmandetèt tout bas

èst-ce què d’ ariveraî bî djusqu’à là ?

À pîds, fé twâs, quate kulomètes,

èst-ce qu’ on pût co sè l’ pèrmète

quand on-èst bî abituwé,

in-oto, dè toudi roûler ?

 

« Sancta Nicolae… »

D’ èroû d’vû mète mès-autes solés,

quand on sèra su lès pavés,

di n’ sèraî bî seûr pus daler !

« Sancta Agatha… »

Dji vwa qu’ lès pourchas

ont dèskèté l’ âye

du Câye.

 

Nos v’là d’djà à l’ cimintiére,

dijone râde ène priyére :

« De Profondis… »

Tènez ! l’ âye dè l’ ospice

a sté r’mîje à l’ alignemint…

ça va ralardji l’ tchèmin.

 

« Requiescat in pace… »

On pût couminchî l’ tchapelèt,

wétons dè n’ pus ièsse si distrét,

n’ ravisons nî d’ tous lès costés.

Is-ont l’ moûrs à dints, lès corâles !

Is sont d’djà tout près au Rond-Pwint

yè nos-astons pa-d’vant Springal.

Is roublîyetèt les viêyès djins !

 

Eûreûsemint, après l’ gripète,

on va r’dèskinde ène miyète

èy on poûra r’prinde ès n-alène…

Mon Dieu, c’ èst d’djà l’ twâsième dîjène

 

Woute du passâdje à nivau,

nos stons ratindus pa lès tch’vaus.

In galopant, is nos font fièsse !

Quoû volez ? Lès poûvès bièsses

dwavetèt trouver l’ temps brâmint long

in dèwoûrs dès procèssions !

 

Montons, grimpions, souflons,

èl gros ploton

èst tout près in waut.

Mm !… lès bèterâles Marot

ont l’ ér bî malâdes,

i leû fauroût bî râde

ène bèkéye d’ iau,

way… mais nî d’trop.

 

Nos stons d’lé l’ tchapèle,

tout l’ monde soufèle…

« Notre Père qui êtes aux cieux… »

Pardonnèz-me mè, mon Dieu,

mès monchas d’ distracsions

« Comme nous pardonnons…

Je vous salue Marie… »

Nè vos fwasséz nî

si, tout l’long du tchmin,

dj’ aî rèvé brâmint.

 

« Dans les siècles des siècles… »

Nos-astons au sièke

d’ èl vitèsse yèy dès-îs frumés,

nos courons sans rî raguider,

yè pourmèner ainsi à m’n-éje,

ça m’ rind fin binéje

dé poulwâr m’ in mète plin lès-îs,

dè Scaucène, dè m’ bia payis ! ! !

 

Mon Dieu, dji vos d’mande co in coup pardon

d’ ène miyète brotchî vos rogâcions :

dj’ aî raguidé,

èst-ce in péché ?

tout-au long,

vo crèyâcion :

c’ ît pus facile,

insi swat-il !…

 

Simone dè l’ Goulète  

Rogâcions a Olwè

 

Pour mi, l’ pus bèle dès pourcèssions

C èst 1′ pourcèssion dès rogâcions.

Qu’ i gn-eûche dè l’ pleuve ou du solia,

C èst cètèle-là què d’ in.me lè mia.

Faut vos dîre què lès rogâcions,

C’ èst pour mi, lè bone ocâsion,

D’ ènn-aler pa-t-avau lès tris,

Vèy où ‘nn’ è sont tous lès courtis.

Tout boudje, tout r’vike, tout sè ravèye ;

Djoû après djoû, rén n’ èst parèy.

 

Lè preumi djoû, pa 1′ Chaîrèvoye,

Èt pau pont d’ brikes, on è-st-èvoye ;

Toute èl Crojète nos-avons chu,

Pou-z-èrvèni pau Pré d’ Vèlu.

Brâmint d’ courtis s’ avancét d’jà ;

Is n’ atindèt pus què l’ solia.

Ène petite bîje tchèsseut 1′ brouyârd,

On-oyeut tchanter lès mauviârs.

On-a r’ cominci leu lendemwin,

— L’ djoû d’ sint Pancrace —, maîs c’ èst Fouyin,

Qu’ à l’ aute costè d’ l’ eûwe, passé 1′ pont,

On va priyi pou qu’ i faîche bon ;

In p’tit vint chochote lès tchandèles,

Lès faît blombyi èt lès choufèle.

Èt no viè sint inte sès potèyes,

A l’ aîr tout binauje dè nos vèy.

 

Lè mèrcrèdi, on va pa l’gâre,

Pou fini pa l’tchapèle Victwâre.

Dès-arondes î fèjèt leûs nids,

Ç’a stî insi dèspûs toudi.

Ene miète sicrands, on r’vént, paujêre,

À l’ èglîje pou l’ dêrén pâtèr.

On n’ èst pus wêre, on n’ î vént pus,

À bramint d’ places, on n’ lès faît pus.

Pour mi, i m’ mankerè ène saqwè

Quand on n’ lès frè pus à Ôlwè.

 

R. Fraiture (Sclèyin / Sclayn)

 

Lès rogâcions

 

 Chake côp qui dj’ vou rivenu 1’ bia timps èt qui 1′ bwès r’boute, dji n’ mi sé èspêtchî d’ tûser aux Rogâcions.

 

Tot gamins, nos inmin.n bin cès pôrcessions-là, après basse-mèsse ; c’ èsteut pus plaîjant qui d’ aler au catrèsime. Èt pwis, cès-djoûs là, on douvieut lès griles d’ au tchèstia d’ èmon Lèféve. Èt come on candjeut chaque djoû d’ toûr, on passeut pa totes lès vôyes qu’on n’ sûveut quausu qu’ cès djoûs-là.

 

O ! ci n’ èsteut nin one grande pôrcession avou dès baniéres. dès lampes èt l’ Sint Sacrèmint come au quinze d’ awous’ ou à 1′ Pintecousse. Non, i gn-ayeut onk ou deûs corâls avou 1′ crwès, li vicaîre avou s’ blanc surplis èt 1′ clér po lès rèspons. Èt pwis nos-ôtes, lès èfants di li scole èt dès djins : brâmint dès feumes pace qui lès-omes èstint d’djà à l’ ovradje, vos pinsez bin.

 

On ‘nn’ aleut pa lès p’titès vôyes, tot dè long dès djârdins èt d’vins 1′ pârk dè tchèstia. On nos-aveut èspliké au catrèsime qui lès rogâcions, c’ èsteut po-z-atirer lès bènèdicsions su lès tchamps èt lès djârdins. Èt dè timps qui 1′ vicaîre èt 1′ clêr tchantint lès litanîyes dès Sints « Te Rogamus audi nos », nos d’jins nosse tchapelèt tot-è rèspondant à Ma cher Sœur qui nos mineut.

Come nos rotins onk drî l’ ôte, i nos-ariveut co bin di nos c’bouter on p’tit côp. Mins nos-avins brâ­mint pus d’ atincion po lès-aubes èt lès bouchons. On r’waîteut s’ i gn-aveut nin co dès baloûjes. On vèyeut tot d’on côp on nid qui s’ fieut èt on s’ è 1′ mostreuve n-on-l’ ôte. Puis au-d’triviès dè pârk dau tchèstia, on passeut dilé lès pomîs èt lès maronîs ; èt on tûseut dèdjà au momint qu ‘on passereut pau trau dè l’ hâye po-z-aler à maraude.

 

I gn-a dins nosse viladje saquants bèlès tchapèles. On s’ î arèteut aus Rogâcions po-z-î dîre on priyée à paurt. Po cès djoûs-1à, on-aveut douviè l’ uch èt on-z-aveut mètu saquants fleûrs : dès nârcisses ou bin dès brôyes-di
tchèt.

 

Comne lès rogâcions toumèt assez taurd après Pauke, i faît sovint bon, èt c’ èsteut plaîji dè fé insi 1′ toûr di tos lès bias costés dè viladje su lès trwès djoûs. On monteut padrî l’ èglije po-z-aler su Saurt Meûrusse, à 1′ tchapèle Sint Rok èt pwis on rid’chindeut pa 1′ Pont dès Vaus. Ou bin on gripeut pa 1′ rouwale d ‘èmon 1′ Tchausse-pîd jusqu’au Platau èt on passeut pa l’ aléye dizos 1′ tchèstia d’ Jérusalèm po s’ ritrover su 1′ grand route à 1′ potale di « Notre-Dame dè Grâces» à l’ intréye dès falîjes.

Ènn’ ont-èles kissèmé, lès Rogâcions, dès pâtêrs èt dès-âvés tot l’ long d’ nos vôyes et d’ nos pîd-sintes!

Li djoû d’ audjoûrdu, on n’ faît pus wêre lès Rogâcions. Qui èst-ce qui wasereûve co ‘s risker à s’ rachoner dè long dès vôyes ? Èt pwis, dès-afaîres insi, po qu’ ça seûy come i faut, i faut qu’ i faîye paujêre. Ewou-ce li faît-on co, don, asteûre?

Non, nos-îrans dîre nos pâtêrs, èt nos lîtaniyes dès Sints a l’ tchapèle. Tot tûsant, maugré tot, à l’ frisse aîreu di nos Rogâcions di-d-dins 1’ timps.

 

Maurice Neuville, in: CW, 4, 1973

 

Rogâcions

 

C’ èst faît mèsse, volà qu’ on sone

Lès clokes, on va à l’ porcèssion

Kîriyé  élèyison’,

C’ èst lès trwès djoûs d’ rogâcions

 

Comptans-nos yëte dè mwaîs timps

Lès mouchons sont së contints

Et lès mënons d’ssës lès vôyes

Nos dîjenët qu’ tot ravêrdët

Waîtoz lë p’tit grin quë pousse

Quë l’ solia r’vègne à plène coûsse

Dëvrot-ë nos fé crédët.

Divant ça, vola qu’on sone

Lès clokes, n’îrans I’ porcèssion

Kîriyé  élèyison’

C’ èst nos grands djoûs d’ rogâcions.

 

N ‘a-t-ë tnèyeû qu’ one pâtêr

Dins l’ frècheû dè l’ matinéye

È tot sintant l’ bone ënéye

Dë ç’ qu’ ë ravëke au grand-aîr

Brâvès djins, volà qu’ on sone

Nos ènn’ îrans à l’ porcèssion

Kîriyé  élèyison’

Priyans ; c’ èst lès rogâcions

En route, c èst po ça qu’ on sone

Kîriyé  élèyison’,

C èst lès bias djoûs d’ rogâcions.

Dins lès campagnes, quand on vwèt

Au lon lès djins dès parwèsses

È tot privant sûre lë Crwès,

— Min.me lès dêréns quë l’ viyèsse

Leû bâche lë dos, r’tént leû pas —

On sondje au bon Dieu qu’ a sogne

Dë l’ cia qu’ Lë d’mande è s’ bèsogne

Dë l’ bènë, lë qu’ èst si bas !

Lès p’tëts, lès grands, timps qu’ on sone

Lès clokes, èvont à l’ porcèssion

Kîriyé  élèyison’,

C’ èst lès bons djoûs d’ rogâcions.

 

En ‘nn’ alant aus rogâcions,

Sondjîz à tot cë qu’ on rève

Tot-è fiant sès dévôcions

On waîte së-t-awène quë lève

Qu’ on-ârot béntôt da lë

S’ on n’ l’ a co quë dins sès-ouys

On sondje aus guèrnîs rimplës.

Rotans, rotans timps qu’ i sone

Lès clokes, fians nosse porcèssion

Kîriyé  élèyison’

C’ èst së bon, lès rogâcions.

 

Lèyîz dîre, lèyîz causer

Maugré tant dès fwatès tièsses

Quë  vôrîne bén s’ è passer

C’ èst po l’ bon Dieu qu’ ë faut ièsse

Alez d’vant Lë, d’zos sès-ouys.

N’ eûchîz nén peu qu’ on s’ marvouye

Seûye-t-on aveûle è l’ sièrvant.

N’ eûchîz nén peu, timps qu’ on sone

Lès clokes, d’ aler à l’ porcèssion

Kîriyé élèyison’

Fioz vos trwès djoûs d’ rogâcions.

 

Martin Lejeune (Dîson / Dison), Œuvres lyriques, Liège, 1925

 

(p.195) Lès p’titès rogåcions

 

C’ èst l’ prétimps. À l’ dulongue dè l’ dréve,

À djâbes, lès r’djèts d’ ôr dè solo

So 1′ lèvêye fèt loumeter lès gréves,

Driglant dè blanc cîr à galop.

Ossi tène qu’ on bâhèdje du fame,

Lu vint, qu’ a poûhî 1′ gos’ dè foûr,

Fièstèye, câlin, lès spites du blame,

Èt l’ aîr duvint doûs come dè vèloûrs.

Lès-âbes hoyèt so 1′ grîse lèvêye

Leûs fleûrs come dès p’tits blancs pavions,

Èt  l’ hoûson  d’êr,  à heûve-hovêye,

Gamin, ‘nnè faît pleûre à milions.

Lu wazon, qui cût d’vins 1′ pahis’,

Du s’ foumîre ombrêye tot 1′ dècôr,

Èt l’ grand solo là-d’zeûr ravise

Èn-on papî d’ sôye one pèce d’ ôr.

 

Lès jèbes montèt, fîvreûses,  haîitêyes ;

Lu tcholeûr lès faît d’djà pampî ;

Èt chake nuwance du fleûr blawetêye

Duzos l’ doûs r’djèt què l’vint hôpî.

Lèdjîr tot come on fleûr qui vole,

Lu pavion hâgne su côrsulèt ;

Lu siyète, qui, dèdja, tribole,

Ducliketêye l’ âvé du s’ tchapelèt.

 

Mins voci qu’ tot-â cwêrp dè l’ dréve

S’ amène one longue quowêye d’ èfants,

Tchifes come dès rôses, lèpes come dès fréves,

Tignasse â vint, l’ aîir triyonfant.

Lu prumî, lu pus grand dè l’ bâne,

Stitche on fleû-d’-lis’ d’ one peûre bète ;

Ossu loukîz-le, come i rote crâne :

Su coûr èst plin d’ binâhisté.

Podrî, ‘ne wihète sème à picêyes

Violètes, hites d’ aguèce èt clédiès,

Qui mayetèt 1′ pavé dè l’ lèvêye

Du totes lès nuwances du l’ êrdiè.

Dès masètes s ‘ont fèssî ‘ne corane

Du minantès cohes du hènas.

Leû p’tit costume n ‘a nin ‘ne aspagne

Qui n’ seûy vète ; èt l’ peûs d’ hâvurna

Qu’ a co d’monou d’ l’ an.nêye passêye

Mèt’ sès rodjès pièles tot-avâ.

Dès gamins hâgnèt dès bodjêyes

Du fleûrs qu’ ont d’zîvé po l’ bocâ.

Après, dès  frimousses fwêrt djolèyes,

Blondes avou dès grands-oûys bleûs d’ cîr,

Neûrâdes à l’ loukeûre agalèye,

Âs dj’vès djétant dès spites d’ acîr ;

Gamins, bâcèles du tos lès-adjes,

À l’ quowêye, tchantant èt sérieûs,

 

Dufilèt, pâhûles come dès padjes,

Règuèdés come dès rwès d’ cwârdjeû.

L’ dièrin, pîds d’hâs, tch’mîhe duhârnêye,

Pîtiant, pîtiant, èt tot copou,

Pwète one cohète fènemint florêye

Du mèlêye, qu’ i heût tant qu’ i pout ;

Èt lès r’lûhantès fayes du sôye,

Spitant sès crales èt s’ rodje haterê,

Rutoumèt pôk a pôk so l’ vôye

Ou blawetèt so su p’tit cotrê.

Lès pavions èt lès mohes à l’ lâme,

Lès mohes du.dj’vau, lès blancs maltons

Zunèt tot fant dès damabâmes

Tot-âtou dè nosé pèloton.

Èt chake èfant tchante à s’ manîre,

Sèyant du s’ fé ‘ne grosse vwès d’ mârlî,

Dès vôbiscom, sins qu’ on poye dîre

Lès mots qu’ is volèt babouyî.

Leû vwès parèt’ pus clére, pus doûce ;

Lu pây du l’ aîr l’ aîde rèsdondi.

Lès r’djèts, tamehîs, coleûr lakemoûse,

So leû frognoû v’nèt s’ règaudi.

C’ èst, come so dès veûlîres d’ èglîse,

One quowêye d’ andjes du totès coleûrs.

L ‘abit cradjolé què lès d’ guîse

Sonle payeté d’ mèrviyeûsès fleûrs.

Èt 1′ porcèssion sût 1′ grîse lèvêye

À l’ ombe dès floris maronîs,

Qui hoyèt leûs fleûrs à hovêyes

So l’ bâne du nos p’tits tchansonîs.

Lu solo djowetêye è leûs crales ;

Lu hoûson d ‘aîr vint lès guètî ;

Lès p’tits oûhês so lès tchârnales

Acompagnèt po lès fièstî.

 

Todis tchantant l’ cradjolêye binde

S’ èméne â cwêrp, èt, du ç’ min.me timps,

Tote lu nature trèfeûle d’ ètinde

Cisse tchaude èclameûre dè prétimps.

 

Emile Pècheur, Georges Pècheur, in : Saint-Hubert, TII, éd. Weyrich 2006

 

Lès rogâcions o Bork  (= Saint-Hubert : litt. au bourg)

 

Lu londi, lu maurdi èt 1′ mièrcudi avant l’ Assencion, i gn-a twas ptites processions autoû do l’ voye po dmandè o Bon Dju su protècsion conte les flèyaus do l’ tinre èt 1′ bènèdicsion so lès tchamps èt lès cultures. Ça a cmincè o cinkime sièke à Viène en France avou Sint Mamèrt o momint dès calamités qui s’ avint abatu so s’ diocêse. Ça s’ a stindu so tote lu France, èt après, so tote l’ Eûrope.

 

O Bork, lu procèssion c’mincèt à l’ basilike. Lu dwayin, moussé en violèt, ètole èt chape, cumince lu tchant dès litanîes dès Sints à gngnos d’vant l’ autè. Quand on tchante Santa Maria, ora pro nôbis’, on s’ lève èt on mousse foû : lu swisse, deûs-èfants d’ keûr, lès djins so deûs rîléyes du chake costè, pus l’ dwayin èt l’ tchanteû.

 

Lu londi, on duchchint 1′ roûwe Sint Djîle èt l’ avenûe Nèstôr Martin jusqu’o fond do Tram; on r’rnonte lu voye Martin èt lu roûwe dès Près. On s’ arète à l’ èglîje Sint Djîle, pus on r’monte à l’ basilike.  Quand on-a iu mètu lu statûe du Notrè Dame du Biarin, addé mon Baltus’, on-a stî j’qu’à là èt on s’ î a arètè.

Lu maurdi, on monte lu roûwe do Mont jusqu’à l’ tchapèle Sint-Rok. On s’ î arète. On ruddchint pa 1′ voye dès Rogâcions, lu roûwe d’ Hamêde (Redouté) pus on r’mousse à l’ bszilike.

Lu mièrcudi, on monte jusqu’o Vî Bon Dju o dzeû do l’ Vos. On s’ î arète duvant d’ duchchinde pau cimetiére èt on s’ arète co à l’ Grande Cwas. Pus, on rmousse à l’ basilike.

 

Tot l’ long do l’ voye, on tchante lès litanîes dès Sints : lu tchanteû tchante one ligne, tot 1′ monde lu r’tchante après li.  Quand on s’ arète, on-arète ossi lu tchant dès litanîes. Alôrs’, lu dwayin atake dès ôtes priyéres, pus, avou 1′ goupiyon èt 1′ bénite êwe, i bènit lès tchamps aus quate cwins cardinaus.

Cès twas djoûs-là, lès-èfants d’ keûr, lès cis do l’ corâle èt lès cis do catèzime qu’ èstint aus processions avint 1′ dwat d’ arivè en r’târd à scole. Mès dupouy dès-anéyes, on n’ fêt pus lès Rogâcions pace qu’ i gn-avèt trop d’ embaras d’ circulâcion èt qu’ i gn-avèt pus wêre di djins qu’ î v’nint. Faut dîre ossi qu’ o Bork, i gn-avèt todi mwins’ du cultivateûrs. Gn-a pus wêre du p’tits viyâdjes non pus qui fant co lès Rogâcions asteûre. En France, on 1’s-avèt d’djà suprimè à l’ rèvolucion du mile sèt’ cents quatrè vint-noûf.

 

Willy Leroy (Vèskèvèye / Vesqueville)  (d’après Calixte Culot)

 

Lès rogâcions da Mèlanîye

 

Lès fièsses de Pauke astint à pon.ne oute què nosse curé, sins pus ratinde, anonce lès rogâcions : « Come lès outes anées, di-st-i, èles deûrant twas djoûrs : Ok, po la ç’mintîre, èt lès deûs-outes pa-t’t-avau l’ viadje. Faurè wêtu dè v’nu, si on vut què l’ Bon Djeu nos dène do bon timps, dès bones dinrées dins lès tchamps, èt dès bons cortis. Djè sondje bin v’s-î vèy tortos. »

 

À l’ sôrtîe d’ mèsse, lès djins a côsint intèr zés. Là ci qui causét l ‘pus, ç’ astét la Mélanîe, one fame sètche come on coup d ‘trike, grande come on dèspindeû d’ androuye, èt ç’ astét d’ ayeûr po ça qu ‘on la leumét : « La ragosse ». Èle tènét dès pouyes, dès gâdes, dès bèrbis è totes sôrtes dè p’tites bièsses.

Tot è rèvenant avu Eûjène, ès’-n-ome, èle dèjét :

—  « Il è rêson, Mossieû l’ Curé, djè n’ai nin stî l’ anée passée, èt ça m’ è costè tchîr : ma nwâre gâde è pièrdu one tète, au corti, djè n’ aî pont eu d’ porètes; ma rossate pouye n ‘è pus qu’ one pate èt mi, djè m’ aî dèsmètu la spale. »

—  « Èt mi, di-st-i, Eûjène, djè n’ aî pont pris d’ pèchons, dj’ aî pièrdu ma novèle choupe èt l’ toubak èst co ogmentè. »

—  « Ossu, di-st-èle, po wêtu d’ ratrapè tot ça, ç’t-anée-ci, dj’ îrans aus rogâcions, tos lès deûs. »

 

Quand c’ è stî 1′ momint, l’ Eûjène n’ è nin volu-z-i n’ alè. Mès la Mélanîe astét la preumîre à l’ èglîje. Ç’ astét one basse mèsse pace què l’ organisse èt lès tchanteûs avint la gripe èspagnole. Dèvant d’ sôrtu po la porcèssion, nosse curé è dit :

—  « Come vos 1′ vèyèz, djè sans dèstèlè, mès djè sondje qu’ i gn-an-aurè bin ok eu l’ oute po tchantè avu mi ! »

C’ èst la Mélanîe qui s’ è mètu addé lu po 1′ rèsponde :

—  Sinte Agate : c’ èst po nosse gâde.

—  Sint Bèrnârd : c èst po mès canârds.

—  Sint Célèstin : dj’ aurans dès bês lapins.

—  Sinte Hélin.ne : nosse bèrbis aurè d’ la lin.ne.

—  Sinte Clémence : nosse laurd nu s’rè pus rance.

—  Sint Boniface : po soladjè nos-agaces.

—  Sint Macaîre : po aveûr pus bèle êr.

—  Sinte Mad’lin.ne : djè n’ aurans pus la mirin.ne.

—  Sinte Honorée : dj’ aurans dès bèles-érées.

—  Sint Grégwâre : dj’ aurans dès bèles pwâres.

—  Sint Vital : dj’ aurans dès bones guèrzales.

—  Sint Rémi : c’ èst po nos célèris.

—  Sinte Dèlfine : c’ èst po nos capucines.

—  Sinte Colète : dj’ aurans dès bèles porètes…

 

—  « Asteûre, si on continuwe insi, di-st-i 1′ curé, tot 1′ corti î va passer.

Choutèz, Mélanie, djè va acheuvè tot seû. »

La porcèssion finîe, v’là nosse Mélanîe, tote binaîje, qui s’ ramone à 1′ maujon a s’ dèjant :

—  « Ç’ coup-ci, djè n’ è nin eu peûr dè m’ mostrè. Bin sûr què 1′ Bon Djeu s ‘a sovérê.

A rintrant, èle grawîe au crapaud èt mèt r’tchaufè 1′ café. Eûjène, qu’ astét dins lès staules lî crîe :

—  « Gn-è la rossate pouye qu ‘è fét 12 pouyons. »

— ,« V’là què ça c’mince, di-st-èle, en s’ frotant lès mwins. À ç’ momint-là, on toke à l’ uch : c’ èst 1′ facteûr qui vint, come tos lès djoûrs, bwâre sa jate dè cafè. Tot-en causant, i dit:

—  « Dèjèz, Mélanîe, v’s-on pris on biyèt d’ loterîe la sèmène passée. Mostrez-me on pon vosse nimèrô, dj’ aî la lisse à 1′ potche. » V’là, wê, qu’ èle ayét gangnè 25.000 F.

—  « Ça continuwe », di-st-èle, en s’ frotant lès mwins. À pon.ne rèmètue, v’là la vèjine qu’ intère, tote astchaufèrnée :

—  « Mèlanîe, i gn-è vosse fis qui v’nèt dère què vosse Fanîe vint d’ aveûr on bê gros gamin. »

La Mélanie n’è r’vint nin : « C’ èst nin possibe, tot ça d’ on plin coup : come lu bon Djeu èst djinti ! »

 

V’là Eugène qui rintère à ç’ momint-là. La Mélanie lî broke deûs ouys dè leûp : « Quand min.me, là, sacré fénèyant qu’ t’ ès. Wête si t’ avés v’nu avu mi aus rogâcions, nosse pouye aurit fét 24 pouyons, dj’ aurins gangnè 50.000 F èt nosse Fanîe aurit eu one djèrmale. Dj’ aurins eu tot à dobe.

L’ Eûjène s’ è laîchi teumè d’ssus one tchèyîre a d’jant :

—  « Eûreûsemint que djè n’ î ê nin stî : po lès pouyons, lès 50.000 F et l’ djèrmale, djè su d’ acwârd, mès djè l’ aî èchapè bèle pace què dj’ auri eu 2 fames, mi, asteûre. Djè va pwartu one grosse boujîe à sinte Rita ! »

 

 

4 Ôte paut / Ailleurs

Simone Clesse, Coutumes et croyances arlonaises, Gebräicher a Glaf am Arelerland, in: GESCHWËNN, 105, 2002, p.22

 

Bittprëssiounen / Bittprozessionen / Rogations

 

La semaine de l’Ascension, trois processions qui ont pour but d’implorer Dieu pour qu’il envoie sa bénédiction sur les champs, sont encore toujours organisées (en 1890). Ces “Bittprëssiounen” (Rogations) ont lieu pendant trois jours consécutifs. (…) Autrefois il y avait huit processions de cette sorte qui parcouraient la localité et ses environs. La plupart se rendaient à l’église d’un village proche, tels Weyler (Weller), Waltzing (Waltzéng), Eischen, Bonnert (Bunnert)… L’on y assistait à la messe puis l’on retournait par le même trajet.

 

DIE BITTPROZESSION, in : Nidrum, 1998

 

(S.374) Die Lebenswelt der Eifeler war stark durch ihre enge Bin-ung an die Natur geprägt. Denn ihr wirtschaftliches Wohlergehen war lange von dem Ungemach ihrer oft rauhen Witterung und dem, was diese als Ertrag auf den Äckern und Wiesen heranreifen liess abhängig. (1, S. 141) So war es nicht verwunderlich, dass sich die Menschen gerade in den Frühlingswochen recht zahlreich in einer langen Prozession, betend und singend in die Natur begaben, uni Gottes Segen auf Feld und Flur herabzurufen. Dies geschah stets an den 3 Tagen vor Christi Himmelfahrt, den sogenannten Bittagen. Dieser Ritus hat eine sehr lange Tradition, wird auch heute noch in Nidrum durchgeführt, allerdings ist die Teilnahme der Gläubigen, genau wie die zurückgelegte Wegstrecke, auf ein Minimum reduziert. Ewald und Franziska Heck beschrieben die Durchführung der Bittprozession in ihren Kindertagen, Mitte der zwanziger Jahren folgender-massen.

 

Um halb sieben begann die Messe in der Kirche. Sodann setzte sich die Prozession, an der die Kinder mit ihren Lehrpersonen selbstverständlich teilnahmen, in Bewegung. Am ersten Tag führte der Prozessionsweg Richtung Weywertz bis hin zum Brunnen an der Hesselsgasse, Haus Walter Schmidt, dann weiter hinauf zur Vennstrasse, am Haus Paul-Ludwig Krings vorbei zur Dellenstrasse und zurück zur Kirche. Der Brudermeister sorgte für die richtige Ordnung beim Beten des Rosenkranzes. Kurz vor dem Eintreffen der Prozession an der Kirche begannen die Glocken zu läuten. Am zweiten Tag ging es Richtung Dell, Vennstrasse, Alter Malmedyerweg, Bermicht zur Kirche zurück und am dritten Tag fuhrte der Weg Richtung Bütgenbach bis zum Kreuz am Hause Ernst Pfeiffer, zurück durch den Brungsweg und die Talstrasse zur Kirche. Da sich die Wege in sehr schlechtem Zustand befanden, kamen die Gläubigen bei schlechter Witterung arg verschmutzt von diesen Bittgängen zurück.

 

Nadine Crétin, Dominique Thibault, Le livre des fêtes, Gallimard, 1991  

Au Ladakh, tambours et cymbales résonnent à travers champs pour la bénédiction de l’orge naissant.