Li Sint-Sacrèmint en Bèljike romane / Le Saint-Sacrement en Belgique wallonne, picarde, gaumaise

PLAN

0 Présintâcion / Présentation

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

1.1 L’ ouwès’-walon / L’ouest-wallon

1.2 Li Picardîye / La Picardie

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

1.4 L’ ès’-walon/ L’est-wallon

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

1.6 Li Gaume / La Gaume

2 Ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

 

0 Présintâcion / Présentation

Nadine Crétin, Dominique Thibault, Le livre des fêtes, Gallimard, 1991

La Fête-Dieu : le 2e jeudi après la Pentecôte

Cette fête catholique du “ Corps du Christ” existe depuis le 13e siècle.

Des processions se déroulent dans les villes, sur tapis de fleurs, et des petites filles vêtues de blanc jettent des pétales à leur passage.

En Autriche, dans la région de Salzbourg, les perches d’apparat ponctuent les processions : ces “ poteaux resplendissants “, en usage aussi à la Saint-Jean, sont réservés aux célibataires.

 

Baron de Reinsberg-Düringsfeld, Calendrier belge, Fêtes religieuses et civiles, T1, 1861 

7 juin: (p.392) “Fête-Dieu: “Sacramentsdag”, (anc.) le jeudi après la fête de la Ste-Trinité; consacrée au mystère de la présence réelle dans l’Eucharistie;

reposoirs; fleurs dont on sème la route de la procession

Ainsi (anc.) à Huy: procession accompagnée de tous les serments (décharges après la procession).

 

Octave de la Fête-Dieu: = ‘de kleine sacramentsdag’

Saint-Jean (24/6) = (p.413) ‘la Saint-Jean qu’on fauche’

(27/12) ‘la Saint-Jean qui chauffe’

 

Jean Lefèvre, in : Traditions de Wallonie, éd. Marabout, 1977

La Fête-Dieu = le Sacrement

(p.131) célébrée le dimanche après la Trinité

“Célébrée” pour la première fois à Fosses en 1246, puis d’une manière solennelle, à Saint-Martin de Liège (1251), enfin de toute la Chrétienté.

“Elle veut commémorer spécialement le Christ dans son Humanité sous la figure de l’Hostie: c’est li Sacrèmint (le Sacrement ou Saint-Sacrement), le Jour du Vénérable (Sacrement), ou la Fête-Dieu.”

Cette procession a comme centre l’Ostensoir où se trouve l’hostie. Une procession de joie et de gloire

(p.131) Fête née à Liège, à l’instigation d’une humble femme qui servait les lépreux, Julienne du Mont-Cornillon, née à Rettine (1193-1258) et dont l’amie, Eve, se recluse à St-Martin de Liège a raconté la vie en wallon, à un clerc qui l’a traduite en latin.

(p.131-132) “Partout en Wallonie, cette procession se caractérise par des jonchées de feuillages et de fleurs, de petits reposoirs aux fenêtres avec le crucifix et les saints vénérés à titre privé; ainsi que les grands reposoirs où, de place en place, la procession s’arrête pour chanter un cantique en l’honneur du Sacrement.”

 

Jean-Jacques Gaziaux, in : Parler wallon et vie rurale au pays de Jodoigne, LLN 1987, BCILL 38, p.264

La communauté paroissiale participait à diverses processions annuelles. La principale avait lieu, comme dans les villages voisins, à l’occasion de la Fête-Dieu ; li porcèssion dè l’ fête-Diè (ou Sint-Sacrument), c’ èstot l’ grande porcèssion, on l’ fiéve tos costés. En réalité, elle était organisée le dimanche suivant la Fête-Dieu, après la grand-messe. On ne rangeait pas les objets après la procession, on n’ dèbarasséve ni l’ èglîje, lès sints d’meurin’ abiyis. En effet, le jeudi suivant, octave de la Fête-Dieu, se déroulait une procession vespérale, on rintréve li porcèssion, on rintréve lès sints, disait-on. Lès cis qu’ travayin’ distèlin’ ‘cessaient le travail’ pus rade po-z-aler à l’ porcèssion.

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

 

1.1 L’ ouwès’-walon / L’ouest-wallon

Fontène / Fontaine-l'Evêque - 1911- porcèssion do Sint-Sacrèmint / procession du Saint-Sacrement

(rûwe / rue Parée, in: Roland Poliard, Mémoire en images, Fointaine-l’Evêque, s.d.)

Souvrèt - èl Sint-Sacrèmint / le Saint-Sacrement

(in: Jean-Baptiste marcelle, Mon vieux Souvret, 1980, p.118)

Robert Dascotte, Quelques fêtes religieuses, in : EM 2/1982, p.34-35

Fête-Dieu, au Saint-Sacrèmint. Une procession parcourt les rues jon­chées de fleurs ; les pétales de ces fleurs sont conservés précieusement et en cas d’orage, on les répand sur le pavement de la maison. A Seneffe, on les place aussi dans les meubles pour chasser les souris. Dicton : au Sint-Sacrèmint, on sème lès scaroles et lès indîves pou qu’ èles ne montistèt nin. A Godarville et à Seneffe, un essaim d’abeilles qui s’établit dans une ruche le jour de la Fête-Dieu dispose l’un de ses gâteaux en forme d’ostensoir.

Godârvile (Godarville) - lès mouches à mièl au Sint-Sacrèmint / les abeilles au Saint-Sacrement

(in: MA, 1980, p.120)

Mamejou / Marbisoux (Brabant) - li Sint-Sacrèmint / le Saint-Sacrement

(in: C’èst l’fièsse, Province de Liège, MVW, s.d.)

 

1.2 Li Picardîye / La Picardie (à complèter / à compléter)

 

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

Le folklore au pays de Namur, 1930, Guide-programme de l’exposition de folklore et d’industries anciennes, A.R. de Namur

 (p.24) FETE-DIEU

Dans la plupart de nos villages, le dimanche qui suit la Fête-Dieu, voit se dérouler la procession paroissiale…

Les fleurs dont on jonche le sol devant la procession sont semées ensuite dans le grenier, afin d’éloigner rats, souris et mulots.

Sur la nappe blanche du reposoir champêtre, la paysanne dispose en couronne, des pétales de roses sur lesquels le prêtre dépose le corporal avant d’y déposer l’ostensoir. Ces feuilles de roses seront brûlées ensuite dans une assiette auprès du lit des malades, pour écarter les esprits malfaisants.

Jules Fivèz, Istwêre di Bièmeréye, èt di vint’-deûs-ôtes viladjes d’ avaurci dispûs noûf cints swèssante-quate,  avou l’ concoûrs dès Bièrmèrwès, 1972

 

Li Fièsse-Diè

A Bièmeréye on dit : « l’ Fête-Dieu ».

 

Come li Fête-Dieu tchaît tofêr li djudi, à Bièmeréye on fait l’ porcèssion li dimègne qui chût, mins i gn-a seûlemint l’ côrtèje rilijieûs. Li toû est bran.mint pus p’tit qui l’ ci qu’on fait à 1′ Sint-Pîre : di l’ èglîje, on diskind li rûwe do Viladje pou ‘nn’ alè pa 1′ rûwe do Fau, mins on toûne ossi rade pou-z-è ralè pa 1′ Vîve à 1′ Rûwe èt au d’ bout di ç’tèle-ci, on r’prind pa 1′ cinse do Tchèstia pou r’montè l’ rûwe do Viladje jusqu’à l’èglîje. C’ èst co 1′ min.me asteûre, mins

(p.58) i gn-a pus wêre di djins qui chuyenut l’ Sint-Sacrèmint. C’ èst damadje èt c’ èst co iun.ne dès-afaîres di nosse folklôre qui s’ aprèstéye à ‘nn’ alè. Maugrè qu’ on raconte qu’ i s’ faut fè aus novèlès-idéyes, à l’ fin, si ça continuûwe co ène miète, au trin qu’ ça va asteûre, i n’ nos d’mèrera pus wêre di d’ tchôse di d’ dins 1′ timps. Si jamaîs nos vis stos rivenint fè in p’tit toû par-ci, nos l’ pôrins trossi ossi rwèd qui l’ vint d’ bîje. Non ?

 

Joseph Houziaux, Li vicaîrîye d’on gamin d’ Cêle, 1964

 

Au Sint-Sacreumint èt au quinze d’ awous’, c’ èsteut l’ Grande Porcèssion. Tos lès sints sôrtint d’ l’ èglîje, pwartès à spale inte lès mêys plantès dès deûs costès do l’ vôye. Dizos l’ Avièrje, dès djon,nès coméres, moussîyes di blankès rôbes à dintèles, purdint l’ tchèdje à toûr. Su l’ bwârd do l’ route, lès-omes d’ on costè èt lès feumes di l’ ôte rotint à l’ file dins leûs hâdes dès dimègnes, tièsse à bachète, en disvôtiant leû tchapelèt. Au d’bout do l’ porcèssion, Mossieû l’ Curè, dins sès moussemints blanc èt ôr, tuneut précieûsemint l’ ostenswâr en rotant piyâne-

miyâne dizos l’ bârdakin pwartè pa chîj omes – todi lès min.mes.

 

Djan-Pière èsteut fiér d’ î awè s’ place èt i n’p’leut mau do mankè d’ ièsse au posse cès djoûs-là, À l’ copète do viyadje, come dissus l’ route, èsconte d’è mon Marot, come à l’ Crwès Sint-Haulin, on-auteu aveut stî drèssi, tot flori d’ piyaunes èt d’ mârgueurites, avou on rodje tapis stindu su l’ sauvlon. Li p’tit Marchau atakeut l’ Tantum èt l’ tchanterîye rèspondeut, Timps qu’ Mossieû l’ Curè fieut su lès djins one grande crwès avou l’ Sint-Sacreumint, on z-ètindeut clapè l’ bwèsse da masseûr Josèfe : lès p’titès gamines di l’ Asîle, qu’ on z-aureut pris pos dès-andjes, poûjint dès fleûrs dins l’ corbèye pindûwe à leû cô èt lès stramint autoû d’ zèles, après l’s-awè bauji. Li bwèsse riclapeut cor on côp,

èt èles lèyint ouve. Adon, chakin ripurdeut s’ place dins l’ cortèje èt on s’ rimèteut en route. On r’passeut pa l’ tchapèle di l’ Èrmitadje dins l’ ombrîre dès Grands Chemins, Pus, au triviès dès sapins, on ridtchindeut pa l’Tchèrau, dosmètant qu’ lès clotches di l’ èglîje sonint à rlagne.

Li tchant do Te Deum monteut à l’ vôssure dès grands hèsses d’ À l’ Coûr èt s’ infleut fêt-à-fêt. Adon, lès vwès dès tchanteûs r’tchèyint come one voléye di sprûwes qui s’ tape à l’ tère : Aeterna fac cum sanctis tuis in gloria numerari…

Pus, tot d’ on côp, èles si rènondint d’ pus bèle, come s’ èles avint r’pris alin,ne :

Per singulos dies, benedicimus te…

Èles si distindint po d’ bon dins l’ keûr di l’ èglîje, au mitan d’ one vrêye nouwéye d’ encens, qui vos sôleut : In te, Domr’ne, speravi, non confundar in aeternum.

 

Li Sint-Sacrèmint inte li Faumène èt l' Condro / Le Saint-Sacrement entre la Famenne et le Condroz

(in: Des gens d’ci racontent, 12 villages entre Famenne et Condroz au début du /20e/ siècle, T1, Groupe Regards et Souvenirs, s.d.)

1.4 L’ ès’-walon/ L’est-wallon

Vîsé (Visé) 

George Laport, La compagnie royale des Arquebusiers de Visé, in: VW, T4, 1923–24

 

A petite ville de Visé qui s’étale le long de la Meuse aux confins du pays est une des rares cités wallonnes où s’est perpétuée jusqu’à nous la survivance des vieilles compagnies militaires, troupes qui furent si nécessaires à la sécurité des agglomérations pendant les temps modernes. En 1570, le duc de Parme assiégeait Maastricht. Ses troupes étaient composées de routiers, de mercenaires, d’aventuriers qui s’engageaient dans l’armée afin de pouvoir piller plus librement ; aussi outre deux assauts les soudards rançonnaient-ils la contrée environnante.

Visé, dont Charles le Téméraire ordonna en 1466 la destruction des murailles, était mal défendue, avait encore de nombreuses brèches dans les remparts, qui la mettaient à la merci des bandes assiégeantes. De plus la peste avait ravagé le canton et avait forte­ment éprouvé la compagnie des Arbalétriers, chargée de la défense de la villette.

Désirant voir terminer les incursions des gens de guerre, quel­ques bourgeois demandèrent au Conseil de créer une compagnie d’arquebusiers. Le bourgmestre,- les jurés approuvèrent la requête -, firent don à la nouvelle confrérie d’une pièce de terre de 36 verges grandes, moitié pré, moitié brousse, située au lieu dit « Werixlut » (p.175) dont le revenu fut affecté à l’entretien de la milice. En 1580, le prince-évêque Groesbeeck reconnut les statuts de la société. L’or­donnance ayant été perdue, Ernest de Bavière continua le décret de son prédécesseur le 15 mai 1599. Ce règlement énonce les droits et devoirs des arquebusiers. Au point de vue militaire, le parchemin prescrit l’obéissance des troupiers à leurs supérieurs ; établit les exercices de tir, le dimanche, toutes les quinzaines depuis le com­mencement de mai jusqu’au mois de septembre suivant ; organise le tir à l’oiseau ou papigaye ; déclare que celui qui abattra l’oiseau trois fois consécutivement recevra le titre d’empereur ; ordonne que chaque milicien possède » une demie livre de poudre et une-livre de balles pour le moins », afin d’être armé à la première alerte ; combine les fêtes et les divertissements de la compagnie. I.e côté religieux est longuement développé : la confrérie, ayant adopté St Martin pour patron, devra lors de sa fête, assister à lu messe et à l’offrande ; de même à la Trinité ; accompagner le Saint Sacrement le jour de la procession ; faire célébrer et chanter, avec obligation d’y assister, une messe lui nie lors des funérailles de l’un de ses membres ; en plus il était formellement interdit de blasphémer ou d’injurier. Des peines étaient édictées contre qui­conque transgresserait tous ces articles.

 

(p.176) La Fête-Dieu était jour de réjouissance pour la gilde des Arba­létriers et pour la gilde des Arquebusiers. Mais des questions de préséance, d’amour-propre amenaient souvent des conflits entre les deux compagnies. Des rixes succédaient aux querelles et les magistrats, pour prévenir toutes discussions, défendirent le craini-gnon. Plus tard on réserva, avec l’interdiction de se rencontrer, une rue aux Arbalétriers, une autre aux Arquebusiers pour se livrer aux plaisirs de la danse. Malgré ces précautions il faut croire que ces distractions ne se terminaient pas sans bataille, car les deux confréries adoptèrent des jours de fête différents.

Dans la suite, la compagnie joua son rôle de police tout en étant mobilisée chaque fois qu’un haut personnage passait par Visé.

Telle est, esquissée à larges traits, l’histoire de la fondation et du rôle de cette milice.

En 1900, Léopold II donnait le titre de Société royale à l’archaïque compagnie.

En 1913, la gilde achetait l’immeuble de la « Renaissance »; pour servir de local aux arquebusiers.

Les hordes teutonnes, non contentes de violer notre neutra­lité, assouvirent, en août 1914, leur colère sur Visé. Les flammes dévorèrent la paisible bourgade. La maison des arquebusiers n’échappa point au désastre. Les parchemins de la gilde, les col­lections : arquebuses, épées, sabres, drapeaux, fanions, cornettes, médailles, décorations, anciennes faïences et étains servant lors des banquets devinrent la proie du brasier. Le collier d’Empereur put seul être sauvé.

Au lendemain de la conflagration universelle, les membres de la gilde, dont certains s’y succédaient de père en fils depuis des siècles, songèrent à en rétablir les traditions.

Les allocations des dommages de guerre permirent la réédifi­cation du local : un massif hôtel de style mosan, à la façade histo­riée de bas relief naïfs et flanquée d’une tourelle couronnée par un bulbe léger.

La gilde organise actuellement deux sorties. L’une fixée au dimanche suivant la St Martin, l’autre à la Fête-Dieu.

La St Martin tombe le n novembre. Cette année le Musée de la Vie wallonne, sous l’inspiration de son infatigable secrétaire, M. Remouchamps, filma la cérémonie dont voici un rapide résumé.

Dès quatre heures du matin, les tambours battent le rappel à travers les venelles. A huit heures, ils reprennent leur ronde, cette fois ayant revêtu leur grand uniforme : bonnet à poils chargé d’un (p.177) plumet rouge, tunique bleu foncé à col rouge, pantalon sombre à bande ronge.

 

A 8 heures et demie, les membres se réunissent à la maison des Arquebusiers.

A 8 heures trois quarts, le cortège se forme et se rend à la mai­son de l’Empereur. Viennent d’abord les sapeurs en bonnet à poils, habit bleu à plastron et retroussis rouges, épaulettes de laine écarlate, tablier blanc. Chacun porte un emblème : scie, pic, hache, bêche, cognée. Puis les tambours ; l’harmonie ; les officiers coiffés du chapeau haut  de  forme,  revêtus  de  l’habit bourgeois,  du  pan­talon  rouge à lunule  d’or.   Le pantalon noir n’est permis qu’aux officiers en deuil.  Ces derniers assistent aux cérémonies,  prouvant par là qu’ils ne considèrent pas cette sortie comme une distraction, mais comme un rite. A la boutonnière tous arborent un noeud aux couleurs de Visé, greffe d’une arquebuse cerclée d’or et d’étoiles varianet selon le grade.  Les confrères sont en noir portant l’emblème symbolique au revers de l’habit. Douze cadets, aspirants confrères, ceignent une écharpe rouge frangée d’or.  La troupe avance en bon ordré, à raison de trois hommes par rang, sous la surveillance du commandant.

 

(p.178) Les étendards sortent de la demeure de l’Empereur et se groupent derrière la fanfare. Le dignitaire paraît encadré par deux aides de camp. La compagnie fait halte et front. La musique en­tonne la Brabançonne, l’empereur salue de l’épée et les membres se découvrent.

L’empereur a un habit brodé d’or ; le bicorne au panache rouge, le pantalon rouge à double bande d’or. Le collier de la gilde lui couvre la poitrine. Le bijou composé d’on/e médaillons cir­culaires de différentes grandeurs, gravés aux armes île chefs suc­cessifs, est en argent et se termine par un papegaye qui paraît re­monter au XVe siècle.

Les aides de camp ont une écharpe comme signe distinctif de leurs fonctions.

L’empereur prenant la tête des officiers, on se remet en marche et l’on s’achemine vers la résidence du général-président qui con­serve la statue de St Martin. Les cadets enlèvent le groupe repré­sentant l’évêque de Tours partageant son manteau pour en revêtir un pauvre. Le protecteur se glisse derrière l’harmonie et le général-président se range à la suite de l’Empereur.

 

La troupe rentre au local. Sapeurs, tambours et statue de St Martin font la haie. Les miliciens saluent en passant devant leur patron.

Réunion dans la grande salle où l’empereur proclame les noms des nouveaux officiers et reçoit leur serment. L’assemblée répond par le cri de « Vive St Martin ». L’Empereur et après lui le général-président donnent l’accolade aux élus. (…) Le cortège toujours dans le même ordre se reforme et se dirige vers l’église pour aller assis­ter à la messe et défiler à l’offrande.

Sur la grand’place précédant l’humble chapelette qui se dresse à l’ombre des ruines de l’église, la troupe s’arrête un instant. Ils repartent ayant adopté le pas redoublé, qu’ils exécutent très lente­ment, pour pénétrer dans le sanctuaire.

Lorsque l’église était debout, les confrères ne pratiquaient le pas redoublé qu’à l’intérieur de l’édifice et au moment de passer à l’offrande. Ils tournaient d’abord autour de la collégiale, revenaient par la nef centrale baiser la patène, retournaient à leurs places respectives. Ce pèlerinage avait lieu au son d’une musique spéciale : « Li vî cink ». L’exiguité de la chapelle ne permet plus le dérou­lement de cette partie de la messe.

                                                    

(p.180) Telle est la vie de la compagnie royale des Arquebusiers, qui, en somme, aujourd’hui n’a plus de raison d’être, si ce n’est la continuation du culte des institutions et des choses du passé, culte éminemment respectable et hautement appréciable dans ce siècle de mercantilisme et de modernisme.

 

Monène (Amonines) - li Sint-Sacrèmint / le Saint-Sacrement

(Annonces de l’Ourthe, 15/11/2014)

Spå (Spa) - li Sint-Sacrèmint (le Saint-Sacrement)

(p.194, in: /Albin Body,/ Recherches sur le folklore de Spa, Wallonia, 1899, p.187-196)

 

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

Bièrtogne (Bertogne) - li Sint-Sacrèmint (le Saint-Sacrement)

(s.d., foto / photo: Danielle Durand, in: VA, 01/08/2012)

Lu Rotche (Laroche) - li Sint-Sacrèmint / le Saint-Sacrement

(VA, 12/06/2012)

Hîve (Hives) - li Sint-Sacrèmint / le Saint-Sacrement

(VA, 13/06/2012)

Alfred Dubru, Houffalize / La fête du Saint-Sacrement et sa procession, Arlon, 2009

 

La fête-Dieu à Houffalize

 

I INTRODUCTION

 

En 1996, Liège célébra le 750e anniversaire de la Fête-Dieu ou fête du Très Saint Sacrement.

Cette grande fête destinée à honorer la sainte Eucharistie avec plus de solennité que ne le permet le Jeudi-Saint, jour anniversaire de son institution, fut célébrée pour la première fois en 1246 (1) à la suite des révélations faites à sainte Julienne du Mont-Cornillon. (2) Elle fut étendue à l’Eglise universelle par le pape Urbain IV qui avait été archidiacre à Liège.

La célébration de la Fête-Dieu appelée aujourd’hui Fête du Très Saint Sacrement ou Solennité du Corps et du Sang du Christ, développa l’habitude d’accomplir la procession . On ne la trouve mentionnée que très rarement dans le courant du XIVe siècle et ce n’est seulement au début du XV° siècle que les papes accordèrent des indulgences à ceux qui y participaient.

C’est de cette époque également que datent les premiers ostensoirs, le clergé ayant souhaité montrer le Saint-Sacrement aux fidèles.

 

II LA FETE-DIEU A HOUFFALIZE

 

Au spirituel, rappelons l’importance accordée à Houffalize à la fête du Saint-Sacrement, notre Fête tout court.

 

Un ostensoir

Des mentions portées dans l’Obituaire du XIVe siècle (arrêté à la date du 10 décembre 1390) et celui du XVIIIe siècle, insinuent le fait qu’une procession du St Sacrement était déjà organisée à Houffalizé avant 1330. – Obit. XIVe s : Juillet: Ann. Fris Johannis Moreal quondam investit! de Villari et cfris nostri qui dedit conventii nostro XXXII francos quos posuimus in vasem in quo portatur corpus dni in die Sacramenti.

 

(1) F. BAIX, La première célébration de la Fête-Dieu à Fosses en 1246.(Extraits du T. XLIV des Annales de la Société archéologique de Namur. Impr. Godenne. 19471

(2) Sainte Julienne était née en 1191/1192 et fut orphe­line à cinq ans. Elevée au monastère du Mont-Cornillon, près de Liège, elle y prit le voile et travailla à l’institution de la Fête-Dieu. Elle se heurta à l’opposition massive des Liégeois, tant clercs que laïcs . Cette oppo­sition avait pris un tour si violent que Julienne dut fuir la principauté et se réfugier à Salzinnes, d’abord, à Fosses ensuite où elle mourut le 5 avril 1258.

 

-Obit XVIIIe s : 1330, 28 Mai: Ob. F. Joannes dictus Moreal, pastor in Villers qui dédit 32 francos ad emendum vas in quo portabatur corpus Christi in die Sacramenti.

Frère Jean dit Moreal, curé de Villers-la-Bonne-Eau pourrait avoir offert un ostensoir au prieuré.

 

La procession

 

Bien avant la promulgation de la bulle du pape Martin V du 26 mai 1429 accordant des indulgences à l’Eglise universelle, Houffalize eut sa procession du Saint Sacrement.

Renaud d’Argenteau, seigneur de Houffalize de 1378 à 1437, avait adressé une supplique au Pape. (2) En voici la traduction:

«  Le chevalier Renard de Argenteal…. à l’honneur et révérence de la fête du Sacrement du Corps du Christ a fait don d’une certaine partie de son héritage pour l’accroissmeent du culte divin et il a prescrit de distribuer chaque année, au jour de la fête du St Sacrement, deux vieux gros de la monnaie du pays à tous les prêtres qui participeront à l’office, dans les églises de Cowan et de Houffalize, et une aumône de deux pains à chacun des pauvres qui y assisteront.” Il demande aussi des indulgences pour ceux qui assisteront aux offices le jour du Corpus Christi, de Ste Catherine et de la dédicace de l’église ainsi que pendant leurs octaves.

Cette supplique agréée par le pape, porte la date “dat. Florentie quaertadecimo Kal. junii anno secundo” soit le 19 mai 1418.

Le Cartulaire du prieuré conserve une autre pièce ayant pour objet la procession du St Sacrement. Il s’agit d’une bulle du pape Martin V datée du 9 avril 1424. (3) Cette bulle nous fait connaître des détails particulière­ment intéressants:

– la procession était établie depuis quelques temps: ce que nous savons déjà par la supplique du 19 mai 1418;

– elle avait lieu le jeudi de la Fête-Dieu;

– elle rassemblait de très nombreux fidèles, non seule­ment de la ville mais de tous les alentours. Affirmation confirmée par le registre de Mr Guiot, curé à Sommerain (de 1779 à 1820). Ce pasteur rapporte que ” c’était un ancien usage d’aller en procession le lendemain de la Pentecôte à Cherain, le 25 de mai à St Urbain et le jour de la Fête-Dieu à Houffalizé; usage qui a cessé par l’édit du 11 février 1787″ (4)

 

(2) Cette supplique se trouve aux Archives du Vatican, Reg. Suppl. n° 121, F” 188-188v°

Elle a été signalée par l’abbé F. BAIX, 3, rue Delinoy, à Namur, le 2 août 1946, au doyen Louis Georges, de Houffalize. Elle se trouve dans le Liber memorialis. Tome II.

(3) A.E.St.H. Cartularie du Prieuré de Houffalize; fol. CXI – r° v°. Voir R. PETIT. Inventaire, Reg. 144.

(4) Segnia. G-10-46 v°

 

– grâce à la générosité du seigneur Renaud d’Argenteau, des aumônes étaient largement distribuées ce jour-là aux pauvres de la localité et tous les prêtres qui partici­paient à la procession, percevaient des présents en nature, en argent et pouvaient se restaurer.

– le pape accordait à tous les pénitents qui s’étaient confessés et suivaient la procession, une indulgence de deux années et de 4O jours.

Les successeurs de Renaud I d’Argenteau respectèrent cette fondation. Chaque année les seigneurs donnaient une aumône pour la procession.

” 1737. Payé pour les processions du St Sacrement 2 fl. et 8 s. par an.” (5)

11 Le 11 février 1747, Jean Charles Joseph, comte de Merode, cède le 1/3 de la seigneurie à Léonard de Hayme: … ledit tiers était chargé….de quatre escalins pour la procession du St Sacrement” (6)

” En 1766, dans les Tabelles cadastrales, les seigneurs mentionnent les offrandes suivantes: Tabelle n° 1 : Léonard Bernard de Hayme:… 6 escalins 4 sols 9 deniers et 2 livres et demi de cire au couvent; item aux processions du St Sacrement. Tabelle n° 2 : Comte de Zalusky : …item 8 escalins aux processions du St Sacrement.”

La fête du St Sacrement continuait à se dérouler avec beaucoup de solennité. Tout était fait pour rehausser le triomphe du Vénérable ( c’était le nom que les bourgeois de Houffalize donnaient au saint Sacrement)

– On faisait la toilette des rues:

« 13 juin 1685 : les mayeur et échevins ordonnent à tous les bourgeois et résidents à Houffalize de tenir les rues libres, en évacuant les immondices, pierres, etc.. sous peine d’amende, attendu la solennité et procession ordinaire qui se fait au St Sacrement” (7)

N.B.: Il est vraisemblable que la tradition de planter des ” mais” et d’orner les maisons le long du parcours de la procession date d’une époque très reculée.

– Durant la procession on tirait des coups de feu et battait le tambour:

«  Dans le compte de Jean Coster, bourguemaitre de Houffalize ( 1703-1704) je relève: donné un flippe à la jeunesse pour la feste du Vénérable    2fl 12 pattars Donné 10 pattars à celui qui a battu la kesse à la procession.

Au révérend père terminaire pour la prédication au jour du Vénérable un demi escu.”

«  L’année suivante: Au père terminaire pour la prédication au jour du Vénérable      un demy escu De la pouldre aux tireurs pour la procession 5 escalins A Thomas Noël pour avoir touché la kesse à la procession 2 escalins”

 

(5) AEA. Sgrie de Houffalize. III. Compte Urbain CHANDEL

(6) Ch. LAURENT, dans TANDEL, IV. Houffalize n° 765.

(1)     Ségnia. G-3-9O

 

La tradition se perpétua jusqu’en ce troisième quart du XXe siècle. Dans les archives du presbytère, j’ai retrouvé cet ordre de la procession du 3 juin 1956, écrit par le doyen DOCQUIER ” 1. La croix  2. L’harmonie 3. Les louveteaux  4. Les patros avec drapeaux  5. Les Bannières 6. Les Croisés avec la statue de l’Enfant Jésus.  7. Les jeunes et les femmes avec la statue de N.D.  8. Les jeunes gens avec le drapeau de la JOC  9. Les hommes   1O. la chorale  11.Les Semeuses   12. Encens.  13. Le dais entouré de porteurs de flambeaux.” N.B.: Les gendarmes n’y participaient déjà plus.

La procession se poursuivit, bon an mal an, sous le doyen Antoine ZELER . Je relève dans ses derniers bulletins hebdomadaires paroissiaux: ” Dimanche 8 JUN 1980 – Dimanche 21 JUN 1981 – Dimanche 13 JUN 1982:  La procession suivra l’itinéraire devenu traditionnel jusqu’à la chapelle N.D. de Lourdes et retour par la Ville Basse”

Après une longue et pénible maladie, le doyen ZELER s’éteignit pieusement le 26 JUL 1982.

Le doyen Henri VOLVERT lui succéda. Et, dès l’année suivante, ce fut le début du déclin . Les deux photocopies qui vont suivre en sont le témoignage.

Le mot ” FIN” apparut et fut confirmé les 9 JUN 1985 et le 6 JUN 1986 : ” Après la grand messe paroissiale, bénédiction du St Sacrement”.

 

 

Un Houffalois raconte la procession de la Fête-Dieu

 

Qwinze djoûrs après l’ Pèn’cosse, c’ èst l’ grande fièsse; todi one bèle porcèssion; dès mayes sont-st-atatchis azès façâdes dès mahons d’où-ce qu’è le deût passer, les roûwes totes kissèméyes di fleûrs èt d’ foûyes , one fignèsse di chake mènadje èst gârnîye d’ on Cris’, d’ one posture ou l’ ôte, di tchandelés qu’ ârant leûs boujîyes èspris â djèrin momint. Intèr dès sapins, deûs r’pôswârs sont montés, onk divant 1′ Crucefis, l’ ôte à l’ ospice (li qwinze d’ awoûs’, ci-ci sèrè o l’ basse-vîye mon Louis Mathurin); on lès gârniche : on grand Bon Dju, dès potéyes d’ ortenses, dès jèrâniyom’s, on tapis, dès cossins po-z-î ployi lès gngnos. Li musike qu’ a d’jà ragayi l’ martchî, tot d’chindant en djouwant “Vîs camarâdes” va fé dèmarer l’ cortéje.Deûs jendâmes en t’nue d’fantaîsie,lès blancs wants, sont à l’ tièsse,pwis vint l’ creûs dès-âcolètes; su one file dès deûs côstés di l’ voye, lès-èfants dès scoles, leûs maîsses èt lès seûrs â mîtan dès crapôdes lèvèt dès baniéres, dès-ôtes pwartèt, à spales one statuwe, lès musicyins, londjinant, sôrtèt l’ Gloria Déi, lès fèmes, lès-omes, li swisse,l ès tchanteûs, lès sièrveûs avou l’ encenswâr èt lès sonètes; d’zos l’ baldakin sopwarté pa qwatre omes do consèy di fa­brike, en rèdingote èt lès wants, li doyin sére inte sès mins li Sint-Sacrèmint; su lès costés, lès pwarteûs d’ flambaus. Halte azès r’poswârs  d’où-ce qu’ on tchante li “Tantum ergo ou l’Magnificat.” Après l’ bènèdicsion, on r’prind l’ voye. Lès djônes moumans corèt assîr leû pus p’tit èfant o l’ plèce di l’ ostenswâr, çou qui lès spagnerè dès convulsions èt ôtes mèhins, si ça n’ faît pont d’ bin, ça n’ faît pont d’ mâ.

 

Marcel Léonard

 

 

V LE SUISSE

 

Le suisse fut intimement lié à la Procession. Quel souvenir nous est-il resté de ce personnage à Houffalize ?

La nomination d’un suisse fut décidée lors de la séance du Conseil de la Fabrique de l’église paroissiale de Houffalize du 23 septembre 1838.

Le Bureau des Marguillers chargé de la nomination du suisse choisit Jean Joseph SCHLUNTZ, âgé de 50 ans (1) lors de la séance du 28 septembre 1838. Jean Joseph SCHLUNTZ entra en fonction le 01 NOV 1838.

 

Les fonctions du suisse consistaient:

a. A empêcher que le bruit fait à l’extérieur de l’église par des gens oisifs ne mette des entraves aux offices.

b. A faire observer l’ordre tant dans l’église et sur le cimetière que dans tous les lieux en dépendant ainsi que dans toutes les processions et marches religieuses.

c. A enjoindre de se contenir à tout individu perturbateur du bon ordre ou qui par des gestes et paroles troublerait la dévotion des fidèles dans les lieux et circonstances susdits et en cas de non obéissance à en référer au curé desservant la paroisse, au bourgmestre et à l’officier de police judiciaire qui dans leurs attributions respectives pourront provoquer des mesures coercitives contre les récalcitrants.

d. A se considérer comme le gardien commis à la conservation des objets mobiliers appartenant à l’église et qui s’y trouvent placés ou déposés.

e. A se présenter à tous les offices les jours fériés dans le costume ci-après désigné et y faire les quêtes d’usage.

f. A surveiller particulièrement les sonneurs et qu’aucune dégradation ne se fasse aux cloches et cordes.

 

Son habillement

1. Composition

Capote en drap bleu de ciel, colet montant avec double rang de boutons blancs argentés, parement, colet et revers rouges et des épaulettes en or ou en grains… ? Pantalon de même drap avec galon rouge de trois… ? Chapeau français avec galons et plumet blancs. Col noir, gants en peau blanche.

Le suisse portait dans l’exercice de ses fonctions une hallebarde à la romaine et une épée en écharpe.

 

(1) Jean Joseph SCHLUNTZ

Agé de 5O ans, en 1838, signifie qu’il aurait dû naître vers 1788. Les T.À. n’indiquent aucun Jean Joseph SCHLUNTZ né en 1787, 88 ou 89. Mais un Jean Joseph SCHLUNTZ est né le 05 DEC 1783. Serait-ce l’intéressé ???

 

“Tous les objets d’habillement étaient fournis par la Fabrique et restaient sa propriété à l’exception du pantalon qui était à charge du suisse. Celui-ci ne devait porter son costume que dans l’exercice de ses fonctions. Hors de cet exercice, les objets qui composaient le costume, à l’exception du pantalon, restaient déposés dans la sacristie, dans une armoire à ce destinée. Le suisse était responsable de la conservation de ce costume.

A titre d’information, il a été payé pour le premier costume du suisse:

a. pour les draps: 48,80 fr;

b. pour la façon, boutons, chapeau et plumet: 29,90 fr;

c. pour les épaulettes: 12 fr;

d. pour la hallebarde: 12 fr.

 

Traitement

Son traitement annuel était de 50 fr. payables par le

trésorier de la fabrique.

N.B. Débours divers relevés.

1840. pour des bottes pour le suisse, pour supplément de son gage vu qu’il a fait les collectes aux offices : 13 fr. 1842. Payé au suisse pour sa tournée de Noël: 1 fr. 1846. Pour les épaulettes du suisse: 30 fr Un chapeau pour le suisse: 5 fr.

1847. Le traitement du suisse est ramené de 50 à 25 fr. (1)

 

Personnes ayant, à ma connaissance,, occupé cette fonction.

1. Jean Joseph SCHLUNTZ : du 01 NOV 1838 au……?

2. Il dut ensuite y en avoir un ou plusieurs autres.

3. Enfin, le dernier, Justin GUERENS,  duquel j’ai un vague souvenir mais que Marcel LEONARD connaissait mieux. Il le rappelle en ces termes:

«  Li dîmègne, on swisse, Justin GUERENS, fîr, sérieus, dreût come on-î po d’zos s’ tchapaî à deûs cwanes, s’ costume à liserèts rodjes, li hal’bâre o l’ min, i ni l’ lacherét qu ‘po aler ramasser lès sous dès tchèyîres (2); Justin tint l’ police, si pormine dins lès-alées, gâre azès cîs qu’ ont l’aîr di rîre ou d’ v’leûr djâser ! Les maîsses di scole èt lès seûrs zèls, survèyèt lès-èfants.” (3)

 

(1) Tous ces renseignements sont extraits du ” Registre des déclarations des fabriciens et membres du Conseil de la fabrique de Houffalize “

Je n’ai pas eu accès aux cahiers postérieurs. Raison invoquée: vie privée des gens dont il est parfois question.

(2) A cette époque, il y avait deux collectes: celle pour le paiement des chaises et celle pour la quête normale.

(3) Marcel LEONARD,, Sovenance d’ Houfalîje 1921-1940. En wallon des Bordjeûs.

 

Le pays de Bastogne au gré de sa mémoire, 1982

 

(p.198) Mentionnons ici deux processions particulièrement popu­laires: celle du saint sacrement (Fête-Dieu) et celle du 15 août (Assomption). Pour ces occasions, tant en ville que dans les villa­ges, on ornait l’itinéraire par des fleurs et des mais (w. mây). Les maisons elles-mêmes étaient garnies, souvent d’une sta­tue et parfois d’un petit autel. Suivant l’âge, des rôles précis étaient attribués aux participants. Ainsi, à Villers-la-Bonne-Eau, les petites filles semaient des pétales de fleurs devant le dais du saint sacre­ment, lequel était porté par des membres du conseil de fabrique; les jeunes filles se chargeaient de la statue de la Vierge; quant aux garçons, ils agitaient des drapelets, laissant à leurs aînés le soin des bannières plus lourdes, et des lanternes. La procession s’arrê­tait aux divers reposoirs (ou chapelles) édifiés dans la localité.

(p.199) Les herbes qui jonchaient le parcours à la Fête-Dieu étaient l’objet de la « remarque » suivante: si elles séchaient rapidement, c’était le signe que la fenaison serait aisée. Certains leur attri­buaient même des pouvoirs dans la protection ou la guérison du bétail. On en ramassait une poignée que l’on accrochait à l’étable, que l’on déposait au grenier, ou dont on faisait une décoction pour administrer aux bêtes malades.

 

Marie-Thérèse Pipeaux, Anloy, un siècle d’histoire 1900-2000, éd. Weyrich, 2004

 (p.81) Les processions

Deux fois par an, une procession sortait de l’église et parcourait l’une ou l’autre rue du village. La première en juin, à la Fête-Dieu, la seconde le 15 août, jour de l’Assomption. C’était chaque fois un événement paroissial important. À l’issue de la messe ou des vêpres, le cortège se mettait en place à partir de l’église. D’abord les enfants de choeur avec leur aube blanche et leur col rouge, l’un d’entre eux portant la grande croix, puis les enfants surveillés par l’instituteur et les religieuses. La foule s’avançait ensuite sur deux rangs, précédant le prêtre revêtu de ses ornements solennels et abrité sous un dais porté par quatre personnalités du village. Les hommes escortaient le dais, portant au bout d’un manche court des flambeaux allumés. Un enfant de choeur se tenait à côté avec l’encensoir, en s’efforçant, par un balan­cement régulier, de garder les braises allu­mées.

La veille, les femmes et les petites filles avaient été chercher dans les champs et les jardins de pleins paniers de fleurs qu’avant l’office elles avaient répandues au milieu du chemin pour créer une étroite bande colorée constituant une voie d’honneur sur laquelle le prêtre s’avançait, portant l’ostensoir. À chaque maison, sur une table ou une fenêtre entrouverte, on avait installé un crucifix ou une station pieuse entourée de fleurs et de bougies allumées. Le cortège progressait lentement au rythme d’hymnes chantés par le maître-chantre et repris en choeur par la foule ; en alternance, le prêtre commençait parfois une dizaine du chapelet ou une litanie, et toute l’assistance répondait. On arrivait enfin à un reposoir fleuri couvert d’une nappe blanche et surmonté de cierges allumés ; l’autel était installé au pied d’une des hautes croix plantées à demeure au bout des trois rues principales du village.

 

Marylène Foguenne, Petites chroniques d’une vie de campagne, Souvenirs de la Haute-Sûre, Vaux-lez-Rosières 1930-1950, éd. Eole, 2003

 

La Fête-Dieu ou fête du Saint-Sacrement est une solennité religieuse au cours de laquelle une hostie consacrée est offer­te à l’adoration des fidèles. Appelée « Corpus domini » en 1264, date de son institution, elle est célébrée normalement le deuxième dimanche après la Pentecôte. Toutefois, à Vaux, depuis la construction de la grotte, elle se faisait un jeudi, exactement douze jours après la pentecôte, et coïncidait avec le pèlerinage à Notre-Dame de Lourdes. Pour la circonstan­ce, nous n’allions pas à l’école.

La grotte de Notre-Dame avait été construite après la pre­mière guerre mondiale en remerciement d’une faveur. Un court résumé est donné ici, les événements sont relatés dans les détails en fin de récit.

 

Le village avait souffert pendant la guerre car un épisode tragique s’y était déroulé. Un soldat allemand avait été tué par une balle perdue et si les Allemands ne retrouvaient pas le coupable, les maisons seraient incendiées et des otages tués.

L’abbé Jacques, curé de l’époque, s’engagea alors, si le villa­ge était épargné, à faire construire une grotte en remercie­ment à la Vierge. A peine cette promesse fut-elle faite qu’on découvrit le coupable. Les Allemands laissèrent le village en paix, ils n’avaient plus de raison d’en importuner ses habi­tants. Le prêtre tint parole et la grotte fut construite près du cimetière en bordure de la route. Le pèlerinage à la Fête-Dieu fut décidé et devint une tradition.

La veille de la procession, l’effervescence régnait dans le village, tous s’affairaient aux préparatifs. Nous, les enfants, courions après l’école regarder ce que chacun installait et venions tout excités le raconter à la maison. Nous n’avions pas de devoirs, nous étions chargés de cueillir des fleurs des champs, des pivoines, des marguerites, des genêts et même « do l’ lèpe», «du céleri vivace très odorant». Nous les effeuillions et gardions les pétales.

Les gens habitant sur le parcours de la proces­sion dressaient le long du chemin des « mâys », «arbres déco­rés que l’on dresse à l’oc­casion des processions». Pour ce faire, les hom­mes creusaient des trous de chaque côté de la route, y enfonçaient un tronc de bouleau et les reliaient deux par deux à l’aide de rubans bleus et blancs.

 

Quand ils n’en avaient pas assez, ils continuaient avec des branches d’arbres.

La journée proprement dite commençait par une messe à dix heures pour les fidèles de la paroisse. Ensuite, on sortait de l’église certains objets religieux : le dais (une sorte de tente plate et de forme cubique, portée aux quatre coins), le saint sacrement, la statue de la Vierge, les bannières… On « chovét ossu s’ la route », «on balayait aussi la route» et au milieu, on étalait des herbes en guise de tapis.

Le rassemblement pour la procession se faisait près de l’é­glise après les vêpres de quatorze heures. Les curés de Beauplateau traversaient à pied bois et campagne et arri­vaient par le haut du village. On s’amusait à regarder passer ce groupe devant la maison, tout habillé de noir.

Pour la circonstance, les participants avaient revêtu leurs habits du dimanche. La fanfare se joignait aussi au cortège.

Les plus jeunes, dont je faisais partie, portaient des robes blanches. Ma cousine m’avait garni une boîte à chaussures toute blanche : elle était attachée de chaque côté par un cordon assorti qui passait autour du cou. Cette sorte de corbeille était remplie de pétales. Comme nous étions fières ainsi vêtues !

Un peu plus âgée, je portais une des bannières de la procession.

Une année, le curé Nicolay, qui voulait embellir le cortège, avait fait pendre de chaque côté des bannières un ruban de couleur bleu tendre et blanc, couleur de la Vierge. Il avait donc demandé aux enfants de Remoiville de venir nous aider car nous n’étions pas assez nombreux.

Un grand portait la bannière et de chaque côté, un petit tenait le ruban par un anneau. C’était un honneur de semer les fleurs ou de porter une bannière !

La procession partait de l’église, passait devant la scierie et descendait le village. Au coin de la première chapelle Notre-Dame de Haï, on tournait à droite puis on se dirigeait vers la grand-route où se trouvait la deuxième chapelle dédiée à Notre-Dame du Bon Secours. La tradition rapporte qu’elle aurait sauvegardé des personnes de la peste en 1648.

Enfin, on rejoignait l’église. Le parcours représentait un tri­angle. Il y avait tellement de monde que le début de la pro­cession qui arrivait sur la grand-route, voyait au loin les gens qui partaient seulement de l’église. De retour près l’église, on ne s’y arrêtait pas encore, on allait jusqu’à la grotte.

 

En tête du cortège marchaient trois enfants de chœur portant la croix, suivis de la première ban­nière. La fanfare ouvrait ensuite la marche. Quand il n’y en avait pas, les gens chantaient. Les aut­res bannières n’étaient pas l’une derrière l’autre dans le cortège, mais réparties tous les dix mètres entre les participants. Ceux qui les portaient veillaient à garder un rythme dans la progression de la marche : ne pas aller trop vite, éviter de se rapprocher ou de s’é­loigner trop des autres.

Vers le milieu du cortège, quat­re jeunes femmes portaient la statue de la vierge sur un socle carré, prolongé à l’avant et à l’ar­rière par des bois. Ces bois repo­saient sur les épaules des porteu­ses. C’était moins fatigant ainsi.

Derrière suivait le reste de la procession.

En fin de cortège venaient les enfants avec leurs boîtes de péta­les. Ils marchaient en rangs, mains jointes, devant le « dais ». Quatre hommes le portaient et le curé marchait dessous, tenant le saint sacrement.

Un arrêt était prévu aux deux chapelles décorées de fleurs et de bougies par les proches voisins et où était installé un reposoir. Le curé venait y déposer le saint sacrement et les enfants qui portaient les fleurs faisaient une haie tout en le regardant passer en silence. Le curé bénissait ensuite la foule pendant que les enfants lançaient des pétales en hommage au saint sacrement. La procession repartait ensuite. Au passage du saint sacrement, les spectateurs, qui ne faisaient pas partie du cortège, faisaient la génuflexion.

Après être repassés près de l’église, nous arrivions enfin à la grotte. Le dais posé, le curé exposait le saint sacre­ment sur l’autel et la foule reprenait après lui des invo­cations : « Dieu soit béni… Béni soit son saint Nom… Béni soit Jésus dans le saint sacrement de l’autel… Bénie soit la très Sainte Vierge Marie… Béni soit saint Joseph, son époux très chaste… Béni soit Dieu, dans ses anges et dans ses saints… Le prêtre bénissait encore la foule, remettait le saint sacrement dans le tabernacle de la grotte et les chants à la Vierge clôturaient la cérémonie.

Les gens rentraient alors chez eux, certains se laissaient ten­ter par un marchand de glaces ou de cerises (les Gobelet de Bastogne), installé près de l’église.

Quelques années plus tard, pour l’occasion, des balançoires et un carrousel sont venus s’ajouter au marchand. Le curé a protesté auprès de l’administration communale avec ces mots: «La Fête-Dieu n’est pas une kermesse mais une fête religieuse qui a un caractère de recueillement, de prières. La kermesse est organisée un autre jour, il ne faut pas tout confondre.».

En effet, la kermesse se faisait toujours le dimanche après le 20 août, jour de la Saint-Bernard.

 

Vlèssât, Louftêmant, P'hême, Anliè (Vlessart, Louftémont, Behême, Anlier) - Sint-Sacrèmint (Saint-Sacrement)

(Une clairière dans la forêt, s.d.)

 

1.6 Li Gaume / La Gaume

(Camille Barthélemy, in: André Martin, C. B., Les gravures, Virton, s.d.)

Tintenî (Tintigny) - Sint-Sacrèmint / Saint-Sacrement

(Tintigny jadis et naguère (1900-1940), Hroupe Histoire Collective de Rossignol, s.d.)

 

2 Ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

 

Arelerland (Pays d’Arlon)

Réidel (Radelindje / Radelange) - Fronleichtnam

(1924)

Walzéng (Waltzing) - Fronleichtnam

(VA, 06/06/2013)

 

Ostbelgien

FRONLEICHNAM, in : Nidrum, 1998, S.374

 

Die Fronleichnamsprozession, die in Lüttich ihren Ur­sprung hat, wird stets am 2. Donnerstag nach Pfingsten gefeiert. Die an diesem Fest stattfindende Prozession hat in der Eifel eine sehr lange Tradition. …Schon August Hintzen merkt an, dass die Fronleichnamsprozession feierlich gehalten wurde. Im Jahre 1693 wurde für Pulver für die Schützen bei der Prozession 3 Daler 6 Stüber und für Bier für dieselben 1 Daler ausgegeben. (1, S. 149)

 

Über die Vorbereitungen und den Verlauf der Fronleich­namsprozession in der Zwischenkriegszeit in Nidrum kann man einen ausführlichen Bericht von Walter Reuter im 1. Band von Leben undFeiern auf dem Lande von Carlo Lejeune auf den Seiten 152 und folgende nachlesen. Um einen Eindruck von der Wichtigkeit dieses Pestes in der damaligen Zeit zu vermitteln, sollten hier einige Auszüge aus der Niederschrift von W. Reuter zitiert werden:

Wenn am Sonntag die Gläubigen den Herrgott in feierlichem Zuge durch die Strassen und Cassen geleiteten, dann musste das Dorf im Festkleid erscheinen… Auch für die Kinder gab es an diesen Tagen einiges zu tun. Sobald die Schule aus war, zogen sie mit Körben und Eimern hinaus um … Blumen zu pflücken, denn über einen Bütenteppich (S.377) sollte der Heiland von seiner gläubigen Gemeinde durch die Ortschaft getragen werden… An zwei oder drei Tagen vor dem Fest trafen sich des Abends, wenn alle Haus- und Hofarbeit verrichtet war, die jungen Leute in vier verschiedenen Häusern. Durch jeden Ortsteil (Bermicht, Ortchen, Kulei und Dell) zog die Prozession und nach aller Sitte wurde an jedem der vier Stationskreuze haltgemacht. Diese galt es nun zu schmücken und da dies seit jeher die Aufgabe der Jugendlichen war, lag darin auch der Grund ihrer abendlichen Zusammenkünfte… Die jungen Männer hatten aus dem nahen Wald frisches Tannengrün geholt und nun wurde damit der grosse Triumph-ogen umwickelt, der für die Prozession vor dem Stationskreuz aufgerichtet wurde. Auch Girlanden wurden geflochten. Unterdessen schufen die Mädchen mit gewandten Fingern unzählige Rosen aus buntem Kreppapier. Am Abend vor dem Fest wurden die Rosen auf den Triumphbogen aufgesteckt und dieser dann von einigen kräftigen Jungmännern aufgestellt… Sodann wurden um das Kreuz junge Birkenbäumchen in den Boden gesteckt und Masten mit rot-wessen, blau-weissen und weiss-gelben Fahnen aufgestellt…

 

Translate »
Share This