Li Pintecousse en B√®ljike walone, picarde, gaum√®se / La Pentec√īte en Belgique wallonne, picarde, gaumaise

PLAN

1 J√®n√®r√Ęlit√©s / G√©n√©ralit√©s

2 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

 

1 J√®n√®r√Ęlit√©s / G√©n√©ralit√©s

Nadine Crétin, Dominique Thibault, Le livre des fêtes, Gallimard, 1991

 

(p.31) La Pentec√īte

 

Cinquante jours apr√®s P√Ęques

 

Le nom de cette f√™te vient du grec, pentecost√®: cinquanti√®me. Elle est tr√®s ancienne: les H√©breux c√©l√©braient Chavouoth √† l‚Äôoccasion des moissons et en souvenir des Tables de la Loi donn√©es √† Mo√Įse, et les juifs la f√™tent encore.

Les chr√©tiens comm√©morent la venue de l Esprit saint sur les ap√ītres.

 

50e jour apr√®s P√Ęques

 

Lundi de Pentec√īte:

Gerpinnes (Djèrpène) : la  Sainte-Rolende (Sinte-Rolin.ne)

Foy-Notre-Dame (F√īy): tous les 7 ans

Soignies (Sougn√ģ) : Grand Tour Saint-Vincent (to√Ľr √† foyas) (rameaux feuillus)

(d√®s 6 heures du matin) (li f√ģ, 66 kg)

Pentec√īte: procession √† Wasmes (Wame) (14 km) (combat de Gilles de Chin contre un dragon)

 

Bernard Louis (Namètche / Namêche), in: CW, 3, 2017

 

Pr√™tchemint po l’ Pintecoute ¬† Binam√©s Fr√©res √®t So√Ľs, ¬† L√®s-ap√ītes √®stin.n rachon√©s √® c√©nake, one place qu’il √ģ avin.n mougn√ģ avou J√©sus li blanc djouw√®di, one place su on ti√®ne di J√®rusal√®m, par√®t-i. Dispe√Ľy li djo√Ľ qu’ J√©sus aveut ravik√©, i gn-aveut iu cinquante djo√Ľs. On fi√®steut l’ aniv√®rs√™re d√® djo√Ľ qu’ Moy√ģse aveut r’√ß√Ľ l√®s Comandemints su l’ Sinayi (Chavouoth, dijint-i), qui toumeut cinkante djo√Ľs apr√®s 1′ Pauke d√®s jwifs. Mins, on c√īp J√©sus √®v√īye, l√®s-ap√ītes avin.n pe√Ľ. ¬† √ąt v’l√† qu’ on-z-√®tind on trayin, nin on trayin d’ tos l√®s di√Ęles, mins on trayin dau bon Di√®. I sof√®le on vint √† rauy√ģ tos l√®s-oliv√ģs d√® dj√Ęrdin d’ √† cost√©. √ąt pwis v’l√† ¬†d√®s linwes qu’ on-z-aureut iu dit d’ feu qui s’ paurtich√®t po v’nu su l’ ti√®sse da chake.

 

Quand nos-√®stin.n pitits, nos v√®yin.n l√®s-imaudjes di √ßa su nos l√ģves d‘ ¬ę¬†Histoire sainte¬†¬Ľ ; on s’ dijeut qu’ √ßa l’z√ģ d’veut br√Ľler √† l‚Äô cop√®te di le√Ľ ti√®sse, aus-ap√ītes. Mins is n’ avin.n nin l’ a√ģr d’ oyu mau. Qui d√® contra√ģre, il avin.n l’ a√ģr tot binaujes. C ‘√®st qu’ c’ √®steut 1′ Sint-√ąsprit qui mousseut dins tos z√®ls. √ąt vo-l√®s-la qu’ atak√®t √† causer tos l√®s lingadjes. √ąt le√Ľ vw√®s s’ fa√ģt √®tinde long √®t laudje. ¬† √ąsteut-ce l√®s-ap√ītes qui d’visin.n l√®s lingadjes da totes l√®s djins ou bin gn-aveut-i one traducsion simultan√©ye qui l’ bon Di√® √®t s’-t-√ąsprit √®mantcheut ? Va soyu, tw√® ? C’ √®st come li ci qui s’ dimandeut si l’ Avi√™rje di Bane√Ľ aveut d’vis√© 1′ franc√®s ou bin l‚Äô walon avou Mari√®te. √ąst-ce qui √ßa vaut l√®s pwin.nes di s’ dimander √ßa ? Li bauch√®le a saisi tot d’ s√Ľte √®t r√®sponde √† Mar√ģye. Tantia qu’ v√™ci l√®s djins qu’ √®stin.n √† J√®rusal√®m po Chavouoth compirdin.n chake dins s’ lingadje ci qu’ √®steut dit. ¬† √ąt √ßa nos fa√ģt rapinser 1′ To√Ľr di Bab√®l, v√®yoz, √ßa. C√®s djins-l√† qu’ avin.n volu b√Ęti jusqu’au ci√©l √®t s’ f√© divenu come li bon Di√®. Il avin.n cominc√ģ √† n’ pus s’ comprinde inte z√®ls, pwisqu’ is d’visin.n on lingadje dif√®rint d’ onk √† l’ √īte. Avou 1′ Pintecoute √®t 1′ Sint-√ąsprit, tot candje, mins rin qu’ one ap√©ye. Ca¬†¬† ¬†l√®s djins n’ si compidront nin d’pus apr√®s l’¬† Pintecoute, savoz. Br√Ęmint pus taurd, on fr√® l’ saye d’ on se√Ľl lingadje avou l‚Äô √®sp√©ranto. Ci s√®r√® b√®rw√®te √† l‚Äô plantche, come on dit. √ąt √ß’ qu’ on veut aste√Ľre, c’ √®st pus rade on lingadje qui si strame su tote li dagn √®t qui mougne quausu tos l’s-√ītes.

 

Rivenans √† nosse Pintecoute. C’ √®st 1′ monde √®t√ģr qu’ √®-st-√† J√®rusal√®m ci djo√Ľ-l√†, li monde daus Romins, avou 1′ m√©r M√©dit√®ran√©ye au mitan √®t en d’pus, vi√® l’ √®s’, on bon bok√®t d’ l’ Emp√ģre da Al√®gzande. Li Lw√® da Moy√ģse, √ß’ a st√ģ l’ anci√®ne aliance ; vo-‚Äėnn√®-ci one nov√®le. Audjo√Ľrdu, l’ √ągl√ģje atake √† viker √®t √®le si m√®t √† ovrer dins 1′ monde √®t√ģr di √ß’ timps-l√†, pwis dins tot nosse monde. ¬† Audjo√Ľrdu, nos-√ītes, on cl√īt 1′ timps d’ Pauke. On-z-a pass√© 1′ mitan d’ l’ an√©ye liturjike. On va rataker l’ timps ordin√™re mins √ßa n’ vout nin d√ģre qui √ß’ qui va v’nu n’ compte nin. S’ apinse noste ancyin cur√© d’ Ton, l’a b√© Greindl, c’ √®st co d√® Grand Ordinaire.

 

Qu’ √®st-ce qui l’ Sint-√ąsprit nos-apwater√®, si nos l‚Äô dimandans au bon Di√® ? Po cominc√ģ, di nos mia comprinde √®t d’ nos mia √®tinde n-on l’ √īte. Min.me quand on cause li min.me lingadje, on s’ pout af√ģye mau comprinde. I nos faut wa√ģt√ģ d√® mia cho√Ľter ou qu√©tef√ģye d√® n’ nin jujer trop rade. √ąt insi, nos s√®rans mia ost√®y√ģs po n’ √® f√© qu’ onk avou l’s-√ītes √®t avou l‚Äô bon Di√®. ¬† L√®s-ap√ītes ont st√ģ franc-batant anonc√ģ l‚Äô Bone Nov√®le. √ą faut-i f√© ostant ? Faut-i aler soner √† tos l√®s-uchs, come d√®s cis qu’ i- gn-a ? Dji n’ a nin l’ id√©ye. C’ √®-st-en v√®yant volt√ģ, tos l√®s djo√Ľs, √®t qu’ √ßa n’ se√Ľye nin d√®s mots, √®t qu’ nos n’√® fianche nin one glw√™re, qui nos-assatcherans qu√©tef√ģye onk ou l’ √īte avi√® 1′ S√®gne√Ľr. ¬† T√Ľsans ossi aus djon.nias √®t aus bauch√®les qui fi√®t le√Ľ Confirm√Ęcion d’ c√®s tr√®vints-ci. Qui loy√®t le√Ľ bindia, aureut-on dit dins l‚Äô timps. I vont r’√ß√Ľre l√®s s√®t’ dons d’ l‚Äô √ąsprit. Priyans po qu’ I l‚Äôz√ģ done li fwace po prinde le√Ľ place dins l‚Äô deur monde d’ audjo√Ľrdu √®t po i√®sse d√®s t√®mwins d√® Cris’. ¬† Am√®n’.

 

 

 

2 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

Nivèle (Nivelles) - concours d' alèvadje (concours d'élevage)

Robert Dascotte, Quelques fêtes religieuses, in : MA, 2, 1982, p.34-35

 

Pentec√īte, Pintecoute. Dictons : c’est arriv√© dans un lieu inconnu, √ßa a ariv√® intr√® Monbe√Ľje (Maubeuge) √®y√®t l’ Pintecoute ; b√ģje √† P√Ęke, b√ģje √† l‚Äô Pintecoute.

Sougn√ģ (Soignies) - √®l To√Ľr √† Foyas (le Tour Saint-Vincent)

in : Clio 70, 1974

 

Soignies

 

Le Grand Tour de saint Vincent et le cort√®ge historique du lundi de la Pentec√īte

 

Type : procession de reliques parcourant un long itinéraire traditionnel. A partir

d’un certain moment et afin de solenniser le retour √† l’√©glise, un cort√®ge

historique relativement récent accompagne cette procession.

 

Date : le lundi de la Pentec√īte, le clerg√© et les p√®lerins portant les reliques entament le Grand Tour √† 6 h du matin. Le cort√®ge historique se joint √† cette procession vers 11 h, en haut du faubourg d’Enghien. L’arriv√©e √† la coll√©giale a lieu vers 13 h.

 

La manifestation

 

D√®s 4 h du matin, la coll√©giale ouvre ses portes aux p√®lerins. On y c√©l√®bre deux messes avant 6 h ; puis, √† l’aide d’un m√©canisme tr√®s ancien, on descend la chasse de saint Vincent de son r√©ceptacle situ√© au-dessus de l’autel principal.

La collégiale a été décorée pour la circonstance : de nombreux oriflammes flottent entre les deux clochers.

A 6 h, on se met en route pour un circuit long d’une douzaine de kilom√®tres. Tout le parcours est jalonn√© d’anciennes chapelles d√©di√©es √† saint Vincent. Deux ou trois jours auparavant, un petit groupe de volontaires a d√©j√† fait le Tour a Foyas au cours duquel les chapelles ont √©t√© d√©cor√©es de feuillages en vue du grand √©v√©nement. Au si√®cle pass√©, cette premi√®re sortie permettait √©galement de remettre en √©tat les chemins que la procession empruntait.

Une premi√®re halte importante a lieu √† la chapelle Tilleriaux au faubourg de Braine, On y v√©n√®re saint Landry, fils de saint Vincent, et un pr√™tre prononce le traditionnel pan√©gyrique de ce dernier. Une autre halte a lieu √† l’√©glise de Soignies-Carri√®res. Le doyen de la coll√©giale y c√©l√®bre une messe.

Ensuite, la procession se dirige vers le faubourg d’Enghien o√Ļ le cort√®ge historique n’attend plus que les reliquaires et la ch√Ęsse de saint Vincent pour faire son entr√©e solennelle dans la ville. Une foule nombreuse assistera √† cette manifestation.

Le cortège historique retrace les étapes importantes de la vie de

saint Vincent. N√© en 607 √† Str√©py, Madelgaire (nom de Vincent avant sa conversion), fut l’√©poux de Waudru, future patronne de la ville de Mons. Officier, il pacifia l’Ib√©rie.

 

Plus tard, en 646, il prend √† sa charge l’√©rection du monast√®re de

Hautmont avant de devenir comte de Hainaut. A la fin de sa vie, il

se retire à Soignies et fonde un monastère. Ces divers moments

sont représentés dans le cortège par de nombreux chars et groupes

(500 ou 600 figurants).

Parmi les participants, il faut notamment citer l’ homme de fer, chevalier en armure qui figure dans la procession depuis plusieurs si√®cles.

Ce sont les membres de la confrérie Saint-Vincent qui ont la charge

des reliquaires et des ch√Ęsses en ce jour.. Cette confr√©rie fut fond√©e

√† Soignies en 1599. Ses membres sont reconnaissables au b√Ęton

qu’ils portent.

 

Historique

 

Le Grand Tour est n√© d’une √©pid√©mie qui s√©vissait dans la r√©gion

au XIlle si√®cIe. Des pri√®res adress√©es √† saint Vincent furent exauc√©es et en remerciement, on organisa la procession qui s’est maintenue de fa√ßon presque ininterrompue jusqu’√† ce jour. Le cort√®ge historique comme te1 ne date gu√®re que d’une cinquantaine d’ann√©es.

 

Le ¬ę¬†To√Ľr √† foyas¬†¬Ľ de Soignies, in¬†: MA, 4, 1979, 70-71

 

Il est des mots qui ont curieuse r√©sonnance : si t√īt prononc√©s, ils mettent presque en transe les initi√©s. Ainsi en est-il du To√Ľr √† Foyas √† Soignies.

C’est quelque chose de sacr√© : √ßa rel√®ve du folklore, de la pi√©t√©, du respect des traditions. Et, comme tout ce qui touche √† saint Vincent, √ßa tient bon.

Chacun sait que, le lundi de Pentec√īte, c’est grande f√™te √† Soignies. Une procession solennelle s’y d√©ploie sur 12 km de parcours : elle marque d’un vaste cercle b√©nit la cit√© de saint Vincent. C’est le Grand To√Ľr qui s’en va d√®s 6 heures du matin, promenant autour de la ville dans cette merveilleuse campagne en pleine gloire printani√®re, le corps saint du fondateur et des reliques de son √©pouse sainte Waudru et de ses enfants Landry et Madel-bert. Cinq ch√Ęsses sont emport√©es sur de vaillantes √©paules et semblent naviguer sur cette foule empress√©e des fid√®les qui chantent a pleine voix litanies et cantiques.

Apr√®s ses haltes rituelles, elle reviendra √† son point de d√©part : en haut du faubourg d’Enghien et l’on y mettra les pr√©cieuses ch√Ęsses √† tones. Un temps d’arr√™t, en effet marque cet avant-midi ; chacun est rentr√© en ville faire toilette ; les figurants du cort√®ge historique se costument ; √† la ran¬≠donn√©e p√©destre va succ√©der la procession solennelle, haute en couleurs et tout aussi pieuse.

Mais cela demande pr√©paration : comit√© de la confr√©rie, comit√© du cor¬≠t√®ge, responsables des groupes ont si√©g√© en commission depuis belle lurette et √† de nombreuses reprises. √áa se comprend…

Le To√Ľr √† Foyas est l’une de ces rituelles pr√©parations. De m√™me qu’un Son√©gien digne de ce nom ne peut manquer de ¬ę se mettre en ordre ¬Ľ pour la Pentec√īte : peinture, nettoyage, etc…, de m√™me qu’on ne manquera pas de hisser le grand pavoi √† la Coll√©giale (l√®s scane√ßons sint Vincent !)> ainsi aussi faut-il, le samedi soir veille de Pentec√īte, qu’une √©quipe de gens comp√©tents parte baliser, afrouy√ģ, l’itin√©raire du To√Ľr.

C’est que des √©trangers viennent ou venaient jadis accomplir leurs d√©votions d√®s le dimanche ou lundi de grand matin et plus t√īt encore que le Grand To√Ľr, et il est, sur le parcours, des passages qu’il faut bien marquer. Des chapelles existent tout au long que l’on flanquera de branchages, foyas (d’o√Ļ le nom de To√Ľr √† Foyas).

Ça commence en haut du Faubourg : chapelle encastrée dans un mur qui fut naguère enceinte de la ferme Flament.

Un foya au d√©but du chemin de Biamont, puis apr√®s le pont de Biamont (jadis on passait la Senne √† gu√©], on tourne √† droite vers la Gu√®l√®ne. C’est actuellement l’emplacement du zoning industriel. Nouveau quart de tour √† gauche vers la ferme Buisseret. Un foya pour indiquer un ¬ę √† droite, droite ¬Ľ et faire descendre les p√®lerins vers la chapelle de saint Landry flanqu√©e ae ses deux g√©ants de peupliers.

Suivez le chemin et remontez vers la route de Braine-le-Comte, mais attention vous allez devoir traverser le contournement autoroutier de la ville : la prudence s’impose. Grimpez en face de vous et vous arrivez √† la chauss√©e, tout juste pr√®s de la chapelle du Bon Dieu de Gembloux, Bon Dieu d’Djiblou.

On revient vers le centre de la ville, mais pas plus loin que la chapelle du marais Tilleriaux jouxtant l’h√īpital du CPAS. Retour vers Braine jusqu’au chemin vers la Caf’ni√©re. A droite dans la prairie fangeuse se trouvait une petite ferme : elle a disparu et l’on y b√Ętit un quartier neuf.

Remontant de ce fond frais, on trouve, √† l’angle du chemin dit de la Caf’ni√©re une pittoresque chapelle √† Notre-Dame de Bon Secours. Ici, on tourne √† droite assez s√®chement pour descendre vers la chapelle jumelle de celle dite de saint Landry d√©j√† rencontr√©e : m√™me forme et m√™mes peupliers d’accompagnement. Et cette fois, on remonte vers le passage √† niveau.

N’est-ce pas qu’il y a besoin de balisage pour ceux qui ne connaissent pas tout cela par cŇďur ?

Apr√®s le passage √† niveau, n’allez pas vers Ecaussinnes, mais, au pre¬≠mier carrefour, prenez a droite ; √† droite aussi au suivant cent m√®tres plus loin. Maintenant, pointez vers l’√©glise des Carri√®res. Au passage, vous aperce¬≠vrez dans le lointain les clochers confondus de la Coll√©giale. Vous √™tes √† la moiti√© du To√Ľr.

Aux Carri√®res, repos avant de se remettre en route. Ici √©galement, il convient de faire attention. Il faut aller retrouver la rue Gr√©goire Wincqz (l’ancienne rue des Carri√®res) que vous devrez suivre au del√† du carrefour avec la rue P. J. Wincqz : en effet, √† quelques cent m√®tres de ce carrefour vous emprunterez une venelle qui constitue l’authentique itin√©raire, car, elle vous am√®nera juste en face du chemin des 3 Planches qu’il faudra suivre bient√īt.

Rendez-vous suivant : l’ancienne √©glise des Carmes. Nous sommes √† pr√©sent √† l’endroit o√Ļ la modernisation de la voirie a impos√© des modifications √† l’itin√©raire s√©culaire. Passez donc le pont qui enjambe le chemin de fer et vous tournerez √† gauche pour longer celui-ci et retrouver le K√®min du To√Ľr √† l’endroit exact de l’ancien passage √† niveau. Plus d’erreurs √† commettre puis¬≠que on est sur le chemin du Tour. Petit Ch√Ęteau d’abord, puis Tour Bras de Fer.

 

Mais il y aura tout de m√™me des foyas aux tournants, aux carrefours et aux chapelles. Bient√īt vous revenez √† votre point de d√©part en haut du Fau¬≠bourg.

Ainsi font les participants au To√Ľr √† Foyas. On ne vous pr√©tend pas que c’est d’un bout √† l’autre et pour absolument tous un p√®lerinage d√©vot et priant. Mais tout de m√™me…

Cependant, comme on est en f√™te, il est assez normal qu’on v√©n√®re un peu toutes sortes de ¬ę chapelles ¬Ľ… Ici on priera saint Vincent en plantant les foyas ; l√†, on d√©salt√©rera les gorges assoiff√©es. Certains confr√®res de saint Vincent, habitant sur le chemin du To√Ľr, se font un devoir et un honneur de recevoir et d√©salt√©rer les courageux du To√Ľr √† Foyas.

Au retour, aussi, apr√®s avoir entour√© la Coll√©giale par 2 fois, on fera une derni√®re pri√®re devant le porche avant de boire un dernier [?) verre au cabaret le plus hospitalier…

 

Abbé Paul JOOS

 

S√®pt-e√Ľres vi√®net√®t d’ souner au clok√ģ.

 

Ene binde de d√©cid√©s confr√©res (i d-a vint-chink √®y√®t d’pus) partet√®t pou l’ To√Ľr √† Foyas.

 

Le√Ľs gros sol√®s batet√®t l’ pav√® dou Faubourg qu’ is trav√®rset-in d‚Äôsant le√Ľ capl√®t.

 

D√® l’ coup√®te d√® le√Ľ n-√®sk√™ye, l√®s d√®rn√ģs blankisse√Ľs l√®s rav√ģset√®t. Si vos n’ astez n√ģ d’ Sougn√ģ, i n’ faut ni i√®te away√ģ d√® v√ģr des-√®sk√™yes, d√®s sayas √† l‚Äô cauce, d√®s potchons √† l‚Äô coule√Ľr, d√®s bidons au godron, √®l n√Ľte d‚Äô √®l v√™ye d‚Äô √®l ducace.

 

Mins nos v‚Äôl√† av√Ľ nos ro√Ľle√Ľs √† ‚Äėl Cinse d‚Äô √®l Baye : preumi√©re cap√®le (√®le a st√© r‚Äôn√®ti√©ye). Is l’ √®rw√©tet√®t, d√ģse-t-in p√Ęt√©r √®y in-anv√©, plante-t-in-oup√®te √† ‚Äėl coup√®te, √®y√®t in route pou Biamont !

 

D√®s c√ģs d‚Äôv√ģset√®t d‚Äô √®l pleuve ‚Äėy√®t du sol√™y, d√®s camps ‚Äėy√®t d√®s gardins ; d√®s-autes rap√®le-t√®t d‚Äôs-istw√Ęres du temps qu’ sint Vincent passo√Ľt l’ iau. On coupe l√®s ronches qui d√®spasset√®t d’trop d‚Äôssus l’ k√®min, on rut vw√© in gros cayau. √ąl sol√™y couminche √† d√®skinde su Or√Ľye. Su l’ camp d√® Scaub√®k, l√®s-alow√®tes cantet-au pus fort √®y√®t l ‘rossignol √®s‚Äô rinv√™ye d√®vins l’ bosk√®t N√Ęlisse.

 

Scauc√®ne, Tr√®jen√ģ, ... (Ecaussines, Trazegnies, ...) - din.ners d' m√Ęri√Ędje (go√Ľters matrimoniaux)

Jules Vandereuse, Curieuses coutumes carnavalesques à Senzeilles, in : La Vie Wallonne, 1956, p.117-125  

(p.125) go√Ľters matrimoniaux √† Ecaussines-Lalaing (depuis 1903) organis√©s par les jeunes filles 1907: la jeunesse masculine de Ronqui√®res fait de m√™me; 1922: celle de Trazegnies > Il existe trois go√Ľters matrimoniaux.

 

in : Clio 70, Folklore de Belgique, Guide des manifestations et des musées, Bruxelles, 1974

 

Go√Ľters matrimoniaux

 

Tous les go√Ľters matrimoniaux sont inspir√©s de celui d’Ecaussinnes, Certains eurent une existence √©ph√©m√®re. D’autres subsistent encore aujourd’hui: c’est le cas √† Ronqui√®res, Trazegnies et Mariembourg. Tous les go√Ľters matrimoniaux se d√©roulent le lundi de la Pentec√īte.

Les go√Ľters d’Ecaussinnes

Ecaussinnes se situe à 5 km de Braine-le-Comte, localité elle-même située à 36 km de Bruxelles sur la route de Mons. On peut également arriver à Ecaussinnes par Nivelles et Ronquières.

Le lundi de la Pentec√īte, d√®s 10 h du matin, la pr√©sidente du go√Ľter

et ses demoiselles d’honneur re√ßoivent les c√©libataires et les candidats au mariage √† l’H√ītel de Ville.

 

On leur fait signer le Livre d’Or avant de les inviter √† consacrer le reste de la matin√©e √† une courte visite touristique de la localit√©.

Au d√©but de l’apr√®s-midi, un cort√®ge prend en charge le comit√© des jeunes filles √† la place du Pilori ou devant la gare d’Ecaussinnes-Carri√®res. On s’achemine ainsi vers l’H√ītel de Ville o√Ļ sera prononc√© le traditionnel discours de la pr√©sidente du go√Ľter matrimonial.

Le go√Ľter proprement dit a lieu √† 16 ou 17 h sur la place des comtes van der Burch, anciennement appel√©e place de la Ronce. Des tr√©teaux y ont √©t√© d ress√©s.

 

Les couples form√©s vont s’y asseoir et on viendra leur servir avec le caf√© chaud, des carabibis (sorte de friandise √† base de sucre) et des mastelles (brioches plates).

Durant tout l’apr√®s-midi et apr√®s le go√Ľter, de nombreux couples pr√©f√®rent gagner les lieux discrets o√Ļ l’on peut faire plus ample connaissance avec le partenaire choisi.

Les endroits isol√©s ne manquent pas : Pont des Soupirs, Douces Arcades, Trou des F√©es, Rocher des Belles Dames, Tunnel des Amoureux…, autant de buts de promenade aux noms romantiques.

Le soir, a lieu, depuis quelques années, un grand spectacle sous chapiteau et de nombreux bals se déroulent un peu partout dans la localité.

 

Ce go√Ľter matrimonial est sans doute issu de la tr√®s ancienne tradition du mai. Cette derni√®re consistait pour les jeunes gens, au si√®cle dernier encore, √† aller planter dans la nuit du 30 avril au 1er mai un petit arbre devant la maison de la jeune fille choisie.

 

Vers 1900, tous les jeunes gens r√©unis allaient planter par hameau ou par quartier un seul arbre en l’honneur de l’ensemble des jeunes filles de l’endroit. En remerciement, elles offraient un go√Ľter. Un soir de mai 1903, √† Ecaussinnes-Lalaing, deux jeunes gens placard√®rent une affiche fantaisiste sur le mur de l’√©glise Sainte-Aldegonde.

 

Elle annon√ßait un ¬ę¬†go√Ľter monstre¬†¬Ľ offert √† l’occasion du Mai plant√© en l’honneur de la jeunesse par les 60 filles √† marier de la localit√©” Vingt journaux bient√īt r√©pandirent la nouvelle et la farce devint r√©alit√©.

Un comit√© de jeunes filles se constitua en toute h√Ęte et le go√Ľter se d√©roula √† la date pr√©vue. Il eut un tel succ√®s qu’on le r√©√©dita chaque ann√©e. Les habitudes se sont certes modifi√©es au fil des ans.¬†

 

Ainsi, √† l’origine, toute la jeunesse f√©minine d’Ecaussinnes participait √† l’√©lection de la pr√©sidente du go√Ľter. Aujourd’hui, toute l’organisation de cette manifestation est confi√©e √† un groupement appel√© ¬ę¬†les Amis du Folklore ¬Ľ Le bourgmestre en est le pr√©sident.

 

Les go√Ľters de Mariembourg, Ronqui√®res et Trazegnies

Le go√Ľter en tant que repas n’existe plus √† Mariembourg. Il est remplac√© par une Parade Fleurie o√Ļ des jeunes gens figurant des coupIes c√©l√®bres d√©filent en compagnie des principaux groupes folkloriques de la r√©gion. Le soir, un bal champ√™tre se d√©roule sous les tilleuls de la Place Verte.

 

A Ronqui√®res, ce sont des jeunes gens en mal d’√©pouses qui invitaient des candidates au mariage.

A Trazegnies, le go√Ľter matrimonial en est, en 1974, √† sa 48e √©dition.

Cette manifestation s’est plus r√©solument tourn√©e ici vers le genre

“spectacles et vari√©t√©s”.

 

 

Robert Dascotte, Trois suppléments au dictionnaire du wallon du Centre, in : BCILL Louvain-la-Neuve, 1985

 

iau, s. f.: iau d’ font, eau bénite

 

A Thoricourt, les habitants faisaient prendre de l’eau b√©nite le Samedi saint, en conservaient une partie pour la m√©langer avec l’eau b√©nite de la Pentec√īte et celle du dimanche de la Trinit√©; on attribuait une vertu particuli√®re au m√©lange de l’eau b√©nite de ces trois jours.

 

Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

LA PENTECOTE

 

La Pentec√īte est l’interpr√©tation chr√©tienne de la f√™te juive des Moissons.

Au Moyen Age, il √©tait courant que l’on jet√Ęt du haut des vo√Ľtes des √©glises et des cath√©drales des √©toupes enflamm√©es, des oiseaux et des fleurs. C’est de cet usage qu’est venue l’habitude de signer les br√Ľ¬≠lures pour en faire dispara√ģtre le mal mais en omettant le nom du Saint-Esprit. Celui-ci s’√©tant manifest√© le jour de la Pentec√īte sous forme de langues de feu. Si quelqu’un, par m√©garde, invoquait le Saint-Esprit le mal prenait de l’ampleur. On appelait la Pentec√īte les ¬ę P√Ęques de roses ¬Ľ ou ¬ę P√Ęques des fleurs ¬Ľ.

 

Jadis √† Montigny, pour marquer qu’on ne verrait pas une personne qui promettait une visite, on lui disait Oyi, vos v√©r√®z intr√® Maube√Ľje √®y√®t /’ Pintecousse. Cela signifiait entre la f√™te de Maubeuge et celle de la Pentec√īte; comme les deux f√™tes ont lieu le m√™me jour, il y a impos¬≠sibilit√© qu’il y ait un intervalle suffisant pour rendre la visite.

 

Le dimanche de la Pentec√īte, se c√©l√®bre la f√™te de la Trinit√©. C’est le jour de la premi√®re Communion Solennelle.

 

√ąl R√Ľ (Le Roeulx) - t√ģr √† l' √Ęrk (tir √† l'arc) / On t√ģre l√® rwa √† l' pi√®rke. (On tire le roi √† la perche.)

(Joseph Faucon, V√ģve l√® rwa !, in: MA, 1967, p.86-88)

Djèrpène (Gerpinnes) - li Sinte-Rolin.ne (la Sainte-Rolende)

(f√ģ da Sinte-Rolin.ne / ch√Ęsse de Sainte-Rolende)¬† (cf M√Ęrche Sinte-Rolin.ne (Marche Sainte-Rolende):¬†sous Belgique > culture > folklore > marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse > grandes et petites marches > Sinte-Rolin.ne / Sainte-Rolende)

Wame (Wasmes) - èl Pucelète (la Pucelette)

(s.r., p.279)

Wasmes, in : Clio 70, 1974

 

Le tour

 

Lieu : à 10 km au sud-ouest de Mons.

Date : le mardi de la Pentec√īte.

 

La manifestation

 

Apr√®s la messe en l’√©glise Notre-Dame de Wasmes, la procession part vers trois heures du matin pour effectuer le tour des anciennes limites de la commune de Wasmes. Elle revient √† l’√©glise apr√®s avoir parcouru l’itin√©raire long de 14 km qui passe √† la limite des localit√©s p√©riph√©riques : Warquignies, Hornu, Wasmuel et Quaregnon.

Des cavaliers figurant les anciennes confr√©ries prennent la t√™te de ce cort√®ge form√© par les habitants de Wasmes et de la r√©gion qui escortent la statue de la Vierge. Durant toute l’octave de la Pentec√īte, ceux qui le d√©sirent peuvent faire le tour. Celui du mardi rev√™t un caract√®re plus solennel.

Durant tout le parcours, les habitants transportent une statue de bois de la Sainte Vierge qui est v√©n√©r√©e dans l’√©glise paroissiale, Datant du XIVe si√®cle, elle est habill√©e selon les coutumes espagnoles.

 

La pucelette est une fillette de cinq ans qui, √† sa naissance, a √©t√© offerte par ses parents au clerg√© pour remplir ce r√īle. Si leur fille est choisie comme pucelette,

les parents consid√®rent cela comme un grand honneur. L’√©lue, n√©cessairement originaire du Grand-Wasmes, porte une splendide robe bleu azur rehauss√©e d’or. Sa t√™te est coiff√©e d’un diad√®me garni de plumes d’autruche.

 

Le rythme de la procession est marqu√© par des haltes √† chaque chapelle ou √©glise crois√©e en chemin. Deux arr√™ts importants sont pr√©vus : l’un √† une chapelle d’Hornu o√Ļ la pucelette rejoint la procession; l’autre au calvaire de Wasmes.

Seule la pucelette pose des gestes symboliques. A Hornu, elle doit saluer trois fois la foule avant de remonter dans le landau qui l’a amen√©e de Wasmes, Lorsque le Tour rentre dans la commune de Wasmes, donnant la main au cur√©

de Wasmes et de Petit-Wasmes, elle se porte à la rencontre de la procession dont el le prend la tête.

Enfin, d√®s que la statue de la Vierge est rentr√©e dans l’√©glise, la Pucelette, hiss√©e sur une table au milieu du parvis, salue trois fois la foule qui, √† la vue de son sourire, est assur√©e du bonheur pour un an.

 

Historique

 

Trois hypoth√®ses sont propos√©es pour expliquer l’origine de cette

manifestation qui remonte au XIVe ou au XVe si√®cle. En premier lieu, la procession des croix banales qui se d√©roulait g√©n√©ralement aux environs de la Pentec√īte. Pour rendre hommage et reconna√ģtre leur d√©pendance, les habitants d’une paroisse se rendaient aux monast√®res et aux coll√©giales environnantes.

En second lieu, le d√©sir d’implorer le secours du ciel par une manifestation extraordinaire pour √©carter la peste noire qui ravagea la r√©gion en 1348. En troisi√®me lieu, un v√©ritable tour du propri√©taire effectu√© chaque ann√©e avec les symboles religieux, affirmation du caract√®re inviolable du droit de patronat spirituel.

De son c√īt√© la tradition populaire conna√ģt deux explications : ce serait le tour accompli par le dragon bless√© avant de mourir ou le trajet parcouru par Gilles de Chin en action de gr√Ęces pour avoir r√©ussi √† tuer le dragon.

 

Léon Fourmanoit, Des luttes … des hommes … et du Borinage, Cuesmes, 1983

 

(p.177) La Pentec√īte en Borinage

 

¬ę Aujourd’hui commence en Borinage, la plus belle, la plus renom¬≠m√©e, la plus savoureuse des ducasses du bassin des mines, la ducasse de Wasmes, cette longue f√™te qui ouvre la s√©rie des festivit√©s estivales de notre terroir, et que l’on titre encore, comme autrefois: ¬ę √®l Pinteco√Ľte d√© Wame ¬Ľ.

Elle est la plus belle, la plus renomm√©e, la plus savoureuse, parce que depuis des temps et des temps, le Borinage entier la conna√ģt, la fr√©¬≠quente, parce que malgr√© l’irr√©m√©diable ostracisme dont la marche des id√©es a frapp√© les bonnes vieilles coutumes du terroir minier, des usa¬≠ges anciens sont attach√©s √† elle et lui ont gard√© je ne sais quel cachet d’autrefois que, dans les autres kermesses, on ne retrouve plus, jamais plus. A travers cette d√©b√Ęcle de pittoresques coutumes, cette envol√©e √† jamais des bonnes choses d’autrefois, elle est demeur√©e cette ker¬≠messe de Wasmes ‚ÄĒ un tantinet amoindrie pourtant ‚ÄĒ la grande f√™te du Borinage.

Il n’y a pas que la ducasse, il y a aussi le grand p√®lerinage, le grand pardon d’ici, le fameux tour de Wasmes. Depuis lundi dernier d√©j√†, des p√®lerins, des hordes, des bandes, des familles enti√®res p√©r√©grinent par les chemins de p√©nitence. C’est une longue promenade qu’on entre¬≠prend √† la suite d’un vŇďu, qui commence et qui finit √† l’√©glise du Cambry, en haut de la butte herbue, pr√®s de la placette, et qui va par les corons et les villages, le Petit-Wasmes, Warquignies, le Calvaire Toy√©, Hornu, le Calvaire de la Fontaine, Wasmuel, Quaregnon, Mons-ville, s’arr√™tant aux √©glises, aux calvaires √† ces petites chapelles vieil¬≠lottes, aux niches badigeonn√©es abritant des fleurs de papier et des saintes de pl√Ętre sali, qu’√©difi√®rent jadis pour comm√©morer des vŇďux, de na√Įves et b√©ates √Ęmes. Et les p√®lerins vont, calmement jour et nuit, d√©chaux souvent, la t√™te nue toujours, un oscillement de chapelet dans leurs doigts lourds, les femmes portant dans un panier la ¬ę trinke ¬Ľ (1) que l’on mange sur un talus du chemin et tra√ģna tant avec des rebuffa¬≠des, une r√©calcitrante marmaille. ¬ę A bras √† mer? ‚ÄĒ Va t’√© faire, va t’ vancher!¬Ľ. Mais le grand jour, c’est le lundi de la Pentec√īte, car il y a plus de monde pour accompagner la procession de ¬ę Notre-Dame de Wasmes ¬Ľ, qui, elle aussi ¬ę fait l’tour ¬Ľ. Il n’y a pas bien longtemps, un symbole l’accompagnait aussi, une mignonne fillette de blanc et de bleu v√™tue, comme une sainte, la ¬ę pucelette ¬Ľ √©voquant la jeune fille donn√©e jadis en p√Ęture au dragon de Wasmes, suivant une l√©gende vieille, si vieille que les plus vieux bouleurs (2) des plus vieux corons du pays, ne peuvent se la rem√©morer.

 

A pr√©sent, la petite ¬ę pucelette ¬Ľ s’en est all√©e et sa robe de pieux enfante/et ne v√™t plus la vierge de Wasmes, dans sa niche de l’√©glise; et la procession et le p√®lerinage tombent de plus en plus, √† l’ordinaire d√©ch√©ance des coutumes religieuses de notre Borinage sceptique; la

 

(1)   Trinke : tartine

(2)¬†¬† Bouleur : argot de th√©√Ętre. Acteur qui pr√©cipite ses paroles, qui se h√Ęte d’arriver √† la fin de son r√īle.

 

(p.178) procession du lundi n’est plus maintenant qu’une parade hilare: une statue de vierge cahot√©e sur les √©paules de gars balourds, √† l’entour des ¬ęfies d’√† vierge¬Ľ v√™tues de blanc, quelques capelans (1) en sur¬≠plis, une horde de p√©nitents las, parmi les marmottements d’or√©mus des litanies des pr√™tres, des cris d’enfants qui ¬ę brait√© ¬Ľ (2), le brou¬≠haha d’une foule aux piti√©s de contrebande.

Mais la ducasse ne perd gu√®re en puissance, et pendant les quatre jours, jusqu’au jeudi, il y a toujours sur la place, le soir, la m√™me foule bruyante, les m√™mes joies, les m√™mes enthousiasmes. Car la cohue d√©vale de partout, ¬ęon d√®skind d√© t’-avau l√† ¬Ľ comme on dit, des plus lointains villages du Borinage; et des bourgades ont leur tour, le jour o√Ļ l’on vient en bande, gars et ¬ęabla√Įes¬Ľ (3) √† la tomb√©e du soir; on baguenaude, de cabaret en cabaret, de baraque √† ¬ę p√®totes frites¬Ľ √† tourniquet, on danse quelques ¬ę valses ¬Ľ au bal populaire, et en pleine nuit, on s’en retourne par les sentiers coupant les bl√©s nouveaux et les ¬ę souais ¬Ľ (?) dans des chansons, des rires, des baisers, √† la s√©duction du clair de lune.

Il n’y a que cela qui demeure, et c’est heureux. La procession d√©gringole de plus en plus, la petite pucelette est partie; et le brave Borain gouaille superbement cette n√©cessaire d√©ch√©ance: ¬ę √áoula, viyez b√©, c’ √®st d√© lostr√ģes, ri√® d’pus ! ¬Ľ. Et il ricane. ¬Ľ (4)

 

Marcello Coda,¬†Wasmes / F√™te de la Pentec√īte – Le chemin magique de Florine, la Pucelette, La Province, 06/06/2001

 

Tour de Wasmes (17 km) : procession ND de Wasmes

(Petit-Wasmes, Warquignies, Hornu, Wasmuel)

 

Un autre cort√®ge emmenait la Pucelette, Florine Guglielmi, 3 ans et demi, jouait son r√īle √† merveille¬†: elle adressait lusieus saluts √† la foule au Calvaire.

Rencontre entre les deux cortèges.

¬ę¬†Avant de se diriger vers l‚Äô√©glise Notre Dame pour le salut final, la statue de Notre Dame, comme la coutume le veut, a chang√© de tenue. On l‚Äôa habill√©e de son beau manteau bleu brod√© d‚Äôor (restaur√© √† Bruges). Le public n‚Äôassiste pas √† cette √©tape de la procession.¬†¬Ľ

 

Malon.ne (Malonne) - li Sint-Biètwin (la Saint-Berthuin)

in : Félix Rousseau, Légendes et coutumes du Pays de Namur, Trad. wallonne, 2006

 

(p.117) Le lundi de la Pentec√īte

 

Le lundi de la Pentec√īte est par excellence le jour des p√®lerinages popu¬≠laires. Les citer tous, il n’y faut pas songer ; ils sont par trop nombreux. Je m’occuperai seulement des plus caract√©ristiques.

Celui de saint Berthuin, √† Malonne, passe √† bon droit pour un des plus anciens de la province. Saint Berthuin vivait au VIF si√®cle38. Natif des Iles Britanniques comme saint Feuillen de Fosses, saint Fr√©degand de Moustier et saint Forannan de Waulsort, il se rendit en Gaule pouss√© par l’esprit de pros√©lytisme qui caract√©risait sa race √† cette √©poque. Il s’√©tablit avec ses disciples non loin du confluent de la Sambre et du Landoir, dans une gorge sauvage appel√©e Malonne. L’antique for√™t de Marlagne toute proche √©tait hant√©e par des d√©mons39 ; Berthuin la purifia de ses h√ītes infernaux. Le vallon manquait d’eau potable ; il y fit jaillir une belle source d’un d√©bit vraiment

 

38¬† Sur saint Berthuin, cf. L. VAN DER ESSEN, Etude sur les vitae des saints m√©rovingiens de l’ancienne Belgique, p. 83.

39 La for√™t de Marlagne para√ģt avoir √©t√© une for√™t sacr√©e √† l’√©poque gauloise, cf. C J. ROLAND, Toponymie namuroise, ASAN, t. XXIII, p. 227.

 

(p.118) extraordinaire. Le bruit de ses miracles et de ses vertus se r√©pandit au loin. Le monast√®re fond√© par lui subsista jusqu’√† la R√©volution.

Le p√®lerinage annuel en l’honneur de l’ap√ītre de la Marlagne a √©t√© fix√© au lundi de la Pentec√īte. Apr√®s la grand’messe, la ch√Ęsse contenant ses restes mortels est transport√©e √† travers le village par douze hommes : ¬ę les XII pairs de saint Bertuin ¬Ľ. A une √©poque ancienne, rapporte-t-on, les religieux de l’abbaye tomb√®rent dans un tel rel√Ęchement qu’ils finirent par oublier l’endroit pr√©cis ou reposaient les reliques de leur fondateur. Seules quelques familles pieuses de Malonne en avaient conserv√© le sou¬≠venir. Elles acquirent de la sorte des droits sur les restes du thaumaturge. Leurs descendants poss√®dent le privil√®ge exclusif de les transporter √† la procession : ce sont les XII pairs43. Lorsqu’un des XII vient de mourir, son fils a√ģn√© lui succ√®de. S’il n’a pas d’h√©ritier direct, les autres pairs choisissent dans sa parent√© imm√©diate le membre qui leur semble le plus digne.

On invoque saint Berthuin en faveur des enfants rachitiques, pour la gu√©rison des rhumatismes et des maladies √©pileptiques. De nombreux p√®lerins viennent boire √† la source miraculeuse qui coule au bord de la route, non loin de l’√©glise .

 

Sint-Hubêrt (Saint-Hubert) - pèlèrinadje (pèlerinage)

(Si G√™nes m’√©tait cont√©, Histoire collective du Luxembourg)

Joseph Houziaux, Li vica√ģr√ģye d‚Äôon gamin d‚Äô C√™le, 1964

 

¬†Li S√®medi-Sint √®t l’ s√®medi do l’Pintecosse, l√®s cor√Ęls paurtint, tch√®rdjis d’ bidons come d√®s baud√®ts, po-z-al√® pwart√® l’ b√®nite a√ģwe. √Ä chake maujon, c’ √®steut l’ min.me m√®ssadje : ¬ę √ąst-ce qu’ i faur√® do l‚Äô b√®nite a√ģwe ci c√īp-ci ? ”

 

Li com√©re aleut qw√™re li bot√®ye, qu’ on rimplicheut, √®t glisseut l’ dringu√®le. Ma√ģs l’ to√Ľr d√®s hamias √®steut long¬†!

Qw√® f√® quand on s’ trouveut au mitan d’ Trussogne, avou d√®s bidons w√ģdes ? √ąst-ce li di√Ęle qui s ‘√®nn’ a m√®l√® ? Onz-a st√ģ au w√©¬†! On bia djo√Ľ, l’ dje√Ľ s’ a g√Ęt√®. On n’ aveut nin w√™ti di-d-pr√®s ass√®z po rimpli les canetias √®t Fine d’ √®mon l’ Blanc √† r’m√Ęrk√® d√®s p’tits v√®t’s cay√®ts qu’ ont vindu l√®s cor√Ęls. Qu√©ne pask√©ye quand l’ cur√® Viroux l’ a se√Ľ !!

 

L’ an√©ye d’ apr√®s, Vivide, onk d√®s pus v√ģs d√®s cor√Ęls, a trouv√® l’ jwint : il a mont√® su quate r√Ľwes on tonia avou on robin√®t √®t √®v√īye di tos cost√®s avou l’ tch√®r√®te, come d√®s p√®trol√ģs ! I gn-a pus ie√Ľ qu’ f√® do po√Ľji √† l’ basse.

H√™ve (herve) - li porc√®ssion d√® l' C√©qw√®me (la procession de la "cinqui√®me" (= Pentec√īte))

(VA, 19/05/2012)

H√™ve / Herve ‚Äď Porc√®ssion d√® l‚Äô del C√©qw√®me / Procession dite ¬ę¬†d√® l‚Äô C√©qw√®me¬†¬Ľ

 

De nos jours encore et toujours, la procession du lundi de la Pentec√īte est une manifestation importante de foi chr√©tienne et d’attachement au folklore religieux local.

Le dimanche, √† 17h, une trentaine de tambours et clairons de la Clique de la royale Garde Saint-Jean prend le d√©part au coin de la rue Jardon, juste apr√®s le premier tir de ¬ę tchambe ¬Ľ d√Ľ au groupe des artificiers herviens, pour rappeler dans ¬†toutes les rues la c√©r√©monie du lendemain.

 

Des banni√®res et des oriflammes enjambent les rues o√Ļ passera la procession et les fen√™tres des maisons s’ornent de crucifix, de statues, de fleurs et de bougies qu’on allumera au passage du Saint-Sacrement.

Le lundi, √† 3h du matin, les tambours reprennent la route pour sonner le r√©veil et, √† partir de 4h, les Herviens et les anciens Herviens revenus pour la circonstance, se rassemblent devant l’√©glise. A 5h, les tambours s’√©branlent et la procession se met en marche, par n’importe quel temps, beau ou mauvais. C’est ce qu’on appelle le d√©part du premier tour.

 

Le cort√®ge est √† ce moment tr√®s simple. On peut y voir en t√™te une banni√®re puis les tambours et quelques musiciens, les fid√®les sur deux rangs, priant et chantant, la statue de la Sainte Vierge appel√©e ¬ęla petite Notre-Dame du premier tour ¬Ľ; les acolytes, le clerg√© et le Saint-Sacrement port√© sous le dais lui aussi ¬ędu premier tour¬Ľ.

 

Le premier arr√™t se fait rue Jardon, au reposoir √©lev√© devant le grand crucifix datant de 1850. On y donne la premi√®re b√©n√©diction au son des clairons et de la p√©tarade des ¬ęcampes¬Ľ qui annoncent √† tous le d√©but de la procession.

On suit alors la route de la Cl√© et sortant de la ville, on passe sous le viaduc de Noblehaye o√Ļ a lieu la distribution d’un feuillet de chants et le comptage des participants.

Dans le petit jour qui se l√®ve, entre les haies derri√®re lesquelles accourt et vient se ranger parfois une troupe de vaches curieuses, par la rue de Noblehaye et le chemin Laboulle, on arrive √† la ferme des Fawes o√Ļ se donne la seconde b√©n√©diction, au son des clairons.

 

A ce moment commence la partie la plus pittoresque de la procession. On descend √† travers les prairies, o√Ļ le fermier a fauch√© une largeur d’herbe et ouvert les barri√®res pour permettre le passage; on enjambe le petit ruisseau de Bolland puis on remonte par le lieu-dit ¬ęso l’ Hougne¬Ľ vers la route de Maastricht. A la ¬ę Croix de pierre ¬Ľse donne la 3e b√©n√©diction.

De l√†, sur deux rangs, on se dirige par la grand-route vers Battice mais on s’arr√™te auparavant devant le reposoir de Chesseroux o√Ļ le cur√© de Battice et ses paroissiens rejoignent la procession. Le cur√© y donne la 4e b√©n√©diction, de nouveau au son des clairons et des ¬ętchambes¬Ľ. Ensuite, cette fois sous un soleil vigoureux, quand il veut bien √™tre pr√©sent, la procession se dirige vers l’√©glise de Battice. L√†, les fid√®les peuvent assister √† la messe et ensuite aller se restaurer tandis que ceux qui ne font que le premier tour, la moiti√© environ des participants, retournent vers Herve.

 

Vers 9h, le cort√®ge se reforme pour entamer le deuxi√®me tour. Par la route de Verviers on se rend √† l’√©glise de Manaihant. Les participants font une courte halte √† l’√©glise, se d√©salt√®rent puis reprennent la route vers Bruy√®res. L√†, √† l’√©glise, on donne la b√©n√©diction suivie pour les uns d’un certain temps d’adoration du Saint-Sacrement tandis que les autres se restaurent car il est pr√®s de midi. La procession prend alors la route de la Maison du bois et s’arr√™te pour la b√©n√©diction √† la chapelle Legrand et pour une nouvelle b√©n√©diction au carrefour de Hubertfays. La marche entame maintenant la chauss√©e de Li√®ge pour remonter vers Herve, certaines ann√©es sous une chaleur accablante. Au reposoir dress√© au lieu-dit ¬ę sur les vignes ¬Ľ les participants courageux feront la jonction avec la procession arriv√©e de Herve.

Car, de fait vers 1h, un cort√®ge s’est form√© devant l’√©glise de Herve pour solenniser la “rentr√©e” et s’est rendu au reposoir ¬ęSur les Vignes¬Ľ. Le clerg√© rev√™tu de riches ornements, la statue de la Sainte Vierge appel√©e ¬ęla Vierge de la rentr√©e¬Ľ dans son manteau bleu orn√© de dentelles et de pierreries, des groupes d’enfants portant banni√®res et oriflammes, le groupe des premiers communiants de l’ann√©e, les

musiciens et la chorale, les pompiers en uniforme (jadis quand les charbonnages √©taient encore en activit√©, une d√©l√©gation de mineurs), les fid√®les qui ont fait le premier tour et d’autres tr√®s nombreux y attendent l’arriv√©e de ceux qui ont fait le tour complet. Quand les deux groupes sont r√©unis, on donne la b√©n√©diction et les deux cort√®ges sans se fondre, repartent pour la rentr√©e solennelle. On repasse comme au matin par la rue de la Cl√© mais, cette fois, entre deux rangs de nombreux curieux. Au milieu d’une tr√®s grande foule, une derri√®re halte a lieu au reposoir de la rue Jardon. Les tambours battent, les clairons sonnent quand le pr√™tre √©l√®ve l’ostensoir pour b√©nir la foule tandis qu’√©clate un √©norme ¬ęcarillon¬Ľ dans un chemin tout proche. D√®s que le cort√®ge a repris sa marche vers l’√©glise, beaucoup de m√®res viennent asseoir leur tout jeune enfant sur l’autel, √† l’endroit o√Ļ le Saint-Sacrement a repos√©, en guise de b√©n√©diction particuli√®re. C’est au milieu d’une foule de plus en plus dense que la procession entre dans l’√©glise, pleine de toute part, o√Ļ r√©sonnent orgues, tambours et clairons. Au son des grandes orgues, le clerg√© entonne le Te Deum (chant d’actions de gr√Ęces) et le Tantum ergo li√©geois. Tambours et clairons saluent la derni√®re b√©n√©diction suivie du cantique traditionnel ¬ęC√©l√©brons √† jamais le Seigneur dans ses bienfaits¬Ľ. C’est par une derni√®re prestation de toute la clique, √† √©branler les vo√Ľtes de l’√©glise, que se termine la rentr√©e solennelle de la procession

¬ędel C√©qwemme¬Ľ. Le p√©riple a √©t√© de pr√®s de 15 kilom√®tres 300.

Son origine doit être ancienne et se perd dans le passé. La première mention retrouvée remonte à 1592, sous le pastorat de Nicolas Pucetanus.

 

Vocabulaire : C√©qw√®me / Cinqw√®me : vient du latin ¬ę quinquag√©sime ¬Ľ qui signifie cinquanti√®me ou Pentec√īte (cinquante en grec), f√™te se c√©l√©brant 50 jours apr√®s P√Ęques.

 

Les Carillonneurs Herviens

Notre groupe n’est pas √† proprement parler un groupe folklorique comme on peut l’entendre dans nos habitudes wallonnes, mais nous participons √† beaucoup d’√©v√©nements du folklore wallon en ex√©cutant des tirs de campes lors des processions ou des cort√®ges folkloriques.

 

  1. HISTORIQUE

 

Cette coutume, vieille de plusieurs si√®cles, avait pour but d’√©loigner les mauvais esprits lors des processions et particuli√®rement lorsque celles-ci rentraient dans les murs des cit√©s fortifi√©es de l’√©poque.

Depuis, cette activit√© s’est folkloris√©e et s’est plus adapt√©e √† l’accompagnement de processions ou de toutes autres activit√©s rev√™tant un caract√®re magistral.

C’est en 1980, √† la demande du Comit√© des Processions pr√©sid√© alors par feu Monsieur le professeur Charles Malvaux que quelques mordus de folklore local reprennent les activit√©s de Madame Moors de Renouprez-Charneux atteinte par la limite d’√Ęge et qui cessait ses activit√©s d’artificier.

Cette reprise d’activit√© √©tait uniquement destin√©e √† l’ex√©cution des tirs de campes lors des trois processions de Herve √† savoir la “C√©qwemme, la F√™te-Dieu et le 15 ao√Ľt.

 

De nos jours, nous sommes appel√©s pour toutes sortes d’√©v√©nements folkloriques et notre activit√© n’a de limite que la n√©cessit√© d’avoir un endroit pour ex√©cuter le tir en toute s√©curit√©.

 

  1. TECHNIQUE

 

 

DESCRIPTION

Un tir de campes est constitu√© d’une s√©rie de bo√ģtes creuses (campes ou tchampes) en acier et dont le vide est rempli de poudre noire explosive et bourr√©e fortement avec de l’argile s√©ch√©e. A la base de ces bo√ģtes une amorce va permettre de mettre √† feu la charge explosive int√©rieure.

PREPARATION

Le “Broyeur” doit broyer l’argile brute pour la transformer en poudre susceptible d’√™tre tass√©e. Pour ce faire, il utilise un lourd rouleau en acier puis ensuite ce broyat est tamis√© pour le rendre pulv√©rulent.

Les campes sont d’abord √©quip√©es √† leur trou d’amor√ßage d’un bouchon en bois qui va permettre d’ex√©cuter le bourrage sans danger pour les manipulateurs. Elle sont ensuite remplies chacune d’une dose de poudre noire puis align√©es sur un banc de bourrage.

 

Le “Remplisseur” remplit le vide restant d’argile pulv√©rulente puis le “Bourreur” vient, √† l’aide d’une bourre en acier, comprimer tr√®s fortement cette argile afin de rendre l’ensemble explosif.

Les campes sont alors transport√©es vers le banc d’amor√ßage ou l’ “‘Amorceur” enl√®ve le bouchon de bois de s√©curit√© et le remplace par une amorce de fine poudre noire.

Les campes sont alors disposées dans des caisses en bois par 50 pièces.

 

TIR

Le choix du lieu o√Ļ se d√©roulera le tir est d’une importance capitale car il doit r√©pondre √† un crit√®re de s√©curit√© optimale.

La deuxi√®me mesure de s√©curit√© est le port par les carillonneurs d’une tenue rouge voyante et ignifug√©e et d’un casque permettant d’assurer le tir sans trop de risque.

Un tir peut contenir de 150 √† plus de 1200 pi√®ces plac√©es en alignement sur le sol rev√™tu d’une couche de sciure pour √©viter la remont√©e de l’humidit√© dans les “Campes”. Cet ensemble est ensuite raccord√© par une tra√ģn√©e de poudre noire qui vient en contact avec les amorces des charges.

Au moment voulu, le “Boutefeu” allume le d√©but de la tra√ģn√©e et celle-ci met le feu de proche en proche √† toutes les campes en faisant une p√©tarade extraordinaire dans un immense nuage de fum√©e blanche. L’effet est grandiose et les spectateurs se bouchent les oreilles tant le bruit est effrayant.

 

La finale du tir est assurée par une série de très grosses campes qui vont donner le bouquet final dans une explosion retentissante.

Apr√®s le dernier tr√®s gros coup de feu, le silence revient, instantan√©, lourd, puis viennent les applaudissements du public ravi d’avoir encore une fois √©t√© impressionn√© par cet √©v√©nement.

 

Wåre / Warre (Tohogne), Pèlerinage et invocation à sainte Gode, AO 12/05/2005

 

Le lundi de Pentec√īte √† la chapelle de Warre.

 

Beno√ģt Georges, Beho en 1900, in¬†: GSHA, 58, 2003, p.21-66

 

(p.29) Fêtes locales et processions

–¬† Grande kermesse, le dimanche de la solennit√© de la f√™te des saints ap√ītres Pierre et Paul, de m√™me les deux jours suivants et encore le dimanche d’apr√®s.

–¬† Petite kermesse, √† la f√™te st Jean l’√Čvang√©liste, 27 d√©cembre.

–¬† Pri√®res des 40 heures, devant le tr√®s saint sacrement expos√©, le dimanche et le lundi de la Pentec√īte.

–¬† Adoration perp√©tuelle le 26 octobre.

–¬† Procession solennelle, comme √† la F√™te Dieu, le dimanche de la grande kermesse, savoir le dimanche de la solennit√© de la f√™te des saints Pierre et Paul.

–¬† Procession √† Watermal, en l’honneur de saint Donat, martyr, le lundi apr√®s l’ascension.

–¬† Procession √† Audrange, en l’honneur de saint Wendelin, confesseur, le lendemain de la F√™te Dieu, c’est √† dire le vendredi apr√®s la f√™te de la sainte Trinit√©.

–¬† La procession qui se rend tous les ans √† Saint-Hubert, le dimanche apr√®s l’ascension, n’est pas √† proprement dire une procession de la parois¬≠se de Beho, n√©anmoins beaucoup de personnes de Beho y prennent part et √† raison de cette circonstance, le cur√© de Beho est oblig√© de dire la pre¬≠mi√®re messe de tr√®s bonne heure, savoir 5 heures et demie.

–¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† Procession le 16 ao√Ľt √† Saint-Martin, d√©part vers 9 heures, depuis 1929.

 

M√Ęmedi (Malmedy) - √ā Cinqw√®me (A la Pentec√īte) (litt. au cinqui√®me)

(in: √ārmonak walon d’ M√Ęmedi, 1936)