Li Pintecousse en Bèljike walone, picarde, gaumèse / La Pentecôte en Belgique wallonne, picarde, gaumaise

PLAN

1 Jènèrâlités / Généralités

2 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

 

1 Jènèrâlités / Généralités

Nadine Crétin, Dominique Thibault, Le livre des fêtes, Gallimard, 1991

 

(p.31) La Pentecôte

 

Cinquante jours après Pâques

 

Le nom de cette fête vient du grec, pentecostè: cinquantième. Elle est très ancienne: les Hébreux célébraient Chavouoth à l’occasion des moissons et en souvenir des Tables de la Loi données à Moïse, et les juifs la fêtent encore.

Les chrétiens commémorent la venue de l Esprit saint sur les apôtres.

 

50e jour après Pâques

 

Lundi de Pentecôte:

Gerpinnes (Djèrpène) : la  Sainte-Rolende (Sinte-Rolin.ne)

Foy-Notre-Dame (Fôy): tous les 7 ans

Soignies (Sougnî) : Grand Tour Saint-Vincent (toûr à foyas) (rameaux feuillus)

(dès 6 heures du matin) (li fî, 66 kg)

Pentecôte: procession à Wasmes (Wame) (14 km) (combat de Gilles de Chin contre un dragon)

 

Bernard Louis (Namètche / Namêche), in: CW, 3, 2017

 

Prêtchemint po l’ Pintecoute   Binamés Fréres èt Soûs,   Lès-apôtes èstin.n rachonés è cénake, one place qu’il î avin.n mougnî avou Jésus li blanc djouwèdi, one place su on tiène di Jèrusalèm, parèt-i. Dispeûy li djoû qu’ Jésus aveut raviké, i gn-aveut iu cinquante djoûs. On fièsteut l’ anivèrsêre dè djoû qu’ Moyîse aveut r’çû lès Comandemints su l’ Sinayi (Chavouoth, dijint-i), qui toumeut cinkante djoûs après 1′ Pauke dès jwifs. Mins, on côp Jésus èvôye, lès-apôtes avin.n peû.   Èt v’là qu’ on-z-ètind on trayin, nin on trayin d’ tos lès diâles, mins on trayin dau bon Diè. I sofèle on vint à rauyî tos lès-olivîs dè djârdin d’ à costé. Èt pwis v’là  dès linwes qu’ on-z-aureut iu dit d’ feu qui s’ paurtichèt po v’nu su l’ tièsse da chake.

 

Quand nos-èstin.n pitits, nos vèyin.n lès-imaudjes di ça su nos lîves d‘ « Histoire sainte » ; on s’ dijeut qu’ ça l’zî d’veut brûler à l’ copète di leû tièsse, aus-apôtes. Mins is n’ avin.n nin l’ aîr d’ oyu mau. Qui dè contraîre, il avin.n l’ aîr tot binaujes. C ‘èst qu’ c’ èsteut 1′ Sint-Èsprit qui mousseut dins tos zèls. Èt vo-lès-la qu’ atakèt à causer tos lès lingadjes. Èt leû vwès s’ faît ètinde long èt laudje.   Èsteut-ce lès-apôtes qui d’visin.n lès lingadjes da totes lès djins ou bin gn-aveut-i one traducsion simultanéye qui l’ bon Diè èt s’-t-Èsprit èmantcheut ? Va soyu, twè ? C’ èst come li ci qui s’ dimandeut si l’ Aviêrje di Baneû aveut d’visé 1′ francès ou bin l’ walon avou Mariète. Èst-ce qui ça vaut lès pwin.nes di s’ dimander ça ? Li bauchèle a saisi tot d’ sûte èt rèsponde à Marîye. Tantia qu’ vêci lès djins qu’ èstin.n à Jèrusalèm po Chavouoth compirdin.n chake dins s’ lingadje ci qu’ èsteut dit.   Èt ça nos faît rapinser 1′ Toûr di Babèl, vèyoz, ça. Cès djins-là qu’ avin.n volu bâti jusqu’au ciél èt s’ fé divenu come li bon Diè. Il avin.n comincî à n’ pus s’ comprinde inte zèls, pwisqu’ is d’visin.n on lingadje difèrint d’ onk à l’ ôte. Avou 1′ Pintecoute èt 1′ Sint-Èsprit, tot candje, mins rin qu’ one apéye. Ca    lès djins n’ si compidront nin d’pus après l’  Pintecoute, savoz. Brâmint pus taurd, on frè l’ saye d’ on seûl lingadje avou l’ èspéranto. Ci sèrè bèrwète à l’ plantche, come on dit. Èt ç’ qu’ on veut asteûre, c’ èst pus rade on lingadje qui si strame su tote li dagn èt qui mougne quausu tos l’s-ôtes.

 

Rivenans à nosse Pintecoute. C’ èst 1′ monde ètîr qu’ è-st-à Jèrusalèm ci djoû-là, li monde daus Romins, avou 1′ mér Méditèranéye au mitan èt en d’pus, viè l’ ès’, on bon bokèt d’ l’ Empîre da Alègzande. Li Lwè da Moyîse, ç’ a stî l’ anciène aliance ; vo-‘nnè-ci one novèle. Audjoûrdu, l’ Èglîje atake à viker èt èle si mèt à ovrer dins 1′ monde ètîr di ç’ timps-là, pwis dins tot nosse monde.   Audjoûrdu, nos-ôtes, on clôt 1′ timps d’ Pauke. On-z-a passé 1′ mitan d’ l’ anéye liturjike. On va rataker l’ timps ordinêre mins ça n’ vout nin dîre qui ç’ qui va v’nu n’ compte nin. S’ apinse noste ancyin curé d’ Ton, l’a bé Greindl, c’ èst co dè Grand Ordinaire.

 

Qu’ èst-ce qui l’ Sint-Èsprit nos-apwaterè, si nos l’ dimandans au bon Diè ? Po comincî, di nos mia comprinde èt d’ nos mia ètinde n-on l’ ôte. Min.me quand on cause li min.me lingadje, on s’ pout afîye mau comprinde. I nos faut waîtî dè mia choûter ou quétefîye dè n’ nin jujer trop rade. Èt insi, nos sèrans mia ostèyîs po n’ è fé qu’ onk avou l’s-ôtes èt avou l’ bon Diè.   Lès-apôtes ont stî franc-batant anoncî l’ Bone Novèle. È faut-i fé ostant ? Faut-i aler soner à tos lès-uchs, come dès cis qu’ i- gn-a ? Dji n’ a nin l’ idéye. C’ è-st-en vèyant voltî, tos lès djoûs, èt qu’ ça n’ seûye nin dès mots, èt qu’ nos n’è fianche nin one glwêre, qui nos-assatcherans quétefîye onk ou l’ ôte aviè 1′ Sègneûr.   Tûsans ossi aus djon.nias èt aus bauchèles qui fièt leû Confirmâcion d’ cès trèvints-ci. Qui loyèt leû bindia, aureut-on dit dins l’ timps. I vont r’çûre lès sèt’ dons d’ l’ Èsprit. Priyans po qu’ I l’zî done li fwace po prinde leû place dins l’ deur monde d’ audjoûrdu èt po ièsse dès tèmwins dè Cris’.   Amèn’.

 

 

 

2 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

Nivèle (Nivelles) - concours d' alèvadje (concours d'élevage)

Robert Dascotte, Quelques fêtes religieuses, in : MA, 2, 1982, p.34-35

 

Pentecôte, Pintecoute. Dictons : c’est arrivé dans un lieu inconnu, ça a arivè intrè Monbeûje (Maubeuge) èyèt l’ Pintecoute ; bîje à Pâke, bîje à l’ Pintecoute.

Sougnî (Soignies) - èl Toûr à Foyas (le Tour Saint-Vincent)

in : Clio 70, 1974

 

Soignies

 

Le Grand Tour de saint Vincent et le cortège historique du lundi de la Pentecôte

 

Type : procession de reliques parcourant un long itinéraire traditionnel. A partir

d’un certain moment et afin de solenniser le retour à l’église, un cortège

historique relativement récent accompagne cette procession.

 

Date : le lundi de la Pentecôte, le clergé et les pèlerins portant les reliques entament le Grand Tour à 6 h du matin. Le cortège historique se joint à cette procession vers 11 h, en haut du faubourg d’Enghien. L’arrivée à la collégiale a lieu vers 13 h.

 

La manifestation

 

Dès 4 h du matin, la collégiale ouvre ses portes aux pèlerins. On y célèbre deux messes avant 6 h ; puis, à l’aide d’un mécanisme très ancien, on descend la chasse de saint Vincent de son réceptacle situé au-dessus de l’autel principal.

La collégiale a été décorée pour la circonstance : de nombreux oriflammes flottent entre les deux clochers.

A 6 h, on se met en route pour un circuit long d’une douzaine de kilomètres. Tout le parcours est jalonné d’anciennes chapelles dédiées à saint Vincent. Deux ou trois jours auparavant, un petit groupe de volontaires a déjà fait le Tour a Foyas au cours duquel les chapelles ont été décorées de feuillages en vue du grand événement. Au siècle passé, cette première sortie permettait également de remettre en état les chemins que la procession empruntait.

Une première halte importante a lieu à la chapelle Tilleriaux au faubourg de Braine, On y vénère saint Landry, fils de saint Vincent, et un prêtre prononce le traditionnel panégyrique de ce dernier. Une autre halte a lieu à l’église de Soignies-Carrières. Le doyen de la collégiale y célèbre une messe.

Ensuite, la procession se dirige vers le faubourg d’Enghien où le cortège historique n’attend plus que les reliquaires et la châsse de saint Vincent pour faire son entrée solennelle dans la ville. Une foule nombreuse assistera à cette manifestation.

Le cortège historique retrace les étapes importantes de la vie de

saint Vincent. Né en 607 à Strépy, Madelgaire (nom de Vincent avant sa conversion), fut l’époux de Waudru, future patronne de la ville de Mons. Officier, il pacifia l’Ibérie.

 

Plus tard, en 646, il prend à sa charge l’érection du monastère de

Hautmont avant de devenir comte de Hainaut. A la fin de sa vie, il

se retire à Soignies et fonde un monastère. Ces divers moments

sont représentés dans le cortège par de nombreux chars et groupes

(500 ou 600 figurants).

Parmi les participants, il faut notamment citer l’ homme de fer, chevalier en armure qui figure dans la procession depuis plusieurs siècles.

Ce sont les membres de la confrérie Saint-Vincent qui ont la charge

des reliquaires et des châsses en ce jour.. Cette confrérie fut fondée

à Soignies en 1599. Ses membres sont reconnaissables au bâton

qu’ils portent.

 

Historique

 

Le Grand Tour est né d’une épidémie qui sévissait dans la région

au XIlle siècIe. Des prières adressées à saint Vincent furent exaucées et en remerciement, on organisa la procession qui s’est maintenue de façon presque ininterrompue jusqu’à ce jour. Le cortège historique comme te1 ne date guère que d’une cinquantaine d’années.

 

Le « Toûr à foyas » de Soignies, in : MA, 4, 1979, 70-71

 

Il est des mots qui ont curieuse résonnance : si tôt prononcés, ils mettent presque en transe les initiés. Ainsi en est-il du Toûr à Foyas à Soignies.

C’est quelque chose de sacré : ça relève du folklore, de la piété, du respect des traditions. Et, comme tout ce qui touche à saint Vincent, ça tient bon.

Chacun sait que, le lundi de Pentecôte, c’est grande fête à Soignies. Une procession solennelle s’y déploie sur 12 km de parcours : elle marque d’un vaste cercle bénit la cité de saint Vincent. C’est le Grand Toûr qui s’en va dès 6 heures du matin, promenant autour de la ville dans cette merveilleuse campagne en pleine gloire printanière, le corps saint du fondateur et des reliques de son épouse sainte Waudru et de ses enfants Landry et Madel-bert. Cinq châsses sont emportées sur de vaillantes épaules et semblent naviguer sur cette foule empressée des fidèles qui chantent a pleine voix litanies et cantiques.

Après ses haltes rituelles, elle reviendra à son point de départ : en haut du faubourg d’Enghien et l’on y mettra les précieuses châsses à tones. Un temps d’arrêt, en effet marque cet avant-midi ; chacun est rentré en ville faire toilette ; les figurants du cortège historique se costument ; à la ran­donnée pédestre va succéder la procession solennelle, haute en couleurs et tout aussi pieuse.

Mais cela demande préparation : comité de la confrérie, comité du cor­tège, responsables des groupes ont siégé en commission depuis belle lurette et à de nombreuses reprises. Ça se comprend…

Le Toûr à Foyas est l’une de ces rituelles préparations. De même qu’un Sonégien digne de ce nom ne peut manquer de « se mettre en ordre » pour la Pentecôte : peinture, nettoyage, etc…, de même qu’on ne manquera pas de hisser le grand pavoi à la Collégiale (lès scaneçons sint Vincent !)> ainsi aussi faut-il, le samedi soir veille de Pentecôte, qu’une équipe de gens compétents parte baliser, afrouyî, l’itinéraire du Toûr.

C’est que des étrangers viennent ou venaient jadis accomplir leurs dévotions dès le dimanche ou lundi de grand matin et plus tôt encore que le Grand Toûr, et il est, sur le parcours, des passages qu’il faut bien marquer. Des chapelles existent tout au long que l’on flanquera de branchages, foyas (d’où le nom de Toûr à Foyas).

Ça commence en haut du Faubourg : chapelle encastrée dans un mur qui fut naguère enceinte de la ferme Flament.

Un foya au début du chemin de Biamont, puis après le pont de Biamont (jadis on passait la Senne à gué], on tourne à droite vers la Guèlène. C’est actuellement l’emplacement du zoning industriel. Nouveau quart de tour à gauche vers la ferme Buisseret. Un foya pour indiquer un « à droite, droite » et faire descendre les pèlerins vers la chapelle de saint Landry flanquée ae ses deux géants de peupliers.

Suivez le chemin et remontez vers la route de Braine-le-Comte, mais attention vous allez devoir traverser le contournement autoroutier de la ville : la prudence s’impose. Grimpez en face de vous et vous arrivez à la chaussée, tout juste près de la chapelle du Bon Dieu de Gembloux, Bon Dieu d’Djiblou.

On revient vers le centre de la ville, mais pas plus loin que la chapelle du marais Tilleriaux jouxtant l’hôpital du CPAS. Retour vers Braine jusqu’au chemin vers la Caf’niére. A droite dans la prairie fangeuse se trouvait une petite ferme : elle a disparu et l’on y bâtit un quartier neuf.

Remontant de ce fond frais, on trouve, à l’angle du chemin dit de la Caf’niére une pittoresque chapelle à Notre-Dame de Bon Secours. Ici, on tourne à droite assez sèchement pour descendre vers la chapelle jumelle de celle dite de saint Landry déjà rencontrée : même forme et mêmes peupliers d’accompagnement. Et cette fois, on remonte vers le passage à niveau.

N’est-ce pas qu’il y a besoin de balisage pour ceux qui ne connaissent pas tout cela par cœur ?

Après le passage à niveau, n’allez pas vers Ecaussinnes, mais, au pre­mier carrefour, prenez a droite ; à droite aussi au suivant cent mètres plus loin. Maintenant, pointez vers l’église des Carrières. Au passage, vous aperce­vrez dans le lointain les clochers confondus de la Collégiale. Vous êtes à la moitié du Toûr.

Aux Carrières, repos avant de se remettre en route. Ici également, il convient de faire attention. Il faut aller retrouver la rue Grégoire Wincqz (l’ancienne rue des Carrières) que vous devrez suivre au delà du carrefour avec la rue P. J. Wincqz : en effet, à quelques cent mètres de ce carrefour vous emprunterez une venelle qui constitue l’authentique itinéraire, car, elle vous amènera juste en face du chemin des 3 Planches qu’il faudra suivre bientôt.

Rendez-vous suivant : l’ancienne église des Carmes. Nous sommes à présent à l’endroit où la modernisation de la voirie a imposé des modifications à l’itinéraire séculaire. Passez donc le pont qui enjambe le chemin de fer et vous tournerez à gauche pour longer celui-ci et retrouver le Kèmin du Toûr à l’endroit exact de l’ancien passage à niveau. Plus d’erreurs à commettre puis­que on est sur le chemin du Tour. Petit Château d’abord, puis Tour Bras de Fer.

 

Mais il y aura tout de même des foyas aux tournants, aux carrefours et aux chapelles. Bientôt vous revenez à votre point de départ en haut du Fau­bourg.

Ainsi font les participants au Toûr à Foyas. On ne vous prétend pas que c’est d’un bout à l’autre et pour absolument tous un pèlerinage dévot et priant. Mais tout de même…

Cependant, comme on est en fête, il est assez normal qu’on vénère un peu toutes sortes de « chapelles »… Ici on priera saint Vincent en plantant les foyas ; là, on désaltérera les gorges assoiffées. Certains confrères de saint Vincent, habitant sur le chemin du Toûr, se font un devoir et un honneur de recevoir et désaltérer les courageux du Toûr à Foyas.

Au retour, aussi, après avoir entouré la Collégiale par 2 fois, on fera une dernière prière devant le porche avant de boire un dernier [?) verre au cabaret le plus hospitalier…

 

Abbé Paul JOOS

 

Sèpt-eûres viènetèt d’ souner au clokî.

 

Ene binde de décidés confréres (i d-a vint-chink èyèt d’pus) partetèt pou l’ Toûr à Foyas.

 

Leûs gros solès batetèt l’ pavè dou Faubourg qu’ is travèrset-in d’sant leû caplèt.

 

Dè l’ coupète dè leû n-èskêye, lès dèrnîs blankisseûs lès ravîsetèt. Si vos n’ astez nî d’ Sougnî, i n’ faut ni iète awayî dè vîr des-èskêyes, dès sayas à l’ cauce, dès potchons à l’ couleûr, dès bidons au godron, èl nûte d’ èl vêye d’ èl ducace.

 

Mins nos v’là avû nos roûleûs à ‘l Cinse d’ èl Baye : preumiére capèle (èle a sté r’nètiéye). Is l’ èrwétetèt, dîse-t-in pâtér èy in-anvé, plante-t-in-oupète à ‘l coupète, èyèt in route pou Biamont !

 

Dès cîs d’vîsetèt d’ èl pleuve ‘yèt du solêy, dès camps ‘yèt dès gardins ; dès-autes rapèle-tèt d’s-istwâres du temps qu’ sint Vincent passoût l’ iau. On coupe lès ronches qui dèspassetèt d’trop d’ssus l’ kèmin, on rut vwé in gros cayau. Èl solêy couminche à dèskinde su Orûye. Su l’ camp dè Scaubèk, lès-alowètes cantet-au pus fort èyèt l ‘rossignol ès’ rinvêye dèvins l’ boskèt Nâlisse.

 

Scaucène, Trèjenî, ... (Ecaussines, Trazegnies, ...) - din.ners d' mâriâdje (goûters matrimoniaux)

Jules Vandereuse, Curieuses coutumes carnavalesques à Senzeilles, in : La Vie Wallonne, 1956, p.117-125  

(p.125) goûters matrimoniaux à Ecaussines-Lalaing (depuis 1903) organisés par les jeunes filles 1907: la jeunesse masculine de Ronquières fait de même; 1922: celle de Trazegnies > Il existe trois goûters matrimoniaux.

 

in : Clio 70, Folklore de Belgique, Guide des manifestations et des musées, Bruxelles, 1974

 

Goûters matrimoniaux

 

Tous les goûters matrimoniaux sont inspirés de celui d’Ecaussinnes, Certains eurent une existence éphémère. D’autres subsistent encore aujourd’hui: c’est le cas à Ronquières, Trazegnies et Mariembourg. Tous les goûters matrimoniaux se déroulent le lundi de la Pentecôte.

Les goûters d’Ecaussinnes

Ecaussinnes se situe à 5 km de Braine-le-Comte, localité elle-même située à 36 km de Bruxelles sur la route de Mons. On peut également arriver à Ecaussinnes par Nivelles et Ronquières.

Le lundi de la Pentecôte, dès 10 h du matin, la présidente du goûter

et ses demoiselles d’honneur reçoivent les célibataires et les candidats au mariage à l’Hôtel de Ville.

 

On leur fait signer le Livre d’Or avant de les inviter à consacrer le reste de la matinée à une courte visite touristique de la localité.

Au début de l’après-midi, un cortège prend en charge le comité des jeunes filles à la place du Pilori ou devant la gare d’Ecaussinnes-Carrières. On s’achemine ainsi vers l’Hôtel de Ville où sera prononcé le traditionnel discours de la présidente du goûter matrimonial.

Le goûter proprement dit a lieu à 16 ou 17 h sur la place des comtes van der Burch, anciennement appelée place de la Ronce. Des tréteaux y ont été d ressés.

 

Les couples formés vont s’y asseoir et on viendra leur servir avec le café chaud, des carabibis (sorte de friandise à base de sucre) et des mastelles (brioches plates).

Durant tout l’après-midi et après le goûter, de nombreux couples préfèrent gagner les lieux discrets où l’on peut faire plus ample connaissance avec le partenaire choisi.

Les endroits isolés ne manquent pas : Pont des Soupirs, Douces Arcades, Trou des Fées, Rocher des Belles Dames, Tunnel des Amoureux…, autant de buts de promenade aux noms romantiques.

Le soir, a lieu, depuis quelques années, un grand spectacle sous chapiteau et de nombreux bals se déroulent un peu partout dans la localité.

 

Ce goûter matrimonial est sans doute issu de la très ancienne tradition du mai. Cette dernière consistait pour les jeunes gens, au siècle dernier encore, à aller planter dans la nuit du 30 avril au 1er mai un petit arbre devant la maison de la jeune fille choisie.

 

Vers 1900, tous les jeunes gens réunis allaient planter par hameau ou par quartier un seul arbre en l’honneur de l’ensemble des jeunes filles de l’endroit. En remerciement, elles offraient un goûter. Un soir de mai 1903, à Ecaussinnes-Lalaing, deux jeunes gens placardèrent une affiche fantaisiste sur le mur de l’église Sainte-Aldegonde.

 

Elle annonçait un « goûter monstre » offert à l’occasion du Mai planté en l’honneur de la jeunesse par les 60 filles à marier de la localité” Vingt journaux bientôt répandirent la nouvelle et la farce devint réalité.

Un comité de jeunes filles se constitua en toute hâte et le goûter se déroula à la date prévue. Il eut un tel succès qu’on le réédita chaque année. Les habitudes se sont certes modifiées au fil des ans. 

 

Ainsi, à l’origine, toute la jeunesse féminine d’Ecaussinnes participait à l’élection de la présidente du goûter. Aujourd’hui, toute l’organisation de cette manifestation est confiée à un groupement appelé « les Amis du Folklore » Le bourgmestre en est le président.

 

Les goûters de Mariembourg, Ronquières et Trazegnies

Le goûter en tant que repas n’existe plus à Mariembourg. Il est remplacé par une Parade Fleurie où des jeunes gens figurant des coupIes célèbres défilent en compagnie des principaux groupes folkloriques de la région. Le soir, un bal champêtre se déroule sous les tilleuls de la Place Verte.

 

A Ronquières, ce sont des jeunes gens en mal d’épouses qui invitaient des candidates au mariage.

A Trazegnies, le goûter matrimonial en est, en 1974, à sa 48e édition.

Cette manifestation s’est plus résolument tournée ici vers le genre

“spectacles et variétés”.

 

 

Robert Dascotte, Trois suppléments au dictionnaire du wallon du Centre, in : BCILL Louvain-la-Neuve, 1985

 

iau, s. f.: iau d’ font, eau bénite

 

A Thoricourt, les habitants faisaient prendre de l’eau bénite le Samedi saint, en conservaient une partie pour la mélanger avec l’eau bénite de la Pentecôte et celle du dimanche de la Trinité; on attribuait une vertu particulière au mélange de l’eau bénite de ces trois jours.

 

Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

LA PENTECOTE

 

La Pentecôte est l’interprétation chrétienne de la fête juive des Moissons.

Au Moyen Age, il était courant que l’on jetât du haut des voûtes des églises et des cathédrales des étoupes enflammées, des oiseaux et des fleurs. C’est de cet usage qu’est venue l’habitude de signer les brû­lures pour en faire disparaître le mal mais en omettant le nom du Saint-Esprit. Celui-ci s’étant manifesté le jour de la Pentecôte sous forme de langues de feu. Si quelqu’un, par mégarde, invoquait le Saint-Esprit le mal prenait de l’ampleur. On appelait la Pentecôte les « Pâques de roses » ou « Pâques des fleurs ».

 

Jadis à Montigny, pour marquer qu’on ne verrait pas une personne qui promettait une visite, on lui disait Oyi, vos vérèz intrè Maubeûje èyèt /’ Pintecousse. Cela signifiait entre la fête de Maubeuge et celle de la Pentecôte; comme les deux fêtes ont lieu le même jour, il y a impos­sibilité qu’il y ait un intervalle suffisant pour rendre la visite.

 

Le dimanche de la Pentecôte, se célèbre la fête de la Trinité. C’est le jour de la première Communion Solennelle.

 

Èl Rû (Le Roeulx) - tîr à l' ârk (tir à l'arc) / On tîre lè rwa à l' pièrke. (On tire le roi à la perche.)

(Joseph Faucon, Vîve lè rwa !, in: MA, 1967, p.86-88)

Djèrpène (Gerpinnes) - li Sinte-Rolin.ne (la Sainte-Rolende)

(fî da Sinte-Rolin.ne / châsse de Sainte-Rolende)  (cf Mârche Sinte-Rolin.ne (Marche Sainte-Rolende): sous Belgique > culture > folklore > marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse > grandes et petites marches > Sinte-Rolin.ne / Sainte-Rolende)

Wame (Wasmes) - èl Pucelète (la Pucelette)

(s.r., p.279)

Wasmes, in : Clio 70, 1974

 

Le tour

 

Lieu : à 10 km au sud-ouest de Mons.

Date : le mardi de la Pentecôte.

 

La manifestation

 

Après la messe en l’église Notre-Dame de Wasmes, la procession part vers trois heures du matin pour effectuer le tour des anciennes limites de la commune de Wasmes. Elle revient à l’église après avoir parcouru l’itinéraire long de 14 km qui passe à la limite des localités périphériques : Warquignies, Hornu, Wasmuel et Quaregnon.

Des cavaliers figurant les anciennes confréries prennent la tête de ce cortège formé par les habitants de Wasmes et de la région qui escortent la statue de la Vierge. Durant toute l’octave de la Pentecôte, ceux qui le désirent peuvent faire le tour. Celui du mardi revêt un caractère plus solennel.

Durant tout le parcours, les habitants transportent une statue de bois de la Sainte Vierge qui est vénérée dans l’église paroissiale, Datant du XIVe siècle, elle est habillée selon les coutumes espagnoles.

 

La pucelette est une fillette de cinq ans qui, à sa naissance, a été offerte par ses parents au clergé pour remplir ce rôle. Si leur fille est choisie comme pucelette,

les parents considèrent cela comme un grand honneur. L’élue, nécessairement originaire du Grand-Wasmes, porte une splendide robe bleu azur rehaussée d’or. Sa tête est coiffée d’un diadème garni de plumes d’autruche.

 

Le rythme de la procession est marqué par des haltes à chaque chapelle ou église croisée en chemin. Deux arrêts importants sont prévus : l’un à une chapelle d’Hornu où la pucelette rejoint la procession; l’autre au calvaire de Wasmes.

Seule la pucelette pose des gestes symboliques. A Hornu, elle doit saluer trois fois la foule avant de remonter dans le landau qui l’a amenée de Wasmes, Lorsque le Tour rentre dans la commune de Wasmes, donnant la main au curé

de Wasmes et de Petit-Wasmes, elle se porte à la rencontre de la procession dont el le prend la tête.

Enfin, dès que la statue de la Vierge est rentrée dans l’église, la Pucelette, hissée sur une table au milieu du parvis, salue trois fois la foule qui, à la vue de son sourire, est assurée du bonheur pour un an.

 

Historique

 

Trois hypothèses sont proposées pour expliquer l’origine de cette

manifestation qui remonte au XIVe ou au XVe siècle. En premier lieu, la procession des croix banales qui se déroulait généralement aux environs de la Pentecôte. Pour rendre hommage et reconnaître leur dépendance, les habitants d’une paroisse se rendaient aux monastères et aux collégiales environnantes.

En second lieu, le désir d’implorer le secours du ciel par une manifestation extraordinaire pour écarter la peste noire qui ravagea la région en 1348. En troisième lieu, un véritable tour du propriétaire effectué chaque année avec les symboles religieux, affirmation du caractère inviolable du droit de patronat spirituel.

De son côté la tradition populaire connaît deux explications : ce serait le tour accompli par le dragon blessé avant de mourir ou le trajet parcouru par Gilles de Chin en action de grâces pour avoir réussi à tuer le dragon.

 

Léon Fourmanoit, Des luttes … des hommes … et du Borinage, Cuesmes, 1983

 

(p.177) La Pentecôte en Borinage

 

« Aujourd’hui commence en Borinage, la plus belle, la plus renom­mée, la plus savoureuse des ducasses du bassin des mines, la ducasse de Wasmes, cette longue fête qui ouvre la série des festivités estivales de notre terroir, et que l’on titre encore, comme autrefois: « èl Pintecoûte dé Wame ».

Elle est la plus belle, la plus renommée, la plus savoureuse, parce que depuis des temps et des temps, le Borinage entier la connaît, la fré­quente, parce que malgré l’irrémédiable ostracisme dont la marche des idées a frappé les bonnes vieilles coutumes du terroir minier, des usa­ges anciens sont attachés à elle et lui ont gardé je ne sais quel cachet d’autrefois que, dans les autres kermesses, on ne retrouve plus, jamais plus. A travers cette débâcle de pittoresques coutumes, cette envolée à jamais des bonnes choses d’autrefois, elle est demeurée cette ker­messe de Wasmes — un tantinet amoindrie pourtant — la grande fête du Borinage.

Il n’y a pas que la ducasse, il y a aussi le grand pèlerinage, le grand pardon d’ici, le fameux tour de Wasmes. Depuis lundi dernier déjà, des pèlerins, des hordes, des bandes, des familles entières pérégrinent par les chemins de pénitence. C’est une longue promenade qu’on entre­prend à la suite d’un vœu, qui commence et qui finit à l’église du Cambry, en haut de la butte herbue, près de la placette, et qui va par les corons et les villages, le Petit-Wasmes, Warquignies, le Calvaire Toyé, Hornu, le Calvaire de la Fontaine, Wasmuel, Quaregnon, Mons-ville, s’arrêtant aux églises, aux calvaires à ces petites chapelles vieil­lottes, aux niches badigeonnées abritant des fleurs de papier et des saintes de plâtre sali, qu’édifièrent jadis pour commémorer des vœux, de naïves et béates âmes. Et les pèlerins vont, calmement jour et nuit, déchaux souvent, la tête nue toujours, un oscillement de chapelet dans leurs doigts lourds, les femmes portant dans un panier la « trinke » (1) que l’on mange sur un talus du chemin et traîna tant avec des rebuffa­des, une récalcitrante marmaille. « A bras à mer? — Va t’é faire, va t’ vancher!». Mais le grand jour, c’est le lundi de la Pentecôte, car il y a plus de monde pour accompagner la procession de « Notre-Dame de Wasmes », qui, elle aussi « fait l’tour ». Il n’y a pas bien longtemps, un symbole l’accompagnait aussi, une mignonne fillette de blanc et de bleu vêtue, comme une sainte, la « pucelette » évoquant la jeune fille donnée jadis en pâture au dragon de Wasmes, suivant une légende vieille, si vieille que les plus vieux bouleurs (2) des plus vieux corons du pays, ne peuvent se la remémorer.

 

A présent, la petite « pucelette » s’en est allée et sa robe de pieux enfante/et ne vêt plus la vierge de Wasmes, dans sa niche de l’église; et la procession et le pèlerinage tombent de plus en plus, à l’ordinaire déchéance des coutumes religieuses de notre Borinage sceptique; la

 

(1)   Trinke : tartine

(2)   Bouleur : argot de théâtre. Acteur qui précipite ses paroles, qui se hâte d’arriver à la fin de son rôle.

 

(p.178) procession du lundi n’est plus maintenant qu’une parade hilare: une statue de vierge cahotée sur les épaules de gars balourds, à l’entour des «fies d’à vierge» vêtues de blanc, quelques capelans (1) en sur­plis, une horde de pénitents las, parmi les marmottements d’orémus des litanies des prêtres, des cris d’enfants qui « braité » (2), le brou­haha d’une foule aux pitiés de contrebande.

Mais la ducasse ne perd guère en puissance, et pendant les quatre jours, jusqu’au jeudi, il y a toujours sur la place, le soir, la même foule bruyante, les mêmes joies, les mêmes enthousiasmes. Car la cohue dévale de partout, «on dèskind dé t’-avau là » comme on dit, des plus lointains villages du Borinage; et des bourgades ont leur tour, le jour où l’on vient en bande, gars et «ablaïes» (3) à la tombée du soir; on baguenaude, de cabaret en cabaret, de baraque à « pètotes frites» à tourniquet, on danse quelques « valses » au bal populaire, et en pleine nuit, on s’en retourne par les sentiers coupant les blés nouveaux et les « souais » (?) dans des chansons, des rires, des baisers, à la séduction du clair de lune.

Il n’y a que cela qui demeure, et c’est heureux. La procession dégringole de plus en plus, la petite pucelette est partie; et le brave Borain gouaille superbement cette nécessaire déchéance: « Çoula, viyez bé, c’ èst dé lostrîes, riè d’pus ! ». Et il ricane. » (4)

 

Marcello Coda, Wasmes / Fête de la Pentecôte – Le chemin magique de Florine, la Pucelette, La Province, 06/06/2001

 

Tour de Wasmes (17 km) : procession ND de Wasmes

(Petit-Wasmes, Warquignies, Hornu, Wasmuel)

 

Un autre cortège emmenait la Pucelette, Florine Guglielmi, 3 ans et demi, jouait son rôle à merveille : elle adressait lusieus saluts à la foule au Calvaire.

Rencontre entre les deux cortèges.

« Avant de se diriger vers l’église Notre Dame pour le salut final, la statue de Notre Dame, comme la coutume le veut, a changé de tenue. On l’a habillée de son beau manteau bleu brodé d’or (restauré à Bruges). Le public n’assiste pas à cette étape de la procession. »

 

Malon.ne (Malonne) - li Sint-Biètwin (la Saint-Berthuin)

in : Félix Rousseau, Légendes et coutumes du Pays de Namur, Trad. wallonne, 2006

 

(p.117) Le lundi de la Pentecôte

 

Le lundi de la Pentecôte est par excellence le jour des pèlerinages popu­laires. Les citer tous, il n’y faut pas songer ; ils sont par trop nombreux. Je m’occuperai seulement des plus caractéristiques.

Celui de saint Berthuin, à Malonne, passe à bon droit pour un des plus anciens de la province. Saint Berthuin vivait au VIF siècle38. Natif des Iles Britanniques comme saint Feuillen de Fosses, saint Frédegand de Moustier et saint Forannan de Waulsort, il se rendit en Gaule poussé par l’esprit de prosélytisme qui caractérisait sa race à cette époque. Il s’établit avec ses disciples non loin du confluent de la Sambre et du Landoir, dans une gorge sauvage appelée Malonne. L’antique forêt de Marlagne toute proche était hantée par des démons39 ; Berthuin la purifia de ses hôtes infernaux. Le vallon manquait d’eau potable ; il y fit jaillir une belle source d’un débit vraiment

 

38  Sur saint Berthuin, cf. L. VAN DER ESSEN, Etude sur les vitae des saints mérovingiens de l’ancienne Belgique, p. 83.

39 La forêt de Marlagne paraît avoir été une forêt sacrée à l’époque gauloise, cf. C J. ROLAND, Toponymie namuroise, ASAN, t. XXIII, p. 227.

 

(p.118) extraordinaire. Le bruit de ses miracles et de ses vertus se répandit au loin. Le monastère fondé par lui subsista jusqu’à la Révolution.

Le pèlerinage annuel en l’honneur de l’apôtre de la Marlagne a été fixé au lundi de la Pentecôte. Après la grand’messe, la châsse contenant ses restes mortels est transportée à travers le village par douze hommes : « les XII pairs de saint Bertuin ». A une époque ancienne, rapporte-t-on, les religieux de l’abbaye tombèrent dans un tel relâchement qu’ils finirent par oublier l’endroit précis ou reposaient les reliques de leur fondateur. Seules quelques familles pieuses de Malonne en avaient conservé le sou­venir. Elles acquirent de la sorte des droits sur les restes du thaumaturge. Leurs descendants possèdent le privilège exclusif de les transporter à la procession : ce sont les XII pairs43. Lorsqu’un des XII vient de mourir, son fils aîné lui succède. S’il n’a pas d’héritier direct, les autres pairs choisissent dans sa parenté immédiate le membre qui leur semble le plus digne.

On invoque saint Berthuin en faveur des enfants rachitiques, pour la guérison des rhumatismes et des maladies épileptiques. De nombreux pèlerins viennent boire à la source miraculeuse qui coule au bord de la route, non loin de l’église .

 

Sint-Hubêrt (Saint-Hubert) - pèlèrinadje (pèlerinage)

(Si Gênes m’était conté, Histoire collective du Luxembourg)

Joseph Houziaux, Li vicaîrîye d’on gamin d’ Cêle, 1964

 

 Li Sèmedi-Sint èt l’ sèmedi do l’Pintecosse, lès corâls paurtint, tchèrdjis d’ bidons come dès baudèts, po-z-alè pwartè l’ bènite aîwe. À chake maujon, c’ èsteut l’ min.me mèssadje : « Èst-ce qu’ i faurè do l’ bènite aîwe ci côp-ci ? ”

 

Li comére aleut qwêre li botèye, qu’ on rimplicheut, èt glisseut l’ dringuèle. Maîs l’ toûr dès hamias èsteut long !

Qwè fè quand on s’ trouveut au mitan d’ Trussogne, avou dès bidons wîdes ? Èst-ce li diâle qui s ‘ènn’ a mèlè ? Onz-a stî au wé ! On bia djoû, l’ djeû s’ a gâtè. On n’ aveut nin wêti di-d-près assèz po rimpli les canetias èt Fine d’ èmon l’ Blanc à r’mârkè dès p’tits vèt’s cayèts qu’ ont vindu lès corâls. Quéne paskéye quand l’ curè Viroux l’ a seû !!

 

L’ anéye d’ après, Vivide, onk dès pus vîs dès corâls, a trouvè l’ jwint : il a montè su quate rûwes on tonia avou on robinèt èt èvôye di tos costès avou l’ tchèrète, come dès pètrolîs ! I gn-a pus ieû qu’ fè do poûji à l’ basse.

Hêve (herve) - li porcèssion dè l' Céqwème (la procession de la "cinquième" (= Pentecôte))

(VA, 19/05/2012)

Hêve / Herve – Porcèssion dè l’ del Céqwème / Procession dite « dè l’ Céqwème »

 

De nos jours encore et toujours, la procession du lundi de la Pentecôte est une manifestation importante de foi chrétienne et d’attachement au folklore religieux local.

Le dimanche, à 17h, une trentaine de tambours et clairons de la Clique de la royale Garde Saint-Jean prend le départ au coin de la rue Jardon, juste après le premier tir de « tchambe » dû au groupe des artificiers herviens, pour rappeler dans  toutes les rues la cérémonie du lendemain.

 

Des bannières et des oriflammes enjambent les rues où passera la procession et les fenêtres des maisons s’ornent de crucifix, de statues, de fleurs et de bougies qu’on allumera au passage du Saint-Sacrement.

Le lundi, à 3h du matin, les tambours reprennent la route pour sonner le réveil et, à partir de 4h, les Herviens et les anciens Herviens revenus pour la circonstance, se rassemblent devant l’église. A 5h, les tambours s’ébranlent et la procession se met en marche, par n’importe quel temps, beau ou mauvais. C’est ce qu’on appelle le départ du premier tour.

 

Le cortège est à ce moment très simple. On peut y voir en tête une bannière puis les tambours et quelques musiciens, les fidèles sur deux rangs, priant et chantant, la statue de la Sainte Vierge appelée «la petite Notre-Dame du premier tour »; les acolytes, le clergé et le Saint-Sacrement porté sous le dais lui aussi «du premier tour».

 

Le premier arrêt se fait rue Jardon, au reposoir élevé devant le grand crucifix datant de 1850. On y donne la première bénédiction au son des clairons et de la pétarade des «campes» qui annoncent à tous le début de la procession.

On suit alors la route de la Clé et sortant de la ville, on passe sous le viaduc de Noblehaye où a lieu la distribution d’un feuillet de chants et le comptage des participants.

Dans le petit jour qui se lève, entre les haies derrière lesquelles accourt et vient se ranger parfois une troupe de vaches curieuses, par la rue de Noblehaye et le chemin Laboulle, on arrive à la ferme des Fawes où se donne la seconde bénédiction, au son des clairons.

 

A ce moment commence la partie la plus pittoresque de la procession. On descend à travers les prairies, où le fermier a fauché une largeur d’herbe et ouvert les barrières pour permettre le passage; on enjambe le petit ruisseau de Bolland puis on remonte par le lieu-dit «so l’ Hougne» vers la route de Maastricht. A la « Croix de pierre »se donne la 3e bénédiction.

De là, sur deux rangs, on se dirige par la grand-route vers Battice mais on s’arrête auparavant devant le reposoir de Chesseroux où le curé de Battice et ses paroissiens rejoignent la procession. Le curé y donne la 4e bénédiction, de nouveau au son des clairons et des «tchambes». Ensuite, cette fois sous un soleil vigoureux, quand il veut bien être présent, la procession se dirige vers l’église de Battice. Là, les fidèles peuvent assister à la messe et ensuite aller se restaurer tandis que ceux qui ne font que le premier tour, la moitié environ des participants, retournent vers Herve.

 

Vers 9h, le cortège se reforme pour entamer le deuxième tour. Par la route de Verviers on se rend à l’église de Manaihant. Les participants font une courte halte à l’église, se désaltèrent puis reprennent la route vers Bruyères. Là, à l’église, on donne la bénédiction suivie pour les uns d’un certain temps d’adoration du Saint-Sacrement tandis que les autres se restaurent car il est près de midi. La procession prend alors la route de la Maison du bois et s’arrête pour la bénédiction à la chapelle Legrand et pour une nouvelle bénédiction au carrefour de Hubertfays. La marche entame maintenant la chaussée de Liège pour remonter vers Herve, certaines années sous une chaleur accablante. Au reposoir dressé au lieu-dit « sur les vignes » les participants courageux feront la jonction avec la procession arrivée de Herve.

Car, de fait vers 1h, un cortège s’est formé devant l’église de Herve pour solenniser la “rentrée” et s’est rendu au reposoir «Sur les Vignes». Le clergé revêtu de riches ornements, la statue de la Sainte Vierge appelée «la Vierge de la rentrée» dans son manteau bleu orné de dentelles et de pierreries, des groupes d’enfants portant bannières et oriflammes, le groupe des premiers communiants de l’année, les

musiciens et la chorale, les pompiers en uniforme (jadis quand les charbonnages étaient encore en activité, une délégation de mineurs), les fidèles qui ont fait le premier tour et d’autres très nombreux y attendent l’arrivée de ceux qui ont fait le tour complet. Quand les deux groupes sont réunis, on donne la bénédiction et les deux cortèges sans se fondre, repartent pour la rentrée solennelle. On repasse comme au matin par la rue de la Clé mais, cette fois, entre deux rangs de nombreux curieux. Au milieu d’une très grande foule, une derrière halte a lieu au reposoir de la rue Jardon. Les tambours battent, les clairons sonnent quand le prêtre élève l’ostensoir pour bénir la foule tandis qu’éclate un énorme «carillon» dans un chemin tout proche. Dès que le cortège a repris sa marche vers l’église, beaucoup de mères viennent asseoir leur tout jeune enfant sur l’autel, à l’endroit où le Saint-Sacrement a reposé, en guise de bénédiction particulière. C’est au milieu d’une foule de plus en plus dense que la procession entre dans l’église, pleine de toute part, où résonnent orgues, tambours et clairons. Au son des grandes orgues, le clergé entonne le Te Deum (chant d’actions de grâces) et le Tantum ergo liégeois. Tambours et clairons saluent la dernière bénédiction suivie du cantique traditionnel «Célébrons à jamais le Seigneur dans ses bienfaits». C’est par une dernière prestation de toute la clique, à ébranler les voûtes de l’église, que se termine la rentrée solennelle de la procession

«del Céqwemme». Le périple a été de près de 15 kilomètres 300.

Son origine doit être ancienne et se perd dans le passé. La première mention retrouvée remonte à 1592, sous le pastorat de Nicolas Pucetanus.

 

Vocabulaire : Céqwème / Cinqwème : vient du latin « quinquagésime » qui signifie cinquantième ou Pentecôte (cinquante en grec), fête se célébrant 50 jours après Pâques.

 

Les Carillonneurs Herviens

Notre groupe n’est pas à proprement parler un groupe folklorique comme on peut l’entendre dans nos habitudes wallonnes, mais nous participons à beaucoup d’événements du folklore wallon en exécutant des tirs de campes lors des processions ou des cortèges folkloriques.

 

  1. HISTORIQUE

 

Cette coutume, vieille de plusieurs siècles, avait pour but d’éloigner les mauvais esprits lors des processions et particulièrement lorsque celles-ci rentraient dans les murs des cités fortifiées de l’époque.

Depuis, cette activité s’est folklorisée et s’est plus adaptée à l’accompagnement de processions ou de toutes autres activités revêtant un caractère magistral.

C’est en 1980, à la demande du Comité des Processions présidé alors par feu Monsieur le professeur Charles Malvaux que quelques mordus de folklore local reprennent les activités de Madame Moors de Renouprez-Charneux atteinte par la limite d’âge et qui cessait ses activités d’artificier.

Cette reprise d’activité était uniquement destinée à l’exécution des tirs de campes lors des trois processions de Herve à savoir la “Céqwemme, la Fête-Dieu et le 15 août.

 

De nos jours, nous sommes appelés pour toutes sortes d’événements folkloriques et notre activité n’a de limite que la nécessité d’avoir un endroit pour exécuter le tir en toute sécurité.

 

  1. TECHNIQUE

 

 

DESCRIPTION

Un tir de campes est constitué d’une série de boîtes creuses (campes ou tchampes) en acier et dont le vide est rempli de poudre noire explosive et bourrée fortement avec de l’argile séchée. A la base de ces boîtes une amorce va permettre de mettre à feu la charge explosive intérieure.

PREPARATION

Le “Broyeur” doit broyer l’argile brute pour la transformer en poudre susceptible d’être tassée. Pour ce faire, il utilise un lourd rouleau en acier puis ensuite ce broyat est tamisé pour le rendre pulvérulent.

Les campes sont d’abord équipées à leur trou d’amorçage d’un bouchon en bois qui va permettre d’exécuter le bourrage sans danger pour les manipulateurs. Elle sont ensuite remplies chacune d’une dose de poudre noire puis alignées sur un banc de bourrage.

 

Le “Remplisseur” remplit le vide restant d’argile pulvérulente puis le “Bourreur” vient, à l’aide d’une bourre en acier, comprimer très fortement cette argile afin de rendre l’ensemble explosif.

Les campes sont alors transportées vers le banc d’amorçage ou l’ “‘Amorceur” enlève le bouchon de bois de sécurité et le remplace par une amorce de fine poudre noire.

Les campes sont alors disposées dans des caisses en bois par 50 pièces.

 

TIR

Le choix du lieu où se déroulera le tir est d’une importance capitale car il doit répondre à un critère de sécurité optimale.

La deuxième mesure de sécurité est le port par les carillonneurs d’une tenue rouge voyante et ignifugée et d’un casque permettant d’assurer le tir sans trop de risque.

Un tir peut contenir de 150 à plus de 1200 pièces placées en alignement sur le sol revêtu d’une couche de sciure pour éviter la remontée de l’humidité dans les “Campes”. Cet ensemble est ensuite raccordé par une traînée de poudre noire qui vient en contact avec les amorces des charges.

Au moment voulu, le “Boutefeu” allume le début de la traînée et celle-ci met le feu de proche en proche à toutes les campes en faisant une pétarade extraordinaire dans un immense nuage de fumée blanche. L’effet est grandiose et les spectateurs se bouchent les oreilles tant le bruit est effrayant.

 

La finale du tir est assurée par une série de très grosses campes qui vont donner le bouquet final dans une explosion retentissante.

Après le dernier très gros coup de feu, le silence revient, instantané, lourd, puis viennent les applaudissements du public ravi d’avoir encore une fois été impressionné par cet événement.

 

Wåre / Warre (Tohogne), Pèlerinage et invocation à sainte Gode, AO 12/05/2005

 

Le lundi de Pentecôte à la chapelle de Warre.

 

Benoît Georges, Beho en 1900, in : GSHA, 58, 2003, p.21-66

 

(p.29) Fêtes locales et processions

–  Grande kermesse, le dimanche de la solennité de la fête des saints apôtres Pierre et Paul, de même les deux jours suivants et encore le dimanche d’après.

–  Petite kermesse, à la fête st Jean l’Évangéliste, 27 décembre.

–  Prières des 40 heures, devant le très saint sacrement exposé, le dimanche et le lundi de la Pentecôte.

–  Adoration perpétuelle le 26 octobre.

–  Procession solennelle, comme à la Fête Dieu, le dimanche de la grande kermesse, savoir le dimanche de la solennité de la fête des saints Pierre et Paul.

–  Procession à Watermal, en l’honneur de saint Donat, martyr, le lundi après l’ascension.

–  Procession à Audrange, en l’honneur de saint Wendelin, confesseur, le lendemain de la Fête Dieu, c’est à dire le vendredi après la fête de la sainte Trinité.

–  La procession qui se rend tous les ans à Saint-Hubert, le dimanche après l’ascension, n’est pas à proprement dire une procession de la parois­se de Beho, néanmoins beaucoup de personnes de Beho y prennent part et à raison de cette circonstance, le curé de Beho est obligé de dire la pre­mière messe de très bonne heure, savoir 5 heures et demie.

–          Procession le 16 août à Saint-Martin, départ vers 9 heures, depuis 1929.

 

Mâmedi (Malmedy) - Â Cinqwème (A la Pentecôte) (litt. au cinquième)

(in: Ârmonak walon d’ Mâmedi, 1936)