Li Fièsse dès Momans en Bèljike walone, picarde, gaumèse / La Fête des Mères en Belgique wallonne, picarde, gaumaise

PLAN

0 Présintâcion / Présentation

1 Tradicions en Bèljike romane / Traditions en Belgique romane

2 Ôte paut / Ailleurs

0 Présintâcion / Présentation

Nadine Crétin, Dominique Thibault, Le livre des fêtes, Gallimard, 1991

 (p.28) La fête des Mères

 

Une fête ancienne

 

Dans la Rome antique, les Matronalia, le 1er mars, étaient le jour des mères.  Elles se rassemblaient au temple de Junon Lucina, protectrice des femmes : à la maison, leurs maris leur offraient cadeaux et argent de poche.

De nos jours au Népal. à la fête de Tij (juin-juillet). les femmes prient pour leurs maris et font un copieux repas nocturne, suivi d’une journée de jeûne et d’un pèlerinage au temple de Shiva.

 

Une fête institutionnelle

 

En instaurant la fête des Mères, en 1914, le président américain Wilson répond à la demande d’une de ses concitoyennes restée inconsolable après le décès de sa mère, et renoue ainsi avec la tradition antique.

 

En France, le maréchal Pétain, en 1941, qui voulait encourager la natalité, en fait une fête nationale.

 

Fête des Pères

 

Plus récente que la fête des Mères (elle ne date que de 1968 en France), elle a lieu deux ou trois semaines après la fête des Mères.  En Suède, elle est fêtée en novembre et le père a droit au déjeuner au lit.

 

Le simnel cake

 

En Angleterre, le mothering day a lieu au moment de l’Annonciation fin mars.  Les enfants offrent à leur mère offrent à leurs mères le simnel cake, fait d’amandes et d’épices, que connaissait déjà l’Angleterre au XIe siècle.

Mme Paulus, La création de la fête des mères, LB, 21/05/1992

 

Le 2e dimanche de mai

 

‘Depuis 1936, le ministère de l’Agriculture essayait de soutenir l’essor de la culture des azalées mais avec peu de succès.  Les Hollandais avaient la tulipe et la Belgique aurait l’azalée …

En 1938, on essaya d’associer cette idée à une fête nationale des mamans dans tout le pays: la date du 2e dimanche de mai était choisie.  Dans toutes les écoles, on put lire une affiche à ce sujet. “On demandait une collaboration active du personnel enseignant à la promotion de cette fête qui avait un but économique!”

Après la guerre, quelques années plus tard, on crée la fête des Pères.’

1 Tradicions en Bèljike romane / Traditions en Belgique romane

Scrîjadjes / Littérature                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   ouwès’-walon / ouest-wallon

Frans Bertin, in : Fleûrs di m’ pinséye, 1971

 

Mame

 

Dj’ aî pièrdu m’ vîye en vos pièrdant.

Dji vôreu r’trouver vo visâdje :

Li pus bèle èt l’ pus clére imâdje

Qui rimplit d’ pwènes mi keûr d’ èfant.

 

Vos m’ avez lèyi triyanant,

Avou m’ misére èt sins corâdje.

Vos bias oûys mi wétît, sauvâdjes :

Li fârdia èsteût trop pèsant.

 

Pouqwè faleut-i qui dj’ vos piède ?

Dji n’ sin pus vos mwins dins m’n-anète,

Gn-a pupont d’ bètchs pa-t’t-avau m’ front.

 

Vos rabrèssîz mès dwèts d’ mauviète,

Tout l’ dérin djoû. Dj’ vos d’mande pârdon.

Donèz-me vos lèpes cor ène miyète.

 

Gérard Baudrez (Wègnîye / Oignies)

Bonne fièsse moman

 

Boune fièsse aus momans, soûrdant d’ vîye,

Scranses dè trin.ner, l’ èfant à v’ni.

Rimplîyes d’ èspwâr, porteûses bènîyes,

Vo r’gârd rèlût dèssus l’ aveni.

Boune fièsse aus momans souriyantes

Dè vèy souri l’ èfant qu’ èst là.

Rén qu’ à vos vèy toudi avenantes,

An wèt bén que 1′ bouneûr èst là.

Boune fièsse aus momans dèsbautchîyes

Dè vèy soufri l’ èfant dins s’ lit.

Mais vo tindrèsse, c’ èst toute vo vîye.

Pou vos-èfants, v’s-avouz tchwèsi.

Boune fièsse aus momans sètrinduwes

D’ atinde tchoûler l’ èfant qu’ è fwim.

Sins manke, vos vos métrez toutes nuwes

Pou li mindji su tous sès dints.

Boune fièsse aus momans roubliyîyes

Qui sant si ritches d’ awè tant d’né,

Vièyichant, méreseûles, ratchîtchiyes,

Dins 1′ vièye maujone, sins brût, sins rén.

Boune fièsse à tèrtoutes, mans bènîyes

Dè tous lès-âdjes, dè tous payis.

Sins vous, gn-aureut pont d’ Walonîye

Èt sins Walonîye, pont d’ Rèlis !

 

Henri Pétrez (Fleûru / Fleurus)

 

Mwès d’ Maîy

 

Ô, bèle Avièrje, Mére dès Man.mans,

Là m brèssîye di fleûrs à vos pîds,

C’ èst pou m’ chére Man.man ; dijoz-lî

Qui c’ èst li bustoke di s’-n-èfant.

 

Èle dwèt ièsse sins manke dilé Vos,

Èlle èstéve si boune, si djintîye

Qui Vos l’ auroz ripris abîye,

Bén seûr, pou vèyî lès p’tits tchots.

 

Dijoz ossi, qui dji n’ bré nin ;

Si gn-a dèl frècheû su mès-ouy,

Qui c’ n’est qui I’ bouneûr qui lès brouye ;

 

Si dji soumadje, dijoz-lî bén

Qui c’ èst pace qui… dji r’prind m’-n-alin.ne,

Dijoz-le, Avièrje !… Qu’ èle n’ eûche pont d’ pwin.ne.

 

Josée Spinosa-Mathot

Dj’aî coudu saquants mots…

 

Pou dès momans qu’ i gn-a, ç’ n’ èst jamaîs vraî­mint fièsse

Aus boukèts qu’ on leû done, i mankera toudi ‘ne fleûr

Ène fleûr coudûwe pa l’ vîye à l’ aîreû du boneûr

Mins qui d’meurera, pourtant, si vikante dins leû tièsse.

Gn-a lès cènes qui n’ ont ieû què dès rèves à bèrci.

Èlle ont vikè d’ èspwâr… leûs-èspèrances sont môtes.

Èles rumineneut dès r’grèts en tout waîtant lès-ôtes

Èt min.me dins binaujetè, i leû manke ène saquî.

Gn-a ètou lès boukèts flanis d’zous l’ plouve dès pwènes

Pace qu’ on n’ aveut nulu à quî lès sawè d’ner :

Momans trop rade avôye… Èl timps pou lès-in.mer

A stî bran.mint trop coûrt… èl souvenance èst si tène !

Pou lès cias qui s’ sinteneut maleureûs, roubliyis :

Lès-èfants sins moman, lès momans disseûlèyes,

Dj’ aî coudu saquants mots au courti d’ mès pinséyes.

Is-ont crèchu dins m’ keûr, lèyèz-me vos lès-ofri…

 

 

Louis Lecomte, in : Bètchîye, s.d.

 

Fièsse

 

I n’ faut né rouvyî l’ fièsse dès méres   :

C’ è-st-in bia djoû pou lès momans.

Fèyèz d’ vo mia pou lès complére ;

Pus taurd, on vos dè fra ostant.

Èles tchèssenut l’ pus  gros d’ leû misére

Avou lès complimints d’ èfants.

I n’ faut né rouvyî l’ fièsse dès méres   :

C’ è-st-in bia djoû pou lès momans.

Mwints côps, vos lès-avez fét brére,

Maugré qu’ vos n’f uchîje né mèchant.

Vos l’s-avez contintè si wére

Pou n’ sondjî qu’ à vos dîj-wit’ ans.

I n’ faut né rouvyî l’ fièsse dès méres.

 

Louis Lecomte, in : Bètchîye, s.d.

 

Nos mames

 

Di toute no-n-âme,

Di tout no keûr,

Pou toutes lès mames,

Coudons dès fleûrs.

Èt v’ci l’ mwès d’ mé qui nos ramwin.ne

Èl bia solia pou nos r’chandi ;

In sang pus tchaud coûrt dins nos win.nes.

Nos sintimints sont rèvèyis.

Nos mames ont l’ drwèt d’ ièsse dôrlotéyes.

Rabrèssons-lès bé djintimint ;

Èl bèle tchanson  dès  tchabaréyes

Nos-éde a r’tchèssî leûs toûrnants.

Fuchons djintis,  fucjons bé sâdjes.

Èyèt, si no moman a bré,

Choûrbons lès larmes djus di s’ visâdje,

Cachons à nos fé pârdoner.

En nos rapèlant no djon.nèsse,

Quand nos vîrons leûs tch’vias tout blancs,

C’ èst nous-autes qui fra dès carèsses,

À nos momans.

Di  toute no-n-âme,

Di tout no keûr,

Pou toutes lès mames,

Coudons dès fleûrs.

 

Raymond Honoré (Sint-Pôl Vile d’ Oussu / Haine-Saint-Paul), in : MA, 6, 2011

 

A toutes lès moumans: bone fièsse!…

 

ouvrez grand lès fèrnièsses

mouman chérîye,

ascoutèz: 1′ vint chufèle in powin.me

invouyî pa vos-èfants.

 

Ascoutèz 1′ violoncèle du vint chucheler

tout doûcètemint à vos-orèyes

lès mots d’ amoûr skèpis

du pus pèrfond d’ no keûr.

 

Adon qu’ èl vint rabîye vo deûs machèles

avû nos bètchs d’ oûr

nos mangns carèssetèt

vos tch’veûs dévenus blancs.

 

Mouman, vos-astèz 1′ pus djolîye fleûr

t’t-avau toutes lès fleûrs

pou fé flori 1′ boneûr

dins 1′ djardin d’ no keûr.

 

Mes lès moumans savetèt nos splikî

1′ tchèmin qui dwat in djoû

nos min.ner à l’ pus djolîye

dès ducaces… L’ amoûr!

 

Mouman chérîye qu’ on vwat toudi

tèlemint vol’tî, què vos-îs sont djolis

is r’flètetèt vo keûr grand ouvris

come ène fèrnièsse pou nos swîve

quand à s’ toûr on vièyit.

 

NB chucheler: murmurer

 

Moman (J.-P. Lorand) (Faurcène / Farciennes)

Man.man (Henri Pétrez)

(in: Fleûru dins m’ vikérîye, éd. du Bourdon)

Fièsse dès méres (Oscardy) (Djolimont / Jolimont)

(in: El Mouchon d’ Aunia, 51, 1972)

Li fièsse dès momans (Edmond Tillieux)

(in: Le Guetteur Wallon, 1953)

cente-walon / centre-wallon

Andrée Flesch

 

Man.man

 

N-a-t-ë pës bia quë 1′ keûr d’ one mame

Quand èle vos rèssère dins sès brès,

Quand, dëlé lèye, l’ èfant s’èdâme,

Seûle one man.man conèt lë scrèt.

C’ èst lèye quë conèt totes lès djôyes,

Lès prëmis pas, lès prëmis mots.

Dëlé lèye nëk èfant n’ s’ anôye,

Èlle a todë rèsponse à tot.

Èle sét tofêr, dins lès djoûs d’ transe,

Sogni vos maus, vos r’mète së pid.

Vos guëder po trëvièsser l’ èfance,

Fé d’ vos on-ome po tote lë vîye.

One man.man, c’ èst plin d’ djintîyèsse,

Èle donerot tot po sès-èfants.

C’ èst po tot ça qu’ on vos faît fièsse

Au mwès d’ may’.

Boune fièsse, MAN.MAN.

 

Bone fièsse, moman

 

Comint fèyenut-is, cès djins-là

Po trover lès mots èt vos dîre

Tot ç’ qu’ is r’ssintenut.

Mi, dji n’ sé dîre qu’ on mot : « Moman ».

Adon, dji sin m’ keûr qui gonfèle,

I d’vint trop laudje po m’ cwârp d’ èfant.

Dji vôreu dîre qui v’s-èstoz bèle.

Dji vôreu dîre..

Maîs lès mots d’mèrenut là

Ètur mi lin.we èt mès deûs lèpes

Come s’ is sèrint pris dins on cèp’.

Comint fèyenut-is, cès djins-là,

Po trover lès mots qu ‘i faut dîre ?

Èt pwis… èt pwis…

Maîs qui dj’ so bièsse !

Vinoz vêci

Qui dj’ vos rabrèsse !

 

Délina Lionnet-Pierlot, in : Novèles, 46, 2000

 

Oneûr auzès momans

 

Boune fièsse à vos, Moman chèrîye !

È m’ keûr, vos V’ lomez « Djintiyèsse ” !

Dji v’s-in.merè tote vosse vikaîrîye .

Voci on bia boukèt d’ promèsses

Coudeuwes au pus pârfond di m’ keûr .

Dji crîye bin fwârt . « Moman, boune fièsse. »

À vos tote seûle, « Moman boneûr » 

Grâces, grâces, Moman, po vos cârèsses !

 

J. Francou-Houyet S. (Ou l’Pëtët / Orp-le-Petit)

 

Fièsse dès man.mans

 

Au mwès d’ mây, ë n-a on dimègne

quë lès-èfants, pëtëts ou grands

së rafiyenèt tortos qu’ ë vègne

po polë fièstî leûs man.mans.

 

Lès p’tëts dëjenèt on complëmint

qu’ on l’zî a faît aprinde à scole

èt, autoû d’ zèls, dins l’ contintemint ,

tote lë famële bwèt leûs paroles.

 

Lès grands apwatenèt, c’ è-st-à 1′ môde,

on cadau èt dès bèlès fleûrs.

Ç’ n’ èst nî on dimègne come lès-ôtes,

po lès mames, c’ è-st-on djoû d’ bouneûr.

 

Mins, n-a dès-injëstëces dins l’ vîye:

n-a dès p’tëts-èfants sins man.man

èt n’ faut surtout ni qu’on rovîye

lès mames qu’ont pièrdë leû-z-èfant. . .

 

Joseph Calozet

 

Lès momans

 

Refrain

Audjoûrdu, c’ èst l’ fièsse dès momans,

Momans dès tot p’tits èt dès grands,

Momans dès drigaléyes d’ èfants.

C’ èst po lès bistokè qu’ dji v’nans,

Lès mwins plin.nes di fleûrs qui dji d’nans

À totes lès binin.méyes momans.

 

I

Moman do p’tit qui v’ faît risète,

Sèrez-le bin reûd dissus vosse keûr

Tant qu’ i gn-a qu’ vos qu’ èst todi prète

À l’ rabrèssè po fè s’ boneûr.

 

II

Moman, vos p’tits crèchèt si vite

Qu’ is vos ridèt djà foû des mwins.

Poqwè tûsè qu’ i faut qu’ on s’ quite :

C’ èst l’vîye do monde, no l’ roviez nin.

 

III

Moman, dès cis qu’ sont volès vôye

À vos lèyant tote seûle o nid,

Vos lès r’troûverez co su vosse vôye

Quand is vos-apwateront leû p’tit.

 

IV

Momans, vos grands qu’ ont stî à l’ guêre

Èt qu’ vos n’ avez jamais r’vèyus

Sont mî là-hôt qui d’ssus nosse têre

D’où qu’ on s’ toûrminte come des pièrdus.

 

L.B. (Mègnon, / Leignon)

 

Fièsse dès mères

 

On z-a tchwèsi li pus bia mwès

Li ci qui fait tot ravikè

Po sondji à l’ fièsse dès Momans

Qui fièt tant po tos leûs-èfants.

Lès-aubes, lès prés, lès p’titès fleûrs,

Tôt ça nos met tant d’djôyes au keûr

Avou l’ cwic-cwic dès p’tits mouchons

Qui nos tchantèt leû bèle tchanson.

Tot ça èst gaîy èt plin d’ boneûr.

Eûreûs, avou on boukèt d’ fleûrs,

Au mwès d’ maîy, lès-èfants è vont

Dé leû Moman qu’ is rabrèsseront

Di tot leû keûr, en lî dijant

« Bone èt douce fièsse, mi chère Moman. »

Maleûreûsemint, gn-a po dès cis

Qui ci djoû-là èst règrigni,

Dès-èfants qui, l’ boukèt o l’ mwin

Ènn’ îront tot timpe au matin

Su one pîre, por lèye, tot priyant

Pwartè dès fleûrs à leû Moman.

Par vos qu’ a co l’ chance dè l’ awè

Couroz rademint sins tchipotè

Rabrèssi vosse Moman d’ tot keûr

Ça lî dorè bin do boneûr.

Di lèye-min.me, èle vos-a tant d’né

Qui c’ è-st-a vosse toûr dè l’ gâter.

« Bone fièsse à vos, totes lès Momans ! »

Qui ç’ sôye li cri d’ tos lès-èfants !

 

Fièsse dès mamans (Andrée Flesch)

(in; Kë Sauvèrdia, 326, 2015)

ès’-walon / est-wallon

 

Joseph Remy (Neuville / Lu Noûvèye), in: Singuliers, 1, 2010, p.11

 

Po lès mames

 

Timpe â matin, vos m’ dispiètrez

À pon.ne on pîd so lès-ègrès

Dji hape 1′ odeûr d’ on bon djûner

Èco djamây, dji n’ m’ âreû dit

Dispôy quand m’ mame è-st-èle so pîd.

Li sîse èst oûte, èle va dwèrmi.

Qwantes fèyes n’ a-t-èle nin v’nou d’lé mi.

Papa rinteûre di si-ovrèdje

Mame, lèye hagne todi so s’ corèdje

D’ on pô d’ tchwè, èle fèt mèrvèye.

N’ a-t-èle nin gangné s’ somèy.

Si télefèye, èlle èst foû d’ sès nièrs,

C’ èst câse di mi qui lî fê l’ guère

C’ èst poqwè, mame, po vosse fïèsse,

Dji m’ va sayî di v’ fé 1′ promèsse

Du djamay pus v’ fé mâveler.

Mèrci, bone mame, cint côps mèrci

Po m’ papa èt po vosse pitit.

Oûy, por vos, ci sèrè ine grande fïèsse

Èt n’s-alans vos gâter timpèsse.

 

Malêjis mots

dispièrter (s ‘) = réveiller (se). / mâveler = fâcher. / oûy = aujourd’hui. / timpe: tôt. / timpèsse = sans tarder, rapidement.

 

Léon Bukens, in : La Wallonne, 2, 2009, p.3

 

Bone fièsse !… Mame

 

Bondjoû, Mame ; bone fièsse !

C’ èst vosse fis, li coûr è lièsse,

qui v’ dit “mèrci” èt v’ rabrèsse.

 

Djôyes, pon.nes, mèhins,

tinrûles moumints,

‘là qu’ vos m’ tinîz po l’ min.

 

Qwand dji rotéve adlé vos,

tos lès-omes èstît djalos.

Nos ‘nnè riyîs come dès sots.

 

Si on djoû, ine feume m’ a d’né radjoûr,

si nos-avans djâsé d’ amoûr,

èle n’ a pris qu’ ine pârt di m’ coûr.

Rin ni m’ pôreût fé roûvî

lès doûs moumints, ‘là qu’ vos m’ hossîz,

qwand dj’ èsteû vosse “tot p’tit”.

Oûy, po l’ djoû d’ vosse fièsse,

Marne, dj’ a l’ coûr è liesse,

dji v’ di “mèrci”, dji v rabrèsse.

 

Lisa Chastelet, in : Rîmês do l’ dièrin.ne fwin, éd. La Dryade, 1993

 

Ènêt, c’ èst vosse fièsse

 

Mame,

ènêt, c’ èst vosse fièsse.

I ploût.

Li gris colon rôkèye

divins l’ grîse pâme do cièl.

I ploût

so lès dj’vès do l’ hâye

qui l’ mâle êr discramîye.

I ploût.

Sûr qu’ i ploûrè

di l’ à-d’vant-non.ne djusqu’à l’ nut’

Mame, dj’ a mâ

lès cint creûs di m’ coûr…

Mame,

li djoû èst vôye.

I ploût.

Dj’ a télemint seû d’ vis vèy

qui, l ‘colon so ‘ne sipale,

so l’ ôte nosse mochon d’ hâye,

dj’ îreû, téle one macrale,

vis sètcher foû di-d-là.

 

…Po nos-assîr èsson.ne,

èt po r’djâzer,

tot doûs j’qu’à l’ dièrin.ne rôye,

dizos lès deûts d’ sôye do sâ.

Man,

ènêt, c’ èst vosse fièsse.

Èt co d’mwin. Èt tofér.

I ploût.

 

Mame (Joseph Mignolet)

(in: Annonces de l’Ourthe, 08/05/2014)

Lu fièsse du lès mames (Andrée Sougnez) (Vèrvî / Verviers)

Po l' fièsse dès mames (Marcel David)

(in: Powèzèye  bin tûsèye, s.d.)

Li fièsse dès mames (Emile Gosset) (Hé / Dèrbu - Heyd / Durbuy)

 

sûd-walon / sud-wallon

Edouard Peraux (Nassogne)

 

Po l’ fièsse dès méres

 

Méres di tos lès payis,

Paujîres ou bin o l’ guère,

Méres di tos lès-èfants

Méres qui n’ ont pus d’ èfant,

Méres qu’ on vèt si voltî,

Méres qu’ on fis n’ riwaîte pus,

Méres di totes lès coleûrs,

Méres qu’ ont do l’ djôye au keûr,

Méres catchant leû chagrin :

Ènêt, c’ èst vosse djoû d’ fièsse.

Dji n’ sé nin si tortotes

Vos r’cîrez vosse boukèt

Qui dès mwins r’conuchantes

Auront codu por vos.

Dji n’ sé nin si, po 1′ mwins’,

V’s-aurez 1′ boneûr do sinte

Pètè su vosse massale,

Lès lèpes di vos-èfants

Ou dès dèts d’ inocints

Caressè vos blancs tch’vès.

C’ è-st-en pinsant à vos

Vos, totes lès méres do monde

Qui dj’ aî scrît cès quékes mots.

Asteûre, dji v’ lès présinte

En toumant à vos gngnos

Tot-en d’djant, di tot m’ keûr :

 « Mèrci, p’ titès momans ! »

 

3 Ôte paut / Ailleurs

Bèljike  / Belgique / Belgien – Ostkantone

in : Nidrum, 1998, S.374

 

MUTTERTAG

 

Von Amerika, wo der Muttergedenktag am 2. Maisonntag im Jahre 1908 seinen Ursprung hatte, kam er 1917 über die Heilsarmee in die Schweiz. In der belgischen Eifel fasste dieses Fest, nach einem kurzen Intermezzo während der ersten Kriegsjahre, erst in den 50er Jahren so richtig Fuss. Massgeblichen Anteil an der Ausbreitung dieses Branches hatte die Schule, wo schon frähzeitig fleissig Gedichte eingeübt und kleine Geschenke gebastelt wurden. Seit etwa 15 Jahren laden in Nidrum die Schulkinder und ihre Lehrpersonen im Zweijahresrythmus die Mütter zu einer Feier in den Schulsaal oder in den Saal Haep ein, wo zunächst Gedichte, Lieder oder kleine Sketche aufgeführt und sodann den Müttern Ge­schenke überreicht werden. In den letzten Jahren wurde jeweils mit grossem Erfolg ein Kindermusical aufgeführt. In den meisten Familien werden die Mütter an diesem Tag durch den Vater und die Kinder verwöhnt. Dies beginnt mit dem Zubereiten des Frühstücks, geht weiter mit Vortragen von Gedichten und Überreichen von Geschenken. In vielen Häusern bleibt der Herd an diesem Tage kalt, da in Restaurants gespeist wird. Auch der Besuch mit Blumen bei den Grossmüttern gehört zu den selbstverständlichen Pflichten dieses Ehrentages. Der Versuch, auch einen Vatertag ins Leben zu rufen, hat bis in die Gegenwart hinein nicht den Anklang gefunden, wie etwa der Muttertag.