Sint-Antwin.ne dins l' culture walone, picarde, gaumèse / Saint Antoine dans la culture wallonne, picarde, gaumaise

PLAN

 

0 Présintâcion / Présentation

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

2 Tradicions gastronomikes / Traditions gastronomiques

3 Tradicions musicâles / Traditions musicales

4 Tradicions dès djeûs / Traditions ludiques

5 Scrîjadjes / Littérature

6 Ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

 

0 Présintâcion / Présentation

Bernard Louis (17/01/2013)

 

Aujourd’hui saint Antoine l’ermite (et non saint Antoine de Padoue fêté le 13 juin). Né dans la région du Caire, il fonde le monachisme ou la vie monastique. Vécut 105 ans : de 251 à 356. Dès le XIIème siècle, les Antonins, moines hospitaliers se réclamant de saint Antoine, ont le privilège d’élever des cochons pour le ravitaillement de leurs hôpitaux.

 

Wallon : sint-Antwin.ne, sint-Antwène, sint-z-Antône. De là : sint-z-Antône au pourcê ; sint-Antwin.ne n’ è va nin sins s’ pourcia (2 personnes inséparables).

 

Mais retenons pour aujourd’hui : 

À l’ Sint-Antwin.ne,

lès djoûs crèchenut do pas d’on mwin.ne ;

 

À l’ Sint-z-Antône,

lès djoûs crèhèt dè pas d’ on mon.ne.

 

On dit ossi : come li r’pas d’on…

 

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

ӈ

(in: M.A., 1969)

Ch.V., Remouchamps-Nonceveux / La Fête des Pains de Saint-Antoine, in : Clio 70, 1974

 

La fête traditionnelle des pains de Saint-Antoine a lieu chaque année à Remouchamps-Nonceveux le dimanche qui suit le 17 janvier, fête de Saint-Antoine.

Au siècle passé avait lieu à Nonceveux une foire annuelle aux bestiaux, des porcs surtout. A cette occasion, on vendait une galette spéciale dont le secret est aujourd’hui encore jalousement gardé.

On l’appela galet de Saint-Antoine en raison du fait que le saint populaire est souvent représenté avec un cochon.

Aujourd’hui, l’association La Renaissance de Nonceveux a repris la tradition qui s’était perdue après la disparition du marché. Le premier dimanche qui suit le 17 janvier, le curé bénit à la sortie de la messe les galets que les habitants en costume folklorique vendent durant la journée. La salle de La Renaissance reste ouverte toute la journée; on peut y déguster des galets au son d’un accordéon.

 

La Saint-Antoine à Nonceveux, in : AO, /01/2011

 

 

Parmi les traditions ancestrales, la fête de la Saint-Antoine à Nonceveux (Remouchamps) trouve une place de choix. En effet, cette fête traditionnelle existe depuis plusieurs siècles. Elle rassemblait, chaque 17 janvier, tous les petits éleveurs de la contrée et ils étaient alors très nombreux. La petite église était bien troc petite pour accueillir tout ce monde qui, dès l’office terminé, se ruait sur les petites échoppes qui vendaient les galèts bénits durant la messe.

Certes, ils devaient déjà être délicieux, mais il faut savoir que jadis, ces galets n étaient pas destinés au fermier ou à sa famille mais exclusivement à ses bêtes. En effet, ces pâtisseries bénites par le prêtre officiant ce jour ont la vertu de protéger le bétail, une année durant, des maux de ventre et des coliques. Les éleveurs, s’ils ne consommaient donc pas les galèts, ne crachaient, en cette fête de Sint-Anton.ne âs Pourcês, sur le pèkèt qui coulait en abondance.

La tradition a toujours été respectée dans le village, mais évi­demment, quelques changements sont apparus. Ce n’est plus le be ai qui déguste les galets. Il est plus que vraisemblable qu’un jour I un de ces fermiers se soit dit «Si c’est bon po lès bièsses, c’ èst bon po nos-ôtes avou »

a manifestement été entendu… C’est le seul véritable changement car, heureusement le peket coule toujours aussi généreusement en ce jour festif

La fête commence toujours par une messe, dite et chantée en wallon, durant laquelle sont bénits des tas et des tas de galèts (…). A la fin de l’office, les ministres de la République Libre de Nonce­veux, revêtus de leur costume d’apparat, offrent le pèkèt à l’assis­tance qui, très vite, se rassemble sur le parvis de l’église où se dres­sent les échoppes offrant à la vente et les galèts et le pèkèt C’est une ambiance incomparable dans laquelle se côtoient les costumes traditionnels de chez nous, ceux des ministres de la République et ceux des membres de la Confrérie des Traditions Gauloises de Nonceveux.

 

Jeannine Xhenseval, Li fièsse di sint-z-Antône, in: La Wallonne, 2, 2012

 

Totes lès-an.nêyes, li République lîbe di Noncèveûs à l’ sint-z-Antône, li dîmègne di d’vant ou 1′ ci d’après, ôrganisêye ine bêle djoûrnêye di fièsse.

Timpe å matin, lès confrêrèyes si rassonnèt è l’ såle dè viyèdje (télefèye èn-on chapitau) po beûre ine jate di cafè èt, po r’çûre lès camarådes d’ « Cåvå Lîdjwès ».

Tos-èssonle, en pôrcèchon, is s’ rindèt-st-à l’ èglîse wice qui lès djins dè viyèdje èt d’ â-d’foû l’zès ratindèt.

Nosse bon curé Tribolèt pout c’mincî 1′ mèsse è walon. Li corâle atake :

” Vinez à l’ fièsse, li tåve èst prète”.

À l’ fin dè l’ mèsse, li curé bènih lès galèts qu’ on fêt à ciste ocâsion (parètereût qu’ il apwèrtèt 1′ boneûr èt 1′ santé).Vos ‘lzès pôrez atcheter qwand mèsse sèrè fou èt après-aveûr tchanté avou tot 1’ monde “Li tchant dès Walons”.

A l’ ouh nos ratind on p’tit hèna d’ fris’…po nos rèstchâfer. Adon-pwis, on rinteûre è l’ såle po magnî ‘ne bone potêye à l’ djote èt, ci sèrè co l’ ocåsion dè mète à l’ oneûr lès novês citwèyins. (…)

Longue vèye à l’ confrêrèye dès « tradicions gaulwèses » èt à l’ Rèpublike libe di Noncèveû.

 

 

li Sint-z-Antône à Noncèveû (la Saint-Antoine à Nonceveux)

(in: Les Annonces de l’ourthe, 13/01/20210)

Hèsbaye / Hesbaye - Blèhin (Bléhen) - li Sint-z-Antône (la Saint-Antoine)

(in: VA, 22/01/2001)

(in: VA, 13/02/2013)

 

2 Tradicions gastronomikes / Traditions gastronomiques

(cf Noncèveû au-d’zeû / Nonceveux ci-dessus)

 

3 Tradicions musicâles / Traditions musicales

A sint-Antwène (ce saint est fêté le 13 juin - il s'agit d'Antoine de Padoue)

Edgard Lambillon, in : Blanchès tchapèles, 1942

 

A   SINT-ANTWÈNE…

 

Pou insi  dîre,  dins chake méso,

avè ‘ne  potéye  de  fleurs   asto,

on vwèt, d’zous globe, vo tièsse pèléye

èt vo courone dè tch’veûs blonds toute croléye

èyèt  ‘ne  banderôle  scrîje :   «  Priez  pour nous »,

ô, no  bon  sint-Antwène dè  Padoûe…

II

Su l’  lîve què vos tènez  bin haut,

in   P’tit Jésus  à pîds   dèscaus,

achî  ‘ne  miète à  scapouyète,

vos wéte, ârsouye, èt vos fét dès risètes,

près’ à spiter tout come in spirou…

ô, no  bon  sint-Antwêne de  Padoue !

III

On vos  trouve dins lès magasins,

pa t’t-avau lès dinréyes qu’ on vind,

pou qu’ vos satchîje  drolà l’ pratike,

pou qu’ vos fèyîje  rauvelr rademint l’ boutike.

Èt on vos r’toûne conte èl mur,

lès djoûs què lès vindâdjes vont cu d’zeûs, cu d’zous.

 

IV

On vos soye lès-orèyes èl pus,

C’ èst pou r’trouver ç’ qu’ on-a pièrdu ;

au lieu d’ cachî, s’ fé ‘ne masse dèpwène,

on dit rademint ‘ne priyêre à sint-Antwène.

On r’trouve l’ afêre à chake côp, surtout

si on vos-a promis quate gros sous…

                                  V

I gn-a bran.mint dès p’titès djins

qui vos prîyeneut èt n’ saveneut rin

dè vo syince ni d’ vo vikérîye

èt vos pâleneut sins trop d’ cèrèmonîye…

Més-i faut crwère què c’ è-st-à vo gout

pwisquè vos lès-ègzaucèz  t-tèrtous.

VI

Pourtant, dins vo bia paradis,

tout ç’ rotindje-là dwèt vos scrandi

èt vos r’mètrîz d’ èl cliyentèle

voltî, aus sints qui l’ont bran.mint pus bèle…

Mès, qwè-ce què c’ èst qu’ nos d’vérins sins vous,

O, no bon sint-Antwène dè Padoûe ?…

VII

D’mandez au P’tit Jésus rôselant

qui vos stind sès bras en djuglant

pou qu’ i rapauje toutes  lès miséres

èyèt tous lès toûrmints dè no pauve têre…

Nos vos l’ dijons su nos deûs dj’nous,

O, no bon sint-Antwène dè Padoûe…

 

in: Maurice Piron, Anthologie de la littérature wallonne, éd. Pierre Mardaga, 1979, p.184

PIERRE MOUTRIEUX  (1824-1908)

 

Né et mort à Mons, fils d’un sergent de ville, Pierre Moutrieux, après ses humanités au collège communal, occupa quelque temps des emplois de commis et devint, très jeune encore, professeur dans des écoles privées de sa ville natale, notamment à l’Institution Moneuse. Puis il s’établit comme professeur particulier en vue de préparer les candidats aux examens organisés par les administrations publiques, tâche qu’il n’abandonna qu’à l’âge de 78 ans.

Comme J.-B. Descamps, il partagea ses loisirs littéraires entre le français et le montois. A la différence de son aîné, les chansons françaises qu’il écrivit (la plupart parurent au cours de l’année 1855 en livraisons mensuelles) échap­pent en partie aux stéréotypes du romantisme belge : si le prosaïsme les entrave, leur accent est celui d’un esprit indépendant, parfois révolutionnaire — on dirait aujourd’hui progressiste — et l’emphase d’une pièce telle que A mon fils qui n’est pas né ne parvient pas à en dénaturer la portée huma­nitaire.

Mais c’est en dialecte que Moutrieux a le mieux exprimé une personnalité faite d’esprit caustique et de philosophie résignée. Il avait 25 ans lorsqu’il inaugura avec Des contes de kiés (Des balivernes) une série de trois plaquettes montoises qui parurent en 1849, 1850 et 1851. Une nouvelle fournée vit le jour de 1873 à 1876 dans une sorte d’almanach intitulé El canyon d’ Mont et c’est à la gazette dialectale El Ropïeur, fondée à Mons en 1895, qu’il donna la production de ses dernières années.

Chansonnier accompli, Moutrieux fut aussi un prosateur dont la verve ne le céda en rien à celle de l’abbé Letellier (il collabora d’ailleurs à son Armonaque), comme le prouvent des pages telles que Èl catéchisse dè m’ pére — un catéchisme tout en proverbes — ou l’éloge du patois dans l’« advèrtance » du Canyon d’ Mont pour 1875. Un choix de ses œuvres fut réuni après sa mort en 1912 par les soins de Gaston Talaupe.

 

 

59                                                                                                 [Mons]

El canson d’ Sint-Antwêne

(Air : Te souviens-tu, disait un capitaine)

 

Tout in m’ couchant, èj’ diswa hier à m’ reine :

« Ej’ t’aime surtout quand tu ronfles dèdins t’ lit.

Eh bé, pourtant, j’aime co mieûs Sint-Antwêne,

4  c’ èst-à ç’ temps-là, fîe, qu’on a du plési ! ».

El vèye, chez Brock, èl société s’ rassembe,

on bwat in pot pou èrbéni 1′ drapeau,

on trinque, on rit, on cante tèrtout’ insembe.

8  Wê, Sint-Antwêne èst-in jour qu’est bé biau !

 

Ces grands monsieûs qui blaguent su no jeu d’ croche,

ça n’ rit jamés, ça n’ set que s’imbéter.

Ergardez-lès au fond de leû caroche :

12   i foutent ène gueule à vos fére insauver !

Qu’ je m’ fous, hon, mi, d’ éte riche come ène altèsse

et d’avwa 1′ cœur aussi gai qu’in cayô !

Contint’mint, fieû, vwayez bé, passe richesse…

 

16   Wê, Sint-Antwêne èst-in jour qu’ èst bé biau !

Nous-autes, ourviers, rabourant tout 1′ semaine,

nos n’ avons guère èl temps d’ nos-amûser.

Ainsi, à m’ mode que pou èrprinde haleine,

20   de temps-in temps, on peut bé s’in r’passer.

(p.186)  Pou roubliyer tous nos jours de carême,

 on s’ fout ‘ne bone purge, ça vos r’lave lès boyaus !

Fés come tu veûs, i faut mori tout à même…

24   Wê, Sint-Antwêne èst-in jour qu’èst bé biau !

 

Louwis-Filipe, au miyeû de tout s’ clike,

n’étwat nié mieûs, ni pus contint surtout,

que l’ rwa d’ nous-autes quand il a ène bone chike,

28 fleûr à s’ capiau èyèt mèdaye à s’ cou.

A tous moumints, corne si c’étwat ène biète,

su l’ pauve rwa d’ France, on tire à fiêr à clau :

no rwa du mwins en’ risque qu’ ène soule à s’ tiète…

32 Wê, Sint-Antwêne èst-in jour qu’ èst bé biau !

 

C’ èst tout, z-infants, asteûre qu’on m’ baye à bwâre !

J’ é l’ goyé sèc, jé n’ sarwa pus canter.

Come diswat m’ pére (què l’ bon Dieu l’ mète in glwâre !),

36  èl trop, èt-i, finit par imbéter.

A vote santé ! Faites què l’ anéye prochaine

èt co lès-autes vos consèrviez vo piau

pou co minjer du pourciau d’ sint-Antwêne,

40  car, mi j’ vos l’ dis, c’ èst-in jour qu’ èst bé biau !

 

 

Paru dans « Dés contes dé guiés, tiens ! pa Titisse’ Ladéroutte, dit Louftogne », Mons, [1849], pp. 14-16 et reproduit dans les Œuvres choisies de P. Moutrieux, Mons, 1912, pp. 277-278.

 

 

LA CHANSON DE [LA] SAINT-ANTOINE. — La fête de saint Antoine, le 17 janvier, était marquée à Mons par les assauts à l’ croche, ou parties de jeu de crosse, sorte de jeu du mail, qui se pratiquait pendant l’hiver. C’est à la Saint-Antoine que le vainqueur — le roi, — décoré de la médaille du concours, était reconduit en cortège avec musique; un souper général était organisé par la société qui groupait les adeptes de ce sport, autrefois en honneur parmi la classe ouvrière de la région.

 

1. à ma reine, c.-à-d. à ma femme. — 5. La veille, chez Brock (nom du café où se réunissaient les joueurs). — 6. … pour « rebénir » le drapeau de la société.

13. Qu’est-ce que je me fous, donc, moi… — 14. cayau, caillou, pierre. — 15. Proverbe français : Contentement passe richesse.

17. … ouvriers, peinant toute la semaine; rabourer est une variante de rabouter, abattre de la besogne. — 20. s’in r’passer, s’en accorder (du répit ou du plaisir). — 22. La « purge » ici consiste à faire le vide par l’excès de boisson. —

23. La résignation des petits devant la destinée est contenue dans ce vers simple et admirable.

25. Allusion tout au long de la strophe à la révolution de 1848 qui coûta son trône à Louis-Philippe, dont la royauté est malicieusement mise en parallèle avec celle du vain­queur au jeu de crosse. — 27. … quand il a une bonne cuite (ce qui arrive à la Saint-Antoine, comme l’indique le vers suivant). — 28. capiau, chapeau; à s’ cou : on attendrait en montois à s’ cu. Aussi bien pour la forme que pour le sens, l’auteur sacrifie ici à la rime. — 30. à fier à clau, ici avec le sens de : durement, sans relâche. L’expression française à fer et à clou, attestée entre autres chez Calvin et Mme de Sévigné, se dit de ce qui est solidement fixé. — 31. soûle, boule de bois que l’on chasse avec une crosse ferrée.

35. … le mette en gloire, c.-à-d. en paradis. — 36. le trop (= l’excès), disait-il… — 39. pour manger encore du porc de Saint-Antoine. Allusion probable à l’un des plats traditionnels du banquet final, en souvenir de la légende de saint Antoine et de son cochon.

 

 

Picardîye / Picardie: tchanson à l’ ocâsion do crossadje à l’ Sint-Antwin.ne (èl canson du crochâje à l’ Sint-Antrwène) (la chanson à l’occasion du jeu de crosse à la Saint-Antoine): cf 4 (Geert et Sara Nijs, p.229-231)

 

4 Tradicions dès djeûs / Traditions ludiques

èl crochâje en Picardîye (le jeu de crosse en Picardie): sint-Antwène, patron dès crocheûs (saint-Antoine, patron des joueurs de crosse)

(in: Geert & Sara Nijs, Jeu de crosse, Crossage à travers les âges, éd. Choullaet Clava, 2013, p.27)

 

(Choullaet Clava, 2013,136)

(Choullaet Clava, 2013,137)

(Choullaet Clava, 2013,138)

(Choullaet Clava, 2013,139)

(Choullaet Clava, 2013,140)

(Choullaet Clava, 2013,141)

(Choullaet Clava, 2013,142)

(Choullaet Clava, 2013,229)

(Choullaet Clava, 2013,230)

(Choullaet Clava, 2013,231)

 

5 Scrîjadjes / Littérature

Henri Van Cutsem, in : Tchabaréyes, Couillet, 1936

 

SINT-ANTWÈNE

 

Grand sint-Antwène, fuchèz djinti !.

Dji vos promèt di fé ‘ne neuvène ;

èyèt l’ mârdi, toutes lès samwènes,

dji dîré à mèsse, sins minti !

 

Sintèz m’ keûr, come il assotit

chaque côp qui l’ gârçon d’ èl vijène

rapèle qui nos djouwîs èchène

à min.nâdje, quand nos-èstîs p’tits !

 

Si vos voulîz… lyi dîre… quékefîye,…

qu’ i pout d’viser,… qui dji m’ rafîye,…

qu’ il a tôrt di ièsse onbradjeûs,…

 

quand dji passereû dé vo tchapèle,

vos pouvez m’ cwêre, n’ eûchèz nén peû

dji vos alumereû ‘ne grosse tchandèle.

 

6 Ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

Iddergem (Denderleeuw) - de Sint-Antoniuskermis (li dicauce Sint-Antwin.ne / la kermesse Saint-Antoine)

(in: HLN, 21/01/2013)

La vénération de saint Antoine dans la région de la Dendre, in : LB , s.d.

 

Depuis de nombreuses années la deuxième quinzaine du mois de janvier est placée, dans certaine régions de la Flandre orientale et du Brabant occidental, sous le signe du culte de Saint-Antoine. eL centre de la région de la Dendre de cette vénération est situé Borsbeke (entre Alost et Herzele); pour le Brabant, à Esseme, le folklore rejoint le culte et l’on peut assister, le dimanche à l’issue de la grand-messe, à la vente aux enchères des dons, don des têtes de porcs, et distribution de tranches de pain fourrées de tête pressée.

Le culte de Saint-Antoine remonte à plusieurs siècles dans le sud de la Flandre orientale;  bien que à Herdersem, sur les rives de la Dendre, le saint soit aussi invoqué contre le « feu  sacré »  ap­pelé plus tard « feu de saint An­toine » et    attire beaucoup de monde.

Selon une tradition le jour de la fête du saint, les prêtres pla­cent sur l’autel deux écuelles en bois, oft l’on vient déposer de l’ar­gent ou autres offrandes; puis les pèlerins font trois fois le tour de l’église.

Saint Antoine a été pour la première fois l’objet d’un culte particulier à l’apparition des épi­démies de peste. C’était au Xle siècle. Plus tard, des hospices Saint-Antoine recueillirent des porcs en guise d’offrande. Pen­dant plusieurs mois les porcs avaient la faculté de déambuler dans les rues sans que personne ne songe à leur faire le moindre mal. Plus tard, les hospitaliers de Saint-Antoine dressèrent même des porcelets qui, avec une sonnette autour de leur cou, les accompagnaient lorsqu’il allaient collecter.

Au Moyen Age, les échevins de Gand et d’Alost condamnaient parfois des malfaiteurs à faire pèlerinage au « Saint-Antoine de Borsbeke ». A l’église de Borsbeke, le vitrail vient d’être placé à la mémoire du R.P. De Vuyst. missionnaire décédé au Zaïre, le 21 novembre 1972, fils de M. De Vuyst, bourgmestre.

A Grimminge, la statue du saint est sculptée en chêne; un vitrail a été offert en 1952 par la gilde paysanne; le pèlerinage a lieu le 17 janvier; le dimanche, après le 17 c’est le « jour de la famille ». Un porcelet en argent est attaché au bras de la statue placé au milieu de l’église. Sur les chaises réservées aux membres de la confrérie est placée une bougie avec un porcelet en carton; cette chandelle est portée à la ferme et allumée quand les bêtes sont malades. Jadis avait ieu aussi une vente aux enchères des offrandes.

À Dikkele, le pèlerinage a lieu du 17 au 25 janvier; après l’offrande, les pèlerins font trois fois le tour de l’église; jusqu’en 1925 subsista la coutume d’offrir de la « viande vivante ».

A Zarlardinge, où on admire me statue remarquable due au sculpteur de Cooman, se maintint jusqu’en 1920 la coutume d’offrir Les porcelets ou des têtes de porcs. Jusqu’à cette date, les pèlerins de la région wallonne étaient fort nombreux.