Li Sint-Valentin dins l' culture walone La Saint-Valentin dans la culture wallonne

1 Présintâcion / Présintadje

14/02 Sint Valentin

Li patron dès-amoureûs

On l’ prîye po l’ fîve-lin.ne (litt. fièvre lente, espèce d’anémie cérébrale chez les enfants).

 

in : Nadine Cretin & Dominique Thibault, Le livre des fêtes, éd. Gallimard, 1991, p.73

 

La Saint-Valentin

Le 14 février

La Saint-Valentin est la fête des amoureux.

 

Le valentinage

Apparue en Grande-Bretagne et dès 1381 par le poète Geoffrey Chaucer, la mode du valentinage s’est d’abord répandue dans l’aristocratie. Un jeune homme était associé à une jeune fille, la première rencontrée ce jour-là ou celle désignée par tirage au sort : les « amoureux » étaient liés par des obligations mutuelles pour la journée ou pour l’année.

Charles d’Orléans fit connaître l’usage anglais en 1450 à la cour de France et Othon de Grandson à la cour de Savoie.

 

L’usage de manifester son amour, ou son amitié, ce jour-là, persiste surtout aux Etats-Unis. Depuis la seconde Guerre mondiale, la mode a conquis l’Europe.

 

Saint Valentin

Il n’y aurait aucun lien entre la fête et le saint du jour, évêque italien du IIIe siècle, sauf le nom (valēre, en latin, être fort).

 

SINT-VALINTIN

14/2: priyèsse (F. prêtre) à Rome (+- 270)

Sint Valintin: 2 sints mârtîrs (in : AL, 03/1992)

 

La célébration de la Saint-Valentin coïncide avec la fête romaine de Lupercalia qui se situait à la mi-février.

Pendant ces joyeuses fêtes païennes, les noms des jeunes gens et les jeunes filles étaient mis dans une urne et, à la faveur d’un tirage au sort, des couples étaient formés qui devraient célébrer leur union dans l’année.

 

St Valentine’s Day

 

February 14th is the day for exchanging love-tokens.  Already in the fourteenth century did people believe that February 14th was the day on which birds chose their mates.

‘Saint’ Valentine was a misty figure from Roman times and it is not clear why he has given the honour of becoming the saint of love.  On St valentine’s Day young men and women used to choose their partners and send them a gift or card.

St valentine’s Eve has been a present-giving anniversary for adults as well as for children.  Anonymous gifts were placed on the doorsteps of houses.  The giver could bang the knocker and then disappear, making sure his identity remained a secret.

The valentine card that we know today came into being in the 18th century and was hand-made, with little paintings of hearts and flowers and a short verse.  The commercial card appeared in the Victorian age when brightly coloured and gilded cards were perfumed and packed in a nice box.

 

L’origine de la Saint-Valentin, VA 11/02/2000

 

Fête fondée sur l’histoire d’un prêtre qui s’est sacrifié pour unir les amoureux.

La commémoration de la Saint-valentin remonte à l’époque de l’Empire romain, sous le règne de l’empereur Claude II.  Rome était alors engagée dans des campagnes militaires sanglantes et impopulaires.  Claude le Cruel, comme il était appelé à l’époque, avait des difficultés pour recruter des soldats destinés à rejoindre les légions militaires.  Pensant que la principale raison tenait au fait que les romains ne voulaient pas quitter leurs fiancées ou leurs familles, il décida d’annuler tous les mariages et les fiançailles à Rome.

Un prêtre chrétien du nom de Valentin décida de défendre l’amour dans l’Empire et commença à marier les couples en secret malgré les ordres de l’empereur Claude.  Lorsque ce dernier apprit l’existence de ces cérémonies, il envoya Valentin en prison et l’y laissa jusqu’à sa mort, le 14 février 270.  En attendant son exécution dans sa prison, Valentin se prit d’amitié pour la fille de son geôlier et lui redonna la vue.  Juste avant d’être décapité, il lui offrit des feuilles en forme de coeur avec le message suivant: de ton Valentin. (…)

Ce n’est que quelques siècles plus tard que la Saint-valentin prit de l’importance.  A l’époque, le christianisme commençait à se développer en Europe, et l’Eglise cherchait à supprimer les fêtes païennes.  La Saint-Valentin remplaça alors ‘Lupercalia’, la fête de la fertilité, qui tombait à la mi-février.

Pendant la fête des Lupercales romaines, les adolescents devaient se soumettre à un rite d’initiation.  Chaque jeune homme pigeait le nom d’une jeune fille qui lui était assignée pour ‘année.  En 496, le pape interdit cette fête très peu respectueuse pour les femmes.  Il choisit alors Valentin comme patron des amoureux et en l’honneur de son sacrifice, le canonisa et décréta le 14 février jour de sa fête.

Depuis, la tradition d’honorer Valentin continue.  (…) Ainsi, de nos jours, le 14 février, pour respecter la tradition (sic), les amoureux s’échangent des cartes de Saint-valentin, s’offrent des fleurs et célèbrent leur amour au champagne.

 

Yernaux E., Fiévet F., Folklore montagnard, s.d.

 

SAINT  VALENTIN. 14 février.

 

Saint Valentin, patron des apiculteurs, fut prêtre et martyr à Rome où il mourut en 290. Il est invoqué en plusieurs endroits pour arrêter la transpiration trop abondante.

Le pape Pie IX, en récompense de la piété des Montagnards, fit don du corps de saint Valentin à l’église Saint-Remy. La translation des reliques du martyr se fit le 10 août 1874. Elle donna lieu à de gran­des fêtes.

 

2 Scrîjadjes / Littérature

 

Armand Dechèvre (Sougnîye / Soignies), Sint Valentin

(in: El Mouchon d’ Aunia, 1972)

Marcelle FOCHON – UYTTEBROUCK (Lautu / Lathuy), in : Lë Sauvèrdia, 262, 2009

 

Sint Valentin…

 

Sint Valentin va arëver,

Mins vos, m’ fës , vos n’ èstoz pës là.

Më, djë voureû bén vos fièster

Come au timps d’ nos djous lès pës bias

Saquants fleûrs dëlé vosse portraît

Vos pwateront seûr tos mès sowaîts.

Chake djou quë passe, djë pinse à vos,

Djë vos r’vwè là, dins nosse maujo.

Djë n’ saro pës vos ténre pa 1′dos

Mins dins m’ keûr, djë vos tén tot l’ timps.

Mèrcë de vos-avë conë,

Dè l’ bouneûr quë nos-avans ië.

Po tot ça, djë v’s-in.merè todë.

 

in: CW, 2, 2015

 

Sint -Valentin

 

Po dire li vraî, i faut admète qui l’ afêre aveût stî mau èmantchîye.

Olga ni saveût v’nu l’ sèmedi. I s’ènn’ âreût d’vu doter. Mins en- z-î sondjant bén, tot n’ èsteût nén vraîmint pièrdu po ça. Li vinrdi, ça aleûve. Li vinrdi 13. Ça pwate bouneûr. Èt avou one picîye di chance, sondjeûve-t-i, on poureût fé durer 1‘ soper jusqu’après méyenêt. Adon, i lî pidreût s’ bèle p’tite finète mwin èt-z-î mète dissus on doûs p’tit bètch. Qui n’ sèreût qui l’prumî, po l’pus sûr. I n’ èst nén disfindu dè sondjî !

I waîte si monte èt racawaîtî s’ GSM. Pont d’ mèssadje. Nén seûremint on fayé SMS. Èst-ce possibe ? I n’ faît pont d’ bén èt k’mincî à cafougnî s’ tèlèfone. I n-a qu’ lu què 1‘ poureût sauver. À l’ tauve qu’ èst padrî s’ dos, on s’ flache à rîre. Noste ome faît chonance di rén. À 1′ veûy, vos dîrîz onk qu’ a bén 1′ timps. Mins dins 1′ fén fond, il èst mwârt disbautchî. Imbarassé ; i nè 1′ sâreût catchî. One grande rôye lî baure si front d’ one orèye à l’ ôte. Pupont d’ èspwêr…

I saye portant dè fé bèle mine. Po 1′ dîjyin.me côp, i tape sès-ouys su 1′ meunu spéciâl dè 14 di fèvri. Pèneûs come onk qu’ âreût pièrdu s’ boûsse. Dins lès coujines, c’ è-st-on r’moûwe-mwin.nadje di tos lès diâles mins à s’ tauve, ça sint 1′ rosti. Li p’tite boujîye kimince à tron.ner. Olga n’ vêrè nén. Èlle èst télemint djolîye. Trop come i faut por lu.

On djon.ne sièrveû, qui s’ è faît mau, lî d’mande avou on p’tit sorîre, èt pinsant lî fé plaîji, s’ i n’ pidreût nén d’djà one pitite cope di champagne. Non mèrci, di-st-i, tot fiant chonance dè taper on-ouy su 1′ cârte dès véns. Coradjeûs, don. Non, i va co ratinde one miète. I vént d’ achèver s’ deûzyin.me botèye d’ aîwe. È s’ tièsse, lès bruts dès vêres qu’ on choke ravisèt on disdut come si on câssereût l’ mwin.nadje. Aus tauves astok di lu, on rît à bavole tot gobant dès platès mosses èt discafiotant dès omârds. Il ont l’ aîr binaujes, zèls. È mitan d’ tos cès riyadjes-là, noste ome a on visadje tot règrignî. I saye afîye dè sorîre po fé bèle mine divins s’ maleûr. I rarindje li nuk di s’ bèle noûve cravate à l’ môde, on côp èt pwis deûs. Po fé passer 1′ timps. Ci qui compte, c’ èst dè aurder on bia jenre.

 

(Hemptinne-Éghezée / Um’téne)