Li Sinte-Bârbe en Bèljike walone, picarde, gaumèse (La Sainte-Barbe en Belgique wallonne, picarde, gaumaise)

PLAN

 

0 Présintâcion / Présentation

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

1.1 L’ ouwès’-walon / L’ouest-wallon

1.2 Li Picardîye / La Picardie

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

1.4 L’ ès’-walon/ L’est-wallon

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

1.6 Li Gaume / La Gaume

2 Tradicions gastronomikes / Traditions gastronomiques

3 Tradicions musicâles / Traditions musicales

4 Tradicions dès djeûs / Traditions ludiques

5 Scrîjadjes / Littérature

6 Ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

7 Ôtès-afaîres / Divers                                                                                                                                                                                                                                                

0 Présintâcion / Présentation

(in: René Dejollier, Charbonnages de Wallonie de 1345 à 1984, éd. Erasme, s.d.)

(in: Das Christentum, Geo Epoche, 81, 2017, S.64)

(id., S.65)

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

(in: André-Gérard Krupa, Nadine Dubois-Maquet, Françoise Lempereur, Le Musée de la Vie Wallonne, Crédit Communal, s.d.)

1.1 L’ ouwès’-walon / L’ouest-wallon

Achille Goethals (Djumèt), in : Li Chwès, 3, 2002, p.12

Sinte Barbe à Ègne

 

Gn-a longtimps qui, à Ègne, lès molètes di sint Quentin èt di sint Louwis èn’ fêyenut pus pârtîye du payisâdje. Mins tout n’ èst nén tcheû au fond du bougnoû: lès souvenances sont co bin vikantes, èl timps n’ a nén distindu l’ pètite flame du quénkèt dins lès keûrs. Tous lès-ans, dispûs pus d’ vint’ ans, au quate di décembe, dès vîs-ouyeûs – i d-a co d’pus qu’ on n’pinse – èrpèrdenut l’ tchumin d’ èl vîye tchapèle pou l’ mèsse di Sinte-Bârbe. Lès ancyins racontenut qui, dins l’ timps, èl mèsse asteût d’mandéye pau jèrant, qui fèyeut nén bon d’ î mankî si on n’ vouleut nén èriter dès salès boûyes après. Eyèt, come di toute façon, après mèsse, i payeut in vêre dins tous lès cabarets èt lès cantines di Ègne… èt i d-aveut ‘ne masse, à ç’ timps-là!

Lès fosses sèréyes, l’ èstatûwe di sinte Bârbe a d’meuré à djok, dès-anéyes d’asto, à ‘l coupète d’ èl sacristîye, ça n’ pouveut nén durer. Saquants vîs-ouyeûs ont r’mètu l ‘mèsse à dalâdje: is-ont voulu qu’ èle fuche en walon pou qui tout l’ monde èl compèrdîje. Èl corâle « Lès Pensamis » avou s’n-acôrdèyon, ès’ chèf, Ghislain Nicolas èyèt s’ mèsse en walon, c’ èsteut tout jusse pou fé l’ afêre.

Lès-ouyeûs qu’ ont ieû ç’ boune idéye-là, ont fêt leû dérène bauye dispûs longtimps, mins on comité d’ancyins, avou leû famîye, ont r’pris l’ goria avou Jeanne van Calsteren come présidente d’ oneûr. I faut dîre qui nos-avans l’ chance d’ awè ètou à Djumèt deûs curés, purs Walons èyèt fiérs di no lingâdje: no dwèyin, Robert Mathelart èyèt Ernest Michel. (…) A no dérène mèsse, i gn-aveut à pô près 150 djins, èyèt  ‘ne dimi douzène d’ ouyeûs en lokes di fosse avou leû quénkèt pa d’vant l’ auté d’ sinte Bârbe qu’ a stu scapéye quand on-n-a disbrôki l’ Roton.  Si vos voulèz ièsse avou nous-ôtes è ç’ côp ci, c’ èst mèrcrèdi 4 di décembe à chîj’ eûres à ‘l tchapèle d’ Ègne. Eyèt quand c’ èst fini, gn-a in vêre à bwêre, mins nè l’ dijèz à pèrsone!

 

Vîve Sinte Bârbe

Ègne: hameau de Jumet. Sa chapelle est le coeur de la marche de la Madeleine. bougnou: fosse.

èrpèrdenut reprennent

jèrant gérant

èstatûwe: statue.

à dalâdje: d’allure.

bauye: besogne.

disbroki: fermer.

 

Pierre Faulx (Expression)

L’ trét sinte Barbe

 

Chaque jour, les porions avait un « présumé » (compte) à fournir en fonction du nombre d’abatteurs occupés dans leur chantier. A chaque envoyage, se trouvait un tableau où étaient inscrits les chariots de chaque taille.

Les chariots dépassant le présumé, étaient comptabilisés en boni; aussi, le jour de la sainte Barbe, dès que l’on avait rempli un certain nombre de chariots, plus le boni que l’on possédait, on atteignait le présumé et on pouvait commencer à fêter la saint Barbe. Cette coutume a disparu avec l’avènement du travail à « marché » (à contrat). – se dit d’un jour X où fut battu un record de vente ou de production.

 

E. Yernaux, F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d.

 

LE MINEUR

 

Le mineur était vêtu d’un pantalon de toile bleue et d’une veste qui s’appelait in djipon. Dans le cou, un grand mouchoir de poche rouge à pois ou bleu assez foncé; sur la tête, in bèguin, coiffe en toile, sur laquelle venait la calote ou chapeau en cuir. Ses outils principaux : la hache et le pic. Il avait in pikot pour suspendre aux bêles sa lampe et son brikèt qu’il devait préserver des rats. Li hièrtcheû avait primitive­ment pour fonction de tirer les chars ou les bacs remplis de houille ou de détritus pour les terrils. Ces décombres s’appelaient jadis trigu et avaient donné naissance au mot trigus qui désigna les premiers terrils. Les mineurs jadis se reconnaissaient parce qu’ils avaient les jambes arquées et que leur visage et leurs mains étaient remplis de casbleûs.

(p.357) Les mineurs mesuraient à la paume. On disait de telle veine qu’elle avait dix paumes. Bien souvent, c’était par cette expression qu’on la dé­nommait. Ils employaient aussi les mots in pougne, in pong (poing), in coûsse, in pont, in baston.

La hiérarchie des fonctions dans la mine est le hiercheur, l’ouvrier à veine ou à la pierre (bateleû); le porion, le chef porion et le conduc­teur. Celui qui prenait du grade pensait, comme la plupart de ses con­citoyens, que lorsqu’on prind du galon, on n’ sâreut trop dè prinde !

Sous l’ancien régime, on utilisait le bodèt, qui était un grand panier en osier. Il contenait environ le double d’une hanse. Il servait surtout à enlever les produits d’un avalement.

Quand quelque chose n’allait pas dans la besogne, le mineur disait n-a co in-n-aragnwè dins lès roûwes.

L’« au revoir » du matin à l’ouvrier qui se rendait dans la bure était : à r’wèr, boûne djoûrnéye, sinte Bâbe !

 

E. Yernaux, F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d.

 

LA   SAINTE-BARBE. 4 décembre

 

Au XIXe siècle, c’était incontestablement la fête la plus populaire parmi les fêtes des saints patrons. Cela tenait peut-être à deux éléments : le premier c’est que les mineurs représentaient la profession la plus nombreuse, la seconde c’est que c’était le métier le plus dangereux.

Sainte Barbe, vierge et martyre à Nicomédie, morte en 295, est la patronne de tous ceux qui ont un métier dangereux. A Montignies, elle est surtout considérée comme la patronne des bouilleurs. Cependant, chose que beaucoup de gens ignorent, elle est fêtée régulièrement par les marins.

Il y eut une chapelle Sainte-Barbe à proximité de la rue de la Samaritaine et de la rue de l’Hospice.

On croyait généralement que la veille de Sainte-Barbe devait sur­venir un accident grave dans l’un ou l’autre charbonnage de la région. Effectivement, on enregistra souvent des accidents ce jour-là. Il faut sans doute trouver la cause dans le fait que quelques jours avant le 4 décembre, lès ouvris s’ ravancît. Cela signifiait qu’ils travaillaient une heure ou deux plus tard pour pouvoir remonter la veille de Sainte-Barbe à partir de deux heures. Le travail fait pendant ces heures sup­plémentaires était plus pénible, fait avec moins de soins, ce qui pouvait déterminer l’accident.

D’un autre côté, il faut avoir connu l’ambiance d’une veille de la fête des mineurs pour se rendre compte de l’état d’énervement des mi­neurs, surtout des jeunes. Il fut un temps où clandestinement on descen­dait avec du genièvre dans les bidons. La fête commençait sur le chantier (p.168) et se terminait parfois par une catastrophe. Cette pratique fut sévè­rement interdite, une surveillance très stricte se fit et elle connut bien­tôt sa fin.

A la cantine, le mineur mangeait de la tarte, buvait du café et du genièvre, cadeau du tenancier du cabaret. On buvait quelques gouttes, les chants commençaient pour finir tard dans la nuit.

Partout, soit dans la mine, soit sur le cârè d’ èl fosse, on dressait un autel avec des fleurs autour de la statue illuminée.

Le lendemain, jour de la Sainte-Barbe, celle-ci était honorée sui­vant le rituel accoutumé : messe, pain bénit. Rappelons en passant que ce rituel s’applique à toute fête de saint patron. Certaines de ces fêtes ont perdu le caractère religieux pour n’être plus que des fêtes laïques; mais jadis elles appartenaient avant tout au rite magique ou au rite chrétien.

La messe Sainte-Barbe avait une grande importance au temps de l’ancien régime et à la fin du siècle dernier.

Forions et employés allaient fêter le directeur-gérant et recevaient leur dréguèye.

Cela se fait encore de nos jours, ainsi que la messe Sainte-Barbe mais à juger par la participation squelettique du cortège, qui accom­pagne la musique du charbonnage, on peut conclure qu’elle est tombée en quasi désuétude.

Après la messe, c’était la tournée des cabarets, à chaque tournée on criait :

Vîve sinte Bâbe, èt co in côp hé !

Le dîner comprenait deux mets traditionnels, ceux des grandes occasions à Montignies, du lapén à prônes et de la tarte.

 

 

èl Sinte-Barbe à Hin.ne-sint-Paul (la Sainte-Barbe à Haine-Saint-Paul)

(Emma Masy, in: Èl Mouchon d’ Aunia, 2, 1980)

Pont-d'-l'-Au (Pont-de-Loup) / Sinte-Bârbe 1949

Montegnî / Montigny-le-Tilleul - Sinte-Bârbe (Sainte-Barbe)

(Mémoire en images, L’entité de Montigny-le-Tilleul)

Souvrèt (Souvret) - Sinte-Bârbe (Sainte-Barbe)

(in : Jean-Baptiste Marcelle, Mon vieux Souvret,  Centre Culturel de Souvret, 1980)

E. J. Piret (Romèdène / Romedenne), Li Sinte-Bârbe en 1900, in: CW 10, 1953, p.172-174

 

On bistoke

 

L’ djoû di d’vant on fieut « toubak »

À l’ ûlau d’ midi sonant ;

Lès-omes broként dins l’ barake

Èt buvént l’ goute en bauyant :

Vîve sinte Barbe !

Èt cor in côp, hé !

Vîve sinte Barbe !

Qu’ èle vîve à jamaîs !

On flûteut, chakin pou s’ paurt,

Cénk, chîs lites di bon pèkèt,

Lès « tchambes » bouchént ‘squ’à bén taurd

A l’ coupète dès grands remblès.

 

Gn-aveut qu’ flitchént come dès lokes

En ralant à leû maujon ;

Auzès cias qu’ batént l’ bèrloke,

Leû feume fieut co bén s’ mouzon.

Maîis ça n’ dureut nén dès masses

Pace qu’ amon lès carioteûs

On sondje qu’ is r’pèdront l’bèsace

Après d’mwin, sins fé l’nareû.

 

A l’ sôyerîye, on fèyeut bwâre

Policheûses èyèt mârbiers

Is djiglént tant… qu’ i fieut nwâr

Quand is quitént leûs chantiers.

 

En r’montant l’Tiène dè l’ Basse-vôye

Lès couméres djipént tout l’ timps

Èt maugrè qu’ c’è-st-à bèle vôye,

Lès mârbiers bukènt laîde’mint.

 

Is zoublént co pîs qu’ dès carpes

Riskant d’ tchèy li nez pa-d’vant ;

Qui v’lèz ? C’ èst l’ vèye di Sinte-Barbe

Qu’ on n’ bistoke qu’ in côp par an.

 

I faleut bén toute li chîje

Pou r’mète lès tèteûs d’aplomb ;

I gn-a qu’ è vèyént dès grîjes

Divant d’ rawè leû raîson.

 

 

Li Mèsse Sinte-Barbe

 

Audjoûrdu, c’ èst pus sérieûs

Tout-au mwins pou couminci :

C’ èst mèsse pou lès carioteûs

Èt pou tous lès-oûtes ossi.

 

Sinte Barbe dissus s’ pîdèstal

È-st-astampèye divant zias

T’-ossi r’lûjante qu’ ène sitwale

Èt gârnîye on n’ saureut mia.

 

I  gn-a dès tchandèles à make

Qui lumeneut come dès solias ;

Droci, come au tabèrnake,

Dès boukèts, gn-a dès moncias !

 

C’ è-st-ène mèsse come i gn-a pont

Dins lès vilâdjes d’avaur-ci

Ca no tchanterîye a bon r’nom :

Èlle èst l’ cok di tout l’ payis.

 

Li Patron monte à l’ ofrande,

Il est chû pauzès-ouvris ;

I gn-a sûremint dins lès trente :

Saquants djon.nes èt dès pus vîs.

 

Pwîs, c’ èst l’ toûr dès policheûses

À mète leû sou dins l’ platia ;

Ci n’ èst nén dès grandiveûses

Pourtant, waîtèz leû tchapia !

 

No curè èst bén binauje :

Il  aîme tant d’ oyi tchanter !

C’ èst pou ça qu’ i prind sès-aujes :

Èt qu’ i faîit mèsse sins s’ prèsser.

 

On tchante come au Paradis :

Lès couméres vos-ont dès vwès

Qui vos frént quausu frèmi

Èt fé sièrvi vo mouchwè.

 

Li cantike à leû Patrone

Èles li fignoleneut vraîmint

Èt sinte Bârbe, lèye qu’ èst si bone,

Nè l’ rouvîyera nén sûremint.

 

 

On paye si compte

 

Èt v’là grand’-messe qu’ èst finîye :

On mouche amon l’ grand Hinri ;

Mon Dieu todi, qués djiperîyes !

Qué dalâdje èt qué plaîji !

 

À ène tâbe, conte li fègnèsse,

Li Dirècteûr è-st-achî :

I ramasse, pou payi l’ mèsse,

Li paurt di tous lès-ouvrîs.

 

Dins l’ cabarèt, qué feumêre !

Ça djômîye come in fourgna :

Ça s’ra l’ min.me amon l’ Mènêre

T’t-à l’ eûre quand on-z-î djokera.

 

On n’ passera nén in pèton

Ci djoû-là, come bén dè jusse,

On ‘nn’ atindra dès tchansons !

On-z-è vûdra co dès « djusses » !

 

Maîs l’ vîye ôrlodje qui clicote

Sone « ène eûre » dins s’ caîsse di bos ;

Lès bistokeûs qu’ ont l’ licote

Sine’neut leû vinte à leû dos.

 

On diskind tèrtous acheune

À l’ Sôyerîye pou fé l’ bankèt ;

Il èst timps… – qu’ èst-ce qui v’s-è cheune ?

Di r’tinkyi tayes èt djilèts !

Tchapèle (Chapelle-lez-Herlaimont) - Sinte-Bârbe (Sainte-Barbe)

(Roger Darquenne, Images de Chapelle-lez-Herlaimont, Ecomusée régional du Centre, 1994)

Faurcène (Farciennes) - Sinte-Bârbe au Win.nâdje (Sainte-Barbe au Wainage)

(VA, 05/12/2013)

Djumèt (Jumet) - Sinte-Bârbe dès hièrtcheûses (Sainte-Barbe des 'hiercheuses')

(VA, 06/12/2014)

1.2 Li Picardîye / La Picardie

(in: Alain Audin, Mons-Borinage, s.d.)

au Borinâje (au Borinage)

Henri Tournelle, Véye Sénte-Bârbe

Borinâje (Borinage)

(s.r.)

Mont (Mons) - Sinte-Bârbe (Saint-Barbe)

(La ducasse de Mons, La Tradition par l’image, s.d.)

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

in: Jules Fivèz, Istwêre di Bièmeréye, èt di vint’-deûs-ôtes viladjes d’ avaurci dispûs noûf cints swèssante-quate, avou l’ concoûrs dès Bièrmèrwès, 1972, p.63

 

Li Sinte-Bâbe

 

Do min.me trèvint, i gn’aveut, à Bièmeréye, trwès grandès câriéres : iun.ne di grès d’ssus 1′ Fayis qu’ on n’ i fieut dès pavès èt dè 1′ balasse pou r’couviè lès vôyes come ç’ asteut l’ môde adon ; iun.ne di granit addé l’ Èstâcion pou fè dès pîres di tayes èt dè l’ tchaus’ avou lès r’tayes ; li trwèzyin.me è l’ Dréve avou dès tchafors pou fè dè 1′ tchaus’. Totes lès trwès astint dirijéyes pa Mossieû Djosèf Colidje èt s’ fis Silvin. Audjoûrdu, i n’ dimère pus rin d’ tot ça.

Eûreûsemint qu’ Mme Apoline Thiriaux, fîye da Lèyon èt Irma Sinet, a faît èn-acôrd avou M. l’ baron Pirmez pou-z-adouviè ène novèle cariére dins in têrin di s’ propiètè dès Maurlêres.

C’ è-st-au mwès d’ sètembe en 1928 qu’ on-a cominci à tirè dès cayaus. Mins ça n’a durè qu’ trwès-ans.

Ène ôte câriére a stî adouviéye in pau pus lon.

En 1941, ci cariére-ci èst divenûwe li propiètè dè l’ Socièté Lepoivre & Consorts di Nameur. Dispûs adon, li stindéye dè 1′ câriére tape todi d’pus au laudje. Pou 1′ momint, i gn-a dîs-èctâres. L’ èsplwètâcion èst confiéye à M. Adofe Lerouje qui d’mère à Bièmeréye dispûs 1941. Asteûre c’è-st-in vrai Bièmèrwès.

Insi, i gn-a todi ène saqwè pou fè travayi dès-omes di Bièmeréye èt ossi pou continuwè l’ fièsse di Sinte-Bâbe.

Pou lès djon.nes di nosse chér vilâdje, il èst bon di lès-eû rapèlè (p.63) qui, saqwants ans d’vant 1′ guère di quatôze, i gn-aveut, à 1′ câriére di l’ Èstâcion, in pont roulant suspindu d’ssus dès câbes qui r’monteut dès bloks di pîres di taye qui pèsint d’pus d’ ène tone èt qui, ossi rade rimontès, astint soyis à mèseure au moyin d’ in fil d’ aci qui rouleut dins lès gôjes dès poulîyes. Li fil passeut pa-d’zeû 1′ blok à soyi èyu-ce qu’ il asteut arosè avou in mèlanje d’ êwe èt d’ blanc sauvlon. I diskindeut tot seû jusqu’à l’ valéye do blok. Di nos djoûs, ci câriére-là èst rimplîye d’ êwe.

Si nos mètins iunk après l’ôte lès noms d’ totes lès-afaîres qui sont disparûwes, nos pôrins sawè èt jujè pouqwè on nos raconte qui nosse chére Waloniye è-st-en trin d’ moru bin bèlotemint, mins sûremint pace qu ‘i gn-a nin bin sûr qu ‘à Bièmeréye qui bran.mint dès-afaîres disparètenut pou tofêr. Qui faut-i fè pou-z-arètè èt èspètchi l’ dècadence di nos-acâàblè co pus fwârt ? Tot simplèmint, nos r’muwè à make si nos v’lans co vèy vikè nosse chére Walonîye. Li vikadje n’ èst tot l’ min.me qu’ èn-étèrnél ricomincemint. C’ è-st-aus Walons di cachi zias min.mes après leû salut en-ôrganisant ène saqwè d’ novia èt qui rapwate pou nos-ôtes tortos.

 

Marcelle FOCHON (Lautû / Lathuy), Lès tayeûs d’ pîre : bèsogne èt amûsemint, in: Lë Sauvèrdia, 287, 2011

 

Dins l’timps, lès tayeûs d’ pîre avine on rëde mèsti. Ës travayine jësqu’à doze eûtes par djou së l’ samin.ne.

Ës travayine dêr, mins ës savine ossë s’ amûser, princëpalemînt lë quate dë décimbe quand ës fièstine sinte Barbe. Après mèsse èt-z-oyë mètë dès fleûrs à leû sinte patrone, lès tayeûs d’ pîre atakine lë tournéye dès cabèets,.. d’vant dë s’ rëtrover po mindji èt bwêre èt bwêre ! Èt tchanter tortos èchone.

 

in: Roger Pinon, Chevaux-jupon de Wallonie, s.r., p.97-136

 

Un article de Léon Lefebvre dans Entre-Sambre-et-Meuse (Namur), n° du 11 janvier 1914, sauvé par Oscar Colson, établit qu’à la « kermesse des Masuis » qui avait lieu au XIXe siècle à la Sainte-Barbe, selon une tradition pouvant remonter au XVIIIe siècle, chez les Masuirs ou paysans-charbonniers de Jambes et qui survécut à leur disparition, une longue cavalcade avait lieu « où les chevaux-godin voisinaient avec de vieux grenadiers de l’Empire ou des mamelucks, montés qui sur un cheval, qui sur un âne, qui sur un bœuf. De ces marches, celle de 1866 est restée la plus célèbre dans l’esprit de nos vieux ». Les cavalcades disparurent les premières et en 1914 l’auteur de l’article déclarait que la magnificence des réjouissances des Masuis déclinait d’année en année.

 

Bwagnéye (Boignée) - Sinte-Bârbe: porcèssion (Sainte-Barbe : procession)

(Regards sur le passé, Sombreffe, Samaravia, s.d.)

Tamène (Tamines) - tchèrbonadje: pus' Sint-Bârbe (charbonnage : puits Saint-Barbe)

Tamène (Tamines) - Li Sinte-Bârbe (La Sainte-Barbe)

(Mémoires de la Basse-Sambre, 10, 1994)

1.4 L’ ès’-walon/ L’est-wallon

Jean-Louis PREVOT, Les carrières du Condroz oriental, in : GSHA, 14, 1981, p.38-43

 

LES DIVERTISSEMENTS

 

Autrefois, presque tous les ouvriers de carrière étaient dès bèveûs d’ pèkèt. Sur le chantier,  bèvint (li gote), buvaient la goutte. Une tradition s’était d’ailleurs installée : à noûv-eûres on sonéve pèkèt, on sonnait genièvre, c’est-à-dire une pause pendant laquelle on bèvéve cafè å pèkèt, littéralement on buvait café au genièvre. Le coup de sonnette signifiait vraiment qu’il était l’heure de fé on tchin (tchineter), faire un chien, c’est-à-dire de récolter de l’argent et d’aller qwèri on lite, aller chercher un litre. Les ouvriers disaient qu’ ine pitite gote, ça rapice, une petite goutte, ça réconforte : beûre on goûrdjon po s’ rapicî, po s’ diner dè corèdje, boire une gorgée pour se donner du courage. Les anciens carriers prenaient avec eux ine plate, une petite bouteille plate, pleine de genièvre. Ine platenêye, le contenu d’ine plate.

« Platenêye ! », « platée », crie-t-on à l’ouvrier qui boit ou au pigneteû, buveur qui ne marche plus droit. La goutte était à l’époque la boisson la moins chère : vos-avîz l’ gote po on neûr cent, vous aviez la goutte littéralement pour un « cent » noir, c’est-à-dire pour un sou noir (deux centimes). Les ouvriers envoyaient les gamins et les apprentis (p.42) acheter le genièvre : lès-apurdices (mouches) alint å pèkèt po lès-ovrîs, alint qwèri l’ pèkèt amon lès mêsses, ôtrumint, is l’ ârint disfindou, il fallait aller chercher le genièvre chez les maîtres (dans leur magasin), autrement, ils l’auraient défendu. Lorsque le gamin apportait la goutte, tot l ‘monde î déréve, tout le monde s’y jetait. Après le travail, lès-ovrîs r’passint d’vins lès cabarèts, repassaient souvent dans les cafés.

Li qwate di décimbe, c’ èsteût « Sinte-Bâbe » (Båre) po lès tèyeûs d’ pîre, le 4 dé­cembre, c’était Sainte Barbe pour les tailleurs de pierres. Sinte Båre èst l’ patrone dès-ovrîs dè l’ pîre, la patronne des ouvriers de la pierre. Po fièstî Sinte Båre, les ouvriers ne travaillaient pas. Il y avait ine mèsse po lès-ovrîs d’ pièrîre, une messe pour tes ou­vriers de carrière, et souvent, li bal da l’ Sinte-Båre, le bal de la Sainte Barbe. La journée se passait à boire du genièvre dans les cafés.

 

5 Une expression semblable devait exister à Resteigne puisque J. Degeye signale dans son article, une version française : « Le travail! du carrier était si pénible que les instituteurs de Resteigne brandissaient la menace : « Si vous ne travaillez pas à l’école, vous irez casser les cailloux à la carrière. » (G.S.H.A., n° 12, juin 1980, p. 70.)

 

Stâveleû (Stavelot) - Sôcièté Rwèyâle Sinte-Bârbe (Société Royale Sainte-Barbe)

Comblin (Comblain-au-Pont) - li Sinte-Bârbe (la Saint-Barbe)

(Emile Detaille, La Sainte-Barbe à Comblain-au-Pont, in: Les Echos de Comblain, novembre 1992, p.4-5)

Batice (Battice) - statuwe di sinte-Bârbe au fôrt (statue de sainte Barbe au fort)

(VA, 27/08/2012)

Mâmedi (Malmedy) - Sinte-Bâ(r)be (Sainte-Barbe)

(in: Lu Vî Sprâwe, déc. 1976)

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

Bernard Jacob / à Warmifontin.ne (Warmifontaine)

 

En vérité, à part les jours de dicauce (kermesse), la grande occasion de se livrer à des libations en règle était la fête de la Sainte-Barbe, patronne des mineurs. Le 4 dé­cembre, beaucoup passaient déjà boire un coup avant la messe. Et après, les compagnons d’équipe se regroupaient dans les cabarets. Ils ne rentraient pas au foyer pour dîner, ni pour souper… Alors, les ménagères, plus fâchées qu’inquiètes, partaient à la recherche du mari, du fils ou des deux à la fois. Quand les portes des cabarets s’ouvraient, elles laissaient échapper les bouffées d’un vacarme confus de conversations bruyantes entrecoupées d’interjections, de jurons, de chansons à boire. Souvent, sans concertation, la cacophonie s’interrompait pour faire place au cantique à sainte Barbe, entonné par l’un ou l’autre qui se souvenait tout à coup de l’existence de la protectrice. Toute l’assemblée faisait chorus :

C’est toi  qui  viens dans  le  sein  de  la  terre

Rendre courage à  l’ouvrier mineur

En allégeant le poids de sa misère

Tu   rends   moins   dur  son   pénible   labeur…

A tort ou à raison, le patron craignait la sympathie des ouvriers à l’égard du genièvre ; si quelque rare élan de générosité (?) le portait à leur allouer un maigre pour­boire à l’occasion de la Sainte-Barbe, c’était à la condition expresse que la dringuèle (pourboire) ne serve pas à consommer de l’alcool…

 

Les ardoisières de Warmifontaine-Grapfontaine (Ne 61), in: GSHA, 16, 1982, p.63-75

 

(p.74) Coutumes : la sainte-Barbe

 

La grande fête à l’ardoisière, c’est la Sinte-Bârbe, le 4 décembre. Depuis tou­jours, chaque ouvrier dépose, la veille de la fête, une boîte de bougies au pied de la statue qui veille au bord du trau.

Ces bougies sont allumées avant le retour au foyer. Ce jour de la fête, une –  messe est chantée à l’église. Une procession conduit ensuite les paroissiens et les ardwasiès a la bénédiction du pûj.

La direction offre une réception au réfectoire.

L’après-midi, les ouvriers se rassemblent au cabarèt où ils jouent os cartes, aux cartes : au wist’, au whist, ou au pikèt, un jeu proche du bridge.

Le soir, un bal clôture la fête.

Autrefois, avant 1912, la Sainte-Barbe se déroulait à peu près de la même manière. Mais elle connaissait, en plus, une sorte de concours, d’intronisation. Les pa­trons de l’époque avaient organisé un genre de cercle libre, destiné à limiter la consommation de l’alcool. Pour devenir membre de ce cercle, il fallait s’abstenir d’alcool durant un an, d’une Sainte-Barbe à l’autre. L’ouvrier recevait, au bout de l’année, une prime de 20 francs après avoir prêté serment. Pour éviter les menson­ges, la direction avait imaginé un subterfuge : le patron faisait mettre le futur as­sermenté à genoux, il lui pinçait la lîgue, langue, et lui demandait s’il avait respecté son engagement. Comme l’ouvrier était incapable de répondre, le patron répondait à sa place.

Le djeû d’ mouchète, jeu de mouchette, était pratiqué au départ par les ardoisiers. Il devint ensuite un divertissement pour tout le village. On retournait un tchôdran, chaudron, sur lequel on plaçait une casserole remplie de boîtes de con­serve vides. Les joueurs se tenaient derrière une ligne tracée à 4 m du tas. Le jeu consistait à atteindre le tas avu î blason ou une demi-brique. Le gardien du tas de­vait ramasser les boîtes éparpillées, remettre tout en place et toucher le joueur parti rechercher sa pierre avant qu’il n’ait rejoint sa place derrière la ligne. Le joueur touché remplaçait le gardien de la mouchète.

L’arrivée à l’ardoisière d’un nouvel ouvrier donnait lieu à de nombreuses plaisanteries. Si le nouveau travaillait en surface, on l’envoyait chercher du l’ wile du cayou, de l’huile de caillou, pour graisser les machines, ou un cizê à deûs tièsses, ciseau à deux têtes. Au fond, le nouveau trautiè cherchait désespérément un tire-bouye, un outil imaginaire pour extraire les défauts du schiste.

 

Willy Lassance, A la recherche des temps oubliés, éd. Eole, 2006

(p.192) La Fontaine Sainte-Barbe (Villers-la-Bonne-Eau)

 

Non loin de Bastogne se trouve le village de Villers-la-Bonne-Eau. Il tire son nom d’une fontaine guérisseuse : La Fontaine Sainte-Barbe. Un jour d’été particulièrement sec, le feu se déclara dans une grange bourrée de foin sec et l’incendie prenant de l’ampleur menaçait l’ensemble du village. Les habitants privés d’eau implorèrent sainte Barbe; aussitôt, jaillit une source abondante et l’incendie fut maîtrisé. Cette fontaine est en réalité un puits au débit intarissable, qui passe pour guérir toutes les maladies de la peau, résul­tat qu’on obtenait par frictions répétées d’eau miraculeuse sur les parties atteintes. Ce rituel s’accompagnait d’une neuvaine à sainte Barbe. Fêtée le 4 décembre, c’est une sainte populaire très connue en Wallonie. Elle est la patronne des artilleurs, des artificiers, des canonniers, des mineurs, des carriers, des prisonniers, et bien entendu… des pompiers. Vivant au IIIe siècle, elle fut emprisonnée à la demande de son père, dans une tour qui allait devenir le lieu de son martyre. Nul ne sait pourquoi, elle fut quelques années plus tard, torturée avec des lames ardentes, puis décapitée, expiant peut-être la foi solide qu’elle manifestait ouvertement… C’est sans doute la raison pour laquelle les naïfs sculpteurs d’autrefois la représentaient généralement emmuraillée… La statue de Villers-la-Bonne-Eau montre son effigie tenant dans l’une de ses mains un ciboire surmonté d’une hostie.

Régine pernoud (Les saints au Moyen Age, pp. 326-334) note que sainte Barbe figure parmi les quatorze saints et saintes intercesseurs. Elle spécifie également que Barbe ou Barbara aurait été enfermée toute jeune dans une tour par son père qui voulait mettre sa beauté à l’abri des convoitises. Elle devint chrétienne, mais son père attaché au paganisme voulut la tuer. Mal lui en prit, un orage éclata et il tomba foudroyé. C’est ainsi qu’elle est honorée par les artilleurs et les artificiers…

 

 

Dj'méle (Jemelle) - Lhoist / Sinte-Bârbe (Sainte-Barbe) (VA, 06/12/2014)

Bèrtrè (Bertrix) - Sinte-Bârbe avou l' Confrèrîye dès Scayetons (Sainte-Barbe avec la Confrérie des mineurs dans les mines d'ardoises)

(VA, 08/12/2014)

Houfalîje / Li 4e Jènîye di-y-Ama à l' Sinte-Bârbe (Le 4e Génie d'Amay à la Sainte-Barbe)

(VA, 08/12/2014)

Palijû (Paliseul) - Lès pompiers fièstéyenut l' Sinte-Bârbe. (Les pompiers fêtent la Sainte-Barbe.)

(VA, 11/12/2014)

Bèle-Vau (Bellevaux) - statuwe di sinte-Bârbe (statue de sainte Barbe)

Calsboûrg (Carlsbourg) - statuwe di sinte Bârbe (statue de sainte Barbe)

(in: Amand de Mendieta, Entre Lesse et Semois, Paliseul, 1974)

Nassogne - drapia dè l' confrèrîye Sinte-Bârbe (comincemint do 20e siéke) (drapeau de la confrérie Sainte-Barbe (début du 20e siècle))

(Muséye Piconru / Musée Piconrue (Bastogne))

Leu P'tit-Fayis (ou Ptit-Fayis) / Petit-Fays (litt. au Petit-Fays) (Bîve / Bièvre) - nom d' place: "Tchamps Sinte-Bârbe" (toponyme: "Champs Sainte-Barbe")

1.6 Li Gaume / La Gaume

Jean Draux (Halanzy / Halazi) raconte si-t-èspéryince di houyeû. (Il raconte son expérience de mineur.) (VA, 20/02/2013)

2 Tradicions gastronomikes / Traditions gastronomiques (co rin trové / encore rien trouvé)

3 Tradicions musicâles / Traditions musicales

cente-walon / centre-wallon : 

Camille DELVIGNE (Moustî / Moustier-sur-Sambre)

 

Po l’ Sinte-Bârbe

 

A l’ fine pikète do djoû, quand l’ viladje si dispiète,

On vwèt dèdja bouter dins l’ disdût dès bèrwètes

Lès poûsseleûs cârioteûs avou lès tchafornîs,

Gris nûtons dins l’ câriére ; aus fors, dès blancs mon.nîs.

Èt quand lès blos rôleront dè l’ falîje dichuréye,

C’ è-st-one fèle di tchanson qui montera dès-uréyes !

Choûtez-le, c’ èst l’ poûre qui clatche en stornant lès amias :

Mins po nosse boune sinte Bârbe, ci tchant-là, c’ èst l’ pus bia !

 

Rèfrin

Mins audjoûrdu, rovians l’ câriére

Ô, cârioteûs ! Rovians l’fosse avou sès miséres

Ô, nwârs houyeûs ! Li djoû d’ Sinte-Bârbe è-st-on djoû d’fièsse

Ô, tchafornîs !

Nos frans dicauce après grand-mèsse

Ô, calonîs !

 

Chanson de Ste-Barbe des tailleurs de pierres de Gobertange, in : VA, s.r.

 

« Pô bwâre on vêre di bîre

Vîve lès tayeûs d’ pîre

Ës ‘nn’ è bwarînt bén one tone

Sins dësfer l’ boton d’ leû marone

S’ ës-èvont à l’cantine

Po spaurgni one târtine

En bèvant dè pèkèt

ës n’ sinteront pës

L’ pwèd d’ leû mayèt».

 

Coplèts po l’ fièsse Sinte-Bâbe

 

DONÉYE PA LÈS-ÂRTILIEÛRS DÈ L’ GÂRDE CIVIKE

 

air : Prenons d’abord l’air bien méchant.

 

«Boum!..» sapristi! qu’ èst-ce qui c’ èst qu’ ça?

Sèreut-ce li Sinte-Bâbe qui sautèle?

Èt qué trayin, èt qué fracas!

Ça vint dè l’ deuzyin.me paralèle.

Â! dji m’ rapèle qui c’ èst 1′ canon

Qu ‘on tire en l’ oneûr dè l’ patrone :

Nos profiterans di l’ ocâsion,                      (bis)

A s’ santé, nos bwârans èchone.                   (bis)

Binin.méye sinte, vos pèrmètroz

Qu’ on vos fièstéye èt qu’ on s’amûse,

Èt fé rimpli tos lès gros pots

È l’ place dès bombes èt dès obus’.

Mètans lèvier, prolonje à pont,

N’ sondjans qu’ à tchanter èt bwâre,

Li botèye sèrè li gouvion,

Èt li tire-bouchon li gordjwâre.

A vos pîces, mais c’ èst 1′ vêre è  l’ mwin

Qui dj’ in.me di vos vôy en baterîye,

Bolèts, grènâdes èt biscayins,

Qui tot ça toûne en pâtisserîye.

Satch à ètoupîye èt dwatier,

Porte-mèche, afuts èt gârgousses,

Di Pomard tchèrdjans lès mortiers

Et rifoulans-ne afin qu’ i mousse.

Maugré li calme di nosse payis,

Mètans-nos todi su nos gârdes,

Po n’ nin passer po dès conscrîts

Ni po dès sôdarts di parâdes.

Po-z-èmantchî lès gârdes-champètes,

Nos bouterans dès-omes di facsion,

Èt po jubier, aus-abits vèt’s (sic),

On mostrè li tièsse d’on-djambon.

Adiè, lès-èsses, etc.

 

Po l' Sinte-Bârbe

(in: Le Guetteur Wallon, 1933-1934, s.p.)

l' ès'-walon/ l'est-wallon : Stâveleû / Stavelot: Sinte-Bârbe (Sainte-Barbe)

(in: 225e anniversaire de la Société Royale Sainte-Barbe de Stavelot, 1763-1988)

li sûd-walon / le sud-wallon: 

in: Raymond Mouzon, éd., Causans Walon, 3e partie, 2003, p.34-35

 Calixte Culot est chantre et organiste de la paroisse de Warmifontaine. Il a rempli à partir de 1980, et durant une quin­zaine d’années, les fonctions de secrétaire-trésorier du Groupement des Auteurs Dialectaux Luxembourgeois.

En 1976 et 1977, une partie de la messe de la fête de sainte Barbe, patronne des ardoisières, fut célébrée en wallon à Warmifontaine ; pour cette occasion, il a donc composé en son honneur un chant qui fut très apprécié tant pour la précision de son vocabulaire wallon que pour la vérité des sentiments qui s’en dégagent. Dans la dernière strophe, on sent que l’auteur, avec ses compatriotes, appréhendait à l’époque la fermeture de l’entreprise, fermeture qu’on espérait provisoire, qu’on craignait définitive. Depuis lors, l’ardoisière de Warmifontaine a relevé le défi de la modernisation, pour survivre encore une vingtaine d’années, avant de fermer ses portes en cette année 2002.

 

travau (m.) = chantier, carreau de l’ardoisière. · d’valè = descendre. · pa lauvau = vers le bas. · ouvradje (f.) = chambre d’extraction. · èponte = dans l’ardoisière, pilier naturel laissé entre chaque étage. · gulot (m.) = bloc de pierre à travailler. · gritchè = grimper. · dusnêvè = détacher, dégager. · duspîtè = débiter, dégager. · neûd (m.) = nœud, concrétion (à la tête ou au pied du bloc). · chaurè = se précipiter, déguerpir. · takèt (m.) = plate-forme d’embarquement des wagonnets. · èsse ou d’bout d’ la rôye = être au bout du rouleau (litt. du sillon).

 

À nosse bone patrone

 

C’ èst la Sinte-Barbe, c’ èst la fésse ou travau,

C’ èst nosse Patrone qu’ èst là pou nous wardi.

À-z-aleumant dès boujîes pa t’t-avau,

Dju lî rnoustrans quu dju n’ la rouvians ni. ,

 

Ref.

Come vous, sinte Barbe, qu’ astèz nosse bone Patrone,

C’ èst pa là-hôt quu dj’ v’lans toudi r’wêti !

Avu l’ Bon Dieu, dj’ arans t’t-à fêt assone

Si dju ‘nn’ alans sins rouviè du l’ choûti. (bis)

 

Quand dju d’valans pa lauvau à l’ ouvradje

Guingnè nosse crousse à ‘nalant travayè,

Dju vous r’wêtans èt dju r’purnans couradje,

Dju nous sintans tout plin pus rachûrès.

 

Si, à l’ èponte, î gulot èst pindu,

Qu’ an d’veûche gritchè pou ‘nalè l’ dusnêvè,

Ç’ n’èst ni facile, i faut wêti à lu :

An sondje à vous, pou n’ ni s’ fêre atrapè !

 

Co biè souvèt, an prind d’ la dinamite

Pou duspîtè lès neûds d’ tésse û dou pièd ;

An rnèt à feû avu d’ la rnètche rapide,

An sondje à vous à chaurant ou takèt !

 

Asteûre, sinte Barbe, sondjans à tous nos viès

Qu’ ant rnisêrè pou nûri leûs-afants :

Ou Paradis, c’ èst là qu’ is s’rant chûr biè,

Çu s’rè pour zeûs la pus bèle dès méjans !

 

An nous-è dit: « Dju sans ou d’bout d’ la rôye »,

Gn-è pus d’ ouvradje, an va clôre lu travau ! « 

Vous, nosse Patrone, apêtchèz qu’ an ravoye

Lès-ouvriès qu’ ant d’ja tout plin dou mau !

 

 

Calixte Culot (wallon de Warrnifontaine)

 

sinte Bârbe (sainte Barbe)

(Muséye di Mautche / Musée de Marche)

5 Scrîjadjes / Littérature

5.1 ouwès’-walon / ouest-wallon

Andrée Gos (Tchèslinia / Châtelineau), in: EB, 488-489, 1996

Secrétaire de direction, elle a pratiqué la peinture ainsi que la poésie en français et en wallon. Ses poèmes sont imprégnés de nostalgie et d’une certaine angoisse face à un monde en mutation.

 

 

Pupont d’Sinte Bârbe!

Niût sins stwèles, nwâres come li tchèrbon,

Èvoye lès molètes aluméyes di no Payis walon!

Mi grand-pére m’ a bén pârlé du timps passé;

C’ èst co dins m’ mémwêre, lès-istwêres qui m’ raconteut…

Lès-ouyeûs qu’ buvît pou roubliyî lès poussiêres

Aclapéyes à leû stoumak come du fiêr.

Lès djon.nes d’ asteûre n’ saurît comprinde

Lès maus qu’ is supwârtît sins s’ plinde.

Sinte Barbe, vos n’ èstez pus-aluméye,

On n’ vwèt pus vo bèle luweû à l’ vièspréye.

À r’vwêr, fièsse d’ in si couradjeûs mèstî;

Li dègne, s’ra rade aflachîye pou toudi!

Mins no nwâr payis ni r’nîyera jamés s’ race;

Quékefîye qu ‘in djoû, li tchèrbon ripurdra s’ place!

 

Plus de Sainte-Barbe!

Nuits sans étoiles, noires comme le charbon, / Disparus les chevalements^ allumés de notre Pays wallon! / Mon grand-père m’a bien parlé du temps passé; / Elles sont encore dans ma mémoire, les histoires qu’il me racontait… / Les mineurs qui bu­vaient pour oublier les poussières I Collées à leur estomac comme du fer. / Les jeunes d’aujourd’hui ne pourraient pas comprendre / Les maux qu’ils supportaient sans se plaindre. / Sainte Barbe, vous n’êtes plus éclairée, / On ne vous voit plus luire à la soirée. / Au revoir, fête [patronale] d’un si courageux métier; / Le charbonnage2 sera abattu pour toujours! / Mais notre Noir pays ne reniera jamais sa race, / Peut-être qu’un jour, le charbon [y] reprendra sa place!

 

Emile Dumont (èl Docherîye), in: EB, 371, 1984

Sinte Bâbe

 

Dji m’ souvin qui, quand dj’ î èfant,

El twès d’ décembe, avou m’ moman,

On daleut à l’ fosse du Tchaud-Moncha

Bustokî m’ pa.

Ç’ asteut l’ pus bèle auté

D’ sinte Bâbe, èl vènèréye

Dès coûs d’ fosses, dès câdjes à molètes

Du Bos d’ Hègne, Sint-Louis, l’ Avalerèsse.

On ratindeut, à l’ èvoyâdje,

Pou quand i sortireut d’ èl câdje.

Et quand il ariveut d’ssus l’ coû,

Dji coureu pou lyî dîre bondjoû.

On ratineut qu’ i vûde du lavwêr.

Dji m’ sèreu conte èm’ mame, tout fiêr,

Binauje di ièsse rolà

Avou m’ moman èyèt m’ popa.

On ‘rpasseut à l’ cantine du cwin

Eyu-ce qu’ èm’ pa ‘rtrouveut sès djins.

Is buvine dè l’ bîre ou du pèkèt.

Faleut vîr leûr rîres èt leu jwè.

Quand m’ mame jujeut qu’ ç’ asteut assèz:

« Alèz, Bêrt, èrvènèz.

 » ‘L èst timps. »

Nos-èralîz en tchantant

Et en bèrlondjant.

(…)

 

Emile-Joseph Piret, in: CW, 2, 1952

 

Li Mèsse Sinte-Barbe

 

Audjoûrdu, c’ èst pus sérieûs

Tout-au mwins pou couminci :

C’ èst mèsse pou lès carioteûs

Èt pou tous lès-ôtes ossi.

Sinte Barbe dissus s’ pîdèstal

È-st-astampèye divant zias

T’t-ossi r’lûjante qu’ ène sitwale

Èt gârnîye on n’saureut mia.

I gn-a dès tchandèles à make
Qui lumeneut come dès solias ;
Droci, come au tabèrnake,

Dès boukèts, gn-a dès moncias !

C è-st-ène mèsse come i gn-a pont

Dins lès vilâdjes d’ avaur-ci.

Ca no tchanterîye a bon r’nom :

Èlle èst l’ cokdi tout l’ payis.

 

Li Patron monte à l’ ofrande,

Il èst chû pauzès-ouvrîs ;

I gn-a sûremint dins lès trente :
Saquants djon.nes èt dès pus vîs.

Pwîs c’est l’tour dès policheûses

À mète leû sou dins l’ platia ;

Ci n’ èst nén dès grandiveûses

Pourtant, waitèz leû tchapia !

No curé èst bén binauje :

Il aîme tant d’ oyi tchanter !
C’ èst pou ça qu’ i prind sès-aujes :
Èt qu’ i faît mèsse sins s’ prèsser.

 

On tchante come au Paradis :

Lès couméres vos-ont dès vwès

Qui vos frént quausu frémi

Èt fé sièrvi vo mouchwè.

 

Li cantike à leû Patrons

Èles li fignoleneut vraîmint

Èt sinte Bârbe, lèye, qu’ èst si bone,

Nè l’ rouvîyera nén sûremint.

 

On paye si compte

 

E v’là l’ grand-mèsse qu’ èst finîye :

On mouche amon l’ grand Hinri;

Mon Dieu toudis, qué djiperîyes !

Qué dalâdje èt qué plaîji !

À ène tâbe, conte li fègnèsse,

Li Dirècteûr è-st-achî :

I ramasse, pou payî l’ mèsse,

Li paurt di tous lès-ouvrîs.

Dins l’cabarèt, que feumère !

Ça djômîye come in fourgna :

Ça s’ra l’ min.me amon l’ Mènère

T’t-à l’ eûre quand on-z-î djokera.

 

On n’ passera nén in pèton

Ci djoû-là, come bén dè jusse,

On ‘nn’ ètindra dès tchansons !

On-z-è vûdera co dès « djusses » !

 

Maîs l’ vîye ôrlodje qui clicote

Sone « ène eûre » dins s’ caîsse di bos ;

Lès bistokeûs qu’ ont l’ licote

Sinteneut leû vinte à leû dos.

 

On diskind tèrtous acheune

À l’ Soyerîye pou fé l’ bankèt ;

Il èst timps… – qu’ èst-ce qui v’s-è cheune ?

Di r’tinkyi tayes èt djilèts !

 

Li bankèt

 

Autoû dèl tâbe dè l’ grande tchambe

Vo lès v’là tèrtous achîs ;

Gn-a matante qu’ alume li lampe

Pou qu’ on n’ si brouye nén d’ kilî.

 

Ca c’ èst d’s-afaîres qu’ ariveneut

Quand on-z-a l’ tièsse astchaufèye

Pace qu’ on-z-a bu pus qui d’ dreut

Èt qu’ on ‘nn’ a « iène » su l’ orèye.

 

Lès canadas, lès lapins,

Ariveneut pa casserolèyes ;

Gn-a dè l’ bîre èt co dou vin :

On s’ guèdera jusqu’à l’ vèsprèye.

 

Maîs ç’ n’ èst nén l’ tout d’ fé ripaye

Èt di s’ bourer d’ bon mindji :

C’ èst pou ça qui l’ Patron paye

Saquants « fines » pou l’ fé mouchi.

 

Lès-ouvrîs fèyeneut l’ Monsieû :

Is tèteneut dès gros cigâres

Is sont co p’tète pus eûreûs

Qui s’ il- èstént dès richârds.

 

Li cognac faît sès-èfèts :

N’ atindèz nén lès babètes

Qui siroteneut leû café ?

Maria Dèyi, qué lâvètes !

 

Héy ! Silence ! On va tchanter !

Ça faît taîre li ribambèle :

Toûr à toûr, on va doner

Chakin s’ pètite ritoûrnèle.

 

I gn-a qui s’ fèyeneut priyi,

Ç’ côp-là qu’ on n’ sét pus fé taîre ;

Gn-a qui bwêleneut, mès-amis,

Qui vos crwêrîz qu’ is vont braîre !

 

On compte ostant d’ rossignols

Qui nos-avons d’ policheûses ;

Avaur-ci, ça n’ cheune nén drole :

Toutes lès vwès d’feume font fameûses.

 

Timps d’ èraler

 

V’là qu’ il èst quausu mèye-nût :

Faut sondji à-z-è raler…

Vos-alèz oyi l’ disdût

Qu’ is vont fé d’vant di s’ quiter :

 

(On crîye) :

Vîve sinte Barbe !

Èt cor in côp, héy!

Vîve sinte Barbe !

Qu’ èle vîve à jamaîs !

 

(On tchante) :

Qu’ èle vîve, qu’ èle vîve,

Qu’ èle vîve à jamaîs ! > BIS

A jamaîs ! A   jamaîs !

 

(Bras dzeûs, bras dzous, lès v’là partis pou r’vèni à leû maujon.)

 

Li londemwin s’ra couminci

Quand il îront s’ mète à djoke

Maîs gn-a nèlu qui vos dit

S’ is n’ auront nén ène aroke.

 

Si in « pèton » alumè

Lès-assatche come dès plomions

 Is sayeront co dou pèkèt

D’vant d’ rintrer à leû maujon.

 

È v’là co pou èn-an…

 

On vaira dès drôles di tièsses

Au matin quand on s’ièv’ra :

On pinsera qu’ on-z-a stî bièsses

 

Di bwâre vraîmint come dès vias.

Li bèsace cheunera pèsante,

Lès solés à « make » ètou,

Li djoûrnèye va ièsse dranante .

 

Crèyèz-m’bén ! pou zias tèrtous.

Mais is n’pôront mau dè l’ dîre :

On n’ si vante jamais d’ çoula

Ca leû feume ni freut qu’ d’ è rîre :

Èle ni ratind vraîmint qu’ ça !

 

Henri Van Cutsem, in: Tchabaréyes, Couillet, 1936

 

Sinte-Bâbe

 

Les quénkinisses ont fét l’ auté

à quate pas du cârè d’ èl fosse

su l’ cu d’ in vî tchaur qui cliyosse

èt qui l’ vèyeû vént d’ astoker…

 

Là, tout l’ monde duvra s’ arèter

divant sinte Bâbe en t’nûwe di noce.

Lès pus ganaches ou lès pus losses

n’ aront nén min.me l’ ér di r’niketer.

 

I n’ cwèt ni à Djî ni à djâbe ;

mins l’ houyeû coûrt à l’ mèsse Sinte-Bâbe

timps qui s’ feume cût l’ pus gros lapén :

 

ni faut-i nén striner l’ bustoke,

in foulârd qui lî va fin bén

avou sès pwès come des mastokes ?…

 

Willy Bal, in: EB, 488-489, 1996

 

Docteur en philosophie et lettres, prisonnier de guerre durant cinq ans, père de sept enfants, professeur émérite de l’Université catholique de Louvain depuis 1984, il est membre titulaire de la Société de Langue et de Littérature wallonnes et de la « section wallonne » de la Commission royale belge de Toponymie et de Dialectologie.

Auteur de plus de deux cents publications (livres, articles), les unes de nature philologique (surtout dialectologique), les autres, littéraires.

Son œuvre wallonne (poésie, contes, nouvelles) lui a valu plusieurs prix et, en 1968, l’élection à l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises.

Parmi ses publications récentes, citons l’édition avec la collaboration de Jean-Luc fauconnier du Dictionnaire de l’Ouest-Wallon d’Arille Carlier, Œuvres poétiques wallonnes 1932-1990 et, comme co-auteur, Belgicismes, Inventaire des particularités lexicales du français en Belgique.

 

 

Sinte Barbe

Sinte barbe dès fossîs,

Dès cariotîs, dès tchaufournîs.

En vos priyant, lès djon.nias d’ èl fosse

Rapineneut d’ in-ér tinre èt losse

À leû djon.nète qu’ est rivadjeûse,

Pléjante avou s’ bindia roudje as blancs pwès.

Èyèt lès vîs ouyeûs à l’ mousse crâwieûse

Compteneut èt r’compteneut su leûs dwèts

Combin d’ côps ç’ qu’ il-ont d’djà scapè.

La bèêle qu’ is bistokeneut vo fièsse

Min.me avou ‘ne priyêre in pô d’ crèsse.

Èt l’ long dès bans d’ agauche èt d’ bleu cayau,

Avou 1′ roketâdje èt lès tchaufoûrs,

Mwints-omes astokès come des tch’vaus,

À câréyès spales, laudjes èt coûrts,

Au curé, bin voltî, comandeneut ‘ne mèsse

À neuf-eûres, quand c’ èst l’ djoû d’ vo fièsse.

 

 

Sainte Barbe

Sainte Barbe des mineurs, / Des carriers, des ouvriers des fours à chaux. // En vous priant, les jeunes hommes du charbonnage / Se remémorent, d’un air à la fois tendre et canaille / Leur bonne amie qui travaille à la surface1, / Jolie a regarder avec son foulard2 a pois blancs. Il Et les vieux mineurs au visage marqué / Comptent et recomptent sur leurs doigts / Le nombre défais qu’ils ont déjà échappé là la mort]. / Voilà donc pourquoi ils commémorent votre fête / Même avec une prière un peu gauche\ // Et le long des bancs de schiste et de pierre bleue4, / Ainsi que dans les carrières et les fours à chaux, / Bon nombre d’hommes bâtis comme des chevaux, j Aux épaules carrées, larges et râblés, / Au curé, bien volontiers, commandent une messe II A neuf heures, le jour de votre fête.

 

rivadjeûse rivageuse’; ouvrière qui travaille au rivâdje.

Ce terme désigne le quai de chargement d’un charbonnage et, par métonymie, l’ensemble des installations de surface.

bindia ‘bandeau’, mouchoir qui protège les cheveux des ouvrières des charbonnages

d(ï) crèsse ‘de crête’; maladroitement, gauchement.

bleû cayau ‘caillou bleu’; pierre bleue, calcaire.

 

O. Dupuis, Sinte-Barbe

(in: Èl Mouchon d’ Aunia, 576, 1990)

Priyêre à sinte Barbe (Prière à sainte Barbe)

(s.n., in: Èl Mouchon d’ Aunia, 654, 1994)

Henri Van Cutsem, Sinte-Bâbe

(in: Dègne, éd. du Bourdon)

Châlèrwè (Charleroi) - Sinte-Bârbe

(in: Èl Bourdon, 351, 1982)

Robert Arcq, Vos rapelez co, sinte Bârbe... ((Vous) vous rappelez encore, sainte Barbe...)

(in: Èl Bourdon, 421, déc. 1989)

5.3 cente-walon / centre-wallon

Marie Deglimes (Fârjole / Falisolle), in : Florène ’73, 20

 

Pouqwè tûser Sinte-Bâbe ?

 

Pouqwè tûser Sinte-Bâbe ? Li timps passé èst woute !

Pouqwè s’ dilaminter ? Àbîye, insi, rèspond ?

Lès-ans ont mascaurdé lès meurs dè l’ vîye cawoute

Èt dismougnî l’ molète, alaumîye come in plomb.

 

Pouqwè s’ discouradjî ? Pace qui t’ as ieû t’ pension

Quand tès forés n’ è plît pus ? Ti t’ rafieus di ç’ djoû-là !

Pouqwè t’ fé du mwaîs song ? Ti n’ satches pupont d’ tchèrbon !

Adon t’ crèveus à 1′ win.ne, suwant pa-d’zous l’ cayau !

 

Pouqwè tûser dè 1′ nût ? N’as-se nin ène ôte tchanson ?

Sins todi t’ distbautchî di n’ pus awè l’ bèsogne

Quand t’ coradje rilayeut dins 1′ brut mile mètes o fond ?

Pourtant t’ grigneus dès dints, come ène wâyaule charogne !

 

Pouqwè tûser dès-eûres ? Fous t-tu d’ l’ anéye qu’ èst woute !

Ti n’avès co pont d’ bâbe quand t’ as muchî à l’ fosse             

Choûte mu : ripwase tès skines ! Vike bén l’ rèstant d’ tès djoûs !

Èt profite du solia qui r’nagâye su t’ cabosse !

 

Pouqwè tûser Sinte-Bâbe ? Waîte ritchaîre tès pidjons !

Faîs come ti feume Jènîye todi gaîye à t’ maujone,

Qui twad 1′ cô d’ tès fumèles po t’ fé du craus bouyon

Lèye, èle vout co t’ fièster. T’ rutîyes, mins ça t’ chène bon!

 

Poqwè tûser ostant ? T’ ès là qui t’ guignes au lon !

Dins l’ timps t’ lumès t’ quénkèt à l’ tchapèle di Sinte-Bâbe

Et t’ comptès les cârès dins l’ nwârcheû dès  lampions !

Pinses-tu qui t’ vîye sinte Bâbe n’ a nén gangnî s’ crochon ?

5.5 sûd-walon / sud-wallon 

Yves Gourdin (Bèrtrè / Bertrix), in: Nosse vî Bèrtrè, Foyer Culturel, 1991

 

(p.73) LA TCHÈPÈLE SINTE-BARBE

 

La tchèpèle èst djoké à l’ coupète dou l’ côsse

D’lé lè t’chmin d’u-ce quu lès scayetons passint

Èle ann’ èst veû,  annè sît dès chôses

Brâmint d’ côps, èlle èst veû brére cès pauves gamins

Cès pauves scayetons qui ‘nalint pou eune paye dè misére

À l’ foss’ pa tous lès timps, à l’ èsté coume à l’ ivér

La tchèpèle, lè quate dè décembe, èrt toute rasblawichante.

Èlle èrt toute bèle, toute prope, èlle èrt avenante

Avè sès p’tites lèmîres, sès dokèts d’ fètchîres

On l’ avot r’nètîe, r’lavée, r’blantchîe.

Lès djonnes coume lès vîs î v’nint patèrner

Pou toutes lès grâces què sinte Barbe leuzî avot d’né.

Mwintes ènées ont passé èt la tchèpèle èst toudi là.

Lès scayetons ann’ ont ‘nalés, on nî vint peus s’ î agnoler,

Lès lèmîres seu sont dèstintes èt à l’ tchèpèle, il î fwét frwâd.

Lès gamins ont crècheu èt ont tout abandoné.

I n’ î d’meure peus qu’ dès souvenîrs

Maîs sinte Bârbe, lîe, neu put mau d’ lès rouvîr.

6 Ôte paut en Bèljike, ... / Ailleurs en Belgique

Grand-Duché (in: Luxemburger Wort, 01/12/2014)

(in: LW, 05/12/2017)

Alemagne (Allemagne) - Saarbrücken

(in: Bild, 05/12/2011)