Li fièsse di Sint-Èlwè / La Saint-Eloi en Belgique wallonne

PLAN

 

0 Présintâcion / Présentation

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

1.1 L’ ouwès’-walon / L’ouest-wallon

1.2 Li Picardîye / La Picardie

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

1.4 L’ ès’-walon/ L’est-wallon

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

1.6 Li Gaume / La Gaume

2 Tradicions gastronomikes / Traditions gastronomiques

3 Tradicions musicâles / Traditions musicales

4 Tradicions dès djeûs / Traditions ludiques

5 Scrîjadjes / Littérature

6 Ôte paut en Bèljike, … / Ailleurs en Belgique, …

7 Ôtès-afaîres / Divers

0 Présintâcion / Présentation

in: Varagnac, M. Chollot-Varagnac, Les traditions populaires, PUF, 1978

 

2/12: la St-Eloi: < fête du métal

4/12: la Ste-Barbe: < fête du feu et des artificiers

6/12: la Saint-Nicolas < Les enfants reçoivent des cadeaux, attribués à la générosité de l’au-delà.

1 Tradicions pa réjions / Traditions par régions

1.1 L’ ouwès’-walon / L’ouest-wallon

in: E. Yernaux E., F. Fiévet, Folklore montagnard, s.d.

 

SAINT  ELOI.  1er décembre

 

C’est le premier des trois grands saints du début de décembre. C’est le patron de tous les ouvriers qui travaillent le fer. Il est fêté de­puis des temps immémoriaux à Montignies. Notre commune a toujours connu des ouvriers du fer. Au Moyen Age, nombreux étaient les cloutiers.

Les métallurgistes, mais particulièrement les ouvriers de la forge, ont toujours apporté de l’originalité à la traditionnelle fête de Saint-Eloi.

Il est d’usage de faire une chapelle fleurie, bien éclairée, avec la statue du saint patron dans chacune des forges. On fait éclater des bruits de tonnerre en martelant un fer rougi sur l’enclume préalablement mouillée. On arrivait au même éparpillement de suites de feu, accompa­gnées de bruits assourdissants, en lançant une petite pomme de terre sur le fer incandescent au moment où le marteau retombait sur l’ èglème.

Comme toujours, chez nous, le pèkèt est de la fête. A chaque tour­née on s’écrie :

Vîve sint-Èlwè !

Èt co in côp, hé !!!

 

(…) La coutume était de fêter le patron ou le contremaître dans les grandes usines. A la maison, la femme, les enfants bustokîne le tra­vailleur.

La bustoke se faisait d’après un rite spécial. D’abord les bustokeûs se réunissaient à l’insu du bustoke et s’amenaient en groupe. En tête se (p.167) trouvait celui qui portait la bustoke, c’est-à-dire un petit arbuste, souvent in p’tit gurzèlî aux branches duquel on avait pendu le cadeau, des ciga­res, du tabac, des fleurs en papier. On présentait l’arbuste en disant :

Dji vos bustoke,

Dji vos rastoke,

Tènèz vous bén,

Vos n’ tchérèz nén.

Il y avait, bien entendu, la chanson du roi Dagobert que tous les gosses ont chantée et dans laquelle le bon saint Eloi veille à remettre les culottes de son roi à l’endroit.

La fête du patron des métallurgistes, qui se célèbre surtout la veille, est accompagnée de chants, de beuveries et, jadis, d’une messe. Aujour­d’hui, celle-ci est complètement oubliée. La célébration de Saint-Eloi, comme celle de Sainte-Barbe, a perdu tout sens religieux, elle est pure­ment profane.

Djumèt (Jumet) - Mèsse di Sint-Èlwè (Messe de Saint-Eloi)

(VA, 05/12/2012)

1.2 Mont-Borinâje (Mons-Borinage)

(in: La ducasse de Mons par l’image, s.r.)

1.3 Li cente-walon / Le centre-wallon

Brabant / omadje dès mârchaus à sint-Èlwè (hommage des maréchaux-ferrants à saint Eloi)

Nameur / Cortêje dè l' Sint-Èlwè (Cortège de la Saint-Eloi)

(VA, 04/12/2001)

Nameur / li Sôcièté Rwèyâle Sint-Èlwè (la Société Royale Saint-Eloi)

(VA, 08/12/2011)

Bièmeréye (Biesmerée) – li Sint-Èlwè (la Saint-Eloi)

in: Jules Fivèz, Istwêre di Bièmeréye, èt di vint’-deûs-ôtes viladjes d’ avaurci dispûs noûf cints swèssante-quate, avou l’ concoûrs dès Bièrmèrwès,

1972

 

(p.62) Li sint-Èlwè

 

I gn-a quéke sèptante ans, i gn-aveut, à Bièmeréye, deûs fonderîyes : li pus importante asto dè l’ câriére Colidje, addé l’ Èstâcion. Li djoû d’ audjoûrdu, èlle a disparètu sins lèyi li pus p’tite trace. L’ ôte è-st-ène miète pus-d’zos di l’ Èstâcion, acoléye au meur dè l’ maujo da Firmin Frèdèrickx. Di ç’tèle-ci, lès meurs sont todi astampès. I gn-aveut chî marchaus pace qui, adon, lès cinsîs avint bran.mint dès tch’vaus à fèrè èt dès tchaurs avou dès rûwes di bwès cèkeléyes d’ ène binde di fiêr. Audjoûrdu, lès tch’vaus èt lès tchaurs di-d-dins l’ timps sont rem­placés pa dès tracteûrs avou dès rûwes cawoutchoutéyes.

Tortos ècheune, lès cinsîs compris, i gn-aveut, di ç’ timps-là, bran.mint dès djins pou fièstè Sint-Elwè, èt ossi pou-z-alè à grand-mèsse qu’ asteut tchantéye èsprès pour zias è l’ oneûr di Sint-Elwè, leû patron.

Dinant / li Sint-Èlwè (la Saint-Eloi)

(Jacques Toussaint éd., s.t., p.319)

Somêre (On.aye) (Sommière (Onhaye)) - Sint-Èlwè (Saint-Eloi) : mèsse è walon (messe en wallon)

(VA, 22/11/2013)

Cînè (Ciney) – li fôre Sint-Èlwè (la foire Saint-Eloi)

in : Lucien Léonard, Lexique namurois, in : Bibliothèque de Philologie et de Littérature Wallonnes, 3, Liège, 1969

 

—  li fwêre aus tch’vaus (Ciney), foire aux chevaux organisée à l’occasion de  la   Saint-Éloi 

 

Leblan (Cînè / Ciney)

 

Cînè 1905 / Li fôre Sint-Èlwè

 

Viè 1905, on-z-aleut au trin ou à pîd à l’fôre St-Èlwè. I gn-aveut vint trins suplèmintaîres po Cînè èt, là, des djins plin lès rouwes.

Cite anéye-là, 1905, dji di à m’ camarâde Tutur :

– Nos-îrans à l’ fôre dimwin.

Il aveut 4 fr. èt mi 3 èt d’méy, mins lès gotes èstint po on sou ; on danseut deûs  danses po on sou èto èt lès djeus d’ hasârd costin.n li min.me: li bidèt ou l’ as’ di cœur). Nos-î avans stî po comincî.

A 11 eûres, Tutur n’ aveut pus qu’ on franc èt d’méy èt mi on franc.

On-z-aveut fwin : nos-avans stî mougnî deûs grossès galètes èt bwâre one jate po 30 centimes èmon Prospêr. Come nos n’ avins pus bran.mint, dj’ a doné mès sous à Tutur po qu’ i paye.

—   Nos-îrans danser, asteûre, di-dje… c’ èst ç’ qu’ i gn-a d’ mèyeû martchi…

À one eûre èt d’méye, Tutur m’ astaudje :

—     Faurè bin-z-èralè, dji n’ a pus qu’ iût sous…

Èt nos-î-là en route pa li p’tite rouwe adlé l’ posse.

Là, dji veu on grand fwârt ome, dèdja vî, qu’ aveut stî acheter on via à  l’ fôre. Il aveut one cwade di deûs mètes po mwinrner l’ bièsse. I t’neut l’ cwade su si spale èt satcheut l’ via sins s’ ritoûrnè, sins fè atincion aus rigodons qui fieut.

Vèyant ça, dji di a Tutur :

—     Si ça rèyussit, nos n’ èralans nin co…

—    Qui vas-se fè ?, d’mande Tutur.

—     Ti veus l’ ome avou l’ via… Dji va t’nu l’ cwade èt su l’ timps qui dj’
frè l’ via, ti côperès l’ cwade èt t’ îrès su l’ fôre avou… Dji va-z-î arivè…

Insi dit, insi faît.

Dj ‘a faît tinkyî l’ cwade èt dj’ a hiketé di tènawète… Èt quand dji n’ a pus vèyu l’ Tutur, dj’ a lachî l’ cwade: dj’ a rotè rade èt monté su l’ trotwêr èt dèpassè l’ vî ome.

Vint-cink mètes pus lon, dji vèyeu l’ ome qui roteut todi sins-awè l’ aîr d’ awè rin sintu… Li cwade barlokeut drî li.

Dj’ a sti r’trovè Tutur… Nos-avans vindu l’ via po 30 francs èt nos-avans ribotè deûs djoûs au lon !…

 

Cînè (Ciney)

(VA, 28/11/2013)

Graîde (Graide) - Sint-Èlwè (Saint-Eloi) : bènichadje dès tch'vaus èt dès tracteûrs (bénédiction des chevaux et des tracteurs)

(VA, 13/12/20..)

(VA, 17/12/2013)

1.4 L' ès'-walon/ L'est-wallon

 

 foto (photo) : Payis dè l’ Rotche / Pays de Laroche(-en-Ardenne): Hîve (Hives)

(VA, 09/12/2008)

 

 dins l’ Hèsbaye / en Hesbaye : 

in : C. Grenson, BSLW, T7, 1966

St.-Eloi est particulièrement révéré en Hesbaye comme le patron et le protecteur des campagnes.

1.5 Li sûd-walon / Le sud-wallon

One sadju dins l’ Ârdène dins l’s-anéyes 1960 (Quelque part en Ardenne dans les années 1960): li bènichadje dès tch’vaus (la bénédiction des cheveaux)

(VA, 18/07/2012)

Mautche (Marche(-en-Famenne) - li Sint-Èlwè dé lès Tchèsseûs ardènès (la Saint-Eloi chez les Chasseurs ardennais)

(VA, 08/12/2011)

(VA, 06/12/2014)

Seumwas (/ Sèmwès namurwèse) (Semois namuroise) - li Sint-Èlwè (la Saint-Eloi)

(Semois, s.r., p.282)

Strintchamp (Strainchamps) - li Sint-Èlwè (la Saint-Eloi)

(in: André Lebeau, Strainchamps à travers 20 siècles, 1970)

Anlè (Anloy) 

in : Marie-Thérèse Pipeaux, Anloy, un siècle d’histoire 1900-2000, éd. Weyrich, 2004

 La Saint-Éloi

 

Autrefois, le soir du 30 novembre, tous les fermiers se réunissaient pour aller offrir à leur maréchal-ferrant leurs vœux de fête avec un sapin bien garni et un magnifique cadeau.

Ils étaient bien reçus. Un bon goûter attendait cette bande joyeuse et souvent la soirée se prolongeait jusqu’au matin.

(p.18) Le jour de la fête était jour de chômage pour les chevaux et le maréchal-ferrant. La même festivité se déroulait le 19 mars pour le charron et le menuisier.

Bouyon (Bouillon)

(VA, 30/11/2015)

Your Title Goes Here

Bouyon (Bouillon) - au Musée Ducal

Bouyon (Bouillon) - Sint-Èlwè (Saint-Eloi)

(VA, 01/12/2014)

in: Clio 70, 1974

Bouillon / La fête de saint Eloi

 

Chaque premier décembre, est célébrée la fête de saint Eloi, patron des ferronniers. Cette célébration, plus que centenaire, comporte un cortège (9 h 30), une messe solennelle (10 h) suivie de la bénédiction des gâteaux, leur distribution et un bal populaire en soirée.

Il s’agit en fait d’une transposition de la fête de saint Nicolas, propre à la corporation des bûcherons, opérée vers 1870, lors du développement de l’industrie métallurgique dans la ville et de l’amenuisement du nombre des bûcherons. Des colonnes de gâteaux, fleuries et enrubannées, sont portées sur

des civières. Le cortège est formé des porteurs de gâteaux, précédés de petites filles vêtues de blanc et munies d’un cierge, des musiciens, des ouvriers ferronniers de la ville et de leur famille. Ce cortège traditionnel se rend à l’église

pour l’office et la bénédiction. Ensuite, les gâteaux découpés en parts, sont portés aux domiciles de ceux qui ont souscrit aux frais de la fête ainsi qu’aux malades et aux vieillards.

 

G.L.

 

in : AL 27/11/2008

Le dimanche 30 novembre, pain bénit procession et messe. La Saint-Éloi se prépare. Dans les coulisses du boulanger Lionel Wauthier.

Claudine DE BOUVER

 

Yonel Wauthier, vous êtes boulanger à Bouillon. Fin de semaine, vous confectionnerez les pains de la Saint-Éloi?

Vendredi et samedi seront des jours de travail intense pour moi et les trois autres boulan­gers bouillonnais. En tout, nous cuirons environs 700 gâteaux à côtes, plus les grands pains pour la messe, et les parts des mala­des. Le lendemain, nous recom­mençons pour préparer les brio­ches distribuées dans les écoles maternelles et primaires. Envi­ron 400.

 

La recette de ce «gâteau mollet» est particulière ?

Ce pain est à base de farine, beurre, œufs et sucre. Depuis 1978, j’ai toujours suivi la même recette, et elle n’est utilisée que pour la Saint-Éloi. Chaque boulanger a, bien sûr, quelques tech­niques de fabrication bien à lui.

 

Ils ont aussi une forme précise ?

Les pains destinés aux souscrip­teurs (voir ci-contre) ont des cô­tes et une «buse » en leur milieu pour pouvoir les empiler les uns sur les autres autour d’un mât. Les « rouyots » sont des gâteaux ronds, sans côte, faits de la même pâte et réservés aux mala­des. Les gros gâteaux découpés et distribués à la messe ne sont pas troués et pèsent environ 2 kg. Les petites brioches du len­demain sont destinées aux en­fants des écoles de Bouillon.

 

Votre rôle le jour J?

Dimanche matin, les boulan­gers livrent leurs pains, à partir de 6 h 30, à l’église. Là, les mem­bres du comité Saint-Eloi construisent les « civières » et on attend, toujours un peu dans l’angoisse, pour voir s’il y aura assez de porteurs bénévoles. La procession fait un premier tour, Suisse et musique en tête. Après la messe, le cortège entame son second circuit qui passe par la rue du Petit (voir ci-contre).

Sur chaque civière, un mât orné de ru­bans rouge et blanc. Sur celui-ci sont empilés les pains qui seront bénis à l’église. Qui porte ces civières festives?

Ce sont souvent les mêmes per­sonnes qui rejoignent le cortège. Les associations Saint-Eloi de Namur et Wommelgem seront pré­sentes. Les pompiers et plusieurs confréries locales ou amies sont toujours fidèles au poste. Les anciens des usines ne sont plus tout jeunes et certains nous ont fait savoir qu’ils ne pourraient plus porter. Cela dit, toute personne qui souhaite par­ticiper au cortège est la bienvenue. Il est important qu’elle ar­rive bien avant l’heure du départ. On lui prête alors le sarrau, la casquette et le foulard, le temps de la procession. Trente nouveaux sarraus ont d’ailleurs été confectionnés récemment par des bénévoles.

 

Votre participation ne s’arrête pas à la confection des pains. Vous êtes également actif en tant que membre du comité Saint-Éloi de Bouillon. À ce titre, une tâche particulière vous est dévolue ?

Une fois que les pains ont été bénis par le doyen, je me charge de la première découpe à la sa­cristie pour que la distribution puisse se faire à l’offrande.

Je le fais avec deux jeunes de 17 et 18 ans qui s’initient pour le jour où il faudra prendre la re­lève.

Les nouveaux membres sont d’ailleurs les bienvenus dans no­tre société Saint-Éloi.

 

N’oubliez pas la dringuelle aux enfants

– 9 h 45: premier cortège au départ de l’église. Suisse et musique en tête, suivis des anciens ouvriers des usines, des associations Saint-Éloi voisines, des pompiers et autres confré­ries locales et amies.

-10 h 15 : grand-messe en l’honneur de saint Éloi. Les bénévoles emballent les gâ­teaux. Pour la plupart, ce sont les épouses des porteurs de «civières» du cortège. Possibilité de se procurer une brioche après la messe, à la salle

Sainte-Cécile. Un pain entier: 4€50, une part: 2€.

-11 h 15: deuxième procession à travers la ville.

-14 h : les souscripteurs vont, avec les plus jeunes, distribuer les pains dans les maisons. Traditionnellement, les gens donnent la dringuelle aux enfants!

 

VITE DIT

Les pains sont vendus par souscription. C’est-à-dire qu’un mois avant la fête, les souscripteurs volontaires se répartissent les quartiers de la ville et vont sonner aux portes des Bouillonnais. Ceux-ci leur payent anticipativement les pains, et c’est souvent l’occasion d’un moment convivial où les nouvelles circulent autour d’un verre ou d’une tasse de café. Le comité demande d’ailleurs aux habitués d’avoir la gentillesse d’expliquer la tradition à leurs voisins Jadis, les bûcherons, dénommés «miquelets», fêtaient leur patron, saint Nicolas, le 6 décembre. Les ouvriers du bois ont été remplacés par les ferronniers, industrie très prospère à Bouillon aux XIXe et XXe siècles. Ceux-ci ont repris la tradition de la procession et du pain béni lors d’une messe, en la déplaçant au 1erdécembre, jour de la Saint-Éloi. Un mélange de folklore et de religion, une tradition bien vivante à Bouillon.

Chaque année, le deuxième circuit de la procession fait une halte à la rue du Petit. La fanfare y joue une aubade devant la statue de saint Nicolas, clin d’œil au patron des miquelets. Mais dernièrement, la statue du saint patron a été dérobée. Et la niche est vide. Une vraie désolation pour de nombreux Bouillonnais!

 

.

(in: Folklore Brabançon, 121-124, 1949)

(Muséye Ducâl (Musée Ducal), Bouyon (Bouyon))

(Muséye Ducâl (Musée Ducal), Bouyon (Bouyon))

1.6 Li Gaume / La Gaume (co rin trové / encore rien trouvé)

2 Tradicions gastronomikes / Traditions gastronomiques

Bouyon (Bouillon) – li pwin Sint-Èlwè (le pain Saint-Eloi)

3 Tradicions musicâles / Traditions musicales

Èl Louviére (La Louvière): Floribert Deprêtre, Pou vo Sint-Èlwa, Boune fièsse, èm’ Colau (Pour ta Saint-Eloi, Bonne fête, l’ami!) (in: Èl Mouchon d’Aunia, 1990, s.n.)

(peu lisible, à retranscrire)

Nameur (Namur) - Sint-Èlwè (Saint-Eloi)

Lucien Maréchal, in : Tot-à l’ doûce, éd. les CW, Namur, p.17-18

 

Grand  Sint-Èlwè

 

1

C’est d’mwin l’ prumî d’ décimbe,

Grand Sint-Èlwè, I n’ èst sûr nin trop timpe

Po qu’ on v’ tchante à plin.ne vwès.

Tot ç’ qui travaye dins l’ fiêr

Vos r’clame po s’ sint Patron,

Vos si bon, si pau fiér,

Ci qui plaît aus Walons.

 

Rèfrin

Dimwin nos r’pudrans l’ ostèye,

Nos l’ promètans bin,

Mins d’vant, faut wîdî l’ botèye

En l’ oneûr di nosse Sint !

En l’ oneûr di nosse Sint !

 

II

C’ è-st-one tèribe famile,

Grand Sint-Èlwè,

Qui n’ si compte qui pa mile

Asteûre avou l’ Progrès.

Bènichoz su l’ ovradje

Marchaus èt lamineûs

Dins lès tchantîs, lès fwadjes,

Tchaufeûs, fondeûs, monteûs.

 

III

V’s-èstîz prumî Minisse

Grand Sint-Èlwè,

Mins todi po l’ justice

Au peûpe vos donîz drwèt.

On r’conicheûve voste uch

Aus pôves qu’ i gn’avèt d’vant

Qui tos nos maîsses waîtenuche

D’ è fé seûlemint l’ mitan.

 

IV

Vos gravîz dès-ôrerîyes

Grand Sint-Èlwè,

Qu’ aurin.n’ sûr faît invîye

Au pus grandiveûs rwè

Mins vosse bon Dagobêrt

N’ avèt d’ cure di tot ça

Avou s’ culote au r’viêrs…!

Co bin qui v’s-èstîz là !

 

V

Vos r’mostrîz bin vosse Prince

Grand Sint-Èlwè,

Lèyîz-nos l’ èspèrince

Et fioz nos roter drwèt.

Surtout, si l’ djoû d’ vosse fièsse

On s’ a bin distriyî

Qu ‘i nos d’meûre assez d’ tièsse

Po raler sins bambî !

 

(1) Musique d’E. Montellier.

Bouyon (Bouillon) :

Pierre GILLET, C’ èst la Sint-Èlwa (in: Luxembourg dial., 4, 1983)

Alez, lès fôrjeurons,

À la pâye, à la pâye,

Lès-ouvris, lès marchaus,

V’nez quére vos pècayons…

Léchiz teumer la lime,

Apougniz la chopine!

Anout, ç’ n’ èst pés l’ gueûlard,

C’ èst lès clotches qui v’s-apelant.

 

Alez, lès mènajères,

Deu la cave ou guèrni,

Passez dins toutes lès rôyes

On côp d’ loke à r’loketer…

Préparez lès brigosses,

Côpez lès-èchalotes

Et l’ lârd dins la platenée

Dès canados aus rousses…

 

Alez, lès blancs mitrons?

A la paute, à la paute…

I faut coûre lès gataus

Bin trawès èt bin ronds,

Dès-ûs èt dou lacé,

Dou sèk èt d’ la farine…

A vos mwaîs, à vos fors,

Leu solèy va s’ lûver.

 

Alez, lès-èfants d’ cûr.

Hosanna, hosanna!

Lès bwéchèles èt l’ vikaîre

Aveu toute sa smala…

Aleumez lès boujîes,

Bènichèz lès rouyots,

Feujez lès paurts égales

Et pèsants lès panis.

 

Alez, lès Bouyonès,

En-avant, en-avant,

Lès-aubâres atindant

Èt l’ coumissaîre pa-d’vant.

Leu cortéje èst fin prèt’.

Lès rouyots sont montés

Èt l’ dokèt èst planté

Bin haut à la coupète.

 

Alez, lès-amoureûs,

Lès djon.nes èt co lès vîs,

Bayez-ve tourtous la mwin

Djusqu’ à d’mwin au matin…

Adaumez l’ rigodon,

Anout, on va dansi

Èt s’ rabrassi padri

Lès hauyes èt lès beuchons.

 

REFRAIN

C’ èst la Sint-Èlwa

Qu’ è dit au Rwa Dagobért

Qu’ il arot s’ keulote à l’ envérs.

 

C’ èst la Sint-Èlwa

Qui, peu d’ un côp, è fwaît ène crôye

À bramint d’ peus d’ un pôrte-manôye.

 

C’ èst la Sint-Èlwa

Qui paurot bin mète en-émwa

Leu kûr dès bwéchèles deu la S’mwas.

 

(èstraît di: « Grand Louis … », p.160-161)

5 Scrîjadjes / Littérature

C. Daussogne (Lavèrvau / Loverval), in: EB, 319, 1979

 

Vîve sint-Èlwè!

Là quasimint èn-an qu’ sint-Èlwè n’s-a quitè.

Nos promètans du candjemint pou quand i nos r’vénrè :

D’ apôrter dè l’ besogne à tèrtous, dins l’ payis.

Mins, dispûs don, gn-a rén qu’ a vrémint stî candji.

Qui du contrére, faut vèy, li payis, qu’ il èst trisse !

In cièl gris, pont d’ feuméyes, èyèt pupont di spites.

Deûs fournis dissu twès sont mwârts èt distindus.

L’s-acérîyes, l’s-aminwêrs non pus ni moufetéyenut.

À pwène s’ on-intind co, in fayè pètit brût.

C’ è-st-à crwêre qui l’ maleûr a tout skètè, distrût.

Èt v’là qu’ vos nos r’vènèz ! N’ èstez ‘ne miyète jin.nè ?

C’ è-st-à vos dîre, vrémint, d’ passer vo tch’min tout drwèt.

D’ abutude, on vo monte ène bèle pètite tchapèle

Garnîye di v’loûrs, di fleûrs èyèt d’ saquants tchandèles!

Èt l’s-ouvrîs, ritanès d’ poûssiêre èt d’ suweû,

Fèyenut sauteler l’ bouchon pou mia ièsse à leû djeû,

Pou dîre leû jwè d’ awè di l’ ouvrâdje, c’ èst leû vîye

Pce qui, au-d’zeû d’ ieûs’-min.mes, gn-a l’s-èfants, gn-a 1′ famîye

Qui ratindenut ç’ djoû-là. Èt s’ is r’vènenut chifetès,

On lès bistoke, bunaujes, en d’jant : « Vîve sint-Èlwè ! »

 

Henri Van Cutsem, in: Tchabaréyes, Couillet, 1936

 

Sint-Èlwè

 

L’ èglème a fét s’ dérène tchanson. C’ èst l’ breune.

Lès deûs-ouvris, tèrmètant qu’ leû patron

è-st- à l’ maujone en trin d’d aprèstér ieune,

gârnichenut l’ fôdje avou saquants pètons.

 

Conte èl trava. qu’ èst djusse dins l’ clér di leune.

yin vént stanpér ‘ne posture, sume du sauv’lon

èt tape ès-n-oûy come s’ i mucheut ‘ne fôrteune,

timps qu’ l’ aute atatche dès drapias, dès balons.

 

Come pou l’ ducace, ç’ti-ci lume lès tchandèles…

Quand l’ patron r’vént, on wèt, su sès machèles,

couru deûs larmes, deûs grossès larmes di jwè !

 

Noulu ni d’vise ; mins leû keûr bat come mile…

Adon l’ mârchau rèpète : «Vîve Sint-Èlwè !…

Dimwin, l’s-amis, nos f’rons ribote à l’ vile. »

 

Jean Fauconnier (Tchèslèt / Châtelet), in: EB, 414, 1989

 

Li tch’vau da Sint-Elwè

« Â, l’ pére Tchètchèt ! »

Batisse qui  s’ a instalè su l’ soubassemint d’ l’ èglîje dè l’ vile, crîye insi s’ bondjoû au vètèrinére qui r’monte li place en mwin.nant à plènès guides si rododo satchî pa in bia p’tit blanc bidèt.

 

Dji v’neu djusse di m’ achîr dilé li, avou l’ èspwêr qu’ i m’ è direut co iène ou l’ aute di sès-istwêres … ça n’ a né manké ! …

« À m’n-avis, i s’ è va à l’ Saute, mon lès Mathy.  On m’ a dit qui l’ pus bèle dès vatches dè l’ cinse aveut bén du mau à taper s’ via.

Eyèt si Batisse si dispétche insi, c’ èst qui ça n’ va nén tout drwèt … mins Tchétchèt va seûremint arindjî ça : i conèt bén s’ mèstî.

Èt avou ça, qu’ i n’ èst né fiér pou ène mastoke.

Ç’ n’ èst nén pou ça qu’ on pout router su sès-ôrtias, i n’ si lét nén fé !

 

C’ è-st-insi qui, dispûs dès-anéyes, il è-st-en bisbîye avou l’ docteûr Grawîye.   In djoû,  mon Canada qui tént cabarèt su l’ Trî, Grawîye èsteut en trin d’ bwêre in vére avou di sès conechances, su l’ entrèfét’,  Tchètchèt intère pou bwêre in côp.   « Téns !, di-st-i Grawîye, v’là l’ mèdecén dès bièsses, i va co aprinde à lîre à in baudet, dandjireûs !

–  Téns, v’là l’ bièsse di mèdecén qui sogne ène gauche palète pou r’mète li dwète qu’ a sti skètéye  !, lyî r’casse Batisse. »

Tout l’ monde s ‘a mètu à rîre èt Grawîye a pris sès clikes èt sès clakes èt i -a rèchu du cabarèt ean clapant l’ uch.  Dispûs adon, lès deûs-omes ni s’ dijenut pus bondjoû.

 

« Bondjoû, Zavier ! », di-st-i là- d’ssus Bâtisse au mârchau qui d-aleut à 1′ èglîje.

I n’ èva nén pou daler à confesse, qu’ i m’dit Batisse, ça n’ lyî arive qu’ in côp par an, à Pauke … èyèt co !

Dji wadje qu’ i va vîr li curé pou prinde arindjemint pou l’ mèsse di Sint-Èlwè.   C’ èst li qu’èst l’ chèf dè l’ confrérîye pou ç’-n-anéye ci. »

Batisse si djoke, i candje di costé l’ fustu d’bos qu’ il a toudi a s’ bouche èt i d’mère sins rén dîre.  Avou atisse, ça n’ dure jamés lontimps.

« À propos, r’prind-i, èst ç’ qui vos savez bén quî-ce qui c’ èst qu’ èst l’sint patron dès vètèrinéres ?

–  Non, ça.

–   Eyèt dji nè l’ saveu nén non pus, c’ èst djustumint Tchétchèt qui m’ a asseûrè qui c ‘èsteut sint-Èlwè.

– Comint-ce qui c’ èst possibe qui dji lyî di, vos n’ avez rén à vîr avou lès fiérs sinon pou satchî in via qui n’  vout nén v’nu au monde tout seû !

– Dji m’ va vos-èspliker ça,  qu ‘ i m’ rèspond … »

Eyèt v’là  l’ istwère téle qui l’ ârtisse mi l’ a raconté.

Sint-Èlwè qu’ èsteut  l’ pus fwârt di  tous lès cés qui tapenut du mârtia djusqu’à ièsse li cé qui fèyeut lès mèdâyes èyèt lès liârds pou li rwè Dagobêrt – vos savez bén, l’ cé qu’ aveut mètu s’ culote au r’viêrs ! – s ‘ a mètu tout d’ in côp à l’ tièsse di divenu in sint.

C’ è-st-ène idéye come ène aute èt, après tout, c’ èst p’t-ète mwins scrandichant qui d’ taper du mârtia miîn.me pou fé dès pîces en-ôr.

Toudi è-st-i qu’ il a donè sès wit’ djoûs à Dagobêrt èt qui s’ a mètu en route pa-t’t-avau tout l’ payis èyèt co aute paut pou prétchî èyèt ramwin.ner li pus d’ djins possibe dins lès-èglîjes.

Il a si bén rèyussi dins s’ nouvia mèstî qu’ il a sti lomè évèke, c’ èst vos dîre !

Pou fé ses convôyes èt daler d’ in vilâdje à l’ aute, il aveut in bia tch’vau, tout blanc.  Faleut vîr come li prétcheû sogneut s’ bièsse !

Li mèyeû dès picotins, c’ êsteut pour li èyèt Èlwè, min.me quand il a stî lomè évèke, n’ âreut jamés stîi fé chlo’1 avant di striyî si tch’vau.  Tchétchèt m’ a dit comint qui l’ bièsse si lomeut mins dji n’ é seû 1′ rastènu .

On-z-a bèl viker come in sint, ça n’ èspétche nén l’grande fautcheûse di fé s’ bouye .

Brèf, l’ coûrt èyèt l’ long, c’ èst qui Èlwè, qui n’ èsteut nén co r’conu corne in sint, a moru.

V’là-t-i nén qui li tch’vau tchét malade.  On lyî mèt dins s’ crèpe li pus bèle dès-awènes et dins s’ ratèlier l’ foûr qu’ aveut l’ mèyeûse dès-odeûrs : i n’ mindjeut nén.   I toûrneut s’ tièsse quand on lyî présinteut in saya d’ eûwe qu’ on v’neut djus’ di satchî du pus’.

Toute li djoûrnéye, i d’mèreut staurè, sins boudjî, i soumadjeut èyèt li, qui n’ saveut supwârter lès mouches, si lèyeut piker pa lès tawons sins moufeter, sins r’muwer in pwèy di s’ queuwe.

Pont d’ doute, li tch’vau s’ lèyeut rider èet il èsteut su sès dérènes.

Lès djins si d’mandît çu qu’ i faleut fé èyèt tous lès-ârtisses du timps èstît rèyus’.   Mins in p’tit vètèrinére di vilâdje s’ a dit qui si on pouleut prévenu Èlwè qui s’ brâve bièsse di tch’vau èsteut prèsse à crèever, i poureut quékefîye bén fé ène saqwè pour lèye,  là  wou-ce qui  l’Bon  Dieu,  l’ a  mètu  dins  l’ Paradis,  bén s e û r !

T’ ossi rade, v’là qui tout l’ monde si mèt à gngnous autoû du staule èyèt on crîye tèrtous au pus fwârt : « Èlwè, Èlwè ! vo tch’vau va crèver !  Fèyèz ène saqwè pour li ! »

Faut cwêre qui dins si p’tit cwin d’ Paradis, Èlwè a-z-ètindu l’ priyêre dès-omes pou s’ bièsse …   Tout d’ in côp, li tch’vau s’ a r’luvè, i s’ a skeû in bon côp èyèt i s’ a mètu a mougnî s’-n-awène èt l’ bote di foûr tout-en fèyant daler s’ bèle queuwe.   On raconte qu’ il a co vikè pus d’ cint-ans.

C’ èst pou çoula qui l’ djoû qu’ il a stî question d’ chwèsi in sint patron pou lès vètèrinéres, c’ èst sint-Èlwè qu’ a stî pris.

I m’ chène qu’ i faureut bén fé ène pitite rajoute à l’ tchanson di sint-Èlwè :

 

Lès tchaudronîs

Lès tchin.neteûs, lès clawetîs

Tous cès braves travayeûs d’ blanc fiér,

Lès-ârtisses, lès vètèrinéres

Èt tous lès cés qui sognenut lès bièsses

Fièssenut leû sint,

C’ èst sint-Èlwè.

Vîve sint-Èlwè !

Nos n’ èstons nén co ralès.

 

Eyèt mi, dji m ‘ èrva à m’ maujone pou l’ souper pace qui c’ èst l’ djoû du sorèt avou dès canadas dins l’ bûse … »

 

Joseph-Emile Piret  (Franchimont), in : CW, 5, 1959, p.104-106

 

 

Li Sint-Èlwè

 

On fieut d’djà bouchi lès « tchambes »

Li chîje di d’vant l’ Sint-Elwè…

On n’ campeut pus su sès djambes

Télemint qu’ on  tûteut l’pèkèt.

 

Li marchau qu’ èsteut dè l’ soce

Ni pleut mau d’ ièsse li dêrin;

C’ èsteut li qu’ rèmineut « l’ noce »

Qu ‘il amantchereut pou l’ londemwin.

 

V’là l’ grand djoû qu’ è st-arivè,

Nos n’ avons pont d’ timps à piède;

C’ èst no fièsse, c’ èst Sint-Elwè  :

Courons ram’mint r’pachi l’ hiède!

 

Nos doubèlerons l’ rafoûrèye,

Lès bètrâpes èt l’ picotin…

C’ èst dicauce toute li djoûrnèye

Pou lès bièsses come pou lès djins!

 

Tout d’ chûte qu’ on vûdra dè l’ sogne,

On s’ rinipera comufaut…

« Qu’ i gn-eûche nén co yin qui grogne

S’ i n’ trouve nén s’ col ou s’ sauro :

 

Is sont là, gn-a qu’ à lès prinde,

Bén propes èt bén ristindus;

Ni taurdjèz nén pou diskinde

Si vos n’ v’lèz nén ièsse taurdus!

 

Choûtèz là qu’ on sone à mèsse

A l’ oneûr dou Sint Patron… »

C’ èst l’ Cinsî ou bén l’ Cinserèsse

Qui sèrera l’ uch dè l’ maujon

 

Ca lès djon.nes sont d’djà èvôye,

Binaujes di ièsse dislachis

Come dès poulins su lès vôyes,

Fén contints d’ ièsse en condji.

 

Dins l’ grande nèf di no-n-èglîje,

On-z-a gritchi Sint-Elwè;

On li-a fait ène bèle surprîje :

Dès tchandèles, dès gros boukèts.

 

Vos n’ plèz mau d’ oyî toussi

Tout l’ timps qui grand-mèsse durera

Ca ç’ n’ èst vraîmint qu’ pou priyi

Qu’ lès djins sont-st-asglignis là.

 

A l’ ofrande, waitèz l’ convôye :

C’ èst co pis qu’ aus-atèremints!

Pou no curé, c’ èst dè l’ djôye :

Ça va fé grochi s’ traîtemint.

 

Ou docsâl, li madjustèr

Tchante li cantike Sint-Elwè…

Aye èvôye… amon « l’ Mènèr »

A pwène s’ il-è st-achèvè!

 

Vos n’ vèyèt qu’ dès caporâls

Su lès tâbes dou cabarèt…

On faît s’ compte pou lès corâls

Et pou payi no curè.

 

Là Jènîye qu’ apôte l’ ârdwèsse,

Li crôye èt lès cautes ossi,

Mais maugrè qu’ c’ è-st-in djoû d’ fièsse,

On n’ machera qu’ jusqu’à midi

 

Ca l’ pèkèt leû monte à l’ tièsse

Et kakîye leû-n-apétit;

Gn-a bran.mint qui waîteneut d’ crèsse .

I s’reut quausu timps d’ mindji.

 

Waîte in pau l’ moncia d’ zinès

Qui moucheneut amon l’ marchau!

C’ èst li qui r’çeut l’s-invitès :

I lès guèdera come u faut.

 

I gn-a bén wêre pou lî prinde

A rafoûrer lès soçons :

Lès cinsîs boureront leû vinte

A fé skèter leûs scaneçons.

 

A l’ fén d’ bwâre èt d’ atassi,

On s’ astchaufe, vos l’ compèrdèz;

Faureut qu’ vos l’s-ôrîz bauyi :

« Qu’il vive! Qu’il vive à jamais

 

Divant d’ è raler coûtchi,

Co bén qu’ is ‘nn’ ont pus qu’assez,

Is trouveront co dou plaîji

A fé l’ toûr dès cabarèts.

 

Didins l’ vilâdje assokyi,

Is bwêleront : « Vîve Sint-Elwè! »…

Mais t’t-à l’ eûre, didins leû lit,

Is dômeront come dès… tuwès.

 

Pout-on leû r’protchi l’ chonchète

Qu’ is n’ fèyeneut qu’in côp par an?

Non! ca d’mwin c’ èst : hû, tchèrète,

Co bran.mint d’vant solia l’vant!

 

 

Sint-Èlwè (Saint-Eloi)

(in: Èl Bourdon, 351, 1982) 

Châlèrwè (Charleroi) - Robert Mayence, A tous lès twès (/ trwès) (A tous les trois)

(EB, 351, 1982)

Djolimont (Jolimont) - Oscardy, Sint-Èlwa

(in : Èl Mouchon d’ Aunia, 1969)

B'zonrî (Besonrieux) - Pârin Frèd, Priyére à Sint-Èlwa

(in: Èl Mouchon d’ Aunia, 1969)

dins l’ cente-walon (dans le centre-wallon): 

in: CW, 5, 1959

 

Li Sint-Èlwè

On fieut d’djà bouchi lès « tchambes »

Li chîje di d’vant l’ Sint-Èlwè…

On n’ campeut pus su sès djambes

Télemint qu’ on  tûteut l’ pèkèt.

Li  marchau qu’ èsteut dè l’ soce

Ni p’leut mau d’ ièsse li dêrin;

C’ èsteut li qu’ rèmineut « l’ noce »

Qu’ il amantchereut pou l’ londemwin.

V’là l’ grand djoû qu’ è-st-arivè,

Nos n’ avons pont d’ timps à piède;

C’ èst no fièsse, c’ èst Sint-Èlwè  :

Courons rademint r’pachi l’ hiède!

 

Nos doubèlerons l’ rafoûrèye,

Lès bètrâpes èt l’ picotin…

C’ èst dicauce toute li djoûrnèye

Pou lès bièsses come pou lès djins!

Tout d’ chute qu’ on vûdra dè l’ sogne,

On s’ rinipera come u faut…

« Qu ‘i gn’ eûche nén co yin qui grogne

S’ i n’ trouve nén s’ col ou s’ saurot :

Is sont là, gn-a qu’ à lès prinde,

Bén propes èt bén ristindus;

Ni taurdjèz nén pou diskinde

Si vos n’ v’lèz nén ièsse taurdus!

Choûtèz! là qu’ on sone à messe

A l’ oneûr dou Sint Patron… »

C’ èst l’ Cinsî ou bén l’ Cinserèsse

Qui sèrera l’ uch dè l’ maujon

Ca lès djon.nes sont d’djà èvôye,

Binaujes di ièsse dislachis

Come dès poulins su lès vôyes,

Fén contints d’ ièsse en condji.

Dins l’ grande nèf di no-n-èglîje,

On-z-a gritchi sint-Èlwè;

On li-a faît ène bèle surprîje :

Dès tchandèles, dès gros boukèts.

Vos n’ p’lèz mau d’ oyî toussi

Tout l’ timps qui grand-mèsse durera

Ca ç’ n’ èst vraîmint qu’ pou priyi

Qu’ lès djins sont-st-asglignis là.

A l’ ofrande, waitèz l’ convôye :

C’ èst co pis qu’ aus-atèremints!

Pou no curé, c’ èst dè l’ djôye :

Ça va fé grochi s’ traîtemint.

 

Ou docsâl, li madjustêr

Tchante li cantike Sint-Èlwè…

Aye èvôye… amon « l’ Mènêre »

À pwène s’ il è-st-achèvè!

 

Vos n’ vèyèz qu’ dès caporâls

Su lès tâbes dou cabaret…

On faît s’ compte pou lès corâls

Èt pou payi no curé.

Là Jènîye qu’ apôte l’ ârdwèsse,

Li crôye èt lès cautes ossi,

Maîs maugrè qu’ c’ è st-in djoû d’ fièsse,

On n’ machera qu’ jusqu’à midi

Ca l’ pèkèt leû monte à l’ tièsse

Èt cakîye leû-n-apétit;

Gn-a bran.mint qu’ waiteneut d’ crèsse :

I s’reut quausu timps d’ mindji.

Waîte in pau l’ moncia d’ zinès

Qui moucheneut amon l’ marchau

C’ èst li qui r’ceut l’s-invitès :

I lès guèdera come u faut.

I gn-a bén wêre pou lî prinde

À rafoûrer lès soçons :

Lès cinsîs boureront leû vinte

À fé skèter leûs scaneçons.

À l’ fén d’ bwâre èt d’atassi,

On s’ astchaufe, vos l’ compèrdèz;

Faureut qu’ vos l’s-ôriz bauyi :

« Qu’ il vîve! Qu’ il vive à jamaîs!»

Divant d’ èraler coûtchi,

Co bén qu ‘is ‘nn’ ont pus qu’ assez,

Is trouveront co dou plaîji

À fé l’ toûr dès cabarèts.

Didins l’ vilâdje assokyi,

Is bwêleront : « Vîve sint-Èlwè! »…

Mais t’t-à l’ eûer, didins leû lit,

Is dômeront come dès… tuwès.

 

Pout-on leû r’protchi l’ chonchète

Qu’ is n’ fèyeneut qu’ in côp par an?

Non! ca d’mwin c’ èst :  hû, tchèrète,

Co bran.mint d’vant solia l’vant!

 

J. Tombal

 

Àl’ Sint-Èlwè

I djale su l’ dagn, li bîje sofèle,

Aus colêres i pind dès tchandèles.

Quand l’ iviêr rivint èt lès frèds,

On-z-èst binauje di s’ mète au r’cwè.

Aus longuès chîjes dins nosse cambûse,

On s’ rachoneûve addé l’ plate-bûse ;

Tot l’ monde tchanteûve si p’tite tchanson

Ça nos fieûve rovî l’ mwate-saîson.

À l’ ocâsion dè l’ Sint-Èlwè,

Dj’ a stî avou l’ Zîr au bankèt.

Dj’ î a bèvu do doûs, do fèl…

Èt, en ralant, faît dès tchapèles.

C’ èst m’ vî soçon qu’ m’ a rèmwinrné,

C’ èst tot jusse si dj’ p’leûve co roter. (…)

Quand dj’ a r’trové mi p’tit lodjemint,

Il  èsteûve trwès-eûres au matin. (…)

Mi binin.méye qu’ aveûve wèyî

N ‘a nin moufeté quand dj’ a r’moussî.

Mins djè l’ rivwè, mi p’tit pouyon :

Dj’ aveûve co l’ imaudje… mins pus l’ son.

 

Lucien Léonard

 

Sint-Èlwè

 

Avou vos, dj’ a batu l’ èglume

— Li raupin, po fè come lès grands —
L’ osti, ça convint mia qui 1′ plume

Dins lès mwins qui n’ ont d’ cure di wants,

Leûs mantches ont d’chavè lès clokètes

Et 1′ tapa r’dougni su 1′ pièrcèt…

Ça agne èt sûnè tènawète…

— C’ èst rin : l’ mèstî qui mousse, valèt !

Vîs-ovrîs dès « Dju! », dès « Godom’! »,

Vos n’s-avoz faît ci qu’ n’ avans stî

— On-z-èst mwints côps dès si p’tits-omes !

Si v’ saurîz come dji v’ veu voltî.

 

 

NB On r’bat l’ keûve o l’ fwadje po l’ Sint-Èlwè!

 

Philippe MAUDOUX

 

Sondjoz à nos, Sint-Èlwè !

Nos v’ci cor in côp rachènès

pou vos fièster, Grand Sint Èlwè !

Bènichoz tote nosse vikaîrîye,

nos familes èt nos-ostèyerîyes.

Qui tot ç’ qui nos fians fuche bin faît

pou qu’ nèlu n’ î trouve à r’nikter.

Parèt qu’ dins l’timps, v’s-astîz midone

è l’ France èt co su l’ têre walone.

V’  l’ avoz stî avou Dagobêrt

qui mètèt sès moussemints au r’viêrs.

Après awè bouté dins l’ ôr,

i v’s-a faît r’waîti à sès caurs.

Come brâve, li rwè v’s-a faît lomer

à ène fwârt bèle place au palaîs :

Èvèke ! Nos n’ è d’mandans nin tant, Grand Sint !

Nos vôrins bin pourtant qui vos-aurîz tan.nawète sogne

dès djon.nias qui n’ ont pont d’ bèsogne.

Pwisqui v’s-astoz au Paradis,

i vos faut waîti d’ discramyi

lès cias qui boutenut à l’ ûsine,

dins lès moteûrs, su lès machines.

Sondjoz aus mârchaus, aus cinsîs

èt pouqwè nin aus-ôrlodjîs.

Aîdoz nos à bin fé nosse bouye,

à-z-aurder bon pîd èt bon-ouy.

Sondjoz à nos, Grand Sint-Èlwè !

A l’ anéye qui vint; plaî-st-à Diè !

 

 

dins l' ès'-walon / dans l'est-wallon

Mâmedi (Malmedy) : E. Paquay, Vîve Sint-z-Èlôye, in: Lu Vî Sprâwe, déc. 1966

6 Ôte paut en Bèljike, ... / Ailleurs en Belgique, ...

Grand-Duché: (in: Luxemburger Wort, 06/12/2012)

7 Ôtès-afaîres / Divers

in: Pierre Faulx, Pwève èt sé di-d-ci, in: Les Cahiers de la Sambre, 8, 1989

 

èl toûrnavis’ sint-Elwè:

C’est le marteau que les mauvais ouvriers emploient pour enfoncer une vis, ce qui est plus rapide que le tournevis, moins efficace, mais tant pis !