250 sapinsetés (250 wellérismes ou proverbes moqueurs en langue wallonne)

Introdwîjadje (Introduction)

 

Roger Viroux, Sapinsetés

 Lès sapinsetés sont-st-one fôme di sadjèsse populaire. On-z-è r’trouve èto assez bin dins lès langues jèrmanikes autoû d’ nos. Dins l’ zône néèrlandofone, on lès lome  » zei-spreuken  » (zei : (i) d’djeûve), en-n-Alemagne, des « Apologische Spruchworten » (dès pinséyes po s’  disfinde), en-n-Anglètêre dès  » wellerisms  » (d’ après Sam Weller, qu’ ènn’ aveûve rachoné) èt enfin en Swisse dès « erzählende Spruchworten  » (dès pinséyes qui racontenut one saqwè).

A paurt li walon, qu’ est-ce qui nos pôreûve dîre si ça ègzistéye vraîmint è francès et dins l’s-ôtès langues romanes do sud ?

Dès ratoûrnéyes qui lès Walons ont inventé au long dès siékes.

 

Bernard Louis, Wellérismes – sapinsetés, in: CW, 1, 2014

 Le wellérisme (angl. wellerism) est une manie qui consiste en l’abus de citations sentencieuses ou de proverbes. Ce terme vient de Sam Weller, valet de M. Pickwick qui, dans le roman de Charles Dickens Les Papiers posthumes du Pickwick Club, ponctue régulièrement ses propos de locutions du type « comme dit untel… ». Exemples : « C’est ça, Monsieur, accouchons, comme dit cet autre à son enfant qui avait avalé un liard. », ou encore « C’est inégal, comme disait mon père quand il n’y avait pas une bonne moitié d’eau-de-vie dans son grog.»

Une seconde définition existe, plus spécialisée, et plus exacte. Elle ne concerne pas vraiment l’emploi abusif de proverbes…, mais plutôt des énoncés, qui ont certes pour but de se moquer des proverbes, mais qui ont surtout la forme suivante : énoncé connu ou cliché + comme disait X + contexte comique, comme pour l’exemple cité dans la première définition. Divers auteurs (Mieder, Taylor) s’accordent à dire que ce type remonte au moins aussi loin que l’antiquité, avec Théocrite et Platon.

 On trouve des wellérismes en anglais et dans d’autres langues germaniques ainsi que dans diverses langues africaines. Roger Viroux en a fait une large collecte pour ce qui concerne le wallon namurois. Il les dénomme sapinsetés puisque ce genre d’anti-proverbe comporte toujours un mot du type s’apinse:  » d’après », « comme dit… « 

 

Daniel De Beul, in: ZEI-SPREUKEN, 1975

 

(p.9) In het Nederlandse taalgebied heeft er zich een eigenaardige ontwikkeling voorgedaan op het gebied van de volksspreuken. De ZEI-SPREUK, een bijzondere vorm van de volksspreuk wordt hier algemeen gebruikt. Natuurlijk kent men in de andere Germaanse taalgebieden ook deze speciale vorm van humor, scherts en vooral spot. Volgens sommigen heeft deze vorm zich uanuit Vlaanderen, Friesland en Groningen over de Germaanse taalgebieden, waaronder het hele Nederlandse, ongeveer gelijktijdig verspreid. In de Latijnse talen komen ze weinig of in het geheel niet voor.

 In Duitsland noemt men ze « Apologische Spruchworten », wat vrij vertaald « zelfverdediging » betekent.

In Engeland « Wellerismen » , naar Sam Weller.

In Zwitserland « Erzählende Spruchworten ».

Nog in Duitsland « Beispiel Spruchworten » en nog anderen « Sagworten ».

Anna Folie (Nederland 1706) noemde ze gewoon « Rariteiten ».

Guido Gezelle zegt dat het luimige gezegden zijn, uit het volk ontsproten.

Hier in Vlaanderen en Nederland is de benaming vrij algemeen, gewoon ZEI-SPREUK, waarschijnlijk omdat rnen het originele altijd door een andere laat zeggen.

 

Dès ratoûrnéyes qui lès Walons ont inventé au long dès siékes. (Des tournures d’esprit que les Wallons ont inventées au cours des siècles.)

001

« À r’vôy ! », s’ apinse l’ aveûle.

revoir; pense; aveugle

002

À bin r’waîtî, dji pinse qui ç’ sèrè one boune doneûse, s’ apinse li cinsî qui r’waîteûve si fèye.

regarder; donneuse = vache laitière; fermier; fille

003

À mwârt avou dès-èscuses po l’ maufaît,

s’ apinse li jènèrâl,

èt on-z-a mètu one miète di wate autoû dè l’ bale.

mort; méfait;

général;

mis; ouate; autour

004

À mwins, dj’ èvole !, s’ apinse Mèséles, qui s’ ènn’ aveûve èmantchî

èt qu’ zoubleûve di s’ twèt

po fougnî s’ gvisadje è l’ ansènî.

mwins: mains > à _: attention; s’envoler; en; emmancher > qui … èmantchi: qui était saoul; sautait; toit; enfoncer > fougnî … : mordre la poussière; tas de fumier

005

Acôrdans l’s-instrumints,

s’ apinse li Djosî, qui s’ feume mwin.neûve la vîye, pace qu’ il aveûve rintré plin.

 (Si dit po s’ foute, quand one saquî qu’ èst mwaîs s’ mèt à criyî.)

 

 

femme; menait; était (aveûve: avait) rentré

 se moquer; quelqu’un; fâché

005

Alez, Catrine, mès mitches, pace qui d’mwin, c’ èst co iû!, s’ apinse li Chès do Dûwe, qui ‘là chîs samwin.nes qu’ i n’ aveûve pus stî travayî !

 (Si dit, quand on nawe si mèt à l’ bèsogne).

miches; demain; hue > en route; Chès < Françwès; do Dûwe: surnom; six; avait;  fainéant

 

007

Alez, Hipolite ! dijeûve-t-i l’ notaîre à one passéye.

— « Dijoz, Mossieû l’ Notaire, di-st-i l’ Polite, savoz bin l’ difèrince qu’i gn-a ètur on cwârbau et on notaîre? On cwârbau, il a dandjî d’ totes sès plomes po voler ! »

(Vola l’ difèrince, s’ apinse Polite Manèt !)

 (Si dit quand one saquî è vout rôler on-ôte, mins qui ç’ti-là ni s’ laît nin fé.)

 

disait; vente publique

dites; savez(-vous)

entre; corbeau;

besoin; plumes; Polite < Hipolite

quelqu’un; rouler; autre

celui-là; laisse; faire

008

Âmèn’, s’ apinse li madjustêr, èt il èsteûve au d’bout di s’ latin.

(Si dit, quand one saquî n’ conèt rin à one saqwè qu’ il è vout causer.)

 

marguillier; était

 quelqu’un; quelque chose; qu’ … è: dont; veut; parler

009

Atakans, s’ apinse li lieûtenant è s’ coûtchant à l’ têre.

 (Si dit, quand one saquî ènonde lès-ôtes, mins qu’ i n’ faît rin).

 

en; par (terre)

quelqu’un; haranguer

010

Avou one vatche et one boune pompe, dji ravitaliéye tot Nameur, s’ apinse li Flamind mârtchand d’ lacia.

 

avec

lait