tchansons po l's-èfants : PLAN / chansons pour les enfants

1 Comptines

Comptez, comptez ! (EW)

"Jean de Nivelles" a treûs bâcèles (Jean de Nivelles a trois filles) (Limerlé) (EW)

SW

ONE POYE È L’ÊWE 

 

One poye è l’ êwe,

Vîsez bin qu’ ile ni nèye.

Pon-pon-dène, pon-pon-dâr,

Cligne clâr

Passe â bâr.

 

( Une poule à l’eau, / Prenez garde qu’elle ne tombe, / …. …. / Passe au but.)

 

(Laroche) (Roger Pinon, Ainsi chantait le pays de l’Ourthe, Coll. Mémoire, 1996, p.32; comptine notée vers 1890 par Jules Feller)

 

SW

À L’ POLE – MISOLE

 

 À l’ pole

 Misole

 Misène

 Casole

 So l’ pîre

 Bordon

 Djosèf

 Simon

 Rodje pène

 Bayârd

 Bâbô

 V’là l’ trau !

 

 ( À la pole (?) /  Misole (?) /  Misenne (?) / Casole (?) /  Sur la pierre /  Bourdon /

 Joseph / Simon /  Rouge plume / Benêt / Nigaud / Voilà le trou !)

 

 (Roger Pinon, Ainsi chantait le pays de l’Ourthe, Coll. Mémoire, 1996; comptine notée en 1979 par Mme Lisa Chastelet)

 

Leuron - Libedon (Vèkemont / Vecmont) (SW)

(in: Roger Pinon, Ainsi chantait le pays de l’Ourthe, Coll. Mémoire, 1996)

EW

Formulettes d’élimination, in: GLOSSAIRE DES  JEUX WALLONS DE  LIÈGE, BSLW, T 14, 1883, p.133-178

 

– Ti côpes dès hièbes à deûs coûtês.

C’ n’ èst nin por mi,

C’ èst po m’ matante Tibî.

 

– Matî, Matot,

Broke è m’ chabot.

Ma-seûr di fiér

Broke è l’ infiér.

Si ti disfês, c’ è-st-à mi tot.

 

– In-èmondîne, èmondène

Katalaflik à la flène

Fiolnès goutnentak. (1)

 

(1) Prononcez toutes les lettres. Peut-être : wie geht es, guten Tag?

 

– Ène, swèy, drèy,

Pik èt pik èt comèdèye,

Boûr èt boûr èt rakakaye

Mistraye .

(var. Ratataye pistraye.)

 

– Pome dèri dèro dè quarèle

Djan-Djîle Cro.

 

– Djan dèridi dèrida dè quarèle

Jean-Pierre, Jean, François-Joseph, Mathusalem.

Caca

Grisa

Tot-âtou

Vos-èstez foû.

 

– An’ di mèdaye margote fizèye. (var. marcote frèsèye)

Qwand lès vatches bisèt, èlle ont l’ quowe lèvèye,

Bistin chou. (var. mistra chou)

Lureulabidou

Guiniguiniguète. (var. andaliète)

Vos-èstez foû.

 

– Ine midi mèdaye margote fizèye,

Qwand les vatches bisèt, èlle ont l’ quowe lèvèye.

stron d’ cou (sic)

Po Marèye minou

Clarinète, vos-èstez foû.

 

– An’dibèdaye margote è dibèdaye

Canechou

Dou trou lou

Magnîz 1′ hâgne èt mi l’ oû.

 

– Pisteu chou

Lor èt lor èt lor

Guiniguiniguète,

Vos-èstez foû.

 

– An’dibèdaye, ène goute à la mèdaye,

Tibistin chou

Tibeurigagou

Tibisègodègodinète

Tibirigagou

Tibistinchou.

 

Amstèrdam' ... (Fumwè (Fumay)) (France)

(Raymond Limbourg (-1980) (dè payis d’ Fumwè), Comptine chantée à la garderie de Fumay vers 1912)

SW

LES ENFANTINES DU PREMIER ÂGE (suite), in : De la Meuse à l’Ardenne, 5, 1987, p.75-90

 

(p.85) Cette formule wallonne, utilisée à Ebly vers 1930, nous est rapportée par Chantal Hubert :

– Cola, vèssê,      

Cwane dè boû                                

C’ èst ti qu’ èst foû !       

 

(Nicolas, vesseur (ou poltron ?)) / Corne du boeuf / C’est toi qui est dehors.)

 

Variante: – À la glignète

Mion miyète

Cwane di bû

C’ èst vos qu’ èst fû.

 

Claire Struelens a retrouvé cette formule sous une forme plus complète :

– À la glignète

Cwane di boû,

C’ èst ti qu’ èst foû;

Cwane di gayèt,

c’ èst ti qu’ ènn’ ès.

 

(Corne de jeune taureau, c’est toi qui « en es ». / Juliette MICHAUX, née en 1911, Mont-Gauthier)

 

– Èn’ tèn’ tik

Sipitalastik

Sipitala boumlala

Èn’ tèn’ tik.

 

De Chantal Hubert, déjà abondamment sollicitée, cette dernière for­mule :

– Un, deûs, dj’ ê vu 1′ leûp;

Trwas, quate, dj’ ê vu ses pates;

Cink, chîj, dj’ ê vu sa tch’mîje;

Set’, wit’, il astét zou wit’;              (Ils étaient huit)

Neuf, dîj, il èstét tout grîje;     (gris)

Onze, douze, il astét tout rousse.

 

Comme vous avez pu le constater, le chapitre des comptines est bien four­ni… C’est peut-être dans ce domaine que l’imagination et l’esprit d’inven­tion verbale des enfants ont pu se donner libre cours avec le moins de con­traintes.

 

SW

Roger Pinon, LE FOLKLORE POETICO-MUSICAL DE LA BASSE SEMOIS, in : Terres d’Herbeumont à Orchimont, 29, 2003, p.87-99

 

– À l’ glignète,

Pichète Mawète,

Colas Vèssâ,

Cwane du bouk,

C’ èst ti qu’ èst foû.

 

Louette-Saint-Pierre, notation d’Albert Doppagne vers 1942; c’est une comptine pour le jeu de cache-cache, en dialecte, glignète.  

(Au jeu de cache-cache, – Pichette Mawette, – Colas Vassard, – Corne de bouc, – C’est toi qui es dehors.)

 

– À l’ glignète,

Au sint Colète!

Cache-tu bin,

Cache-tu mau!

 

Louette-Saint-Pierre, même source.  

(Au jeu de cache-cache, – Au saint (de) Colette! – Cache-toi bien, – Cache-toi mal!)

 

– Pilouri, pilouri,

Léche-mu couri!

Catche-tu bin,

Ca l’ bièsse va rèchi!

 

Louette-Saint-Pierre,  même  source,  comptine pour le jeu de cache-cache. (Pilori, pilori, – Laisse-moi courir! – Cache-toi bien, – Car la bête va sortir!)

 

– Am’ sam’ gram’

Pike èt pike èt colègram

Morèmourè ratam’tam’

Fouchtram’.

 

Carlsbourg, notation de Marcel Pignolet en avril 1973, valable pour 1947.

Ajouter une notation de 1924 recueillie par le Musée de la Vie Wallonne pour Martilly (Straimont):

– Ham’ sam’ gram’

Pik èt pike èt colègram

Boure èt boure èt ratatam

Moustram.

 

Sur cette comptine, voir Comptines, 1961, pp. 119-123, et la suivante:

– In’ mèn’ sèn’

Pis’ et pit’ et comédienne

Bour et bour et ratatay – Mistray.

 

Bertrix, notation de Melle Anna Pignolet en 1987, valable pour 1917.  C’est une formulette du saut à la corde.   

Variante de Louette-Saint-Pierre d’après Albert Doppagne en 1942:

– Une sèn’ drèy

Pitèpitè comèdèy

Boûrèboûrè racacay Mistray.

 

Autre notation, due au même pour la même localité:

– Une sèn’ drèy

Fémina goday

Caracay

Subito prèsma coray

C’est demain

reine-glaude.

 

Cette notation est contaminée par une autre comptine de type « sauvage », voir

Comptines, 1961, pp. 102-103.

 

– À mirabote dè l’ trau

In’ pâ,

In’ ma,

In’ crinte,

In’ vèrbe,

In’ santébote.

 

Martilly (Straimont), notation du Musée de la Vie Wallonne en 1924. Notation unique.

 

Une pomme

Divèrin

Divèraje

Paje!

 

Bertrix, Bohan, Alle, notation de Marcel Pignolet en 1973. 

Notation de Bagimont:

– Pome deu vérin, deu vèrach

Pach!

 

– Cane habite Flûte!

 

Nafraiture, notation de Marcel Pignolet en avril 1973, valable pour 1945. A Flûte, tous les joueurs s’égaillent. C’est une réinterprétation d’une comptine très répandue: – Pouf! Canabut’ flut’!.

 

– Ol cobol corîbizol

Ol cobol coknol!

 

Bagimont, notation adressée en 1928 au Musée de la Vie Wallonne; était encore en vogue à cette époque. Voir Comptines, 1961, p. 130, pour l’origine flamande de cette comptine.

 

– Paulus’

Qui grète sè puces

Dins l’ autobus’

Avu Gugusse !

 

Louette-Saint-Pierre, notation d’Albert Doppagne en 1942.   C’est une ancienne moquerie.

 

SW

Roger PINON,  Le Folklore poético-musical de la Basse-Semois Bilan et perspectives (suite), in : Terres d’Herbeumont à Orchimont,13, 1987, p.3-14

 

(p.13) La vie scolaire

Pour apprendre à compter :

 

Un, deûs, – dj’ é veu l’ leûp;

Trwès et quate, – dj’ é veu sès pates;

Cinq èt sîs’, – dj’ é veu s’ deurt;

Sèt’èt wit’, – dj’é veu sès tripes;

Neuf èt dîj, – djeu l’ é veu tout grîje;

Ionze èt douze, – djeu l’ é veu tout rousse;

Trêze èt quatorze, – dj’é veu sès-och;

Quinze èt sêze, – dj’é veu sa têsse;

Dî-sèt’ èt dîzwit’, – i courot vite;

Dîj-neuf èt vint’, – djeu l’ é veu pinde !

 

(Un, deux, – j’ai vu le loup; – Trois et quatre, -j’ai vu ses pattes; – Cinq et six, – j’ai vu son derrière; – Sept et huit, – j’ai vu ses tripes; – Neuf et dix, – je l’ai vu tout gris; – Onze et douze, – je l’ai vu tout roux; – Treize et quatorze, – j’ai vu ses os; -Quinze et seize, – j’ai vu sa tête; – Dix-sept et (p.14) dix-huit, – il courait vite; – Dix-neuf et vingt, – je l’ai vu pendre !)

 

Bertrix, Jéhonville.

Variantes à Paliseul :

(3) … dj’é veu s’ vêchî;

(6) : … dj’é veu ses cousses;

(7) : … sès-os’;

(9) : … dj’ é veu qu’i courot vite;

(10) : … dj’é veu s’ vinte.

 

(… j’ai vu son cul (?); -… -… j’ai vu ses cuisses; – … ses os; – … j’ai vu qu’il courait vite; – … j’ai vu son ventre.)

EW

Les enfantines Liégeoises, d’après Joseph Defrêcheux in : La Wallonne, 4, 2006

 

Onk èt deûs, dj’ a vèyou l’ leûp ;

Treûs èt qwate, dj’ a vèyou sès pates ;

Cink èt sîj, dj’ a vèyou s’ tchèmîhe ;

Sèt’ èt ût’, i djouwéve do l’ flûte ;

Noûf èt dîj, il a do l’ fîve ;

Onze èt doze, il a l’ tos’;

Traze èt quatôrze, il a des dôses;

Qwinze èt saze, i f’séve dès grimaces ;

Dîj-sèt’ èt dîj-ût’, il a l’ tièsse cûte ;

Dîj-noûf èt vinte, il a l’ mâ l’ vinte.

 

(Un et deux, j’ai vu le loup ; / Trois et quatre, i’ai vu ses pattes ; / Cinq et six, j’ai vu sa chemise ; / Sept et huit, il jouait de la flûte ; / Neuf et dix,;il a de la fièvre ; / Onze et douze, il a la toux ; / Treize et quatorze, il a des élevures / Quinze et seize, il faisait des grimaces / Dix-sept et dix-huit, il a la tête cuite / Dix-neuf et vingt, il a mal au ventre.)