Culture walone - ètnolojîye - l' alèvadje do bèdot en Bèljike romane / Culture wallonne - ethnologie - l'élevage du mouton en Belgique romane

PLAN

0 Ilustrâcions / Illustrations

1 Analises / Analyses

2 Varia

0 Ilustrâcions / Illustrations

Hastîre-Lauvau (Hastière-Lavaux) - troupia d' bèdots (troupeau d' moutons)

Bêrbis à Djaucelète (brebis à Jauchelette)

(in: Jean-Jacques Gaziaux, Des gens et des bêtes, Traditions et parlers populaires, 1999)

1895 - Lîve (Lives-sur-Meuse) - bièdjerèsse avou sès bèdots (bergère avec ses moutons)

Halma - cinse avu bièdjerîye (ferme avec bergerie)

(s.r.)

1905 - Lèstèrni (Lesterny) - bièrdjî avou sès bèdots (berger avec ses moutons)

Djaucelète (Jauchelette) - anciène bièdjerîye (ancienne bergerie)

(in: Jean-Jacques Gaziaux, Des gens et des bêtes, Traditions et parlers populaires, 1999)

feume avou sès bèdots one sadju en Bèljike walone / femme avec ses moutons quelque part en Belgique wallonne

 

1 Analises / Analyses

 

Joseph Samray, Le vocabulaire de l’élevage à Brisy (Cherain), in : GSHA, 15, 1981, p.51-59

 

LE MOUTON

 

Généralités

 

Depuis plusieurs années, on n’élève plus de moutons à Brisy ; on compren­dra dès lors que la documentation rassemblée n’est pas très riche.

Le terme générique est l’ moton. La brebis, l’ burbu 2 ; le bélier : l’ bara 3 ou l’ basin 4 (rare). L’agneau : l’ ègnê ; une jeune brebis, one djèrmote 5. L’animal est djèrmote jusqu’à la mise-bas.

Bêler, bêler ; la robe, lu cote.

On distingue lès notons ou plus souvent burbus d’ tropê, des burbus lêtiéres. Ces dernières vivent comme les caprins. Les premières se dif­férencient des autres, paraît-il, par la longueur de leur queue : lès burbus d’ tropê ont one pus longue quawe 6 qui lès burbus lêtiéres.

Le dernier troupeau important de la région appartenait à M. Huet, de Sommerain, village situé à deux kilomètres de Brisy. Cela remonte à 1’entre-deux-guerres.

 

NB 2 Si tu t’ fés burbus, l’ leûp t’ magn’rè, litt. si tu te fais brebis, le loup te mangera ( = il faut savoir se défendre si on ne veut pas être exploité). / fausse come one vîje burbus : se dit d’une personne qui est prise de quintes de toux.

3 Il a one tièsse di bara, litt. : il a une tête de bélier (= il est têtu).

4 Du lat. vulg. bassa, brebis grasse, + suff. — anu ; bazin est bastognard (DL).

5 La djèrmote est à la burbus ce que la djunu est à la vatche.

6 One siteûle à quawe (litt. : étoile à queue) = une comète. On djâse di lèye comme d’ one siteûle à quawe se dit d’une personne qui se fait remarquer (en mal le plus souvent) et dont on parle beaucoup.

 

(p.52) A Brisy même, la ferme Mossoux a été la dernière à élever une cinquantaine de bêtes. Mais était-ce avant 1914 ou encore à la fin de l’autre siècle ? M. Mossoux, né en 1885, ne s’en souvient plus avec précision. Le même témoin sait qu’avant sa naissance, il existait one trope pour tout le village. Après la mort du berger, lu vî Zèzè (surnom, hypocoristique de Joseph), survenue peu avant 1940, plus personne n’a exercé, dans les environs, les fonctions de bièrdjî.

Li vî Zèzè, armé d’un bordon, bâton, ou d’one sicordjîre, canne flexible, fouet, faisait pasturer, pâturer, son troupeau à l’écart du village dans les terres incultes, les chemins herbeux et les pâtures de mauvaise qualité.

Lès burbus in.mèt bin lès wèzons, gazons.

Timps du l’ marinde (vieux), repas de midi, èt du l’ prandjîre (vieux) (ou timps d’ non.ne), sieste, li bièrdji mèteût sès bièsses o dès streûts cloys, clos, enclos étroits, qu’on-z-èmantcheût avou dès pîces, perches, di sapin. On candjeût l’ park tos lès djoûrs ou tos lès deûs djoûrs. Lès bièsses pètalint la d’vins èt insi on-z-ansineût l’ bokèt, les bêtes fientaient là-dedans et ainsi, on fumait la parcelle.

Pour empêcher les brebis de s’échapper entre les perches, on leur mettait au­tour du cou on gorhê, un tribart, construit au moyen de trois lattes de bois dispo­sées en triangle. L’homme disposait d’one cahute, cahute, où il pouvait cûjener et lodji, cuisiner et loger, et d’un hangar où son troupeau pouvait s’abriter.

 

La reproduction

C’est à partir du huitième mois que le bélier est utilisé à la reproduction. La saillie avait lieu aux environs de la Toussaint. La portée dure cinq mois.

La brebis est en rut, l’ burbus r’va à bara ou l’ burbus basine. Miner à bara, conduire la brebis à la saillie.

Saillir, sièrvi, potchi, litt. : sauter. L’ bara a bin sièrvi nosse burbus.

La mise-bas a lieu en mars ou en avril. Agneler, djôneler. Les brebis laitières ont deux ou trois, voire quatre agneaux ; les brebis de troupeau n’en ont jamais plus de deux.

Sevrer, spani. Lès-ègnês tètint ‘qu’à tant qu’ on lès vinde o mwès d’ julèt’ ou d’ awous’. Qwand qu’ lès-ègnês (ou quand lès-ègnês) èstint sèpârés, on moûdeût l’ burbus, quand les agneaux étaient séparés (de la mère), on trayait la brebis.

Mins lès p’titès djins qui n’ avint pont d’ vatches lès spanint d’ on côp, mais les pauvres gens qui n’avaient pas de vaches les sevraient immédiatement.

 

La castration

 

Le terme le plus général est côper, châtrer.

 

(p.53) On dit encore hagni l’ moton (ou l’ bara), litt. : mordre le mouton (ou le bélier) ; cela fait allusion à la façon ancienne de châtrer les jeunes béliers vers quatre mois. Après avoir immobilisé la bête, on pratiquait une petite incision dans la bourse, o l’ boûsse. Puis, on enlevait les testicules avec les dents.

 

La nourriture

 

Les moutons se nourrissent pour ainsi dire comme les chèvres. Voici une quarantaine d’années, on leur donnait volontiers do djavê 7, gerbe d’avoine non battue, dont ils étaient friands. Is vont profiter, on l’zî a d’né do djavê, ils vont engraisser, on leur a donné de l’avoine non battue, de la javelle.

Mins is-è k’tapint brâmint, mais ils en gaspillaient beaucoup. Après la mise-bas, les brebis reçoivent du son, do laton.

 

La bergerie

 

La bergerie, li bièdjerîye. Les moutons y séjournaient durant tout l’hiver. Mais même pendant la mauvaise saison, on les mettait de temps à autre en pâture pour quelques heures.

Min.me à l’ Sint-R’mé, en automne, èt o l’ îvièr, on-z-aleût d’baner, livrer à la vaine pâture, di timps-in timps.

Les moutons circulaient librement à l’intérieur de la bergerie, on n’ lès loyeût nin. On l’zi mèteût (ou tapeût) à magni dins dès russelîs, râteliers, èt dins dès batchs.

On les litait une fois l’an avec de la paille et parfois avec de la bruyère mêlée de mousse ; on lès stièrnicheût avou do strin, mins dès côps qu’ i gn-aveût, c’ èsteût avou do l’ brouwîre d’où qu’ i gn-aveût do mosserê 8 d’vins. Lès motons si stièrnint avou zèls min.mes avou çou qu’ is lèyint tourner tot magnant, les moutons se litaient aussi eux-mêmes avec ce qu’ils laissaient tomber en mangeant. On n’ lès djèteût qu’ on côp par an â prétimps, on n’évacuait leur litière qu’une fois par an au printemps. Aujourd’hui, ce travail se fait à l’aide d’ one bèrwète, d’une brouette ; autrefois, il s’accomplissait parfois au moyen d’ one cèvîre (ou civîre) di bwès, d’une civière en bois.

 

7 I croke là-d’vins come divins do djavê (ou come o do djavê), dit-on de quel­qu’un qui a un appétit pantagruélique.

8 Du francique mosa + suff. – arlcu, FEW, XVI, 567b + rem. 8.

 

Les maladies

 

Lès motons gonflint co bin.  Mais nos témoins  n’en savent pas davantage  à

(p.54) propos de ce mal mystérieux.

Qwand qu’ lès motons constipint, on lès sogneût avou do sé d’ Angleutère o do café. Is constipèt co sovint qwand qu’ is sont à sètch o l’ îvièr, quand ils sont au sec en hiver, c’est-à-dire quand leur alimentation se compose essentiellement de four­rage fané, i gn-a rin d’ pus mâvas po fé constiper lès bièsses qui lès poûfrins 9 d’ wèdje, les barbes d’orge. C’ è-st-one saqwè d’ dandjereûs, d’ mètchant. Ces remarques valent pour toutes les bêtes à cornes, lès rodjès bièsses.

Lès motons atrapèt co bin l’ cocote, la fièvre aphteuse. I gn-a pont di r’méde à çoula, à pârt qu’ on l’zî f’seût come dès-abeûres di farine di lin, sinon qu’on leur faisait des espèces de breuvages à base de farine de lin. On l’zi lâveût avou l’ gueûye avou do vinêgue èt dès-as, des ails, èt on l’zi trimpeût (ou froteût) lès pates avou do formol. Un symptôme : qwand lès bièsses ont l’ cocote, èles tchaf’tèt 10, râlent, èt bavèt. Èlle ont dès clotchètes so l’ linwe.

On traite la mammite des brebis comme celle des vaches.

Li tchèrbon, litt. : le charbon, è-st-one tèribe maladîye. I fât d’ on côp, immédiatement, abate li bièsse èt fé broûler l’ cwarp po n’ nin èpufkiner èt fé crèver tot li stâve, pour ne pas infecter et faire crever toute l’étable. Malheureusement, nous n’avons pu obtenir plus de renseignements sur cette question dont nos témoins se souvien­nent à peine.

Li pîton èst l’ maladîye dès pîds. I l’zî vint come dès blancs mâs, sortes de pana­ris, ozès pîds èt is clèpèt, ils boitent. Èt pwis, on direût qui l’ pîd l’zî poûrich. I fât nètyi l’ pîd à fond èt l’ lâver avou d’ l’ êwe èt do savon. Parfois, on trempe les pattes dans du vitriol dilué. Lès motons ramassèt çoula di d’morer so do l’ frèche ansine, les moutons gagnent ce mal a force de demeurer sur du fumier humide, Le piton chez les moutons correspond à peu près au crapôd chez les chevaux.

Lès burbus anoûrichèt lès wandions, les punaises.

 

9 Anc. fr. poulverin (DL et FEW, IX, 563 b).

10 D’origine onomatopéique. Notre sens, qui n’est pas signalé ni par le DL ni par le FEW (XI11/2, 355b) découle sans doute par métaphore de la troisième signification donnée par le DL, faire du bruit en mangeant, d’où, dans notre cas, émet­tre un bruit comparable (ou semblable) à celui d’une bête qui mange bruyamment. — Une femme bavarde est appelée one tchafète à Brisy.

11 Piton est connu dans le sens de piéton par le DL et le FEW (VIII, 129a). Avons-nous ici le même mot ? Si oui, « le rapport sémantique serait clair » selon Houziaux (p. 99). En tout cas, piton a la même signification à Brisy qu’à Celles-lez-Dinant.

12 DL et FEW, XVII, 504a.

 

La tonte

 

Li tondadje si fét o mwès d’ may, la tonte se fait au mois de mai. Si on différait

(p.55) cette opération, lès burbus ârint trop tchôd timps dès canicules.

Nous n’avons pu recueillir que des renseignements vagues et imprécis sur la manière dont on procédait.

On loyeût, liait, lès pates do moton èt l’ tondeû èmantcheût l’ cwade o sès pîds avou on colant lès’, nœud coulant. L’ tondeû èsteût assîs so on satch èt il aveût l’ burbsu so sès djambes. Lu cote, la robe, était enlevée à l’aide d’ one èfwache 13, tondeuse (témoignage unique et très hésitant), constituée de deux branches action­nées par une poignée qui fait ressort.

Cependant, la plupart des témoins ne connaissent plus ce mot et parlent de cisètes, ciseaux.

Les vieilles brebis no donnent plus une laine très pure : li lin.ne dès vîjès burbus n’ èsteût nin pure ; i gn-aveût come dès pwèls di tchin 14 d’vins.

Le lavage de la laine exigeait plusieurs bains. On laveût deûs treûs côps l’ lin.ne à l’ pure êwe; inte chake côp, on l’ lèyeût disgoter èt souwer ; po fini, on spâmeût 15 (ou rispameût), on lavait la laine on la laissait égoutter et sécher ; enfin, on rinçait.

Jadis, on filait la laine à l’aide d’un rouet : on fiyeût l’ lin.ne avou on molin èt pwis on l’ ravôtieût, et puis, on la mettait en boule. Les pauvres gens y trouvaient quelques revenus.

 

13 Même famille que le fr. forces qui a le même sens.

14 Ci qui vout bate on tchin trouve todi on baston, litt. : celui qui veut battre un chien  trouve toujours  un  bâton (celui  qui  cherche  une  mauvaise  querelle trouve toujours un prétexte).

15  Même famille que le fr. paume.

 

Jean-Jacques Gaziaux, Des gens et des bêtes, Traditions et parlers populaires, 1999

 

(p.191) LE MOUTON

 

 

1 INTRODUCTION

 

a. Généralités

 

§ 1. La brebis, lë bèrbës, lë bèbète (en langage enfantin) ; une brebis qui a des petits, one mére dë bèrbës ; le bélier, lë bassi ; l’agneau, l’ agna, lë bèdot ; un jeune mouton, one djon.ne bèrbës, on djon.ne bassi ; les moutons (en général), lès bèrbës, lès bèdots.

On distingue deux sortes de brebis : la laitière, lë lêtiére, et celle de trou­peau, lë troupiére, lë bèrbës d’ troupe, lë bèrbës po ‘nn’ aler en troupe. Lë bèrbës d’ troupe èst pës ramassêye èchone ‘trapue’, së cote ‘toison’ èst pës spèsse, èlle a one grosse longue quèwe dë lin.ne, on chovion ; lë bèrbës lêtié­re èst mwins’ rëstëke ‘résistante’, pës fènote ‘menue’, èlle a one coûte quèwe rase avou dès pouys ‘poils’. Pour de nombreux villageois, c’est l’aspect de la queue qui sert de critère pour différencier les brebis.

Bêler, brêre ‘litt. pleurer’ ; une brebis qui bêle beaucoup, one brèyaude. One bèrbës a rade peû ; quand èlle èst saîsîye, èle toûne së tchaur, èle coûrt èvôye ‘quand elle est effrayée, elle fait demi-tour et s’enfuit’.

Expressions. Ël èst (doûs) come on-agna, se dit d’un enfant doux et calme.

Aus paradës, il î faît së bia qu’ on n’ î veut qu’ dès p’tëts-agnas (les agneaux sont ici symboles des anges).

Crolé come on bèdot, qui a les cheveux bouclés.

L’ aîr èst moutoné, le ciel est parsemé de tout petits nuages blancs. Dicton météorologique : L’air moutonné n’est pas de longue durée.

One vîye troupiére, une vieille femme maniaque, drôle, aux manières sin­gulières, qu’ a dès-aîrs à paurt.

 

(1) Bèdot, s. m., ‘agneau’ (t. enfantin). Chez nous, utilisé au pl., ce t. désigne, toujours dans le langage enfantin, les moutons en général.

(2) Brèyau, -aude, adj., ‘qui bêle beaucoup’. Autre sens : ‘pleurnichard’.

 

(p.192) b. Evolution

 

§ 2. Mes témoins n’ont pas connu d’élevage ovin important à Jauchelette. Si les Statistiques nationales révèlent bien la présence de 238 moutons en 1880, personne n’a été en mesure de m’en proposer une explication. Ce nombre étonne d’autant plus que les autres données fournies pour la pério­de qui va des recensements de 1866 à 1929 sont toutes inférieures à la dizai­ne d’unités.

De plus, ces chiffres ne correspondent pas aux affirmations de mes témoins : en effet, d’après eux, avant 1940, beaucoup de petites gens qui ne possédaient pas une vache, élevaient au moins une brebis. Bran.mint dès p’tëtès djins quë n’ avin’ pont d’ vatche, tënin’ one bèrbës po ië dè bon lacia po leû min.nadje ‘pour avoir du lait entier pour leur ménage’ ; n-ot causëmint à tos lès-ëchs ‘il y en avait quasiment partout (chez les petites gens)’. Le lait de brebis est réputé pour sa richesse ; ël èst fwârt. Comme sa teneur en graisse est élevée, ël èst trop craus, on avait l’habitude de le couper avec de l’eau pour le consommer.

A l’occasion de la kermesse, certains éleveurs tuaient parfois des mou­tons et les vendaient aux villageois ; ë n-a dès cës quë touwin’ on djon.ne bassi ‘bélier’ po fé l’ fïèsse. L’abatteur égorge l’animal ; on li chwârchîye lë gasi (ou lë gueûye) ‘on lui taillade le gosier (ou la gueule)’.

Ajoutons que durant l’entre-deux-guerres, Jauchelette a compté un ber­ger, Godefroid Pens.

 

§ 3. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le nombre de moutons a aug­menté du fait que plusieurs cultivateurs ont élevé une brebis ; n-a dès cës qu’ ènn’ ont r’prins, dins lès cultëvateûrs. C’était, semble-t-il, pour disposer d’un peu de laine. D’ailleurs, durant cette période, une villageoise filait la laine qu’on lui apportait.

Par la suite, surtout dans les années ’55 à ’65, l’élevage ovin a reculé ; ça s’ a pièrdë. Seuls, quelques ouvriers possédaient encore des moutons.

Toutefois, depuis le milieu des années soixante, cet élevage a connu une nouvelle extension – il a atteint une cinquantaine de têtes en 1970 -, à la suite de l’abandon de l’exploitation agricole par plusieurs cultivateurs. Certains de ceux-ci louent leurs pâtures aux agriculteurs qui y font paître des bovins ; d’autres, spécialement des citadins qui ont acheté ces fermettes et les prés attenants, y font pâturer des moutons. N-a dès cës qu ‘ tèn ‘net dès (p.193) bèrbës po mougni leûs prés. Ça l’zi rapwate, on faît dès caurs avou ; on lès nourët causëmint po rén. On vind lès djon.nes ‘jeunes’, lès méres plin.nes,… Ajoutons que, dans plusieurs familles, on a gardé une brebis, animal vite familier, pour faire plaisir à un enfant.

 

NB (1) Chez ceux qui avaient une vache, le lait de la brebis (ou de la chèvre) servait à nourrir un porc.

(2) La découpe est identique à celle du namurois : 1. tièsse ; 2. cô ‘collet’ ; 3. spale ; 4.-5. ragout ; 6.-7. côtelètes ; 8. djëgue ou djëgot ‘cuisse, gigot’ (Témoin M. Delgoffe). — On mindjeûve dè ragout avou dès navias ‘navets’.

 

 

2 LA REPRODUCTION

 

§ 4. Le jeune bélier est apte à la reproduction à partir de cinq ou six mois ; lë bassi èst bon po l’ sèrvëce, dit-on de façon plaisante. On mèt lès bèrbës lêtiéres à bassi së l’ dëfén dè ‘l mwès d’ octôbe ou l’ comincemint dè l’ mwès d’ novimbe ; c’ è-st-adon qu’ èles sont lèsêyes ‘en rut’. Lès bèrbës d’ troupe sont pës timproûwes ‘hâtives’. La brebis est en chaleur, èle tchèsse ‘litt. chasse’ ; elle l’est de nouveau, èle ra dè fè. N’ avans one timproûwe djon.ne dë l’ anêye ‘une jeune brebis née tôt en début d’année’, èle est boune à mète à bassi. On min.ne lë bèrbës à bassi.

La gestation dure cinq mois ; lë bèrbës va cénk mwès plin.ne. La bre­bis met bas d’habitude au début du printemps ; èle djon.nelêye, èle vêle au maus’. C’est d’ailleurs la pleine période des mises bas ; c’ èst l’ froche dès djon.nes, c’ èst l’ froche dès vêladjes dë vatches èt d’ bèrbës.

La portée compte souvent deux ou trois petits ou se limite à un agneau de grosse taille. Jadis, les paysans déposaient les nouveau-nés dans une cuvelle au coin du feu. On bouteûve one tène dins l’ culot dë fè po apwârter lès djon.nes tant qu’ èles-èstin’ rëssouwêyes. On bouteûve on cèdri d’ssës po catchi l’ djoû po qu’ èles në brèyëchin’ nin ‘on les recouvrait d’un tablier pour les empêcher de voir la lumière et de bêler’. Ensuite, les agneaux étaient placés quelque temps dans une cuvelle fermée avec une planche ; mins c’ èst rade grand…

 

NB (1) Pour éviter qu’un bélier ne saillisse des brebis, peû qu’ ë n’ sautelëche lès bèrbës, on lui liait un morceau de sac sous la panse, on lî bouteûve on cèdri ‘litt. tablier’.  On procédait de même avec un jeune bouc en rut .

Dans le même ordre d’idées, on faisait ennuyer, dan.ner, un coureur de jupons en lui disant qu’on allait lui placer un tablier pour le rendre inoffensif ; on va li bouter on cèdri, come ça i n’ sèrè ni dandjèreûs ! Des hommes sérieux, entre autres parmi les marchands de bière et les abatteurs de porcs, horripilés par ces plaisanteries abusives dans leur cas, préféraient ne pas porter de tablier dans l’exercice de leur profession. ‘L avint peû d’ ièsse mokés : « T’ as mètë t’ cèdri, t’ ès dévenë dandjèreûs ? »

(2) Flotche, s. f., ‘verge (du bélier)’ ; égalt d’un garçon. Autres sens : ‘nœud à boucle’ : de corde, de cordon de tablier, de lacet, de ruban ; ‘flocon de neige’.

(3) Un témoin précise : cénk’ mwès èt quate djoûs.

 

§ 5. Les agneaux de la race laitière sont sevrés dès la naissance ; on spanët lès djon.nes, on n ‘ lès mèt nin à l’ tète. Lès prèmis djoûs, on l’zi done dè lacia dè l’ mére (p.194) avou o miète dë cafè, dins on pêlon ‘poêlon’. Après une semaine, on y ajoute un petit morceau de pain. Celui-ci est réchauffé dans le lait ou dans de l’eau, éventuellement avec de la semence de lin. Lë s’mince dè lén, ça faît on-abwêre ‘breuvage’ bén craus ; ça s’ dèscrauche ‘se dégraisse’ en cûjant.

Les agneaux mangent goulûment ; is sont-st-amauves po mougni : is s’ mètenèt è gngnos, i fêyenèt aler leû quèwe. Quand is-ont faît ‘fini’, i spornêyenèt ‘éternuent’, pace qu’ is-ènn’ ont plin leû nez, en effet, ils ont bu trop vite. Tout en mangeant, ils donnent des coups de tête dans le récipient, is toukenèt. Aussi, pour ne pas développer cet instinct, convient-il de ne pas leur caresser la tête ; i n’ faut nin djouwer avou leû tièsse pace qu’ on lès-aprind à touki.

Les agneaux de la race de troupe tètent leur mère. Son pis est tendu ; së pés tinke. Lë bèrbës braît ‘bêle’ on côp, lë djon.ne acoûrt tèter. Lë bèrbës d’ troupe së spanët ‘se sevré’ dë d’ lèye-min.me. (Il en va de même pour les agneaux qui tètent.)

 

§ 6. Une dizaine de jours après la naissance, notre ancien berger coupe la queue des agnelles en vue de faciliter les saillies ultérieures. On twad l’ quèwe : c’ èst dès crans-os, dès nëks, on satche lë nièr foû ‘on tord la queue : ce sont des vertèbres, des nœuds, on extrait le nerf’. Lë bèrbès arè pës aujîy po r’çû­re ‘recevoir’ lë bassi, po mostrer s’ câcâye ‘pour montrer sa vulve’.

G. Pens a continué à châtrer les jeunes béliers avec les dents. On crin.ne lë pia dès boûses avou on coutia, on r’monte lès pârtîyes ‘on incise la peau des bourses avec un couteau, on remonte les organes génitaux’, adon on rôye lès deûs nièrs avou sès dints. Dins l’ timps, lès vîs biërdjîs n’ mindjin’ pës d’ tchau salêye quate djous d’vant d’ amèder. Lès bassis quë n’ sont nin côpés sont fwârt mèchants, is tëkenèt ‘donnent des coups de tête’, is së r’vindjenèt ‘se défendent, réagissent’.

 

NB (1) Câcâye, s. f., ‘organe sexuel, vulve (de la brebis)’. Emploi plaisant puisque ce t. signi­fie habituel’ ‘jouet ; pacotille’.

(2) Certaines brebis manifestent la même agressivité et donnent des coups de tête. Dj’ a ië one bèrbës quë sëkéve, dj’ ènn’ a stî voltî ‘litt. volontiers : sans difficulté’ dësgostêye ‘dégoû­tée’.

 

 

3 LA BERGERIE

 

§ 7. La bergerie, lë bièdjerîye, lë stauve dès bèrbës, est aérée et éclairée par de petites ouvertures, dès bawètes (fig. 66). Des perches de bois, dès pièces, recouvertes de paille ou, jadis, de feuilles, servent de plafond”.

 

(p.195) Les paysans préfèrent ce système à la maçonnerie de briques ; ë n’ faut nin dès bièdjerîyes vôssêyes ‘litt. voûtées’, ë faut qu’ l’ alin.ne ‘haleine’ èt lès vapeûrs montenëche foû.

Une bonne litière est préparée pour la rentrée des brebis ; lë bièdjerîye dwèt todë bén ièsse sëtièrnîye po quand lès bèrbës rëvènenèt frèches. On n’ lès djète ‘nettoie’ quë deûs côps par an, insë èles-ont todë tchôd po së r’ssouwer. Comme la bergerie n’est pas pavée, le purin imbibe la terre sur laquelle s’entasse la litière. Dins l’ timps, quand on djèteûve, on tchèrdjîve dirèctèmint së l’ tchaur. Ensuite, le paysan enlevait sur toute la surface une quantité de terre de la hauteur d’une lame de bêche ; on r’tëreûve on fièr dë chupia d’ bacûse ‘terreau, terre imbibée de purin’, dë têre plin.ne dë bègau. Mélangée à du fumier, elle servait à engraisser le jardin. On remet­tait une quantité égale de nouvelle terre dans la bergerie.

Parfois, dans la petite culture, par manque de place, la brebis était logée dans une porcherie libre ou dans l’étable, sur le trottoir, derrière les génisses, ô kè dès-ômâyes. La pauvre bête y récoltait l’un ou l’autre coup de patte ; de plus, sa laine avait tendance à s’agglutiner à cause de la noci­vité de l’haleine des bovins ; le lin.ne cujeûve se l’ dos dèl bèrbès, èle (p.196) s’ aclapeûve ‘s’appliquait, collait’, èlle èstot cosoûwe ‘litt. cousue’ së l’ pia.

Les brebis mangent leur nourriture dans un bac, on batch. La boisson est versée dans une auge, one crèpe. Pour ce qui est du foin, il est servi dans un râtelier ; èles satchenèt lfoûre à p’tëtès twatches ‘touffes’ inte lès scayons ‘barreaux’ dè rèsselî.

 

 

4 LA NOURRITURE

 

a Le troupeau du berger

 

§ 8. Godefroid Pens, Godefrwèd d’ mon Pèn’ qui a toujours habité non loin de la Ramée, fut le dernier berger des environs. Il a cessé ce métier dès avant la Seconde Guerre mondiale, mais a continué à élever des brebis lai­tières. Dins l’ timps, n-avot bran.mint dès bièrdjîs, come lë cë d’ Boumaul ‘Bomal (village limitrophe)’.

Le troupeau de G. Pens comptait de quatre-vingts à cent moutons. Le berger ne le sortait qu’après-midi ; on-n-aleûve au tchamp avou l’ troupia d’ bèrbës jësqu’ à l’ nët. Autres termes pour désigner un troupeau : one troupe, one binde dë bèrbës, parfois one rëbambèle dë bèrbës.

Le berger emportait ses tartines et son bidon de café dans une besace ; ë mèteûve sès brëkèts èt s’ bëdon d’ cafè dins one bèsace, dèzeû s’ capote.

 

§ 9. Le berger se munissait d’une houlette, one olète, on bordon : c’ è-st-one sôrte dë grand stëkion avou on p’tët chupia ‘échardonnoir avec petite bêche’ po taper dè l’ têre së lès bèrbës quë vont dins lès rècoltes, èt one pètëte crole po aveter lès ronches ‘une petite boucle pour accrocher les ronces’ èt lès côper quand lès bèrbës sont-st-arokêyes ‘accrochées’ dëdins. Le berger était souvent accompagné de trois chiens. Deûs tchéns fyin’ lès-âyes ‘litt. haies : côtés (du troupeau)‘ po-z-èpêtchi lès bièsses dë moussi ‘pénétrer’ dins lès rècoltes. Il les envoyait à la limite du champ ; alêz, Colau, au rin.nau ! Le soir, ils étaient exténués, rindës. Le troisième chien, le tchén d’ pîd, restait constamment près du berger et n’entrait en action que pour suppléer un malade. Le dressage d’un chien de berger s’ef­fectuait à partir de l’âge de six mois ; le berger le tenait en laisse à ses côtés quelques temps avant de lui donner des ordres. Après trwès mwès, on l’ comandeûve on côp, on l’ lachive ;

 

NB (1) Vers 1960, pendant quelques années à peine, un berger de Jodoigne-Souveraine a possédé un troupeau qu’il a amené l’une ou l’autre fois dans notre village.

(2) La cardamine, fleur des prés humides, est appelée olète de bièrdjî.

(4) Bordon, s. m., ‘houlette (de berger)’.  Sens habituel : ‘gros bâton relativement court’.

 

(p.197) s’ ël agnive ‘mordait’ lë bèrbês, on l’ sèrmoneûve. Lë tchén dwèt bourer l’ bièsse èvôye ‘de côté’, mins ni l’ agnî.

 

§ 10. Le berger conduisait son troupeau par les chemins, sur les talus, par­fois escarpés, së lès fossés, së lès-eûrëyes, sur les terrains en friche, së lès têres è triche, së lès Brouwêres ‘Bruyères’ (lieu-dit) ; après la moisson, sur les éteules, së lès steûles. Après l’ Tossint, lès bèrbës alin’ ramasser ‘brou­ter ce qui reste’ së lès têres dë l’ Abîye lès pautes, lès r’djèts, lès r’djètûres, lès r’gons ‘jeunes pousses des grains perdus à la moisson’, lès quèwètes ’bouts cassés de racines’ dë pétrâles.

Quelques plantes que les brebis mangent : des laiterons, dès lêrdjons ; des moutardes des champs, dès sénés ; des renouées des oiseaux, dès trin.nes plin.nes de s’minces. Lès bèrbës, ça mougne tot ç’ quë ça trove, c’ èst brouchîr ‘goulu’.

Quand il était sur le point de rentrer ou pour changer de direction, le ber­ger criait « prrt ! », afin de rassembler le troupeau.

Les brebis sortaient toute l’année, sauf lorsqu’il y avait trop de neige.

 

§ 11. Il arrive qu’une brebis mette bas deux agneaux. Dans ce cas, lorsque le berger travaillait pour un patron, comme, par exemple, pour le fermier de la Ramée, il recevait un des petits. Quand one bèrbës avot one djèrmale èt quë l’ bêrdji èstot d’zos mêsse, ël avot on djon.ne. C’ èstot dins s’ mwès ‘mois, salaire mensuel’ ; on l’ lèyive mougni avou ltroupia jësqu’à quarante-cénk’ këlos.

 

b Les brebis de pâture

 

§ 12. Jadis, les petites gens qui ne possédaient qu’une seule brebis la menaient paître sur les talus ; Zélîye min.neûve Sofîye, së bèrbës, au tchamp së lès fossés. On la tenait avec une corde ou une chaîne, one tchin.ne dë gade ‘chèvre’, fixée à un collier, on golé, semblable à celui des veaux, par l’intermédiaire d’une maille tournante, on torèt. D’aucuns attachaient la brebis à un piquet à l’aide d’une chaîne, on lpëketéve, soit sur un talus, soit dans un pré, à proximité de la maison. Comme l’animal a tendance à tourner autour du piquet, on y fixe la chaîne avou on grand rond d’ fièr, pour éviter tout étranglement. Attacher la brebis à un autre endroit, lë r’pëketer.

Les brebis sont mises en pâture près de la maison pour toute la journée. Elles disposent d’un petit abri dans un coin du pré. Jadis, certains villageois se hâtaient de les rentrer avant qu’il ne pleuve ; ël arot v’lë ploûre : on coureûve po lès rintrer. C’ èst mauvês d’ lès lèyi à l’ plêve èt à l’ frwèd.

 

(p.198) Toutefois, de nos jours, des brebis passent une bonne partie de la mauvaise saison à l’extérieur.

Comme les chevaux, les moutons rasent l’herbe ; ça scrèpe, ça rèpe, ça ramasse, ça mougne jësqu’à dins têre ; ça r’nète lès prés. En hiver, ils tas­sent le sol soulevé par les gelées ; ça pèstèle, ça trëpèle ‘piétine’, ça fêt rassîr lëpré qu’ èst solèvé avou lès djalêyes ; c’ èst bon po lpré.

Les crottes de brebis infectent le pré ; lès crotales, lès pècales, lès pèpès punëchenètt l ‘ pré.

Ajoutons que ces bêtes ont vite fait de forcer une clôture en mauvais état ; èles vont rôler ‘vagabonder’ së lès prés dès djins… ; n’ avans sti lès rapèchi ‘récupérer’ dins lchavêye ‘chemin creux’.

 

§ 13. A la bergerie, les brebis mangent du foin, dè foûre, de la pulpe, dè l’ pële, du son, dè laton. D’aucuns leur préparaient une petite chaudronnée de betteraves cuites, one pëtëte cabolêye avou dès pétrâles. De nos jours, on leur en sert crues avec du son ; on côpe dès pétrâles croûwes à chëflèt ‘en biseau’ èt on lès mache avou dè laton dins one vîye casserole.

Pour engraisser un mouton, on a le choix entre divers aliments : dè tortia ‘tourteau’, dè mayës’ èt dè wadje moles, dès canadas cûts, dès s’minces dë lén dins dè l’ tchôde ëwe.

En hiver, la brebis n’a besoin comme boisson que d’un peu d’eau tiédie. One bèrbës, ça n’ bwèt ni bran.mint ; ça bwèt tchôd : on lî faît boûre on (p.199) p’tët côp s’-t-abwêre, ni po lî brûler lgueûye. Së vos lï boutez frwèd, èle va autou dè l’ bëdon ‘elle touche le récipient’, mins èle nè l’ bwèt nni. Une bre­bis choyée reçoit de temps à autre un peu de lait, one pente ou deûs d’lacia.

 

 

5 MALADIES ET SOINS

 

§ 14. Habituée à brouter, la brebis s’accommode avec difficulté de la nourriture sèche. Quand lès bèrbës dèmèrenèt së lë stauve, n-a dès côps qu’ èles sont bouchîyes ‘constipées’, quand on l’zi done trop à mougni sètch. Lë stoumak në lache ‘litt. lâche : digère’ nin rade assez. Le remède employé le plus fréquemment est la graine de lin cuite servie dans une bouteille en tôle galvanisée ; on l’zi done dès carafons dë s’minces dë lén cûtes. On leur fait absorber également de l’huile de ricin, dë l’ ôle dë rëcin ; dè bicarbo­nate dë soûde ; dè sé d’ Anglètêre dins dè fwârt cafè sins chècorêye.

Les brebis qui mangent trop de petit trèfle blanc sont atteintes de météorisme, èles sont-st-ètonêyes. Quand èles mougnenèt dès frèchs coucous, èles pètenët ‘éclatent’.

Lorsqu’elles reçoivent une nourriture trop riche, les jeunes brebis sont sujettes au coup de sang ; èles crèvenët à leû pëkèt ‘au pieu auquel elles sont attachées pour brouter’.

 

§ 15. Les moutons atteints de fièvre aphteuse bavent continuellement ; avou l’ cocote, lès bèrbës tchin.nenèt. On bassine les plaies des pattes avec du vinaigre ou avec de l’eau teintée d’alun ; on bassenêye lès plâyes dès pates avou dè vënêgue, dë l’ alun (ou alin) dins d’ l’ êwe ; on lès frote avou dè godron véjétal.

Quand elles sont mal nourries ou mal soignées, qu’elles pâturent trop souvent par mauvais temps, les brebis contractent parfois la gale, lë rëpe, lë rogne ; la tête se couvre de maux, de croûtes, dë crapes (1).

Le piétain, le piètin, est une maladie du pied : lès bèrbës trawenèt à l’ courone, ës sôrtdè pus ; èles në savenèt pès roter. On r’nète lë pîd èt on l’ wint avou dè sëlfate dë keûve ‘on l’enduit de sulfate de cuivre’.

Dans les prairies humides, les moutons sont parfois attaqués par les sang­sues ; dins lès bas prés, lès maras’ ‘terrains marécageux’, lès bièsses atrapenët dès sanseroules. Mais les éleveurs redoutent davantage les vers gastro-intestinaux et pulmonaires ainsi que la douve, parasite du foie. N-a dès viêrs quë vont jësqu’à dins l’ fwète èt lès peûmons ‘jusqu’au foie et aux poumons’. Lès bèrbës sont flauwes ‘faibles’, èles dèpèrèchenët, èles dëmèrenët dêrènes ‘litt. dernières : à la traîne’ dins l’ troupia. On rawête (p.200) s’ ë n-a pont d’ viêrs dins lès crotales ‘crottes’. On les soigne à l’arsenic, on lès médîye avou d’ l’ aursènëk.

 

(1) D’après G. Pens, cette maladie correspond chez les personnes aus maus Sinte-Djènevîre ‘litt. maux Sainte-Geneviève : maux qui suppurent autour de la bouche’, dès djènes maus quë coûrenêt autou dè l’ bouche. On n’ veut pës ça asteûre.

 

 

6 LA TONTE

 

§ 16. La tonte, lë tondadje, se déroule à la bonne saison, souvent au mois de mai, par une journée ensoleillée, au solia èt en plin-n-aîr. On-n-apëce ‘sai­sit’ lë bèrbës pa llin.ne èt on l’ fout djës ‘renverse’, on li lôye trwès pates èchone po ië place po travayî. Le tondeur utilise des forces, one chwache, one cësète. II doit conserver la robe en une seule pièce ; lë cote dwèt ténre èchone, come së on-n-arot dësmoussî ‘déshabillé’ l’ bièsse. Il s’agit donc d’un travail relativement difficile ; lë lin.ne èst malôjîye à côper, èlle èst flotche ‘souple’ ; ça èst morant ‘fatigant, crevant’.

La toison, lë twèson, lë cote dë lin.ne. Lorsqu’on ne lave pas la laine tout de suite après la tonte, on l’ boute dins dès satchs èt on l’ pind d’ on costé ou l’ ôte.

 

§ 17. La laine est mise à tremper ; on boute trimper l’ lin.ne deûs, trwès djoûs dins d’ l’ êwe dë plëve avou dè l’ lèchîve ‘sel de soude’. Selon la méthode ancienne, on y mélange un peu d’argile ; on mâche one pëtëte miète d’ aurzîye à l’ êwe. En effet, on évite d’utiliser de la poudre chimique qui durcirait la laine ; dè l’ poûre, ça faît r’cotener ‘se mettre en boules, s’ag­glutiner’ llin.ne, èle tént èchone, ça dërët, ça r’foule ‘durcit, s’épaissit et se rétrécit’. L’eau est renouvelée plusieurs fois jusqu’au moment où elle reste claire et où la laine est blanche.

On enlève les impuretés, lès mëséres, que peut contenir la toison : des fétus, dès fëstës, des morceaux de végétaux en provenance des haies, dès bokèts d’ âye, des crottes, dès crotales,… N-a dès bèrbës ni ossë prôpes one quë l’ ôte.

Ensuite, on rince la laine pour enlever la mousse de savon ; on stwad ‘tord’, on rëspaume lë lin.ne po-z-oyë lsavenêye foû. Après l’avoir laissée s’égoutter, d’goter, on la peigne, on l’ dëscotenêye, on l’ rëssatche ‘litt. reti­re’ quand èlle èst co o miète croûwe ‘humide’ po l’ fé o miète pës bèle. Quand èlle est bén lavêye, èlle èst longue, èle tént èchone ‘elle est bien unie’. Enfin, on la met sécher au soleil.

Quand la brebis n’est pas en bonne santé, la laine se présente toute en boules, agglutinée, petite et dure ; quand l’ bièsse n’ èst ni ëtîye, lë lin.ne èst tote rècotenëye, ramoûwe ; èlle a s’ lin.ne cosoûwe ‘litt. cousue’ dèssës s’ dos. Il en est de même lorsqu’on tarde pour tondre l’animal ; dans ce cas, on dit que l’ ôte lin.ne rëpousse dëdins.

 

NB La tonte a été longtemps effectuée par l’ancien berger.  Elle s’effectue désormais avou one tondeûse élèctrëke.

 

(p.201) § 18. Jadis, des paysannes filaient la laine au rouet pour faire des bas et des chaussettes ; on fëlève lë lin.ne au molén (à fëler) po fé dès tchausses èt dès tchaussètes. « Waîtîz, dj’ a co dès blankès tchausses dë lin.ne ni téndoûwe ‘teinte’. » Les femmes tricotaient des gilets, dès trëcotés. Pendant la Seconde Guerre mondiale, une villageoise a filé de la laine pour plusieurs personnes. D’autres ont repris le rouet à cette occasion, mais sans grand succès.

La laine est également utilisée pour rembourrer les matelas. « Të n’ sés ni cë qu’ c’ èst d’ dârmë sër on matelas d’ lin.ne ! » C’ èst bén tchôd d’ l’ ëviêr, mins faut saqwantès cotes dè lin.ne ‘toisons’ po l’ fé.

En hiver, on recouvre le lit des enfants d’une robe de brebis abattue, qui sert donc de couverture. « Djë m’ va mète one pia d’ bèrbës së l’ lét dès-èfants po qu’ ës-auyenèche bén tchôd. » On fieûve taner l’ pia d’ bèrbês à Donbiè ‘Dongelberg’ ou à Djodogne ; certains villageois tannaient la peau eux-mêmes.

 

NB Li pia d’ bèrbës désigne essentiellement la peau tannée avec la laine. Pour certains, c’est aussi la toison, lë cote.

 

 

7 LE COMMERCE

 

§ 19. Pour s’assurer du poids d’une brebis, certains marchands la soulè­vent par la toison ; po sinte s’ èles sont pèsantes, is lès-apëcenèt pa leû lin.ne dë leû dos èt is lès-èlèvenèt. Ce spectacle a de quoi faire frémir les jeunes filles sensibles : « Èt më, ça m’ aleûve lon ‘ça me touchait beaucoup’ / »

Ajoutons que jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de villa­geois donnaient gratuitement un agneau à ceux qui en désiraient. On n’ savot ni vinde lès-agnas.

 

Maria Dombois (Bastogne)

 

 prétimps, quand ç’ astét â mwès d’ avri, on tondét lès motons.

Falot tchwasi on momint qui f’jét bon po tonde.

Quand on-z-avét tondu l’ moton, on lavét la lin.ne.

On la mètot o gurnî dins lès satchs.

Si vos v’lîz la twâde, i n’ falot jamês la lâvè.

Pace qui la lin.ne, èlle è d’ l’ ôle.

Si vos v’lèz la travayè do côp, fât la lavè.

Èle sètchirè so dès fils ou so la aye.

On filot la lin.ne po fé dès camisoles d’ ome.