PICARD – FRANÇAIS / PICÂRD – FRANCÈS 

L

’l

pron pers le, la ; il a ramasseu in pin èt i s’ é va qué in coutchau pou l’ pèleu,  il a ramassé une pomme et il va chercher un couteau pour la peler ; j’ é mis ‘ne pwôre su ‘l tâbe, minjèz-‘l,  j’ai mis une poire sur la table, mangez-la ; i ‘l ârwo byin dit

P4b

’l

art déf le, la ; la forme pleine est eul ; ‘l arbe, ’l avin.ne ; j’ é vu ‘l cat, n’ oublieuz gneu dsèreu ‘l porte ; dans certaines expressions, on utilise, au féminin, la forme française la : ex. eul mi­lieu la min, atrapeu ‘l côp d’ la mort, la mére

P4b

la

pron dém. cela ; c’ eut gneu pou chi ni pou la, litt. ni pour ceci, ni pour cela : sans aucun parti pris, sans aucune intention quelconque

P4b

adv 1 là; 2 pfs pour : voilà ; là l’ neûd, qu’ i dit soyeû, voilà le noeud, dit le scieur, càd. voilà la difficulté

P3b

loc. adv là-z-ét-là litt. : là et là, comme-ci comme-ça, entre les deux

P3b

1 prép. voilà : ‘l Zè, voilà Joseph ; syn. in ; adv mètèz-‘l leu ; par chi par là, de ci de là ; deud, de là : c’ eût deu-dlà queu vos véreuz lmieû, ; j’ pésswo queu j’ dalwo là kè.i,  je pensais que j’allais m’évanouir là

P4b

dans l’expr. là tout’ !, ça va plus ou moins (marque un accord avec une certaine réticence), ma foi, oui ! pourquoi pas ? : P « Èd li d’manderaî én-avis sans li dîre ni qué ni quand i n’ sara rié qu’ i n’ pét nié savwar » – M « Insi, là tout’, mais fèites bié atincion » ; C « Èl djournée a bié sté ? » – O « Bé là tout’; èl temps m’a chané long, depuis six heures au matégn qu’ Alfrèd èst d-alé à s’n-ouvrâje ».

P6a

, v’là adv voilà. On peut supprimer l’ « à » devant une voyelle et dire : l’ in-afaîre, voilà un événement

P7

labeûr

nm  pfs pour labour (P3b, P7) ; k’veau d’ labeûr, cheval de labour (P3b) ; on f’ra cha à ‘l séson dès labeûrs (P4b) 

P3b

labourés

nmpl terres labourées

P7

laboureu

v labourer ; il eût daleu laboureu ‘l gardin deu ’s frére ; quand vos-âreuz ièrcheu tout chô qu’ j’ é laboureu, litt. quand vous aurez hersé tout ce que j’ai labouré : quand vous vous serez donné autant de mal que moi, par référence aux travaux des champs où le hersage est bien moins pénible que le labourage. Cette expression est utilisée pour rabattre les prétentions d’une personne qui se vante des peines qu’il se donne à son travail. Cf èrcheu

P4

lacét

nm lacet

P8

lacha

, lachau nm lait

P7

lachau

nm lait ; èle n’ wiche fok pou d-aler qué s’ pagn, ès’ bûre, sès pètotes èyét ’s lachau ; i sintot ‘l lachau dèskintde in sès bouyaus, t’ in ‘l rinscaufant. Aussi : lachia.

P6a

lachau

nm avwa ‘s langue à lachau, avoir la langue qui démange, affilée, indiscrète

P7

lache

nm nœud coulant, nœud de cravate. Cf nache

P2

Rechercher

Share This