antidemocratic events in Asia

1989 - China / Tienanmen - crushed demonstrations

1989 - Bébés torturés en Irak

(LB, 01/03/1989)

1996 - Saudi Arabia / Arabie Saoudite - tortures

antidemocratic events in Asia (1949-2019)

1949

1949 – La Chine occupe brutalement le Tibet.

 

Les troupes de Mao envahirent la province tibétaine d’Amdo en 1949.  Le gouvernement tibétain de Lhasa protesta en vain contre l’agression.  Un an plus tard, l’armée populaire de libération envahit le sud-ouest du Tibet.  Il n’y a quasiment aucune réaction, ni dans les pays voisins, ni aux Nations-Unies.

Le 10 mars 1959, un soulèvement populaire éclate à Lhasa.  Il est réprimé de façon sanglante et le Dalaï-Lama doit se réfugier en Inde.

Sur les quelques 6000 monastères que comptait le Tibet, il n’ en reste guère qu’ une vingtaine.

Depuis le début des années 80, on installe au Tibet des centaines de milliers d’ ouvriers et de commerçants chinois, qui sont déjà plus nombreux que les Tibétains de souche.  Ceux-ci se sentent étrangers dans leur propre pays.          

Depuis 1960, le Dalaï-Lama introduit le processus de démocratisation de la communauté tibétaine en exil, et depuis 1991, c’est un gouvernement qui élit le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala, dans le nord de l’ Inde.

 

1950

In: Les Amis du Tibet asbl, brochure

 

(…) En 1950, la Chine communiste envahit le Tibet. Dans sa vision expansionniste, Mao veut étendre son influence géostratégique jus­qu’aux frontières de l’Inde et du Népal.

Depuis lors, la Chine n’a eu de cesse de vouloir supprimer définitivement l’identité tibétaine.

Chaque révolte du peuple tibétain (10 mars 1959, 1987, 1989) a été écrasée dans le sang.

On estime que l’occupation chinoise a pro­voqué la mort violente de 1 200 000 Tibétains (1/6 de la population initiale du Tibet). Une commission internationale de juristes a quali­fié la situation au Tibet de “génocide”. (…)

 

liberté bafouée

 

Encore aujourd’hui, toute revendication de liberté est sévèrement condamnée. Des cen­taines de prisonniers politiques sont empri­sonnés, parfois pendant plusieurs dizaines d’années, dans des conditions extrêmes pour avoir osé revendiquer publiquement leurs droits. La peine de mort, la torture et les travaux forcés sont largement utilisés par l’appareil répressif chinois.

En 1995, le Panchen Lama, seconde autorité religieuse du pays, a été enlevé par les autori­tés chinoises à l’âge de 6 ans. On est toujours sans nouvelle de lui.

 

génocide culturel

 

Après les effroyables répressions physiques ayant fait plus d’un million de victimes, la Chine s’est lancée dans l’éradication totale de la culture tibétaine. Le patrimoine culturel a déjà largement disparu. On estime que, pen­dant la “Révolution Culturelle” (1966-1976), plus de 6000 temples et monastères ont été détruits.

Aujourd’hui, la langue chinoise est imposée à l’école et dans l’administration. Une colonisa­tion massive par l’ethnie chinoise Han rend déjà les Tibétains minoritaires dans leur pays.

L’identité culturelle tibétaine se dissout inexorablement.

 

l’environnement, un problème majeur

 

Déforestation, entreposage massif de déchets nucléaires, rejet dans les rivières de déchets toxiques générés par la surexploita­tion des richesses minières. Le fragile écosystème du plateau tibétain est en train de subir des dommages irréversibles dont l’Asie entière subit déjà les conséquences.

Dans sa soif d’expansion, la Chine a entre­pris le pillage des ressources naturelles du Tibet au mépris des contraintes imposées par un environnement unique au monde.

 

1983

JAPAN / Karel van Wolferen, Japan denkt niet veel goeds van Koreaanse minderheid, in: NRC-handelsblad, 3/1983

 

Er zijn 667.325 Koreanen in Japan, op 792.946 geregistreerde buitenlanders in 1982.

 

Van de tien Koreaanse leerlingen op middelbare scholen verschuilen er gemiddeld acht zich achter een Japanse naam.

 

De mythe van de Japanse homogeniteit.

 

Geschiedenis is er sterk ideologisch gekleurd.  Zo wordt onder andere traditioneel het feit donkeremaand dat vroegere regeerders (en dus ook de bijna geheiligde Keizerlijke Lijn) afstammen van betrekkelijk late migranten van het Koreaanse schiereiland.

 

Na de annexatie van Korea door Japan werden arme Koreaanse boeren ‘aangemoedigd’ om in Japanse mijnen en primitieve industrie te gaan werken.

Ook de slachting van duizenden Korenanen door een hysterische bevolking in Tokio en Yokohama na de grote aardbeving van 1923..

Tegen het einde van de oorlog waren er 2,5 miljoen Koreanen in Japan (onder wie veel de facto dwangarbeiders).  Anderhalf miljoen keerde na de oorlog naar Korea terug.

 

Koreanen in Japan zijn een gediscrimineerde minderheid.  Dit is echt zo op het gebied van werk, huweljk, behuizing en bijstand.

 

Volgens veel Japanners zijn “Koreanen lui, niet te vertrouwen (want ze liegen om te beginnen al over hun Koreaanse namen) en stinken naar knoflook.”. 

Dit heeft te maken met de mystieke betekenis bij japanners van de denkbeeldige homogeniteit van het volk.

 

1990

Michel Grodent, De Simenon à Simon Leys, in: LS, 15/11/1990

 

“La mémoire de la bêtise occidentale est toujours susceptible de nous éviter de fatales erreurs:”’au détour des années 70, on vantait les vertus sociales du régime chinois, prétendu égalitaire, on croyait à la révolution permanente qui déplace les montagnes.’  Mais Simon Leys (Pierre Ryckmans) montrait que la révolution culturelle n’ était qu’ un paravent soi-disant symbolique au moyen duquel un chef de bande tentait de reconquérir le pouvoir qu’ il avait perdu 10 ans auparavant. 

 

1990

Sylvie O’ Dy, Marc Epstein, Wu Xinming (le Sakharov chinois – réfugié à Cambridge), FANG LIZHI : l’ étoile dissidente, Le Vif/L’Express, 31/08/1990, pp. 50-54

 

(p.51) “Les physiciens, plus que les philosophes, entrent directement en conflit avec l’ idéologie dominante, le marxisme.  Les physiciens, comme les marxistes, ont des prétentions universelles.  Les marxistes affirment que leur idéologie est toujours vraie partout.  Nous autres, en physique, nous pouvons faire mieux: fournir les preuves de nos vérités!  Vous savez, les scientifiques ont besoin de liberté d’ esprit.  Ils doivent se sentir libres d’ échanger des idées.  de fait, ils sont prédisposés à prendre la défense des droits de l’ homme.”

 

1992

Turquie / Stéphane Steyt, Près de 80 ans et toujours pas reconnu, LB, 21/12/1992

 

Le génocide des Arméniens, nié par la Turquie. (Télé 21) (20.00) 

 

1994

Irak / Le nucléaire payé par l’ Arabie?, LB 25/07/1994

 

Des révélations embarrassantes du ‘Sunday Times’

Selon une source sûre, celle de Mohammed Khiliwi, numéro deux de la mission saoudienne au siège des Nations unies à new York jusqu’ à sa défection en mai dernier, l’ Arabie saoudite a financé le programme nucléaire du président irakien Saddam Hussein.

Les Saoudiens avaient déjà financé le programme nucléaire du Pakistan dans les années 1970.

 

1994

Japon / Actes douteux de l’ armée nipponne, LB, 25/07/1994

 

En août 1993, le gouvernement de Tokyo a, pour la première fois, exprimé publiquement ses excuses: il avait alors admis que les soldats nippons avaient contraint environ 200.000 femmes, principalement originaires de Corée, de Chine, des Philippines et des Indes néerlandaises, à devenir prostituées pendant la guerre.

 

1994

Japon / P.S., Les crimes du nazisme jaune, LB, 26/04/1994

 

… Au nom de la race supérieure et du droit du plus fort (“Jours de guerre” – RTB 21.00)

des camps de travail et de concentration.

 

1994

P. Paquet, Des enfants dont Pékin ne veut pas, LB, 07/9/1994

 

Stérilisations et avortement forcés sont le lot quotidien des Tibétaines

 

1994

P. Paquet, L’ autonomie de l’ âme chinoise, LB, 19/02/1994

 

Une nouvelle campagne antireligieuse:

expulsion de 7 missionnaires étrangers;

la mort de 2 évêques catholiques en ‘détention administrative’ en 1993;

des chrétiens sont battus.

 

1995

Indië / RSS: van hindoe tot Hitler, in: Wereldwijd Bijeen, 251/1995, p.35

 

De Rashtraya Swayamsevak Sangh is een hindoe-beweging, die sinds 1938 de communistische hindoe-ideologie vertolkt.  RSS-militanten vermoordden Mahatma Gandhi.

RSS  kreeg veel gezichten, waaronder Shiv Sena (alleen in Maharashtra).  Voor hen is er voor de niet-hindoes ‘geen plaats in het nationale leven, tenzij ze hun anders opzijzetten, de religie, de cultuur en taal van de natie adopteren en compleet opgaan in het nationale ras.’  Anders krijgen ze zelfs geen burgerrechten, beweert Golwalkar, de opvolger van de Dr Hedgewar, stcichter van de RSS-beweging.

 

1998

CHINE – Arrêtés au cours d’une messe, LB 10/12/1998

 

Un pr^étre et six fidèles de l’Eglise catholique clandestine ont été arrêtés par la police le dimanche 22 novembre alors qu’iols assistaient à la messe au domicile de l’évêque Zeng Jigmu, dans kle village de Hangpu (district de Chongren), dans la région de Jiangxi, au centre du pays.

 

1998

Christians across India protest against rising attacks, Herald Tribune, 05/12/1998

 

NEW DELHI – Members of India’s Christian Minority, targeted by Hindu activists in an upsurge of communal attacks this year, observed a day of nationwide protest Friday with peace rallies, marches and silent fasts;

Church leaders said Christians, who make up about 2 pc of India’s 950 million people, had been victims of more attacks this year than ion any other in the last four decades.

 

1998

Inde / Des actes antichrétiens sèment l’inquiétude, LB 09/10/1998

 

L’Eglise dénonce une certaine collusion entre le gouvernement nationaliste et leurs auteurs.

Quatre religieuses ont été violées dans un petit village de l’état du Madhya Pradesh au centre du pays après l’irruption d’une vingtaine d’hommes armés dans le dispensaire du village de Nawapada où vivent les 4 soeurs.

Les chrétiens représentent seulement 2,3 pc des 980 millions d’Indiens mais leur influence dépasse largement le cadre de leur communauté.  Ils administrent en effet nombre d’écoles réputées, d’hôpitaux et de dispensaires en milieu rural. 

Ils sont régulièrement accusés de chercher à convertir les hindous de basse caste et en particulier les intouchables qui connaissent toujours un sot peu enviable dans la société indienne.

Deux jours plus tard, un couvent a été dévalisé près de New delhi.

une mission catholique a été attaquée dans le Madhya Pradesh. 

La VHP, le Conseil mondial hindou, une organisation proche des nationalistes au pouvoir à New Delhi, demande l’expulsion de toutes les missions chrétiennes.

 

1999

BIRMANIE / La résistance oubliée du peuple Karen, LB 13/04/1999

 

1999

CHINE – Chrétiens arrêtés et battus, LB 15/02/1999

 

L’agence missionnaire vaticane Fides a publié en 1997 des documents secrets du parti communiste ‘pour la suppression des activités illégales de l’ Eglise catholique non officielle’.

 

1999

Corée du Nord / Geneviève Delaunoy, “Isoler Pyonyang favorise la dictature”, LB 03/12/1999

 

Rescapée du bagne, Mme Li Sun-Ok /14 mois de tortures et 7 ans de bagne/ veut témoigner devant l’ONU et l’Union européenne du calvaire de son peuple.

Elle précise que la main-d’oeuvre carcérale fabrique des produits pour l’exportation vers les pays industrialisés.  Elle-même travaillait à la comptabilité du camp et, en 91 et 92, elle a vu passer des commandes pour des roses en soie à destination de la France.  Des chandails étaient produits pour le Japon, des soutiens-gorge pour la Russie, des manteaux et des vestes pour la Grande-Bretagne, via Hong-Kong.

“Si on produisait un article défectueux ou si on ne respectait pas strictement la loi du camp, on était exécuté publiquement par fusillade.”

 

1999

TURQUIE / L’extrême droite révélée au grand jour, LB 24/08/1999

 

Attitude xénophobe du ministre de la Santé et de ses services.

Des membres du MHP (Action nationaliste, formation d’extrême-droite) auraient décliné une offre de coopération de l’Arménie voisine.  (…)  Des dons de sang en provenance de Grèce auraient été refusés. Etc.

 

2000

Japanners ontkennen slachtpartij in China, DS 25/01/2000

 

Japanse nationalisten hebben bewerd dat de “slachtpartij van Nanjing de grootste leugen van de 20ste eeuw is”.

Volgens de meeste historici hebben de Japanners in 1937 in die Chinese stad 300.000 mensen om het leven gebracht. (…)

 

De Chinezen verwijten Tokyo al jaren dat het veel te tolerant is voor extreem-rechtse nationalisten van Japans oorlogsverleden willen herschrijven.

 

2000

Turquie – 1915, LB 25/04/2000

Idem en 2000

 

de 1915 à 1917, les déportations vers la Syrie et les massacres d’Arméniens ont fait entre 1,2 et 1,3 million de morts selon les Arméniens, et 250.000 à 500.000 selon les Turcs.

 

2001

E.B., Emprisonné pour le mot « kurde », LS 25/06/2001

 

Le journaliste Z. A. Kizilyaprak vient d’être condamné à 13 mois de prison pour avoir écrit que de nombreux Kurdes ont été torturés et tués /durant le conflit entre les rebelles du PKK et l’armée turque entre 1984 et 1999/ et parce que l’auteur estimait qu’il existait une nation dans l’est et le sud-est du pays, selon la Cour de Sûreté de l’Etat d’Istanbul.

Les audiences se sont déroulées en l’absence de toute défense et sans même que l’intéressé ait été mis au courant.

C’est par hasard qu’A. K. a appris sa condamnation.

 

2001

Gerhard Duncker, Christen in der Türkei – wie Fische auf dem Trokenen, FAZ 14/12/2001

 

„Von einst 250 000 Griechisch-Orthodoxen in Istanbul sind knapp 2000 übergeblieben, von mehr als zwei Millionen Armeniern (in osmanischer Zeit) leben noch 80 000 im Land. Alle Christen zusammen, einschliesslich der Ausländer, stellen heute einen Bevölkerungsanteil von weniger als einem Prozent, Tendenz sinkend, fühlen sich doch die Christen oft als Bürger zweiter Klasse. (…)

„Als säkularer Staat garantiert auch die Türkei in ihrer Verfassung das Recht er einzelnen auf Religionsfreiheit. Schwierig wird es, wenn sich mehrere einzelne zu einer Gruppe zusammenschliessen und etwa eine Kirche oder ein Gemeindehaus bauen wollen. das geht schon seit etwa 80 Jahren nicht mehr ohne weiteres. das aus den Zeiten Atatürks stammende Verbot, das eigentlich gegen islamische Gemeinschaften gerichtet war, wird in den Praxis ausschliesslich gegen christliche Gemeinschaften angewandt. Keine christliche Gemeinde darf neue Gebäude errichten. dagegen ist heute überall der Bau von Moscheen zu beobachten. (…) Eine weitere erhebliche Beeinträchtigung kirchliche Lebens ist das staatliche Verbot, Pfarrer und Religionslehrer auszubilden. Vor 30 Jahren wurden alle theologischen Hochschulen, christliche wie islamische geschlossen. ie islamischen konnten inzwischen wieder öffnen, die christlichen nicht. Theologen aus dem Ausland zu holen ist ebenfalls verboten.“

 

2001

INDONESIE / Bornéo – Déchaînement de violence ethnique à Bornéo, LB 23/02/2001

 

Des violences interethniques ont fait une centaine de morts dans la partie indonésienne de l’île de Bornéo, où des Dayaks ont paradé avec les têtes de leurs victimes et continuaient jeudi de brûler les maisons.

 

2001

INDONESIE / Bornéo – Les massacres perpétrés par les Dayaks illustrent la faillite de la politique migratoire de Jakarta, LB 27/02/2001

 

C’est la faillite de toute une politique de développement qui est consommée : la ‘transmigrasi’.

Depuis les années 50, les autorités indonésiennes ont entrepris de soulager le surpeuplement de Java, où vivent les deux tiers de la population nationale, en transférant au total quelque 9 millions de personnes vers les îles les plus éloignées. (…) ces migrations volontaires, doublées d’une « émigration sauvage », ont bouleversé les équilibres ethniques et religieux, le plus souvent aux dépens des indigènes, rapidement dépossédés de leurs terres et de leurs revenus. (…)

Depuis, l’éviction du dictateur Suharto en 198, les heurts communautaires se sont généralisés dans tout le pays, é parfois en véritables pogroms, dans les Moluques, par exemple, ou à Bornéo.

 

2001

Le Parlement européen contre les JO 2008 à Pékin, LB 07/07/2001

 

Car la Chine « viole ostensiblement les droits humains, civils et politiques fondamentaux, dont la liberté de culte.

Ce lourd passif, ainsi que la répression des populations du Tibet, d’Ouïgouristan et de Mongolie méridionale rendent inappropriée l’attribution de ces J.O. », a estimé le Parlement européen lors de la session plénière. A une semaine du verdict.

 

2001

PAYS-BAS, En mémoire du génocide assyrien, VA 06/08/2001

 

Plusieurs dizaines d’Assyriens de Belgique se sont rendus à Enschede où ils ont rejoint des centaines d’autres membres de leurs communautés venus des quatre cons de l’Europe, à l’occasion de la commémoration du 7 août, date symbolique du massacre des leurs il y a 68 ans en Irak.

Peuple issu de l’ancienne Mésopotamie, la population assyrienne-syriaque regroupe plusieurs millions de personnes, la pupart en exil.

Plus de 6000 Assyriens périrent en août 933 en Irak, 39 villages furent détruits.

 

2001

Philippe Paquet, Des nationalistes ouïghours indésirables à Bruxelles, LB 12/10/2001

 

Une conférence au Parlement européen qu devait amener le 17 octobre des nationalistes au Xinjiang ne pourra pas avoir lieu. Par “précaution”.

La conférence s’intitulait: “La situation au Turkestan oriental après un demi-siècle d’occupation par la Chine communiste”. (…)

Le député européen Olivier Dupuis s’insurge contre l’Ambassade de Chine qui, selon lui, “s’emploie à torpiller une conférence qui risquerait de mettre en lumière une politique d’occupation, d’humiliation et de destruction tout aussi grave mais bien moins connue que celle mise en oeuvre au Tibet.”

 

2001

Ruiz Fatima, Denuncia contra Exxon, El País, 20/06/2001

 

La petrolera estadoundense, acusada de colaborar en torturas y asesinatos en Indonesia.

The International Labor Rights Fund, una organizacion de derechos humanos con sede en Wahington, ha interpuesto una demanda basada en los abusos sufridos por 11 personas en la que se acusa a la petrolera de dar apoyo material y logistico al Ejército indonesio para violar, torturar y asesinar a civiles sospechosos de estar vinculados a los separatistos de Aceh. En concreto, se acusa a la compa’n’ia de ‘construir o permitir la utilizacio’n de edificios donde se interrogo’, torturo’ y asesino’, proveer de excavadoras para que los militaros construyeran cementerios donde enterrar a sus victimas y permitir que se usaran caminos abiertos por Exxon para llegar a esas tumbas.

 

2001

Turquie / Emprisonné pour le mot « kurde », LS 25/06/2001

 

Le journaliste Zeynel Abidin Kizikyaprak vient de se voir signifier une peine de 16 mois de prison ferme.

Son crime ? « En écrivant que de nombreux Kurdes ont été torturés et tués /durant le conflit entre les rebelles du PKK et l’armée turque entre 1984 et 1999/, l’auteur estime qu’il existe une nation /kurde/ dans l’est et le sud-est » du pays, explique la Cour de Sûreté d’Istanbul.

 

2002

Israël / Kamikazes, criminels de guerre: Arafat, leur complice, dit HRW, LB 03/11/2002

 

Les kamikazes palestiniens et ceux qui les assistent sont des « criminels de guerre », accuse l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) dans un rapport de 160 pages (…).

Entre fin septembre 2000 et fin août 2002, des kamikazes palestiniens ont tué « 415 Israéliens et autres civils et blessé 2000 personnes », indique le document qui indique comment le Hamas, le Jihad islamique, le FFPLP et les Brigades de martyrs d’al-Aqsa, groupe armé lié au Fatah de M. Arafat ont agi sans être inquiétés par l’Autorité palestinienne.

 

2002

Pierangelo Bonazzoli (Brescia), Turchia / Sistema elettorale, Corriere della Sera, 06/11/2002

 

In questa nazione che si appresta a entrare nella comunità europea hanno una legge elettorale che fissa lo sbarramento al 10 % dei consensi per poter accedere al Parlamento. Il moi pensiero va alle minoranze etniche come i curdi fermi al 7 % non avranno nessun seggio…

In Occidente nessuno ha mosso obiezioni su questo sistema elettorale ?

 

2003

China / Drieklovendam in werking onder zware kritiek, DS 02/06/2003

 

Meer dan één miljoen bewoners moesten gedwongen verhuizen.

 

2003

in: DELTA, 4, 2003, p.24

 

Sturm Christian, Jahrelanges Sterben, Focus 17/2003, S.56-57

Bis zum Abend des 5, Juni1987, Azimi und ein paar Freunde spielten Fußball, Plötzlich tauchten irakische Flugzeuge über dem engen Gebirgstal auf und warfen 40 Senfgasbomben ab. Eine übel riechende Wolke legte sich über die Lehmhütten. Nach vier Stunden wurden die Bewohner von Husten- und Brechreiz geplagt. Ihre Haut, auch unter der Bekleidung, wurde dunkler und dunkler. “Die Nebelschwaden zogen einfach nicht ab, sie lagen wie Blei auf dem Boden”, sagt Azimi. Im Morgengrauen kletterten die Einwohner auf 1000 Meter in ein Gebirgsdorf mit nur zwölf Bewohnern. Dort war die Luft sauber. Aber da war es schon zu spät: Alle 120 Frauen, Männer und Kinder von Seva erblindeten. ” Wir sahen nichts mehr. Die zwölf Leute aus dem Ort mussten uns pflegen und versorgen. Es gab keine Medikamente. Sie wuschen unsere Augen mit schwarzem Tee aus”, schildert Azimi.

Nach etwa einem Monat konnten die Gasopfer wieder sehen, und auch die Haut wurde wieder heller, Aber Fathieyeh Rahmaniwar schwer erkrankt. “Sie hatte minutenlange Hustenanfälle, oft Fieber bekam kaum Luft und zitterte am ganzen Körper”, schluchzt der Witwer. Der Glftgasanschlag auf Seva, so glaubt jedenfalls Azimi, war für Saddam Hussein nur ein Test. Neun Monate später, am 16. März 1988, bombardierten Saddams Soldaten die Kurdenstadt Halabdscha mit Senfgas. Mehr als 5000 Menschen starben, mehr als 10 000 wurden verletzt.

 Aus Angst vor weiteren Angriffen und Verfolgungen flüchtete Azimi mit seiner kranken Frau in die Türkei, Schleuser schmuggelten sie dann durch Bulgarien, Rumänien und Tschechien bis nach Dresden. Von dort kamen sie 1991 ins Flüchtlingsaufnahmelager Zirndorf bei Nürnberg. Den Schleusern habe er 10000 Dollar zahlen müssen, sagt Azimi.

Bereits die ersten Untersuchungen im Klinikum Nürnberg und Bonn bestätigten, dass das Senfgas die Luftröhre von Fathieyeh Rahmani verätzt hatte.  (S.57)

 

2003

Paquet Philippe, Une orgie japonaise fait scandale, LB 30/09/2003

 

Quelque 380  « touristes » japonais ont participé à une orgie sexuelle dans un hôtel de luxe du sud de la Chine où ils avaient recruté à cet effet 500 prostituées chinoises.

Cette partouze qui a duré 3 jours s’est terminée très précisément le jour anniversaire de l’invasion japonaise de la Chine en 1931.

Il s’agissait apparemment d’humilier la population et de provoquer les autorités.

 

2003

 

Petra Kolonko, Für die sind wir hier alle Separatisten FAZ 27/09/2003

 

In der Autonomen Region Xinjiang :

« Sie gehen mit uns wie mit Menschen zweiter Klasse », flüstert ein uigurischer Händler. « (…) Sie haben alles im Griff, wir haben keine Luft mehr zum Atmen. »

 

2003

Turquie / Gülderen Baran, victime de tortures et de sévices sexuels au QG de la police,  LB 09/03/2003

 

Amnesty International se préoccupe du fait qu’en Turquie, les longs délais de procédure peuvent entraîner l’impunité pour les tortionnaires, y copris les abuseurs sexuels et pour les auteurs de violations des droits humains .

L’ONG a relevé de nombreux cas de femmes torturées sexuellement alors qu’elles étaient détenues par la plice et la gendarmerie.

 

2003

Verkrachtingszaak 405 Turkse soldaten, NRC 11/10/2003

 

Ze worden ervan verdacht een Koerdische vrouw tusen november 1993 et maart 1994 collectief verkracht te hebben. (…)

Nu nog overschrijden de autoriteiten nog geregeld de grens van het toelaatbare in het voornamelijk door Koerden bevolkte Zuid-Oosten, aldus mensenrechtenorganisatie.

 

2004

Mehr als Säbelrasseln Chinas, Lux. Wort 30/12/2004

 

Das neue Anti-Abspaltungsgsetz Pekings verpflichtet China zu einem Militärschlag gegen Taiwan, falls sich Taipeh formell unabhängig erklären sollte.

 

2004

Pierre Moos (Bettembourg), Grosser Preis von China, Lux. Wort 25/09/2004

 

500 chinesische Bauernfamilien wurden für den Streckenbau enteignet und umgesiedelt. (…)

Währenddessen hart China 19 Hinrichtungswagen im Einsatz. Die Firma Jiinguan (Goldene Krone) will sich die Einrichtung patentieren lassen. 300 sind geplant. (…) 

Über die Praxis der Organentnahme bei Hingerichteten erfährt man aus offiziellen Quellen nur wenig.

 

2005

in : Delta, 1, 2005, p.23-24

 

(p.23) China. Naar internationale organisaties schatten zouden er in dat land jaarlijks zo’n 10.000 terechtstellingen plaats vin­den. Toch wordt voor dat moordenaarspa­radijs overal de rode loper uitgelegd. Bus­iness as usual, niet…

 

2005

in: Delta, 9, 2005, p.24

 

Hiroshima en Nagasaki. Dit jaar werd het feit herdacht dat 60 jaar terug de eerste atoombommen werden gedropt op twee Japanse steden. Inderdaad een droevige gebeurtenis waarbij niemand onverschillig kan blijven voor het leed van duizende Japanse mensen. Maar men zou ook de moed moeten hebben om er tevens bij te vertellen dat ongeveer een klein miljoen Europese mensen aan die bommen hun leven hebben te danken. Want in tegenstelling tot wat altijd klakkeloos wordt aangenomen, hadden de Japanezen op dat moment (augustus 1945) helemaal niet de intentie om te capituleren. Hun doel was toen nog altijd de totale uitroeiing van alle Europeanen in Azië, waaronder duizende Nederlandse volksgenoten. Er zijn in hun kampen onnoemelijke wrede misdaden gebeurd. Wie daaraan twijfelt, moet het Tropenmuseum in Amsterdam maar eens gaan bezoeken! Ook aan Japan dient de vraag gesteld of het de les begrepen heeft. Of is een Japans leven meer waard dan een Europees?

 

2005

Joseph S. Nye, La montée ‘pacifique’ de la Chine, LB 18/03/2005

 

Ces dernières semaines,  la Chine a annoncé une augmentation de 121,6 pc de son budget militaire.

 

2005

Sur la fin de la Deuxième Guerre Mondiale en Asie, in : LSM 23/04/2005

 

« Le 15 août approche, date de la capi­tulation des Japonais et donc de la fin de la guerre en Asie et, tout court, la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Il y a 60 ans, pour nous aussi ! En tant qu’ancienne prisonnière des camps de concentration des Japonais, j’ai­merais bien que pour une fois vous fas­siez un peu de lumière sur ce qui s’est passé là-bas, plutôt que de pleurnicher uniquement sur la bombe atomique et le malheur des pauvres petits Japonais. Sachez qu’un petit million d’Européens doivent leur vie à cette bombe, car les Japonais n’avaient pas la moindre inten­tion de capituler en août 1945. Leur plan diabolique était l’extermination des Européens en Asie par voie naturelle, c’est-à-dire : mauvais traitements, mau­vaise et insuffisante nourriture et plus de procréation. Hommes et femmes se trouvaient dans des camps différents et, à l’âge de 10 ans, les garçons étaient sépa­rés de leur mère et transportés dans un autre camp où, en général, leur père ne se trouvait pas non plus. Il y a évidem­ment encore beaucoup d’autres détails sur les atrocités commises, mais le mieux serait de se documenter sérieusement

en Hollande où une bibliographie abon­dante existe, entre autres au Tropen-museum à Amsterdam. (…) Il faudrait peut-être une fois penser à tous ces pauvres ex-prisonniers qui souf­frent encore, et en général en silence, de leur internement par les Japonais. Je n’en souffre pas outre mesure moi-même j’étais encore jeune quand cette misère a commencé – mais je râle ferme quand j’entends toutes ces lamentations sur le sort des pauvres Japonais. C’est quand même eux qui ont commencé ! Et ne vous en faites pas : le « Péril jaune » existe toujours ! Tout comme les néo­nazis, ils rêvent encore et toujours de dominer le monde. Si pas par la violence ou par une autre guerre mondiale, au moins par l’hégémonie économique. Et là, ils ne réussissent que trop bien à mon goût. Ils ne sont pas tant à plaindre ! Enfin un juste éclairage de l’autre côté de la souffrance me semble plus qu’indiqué. »

 

M. Demolder (1400 Nivelles).

 

2006

Ángeles Espinosa, Irán, Uno de los países con mayor diversidad del mundo, in: El País, 13/05/2006

 

Si hay un pais en el mun­do que se pueda définir co­mo mosaico de etnias y culturas, es Iran. Con uno de los indices de diversidad mas altos del mundo (0,71 sobre 1, frente al 0,35 de EE UU, por ejemplo), está integrado, además de por   la   mayoria  persa (51%), por las minorias azéri (24%), gilaki y mazandarani (8%), kurda (7%), arabe (3%), luri (2%), baluchi (2%), turcomana (2%) y otras, como las de armenios y asirios (1%).

 

2006

die Türkei / Wie hältst du es mit Armeniern ?, in: Focus 41/2006

 

(…)  im niederländischen Wahlkampf: Die grossen Parteien (Christ- wie Sozialdemokraten) haben drei türkischstämmige Kandidaten von den Wahllisten gestrichen, weil diese sien weigerten, die Ermordung von 1,5 Millionen Armeniern 1915 als Genozid anzuerkennen. Sozialdemokratin Nebahat Albayrak, 38, kritisierte das ,,erzwungene Glaubensbekenntnis “, rettete ihren Listenplatz aber durch einen Spagat: Man könne ,,den Massenmord an den Armeniern zu Recht als Völkermord bezeichnen “, aber ebenso habe ,,die Türkei das Recht, sich gegen diese Bezeichnung zu wehren”. Nun drohen türkische Organisationen, ihre 235 000 wahlberechtigten Landsleute zum Wahlboykott aufzurufen.

 

2006

Dirk Rochtus, Een genocide als struikelblok, DS 16/10/2006

 

Als alleen historici en niet politici moeten uitmaken of het om een genocide ging, zoals te horen valt in Ankara, waarom bestaat er dan een wet in Turkije die het erkennen van de Armeense genocide strafbaar stelt? Orhan Pamuk werd in eigen land aan de schandpaal genageld omdat hij er zich over beklaagde dat ,,één miljoen Armeniërs werden vermoord en iedereen er het zwijgen toe doet”. Hij had niet eens het vermaledijde G-woord (ge­nocide) in de mond genomen.

 

2006

Prix Nobel de Littérature 2006 / L’écrivain turc Orhan Pamuk, LB 13/10/2006

 

Après avoir déclaré l’existence du génocide arménien par les Turcs, il fut menacé de mort et la justice turque l’avait poursuivi pour « insulte à la nation turque », un crime passible de 6 mois à 3 ans de prison.

 

2006

Suzanne Fowler, Istanbul trying to test freedom of speech, IHT 14/09/2006

 

Elik Shafak’s trial opens on Sept. 21. Writer accused of instulting “Turkishness”. (…)

Among the excerpts opposed by the lawyers’ group is a passage in which a man of Armenian descent worries about which version of history his niece will accept as she is raised by her Turkish stepfather. He wonders aloud if she will state that “I am the grandchild of geno­cide survivors who lost all their relatives to the hands of the Turkish butchers in 1915, but I myself have been brainwashed to deny the genocide because I was raised by some Turk named Mustapha!”

 

2006

Turquie / Procès pour ‘insulte à la Nation’, LB 08/02/2006

 

Le procès de cinq journalis­tes turcs accusés d’avoir tenu des propos insultants contre la Turquie à l’occasion d’une conférence sur les massa­cres d’Arméniens pendant la Première Guerre mondiale s’est ouvert mardi à Bagcilar, dans la banlieue d’Istanbul.

Les journalistes, quatre du quotidien “Radikal”, le cin­quième du journal “Milliyet”, sont accusés d'”avoir tenté d’in­fluencer le processus juridique” et “d’avoir insulté les institu­tions judiciaires” par leurs com­mentaires sur cette conférence, en septembre dans deux univer­sités d’Istanbul, consacrée aux massacres d’Arméniens dans l’Empire ottoman. S’ils sont reconnus coupables, ils encourent des peines pouvant aller de 6 mois à dix ans de prison ferme. Pour les accusés, ce procès est la preuve que les critères euro­péens de liberté d’expression ne sont pas encore totalement ad­mis en Turquie, pays candidat à l’adhésion à l’UE. Quatre des cinq journalistes ont été incul­pés en vertu de l’article 301 du nouveau code pénal turc qui ré­prime toute insulte à l’identité turque. Cet article, qui avait déjà conduit à l’inculpation du romancier Orhan Pamuk, per­met à des procureurs de poursui­vre écrivains et intellectuels. En janvier, la justice turque a fi­nalement abandonné les pour­suites contre Pamuk. (Reuters)

 

2007

Inde/ in : LB 12/05/2007

 

PARCE QU’IL NE SUPPORTAIT PAS de ne pas avoir eu un garçon, un père a enterré vivantes ses deux filles, des jumelles âgées de six jours, à Nakhtrana dans l’ouest de l’Inde. La société indienne privilégie depuis long­temps les garçons, au point d’avoir un déséquilibre entre hommes et femmes. (ap)

 

2007

Richardson Sophie, Pas de capitulation devant la Chine !, LB 14/05/2007

 

(dir. adjointe pour l’Asie de Human Rights Watch)

 

Au cours de ces dernières années, les Tibé­tains n’ont pas cessé de relater à Human Ri-ghts Watch des abus en tout genre, dénon­çant notamment la répression politique chi­noise ou les atteintes à la pratique de leur religion. Désormais, ils dénoncent l’efface­ment progressif de leur identité – de leurs moyens d’existence, de leur droit de choisir où ils vivent, leur droit à un enseignement dans leur langue – et les choix difficiles aux­quels ils doivent faire face : rester dans les territoires tibétains et subir ces contraintes où se réfugier dans d’autres pays.

Depuis 2000, le gouvernement chinois pro­cède à des déplacements de population, à la confiscation des terres, et à des politiques restrictives de clôture dans les zones pasto­rales habitées principalement par des éle­veurs tibétains, réduisant dramatiquement leurs moyens d’existence. Beaucoup d’éle­veurs tibétains ont été obligés d’abattre la majeure partie de leur bétail et de déména­ger dans des nouveaux logements construits dans, ou près des villes, les obligeant ainsi à abandonner leur mode de vie traditionnel.

 

Malgré la promesse du gouvernement chinois en 2006 de fournir neuf ans d’éducation obligatoire à la population, les Tibétains sont confrontés à des options de scolarisation de plus en plus limitées. Les Tibétains de la Ré­gion autonome du Tibet (RAT) ainsi que les minorités tibétaines des autres provinces font état, de plus en plus fréquemment, de difficultés pour trouver des écoles qui ensei­gnent dans leurs langues car les autorités de l’éducation nationale insistent toujours plus pour que l’enseignement soit dispensé uniquement en chinois.

 

2007

Turquie / la vidéo qui accable la police turque, LB 04/02/2007

 

On y voit le meurtrier de Dink portant un drapeau turc, entouré des policiers.

Les autorités turques ont ouvert une enquête après la diffusion d’une vidéo montrant l’assassin présumé du journaliste d’origine armé­nienne Hrant Dink poser après son arrestation devant un dra­peau turc aux côtés de responsa­bles de la sécurité.

Dink a été abattu devant le siège de son journal à Istanbul le 19 janvier. Ses obsèques ont été l’occasion pour 100 000 manifes­tants de dénoncer l’extrémisme nationaliste dont se réclame Ogun Samast, un chômeur de 17 ans qui a avoué le crime. La vi­déo, diffusée jeudi soir par les principales chaînes de télévision du pays, montre Samast posant devant le drapeau turc, un autre drapeau à la main, aux côtés de responsables des services de sécurité, peu après son arrestation le 21 janvier. Selon les médias turcs, ces images laissent à pen­ser que Samast a été traité en hé­ros par les membres des forces de l’ordre qui l’ont appréhendé.

L’agence de presse Anatolia a par la suite rapporté que quatre policiers avaient été limogés et quatre gendarmes mutés dans le cadre de cette affaire. (Reuters)

 

2008

China / Brüning Franziska, Hitler, Stalin und Mussolini, SDZ 28/01/2008

 

In China ist Adolf Hitler ein grosser Mann. Eindeutig grösser als er ist nur einer, ein von chinesischen Nietzsche-Interpretationen geprägter Übermensch, Schutzpatron und Halbgott – Mao Zedong. Hitler muss dagegen seinen Platz je nach Vorliebe der chinesischen Bewunderer mit Napoleon, Stalin, Mussolini oder Cäsar teilen. Manchmal kommt ihm selbst Bill Gates in die Quere.

„ Aus marxistischer Perspektive ist Hit­ler natürlich schlecht, trotzdem existiert in der chinesischen Gesellschaft eine unterschwellige Bewunderung für Hitler, der aus ihrer Sicht nur dummerweise den Krieg verloren hat”, sagt Michael Lackner, Professer fur Sinologie an der Universität Erlangen-Nürnberg. Unter Neureichen gibt es eine regelrechte Sammelleidenschaft für nationalsozialistische Orden, Uniformen, Fahnen und anderen bizarren Souvenirs aus dem Dritten Reich. Im Sommer 2006 hat die Beijing Times den schwunghaften Handel mit faschistischem Propagandamaterial des chinesischen Internetauktionshauses Taobao öffentlich gemacht und damit immerhin eine Debatte ausgelöst. ‘ Die Begeisterung fur Übermenschen, die in der Mitte des 19. Jahrhunderts mit der Rezeption des Genie-Begriffs und des Konzepts ,,grosse Männer” begonnen hat, erschüttert jedoch keine Kritik. Selbst in der Modewelt gilt diktatorische Grösse als schick. 2003 brachte der chinesische Bekleidungshersteller Izzue in Hong Kong eine mit SS-Abzeichen und Hakenkreuzen bedruckte Sommerkollektion fur trendbewusste Jugendliche heraus. Erst auf die Proteste israelischer und deutscher Diplomaten hin nahmen die Izzue-Filialen die zu Dekorationszwecken gehissten Reichskriegsflaggen aus ihren Schaufenstern und zogen die Kollektion unter Protest zurück.

 

2008

Nog nooit zo weinig meisjes geboren in India, De M, 23/06/2008

 

LONDEN Veel Indiase gezinnen   beschouwen meisjes nog altijd als een sociale en een financiële last. In India zijn dan ook nog nooit zo weinig meisjes geboren als nu. Dat zegt de Britse hulporganisatie Action Aid.

India heeft een lange geschiedenis van discriminatie tegen meisjes, waar de wetgever blijkbaar behoorlijk machteloos tegenover staat. Jongens staan er nog altijd hoger aangeschreven in de familia­le en algemeen maatschappelijke structuur.

De verplichting om een bruidsschat te betalen voor meisjes is bij wet verboden, maar toch wordt het sociaal niet aanvaard als de ouders van een meisje geen geld of geschenken geven aan haar toekomstige schoonfamilie.Daardoor waren er nooit eerder zo weinig meisjes jonger

dan zes jaar, zegt Action Aid in een rapport.

De hulporganisatie onderzocht vier van de vijf noordelijke Indiase deelstaten. De kloof tussen het aantal jongens en meis­jes wordt almaar groter, waarschuwt Action Aid. In de deelstaat Punjab bijvoorbeeld werden driehonderd meisjes gebo­ren tegenover duizend jongens.

Het fenomeen doet zich volgens het rap­port overal en bij iedereen voor: in de steden en op het platteland, bij de hogere en lagere kasten. Armoede heeft er dus niets mee te maken, aldus de Britse hulporga­nisatie.

Die roept de Indiase overheid op om strenger toe te zien op de wetten die selectieve discriminatie verbieden. In de Indiase media duiken zeer regelmatig berichten op dat er minder meisjes wor­den geboren, maar er zijn ook nog veel ergere fenomenen. Abortus op vrouwelijke embryo’s komt voor op grote schaal.

Nog schokkender is dat kleine meisjes in afgelegen streken gewoon vermoord of zodanig verwaarloosd worden dat ze sterven. Ook dat is regelmatig in Indiase média te zien. Het komt in afgelegen stre­ken voor, maar ook in de ‘meer geciviliseerde’ steden.

De afgelegen gebieden zijn zo gesloten dat ze voor de centrale overheid soms niet echt toegankelijk zijn en dat verdwenen of vermoorde meisjes vaak niet eens kunnen worden opgespoord. Bovendien zouden dorpsoversten er geen graten in vinden om de meisjes te doen verdwijnen.

 

2009

Michel Thumann, Die Toten steigen aus den Brunnen, in: Die Zeit 10/06/2009

 

Zehntausende Kurden hat die türkische Armee im schmutzigen Krieg gegen die PKK in den neunziger Jahren umgebracht.

Jetzt kommen diese Staatsverbrechen ans Licht.

 

So sah es aus in der Türkei 1993. Ein Land, in dem die Armee Krieg gegen die eigene Bevölkerung fuhrte. Ein Land, wo im »Kampf gegen den Terror« der kurdischen PKK-Guerilla Tausende Dörfer ausgelöscht, Zehntausende Menschen umgebracht wurden, fast unbemerkt von der Welt, die damals auf die serbischen Verbrechen in Bosnien schaute. Ein Land, in dem Schafhirten und Anwälte, Bauern und Menschenrechtler einfach verschwanden. Ein Land, in dem Felsspalten, Holzofen und Brunnen voller Säure ordentliche Beerdigungen ersetzten. Hier in Südostanatolien, zwischen den Cudi-Bergen und den Ufern des Tigris, liegt diese Landschaft der Hinrichtungen, der Todesschachte, der unbeschränkten Gendarmenherrschaft.

Fünfzehn lange Jahre lag Schweigen über der Gegend. Nur Gerüchte gab es immer. Jetzt sind es Knochenfunde, die Beweise liefern für das, worüber Armee und Gendarmerie Gras und Blumen wachsen liessen. Menschenknochen aus alten Brunnen, Kleidungsfetzen aus Äckern, Schädelstücke aus Kiesfabriken. Ermittler graben Stück fur Stück den Boden auf – mit dem Rückhalt der konservativen Regierung von Premierminister Tayyip Erdogan. Der “tiefe Staat“, der Inbegriff der undurchdringlichen Machtstrukturen von Militär, Sicherheitskräften und Bürokratie, die sich Recht und Gesetz nicht unterworfen fühlten, wird unter Tayyip Erdogan allmählich ausgeleuchtet. Die Konfrontation zwischen der frei gewählten Regierung und der traditionell letzten türkischen Instanz, der Armee, setzt sich hier fort. Die Hinterbliebenen der Opfer aus den neunziger Jahren fassen Mut und beginnen zu sprechen.

Ein Bauernhaus hoch über dem Städtchen Silopi an der irakischen Grenze. Leyla und ihre Freundin Zeynep könnten verschiedener nicht sein. Leyla, die 35-Jährige, sieht aus wie fünfzig. Hager ist sie, ihr Kopftuch hat sie eng um Stirn und Kinn gezurrt. Zeynep ist Mitte vierzig und wirkt gelöster, sic hat ihre weiten Kleider und ihr Kopftuch locker um den kräftigen Körper geschlungen. Zwei ihrer Söhne sitzen ihr gegenüber an der Wand. Hoch oben knapp unter der Decke hängen nachkolorierte Schwarz-Weiss-Fotografien des toten Ehemannes und der Brüder.

An einem Vormittag im Jahre 1993 nahm die Gendarmerie Zeyneps Mann fest, einen Bauern. Rüben, Kartoffeln, Haselnüsse waren seine kleine Welt. Mit den PKK-Kampftrupps oben in den Bergen hatte er nichts zu tun. Die Soldaten hängten ihn sieben Tage lang an den Armen auf, sieben Nächte verbrachte er bei Neonlicht auf der Streckbank. Schläge auf Füsse, Arme, Rücken, Genitalien. Dann wurde er freigelassen. »Zeynep«, sagte er zu ihr, »ich will weggehen aus dem Dorf. Noch so eine Woche stehe ich nicht durch.« Wenige Tage später standen plötzlich Soldaten in der Küche. Zeynep machte gerade Frühstück. »Oh, Ihr kämpft im Pyjama«, lachten sie. Die Familie musste in zehn Minuten das Haus verlassen. Als Zeynep mit ihren vier Kindern das Haus durch den Vordereingang verliessen, brannte es schon in den Hinterzimmern. Ihr Mann aber, der musste mit den Soldaten gehen.

Die Spur der entführten Männer rund um die Cudi-Berge lässt sich heute teilweise rekonstruieren. Ein Weg fuhrt in ein sattgelb blühendes Rapsfeld unweit der Hauptstrasse in den Irak. Die warme Luft riecht nach Frühling. Von Sinans Gastwirtschaft ist nur noch eine Betonruine übrig. Einschläge haben Wände und Decke durchlöchert. Alte Graffiti an der Wand erzahlen vom Hass der Soldaten auf ihre Opfer – neuere von der Wut der kurdischen Bewohner auf die Soldaten. In der Ecke steht der zerbrochene Ofen mit einer Öffnung, die für Pite und Fleischpizza viel zu gross ist. Türkische Spezialeinsatzkräfte hatten Sinan 1993 vertrieben und hier eine Hinrichtungsstätte aufgebaut. Die Schüsse der automatischen Waffen waren bis in ein Nachbardorf zu hören. Ganz in der Nähe, auf dem Gelände einer Kiesfabrik, befanden sich Brunnen. Die Abdeckplatten sind heute aufgebrochen. Die Ermittler fanden Reste von Schädeln, Ellenbogen, Rippen, Haare. Die Säure hatte nicht alle Spuren getilgt.

 

Die Armee leugnet die Existenz der geheimen Killertruppe bis heute

 

Türkische Beamte untersuchen die Uberbleibsel eines türkischen Terrorregimes – das kommt einem Umsturz gleich. Sic graben in den Säure-Zisternen, in den Kellern der Gendarmerie, in der totgeschwiegenen Vergangenheit. Es ist die wohl komplexeste Aufarbeitung staatlicher Verbrechen seit Gründung der Republik 1923. Mühselig legen Fahnder ein Netzwerk radikaler kemalistischer Offiziere, Gendarmen, Staatsbeamter, Journalisten und Professoren frei. Das »Ergenekon-Netz« wollte die Türkei gegen ihre Feinde schützen – Kurden, Christen, Juden, EU, Amerika – und terrorisierte dafür türkische Staatsbürger.