La régionalisation: une catastrophe dans le secteur des services sociaux

2000s

Endoctrinement des fonctionnaires wallons

 

Les fonctionnaires wallons subissent un endoctrinement lors de leur engagement avec l’apport de documents vantant les m√©rites de la r√©gionalisation…

 

2002

D.Z., SOCIAL / Le personnel se mobilise – La Province d√©terre ¬ę¬†Lahage¬†¬Ľ de guerre √† Bruxelles, AL 14/02/2002

A Lahage, la menace de fermeture a fait grand bruit. ¬ę¬†On se moque de plus en plus du Luxembourg. C‚Äôest comme si on voulait nous faire revenir √† la r√©serve d‚Äôindiens¬†¬Ľ, nous confiait un √©ducateur, tr√®s d√©sabus√©.

 

2004

Valérie Kokoszka (Dr en philosophie, chargée de cours à l’UCL), La démocratie rabotée, LB 16/06/2004

 

Un plafond s’ effondre dans une cr√®che √† Uccle. Une gestion malheureuse des autorit√©s. Un exemple de petite cause o√Ļ la d√©fiance envers le politique s’installe. Dans l’air du temps….

 

(‚Ķ) C’est √† l’√©valuation de ces pratiques d√©mocratiques quotidiennes que je voudrais proc√©der √† partir d’un exemple v√©cu, banal mais parlant, le traitement de la v√©tust√© des b√Ętiments scolaires et pr√©scolaires. Je pr√©senterai d’abord l’exemple avant d’analyser l’ action d√©mocratique dans notre pays, son entravement voire sa confiscation qui contribuent l’un et l’autre, par la d√©fiance envers la politique qu’ils inoculent, √† l’ affaissement de la d√©mocratie aussi bien dans les actes que dans les √Ęmes.

Il y a un peu plus d’un an, le plafonnage de la cr√®che de St-Job √† Uccle s’effondrait, pour la seconde fois, touchant en cette occasion un enfant endormi. Evacu√©s dans l’urgence, une partie des enfants fut relog√©e dans les garderies de l’√©cole primaire, l’ autre partie √©tant recas√©e dans d’autres cr√®ches, tandis qu’on s’affairait √† r√©parer le plafonnage et √† chasser les insectes xylophages que l’humidit√© des lieux avait depuis longtemps attir√©s. Dans le m√™me temps, le piteux √©tat de la cr√®che – agr√©√©e par l’ONE – √©tait publiquement (1) r√©v√©l√© par l’interview dans “La Derni√®re Heure” (2 mai 2003) du p√©diatre attach√© √† l’√©tablissement depuis de nombreuses ann√©es : la liste des manquements et des infractions aux normes de l’ONE est √† elle seule √©difiante. La r√©action de l’administration le fut plus encore. Tandis que la commune s’acharnait √† taire les difficult√©s, elle s’empressait de faire taire le loquace docteur, lui rappelant par courrier, non pas les devoirs attach√©s √† sa charge de m√©decin mais le devoir sacr√© de ne pas ternir l’image de l’idyllique commune, et incidemment le caract√®re somme toute temporaire de son contrat… (2) L’administration consid√©ra que la r√©v√©lation √©tait sans doute d’ordre politique, suscit√©e par une opposition teigneuse et, rassur√©e par cette hypoth√®se, elle ne se pr√©occupa pas davantage de la mise en conformit√© des b√Ętiments.

Sous la pression des parents dont j’√©tais, l’administration communale accepta, de guerre lasse, d’organiser une discussion, excluant du d√©bat le repr√©sentant de l’ONE dont les¬† recommandations confirmaient les remarques du p√©diatre, et bien s√Ľr ce dernier. La r√©union fut des plus tendues entre les parents qui avaient obtenu confirmation des probl√®mes et des exigences de l’ONE et s’indignaient de l’absence de son repr√©sentant, et la commune, qui plaidait la mauvaise communication, niait les exigences de l’organisme d’ agr√©ation et refusait, par cons√©quent, de planifier les travaux de mise en conformit√© int√©grale du b√Ętiment, √† l’exception notable de l’installation avant l’hiver de cache-radiateurs.

Tout juste le bourgmestre songea-t-il √† indiquer que, si la confiance dans les installations communales n’ √©tait plus de mise, ma foi, il faudrait songer √† voir ailleurs…

L’ exemple √©voqu√© appelle plusieurs remarques touchant aux fondements de notre d√©mocratie, √† la gestion des affaires publiques et √† la gestion des b√Ętiments scolaires et pr√©scolaires. Sur le plan pr√©cis de la gestion des b√Ętiments scolaires et pr√©scolaires :

– Il appara√ģt clairement que l’organisme d’agr√©ation, l’ONE, ne dispose pas des moyens suffisants pour faire respecter les normes infrastructurelles √©dict√©es par les √©lus de la CF¬†; pire, il ne dispose pas m√™me de la possibilit√© d’√™tre un acteur-pivot dans la politique d’ accueil

des enfants puisqu’on peut r√©voquer son expertise et l’exclure du d√©bat;

– Un organisme public qui ne dispose pas d’un pouvoir contraignant suffisant est condamn√© √† accepter les situations de fait, c’est-√†-dire √† accepter les infractions aux normes d√©mocratiquement √©dict√©es qu’il est cens√© faire appliquer;

– Dans cette situation, l’ONE n’est pas davantage en mesure de prot√©ger les m√©decins qu’elle charge de veiller, sur le terrain, √† la sant√© des enfants, et les place dans l’inconfortable situation de devoir soit renoncer √† la l√©galit√© de leur charge (le serment d’Hippocrate), soit de s’y conformer au risque de leur √©viction;

Enfin, pris entre la faiblesse de l’ONE et la mauvaise volont√© de la commune, les parents sont soumis √† une impuissance qui les r√©duit √† vivre, sans recours, le mal-√™tre de leurs enfants.

– Sur le plan de l’action d√©mocratique, l’exemple invoqu√© met en √©vidence une √©rosion des pratiques d√©mocratiques qu’il faut √† la fois d√©noncer et combattre, car la d√©mocratie se gagne d’abord dans ces petites causes sans envergure o√Ļ les hommes montrent, plus qu’ailleurs, leur

grandeur et leur bassesse ;

– La d√©mocratie s’√©rode lorsque tout acte pos√© par un acteur publique ou non, prend une signification unique : sa capacit√© de nuisance dans la marche vers le pouvoir ou la pr√©servation du pouvoir acquis. Ainsi, l’interpr√©tation des propos du p√©diatre, comme la manifestation cach√©e de l’opposition, revient √† faire pr√©valoir la r√©alit√© du jeu politique sur la r√©alit√© de la v√©tust√© des b√Ętiments et √† dissimuler l’objectivit√© des faits sous la subjectivit√© des combats id√©ologiques;

– La d√©mocratie est rabot√©e lorsqu’un √©lu se refuse √† restaurer les conditions minimales de confiance dans l’action d√©mocratique et invite ses √©lecteurs √† “voir ailleurs”, confisquant un pouvoir qui ne lui est que pr√™t√© pour accomplir des devoirs publics. L’exigence d’une mise en

conformit√© des b√Ętiments ne correspond √† rien d’autre qu’√† l’exigence peu extravagante de concr√©tiser d√©mocratiquement des normes d√©mocratiquement √©dict√©es;

– La d√©mocratie est gangren√©e lorsque l’acte politique r√©pond √† la sentence des mandarins ¬ę¬†taire et faire taire¬†¬Ľ au m√©pris de la l√©galit√© et de la d√©mocratie, car elle induit une d√©fiance fondamentale dans les acteurs politiques et discr√©dite l’action d√©mocratique comme telle, en

substituant √† l’ √©limination des probl√®mes l’ √©limination de ceux qui les d√©noncent.

D’apr√®s Hegel, un philosophe allemand, les peuples ont les gouvernements qu’ils m√©ritent. Il se trompe, nous m√©ritons mieux que cela. .

 

(1) L’administration communale avait √©t√©, dans les mois pr√©c√©dant l’interview, d√Ľment avertie de l’√©tat sanitaire de la cr√®che. par courriers.

(2) Depuis, l’administration communale a proc√©d√© √† l’√©viction du m√©decin en motivant explicitement sa d√©cision par la prolixit√© inopportune du p√©diatre.

 

2008

V. Li., Six ministres pour les cr√®ches, c’est trop !, in¬†: DH 06/07/2008

 

Pour Chantal Bertouille (MR): Test un √©chec”. tout comme les 145.000 femmes qui sont au ch√īmage en Wallonie

 

NAMUR¬† “C’est un sujet essen¬≠tiel pour les jeunes m√©nages en Wallo¬≠nie et rien ne bouge. L’insuffisance de places d’accueil est un r√©el obstacle √† l’emploi que rencontrent nombre de demandeurs d’emploi, et majoritaire¬≠ment des femmes, entamant un par¬≠cours d’insertion.” Chantai, d√©put√©e MR, d√©nonce cette situation.

Pour rappel, en 2006, 3700 pu√©ri¬≠cultrices dipl√īm√©es ou assimil√©es √©taient inscrites comme demandeu¬≠ses d’emploi au Forem. “Aujourd’hui, c’est quelque 145.000 femmes qui sont au ch√īmage en Wallonie.”

En 2004, la Communaut√© fran¬≠√ßaise comptait 29.742 places corres¬≠pondant √† un taux de couverture l√©¬≠g√®rement inf√©rieure 20 % (19,36 %). “Au 31 d√©cembre 2007, d’apr√®s les derniers chiffres √† l’ONE, le nombre de places disponibles √©tait de 33.974 pja-ces pour 160.291 enfants de moins de 3 ans, soit une progression d’un peu plus d’une place (1,83) par 100 en¬≠fants √† un an de l’√©ch√©ance. L’objectif de d√©part impliquait une augmenta¬≠tion de 12,87 places¬†!¬† Le taux de cou¬≠verture actuel approcherait donc √† peine les 21,19%, n√©cessitant la cr√©a¬≠tion de 11,81 places par 100 enfants √† l’horizon 2009 pour atteindre les ob¬≠jectifs fix√©s par l’Union europ√©enne.”

Pour elle, il y a un autre tr√®s gros probl√®me : “Six ministres comp√©tents pour les cr√®ches, c’est trop : Catherine Fonck, Philippe Courard, Didier Don-f√Ľt, Marc Tarabella, Jean-Claude Mar-court et Andr√© Antoine.”

Toujours selon ses propose, un probl√®me d’infrastructure existe √©galement : “On constate une r√©duc¬≠tion de 21 % du budget entre 2004 et 2008 et m√™me un budget ramen√© √† z√©ro en 2005. En outre, la Cour des comptes a √©pingle une absence totale d’utilisation de ces cr√©dits dans le ca¬≠dre de l’examen de la pr√©figuration des r√©sultats de l’ex√©cution des bud¬≠gets de la R√©gion wallonne pour 2007.”

Par ailleurs, peu de projets ont √©t√© concr√©tis√©s dans les zonings : “√† peine 137 places fin d√©cembre 2007.”

Pour Chantal Bertouille les minis¬≠tres se renvoient la balle : “La minis¬≠tre Catherine Fonck dit regretter l’ab¬≠sence¬†¬† de¬† perspective¬†¬† quant¬† au subventionnement¬† d’infrastructures des milieux d’accueil associatifs en R√©¬≠gion wallonne ou √† Bruxelles. Quant au ministre Courard, il d√©nonce la len¬≠teur avec laquelle la Communaut√© fran√ßaise ouvre des milieux d’accueil. Triste majorit√© PS-CDH. Quel avenir pour les enfants dans tout cela ?”

 

2009

in: Delta, 3, 2009, p.24

 

Cr√®ches. Walloni√ę is zo verpolitiekt dat zelfs cr√®ches er geclassificeerd worden naar hun politieke stroming. Uit een uitgelekt geheim document blijkt dat het Waals parlement in alle stilte politieke etiketten plakt op cr√®ches: 18 zouden een cdH-etiket gekregen hebben, 2 een PS.