La r√©gionalisation: une catastrophe pour l’environnement…

1986

Michel Claessens, Même la pollution est régularisée!, LB 12/05/1986

 

“L’Espierres, qui se jette dans l’Escaut, constitue en effet la “poubelle industrielle” du nord de la France, “l’√©gout de Lille.” … “Il d√©tient le record europ√©en de la pollution par le chrome et les trois quarts du cadmium pr√©sent dans l’Escaut proviennent en r√©alit√© de l’Espierres (donc de France).”

“Depuis 150 ans, les n√©gociations avec la France concernant l’exportation de sa pollution se sont toujours sold√©es par un √©chec!”

 

1987

Mireille van Wilderode, La Wallonie croule sous les déchets, LB 13/02/1987

 

“Les Pays-Bas d√©versent chaque ann√©e un million de tonnes de d√©tritus, le plus souvent par des fili√®res ill√©gales.”

Selon l’OVAM, l’Openbare Vlaamse AfvalstoffenMaatschappij, il ya 22 d√©charges non autoris√©es dans le Brabant wallon, 34 d√©charges ill√©gales dans le Hainaut.

“Quant √† la destruction des d√©chets, qu’ils soient toxiques ou non, elle est fr√©quemment effectu√©e dans les fours de cimenterie, bien qu’ils ne disposent pas de l’√©quipement n√©cessaire.”

 

1992

Matgen Jean-Claude, Mellery : pourquoi ces troubles génétiques ?, LB 7 juin 1992

 

La Région wallonne a pris es mesures qu’elle estime adéquates. Sont-elles sufisantes ? Hypothèses et motifs d’inquiétude.

Les familles des onze enfants de Mellery soumis √† analyses sanguines par l’Institut d’hygi√®ne et d’√©pid√©miologie vivent dans l’angoisse : leurs fils et leurs filles ont vu leur √©tat de sant√© se d√©t√©riorer entre la premi√®re analyse, en 1990, et la seconde, effectu√©e en janvier 92 et dont les g√©n√©¬≠ralistes de la r√©gion ont pu r√©cemment prendre connais¬≠sance (LLB du 15/6).

 

UNE TIRETTE.¬† Les √©changes interchromatidiens √† l’int√©rieur de leurs cellules

sont plus que jamais anorma¬≠lement √©lev√©s.¬† De quoi s’agit¬≠-il? D’une fa√ßon tr√®s sch√©ma¬≠tique, on peut √©crire que les chromosomes qui peuplent le noyau de la cellule sont compa¬≠rables √† une tirette √† double face.¬† Lorsque, sous l’effet de facteurs g√©notoxiques, il y a l√©sion du mat√©riel g√©n√©tique, des √©changes anormalement nombreux s’op√®rent entre les deux faces, des morceaux de l’une se collent sur la surface de l’autre et vice-versa.¬† Le risque ? Les sujets atteints par ce type d’anomalies sont plus que d’autres √† d√©velopper des cancers.

Faut-il consid√©rer, comme l’ont fait les responsables du comit√© de d√©fense des habitants de Mellery, le CADEV, que la R√©gion wallonne et son ministre comp√©tent en mati√®re d’environnement, Guy Lutgen, n’ont pas fait leur boulot¬†?¬† Ce n’est pas aussi simple que cela.¬† M. Lutgen a rappel√© que son d√©partement a depuis long¬≠temps interdit l’acc√®s √† la d√©¬≠charge responsable d’une tr√®s grave pollution (elle a √©t√© fer¬≠m√©e en septembre 89) et’a d√©pens√©- jusqu’√† pr√©sent 120 millions pour la neutraliser.

 

TORCHERES  Des mesures ont été prises, notamment, pour éviter la dispersion des

gaz produits par les d√©chets et pour les br√Ľler.¬† Deux torch√®res ont √©t√© mises en service, l’une en √©t√© 90, l’autre (qui br√Ľle les gaz √† une temp√©¬≠rature de 1.200 degr√©s) en jan¬≠vier de cette ann√©e.¬† Des apa¬≠lyses de l’air faites la semaine pass√©e en divers endroits du village ont pu √©tablir que la teneur de l’air en gaz de toutes sortes (du benz√®ne au tolu√®ne’ en passant par l’ethylbenz√®ne, ou le xyl√®ne) avait, dans tous les cas, √©t√© ramen√©e √† des normes inf√©rieures √† celles ad¬≠missibles en milieu rural.¬† Exemple: il y avait 0,8 mg / m3 de benz√®ne alors qu’on en tol√®re 2 et qu’il y en avait… 22,1 en d√©cembre 89.

Pourquoi, dans ces condi¬≠tions, les r√©sultats des ana¬≠lyses sanguines des enfants du village sont-elles toujours aussi mauvaises?¬† Premi√®re hypoth√®se: lorsqu’elles ont √©t√© faites, les mesures prises par le cabinet Lutgen n’avaient pas encore toutes sorti leurs effets.¬† De futurs examens pourraient se r√©v√©ler plus ras¬≠surants, m√™me si l’irr√©versibi¬≠lit√© du ph√©nom√®ne n’a pas √©t√© exclue par certains m√©decins.

 

ANILINES.¬† Deuxi√®me hypo¬≠th√®se : il y a autre chose qui pollue l’atmosph√®re de Mellery et menace la sant√© de ses habi¬≠tants.¬† Des traces d’anilines ont √©t√© relev√©es en divers endroits du site.¬† R√©cemment on a d√©¬≠couvert dans la d√©charge un – lac ¬Ľ de… 25.000 tonnes de ce produit consid√©r√© comme un g√©notoxique virulent.¬† Les me¬≠sures prises pour √©liminer cette substance n’ont pas en¬≠core √©t√© toutes men√©es √† leur terme.¬† On a notamment pro¬≠pos√© aux habitants de cinq maisons de remplacer la terre de leurs jardins mais le combat est loin d’√™tre termin√©

Et si l’aniline √©tait respon¬≠sable ? Cette question, h√©las, en appelle d’autres. des √©ma¬≠nations de vapeurs nitreuses ont √©t√© relev√©es dans le coin., Elles pourraient jouer un r√īle. Seulement, dans ce cas, la d√©¬≠charge de M. Heremans pour¬≠rait n’√™tre pas seule en cause.¬† Il faudrait alors envisager qu’il y a d’autres sources de pollu¬≠tion grave dans la r√©gion et des villages voisins devraient s’in¬≠qui√©ter.¬† C’est pourquoi l’initia¬≠tive prise pa Mme de Galan, ministre de la Sant√© de la Communaut√© fran√ßaise, d’√©tendre les analyses √†d’autres habitants du village et des alentours doit √™tre ac¬≠cueillie avec satisfaction.

 

1993

C.B., Le trac√© d’une autoroute menace les marais de Papignies, LB 05/01/1993

 

Plusieurs comit√©s de protection de l’environnement luttent pour faire accepter un projet de trac√© alternatif de l’autoroute A8, sur le tron√ßon joignant Ghislenghien √† Mainvault.¬† Pour √©viter le site des Marais de Papignies.

Ils disent savoir de source s√Ľre que le Comit√© d’Acquisition de Mons a entam√© une proc√©dure d’expropriation en extr√™me urgence pour une parcelle situ√©e pr√©cis√©ment sur le parcours du trac√© initial de l’A8, via les Marais de Papignies et les Chemins Creux.

 

1993

COCKERILL-SAMBRE / Région wallonne dans le collimateur, LB 21/04/1993

 

Deux associations √©colo¬≠gistes n√©erlandaises ont d√©¬≠pos√© jeudi une plainte aupr√®s de la Commission europ√©enne contre la Belgique, qu’elles ac¬≠cusent d’outrepasser le droit europ√©en en mati√®re de d√©ver¬≠sements de produits canc√©ri¬≠g√®nes.¬† Selon un communiqu√© publi√© jeudi par les fondations ¬ę ¬†Reinwater ¬Ľ ¬†et ¬ę Natuur en Milieu ¬Ľ, ¬†la R√©gion wallonne a octroy√© √† la firme sid√©rurgique Cockerill-Sambre des autorisations de d√©verser dans la Meuse des hydrocarbures po¬≠lycycliques aromatiques sans fixer de normes pr√©cises sur les d√©versements de ce produit hautement canc√©rig√®ne, en contradiction avec la l√©gisla¬≠tion europ√©enne en la mati√®re. (Belga)

 

1993

D.C., Feu vert du gouvernement wallon pour la décharge de classe 1 à Hallembaye, Un vent de révolte souffle dans la Basse-Meuse, LS 30/07/1993

 

/décharge destinée à recevoir des déchets qualifiés dangereux mai s non toxiques/

 

1993

Guillaume Gérard, Dominique Streel en commission déchets: le témoin à charge au pays des décharges, VA 10/03/1993

 

D.S.: “Le courtier en d√©chets n√©gocie au producteur un traitement haute technologie et, pour un profit maximum, recherche un traitement basse technologie l√† o√Ļ on l’accepte encore: en Gr√®ce, au Portugal, √† l’Est … ou en Wallonie.”

 

1993

Monique Tilmans, La population ne risquerait rien, LB 29/10/1993

 

/√† Anton, pr√®s d’Andenne/

“18 mois d’analyses /par la Spaque (Soc. publ. wall. d’aide √† la qualit√© de l’environn.)/ sur le site pollu√© par un million de tonnes de d√©chets.”

Si l’environnement naturel de l’ancienne d√©charge est affect√©, la pollution ne pr√©sente pas de danger imm√©diat pour la population environnante.¬† La d√©charge fait partie des sites √† r√©habilit√©e en priorit√© en R√©gion wallonne, au m√™me titre que Mellery, Cronfestu et Florz√©e.”

 

DECHETS: Morlanwelz-Cronfestu: poursuite des analyses, s.d.

 

Sur l’ancien d√©potoir: des d√©passements aux normes √©tablies par l’Office wallon des d√©chets.

La socit√© Irco, de Namur, estime le volume d√©chets entre pos√©s dans l’ancien d√©potoir de M.-Cr. √† 320.000 m3. “Il r√©v√®le des teneurs anormales en cyanures et en PCB (compos√© aromatique dont la d√©composition peut produire des dioxines).”

 

1993

Philippe Golard, Le tableau a-t-il √©t√© noirci √† dessein au Val d’Or?, LB 22/11/1993

 

“Une √©tude √©claire d’un jour nouveau l’urbanisation de la d√©charge Mellery-bis. Allons …

L’an 2000 accueillera sur cette partie haute de Woluwe-st-Lambert, quelque 7000 nouveaux habitants.

Sous ce futur quartier se cache une d√©charge pour d√©chets m√©nagers, de construction et hospitalier …”

 

1993

Xavier Ducarme, Hallembaye pollue déjà la nappe, LB 8/12/93

 

Et la décharge n’est jamais qu’une classe 2, scande Ecolo.

Hallembaye, ce hameau du village de Haccourt, dans la Basse-Meuse li√©geoise, aux confins des Limbourg belge et n√©erlandais, n’a pas fini d’ali¬≠menter la controverse.¬† C’est l√†, en effet, dans un paysage gri¬≠gnot√© par les carri√®res que la R√©gion wallonne envisage d’implanter la premi√®re d√©¬≠charge pour d√©chets indus¬≠triels en Wallonie (classe 1).

Mais c’est aussi √† cet endroit que l’association intercommu¬≠nale de traitement de d√©chets de la r√©gion li√©geoise (Intradel) d√©verse les 45 pc de ses d√©chets m√©nagers (classe 2) que ne par¬≠-vient pas √† avaler son incin√©ra¬≠teur d’Herstal.

Ecolo, pour qui l’incin√©ration et la mise en d√©charge des d√©¬≠chets m√©nagers et industriels restent une aberration, a r√©¬≠v√©l√©, mardi √† Li√®ge, les r√©sul¬≠tats d’une nouvelle s√©rie d’analyses r√©alis√©es par le Centre d’√©tude et de formation en √©co¬≠,Iogie et corrobor√©es par le Centre belge d’√©tude et de do¬≠cumentation de l’eau (Cerebeau).

 

Selon ces experts, la d√©¬≠charge exploit√©e par Intradel depuis 1990 a d√©j√† contamin√© la nappe aquif√®re.¬† Le jus de percolation (lixiviat) des d√©¬≠chets m√©nagers aurait atteint ce r√©servoir d’eau, et ce en d√©pit de la station qui √©pure biologi¬≠quement ce jus avant qu’il ne soit rejet√© en Meuse.

Deux types d’√©chantillons ont √©t√© analys√©s et contre-ex¬≠pertis√©s.¬† L’un, pr√©lev√© en aval de la station, l’autre dans la nappe phr√©atique elle-m√™me.¬† Pour le premier, les r√©sultats (qui ont fait l’objet d’une contre-expertise du Cerebeau) r√©v√®lent une demande chimique en oxyg√®ne (DCO) bien au-dessus des normes ad¬≠mises et une forte teneur en ammoniac (500 mg/ 1).

 

POTABLE?

Quant √† la nappe aquif√®re, qui s’√©tend sur des dizaines de kilom√®tres carr√©s, au-del√† m√™me des fronti√®res linguis¬≠tique et n√©erlandaise, sa pota¬≠bilit√© ne serait d’ores et d√©j√† plus garantie.¬† Les teneurs en DCO (48 mg/1, 10 fois la norme), en chrome (450 g / 1, 9 fois la norme), en ph√©nol (100 fois la norme), notamment, in¬≠terdiraient toute exploitation √† des fins alimentaires de ce r√©¬≠servoir.¬† Cette d√©gradation est √† placer, selon Ecolo, directe¬≠ment en corr√©lation avec la mise en d√©charge de d√©chets m√©nagers.

A travers tous ces chiffres’ Ecolo livre son message: ¬ęSi, pour une classe 2, les r√©sultats sont d√©j√† alarmants, √† quelle pollution doit-on s’attendre pour une classe 1 ?

D’autant qu’une autre √©tude, n√©erlandaise celle-l√†, aurait d√©montr√© que la mise en d√©charge simultan√©e de d√©chets m√©nagers et industriels sur un m√™me site en d√©cuplerait la to¬≠xicit√©.¬† Bref, pour Ecolo, il s’agit d’une preuve de plus de la perm√©abilit√© du site.¬† D’autres √©tudes pr√©sent√©es par la R√©¬≠gion wallonne tentent pourtant de prouver exactement le contraire…

 

1997

Vincent Braun, Mellery sous le coup des lenteurs, LB 07/01/1997

 

La réhabilitation de la décharge et le suivi médical de la population au point mort.  Colère.

 

1998

Floreffe / Haro médical sur les boues, LB 17/06/1998

 

S√©lectionn√© par la R√©gion wallonne pour le d√©versement de 500.000 m¬≥ de boues de dragage pollu√©es, le site des Trois Bonniers, √† Frani√®re, suscite une contestation de la part d‚Äôun groupe local de m√©decins. Cinq g√©n√©ralistes √©mettent de vives inqui√©tudes pour la sant√© future de leurs patients, d√©noncent des lacunes dans l‚Äô√©tude d‚Äôincidences (pollution atmosph√©rique, de la nappe phr√©atique, du sol, …) et demandent des √©tudes sur les produits incrimin√©s dans la liste des m√©taux lours non biod√©gradables, car le site est √† 500 m d‚Äôun centre scolaire qui accueille environ 2000 enfants.

 

1999

Une nouvelle l√©gislation qui ‚Äútombe mal‚ÄĚ, LB 16/06/1999

 

D√©but mai, le gouvernement wallon, sur proposition du ministre Lutgen, aurait adopt√© ‚Äėdiscr√®tement‚Äô un arr√™t√© qui fait √©chapper √† la l√©gislation sur les d√©chets, et aux contr√īles qui s‚Äôy rapportent, une s√©rie de produits utilis√©s dans l‚Äôalimentation des animaux, comme les graisses animales, les d√©chets d‚Äôabattage de volailles, les farines d‚Äôos, les farines animales, … C‚Äôest le magazine environnemental ‚ÄėIncidences‚Äô qui l‚Äôannonce dans son √©dition du 7 juin.

 

2000

Ariane Van Caloen, Un Liégeois /Dominique Streel/ qui se bat pour une gestion propre des déchets, LB 13/07/2000

 

¬†En Wallonie, ¬ę¬†la pagaille est la plus compl√®te¬†¬Ľ.

 

2002

Philippe Lawson, Environnement ‚Äď La Belgique √©pingl√©e par l‚ÄôEurope, LB 03/10/2002

 

En cause : la Wallonie qui tarde encore à transposer la directive sur les décharges, à cause du retard pris par la Région wallonne pour transposer dans sa législation certaines directives européennes.

 

2002

Philippe Lawson, Petit tour des d√©p√īts clandestins de Wallonie, LB 05/05/2002

 

La R√©gion wallonne tarde √† assainir ses quelque 700 d√©p√īts ill√©gaux.

Ainsi, à Courcelles, le MET déverse illégalement des rebuts hydrocarbonés par dizaines de camions entiers le long de l’autoroute E42.

 

2004

Jean-Baptiste Daniel, Bohan / Assainir les Dolimarts : la note va être salée !, SudPresse 01/03/2004

 

Le site est aujourd’hui pollué. L’un des gros transformateurs électriques restés sur place a été vidé de ses 300 litres d’askarel. Une substance extrêmement nocive qui a imprégné le sol.